You are on page 1of 44

 

 
 
 
 
 
 
 
[  
chanson  française  
]  
 
 
 
Víctor  Pedrol  
1a.  edició,  primavera  2014,  Sabadell  
 
edició:  La  Diatònica,  associació  d’acordionistes  dels  Països  Catalans  
 
portada:  Albert  Nardi  
 
 
aquest  treball  es  troba  sota  la  següent  llicència  
creative  commons  

 
 
 
 
aquest  treball  és  d’ús  intern  i  pedagògic  
per  qualsevol  comentari  ens  trobareu  a  apunts@gorramusca.cat  
   

2    
índex  
 

Ah!  le  petit  vi  blanc  –  Lina  Margy  .......................................................................................................  4  


Il  est  trop  tard  –  Georges  Moustaki  ...................................................................................................  6  
Indifférence  –  valse  musette  .................................................................................................................  7  
Java  musette  –  tradicional  .....................................................................................................................  9  
Je  me  suis  fait  tout  petit  –  Georges  Brassens  ..............................................................................  10  
La  java  bleue  –  Fréhel  ...........................................................................................................................  11  
La  mauvalse  réputation  –  Georges  Brassens  ..............................................................................  14  
La  marine  –  Georges  Brassens  ..........................................................................................................  15  
La  mer  –  Charles  Trenet  ......................................................................................................................  17  
La  vie  en  rose  –  Edith  Piaf  ...................................................................................................................  18  
Le  métèque  –  Georges  Moustaki  ......................................................................................................  21  
Les  feuilles  mortes  –  Yves  Montand  ...............................................................................................  22  
Ma  liberté  –  Georges  Moustaki  .........................................................................................................  24  
Marinette  –  Georges  Brassens  ..........................................................................................................  25  
Ne  me  quitte  pa  –  Jacques  Brel  .........................................................................................................  26  
Non,  je  ne  regrette  rien  –  Édith  Piaf  ...............................................................................................  27  
Nous  sommes  deux  –  Georges  Moustaki  ......................................................................................  29  
Que  nadie  sepa  mi  sufrir  –  Ángel  Cabral  ......................................................................................  31  
Padam,  Padam  –  Édith  Paif  .................................................................................................................  33  
Sous  le  ciel  de  Paris  –  Édith  Paif  .......................................................................................................  36  
Sous  les  ponts  de  Paris  –  André  Claveau  ......................................................................................  38  
Tous  les  garçons  et  les  filles  –  Françoise  Hardy  ........................................................................  39  
Willkommen,  Bienvenue,  Welcome  –  Cabaret  ...........................................................................  41  
 

   

  3  
Ah!  le  petit  vi  blanc  –  Lina  Margy  
 

 
   

4    
 
   
  5  
Il  est  trop  tard  –  Georges  Moustaki  
 

 
   

6    
Indifférence  –  valse  musette  
Joseph  Colombi  &  Tony  Muréna,  1942  

D- A7

& b 43 j œ œ œ œ œ œ œ ˙ ‰ j œœœ œœœ˙ ‰ j œ œœœœ œœœ


!"#$%

œ
œ !
œœ !
œ #œ œ !
!

œœœœ ˙. œœ œ œœœ˙
œœœ
D-

# ˙˙ ..
ˆ
& b #œ œ œ nœ œ œ œ ˙ œœ
&

œ œ
! œ !
!

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ #˙ œ
A7

& b ‰ jœ œ œ œ œ œ œ # œ Œ œ œ # œ n œ œ œ œ . œJ # œ œ
'(

œ !

œ
D-

& b # œ . Jœ œ œ # ˙˙˙ ... Œ œ œ #œ nœ œ œ œ œ #œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ


')
!

œ œ œœœ˙ D7

œ œ ‰ j œ œ œ bœ œ œ œ œ œ
&b œ œœœœ œœœ˙ œœ
(*

œ !
! œœ
G- D-

& b #œ œ œ œ œ œ œ œ œ ˙ œ œ œ œœœœ ‰ œj œ œ œ œ œ œ œ œ
+,

œ œ
!

A7 D-

& b ‰ œj œ œ œ œ ˙˙ .. ‰ œj œ
+& '% (-.-#$!/

œ œ œ œ #œ
!

n˙. ˙. œ œ œ œ bœ
 

   

  7  
A7
œ œ # œ D-œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ #œ œ #œ œ œ œ œ
œ œ
A7

. # œ œ œ œ
& b . #œ œ œ œ œ #œ œ œ œ
!"

