You are on page 1of 33

1.L'une de ces complications ne fait pas partie du tableau de dissection aiguë de l'aorte. Laquelle ?

1- hémopéricarde
2- insuffisance mitrale aiguë
3- hémothorax
4- accident vasculaire cérébral
5- paraplégie
Réponse : 2

2. Parmi les signes électrocardiographiques suivants pouvant apparaître lors d'un traitement par
digitaliques, relevez ceux qui imposent l'arrêt du traitement.
1- rythme sinusal à 70/min avec PR à 0,20 seconde
2- tachysystolie auriculaire ou tachycardie atriale à 180 par minute
3- sous décalage concave vers le haut du segment ST
4- extrasystoles ventriculaires polymorphes
5- bradycardie sinusale de repos à 38 par minute
Réponse : 2-4-5

3. Parmi les examens ci-dessous, lequel n'entre pas dans le bilan de retentissement d'une HTA ?
1- fond d'œil
2- échographie cardiaque
3- électrocardiogramme
4- créatininémie
5- ionogramme urinaire
Réponse : 5

4. Quel traitement anti-hypertenseur est à instaurer, en première intention et en l'absence de contre-


indication, lorsque l'HTA est associée à une insuffisance coronarienne ?
1- inhibiteur de l'enzyme de conversion
2- inhibiteur calcique
3- diurétique
4- Alpha-bloquant
5- Bêta-bloquant
Réponse : 5

5. Quelle est l'anomalie qui peut faire évoquer la présence d'une hypertrophie ventriculaire gauche
chez un sujet hypertendu ?
1- un PR à 0.28
2- un BAV 3
3- une ischémie sous épicardique D1AVL
4- un Sokolow à 40 mm
5- un axe hyper droit
Réponse : 4

6. Laquelle de ces propositions n'est pas une contre-indication au traitement par béta-bloquants dans
l'HTA ?
1- insuffisance rénale
2- insuffisance cardiaque
3- syndrome de Raynaud
4- asthme
5- artériopathie des membres inférieurs
Réponse : 1

7. Quels sont parmi les items suivants ceux qui constituent les indicateurs de risque de survenue
d'une hypertension artérielle ?
1- des facteurs individuels (âge, sexe, surpoids, diabète)
2- des facteurs d'environnement (consommation de sodium, alcool)
3- l'appartenance à une catégorie socio-professionnelle défavorisée
4- la présence d'une arythmie complète par fibrillation auriculaire
5- la prise d'un traitement pour une dyslipidémie
Réponse : 1-2-3

8. Parmi les traitements anti-hypertenseurs suivants, quels sont ceux que l'on peut utiliser chez la
femme enceinte ?
1- inhibiteurs de l'enzyme de conversion
2- béta-bloquants
3- calcium-bloquants
4- dihydralazine
5- clonidine
Réponse : 2-4-5

9. Quelle est la proposition exacte concernant la définition de l'hypertension artérielle ?


1- les valeurs de référence ont été obtenues de façon invasive
2- les valeurs de référence sont différentes chez l'homme et chez la femme
3- l'hypertension artérielle systolique isolée est définie par une pression artérielle systolique > 160 mmHg et une
pression artérielle diastolique normale
4- les valeurs de référence sont différentes selon que l'on utilise la mesure clinique ou la mesure ambulatoire
5- des chiffres tensionnels anormalement élevés au cours d'une consultation suffisent à retenir le diagnostic
d'hypertension artérielle
Réponse : 4

10. La prescription d'un traitement diurétique thiazidique justifie en première intention des contrôles
de :
1- kaliémie
2- créatininémie
3- uricémie
4- rénine plasmatique
5- clairance de la créatinine
Réponse : 1-2-3

11. La prescription d'un inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC) peut être responsable :
1- d'une hypokaliémie
2- d'une élévation de la créatininémie
3- d'une toux
4- d'un trouble de la conduction auriculo-ventriculaire
5- d'une insuffisance cardiaque
Réponse : 2-3

12. La prescription d'un inhibiteur calcique (ICA) peut être responsable :


1- d'une élévation de la créatininémie
2- d'un trouble de la conduction auriculo-ventriculaire
3- d'une baisse de la kaliémie
4- d'une augmentation de la fréquence cardiaque
5- de céphalées
Réponse : 2-4-5

13. Au cabinet médical, en référence à la méthode auscultatoire, les valeurs de normalité de la pression
artérielle au repos sont les suivantes :
1- PAS > 140 mmHg
2- PAS = 140 mmHg
3- PAS < 140 mmHg
4- PAD = 90 mmHg
5- PAD < 90 mmHg
Réponse : 3-5

14. Quelles sont les valeurs normales de la pression artérielle clinique (en mmHg)?
1- < 130/85
2- < 160/95
3- < 135/85
4- < 140/90
5- <140> 160/90 mmHg
Réponse : 3-4

15. Une alcalose hypokaliémique doit vous faire évoquer :


1- une sténose des artères rénales
2- une maladie de Basedow
3- un panhypopituitarisme
4- une acromégalie
5- une hémodilution
Réponse : 1

16. Des chiffres de pression artérielle à 230/120 mm Hg sont retrouvés chez une femme de 46 ans. Quelle
est la circonstance clinique où cette HTA doit être respectée ?
1- grossesse
2- dissection aortique
3- infarctus du myocarde à la phase aiguë
4- accident vasculaire cérébral ischémique
5- oedème aigu du poumon cardiogénique
Réponse : 4

17. Une hypertension artérielle est fréquemment retrouvée dans les pathologies suivantes, sauf :
1- un bloc auriculo-ventriculaire complet
2- une insuffisance aortique
3- une insuffisance surrénale aiguë
4- une hyperthyroïdie
5- une greffe hépatique
Réponse : 3

18. Quel est le signe, parmi les suivants, qui peut orienter vers une hypertension artérielle (HTA) non
essentielle ?
1- antécédent familial d'HTA
2- HTA modérée
3- race noire
4- début d'HTA à 60 ans
5- souffle para-ombilical gauche
Réponse : 5

19. En présence d'une poussée hypertensive, dans quel cas ne préconisez-vous pas de traitement
antihypertenseur, en urgence ?
1- oedème aigu du poumon
2- dissection aortique
3- accident vasculaire de type ischémique
4- hémorragie méningée
5- hémorragie cérébrale
Réponse : 3

20. Dans un hyperaldostéronisme primaire on retrouve un des éléments suivants, lequel .


1- une diminution de la réabsorption du Na+
2- une augmentation de la réabsorption du K+
3- une hyperkaliémie
4- une HTA
5- une diminution de la volémie
Réponse : 4

21. Une femme de 56 ans hypertendue présente une déstabilisation de ses chiffres tensionnels à la
mesure clinique sur plusieurs mesures consécutives. Quel est l'argument qui peut faire évoquer en plus
une origine rénovasculaire ?
1- sexe féminin
2- l'âge de la patiente
3- dégradation simultanée de sa fonction rénale
4- variabilité importante des mesures sur un Holter PA
5- ATCD familiaux d'HTA
Réponse : 2

22. Quels sont les arguments de la liste suivante qui orientent vers une HTA réno-vasculaire chez un
homme de 58ans atteint d'une hypertension artérielle sévère ?
1- tabagisme important
2- HTA familiale
3- signes palpatoires et auscultatoires d'athérome des membres inférieurs
4- obésité
5- HTA résistante à une trithérapie bien conduite
Réponse : 1-3-5

23. Parmi les étiologies de l'hypertension artérielle citées ci-dessous, lesquelles s'accompagnent
habituellement d'une hypokaliémie ?
1- adénome de Conn
2- phéochromocytome
3- prise de réglisse
4- prise de vasoconstricteurs nasaux
5- sténose dysplasique de l'artère rénale
Réponse : 1-3-5

24. L'existence d'une HTA secondaire à un phéochromocytome est évoquée devant la présence :
1- de poussées hypertensives
2- une HTA sévère
3- de l'association : céphalées, palpitations, sueurs
4- de la présence de l'un ou l'autre de ces symptômes : céphalées, palpitations, sueurs
5- d'une réponse très positive au traitement par inhibiteur calcique
Réponse : 1-2-3-4

25. L'existence d'une HTA secondaire à un hyperaldostéronisme est évoquée devant :


1- des poussées hypertensives
2- une HTA sévère
3- une asthénie ou des crampes musculaires
4- une kaliémie basse
5- une natrémie élevée
Réponse : 3-4

26. Parmi les pathologies suivantes entraînant une HTA secondaire, une seule est classiquement associée
à une protéinurie nulle. Laquelle ?
1- néphropathie diabétique
2- sténose d'une artère rénale
3- reflux vésico-urétéral
4- adénome de Conn
5- néphropathie de Berger
Réponse : 4

27. Il est licite de faire baisser les valeurs de la pression artérielle lorsqu'elle est élevée dans les cas
suivants, sauf un. Lequel ?
1- insuffisance cardiaque
2- dissection aortique
3- infarctus du myocarde
4- accident vasculaire cérébral ischémique
5- oedème aigu des poumons
Réponse : 4

28. Lors de la survenue d'un accident vasculaire cérébral ischémique avec tension artérielle élevée, on
peut adopter toutes les attitudes suivantes, sauf une. Laquelle ?
1- hospitalisation du sujet
2- mise en place de sérum glucosé
3- mise en place d'oxygène par voie nasale
4- traitement anti-hypertenseur
5- intubation
Réponse : 4

29. Une sténose de l'artère rénale doit être suspectée devant toutes les situations suivantes sauf une.
Laquelle ?
1- Une hypertension artérielle résistante au traitement
2- Un souffle abdominal
3- Une hypertension artérielle systolique isolée
4- Une hypertension artérielle récemment aggravée
5- Une hypertension artérielle d'apparition récente
Réponse : 3

30. L'hypertension artérielle (HTA) peut être secondaire à une pathologie spécifique. Lesquelles des
maladies ou anomalies suivantes peuvent être responsables d'une HTA ?
1- Sténose d'une artère rénale
2- Hyperthyroïdie
3- Glomérulonéphrite
4- Hémorragie méningée
5- Maladie de Marfan
Réponse : 1-2-3-4

31. Chez un malade en insuffisance cardiaque, l'utilisation des digitaliques est l'indication privilégiée en
cas de :
1- bradycardie sinusale
2- bigéminisme ventriculaire
3- tachyarythmie par fibrillation auriculaire
4- tachycardie ventriculaire
5- rythme électrostimulé en permanence
Réponse : 3

32. Les symptômes de l'oedème aigu pulmonaire sont :


1- la dyspnée avec bradypnée expiratoire
2- l'orthopnée
3- le grésillement laryngé
4- la toux
5- l'expectoration mousseuse rosée saumonée
Réponse : 2-3-4-5

33. L'hépatomégalie de l'insuffisance cardiaque :


1- est dure avec une surface irrégulière
2- est lisse et douloureuse à la palpation
3- est totalement indolore à la palpation
4- est généralement associée à une vésicule palpable
5- est parfois expansive en systole
Réponse : 2-5

34. Parmi les propositions suivantes, lesquelles sont des étiologies d'insuffisance ventriculaire gauche ?
1- infarctus du myocarde antérieur étendu
2- hypotension artérielle pulmonaire primitive
3- myocardiopathie dilatée primitive
4- communication interauriculaire
5- rétrécissement aortique
Réponse : 1-3-5

35. Parmi les médicaments suivants utilisés dans le traitement de l'insuffisance cardiaque, quel est celui
qui est contre indiqué en cas de trouble rythmique ventriculaire ?
1- digitalique
2- beta-bloquant
3- diurétique
4- IEC
5- aucun
Réponse : 1

36. Parmi les traitements suivants de l'insuffisance cardiaque, pour lesquels est-il important de surveiller
la fonction rénale ?
1- inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC)
2- épargneur potassique
3- diurétique
4- nitré
5- tous
Réponse : 1-2-3

37. Quels sont les signes pouvant être rencontrés chez un malade présentant une insuffisance respiratoire
chronique en décompensation, avec retentissement cardiaque droit ?
1- hépatomégalie douloureuse à la palpation
2- oedèmes des membres inférieurs
3- crépitants pulmonaires bilatéraux à mi-champs
4- signe de Harzer
5- reflux hépato-jugulaire
Réponse : 1-2-4-5

38. L'hépatomégalie de l'insuffisance cardiaque droite est :


1- dure avec surface régulière
2- lisse, douloureuse à la palpation
3- totalement indolore à la palpation
4- généralement associée à une vésicule palpable
5- parfois expansive en systole
Réponse : 2-5

39. Sur une radiographie du thorax face, quel est le signe qui n'est pas évocateur d'une insuffisance
ventriculaire gauche ?
1- Redistribution de la vascularisation pulmonaire vers les sommets
2- Arc inférieur gauche saillant
3- Indice cardio-thoracique supérieur à 0.6
4- Images floconneuses péri-hilaires
5- Diminution de la vascularisation pulmonaire
Réponse : 5

40. Parmi les affections suivantes, lesquelles se manifestent par un tableau d'insuffisance cardiaque
droite aiguë isolée ?
1- Embolie pulmonaire massive
2- Epanchement péricardique avec tamponnade
3- Infarctus myocardique antérieur aigu
4- Infarctus myocardique aigu ventriculaire droit
5- Insuffisance aortique
Réponse : 1-2-4

41. L'ECG d'une myocardiopathie dilatée hypocinétique associe les anomalies suivantes :
1- bloc de branche droite
2- microvoltage périphérique
3- grandes ondes S en précordiales droites
4- rythme idioventriculaire
5- allongement de PR
Réponse : 2-3
Dossiers QCMs Cardiologie

1. Monsieur X… âgé de 18 ans, est hospitalisé pour un syndrome septicémique avec température à 39,5°n frissons,
sueurs, douleurs de l'hypochondre gauche. L'examen clinique confirme l'existence d'un souffle holo-systolique
maximum en région méso-cardiaque et irradiant dans toutes les directions, connu depuis la tendre enfance. Il existe
par ailleurs un nodule érythémateux et douloureux centré par un point blanc au niveau de l'extrémité de l'index droit
et une hépatomégalie indolore. Le patient a bénéficié de soins dentaires deux mois auparavant. Il existe une
hématurie microscopique. Le diagnostic d'endocardite aiguë est posé.

