You are on page 1of 9

Quaderni

Mécréance et Discrédit, 1. La décadence des démocraties


industrielles, de Bernard Stiegler, Galilée, 2004
Franck Cormerais

Citer ce document / Cite this document :

Cormerais Franck. Mécréance et Discrédit, 1. La décadence des démocraties industrielles, de Bernard Stiegler, Galilée,
2004. In: Quaderni, n°57, Printemps 2005. Gramsci, les médias et la culture. pp. 117-124.

http://www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_2005_num_57_1_1667

Document généré le 17/10/2015


Livre

Nietzsche avait décelé les symptômes du


"Mécréance et
nihilisme européen (Also Sprach Zarathoustra,
1 883- 1 885). Après lui, Spengler annonça le déclin
et la crise de l'Occident (Der Untergang des
Discrédit, 1 .
Abendlandes, 1918). Stiegler, aujourd'hui, reprend
l'idée de décadence pour réviser cette topique.
La décadence Le sous-titre de son dernier opus précise :
La décadence des démocraties industrielles. Le
ton est donné. Loin des arguments
des démocraties
traditionnellement associés au déclin, nous nous trouvons
devant un ouvrage d'économie politique et pas
industrielles"
seulement de philosophie politique. Il n'est pas
question de « moraliser » à partir de l'autonomie
d'un sujet réfléchissant, ou bien même
Bernard Stiegler communicant. Loin d'une éthique qui court après
les affaires pour en limiter les effets, c'est dans le
Galilée cadre d'une politique de l'économie qui doit
transformer l'économie politique que Stiegler
2004
considère notre époque. Si la décadence jette le
doute sur la civilisation et ruine le progrès, ceci
revient à aborder la question des valeurs et du
crédit. Bref, ce sans quoi il n'y a pas de société
industrielle possible.

De la décadence à la crise du modèle industriel

La décadence dans l'ouvrage se précise d'une


double façon. D'abord, il s'agit d'une défaillance
du politique liée à la crise du modèle industriel.
Cette défaillance implique le destin d'une
communauté à construire, Stiegler y voit d'ailleurs
une opportunité pour l'Europe. Ensuite, la
décadence permet d'aborder ce qui précipite la
décomposition : « La décadence [écrit-il] est une
dé-composition des forces de l'individuation et
de toutes les individualités qui devraient y
Par Franck Cormerais composer, y compris les individualités
Université de Nantes économiques collectives (l'individu collectif

QUADERNI N"57 - PRINTEMPS 2005 LIVRE «117


économique qu 'est une entreprise est un cas « politique chronologique » du temps que nous
d'individualisation sociale »'. entrons dans une phase d'innovation, où les
technologies organisent une relation au sensible
C'est donc autour de la décadence et des et au sens.
obligations qu'elle crée que Stiegler, dans une
description du capitalisme contemporain, dessine Face au désajustement que ne manque pas de
sa conception d'une économie politique qui produire le système technique dans sa rencontre
trouve sa pertinence dans la relation entre culture des autres systèmes (social, juridique,
et industrie. Stiegler se situe dans la continuité économique, etc.), entraînant la décadence,
de la figure de « l'intellectuel spécifique » : de Stiegler propose de penser la crise industrielle à
1TNA à 1TRCAM, où il assure actuellement des partir d'un redoublement technologique. La
responsabilités, s'élabore, en effet, le projet de sa conséquence de ce redoublement, c'est « la
nouvelle critique2. Dans le diagnostic établi par suspension, par une révolution technique [....],
notre auteur, le capitalisme devient structu- d'un état défait. Loin de simplement gérer les
rellement culturel par l'entremise des technologies effets d'une telle suspension, la puissance
numériques. Face à la rhétorique de l'immatériel publique doit au contraire être capable de
et du post-industriel qui accompagne la crise du définir les motifs conférant au processus
fordisme, il serait donc préférable de parler d'individuation du système technique qui se
« d'hyperindustralisation ». En effet, les produit ainsi son sens social et politique »4.
industries de programmes organisent un déclin Tandis que la technique bouleverse la société, le
de l'espace public et, par la mise en uvre d'un politique doit générer de « nouveaux modes de
« temps réel », bouleversent aussi la temporalité. vie » pour dégager une volonté commune. Ainsi,
L'hypersynchronisation des consciences, il convient de définir le motifd'un agir qui échappe
complément à Phyperindustrialisation, annihile la à l'écueil de l'économisme ambiant et du juridisme
« particularisation du singulier ». Face à cette qui l'accompagne.
décomposition du synchronique et du
diachronique, il ne convient pas de laisser la Pour une politique culturelle des technologies
logique de la décision aux « forces du marché » de l'esprit
qui produisent l'illusion d'une concurrence
parfaite et préparent, implicitement, un À l'encontre du discours relatif à l'« économie de
consumérisme en remplacement de la démocratie. la connaissance »5 qui verrouille toute réflexion
politique sérieuse, Stiegler oppose, en hommage
Cette illusion est d'autant plus tenace, souligne à Paul Valéry, une « économie spirituelle ». Un
Stiegler, qu'au même moment les États-Unis danger plane désormais sur la connaissance,
réorganisent leur puissance autour du numérique qu'elle devienne marchandise, que l'université se
et de l'avènement d'un « système mondial soumette sans condition à une force extérieure.
mnémotechnique »3. C'est par le croisement d'une Face à cette décadence qui nous éloignerait des
« politique de l'adoption » de l'objet et d'une Lumières s'oppose une culture de la singularité

