You are on page 1of 16

Comment détruire une chaudière - Partie 1

William L. Reeves, PE
Président, ESI Inc. du Tennessee

Catégorie: Incidents

Résumé: L’article suivant fait partie de la série technique du Conseil national. Cet article a été publié
à l'origine dans leBULLETIN du conseil d'administration de l'hiver 1999 . (4 pages imprimées)

Cet article traite des quatre manières les plus courantes de "détruire une chaudière", notamment les
explosions de combustible, les conditions de manque d'eau, le traitement médiocre de l'eau et le
réchauffement incorrect.

La conception et la construction de chaudières d’électricité et de récupération représentent l’une des plus


importantes dépenses en immobilisations dans le secteur des services publics industriels. La fiabilité
opérationnelle et la disponibilité de ces chaudières sont souvent essentielles à la rentabilité de l'installation. La
sécurité de fonctionnement de ces unités nécessite une attention particulière à de nombreux facteurs. Le fait de
ne pas suivre quelques pratiques bien établies peut, et aura probablement, pour résultat une catastrophe. Les
moyens les plus courants de "détruire une chaudière" sont les suivants:

 Explosions de carburant
 Eau d'alimentation contaminée
 Conditions de manque d'eau
 Techniques de vidage mproper
 Mauvais traitement de l'eau
 Mauvais stockage
 Mauvais échauffement
 Tirer un vide sur la chaudière
 Dommage d'impact sur les tubes
 Impact de flamme
 Surchauffe sévère

Explosions de carburant

L'une des situations les plus dangereuses dans le fonctionnement d'une chaudière est celle d'une explosion de
combustible dans le four. La photo ci-dessus montre la destruction totale d'une chaudière publique.

Les conditions doivent être idéales pour qu'une explosion se produise et, lorsqu'une chaudière est correctement
utilisée, il est impossible qu'un tel événement se produise. Les causes les plus courantes d’explosion de
carburant sont les suivantes:

Mélanges riches en carburant - Le danger d'un mélange riche en carburant est que des concentrations élevées
de carburant non brûlé peuvent s'accumuler. Lorsque ce combustible non brûlé s'enflamme, il peut le faire de
manière très rapide ou explosive. Des mélanges riches en carburant peuvent survenir chaque fois que l’air fourni
est insuffisant pour la quantité de carburant consommée. N'ajoutez jamais d'air dans une fournaise sombre et
enfumée. Déclenchez l’appareil, purgez-le soigneusement, puis corrigez le problème. En ajoutant de l'air avec un
feu dans l'unité, vous pouvez développer un mélange explosif. Bien qu'il soit dangereux d'avoir un mélange trop
riche, l'inverse n'est pas vrai. Un mélange maigre qui produit plus d’air que nécessaire, sans être efficace, n’est
pas dangereux.

Atomisation médiocre du pétrole - Tout comme les mélanges riches en combustibles peuvent permettre
l’accumulation de combustibles non brûlés, tout inventaire de combustible dans le four peut provoquer une
explosion. Les chaudières sont explosées chaque année à la suite d'une mauvaise pulvérisation du pétrole, ce
qui entraîne une combustion incomplète et peut conduire à la formation de flaques d'huile non brûlées sur le sol
du four. Pour éviter cela, les pointes d'huile doivent être propres, la température de l'huile doit être correcte, la
viscosité de l'huile doit être conforme aux spécifications et la pression de vapeur d'eau (ou d'air) et de la pression
de mazout doit être correctement ajustée.

Purge inadéquate - De nombreuses explosions se produisent après un problème de combustion qui a provoqué
le déclenchement du brûleur. Prenons l'exemple suivant: supposons que la pointe de l'huile devienne bouchée,
ce qui perturbe le schéma de pulvérisation et provoque une flamme instable entraînant une défaillance de la
flamme. L’opérateur essaie de rallumer le brûleur sans en rechercher la cause et, lors de tentatives successives
de rallumage du brûleur, de l’huile est pulvérisée dans le four.

L'huile sur le plancher du four chaud commence à se volatiliser et à libérer ses gaz combustibles lorsque
l'opérateur lance un autre essai d'allumage. Le pilote met ensuite le feu au vaste inventaire de gaz combustibles
non brûlés dans la fournaise, ce qui produit l’explosion.

Ce scénario entier peut être évité par:

 Recherche de la cause du voyage avant toute tentative de rallumage.

 Permettant au four de se purger complètement. Ceci est particulièrement important si du pétrole s'est
déversé dans le four. La purge évacuera l'inventaire des gaz non brûlés jusqu'à ce que la concentration
soit inférieure aux limites d'explosivité. Purger, purger, purger!

Conditions de manque d'eau

Il est facile d’imaginer que la chaudière risque d’endommager gravement une chaudière, même si la température
de la fournaise est supérieure à 1 800 ° F, alors que la résistance de l’acier chute fortement à des températures
supérieures à 800 ° F. La seule chose qui permet à une chaudière de résister à ces températures de four est la
présence d'eau dans tous les tubes du four en tout temps en cas d'incendie. Les conditions de basses eaux
feront littéralement fondre des tubes de chaudière en acier, le résultat ressemblant beaucoup à une chandelle
d'anniversaire usée, comme indiqué ci-dessus.

Les chaudières industrielles typiques sont les chaudières à "circulation naturelle" et n'utilisent pas de pompes
pour faire circuler l'eau à travers les tubes. Ces unités s'appuient sur la densité différentielle entre eau chaude et
eau froide pour assurer la circulation. Au fur et à mesure que l'eau dissipe la chaleur des tubes, la température de
l'eau augmente et atteint le ballon à vapeur de la chaudière. Finalement, suffisamment de chaleur est transférée
et de la vapeur est générée. Une eau d'alimentation plus froide remplace l'eau qui monte, ce qui crée la
circulation naturelle. Une circulation typique de la chaudière (illustrée ci-dessous) illustrera:

1. L'eau d'alimentation de la chaudière étant introduite dans le tambour à vapeur.


2. L'eau plus froide coule à travers des tubes appelés "descentes".
3. L'eau absorbe la chaleur des tubes, puis l'eau chauffée monte dans le tambour à vapeur.
En raison du besoin critique en eau, les chaudières modernes sont équipées d'interrupteurs de déclenchement
automatiques à bas niveau d'eau. Certaines chaudières plus anciennes peuvent ne pas avoir ces dispositifs
relativement peu coûteux. Si vos chaudières ne fonctionnent pas en basse mer, lancez-vous au téléphone, ne
marchez pas et démarrez leur installation. Vous avez un accident et des réparations coûteuses en attente. Les
réparations nécessaires peuvent aller du retubage à la destruction totale de l'unité si les tambours
surchauffent. En cas de manque d'eau, les déclenchements à faible consommation d'eau déclencheront le
brûleur (ou le débit de carburant pour les chaudières à combustible solide) et arrêteront le ventilateur à tirage
forcé. Cela ferme l'apport de chaleur.

