You are on page 1of 23

MP – Cours de physique

MAGNÉTOSTATIQUE

Chapitre 1

Champ d’induction magnétique

1.1. Définition du champ d’induction magnétique

Courants électriques

Dans le cadre de la magnétostatique, nous envisagerons l’existence de charges en mouvement, avec


l’hypothèse que les courants électriques sont établis et invariants au cours du temps.

Rappelons que, dans ces conditions, le vecteur densité de courant j est nécessairement à flux
conservatif : c’est une implication du principe de conservation de la charge électrique
(cf. ÉLECTROCINÉTIQUE, chapitre 1 : l’approximation des régimes quasi stationnaires). Cela se
traduit par la satisfaction de l’équation locale :

div j = 0

Nous introduisons le concept d’élément de courant dans l’intention de décrire les courants réels comme
des assemblages de ces grandeurs élémentaires. Ces éléments de courants ne peuvent en aucun cas être
isolés : c’est le génie d’André-Marie Ampère d’avoir produit en 1927 sa Théorie mathématique des
phénomènes électrodynamiques uniquement déduite de l’expérience. Cette théorie permettait le calcul
mathématique des actions entre courants en décrivant cette action comme étant constituée d’actions
élémentaires entre éléments de courants.
 
Les éléments de courant δq v correspondent à des charges élémentaires δq animées d’une vitesse v . Ils
peuvent aussi bien, selon que les charges mobiles soient volumiques, surfaciques ou linéiques, décrire des
  
( ) ( )
courants en volume j δτ , des courants de surface js δS ou des courants filiformes i δ . ( )
élément de courant élément de courant élément de courant
en volume de surface filiforme
 
 js δS i δ
j δτ
δτ δS 
δ

Volume τ Surface S Courbe C

Jean Le Hir, 3 septembre 2005 Page 1 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Dans chaque cas, l’élément de courant est homogène à une intensité électrique que multiplie une
longueur : [ q ][ v ] = [ j ][ L ] = [ js ][ L ] = [ I ][ L ] .
3 2

Interaction entre éléments de courants

Postulat d’Ampère
Nous observons expérimentalement que des courants parallèles, c’est-à-dire portés par des conducteurs
parallèles et circulant dans le même sens, s’attirent tandis que des courants antiparallèles, c’est-à-dire
portés par des conducteurs parallèles et circulant dans des sens opposés, se repoussent. Enfin, des
courants orthogonaux n’ont aucune interaction mécanique.
   
F21 F12 F21 F12
  
F12 = F21 = 0
i1
i1 i2 i1 i2
i2

courants parallèles courants antiparallèles courants orthogonaux


forces attractives forces répulsives pas de force

Sans préjuger qu’il s’agisse de courant filiforme, de courant de surface ou de courant de volume, nous

noterons δck les différents éléments de courants. Le postulat d’Ampère définit la force d’interaction entre
deux éléments de courant.
 
Un élément de courant δc1 disposé dans le vide, exerce sur un autre élément de courant δc2 une
force de module inversement proportionnel au carré de leur distance mutuelle. L’intensité et la
direction de la force dépend de l’orientation dans l’espace des éléments de courant et s’exprime
par un double produit vectoriel :

δ 2 F12

δc1   

δc 2 δ 2 F12 = 0
(
 µ δc2 ∧ δc1 ∧ e12 )
 4π r122
e12

r12

µ0
Le coefficient de proportionnalité a pour valeur numérique exacte1 = 10−7 u.S.I.

1
Dans le Système International d’unités, la valeur numérique de µ0 est choisie conventionnellement égale à 4π 10−7 , ce qui
revient à définir la valeur de l’ampère, unité d’intensité électrique. Ce choix n’est pas arbitraire, il implique que l’unité de
tension électrique, le volt, soit de l’ordre de grandeur de la force électromotrice d’un élément de la pile de Volta.

JLH 08/11/2007 Page 2 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique


Remarque : la force élémentaire δ2 F12 définie par le postulat d’Ampère n’obéit pas, en général, au
 
principe des actions réciproques. A priori, δ2 F12 ≠ − δ2 F21 . Ce postulat, ne l’oublions pas, n’est pas
vérifiable expérimentalement de façon directe. Les éléments de courant ne sauraient être isolés, ils ne sont
que des intermédiaires mathématiques permettant d’exprimer l’interaction magnétique. Les lignes de
courant réelles se referment nécessairement sur elles-mêmes et alors l’interaction magnétique, intégrée
sur l’étendue de ces lignes de courants, obéit au principe des actions réciproques.

Analogie avec la loi de Coulomb


La loi de Coulomb, rappelons-le, exprime la force d’interaction entre deux charges élémentaires δq1 et


δq2 en électrostatique : δ 2 F12 =
1 δq2 ⋅ δ q 1 ⋅ e12 ( )
4πε0 2
r12
L’analogie entre la loi de Coulomb et le postulat d’Ampère est tout à fait remarquable, avec les
correspondances suivantes que l’on trouvera très fréquemment entre magnétostatique et électrostatique :

électrostatique magnétostatique
_________________________ ____________________________

1
ε0 ↔
µ0

charge élémentaire δq ↔ élément de courant δc
produit par un scalaire ↔ produit vectoriel

ρ δτ ⋅ ↔ j δτ ∧

σ δS ⋅ ↔ js δS ∧

λ δ ⋅ ↔ i δ ∧

Loi de Biot et Savart, loi de Laplace

Loi élémentaire de Biot et Savart



La loi élémentaire de Biot et Savart définit le champ d’induction magnétique élémentaire δBP ( M ) créé

en un point M de l’espace par un élément de courant δcP situé en un autre point P :
 
 µ0 δcP ∧ ePM
δBP ( M ) =
4π PM 2

Loi intégrale de Biot et Savart


La loi élémentaire de Biot et Savart n’est aucunement vérifiable expérimentalement, puisque les éléments
de courant ne peuvent être isolés. Étant donnée une distribution réelle de courant, la loi intégrale de Biot
et Savart définit le champ d’induction magnétique créé par cette distribution de courant en un point M
quelconque2 de l’espace.
 
 µ δcP ∧ ePM
B (M) = 0
4π ∫tous les
courants
PM 2

2
 
De la même façon que l’on ne peut définir le champ électrique E à l’endroit où se trouve une charge ponctuelle, le champ B
n’est pas définissable au niveau d’un courant filiforme ou même au niveau d’une nappe de courant.

JLH 08/11/2007 Page 3 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

La notation intégrale est symbolique.


