Vendredi 26 novembre

Ateliers de perfectionnement professionnel
Le coût des ateliers de perfectionnement du vendredi n’est pas inclus dans les frais d’inscription au congrès. On s’y inscrit séparément. Sauf indication contraire, les membres de la FPJQ paient 15 $, et les non-membres 30$ pour un atelier d’une demi journée. Inscriptions obligatoires avant le vendredi 19 novembre 2010 à la FPJQ au 514 522-6142 création, l’entretien et l’élargissement de vos liens professionnels et dans la sélection de certaines relations. Vous apprendrez ainsi à accroître la valeur et l’utilité de votre carnet d’adresses. Avec Kathleen Lévesque Journaliste au Devoir

13h45 à 16h15

9h à 21h / Table d’inscription 10h à 12h30
Loi d’accès à l’information

Techniques d’enquête

Comment fouiller dans les filières des documents publics pour accéder aux informations pertinentes pour votre reportage? Cette formation vise à montrer comment s’y prendre pour utiliser au mieux les lois sur l’accès à l’information, tant à Ottawa qu’à Québec. Ces lois donnent accès aux documents publics des ministères et de toute une panoplie d’organismes publics et parapublics. Comment bien formuler votre demande? Quels sont les types de documents auxquels vous pouvez avoir accès? Avec Me Mark Bantey Avocat spécialisé dans les domaines du droit des médias, du litige civil et commercial ainsi que du droit administratif et constitutionnel. Représentant souvent les médias, il possède une vaste expérience en matière de droit de l’accès à l’information.

Le journalisme d’enquête reste le pilier de l’information et le rêve de beaucoup de journalistes. Venez apprendre les techniques que veulent partager avec vous trois as de l’enquête journalistique, chacun apportant son expertise spécifique. Une occasion qui se présente rarement de voir comment préparer et réaliser une grande enquête. Avec André Noël, Fabrice de Pierrebourg et Francis Vailles, journalistes de la nouvelle équipe d’enquête de La Presse

13h45 à 16h15

Le web documentaire

Le web documentaire est la nouvelle forme de journalisme qui commence à séduire et à révéler tout le potentiel du web pour raconter une histoire. Encore peu connu ici, le web documentaire combine la force du documentaire qui permet d’explorer longuement un sujet à la puissance du web qui permet l’interactivité et la navigation personnalisée. Venez mieux comprendre, pour pouvoir les maîtriser, les multiples aspects de cette réalité, du financement à la réalisation. Avec Gilbert Duclos, photographe, coréalisateur avec Hélène de Billy du web documentaire Sacrée montagne Hélène Choquette, réalisatrice-coordonnatrice du web documentaire PIB - L’indice humain de la crise économique canadienne Philippe Lamarre, président, producteur et directeur de la création, Urbania et Toxa Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada à nos coûts liés à ces sessions de perfectionnement par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques du ministère du Patrimoine canadien.

Reportage vidéo (session de 4 heures) À l’heure du Web et du journalisme multiplateforme, de plus en plus de journalistes sont appelés à réaliser une vidéo. Au lieu de procéder par essais et erreurs et de perdre beaucoup de temps pour en arriver à un résultat intéressant, prenez connaissance des conseils d’un pro de la réalisation et du tournage. Cette session vous en apprendra beaucoup sur le matériel requis, le cadrage, les plans de caméra, la répartition des caméras, le montage… Vous serez ainsi en mesure de démystifier la complexité d’un tournage vidéo.
Avec Philippe Desrosiers, réalisateur, Les Francs-Tireurs : Nominations Meilleure réalisation aux Gémeaux 2006, 2007 / Infoman, spécial de fin d’année 2002 : Prix Gémeaux Meilleure réalisation émission d’humour 2003, 2004. / Revanche des Nerdz : Nomination aux Prix Gémeaux Meilleure recherche 2002. Coût : membres de la FPJQ : 30$, non-membres 60$

9h30 à 13h45

16h30 à 17h45
Assemblée générale du Conseil de presse du Québec
Une assemblée générale plus importante que jamais, compte tenu des menaces qui pèsent sur le Conseil. La participation à cette assemblée est gratuite et ouverte à toutes les personnes intéressées.