Les déclencheurs doivent être installés à un niveau d’eau évitant les dommages. Le niveau de fonctionnement
normal est généralement proche de l’axe du tambour à vapeur. Les marées basses sont généralement installées
à une hauteur inférieure de 6 po, mais les dessins du fabricant indiquent généralement les niveaux d’eau normal
et minimum qui varient d’une unité à l’autre.

Les dommages potentiels sont plus critiques avec les chaudières à combustible solide. Une chaudière à gaz /
fioul n’a pas d’inventaire ni de lit de combustible. Lorsque vous déclenchez le brûleur, à toutes fins pratiques,
l'apport de chaleur cesse immédiatement. Avec les unités à combustible solide, cependant, une masse assez
importante d’écorce, de charbon, etc. est encore sur la grille et, même si elle manque d’air en raison de la perte
du ventilateur à tirage forcé, ces unités ont une "inertie thermique" plus importante et continueront à fonctionner.
produire de la chaleur.

Le contrôle du niveau du tambour de la chaudière est délicat et même les systèmes de contrôle les mieux réglés
ne peuvent pas toujours empêcher une condition de manque d'eau. Le "niveau d'eau" dans un tambour à vapeur
est en fait un mélange compressible assez instable d'eau et de bulles de vapeur qui se contracte et gonfle avec
les changements de pression et se contracte momentanément lorsque de l'eau d'alimentation "froide" est ajoutée.

Parmi les causes courantes de manque d'eau, on peut citer:

 Panne de pompe d'alimentation


 Défaillance de la vanne de régulation
 Perte d'eau dans le dégazeur ou le système d'eau d'appoint
 Défaillance du contrôleur de niveau de tambour
 Contrôleur de niveau de tambour laissé par inadvertance en position "manuelle"
 Perte de pression d'air de l'installation dans l'actionneur de la vanne de régulation
 Levage soupape de sécurité
 Changement important et soudain de la charge de vapeur

Malheureusement, un nombre alarmant de chaudières équipées de sorties à basse mer sont détruites chaque
année. Raisons communes:

Circuits pour personnes handicapées - très courant - un câble de raccordement de 39 $ déjouera facilement les
plans les mieux conçus (les réparations dépassant souvent 100 000 $, cela représente un retour sur
investissement saisissant pour une dépense de 39 $!). Un scénario typique consiste à désactiver les
déclenchements pour éliminer les déclenchements gênants dus à des commandes mal réglées, etc. Il s'agit d'un
"pansement" qui couvre le problème réel et ne devrait jamais être autorisé.

Interrupteurs de déclenchement inopérants - Les interrupteurs de déclenchement doivent être régulièrement


ventilés pour éliminer les boues. Ces commutateurs sont installés dans des "bras morts" où aucune circulation ne
se produit. Les boues vont éventuellement boucher la tuyauterie ou le commutateur lui-même.

Avez-vous vérifié vos voyages aujourd'hui? Les déclenchements intempestifs ne devraient pas être un problème
avec une chaudière correctement réglée avec des composants internes de tambour appropriés. Ce n’est donc
pas une raison valable pour désactiver les déclenchements à faible niveau d’eau. Les déclenchements
dysfonctionnels en basse mer devraient constituer un point d'interdiction et devraient être corrigés avant que la
chaudière ne s'allume.
Mauvais traitement de l'eau

L'eau d'alimentation des chaudières est traitée pour la protéger de deux problèmes fondamentaux: l'accumulation
de dépôts solides à l'intérieur ou côté eau des tubes et la corrosion.

Prévention de l'entartrage ou de l'accumulation - La nécessité d'un traitement approprié de l'eau d'alimentation


est évidente si vous envisagez de comparer une chaudière et une casserole d'eau bouillante sur le poêle. La
chaudière est en réalité une distillerie surdimensionnée dans le sens où l'eau qui entre dans la chaudière est
vaporisée en vapeur, laissant les solides derrière. En fonction de la quantité de solides dans l'eau ou de la dureté
de l'eau, le résidu est parfois visible lorsqu'un pot contenant de l'eau est bouilli jusqu'à ce que toute l'eau soit
vaporisée.

Cette même chose se produit à l'intérieur de la chaudière et, si rien n'est fait, peut la détruire. Les chaudières
dépendent de l'eau pour protéger les tubes en acier des températures dans le four qui dépassent largement le
point de fusion du matériau du tube. Une accumulation de dépôts à l'intérieur des tubes produira une couche
isolante qui inhibe la capacité de l'eau à éliminer la chaleur du tube. Si cela continue assez longtemps, il en
résulte une surchauffe localisée du tube et un éventuel éclatement.

Afin d'éviter l'accumulation de dépôts sur les tubes, le niveau de solides dans l'eau d'alimentation de la chaudière
doit être réduit à des limites acceptables. Plus la pression et la température de fonctionnement de la chaudière
sont élevées, plus les exigences en matière de traitement de l'eau d'alimentation sont strictes. Reportez-vous au
tableau ci-dessous pour connaître les limites de concentration maximales recommandées dans l'eau d'une
chaudière en fonctionnement, conformément à la norme ABMA.

Pression de fonctionnement du Total des matières Alcalinité Silice Total des solides en
tambour dissoutes totale (ppm suspension
(psig) (ppm) (ppm) Si02) (ppm)
0-300 3 500 700 150 15
301-450 3000 600 90 dix
451-600 2500 500 40 8
601-750 1000 200 30 3
751-900 750 150 20 2
901-1 000 625 125 8 1

Sauf si une turbine de production d'énergie est utilisée ou si la qualité de l'eau est particulièrement mauvaise, la
plupart des chaudières industrielles fonctionnent à des pressions suffisamment basses pour permettre l'utilisation
d'adoucisseurs d'eau simples pour le traitement de l'eau d'alimentation. À des pressions plus élevées et lorsque
des turbines et des surchauffeurs sont impliqués, des systèmes de traitement d'eau d'alimentation plus
complexes, tels que l'osmose inverse, des systèmes de déminéralisation, etc., sont nécessaires pour traiter l'eau
d'alimentation. Un système de déminéralisation à la pointe de la technologie est présenté sur la photo ci-contre.

Les solides sont également éliminés de la chaudière grâce au bon fonctionnement du système de purge continue
et à l'utilisation d'une purge de fond intermittente ou régulière. Les écoulements par purge réduisent les solides
par dilution.

Une conductivité élevée ou une contamination de l'eau d'alimentation de la chaudière peut créer d'autres
problèmes tels que l'instabilité du niveau du tambour et la formation de mousse. Cela peut entraîner des alarmes
de niveau d'eau élevé ou bas et une augmentation du transfert de gouttelettes d'humidité dans le collecteur de
vapeur, car le séparateur d'humidité du tambour ne peut pas gérer le transfert résultant.

