You are on page 1of 7

Table des Matières

INTRODUCTION ............................................................................................................................... 2

I. GENERALITES SUR LES THEORIES DES PLAQUES ET COQUES.................................... 3

1. Historique .................................................................................................................................. 3

2. Démarche d’étude ..................................................................................................................... 3

II. RECHERCHE BIBLIOGRAPHIE DES PLAQUES ET COQUES ......................................... 4

1. Eléments de type Kirchhoff ...................................................................................................... 4

2. Eléments de type Reissner/Mindlin .......................................................................................... 5

3. D’autres précurseurs des théories des plaques et coques .......................................................... 6

CONCLUSION .................................................................................................................................... 7

BILIOGRAPHIE .................................................................................................................................. 7

T.P.E : Théories des plaques et coques GME/IC3


INTRODUCTION

Depuis des décennies, l'analyse vibratoire des structures fait l'objet d'études poussées de la part de

chercheurs et ingénieurs de secteurs industriels très variés. Ainsi, les industries du transport, de la

construction navale et aéronautique sont, dans une large mesure, confrontées à la nécessité de prévoir

le comportement vibratoire des structures mécaniques. Les plaques et coques sont des structures

tridimensionnelles dont l’épaisseur est mince par rapport aux autres grandeurs caractéristiques. Ces

structures peuvent se déformer dans les trois directions de l’espace. En raison des contraintes

importantes que subit la structure, l’apparition de petites fissures y est inévitable et d’autres présentent

un risque important. En effet, dans ces secteurs dès l'instant où une structure industrielle est soumise

à des mouvements avec frottements, elle devient le siège de vibrations qu'il s'agit de prévoir. Cela

portera l’attention des plusieurs chercheurs telle que LOVE-KIRCHHOFF, HENCKY-MINDLIN,

REISSNER/MINDLIN, HANCOCK, SIVAKUMARAN, ABDEL-RAHMAN… .

T.P.E : Théories des plaques et coques GME/IC3 2


I. GENERALITES SUR LES THEORIES DES PLAQUES ET
COQUES
1. Historique
Vers 1750, Leonhard Euler a énoncé une première théorie des poutres en définissant l'elastica, fibre
moyenne ou neutre qui se déforme en flexion sans se contracter ni se comprimer. Il a alors essayé de
généraliser cette théorie aux plaques de très faible épaisseur. En 1764, il avait donné une équation
différentielle du second ordre pour définir la vibration des tambours assimilés à une membrane
élastique formée par des fils élastiques croisés orthogonalement.
L'étude de la flexion des plaques revient au début du XIXe siècle avec les études de Thomas Young,
Pierre-Simon de Laplace et les polytechniciens en France.
L'acousticien allemand Ernst Chladni présente en 1808 à l'académie des sciences des expériences
sur la résonance des plaques, montrant qu'elles donnent des formes régulières, les figures de Chladni.
À l'incitation de Laplace, Napoléon Ier décide de créer un prix récompensant la personne donnant la
première une équation générale des plaques vibrantes. Siméon Denis Poisson, Henri Navier,
Augustin Louis Cauchy, Joseph Fourier se lancent dans la résolution de ce problème. C'est Sophie
Germain qui va donner une équation de la déformée en ajoutant un terme à l'équation d'Euler tenant
compte des rayons de courbure dans les deux directions perpendiculaires. Les résultats des calculs
sont semblables à ceux des expériences. Laplace puis Poisson ont confirmé la méthode de Germain.
En 1812, Sophie Germain reprend sa méthode de calcul pour obtenir la déformation d'une plaque en
tenant compte des hypothèses de Laplace. Fourier reprend en 1818 les travaux de Germain en
utilisant les séries de Fourier pour trouver une solution particulière de l'équation des plaques.
Navier présente en 1819 un mémoire sur le moment élastique à l'académie des sciences. Le 14 mai
1821, il présente le Mémoire sur les lois de l'équilibre et du mouvement des corps solides élastiques
fondement de la théorie de l'élasticité qui a été développée par Cauchy, Poisson en 18284, Gabriel
Lamé et Émile Clapeyron.
En 1888, Love utilise les hypothèses de Gustav Kirchhoff, elles-mêmes inspirées des hypothèses
d'Euler-Bernoulli pour les poutres, pour fonder une théorie des plaques minces.
La théorie des plaques épaisses a été consolidée par Raymond Mindlin6 à partir des travaux de
Rayleigh (1877), Timoshenko (1921), Reissner (1945) et Uflyand (1948).