D- œ
œ
D- A7
œ œ œ # œ œ œœœœ œœœ œœ
&b œ œ j
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ #œ œ # œ œ
!#

. #œ

œ œœœ
A7
œ
D-
œ œ D-
œ œ œ œ œ œ œ j .. ˙˙ .. œœ
'(

&b #œ œ #œ œ œ œ œ #œ ‰œ œ̂
œ œœœ
$! %& "&

œ œ œ ˙.
œ
%,/0.+-1/-/+,-.
+,-. F A7 D7

˙ œœœ
& b ˙. ˙ œ ˙. œ #œ œ # ˙˙
)*

˙. #˙. #˙.
G- C7 F
.
& b ˙˙˙ .. ˙. ˙˙˙ ... œœ œœ œœ ˙˙ ..
))

˙.

E7 A C7 F

&b ˙ ˙ œ
2"

œ œ œ œ ˙. œ œ œœ b œœ ˙˙ .. ˙ œ
A7 D7 G-

˙ œ b ˙˙˙ ... ˙˙˙ ... ˙˙ œœ


& b # ˙˙ .. œ
2#

#˙. œ # œ œ # ˙ œ

˙.
F D7 G7 C7 F
˙ œ
'( ˆ -/3-
& b #˙ œ ˙. # œœ œœ œœ n ˙˙˙ .. ˙˙ œœ œ œœœœ
#$

œ ˙.
. ˙ ˙. œœ
 
   

8    
Java  musette  –  tradicional  
 
A- E7

3 .. > œ œ >œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ ˙
&4 œ œ
> > >

œ œ œ œ
>

A-

&œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
!
> >

œ œ œ œ œ œ ˙.
> > >
œ œ
>

D-

&œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ ˙
œ œ œ œ œ œ
"
> > > > > >

A-
A- E7

&œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ Œ ..
>
œ œ œ
#$
>
#% >
> > >

A- /G
C G A-

œ .. œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
>

&œ œ
#& '% > > >
> >

E7
E7 D- A-

œ œ œ œ œ œ œ
>

&˙ œ
'# #%

œ œ œ œ œ
> > >
œ
> >

A- E7
A-

&œ œ œ .. œ œ œ œ œ œ œ> œ œ œ œ Œ
'! > >
'% >

! ! !  
   

  9  
Je  me  suis  fait  tout  petit  –  Georges  Brassens  
 
Je n'avais jamais ôté mon chapeau Je me suis fait tout petit devant un’ poupée
Devant person... Qui ferm’ les yeux quand on la couche,
Maintenant je rampe et je fait le beau Je m’ suis fait tout p’tit devant un’ poupée
Quand ell’ me sonne. Qui fait « maman » quand on la touche.
J'étais chien méchant...ell’ me fait manger
Dans sa menotte. Tous les somnambules, tous les mages m'ont
J'avais des dents d’ loup… je les ai changées Dit, sans malice,
Pour des quenottes ! Qu'en ses bras en croix je subirais mon
Dernier supplice…
Je me suis fait tout petit devant un’ poupée Il en est de pir’s, il en est de meilleurs,
Qui ferm’ les yeux quand on la couche, Mais, à tout prendre,
Je m’ suis fait tout p’tit devant un’ poupée
Qui fait « maman » quand on la touche. Qu'on se pende ici, qu'on se pende ailleurs…
S'il faut se pendre.
J'étais dur à cuire elle m'a converti,
La fine mouche, Je me suis fait tout petit devant un’ poupée
Et je suis tombé, tout chaud, tout rôti, Qui ferm’ les yeux quand on la couche,
Contre sa bouche Je m’ suis fait tout p’tit devant un’ poupée
Qui a des dents de lait quand elle sourit, Qui fait « maman » quand on la touche.
Quand elle chante,
Et des dents de loup quand elle est furi’,
Qu'elle est méchante.

Je me suis fait tout petit devant un’ poupée


Qui ferm’ les yeux quand on la couche,
Je m’ suis fait tout p’tit devant un’ poupée
Qui fait « maman » quand on la touche.

Je subis sa loi, je file tout doux


Sous son empire,
Bien qu'ell’ soit jalouse au-delà de tout,
Et même pire...
Une jolie pervenche qui m'avait paru
Plus joli’ qu'elle,
Un’ joli’ pervenche un jour en mourut
A coup d'ombrelle.

   

10    
La  java  bleue  –  Fréhel  
 

j
b 3 œ œ œ nœ. œ œ. œ œ œ œ nœ. œ œ. œ œ œ #œ œ ≈ r
! !