Parmi les signes suivants, lequel n'évoque pas à priori une endocardite aiguë chez ce patient :

A. une température à 39,5°C avec frissons et sueurs


B. un nodule érythémateux centré par un point blanc de l'index droit
C. une hépatomégalie indolore
D. le souffle holo-systolique
E. l'hématurie miscroscopique

Réponse: C

2. Parmi les propositions suivantes concernant les signes électrocardiographiques de l'hypertrophie-


surcharge ventriculaire gauche, l'une est inexacte. Indiquez laquelle :

A. il existe une déviation axiale gauche


B . on retrouve des troubles de la repolarisation dans les dérivations précordiales gauches
C. le complexe transitionnel est déplacé vers la droite
D. en cas d'hypertrophie auriculaire gauche associée, l'onde P en D2 a une durée égale à 100 millisecondes
E. l'indice de SOKOLOW est supérieur à 35 millimètres

Réponse: D

3. Indiquez la proposition inexacte. Sur l'électrocardiogramme de surface une tachycardie ventriculaire


est caractérisée par :

A. une tachycardie à complexes QRS inférieurs à 120 millisecondes


B. la tachycardie peut être irrégulière
C. l'existence de complexes de fusion
D. l'existence de complexes de capture
E. une dissociation auriculo-ventriculaire

Réponse: A

4. Un homme de 50 ans, fumant un paquet de cigarettes par jour depuis 30 ans, vient consulter pour des douleurs au
niveau de la fesse droite survenant essentiellement à l'effort pour un périmètre d'environ 50 mètres. Un examen est
essentiel pour porter une indication de revascularisation ?

A. artériographie
B. écho-doppler
C. scanner spiralé
D. pléthysmographie
E. électrocardiogramme

Réponse: A

5. Une jeune femme de 26 ans, enceinte de 6 mois, atteinte d'une maladie de Marfan, est admise pour une hémiplégie
gauche de survenue brutale. L'interrogatoire apprend l'existence de douleurs thoraciques accompagnatrices. La TA est
à 110/50 mmHg. L'auscultation cardiaque perçoit un souffle diastolique que n'était pas signalé lors des examens de
grossesse précédents. Quel diagnostic évoques-vous en priorité ?

A. thrombo-phlébite cérébrale
B. endocardite mitrale
C. embolie paradoxale
D. dissection aortique
E. sclérose en plaques

Réponse: D

6. Un patient de 55 ans, tabagique et hypercholestérolémique, a des antécédents d'infarctus du myocarde. Il ne


présente dans un tableau de dyspnée d'effort d'apparition récente et relativement brutale. La radiographie de thorax
met en évidence une cardiomégalie globale. L'électrocardiogramme retrouve des signes d'hypeertrophie ventriculaire
gauche et des séquelles d'infarctus du myocarde. Parmi les signes radiologiques de l'hypertrophie ventriculaire
gauche, l'un est inexact. Indiquez lequel?

A. une saillie de l'arc inférieur gauche de face


B. un relèvement de la pointe du cœur de face
C. un empiétement du ventricule gauche sur l'ombre rachidienne en OAG
D. des lignes de Kerley
E. un épanchement pleural costo diaphragmatique.

Réponse: B

7. Au cours du cathétérisme, les paramètres suivants sont utiles pour apprécier l'insuffisance ventriculaire
gauche sauf un, lequel?

A. la fraction d'éjection du ventricule gauche


B. la pression télé diastolique du ventricule gauche
C. le débit cardiaque
D. la pression systolique du ventricule gauche
E. la pression capillaire pulmonaire

Réponse: D

8. Une patiente âgée de 60 ans, ayant comme antécédent un rhumatisme articulaire aigu dans l'enfance, est admise
en cardiologie pour dyspnée brutale accompagnée de palpitations. A l'examen clinique d'entrée on note : une
tachycardie, un souffle systolique 3/6 apexo-axillaire, des râles sous crépitants aux bases pulmonaires. La tension
artérielle est à 140/80 mmHg. L'ECG enregistre une arythmie complète par fibrillation auriculaire (ACFA) avec une
cadence ventriculaire moyenne de 140 battements par minute. Parmi ces propositions thérapeutiques à mettre
en œuvre à l'entrée de la patiente, laquelle vous paraît la moins urgente ?

A. choc électrique externe


B. digoxine
C. diurétique
D. héparine
E . dérivé nitré par voie veineuse

Réponse: E

9. Une patiente âgée de 60 ans, sans antécédent notable, est hospitalisée pour une crise de tachycardie durant depuis
48h00. Elle signale l'existence de palpitations depuis environ 1 an ainsi que l'apparition depuis 6 mois d'une dyspnée à
l'effort qui s'est aggravée depuis 48h00. Elle n'a pas de facteur de risque vasculaire connu et n'a jamais ressenti de
douleurs thoraciques. L'auscultation pulmonaire est normale. La tension artérielle est à 140/80 mmHg. L'ECG
enregistre une tachycardie à QRS fins battant entre 140 et 160 battements/minutes sans onde P visible. La
radiographie thoracique montre une cardiomégalie globale. Parmi ces examens complémentaires, lequel allez-
vous réaliser en première intention ?

A. épreuve d'effort
B. électrocardiographie transoesophagienne
C. électrographie holter des 24h00
D. scintigraphie au thallium 201
E . échocardiographie Doppler transthoracique

Réponse : E

10. Un enfant âgé de 5 ans est adressé pour bilan d'un souffle systolique peu intense au 2ème espace intercostal
droit, découvert en médecine scolaire. Il ne présente pas de symptomatologie fonctionnelle. L'examen clinique permet
d'affirmer le diagnostic de coarctation de l'aorte. Les examens paracliniques simples ont confirmé le diagnostic de
coartation et ont permis d'étudier le retentissement cardiaque. Parmi les signes suivants, un n'a pas été observé
chez cet enfant.

A. hypertrophie ventriculaire gauche électrique


B. cœur de volume normal à la radio standard de thorax
C. érosions costales
D. hypertrophie ventriculaire droite électrique
E. dilatation de l'aorte ascendante

Réponse: D

Un homme de 42 ans vient vous consulter en raison de céphalées occipitales et matinales apparues depuis un mois.
Un premier examen médical permet de découvrir une hypertension artérielle à 210/120 mmHg en position assise et
l'existence d'un souffle lombo-abdominal droit. Vous évoquez une hypertension artérielle réno-vasculaire. Parmi les
arguments biologiques suivants, un seul n'est pas évocateur de ce diagnostic, lequel ?

A. une hypokaliémie
B. une hyperkaliurie
C. une hyperuricémie
D. une acidose métabolique
E. une activité rénine plasmatique élevée

Réponse: D

Quelle est la proposition exacte ? CAS CLINIQUE - Une femme de 32 ans, trois jours après son accouchement présente
brutalement une dyspnée avec point de côté thoracique faisant évoquer un tableau d'embolie pulmonaire. Une
angiographie pulmonaire réalisée pour apprécier l'importance de l'embolie pulmonaire constate une amputation de 50
% du lit vasculaire pulmonaire. S'agit-il :

A. d'une embolie pulmonaire légère ?


B. d'une embolie pulmonaire moyenne ?
C. d'une embolie pulmonaire sévère ?
D. d'une embolie pulmonaire massive ?
E. d'une embolie pulmonaire rapidement mortelle ?

Réponse: C

Parmi les examens biologiques suivants, l'un d'eux ne présente aucun intérêt dans le cadre du bilan d'une
hypertension artérielle permanente et modérée. Indiquez lequel.

A. la créatininémie
B. la glycémie
C. les catécholamines urinaires
D. l'ionogramme plasmatique
E. le cholestérol total

Réponse: C

Un patient de 45 ans sans facteur de risque particulier, fait brutalement une tachycardie à 180 battements par minute.
La tachycardie est fixe, non influencée par la position du malade, ni par l'effort. La TA systolique est abaissée. La fin
de la tachycardie est amorcée par une inspiration profonde et son arrêt est brutal. Sur l'E.C.G., il existe une
tachycardie à complexes fins. La crise de tachycardie par rythme réciproque peut être stoppée, Indiquer la
proposition inexacte:

A. par les manoeuvres vagales


B. par l'ATP (Striadyne) en bolus
C. par Pace Maker antitachycardique
D. par la digitaline en cas de fibrillation auriculaire associée à une voie accessoire
E. par l'isoptine (Verapamil)

Réponse: D

L'examen complémentaire le plus utile dans l'immédiat en cas de syncopes fréquentes précédées de
palpitations :

A. holter ECG des 24 h 00


B. doppler cervico-encéphalique
C. échodoppler cardiaque
D. EEG
E. exploration électrophysiologique endocavitaire

Réponse: A

Un des éléments électrocardiographiques suivants est caractéristique des péricardites.Indiquez lequel?

A. allongement de QT
B. sous décalage de PQ
C. sous décalage de ST
D. onde Q
E. bloc de branche droite.

Réponse: B

Indiquer la proposition inexacte: Un patient de 45 ans sans facteur de risque particulier, fait brutalement une
tachycardie à 180 battements par minute. La tachycardie est fixe, non influencée par la position du malade, ni par
l'effort. La TA systolique est abaissée. La fin de la tachycardie est amorcée par une inspiration profonde et son arrêt
est brutal. Sur l'E.C.G., il existe une tachycardie à complexes fins. La crise de tachycardie par rythme réciproque peut
être stoppée :
A. par les manoeuvres vagales
B. par l'ATP (Striadyne) en bolus
C. par Pace Maker antitachycardique
D. par la digitaline en cas de fibrillation auriculaire associée à une voie accessoire
E. par l'isoptine (Verapamil)

Réponse: D

Un patient âgé de 63 ans, broncho-emphysémateux, se plaint à l'occasion d'une poussée de surinfection bronchique
d'une dyspnée et d'une tachycardie à l'effort. Un souffle systolique est entendu à l'auscultation cardiaque au niveau
xyphoïdien. L'examen clinique met en évidence des oedèmes des chevilles et une lame d'ascite. Sur
l'électrocardiogramme, on retrouve un aspect de tachycardie sinusale et une onde S profonde en V6. L'écho-doppler
cardiaque révèle l'existence d'une hypertension artérielle pulmonaire et d'une dilatatin du ventricule droit : Parmi les
signes électrocardiographiques ci-dessous, indiquez celui qui vous paraît incompatible avec le cas clinique
décrit :

A. Durée de l'onde P en D2 égale à 100 msec


B. Profondeur de l'onde S en V2 supérieure à 21 mms
C. Amplitude de l'onde P en D2 supérieure à 2.5 mms
D. Indice de Sokolow inférieur à 35 mms
E . Aspect de bloc de branche droit incomplet en V1

Réponse: D

Tous ces médicaments peuvent entraîner un bloc auriculo ventriculaire, sauf un.Indiquez lequel.

A. Verapamil
B. Amiodarone
C. Nifedipine
D. Flécaïnide
E. Digoxine

Réponse: C

Une homme de 64 ans vient consulter pour une hypertension artérielle de découverte récente à 190/110 mmHg
associée à des crampes très importantes des membres inférieurs rapidement rapportées à une kaliémie à 2,8 meq.
L'examen para clinique cité plus haut permet d'affirmer l'hyperplasie bilatérale des surrénales. Quel est le
traitement le mieux adapté?