118- LIVRE QUADERNI N'57 - PRINTEMPS 2005


qui doit inventor un nouvel agencement industriel. d'épuisement par la «projection d'un avenir
Autrement dit, un mode de production numérique industriel réinventé »*.
qui ne réduise pas la technique à une simple force
productive. À l'inverse, il ne s'agit pas de déduire Pour que la vertu politique continue à jouer son
les rapports sociaux de la technique, mais de rôle, il faut relancer le processus d' individuation
penser ce que pourrait être une nouvelle politique psychique et collective. Cette situation sollicite
industrielle. une intelligence collective comprise comme un
saut que dessine la dimension planétaire de
Cette dernière peut se définir, selon Stiegler, l'horizon des décisions à prendre. C'est bien en
comme une «politique culturelle des rendant consistante la vita activa d'Hannah
technologies de l 'esprit »6. En affirmant que la révolution Arendt que Stiegler dégage « Pinstrumentalité »
de la production numérique doit être culturelle, il d'un renouveau industriel.
ne s'agit pas de faire un clin d'il à quelques
révolutions passées, mais de prévoir plutôt une « La grammatisation et le temps du calcul
politique européenne de l'esprit » qui conduit à
l'élévation par la richesse et non à la décadence Le cadre d'une politique culturelle des
par le productivisme. Pour cela, il convient de ne technologies de l'esprit délimité, c'est-à-dire
pas dériver le social du développement entendu comme nouveUes limites de l'agir, Stiegler
économique, mais de relier le politique, les va envisager le néo-capitalisme comme une
industries culturelles et la société. Jouer une époque spécifique de la grammatisation. Après
Europe de la culture contre l'Europe de la monnaie l'alphabet et l'imprimerie, c'est la relation entre le
revient à faire preuve d'un réalisme économique : computationnel et Phyperindustriel qui éclaire une
c'est analyser l'avènement d'un mode production temporalité comprise désormais comme
numérique, en allant plus loin dans le raisonnement généralisation du calcul et comme réduction de
que la banque centrale. l'avenir au devenir, ou encore, et dit autrement,
comme transition de la durée concrète à du temps
Face au temps des consciences hypersynchro- « discrétisable »9. Ce mouvement traduit une
nisées par la télévision7 et à l'exténuation extériorisation comprise comme une tendance
tendancielle du désir, c'est du symbolique qu'il générale du système technique. Cependant, le
s'agit de s'occuper sérieusement, contre la stade d'extériorisation du numérique est tel qu'il
généralisation de comportements « addictifs » qui convient désormais de sauvegarder ce
relèvent d'une standardisation par la mouvement de lui-même, ceci afin d'éviter une
consommation. Comment créer un cercle vertueux « catastrophe » du temps qui précipiterait la
d'élévation des esprits et des corps, se demande décadence en abolissant toute projection dans
Stiegler, face à ce processus un futur.
d'avilissement collectif? Face à la « débandade », cette
autre figure de la décadence, il convient Une pareille situation est inhérente à la
d'organiser un éloignement de l'état philosophie occidentale qui bloque, par sa