& 4 ˙ ˙ #œ œ œ #œ
J œ œ. œ œ.
œ œ
. ‰ Œ Œ

F C7 F b B

& b .. ˙ . œ ˙
œ œ œ œ. œ œ. œ œ. œ
!

˙.

F C7

&b œ œ œ ˙. œ Œ Œ ˙ œ œ œ œ
"#

A7 D- G7 C7 D-

& b ˙. œ œ œ œ œ œ
"!

˙. œ œ œ
C7 F C7 F

œ
&b . ˙. œ œ œ œ. œ œ. œ œ.
$#

‰̇ . œ œ . œ œ. œ ˙.
R
b B F D G-

&b ˙ œ œ œ œ ˙. œ Œ Œ œ œ œ
$!

F D7 G7 C7

&b œ œ œ œ œ œ ˙
# ˙˙ ... ˙˙ .. œ œ œ
%#

 
   

  11  
F F

j≈ r œ œœ
Fi

& b ˙. .
. œ . œ œ œ ˙ œ
œ œ œ. œ œ. œ œ œ œ œ. œ
!" #$ %$
!

C7 F

&b ˙ ˙. ˙ œ œ œ œ
&'

œ ˙ œ

C7 F A

& b ˙‰ .. œ œ . œ. œ œ œ œ œ œ ˙
Œ œ ˙ ˙.
!

œ
&"

œ œ
R
D- G7 C7 F

j≈ r
&b ˙ ˙ œ œ œ œ
"'

œ ˙. œ œ œ. œ œ. #œ

C7 F C7 F C7

&b œ œ œ ˙ œ œ œ œ ˙. œœ œœ œœ
""

F C7 F C7

& b œœ œœ œœ œœ œœ b œœ ˙˙ ..œ . œ œ . œ œ œ œ ˙. œ œ œ
('

F G7 C
j≈
DC a la Fi

& b ˙. nœ œ œ nœ œ œ nœ œ œ œ r
œ œ. œ œ. œ
((

œ nœ œ
œ
 

12    
 
   

  13  
 
La  mauvalse  réputation  –  Georges  Brassens  
 
a-   Quand  j'croise  un  voleur  malchanceux,  
Au  village,  sans  prétention,   poursuivi  par  un  cul-­‐terreux;  
e7 a-   j'lance  la  patte  et  pourquoi  le  taire,  
j'ai  mauvaise  réputation.   le  cul-­‐terreux  s'retrouv'  par  terre  
  je  ne  fait  pourtant  de  tort  à  personne,  
qu'je  m'démène  ou  qu'je  reste  coi   en  laissant  courir  les  voleurs  de  pommes.  
 
e7 a-  
Mais  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que  
je  pass'  pour  un  je-­‐ne-­‐sais-­‐quoi!    
l'on  suive  une  autre  route  qu'eux,  
f e7   non  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que  
Je  ne  fait  pourtant  de  tort  à  personne     l'on  suive  une  autre  route  qu'eux.  
f e7   Tout  le  monde  se  rue  sur  moi,  
en  suivant  mon  chemin  de  petit  bonhomme.   sauf  les  culs-­‐de-­‐jatte,  ça  va  de  soi.  
   
Mais  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que   Pas  besoin  d'être  Jérémie,  
l'on  suive  une  autre  route  qu'eux,   pour  d'viner  l'sort  qui  m'est  promis,  
non  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que   s'ils  trouv'nt  une  corde  à  leur  goût,  
l’on  suive  une  autre  route  qu'eux.   ils  me  la  passeront  au  cou.  
Tout  le  monde  médit  de  moi,   Je  ne  fait  pourtant  de  tort  à  personne,  
sauf  les  muets,  ça  va  de  soi.   en  suivant  les  ch'mins  qui  n'mènent  pas  à  Rome,  
   
Le  jour  du  Quatorze  Juillet   Mais  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que  
je  reste  dans  mon  lit  douillet.   l'on  suive  une  autre  route  qu'eux,  
La  musique  qui  marche  au  pas,   non  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que  
cela  ne  me  regarde  pas.   l'on  suive  une  autre  route  qu'eux.  
Je  ne  fais  pourtant  de  tort  à  personne,   Tout  l'mond'  viendra  me  voir  pendu,  
en  n'écoutant  pas  le  clairon  qui  sonne.   sauf  les  aveugles,  bien  entendu.  
   