Prévention de la corrosion - La méthode la plus efficace pour lutter contre la corrosion consiste à bien désaérer
l'eau. L'élimination de l'oxygène de l'eau réduit considérablement le risque de corrosion. Ceci est le plus souvent
accompli grâce à l'utilisation de dégazeurs. Ces unités utilisent généralement de la vapeur pour préchauffer l'eau
d'alimentation et éliminer l'oxygène, le dioxyde de carbone et d'autres gaz de l'eau d'appoint. Des produits
chimiques piégeant l'oxygène sont également couramment injectés dans le dégazeur pour fournir une mesure de
protection supplémentaire. De plus, le tambour à vapeur de la chaudière, ou l’eau d’alimentation, a généralement
fourni des produits chimiques à un débit contrôlé pour une protection accrue. Un spécialiste qualifié en traitement
de l'eau est indispensable pour déterminer la meilleure méthode pour votre usine et les besoins en eau de votre
site.
Mesures préventives - Afin de prévenir les problèmes de mauvais traitement de l'eau, il est recommandé de:

Vérifiez que la qualité de l'eau d'alimentation de votre chaudière est suffisante pour les températures et les
pressions en jeu. Les normes de qualité de l'eau basées sur les pressions et les températures de fonctionnement
recommandées par ABMA doivent être respectées.

Vérifiez que l’eau sortant du dégazeur est exempte d’oxygène, que le dégazeur fonctionne à la pression
adéquate et que l’eau est à la température de saturation pour la pression.

Vérifier le bon fonctionnement des systèmes de traitement de l'eau sur une base régulière. La perte de résine
d'un adoucisseur ou d'un déminéralisant peut créer des problèmes si la résine s'échappe dans l'eau
d'alimentation. De telles résines peuvent fondre à la surface des tubes, entraînant des tubes surchauffés, etc.

N'utilisez jamais d'eau non traitée dans une chaudière.

Ajustez la purge en continu pour maintenir la conductivité de l'eau de la chaudière dans des limites acceptables et
purgez régulièrement le tambour de boue.

Il est également important d'éliminer régulièrement les boues de toutes les parties mortes des sorties en eaux
peu profondes, de la colonne d'eau, etc., afin de prévenir l'accumulation de boues dans ces
zones. L'accumulation de boues peut désactiver les sorties en basse mer.

Le côté eau de la chaudière doit être inspecté régulièrement. Si des traces de dépôts ou d’accumulation de
solides sur les tubes étaient constatées, des ajustements devraient être apportés au traitement de l’eau.

Le côté eau du dégazeur doit être inspecté régulièrement pour détecter la corrosion. Il s'agit d'un problème de
sécurité important car un dégazeur peut se rompre sous l'effet de la corrosion. Toute l’eau du dégazeur se
mettrait immédiatement à la vapeur en cas de rupture.

Un traitement approprié de l'eau d'alimentation de la chaudière est absolument essentiel pour permettre une
espérance de vie normale de l'unité. C'est l'une des plus sérieuses chaudières "destroyers".

Mauvais échauffement

Il s'agit d'un problème courant car la gestion et la production exercent souvent une pression extrême sur les
services publics pour qu'ils mettent fin aux pannes forcées ou planifiées de manière à ce que la production puisse
reprendre. Dès que la chaudière est "capable" de produire de la vapeur, ils le veulent.

L’échauffement inapproprié d’une chaudière à vapeur est l’une des difficultés les plus graves qu’une chaudière
doit supporter. L'exécution du cycle de démarrage, de fonctionnement et d'arrêt de n'importe quelle chaudière
crée des contraintes plus élevées pour l'équipement et, par conséquent, beaucoup plus de problèmes liés à la
maintenance que le fonctionnement continu à la capacité nominale maximale. Toute pièce d'équipement telle
qu'une chaudière, un fuselage d'avion ou un moteur à combustion qui subit une transformation extrême des
conditions ambiantes hors service aux conditions de fonctionnement est soumise à la fatigue et aux
défaillances. Une bonne conception et le processus de transition lente entre ces conditions sont essentiels pour
prolonger la durée de vie de la chaudière et réduire les risques de défaillance.

Une chaudière typique est construite avec différents types de matériaux qui fonctionnent dans des
environnements totalement différents, notamment:

Fûts et embases en métal épais contenant de l’eau et de la vapeur,

Tubes fabriqués en métal beaucoup plus mince contenant de l’eau et de la vapeur,

Matériaux réfractaires exposés à des températures élevées dans un four et à un refroidissement par l'eau, la
vapeur et l'air,

Matériaux d'isolation spécialement conçus pour fonctionner à une température beaucoup plus élevée d'un côté
que de l'autre, et
Les moulages en fonte épaisse, tels que les portes d'accès revêtues de réfractaire, permettent de visualiser la
température maximale du four d'un côté et le refroidissement de l'air ambiant de l'autre côté.

De par leur conception, tous ces matériaux chauffent et refroidissent à un rythme très différent. Cette situation est
bien pire lorsqu'un composant est exposé à des températures différentes. Par exemple, dans un tambour à
vapeur fonctionnant à un niveau d'eau normal, la moitié inférieure du tambour est refroidie par de l'eau et la
moitié supérieure par de l'air puis de la vapeur. Si on commence à allumer la chaudière après un démarrage à
froid, l’eau chauffera très rapidement dans le tambour et la moitié inférieure du tambour s’étendra beaucoup plus
rapidement que la moitié supérieure qui n’est pas en contact avec de l’eau. En conséquence, le bas du tambour
deviendra plus long que le haut, ce qui le fera se déformer. Ce phénomène appelé "tambour bourdonnement"
peut entraîner des fractures de contrainte des tubes générateurs entre les tambours à vapeur et à boue.

Les dommages réfractaires sont les dommages les plus fréquents associés au réchauffement rapide d'une
chaudière à partir d'un démarrage à froid. Réfractaire par sa conception transfère la chaleur très lentement et par
conséquent se réchauffe beaucoup plus lentement que le métal. De plus, à mesure que l'air à l'intérieur du four et
le réfractaire se refroidissent, l'humidité est absorbée par l'air présent dans le réfractaire. Un échauffement
progressif est nécessaire pour empêcher la fissuration du réfractaire; cela laisse suffisamment de temps pour que
l'humidité soit chassée du réfractaire. L’humidité emprisonnée se transforme rapidement en vapeur et provoque
l’éclatement du réfractaire au fur et à mesure que la vapeur s’échappe.

La courbe de réchauffement standard d'une chaudière typique n'augmente pas la température de l'eau de la
chaudière à plus de 100 ° F par heure. Il n’est pas inhabituel qu’un feu minimum continu dépasse ce taux
maximum de réchauffement. Par conséquent, le brûleur doit être allumé par intermittence pour que ce taux ne
soit pas dépassé.