A. les bêta bloquants


B. la spironolactone (aldactone)
C. un diurétique de l'anse
D. une antihypertenseur avec action centrale

Réponse: B

Au cours d'une crise d'angine de poitrine typique, après la prise sublinguale d'une dragée de trinitrine, la
douleur :

A. disparaît instantanément
B. disparaît en moins de 3 minutes
C. disparaît en environ 20 minutes
D. persiste inchangée
E. augmente d'intensité

Réponse: B

Quel est l'examen de choix pour diagnostiquer un épanchement péricardique :


A. la radio de thorax
B. l'électrocardiogramme
C. l'échocardiogramme
D. le cathétérisme droit
E. le telécoeur baryté

Réponse: C

Il s'agit d'un sujet de 55 ans, obèse, pléthorique, gros mangeur, fumeur et hypertendu qui avait fait deux mois
auparavant un accident vasculaire cérébral heureusement régressif. Il présente brutalement un syndrome douloureux
thoracique rétro-sternal ayant duré une quinzaine de minutes, accompagné de malaises et de sueurs. L'examen
clinique de ce patient montre essentiellement l'existence d'une bradycardie à 40 battements/minute, régulière et
stable. Il est pâle et couvert de sueurs. Lorsque le patient aura récupéré, il devrait faire l'objet d'un certain nombre
d'explorations. L'une d'entre elles est totalement inutile, précisez laquelle.

A. le scanner thoracique
B. l'épreuve d'effort électrocardiographique
C. la coronarographie
D. le dosage du cholestérol et des triglycérides
E. une échocardiogramme

Réponse: A

Quel est l'élément sémiologique qui permet d'affirmer l'origine cardiaque d'une hépatomégalie ?

1. OEdème des membres inférieurs


2. Ascite
3. Reflux hépatojugulaire
4. Caractère douloureux
5. Circulation collatérale

Réponse:3
Parmi les germes suivants, lequel est le plus souvent responsable d'endocardites aiguës

A le pneumocoque
B le gonocoque
C le staphylocoque doré
D le streptocoque viridans
E l'entérocoque

Réponse : C

Parmi les lésions suivantes, laquelle est la plus exposée au risque de greffe bactérienne d'origine dentaire

A rétrécissement mitral
B communication interauriculaire
C anévrisme de l'aorte
D insuffisance aortique
E thrombose veineuse du membre inférieur

Réponse : D

Devant la découverte d'une masse abdominale sus-ombilicale, l'existence d'un anévrisme de l'aorte sera
suspectée devant:

A le caractère douloureux de cette masse


B le caractère battant de cette masse
C le caractère expansif de cette masse
D la perception d'un "thrill"
E l'abolition des pouls fémoraux

Réponse : B-C

On doit craindre une thrombose de l'oreillette gauche lorsque existe(nt): (CM)

A une fibrillation auriculaire


B des lésions sous-valvulaires importantes
C une hypertension artérielle pulmonaire
D des antécédents d'embolie pulmonaire
E des antécédents d'embolie artérielle

Réponse : A-E

L'examen le plus fiable pour juger de l'importance des lésions sous-valvulaires est: (CS)
A l'auscultation du coeur
B l'électrocardiogramme
C l'évaluation hémodynamique
D l'échocardiogramme
E l'angiographie ventriculaire gauche

Réponse : D

Parmi les propositions concernant l'infarctus du myocarde chez la personne âgée, laquelle est fausse ?

1- l'infarctus du myocarde est souvent asymptomatique


2- la défaillance cardiaque est une complication fréquente
3- la douleur thoracique est la manifestation la plus fréquente
4- des nausées et vomissements peuvent être l'expression d'un infarctus du myocarde
5- une syncope peut révéler un infarctus du myocarde

Réponse : 3

Parmi les marqueurs biologiques suivants, lesquels sont spécifiques d'infarctus myocardique aigu (entre
la 6ème et la 11ème heure) ?

1- CPK
2- CPK-mb
3- Troponine
4- Myoglobine
5- LDH

Réponse : 2-3

Au cours de l'infarctus du myocarde, le syndrome vagal :

1- s'accompagne d'une tachycardie sinusale


2- est plus fréquent en cas d'infarctus inférieur
3- comporte une bradycardie importante
4- s'accompagne d'une hypotension artérielle
5- est amélioré par l'atropine

Réponse : 2-3-4-5

En cas de douleur thoraciques avec suspicion d'infarctus du myocarde on dose certaines protéines
plasmatiques pour différentes raisons :

1- la myoglobine car c'est le marqueur le plus précoce de la nécrose


2- la myoglobine car c'est un marqueur spécifique de la nécrose myocardique
3- la troponine I car c'est le marqueur le plus spécifique de la nécrose myocardique
4- la CPKMB - masse car c'est l'iso enzyme le plus spécifique des créatines kinases
5- la troponine car c'est le marqueur le plus précocement élevé

Réponse : 1-3-4

Parmi les propositions suivantes, lesquelles constituent des contre-indications absolues à la prescription
de -bloquants après un infarctus du myocarde ?
1- diabète de type II insulino-requérant
2- asthme traité par corticothérapie au long cours
3- un bloc de branche droit isolé à l'ECG
4- artériopathie oblitérant des membres inférieurs stade II
5- bradycardie sinusale de repos à 40 par minute à l'état basal

Réponse : 2-5

L'apparition d'un souffle systolique à la 48ème heure d'évolution d'un infarctus postéro-inférieur aigu doit
faire évoquer :

1- un obstacle éjectionnel ventriculaire gauche


2- une insuffisance tricuspidienne aiguë
3- une insuffisance mitrale aiguë par rupture de pilier
4- une communication inter-auriculaire
5- une communication inter-ventriculaire

Réponse : 3

Les caractères du frottement péricardique sont les suivants, sauf un. Lequel ?

1- superficiel mésocardiaque
2- protosystolique et télédiastolique
3- crissement de cuir neuf
4- doux froissement de la soie
5- persiste en apnée
Réponse : 2

Concernant la douleur de péricardite aiguë, toutes les propositions suivantes sont justes, sauf une.
Laquelle ?

1- la douleur s'accentue volontiers lors des mouvements respiratoires


2- la douleur peut s'accompagner de troubles du rythme supra-ventriculaires
3- l'ECG peut montrer des troubles diffus de la repolarisation
4- la douleur peut s'accompagner d'un frottement péricardique disparaissant en apnée
5- le traitement de 1ère intention est une prescription d'Aspégic*

Réponse : 4

Les signes électrocardiographiques de la péricardite aiguë comprennent :

1- un sous décalage de PQ et un sus décalage de ST


2- une normalisation de PQ et aplatissement de T
3- une onde Q transitoire en précordiales
4- une inversion de T
5- un allongement de l'espace PR

Réponse : 1-2-4

Parmi les signes suivants, lesquels sont très évocateurs du syndrome de tamponnade cardiaque :

1- turgescence des veines jugulaires


2- silhouette cardiaque peu mobile en scopie
3- signes d'oedème aigu pulmonaire
4- diminution inspiratoire de la pression artérielle systolique
5- pouls paradoxal

Réponse : 1-2-4-5

Toutes les affirmations suivantes concernant la péricardite aiguë bénigne virale sont vraies sauf une.
Laquelle ?

1- la douleur est habituellement vive


2- le frottement péricardique est souvent fugace
3- le décollement péricardique à l'échocardiogramme, signant la présence d'un épanchement, est constant

4- l'évolution vers la constriction péricardique est très rare


5- le traitement repose sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou l'aspirine

Réponse : 3

Parmi les signes cliniques suivants, lesquels sont typiques du tableau de tamponnade péricardique ?

1- tachycardie
2- dyspnée majorée par la position assise
3- tension artérielle effondrée ou pincée
4- turgescence des jugulaires
5- pouls paradoxal

Réponse : 1-3-4-5

Devant un état de choc cardiogénique par suspicion de tamponnade péricardique, quels sont les gestes à
faire en priorité ?

1- demander une numération formule sanguine


2- mettre en place une pression veineuse centrale ou mieux un cathéter de swann ganz
3- faire un drainage péricardique de 'sauvetage'
4- réaliser une échographie pour confirmer la tamponnade
5- réaliser une expansion volémique

Réponse : 3-4-5

L'angine de poitrine doit faire évoquer un spasme en cas de :

1- survenue au cours de l'effort


2- survenue au décours immédiat de l'effort
3- survenue exclusivement nocturne
4- répétition des crises à horaires fixes
5- inefficacité de la TNT

Réponse : 2-3-4

Quelles propositions concernant l'angor spastique (ou angor de Printzmetal) sont exactes?

1- il s'accompagne volontiers de troubles du rythme ventriculaire


2- il est compatible avec une capacité d'effort normale
3- il survient le plus souvent en l'absence de sténose coronaire significative
4- il se manifeste sur l'ECG percritique par un sous-décalage majeur de ST
5- il survient spontanément sans facteurs déclenchant

Réponse : 1-2-3-5

Parmi les signes cliniques suivants, lequel (lesquels) doit (doivent) faire évoquer une thrombose veineuse
profonde d'un membre inférieur

A une augmentation de la chaleur locale


B une abolition du pouls
C un oedème unilatéral du mollet
D une diminution de la sensibilité superficielle
E une dilatation veineuse superficielle

Réponse : A-C-E

Le bloc auriculo-ventriculaire est une complication de l'infarctus myocardique à la phase


aiguë. Les caractéristiques de ce bloc sont les suivantes, sauf une. Laquelle ?
1- précoce
2- survient dans 10 à 15 % des cas
3- il est sus-hisien et bénin dans l'infarctus inférieur
4- il est sous-hisien et grave dans l'infarctus antérieur
5- il persiste au-delà de trois semaines et devient chronique de façon définitive
Réponse : 5

Le diagnostic électrocardiographique de bloc auriculo ventriculaire complet repose sur :


1- dissociation auriculo-ventriculaire
2- rythme d'échappement inférieur à 30/min
3- rythme d'échappement régulier
4- nombre d'ondes P supérieur au nombre de QRS
5- nombre d'ondes P inférieur au nombre de QRS
Réponse : 1-3-4
Fibrillation auriculaire 1

Chez un patient présentant une fibrillation auriculaire d'installation récente et


anticoagulé de manière efficace par anti-vitamine K au long court, quelle situation
constitue une contre-indication au choc électrique externe ?
1- un traitement par cordarone
2- un rétrécissement mitral
3- une hyperthyroïdie évolutive
4- une mauvaise tolérance hémodynamique
5- des antécédents d'infarctus du myocarde
Réponse : 3
Un patient de 69 ans suivi pour une myocardiopathie dilatée primitive avec fraction
d'éjection à 40 % est hospitalisé pour une fibrillation auriculaire aiguë avec réponse
ventriculaire entre 140 et 150 par minute, responsable d'une aggravation de sa dyspnée.
Quel traitement allez-vous prescrire en première intention pour ralentir la réponse
ventriculaire de cette fibrillation auriculaire ?
1- Vérapamil (ISOPTINE®) 120 mg : deux comprimés par jour per os
2- Propranolol (AVLOCARDYL®) 40 mg : trois comprimés par jour per os
3- Amiodarone (CORDARONE®) 200 mg : quatre comprimés par jour per os
4- Digoxine (DIGOXINE®) 0,50 mg : deux ampoules par jour IV
5- cardioversion immédiate par choc électrique externe sous anesthésie générale
Réponse : 4

Parmi les cardiopathies responsables d'embolies systémiques, on peut citer :


1- l'infarctus du myocarde à la phase aiguë
2- la péricardite aiguë
3- le bloc auriculo-ventriculaire
4- le rétrécissement mitral en fibrillation auriculaire
5- la phlébite avec foramen ovale perméable
Réponse : 1-4-5

Quelles propositions concernant les complications de la fibrillation auriculaire sont


exactes ?
1- elle peut décompenser une valvulopathie jusque là bien tolérée
2- elle peut être responsable d'embolies artérielles systémiques
3- elle peut être responsable d'embolies pulmonaires
4- elle peut entraîner un angor en cas de réponse ventriculaire rapide
5- elle peut être responsable d'un oedème aigu du poumon
Réponse : 1-2-4-5

Monsieur D…, 69 ans, présente des épisodes de fibrillation auriculaire paroxystique sur
cardiopathie hypertensive et insuffisance mitrale minime (grade I). Une anticoagulation
au long cours par antivitamine-K est prescrite afin de prévenir le risque d'embolie
artérielle systémique. Quel est l'INR cible recommandé dans ce contexte ?
1- 1,5 à 2,5
2- 2,5 à 3,0
3- 3,0 à 3,5
4- 3,5 à 4,0
5- 4,0 à,4,5
Réponse : 2