Mais  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que    
l'on  suive  une  autre  route  qu'eux,  
non  les  brav's  gens  n'aiment  pas  que  
l'on  suive  une  autre  route  qu'eux,  
Tout  le  monde  me  montre  du  doigt  
sauf  les  manchots,  ça  va  de  soi.  
 
   

14    
La  marine  –  Georges  Brassens  
 
A- G F E7 A- G F E7

& 86 œ . œ. œ. œ. œ. œ. œ. œ œ
œ

A- G F A-

œ œ œ j j
& .. œ . œ. œ œ œ œ œ œ œ œ. œ œ œ
!

G F A- A

& œ. œ œ œ œ. œ œ œ œ œj œ œj œ . œ œ œ œ. #œ œ œ
"

œ. œ œ œ œ œ œ œ œ.
D- G7 C A- D-

& J J œ œ œ œ. œ œ œ ˙.
#$

F E7 F E-
œœ ..
A-

œ œ œ œ œ œ
‰ œ
œ. œ
œ œ œ .. œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ .
&
#% &%
œ œ œ
#"

 
   

  15  
A- G
On les retrouve en raccourci Tout ce qu'on fait dans un seul jour
F A- Et comme on allonge le temps,
Plus de trois fois dans un seul jour,
Dans nos petits amours d'un jour,
Content, pas content, content!
G Y a dans la chambre une odeur
Toutes les joies, tous les soucis, D'amour tendre et de goudron.
F A- Ça vous met la joies dans le coeur
Des amours qui durent toujours La peine aussi et c'est bon.
A D-
C'est là le sort de la marine On n'est pas la pour causer,
Mais on pense même dans l'amour
G7 C
On pense que demain y fera jour
Et de toutes nos petites chéries. Et que c'est une calamité.
A- D- C'est là le sort de la marine,
On accoste, vite un bec, Et de toutes nos petites chéries,
F E7 On accoste mais on devine
Pour nos baisers, le corps avec! Que ça sera pas le paradis!

Et les joies et les bouderies, On aura beau se dépécher


Les fâcheries, les bons retours, Faire bon dieu, la pige au temps,
On les retrouve en raccourci Et le bourrer de tous nos péchés
Dans nos petits amours d'un jour. Ça ne sera pas ça et pourtant...
On a ri, on s'est baisé, Toutes les joies, tous les soucis,
sur les neunoeils, sur les nénés, Des amours qui durent toujours,
Dans les cheveux à pleins bécots On les retrouvent en raccourci
Pondus comme des oeufs, tout chauds! F E7 A-
Dans nos petits amours d'un jour.
 

     

16    
La  mer  –  Charles  Trenet  
 
 

 
   

  17  
La  vie  en  rose  –  Edith  Piaf  
 
E-7 G A- D7
# œ. œ
J œ œ œ
œ œ. œ œ œ œ œ ˙ œ
& c J œ œ œ œ œ œ
œ

%
G E7 A- D7 G G/F E7 D7
# .
& . œ œ œ œ œ œ œ œ œ #œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ #œ œ ˙
!

# œ. œ œ œ œ œ œ.
G G@ G6 A- D7
œ œ œ. œ œ œ œ ˙
& J J œ œ œ œ Œ
"

J œ

# œ. œ œ œ œ œ œ.
A- D7 E-7 G A- D7

J œ œ œ œ œ œ. œ œ #œ œ œ ˙ œ Œ
& J
#$

# œ. œ œ œ œ œ œ. œ ˙ œ
G G@ G6 G7 C@
œ œ œ œ œ. œ
& J J œ J œ œ œ Œ
#%

C@ D7

# œJ œ œJ œJ œ œJ œJ œ œJ ˙ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
C C- G E-7 A U
& J J J J J J
&#

G A-7 D7 %

# œ. œ œ œ œ œ œ. ˙
G G@ A- C D7
œ œ œ œ œ œ
& J J œ œ œ ‰ œ œ œ ..
&! #'

# w&' w w œ
G@ A- D7 G

& Œ Ó
&"

 
   

18    
 
 
Disposició  dels  acords  a  la  mà  dreta:  
 
 
E-7 G A- D7 G E7 A- D7 G G/F E7 D7
# œ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ
& œ œœ œœ œœ œœ

G G@ G6 A- D7 A- D7 E-7 G A- D7 G
# œ œœ œ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ
& œ œ
G@ G6 G7 C@ C C- G E-7 A C@ D7
# œ œ œ œœ
& œ œœ œœ œœ œ bœ œœ œ œ œœ
œ #œ
G A-7 D7 G G@ A- D7
G G@ A- C D7 G
# œ œ œ œ œ œœ œœ .. œœ œœ œœ œœ
& œ œ œ œ œ œœ œœ Œ Ó
!" #"