2. Démarche d’étude
Comme pour l'étude des poutres, on met en relation :
 La forme finale de la plaque, c'est-à-dire le champ des déplacements, avec le champ de tenseur
des déformations ;
 Les efforts de cohésion avec les efforts extérieurs ;
 Les efforts de cohésion avec le tenseur des contraintes, grâce au principe d'équivalence ;
 Et le tenseur des contraintes avec le tenseur des déformations, grâce à la loi de Hooke
généralisée.
Le modèle de poutre/coque permet de passer des efforts de cohésion au tenseur des contraintes ; il
permet d'appliquer le principe d'équivalence.

T.P.E : Théories des plaques et coques GME/IC3 3


Figure1 : schéma d’étude d’une plaque/coque

II. RECHERCHE BIBLIOGRAPHIE DES PLAQUES ET COQUES

Les barres à parois minces sont assemblées de plaques planes et de petites coques de forte
courbure aux raccords des plaques. Lors du calcul, la courbure des petites parties de coque peut être
négligée lorsque le rapport entre le rayon de courbure et l’épaisseur des parois est moindre ou égal à
une certaine grandeur. Les plaques possèdent au début de très faibles courbures. Il est raisonnable de
réviser le développement de type plaque et coque qui sont capables de décrire, à la fois, les modes
locaux et globaux des structures à parois minces. Mais il est inutile de tout revoir car les théories des
plaques et des coques et les problèmes inhérents aux éléments de plaque et de coque sont vastes et
compliqués.
Le comportement d’une plaque peut être basé sur l’une des deux théories :
 Théorie des plaques de KIRCHHOFF (on l’appelle également théorie classique des plaques)
 Théorie des plaques de MINDLIN-REISSNER (théorie des plaques déformables en
cisaillement).

1. Eléments de type Kirchhoff


Plusieurs éléments finis de plaques ont été proposés à partir de 1968, permettant d’obtenir des
solutions numériques des problèmes de plaques minces en accord avec les hypothèses de
KIRCHHOFF considèrent les hypothèses suivantes :
 Les normales qui sont perpendiculaires à la surface moyenne de la plaque avant la déformation
restent perpendiculaires à celle-ci après la déformation et ne changent pas de longueur;
 les contraintes normales sur les plans parallèles à la surface moyenne peuvent être négligées en
comparaison avec les autres contraintes.
Les éléments de KIRCHHOFF est appropriés aux plaques minces. Il a suscité un intérêt considérable
dans le développement de l'élément de plaque depuis leur usage est devenu populaire pour représenter
le comportement des éléments de coque. Beaucoup d'éléments de plaque ont été développées et ont
présenté un examen de tous les éléments flexion de plaque comme une partie de l'étude sur l'efficacité
des éléments de plaque de pliage. Le volet plaque triangulaire flexion en divisant le triangle principal
à trois subtriangles. Ils ont développé un élément triangulaire de flexion de plaque en utilisant des
fonctions de forme basée sur les coordonnées. L'élément de plaque non conforme ne passe pas le test

T.P.E : Théories des plaques et coques GME/IC3 4


cutané pour certains modèles de maillage, et l'élément confirmant est coûteux en raison du régime
d'intégration afin numériques nécessaires pour déterminer la matrice de rigidité de l'élément.
Beaucoup d'autres chercheurs ont également apporté leurs contributions à ce type d'éléments telle
que :
 SCHAFER et PEKÖZ [S1-1998], après avoir effectué plusieurs compagnes de mesures
expérimentales, ont montré que le défaut de planéité des parois peut être classifié en deux
catégories : Le type 1 peut être considéré comme convenant au flambement local des plaques et
le type 2 caractérise le flambement distorsionnel de la semelle.
 SIVAKUMARAN et ABDEL-RAHMAN [S7-1998] ont présenté une formule retenue dans la
norme britannique BS 5950 pour la limite supérieure de l’amplitude du défaut de planéité des
plaques comprimées:

 RONDAL a observé aussi différents types de déformation et on voit bien, à partir de ces
observations, que les imperfections géométriques peuvent être décomposées en défauts globaux
et locaux ou distorsionnels.