13h45 à 16h15

16h30 à 17h45
Débat / Ce qui doit changer en journalisme
Les sondages de la FPJQ cet automne nous en ont appris beaucoup sur ce que pensent les journalistes et ce qu’ils souhaitent pour l’avenir de leur profession. Mais quoi exactement ? Le statut quo est-il encore acceptable quand, par exemple, 9 répondants sur 10 veulent un code de déontologie

Cultiver ses sources

Certains disent qu’un journaliste ne vaut pas plus que son carnet d’adresses. Les sources sont primordiales. Sans elles, il n’y a pas de reportages. Mais un réseau de contacts, ça se cultive. Cette formation vous guidera dans la

obligatoire pour les journalistes et les médias ? Cet atelier est l’occasion de ne pas laisser s’éteindre la richesse des réponses et des commentaires exprimés par les journalistes et de les transformer en pistes d’action. Invités à confirmer

Présenté par La Presse Animation : Brian Myles, journaliste au Devoir et président de la FPJQ Interprétation simultanée

16h30 à 17h45

10h15 à 11h45 / Ateliers

Speed dating pour étudiants et pigistes

1. Mon titre? «Journaliste professionnel»!

Formule renouvelée particulièrement intéressante pour les étudiants en journalisme et les journalistes pigistes. Une douzaine de cadres d’entreprises de presse variées sont sur place pour rencontrer les participants en petits groupes. C’est l’occasion idéale pour établir un contact professionnel précieux qui pourra se poursuivre lors du cocktail. La participation au speed dating est gratuite mais cette activité est strictement réservée aux membres de la FPJQ afin de permettre des contacts plus directs et plus productifs avec les cadres de presse.

18h à 21h

Cocktail de bienvenue

Offert en collaboration avec CNW Telbec Animation musicale avec DJ Roy, le célèbre homme orchestre Jean-Hugues Roy, fan de musique électro, house et trance mais également journaliste à Radio-Canada. Vernissage de l’exposition Photos de presse du Québec 2010, les 40 meilleures photos de presse de l’année, finalistes et gagnantes du prix Antoine-Desilets 2010 En partenariat avec Lozeau et Encadrex

Le groupe de travail sur le journalisme et l’avenir de l’information, piloté par Dominique Payette, de même que les bouleversements dans le monde médiatique, ont remis à l’ordre du jour le débat sur la reconnaissance d’un statut professionnel pour les journalistes. Un titre professionnel, relié à l’observance d’un code de déontologie, offrent-ils un gage de qualité de l’information et une meilleure protection pour les journalistes? Des rapports de force inégaux et des reculs en matière de conditions professionnelles sont observés à bien des endroits. Un titre permettrait à des professionnels de redonner un sens à leur pratique. Mais les journalistes veulent-ils de cette protection supplémentaire? L’heure des décisions approche. Invités Yves Boisvert, chroniqueur à La Presse Dominique Payette, professeur de journalisme à l’Université Laval et responsable du Groupe de travail sur le journalisme et l’avenir de l’information au Québec, un mandat du ministère de la Culture, des communications et de la condition féminine du Québec. Martine Simonis, directrice générale de l’Association générale des journalistes professionnels de Belgique où le titre de «journaliste professionnel» est protégé par la loi depuis 1963. Animation : Richard Bousquet, coordonnateur de RueFrontenac.com et vice-président de la FPJQ

opère à la fois selon le modèle traditionnel des agences de presse, en produisant des contenus originaux, et selon un nouveau modèle, cher à Quebecor, grâce auquel les contenus produits par une composante du conglomérat peuvent être exploités et ré-exploités par les autres composantes. QMI annonce-t-elle une nouvelle ère dans la présentation et la rentabilisation de l’information? À moins qu’elle ne contribue à une uniformisation et à un contrôle exacerbé de l’information entre les mains d’un seul dirigeant? Invités à confirmer