Une planification et une éducation appropriées permettront à une chaudière de démarrer correctement, ce qui
prolongera sa durée de vie et éliminera les réparations coûteuses.

Note de la rédaction : Certainesexigences du code ASME sur les chaudières et les appareils à
pression peuvent avoir changé en raison des progrès de la technologie des matériaux et / ou de
l'expérience réelle. Le lecteur est prié de se reporter à la dernière édition du code ASME sur les
chaudières et appareils à pression pour connaître les exigences actuelles.

Comment détruire une chaudière - Partie 2

Résumé: L’article suivant, qui fait partie de la série National Board Classic, a été publié dans le
National BoardBULLETIN . (4 pages imprimées)

William L. Reeves, PE
Président, ESI Inc. du Tennessee

Catégorie: Incidents

Résumé: L’article suivant fait partie de la série technique du Conseil national. Cet article a été publié
à l’origine à l’été 1999 du National Board BULLETIN . (7 pages imprimées)
Le deuxième article d'une série en trois parties décrivant certains événements potentiellement
catastrophiques auxquels les chaudières d'alimentation et de récupération sont exposées si elles ne
sont pas correctement entretenues.

DOMMAGES IMPACTS AUX TUBES

Lorsque vous regardez une chaudière en construction, il est clair que toutes les pièces ne sont pas créées
égales. Cela est particulièrement vrai avec les tubes de chaudière qui composent le four et les sections de
convection. Tout comme une chaîne n’est pas plus solide que son maillon le plus faible, la défaillance d’un seul
tube d’une valeur de quelques centaines de dollars seulement peut nécessiter la fermeture d’une chaudière de
plusieurs millions de dollars.

Lorsque vous considérez que l’épaisseur des tubes pour les pressions couramment associées à de nombreuses
chaudières industrielles est souvent de 0,120 ", 0,095" ou moins, il est facile de visualiser la facilité avec laquelle
ces tubes peuvent être endommagés.

Causes courantes de dommages sur les tubes

Frapper le tube avec un objet pointu - Le matériau du tube est relativement doux et même un ciseau froid
tombé à quelques mètres de distance peut provoquer une entaille et une mince tache localisée sur le tube. Toute
contrainte supplémentaire peut entraîner la défaillance de l'unité lorsqu'elle est sous pression et peut également
servir de point de corrosion concentrée. Ce type de dommage est courant lorsque les sections de convection de
la chaudière sont nettoyées mécaniquement des accumulations dures ou lorsque des réparations réfractaires ou
des réparations à d'autres tubes sont effectuées. La simple chute d'un outil à main peut entraîner des milliers de
dollars en réparations ainsi que des temps d'arrêt potentiels de l'unité.

Alignement des souffleurs de suie - Les souffleurs de suie utilisent des jets de vapeur à grande vitesse pour
éliminer la suie des tubes. Un des éléments de la liste de contrôle de pré-démarrage pour toute chaudière devrait
être de vérifier l'orientation et l'alignement corrects de la lance du souffleur de suie afin de s'assurer que les jets
soufflent entre les tubes et ne soufflent pas directement sur les tubes pendant le fonctionnement du souffleur de
suie. L'alignement du souffleur de suie est effectué lorsque l'unité est froide. Par conséquent, lors de l'alignement
de la lance du ventilateur de suie, il convient de prendre en compte la dilatation thermique de la chaudière et de
la lance du ventilateur de suie.

Soufflage de suie avec de la vapeur humide - Bien qu'un jet direct de vapeur frappant les tubes suite à des
souffleurs de suie mal alignés soit suffisamment mauvais, le dommage est aggravé si de la vapeur humide est
utilisée. Un jet direct de condensat à haute pression peut rapidement couper les surfaces minces du tube,
entraînant une défaillance du tube. La cause la plus courante de vapeur humide est le réchauffement et le
drainage insuffisants des conduites du ventilateur de suie. Les techniques appropriées de soufflage de suie
exigent que la totalité de la ligne de vapeur fournissant de la vapeur aux souffleurs de suie soit préchauffée pour
éliminer tout le condensat des lignes.

Corrosion- Des dégâts de corrosion au niveau du feu se produisent souvent sur une chaudière en veille froide
qui a déjà utilisé des combustibles chargés de soufre. Il y a inévitablement des zones de la chaudière où les
cendres ne sont pas retirées de la surface du tube pendant le fonctionnement normal du souffleur de suie. L’une
des zones les plus vulnérables est l’interface où les tubes pénètrent dans le tambour aux interfaces tube-chicane
et réfractaire-tube. Lorsque la chaudière est chaude, la corrosion n’est généralement pas un problème car il n’ya
pas d’humidité; toutefois, à l'arrêt, ces cendres et matériaux réfractaires peuvent absorber de l'humidité et une
attaque corrosive concentrée se produira au fil du temps dans ces zones. En règle générale, les chaudières, qui
sont soumises à de longues périodes de stockage dans le froid, sont endommagées au point de nécessiter un
rechapage. Les piqûres localisées peuvent être assez profondes,

Mesures préventives
 Assurez-vous que tout le personnel qui interagit avec les chaudières comprend que les tubes minces
sont assez fragiles. Encouragez les travailleurs à signaler tout dommage accidentel afin qu'il puisse
être inspecté ou réparé si nécessaire.

 Dans la mesure du possible, stockez une chaudière de secours à l’état chaud pour éviter la corrosion
des tubes au feu.

 Les techniques de stockage à chaud, telles que l’utilisation de réchauffeurs à tambour de boue ou
l’acheminement de la purge d’une chaudière en fonctionnement à travers l’unité inactive, sont
généralement suffisantes pour maintenir les températures des tubes au-dessus du point de rosée
corrosif.

Sévère

Il n'est pas nécessaire de passer beaucoup de temps dans les usines de fabrication pour se rendre compte que
maximiser la disponibilité et le rendement de la production sont des facteurs clés de la rentabilité. Cet état d'esprit
exige que chaque équipement soit poussé au maximum de ses capacités jusqu'à la limite de son autonomie ou
de sa défaillance. La plupart des équipements ne fonctionneront tout simplement pas plus vite et ne produiront
plus de produit en raison de contraintes physiques.

L'exploitation de chaudières à vapeur au-delà de leur capacité nominale maximale (MCR) fait depuis longtemps
l'objet de vives discussions. Pendant de nombreuses années, les fabricants de chaudières ont évalué leurs
équipements comme dotés d'un MCR spécifique, fonctionnant en continu, avec un indice de pointe de deux à
quatre heures, souvent à 110% du MCR. La question toujours posée de 64 000 dollars est la suivante: "Si la
chaudière fonctionne à 110% du MCR pendant 4 heures, pourquoi ne peut-elle pas fonctionner à 110% en
continu?" La réponse à cette bonne question est complexe et équivaut en quelque sorte à essayer de répondre à
la question "Quelle est la hauteur?"