QUADERNI N°57 - PRINTEMPS 2005 LIVRE «119


tradition métaphysique, toute réflexion sur la effondrement catastrophique du temps tend à
technique. La nouvelle critique suppose donc que déterminer toute indétermination, c'est-à-dire la
soit préalablement levé cet impensé de la venue de toute individuation. Le crédit et sa
technique dans la pensée de l'Occident ; ceci alors logique nous font courir un grave danger du fait
que c'est elle qui, paradoxalement rend puissante qu'il cherche à tout escompter. Face à cette
le mouvement d'extériorisation. Pour comprendre gageure du temps calculable qui supprime la
les enjeux de la grammatisation, il convient durée, la croyance ne peut se réduire au calcul du
également de rendre inopérante l'opposition entre comput car elle est toujours liée au désir et au
superstructure et infrastructure. En effet, symbolique.
l'hyperindustrialisation des technologies de
l'esprit fait entrer le traitement de l'information et La décadence trouve là une explication dans sa
la connaissance dans le cycle de l'investissement, suppression de « l'an-économique » pour que se
réduisant l'opposition entre le matériel et déploie, seul, l'horizon de la marchandise. La
l'immatériel. Les mnémotechnologies forment disparition de la crainte et de l'attente (elpis), de
alors comme un « fond pré-individuel » qui ce qui lie l'espoir au désespoir (au moins depuis
caractérise l'individuation psychique et collective. Pascal), annonce le règne sans partage de
Cette mémorisation précipite un nouveau régime l'économique. L'ouverture à l'improbable à la
du temps qui attend sa formulation critique dans création, s'oppose au temps probabilitaire du
une « économie politique de la mémoire ». crédit. Aussi, ce serait folie de réduire à l'ordre
probabiliste la décision politique. Avec le
Cette nouvelle temporalité qui annonce numérique, l'accompagnement de la décadence
l'effondrement du progrès et, corrélativement, du se trouve renforcé par la montée du rôle des
social et du politique, apparaît comme un probabilités qui tentent d'étendre le raisonnement
processus de « détemporalisation » d'un temps rationnel du chiffre à toute action. Ceci rend
qui devient intégralement calculé et hyper- impossible, au moins logiquement, toute décision
synchronisé. Le « temps réel » de l'informatique, improbable. Décision qui serait pourtant celle dont
totalement « déréalisant», suscite une nous avons besoin pour construire, en Europe,
désorientation de l'existence. La particularité de une politique des technologies de l'esprit.
ce nouveau régime du temps est celle d'une
« diachronicité distribuée par les objets ». Ces Les technosciences, de la subsistance à la
derniers contiennent virtuellement les usages et consistance
rétractent l'individuation.
Le capitalisme est-il aporétique ? En quoi la
La diachronicité des objets réduit la confiance au défaillance du politique est-elle liée à notre manque
calcul. Cette collusion du temps et du calcul qui de discernement sur l'importance des
définit l'âge du « crédit généralisé » est ce qui technologies ? Ces interrogations mènent Stiegler
rend impossible le possible par une prévoyance à questionner la transformation de la science. En
qui écarte tout événement. L'hypothèse d'un devenant technoscience, la science contem-

120* LIVRE QUADERNI N°57 - PRINTEMPS 2005


poraine scelle un régime tout à fait spécifique des supports de traces (Hypomèses), compris
d'innovation permanente. L'inversion de la comme technologies de gouvernement de soi et
relation entre science et technique permet de des autres. Après l'alphabet et le livre, la
revenir sur le couple travail/capital, ceci afin de discrétisation machinique du numérique nous fait
l'envisager à partir de Phyperindustralisation. entrer dans une nouvelle époque de la production
des rétentions. Les industries culturelles illustrent
Dans le contexte d'une nouvelle étape de la bien une forme récente du « Bio-politique » qui
grammatisation, Stiegler analyse le devenir du opère par la captation des flux de l'énergie
travail comme une pure force « sans libidinale. Dès lors, il n'y a plus de séparation
qualification ». Ce mouvement accompagne une baisse entre les technologies de la constitution de soi et
tendancielle du profit qui serait l'explication de la constitution politique, entre la relation du « je »
l'extension des marchés et le moteur de l'actuelle et du « nous ». Face à un temps capturé par le
globalisation. Stiegler déplace ensuite cette flux du négoce, le loisir (otium) reste ce dont il
problématique d'inspiration marxienne, en reliant faut prendre soin pour laisser advenir un «je »
une chute de l'énergie libidinale à la réduction parmi le « nous ». C'est pendant le loisir qu'il faut
des motifs du produire. Ainsi, il est amené à s'élever. Le loisir rend possible la différence en
reprendre la question de l'institution de la s'opposant à un monopole d'une existence réduite
confiance absolue dans l'innovation à partir de la à la subsistance par le biais d'un marketing qui
figure de l'entrepreneur, dont l'attitude concrétise transforme la vie en « time life value ».
l'esprit d'innovation comme valeur suprême du
capitalisme. En soumettant toujours davantage L'existence gagne sa consistance dans un art de
le mode de production à la logique de l'innovation, vivre par un sursaut qui affronte la culture du
l'entrepreneur réalise une nouvelle formule de la renoncement postmoderne. S'opposer à la
volonté de puissance, dont le nihilisme qu'il décomposition, c'est affirmer que l'époque
génère l'éloigné d'autant de Vaufklârung libéral. décadente est « révolue », qu'un changement de
Cette dernière, chez Smith au moins, était encore cap s'impose. Ce « sursaut » permet de
portée par le progrès et un sentiment moral. réinterpréter la volonté et de l'envisager comme
L'irrationalité du néo-capitalisme se dissimulerait un concept opératoire de l'individuation10.
dans une conception de l'expansion économique, Ajoutons comme un processus qui pourrait même
où la croissance deviendrait synonyme d'un définir un nouvel âge du vouloir.
quantitativisme absurde. Ce productivisme
généralise un comportement qui liquide la Afin de ne pas reconduire une conception de la
croyance aux valeurs de la modernité. volonté comme volonté de puissance, il faut
articuler action et pensée par l'entremise de la
À la defiance actuelle générée par le technique. Toutethéorie est une pratique liée aux
néocapitalisme et à sa logique de subsistance, techniques : «La technique [écrit Stiegler] est ce
Stiegler oppose un « art de vivre ». Pour échapper qui, dans la théorie, procède d'un redoublement
au règne de l'expertise comptable, il faut partir de la grammatisation dufond pré-individuel qui