 
   

  19  
 

 
 
Des nuits d'amour à n’en plus finir, Quand il me prend dans ses bras,
Un grand bonheur qui prend sa place, Qu'il me parle tout bas,
Les ennuis, les chagrins s'effacent, Je vois la vie en rose.
Heureuse, heureuse à en mourir   Il me dit des mots d'amour,
Des mots de tous les jours,
Et ça me fait quelque chose.
Il est entré dans mon coeur
Une part de bonheur
Dont je connais la cause.
C'est lui pour moi, moi pour lui dans la vie.
Et, dès que je l'aperçois,
Alors, je sens en moi
Mon coeur qui bat.
   

20    
Le  métèque  –  Georges  Moustaki  
 

 
   

  21  
Les  feuilles  mortes  –  Yves  Montand  
 

22    
 
   

  23  
Ma  liberté  –  Georges  Moustaki  
 

 
   

24    
Marinette  –  Georges  Brassens  
 
 

   

  25  
Ne  me  quitte  pa  –  Jacques  Brel    
 

26    
Non,  je  ne  regrette  rien  –  Édith  Piaf  
 

C G7 C

12 œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ
& 8 œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ œ Jœ
ˆ G7 C

& ˙. œ. œ œ œ w. ˙. œ œ œ œ œ œ ˙. œ. œ œ œ
!

F F+ D- G7

& ˙. œ. œ œ œ ˙. œ. œ œ œ ˙. œ œ œ œ œ œ w.
"

C G7 C

& ˙. œ. œ œ œ w. ˙. œ œ œ œ œ œ ˙. œ. œ œ œ
#$

F D- ı G7 C

œ. œ œ œ ˙. œ œ œ œ œ œ ˙. œœœœœœ
&'()*+(,(-,()*., /012

& ˙. œ. œ œ œ ˙.
#%

G7 C

œ œ
& ˙. œ œ œ œ œ ˙. œ œ œ œ œ œ ˙. œ œ œ œ œ #œ ˙. œ œœœœ
&#

G7 C

œ
ˆ
& ˙. œ œ œ œ œ ˙. œ œ œ œ œ œ ˙. œ œ œ œ œ œ w.
&!

)*., ı G7 C Cµ C6

& ˙. œ œ œ œ œ œ w. w. ∑
&"

   

  27  
 
   

28    
Nous  sommes  deux  –  Georges  Moustaki  
 
 

 
   

  29  
 
   

30    
Que  nadie  sepa  mi  sufrir  –  Ángel  Cabral    
La versió en francès és coneguda com La Foule, interpretada per Édith Piaf el 1957
 

 
D- A-
3
& 4 œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ œœ
A- A-
E7

& # œœ œœ œœ œœ œœ # œœ œœ œœ œœ œœ œ œ œ # œ œ # œ .. ˙˙˙ ... œœ Œ œ œ


! "# $#

œ
F D- G7 C

. j œ œ .œ œ . œ œ œ œ . œj œ œ ˙ .
& . œ . œ œ
J œ# œ œ ˙ œ Œ œœ œ Œ œœ
""

J
A-
E7 F E7
j
& # œ . œ œ œ œ . Jœ œ# œ œ ˙ Œ j œ . œj œ œ # ˙ . œ Œ œ œ ..
"% "#

œ œ œ œ.œ œœ
A-
F E7 A-

& ˙. œ Œ œ œ œ . œj œ œ œ . œj # œ œ ˙ . œ œ œ œ #œ œ
$& $#

G7 C G7 C

. . j . j œ . j œ . j . j . j
& . œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ ˙.
''

E7 A-
j
& œ œ œ œ # œ œ # œ . œ œ œ œ . Jœ œ # œ œ ˙ œœœœœœ
()

A-
F E7

& œ œ œ œ œ œ # œ œ . œJ ˙ . œ œ œ œ # œ œ .. ˙ . œ Œ Œ
(! "# $#

 
   

  31  
Je revois la ville en fête et en délire Et parfois soulevés
Suffoquant sous le soleil et sous la joie. Nos deux corps enlacés s'envolent
Et j'entends dans la musique les cris, les rires Et retombent tous deux
Qui éclatent et rebondissent autour de moi Épanouis, enivrés et heureux