Bernard Molutsky, titulaire de la Chaire de relations publiques et communication marketing de l’UQAM qui dira pourquoi ils ne peuvent le dire Daniel Leblanc, journaliste au Globe and Mail, par qui le scandale des commandites arriva

9. Les dix principes d’un bon contrat à la pige

5. La solidarité professionnelle, une recette qui marche

Des journalistes qui se tiennent debout face aux ennemis de l’information peuvent remporter des succès. L’année qui s’achève foisonne d’exemples de solidarité, en particulier en région. Quand les journalistes se serrent les coudes et qu’ils protestent contre les entraves à l’exercice de leur travail, ils peuvent obtenir gain de cause. La combativité et la solidarité professionnelles furent souvent l’objet de railleries par le passé. Reviendraient-elles à l’avant-plan? Invités Michel Gaudreau, journaliste à la radio de Radio-Canada, Saguenay, et président de la section régionale de la FPJQ au Saguenay Paule Vermot-Desroches, journaliste au Nouvelliste, et présidente de la section régionale de la FPJQ en Mauricie Pierre Duchesne, journaliste à la SRC télé et ex-président de la Tribune de la presse du Parlement de Québec

Le journalisme à la pige se pratique depuis toujours dans une zone de nondroit où aucune règle universelle ne s’applique. Cette réalité donne parfois lieu à des abus et des violations du droit d’auteur tellement criants qu’ils en deviennent un obstacle à l’exercice d’un journalisme de qualité. Sans se substituer aux parties concernées, et sans s’immiscer dans la négociation des tarifs entre les journalistes indépendants et les éditeurs, la FPJQ propose dix principes qui devraient servir de base à toute discussion d’un contrat à la pige. Invités Nicolas Langelier, journaliste indépendant, auteur, président de l’Association des journalistes indépendants du Québec et responsable de la pige au c.a. de la FPJQ Me Normand Tamaro, avocat spécialisé en droit d’auteur Carole Beaulieu, éditrice et rédactrice en chef de L’actualité

10. Journalisme et réseaux sociaux, un mariage houleux

6. Les médias ethniques, si proches et si loin

Samedi 27 novembre
7h30 à18h / Table d’inscription
Exposition des 40 photos finalistes du prix Antoine-Desilets 2010

2. Les médias hyperlocaux, salut des communautés locales?

8h30h à 10h / Plénière

Les médias, chiens de garde de la démocratie. Vraiment?

La crise économique dans les médias de masse a canalisé une bonne partie de notre attention au cours des deux dernières années. Toute la réflexion s’est articulée autour des manières innovatrices d’augmenter leurs revenus: nouvelles plateformes mobiles pour attirer de nouveaux publics et plus de revenus publicitaires, murs payants autour des sites web, aide éventuelle de l’État à la presse… Mais le vrai problème ne serait-il pas ailleurs? Et si les citoyens n’étaient plus prêts à payer le juste prix du «produit» journalistique? Et si les médias traversaient une crise de légitimité résultant de leur incapacité à susciter l’adhésion populaire autour de leurs buts et de leur finalité? Pouvons-nous encore revendiquer le titre de chiens de garde de la démocratie alors que seule une modeste partie des ressources financières et humaines des médias sert la vie démocratique? La presse est-elle en crise à cause du retrait des annonceurs, qui boudent les médias traditionnels, ou encore en raison d’un exode massif des publics vers de nouvelles plateformes? À moins qu’elle ait perdu de vue la mission qui doit être la sienne dans une société démocratique? Qu’est-ce qui nous empêche de poursuivre cette mission? Les obstacles viennent-ils de l’intérieur ou de l’extérieur des médias? La plénière vous convie à une réflexion en profondeur sur le sens et la finalité de l’information telle que nous la concevons et telle que nous la pratiquons. . Invités spéciaux Robert G. Picard, professeur à l’université Jönköping de Suède et spécialiste mondialement reconnu de l’économie des médias, notamment en matière de concentration de la propriété. Il s’intéresse de près à la création de valeur ajoutée en journalisme. À son avis, il faut d’abord définir la mission du journalisme avant de penser aux modes de financement. Ken Doctor, analyste, auteur du livre «Newsonomics Twelve New Trends That Will Shape the News You Get». Très au fait des tendances émergentes en information, il se préoccupe au premier chef des nouveaux modèles qui peuvent rendre le journalisme viable à long terme.

