You are on page 1of 10

Enoncé : L'eau de Javel, produit ménager courant

Données :

*Volume molaire mesuré dans les conditions normales de température et
de pression : Vm = 22,4 L/mol.

*Numéros atomiques : H : Z = 1 O : Z = 8 Cl : Z = 17.

Industriellement, on obtient l'eau de Javel en dissolvant du dichlore gazeux
dans une solution aqueuse d'hydroxyde de sodium selon la réaction
d'équation-bilan:

L'eau de Javel est donc une solution aqueuse contenant les ions ClO-, Na+
et Cl- ainsi que les ions hydroxyde OH- en excès. L'agent actif de l'eau de
Javel est l'ion hypochlorite ClO-oxydant responsable de ses propriétés
désinfectantes.

L’eau de Javel se décompose lentement car l’ion hypochlorite oxyde l’eau.
Cette réaction d’oxydation lente impose une limite de durée d’utilisation de
l’eau de Javel.

1. Dosage de l'eau de Javel. Degré chlorométrique.

Industriellement une eau de Javel est caractérisée, dans les pays
francophones, par son degré ou titre chlorométrique (°chl).

On appelle degré ou titre chlorométrique d'une eau de Javel le volume de
dichlore nécessaire à la fabrication de 1L de cette eau de Javel. Ce volume
est mesuré en litre, dans les conditions normales de température et de
pression (101.3 kPa et 0°C).

Sur l'étiquette d'un berlingot, ou "recharge" d'eau de Javel on lit :

Recharge : 250 mL , 48°chl départ usine, à diluer.

Dilution :

*Ce berlingot permet d'obtenir 1L d'eau de Javel à 12°chl prêt à l'emploi qui
se conserve environ 6 mois.
*A diluer dans les trois mois qui suivent la date de fabrication (dans les
deux mois en période chaude).

A conserver au frais et à l'abri de la lumière.

1.1. Déterminer d'après les indications de l'étiquette la concentration en
ions hypochlorite de l'eau de Javel de ce berlingot.

1.2. On se propose de vérifier le degré chlorométrique de l'eau de Javel
d'un berlingot :

Première étape:

Dans un bécher de 250 mL, on introduit 2 g d'iodure de potassium dans 50
mL d'eau et 10 mL d'acide acétique à 1 mol/L; on ajoute alors 2,0 mL d'eau
de Javel diluée, préparée selon les conseils du fabricant avec le contenu du
berlingot.

On observe alors la formation de diiode selon la réaction d'équation-bilan:

I- et H+ sont des réactifs en excès.

Deuxième étape:

On dose le diiode formé par une solution de thiosulfate de sodium (2 Na++
S2O3 2- ) de concentration 1,0.10-1 mol/L en présence d'un indicateur de fin
de réaction : l'empois d'amidon ou thiodène.

A l'équivalence le volume de solution de thiosulfate de sodium versé est de
20,0 mL.

L'équation bilan de la réaction de dosage est :
1.2.1.Montrer que la concentration molaire en ions hypochlorite dans la
solution d'eau de Javel diluée est donnée par l'expression :

Calculer numériquement cette concentration.

1.2.2. En déduire la concentration en ions hypochlorite dans le berlingot-
"recharge" ainsi que son degré chlorométrique. Conclure.

1.2.3. Est-il important d'introduire les ions iodure I- en excès ? Commenter
l’écriture des deux données suivantes : 2 g d’iodure de potassium et 2,0
mL d’eau de Javel.

2. Réaction de décomposition de l'eau de Javel.

L’eau de Javel se décompose en oxydant l’eau par l’ion hypochlorite ClO-.

Pour pH = 12 (ce qui est le cas de l'eau de Javel) on donne les potentiels
des couples d'oxydo-réduction suivants :

ClO- /Cl- E = 1,0 V O2/H2O E = 0,52 V

2.1. Ecrire les demi-équations correspondant aux couples oxydant-
réducteur mis en jeu en milieu basique.

2.2. En déduire que l'équation-bilan de l'oxydation de l'eau par les ions
hypochlorite est :

3. Etude de la cinétique de la décomposition de l'eau de Javel.

On étudie la cinétique de décomposition de l'ion hypochlorite dans une
solution commerciale d'eau de Javel de 48°chl, conservée à la température
de 20°C. Le dosage des ions hypochlorite restant dans la solution
commerciale à différentes dates à partir de sa fabrication, permet de tracer
la courbe donnant la concentration en ions ClO- restant en fonction du
temps (fig 1).
Sur la fig (1) est représentée la tangente (T) à la courbe à la date t = 0.

3.1. Depuis combien de temps le berlingot dosé à la question 1.2. est-il sorti
d'usine en supposant qu'il a été conservé à 20°C ?

3.2. Définir la vitesse de disparition de l'ion hypochlorite. Calculer cette
vitesse à la date t = 0.

3.3. Déterminer à partir du graphe le temps de demi-réaction t½. Calculer la
vitesse de disparition de l'ion hypochlorite à cette date.