QUADERNI N°57 - PRINTEMPS 2005 LIVRE «121


devient ainsi politique, grammatisation, qui, elle- les singularités et les événements. L'économie de
même, constitue un redoublement épokhal l'esprit se définit donc comme une économie
technologique »n. La technique, ainsi comprise politique des singularités ou encore une politique
dans cette double circularité, devrait permettre des exceptions, au-delà d'un culturalisme
de sortir d'une « paresse politique de l'esprit » anthropologique. Le retour du politique ne pourra
qu'accompagne la conception d'une société des se réaliser, hors d'une écologie industrielle et
loisirs. Dans cette formule erronée, ce n'est pas le psychique qui préserve la vie l'esprit par
loisir qui se déploie, mais une extension de la l'entremise des technologies.
prolétarisation qui gagne le consommateur. Aussi,
il ne s'agit pas tant de faire ses « adieux au L'économie de l'esprit ou l'invention d'un vivre
prolétariat » que de considérer que le mouvement ensemble du « je » et du « nous »
même de la prolétarisation n'est pas « réductible
à la classe ouvrière ». L'hypermassification L'économie politique de Stiegler articule une
annonce une nouvelle servitude volontaire. Pour manipulation du symbolique numérisé à une
cette raison, les normes de la vie ne doivent pas pratique politique du symbolique. La décision
être dictées par la psychologie de la foule, analysée commune doit préparer l'accès aux conditions
autrefois par Freud, mais plutôt réfléchies par une techniques de la puissance de chaque époque.
économie politique des technologies de l'esprit La performativité généralisée du savoir relève
propre à l'époque du numérique. Aussi, la donc bien d'une imagination politique pour
performativité du savoir ne doit pas être soumise transformer l'existence. La formalisation des flux
à la seule logique de l'intéressement dans la sphère de langage affecte le corps et la motricité, ce qui
de la production. Face à la misère psychologique n'est pas sans conséquence sur la noèse (acte de
des relations publiques, dont Adorno avait la pensée) définie à son tour « comme motricité
commencé à analyser les dégâts, il faut selon des âmes à travers leurs corps »n. La répétition
Stiegler, reconstruire une critique de la différence par la machine devrait faciliter la reproduction du
qui, repartant des enjeux de l'industrie des mouvement et lui apporter, par une certaine
programmes, s'oppose à « l'illusion deceptive »12. variation, sa consistance par différenciation.
L'élévation de soi n'est possible qu'aux
Ne pas manquer le rôle des techniques dans conditions de supports de connaissance
l'analyse, c'est d'abord souligner que la (hypomnémata). Ceci ne suppose nulle
grammatisation fait peser des dangers sur le détermination technologique. Dès lors, la politique
langage (expropriation industrielle des devient une lutte contre le renoncement à
mnémotechnologies, soumission aux l'élévation et la décision doit faire venir un milieu
technologies cognitives) ; c'est ensuite, affirmer que organisant la création et la mise à disposition de
l'excédent et l'incalculable seuls, donnent nouveaux outils linguistiques. Si la prolifération
consistance à une culture de l'exception comprise des supports de connaissance demeure une
comme règle. À l'opposé d'une destruction du chance pour l'âme noétique, il faut que la
narcissisme, il faut cultiver ce qui rend possibles performativité numérique du savoir ne soit pas