Dans la conception d'un système de génération de vapeur, des marges sont incorporées dans les équipements
périphériques de la chaudière afin de garantir la capacité de respecter les garanties de performances. Ces
marges comprennent des éléments tels que le volume supplémentaire des ventilateurs et la capacité statique, la
capacité de la pompe et les marges TDH (total Discharge Head), des systèmes de manutention surdimensionnés
pour répondre aux besoins de la logistique d’exploitation, etc. Tout bon concepteur / constructeur de systèmes de
génération de vapeur veut de l'équipement auxiliaire est le facteur limitant pour la chaudière produisant le MCR,
ou la capacité de pointe, utilisant les combustibles contractuels dans le pire des cas. En règle générale, la
conception prudente de tous les équipements permet de surchauffer la chaudière au-delà de la valeur maximale
de 110% de l'indice MCR. Sans la capacité de limitation automatique de l'équipement auxiliaire,

Parfois, les limitations physiques de la chaudière, telles que la taille de la chaudière ou la tuyauterie à vapeur,
entraînent des problèmes soudains et dramatiques tels que des problèmes d’émission ou de perte de charge qui
limitent la capacité de fonctionnement de la chaudière. Cependant, d'autres limitations physiques de la chaudière
elle-même peuvent ne pas être aussi évidentes. Ces limitations entraînent d'autres problèmes associés à un
surchauffage grave, notamment:

 dommages dus à une surchauffe à court ou à long terme des produits réfractaires, de la métallurgie par
tubes, des culasses, etc.
 érosion à long terme des tubes de chaudière, des déflecteurs, des culasses et des dispositifs de
nettoyage des particules;
 corrosion à long terme de la paroi du four et des tubes du surchauffeur; et
 L'humidité de la vapeur et le transfert de solides causant des problèmes avec les tubes de
surchauffeur, les aubes de turbines à vapeur et d'autres équipements de processus.

Certes, les combustibles brûlés ont un effet considérable sur les problèmes potentiels associés à un surchauffage
grave de la liste ci-dessus. Les problèmes d'érosion sont généralement associés à la combustion de
combustibles solides tels que le charbon, le bois, les boues d'épuration, les déchets d'installations, etc.,
contenant des cendres et des particules. La condition de surchauffe augmente les poids et les vitesses du gaz qui
ont une relation de fonction carrée avec la chute de pression et les effets de l'érosion. Des effets tourbillonnants
graves peuvent être générés dans les passes arrière de la chaudière, entraînant de graves problèmes d'érosion
localisée.
Les concepteurs de chaudières tiennent compte du flux de chaleur à travers la tubulure et la membrane de la
paroi du four, ainsi que des températures de fonctionnement en surface des parois du tube, des réfractaires,
etc. Le débit total de vapeur dépend de certains débits et pertes de charge pour assurer un refroidissement
adéquat des panneaux muraux du four, etc. La combinaison de ces deux conditions peut entraîner une
augmentation substantielle des températures de fonctionnement du tube et de la membrane. Les effets à court et
à long terme d'une utilisation à des températures plus élevées peuvent entraîner la dégradation de la métallurgie
et de la résistance des tubes.

Les problèmes de corrosion peuvent être aggravés lorsque des composés indésirables dans l'huile et les
combustibles solides entrent en contact avec des tubes fonctionnant à des températures de fonctionnement plus
élevées. De plus, des brûleurs à mazout excessifs peuvent provoquer des flammes sur les tubes des parois de la
chaudière, entraînant une corrosion localisée.

En résumé, la plupart des équipements de production de vapeur bien conçus peuvent être utilisés au-dessus de
MCR. Le fonctionnement des équipements périphériques à leurs limites physiques ne crée souvent pas de
problèmes. Inversement, le fonctionnement continu du générateur de vapeur au-dessus du MCR peut entraîner
des problèmes de maintenance à long terme, entraînant des coûts associés qui ne sont pas facilement
détectables à court terme. Dans les situations où la demande de production justifie de surchauffer l'équipement
de production de vapeur, il peut s'avérer judicieux de supporter l'augmentation des coûts de maintenance à court
et à long terme pour obtenir une production supplémentaire.

EAU D'ALIMENTATION CONTAMINEE

L'eau d'alimentation contaminée, qui combine à la fois la récupération et le retour du condensat, est un problème
complexe dans cette série en trois parties. Des livres entiers ont été écrits sur ce sujet et ses effets. Cet article va
seulement essayer de créer une prise de conscience de certains problèmes courants. Les contaminants courants
dans l’alimentation comprennent:

 Oxygène
 Traitement chimique excessif des chaudières
 Huiles
 Métaux divers et composés chimiques
 Résine

L'oxygène dissous est une menace commune et constante pour l'intégrité du tube de la chaudière. L’utilisation de
programmes de traitement de l’eau chélatés modernes et sophistiqués a considérablement amélioré la propreté
des surfaces de transfert de chaleur des chaudières à un point tel qu’il existe des conditions de métal nu. Puisqu'il
ne reste qu'un mince film d'oxyde magnétique sur les surfaces métalliques de la chaudière, le contrôle de
l'oxygène est extrêmement important. L'usine de chaudières typique est équipée d'un réchauffeur d'eau
d'alimentation dégazeur permettant d'éliminer la majorité de l'oxygène. Dans les chaudières fonctionnant au-
dessous de 1000 psig, le désoxygénant, le sulfite de sodium, est alimenté en continu dans le réservoir de
stockage du dégazeur et le désintégrateur est nécessaire pour garantir l'absence d'oxygène libre.

L’un des types les plus graves de corrosion par l’oxygène est la corrosion par piqûre à l’oxygène, qui est la
corrosion par piqûre et la corrosion concentrées sur une très petite zone. Une défaillance du tube peut survenir
même si la corrosion et la perte de métal ont été relativement faibles. En raison des effets rapides et
catastrophiques de la corrosion par l'oxygène, l'eau d'alimentation de la chaudière doit être vérifiée
périodiquement pour s'assurer que le réchauffeur dégazeur et le désoxygénant éliminent l'oxygène libre dans
l'eau d'alimentation de la chaudière.

Un programme de traitement de l'eau de chaudière chélatant mal entretenu pour garantir des dosages corrects
de produits chimiques chélateurs peut entraîner des problèmes quant aux conséquences que ces produits
chimiques sont destinés à prévenir. La corrosion ou l'attaque des agents de chélation ne se produit que lorsque
les concentrations excessives de sel de sodium sont maintenues plusieurs fois au-dessus du niveau de contrôle
pendant plusieurs mois. L'attaque qui en résulte est une dissolution ou un amincissement du métal, contrairement
aux piqûres d'oxygène. L'attaque se concentre sur les zones de contrainte dans la chaudière, telles que:
extrémités de tube enroulées, bords du déflecteur, soudures de tube, éléments filetés et autres zones non
soumises à contrainte. Là encore, une surveillance appropriée des dosages et des résidus du programme de
traitement de l'eau de chaudière peut éviter ce type de problème.