 
Elle prendra la forme d’une intégrale de volume si les  µ jP δτP ∧ ePM
courants sont en volume, confinés dans un volume τ : B (M) = 0
4π ∫∫∫ P∈τ PM 2
 
Elle prendra la forme d’une intégrale de surface si les  µ jsP δS P ∧ ePM
courants sont en surface, confinés sur une surface S : B (M) = 0
4π ∫∫ P∈S PM 2
 
et enfin d’une intégrale curviligne dans le cas d’un  µ i δ P ∧ ePM
courant filiforme d’intensité i présent dans un circuit C : B (M) = 0
4π ∫
P∈C PM 2
Le champ magnétique ainsi défini peut être mesuré par son action locale sur des particules chargées en
mouvement ou par son action sur des conducteurs parcourus par des courants.
Du fait de sa définition intégrale, le champ magnétique obéit bien sûr, comme c’était le cas pour le champ
électrique, à un principe de superposition :

Principe de superposition
Étant donnée une partition d’une distribution de courants, le champ créé par la distribution
toute entière est égal à la somme de l’ensemble des champs créés par chaque partie.

Loi de Laplace
Le postulat élémentaire d’Ampère s’écrit aussi bien, en introduisant le champ défini par la loi élémentaire
de Biot et Savart :
  
 µ
δ 2 FP ( M ) = 0
δ (
cM ∧ δcP ∧ ePM
=
)
 
δcM ∧ δBP ( M )
4π PM 2

Cette force élémentaire n’est bien sûr pas mesurable, mais son intégrale étendue à une distribution réelle
 
de courants est donnée par la loi de Laplace : δF ( M ) =

δ2 FP ( M )
tous les
courants

La force élémentaire s’exerçant sur un élément de courant placé en un point M de l’espace où le champ

magnétique a pour valeur B a pour expression :
  
δF ( M ) = δcM ∧ B ( M )

 
Dans cette expression, l’élément de courant δcM peut aussi bien s’écrire j ( M ) δτM dans le cas des
 
courants de volume, js ( M ) δSM dans le cas de courants de surface ou i ( M ) δ M dans le cas de courants
filiformes.

Attention ! Le produit vectoriel n’est pas



commutatif. Dans l’expression de la force de F
Laplace, tout comme dans l’expression du champ force
d’induction magnétique dans la loi élémentaire de
Biot et Savart, il convient d’écrire l’élément de 
B
courant comme premier terme du produit vectoriel. 
Courant, induction et force forment un trièdre j induction
  
( )
direct : j , B , F > 0 courant

JLH 08/11/2007 Page 4 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Les aimants
La loi de Laplace n’est pas seulement une forme intégrale du postulat d’Ampère, elle est plus générale
que cela.
En particulier, le champ d’induction magnétique peut être dû non seulement à des courants, mais aussi à
des aimants, sources naturelles de champs d’induction magnétique associant toujours un pôle Nord et un
pôle Sud, les lignes du champ étant dirigées du pôle Nord vers le pôle Sud.

L’étude du magnétisme dans la matière n’est pas à notre programme, mais nous verrons dans un prochain
chapitre qu’un tout petit aimant crée dans l’espace un champ magnétique dipolaire dont la topologie est
tout à fait analogue à celle d’un dipôle électrique pour le champ électrique.

Symétries et antisymétries : notion de pseudo vecteur

Dans l’expression de définition du champ magnétique intervient un produit vectoriel. Cela fait que le
concept de champ magnétique dépend, pour son sens, de deux conventions :
— Une convention physique désigne arbitrairement le signe des charges. Cette convention
internationale est claire : les électrons ont une charge négative et les protons une charge positive.
Changer de convention reviendrait, dans la loi de Laplace, à changer simultanément le sens des
courants et le sens du champ d’induction magnétique : la force de Laplace n’en serait pas affectée.
— Une convention mathématique désigne arbitrairement la règle du trièdre direct ou, cela revient au
même, le signe du produit vectoriel. Changer cette convention reviendrait à changer le sens du
champ magnétique définit par la loi de Biot et Savart, mais la force de Laplace, bien sûr, ne
changerait pas de sens…

Les champs d’induction magnétique B sont des champs « tourbillonnaires ». À l’instar des vecteurs

rotation Ω en cinématique, leur sens dépend de la convention d’orientation de l’espace, ou convention
du trièdre direct.
De tels champs vectoriels seront qualifiés de « pseudo vecteurs » : leur image dans un miroir plan renvoie
non pas le vecteur symétrique, mais son opposé, que l’on qualifiera de vecteur antisymétrique.
Les théorèmes suivants en sont la conséquence :

JLH 08/11/2007 Page 5 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

S’il
 existe un plan de symétrie de la distribution de courant, le champ d’induction magnétique
B′ au point M′ symétrique dupoint
 M est l’opposé du symétrique par rapport à ce plan du
champ d’induction magnétique B en M.
Corollaire : Pour un point P appartenant au plan de symétrie, l’induction magnétique doit être
l’opposé de son propre symétrique par rapport à ce plan, c’est-à-dire qu’elle doit être orthogonale à ce
plan.

 
( )
j
j′ = sym j   
j j′ = sym j ( )

B

M
M′ = sym ( M )
 
B = B′
 
B′ = − sym B ( )
En un point d’un plan de
symétrie des courants,
l’induction magnétique est
Distribution de courant symétrique ⇒ Induction magnétique antisymétrique orthogonale à ce plan.

S’il existe un
 plan de d’antisymétrie de la distribution de courant, le champ d’induction
magnétique B′ au point M′ symétrique
 du point M est le symétrique par rapport à ce plan du
champ d’induction magnétique B en M.
Corollaire : Pour un point P appartenant au plan de d’antisymétrie, l’induction magnétique doit être
son propre symétrique par rapport à ce plan, c’est-à-dire qu’elle doit être contenue dans ce plan.

j  
j′ = − sym j ( )   

j j′ = − sym j( )
   
( )
B
B′ = sym B B = B′

M′ = sym ( M )

En un point d’un plan


d’antisymétrie des courants,
l’induction magnétique est
Distribution de courant antisymétrique ⇒ Induction magnétique symétrique contenue dans ce plan.