122* LIVRE QUADERNI N°57 - PRINTEMPS 2005


captée par une logique de stricte reproduction. nullement à une variante du nietzschéisme, elle
Les manipulateurs de symboles doivent devenir, dégage un espace pour une « technologie
par conséquent des producteurs et des créateurs. politique » qui trouve dans l'histoire de la
Il n'y a pas de retrait de main, mais une grammatisation une ligne échappant à la
redistribution nécessaire de la main et de la chair, reconduction de postulats métaphysiques. En
du corps et de l'âme noétique sur un fond de soulignant l'importance du travail de l'inscription,
mouvement technique. Faire droit à la singularité, cette critique politique de l'économie mobilise
c'est prendre alors des décisions collectives l'imagination et la création pour construire un
courageuses dans ce jeu de forces. autre modèle de sociabilité. En proposant rien de
moins qu'une révision dusocius, Stiegler souhaite
Dans l'horizon d'une différence produisant de qu'on ne réduise pas l'Occident à une vision de
l'individuation, savoir et pouvoir ne trouvent leur l'Amérique et « milite » pour une politique
justification pour l'action qu'à condition d'être industrielle de l'Esprit européen qui, en relevant
guidés par les décisions politiques définissant le refoulement de la technique dans la champ de
l'accès au fond pré-individuel, décisions qui la pensée, n'entend pas reconduire les dualités
garantissent alors le bon usage des du travail et du repos. La socialite des singularités,
investissements publics. Dans ce cas, le contre Patomisme l'individualiste, lutte pour que
« supplément d'âme » quitterait l'acception le tien social ne devienne pas synonyme de calcul.
étroite du rivage bergsonien pour porter une L'incalculable n'est pas une utopie : c'est ce sans
industrie de la culture des âmes. La quoi il n'y a ni temps, ni valeur.
supplémentarité de l'âme, entendue comme
« susceptibilité », pourrait même désormais se
comprendre dans un sens non psychologique,
comme ce qui peut soulever de l'imprévu au
contact des supports. ;«
/ v
Comme nous Pavons vu, la thématique, de la
décadence chez Stiegler ne prolonge pas la
révolution conservatrice de Spengler. Au
contraire, tout dans son examen du temps et du
« crédit », demeure inséparable d'une logique de
l'invention qui traverse sa pensée. L'invention
dégage l'action du piège contemporain que l'on
trouve dans la figure de la résistance, cet activisme
en négatif du ressentiment ; Stiegler reprend ainsi
la lecture deleuzienne de Nietzsche14, où les forces
actives s'opposent aux réactives. Mais il faut
souligner que l'attitude de Stiegler ne se réduit

QUADERNI N°57 - PRINTEMPS 2005 LIVRE 123


N 0 13. Ibidem, p. 197.
14. Gilles Deleuze, Nietzsche, PUF, Paris, 1965.

1 . Stiegler Bernard, Mécréance et discrédit, I, Galilée,


Paris, 2004, p. 133.
2. Le concept de « nouvelle critique » marque un clivage
avec des auteurs qui, dans la descendance de Michel
Serres, pensent que le concept de critique est à bannir.
3. Ibidem, p. 25.
4. Ibidem, p. 29.
5. L'Union européenne, au premier semestre de l'an
2000, a décidé d'organiser les 23 et 24 Mars à Lisbonne
un Conseil européen extraordinaire axé sur la
problématique suivante : « l'Emploi, la Réforme
économique et la Cohésion sociale - Vers une Europe
de l'Innovation et de la Connaissance ». Cette réunion
est l'origine de ce que l'on nomme l'agenda de
Lisbonne. Le rapport est téléchargeable sur le site :
http://europa.eu.int/scadplus/leg/fr/cha/cl0241.htm
6. La notion de « technologies de l'esprit » a été formulée,
pour la première fois, par Lucien Sfez dans son ouvrage
Critique de la communication, Le Seuil, 1 édition 1 998.
Cet auteur entendait par là les nouvelles formes de
pensées issues de la technologie et cherchant structurer
l'ensemble de nos pensées. Il avait songé à quatre CNRS /UPS 2716
technologies de l'esprit - réseau, paradoxe, simulation,
interactivité - dont il avait démonté avec précision le
rôle dans le système de régulation idéologique
contemporain.
7. « L'affaire Le Lay » de cet été est un symptôme de
la décadence entendue comme perte de la singularité.
Dossier consultable sur le site de Télérama : http://
television.telerama.n-/
8. Ibidem, p. 53.
9. Ibidem, p. 64.
10. Ibidem, p. 136.
11. Ibidem, p. 138.
12. Ibidem, p. 151.

124* LIVRE QUADERNI N°57 - PRINTEMPS 2005