L'introduction accidentelle d'acide et de produit caustique peut causer les dommages immédiats les plus
dévastateurs à une chaudière. La présence de l'un ou l'autre de ces produits chimiques peut provoquer une
multitude de types de corrosion et de destruction de l'intégrité des métaux. Ces produits chimiques sont
généralement introduits involontairement dans une chaudière pour les raisons suivantes:

 Panne ou dysfonctionnement de l'équipement - Un problème typique peut être une fuite des vannes
d'isolation du régénérant ou une défaillance d'un contrôleur automatique qui entraîne un cycle de
rinçage inadéquat.
 Mauvaise conception des systèmes de traitement de l'eau - Des systèmes de vannes à double blocage
et de purge doivent être utilisés chaque fois que des produits chimiques régénérants sont introduits
dans le système d'eau afin de les protéger contre les dommages dus à une défaillance de la vanne.
 Formation et fonctionnement médiocres des systèmes de traitement de l'eau - Si les opérateurs ne sont
pas correctement formés et conscients de l'importance de faire fonctionner correctement ces systèmes
souvent sophistiqués, ils pourraient être responsables du pompage de l'acide concentré et du produit
caustique dans la chaudière. Un problème moins probable pourrait consister à effectuer de manière
inappropriée la régénération de l’équipement de traitement de l’eau, tel que le rinçage incorrect de
l’acide résiduel et de la solution caustique.

Lors de l'utilisation d'un système de traitement de l'eau déminéralisée, il ne faut pas trop insister sur l'importance
de la maintenance et de la formation des opérateurs pour prévenir ces types d'événements catastrophiques.

La contamination non détectée des retours de condensat est un autre problème courant qui conduit à la
contamination de l'eau d'alimentation de la chaudière. Les contaminants peuvent varier des métaux tels que le
cuivre et le fer aux huiles et aux produits chimiques de traitement. La contamination par les métaux lourds
dépend généralement des matériaux de construction de l'équipement de traitement et du système de
condensation. Les huiles et les produits chimiques de process sont généralement introduits dans le système de
condensat en raison de défaillances de l'équipement de traitement ou de fuites dues à la corrosion dans des
équipements tels que des échangeurs de chaleur, des joints de pompe et de presse-étoupe, etc. Le plus grand
risque associé à la contamination du système de condensat est une défaillance catastrophique d’équipements de
traitement, ce qui entraîne l’introduction de quantités importantes de produits chimiques indésirables ou de
composés dans la chaudière. Pour cette raison,
L'introduction de résine échangeuse d'ions dans le système d'alimentation en eau de la chaudière est un autre
problème qui provoque parfois un encrassement important de la chaudière. Cela est souvent dû à la défaillance
de la tuyauterie interne ou des tamis latéraux de la cuve à échangeur d'ions. En fonction de la pression de
fonctionnement de la chaudière et du type de résine, ce problème peut entraîner un grave revêtement de résine
sur les surfaces de la chaudière. Une méthode peu coûteuse et très utile pour réduire les risques de
contamination de ce type consiste à installer un piège à résine à la sortie de tout récipient échangeur d'ions. Les
pièges à résine protègent non seulement la chaudière de la contamination, mais ils empêchent également la
perte de résine très coûteuse en cas de panne.

La contamination de l'eau d'alimentation des chaudières peut être un processus lent et dégénératif ou un
événement catastrophique instantané. Des procédures de maintenance régulières et efficaces réduiront
considérablement les chances de ces deux types d’occurrences. La surveillance et les essais cohérents de la
qualité de l'eau de chaudière et de l'alimentation en eau fournissent au personnel d'exploitation des données non
seulement historiques, mais également des alertes en temps opportun chaque fois que la qualité de l'eau
d'alimentation change de façon spectaculaire.

Note de la rédaction : Certainesexigences du code ASME sur les chaudières et les appareils à
pressionpeuvent avoir changé en raison des progrès de la technologie des matériaux et / ou de
l'expérience réelle. Le lecteur est prié de se reporter à la dernière édition du code ASME sur les
chaudières et appareils à pressionpour connaître les exigences actuelles.

Comment détruire une chaudière - Partie 3

William L. Reeves, PE
Président, ESI, Inc. du Tennessee

Catégorie: Incidents
Résumé: L’article suivant fait partie de la série technique du Conseil national. Cet article a été publié
à l’origine à l’automne 1999 dans le bulletin national du BULLETIN . (4 pages imprimées)

Le troisième article d'une série en trois parties décrivant certains événements potentiellement
catastrophiques auxquels les chaudières d'alimentation et de récupération sont exposées si elles ne
sont pas correctement entretenues.

Note de l'éditeur: L'article qui suit aborde les sujets de conclusion sur les moyens les plus courants de
"détruire une chaudière", notamment les techniques de purge inappropriées, le stockage inadéquat,
les flammes, l'aspiration et les mesures préventives. La première et la deuxième partie de la série ont
été imprimées dans les BULLETINs d’ hiver et d’été 1999 .

Techniques de purge inappropriées

La concentration de solides indésirables dans l'eau de la chaudière est réduite grâce à un traitement
approprié de l'eau d'alimentation et au bon fonctionnement d'un système de purge continue ("purge")
et à la réalisation de purges de fond intermittentes.

Le procédé d’adoucissement de l’eau à la zéolite de sodium est la méthode prédominante de


traitement de l’eau pour les chaudières fonctionnant à basse pression avec de la vapeur
saturée. Dans ce processus d'échange d'ions, les ions de calcium et de magnésium, générateurs de
tartre et nocifs, sont échangés contre des ions de sodium. L'eau résultante a une concentration totale
en solides dissous égale au total précédemment combiné des concentrations en sodium, magnésium
et calcium.

Le but principal des purges est de maintenir la concentration en solides de l'eau de la chaudière dans
certaines limites acceptables. La figure 1 montre un système de purge. Le taux de purge peut être
déterminé par plusieurs facteurs, notamment le total des solides dissous, les solides en suspension, la
silice et l'alcalinité. Le tableau 1 indique les limites de concentration maximales recommandées dans
l'eau d'une chaudière en fonctionnement, conformément à l'ABMA (American Boiler Manufacturers
Association).