Parmi les propositions suivantes concernant la fibrillation auriculaire, lesquelles sont


exactes ?
1- Elle survient exclusivement sur une cardiopathie sous-jacente
2- Elle est favorisée par une hypothyroïdie
3- Son traitement fait appel à la Lidocaïne (Xylocaïne®)
4- Elle nécessite, lors du premier épisode, la réalisation d'une échographie cardiaque
5- Son traitement de première intention fait appel aux digitaliques
Réponse : 4-5
Flutter auriculaire 1

Le flutter auriculaire comporte sur l'ECG :


1- des ondes F à une fréquence de 120 / mn
2- des complexes QRS à 100 / mn
3- la compression carotidienne déclenche un ralentissement par dégradation
allorythmique
4- plus de QRS que d'ondes F
5- des complexes de fusion
Réponse : 3
Toutes les propositions suivantes concernant le flutter auriculaire sont exactes, sauf
une. Laquelle ?
1- la fréquence auriculaire est habituellement aux alentours de 300/min
2- les digitaliques sont utiles pour ralentir la fréquence ventriculaire
3- les ondes de flutter sont repérées au mieux sur les dérivations DII, DIII, VF de l'ECG
4- le rythme sinusal peut être rétabli par la compression du sinus carotidien
5- le choc électrique externe est très efficace pour rétablir le rythme sinusal
Réponse : 4
Syncope cardiaque 1

Dans sa forme typique la syncope d'Adams-Stokes :


1- survient sans prodrome, sans lien avec l'effort ni avec la position
2- entraîne souvent la chute avec des lésions traumatiques
3- s'accompagne de pâleur intense et d'un état de relaxation musculaire complète
4- dure généralement moins de 30 secondes
5- est souvent suivie d'un état d'obnubilation post-critique
Réponse : 1-2-3-4
Tachycardie ventriculaire 1

La tachycardie paroxystique supraventriculaire ou jonctionnelle est :


1- idiopathique du sujet jeune
2- due à un syndrome de Wolff Parkinson White
3- due à une élévation de la TSH
4- due à une hypokaliémie
5- une diminution de la TSH
Réponse : 1-2

Les étiologies des tachycardies ventriculaires sont :


1- la péricardite constrictive
2- la dysplasie arythmogène du ventricule droit
3- l'anévrysme post infarctus
4- le coeur pulmonaire aigu
5- l'embolie pulmonaire
Réponse : 2-3

La survenue de fibrillation ventriculaire à grande maille nécessite :


1- l'administration d'adrénaline 1 mg IV pour permettre le passage en fibrillation petite
maille
2- l'utilisation de bicarbonate de sodium 1mmol/kg
3- une défibrillation à 7 J /kg
4- une défibrillation à 3 J /kg
5- l'utilisation de lidocaïne 1 mg/kg si la fibrillation persiste
Réponse : 4-5
Surveillance des anti-coagulants 1

Les héparines de bas poids moléculaire :


1- sont formellement contre-indiquées en cas d'antécédents allergiques à l'héparin
2- ont une action anti-Xa
3- se prescrivent par voie intraveineuse
4- ne sont pas utilisables dans le contexte de l'urgence
5- ne peuvent être utilisées en curatif dans le traitement de l'embolie pulmonaire de
faible gravité
Réponse : 2

Un traitement par héparine standard à dose anticoagulante est débutée au Service


d'Accueil et d'Urgence chez une patiente de 35 ans pour embolie pulmonaire. Sur quels
éléments biologiques doit porter la surveillance de ce traitement ?
1- taux de prothrombine
2- temps de céphaline activée
3- numération de plaquettes
4- taux de fibrinogène
5- dosage de l'antithrombine III
Réponse : 2-3
Endocardite bacterienne 1

Parmi les bactéries ci-dessous citées, laquelle est le plus fréquemment responsable de
l'endocardite d'Osler ?
1- staphylocoque doré
2- pneumocoque
3- streptocoque D
4- streptocoque non – D
5- bacille Gram négatif
Réponse : 4

Quand doit-on débuter l'antibioprophylaxie par Clamoxyl Peros chez un patient porteur
d'un souffle d'insuffisance mitrale et qui doit bénéficier d'une avulsion dentaire ?
1- une semaine avant les soins
2- trois jours avant les soins
3- une heure avant les soins
4- une heure après les soins
5- jamais
Réponse : 3

Quelle est la cardiopathie sur laquelle se greffe le plus souvent une affection
oslérienne ?
1- rétrécissement mitral
2- insuffisance mitrale
3- rétrécissement aortique
4- insuffisance aortique
5- communication inter auriculaire
Réponse : 4

Parmi les propositions suivantes concernant l'antibioprophylaxie de l'endocardite


infectieuses avant soins dentaires chez un homme de 56 ans, asymptomatique, sans
allergie connue, et porteur d'une prothèse valvulaire mitrale mécanique, laquelle
retenez-vous ?
1- aucune antibioprophylaxie n'est nécessaire dans ce cas
2- Amoxicilline (Clamoxyl®) per os : 3 grammes en une seule prise une heure avant les
soins
3- Amoxicilline (Clamoxyl®) per os : 1 gramme matin, midi et soir pendant 48 heures
avant et après les soins
4- Pénicilline G 1.500.000 UI et Nétromicine 5 mg/Kg IV en perfusion unique pendant
les soins dentaires
5- Pénicilline G 1.500.000 UI et Nétromicine 5 mg/Kg IV en perfusion toutes les 12
heures pendant les 36 heures encadrant les soins
Réponse : 2

Une endocardite infectieuse doit être soupçonnée en présence :


1- d'une hémiplégie fébrile chez un sujet de 65 ans
2- d'une insuffisance cardiaque fébrile
3- d'un infarctus viscéral chez un sujet de 30 ans
4- d'une fièvre avec souffle cardiaque et avec hémoculture négative
5- d'un érythème noueux, survenant 15 jours après un épisode diarrhéique fébrile
Réponse : 1-2-3-4
Parmi les situations cliniques suivantes, lesquelles nécessitent la prescription d'une
antibioprophylaxie de l'endocardite infectieuse avant soins dentaires ?
1- adolescente de 16 ans asymptomatique présentant un souffle fonctionnel
anorganique aux foyers d'auscultation aortique et pulmonaire
2- patiente de 43 ans ayant bénéficié 3 ans auparavant d'une valvuloplastie mitrale
percutanée pour rétrécissement mitral
3- patient de 53 ans, porteur d'une prothèse valvulaire mécanique en position aortique
4- jeune garçon de 14 ans asymptomatique, sans souffle à l'auscultation cardiaque, dont
la mère est suivie pour une insuffisance mitrale d'origine rhumatismale
5- patient de 32 ans aux antécédents d'endocardite infectieuse tricuspidienne à
staphylocoques 2 ans auparavant
Réponse : 2-3-5

Quelle est l'antibioprophylaxie à prescrire chez un valvulopathe cardiaque, avant une


extraction dentaire ?
1- tétracycline
2- fluoroquinolone
3- amoxicilline
4- cotrimoxazole (Bactrim)
5- pénicilline M
Réponse : 3

Parmi les situations cliniques suivantes, lesquelles imposent une antibioprophylaxie de


l'endocardite infectieuse avant des soins dentaires ?
1- adolescent de 14 ans présentant une communication interauriculaire
2- enfant de 12 ans présentant un souffle systolique éjectionnel fonctionnel
3- patient de 42 ans présentant un rétrécissement mitral post-rhumatismal
4- patient de 70 ans porteur d'une prothèse valvulaire mécanique en position aortique
5- adolescent de 15 ans présentant une communication interventriculaire de type I
Réponse : 3-4-5
Quels sont les antibiotiques qui, seuls ou associés, peuvent être prescrits dans le cas
d'une endocardite infectieuse à streptocoque ingroupable
1- Amoxicilline
2- Aminoside
3- Fluoroquinolone
4- Cycline
5- Pénicilline G
Réponse : 1-2-5
Endocardite bacterienne 2

L'endocardite infectieuse a de multiples complications potentielles. Laquelle des


propositions suivantes n'est pas une complication de l'endocardite infectieuse aortique ?

1- Accident vasculaire cérébral


2- Abcès splénique
3- oedème aigu du poumon
4- Embolie pulmonaire septique
5- Bloc auriculo-ventriculaire complet
Réponse : 4
Insuffisance aortique 1

Quelles sont les données hémodynamiques qui permettent d'apprécier l'importance et la


sévérité d'une insuffisance aortique ?
1- l'élévation de la pression capillaire pulmonaire
2- l'élévation de la pression télédiastolique ventriculaire gauche
3- la chute de la fraction d'éjection ventriculaire gauche
4- l'abaissement de la pression diastolique aortique
5- l'élévation de la pression systolique aortique
Réponse : 1-2-3-4
Insuffisance mitrale 1

Dans quelles formes étiologiques d'insuffisance mitrale peut-on être amené à une
solution chirurgicale rapide ?
1- rupture de pilier lors d'un infarctus du myocarde
2- prolapsus idiopathique de la valve mitrale (Maladie de Barlow)
3- rupture de cordage
4- insuffisance mitrale rhumatismale
5- insuffisance mitrale secondaire à une endocardite aiguë
Réponse : 1-3-5
Rétrécissement aortique 1

Parmi les propositions suivantes relatives à une sténose aortique serrée, une seule est
inexacte. Laquelle ?
1- le deuxième bruit est diminué ou aboli
2- l'orifice valvulaire aortique est souvent calcifié à l'échographie
3- il peut exister un frémissement à la palpation de l'aire cardiaque
4- il existe une diminution de la pression artérielle diastolique responsable d'un
élargissement de la différentielle
5- il existe sur l'ECG un aspect d'hypertrophie ventriculaire gauche avec surcharge
systolique
Réponse : 4
Rétrécissement mitral 1

Quelle est la proposition fausse à propos du rétrécissement mitral ?


1- le roulement siège à la pointe
2- le roulement est mieux perçu en décubitus latéral gauche
3- le roulement s'accompagne d'un frémissement cataire
4- le roulement diminue à l'effort
5- le roulement diminue lors de l'arythmie complète
Réponse : 3

Parmi les situations cliniques suivantes, laquelle n'est pas une complication du
rétrécissement mitral ?
1- une ischémie aiguë du membre inférieur droit
2- un œdème aigu pulmonaire
3- une tachycardie ventriculaire
4- une fibrillation auriculaire proxystique
5- une insuffisance cardiaque droite
Réponse : 3

Les complications du rétrécissement mitral sont :


1- l'arythmie par fibrillation auriculaire
2- les embolies systémiques
3- l'oedème aigu pulmonaire
4- l'insuffisance cardiaque droite
5- la dissection aortique
Réponse : 1-2-3-4

L'auscultation du rétrécissement mitral en rythme sinusal permet d'entendre :


1- un éclat de B1
2- un click microtélésystolique
3- un roulement diastolique
4- un renforcement présystolique du roulement
5- un souffle d'insuffisance tricuspidienne
Réponse : 1-3-4-5

Au cours d'un rétrécissement mitral pur serré, l'examen hémodynamique retrouve


habituellement :
1- une augmentation de la pression systolique du ventricule droit
2- un gradient de pression entre le ventricule gauche et l'aorte
3- augmentation de la pression capillaire pulmonaire
4- une altération de la fonction systolique ventriculaire gauche
5- un gradient de pression diastolique entre le capillaire pulmonaire et le ventricule
gauche
Réponse : 1-3-5

Une femme de 38 ans d'origine congolaise est hospitalisée pour une ischémie aiguë du
membre inférieur gauche, précédée quelques heures auparavant d'un épisode de
dysartrhie rapidement et complètement résolutif. Vous évoquez un rétrécissement
mitral compliqué d'accidents emboliques systémiques. Parmi les constatations cliniques
suivantes, lesquelles sont compatibles avec ce diagnostic ?
1- fibrillation auriculaire
2- auscultation cardiaque normale
3- anisotension
4- purpura cutanéo-muqueux
5- crépitants pulmonaires bilatéraux dans les bases
Réponse : 1-2-5
Surveillance d'un porteur de prothèse valvulaire 1

Chez un patient porteur d'une prothèse mécanique à double ailette en position mitrale,
une dysfonction de prothèse doit être évoquée devant :
1- l'apparition d'un souffle systolique au foyer mitral
2- la survenue d'une embolie pulmonaire
3- la survenue d'une ischémie aiguë du membre inférieur droit
4- la survenue d'un oedème aigu pulmonaire
5- la découverte d'une anémie hémolytique
Réponse : 1-3-4-5

QCM n° 1: Au cours des artériopathies athéroscléreuses, toutes les propositions suivantes sont justes sauf
une.
Laquelle ?
A. Le tabac constitue le principal facteur de risque
B. La mesure de la pression systolique à la cheville est un élément important de la surveillance
C. L'oblitération fémorale superficielle est une indication élective d'une angioplastie
D. La mortalité coronaire est d'environ 20 % à 5 ans
E. Une artériographie est nécessaire en cas d'ischémie critique