Et perdue parmi ces gens qui me bousculent Et la joie éclaboussée par son sourire
Étourdie, désemparée, je reste là. Me transperce et rejaillit au fond de moi.
Quand soudain je me retourne, il se recule Mais soudain je pousse un cri parmi les rires
Et la foule vient me jeter entre ses bras Quand la foule vient l'arracher d'entre mes bras

Emportés par la foule qui nous traîne Emportés par la foule qui nous traîne
Nous entraîne Nous entraîne
Écrasés l'un contre l'autre Nous éloigne l'un de l'autre.
Nous ne formons qu'un seul corps Je lutte et je me débats

Et le flot sans effort Mais le son de sa voix


Nous pousse, enchaînés l'un et l'autre S'étouffe dans les rires des autres.
Et nous laisse tous deux Et je crie de douleur, de fureur et de rage
Épanouis, enivrés et heureux Et je pleure

Entraînés par la foule qui s'élance Entraînée par la foule qui s'élance
Et qui danse Et qui danse
Une folle farandole Une folle farandole
Nos deux mains restent soudées   Je suis emportée au loin

Et je crispe mes poings


Maudissant la foule qui me vole
L'homme qu'elle m'avait donné
Et que je n'ai jamais retrouvé  
 
   

32    
 
Padam,  Padam  –  Édith  Paif  
 

A-

& 43 # œr œ Œ ‰ . # œr œ Œ ‰ . # œr ˙ . Œ
#œ œ œ œ
Œ
 

A- E7 A-

& 43 .. j Œ Œ
œ œ
œ œ œ œ . œ ˙. œ œ œ œ œ œ œ œ ˙. œ œ
E7 A-

& Œ Œ
œ œ . œj ˙ .
!

œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ ˙. œ œ

E- A- E- A-

Πj
& œ #œ œ œ #œ œ #œ ˙ œ œ . œ Œ œ
"#

#
œ œ œ œœ # œ ˙.

D A- D A- D D- E7

& Œ
$%

œ œ œ œ œ œ œ ˙ œ œ œ œ œ œ œ œ ˙.
D- E7 D- E7 D- C E-

&˙ Œ‰. r
&$

œ ˙. œ œ œ ˙. ˙. ˙. œ #œ

A- E7

& œ Œ‰ . # œr œ Œ‰ . # œr ˙ . Œ Œ‰ . r
&!

#œ œ œ œ #œ œ œ œ ˙. œ #œ
A-

& œ Œ‰ . # œr œ Œ‰ . # œr ˙ . Œ Œ‰ . r
'#

#œ œ œ œ #œ œ œ œ ˙. œ #œ
 
   

  33  
 
 
D-

& œ Œ ‰ . # œr œ Œ ‰ . # œr ˙ . Œ
#œ œ œ œ #œ œ œ œ ˙. œ Œ œœ
!!

A- F E7 A-

&œ œ œ œ œ œ ˙ Œ ..
"# $%

œ ˙ œ ˙ œ œ œ œ ˙. œ œ
E7

& Œ‰ .# œr œ Œ‰ .# œr œ Œ‰ .# œr ˙ . Œ Œ‰ . r
&$ '%

œ #œ œ œ œ #œ œ œ œ ˙. œ #œ
A-

& œ Œ‰ . # œr œ Œ‰ . # œr ˙ . Œ ˙. œ Œ‰ . # œr
#œ œ œ œ œ #œ œ œ
()

D-

& œ Œ ‰ . # œr œ Œ ‰ . # œr ˙ . Œ
#œ œ œ œ œ œ œ œ ˙. œ Œ œœ
((

E7
A-
U
&œ œ œ œ œ œ #œ #œ œ
*"

˙ œ œ ˙ œ
˙
A- A- E7 A-

& ˙. ˙. ˙. ˙. œ Œ # œœœ œœ Œ Œ
$)'

œ
 
   

34    
Cet air qui m'obsède jour et nuit
Cet air n'est pas né d'aujourd'hui
Il vient d'aussi loin que je viens
Traîné par cent mille musiciens
Un jour cet air me rendra folle
Cent fois j'ai voulu dire pourquoi
Mais il m'a coupé la parole
Il parle toujours avant moi
Et sa voix couvre ma voix

Padam...padam...padam...
Il arrive en courant derrière moi
Padam...padam...padam...
Il me fait le coup du souviens-toi
Padam...padam...padam...
C'est un air qui me montre du doigt
Et je traîne après moi comme un drôle d'erreur
Cet air qui sait tout par cœur

Il dit: "Rappelle-toi tes amours


Rappelle-toi puisque c'est ton tour
'y a pas d'raison pour qu'tu n'pleures pas
Avec tes souvenirs sur les bras...
" Et moi je revois ceux qui restent
Mes vingt ans font battre tambour
Je vois s'entrebattre des gestes
Toute la comédie des amours
Sur cet air qui va toujours

Padam, padam, padam...