TABLEAU 1

Pression de Total des Alcalinité Silice Total des solides


fonctionnement du matières totale (ppm) (ppm en suspension
tambour (psig) dissoutes (ppm) Si02) (ppm)

0-300 3500 700 150 15

301-450 3000 600 90 dix

451-600 2500 500 40 8

601-750 1000 200 30 3

751-900 750 150 20 2

901-1000 625 125 8 1


Au fur et à mesure que la pression de fonctionnement augmente, les limites deviennent nettement
plus strictes, ce qui peut éventuellement nécessiter un taux de purge extrêmement élevé si le
ramollissement de la zéolithe sodique est la méthode de traitement de l'eau d'alimentation. Afin de
réduire considérablement le taux de purge et de contrôler la concentration de silice, un système
complet de traitement de l’eau déminéralisée doit être utilisé. Un système de traitement de l'eau
déminéralisée élimine les anions et les cations au lieu de les remplacer par d'autres ions. Cela
entraîne des exigences de taux de purge très faibles.

Le taux de purge continue est réglé pour contrôler l'eau de la chaudière dans les limites acceptables
recommandées par l'ABMA. Un système de purge continue bien conçu surveillera en permanence la
conductivité de l'eau de la chaudière (concentrations de solides) et ajustera le taux de purge pour
maintenir la plage de régulation. Si l'eau de la chaudière dépasse les limites recommandées, des
problèmes potentiels peuvent survenir, notamment la formation de tartre et de boues, la corrosion et le
transfert d'humidité en raison de la formation de mousse et des mauvaises performances de
l'équipement de séparation du ballon à vapeur.Lorsque cela se produit, les solides et la silice sont
entraînés dans la vapeur. Cela entraîne la formation de silice et de tartre sur le surchauffeur et
d'autres équipements de traitement, y compris les aubes de turbine à vapeur.

Parfois, il est nécessaire d'effectuer des purges de fond intermittentes pour réduire considérablement
les concentrations de solides dans l'eau de la chaudière. De plus, des purges intermittentes dans le
bas des en-têtes de mur d'eau et du tambour de boue sont essentielles pour éliminer l'accumulation
potentielle de boues afin de maintenir tous les circuits d'eau dégagés. En règle générale, le seul
dégazage du fond pouvant être effectué lors du tir de l'unité provient du tambour de boue. La purge
des en-têtes de mur d'eau inférieurs, en particulier des en-têtes de mur de fournaise, ne doit pas être
effectuée pendant le fonctionnement de l'unité.Cette action pourrait potentiellement endommager la
surchauffe du tube mural d'eau en raison de l'interruption de la circulation naturelle de la
chaudière. Les en-têtes de mur d'eau inférieurs doivent être systématiquement ventilés chaque fois
que l'unité est mise hors service après l'arrêt du chauffage au carburant et que l'unité est toujours
sous pression. Il faut veiller à effectuer une purge d’une durée limitée pour maintenir la visibilité du
niveau d’eau de la chaudière dans le regard. Des coups de fond supplémentaires peuvent être
effectués une fois que l'eau d'alimentation est ajoutée pour augmenter le niveau dans le regard.

Le plus gros problème causé par de mauvaises pratiques de purge est l’échec de la purge périodique
des colonnes d’eau des chaudières. Il en résulte une accumulation de boues et de débris dans les
colonnes d’eau, ce qui rend les trajets de basses eaux inopérants. Toutes les installations de
chaudière bien conçues doivent inclure un système de neutralisation momentanée du déclenchement
en cas de faible niveau d’eau situé au niveau des vannes de purge de la colonne d’eau. Ce système
permet d’abattre les dispositifs de déclenchement pour manque d’eau, nettoyant ainsi le système et
vérifiant que l’alarme de déclenchement pour manque d’eau est activée sans provoquer de
déclenchement de la chaudière.

Mauvais stockage

Les installations à vapeur nécessitent souvent le stockage à long terme de chaudières utilisées soit
comme unités de secours, soit comme unités utilisées uniquement pendant les périodes de
maintenance. L'attention portée aux techniques de stockage appropriées peut être essentielle au
maintien de la longévité de la chaudière en tant qu'unité de secours. Le stockage inadéquat d'une
chaudière peut entraîner une corrosion du côté incendie ou côté eau.

Les dégâts de corrosion causés par le feu se produisent souvent sur une chaudière en veille froide et
qui a déjà utilisé des combustibles chargés de soufre. Il y a inévitablement des zones de la chaudière
où les cendres ne sont pas retirées de la surface du tube pendant le fonctionnement normal du
souffleur de suie. L’une des zones les plus vulnérables est l’interface où les tubes pénètrent dans le
tambour aux interfaces tube-chicane et réfractaire-tube. Lorsque la chaudière est chaude, la corrosion
n’est généralement pas un problème car il n’ya pas d’humidité; toutefois, à l'arrêt, ces cendres et
matériaux réfractaires peuvent absorber de l'humidité et une attaque corrosive concentrée se produira
au fil du temps dans ces zones. Les piqûres localisées peuvent être assez profondes, ce qui rendrait
un tube autrement sonore ayant besoin d'un remplacement au moins partiel.
Dans la mesure du possible, stockez une chaudière de secours à l’état chaud pour éviter la corrosion
des tubes au feu. Des techniques de stockage à chaud, telles que l’utilisation de réchauffeurs à
tambour de boue ou l’acheminement de la purge d’une chaudière en fonctionnement à travers l’unité
inactive, sont généralement suffisantes pour maintenir la température des tubes de la chaudière au-
dessus du point de rosée acide. Ces mêmes techniques pour maintenir une chaudière au chaud sont
essentielles si une unité doit passer rapidement de l'état de veille à son fonctionnement en cas de
défaillance d'une autre unité. Le maintien de la chaudière en veille chaude évitera les problèmes liés à
un réchauffement incorrect.

Une chaudière entreposée en mode veille avec l’appareil plein d’eau doit être gérée correctement
pour éviter la corrosion par l’oxygène de l’appareil. L'unité doit être abaissée lentement tout en
augmentant le niveau d'eau aussi haut que possible dans le verre de jauge tout en fournissant de la
vapeur d'exportation à la ligne.Lorsque la pression de vapeur se stabilise à la pression de veille,
assurez-vous que de l’eau d’alimentation désaérée est introduite dans l’appareil afin de maintenir le
niveau d’eau adéquat afin que le tir puisse commencer immédiatement si nécessaire.

Si une unité est en attente froide et humide, suivez les procédures ci-dessus pour la mettre hors
service. Le moyen le plus efficace de lutter contre la corrosion consiste à accumuler une concentration
de sulfite de sodium de 100 ppm dans l’eau de la chaudière. Une source d'azote doit être fixée à
l'évent du tambour lorsque la pression est presque épuisée. La mise sous pression de la chaudière à
5 psig avec un système de couverture à l'azote garantira que l'oxygène ne sera pas introduit dans la
chaudière. L'entreposage frigorifique est recommandé en utilisant les procédures humides ci-
dessus; cependant, si un stockage à sec est nécessaire, assurez-vous que de grandes quantités de
dessiccant sont placées dans les fûts et que le bord de l'eau est bien fermé.