QCM n° 2 : Le syndrome de Conn est caractérisé par les signes biologiques suivants, sauf un. Lequel ?
A. Hypokaliémie
B. Hyponatrémie
C. Alcalose métabolique
D. Aldostéronurie accrue
E. Cortisol plasmatique normal

QCM n° 3 : A l'occasion d'un accident hémorragique sévère au cours d'un surdosage thérapeutique par
l'héparine,
indiquez la mesure qui vous paraît la plus appropriée :
A. Demander en urgence un taux de prothrombine
B. Injecter en urgence du PPSB à la dose de 20 U/kg
C. Injecter du sulfate de protamine par voie intraveineuse à la même dose en unités que celle de la dernière injection
d'héparine
D. Injecter 20 mg de vitamine K par voie intraveineuse
E. Transfuser du plasma frais congelé pour neutraliser l'héparine circulante
QCM n° 4 : Parmi les bactéries suivantes, quelle est celle qui est un agent d'endocardite d'Osler ?
A. Haemophilus ducreyi
B. Leptospira pomona
C. Haemophilus influenzae
D. Streptococcus faecalis
E. Salmonella typhimurium

QCM n° 5 : En l'an 2000, dans les pays industrialisés, quel est le groupe de cardiopathies le plus
fréquemment
responsable d'insuffisance cardiaque ?
A. Les valvulopathies
B. Les cardiopathies ischémiques
C. Les cardiopathies hypertensives
D. Les cardiopathies congénitales
E. Les cardiomyopathies idiopathiques

QCM n° 6 : Une hyponatrémie avec déplétion sodée s'observe au cours :


A. Du syndrome de sécrétion inappropriée d'ADH
B. De l'insuffisance cardiaque congestive
C. De l'insuffisance surrénale aiguë
D. Des traitements par diurétiques de l'anse
E. Du syndrome hépato-rénal

QCM n° 7 : Parmi les 5 cardiopathies suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui peut (peuvent) entraîner
la survenue d'un angor :
A. Rétrécissement aortique
B. Rétrécissement mitral
C. Insuffisance aortique
D. Insuffisance mitrale
E. Anévrysme de l'aorte thoracique descendante

QCM n° 8 : Le tabac augmente le risque :


A. De cancer bronchique à petites cellules
B. De bronchite chronique obstructive
C. De mésothéliome
D. De fibrose interstitielle diffuse
E. De syndrome ventilatoire restrictif

QCM n° 9 : A propos de la responsabilité disciplinaire du médecin, quelles sont les propositions exactes ?
A. Elle est appréciée en fonction des règles énoncées dans le code de déontologie
B. La première instance en matière de juridiction ordinale est le Conseil Départemental de l'Ordre des Médecins
C. Elle ne peut s'appliquer qu'aux médecins thésés
D. Les médecins du Service Public Hospitalier ne peuvent être considérés comme responsables au plan disciplinaire
que devant leur administration
E. Le Conseil National de l'Ordre des Médecins comporte une instance d'appel

QCM n° 10 :Lors de l'auscultation d'une sténose mitrale le(s)quel(s) de ces signes s'attend-on à trouver ?
A. Un souffle diastolique latéro-sternal gauche
B. Un troisième bruit
C. Un claquement d'ouverture
D. Une diminution d'intensité du premier bruit
E. Un roulement diastolique de pointe

QCM n° 11 : Chez un patient présentant une insuffisance surrénale aiguë, il faut en urgence administrer :
A. De l'hydrocortisone par voie veineuse
B. Du sérum glucosé
C. Seulement de l'hydrocortisone per os
D. Du potassium
E. Du sérum salé

QCM n° 12 : A quel(s) diagnostic(s) faut-il penser en premier devant un jeune adulte apyrétique qui
consulte pour
une douleur thoracique gauche et une dyspnée aiguë ?
A. Pneumonie franche lobaire aiguë
B. Pleurésie
C. Pneumothorax spontané
D. Embolie pulmonaire
E. Péricardite aiguë bénigne

QCM n° 13 : Un malade est traité depuis 8 jours par l'héparine (perfusion continue) pour une thrombose
veineuse. Il est décidé de prendre le relais par les AVK.
A. La dose initiale d'AVK doit être élevée (dose charge) pour accélérer le taux de prothrombine
B. Il est possible d'équilibrer un traitement AVK en moins de 3 jours
C. Le traitement par l'héparine doit toujours être arrêté 2 jours après la première prise d'AVK
D. L'INR doit être mesuré 36-48 heures après la lère prise d'AVK puis 36-48 heures après chaque modification
posologique jusqu'à obtenir 2 INR stables
E. L'adaptation posologique des AVK s'effectue principalement selon l'hypocoagulabilité mesurée par TCA

QCM n° 14 : L'aspirine
A. Stimule la phospholipase A2
B. Stimule les contractions utérines
C. Ne franchit pas la barrière foeto-placentaire
D. Est un puissant inducteur enzymatique
E. Aucune de ces réponses

Les réponses :

1) C; Commentaires : le pontage est préférable.


2) B.
3) C; Commentaires : La protamine neutralise l'héparine (1 mg pour 100 UI d'héparine).
4) D; Commentaires : Rechercher une porte d'entrée digestive.
5) B.
6) C; D; Commentaires : B et E : Rétention hydrosodée. A : Rétention d'eau pure.
7) A; C; E; Commentaires : D : Rare mais possible. E : Par contre, les anévrysmes de l'aorte ascendante peuvent
entraîner un;angor.
8) A; B ; Commentaires : E : Au contraire, syndrome obstructif.
9) A; E; Commentaires - Le dernier recours est le Conseil d’Etat.;- La première instance est le Conseil Régional de
l’Ordre.
10) A;E;Commentaires : - Le dernier recours est le Conseil d’Etat.;- La première instance est le Conseil Régional de
l’Ordre.
11) A; B; E.
12) C; D; Commentaires : A : Fébrile. B : Rarement aiguë. E : Douleur médiothoracique.
13) D.
14) E; Commentaires : A : Inhibe la cyclo-oxygénase.

QCM n° 15 : Quel symptôme peut-on trouver au stade 1 des artériopathies des membres inférieurs selon
la classification de Leriche et Fontaine ?
A. Claudication intermittente à moins de 150 mètres
B. Claudication intermittente à plus de 500 mètres
C. Douleur nocturne du pied
D. Trouble trophique d'un orteil
E. Aucun de ces signes

QCM n° 16 : L'infarctus du myocarde sous-endocardique est caractérisé à la phase aiguë par tous les
éléments
suivants sauf un. Lequel ?
A. Atteinte ventriculaire gauche non transmurale
B. Elévation enzymatique
C. Apparition d'ondes Q significatives sur l'ECG
D. Lésion sous-endocardique sur l'ECG
E. Douleur constrictive médio-thoracique prolongée

QCM n° 17 : Au lendemain d'une perte de connaissance survenue sans témoins, un examen


complémentaire peut
apporter la certitude que le patient a convulsé (I'ECG est normal). Lequel ?
A. Electroencéphalogramme
B. Electromyogramme
C. Hyperkaliémie
D. Elévation de la C.P.K.
E. Alcoolémie

QCM n° 18 : La péricardite chronique constrictive s’accompagne des modifications suivantes :


A. Les pressions systoliques (pressions intracardiaques) sont abaissées
B. Les pressions diastoliques sont élevées
C. Il y a un dip-plateau
D. Il existe un gradient intra-ventriculaire
E. Il existe un gradient auriculo-ventriculaire

QCM n° 19 : L’oedème aigu du poumon d’origine hémodynamique (indiquer la ou les bonnes réponses) :
A. Traduit une insuffisance cardiaque droite sévère
B. Peut compliquer un rétrécissement mitral serré
C. Est dû à un bronchospasme
D. Est toujours la conséquence d’une élévation de la pression capillaire pulmonaire
E. Traduit une altération de la fonction cardiaque gauche

QCM n° 20 : Quelle(s) est (sont) la(les) caractéristique(s) des endocardites bactériennes aiguës
tricuspidiennes ?
A. Fréquente chez les héroïnomanes
B. Staphylocoque souvent responsable
C. Végétations souvent très volumineuses à l'échographie
D. Embolies pulmonaires septiques fréquentes
E. Traitement chirurgical toujours nécessaire

QCM n° 21 : Quels sont les facteurs favorisant une poussée d'insuffisance cardiaque ?
A. Une infection bronchopulmonaire
B. Une intervention chirurgicale abdominale
C. Un stress modéré
D. Un écart de régime
E. Un trouble du rythme

QCM n° 22 : La mortalité par maladies cardiovasculaires (MCV) varie dans le temps en France et cette
évolution
peut être associée à plusieurs facteurs possibles :
A. La mortalité par MCV augmente, ce qui est associé à une augmentation de l'hypertension artérielle
B. La mortalité par MCV augmente, ce qui est associé à une augmentation du tabagisme
C. La mortalité par MCV augmente mais on ne sait pas exactement pour quelle(s) raison(s)
D. La mortalité par MCV diminue ce qui s'explique par des facteurs démographiques
E. La mortalité par MCV diminue, mais on ne sait pas exactement pour quelle(s) raison(s)

QCM n° 23 : Quels sont les signes suffisants et nécessaires pour diagnostiquer un arrêt cardio-respiratoire
?
A. Mydriase
B. Cyanose
C. Perte de connaissance
D. Absence de pouls
E. Arrêt respiratoire

QCM n° 24 : Une IVG peut se compliquer :


A. De rétention placentaire
B. D'infection génitale
C. De perforation utérine
D. De rupture du col de l'utérus
E. D'immunisation rhésus

QCM n° 25 : Une femme de 35 ans a une valve de Starr mitrale implantée pour maladie mitrale
rhumatismale. Quelle
est la réponse exacte ?
A. Un traitement anticoagulant oral par antivitamines K est nécessaire pendant un an
B. Un traitement héparinique est nécessaire pendant un mois, relayé par un traitement antiagrégant plaquettaire
C. Un traitement anticoagulant oral par les antivitamines K doit être poursuivi « à vie »
D. Un traitement héparinique est nécessaire pendant le premier mois post-opératoire. Passé ce délai, aucun traitement
modifiant l'hémostase
E. Un traitement exclusif par antiagrégants plaquettaires est entrepris d'emblée

QCM n° 26 : Dans les familles des diurétiques de l'anse le fait que le bumétanide (BurinexÒ) soit prescrit
sous forme
de comprimés dosés à 1 mg alors que le furosémide (LasilixÒ) l'est sous forme de comprimés dosés à 40
mg, signifie que :
A. Le bumétanide est susceptible de rester efficace chez des patients résistants au furosémide
B. Le bumétanide est plus puissant que le furosémide, sans que cela n'implique un intérêt thérapeutique particulier
C. L'effet natriurétique maximal du bumétanide est supérieur à celui du furosémide
D. Les deux diurétiques de l'anse ont des mécanismes d'action différents
E. Les effets indésirables du bumétanide sont plus rares que ceux du furosémide

QCM n° 27 : Un infarctus myocardique latéral donne des signes directs dans les dérivations ECG :
A. D1, VL, V5, V6
B. D2, D3, VF
C. V2, V3, V4
D. VR, D2, VF
E. V7, V8, V9
QCM n° 28 : Le choc anaphylactique :
A. Est fatal dans la majorité des cas
B. Peut s'accompagner de manifestations cutanées à type d'urticaire
C. Est surtout provoqué par des allergènes inhalés
D. Est dû principalement à une libération de C3a et C5a
E. Est dominé par un collapsus vasculaire

QCM n° 29 : Devant une tachycardie régulière à complexes fins, quels diagnostics doivent être envisagés ?
A. Tachycardie sinusale
B. Flutter auriculaire
C. Maladie de Bouveret
D. Tachycardie ventriculaire
E. Fibrillation auriculaire

QCM n° 30 : Les anticoagulants oraux :


A. Inhibent la synthèse hépatique des facteurs PPSB activés de la coagulation et donc diminuent leur concentration
sanguine
B. Peuvent être déplacés des sites de liaison sur les protéines plasmatiques
C. Traversent la barrière foeto-placentaire
D. Ont leur activité anticoagulante diminuée du fait de l'interaction de substances qui sont les inducteurs
enzymatiques tels les barbituriques
E. Ont leur activité anticoagulante antagonisée par le sulfate de protamine

Les réponses:

15) E; Commentaires : A et B témoignent d'un stade II.; C du stade III.;D du stade IV.
16) C; Commentaires : L'apparition d'une onde Q signe la lésion transmurale.
17) A; Commentaires : En montrant des signes de la série comitiale.
18) A; B; C
19) B; D; E; Commentaires : D : contrairement à l'oedème lésionnel où la pression capillaire est basse.E : la
dysfonction VG entraîne une élévation de la pression capillaire.
20) A; B; C; D; Commentaires : A et B : Par injection intraveineuses de bactéries. et D : Classique.;E : Sauf pour les
endocardites à champignons, un traitement médical suffit en;général.
21) A; B ; C; D ; E ; Commentaires: C : Peut déclencher une poussée ischémique.
22) A; B
23) D; E.
24) A; B; C; D; E.
25) C; Commentaires : Viser un INR entre 3 et 3,5.
26) B; Commentaires : A : non.C : effet natriurétique identique.;D : ils agissent tous les deux au niveau de l’anse
ascendante de Henlé.E : aucun rapport avec la dose.
27) A.
28) B; E; Commentaires : Les allergènes sont surtout alimentaires ou injectés (venins d’hyménoptères).;Les
anaphylatoxines C3a et C5a sont impliquées dans les réactions;anaphylactoïdes.
29) A; B; C; Commentaires : D : complexes larges.E : irrégulière.
30) A; B; C; D; Commentaires : Les AVK inhibent la gammacarboxylation hépatique de facteurs II, VII, IX et X.