Figure2 : Différents types de déformées observées et déformée sinusoïdale théorique


considérée.

La forme sinusoïdale de la déformée globale pour une barre simplement appuyée à ses deux
extrémités est donnée par la relation suivante :

A part les hypothèses ressemblant à la théorie des plaques de KIRCHHOFF, il reste encore une
hypothèse de faible épaisseur. L’épaisseur de la coque est faible vis-à-vis du rayon de courbure
minimal de la surface moyenne. Toutes les hypothèses précédentes appliquées pour les coques minces
sont communément nommées les hypothèses de KIRCHHOFF-LOVE.

2. Eléments de type Reissner/Mindlin


Les éléments de plaque basés sur la théorie de Reissner/Mindlin sont présentés. Dans le cas des
éléments avec cisaillement transversal, pour éviter le blocage des éléments en cisaillement transverse
(surestimation de la rigidité pour des épaisseurs très faibles), une méthode consiste à construire des
champs de cisaillement et de substitution constants sur les bords de l’élément, les éléments de plaque
avec du cisaillement transverse utilisent cette méthode de façon à ne pas bloquer en cisaillement
transverse. La théorie de MINDLIN-REISSNER utilise des hypothèses alternatives :

T.P.E : Théories des plaques et coques GME/IC3 5


 Les normales de la plaque conservent leur rectitude mais ne restent plus perpendiculaire à la
surface moyenne après la déformation, elles ne changent pas également de longueur ;
 Elle est identique à la 2e hypothèse de la théorie de KIRCHHOFF ; les contraintes normales sur
les plans parallèles à la surface moyenne peuvent être négligées.
La théorie de MINDLINREISSNER, qui tient compte de la déformation de cisaillement transversale,
est applicable aux plaques avec épaisseur modérée. Les contraintes de cisaillement transversales dans
la théorie de MINDLIN-REISSNER sont constantes à travers l’épaisseur, ce qui ne correspond pas à
la distribution réelle parabolique où les contraintes de cisaillement aux fibres extrêmes sont nulles et
elles sont maximales à la mi-hauteur de l’épaisseur. Ainsi, il faut considérer que la distribution des
contraintes de cisaillement dans la théorie de MINDLIN-REISSNER est approximative et a une
signification moyenne. Les coques sont réellement malaisées à traiter. Plusieurs théories ont été
proposées et chacune a ses domaines d’application et ses limitations telles que les théories de LOVE,
de KOITER et de NOVOZHILOV.