JLH 08/11/2007 Page 6 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

1.2. Théorème d’Ampère

Notion de courant enlacé

Le terme « enlacé » est à comprendre ici dans le sens entouré. Considérons un parcours fermé C
topologiquement équivalent à un cercle : aucun nœud ne doit être formé. Le parcours C est orienté. Dans
cette acceptation, pour toute surface S s’appuyant sur le contour C , il est possible de définir une face Sud
et une face Nord, selon la règle définie par le schéma suivant :

face «Nord » →
n+

face «Sud »


En chaque point M de la surface S, nous définissons un vecteur normal « positif » n+ de telle sorte que le

sens de rotation positif autour de n+ corresponde par continuité au sens d’orientation du contour C . Le

vecteur n+ traverse la surface S en pénétrant par la face Sud et émergeant par la face Nord.

On dit encore que le vecteur n+ est enlacé positivement par le contour C et nous définissons ainsi
l’enlacement comme un concept algébrique.

Remarque : Voici une bonne méthode mnémotechnique →


permettant rapidement de différentier une face Nord d’une n+ →
n+
face Sud. Pour une face Nord, le parcours est orienté par la
lettre « N » tandis que pour une face Sud, il est orienté par
la lettre « S ».
face «Nord » face «Sud »
Note historique : Ces appellations « Nord » et « Sud » ne
sont pas tout à fait arbitraires. Souvenons-nous que ces
choix ont été faits par des hommes habitant l’hémisphère Nord
Nord de la planète. L’axe polaire est dès lors culturellement
orienté du Sud vers le Nord et le sens de rotation positif
autour de cet axe orienté correspond au sens de rotation de
la Terre sur elle-même.
C’est un bon moyen mnémotechnique pour retenir la
convention d’orientation positive de l’espace : le
mouvement diurne apparent du Soleil sur la voûte céleste
—j’ose espérer que chacun le connaît— correspond à un
mouvement réel de rotation de la Terre dans le sens opposé.
Sud

JLH 08/11/2007 Page 7 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Revenons à nos courants électriques qui peuvent être des courants en volume, des courants de surface ou
des courants filiformes. Nous dirons qu’un courant est enlacé par un parcours fermé C , si, considérant
une surface S s’appuyant sur le contour C , ce courant traverse la surface S. Le parcours C étant orienté,
l’enlacement sera positif si le courant traverse la surface S du Sud vers le Nord, négatif dans le cas
contraire.
Dans le cas de courants filiformes, l’intensité enlacée est égale à la somme algébrique des intensités
traversant une surface S s’appuyant sur le contour C , en comptant positivement les courants traversant
dans le sens Sud → Nord et négativement les courants traversant dans le sens Nord → Sud.

Exemple 1 : Pour le cas de figure présenté i1 →


i2 n+ i3
ci-contre, le courant i1 est enlacé
positivement par le parcours C .
S
Les courants i 2 et i 4 ne sont pas enlacés
( i 2 est enlacé une fois positivement et une
fois négativement).
Le courant i 3 est enlacé deux fois C
i4
négativement.
L’intensité algébriquement enlacée a donc
pour valeur : ienlacée = i1 − 2 i 3

Dans le cas de courants définis en volume par une densité de courant, nous définissons l’intensité enlacée
 
comme le flux de j à travers la surface S orientée par le champ de vecteurs n+ .
 
ienlacée =
∫∫P∈S
j ( P ) ⋅ n+ ( P ) δS

Exemple 2 : Sur le schéma ci-contre, le


tube de courant T 1 est totalement enlacé. →
T1 n+ T2
Le tube de courant T 2 n’est quant à lui  
j1 S j2
que partiellement enlacé. Dans la
définition du courant enlacé, la surface S1
S2
est étendue à la section entière du tube T 1 S1
tandis que la surface S 2 se limite à la zone
hachurée. C
   
∫∫
ienlacée =
S ∫∫
j ⋅ n+ δS =
S1 ⊕ S2
j ⋅ n+ δS

Attention ! Nous parlons de courant enlacé par un contour C . Pour être recevable, notre
définition suppose implicitement que le choix d’une surface S particulière s’appuyant sur le
contour C n’ait aucune incidence sur la définition de l’intensité enlacée. Cela n’est vrai que
dans la mesure où la densité de courant est un champ de vecteurs à flux conservatif. C’est le cas
dans le cadre de la magnétostatique et même plus généralement dans le cadre de l’approximation
des régimes quasi stationnaires (ARQS), la densité de courant vérifiant alors en tout point de

l’espace et à tout instant la relation : div j = 0 . Toutefois, le concept d’intensité enlacée ne
pourra plus être défini dans le cadre plus général de l’électromagnétisme, hors de l’ARQS.

JLH 08/11/2007 Page 8 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Énoncé du théorème d’Ampère

Nous admettrons, sans démonstration, le théorème d’Ampère qui est une implication du postulat
élémentaire d’Ampère :
Soit, dans le vide, une distribution stationnaire de courant enlacé courant
courants créant dans tout  l’espace un champ positivement non enlacé
d’induction magnétique B constant.
 face «Nord »
La circulation de B le long d’une courbe fermée
imaginaire C quelconque est égale au produit par
la perméabilité du vide µ0 de l’intensité électrique
enlacée par la contour C .
 
∫C
B ⋅ δ = µ 0 ienlacée face «Sud »

Le parcours C étant orienté, l’intensité enlacée est comptée positivement quand les courants
pénètrent par la face Sud et émergent par la face Nord, négativement dans le sens contraire.
Attention ! Alors que le théorème de Gauss est un théorème général de l’électromagnétisme, il
n’en est pas de même du théorème d’Ampère qui n’est valable, pour ce qui le concerne, que
dans le cadre de l’ARQS.

Expression locale du théorème d’Ampère

Selon la formule de Stokes, la circulation d’un champ de vecteurs le long d’un parcours fermé orienté C
est égale au flux du rotationnel de ce champ de vecteurs à travers une surface S quelconque s’appuyant

sur ce contour, le champ n+ de vecteurs unitaires normaux à la surface S étant orienté conformément à
    
l’orientation de la courbe C :
∫C
B ⋅ δ =
∫∫ rot B ⋅ n+ δS .
S

Selon le théorème d’Ampère, dans le cas de courants stationnaires, cette circulation est égale à µ0 fois
l’intensité enlacée, c’est-à-dire à µ0 fois le flux du vecteur densité de courant à travers toute surface S
s’appuyant sur le contour C :
      
∫
C ∫∫
B ⋅ δ =
S ∫∫
rot B ⋅ n+ δS = µ 0 ienlacée = µ 0
S
j ⋅ n+ δS

Cette propriété étant vraie quelle que soit la courbe C , nous en déduisons qu’en tout point de l’espace où

le champ B est défini, la relation suivante est vérifiée en régime permanent :

  
rot B = µ 0 j ( en régime permanent )

 ρ
Attention ! Alors que l’équation div E = , forme locale du théorème de Gauss, est l’une des
ε0
quatre équations de Maxwell régissant l’électromagnétisme dans le vide dans le cadre le plus
  
général, il n’en est pas de même de l’équation locale rot B = µ 0 j qui n’est valable, pour ce
qui la concerne, que dans le cadre de l’ARQS.

JLH 08/11/2007 Page 9 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Discontinuité de la composante tangentielle du champ d’induction magnétique


à la traversée d’une nappe de courants de surface

Considérons une nappe de courant de densité de courant de surface js et un déplacement élémentaire

δ ⊥ orthogonal au courant en un point M de cette surface S que nous supposerons localement plane.
Dans le but d’appliquer le théorème d’Ampère, nous allons construire un parcours fermé autour du point
M en imaginant un rectangle dans un plan orthogonal à S constitué des parcours élémentaires δ ⊥1 et
δ ⊥ 2 immédiatement voisines de δ ⊥ dans le milieu 1 et dans le milieu 2. Dans la limite considérée, la
surface du rectangle a une mesure nulle et la circulation du champ d’induction magnétique à travers le
parcours d’Ampère se réduit aux deux seules circulations le long des segments élémentaires δ ⊥1 et δ ⊥ 2 .
D’après le théorème d’Ampère, cette circulation est égale à l’intensité enlacée, flux unidimensionnel de
 
js à travers la frontière δ ⊥ , soit dienlacée = js δ ⊥ , multipliée par la perméabilité du vide µ 0 .
 
Nous noterons B1 et B2 les champs d’inductions magnétiques dans les milieux 1 et 2 aux points M1 et
M 2 immédiatement voisins de M.
 
B1 B1

δ1⊥
M1
  M1
milieu 1 δ ⊥ δ1// 
 M
n21   js
js δ // M 
M2 δ 2 //
 M2
δ 2⊥

milieu 2
 
B2 B2

Dans la limite où les points M1 et M 2 tendent vers M, le théorème d’Ampère s’écrit :


      
( )
δΓ ⊥ = B1 ⋅ δ ⊥1 + B2 ⋅ δ ⊥ 2 = B1 − B2 ⋅ δ ⊥ = µ 0 dienlacée = µ0 js δ ⊥

Considérons maintenant un déplacement δ // parallèle au courant et faisons le même raisonnement. Dans
ce cas, aucun courant n’est enlacé et l’on en déduit, par application du théorème d’Ampère, la relation :
      
(
δΓ // = B1 ⋅ δ //1 + B2 ⋅ δ // 2 = B1 − B2 ⋅ δ // = 0 )
 
En conclusion, si l’on décompose le champ B en une composante normale BN et une composante
  
tangentielle BT elle-même décomposée en BT // (parallèle au courant) et BT ⊥ (perpendiculaire au
 
courant), nous avons démontré que les composantes BT // sont continues et les composantes BT ⊥
discontinues au passage d’une nappe de courant de surface.

JLH 08/11/2007 Page 10 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

 
En introduisant le vecteur unitaire n21 en M dirigé du milieu 2 vers le milieu 1, cette discontinuité de BT
se traduit par la relation vectorielle :
   
( )
B1 − B2 ∧ n21 = µ 0 js

Nous montrerons plus loin que la composante normale du champ d’induction magnétique est quant à elle
nécessairement continue.

1.3. Calcul de champ d’induction magnétique


par application du théorème d’Ampère

Distributions de courants axiales à symétrie cylindrique de révolution

Étude de symétrie
Un courant d’intensité i circule dans la direction Oz et la répartition des courants présente symétrie
cylindrique de révolution autour de l’axe Oz. Un système de coordonnées cylindriques ( ρ, ϕ, z ) ayant
l’axe Oz pour axe de révolution s’impose évidemment pour cette étude.

z
i

CA

ρ ez 
H eϕ

 B (M)
M


ez 
ey
 O
ex
ϕ

 
( )
En chaque point M de l’espace, le plan M, eρ , ez est un plan de symétrie de la distribution des courants.
Nous en déduisons que le champ d’induction magnétique en M est perpendiculaire à ce plan, c’est-à-dire
orthoradial :
 
B ( M ) = Bϕ eϕ

De plus, le problème étant invariant par rotation quelconque autour de l’axe Oz et par translation
quelconque selon l’axe Oz, la composante Bϕ ne dépend ni de ϕ ni de z mais seulement de ρ :
 
B ( M ) = Bϕ ( ρ ) eϕ

Remarque : Attention de ne pas dire que le champ B ne dépend que de ρ, ce qui est faux puisque la
  
direction de B dépend de ϕ : B ( M ) = Bϕ ( ρ ) eϕ ( ϕ ) .

JLH 08/11/2007 Page 11 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Dans le but d’appliquer efficacement le théorème d’Ampère, nous choisirons pour parcours le cercle CA
passant par le point M, de rayon ρ, centré sur l’axe Oz et orthogonal à cet axe. Sur ce parcours, orienté
dans le sens direct de telle sorte qu’il enlace positivement l’intensité i, la circulation du champ
d’induction magnétique a pour expression :
   
Γ=
∫
B ⋅ δ =
CA ∫CA ∫
Bϕ ( ρ ) eϕ ⋅ δ eϕ = Bϕ ( ρ )
CA
δ = 2πρ Bϕ ( ρ )

Fil rectiligne infini


Un conducteur filiforme rectiligne infini est parcouru par un courant stationnaire i. Voilà un énoncé de
situation définissant typiquement un « problème d’école » : la modélisation filiforme en elle-même est
déjà simplificatrice, mais en plus le conducteur est infini… Nous savons déjà ce qu’il faut en penser : une
telle description permet de prédire en bonne approximation ce qui se passe au voisinage d’un conducteur
réel, mais les résultats de nos calculs ne sauraient être considérés comme significatifs jusqu’à l’infini.
Le théorème d’Ampère nous donne par conséquent : Γ = 2πρ Bϕ ( ρ ) = µ0 i
 µ i 
Et donc, finalement : B ( M ) = 0 eϕ
2πρ

Définition de l’Ampère
Considérons dans le vide une ligne bifilaire constituée de
deux conducteurs filiformes parallèles à une distance a l’un
de l’autre, parcourus par des courants opposés +i et −i . +i −i
Ces conducteurs se repoussent et, conformément à la loi de 
 
Laplace, un élément de courant δc = i δ subit une force : a eϕ 
B

   µ i 2   
δF = i δ ∧ B ( M ) = 0 δ ∧ eϕ 

δF
2π a δc
La force est répulsive et sa valeur linéique a pour
expression :
δF µ0 i 2
=
δ 2π a
Dans le Système international d’unités, l’ampère est défini comme l’intensité d’un courant qui, parcourant
en sens opposés deux conducteurs parallèles infinis distants de 1 mètre, provoquerait l’existence d’une
force répulsive égale à 2 ×10−7 newton par mètre de conducteur. Cette définition équivaut à fixer la
valeur de la perméabilité du vide µ0 à 4π×10−7 N ⋅ A −2 .

Conducteur cylindrique parcouru par un courant de volume uniforme


Ce problème présente les mêmes symétries et invariances que le précédent, nous recherchons donc un
 
champ d’induction magnétique de la forme B ( M ) = Bϕ ( ρ ) eϕ .

Notons i l’intensité totale uniformément répartie dans le volume du conducteur avec une densité de
 i 
courant uniforme j = ez .
πR 2
Le problème diffère du précédent pour l’évaluation de l’intensité électrique enlacée. Nous devons
distinguer deux cas :

JLH 08/11/2007 Page 12 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

• Si le point M est à l’extérieur du fil cylindrique, la totalité du courant est enlacé :


ienlacée = πR 2 j = i
Le théorème d’Ampère conduit alors à la même expression du champ que pour un courant rectiligne
µ i µ j R2
filiforme3, soit, pour ρ > R : Bϕ ( ρ ) = 0 = 0
2πρ 2ρ
• Si le point M est à l’intérieur du fil cylindrique, seule une partie du courant est enlacée :

ρ2
ienlacée = πρ2 j = i
R2
Le théorème d’Ampère s’exprime alors par la relation : Γ = 2πρ Bϕ ( ρ ) = µ0 ienlacée = πρ2 µ0 j

µ0 i ρ µ0 j ρ
Et nous en déduisons, pour ρ < R : Bϕ ( ρ ) = =
2π R 2 2

∆ ∆
Point M
à l’extérieur :
ienlacée = πR 2 j = i Point M
à l’intérieur :
CA ρ2
ienlacée = πρ2 j = i
 R2
M j

B 
 CA B
j M

En conclusion, nous avons ainsi démontré que le champ d’induction magnétique varie continûment dans
l’espace conformément aux expressions :
  µ i ρ  µ j ρ 
 ρ ≤ R B ( M ) = 0 2 eϕ = 0 eϕ
2π R 2
  µ i 
 µ j R2 
ρ≥ R B ( M ) = 0 eϕ = 0 eϕ
 2πρ 2ρ
Le graphe suivant fait apparaître la continuité du champ, celui présentant une norme maximale pour
ρ = R , à la surface du fil cylindrique.

3
Nous pouvons remarquer que ce résultat simple n’exige pas que la densité de courant soit uniforme à l’intérieur du fil, il suffit
 
en effet qu’elle soit invariante par rotation et par translation. Une répartition de courant de la forme j = jz ( ρ ) ez conduirait
au même résultat à l’extérieur du fil. Ce ne serait évidemment pas le cas à l’intérieur du fil…

JLH 08/11/2007 Page 13 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Bϕ ( ρ )

µ0 j ρ
2
Champ
intérieur en ρ Champ en
1
ρ

0
0 R ρ

Conducteur cylindrique parcouru par un courant de surface uniforme


Ce problème présente cette fois encore les mêmes symétries et invariances que le précédent, nous
 
recherchons donc un champ d’induction magnétique de la forme B ( M ) = Bϕ ( ρ ) eϕ .

Notons i l’intensité totale uniformément répartie dans la surface du conducteur avec une densité de
 i 
courant de surface js = ez .
2πR
De la même façon, nous choisissons pour parcours d’Ampère CA le cercle passant par le point M, de
rayon ρ, centré sur l’axe Oz et orthogonal à cet axe. Sur ce parcours, orienté dans le sens direct, la
circulation du champ d’induction magnétique a pour expression : Γ = 2πρ Bϕ ( ρ )

∆ ∆
Point M
à l’extérieur :
ienlacée = 2πR js = i Point M
à l’intérieur :
CA
 ienlacée = 0
js
M 
B 
 CA B
js M

De la même façon que précédemment, pour l’évaluation de l’intensité électrique enlacée, nous devons
distinguer deux cas :
• Si le point M est à l’extérieur du fil cylindrique, la totalité du courant est enlacé : ienlacée = 2πR js = i
Le théorème d’Ampère conduit alors à la même expression du champ que pour un courant rectiligne
µ i µ j R
filiforme, soit, pour ρ > R : Bϕ ( ρ ) = 0 = 0 s
2πρ ρ

JLH 08/11/2007 Page 14 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

• Si le point M est à l’intérieur du fil cylindrique, aucun courant n’est enlacé : ienlacée = 0

Le théorème d’Ampère s’exprime alors par la relation : Γ = 2πρ Bϕ ( ρ ) = µ 0 ienlacée = 0

Et nous en déduisons, pour ρ < R : Bϕ ( ρ ) = 0

En conclusion, nous avons ainsi démontré que le champ d’induction magnétique varie continûment dans
l’espace conformément aux expressions :
  
 ρ ≤ R B ( M ) = 0
  µ i  µ j R 
ρ≥ R B ( M ) = 0 eϕ = 0 s eϕ
 2πρ ρ
Le graphe suivant fait apparaître la discontinuité du champ à la surface du fil cylindrique , au
franchissement de la nappe de courant de surface.

Bϕ ( ρ )

µ 0 js
1
Champ en
ρ

Champ nul
0
0 R ρ

Remarque : le champ électrique présente une discontinuité à la surface du cylindre égale à µ 0 js . La


composante du champ d’induction magnétique tangentielle à la nappe de courant et orthogonale au
courant, comme il se doit, est discontinue à la traversée d’une surface chargée.

Distribution de courant orthoradiale à symétrie cylindrique de révolution


(Solénoïde idéal)

Étude de symétrie
Ce problème est fondamentalement différent du précédent. Il s’agit toujours d’une nappe de courant sur
une surface cylindrique, mais cette fois le courant s’enroule autour de l’axe Oz. Nous étudions ici le
problème correspondant à un cylindre infini. Le problème, en plus d’être invariant par rotation
quelconque autour de Oz est donc également invariant par translation quelconque selon Oz. Remarquons
que s’il s’agit encore ici d’un « problème d’école », nous sommes dans une situation plus réaliste : il n’y a
plus ici de courants qui s’en vont à l’infini sans retour…
Dans cette nouvelle situation, tous les plans perpendiculaires à l’axe Oz sont des plans de symétrie de la
distribution des courant : nous en déduisons qu’en tout point de l’espace le champ d’induction
 
magnétique est orthogonal à ces plans, c’est-à-dire dirigé selon Oz : B = Bz ez .

De plus, les invariances impliquent que la composante Bz ne dépend que du rayon cylindropolaire ρ :
 
B = Bz ( ρ ) ez

JLH 08/11/2007 Page 15 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

z
 
js = js eϕ


B

 
B ( ρ1 ) B ( ρ2 )
ienlacée 

CA1 CA2 CA3


O
ρ1 ρ2
R

Parcours Parcours Parcours à cheval


extérieur : intérieur : sur la nappe de courant :
ienlacée = 0 ienlacée = 0 ienlacée = js 

Application du théorème d’Ampère



Il est aisé de démontrer que le champ B est uniforme à l’extérieur du solénoïde. Dans ce but, choisissons
le parcours d’Ampère rectangulaire CA1 . Sur ce parcours, avec les conventions algébriques du schéma ci-

dessus, la circulation du champ B a pour expression : Γ = Bz ( ρ2 )  − Bz ( ρ1 )  . Aucun courant n’étant
enlacé, cette circulation est nulle et l’on a donc un champ uniforme à l’extérieur du solénoïde :
Bz ( ρ ) = B0 ext , ∀ρ > R .

Nous pouvons faire une démonstration analogue avec le parcours d’Ampère CA2 et démontrer ainsi que le
champ d’induction magnétique est nécessairement uniforme à l’intérieur du solénoïde :
Bz ( ρ ) = B0 int , ∀ρ < R

Choisissons maintenant un parcours d’Ampère CA3 à cheval sur la nappe de courant. Ce parcours enlace
le courant js  et nous en déduisons par application du théorème d’Ampère :

(B0 int )
− B0 ext  = µ0 js 

Nous aurions pu donner directement ce résultat qui exprime tout simplement la discontinuité du champ
d’induction magnétique à la traversée d’une nappe de courant de surface.

Le champ est nul à l’infini transversal


Nous sommes ici dans une situation où il n’existe aucun courant vers l’infini dans une direction
orthogonale au solénoïde. Dans cette condition, le champ doit être nul à l’infini dans une telle direction.
Sachant déjà que le champ extérieur est uniforme, nous en déduisons qu’il est uniformément nul.
 
 ρ ≤ R B ( M ) = µ 0 js ez
En conclusion, R étant le rayon du solénoïde :   
 ρ ≥ R B (M) = 0

JLH 08/11/2007 Page 16 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Distributions de courants invariantes par translations planes quelconques

Étude de symétrie M

L’on se place en coordonnées cartésiennes  


orthonormées ( x, y, z ) et l’on considère B ez
une distribution de courants telle que les

courants soient dirigés selon ey et
  
invariants par translation de vecteur j ex ey
quelconque parallèle au plan ( O, x, y ) .

 
{ }
M étant un point quelconque de l’espace, le plan M, ey , ez est un plan de symétrie de la distribution de
courants. Il s’ensuit que la champ d’induction magnétique est orthogonal à ce plan et donc dirigé selon
 
ex . De plus, l’invariance par translation implique que la valeur algébrique de B ne dépend que de z :
 
B ( M ) = Bx ( z ) ex

Nappe de courant plane infinie et uniforme : démonstration utilisant le théorème d’Ampère


Considérons le cas d’un plan infini porteur α
d’une densité de courant de surface
 
js = js ey uniforme. M


ez
Il apparaît alors une symétrie  β 
supplémentaire : la nappe de courant est B (M) 
js
ey
elle-même un plan de symétrie de la 
 ex
distribution de courant. En conséquence, en 

un point M′ symétrique de M, le champ δ B ( M′ )
 
B′ ( M′ ) est antisymétrique de B ( M ) . Cela

M′
revient au même de dire que la fonction
Bx ( z ) est une fonction impaire : γ
Bx ( − z ) = − Bx ( z )

Dès lors, le choix du parcours d’Ampère s’impose : nous allons considérer un parcours rectangulaire de
base de longueur  quelconque et de hauteur 2z disposé orthogonalement au courant, symétriquement de
part et d’autre de la nappe de courant de telle sorte que le segment supérieur αβ se trouve à la cote + z
tandis que le segment inférieur γδ se trouve à la cote − z .

Le champ d’induction magnétique étant selon ex , les circulations le long des segments βγ et δα est

nulle. La propriété d’antisymétrie du champ B fait que les circulations sur αβ et sur γδ sont égales.
         
Γ=
∫
αβγδα
B ⋅ d =
αβ ∫ βγ


B ⋅ d + B ⋅ d + B ⋅ d +
 γδ∫ δα

∫  αβ ∫
B ⋅ d  = 2 Bx ( z ) d  = 2 Bx ( z ) 

0 0
L’intensité enlacée étant égale à js  , nous en déduisons, par application du théorème d’Ampère, pour
z > 0 , la relation : 2 Bx ( z )  = µ 0 js  .

Un point de la nappe de courant appartient à la fois à une plan de symétrie et à un plan d’antisymétrie, le
champ y est donc nul : pour z = 0 , Bx ( 0 ) = 0 .

JLH 08/11/2007 Page 17 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

  µ j 
 pour z > 0 B ( z ) = + 0 s ex
 2
   µ j 
Soit, finalement :  pour z = 0 B ( 0) = 0 ou encore : B ( z ) = sgn ( z ) 0 s ex
 2
 pour z < 0  µ j 
B ( z ) = − 0 s ex
 2
Remarque 1 : Dans chaque demi espace, de part et d’autre de la nappe de courant, le champ d’induction
magnétique est uniforme. En particulier, le champ d’induction magnétique n’est pas nul à l’infini, ce qui
peut paraître paradoxal si l’on oublie que nous sommes en présence d’un problème d’école.
Remarque 2 : La discontinuité de la composante tangentielle du champ d’induction magnétique à la
 µ j   µ j     
traversée de la nappe de courant a bien pour expression  0 s ex −  − 0 s ex   ∧ ez = µ 0 js . Nous avons
 2  2 
déjà démontré la nécessité de cette relation, conséquence nécessaire du théorème d’Ampère.

Nappe de courant plane infinie et uniforme :


démonstration utilisant l’équation locale de Maxwell-Ampère

La démonstration étant faite que les composantes By et Bz du champ d’induction magnétique sont nulles
et que la composante Bx ne dépend que de z, le rotationnel du champ d’induction magnétique est
simplement égal à la dérivée de Bx par rapport à z :
  B 
 0   x
        dB 
B ( M ) = Bx ( z ) ex ⇒ rot B =  0  ∧  0  = x e y
 ∂    dz
  0
 ∂z   

De part et d’autre du plan chargé, la densité de courant j est nulle. Nous en déduisons, d’après
  
l’équation locale rot B = µ 0 j , que le rotationnel du champ d’induction magnétique y est nulle en tout
point et que, par conséquent, le champ d’induction magnétique est uniforme dans chacun de ces demi-
espaces.
    dBx
rot B = µ 0 j = 0 ⇒ = 0, soit Bx = C te
dz
La nappe de courant est un plan de symétrie de la distribution de courant, ce qui implique un champ
d’induction magnétique dans tout l’espace de la forme antisymétrique :
 
 B = + B0 ex pour z > 0
  
 B = − B0 ex pour z < 0
Enfin, nous connaissons l’expression de la discontinuité de la composante normale du champ à la
     
( ) ( )
traversée d’une surface chargée et nous en déduisons : B+ − B− = + B0 ex − − B0 ex = 2 B0 ex = µ 0 js ex .
  µ 0 js 
 B = + ex pour z>0
2
Et finalement :   
 B = − µ 0 js ex pour z<0
 2

JLH 08/11/2007 Page 18 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

1.4. Calcul de champ d’induction magnétique par intégration vectorielle

Fil rectiligne infini

Reprenons le problème d’école concernant un dα


conducteur filiforme rectiligne infini est parcouru
 
par un courant stationnaire i. Nous avons δcP = i dzP ez
démontré l’expression du champ en utilisant le P
théorème d’Ampère. Sur cet exemple simple,

nous pouvons déterminer le champ B par
intégration directe de la loi élémentaire de Biot et H α 
  δBP ( M )
Savart. Un élément de courant δcP = i dz ez situé
en un point P de l’axe Oz crée en M un champ M

δBP ( M ) :
  i
 µ0 i δzP ez ∧ PM µ 0 i δzP HM 
δBP ( M ) = = eϕ
4π PM 3 4π PM 3
H est le projeté orthogonal de M sur l’axe Oz. Posons HM = ρ et introduisons l’angle α sous lequel est

vu le segment HM depuis le point M. Nous avons alors HP = zP − zH = ρ tan α et donc : δzP = ρ
( cos α )
2

Nous en déduisons la contribution élémentaire au champ d’induction magnétique en M :


 µi ρ ρ d α  µ0i  µ i 
δBP ( M ) = 0 eϕ = cos α d α e ϕ = 0
d ( sin α ) e ϕ
4π  ρ 3 ( cos α )2 4πρ 4πρ
 

 cos
 α
 
 
HM dzP
PM3
  π π
Le champ B ( M ) s’en déduit en faisant varier α dans l’intervalle  − , + 
 2 2
π π 
  µi +  µ i +  µ i 
B (M) =
∫ δBP ( M ) = 0
∫ cosα d α eϕ =  sin α  π2 eϕ = 0 eϕ
2 0
P∈ axe Oz 4πρ −
π
2
4πρ −
2
2πρ

Nous retrouvons bien entendu le résultat déjà obtenu par application du théorème d’Ampère.

Champ sur l’axe d’une boucle circulaire de courant

Considérons un courant circulaire centré au point O et l’axe Oz orthogonal à cette boucle de courant de
 
rayon R. Chaque élément de courant δcP = i R d θP eθ crée en un point M de l’axe Oz un champ
d’induction magnétique élémentaire selon la loi de Biot et Savart :
 
 µ0 i R d θP eθ ∧ PM
δBP ( M ) =
4π PM 3
Ce champ élémentaire n’a pas de composante orthoradiale. Tous les plans contenant l’axe Oz sont des

plans d’antisymétrie de la distribution de courant, le champ B en un point M de l’axe appartient à tous
 
ces plans : il est donc axial : B ( M ) = Bz ( z ) ez .

JLH 08/11/2007 Page 19 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Pour obtenir Bz , il nous suffit de projeter z



δBP ( M ) sur Oz et d’intégrer en faisant 
δBPz ( M )
décrire au point M la boucle de courant.

  µ i OP δBP ( M )
δBz = δBP ( M ) ⋅ ez = 0 Rd θP
4π PM 3 M
Ceci s’exprime très simplement en fonction
de l’angle α sous lequel le rayon de la
boucle de courant est vu depuis le point M :
µ 0i
δBz = ( sinα ) d θP
3

4πR α
O
Il reste à intégrer selon θP , ce qui donne :

µ 0i 2π
µ 0i
Bz = ( sinα ) ∫ d θP = ( sinα ) θP
3 3
i  
4πR 0 2R δcP = i R d θP eθ
P

  µ i  µi
3  1 
et, finalement : B ( M ) = Bz ez = 0 ( sinα ) ez = 0 3
ez
2R 2R
 z2 2
 1 + 2 
 R 
Nous remarquons que le champ sur l’axe est maximal au centre de la spire.
1
Le champ décroît en lorsque l’on s’éloigne sur l’axe à des distances très grandes par rapport au rayon
z3
de la spire, nous verrons plus loin dans le cours qu’il s’agit alors d’un champ dipolaire magnétique.

Bz ( z )
µ 0i
Bmax =
2R

0
−R +R z
Remarque : Le plan de la spire est un plan de symétrie de la distribution de courant. C’est donc un plan
  
( )
d’antisymétrie de la carte de champ : Bz ( − z ) ez = − sym Bz ( + z ) ez = Bz ( + z ) ez . Nous devions
effectivement mettre en évidence une fonction Bz ( z ) paire.

JLH 08/11/2007 Page 20 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

Champ sur l’axe d’un solénoïde de dimension finie à spires jointives

Nous nous plaçons dans le cas où le diamètre D du fil enroulé est très petit par rapport au rayon R du
solénoïde de telle sorte que l’on ait une excellente approximation de la distribution de courant en
assimilant le solénoïde à un ensemble de spires planes coaxiales en nombre par unité de longueur
n = D −1 .

Pour un solénoïde de longueur  , le nombre total de spire est donc : N = n  = 1
D
Nous pouvons assimiler une tranche de solénoïde d’épaisseur dz à une spire de rayon R parcourue par un
courant élémentaire di = n i dz . Cette tranche de solénoïde crée en un point M de l’axe un champ
µ di µ ni
élémentaire δBz = 0 ( sinα ) = 0 sinα d α .
3

2R 2
 µ ni 
Cette expression s’intègre simplement en α pour donner : Bz = 0 ( cosα1 − cos α 2 ) ez
2
di
α2

α 
α1 δBz

z z + dz
M

R dα
di = n i dz = ni
( sin α )
2

Remarque : Nous retrouvons le cas particulier du solénoïde idéal infini en faisant α1 = 0 et α 2 = π , ce qui
 
donne Bz = µ 0 ni ez . La grandeur ni correspond à la valeur de la densité de courant de surface js de la
nappe de courant équivalente.
Le graphe suivant représente les variations du champ axial au voisinage de l’extrémité d’un solénoïde
µ ni  z 
demi infini : Bz ( z ) = 0 1 −  . Nous constatons que les « effets de bord » s’étendent sur des
2  R2 + z 2 
distances de l’ordre de grandeur de quelques fois le rayon du solénoïde.

Bz ( z )
µ0 ni

µ0 ni
2

− 3R − 2R −R +R z

JLH 08/11/2007 Page 21 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique

1.5. Calcul de champ d’induction magnétique


par application du théorème de superposition

Champ au niveau de la face d’entrée d’un solénoïde demi infini

On considère un solénoïde cylindrique de section circulaire, suffisamment long pour pouvoir à une
extrémité négliger les effets de bord dus à l’autre extrémité. Le solénoïde est modélisé sous la forme
 
d’une nappe de courant de surface js = n i eϕ .

Peut-on déterminer la valeur du champ d’induction magnétique en un point quelconque de la face


d’entrée d’un tel solénoïde ?
Le calcul intégral nous a permis de connaître la valeur du champ en un point quelconque de l’axe du
solénoïde. Au centre O de la face d’entrée du solénoïde, ce champ est égal à la moitié du champ uniforme
au cœur du solénoïde :
 1 
B ( O ) = µ0 js ez
2
En dehors de l’axe, le calcul intégral formel n’aboutit pas, les formules sont bien trop compliquées. Avec
le théorème d’Ampère nous n’avons guère plus de succès : la situation ne présente pas suffisamment de
symétries pour que cette méthode soit opérationnelle. Nous allons voir qu’avec le théorème de
superposition nous pouvons, à défaut de connaître le champ, d’affirmer quelques unes de ses propriétés.

Étude de symétrie
Nous choisissons le système de coordonnées
cylindro-polaires ( O, ρ, ϕ, z ) axé sur le
cylindre, le point origine O étant au centre de
la face d’entrée du solénoïde.
Pour chaque point M, le plan {M, Oz} est un
plan d’antisymétrie de la distribution de
courant. Le champ d’induction magnétique est
donc contenu dans ce plan, ce qui revient à M O
dire que le champ n’a pas de composante
orthoradiale.
Par ailleurs, le problème est toujours invariant  1 
B ( O ) = µ0 js ez
par rotation autour de Oz, ce qui implique que  2
les composantes cylindriques du champ ne B (M) z
dépendent pas de l’angle ϕ.
Nous en déduisons que le champ en un point M de la face d’entrée s’écrit :
  
B ( M ) = Bρ ( ρ ) eρ ( ϕ ) + Bz ( ρ ) ez

Construisons un second demi solénoïde alimenté par le même courant, symétrique du précédent par
rapport à un plan orthogonal à l’axe. Nous savons qu’en deux points symétriques M et M′ les champs
 
B ( M ) et B ( M′ ) sont antisymétriques, ce qui signifie dans le cas présent :
  
B ( M ) = + Bρ ( ρ ) eρ ( ϕ ) + Bz ( ρ ) ez
  
( 
)
sym B ( M ) = + Bρ ( ρ ) eρ ( ϕ ) − Bz ( ρ ) ez
 
B ( M′ ) = − Bρ ( ρ ) eρ ( ϕ ) + Bz ( ρ ) ez

JLH 08/11/2007 Page 22 sur 23


MAGNÉTOSTATIQUE Chapitre 1 Champ d’induction magnétique


B (M)
M′ 
M B ( M′ )
O′
O

Quand nous rapprochons O′ de O, nous construisons un solénoïde idéal infini.


Par application du principe de superposition, nous savons donc que la somme des champs en M et M′
observé pour les demi solénoïdes isolés doit être égale au champ intérieur uniforme du solénoïde idéal
infini :
   
B ( M ) + B ( M′ ) = µ 0 js ez = 2 Bz ( ρ ) ez

Nous obtenons ainsi une information supplémentaire concernant le champ sur la face d’entrée d’un
solénoïde demi infini : la composante axiale Bz du champ d’induction magnétique est la même en tout
point et a pour valeur la moitié du champ d’induction magnétique intérieur du solénoïde infini :
  1 
B ( M ) = Bρ ( ρ ) eρ + µ0 js ez
2 
Par contre, nous n’avons pas d’information supplémentaire concernant la composante radiale Bρ ( ρ ) eρ .

Champ au centre d’une spire carrée z



B (O)
2a
Voyons, à titre d’exemple, cet exercice
très simple si l’on fait usage à bon
escient du principe de superposition en
affirmant que le champ en O est égal à
la somme des champs créés par chacun

des quatre cotés de la spire, chacun de B ( O1 )
longueur 2a.
Cette méthode est d’autant plus O
efficace que, par raison de symétrie, O1
les quatre contributions sont
identiques : le champ en O est donc
égal à quatre fois le champ créé par un
seul coté du carré.
Nous avons déjà fait le calcul, par intégration, du champ créé par un fil rectiligne, il nous suffit d’adapter
les notations et, en particulier, de faire varier l’angle α non plus de − π 2 à + π 2 mais seulement de
−π 4 à +π 4 :
π π 
 µi +  µ i +  2µ0i 
B ( O1 ) = 0
∫ cosα d α ez = 0  sin α  π4 ez =
4
ez
4πa −
π
4
4πa −
4
4 πa

Ceci nous conduit à l’expression du champ d’induction magnétique au centre de la spire carrée :
  µ i 
B ( O ) = 4 B ( O1 ) = 2 0 ez
πa

JLH 08/11/2007 Page 23 sur 23