QCM n° 31 : Les inhibiteurs de l'enzyme de conversion :


A. Sont responsables de toux
B. Favorisent la dégradation de la bradykinine
C. Sont des antagonistes compétitifs de l'angiotensine II
D. Sont contre-indiqués chez un insuffisant cardiaque
E. Diminuent la libération de rénine

QCM n° 32 : Par rapport à la population générale, la concentration de cholestérol HDL est plus basse en
moyenne
chez les :
A. Obèses
B. En cas d'ingestion modérée d'alcool
C. Fumeurs
D. Hyperlipidémie de type IV
E. Coureurs de fond

QCM n° 33 : Un rétrécissement aortique valvulaire serré peut se compliquer de :


A. Mort subite
B. Embolie calcaire
C. Insuffisance ventriculaire gauche
D. Endocardite bactérienne
E. Syncope d'effort

QCM n° 34 : Les endocardites bactériennes du coeur droit ont certaines des caractéristiques suivantes,
lesquelles ?
A. Coeur antérieurement sain
B. Secondaire à une injection I.V. de drogue
C. Staphylocoque souvent responsable
D. Association fréquente à une endocardite du coeur gauche
E. Embolies pulmonaires septiques fréquentes

QCM n° 35 : Une péricardite fibrineuse :


A. Peut être d'origine tuberculeuse
B. A un aspect histologique de réseau éosinophile filamenteux
C. Peut se résorber totalement
D. L'exsudat qui la caractérise est responsable du frottement péricardique perçu à l'auscultation
E. Peut aboutir à un comblement de la cavité séreuse

QCM n° 36 : Une hypokaliémie peut avoir les conséquences suivantes :


A. Syncope
B. Allongement de l'espace QT
C. Trouble de la fonction de concentration des urines
D. Diarrhées
E. Crampes musculaires

QCM n° 37 : Athérosclérose : parmi les propositions suivantes, quelle(s) est (sont) celle(s) qui est (sont)
exacte(s) ?
A. Les stries lipidiques évoluent inéluctablement vers une plaque calcifiée
B. Les lésions débutent au niveau de la media des artères
C. Les lésions intéressent surtout l'intima des grosses veines
D. Les artères et les veines sont atteintes
E. Les lésions dominent au niveau des artères de gros et moyen calibre

QCM n° 38 : Quels sont les facteurs susceptibles de favoriser l'athérosclérose ?


A. Tabagisme
B. Hypertension artérielle
C. Contraceptifs oraux
D. Rétrécissement mitral
E. Sédentarité

QCM n° 39 : Parmi les propositions suivantes concernant les effets des inhibiteurs de l'enzyme de
conversion de
l'angiotensine (IEC), laquelle est fausse ?
A. Les IEC augmentent la kaliurèse
B. Les IEC augmentent la natriurèse
C. Les IEC sont à l'origine d'une dilatation artérielle et veineuse
D. Les IEC diminuent la kaliurèse
E. Les IEC diminuent la sécrétion de rénine

QCM n° 40 : L'acidose métabolique avec hyperkaliémie s'observe dans la situation suivante :


A. Vomissements abondants
B. Insuffisance rénale chronique terminale
C. Diarrhée
D. Syndrome de Cushing
E. Traitement diurétique par thiazidique

QCM n° 41 : Quelle est au niveau de la plaque d'athérosclérose la complication anatomique locale


nécessaire à
l'apparition ultérieure d'une embolie athéromateuse ?
A. Thrombose
B. Anévrysme
C. Calcification
D. Ulcération
E. Hémorragie dans la plaque

QCM n° 42 : L'augmentation inspiratoire du souffle systolique xiphoïdien est un argument en faveur de :


A. Insuffisance mitrale
B. Maladie mitrale
C. Rétrécissement mitral
D. Insuffisance tricuspidienne
E. Rétrécissement aortique

QCM n° 43 : A propos de l'infarctus du myocarde antéro-septal, quelle est la proposition fausse ?


A. Les signes électriques directs sont observés dans les dérivations précordiales droites (V1, V2, V3)
B. Il correspond habituellement à une occlusion de l'artère interventriculaire antérieure
C. Il peut se compliquer de rupture du septum interventriculaire
D. Il peut se compliquer d'un syndrome péricardique aigu plusieurs semaines après le début de la nécrose
E. Il se complique assez souvent d'une extension vers le ventricule droit

QCM n° 44 : Parmi les techniques d'auscultation suivantes, quelle est la plus adéquate pour rechercher
une insuffisance aortique ?
A. Patient assis penché en avant et en expiration forcée
B. Patient en décubitus latéral gauche et après effort
C. Patient en décubitus latéral droit, en inspiration forcée
D. Patient en décubitus dorsal
E. - Patient assis penché en avant et en inspiration forcée

QCM n° 45 : Parmi ces différentes propositions concernant le potassium, on peut considérer comme exact
que :
A. 50 % du potassium total est intracellulaire
B. L'alcalose majore la kaliémie
C. L'hypokaliémie majore la toxicité de la digitaline
D. L'hypokaliémie entraîne des troubles de la conduction neuromusculaire
E. Le mécanisme de l'hypokaliémie est toujours une perte urinaire

QCM n° 46 : Concernant l'I.V.G. en France :


A. Tout médecin peut refuser de la pratiquer
B. Dans le cas d'une mineure, celle-ci doit rédiger la demande écrite, hors la présence de ses parents
C. Cet acte n'est pas pris en charge par l'assurance maladie
D. L'autorisation parentale est requise pour les mineures
E. Le nombre d'I.V.G. dans un établissement hospitalier public ou privé ne doit pas représenter plus du quart des
actes réalisés chaque année

QCM n° 47 : Lors d'une épreuve d'effort maximale, quels sont les signes évocateurs d'une insuffisance
coronarienne?
A. Déclenchement d'une douleur constrictive rétro-sternale
B. Sous-décalage horizontal du segment ST supérieur à 2 mm et de durée supérieure à 0,08 sec
C. Elargissement de QRS
D. Dyspnée d'effort importante
E. Elévation tensionnelle

QCM n° 48 : Devant un état de choc cardiogénique par suspicion de tamponnade péricardique, quel est ou
quels sont les gestes à faire en priorité ?
A. Demander une numération formule sanguine
B. Mettre en place une pression veineuse centrale ou mieux un cathéter de Swan Ganz
C. Faire un drainage péricardique « de sauvetage »
D. Réaliser une échocardiographie pour confirmer la tamponnade
E. Réaliser une expansion volémique rapide

QCM n° 49 : Chez une femme enceinte de 8 mois, vous avez la certitude d'une thrombose veineuse
fémorale sans
embolie pulmonaire. Quelle thérapeutique préconisez-vous dans l'immédiat?
A. Antivitamines K avec doses de charge
B. Héparinothérapie
C. Antiagrégants plaquettaires
D. Traitement thrombolytique
E. Interruption de la veine cave inférieure

QCM n° 50 : Chez un patient âgé de 65 ans dont l'auscultation cardiaque était normale deux mois
auparavant, on
constate devant une dyspnée d'effort durant depuis quelques jours, l'apparition d'un souffle systolique
intense témoignant d'une insuffisance mitrale dans un contexte par ailleurs normal (pas de fièvre, pas de
douleur, électrocardiogramme normal ...). Quelle cause doit-on évoquer ?
A. Endocardite bactérienne
B. Prolapsus mitral
C. Rupture de cordage mitral
D. Infarctus du myocarde
E. Rupture d'un pilier mitral

Les réponses

31) A; Commentaires :;La kininase II, inhibée par les IEC, est l’enzyme qui dégrade les kinines.;Il y a accumulation
de bradykinine lors d’un traitement par IEC (responsable de; la toux).
32) A; C; D.
33) A; B; C;D; E.
34) A; B; C; D; E; Commentaires : Les endocardites du coeur droit se voient surtout chez les drogués, parfois chez;
les porteurs de « pace-maker ».
35) A; B; C; D; E; Commentaires : La fibrine est éosinophile. Cependant, la description histologique montre
également une inflammation importante des feuillets péricardiques.
36) A; B; C; E; Commentaires : D : la diarrhée est une cause d’hypokaliémie et non une conséquence. Il existe; dans
les hypokaliémies sévères une diminution de la mobilité du grêle avec; parfois un iléus
paralytique.
37) E.
38) A; B; E; Commentaires : Les contraceptifs oraux (surtout de dernière génération) ne sont pas un facteur;
d’athérosclérose.
39) A; Commentaires : Les IEC en bloquant la production d’aldostérone, diminuent la kaliurèse;(risque
d’hyperkaliémie, surtout en cas d’insuffisance rénale).;Les IEC, au contraire, augmentent la sécrétion de
rénine.
40) B; CCommentaires : Les vomissement entraînent une alcalose métabolique par perte acide gastrique.
41) D; Commentaires : D : principal facteur de risque de complication emboligène.
42) D.
43) E; Commentaires : C’est l’infarctus inférieur qui se complique souvent d’extension au VD.
44) A; Commentaires : La valve aortique est ainsi proche du stéthoscope.
45) C; D; Commentaires : 98 % du K+ est intracellulaire. L’alcalose entraîne une hypokaliémie. L’hypokaliémie
entraîne des paralysies musculaires. L’hypokaliémie peut résulter de mouvements du
pool potassique (transfert interne vers les cellules).
46) A; B; D; E.
47) A; B; Commentaires : C – D et E ne sont pas spécifiques d’angor.
48) C; D; Commentaires : Cette QCM est très mal formulée. L’échographie est obligatoire pour confirmer le
diagnostic. Cependant, le drainage dit de sauvetage ne se pratique au lit du malade sous échographie
qu’en cas de mort imminente. Le remplissage vasculaire prudent peut se discuter. Le cathéter artériel pulmonaire n’a
plus sa place dans le diagnostic.
49) B.
50) ;C; Commentaires :;A : contexte fébrile.;B : ce n’est pas une cause d’IM aiguë.;D : ECG serait perturbé. E : pas
le contexte, survient au cours d’un infarctus.

