You are on page 1of 4

Le Baroque:

Le baroque est un mouvement artistique qui trouve son origine en Italie dans des villes telles
que Rome, Mantoue, Venise et Florence dès le milieu du xvie siècle et qui se termine au
milieu du xviiie siècle. Il y a un âge baroque différent selon les domaines, qu'ils soient
intellectuels, historiques ou artistiques.

Le baroque, qui touche tous les domaines, se caractérise par l’exagération du mouvement, la
surcharge décorative, les effets dramatiques, la tension, l’exubérance des formes, la grandeur
parfois pompeuse et le contraste, ce même contraste dont parlait Philippe Beaussant :
l’époque baroque a tenté de dire « un monde où tous les contraires seraient harmonieusement
possibles »

À l'origine, le baroque était un terme péjoratif, relevant de la bizarrerie et de l'étrangeté1.


Notons que l’adjectif "baroque" apparaît au xvie siècle sous le nom de berrueco (en Espagne)
et barroco (au Portugal) pour désigner, en joaillerie, une perle irrégulière.

Il touche tous les domaines artistiques, sculpture, peinture, littérature, architecture, théâtre et
musique et se répand rapidement dans la plupart des pays d’Europe.

Characteristique :

Richesse et abondance.

Variété

Virtuosite

Themes: illusion, le deguisement, la transformation, l’inconstance…

La literature Le baroque exalte de nouvelles valeurs que l’on résume souvent à l’utilisation de
métaphores et d’allégories, que l’on retrouve largement en littérature baroque, et en recherche
de « maraviglia »

Allergories :

Les écrivains ou les locuteurs utilisent généralement des allégories en tant que dispositifs
littéraires ou en tant que dispositifs véhiculant des significations (semi-) cachées ou
complexes à travers des figures symboliques, des actions, des images ou des événements qui
créent le sens moral, spirituel ou politique de l'auteur.

Métaphores :

est une figure de style qui consiste à désigner une idée ou une chose en employant un autre
mot que celui qui conviendrait. Ce mot est lié à la chose que l’on veut désigner par un rapport
de ressemblance.

-Auteurs principaux :
Honoré d'Urfé, comte de Châteauneuf, marquis de Valromey, seigneur de Virieu-le-Grand
(Marseille, 11 février 1568 - Villefranche-sur-Mer, 1er juin 1625) était un écrivain français. Il
est l'auteur du premier roman-fleuve (roman-fleuve) Sa renommée provient de la création
d'un roman pastoral monumental intitulé La Astrea, dont il a publié les trois premières parties
en 1607, 1610 et 1617, laissant inachevées une quatrième et une cinquième partie complétée
et publiée par son secrétaire Balthazar Baro en 1627 et 1629. Au sujet de l'histoire d'amour
entre le pasteur Astrée et le pasteur Céladon, la pièce raconte les aventures amoureuses de
nombreux personnages secondaires, dont les vicissitudes interrompent constamment le thème
central, souvent relégué au second plan.

Théodore Agrippa d'Aubigné, au château de Saint-Maury, Il était écrivain et poète français de


l'époque baroque et l'un des favoris d'Henri IV de France. Son œuvre principale, Les
Tragiques, est une épopée dans les couplets alexandriens qui raconte les guerres de religion
en France dans six livres: Misères, Princes, Chambre dorée, Feux, Fers, Vengeances et
Jugement.

Théophile de Viau était un poète et dramaturge baroque français. Largement lu au XVIIe


siècle, il a été oublié à la suite des critiques des auteurs classiques avant d'être redécouvert au
XIXe siècle par Théophile Gautier. Depuis le vingtième siècle est défini comme un auteur
baroque et libertin. Le témoignage de ses contemporains converge également en indiquant
qu'il était bisexuel. Bien que jadis protégé par le roi Louis XIII, il vécut en exil et fut
emprisonné lorsqu'il était accusé d'irréligion et d'homosexualité, utilisant comme preuve les
poèmes obscènes qu'il écrivit pour le satyrique Parnasse et son amour pour Jacques Vallée,
Lord des Barreaux et bien Il a été condamné à mort pour débauche, il a réussi à s'échapper.

Œuvres importantes

Pyrame et Thisbé, tragédie en cinq actes et Alexandriens

Traité de l'immortalité de l'âme, traduction libre du Phaedo de Platon qui alterne la prose et le
vers

La Maison de Sylvie, série de dix odes en hommage à ses derniers mécènes.

Jean-Armand Lacoste, dit « Saint-Amand », né à Paris le 17 novembre 1797 et mort à Paris le


13 janvier 1885, est un dramaturge français. Saint-Amand a été, en collaboration avec
Benjamin Antier et Polyanthe, l’auteur du fameux drame l’Auberge des Adrets.

Pierre Corneille (Rouen, 6 juin 1606 - Paris, 1er octobre 1684) était un dramaturge français,
considéré comme l'un des meilleurs du dix-septième siècle, avec Molière et Racine. La
richesse et la diversité de son travail reflètent les valeurs et les grandes questions de son
époque. Corneille crée un nouveau style théâtral dans lequel des sentiments tragiques sont
mis en scène pour la première fois dans un univers plausible, celui de la société
contemporaine.
Corneille, auteur officiel sur nomination du cardinal Richelieu, rompt avec son statut de poète
du régime et avec la politique controversée du cardinal, pour écrire des œuvres qui exaltent
les sentiments de noblesse (El Cid), qui rappellent que les politiciens ne sont pas au-dessus
les lois (Horacio), ou qui présentent un monarque qui tente de regagner le pouvoir sans
exercer de répression (Cinna).