 
   

  35  
Sous  le  ciel  de  Paris  –  Édith  Paif  
 

œ œœ œ œœœ œ œ œ œ .. œ œ œ œ
3 œœ œ
!" #"

&4 œ œ œ œ œ œ # œ œ #œ œ
œ œ

A- /G /F /E D-

& .. œ œ œ ˙ œ œ œ œ œ œ œ ˙.
˙˙ .. ˙˙ .. ‰ œJ œ œ œ œ
$

˙. ˙.
A- E7
E7 D- G F

˙ œ œ œ œ œ œ œ ..
& œ #œ œ ˙. ˙.
!% !"

˙. ˙.
œœ
A- E7 A- D- A- E7
j ‰
œœ ‰ Œ Œ œ œ œ œ œ œ
Œ j ‰ Œ
& ˙. ˙. ˙˙ .. ˙˙ .. ˙˙ ..
#"

œ œ œ œœœ
##

J ˙. ˙. ˙.
œ œ œ
A- D- A- E7 A- C /F /E /D

œ œ œ œ ˙ œ œœ œœ œ
& ˙˙ ... ˙˙˙ .. ˙˙ .. ˙ œ œ œœ
&'

˙ . ˙.
E7 D- A- E7 A- /G /F /E
˙. ˙. ˙. ˙. œ ˙ œ œ œ œ œ œ œ
& œ œ
&(

D- E7 D- F

& ˙.
˙.
˙˙ .. ˙˙ .. ‰ œJ œ œ œ œ œ # œ œ ˙ œ œ œ œ œ œ œ
%$

˙.

###
A E7

& #˙. ˙. œ Œ œ œ #œ œ
˙. ˙. ˙
œ œ œ œ
)%

###
E- A D
œ œ œ œ œ œ œ œ
& n˙. n˙. ˙
$#

˙. ˙. ˙

###
D- A D- D E

& Œ œ œ œ ˙ œ
*'

n˙. ˙. ˙ ˙ œ n˙ œ ˙ œ

###
F G A E7 A E7

˙ œ ˙ Œ œ œ œ ˙. ˙. œ Œ œ œ œ œ
& ˙ œ
*(

### ˙ .
A- G F E7
˙. ˙. ˙.
&
($

 
   

36    
 
A-­‐      
Sous  le  ciel  de  Paris   Sous  le  ciel  de  Paris  
                                                                 D-­‐    D-­‐/C    B-­‐7(b5)    F6/A       Coule  un  fleuve  joyeux,  hmm,  hmm  
S'envole  une  chanson,  hmm,  hmm   Il  endort  dans  la  nuit  
E7     Les  clochards  et  les  gueux.  
Elle  est  née  d'aujourd'hui   Sous  le  ciel  de  Paris  
                                                                                 A-­‐      D-­‐      C6      E7     Les  oiseaux  du  Bon  Dieu,  hmm,  hmm  
Dans  le  coeur  d'un  garçon.   Viennent  du  monde  entier  
A-­‐     Pour  bavarder  entre  eux.  
Sous  le  ciel  de  Paris   Et  le  ciel  de  Paris  
                                                               D-­‐    D-­‐/C    B-­‐7(b5)    F6/A     A  son  secret  pour  lui  
Marchent  des  amoureux,  hmm,  hmm   Depuis  vingt  siècles  il  est  épris  
E7     De  notre  île  Saint-­‐Louis.  
Leur  bonheur  se  construit   Quand  elle  lui  sourit  
                                                                       A-­‐      D-­‐      A-­‐     Il  met  son  habit  bleu,  hmm,  hmm  
Sur  un  air  fait  pour  eux.   Quand  il  pleut  sur  Paris  
                                             D-­‐                                                                                    A-­‐    
Sous  le  pont  de  Bercy   C'est  qu'il  est  malheureux...  
G7                                C6      
Un  philosophe  assis   A-­‐    
                                           F                              D-­‐                      B-­‐7(b5)     Quand  il  est  trop  jaloux  
Deux  musiciens,  quelques  badauds                                                                        D-­‐    D-­‐/C    B-­‐7(b5)    F6/A    
                                                                               E            E7     De  ses  millions  d'amants,  hmm,  hmm  
Puis  des  gens  par  milliers.   E7    
A-­‐   Il  fait  gronder  sur  nous  
Sous  le  ciel  de  Paris                                                                      A-­‐      
                                                                   D-­‐  D-­‐/C    B-­‐7(b5)  F6/A     Son  tonnerre  éclatant.  
Jusqu'au  soir  vont  chanter,  hmm,  hmm   A-­‐  
E7     Mais  le  ciel  de  Paris  
L'hymne  d'un  peuple  épris                                                                                                  D-­‐  D-­‐/C    B-­‐7(b5)  F6/A  
                                             A   N'est  pas  longtemps  cru  -­‐  el,  hmm,      hmm  
De  sa  vieille  cité.                             E7    
  Pour  se  faire  pardonner  
                                                       E7                                                                        A-­‐      G6      A-­‐  
Près  de  Notre-­‐Dame   Il  offre  un  arc-­‐en-­‐ciel.  
                                                                   E-­‐7        A7      
Parfois  couve  un  drame  
                                                   D    
Oui,  mais  à  Paname  
                                                               D-­‐    
Tout  peut  s'arranger.  
                                               A                      C#7          F#-­‐    
Quelques  rayons  du  ciel  d'été  
               C#7          F#-­‐                        E7            A    
L'accordé  -­‐  on  d'un  marinier  
B-­‐7                                A            A#(dim)    
L'espoir  fleurit  
                                             E        E7    
Au  ciel  de  Paris.  
   