QCM n° 51 : Un homme de 50 ans consulte pour une douleur thoracique constrictive angoissante
d'apparition récente
survenant à la marche, forçant à l'arrêt et cédant rapidement. Quelle est la proposition la plus appropriée?
A. Infarctus du myocarde ambulatoire
B. Dystonie neurovégétative
C. Angine de poitrine
D. Dissection aortique débutante
E. L'épreuve d'effort est indispensable au diagnostic

QCM n° 52 : La survenue d'une salve de rythme idio-ventriculaire accéléré (RIVA) à la phase aiguë d'un
infarctus du
myocarde :
A. Est un élément de mauvais pronostic
B. Traduit un infarctus étendu
C. Impose un traitement anti-arythmique systématique
D. Est une indication de traitement digitalique
E. Aucune des réponses ci-dessus n'est exacte

QCM n° 53 : Lors de l'exploration par cathétérisme d'un rétrécissement aortique pur et isolé, quel est le
paramètre
hémodynamique nécessaire pour interpréter la signification du gradient de pression ventriculo-aortique?
A. Pression capillaire
B. Débit cardiaque
C. Pression télédiastolique intraventriculaire gauche
D. Résistances artérielles pulmonaires
E. Pression artérielle pulmonaire moyenne

QCM n° 54 : Une tamponnade cardiaque s'accompagne de :


A. Chute de la pression artérielle
B. Chute de la pression veineuse
C. Pouls paradoxal
D. Turgescence des veines jugulaires
E. Etat de choc

QCM n° 55 : Parmi les médicaments suivants, on peut utiliser comme antiagrégant plaquettaire :
A. Aspirine
B. Bêtabloquants
C. Héparine
D. Digitaline
E. Ticlopidine (Ticlid®)

QCM n° 56 : Parmi les examens suivants, quel est (quels sont) celui (ceux) qui apprécie(nt) au mieux la
taille transversale d'un anévrisme de l'aorte ?
A. Examen tomodensitométrique
B. Urographie intraveineuse
C. Aortographie abdominale
D. Echotomographie
E. Angiographie digitalisée par voie veineuse

QCM n° 57 : Quels sont les traitements possibles à appliquer en urgence dès le diagnostic d'hyperkaliémie
à 7 mmol/l observé chez un insuffisant rénal chronique ?
A. Résines échangeuses d'ions
B. Alcalinisation plasmatique
C. Chlorure de calcium
D. Hémodialyse
E. Réhydratation

QCM n° 58 : A quelle(s) exigence(s) doit répondre un traitement anticoagulant curatif par l'héparine
lorsqu'il est
prescrit pour traiter une thrombose veineuse profonde ?
A. Dose administrée : 400 à 600 U/kg/24h
B. Injection intraveineuse discontinue toutes les 6 heures
C. Injection intraveineuse discontinue toutes les 2 heures
D. Injection intraveineuse par perfusion continue
E. Maintenir l'allongement du temps de céphaline active du malade à moins de 15" d'écart par rapport au témoin

QCM n° 59 : La digoxine :
A. Diminue le tonus sympathique chez l'insuffisant cardiaque
B. Augmente le tonus parasympathique au niveau du noeud auriculo-ventriculaire chez l'insuffisant cardiaque
C. Augmente l'excitabilité ventriculaire
D. Augmente la vitesse de conduction auriculo-ventriculaire
E. Améliore le rendement cardiaque chez l'insuffisant cardiaque

QCM n° 60 : L'énalapril (Renitec1®) :


A. Est efficace dans le traitement de l'insuffisance cardiaque congestive
B. Est inefficace dans le traitement de l'hypertension artérielle à rénine basse
C. Est un inhibiteur de l'enzyme qui inactive la bradykinine
D. Est un inhibiteur de l'enzyme qui transforme l'angiotensinogène en angiotensine I
E. Ne provoque pas de toux

QCM n° 61 : Chez un sujet 45.X la cardiopathie la plus fréquemment retrouvée est :


A. Une transposition des gros vaisseaux
B. Une coarctation de l’aorte
C. Une communication inter-ventriculaire
D. Un canal atrio-ventriculaire
E. Une tétralogie de Fallot

QCM n° 62 : Devant un malade en état de mort apparente, la confirmation du diagnostic d’arrêt circulaire
doit être
recherchée par :
A. La prise du pouls radial
B. L’auscultation cardiaque
C. La recherche du pouls carotidien
D. La constatation d’une mydriase bilatérale
E. La palpation du choc de pointe

QCM n° 63 : Chez un malade allergique aux Bêta-lactamines et souffrant d’une endocardite à Entérocoque,
quelle
antibiothérapie alternative proposez-vous ?
A. FOSFOMYCINE + GENTAMICINE
B. CEFAZOLINE + GENTAMICINE
C. VANCOMYCINE + GENTAMICINE
D. COLYMICINE + GENTAMICINE
E. DOXYCYCLINE + ERYTHROMICINE

QCM n° 64 : Un patient de 60 ans, souffrant de silicose, a par ailleurs des épisodes de palpitations
fréquents,
prolongés et invalidants, par fibrillation auriculaire paroxystique. L’un des antiarythmiques ci-dessous est
contre-indiqué. Lequel ?
A. VERAPAMIL (Isoptine®)
B. DISOPYRAMIDE (RYTHMODAN®)
C. AMIODARONE (Cordarone®)
D. HYDRO QUINIDINE « retard » (Sérécor®)
E. FLECAINIDE (Flécaïne)
QCM n° 65 : Au cours d’un relais héparine - Sintrom® (Acénocoumarol) vous obtenez les résultats
suivants : temps
de céphaline kaolin = 1,5/témoin, taux de prothrombine 26 %. Choisissez, en fonction de ces résultats,
l’attitude convenable
A. Arrêter l’héparine et continuer le Sintrom® à la même dose
B. Augmenter l’héparine et continuer le Sintrom® à la même dose
C. Augmenter le Sintrom® et l’héparine
D. Augmenter le Sintrom® et arrêter l’héparine
E. Continuer héparine et Sintrom® à la même dose

QCM n° 66 : Dans l’hypertension artérielle contrôlée, les modifications cardiaques sont caractérisées par :
A. Une dilatation ventriculaire gauche
B. Une diminution du relief des colonnes ventriculaires
C. Une fibrose myocardique efficace
D. Une hypertrophie concentrique du ventricule gauche
E. Une hypertrophie isolée du septum interventriculaire

QCM n° 67 : Le syndrome de Leriche, dans l’artériopathie des membres inférieurs, est dû à :


A. L’oblitération d’un axe artériel iliaque
B. L’association de lésions sténosantes de l’aorte et des artères rénales
C. Une obstruction du carrefour aortique
D. L’association de lésions athéromateuses de l’aorte et des artères viscérales
E. L’association de lésions artérielles athéromateuses et d’une compression d’un axe veineux iliaque

QCM n° 68 : Le rétrécissement aortique calcifié peut se révéler par :


A. Une angine de poitrine d’effort
B. Une mort subite
C. Une syncope d’effort
D. Une embolie artérielle
E. Un oedème aigu pulmonaire

QCM n° 69 : Parmi les examens suivants, quels sont les deux plus fiables pour l’appréciation du diamètre
réel d’un
anévrysme athéromateux de l’aorte abdominale chez le vieillard ?
A. Radiographie simple face et profil de l’aorte abdominale
B. Tomodensitométrie
C. Angiographie numérisée
D. Echographie abdominale
E. Urographie sans compression

QCM n° 70 : Quelle(s) association(s) médicamenteuse(s) parmi les suivantes expose(nt) particulièrement


au risque d’hypokaliémie lors d’un traitement prolongé ?
A. Diurétique thiazidique et diurétique anti-aldostérone
B. Diurétique de l’anse et diurétique anti-aldostérone
C. Diurétique thiazidique et anti-inflammatoire cortisonique
D. Diurétique thiazidique et laxatif
E. Diurétique anti-aldostérone et anti-inflammatoire cortisonique

Réponses:

61) B.
62) C.
63) C; Commentaires : Traitement préconisé aussi en cas d’allergie aux β-lactamines.
64) C.
65) A.
66) D.
67) C.
68) A; B; C; D; E.
69) B; D.
70) C; D.

QCM n° 71 : Concernant le propanolol (Avlocardyl®), il est exact de dire :


A. Il ralentit la conduction nodale
B. Il ralentit la conduction intraventriculaire
C. Il est inotrope négatif
D. Il est hydrosoluble
E. Il est déconseillé de le prescrire en association avec le vérapamil

QCM n° 72 : Un purpura thrombopénique peut être observé au cours de :


A. Une coagulation intra-vasculaire disséminée
B. Une infection par le virus HIV
C. Un lupus érythémateux aigu disséminé
D. Un traitement par les corticoïdes
E. Un traitement par les immunoglobulines intraveineuses

QCM n° 73 : Les états mixtes associent :


A. Un délire paranoïde et des troubles thymiques
B. Un syndrome positif et un syndrome négatif
C. Une humeur maniaque et une inhibition psychomotrice
D. Une mélancolie agitée avec tachypsychie
E. Des signes de conversion et des phobies d’impulsion

QCM n° 74 : Quel(s) accident(s) évolutif(s) peu(ven)t survenir au cours d’une péricardite aiguë
idiopathique ?
A. Insuffisance cardiaque
B. Rechute
C. Infarctus du myocarde
D. Troubles du rythme auriculaire
E. Tamponnade

QCM n° 75 : Le diagnostic électrocardiographique de bloc auriculo-ventriculaire complet repose sur :


A. Dissociation auriculo-ventriculaire
B. Rythme d’échappement inférieur à 30/min
C. Rythme d’échappement régulier
D. Nombre d’ondes P supérieur au nombre de QRS
E. Nombre d’ondes P inférieur au nombre de QRS

QCM n° 76 : En l’absence de prophylaxie, le risque de thrombose veineuse est :


A. Plus important chez l’enfant que chez l’adulte
B. De 50-60 % en chirurgie de la hanche
C. Plus élevé pendant la grossesse normale par rapport à celui d’une femme du même âge non
D. Augmenté sous contraception oestroprogestative
E. Favorisé par la présence d’un anticoagulant circulant lupus like

QCM n° 77 : La pression qui témoigne directement de la précharge du ventricule gauche est :


A. Pression protodiastolique ventriculaire gauche
B. Pression d'éjection systolique ventriculaire gauche
C. Pression moyenne dans l'oreillette gauche
D. Pression maximum systolique dans le ventricule gauche
E. Pression télédiastolique dans le ventricule gauche

QCM n° 78 : Chez un malade en insuffisance cardiaque, l'utilisation des digitaliques est l'indication
privilégiée en cas
de :
A. Tachycardie sinusale
B. Bigéminisme ventriculaire
C. Tachyarythmie par fibrillation auriculaire
D. Tachysystolie
E. Rythme électrostimulé en permanence

QCM n° 79 : Toutes les affirmations suivantes concernant la péricardite aiguë bénigne ("virale") sont
vraies sauf une.
Laquelle ?
A. La douleur est habituellement vive
B. Le frottement péricardique est souvent net
C. Le décollement à l'échocardiogramme est constant
D. L'évolution vers la constriction est très rare
E. Le traitement repose sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou l'aspirine

QCM n° 80 : Le premier signe apparaissant lors d'une hémorragie importante est :


A. La chute de la pression artérielle systolique
B. Une tachycardie
C. Une pâleur des téguments et des muqueuses
D. Un refroidissement des extrémités
E. Un pincement de la différentielle

Les réponses:

71) A; B; C ;E; Commentaires : D : non, il est liposoluble.;E : car risque de bradycardie excessive.
72) A; B; C; Commentaires : D - E : ces deux traitements sont au contraire utilisés dans le purpura;thrombopénique
idiopathique.
73) B; C; D; Commentaires : Au cours du même accès, association d’un syndrome maniaque et d’un
syndrome;dépressif.
74) A; B; D; E; Commentaires : A : vrai pour l’insuffisance cardiaque droite en cas de tamponnade.;C : est une cause
et non une conséquence.
75) A; C; Commentaires : D : le diagnostic de BAV complet ne « repose »pas sur un nombre d’ondes P; supérieur au
nombre de QRS.
76) B; C; D; E.
77) E.
78) C.
79) C.
80) B; Commentaires : - Connaissance.

QCM n° 81 : Parmi les diurétiques suivants, quel est celui qui n'est pas contre-indiqué en cas
d'insuffisance rénale ?
A. (Spironolactone)âAldactone
B. Diurétiques thiazidiques
C. (Furosémide)âLasilix
D. )â, ModamideâDiurétiques épargneurs de potassium (Triamtéréne
E. Association de diurétiques thiazidiques et épargneurs de potassium

QCM n° 82 : Parmi les mécanismes d'interaction suivants, quel est celui qui intervient lors d'une
association barbituriques-antivitamine K ?
A. Diminution de la synthèse endogène de vitamine K
B. Déplacement des antivitamines K de l'albumine qui les transporte
C. Diminution du catabolisme des antivitamines K
D. Augmentation du catabolisme des antivitamines K
E. Diminution du taux plasmatique de vitamine K

QCM n° 83 : Une endocardite infectieuse doit être soupçonnée :


A. En présence d'une hémiplégie fébrile chez un sujet de 65 ans
B. En présence d'une insuffisance cardiaque fébrile
C. En présence d'un infarctus viscéral chez un sujet de 30 ansEn présence d'un infarctus viscéral chez un sujet de 30
ans
D. En présence d'une fièvre avec souffle cardiaque et avec hémoculture négative
E. En présence d'un érythème noueux, survenant 15 jours après un épisode diarrhéique fébrile

QCM n° 84 :
L'atteinte artérielle des membres inférieurs chez les malades diabétiques
A. N'apparaît cliniquement qu'après plusieurs années d'évolution
B. Peut s'accompagner d'une atteinte polynévritique
C. Entraîne constamment une douleur à la marche
D. Se complique parfois de mal perforant plantaire
E. Se manifeste à l'artériographie toujours par des lésions distales

QCM n° 85 : L'adrénaline est le médicament de choix du traitement de l'arrêt circulatoire parce que :
A. Elle possède un effet inotrope positif
B. Elle agit à la fois sur les récepteurs alpha et bêta adrénergiques
C. Elle est bathmotrope négatif
D. Elle élève la pression aortique efficace
E. Ses effets vasoconstricteurs n'affectent pas les circulations cérébrales et coronaires

QCM n° 86 : L'athérome peut se compliquer de certaines des lésions suivantes : Lesquelles ?