Les médias hyperlocaux sur le web sont en voie de devenir le plus important employeur de journalistes aux États-Unis. Appuyés par de grands groupes comme AOL, établis en réseau, ils visent à combler les «trous» dans la couverture locale résultant de la disparition de plusieurs médias traditionnels. Par leur structure et leur flexibilité, les médias hyperlocaux font miroiter la possibilité de consolider et de relancer l’information locale. Le Québec est-il mûr pour l’hyperlocal? Invités Lisa Williams, fondatrice de Placeblogger.com, boursière du MIT Media Lab’s Center for Future Civic Media et Entrepreneure de l’année du New Media Woman Entrepreneur of the Year attribuée par le J-Lab de American University. Lisa-Marie Noël, co-fondatrice, Ruemasson.com

Les communautés ethniques forment un marché sous-exploité et leur réalité est méconnue des grands médias. Elles disposent pourtant de leurs propres organes de presse et de journalistes très branchés sur leurs milieux de vie. Le moment est venu de briser le superbe isolement dans lequel nous vivons, et d’échanger sur la multiplicité des pratiques journalistiques et des champs d’intérêt des uns et des autres. Invités Norberto Aguiar, rédacteur en chef, Lusopresse (communauté portugaise) Abdelghani Dades, éditeur et rédacteur en chef de Atlasmedias (communauté marocaine) Donald Jean, journaliste et PDG de Media Mosaïque (interculturel) Jean-Ernest Pierre, PDG de la radio CPAM (communauté haïtienne)

Le journaliste cesse-t-il d’être journaliste lorsqu’il écrit sur sa page Facebook ou son compte Twitter? Doit-il éviter d’y prendre position sur des questions controversées? Peut-il se faire «ami» avec des politiciens? Peut-il, à l’ère des réseaux sociaux, espérer séparer clairement sa vie privée de sa vie professionnelle? Risque-t-il d’y dévoiler involontairement ses sources? Alors que la plupart des grandes entreprises de presse procèdent à la mise à jour de leurs politiques d’information pour tenir compte de cette incontournable réalité, la FPJQ vous invite à discuter de nouvelles règles à intégrer au Guide de déontologie. Invités Florent Daudens, journaliste à Radio-Canada, membre du c.a. de la FPJQ responsable des nouveaux médias Steve Faguy, auteur du blogue Fagstein et réviseur pour The Gazette Jean-François Codère, journaliste à RueFrontenac.com

14h30 à 18h30 17h30 à 18h30
Cocktail

Bureau de vote pour les élections au c.a.

15h45 à 17h15
7. Table rase pour le Conseil de presse
Avec le retrait de médias importants du Conseil de presse et l’assaut mené contre sa crédibilité, faut-il enterrer ce tribunal d’honneur? Ou le refonder sur des bases radicalement nouvelles, à l’abri du chantage et des menaces? Comment créer ou recréer un organisme parfaitement indépendant mais branché sur le monde journalistique et capable d’offrir une expertise sur toutes les questions de déontologie journalistique? Invités John Gomery, président du Conseil de presse et juge à la retraite Éric Latour, chef de l’information, Astral Radio, entreprise qui vient de redevenir membre du Conseil de presse Pierre Trudel, professeur titulaire au centre de recherche en droit public de la faculté de droit de l’Université de Montréal

