You are on page 1of 2

COMPRENDRE – Lois et modèles Ch17.

Transferts d’énergie Essentiel

TRANSFERTS D’ENERGIE
Objectifs :
Extraire et exploiter des informations sur un dispositif expérimental permettant de visualiser les atomes et les molécules
Évaluer des ordres de grandeurs relatifs aux domaines microscopique et macroscopique.
Savoir que l’énergie interne d’un système macroscopique résulte de contributions microscopiques.
Connaître et exploiter la relation entre la variation d’énergie interne et la variation de température pour un corps dans un
état condensé
Interpréter les transferts thermiques dans la matière à l’échelle microscopique
Exploiter la relation entre le flux thermique à travers une paroi plane et l’écart de température entre ses deux faces
Établir un bilan énergétique faisant intervenir transfert thermique et travail

I. Du microscopique au macroscopique

Rappel : Le nombre d’entités microscopiques dans une mole de matière est une constante universelle,
appelée constante d’Avogadro, notée NA avec NA = 6,02 x 1023 mol-1

Définition : Un système macroscopique est une portion d’espace limitée par une surface et contenant
la matière étudiée. Il est constitué d’un grand nombre d’atomes ou de molécules, assimilés à des points
matériels.

II. Energie interne d’un système

• L’énergie interne U d’un système macroscopique résulte de contributions microscopiques.

• Lorsqu’un système condensé (c’est-à-dire à l’état liquide ou solide)
évolue d’un état initial à un état final, la variation ΔU de son énergie
interne est proportionnelle à la variation de sa température ΔT entre
ces mêmes états.
Ainsi : ∆ = .∆ = .( − )
C est appelée capacité thermique (en J.K-1)
ΔT est la variation de température (en K)
ΔU est la variation d’énergie interne du système (en J)

• La capacité thermique C d’un système caractérise sa capacité à stocker ou à céder de l’énergie
interne.

III. Transferts thermiques

Une différence de température entre deux systèmes implique un transfert spontané d’énergie de la
partie la plus chaude vers la partie la plus froide. On parle de transfert thermique, noté Q.
On peut interpréter ces transferts thermiques suivant 3 modes principaux :

• La conduction thermique est générée au niveau microscopique par des interactions entre les
entités microscopiques par contact direct. C’est le seul mode de transfert thermique dans les solides.

• La convection thermique est générée par un mouvement global des entités microscopiques à
l’intérieur d’un système (liquide ou gaz).

• Le transfert d’énergie par rayonnement a lieu lors qu’il y a absorption ou émission d’un
rayonnement électromagnétique.
COMPRENDRE – Lois et modèles Ch17. Transferts d’énergie Essentiel

IV. Flux thermique

Le flux thermique φ traduit la vitesse du transfert thermique Q pendant une durée Δt au sein d’un
système ou entre différents systèmes :
Q en Joule (J)
= Δt en seconde (s)
φ en watt (W)

A travers une paroi plane Σ de surface S et d’épaisseur e, constituée d’un matériau de conductivité
thermique λ, le flux thermique est proportionnel à l’écart de température entre les deux faces A et B de
la paroi :
λ en W. m-1.K-1
= ∙ ∙ S en m²
e en m
= ∙ ∙( − ) TA, TB et ΔT en Kelvin (K)
φ en Watt (W)

Cette relation peut aussi s’écrire : ( − )= ∙

Où Rth représente alors la résistance thermique de la paroi.

Ainsi = avec Rth en K.W-1

V. Bilan d’énergie

L’énergie totale E d’un système fermé est la somme de son énergie interne U d’origine microscopique
et de son énergie mécanique Em d’origine macroscopique :

= +
Faire le bilan d’énergie d’un système consiste à exprimer la
variation ΔE de l’énergie totale du système lors de son
évolution.

ΔE met en jeu les échanges d’énergie avec l’extérieur : les
transferts thermiques notés Q et les transferts dus aux travaux
W autres que ceux des forces conservatives :

= + = +
Par convention, W et Q sont positifs s’ils sont échangés de
l’extérieur vers l’intérieur du système. Sinon ils sont négatifs.