  37  
Sous  les  ponts  de  Paris  –  André  Claveau
 
 

 
 
Pour aller à Suresnes ou bien à Charenton Sous les ponts de Paris, lorsque descend la nuit
Tout le long de la Seine on passe sous les ponts Comme il n'a pas de quoi s' payer une chambrette,
Pendants le jour, suivant son cours Un couple heureux vient s'aimer en cachette,
Tout Paris en bateau défile, Et les yeux dans les yeux faisant des rêves bleus,
L' cœur plein d'entrain, ça va, ça vient, Julot partage les baisers de Nini
Mais l' soir lorsque tout dort tranquille....... Sous les ponts de Paris.

Sous les ponts de Paris, lorsque descend la nuit, Rongée par la misère, chassée de son logis,
Tout's sort's de gueux se faufil'nt en cachette L'on voit un' pauvre mère avec ses trois petits.
Et sont heureux de trouver une couchette, Sur leur chemin, sans feu ni pain
Hôtel du courant d'air, où l'on ne paie pas cher, Ils subiront leur sort atroce.
L'parfum et l'eau c'est pour rien mon marquis Bientôt la nuit la maman dit
Sous les ponts de Paris. Enfin ils vont dormir mes gosses.

A la sortie d' l'usine, Julot rencontre Nini Sous les ponts de Paris, lorsque descend la nuit
Ça va t'y la rouquine, c'est la fête aujourd'hui. Viennent dormir là tout près de la Seine
Prends ce bouquet, quelqu's brins d' muguet Dans leur sommeil ils oublieront leur peine
C'est peu mais c'est tout' ma fortune, Si l'on aidait un peu, tous les vrais miséreux
Viens avec moi; j' connais l'endroit Plus de suicid's ni de crim's dans la nuit
Où l'on n' craint même pas l'clair de lune.

     

38    
Tous  les  garçons  et  les  filles  –  Françoise  Hardy  
 

 
   

  39  
 
   
40    
Willkommen,  Bienvenue,  Welcome  –  Cabaret  
 

#
/G /D /G /D /G /D /G /D

& c Œ œœ œœ Œ œœ œœ ‰ œœ œœ œœ Œ œœ Œ œœ œœ Œ œœ œœ ‰ œœ œœ œœ Œ œœ
œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ œ

# œ
G

& œ œ œ ˙
!

˙ bœ n˙. w

# œ
D7

& œ œ œ ˙
"

˙ bœ n˙. w

# œ
A- D7 G

& b˙ nœ œ œ œ œ œ
#$

nœ #˙ w

#
A- D7

& œ b˙ ˙ ˙ œ œ œ œ
#%

nœ œ œ #œ œ bœ nœ

# œ
G E7

& œ œ œ ˙ j
&#

˙ bœ n˙. œ œ bœ nœ.

# œ
A- D7 G
j œ œ Œ Ó
& œ # œj œ . w
&!

œ bœ nœ.
 
   

  41  
42    
   

  43  
 
 

44    

Related Interests