3. Les journalistes devant l’expertise scientifique

Le journaliste veut une opinion claire, concise et facile d’accès sur un sujet brûlant d’actualité que le scientifique estime complexe, plein de nuances et long à expliquer. Des problèmes relevant presque de la traduction peuvent s’en suivre, tellement les langages sont quelques fois différents. Comment le journaliste peut-il fournir au public une vision adéquate de l’information scientifique, sur des sujets complexes comme le réchauffement climatique? Amplification, simplification et effet de frayeur peuvent en ressortir, ou alors une banalisation. Comment le journaliste peut-il éclairer les débats experts quand une évaluation rationnelle des risques suppose que les vrais dangers sur différents sujets ne sont pas forcément où on se les imagine ? Invités Ariel Fenster, professeur à l’Université McGill Corinne Gendron, professeur à l’Université du Québec à Montréal Alain Létourneau, professeur à l’Université de Sherbrooke Raymond Lemieux, rédacteur en chef de Québec Science Animation : Charles Côté, journaliste, La Presse

Offert en collaboration avec : Le Conseil supérieur de la langue française La Fondation pour le journalisme canadien

18h30 – 19h 19h

Déplacement vers l’Agora Hydro-Québec du Cœur des sciences de l’UQAM située à quelques minutes à pied de l’hôtel Hyatt Regency pour le dîner de gala.

Dîner de gala

12h à 13h45
Lunch
• Fermeture de la période des mises en candidatures pour les élections au conseil d’administration et présentation des candidats • Remise de la bourse Arthur-Prévost 2010

14h à 15h30 / Ateliers
4. Le curieux cas de QMI
Lancée en 2009, la nouvelle agence de Quebecor, QMI, a véritablement pris son envol cette année. Unique en son genre dans le paysage médiatique, QMI

L’utilisation de sources confidentielles dans les reportages est de plus en plus répandue, au point d’en faire un sujet de préoccupation. Le recours à l’anonymat, en apparence anodin, cacherait-il un mal plus profond? S’il y a autant de sources anonymes dans les reportages, ce n’est pas tant que des sujets compromettants ou explosifs ne pourraient être abordés autrement, mais plutôt parce que les sources officielles sont de plus en plus hésitantes à s’exprimer publiquement. Le contrôle obsessionnel du message par les décideurs publics et privés n’est pas étranger à ce phénomène. Qui prendra le micro pour faire prévaloir l’intérêt public au détriment des intérêts particuliers? Invités Gilles Dussault, président du Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec, qui sait ce que ses membres savent et ne peuvent dire

8. Sources confidentielles : la liberté d’expression a-t-elle été kidnappée?

Agora Hydro-Québec du Cœur des sciences de l’UQAM Une soirée chaleureuse et animée où les meilleures œuvres journalistiques de l’année sont primées. • Remise des prix Jules-Fournier et Raymond-Charette • Remise des prix Antoine-Desilets 2010 • Remise des prix Judith-Jasmin 2010 Avec le trio Pascal Tremblay qui sera accompagné de Gilbert Joanis à la basse et Jean-François Barbeau à la batterie

Dimanche 28 novembre
10h à 12h 12h
Assemblée générale annuelle de la FPJQ
Fin du congrès

INSCRIPTION

Le congrès est ouvert au grand public

Employeurs, payez à vos journalistes l’inscription au congrès !
Les frais d’inscription et de déplacement assumés par les employeurs comptent parmi les dépenses de formation qu’ils doivent effectuer chaque année en vertu de la Loi sur le perfectionnement du Québec.