A. Anévrysme disséquant
B. Thromboses artérielles
C. Embols lipidiques
D. Infarctus
E. Atrophie d'organes

QCM n° 87 : Le traitement digitalique est susceptible de provoquer la (les) modification(s)


électrocardiographique(s)
suivante(s) :
A. Inversion ou biphasisme des ondes T
B. Sous-décalage du segment ST
C. Allongement de l'intervalle QT
D. Allongement de l'intervalle PR
E. Allongement de l'intervalle RR

QCM n° 88 : Lors d'une embolie pulmonaire de moyenne gravité l'examen des gaz du sang montre :
A. Une hypoxémie avec hypercapnie
B. Une hypoxémie avec normocapnie
C. Une hypoxémie avec hypocapnie
D. Une normoxémie avec hypercapnie
E. Aucune de ces perturbations

QCM n° 89 : Quel est le principal élément du diagnostic positif à l'écho-TM, d'une insuffisance aortique
pure quelle
que soit son étiologie ?
A. Epaississement des sigmoïdes aortiques
B. Fluttering systolique mitral
C. Dilatation ventriculaire gauche
D. Crochetage systolique de l'écho sigmoïdien pulmonaire
E. Fluttering diastolique mitral

QCM n° 90 : Un signe, parmi les suivants ne fait pas partie des éléments typiques de la tamponnade ;
Lequel ?
A. Tachycardie
B. Dyspnée majorée par la position assise
C. Tension artérielle effondrée ou pincée
D. Turgescence des jugulaires
E. Pouls paradoxal

Les réponses:

81) C; Commentaires : - Connaissance.


82) D.
83) A ; B ; D.
84) A; D; Commentaires : - D : complication mixte due à l'atteinte artérielle et neurologique.
85) A; B; D; Commentaires : - C : faux, effet bathmotrope positif.
86) A; B; C; D; E; Commentaires : - C : par rupture de plaque athéromateuse avec libération de cristaux de
cholestérol. - E : par exemple, atrophie rénale sur sténose serrée ou thrombose d'une artère rénale.
87) B; D; E; Commentaires : - A : faux, décroissance de T sans inversion ou biphasisme;- B : classique. - C : faux,
classiquement non modifié voir raccourci.
88) C.
89) E.
90) B.

QCM n° 91 : Quel signe, parmi les suivants, doit faire évoquer un surdosage chez un insuffisant cardiaque
traité par Digoxine ?
A. Un allongement de l'espace QT
B. L'apparition d'extrasystoles ventriculaires bigéminées
C. Un sous-décalage cupuliforme du segment ST
D. Une augmentation de la fréquence sinusale
E. Un passage en fibrillation auriculaire

QCM n° 92 : Parmi les affirmations sur l'atropine, une seule est vraie. Laquelle ?
A. Elle ralentit la vitesse de conduction auriculo-ventriculaire
B. Elle augmente la sécrétion gastrique
C. Elle provoque une mydriase
D. Elle augmente la sécrétion lacrymale
E. Elle est utilisée en cas de rétention urinaire

QCM n° 93 : Les bêtabloquants :


A. Peuvent être associés avec de la trinitrine
B. Sont contre-indiqués en association avec les diurétiques
C. Augmentent l'intensité des chocs anaphylactiques
D. Augmentent la libération de la rénine
E. Sont contre-indiqués en association avec les macrolides

QCM n° 94 : Dans l'insuffisance ventriculaire gauche isolée, la radiographie peut révéler :


A. Des lignes de KERLEY
B. Une dilatation des veines pulmonaires supérieures
C. Une hyperclarté périhilaire
D. Un débord auriculaire droit
E. Un épanchement pleural droit

QCM n° 95 :
Dans quelle(s) forme(s) étiologique(s) d'insuffisance mitrale peut-on être amené à une solution
chirurgicale rapide ?
A. Insuffisance mitrale par rupture de pilier lors d'un infarctus du myocarde
B. Insuffisance mitrale par prolapsus idiopathique de la valve mitrale
C. Insuffisance mitrale par rupture de cordage
D. Insuffisance mitrale par dilatation de l'anneau
E. Insuffisance mitrale secondaire à une endocardite aiguë
QCM n° 96 : Le flutter auriculaire est un trouble du rythme :
A. Qui peut s'observer dans l'évolution d'une cardiothyréose
B. Qui peut entraîner des embolies systémiques
C. Qui peut déclencher la survenue d'une insuffisance cardiaque
D. Qui peut être réduit par les manoeuvres vagales
E. Qui peut être dégradé par la prescription de digitaliques

QCM n° 97 : L'hyperkaliémie de l'adulte :


A. Relève plus souvent d'une affection digestive que rénale
B. Entraîne des modifications électrocardiographiques
C. Est souvent associée à une alcalose métabolique
D. Provoque un élargissement de QRS qui prédomine sur la partie terminale (S)
E. Peut être réversible après injection intraveineuse de bicarbonate de sodium molaire

QCM n° 98 : A propos de l'infarctus du myocarde antéroseptal, choisir les propositions exactes :


A. Les signes électriques directs sont observés dans les dérivations précordiales droites (V1-V2- V3)
B. Il correspond habituellement à une thrombose de l'artère inter-ventriculaire antérieure
C. Il peut se compliquer de rupture myocardique
D. Il peut se compliquer d'un syndrome péricardique aigu plusieurs semaines après le début
E. Il entraîne souvent un dysfonctionnement de la valve mitrale

QCM n° 99 : Dans quelles conditions la fréquence de la maladie athéromateuse est-elle accrue?


A. Le tabagisme
B. L'alcoolisme
C. Le diabète
D. L'obésité
E. L'hypertension artérielle

QCM n° 100 : Vous êtes appelé auprès d'un malade en état de choc, avec une auscultation pulmonaire
normale et des veines jugulaires externes turgescentes. Parmi les diagnostics suivants, cette situation
évoque pour vous:

A. Une hémorragie interne


B. Une embolie pulmonaire massive
C. Une tamponnade
D. Un infarctus inférieur avec extension au ventricule droit
E. Un choc anaphylactique

Les réponses:

91) B; Commentaires : - B : évocateur en présence de troubles digestifs et visuels, d'un surdosage en digitaliques. -
C : ne traduit qu'une imprégnation correcte et se voit surtout dans les dérivations inférieures et latérales.
92) C; Commentaires : - A : au contraire. - B : certaines substances atropiniques étaient utilisées dans le traitement
de l'ulcère gastroduodénal.;- C : l'atropine est utilisée en ophtalmologie comme
iridodilatateur.;- D : c'est l'inverse.;- E : au contraire, elle la provoque.
93) A; Commentaires: - B : faux, association synergique dans le traitement de l'HTA.;- C : faux, sont plutôt
vasoconstricteurs (effet ?2-) et limitent la vasodilatation provoquée par le choc anaphylactique. - D : la diminuent. -
E : faux, connaissance.
94) A; B; D; E; Commentaires : - A : de type B, aux bases.;- D :Par augmentation de la taille de l'oreillette
gauche : image en double;contour;- E : transsudat (le plus souvent associé à une insuffisance cardiaque;globale).
95) A; C; E; Commentaires : - A, C, E : sources d'insuffisance mitrale massive, mal tolérée. - D : IM fonctionnelle,
d'aggravation progressive.
96) A; B; C; E;Commentaires : - B : plus rarement que dans la fibrillation auriculaire. - D : faux, fréquence
ventriculaire ralentie mais pas de réduction. - E : ralentissement de la fréquence ventriculaire par effet dromotrope
négatif.
97) B; D; E; Commentaires : - A : pas de cause digestive d'hyperkaliémie - C, E : l'alcalinisation provoque un
transfert du K+ du secteur extra vers le secteur intracellulaire.
98) A; B; C; D; Commentaires : - D : dans le cadre du syndrome de Dressler. - E : possible par ischémie du pilier
antérolatéral, mais rare.
99) A; C; D; E.
100) B; C; D; Commentaires : - E : vasoplégie.

QCM n° 101 : Une hypokaliémie peut résulter de :


A. Perfusion d'insuline
B. Administration de corticoïdes
C. Administration de bêtabloquants
D. Administration de noradrénaline
E. Administration de furosémide

QCM n° 102 : L'artère la plus souvent atteinte lors d 'une claudication intermittente du mollet est:
A. Iliaque externe
B. Fémorale profonde
C. Fémorale superficielle
D. Tibiale antérieure
E. Tibiale postérieure

QCM n° 103 : L'hydrochlorothiazide est susceptible de réduire la calciurie. Ceci :


A. Est faux
B. Permet de comprendre l'observation d'une moindre fréquence des fractures du col du fémur chez les femmes
ménopausées traitées par thiazidique
C. N'a aucune conséquence clinique utilisable
D. Entraîne une acidification des urines dangereuses en cas de lithiase urique
E. Est une propriété partagée par le furosémide

QCM n° 104 : Parmi les anomalies suivantes, quelles sont celles qui peuvent être responsables d'une
cyanose ?
A. Shunt gauche-droit
B. Communication interventriculaire simple
C. Communication interauriculaire et sténose artérielle pulmonaire
D. Canal artériel
E. Transposition des gros vaisseaux et communication interventriculaire

QCM n° 105 : Quels sont les examens dont la normalité permet d'éliminer le diagnostic d'embolie
pulmonaire ?
A. La négativité du dosage ELISA des D-dimères plasmatiques
B. La phlébo-cavographie
C. La scintigraphie pulmonaire de perfusion
D. L'angiographie pulmonaire
E. Les gaz du sang artériels

QCM n° 106 : L'hypertension artérielle associée à une hypokaliémie est observée en cas de :
A. Hyperaldostéronémie primaire
B. Intoxication par la réglisse (glycirrhyzine)
C. Phéochromocytome
D. Sténose de l'artère rénale
E. Tumeur secrétant de la rénine

QCM n° 107 : Dire la seule conclusion certaine apportée par les grandes enquêtes épidémiologiques qui
justifie le
traitement médicamenteux de toute hypertension artérielle :
A. Diminution de la fréquence de l'infarctus du myocarde
B. Diminution de la fréquence des accidents vasculaires cérébraux
C. Diminution de la fréquence de l'insuffisance rénale
D. Diminution de la fréquence de l'artérite des membres inférieurs
E. Diminution de la fréquence du décollement de la rétine

QCM n° 108 : Quel est l'élément sémiologique qui permet d'affirmer l'origine cardiaque d'une
hépatomégalie ?
A. Oedème des membres inférieurs
B. Ascite
C. Reflux hépatojugulaire
D. Caractère douloureux
E. Circulation collatérale

QCM n° 109 : Une femme de 35 ans, est atteinte d'un rétrécissement mitral en arythmie complète. Elle
ressent
brutalement une douleur vive du mollet qui s'accompagne rapidement d'une impotence complète. A
l'examen la jambe et le pied sont froids. Quel est votre diagnostic ?
A. Thrombose artérielle
B. Phlébite
C. Embolie artérielle
D. Accès de goutte
E. Arthrite rhumatismale

QCM n° 110 : Une claudication intermittente bilatérale des membres inférieurs avec conservation de tous
les pouls et
sans souffle sur les trajets artériels fait évoquer en priorité :
A. Un anévrysme de l'aorte abdominale
B. Une maladie post-phlébitique
C. Une coxarthrose
D. Une compression médullaire
E. Une neuropathie diabétique
QCM n° 111 : Parmi les médicaments suivants, citez la seule molécule pouvant faire baisser la kaliémie :
A. L'Aldactone(r)
B. Le Lopril(r)
C. Le Kaleorid(r)
D. Le Renitec(r)
E. Le bicabornate de Sodium

QCM n° 112 : Pour apprécier l'efficacité d'un nouveau bêtabloquant dans l'HTA, on effectue une étude en
double
aveugle avec tirage au sort parmi des hypertendus. Un groupe recevra le médicament et un autre le
placebo. Quelle attitude avoir avec les patients présentant une contre-indication aux bêtabloquants ?
A. Les inclure sans tenir compte des contre-indications
B. Les inclure dans le groupe placebo
C. Les exclure après tirage au sort
D. Les exclure avant tirage au sort
E. Les inclure et leur donner le placebo quel que soit leur groupe

Les réponses:

101) A; B; E.
102) C.
104) C; E; Commentaires : Car shunt droit-gauche.
105) C.
106) A; B; D; E.
107) B.
108) C.
109) C.
110) D; Commentaires : D : En principe, indolore.
111) E; Commentaires : A, B, C, D - Provoquent une augmentation de la kaliémie.
112) D; Commentaires : Evident.