En 1647 il est choisi pour l'Académie française, occupant la chaise numéro 14 de la table
ronde jusqu'à sa mort, où il succédera à son frère Thomas.

Il a beaucoup écrit, mais son travail le plus remarquable est: Le Cid, Le Cid est une tragi-
comédie française en cinq actes écrite par Pierre Corneille, créée en décembre 1636 au
Théâtre du Marais à Paris et publiée la même année. Il est basé sur la pièce de théâtre de
Guillén de Castro, Las Mocedades del Cid. Le jeu de Castro à son tour est basé sur la légende
d'El Cid.

La Préciosité

En France du XVIIe siècle, lorsque des cercles aristocratiques ont émergé, la préciosité,
mouvement culturel dans lequel les femmes étaient les protagonistes, répond à un désir
d'élévation et de raffinement des mœurs, des coutumes et des goûts, ressenti par une partie de
la haute société parisienne en réaction à ce qu'il considérait comme des formes vulgaires de la
cour d'Henri IV.

Les salons littéraires. Une salle littéraire était une réunion tenue dans la résidence d'un hôte
ou d'une hôtesse, de laquelle il a pris le nom; Son but était d'apprécier la compagnie agréable,
d'affiner le goût et d'étendre la connaissance par la conversation et la lecture, pendant la
préciosité que leurs hôtes avaient l'habitude d'être des amatrices de culture, appelées
salonnières.

Le style : Il se distingue par un usage nouveau du langage, très élégant, mais aussi par un
mode de vie digne. Les relations amoureuses y sont idéalisées, notamment dans la vision de
l'amour courtois. Il s'oppose aux courants baroque et classique qui se font face au long du
siècle. Le style littéraire des exagérations, des métaphores et des périphrases, des romans
fleures.

Marie de Rabutin-Chantal, marquise/ madame de Sévigné, était un écrivain français qui


fréquentait les salons de l'époque, notamment Fouquet. Aujourd'hui, elle est surtout connue
pour ses Lettres (plus de 1500), adressées à sa fille, ainsi qu'à d'autres parents et amis. En
eux, il propose une chronique spontanée et approfondie de la vie de la cour et de la haute
société française au XVIIe siècle. Les lettres de Madame de Sévigné ont été publiées
clandestinement en 1725, l'édition en contenant 28 ou des extraits. En 1726, deux autres
compilations ont été publiées; Pauline de Simiane, petite-fille des intéressés, décida alors de
publier officiellement les lettres de sa grand-mère.
Marie-Madeleine Piochet de la Vergne, comtesse de La Fayette, mieux connue sous le nom
de madame de La Fayette. La renommée littéraire de la comtesse de La Fayette est
particulièrement liée à son chef-d'œuvre, La princesse de Cléves, publié anonymement en
mars 1678, considéré par beaucoup comme le premier roman français et un prototype des
débuts du roman psychologique. Il raconte l'histoire d'amour de Mme de Cléves et du duc de
Nemours, en accordant une attention particulière à l'analyse des conflits internes du
protagoniste, qui, en tant qu'héroïne de Cornélie, met le devoir avant l'amour.

Madeleine de Scudéry, souvent appelée simplement Mademoiselle de Scudéry, était un


écrivain français. Elle était la soeur cadette de l'écrivain Georges de Scudéry. Elle était
connue comme la première femme littéraire en France et dans le monde. il était l'un des
représentants les plus célèbres du presiocismo.

Avec des personnages classiques ou orientaux en tant que héros et héroïnes, les gestes et la
manière de parler étaient empruntés aux idées à la mode du moment, et les personnages
pouvaient être identifiés aux contemporains de mademoiselle de Scudéry.

Il était un visiteur habituel du petit palais de Rambouillet, avant d'ouvrir son propre salon
littéraire. La plupart des célébrités de l'époque, les Montausiers, François de La
Rochefoucauld, Madame La Fayette, Sévigné, Conrart, Chapelain, Pomponne et Pellison
venaient régulièrement aux «samedis de madame de Scudéry» où se déroulaient des
conversations savantes. Galant.

Le classicisme

Le classicisme est un mouvement culturel, esthétique et artistique qui se développe en


France, et plus largement en Europe, à la frontière entre le xviie siècle et le xviiie siècle, de
1660 à 1715. Il se définit par un ensemble de valeurs et de critères qui dessinent un idéal
s'incarnant dans l’« honnête homme » et qui développent une esthétique fondée sur une
recherche de la perfection, son maître mot est la raison.

L'écriture classique se veut fondée sur la raison. On y a parfois vu l'influence du rationalisme


de Descartes, mais il s'agit plutôt d'un intérêt pour la lucidité et l'analyse. Les héros et
héroïnes classiques ne sont en général pas rationnels, mais leurs passions, souvent violentes,
sont analysées par l'écriture qui les rend intelligibles. Le classicisme est donc davantage
influencé par une volonté de soumettre le déraisonnable à l'ordre de la raison que par un
véritable rationalisme qui inspirera plus tard les philosophes des Lumières.

En créant une forme d'ordre, les écrivains classiques recherchent au plus haut point le naturel.
Donner l'impression d'une parfaite adéquation entre la forme et le fond et d'une écriture qui
coule de source est en effet l'idéal du style classique. À cet égard, le classicisme entre
effectivement en tension avec ce que fut le style baroque.