3. D’autres précurseurs des théories des plaques et coques


En 1965, MIKULAS et McELMAN ont étudié les vibrations libres d'une coque raidie excentrée
simplement appuyée. Ils ont constaté que l'excentricité des raidisseurs peut avoir des effets
significatifs sur les fréquences naturelles. Dans le même contexte, Zhi et al ont concentré leurs travaux
sur l'étude vibratoire de coques cylindriques raidies dans laquelle les raidisseurs ont été aussi
considérés comme des éléments discrets.
Batoz et al. (1980) ont développé plusieurs éléments triangulaires efficaces de flexion de plaque pour
l'analyse des plaques et coques. Ces éléments ont deux degrés de liberté en rotation et un degré de
liberté en translation à chaque nœud pour un total de 9 degrés de liberté. Ils ont développé trois types
d'éléments de flexion de plaque : le première élément DKT repose sur des hypothèses discrets de
Théorie de Kirchoff, le deuxième élément HSM basé sur la Méthode hybride de stress, de surmonter
les problèmes dans le développement de modèles de déplacements, et le troisième élément SRI fondé
sur un schéma d’intégration sélective réduit qui comprend une déformation de cisaillement
transversale.
Batoz et Tahar (1982) Ont mis au point un élément de quatre nœuds quadrilatère basé sur la théorie
discrète Kirchhoff. Ils ont considéré que la déformation de cisaillement transversal est présente dans
l'élément développement initial, puis ils ont supprimé le terme cisaillement transversal de contrainte
en appliquant des contraintes discrètes Kirchhoff.
Belarbi M.T. et Charif A, en 1999 développement d’un nouvel élément hexaédrique simple basé
sur le modèle en déformation pour l’étude des plaques minces et épaisses.
L. Belounar, M.Guenfoud en 2005. Un nouvel élément fini rectangulaire basé sur l'approche de
contrainte pour flexion de plaque, pour l'analyse linéaire de la plaque de flexion avec effet de
cisaillement transverse. Le champ des déplacements de l'élément a été développé par l'utilisation de
l'approche basée sur Stran et elle est basée aussi sur les fonctions supposées indépendantes pour les
différentes composantes de la déformation dans la mesure où elle est autorisée par les équations de
compatibilité.
En 2006, Jafari et Bagheri ont analysé l'effet de variation de l'excentrement des raidisseurs ainsi que
l'effet de l'inégalité de l'espacement entre les raidisseurs en utilisant trois méthodes : expérimentale,
analytique et par éléments finis. Rosen et Singer ont présenté une étude théorique et expérimentale
des coques cylindriques raidies chargées axialement en utilisant les théories de Donell et Flügge. On
trouve aussi la procédure de Rayleigh-Ritz qui a été utilisée pour la prédiction des fréquences

T.P.E : Théories des plaques et coques GME/IC3 6


naturelles d'une coque cylindrique raidie dans le travail de Mustapha et Ali. Pour les structures les
plus complexes qui présentent l'assemblage de différentes formes de coque avec des raidisseurs, on
peut citer le travail de Yeago et al qui ont analysé les vibrations d'une coque conique cylindrique
raidie en utilisant l'approche variationnelle modifiée et en adoptant différentes conditions aux limites.

CONCLUSION

En somme la formulation des éléments finis de plaque/coque est un sujet très important et
relativement difficile. Un très grand nombre d’articles sur les éléments finis de plaque/coque a été
publié. Les éléments finis de coque se classent en trois types : éléments courbes géométriquement
surbaissés ou non (approche curviligne), éléments isoparamétriques dégénérés (approche 3D
dégénérée) et éléments plats (approche par facettes planes). La première analyse des coques par
éléments finis a été réalisée par un assemblage d’éléments
de coque à facettes planes. La matrice de rigidité est obtenue par combinaison d’éléments de
membrane et de plaque au niveau élémentaire. Les éléments basés sur les théories de coque classique
peuvent donner une meilleure approximation de la forme réelle des coques et présenter le couplage
de membrane-flexion dans un élément. Mais des difficultés importantes doivent être surmontées pour
la représentation correcte des mouvements de corps rigide et éviter les problèmes de blocage en
membrane et en cisaillement transverse au moins pour les champs de déplacements et rotations de
bas degré. Ce type d’éléments et leurs applications en milieu industriel sont assez limités en
comparaison avec les éléments en description cartésienne des déplacements. Différentes techniques
telles que l’intégration sélective ou réduite, la substitution des déformations de membrane et de
cisaillement transverse, les modèles mixtes ont été proposés pour éviter le blocage en membrane et
en cisaillements.

BILIOGRAPHIE

 LAHBARI Noureddine. Etude de la Stabilité des Plaques et Coques Métalliques par la

Méthode des Eléments finis (2007) ;

 Bui hung cuong. Analyse statique du comportement des structures a parois minces par la

méthode des éléments finis et des bandes finies de type plaque et coque surbaissée déformables

en cisaillement. Université de liège, Thèse de Doctorale (2008) ;

 Dhouha TOUNSI CHAKROUN. Formulation et mise en œuvre d’un élément continu

de coque axisymétrique raidie. Thèse de Doctorale (2015).

 wikipedia.org/wiki/Coque_(mécanique)

T.P.E : Théories des plaques et coques GME/IC3 7