3.4. Comparer les vitesses à t = 0 et t½. Conclure.

3.5. La figure (2) représente les courbes donnant la concentration en ions
hypochlorite restant en fonction du temps pour trois températures 20°C,
30°C, 40°C. Justifier à l'aide de ces graphes la recommandation du
fabricant de conserver l'eau de Javel au frais.
3.6. A votre avis la conservation de l'eau de Javel diluée (12°chl) est-elle
meilleure que celle de la solution commerciale titrée à 48°chl ? Justifier la
réponse.

4. Représentation de Lewis. Méthode VSEPR.

L'ion hypochlorite ClO- est la base conjuguée de l'acide hypochloreux
HClO.

1. Donner la représentation de Lewis de cet ion et de cette molécule.

2. En utilisant la méthode VSEPR, donner la structure de la molécule
HClO.

5. pH et domaine de prédominance.

La figure (3) représente le pourcentage des différentes espèces chimiques
oxydantes présentes dans l'eau de Javel selon le pH : dichlore Cl2 dissous,
acide hypochloreux HClO, ion hypochlorite ClO- .
5.1. Ecrire la relation qui lie le pH, le pKa du couple HClO/ClO- et les
concentrations [HClO] et [ClO- ].

2. A partir du graphe :

* déduire la valeur du pKa du couple HClO/ClO-.

o déterminer les espèces chimiques chlorées prédominantes

dans l'eau de Javel à pH = 5 et à pH = 10.

1.Dosage de l'eau de Javel. Degré chlorométrique.

1.1. Le degré chlorométrique d'une eau de Javel est le volume de dichlore
nécessaire à la fabrication de 1 L de cette eau de Javel. Donc, pour
fabriquer 1 L d'eau de Javel à 48°chl, il faut 48 L de dichlore soit :
D'après l'équation-bilan

n(Cl2) = n(ClO-) = 2,1 mol.

1.2.1. D'après l'équation-bilan :

n(ClO-)disparus = n(I2)formés

Equation-bilan de la réaction de dosage

Pour atteindre l'équivalence, les réactifs ont été introduits dans les
proportions stoechiométriques soit :

n(I2)initialement présents = 1/2.n(S2O32-)apportés

Application numérique :

1.2.2. A partir d'un berlingot d'eau de Javel de 250 mL, on fabrique 1 L
d'eau de Javel diluée. Le facteur de dilution est 4. Donc la concentration en
ions hypochlorite dans le berlingot est :

[ClO- ] = 5,0.10-1 4= 2,0 mol.L-1
Degré chlorométrique : 2,0 22,4 = 45° chl

Le degré chlorométrique trouvé est inférieur à celui indiqué par le fabricant.
L'eau de Javel s'est partiellement décomposée par action sur l'eau.

Ecart relatif :

1.2.3. Pour déterminer la concentration en ions hypochlorite, ceux-ci
doivent tous réagir. Il est donc nécessaire d'introduire les ions iodure en
excès.

2 g : la masse du réactif en excès peut être imprécise car il ne réagit pas
totalement.

2,0 mL : la quantité de réactif en défaut qui est dosé, donc entièrement
consommé, doit être connue avec précision.

2. Réaction de décomposition de l'eau de Javel

2.1. Couple oxydoréducteur ClO-/ Cl-

-

Couple oxydoréducteur O2 / H2O

2.2. Equation bilan de l'oxydation de l'eau par les ions hypochlorite.
Le nombre d'électrons échangés devant être le même, on a multiplié par 2
la première demi-équation.

D'où l'équation-bilan : 2 ClO-  2 Cl- + O2

3. Etude de la cinétique de la décomposition de l'eau de Javel.

3.1. D'après le graphe de la figure (1), le berlingot dosé à la question 1.2. a
été fabriqué 15 à 20 jours avant le dosage

3.2. La vitesse de disparition de l'ion hypochlorite ClO-, à l'instant de date t,
est égale à l'opposé de la valeur de la dérivée par rapport au temps de la
fonction [ClO- ] = f(t), à l'instant de date t.

Détermination graphique de cette vitesse à t = 0 :

La vitesse de disparition de l'ion hypochlorite, à l'instant de date t = 0, est
numériquement égale à la valeur absolue du coefficient directeur de la
tangente à la courbe au point d'abscisse t = 0 .

3.3. Temps de demi-réaction.

Le temps de demi-réaction t½ est la durée nécessaire à la disparition de la
moitié du réactif introduit en défaut.

t½ = 170 à 180 jours soit t½  6 mois.

Vitesse de disparition de l'ion hypochlorite à t½

v½  4,0.10-3 mol.L-1.jour-1.
3.4. La vitesse de disparition des ions hypochlorite diminue au cours du
temps car la concentration des réactifs diminue.

La concentration des réactifs est un facteur cinétique.

3.5. La disparition de l'eau de Javel est d'autant plus rapide que la
température est élevée. La température est un facteur cinétique. Il faut
donc conserver l'eau de Javel au frais.

3.6. La concentration des réactifs étant un facteur cinétique, la conservation
d'une eau de Javel diluée (12°chl) est bien meilleure que celle de la
solution commerciale (48°chl), d'où le conseil donné par le fabricant :" A
diluer dans les trois mois suivant la date de fabrication."