You are on page 1of 3
Vie SCIENTIFIQUE LES AROUMAINS DANS LE CADRE D’UN CONGRES : PROBLEMES D'HISTOIRE ET DE SURVIE, DIMITRIS MICHALOPOULOS* Un congrés sur les groupes ethniques privés d'Btat a eu few & Puniversté de Varsovie du 9 au 10 avril 2010. (The Politics of Culture. Perspectives of Stateless Nationalities and Ethnic Groups.) Ila été organisé par Ewa Nowicka, professeur 4 Anthropologie sociale & Tuniversité de Varsovie. S‘nigressant notamment aux ‘Aroumains, Madame Nowicka profite souvent de ses vacances pour visiter les Balkans et contacter des représentants de groupes aroumains parsemés dans notre péninsulehistoriquement si riche Bien entendu, te congrés ne s'est pas Timité aux Aroumains. On a parlé autres minoriés, tels les Roma (Gitans), tes Silésiens, les Ruthénes jusquaure Musulmans de Russie. Les Aroumains, pourtant, ont suscité un grand intéét — surtout parce que les communications principales ont été faites par deux jeunes chercheurs trés prometteurs, & savoir les Maeédoniens de suche aroumaine Nikola Minov, de I'Union eulturelle des Aroumains de Macédoine et Vlatko Dimov, de Puniversité « Ovidius » de Constana Marketa Vankova, de Vuniversité Charles de Prague, a par de la difficults ’ont aujourd’hui les éltes aroumaines a sYindentifier elles-mémes. Le été historique de leur existence fut développé par Dimitris Michalopoulos, directeur de institut « leuthérios Vénisos » 4 Athénes. I soutenu que les Aroumsins sont venus en Grice d’outre-Danube vers le fin da Moyen Age pour habiter d’aberd la Thessale et qui se virentconfinés dans le systéme montagneux du Pinde apres la conquéte ottomane. Ils abandonnérent par Ia suite la vie pastorale et se firent commergants; is furent de ce fait obligés adopter la langue grecque, alors véhiculaire dans les Balkans, car langue de Iiglise or hodoxe. C'est ainsi qu'une grande partie des intellectuels grees sont d'origine aroumaine — comme Jean Coletti, homme d’Etat qui congut Ia fameuse « Grande Idée » ~ autrement dit la reconstitution de empire byzantin. En raison de cette hellénisation volontaire, aroumain n'est plus parlé aujourd’hui en Gréce que par des populations agricoles ct pastorales vivant surtout dans des régions montagneuses. * thdnes Rev. Roum His, XLIX, 3-4, p, 223-224, Bacerest, 2010 24 Dimiuis Michalopaos 2 N. Minov et V. Dimov ont insisté sur les conditions de la vie eulturelle et ont présenté des aspects intéressants des efforts prodigués par les Aroumains pour leur survie culturelle dans des milicux qui ne leur sont pas toujours favorables. Vancho Mikhatlov, par exemple, le chef du mouvement macédonien pendant Pentre-deux- ‘guerres, voulut jusqu’a sa mort en 1990 faire de la Macédoine indépendante un Etat modelé sur la Suisse, savoir un pays oi les ethnies balkaniques, sépandes au cours des sigcles par la haine et le sang, pourraient enfin vivre en harmonie. Mais ce réve, ou plutét cette vision, est loin d'etre realise... ‘Une autre question soulevée durant les travaux du congrés fut celle de Yrorigine des Aroumains. Seraient-ils venus de la Valachie ou, au contraire, ne seraient-is que les restes de populations autochtones de la Gréce, de I’Albanie et de Ia Macédoine,latinisées aprés la conquéte romaine des Balkans? On n'est pas en tat de fournir une réponse catégorique parce que des aspects politiques sont videmment intrinséquement ligs a cette question. Quoi qu'il en soit, méme si on n’a pas trouvé de solutions & d’actuels problémes épinoux dans le cadre de ce congrés, on a tout de méme été en mesure aborder sérieusement leur existence, voire leur nature. C'est un grand pas en avant et le mérite en revient & Ewa Nowicka et son assistante, Anna Wrona, qui sont parvenues d mener & bon terme ce congrés malgré le deuil qui couvrait alors la Pologne tout entigre. Le 10 avril en effet, I Président de la République polonaise, Lech Kaczyiski, son épouse Maria et toute leur suite trouvérent la mort prés de Smolensk, en Russie. Tandis que les congressistes parlaient des minorités cthniques, des coriéges énormes traversaient silencieusement la « Voie royale » de Varsovie pour déposer une fleur sur le parvis de Ihétel de la Présidence. Une iristesse immense ot muette : aucune larme, aucun cri! Quel peuple!