Impact de flamme

L'impact des flammes est un problème subtil qui caractérise principalement les chaudières à grande
capacité.Étant donné que les clairances d'expédition dictent la géométrie de conception des
chaudières à paquet, les chaudières deviennent naturellement longues et étroites à mesure que leur
taille augmente. Les fabricants de brûleurs ont donc du mal à façonner la flamme de manière à ce
qu'elle soit longue et étroite, tout en essayant simultanément de programmer la combustion afin
d'atténuer la formation de NOx.

Lorsque la flamme lave les parois latérales du four, il en résulte une corrosion potentielle des tubes à
l’interface de la flamme, en particulier lors de la cuisson de contaminants dans des huiles lourdes. La
corrosion est accélérée par les températures élevées des métaux associées à l’impact de la flamme et
aux dépôts chimiques sur les tubes qui résultent de la trempe de la flamme lorsqu’elle touche la paroi
du tube. Les problèmes de traitement de l’eau peuvent accentuer les problèmes d’incidence des
flammes car des dépôts internes se forment dans cette zone localisée à haute température sur la
paroi interne du tube, ce qui augmente encore la température de fonctionnement du tube.

Tirer un vide

Lorsque les chaudières sont conçues pour fonctionner à des pressions très élevées, elles ne sont pas
conçues pour fonctionner sous le moindre vide. Un vide potentiel est créé quand une chaudière est
arrêtée. Lorsque l'appareil refroidit, la vapeur se condense et le niveau d'eau baisse, ce qui permet à
la pression de baisser.

Si l'évent du tambour à vapeur n'est pas ouvert pendant le refroidissement de l'unité, une condition de
vide peut en résulter. Un vide sur une chaudière peut causer des problèmes de fuites sur les sièges
en tube laminé des tubes générateurs, conçus pour un ajustement mécanique capable de résister à
des pressions positives.

Mesures préventives

En conclusion, voici quelques pratiques courantes à éviter pour "détruire une chaudière":

o Observation fréquente de la flamme du brûleur pour identifier rapidement les
problèmes de combustion.
o Recherchez la cause de tout voyage avant de nombreuses tentatives de rallumage.
o Avant d'allumer une chaudière, purgez toujours soigneusement le four. Ceci est
particulièrement important si du pétrole s'est déversé dans le four. La purge
évacuera l'inventaire des gaz non brûlés jusqu'à ce que la concentration soit
inférieure aux limites d'explosivité. En cas de doute, purger, purger, purger!
o Vérifiez que le système de traitement de l'eau fonctionne correctement et produit
une eau d'alimentation de chaudière de qualité suffisamment élevée pour les
températures et les pressions en jeu. Bien que la dureté zéro soit toujours un critère
absolu, il convient de respecter les autres normes de qualité de l’eau basées sur les
pressions et les températures de fonctionnement recommandées par
ABMA. N'utilisez jamais d'eau non traitée dans une chaudière.
o Soufflez régulièrement toutes les parties mortes des circuits de basses eaux, de la
colonne d’eau, etc., afin d’éviter l’accumulation de boues, susceptible de provoquer
un dysfonctionnement de l’appareil. En aucun cas, ne désactive un déclenchement
en basse mer.
o Vérifiez que l’eau sortant du dégazeur est exempte d’oxygène, que le dégazeur
fonctionne à la pression adéquate et que l’eau du réservoir de stockage est à la
température de saturation. Un évent continu du dégazeur est nécessaire pour
permettre l'évacuation des gaz non condensables.
o Surveillez en permanence la qualité des condensats qui reviennent du processus
afin de permettre leur réacheminement en cas de défaillance catastrophique de
l'équipement de traitement.
o Réglez la purge en continu pour maintenir la conductivité de l’eau de la chaudière
dans les limites de fonctionnement requises et effectuez la purge en profondeur du
tambour de boue (consultez votre spécialiste du traitement de l’eau). Ne purgez
jamais un collecteur mural de four lorsque la chaudière est en marche.
o Le bord de l'eau de la chaudière doit être inspecté régulièrement. S'il y a des signes
de mise à l'échelle ou d'accumulation de solides sur les tubes, des ajustements du
traitement de l'eau doivent être effectués et la chaudière doit être nettoyée
mécaniquement ou chimiquement.
o Les composants internes du dégazeur doivent être inspectés régulièrement pour
détecter la corrosion. Il s'agit d'un problème de sécurité important car un dégazeur
peut se rompre sous l'effet de la corrosion. Toute l’eau du dégazeur se met
immédiatement à la vapeur en cas de rupture, remplissant la chaufferie de vapeur
mortelle.
o La courbe de réchauffement de la chaudière doit être strictement suivie. La courbe
de chauffe standard d’une chaudière typique ne consiste pas à augmenter la
température de l’eau de la chaudière à plus de 100 ° F par heure. Il n’est pas
inhabituel qu’un feu minimum continu dépasse ce taux maximum de
réchauffement. Par conséquent, lors du démarrage, le brûleur doit être allumé par
intermittence pour que ce taux ne soit pas dépassé.
o Assurez-vous que tout le personnel travaillant sur les chaudières comprend que les
tubes minces sont assez fragiles. Encouragez les travailleurs à signaler tout
dommage accidentel afin qu'il puisse être inspecté et / ou réparé si nécessaire.
o Si la production nécessite une surchauffe de la chaudière, effectuez des évaluations
périodiques des effets potentiels de la surchauffe et communiquez-les à la direction.
o Lorsqu'une chaudière est arrêtée pendant une période prolongée, un système de
couverture à l'azote doit être utilisé pour empêcher l'introduction d'air et d'oxygène
dans la chaudière pendant le refroidissement et le stockage, et le sulfite de sodium
doit être injecté pour réagir avec tout oxygène libre présent dans la chaudière. l'eau
de la chaudière. Quand une chaudière est stockée au sec, placez un dessiccant
dans les fûts de la chaudière avec la couverture d’azote pour absorber toute
humidité libre.
o Assurez-vous toujours que la soupape de dégagement du tambour à vapeur est
ouverte lorsque la pression de la chaudière est inférieure à 5 psig.

En résumé, une chaudière ressemble beaucoup au corps humain. Si vous en prenez bien soin, vous
bénéficierez de nombreuses années de service fiable. Il résistera souvent aux abus et continuera à
fonctionner.Cependant, certains mauvais traitements en apparence mineurs peuvent avoir des effets
catastrophiques.Vous pouvez imposer une coupure méchante à la plupart des parties de votre corps
avec un inconfort mineur.Cependant, si la coupure coupe l'artère carotide dans votre cou, elle est
fatale. Une chaudière a aussi ses vulnérabilités particulières.

Note de la rédaction : Certainesexigences du code ASME sur les chaudières et les appareils à pressionpeuvent
avoir changé en raison des progrès de la technologie des matériaux et / ou de l'expérience réelle. Le lecteur est
prié de se reporter à la dernière édition du code ASME sur les chaudières et appareils à pressionpour connaître
les exigences actuelles.