Tarifs de l’inscription au congrès,
taxes incluses

Inscription hâtive (avant le vendredi 19 novembre)

Inscription normale (après le 19 novembre)

de la FPJQ à tarif réduit : * Membres réguliers gagnant moins de 25 000 $ et membres membres associés (étudiants et professeurs en journalisme, journalistes retraités ou journalistes bénévoles de médias communautaires). L’inscription au congrès comprend : le cocktail du vendredi soir, les ateliers du samedi, la pause café du samedi matin, le repas du samedi midi (sauf pour le spécial étudiant), le cocktail du samedi soir et l’assemblée générale du dimanche matin.

Membres de la FPJQ Membres de la FPJQ à tarif réduit * Non-membres Spécial étudiants en journalisme Membres (sans repas) Spécial étudiants en journalisme Non Membres (sans repas)

180 120 290 35 55

$ $ $ $ $

210 150 320

$ $ $

SPÉCIAL COMBO

des économies à saisir

Devenez membre de la FPJQ en même temps que vous vous inscrivez au congrès et économisez!

Trois combos possibles
(taxes incluses)

• Adhésion régulière à la FPJQ (150$) + congrès (180$) = payez 280$ au lieu de 330$. Sera 360$ après le 19 novembre. Économisez 80$ soit 22%. • Adhésion à la FPJQ des membres à tarif réduit* (70$) + congrès à tarif réduit (120$) = payez 160$ au lieu de 190$. Sera 220$ après le 19 novembre. Économisez 60$ soit 27%. • Étudiants en journalisme : adhésion (40$) + congrès sans repas (30$) = payez 60$ au lieu de 70$. Sera 100$ après le 19 novembre. Économisez 40$ soit 40%.

Cette offre de combos est valable seulement jusqu’au vendredi 19 novembre 2010.
Faites parvenir votre inscription au congrès en même temps que le formulaire d’adhésion (télécharger à www.fpjq.org)

MES CHOIX
• Inscription au congrès : ou • Combo adhésion à la FPJQ et inscription au congrès : Je joins le formulaire d’adhésion à la FPJQ (disponible à www.fpjq.org) ____$ ____$ Ateliers de perfectionnement du vendredi: • Atelier ______________________________________ Coût ______$ • Atelier ______________________________________ Coût ______$ Montant total joint : ____ $ Nom _______________________ Prénom ______________________ Fonction ____________________ Média / entreprise ______________ Adresse __________________________________________________ Téléphone ___________________ Courriel _____________________ Par chèque à l’ordre de la FPJQ Par Visa Par Mastercard No de carte de crédit _______________________________________ Date d’expiration ______ Signature de la carte ____________________
(Facturation possible pour les entreprises) TPS : R121286637 TVQ : 1006093252

Oui__ Non__

Mes choix supplémentaires: Repas additionnels (taxes et service inclus) (Le lunch du samedi midi est déjà compris dans l’inscription) • Petit déjeuner du samedi • Petit déjeuner du dimanche • Dîner gala du samedi soir 26$ X ____ 26$ X ____ 60$ X ____ = ____$ = ____$ = ____$

Hébergement
Réservez dès maintenant votre chambre au tarif privilégié de 149$ (occupation simple ou double) en cliquant sur http://bit.ly/bpmBvh Il peut être nécessaire de cliquer à plus d’une reprise. Sélectionnez “General block” à la question “Qui êtes-vous?” Les congressistes bénéficient d’un forfait à 149$ pour la chambre mais il est aussi possible de profiter des extras proposés par l’hôtel. Hyatt Regency : 1 888-421-1442. La date limite pour réserver votre chambre à ce prix de faveur est le 8 novembre 2010. Après cette date, ni la disponibilité ni les tarifs ne sont garantis.

Fédération professionnelle des journalistes du Québec
1012, av. Mont-Royal E., bureau 105, Montréal, QC, H2J 1X6 Téléphone 514 522-6142 • Télécopieur : 514 522-6071 • info@fpjq.org • www.fpjq.org
La FPJQ remercie ses médias partenaires Partenaires Argent :

Partenaires Bronze :

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful