[L=:^

IIMM1#JMNII

D

D

D

D

D

D

D
.^Zi

D
dU

^:=^
rri

Ud

zl^

CATALOGUE GENERAL
DES

r

f

ANTIQUITÉS ÉGYPTIENNES
DU MUSÉE DU CAIRE

PAPYRUS GRECS

D'ÉPOQUE BYZANTINE

/

l'luil..i;r..phic

II..1111..1

l'lM«,.i,|'ic litilU.Mi.l. l'.iri-

JEAN MASPEliO
(20

Décembre 1885

-

17 Février 1915)

SERVICE DES ANTIQUITÉS DE L'EGYPTE

CATALOGUE GÉNÉRAL
DES

\

NT QU TÈS
I
N°^

]^.

G YPT ENNE S
I

DU MUSÉE DU CAIRE
67279-67359

PAPYRUS GRECS
D'ÉPOOUE BYZANTINE
FAR
M.

JEAN MASPERO

TOME TROISIEME

LE CAIRE
IMPRIMERIE DE L'INSTITUT FRANÇAIS
D'ARCHÉOLOGIE ORIENTALE

1916

fA3p

t3

INTUODUCTION.

Au commencement
fjrccs

d'août
le

191Û, lorsque

la {guerre éclata,

tous les papyrus

qui devaient former

troisième et dernier volume de cel ouvraije étaient

copiés conqilètement.

Une

partie d'entre eux, ceux qui étaient destinés à entrer
et le texte

dans un premier fascicule, avaient été déjà composés en placards,

imprimé en

avait été collalionné

une dernière
la

fois

sur l'original, selon l'habi-

tude constante de Jean Maspero, mais
avait été seule mise en pages et le
10 travail fut

matière des deux feuilles du début

bon

à tirer

en avait été donné. Naturellement
l'état

suspendu

aussitôt, et les choses

demeurèrent en

jusqu'au mois
qu'il avait

le

décembre suivant où Jean Maspero, prolilantdes huit jours de congé

obtenus [tour achever de se guérir d'une blessure au sein de sa
hâtivement
trois

fauiille, revit

ou (|ualre placards et ajouta quelques notes au manuscrit de

ce qu'il comptait publier dans le second fascicule.
bataille, je

Dès
ne

qu'il fut
le

tombé dans

la

me mis en

état d'acquitter

pour

lui, (jui

pouvait plus,

la dette

qu'il avait contractée à cet

égard auprès du Gouvernement égyptien,
hostilités, je décidai de

et,

pour

racheter
ce

le

temps perdu depuis l'ouverture des

terminer

troisième

volume en une
la notice

fois,

sans

division
:

de fascicules.

11

manquait

au manuscrit

du papyrus
la
à

eut l'obligeance de

me

pyrus arabe, découvert

67839 mon collègue, M. Edouard Cuq, fournir. Le n° 67869 désignait primitivement un paKom-lchgaou avec les byzantins; comme la transcripn°

tion et la traduction en étaient à peine ébauchées, je lui substituai

un papyrus
provisoire

grec d'épo(jue arabe et de

même

provenance qui avait reçu

le

numéro

67860, mais dont
de l'ouvrage
était

le

texte était prêt

pour l'imprimeur. Les

hulico^ faisaient
le reste

défaut, car Jean Maspero ne les rédigeait qu'en dernier lieu, lorscpie

en bonnes

feuilles

:

j'en compilai
le

trois,

les

n"" 1,
lils,

H, IX,
rédigea

et
le

M. Bernard llaussouUier, qui avait été

maître aimé de
Il

mon

reste, c'est-à-dire la jjartie la plus considérable.
les

eut aussi la patience de revoir

tierces après

moi,

et

de corriger

les fautes

qui m'avaient échappé

:

je

ne

saurais trop le remercier

du dévouement

qu'il

apporta ainsi à perlectionner

l'œuvre de son ancien élève.
.le

ne pense pas que

le

nombre des planches qui accompagnent
de huit qu'il compte
et

ce

volume

eût dépassé de beaucoup

le chiffre

que

je trouvai prêtes

VIII

chez

le

lithographe Cnlala

:

peut-être aurais-je du y ajouter, à défaut d'un faca

similé

du papyrus arabe, une page-spécimen du papyrus grec n° GySôg qui
celui-ci.

remplacé

Les photographies d'après lesquelles l'ensemble avait été exé-

cuté sont la

dernière

œuvre de notre collaborateur François Daumas, qui,
les

relégué

dans des bureaux d'administration pendant
s'y

premières semaines

d'août, refusa de
saient, et fut tué

enfermer

à l'abri

du danger quand tant d'autres s'expoli'ois

dès septembre
11

191^»,

jours après son arrivée sur le

front de Lorraine.
ses expériences
et leurs

avait été le
:

compagnon
dans un

affectueux de Jean Maspero dans
le

de l'Egypte

il

l'égala
ici

en vaiUance,

précéda dans

la

mort,

noms doivent
volume

être réunis

même hommage. La
la

jjréface de

ce troisième

est

au manuscrit original une simple esquisse tellement
ici

sommaire que mieux vaut en indiquer
après avoir rappelé que, depuis i()o8,
enrichie

substance

en

peu

de mots

:

la

collection

de Kom-Ichgaou

s'était

grandement par des
plusieurs personnes,
11

fouilles,
il

par des saisies chez l'indigène, par des
la

achats

à

comptait indiquer
les n"'

provenance exacte de cha-

que élément.

67279, 67998, 6759/1, 6799 ij, 67803, 67306, 67805, 67808, 6781 1,67815, 67816, avaient été cédés au
avait

donc noté que

Service par M. Beaugé, ingénieur en chef des chemins de fer égyptiens à Assiout,
et

que les

n°'

6728/1,67285, 67386, 67297, 67801, 67807, avaient

été

vendus

par deux indigènes qui n'avaient pas pu, ou n'avaient pas voulu, dire
ils

comment

en étaient devenus possesseurs. En outre, plusieurs caisses provenant des
anciennes de M. Lefebvi-e,
lui
Il

fouilles

et

ne contenant, d'après leur inscription,

que des papyrus coptes,

avaient rendu, après examen, une certaine quantité
n'avait pas inséré ces

de pièces écrites en grec.

nouveaux venus dans
il

les

deux

premiers volumes, dont

le

plan était déjà établi, car

estimait qu'ils étaient en

nombre sudisant pour composer un volume
remplace
cette préface,

séparé.

Pourquoi

faut-il

que

je

il

comptait résumer l'œuvre de sept années, par un
vie et ses

récit trop bref

de ce que furent sa

travaux?

Jacques-Jean-Gaston Maspero

était

né à Paris

le

20 décembre i885. Ce

fut

un enfant

délicat, et

que

sa

mère no conduisit pas sans

difficulté à travers les

accidents du premier âge et de l'adolescence, mais un enfant bien doué, tendre
et attachant, qui sut bien racheter les peines

par

les joies qu'il

lui le

prodigua.
cours des

Une demi-douzaine de photographies
années sont

prises à divers
si

moments dans

qui nous rappelleraient,
et

nous avions pu

l'oublier, le dévelople

pement progressif de son corps

de son intelligence. La plus ancienne nous

montre

âjjé

de

trois ans, ù côté

do son aîné Henri,

â{jé

de cinq.

Un ami de

la

maison, M. Faucher-Gudin, a voulu
lamiliers, et
ils

faire leur portrait

au milieu des meubles

ont posé devant l'objectif cliacun selon son caractère propre.

Henri, toujours maître de lui-même, est demeuré impassible en face de cet appareil

dont l'aspect inconnu l'inquiétait pourtant, mais Jean, plus nerveux, a été
le

secoué par
et

bruit de déclic, et
à

il

a jeté de côté

un regard mi de

curiosité

mi d'émotion qui prête un enfant

sa

lijjure

une expression de surprise comique.

C'était dès lors

iniag-inatif et babillard, blésant lé{jèremcnt à l'ordi-

naire, et s'embarrassant dans sa lan{;ue sitôt qu'il se mettait en colère, ce qui lui
arrivait souvent, inventant vinjft sortes de jeux dans
se plaisant à improviser des dialog-ues

une seule après-midi,
les

et

dramatiques entre
:

animaux en caout-

chouc dont sa marraine

lui avait

donné un troupeau

il

y avait là, entre autres,

un éléphant

batailleur orné d'une housse rouge levée en relief sur la peau et

qui jouissait d'un très mauvais caractère. Sans cesser de s'amuser dans son coin,
l'enfant observait ce qui se passait autour de lui et rien de ce qu'on disait n'é-

chappait à son attention.

Il

s'imprégnait ainsi sans elTort de bien des connaisla famille

sances premières, et ce fut dans

un étonnement général, lorsque,

sa

mère

s'étant avisée
lire.

un jour de

lui

montrer
faisait la

les lettres, elle s'aperçut (ju'il savait

déjà pres([ue
et
il

Tandis qu'elle

leçon au frère aîné,

le

cadet écoutait
il

avait appris seul l'alphabet puis le syllabaire. Parfois
il

seulement

intervertis-

sait les caractères et

déchiffrait

et


le

il

y avait le; on n'eut qu'à redresser

deux

ou

trois

mauvaises habitudes pour
cl-

transformer en bon écolier, capable de

suivre des classes avec profit, et
voit-on dans
la

lut l'affaire

de quelques semaines. Aussi

le

photographie suivante,
la

assis

au premier rang d'un groupe d'élèves
11

du
que

lycée

Montaigne qui ont obtenu

Saint-Charlemagne.
ses lacets

est si petit

encore

ses pieds

ne touchent pas à terre;
il

de bottines pendent négligemà les

ment de
tivement
voir ce

droite et de gauche, mais
les

ne songe pas

renouer, car

il

suit attenil

moindres gestes de

1

artiste,

non

([u'il

se

méfie cette

fois,

désire

comment on
la

va opérer sur ses

camarades

et sur lui.

Tout

l'intéresse

en

monde,

grammaire comme

l'histoire,
les fables

les

livres

de Jules

Verne

qu'il

dévore entre deux devoirs

comme

de Florian ou de La Fontaine qu'il

débite avec feu, d'une voix bien nuancée pour son âge, la musique et une pro-

menade au Val-Fleury
que
lui à

:

au Luxembourg, tandis que

les

mères causent adossées

à la statue de Laure de Noves, aucun de ses camarades n'apporte plus d'ardeur

bien

mener une

partie de barres ou de chat perché.
il

Parmi

les livres

avec ou sans gravures dans lesquels

se plonge volontiers, nul

ne l'enthou-

siasme

autant (jue ceux

qui traitent

de l'épopée napoléonienne. Le jeudi,

quand
le

la classe
les

chôme,

il

prie sa
la

mère de

le

conduire aux Invalides,
le

et là,

sous
bras,

dôme,

bras agrippés à
il

balustrade de granit,

menton sur
le

les

muet d'émotion,

s'oublie des

demi-heures entières à l'egardcr

tombeau de
les Victoires

l'empereur. Attend-il que

les statues

de maréchaux s'animent, que

s'envolent en battant de l'aile, que le couvercle
qu'il

du sarcophage

se soulève et

ne

sait

quoi en sorte? Devinera-t-on jamais les idées ou
poids d'une grande
si

les rêves

qui sur-

gissent,

sous le

émotion, dans
et
si

le

cerveau d'un enfant
:

de huit ans? Les années passent,
trième,
il

lentement
il

vite à la fois

il

est

en quaet

est

en troisième,

il

est

en seconde,

a des prix à

Louis-le-Grand

au

concours-général encore llorissant malgré

les

réformateurs. Costume marin,
col

jambes nues, pantalon court, vareuse blanche, grand
qu'il était habillé
allait

rabattu, c'est ainsi

un jour de

distribution à la Sorbonne, et
le

chaque

fois qu'il
le

chercher une couronne sur l'estrade,
si

public vibrant de ces fêtes,

voyant

petit

de

taille et si

jeune encore au milieu des autres lauréats de deux
le

ou

trois
les

ans plus âgés, éclatait en applaudissements,
professeurs et les parents. Bientôt
le

président. Wallon, comle [)rit,

me

baccalauréat es lettres
subi à dix-sept
le

puis,

après

le

baccalauréat, l'examen de licence

ans,

puis la

pré-

paration de l'agrégation d'histoire, et l'épreuve pour
rieures surmontée triomphalement à dix-huit.
tion byzantine de l'Egypte, et,

di|)lôme d'études supé-

Le

sujet choisi était l'administrac'est

malgré l'inexpérience juvénile du candidat,

déjà une œuvre d'érudition originale qu'on aurait pu vraiment publier à profit

pour

la science

:

le

résumé

très bref s'en trouve à sa place

chronologique dans

la liste des positions de thèses de la Faculté des Lettres

de Paris.

La vocation vers l'Egypte
se manifesta point de

s'était

éveillée déjà

en

lui,

mais au début,
il

elle

ne

manière exclusive. Tout enfant,
la

avait

témoigné d'un
développée,

goût

fort vif

pour

la

botanique; puis
il

passion des médailles

s'était

et, vers la

quatorzième année,

n'avait pas

connu de
la

joie

plus grande que

d'aller fureter chez les antiquaires

du quartier Latin, à
Il

recherche des bronzes

rares des Césars gaulois ou des potins d'Alexandrie.

poussa bientôt jusqu'aux
lui

empereurs d'Orient,

et l'étrangeté fastueuse

de leur costume

suggéra l'envie
enseignait au
s'était

de connaître leurs tragiques histoires plus en détail qu'on ne
collège.

les

Avant de s'abandonner sans réserve
assez

à l'égyptologie

son père

de-

mandé pendant
lui était resté

longtemps

s'il

n'irait

pas plutôt à l'archéologie byzantine,
:

et la période des

seconds Macédoniens avait surtout captivé son attention
vite

il

de ce penchant

réprimé

et

des études qu'il avait entraînées

une

petite collection

de chroniqueurs grecs ou arabes et d'ouvrages modernes

relatifs

aux

mêmes

matières, dans laquelle l'enfant se plongea avec délices. Le

bel ouvraj]e de Gustave Schluinbcr{;er sur Nicépliore Pliocas ayant paru, entre

temps,
tant,
il

les

hésitations
Jit rien

qu'il

avait encore

s'évanouirent complètement.

Pour-

ne

aux siens, ne voulant leur révéler ses projets davenir qu'après

en avoir

fini

avec son éducation scolaire.

H ne

la

termina pas dans

la
:

maison
au mois

maternelle, où elle avait
d'octobre

commencé au

milieu de tant de tendresse

1899 son
le

père, ayant été obli{jé de retourner en Ej^ypte [)Our y re-

prendre
vieil

poste de Directeur {général des Antiquités, le laissa à la garde d'un
le surveiller et

ami, Adolphe Pichon, qui accepta généreusement de
la famille,

de

le

guider. Ce fut, loin de
directions, musique,

un temps de labeur assidu dans
littératures de la

toutes les
litté-

numismatique,

Grèce

et

de Home,

ratures étrangères, poésie moderne, Nietzsche et Heine dans l'original allemand,
les

romans de Fogazzaro ou d'Annun/io dans leur
il

italien

même. Oscar Wylde ou
afin de s'initier

Kipling dans leur anglais;
listes

ne leur accorda pas moins d'attention qu'aux annales

byzantins.
l'art

Une pointe dans
llamand

Pays-Bas en 1901

aux

beautés de

et hollandais,
la

deux ou

trois

semaines de séjour à Home,
Sla)i:r

pour

y

apprendre ce qu'était

grande fresque aux
les

de Raphaël ou à la
il

chapelle Sixtine.

En

1

908-1904, avant

préliminaires de l'agrégation,
le

vint

hiverner deux mois en Egypte. Ce séjour au foyer paternel,

premier

qu'il lui

eût été permis de faire avec un sentiment d'abandon et d'intimité complète,
révéla aux siens
n'éclatait plus

un

esprit et

un cœur profondément modifiés. Sa gaieté native
il

que par

intervalles assez rares, et le plus souvent

apparaissait
:

à ceux

(]ui

l'entouraient distrait, absorbé en lui-même, languissant

le

j)iano

ne chantait plus sous
écrivait n'étaient

ses doigts (|ue des rêveries mélancoliques, les vers qu'il
et

que de déceptions

de dégoûts, et

il

n'avait de
lui

remède

à ses

pensées que

le travail

acharné. Les trois dernières années

avaient apporté

une de

ces épreuves dont les caractères les plus fermes ne sortent

que meurtris,
mais insou-

une

affection

malheureuse pour une jeune
ce
(|u'il

fille,

charmante du

reste

cieuse de

comprendre

cachait de sensibilité profonde sous une appalui fatiguant le

rence de timidité silencieuse. Le service militaire, en
des exercices excessifs et
l'esprit

corps par

par des obligations et des études nouvelles,
les idées

réussit bien juste à éclaircir
à jamais.

un peu

sombres
et

([ui

menaçaient de l'envahir
il

En

octobre

1

901'!,

âgé de dix-huit ans
de

demi

à peine,

avait
loi

demandé
bien

à s'engager à ce

comme volontaire, au bénéfice moment môme. Il était petit, grêle,
examen
à

l'article

28 d'une

qui expirait
et,

étroit

de poitrine, myope,
il

qu'iljouît depuis l'enfance d'une santé inaltérable,

n'offrait pas l'aspect
le

vigou-

reux. Le premier

Paris

le

déclara bon pour

service, grâce à la

bienveillance intelligente d'un médecin chef,

mais

il

n'était pas

rassuré sur

rissue du second
s'il

examen

qu'il devrait subir

en se présentant au réfjiment, et
trois

était refusé, ce serait la nécessité
la
loi

de demeurer

années sous
11

les

dra-

peaux aux termes de

nouvelle qui allait entrer en vigueur.
et,

se rendit
il

donc à Dreux assez troublé,

par une matinée sombre de novembre,

attendit

Le avec des battements de cœur que son tour vînt de se ran^jer sous la toise. major était invité ce jour-là à une partie de chasse, et si rapidement qu'il prosa corvée. cédât aux opérations, l'heure fuyait sans qu'il arrivât au terme de
11

commençait

à

mesurer Jean Maspero,
la salle et lui souilla

le

dernier de tous, quand une ordonl'oreille;

nance entra dans
tarder,
il

quelques paroles à

sans plus
la salle

ramassa ses papiers

et sortit

en mauj^réant. Jean, resté dans

en tenue de conscription, ne savait que penser lorsque le serg;ent de [jarde se rajustait lui demanda avec une énergie vraiment militaire pourquoi il ne
pas. «J'attends, répondit-il,
ffou

que

le

major revienne déclarer
le

si

je suis

admis

non.

— Ne

voyez-vous pas que vous êtes pris? repartit

sergent.

On

est

«venu
ffil

l'avertir tout à l'heure

que

s'il

voulait ne pas
la

manquer

le train

de chasse

avait juste le

temps de courir à

gare, et

il

vous a reconnu aussitôt bon

trpour le service.

Rompez!

-^

Onze mois de séjour au peloton des volontaires dun an à La Mèche, à la caserne du ici" régiment à Dreux, ou aux manœuvres dans le camp d'Avord,
achevèrent de transformer l'enfant en

homme,
les

puis la préparation au concours
la

de l'agrégation d'histoire

le

ramena sur

bancs de

Sorbonne

et
il

de l'École
se remit à
:

des Hautes Études. Le grec byzantin raltirait de plus en plus, et
le travailler

de nouveau sous la direction de M. Bernard Haussoullier

ce fut

l'origine de la liaison qui se

noua entre

l'élève et le

maître, et jamais élève n'eut

pour son maître plus de respect
l'agrégation ne fut pas heureuse

et plus d'affection.
:

La première tentative vers

il

échoua au mois d'août 190G, faute de
lui réussit

quelques points. La seconde en 1907

mieux, malgré quelques menus

incidents au cours des épreuves. C'est ainsi qu'au

moment où

il

commençait sa

leçon, un des
crier
et
il
:

membres du jury interrompit brusquement son exorde pour lui «Surtout pas de phrases k la Michelet!-. IN'est.pas un Michelet qui veut
se llattait

ne

pas d'en être un, mais pareille apostrophe n'était-elle pas
11

bien
et
il

faite

pour déconcerter un candidat?
si

garda pourtant son sang-froid,

parla

nettement

qu'il

enleva les suffrages,

même

celui

de l'examina-

teur hostile à la manière de Michelet, et qu'il fut reçu en bon rang, malgré
sa jeunesse
se dressait
:

il

n'avait pas vingt-deux ans.
lui
:

devant

entrerait-il

A ce moment une question grave dans l'enseignement secondaire, ainsi que
le

son

titre

nouveau

lui

en conférait

droit,

ou

solliciterait-il

un congé

afin

(le

prc'paier le doctoral es letlres el de

gagner plus lard une chaire dans renle

seignement supérieur? LoLdigeance de M. Cliassinal
choisir lui-nièuie en hii proposant

tira

de Tenibarras de

un des postes vacants
lui ollVir

à rinstilut français d'Ar-

chéologie orientale

('lahli

au Caire. Celait

Foccasion d'explorer à fond
et,

une des provinces

les |)lus
la

importantes du premier empire byzantin,
pratique journalière
la

en

même

temps, d'apprendre par
linople en civilisation

langue des rivaux de Constan-

el

en art militaire,

les

Arabes. La connaissance insulli-

sanle de Taiabe a
(|ui se

/-té

jus(|u'à ce jour le point faible de la plupart des savants
la

sont intéressés à
les récils

Rome

orientale.

Ils

n'aperçoivent d'ordinaire celle-ci

(jue

par

nécessairement partiaux de ses propres chroniqueurs; étant
la

presque toujours incapables de consulter par eux-mêmes
persane ou luniue selon
face des
les

tradition arabe,

époques,

ils

ne voient

le

plus souvent qu'une seule

événements

et ils

en ignorent

la

version ennemie. Jean Maspero n'en-

tendait descendre dans la lice que bien armé, el, pendant les années qui suivirent,
il

partagea son temps |)resque également entre
et
la

le

déchiiïremenl des
il

manuscrits grecs

lecture des historiens

musulmans;

y joignit à

ces

moments perdus
dialectes actuels

l'élude de l'art et de la langue coptes,

ainsi

que
l'idée

celle

des

du Saîd

et

du

russe.

Au début,
fils.
Il

il

avait

conçu

de s'atta-

cher au règne d'Héraclius et de ses
Ihèse

voulait tirer le sujet de sa grande
et
il

des

destinées

dramatiques de ceux-ci,
la petite,

songeait à

prendre chez

Jean de Nikiou celui de
on papyrus byzantins
lui

mais bientôt

la

richesse

du Musée du Caire
j"avais
il

suggéra d'autres desseins. Selon un usage que

introduit dans l'Administration du Service des Antiquités de l'Égvple,

de-

manda
Musée,

et obtint d'être

attaché pendant deux ou trois mois chaque année au

afin d'y collaborer à la rédaction

du grand Catalogue. MM. Quibell

et

Lefebvre, exécutant des sondages à Kom-lchgaou, y avaient recueilli une masse de documents parmi lesquels Lefebvre découvrit ses fragments de Ménandre.
et la collection, sans cesse

accrue par

les soins

de

la

Direction, avait
ici

fini

par

atteindre des dimensions considérables. Ce n'est pas

qu'il

est nécessaire

de

raconter

comment Jean Maspero

déroulant, classant, décrivant, commentant ces

pai)yrus, édifia ainsi le corps le plus complet qu'on ait jusqu'à présent de j)ièces

appartenant à celte époque. Le premier volume parut en deux fascicules de
à

i

q

i

o

191

I,

le

second en

trois

de 1911 à 1918, el celte entreprise,

(]ui
le

aurait

sufii

seule à occuper tous les loisirs d'un lahorieux, lui laissa encore

temps

d'écrire

une vingtaine

d'articles j)our difl'érents recueils, Ainialca

du Service des

Anhiiuitrs, Bnllelm de l'Insldul français d'Archéologie oricnlalc
l'hislotre des

du Caire, Bévue de

BvUgions Bévue
,

crili(jue,

Byzanlinischc

Zeil.sclirift ,

Journal des Savants,

Iki'Hc

(le

Philologie, Urctic

(1rs

Etudes

o-recjjues.

Quelques

incideiils vinrent

cou-

per agréablement cette existence de lalieur scientifique, une excursion en Nubie

en 1908,

le

deuxième

(lonp;rès d'Arcbéologie classique

en 1909, une fugue à

rOasis de Kliargueli en 1910, et, en 1911, une croisière avec les touristes du
D'"

Ollivier.

Jean Maspero avait ce don

si

précieux

et

si

rare de pouvoir

mener
s'il

vingt aiïairos de front, et de se consacrer entier à cbacune d'elles,
n'avait à se mettre
vite

comme

en

jjcine

que de

celle-là.

Les bivers et
il

les

j)rinlemps fuyaient

au milieu de tant d'occupations. L'été revenu,
le

saisissait le |)rétexte

du

retour à Paris pour visiter

plus de pays qu'il pouvait, une année Gonstanli-

nople et Albènes, une autre
il

le

Midi de
à

la

France. Quatre

fois,

de 1906 à 1912,

ne rentra que pour être appelé
aurait pu aisément,

remplir des

[)éi-iodcs d'instruction militaire.

Il

comme
la

l'a fait [)lus

d'un, styler son concierge à répondre

au gendarme qui apportait
l'étranger, mais
il

convocation à domicile qu'il était en résidence à
:

refusa toujours de se dérober à l'appel du pays
la

il

était

de

ceux qui, ne parlant jamais de
ci
il

nécessite'
à

de faire leur devoir (|uand celui-

ne se présente pas, n'iiésitent jamais
se présente.
Il

l'accomplir scrupuleusement (piand
le

passait ensuite

;i

la

campagne
écrivait,

peu de temps

(jui

lui

restait

libre,
le

dans un

petit pavillon

que

les siens
11

possédaient à Milon-la-Cbapelle, sur
il

ru qui descend de Port-l\oyal.

lisait,

ou

il

ei'i'ait

dans

Ins bois

voisins

pendant des journées entières,
il

et le soir,

après avoir joué du ])iano une

ou deux heures durant,
cabinet
<pii

se retirait

|i(>ui'

fumer
cour

et
:

pour

travailler encore
la
s'y

dans un
il

ouvrait de plain-pied sur

la

lorsque
(|iii

nuit était belle,

sortait volontiers

au jardin,

et alors

on l'entendait

promenait sous

les

peupliers ou sous les sapins, seul avec ses [)ensers.
CiiHj à

années s'écoulèrent ainsi dans
français avec
et

la

paix la plus laborieuse.

Il

s

était lié

l'Institut

Reymond

le

dessinateur, avec

Damnas
se fut

(jui

succéda à
il

Reymond, avec Massé

Wiet

les arabisants: lorsipie

Wiet

marié,
le

trouva
le

auprès du jeune couple une amitié lidèle,
titre

et

il

commença
et

avec

mari, sous

de Matériaux pour serrir

()

la néonrapliie

de rEnj/ple.

un

ouvraj',e qui était
la

en

réalité

un index géographique de Makrîzî,

dont

la

première livraison,
il

seule parue, porte le millésime de 191^1.
cercle d'amis, le D' Bay,
le

Au Caire même,
et

s'était

formé un
le

musicien j>assionné

l'amateur de peintures,
le

D' Fouquet,
Rolland de

le

collectionneur de faïences et de porcelaines arabes,

fi-ère

la

Doctrine chrétienne, Alv bev Bahgat l'un des conservateurs du

Musée

d'antiquités arabes, Artin pacha
il

Yacoub

le

sous-secrétaire d'Etat à l'Insinscrire dans les

trucliou publique et les siens;

s'était laissé

complaisamment

jurys d'examen, pour les brevets de l'enseignement français des garçons et des

lilles

ainsi ([ue

pour

le
il

baccalauréal du Ciouvcrnemcnt égxplien. (lôlail une vio
l'allail

douce
lui

et aisée, niais

songer à retourner en France

:

on parlait déjà pour
la

d'une cliaire darcliéologie byzantine, dont M. Haussoullier provoquait
il

création à IKoole des Hautes Etudes, et

comptait terminer dans une sixième

année son

Ca((ilo<>-iir

des papijrus hijuuitiiis,

quand des incidents survinrent

(jui

rendirent impossible Texécution de ce projet. M. Gliassinat avait donné sa démission tlans les premiers jours de

Hjni,
plus

et

M. Lacau,
à
la

lui

ayant succédé, avait
des
louilles
la
:

résolu

d'imprimer une

activil('

grande

pratii|ue

il

envoya
Kjjvple.

.lean iMasporo explorer le site

de Baoïiît, près Déirout, dans

llaule-

Baouît avait déjà été loljjet dinvestigations fructueuses
et Cbassiiiat (pii y et

[)ar

Glédat,

Palanque

avaient déblayé une série d'édiculcs coptes décorés
la
les

de j)eintures

de sculptures d'un art assez barbare, mais intéressant. Dans
de janvier i()i3, Jean Masporo installa ses chantiers sur
et

seconde
kovis

([iiinzaine

en compagnie de M.

de M""' Daiimas,

j)uis

il

entama

ce genre de travail,

au(|uel rien ne l'avait ])ré|)aré dans ses ('ludes antérieures. Les trancliées creiist'es

j)récé(lemment n'avaient

[)oint

permis de déterminer avec un degré d'exactitude

sullisant la nature et le plan de la bâtisse, et,

menées un peu rapidement,
les

leurs
à la

auteurs s'étaient déclarés impuissants à sauver

nombreuses décorations

détrempe

qu'ils avaient rappelées

au jour. Jean Maspero, procédant sans guide
le

avec une prudence et une méthode remarquables, vida dans
toute
les

Lom du nord
tracés sur

une
à

série de salles
la

j)eintes

et

de chapelles, où

les

gralîitcs

murs

pointe lui enseignèrent à reconnaître

un couvent d'Apa Apollù
la

célèbre aux premiers siècles du Christianisme

triom[)hant et de

conquête

musulmane. Le kom du sud,
était
fort

exploité sans pitié par les chercheurs de scbakh.
et

pauvre par endroits
les

contenait les ruines d'un couvenl de femle

mes,
l'^ii

(|ue

inscriptions

paraissent désigner sous

vocable d'Ama Hachel.
d'avril, François

moins de
et

trois

mois et demi, du milieu de janvier au milieu

Damnas
les

Jean Maspero réunirent un butin considérable.

Daumas photographia

tableaux à mesure qu'ils sortaient de terre et reproduisit en couleurs, à

ra(|uarelle, les sujels les plus importants, en vue d'une publication qu'il croyait
[)rochaine. Jean

Maspero copia

les inscriptions

monumentales,

les grallites, et,
la

poussant des sondages aux alentours des buttes maîtresses, recueillit à
taine des

cen-

lambeaux

d'étoffes

brodées, des lampes, des bouchons d'amj)hores
et coptes,

portant inscri[)tions, des débris de papyrus, des ostraca grecs

des

provisions desséchées de poissons et de fruits, des restes de vêlements
et de mobilier conventuel, le

monacaux

pêle-mêle d'objets sans valeur pour l'amateur qui
reconstituer
la

fournissent au savant

le

moyen de

physionomie de ce qu'était, au

VIII* siècle

après J.-C, un grand monastère égyptien. Do retour au Caire dans la
la

seconde quinzaine d'avril, Jean Maspero songeait à amorcer
découvertes, tandis que
intacts les
le

publication de ces
lui
si

souvenir en était frais devant ses yeux et

suggérait
conscienl'appa-

renseignements qui pouvaient manquer à son journal,
qu'il l'eût

cieusement
rition des

tenu;

mais,

apprenant

qu'il

devrait attendre

volumes que préparaient, pour exposer
il

les résultats

de leurs fouilles,

MM.
titut

Clédal etChassinat,

abandonna son
de

dessein. Je n'ai pas eu entre les mains

ses notes ainsi

que
11

les relevés

Daumas

et je

suppose

qu'ils sont

encore à

l'Ins-

du Caire.

ne subsisterait aujourd'hui d'autre document relatif à leur missix lignes

sion
si

que cinq ou

de M. Lacau dans un rapport à
la

l'Institut

de France'",
à l'Académie
Visilciir

Jean Maspero n'avait pris

peine d'en adresser

le récit

sommaire
le Gitiilc

des Inscriptions. Les clichés insérés dans cet article et dans

du

au

Musée

(lu

Caire prouvent l'importance de la découverte iiour riiistoire de
:

l'art

provincial bvzantin'-'

les visiteurs

du Louvre seront

à

même

de l'apprécier par

leurs propres yeux, lorsqu'y seront exposées les grandes peintures (jui composè-

rent la part de la France dans

le

produit des fouilles de Jean Maspero.

Lorsque
la
le

celui-ci quitta l'Egypte

au mois de

juillet

i

9

i

3,

il

n'avait pas terminé

rédaction de son troisième volume; néanmoins diverses raisons d'intérêt privé

décidèrent à ne pas

demander

l'autorisation de séjourner

une année, de plus
il

à

l'Institut

français d'archéologie.

Ce dernier hiver de son existence qu
11

passa

tranquillement à Paris fut des mieux remplis.
qu'il avait

avait publié, en

1

c)

1

•?.

.

la thèse

élaborée longuement pour obtenir

le

diplôme de l'Ecole des Hautes
et ce livre,

Etudes, sur V Orp;amsahoti militairr de l'Eni/pIc hijzanline,
l'idée favorable qu'avaient

augmentant

donnée de

lui ses

premiers travaux, un de ses anciens

professeurs à Louis-le-Grand, M. Glolz, s'était empressé de l'allacher au secrétariat

de

la

rédaction de la Bevnc des Études grecques.
le

En même temps,

la bienveille

lance de M. Georges Bénédite,

conservateur des Musées nationaux,

chargeait
et
il

de rédiger

le

Catalogue des antiquités byzantines appartenant au Louvre,

ac-

ceptait celte mission avec d'autant plus de plaisir qu'il y voyait l'occasion de

com-

battre quelques-unes des théories émises par Strzygowski sur l'art byzantin et

de

les

remplacer par des idées diOerenles. L'hiver s'écoula
si

vite

au milieu de ces
finir

occupations

conformes à

ses goûts et à

son tempérament; l'obligation d'en

avec les papyrus byzantins du Caire put seule l'en arracher.
l"

H

avait reçu à Paris

PiKRRF. IjAcvu, Note sur

les

travaux
et

(le

llnslitHl fraurais d' archéologie
,

du Caire, dans les Comptes

rendus de l'Académie des lyiscriptions
(-'

Belles-Lctires

iQiS,

p.
,

622. dans
les

Jean Maspero, Rapport sur

les fouilles entreprises

à Baouit

Comptes rendus

,

1

g

1

.3,

p.

289-

3o); Gaston Maspero, Guide du

Visiteur,

/i'

édition, 1915, p. 2Ù7-2/19, 258-2()0.

la ni'emlère
(la

épreuve des textes dont

il

comptait former
son
le

la

première livraison
les

troisième

volume, mais

il

souhaitait, selon

habitude,
à

collalion-

ner sur
le

les pièces orij'inales

avant d'en donner

bon

mettre en pages et

bon

à tirer; restait enfin à co[)ier les
la

derniers documents provenant de

Kom-

Ichfjaou, et à en constituer
sa [)art

matière d'un dernier fascicule afin d'achever

du Gatalojjue. A

la

date du 8

novembre
trois

i

9

i

">

,

le

Comité d'Egyptolouie
soit

lui avait

accordé une indemnité montant à

mois de solde,
:

en

jjros

2600

francs, pour couvrir les frais

du voyage d'Egypte
au Caire
le

il

obtint aisément les congés
il

nécessaires

au Louvre,

et arrivant

i"

uiai,

s'atlela

à la

besogne
et
le

dès

le

lendemain. La vérification des portions déjà livrées
les

à

rimprimeur

déchiffrement des textes nouveaux occupèrent

heures

officielles

d'ouverture

au Musée,

et la

rédaction du couimentairc, entrecoupée de longues visites au
la

bazar ou de causeries sur

musique

et sur la peinture

byzantine avec

le

docteur

]}ay, remplit paisiblement le reste

du temps

:

ce fm-ent les derniers jours de

paix sereine avant la tourmente. Les trois mois accomplis, non seulement la
collection de

Kom-Ichgaou

était épuisée,

mais

il

s'était

engagé à publier en ap-

pendice

les

quelques fragmwits de paj)yrus arabes qui avaient été recueillis
les fouilles
:

avec elle pendant

il

quitta donc le Caire, emportant avec lui son

troisième volume en manuscrit, sauf les Index, qu'il se réservait d'établir au fur
et à
le

mesure de l'impression,
à

et

il

s'embarqua à Alexandrie sur YErnesl-Sùtions,
paix.
Il

samedi i" août,

une heure de l'après-midi, en pleine

n'était pas

en mer depuis

trois jours, lorsqu'un

radiotélégramme tombant sur

le

pa(|uebot,

apprit à l'équipage que la guerre était imminente, et que, jjour éviter les navires

allemands

([ui

croisaient au

voisinage du détroit de iMessine,
la

il

devait

piquer droit sur Malte, au lieu de suivre
anxieuse, et
se heurtât
il

route habituelle. La traversée fut
le

s'en fallut
et

de quelques heures que

bateau des Messageries ne
et sur

au Gwbcn
:

au Brcslau, dans leur raid audacieux sur Bùne

Philippeville

la sécurité

ne revint qu'environ vingt milles avant l'entrée à Malte,
le

par
par

la
le

rencontre de deux croiseurs anglais, dont l'un convoya

paquebot jusque

travers extérieur de la Sardaigne. Les dernières heures
la

du

trajet se traî-

nèrent sans incident mais au milieu de l'anxiété

plus vive.
les

Déclaration de

guerre du o août, invasion criminelle de
trée
le

la

Belgique par
l'Italie

Allemands, endepuis

en

lice

de l'Angleterre, incertitude du rôle (juc
le

allait jouer,

départ d'Alexandrie,
télégraphie sans
(|ui
fil,

capitaine était tenu au courant des événements par

la

et

souvent

même

il

avait reçu par cette voie des

commu-

nications

ne

lui étaient

pas destinées. C'est ainsi qu'il fut surpris un jour
qu'il ignorait, et

par un déluge de mots appartenant à une langue

que l'opérateur

transcrivit fidèlement sans les

comprendre. Jean Maspero

y

reconnut aussitôt do

lallemand

et perdit

plusieurs heures à eu donner la traduction. C'était un disle

cours prononcé à Kiel

3

août par Tempcreur Guillaume, et rincoliérence

saccadée l'en frappa autant que Fenflure soutenue,
verbosa
et

grandis cpislula venit

A
il

Capreis;

serait peut-être curieux de retrouver la

mise en clair de ce messaj^e, car,
il

d après ce que

mon

fils

me

dit

peu de jours plus tard,

présentait d'assez fortes

différences avec le texte impriuK; dans les joui-naux français.

Lorsque, débarquant à Marseille

le

jeudi 6 août, à l'aube, avec
ils

un retard de

deux jours, Jean Maspero
grandes
dillicultés.

et sa

mère voulurent regagner Paris,
et
:

rencontrèrent de
les trains étaient

On était en pleine mobilisation
ils

presque tous
grâce à
la

attribués aux réservistes qui regagnaient leur corps

complaisance d'un
l'un

employé de
tait le

la

gare,

finirent par s'assurer

deux places dans

doux qui

pai'-

vers neuf heures du matin, et qui n'avait chance de parvenir à Paris
à la

que

dimanche 9

même

heure ou à peu près; mais

il

était inutile de

songer à

prendre avec

soi le

gros bagage ramené d"Egyj)te et qui renfermait, entre autres

choses, toutes les copies de papyrus arabes et byzantins. A la hâte, on ouvrit les

malles en pleine rue, non loin de

la

gare; Jean Maspero

fit

un paquet des paDuche-

piers et de quelques objets indispensables, puis confia le reste à l'Agence

min,

(|ui se

chai'gea de l'expédiera destination, dès
effet à le faire

que

cela serait j)ossible, et
tard. L'on partit enfin
les

qui réussit en

une vingtaine de jours plus

dans un wagon de troisième classe, rempli à sulïoquer par
de cet août anxieux, n'ayant rien

chaleurs torrides
si

mangé depuis

cinq heures du matin,
si

bien

que

M"'"

Maspero

se serait trouvée

mal d'inanition
et

quelques réservistes com-

patissants ne lui avaient

donné un peu de pain

de charcuterie.

Ou

stoppait

à chaque instant pour céder la voie à des convois de matériel, puis on

demeura

près de trois heures en gare de Tarascon, et je ne sais ce qu'il en serait advenu

de M"" Maspero
nier

si

un ingénieur de

la

Compagnie ne
lui, le
:

lui avait
si

indiqué au der-

moment un

train plus rapide.

Grâce à

voyage

péniblement comle

mencé
on

s'acheva dans des conditions meilleures

à

1

heures du matin,

samedi,

était

eu gare de Lyon, mais

les

deux journées qui suivirent ne furent qu'une
le
1 1''

course incessante. Jean Maspero, en quittant

o

i*"

régiment, après sa dernière
et
il

période d'instruction, avait été transféré au 28
présenter dans cette
ville le

en dépota Melun,
mobdisation.
Il

devait se

dixième jour de

la

réussit pourtant

à se procurer les quelques objets d'approvisionnement et

d'équipement nécessaires
le

pour adoucir au début

les

duretés de la vie militaire, et

10 au soir

il

avait

rallié

son poslo.

Il

ny ilomeura

\rds

lonjjlemps. Le 3

i''

de ligne, dont
et,

le 5^3
le
i

i""

for-

mail

la réserve, avait élé

Ibrlemenl éprouvé près de Longuyon,

dès

8 août,

on demanda des volontaires pour en combler les vides. Jean Maspero fut des premiers à s'oOVir, avec quelques camarades du loi" que le progrès des années
avait repoussés

comme

lui

dans

le ;i3
Il

i% Sautler,

le fils

d'un des pasteurs de Paris,

Bon, Ferrand, David Boudel.

allait être accepté,

quand un lieutenant de

sa

compagnie
s'il

le

prévint que son père venait de tomber gravement malade et que,

le

désirait, le

commandant du dépôt
avait

était disposé à lui

rendre momentané-

ment

sa parole el à lui accorder

une permission de deux jours pour retourner
une heure de temps afin de réilécbir
fin
:

à Paris

auprès de sa mère
11

:

il

el

de
il

prendre une décision.

n'en attendit pas la

au bout de dix minutes

répondit (ju'eulre ses aiïections ou ses peines privées et Tintérèt du pays l'hésitation n'était pas possible, qu'il maintenait son offre et qu'il désirait partir
le front

pour

de bataille. Le mardi
le

a'o

août, à midi,

le

détachement du

a3r

destiné

à

compléter

3i" quittait Melun, lleurs aux capotes, fleurs aux képis, fleurs
fusil,

aux canons de

parmi

les

acclamalions de

la foule. le

Si l'on désire savoir ce qu'il devint

pendant

mois qui

suivit, je

ne

[)uis

mieux
n'est
saisir

faire

que reproduire

ici

le

journal de roule qu'il tint hâtivement. Ce

pas l'œuvre d'un

homme
fait
il

bien placé pour dominer la situation et pour
:

l'ensemble des événements
des

c'est celle

d'un simple soldat perdu dans la

masse, qui, après avoir
jeté

manœuvres

factices

en temps de paix,

se trouve
rf

dans une guerre dont

n'aperçoit que le détail intime et, disait-il,

c'est

«sans doute

ce qui m'étonne le plus ainsi qu'à Waterloo Fabrice del
y^.

Dongo,

«dans

la

Charlrmsc de Parme
menait, participa

11

exécuta la retraite de
bataille de la
les

Champagne

sans savoir
droite

elle le

à

la

Marne sur l'extrême
constata

du

général Sarrail, poursuivit vivement
près coup
la victoire (ju'il avait

Allemands en

retraite, et n'apprit qu'ail

contribué à remporter,

le

désordre

qui préside toujours aux
tout
qu'il

menus mouvements d'une armée qui doit se constituer en combattant sous la pression d'un ennemi longuement préparé, mais ce

ne raconte pas dans ces notes et ce qu'afllrment tous ceux de ses camarades toutes les qui lui ont survécu, c'est la vigueur et la sérénité qu'il opposa à
épreuves, l'ascendant qu'il prit en deux ou
trois

jours sur l'escouade qu'il

commandait

dans les à titre de caporal, la bravoure toujours gaie qu'il déploya
les

moindres circonstances;
aC
noire
août, mercredi.

témoignages sont unanimes sur tous ces points.
lmi

Arrivée à Doinbaslc

yVrjjoniic

(une carie postule, vue de

la

i;are).

Coinbal à Élain.
artillerie.

I.e ])riiil

court (jue

le

corps alleinand de Strasbourg [est] anéanti par
la

— Ce

malin, quelipics coups de canon dans

direclion de Verdun.
c.

— Un

lieutenant de chasseurs du 2 G*, dans la gare de Donibasle, blessé d'une balle à

la

[rie.

De

sa

compagnie

à

2G0 hommes

il

en est resté 27.

On

a fait

donner

à la baïonnellc
la

un batadlon

contre deux régiments cachés dans un bois. Cet ordre a abouti à
bataillon.

Et Drouet"', en était-il?

Etain brûlée.

Arrivée en nuit, à 8 heures;

27 28

août, jeudi

— Des — Cantonnement cantonnement mal — Cantonnement Apremont,
à Avocourt, à

presque destruction du
d'émigranls fuyants:

voilures passent chargées

après marche doublée par des contre-ordres.
préparé. L'impression est malheureuse.

après

la pluie.

Rencontre du 3i'.

août, vendredi.
à

— Départ,

position de

combat vers Alontfaucon. Canon. Rien vu. Retour
et

pour cantonner

Charpentry, où l'on arrive à 8 heures

demie, encore dans

la nuit. Distri-

butions non prêtes, désordre. Cantonnement dans l'église, un

[homme]

sur l'autel.

ag

août, samedi.

Réveil à 3 heures et l'on ne part pas. Le bruit court
;i

que /looo

Alle-

mands ont

passé la

Meuse

quelques kilomètres

:

l'artillerie les aurait laissé

passer et aurait
J'ai la

ensuite coupé le pont de quatre coups de canon.


11

Hier 28, formation des escouades.
restait

neuvième, [dans]
la

la

neuvième compagnie du 3i'.

en tout cinq

hommes
le

de

l'active

sur

totalité

de l'escouade. Le 3i' a été décimé dans une charge de 1200 mètres à Longuvon.
destitué

Le général R
les

pour son incapacité.

— Marche

écrasante sous
files

soleil

et

dans

interminables côtes de lArgonne. (3n marche entre des

de soldats lombes de coups

de sang.

3o

août, dimnnehe.

tées la veille.
et le soir

— On nous
et va

— Seconde marche
dit

identique sur Montfaucon et retour aux positions quitla

que nous formons

réserve des avant-postes, mais c'est inexact,

nous sommes attaqués par un peu
frapper Mary,
le

d'artillerie et les mitrailleuses. Je reçois

une balle
la cuisse.

qui ne pénètre pas

premier de

mon

escouade, en ricochet, à

Rivouac, ou plutôt couchage en plein champ,

luiit gelée.

Depuis deux jours on ne mange

rien.

3i

(loiil,

lundi.

— De

— Dès
1

/(

heures, alta([ue

ih' la

division

allemande qui

-'i

heures à
à

1

heures, obus et mitrailleuses autour de Fossé.
d'officiers à la


a

passé

la

Meuse'-'.

iMorl

du lieutenant

Renauld,

quelques mètres en avant de moi. Plus

compagnie.

1" septembre, mardi.

— Deuxième

nuit de bivouac, juste en face des batteries allemandes.

Canonnade jusqu'au milieu de
terie

la nuit.

A

2
les

heures du malin, départ sans bruit, mais

la

bat-

allemande
à

a été réduite

au silence;

Allemands sont en

retraite.

Départ. Cantonne-

ment

Raulny.

a septembre, mercredi.

Réveil à U heures, après enfin

une nuit de repos.

-

Positions

prises dans le bois de Raulny. Les shrapnells continuent à
Jolie

tomber sans grand donmiage.

journée dans
la

le bois.

On

oublie prestpie. Pourtant, parfois, ou regarde les heures pour
finie.

savoir (juand

journée sera

Rataille.

L'ennemi réellement r(qioussé.

Nuit passée à

geler dans

le

fossé-tranchée

3

septembre, jeudi.

— Combat
:

du bois de Raulny.
le

matin dans

le

même

bois.

On

tire

:

sur qui? Rrusquese retirer à

menl, nouvelle

retraite

pourquoi? La troisième
Erreur dans
le

et [la]

quatrième section doivent

«dans

la direction

du

Soleil».

bois, balayé par les obus.

Nous retournons

'''

C'était le

nom

d'un' de ses anciens

camarades de régiment

qu'il avait

connu au cours de

ses

vingt-huit jours, deux ans auparavant.
'-'

Par inadvertance Jean Maspcro avait

écrit le

Rhin.

Aprcinont évacué. In peloton de ulilans à aoo mètres. Retour ù Baulny. Là, nouvelles du
réj^imcnt
(ju'à
:

après, (jueKjues heures de niarclie é{;arée en pays occupé. Marclie épuisante jus-

CIcrniont-en-Arfjonnc. J'arrive, {^ràce à lion, sur un raniion d'artillerie.
à Clermonl.

— Cantonne-

ment
Il

septembre,

vendredi.

Départ à j heures

et

demie. Marche courte juscpi'à Waly, où

cantonnement.
f)

septembre, samedi.

Départ à

.'!

iieures

el

demie. iMarche fatigante juscpi'à Louppy-lc-

(iliàleau, oii

cantonnement l'après-midi.
reste.

(juel([ues heures de repos.

Départ

le

soir

com-

mencé. Mais on

6 septembre, dimanche.

Départ

à

.'j

heures.
le

On

traverse Triaucourt vide, Laheycourt vide.

Comhal après
ahats deuv.

Villers-sous-le-Vcnt.
et le

Tout

malin nous avançons, fuite des Allemands. J'en
allemand'". Hrusquement ordre anonyme de
le village.

La jumelle

hidon de

l'ollicier

se replier. Puis

vague retour. Enfui on se replie sur

La pièce de vin ahandonnée

dans une cave.

Cliatelam blessé'^'.

7 septembre, lundi.
rie

Bivouac dans un hois. Le matin, pendant (juatre heures,

l'artille-

nous homharde de percutants à (luehjues mètres.
traversant

Le
à

soir,

même

chose moins violente.
est canardée.

Une troupe allemande

un champ de betteraves

800 mètres

Au

soir
la

nouvel ordre de se replier, puis ordre de revenir. Trop tard.

— Le

soir, je fais partie

de

garde du colonel. J'ignon^

8 septembre, mardi.

oîi est

ma compagnie.
nuil

Dans

la

du 7 au 8,

je cherche

de l'eau en pays non reconnu.

Prairie sous la lune entre deux bois. Ruisseau plus une sorte de source creusée par l'éclate-

ment d'un obus.
doit venir

—A

5 heures, le cond)at d'artillerie reprend.
oii

On

parle

du i5' corps qui
la

nous soutenir. Mais

est-il?

Les Allemands nous ont tournés en fer à cheval et

position devient critique. J'écris ceci à G heures et

demie,

les

obus éclatent sur

la

route et

on ne

sait rien.

— Longue
la

attente. Notre sentinelle frappée à

quelques mètres d'un shrapnell;
les

Sauttcr et moi

pansons. Saulter découvre deux brancardiers,
à la

autres sont cachés sous
il

un pont

et

refusent de sortir. Le blessé a été touché

hanche

et traversé,

est

sac et SCS cartouciiières

me

refont

mon
nous

é(iuipement égaré ou brisé.
été

perdu. Son
retour à
la

Le

soir,

tranchée abandonnée

le

7, el (pii avait

réoccupée par

le

'.\i°

et

le

liii' dès

la veille.

Tir

fauchant d'une batterie en face de

()oo mètres. Les obus éclatent juste sur nos lêles
l'effet est

an ras de

la

tranchée. Trois morts seulement et six blessés, mais

assez eilrayant.
la

Q septembre, mercredi.
trième journée de
l,^.(!.

Nuit et journée passées dans

la

tranchée encore. C'est

(pia-

la bataille.

Le

1

5' corps est bien arrivé.
1 1

L'avance allemande semble arrè-

Suite d'obus alliMuands. Vers
les

heures,

l'artillerie française tire

sur nous une dizaine

d'obus percutants. Panicpie entre
baise

deux

artilleries.

Un

gros caporal, caché sous un l)uisson,

une vierge de Lourdes

tirée

de sa poche. Entre

lui et

moi

éclate

un obus. Fumée

grise

et assourdissante.

Notre voisin conuuun, alleini à

la tète,

nous supplie de ne pas l'abandonner.

1"

Il s'a;;it

d'un ollicier allemand apparlonanl à un réj;imenlde
il

la

garde prussienne.

Il

avait été

tué d'une halle au front, mais

tenait encore sa jumelle à la

main

et

son bidon était encore plein

d'cau-dc-vie

:

Jean Maspero s'en servit pour se désaltérer.

W

C'est le fds

du membre de

rinslilul, lieutenant de réserve au 3i'.

Il

commandait

la

compa-

gnie ce jour-là.

— Le

reste

du jour relativement un
lac.

ciilnie.

se réveille dans

— Devant

Nuit toujours chnis

la trancliéc,

mais

il

pleut; on

nous, un cheval (?) mort nous empeste.
les vers

(Iclle

tranchée

funèbre

me

rappelle

brusquement

de Baudelaire
lits ])leins

:

Nous aurons des

d'odeurs léjjèies,
îles

Des divans proTonds

comme

lonibeaiu!

10

sepk'inbir

,

jeudi.

11 septembre, vendredi.
1

2

septembre, samedi.
se retire.

— Peu de matin de — canonnade, — Septième
chose
le

ce

cinquième jour. Pluie.

Id.

sixième jour. Pluie.

jour. Construction
centre.

dune cabane dans
6' corps a

le

fossé.

Ij'en-

nemi

Nous Pavons contenu au
le 5' a aussi

A

droite, le

avancé hier de quinze

kilomètres; à fauche,

sont devant nous.

avancé. Le plan est d'encercler les
à

^0,000 allemands qui

Le

soir,

on sort

quelques kilomètres. Bivouac dans un bois, sous une
et

rafale de pluie et de vent. Sautter,
et couvert

moi

un sergent,

assis

sous un petit abri creusé en terre
les

de

feuilles, avec la

bâche verte rapportée avant-hier par Sautler. Je compte

heures sous Teau.

i3 septembre, dimanche.
de Villers-au-Vent,

Poursuite des Allemands.

On

repasse sur le
les

champ de

bataille

où est tombé Châtelain. Nous reconnaissons
le

corps verdis des morts

qu'on

a laissés

sur place. Puis, tout

long de

la route,

cadavres d'honunes et surtout de

chevaux. Enormes quantités de fusils, casques, deux parcs d'arlillerie avec beiuicoup d'obus

non

utilisés,

abandonnés par

les

Allemands.

Lnpression de déroute.

Cantonnement

à

Belval.

i4 septembre,

lundi.

Pointe en Marne, puis retour en Meuse à travers les villages sysla

tématiquement brûlés par l'ennemi. Dans
seulement
pillés;

plupart
le

il

ne reste pas une maison.

D'autres

armoires défoncées, tout jeté sur

plancher. Partout on apprend (|ue les
à

Allemands sont

partis

moins de vingt-quatre heures auparavant. Cantonnement

Froidos.

i5 septembre, mardi.

— Contremarches

inutiles vers

Clermont. Puis retour dans un bois
la

près de Montfaucon. Cantonnement dans une ferme, où on arrive

nuit en silence, sous le

canon, avec
dois, avec

trois villages

en feu à l'horizon. Les Allemands se sont enfin arrêtés. La nuit, je
les distributions

ma neuvième

escouade, chercher

de

la

neuvième compagnie. Les

voitures se sont arrêtées sur la route, à deux kilomètres qu'il faut faire dans le noir, à travers

champs labourés
16 septembre,
la lisière

et récolles

mercredi.

— Dès

non fauchées, sous une pluie battante.
le

matin, attacjue de Montfaucon. De nouveau, position à
la

d'un bois, où nous passons

journée. Bon, Sauttei', f'errand et moi, nous nous
la crête

construisons notre tranchée. Les Allemands sont en face, dans un autre bois sur

op-

posée du vallon; on

les voit à 6

ou 800 mètres.

Ils

mitraillent à notre droite. Ici nous n'aréalité
l'artillerie

vons que quelques shrapnells
placée derrière nous.
1

y septembre, jeudi.

nouvelle panicjue.

de revenir aux tranchées.

— — Ordre — Le
le

(j'en

ramasse un morceau) qui visent en

Bivouac par une nuit sans pluie, enfin, sur place.
Pluie.

Mêmes

incidents.

Pluie

de shrapnells qui provoque
la

une

d'évacuer les tranchées, retraite sous bois. Arrivés à
soir,

roule, ordre

construction d'un abri avec bâche et la tente allemande

de Sautter. A peine

installés, vers 8 heures,

ordre de départ.

On

part dans la nuit, en

file

indienne, sans lune, sous

bois, chacun accroché à celui qui précède. Bafalc extraordinaire
la

de vent

et

de pluie. Les sentiers en pente sont des glissières. Sur

route, pluie et grêle.

Le vcnl
mètres.

osl SI violent

(iii il

arièlc presque
i

\,i

iiiaiclie.
([iii


:>.

On

va

cantonnera

Avaiu'oiirt, à six kiloet

Arrivée

m'I's ihi

i

heures. Distribulioiis
à

diireiil
ih;

jusiprà une heure

ileniie.

l"]l

(lépart à

heures

matin pour retourner
[laii'ois

laltacpie
jjenoii.

Monlfaucon. Les

roiili'S

sont de

véritables lleines où Ton enloiice
1

pisipiau

S scplcmbrr,

vendredi.

lieveniis,

nous servons
el

à jjarder

rarlillcrio

en

arrière.

Quel-

ipies olnis seulement. Arrivée

de Duclou

du

reste

du dépôt do Melun,
a été

(jui avait été

transféré
soir,

à Aihv. i'ar eux
à la

nous aiiprenons combien rnnasioii allemande
s'i'jjare.

proche de Pans. Le
ii

mut, iioindle marche sons bois, où Ion
iiiiil

Halle au bord d'une route,
malade!.

bout de

soufll<^ et nouvelle
1 (j

septemhrr , samedi.
je

— Au
le

sous

la

pluie; tout

le

monde
de

petit jour, reprise

la

traversée
i-à,

du

bois.

Parti

en patrouille
oîi

en avant,

rencontre
à
iieii

.55°,

à l'accent, marseillais,
et arrivée

halte et feu gi[jantes(pic
lisière

nous

nous séchons

près. Puis dt'part
trois

pour une nouvelle

de bois, où nous

creusons des tranchées, à

kilomètres de Montfaucon. Santler, nu instant disparu, revient,
la

mais Hon

s'est fait
l'I,

évacuer. l\uit sous
pieds
jji'lés,

tente-abri, sans pluie. Mais les cliaussures ne sont

pas sèches,

les

je

ne peux encore dormir. Le lieutenant Jilanc déclare (|ue

nous sommes
2

ici

pour huit

senlcmùri', dtmanehe.
I

|oiirs.

Pluie de
Joli

nou\eau.

On

attend des outils de parc

|iour

nous

retrancher contre
creusées à

i

ailillerie.

paysage dans

les bois. iMilin,

commenceineiit des trancbécs
.le

m.

.lo cent,
.5.j",

de profondeur, très

étroilcîs,

avec une baïupielte.
la toiture.
Liî

\ais cherclicr,

était hier le

d'énormes rondins de bois pour

On

les place

en (piadrillage,

puis des fascines, euliiiom. 5o cent, de terre environ.

tout sera suflisant contre l'artillerie

môme. A
première

côté,
fois

le

lieutenant et les serments se sont bâti une maison en moellons.
la

Pour

la

nous aurons un abri conire
nous

pluie.

Mais, à peine achevé, vers

(i

heures

et

demie, on

\ieiil

pré\('iiir (piil faut partir, la Iiuilièine

compagnie devant nous remplacer
a

et s'en aller

elle-même

à

.'5

heures du matin.

IS'ous,

malin, puis départ jiour un caiilonneinenl.

nous irons dehors attendre
les

heures du

Par

clieimns-fondrières, nous revenons à

rem|dacemeiit occupé
em|)laceiiieiit <|ne le
ipii

le

i

<S

septembre.

Il

pleut à verse.
les

De nouveau,

distributions au
là jiar je

même
ne
sais

i.").

(juaiid

nous revenons,
>.

cpiehpies abris construits
la

sont occupés,

el

il

faut allciidrc

hi'iircs

du matin sous

j)luie, assis

sur son sac. C.ha-

lumeaii et sa lampe électruine.

ai

seiileiiil/re

,

lundi.

—A

u

heures

et
le

demie, dépari; on traverse

le

bois.

Au

petit jour,

arrivée à Ch(!ppy, où nous devons, a dit

major, nous reposer deux ou trois jours.
les habitants.
Il

Or

le vil-

lage est canonné par les
est

Allemands depuis cpialre jours, disent

est vrai (pi'il
Ils arri-

dans un bas-fond (pu reiirésente un angle mort pour leurs batteries mal placées.
(iiiisine

vent à faire sauter trois on (piaire maisons,

continue et inutile de per(;iilants
section

et

de shrapnells.

dans une cour de ferme, sous une rage
Le; soir, là.

on vient chercher
nuit,
.h;

la

troisième

pour soutenir

uni!

batterie à

un kilomètre

des

Arrivée; à la

pars en petit

poste au fond d'un vallon, à l'angle d'un boipietcau qui se remplit d'un brouillard où l'on gèle.

Retour au matin.

U2 septembre, mardi.
rester trancpiille,

Fièvre; visite; un jour exemption

de

service.

Je

pourrai enfin

mais à midi on
l*ourtant

emmène

tout

le

monde hors du

village el l'on ne revienla

dra peut-être pas.

retour au
le

soir et

première nuit de sommeil dans

paille.

A

minuit juste, une fusillade sonne

réveil. C'est

une

altacjue de nuit allemande.

Ï\1V

Ici s'arrête

ce journal écrit au crayon, sauf les deu\ dernières pages qui sont
le

à l'encre.

Une grande tache d'eau mêlée d'un peu de sang recouvre
ferme, moulée soigneusement,
et

haut des

feuillets; l'écriture est

dans sa sécheresse préde tous ces

cise, parfois ironique, ce

document

rellète

exactement
la paix, se

l'état d'esprit

gens qui, prédisposés par nature à jouir do

trouvaient jetés sans pré-

paration dans une guerre préméditée do longue date par l'ennemi et puisaient

dans leur intrépidité rélléchie

la force

de

le

refouler puis de le contenir. Sur ce

même

carnet où Jean Maspero notait son itinéraire, on rencontre des croquis
saisis

de soldats

dans des postures diverses,

les listes

des

hommes composant
une pièce do

l'escouade, les adresses parisiennes de quelques amis particuliers,

vers raturée et corrigée en plus d'un endroit, la Préface d'un recueil qu'il espérait

pouvoir publier prochainement de ses premières poésies
Quelques pages,... une
Entre deux
cliilïres

:

lioiire à lire

ou deux; IV-space

noirs sur

le blanc,

du cadran;
(|ui

Le temps

qu'il faut peut-èlre
le ciel

au nuajje

passe

Pour

traverser
:

et se

perdre au couchant.

Peu de chose
Celui qui la
Elle est

un peu d'encre, une page jaunie;
aurait

lirait

connu

ma

vie.

tout entière et rien n'en est caché,

Elle a passé dans l'ombre, en songe, en apparences.

En

attente, en désirs inertes, en silences...

Je n'ai pas regardé le

monde

oîi j'ai

marché.

Pour en

atteindre

im autre une

vie est trop brève.

Mon

but

fut le néant,

mon

action
n'ai

un

rêve.

Et rien ne m'a déçu, car je
J'ai

rien clierché.

sous les yeux la correspondance qu

il

avait adressée à sa mèi'c

:

toutes les

lettres sont

numérotées, étiquetées, avec

la

date de réception, et
cette

c'est

aujour-

d'hui la meilleure

part de co qui reste de lui pour

époque. Elles no
:

contiennent en général que quelques mots tracés au crayon hâtivement
suis arrivé à Melunr^,
cfJe

(f

Je

me

porte bienv, crJe pars j)our Troves», rrJe pars
le

pour Touln, non
nous
laisse

«c'est

pour

camp de

Mailly^, enfin la lettre du 27 août

entendre

qu'il est parti, sans le dire
les

expressément,

ot

désormais
h''

il

ne

serait plus

pour

siens qu'un
llottant

nom

dans

la

3r
la

compagnie,

section,

281* régiment d'infanterie,

vaguement quelque part dans

le

nord,

si
il

une carte postale
était

illustrée

ne nous apprenait qu'à
la

date du 1" sejttembre

dans

la

Meuse, rue de

Gare, mais
11

le

nom du

village,

que nous sûmes plus

tard être Avocourt, est effacé.
qu'il n'a

s'inquiète des épreuves de son Catalogue byzantin
le
^^i

pas eu le temps de corriger avant de partir, et

septembre

,

il

espère que

rimprimorie du Caire atloiulra
bien se cbarg^er de
la revision.
le

!a fin

do la guerre, sinon M. Haussoullier voudra
ces billels arrivent

Tous

en relard, par paquets,

ceux du

1^1

septembre

18, puis

le

silence se fait pendant dix jours, et le

98

une carte

écrite à Dijon, le

26,

à la gare, raconte

en

six

lignes qu'il a
le

dii être

«renvoyé momentanément, ayant été légèrement atteint
blessure est sans importance. Enfin,
le

28

??

mais que sa

29 une longue

lettre, arrivant d'Aix-

les-Bains, rassura complètement les siens.

«La blessure

cpie j'ai renie, y écrivait-il, est,

comme me

Ta dit

le

premier major qui
en plein
et

l'a

vue, miraculeuse. Une balle de slirapuell m'a traversé
sans rencontrer ni
balles rondes en
l'os ni l'artère. 11 n'y a

la cuisse droite

en
dit

ol)li(juc,

qu'à attendre que cela se referme.
:

On

que

ces

plomb

n'ont pas de force de pénétration

la

mienne

a trouvé encore le

moyen

d'égratijjner le jjenou {jauclie après avoir traversé la cuisse droite.
ttJe l'ai

reçue

le

23,

à Clieppy,
la

près de Montfaucon en Argonne. Nous avons été attaqués
toit.

dans
tits

la

nuit

du 29 au a3,

première, depuis ijuinzc jours, où nous avions un
la

Les pe-

postes se sont laissé surprendre, et

fusillade

dans

les

rues nous a réveillés,
les

.le

n'ai

jamais
cl

vu (piebjue cliose de plus épouvantable, l'ersonne ne savait où étaient
n'a

Allemands,

on
Les

jamais deviné
tirés

s'ils

étaient réellement entrés dans les rues, ou

s'ils

tiraient

du deliors

coups

dans

les

rues l'étaient au hasard.
j'ai

Un

instant je suis arrivé à l'extrémité de la grand'six

ruc, cliercbanl

ma compagnie;
!

deviné à cinq ou

mètres un groupe confus, où on
j'ai

criait

Halte! et Marche

.l'ai

cru reconnaître une voix,
était

quand

vu, juste sur un coin de

ciel, la

pointe d'un casque.
saient

Il

temps de

.s'arrêter. D'ailleurs
ils

eux-mêmes

[ces Allemands] parais-

désemparés

et

craignaient un piège, car
il

n'avançaient ni ne tiraient plus. Si nous

avions tenu dans le village,
il

en serait revenu bien peu de ces assaillants peu audacieux. Mais
le

n'y a plus d'ofTicier.
l'uniipie
était

Tout

monde

était parti

au hasard.

J'ai fini

par rencontrer vers une
(pichpies
la

heure
mes.
Il

lieutenant de
et je
l'ai

ma

conq)agnie. Blanc, qui
trois

lijchait

d'arrêler

homNous

malade

presque porté pendant
les

heures errées dans

imil.

sonnnes revenus au village complètement désert,
ler;

Allemands n'osant toujours pas

s'y instal-

mais

la

position était perdue.
village, sur

Au

petit jour,

quelques bribes du bataillon se sont postées
étions avant la crête,

à

5oo mètres du

une

crête

Nous

pour

voir l'ennemi,
la

mais nous ne pouvions pas
vers
vise
I 1

tirer

sur lui, puisque nous étions couchés dans l'herbe,
tir

têle

le

fond du vallon
(pii fait ([ue

Heureusement leur
nmis avons pu
les arrêter

d'infanterie est

nul

et

leur artillerie

mal, ce
lii'ures

de cinq heures du matin à midi. Vers
(pii

et

demie a passé sur nous un aéroplane prussien
notre ligne, pour
signaler

a

jeté

(piehjiies

fusées
cpiart

blanches au-dessus de
d'heure après

notre

position

à

l'artillerie.

Un

c'était la fin.

"Beaucoup
ciiKj,

se sont sauvés et sont
le

morts de

s'être sauvés.

Nous sommes
C'est vers

restés à cpiatre
j'ai

ou

pendant que

lieuleiianl avait totalement disparu'''.

midi que

reçu

ma

balle.

Tout

le

monde

passait sans s'iiKjuiéler de ceux qui demeuraient. Je ne sais

comment j'ai

'''

Il

n'a point

reparu depuis ni en France, ni en Allemagne
el (jue

:

on suppose

qu'il a ilù iiiouiir

dans (juclquc coin

sou corps n'a pas été retrouve.

pu arriver

à

une ferme, deux kilomètres plus
le

loin, en

rampant dans

les sillons

pendant que

les

obus continuaient à balayer
j'ai

vallon

oii

il

ne restait pourtant que des blessés.
dit
:

A

la

ferme,

trouvé un aide-major très occupé qui m'a
ici,

-Je ne m'attarde pas une seconde de
j'ai

plus

tâcliez

de vous défiler par
le

les boisw.

Des bussards que
j'ai

aperçus m'ont InMireu-

sement montré

cbemin,

et c'est

après neuf kilomètres que

rencontré deux soldats qui

m'ont emporté jusqu'à un

poste de brancardiers. .Maintenant tout est tranquille. L'avance alà

lemande

s'est

bornée à deux kilomètres. Quant
cette vie et je restais

ma

blessure, je puis dire (ju'elle m'a sauvé.
fossé.

Encore quel(|ues jours de

dans un

Depuis (juinze jours pluie sans

arrêt, nuits employées à geler dans l'eau, dans les bois, au fond des Irancbées devenues des
lacs. Je

ne pouvais plus remuer
l'Ire

les

épaules fourbues de rliuinatismes,

et le

'j'.>

on m'avait pro-

posé pour

évacué,

d

Il

ne racontait pas quo

la

perte de sang et

la

fatigue de cette longue route,

seul à travers les bois, l'avaient tellement épuisé
les deu.\

que peu avant de rencontrer
la

camarades charitables

il

était

tombé au bord de

ronte sans connaisil

sance; revenu à lui après

un

laps de temps qui lui parut assez long,

n'avait

pu

se remettre

en route qu'à force de volonté. A l'ambulance même, immobile
il

et prcs(|ue insensible,
le

avait

vaguement entendu
son aide
:

le

major qui pratiquait sur
!

lui

débridoment de

la plaie dire à

rr

Encore un liomme perdu

pourtant

«la blessure n'est pas mortelle. Si

le service était

mieux

fait

en avant, on l'aurait
lit.'^

«pansé

il

y a

longtemps

et

il

en aurait été quitte pour huit ou dix jours de
le

Les soins

qu'il

reçut à l'ambulance de rilôlel Mirabeau ot surtout
«.le suis, écrivait-il à sa mère''',

repos

le

remirent sur pied rapidement,
rr

dans une petite
la

chambre où deux

lits

seulement sont déposés. Tu ne peux savoir combien
armoire à glace
et

vue

ffde ces choses propres, d'une
rrest

d'un papier à lleurs rouges,

reposante. Gela n'a rien de la caserne ni de l'hôpital, et c'est nue véritable
ici

«chance pour moi que d'avoir été envoyé
cr

Une dame qui

vient souvent m'a

prêté ses livres et m'oiïre de faire des commissions. Je l'avoue que je n'ai pas
l'ésisté

ff

à la tentation de faire venir

un

sac de

bonbons en chocolat

:

c'est ce

que
c'est

«j'ai

pu trouver de plus éloigné de
je

la vie militaire.

La seule chose bi/arre,

«que

me

sens plus fatigué qu'auparavant. Mes deux pieds, à force d'avoir
les

«moisi dans l'eau, sont pris par

rhumatismes,

et cela

m'est plus désagréable

«(|ue la blessure, qui continue à aller le

mieux du monde.» L'aménité de son
la-

caractère,

la

douceur de son langage, l'expression de reconnaissance avec

quelle

il

accueillait la

moindre attention,
il

lui attirèrent

immédiatement de nom-

breuses amitiés dans ce milieu où

était

inconnu

la veille.

Non seulement

le

personnel de l'hôpital,

le

D'

Monard

tout le premier, s'empressa autour de lui,

'"

Lettre

(lu

28 septembre 191^1.

mais des habitants
ses visites

(II-

la ville se

luirenl à sa disposition, et

il

reçut de

nombreu-

lointaines, entre autres celle de son beau-frère

Armand Duckert,

pasteur à (îenève, et celle d'un Maspero, probablement un parent éloijjné, qui
avait de la famille à Lug^ano.
lui prêta la collection
<|u'il

Un

des principaux entrepreneurs d'Aix, M. Grosse,
le

du journal

Temps pour

les

derniers jours et c'est ainsi
le

apprit la destruction de |)lusieurs grandes villes d'art belges,
et

bom-

bardement systématicjue des cathédrales de Soissons
cements
(les batailles

de Reims,

les

commenconduite

de l'Aisne et de TYser.

11

avait déjà pu apprécier de visu
la

dans l'Argonne
de
la

la

façon barbare dont larmcc envahissante entendait
il

guerre, mais

l'avait qu'il

expliquée par l'enseignement reçu de leurs théos'était
:

riciens militaires,

tant

agi

uniquement de

villages

sans préten-

tions et réparables aisément

l'application de ces soi-disant lois aux nnivres les
la

plus célèbres de bi Belgi({ue et de

France changea en une passion d'horet

reur ardente
elles.

le

sentiment d'étonnement

de dégoût

qu'il

avait ressenti j)our
ils

Les Allemands ne comprendront jamais jusqu à quel point

ont nui à

leur cause et contribué à leur défaite finale par les actes de sauvagerie inutile
qu'ils ont

commis partout contre

les

personnes

et contre les églises.

11

avait jus-

qu'alors considéré
lui

comme
il

trop noirs les récits que les

hommes

d'un certain âge

faisaient des atrocités
les

commises en 1870 par

les Bavarois,

par

les

Prussiens

ou par

Badois, et

en avait attribué l'exagéi-ation supposée à des rancunes

nationales bien compréhensibles chez des vaincus. L'événement l'obligea à confesser
f[u"il

n'y avait rien de trop

dans leurs paroles,
le

et

que

les fils

ou

les petits-fils

des soldats de

MoUke

avaient trouvé
il

moyen de dépasser cent

fois leurs [)ères.

A

|)artir

de ce moment,

n'eut plus dans son esj)rit que deux })réoccupations

maîtresses, celle de se rétablir

promptement

et,

après avoir revu sa famille, de

reprendre sa place au

feu.
vite, et bientôt
il

La convalescence marcha
cannes, mais
([u'il

fut

en état de

se traîner

avec deux
il

lorsfiu'il sollicita

un congé de convalescence

[)our Paris,

aj)prit

ne l'obtiendrait qu'aj)rès avoir regagné au plus
Albi.

tôt le

dépôt de son régil'aspect de
la

ment, transféré inomentanément à
ville et
le
le

Ceux qui connaissent
le

caractère des habitants imagineront

sentiment de dépression qui
il

saisit,

lorsqu'au

sortir

du milieu chaud d'Aix-les-Bains

tomba au mi-

lieu

de cette [)opulation, qui, réservant toutes ses sympathies pour un régilocal,
le
ir)*",

ment de recrutement
tolérait

considérait

le

Si"

comme un

étranger et
lui

froidement sa présence. Sa blessure, mal guérie encore,
il

permit

d'éviter l'hôpital ou la caserne et

obtint de loger idiez l'habitant, d'abord rue
j)etit

Domini(jue de Florence, au-dessus d'un

café où

il

prenait ses repas,

j)uis

ho rue des Carmélites où
trouvé de quoi
voir

il

s'ennuya prodigieusement. Les ressources intellecrr

tuelles de l'endroit étaient des plus bornées,
ffj'ai

Jusqu'ici, écrivait-il le

20 octobre,

lire,
s'il

n'importe quoi, mais enfin quelque chose. Je vais sortir

«demain pour
ffcela

n'y aurait pas
-7;

une bibliothèque
il

[trètant ses livres,

mais

me

paraît peu vraisemblable
Et, avec cela l'aiïaire

constata avec regret qu'il n'y on avait
faisait

pas en

eiïet.

du congé de convalescence ne

aucun

progrès. Malgré les circulaires ministérielles, les autorités militaires répugnaient
à lui
tr

en accorder aucun

:

rr

Je ne connais, proclamait l'une d'elles,
Il

que deux
dans ce

endroits possibles pour

un

soldat, l'hôpital ou la caserne».

n'y avait pas

propos de quoi relever

le

moral d'un

homme

qui souiïrait encore d'une blessure.

Heureusement

sa mère, désespérant de le voir à Paris, s'était décidée à l'aller

rejoindre en province, et sa visite raflermit les courages

non seulement de Jean

Maspero, mais de son ami Sautter qui avait reparu au dépôl. Pendant huit jours
et plus,
ils

du 3 au 10 novembre, mère
l'illusion

et

fils

se quittèrent le

moins possible;

se

procurèrent

d'être

encore dans une de ces excursions qu'ils

avaient Fhabitude de faire en revenant d'Egypte, visitant les
et

monuments

d'Albl

poussant leurs reconnaissances assez loin aux alentours.

Quand
et

elle fut partie,

Jean, plein d'une ferveur nouvelle, recommença son éducation militaire. Les rudes
fatigues

que son grade de caporal
fait

lui avait
le

imposées en août

septembre

lui

avaient

regretter de ne pas accepter

poste de sergent qu'on lui offrait au

début de

la

campagne

:

il

demanda donc
en
fut

à être

du peloton des
cj

élèves-officiers
la

qu'on formait alors, et

il

du

19.

novembre au

décembre. Puisque
il

guerre menaçait do se prolonger au delà de ce qu'on attendait,
mettre en état de servir
le

voulut se

pays plus utilement qu'il n'avait

fait juscju'alors.

Des
:

amis bien intentionnés
les

lui

remontrèrent que
les

c'était là

une ambition funeste

Allemands repéraient

gradés

avec
Il

soin,

et

tout officier

d'infanterie

était

presque certainement condamné.
Il

n'écouta aucun conseil
le

timoré, cl

il

passa brillamment l'examen.
ff

écrivait
la

donc

9

décembre

:

rrJ'ai

maintenant

le

brevet (de chef de section), mais

nomination ne

se fait qu'en

campagne. Du
sais

ff

moins

serai-je

nommé

très

probablement sergent dans quehjues jours. Tu

«comme j'y tenais; le commandant qui faisait passer l'examen «mon bataillon dans l'Argonne, il me connaissait donc."
La nomination
19 décembre
d'esj)oir

est celui qui avait

se

fit

attendre plus de

six

semaines. Dans rintervalle
il

il

obtint

enfin ce congé de convalescence après lequel
les siens le
le

avait tant soupiré, et
fois à

du i3 au

revirent

une dernière

Paris, plein de vigueur et

dans

succès final,

animé d'une gaieté un peu mélancolique, avide de
le

savoir ce qui s'était passé depuis

commencement

de

la

guerre dans

le

monde

(Je la

science et de

la litléralure.

Il

coirijjea (]uelque.s
P(ijiijrii.s

épreuves demeurées en souf-

IVance du IroisièineVoluuie de ses
fouillols

bi/zanlins,

annola au crayon

les

derniers

do son manuscrit

(|ui

iravnienl pas été envoyés encore à l'impression;

entre

la

musique

cl les causeries intimes le resie

du temps s'écoula presque sans

(ju'on le sentit, et (juand le

samedi, au

soir, riieure

du départ sonna, Le
i
i

il

partit

laissant à tous l'impression de la jeunesse sure d'elle-même.
il

janvier

1915

reçut enfin son fjrade de sergent, mais avec
la
î^f)',

changement de compagnie, placé Bon
et Sautter

désormais dans

puis dans
le

la

'y'',

tandis que ses amis

étaient incorporés ailleurs. Enfin
je

5

lévrier au

matin

il

quitta le dépôt, et

ne puis désormais mieux faire que de donner

ici

les extraits

des lettres qu'il

écrivit à sa famille jus(ju'au dernier jour.

6 février i[)t'i-


M<' voici .uTivé à

l.a lîoclic,

où nous avons un

Ioiij;
si

temps d'anèl.

I.i'

but

osl (iliaiiinonl oii
si

nous serons

(lemaiii; di'
il

là lait

mit ne sait toujours
1111

nous revenons en

Arjjonne on

celte fois ces!

|)oiir t'Alsace.

lenins sunerije, et je crois (luc les Arais

IVinds sont Unis.

y fc'rricr

iQiS.

.rarrive ce soir à
Il

(îlermont-en-Argonnc; nous revenons donc
le

c.xacle-

inenl où nous étions au début.
(pic la

pleut mais

temps

n'est

pas froid

et tout

s'annonce mieux

première

fois.

Aubrcnllc. 12 [cvncr if)ih.
il


à la
le

^'oici la

seconde campagne sérieusement commencée, mais
clief

y a

une

diiléreiice

énorme

lane connue sergent; d'autant plus, (pTétant

de sec-

lion, j'ai eu

somme
j'ai

le

rôle et i[uel(|ues avantages
3,'3

du lieutenant.

J'ai

relrouvé

la

gare d'Au-

breviile

011

été

embarcpié

septembre;
oi'i

c'est
l'ai

un symbole un peu
il

ironicpie, (pie de
la

reprendre
velle

la

guerre exactement an village

je

laissée

y a (|uatre mois. Mais
j'ai

nou-

manière

de se battre nie parait juscpiici très supérieure à celle (|ue
la

connue. A prés

sent (pi d

ne s'agit plus d'avancer à

baionnelle,

on

prend

la

])euie
il

de
v a

installer.

I-es

villages ont rallié (piebpies liabitants,
(pii

on re\oit

(|iieltpies l)oiili([ues,

même un mess
la

jiis(prici a

pu

i'onctionner et

nous

faire très agréat)l(Mneiit déjeuner.
il

Je ne connais à

septième compagnie (pinn sergent, mais
(!t
ji;

y a plusieurs

camarades avec
Le

(|ui lier

conversation,

r(!vois

l5on et

i

arcbitecte

(lastelin

|)res(pie (piand je veux.

travail

na

pas été dur
(pii est

cette semaine. Toujours des pi''régrinalions dans cette sinistre foret de l'Argonne,

niaint(Uiant dévastéi;.

I>a nioilii'

des artires sont faucbés par les obus et se terminent eu pa(piet
(pii

de

filasse ellllocbée, les

buissons sont incendiés, ce

subsiste est coupé jiour faire des abatis

ou des calianes. H
les creu\.
jiis(|u'ii

reste

une espèce de duvet galeux sur
à faire tracer

les collines, et

des marécages dans tous

Hier

j'ai

commencé

une route par

ma

section; d'autres en font autant,

ce (|ue les tronçons se rejoignent et periiietlenl d'aller

du
les

(piarlier général

aux pre-

mières trancliées. C'est une mule en abalis de rondins, jetée sur
(Hie

marais, avec un magnilivisite

pont

(Hii

a

re(;ii

l'approbation moti\ée
bi/.arn; à
:

dune

section
le

du génie, en

clie/

moi.

I*as

(rincidents, sauf

nue aventure
(''lablie
i.'i

Nampiois,

10.

Nous

travaillons à faire sauter la

forteresse allemande

le

10

b-

tout devait être aclievé. Les Allemands, jirévemis, arrêté notre ouvrage, mais
ipii a

ont

fait

une contre-mine

iiàlive (jui a bi(;n

détruit

une de

leurs tranchées à eux, sans doute avec force dégâts, car on a entendu des cris de leur côté.
11

semble qu'on prépare une trouée Vauquols-Boureuilles, en négligeant Monlfaucon. De
:

grands renforts se joignent au\ Garibaldiens

des coloniaux, bientôt des Anglais.

i5

février

iQiS.

Voici plusieurs jours de passés qui n'ont rien eu d'agréable; travaux
la

de nuit exclusivement, sous

pluie, dans les marais; je ne sais pas
c'est
fait.

comment
ces

j'ai fait

pour

conduire

et

ramener ma section, mais enfin

Le dernier de

voyages a été exé\ aufjuois.

cuté hier, car nous quittons

demain

la

région d'Aubreville pour aller sur

Ce dernier
silence se
fit

billet, tracé sur carte-lettre, arriva le
le la

20

février à Paris, puis le

pendant quatre ou cinq jours, mais

bruit d'une catastrophe se
famille et, à des regards

répandit on ne sait

comment dans
eût rien dit
le

Tenlouraf^e de

compatissants, à des gestes presque respectueux, à mille petits indices, celle-ci

devina sans qu'on

lui

malheur qui tombait sur

elle; bientôt

après
v en
|)ar

les lettres arrivèrent qui

ne laissèrent plus subsister aucun

doute,
lettre

sil

avait eu encore, lettre de Jean Sautler datée

du 30, longue
il

du 98

un sergent Cohen qui

était à côté

de

lui

quand

fut frappé, puis

un paquet

contenant ce qu'on avait
de notes, menus objets

ramassé sur

le

corps, lettres de la mère, carnets

d'utilité journalière,

porte-monnaie,

le

tout serré dans

un mouchoir, pauvres
de
la

reliques d'une courte vie employée

lotit entièi'e

au service
([iii

science et

du

pavs. Ainsi qu'il l'annonçait dans la dernière lettre

nous

soit

parvenue de

lui, sa

compagnie

avait été dirigée sur Vatiquois.
le

Le

Si'' régi-

ment

avait été désigné

pour essayer d'enlever

mercredi

1

y la forteresse

que

les

Allemands avaient construite dans ce

village. Les ofiiciers des

compagnies

et les

sergents avaient été rassemblés le mardi, et mis au courant du coup de

main

préparé; trois compagnies du deuxième bataillon, dont
troisième, furent choisies pour
rière,

la

septième, et une du

mener

l'attaque, les autres

demeurant
très

à l'ar-

en réserve. Les compagnies d'assaut avaient une lâche
la

dure, car

avant d'atteindre

ligne
il

ennemie

elles

devraient escalader une pente assez
les pertes seraient lourdes.

abruple sous

le

feu, et

était évident
le

que

Au

sortir

de cette réunion, en rejoignant
Sautter qu'il n'avait
j)as

cantonnement, Jean Maspero, ayant rencontré
les

vu depuis plusieurs jours,
d'après-midi, dans
la

deux amis

se

prome-

nèrent, par une belle
Ils

fin

rue du village pleine de soldats.

causèrent un peu de tout et enfin de cotte mort que Jean sentait venir

certaine; mais c'était avec
l'attendait.
la

une vaillance
ils
ils

et

une sérénité d'esprit complètes

qu'il

Après

le

dîner,

se revirent

encore au mess des sous-olTiciers de
la

septième compagnie, et

burent du Champagne gaiement à

bonne chance

les

uns des autres, puis
le

ils

se dirent

adieu dans une dei-nière poignée de main.

Le départ pour

front

même

eut lieu à minuit, et une marche de dix kilomètres

à travers la forêt

mena

la

troii[)e

près des positions de

combat assignées,

la

septième compagnie au [ued
(]ues

même

de Vauquois'''.

Il

y eut là

une halte de quel-

heures consacrée au repos avant Taclion, mais .lean Maspero, ne pouvant
il

dormir, écrivit fjuelquos lettres d'adieu à dos amis, puis
le

traça au crayon sur

dos

dune

feuille

de papier

(|ui

contenait déjà des renseignements d'ordre

militaire, trois strophes ins[)irées bien cerlainoment par sa conversation de Ta[)rès-midl
:

Jo suis seul

s.iiis

iloulc à fuir !c soniiin'il

Duns

co fossi' uKiruf où jilus d'un est mort,

la

nuit
(|ui

(|ui

toniLo en son rùvc cndorl

Ceux
L'un

ne

uioiirroiil (jUiui procliiiMi soleil.

iual{jré les pliuirs, i"au(re

pour

la

joie,
:

Tous anncnt leur
Ils

vie et {jardeul l'espoir
le

doriuenl pouiianl tandis (|ue
le sort cpn'

soir

Prépare
]']|

Dn'u leur envoie.
ai

moi ipn lonjjleuips

\oulu

mcjui-ir,

Qui n'espérais plus niou
.l'ai

lioniieur

du monde,

senti

moi seul

celte

horreur profondi'
ils

(Jui crispe

nos corps (pinnd

vont

finir.

Le matin du 17
de sa section.
avait
ses

février le vit à son poste d'attente

dans

la

tranchée, en tète
il

Bien (ju'd n'eût rejoint que depuis deux semaines à peine,
la

su

conquérir en ce peu de temps
et
la

confiance ou l'affection

de

tous

hommes,
et

sa

vaillance

leur

avait

souvent rendu aux heures pénibles
fut

l'énerjjie

volonté

nécessaires.

Ce

d'abord une canonnade
la

violente

coupée d'instant on instant par l'éclatement des mines, puis
trois
fois

Marseillaise

ré[iétée
la

donna

le

signal de l'assaut.

En

ce

moment,
les

et

avant

même

de sortir de eux
la

tranchée, Jean Maspero voyant

([U(!

hommes,

sentant sur

mitraille,
(|ui

jtaraissaient hésiter légèrement, se retourna vers le sergent
était à
il

René Cohen,
vient à nous
59.

ses côtés,
finissait
:

et

lui

dit
il

:

frC'est la plus belle
fut atteint

mort qui

Comme
llux

de parler,

d'une balle en plein

visage et s'écroula foudroyé

la

section, lancée en avant, passa près

du

corjis,

mais, dans

le

et le

reflux

du combat, personne ne s'occupa de
le

ce qu'il

devenait. Le lendemain seulement, vers midi, ses camarades

relevèrent.
les

Le

sergent Cohen recueillit pieusement tous
et les

les objets (juil avait
la

dans

poches

envoya à

la

famille, puis on

le

déposa à

hâte avec trois sous-olliciers,

'"

LeUrc dc<Jean Sauller du 20

février.

dont

le

sergent llanne, clans une fosse creusée presque au bas de
la

la

côte de

Vauquois, près de

ferme de

la Gip;alerio,

au milieu de tant de camarades

tombés dans
trois

cette furieuse alTaire'".

Une
feu

croix portant son

nom

et ceux

des

autres

marqua

le

site,

mais

lo

de rartillerie prussienne, incessant
et

dans cet endroit, eut
l'endroit précis
il

vite fait

de la détruire,
11

rien no

marque plus aujourd'hui
des braves qui ont

repose.

est là

perdu dans

la foule

donné leur sang au pays.
Le sentiment de
promis au début,
et

tristesse causé

par cette

fin

tragique d'une

vie

qui avait tant

qui commençait déjà à tenir plus que ses promesses, fut proet

fond à Paris et en Angleterre où son père

lui

ne comptaient que des amis.

Par une ironie singulière du

sort, les trois strophes qu'il avait écrites

dans

la

tranchée quelques heures à peine avant sa mort firent plus pour répandre son

nom

dans

le

public que n'avaient pu faire sept années de labeur dans
elles

le

monde

savant.

Communiquées au Figaro,

furent reproduites

immédiatement par

d'autres journaux de Paris, de la province et de l'étranger, puis insérées dans

un

recueil

de vers destiné à être vendu au profit des blessés de la guerre.

Toutefois, rémotion ne fut nulle part aussi grande que dans cette Egypte où
les huit

années

les

meilleures de sa courte existence s'étaient écoulées. passa sur
les

Un

véri-

table

souille

de consternation

colonies européennes

du Caire
cette dou-

et sur les

milieux indigènes qui l'avaient connu.
lui

On

pleura en

lui

ceur qui

avait
si

valu l'amitié de tous,

son obligeance, sa bonté discrète,

cette science

sûre qu'il mettait autant de soin à dissimuler que d'autres à
le

étaler

bruyamment

peu

qu'ils savaient, et les Frères

de

la

Doctrine chrétien-

ne, reconnaissants de la bonne grâce avec laquelle

il

avait consenti à entrer
le

dans

le

jury d'examen au collège du Khoronfich, célébrèrent
,

aS mars, dans

leur chapelle

un

service funèbre où tout ce qu'il avait eu d'amis au Caire assista

ministre et consul de France en tète. Le Père
allocution
et

Emmanuel Ozanne
il

y

prononça une

émue où

les qualités

du savant

et

de l'homme privé étaient rappelées,
était réservé à l'un

jamais éloge ne parut mieux mérité. Mais

de ceux qui,

l'ayant eu

pour camarade

lors([u'ils étaient petits,

ne l'avaient point perdu de vue

parla suite, André Germain, de révéler aux

lettrés qu'il n'y avait pas

seulement
pas
plus

en Jean Maspero un savant épris de sa science. «Pour parler de
ffun
ï'

lui, n'ai-je
le

droit

que confèrent des impressions d'enfance gardées au coin

frais

de

la

mémoire? Alors,

je jouais

souvent avec

lui. je

connus à l'aurore
et

'"

Lettres

du sergent Cohen en date du 26
le 2

février et de Jean
la

SauUer en dnie du qo

du a3.

Le sergent Cohen, hlessé

mars, au cours de

seconde affaire de Vauquois, mourut une semaine

plus lard des suites de sa hlessure.

X.VXIII

«de

sa coiirto journée ce sourire large el
et

bon qui

fut le

premier

reflet

de son
le

rrâme

un don fraternel La
vie

à ses

oompag-nons. Bien des anne'es après, je

re-

rlroiivai.

avait |)assé.
la

Elle n'avait rien louché en lui, elle avait épaet

«noui

sa

candeur jusqu'à
tant de

noblesse

sa

franchise jusqu'à la |;ravilé. Mais,
lui

"au contact de
rcrellet

laideurs insoupçonnées, sa joie qui

venait d'un

intérieur et des pures espérances posées [)armi les siens, sa joie s'était
11

«ternie.

s'attristait

de

la platitude et
il

de

la

sécheresse qu'il avait rencontrées

«parmi
rret

ses

contemporains,

exhalait

la

plainte d'un être que son

époque étonne

meurtrit. El les questions éternelles pesaient cruellement à celte nature trop «loyale et trop averlic pour les résoudre sommairement, mais trop élevée pour

«se débarrasser des immortelles ambitions. N'est-ce pas décrire la nuance de sa «mélancolie que de le dire religieux dans ce sens profond et tourmenté qui «consiste à interroger patiemment la destinée et, malgré les doutes, à préparer

«son âme?

Ame

secrète el rei)liée, mais qui n'habilait pas toul entière
illustre

la

cellule

«de science qu'un

atavisme

lui

avait otlerle et qui, à coté des travaux
lui

«visibles, s'était réservé

un idéal jardin. La plupart ne voyaient en
les

qu'un

«jeune historien penché sur
«il ouvrit ses

manuscrits des temps byzantins; à quelques-uns
délicate au delà de laquelle erraient ses

poèmes comme une porte
soir

«songes.

Un

au Caire

il

me

les lut. Ils étaient

étrangement pareils
el

à la

dou-

pur sous les banffdeaux, à un c(eur que contient sa pudeur et qui pourtant laisse deviner sa rr tendresse. Ressentis avec profondeur, écrits avec transparence, ils me paru«rent mériter à leur auteur
«émues'".;)
11

«ceur d'une aïeule en son printemps,

à

un visage calme

le

beau

nom devant

lequel

hésitent les

lèvres

élait

de ceux qui, plutôt que de laisser entendre aux indifférents

ce qui chante dans leur

âme, préfèrent risquer de mourir avec

toute leur

musique

en eux.

Un
c'est

dernier devoir reste à remplir aux siens
a été

comme

à

ceux qui

l'ont

aimé,

de réunir en corps ce qui

publié déjà de son œuvre dispersée, d'ache-

ver d'ai)rès sa rédaction ce qu'il avait

que la balle interrompu brusquement, enfin de choisir parmi ses innombrables manuscrits en tout genre, philologie, histoire, vers, romans, ce (|ui peut

commencé

à mellre au jour et

du 17

février a

être livré au public. M. Uaussoullier el

moi nous avons terminé l'impression de

ce

tome troisième des Papi/nis

bi/zmitius, et d'autres

volumes suivront bientôt
à

celui-là.
lui

Tâche

triste

pour un vieillard qui s'attendait plutôt

ce

que son

fils

rendît ce dernier devoir. Notre deuil s'adoucit pourtant el se rassérène

si

("

Le Double bouqwt

,

l 'rose cl

vers

,

/i"

aiiiK-c,

ti"

/i

,

avril

1915,

p.

189-190.

nous pensons que

la

mort de Jean Maspero a pu

être utile

au pays, qui, après
tout sacri-

avoir souri à sa naissance et à ses premiers succès, lui a
fier

demandé de

pour

lui.

Cette courte notice ne serait pas complète
exacte que
j'ai

si

je n'y joignais l'indication, aussi

pu

l'établir,

des livres indépendants publiés par Jean Maspero

ou des

articles qu'il inséra

dans des llernrs de France ou de l'étranger.

A.

LIVRES INDÉPENDANTS.
in-/i°,

Papyrus

Ijrccs (Vépo(jHe byzantine,

Caire, 3 vol.,

igio-iQiB, dans

le

Catalo(ruc {fcnéral

du Musée égyptien du

Caire.

Orp-anùaiion miliUiiro de l'Egypte byzantine (forme le 201'' fascicule de la
Bibliotheijue de l'Ecole des Hautes Etudes, Sciences historiques et plnlologujites^, in-8°,

Paris,

1915.
la <>éo[jraphie la

Matériaux pour servir à

de l'Egypte (en collaboration avec Gaston
les

WiET, forme
de

le

tome XXXVI de

collection des Mémoires publiés par

membres

l'Institut français

d'Archéologie orientale du Caire^, T" série, 1" fascicule, in-/i",

191/1.
B.

ARTICLES DE REVUES.

(Tous
tira[jc à

CPiix (le ces articles
pai'l

qui ne sont pas de simples comptes rendus délivres, ont eu un

variant de 2 5 à

100 exemplaires.)

Bracelets-amulettes d'époijue byzantine (extrait des Annales du Service des Antiquités,
t.

IX,

p.

2/16-308), in-8°, Caire, 1908.

Inscriptions romaines à

Abou-Dourouah

(^Nubie^ yibid.

,

t.

IX,

j).

nCy-^yo),

in-8",

Caire, 1908.
Notes épigraphiques (extrait du Bulletin de F Institut français d'Archéologie orientale,
t.

VI, p. /iB-Ziy),
les

in-Zi",

Caire, 1908.
I

Eludes sur
t.

papyrus
'\n-h°,

d' Aphrodite), §

(^ibid.,
1

t.

VI, p. y 0-1 20), S II-V {ibid.,

VII, p.

97-1 59),

Caire,

1

Théodore de P/«7cP (extrait de la

908-1 9 Bévue de

0.
t.

l'Histoire des Beligions.

LIX,

p.

299-

817),

in-8'',

Paris,

1909.
du .w'
VII, p.
siècle
1

Deux
français

vases

de bronze arabes
t.

(extrait

du Bulletin de

l'Institut

d' Archéologie orientale ,

78-1 7^), in-/r, Caire, 1910.

Le
p.
1

roi .]fcrcinr à

Tâfah (extrait des Annales

dti

Service des Anitquilés,

t.

X,

y-oo), in-8", Can'C, 1910.
objets

Sur quelques
Caire,
1

copies

du Musée du Caire

(^ibid.,

t.

X,

p.

lyS-iyG),

iu-8°,

<)

I

0.

Un diplôme
Caire, 1910.

arabe-chn'lieii du

.\iii'

siècle

[ibid.,

t.

XI, p.

177-185),

in-8"',

Un papyrus
t.

lillvraire d'

À(lpo^m]i Kwp)

(extrait de la Byzantin isclie /eitschrijt,

MX,
la

p.

i-G), ia-8°, Munich, 1910.
l'oueraire de (jiiiBicLL,
t.

Compte rendu de
(dans

Excavations at Saqqara,

1907-1908
1910.
stkle, d'a-

Revue Cr/z/^^r, Nouvelle Série,

LXX,

j).

277-280),

in-8", Paris,
\

Compte rendu de F. Aussaresses,
près
le

L'<//'»(a'

byzantine à la fin du

i'

Stratej>;ieon
t.

de tempereur Maurice (dans le Journal des Sara)ils. Nouvelle

Série,

VJ II, p. 1.^11-1^2), in-i°, Paris,

1910.
l'Institut français d'Archi'olo(rie

Les Papyrus Beaupré (extrait du Bulletin de
tale,
t.

orien-

X,

p.

131-107),

in-/i",

Caire, 1911.
t.

Un
p.

dernier poète (rrec d'Egypte (extrait de la llevue des Eludes irrecipu^s,

XXIV,

/126-A81), in-8'\ Paris, 1911-

Compte rendu de
Nouvelle Série,
t.

l'ouvrafre de Mahtin',

Les

épistratè(>es

(dans

la Biecue Critique,

LXXII,

p.

36 -3 ^12),
1

in-8°, Paris,

1911.
bijzantinischen
t.

Compte rendu de Matthias

Gi;i.zi;ii,

Studicn

zur

Vcrivaltunp;

/E(çqptens (dans la Journal des Savants , Nouvelle Série,

IX, p. 180-186), in-A",

Paris, 1911/.(
titre

d'Apelhln
p.

dans Jean de Nikiou
^'^''^'

(extrait

de

la

Bévue de

Pliilolo<rir,

l.XXXVIl,

15-17). in-8°,

^'.)''-

Compte rendu des Pupiri
t.

délia Soeietà

ilaliana

(dans

la 7?er/(c de

Pliiloloirie,

XXXVII,

p.

215-217),
Fit.

in-8", Paris,

1911.

Compte rendu de
loo-ie,
t.

Pukisioke, Papijri Strassburp;enscs (dans la Bevuc de Philoin-8", Paris,
Fii.

XXXVII,

p.

217-218),
de

1911.
Urkunden des
t.

Compte rendu de
schcn

/\;i/rrfl/jr

Piuusir.KE, Oviechische

yEgi/ptip.
1

Muséums zu Kairo (dans

la

Bévue Critique, Nouvelle Série,

LXXII,

G8-

1G9), in-8", Paris, 1912.

Compte rendu de l'ouvrage de P. Jouguet, La
(danslay^ei'ucCnVùyxp, NouvelleSérie,
t.

vie

municipale dans

l'

Eguplc romaine

LXXlI,p. 3/i2-365),
la

in-8", Paris, 191 1.

Compte rendu de Bell,
t.

ihc

Aphrodild papy ri (dans

Revue des Eludes grecques,

XXV,

p.

21 5-2

2

3), in-8", Paris, 1912.

*l>oiSepdTOi et fjTpctriWTOCi dans Farmée byzantine (extrait de la Byzantinische
Zeitscitrift,
t.

XXI.

p.

97-109),

in-8",

Munich, 1912.

Compte

i-oidu de l'ouvraue de

Quibell, Excavations al Safjfjara
l.

,

i

908-1 (jog
p.

ol

1909-1910 (dans
i!i-8°,

la

Revue Craùjue, Nouvelle Série,

LXXIV,

5>o8-2io),

Paris,

1912.
les

Comptes rendus de Lesquier, Les Institutions militaires de l'Ein/pIc sous
des,-e\.
et

Lap-i-

Papyrus grecs publiés sous

la direction de Piehri:

Jouguet,

t.

ll,fasc. ii-iv,
Griechisclie

des /E[rijplische
t.

Urhmden
fasc.
xi-xii

aus den Koniglichen Museen :u Berlin,

Urkunden,
p.

IV,

(dans

la

Bévue

Crititjue,

Nouvelle Série, L LXXIV,

385-388),
Bapport sur

in-8°, Paris,
les fouilles

1919.
()

entreprises

B a ouït [dans
p.

les

Comptes rendus de l'Acadé-

mie des Inscriptions

et

Belles-Lettres,

HorapoUon

et

la

fin

287-301), in-8°, Paris, 1913. du paganisme égyptien (extrait du Bulletin de tinsdtut
1913,
1

français d'Archéologie orientale, L XI, p.

03-196),

in-/i".

Caire, 191
in
t.

'i-

Compte )Tndu de Heisenberg-Wenoeu, Byzantinische Papy ri
Staatshibliolhek :u Miinchcn
2

der K. Ilof- und

[dans
A.

\n By.anlinische Zcilschrift

,

XXllI,

p. if^f)-

3o), in-8'\ Munich, 191

Grœco- Arabica, SI (extrait du Bulletin de l Institut français d'Archéologie orientale,
t.

XI,

|).

1

55-161),

SU

[ilnd.,

t.

XII, p. /i3-5i), m-U". Caire, 191/1-1915.

Sur auehnies
trait

inscriptions grecrpies provenant

du grand temple de Dcnderah (ex-

du Berueit

de travaua-,

t.

XXXVII,

p.

93-91)), in-h°, Paris, 1915.

A

propos d'un bas-relief copte du Musée du Caire [ibid., p. 97- 107), in-6",

Paris,

1915.

Comptes rendus de Cantabelu,
Tcodosio
I"

La

Série dei prefetti di Egitto,

lU

.

dalla morte di
et

alla compiista

araba ; de Mabestaing, Les écritures égyptiennes
t.

l'Anti-

quité classitpie: de Usener, Kleine Schriften,

111

(dans

]i\

Becue des Etudes grec1

ques,

t.

XXVlll,

p.

62-65, 76,

1

01-102),

in-8°, Paris,
fasc.

9
i

i

5.
11

Compte rendu de Kalbfleiscii, Papyri Jandanœ,
Critique, Nouvelle Série,
t.

et

(dans

la

Bévue

LXXX,

p.

5

0-62), in-8°, Paris. mjiS.

Les f[ualre derniers numéros de celte
et j'ai

liste

ont paru après la mort de Tauteur,
d'autres livres, prêts ou peu

entre les mains d'autres articles et

même

s'en faut

pour l'impression, qui seront remis aux typographes dès que l'appari-

tion

du présent volume m'aura permis de m'occupor d'eux.
Paris, le 2

novembre 1916.
G. Masi'euo.

CATALOGUE GÉNÉRAL
DES

ANTIQUITÉS ÉGYPTIENNES
DU MUSÉE DU CAIRE
-5«<-

PAPYRUS GRECS D'ÉPOQUE BYZANTINE.
[67140J.

Recensement des

propriétés foncières

G m. 2()o mill., iarg. o m.
Jai publié au tomo

981

mill.

du comte Ammônios.
Aphrodilô.

— Long.
de ce
ici le

II

du prûsent ouvrage un commencpiucnt de copie
t"l6

1res hùlif

papyrus,
li'xte

fait

en 190'). Le document perdu ayant
et corrigé, très difTérent

retrouvé, j'en donne

complet

de ce

qu'il

semblait être d'après les notes que

j'avais seules alors entre les

mains.
(col. III), sont divisées

Les terres,
cultures

ici

comme au

n"

Cycoy

en catégories d'après

les

:

cliamps labourés, jardins, vignobles, marais, forêts (de palmiers). Le
de celte notice

libellé type
(1.

me
le

paraît <levoir se traduire de la manière suivante

:

3) (/Irourcs connurs) sous
Papnoate
le

nom

de Psaios Jlls de Plier, acquiscs(^1) des héritiers de
:

médecin

,

njfcrmées à Apollôs, cullivatenr (^oa colon)
cf.

terre arable, ijli d'aroure.
>iaXov[j.évas

Pour

le

sens de la formule ôri(fzaTos) "^aiov etc.,

les

àpovpai

"Eapa-

7zâ(X(,jvoi

du

n"

Gy

1

1

3

,

1.

().

Cursive ordinaire.
r]»'«|CTj a]/2o[up'x)f TÔ] fAeyaAo7r/3[£7r) xofxejros AfXjxwv'[ô]
-nT/20f

[•|'

a

xw^SikI^ \wy.vvb ùXoyil

(Tyo'k\_^

kj x\rivanopos

3

ovoj "^^ai^ô]
ta.'çpo\

<I>);/2

cli:\o

{\kSo\j xX( n(ï[7ri'5]Te(?)
ys.f-t>p\

V

'v\

ATTOÀAa'v

t^}
j

h

d'

!,

oyo) K\vpoi\i Upœu\^cc\wT05 Z ilpo\v Uxpy.s y£\ œpj]

crû} \-

v
le
i'.

7Ta.pixSJ

h

L,y

Ligne 2. La ligne d'abréviation de xo^-uxj a laissé une trace avant
tuer xcûSixUov) plutôt que
et censilor, cf. n"'
xa)(Jix(a).
1.

EXXoy((f/a)TaTou).
1
1

Gyog^,
;

r.,

A

1 ,

67

7,

1.

1

A
;

Ligne 3.

0i'o(u.a7os)


:

«tto £x&X(>;s) xX(>;poi'Of/(i)j')
cf.

— Sur G7 — —
,

H

faut

donc

resti-

Jean, scholastique

et

1

18,

1.

3o-3

1

W7r(o)

;

yerop(jov).
1.

AttoX•

}.w pour AttoXXîutoc
2l7ro(p(^-trjs yrisj

plus bas,

1.

y, ïlpconacov,

et n°

67282,

3

:

Epfxauwr.

(apovpixij (TSTapTOv).
cf.

Ligne à.
Calai,

ITapas
ri°

:

b;

nom

llapad^)

l\

X Index

du tome IL

Wapa^i^nso^j).
J

du Musée,

G7371J.

2

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
5

67140]

ôvôj îivo-apiwvos zip[(t}]TOWii.rno[v

v]

laxyêiv

(7o\vpov]TOS

n[/50fJi.]aaiT)

yewpj

'y'Ttj

H

«

i,

va[^]/

.(

yewpj

t^j

h ^ <]' h '0' h£ h
?;

napa'^]

h

/,

Movcrajô yswpl
V II/owfAaa'}' ï(Taxf[ou]
10

^t^}
a-kf,

afXTreX/

ha
L,

TOTTj K£|U.);»p£&)? V i(A>oivv7![v'\
ôïïô[)]

MouCTatô

ysoi^pj

o-n<,

i:ctpa.hj\-

Ky/sas Il/swfxawTO^ y

iai[ain']î;î'

Movratô
on) h'Cl
nctpaSI
0^^/ f-

yswpl
ovci}
oi'o,*

h

ijl

A[o]uxav5
ia'[ai'jr5
}_

\\ai,\prjix(iivos tott) Iltafx-jX^
]

rru}

h
h
a

)'

a

.

[

«otTax"/ e{/2J/a[j] aS£'k(pj

Tvv
li

y£Wpys an

hO
h

'}{

J^

fx L,

<t-^<

'^

L,

-napa^l

h

'^

L,

" TTTj

vt) L, y

O/2/

[ha]

(x\\xn:\ù~\

h

nocpa'^j

h

[ç-] L,

d'

i5

V'7--'^

'^•f[---]
Las de
la

'/.py^^^l

'"''yW^
:

Au

page,

ajiiès

un

large iulervalle vidle

T07r[)
[
J

]

xiô (?) [A7i\oX'kfjLn'Os Z

\

]

a-n) f- ly d'

f^evSpj \- s

ay

[

/_p'j~\o-i}(j

V

(3

xj tO

l'ius bas,

après un nouveau vide, quelques lettres restant de deux lignes, d'une autre main.

fjijne S.

ASsa-ni^oTou)

:

un champ

laissé sans propriétaire (à

Yanopov

tj/s xiifi);?), et
il

attribué d'ollice à

Ammùnios

(?).

Le second mot m'est resté indécliilïrable;

ne

serait pas impossible de lire (^£TaX(Xoty»;s) t(ou),

ou

ixeTa-ml^uaeeos).
r.

— Sur

la xwfx»?

de MovexOtj, Mova)(6tj, ou QiiovsxO'i,
/j^«('
1

cf.

n"

Gya/iS,

(15),

1.

1/1.

a.

Cf. le lieu dit
yrisj.

Uia

.MsX

dans P. Lond. IV (index h

(b), s. v.

Uiaz MjjXî).

QpUiiTiSos
fjljiic

1,3.

Lecture à peu près certaine

:

mais

lo texte

semble

inintelligible.

liiBL.

:

Journal d'entrée du Musée, n° /to883.

[67169'''^].

— Début du papyrus ouvrage 67169. 1" fragment — fragment m. m. 286 — fragment ment m. i65 — m. 190
Vente de terrain.
sous
le

publié au tome
long.

II

du présent
niill., larg.

n"

:

m.

fî.Go

mill.;

9^

:

long, o

160
:

mill.;

3" fragmill.,

:

long.

mill.;

6''

long.

m. oSG

larg.

mill.

Antinoé.

Date

:

1

1

février

669.

PAPYUUS BYZANTINS.
iLcriturc ilo Dioscore.

3

[07109"']
ûlat; le dernier se raccorde

Quatre fragnicnls, on mauvais

exactemenl au n" Gy i6(j.

y.n
\OVO-TIVOV t[0U

II

aiWlO^V OiVyo\v(nd CLVZOXp(x\70pO? STOVS T£T[a/5T0u],

fJ-^X^ip £7rTax[aj'5£xaT?/] S£yj[epOL5 iv^^W Ei' AJi'tm'OÔ -woÀst t>/ \(x[j.\jvp |J
"l"

*I>Àa'ji'w \\iKzop\i TCii

X^aaTcprJ^ycLTw xai^ X[o]y(WTa7ai, uiai tô
rr])^(
«I)|

5

Xy-ixTipoTarà xai <T\o^WTa7Ô

oj]S'[afXfjL]'j'i'os

tou uio tov

7>/>

fjL£yaAû7r/5£7rous ix:n}ai]î ©a'fxa (x[ofx]£TO>, ^'£o[u]x.oui'Tt £7rt rauT);?)
(tj/j

xaAXiTToXiw»

Ai'TJfOfia'i',

-ûra/?

cfxou) Aup)/Xto(u)?

M£X|i]o[î vios \ai^ay[vov, ex] ai]j\pC5 As^oyjtas, 'zsa.povrrv? avjv?
x^ai (Jvvx\iv[o\yfT7)s
10

xcli (T[v]v7r£f()ofx[£]rj;?
[£j'Jj/v''-f',fA£rî/>
(j'j

tw

-aoLprjVTi winaxrx'

yp<x'xix'x^]^ii,w

,

a[fxa] ts

[ar]arΣj(^ofjL£)');s) t);v (^watra?')

yvwtiijv (xat «{[tJto') «at 'i;T|Coa{[p]£T{v

(>£*«

açn^aXEiar) xai

(Sfié'atw^o'M']

TOV (^apoa.^vyvOsvTOf^ [ut]ou

at/T>;[s IM£X]fô £7r{ •nracri rois

e^ys fhjXôix)

op.oAoyy}^XTi (te xai (Ty[v'^0\y}a\am) [ev
ciixçicli

t)/ TLr]a[/20u<T]a £)/[)'p]ai^[«] ûT[paa-£(]

avT);j xai a[iiTô] jcjiv^^"<w [jfat] x?o[/3]w \xat TJtp/fxaT* 7>;s £^ [a]fjn^[o*î;]

i5

zsxvToiixï x'JTMv vnof7Ta.[rT£oo^5 y[£v\ixw[s xat] ïSixM?, £V£yJv'\pQ

[Xoyw]

xat vnoOvxv^ ^ixaiu^
7npo£ipri\x) }i\£Mov

,

xaOaiVcp £x

^t[x]);?,

xai o(xo\'Xo~\yQav?

[t~\ov

tov tvv ti^tCTTWTa XXI fx[£\yiajyv a[(pt]xovTa

IJjpie 3.
II,
]).

AsuTspas

:

une singulière m'-gligcnce

a introduit plus

bas

la

faute Tpirijs

(tome

137,

1.

!>()).

Liffic 5.

Lire o-xo^^otcrrtKov)
cf.

:

cf.

n"
1.

G^ooa,
6,

II,

1.

2, et P.

Mon. 6,
7,

1.

8/1. Sin- l'avocat

Phoibammôn,
-atptSXeinou
I.i'pics

n" (J7 2C)fj,

et P. Strasb.

60,

1.

il

faut restituer

;<«(

iivr^iris

0w[f/]a

x[o(.t£T_(,

7]£ot/x[o]i'i'T( etc.

G

et srij.

Ici

comme

ailleurs, je rappelle c[ue les
le scribe.

mots imprimés entre parenthèses
eixov a été
la

sont ceux

(|ui

ont été barrés par

La formule irap

remplacée par
la

rcm[)loi du nominatif. Plus bas, le notaire a cliercbé à alléger

phrase par
cf.

sup1.

pression de (piebiues répétitions inulib's.
IÀ[riie

— Sur
le n"

le

comte
1
i

Thomas,
,

n" ()73'.!0,

1.

lâ.

EJ

a^(pQiv

:

la

comparaison avec

678

1.

1

/i

,

rend celte lecture à

peu près certaine.
Linnc
1

G.
1

O^iofXolyôar;? est douteux. C'est de ce
9.

mol

(pie

dépendrait

Trapoca-xsvixaat à la

ligne

Toute
:

celle

phrase est mal construite,

et c'est à tort ([ue le

nom

de Melios

V est introduit
le

Leontia veut dire que, de concert avec son fds aîné, elle a décidé
:

cadet à souscrire au contrat
la

c'est elle

qui le représente, car

il

est

apparemment

trop jeune pour assister à
f.irrne

vente.

1-7.

A(^txot'Tcx
actif.

:

le

Tliexdiinis

dTIonri Ksiienne

cite

plusieurs exemples de
la

cet

aoriste

On

pourrait

compléter en

a.ǻjxovTa,

mais

lacune semble trop

courte.

4
[67169'''']

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
v'kinioLv , Ka.1

Teojpyiov tov olvtov op.oyvvo-iov (xhX<pov,{s,(p) \o{v)v\ aoi£n\(xi\
(a)s

Tou? Aoyous (xtiovid
Qo

-aapovrqi,, 'moi.poi.T}i£vacra[i\

ayjov

g-T£\p^çcti

xai

ejXjU.£(i'a( tj;

TSapava/x e[y]y|3a(^« Siairpao-ei Si'))V£x[w5^ a7ra/3a[ê'aT«w>]
.
.

Tw

W/2ocT)7fxar0£rTJ auT>;[s] x[ivSvv\(f.i, a(p[

.

]

tô fi£[t]^o[ro?

.

.

.

2' fragmetit.

[
[

JvT^V 7-'^[']-^^
0(xoXoyov^ev
);fxets] 01

^^'

î^?v[Tt]

'apoy£yp[a.]^aevoi M[e]X<[oï]
....as
e;^ [fji]7;T/9o[s] 11 ï

35

[ujo» Iwaî'î'ou xai
[

AeovTia ^vyciivp Btx]T[o]|00?,

a^(pox£poi op\iwii.£voi avro xwjp/s Ma[}'^]wXwi'
<5e

Mt/3?;

t5

E/?[fx5]

[ttoXitô vo^ov, TSOiov^£vot

T0U5 Xojyôî

u7r£/3 Tiî eauT^^'j'
j

«at

V7î'[£p]

[tou 'apo£tpy]^£vov airovTo; T£œpl^yid, avTaiv vïov
\^ia.

a^£\(pj MtAtô,
);to{

Tavjyjv

t);i'

£yypoi.Ç>ov ofj.o'Xoyia.v t);î

aJT^aXeias
;<a{

'apa.asϔ,

3o

[);î'7r£/3

£0£jX£0a (TKOTiw Stxaiv H} xoih} •W{o-T]£t

afitrai'oj/TW xaj

afX£Taé'Aj;[T(W (SovAî/TflJt xaOctpoi. rs 'apoOecrei xoli avv£i'hi(7£i opOi]
Ti] Siavoict,

avev

trrai'TO?

Solov

xoli

(po^g\v\ >£[aj] |Sjai ;ia( avxyxfis xai a7raT);[?]
vofjt.o'j?,

xai

-zrraTJ/?

avvoLpirayvs t£ xat zs£piypa(pi]s «[axja
(T£€oLr7[i.i.ov

aaa t£ £7rofxvu(X£[î'C(j]
avTOxpa.[Toposj,

TOV B-£iov xai
35
î/fxo)}'

opxrjv xai

TVV

viX-Vy XOLI SiapLorn^' TÔ )'aXî;[î'OT)]

S£mroTov <I>Aaûjou lotiTTtvou tou atwrjou
rroi ra» •CT/?[o]£i/2r?ju.)

avyovmô

a£7Tpax£V(xi

XoL^-npo-voLTW hixropi xai xxT(xy£ypa(^\£vai^

xoLi aa.pax£y_(t}p7)X£V(xi

x[a]t ^£xx^£')(^wpr)x£va.[^i x]a( 'aoi.p(xS£Si>}X£vai aoi,
eçr;?

aii°

Tou vvv

£77»

TOV [a]£J

aTravTa xa[t] çt/3[o]£Xav[ï'oi'Ta

;(^|20voi']

^ta trraj'TO? £«? [to] 'ny[a]vT£X£[s], i?Ar;[/2]£(T[T]a[TW znavii S£aTï07£ia5\

Ligne 18.
EiaOoLi

Ou noiEnai

etc..

:

au

nom
:

(iu([uel elle
cf.

prend
7,
1.

la

parole. L'expression -aoi[Ilist.
. .

Tovs loyovs est bien connue
:

P.

Mon.

11-12; Evagrius
vnsp te
eolutov
.

ceci,
virsp

II,

h)

TSapoL

Eu<7eêiou.

.

.

-aoiovfievov tous loyovs

xoci

<î>'ka€tavov TOV ysvo^si'ou eTTtaxonov

etc.-—-Ou a dû

être corrigé sur ov,
e(p (or)

de

même

qu'à

la

ligne suivante, on a
le

fait

«ttoitos de aTrovTa. La préposition
:

ayant été

barrée,
il

notaire lui a substitué un simple génitif

on

atleiulrait vTzep ov. D'ailleurs

est possible

que vnsp

ait

été écrit entre les lignes,

quoique

l'on

n'en dislingue

actuellement aucune trace.
Ligne iQ. UapxcTHeuaaai
•srapa(7K£ua^£(r,
cf.
:

on discerne peut-être un vestige de
v.,
1.

Vt.

Sur

ce sens de

G7089,

aG-ay,

et P.

Mon.

7,

1.

79. AuTor se rapporte

à Georges,

le fils

absent.
les

Ligne 22.
Ligne 28.

La lacune entre

deux fragments ne doit guère dépasser une ligne.

Lire avTyjs vtov, ou effacer le
I^XOTTO)]
Sixati-jj
:

mot MeXjou.
:

Lwne 3o.
Ligne 33.
(cf.
n"'

xai kolXv zsiinei

cf.

670(18,

1.

8.

UsptypaCptjs

ligature

du

<p et
1.

de
1

l'i;,

caracléristi([ue

de l'écriture de Dioscore

G700Q,

I,

1.

A, G7Q7C),
1

9

etc.).

Ligne 3q. Cf. P. Mon.

2

,

1.

11.

PAPVnUS BYZANTINS.
ko
<îixa{[a>] x[oLi]

5
[671G9'"]

xolXv «[tJcrTsi

x[oLi tTracr);

t^ovTta xa( xaTO^v «a' xupoT);T»],

[ai'v<î/50i' ovicrar,

xiOoLpcLi aizopi^i^i yij;, SioLxeiiJ.evm'

£7î-t

tj;s a:;T)/>]

[xwfA)/s Mot.yS(A)Aoov Mt/3)/

tov EpjxoTroÀtTOu vofxou, sv Tpiai TOT^oOsmais]
3' fragmcnl.

65

[ti-

T)/]

-piT);

TOTirjQsaicc

afXfx[aT]a

-rrrirTS

a[

«]T[>;ft]aTa

....

[

£i(jiy,
I

Tvs oXoxXvpov xai TSpCLOsimjs vixiv apovpys
{<tt7)0ôs sTTt<Tj[av\TO?)

ctii

e^vxovja.

[T£<7(7ja/3wr

a.\t.u.a.TrjLW

01 §£

yenoves twv auTwv -asvTC
stti

[afiJfiaTa'v xa-cc Ta? <xy poy £iTv[ias] SvV[ov\vjat ôtcos-

aev votô Svf^o-

[ay]oua-a eni jo eivoixeiov 'aa.poLvw

z)i\5 a]};jas

£xxhiqi'x\5

t]);? sxttcre

to[v]

5o

['î/îjofxot;

xai |Sa7rT[tcr]T0u ctyio laiarro, Àifo» to [(Tvî'JtcAix/

-5[£

im' <r£0(poS\wv

avOpojnv
TÔ xaÀovfl)
((l>a/?
.

.

Àov T
.

')

^^ovs, sni Se a7r>;A{WT0vi Ta'r

>;çr[

>;

otot

av

Ci'Ti ;/£tTOi'£s

-ûTaî'7[}; -nrai'TOJOer toiM'

TspOf][riAwd£VTO}v rpiwv totto]
[apovpct.5
.

Oeaiwv

T);s ©[/^aù'iïija-j/î iifxjv "crap J/fxwv

oXoxXvpô
aXX[

.

.

. ]

yiyvo[Lz.vô •ûT«7roT[e]
55

as ja?

}/£{7v[t]as avT);? et

,

xaO

otovj

ya/2 h]iïoi£ '/jajvov

(3£é'[a(]a)(7a)(u,£t' TavT);j', TJfxj/s [rîe tj;s

Tspos aÀXj/Àou?]

çrVfJ<-7i'i^«V>;[,«-]£[v]>?[s]

J<a{

cr[vj'ap]£[aaT]r;[î T£]Xt-[t]a? [x]a{ a[ç(as, XP'^'^ô

l'OfXITfXaTiWvJ

OXTW, exa^TOv
\v V
tt/J

-çT[a/:>a

x]£pa[T»a £?,

tv

r5>;jX0(TJ«

^uyai tj;; Ai'TJVOOU'nroX£a;s-7</]
î;fi£ts-

fxv, aTre/?

[xaura

t);î TffjD/s x/sva-Jt-a a.veiXv^(Xii.£v

ot]

ia]7r[o^]ofx£v[&t

M£X{OS xat A£Oi'Tia, -sotoufxer&t
"o.

toi/î Xoyot/s u7r£/3 Y£Wfryio\,

Ligne
Ai/rnes

ù'j.

Cf.

1.

43

er scry.

La lucune doit sans

cloute se remplir de celte façon

:

l'aroure s'étend
le

sur trois localités, chaque localité (jo-noOeaia.) comprenant tant A'ammala;

total

de l'aroure vendue

fait

()/i

aymana. Le terrain vendu
liste
cf.

n'était
la

pas d'un seul tenant,

puisque nous trouvons plus bas une
Ligne
li-j.

des voisins de
n"G7i.')i,
1.

troisième T^noOziaa.

Sur l'aroure
sal)le (?).

à

6/i

ammala,

loG.

2t»;<?os

:

une

petite

dune de
Ligne
h(\.

Ilapai'CJ

:

cf.

le

-crapaxaTw du n"
:

67087,

1.

i3.

Ligne ;7o.

To

crurTSÀixoi' (?)

le

couvent

(?).

Ligne 5i. Tô (pour to) ajouté eu marge; de Ligne 56.
corriger

même jap
iVlon.

à la ligne
1.

55.

A[6as]

:

cf.

l'.S.L, GG,
n"'

1.

10; P.
1.

11,

ho.
1.

C'est ainsi qu'il faut

xa[<?iip]oi/

aux

07097,

r.,

i3,

et

67098,

18.

6

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
f'o

[671

GO'''']

TTtccpa çrô

Toy 'a[pia.(i£vov Bjxto/50s Si% yjipoî

rro sis yjipixs

J/fA^-i'i',

-nTa/50i'T«»M'j

[tw
[

ix\e<TiTwy[{^l)

]°T^[
à' fragment.

\

]
. .

V?-9}pa[<P

G5

[

.

.

aTTO TÔ vjvv

£7rj

TO ^n;[r]£[«£b

[

rre toi»] •CT/2[{]afji.£j'0i» l{f>cTO,oa x[/2aT£{!' koli xvpis'Jtiv'\

I

Jv ^tai?[

.

.

.

]v atwvf[w]? xat

Kvpiw? aei vitep

g-\vvTc}.eia5 xat]

[.J.t
^o
fxtas

T);s 'cy/5oovofi[aT]0c«7);â J^a» 'çt/?aO[i:]i[o-]);? jo-ot -nra/î j/fxa'i'J

apo\vp^7]5 [a^yySpov naOctpas
T);f

o-7ro/5ifA>;? }')/?

pt?[Ta irrai'TOs tou «îjxajot;]

xa(

xaOoX[ovi] aurr;? aypoyeiTviccs ,
er
t/sjo-j

xara apyaia
,

auT);|? o/:ja, t?;?]
eiri

rîjaxetfi)

T07roO£(T[i]atî,

'nT/?[oXÊ]X£>£[T]a[t]

Ts\efha'h5 xwfjij/s]

May^î&'Xwr
Ici

IMt/?r;,

ts'Xo[v(t\v5 fxovov

an

ttots ets [r\\o
II

Sv^otiov ).oyimvpiov

commence

le tlornier

fragment, pulilié au tome

sons

le

n" Gyifif).

Ligne 68.

On

ne pnul
ici.

lire

StaSowai

ni SnxScoaeiv; cl (r;iilleuis le sens

de ces mots

conviendrait mal

Bini,.

:

Journal tCcntrée du Musée

,

AoAOG,

l>.

l'ArVnUS BVZANTliNS.

7

F

SUPPLÉMElM

À LA

PUBLICATION DE LA TROUVAILLE
DE KÔM-ICIIGÂOU.

67279.

Requête au duc de Thébaïde (Callinique). Apollôs, du
dans
le

village de

Poukhis

nome

Anlaiopolile, fermier des héritiers

du comte Plioibam-

mùii, se plaint d'avoir été contraint par les topolércfos d'Antaiou, à

payer des im[)ôts qui régulièrement ne devaient pas être à sa charge.

Long.
Date
:

m. 3io
')-^o.

mil!., larg. o

m.

-'i3o mill.

Antinoé.

vers

Ecrituru

(le

Dioscorc
le

:

analogue
:

à

celle
le

du

n"

67002

et

des autres rc<juêtes.
n'est autre (juc la

Il

inanciue tout

bord gauche
I

mais

fragment dclaclié
1)7010.

bande de

papyrus publiée au lome

sous

le n"

1

"l'

*l)À[avi'w T/3ja'5tJ|<o Ma/stara) Mix.OLvAtiyi

3

T)/? J£W TOtl

AvT[at]o7roXjTÔ VOU.OV.
>;

Y.\Jipyti:i]\J-'^
I

(j.£yi(TTOv 'cspox£n[a]i

waTt

toi? af^iKovix£v[ci]s

t7j[s

vj^erepas

evxXeixs exSiXia.
5

Eyw
(XKpiSwî e7ri[cr]Tafaero?,
-apoa-i'ixi

TOivvv, ~ov[tq]
I

a'JTO

to[is]

evxXeea-i Kcti

aveirapois v^xw^v^ i^f îo-t
^ovXo(X£vrji
T|a)i' èixoLirxiv TV)(^£iv,

£v ûc^paTOii 7Sepme7:[T](i''X0L^s ^i/fxiojuao-t, p;-

tsCLpcL

T)}s

rjepi\yrjnp£n£aTaTvs xvpas (d£0(^iXvs, t?;ï
j:i.i'î7fi[};ir]

) afi£T)/>

tû vv= TSepi-

ëXsinô
Aioa-xopov

<I>cn6'au.fxwr';s

\o\jX\i5.

To yap

xolt

eue

apoLy^i.y. cv

tovtois

s-yo^.

Ai^ao-xa» tj/v

V\t.ZT£pCLV £ffÎ0^S <pi\X\(XvOpW!Xiy.V,

Ligne

s.

Les autres

noms

n'ont pas été écrits. V^oir l'article cité à la Bibliographie.

Ligne a.

Après AttoXXwtoî, un espace vide, destiné sans doute au

nom du

père, qui

n'a pas été inséré.

Lignes à

rt sc(j.

Cf. n"

G7008,
:

1.

7-8.

fjgne G.

Cf.

Nov. 80, 2

ivxovtols tvv Sixxiw; de

même
ce

dans Nov. 8G,

1,

etc.;

voir aussi la rccpiêle [Sstjais)
Hisl. ceci., II,
/i
:

d'Kusèbe de Dorylée à l'empereur Marcien (EvAcnius,

TOJv StKaioov a^iovvres tvxs'v).

Tout

morceau d'Kusèbe

est d'ail-

leurs d'un style curieusement analogue à celui de nos requiîles égyptiennes.

Ligne S. Vap

;

écrit

dans

le

ms.

en correction du mot ^£, effacé à dessein.
itml.
:

— Kœt'

;

apostrophe

Evagrius,

to.

Se lou -apayiionoi ev tovjqis.

8

CATALOGUE DU MUSÉE DU
nv

CAIRE.

[67279]

Q= xai

01

^[si]\oTct70i SefriroTai tw[j']
T>;t'

axvmpwv
[T]a)i'

-apo£xpiv[oi]v

xara-

(TT'ijaavTss a.p-)(£iv Tat;[T]>;i'
to 6>/é'at&)j'

clOXiolv

j^wpoLV, \x<xi\
I

a[v]aTTe{Xaj Ta -ampa.

ii'otxôrrwf auT[);]»'

aSixyjixara, eu eiSoTss auTJ/» to (xiaoTTOvvpov

£v

ctTvctrri

xai

'CToX[t;a]|£>.£s auTj;? ^(xai[o]7r/oay6crT£/30i',
T)/s TspopyjOeirDis
\

w^ iiitQwt)]^ eTvyy^a-

vov Tov sipvp-j
avSpos

Q£0<piX[riî~\,
TfjLlV

«^Vfxt ^>;

tô ^axap[iô'\ xo^istos
T)/!'

<I>o<é'afAfxw[î']oî,

xat twi»

£X(pOpK/L)V

VTT £fX£

TÔTÔ

a-no^oaiv ex

t;rX)7[/3]|ou>

•wotouu.at xa() [etos] fX£Ta Tsarni^ £U}/)'w/u,oa-[u]i');s.

Kat

T)7î T07roTr;/5)/[(T]tas £7rjXaÇojX£j'Os
trr]|/9iui?7j',

T)7? Aî'Ta(07roX(T«o[j'

Ajo?, o XafX7r[p/ «jayxcAXa/?/, o xat uVo?

©eo-

^oo"tô BtXT0/30s louXtô, £7r£^j;X0e}' fxoi virep
i5

QcOpiXv?

^«.i

^loaxopô TOV
V<pvîcrT)
TrraXu',

Xa[jX7rjo/]
fZ

|

auT)/? u(ô,

a7r?;T);(T£[î' fx]£ £7rj tj;? a/i

\Oa.va.mô To[y]

eucttj.

Ka< tôtô tou
y£va.p.£V05

t/sottô, v

auTWv
rrxp^

T07roT);/3[7;T]|î7s
ï'

EXXa\Sio]5 o AatxTtpj
OTt
trîa/si'i^ir

aTr^TV^îr

tx£

£T£/2a v7r£/9 auTwi'
fie £{?

V
|

II.

Kaf o[u] f^orov

TauTa

o a[uTOs]

AiOTXopo> xai QeolÇitXv] V

olvxô

iiinvp, uv^ei' e«

Tourwv

[<î]£iî«xoT£? (xo{,

«XXa

[x]at £[77] auTOf^ tôtojs

ai^£{X[a]vTO

fxot (}£xx [e^]

|

xu^XaTa? ïnirovs

[£fi]a?, ;cai fSoixa ^^'a £i'j'£a

,

xoli

VTTO^yyKX èvô, xxi Tpnî oi,y^ypoO\}!x\as
(j.s^S(TW(X£vot.i «[/STaê'xj j|f
o[<]j»ô
( ? )

£(Jiqi.s

«k

rais «.

(TJTfvô T£

xat

ï?;[/25 )^]o/ot5, jcat

£tKO^t fTJTÔ, xat

ayyia sxoltov S£xa
"ExvTTTpv}'
:

e^, xai £:^a[ta]5 X[«T]/?as £^)/j£Oi'Ta,

lÂgnc Q.

ceci

confirme

la lecture
1

adoptée au n" 67000,
{^et

1.

5.

Expression

fré-

(juente à celte époque. Cf. Evngrius, I,

3

passiin)

:

AeoiTO?Ta

crxrj-jTTpa Sie-TToinos.
n.

Ligne

1

t.

noX[u(:t]eXes

;

avec le sens de ^qui prend beaucoup de peine
il

Quoicjue cet

adjectif

ne se rencontre pas dans ce sens,

a très bien

pu

l'avoir, et celte reslilulion

me semble
Ligne la.
1.

préférable à •nroX[u«y(p]£X£j ou '5ToX[yT]eX£s, ([u'on pourrait encore proposer.

Suppléer un mol
Td'i'

comme apovpw
et passiin
,

après tovtov
:

:

cf.

par exemple n"

GySsy.

3q

:

VTTO (je fiov

Ligne i5.

Ap

=ap;^t;s,-

apoupw,

tcov vtto

as apovpciw.
^' svrTTaOïxcc.

vTTSpÇiusaTa-rov

vO[ita-{xa.Ta.

Restituer peut-

être a-jrtjTrjae^v tJs.

IJgnc

16.0

XayLTTpOTaroi uKpiviapios.
;

WapiSev

:

(sic)

pour 'aapsiSav.

Ligne 18. KuxXaTas

cyclatas,

(t

ferrées". Cf. le

mot

xv^loTtoSes , employé par Théoferrés.

phane

(^Léon F Isaurien ,

an

1)

pour désigner des souliers

lecture douteuse, à cause
petits caractères se
illisibles à la fin

du verbe aipstXavTo.
le

— La

— kyypoOnxai

:

noie additionnelle ajoutée en

prolonge après
la ligne

mot

eixets

et se

termine par ([uel([ues lettres

de

k).

Ligne iQ.

Lire sans doute
spscts,

iisyiScT(T-)v(ievixs.


les

Etxoai

:

apTxèats ou apTaêas(?).
(cf. n"

Epaïaî pour

forme constante dans

papyrus d'Apbrodilô

ù'^o^-^).

PAPVUUS BYZANTINS.
xat
T);[b]

9

euvî

afxa^[j;]|s rmifjrrwvpov cri.î[);pou]i'

£1»

zvo? zavTVS ^po^ô

[>;]toj

[07279]

TSipiS\i]it.cL, xoii

rpiwv

£}'(a[u]T<y|j']
£.ixz-/jjjpirjCiv.

jov xoLpnov
\O0\s.v e^opxiXw ijfxas xoltol t);|s] olOo.-

VTOi [t\ov oivov t[wJ|)' vtt

vcLTOv K\o\pv'py}i xai j[wr ^'^e^o^açGsrjTaTwv
fSacTiXe&'i'
i/Tî-t/s

xai oixo[vfL]\evixw v[t.wv (îî(T7r[o]T[ajr] tov Sia.hiu.aTOi, xxi
£{

t);>

-cravra crwrypias ufxaM»,

'nTa/3a[crT]an/ -îrT/30TTa?aj

i'xai'w^- £xS[i}ij)]\6nvoi.i ii[s\

xai

a,va'Xy\!x(pO\m>oi.i

xa sipn^[

f^ô ny/?[a}/fx]aTa

xai

^7;fi(a'^u.aTa Tsqcpot. [toj^v £i/3)/fX£i'(iM.'

[0]£[o^(X]);? T£ [xai]
I

^loaxopô- aSixvs x\ai snij

ocitkx

avTwv

x[ai\ TSpo-

(pOLcrei a[7r);Tj;J0)/i'

vKcp auTwv

TSa/sa twi» £ip[};

|fA)

[EX]Xarîtô xat Atô

[ra»}' fiST

aXhjAQVs
K[ai

TOTTo']\T)jpv>Tgi.vTCLW to[t]£,

xaj

£)(^[6/3(Ws

yej twj»

'/_py)(7a,iJ.£vuv

xxT

£(xô.
(J.SV

aî'Tt] Tat;T);> t)/> £t/£p)'£atas

to

t/2Jt[o]î^ /3>.[};o-£]a)s(?) ispocr

lyolpiaw

rois vfxœv '!s]\aiSapioi5 et[s] Xoyo[v Swp]£a5 v[7r'^£p £^ai>\ja-£W5,

TO $£

(î[<fX.0t/50]v 071

XayV £VpW,
t]|£>cv['^'"

£IS avCI.Tp\o(p\)]V TJ;S £^7/* 5'£/3aJOTJ;T[os]

[xa{ TWî' inim/jov £fiwi'

tcoî'

£A££{i'ùTaTa'r r5o]yÀa'j'
'^lot.

vawv

oti;\ws]

£[r]'5[£À]£;i^[}; zrTptfT]é'£[tJaî' xoii £V'/iyv

zsavTOî avy\_\pjM TSp[o^s tov Qv,

V
x<xi

<5(afxo[î'?;s]

(JWTV picts

Ti]s vaoLi[i'] (^tA[-x\vOpi)nia5, rko-TroTa [-f-j.

Liffiic

2 0.

OTTiatTCJTpov
Kopv<prjs
:

:

)j

a^ts tov Tpoyov (Hcsycliios).
en monograuime.

Liiptc 'ji.

v^uv

KopiiÇ>tj.

—A

<p>)

écrit

Cf. Evagrius, loc.

cit.

:

tij

aOavaTu

la fin, la reslilulion est
:

peut-être un peu courte.

Ligne a 2.
/l'yn/y)^

AsrnvoTai tou StaStjnocTos

c'est le litre

pharaonique de
r.

nchli (cf.

/\.

EnsuN,

Glossar, p. 6i) ou «maître des couronnes pierre de Uosetle.
Il

Cf. les
le

mots xvpios

fiaa-tXeiuv

sur

la
la

est curieux

de retrouver

litre Ssa-noTt)? SiaS)j(iaTos

dans

traduction donnée par

Hermapion (Amm.

Maiicell., XVII, h) de l'inscription

d'un obélisc[ue.
Ligne
2.5.
:

Les traces confuses qui subsistent avant
la

la

lacune

font

eyjiposi

restitution ye

TWf

est

beaucoup plus hypothétique.
le

songer au mot
BX[>;o-£]ws? Le
1.
1

verbe ^akletv est souvent pris dans
Lijpie

sens de «payer»
j'ai

:

cf.

n° 670/10,

2.

26. En publiant

le

fragment 67010,
Upo^-nopiau

lu to les premières lettres de cette ligne;

les traces sont douteuses.

n'est |)cut-être pas le
la

scribe; mais le sens était celui-là.fois

— Atuoipav;
du

mot dont
lettre a
le

s'est servi le

première
il

été plusieurs

corrigée, et

le

^ se

lit

dillicilemeiit;

v final

ne reste (jue

second

trait

vertical. Toutefois le

sens exige, semble-l-il, la lecture (jue je propose (le scribe

avait peut-être écrit d'abord ),otnov).

Ligue 27.

Cf. EvAcnius, loc.

cil.

:

xat tovtov T\j-j(pvTei aSiaXeimovs ev)^as ava7r£ii\l/o^£v

vitep TOV atooviov u^icov xpaTovs, 3-siOTaToi ^a.at'keis.

Ligne

-jS.

Comme

dans d'autres requêtes de
cpi'au milieu environ

même
de

type, la dernière ligne, faute de

place, ne
la fin,

commence

la larjjeur

du papyrus. Les lignes de

plus serrées, sont d'une écriture un peu jdus fine (pie celles du début.
a

Calai, lia Mnsi'c, n" O^'j-f).

10

CATALOGUE DU MUStE DU
Siiscriplion

CAIRE,
67010)
:

f

672791

au verso

(liree lout entière Jii u°

•f à.Sr}(Tt5 X'Xl

Vx£[Tta]

tt"/

[A]7r[o]AX[wTOb] £A£il'[6v]
0.110 nov[x^''-i'^]

Au
\- ©[vé"?;]

verso, quelques vers de Dioscore

:

TSaaa

)(_[ol^psy[(TOv, sipyjv^jv

Ssy/jv^

ov yocp Sswprjarji x(xx[ovpyiK'\vv
-nraj'Tr;

en

Seos TSepvxev a(T7r[(Xou S^tx7]s
<î{£0'fx[i]AtyfX£i>9"j (sic)
.

[toJu trrai'TaptTTOV xai
5

r>£oy lio'kwvos

'Xsmov

s

eOiot,

qa.(pv

A[eyjOo] ^^[apt?] xcti [/Ja/?a[a] xai av9o'Xo<pov

Tov evasveiî
ctisv
.

vixi]<poprjv;

mpmv'^a.iois

ajaXXf
01 voiJ.01 Tpefiovcrt zsiaTOt.

>;>

Çiv'karTiiv

10
[

V «at

S-£fX£T/2a

TOU jNctAoU
j

2 vers
|

[E]y/3a\|/aî xai -nraXat À[{])^aî

X} f^lo^v y^apa^^i tous y^^poi'ovs SnvXv'jixoi. ji.

Verso.

Lignes i-â.

Cf.

11"'

Ligne 3.

Lire

S-eaiojjtrej».

fi"ir)i,

c.

,

1.

1-/1, el
:

(i^oiB,

1.

53-55.

Kaxoupy(«i;i'
lit
:

pris

substaiitivemcnl.
^^'•
!.

— En

fiicc

de ce

vers, dans la

marge

droite, on

ayoyai e^ex- -P^^
cf.

Ligne 6.

Presque cnlièrcnient efTacée. Mais
Qe[itTpa
:

n"

G^Sij,

10.

Ligne 10.
Lignes
1

pour S-SfiS^Xa
(>']

(?).

2-i3.

Cf. n"'

i.ii, v.,

].

17-18,
J.

et

G73i5,l.

3 8-3 g.

BiBL.

:

Journal d'entrée du Musée,

11°

/i36t2.3;

MiSPERO, Les papyrus Beaujé, dans

le

Bullelin de

l'Insl.

franc, d'archéol. orient, du Caire, X, p. j3-2 etsc(|.: reproduit dans Pi\eisigke, Derichder griecli. Papijnisurhunden nus Aegi/plen, p. 101-10.3.

lijfungsliste

67280.

Ordre

(-zrrpoCTTay/iza) tlu pracscs

de Tliébaïdo aux fjens d'Aphrodllô, reil

latif à

Fannone. Co documonlest semblable au n° GyoSo, mais
différente.

porte

une date

Malheureusement,
la

le

nom du

pracscs (jco'p;? xai

ccpyœv^ a disparu ainsi que toute

première ligne,

Long;, o

m.

^kh
Grosse

mill., larg. o

m. Gy^
soignée

mill.

— Anlinoé.
type cjn'nu n"

(5criture droite, très

(même

GyoSo).
_

(A)

T[ou] xa([/3]ou evTravTOî av

w

-ypv tî/v t);» a.-na.py.ninô

anono^Tvias <Ppov-

TiSa ys^y^ea-fjai tvî £utu;h^[ov?]

l'Al'VlUS lîVZANTlNS.
.
.

11
[672801

ÎXl

TOiVTVv

?[<]* T'/V

AAs^a.V'}pîan>
,

fx.cyaXo[7roX]ti' fxera isolvtos <po^ô anovSoiaiXTS

[ux^ois axapscriv ejxé'aXXo-

ev6\j

x[at rsa^paipviJ-oi., xito. tvv vTTOT£Ta[y^fi£vnv yvoûaiv

t>;?

Ta^£w[s]*

TauT[>;]s >'[a,oj evexçv t>;> atriafs]

£x T[a]çta's ansTTO.'kTOt.i

-f-

Legi

-f-

Lcgi

Tois

0.710 xwfj.}

A(ppoèn)i5 to AvTaionoXiTOV.

(B)

[-f-

\pv

£x

T)/»

ufxwi' xfx>ix)j$, xoLTCL [XiiDjaiv Tj/b -cTa/seXôoutT?;?]

[ [

zspcôTijs

emvsfxjtasws to iiTroTeTayjxerot' jxetpov Xo-yw efxêoXvs Sevrepas^
eirrsveyxsiv
xoli e\)£ixks,rjOixi tsXoiois, xcti

£iTiv£fJirf(JS(A}s

Tor]

'nsp\os\'}p[ov xai
5
irrXoj&)v

lov ti:iu.ùoi-!VV «a» tous rauras fx^Ta xa( 7«r]
tci'î'

aepoprw^evcA.iv

yevvi^ccTCjJv £Xii£fx.ypai £i5

TVv ra^iv -mpos

r\v'\v av^njOv -apa^iv

tw

u7rQu.î'j;fxaTwv,
£i5 tî;j'

ù.iaT£ fX£Ta xauT)/»' £xn£ix'^0))y!xi

io clvto ix£Tpov

fjisyaXoTroA»' AXe^ai^î/peiar

(sf'c)

(A)

Liijiic

'j.

Au

di'ljiil,

traces d'un

mot ou deux

ajoutés entre les lignes; de

même,

au-

dessus de aaipou, on dislingue l'exlrémilé inférieure de (juelques lettres ajoutées

avant
Lt^nr 3.
1.

la ligne

i

Eu dehors des
G72()5,
I,
1.

textes papyrologiques (n"'

67080, A,

1.

3; B,

1.

10;

GyaSG,

i/i;

i3), l'oxpressiou de (isyaXonoXts ou
les textes littéraires
|).
:

fxeyaX»; -croXi?
1
,

AXs^avSpetas
EvAcnius,

est fréciuenle
nist. ceci, II,
UsEPiF.n,

dans
Il

Ed. A/Il Justin.,

a

et pa.ts.;

(éd. Bido/,,

A3) clpass.;

Vie de S' Spijvidon

(fragment publié par

Kleine Schriflen, 111, p. 81); Chron. Paschale ,
la.'c.s.wi
,

anno 533.
1.

Lif^nc h.

Lire {kivIwJ) t);s

comme

au n" GyoSo, A,
la

5.
lettre

Limic 6.
à

Lcgi est certain (et non keX^), malgré que
cf.

première

ressemble

fort

un X grec;

n"

67820, A,
awnOii
15,
1.

1.

7.

B)

iiijnc 6.

Lire de

même

[•arpaÇir]

au

u"

67030, B,

1.

8.

Lipne 7.
tution
fÀ<rnc Q.

Le

n"

67080,

(),

porte f/STa raura

s>i7Te[{i<pOm'i^'\

corriger ainsi

ma

resti-

£K7r£[(/\{'a(].

^

signifie sans doute apjaëat (cf. n"

67080). Je ne
soit

vois pas d'autre inter-

prétation à proposer, bien (jue

l'origine de ce sigle

malaisée à expliquer.

12

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
10

[67280]

a<pj

TÊW? Tov

SI li-ix-pl rTKa.<pl (TiTÔ

j^ ,^

^

Ta? eixjxj a

)

(3

XotiTCci £is T?/î'

(xeyaAJ sii?oXi}v

and

j^ /^pj[
:

Suscriplion au verso

[-f

Tôt?

OLTto

xœ^u.) A(ZpGSt[T']v\s TÔ Aî'TatoTroAtTOu]'
fiinp^ov cr>ca(poûv

Lig-ne

10. A(p (wr) TSivi rov Sia

:

il

semble que ce

soit là

une manière
15,
1.

de parler prétentieuse pour \oyoi Sia
(Koti)
Irait.

yLtxprov
1.

a-Hot<^cov (cf. n°

('17030,

i3).

Tas eikIxJ

:

tol?
ici

sixocnai

(cf. n° la

GyaSG,

7); les deux k sont barrés du
et

même
j

On

ajoute
il

les

etHocnai de

première

de

la

seconde indiclion (a

ê?);

au n"
BiBL.
:

67080

n'était

pas question de ces vinglicmcs.

Journal d'entrée du Musée, n° /loioa.

67281.

Ordre

(r:^pô(7T(xy[i(t)

de Dioscore, pracscs de Tliébaïde

à

ApoUùs

fils

— Long.

disaac,

lui eiijoip;nant

dacccplor
,

les fonclions
iiiill.

de

7'ipario>i

d'Apliroditù.
([il.

m. Soy

mill.

lai'jj.

o m. Gc)3

—-Anlinoé
est creusé

loi

II).

Grosse cursive droite, très soijjnée

(même

type cpi'auv
le

n"'

G70.')o et ('172^0).

I^égè-

remenl endommagé sur

le

bord gauclie;

bord supérieur

régulièrement

d'écbancrures qui interrompent les lignes 1-2.

Sur

le riparios, cf. n"
1.

6700)1, note

0.

Cette cliarge (^rnuiius) était une liturgie (P. Oxy.

go/i,

f))

que

l'on cliercbait sans

doute à éviter,

comme on
par
\c

peut l'inférer du texte

de ce

-nrpioTaj'f/a (1. 6).

On

voit
la

que

le riparios était désigné
ratili(!'e

par

le

conseil («oii'ir)
d(! la

administratif

du

village, et

que

décision était

prncsrs

province.

I

[<^^j] \va,vin)[s Ah/ras (?) \yjva-Tiviav[os \yjp.OfT^0£vv?

— T/?[aTCi'j'

lIjAjas

0£[w-

vas ^lo'^g-KOpo;
a

fX£}.'[aX| a/s]^^ tïj^ B)/é'at[&))' eTraJ/sj^eias,

A[7roX/'WTj] I'T[a]>c<ov
[-f-

3

Ot] jo xoivor zsAijpovvT£[î A(p]p[o'\Smjs [t]j/s

;<c<'fx[>;5],

Sia \apiai^jv xat

Bot'tô f7V)'SiKvv, ai'a0O/3a
fjz

y^p-iifT<x\x£voi

TSpo? to Sixaarvpio^v^ ecv^V^olv

pmixpevsiv

t);>

iipî/fxii'v?

Lignr

1.

Qs[oSupos] serait, semble-t-il, trop long pour
:

la

lacune.
r.,
1.

Ligne 2. A[7roXXa)T(]

restitution d'après les n"'

671^8,

26, 671^17,

v.,

I.

3,

67296,
papyrus
encore

I.

2

,

et

surtout

67828, paMim,
doute

(|ui

nous font connaître un riparins Apoliôs.
apparaît
I.

Un ATroXXos
n°'

lo-axioy, qui est sans

le

même,
67115,
I.

comme

témoin dans

les

6709/1,

1.

22 (an 553),

et

22.

Un

AttoXXojs la-axtov est

cité

comme

(3oti9oi

au n" 67800,
a-rro

3 (an 526).
la

—-La
le

lacune, après lo-alinal

xiov, contenait peut-être
d'l(7(xxtov

Aipp/,-

mais

forme pres([ue rectiligne de Vu
la

indi(|ue plutôt qu'il n'y avait

dans

lacune que

trait

qui prolonge

souvent
Ligne 3.

cette lettre à la fin

des lignes.
:

Le xoivov d'Aphroditô

le

conseil

composé des magistrats du

village (ainsi,
le

à l'époque

romaine, un xotvov tuv apxovrai' apparaît quelquefois dans

même

l'AI'VliUS
...
1/iu.s

BYZANTINS.

13
[f.7281]

VT^iasv

i;

roL^is Hoct

Sixcccnncov yîveTOa.1 -aspos ae -aspi toutô ^/^[oJ^Tayfji.a*

TOUTO TOIVW
5

r)cy(0^x.evoî

[ai'Tjôx,ô

^V=

£ipiil^i^>V5

(pfj\o\vi:iSoi,

ey\w^^v VTTOvpyovrjav xai
,

t);i'

eK

eOov;

h]ao(Ti!xv ^oi]Oiiixy, avixnoco-n cnTrjvh)

afX£jX7r[T]ov eauT[o]i' to) Sixacnijpirjj

a7TCirîtix}'uo.'v.
•|*

TovTO

j'xp w/3[aT]TWj' qcLVTOv Kiv^vvwv sXsvOepwaéis TSoXkwv,

X'^ppwrro \-r-

rôle
tion

:

1*.

0.\y., I, 5/i); ce serait alors le hoivov
I,

Taw

-zsprvToiiufÀiiTCiJv

dont

il

est

ques-

dans P. 0\y.,

i33.

^lais |)eul-êlrc aussi ce «od'ov est-il identique à la xojro-

7>]S tolw -ïspcoTOKCtifDTZiiiv xoti eTVvTs'ksaTCijr
(1.

3).

aypoÇivXaKss au n"
9,
I.

1. ils

— —

xat xTijTOpcov

xrji'(i7TS

A(ppoSiT)is,

du
:

n" G

700

1

D'autres xoiva sont coniuis par des textes contemporains

celui des

G7001,

et celui

des sous-olficiers d'Elépbantine dans P. Mon.
ici

I.,es

avvSiKoi semblent être

les

commissaires exécutifs du conseil

dont
ici,

font partie. Ces deux personnages, Rharisios et Boltos, associés

comme
i

paraissent(en ([ualitéde prôtocômèles) dans d'autres papyrus du Caire (n° G7
n"

V.; cf.

GyoBa,

1.

8).

-

99,

Ara^opa
(pii

•/^p))aafj.£vot

:

la

nommation

à

une

liturgie

n'appartenait pas au xotvov,

avait seulement le droit de présentation, et trans-

mettait sa proposition à Vo/fn-uiiH
définitive la (h'cision.

du

pracscs

:

c'est à ce

dernier qu'appartenait en

Ligne à.

Au-dessus de
.
.

xa'f/rjs,

traces, entre les ligfies, de lettres peut-être latines.

La lecture
décision
(|ui

.]/;««

est des
n

plus douteuses.

AtaXaXia
Ed. Cuq,

= interlocutoire.
89,

C'est la

et

homologue

l'acte

des awSixot

(cf.
et

Un nouveau document sur
p. -jo/i). (ie

l'Apokèryxis, dans les

Mém.

de l'Acad. des /user,
strict

IJ elles- Le tires, t.

mot

est souviMit

employé, dans son
[éd.

sens juridi(|uc, par
Il

le scholaslique

Evagrius

[Ilist.

ceci,

H, 18

Bidez p. 80 et 88] etc.).

semble

qu'il ait fini,

dans
:

l'ucf.

sage courant,
J.

par désigner toute espèce de décision régulière d'un magistrat
p.

Malalas,

W,

389 [Bonn]
I.

:

apooSov SsScoxoTes tsapa

to» appoint ^eXevxstas

tijs

laavpias aizo ^laXaXias a-îT£X£<^akiaO)iaav.

Ligne 5.

Cf. n" ()7'.>i|5. 11,

no

:

tqu

tvi* (ppovTiSa rris xuixiis

araSeSsyçievov

('?).

Le

mot

(ppovTts désigne ordinairement les liturgies; ainsi encore
:

Justinien (§ 1)
z!3.ps)(uv
fjLOt

t»;i' eipyiyiSviiv

CppomiSa. XsnovpyovvTuv.


:

dans

la

Novelle i5 de
:

P. Oxv. ()o/i (v' siècle)

xat zspoi (SoriOeiav oixSTas t£ xat avfjt^a^^^ous xat laVX'kovs tous o<pet\ov-

lai

rrjv srapaQu'kaxiiv Ttjs tsokeoôs croteitrôat.

— EavTOv

pour

creavrov.

lîini..

:

Journal d'nitrce du Musée, u"

hohïi'.l.

67282.

Duplicatum

diiii avcriisseiiiciil i^KOiiiiovnwçjiov)

donné

jiar les

bureaux

du

pracscs

de Thébaïde inférieure à un fonctionnaire anonyme (le

U

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
TOTTOTvpv^VS crAntaiopolis?), au sujet d'un accusé qui devait être arrêté, et que la négligence voulue des gens du village a laissé en liberté.

— Long. cm.

2

55

mill., larg.

om.

33/i mill.

Antinoé(?)

(pi. III).

Cursive penchée régulière.

-f

Itov xofx[fio]vtTa»/?tov

[tj/î T]a^£a>[s]

TivMv
TOUS

avro tou Ai'TatOTroÀJTOU ev t[oi]s

ot.ypqi,(poiî

SiSa,^a.vTVv to SiHy.g-jvpiov

ano

AÇ>poSiT7)5 tj;? xotp;?
fxey^pi

Epixavwv AolSw p[i"^ov eni xaxovpyiai?

rrv'kXocëeaOai

,

xai

vvv TOVTOv TV
T1}=
5

^iHOLaTi} pifx)

\i.ii

'aixp(X'n£[).-^cti

,

s^sriazv toSs aoi yevsaOai to

TCL^ews
OTzsp
Ssy^o^ievos ,

}/[/oJafjLfjLae)(^(»)v

xat

t?;i'

sip^jixsvyv

[x]wfX7/i'

xaTaAafxS'ai'wi',

Se

VTTOvpyQVcra.v aot Tnarrav ev T[o]ib Tonois TnoXiTiX7)v ^oyfOeiav, tov vtto xccto/JI^V

TOllXVTVV

[y^yevrjixevov -aixpx to Sixa,<TTnpiov
ixevov

ayaye

fxera xai eXeyyjjov TSpo(7a-/0i)(TO-

[tv] auTwi' e^ovcria -apos rofjiifxor e^eTCtTir.
xit>Svv£vrr7}\s'\ T);i' T(x^T7ipiay-\- <I»X( I\h;ras
10

AXA)

opoi

fxi]

pxOvixvrri!? eiî avTijv,
aeajjiieiuiiiai o xat

aiyyovXap}

aTTOCTTaXeis

-f-

)

exSeSwxx to

'itov \-

Ligne

1.

KoyLfxovnopiov

:

c'est

ainsi

([u'il

faut resliluer au n" (J^oBS, III,
;

1.

12. Cf.
1

P. Oxy.

iioG,

1,

où on doit

lire xo|U|L(iy[i'(]T^aip[<or]

Evagrius, Uist. ceci,

II,

8 (éd.

Bidez, p. 71).

Ligne 2.

Ay 00.(^011

:

cf.

Gloss.

Basd. XiêîXXoi aypixÇiof Konriyoptat.

I^e

deuxit-mc édit
tiyttv

de Juslinien commence de
tsapx
Ligne 3.
têtes

même
cf.

par

les

mois
;

:

ex toiv ai>svexO£vTu>v
tclk
il

aypaÇios

T);s o-)js evSo^oryiTOs eyvcopLSv.

— To

corrige sur
1.

Sur

cet

de bétail.
Cf. n"

— Sur

Hermauôs,
la
1.

n"

671/48,

r.,
cf.

a/i,

est accusé
III,

du

vol de
1.

deux

forme EpyLavaov,
5
:
:

n"

G71/10 (tome
x^^'

p.

1),

3.

fjgne 5. Ligne 6.

67î?8i,

£x[H"

^''^'^^py'^^'^'^^'

"^T' ^s eôovs Sny.oviav ^orjOeiav.

Uolnixtj

(2ov9sia.

c'est la police,

placée sous les ordres du fraeses et de ses

agents, par opposition à la crTpocTianixij ^oyiôsta. ou force armée, prélevée sur la

garnison (et
Ligne 8.

à laquelle font allusion les n°'

G7002,
ici le

II,

I.

93,et (57021,
cf.
ri"

v.,

1.

8).

H

auTcov e^ouyta désigne sans doute
le

praeses;

G70G1,

verao.

AXX(a);

signe

)

marque

ici

l'élision.

Ligne g. (Mv) KivSvvev(Tris.
Ligne 10.
lares
:

Anoa-Ta'Xsts

:

c'est tout à fait le rôle

assigné par Jean

le

LydiL-n aux stngu-

avSpsî svrps^sis,

ent

ras siroLp^tas hijfxoatw evsxa ^petojv aTiormWo^ievot

l'Al'VnUS BYZANTINS.
Suscription au vei-so
:

15

[67282]

[de

Mag.,

III, 7).

Outre ce rôle de messagers,
(cf. n"'

les sinipdarcs étaient

souvent chargés
:

de percevoir certains impôts
Journnl d'cnln-c du Musée,
11"

6710.^,

l.

7, cl

GynS/i

,

1.

5-()

xai airaninris).

lîini..

:

àohlili.

67283. Rapport [SiSaaKixXîa,) adressé à
(rA|>liroditô,
Lon^j'.

l'iin|)C'ralricc

Tliéodora par les habitants
d'Anlaiopolis.

coiilre

les

agissements du
1

pafjarcjiie

m. 3oô

niill.,

larg.

m. (joo

nùll.

Ai)hroditù (?).

Date

:

peu avant BAS.

Le texte du rapport

est

apparemment de

la

main de Uioscore

lils

d'Apollôs.

Le

papyrus
est

est divisé en trois
:

pages séparées par des marges vides. La première page
le

incomplète

il

mancjuc

bord gauche sur une assez large étendue,
ici

(|u'on ne

peut déterminer exactement. Les reslitulions proposées
(lu'à

ne peuvent donc prétendre

compléter

le

sens de

la

manière

(pii

m'a paru

la

plus vraisemblable.

L'encre
le

est eiïacée par places, par suite de moisissures ijui

avaient entièrement couvert

papyrus avant son entrée au Musée.

Le

nom

de

la

partie plaignante mancpie au début,

mais

les signatures

permettent de
:

restituer zsapi

tSv

àrro k^ixii? A0poSîr)ii

avec certitude. Elles

émanent

r
'2°

De

1

1

prêtres des dillérentes églises du village, et 3 autres

ecclésiastifnies,

un

lecteur,
,

un diacre

et

un morne;

De 22 xTthopes
De
2 zaSeWt'ovss

['possessorcs'j

propriétaires fonciers;

3"

on vo^ikoî, notaires;
:

Des chels de plusieurs corporations industrielles
TTOi,

;^aXxoTu-

yva(p£7i
;

,

téxiom,

xavvaxOTi'kÔHOt

,

-aaxTuroTTOiot,

olvo-npdtOLi

5° G" 7"

D'un débilanl de vins;

D'un prôlocômètc;
D'un receveur des impôts
finances,
le

et

d'un autre fonctionnaire des

^otiôls

tSw

Srifioairxw;

sans compter plusieurs personnes
toute la
(|ui
xoJf/j;,

(pii

ne déclinent pas leur

(pialilé.

En un mot,

c'est

clergé, fonctionnaires,

marchands, ouvriers

et propriétaires

ruraux,

a signé le document.
destiné à une

Ils l'ont

femme, désignée seulement par
ils

lis

mots

>)

iJuSv Séa-nowa.

Dans

le texte

de leur rapport,

se disent,

de

même, soumis

à l'outorité

des Seairowtxoî,
est cette

c'est-à-dire des représentants et

employés de

la Séa-aoïva.

Pour savoir (pi

16
r67283]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
maîtresse, le rapprochement de notre papyrus et d'un passage du n"

G7002

est

suffisamment instructif

:

CyOCQ,

I[,

I.

ih

:

înzb

^ov vTtsfi^vétnarov zsiTpÎKiov (le duc) èafiev, xoù avOpdmot

aînov \y\)\yxjxvo\m' xa) toû ô-st'ov oïxov.
1V°

67288,

I,

1.

3

:

[àvOpvTtovs Tvyy^âvovTai

['?)

T)7s]

te Souxtivriî

st;o[v\ai'ixi ^(a')

T-îii'

Ss(nT0iv[i\xi3[v\.

Il

est clair
l'identité

que

les

deux passages expriment

la

même

idée, et nous devons conclure à
les fonctionnaires
ici

des Sscmowixoî avec

le S-elos oïxos.

Ce sont

de
le

la

domus
île

divina de l'impératrice, laf|uelle, par conséquent, est
SéaTZOiva..

désignée par

terme

La confirmation de
N" 6702/1,
r.
,

celle conclusion se trouve

dans deux papyrus publiés précédemment
xarà xaiplv àpyjjw'jiv où jàî

:

1.

5-8

:

è-netS))

Se tsapà

t6civ

tu^toûiyai

àSixt'as vTréfj.£tvov,

S-ïi'w iifiCiv

oïxy a(pis aînov? éniSovvat xa) vnà

ri]v -Tspoara-jt'av

aÙToO

yei'éaOjit.

Ainsi le bourg d'Apbroditù, pour se proléger contre les injustices des fonctionnaires
publics, a recherché un patrociniuvi
la
,

et a choisi le plus

puissant de tous

:

celui de
Ici

maison impériale.

11

fait

dès lors partie du domaine privé de l'impératrice.

Juslinien emploie le possessif >'mvv, mais c'est que la basilisxa
et

Théodora

était

morte,
c'était

en

fait

son domaine était administré par son époux survivant. Qu'en réalité
s'était

bien à Théodora ipie

confié
(1.
t

le

village,
:

c'est

ce

que prouve une phrase,
tjJj

quoique mutilée, du n" G701 9
xa.)

1-1 2)

... SJso-ttoivixov

evxléovi

5si\ai

X]>/ç£a>î

f/ii>?'f/(t;s)

QsoS'jôpa.? •apb (pavlepov y]p\6]vou.

Le

même

papyrus,

un peu plus bas,

e\pli(|ue
la

que «la plus grande parliez des terrains cultivables
divina.

d'Aphroditô dépend de

domus

Le reste,

c'est

sans doute l'ensemble des

propriétés appartenant aux grands jwssessores autopracles,
nios (n°'

comme
le

le

comte

Ammô-

67138-67130)). Seuls, en

elTet, les petites

gens, tous ceux qui pouvaient

être exposés aux exactions
rial
:

du pagarque, avaient dû rechercher

patronage impé-

mais

c'était l'immense majorité.

Ij'autopragie d'Aphroditô

nous apparaît ainsi sous un nouveau jour. Jusqu'à l'époque de
:

Juslinien elle a été absolue

c'est

bien par elle-même ([uc

la

bourgade percevait
,

et

versait les impôts, sans intervention

du pagarque (n"

G

70

2/1, r.

1.

/i

).

Depuis l'an-

nexion à

la

domus

divina, les choses ont

changé. Los l'onclioniiaires publics continuent
les

à être écartés

de son administration, mais

fonctionnaires privés du B-e7oî oJxoî,
la

les Ssa-noivixol ,

ont désormais un rôle dans

perception.

Toutefois

il

est très

vraisemblable que ces SsatioiviKot étaient des habitants du village,
choisissail-on sur avis des autorités locales
:

et peut-être les

en pratique,

la

situation dut rester

sensiblement

la

même

que jadis.
les

Les Ssa-nowtxoi paraissent avoir été placés sous
StotxtiTvs TiTs
x'jjfji)ii

ordres d'un intendant en chef, le
à

(n"

67088,
in?

1.

to). Di"

même,

Oxyrhynchos, nous voyons
,

un

Sioix^ni

Ta

tspdy^ia.To.

B-sioToiTtji

olxlai (P. Oxy.

1

\?ih

,

1.

3; et
:

1.

iG

t))i'

ètJLiiv

Siotxyjmv).

Nous rencontrerons

ailleurs des

fonctions

analogues

celle

du

PAl'Vr.US liVZANTlNS.
Stoixnriîi Ttjs
cliarjjé

17
la

AvratovTTo'Xnw, intendant du couvent de
la

Melanoia d'Alexandrie,

[07283]

des intérêts de
ici

comniunaulé dans

le
,

nome

Antaiopolilc (n" G'jaSG).
,

L'impératrice

nommée
le

pourrait être Théodora

morte en 548, ou Sophie couronnée
ferait

en 565. Dans
relatives

premier cas, notre papyrus
(n"'

partie de la série des pièces

aux exactions du pagarcjue Julien
le

Oyoïy [548-55
cjue la

i];

6702/1

[vers
(cf.

55i]; G'yoSa [55i]). Dans
n"'

second,

la

plainte serait dirigée contre

Menas

G^oca [567]

et

67021

[vers

56/]). Je crois

première hypothèse peut

seule être envisagée. Plusieurs des signataires nous sont en eiïet connus par des

papyrus datés;

or, voici les dates
:

qu'on ohtient en recherchant ces personnages dans

nos autres documents
B/xTOjp, prêtre (p.

H,

1.

1

ou 9)

:

cf.

n"

67 126

date

:

54

1

KaXX/iuxos B/xTopoï (II,l.ii)
\epri{itct.s

67082
67138
670f)/i,f)5, 116,

55i
avant 5/i2

vofxiKhi {\\,\.

i5

et

i())

(mort de Dioscore)
YiikiTos vo^LiKos {\\,\. ic))

128,
'S.svovOiji k.-n6XkrjjTos
1.

i

2t)

5/17-553

11, 22 et

118

laoLK l<i)ii<vov {\[
Eriii;:^^

,

\.

25)
I.

67032 67102 67002

55i

526
553

IIpaxˣ<ou (III,
Ici>(j);(p(oy

2)

Mafias

(III,

1.

4)
6)
1. (j)

67127
67127
67
1

544
544

k.y.aii Aëpaayil'ov (III,

1.

0eiT£xros'*Pa('ou(à7roTrpo»7r($(7(TOs) (III,

27, 128

544-547
55l

Kvpos m/fCTopoi

[[[l

,

1.

11)
1.

67082
67001
(?)

Àêpacifx B/xTopo> (III,

12)

5i4(?)

67128
KakXt'vixos LpfiaûwTOs (III,
Icjdvvtis
1.

20)

671 10 671
t

547 565

KopvyjXîou (III,
seuls les
le

1.

24)

1

585
à l'époque de l'impéraest dit iXaiovpy6s
:

Ce tahleau, où
trice
II"

deux derniers noms nous reportent
second
est-il

Sophie (encore
I

douteux, puisque ce Jean

au

671

1,

et

KTifTop ici), ne saurait évidemment être une preuve ahsolue
très fort, et,

mais

c'est

un argument
tenir.

en l'ahsence de tout autre, nous

sommes

forcés de

nous y

Le terminus aiUc

ijucin

est
1

donc l'année 548.
(n°

Comme

la

solution de cette première

affaire intervint

en 55

67082), on ne peut guère non plus remonter heaucoup
:

plus haut (|ue les dernières années de la vie de Théodora

547 ou 548.
Il

La première ligne de en
effet (|ue les

la SiS(taxak(a

contient une nouvelle difficulté.

semhle évident

mots B/xTopi

Siax6i"f> et la série

de datifs qui

les

suivent devraient

être les

noms des

destinataires. Je suppose
la pétition

que

ce sont seulement les intermédiaires,
(>;

chargés do porter
I,
1.
1

à

Antinoé, au duc de Théhaïde

ùyLsrépat.

zÙKkda

:

5)

:

ce seraient, par

exemple, des Seanotvtxoî, que

l'on instruit des faits afin

(pi'ils

les portent,

indirectement ou

même

peut-être directement, à la connaissance

de

la liasdissa.

Catat. ilu

Mutée,

n"

G'i'ji).

3

18

CATALOGUE DU MUSÉE DU
La première page
Dioscore; de
est écrite
la

CAIRE.
de

[67283]

dans

celle cursive très soignée cpii est celle des requêtes
la

même

signature de

page

III,

I.

7-8.

Page
[n/

I.

Twv ano xwuj;>

i\.<PpoSiT>]s
jf-f)

BtKJxç/Oj ^laxortçi «[a< To]f? S-aufza-

<TtaiTaT[o(?

xai lliKjopi
yi[i.wv

);fxeT£/30t[s]
&'?

a[

J

[A(Ja(TXOfX£i^

t);î'

suTS^eTTaT?;!'

Ssunoirav

lovAiavos

},a.ix7Tpj

(Sou-

XeTOLi TSapy, to] eOos ijixaî sXx^eajO'xi ei; TSayapyjy.v t>7[î AvTaiô^iio'Xirwv
7]£

xeKpaTijxev [aito

-nrpo]

[ojfxtwt^ T)/î

mivs^yjasws,

KOLiixip

a.v9p(t.i7i'jvs
;c)

ivyyjxvovzai
oii;c'

tî;?]

ts

§ovxia.v7j; e|o[ti jcrtas "*

Twr

(j£(T7î'on>[t]xw[v

-wj/soi'oeti'

oj'î[a]fxei»

[eTre^vXâer j/pv
iT[T]aTa(
?;

toi-jvto?, Ta'i' Svp.07i(ji}v <popfxiv -vipo^afTsi- xai

yap^ smys-

£7r{/^«[/3to];

ap^oSia Taçj?

a'[s

oJufîîTroTS ev

i;[o-]T£/?);a-j:x(U'

5

[t);s

Touraiv -mapoyjjs' ovtos Sa

sTTiSpot,fxrj)v to, j/fx^TS/oa

xTj/fxaxa, &v;c' wxvrirrev
(sic)

£KT:o\pQ-)jyai tolvtcc [a\X[£0~\v
To[7rw]i' s^ a(^op(x\v']
[tovi

twv

viyj

^ap§[oi.\pw XeÀufxajrofxeî'd'!'

Svi>-OTiov.

Kai

oj

auTW

£Tvop.svoi 7sy.vja.

xa rspoty^aTa
;£aj

isspi

t);?'

î;!^'-»-'''

x«]fir?v

etpVT'Xi |£]|[£:]7r9/20);(Taî'
.

xaxwâ

ot.v£x(^py.fTjCf^s'

srt

(î;

;caj

[t]ov jauT?/ Aa[
[
,

]/30î'
fx?;

(i)(7Te

e^strat

J/fXM'

ctiropavaiv ras rrvvijOsiî xe] naCpspsiv

[e/jyaXfitwv xa< y^pvTTvpK^v waj'Twr,
);fA]ji'

aXX
t?;

£(?

tv

J/f^wv

aiioTpo^pin' ovSev
itx£[u55] t);>

U7r£X£t7raî'
};(xciiv.

£J'

[ay/;«(?)] xat fv

xumv

o[t]ô'5');7ro[T]£

£'j^«Vocs

[0*^£î»

0£O5 TJaj'Ta Ta

-nrap aur^xM» xy.Tï

xwv voixwv

TSiizpoLyiisvct, x%i\ tols

y£rafx£j'a[?] ix[i]ai(poi>ia5 tov (Tvtx[ë\avT05 [T]otov/[Tou Ao<]fxo'j xaj oXoA'j-

fia[T]a lyovTO?,

Page

I.

i/g;»'

.3.

^ecr-nonnxos

:

cf.

n"'

6701g,

1.

1

1

;

67088,1. 10; G7
de l'empereur) se

1

/i/i, 1.

2

(?).

Le mot SeanoriKo: (fonctionnaires de
D'ÉPHtSE,
tort par
ïlisl. ceci.,

la doinus divina
,

lit

dans Jean

1,82

(^dàsfûtttjà)

le

traducteur, Schcinfelder, l'explique à

«membres de
112,

la famille 2
:

impériales.

Ligne

II.

Cf. Nov.,
,

xtvSuvc^ rns apyioSias Ta^ecos
p. /i3, et

= periculo
papyrus

eompcteiilis njficu.

Sur
il

eTTiy^upios

cf.

Ed. Just. XIII,

passim, et

le

6702^,

r.,

1.

5

:

s'agit ici

de ïojpchim du gouverneur
rigueur, on pourrait lire
:
i;

civil ov\

pracses de Basse-Tliébaïde.

lÀgne G.

A

la

(jt[.

.^^pov

ou

f/[.]poi'.

Ligne 8. Uneov

corrigé sur

u.

Ligne g. OXo\v(y)[j.(na ne donnerait guère un sens satisfaisant; peut-être est-ce

un

mot forgé, de olos

et

d'un dérivé de

la

racine Xvfii^aivsivy

PAPYRUS BYZANTINS.
[xat wai'xa

19
[67283]

Ta a^aict

^J7fjnci'(xaTa

tô xat a-îixj/fxaxa ra weptejXOorxa );fxas
et

T[o]Tf, ajiva. yjxpTV^ oy Serhinijoi-i X,(f^p£tv
\<P(Ann!

jul?;

ap[p]yxTfjô SivysicrOai
.

JV XixÇxxipayu^-yolv S]ta..

.

.

«çTTWs.
l'as.pi

ÙOev TSapx io qmopuv
vp-'^i',

nftas

-nrai'TJ/

TSa.via.yoOc.v

7V5 (To.nvpia.i

^^j

fxia

xai

fxor?; viTroÀeXt-tTTTat
i/fxif''

eXnis, (7'^]oXvv o-yçiv

[mpos ToluTo 70 aepii7TioySa\(TTov\
hjlicov Seanoiv)) e2>op(joai)Tai

w]/2a}'fxa, -apoa'ùvoLi

tv evaiS^

eTTKTKOiTOV

tj/s

Avraionjo'kiTWv tov
o-'P

S-£o[(T£é'), 07r]w»

tvv

Ta-rrefvwf'''»"]

Vf^wv xat aT:0Tp£\l/y

Vl^(^v

Wuv

r(x.Xamrx^p(t)v

tov eipvtx£vov rsoLyctp-^vv , kxi
£\pycL(,i(jOat

j/p<-et>

evpœ^sv £vxoX\ws
TsXefTfxara xa» t);v

^luvai [xai yav/jjôi
e^atcriov
[);fi&n'

-aspi

toc

evfT£\6ii]

s(j.êoXin',
Sia.

w'y-ii TO-jTov

Tvx^ovras tov euepysTVfxaTO^-

j/fxa? -nroTJe

uyt-

ovcrO[at

x^tpo]?

t);> £U<Tî6'i:(T[TaT]7;s î;fA«V S[£'7'!To]ivi]s

xat

t?;* iJfj.£T£pas

£[u|>cX[£»]a>,

pi

j/â

xat xoXoi.T0iiTOVTai £H£ivoi

01

xixKovp-)Oi, 01 ofxj/fxaTa (pa]}'£/9a xai tcl

xlT);fxaTa(?) T«]r
-no[u;]'TarT£S
[ax/s-J/cTTa].

[i;fx]£T£/2aii' yiict.py^ov\T^wt ai'[o/5]vx.a<s

xa» avaaKccpais

Page
£A££l/] 7Sp£(7^i TV'

II.

•p 15lXT'>'[/2

ayiHS Xa[0rjXl]xV5 £XxX);TtaS
T)/î'

X(jôlli)S

AÇipoSiTvs
Tj;s

TSOLptxxxkwv sTTiSsSwxa v(xiv TavTin'
J/[fjL«>' f5£(T7rOH')/s.
I

'^tS(xa-xaXiixv

TSpos

£irh!o-iv

\'-

UpoixoLWs iwavvov ap£(jSvT£po5 £'k££ivo5 TOV ayiov

ana

Upoixau^TOS (xap-

Tvpo;

xfjjjxvi

A(ppoSiTV5 •cTa/3a«[a]Xwr
);]fia)j'

ETTiSeSa^xot. v[iii]v tclvt)]v

tvv

^iSa.-

<7x[aX](aj' zspos £i8yqiv Ty\j

hrr-n:o\i\vv5

Lùnir 11.
co|)l(!s,

I.irc

laÇivpayooyov ;

le
l'y.

[jroupo

ai

se

prononçait

s,

ol l'e,
le

tl.ins

les

(écrits

ptn-mulc souvent avec

Uapa. rejirésenle proliablemenl

verbe sfctpeaTi.

lÀmic i3.

Je propose s7n<jx07rou parce (pie mous possédons une recpiète de certains
à l'évecpie

moines

d'Anlaiou(?) contre

le

pagarque (n" ()702i). Les nombreuses

si{;natures de prêtres, à la pai;e II, seraient aussi en faveur de cette conjecture.
EÇ>op<.)3->nai
:


de ei^opov; pour sitoi'vrai.

Tansivcoatv

:

très

douteux,

les traces

d'écriture étant pres((ue illisibles.

b'jnw

if>.

Aia x^'P°^
:

"^^'^ '" 1''"^""^
Il

paraît contenir liuil lettres plutôt que dix.
l's

EvxXetas
Ligne i6.

très douteux.

y

aurait plutôt place pour deux lettres entre
:

et le x.

Tœv

VfieTepuv vTiapxovTuv

kIcs gens qui sont soumis à votre autorité ti
(in est d'ailleurs

(celle des SetTnoivtxoi). Toute celte

trop mutilée pour pouvoir se

restituer avec certitude.

Page

11.

Liifiic

i

.

(]es xotOoltKai exxlijatat (cf.

sont les

éjjlises paroissiales,

opposées aux

éj;lises

de couvents

Du (mnge,

a.v.

xaOoXixos).
3.

20
]-67283]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
f-

CAIRE.

UiTpos

Tsp[£(T]ël

eXseivoi rv? a[y]'a*

hixOoXikv? sxxhjaiaf ATTQaToXwv

xœp-vs A<PpoSn7]5 TntxpctxrtXwv
Tspos
f-

sTTiSsSrjLixa

vuiv rauT)/}'

t>;i'

r^ir'^ciarxaXtav

siSrjçt^' T>;s jjjxvv Ssrnvoivrjs.

Ai'oy(p[jJs

zspscrê}

sXseivos

ti;?

[a]yta?

xadoXixv?

£x[X\yjg-ias
v^j-iv

(^sic)

oltiol

Mp[u](Tatou xwiiii; \<Ppo\Si\i:iis [-nrJa/îaxaXwi' £-i:ihi>wxa

TOLVTvr

t>;i'

SiSaaxaXiav rspos
5
-f-

eiSijcriv t>;s j/fiaii»

Sso-nonnj[i].

s}.ssivos

"^ais-

T^perrêj

7ns ayias xccOoXixvs votivvs exxXvoias xwixv? A0/3Od(T);?
vtxiv TavT);i'
t)/!'

aapaxaXdiiv eniSsSwxa

-îf^aT^iaXtat'

-apos sihjrriv t?;?

\ KaXXM'{xo[ï]
TV?

'nT/3£'T[é'(]

eXeeji'OS tî;s

aytas zxXvmoLS

[sic]
t);i'

a.[i.a.

Ma/2fas xv^yjs

Ai^^TJTj;» (sic)
et^ï/o-iv

TSixpaxaXw sniêeèwxa. vaiv

TauT)/''

^(^acrxaXtaî' -w^os

î/fAcof Sea-noivrj'-

f

B(XT«i.i/3

7rp>;o-é'//(sîc)

[eJXestros tov a[}']jou
v,«'[']v

avra M?;i'a
t);v

^xptvpo;
rî'trJaTxaXtai'

xwfx);?
-nr^o?

A(ppoSiTij5 TSapa.xci.Xan> eirifhSwxa

Ta*jT);7'

[ EvXoyios

TSpecrêj eX£[s]ivo5

rov ayiov arra Bi^iTO/îOî

fx[a]pT»/50s(.s!r) x&'fi);?
-ct/sos

^S.'PpoSiTV? 'aa[pa]xaX'Jôv e'7:iS[s]Saixa
£lrh]tTlV 77]? J/fXCiM' SirrTTOlVVS.
•f-

vaiv txvtvv T>;r 'SirîaTxaXiav

RiXTW/0

Trf/?£(7§[/]

eXecfvos TJjfs] ayia? x-xOoXvxv^ xaivv?
ra-jT)/!'
t);i'

zxxXvyi^ay xvfxv?
»5jfîa7xaX(ai' -w/îcs

A^/5o5([t]);î
t-('îr7(T(t'

TSapaxaXwv eiriSsSwxa vaiv
V^J-an' SsaiTOiinfî.

7VS

10

-p

Xëpaafxios îs[p]£tTê} £[X]££ivoi
,aat'Ou

T);? a)-;as

xaOoXixvs £x[xX);Ti]a? avra Pa'-

xwiin? A<Ppo^i7ns 'aapaxa\X\m' £T:ih8rxixa vaiv TavTvi' 7vv Si[Satj;?

f7]xaXiav tspos zihiaiv

j;aw

(îiTTronn;?. <I>);v? avayiv^iTT) tî/î

auTVs

aytas £xxX7i(Tias, a^iwOzi;, £ypa^a vr:£p av70v ypafj.aa7a
f-

[xv £iSo70î.

KaXXivixos Bix[t]o/20? X7V7vp
eTT£iS£S(A}xa ufxn' TaT)/j' T);i'

T);[>]

avT)??

xwav? AÇpo^nvs TnapaxaXw
-f-

SiSaTxaXiav

zirpos £trh)a-iv ti;? J/fiatr rhoironn);

-f

AttoXXws

xtj;t[«^'/3] Tr;s

«wp;?

AÇ>poSi7Vs znapa[x]aXa>v £iiihSwxa y[xiv
tî;5 r/fAiwi» S£cnioivr7s
-f-

7av7m' 7m'
•f-

^t'îa'T;^a[X{]ai'

«/sos eirhjaiv

Aouxai^oî xt>;t[w]/3

[t]};? a'JT);>
7-)]v

xwpLvs [A(p]po,^i7[i]s] 7sapa[xa]Xwv

£[7:]i-

h^wxa vfxiv
-f-

TauT);i'

Si[SaTx]aXiav TSpos

£irh)o-iv t);s j/fxwv ^£[<T]7roM'r;? -f

Ooté'afxfiaii'

X7ii7wp 7vs [av]TJ7b xvfxr;? A^[/2]orÎjT);? TsapaxaX^ov £TtiS£Scoxa
t[>7v] -:yr5a(TxaXtv (sic) -cJ/jo? £trî};[T]»'

vaiv Ta[uT]);t'
t5
"l-

7n>

Vfxr^^' 'Îstttou');;

-f-

\£p7)^ia5 ]iix[7o]po5 [rJaé'eXXtwv xam[t]; A<Pp]o^n7is

.xa(-

K^yv^T^VTJfOs

E/5fxavwT0s x£[^a]Xaic>)77js twiTM'OO? IwTJ/t^tou oivonpa

y_aXxo7vnw

rr;? auTj;s

xwpj?, xai A&'par-

Ligne 10.

Cf. r£xxX.;(Tja Ptyç/avoy des n"' fi^i.iS,
:

I'

1.

A

,

cl

GyQofi en
:

niar^jo.

Ligue i5. Kai

entre deux points dans le
et

ms.
le

Ks^aXaiWT);^

sur les chefs des corflettriigc

porations ouvrières

marchandes, voir

récent travail de Tu. Ikii.,

zur

PAl'VlUiS BYZANTINS.
TV'" a[ujT)/>

21

KV(j.vs Aip/îO'-îiT)/?,
,

KOLi

[ijojo-f );>2js]

AttoXXwtOï yvai^sys xv^ivs
twî'

[07283]

\'^po5iTvs xs<paAOLiCLnv?

^oli

*I>'>(€'afXfia))'

UanvoyOïov xe^aÀajvrv^

tj;ï,

xa( lepvfxias

*I>jé'tou

KS'Pa.XaiuiTvs

tw -nraxToroTTOtcov xwp;» A0pO(5'jT);s,
t?;v ^«îacrxaXtai'

•nya/3axaA[o]t;î'T£s £7r(rΣ(îa)xafjL£v
T)]s
[);J,«-<wi'

v^-f TavT>;v
•jttc/î

TUpos eiSriaiv
ei'îoTic'i',

SççTïoivvs

]'

K}/sa\^a

av/Ta'r yponMixcLia.

p;

-wa-

pOVTOJV HXl
etTToi'Twv fxoi, }pai^07'TJ
f5£

«ai

vmp
.

£\ix\olvtov le/svj^'as v[o]fjitxos

•!•

IliXaros

Taé'iAXjwi' [xa)]fi[j;]? A(ppoSj, Upgixa'oos Atio'XXoûtos xai Ma[xa/3]j[os] 1^'(Tvf'jSjlô

xf^aXf)]
}ivu-Vï

TwM

.

.

.TTWJ',

xat

Iwo-);i^t>

I«a[wo]v

[x]t};tw/?

ano 7Vi

T

A^poSnvs,

'Tna.poLKoyvTe[5'\ siriSer^uxa. vfj-iv TOiVTijv jr/v SiSol-

(TxaXiav -TSpos siSvnv
fiocja
fxt)

tv^" '?fA[w]v
xcci

Ssanoivvs. Eypail^a vuep ixyToov

ypoi.(x-

siS[oT(i)v'\,
xcti

vsa.povTwv

smovTwv

fxot,

ypaÇiovTi Ss

vmp

e^avTOV IhAaTO?

vofxixos

+

•]'

"Ln'oyOvs ATroÀ/atTOs
-ct/îos £t'5j/<7J!'

TspcoToxj [zscx.'^pcuxy.Awv eni'h'^wxa TauTj;i'
T)/> î/ficf SeTTjoivjjs [-f-] AttoÀXc»!^ llf.

t?;î' f5i^aa-[;c]aX«aj'

wtô xTinwp

Tiji

xui^js 'aoi[pa.xaj/MV

ent'h'jwxa [vajt[î']
Tau-)/}' TJ/f (îffîa'Txa/taj' trr^oj
t-u^virti'

tvs

);pL6L'r f5eo-[7ron'7;s]

-f

1'

AttoAAwIs]

Iwcrr/i^jô ^pulcouTrlo'-^iîXT);» t^aH^

()i]^oaiw

-ijî

xwfxys A<PpoSnvs, isapaxa.-

Awv enifhSwxa
•j-

tj/i' SiSoi.(t\_xoi.Moi,'\v

7S/3o[s] stfhjaiv t);[s]
x(t}p.ijs

Vfxwv

(Σ0-7roji'[);]s

-]*

Teoûpytcis "^eintvôOô Siaxj xat xt[);]top
(5'£(îwxa
•|-f-

A<PpoSn7}s 'aapaxalojv
£(';I);(TM'

£7r[<]-

T[au]T>/i' SiSaaxa}.[i]a.v [sic) ro[/3]os

tj/?

VfAan» (Σ(77rojv}/ç

io-ax Mouiratô x[t]);t&i/5 xoti <l>9fé'afxa&)i' Vir^JavcTto XTijrop Tr^apixa.-

ÀOWTtî
Ê7r{rΣ(5a)xa[fjL]i:i' Tavi")/)' tj/!-

r5u5a(7xaÀ[iJav «/^'i? £iJ);<7tr t?;s i]\xo>v
,

Seanonys
xas

\'}

'lpi\oi\^£/.(p\o\i

KvrjTqcvTivô , (X^twOeis
fx);

sypa-^a vnsp Se

[fijfxauTÔ
t6'î'

vmp

auTcov y/3afx[fx]aTa

siSoTan'

[

{'•

Ep^avws §ovOoi

rhiuocrirxiv

xvu-)!\i A](pprjSnvs

tsapaxalun»
'][i\'}gL(Txa.Aiav

eniSc'^œxoL zoAv^tvv
f-

jyr

'a[pos\ ei^vaiv tvs

?;fx[«<''']

'^soitoivifs

Avpi

l[aU«ê'tI>of6'afzfjt.wroJ

qyviiAeaTj 'aapa.xa.Awv \£iïi\^£Swxa
Seanoivv^
-f-

vfxiv

to

r^\iSafTxaXi\xov

-ct/jos [£(5J};'7M' i7]s vfxati'

Icra^ l'vaj-rô XTJ/TC'p

KciDitniss

(Ici

Gewcrbcs im hellcnislischm Aruyplcn,

p. i(j5-if)5; cf.

encore P. Oxyr.,

1953
Lippue

(t.

X), noie iG.
:

ij.

Kawaxoi:Aoxr.<v

cf.

n"

(lyaSS, IV,

1.

5 (noie).

Llmie 2 0.
Ijjpic

Lire aap3.>t(aA^ovvTeg.
ni[À]'jtTÔ esl impossible.

21.
2/1.

Ligne

TpiaS£A<pos

:

Icclurc conlirmée
est celui

l'Index), où ce

nom

d'un tottos.

— Le mot —

ACppoSmis

a élé oublié.
1/1

par P. Lond., IV, n°
Xirep Se
:

kj [passim

:

voir

pour

te.

22

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
zsa.py.x'xX'Jôv eniSeSwKot.

[67283]

to SiStXTxy.Xix.ov rspos tihj'Jiv

tî/s

?;fxoi»j'

Sea-TTOivrjs

-f-

p.u;e

m.

Atai' •nî/3[o]î eiSyjTiv tj;»
Eî'O)/^

);|U.a»v

<îea-7ro[ti');s.]

H/3axX;tou a^KiiOeis eypxipx

vmp

a[t;TOu] ypafiixoLTOt. ai] ei^fJTOs. <I>[o]»-

f-

MaSia»

Iw[T]r7>^iou

xTttfj^p

xvpjî Xppo^nv? Tsapy.xaXwv

eivir^vxa [sic)

5

Xtar
•|-

73/30? eifhja-iv t>;? r/fjLwr èsa-TTOivi]^

[
smiSe^vxa. TCtvTVv

Aaai>
rnv

Aé'^oaafxiô

mtnwp
-f-

xcoixv? \(ppoSn7}s istpcLKOLXwv

SiSctrrxakeiCLv -nr/sofs] et^);(Tt[j']

T?;=

Vj^w

Ss(Tnoiv}]s

<I)X)

^loaxopos MsyoiXoy «tî/tv/î

avro \(ppo^ni]? -nra/ja-

•f-

<I>[À])

0îOTc)croî

'4'"ai5

XT^nwp

xft^^vs

X^po^uttî

,

[a7r]o'îtaTo;(^G"j 'apriiiio-

Tirwv, TSctpxxctk'jdv sntSeSœxot.
10

tSt)/!' t);i' (ît'5'a'T;<aÀ(ai'

TSpo (sif)

£tfî)/çrj[r]

T);5 7}fxo)v

Semroivrjs.

\ Kvpo;
[tv]î

]\i[xTo]p'-j5

xrtiTMp airo A^PpoStrys

vr

xalvv

sTrt'îc'Svxa TauT[);v t]);î'

[>7(^'1"^ (S's'tJttoh'Vs

-j-

A6'/9[a]a,u. I}txTO/5[!3?]

xrvT^ip

t?;? £J[/3);J|Lie^');^

xwpis

zsapot.xa.Xvv eniSeScoxa [TavT]7?[v
[-cr|/5o[? £«]^j;[Tt]v Tj;s

t);]î' [(•ît]^a['T;£j]

>;fxwi' ^e|Tj7ro£[v]);>.

f
,5

l£'Ç[s]xivX \i:xTopo;

xepaXai'xnvs t[wJv
tj;!»

on'OTr/safTJ'j'}'

x^fx^js A(p[po]'}nv?
£]j(î[>;'Tjr]

TSapaxaXw
Vl'

£7ri'kr5'[wxa Tau]T>;i'

^t^aT;<a[Xtai'

-ct/îo»

v[\t-\'^^v (Σ[t]770(J');>

-Evwx

'!^M(^*V«i'[tos](?) XTvriçp

xCfifj.\j\

A(ppoth[Tv]?

[•cra/9a]xaXwv £7r[t^£(îwxa]

<HW'k[

]

XT7j\Tyjf)p\'aap]axaX''jJv £niSsSfj}[xa] v|f^"']
£i'h}['Xiv T)/s );«.&'?' ^£^7ro(î');s|.

t[<^'^]t?'|

''

"^''1^

f^tSaa-x[aXiar> Tnpos]

AiVrte

ù6.

Page

m.

Commence
Ligne 7.

sous

le

mot

o-urreXeo-T^

de

la

précéilenle.

Le texte porte certainement UsyaXov (nom propre), KTin^^pcelle

Mais récriture est

de Dioscore

fils

d'Apollôs

:

c'est

pourquoi je préférerais voir

une incorrection pour fxeyaXomiirdtp.
Lire aiToSiaSoy(pv[^.)
1.

Ligne Q.
lÂgne
1

= a-no

StaSoyjjov; lecture très incertaine.

n(apa)«aX'^i'

:

l'écrivain a

conservé par inadvertance l'ahréviation de

la

pré-

position zrapa.

P.U'VUUS BYZANTINS.
^1>À|)

23
7);i'

li\vç''yovpovs TSCLpaxixkwv

im8i\8\vKa.

^i^a.qxa.'kia.v

-apos eiSncriv

[67283]

\pvrTT)ii KTV'fj^p •ûTapaKaXan- '5[£]<îa)xa

(,si'c)

Ufxn»

T);i^ r5(^[acrx

|aÀ[f]ar rspos

IlaXai.^ TnpscrëyTepj

xai oihov[o(J.\o5 tov ayij [avra

|

Kp^ava^To; vtapaKCcXw

eiîi^SîSlMxa vaiv t[o Si^a.TxaXi^

vnep avTOv ypaixuLOLTa
-|'

f-xj;

|

ejcÎotoîJ.
ufxti'

l[«]avi')/5

KopvvXiô

XTVxja'l/s 7rra/3axa[X]w)'

£7r((Σ(îw;fa

to r^j^acrxa-

Xixoi' -mpos etpvrrjî']

Litnic icj.

XpuoTi/s ((loiitcux)

:

pour Xp»7^T);s ou Xptiinoi.

Bini,.

:

Journal

d'ciilire

ilii

Musée, n" Ao/iSS.

67284.

Quittance d'impôt

dc'livrée

au\

liubiLaiils

d'Apluoditù, pour

le

payement


•\-

(le a

nomism (lia
111.

dïï'eclé'n

au Irailement du commentariensis.

Lonfj.

i-ih niill.. larg. o

m. 3io

mill.

Cf. n°

67060.
(?).

Aphrodilô

Cursivc peiiclioo

el

anguleuse.

AsSœxaui

01

octto

xvavs A^poTiSvs[sic) tov AvraioTioXnô
xvfxj/s,

,

'%(x

[coavvô

•jTtO'^exTov T);s
£15

avTv=

Xoyov Tou
Oeiccv

OLiSemixo xofxixsvTap^jfnô , tî;" J^aTa to sOos r^iSoyievijv crvini|

xavQvos Jcuyl e]/?[a>
ïvSl,

SeVTSp'XS

TOVTSCTTIV

'•fJj'OdOV

VOfJilUl.LaTl'X

SvO TSClpa XSpOLTlOi T£(TfTaoa,

'/jjvaojriixw T)/s auTJ/î xw\x),
yij y^pl V
jS

Tsl

xzpj s

II

y^pvuj.

Kai

eiî 'j\xrx)v

aa^paXsiOiv xai to'j ^vfxocrtô

©£-

TTOlVIXeOiX TOt.VT))V T))V COZO'/JIJV
r,

z(p v7roypa(p-)7> viJ-a^y

'-«'>

Tspoxj. *1>X)

<I>ojê'afxfxcx>î'

ÂTxXas

(Tiyy) xai a7ratT)/T>/?

TO'jTÔ TOV "koyô

l.igiic

y.

Sur
10

le

xomxsvrapiicrioî, voir

11°

11,1.

et secj., el

1)7287,

I,

1.

10.

(j^oyo, noie
àsuTepas
:

1.

liVvvOeia

:

cf. n"'

G^oBy,
le

on pourrait supposer que

mol

KaraSoXvs a été oublié.

Mais

la quittance
fois

analogue publiée au n° 070/10 prouve

que

le

payement

se faisait
(cf.

une

seulement par an. Le mol SevTepas a donc été

répété par erreur

aussi la suscriplioii).
(;^pua-.
).

Ligne 3. Sous-entendu crjaOyiu
fÀgiie 5.

Sur

les siiiijularcs, cf. n°

G7'j8t>, n. 10.

24
(noiyj,i fxot

CATALOGUE DU MUSÉE DU
j;

CAIRE.

[(57284]

ccnoy^v

^''s

rspoKj. <DX/) <I>oté'afipi«)' B;xtv/30s a-iyyovla.pj xai

OLTrairvTVs t[ovtov to]u

Xoyô,
-j'

TTOiyji

(loi

7}

ixTioyji-i

ws -apoHJ-f

-f-

Suscription au verso

:

•f-

ATro;^^);

ro^ KOi).iVTy.piTj
ii°

xôiÂ'

S-VTspxî

ivSj

)(_p\l

v

^

-al

xspj]

'^

y^pj

BiDL.

:

Journal d'entrée du Musée.

/loyiS

c

67285.

Quittance d'impôts, délivrée par.Ioan, hypodeete d'Aplirodilù, à
son de Dioscore Psinianùbet.
iG/i mill.

— Long,
à

la

mai-

o

m. 07G

mill.,

larg.

m.


Aphroditù.
Le texte
est écrit

Gursive droite.
a

au verso d'un compte plus ancien, dans lequel on

découpé un morceau rectangulaire

peu

pn^'S régulier.

TJ

yiô, ets

Xoyov XonrxSj to^ svSozj
x-?p[
Il

lôXtarô xat Erw^,,
xzp\
5
'Ci,,

'l'X,

opLOij
tj/?

^
T/

airo {i)£i:ci.pyj
Xojttj
)

aAX

o^oij x] Sy'

TyGi y

Iwixinnjs

vnoi^l Tejl

Au

verso, quelques iijjnes à

la

fin

d'un

smytov

:

il

xoii-inixov

AppoSj

yijl rrij

fi.

^

}

r^y

xrti TSpj

.

[

]

Liiiiie

1

.

II (uTrep)

Aioanopou
ici

:

ci.

n"

GyaSi)

,

1.

1

et
ot

1

q

:

to vnep xvyLris A<PpoSirrii.

Il

faut peut-être voir
les

une faute d'iotacisme pour

unsp àto:rxopov, ceu\ qui payent

impôts au

nom

de Dioscore, c'est-à-dire, probablement, ses bériliers réunis en
:

consortium. Le singulier SeSœxev contredit celte hypolhi''se, à vrai dire
voit

mais on ne

guère quel mot

serait

sous-entendu après

>?.

Ligne 2.
Julien
(|ui

Le signe
aTTO

3" est douteux.
cf.

Lire XoiTraJair
Il

(^l\nv.

Ju.sl.,

ih-j

et

i/)8).

Sur

enap)(^cov,

Gyofio.

faut sans
et

doute comprendre «les impôts
n

auraient dû être perçus déjà par Julien

par Enoch

Qieut-être êCTreXXevTv's du

n"

G7105,

1.

5?).

Lijpic 3.

Oiioi{cos) (wrep) Xo(7r(aJ'aii') (xai)
a. AXX(rjii',
:

aXXa(?). La dernière lettre,

([ui est

informe,

doit

probablement être un

sous-entendu (popuv) est moins probable.
(jui

fÀgiic â.

Tïjs (ai/Tv^) (^n'Stxjtuvos)

le

reçu est sans doute détaclié d'un registre

on

contenait d'autres, de date antérieure.

La date n'a pas été répétée

ici;

le fait est

pourtant singulier.
fÀgne 5.

Vkrso.

2£(cr>;jU£/W|Ua:i).

Ligne 1.
être

Lire Hco^ttJrlHw;

^semble

une correction sur 0;

— —

^oîStot).
lire

— Tçy

:

un chi(Tre(?);
rcpoo-Otixtu

soit

303. Le

probablement

l'Al'Vl'.US

BYZANTINS.
t/

25
\v>] -ûT^fox]/;

aoi

£n jov

avT,s ^op',- kcli
fJt-ot

syj touto to ç:v[T]a}

Wix'vp

[07285]

apoK
//l'^Hf

crTi[x,'

W'

-nT/oo]x/

a.

Lire ipop(ov].
(ht

Bini..

:

Journal d' entrée

Musée, n" 'ioyi8

c

67286.

Deux quittances pour une redevance en
(rA[)lirûJitù

naliiro,

due par

le

village

an couvenL de
larg-.

la
niill.

Vvnilencc

(MsTavoja).

— Long,

o ni.

55^? niill.,
Ualc
:

o ni. iîoG
a été écrit

— Aphrodilô

(pi. IV).

le

premior reçu

en Tliol de

l'iiuliclion 6, le

second au mois de Mesori

de Tan suivant; ces dates corresi)ondent |)iobal)lcinenl aux mois de septembre 627 et ([ui d'août 5^8. L'Apollùs mentionné 1. i3 parait être, en elTet, le prôtocômète Apollôs,

mourut sans doute en Bia
supérieur du couvent,
d'Alexandrie.
drie

{Rcv. des Études grecques,

1911,

p.

6G1). Dans ce cas,

le

nommé

à la lijjne U, pourrait être le futur patriarche Tliéodose

Ou

sait

en

elTet (]ue

deux patriarches au moins ont été fournis
:

à

Alexan-

parce rmonaslère des Taiienuésioles'-

Jean

1

[fiS-i) et

Paul

I

(537-039).

Grosse cursive droite.

Ce couvent

est l'un des plus célèbres

de

la ré{;ion

d'Alexandrie.
,

11

est

appelé

ici (1.

i/i)

Hovacnv'piov MsTavtas
fier

rifs pisya'Ke-nilsvs {sic)

kXe^[ai>S]pîas

ce qui ne doit pas signi-

d'Aievandrieii «situé à Alexandrie^!, mais plus vaguement «voisin, dépendant
l'expression de Socrale,
1,

(cf.

^7

:

Mapsûrvs

y^j^pa.

Ws^avSpst'as é<nî). En
la capitale
b.")
:

eiïel,
:

nous connaissons un monastère de ce
cité

nom

à

Canope, tout près de

il

est

par saint Jérôme

[Iki;. S'

PacJwmii, praef.

= Palrol.
.

Inl.,
.

l.

2.3, col.

111

nio-

nusterio Melanu-a', (piod de

Canopo

in rœnitcnliaiii

.niutalum
le

est).

Le prêtre
lut

Allianasc, accusateur du patriarche Dioscore, en parle dans
concile
T))v
d(;

libelle

([u'il

au

Chalcédoine, en

l'an /ir)i

:

rjvTr,,^

ovv xaTaXa&f/srou éiiov toû AOava^i'ov
'6

Uerdvoiav, upoâa-csiov Se tovto

r>~ii

ixsyîaTiis AXs^ixvSpstas,

otot£ KaVwTroî

xaXoînievov &Tvep ^poda-reiov
o-ir TÔSi'

drc^'Oev nai sk

axlatàs avvnOûai èTÙy^ave wpli àvâ-Kav(pvhciKnv 7oiJ sCayovi ^lOvacrTvpîou

xaTaÇvyc'V

o'kov

yàp SoxsT
Clutlccd.,
ii

v-no t))v

tvv
Ici,

'Yaès:vvnalù)^ùv [CuiiciL

actio

///=Mansi,

Concilia,

Vl

,

p.

loarj).

Canope
viata

est

un

«

faubourg

[irpoolcTreiov)
bf)
,

d'Alexandrie; de
il

même, dans

les Apopluhrij-

palrum

{Palrol. /;r.,

I.

col.
,

1

oH),

est

question d'un moine

qui vécut trois

ans sk tov KcÎvuttov ÀAe^avSpsîas

ce <pii cxpli(pie l'expression

employée par notre
de saint l'acliôme.
et

papvrus. Ce nionaslère est lahcnnésiolc , c'est-à-dire
Victor Tonnennensis (anno 55G),
(jui

qu'il suit la règle

y fut interné, parle

de ce couvent

des Tabendevait être

nésiolesw, situé

trà

Canope, ù douze

milles d'Alexandrie "'n.

En

fait,

il

sur

la

route d'Alexandrie, plus rapproclié de cette dernière ipie la ville de
dite.
11

Canope

l)roprement
p.
t.
f)
I

ligure dans la Chronique de Jean de Nikious (irad. Zotenberg.

5, Ô7/1). Trois
p.

papyrus de Londres, attribués au vu"
le

siècle (P.

Lond.

1

1

5'->

=

m,

2^8

;

et les

deux suivants), contiennent
XXII, ih

nom

de

la

MsTaioia, sans indication

()

Do môme Ammien
du Musée,

MAncEi.i.iN,

:

frCanopus imle diioilecimo disjungitur lapidc'».
'

Calai,

m" 07071).

26
[07286]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
de
lieu.

CAlIiE.

Mais

il

s'a|;it

toujours de celle de Canope, sans aucun doute

:

aussi,

il

est queslion
(les

de redevances en nature embarquées

sis -aXolov tiJs ^leTavoiai. \jIli.itoirc
la

Palriarcltcs contient la

dernière allusion à cet édillce, avMut

conquête arabe.
serait

Vers

Gqo
r

[Patrol. orient., I, p. /1S7)

Benjamin,
corrijjé

i'ulur

pape d'Alexandrie,

entré au

monastère de Canope

-i

(j-^j^,

en ^t-^y^ par M. Evetls, avec

beaucoup de vraisemblance). Plus
Arabes,
iMatarân
il

tard [ilnd., p. '198), aussitôt

après

la victoire

des

résida ([uel(|ue temps, lors de son retour à Alexandrie, au «monastère de
cpi'Evetts corrige à tort
lyia>o

(Lk»^i,

en Mclnis). Ce mot

1^ est probablement
ime part de l'annone

une faute de copiste pour

= MsTaVoia.
lia.iilcu!^
,

Cette maison recevait, sur l'ordre de quelque pieux
publifiue IStiiio^îov
la vie

ahov, disent expressément

les textes

de Londres).

On

lit

dans

de

S'

Tbéodore Sicéole i^BoUaniL, 02

avril)

que l'empereur .Maurice accorda
le Snfiia-ios o-Ttos)

à un monastère une rente annuelle en blé (évidemment

pour

être

distribuée aux pauvres. Juslinien parle, dans sa Novelle 7

(cf.
il

§ 8
sait

notamment),
que
le cas se
s'tt)

de ces annonac

civiles
:

accordées à des églises ou

à

des couvents;

présente en Egypte

Si6ti TOtaînai (se. •croXiTixà») eirai airtj'o-eis où ixivov

t»7>

jSaaiXt'Sos Ta\JTt]î -nslXeiH,

àWà

Koà

stt) riis f/sya'X»?»

AX£i;avSpsÎ!X>

xat

£7r< tjJs

Qeov-

noXtrâjv (Antioche) shat ^siiaOnKa^sv. Tel fut probablement le cas

du couvent alexan-

drin de la MsTaVo^a. Apbroditô fournit une partie de cette rente; elle est taxée à ôyScj

arlabes par an, réparties entre les principaux propriétaires (nous avons déjà vu, au

67188, que
ici

la part

du comte Ammùnios
les

s'élevait à

iGo

artabes).

A

cet eiïel, le
(jui

couvent envoyait dans
signent

provinces des Siaxovmaî,

comme
([ui

ceux d'Antaiopolis,

ces deux reçus (nous n'avons pas les originaux,

mais seulement
a

les copies).

Les prôtocômètes sont responsables du versement, par celles de leurs représentants autorisés.

lieu

par leurs mains ou

•f-

Efi£T/3>7(T£J'

Kj eVsêaXîV 70

y^

X^lJ.)

\(ppoSnvS

'^1

TVl>

7npoTOXop]w[v

xa\i /ha(^opl xiijToprj
T);>

auTr;ç xw^ls, sis aXoij [j.ov(xa-T)]pi[ô^ MîTaviot?,

r^j

tou B-cOTeê£inoi.TO'j aëS}

0i;o^îoo-([ô]
\<T-j(ypi

apoyjmanwv

r^l

twj' S-soçreffeo-TaTatr

(n/c) (xëS}

AvacrTaaiô x} a€?}

L><jne 2.

Sur

BixTatjO

vspea^vrepos,

cf.

n"

G7i3.''i,

1.

:>.

'S.svovôiov [1)

:

restitué

d'après la ligne i3.l'o

Lire à la lin SiaÇ^oprov xT>7Topv(r). La barre borizontalc sur

final

représente
V.,
1.
1

ici

un

r,

comme dans

cpielques

poèmes de Dioscore (par

ex.

G7o[)5,
El?

5) et parfois aussi dans le slyle ordinaire (n"
:

G7295,

II,

1.

Ligne 3.

•crXo((or)

sur

le

navire appartenant au couvent.
la lijjiie.

9 etc.).

Lire MeTavotas.


.'>

A[)rès a€ëj,
f.ifrnc

un espace blanc termine

ù.

Lire TspotcrivTùi. Peut-être cependant l'espace vide qui termine la ligne

était-il

réservé à un autre

nom

propre

:

le

couvent aurait eu deux supérieurs

(?).

PAPVHUS BYZANTINS.
5

27

WV05

ixova'Çiil [xj]

'}iy.KJ

ArT[a]{[ô]7roX[t]TWv,

^^

^[y^^\}

VI = avT);[>] kwu.^

[67286]

XIXV0V05 eXTV'

7V

»'ïX/ xs £xaT£<TT)/s X) £f>coçrT£>

yi] rrnj

—r

/\^i'0

fxoi'j.

K(

£(?

7/î»

[ufi]wr

x< Tou Te(xoa-iô

-ûTc7roj[(u.]t:

Tajujy?/!' airoTi^iv

us

TSpoKJ.

\.vx(7T<xtiô x} aSS)

aTTOTîX^tJ'
10

[Ta»]v TOU <TfTOU OLpTOL^WV Vf tv\T 3.\KZ(Tyj\iOLS STlTaLKQaiCLÎ TrSVT^XOVTOL eVVeOl,
&'f T^poxj. E[y'\px<3j

[B-]vO

.

.

n.v5[<]x/

ç.

Uae
EfXtT/5)/<T£v

ligne en blanc.

•f-

xat iî'cê'aXt to vizip

xvfj.^

AppoS}

Sj tî/?

S-aufxa^tOTaTJ/s t&m'

•nT/ooTOXoaj/TVji
T);>

[av]T)/>

xaifXj,

^/

AttoXXwto^ x[a( HjfXTO/îos

xcci

'^ivovOiôisic^,

^

avTOv XTijç-ews xxi Siapopô
XTJfTopov
T)}s avT))5 xc'fi^,

en

TaXoij Tou ^ovoirjTiipiô

Merarjas

tj;»

fxsyaAs-

TToAïWÎ
i5

AA£^[ai''î]/?taj,

(5/

T^'i'

^£0i;3jXecrTaT&L'[î']

(x§§j

Arao-Tao-tô xat A....aa-(5

H-ovaXil xai

Smxovnwv

T)/? Aj'TajÔTToXjTWJ',

^^

£fx6''oA);[î] t);=

a'jT);^-

xv^vî, xoLvovas

eۤ0(j.v? tvSfx-

<TJTÔ

xtxOapô apraSxs aevTaxeijyjAtoi.f eTnaxoTia? rsevrv^iovTa svv£a
j'aX)

[tu

x]) exar^TT)/? x)

^ixorrrij?'

ytj tit} xolvj

s'

^eipvO

fxoj'j.

Kai

££>

XXI lov Tefxo[crjou| çT£7rof[fx]e 7[au]T);i^ xiioSi^n; [wj? ap^oxj. AracTacrjo» xat

A

.

.

.

.

a(Ti05 (îtax/J

^iVijc 7.

— MoiM =
b.'irré.

Lire

cri^(i')

j'a(u)X(ois)

xïi eiaxTOcnaii

koli

eiKoa-roLis

:

cf.

n"

GyiGr),
n'a

I.

18.

f-torat.

lits

Mvi', corrigé en

eo- vyLwv,

mais

le

mol

(a)»;!'

pas été

I.iime 8.

Sei^iv.
Llfriic

Lire xat tou Sniioaion

-ûfeTToiri^ai (c'est

Timolliée

(]iii

parle)

iolvti-iv (tiiv)

caio-

Lire Ai'ao-Taa-fos et lax^uptcdv.
:

Q.
i-j.

V pa.iJi(^fx)oLT{^ev>)

cf.

1.

9.0.

Liirnc

Lire ^av^^a3l0^tJ^o•;

,

m

moins

cnroii

ne restitue

le

mol

koivot>itj<

cpii ;iiir;iil

été passé.

Ligne
Li^pic

ïfi.
t

5ic

pour

f/£yaXo7roX£ît)î.

C).

Lire xavovoi.
U.

28

CATALOOUH DU MUSHK

1»1I

CAlHi:.

)(II To[l/] I'2[v]/.[o]

irrsî'Taxeaj^^tXia?

eTTTO.^iom'Xî T^evTVKOvTX swecc ow

-aprjxj.

Kypa^j

[urropl

ç

ivSixj

'C

liliii,.

:

Journal

(l'entrée

du Musée,

\\°

/1071S

(i.

67287. Tableau des impôts et des dépenses

d(> la

)wp)

(rA|)lii()dil(),

diiranl la

première

iiidiclioii.

La première colonne

onrojiislre les

sommes

versées

pour

les KCivoviKOL el les

Tannone

militaire |)lus bas, diverses dépenses,

nolamment

trailemenls [awr^Ozicti] des fonctionnaires; les colonnes

suivantes contiennent l'énumération de détails de dépenses diverses.


l'i'tilo

Lon}!^.

o m.

.')

1

7

mil!.,

larn;.

du

1

" IVa^jment o m.
Apliioditô.

33;")

mill.;

lai'i^.

du

;V'

fVajjinenl o

m.

'i3(i

mdl.

cursivi! (Irollf.

Doux

friijjnionts,

no se rpjoi;;nniit pas.

Colonne

I.

Ao

fh]ixo[aivv xwtxys \\>PpO']j z^pvT^s

ÏVfij tol

<}

\^]

qi.vvwv[wv] ciXTÔa.p[iv\ AvTXij a -ct^ott)

^
.

.

.

.yijO'Jj
oij

xpj

.

.

.) £v yjjj

po

oa)
a xaTaé[o|A(
:,

//

X °v^''^xjx^ l

t&lM' xctvovixj,

aOvp

"

ç

v i\K\-

^j \\\iO(irAiprj

&[j:jio]f/(?) t);î ôcTj

xa-vaêoX^, yjjioix a

v x

xj
[rî/

\t\

§

XaTa|é'JoX['(, iv]ei iK
,

v pX
//

TûJ (Xvt/

CO

[t« a.xTOvap\\
T«.'

(^a/sfxôOt

§
°y

l'

p
(x

\^l

tô] «[vJt/

'xx\yo\)ix\pl çfxoij

y

'apoqra.yixs a-no
V j^6 xj V
y
L,

v

v

#
10
T'/'

lii'iios (Ml l)l;uic.

TT

.

X
Peiil-iMre
zct S[r/J^

V

}'

Cni.oNNK
iiciil

I.

f-ignr

1.

tv^ v!ToSisx.Tn)

:

miù^

les liMces lu- coiivicii-

nas lies hicn à cetlo conjccliiro.

Liipic 2.


1.

Avant

di'iwi'f'^ii'),

va(jii(!

Iraco

(|iii

n'|ir(''Soiile

sans doute
cf.

le

signe

A' [--^-ap'xnov] aprjin(ayn'XTOi).
h.
();

^^ = vnep.
el

Oi/ xpj = oivoxpsov['l);
il

n" ()7o5o

CyoT)

1

fjjnii'

Le mais

cliillVc 1^ csl très

douleiix;

est reslitiié

pour compléter

le total

éuoncé

les

autres ne sont

eux-mêmes pas
v.

tous certains.

lÀlpxc 8.

Y' zrpo(nayixinos,aTTo ro^ytia-ixaiatr)
(les

Les

n"'

C)-]'.)'Jii)

et fiyS-Ji

nous repré-

sentent

exemplaires de ces TipoTrayiiona.
xcti

Ligne 10.

\vay.(vfiizTa)

awriOisiOLt^.

i',\r\i;i:s

iîvzantins.
V ccTij el^iV

29
[07287]

tl>tÀ
.

juaa.

.

.

.

^orrs
*

v ct-nf Si,

(Kjop.e[rTap]j;criô

Tpypywii
Sj

j,

y
i

-nj

ly

[^

[t|w xvpia^ \ilpi^yc\v\d
[lw|cn;0<î fXiAiaovpyos

Tdavaçi

v v
1;

n
r]

a nj
fS 7r/
a.

L^

[}Lvv\yOci(x 7[ô] fX£)-aX) xofjLiTCb
[Toj|i?

y
L,

aoXvxl

V
Sj

x'

\y^
1

i'auX]ô
1

anopd

10 ypxap.} xj

ix^i

y'

v

^
a
jS

xl y'
-nj
tt/

....

^J^ Movrraiô "^inavaiëeT
Arratù ^J^ rrviniOeiwv

v v

S

\VjX<]i\xô

a

[rias] spoLixî

m

['^'']i"«/

'V

[Tî«]'''r[o/5]9f •çTotfi.)

v

a.

-kJ

S

Colonne

II.

Karaté \Spia.yw

y %
î^

-ni tt/

r]

Tw avTw
Kax)
T^'i'

ofxof/

a

.
I

I

TnpfAnoxj sis Aj'tjî^oô
£i/3[);i']7;5-

v
i>

a

[tt/

.1
.\
.

jpiSj T>;s

a[ nj
r}

AtVoXXwS ^OvOf
litXT(Aip }Le[v]dOô
<Ppôp->]=
T/3{Ç)'

V V V
v

[tt/
tt/
I

]
|

a

.

TVf jOL^evs

^

nj

[

.

J
.
|

Ai-raiov

|S [tt/

Ai^'/ic

i.^.

Uvpyu'v

:

pour

-sn/pyoïpL/XotÇ

(=

axos)?
ii"'

L'associiilioii

des

noms du
67058,
I.

coinmcn111,
1.
:

tarimsis el
Liipir
Lif^nc
Kii.

du

ûri/p^oi^i/XaÇcsl attcslce par les

6705/1 ,1,1.
:

3-/i, et
cf.

1.

•.'.

tj.
iS.

(/csl le KOfxi^i xai apyjiiv on prnvsvs do l'cparclilc
Hesliluei'

n" 670,'')(),

tois

TsoXvxi^ojnnan'j,
,

d'après
n.
i'.>.

1*.

Lond. Inv. 173/1
iiièine

(iriddit)
1.

cf.
1

l'iiKisiiiKi;,

Bi'richlijrim<rslistc
1 1

|).

108,

De

aux

u"*

G7i3(),

G

,

cl

070.58,
i().
II"

\'II,

I^Add. et dorr.^, resliluor ainsi,
:

au lieu de ao'kvxUmtxM'Y

lÀjpic

I,ire

TÔ 7pa^if/(aT£«i;s)
,

cf.

n"

67986,

1.

(j

cl

20;

la

même
1.

rul)ri(|ue se

lil

au
lÀ(rnc
1.

67058

111,1. 7.

y«. Sous-ciili'iidu xv^x^v-

— Sur TawatOts,
dans
.Wll,

cf.

11"'

67301,

10, cl

673o3,
p.

5, el les références (|ue j'ai cilées

licvue des Etudes jprajuc.t ,

l.

X\V,

'M();

(pianl à l'idcntilé avec la TavaiOis de P. Lond.,

/i83

(-1. H,

[).

>y/i), elle esl

conlcslée par

.M. Bki.i, (//y.vDi/. Zci/AcAr.,

Colonne
fait à
Liffiii;

11.

p. 3()7, n. y).

Liipir 1.
v.

Lire «aTaÉ(oX>;)

:

mais

le

sens est probalilenicnl
1. /i,

:

«versement
1.

llailnen

Sur

cet A^piai'os (crTpaTiojTtjs), cf. m"' 67()5'.>,

cl

6705S, VI,

8.

3.

npaiTox(a)(/>;Ta)i').

Ltipic h.
1.

Personnage appelé d'ordinaire rpi^owa

Tjov

eipijvtx'jjv

:

cf.

n"'

6705/1,

1,

6, et
7.

67058,

111,
:

I.

?.:>.

Lifriic

Lire (^povpois

cf.

n"

67058

,

111,

I.

'j3

;

pour

la lijjnc

suivante,

cf. ibid.,

I.

1

o.

30
[07287]
10

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
KaT) X'xpiaiô
A'î|9j[ai'w]
}

loyg-TOS

v v

a
a

tt/ [
tt/

.

]

.yi-pts xaTCtëoXf
t>; eiriSf

[.
|

xajixëf e[ts] AvTij ev
Jia[T)]
fi

tô apy^ovT}

v

ç
.

...

.

[Bi]>ct6l'/5) £1' Kspixa-zij

V \i§ nj v a
î<

]
.

K[aXAu'(x]ô ^pvrrov}
'^^[or'W j'o]u[fx.]e/5a/?)
1

tt^ [
ttJ [

]
.

cl

]

5

II

V 0^

Ttj ry tcC [-Ht j

I'

|0

TtJ )/

Colonne
11

JIl.

n'en reste que les

cliiiïres.

Colonne IV.
lui(T)](pis a,T:Xixj

^

fxia.

o

[x^]

a

A.vô(piô TSOtfj.}

xj

a

airaiT} tô rpiëj

Avraiô
Aroi^js ei'ToA)

xj xj
i^/îi^'f v[ov^]
xr^

a

Aeoj'Ttô
5

crT/3^ ^

ê
é"

-€
'€'

/é:^

«a

ei? Aî'tjî'oô ^/
crt)')')

t5 xv^jô
^^..^

x/

Aeoj'TJÔ
Ofxoij Sj
TJfA)

xaj Sei'O?

wa

xj y'
[x]/
L,

Xa^iiTtô
Sj

^^

jvpta xai wcc

jo

japiyja

tô xypiô Opiyein}

[x/]

a

'^

na7r[);£s «î);]fxoo-i£wv

xj

a

^

Ltgnc

1

1

.

E-TTtSyjytta

:

lounu^e d'inspcclion du prneses. Peul-èlre ces inspeclions avaienl-

ellcs lieu tous

les

ans

(cf. n"

fecté à cette visite

au n"

67289, GyoBS, VII,

1.

8)

:

un même

crédit de

(i

Kepaiia. est af-

1.

aG

(t. I,

Aihl. cl Corr.).

Cette dépense

constitue ce que la législation de Jusiinien appelle les sntSrjyitiTtKa, indemnité de

voyage, et qu'elle interdit inutilement (Nov. i3/i,
Ligne 12.
Lignf i3.

1).

Le

total

de 77 nomismata

(I.

i5) exige

la restitution

du

cliiiïre lê.

Lire

;^^pt;crii)'(oi*).

fAgne lâ.
Ligne i5.

Restitution, d'après

len°G7o58,
n"

II,
1.

1.

5; III,

1.

lA, 10.

Ta

Colonne IV.
III,

7s[otovvTa)

:

cf.

67056,
c'est

IV,

5 (t. I, Add. et Corr.).
(Joii.

Ligne

1.

Lire

anAtxnapios, huissier
:

Lydls,

De mng.,

111,

8;

iG), gardien de prison

un subordonné du commentariensis de Yojlcium

ducal.

Ligne 2. Uoifii^evoî).

Ligne 3.
(cl. n"

A7roi(T>;T)j (')

:

celui qui perçoit le Iraitcmcnl
le

du Inbun, pour

le lui

remettre

6728^, où un aTtannmi perçoit
Le
cliilTre est

traitement du commcntariensisy

Ligne

/i

.

AeovTtCiV arplaTieoTov) xai Ai'Oi"^(î £i'ToX(;xapios) (mnndntor\.

Ligne 7.
Liipie S.

I+7V.

T((/(>;) Tapi)(^i(^6jvy

Ligne Q.

Lire SijpLo<Ti£(y)vv. Sur le

nom

de Uantisi,

ci',

n"

67-112,

I.

1

l'Ai' VI! LIS

BVZAiNTlNS.
a'a'r

31

<l>[f]XoT£[o? a7rJo(?)

ToÊTW

^
xat

[

Jtos (Ttjy)
.

_>^

oj/

wa
fxora^/
)

[Ei']v;(^

.

.

ij o\i.oil

Sj la;[a]iM'[5]

[llje>cv|'7«l''v("')

[t]'^'

a>c[TÔJa/?»ô

Bovpxapii

.

VIT

.

.

[(Soî/j&o) t[ô] V Ai,20Gr{5

TÔ x[uj/?{ô
yjfxavci'Ê'eT

0/5t)'£j')/_^^<I)ot6'apifx|^ji!'Oî|

xl

.

y'

Kupô

t.

.

t£x/ v

.tt/.

.

y_pl

[/^]
jux<,
r>
.
.

ojj'ô l[£:xv['TJoJv
.
.

ax7o[ua]/?j5

.

.\M]oa-'^rjv
]epvjj.iô X\ix\iwiiô

6i's

^^ ^^

G[u.o]t

01/ OLyys

^

<,

'x^a.

ip

^
$1

E[Ai](Ta$[£T] e'XaiàiïoXI

Wxiv
SI

£ii Xi'Til TZepi

TÔ ^pva[^ tô axTÔ]

piô

WorTOs
£1'

I5[ot]tOî SITOSOS

XSplXOLTl

A'î/9t[a]l'^x)

^

7)/? XOt-TOLGolj
iVÎ

£15 Gy\ixJ7ZA)jpovT} (sic) Twi' (îscrTr)

32
[57-287]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
3o
£1? TUfji[7r]X);/5j Tj;? pmctfActs

x/ x

Jc/ ''}'

lÀ^rnr

3o.

Cf. P.

Oxy. VII[,
ici

i

t'17,

1.

9

:

Uxuo-j9iv

iisi'C{ovt)

Totansti vTTsp fisilovia?.
à la fonction

Il

faut

comprendre
Journal d'eiUrcc

Kpour compléter l'imlemnilé allouée
Musée, n" 45if)'r'.

de pnrapiosv.

BiBL.

:

tlit

67288.

Liste de contribuables ressortissant à ]r

nwp;

(rApliroditù.

— Long.

m. 33/i
Cursive droite.

mill., hvfr.

m.

5

1

52

mlll.

Aphroditô.

Colonne
11

l.

n'en reste

que

les chiiïres.

Ciihinni'

II.

.

UccXwî fxaystpô xai aSsX^pj
Usxvcris 'ToyavTiî

T

.

..

Ixxwê

Icroixid

5

..

Aaxvi' p.ay£ip[ô]
M);i'a lIjOaxXetô

koli

vl'']''^»

..

HjOaxXeto? Q,poêtvOô

(AttoXXwj N(xj7TÔ)
10
.

Movayjs

AT/?£7r)

UccvAos Q.pô ^a<pj
,5

Aafxou-re
ria^jx X(v[o]u^[o]s

Colonne

II.


i3.

Ligne

1.

Lire ^aysipo? xit aSslÇlos mrov).

Ligne r. ASslÇilos auTOu].
Lignes Q
el

v

tx

corrigé en

L^.

Le

nom du

contribuable a été rayé à

la

ligne

cj.

Ligne

1 !i.

Lire (SaÇisvi.

Ligne 16.

UaëiK

:

ce

nom

confirme

la restitution

douteuse de P. Lond. IV, liiG, 18.

l'Al'VKUS BYZANTINS.

33

il.pôsxvs fhaxj
.K

''

S
7

^VoLvvs

KaOap[dp\y)

''

.

pcLnjixi

va.-)

.

(bojg'afXfxo))' fi[cXJfcrov/9y)

''

K
7
/

llaoy» \i.zk\.aovpyo?
/

''

llaafA IlaTxeTùAc:

''

/

/

°

/

..
/

lUxra'p IlaTTO Save
..

''

}
r

_

"

/

/

3o

.

E/?fxaci'?

Xtx^fTO*'

''

>

XI <I»ot^afivi' (sic)
.ï/lNkj'aX?/
ut'oi

xadapôpy}

i'

L,

xaOoLpovpyj

''

^.

ilaXaxoT'TS

''

>
}'

.

viot

HxoXoê^os]

XivoiJ'pj

''

35
/ .

Kuptxo.-(s!c) fxo[Xv]va/5X)
-

''

}'
->

°

'

IlaXais VlptxoLOVTOs
»l)ot€'afxc'v (.s(f)

''

7
}''

ï/

WaXXouî Xfvov®/

''

|{);o-«

'')'
E[pfxa]v<i'[T/l

AttoXXos
/lO
.

" -f
''

uia.xTWO'noios
Colonne

l

J

/

m.
V a

\vd<piî

7r:ixxTJLn'(jTioij

Lijnic

10.

Lire npouî.i7X'0ï1°

Ai)t«^s

3.5-9 4.

i^

carn|;(- sur v y'.

iLc
Li^rnc

3o.

Cf. le TOTTo.

nx'X"°'- d«

•'•

Lo'hI- IV (voir l'nuk^).

Ilmw 33

MeyaXn

;

iloulcux.
:

Ce

serait le seul

exemple d'une femme xaOapo.p>o..
••

3:k ^Ulvvapxo^

pour ,..Xa..apxo^ V^ui-kvc esl-ce simplcmenl une faute
I.

cf.

cependnnt plus bas,
Calai,

col. III,

i->-

du Musée,

n"

67379.

34

CATALOGUE DU MUSÉE DU
ïwcr);^(s <l^pripiô
(i>oië%acciv (sic) a§£'k(pl

CAlIlE.

[(•,7288]

v
v

y
)'

V

.

<I)ai');î

^layeipô

.

Ovo<^pis ixayeipô
E/5fxaws TaTrau)

.

.

AtcoXXws riaGtXr;
KvplXOS USTÔL

10

AttoaXws
..

cx.ês'kÇil

âTÔ

IcraK U.ova.fJ.Tp'X
(I>jé'

.

Op^lWKoXj

XOLl Ila.-)(^vu.iô

.Kl

^IXTWp TplêoVVÔ
\no'kXrji)s (xoXvvapy^j

i5

.

.

Ep^oiwî Toiëvs xaOïxpovpyj
V^aÀxa'TUTTj [sic)

(.

Movcrvs VâcTûc
iepVf^ioi.s

zspscrëvTepos

20

.

Arpv?

U[a\'T!X,psw; xai AttoXà/

(Aaxwr xccOxpovpyos
Aaxiw[j']
.

xaOxpôpyos
llî^'-f'TOî
'"'

A7roXXw[5]

}'

Colonne
Lifrnc

III.

Ligne ô.

v

a corrifjé sur
:

v ë.

g. ïlaeiAn ou IlaaA»;
1

mais

cf. le
i.
i i
:

nom de
aujou)
:

Bgilch dnns
cf.

la FiV

arabe de Sdinoudi.
1.

Ligne

0.

Lire

Usaav (de même,
;

le IlecTaous

du n° G7058, IV,

7.

IJgnr i3.
TTulov
:

Lire opgj(o)w&)Xoy

vendeur

d'op?(3t.

Peul-èlre faut-il corriger en cp{o)Ëto:

marchand de
1;
II.
I.

vrsces (sorte

de

lentilles)

cf.

(1

Wessely,

Pal.

Slnd, VIII,
IV (voir
les

703,

1.

Bell, Classical QuarUrhj, IV (igto), p. 55;
t.

P. Lond.

Index); P. Oxy.,
rus, sans
et n°

X, n" iS^S. Pourtant
/S
:

le

mot

est toujours écrit,
:

dans
l.

papy-

intercalé entre le p et
1.

cf.

plus bas

col. IV,

1.

/i ;

col. V,

11 et 07,

G7252,

5.

Ligne 31. Ligne 22.

Raturée après coup.
Rajoutée après coup.

l'AI'VUUS BYZANTINS.
.

35
V v y'
[67288]

K'jpiK'-ji E/3aaôa.'T[o ]s y^p'jrrh

.

tlowis xspa'j.onXa.'rT}

3o

..T«fTcJ

..MiXTWp xy.Oapo'jpyoî
l .

4:^ai'b

TfTevsvoOii=
X.01.1Ï

.Kvpixos
.

IrTOLX OiSsXipj CCTÔ

3.'.

[

.

Ajiari; xoli aSeX^^j
<I)0i]6'a[fXjx]wi; SlaS'u'ô xcci vïos

[

[.

.

.]

-[c:r]ô0>;s

xy.Oot.py}

[

AttoXA'^'s] Kax.[j]g'
]

[

naOafxo[u]i-

4o

[

]

VaX
Colonne JV.

..v'i'oi

'VxQpiS
yp'jcroxooi

V

i,

.

f-ly^r

v {y')
>'

L,

Afjjxvvvs *1>WT
.

L,

Ai'Ô(2jî

ofjQivnoXô

y y

Lifrnc tiù.

Lire y^pvaoyfj'js.

lÀgnc 97. Ligne 3o.
1*.

AXXoipuXot

;

gens l'trnngcrs
('.').

à la xaifzi;, iiKiis domicilii5s
1-

sur son lerriloire (?).
S{i!x)

Lire cr«uT£(i
1

Cf. P. Loiid. IV, n" 1^119,
o-x£T£wi'.

12

'.21

:

t(w) (tksizvov;

Mon. 8,1.
.'i(!?.

(j

:

Tiii'

/>i'^/ie

Reslilution d'après le n"

GyoSS,
:

Vil [Add.

cl

Corr.),

1.

21.
1.

CoLONMi IV.
/yiV«r!
1.

Ligne

2.

Lire
:

<I>);u

cf. le

Ojjus

du

n"

GyoSG,

IV,

7.
(if.

0.
i()

Kaura;£[o)7roioi

ceux

i[iii

font les

xawaxai, sorle
II,
1.

d'étolTe.

n"

G^og/i,

[Add.

cl

Corr.); xoLwanonloxoi nu n" G728.3,
1.

17; xa.vvaKOitp(n ai dans

P.
les

Lond. IV, iii(),

122/1. Le
les

mol Kawaxiis

se

Irouve assez frécjucmmcnl dans
etc. (celle

papyrus copies, sous

formes kav,miakgc, coyiiao-gc

dernière

36

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

[072881
.

^hoi€aa(AM' (sic) '^càô pctinô
(tt)

v y'
''

. I .

Ma/5T);5 uibs Ka.xié'

i,
> '

"

Il£T/50? K/20U/5

''

/

.

,0

-^ svO avy is vïos

Uatcifj.

''

.

/

.

ïwarrj;»

UaOâr
'^iiJ.a.pos

''

(}'0
(}'')

^ ^

.

Xyva.Tw[v]

''

\wa.vvvs AvSpeô / Hpô

''

s

.

Aëpaoi^
Aauei^

nêrmô

' (a)
''

^

.

-cr/3a!77o[(Tt]T5

L,

AttoXXws

risxvo-JÔ çr/?[oTo]x/

V

)''

rr

30

yrav^eis
O)'0<^/2(5-

''

1^

xopsvs

(si'c)

''

>'

.

-^^ais né'a/5&)T

" y'
''

.

N[^ai>-

TSpeqëvTspl

7

.?/ "4^ ai?

0);/5axXî{a? xat

moî

''

'^

.Kl

llST pOS \OLV£lS

''

>'
'

lleXaXs
.

''

)

E/3jX£jua?
îi/5os

''

y
y

''

3o

.

explique la faute xo.rax. Ju n" G70Ç,/.)
p.

:

ci.

Cnu«,

Gv>(.

.!/«..

o/rà. Uyla.uls Libranj,

119, 120,
1 1
.

12/1.

Ligne

Tex{7ù>v).

Ligne ij.

U praeposilus
:

paraît .Hre

un

olllcicr sul.allcrnc

:

cf.

u"

Gy-^yO,

n. J.

Ligne 18. UpOTOHJ Ligne 2
1
.

très douteux.

Lire Kovpsvs.

l'ArVIîUS DVZANTINS.
,^/

37
v
'

'^evOa.v'715 Kovprjop

j

[07288]

A/ JiiHTfx^p a5eX>pj

V y'

X/ KvpiKo; Aa^a/sô
.

v y'
[l'J

— apaTTia»'
iMa[0]i-tai

'^laxl

}/

35

.

Norra»

[. .]

.

Woyvis

lva[v)<\rj
Iir
'

\v\ y'
I

.\7VrAXvs
/

^

<I>au.O(<>

^£py[io

?

]

Colonne V.

^Inê \']pu.oiCiWTo? xoii aScA^ùj
Ç M);i'a

v

a

'^svâOâ
yp'jf70-/^oos

v y'
V
L,

IHaos
.

<l>f7i-ô

yjjvç-oyjooi]
j

v y'
r
'

5

.

BaufxaTta

aaj

la'aj'i'ô xaÀ(}//5ai^/(.st(;)

)

.

KoiXlivtKQs ]h)aa-XiTÔ xai Aoi-n^
AttoÀX'^'s laxufjô

v y'
}'

.

y'

.,11x£A);ï poL'nTi]i

v y'

.

\iJ0'XAV5{'') IIXêTOS
'Slovrrys

}'

}'

10

.

naëlovï
opëiwnoXô

h y' v
'

.^TlaS'fxX}/

j

.

KÀ' Ai'Ta
A7ro/Xa)s yjxXxtvs

V y'
v y'
''^i

.

)5

.

spycLTvvpl l'^^X^}'^

yioLxapj

v y'

Coi-onwK V.
se

xaÀXos ypaÇionui', ov
Anaslasc
i^iliid.,
t.

andrie);

— —

/.(/;»('

5.

KaXÀ/ypaipoi;

:

cf.

Tliéopliijlaclc

Siiiwc, VIII,

)3, 8

:

riva rcov

tv aui'Oeaet
Sinaiti^,

(Iol'vtjs

}ca'k'kiypa<pov ovofialei
l.

ra

is'knOti

(à Alex-

lo

Ilodègos i^Palr. {prcijue,

8(),

coi.

i8/i);

Apoplil. Pair,

65,

col. 2<)3),

où paraît un moine

calligrajilie.

Ligue G. Kai Aomioi)
Liirnc

:

ajouté d'une autre main.
est à

!].

La lecture de ces mots

peu

|)rès certaine.

Lire, je crois, xk{iipovofioi)

AiTa.
I.i^ne

ib.

EpyaaTtipiiaxot'!)

:

les

ouvriers d'Euloye cl de Macaire.

38
[67288]

CATALOGUE DU MUSF.K DU CAIRK.
Btx/
<I>ai');j

«ai BiXTwp ^);>

V

VÏOS XlX7Sp(J.ô6ô Atvov^Pl
XI lïaTTi'ôÔj;? 'VacLMÔ
.K/

Upo^avs

yvoL(pj

20

.

ASpacLix yva.<pl

.?/

B;xTW/3 W.pa.xkziô yvx(pl
<l)oië(x^fi(jLn> TlpotJ.ot.v~js

.

X/ UeaÔL yvct^psvî
I

.

AtXov

yvoLipj

uibi

Kâ opëiwnoAs

.UpoLKAeioî ahX^'i Ilaya/j
.

Oté' pctnTV

3o

.

Ma/3ta TcreXesT

.(Kv/3txxos) yji\j<7oyj
.

AttoAXiWs ^tax/ exxAi YlivÔTiuivo;

'

/

Colonne VI (au verso).
•f-

l'i}(Tï](dis7Tpî'TS)aTrot.

Ep5vy\y_^iô
v

aTraMo^ufratô r y'^é:^ laïai'vô

E/35a)!^;(;^is

xai Fln/Ttô

Max/5/

«î/

H

.

.

.

BixTa'/5 vofxixj
JlôT' VeveotXirj

V
î>

/>i/j"«^

1

C.

B(x(Ta)p).
Cf. le

Ligne 3o.

nom
p.

propre
1

Tselejr

dans H.

I.

Bei.l, Si/ene Papijvi in

tlie

llntisli

Muon
le

séum [klio, XIII,

GG). Mais TuslesT ou Tc-eXet répontl au copie
el
il

tu;g\ggt
dans

TU)G\GT,
Colonne VI.
Ligne
1.
II.

qui signifie ^la fiancée?),

faut proI)al)Ieincnl

lire ainsi

papyrus de Syène.

Sauf

à la ligne 9, les chilTres n'onl pas été inscrils.
(î(iot)

Los mots Maxp(ou?)
Yzvtakioij fournit

B

.

.

.

forment en

réalité la fin
latin

de

la

ligne 1.

Ligne

un nouvel exemple de nom
dans P. Lond. IV
(v.

(^Geniiilis)

adopté par

les

Coptes. Ce

même

lieu apparaît

Index, Tevtapiov).

l'Al'Vr.LS

BVZAMl.NS.
v

39

5

evxTj avra KpixoLÔuiTCs

[07288]

UoLxws Usera
TexoGCTc

yvoLipI

v

BiDi..

:

Journal d' entrée du Musée, n" Aiïig'i.

67289.

Compte
du

privé. IV-clevuiiccs ilues cL cli-peiises cllecUiées par
(lit

Jciiii,

lieu

Ko .... dans

le

nome

Lycopolile.

— Le

colon

verso est beaucoup
le

plus intéressant, puisqu'il contient probaidement

Tbébaïde jusquici inconnu.
niill.

— Provenance inconnue.
compte
se divise en

nom

d'un duc de

Lon^^. o

m.

2()2 mill., lar(J^ o

m. 317

Cursivo 1res soignée, j)res([uc sans ligatures, |irnl)al)lemenl de

la

main de Dioscore.

La mauvaise conservation du papyrus en rend

l'inlelligence diiricile.

On

voit

cependant

que

le

deu\ parties

:

A. Dépenses effectuées par

le

colon au

nom

du propriétaire

:

D apvrs

le

rcru de Scrciios

le

courrirr, cent

par Plioihammâu Jlls d'Anouphis, pour
:

(irtabcs de blé

i3o

ijS, etc.

\)

(1.

1

.'î

et se(|.).
il

Après diverses opérations qui devaient èlre indi([uées dans
et

les lignes

10-1.3,

reste y-j arlabes

une fraction indécise entre

les

mains de Jean. Ces
xspÎTix, sont
:

arlabes, par suite d'une adaeratto au taux de

10 arlabes pour 18
ce
total
il

estimées à
xefxxTia.

la

valeur de

i.3o
il

xep.

i/3 (?).

De

faut

roiranclier

(S3

ijh

dépensés

comme

a été dit plus liaut (I. 10).

7

x£fj.

ijh représentant les A

arlabes de blé données selon

la

coutume aux

églises

d'Apa Anoup

et

Apa Onnopbrios.
à

21 xep. l's

=

I

2

arlabes données

Apollùs.
propriétau'e, de 18 xEp.
tj^
(le calcul

Lo colon Jean resle donc débiteur, envers
n'est

le

pas tout

à fait exact).

!i[ey]^).o[
1

-l'

A^^ lv[^xvvriv y\cwpyô-OTi^

Kùl'[

.

.

.Jo.ct)

.[....] opj ivj X'jKo

voilo'j

3

te,

ey[Ta.yij ^iepjr/i'ô a'jtxaciyjrj

,

'/_£ipi

[<I>]o[tjé'a|u.fx[w]ros

Ar5»^t5

\j

TSpoa

Lifjite

1.

Lire Xoy[Oi), T07r(oy), At/xo77(oX«Toy).
X'.rep
ts'

Ligne 2.

tv3(^ixTiuvos) oi>T(aiî).
.

Ligne 3.

2y(/f/a;^os

courrier.

iO

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
li

[67289]

ypoi.(Z>j

Tov y/oaafxax! opj joy "Xeyo

<boi€y,tLfXj

mj

-j-

pky'

8 9
10

X./2/

i'

a

77/'

x/ 'il^Xj, -^

jSo);

E« t5

T
. .

cVTayij y CLpyjjiniKl

IJ-zoL

xepjiiy d'

)

tj/

^r pA y'

a/r

[

J-tj

.5 3

.

.

v tjJ^T"

.

}'

II

X^^Pl^y'^'^Pl P' ^#3t?') CLyyijç,
-ET

[)

o]^[o]v? aTc

.

.

Xoij

mj

.

.

.

ta

1-

••«/?>

V

_

}

OLpl c,y aiTO tclIv ho
_
•çT
.

tt!

tô yeai/3

Ua.

.

AFolt/ [x/l

l'0

L

d'

].BiKTopSïp>;i'<.

.

£x TO
ï

T [evTayij Ij
tzJ

p

i3
i4

ATraoyu/Qi^oi'Ta!
yij xj

rîe

xaT[a]

mj^r

tov v

xj

ç^

yij a[7ro] -ir

0$

[d'J Xf}
tt^'

.

x

.

pX

ly' ot.pl x\ -ny d'

tou tc

rrTX[£o]v[a<T]fjLrou]

t5

cî'7[a}/i/]

tô v a

x/ [^

Xj

T(t)V xj

ÏÇ^

Ligne à.

Ilpoa-ypotip^rjs)

tou

ypaj^tf/atT^iou)

op(ouî)

tov \îyo;ji(^svovy

Le sens

esl

in-

certain.

Ligne 5.
IJgne 8.

Lire exÇl^opiuv). Lire Xp(<crT£ ^oriOiei).
:


il

Tiriep) apy/)vrtx[iun>]

:

?

Peut-être vTrep ap-/owt}trii

{tTTiSii^ia.i)

cf.

67287,
et

II,

L 11. Le mot sniSj a

même

pu être

écrit, (jiioiquc l'on

ne reconnaisse actuellement aucune trace; mais à
rien derrière
signe.

la ligne 7 aussi

on ne distingue

^^,

pourtant

est certain ipi'il y a

eu nu moins un mot après ce

fjgne 10.

On

pourrait

lire

à la rigueur

an

[a-nj]/^,

c'est-à-dire
,

ano

<T7ro(pifXj;? ytjs)

[otpovprov).

Mais alors
:

le chifTre

n'aurait pas été inscrit

ou

serait

complètement

eiïacé.

Ligne

1

j.

A£>|/a£r();ï)

cf.

P. Lond.

iGA3

(inédit), cité d'après Bell par F. Piieisigke.

lienchligungshsle

(1er

Grieclt.
£

Papyrusurlaïuclen, p.

108, note

G
1

:

Xa^oLvvi xoXoëa. s^.

L'orlhograplie par un
est ainsi expliqué

se retrouve
:

cependant au

67800,

1.

5.

— Le mot

Xay^avn
la

par llesychios

tw

aypt^M' Aay^avjjv eirOionew.
t.

De même dans

Vie latine

de saint Pachôme
Cassien
(^Inslil.,

(^Pnlr. lai.,

oleraii;

78,
:

col.

n3/i)

:

tlapsanas enim

est ugrestia

IV,

11) écrit
:

-lierini

sale condita, ipiam

lapsanium

vocantii. Cf. l'arabe yL>-s! (^laltsân)

rtmoulardei\

Ligne i3. k-Tvapyupt^ovrat (ai apraËai). L'équivalent d'une artabe de blé en argent esl
ici

1,8
i!i.

xzpaTiov, c'est-à-dire beaucoup moins cju'aux n°'

07138-67139.
1//1

Ligne

Les i3o xep. i|i3 représentent, au taux indicpié, 72 arlabes
la restitution

1/2/1

:

telle serait

nécessaire à la ligne i3

:

ce

que semblent conlirmer

l(>s

traces très vagues de la ligne i3.

Dans ce papyrus, comme dans d'autres comptes

analogues

(cf.

l'introduction
le

du

67188), on remarquerait en
fractions.
le
II

ce cas

une néglile

gence extrême dans
ly' signifie

comput des

est

cependant possible que

signe

i/3 et

non i|i8. Dans ce cas

calcul qui suit serait juste.

PAPVIIUS BYZANTINS.
i5

il
toc.
fj.

Aof/ x/ fi^ lô

ai^/

J^

<7\)— S [£i\(oOoTwv -cra/5a[a-]/Je]0)/raj
j

7^-

[67289]

T^n' a}»/ exxXj
a.

\na

\[v'\ô^iô

Attol
^J:::^

OvvoÇ>piô, xj K

à', }-o[tj] xj

)(j^p\£(>)aT£i

-yeoop I[w]ari');î
a.TT

ex^j

n

lej ïv

)

i)

tô x

.

.^

.

.

.

AttoXXw tov

W/2oecTT[wT]aij', TÔ '7j/["ir i\S TSpos TOI'
L,

T
.

a7ra/3}'V|2f[^fioi'l

xara tj/tt
00
>

i'

tô [r y]i/ x/ xa
.

Xof/ «/
.

Vj;[{]

y'

,

a
.

;^/3eaiçrTet o
.
.

eiroiei TT

.

j

.

.

)

oy

.

.

.

.

T^poir

.

.

çvs

a.Q'jp

ep

.

.

^

yevp, xwv

^ ^^

xh
\ EllSO.

"l"

A£(7[7r)

fx

Tw] qo<p(n

xoli

'^à.oy^ M'^^it ^porrij EuTuj^iai'w

[o-Jj^oX/,

[(I>A^]K.oo-fia? î'0Ta/3[/]

A«/?oÔ£Ou


[a-T/5]aT);À/

Toi' 't[.
Le

.

.].

.

^ovXo^ai
au milieu de
la feuille,

texte est resté inachevé. Peipeiidirulairemenl à ces trois lignes, el

court

une suscription en quatre lignes

à

demi

effacées.

Ligiic

1

6.

Au

Hl'U (le

(j.

= /lo,

il

ivslc eu réalité 3() 5/6 (d'ailleurs le chilTre

n

est très

douteux). Si vraiuieut,
Verso.

ici, (>

=

'/3, le calcul redevient juste

à la li|;nc

ly.
apocna.irr])

Ligne

i

.

Ascttj-oti; fiou toi

aoi^vr^aTco) xai (pt'koxp{"r^'-o)

!JLsyaO[viJL'jo]

E., a-yo\{a.a-7iKw).
Ligne 2.

Ce

slralêlale
le

Dorothée

est sans

doute un duc de Théhaïde. Cf.
v.,

le

Dorothée

célébré par

porte Dioscoro (n"'

67120,
n"

B
r.

1.

28, C

1.

3i-38,

et

F

1.

Sij;

67178, B

1.

h).

Le poème publié au

6718/1,

(B), est peut-être adressé à ce

personnage, car, en supposant que deux vers ont été perdus au début, on peut
retrouver l'acrostiche \vp\oOs'jLi aûxintaptu (pour a-ilevTixpiù)).

Au

vers 3, on peut

en

effet lire

au lieu de a,

et la restitution la

du vers i5

n'était

qu'une hypothèse.

Dorothée aurait donc reçu

dignité palatine de silenliairr , de
la

même

que

le

duc
,

Kyros est qualilié de pt^pepevSctpios dans
11,
1.

requête des gens d'Aphroditô (n°
titres est

67002

1).
,

Un

autre exemple de
:

la

réunion de ces deux

connu par Malalas

[p. Ixùk

Bonn]

^ov SovKOi HocXatmivy^i AïoiutSou ai'ksvTia.piou (sous Justinien).
^"^j.

Je ne sais ce que signifie l'abréviation
BiBL.

:

Journal d' entrée

(lu

Musée, w"

!i^>i()G.

67290. Lettre administrative.

Un

oinpioyé du bureau du praesesil)

fait

savoir

au prôlocômèlc

A[)ollà.s

que

l'on est

mécontent de

lui

en haut Heu,
(juel-

parce qu'il n'a pas empêché un certain Eudoxlos de coinuictlre

ques exactions. Les restitutions de cette pièce incomplète sont présentées
sous toutes réserves.


:

— Long.
d'ApoUùs

m. 268

mill., larg.

m. 9G6

mill.

Antlnoé(?).
sans doute avant
approximative do
n" CyS'jy.
.")/i2

Date

'".

'' Date
Ctttal.

la

raurt

(cf.

Revue des Eludes grecques, nji

i, p. 'i6i).

du Musée,

C

42
[67290]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIHE.
Cursive penchée.
i-/i,

Six à

liuil Icllres

environ manquent sur

la

droile (sauf aux lignes
la

plus
(le

endommagées que

les

suivantes), en supposant au papyrus

largeur

normale

3o ou 3i centimètres.

•f-

E'}[i\Six-)(6)i

V avTMv e^ovTta

-nra/sa

ATra Mç)vo'[a]<[ou

TsXs.ov sKsivov £v Tots T0TZ015 , K'xi avoi.cr/^Ofi£in]5
5

Ta mpy.yixaj[a

/3Xaé'j;i'a(]

Ta

Ppov7t'CoiJ-£va

-aapa

t);s

avTau' e^ouTia?. Kat

oi'îa ax/3(é''i'[s OTt

ovj

(îui'aTat
fjtr;

Eu^o^jos o AauTTpj 'aapsX.Oetv Sia
o-)/?

tw
()l

TSpoLy^icfzrJ^v Gt;]':î[afi«b(?), sj]
[fJi'7

^ovXoixetnjs t?;?

S-aufxj. XTrov^îa'xa t[£]t[oivvv i'/a

vaiv^

ypCfJf/W lJi7]X£Tl (TVy^WpjfTOil TlVl T^XpeXOtlV

OLMTWV

XÛLl £7r);[|C)îa^£M' av/TOii]*

aXXa xai
10

OTCt eXaësv

ano tmv

£ipy]u.£.vw 'ap\^ayii.a.'i\vv \rn:'jv^'Xf7aTe
}iCC7£-^oii.svan> TStpa. ito["j

ai'a'îoOr/î'at

auTOfs ^ta ccvOpfxmwv
zsepi

O'J'ÎcV

yap]

avay^ofiOLi
Tirojj/cror,

tw nvpiw Ev^o^iw

toutou, aXAa

-cravTotb

Ta

)'£[}'/;aj!ifjt.;]
.

ïva u-v evpeO^j; tj;v iXcU'ô ayaî'a;<T)/'TU' vnoiJ.£v\(A}y
-f

.

.

.

]

-ctAsoi'

ya/2 toutou ourkv TOt ypa^pw

.Siiscri|)(ion

au verso

:

[•f-

Ettu^j toi S-aufXj

ATToXAvJTt

(dessin) Tzpv~rjKfx<^

yay
O-yoGi, c, où
1.

f.iipir

1.

II avraiv
lire
>;

e^ovaia doit

ici

désigner

le
,

pracses
I.

:

cf.

n"'

il

faut

sans doule

auTwjr

eEova-ta, et

Gy^S"?

8.

Dans B. G. U. G70,
,

I

,

t>;s aiiToi'

£i'J[o^]>js e^ouiTias,


:

il

faut corriger avrov en auTa>f

désigne

le

dur.

A(j/a'

10. KaT£)(_onsvcov

«les gens, les gens qui t'appartiennent

n (?).

Biiu..

:

Journal

d'eiitivc

du Musée, n" 'lo'iSG.

67291. Lettre administrative, adressée à Taurinos, GiyyovXdpiOi de YoJJicinm
présidial,

par un employé su|)érleiir du

iiièine

ojjiciitni.

Le village
qu'il a

(rAphrodilù devra hénélicier d\in di'grèveinenl d'impôts,

ré-

clamé. La

fin est

obscure, par suite des lacunes du texte. Les restitu-

tions proposées représentent

du moins,

à
1

pou près,
inill.,

le

nombre de

lettres

qui doit manquer. Antiuoé.

Long', o

m.

'T

1

lari;.

m. 2.^2

mil!.

(jirsive bien
(lueté.

tracée, pi'csipie droite.

Le

liord gauclie

est iixégulirrement déclu-

rAl'Vr.LS ItïZANTINS.

^3

a7rai70u[|x]£[i'CtM']
U7r£/9

x.P^'^^

Tipwvwv

vo^ia-^} rpioi.KOv]ja a^, xai
fJoiirJîKa.

m

Aoyov tcov aTToara-

Xemœv
\Xa
{'Î'v'j

voix-icyiiOLTOi.

toiv'jj', £7r]ôk!i;

«[oJXXa

eXççivoi.

sypx^pxv svTOcvOa «?

ixTrç>[povvT]Es

ijrhi

xoiraSxXXsu'

fxvîi:

T]a solvtvv rhjaoa-ia xocrcc^iwa")] v
,

cr;;

olSsX'Z'OT}]; a.pxsfT-

OiivoLt

as Xoyov

ixsv y^pv^jov

Tipvvœv

l'OfxiTJaaTt rpiaxomoc, xxi sis

Aoyov

TÔ (xnoaTaXevTOs
liovov Tipwi'OsC^) voy.irT\(xx[mv s]?- [T7roy}î[>;]

yxp ccniv exacrrov

-apay^xy.

-^pos 10 SvixxTOV aTToOsfjOai

^erpav. ArxxëaXov (J)]
fxvyos

h

xaTctêoXvv wai-TWs ew? vaoïnjvioLS

rj

(îeuT[e/3a]s

ToTs
XXI
)

'hi

xoLroL^^iwTXTc TSoivryai svpsOjjvai

xara raurvi'

tj/v rnoXir,

px-'lxi txoi
]î'

cTT

OtXStVTaiV

JCa.1V

Epixov-

TTOAITVJ'. OuTCjlI

']£

oi.noT]tO£ix£vos TO tspxyixx.
a['jTo]i[s]

V^xiCL^iwryov

fxi;

oyXvyxi

xxTzXOeiv
T)/)' •ûToÀii'

xoLTX Ta"JT?/r

TOv~'\gy tô ^spoLy^xocjos svîxsv, (xine £(xtxi xvtovs

£(p £T£pai oy\vOi]vaLi

Ligne
ïi'j,

I.

n(apa) sans nuire indicnlioii

,

comme
G),

au numéro précédent

:

cf.

P. Gic.iscn

iiilrndurtwn.

Ligne 3.
tion

0( ano7Ta}.erT£s

:

plus bas

(I.

il

s'afjil

d'un seul aiio^ncCKeti. La resliluil

proposée
:

csl (ont hypolhélicpic; si elle csl exacte,

est ([uestion

de deux sortes

d'impols
et

la

taxe de remplacenieni pour une parlie des recrues

exijjécs

du

village,

l'argent

nécessaire à l'éeiuipement des
III, p.

soldats

(pii

ont été réellement fournis.

Dans P. Lond.
salaire de

228

(n" <)85),

un soldat

reçoit,

de sa localité d'origine, un
7, 2) celle
p.
/iç)).

3o

nomisniata; ailleurs [Cod. Thood.,
liij:.

VU, i3,

somme
Ces

s'élève

à

3G

(cf.

M. Gklzeh, Sind. zur

Vcrwallung Aenijpims,
à

cliillVes,

(|ui

se retrouvent

dans notre papyrus, m'ont conduit

supposer

qu'il s'agissait ici

d'un Uro.
Lifnie
f).

ASslÇiorvi est tellement entré dans l'usage épislolograplii(jue des Byzantins,
le

(|u'on

trouve

même
est la

dans

la
:

lettre

de Chosroès à Justinicn,
t»;
1
:

conservée

dans

Ménandre
Ligne 8.

l'rot. (/>'«««, p.

353)

X'*?"' a^'^ovsfj.oiisv
celle

aSeK^ortiTi tou Kaia-apcs.
il

La lacune
1

même

que

de

la ligne

faudrait donc, en réalité,

environ
Ligne }u.

8 lettres.

Lir."

peul-êlrc sTrofxeioiTwr

= habitants

d'un ETrotxioy. La garnison d'IIer-

mopolis vient en partie d'Aplu'odilù.
G.

lih

CATALOGUE DU MUSÉE DU
[cAÔsiv £VT0(,v6(x £ti
T}/!'

CAIRE.
,

[67291]

oLp-^o'jyT[txj] 7a|[n']

(x)s

eiHOs ews ô Ss^yjTai

ypoLfJ.-

Suscription au verso

:

[•f]
BinL.
:

TCu'

£\/Soxi[xrt)T}

xvpiv "ÏCLVpivw
a.

[(dessin)] (Jiyyi,

yjxy

\

Journal d'enln'e du Musée , n° /lo/iôy

67292.

Fragment d'une
d'Aphroditô;

lettre administrative, adressée à Apollôs prùlocùmôte

il

manque vraisemblablement peu de
1

Long.

m.

18 mill.,

larg. o

m. 2^5

mill.

texte de

chaque

côté.

Antaioj)olis(?).

Cursive penchée.
[v^]]! Si

£[7]epvj' ypot,[iJifx\arwv ysypaÇia. 7V tj;
fx[o]i[
.

y.S£'X(porriTi

,

anwv

ixvry^>

ypcc^at
.

.

.

tjT^pxTirjLiTW svcKsv TJ/s yJkwp'j^ccyicLS' xoi[i o-jUî'îTaça

.

.

.

£[(iT]7r[£]|ai/'at

TGV
.

0<^£«À[0fXet'0I'

.

.

.

.]?[•]'' W£/3t T)/s

avaXoyiOLS vixwv

xoli

ews vvv ouTt emii-ipev ovtc

£y[p^qt.-

•^sv ixoi To[
.

.

.

.

.a]{. KaTa^{«<T);

oui'

xav vvv

tS£u.->1'oi.i

ov S-eX;i ïva

p;

/?[a]6l[v(x»]av

?^-

dwaiv
.

g"çei\

.

.

.

.rrrpaTi^ri-iTOLi,

xai Ta mep'Dmvct ysvvTCti. OvSi
.

) a/2 svSi'x^STOLi.

Kai otSev o

SscnroTVs ©[eo? ws
.

.

.

.

a>;(îj]^0(xa(

rsap auTwi'

-nrai'u

to'jtou ev£X£v, STrsiSv Trrai'TSî oi er

.......[...
.

.\sitnv X'^lis
l'OS.[.
. .

ai'w

pLSvovT^s

ij

t)]v

rsappayriOLv [a]vT>;s y to.tt.

.

.

.

fxe

.

.êiot.

TOî']

SsTTTOTyv Qsov,

)/

'asp.-ipo.Tç

p.01

TsXsiav (XTIOXplCnV, V aTTûTa-

Suscription au verso

:

.

.

.]

iKiïoXkvTi zspwjfjxwu.}

ttJ lrxiavv[ô~\

Ligne 2. \'XupoÇiixyi(x

:

ce

mol prouve
s'ils

f|ae les soldais

en (|uestion sont des cavaliers.

Mais on ne peut savoir

font partie de la garnison J'y\nlaiou ou de celle d'IIerJ.

mopolis
Organ.
Ligne
II.

:

car Aplirodilô était en rapport avec ces deux détachements (cf.
de l'Egijplc hijzanùnc, p.
1'*

Maspero,

luilil.

\hh-ih^y
a.i.

La forme de
L\re ^afiai;

indique qu'il terminait un groupe
zsapovTiav.
le

Ligne y.

Verso.

Ce Jean

est

peut-être

pagarque d'Anlaiopolis

([ui

a

signé plusieurs des

quittances du n°
BiBL.
:

G^SqB.
h.

Journal d'entrée du Musée, n° liokïy]

l'Al'VliliS

BVZAMINS.

45

67293.

Fragment d'une
[)liroditù.

lettre,

adressée i)robablenicnl aux prùtocômètes d'A-

Loup;, o lu.

Oy3

mill., larg^. o

m.

\

92

mill.

Apliroditô.

Cursivc [)cnclK'c.

vnejp To^

£[10^ xxTo.n'Xov
]'

\v zsoisne aoi
Suscriptioii

;iu

verso

:

•|;

\'lnir}l (T'JV

&£W

TOtS TTTVTj £vS[oXlU.ll}

....

Ligne

I.

Lire sTray-yslias.

Usyi^ai

:

correction sur

vrs^i-^t].

Sii-trriplwn.

Tois Ta Travja.
11"

ISiFU..

:

Journnl d'entrée du Mimée,

6.'i0.3o.

67294. Duplicatum du
sant
la

numéro 67089.

— Long.
m. 3o/i

m. yGo
mill.
tle

lacune comblée), larg.

mill.

(en suppo-

Aphrodltô.

Cursive soignée, légèrcnienl penchée.

— Deux groupes

fragments, entre lesquels

deux lignes ont entièrenienl disparu.

\-

Tôt? TScumv evSiiXov xccOscrTyjxev ws
prx^0ei<7VV

T);r aj'w6e[j']

xat sx (^vg-ews 'ZSpo(Tx[vy

7015 avOpvTvois eXevOepioLv ovSs -/^povos tsoXvî ovSe •çrAai'?; -aa.pa.xoXovOijcra.cTa.

asivaai
Svvno-eTixi. la.x'jjë yixp,£x tvs AvTO.iono'XiTwv opii^fj-evo?, xai Sta^as pLera
£1'

tou

ayiois fxou

TSCLTpos xcLipnv ov^îsic'j OAiyov, wÀ£io-T);r a[vT]c.' Q-£pa7:£tav 0i7i£V£tu£v. "^vv-

Sn]y(xy£v S£
(Tvijj.é'ios

avTW xai

i^oi^ja,

£X£ivrjv

£vvo£ixanaTa, z^a.pcL^tvovaa. fiera tou auTJ/s avSpos tou

TTf^ooropt.acTfxerou
lax[a'6''J Ta» ^eaTroTJ

)/

fxô

Ta»]

£[i'

AtxfXTrpa t)/

fji.i'])/fX77

•çT[aT/5f.

Kat

oij^e/xtai'

ea](^av[e]^av [-wwttJote
peut-èlre corrigé en tspocTxvpojOetaav.

Li^'iiie

1

.

Upoa-Kvp'x'Oeia-tjv

:

Ligne

'j.

Ms.

:

x'^voi, corrigé
,

en
le

xp''°^-

Ligne

,'j.

Lire ewoïyrojajij

ou

mot

csl-il pris advei'ljialement?

Ligne G. Toutes les addilions insérées entre les lignes
EytÇavstai' plulùl (pie eiiÇoiviaii'

;

sont d'une autre main.


du

la

place

manque

peul-(5tre

pour

le -aroiTroTe

GyoSf) (en

ce cas, lire -aoTS seulement?).

46

CATALOGUE DU MUSÉE DU

CAIRE.

a[7r]o Tivos [o'^iov Svt:ot[s'\
j'Ofiifiou

titXov.

E-, £)isiv{ov)

TOivDv T«!'

TrT/îOOî'O^îxaTfx.evi'xM'

la«aié' «at ïloi^ta?,

xaôîfTD/^XTiî' A;a «a(

l'ax.'^X

«ai

l'£6't:«[xaj.

Ek Aiaï

(toji'w) xt^TcTaj 'CTaj[î]

.

.Mdpxoî «ai [Solfia, aAAa]
,

10

Aîals) TsXzi rov (Stou sy^p^uciTO
'
'

ws to

8-i-Joi' e€ov'ki)0)j

,

fjuxa to-j
l'.lIl'l'ÎM'

avTV^

^'<>^

AlOtâ TlKTc-l

la'aî^i');(?)i')

,^ ^,,,0, sXs^Ospi[ov

]£<T,aj
,

7Po[.

.

.]

«at iTax xaj Ia;£wé'

xcci

aXX(a)ot

rauT?;;' fxjra

twv

ixvtois [sic) -aouSaiv

7SS.pi

TOVTO'J.
£xsnyj!}[v ran' •wpOfî);XvO£i']Tw[5'

[ETTst

TCi{]i'[t;]î'

Ia]xwê'

xoli

^[oi^taf,

^^'s

ava'-

j5

SsSijXvTXi

,

ysysinircci Vxy^)}X xai \^£?sxKa xa(

Ata,

;ca{

l'a;^^>A

fJ^-S''

l^ovijpv

^lOV SlXoCTO.
Ti;v W£piovcr2i'

l'Vi'

A.t|a

fîjt:

[TjixT[ej

2o]i^[jai'], xai Psêîxx[ci\
TOI' [a.(T^xvTixov

Ej[v\X[oy\i[av\

x[oi.i

'Ma\p9[a]v.

[AXXx\ E[u]X[o}/]j[a]
(tov)tpij

MipSï
^lov etXaTO «ai anxi;
(Sjoi»),

>;

EvAoyiaî

aSsAij?);,

^uyiT^ijp Pe]^£XK5>

ti;> «o(H[a]p(oiî

(exX>;/OW(TaTO
i'i'a

TSspiXsmsTxi Ss

sp xa' sjxv oc^cc i5{a(;<)QUTa. Kaj

a)/

-^povw

Tivi 'JTTO Tivo;

Twv W5

s^i^xQS

Siix\Ss')(^opi£vrj)v

Ta] ifxa

,

JxxxpwytTpxv TOV £fxov

X[o]yt[a']T[aT]ov

/vî'^'jtk;

7.

L'interpolation, ajoutc^o d'abord npros yjvpov, a

éti;

harr^-e et rétablie après le

mot
Ligne

STspov.

10'-.

Restitution d'après le n" GyoSc), i\,

1.

i).

Ugni; 11.

Le scribe a essayé deux formules avant de trouver
:

la déllnilivo (la

seconde
il

de ces formules

tjs

TimsTcxt etc., est celle qu'on

lit

au n"

G^oSg); mais
mot

a

oublié, à la ligne ta, de corriger aÀXoi en aXXous. Avant ce dernier

est resté

un espace
pres.

vide,

comme

si

on avait d'abord réservé

la

place d'autres

noms pro-

Ligne ij.

C'est

donc Marthe

([ui

vit

actuellement dans

la

maison du maître,
11"

et

non

Eulogia sa sœur,

comme

le laissait croire la

première version (celle du
Eulogia,

67089),
vit

avant

la reclificallon

ajoutée entre les lignes.

comme

il

est naturel,

dans son couvent.

PAPYRUS BYZANTINS.
TOI'
.^

i?
enov AojiojT
\jtov xrtt

^

yih/p ItixTnpa

ftnof)/,

i

XAvpovoiiov, eni

-ctÀ^icttoi' ^e
TOtJ'I'jj'l

xpovov (toutov) (pvXabl ro Ssiov raw oixcwv
-vyy^Oivovm)

aTToÀauoi'Ta, ira
20

un TT^xpevoyXvJV

(sir) My.pOa. oia So-jav

,

toC'jJto-j

yapiv

em

tijv

£yypcL!p\oy] o^oXçyiacv,
(j-OLi

Si ?;?

evvoco ^ev auTj/i'

xai d.KpiSw? cniara-

uî/ siya;
l^-Vrs

aavrsXws SovXvv
£1

sx Sovhis

)

£y£vvoOat,xaO

ov'cspQOi(p})y))(T!XfX)jvTponov
,

Si xcci

ws eixos

'ÇT£j[/;a]0£[j])r[T<? -ra-r fxjera [T]av[Ta] £[vQyh}(7ai olvtv

ex

~XVT)I5 T)/îJ

[eyypxÇ^ov OfxoXoyta;, vrivi xxi fTwaiveiv TSOipsGxevcKTa -ov Xoyia^j^ avv

0£w
25
[efXGi-

Se]
Si.

x\vpovoiJ.rjv,

v= -apoTpeTiofJia.i a-jTvv

ewevOev ySv Ta
avir^/s

twi> iAevOepau']

':^?a?"/?a[|acr]Oat

(xat

ra

<ît-oj'Ta

-ûsoieiv).

Axvxool yoi[p]

«ara tov

-nra-

povTO. xy.ipov

^Oeyyoaevi]? xai
Cl»?

epun{ov)(j.e[v]7)[s 7s]£pi rtvos xe(paXoiio-j oi:n][xov]T05 oiviv

f[ou] xa0tcrT);«[a]

eXavOepci.^-.

Kaj tovtou

x.'^/°"'

"^

^p^l^^ lov [Wj^ov (^o€vO£iî xai £rv07j(Tas
-1

tj;»»

r

[Touj lw7?;pos a7r£!(TT£ji'aqa|, xai eni
I

I

v^

r

T

«-r

r

r-

r);!^^^'
. .

|t>/!']

wa/p[ovCTai'.

.

.

Liirnr
Li{riic

iQ.
-jo.

KX>7p(oi'o^ioi')

sans signe d'abrévialion.
:

tion.
/^!^nr a


i
.

Uapevox}.)i(T)i (o xlfjpovoiJtos)

la

phrase

a

brusquenicnl clinngé de construc-

MapOa.

:

9"

main.

Espace

laissé vide.

Bint..

:

Journal

d'eiilrce

du ^[usrc

,

ii"

/(.ICaô.

67295.

Recueil de quatre pièces diverses. Coniriic

jo

l'ai

indique plus longuc-

meiiL ailleurs (voir Bibliographie^, ce recueil est l'œuvre (Tuu copiste

qui écrivait sans doute dans
pli(|U('nl

la

seconde moitié du
le
.'>.

vi""

siècle. Ainsi s'e.x-

les

fautes
le

commises par

noinhicuses dans
1

m. G 9 5

mill.

document

n"

scribe, fautes
Ivonj;-.

parliculièremenl
f><)3

o

m.

mil!.,

lai'p-.

Anlinoé(?).

Lellres capitales penchées en avant, mêlées de formes cursivcs. Le n"

!i

est d'une autre
la

écriture,

même main. Quatre colonnes formant pajM-s, séparées par une maige vide. Nombreuses lacunes;
en outre,
la

franchement cursivc, mais pourrait cependant être de

couleur foncée du papyrus rend parfois

la

leclure incertaine.

48
[67295]

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
Mémoire contradicloire
piadès,
bytliis

[àvTippttTtxoi Xî^elloi) remis par

Horapollon

fils

d'Askl(5-

professeur de pliilosophie à Alexandrie, au riparios du village de Phene-

dans

le

nome

Panopolile. Le plaignant expose que sa
les oitjels
:

femme

s'est

enfuie en

l'abandonnant, et a emporté tous

mobiliers qui se trouvaient dans leur

maison de campagne,
prétend exercer
L'original de ce
le

à

Phencbylhis

il

lui intente

un \wocès prop ter

rcs iitnotas, et

droit de relenlto sur les biens dotaux de la coupai)le.
a été écrit sous le règne d'AnasIase (p. II,
il
I.

mémoire

17), sans doute

vers ic)i-/ic)3.

Le personnage dont
(s.î>.,

s'agit

d

le

professeur Horapollon (jue
la
t.

men-

tionnent Suidas

2" article),

Damaskios (dans
:

Vie iFIsidore) et Zacharie le
II, p.
1

Scholastique [Vie de Sévère d'Andoclie

Pnlrol. orient.,

5)

:

c'était

un pbi-

losophe païen,

fils

d'AskIépiadès et neveu d'IIéraïskos, autres philosophes connus

par

les

mômes

sources.

H

fut peut-être l'auteur
la
fin

du

traité

des Ilivrnghjpliifjues que

nous possédons encore. Sur
généalogie,
ainsi
:

de sa vie,

il

se convertit

au christianisme.

Sa

complétée par

les

fragments de Damaskios, peut déjà se représenter

Horapollon I" (sous Tliéodose

il)

X

+

Askiépiadès

IJëraïskos

+

x

Ilorapolloii II

une

Dlle

fomme

(rilorapolloii II

2"

Lettre de

Jean

fils

de Psatès

à

Apa Kephalôn, évèque. Les lacunes sont peu
le

étendues, mais

l'étal

du papyrus rend

déchiffrement malaisé

et incertain, tandis

que

les

négligences du copiste, qui se sont accumulées sur celte pièce, contribuent

à obscurcir le sens.
l'auteur

Le

style

prétentieux de celte lettre est cause sans doute que
liltéralure,

du recueil, amateur de

nous

l'a

conservée. Jean paraît être un

fonctionnaire public, accusé de certaines violences criminelles contre ses administrés.
11

témoigne à l'évêque de son repentir,
et

et s'excuse

en faisant remarquer

qu'il

n'est

qu'un sous-ordre,

que

le

véritable coupable est son chef,

un certain Victor.

Celui-ci serait-il le Bi'xT^'p aùyovaOakis dont fait mention
relatif à la xoJft»

un papyrus de Berlin,
1

d'Aphroditô [Berl. Klassikerte.rlc
à vrai dire
:

,

V, p.

1

2/1-1 35, vers 3
ni la

etset].

du

poème)? Nous ne connaissons

ni la

provenance

date du document
est attestée

original dont cette pièce-ci est la copie
à Antaiopolis,
fication n'est

l'existence d'un

évêque Kephalôn

mais dans

la

première moitié du

vi* siècle (n"

GySaG

,

1.

h). L'identi-

donc pas

très

probable, car Waugustal Victor", contemporain du duc
de
l'Iiist.

Jean,

a

vécu sous Justin

II (cf. Bull,

franc.,

t.

X,

p.

1 li']).

Nous voyons

ici

un

nouveau cas de juridiction ecclésiastique. Victor paraît

se

défendre devant l'évêtpie,

comme

s'il

avait été accusé devant lui.

Cf.

le

prêtre Serêu (lire ainsi

au lieu de

Serên), SiantjTifi, dans P. Mon.

n" lA; et aussi P. Lips. n" /i3.

Lettre d'un notaire érudit à quelqu'un de ses confrères. Les

noms ont

été suppri-

més. C'est une réponse à une autre
littéraires.

lettre,

remarquable, paraît-il, par

ses qualités

A

part une citation d'Homère, ce morceau ne contient absolument que

PAPVRL'S IIVZANTINS.
des foi-miilcs de politesse.
épislolaire en faveur
Il

i9

est

cependant curieuv,
provinciaux du

comme
vi' siècle.

dchanliilon du style

[07295]

parmi

les lettrés

h° Lettre (?) adressée à

un

x6/ii);s

xai é^nsWsur^i. Cette dernière page est en majeure
il

partie eiïacée, cl de ce

(|ui

reste décliilïrable

est

impossible de tirer un sens suivi.

Je n'ai pas cru utile de la publier.

Page
[•f-

I.

AvTtppVTlXOl AlêsXXoi

tSOLp etXQ ilpano'\XAUt[v05

A(TKX}miOL§OV , To]v XauL-

npoTOCjov x\) £XXoy\t (^çXog-o[Çiov\, xckti; ev ^licveëvOsi
\

]oj[

x]at 01-

Ss TO x[£]^aX|a»Jov

tc.'v

\£v STTtOujxJja Tun> aXXoT/3[j]w[vJ

Tvyy^avovToov

[}'a/9

TZoXXa xcLT avrovs

oi

vo^ioi

tuw OnoTaTWv^

Vfx[6,M'

^cctiXswv, xj Ta]

y\n£\ppvt} £^jXT[a|

tî/[s eyjjvaii? [1)

to axv\-mpov apyijs. Ei§ojs[s] yctp,

apoixvOscnoLTOi ovTSi, œs

oi STrtôufxj/Tat Tau/
]«T>;!'[
Ij.

[aXXoTpiwv
aTTOvSvi' og-o\
oijxeirjvadoii

tcc

aXXorpia.

xa-a

[xiiy^jxvvv

Tira xon Sva-TpanioLV
5
[

«]a( £'my_[£ipoy<Tiv'\ avvixpTra^t:»'

Ta

ïarr[iixa

raw aSex^ocTTUV

xa.d[a.\p0TaTO)v apy(ovTwv, xai ano-

ToXfXCOÇlV -aCCpOL
Ligne
1.

AvjipptjTixoi XtëeXXoi
cf.

:

l'expression s'est déjà rencontrée dans les actes
s.v. Mais,

du

concile d'Ephèse;
c'est la

Uu Camge,

en dehors de

la littérature ecclésiastique,

première

fois

que nous avons

le texte

d'un de ces mémoires. Sur les Xjt.

ëeWoi ordinaires remis aux riparwi ou aux
P. Lips. Sy,
1.

nijclostraiègcs , cf.

q5, etc..
:

I, n°'

EXXoyif/strraToy;
Se.ivi

Gyocji-GyoQS;
la

x£Kir)y.svoii.

Dans

lacune on

pourrait

aussi restituer

Tw

toi atSeaiyL'jj pnrapico xcofius

^evs€v9sù>s , -aap syiou

etc.. Mais ce complément paraît être trop long.
Lif^nc a.

OiSs au

lieu

de

o/ Se (pie j'avais écrit

d aI)ord

:

correction cpie
la

me

jiropose
litre

M.

Ik'll,

et qui doit

sans doute être adoptée. Le sujet de
(>; a-ij

phrase serait un

quelconque du
f/(a(?);
£1'

j'iparios

OavfiairtOTtis

ou un autre mot de ce genre).

— Ev

ewtOv-

cf.

l'expression d'Olympiodore (dans Pliolius

= Patrol. gr.
avTOu.
1.

,

ClII, col.

378)

:

e-niOufiia.

ysveaOat rovs (^ukcipyovs
:

.

.

.

tij; evivy^ias

Ligne 3.
Ligne 5.
cation,

To (Txn-mpov

cf. n"'

67006,
:

;•.,

1.

5, et

67279,
iaT[>;p(a]

y.


de

Lire crpo/zi/OeoraTo/.
la

Ta

taa-i(ia
la

TitiK

aSsKaaruv
qui

j'avais lu
la

lors

première publit.

mais

lettre

précède

lacune serait plutôt un a (iu"un
le

Le mot

lacrt^oi s'emploie parfois activement,

dans

sens de laTijpios. L'article neutre ra
la

étant certain

,

on ne peut couper ]as tuv après
ta<7tyLa,
cf.

lacune, et ainsi l'adjectif aSexatnuv

s'impose.

Pour

plus bas (1,1. 11) le sens de lacramo.
été

Une

novelle de

Manuel Comnène
sens littéral serait
Catal.

a

de

même

dénommée

IaT);p

:

cf.

Du Gange,

Gloss., s.v.

Le

--les

décisions

ipii

guérissent les mauxi'.
7

du Musée, n" C7379.

50
[67295]

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
rr/eoBoLi £v toi? SiKctTTvpioi? ypevSy) sxfxapT'\ypta
crri

\vnep avTa'r], anovres œ;
vtv a'jTou[?]
(j.vt£ Utto

A

oixeiovTyjai av[TOis xa]
auT[w]i'

a);

oi'Ta

i'0(:i[r;]r'

TSconOTe

ysysinj^x-evoi.
xoci .] S£[
]

ysy'\oyag-iv x\

]ov

«ara

xaxoTpOTTta[v
To'Xaœa-tv
xoli

xai £7:i[0v(it\av

jwv

aAX[o]T/3J«i' [aTro]-

Ta[

.

.

.]

]^ja o-a[

xïJ/oocreTa-

^av

TOI'

T);

aX[>;0e]ta

x[t//5ior]

x} ^eT7rOT[);r

(x\vTippinixo\i\s yj}t]aa.oQ(Xi

AiëeXXoi?

xcti pi)7)'[v(Ta]f

TOJf SixarrTijpiois Sia

yjipvv

tw

pmccpiaiv
[tci>j']

?/]Tf [tJwi' e«['î]i«aii'
xixi

xat hin-O-

<Ti£\yovtwv'\ xai [twi» Tsp'\a.x-i:opwv

Sv(J-oo-iw

Tivv £?[v]7î-[?;/3]tT0u-

Ta»?

TSOLycLpyjLOii? xoLi

TSavxwv Twv

Ta^e-iiTaii']

,

vctts

fx[};]T[i;]fxtaî'
(Stovu/T'-^'''

crwap-na.'^ot.pa.

yvv

y£V£rTBoii [pi?;Te] x^votoixiolv xoltoc twi'

ç:7rf£(;<6.'î

tw

CL(7£ë(ruvT(A.^v. ETTjiTTafxaf 5'£

OTa

fîta

toutov?

at'Ci'/sfJa'O?;]

rî-jçrTpofTrws

is];i(_ofX£t'a

xat oaa.
o

ol

xpa.TOVVT£= [rojx]o{ •nT/30xaTaXaé'[o]vT£s ïa.fTavTO Six jovs (piXo-

npa,y(/.vovvTa?

x(xxw6£VTa- aXX oO£v
TTiapa Tivos
,

y}X£

rcc

xar

£u.£

-W£7r/3a)'fx]£r[a]

xa[Ta] ^\p](xyy, x^
£i
fx);

£yxaXvnToaa.i
£7ra{j'£«',

A[£y]£M.'.

Etxoi

a£v yotp,

£TTt-^oyov ro

Ttra £auTO)'
Ligne 6.
Ici et

plus bas,

li's

resliliitions
le

proposées n'ont iraulre prétention
il

([iic

de

compléter approximativement

sens (piand

se

laisse

deviner; l'étendue de la
i .

lacune est inconnue. Elle va en augmentant
sentons par
,r

à partir

de

la ligne a

Si nous repré-

le

nombre de

lettres
:

manquant
1.

à

cette
1.

ligne 21,

nous mesurerons
1.

ainsi l'accroissement de la lacune

22

:

x-l-2;
:

28

:

x

1.25

:

X

+

I

f) ;

1.

2()

:

X

+

1

7

;

1.

27

et se([.

x

+

1

().

— Ùs

+
:

cj;

2/1

:

x

+

1

3

;

esprit rude

dans

le

ms.; de
Li<f)ii'

même

dans
:

la suite,

assez

fréquemment,

ol, ôtius

etc..

S.

AlijOsta
Cf. n"

aX très douteux.
V.,

Lig)U' Q.

670(17,

(D),

1.

79-80

:

s^of^tC^v tovs Stifjioaiovs vrpy.KTop(x\s]
xj
AayLTTpj exSiKOi'

.

.

.xj

Stifioaiovs

etptjvapx^as,

aynx
ici

te -accX^i^v tov Xoytu'\Ti\

etc..

Le

mot
(cf.

StjixoaisvovTEs est

ré(juivaleul de Si^ioaioi, l'mployés de police des villages
à Wpcxpie lomaine
,

HoiiLWEiN,

Iji police (lex villages égijplicnn

dans

le

Musée Belge,
cf. ici

IX, p.
n"'

187-19'!,
1

et

U. WiLCKRN, dans
IV,
1.

Anh.

fur P<ip., V, p. A/ii);

m(5me,

G72

2,

1.

1, et

G7287,

X" édil de Justinien (§ 1).
loc. cit.
,


1.
:

9

:

V[inti)ei Sii^oct[i]£V'j.w.

Le

titre

se retrouve dans le

Poin' la restitution piTrapior,

cf.

Bull. del'Inst. frnnr.,

p.

1

9.3.

Ligne 10.
Lire

Cf. n"

G7057,

11,

:

v-novpyioi) t>js SioiHijnazvs) in^ -taoïyapxyas)xixtfOTOntai'
,

{/;)^£(i/ai'.

— Kevoro^iav
:

probablement pour

dans

le

sens d'« injus(//(.s(.

tice, illégaliléiï.

Ce sens apparaît peut-être dans un passage d'Evagrius
xaivoTo^ia KvpilXov
j£-)(i'CiC,ovTOi.

eccl.

1,7):
LiPtie
1

wat'Oi/pj'ia Ss X(xi zivi aOscriiit
(l^iAOTTpatyyivovvTa.?

I.

vt en ligatui'e.

l'.\r\r,US I!VZANT1NS.
[(îoça

51
T[>;r'

o'j

fX£T/9{a

Tnpo -aoXko'j vnitpyji ixctx tJou? >£|aT]a

AÀjc^ar^pov

[0729.')]

fxeyiXAvv TjsoXiv oix^jvvTOi[i.

\yv\v

5

xp t/oXijv

TSspi tcl; £X£\iTi\ clkolSv-

[tv

su'C&'iai',

xoii

anovSaiϔ enoLrrxvaas

t)/i'

ii-Jou^av

jxo[(

^Jurafiu- toî'

7T(a.T£pwv xj
[efii^uTOî' £yj^>v,

apoyovocv
(t)s

rhSxa-xxXv /^pvTaix.svo;

tw


.

]

TOt[s] TpiaiixxaLpiw^oL-cw

[-nraAajar (îirîa^ai'TJ Trairîstar

— \jcLvaaovT

.

.

qiv,

xx-va.
>/

djv

auT}/[i']
j/

TSoXiv rov
TO'js

'ifTov

jp\o-ri\ov ecnvovSacrov (pvXaTreiv,

aXXx

entxeia xj

Tzspi

Xoyovî

[ev^pvix zsapa

tvv xxxojv
,

ryjSxfxws Ttfiwvrat

(xjxp-çypsi

tovtw v xxt

£u.[o]v

vvv

\i7^VfTxev7f

Xi V xoLix T&)[i'

lîjfx'vv -cTjOayfAaTa'i' ?£ai

avOpœnuv

zs[ap]x-

Xoyos TZpoae.Xvjmï.
\\lys.v\nj(hijj.sv

yxp syw xai

,

)/

yafxSTj; fxô] o-ufxê'io[s xat] areif ta ex

[xxi [xvSsnoTe aTT aXA>;X'^ir a7î-o]7;i'^[o{]v<çr9£VTan'
GJ>c[)/<T£t] fx?;T£ T)/

fjt.j;[Tc

t]); SixOccrei

(xvt£ t);

[sjvs'via

u.)/Tt: T);

<pCXo(7o(^w Mouo-a, a'fTTS au.(diSx.XX£iv
'craT/3o[s|,
>>

[noXXovs rirwv eiyuev yrjvewv, oT70T£]pov [eyw tou] a[uT]);s
TO'J £fiou. TvTî/îé'îacra t]);î'

aux?;
);uwi'

(pvTiv xotî spyoïs,

x-xi tj;»' ÊTrtstxjav

tw

[a(7;(^j/fJi-o»'oyo-a

,

fJ-oiy/j)

tivi uspo(7wix.iXi]>T£ xxi

]T:aTi (x[7jrh[lj]
S»a'7r'xi

Xoyiaayxp,
oti

[Ltvij,

aXoiov

ensSit xxi tî;* THocjptSos vnspopios ysyovev.

To Tou avSpo; ovou.x

[oux cyv(A)v

-zscLiTio-e,

xts ^evciy

owa?

]'?''?'/c[

•'^^ppp<J^^ t);»

);fxcov

'^^-

xpi^os y^pivJ-XTii'jy'\xoi\. O'jx' apxrjvuevjj

tw

£aO|£|rTt auT)/ -axpx tou avxj/s

TSarpos fxepsi,
Li'pir

ta.

Xoyov

:

liru rair

Xojwr.


:

EnevOuiiov

:

pour snrivOvvor. Je

lie

vois cepen-

dant pas
Ai^/!''

(]'au(r(;

mot

à

proposer.
r.,
1.

ih.

Cf.

n"

OyooG,

3

yLijTS

[ol^tto

£[j.Çivrov

£yo[v7a].


:

yovecov xai apoyovloÀv [lov tovto to

Je crois devoir définilivcnicnl

abandonner

la lecture ev] toi[s]

ctytoii, (pii

est trop (iillicdc.

T piafiaxapiorarù)
(pie faire

convient beaucoup mieux aux traces,
(jui

fjuoiiiuc je
fÀlfuc

ne sacbe, en ce cas,
cette

de ce
est

précède.
ea-TrouScL^ov
,

iG.

Ea-TTOvSao-ov
:

forme bybride
Mais
le

pour

plulùt cpie

es-TTOvSara

cf.

1.

i

.'5

s(pv).oLTTOv.

sens est celui de l'aoriste.

pour

ETTf^Ej^xEia.

Limie yo.
Ligne 'M.
Ligne
a 2.

H
(Jf.

;

un point

suri"»;.
I.
i

n" (lyoo.), r.,
.

y

.

:

(fjy_i)^ov>TTat Tr}v [e^yim' svyevetav.
.

.]acr;(^[.

.

:

ou

]^'ïà[.

— Oux'

;

apostropbe dans

le

manuscrit.

52
[C7295]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
[<Tvva.pnoLK£iv cSovAyjÔv ^oli io Xoinov.

Miny^sipn yap

o[fi.ov](?) sv SiX7) xai
eis tj;?

TQ ainjxov

fioi

ex TSarpos xai STzpwv vofxifxwv xai f^ixaiw -irlwv
fxot

avrvv
r/fxwi'

[avalxeiv, TCtvTijv

iioinjv

xaTa^movra, tvv

sX-rrir^a,,

Tv/^eiv'^

£\)xpyu.i<X5 xj (puAaTT[ou](T);â

exxaTW to Sixaiov aAÀ'

eveXiiis

TSavxws rvy-

yOLVW ,
25
[trraj'TCiM'

dis

TOjv,aSiX)}(xoi.TW tjsoivjjv Swaei, oaa. sis

e^ixe] trrAj/fifisXvxsi'.

Toutwv

yxp

Twi' -apayixaToov,

wv

t)/''

voixiiv e^Ê^î/TJ/Tiv

avayqL\yz\iv vtt au[T);]v,
,

[ovSsv TSw-KO-vs £K oiôS)}iTOTe titXov vjio voayjv avTJjs y£]p/£[v]7;Ta{

aXX' vmjp-

^ev Tou vpMos

|û.

zsoLTpos Aax'XvTvtaSov sx rs Tmxrp'u.ias xai fjD/T/O'Was Sia-

[aTTo

xXv povo\j.iOL'.wv

xoLi (xyopy.'T-vix(x>v[l

j

('5~fOXT?;T&']v

T£ xai STipWV Sia(2iOp(A)V

crviJ.êoXaiw xai
[fXOi'Oâ

vofxtfxa'i'

xai

S'.xairA»' TJTAa'[v]-

ov tov xXijpov ùs

auTOu vios Tvyyjxvwv

rsa.psX'xëov.

09sv

Ooc^yixa'Cw to -aoixiXov, fxaXtijs (^vcrews, OTr-iis

A[o}'] ^e

TO Tnavovpyov xj xo drjpiwSss exeivvs

[ex TOV eaov oixov rsavTOi. Ta xiinjxa fxsTcOijxsv, avro 'n3'oAu]Ttfxou ec'? eXa^jcnov
SIS ou[s]

eêovXvOv TOTVovs,
tc»m'

s^iov xoLTOL

T)/i'

3o

[trfotoufiei'ou

vswv,

xcli

———
fxj;

AA£?aiv5^£(Wv

T};j'

^ia^t'îaiTxaAjai»
^lot.

]î''';s

Tvy'^a.v\ot>^os

tjjv

[t]6iM'

yovaw

vnoAVfJ-'^iv. Tois xtv>}TOis
]'

y.pxsaOeiTa

t>/? sis -ctoXA)/}'

oXxvv '/^pvnvov ovvTSiyovaiv

Vac.k
sëovXyjOi} xai

11.

twv axaniTCôv

£[y^xpaTJ)s y[e]i'î<TOat sx tivos (piXoirpayii-ocnivits,

w(TTS xai auTr/j'
sXsy/^si

Ta

•cra/3

auT>/? aSixws xat aXoy&)[s] asTrpctyasva ts xcti

sianvOevra,

div [o]u
xclOcx.

zsamoTS,
ix[s]t>.-i)i'vxa
,

TSoXXaxis sv tois r^poypa^sta-i

sv voaii

[)']t:)'£j');Taj*

aXAa

Ta [a]uTa -nraT/swa
[lov ovTct. £<p £aa'j[T]ot'
£X,'^'i',

ws

xa.1

to •nrpayfia auTO ^'xpTvpsi. MapTVpovaiv

Se xxi ai rsap ol'jtvs
5

y£i'OfX£i'a{

avopyyjxi xai avafTxa<pa\_i'\ sv

tw

sulw oixù) xai Sia SixsXXwv xai

STspwv epyaXiwv
Li^ne q4. Hf/wr
:

pour
1

vyLcov.
:


ms.

L'expression

(pii suit est

empruntée

à la

langue juri-

dique

:

cf.

Nov. 8 G,
:

enaarv to Sinatov ÇvXaTTEiv.
le
:

Ligne 2 y. Ligne 3o.
Ligne 3i.

Oc

esprit

dans

ce

pronom

se rapporte à Askiépiadès.

Lire tois sts aoWij''Elle

Page

II.


:

commence

juste au-dessous
:

du mot yovscov de

la ligne

précédente.
vtt

Ligne à.

Ei^ SfzauTOr

pour tu ey^auTov

(lire sans

doute

sfiavTor).—

E;^ctii;

[lour £;(^w (?). Cette
T(i)'

seconde page a élé fortement altérée par
:

le copiste.

Ligne 5.

avec iota adscril
je l'avais

cf.

n° d'JO']'], passun.
la

Lire spya'keicin' (et

non epya-

Xt(^St)cov

comme

proposé dans

première édition).

l'ArVi'.US

11

VZ AN TINS.
[iJaOei'Ta'i- -wa/^a toi;

53

TOic-JTO-poT:v:\

;i>-

arafCj/TJ/TJj'

-wv

eaov

trraT/3&> £i>

[07295]

Xpsiois.

To\jTm> TOivyv ohxw 70v £Aîyx[^J'' ®3t/;a woJa xj tr «aj/sc xv

^fioi'Ti

a.nox(xX\j(Z0v<yeTOi'i SixoLOTypt^',

«at

-i:iT[o](i');v

-warTO)? ewt [tJovtojs

xara

vofxoys

aaps^ei. Ta> yap
n!0Lpa.xa.TOi.Tyj<T£is
,

ai xakovoiv

oi vou.[oi]

psTSvrwvas

,

e^

);Oa)i'

xaxwv

xai

ai:[T]aOt'T£a'> (Txeuc

if
Sia.

[Tjyjat'Ta'î xixyoô
ei> sfis y[ey'\ev7iu£i"j'j5

Tovs

-crapa [t]vs toiavivs ax^vSiov Tfjonovs, £(p

ijfiiv

t[o]<s yevvoLiois
^ixoLaTOLis

mpos

tî;

[a]7roxaTacrTacT£i Ta'[j'] £fxa)v crxevœv ev

tw

SeovTi xcLipw

Tovzœv

votv'jv (pylaTTOy-erun' jxoi

xaxa mjs

rojxifxov SixoLioXoyias

,

£ÇatTC'

T);[i' a-\i}v

evTpsyietav
fxj;T£fxtav
x£)'OTO^u.li]ai' 5'£i'£oO[a]t

ixv

rr-jyyjxipvTOLt,

«ara

tj/s

i/V

sixt vo(J.)!i

TSap

rjiovS7)-nrjT£

avOpwnrjv, ex GVvoipT:ay[v\s tivos v tyOpuiv eiiiêûvXvî, aAAa

xcci opxi'C\v\ vfji^aji

xcna tov
xai

-srai'

TOxpoLTopos

xat

T);s OeiOii

[o]vpot.viOL5

v[i]xvs tov

tcc

wai'Ta rj^cj-TCs

Ai'acTTao-Jou tgu aïooviov avyov[(7']TCV av70x\p(x]Topo5 , tovtovs

av zovs avri-

pVTixo-^s h€£[X\Xovs [o-Jura^pa» av[oi\^opoi.
iVîia ;£( fXJ/vvCTa»

tc xaOapoTaTœ

Sixa(7JVp\i](^U '^p'^^ to

fx?;

yivs.aOan xcvoTOu.iav

TM'a xotT £a y
/.(/'•«(

avOpœnwv
:

£u.aii'

7.

Tov elsyxov

le

scribe a oublié celle première conslruclion, cl

donné à

cet

accusiitif le

rôle de sujet.

— OXnr pour
cf.

-aaincov

:

cf.

G700

i

,

1.

18; P. landanac

a3

,

()

et

7, etc..
les

fjone Q.
etc.

Sur

relmlioiics

,

CW.

J».W.,

V, 21;

Um'ien, U<ptl.. VI,

<)

cl i;»,

Lire c/navo^lv); celle abréviation esl assez fréquente dans les papyrus d'Apliro:

dilo

cf.

n°'

1)7170,

r.,

I.

G; (17183,

r.,

I.

10 etc..

UsraOeais

axswv

esl

la

traduction du latin juridi(pie rcs amoUr.
Ligtie

10. Upos Txii aXka.is
TOI.-

:

entre autres,

sous-enlcndu

rtfjK^pnxis,

ou encore pour

crpoï

a'/.lois,

ce

(|ui

donnerait un meilleur sens.
cpie les

— Le

sujet

de s-Kcvovaev peut
le

être Sixa:rTvpiOv, à

moins

mots

i-Ofios

n'oient élé

omis par

copiste, ce

nui serait plus vraisemblable.

Ligne i3.

Lire xcna.

{t>is)

avi. Cet emploi de xara esl d'ailleurs peu net.

Ligne iG. Ovpaviv^, corrigé en ovpavias.

Lipne iS.

Lire xa-r Sfxov^ plus probable (pie le

xolio.

{i

de

la

première édition.

54
[67295]

CATALOGUE DU MUSKE DU GAIHE.
V
voix.vi

vn
Tou

epie xvyyjxvo\)(7)]s

,

ex rrvvoLpT:\_a^yv5

iwv

s^w
za.

lyPpwv. 'ïomio yap

|SouXeTa[«]
20
SiCL

Ta

(poSepoTct-va, v^iktol,
t);î

<TOv

t);î'

<ppovTiSa

xv^jjs ccvx-v[e\Tay(J.svoy
fjL[j;]

xqkxvtol

fx);i'u0);[î'a]j

TOjs ^»x[a]a-T);/9to<î, ts/soî to

jSAaé'?;i'XJ

Tovî

eTTisixsis X) V^[<o]7r|9ay(xovo*jj'Ta5-.
SIS ÊT[e]/30u> u.£TctTsdvvot.i.

Ov

5'a[/3] (î<;fa<oi' t);j'

ï/tt

efis

vopjv

ctXoyws
tou'ui'

Opxw
to ïo-qv
toutci'i' jxou

v\u.a.-

xara tou

ô'eiot/ o/5«J^ou] u7roa->;,a[a]i'a'T6'aj etî

avTOv; eSe^arrOe' xat

eivi

to Sixa[t7^T)}piov fi[£]Ta (xvwfrevî

xixOoi.

toi? l'Ofxojs

Soxei TOVTOIS TSSlinSTS.
(1>X(

Q.pocrro'X.X^xni
(X

Arrxhjnia^ov (pi\X\oToÇ>os o 'a\p\oycypa.(j.aev} STTiSsSœxa

T0VT0V5
a5

T0[V5 Xl'^êsXXoVS TOU? aVTippVTlXOVS
(xj/^eatar
x^toixiclv
vt70^s.ivixi

XiësXXovs,

(x^iwv

Ta vn

£fxs

-apcnyixaTct.

x}

av6p(A}[Tr'\ovs £[fjt.]ouf, xj VTToypot.\pa\s^ STTiSeSwxoi..

Page

111.

AtsSovs
ou[xo]ui'

i^u/^>;>
etijs

tacTfî, euerôé'oui'Ta')' -©[a/îjatrS'Ttf
);fx.[aT]a 'Wa?'T[a]"

^aOavaTOS xai ayv[p]ws

«aT

Ofx>;/3ov.

Tov

fxer

aa.Xai

(Stoi/

(pocvets sni Xt:i^[aXa{]> (?),

l'uî» -îs

fXÊTaxaXa)» Sixfxios, -Jfivy^x^cp^iXov; tvs u,a£T[e|Oaj>
sKTCtywyyjs,

5

Tu;(;^^xM'

en ayxaXais [oujr

t);î'

xsXevaiv

&y/j3

Ligne 90.
Aig'/ic

Lire sans doute «KacJeJeyf/srot;.
:

ai. Opxai

pour opxi^oi

(cf.

I.

i5).
ici

JÀgnc 22. ArT(pp>îTixous était peut-être,
la

ligne 17).

— On
:
:

encore, écrit avec un seul p

(comme

à

:

pour

oie.

Ligne a 3.

Tovtois

pour tovtovî.
répété par inadvertance.
Ou[xo]ut' n'est pas certain.

Ligne a 5. AtêsWovs
Pa(;f. II[.

Ligne 2.

Ligne

.j.

Lire xaO' OfjLtjpov.
cf.

Ces mots se retrouvent plusieurs
Odi/ssée,

fois

dans

les

poèmes
ij\j.aTa

homériques;

notamment

V, i3(]
les

:

3-tjcrstv

aOavaroi' xai ayrjp'jv

aaina. Les manuscrits se partagent entre
fournirait

formes aynpaLOv
la

et ayiipcov, notre texte
.
. . :

un argument de plus en faveur de
la

dernière.

Etti Ke(p

?

Le sens

général est évidemment que l'auteur de

lettre a

mené

autrefois

une

vie vicieuse,

avant de se convertir. Je restitue
opposition entre
ce

e-ni

xeipaXan, parce que l'auteur semble faire une
:

passage

et

celui qui suit (1. 5)
(pi'il

£77

ayxaXati. C'est d'ailleurs
à

une simple hypothèse, car
cette partie

je crains

ne

faille

renoncer

trouver un sens à

de

la

phrase.
:

Ligne h.

MsTatxaX^s

fttr

repentir.

Peut-être

ce

mol

provient-il

simpli'ment d'un(^

erreur du copiste.

l'Al'VIUS liVZANTlNS.
u[?;]'y£j' T);>

55
[67295]

Oii-vOsifTvs

av}

) J'VfX)/>

Ào} (fraati'Oî,

£:77£[<J'îv

B'o.vfxacnov DixTopa,,

si

aj;

ôtov en

ixifi-ipiv

^jiroaeiSicoa

a eyut ryv xara r^vr T^sjnirw
SovXos

ol'^ixiolv.

Ov

j a/s t»rfx](

tvix

[a]7j-);jn;s eiî TSpa.c.iv txirr'/f^pCLv /;*
;>C7 >'^"

epyctxvs zspos

trraî'lTja?

xaffcmijxa.-

>)vioi.fj\ii\v

Se, -q^ocTip ayiwTXt[£],

a-v(ji(^opas -rnXnOos 8-£[a']u£:ro?,

«ai tous

trra/5

avTO'j ^iS\iaf7\a£vov;
u7ro[/:)]a'j'Tl

ou

fx[e]x,|Ot

a«[o]ua'i' i/Tro/^aÀwi'Tas toi» o{;ctoi', aXX'

as(?)l
(T\

7pa,yix(A.iT£pov,

TOV

f3;ou 7);i' Tr£p))o-n', e^'

w

|St[o]î' at(7T[o)' '^s'Ia.vTuis

eSoxoyv

si

xctt,

-atvr/^pocis

eXuiaiv j/uçavoi'TO,

xaju.[£] fxer

•wa/3a[(J!'0U!'Tô?, [j;]fxfi£>'Of ^e xax^tra', ÔTTWir £jyv fxsv £[up£0a']
CTjOO» (^iloVS

aMppOV£OT£p05
-f-

,

a'JTOî

rJ£

TCOV tr!'/20(T7aT'T0pt£V<f'f »'

1

aArw

TnpaynaT}

Tw

Seano a t

-cti"

S-soTEc^xat aytwTaT_(
Iwarv?;? u<os "^arô
II
r^E

[-rrrjaT/pt

xj £TiiaxoTTfji>

anna K£(^olXwi
//^

-f

/// çTTiax]

N[oTa]/3/ £fX7iaj<ΣVT0f

£7aipoy.

£-niypy.(pi] ?;r ovra's-

/-i^'-ff

G.

-i\e coinplanl pus obleiilr

lo

p.irdon ([ucj'ui (Icin.indé.

:i

lA(pic 7.

«Jo ne
lui

me

souviens nullement d'uvoir élé en rapports (?) avec Victor, sinon
11

pour
LifTHc 8.

reprocher.

Lire v7TuveiSia\x
);j,

rtjc

lui

ai

discrètement reproché
le

5\

— Oaov
cpii

:

comme

plus

loin,

aW

etc..
très

:

signes orihograpliiqucs dans

manuscrit.

Lignr Q.

Eff/j est

douleux;
le

le

premier
1,
il

i

n'est

peul-êlre que le jamhajje initial

d'un r ou d'un n; avant

second
ju.

reste

une trace obscure

ne peut que

dilTi-

cilement s'interpréter par un
Ijjpic

On

pourrait lire si.v.
ai

10.

f'Car ce

n'e.st

pas moi qui

conseillé les vilenies dont

j'ai été

(eu

fait)

l'artisan.''
/.(//'"
1

Jean

dit n'avoir été ([ue l'instrument
:

de Victor, son supérieur.
u-Tra
.
. .

3.

TnopuvTots

vt en monogrannne.

On

pourrait lire
(^

Aounas, mais

celle

restitution serait très douteuse, le veriie vrreti'TXsiv
n'élaiil
I.ijnir

= enavTXsiv se vépauihT en (liscoitm)
d'il.

coimu que par un e\enq)le
Afo-TOf
:

(cf.

Tlwsaurus

Eslienne,

-i.

r.

vrravjXtina).

ih.

la

lacune un peu courte peut-être pour trois
le

lettres.

lÀgnc 18. Je n'ai pu réussir à décliillrer
sive contournée.
Lifpic
ifj.

premier mot,

fort

mal

écrit

en

|)elilc

cur-

T«y SeaitOTri

jiov tol

rsavra B-eo(TeùenaTu xat aytciTonu) stnpt.
suit le

Peut-être K£(paX6iiri[&)], car
n"

un espace vide

Képhalôn paraît au
£T{^£Jpov (plutôt

6732G,

1.

h.



fi

nom. Mais un
1.

évê([ue

Ilpos

£7r<3-xo7roi'.

De même,

20, zspos

que eraipov).
:

Ligne 20.

V.{jLTTa.tS£VTOs

cf.

P. O.vij., \'III, n"

1

iGT),

1.

1

(vT
tj

siècle)

:

rtjv uftsTepav
rjv

.

.

.

sratêsvaiv en parlant à un ax^olao-jiKos.
(|ue le

L'expression

Se eTiiypaÇyj

ovtus prouve

ms.

est lu copie d'un acte authentique. Cf.

Ménandre
:

Prol. l^lionn., p.

353),

citant l'adresse d'une lettre de Cliosroès à Justinien

tj

fiEv

ow

z!poypa(pn ovtco ati

eSvMu.

Cf.

encore Cod. Jusl.,

I, 1,

8, §

:

Ilcm subscriplio tahs fuit.

56
«.[izo^So? fTVv

CATALOGUE DU MUSÉE DU

CAIIIE.

[67295]

0w

T'x)

Seam)

(x

a<xvT[v'\v evsKct £uxAj£a-[TaT]) xa[i]

f Ta
,5

rspoTXvvoviisvcc ypxfxixxrx

t);= tj;?

evSiaOsTOv iSiXta^
evnepteyjjixevv olvtoi;

;<ofxiTafJtï!'o[s], j/tÔ?;?'

ov a-fX'.Kpvs

e[7r{] tj;

SsivoTVTi pi][T]'jpix7), TSpos yv ovSs [txJTToXoyiXî svKopeiv SsSvvv[J.xi
SiOL Tj;i' SU.7JV

zsspi T0V5 vo^j-ovs afjLaOifaj',
et

xara to sipijaevov rœ'

-axXaiw',

wr

et

Scxa. fxsr yXuxTacti Sskoi. Se (TTOfxar' ciîv-n. E7rjçr[Tjaa£i'0» Se

X} zfeirsKTixevos txxpiêws
3o

wb ov

iJ-ey^oi

ypx^fj-OLTwv xs \r^y'\w v irtpoî
etxa. svOvfiyj(x[(XT]a., ei

aXkvXovs

ÇiiXiix,

aXX

vp.a.î

eiSevxi to.

x^

p;

a[p]Ti

exÇipoLrrxi txvtol oios ts ei^i, rsspi

tou[t]ou appovTio-ros Si[a\xei(xxi.
?;

Uapx
[fJt.]ot

xxXei'jdw roivvv x) vvv TSpQ(TXvvei>TO[œ'\ -apo? e^iov

tj; '^iXix xai ypx(peiv
i:fjt,auT[ai tJj?»' TT^epi

Tvyji'w; T[a] zsepi avT));, -ut po o'xllxtw x[v'\sXovti ev

au[T);?]

fxveixv

CLVxypxTVTjv,

xj evyjjixevxi

xnixi

a[i;]T>;î aKO>;[>]

e(p

[sjxaTTr?? ae-

TaXaé'e[ji']

35

Tspos TSxvTx; ^yi^yvoaev)]?. EpprjjTO(Xt[fT£'\, SearroTix

-f-

Lipie 22.

àSty).

Ilots-fjjï)

aiSovs

:

cf.

/'.

O.vij.,

VIII, n"

ii65

r.

;

•cr(aV)?s)

-Bpovxivvv'trerj}?)

\Se\(p(u)
:

aiSsa[i(jL(oj yt.o[vj xai i'OTap(((ii).

Ligne 26. ATtoXoyia
Lignes

dans
:

le

sens de

f

réponse-.

27-2S,

No/!/ou?

les lois
,

de

la

contre aussi au n° Ij'jnj'j passun.

rhétorique.

— Tœ' TraXaiv
:

:

l'iota

adscnt se renfxev y'k'vo-axi
:

Iliade, II, !tScj
et

ovS'

si (lot
,

Ssxa

Ssxa Ss oTOf/aT* etsv
si

(cf.

Virgile, Gcorg., Il, /i3,

Knéiih

VI,

Gai

-non,

milii

linguae

centum

sint,
:

oraque ccntunni).
le

Lijpie

00. Ev6vyL)j(iaTa
I
.

fond de

mon

cœur.

Ligne 3

Lire aÇipovTiarra'i.

Ligne 54.

E(p exaoTvs

[e. s.

rjfispoLi)

:

cha(|ue jour (?).
:

L');

est

presque enlièrenienl

effacé, et l'on pourrait songer à e(p skoltiou

sur tous les sujets.

BiDL.

:

Journal d'entrée du Musée, n" /*36a'i; texte et tratluctioii des p.iges
fin du paganisme égyptien
[liulletin de

I

et II ilaiis J.

Maspero,
t.

flornpollon et la
p.

l'Institut fr/inrnis d'arcli. orient.,

XI,

163-195).

67296, Acte de cautionnement

(cf.

n"'

67096
un

et

6725!^), remis au ripanoa
de
la

Apollôs
polis,

j)ar le

diacre Anouphis et

oflicier

fjarnison dAnlaiomil!., larg.

en faveur de deux ouvriers.

378
Date
Ici,
:

mil!.

— Long,

o m.

3oG

m.

Aphroditô

(pi. V).

23

juillet

535.
P. Strasb. /i6-5i, mention est faite du droit d'asile des églises et

comme dans

autres lieux consacrés. M. Preisigkf a réuni les textes papyrologiqnes relatifs à ce
droit depuis l'antiquité païenne. Les B-s7ot y^apooiriipss,

comme

il

l'a

démontré, sont

l'APVl'.US

BYZANTINS.

57

les

iin;i[;cs
1.

de piélé,
il

les icoiics

(de

même
les

dans

le

papyrus du

(lairc

ii"

()7o8(j,

r.

,

[07290]

(D),
il

1,

faut iorri[;or

ma

noie). Je ne erois pourtant pas qu'il s'agisse,

comme

le

pense, de taljleauv exposés dans

rues

:

c'est plutôt

une manière détournée
îi.

d'e.\[)rimcr les églises,

comme

nous disons ttau pied des autels
le n"

Le

riparios

ApoUos

est

connu eu 538 par

GyaSa,
a23

eu 02

1

par une suite d'autres
\
, i

Eyjvixi (lui seront publiées ultérieurement, et eu

d'après P. Loiid.

G87,

ipie

M. Bell m'a signalé. Mais peut-être
Gursive {jrossière, légèrement pencliée.

a-t-il été

nouiiué plusieurs fois à ces fonctions.

[I*-

TTraTcia? <l>X]aviô [iîMTapiô tô evSo^OTarô , enei'^
xxT?/s ivSixj

"

xO

" Tsao-OLpctaxoLiSe-

[<I>Aav(« ATrJoÀXaiTJ

,

ixiSsat(Xfx>

piTrapico xw^liis

A(ppoSnvs tô ArTajOTToXtTÔ

voy.ov
[-cr/Sccrê')

,

zsj

Avô^iô

'^ei>Oai)a-[ià]

T)i\s exxXvcrioL^

tô ayiô

ana

Môcratô tspsaSvTcpô, x^ ttAauiô Ai'5'P[t]5
!![.
.

A6/3aapLjô a7ro7r/3a(7î-0(T[)]

xamp'o

.]

[tou aurlov vo^lov

,

afxpoTepw

ctiro

t);s

avT^js ««fx);> A^PpoSiTV^

,

yjxtpeiv.

Ou.o'koyô^s.v £^ aXïi'kyyy'JV^ xai
5 [

[

•]
opt-j'voi'Tt»

le

ynep aAXî/Xwr avaSe-^ouevoi ,
tj/i»

tov t£ axvjoxpxTopoi.

(àeov xai

^siav

xoli

oypa.yi%v ivy^in']
r/fxwv <I>Aainô

[tô Ta trrai'Tja

vixowos 70v SsairoTÔ

lovaTiavô

[sic)

tô aiwviô

a.vyov'TTÔ rtvTOKpCLTopo; ,
[u.oin!î xoLi

syyvxaOat x}

qcva[Sê:Sey6(xt']
xoli
IMci<t);i^

e\fj.^xveiOLS
'j'i'rjv,

Avpjjh[o\y5 E/Jfiauwr Môo-j/toî

avTo{y)v

yvijiTiov

ixsXiTCivpyov;,

f.tiptr
f.ijjiir

'j.

Sur
Atto

le

piTzaptos, cf. n"
:

GyOïji, note
n"'

1. et

.7.

•arpaiTToa-fiTO)!')

cf.

()yi2cf.

67128. (lonforménienl
tlie

à

l'iiabilude

copte, le litre était écrit aTro-npanroa-noi;
p.

(InuM, Copl. Mss. in
tirés

Bylamls Libranj,

i/iG

,

n. 3

,

oiî

sont cités

plusieurs exemples
titre

de documents copies, notam-

ment un autre .vuonpAinociTOC. Le
xaarpov;
il

comj)let était, on le voil, tspanro'jnoi

doit désigner un ollicier subalterne

commandant

à la

garnison d'un xaa--

Tpov. Le xa<7Tpoi' est un poste fortiiié sur la frontière ou en
lisière

(piel([ues points

do

la

du

désert (cf.

Castra !\Iemn(mia)

\

un

petit détacliemenl,
J.

prélevé sur

la

gar-

nison de la croXiç (ici, d'Antaiopolis), y était caserne. Cf.
viilitairc

Maspeiio, Organisation
crpaiTroaiTOs xaarpou

de H'^^uptc hijzantinv, p.
il

1 (j

et

sccj.

Un exemple de

(au

iv'

siècle

est vrai), à IJabylonc, est fourni par P. Oxy.,
les lignes,

X, i2()i,

8.
:

— La

lacune finale contient, selon
points,
ici

un nombre de

lettres très variables

les trois

et plus loin, sont donc simplement conventionnels.

Ligne h.
Ligne 5.

Sic

pour aXXvXejyv»;?
:

:

de

même

I.

(j

et i3.

Te

corrigé sur

Ligne 6.
Calai,

'SixwTOi.

Se.

L'article tov, ipii suit, est à

supprimer.
°

du Musée,

n' O-^'i-^t).

58
[êttj T6.'

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
avToJus 'aapa(xeivai ev
tij ol'jjv

[67296]

nviiv

,

017:0

a^f^icpov ei? 70 e^ijs

Sia.

TSOLVTOS y^pOVÔ, KOLl OTÏOTCCV ^VTOVfiil'OJ' [^O/]

[apos

r;fjia]s -rsepi

toutou?, eTOtfxws

^X''-*^/^^*'

°' tspoysypajj.ii.evoi

sy-yv^Tai ez

aXXeXrjyyyv? atxpeveyxsiv kj
10

'nTa/3a[^wo-0fX£J']
t?;?

\sKT05 ay^iwv [ysYpiSoXvv xai [B-]sivy y^apocx[T]vp(t)v xai

[ajyia? xvpia-

XVS, avSV

©«[ôJ'îî/TTOTS

£TSpd

rT'/J)llJ.XT05

\aXk

£iTi toli aluTCi' ay(iJi).'XTi

p.svgy(Ttv aSia.Xsmr'U^s ai'î'j oias Svttotc -aporrra-

(Ti'Xî,

fX)7T£ ^ova-/_[i'\xô fxi)Tc

T^paTl[w^lxrJV^^,
a»?

[aÀXa

Trtct]pa[S]w'7wiJ.iv t[outo]us,

-mpoemaasy,

o-no-ocv

"CvrvOîiv TSpo?

VIJ.IX5

TSapa. T);s ufx&'i/ apliar^ris [aiSeor}]
Tsa.py.'j^/j.iv

\K) ÊTOtfAWj] £;^wfxei'

vitep

cuT^o'XsiipefA.iî

s^

alXelvyyvvs y^pVTÔ

ovyxias Svo, x^ sinnjvoyjxixsv tw
\xj,

S-[£t(D o/5xa'J

Td) TSSpi

TÔTO

£]7r);[/3]T7;fi£V«»'

.

«j U7rOX£tfi£[î']«!' VUIV £IS TOT&'t' Wai'Tli'î'
tj;? otiTJas

Vfxwj'
)5

Twv -mpxyixaTWv ravTVs

svexev, fxsO [y7:oypa(2J\

[tô vTTCp Aî'o]u*pJÔ zxpsaêvTspô xoLi Tù

vnep rô CTcpô At<ov0iô a-nonpomioas
i'-f'-r'

\v\noypl. Kat £-nip\rjo\T)jO£in£5 a'fioÀoyvfrafxsi'
[•j-

<I>X) Ai'5i2]i5

^Fti'ôaj/Ttô cT^fo-é')

Tnpoxjl £yyr]<A.>^ai tovs Tj^poxlj EpiJ.[a.~\wv

xai

MovTvv

Viov auTo[u]

Ligne 8.
cité

ZrjTouixevov eo;
(s. v.

:

quand on s'informera d'eux auprès de nous.
flpotTroXXwr,
2' arlicle)
:

Cf.

Damaskios,
1.

par Suidas

^fiTOi/uïros vv;

P-

Mon. G,

38

:

eiïjcrav

axvxooTss. Exemples fréquents

notamment dans Agathias

(v. Vinde.v

de

l'éd.

Niebulir [Bonn], p. ^19)-

Lipic Q.

Au

lieu

de

zrapaStoa-sti'

qu'on attendrait plutôt, je restitue -aoipsL^Soaofisv]

d'après le n"

67828,
:

pn.sstm.
ils

lÀgnc

1

0.

2;(^)jf^a

ils

n'auront pas clianijé de condition,

seront toujours fabricants

de miel.

Ils

n'ont pas le droit de quitter la corporation, parce que celle-ci paye

l'impôt globalement pour tous ses

membres,

et

qu'une diminution dans

le

nombre

de ces
Ligne 11.

membres

équivaudrait, pour chacun d'eux, à une augmentation d'impôt.
:

Upoa^aaia.

patrocinium

(cf.

6702/1,

r.,

I.

8), patronage sous

la

pro-

tection duquel
<[ul

se réfugierait l'artisan
:

évadé de sa corporation.

Les deux adjectifs

suivent dépendent de a)^riy.inoi
qu'il est entré

le fugitif

ne pourra pas échapper aux poursuites

sous prétexte
Lig7ie

dans l'armée ou dans un monastère.

12.

Peut-être

Kvrri6siti[v\

pour

^intj6ei£[v];

mais

^rjTtjOetrj

peut aussi se com-

prendre.
Ijgne i3.

A<(5'£(T(«/LtOT»JTOs].

Deux onces
(cf. n°

=

la nomismala,
,

soit

par personne cautionnée

:

c'est le taux

ordinaire

670f)/i

1.

1

5-

1

6, et

une série d'actes analogues qui seront publiés

au n° 67328). Le scribe a pris
s'agit là
(cf. n°

si'vijvo)(_ayiev

pour une forme du verbe evexeiv
:

:

car

\\

sans aucun doute de
1.
1

la

formule connue

evoxoi

siiiftev tcli

^stc' opHoj

etc.

67082,

oo-i o

1 ,

et /IrfJ. f< Corr.).

Ligne

1

à. Le mot

xivSwcl) a été oublié,

ou xj

est-il

pour xnSwcol

Lire eis toi/to.

Ligne j5. TTrcypix<p(ovJosy

PAPYRUS BYZANTINS.
[xoLi a'fioo-Ja T(j^n> [sir) crstoi'

59
\- <I>Xj

opxoi>

œs

zspoxjj

\vô(pid [sic) \Gpccap.iô

[(')72<JG]

OLTTOu[p'\oLinocmô
[E/3fxava)ji' x} Môai/i'

-ûspoxl syyvwiLQLi to'j[s] zspoxj
'ji'a'j'

ârô [xsWifTÔpyôs

,

xj o^orrct

twv

Q-iov o/3x[o]i'

vs

-apoxj. (I)X^ ©îOTfiXî'Os M^atô a7ro[7rpat7ro(T)],
[açiwj()cts, t:}/3a-»^a
'j7rt;/9

ôltwv ypxfxaoiToi. ixv £t'5oTwi'. A-jp^j^ios lUxrcop "^e-

vy.p.oyviô ixoLp'vpw t?/ £y}'[vj;| a>cç/v[Ta>]
•jo

[wa^a Twlr
TSIXpOL

S-îpifv^"'

"l"

'T 15(KTa'/3 lleçrfiou

rspeaS u.:LpTJpw tu txva axouTa»

TWV

S-£fi£î'a)r
•f-

-j-

\\ypy.2>v Si efiô Aépaafxtô A7r[o]AÀ''/ ouÀ/

Aî^^/r

iS.

Ce Thcoleknos paraît

di'jà

aux

n"'

G7212,

].

3, cl

6-288,

III,

1.

<).

Ligiif 'JO.

Tu

exva

=

Tri eyyvtj.
:

Lijjnf a

/

.

OyX/ ou

ctl/XJ

?

Cf.

11"

G7 807,

I.

17.

I?1BL.

:

Journal d'cnlréc du

Mii.tcc. n°

'i(i/i5Sfl.

67297.

Cautionnement, daté du
iGi
Date
:

même

jour que

le

précédent.

mill., larg.

m. 35-i

niill.

— Long.

m.

Aphroditô.

'.!3

juillet

535.

Cursive droite. Probablement d'une autre

niuiii (jue le préct5dent.

["C-

T7r]aT£»a» <l>Aa'jto liilia-apiâ
pxfTXCLiSex^a^T^yts ivS
/]

(sic)

tov suSo^OTaTÔ

sTTei<p "

xO

"

Tsaae-

[<I>JAao[t;]i'(W

AttoXA^ti, atSeTiuai pmapido xwtxvs A^poSnvs t[5J Avtxiotïo-

A[tT]ou [j']ofxo[u]
•çr/

[Ij«(T>;(^JÔ
£7r[{]

Tspsaëvrepô t5 aytô evxTVfAÔ a[7r]a Xtaoc/^avAtô

,

xsxrvfxerô

xwfxr;? [A]ippO'ît[T)/sJ

[tô a]uT5 vo[LÔ,
6'jô,

^paSews vnoypa<povTOs, vïov tou

tj;?

evXaëôi

ju.i');fA);>

laxu-

yôvofjisvô -apeTëvT^epô, y^xipj^

5

[Ou.oXo])/[a), ofxi'Ufx]ç[j'os toj' tJs •çr[ai']TOX/o[aTo]^a

Weov xat

t[)/|j.'

crtiar x[ai

OD^pxviov
[rtxwî'Tols
(TTol^J
]

TV-/j)v

TOV Ta

trravTOt

SemioTÔ

t);> o[t]xoufxer>;»

<tAa[u]t5 loucTTtviai'ô tô ajwvtô auyou-

a[t;]T0X/5aT&/90S
fxoin/s

eryyuairOaf] xat avoiSsSe'/JJai

xaj eai^avstas Avp7;Ajov KoAAôôor Kupja-

xô xr>^^0X,<5Ô,
Ai^/ic
.3.

Faute pour

a[7î-|a Mi;i^o!);>.(ou ?

Li^Jic 7.

Lire y^^MaoyjJOv

60

CATALOGUE DU MUSÉE DU
aulTo[i'] fxeti'at er

CAIRE.

£7rt

t[c«.'

tv

[';]fJ^c»"'

«'-»'"•'/,

J^at

fjD/^afACi's

a[v]TOi' airoXei-

[7r]£<r0at,

aAAa

et ^j/TOUfxei'ov

av[TOi'] zsqcpeveyHSiv X}

TSapaSuiaw aux); sxtoî

a}'t6.>j'

zsepiêoAw xai Qsiwv

10

[xa.1

ayiixsj

xvpiaxvs xj oiov

Syj-noTS Tspoçjoi.cna; ev Srj[J^07iv [toJttw

exios

a-TpartUTixô n xlnpixô
[>7

fxova]xf«ô e[

] <x[.

.

.

a-y/jiifxiXTi,

si

es a.[no]Xy(x(^6eiv x^

Ligiw 8. KaTaa-Taa-(£ai?)
lenienl
cile à

:

les

aucun sens.

mois rajoutés nu-dessus

tle

la

ligne n'ont

prammalica-

Uoniaviiev serait possible à

la

rigueur, ([uoique l'o soit dilli-

trouver.

Ligne g.

Aut>;

=

t);

xcL>nril

Le mol se rapporte plulùl au

lilrc

-crapa tîiî

ay^

aiSscri-

fjiort]Tos,

ipii

a été oublié.
:

Liipir

1

0.

îlpoaratTtas

correction sur ispay^iaT {^sicy

11

semble que dans otov

le

second

ail été

retoucbé pour donner un a, mais
\\°

c'est tout; lire otas.

BiiiL.

:

Journal d'entrée du Musée,

/io'i.58 b.

67298.

Contrat
fie

A'èii(pv'V£\)(7i?,

entre


des

Tentyra (Dentlérah).

un

certain Sénoulliès, clarissim<\ et l'église

Lonj;-.

o m. q

i

3 mill., larjj.

o

ni.

n8G

niill.

Tentyra(?). Pourtant,

il

est plus jn-obable
:

que

le

contrat provient
celte

d'Antinoé

comme

le

suivant

Senouthès

serait

un habitant de

dernière

ville, et l'église

de Tentyra pouvait avoir des propriétés dans

nomes

éloif'nés.

o

Cursive arrondie, aux lettres très espacées.

Ce papyrus
fin

cl le

suivant ont élé trouvés ensemble,
ils

le

début du second roulé avec

la

du premier. Ainsi,
ils

étaient déjà incomplots (juand on les a réunis de la sorte.
la

Comme
Le

n'ont entre

eux d'autre rapport cpie
les avait

communauté du

sujet,

il

est

probable que Dioscore

conservés à

litre

de modèles d'sjiÇvTsvTix)) lyioloyU.
n"
:

XafiTipàraros xa! croÇiOJTaTOi
II (n°

(yyo\ti(j-c ikU

IMioibammôn, du
r)

GyQfjCj, est un

contemporain de Justin

G-iGq,

note

= lome 111,

p.

3)

nos deux papyrus
l'on connais-

appartiennent sans doute à ce règne ou
sait

à celui

de Tibère. Jusqu'ici

une

è\).(^\)iz\)t\iy.y\\

o^ioXoyîix

de

l'an

CiG

(P. Lond. /i83

=

t.

II, p.

3n3

et scq.;

cf. ArcJiiv

fur PajK,

I, p. h'i"]),
:

provenant probablement (?) du nome Apollonopolite
i ç) i

minor

(cf. à ce sujet

Revue des Etudes grecques,

3

,

p.

219), sans compter

les

documents analogues, en
rnatici,

latin, très postérieurs, (pi'a publiés

Mariui (^Papin diplola liste a

par exemple aux
/'.

n"'

CXWIII-CXXXVI),
1.

et

des fragments dont

été

relevée dans

(liessen,

loG,

3 (note).
II

A

ces fragments, ajoutons le papyrus
p.

du
les

Caire n°

G7257,

décrit au

tome

de ce Catalogue,

192

(vi' siècle).

Parmi

l'AlM ISUS IJVZAISTINS.
(lociiiiKMils co|)lcs iictuclloiiK'iil j)til)lii!s,

61
[07298]

plusieurs soiil relatifs à des oin|)liyléoses

:

W.

K. Cnuji, Ctipt.

,l/.s.s'.

iii

ihc llril. i\[u.scuiii,

if ioi3-ioi;j, loGi,

la

plupart des

autres sont trop frafjnienlaires pour fournir des indications utiles; ([uehpies lignes

conservées d'un contrat de l'an 731, dans CnuM, Calai, of tlic Copl. Ms.i.
Libranj, n"

in llie

Rijlnnds

lyS

(cf. aussi

n"

lyC) et 17/1,

le

propriétaire est encore un couvent,

celui de Saint Zacliarie, près d'Antinoé semble-t-il).
kiiALi,,

Corpus Papijr.

Raiiieri,

II,

Kopl.

li.rlr

:

n' SG
).

(1.

1;)

:

iiii.vKTori iTnA<|>iri'GYM.\

= araxTOv

^(/(^i;-

TevTiKÔv'j et

70

(I.

7

[e-n(jjaofTOt.vTO

aAAvÀot?, \(^paaixios\

[txev xaTOi

tov tsspiëeSXvfJiSi'oy au]

'^e.vo'jOv? Se
X01.1

Aaa7j-/p[o]TaTO?,

t);î' !xyi(x.v

o^oovcTiov 'IpiaSa

koli t>;î' vix)]v

xai

Sia[JiOvvr' to-j xa'X'kiinxov j/fxati'

Se(TTrojo[v\ (I>A) loya-jnnavd

tov

aiwviov a[u|j'[ouCTTOvi] avroxparopoî'
TO'J 7rfoi.poL€a.ivov7o\s Tja:;T);i' tjjv

£[iip\tT£vriX)]v o[ptoJA[oy](ai',
t}r)\Tio-vs

j/

oiov

iJ.£po5 e^ avTJ/Jf

[xaT]aé'aA£j|f Oju.o]Ao}'[ot;rT]o5
£(lfJ.£1'0r>Tl
,

tw

XoyOJ TSOlV)]i , -^p^Tov
^);TJ;a«>- riî

vouirr^OLTa exarov. Ei Se
£i7ev£^[0]ei^j [ïlevQvOv
xcLi

tw] Aafx7r/?o[Ta]T[wJ
-nrjepj

xhfpovoiioiî ay!o\v

exvixiia-ews

TOV

£(X.(^VT£vO£VT'jS [atJTJai XT^IXOLTOS,

ofioXoyei To f]ixaio[v\ 7);? aytwxaTj/s
exxA[);o-Ji[a> tj/s 'levTvpiTrA^y •nroXeaisj,
'îta

Aé/oaafx[to'j t]o'j

vvv otxovofxôvTO^
du mot
\ayiÇ!i]e(76evT0i
Il

lÀ{Tui'

3.

Pour
:

la

reslilulion et le sens

,

cf.

n" (l-

•.?()(),

1.

5o

(note)

ce .serait

une faute pour

ayL(pte<70Eti.

s'ajjit

évidemment de

l'habit ecclé-

siasti(pu',
le
le

par

leipiel

jure le prèln;

Abraham,

tandis (|ne Sénouthès prèle seulement
fxoj a-x>iiJioiros

serment ordinaire. Le serment par tou aepiësèXrj^fjLevov
testament d'Abraham, évè(jue d'ilermontliis,
1 (i

se

lit

dans

I.

63

(!'.

Lond.

I, p.

77;
la

vi' siècle).

Un papyrus du

juillet (i/17 (I'.

Lond. Inv. n" 'J017) porte aussi
II.
I.

formule xaja

TOV TS£ptëeQ.)]imevov av-ru icpxTixou a^v^J^ctTos (cité par
Zciischr.,
Lilfiir
1

Bkll,

dans

Bijzanl.

Wll,
les

p. 3<)3).
:

G.

V,xvtxi)aii

vvictio,

La garantie contre

les prétentions
jiis([ii'ici

d'un tiers est stipulée
:

dans tous

contrats de vente ou de location
est

publiés

mais l'emploi du

terme technicpie

une nouveauté.

62
[67298]
auTj;i',
^01.1

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
tu^v ots S)}T70T£ T>;r Sioikjjtiv

auT)/f 71701 sTTiaxonjjv xon oixovofxiav Tsapa.

Xv^oii-îvwv, \a-no<np£ilixi\ T?CLVi:\a

a]v(J/?['i']7r[oî']

25

rovTOv

y^OLpiv,

œaTS

(x^svsi^v xa-ra

to

f]iKoi.iov

Xy.ixTTpoTa.T[ov xa]i xX[r;]/?[oi'o]fjio[u? au]To[vJ

trra«T«. Kat ei^ aTrao-tî» rots TSpoyzypcLixaevrjiî
3o

s,-K£pwTiiBiVTZs vTï

aWijXwv

xa'.

aXÀ>;Xouî

e7rîpyT);<Tai'T[£s, Vfxefs, to ^îjxajjoi' t);s Tflj'TuptTWi»
a.yirj)Tot.T))s

£xxX}](7i(X3 [Si\a

rov TSoXXaxis

^v))^ove'jdsvT05 Aé/3a[aa]tou evACtëscnaTOv
ofx[o]vo[fx.ou] J£[aj
35

-apBTêvTSpov,

xot,',

S]£[j'ou9]);[s]

Xa[xT7poTaros, [Ta]v0 ou[t]w5
ntoffiji'

-X.^'"'

fîwiT£H'
-f

^uXaTTîH'

wiioW

To

SixoLiov T);s ayt'VTaT)/ (s!c) sxxX^jcrioiî t>/s T);j'T£/3tT6:'[î']

trroXto?, ^i epLOu
[levi (sic)

A^paatijou

'nT[p£'Tê'uT£/30v

xai oixovo^fxov avTij;

,

exSeSwxa-

^ufouOtw TO XocyLnpoTiXTw

eiTi

six^^vt-vtix'jJ Sixaiw t]o zsposipvp-svov

x-viiy.OL

ho

aUTÇV TOU

SlX'XlOV,

STTt TOlI

TSprjTSTaXlILSVM £T);['T(V fifxJi^llTEUfXaTt J/TOt -CtaXTii'

xara

t>;i'

sixTi£pi£yovjxzv)iv {sic)
fxsv

TV wa/JOT);

(sî'c)

saÇivrevai

<^î7[i'afx(j']*

xai envpcoTVÔv-

TO

'zspoxeitjLSvrjv

7:tpoa-Tt(J.ov, x/xi

(noiyei

^xoi

iiyavra

vî tspoxj, xai ava[j'rou?] eyv A^paafxjo»

'u^psrySj
T)/5

xai otxorofxos
xot,:

auTj;> aytas exxXyjrruxs ,
t);î

•j[7ro}']paxjl'a>

uttc/q

[r£

£ua]uT0U

xoii

viiçp

TOV Sixaiov

oixqvoiJLOV(i£vri;

-aap 8;xov apo£ip)][x-:v)];

ocyicts

£[^xxXi]'7^t<xs ,

aTr£Xvrya

]'

j'

Apx_£Xa,os
45
[

]

,

'!sp£(7ê£Tvpos [sic) T7;[> ay]«as £x[«Xj/a]ia? t);5

avTV? T£v

TVpiTwv

trroXfia'î, o'ui'[a(î'a' to.'] 'W/9o[}'£}'/3a|a]a£[i"w

£uXaé'£'T]Ta[T«]
(tyictî

avra Aé/jaafxjw

-nï^2£Té'f:[T£/3]«

xai ojx[o]v'i'av

t)/> (x-jtV'

Ligne iQ.
/.//THP

riaxTOf £(iÇivt£vtixov

:

cf.

/\ Gicsscn,
est écrilc

toG,

1.

3 el noie.
Irc's

Hy.

La signature d'Aljraliam

en onciale épaisse

soignée el

Iri^s

régulière, quoique le style en soit extraordinairenienl incorrect.

Ligue âi

.

Suppléer sans doute

£Ti{e)pojT>jO[svT£s 'vixoXoyna-etjixsi'.

Ligne ait.

Signature en demi-cursive droite, proche de l'onciale, mais moins régulière.

PAIMIUJS IMZANTINS.

63
[C7298]

ays

TSpoxj,

xcli

avocyvovs

kcli v!Toypa.-\pct.i

x&ipi

tfx?;

a7î-£À(£)v(7a \-

•ZfToXea's (Tvu'aM'v

~w zspoyeypj

evXcx.SscTTOi.Ta'' cLija

Aëpaaiuw -opefrSvrepw
fj.ot

xcci oixrjvoixu) T)/j

avTv[s £XxX);crta?

sis Taux]);!' t?;^ £fX(^t;Tc!;cr{j', xoli rrioiyji
epcj/

zsxTja
T);s

Ca}s

zspoxl, XCLI v7ro[y/2a\|/aj y^npi

aTTiJAuca

-|-

-j-

lI/oi;> Ilai-jov (î«a«/

aj ja?

exxXvmas

t);î

ai;T)/.>

Tci'T'J/îj[Ta'i'

ctJoXeciis

rrvvaivuy

rv Tspoyz-

ypa.ixu.îw
55

svAaê'iîa-TaTat avra Aé'/safxtou

(.sic)

TSpeoëwepv xai

\oixo\vo>^w

t)/? avTj;? aj'ias

exAiimas
£j>-

(.s'/c)

TauT)/v

T)/j'

£fXipuTe[i;o-J!'

xjai rrror^ei [f/oi •rrrJarTa wj

-iit/20«/,

xqci

[vno]-

yp[cc]-^oc[5]

yjipei

£fi);

ccTTehirra

-f-

naXvfx[a']v A/2);to>

[,îiax

'

tj;.]

aj'jaî i-x«[Aj);cr(a? t)/?

Ts\vTv\ptrrjy -aoAilvs o-]:;raiv&»
Aé}2aafxt'i)
xcci

[r-ii

t:r/3oy£)'/3a]fXfx[£î'«

evXaë\£rTjaTœ avra

TnpeaG}
£ts xauT?;!- 7);i' £i'^UT£LiTtJ'
^f^'^

oixovoLLw Tvs auTJ^" ayja? £[«]«/

xat aTOiy^ei

^xca

Oo

•CTaj'Ta ai>

spoxl

xoLi

ynoypa\poi.s x^'/^'

aTTtAj/a-a

-f-

f- I\b/?'aî 0£OT<fx,ô itoixl jyjs aytacs

sxxX^fmas

t?/? at/x)/? T£i^tv/j*t&)1'

woXews, ffvmji'w T« TSpoyeyplanl^evw evlaëecnaTco ana Aëpaaixioy
'aperrSvrspoy
TJ/J'

[sic)

xcli

rAxovoiLo[v

tî/> clviv^ «}'»]»? \eKx'\hj(Ti(X5 \ei5 Ta]vT);[i']

£i"PuT£ua-M', XCLI -tt[o(;^£j fxot -cTaj'Ta] &'s vipoxj, XOLI

avayvoy?

xoli

C5

iJTTOypcL-^as y^sipi
Tj;? ayiaci

ep; a-n£\yq(t
tjjs

\-f-

[X-nok^'kwvios AëpaafJiiov , apx_iTi(xxl
tjso'Xçw? , crm<ixivw ra» t?\po\

sxxXvmas

avTus 'V£VTvp[na)v]

y£ypa^li£vcA}
'^[y^] o'y"^^"

£\)'kaQ£r7i:\oL-vw\ clticl A6'[/3aa]fX£ja)

-apea^j xai [rAxorouw]
«a[( a.yixyvo-js]

£XxXvTias

£15 T[a]uT)/i' Ty)\v £]v'PvT£vrriv,
£fxj;

[«a» vnoypcL-^cLs yjipi

aTTiÀvral

-1'

ïûi)a[j'i');,-

Le verso
fois

est couviTlenlièrciiienl

de

sifjnes lacbygrapliiques, qui s'iiUcrronipiMit plusieurs

pour
:

laisser place à ([ucl(jues

mois sans
(

suite

:

.

l\

xai
fisv

OTTO.

.
I

.

.

.

.

j

SuKov

tj;

le reste eiïacé).

.

I

.'!
:

eyvu

ri

tyis

a
TtOv. ...
la fin

.

'j5

:

(début elFacc volontaircniciit)
-|-

-1-

en

sijjnes tacliyfjrapliiques.

.

liG

:

EfiaOcv

Tzap^

(autre main aussitôt après:) Svaconncra Se tov xvpiov KoXX (la

lijjiie

est inachevée).

.An

:

ano

tijï £fi»;« xvfiris

.Ai:
1]|DL.
:

Tt;s erirjs xvyDTS.

Journal d'eulrcc du Musée, n" /lo'tGo

(n).

ou

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
Contrat d'èfiOvrevcnî. Le monaslère de Saint l'hoibanimùn
cède
à l'avocat
(cf.
1.

67299.

^)\)

Phoihammôn, en

bail

emphyléotiqno, un champ cultivé

{•^l'Xov yjMp->iiiaL,

par opposition au terrain bâti), avec ses dépendances,

une étable
s'élève à
la

et

deux KéXkia, sans doute des [jranges. La rente annuelle

19 KepctTia.

Lon^;. o ni. 90/1

niill.

(sans tenir compte de

lacune qui suit

la ligne

62), larg. o m. 2()5 mill.

Antinoé(?).

Petite cursive arrondie, assez voisine de la miiiiisnilr d"é|)0([ue aralte.

L'avocat I^hoibammôn étant connu
il

comme un
dans

lialiitant

d'Anlinoé

(cf. la iiole
le

sur

la

1.

G),

est

probable

ijue

le

contrat a été rédijjé dans cette ville, et (|ue
les environs.

couvent de

Saint

Pboibammôn

se trouvait
,

La
de

li|;nc

A

1

,

où on

lit

xonà

t>)i'

a-vvaXXaYvv
les

tîjs zsàlsrj}?

sans indication du

nom
la

la ville, indi([ue d'ailleurs

que

deux parties contractantes dépendent de

même
1.

cité.

Un

tottos tov dOXo(^6pou

yiapTvpos àë€S <!>ot€ctiiM'Oi est

connu

à

Tbèbes,
77,

sinTOoy n.xiiMG
G
et

[Kopl. Rrchlsiir-

htmhni, par

W.

E.

Crum

et G. Slcindorll", n"
ipii

11*;

cf.

aussi

Unmr

Einjptol.,

iqiQ,

p.

q5).
lltc

Un

autre,

parait être voisin d'Hermopolis, est cilé dans (iiiuM,
•>
i

Calnl. of

Copl. iMss. lu ihc ni/laiidi IJhrnnj, n"'

f)

et 2

i

G

:

c'est

peut-être de

lui ([u'il s'afjit ici.

xai, ejX7i-£<puT£u«ei'a[{ o\t.o\y

ra

ovcol \vv\y sv

tw

aura'
|

;,^6,i/9);f/aTt]

xsXha. SvQ

[J.STIX T);»

ipaivoixsvvs avran' o\^[ecvs xai t);>J

fjiijne

1.

Il

faut restituer
Sta.

auparavant
. . .

(|ucl<[uc
:

cbosc

comme

:

of/oXoyei o (imifiovsvOets

aytos otno?,
<^oièa^yiaivi
TOTTOi'

Mtjva

(etc..

voir

1.

A

8)

'aapixx.£y^rjp))xsvai xo» £in:e(pv7sv>i£vat

tw XayL-npoTcnu

xai croÇiroTaTat
,

axoXaaTiKu tov

vTzapyrjvix

avTœ

vf/jXor

oXoxXvpov Siaxei^evov ent

xat e(nisi^vT£vx£v[at ono]v, ele...

(')

A propos de

ce papyrus,

un des deraiers
ici

(locumniils de rocciipalion byzantine en l^i^yple,

on

me
la

permettra de proposer
date de 6C4/G05.

quelques corrections.
il

Les éditeurs, dans l'index

lui

assijfnent

En

réalité,

faut remonter jusqu'en décendire
il

G3i ou

O.'iS, et restituer le

dél)ut, écrit en grec, à

peu près comme

suit
. .
.

:

iSktiAji'î;]
fie-} l'rjTOu]

[toû yaXjfvOTàTOV

ijy.ùiv

SEcrTrÔTOW

<I>A^
,

IIpaxAei'ou toO

eOspy^TOU ^tou> eixou(T[ToO

-aiyLis-cov

nai înraTs/aî toO aOToO|

£t/<Tff6eCTTiiT0U vfitôv §s[(nr6T0ii]

érovî eixovmoïi rsTiipToft;]

Kil

<1>X)

ilpdKXelov N^ou Koi'CTTaiiT/rou toO S-eo(TTe[(poOî]
ivhiti.ll
ri

[aÙTJoù uîoO ^Tous £Îxotj(TToO TphoM, )(Otàx [.]
[TiJTTO)

(lii'C

peut-être 0) èv

rv

[iji'i']

etc.. (Tlièbes).

lléraclius Constantin est

né en Gi3 (=aii

i, cf.

Chrnn. Pasclmlc, anno Gi.T), et l'an
rèjjiie

i

d'Iléraclins

commence
cf.

le

A octobre

Gto; sur

le

com|)ul des années de

d'IIéracilus II

Constantin,

Cliron. Paschale,
il

anno Ga8.

— Ce
la

foiinidaire est très dilTéreul de tous ceux ipie l'on connaît

jusqu'ici;
il.
I.

devra être ajouté à

liste

des papyrus datés du
et se(|.

règne d'Iléraclins, dressée par

Bell, dans Bijzant. ZeUschr., XXII, u)i/i, p. 3g.S

PAPYRUS BYZANTINS.
xolOoXov Tmpioyj};
^vpirjiv,
x%ro-/_->t
,

65
[67299]

rrvv £iTOr]r,ii x(xi s^oSois x[a(] <rvpxis koli
eTsi,

xar

£[x(^\vT'\£V(7e[ws oix^otons Sixa:ov xai

XXI Tsxa)] |cJ|[ouiTia xai TsXvp^^za^a-zw £ix<pvT£VTixv Sixaiv

avoL^dipeTa^s , -apoî
TOI'

tw

5\)V(x\rjO(x\i,

ws TspoyeypoLnT<xi,

<l>oSatxixv:'(x (sic)

XatLTTpoTXTOv

x\ixi fTO~\-^(xnx[rov

(T^oXaa-rixcjv xxi xXvpovourjv^
,

a.vTOv XXI Sixh'/^ovs xxi Six\x[aTO)(^ov;

£]x^t[v «]? eipVTXi xiiav to

zsoo£ipv[>-£t'ov -i/ikov /^wp-)i[i.x fiîTa -warTos

aurou

to-j ^i,xxiO\t

XXI

t);î

xxOoXov

W£/5{gx,>7? 5«at

twv aepiTcix^a-ixxTMv
xxOoXov

fxera rov

svovTOs avTW Xxxxo'j j£ [xxi vSpev^ixaTOS xxi xvxXeuTijpiov xx[i\
(SooçTTacrtô xai t:sx<t[ijs

xxi

tj;*]

zse.pio-)(ijï

£^£ivai Se

Tw

auTO) XafnvpOTXTW [xxi (7o\(po.)TXTw oyoXxa-cixw

<I)&^afxp(.6JVf (sic)

SuxSixiiv Tsxv Sixxiov ene (Tw[fxaT]jxoi' etTS aaw^a-zov, apo^yx'JV

a-noTnxaOvvxi
£iT£ Sixxirj(y)v,

eiTS
\

fJ-£p]os

tov

\Tgpo]£ipviJ-£>'OV \biXov
tj;».»

x.''^'/3?;jU.aT0?

TOVTO

£xSix7)a-xi, XXI £y_£iv y-no

'iSixv xxto)(J)}v

XXI XT))aiv, xai £ts

)/r

^ovXiTXt

otpiv

xxi

et?

ov ^ovXerxi Tponov

fXtTaTXVfXaTJ^Si?' XVt[0V TOti £ipj}j[fJ.£VOv'] TOTTOV XXI

tX £V

ai;TC'
ai'

x£XXix, XXI
So^V
,

aî'OixO'5[o(X£]f[î'

xvzx

,

x]at airXws, ottws

xvrw

£»T£ £{> fSeArtora eire £Js j(£t[/5o]va ei'syxsjv oipiv, oix tj;>
TU;(^)/[s Xt1'](îui'£U0fJl[£r);]5 aVTiil,

TOU aUTOV TOTTOV
xat £xiioi£iv 70

£^£M'a(

rîe

aUT'Ul

£7r

av7[ai
£lî

t);|s'

£fi^[uT£V'T]£ais ^«xatoi», xxi xvxi

XXZxXXxi:T£iV XXI

ov (3ovX£TXt xXXoV TSXpXTV£U.1l£lV XXCoXvTVS
ei

XXI xv£[xnoSiaT(A)s. Ard'op-oXo-)

(h xxi

<I>oté'afXfi.aij'

Linnc à.

Supariv

:

li;s

fenêtres.

Ofxotvs

:

un peu court peut-être
précède
le

(la

lacune pourrait

contenir juscpi'à six Icltres);
à

la trace Irijs faible ([ui la possibilité

second o convient bien

un
G.

fi,

et exclut

en tout cas

de aamoius.
'1>oiSol(x;i(jjv

Lime
1.

Cf. le Xa^mpoiciios xat <jo(paiiaios <jyo\oL(jy iKOi

du

n"

GyiGy

his

5

(tome
i3.

m,

p. 3).
:

TIpo»

tw

:

l'article

semble avoir

été corri{]é

en to.

IJmii'

Viooaiaaiou

cf.

Tu. Reil, Hcili-dge zur Kennlniss des Gewerbes vu kellemsl.

Acp^ijplcn, p.

8 A.
:

Limic \à.
le

ItsKSixeiv

"

rcvendi([uen'.

'^aiixoniKov

etc..

:

tr

mentionné ou non dans

contrat".

Lignr 2 0.

KaXco?(?)

:

restilulion liypothétiipie,

mais en tout cas

le

premier adverbe

devait former prestjue sûrement une antithèse à aTrXws.

Ligne ai.

Eli )ieipova
(pii

:

clause contraire au.x tendances générales de la législation
s'il

justinicnne,

impose une amende au détenteur
•>;

endommage

la

propriété cédée

à bail (i\ov. 7, 3,
Liipir

nov. lao, 8).

3u.

"Car

c'est à lui tpic le sort

éventuel de

la

propriété

fait

courir des risques

!>,

c'est-à-dire
Ligjte 'j3.
Calai,

([u'il

peut faire ces expériences à ses risques
à

et périls. le

Ce droit de cession

un

tiers n'est

pas mentionné dans

papyrus de Londres.
9

du Musée,

67279.

6G
[67299]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
^ y^OLUTipOTOLTO; XOLl '70(pv\jaT0? fTy^OAOLfJ^-ZlXOi SXaiV Xai TTiiTISiafXSVOS,
X,oopi5

TsavTOs Solov xai (p[o'\§[ov xai]
-cTaa-j;^ xoli

f3[ja>]
,

xai

(xtioltvs

xai ctvciyxv^

xat a£piypa.(pi}s

rrvvctpiixyyjî

x[vpi]qt.

^ovXv<7ei xai aiierarpe-mw
s^sthiipevai xai
a]i'j;fxoj'£t;0£j'TOî

XoyiiTfX(jj xcLi afX£Tai'0);[Ta)

y]i'«p7

[op??]»; Siccvoio.,

3o

e^TTS<p[vT'\s[\)'\s'T[Oa]i[sic) 7s[ixpx

Tov Si^x/xiov [rov

ayiov oixov

,

Sict,

tcjv

apoSv^ovu.ewv
avrov tov

B-cO(pi'ks(7T'XTWV xoli £v\a.§îa'7a.-:w

apoawii'jov, rov 'apoSvXovp.svov
S-cfTcW?, fi£Ta •cravTOi
xcct

tJJ'[{]Xoî'

tottov

oXoxhjpov oias
tj/s

ecTTt

[5ix'xiov'\

xai

xixOqXov TSepioyi]s

fxeTa tov ovtos sv auT[a' Xa];cxo[*j rej xcci vSp£'jLLoi.T05 xott
XOLI ^00(TTCt<TlO\J XCLl

35

XVxXeVTVptô

TWl' [01't]w1' £V OLVTW VVV S\)0
Sixoi.i[ov

xsXkiwv xai TSxvTOs

a.v7c>}[v

to]u

x]ai t>;? xolÔoIov Tsepio-^vs. Kaj

[ofiJoXoyet aviTo[s t]? xoli x'kYipov\ojj.oi\ auTOt; [xai] SiciSo-^ot xai ^iy.xa.TO-/oi
SiSovcci

xad exarnov

evtauTOi'

tw

r^[i]xai(jj

tov (xvtov ayiov otxov,

Sia.

tcûv

(XVTOV XOLTOL XOLipOV TSpOe(7TrA>TWV evXx^erTTCtTUIV OLV^pWV, VTTSp £TV^10V «TTO
1,0

TOLXTOV VTOl £a<PvT£VlXaTOi TOV OI.Vt[oV Ôia\oV [x^V^pni^XTOi,
X£pCt.TlOL
-r?£}'T£ xcLTOL T)/î'

rOfXia-llOl.

£V

TSOLpCI.

avvaXkci.ym'

t);» 'nToX£a'[?].

Ofj.oÀ[&} o]u(TH' ^£ 0(

a.(p

£xa.T£pov

fxspovs

{irj

£^£H'a(
ctv<x-nakcLiaa.i

lxvO£T£pœ

(j.£p£i

Tnpo? t);v r^p[oy£yp]oL[J.iJ.£vm> £fX(^VT£ua(j' v

VW£VaVTlOV
a'JT);î /jj>p£iv,

aXX £v ^xvti

y^povfj}

xoa

•ûTa['T<]

Tpoirots ctT^uiTOv t£ xai

xaxw]a-

AcVTOV
[Tr!a\pa<pvXa.^0Li, |auT);i'.

Kai

oti txvtiiv

tvv

ofjioÀo; ia]v

«[ara

i'o]a[cit;»

/i5

\£fx\2)VTev<7£(i)î (pv\a(7\(T0VT£s £xa](7T[o.' ai;T);s] fx£/5£( 'i(7-/yp[cLv'\ x\cti\

afTak£v-

TW,
XXI
cTTl T);»

T:fp\o^X£lU.£VVS £fXl^UT£U(T£[a's acVOl'Tt]? ov -nTa/9[a6']);TOJ'[T]at

TV

T^ii' auTa)[i'

x^{j.oi€xwv ou.oX\_oyv!JiXT<jLiy Sv~\vxai\v,

oi a(p

£^xa.T£pd

[X£pov;, M);î'[aJ? ix£v o £'jXa.ë£(TTaT05 y£vix[o]s oixovofxcs xai ^ovu£inosiSixo5

lÀgne 33.

Qeaecjôs

:

cf.
:

GySoa,

1.

8.
S.

Ugtic âù. Mtidsreprj)

\e 6 a

peut-èlre élé corrigé en

AvaiiaXoLicrat

:

revenir, par

une contestation, sur
Ligne â5.

les stipulations ci-dessus.
si

Lire acrotkevTov,

la tentative

de restitution
:

est exacte. Il faudrait

suppléer,

à la ligne A/i, quehpie chose

comme

«en

se

conformant aux règles

suivies

dans

tous les contrats d'emphytéose^.
Ligtic

ù8. ^ov^ievtos

:

ajouté postérieurement, d'une autre écriture.
et

Lf couvent

a

un ^économe
et iSixij,

particulier^!

un ^économe général
le

-i

(cf.

les

deux 7nensae, yevixn
les intérf'ts

de

la le

préfecture du prétoire);

premier gère sans doute
le

du

couvent dans

canton spécial où est situé

terrain cédé à bail; le second serait

l'AI'VIUiS
OJXoi'Ofxoî
5o

mZAM'lNS.

07
[67299]

TCi'j

-cTC/ÀÀaxi»

eipi]u.evov CLyi<j\\j\ evxTvpfj'j oihov, SieScSoitoocrainQ

evconiov tov

(Σ(77roTo['j] X[/3t'TT]o'j

xat to\v -wJspixîjpLcrou olvtois aytjixxTOs

<l>oj^afifxa)j'o[?

^lapTVpos ,
rt«j;i'

xoli] £[7r]&)fx.0fTa[i']

tv

ts aytav xa[»J o(xoova-iov
<I)X)

'IpiaSla, xai

t?;i'

tou

tî/j] otxoufxev[);]s

SscnroTOv

loucTtriarou

TOV

OLiuiviov (xv\yo\j>TT\o\) a.vToxpa.TOp05, TSpos [t]w, et

^ovhjOen) oiroTspov zsapct
cx tou

ëjjvoii (lepos 'çr/?[o]';yf[o]fioXo}');OtrTa, fx[7/(îJ£v j^^'' wi'ao-Oai

55

£,TH-/j:ipil 110.1 05, fÎ0i"T£(V

[^S

tJw
,

£IXfJLà}'[oi'T]t fi£/5ct UTTt/S [I.OVOV

TOV

T)/?

TSCLpoL^ctTCvs £y)isip})u.(XTOs
TspofTTifxov XOLI Tsotvv? ,

£K '7ua2[''x'r]ou xaj eTTôpci'TJ/Teco», Xoj'V
xcLi ByYv(x\[i.ii aTT(xnoviJ.£va,, yjjvao\)
;<af

epyw
,

l'oacTfxaxia

ipi'xxoviCL ti
£1

e.\)(7-;'xO\xs
,

Tspos ra'
T})s

fA£T[a

t]);!'

tov TnpoaTifjiOv sxti^iv

ovTw

Tv'/jji

xai zspo

TOvTov xxTOi.\ëo\Xvs , la'/^vpxv eivai appayv

Go

xoLi

arrixkevTOv t)]v '5wa[ut]}' ti;s iscLp^ova^^vs six^pvTSVTixyî ofioXc/yias
-nracTt

tut

to<? cixirspis'/^oiisvoiî a[u]T)7 x£(paXaiois TSQLVTOLyov

TSpo^pepoiiiinjv, XXI Tripos

tw tov

«af[a^aj]i'Oî'Ta

£i'£yj.rTOcLi

tv

tî/s

îTnopxias

[xivSvvw
[

xcLi

eyxXvfxaTJ (?)
£xxAv<yixî
'!napxGoi.\

]? Tî/f aj'fa»

av^sTroxc]

05

[at/TOî' ^î/jfXJWfxaTt

toutou

;i^ap[ji' -»]/2oa'T/Ot6');'T[£a'^ai

[....]«
T£pô]

'aifTT£i

auTOu. Kai

stt»

toutojs £T:£pwT\_')]a(xvT£5 aXX>;Xouj-

ot a>^

£xa-

[fxepouj? xat £T:£pœTvO£VT£s Tnap aXXî/Xa'fr
\'csoi£iv\ (^[uXaTJTci!' £(> TsepoLs
[
].

TauO outws

£X,s»f S(iJ(7£iv^

ay£iv
jxei'

[(Wj:xoXo)');(TafX£i'

Mî/i'a»

e[uXaÊ'£(TTaTO? yevixos otxovofiOs]

Au

verso,

si{jiies

tacliyjraphiques, aiuiog^ues à ceii\

(jui

couvrent

le

verso <Ju n°

G7298.

un

inlendaiil |;éni'ral pour tous les biens du monastère

,

partout où

il

possède des

propriétés.
Lilfnc

5o.

"^.yjnyLdtoi. l>cs

dcu\ moines jurent
qu'ils

cr

par l'habit (monacal) du (monastère du)
1.

martyr IMioibammôn, habit
le

portent sur leur corps
l'avocat,
a
L'Ié

On remarquera
le

(jue

nom

de

l'autre
se

partie,

IMioibammon
:

oublié par

notaire.

La

phrase doit

compléter ainsi

les

moines jurent par

le

Christ et leur liabit ecclé-

siastique, la partie laïque par la sainte Trinité et
lÀ{jnv

la victoire

de l'empereur.

54. Suppléer (ta) après

{/spcs.
11

Limic Go. Appayv «i' aaaAsvTOv.
celle expression passa

est curieux

de constater ([ue, de

la

langue juridique,
la lellre

dans
à

le

style des chancelleries.

On

la

retrouve dans
/i
,

de l'empereur Basiliskos
Bidez)
lÀipic
:

Tiinothéc Elurc (Kvacii.,

Hi.sl.

ceci, III,

p.

101, éd.

3-efi£\iov re

appayn «ai aacù.svjov TSt^Oi
1,
1.

ti;s rjyiSTEpcis jSixa-tlsixs.

63. Cf. P. Miincii.

i(j.

La lacune ne doit pas dépasser une ligne, car

aucun fragment
BiPi..

n'a été retrouvé.

:

Journal

d'ciitire

du Musée, n" io'iGo (i).

08

CATALOGUE DU MUSÉE DU

CAlliE.

67300. Location de terrain.

Sibylle cl Héraïs, agissant au
fils

nom

de Sourous(?),
trois

ont concédé à Victor

de Paplinuce, pour une durée de
le u'kijpoi

ans,

une propriété située dans
les

OOe'cwTO?.

11

s'engage à acquitter

impôts, en argent et en nature {y^pvcnicd , annone et vaùAa), et

à

payer aux propriétaires une redevance annuelle de q8 artabes de

blé,
et

5o fromages, quatre mesures de légumes en saumure
tiers


Date
:

un

de sou

d'or.

{as-^ôlvii),
5

Long, o m. 298 mil!., larg.

m.

83

mil!.

Aphroditù.
1

-i

juin [laG.

Cursive ordinaire, fine et presque droile.

•f-

T[7raT]£f3ts <I>A) OXvfj.G[ptô tô svSo^'JTaTO'j
£[v'\y£:veaT!XTcx.i5 i^tS'uAAa x.ai

-aavvi

jj

n;

jj

exzv?

irSixJ

Taïf

UpastSi, v-nep ovô 2ou/30vto[s],

B-vyixT\p'\qi.is

fxa>ca/?[tas fx,î']);p;?

Moutrajô,

Sta.

tô S-auaafTJWTaTÔ AttoAXwtos Icraxfô, ^oyOd
,

xwp;[î

A]0[/3o]/îtT);5 '^[o]v

ArTaiOTToXiTOv voficj

w/

Au/0);A(ô

Bixyopos

5

fJiJ;

T(T£v[é';]>c[Ta.']/5

,

opixvtievô

ano

t);?

T

xvfx-)}?

ASpoSnv^

tô avTov vorxov,

OaoAoyv
Tspos

s.\x |ouTi'ai[s] xcti

a\)OoLip-:xvs fxiuinOvrrOoii uictpa. tj/s

vaw S"[a]ufia-

[<j]jaiT>;TO?(s(r)
t/2J£[t?;]

-^povov, Ao)'»^|

ccTTO

xd.o'Krxiv ry^v\v

<")£« ixeXXovaijs £é''î[o]fXj;>

iVrîlxi XOLl a.VTI]5

jo

[u]7ra/5;(^o[)'

vtxjiy XTVfxoi.

xAvpo xolaôu.£vô Ovs.rrunos

,

avv

A[a]x;{[ai] xai

(puTO<[s] x[a]t [ip]o[n']<f£ xai ^[jxa]{[<i'r] •CTai'TCJ' £[i']tos
O^Oia, £<^
10

;<

(

exro? xaT[a] ra

W

(J.E

TO'JTO

y£i'ji'[/3])')/a-a(

,

xat

t?;i'

-ûraTar £^[j]a'T££ar 'aonjijy.crOcLi tv^i^OLTOai

'iiîioiî

xai }'£«|Oy[o<]?. Kaj virep to-jt^M'
t7t[

toj'

^opcv

iTOuxais ey^w

xaO

£[rj]auT[o]}'

a]/2a^£H'
J.
t>.

Li'/i'HC

Lire OAvëpiov.

— En

réalité,

il

faudrait zrsfnrzijs irSixlriuvOi).

L>ipii'

Lire 0)'o((/aTOï);
Ta-ev€txTaip
:

S-t/jaTpacn.

Ligne 5.
Llljiii'

paraît pourtant trop long pour les deu.v lacunes.

8.

Le

nom

de lieu Oveacnos reparaît dans P. Lond. IV (index A (W). Il<a7r£T0 est

rorlhographe grecque de 111x2
Ligne Q. Ligne
1

ucto = le

champ

de Peto;

cf.

P. Lond. V, iGf)5, 7.

Lire SiHaioie; cette confusion de cas est fré(juenle dans ce genre de formules.
.

1

TovToov

:

paraît avoir été corrigé eu tovtov.

l'Al'VUlS i;V/AiMlNS.

CD

Ta ev£Ax\o^u.£v%
[ti'J

'}yi^oa-irj -^pvaixrj-j

x\ t?;> rmo7iO(j.niaf ifxé'oÀJ/â xcti
'jfj.iv

rauXô

[G7300]

jcAsiai [^3({| aSpo'/^txw xoli

r5[t]fî'>rai

sktcs tvv

îfxé'oÀ?;i'

xaj |x,]p^~

T[aJ a^/ra [î;:*2jo/3(a

ctitotj OLpTgi.€as

sixoai

oxrv

ut:|T]pa' (p[o]|Otxa'

tou

fxej-a-

XonpeiT}
iT.

x[oaji:7o[î Aaj^ua'i'jô. lIap£[ScitJ

^5;

xoli

Tvpovs î7!i\v7\yxovTX xai

A£:\i'[ar]);>

xoX|o]$'a zîqtjspa.
[v TÔ UTT
tfXiî] |SocTX};fj(.aT[o?,

X)

;i^]/3i;'70u Tptfx[j;'Tto]i' ij^"

axa'[AvTJ«>

(î[£j

£;i(^c<'

[aTTù

TÔ exîJTsJ Aax«| o]u

£js

T[as

^ leî'as

xai

«ruj'î/ffj'-fjtjsj'a?

[a]/20/:'[o(s

t\v

auT[a'] TOTrai avfv
[Il

pt-('T[ÔJ&.

ixi'70rt)ai5

x\vp[iaj

xoli (3î[6'aja],

xai snepw wfx[oX/]

-f-

E;(^w Se t5[?] <po<-

î'(xou;, x[aj{
[fxj/'-kva.
•jo

p;

Xafi^aj^iTÊ
(.s/V;)

-f-]

A'j/5};XtOb IlaTîTOuOto'^

o zspoxjj (j-SfiiaOcoixai

ws

-û^p\o'\xlJ

[-j-

^I>Aaui'05 A]7roAAa'[?| i^io\r7Xoptyj

,

açtai[0£js], eypoc^pa y\T['jsp

avroy

yp^^P--

[fxjara
[fx);

ejfîoTOîj

-p

A{ iaô [II]£T^ô vouixl £ypa(pj 0£ou S-fiXoi'TOS oy
l.ifrnc

i-j.

EvîXKo;i£va parait sur, mais

la

langue du contrai est

si

incorrccle

ciii'on

peut supposer une faute, pour sveyxoyLevot.
Lijnic
2

3.

Ev

Te\sta<

.

.

.

(criTCii s.

c).


1

Lire tijs e^ëohis; de

même,

1.

l

'i

,

lire twi'

Lijjnc
fjgitc

1.').

As-^oLi'ij

:

cf.

n"

6728(1,

1.

1.
:

1

G.

Tirsp Tou

VTT

s^s fioaxtjfjLaTos

la propriél(5

contenait sans doute un terrain do

pâturage;
Liljiic
1 -j.

les bestiaux
:

nourris sur ce pâturage fourniront de quoi faire les fromages.

Ssvas

une

très

vague trace restant de

la

première

lettre

permet de supposer

un ^

:

ces aroures seraient situées hors

du

xTriyta

proprement

dit.

Ligne 22.
BiiiL.
:

@£Qv

3-êXorTOi- 011(70»?)
11°

:

fornude dont on ne connaissait pas encore d'exemple.

Journal d'cnUvc du Musée,

io6Gi.

67301. Location de terrain.
A[)liru(lil() (pi.

— Long.

m.

5>()5

mill., larg. o

m. lA/i

niill.

VI).

Date

:

iii

juillet

53).

Cursivc arrondie.
1:

xf^y

•f-j

T7raT£ta? OAaovi'wt^ Opeatov xai
lÀ^nc

1.

On

a ajouté en note, d'uni'
(cf.
1.

jietite

écriture, la clause relative aux redevances

annuelles

uS-ay).

70
[07301]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
XainraSiov t&m' svSo^otûltw
fi.£(T0/3);
T)

" eëfhyiy)

xxi eixa?

T);>

svvoltvs iv

-f-

AttoXX&'tj
xwfj-vs

svSoKiixanaTai TspaiTOxj
\vtoi.iottoXi7ov vollov,
fxi'Vfji);»

A^poSirns Tou
T);s

v'w Tov

(J.axapia.5

\io(TXopô,
,

\
10

i\.\jpv\ios AttoXAci's ui'oj Aé'/3aafx.jo\j
(c)i;pixx'k£t(X5,
xct'fx)/»

(j-VTpos

oixwv £v

tî;

vqtii>v tssSkxSi TV»

TavuatOew? tou

ATroAa'j'OTroXtTOv»

TSpos s^asTv

x/50''0''>

Xo} (^ofxei'ov

ano xoipnvv

TJ/j eUTU^^'x); £(TOfX£J'>;> TUI' 0£6.' 'UxOLTIJ? tvSj
iT)

xat avT);s xat tou
a'JTj;

eç?;? y^povô, tolî

Unapy^ovo-as

(xpovpxî, orra [sic] sim,

Sict.xsiixsvoi.î £tti

xXvpô
T)/[>

Xcyofxej'ô ([>ïjv£^ £v t); Wti^îja'ît
xuy(xv? AÇipoêj , xaXoufXcva»

t]

^otXex,

aj'urî|0ou

yV',

£'s

yswpyiOLV xxi en
£7I-

xxTxOemv

20

C«'I'

£3"' (SouXojXat y£l');fAaT6.M',
CCI

aTTOTaXTai

ip[o/5]a', £(^

fxe

-rxvras yewp-^VTXi, xxi

(T[7r]£,oaa6'oX);'Ta»

xxi rijv

-nrao-ai'

jscopyixyjv

epya.iTia.v •nroj);cra'T0ai iVîtots

uou

s'^'Ot»

XXI avxX[v\(ia(Ti
25

,

xxi zxxpa^y^siv

t>/

vixsTëpx

evSoxi^}, vTTîp anoTxxrov ^opci tovtvv
£)' TfiXfija'

xat aëpo-)(j,xw, o
tj;s

fxj;

£tj/,

xaO sxxmov

svixvTOV aiTO xap-Kwv
auT);>,
£Trt t^.')'

T

SexxTijs ivhj xxi
y^pvfTOv votxinixxTiov

auT&' £^
£i'.
,

£Tja'i',

£? -csapx xepxTiov
3o

xoti

xpxxov xxOxpô xai (popixô

apraêxs

jirycjspxî

xxi vrrsp tV' 'JVfxirXvpvfrsvî
-axps'kOovTa^y y^povwv

Tw
£wî

SK^opiCLiv
tî;»

Tw

svvxtijs n>Sj,

apxxov xpTxëxs Sexx xat
oaov
-/jp'

y_ov70v xsparix Svô

/^,o['j]to;(<, yij

v x

77'

xzp\ â, «a<

x£/3,

^

Lionc
/.i/j-zit'

').

EvSoxmcjrinco

:

le
:

premier
sic.

10.
la
i().

ATToXi'i'OTroXiToy

— Sur
au

co

est

une correction sur un

0.

ce

nome,

([ui

apparaît pour

la
t.

première

lois

dans
p.
/,ij','-/ic
•>

papyrolo{jie

du

vi°

siècle,

cf.
11"

Revue des Etudes grecques,
(iy.'Jo.'i,
1.

\XV,

i8()-j,

Autre mention du

même

5.
y^(at)p{^etf).
j'.

If.

Le chrisme a été

transr(M'ini''

après coup en

Les lettres

ai

doivent

peut-être se lire dans un prolongement irn'jjulier du si[;ne

Ligne a a. Ligne
-jS.

Lire cnrspftoËohiaat.
Lire stcov.

l'AlMIlUS liVZANTl.NS.
xy.1

71

apaxl—r

iS a.v(xn<pj.

H

airrO} x'jpix holi ^sS}, xoli enepl

w

[67301;

35

-l*

i\\)pi]~ki.os

\ttoXXos

(^sic)

A6/jaafjLiô ts

pox[j

av(j.~\(povoi fxoM'(,s-i'cj os -mpoK'.

[]' Au/3);Xj]os Evco/^ Ispifixias,

açjo

[Otis, eyp\a\poi.

vnep avTOi
•]

fie çiSo Sj

EypoL^pv

OvixTOprjî voiuxj
\\

Suscriplioii

ilcini cU'aciv'

au verso

:

[

]

AttoXXwtos
ws wpox(e(Ta<).

xT-)n\

.

.

.

Ijgnr
Liiçic lÀijnc

'.Ul.
'.)-j.

Lire

CTUfiji^CtTEi (i&((i')

Lire lepjjfna.
;/(>;)

38. \vToiii) ^ypajif/ŒTa)

eiSoTOS.

Dini,.

:

Jouniiil d'cnlrcc du Miixéc, n" /i()7i8\

67302. Location d'une

p.irlic

de maison par Aurélia Ania Rachel
lai-g-.

son
Dalc
:

l'rère.

Lon{f. o m. aiST) niill.,

u ni. 1^35 mil!.

(?) à Isaac

Antinoé.

3o (lûcembre 555.
cl arrondie.

Cursivc droite

Les (juaire dernières lignes ont disparu aux deux
la

tiers.
la

Le

reste

du

[uipyriis,

1res

usé à

surface, est assez

endooimagé pour rendre

lecture souvent incertaine.

[•f-

HaatAJejas

to['j

Q-£iot(xtô

vfxw

Sscrnorov^ <I>Aav?ov

Ifi[t^'7TiJ']»ai'[5j

tov

aiwviô ay[yova7rj

a'JT\oxpot.TOp':)s
tj/i'

etovs

[etxo^fTTOv svvixr\ov, fx^ra

'JTraTCiar] <l»Xa[ui"5 BajfTtXeiou to[u ej']^5[o]$o-

T[aTÔ] £TOu> ^TeTTaps^axoi.iSex'xrà , rvSi TerapT?;? T£Ta/5T>;[?]
[ii'Si
-|-

\xTiovo[s.

Ev AvTi°j w]o[X)

Tj; XJafjiTr/?//

kvpvXia. Au.a
[fxei'j;

[Pa;(^J)7X |S-u]}'[aT)//>

KoXJXouOo[u|,

fifj/TpoJs Ku/5[a]s, opfxw-

avro] t)/[s Aj'Jtj/, AvpyjXiw
fi.[ô

5

iTaxiw TV yvvTiwrixrv
rsoT, Xj auTc aTToj

ofioyvï/jo-ta)

a(î[£jXip[«]'' e^

afi(pojepoi.n'

y[o-

TJ7»

auT);?

AvTivoew.
-aapa
t)/? [<tJ);s [S-av/-

OfxoXoj'Cf' exoyç-iw? x\oci\ qcyO[(xip£T005^ fx£fx([<T]^«70at

fxaTj, w/jojf [oTJor eai» fSovX)/ yjiovov,
y\o\yiX,oiX£vqv airo v[eof-]v'.'[»3ts tov -crla/îeXOoi'TOf
(7)75

[(u,]j;voff ^(piOLX t?;[s

zsapov-

TtT]a/?[T|)7S

i'j4/,

aTTO TGV

A>ig7ic

a.
;').

TeTapTr;s

:

pcul-èire ce [jénitif a-t-il entraîné par
:

le
il

suivant.

fJlpic

Vvriat'jxitnco

douteux. Des deux premières lettres

ne

rcsl(; (|U(!

des traces
oyio-

très légères; zsKriaionaTd) pourrait être
yvtjaifj}

proposé, mais serait étrange. Les mots

(xSsaÇoj ont été corrigés fautivement par l'addition d'un v final au-dessus de

72
[G7302J

CATALOGUA DU MUSÉE DU
ê[l]'X(pcpOVT05 <70t fi£/2[o]u?

GAIHlv
,

o[XoHh]p]Ô CHXta[î] «Î^tJTcJ OV

OICLS

CTT»' ^s[rr- v>

j^[/5]);tt)7/5{[o]i?

-waTt

>£[at

^ixaioi? ,

t);> ^ta]x£«a£}'};?

«ara

-auT?;!- t);[v Ai-t]»/

'nToA[{]i' ei' Ta'
,0

y

ypa.u.jxj
,

[sv T)/] (xvw ixspiç-si t);î çroX£[w>
H[eifJ.]£[vj]
[)'£u]or' £15

vrevyfisjn/s] st[s a]Tj)iXivTvy, api\rr]Ty\piov]

ev [t\v

avœ me-)

>;

^o[p]px, fXf[Ta] Toy £[yyvO]£v xi
fJt->7['']

.

.

wi-o?

v-'['-']'>''to?

îii?

aT:i]\hv-

^VV^, £TJ

J^OtJ

TOTTOV £V(X

vno xaSô To[
T);[s]

.

.

.

.

î']£v[oi'Ta £t>] >.<[ê'aj

aéra

[xî/b]

^pyrrevi nvv

,^'[iK\<x\i\m>

ftTO^ô xai £^0^5
-cT[ai'T« Ta> (î]jxai&t,

xat av[o5Jô xat x(xO[oS]ô [crujv
[cr]pO? î7/X£T£/3ai'

£2 v t£ a-

tov[to'j,- ix.\siv

yj)V<Tiv xtxi oixvJiv, x[at <5t]rî[o!']at TOt
firtauTOî» XP'^'^^
,5

Xoya' £[ro]ix£(a')' Tovr^tj- [xa9 £«ao-TOJ']

xsparioi SwSsxoi, yi\ y\p]] xj [t^ ", o]îr[£]/2 svoiX£i[o\v cfKO^wauy
£TOs] avvKspOsTdii. K.a(
fx£0 01'

o-o[(

xaO

^ovlsi )([p]o[v]ov T:^apX'}[vrr]v

rroi

tci[utov^- toJv*

totto'js

(TW

["raf^]

e<P£CTT(i)fT(Xl5 ^VpjOLlS

x\oLi\ x\X£i<7\i, fJi?T[a]
£t5 -aqcvTOi.

çr[arTOî tô
-f-

^ixctiô.

\\

uirrOr^irm x-jpjia xat ^iëccici. K[aij

snepj wfxoX
Q-vyixrijp

A'j/2);Xta
fX£/90?

[Afxa

Pa^nX,

KoXlovOov, pt-fiKrOwaat to tov

t);?

ojxias,

«afl (îwCTa' 70 SVOIXIOV XCLT £TOÎ C'? TSpOxj
l-f

vios

,

ctKiOLiOîiî,

eypoLipa 'jTsp au7};>] yp[a]^-

fxara (iv siSmvs
20
[-f-

[

-l'

VlOi
IxirrOuKTi)

OLTTQ

-CToXfia'i,

fXaOTUpJw TV

[axo'jiras

mapct tv»
Au

'3"£|u.£}');s -f].

veiso, lexle en caractèies Uchyjjrnpliiqiios.

Ai'g-nc

S.

AoifxaTi

:

reslitution certaine;

cf.

1'.

Flor.

i3,

I.

I).

fjfjiic

Q.

Le «quartier désigné par
Ap(aT>jp(Oi'
:

la lettre

>".

Cf. E.

Ruin,

Aiilinoopolis,

|).

oG

et secj.

^î^ic 10.

une

salle à

manger.

Ligne

1

1

.

Peut-être xiScovos pour xoniovos.

Tottov

:

cl.

P. O.vij.,

VIH,

i

i

-^g

,

1.

i

o

:

Svo TOTtovs vtot au^nrocTitt.
Lippue

12.

Le milieu

est

presque entièrement ciïacé; restitutions douteuses. Les mots
certains.
!i

VTTO xa.Sô

Liirnc
ÏÀfrnc

1

à.

(=?) paraissent CL Prt;). Strassb.,

,\.

i

5

,

il

faut lire -crpfos xlf?'"""' [^f^]^'' ««' [o'jxvo-tv.

iS.

KaT

£To?, sans 0, est

une

ortliogra[)lie assez rare
les

dans

les

papyrus.

Lignr iQ.

Signes tacliygraphi(|ues entre
Musée, n" 'lo'iGs.

deux

croi\.

r>inL.

:

Journal d'enlrée

ilu

l'Al'VllLS

inZAMlNS.

73

67303.

Location d'un chariot pour

le

Iranspoii d une récolte. Le propriétaire

du chariot
encore que

est Dioscore,
le

fils

d'ApoUôs,

cl le

j)apyrus prouve, mieux:

n" (j'joç^h, (pie celui-ci résidait encore à Aphroditô posté(cf.,

rieurement à lan 552

sur cette chronolog-ie, Bull, de
l'i'i).

l'hustit.

franc. d'Arclu'ol. orient., X, p.
iM.

Lonj]-.

o m. acji mill.,

lar^j.

36i

mill.

Aphrodite").

Dale

:

y y on lil

553.

Cu rsivc.
lixaiAsiOLS 70'j 3-£t[o]TaTou î/fxwi^ [(JefTJTTOToy <I>À) lovaTiviiXi'o

•l"

TO aïojvio av-

•yOVTTOV iXVTOXpaTOpOS

cTOVÎ

SoliS[£'\xOLTOV

,

ay.ywv Sevrspa hjyovmt? TPpvxvs
•|-

'ivSixtiovos
,

-|-

Au/9);Xio> iM)/va> "^^otiou sx (xiftpas l*t:é't:xx[a]5, ysuipyos (xi/jOwtv^

OLito

t);5

5

'ïcLvvaiOsfx)?

To[v AJTroXXwvoTroXiTO'j a[t]x/20u vo[>.ov,

-et.

vjv Siayûjv evTavOa

£Tll XrxifXJJS

A^poSmjS TOV
voixo'j,

AvTaJOTToXjTOu

azT syyviiTOv tov xai

syyvoii\_£i>\6' olvtov zxpos tsoltolv

exTicriv xii a7:oSoTi\v\

TOV

î^î/' S}}Xovij.ivg

fx.«'T^o[u]

7V> sAxi(TT>i? oiaa^)];

xoli

tvs TavT7;> aTroxara-

epiov Av/9)/A(o

IlaX'xiTOî

Epu.oi.vwTOi ex [x^rpoï W^xÀa?-, TiXTOvog

oltxq

tj/»

auTJ/s xvfxvs

A^poSnV'
tlioaxopov
10

*!'À) A.iO(TX'j\_pv\,

yïv tov

t);>

u.OLxa.picL? ^inju.y}s

AttoXÀcoto?

TV

3"auf/.a(T{a)TaTCf'

tv^tcÀ^t-j/ [a7r]o

tj/s

avT>;s

xvaijs

A^poSnvs

,

'/_<x.ip.

OaoXoyw
x<xi
cnot.5 ->;=

exoov
U«.&'[i'],

TSeTTeKTaevoî fX£f/.((T0w['T0a]: zsoLp
fioinis

w/jo? otra?

î;,"-£pa?

tî;s

epya-

Ligne 3.
les

Le

2

pacliôn csl rnngé

ici

dans

i'indiclioii

cjui

fmil; p;irlout ailleurs, dans

papyrus de Kùni-lclijjàoti, ce mois

6tail dit ap^ofierij* ivSiKTrxivoi.
si

Cette insta-

bilité e.\pli(|ue pour(juoi on |)renait soin de spécifier
le

le

mois

était, celte

année,

premier ou

le

dernier de lindiction.
cf.

Ligne 5.

Sur TawaiOii,
EX«(oT>; a/uaça
(1.
i

n"

0^30

i,

1.

lo.
les

Ligne 7.

:

un chariot de transport, pour voilurrr
penser à une sorte de herse
1.

produits de

la

moisson

a).

On

jiourr.iil

(cf. les xrevixs eXxtiTrjpas
la

fvar. ehivoTtipcis) de l'Anlhol. Pal., VI, 2r)-,

5);

mais

description faite plus

bas
Cala],

écarte cette hypothèse.
n"

— Le mot

sIkio-tos (de eXxetv) est

pour ù.xvaro?.
10

du Miin'c,

0-379.

74
[67303]

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
tyvXXoyvs Twr
efxwj' yevïiixaTOûv

[twJv

vtt efxe

ipwv

xrvfJ-OLTWv

£7rt t)/î -nra-

povfTijs p-ovris
vrjv

Ssvrspas

iv,

VTKxpyovaav

[vjfxti^ eAx[t](TT);[i'

afija^av a-eatSyjpofxerniv xai £^))pTia[xein]V,

TOUTSfTTt TOUS (ÎUÔ

Tpoyovs avv

rsepiSXvfJ-ct'Ti
p'JfxCf-^

(TtSnpC)t[s^

xai y^oivix^iJTi xai ÏTvai xai zsvpivOw

(Tvv xpixiois xai
i5

xcti

i^vyw (TVV aXv<TS(7i xai a^oin
sjxs.

[x\oi.i

^vXivoëoifTraxiw

)/toj

Trxwfx,

e^

m

fie

roLVTvv syeiv vtt
eis apyoLcriav

iwv

eixwv

ye)')/fxaT['A>]i'

twv

a's

sipyjai p.ovœv XTVfxaTWV

a;(/9{

ev

aypw, xai
apraêas

SiSovy.i v(xiv

Xoyv

iiirrOo

7i]s

ravT^s

£pyoi.(Tia.s

anov xaOapov

Sïxâ,, t^iw
[sic)
,

£^tx(j.£Tpw

sxamyjs apTocëas

xon

t[j;]j'

TOVTœv

jxtia.(popa.v isoDir^fj? £&'>

Tj;s ufiwj' oixia.5 xivSvi'o.^
£ju.iw

xa< Tsopw
£-)(^0(J.£V

trrao-);? £î'out);s
T77[l'J

fxot

V7r[a]/3^cwj 5'£j'i«&)> xai

'i^ixa'^î.

Kaj £to(-

fXW?
20

£lp7J^£VI]V
Ujui.»'

afjia^ai' aTroxaTatTTJ/craj

s^-ijpTirr^îviiv clëXclSws

omo TSavros

£iSovî a^s

^ap£t'Xrj(pa.fj.ev i>vv.

H

\xiaOwTixv o^oXoyia xvptct £a-r[ai\ xai ^£ëa.ia, xai

£<p

avrarra £T7£prxni]0)

wfxoAoy)
'4'"aibu,

-f-

Aupî7X(0? M);i'as

fier

£}'yur7T6i'i'

auTou

?;fiau'

.\vpfi\Xi]^w

WoXwto? V^p^avex^Oî
fi£fitcr0ii'fiat

,

xoli

Aaueii^ £K 'aoLTpos EpfxauwTOs, rexToran', o TSpoxj,

Ligiio

i3. "^eaiSvpviievriv.

Ligne là. ^ïplgA^;(na
(<Tys);

(cf.
:

n"

67279,

XoM'ixis

écrou;

1.

20)

:

cerclajje
:

de fiT

(|iii

eiiloiire

la

jaiile

WvpivOojUic)

cf.

Hesychios,

s. v.

-aipirOa' to ettj t>;s

aiJ.a^)]s a'keyiia.,
/j'^)»'
7

to wAirOioi'.
il

J.

A^ori

:

semble
il

qu'il y ail

eu une lettre, presque effacée (un u?) entre

l'a

et le faite

Z; en tout cas

faut lire a^ovt.
([ui

Z-vlivo^aaTaxtov
le

:

la

partie de la voiture,

de planches de bois,

supporte

chargement. Le mot kcum, traduction
vTro-rrecrcrioi'

de ^uXtvoêacrraKtov , est inconnu aux lexiques coptes. Cf. l'expression to
rjTOi

TxpHpe
igi3,
et 12, 6.
p.
1.

dans plusieurs papyrus de Syène

(vi" siècle)

:

H.

I.

Bkll, dans Klw,
n"'

XIII,
1.

171-172;
22.

P.

Mon.

(éd.

lleisenberg et L.

Wenger),

11,

27
1

Ligne

no!poi/o-(>)s).

Ligne iS.

«Chaque arlabe

étant

mesurée

à

mon

s^afjLSTpov.y J'ignore
nie six (jtejpa.

ce

([ii'élail

la

mesure
Ligne iQ.

ainsi désignée; peut-être est-ce
Yla(7tjs
:

une arlabe

les

deux premières

lettres

semblent corrigées sur

ti;.


(1.

E^ofiev

:

le locataire et le

garant.
la

Ligne 22.

Remarquer

présence de deux syyvtjjai, tandis que plus haut
est d'ailleurs

G), Palôs

est seul cité.

Eyywruv

une correction sur eyyvmov.

PAI'VIIUS r.VZANTINS.
xat

75
[C7303]

aTOix'

P-oi

«avra vs ^poxl
avTwv
y/3aftfx,aTa

-l'-

XvpvXios -^sXkws ïo-[a]x(ô, a^iœOcis,
sjrîoxatv
. .

sypct\px 'jTTsp

fx?;

-f

KaÀÀnuxo?
-aapovjwv

Mix-vopos
xoli

liaprvpœ
fJ.01
-f-

t>/

iuctOukti, axôç-ay -rsapa tojv Q-sfxevcov

sitvovtmv

XvpvXlOS llSTpOS EpUiOl.VVTOS
TV [LicrOwai, axovaci.i scLpa. twv
S-sfxei'CiU'
-ûTa/soi'ratj'

(xccpTyp^x)

xaj

sm^v-

•|-

Ai

&ixo\)

Wika.io' vojxixj eypa^^j

Pas de susciiptioa au verso.

f.ignc 'j3.

ApriiS etSorw, quelques si(jnes lacliygruphiqnes

:

le

premier

est assez

ana-

logue

à celui

que
1.

j'avais
8()

lu yij

au n" 6716/1,

;•.,

1.

lih el

/iG, et qui se retrouve

dans P. Mon. 7,
[Agite

(cf. Ih/:. Zeilschr.,

aâ.

Il

esl

impossible de

lire

axovaas.

XXIII, p. 229).
EnrovTcov
:

corrigé sur enreovTcov.
:

Ligue 26.
lion ov

Après eypiiÇ[v), quelques signes tachygrapliiques

on remarque l'abréviala

[=ovTw)
du

au-dessus des deux premiers, ce
W"

ipii fait

songer à

formule Qeov

3-s'koi'TOi OUTCJi

07300,

1.

2'.!.

BiBL.

:

Journal d'entrée du Musée, u" ^,"5022.

67304.

Fragment de contrat en^ragcment d'un inlendanl. oBo mill., larg. m. 3oo niill. Apliroditô.
:

— Long.

m.

Grosse cursive droite, à

lettres espacées.

(xvev 'csy.in[os

SoXov xai] (^oSo xai ^las xa[i

a|7i-[aT]);> xgci

avayxvs

xoli

oixs 'hinoTe ayvctp-nayvs je xai as[p]i[y]pix[(p)iy

acLT-)]; STOijxoos ey^siv vmia-e'kOciv eis j7jv

Sioixjjmv
ey Tslslpi

Twv vixsTe[pwv
5

TnpcLy^iiOLTfxiv

Tc^'i'

Siaxei(j.ev(Oi>

\(TVV0(S[':)

Lignes

'i-f).

Uepta-uvoii

:

restitution proposée d'après le n"

67128,

1.

i5.

BiBL.

:

Journal d'entrée du Musée, n"

/i.3lJiÎ2.

67305.

Contrat (rapprenl.issage cl de prise en pension.
lar};.

ni.

36o milL


el

— Long.

m. 3

i

o mil!.,

Antinoé.

Date

:

f)

mai

.^)G.S.

Cursive penchée, compliquée

maladroite.

[•]'

l)xcnX\£ias

xoci

[uJTra-tJas tov ^$iOTa.j\ov] ijfxwv i^etnTOT\ov]

<l)X_j

Iovcttivô

Tov ixiwvi[d\ a[vy]ov(TTd avTOXpccTopos stovs t/3[(tou],

'çya;(^a'[>']

76
[67305]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
[jeaaoLpya-KaiSexaTv
7r/3o[T]aT);
[-f-].
,

CAIliE.

'^pX'i^

SsvTSpas

nvî/. Ej-

AvT?v[^]oy

'noX[t-j] tî; X[a]fx-

[f Avpv]ho5 'Lsvo[v]8v?
a7r[o] Tj;?
70.

VÏ05 ^,\axapiô

,

£[x a]);T/oos \^\]apiOLS, opixuiaevo; (x[cv]

AvTaioTTohrwv,

Sixyw

[Ss]
ArTJVÇ'-''-«'['']

vm> svTavOa. xoi zsapatievwv e7n Tdvrvi tvî
Xafx-np
xvpifjci

Tsoks.w? [tJw

ivavv)}

tw

yjxp-vovXoLpj

to.'»'

5

aiTiwv

TJ/s

SôxiHvs TCi^ecôs -apoLiTriipi^v, AvpvXi'jj Iwxvvyj vïw QsoScûpô sx

IxVTpos Qav(7iX5 T);? ^evTSpa Ttifiê^tô]
fxô yafiSTJ??

Tou -apoysypl 'E.svovOô,

op^xœ^sw

xxi ol'jiw airo TauT)/;

t[?;>]

Ai'TM'oewî' woX£a)[s], ynxiptiv. OfjtoX[o}'a,>]
exo'jTta's xaj oi.v6aipsTV5, Sia rauT)?? [fx]ô t);s
£;<^£ji'

syypa^^ô ccT'poLXetas ,

eTo[t]fA«i)[?]

£1'

fxta £u^6.ua

xat xojj'V
ctiro tj/s

^la^TSi (7vv§ia.noi.rrOoi aoi £2> ov ^ov'ksi yipovov,
}'£[}'/3a]fjt.pL(

T);fX£pov «at

-nT[/5]o-

?;ue/5aî, VTt? £ttm.' [trra]7^['Jî']
t'jv

Tstra-apsa-xaiSexaTii

zsapowo;

iiyjvo;

tj;;

£vt'jx.[''-*'^J

-<T[ojfX£i')/s

t["j]v

0e[<w .î]evTe/3as [i\vSj, xai TSxaoLV [£7r]{a£[A£tai']
10

xoLi

(ppovTi'^a, B-errOai

tv av evrexvsia sv xalei )vy['yi\w t£xvv[v],

xcli ci/-

Sif}[ixa]x£iv (7£, aTraçaTTÀa's axy.TOLipp[ovvT('Os]

(ppovTiX,£iv <TÔ £v
e«os ^afifira'Ô

anam xaxa
tou fxyvos
ivSjj X0L[fJ]

tov Swoltov

T/3o[7r]oi'

tv\î

£]fx?;> ju.[£]T/2tOT[);]TOs,

t>;^

avTj;? SsvTepcts

sxxrrTOv £t05, xai [a]v'![c7roT£ £]xé'aÀcj[v]
yjj^ipi>

o"; t);î

xo[ui]vf

^ivasws (xxovja,

paSiovpyia.5 xai aja^ias, ixevTOi ye [a]ov £/2}'[a]^oa[£vo]u xai £ir7^£/30i'To[?]
fxoi

£[xa]TTÔ

fi);v[o]s Twi'

Sexa

fim'(^[t']

xepajix eç ^uyw ex tov ^iT[0]ov tvs mis
171)5

£f\^'ix\qi'X?

,

[ei?]

•/^psi\a.v^

tijs

a7i-[oT]/3[oip);s(?)]

xat twi»

«îiJô

vou.ifTij.aTvv

vv

Ligue 2.

La liamp(^ du chrisme
ivStxTicjvoi
,

-f

appnraît au-dessous de la lacune.
i.

— Sur

-crax'^'v,

apxi

cf.
\.

n"'

G-023,

3;

GyiôS,

noie q; et Bull, de

l'Inslil.

fninç.

il'Avchéol. Ofient.,

VI, p. iO().
est certain,

Ligne

II.

AafiTrpo(TaT(i))

quoique très mal
je l'avais

écrit.

Sénoulbès demeure donc

ttchezn le chartulaire Jean,
ce papyrus (p.
i

comme

supposé dans

ma

première édition de

5o).

Ligne 5.

Lire Scvrspas (confusion avec le

a

initial

du mot suivant). admis d'abord.
fait

Ligne j.

EwS^ixa et non evfit^ia

comme

je l'avais

Ligne

1

0.

Qsaôai

:

les

vagues traces

de simples faux
r([ui a

traits.

([ui

m'avaient

d'abord transcrire TiOeaOat sont
êtes-'.

EvTsxvta

'rlc

bon
ici.

fils

que vous

Le sens ordinaire
les

de bons enfants

'i

ne convient pas

Cf. euTraiï,

pour qui

deux sens sont
VI,
p.

connus.
et seq.
,

Dans

la lettre pascbale publiée dans Berliner
. . .

Klas.siherle.rle,

55

l'expression T>;y viieTepuv
(1.

svzsxrov (^= suTexvtav) est sans doute prise

en ce sens

826).

l'APVIU'S HV/ANTINS.

77
^jafxa'î fîui'j;[<T]ofx[£-

ey^pswTzow -yv Soaiv
l'O'j

Ump

tô tv
v

rrv S(xvi(7-ç[yi\, xoli

fjt,j;|

[07305]

ri'j'mp^a.yla. '^pvaa.rrOqLi

(xtû.-) six

xai OLquniOLS epyoi$ xxi VTt£pOcai[i\ y^pyi\ae\(jB\oLi\ xctO rAa.\\>\oyv [^]);7r[o7£
TJ^^po^ccrriv rsepi
T'a'!'

tvv

ixiiOf}^c/aiv\

avTa'i' £^

xepxTiaw exaaTÔ

fX);ro[?, ~\civ Sv[v!x]i70ai x(x[i

eiiy

'ÇTX[j//5at]Ta{

70 vnep

<70 a.vcLr')i-)(Oev

Saviov

Tw

ayTO''

'^^o

vofJHT^} zrta.p^a^ xzpq.7iwv o[jxou]

SooSexgi,

[«aria Ta

\apu.oa]qi.vTOi xoli CLpif7(xv\i\a fLSja^v vtx[wv^

(TVUpvyoi,
asvi:

C7I-4

TO'JTOlî.

KvTTOiVTOS Ss

JO'J 'CSpVTÔ U.yVOS Ti}\(TSe] TJ/fs]

aTCoSo-

~(jjy

£Ç x[e^aT]ta'v
e.
. .

xaTX avvx

si ^[rj] ct-noSoivs i\'j\yyo}i).rj\y\fx''î

.

eiri

tw ae Tau[Ta T]a

[Sv\o

voixiaaoLToi. v<psv [ai'Taj7ro[rî&ui']aj
ptot Srya.

TsarTVi

a[j.<piSoXioi.s

[xa(| xpi(Tcw[i xai] Six^s x[ix]i [oiccs Sv]T^[o]je

£vpei7iloyiy.5. Et js

xaydj ^ovhiO£iv[v'\ exëaXsiv

(TS

^[aj/pa Ta

£(/2);fji[)

avfx.(pwva,

.

.Jsv.s. txa-

aOLTIX T)t5 arOi^tOiS, £TOltJ.VS
c.-)(_'x)

-mapoLayav

croi \y[_pv\>7Ô voixinp.) £[^], xcli

(pvAa^co

[t>;i'

ara^o;^)/»' tô vJtïov-

j[rj5 <J]avjou TCt'v

S\v\o you.ia\fxaT](i}v.

Kat

SIS

ctaipoLksiOLV
Tj;

[tJ^v

['nT]^(;(5jo[fio]Xo)')/0e''T[a']t'

'usap e|:x[5 'Tu]a0[wi']cut'

ev roLVT)]

oixoXoyta,

vTTsOeayv toi [evjeyypov
;i^o]vTa
U.OI,

Xoyw

x\a.i\ V7ro0);[x);î 5]ixa.i(jô

,

7S(xy\Ta

Ta

:;]7r[a/3-

xoli

vizap^ovTa

|u[o{("')] rspoLyp.s[trrao-]*

IvXouht,

ei '^[s

xai]

gv

aij[oL]yvyos ^are»;? [hol]i afST) ev
olit

t[o(]s e/3-

j/[o]j[j, a]x|o[t]Ta)[?
(jLSTa

s^^slOeiv

£[xd

yvfivov
[rîi;]o

.

.

.

yi;fi[jio]v,

xai Tov

[o-jci

;^^c[£Ov?]
-f-

twi-

avTwr

vo{xi<t[(j.u

Kai

£7rt]

T0i;[T0t>

a7ra]<Tj[i' £7r]f/2

«fxoXo

/.ig/(c

j

6'.

AcraiTiats

:

douteux.

La sccouilc

letlrc,

assez

endommagée, ne

ranoelle

aucuMi."
f.ifpic
1

forme ordinaire de
Toi;(?) SwaaOat
:

lellre.
r

-.

pour pouvoir-'.
dans
est

(If.

n"

G^iSi,

I.

i3.
la

Ijignc

jf).

J'avais écril ti;<tJ£ t)js auT);j
les

ma

première édition; mais
je

distance

entre

deux

frajjmcnls

du papyrus

moins grande que

ne

l'avais

cru

d'abord.
lAfrnc 2 0.
Euyva>iJiovrj.>s £.
. .
:

£

corrigé sur x.

Avrn-rroSowai

:

le

sens réclame un

mol de genre, mais
Liffiie
:t ;
.

cette reslilulion est

problématique.

Lire
2io(
:

ei Se.

(Àgiic

!!.•>.

corrigé sur asi (?).

Liijnc itC.

Ai'£t(os).

La lacune

est trop courte

pour

7up([i'(ii]i'.

BiBi..

:

Journal d'entrée du .Musée, n' /lUOay

;

loxie et Iraducliuii
l.

(J;iiis J.

Maspero, Les pnpijrus neau(ré

(Bull, de rinsl. français d'Archcol. orient.,

X,

p. \ltj-ibh).

78

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
Quittance d'une dette do 5 nomismnla, et annulation do
la

67306.

reconnais-


Dale
:

sance, <[ue

le

créancier n'a pu retrouver pour

la

Long, o m. 3oi mil!., larg. o m. 820
10 octobre 5i5.

mill.

rendre

à la débitrice.

Apliroditù.

Cursive droite.

"l"

T/raTsta?

<I>Aj h.vO£u.io\J

tou ej'rîo^OTaTOu ,

(psLvÇn

"

ïy "

t)/s

ewolt^jî ivSixlJ
A(ppoSiTiis
tj;

AvpvhosUyfaapicôvMovcrcciô SaXaj^^a, fiVTpoî TixpifTTVS,

oltto xu)^-)];

TÔ Ai'T[ajo]7roA(T5 vofxov, ^parhvs vTioypix<pwv, Avpv'Xta^lapia.tj. Evloyiô

a-noysvo^zvô TSpwtoxj,
vTtoOvxvs
5

cctto

tjjs

T

kwiii}?

,

yj^-^pj-

ETref^i;

y^pavoTsi? Ç>av£pa5

y^pvTO'j vofj.i(Tixa.Tia -asvTS

^uyw

sis ovoixy. t);; fxa«a,ota> fxou fxijrpo?
toi,

TixpiijÏT^vs,
Aaé'[£{]i'

''Uî'

^£ £(T-)Q}xws 'niapy. rrov
rr;:;

ôc

'asvTS vofxirTfxaT}, s'Cvt^j^ccs Se

-aap efiou

vkoOv^V=

,

y-V

cvpov a.noSovi>ai toi Sia to anw'XvX-^yixji
tj/i'

£v TOI? efxo(? yoLpTOi?' Sta tovto et? TâT?;)'
eXyjXvOci, Si
10
7/s

syypa(pov Auth'

7;T0t

xxvpvfTia.v
zjspi tcop

o^oXoyai

^yjSsva.

\oyov eyeiv rspos os tov Xomov
lît

ai;T&M' -W/so"/ •crei'Te vo(J.i'T^aT(A.iv fJD/TS
j£A);p[o]vofxcji)J', fx?;r£

efxauTÔ fx^re

rîia ti^m'

sfxw

aoi

(xy)TS

toiî aois xhjpovoixois. El rrvvêoLni evayeiv o-o[<j

oiov [SrjT^OTe
£TO([fxa>?

aj']0/5&.'7J'[oJv
'^°

-aepi tV' cct);? -apopoLTSuis t>;= vttoOvx};?,
xoci

ÊX,^-*']

civs.voyXvTOV aoi,

to

ctitTixiov (pvka.^fjd

aoi

-zsspi tj;;

ai»T[)/s t;7î-oO);]>c);>,
i5

«ir^uvw ep-ov

xoli

TSavTWv twî'

ifxaiv 7Spctyii.a.TWV

£{? to[\;to.

Kai]
j

et

nvv

Oicrpj 'az\'ii\oiVjJ.ai TÔLTrjv Tijv

Xvmv

tiTOi

axvpwmav

xvpïiOLv ovcrav x) ^.ëxia[v TSavTlayô zxpoxoixi'CoiJ.svvv xai eiripH a^ixoloyvo-oi. f

lÀljnr

9.

2aXa;^a est

le

nom

d'un

totj-o-t

dans P. Lond., IV.
ijue le

t

A

i

()

,

997- Ce passage
suit les

confirme l'hypotlièse émise au n" Gyooi,

nom

propre

(pii

noms de
peut

personnes

est

souvent celui de

la

localité d'origine,
(if.

tout

en admettant

(pi'il

lui-m^'me provenir d'un

nom

de personne,

aussi, aux n"' (iyi.'ÎS et G-ji'Scj, le

nom
IJiriK!

TSivcox Ilati'xa/:/ etc.

.

â.

Lire Maptctfx

rtj

evyevearaTv (^3-vycnpi) FjuXojiov (tov) aTvoysvoyieyov -apvroxai-

(ItlTOU.

lÀgne 6.
fait

Lire Ta avUctj. Cet exemple confirmerait
le

la

conjecture de M. Wilckcn, qui

dériver

signe

T

d'un a surmonté d'un

Irait

iGrundnigi', p.

xi.i).

fiC

Irait

représente Vu en tracé abrégé.
Ligne 7.
fÀgnc S. fAgne
I

Lire t>;v vivoÛmin'Lire

yapTom.
:

2.

riepi

correction sur
(T);r

u-rrep.

fAgnr i5.

Lire e<(î)

ac7(p(aXejai').

l'APYIlUS BYZANTINS.
A"jp);|X»03 Hï/Jçra/îia'î^ [iMoucrjatO'j o 'û^pxjj eOsfxev
cci •cr[/20x^.
t>;i'

79
axv/sa'criai'

[67300]

Au]p?Atai> l'Tax[jo|? lufrjv^iov ixoLprvpw
-f-

tj;i'

axùjpwmoLV
t?/7'

qiciv

TzapcL 70V S-£[(X£j']&t;

laKuië \hxTUipos SixkJJ p.apTijpa>

(xxu^pw

f- V.ypy.(pj Si

efxou 0:;i«TO/30s AttoAX///

Sans suscriplion an vorso.
AjjrTHC
1

-.
(S'.

Lire

nTp(o)x,^',-

eOsyLTjv.

[Àjjuc

1

La faute axcopvatav
les Ici 1res qui

a élé répélce
la

par

les

deux

léiiioiiis.

Le mol aKcvcras
la

a été

oul)lic

;

lermincnl
\\°

ligne son l la fin

du dernier mol de

ligne suivante.

lîiDL.

:

Journal d'entrie du Musée ,

liohb^.

67307.

Quittance (riino icdevancc on
(le

ar{j;ent et

nafuro, j)ayée par Apollùs

fils


:

Dioscore, locataire d'un terrain appartenant à TEglise dApliroditù.
Lonj;-.

o

ni.

Bog

niill..

larg. o
a vu (cf.
11°

m. 170
(17

mil!.

Aphrodilô.

Date

/i

janvier 5

2/1

ou 5 3 9.

— On

80,

intrud.) ([u'Apoliôscst niorl vers 5/i'j.

Cursivc grossière, penchée en avant.

Quatre fragments;

treize centimètres
ici

environ
la valeur

mancpient sur

le côté

gauche,

et l'essai

de restitution proposé

n'a

que

d'une hypothèse.

[

JTué"»

II

SevTepas

[irS^ixj

[Il

ayix £xxA)/(Tja xcofx^s Ai^poSj,
[rojfxçv

S\i eiJ.oy Ia)iT>;i^([ov]

TspeaSvTspô xai oixo-

[t?/? auTî/J

a) ta? exxAvo-iCt^

,

<1>X_)

A7:ûX]X&'Tt ^loaxopoy
utto rrt t?;s a}- ta?

X**/?/).-

l'^'^^^a,"'/''

x)

[£7rÀ);/2«0);i' Tnapa.

ao xwv Zopwv t]o
II'?'''-»".'

exxhjaias opyavô,

IStixxsiixevov
0[£j]i'jM'

'''

T^

Tnw

xai xpiOais, xai CTcpfxw avvij-

\twv xpea'TTÔfXîi'wi'
r

-csapo.

aov,

ysvii\y.OL-:oî

aw

Beat

tcrofxerj;?

Tpnv^

ivhxj,

]aM' hl\1.0(7iWV T);> TSOLpOVTV >
,

[SevTepy.5 ivSixj,

x) vivep

7wv ex^^opiwv tô

olvtô

vno ae

yeup-)
I

-/^pvaov^ vofiia^iaTia SUô

TSapa xe-

pOL'HX

Lifritc

h.

Opyavov dans
le

le

sens de ttclianip à cultiver r;

1.

8,
G.

le

mot ynwpyiov désigne

sans doute
Lij;Hc J.

même

terrain.

De même au

n"

67087,
:

1.

Peut-être

la localité est-elle celle

de Il/jpiwr

cf.

n° C713/1,

1.

AdJ.). 7 (et

Lignes j-Q.
environ).

Lacune plus considérable que précédemment (douze

lettres

de

plus

80
10

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
[Tcaa-ixpix, yij XPJ
''

[67307]

|2

W^

*'^^|0

x'XT(x\§t§\vKa? sis t[o] SviJ-o^iov

tï)>

Ssvrspas
tï;!^

UvSihI

]7^[a']

'^^' ''^ i"^'' [atujTOJ'

<popov. Kat et?

[•rrf£7rot?;|aat
I

Taux?;?' TJî/r (XTioyjijv T);â [tJ-jj^

ftîct' t,/3it)/=

iv^ixj xs toc

ei'Tayta uTrep

twv

-apojxj Svstv vofiio-fiaT'-^i' fxeO vTioypa(pyjs eayjî

\w5 Tspoxj.
i5

H

ayia. £XXA]vo-iia [sic) Si s\>.ov IwfTj;<^(ou -operTê " xaj oix//
t]);j' Oii:oyji]v

[77c7ro<};fia{

Tav]T)?[v

tvs rpirv^ Kai Ta erra
-f-

[yid vTTsp

t(a.iv

^pox\ Svciv^ voixKTfxaTwv ws Trpoxj
[-)•

Eypixpri

§1

e]a5 Aé/9aa(xjô AttoXX/ ç-uà/

Sans suscriplion an verso.

Ligne 10. Te<T(Tapx
cette restitution.

:

la

valeur liahituelli^ du uomismu à .Vphroililô (22 xepa.Tta) exige

Ligne

1

1.

TsTapTrjs (ivSiktiwq?)
la

:

il

s'agit

d'un versement en avance d'une partie des

redevances dues pour
Lignes
1

h' indiction (?).

2 el

se(].

L'écriture des dernières lignes est

beaucoup plus grosse que

celle ilu

début.
Ligne i3.

^vstv

:

l'e

est à

peu près certain, ((uoique endommagé. C'est sans doute

une simple
Ligne
DiBL.
:

faute d'iolacisme plutôt qu'une alTectlon d'arcbaïsnie.
lire

1

7.

Les dernières lettres peuvent se
d.

avX/ ou ovXJ

:

cf.

n"

G729G,

I.

21.

Journal d'entrée du Musée, u" '10718

67308. Reconnaissance d'une dette (ào->2aX£ta)

:

Isaac

fils

do Sansneous a

emprunté à ApoUôs deux


Date
:

mencemenl de son champ.
Aphroditô.
10 octobre 626 ou 5ii

ai'tabes

de blé et doux d'orge, pour l'ense-

Lonjj.

m. 079

miil., larg. o

m. .998

mill.

(cf. la

date du n" 07807).

Cursive.

-f-

A7roXX[w]Tt i^ioaxopô
ÇiiXcli [<TOt]

nj ':iixvrrv£0VT05 Irraxiô

y^^ipj}-

I^/^w «[a]? [»]-

X[o])/« «TnspiioëoXioiî xpiOco[v] a/OTaê'af Svô xs

rmô

a.p\T\(x§a? Svô • yij cnj

'^ ^xj

xpid -5-

(3,

(xmvtp aoi airoSuTco xaipw tvî avvxj tx/v <^[£]« f-?XX[)] exTij^
rrw
Y.ypy.<p)j (^[a](W(^i
i.y\\

iv^txl ,

TW

i^iw ixsTpw awirspOervi.
Lijjne 3.
2yi'x(o(/(^);s)
I(p<os
:

-asfJLUTns iv'h^l

:

lecture douteuse.
«f^/

M£XX(ouo-);s).

Ligne

li.

cf.

l'abréviation

(= copte orne)

des
l'a

n"'

67188

et

07189. La

valeur exacte de celle mesure de capacité était, on
cette

vu, d'un (piarl d'arlabe à

époque

el

dans

celte région.

l'APVliUS BYZANTINS.
\yp))Xio;
"LoLVcrtievs lo-axtô |o]

81

;i

-f-

'aponj ava-^ovi

^loi ^^s TripoKJ.

XnoXXcôs

ïcra-

[67308]

xiô, a^iwOsis, sypcL^OL virep avTov
ypxp.u.!XTa
(XI]

eiSoros

]]]'-f:

..[...
Eypa(p)]
au verso,
Si

•f-

sud
iiiin

\ëpoi,OL(j.iô

AttoA/

Siifci'i[)lioii

imi

lifjiic

:

liC reslo (•(Hii[>lèlcineut cITact'.

^

fjl'^nc
f.iljnr

,').

Ici la foriiie

cniployL'o osl "^oivavevi, lu [)lus voisine de rorlliogranlie conte.

G.

La Un

m

raraclçres tacliygraphiques.

lînii..

:

Journal d'cnlrèc du Musée, n"

/i.3G3.'i.

67309.

Prêt à intérêt, sur hypothèque.
rélia

Jean,

(ils

d'Akakios, emprunte tKAa-

Maria

la

somme
le

de

i

5

vomiswata. Six sont prêtes sans intérêt
la

en arg-enl, mais

débiteur abandonne à

créancière

la

jouissanceles

totale d'une è^éSpa. lui apj)arlenant, jusqu'au

remboursement;

neuf
_

autres sous d'or rapporteront un intérêt de

3oo
;i()2

chacun.
Date
:

talents par mois,
mill.

Lonjj. o

m. 558

mill., larg. o

m.

Antinoé.

mais

56f).

Ciirsive arrondie (^écriture de Dioscoro).

•|-

xi^r

II

Tov ctiuviov OLvyovŒTOv au70X/5a[TO/50?] tioys TSTOi-pTÔ, (^(xa^^^vwO
SevTepoii ïvS°Jl,
£1'

1

Ai'TJi'Oov7r[oJX£f [tî; XafXTTjOOTJaTj/.
t)/s

U>Xavios I«[arf]7;[s yï\os Ax[ax]fô, ex ii-vjpos yiapOcts
5

(xoixapiw,
fier

(îiaT)/fiWT[)

^ovOos

Ào}']ta-T[);j/9tô

xai ipy^iTT^i, opy.œu.ev05

an"
cTi-j

7>;f

XaiJ.\7Tpl Xvxw

Trt^oX£U)[s\, X'XTa.ix[ev]^œv §s TSpo -usoXkov evToiOx

Ta[u]T);[s T);s xolXXœoXsoôs Aj'tjJvo£«i', AvpiiAia. Mapia. Q-vyciTpt
rry^^,

Kv/?fax9[v] t[ov £]AX[oy]jfjt[aiTa]T[ô
r}oaiô iXXfJrrjpj

viô tô t);= e]i"îo6ô

fxr>;fX);s

|0]e[o]-

Lijnie

/j.

XnxKtùv

n'est pas certain.
:

/-Y/nc 5.

A(a3'i;f/(o)TaTos

l'&i

est

une correction sur un
Il,
I.
i

o.

Le ^otjOos Xoyta-Dipiov se

trouve déjà cité au n"
Liinic 0.

i'y-joô-j.

o, etc..
l)ien

XvKcov

:

la

longueur du mot convient

à la

lacune.

Sur

l'épitliète

de

X-xfinpa
l^igiic
'S'.

donnée

à Ijykopolis,

1^)(^o(XoLem!<ov]:

cL n" GyiC.l,

I.

8.

(XXouaTp((ou).
il

Calai,

du Musée,

0727y.

82
[fi7309]
10

CATALOGUE DU MUSÉE DU
yjtipeovaa.,
ripixfj.iii.ivij

CAIliE.

xai a'jxv ïti" tî/ttî

tj;?

Avti^Jtio
;(

yj^ctipsiv^.

OfioXo-yw
aoLiSivrii-

£}v

zspoyiypy.u.u.zvo; \w(xvv)}i, ^ovdos AoyiTTijpiâ

\!'7;>^.«o-[t]);>

pid Tj;s
Ai'TU'OÔ, Sia TavT);?
xa.1 S£r^avi(JÛa.t
fxo'j t>;î

eyyp'x(^ov

\i'woQiiKi\t.ony.5 aa'^ix'keia.s,

eTyjijxevai

rsapa

(tov Sia yj.ipos to'j sis y^eipoii fxô

xai avayxoiia? y^psias

y\^pv\'70v x£i^a[AJajô SerTT]:oTixfj>v Soxiu.\un<^ vouio-ixoltiol SexoLiri^vT^s o^iov
[•cTa]/3a xapoLTiot.

oySovK'JVTX Tzcra'xpx ?[w}

'i'

Sv^ij-otiv \vtivoô' yt' y_pj v

i'e

=^
i5

irj

xspj

irSjj Tii)

auTCi' ^u}'W

xat ttolOu.oj Svar/uiv Avtji'[oû]. Kat ra'jra sroiuvs eyv

syv

X} TSainotoi

aov x'kiipovoiiOi'aaLpy.dyeiv aoi t£ xat
ei'

[-crarTt t]co

xvpiws vnep tô aet-PpaTTom,
«a» vnsp-

Svai SiaSouco-i, o-notav ^ovXvOv>, ^«X*
BecTcWs

'î'a['7j);s ayv(i^(io<7VV))>

o'JT(x''î

Ta

pLî!' vofxi(Tju.a

eI cx to'jtvj', jjs'xpx xîpxiifx rsevTe
xoli
j;^?;

exacnov tw

at/Tv ^vya', aroxt virapy^siv
20

virsp -aiGTSVî xai ao-^aXeiaî t);î tô v<poxeip.j
vnoTùOyjfxi aoi xoli vTreOeixyiv, sv txc.h
,

y^psovs

anoSoTcws
xa.1

,

svTsvOev

eviyjupov

Xoyw

vi:of)ijxrii

Sixaiv

tvv vnapyova-OLV
,

fxoi xcti Si'x(p£pô(Ta.[v\

oXox[Xnpov^
ya.iô

£^£iO[pOLi>\ v£^vrj(T'x\y £111 a7r};Aja'[T)/i'

aw

Tvi\ êxto[?] >c[aT]a-

y[apLa]^aî
ovq'xv air
ryjs

VTOi

>c[v7rj);>, T);i'

says

oixiois

tvs

'î«[ax;(]jû( £ni

tvs

[/suu>/sJ

Lijpic Q.
r.,
cf.

Lire

y^rip£i)ov(TOL

:

même

1,

il

faut
1.

supprimer
8, et

n"*
1

67028,

— Sur — 67803,
l'y.
1.

forme fautive au n" G7009,
cet

r.,

1.

1

g

;

cf.

P.

Mon.,

1

1

emploi

iliogi([ue

de

la

locution xai avTv,

Ç,.

TvaSe.

Ligne

0.

^»7^(cTTr)s ^aiSsinrjptov

:

l'économe de l'école publique d'Antinoé.
:

Ligne 12.

Quel(|ues mois passés par négligence

sts

x^'P^^

^'^^

(^'*

"5^'3>

f'^'^)

«^ti

avaynaiai xpeias. Cf. n"
Lijpie
la

67168,

1.

i

J.
:

j4.

Ce calcul

est evpliqué plus loin

sur les i5 nomismain,

six

sont estimés à

valeur de 19
:

xspoÎTitx.

total
(cf.

(5

X

6)

+

((j
1.

X

6) = 8/1. — Le

(perle de

f)

xsp.) et neuf à celle de 18 (peite de 6 xsp-);

signe

=#= s'était

déjà rencontré plusieurs fois
ici

n°'

67089,

signifie bien ofiov

67053, 1. 9, etc.); mais nous avons comme je l'avais supposé.
5,
:

la

preuve

qu'il

[jgnc 18. No(i/(7f/a(Ta)
tants,
l.tipte

sic.

Le second paragraplie, concernant
88.
:

les

9 iiomismata res-

commence

à la ligne

22.

Eç£<0[pai'] ou à la rigueur £^£6[pai']

évidemment pour e^eSpav, qu'on
/'.

lit

à

la

ligne 26. Autres cas de location iVs^sSpa dans
Flor.,

f.
la

i3

(vi'-vii' siècle).

— Mera

Oxy.,

\'II,

1087 (an

'lA/j);

rrjs

serait
(cf.

un peu long

jiour la lacune, et à
1.

fin, 7[af/a]paj
a,').

pour

xafj^apai est

probable

par cveinple P. Flor., 18,
ici

A).

Ligne

Kvttv
voi'ile.

:

KunG,

expliqué par Tp'jyXrj dans Hesvcliios, c'est
Oucrai'
:

une cave;

cf. le cojile

douteux.

l'Al'Vni s

in/AMl.NS.

83

STTt T'y!' OJXOI'

TO'J T)/?

XplTTVi

UVllU.^); VeVl'OL'llô

TOV

a7r" 'TX|/2JI'[t]apy TJ/s r5ôx|

f

s

xai

TV

txvTV» QÀ[o]xÀ);/?ai

r]'a)fxa7[t]ri'

xai avÀv [«aj tsolvt^i Stxxiv

xy.i zsccri

•/_pvrrTnpioi[s\

xa7a 70 auTO arxÀo)
xcLi

ovj' -o.'j-i} ixepof, xoci 71} ôï[a/3]o'îv

xai ai'O'/V xt x'xOrjhw

tio(î[a']
a' 7a'j7);!' fJi.'?'?

Ta[u7]);[sJ T£Ov/?[wfx]£i');-' xat xi:;<À£t'Î6i>[fX£r);î], c-^
VTTO
3o

VT^^ ^- X-^^

To[vs] (TOv> Kki]povo\J.O'js azi

woTc

ai'fv svotxsiov

,

eii

oixyaiv tî xxt ypvTiv
au7''x)j'

[ujfxwj-, a5'7{ 7)/î moi.pxu.vdeias

70u '©^(^[oxjstatrou y^p^vj^ Tcor

aovwv

fl

i.'5,"-«crfAaTaM'

fjt.sx./3t

t7riXv(T£w[sj xat a7î-[oJrîO'T£Ci's 797^11;.

Kat

£70<a'^i5

£;(^'W

£}'« 7£ xî; TnoLVTOirii

aov

x'Xvpovrju'ji (iyXoL^xi yTio

ce

tijv xoi.6a.pxv
'}xvi(f)

VOU.VV XXI fhrnîOTSixv
35

anpxTOv avunrjOsTov xvem^xvtqjov £T£pv
xxspxtxv

xvvtjxaXxxtqv

,

U.V

zfpovTjoxeiaevyv oiw Svttots o^hjixxri
[)/i'7rj£/3

Svp-07iw [71] XXI iVÎt«7ixa»,

[r]ofxî;v ['7oJ<
fXOl'CO X/?-''

(^sic)

£7>-£yfj£v [vSv]
[î'OfXs],
£//j'

-axpX'h^aiXX

cTTl

T(jl1

•âr^Ox[£<fx]£JW

[l"Ci'l'

au]7WV £6

7a

rlî

evj'îa vou.ia-u.XTX,
]

£xxmo'j

-rnxpx x£p' £^
].
.

^\)

Av[7t/J, c70tfia)=

xa7aë'a[À£M'
io

to[{ £tTa'

u£7a

7j;>

auTa'v xaja

fXJ/ji'Ja

£niX£pr)l\xi , T0'JT£TTIV x\pyvptô TXAXVT(i}V ZplXXOfJlWV £XX<7T\o\t\

Lifrnc

nà. O^iOvoict

:

peul-êlrc une église de ce
sKKki)<jia.i, à

nom

(cf. EvACinius, IIisl. eccl., II,
la

i3

:

T))s sTTixhjv 0(iovoi3.>

Conslanliiioplc), ou une stalue de

Concorde

élevéi'
lÀirtic

sur une place publique.
Atto CTxpii'iapivr
Acuf/aT(îii
:

:>[).

T);s SouKixr)ç
(If.

Ta^tvç

:

ex-sci'iniaire.

Liljnc y 7.

la
.

(errasse.
:

P. ilor.,

i?>,

noie 6.

IJinie

3i. XvTi

T>i?.

.

la

jouissance |;raluile de VszsSpa. représentera l'inlérèl des
cf.

G nomwnuln. Sur ûrzpa.uvôeta,
fÀmie 3â.
AvsTTtSaviaTov
:

n"

Gy

i

(i~,

1.

(j.

ne servant pas de gage à un autre emprunt.
firjva.

Ligne

3<j.

Kar
Si

stos est impossible; xara
ici

semble

très probable.
l'introduclioii

lÀimc ùo.

nous appliquons
nous obtenons

le

système de calcul exposé dans

du

n" (iyili.'J,

les

résultats suivants. Un nomisma vaut 12.000 talents;

un nomisma moins mois
total
:

G hcralia en vaut

9000. Ces (jooo
?«ois, soit

talents en rapportent

3oo par

l'iulérêt est

donc de 3,333 0/0 par
et

exactement
la

/lo

0/0 par an. Ce

semble exorbitant,

peut-être faudrait-il adopter
II,
j).

valeur moindre du (aient,

qui a été signalée également au (onie

in3

:

un

laleii(

=

iBoo

petits deniers

(au lieu de
G
xep. en

GoooV Un iwmisma
100/0.

vaudra alors /18.000 talents, un nomisma moins

vaudra 3G.ooo. L'intérêt de 3oo par mois sera de

3Goo

par an |)our

3G.OO0,

c'est-à-dire

84
[67309]
[i^0(x]{(7j[jta|TOs

CATALOGUE DU MUSÉR DU CAIHE.
Twv
erî'ïa], ^i](piX,o\ievô

tou yj^ovo t^'v roxau'

aTTO v£op.\ijviOL5 Çi(xp^ôOi\ fiyvos t['/>] -aoLpava-iis Sevrepai 'ivStxj ay^pt
a.n"r^O(T£(A}î

TÔ rspoxj y^p^^eovs

t&']i' [au]T^j'[>'] fi'r[£xj ^a.orvr l'OfiJO-fjiaTj.

45

-rspo-div [t?;J? 'apoetpyju.} [oi\xiaî [J.£ia •çrai'TO? ai/T)/s
e[crj(^

tô Sixixiô aapaxoLT

jvxa?

[fjt-ô]

er Ta^et svsy^vpoy

tw

ayra^v swccu

voixio-fX} ixovaiv,
çciro

[£(p

w

cre Tau]T>/î'

e^eiv xaj «[araxvpjeuJiM' mot.poc o-t-av|Tj}; ocyp^
[

[SotTsws TÔ TSpoxeiiievov ;(]/?£[ou>] x[a]{
e
5(.

]£0V?
y^?VV?

"uova.s x.
ç-ijy

.

.

.ëXa.

.

.ou?

V^P

?f-^

vvv. Kai [e]jf

a(T(paX£i\a\v Osfxfv]''
actvja.y^rj

'79[' 'ï"]av7[v]'' t);v

vtioOiixvv

xv\picx,v oucrjai'

«at ^çSaiOLv

apoi^£po[xsv)iv ,

ixcO vTio\^ypa\^(pl

TOU

[viTrep efiou u7roy/o]ai^oi'TOî

«ai

ovi<vOw

p.oipTvpuii', vnoxsifJ.£vu>v

(TOI £[i?

TO Ta

•cr/so}'£}'/2afx]|i;

(TVjxpwct

[-cra/^l

ewô (pvXayOvvai
fxoi

xoli -crs/paTi

(îo0);î'[at

xaOan£p £x
K)
et^

r^ix^vs,

'aay[Tw tvv o^vjw

xai
:-p:

£rroij.£vrxv

55

'7rrpa)/(x[aTWj'].

aTrarTa

£/?wt>/6'[£(s] f^iii.o\oyv^cL

/>)'^'«e

45. Ilpoyeyea-Tepai' isptxuiv
acqu(''reur de la

:

le

contrat de vente par lequel Jean s'est autrefois
la

rendu

maison. Cf.

Tspomtntun ^pxcrts du
la niar|]c.

n"

Gy

i

5

i

,

1.

o-i).

LiUne 5o.

Nuf

:

ajouté après coup dans

HinL.

:

Ce papyrus

apparlieiit

au Mdsi'o d'Alexandrio (Inv. Soi), où M.
Je
l'ai

\i.

lîreccia a
fait

l)icii

voulu

ui"eu laisser prendre cojiic.

incorporé dans ce Catalogue parce
L'dcrilure est, en
oll'el,

«ju'il

ct'rtaiiieniciU
et,

partie de
le

la

li'oiivaille

de

lvi'ini-Icli[;àoii.

celle

de Dioscorc,

en outre,

vendeur du papyrus

a indiqué ce lien de provenance.

67310.

Contrat de mariage
I.

c)).

(

rjv<CyyîoLb av(Jt.Ç:covov ijjoi
inill.,
\i\vi^.

yaiiiKov (7V(xS6'kaioy,
inill.

Lon{;;.
(I.

o m. tinS

o m.

3oG

— Sans
la

doule

Anlinoi'

G).

11

résulte d'une coniniunication de

M. Dell

(pie P.

Lond., V, 1171, est

forme défi-

nitive du document dont noire n" H-y^iio n'est ipTun hrouillon.

La forme du contrat est

insolite

:

il

a été

rédigé après
f

la

consommation du maria;;e,
égyptien
(cf.

comme

s'il

y

avait


.

un souvenir de l'ancieu
.
.

mariagi; d'essai"
scii.).

L. MiTTEis, (inm(I:ti<re

drr Pupi/riishiDidc , 11, p. -joo et

La constitution de
:

la (hnalio antc nuplin.i est

présentée

comme

la

reconnaissance d'une dette
le et

un autre
n° 179',),

exemple de

cette disposition est fourni

par

papyrus de Londres
L.

Inv.
lit,

publié avec P. Mon. n" 3 (éd. A. Ileisenberjj
t

Wenger). On

y

aux lignes

0-1 3

:

ôf/[oXoyï) sji)

wployeypaf/fz/ros laxàê
aoi
les
ti]7rip

Sià. to!u't»;î \Ji\ov TÎjs

£yypoL\(pou àa-Çi,

Xstai 'éyeiv

x.cù ^^pefaïa-TeTi'

tov avyi7Vs(puvtjyLSvou y^a^txov

é'Svov^

y^pvcTOv etc..

Cursive penchée, grossière;
1.

traits primitifs ont

été repassés postérieurement, aux

10-1/1. Les lacunes ont été comblées en partie, sur les indications de M. Bell.

l'.Vl'YUlS

I;VZANT1NS.

85

luccïo.

[67310]

xcLT exSoryiv youifxô

p

arxô

,

sttj

y^pvryions

e\T;i('(,£Î) îi

tv

i-)£w Ho^siev

xai VTxi'-vv

mzopa
xa'. T>;)' ^;/v

m^wv

xon OLT'^a.h/ aa.pOsvta cvpœv Sivyopivaa. OOsv

sis

TavTijy

vxv
jvv

T)/r £yypci.<pov aT<pa£iocv, xa.0

yv oyLOAoyw oiSîiXcM' xai ^/^psvrnuv
xjai]

vmp

rruiv

)aiJ.ixvv

c']ywy

jvv

fTviXTTe(pv^v]yix£v\w\v

avvoipeo-OLVTWv

axpoLoy^eiv

t?; o-î;

t-uy£i'£ja OTTOTar ^ovhjOvi,'}r/_CL v^(xt)}î

CLyvwnoavvys xaiynspOeacws, xiv[Svvui]
wj> jiî'jxc's xat iStxu^s. Kat ofioXo

xat z^opv

xcl: TifxvixoLTi t>;s £fi7/? t;7roTTaT£|

fxySsv )/TTO}' mporrcTi: Toy-çoiç SioiOpexl/ai [ooi) yvijcriwi xai eVfhSaa-xsiy
xy.0

oixoiOTVTCL -acLvjvv

-iwv a-yixuerpirx^v ^xov

xy.i -çov

[w/djoa-j oî']t|

a

[xrAi

ufopoy xxTOL Tov fîuraTor rponov
T>}s £fxv>
(T£

fJ-£TpiOT)!-os, xat £(x[sic)

^ySevi xcLTCL^Ppovyaxi, rroy fxnTs cxSaXeiv

£x Tou efxô (yjvoiX£ai[ov\
xoci

[crAjvv exjos Xoyov -mopriOLs xai ai^pas 'apa^scig
(XTX0()£iyjl](70[XS.VIli

crwiioiTixv^

(na^ias

Hir Tpta^[jj)

V [t?r]A[£or a\^iOTïia-van> ctvSpwv,

vta.yavw

oj't^^))'

xat TnoXnixwv, eXsvOepwv,

XII fxySaixvî OLTTornvvai ae
^\o\iV.l?
(Tiis
>

Tijs ervs
|j'

\p-V^^

?T^p^^

['5"/3afX£t

[a|Ta^ta>

>;

aa-iÀjia,, (xsvroi xxi olvtvs

riis

xo(Tfxiorr)T05 vTctxxovavs fxô
fioi

x[a]t (^vAa.TT0'j<7)is

-u^arroLv

svvoictv xat WiXf.iv)]

oTopyvv

£i'

-waTt xaXois

xat ^(dsXiixoi? epyoïs le xat Aoyoïî,
lÎECTo.
V.


1

b;;iii1.

(j.

Sur

1,1

locution -a^joae-ni tovtoiî,
1.

cf.

u'"
1.

G^yoSa,
/i/j.

1.

^15),

i8,

cl

(J7;5i3,

G/i;

de iirtuc

/*.

J/o/(.

i,

73; d-jah'S,
:

iiilot

barré,

et cre

écrit
Li/iiir

au-dessus.
0.
u.

KaO

:

corrcclion sur xar.

'^vn^isTfAuv [sic)

:

les jjens

de

même

coiulitiou.

Liinic

1

Kktos

est |ii('s([ue certain,

au

di'i)u(, ([uoiijue le

t ait été ajouté j)ostérieuzsXjjy,

remeiil. Les traces de di'u\ ou trois lettres,

mais

c'est
>;.

une simple

liypollièse.

— Tpio
.

avant ce mot, font songer à
lettre

:

pour rptuv. La

barrée est sûre-

ment un
Ltijnc
1.7.

11

:

ajouté dans
,

la

niarj;;

ll/eor

:

très

douteux.
(cf.

Wixyaiot
Jitst.,
il

:

ce sont,

ordinairemeut

ceux

i[ui

ne font partie d'aucune
suit

riiililia

Cud.

IV,

65, 35);

mais ce sens
les liabitants
Af^r/ie

est

également celui du mol qui
la

:

•aoXnixoi. Ici,
la ville

faut

comprendre

de

campagne [zjayos]

et

ceux de

(w&Xts).

;5.

Lire etXtxpd');.

86
[67310]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
^^['] v[''î'3]TaTT0fjt,sy)/> aoi Tpoir'jis y.ny.Tiv a-î

CAIP.E.
'h)

av^xei

y.7TXT0ii;

evysrsTTOi-

xajf ywoLi^iv svSs'.xvvadoLi eis tov;
ai

£X'JT(iM'

evuLOipav xni '2>iXe[rx^T0'js OLvSpois

'5t[/^a

vjé'/pcv; xon

ct.Tl/ixfx)piy.î

aÀX' OlXOVpCtV SlOAOV

SIVOLI,

XXl '^ikOLvhp'jV TtSpl

i'XS )ÎVi'7()0il

Tt, OLXO-

XovOvs
oLyot.9)}

T)7

TS^p

£(J-Ov

Sii'/Ovyoïxctn) ç-o^i^

xxi (Tw'Ppovii TSpoy.if^Z'T^ei.

:iiSO. Vi:

•f-

Kai

£'.

Tutxêxnj

[fijt

tsots «[ajt^ov

?;

yipovw xiTgi^\pov))o'xi\ to xara

toi'

-îiT[/3oa]>^>;[y]);0eVTa Tp[onov'\,
\yjjûpi5

v £x€xA£iy [tJs
e[To]t[avs

svXoyov

olitix?

a']?

Tnpoyi-)'p!XTT^^TXi^,

syv

7nx^p\xT\y[^-iv

t]); (T)) x[o(Tfi{OT);Tt, Aoyo.) •nrotr])?? 7);=

avr?;? xaxai^ /pov[(]

[î'oat7fA]!ïT[a

o/J.e^oyw xnxiTOVixivx xxi xxra[§x\Afju.zVx trrjap îao y/j^pi^

[x|9{(t1s«5 [xai '^t]x);> «^' tsccmi? a^opiiiis xxi iLsatlsv?

x\xt irravjTOJa? vo^iixov
a'jxa'
5
to-'ji'

7Sxpxyp\xZv= xvxix2)iAoyvî\, ivzyoïisvv? xxi

ao'j

tw ok

fX£t'TOJ -nr^OTTJfxa)
c7r{

£[<
.

«]at efAOu xaT[a]^/20?'£T7;[s
. .

xotâ TSpCiTSTX) aivoiî

^'ju.Zwqis

c-3

.] 7[o]s "Ç/îOf [ofxoAoyw] £y\oi o toJ»

j/au£T);?

p/ lyvyxxAsuxi Tiva

xvxx'jXoyOç/v

xxj oixov

çTtj

7f

(•')

f-J'->/To

q'j[x-KO-

Tt[a]^fM.' £y}'u>
|[X£7

£Ta</3[«i'

)/]

oj>£[£(a);'](?)

j;

^af^)

£T£/?rj t;)'Os [.

.

.

u.]?;

,3o'jXo[jx]£VV? W?'[''

xxt:\x(T':^X'71v

Kat

ç<>

açr^/ £«aT£|0[o]v fiçp'jvs x\x\i t[o'j] ÇhaxXavao'j 'TVî'Otx[cTjj[otj
TOv/TO TO Tj;? 'Tu^u}'{as
)jTOi

,

cOcJ-

fx);i'

(TvaÇi'jLivov

p.'a[fx]i[xG]v

[Tt;]u,é'oAaiO!'

X'jpiov

ov xxi ^sëxtov mxvTxy/j

eT7ips,pou.£vov.
u
£xa.'i'
fx}/

Kai

iiispl [w(j.oa)
ii)fxoXo}'7?[o-a
,

XXI «£7r£t<Tfi£roî

rx]);

«^oé'a'

ai}

«îoÀ'x'

a?; ,Sja

xat aTrar);

'avayxij (Tui'eXavi'Ofievos,
rroi
'çt/9o[s

«at y!Toy£ypxu.u.£vrjv e^sSotnjv
Xat

aT]i^]a|Xçt[a]v, xat w/îo?

warra

•ÇT^OS £«a'TT01' a-JT/iM' TCiM' îU.TVSplSy/JU.j

fAjptr

ij.

A\}/(X4»pias
011

:

pour

a>{'/xopiï».

l/anijle

du

p;ipyi"us est dûcliiré, et l'était déjà
le

(|uand

écrivit ce contrat,

puisijue les trois dernières lignes suivent

contour

de
Liinii'

la

lacune.

iS.

Verso.
h'iriie
1


1.

Peut-être oixovpov, mais
fAfpie G.

l'a est

plus

prol)al)li'.

On

pourrait

lire aussi

avaxoMvOov.

Kai, au début, ajouté en

niarjje.

rArvi'.Ls ltvzA^Tl^s.
OLVTW xf^aXaia'r
fxsi'Ob

87
ei

koli stîi -;; ~o-j
ovroi,

ût/so^tiu&u oinoSoTei
koli £Ïa^^OfJ.[

miut

i\)yjji,

vnoOe-

[07310]

TOI t?ai'Ta ri

uoi

TZpa.yiJ.a.Ty.,

svsyypov Aoyw

k\(x\i '^7zofJi]x.)j[s^

Sixaiw (wu.OMjyi](j).

LifTHc

i3.

ÇlyiOAoyiiyly)

:

barré avanl d'avoir élé aclievc; de
/io.'i03.

mcme

I.

().

BinL.

:

Jimriml d'cnlvce du Musée, n°

67311.

Contrat de divorce. Les noms des deux parties sont perdus;

les

clauses


Date
il
:

sont analo{j-iies à celles (ju'on a lues aux
Lon^r.

n"*

Gyini, GyiôB-GyiBS.
niill.

m. 270

mill., larg;. o

m. 2^3

Anlinoé.

5()9-r)7o (?). Dioscore est arrivé à Aiitiiioé en SCG. Si donc,
1,

comme

c'est

probable,

faut resliluer [rpixi;]» à \a li{;ne

nous sommes en

.")G(j-5'jo.

Cursive soignée (écriture do Dioscorel.

[T/2tT)/]b- IvSlxjj

£[v AvTl"!

WoAeJ

T)/ XoLlXTTpj

[f- Tat^r]);!'

TtOîVT[ai xai aciio'jvtan Tspos aXXv^ovs exovTSî t>)v\
ou.ciXoyioiv,

[^eyyp^a^ov Siaaijy [ouotuttov
[jcat
D

Svva^iv tyj^vaav
ex aev tô
t);s

ps.iïov8i,ov\

a7î-]?^["j]j/77? KOLi

J<[aÀU(7ea.'?,

ei'os]

fx[e]/?[ous X\yp7jAta.

\\

^vycnvp fou
avveoTWTOs

evXafovs

fxinjyDis

],

£K

fX7;7/50s

T[£x]v<T»as, fi[eTa

efxou
1

TSaipovjos [«ai] Gvv£V'h[xovvTOs olvtv ev ravT?;

t?;

Siolavtixv OfxoAoyta]
vioi\

ws
[.
10
.

s^yjs f^[i)jXÔTCx.i

,

£x

'}[£

S-aTÊ/30u (lepovs AvpjiXios
,

.jafxfxwvos, £« fi);Tp[o?
1',

OLixpOTSpoi opixuifxei'oi
ja.

ano

t)/î]

ArTjj'Ot'wi' -nroÀ

aXXj}[Xois Se

oaoXoyovmv
aj

e^St^vs

eivi

Xe^ea'sl
xa.i

ovrwi. Wpvip'
|Stô

^•vrj;i3[0?;]fx£v

aXXvX^ois en^i ya-iid
>c|

J'[o]f/tfji.û

xoivô

T^t'OJXCCTJÔ

apu-ovicLv T£

x]oJv[wv]jav,

£7r[t

j(jO>;](TTat^

êXtuti xat

Tcxi'wj' ayy.Ùii aiiopct., oioiiivrji [sJxTeÀ^Tat (xêt
(TSU.VOV (TVVOlXSfTlOV
i5

aXXijXwv zipvvixov
y^pOVOV ex Te TWl»

cS oXov
T^oOev

TOI' T//^

i^afX^OlV

'(oons

ei'afTJCt'v o'jx' i'Tfiei'

zsoLpa.

TH^p^oaSoxiav TSeTTOvOaixsv ex «rxatov

-usovijpô ^xifiovos eTt£(xGpiTOiVT[o5\ ytxas

tô a7r aÀÀvXa'r 'yœptaOyjroLi
une date acceptable, mais

lA^pie

1.

[Tpnii'\s

:

[-apvTtj]? donr)erait aussi
lorijj

serait sans

doute un peu trop
IJiptc 6.

pour

la

lacune.
bi

Ex

:

ajouté en marge.

— Pour

restitution,

cf.

n"

GyiSS,

I.

yS

:

(lera

crvv s a-fjixnji xai
T)7> xi ai)
Ij'fpic
(j.
I

avvevSoKOvarjî

xctt <jviiiiei\U]oyie(vtisj

aurco T);s avzov jafZETijs

avvatvovam

avTu) ev ranTi; etc..

[<I)o«ê]a[.(|/<uroî est

possible, mais non certain.
la

IJjjne

2.

Vuô

:

ajouté dans

marge.

88
[C7311]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
Tou auTÔ xoivô (TVvoiX£(Tiô, xoLTa t[5t]o
a'kht'kôs Xoyov
siî TijT TSctpârrcLV

£yypix(pov rspos
(xiiSevoi.

anCvyvv

eXvAfuJfJafxei',

r}[i

y]? oaoXo[yyjVT£s

tov

Xomov
to

ispos aXXv^ôs p;T£: s^eiv, cai" t5 vvv
30

[eJTrt toj» -nrai'reXj;

y^povov,

Sia.

7;fx.aâ

omsvTSvBiv ySn

Sioi.'ksXvcrOoi.i xoli

\'XT:\vWcLyJ)%i Tspo; ccXhjXôs to xocOaTTOL^

zsepi T£ yafxô cxui-ai^iias xxi ai'aXa)fx[)]

toutou xai

-zspoixo; xai

yaaixwv

sSt'wv xai

Txewv
xoli

a-vvsimjveyixsvan' aXXvXoi? -aocp aX/-)iXaiv,

xcti TSSTtXy-ipwfj

TOUTcoi' aTravTW)'.

Kat s^saTcii £xa.T£p[w'\

(x£p£t
£i

vaw

stc/oc' yoLixw
-vis

o^iXijrrai

axwXvTais
25

ixveyxXinw? £T:avct[yx\£5. Ka«

^ovXv6£iij

£^ vauiv -av

TTOTt evcc^fxi

TV £T£pv

Tn£pi oiov fh)T:o[T£^ Tnpo.yfxaTOs £yypct<pô

V a.yp%(pô,

axpnoM V
fJLlXpOV
Tl

xexpiit.[i.£vô[sic), £v ^ixctaTtjpiv [oj]^) -îj/TrloJTî
,

v £xtos tîixctmvpiô
£aU.£VVV TU>
£IX-

V ll£y(X,X0V

SmyjjJplOy y VTr£po[p\tOV ,

ZSCX.p£Z£t O ^i;

(X£p£i y^pv(TÔ voixirr^î, e; £\\j'7T\fx()u.s, [fjL|£Ta Xj t|ô] auTOJ' OLXovia. sixulcIvo^i TrraTJ

To:?

syy^yp
XCLl

rr-jupaivois

t)/

-cT[a/9]ÔTa

a[7r"^]'j}

)/

,

ys |t]o

ypaixixa xvpiov

STTat
3o
fSsê'aio)'

'Wai'Tax.ô

zipoÇ>£poix}, fXcO

y[Tio~\ypa(pj t[ô]

v

vaw

vT:oypoi<pl xai

lxot.pTvpj,

TSCLp

wv

£p'j.nyO£v\js\ wfioXoy>;'Ta[ju. [iv

Lijpw iS.
Lif>nc

Lire oyio'koyovyiev.
:

ag. Eyysypaii[(i£vots)

les trois dernières lellres fornienl

une sorte de mono-

gramme;
Ligne 3o.
1.

sapovcTv:

T[5]

le trait

placé sur

l'o

dépasse

la

lacune.

— Kat ^aprvp^w)

:

cf.

n"

Gy

i

GC,

3o.
.

Ligne 3]

La

fin

de

la ligne

en signes tarlivgraplii([ues (?); on reconnaît pourtant quel-

ques
HiBL.
:

lettres latines,

mais qui n'olTrent aucun sens.
Musée, n° /iSdaG.

Joiiinal d'entrée du

67312. Testament de FI. Théodore, oinployé dans les hiireniiv du duc do
baïde.
(1.1.

fvong;.

i

m. G27

niill.,

larg.

<>

m. 3ii5

mill.

TIk'--

Autinoé

VII).
3
1

Date
Cf.

:

mars 5G7.
c'est
la

n"

G7tr)i;

même

proli\il(''

de style,
([ue le

souvent

la

même

expression,

et

une longueur d'autant plus frappante

document

est incomplet.
:

Le testateur,

n'ayant pas d'enfants, partage sa foilune entre trois liériiiers
Saint Senouthios à Atripè (aujourd'hui
le

au monastère de
il

Couvent blanc près de Soliag),

laisse tous ses

biens immobiliers
lieux, ainsi (jue

sis

dans

les

nomes ilermopolite, Aniinoïte

et l'anopolitc

ou autres
le

dans

les villes

d'Antinoé et d'ilermopolis, à cliarge d'en employer

l'APVIÎIJS l'.YZANTINS.
rcvoiui on

89
(jéofjrapliicpie est

œuvres pins; au rouveiit
il

d'Aj);!

Mousaios (l'indication

[67312]

perdue dans une larunc)

li'jjue sa
il

fortune mobilière, pour en faire un usage anale

lo{;ue; à sa {jrand'nière lierais
1

donne une propriété, dont
le

nom
été

n'est pas

indiqué,

espace réservé à cet

effet

sur

papyrus n'ayant jamais

rempli.

Tous

Itis

du testament énumérait de moindre luiporlaïue, confiés aux exécuteurs testamentaires. Pour
la liberté; la (in

esclaves

du défunt recevront

(pielc|ues legs
les détails, je

renvoie aux noies du n"

f,-

i

r>

i

,

(jui est

rédigé sous nue forme absolument analogue.
[].

Cursivc ronde. I)eu\ fragments, séparés par une courte lacune

78). La

lin

man(|uc.

<I>Aat;iciU

Iowttm'ô tov aivvid avyovcnov a.vTQxpa.ropoï
SrejU.TTTJ;
/'

STOVS ScVTSpd, pXpilôOl
ivSiKTiovos.
•|-

TScVTeXOLtSsxaTV^

Kv Ai^TtfOÔTToXet

T?; AafXTT/soTaTj;.

(|)Xa-jV05 [0j£[o]J[«jOo]? £|[x]£[7ITJv/3

TV' XCLTOL QllSciiBx SoVKlX)Ji

TX^evs, vVos TOV
(JTIXÔ

T);> £|}'}5'[&^ô (?)] uvijix[vs «I>cijg'a(Xfz.'i>»'jof

yeyovoTOs

ryyoXoi.-

(popov QvSoù'^oî , opfxvfxsi'o;
-aoiôuai
75;)'

ano

t)/>

Arrivosan', TauD/iyiiojeToi.xT\x\i
-ûrpiv
.

£y[y\px^ov SiaOyxvv

xolOcx.
,

.y

<Tvvey^o(xevo5 xoli SsSetws to iielXov, fxy

StaO^ixai

XXI TX xxO stxavTOv
fStoi'

rliiaTVTToofjv

,

xai 'axpx TUpoaSoxiav tov

p-STalXx^v, Six TOVTO, vowv XXI (ppovwv XXI en xxpiSeias

tsoXX)js

pepwv

fxô

TOV Xoyio-fxov xxi eppvixevas ey^wv avv
errOva-eis xxi

©ew

Ta? <ppevx5 XXI zsa.axs txs

tovs Xoyi(T(i.ovs

XTtxOeiî Siaarjj'Cwv, txvti/v tijv SixOijxi/v Ti6n[J-i,

twv xxtx aapxxXyrriv ep/v apoaxAvOnvTWv XXI sm TO XVTO crvv7!y(X£vcA.n' poyxTwv voiii^wv enTX (xxpTvpv
eni -axpovcnx
h'gnrs 5-6.
à
la

Noms

propres effacés volontairement. Théodore est pourtant assez jjrobable;
|)eut

rigueur, on

conjecture SsoSo^ios.

— E^Ke-mvp

distinguer (piclrpies vestiges d'un p, ce qui écarterait
-.

la

douteux. Cf.

/'.

Hamb., 28 (5G()),

1.

/i.

Les

excrplorcs sont les greffiers attachés à la personne d'un magistrat, et chargés de la

rédaction des acta.
f-ignc y.
(jte,

Sur

le titre

crx^oAaaTiKos Ç>opov QvSatSos,

cf.

Colliinet,

dans

la Retour de Pliilolole

1912,

p.

10

9.

La restitution

r

IMioibammônji paraît peu possible pour

nom,
de

(pioi([ue l'avocat
IJlpir 8.

Phoibammùn

soit

connu par plusieurs papyrus publiés plus haut.
[(pû£v\

On
Lire

attend qiiebpie chose

comme

awexoixsvos ; mais

à

la

lin

la

ligne on ne distingue plus qu'un u, prescjue certain.
Lijiie Q.
Ltl'iie lÀfriie

SsStoos.

l'i.
1

lÀni aiaO)jaeis.

6.

L'espèce d'accent circonilexe

(pii

surmonte

le

p est peut-être un X proposé
civil
:

en correction. Ce terme de
niunrro
Cnlol.<lii
(

roffati est

celui

du droit

rofralis

Iralihu.i

srptrm

Cod. Jusl.
,

.

VI,

2.3

,

2 1). jj

Muscc

n" Ci-^-i).

90
[67312]

CATALOGUE DU
TrroÀfTWf OI'TWÎ'
p(A.1(lOLia}V,

MUSl'-K

DU

(".AlP.i:.

£(pv^WV, Xll

V770X);fXT^t'^'s OLVXl
fxô t)/ r^l'xO'\vxv

Tsoiôpisvwv,

Tw

X) s^rjî viioypa(povxfj.iv tolvtv

ao

STspas

TSpa^e(A.i5 [lerjo'kaËovmis , xaxct. ti)v t6.h'

voaw

Svvx^iv,
koli
'^''''

ïjvirep BiclByixvv

ilnay o pavera [sic^ e'XX^jvtxois pvp-OLTi t£
,

ypau.[),'xai yp'x(p)]va.i sircTps.ipci,
i'iîiai'

xai jSouXofxai aux);»' ex.'"'
Tnsptsyji

^urafjtt!'

xai

jSeé'aJCi'iTH' £(p oi?

tsol'Ji xi(p'xk<xio\,s

eirey^siv Se avTiiv

ovSev

7;ttoj' xoli

xvStxiXXov tx^iv

xoli

Svva^Lv

£TzirTroh]s , 'apoxo(Jii^op.£vvv xoli Sv^j.oa-isvofxevv^

£7i-{

-nracrj;»

ccpyvî

XOLI

ezovatas

-nrai'Tt

xpovw

xat xoLipw, xarcu. ta S-tjavî'w,

i/770 Tcoi'

i^Ofxwv Sn/yopiviiivct. E« ^e ^g^j; fxot fiîTa Tat/ra

3o

;<£(paXaia SixxvTTwa-ai

,

f3ovÀ[o]fz[a]f

['iûtjt

(xeÀjt'jd' roi'

rsap tfiov

y£in}ao[L£vrjv xufSixùXrjv v tovs

'urctp

s^ô yzvvrroasvovs

xoôSixi'XXovs sy^eiv xai e^siv tj/v ïStav Svvau.ti< xoli tj

SX î'OfiWV XVpOS
T);

6.t>

X£KOU.(pipaaT£VU£V0y; £V
£(X£ £(p

TiXVT)/
xy.t


toi.

SiaOrjxv. Enj

fxei'

eTepov ypovov

'(v^'

35

amnjOr} rspoL7T£iv, ov av -nya/îaTTan; t^i o-wrvpi
(xvcLyxii

<-)£0'-

£7t£iS]j rh

reXeuTav «at twi'
xXvpovoiiovf

avOpwmvwv
£[i'<(T]T[j;]fxt

vnoii>ayjjL^pv(Toi.i

Tspayfj.aro.n',

xat xA77[/soi']ofxou? fiou
tou] ei;a}'Ov[j [lov^a.mvpi'j

etvat ^ovAofiat xat

x£X£u« to

(^[iKatoi'

xaXôfxerô ATra 2£?'[ov]6[ou],
4o
j'Ofxô,

>c[£j]ae[i'ô] f[î'

tw

op£i Tpi\<piô to'j riai'OTroXjTOv
,

^la IlfiT/îfou Tou S-îOi^tXfiTTaTJô apy^ifj.ccvSpiT'j
xoii

o'

ixrjv

aXXa

TO iîjx[a«o]v tô fjtov[aTT]r7[/3JÔ] >£[aXou,u.]£[î'5] A[7ra] MoycroLtô,

x£iiJ.£vô £v

IV

op£i

A.X.

.

[t5 E/5|u.Qu7ro]X{T[5

(

? )

ro]u.5, ^ta

<I>ojé'a(HfX6.)i»Os

TCiu ^£0<pi\£fna.-vô

avTOv rjyo^iievô, xai

Il/saiV t);i'

Ai^/ie

î^.

Po7r>7

:

ilans

1(>

sens d'" un inslanli, assoz rrô(|uenl à cette époque.
o.

lÀgm 21. Le premier
Lignes

a de vrrayopevaa est corrigé sur un
les indications précises

Sy-âs. Toutes

ont été ciTacées volontairement, en dé-

layant l'encre.
f.igni'

3q. Ce monastère de saint Senouthès ou Sclienoule
([ui

est celui (|ui existe

encore

aujourd'hui près de Soliag, et
Dell- cl-Abiytiilh.
(cf.

est

connu sous
la

le

nom
le

de "Couvent blanc-,
textes copies
rinstil. franc.

Opos TpiÇiiov désigne

-montagne d'Atripèn des
dans
lUiUcùn
iJr

H. Gauthier, Nolvs géngr. sur
orimt., IV, p.
restitution
la

le iioiiir

l'unopolilc,

(TurcJiéol.

78-7^).
Epf/ou

hgnr ài. La

comble exactement

la

lacune;

en outre,

ce

nome

semble lndi(|ué par

ligne 06.

l'APvr.us l!VZA.^TI^s.
45
e:<

<ji

xxipœ TeÀî-JTVi

xa.TX/.ei^Oiirrrj'xîwv zsoip sixô z^rpy.yfj.XTaiv
[Xcy^pt

[07312]

xaj

aywywv

kxi evoy^v xat wai-ro^- Sixatô, (xno tso'XvtsXov;

eXa.yjijTov xai aa-accpiô svos,

mi

jy) e^rjs sÇ>

exacnai t^'v

sipijlLivwv xkvpQvo\i.'A)v TSpoeXsyrroiievij TSap efxô
XCLi Sia.TVTT(iô<T£l.

SiaaroXv
LLOl

[r]s

Ol Ss

AOITZOI SOLVCS.? 0(701 TSpOS

VeVOS

5o

S[i]evvvoy_aTiv y xolt ocyyjaTsixv iix(p£peiv oiovtoli, aTTOxXr)povoix.oi
[LÔ £(T-!WrT(XV,

o[v\x cS

[l^]f/5'

TlVl

,

^IV

y£v[o]nO, aAAa Six TQ 0V7C0
.

ixoi
']]£

hSoyOxi

,

aa^Çipovei xxi axpiSsi loyilajfLro yprjrTaij.£[v]w
xiAsv'jLi

]iovXo[(xxi

TOivvv XXI

ïlerpoi'

tôt euAaS'sTTaTov xpyifxxvSpiTyfM,

VTOJ TO Sixaiov TÔ avTÔ ayayov; ixovxfTT}ipi5
55
£is T)/i' ïSixv

xnx

'^HsvovOov, éysiv

evuTXTiv warTa tx tnxp

sfiô ev

xxipw

TslevTjjy

xxTxk£i<pOii'yoiievx xxiinnx T^^pay^iarx
7T0XlT7)V XXI Ar'TlVOÏT^V XXI

xxtx

ts tov Epfxov

ïlxVOTïohrVV TOUS VO^OVÎ,

V XXI

xxT STspovs w;
£is -?;;- ïSixv

sixoi Stxycnxi totïovs , syetv Ss ovSev
x'jxi

VTTOv
Co
>;

£VŒrx<Ti\v

TSxinx tx xxtx

t);v Ai^tj/

xxTX

tiiv Epix.ovTTo'knwv §ixx£i(X£vx -nTai'TOtœ fxô
aÇ)

apxyixxTX

axirvTX,
£Tyja-iX}>

w

tijv £^ auTa'i»

tsxvtoixv crvXXsyopLavvv
£t5 £va-£ë£is

-apotroSov rh xa[j] fTT£yaTO(xtx{v) SanxvxcrOxi

r}ia.So'T£is.

BouÀofxat [Sa x\xi x£A£va> jo[v xvtov] £y'kaS£f7[Tx'\j\ ov^
j;toi

anx U£Tpov,
G5

to Sixxiov tov xvrd çyxyoys ixovxg-ÏTytpio]
fxô

Twv

avra 'Zavovdov, tv" Sixx£ifi£vy}v

«[ajra tvv Avtivosmv

01XVTIX7JV

TSXTpWXV

fXÔ

OtXtXV, fXSTX •^[ai'TOs] aUTÎ/» TOV SlXXlÔ

XXI (TTxêXo[v] XXI oixon£Swv a-uv)fUia£vci)[v tv] avT[r;l oixia,
ttfia -)/ ifx);

TsXavT)} Six7Tmpxr7[x£^iv, x[xi

t]}/I'

TOVTœV

airQTipLyjmv SixSiSovxi sts [t]£

xvxppi/mv

xiy(j.xX(i)Twv

Ligne -Uj.
01 as

Cf. le teslanicnl
-sravTss

Je Saint Grégoire de Nazianze [Pair, gr., AXXVII,
ixou anoKkripovoyiOi.

col. 38f))

:

Xomoi

saruT'av

Ligne 5o. OivTixi semble avoir clé écrit ensuite sur oiovtii.
Li/jne

5

1

.

Tëp(^E^i.


:

Lire (o)

fi»?

yevono.
ainsi
(|u'il

Ligne 55. Eva-Taa-iv
n"

dans su part d'héritage. C'est

faut

comprendre au

67

1

5 i,

1.

ay.'i.
:

Ligne 58. KaT'
Ligne 60.
I^igiw G'J.

apostrophe dans
sises

le

ms.

— Aiaysnai
mêmes,

t^ouv Sianenai.
et

Les propriétés
Lire is
koli

dans

les villes

non plus à

la

campagne.

arzya.voy.tx (v harré à la fin?).

Ligne 05.
n"

Twr

«7701
1.

'^evouÔou

:

cf.

|)cut-être

l'expression

su

toe

«tt»

^svovOtov du

67002,

III,

Qo.
cf.

Ligne Gg.

Lire avappu^tv;

Novelles ,

65

et

120,

c.

f).

Le passage

est intéressant
:

pour

l'histoire

des incursions de nomades en Egypte (IHcnimyes ou Saracèncs)

les

razzias étaient encore chose à prévoir dans la Haute-Thébaïdc, puisque le testateur

met en première

ligne son intention de contribuer au rachat des captifs.

92
[67312]
70
Jcat SIS

CATALOGUE DU MUSÉE DU
CTspaî cUTsé'st?
f}ia.t]ofTei5.

CAIUE.
to[î'J ccvtov
fjL0î'a'TT>;/5[j]ô

Ert jSo'jÀoaaj

svXaêea-TaTOv avSpcc, vioi to Sixcliov to[u] ocutô

wavra ta
xhjpw

T3episp-/(0i).sv!x eis a[i;TOv]

ex

T?'[^] ?|^^'? f^?['']

v-nocnacrews , ccvrjKovTa Se txi

sis

s^s

\^s\^pleXfJ\ov^^^l

e[^] £[u]7eé'e(ût[ï t]);s fxa«a/5twTaT7;[? fxô }']au[£T>;?],

WTctxnw; vnep ayias aporr^opoi.s tv^ avT)]î (xaxap^iy-s^
(U.Ô

yVVXlXOS V

KOL',

£j[s] £[T]£/5aî £\vrT£§£l\? SiCtSoaCl? Virep 0L(p£CrcV5

[rwv avT>]s
[avTïjs
80

'wX)/fXfX£X);fxaTw>'

Tnpo
J

fxr);fx[);b]

BovXo[xai S£ xai x]£À£[u]a)

<I)oié'af/.uw[i'a]
);[toJ< [t]o i;5(j{[atOJ']

t[ov svXa^êefTTiXTOv [-mJpoEo-TWTa t[w]v Avra INIôçratô

t[ou auTOu

ju.O!'jao-7?7/9{[5]

,

£;(£«»' si?

tj;v oikîhxv £v<Tra.rTiv

TSa^^A^TO. [ra] £v xcLipw zsXsvti}? xaTaA£[{]^0)7o-Ofxei'a
-çra/? £fA[û xti'j/Jja

'W/5a[yfxaT]a
i:5oxjfxa(Ti; (?)

,

|x]a{

Taura

£;i^£tr

eI aura!)' fÎja^OTf/?

tspr,?
fis

[ouj(?) a]v

£aviTÔ 8"£0<^jXe{a" 'Ç£7ro[»0]a j'a/c

[tov auTOj'] 3-£Oçr[e]é[£(T]TaTor avSpa ws
aa£{6.iT«s v7r£/3 ai^î'TEWî
ï5ovAo(xa{ ^£ xai

yn

.

.6

.t

^[as]

(^^[a-JfJî

twv

£fxwi' -CTAî/j^fi'Aj/fxaTa'î' (.s!c).

aj^'iw Ttjv ts poovoiJ.y.aO nTa.v

£V)'£r£TTaT?/r

fxô

XT)7fia ;£aXôfX£roi'
90
^«axsîfxei'Oi' et»

Utto

y£vpiyov

fX£Ta [-©ajî'TOî at/TO'j toi; Sixaiô xtxi fjtera tsaç'vs tj;?
'aspirjyjtj? , xcLi

auTOu

TOUTiy ^ov\o\t.a.i avnjv apx£fT6>)vixi

,

ovSev sTspov

SiXCLiw (palxiSiô STTi^VTOvaav TSpo; 7[e t]o Sixcciov toov

Tnpop)jO£VTwy >%\o\
95

iioi'ocfT-iijpiwv

v^oi -apo; tovs Tspo

fX!');fj(.or£v[6'£î'T]af n£[T],/:oi'

xon

<I>ojé'aufx&>i'a

tovs £i;Aaé'£[a-TaTOUs]

-nr/30£TTa'Ta[ç twi' £]f[/2j7;fx£[w>'| '5|u]o fx[or]a['7T};]/2«wv,

Tov? xon etiovs x'krjpovoixovs,
avTOis £v TOLVTit

Siol

to xat 7a x%-ïfx'k£i^O£VTCt

fxô T)/ '5jaO>;[«]}/ [w]/3û;(^6i/?eM' eis £vr7£€£is
«îe

SiaSorreis. BouXofxat
100

xai

x£\£vrA'i

aua.

ti; £,u)/

t£À£vt)/
?;

sXsvBepovTda.i aoiVTa.s tovs e^ oiov Stmorz xixfTov
(paasfjjs

zspo

SovXovs
Ici finit

fx5

xat ScvliSas f/era to
promiiT fragment;
le

-rrrexotJÀiô

auTwv,

Liijitt'

77.

le

second ne se raccorde pas; mais rien

n'oblige cependant à snpposer des lignes perdnes.

Lignes
Li'/jnc

Sq-qo. Le nom
qS. Sur
(les

et la situation
cf.

de

la

propriété léguée ont été laissés en blanc.
r.

le (potlxtStov,

n" O^Ofjy,
f.

(D), 71,
q

et E.

Cuq, dans

les

Mém.

do

l'Acad.

fuser, et Belles- Leltres,

3(), p.

i3 et

sc(j.

Ligne 100.

KatTOu

:

easus.
:

IJgne 101. Msra tou zrsxovXtou
Cf.

clause ordinaire de l'alTrancliissement testamentaire.
:

dans

le

testament de Saint Grégoire de Nazianze

tcus

ow

otxeras ovi yjXevOspwact

l'ArVIlliS

M^ZANTINS.
<I>oi6'afjLa(i)}'Os

93

xat SoOiivcLi

exa.'JTfxy
ufjLCiU'

-u^xpa

lU^pô xai

twv
ara

[G7;jr2]

euXaé'îaTaTa))'

xX^/poixjfxwiy TrtpoaaTKX^ e^ 'irroixoipias

vofxjTfxara e^ ivnaOfj.oi.. Wavlonai Se xat xeXevw 'VaS£X(^vv
io5
T>;!'

Tprj^ov

fiô

;<a{

Asoj'TJar T)/r avTj;s <niy(XT£pa
xcLi <l*oiêot.;xixOiiyos Ta'i'

C')(_£iv

£T)](Jiws

z^apa lliTpô

-apoyèypa^iL^

£v[À]a6'£(T[TjaTa'i'

i)-ioi

S\ia{l^ twv\ ayiwi> fxoi'aTT);/;iwi' ffidr
|

xX);/50î'o[fX('x)r| [a|«:5f|a]vf[fX);Ta'|f

roJfjLKTfxaTa fW5|£|>ca

£vaTaOp.a xolt fTp[s].
Ata?,

Pe.a.
111,

Se tj/ Tpo|>^wJ -)/> [t/3]£[«»] fxaxa[jo]fw[Ta]T)/f

fi.);[T]/?oï

-cT/so? [t^jj

ySv

rVjO\£VTi ajvT)/ Xî/j/aTO) xoLTOL SiaOv}iOi[s a>;T)/s(?)]

T7JS fxaxa/3fWTaT>;[s, /SouXofxat

HjêT^oof

;:ai [<I»&jÈ']a(xfX'iii'a

[tou|s
?

[euXaé'j£7T[a]TC/UJ

xoli £u.\ovb

xXvpovotiovs^ SiSov\'xi\. .y.iTV
lignes; le ]);i[iyius est
Ijiisé.

Vestiges de

(|ii;Uri'
ji.ir

Le

voi'Po est iiccii|ic

un

Icxie ou ciiviclères l:icliygi;i]iiii(jiirs.

.

.

.

Bov'Xofjia.i

Kixi

vvv en eXeuOepicfs

^jisrstv,

xat

toi.

-asKOvAix avTOtî wai'Ta ^lerew

/Sï-

ëatvs.
Liijnr
Ligiicn

lo'l.

Ava

:

ajoiilé posh'rieurciiietit.
et

loâ-ioi). TaSeX<pr]v
oll'cl
:

AeovTiay, njoulés poslérieureinciil dans un ospaco ré-

servé à cet
Liirnc

do

nii^'nK; le
:

nom

propre écrit

à la ligne
:

i

08.

108.
'

XSton'S^iJiTus

1res douteux.

K.ar etoî

ajouté postérieurement.

Ligne

on.

VeËocKo. est impossilile.

BlBL.

:

Journal d'cnlycc du Musée,

11°

liollùh.

67313.

Partage d'un héritage entre deux
parlie, seule conservée,
1° le

lières, Pliiloinon el
la

X

.

.

.

La première
:

comprend l'énoncé de
h;

pari de IMiilémon

champ appelé
3"

Apalasias, sur
îles;

territoiic

du viHaj^e d'Arabôn, dans
celte

avec ses dépendances el ses
KW[i-))\

9"

une maison

située

même
fu-

ture.

deux esclaves,
1

le

frère et la sœur, el leur

Lonj;-.
'*'

m. ;>8G

mill., larjj. o

m. SoT)

mill.

— Arabôn (nome

descendance

Panoj)olile?)
Cursivc! penchée.

ou plus probablement Anlinoé.
la

Nombreuses lacunes;

siuTace du papyrus est entièrement usée pur

places, la couclie superficielle ayant disparu.

Traces de deux lignes,

ijui

ne sont pas encore

le di'liul.

eiiei'^V
I I

...

'*'

Sur

ce village,
tiie

cf.

n" (J7095,
llte

1.

7-1;). <^'est j)cut-êti-e le x'^p^"^'

ÀpâSa-v
il

(jui

apparaît dans Ciium,

Calai, of
cité ici

Copt. Ms.i. in

llijlands

Libranj

,

n° 338.
le

Cependant,
Antinoïle.

est possible cpie le village

soit dislincl

du

preniici-, el situé

dans

nome

94

.,

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

[67313]

[xai fxera to avTOv; toi- sccvtojv] ^lov oi.T7o}.[£i\Toy[pyn>70Li\,
.

.[.

.

]>caTœXe(i|'[a{ a§i]a.\vsiJ.yiTM5

tvv] 'TSxrrav

av^w

zs[sp:o'jTioi.v\

sv [ts]
5

tw

a[y]/?w

t»??

[)7]fi«['' xwfx??^]

A/saê'wr xat

£7r[t t>;]ç

[Avt]»/ ['WoX)],

x[a]i

fJt.£/3o[s]

of[«]î;fjiaT[o]? fî[j]axejfx[cî']o c77t
«[^tjj [ax{î']>;TVj'

tv^ auT>;[s] [A]vT?/ -woX[£«]s,

ex [t£] x[tr}7T«]v
xat »[.
.

xat auTOXtyî/Ta'!' cf/îayfx.aTwr
'AM'7;T[a TS^px-yact-zy.

«îir/pr/'TaJacÔa et?

eaurous ra

X'Av

£J|9)7fiei']6.'[l'

IXXjxXpiVTXTWV VfXWV
eUTsXoV?
>£3CI

}'0}'e«J' aTTO

•©[oXuTtjXJlOU
10

[(H.]-:/^/9{

aO-TCCptfJV SV05 TTHXpS^
]

t[wj'

£1'

T&)
.

ay/5w apd.yii.y.TW
<
.

-nTa/3[a] rîfa(^o|/9a)r]

./?[.. ]&)T
.

zspon\(ji'r:w
]

]

tj7v

X,£'/?«

>?fJ'-''-i".'

79VT

.wq.

a.(j.(^ojsp[

TOVTvv KOivw;

TSOi.p

)7fx.^>[i']

'ÇT/5a0)7[i^a(]oj'
r

Tponoy Svvvcro(ie6a
TO'jTan' Tiaijv v x\jtol

t]};i'

i5

Ta [w/îayfiaTa

Sioiu.epi'rOrjva.i £](^ 7;[ju.]i(T£«a? ^xoipa;

S[i]x[a\i(>} fxspi[(TJfx[œ].

Kai

toi,

v[vv^ [xstcc

tix'jtcl,

a.u.piëoAias
eipvu-}
Vfjt'y»'

[y]£y£i'>7[fi]£r>;? fXfTa^u )7aa'r ctfx^OTôp^Jôv -aspi

tw

sv T'y [a])//3w rspCLy[i.(X7wv
J'OV£'x'l'

T'y)' avT«»'!'

aaxapiWTaTWf
£f»

[ei'jfXfV

TOU T[£Xo]vJ'TOb XTVaOLTOS
tx
.

TO Xa'fX)7T([xOJ'J

ao

TJ?? 77fx[«)'

x«p7>]

V

[/^Jv T'^''

'7WTe[A]£tar

ovx

)/['']f[t'']x[°P''^^*

Çispsiv KCti £j['7]7r/oa5[<!'

7w

^r7fx.ocrt{i)]

Àoy[w],

Jc[a]j •cToXX[ax]j?

tovto

eSov'kyjOvtJ-iv
t])77'

tv anopv

Tsxpayjj^piiqa.i

'TT/5£i^£[t!'

T£(?) OM

ft]î7''

aXÀa [xai

vKOAomov
16

xTJ/TJi' -aprj(pa.[<Tsi\

Ligne 9.

A7roX£<Toupy»7<Ta;

:

cf.

n"

67028,

1.

:

l'exprossion signifie

simplement, à

mon
Ligne â.

avis, s'acquitter de la vie, mourir,
{^Crritndziiin'
,

sans aucune allusion aux liturgies

comme

l'admet M. Wilcken
Ici et
1.

I, p.

335).
/

5

,

la

présence certaine d'une barre d'abréviation

semble exiger

la

restitution Avti/; en tout cas, Ylcivos est impossible.

Lignes

r)

et

seq.
:

ïlaps^ etc..

:

le

sens

du passage mutilé
rurales ",

est certain, grâce

aux lignes

17-18

(^excepté les

propriétés

qui sont restées propriété
le

commune

d'abord; puis on a essayé de les vendre et d'en partager
les

prix,

ou du moins de

partager elles-mêmes.

Ligne 20.

On
To

lit

plutôt v^[.

.

.

La ligne entière

est d'ailleurs

douteuse sauf

le

der-

nier mol.
f.igne

9 2.

a-nopov (tj;s
le territoire

xoif/»??)

:

l'ensemble des terrains incultes

et

sans maîtres
aTropoi,

connus, sur
et

du

village (voir n"

07000

,

r.,

1.

3). Sur

ces

cbamps

sur

les propriétaires ([ui

abandonnaient leurs terres parce
cf.

rpi'elles

ne produisaient

pas

même

de quoi payer l'impôt,
à

Procope, Anecd., 28.
terre inculte et la mettre à la charge de la

Ligne a3.

Pour pouvoir renoncer

une

xviirj, les propriétaires sont donc obligés de renoncer aussi aux autres biens qu'ils

possèdent dans

le

même

territoire.

En

effet, les

autres habitants seront désormais

PAI'VIIUS BYZANTINS.
t[o]v avTÔ [xT);(x]aTû5, eœ; orc x[a]Ta (1£<71tim> jivoûv i^iXcôv,
a5

95

[67313]
fxJî/TÊ/ca

£V 9f?

.xa..

.

£vo[>] xaj o Aaa7r/30Ta[TOî| yucov S-£i[o]s

xaT[a

xypio? KoA/.[50]o? o ajcpiviapios,

\jn£i(Tr]AOa[j.£v Tj;[f]

tôtwv

Sioixvç-ni aya. •roa/jv '<[a]j fLeptafxov TOUTa'i^ fî»xat&r xai £u[a]^tçrTov

[^tA]ot? Q'scrÛat aAÀ?;Aot5 ;<aTa va ^o^arra p.£TotÇv );pwr
afxt^0T[£/3«i)]v
[fi}-"

TJauT);

tj;

eyypa^w
y(X(t)v V'hj

vo(j.t^w r^iaipsaei,

3o

[<ît

7/s

oaoAoysi afiÇioTspos
jxjs^oî,

Xt^Xoy^e^vai zo ixv\ijxoy

av7[w

wf

e^î/j r5'fa7[£TaxTai. OfxoAo}'^'
,

TOn'Vf Eyw]
rauJTî;? î/fxwr t[);s]

G 'W/3[o])/£y/5[a]fXfx[£i']o? <I)[t]A)/fx«[i']

r^ffût

Sixaias Siaipsaewï , su x'kvpo[v^ (mov 'keko-^zya.i
HOLt af;L£Tai'0)/TWs

CLTxa.pa.Sa'ï\ws\^

xa6 oiov

'h)Tï07£

rponov

ij

yjpovov

35

TO

xTJ/fJ'-a

TO xaAoufASi'oi' ÀTraXaa-ja? to

(îtax£()u,£vo[i'.]

Tov

(xovoi.a-[T'\yp[iOv] jijs tsolvjc.tc-vô fxi'>;u.[>;]?

Aua

Ta7roXXa'[TO>]

TJ7? ayTijî tn£^ia!^rj5

kvui^î Xpx^vy, [fX£Ta
y^çj^ijrTTijpiwv

-ffai'jTO? auro'j

[tou|

r5[{]xato[u

xocj

-w[a]i'Taii'

xat aoviis xai zsvp[yo\y xai

X[axxov'\
io

[xai] Ç\jt(a)v [^|(a*^o/5w[j'], syxoLpitwv t£ xaj axapiru^v, xai (f^[oi\yixw[v'\,
xoLi [tj/>

a'jTOu xoiOoXov

7S^^£plo)(JlJ5

sî'TOî xcLi

iXTOî , xcncL

TO, (xp'^aux

o[pi(x

]vap<ô,

apovpwv sixoai Tsaaapwv

't!s\£W£k\ct.T70v\

rcsponsal)les de rinipôl pour celle terre
sorte (riiideninité

:

l'ubaiulon des nulres biens représente

une

pour

la KWfxrj- (^c transfert de responsabilité fiscale s'appelait sm^o'kri

(cf. PiiocoPK, lue. cit.;

M.

Gelzefi, Sludicn :ur byzaitt.
:

Vcrwallwi^

Aciji/plriis, p.

yâ).

Ligne

'jâ.

Kœtœ

fiean(t)tav

rrpar l'intermédiaire de quelques amis,
1.

enlre autres de

Rolloutliosn. Cf. P. Mon., 7,

3/1.
le

lÀgnc

26'.

KoXXouôos
,

:

sans doute
1 cj).

même
(1.

(|ui

devint jiKis lard pojjartpie d'Antaio-

polis (n" (i'yooô

1.

lÀgnc 3o.

Lire Isloy^evat. Plus bas

53
est

et (j/i), le

7

est rétabli.

Ligne .?2.

Le

nom

du père de Pliilémon
la

entièrement elTacé.
[1;

Ligne Zà.
ÏÀgne 36.

Peut-être, à

fin, faut-il

ajouter

xajpoi']

;

mais

c'est

peu probable.

Au-dessus du niveau normal des eaux, par opposition aux
t[ui

submergées

n'apparaissent que

lorscjue les eaux sont basses.

îles et

aux rives

UanvoyiOii (0
se trouvait

corrigé sur u) est sans doute le
le terrain

nom du

village sur

le

territoire

duquel

en (juestion.
:

fjgne 3y.
litre

TaTroX'kuTos

le

t du début est à peu près effacé, mais

il

est exigé
I.

par

le

féminin

a(/a. Cf. TticoXlovOas [n"

671 58,

1.

8),

TÙKTup
(ti;s)

[n"

671^6,

/i),etc.

La

lin

du mot

a disparu,
lire

mais

il

est

cependant certain, d'après l'aspect du papyrus,

(pi'on

ne doit pas

TanoXXco tout court.

Lire t>;s

«ravo-ewTov.

Ligne ho.
Ligne 4a.

Evxapnw

est

moins probable.

Moi'acrrjvpiô est impossible.

96
[67313]
yjTtsipiô

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
[y]vs fXîTa
(u.{a>

afXTreXô^opiaô yV',
xcti

>ccti

tj;» trr/00T(5[oiT]eCf)»

jv;
lib

exs'.cri ovrrrjs

vvrrov

aux;;?

fjt.£T[a

tv]?' siriyiyvonevœv

o/OuH' vroi ociyiaXvv

aw

Qso} zxpo; TSarrav tv-/j]v xrn £vxaipiy.v
TO.'!'

TOVTWV XaTOL
T(i)

XOLipOV 0(pQri(70\LevexlV^''^

VVV 7SpomTa[p^OLXSlfX}
(TlXy(i)v[oL]i

aVTCt) XT)JlXa.Tl, XOil T[ov]f £17TCt

OVV TjVTW

X'xpi:o(popov\i.evov5 vvv,

wcns

ejuie

(xstix

rwv

fxer

eae

TS'xpa.'kv^oiisvwv Tyjv -nao-ar fx5 ^la^ciyjjv xcci
5o

x\i]povoix[iav, T^o'jTwv aTravTwr Sixociw fTxoiTui xai
[LtpiT^fjy
,

xaT[a] Ta
xoLi

(J-ct^^v So^avToi.
fîia

rrvix(pwa, xpoLXHv xai

xvpisveiv

SzqiïoKsiv

-acLvios

oltio

tov vvv

m to -aarreAss'
[t]î;[5] ocyioc?
};i't:^-i'),'[fX£î'])7?

Xeloyy^evixi etxe ovSsv vtto?» afxa tovtoiî xai oixioiv oXoxXripov
Sia.x£iiJ.£i>ï}v eiTi T)i;

auT>;? xwixv;

Apxêwr, £yy[v]5

55

£xxXi)(7ia5 Tou TSavoLsdXov p-ocpTvpos ATra QeoSaipov,

^ni coïvXiwTiiv, Tvv avOsi'Tixv t£ avT7}? B-vpx xai
TSy.py.Bvp^y
,

tj;

Ta[u]T[);s]

uisja [-crJat'TO? olvjv? tou Sixoliov xcli tii?

<7\jvvuiiJL\£r>\il?
Trr£/3Jo;i(^[)/>]

ravT?;

[t?; o]tJ£[{a]( eTïOLvXs'x^s xcii zr!\aT]y[s]
.

jy?

T5T'x'[r]

>ca9oX[o'j xjat fîuTt (ppsctm

ctna^aiTAWs fxfja •warTOs

6o

ex TOVTWV yT7£i\a-rjy£y^^£vov exToçi^ov xai sxtocttou tv[o(]>ceiçiV>
STTi

TO) £^£lVa.l

fJLOt

•ÇT^[o}'£]}'/3afJt.fX£î'a' <I)tA7;fA(«)&}U fjL£Ta

TW

IX£T £y.£

xXlipOVOaW

XCLI

SiOlSo/WV

xcli

'^tOiXaTOy^WV TOUT^j^'V xpocT£iv
>]ixoitai,

Sitiysxœs aUyjOviws §£cnzoTix<jj
V7r[ava}'xe> ro cnj5'o]Xo[î']. Kai
65
o[fji.oj&)?

axvÀura's

xcli avsfj.iroSi'JTWs

-crr/JOTcTri

tovtoiî XîXoyyjvai

-nr^o^iWTTJa

(îvio

auroxaeTij/in/ra, '(Tr^oa-);}'0/9£v[f^£''a]

Li'^«r

45.

H7r£/px5 y>7S

:

ajouté en marge.

Lire a(nrsAoi^opt[iou, en

un du

seul mot.
Nil.
les

Lippue lia.

On

voit

par ce qui suit qutî
est le

la KU{xr)

Apa&r

était riveraine

U^nr âb. XtytaXoi
du

banc de sable ou de limon sableux découvert par

cau\

Nil lorsque le fleuve

commence

à baisser.

Plusieurs exemples de ce mot,
,

em-

pruntés aux textes papyrolofjiijues, sont rassemblés dans P. landauw
Lignes à-j-û8.

27, note G.

Lire tojv

.

.

.

a-ixuvvjv K/xpTTo^opov^swy. Cependant Taccusalif peut se

comprendre
LifTiiP
Lifriip

à la rigueiu'.
rivs'joy^isvtjv
:
:

55.

Lire

mais

le s

llnal paraît à

peu près sûr.

58. OtHtai

cette

forme

de datif archaïque est surprenante,
(n"'

quoique

l'on

en

connaisse quelques exemples

G7077,

passim;

GyagS,

111,

i.

Q7V

Je ne vois

pas d'autre restitution
Limie Oo.
Tovtol)!'
:

à

proposer.
0.

oj

corrigé sur

Lire sxSoaifiOv

(

?) et ekSotov ("

).

Evotxsiov

:

très douteux.
Liijiie

Oâ.

Lire £7r[ara7K£5]

?

YlpocreTTt
la

:

cf.

n"

GySio,

note

f).

Lijjnr

05. Restitution douteuse; mais
1

trace qui su])siste
x,-

avant rot(?) ne peut être

celle d'un

[Sovlapia)

,

et

suggère plutôt un n ou un
>/ttoi'.

peut-être y avait-il o-wj/ara.

La place manque pour ovSsv

l'APVRUS BYZANTINS.
t[ov] llsv [ol]p[tsvol\
fiera
[
'!")/[»]

97
[67313]

ovo\j.a.-ïi Ii?;o"a70s,

TJ/f ^£ 3-?/[À£jai' oi'OfxaJTJ MaT/3Cxtva[s],

t[ou]t«v

[eirijj&io/s aît TW£7r[o]fX£i'[>;s] toutoïs,
eixoj

tou

£<X)?[.

.

.]

av]TOf?(?) xaO gtos TSexo^Mov xaj

aTeXXofierou -w[.

.

.]

Ligne 6j.

'^vvsnoyLSvui

:

le

premier

e est

corrigé sur un

iJ.

Biiii,.

:

Journal d'entrée du Musée, n° io'iGô.

67314.

Partage d'une succession entre une veuve
o()b
niill.

et ses

cinq

lils.

Lon^-.

i

ni.

(sans tenir compte des lacunes), larg. o m.

3io

mill.

Antinoé.
Dale
début du règae de Justin
II,

:

puisque

le

contrat a été rédigé par Dioscore, qui

résidait depuis

500

à Antinoé.

Ecriture de Dioscore.

Trois fragments, ne se rejoignant pas.

Les cinq
leur

fils

ont
:

liurité

de leur père, mais sont tenus

à

certaines obligations envers
(cf. n"

mère

jyipoêoi7>ieïa-6at, et vo-joxoy.sl'jOa.i

en cas de maladie

67097,

v.,

D,

1.

3/1 et set|.),

payer

les intérêts

d'une créance qu'elle possède sur eux, enfin

lui
la

servir

une rente que

lui a

léguée

le

défunt (\i)yiSov), et qui est désignée par

curieuse expression de éTrjaiov -sssKoûXtov.
1" fraffincn!. r
] CX.Tlo€lWTSrx.''^5
.
.

]

TO evoixeiov t[);î

.

]r;[s]

oixias

tj/> Sia.[}cei(j.£vvs £Tti

xavT);»

i");?]

AvTivo^ewv^
(îo[u]vat £ts
5
T);!'

-çToXeo)? a.voi.Xqi.[S£iv

xai

sfto» t>;

ainpi

v^xan' aTro]
rat/TJ/s]

TVV

V7-P'^[J-yG^^°'-V

79^

^[p'-oy]

XP^^y?, aXÀ[a

avôevTeiav

[-nyao-Jav Kcii Sso-Trojeioiv i/fxaî eçsiv [(xSiavsiivTws [1)^

(X£T £fi5 et? [

]x

e? [v5 a7ra]vTa

[

.

.

.

Xpovov xai
TSpos £[X£ VTOi
,0

To[j' Tj;s] eff^'/]?

O^V^

''-f'[

|u.£Ta

[tow ufi]w[i; -ojar^o? wo-[t£ tt/v avyxofiiSnv avTïjs]
-aporT^oSov
xqt.0

'î7ravT0f[ai'

[erjo?,

fx'£7[-

jwv TÔTÔ

'}y [1.0(7 i'x>v

'îiaXittiEi^ov cTTt -)/> xa'[x>;>

]

\tov\ \\pjxo-noXi-vo vj^.ô, [-cramai'] rk T?;r nT£/3JT[T£t;ofX£i;);r

-cr/soo-Orîoj']

TÔ avTo[u]
xa'îous

xcLi

TÔ aXXov X!^piô, f[6] ow

J<at xo[fxt'Cofi£r

xa0 £tos om'Ou]

exarov T£T/2a^£[<TjTfat&?, xat

to[i'] •n[aî'Ta Aj;<p0>;a'OfX£j'or]

eç exuTepov tô[t]ô X);[fJtfJL]aT[(]'Tfxov «iSfaj/îtOj^^at fx.£Ta^u vfxwi^]
,5

aXXjjX'vr, £tî £fx£ afeji'

t)/!'

piTspx v[(iœv zsepieXOeiv
xp^ovs
:

[lepos]

FnAciJiENT
Liipie
Calai,

1.

Ai/;"t' -i.

Tov
:

syLOu

ma

créance,

la

somme dont je

suis créancière.

i3. TexpaÇîOTjaioi/s
du Musée, n' 6727^.

douteux.
•*

98
f

CATALOGUE DU MUSËE DU CAIRE.
TjOJTOJ' SmS[£X(XTOv'], SIS ijULOLS Ss

(5731

/il

TOV? yi[oV= llOV TOV? TSeVTS TOV]

ap[i]6(j.ov

[tvv

ïSiat<] fxot/>av

'r;[

««Ta ra

Sia]

et?

TO 5vo

e[

u7rou]/?)'r7'7a{ T[(i) rsposipvii£vut fxou]

fX)/T£

fîwvTOfxerous afxeXsia Tnn
Tj;»'

)/

U7rî/:0ta-£[t] >c[aT efxou]

Xpv^oioBai -aspi

TOTan'

[aJ-Tr^^oo-n-,

aAXa

erffx^ofiîi'Ot;?]

a5

xpicTSWS xj Sixvs
vofxô.

xoLi

OKXi 'h]TTOT£ sv plsT^iXo-y las xa[i 'c^epiypa'Pvsl^
j;

Kai

£i

(Tvfxëy [ejf^e sixircaeiv £i5 ixppwT[Tix]v

et?

[voaov v

£«?]

[efx(p]av£CTTe/30i' yvpt^s,

[p; Tscapopav ^ô

ij.]v[t£
f/[Gt

aXXa]
-nraoafiuOeia? xa»]

S-a[A7r]et[v(?) fA]e ex

tj/-

otov £ix[o]s yivoii£V)i[i]

crexoTjXjô axina(ppovy}jv5.
3o

Kai

et

^eo( v[|^o'^ £'* £xtktm'

aXAo

rivos]

xP^ous
TO

£X7r[ot]î;[(Tat]

Ta

£tpr}ix£VCL X'^^p^a., £\^oi fierrot «îwo-eo-^e]

v7roX£ii^0j;[<To]fJi.£voi' T(fxr;fxa fxeTa t)?)' a7ro[7rX>;/sci'o-tr

tcu

£fxot;]

yi_p£0\)?

xeipaXaiô te xat Toxa'i' xat
£t/0);fji[)]

i7uri;[6£<«iM'

.

.

.

TCiUTO £1? TO

Xv^ocSov
. .

fxô

x[a» £T7]<nrjv zssxov'Xtov fX£Ta x/ Tj;s]
.
.

OLViixôrTV? [fji.o]j[/5as]

î;y

.

.

xa[

.

2' fragment.

£XaT[.
tôt[û]

.

.

i^'jx[<]'.'

«?[

.

.

.

xa[T elxXoj'KTTjar

-çr

.

[

.

.

.

.

]a

r7)/o[u]i' £7rt(5ou[i'at

tovto aXXw

tm-j]

aip£T(A} OLvSpi £V(7eë£i, o(p£[t]Xoi'T<

tôto £X£"' x[xi 7Scipa(pv'kaTT£iv]

5

-CTa/s
fJlÔ,
.

eauTW, yjjpvyovvTi to «[uJto çtvo-iov xai a.Tfzw\^ov X};}a5ot']
OLXoXovdwS TV 7yV TOUTCl
yji'[ojx]£i');

auTÔ zspl

J

.

.

.X. .V.
.
.

.

.£^£'n(xi S£ wfTa[vTU>;\

x[oi.i

tj/v ap]o£ipv[l^£vyn' oixiatv],

.

.T.

.^tax£tfA£[r)7i']£[7r]f/?vfX);b-[T]î?? aytas£xxX[j;]a-tafTavT[j??Tj;5X''^'p;sJ,
£7r£,cA[.
. .

xaXoufi) IlTaï.
,0

OLTTOvsiisOm'OLi (TT£)'a}'o[fx]f9v

[M]apa
1.

[tJj;

£u}'£}{£TTaT); fxov]

lÀfjnc

iG.

Pour

In resliUition, cf.

G/i.

IÀ(ine

ig. Tnovpytiaat (douteux)
Lire Xrjyazov.
II.

:

servir à compléter le zstnavltov.

Ligne 33.

Fragment

Il

se

compose de deux morceaux trouvés séparément,
les

et

qui ne coïnci-

dent pas matériellement,

bords en étant rognés. Mais

la

similitude de l'écriture,

du papyrus,

et

le

sens obtenu montrent qu'il faut les rapprocber. La première

partie de la ligne 8 (jusqu'à SiaKsiyLS inclusivement) appartient au fragment inférieur,
le

reste

au fragment supérieur.

11

ne mancpie peut-être rien
il

entre

ce

groupe

et la ligne 3/i

du premier morceau

:

mais

est

impossible de l'afTirmer.

l'Al'VHIS l'.VZAMINS.
a'îiÀv3)/
OL'/^ps

99
[0731.'i]

TV? TÔ xpcovs a[uT|)/5 ctnO'Vja-sv\s xé^oiXoLiô t£ x/ iokvv\

xclOcl xi'/j.nrxyiTîijTixi
fx?;Tc:

T^ap Vfxwi' OLvavTippiiTVî

,

t-fxo [fxj/ r5iJi'afi.£:i');>J
?;

'5urj/a-ofX£v['/»l '^vrco-ve a|i'TljÀ£^a( iJut|j'

arTt7rot£»a-&ai
|

£<>

Ta

-cT^o} £)'/3a| fxfxîra T7T]ai'Ta >c|a]Ç' oioi> «Îj/ttots [t/îottoj',

p/Te]

£f'a|at iJUiiv -mepi
S.KTOÎ

tôtvv
,

iv

^ixoimvpw

o<[&v5};7ro7£

)/

«ai|

hi}c[amv pioy

lUKpox) v

{J.\£\y\ci.'k\ov

.

.

.

£7r[t

Tsp]ofTTifiv

t-^TTj

TOJ' -rrTa/2a6'|aT)/i' £x[ar7T0»'(?) fx^ra t);i']
Ttiii»

trroM'vr' tj/î wa/oj

ajfal

tô o]pKÔ -^pvaô i'|ofX(a-aaTC'r]

TifTfTapcM'
£fxfxc{j'af

£Uo-Ta(J[jii'>'>',

fXÊTa xat] t[ou]
?;

axorra x|at

a)'a)>2j£À[î;]

Tov a}

i"i>raoi');o-ai

[«ai -cra/jajô'j/vaf £6l£Xj;o"o|i'Ta]
t£ xa\i £yxetfA£i'[a|
);fjL£(>

Ta

Ê|7r(

TÔxJot? aTraTi

^Σ«î&y(xei'[aj çrv] fX'^&'J'a

Tj; trfa/?ô<Ta(s/f) ùJi^oXI 0)']»a.

AvOoixoXoydixev «aj
«at
v[''''^'J
j/fji'i))'

ot -î:rr/30)|£j

pa

|fAfi£r[of]

xar' oui'Ofxa oaoyv^irrioi
eTOtfAWs £x,£jr
);fjL£;<

a'5'£Ài^lo£|

7^ zi[£vt£ tov apiOu.ov\,
'nTai'TOJo[»]

tî xat xhipavoixoi

OU.rUl'T£ir TOI' -CSpOpvOiVTOL (PpiXv!^£\rT]T;XT\o\v

£\x]nhl\xTlXOV {':) OOXOv],

afx£Tau£X);T^x)

r^txat'-j»

la-JxoTr-'j'

xat T/307r[&)|, •çraTai' £yv\oïxv Ttj

xat siXeixpivii ayccuv^ ^iA[o\txvj[o\pia.i £îvΣ(^a[a-Oai zsavTcXvs]
£15 (T£ T7;j' •nT/300-«2jX£[TTaT)/
11'

J/fX^'l'

li.in£piX l\.(77£\piCLV, VVTl£p\

£v/oix£Oa. 'On' ^OLi vyioiivsiv
£xoi.ijrov

£til

fjD/xjcTTOi', iirla^ofi^îii'

T£ TOJ xaf)]
]

£joî aiTO
(-)^^>

tj/^ -CT^oo-j/fJ-avl^lctT)/?

w/2oO£[crfxjas tou

aijvoi T)/> tu;'
aj'£XX£f7r&)>

a;-'£(Ttovl'7'/]? T£TapT);> £7rJv[î(^V'T£«>],
ft/2);fi)]

£^

oXoi- TOJ' /^poi'or T>/i 'Cvvs v\(xvv, TO
vj

[XJvlyarîoi']

xaO[a] pp\rj£ipvTai VTot] xï£xoulXt]o|

>;|
|

Tvî'iov £t> yipyyoy \xtpoi.7ia £^|);xorlTa

tw

hiixrjrjw ^uyc»]

Al'TM'OO Te, «[at £«aTTOul
/.imir
;•''.

T);j' ïHlIXV

ixrjipa[v a7î-0X0}'0Uf/£J'0v],

XvTtnoiefjfJoii

:

cl',

rnACiMHNT

m.

n" (lyOi)!),

1.

'i;>.
il

fJijnr

I.

L<;

Imisièiiu; frii{;m('iit m- se rncconlo pns au pn'iiMloiil

:

y avait une

li|;iu' (riiilcrvallL'

au moins

eiiti(' <'u\

deux.

Lime

1

II.

l-es

Iraccs du mol

£X7r>>t;«Tixor (;) se Ironveiil sur
la
ii|;rii'

un

fraj;nienl di5tacli(5, qui

iiorle aussi le

mol wavroiot dr

précédenle;
ici.

il

esl

1res

probable, mais non

certain, (uie ce fra|;menl doil bien se placer
très serrée à la lin

En

ce cas, l'écrilure devail èlre
(pie six

de

la li;;ne,

car

la

lacune ne conlieiidiait normalement

ou
IJinie

sc[)l lettres.
l'J.

<l>(ÀOfxi;Topia esl, à

ma

connaissance, un mol nouveau; mais

le

Tlicsaiirus

donne
Linnc
:>.o.

(piXcmaroptct.
Il

sérail

un

[

Ion;;

pour

la

hunuK!

d'ijcrire x[ai

avxSexonevov]

r>iv tStav

/i(3(pa|l'

SKiTTOv],
i3.

100

CATALOGUE DU MUSEE DU GAIHE.
TÔTsaTt xepoLTiOi SwSiHO!.,
TCi'v

[f,73l/i]

TSsyTS «A>;/30i'[ofiwr

Tw

crou]

Tsxvœv afia re
Socrst

[o]fAoAo)ôî'T'Jt'r,

ixamc/v

j/fz^tv £i'i:;([o]a[£J']o[v tj;]

TÔ ïSiô iispovi xctO £T0>,

X{iv5t;i'[ai] ^\ol\i

[^^jf/v auTÔ xa{

Tffx[)/]

aT)

Ao}

w

xy.1 v-ïïoBiixvs f)ix\ixi'ji}\, £[u]}/[)'«]fxoj'&.'>

«[ajf
fxj;

-!rrA7;/2^'TJ>c[(i'>J,

aTTO^otJvat C70J to

auTO hj^ctr^ov ex zshjpov; xai
fj-rjSe

y.0[£TV'TOi.i\

xaO oïov

'hjirors Tpoizov,
,

avv

sv tiax[pyj)y7}pa,'ùj [tou]

TSOLpo-\\ii<7Qaii

(xXkcL

eixoTWi y7iprjêoTXci70\aji vsoi.pv\y(jp£i'70ai\
stzolv <T[t;]fx[é'jj;

xoii
;!o

vocroxoiietaOai

yLCtkaxKt t[j> v
-rsepi

ctppvmKx]

Tii axxTixppoinjTOLiî.

Kat

si

ayvœ^oa-vvv

Tôfrau'] oXa>

a^apa aô ypvyctiixtOaL,
xy.1

-wa/se^atfxsr «at

>;fji£<?

[aj'afxipt6''ojÀi'V5-. ^ly^ct

xpiasϔ

Sixv? TO i'TOv r^porTTi(J.ov USTX

Tj;?' tffoM');!' T);>

'r;Ta,oa[ê'a'T£Vs]

[t]ô [o]/5xô. Kai OTJ TO X7;fxu.a
35
trr|30T£Ta)'fX£î'0J' jxeptrrpLOv

tw '/_vpivT

siî ';fA[a>] x3t[Ta
[ ]

tov]

'TT£AX£Ta{ £xaa-Ta>

aTrXii'î

xaj

•nrao-a)'

ra^u' xaj Siy.rTToXijv sxa'TT\ijv

]

j£[a]t [crvi^TJaj'fxaxos e;i o-vatScrcxU' -nTO(j;(T&t[fx]£i'

£{»[....]
«aj [«o/5v]

xat
xoLi
/lo

'a\vpfx'^(7rj)\x£v fyciL^fjM siii

jv

[a]vT[''-''] trr|C)og-[T]tfxav,
,

xivSvvw'iX'X'JTjy

ij^w

inspiômoi;

mpa')[i.ix\i:v\v a-'jr;<o[»i'aii'taî]
T)/]

Zl0i\l.i9cL (701

IV 0[L0V01CL a^ETOiOsTOlS 'aOLTlV Tp[o\7IOl5 ^£V

-aoLpôercc £i'cifAOT«

ofxoAoyja,

j;?

to ypaaiia. xvpi\ov emcci Xj ^£§a.ioy\

acL^-i'^Tar/ô TSpo^pspopi^, fxe^'
xoLi

vTroj-pa^/ t«j' £[^]

yavv

[v te avTa'r]

Twv

\^'paii(i} jx]>/ £<^OTa'i' vnoypixip<xvTrx''V,

XXI

<njv))0(^^

[LCXpTVpWV, TSap OiV mapOr>7£? £TI£p\_rj,lT)]0£V7£S 0{]
hU

a^

£xaT£p\Qv\

IX£pÔ5

(xl!Xrj'Xrjyijfya.\i.£y

7lXv6' G'JTii's £;^£»' rV^iTEU' WOJ£<[r]

ipuXaT'T£tJ' £fxfi£i'£M' £15 7n£poi.[s tt^jf».'. iJ7roÔ£fx[£]i'0{ fh [aXX)Aot>]
TrfjOOî

-aifniv xcci aT(paA£ja}' 'nTai'[Ta] T[a t]£ vvv [o?'Ta x} £(TOfX£j'a]
_ r»

>;fxf[î']

-»/3[a}'[xaT]a

yertxv? x<
'[

iVÎtxvî, £[r]£;(^V|Oo

A [x](

V7rû0j;[x);?]

['îi]xa(at

xaOa7r£p £X Sixvs

Llgiir

tij,

Ma>{p(o)y>jpai>j
(ii"'

comme
G'yoS;),

sulislaiillf
r.,
I.

:

on

a

déjà

vu
1.

une lentalive de

verlje

forme sur ce llième
Liipir

i(), el

GyaçjA,

18).

3o. OX&ir.
riapot

IJjrnc Sti.
fjifjnc
lÀi^Hi'


:

:

ajouté en marjje.
le

3ù. X&ipi&u'
ài.
I^a

second
esl

u

osl

une coireclion sur un

0.

lacune linnle

un peu courte pour

cotte reslilulion, qui est

cependaul

nécessaire.
IaI^ic /i3.
TTTOjpotvf'arrT&'i'
:

correction sur vTroypnÇovrM'.

lîim,.

:

Jtiurnid d'ciiliêc du

!\liisi'e,

n° /io/i(JG

ii.

PAI'VRUS in/ANTlNS.
67315.

101

Contrat
par

(

Iroisièiiie

excni[)hiii'e

les n"'

GyiôB

et

Gyiôcj).

duc de Tliéltnïde Callinique.
.)oy mill.

— —

du (locumcnt qui nous

est

déjà connu

Au

voi'so,

[)oèine de
niill.,

Dioscore au
lar{;.

I>ong.

u

m. 5i3
11).

o

m.

Anlinoé

(pi.

XXVIII du tome

Kcriture de Dioscore, du type denii-curfif.

[touJ tTToÀvxv'^'/fVTOs KaXA{rjx[ou (TTjOa]Tta/2;i^ou.

XA'j-Os: cP U.SpOTI£'T'7l
£i

XXI £V

-/JJOVI

TSXU.ëaLTlAVO?.
(xps.-ô.w.

l']u7rÀ£0> £«>

zsAoov vaBcv

a[fx.£T/3]);7aii'

Ov

TSeAcr,
«Te:

o'j

-aeXev aXAoj Ofxojib?

u^^fx;

yersÙA)).

To'Ji'sxa
WJ/fXa-'

trrpoiaÀ/tr

ara^

(Tipa.ii'xpyov

auvauv,

aTTOTI-T'Jitl'

OTa T£TA7JXS

TSOTViOi Svë)!.

TovvsKx uir KXAsv li
j(,

ôSxvoLAXifjt.ov

llpaxX^ix

o>

px xxaaw

ûto/5î trfacTJi' £XivOsp[il^V'

TSxvxpaiyvv.

TOTCTaTo;!' xpsTijv xvïxxvsTO.^

eifÀ-i

[X|t}aiî'£H'.
jx[?/]t{>

M£T/5Jo; eux' evovfjx T0I70V XA£0?,

[a]vax[TCt'v].

JAÀaôt aoi TpoaeovTi,
lO

t£o[i' fxeXos

o>^pa

(3&};<T(y].

Ti-'-t^ t'jtO[û>

e]);i',

xxi op[yxv^ov

errTi fx\£Xi^a-(Tyr

XXI
il;

(r)£Gi' aT;T[oi']
-cTTsXiî] 1']

xeiSe •cTa[j»ai2J(5jT&i' a

t);v

a}'/3['3J']ou[oi(T]f
,

O'JTVî xixu.iv ixxvc?

xxaX[^ivi\xos (npxiiixpyjiis.

Liante

1.

Le J;esl très doulcux,
l'est

el

par Miilo
foinié

le

mol

So^ijs loul entier.

L'adjectif xop°ailleurs

crtoAiris

('{[alemeiil
("ly

;

il

est

comme

yaijLorTOAtrjs ,

employé

par

Dioscore (n"
Liffiir

iSo,

1.

y).

3.
fj.

AuoipaToi' est restitué d'après le n"
Lire
,ui;i'.

6-055,

c.

.

i

q

(/!(/(/.

et

Curr.y

lÀgiic

CI.
:

ii"

GyoSô,

v.,

1.

-Ji.

Lime

1

:>..

Ar(«ai£TOS
llestilutiou
cf.
ii"

mol forgé,
et
1.

[)Our (xvtxavoi.

Ligne i3.

douteuse
r.,

peu satisfaisante; mais je n'eu vois guère d'autre à
i.

proposer;
Ligne lù.

()-o55,

Lire

lAaOt.
:

lleslilulmii d'après le n"

''717'J.

'•

2.5.

Ligne iG.

AvTCy

très douteux.
le
i.

Lignes ij-18.

Le premier vers, plus muliié encore, se retrouve dans
V^

poème de
/i5,

Dioscore publié au tome

des Ihrliner KtassiLcrtexte (p.

1

1

G et se([.),

il

faut sans doute corriger d'après lui la lecture acr]Tpovo(iot(ri.
rais

De même,
ou

je propose-

de restituer dans
lieu

II.

A..

I.

'i(i

:

outoi ay^nv inavee
,

[Icoavi'rjs,

xa.'kXivixos

cnp\a-

Tiapyos (au

de

av apojyoi

i|ui

|i(iurl,inl

pourrait aussi se compléter en

w

102

CATALOGUE DU MUSIÎE DU
OU
20

CAIRE.
B-efxiTTOLS.

[67315]

^pv70v

-aoBsfxiv, (X'iixv\v^ xpiiTiv,

aXXa

7jA)yp(x(pov ixp.<piëo-)}TOv

zmyvoov sikovx

vnj^ai

yjXpU.OL-Zl 'kCLjJ.TlSTOOV

T OLIXOLpMyu.'XTOL OIX TcXvi'V.

AxXiviws

svi[x~\vrraî jV/^iaXso. xai iltoav^Vi',

pifi'r^iwî xoLt
nfi

Xpva,

xoi.AA£Ï ]isX'kepo(poi'Tvy-

Ex TeOev
NsiXo?

ijytjTeipcLs

snsSpxixs

TseipoLTCx. }

an/s

ot.prjVpoS'XTVî' (^iX'j'wxpOsvo; si; rrs y^opîvii

au.(p\ii\ xoLi

AiovvrTOs,

sumepavon

'j(X£va.ioti

ai^[î']£tov

xalsov ts
^(i'OIs

[to] rrov xXeo5 o)£i[o\i'xitxov.

OuTWb

IXSl

rTv[v Oi^rhApOlS £ .70

Eipm'v

Ta(xij} •9-[cCii]x£[>.o>] );i'0£[e] -crai-T?;.
8-jt:]'Tfji.'j>v.

KXeijïTa^iVv e-îaaaTTaJT]; tTTs^t^aTaot]? TcO

TnOTTOVOl ysXowtriV
35

£1T

sÀTTiTM' £py<x T£X£<TrrXla~a.TOaAoi. Xv'ittv piu^v

ovx£Ti
£v

yap (ppovcOVTiv

'a£r]i^j)

SiaX£v<7£i:', £T7£i Ssoî

sXXaês TsavroLî

(T)/?

apSTiJS, CgpO(p£pirFl£,

XCLl [£]ui'OfX»/J ^ICL

XxXXo?
,

.

.X

\yp\'X^l^£i7fTl XiyjX? TSOT£ B-£qix'jyjxpcL^cti

SittXoov afx^[j]é'o);TOJ' orrov
ito

ypovov

v(xai y[!XpjoLrTr7£i.

O

B-£iov

ovrw;

x\oi.i

(x]xpiê(i}\i^ yJ^p'^vTovv

y£voy5

}'Oui'a^o[fxajt /T£ ['apoa-\TaTjf\v tJ^'v

TSpornaTwv

yovv[)x]^Ofx[ai] rr\£\.

.

.izav.

.

.

.

€amX£^j)[v].

Liipie

ig.

r

L'or, qui est le jiigeinenl
Il"

il(3s

jjens injiislos^i

:

(|iii

i'orrom|)l les jnjjes ini-

ques. Cf.

G^oiT),

I.

.")o.

Ligne 29. Je

iis ici

encore

(cf. n"

(l-o.^S)

t' ayitpuyiJLOLTix, quoi(|iie

Dioscore

ait l'habi-

tude de marquer
Lijpte

l'élision

par une apostrophe, qui
<7oii
:

est

absente

ici.

18.

Peut-être xaX£Oirr£[ï to]

mais

la

lacune

me semble

trop courte.

Ligne 2Q.

Les

trois dernières lellres

de aSel^ots sont
lors

très

douteuses; mais je ne jujje

plus celte lecture impossible

comme

de

la

première édition.

Ligne 3o.

Vers faux. Kaj est douteux, mais toute autre restitution laisserait subsister

l'incorrection.

Ligne 33.

La lecture

x£f/{/a<5(>;i' est iiiq)ossible.

C'est

un mol

forjji'

sur

h^

type

xpvma-

Sios (de Kp'jTnos).

Lypie 3'-.

ApsTjjs

:

la

syllabe et, oubliée, a été rajoutée au-dessus de

la ligne.

Ligne 3q.

La lacune

est

un peu

petite |)our

deux lellres,
n"
:

et le
r.

x

''sl

douteux. Ces deux

vers obscurs rappellent les vers

17-18 du

G7

1

3

1

,

Ligne /jo.

Lire peut-être xixpiGvs.

l'ïi'Ot;*

pour ^sros.

l'Al'VI'.lS

l'.VZANTlNS.

103

Kl 7i[; t'ivvvlfrlsTXi] y.\piOa$iv

amepas]
u[£Tpsiv^

[073 10

u:,

|rat|

Wù[v

«aj'U'

-CTlai-Ta'!.-; S'jinjrro'jaoLi

T(xs !x\ci\^\v)i\aT[(jv\s ape[TOi.s t]oi;, [f^£(T]7roT[aJ

[to'j •craJv[TaJ/5i(T[T]&'J

«fat xavjov '77p]aT)MaT0\;.

ZSCLpifTllV
io

>/fJt«[''J

To

TOI'

xXsos

•nrai'cv-v/^iTTt'jOOî'

.

»[

.

.

.

J

(2ai'£!.s fîtxajû.-:

avii^cpo'j'Jiv apcL^i\rxi\v.

55

'CTa[i']T)/ (îeo^ -zrftipuxeî'

aani'X'jv Sixv^

TOy

[oê'/2ifx.«]TaTOv TT/sa-j/jov svusvo-j?.

E{);> 'nT[oÀ]u;(poi'tos, a>^6'&r[o]> -ûrpaTTOî',

vix[i)^o\pos , ^pcLav;, xoLTanxTwv £-/JJpovi,
veoî [i-oX]6iiv, ^eaiaTix •ûrtaTa ipi;ÀaTTVJ'

of

5

tî'vato? qipOLTvyos.

|Tja'

[to.' o/:;i^oi' oix£t);

oÀ^'ouI xeipy.{^l).

I.ijjiic.i

ù3-ài'>.
.^iG.

ResliUirs d'apivs
n'slilulioii

le

ii"

G7150,

v.,

I.

10-19.

Lvriir
Lvn,,'

La La

de

l'adjeclif csl 1res incerlaiiie.
la

5/.

lellie

nui

suit

syllabe iu est illisilde, el d'ailleurs élait

sûrement

fautive.
I.iirnc

53.

L>11

vers ajoulé en marj;e dnil ()ccu|ier

la

place
le

5'J bis.

Limic 5/1.

faut lire sans doute xaxovp-) tm; uu'is
:

k est certain.
11.

Limie 56".
Ugiifl
f)(j.

OëptyiOLnaTOv

reslilutioii liy|)Otliétic[ue (cf.

K.,

1.

01).

La
;i

lacune send)le juste assez {;rande pour trois lettres: loluiv est donc
ihaeOvv. Cf.
u"' (J7-'7<,).
''•
,

préférable

1-

iJ

,

''t

Gy-^iy.

••

il-

[Joue

(io.

papyrus,

le Les trois derniers vers ont apparu un peu plus nellenient depuis que les acquis |)ar le Musée, a pu èlre lendu |dus soigneusement. Toutefois

mois
/,!/;»(

svcreëei

araKit sont

assez, douteu.v.
le n"

6'«.

Ueslituée d'apivs

Oyi^o.
(pii

v.,

1.

.>()

:

mais

c'est là

naturellement une
n ipi

restauration douteuse. La Irace

reste

au début seiail plutôt un
Iradiiclion publics

un w.
Un der-

liliu..

:

Journal (Vcninc

./«

Musée, n" IM-if. Texte

el

,bns

J. M.^si'euo,

nier jmclc ijrec d'ÉjUpIc [Itevuc i/m lùiidcs ffrecipics,

Kji

1,

|).

liliS-hhS).

104

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
Deux poèmes de Dioscore,
rtin sur la inorl (rAcliillo. raiilro arlressé

67316.

«comte Domninos, chancelior^.

296

mill.

— Antinoo

au

Long-, o

m. 53

mill., larf. o

m.

(pi. VIII).

Lettres capitales, penchées en avant, et irréijulièros.

Les deux poèmes sont écrits au verso du papvrus. Au recto, cinq lignes de grosse éciiture reproduisant

un protocole analogue

à

ceux

ipii

ont été

publiés plus hnut.

notamment au
ni

n"

67161. Mais
unes sur
serait
f'

ici les lettres

ne sont ni complètement déformées,
à

agglomérées

les

les autres,

en sorte qu'elles sont restées
le
il

peu

pi-ès

lisibles.

Ce papyrus
secrète dite

donc extrêmement précieux pour
?i,

décliinVi'mcnl de
n'était

l'écriture

perpendiculaire
Il

si

malheureusement

dans un

déplorable état de conservation.
très petits, (pie j'ai
la

se

compose d'une grandi' quantité de fragments
texte

pu réunir grâce au

du verso. Le fragment
le

resté isolé, sur
:

droite, doit forcément se placer là

où on

verra sur
il

la

planche VIII
à

mais sa

situation tout à fait précise ne peut se déterminer, car
ses voisins.

ne se raccorde

aucun de

L'écriture semble avoir été tracée

non avec une plume mais avec un bâtonnet trempé
:

dans l'encre.
«bXj

On

peut

lire

encore

Zy[.

.

.

.]

svSo^) Koix)

<I>X(aou{ou) ^j;.
à-no

.

.

.

èv^rj^{oiàTOv) x6[x{iT0s)
T:rixTpix{iov)

a7r[o] U7r[a]T^ x^ ['aoi.Tpi\x^

vny.Tiw) xicù)

fi.ptrr.(x[

]

o-T/parvXaT^ §iXl
5
.
.

[]
.

TT/9aT>;AâT0u
.

.

Tra

§oyX

.[. .]0.\.

monogramnio

monogramme

Celte lecture partielle confirme les résultats que j'avais obtenus en étudiant le n" (\-jii)\

:

en outre, dans ce dernier papyrus,

la

ligne

l\

si-mble bien, elle aussi,

commencer

par

les lettres

<np,

initiales

de

cnpixTnXclTt]?.
l'u

Au-dessous de
ordinaires.

ce protocole, (pielques vestiges illisibles d'une seule ligm-

caraclères

\

i:i!SO.

Li/nip
la

I

.

Lire ztvai

a.v itizrj "/xjyovï t\.y_.,

aiioBavw

Sta Tijv YloAu^svrjv. Dioscore a adoplé
aiu-ait
l'Ié

légende d'après laquelle Achille, attiré dans un {;ue(-apens,

assassiné

au
Li;r,ip

moment
a.

il

célébrait ses noces avec Poivxène.
le

-Voici (pi'eu cet instant

désir (l'amour)
:

s'est

révélé le fds ciiéri de la
h'

mortn(?).

On

attendrait plutôt le contraire
la

car l'anlenr, je

suppose,

a

voulu

dire que l'amour a été cause de

mort

d'Achille.

l'

A

V

i; L:

s

UVZAM'liNS.

105
[07316]

ïixeipwv ^tÀOT);Ta xxi iaiipu^\j>\ xaxoi' s.civ.

\Tpsxev5

Aï'hjs T/3a)«i' 3.\oyoi'7i Aqyy£\vei

ai] -aoOiv Atax»'5);i' WoXm^sivijs xaXXet B-anTciv.

Ov ofTiT ...
I

]

X

.

.

.

.

î'i'gtX

.

.

'Vprxiis Kfxv
•|'

<ravg\v7\e\5\

ij.

.Ov

Va; T9V |x^l(?) \\o(xvivov tov xcLyxiXkapiqv
[ij'xa'ata] fXçTa %xpo(77rji'/t^Oî

~vv

etiOLpyjx^

V.

Va ^aiÀOTrojtOs oi\picnos
ÏTTCtTO amiodciv, yspoLS
a-^s OLpéiij;
,

en £Uf&an;T(r

ccoi'his

ï

vhxov
,

ufxroTroXiviô'
ij^e

C
'V

-nrat'apJTTc

-axvavyios

j'api^-}/;,

TOIOV inOÎ xaTcXiloi' £Wi -mOLpZuIlOiTO OufXO?»
OtItJj TcTTJJ'i 7SQXvV[i.V0i S/_£l JtfXaî OTtX
[
"

O
N

" "]

vvxjoiSn) ^sXeSwvi 0£Oi'

xar opsu^^i

Xtyaf[rj£t.

K
Fp

KXuTOs
p

euxX;»)/;

fSao-fXcU-^ (-);&[? 'ju-Jj'or

axouît

Jt. .py-yi
Kaxoi'(f)
:

TTopa

.

.

.^0}' s.vi^a.1

Limic 3.
Ligitc à.

l'a

est

une convctioii sur une ou
aKO'/ùi'ji et

même
a
ici

plutôt deux autres lettres.
le

Jeu de mots entre
:

\oytvu,

([ui

sens de étendre des
:

pièges') (llesychios

\ù-/jmv:sr svsSpsvovrss). Le sens paraît être

lladi;s,

en se

servant des

femmes
:

Iroyeimes, dresse un piège où périra Achille.

Ligne 5. AtaKtSijv

corrigé sur AiaxiSao.
:

II»;

zsoOev

:

cf.

n"

G71812,

1.

1.

Limin 6. Mexafitop^STo (au passif)
Lùnir
f).

forme irrégulière, due à des nécessités de prosodie.
première place,
i

Kpir(vi') ou Kvpiov"!

La

lettre x est sûre à la

et

1'*

très pro-

bable à
six

la troisième, voir les

débuts des vers

1

7 et

()

;

en outre

il

faut
il

un mol de

lettres

comme

xpnyjv. Si l'on préférait xvptov,
1

dans ce cas,
i'

faudrait lire
l'aligne-

lp);li'(îi(i)5

à la ligne

(j ,

ce <pii est possible. Mais le

est à
la

peu près sur

ment

des lettres initiales
[pi;].

de cbM(|ue vers, en sorte que

place

me

paraît mancjuer

pour l'addition
Ligiif

10.

Sur Uonminos,

cf.

n"

G7 85,
1

(15),

1.

i3. Trois autres exemples d'acrostiche

sont fournis [lar les

poèmes publiés aux

n"'

G718/1

(recto,

B)

el

67185 (A

et

B),
11,

mais
p.

la

mention

^n^

a!<poar(^o)ix"^os ne s'y trouve pas (cf. Add. et Coït,

du tome
fournit

i(j8, et la note 2

du n" 67989,

verso); le n"

G7318, au

contraire,

un

(uiatrième exemple, avec cette mention.
Ltirnc
I

a.

Yf/f07roX£i/4)(i')

:

la

barre

([ui

représente
est

le v est

cependant douteuse.

Limic

1').

Lire tstti?. L'addition du
les

7

un phénomène dont on rencontre d'assez
Cf.

nombreux exemples dans
Mss.
<>f

papyrus copies.
5i).

ihc

Riflnmh

f.ibriinj, p.

— Le

MXC-|-r5.

= f/atoTj^

(CiiUM, Copt.
le

sens général est peut-être
clianter tes

suivant

:

si

un poète d'un plus

vaste talent

enlreprmd de

louanges, moi, pour

me

consoler, je songerai
I.irriir

ipie l'iiumble cigale ose bien élever

son

hymne
cf.

juscpi'à Dieu.
le

16. NuxTa^i»;
n"

:

sur ces adjectifs forgés en aSioi par Dioscore,

nleinaSios

du
Catul.

6781

5,

1.

.']•>.

du Musée,

n° (>~'i~'J-

'

106
[07316]
ao
[l]
i'ît.?

CATALOGUE DU MUSKE DU
}^hV
çTai'i;[
(^]?''^?[^

CAIRE.

c]7Sixp'/_vv

[t H
I

t.

.

.

.o]{î s^TrejsTTi [t]£[oi'
\a-(jLiv

xlsos oJvTTOx'a
•çra

V
V

.£.

.

vv

xaTOLix
.

[m

]«iT£

-^OLycL

xolX.

.

qaX

^9?

f

[o]
a5

Op<psa. KaAXfOTTi;? ei'i>c)ïTaî

£T)/TVfJi.?[j;'TM'C')J.
£7ra]/5;i^0(.

[m]
[m]
[l]

IMvOor

£7r £vvsfTir)(Ti

[rjeor •cto6£ov[o"«'

Ne(TTiiip ou Aa^sr, aX>.[a] o-[v xpn'\vs a,au.[i\v

£tu£

t(TTafi£vo[?] 'apoêrj'X^rjv -nravtxfiXo?] £ti\so TOirrSe
voa-ipiv aXiippç)(Tyv[v'
.

M

.

O
3o

OuT'vs a£t

^&)[oj5

ajXuTrwTaTCiî , exTO? araj/x)/?,

N

Nî/TTja/^OtO-t T£x[l'OKTJl' afitt] ^a0£7;

TcO vvix(^iu
£«fx.£

ysipoLV Sfioi

a

7\oi.vv'Trrov, eJTrst ^£rçi[s]
arîjx^j'j»

u.ojj/Ta?,

£« rTTvyspaiv xa[fxaTa']v,

x/3tT[{;] £)'Ôa

a£ pimci.

JÀfpic
ici

21.

Si considérable ([uc soit la inciinc,

il

si?nii)!c

hion iiue Dioscore promelle
:

l'immorlalilé à son héros, grâce au\ vers qu'il lui déilie
!

prédiction

([ui

s'est

réalisée
Lifrnc 2.3.
Liffiic

Ao^ii'ii'Ov

:

restitué à cause

du mol
'"^

o(JiVl^v^^oi.

Mais

le

sens est obscur.
(|ui

2f).

J'ai

ajouté aux lignes

36-27

r**''*^

fragment détaché
si

porte

la

fin

de

trois lignes. Les vers précédents seraient trop longs

on

le plaçait

plus liant; les

vers Qf) cl

sc(|.

sont complets, et
11

le

fragment du bas porte

les traces illisibles

de

la

fm du vers 28.

est

donc rigoureusement impossible de situer

ailleurs ce fragment.

En

outre, on obtient ainsi un sens admissible. Le vers a G doit signilier rpie

Dom-

ninos est un nouveau Nestor.
Ligne 2O. Kpnijs
replacé
le
:

mais

la

lacune contiendrait plutôt

si\

lettres,

si

j'ai

exactement

fragment

final.

Ligue 27.

Tïavi'xelos remplirait juste la lacune;

d

faudriiit,

en ce cas, considérer

lot

comme
Ligne 01.
fÀgiie
.3

long.
Dioscori' est

un ^svos

à

Anlinoé,

puls(ju'il est originaire d'Aplirodilù.

s.
1

«Le jugement des (magistrats)
5
,

injustes.

ii

Ce passage

l'claiie

le

sens du

n" 07.3

1.

1

().

RiB!,.

:

Journal d'entrée du Musée,

11°

'lo'iC)-.

67317.

Fragment d'un poème de Dioscore, en himètros
m.
Le sujet
tiSSi

ïiunbiquos.

mil!., larg.

m.

i.')(t

mlll.


r..

— Long.
du vers
1 1

Anlinot''(?).

esl l'éloge, semble-t-il,

dun duc de Tbébaide
n'a été publié
ici
1.

(si la

restitiilion
(pi'll

est légitime).

Ce fragment mutilé

(jui'

pani'

permet de com-

pléter

un vers d'une autre pièce (n" ^-279,

G), et pourra peut-être rendre

d'autres services analogues.

l'Al'VnUS BYZANTINS.
Oiiciiili- jx-ricliée imrtiiiilirre

107

à Uioscon.', mèlét; df rares

formes cursives.

[67317J

I

races de tcois

mts au moins, au

ilcbul.

xaOiTTJ

.

.

.

79 a\oi.\vTapi<7[TOv
I0]j;ê'j;?

.

.

.

Ta

rir/_\7}

.

.

.

W^X.''H
[

afia/îaJTO'j

.

.

.

]''^[
}

]" "^^^^^

x,'^/?['î''^'^'>''j

i^pwvv

^^ys^^\

[Ou]

ap

3-£a.'/3J/(T>;[s]

xafxoupytxj/i' cT(],

10

[Ajsu/30 X^Lpii xa[(] /^a/?fx|a.

.

.

[tIçv?

?V,"-?Vf^ff

avf[x';TOu» a-T/2aT);XaTa>]
. .

TGV £VTy/J(TTc\pOV

.

ap/_rj'^vT\oL •<7ra[i']TV'.'

• |

Tor
i5

aaiptr5[£ ||to)' |3[/saê'£t;T)/î'

(

? )

.

.

.

XOit

Ul^OTTCiVVpOV

\

VlXOiti CLLLltXVTOi; Tç[
rjV

.

.

.

KXTCL -î7TaXajTaTo[

.

.

.

ip|t:]/^Gi'T"

araTXav[.
yopsivî

-

.

[Xa{]/;>a'j'

£tî \ixvpi.oL\x^rjpov ;^^(SOJ'or (?)]
-ût[.
. .

,

20

où\y-n\rj?, [a^J6'oî'[o]f

Xeipar
yjipxv

£|«.[o{l
effjf-]^'

a [Tawaryciv

.

.

.

a

[T]a[j'U'TO-oi'

suv

"ûtîj'J)/!' r5taX'JîJi'J

ot«TtTOJ'(.sir) o>^/?[a|

À(lja(rv(?)

.

.

.

/j'"-;)r'

3.
4.

('A.

le Hi/t'j;
:

itiyj.ozjaa
ce
le
>..

du

iT

l)-o55,
(|ui
si

*'.,

1.

a'i.

/>îV;ie

A(>tapaToy
à
l'ornier
r.,
1.

mot

est l'im

de ceux

onl concouru, avec apLtjpuTOS cl anei-

poLTOs,

liarharisme aftoipoLTOi

souvent employi' par Dioscore

:

cf.

n"

GyiSA,

IJinir 5.

Kiëurov

:

Vv

est

très

douteux.

Ce

serait en

tout cas

une correction sur

un
/.)/;;((;

>;.

G.

(c))}^)!

ne peut se

lire.
'•.

C.t.

u" {)-ji.\i. v.,

(A).

1.

i.

Ijipicx
Lijpii;

rj-i I.

(A.

if (iyj"!),

.

1.

i-ô.
,

i(j.

l'iesliluée

d'après

1(;

n" ')70(j7, v.

(F),

I.

<?.().

Ligne U2.
(lue

llestiluée d'après le n" <'70i)7, v., (15),

1.

a

i

:

il

faudrait alors supposer
:

Dioscore a achevé son niorci'au en liexamèlrcs daclyli([ues

cf.

l'inverse

au

n" ()7;5ir).

iiini.,

;

Jnurual d'eiilnc du

Mum\

n"

lio'ii'x).

i6.

108

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.

67318.

Poème en hexamètres homériques, œuvre de
(riin

Dioscorc
o
tu.

;

L'pilhalanie
mill., larj;.

certain Isaac (cf. n" r)7i79).

o m.

20G

mill.

— Lonn.

118

Anlinoé(?).
G-.')

Ecrilurp ordinaire de Dioscore, un peu plus cursive (pie celle du n"

17.

Enida'ka.u.ioi'
•f

ueta

ccxpoo-Tor/CiSoi ro-j vv'j.(piô
CLfjilvs,

irnoLTO, KaXXtoTz-);,
<7£[iyov
ay'Xoù'vs
(xsi

xoli

asATieo, uLVTsp

rrrtX'SovTa yctaor -afjAvrrw'^povji ivinjs
zssttXiiBotol S'

avv epant

OAëoGVvâw.
TiAjTTai,

5

KvTvpif^os

ovK evovTsv 'xsmz'x
(piXa.iJ.'xp-zov

^' £pyci-

ïatov araTTJ/aat

'ïw^OLpc-wriis.

ilyvyiV? yevsrjs ïipov yevo? zyyvOi NôjÀou

AxÀJj'sci'î xoLTSiiapipoLV
10

,

soixoTe HîÀXe/ooi^cn'T);,

it-VVVV ccu.ipiiTTOV'Tiv cx.yd'kXou.îvvv vtxsvaioi^

Vin^iws Aïoynaov evi o-T£(pe£rrai x} NeiXçv

pvTauevos TZohJTexvov
ov'koixsints CLTravevOiv
iT)

olsi

P^ios syyvoLXi^oi

yaaov apo(pip£GT<xxov olWv.

Tovvex

aei ^ayoïTS xai ix(pOnov es y^poi'ov saOoiî,

a.(pBovov £vvj\i.ftii TsavcLrA^uxov V'îos astpcfs
ToqfTixxiv? apepjs, aa' (xpi^vh) rrzo vviX'Zv.
[ii]/2<ov,

OU fxera '"^W,

£7rt

yovvxo-iv oipsxi vïx,
£0 XaAÀo[s],

V£x\rxjpOS vS^TEpOV,

TT!£1ïoO)lll.£VrjV £15

Ai/y/ic

1.

L'acrostiche

donne

:

laot>ciru>

Aoipinporonv
fois.

fV(jLÇ:iv;

certaines lettres, par une

singulière licence, sont représentées deux
Liijne 5.

Le

sujet ne peul être

que

yotf^os

:

celte

union ne

se

terminera pas,
Ct>tle

comme

celle

d'Hélène, par une fuite sur un vaisseau [tcrrov arao-njo-ai).
le

comparaison

avec Hélène ornait déjà

poème

n"

71

7(1.

Ligue 6. TvvSapBwvyj
Ligne S. Ligne 10.

:

la lille

de Tyiulare, Hélène.

K/=Kat;
Mjjrïjr
:

autre al)réviation au vers 19.
les

deu\ dernières

lettres sont le résullat

d'une correction;

-^un

mois tout égayé des Amours qui
Ligne 11.
Ylvpoi^opov
: :

les
le

environnent".
AvIol^ est (piehpiefois considén'

(pii

porte

blé.

comme

un mol masculin

voir les exemples cités
:

dans

le Tliestiiiiiis

d'Henri Eslu'une.

Ligne là. OvXofxsvtis pris subslanlivement

un mariage exempt de désastres. Le délml

de

la

phrase est obscur.
:

Ligne iG. WSoi
Ligne 18.
fïptov

corrigé sur .lor.
:

douteux.

— Ou

ijterct

Sju<

:

et

non après une longiu'

attente.

l'Al'Vr.US liVZANTINS.

109

fi)/TH'

xspjaXovTO. isa.vïxeA'jv vixai toxsv^i.

X
X>

iTax oaSpi^oOvfios £(ps.vpao vvfx^pyv (xpimvv (xiry
^bevyso, ^acrxavni
,

yajuioî'

lAaov ck (àeov

xoivîe.

ils '/_pv(TOs ^^fpjUTCf'v ^"^^/i^ «j OLpyvpos
u5
?

apyvpov syp-v.

l['Ta]x£Ov

;;(^a[/2]tîî'T0s

a^ypiovos ex ysvepjpos.
des vers, nécessaire pour
aiialojfue.

Liljnr a-).

Les algues placés en iiuuvfc rutnhlissenl

l'ortlre

achever lacrosliche.
rélal)lir ainsi la

La du
:

vers
;>3,

q5
•.>[),

doit avoir
•.!•.!,

une

sijjnilicalion

H

faul

succession

2/1.

IJipy

ti'-l.

Le vers commence par une vérilable formule d'exorcisme, siMiiblable
sur les amulelles, (ptvye
fx£y.i<ya^[i£vti
,

à celles

(ju'on

lit

Çsvys -aoSa-ypa, etc.
l'S et seq.).

(cf. fl.

Sciilum-

BEncEn. dans Hrvnc des Eludes

girc(jUi:s,
Il

Ligne

•2a.

Cf. n"

(')-

I

71)
a..

,

1.

7.

V, i8()'i, p.

faut

évidemment
T-j

lire y^pvaov,

mais

le

mss. suggère
la

plutôt

un

'.'

ou un

Les traits sur

indicpicnt (à

tort ici)

l'allongement de

voyelle.

Ligne aJ.
lîini,.
:

S.a\j\xovOi

:

\iv coi'rigé

sur d'aulres Irttres ell'acées.

.Itiuriial d'ciilrée

du Miiscc. u°

-'lo'i'o.

67319.

Liste des pâturages (jSûcrKJ/fiaTa) a[)[)arLonant à Dioscore
lùs(?) el dcvaslés par ses ennemis. Sur
n°'
le

lils

dApolcf.

sens du

mot ^ôaKtjfix,

670(17,

V.,

(A),
liste

1.

9:

G7

1

1

2,

I.

11 el suscr., etc.

Gomme
de

nous pos-

sédons déjà une
Dioscore,
il

de

même

naluri; (n°
ici

67

1

/|3), écrite

la

main de
verso

est possible quil s'ajfisse

encore de

lui (([uoi(jueau

son

nom

se lise avec celui

de son {j^rand-père Dioscore Psimanôbet). Les

atteintes portées à sa propriété seraient alors la suite des

mesures prises

contre

lui

par

le

pajjarque d"Antaiopolis on Fan

56G

(n"

67002,

1), et

(jui le l'oicèrent

à fuir à Anlinoé. Cette dévastation a consisté sans doute à

faire paître des bestiaux étranj^ers

[^pwOémoi.) sur ces pàturajjes
t)]»

(cf.

n" 67oo->.
'û^oifiécTi).

1.

I.

1

'1

:

mi
m.
1

^ovOv

KwpiVi <I)0Aà Koù

Lonj;. o

(jA mill.. Iarj|. o

m.

'.'>oh

mill.

toU

xauT);?

.Apliroditù (?).

(.ursivc arrondie.

[]' T7r]'>l'ar|)/crTtx/ ItJ'^'v

fioax^jaaTW

fxô

[t]wi' §pu)fJ\ev\T} znapa. 8ia.(^Qpm'

'xv\Ùp\S> a'5 £6/' V7ro[T£T]ax[Ta]r

o[v]
i

'•'""X
i,j

TOi:\

.

fxc é'i

vTioëoAvs

\loi.Tepp.oOio cltio

iy^\j.w;\

ic

xon

a'j-cvs yiTO

tc.'1'

-aepi

WpaxXiiov
Ligne
I.

xcci IvoLtnnjv
est corrigé sur

iip'x>(5£i'T[a'i']

:

le

3

une

lettre iiidislincle.

110

CATALOGUE DU MUSKE DU CAIRE.
Ton<. Ucta-ixoptô Sj

[07319]

tw

auTvr

'a^pvT\o]xvixf e^ vnoSo/jj^s^

jw

avTwv

xiÇicx.-

TOTT^ NfXafi'ji'i'oç xa« t'^'I' apôp' Tam>£ovT'j\î'\ sni a-v tj;? iS y X yirxJp s^ VTToëo Aé/?aafi,io BiXTopoi moiun zo xai ^ova

,

r]j

Ivavi'ô Tixvovps

[tJottj

IlaXAo?
xqci

^/ YlaTepfxôOïc,
otTr ^5'( t;

x-:(paXaw, sz VTroSolf

Uovo-[ol'\iô Ka>.X(i'([x]ô

Siaxj
TOTTjf

yewp[yo]

ïo-ax[t]5 B);(TXOT;iTOs ev 'lienxv,

'5/

«boté'a^u.a'wos xat lM);['']a, t^ iJiio§o-

Xj/5
,0

iaxxué'tô

yzvpys
«at

^tt

{(î

«v[^/] îTTt hs

tv=

<i

,(

TîjxÀô tô

<I>c'T

Mej'fxï £^ vnrjSoAJ tô

avrô

xai M);i'a
T07i-[)

^^

â

tivîj'

a"j7( x(

.

ia

K]v/3t[a]>cô \tov -îjaxstfxerjô cr
£«i'>

[xv

a]'jTj |N]£:[7r]xj/

r5/

«I>oiê'[a]fX|!x[«J'oJ>

x[at] M);i'a «ti fî
[ToJTrj

a

(

[ajuxt

Hpiviios EvXoytô

TOTC} TÔ yVov
i5

Tai'2aX£x

}'[£:] v/?}
«î/

xoct

TO

î/[fxt]<TU

«5 ATTOt

'^eyoyOov

TOTTj E;a>cTO/?o[?],

Ta»»»

avro T^ipvTOxvaix}
fxô

tvv

-aspi WpCLKXeiov xoti Ivotvjniv,

£^ iJnoêo M>;pas
TOTT) Ilta
.

a^sX^ô

wi^fi'

<5/

TÔ [u]rô IIXaa-ai'« tov Asyoû. [V^evpjiô
"^^ar vnor^sxT^
ivSl (xev
'Vj

TOTT)

Ta^eouai's

['î/|

TOTT) nçtfiOvOô £7r<

a

*I>oié'afx.|a(iM'[o>] £7r<

Se tv? ^^

j

f? [/V

'^''-'']'-'

'^')

P^'

(pvXoixoôv
Qo

TOTTj

Kapxapô

Sj

himopoî

Ta.yy[iixs aoi^xs

ano

i']

iv/]j

evs

t);>

TPOLpovJv^

à.

iv^j

xai OLMXVs
tôt:*,

ÀTra Ovo<ppirj

hj

mô MapÔa

oltïo

O0Àa,

\s.t:\i
ôc

[xsv is n»^^ fxoi');[j|

TOTTj OaTTXovix ^/

Tw

v'ùj}v \lxy.<Tv avr j}- tivî/

si'ji's

nv^ xai auT)/»
iv5

Tou

£fi.ô

opyavô

S] Uoina-OL0i.pioy

Maxapiô

xy,i FIÔTtu. £7r{

mv^/ aoj');5

A/g/(c 4.

Ylaaixopiov

:

cf.

n"

Gyii-J,

sn.fcr.

Tcov avcuv

:

llerjikleios et Jean.
I.

Un

prôtocômète llerakieios
L'ijiu'

est en elTet cité

au n" (lyoST),

r., II,
o.

i().

0.

Tao-i'EowTOs

:

l'a

paraît être

une correction sur un
pins loin vers
la

lÀi^nc

1

.

Elle

commence notablement
:

droite que les autres lijTnes.
I.
i

ÏÀinif

().

N^TTx»

cf. le

Klijpos NefZ7rx»T0i; (In n"

G"

t

07,

n, et le Ne/uTTCfs

de P. Lond.

,

IV,'//»/c.r A(/>).

Ligne 10. 7\joutée postérieurement,
Lifjnr
Lijpic

el

commençant au nidieu de
une autn'

la

page.

lO.
'jo.

Atto est certain, ri non avTy

Au-dessus de

celte ligni-

a

l'ié'

ajoiilé'e

ligne,

complètement

efTaci'e.

PAIMIUIS 1!V/\M1NS.

11

1

•j.")

[toJtTI \VJ-I}0l0 KOLt

Sl/?| ta'î'Oî

(

?).

.

.

Iji'

|i:i|i\riis csl iirisr.

Ail verso.

liiii{;iio siisciijilioii

,

jiii'sijiif ciilièiciiH'iil oll'^ii-i'O.

On

lil eiic(ir(

le j'iciiiici-

iiiiil

:

-l-

-jvwa)

k[.

.

.,

cl

les liorriifis

:

AioCTJxopô >Kipia[»'co]Ç£T

5:/ Aio[crx<)(VÏJ (?)].

Iai'^hc

a.^.

ci-ji]htvTùv )(a<fx(x705

:

lu X) ilc

awi/À^ esl d'ailleurs (wlrL'meiiU'Mt (louleiu.

l!n;l,.

;

.loiirndl d'ciilrcc

du Mascc, n"

'lo'l('i8ir.

67320.

Ordre du
la

jiracscs

dv Tliéhaïdc iiilrricuie, Tlioiiias,

in'latil'à raiiiioiie

ijarnison (rAntaiopolis. puni- la cinquièiiiu indiclion.
iiiilL. lar»;.

do

Lonjj'.

o m.

.9()(i

o m.

(ly'i

mill.

-

Aiiliiioc.

Dali!
la

:

lii'cemhri!
ville

.')

'i

i

("').

J'ai iucii(jué

dans

mon

Organis.

milil.

de rHgtjiHc hyz.

,

|).

\l\h, (|uo

d'Anlaiopolis enl un seul àodl^ioi pour {;arnison jus(]u'aux environs de l'an 5io.
ici, serait

La ciiKiuiènie indiclion,
(lueslion d'un

donc

l"an S/ii/fj/rj

au plus lard, puisqu'il

osl

encore

unique

àpiOf/os.

La dale de SyG/^sy
(cf.

est

peu vraisemblalile. L'indiclion
1.

einplou'e

ici

es( celle d(!

Conslanlinople

()7.'!->i,

<)),

commençant

le

i" sep-

tembre. La deuxième

TSTf/aj/j/roî

dcbute donc en janvier,

et

l'ordonnancement de celte

dépense

a

du

se faire à la fin de l'année précédente.

Même
[<I>Às

écriture que les

n'"

(iyooo, ()728o

el

67281.

M )/?'»>

XoijaTivioLvoî

\v\J-oad£V)ii\ lwarj'[j;]? Gaifi[a5 o] Xiixiip 7/216"
B-itj trraA/

voTupp
[l'A(

-nT/3a(Tat[p]tav

xaj

|

oi,p\y_(,

tj;>

0[);é"J

£T:y.pyj

'Jios

.0

xa.0vaifAiii.ivo5 'XKTo\vaLpiOi

iw

j[iîJvJ'ato-

TXTw

'TT/c;a[T](ai[T]a'}'

tw

cltso

tû aptÛixà Avtoiiô,

(h

oikciclî oi.va(popa.\i

s^'^iSa^ei' |t|o <)ix'XT[i}piov yjj)ivon

\T!iaipxay£(J))V'xi

-ex.

ion aTpOiiiunon?

a'^aipio-\fj.£vix cmyip^s^erioi

vnsp

tjjs r]a\v-

TJî/9[a]> s^auj/ro t)/s aoipov'JVi •ôTîfXTiTVs t7ra'|£jfx>;afa>?. Vatol v xa^is £^j;-11(TiV T^pOi ù'fxas

Tioi/),

xa(

ap;^('^ii')

ti;s

Ôi/f^aia'r)
titre

e7rfltp;(^((as).

Aucune
(Huil

trace

d'écriltu'e

après ce

dernier

mol. —

D'après ce

ce jinwses
le

aimlc;

une communication de
/*.

M.

liell

me
plus

periiiel

de

rcsliliier
1.
ti

nom

iiii

complet d'après
.'ij

ÎmikL,

ili7<).

I-e

Wdi/itas xofjLns

du
le

11"

G7i(')(|'"\

(^tome III, p.

esl-il le

même
"

persoiiiiajje?

Une

fois (le

deiiner
se
l'an

nom
.")("i(|.

serait

donc l'usuel, en cas de
jusipi'à

polyonymieii. La date
piiistpie
le

propos(-e plus liant
n" II"
Lii^iir
-j.

trouverait

un certaui point confirmée,
le pelil-lils
la

i(')i|,

dati':

de

mentionne
lijjiie
(i

le lils et

du comte Tlimnas.
lijjinîs
q-.')

Si

la

restitution de la

est justiliée,

lacune des

devait
ici

contenir un peu jdus de (piarante lettres (iA à

/i.")).

Les restitutions proposées

112

CATALOGUE DU MUSÉE DU

CAIRE.
£VTV)(^errTOi.T\ô'\

[67320]

[rauTûc a7ra<Tj;Tat tî xat SiaSovvoi.L a-jTOts] ay^pi Hotxi[5\)ii t5

ToSs TÔ
5

l'JtxaTTtxoi' apOTTCcyaot,,

Sioi.'Ji'h'\vxi

roc

auxa

[TtJTV/seo-ta [eTrJt

rov

TrT^[o]e(-

Taçews,
[et

£t>5''5Tc:s

o^
,

xara

tj

pxOvp.iix ris TSot.pxKOACtvO^tfTv

ovk

sktos easfjOc ^txa<7Tt«])/[5]
-1'

xfv'/['7£''-«'S' 'îia

yap] t[o]vt9

£;c

tx^bvî a[7r]£TTaX[Ta]t

[Lj^^?

-I*

+

(15)

-f-

X/3);

SX

t);î

vy.sT£pa? xv/xi/i to VTrc/TîTaj
r]lOl.HOTlVV

[jl^j'oi-

(xerpav

TirOV apT<xSwV

rpiw, oivoxpîw
t)/?

WKTCLKirr/eiXiw iirTaKOTiw TSsvxijxovra., virsp

-îeuTî/pa? TSTpaixijvô tj/s -î7ra/5[o]ua->;b TrrtfXTrT);? sntrsixyo-i,
5

(X110LIT)}OVV(XI XOLl 'aCLpCL^y^iOvVOLl

T0t5 yeVVlXlOTOLTOlî
,

O-TpCtTlUKOLlS OLpiO^Ô \VTOi.lÔ aupOXplTrxiS

aypl

XOfXl'hlS

Toy

s\JTV)(^£iTTaTÔ TSpo^v^tjyctrd t);= olvtvs Tmix-mits

ïvSj. A);Aa/5>7 t?;= xcLToêo'kj

yiyvoixj Ta[s] (popixapj

xoixi^ll

no visant

f[u7i rétnblir le

sens, je

n'iii

p.is

IcLirs n'est
f.iipic

pas certaine.

— Sur
:

tenu compte de celle inJicMlioii,

(|iii

il'ail-

['(icluarins

on

nplio, cf. J.

â.

To

-apoSijXriyajov

c'est la dclcgnlin

MASPEno,

op. cit., p.

ou plulùl
le
i

la prœdcictralio

— du
:

io5.
pi-élel
:

du prétoire, indiquant, entre antres inipùls,
M.Gelzer,
Ligiir 6.

monlanl de l'annonc militaire
.

cl'.

Bijzanl. Vrrwnlluiig Acffi/plens
le

,

p. 3f)-/4
1.

Restitution d'apriss

numéro

suivant,

i

— Tô, — AprAs
i.
l'i

à la lin

de

la

ligne

pourro.

touto, espace Liane.

é(juivalant à onze lettres environ.
fA<riir

J.

Au-dessous du second Lfgi
et

,

le

même

signe (un

i)arré)

tpi'on

voit

aux

n"'

(JyoSo


(B)

G7280; mais

ici

il

a

presque entièrement disparu dans une lacune.
n" (i^ySai,

Ici, la lecture

Lcgi est assurée
:

(cf.

(A),
lit

1.

i!>).
(pii

Ligiw à.

Terptxntjvov

sic.

Dans

le texte

A,

I.

.')

,

on

e'^x[xnvo'j,

est cerlainem(>nl

une erreur.
lAgiw S.
T>;s xaTaêoX(i;s) ytyvO(i£{i'rjî) tocs (popiinpi^mi) xoixi'Cîso-Os)
:

ces Çopuoipi^t ou
îles

(piillances sont celles

dont

les

n" Gyo.^x),

Gyoùi

et (J7i->y

nous oui conservé

spécimens.
Lig)lf

10. El'

)(_p(yact)),

xana

mo{^Siovi:)

fi

tou

vo(^{ifj(iOLTO?]

a

:

Vadni'ratw

si.'

l'ail

à

ho

modii pour un iiomisnia.

l'Al'VlilIS

liVZANTlNS.

113

L^'-zie

1

j.

Le

n'en est

J^^ jamais donné en

si;;iie

reprcseiilo éviileuununt
clair

une mesure do capacité; mais

le

nom

dans nos

le.xlcs (cf. n"

G^oBo

etc...);

ils

font suivre

immédialemenl d'un
X[(Tpai].
Ijjpu'
i

cliiiïre le

mot

oivoKpeov. Peut-être faut-il lire ayj--=ayyeia, ou

y.

(^xii').

l'iDL.

;

Jountal d'cnlrre du Musée,

ii"

'lo'iyi.

67321.

Ordre du pmr.srs de Tliobaïde inférieure Jacques,
iY»HU(/c.s ./».s/(/Mr//.s

de

la

garnison d'lIenno[)olis.
Anlinoé.
de
la

larg.
Date
1.

ui.

«Soo
ï>i'i'.].

niill.

relatif à

rannonc des
m.
?)o(\ luill.,

l^ong. o

:

548 ou

— La
est la

réor(;auisaIii)a militaire
la

Tliéhaïde, dont

il

est (|ueslion

3, doit, eu ed'et, a\oir suivi

réforme administrative de 53() (Édit XIII). La date

de 5i8 (ind. XII)

plus probable, parce que cette allusion aux réformes j)araît

indi(]uer (|u'elles étaient encore récentes (]uaud le papyrus fut écrit.

Cursive très soiijnée (^analo;;ue

à

celli'

du

n"

(j'y.'îao).

— Un

papyrus de contenu
11.
1.

analogue

fait

partie des collections

du

Britisii

Muséum; M.

I5ell

a

eu l'obliici

gcance de compléter

ma

copie d'après le manuscrit de Londres, et
jiar lui

j'ai

mar(|ué

d'un astérisijue les restitutions obtenu(.'s
<I>Xauib?] &eoSuipos Mvvclî

au mo\eii de celte collation.

(A)

[-f-

loyhxvo[s^ ïaxKwSos

o

^syaXoirpj

ko[j.

xat

a/3/^)

[lla<Ta;,

Bsov
x'xi

)/}

o\vix£vov

,

ras

[i;>^])/At(i) •ûToAçf»

'iOvvu)v ^aatXi'js o }ipot.j[ifT]jos

onAoïi

mpiXTivTLHOi? xy.TCtXoyon

iiî sapixTai^iv acLpsrrxcva.rr^cvrjiî tii

'[fXiîTa Tî/s t\wi>
Tî/o-ai'
êiy.

voaw

*7a[ç£]«'ji'b

~iy^si(,£i

y'xp'xx7ijpi~,ii

~o'jio to

v\)\'

*[tp]9t-

ivzvyjiixoi

tv HvSxivt

éOvsi.

(-)e'nnaqci

yap ivrvyvi

xxT^/^iwcrsv

^£iov
Le

'apa.yyioi.Tixov t'jttou

(A)

fjinte

1

.

litre

de

xo/>t);s

xat

apyw

Tris ©t/è'aia^r

enapy^etas se retrouve aux

n"'

OyoSo,
nous

67281,
est déjà

et

le

même
il

j)vacscs,

Flavius Tbéodoros
la

Menas

.loiilianos

Jacobos,

connu par
mais

le n"

iSyo^o. A

lin

de

la
(i

ligne, le chiffre

ç
et

n'est pas absolu-

ment
le

sûr,

est très probable. Si l'an

correspond

à la
:

douzième indiclion,
en
effet,

papyrus
lire

(Syo.'îo, (pii est

de

la dixnl'me,

sera daté de l'an h

L

1,

on

peut y
la

to

Sj.

Il

semble donc

([ue ces dates signilient

seulement

rfla

ipiatrième,

sivièmc année de son gouvernement^?. La magistrature était peut-être annuelle,

mais immédialemerit renouvelable.
l.ijrno
:>..

La restitution du début
Lire rstyi^si.

est

entièrement liypolliétique.
:

lÀmic o.
Catal.
ilti

— To

vw

(ponnaav

le

tour de

la

Tliébaïde

est

récemment

)lasci', n" G'ya-f).

i5

lU
[(•,7321
]

CATALOGUI' DU MUSÉE DU CAIRE.
*Ï£vi^pv(76(xn~\)] Epjaou7roÀ{[T'ii]v -cro/ei apiQixov l'xiv

evxccOçfTivTW

}\rj-jai(]w

loVaTlVlOLVW, CCvSpW TnsVTOLKOTtVV OKTV
Sai(t.yv £TTap'/_£iix5 ;^a(
5

,

TSpOS TXCLpOL^v'k'XXVy TV> ©'/-

[-apos £Xf^i]wZtv ma.Tvs ^[a]p€oi.pixvi:
y£ifTOai apo(T£Ta^£v. T?;!'

[sTrJt'-îpofji.î/î,

xai r7LT7)0£iî ay[T]oi5 y/jpvxyii

yap

toiolvtvv 'xy/iOvv

TnprjVJijTixv^ ']ioi7cv'7iv

7S£paTi

TrT[a]/?a'îo"j}'at
.

*\-apoa-T£Tax7ix\i o £V'h^OTy.r[os'\ xo^es riÀovT<v'>?
•aoliTia. yjji-im[LO?

oLinjp tj;

£vt£?c£

Ta[i;T);]*'

y£yovœs, xri £v

to{> xoiroj? Tnpfxyixafriv ivSoxiixo; i^avît?,

w>

xoLi UL£y.y.prv pv\tol\i
T);>

*[TSa.pa.

xpx^rovrijs
Trjs

tJ'/Ji\s

;<]a:

tj;?

•jv//);XoTaTj;=

x(iO£^poLi,

0TT[t5

£]>c

TSpooiiiiw

avTOv a(^ï^£vs £5£i^£v TO

*[i2'j]tîi -urporrriv tj;

«utou

eiv^o-

^ot);t: TSpoiqv jo Av[a't]T£Xov7'
r

JxOTT'x'î'.

©[eXj/TJaTe TOfrui', to'jto to

'5i;f[a'T]T«?cov TPpo\r!J(xy'\ii.%

'5~£;/[o]uê[i'o]{

,

yjjpvyV'y'^i'
r^ioi,

T0t5 Tnporhi}M6£io-iv £vx[a6\or;ivToi^

^ovaiêots

InvTTivKXvoi; ,

IhjpvXXa
et?
X'Xl

*[tOV Xy,0<i^>TlV^tX£VÔ aVTv[}' oJTTTfOl'O?,
A[o]u'7tr,

CLV^pOL? Tôgl'TaXOTtO'J»

[oXt]v T£X'Xl

UTTcO

U.))VrjS

a-£1TT£^ëpiO'j

oxT''j'ufp[(o]v

«at vrjzaêpio-J

S£X£lJ.êpiOy T7/S TSOCpOVGVS
10
[fîi'j.vî'sxaTj;?]

£7j-n'£fx[7;^£]v?, axciA[ovi6'|'U'5 tj; •j7roT[£T]a) u£)'); )'v[/-<-"T]tt, £t'Î0T£;
T{

6.V ££

p^axa

pad-j^ia ris z:!'xpa.x'jA'jvO[ii^]v ,

rjvx' £xtcis £fT£'70£

Sixamix^jî

XlVVTcVS'
''[Sioi.

yxp TOVTJo
Ce passage

\£x 7a]^£'.'? [a]7r£CT[T]aÀTa[{]

\-

Lo<;i

;irriv('.

est bien caracléristifjiie do la polilif[iic niililairc
l'iiili'rieur

du \f

siikle

:

/»'(/(<

les villes

de Tt^mpire, situées à

ou au\ frontières, devraient avoir leur

jjarnison.
IJf'iiP.

ù.

Sur

les

Numides Jusliniens

(rilerniopnlis et leurs rapports avec Aplirodilù,
p.

cl.

encore

mon Organwtlwn
le

miltlniir,

i/iA-iA.).


le

KvxaOocTianciî

:

mot

tli'ja

connu dans
ici, c'est

sens de "consacré" (exemples cités dans

Thciaiinis d'il. Esliennc;

une simple variante du terme habituel xaOva-wyievos).
le

LijTtw G.

Ploutinos a été chargé d'installer à Ilermopolis

corps des .Numides.
la

Il

dut

le faire

en qualité de tribun de cet aptOfiof.

Le tribun avait souvent
\e

dignité de
1,
i

rom/e (marquée par l'épithiile XafiTrpoTotTOî). Cl.
1.

xoyLnojpi^ovvos

^\c

P. Oxyr.

q8,

i5. —

-

noXiT(£)<o£ est

ici rtla

pagarcliie d'ilermopolis ou d'Autitioopolis", où noire
,

homm!>
I^iirni'
-j.

écrit. .Sur Tso\nîtix
\j^r\\o-:a.Ti]

= namc on caulan
:

cf.

I'.

Mor. -jjl.C);

1*.

Lips.

(j->,

I,

().

\\

xaOeSpa

c'est la

prél'ecluri'

du |uéloiie, de nK'nu'

([iie

ij

xpn-

Tova-a lux^n désigne l'enqiereur.
IÀ<rnr S.

Lire Noyf/zJais.

Ligne Q.

L'annone
11,

est
1.

réquisilionm'e de «pialre

en ([ualrc mois (^TSTpayivvov)

:

cf.

If ()7058,
Ligne
1 1
.

o-/), et

GyS-.M

15,

I.

'..

Ici

encore, un espace vide ajirès touto.

l'AI'VIU S I}\ZA.\TL\S.

[073-21]

(H)

-l-

X/3);

cx

T>/> •Jix.sTepy.i
)

Kvatfs to vTroTcTaj-fx^ (xerpav airoinvOvyy-i xxi
crî'atOTtT*
iN'o'jfXJrîoj>

TSCLpa.'y'/tOvva.i Toii

loucrTJi-taroJs, 'îta B}//3t;/lÀa

Tou xctOocriwii^ auTCT

otttj/, utts/î fivi'os (TSTiTsuëpuj xoLi
tj;? 'cra|90v[CTJ/>] ^^^'(îexaT};*

rjXTœ^ëpio xai

vosaëpio xat SexsaGpio
r.

t7r<v£p/(T£ws
aroi/ 7?/* avTj;s
xoixiCj

anpoxpiTvs
Sv'')£xctTi}>

,

ay^pi

xoaih]î tov £VTj-)(\soTOiTYjv
T);>

-ît/oo^Îî/Aj/J

ïv.

lyXoiSy

xa7aê'oA[?;]b }i} rofI< Ta>

^opaapj

ou

TV
lo

onTij
_^Ji^
r]-))Ti<,

rriTÔ
fTiTÔ fTl~ô

m
lîi

rrx

r.ipoxpj^
ctî'orx/s/lj
'

/^yj'^
'Wj;
prJC,

~v avT^
T'a)

^

r]vU.OaiV

m

ÏÇ)

rAVOXp\)

hijnc

1-2.

Un

lit

d'abord

[.JeÀi;

niiiis

la
i.

comparaison avec
G,
a
il

le

ii"

(iyiiao

me

fait

admcUre
fois

Icgi.

De même au

n° Gyo.lo,

faut sans doule lire Ic/p
l'ail

une seconde
j'ai

au lieu de xeÀj. La première Idlre
/

tout à

la

forme d'un x, mais

rencontré cette forme de
(B)

latin

dans d'autres papyrus de Kôm-Icligàou.
i/3), oivoupsou (^ayyeta'?) fi \> iç (•.>(jiG).

Liipw j.

2(T0i/ moiStovs) a^iy y'

[iho
a6)


Les

Ou

a

vu plus haut

(t.

H,
iMi

p.

(pie l'artabe valait à cette épocpie trois modii.
ici

fournitures en hié (et
sont dans
le

vin) sont donc

pres(|ue exactement

le tiers

de ce

(ju'elles

papyrus précédent. Les contriGutions militaires d'Aplirodilô étaient
ipiart à la

donc atlriGuées pour un
celle d'Antaiou.

garnison d'IIermopolis

et poiu-

trois ([uarls à

Ligne 10.
l\ov. iS5

Tai auTa vwep Syrrriovrarov);
,

G,'

ilrpittatiis

est l'aruuirier

du bataillon
koli

:

cL

1

:

ouSe tous ev

tou

otpiOyLOts

avyKaTalsyonevovi onloTtoiovs , ovs

Ssttou-

lOLiovî xaXovat, toi/s -crapa tov Stj^iOcTtov no^it^o^ievoui
î^eaOai
i;

aniiaen,

(juyy/xipovyitv

spya-

tm'i zrnTpy.axsiv OTrXa.

lîiBL.

:

l'.ipyriis a(i[);irli!ii;iiit

.111

Miisrc cl'AJoxaiKliie ft dont M.
(luv.
1'.

l>ioc(-ia,

coiiservntcur, a bien voulu
ici

m'aiiloiiser à prciulrc
jiléler la

r(i|iio

.'ii5; ilou

de M. Adolpiie Catlaoui). Inséré

pour coni-

puldicaliou du trésor d'Aplnodilo.

67322. Lettre de Jean
(lih'i.

(

|ia!;ai(|ii('

(rAnlaiopoiis?) à un pfùlocùnièlc trAphi'oiiiiil..
liiij;.

\jm<'-.

m. 181

o

m.

.''xjo

iiiill.

Anlaiopolisf?).

Cursive penchée.

IIG

CATALOGUE DU MUSEE DU

CAlIlE.

[07322]
]'

W
Ma
Tj;i'

xepaXvv tov

Xpirrrô, ear u); tsapctSorrvi touî

j tw/:/}

ou?

-rrr/50?

[t);i']

0eos ya/3
TGV
5

otSev, rsavy oXlycciprirrsv

XnanprjroiTo; xvpios Mj/ra? [we/st]
xcli

-rrfojfxero?
(a^s

sXOotos xat smoTo; clvtv,

tvv

[a]j'[a]î'a;<[T);]'7t[i'] Tjcf[va^i:{]

vvirep

Qeos otrhv oxvv z^iaTivroLi.

Usio-rjii

yap

saoi.vTOV oz\i

]
ysvpyo^vs]

ovx

a.vs)(^eroLi

-apaytxa XyiroyvTa [vJ^ols v Kvu-ioyvrcc Tnanifrai [....]

)^a/?[{]g-ai (?)

ovv xai e.
t)/''

.

avT'-f'

^^W? -^h

!^^7^ '^^^ •aapy.'hî tov;

Tnpoî

T);j'

yvoLiTiv

'aeix(pOeir!-av

toi rsctp ep-ô

ïvct a7z-aXA[a;,^0);s]
^la. [toi»]

T>)5 3-Ai-<ps(A); rauT)/». Toi' 'h
10

xoivov aSeX^ov X-noXXov

©SOI'

TSOCpOLVrCt. TSe^lpiXTi LLOl fJt.£Ta

TWr

-T^pOTVTKx'V
ili'nx

-f'

Siiscriplioii

au verso (en

lignes)

:

[•r-EJTTJrî/

t\v\

'

^^'^[eXjçC)] (place

du sceau?) Itrjqxopv

[A]7r[o]AX'v[T)

•WjOwtJox/

+
L'kjiic
Jji'iio

Iwar[7');>]

1. 2.

Lire «rapo(^(v)cr>7S,- de nn'me,
Cf. n° fiT.'îîiS, p. 1,1.
1-1
:

1.

:

{v)')uyvpri<Tev.

ufrpy.7TXTii

un

woif/i;i'.
([lie

iw ETziC^n'^oviJiewv zypoaumM',
'•'

inilc

par

Pcut-èlre

faiil-il (Innnci- à

zrapsx^"'

^''ns fi-Mncais ~

payer"

:

personne

{l'aulrc

loi

ne sera puni de celte négligence
esl sans

(V).

Uirnc 3.
Ufriic à.

Ce Menas

doute

le

pagan|ue du

n"

G700Q,

ElOolt'^TO?, £i7ro(i')T05.

p. I,

I.

G.

Xyai'aKTricrtv est très douteux; crKevaCei également.
il

Le paganpie Menas pardonnerait un premier relard, mais
[.igiie

ne faut plus de délai.

5.

Lire sreiOco.
Lire ïv-now et
^i/f^'ot"'-

Ligne G.
Ligne
(j.

Lire AttoXXoii'.
Cf. n" G 7
d'ciilréc

Sitscriplion.

82

,

.<î/sf .

,

r.

Un

Jean, pagarque, apparaît au

11°

C>-?)-2h,

lll'', 1.

1

1

l'iiiL.

:

Journnl

du Musée, n" 'lo'iya.

67323. Lettre adressée à Apollôs, prùtocùmète d"A|tIirodltù, par
Psaios,
larg.

le

nioncranus

employé dans

les

bureaux du ^;/'rtc.se.s(?).
Anlinoé(?).
Le. bord droit manrpie
le
:

m.

£>i>8

mill.


si

l^ong^.

o m. S.ly mill.

Cursive droite, assez élégante.
ligne doivent avoir disparu,

onze

lettres en

moyenne par
.'îo

papyrus avait

la

largeur normale de

à

.3 1

ccnl.

w
[•ff}i(X

o] Ssanorv? ^ov
&SOV
1.

svêo^OTOLios xofxt-? \u.aœrio[s ovx

r;fX£À7;a-£]
.

T?;> <Tuc7T[a]T£&'i: t?;î

vuw

x'jliixvs.

EAaX);<Tt[

.

.

Liijiie

Le comte Ammonios apparaîl déjà aux
joue
ici

n"'

G70G2, C713S

el

G7i3(). Son

litre et le rôle qu'il

semblent prouver
11°

qu'il élail «Ofjiis xai ap^a^v, c'est-à-dire

praescs de Tliébaïde inférieure (cf.

G732

1,

note

1).

l'Al'VULS HVZAiNTlNS.

117

ypa<^t]vy.i ûtaTt tojs aTro t);> xvaiii xcli ~ois t-^7rtA/£[vTa{5 lîta t^J

•wpa'TOKa'fXî/Tas tî/s at;Tî;» xvai]<

,

koli |3c/viÀOfX£!'o|'j»,

vaot? fXct'TOtJ

xat

TC-Ub oiAAovs,

À£}

c

fî)/

lioj'TOj'

xaj TGV vVov av7ov

HOLi

io\v; Tsepi aviTor (?)J,

Kat Ta TOtavTa ypafxfxaxa
Kl
T);

OLTrio-usiXoL Sia.
o-ji'

tov ypxap.aTyt^\opov
to[
.

.

.

.

Tî/ ai'îeX'3oTj;'r<.

TaviTa

Xa^ouo-a, 7SOLpxTXSV0ia->i
xocli

.

.

.

(TWOL^ai TO'JÎ aTÎO

TJ/ï XVIXllî

XXI £m^,rj\JVXl x'jrois

.

.

S^-KsXAeVTW
£i> T)/}'

r]oyvxi OLVTV
*2£/3tJ

TX ypXaiXX-X Ta -mpOS aVTO'Ji x[.
aî'Ci'

.

.

CToÀu' xat

avTOu?

xxOï'rnwi'ixî'

V[x\_£i5

Se u,£Ta(?)J

Tcov iZT^eXXevTwv KxO' eauTOUj zsoiv^xts
i5
Tj;i'

tj/'' ;^/3£t[aî'

tj/v CT£/;t(?)J
.

xaTaTTa^n', aXAa

fx;;

x-ïïompi^i]^

t[o' i^J/^a}' fji.[aTa
.

.

.

•crapa tou zip^aevov ixov SeaTTOTOv jrjv xo^tros xxi £^[

.

.

aAXa

-sai'TWï axoXov/0)/<7oi'

tî;

-nvpoTTaÇtJ

.

Toi'

(î[e

\ioryxopov\
]

"^laxvwQc; mxpxvrx

exitea^l/XTe £j'Ta[0a
'^9fJ'['~'>J? [i'
I

V T9V ?V'?[^]çÇ'~^T^'-'
Siiscriiiliiiii

.111

\erso

:

[|'

l']7r('5^ J

TV

[aJ'kÀv^ai

^dessin?

très

cllacé)

XtioXavti

-c:TjCa'T[&Jx[w]fxs

ijl

H^ai'ou v\oviL£pl\
KaTOLazaa-ts indifjiic-t-il
le

Ll(fi)c

8.

ici la

rondilion du village on matière d'impôl, c'eslet leur solvabilité?

à-dirc

nombre des contribuables
Upoa-e-za^s
:

Cf. peut-être P.

Lond. IV,

1607,

note 3.
le

restitué d'après la

ligne
:

17. Allusion à

un ordre

envoyé par
ceux
(|ui

pracsvs aux a-no KUfiv? au sujet des impôts

ordre du nièine type (jue
et

ont été publiés plus liant (n"'
t);î x^'f/»;?

67000, (iyaSo, G7320

G7021).
mais l'ensemble

Lijnir h.

0< ano

désigne donc non seulement

les dignilau'es

des habitants.
lÀi^ne

G.

Le sens

me

paraît

l'iri'

:

"menu-

s'ils

veulent

.

.

.

s'en

désinléresser et ne

s'occuper ipie de leurs propres aflaires;^.
Ligne y. Ligne
Ligne
1
I
.

Hotlos est en

elTet l'un

des prôlocômètes,

lui

aussi (cf. n" 670.^)2,

1.

8).

V.7:tSovvai avzoïs ira ypanixaTa).
<I>£p£(
l'-st-ce
:

1-').

dans

le

sens de

rtil

conduira

n.
I

Ligne 17.
Suscriplion.

Dioscore (lilsde?) Psimanùbel? (S. les indices des tomes

et II.
1

Un

'^atos vovfjiepaf/ioi est

connu par

le

n"

t)7o58,

11,

I. î),

et III,

1.

'1,

20.

liiBL.

:

Journal d'cnlrcc du Musée, n° hah-'o.

67324.

Fin du testament d'Aurélios Pankab,

fils

de Panoupliis.

oyy

mil!., larjj. o

m.

i!

i

3 inill.

Lon<j.

m.

Pi'obablenKMiL A|)lirodilô.

(iursive pencliée.

118

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.

[0732/1]

iw

suLvy rspxy [iixtwv

[

.

.

.

h^oyBai. Bot/Aofxaj ^e xai tôto, v;

£{

rr-ju.Soi.iv

t);

/3aOufx[ja tx> xX);p7

I^'^vi]

otv[ô]
tF. .\/[. .]t5 rpvyyjdevTOS ,

xelew

rov sv/.y.êe^Txrrjv TnpsaSvTspov xô aurô
i:KOî'ra>

fiovacnvpiô xai tovî ev auTw fxoi'a^ovTotî a7ratT);Ta( TaTa^

xai axorTa?

TOUS aTioôctvovTixs mporrSoxen'. A'jtij Ss v
[So'\kos TSrAnjpo?
rî<[a6i]);;cj/J'
,

'^n/J^x-ij

omerrrv

-uras

(^Oovoi

xy.i

);)'7J-£/3

^ovAou'xi (XT:%v:%yJj xpcnsiv xat
)

x-j/st^uîU', );v7r£/3

uTr^yo/seuTa (s/c) xat wa,'35TXô'j[o:]Ta âT);v

pti^vroii x^ viroypa.-

e|>;s vTï'jyp'x'PovTWv

ixccpvjpvv sn7x -ov ipiB[X(jv,
7);i' r5vvafiJi'

ouo-ttô/î ixoiprvptxi T:^poa-

exa).e(Tafi7;v,

;<(

T:roLpxvs-)vvv a-j70(>

t);? ^.iiOipoi? xott 7TT£7reiJc[a]
'5ia

jcaya tou?

v[f5fJi.ou?] 'j-Koypail/'xi.

Ot

'5e

/otTrot trravTS? OLirox/.vpoi STrjVTy.i,

to

OVITO'J pLOJ OpOaiî XOLl ^IXXl'xl? SsfVjyJJoLl.
(SiSoLicc Hirrot} ypcL<pl^

H hlxOvXV
llï[v]/^aé'

XVpiOL Si77y.l XOLl

ofxoTUTroî
-f

s^ •jiioyp'xZv?

sfxv; xai

suepanv
o

f'Trt

to'jtoj[?]

aam
T)/}'

vfjLoXoyv^ot.

-f-

-f

Au/^)//{Os

llaj'oi^jo

Tnpoxj

sOsfxvv

rauT?;''

SiolOvxvv 'asmafxsi'05

s[t^i]

mxosi

rois svyeypOLaixti'Oi-;


txxpjvpv tv

XXI 'jTxe.yp(x^x iSix
r.ixBvxv

^[o^

"^^l'^avo-ts '/J^P^ T"

OXXoroî

Tnpsn-Sj

XX0'J'7XÎ TSOLpX TOV ^ctXSJ'OV

[ Xvpv'^lOS

lUXTWp -U/3Ô tXOLpTVpv TV hy.OvXV

[j*

Au/2])A[<o]s Aé'/5aafX(9[b ....
S-£fX£[}']o*j
-f-

fji]a/2[Ti;/3]v tî; r}\ixOv\(.y

O-xorsxs

mxpx

Xvpv'kio? K

Lip^Dc

II.

Les deux Icslamcnls

publi(!'S

sous les

a"'

G7

1

5o

et

Oyi!

1 -1

,

surloul

le

second

réservent des legs impoiianls aux couvents. La seule clause conservée de celui-ci
est

encore une fondation en faveur d'un monastère. Dans
jiai

la

re([uçle (lyoo.'l,
Il

il

est

question d'une aroure léguée au couvent de Pharaons
tout

une veuve.
uni>

semlile r|ue

leslamenl
(|ui
:

(jueli]uc

peu imporlant contenait alors

disposition

de cette

nature, ce

e\pli([ue le

nombre

et la prospérité

îles

monaslères en Egypte.

Lx^ic 6.
Lijpic
Lirritc
-j.

Tavrai
Il

pour Tavra.
."1

nianipie évidenuuent ipiebpies mots

la fin

de

la

ligne.

8.
IL'.

Lire airo tolvttis j>is SttOitxv;.
.Après TSi-neiKo.
il il

ÎÀtrnc

y a place |)Our rvrovi,

mais

ilaiis

la

mai-ge siMilement

;

le

mot, dont

ne reste pas trace, avait sans doiile (Hé passé.

1J"W 16. M.

Bell

me

signale dans

1*.

Lond.

I\

.

1

'11

<)

,

«iti^j,

un

TIcui-cvïTr.

l'AI'VIUS l'.VZAMI.NS.
Au
voiso.
iu\(>iil;iiie

119
l:ui[jup

irdlijfls
ruLii i(|ii('s

iiidliilii'is

iikdcic TTiiCKe^-ii), ou
l,i
|

niplo. Je
v;isc

sijjiinler.ii

[0732/11

seulciru'ul

<leu\
I

iiilérL'ss.Mit

liilolojjio

^jiec(|u('

:

"wn
;

|ii'lil

à

|i;ii'fumsi

MoV|-ro()iu.ii

nvpoOijxv)

Koyi
\\°

o^-cic.i

.

cl

uu

^uilro \.im>

uu

(dllVcl

oiuni {Oviv^

o'<,*gici.

liir.L.

:

Jotmiiil d'eidicc du Musvc,

.'id.'iy'i.

67325. Livre de comptes. Cahier composa Ar

une
lai'g.

licelle.

o

m.

i;)o niill. (sauf les feuiUels 5 cl

ré'duils à leurs

— Longueur moyenne —
marges).
fol. 1\').

liull feuillets reliés

enseniblo par

de clia(pie
(>

feiiilleL
ijui

o m.

3oo

mill.,

sont coupés et sonl

Aphrodilù.

Date

:

apn'.s

585

(voir

L'cinltire des com[)li's paraîl ùU-e celle de Dioscore; les (juillances d'inipùls sont de

plusieurs autres mains.

Ce papyrus
collecliou

(>sl

(avec

le

n" (iyi

i

i) le

plus réccnl de cen\

(pii

porlenl dale dans

la

de

l\('mi-lcli|jàou.

Il

nous inlroduit dans

uni;

épociuc peu connue de

riiisloire d'ApIn'odilù.
lils

Prescjue Ions les personnages qui y sonl cités (sauf Dioscore

d'.A|)oilùs, le " |)0(Me" el

Sérènos

le pajjaicpie)

sonl pour nous des nouveaux venus;

lait ([ui

contribue déjà à rendre

dilficile rintcr|>rétation.
<le

En

outre, les

liuil feuillets
:

(joui se

compose

le

cahier contiennent des documents

nature très variée

i"

Des comptes Des
fils

relatifs à

1

administration d'un domaine ajjricole;
(/fiê'oÀ)/, Syjiiôcfnx,

2"

(piillances

dimpôls

raî/Xa) payés par

un certain Kornclios,

de Philanlinoos;

3° Des ipiillancos analojjues, délivrées à Dioscore;

Un

acte de localion de terrain. Le terrain appartient à une veuve,
III,
1.

(ille

de IcodiTtn

Kopv„h'ov{d. n"G7;.8;5,

-'Ji).

Ces documenls apparliennenl enliu
ils

à

des dates assez espacées les unes des auUes, el

se
l'an

suivent dans un certain désordre clironolo{j'i([ue.

Le contrai de localion est
(fol.
le

de

r)85. el ailleurs

il

esl ([iK'stion d'Apollôs

lils

de Dioscore niorl vers 5^2

VIII'';

sur celte date,
à ipii

cf.

n" ()-'>S(i, nitnnL).

Je ne peiu donc déterminer pour

momenl
Je

appartint

ce caliier, ni ce (pi'il signilic
ici

exactement.
(fol.

me

bornerai à sijjnaler

un

détail imporlanl. L'un des èviiyifx.
:

IIP,

1.

7) se
AayLia-

termine par celle formule insolite

O

év^o^iicLiùi Iwa'rvi/s Tsoiyapyjti
Si\j.olpov (lépous eus
le

Si' éfiov

loû voTOicÀùu' éçéSuoia. to èviâyiov roû

apoxeha.t'^K Plus bas, un

autre pajjaripie, Sérênos, donne cpiillance pour

reste

:

xajà ro

y' fxépos.
fois

Toujours

sur

la

même

pa[;e, les

mêmes

pn|;ar<pies ont encore fait

une autre

apposer leur

'''

Je ne pense

|).is

(ju'il

y

.'lit

lieu de faire

uu i'a|iprurhpineul avec
:

l'ohsrui' Sif.toipofi£pos tcûi'

xP^~

CTixàJr h)]\wai(i3v
lir.i

de

1'.

Luiul. IV, i.ISo

car rc\])iessioii correcte jiaraîl èlie plutôt celle ([u'ou

T)lus loin

:

•ûrotjapxoî toO liuoipov
liaiisforiiia

\iipovs \vtaiov.

lille

semble maiciucr
:

le

début de

la

léurfjaiiisaliou (jui

Aphiodilo eu une

|)ajjarcliie se'paréc

radniiiiislratioii

byzantine

nioiiln; là fa tciuiancc à créer des circoiiscriplioiis

de

]ilns

en plus

pelil;;s.

120
[573-251

CATALOGUE DU MUSÉE DU
signature, mais avec une variante intéressante
:

CAIP.E.
.It'jin

s'intituli'

maintenant

('I.

1

T)
l-a
1

aâyaayoi tov

SifiOt'pov yLs'povs A.vzaiov,

et

Sérènos aoiyoïpyo^ toO rphov
1.
•:>.•?..

tiépoui.

même

formule paraît encore au
triait

folio VIII',

L'existence
i.
1
;

ili'

deuv

pa;;ari|iies

Antaiopolis

déjà connue

(cf.

tome

I,

n" (iyoGS,

et

surtout les deux pap\ V1

rus de Londres cités par H.
ÏArchivfiir Piip., VI, p.
i

I.

Bell

dans

le Joiirn. oj JJrlI. SliicL, .XXV'III, p.

o.'),

et

1

1);

mais

les titres ~ pafjartpie
la

d'un

tiers-' et r

pagar([uc des

deux

tiers

d'Antniou- sont nouveaux. L'explication
11

plus naturelle est d'applicpier

ces expressions

une division
partagé en
.1;

territoriale
TKs'/.n
:

de

I.i

pagarcliie. (j'est ainsi (pie le

nome
t)7>

Iléracléopolite était
-sr'3X(()T(£('ats)

axyâpx{''f>) toû iSoppUvov) o-ksXovs nxvTn^
le

(B. G. U. 3o/i,
:

vu' siècle), et aussi
:

nome

Ilermopolitc (P. Lond.

IV,
cités

iZi()i, 1/1

voTii'OÛ cTxiXovi^î) Lp(zou7rô).(£iis)

vers l'an yocj). Les conlnl)ual)Ies
le

dans notre papvrus avaient peut-être des propriétés dispersées dans tout
Antaiopolite, ce
([ui

nome

explicpie rinlervcntion simultanée des

deux paganpies.

Fol.

I.

Rkcto.
\t!

f-

\o

(T{[t) S^s/_

tt'i

XnoL TaT»[ai'ô ....

5

Tt
aTT TO

— XS X~
vmëo

"'

Nsll[x\vtos î?
aTra [ll]u)à

<I>oté'(

t5

}

'['•«'.''/J

a-i:

-r

pfx;

[avr]" TOTTj

Sarifôs

et? [t]o op\

''''/" "

)

mrspixoiê'}

ai^

-r xy
'aa.poL.

Fol.

I.

Recto.
!>.

fjiuiir

i.

\oy(os] a-n{ov^ Ss)(P[svroij

Ligne

(Ynep'j yevnfJ-OxTui'^ v' irSi^txTiovos) aia.pa) Six(p{op'U>vj TQT:{ct)vj, ovr[(iMj.

Ijgne à.

To=T07roii.

liôX

:

très

douteux;
la

la petite lin et

barre horizontale révèle l'existence
milii-n

d'un 0, mais cet o

était

peut-être à

non an

du mot.

(Tirep^

£X(p(0p(«i>I'W>7> (aUT);î) lvS[lKXlOVOi).

Ligtic 5.

Sur V'ô
(i'est le

= xpt9rjs
même

apTxËoLt,

cf.

n" Ciy

ij8, coninn'ntaire.
ou Xstxjjto»
:

lÀgiw 6.
1.,,.

totto; appelé ailleurs "SsuTTKyiTos

cf.

n" 'ijSii),

jAjrnC Q.

E(5 TO Op(oi).

Ligne 10.

VvvkJ pour xviixyov). Lecture douteuse; mais
:

cf.

fol. 11'.

1.

.">.

(^ctte

plante

[[ecnicus de Pline

Hist. ual.,

Wl.
cette

sément son abondance en Egypte.
Ligne
1

— Le
le

53)

est le

rarlhnmr

aitiiel.

Pline signale précia été

diiifre (pii devrait suivre )(..
[)ar

oublié.

I.

Lire cni£p(i.{o)èo{y.ia.s)

:

fonue

un a,

ipii

^'e--t

di'j.'i

reuinnir.'e dans

nos documents, est constante dans

présent papyrus.

I'

\1M

i;i:s

liVZANTlNS.
(TlJ

121

aTT 70

WXTÏXOVK

IT OÇ

){\

»

.

.

\

[07325]

[a]7r[" tJo
(Tij

aaa
TT

V.ip^jiniî

r^j

to viô Ta7ra|v(?)J
Aoi;' aij -5"

ïy Ts\

Ï'PI

a.

ÏS y'

s

X[~

]

TO [iJTaXJÔ _^^

T);> 'WÀçt[fTT)/> )

)/>

.].

.

.

.|

.

.
1

T&[7rj] T(Ta[

.

ja^o h\

llauXô

wotfjL* [aJTT (Tj/~3~ ie

TOTT) «haSaî'a i'!iikiyo\xivo tvî'

/^ot/î^j'l"!']

2

T);> )3:u.s

\>io

OLVTÔ
-j

fnj~cr

Y^o

j

avï h- TO

( )|

a

It-jt^'J'

Il2);|rr|i9v jfpj/fxto

A an
3o

rjTTSp'
.

çrXaTTJ/s
TOTT)

} )/> ^/toj /_

.

vf

Ym'jô vtto Iaxa)6^

*?"['/

"^1

^'

X"[-]

F..1.

1.

Viinso.

[-1'

Ao

.
I

À| oi-xi

3tt l.'Çjeiîj

w/ TÔ

a;;T5 [ATrja TaTtaj^o

air S[ix]^pI TO

^si.'lvpt.fj t);:?

T

V

«'''

0"JT

a7T TO i;[aT]té'ouj
5

X[aj(_-5-] K

ai? k- t[5] OaTtTa-j'

^[«X"]

^

'W

1^

Fol.

I.

Recto.
i'S


I'.'.

/,/;;/((•

1/1.

i\.oi(Trov)

at{TOv) (otpTaêai) ï€ (xpiTor).

On

pourrail aussi
t/fi
1'',

lire

£'=

i/.^).

*'0

compte

est

laux,

iiuisiiuc

l'oiiiG

(lip/)

vaut

d'arlaho
7, noie).

(cf. n" ('17

i;5S) ou [nnil-clrc innnc, dans ce papyrus,

un

\

j'o'

(cf. fol.

I.

Liimfi fjjrne

if>.

J'i{;noi-e la si{;nilirnlion
'//

du

Zj initial;

peut-être doit-on lire

Ç>;t£(.
cf.

uo.

sijjnifio

sans doute

'CiJyv, el

se rapporte à v /; sur

^ = 9/3,
semble

tome

1,

index IX.
Liinic

aS.

Aax~r
le

devrait sijnilier Xccx^avwv) {apraSai); mais
scrihe ail

il

ici,

comme

plus l)as, (pie

employé celle ai)révialion, par inadvertance, pour lax}

= Xa'xavuv.
lÀ^nc
36'.

\^

= (xpovpw.
(»/f/(«T£«ï).

Liipic a 7.
lÀiriic

l\.(p

-jS.

Aol^yos) £T7r£p(f/afoX(a>).

Calai, (tu Musée, n°

07^79.

'"

122
[67325]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
^«XT
'^

CAIME.

[Aoj)] om'5

jrx[ô](T0[ô] ) oltta.

.

.ôf rpvyvs

oySoij^s^ Tijs

T

i[v, §1]

T
j
(

w/^

TaTtai'ô^
[toJtt) '^tviô crvv
.

.

.

[}'£a)](9

aj

fA't

//

«?7 ^V
)

//

Aoj') '77r[£/3]fiaé'o' rryv t[& to| lltôô^
£t>

fT[n£pU.OLëy/ £J'}'aT>;? [n-,

f5/]

<I»<£jé' }'£««'/2/

&VT"
x^[/"U"
]
[
'4'
.
.

.

/^
.

xpl -TT
a5 )

j
i?;

.

£
-nr^ ï(pj p.

^
.
.

T»/—
mj -r

Va

S

TJT) [a/orajê")

ip

.

tj^-tt

«v v/

ô atT) [a]/3[T]a^( ï fJLSTpj

£fA[''-i']

T)A/-rr '<?/[•] ;<£«o<Txjj'£v[jx^

/^]

<t(/— a

^opTomzspfxâ
•|-

~~
.

A£rîw>££[)>]

KopvyXios

<I>tAa!'T[(] Sj [R«x]to/?/

^^

S)iu.orrij

Fol.

I.

Verso.


le

Liipir 7.
lolal.

Aa;^ est écrit en surcharge sur
il

le siijne

//

qui désigne ordi-

nairement

Après iç,

y

avait

peut-être une fraction
ii^/ij

(L,=

1/2)

:

mais

rien dans le ms. ne l'indique.
(pie

La
la

nienlicwi

(au lieu de ^7"
si

/3)

semble indiquer
1- n'était suivi

l'oinG («?()

n'a pas

ici

valeur

ijli

d'artabe;
le

le

cliiiïre

d'aucune fraction, on voit que l'oiiiG serait
Lifrnc Q.
K(ïf/>;Xo« (?)
:

i/B' de l'arlabe.
est

la

charge de i5 chameaux. Le x

certain,

le

Àj presipie

certain, mais les autres lettres très douteuses.
Lïjrne
fA[jiie
1

1.

"Nea-ev

:

la

lacune est un

|)eu
:

grande pour une seule
les traces

lettre.

1

6.

Peut-être avv [Twye&ip]'^
lit

mais

ne conlirmcnt pas

celle conjecture.

L'abréviation ayyj se

peut-être ayyapevrai.

fjnnc

2.5.

Le

chilTrc <T(/~er «»; nj (le dernier
la

nombre

n'a

des deux lignes 9 5 et 2 G à
chilTre (|u'on attend après
ïcpj

fois

:

c'est le

total.

pas été écrit) est en regard
f/

= f/eTpw

(cf.

1.

2 G)

:

le

a été oublié.

Ligne
I.ijnw

tiG.

Ajoutée après coup.
:

27. T»7X(evs) (apraëtij
:

zriXts csl ]e

fcniignr

,

léguniineuse du

l'^cnva pnpiltoiinci'.

Ligne sS. XopTotTTTspuov

une arlabe de

gi'aines de fourrage.

Ligne 2 g. (ÎUl(xin{^tvoovy

l'AI'Vl'.liS

BVZANTIiNS.
ivyij £

123
[(n325]

ao

c tj"5/ [x£/5/J iT^roi (1}

u.)

^0.(1 x\

.

Fol.

II.

RliCTO.

p

A057

T7r[e]/2fia6o^

to to IN[ef/7rx>7TOs(?)

<5'/

tJo

T

<l><ff[é'j

<P%W<Pi

"

W O'JT —
i/tô

5
h
•|'

rî/

Aé^/îjaafxtô

\<xyj-

ix

a.

}

'^j

-ou

.

ô t^jsté"

ysvpj

rril

TT

ï

X

-^

}:'

^'

y^

fxt/

~5"

[

.

]

(

Ea£T/2);(T[e] x( ii'sé'aXe to or Ko/5r);XjOb

«l>jAarT»'oô

[rî/

j

J{{«Ta'/30s, stxëolj exT»/?

ti'^/

^^
,0
)

xvfi*

A>p[/3o]/5/ aij pî(
a-[u]i'

cxaTOr <îexa ervea
}'(/

TiTxpzo)'
Trp«î/

ravX/

)

tt/s/-

m]

fi) pi'O

d'

avv vavXj

ifxô [llaJXii'Tj j/J/ ;£WfXj \(ppoSj crxotx) T"

(Deux

lijjiips

ou

lilaiic.)

Aoy}

rTTTepixaSo' [tJo-j

to

<I>c/2«o ^y

lax

OUT
T);XcrtT) .(5./?/ 1^1

y

[T]a>

f^oô**

TV yewp]
a

7^1

~^ V

£/2£6'[(]j'0ô

0(L,

XopTf oJTTTt-p''^

-T

,5
I

i\pl

a

L;

Fol.

I.

Verso.


i

/,//;7ic

.3o.

Lin' iio[ya),

iJ.ti[vos)

(paixe[voO).

Limir 3i.

Liro a-Tor/ji (iniiis la Liciine est tro[) fourlc pouroi); la croix finale nV^t

iinlrc ([lie le

do

fiot

.

barré à

aii{;lc droit. Cf.

fol.

VI1I%
cf.

1.

a 7.

Fol. II.
Lijnir â.

Recto.
ô

fjinir 3.

^ = ytioSios'-),

ou

/^«(tioi');

11"

OycoB,

rcc/o,

I.

1

5.

= 0(ioivs[1).
ou -01;
[uïjou (cf.
:

Lijpu/,i"HC

fi.

liirc Ii!ou[p]&u,

1.

1).
1(!

(J.

To
'(1l^

ov(of/a) Kopi'>;Xio(i/)

ici

roniino plus bas,

nom

osl an nonunalif.

Lippue S.
Lijnip
().

= (JLoSious.
«p(
.
.

'^vv vavl{ot?) (xai)

.).

Lo

sijjnc

|)lacc

au-dessus de

wp

ressemble un

peu

à

un 0; mais
à

il

n'est pas sûr (pie ce soit celle lettre.

Dans

ce cas ccpeiidanl, on
:

pourrait sonj;tu-

wp(o3-)Ô( >;xai s) et,

moins

bii'U, à w(o)p^ifi(0(s)

cf.

Sihuas.

.v.

r.

aopOyiStov- TO wXoior, -aopOniov
fjjjiic

h

ro vmaov.

10.
1

Tp

-=>p(af/(/aT£05j.

IJoiif

().

Ajouléc après coup.

VlfjsëivOa est le puis-clnclti'.
iG.

124

CATALOGUE DU MUSÉE DU
Aa^
§1
fl

CAH'.E.

[67325]

a
i(pl
|S [,

X«[X]5

.0

Sj Sj

£V0
.

.

.

[i](pj ,S

Ax.

T05

ï^j
ï(pl ï(pl
[''?'[]

a a

Sj <t>e. §1 Sj

.

mov
Tîxj

\<x.x.\rjLië]

y
^
a
.

K[oxxi]vô KaXaÔTj
Ai'ôi^JÔ T£/5fi[ô0]j/s

25
ç/

(5'/

i'[i^/]
i'i^/

^ navAô

TTTtas

[

]

Fol.
[•f] Ao}') 'T7r£;/3fA[aé'o^]

II.

Veiiso.

t5 tottô Bixto/î&î
O'JT

^/
(î"/

\ay\)p\

ai\iT a

s' Xa;(^<

a

a[,

X[~]

''^

W J'Vv" A
a.

3"

Ta

fîex,

"^Z
<i\

^^,"-*

EXevj;?

r7i\

-rr ^
z'

.^,

.

^
'y/

Tou

T
T

w/

£fxov

X£*/305

mj^
'7ij~T

"

y^wp/

£7rt

IfTaxjô apozpj

.

trf/

i'i^j'

a

5

ras

cîar(a-0(

-cr^

JUxTOp] ^loysvô? ojpl

m''—

?;

10

ô E^s^auLijv a'jTa» tsJ

tô Sai'6'[o]
[a]
.

}'£''^'/0

ÀTra Iwai'i'ô tô
j

wej'^Je^y/

tj/tt S
Tij

-ct/

EXerj;? a<îeA*p/ BiXTopj

.

ev

~t

|3

yij

^ /^
se trouve

[X'^J B.XTO/./

m\ou

\

[

.

J.y.;

X"

i.

Fol. II.

Recto.

lÀgnc i8.

M = f/o.î<oî
:

yiaTiov.

Leclure 1res douleuse. La lacune
l'sl

ne conlenait poiil-êlre lien
Ligne
ù/i.

la

surface

du papyrus
1.
i
;

usée.
i

Peul-èlre K[oxx(]vô

(cf. n"'

fiyoSy,

C^o/i

,

i.

2) KalaovT^oi).

Le

nom

propre KaXau
IJfpir 2.5.

dans P. Lond., IV,

1

'1110,

233 (comme nom de

tottoî).

Cf. P.

Lond.,

1\',

1620, 2GG

:

Fol. II.

VerEO.

Uipie 3.

l<7xvp[icoros).

— E'=

Tspyiovôtoî.
i/5.

A

la fin

de

la

ligue, le sij;ue

I, (>7ftio-u)

a été ajouté après
Ss)(()svia.

coup;

la

leclure y]>vx(^ov) esl 1res douteuse.

Ligne à.

Ta

Ligne 5.

Ajoutée postérieurement.

Ligne 7. ApoTp(>)Tou).
Ligiie

10. 5
1 i
.

=

0f/0i(y5 (?).
?
:

— AuTai

:

certam.

Ligne

Mo

la

barre au-dessus de Vo esl seule visible.

l'\l'Vr.US

liV/ANTINS.

125

(

^
a
•ût/

A^'

O-TJi'p

(^[fij/s/

It^.V/î/ <T(/[~5~j i.

[0732:]

)

£iî (T>ca'A[>;|;c&6'pa)(T<a>'

}

aÀ|fx|)/i'

o-t/

V[2/J

1'

xtjo/ aL, ;(/3va-o;)^oi'[xa>]

[

.
I

,3

w/

(1/

01X01 -TO'j

T.

||u.);]i'0>

i2a/3fxov6') ï

//

v }'
xepj

irtj

xj

^

èj

Tov T,

[fjLj/Jvos

(pa.pij.oO

S

iiï^i

ç

L,

-/^p'jao

ofxoij iJTTSp
j'
.

\v\xvAov TOV "knpj
.

i7r[t:t]>^ n

xS n

"X"'"/

W''

Xj/

y_pvao'/_^oïxj
iîî'Ta) {01' Kcl'uaa-jô
J

a'i

J/

Tow

3" [

r }/

w^

x/

a

;(p^ (xp/)

Fol.

m.

Recto.
<l;iiis
li'

(l/i.Viilnrc est dirijjéo

sens vrrlical.)

hj lîiXTopos
•|-

\£']iOXJ KopytlllOi <l>[(]Xai'TM'OÔ
Kvy-} h}iis-}tj xj

^^^

SyjU.}

T£7a/ST);î

H'(î'y

X£/5

f^ 7£70l.pT01<

ç

iV
Sj ifxo'j
rVj

^v)
-|-

)

<yV(j.}

[

()!

£vSoBj TSctyap

XpiiToêwpov voTapj

£^£r]0

X!^}

i"

'1' "l"

^£f^u)xj Xiorrxopos
£71701.

\no aXvtoî
'

Ih^ipô ^J<^

'^Vf^j vsTCt.piijs 'ivhl

xspl

Sexot.

VlX'.aV
L,

'Cj

rhjfX}
< >t

ytj xj ïX

Kj ^vu-'f ]'

£y^oc, zs^-yoLp ^j sixov

XptcTToSœpô vot) £^£So

-/^u.-)

[[[

Fol. II.
la

Verso.

LiPitc

i

G.

W/nj

esl

une

iiuiliulic

(|iii

iciid

les {[l'aiiios iMi]irn|ircs à

consominalion.
7

Ligne Ligne

7.
(J.

Maljjrc' la liaire (raltiM'vialidii,
i,e cliiiïrc,

jtj

pense

c|inl huit lire Sia YlTtjpov.
.l'ai

1

après

x/, n'a

pas

l'U''

inscrit.

reslilué
les

x=

-jo klioiak.

d'après

le folio IV'',

les

dates (mais non
J/

les

versements) sont

mêmes

(|u'Ki.

Ligne

-2

1.

Suppléer

(^'a) après 0(/ci(ws).
la ligne.

Ligne

t>-j.
-j.'L

Lire -/^çjvctouxoïkJ [sic) en ajonlant les lettres placées sous

Ligne
1.

VSlavAov

est

\inc restitution

presijuc nécessaire.

Pour XiTp^

(cf. fol.

\1II°.

ly), on pourrait songer à vnf,{_ov). L'orthographe par un
la

y était la l'orme attupie;

mais

confusion du !
(

et

du

À n'est pas impossible à notre époijue (cL peut-être

n" l>7o<)7, r.,

D),

1.

(iG).
i
.

Fol. III.

Recto.

Ligne

A);(/(oo-<cii').
:

Ksp(^aTta\ sans signe d'ahréviatum.
I.

Ligne y.
les

Oi

erJo^oTatTOi Tsaycipyot

ei.

n^tj-o/iy,

o-/i

.

(leii\

dernières

li'ttres

sont

douteuses.


n

NoTap(ioy);
très


ici

£^eSoO[ij)

:

Xfiy

:

le

mal formé; mais
1.

la

lecture est certaine, par comparaison avec la ligne du folio VII, r.,
crniv

'i.


cl

Les trois
partout

sont barrées (ddi(piemenl eu descendant de g'auche à droite,
la suite

dans
Ligne
'i.

du papvrus.
:

Eç&Jo^);

le

n'est (pi'une

simple croix; de

même

le x,

^^ ^^V^pxi^')-

126
[07325]
5

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
i"

ùksScoxev

Kopvv^tos (InlavT ivoov
yij xj

f]j

WixTvp cmo

Sv(J-^

reTxpTJfs ivSixj x£py.Tta
SoO<,

SwSexa v/xKTU TSTCcpTOv
<PaX\ X0\) TplTOV
fj.sp[o]vs

ïS

[,

<V '(vjv

^yaorru Ta

AiSepiô

Jd

ixt-

^ipivos ùlovTTpiov

<\^xpii.o'jOi u

iv^ixj ^

[

<I>À)

XiSspi? Tiyj

IXOl

\

Fol.
l'Ecrit

m.

VdHSO.
:

dans

le

sons vertical; les trois ïi'ti^cî sont ilispom^s ainsi

)

(l)-|-

Vj[X£ip[ij\ycv

x<i

£i's?ocA ôT>

Kopiniho;

Sj

lilXTOpO; £(xë0A) T£Ta/?T)
fJ-aX)
-çt

IVr^j

^
fx

•l>tÀaj'Tn'oô
TÇX

XVfXf A<P/
-çr

TfTj

fX)

TSsvTVXovTOi -aevTS

yij

v£ qy.As

l-.'ïyjxpia? ynor^çxjj

Toy avTf ôv Tij
5 (2)
"l'

Jx

ev vfx} a-vvaÀ/j -a- yij
<I)tXa»'Tt/
'5/

Asrîwx/

KopwXios

^o^ix
)i,

^

fZ)

aL,

fTxAu

Zix./_oi.pix5

yTiOrhxlJ[1)

h-jh.

T^£,«.7rTr;? n"î/ xzpy.inrL z'i j/fxiT'j '^U*

xj çL,'Çj 'hjà

O

evSo^j io)OLVV7)s aa.yct.px

§j

sfxvj Itaty-vov vo

sZsSoxa. TO £VTOcytl tov Sifxoij (xspj
<I>X/

V5 -apoxj

]-

... ^

L, ^/

/.

'^spyjvoî tXX/

^

TSayapyj

Sj six'-jv
'5/

ÏMou-rajou 5'ot( e^sS^j

«axa to

y' fx£^/

,0

(3)

Atvîvx/ Ko/2i'>;À(o? «btXavTH'OÔ
si TeroLpTov
'(,v

l{[t]j<['To]/?/

[^

'h!]fx -çr£fjt[7rTJ/sJ fViV

xspixny.

yij xj

ç

(Y

'Cj

'hifx ()

ey^o^j

Fol. III. Recto.
Liirnc 7.
II,
I.

-

fÀjjne

0.

Lire Xiëepiv.
(ti" (i^oo-.!,

Lire i;£p>7rou(?) «XXouTTpiou; ce |icrsonnn(je est cité déjà en .^Gy
a,
/i,

8) sous

le

nom

de

^^eprjroî (X).ou(TTp(os.
III'',
1.

Ici, il

apparaît connue pa-

garque;
Fol. III.

cf.,

pour

le

Tpnoi'

yLSpos, foi.
:

9.

(^'j)t tyj

= a-TOiyei.
,•

Verso.

Oi'(of/a).
lÂjrnc 2.


1.

fÀgiir 1.

Ers^aÀ

on

lirait

même
an{rjv)

plutôt si-sa)

pour

£i'£6at>.£.

Lire Kopi'jjÀiof.

E/^êoX(>;s),
(cf.

sous-entendu vnsp.

— Ta

^i{rjSirî)

:

le scrii)e

emploie

(jloSiov

au neutre
les

A).

Son

écriture est d'ailleurs à peu près illisible en plus d'un point,
et

lettres

étant,

dans certains mots, à peine formées

confondues

avec leurs

voisines.
f.ip^ne

3.
cf.

SotX^ ou (pielipie chose de ce genre,

pour auv

vavX(ots).

— Sur
,

1

abréviation

w,

plus haut,
la

foi.

II*,

1.

().


la

T7ro^£x(T);s) paraît probable,

mais l'écriture ne

permet guère
Ligiif!

cerlitude.

à.

Avant

iMyaipicLi, la

même

abréviation
transcrire.
:

-z»('.')

est

répélé-e

mais

à

ce point

informe
ÏÀ^nr S.
bas,
I.

qu'il est

impossible de

Fj^eSoKot,

doulenv, pour s^eSoOti
la

cf.

1.

ij.

II.
:

—A
de

— Tou

'^iiioi[pov) !iBp[ov?)

:

cf.

plus

(in,

(pxebpies signes lacliygrapliiipies

encadrant

l,i

répi'lilion

du
f.ifpie

cliifTre

même Lit.

Q.

iXXiovrrptos) (««') i^ayapy^(^o?).

l'Ai'

vu LIS inZANTlNS.
AvTOtJ
h\ e^xo-j

127
ir.7325]

'iwoLVVVS T^oiyapx ~'^^

P

f^^p/

AafXiai'Ou vo e^eSoO) to ei-raj

»/

Fol. IV.
((airsive
(iiic <!

Ulcto.
en
av;iiil.)

iicnclu'e

•1-

xf^y

Vlx(A^v

'hmiOTÔ

^bXixvïô 'lië£p[icj M\oiv\pixio]
ix£yi<77o\
\

Tov

aia'i'i&i;

oLvyôn-vov a'jToxpoi.7[opcs\ xai

£VCpy£TÔ
;pa.p\t.oOi

£TC/V5

TpiTOV
i\vS\i[xj\.

hxctTV rpnvs

Kr \(d[poSnv\

•|-

Avpvhos Maxapios,
xcci

uïos \\ot.\ovoi]yy\i5, ex
lla[7r;^l/3[7/fia],

p;]

Zoi^ias, ô

eniXeyoïxsvo?

yewpyos ixtaOunv^
Ai'TatoTTO/JTO vofxo

olitù \'Pp\rj,]n]i)?

[xœas tô]
J

[

Av/3}/À[ja

.

]o[

Q-vyoLTpi 'iwcLvvo Ko/51');Xj[o 1\

[tj; £u])'£[i'i:'5T)]

Maxapto= llao-jayx'^
lla7rx/5)/fxa,

^

'^o^'

^[«'^ £ii:i\xAy\(yiv\
,

yewpyos

fA(a()[w]T[;/f]

fx[&M']

[xlai

-cT£7r£tcr|u.£i'&s,

fxsixKjOœrrOai -aqcplcc crovj,

T£Ty.pTV; iVr^lXTlOVOS , TO

\)-Kap'/(fjV [cTOfJ

oXoxhipov ^orrxvixa to
lUa Atûçrlxlo/io Ai&ixys
[xwa]î;s A^pO'^nvs

je^if/sj-io]" jxaÀovfAtri'ôl
•cr^'^ta^Sos t)/? avT);i|

XAVpv

\.

.

\^\

.

.

xxrx xaj

mak'Xi'X a-jTO o/5ta xvxAwOiv.
-nr/3O(5)//Cf'0<;i'TOî

\

VnToys.;

h

tou]

oXoxXî/polv |3ocrx);fxa70s]

£x T£ipay(iivô eimv ovror roT|oi; to j'iwp}'»©!»]

lUâ

ll«flt?

Tû evayoi ixovoi[aTvpio ATra

J,

Fol. III. Verso.

/.//;»(

i

i.

llayapxH
le

s.-.ns

marque

d'abriivialion.
S/.

On

lil

cnsiiile

.î/

Sfxou, corri|;<' .-n

\rrat{ou^.
l.ii;n<I

tov sans ([ne

scrihe ait harré le si(;he
:

[Aifioifou] tM£f,{ovs)

EKeSoO{ij) scml)li' sûr
fxepiovs).
f).

pour s^sSa'xn.

:>.

Tou [rpiTOv]

Lire e^iou {Mou)aatou.
esl le 5 avril

Fol. IV. Recto.
Liljn,-

l.ijntr

Ln dalc

585.

8.

LVsprit rude de

i c^t iudiciué

pr

un

Irail liorizonlal.

128

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
^oppcL £v fxer

[f)7325]


,

aTT7jAiœTix[v avsixv y£:vp)iov\

To \ixAXo\Tv\-no

sv Se

rw XiStx[v avsa^v
[

[j cO'^o) jo?']
]

Iha Kao-Topos tocv vÏwv MaOïô
a.vTvy, aTD/XiO-'To
3o
[AJté'os £J'
,"-[e]i'

tv auTW ys:aypy\iw

to'j

XocX^otiJ,
]

T6.'

vOTiw

av£rj.\'x<\

ysvp[yioy

pmapiw,
Kamopo;,

sv fh

^opiv<Aj oi.v£\jx\v to oc'jt[o y^rj^ipyioy^
[-CT]ai'T); [7rr]a7'[To6'it']

v oioi solv aiTet ynTOViî

35

TCt'v ifjt'xjv

apoSoi.TUw
ixia-fJo

KOLi S-/2[tfxa]aT''4'[j'.

K]a{

[<-^w76']

TOt ÀO)'w
SVSZKCL

avro epsas xolt
XCCfinaVro
,

[t:jTo[s X](T/5[a?]

TW

StKCt.l'V

XOLt [(X])/ £|x]ê'aXXç|fX£î'Os [?]|

a-no T)i; voixt}; io

awo

(3otxi}ij-\^t'js'\ £«[fx.]?; Tr!hip[^j^''Û£VTœv\

Tw
io
Il

T/2{[a.>]i'

£i>iy.v7Mv ap^au-sva; [ccn\o t}?> avT[>?? tvî-]
XOLt

TcTOcpTVî ïvSixriovoî

avT>;» [xaj tou

t:^]>?s

^[povov].

fji{TO«Ttx[j;] ofxoÀoyta X'j/5ja «at ^[s^'ata* xa]f enepj [vtxoA}

[]

\-

Xvpvhos
'znpoxj

'MoLxapiOî vïoi \\ayx)(_io\y o] TSpoxj

fji£|u.[jT6iiC)fxa{]

vs

[

XvpvXiQs Kvpos KoXXo['j8ô\, azw[0'\si<
(u.r;

£["y/sa\//a]
[

virep (XTo [y]|5afifjiaTa
45
[^'']'^>

£trîOTo[5

-j-

-f-J^

Avp7;[A]to>
-CSpOxj]

]

Ku/5ia5dÔ fXOipTVpW 77/ fit^O[vT]£l

'i'fs

[

Aj £a5 Aau£{T

K'-.'i."7T[a''i'<

«rjur vofxixj

Fol. IV.

Vf.rso.

(L'écrilure est dans le sens vertical.)

-f

àsSwxev \ioa-xopo5 XttoXXootos

[Sj]

UTvpô,

oluo

Sv{)-s t/sj[^t]);; 'ivS\,

xspj Sex[oi\

yij xj ïO Kj
)
-f

Ot evSo^} Tsxyixpyoi
TOV
Litriir

Si

ea[ou KwjfxaTtou 'T£[t]< [<I>]a«^j

'.'

\0

ii

ïvSj

[f )]fXOt/

Fol. IV. Recto.
Iji'iic
/ji'iii'

27.

T«iir vïvi'

:

a|)|);irlenanl

aiu

lils

(li>

Jacques.

i>n.
.")

Ijro TO avTO ysvpytov.

j

.

Sur

cet ATToXXai? aTro pnr'xpi'jtr, cf.
:

il"

6"

1

^1

~, r.

,

I.

.!.

1^1^111'

3â.

l^oa-Keictv

irhs donloux.
la copie

Liffiie

30. KaT etos

:

de ce conlral sur

le livre ilc

(li'peuses

semble avoir

été
la

faite
lij;ne

avec une sin{julière néj]lif;ence. La

lij;ne .mj

parle d'un bail de trois ans et
les restitutions

17 d'une location pour une

seul(>

année.

— Toutes

liuales des

lignes 36-3() sont très incertaines.
Liijni'

àC).

KwtTTa.vjiou ou Y^dM'o-TavTivov
fjipic
i>.

:

lecture douteuse.

Fol. IV.

Verso.

"^scrirjyisiv^jiai].

r.u'vr.us I!Vzantins.

120

auTÔ 9V0
ïvSj
OiJLOij

xc/3/ ^îxy.
-f-

oxtv

yij x/

i'[?; 'Cj

< )

aux)] K[a)J|U.[a'T]f[o>] ççç-} Xotax

//

x

//

[673-25]

^
L,

y

cT'O XirjfjKopoî
'Cl

Aizc/A/MT}

Sj llT);pû

xspj T£T(Tspx jju.iTv iz.iy.pTy yij

5

<)

)

^ ^
L,

x/ s

d'

1VJ auT( ôro
II

xt/î/

i:3

i£ioi.piy )

ij

xj

ç

à'

^/ [<> ^^^Jt* Ka),tiaTtos têo-j

*\>ixpii.oOi iiï

n''^

y

-r

oï>o V.rjpv)]Ai05 <bfÀaj'Ttî'[o5] 5/ [HtXTo]/?/(?) X£/3/ );fii[o-u
<1'

TsJra/îTr

}'j/

x\

s/

O

x\)is )\wix(X(no\_s\
II

(T£(T) *\*(Xpii.oOl

ï

II

'tVf^j

y

-f
'}\

[ IsSwxj liorrxopos

A\T[OA\'X\vioi\

\\\i\vp\rj,

ano

'5>/fX)

iii\a.pivsïvSj, xepj

eÇ 'Cvy^ SvfJ-y yij ^j

ç

ïj

Sv(^}

[

(

)f

sv^[o^l] -^[ccyloLp Sj

[cfjLOT;]

\p[io-]i[o]Swpô
:

yp

4c>5[o

x^y

]'

[ ]']

Un dernier

êi'Tijior venait encore à la suilo

mais

il

a dis])aru avec le

Lord de

ia

page,

el

il

n'eu

reste pins

que

la lin

de

ia

première ligne

:

[-srap]!

twv

r>)= Hviiiji

Aippol/.

Vo\. V.
Coupé.
Il

ne reste i|uc

la

niarje.

Fol. VI.
De même. Mais au verso de
celte

manre, ou

lit,

dans

le

sens vertical

:

[ IsSœKcV
yij xj

KopvvAiOi ^biAaviivoô

h\ Zo(pioi., ctiro Svp.}

sxivs

iv!)ix\,

xepcciia s^-

ç

^•J}'a) (5)/fXj

IX SoOsvi}

10 xvpio Movrrairj
SILO

si; loc

vxvAx ivv Siaxovtn^ Oi
-j-

svSo^oiixTot TSOLyaLpyoi St

Mxxxpio ^ovOs Tsmiu.}

Fol. Vil.
•1-

ruxio.
<,

leSwxj lirjrTxopos AttoXÀv
yp-tav isip

Sj Vlvar/^

"iLo^pix

Jd

h)\}.s

mp

ivSj

xspj hxcLZ-nix

'Cvy yij xj ïX

L,

d'

<

h iv^oz^j sayapy^
r}j

Sj sixô

Kpixiô

cr£cr)/|xj

H&iO xO
ivS[

ivSj S

[

A£rk»x;' \iorrxopos A7roÀÀ[a'TOs]

[n]iyp\ô]

Jd

h)\i.

leixpivs

xspj Sm-

SexcL 'Cvyj rh/à'
jij x] ï€
î^j 'hf-i-

[
:>..

<

*'

îJ'Joç/

Tsayàp

Sj ffxô

\pi(Tioëù)pô

yp

£?£^o x^-}

\'ïï

Fol. VI. Fol. VII.
Lifrnr 9. Liinie h.

fÀ/riir

Lire tc» xvpiv Mova-aito.

Recto.

Lifriir i.

Tezp

= T£TatpTi;s,

TSTaproi'.

Oi svSo^oiaToi

aiya.p'/iju.

— KO

:

le

ms. porlail d'abord

<?,

corri|;ô

en kÙ.

Km-H

XpKJioSoopô, une sorte de nionograninie composé d'un p douteux el
:

d'une lettre informe
trouve un

je

propose yp

=

ypaixytaieuti d'après ia ligne
écrit, (pii paraît être le

() ,

l'on

r e-

monogramme' un peu moins mal

même.
'7

Cdidl. (lu .UiiscV, n" ("17370-

130
[fi7325]
5

CATALOGUE DU

MUSKIfhjfi.

DU

CAIP.E.

[

Aerîwx/ ^lOTXOpos AttoÀÀwtc?

_,^

T£T(xpTv>

"'^^/

^'p/ <î^

J/fXfrT'j

^/ r^?;fxr

•l'

ilsf^wxj Kopvifleios <I>jAaj'T)
fx.

'^j

\>tx[7\op

^

h-))[x.0ijv^

e

tvr]j

Xf"^) "/

"^^^''^e

ij-

<pap i6 iv^l £

Fol. VII.

Vkuso.

•f-

Asfîwxsj' Kopi'JMto? <l>iÀavTn"'vô

xepj SonSexa.' yij xj ïë

'ij

Ot cv^o^^

vsayapyipi
5

Si £[io^
iVcî/ )- -p

Kw^aaTto'^ tcct)
Oixoij to^
ol'jto'^

<I>aa)»pt

//

V

rjvo

xspj £^ TiTccp-y yij xj
fTsrr}
fjvrj

ç
II

(V ij

O

a-jroî
-l*-

KaiaaTto?
Ofioij

AOvp

II

ïç

[tJ'''V )'

^^

xXaJ WSvxiô
J/UtTV
a-e<T(

(-)t:0r5/'.tip[o|v,
il'

'5^

TîTOfpT^

Soi^^a,
10

5££/5^ -nT£î>T£

'

yt^'

x/
//

fit,

^^ ïvSj

o

auTO? KiWfia<Tio?

Xojax
ijaio-'j

V^

/;

y

\-

OfjLOij Sj T);? ccvT}

xspj £^

yt' xj çL, ij

\_y^\ ôvô Kopvrj'Xioî ^lUAa.vTivoo'j

O
i5
.

auT^ Kv[x\(x\tios rrsT)

^hoL/j-svcoO
'5'|

il

e

//

[t]iv5'/

y

(

-f-

>fx[otJ/

To^ a;;Tf ôï^(

Avô0j5

.1^/

x£/5aT[ta| £Ç TSTccpTy yij xj [-| d' ij
K[aifjLa<T{0?| freçr^ ^bixixevwO
ii

[O au]T)

X'S

ao

xj

ç

(V ivyj (hjLLOTij Al sixoy MoLxrtpio'j

£Ç £7;{T/307r);î

TW

XOM'W

T'iT XT))7J

Fol. VII. Recto.

U<pie 0.

Aprrs yp on

(lislinjjiie

une sorte de

;(^,-

l,i

lecture

^-^ =

uTrep est impossible.
Lifpic 8.

Xpt;a-(ou);

Fol. VII.

Verso.

— — Ugnr

//o(ra), (it](vos) (pap((/oi;)5(().

G.

Ovo{tJ.<nos).

Ligne 8.
Ligne
1
1
.

Même
Tr/î
:

écriture, mais de dnle évidemmeiil dilTérenle.

Kllj

= «Xijpoi'Of/cur.

correction sur un

mot

illisddi'

(tou?!.

LJgnc i8.

Autre main; troisième main
Lire tou koivov
?

à paitir

de

la

lijjue

2,3.

Ligne 2

(

.

l'Al'VI'.US

liV/AMlNS.

131

\-

Xc'^wxj KAj

\]}ixiô

{-)iohvpo Sj i^ot^ja»

[07^25]

yij xj

ç

d'

'Cj

cl)

A/

i:£/5>;i'o,-

cvSo^j |'ijÀÀ/

>

csxyot.p

Fol. Vill.
-|-

HlXTO.

ileSwxj KopvvAirjî Upo^^avThvorj
So e[i]s
xeparioL
toc

fXTXo <5};[fx |oiTt/ T/3tTî;ï 'iv^i,

vavAJ

T);i eaSi-Ai, tj/s

y y
ivSj

t,v5/,

Kypj
<i\

7S(x.vvi.

u

J

-|-

Oi

eli'l/îo^^/
J. .

-aa.ya.pyx
-js

£fxou ]Mj;i'a t«} }) TSiTJ/af

.

£}/. .t;.)^

^^

ûî'O

^lOTHOpOi AtToXAwTOS

o^oi] tI

t

k\ Il
xj ia xj

i;
L,

Kl

ouoij

d' ^/
'CI

oaoïl
[ojfxo./

ç

x: le

{Kl]

i5

•]
«î/

xai 'jnçp
11t>/|/2|ô

rj^j

Kopv})A\ios

<I>j

|Àav7["'0Ôj
tji.vî/

iJnep c:|fjiê'oX)(?) t);s £
t)/î £ n'^îtxj
.

£Jï

Tou A[i|tpj

.[x/]^

L,

'C[

\vrivo\ô]

Fol. VII. Verso.
;iu


la

/.i)r;ic

aJ.
8.
i
.

Il

faudrait xXX/

= xXj/porof/oi. —

l'.»;x(os

est icleiiti([iie

llSrjxios

dv

lijjiie

Fol. VIII.

Recto.


il

fAinir

Lire sans doute <I>MarT(rooy.
s'est déj.-i
lap.su.s

npofiavTU'oow

sijfnifie

f-riioniine d'Anlinoéfl,

mais
d"un

rciiconlré
ia

comme nom

propre

(1*.

Lond. IV,

index h
Lij[nc 5.
Liipic 6.
fjinir 7.
L>i[iic
IJl'iie

/*)

:

ici,

s'ajjit

causé par

rcssemlilancc des noms.

E7p(a(p>;).

Signes lacliygi'aphi(|ues

à la llii,

pliilùt (pie

des

lettres.

Antre main; clwKpie alinéa

est

d'une éciiture diiïérenle.

S.
(j.

ProLaldement ajoutée postérieurement.
Lire llnjpov; de
le

même

à la ligne 2 A.

Liipic

ta. Tirets dans

manuscrit.
pi'iit-('trc

Ligne lO.

Un
Toy

cliiiïn-

était

écrit à

la

lin;

mais

il

n'en reste plus Irace, le

papyrus étant usé.
Li<liic
1.
1

-.

ÀiTpj
:

:

on pourrait aussi
tout à
fait

lire Tot>

:\'h.


:

Xiyp^, mais

le

t est attesté par le

fol.

Il'',

li'Jix/

douteux.
t-il

Aj)rès ce
[;«/],

mot,

la

surface du papyrus est
y ail place pour deux

détruite
lettres.

peut-être ne manque-

rien avant

(|uoi(|u'il

>7-

132
[G7325]
O^iOlj
-f-

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIHE.
KJ

ç

à'
Sj 'Lo(^i.ct

AsScûxev Kopinjhos <lH'koiv[Tivo]ov
Il

20

aTTO Sv[JiO(TlOv[iilc)

Il

XOLTCCËGAyS '«[stJ.TZT^V? ÏV'hxj

xepaTia. el

j/fxto-'j- ) i'

nj çL,'Cj
r^i

O

£vS[o^j ;i^]oa£TOi

Iwar

vciv TSCLyCLp-yj

tov ^ aspj

£fx[o]v I[v](Tî;v2£? tTfpîiré') riioixj

(7T0r/j

-\-

[
_LL
(u.)

î^tSfxiXSV \lOrTKOpj

ÀTTOÀXj

^/ Il[T]t/50'J

pOL^ xS

ivSj e <I>X/ Ivai'i'j;? o
fJi-of
'1"

fLeya^j

SI £fx5 r£[>']î'af3]' 7TV'/J

Fol. VIII.

Verso.

-f-

^^ oî'os
Aioanopô

AttoAXci'? A(Otx[o/2ô] sj
SIS

Xo}M

rîta}'/5a|2/

.

x^ara^'ô

XOLVO} oySoyjs ivSjj x£p\cni!X T^Sfra-y.
pas(siV') fîavîcP^aTor
5

5

ij

xj S [ïô Ka](

^^

Tr;? Efxé'oX) X£/5/ );fXJiT£{ T/5JT0[j' T£T/2]a£t«0

<TTOV

ytj'

x/

[,

[}/']

X'^i'

fjLOÎ'j

•|-

AeSvxsv
Aioaxoprj

ÂTroAXiits Aj[oo-xo]|05
eis

(5/

loyov
xaj'o<
x|

rî[);fxc/]ç-r|
o[}'']':Îo);î
-j-

^,^ a xaTaé'oXf
10 ivSjj

xspj £^-

}'i/

ç

txov\

)

0|{ svSo

Z^} 'aa.ya.py^i Si
\^rrl^jor/jt
II

suô Kofxa|(T{5] ^orjO}

twv

£ç xspaTiwr> &'[?] rspr/xj!

aj ta T/staî

Fol. VIII. Recto.

Ligne

m.

Liro «oj/rjs

l'^'ïi'rrjs.

Ligne 2 9.
Lignes

npe(Tê(t>Tepoi/) Stoixl^riTouj.
\p(\j)a{ou')\
t

aS-nG.
Le

n[Aicrv]\

a[in'Oi)\

!pa.^e[fri>Oy
-1-.

Ligne 2j.
Fol. VIII.

linal sert

Verso.

de hampe verlicnle
Y^a.tix^rj(\ni\
:

à la croix

Lire uioi-^zi.

]Àgne 2.

abréviation

inaci'oiiliiiiK'i'.

lÀgne h.
tuelle

Le

sifjiie

qui représente ynzç n'a pas
celle d'un

ici, iluns le

nianuscril

,

sa

fdrine
(!'.

lialii-

^^,

mais

S barré,
().

(jui

sera courante à l'époipie arabe

LontL,

IV, passimy, de

même
:

à la ligne

Ligne 11.

KofjLctaiov
II otyia

très douteux.
foriinib.', à larpiclle
il

Ligne

1.1.

Tptas. Celti!

faul ajouter
(cf.

un

= 0£oj,
dans
Millli.

sousPay.

entendu,

est l'éfpiivab'nt isopsépbiijue

de

Xf^>';

CA3

Krali,,

Rainer, I, p.

127).

l'Ai'

vu lis liV/ANTlNS.

l.'^S

^
Ot

•l"

A£[(î'a)X£j']

KopiniAio\s «l>JtÀaî'TJi'oô
ivSixj «[e/^/J £? [TjeTp'}j

[G7325]

\Sv{J-} Tler/i

y^

Xj

\ç d'j

£[r^o]^^^' TSOLjfxp/i

£|j^O"^J F.piisiô

cre[fT);fX(] i-)wO

X

ii'[5j\

S
*l><X|ai'T«|roô
5j

[

A.sSœK[j\

kopwXios

-o>p(as

'Cv)

<

S\vu.y y]ij xj

ç

d'

'C,

Snu.[^ i" 0\i crSo^j

•ûTa} a/5|x,) Sj e\uiov \pir77oS(t^[pô

v\g
ffS/

sçsSo x[xy -[l'I'

^
S\l\

\- AôfVa'x/

\xaXj] ibtxiô (-)cO,W^pd

lUx]Topoi
'^vp-

SvIj- T£[Ta/3]T>;î ivf)"j

xspl si [Cy]}'}

\y\ijxjçKy[})Sn]fJi}-\S(Jf.O'J

*I'À[>1 ]œoLVVJ)s\iX\'Xl )['isay\a.p
(]

\p[lO-\T0ScA}pÔ J'Ot]

S^iSo

|-|-]

-l"

Ligne

if).
1.

Lire T£T(a)pT())s), T£T(a)pT(or)

:

cf.

fol.

Vil,

v.,

1.

'j'i.

Ligue 2
/,i',^''«e

No
A

:

roTapiou; douteux. Le
:

r el le

t oui enlièremcnl disparu.
le folio

22. 25.

KX>;porofzo( Bjjxiou

rcslilué d'nprès

VII, r.,

1.

a3.
si{;le xi-^r,

A.i'^a/c

la lin, siijnes lacliy{;riij)lii([ues (?),

pcut-èlre précédés du

mais

i)iécoMuaissal)le.

l!iBL.

:

Joui-iKil d'eiilréc

du Musée, u' '10/175.

67326.

Quittance de loyer. Les

iK-rilicrs

de K\ros, représenlés par Chrislodôros,
le

ont rcni d'Apollùs, leur localairo,
lui

monlant des redevances dues par
sur
le
1

pour

le

rhauip silué au

lieu dit Piasc,
1

lerriloire

du

villa{;e

delMilhla.
Date
avant

Lou;;-. o ni.

."')

(j

uiill.. Iar{;.

m.

10 mill.

Aphrodilù.

:

;>.'i:>

enviioii (mort dWiiollùs].

Cursive

|)enclii'c.

1'

kAypovoixoi

TO'j 7);î ixaLXixpias

[u.\vV!XV? K[vJ/35 ^pccixaxTiKÔ,
^^^^^^^^^^
>]l

eaov \p\i\çToSa^po

i/io

xon xhipo

Ligne

I

.

Les héritiers possèdent
le

la

terre en propriété indivise
il

:

cf.

n"

G7

1

()(). 1.

•.>•.>.

Ce Kyrosesl sans doute
I.
1

décurion d'Antaiopolis. dont
1.

est cpiestion au.\ n"" Gyi.l'i,

t't

.siisrr.;

dyi-'i;), VI, v.,

A, el ()-'À:f],

\.

h.
III,
I.

L,i;nr h.

Képhalon

apparaît p.-ul-ètrc déjà au n"
L'e.\cinpl(î

G73C)0,

19. C'est sans doute
et

un évècpie d'Autaiopolis.
nel
,

de cet évècpie marié est intéressant

exception-

(juc parmi les moinns. car en Egypte on ne clioisissail ynère ces dignitaires

134

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.
«770 Kvai-js X(ppor)n-)i?. E^£^afX£

[G732G]

1(1

«^[fji]);? <l>OÀa,

xoLVOvos

SsvTepa;

ivSj

sk zshjpovs.

i5

w?

Tspojcj.

Oj -apoyeypoi.rj.^evoi

[a']T9«[)^]£t

aot

)/

ccTT'j'/v

v[>]

-çr/pfojx^

Sans suscii()lion au verso.

/.i,'T»c

S.

Hf/vi'

:

corrigé sur v^vr.

BiBL.

:

Journal d'entrée du Musée, n"

4o.'i'j6.

67327.

Série de quittances analofjuos à
lùs fils (le

la

précédente, tonles délivi-ées
la localité

à Aptil-

Dioscoro par divers propriétaires de
inill.

de Piasc.
la

Lonjj.
lary.

m. 780 m. 3oo

(sans tenir

mill.

compte de

la

lacune qui suit

lij<i;ne ,"5).

Apliiodilô.

Dalo

:

prol)ablcmont 53r) (indirlion

lit).

[

]);;

VevvctSiô

olizo

AvTy.iô A7r[o]XXa'Tt XiOfixopô. V^rsyjjv

xoll

tS£TtX\v\

pwiiat zKapa. ad tcov •^opa^v
h)

tw

'jtïo

m uô ^ccpov'jpvy avSpvpô xvs
'iv^j

'îjaxe{fx£!'[iiij']

[ev] xXtjpô Uiqco'e -aeSioi.

Oé'Xa vTzsp xy.vvos xpnii?

ex TnAvpovî

5

•]'

Khipovofioi TOv

T);j XafX7r/?[a]s

'jU'[j;],"-';s

Kvpô TnoXtTsvoixevô,

Si

saov

Lignr

1.

Sans

cloute [OXott/i'îs Io'3tM']>;f.
[lour

Ligne s.

Ai'Spijpd est (''vidonmiont
la

awSpô.

K);s

:

pour yv?-

— Une

nouvelle
:

erreur se trouve à

ligne 3 de celte première ipiiltance

si

singulièrement incorrecte

Kavvos pour xavovos.
Liipir.

3.
It.

Lacune trop courte pour sm.
Les
trois

Ligne

premières lignes sont formées de quelcpies fragments détacliés du
le

rouleau de papyrus avant
sépare du texte principal
:

développement, J'ignore l'étendue de
trois lignes.

la

lacime

(pii

les

probablement

l'Al'VIiLS l'.VZANTlNS.

135
[C7327]

UlXTOpOS ^^atô

-CTjOÎTê') XOLl

-ûTpOVOî/TÔ T^'I' A)'Ta(07roÀ(7(«a'I' ZSpiXyiLOLTj.iV
t^'î»

ÀTroÀX&iTf \iorrxopô
T'j'i'

Krh^oLixvv v^t-px <rô xs iT:Af\po)Otn'

(^opwv

'jiïo rre

xpfjprxii'

xvuèpvv

ùTw
'jinp

cl'

SiX'popoiî Tonoiî £v z^eSi\xSt\
tvSixj

[«w;x7;]f «b&Àa, x/oipo

Wixm,

xxvovjS ~rA7v=

ex zsXvp\o'j\s. Ka(

(i)s

zipoxjl Mefjopv

}

;/

tj/î

T
>;

7

.'.

tvSixi

kX/ Rv/jou
'û^poxl
t5/>'

(5y'

efxou

WixTopoi

-nTjO£a-6uTe
I

I/5Ô

crTOi/^ct

aoi

XTioyji

[•f-

(|>Àauto|s \voLrvvi

À|aja7r/s< îrroXj

AvraionoMiaiv
l'](îî|afx.>/i'

Si Sfjiô tl>jet6'

AtO'j

mpovoijTÔ

ATTOÀÀCiiTf AiOT;copô

-nra^oa

cro

x^ £7rÀ|);]-

i5

7un> 2/opuiv iolIv
xcaiuvs *I)OÀa
[.]£,/3fA0vs
x(,

'jtîo

fis.

xpovpw

xvjSpuip ovrrwv SiaxeiyLCvuw ev -aeStaSi
,

xhfpô Uixçs ev hixZopoi? lo-non
Tvi' Aeyoaevi Ixasuaiu.,

\iyw Sv

tcm;

apôpwv

vmp

xavovoi rpuvs

ivSixj £x -^Avpov?.
(f^\s\

K[atl ejtjî

Tî/i'

xfT(paAzixv

-cTcTi-on/fiat

rai/TJM' t7M' -arhipwTixvv xno)(_vv

[MjfTop); y

II

T>/>

3-

)

/;

ivSixj ^bX) latar);

(s/'c) Sj

efxov Oit-tê"

-ûr/3/0

<tto{X£« f^O'

20

H^[aVb (?) Hj |xto/50? Tspeaë] ac,iwOii;

eypx^x

\jnsp

aurou

)

paa^xjx

ixv

aSoTOi

]'

•f-

«l>Àav/JO?

Mo} a?

/.a^iip}

xno zxSixwv tvs Uxvo? TSoAews
ATîoÀÀaiTt lioarxrjpô
vtj-o

Si tfio

lovëivô

Tfr[ai]S\o\s xai

^opoAoyô
(^opm; rœv

liSsKxixw x) cTrAvpf^'Ovv

\7Sxpa\
l'xwfx)?!?
2:,

(70 TOI'

ts apôpvv xviiSpô yv^ Siaxeiu.$v} iv TneSixSi
i-x

«l>OÀaj,

^[Xv]pô IhaTc,
tvSixj

zxAvpovs, ccxoaôOm;

tî;

iiiaOœTsi, ynsp
«àj/-

\xavovos Tp\iTVf

Kat

£(>

o-j/j'

x^r^aXeiav

-cT<;7i|olw;(xai rai^TîM' tjm'

[a7!-]ox';''

'^'>

^poxj ^\eaopv

il

.

.7

7)/>

T

'\>XoAJiOi )// tvSi^^l '[

Mo} a;

Ax^x-np]

lavro t:U';5jxa'v "'/> llai'Oî ^t/ lovÊ'n'&u
T)/i'

wa^îos e^eSwxx

aTj-o/jM'

xat TTt//jt aoi v? Tj^poxj \mxvvvs Kpiieiov xtto
)

A^poSnv^- £yypxipx(sic) vivep x-jtov
3o
"l'

pxfxfxxTX \iv iiSo\io\i

\-

V.ypxZi)

Si

iiJ.^j

X'ipxxaiô AttoXA// ouX/

Limir G.
lÀiinc
l'-'i.

Ct;

Victor

<'.sl

!<•

môme

([ue celui (|ui Cbl

nommé
la

au

u"

GyiSA,

1.

'->.

(M(xn-!i(,[oTaios) isoX^nevoiiEvoi).
\\}',o
:

Llijnr

i().

zspovo^nni-

!-'&

;'

-'lé

'ij'O'l*^'

après

barre (rabrévialloii

:

le

scribe a

sans (loule crainl (lu'on ne coiifondîL avec ^^{euQvTS^Oi).

Lime yy.
lÀirnr
fjfriic

liais"

:

serviteur. (ï. b's
//

waJapia

(bi

n"

07271),

I.

yG.

ttO.
-jf).

Mesrop»?
ïiiSoroi

7
le

//

est impossible.

:

premier

esl corrijjé sur

un w.

136
[f,7327]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
-f-( <I>À_(

Nsjxeo-tar^i '^/.9^-7 ^/

'."•'^'"'

^''"'^

-nT^ooi-OJ/Tj

AttoX/.vtj Aiotxo/îO'j. K^[;]-

[xai s7i]Arjp(x^9)f(sic) zsxpx o-ov tov ^opov tov vno
}'î;>

m

aou a.po'jpw

OLV'j'^pov

Sixxeiii}

pOVî
Tpipi?
35

,

XOLVOVO?

ivSj.

Kat

et

Tvv

olt^xasioi.v -nt£7ron?txc tol'jtv^'

tvv

'mAvp'ji''Tixvy '^i^oyjnv

[a']> Tspoxj.

Mr/i-a? o

-apoyeypxuj ycov/v;-

crTor/ji ixoi v -xnoyv

vî Tnpoxj

AU|07;[À]t05
[<l>Ojé'|aaa'Vi', uib? a-jTOv, eTrfTpaTTcts, iypcc^px vizsp dlvto'j ypxixiis
[t-v

n^rj-zo?

\

•f-

<I>Àauio? RoÀXô6'o> A|U,aw(ô Txpiv} ^i

saô ATroXÀa'TOs wai-î/ x) TSpovoinô

[A7r]oXX'x)Tf A»0(TXO/55 avro X^Ppoh'.

V2slxij.)]v x)

iizAvpvOvv ntccpa

rro

t\o\v

^opov
x%i tv= txvrpoî,

io

<I>6'Xa

UTrêjO

^spo5(sic) tô -csa-po;

rxô

vmp

xocvovos rpiTV?

n'Sixj £X z^Avpj

K)

£1? rjryv aLrT(p(xksici.v -cTtTTOtJ/fxat xavTj;!'
//

tw

-zTrXi^p^iiTtxin' a7ro/^»;î'

c; -aponj

Batô

x^Tîjs

T

y

/;

»"-5jx/

-j-

<I>X)

KoXXov^ô

Afx-fx^iiinô

rrxpiy}

'^j

£fj.ô

A7roXX<WTO?

acciSj- ryTOiyji

(xrji

V

[oi.T7o]yjii

fjôs

TSpoxl X\tpi]Xios Xêpy.OLU. WiXTopoi

jSoj/

OiZiw6£i5 eypcLi/CL Virsp

a'JTÔ ypxa!X(noi.
xoi,!.

av

sf^oTos, -wa/pcn'TOs
fx)/)'

txoi

ôiTTOi'TOs

-f-

ArjloL'hi STi

xxi

-JTïip

TÔ oXoxXy]pô ixepovs Tvv

xhipovoaw
^^'•'

45

|t]5 tj;? txixxapia,; fxv);a);> Am'îjô s^îî-^au);!' xat snlvprjLiOvv T^OLpT-

vTTSp rvs OLVTV= -cscipovav^ \T]pt7vs
lX£v[o\5{sic)

ivhixl ex

-cTXi//27;?('.svf)

-f

()

TSpoyeypx-

\\oXkoyBo5

Xfxfx'xivt'jy

,

rrxpivicLpi?{Àc) ^i eixov AttoXX'x'TOs -aai^o?' rrToiyj
]•] Av/?);Xjo[?] l£/?);(xia5

txi

V [aTTO^î?] v[?] vlpo^l
\^]a(sî'c)
[utts/d]

\^px'x]txiov

ctlifxiOei?

eyyp\y.-

avTOv y pctix\u.a.TX
Tov
Lire Lire
viro nfs

ixv cjJ^Jcj'toï

-f-

Ligne 3-J.

:

pour

tw.
ts.

Ijgnr 33. Ligne 3ù.
Ligne 3-j.

-cr£^((atJi).

st{s).

'2.xpiv{iapios].

— Ev —

Wcii^ios).
(|iii

Ligne à'2.
est celle
tlios,

Lire KoXXoi^^os. Cette signature esl d'une écriture rondo \\-H ('léjjanlc,

du

(Sorjdos

Abraham.

C'est

évidemment Apollûs,
iiletlré.

et

non

le scriniaire Kolloii-

qui est désigné plus bas

comme

Lig)ie ùli.

Avec Sji\aSn reprend

l'écriture

du scribe qui

a rédigé les quittances.

BiBi..

:

Journal d'entrée du .U«.«fc, n" holf]"].

PAPVliUS I5VZANT1NS.

137

67328. Registre contenant une série de cautionnenioiits {èyyva.i). roniis au
rijxinos Apollùs.
tî()()

d

|ii'('s(]iic

tous dali's du
inill.

iiiriiii'

|i)ui'.

iinll., larjj.

lu.

'o'i'i

l>onjj.

o

m.

Aplirodilù.

(àirsive
pajje

liiic,

pcnclit'C

lt'(;('remeiil
d'iiiR'

l'ii

avanl.

l,c

rouk'.ui,

[)res([uo iiilacl

(sauf la

I),

osl

coi)eiiilaiil

luclure dillicile, à cause do la couleur noirùlre

du

|)a|)yrus et
la

des luoisissures

([ui l'avaietil

couvert avant son

(.'iilrée

au Musée. Mais

rcpélilion des nièiucs iormulcs perniel d'établir un texte certain, excepté pour

(piclcjues
la

noms

pro|)res.
re;;istre.

11

sendjle bien ipie

la

page

I

actuelle ait été ellcclivenient

prendère du
:

Date

liu

f)

au

i

'i

|uilli'l

Ïy2i.

Plusieurs autres éjyûat ont été publiées plus liant (n"'

liyoc)''!;

— 672()G

et

67297).
rxlcnso,

Les douze actes (pd sont réunis
semblables,
la
.l'ai

ici

sont, à pari de peu importantes variantes, tous

cru cependant (pi'on

me

saurait gré de les reproduire tous

m

présence

même

de ces petites variantes pouvant présenter (piebpie intérêt.
détails assez complets sur le rôle et
Ils

Ce papyrus nous fournit des
la

l'organisation de

police rurale des -aotnsvei xal iypoÇiûXaxes (cf. n" (J7001).

doivent veiller à

l'irrigation

des cbamps, en général vaquer à toutes sortes de travaux publics non

désignés

ici,

maintenir l'ordre, recbercher cniin
justice.

et faire

comparaître
territoire

les

personen

nages appelés en

A signaler

aussi la division

du

de

la xw'{/>;

décanirs, ayant chacune son ou ses gardiens particuliers. Celle de Teiae est

citée

deux
celle

fois [11,

1.

S,

et IV,

I.

10]; elle possédait au moins trois -aoiyisvsi; de
à

même

de <l>svr£vi

est

iKunmée

deux reprises

[V,

I.

10,

et

\,

I.

i)].

I'agi;

iTc) e\vfhKiix) ATTOÀXa'Tt
\zsl .V-j/9î;ÀJjô

pmcLpiv

xfxiixiii

\\^p\o^iT)is tô ArrajOTTofÀiTÔ rojfxou,
)£C;'[/s)'ô ajTTO

lct)ar[7'ô vjjo

Wix-opoi VaSclvqî ,

tv>

T

xci'p;[s,

i'xip\ziv

-r

[OfxoJAoj'w,
TUX.])?Î'

ofx[i'u?] TOI' Te TnoiVTOxpoiTopoi. (-)-ov

xat

T);j'

d-£iy.y

xii

5/5a[!'<oj'

Tofu T

la -CTarTX

!'£>:['-.'

jl'TO»

'îiTTTOTÔ î/fX'VV <I»À( loUTTH'6 TÔ XlVv\irj :L\)yo\\J'7TO

\xp%-cop\oi
«l>);ouj'

,

zyy\i\y.<j(JyLi,

x)

y.vxh'l^s.'/PcLi i^oyiii x\a.i\

ea^avcias \vpy\Xio\v

\]wœ\v^iô,
[-ôTpJo^-

-r^rjiu.ivy. ;<[a(|

y.ypo:^'j\cLKl [t);]s (Σxa[r jcja>- x\a.]^Krj^£v j
y.110

Kto.

.

.£,

îi'ftjavTtor •/\pYj\y'^t' Ào) i^yfijsi'or

av'i-spov tvs ap[oyeypa]ix!J.}

y;j.[£pcc5\

[i^,,,.;

1.

Ijiriir
11°

-J.

Sur XttoXmî,

riixirios

,

cf.

peut-être n°

G7281,

1.

2. '°

Ciiliil. lia

Musée,

()7a7(j.

138

CATALOGUE DU MUSKE DU

CAIRE.

[57328]
10

,"'''.'9? f[7r£f'?/ 'JfX// 'csoLpÔTi); zsî\:\y£\>i'xi^îX'X7V= i[i''5i;<;'], [''^'^J ?^'^\}\

[eiïi

TV

avTOî' 'axpoLp.sivcti xai -w^oTJU^joeu^ejj'] ;<ai vtto'j/S}

£([j' trra]g-[j

rajj?

[x^]

Ta?

[-cra/îa^TTaTts tw}» £7rj^7/TÔfX£j'6.>î' w/îOitg]?!^'?' 'nyo[(c]{T6'a£

aoxvav xai a«a[T|a-

yj'GTTH'j,

\xxi ^yjSccaws avTOv (nroXernsfrOai. OJTTOTaj'

S[_e]

^VTOUjxsi'or (sîr) -aapa. rv^

mi^

levSoxip.vaeoi);, to-jzov 7Sixpev£y'Hsi\x> xii 'nT[a/3]a^wfTW sxtos a}'{[a']j'
i5

\7r:£piSoXrxiv xoLt S-etan'

yjxp'xxrvpw

x'xi

xy^^l7.? x\vpA^i<xxi-}?-

E' ^s a7roÀj?[u-

\x'Xi

'CvTOv^sv^

av svpeOsiv, STOi]avî £/v

o tTT^oyej paaa[£7":>>]

|£}')'u]j?Tj;? trra/9-:çv \yi:ep ti}=

olmtjv a7rG]).[£t\l/]ç:«s yj^v^ov i'o[fX{'TfxaTa]
-cTspj

[ilç,

7;

[ô}']i'Oj([ci)?]

£<[î)

TV

S-cfv o/yxv xajt TO

to'jtô £7r);jOT);jXcv[ai xir-

[wu]i'7re/5aiôjX£v[ô ^e

rov yjjovô, snt tv] eus ocvo-Xaësiv

tcc'jt[i]'\v

[xô

[t7;i'

eyyvi]v^,
20

'

[);yovi'],

fx£?'Ot;(Ta[j'

trra/3

vu-vj',

ax'j/soi'|

£».'*?

"^tt

af î'( Jt/^v/sov -CTa)'Ta//rj

-w[/3]G2[£]/50fJl£l'(.

[Kaj] enspvTvOeis
£)/}'] vwfx ai t[oi']
I

aifi.oÀ[)

-l'

Au/3]7;/.jos

Ici'aj'r?;.-

WixTopo?

Tnpfjxj
|

-W/5[o]x/ <I>r;[otn' tJs] voairru.y.rci. e^

xai ofxoTa

toj'
|

[S'£]jv[}' oJ/3>£Ov

V? -apoxjj A[vpvXi]o5 KaXAt[i'jJxo= lUxTopo^,

ol^UxiOsis,

[eypot-ipa. vlfrisp otVo'j ypoLU.y.ai'x a\ii £J'Îotg]?.

'ap.e

II.

[•1"]

T7raT£jas
ivStx
II

<I>À,(

lG[v'TT]«'{ai'G

TG £l'(î&^OTaTG

[;£(

vj7r£/2»^T;£'TTaTG, £77£t0 lallïç

Tv £vSoxi\jj.^ AJttoXXwtj pmapiv xvanî
Tnj AvpyjXirjv lf7!x[xt\d

A^pcr^nv^ t[g] ArTatOTroAtTGu
,

voixg'j,
-f-

AtioXXvtos,

o?;

}'£vpyG aTTG

t);î

T

xvaijî, yxipsiv

Page

I.

/.i/^ie

10.

[npoo-]i/'(5'pïu[e/i']

est-Il

une faute pour

rspocrsSpsvetv, <|ui

donneijui

rail

un sens meilleur? Le

texte

de ces actes est souvent d'une incorrection
Ilaccr; tolis
:

expliquerait une pareille erreur.
actes réunis
Liirne
ici.

cette faute se retrouve

dans

les

douze

la.

Ylctpao-Tcta-is ,

rspoaoTTvy, et iixanxyvoo-TVi
les

:

de

même.
de anol^ixëavsiv se

Ug)ie i5.

La confusion entre
la lin

formes passives de

a-nolziTzeiv v[

continue jusipTà
f.ijjiie

du papyrus.

ly. 18.

Uaps^co pour zraps^siv.
Evvoy_'x)i
eiij

Lifrnr
I.iip)!'

et to
:

pour rv

:

fautes constantes dans
la suite.
t;li'

le

papyrus.

ao.

I'a(;e

il

Lire

«ap

Vfxiv

de

même
:

dans

h'iinc 3.

Mn{Tpos)

le

nom

n'a pas

inscrit.

r.\i'vi;i;s

i'.vzantins.
c7r[

139
[67328]

()fioÀo}'V £X''jvnvi:

xy.1,

OL-jÙmps-vs

,

o IfivujXîi'Os roi' je [nTaji/TOx^/saTOpa

Hcov

TGV ai/TOX^oaTo]
j\vp)!hrjv
'J'ti'aî:,

/50s
I

,

syyjx^Tdoi,: x( y.vxSsS£yJ)ai fxor);> «* cu^pavttas
IlaTToXÀa'i'Ci?, -çTOJfxsr)

\y[vx\rvvx

«at a)'/3o[>2jt;Àax/

t);>

^exavcia?

to/30? iVJaua-toi' y^porr,!'

Ào)

i^oficî'oi'

avro tj/s u^fjoyeypy.u.[Liv} viJ-spoL?
i'j.^Ifx;',

)/Ttï

ÊTTi ixijyos cTZci^jj ta

'accpo'jrr} trtfirJTexat'kxaTJ/s
-rrrao-j

cTtj

tv

a'JTor

zsot.pot.^civy.1 x[oLi

TirporjjySpsyeiv xoli vno\v^py£iv
,

xats

«;î[j;fJt-0'T]ta{5

y^pnom
TSpxy-

(xoxws XXI xxx^ja^yvoTTVi xxi
(XXTvy
XXI TXi TnXpXTTXO-li
a'jTor x-noAUTurrOxi.
T'x'l'

tj/v !7ra/5a['^JvÀax);i'

twv

[stpjj/i'jxc.'r

£7rJs';~5fJt.c)'Vl'
rîc

TnpOTOTTW TSOlitaOxi
iJfxa'i',

,

XXI

(X7;(îafA«S

(

)n-OTa!'

^);tov(X£>'o[ s] -nraio

to^tov Tsa.pivzyx&iv
x[aj( [ayjtas

XXI z^apx'^vnv exros xyivv iZ£piSrj'Xv[v] xxi

^cwv yjxpxx-ï\v p\jciv
\j.v

xvpixHVî. Et
eyoo à

f]\_e

OLJnoA[v^a(pO£iv xa« 'Cv\tov^^£V}
'7Sa\p\c^ci[sic)

evpeOei}}, £TOtfxw> ey^w
t)/>

ôrpoyeypxaaivos syyvvTV^
>;

vnsp

xvtov

a7roXtt\p£(i'>

yj^vrrov voixirraxTX e^,
eTV7] pT>!yLSvv

iVJ'o[;(^6'ï] d:i[)/] T^t
f^î

3-ct«

o/sx'U'
,

xat to

Tztspi

toi^t[o]

xiv']'jvv. iu}'[7r£/2a]t5fA£i'ô
->;?' c}'5'[t;]-;;j', )/)

TO'J y^p'jvô

sm rv

£fXt

avaÀaé'iîtî' Tai;-);!' ao-j

[ou]v, fxej'ôfrar

Trta/î vfx'x'i',

xxypov

eivai

XXI xvirryyprjv i7!xv7\xyjj'j -apo^sp^oixsvô, xxi

e:[7r]à/5a'Tî/ /i'fiOÀ) -r-r-l'

A'j/5)Ais

TSpoxl £yyv(t)ixxi tov vrpoxj

Xyvarw

x-\xi\
,

o^xoax 7[o]v crïtor
£ypx-J^x 'jii£p xro'j

o/3XOJ'

^u's

T^fpoxj

XvpvXios KxA)Avixoi
1X1]

\]ix-oprjs, x^iv[0]£i;

ypxtiaxTX

Zl^OXOi.

'AGE III.

\

T7r[aTctaf|

<!>>,)

ïouTTtJ'tarô tô iV/5[o^ojTaTÔ x[at vn£p\Z'J£\'7TX^~o
£TC£l^
Il

Ï£

'US£v\T\£XXt']£XXTV^ [""V]

'r|

V

£-J']\ox\t]tXf A7r0ÀXa.1Tt

pmxptW

XV(IVS

[A'^/3]0r5tTJ;>

AfTatroTTojÀtTÔ

vrjixô,

Tn'i

Ivxvvô

15);'TxovtTo[s] (îtax[/] xxt

X'jpvMÔ
,

\vô(^iô IJoTTÔ, [XV 'l'aTTcOUTOs,
Olx\o\'Xrj[yrjvW£V,
i:7rOfil"JfJt.£î">t

o/sixa'fj(.£r[,(]

a7r[o] t);>

T

kv^xv^

y,ci.ipjl

TOV Te TSXVTQXpOLZOpX

t)[£&J']

Xat

T)/7'

^£IXV

XXI oïvpWviWjv Tj\y_vy tov tx Tnxv~x vixvv\ios ^£o\tioto\
ÏovttIU'ô] tô
ix^jvvi [«a'j
[at'^'î'tjô a-j)

j/fxan' <1>X)

O'jttô xvTOxpXTOpos, [£yyvxa-0\xi xxi xvx'^S'hyOxi,
\-jp)}h<j-ji

£[xZx\v£i\xi

,

'^£vOxvm\v\
111, r.,
I.

!Mo|-j|(7atô llarTTcT

xxi

toi»

l)jjCK II.


[,iip,r

8. Tetas
:

:

rf. 11" '.>7i;i(),
la
|)iaci'

<),
tj-

V,

v.,

1.

.').'),

et

11"

G7

•.!;')

S,
.)
I

1.

S.

Li'l'w'i.').
l.ijnii'

\7:oA[v](i(pOeiti

inaii(|iii-

pour un

<!• plii> bas, p. III,

iG.
-lo.
111.

O

:

le Irnil

sur
:

l'o

reprôsenle l'esprit rude.
ici

Liinir
I)(,;p;

\lpo<p£po{iirô
Liirnc
fj.

faute constante
:

pour

-crpoipjpo/it-r);!'.
I.

IIoti'7i-£T

nom

de

localité. Cf. p. Vlll,

7.
18.

IZiO

CATALOGUE DU MUSKE DU CAIRE.
10

[67328]

Tovio'j vj[&r] ]5t«T[o|9]a, Tsoiiizvw [aie) xyt
-rrTjOo[s

ol-)

prj£\^'j^),oixj TSsSia.']^

^bepHO,

£i'tauTJOj'] -j^povov Aoyi^opier) avro a-vit-spov t>;<

mpoycypoL^u.
iv^ix'<, eiri

j;fX£/?[as, >;t<>

iTXJ fxvjj'o? smi^p zscLphrDjî zs£V7e\K'xi,8\sx'X':i}s

rv
r]^)uo-

a*jTOt;[s

wa/jafxsjjvaj

«at Tnpoav'ipevii.v

xoli

•jno\'jp\y£iv

waTi

rats

j5

-CTapa[TTaTj]? twj'
a&x}'ii)[î

£7rt!^>/T0vif/,£vaii'

znpoarjTTW

•CTotc('76'at

xat axaTa]y?'0<TT6,i?, xai
\Se ^î/TOt/fter])

fxriSoiaays [a'jTovs

OLH^oXemeaôoii.
z^ixpevsyxsiv aviT&î
xoli

Onorav
xat

actpa

tii^ '^VS evrîoxJtt7;['T£]c'i?,
xoli

'nTa/3[aiîa)a-]c'fxev

sxtos ciyiw tnzpi^oXw

^civv -^apaxTvpwv

ayiOLS x\vpiOLXVî]. Kj rh a7î-oA);jx>^0cn; xoli 'OiTjvaev}
20
t:TOJfJLv[> £;^OfjL£]v 01 7S pOyey pOL[L[>.£VOt

an svpsOsiv

t£,

£yyV)!TOLl TJSCtpS^V^ÎV VTTSp TJ/b

a'jTat[i'

anoXeiipe^ws y^pva-d vo^io-^OLra SrxvhxoL. '^Lyvmpy.t.ô^evô Se
£7r]{ t'v 7;fxaç

TOv y^p\ovô,
r7[yoi;]v,

araXaS'etr

Tai;T>;i'

v[^vv

t);j'

eyyu)/'',

[fierÔTav] trrap

vfjia'r,

axvpov

sivoli xoli OLv\i.rr'/yprjr -uioLv^roiyjj'j

mpo-

^eprj^^
î;

cî'v['^X^'^ '^"'J

'^''+'

S't^'^^'

opxai «aj to znspi to-jto

t:7r);/;>[Tj);(X£î"i>

«nvîvrv. Kai

£TTepj
25
'vfjioA« [-f \voLV^V7js

\))irrxov'iTOb r^iaxj
i;]toi'

T^^poxj [cjj

j •j'Oi'aai

tov? -w^ox[£'«

|fxt:i.')

S'"£rOa?;['TH'

«< ror

avrou

T.ixji'Vj^a

xat

oixoaoi

tov S^eior opxov v;

mpoxj
\vpv\Ai05
Aî'jo'jv^ts

BoTTOv

TSpoxj

eyyvfjLiiLOLi

TOV -apoxj
xai vuLoaoï.

'4'"tJ'^a[j;'TM'] ;cat toj' via'r

avTOV Wixrvpi
-f-

(s;f )

TGV ^\£iov
3o

o]/2xoi' ^'f

TSpoxj

Au/OJ/Ato? ^IouT);î H^aibv

(xa/ST['jpwJ T); syy)i(s{c)
A)/Àarî); [sj

axovaa?
tj^

-n^apa

tvv Sstxiwy.
xoli

aJTTOÀvjXi^ô'en;

£« t^xT sip)}[xevvv '^tvOy.ijrriv

WixTOpOL,

TVV
7npox\i xciT^Oirhxvy sniywfjrjasOa vaiv. Va Ss oi ^"Jô oltïoXv^^Osii]
,

vafxvTvs
\volvv})s

vn\sp\

t)\ixvi\

Tvv

f^a^hxoL

vo^icrfiarw eiriywarjaeOa

:fc

()

olvtoî

() a[i;T]oî Xvrj'j^is aTOiy^oi jxoi

3j

-1'

Eypa^:'

'ît

£fjiou IrraxiG voiLixj

gO

.

.

Pacf. III.
Ijjliir

l.ijjnc

I

'?..

Le jour a ôlc
:

oiiijiiu.

iQ.

ATTolriyiÇOsiri

.sic,

au

sirijjulicr.

Lijpw uâ.
aii\

Ce membre de
I

plirase

devait se

placer

avanl

o-wTrapaiovyLsrou
la

,

coiiurie

pajjes

et

II;

celle

erreur de disposilion persistera justni'à

pajje ,\II.

Toi/To alterne dans le ms. avec toutou.
Lilfue

SQ. Teov

:

correction sur tou.
il

Ligne 33.

Si la restitution est juste,

faut corriger twi'.

.

.

en t».

.

.

l'AI'VULIS

ISV/ANTINS.

i/,i

S-n£l2
|T|^^) £Vr]oxiLLS

II

X

il

Z^SVT£x[oi\l\S£\xOCTJIS ÏVr^lxll
Ai;2/20r5[tjTJ/>

ATTOÀ/O'Ti pmCLfAV XVIXVS
Tn]

\TTXionoXiTov vo^xô,
(XlirpOS (-)£XAXi,
(X.-KO

X-jpvliô XvoZiTj Ep^cto-janoi Ax^earô

TV?

7

XVlLVi

-/^aipll

OlirAoyrxi SKOVrrifxM XOLl

cc'jOatpiTws, inofj.vvuevos tov je û^xy-oxpoLTopx

Oiov

xixi tsjv

vixvv XXI

Sian,civy)v
,

rô Se^rirorô

j/fx^vv *I>Àj

\oymivd to aivviô

avyo-jrr

TOV xvTOxpaTopoi

syyvarrOai xxi

arx^h^Oai

(xoims xxi ep.Ç>av£ia5
[sic
)

A'jpvAiovs \lAixv N^aio xxi tov tovtov yaixSpô
l'^/îfxaôcx'To? moiLLsi'}

WiXTopos

xai

xypopvXxxoyi tvs (isxxvuxi Tsïxs,
x H |-ûra]pouT) z^^svTexaiSexaTus

û^pos £v\i\x'jrnov ypcvov Aoyi'Coin \x\770 Tvu-epov Tvs sjpoyeypaayif

V^epas,
STzt

i/Tii SfjTi

ixwoi iTisi^

11

tvSjj,

TV

a-jTOvs tsxpausivxi xxi 7:^p\ofTv\^p£veiv xat vnovpystv -ûsxgi
Tfx^V SiptjV'.KVV

TXli Su(J.0mXl5 '/^p£tXi[sic), XXI TVV -U^XpX^lvA^XXVV
zupayfj-aTVJ' xxi txs TnxpX'JTxrji;
\

tJ-^'J'

£TTi'0!TOV(j.evw

'apoTonw
XXI

-moiiiiOxi xoxva^s xxi ax\a\TxyvoaTOi^î,

iX7!>]xixv<:

a^Tovs aTTOAsimoOxi.

(

)t:otxv rh 'OlTOvaevoi
XO.!.

mxpx

TVS T)lî £VTp£X£\ia\s, ViXp£Vi-)X£lV XVTOyç
(.[^r^i

TSapxS(,^a(A>

£V rhlfXOmv TOTÏV iXTOi Xy

]}'

-û^ipi^oXrx^V
rjs

XXl ^\£.iw\v

yxpxxTvp(^'v XXI xyixs x-jpixxvi. Va
{XV £vpeO£i,\n\ T£, £Toiixvs

a7!-oÀ;;u^l9tjjJ)/ xxi 'CvTÔfxev)

£yv

ûrpoy£ypa(X{X£TOî

eyywTvs

nrapt-çai

vnep

t7!s avTOvs(^.sic) a.TïOA£i-^£œs ypvo-rj
,

vo^xiafxxTX ScoSexx.

'^vvn£pxiov;x£vô Se tov ypovov

eiti

tc

epie

|

a]î'aÀa6'£(}' 7auTj;r tj/v
tsçjO

eyyvvv, vyovv, [xevovrrxv -aap vtxm>, xxvpov £ivxi xxi xvirryvpov ^xvTxyov
^epo\xivo, V
£vvo-j(_vi eni

-w ^eiv opxv

xxi to -aepi tovto £7î)//>7J/u£iw
f

xivSvva^, XXI i-n£pu>TvOeis c^aoAoyvrrx
9

l'-f-l'

\vpvhos AvôÇis Ep(xxô[wTOs]

VPÇ^I £V)vuuxx( TOV? r^ploxj] UXias X) BtxT&ipa is l'O^xifTfxxTX SœSexx, XXI ofLoax tov B-iov opx^oy v<^ T^^poxj (I)A) (-)e[oT£x]vo? [Vailô

ano-npxmomTÔ
Avpyj/tos

x^iCt^Ois

eypxi^x viT£p xtô ypxfj.txxTx

txy eiSoTOî.

MovTvs

^]xp,Tv?

aapTvpv tv

vx-jx xxovrrxs zsxpx

TOV

S-t:fi[£J']ô.

l'vdi:

IV.

l.i;riics

i-j cl.scij.

Le scnlic

ii

c'iii|)l()y('

le .sirijjulier, oiilili.iiit

(|ii'll

y avuit

(li'iix

zaoïjxsvsi.

[.iljnc
I.
I

iS.

]LnpExeia

csl

une

(|iiu!ilitalii)ii
.').

soiivciil (Ioiuk'O

;iii

rijxirios

:

cf.

if"

Gyocii,

h cl so(|.; (iyyc).') ,11,1.
y
;
.

1

Lijjiif
I.ii'iic

Ajoulor eyo.
L:

'j-

.

pour

eis.

l/,2

CATALOGUA DU
n

MUSÉI-:

DU

GAlliE.

[07328] ' ^

l'AflF,

\/

V.

•f

T-aoLTeiits <I>X)

lovmnnavô tou
enei(p
II

îv^oKotcctô xai vT:£p(pv£(TT^TÔ

x'j ï^jj ivf^ixjl

Tv
5

cV'hxiii}

AnoXXam pmccpiv xvavi X^poSiTn^
irjôavvô KvtrrtxvTiô,

lô AvratoTroX* voao,

w/ Xvpvhô
a-KO T?;5

av

Ma/3ja[,in], o-uvtsXstto-j

T xwp/s

^at/î// OfitoXo}^'

cXoutivî xai 'xvOaipsTa^î
<^cOî'

£7rofxi'UjX£}'0»

Tov TS TSOLVTOxp'XXopct

Kaj

rt«);î' 5c«i rîjotfxoj');!'

t5 SsanoTÔ

v^J-OJV «I>Xj

iovrrrivd tô ay^Ji-JÔ

au}5TTÔ

auTOXi-^aTO^^o?,

eyyjxTOai xai
\UxTopoL '^aiô
,0

olvol^S^'/Ooli ixovvs xoii £ix^y.v£ict.i
-nrotfxs x(xi

\vpvXiov

aypo^vXoi.x'i tj;? fî^warôtaî «aXoa£î')
x,/"^''^''

<{>£vv£oy5, -apos

eviavmov

Xoyt^OfXtr) aTro
//

t);s trrpo

yey/sajXfiei') j/jxepab", )/Tt> £<TTt aj/vo? sTTtt'^

«

//

Tnapovrrv^

TSsvTSxaiSexaTV^
U(î/2£U£M'

ïvSixJl, stvi

t'-.'

avT'yv wa/^a^asu'aj xai -nypoT
,

xai

•J7r5/3}'£M' -cra'Ti

rai; fhj^omccis y^pn^i;
toi.-:

xcti

zyv

-accpsi.ipvXdxj

Tvv eipvvixvv
i5

TnpaiyixoL-vm', xoli
rsoisirrOcLi xcLt

u^xpy.ryiy.rm
,

-çw

£7n^j;T0fX£r&H'

-zspoTO-Kfxn'

aoxvws

axixTxyvoaTws

xai ixv^ctav?

ctVTOv anoXenrefrOai.

Onorav
^siwv

Se 'Onov^ievos -aoLpa. T7;î t>;>
/h}fj.oTiro

sv^oxiav^ivi

TSOLpevtyxsiv avjov xai Tnapcc^vo-v ev

roTiw sxtos

ayiw
Ef
oo
(Je

-aspiSoXoin' xoli

yjxp'xxi:-)tpvv xa.i ixyias x'jptixv?.
<

a.iïoX\)i).<pOiiv xoLi ^>;TOUfA£r

iiv

svpeOîtv

,

cxouxw; eyv

-mpoysypaiiiievos syy wtvs
yjp\)(TQ rofX((TfiaTa £^.

v^y.pi'i''^

vnsp

tj/î

avrov
,

aTroXitv^t'v?
t^' £fi£

Sut» 7r£/9ajôfx£î'ô ht tou yjiovo

sttj

avaXaSsiv tcivtvv
eivoii

p-ov

tvv syyvvv, vyovv,

ixsvôrr'xv Tnctp
,

vaw, axvpov
tv ^îiv opxv

xai aviTyypov 'oxvza.yo -rspo^^spo^ievc)
£7r);/9T>;W.£l'V

v ei'yoy^vs en;
Î.T:z:pVT)]Os

XXI TO TSSpi TOUTOV
q5

XlV^'JW
Tnpox'j

,

XXI

\vpvXt05 Ivxvvv? KvrnxvTid
ixifTtxxTX

£vyw{xz

VfXoX} [yT lilTOÛ VlKI tô -q^poxj ié vo
<\^X<,

si

xj

oixoryov (sic)

lov

-d-iov

opxov vs mpaxi!

(-)£0T£kî'O>

-^xïô
x-urjnpxinorrnô x^iOts^sic) eypx-ipx VTrcp xtô ypxixaxTX
la'aî'j')/?
ixi)

ctTo\TO?\.

KoTTavTJOb

(.s!c) rr-zoïy^

AtzoXXvs

EpfXlOV tXXpTVpW

TJ/ £>')')/

XXOVa-Xî TSXpX TGV ^£U.£VOV.

Pj,;f;

V.


o.

lÀgnp

1.

A partir

d'ici, j'ai ivlal)li le
la

le\te sans lenir roinple des lacunes

et lettres

endommagées, sauf quand
moins probable.

reslilulion pouvait

donner

lieu

au doute.

Ijfrne h.
\À[r)Xf
i

Motpjai; est

Cf. la -asSias <I>oi'£wî(.s(V) di's n"~

Il

7

i

A

.J

,

r.

,

1.

.'îy

,

G7

1

'1

7

,

11

,

I.

1

,

ri

il

11 11

papyrus de Londres que M. Bell m'a signalé.
Lioni'
nFt.
Il

semble que

le

ms. porte en

réalité'

svyvvytev.

l'APVIillS

nVZANTINS.

l/ilî

[67328]
1'a.,i:

VI.
xy.i

'

^

•f-

TnaTsioci

<I>X(

lovrrTiviavô tô nrr^o^OTOiTÔ
iTvsiZJ X
!l

vnspipvefTTOirô

ïejl ïvr]ixll

Tci svSoxtu.*. AtïoXXwti pmapifxi
z^j

xfxitiijs

X^por^iriis tô Avtcliotto'X}

voaô
,

\vp)iXiov Uovvnos sx ma.Tpos ArpjiTOs llaTreXaTe,

p;
xa.i

opliuiiiiv) OLTio T)/»

y

xvtnjs,

X'^^pjj ^^fJi-oX&y-i»
(r)£OJ' xoli

exovaivs

ixvOcupzxvs

eTïO^vvaevOî tov ts nrai'TOX/saTOpa
SsfJTioTÔ var^n' (|>Àj

tvi' vix)/î' xcii r]i!xaoinii> tô

lovmtvô tov iiuviô OLvyovnov ccvroxpcLTopos,
xoli

ey-yvarrOai xat 'xiiar^sSey^Oai [t-ow^
"^oiiov YlaTep^j-ovOiô, tsoiixj koli

£a(paveias ApvXiov
t);>

xypo-ZvAaxj

Sexavsias '^iXa.fxiivv,
P0Cau[)J
ij'[<5'/],

ZSpOS iVlCCVTlOV

'/^pOVCjV A0)'J^0fX£J') CLTIO r71llX£pOV TJ;> '^^/^'^J'^}
II

yaspois
£7rt

,

j/Ttî £(TTi fi>;î'Oî anei^p

x

II

-accpovry))? zssvTSxair'^sxaivs

TV avTOv

TSapaixziva.1 xai zspcrrvSpsveiv xai
,

vnovpyeiv Tzam
t);j'

tolis

hiiiLomoLi? y^psiais OLCxvfxis xai fxxaTO.yvoTcvi

xai

TSCLpa^vAoixvv
tc«ij'

Twv

£ipvyix(*.n' -nTpaj'fxaTwj' rs'Jisia-Ooi.i,

xai Tas TSCLpaaiarTii

z-m'imovy-tv}

Tnpoaam^x^visic). OnfJTocv Se 'Cvtôixsvos Tsapa. tî/s cyfs avSoxi^vyccL^s,
û^Oipsys-) xeiv

avTOv xai TSOLp'x^vrjv îv Svy-o^riv totiw
-vsepiëoXw xxi <rsiw y^iipCLX-vvpvv xai ayias
x'jpictxtji.

exTOs

a-)

iw

Va Se (XTirAva^Osiv xai 'Cvto'jixcvoî

av evpeOsnt,
vnsp
tj/î

iTOtfXùis

eyv

zxpoyi'^ pCL^iLevos £yyv)iTVS zraps^a^

ayrô

a7r&X£(\^£ais

Xpvno
TOiVTVv

rofxiTfxaTa e^. ^vvKs.po.iô\xs,vô Se tov ypovov,
[xo'j TJ/J'

em tw

eye avaXocSeiv
eivai xai

eyyotn', vyovv, ixevovaav Tsap

v^lw, OLXvpov

avia-yypov zscainay^ov zspo(pepo[t.evô, v evvoyu^s en;
trfe/3{

tw

^eioo opxui xai tû
-f'-f-f-

TO'JTOX) £7r>;/3T?/fX£}'a)

kivSvVxK Kat eirepanvO} œyoXoyvcroi.

•f-

XvpvMOi UoviTOi
Ilct\Te^ôOô [sic)
voixio-aoLTOL e^

[sic)

XrpvTos

7npox\ eyyvwfxai tô [sic) -ûtpoxj

[^aïô

ii

xai

Ofxocroi' toj' <riOT

opxov v> -apoxj.

[<1>X^

(deoTexvoç 4^a]i'ô

anoTipamù'JiTÔ a^iuOis eypaif^a vnep

o.tô ypa^iLOLTO. p.v \eiSoTO?\.

I>AGi:

VII.

\

TiroLTeioLî <l>Àj Iovotiviolvô
e7:ei(p

tov ti-oo^OTaTÔ xai vuep^veaTaTÔ
II

x

//

ïe

//

ïvSixJ

Tv

evSoxi^', AttoXAwtj

pmcipiv xvaijî A^poSiTijs tô ArTOHouol) vo^o,
fl)/

ml XvpvXiô MouTatô MapTÔ xvxivottvaô,

(r)exX(xs, aTfo'xwfxJ/^, X^'-^PlI

OixoXoyv
xoii Tin'

exo'jo-tvi xai oiv6oi.ipeTVî , STTOfxrvfxei'Oî Tor Te TSavTOxpaTopct
xoLi SiOLixrAniv

Qeov

vixvv

TÔ SeaiTfjTÔ

?/fXii'i'

<1>X(

lovoTirô tov aiannô

Page VI.

Liuiic à.

\m

nom do

la iiiôre

n'a pas été inscrit.

IVi

r.ATAI.OC.llK

DU MllSKT, DU

CAIIU':.

[07328]

ofjyr)V7U) oiVTOKpaTopos, syyvx'rOxi Kxi xvoihrhy^OoLi iloW' kcci £a(paveiais

\vpvXiov Kpfxaovw \vrn!^iov WXvx -aoias xxi aypo^pv'ka.xj
T)/>
,0

Sexaviioi?

xaXov^sv}
T))i

Tj;/5;£t-[c>> ?

|,

zxpos sviacvmrjv y^povov

Aoji^ofX£i')

omo

mffxspov

v'J^spoci:, y-ris

emi avros

cTTîts? x//

TTixpôrrvi TiXsvTsxcLi^^zxoLTVi lySixj, sni

tv auTor txh

-nra/îaatU'at

XXI -apoavSpsvetv xai vnovpysiv XXI
T);j'

-ûTîcrt

rhjixomaii y^p£ixi{sicj.

Trra/5a^uXa«);7'

tvv

sipvvixu^v rr^pxyixxTw -aouinOxi
r^s

xoxvvs XXI axxTayvoTTai<. Ottotxv
ij

'0}TOvaivo>

mxpx

tv< n^v^ ev'hxj,

vtxpsveyxiiv auTor xxi n^xpx^uirrrii sv

>h)tioryi,v tott^'

fXTOî

xyivv -impiSo'Xvv xxt Snivr y_xpxxTypvy xxi
XXI
fX)/'îafA«>
fx);

xyix^;

xvpixxv<

avTOv awoXsimrrOxi. Va ih
evp'vOsiv ts, sTOifxvi:
iyj^^

aTroXufx^Ot-t;/ xxi

^j/TOUfAsr^

apoysypai/iJ.svs

eyyvymif^
a„

[zsxps^^^''

\jmp t^^ xvtov

a7roX£i]4'[£c«'> XP^'^Y-'
,

y\oainr'\u.xTX f]v,}£xx.

^vvnepxiôiievô fh tou y^povov

stvi

tv

Sfxs

xvaXx(<£iv ixvTvy

{>-ov TJ/1'

eyyjvv, vyovv, asvovaxv

mxp
j;

ufX'.'v,

xxvpov
V

£ivxi XXI xv'i'rryypov TTixvTxyov r^po^spo^çv^o]^,
TTfepi

eyyoy^vî

n
\\

TC

d-£lV OpXfx^ xxt TO
IMouo-j/?

TOVTÔ
inpoxj

iTC)jpT)Jllî%<'>''

XIV^VVV.

\\Xl iTVSpj

'f^li-OXl

\vpvXioi
•ar.

MxpTOV

syyvwaai tov w^ox^'

K/?| fxau-'.'r
I

Tvmi'Piov(sir') xxt <,'fX0Ta rov Q-stov
-apoxj

OpXOV

r.)>

[

«l>Xs

(•^£0T£XVO< '^XÏÔ XTTOTVpXtTIOn-irÔ

tj.xpT\vp(A> T); t-}) 1vî;(".') xxôcrxi:

-axpx tô
\'J1I

S-t-fAsvë.

XiïoXkvi Vpiiioy flXpTVpv TV \£y)
a^xpx Tov S-£fXcrou
-1'

xxovrrxi

y

I^i'ir\

lijjMi's

en

lil;iiu'.1

3o

\c,i;

VII

tv'^tx!
'IV^i

£v^oxt[i.j,

ATToXXa'Ti ptnxptv xvfxj;= A>^,00fîtT);j tô Ai'Ta<07roX_j t'Ofxo,

P.MiK
/^iV'-Hc

VU.
iS.
:io.

Liipic 8.
iil(5

Lire
passi^.

la-o-in^fo-j

:

cf.

pM|;o Vlll, noio

de

l,i

li;;ni'

7.

Kya' a

Liiriic

Ac'Jsxa est tout
la
sciili'

.'i

l'ail

illi>ilil(';

mais

la

li[;iii'

o |irouV('
la

(|u"il

laiit l-

reslici's

liii'r.

(Vosl
(lui

OKContioii
(li>
(1

i|iu'

nous [Hnssioiis

iiIit à

i'('{;l('

ordiiiairo de

sjjya»,

vont nn tan\
1

noiiiismata

par porsonno.

(io caractôrt'

o\ceptioniu'l
île

tin cliinVc

••

est conliriiH' par
cortilior

le fait miMiic ipir

Vx

est

ivpi'U'

an bas

la

pajjo,

comme ponr

son premier texte.

l'Ai' VI!

us BYZANTINS.

l^iS

w

Au,/3);Àto «l»o(Ê'aafjt,wî'&> l]ptxoi,ovunoî Ovolivivioî, UJi MajOiapt., o/sfia'fxtr)

[()"328]

avro T)/>

T

xv^yi

X^PpoSj

x,*'/?'/

OfxoXoya»

ixo-jo-j'^s- koli

auOa(^0£Trv? eTroptrvfxet')
,

T&i' Tî ûxai'TOTipy.Topa, (.-)sov xx'. t)/v
<1>A(

vikvv kxi

fîtafxc/î')/}'

tô fîcTTroTÔ

vf^'i"'

louTTtrù t6 ajvrto au) outto avTOxpoi.TOpoi

,

eyyvxrrUixi kxi xvX'h'Jeypxi
,

[xov)]s

XXI sfji^aveixï AvpyXiov lipcTopa "^xiô \\a\sovaxiov

-ûtojaîvj xxt
Xoyii''Jit.cV^
fX)/J'Of
STii

xyp'j^vXxxj rss'hxrh MxXeciaxioî , TUpos tvix-uaiov -^povov
rDjtxso'jV t);>
11

xno
Il

zipoyeypxaixsvxï

[xic) ijaepxi

,

i/fts

srni

iTCSl^

X

TSxp'J'jrDJi TTtSVTSXXlSi^CXT^IS ÏVr^lXTlOVOS

TV xvTOv

zsapxiJLiivxi XXI Tnpo^Vf^pcviiv xai
(

vnovpysiv
-axpa
t);> o-)/s

TXiXfTi

ratb Stiixomom y^piixiî.
,

)norav (h

'CiiTOV(i.svoi

eu(îoxjfX);o"£«>

-urapsvsyxeiv xv-ov xxi û^apxrVjiia'w exTos

o-yiaw mspiG'o'Xvj' xxt
£]'

B-eiw

x_apaxT)jpuiv xai xyixi x'jpixx))î

(h)ixot7iv

TOTTV, xxi

TV

rr;xpx(pv\xxi]v twi- eipvvixu^v

TSpxyyiXTuiv xxi zxi -û^xpx^TXfjn
TTiOieirjOai
fxî/

rvv sni^vTOvftevwv -îspoiTumwv
Va
rîe

XXI
,

IXIjr'iXIXU^i

aWTOV XTZoXsiTTSnOai.

XTloXvti-^Oilll XXI 'OlTOV(JL}

nvpiOîn)

sToifxws £-^v

-mpaysypaixaevoi syyvi/TV^
-/s^pvaà vo\xiaixxi:x ù,.

'znxps^cii^sic'j vTisp t)/>

av^ov xnoXif^i-uis

'^vviiipx\,rj\x)

Tov y^povov,

£7z-t

rw

ïfxe

avaAa&tv
OpXV XXI

TauT)/v

jxù

tvv syyvijv, vyovv,

(xsvo'jfTav -û^ap

vixw, xxvpov
S^ct^i
]•

civai xxi xvKT-^vpov tsxv;x-/Jj'j TSpopspo^xev},

V SVVOy^VÎ £IV T6»

TO

'ÛISpl

rovTOv £nypT)ifxev(v xivSvvcak
Kpixxgy
{^sic)

Kxi £iT£pwTi v!xoA}

[ [

\vpvXioi
il

^hotSauiix\ f\

o rspxjisic)

eyyvwaxi

to'j(.s7c)

Tnpox

\UxTvpx
•]'

jaj^.s/c)

oaonx

TOV S"ctor opxov

(«is

mpoxj

Iwa^i^ii XSpxxaiov

zxpsad i: [xapTvpœ

tj; sj-j [u]£(,s!c)

xxovrrxs

-axpx TOV Srîfxsvov

]

<\^oiSxaixvy '^xiov -u^psaSl

txxpT}/pœ TV syyji xxovTXi -mxpx tov creixavov.

Vm.k

I.\.

\

Ttixtsix;

<1>À(

Xovjtivixvo tô si'^o^otxtô xxi vnsp'pvsmaTO
Il

sTTSi^

X

II

X

lli^.sic)

-aevTiXXiSexxT))^' ivSixj

I'aci;

VIII.
la

Iaiiiw 3.

Ovaivivioi

:

cl.

Ir

iii^iii

iriioiiiiiic (j[>jl;

,

Wàiiln,
,

<iiii

se rciiconlro
|).

dans

l'a; ar.ilx;

de

(ilicriouti' (.)/('»/. de la
i ,
.">

Miss. /ninr. un Qiiri'
iiiio

loiiu' IV,

A

•.)

2

)

ainsi (luo
Liiriic 7.

dans

I*.

Lond., IV, iMi

(iTapivs

cominiinicalioii de M. iJcII).
cv.

La comparaison avcr

la iij;iic

cS

nionlre

([iie

siiriioin csl

bien

le

nom du

lien d'oi'ijjino,
d(!s Trro((iCi'£5

commo
n"

je

lavais suppost' au u" (i^ooi.
'^srOy.ijat^
I.

On

rulrouve ni plusieurs
I.
(j

du

li-ooi,

yiovcraiov IlarTTêT (plus liaul, p. III,

)

Kpfiaov'MS
fjfnir
I

\v^t](piov llXi»«
a été

(p. ^ll,

S), cl ce
!ii;ne.

Vnxratp '^a.iou KaXeovaxis.

().

As

onMié

à la

lin tlv la

Cil lui. lin

Miisrr. n"

(i-ja'y;).

19

1/(6

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
Ta) evSoxiix^ AtioXauiti, pi-napirt)
KV(j.y)î \(ppoStT)js

[()7328]

Tou AvTaionoXiTOv rofxo,
5
U-)(^i-)(^iT05 ,

'aj
,

XvptjXiô AttoaXvtoî Kpasiô

^vTpos QavTiaî

frvvT^lemrj ano
,

t)/s

7

xv(xf^

OfxoAoyw SKOvaiws xai

a.v6oi.ipsr(Aiî

sTTop.vvu.evos xor rs -aoLVTOxpciTopa

Qeov

KOLi Ti]v •S'îJar
j;piatî'

xai \ovp\oiviov \r\'jyjiv tô rœ trrarTa vixwvtos

SeairoTÔ

(I>A<

Iouttm'Ô tou atCTto aujouarô avroxparopoï

syyvixcrOai xai avarJeSs'/^Oai fxovvs xcut ea(p:tvsict.î XvpijXiov
10

Aspiii^iCLv \rximi(piô, rsoiixj

xai ciypo(pvX(xxj tvs 'lexavitai io Àié'ixô
Xoyi'CoiJnv} cfKO rrijtxspov
sirst^p
II

îlopOfxiô, Tspos

eviavmov y_povov

rys

Tispoyeypafxixj ^iixepas, vtis

smi ^vvoî

x

II

-urocpovrr)

TSpvTvs

ÏVfhxj, STTi

TV avTov

z!!(xpot.fj.stvat

xti 'ap'jtrvSpeveiv

xoLi VTzo'jpyeiv Traxai
i5

rats Syp-omctis y^peitis, x%i t);v rsy.pix^vXctxvv
tols ay.py.rrToi.T.?
,

Twv

sipiivixwv TSpa.yix.oi.Tvv, xai
TSOlS.iryfJOLl

tw

siTi'OiTOvaev}

TSpOIOTlW

CL0XW5 Xai CtXOLTXyVO^TVi

XOLl IXIJ^OipVî

avTOv XTroXenreTOoii. OTroxav
svSoxifj.},

Ss '(}tTovp.£v^ Tnocpcc T);s tj;?

zsapsvsyxiiv avTov xai -aoLpaL^vyv sxto? ayivv
'^ccpOLXTV f.iw sv
fi);

TSspiêoXw xai B'eivv
20

hjaorriw totvv. Va

']£

anoXv(j.(pO£n! xa.i 'OlTO'Jixevos
i/_v eyrxJ

svpsOsiv Tc, stoiixvs

zspoyeypaixfx} eyyvvTi)? -aaps^v virep tv>

avT0\) anoX£i-\psvs y^pvcrrj voixi^ixoltol s^. 'L'jvTTîpy.iôixsvo ^£

Tov yjjovov

,

eni

tv

sfX£

avaXciëeiv tcl'jtvv ixov tvv

syywv,

vyovv, ixsvovaav
25

TScup vixvv, ocxvpov eivxi xoli

y.vi^yypov -mavT'xyJj
to Tsepi toutoI.sîV)

TSpo'^zpoixzvo, V svvoyjx^s en;
£7r>;/2T);jU,£i'w

tv

rS-siv

opxv

xoli

xivSvvv. Kat
w(.s('(:)

£7r[£/C3a)T]>;6'[)J

vixoXoyvyot.

^[l

XnoXXwî
ws
3o

Mpixiov

-apoxj eyywu.y.i tov rsp

OXJ \cpvpiOV ,
Tspoxjl
-f-

XOLl V^xOiTOi

TWV ^lOV VpXOV
zrpecrsjl
(^sic) -aoLpoL

Iwavpis \€paoiixiov
£)/?;£ (sic)
-f-

[xapTvpw TV
Tov B-v^xavov
[XOLpTVpW
B-V^£l>OV.

a.xova'xs tocs

lepyj^ias Iccxv^iov ispeTSll
OLXOVTd.?
(TOLS

T); £)[>;]£

[aie)

TSXpX TOV

Page IX.


.

Ligne

.').

n;^;;^(Tos

:

nom

île

tottos

dans P.

fiOncI.

IV (voir

l'iiiilox).

Ij'pir

1

1

Tou Xtëtxov

-BopOpLiov

:

cf.

le

tottoî

WopOynov de P. Lond. IV,

i

hio, goT),

dont

la décanir ici cilée est

peut-être une fraclion.

lÀgne iQ. Ligne 3o.

Suppléer Kat aytas xvptaKrjs.
Les lettres
tols,

après aKOvyas,

ne sont ('videmmenl qu'une adilition
p.

vicieuse au verhe, et

non

l'article. Cf.

encore

XI,

I.

?> i

l'AI'VIUS BVZANTI.NS.

U7
[07328]

l

Aci;

A.

•1"

TTraTîtas

*I>À^

io'jrrTtriai'ô

to sv^o^OTaTÔ
,7

holi VTicp^v£rT7(x.jô

£nei(p

II

X

//

iVcÎjx/

Tiv
-ôij

evfîoxtfji)

ÀTToXXwTi,

pmapiw
,

x&)(x>;s Ai^/S'OiîtTj;?

t5 AvratoTroA) vo^iô,

XvpvXiô Evar^

Kp^j-OLOviiros

fiinpos Hi"xAas,
,

oltvo t)/ï

T

«a'fXJ/s-,

-je

5

OjxoXo)'« sxo-jmvs xti avOcLipsiv?
(-)io:\

eno^vv^svos tov tc

'u^iy.vTOXpCL-ïopct,

XXI Tj;r vixiiv

xy.i rîtafxoD/j'

tô Ssmcrnci
,

y^wv

<l>Àj Iôo'tm'Ô
a.vx^s.iiijOci.i

Tou ata'vtô auj

O'jiTTOu
,

av-oxpanopo?

ey^varrOai xai

[LOinj? xcLi e^-lpa.veioi.5 TSrji^j xoLi
10

XvpirXioi' Irraxav
t);>

"^evOavmô Mixraôxe,

aypoÇvXy.xl

SsxoLveiai ^l^evvews , -ûspos eviavaiov
T)/:?

-/^povov

,

Aoyi'Coixsv} CLixo rjy^epjov
//

TSpoyeypoi^fJiev) y^epixs,

VTis STTi [xyvos £Tî£i(p

X

II

rsctpovmjs TSSVTexaiSexocTVS ïvSixj

sm

TCt'

auTOv

'zsoi.paixsivoii

x%i -ïnporTvSpsveiv xxi vTTOvpjyeiv

TSam

Tais fhjyiomxis y^pnxis, xxi t)/v -ôrapa.'pvXaxiiv tvi' eiptyvixw
nspa.y[iXT(jov, xcci
i5

txs Tnapamxfjis

rr^'v
,

ein^yTÔ^svwv TSpoaorcwv
xxi ixySafiws avTor

moieicrOai

aoxvws xai axaTayvofTTuiî
OTroTav Si 'OlTOviievov

XTio'ksnTsrTOxi.

(^sic)

zjapx
y\>.iv

tj/s

a^is

svSoxiixycrewî , zsxpevsyxeiv xxi TSxpxSwrrw

sxros xyirx)v zxepiSoXciW xxi B'£iw y^xpxxTsipwv xxi xyixs

xvpixxvs sv
20
(X);

SviJ-OTiv. Et Se airoXvix^Oenj xxi ^j/TOt/fi)
i-/jx>

svpsOeni rs, eroiixvb
ij^Tiép T))î

o -ûxpoysypxixii.evos z-^yvijTj

TSxpe^Yw

auTO'J XTio'XeitpiWi y^p^rro vayno-fiara £ç.

'^vvnepaiovixevô Si tov y^povô,

em t«

efxe

avxXaSsiv txvtvv

(xô

T?;r eyyvny, vyovv, [Xivovrrxv rjsxp

v[x.'jiv,

xxvpov
Q'sid}

sivxt xxi xviTyjjf/Ov

axvrxyov
55

izpo^pepoixsvo, v syvoyvs; sp/

tw

opxw xxi to

rnspi tôtô

£TivpT)i(xevai xivSvvfxK

Kat s.mp(xnj

a'fxoX^ •f-f-l'

AvpyXios
'ffpoxj Irrxxxlsic^

Evw/^ Kpfxxov

(^sic)

w(^sic) 'apoxj eyyvœiixi
]'

to(.s'î(;)

yx

i(sic) oiLOfTx TOî'

^£iov opxov wî Tnpoxj

<l>o(6'afXfxa'}'

"^xiov
\'

-tnpsrrGJ (xxpTvprx)

tv j}uô(.sîc) xxovaxs tsxpx tov ^^|X£vov
Il

Ivryy^is XQpxxixio'j TspjiG^

[xxpivpui

tî/ £} }

;io

XX0'J<7X5 t^iXpX TOV C^ôfXcî'OU.

Paoi: XI.

1'

TTraxctas

tl>À)

lovTTiinxvo tov ivSo^OTXTO xxi viiep^veaTaTo,
£Tr£i(p
II

X

II

ïe

II

ïvSixj

evSoxiix^ XizoXXvTi,

pnvxpiv

x^fx-)/? X^pp/oSj

to XvixiotioXj vo^ô.

Pack \.

Ltipif!

i(j.

Siipplûer

tottolk

>0-

l/i8

CATALOGUE DU MUSI'R DU
"^1 <I>otê'afXfx<i)j'o[s]
5

GAlliK.
a-) lô

[f,7328]

^[ajtô,

[).inpos ()x')itioi.s, TnrjsrrS} to
««fX)/)', X^ipjj

totto Att»

U.lVOVTlWVO$ ZSSpi TJ/V OCVTVV

OfAoAoj

'i'

SKC/VriVÎ
(-)eov xoli -ijv

xoLi ctvOaiperuys, eTrofxvvifx^ros
XOLl

ror t£ zsctvTOxpaTopa
tI)A(

vixvv

^laiLOVVV TÔ Ssa-nOTÔ VfXVI'
,

lO'JTTtVÔ TÔ Otiairtô a-J)

OUTTOU

avToxpaTopos

syyvaaôai xaa

ccvocSerhyOcii,
ttioiix*,

aorv^

^^'-

eiJ-^avsia?

Xvpv'kiov Vajoj' WixTopo? Woymix
1

xoct ot.ypo'^v'koixj 'asSiX'^f
cctto

M);i'a'T

.

.

,

TSpoî evuxvmov y^pavov, Aoj t^ofxejM
yris stti (X);ro?
eivi

o-ijaepov
/

T);5 -<7f^oy£}'/3a(X(X£î'[(] iiiLipas',

metZ

x

//

-afxpovmis zssvTZXCLi^ixazv?
xoLi XOLl
t5

'ivSixj,

tw auTOr
-zoli?
TTipy.-)

zxapaasivoLi

TspoavSpsvsiv

XOLl

vnovpyeiv

TSaryi

'hj^oma.is yp^i-xis,

TVV

ZSXpix2!V\0iX1)V

TW
,

SiptfViXW

aOLTW

XOLl TOLS

'ZSXpxo'TOLrriî

rw

£7n^?;T0UfXti'a'i'

TrfpoTOiïw n^oitiGOoii

OLOXWS

XOLl

OLXOLTOLyyOTTV;

XOLl U.^!r]oLlXVÎ OL-JTOV OLTTOAinTSnfjCil.

OiTOTav Se ÎCv^ovixsvos
TnoLpsvsyxeiv avTOv
OLyidJV
20

TnoLpy. ri}> rr^is £-j'')oxiix))'7£Vi,

xoci T^^apoiSvo-v

cv

oyaoTiv tottv, sxtos
OL")

TSipiSoXwV

XOLl ^clfjCiV y^apOLXTVp'J-^V XOLl

IXi XVpi0LX7Jî.
e-/^rjc

Et Se OLiïoXv^(^0eiv

XOLl ^î/TOUfisjM

(X)/

evpsBeiv,
t);>

erojfjia's

apoysypOL^asvos ey^vvTV^ -aoLps^w vTnp
•/p\ir!h

auTOu
erii

ctiîo'kei^e'jM

vo^irr^oLta s^. ^\)V!:£poLiô[X£vô Se t5 -yporô,

tv

e^xe

avaXoLSzii' TOLvryv

aov

tv

eyyjyn',

iiy^j'jv,

ixsvô^olv moLp

vixw,

cLxvpov
af)

eivoLi XOLl

OLvmyyprjv
xoli
-f-

-aoLVTOLyfj

-apo^epouev^, v £7<voyvi

en)

TV

Q-eiw

opxw

to TSepi tovtô eJïvp'^V[>-ew xivS'jw.
*\>oi§a\x^rx^y

Ka«

e-Keprxijj «.'[fxoAj]

Vaiov

zipeo-^j o zxpoxj

eyyvw^ai tov TSpoxj
ov
(ai;

"^olicivolI^su:)

yai

oixorroL
II

tov

Q-et

Tnpoxj

-f-

\wGvpt?

XSpoLOLixiov z^tpea-ê
Q-e^xe

\xoLp

lyp'x^

TV eyyve axovo-ai -aapoL tov
lepvp.ias ïoixv€iov z^^pefrë
II

3o

vov

l'

ixoLpTvpoci ti)

eyyve axovtras Taï(sîc) TSapa tov

Q'etxe^'ov.

Vxr.E \1I.
•p

TnOLTeiOL5 <I>X) loVrJTlVlOLVÔ TÔ SvSoKOTOLTÔ XXI VTVe p^VeTTCLTO

enei^

il

x

II

le

II

ivSixjj

Tv
5

evSoxi^xj

AnoXlani pnrxoiv xva})s X^poSiTV? tô
,

Ai'Tato

TToXfTou vo^iov,
-nrotfxj

TTfj

Xvpvhô DiXTOpos

[Mx^x-Xpiô,
-^

p;

y\xpix?, xxi

xno

t);? 3" ;£6ifxj;>

tô avTÔ voixov

O^oloyœ exovmv;

OLvOcuipeTW? , eTi:o[xvvu.evo? tov Te

TSxvTOxpxTopx Ç^eov xxi tvv

Sreixv XXI ovpxviov Tvyvv tô tx -mxvTX vixrx^vTOs SemzoTÔ

Vkcv. \I.

Ijjptc g.

Ucv'j-i(x

:

cf.

n" ()y.'îi(|,

I.

ûi).

Ligue

i>.S.

Siipplt'or opxov.

l'ArVlUiS r.VZANTINS.

l/,9

V^w
10

<I>X(

Wjttivô to x'.mnô

j.'jyo-j^io

x-jTOxpXTOpos,

[07328]

Mî/î-ai-

Vatô

woj/x* ;tat

aypo^vXaxj

tj/> (îcKaj'ifas

,

-apoyc-) paix^sv) VfJ-^pas,
7:r£VT£xxiSixaT}ji: ïvSixj,

vm
s.-ni

emi

ixm'os smi(p

jj

x

Ij

-zsapôavs

tw

ol'jtov

Tsapaixeivai xxt -ûrpocr
Tsxpa.

vr^psvsiv xai
iT,

vnovpjciv TSxm
£ipi)vixw
xy.t,

-olis

ZvXrxvv

T^'i'

-ûT^aj

Sv^omxis ypciais, xai nvv f/ara'}' aouiaOxi oloxvws xoli
Ss.

axx~x)vorr-vs,

(xvSxixœi avTov aiïOAsi-neoOxi. Et

aTtoXv[xÇ,6eiv, XXI 'ivTov^zvs ixv tsxpxz,fx^ x) TnxpaSwcrw

sxTOi xyivv 7nspiScMA''v xxi ^£iv,, y^xpxxr^ipw xxi xyixs
xvpixxiji £v S^ixoo-iv
2o
-rjTirx\

7sa.pe~w

c}«

'ûipoyeypxixuSfl
vofxia-yiXTX £^.

eyyvvrii^, vuep

t}/>

x'j-ov xn^Asi-lews,
,

-/(^[jMrjo

Ivvnepxio^evd Se
{LO'j TJ/i'

to-j yjjovrj^

eni

tw s^s avaXxësiv Tavjyv
y swayr^is

£y)vvv,

v)0'j}>, ixivôfTxv

Tsxp auTî/s, xxvpov

sivxi XXI
1}

xviayypov -axvxxyov
-fj

'ï;:^po(pepo^x£vrj,

[

Tc

<7£iv opx'x) XXI
u^x>-jAj

zsipi TovTO

t:7r?;pT?;fX£i'a'

xivSvvw. Kxi

::,

s-mpunvO)

\-\-\

\ AvpvAioi WixTvp Mx[xxpirjv]
Tov Tspoxj
!M)/j'a!'

-û^poxj £-)y}oixxt{.s{c)
TOI' c^joî'

[xxi ofxoaa]

opxov

aïs -zspoxlj

AvpvXios K
'j-nep clvt:\ov ^yjafxfxa]

iMo'jTato'j,

x^wOii, sypx-^a
-f

Ta
2o

fx);

£iTOTOi
T?/

\w(7i}(piç

ASpxx^iov

-mpelaëlil
S-£
t?/ £) {yvyj]

[xapTvpw
(xsvov
-f-

eyyvz axovaxs Tsxpx rov

^\>otSx(x(i)v

'^xiov rspcfiSj [lapT^pw

axov^xs
I'agk

-ûixpx rov Q-e^evov.

au.

f.ijriic

i!-j.

ïlcxp

auTtjs

1

sc

T);>

(T>;s

svSoxi^niTEOûs

.

MqIs précisciiicnl

lu

pajjc

MI

ebl la sculo

où celle

lociilinii

ne se présente pas.

Bini,.

:

Joiininl d'i'jitrêc du Miisi'e.

ii°

'10/178.

67329.

Procés-verbal
(le

(riiiu!

amlienco lomic par l'avocat

FI.
i

(lelcnsor de

la cité trAiilaiojJolis.

Paulus en

(|ua!ilé

Luiijf.

ni.

35o

mill., haut,

o

m.
:

.']oo

iiiill.

A|)lir()(litù.

Dalc

r)2()-53o, en lenaiil coniple du

l'nil (|iic,

d'.ipirs le

11°

C725/1, Flavius l'aulus

élail

(Icjaisor rhitalis
soiillicr.

en

fiaf).

comme me

l"a

l'ail

reiiiai(]urr

mon

confrère, M. lieriiard Ilaus-

L'oitjel (lu

(lébal

est
011

im

liansferl

par voie adminislralive de yea'pyoî du village de

Tlimoiieclitlié,
(le

TliMionaclillié,

dans

celui d'Apliroditô

pour y culliver des parcelles
(isrâOea-ts (p. 1,
1.

terres puljliipics. (ie transfert est désigné par le

mol

/i,

8, i5;

150
rg,32f)i
II,
I.

CATALOGUE DU MUSÉE DU
[).

CAIliE.
r('po(|ue
di-

3).

Il

y en a plusieurs exemples

pour
p.

du U.iul-lùnplre;
2 1/1-2 if), où

le le

plus
texie
ultï

connu

est

celui

de P. Loiid.

Il,

m"

3q2,

iSf),

l'un

porte les mots rSv (i£TaTtOs[isvw évOdSs
(li'terminé par
(lu vi' si(''cle

àm
7
:

xvp.ris

I5a«;^fa(5'oï

dont

l»;

sens a

Kenyon. Notre papyrus prouve que
(1.

celle pratiipie subsistait

au milieu

entre villaijcs avvTskowtes
cpii

eh
:

sxaTspoiv >TvvTs'kovvT[a

x'uîf^jjjr).

Les personnes
2"

prennent part an débat sont
ndjiitor

1"

Psimanolicl, jwrwljtilnr (hfnisnns
la cite

Plioibammôn,

du bureau des comptes [Xoyfnyipioy) de
villnjje

d'Aiilaio-

polis; 3° Apollôs,

prôtocômèle du

d'ApIirodilô.

Le

(Icfciisnv

ciinlalis exerce la juridiction en cette matière,

conformément

à la Novelle
à cette

XV

de Justinien, sur
liturgie

les attributions des (Jcfonsorcs.

La defcimn

civilatis était

époque une

Imposée

à tour

de rôle, pour deux ans, aux principaux babi-

tants des cités'".

Vxr.K

I.

[ [
]

-wja'jvj nil[
lilj

[

.

.

.

T]pnvs

"t'[vr5jx/

]

An[l]aeopol,( ex (licae[r|ii< Eiib[u|l[ii]
Arro(li[l(
el

a{lsLin[U]

Paiili

l)oltii

(?\

Pcciisio]

SiOnos ox

.

.

lc|

.

.

cl]

Filomiisô
rfi|(
r
I

ea]s(lem
ex
fil)]
I)
. .

a])[.
.

.

.

.

PsimanOhe]!
a[(ijii<]

fil*

(luro
ss

easdem
Idem

.

ex Colliithô

defcnss

Psim[an|ôb[et
[tira
e^.*^

Gnrô

peradi[iilo!-Jj del"e[nss] d/- Tj/'^ta
. |

tov

(xei'

rsaXai y_povov Si\a.xsiixcv[a.\ ejaTia^Oev
V-i

.

.

cj'

-crtv^ja^ît]

T);s j;fi£T£/5aî

xwfij;? A(ppoSi[rv\?
t);î

Av[T0i.]ig7ioXiTov vojxô, £v\svz\-;(p£VTa

Se ev

Tw

x'Xipfx'i

TSpw]^' [7iîyeJvVf-Ae''>/^ ju,£T[a0]e'7£a'>
Il,

«axa
cette

t)/i'

P^iiE

(.

ligne 1.

Si la restitution est exacte (cf. p.

1.

()),

page

est

bien

réellement la première.
LiljHC

a.

Après

Eiilnilii ['^),

place pour sept lettres environ

:

mais
iiotlii

cet espace paraît
:

plutôt avoir été laissé en blanc.

Adslan(tibus) Pauli blio
Uacôs, Uaovs.
Holhi
.-

l'unli

>^si

extrê(pie
le

mement douteux
j'énilif

;

ce serait le

nom

on remarquera
(11

des

noms propres

est toujours laissé

sous
la

la

forme grecque

=

011).

Afrodit(es vico).

— Ex
été
I,

Pccitsio est trop

long pour

lacune (peut-(Hrey(7(^!o)

a-t-il

omis), mais a été restitué pourtant à cause du

nom

palronymi(pie Siùn (cL Index
ici

lome

I, «.

)'.

/.).

— La

terminaison du génitif grec est
.

rendue par

o.

Lire

peut-être, à

la
et

lin, ex [d]ic[a
("')

.

el] Filomus(').

fÀgnc 3.

Lire

CoUnlbo

mais ce

est certain.

Ce Colbitbus
1.

est le

KollovOos fiovOos
"'

T))s ekSixiois t);î

XvTaiovno'kn^-LW du n" fiyoS-,

1.

r)efens(oriini)

Ciii-n

:

ô est corrigé sur n.

Lijpw h.

Yyxa-zwBtv

:

lire

peut-être eKcnepuOev.

'*

Mou

confrère M.
:

\l.

Vm\

a

on

la

ciimiilaisaiice ilc
le

nous

fiuiniir celle iiolire \w\\v le p.i])\r(is

n" l)7.3-29

je n'avais pas

i'eli'0iiv(i

texte riirre<]i<ia(l,int il.ins les pa|iiers

de mkim

IiIs.

li.

M.

l'Al'VliliS

lîVZAMIlNS.

151

[S^iixornav ano)p(x^)iv l'^'avrô to t-ÀÀo) «JpiwTaTÔ
CL^a. \K(t}ii\vi ^)it.ov(x-/Ov

a^rA^amixol
£iiei!}rj tj/î»

ei^

ivv

[-nTfJj]-

[G7329]

OL-JTOV voixô.

[K]at

u7roAoj7;[o]}' fi[ôj

[jcu'fxî/s

A>^pOfî{T>;»

](Xoj'

./2|a«
^,t]ijLoqici.v

i

(ptpov

t>/

.

[T]ï?[r
tc^'

VTis\fj

rau'

sipyasvw Tnxvjoiw
K'x(}rj>s

a-vvT£A£ia.v

£[n\iyvùn>cci

'hjixofTiw Xo-)[v t|vs avTj;s ;ca»aj;v
[a'o-7t
fx)/

\^po8i7i]s
fx£i]i'ai

£U£

Kixi

vvv T'jj'/^aw
OLvxyxa.ivs

Êis

£xaT| £/sa]v çn;i'T£XovrT[a
-apos
T)/|r

X'Vfx|);v

rî.(a

T^i]

TOUTO

TSO!.p£yevo^7iv

vfxsTtpai'
(xi/Sev

-nraijcîeuo-n'

,

(xnvv oixciv xiv(]\yv\v, tô rhiixomov Xoyà
(sic),

^a.-v\ct\

^Xamovasvâ

TsaXe^a^s \\vjai[ô (j-STajOeo-iv
£Va-£S[a^]v

tw

anoysypccaasj'uiv 'utamoiaw Svfiocriïw]}'
yV^lOls £rT£vO£V 7j[f^U ^oi£i(TOai

T-liTixOL-W TOIS

£ip-)IIX£VCilS

ttTTO ;ca'[fi(|
[t')fxoj'a;i(^6'?/

£is

TO

'hf^j-oaiov

tv^

>;fi£T£/3aî

xrxiix]vs

\(pprM]i^T7is-

£]TO<fxos

yap

|ctfx.|f,

xiv[fîv!'ai] £fAai
UTTî^iS

xai zsopw

t)/î VTroA&iTTÔ fiô -çravTOjas

u7rc;TTa|cr£a's|

£l'T£l'£y«£M' TJ/V
[Acij'ai
Tj;s-

(XVTW

V^CCVTOIXV Sv^XOGlOLV GVVT£X£iaV TO) SviJ-Omv
tj;

at;T}/?

xuiixi];,

txxrjMrJjvs

<îî;fx]ocrja

a7r[o]y/C/[aiS>/]

jou vvv

V-

[


I

T. |T|pa;£T£U0p(.£1'5 JCavJiXûb iwaVl'Ô TÛ £lpVlX£VÔ £AXoytfX.WT[arô
,

fT\-/^oXa(nixô
[u7r£/3 fX£J'

tout' ôo^tu'
IXCjV

£)- [-rrrej'îiarîj

xuipis <d^ova)(pv xXvpo IhazfJE,

TO 01X£10

OVOIXOLTOS rTTTOpltxj^l? apOVp[0in'] SeXarpl(i^[v T]£Ta|?TÔ,

xai ovoaaTOs

\hja-to

Avôé'ia'vob xxt Asoî'tjô aS£X(pô
3/ju.{T£Wf T£Ta/5TÔ,

(TT/oaT{[oiiT]''x))'

Kpp.G-

KOAj ai: pi ai]; apovpxs
\Taë£XAiCA)vos
Trtas

xaj ovofxaTOS \iiXTœp['js\

mvopuxvs
aTro

ctpovpois T£T]a/STÔ o[jyÎo]ô, ;iat o>'[o]fx[a]T[os] Eut/îo-

Koj/5aj')'ô

A7ioX[Xv\vos , tneSiaSos
fT7î-o/9{u[3/|s

tj;s

auTJ/f

[(-)fxo|j'£;(07; (.sîc)

To[;rJo oaota'5 II|ta]2(T£
I

apovpas

fxfa? T£Tap'çô £xxaif}[£xa.Tô\
.

]7r|0|

.

]i'

.

.

Ton/ov

t| ^''

("0

'^'P''"

fijfii'^''

ai'î'c'Ttaoi'

T/2a«Tc'jT3;j'
(xoi

<l>o[t6']afxaaij'a

xoti

£7r[a]xova'[arT]a

t^'?'

0'jt[i'x)j|

£t[/2j)/f-i£''<,)[v]

XXI

£^)/[T]);fX£r<i'}' a^{[ai]

xaTaOeoOai -W/saTTO-

fJt.£l'''j'î'

[Dcfcnsj" AJcoucraf/ei'Os

Taii»

Tnapa tô sipv^svwv sv vnoixvjjfxarnv,
. .

4>oiëafXfx]an>
o ^ovX£toi.i

-!nxp[exw ^]);fXo[Tto>] Tpa.XT£vr[i!î\ xa[«

-Jf^fi-

[AsjetJw

Fo[c]ljaininûn adiiil)
\'^iixa.v(jLi6£T
(T^ifx^V
TiSeSlOL'^l

lo;;^

An[Laeo]j)|ol/ ET\7Jiiav£y

-aapwv

3-avfx.), oi? a{T£t ix£zaO£a-tv 'aoiEia-Oai
|t'^'1'
|

ay.j^TOtw

thiixo-

£Vr7£<i\^W

TiXfiiTfXa

TO'}'

-ôTJa^/O

OCUTo[v

X£XT7llXj

apo\yfjU)V

£V

XWIX7]S Qfl.0V£)((j7] xX\)Jp\rjy IIta?.£ x|ajf)a'» fiTT^X- •[•

]

'^^P'^

Ta'î'

1Vu;e

I.

f.tjjiir

1

1

.

Cf. lin

XeotTiô c7Tp/;iu n"

G7987,

IV,

1.

/i.

^

— VuKiopos
marKiiic

:

corrii;é

SLIl'

l^txTcopos.

lAljnc

lâ.

Aiitacopolt

proh.iljli'

:

ri.

p.

II,

I.

12, mais

la

jilatc

iioiir fl(i\it).

152
[07329]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
[yewpycôv,

CAIIIE.
0i.p'jvpv\v

ovô

sxKhjirioLS

Evdp'jrrvvov,
I{[);a-i5

o-7ro/3r]fjLî;>

SsxocTpiwv
arpoL-

TcTa/QTÔ, XXI o]i'o;x[a]TOs

Xvôëiwoî^ xai A£orTt[5 a^zk(^ov

tkjAtwv
p.iXT05

Eo(XOv[7r'2À) a-nopiai]^ ci?^povpoLS î;pt.[t]iT£[w>] TîTa/5[TÔ,] xai

ovo-

Jiixropos

[tixSsXXiwvos fTnopii>.v= apovpa.? TSTOcpTÔ oyioô, xat ovoa'XTOS EuT/507riaj Kot-

pxvvô

«TTo

Xno'kA'jjvos , TSsSta^rh;
fji{[as

ryjs

a['JT>/=

SixovxyOv

,

tottô

olloiv\î

lliazTe [rmopiav^ apovp^xî
Vosli'ji-'S

TîTa/JTÔ £Xxxi'hxaTô\
lijjiies.

insignifuiiUs de quatre

Pagk

II.

TO))'

auTwi'

[ii'c'c];)'

£;ua'c'S''j.')'

T;X[£fTjxaTjwi' t«i' vspO'hfhjlAo^^vasvwv ixpo'jpwv.

Dcfensj*

ax[ov]TafX£}'0^ Ta'v

[wapa t]5

£ipi]p.cvfxn>

c\v

v]TTOtxvvp.aTtv,
{''te)

A-

[ttoXJX'o)?
[Si]tï)S

trraowi' 3-[au(x]aTt'i)TaT05
VOIX.}

-apyv^roxoavTV'

[xw]a)/s \(ppo-

TGV \VTXl[o\-K0hTÔ
Apollôs

X£}'£t|

«

]
(!/'•

|3ouÀ£Ta£

fil)

Dioscoi'ô p[rô]loconi( Afroditj
|>

M^ifxaj'a'é'iT

TOU TSXpOVTOi ^X'JIXS O'.XiiV XH'Î'JÎ'V a!T);TaJiT[o
fhvrrsfxiï T)/!'

£TTl T^;;

'JlX£T£pXS ÛIXl|

{xsTxOsniv xaiv hi^xoTiwy

zwv

'apo^£^^)}AU1lx^^£Vfx'\ v

apovpw

yîvifrOxi xiio xvixv= h)ixov£yJ)ij
QlX£l(x1

ôj> tj/i'

'J[X£T£pxv xv[xitv

\^po^nv?,
,

XXI XXTxO£\X£Vrj,

XlV^VVft) XXI

SOpV

Tî/s

aUTÙ 'JTTOmX'T£VS
[a
|vT)/5 XVIXtJS

TXVTX

£lT£V£yX£tV £TO'JS £XXTT'j'J

TW

S})tXO<nV

Arjyrj,)

7);j

\\3po\-

5

axoXc/'jOvs TV "vpxxxxTiovi,
TJ/s TSxrri]? S^fx-XTix;

x}};

xvrv' xvas A^poSiTVs
t);>

,

xai

xxtx

ixiaij^iv

<tvvt£X£ixs

auT);>

xvixij^

,

xxi *hoi€xix(iCx^vos to'j
TrroA< at[j'ôi'To]>
[xij

TSxpovTOs B-xv^x^

^oijO'j TO'j

A'jyimvp'' Tau7);[^]

t?;>-

rais ocvTÔ aiTV'y^'yi xxi touto tt;oi£1'70xi xxTXr]£^aix-vô tô (hi^OTiov A^jyô

Pac;i:

I.

ÎÀgnc ij.

Q^ovaxOt]
letli'es.
:

n pinil-èlre cLc

oiililii'.

En

tout cas la lacune no pciil

conlonir plus de seize

Pack U.

Liijni'

s.

Defi'ns(or)

cf.

n"

Gyiiii,

r.

,

la

leclure dotilciise
([ui

du mot

semble

être confirmée par ce papyrus-ci.
lettres;

— Après

leysTv, lacune

parait contenir

quelques
Ligne 3.

mais
la

le

sens est complet.
l'a»

Remarquer

transcription de
d^ixil).

Prolocom(etes) Afrodil(('s)
(pii
cl'.


,

par ô; de nirmc

1.

i

>

,

Psinianôbet.
:

f^auyLOLŒiuTaroi.

UoLtSsvasv>

c'est

1(!

ilcfrnsor
:

est ainsi (h'sijjné.

Le dcfensor Flavius Paulus
1
I

est

en

même
la

temps

scholtislinis

P. Oxy., Vill, n"

().'),

1.

-^

sxaiSsva-ts.

— UpoSsSijXvasvw
:

où un cryo}.x'ntKOi

est appeli!

égidement >;....

:

peut-être un peu lonjj pour

laciuie.

Ligiiv à.

[,ire ();){.t£T£pa;i'.

hmnc

,5.

TpiXKTaTicov

plus bas
la

(I.

-),

le

mot

est traduit

par yvvrti.

Atvôvroi

:

douteux; un peu long pour

lacune.

l'Al'VliUS

DVZAiMLNS.
T<»'i'

153

fSAa7j-T0UjXti'ô(.s-/(,-) -ûT/90>

TV

«iAîUTir

aiSsa-iixw jpxKis.vrrxiv
'][}}

t?/>

xa-

[073-J9]

^£«5

,

£TO(fx.&)> £/fx^ T?/v VTJ-i-p

T^'v £ipi)ix£vun> CLpQvprxiv Tsocvroiocv

fxoiT lav^

CrVVTSAîlXV £V Te
Te x[aj] TOJs

TJTCil

Xai

yjj'jrjfjy

XaTaÀO}'JTî:[(T^0a( Sts

T7;i'

SK^oQiirjxv £1X01

XomOlS

S)!lXOf7l£v[oviTl\ T)/5 aVT>/î
£ipy)ix£in)>

XV^XVS

ZSy.p OiVTO'J

)VWtTlV
[twj'

VTOi xpxK-'XTi.ova.

t;/s

Kvixiji \(ppo8iTi}?

«aT

ilZlTpOTïV'

Tî/^

Ta^i'vs T/2a;£TîUT«}' xxt afxa TOts aAXots hiixomoi^i^sic') t)/? a'JTV»

Jfa'fxj/?

Ta-jTj/v £(^£j'c5'X£M' r^ja T)/5 Ta$£&i> aj'sXXejTTVs

TW

Svixoa-iw

Xoyv

T);>

auT);>

xœixiii

KxO
(xiïo

ofxcitOT>;Ta zsaa^is
TJ/b -û^ap'jva-ijs

tvs apovpctTiovos

t);î auT);? koô\xvs

A^por^irv?

t/skt;;; £7rji'£fij;CT£a)>

«ai

ai;T)/s eip oitoî' jcaj'w

rpXKT£VW

TO'JS Sn^XOTlOVS ^OipTa,[s\ T);> IX'JTVS KVlXj KXl

10

a^J/fJLtOÎ'

TSOiV-

~0.y^oO£V TSCI.pCt.<PVACL^y.l
TC')' -ûTo/.Àa;a>

TW S^iaOmCO AOyW IWV £V'T£Sw
(TTTO/Qjp/s

£V£X0L TcAsTfXaT^^'î'

£ipi]ix£vwv

apovpwv, TouTcTTU'

ofjt.5

(xpovpwv S£xan£vr£
TurTeAetaî

yiixirrovs

oyS[o\d £xxoi.i'^£xaj\ ô] «aTa

f/t|X}/o-i[!'] t)/> ijT[a'T]r/s

t);s >)^£T£pa.s

xwjxvs A.(ppoSm!5 T^pos
Dt'fons)

tî;î' 'Îo] (I\£igcx.v fxoi

TpaxTaTJOvœ
xoLrxOicns

£jc [tj;]?

Ta^£[a)d.
tsa-

b)]Av

ysyovsv ev \mo\xvi]^a(n

xcxi

j/

X.tïoWwos t5

povTOî

3-a['j[xa'Ti'x']TaT"5

Tnpvroxoixv^ôi^sic) xw^yjs A'2po5nj)5- £nx£p ovv

£7£pov £'kX£ni£\ry.i\, xv
"îspxyixaTi rspom£0)n\ai.]
T);i'

PsimanO[b]et

per;i(lliit)

defensj

dj.

-UxpaxxXco

ô'px^iv

rw

vnoixvyfxa^Twv £X^5oO})voli

^xoi -îrtpos a.(TipxX£iav

Foebammnii
£xSt'Vj'TOai

adiulf log( Antae[)ol( d/.

Kaaot
loyô -axpxxxXw
£XAx6£iv tx

IX

'u;£Tïpxy\ix£vx\ Tjspos xG(pa.A£ixv TÔ rhjfxoa-tô
lilj

Apollns
'UtcTZ pXy[X£VX

Diosconi piôloconi) ex AlVotlil)

il/.

Kxyw

tXpOS a(7^aA£lXV TÔ hjIXO'JlÔ

Ao)

O'J

ufXpXXXA'xK
|(3l|

V\} l'auliis scliol)

(li'Icnj

Anlacopolj
j/tï/tôv

et v) (!/•
.

MjtXvfxi^tTaj £XX7epos

iJaw

Ta

tS£7r^oayfjt,£[7'a

«aOws]

-1*

l'-l'.

lv(^oO?;Taj

l'A(a;

II.


i)

Li<jiic

i

>

.

l'Iiivius

l'aiiliis

nous

esl

déjà coiiiui par

le |);i|iyrus n" ()'y.>5''i,

où d

siijne, imi la
2;).

iiii'iiic

iiualilé (\ê)cStKOi rijs

XvratOTioXnûv, au iKyaxpTvpiov ,

le .3o

oclolire

1)1111,.

;

Journal

d'ciiln'c

du Miiscc,

11"

/io'i8o.

67330.

Compte des dépenses du

villa;j(;

(rAplirodilù
le

:

analogue au
(\st

11"

(')-()5(S.
larjj.

Lono. o

ui.

:>();")

mill.

(mais
la

hord supi'ricur
les

culaïué),
111

o m. 5 10

Miill.

(sans couiplcr
l'esl celle

lacune enlrc

colonnes

cl IV).

(!ursiv(!
Calul.

droite comnii11"

du n" GyoôS.
20

du Musée,

G'ja^ij.

15/i

CATALOGUl' DU

MUSl']!-

PU

CAllîE.

[07330]
Il ni'ii

Colonne
rcsto (tue niicli[iR's chillrcs.

I.

Colonne

II.

[Iwai']!')/? eÀa{Ô7iciA[)
[n/5o](xa''xi?

]

"x-l

ç
'(

il/

AoLxœv ^[ayeipos

H^(]fxara'g'£T
I

Kvpov

^

\
.

xj

j
[^

\.

.

\x\()
\

5

[Ta|u/3U'0s e^TreXXeuT),
TtfXf y_a,pTiwv

aiNp

([

v z k\ k
xj ly -^
X-\
l'î

^^
Va?
lo

OIVÙ
\Xzi,ciVf>prj
Sj

KaXkiviKO?

KwoLiô

KaXXiviKÔ

^

v

ç
xj c
L,

w%
j

)

'hicj
) Àot7î-<

io

^J^ Cl>w

^arrx

a?

Aî'Tt/

)

Tgsto

Wavos

x'-

'l'C

«Dotê'afxrjiwv llare;^a|'2{s
Iw(Tr;<p(5 ^vixorTj
E(/2);''>;
}

myy^

v

ol

xj
xj
;c/

i-)

L,

a
a

afxsTf ASpciccii IW/tjô

if,

^/érT"

TÔ X0U.0Vl6vpiÔ

Sj

KvpAOLXOV f^^yy
x'xto.GoXj

'"'

^

[

x/ xj

1


'C

oaoj/ Sj TÔ ôcTÔ

__^ ayvyjjs rn=

SsO'^omos (nyy^ ASpiavos
T{fx(

v a x v
et.

f')

mpj
')l

xj iç xj e
x/' L,

wxJCTS

Aêpactixiô -craxTj

20

'Jjoî 'M^atô

lIxTspfx&Oô
Ta^c^'î
!'

}-'

Ç>pôpoiî

T!;>

a xj

jjS

^lÔTj;? Wx'XiiOô
*VilX<,

V
o\xotj

a

xj

ç
(3

rj,)WV SIS

'loETW

o5

'Cj

^
;7.

ATToXXa'î (Sou

^
1.

xj

L,

(\

[XiryQo

v o xj
xj

OlVrj KoiTOfXSpj

ç
a

L,

i\

Iwarvijs \'Xpi^iô

xj

Coi.ojiNK
Liipic

II.

Li'onr

La reslilulion

ost

un peu lonjuie pour

la

lacuue.

liieii
cl scq.

dans

la

larune.
il

Lionrx

A

pnrlir de la Hj^iie G,
li'S

n'y

a

plus de larune dans
et
les

le

manuscrit,
à

mais seulement des Lianes entre chacune
Liijnr fAfrnc
(j.
I

enli'ées

rlnlVies

«pu

conespondent

d'elles.

ÇCnep) wa

(= ai^'i')

(xo")

Sox[iwy

0.
')
.

(Kati) aoittIovsJ (roTTOve).
XÀvo. KOfifjirjvnupiou.

fjrnw

1

l'AI'VliUS

DVZANTINS.
xj ^

155
rf)73301

\tccx

KxOapj SqkJ

W'.KTvp 'Varxivi xadapl

^

r^xj
V

xj Ç

Il

A

xj

l)/

Colonne

III.

.
\

.

. \

£li '["OS-VV
.

....[...
.p.\
'}j

JC,'

J

l^

^
L,

[TJfxJ* TV/?[ta]
[_^Jc^
.
I

]./

7ilO
xj ^1 xj xj

(1/

'^oxj
.

j

w(x

thofë'afi.lfxau'o;]

§

L,

.
I

<

TV xyp

'Vocypivà

^ ^
r]

'V

sv «t-pfjtaTt £t[s\ llai'Os

^ ^
Zj

zv-i'Acti

a a
L,

Soxj y sii
''ioxj

WxTOî

xj

yi^

ç

8j

"^svôOov AttoÀX'wt)

xj

y
r^

MciUT)/? llaocfiOû

^^

fjL>vv

xj X
xj

i^ÔTara xaOapj
TlfX)

y'
îô

TVpiX

X a

i\l);}'[aj y^p'jToy^i

^^

oivô

V^pfJ-}

tsoÏ.^

xi Ïî
''

^
II

HîOr^oai05

<

\<pOovios çiyy}

a
/3

xj iç

avX(

T)/? ts-czp',

TÔ ^àxj

'ClpOl.lTOpiÔ

V

^^ ^^

avaXj £v

Ai'Tt/

)

l'âXô tô rjxaSpo

xj

t'î

vxvA'jv tô (TKOL^d av^iXOj
/;

xl s

V

IX

xj

KX
V

L,

10
II

xj .£

;c,'

Va

-€"

p

X

\'^

Au

lins (le

l;i

]).i|',i'

:

Colonnr IV.

X KXTxë}
(

V pV
^01})

IvpoOio;
II.

CoLONNii
Lî'g-^c


Lo

Lijpic

:>.y.

Sii|)|ilépr
(lu'il

/^

:

VTTSp ^ox(a)r).

afj.

totiil

nioiilrc
I

m;ui([iic uni! ligno

au

drliul.
oiil)li('')

(^oLo.NNU III.


Liipic

h.

Tttïp ai'ŒÀVf/otTOî (le second a a été

t>;s.

.

.

.(?) tok

SovKiKOU

iirpxirioiijfjtov.
IjI'

Limic

t().

prcniici' ;[rou|)C di; cliillrtis se ratlai'lic peut-être à la

première rolonne

V

•'<5-27)lÀipic 3.

CoLONNK IV.

I5arrée.

156
|S

CATALOGUIÎ DU MUSKF, DU CAIHE.
xaTOiêi

[67330]

V

pAy

(Tau/3i[î']o> Sofxsa-rixâj

v e

Çlpôwyyjô ^oij
aKTÔapicts A.VTOLIJ

^
,

xj\
t5 v^poq^s v
i:J)

.

.

.

y
Colonne
(jiii

«aTa[6'JoX);?

xavoî'tx/

v piy xj

l'J

IV.

Linnc 5.

Inlcrcalée, en pelils caractères, pour roiiiplacer la

liijiie

G

a été l)arrée.

Bini..

:

JoiiiiKil d'ciilirc

du Musie

n" /to'171).

67331.

Débris

(riino scolic sur \'lU(uh'. Six friinmenls fiiisiuil
(?).

j»;iilii' (11111

coiUw.

Anlinoé

(iiirsivc (Iroilc.

Sur

les six

fragmcnis, dcin

ni'

porlml
jiour
,

U

peu près rien, ou m- c(uitii'nneiU

(pie
ils

des
se

vestiges d'écrihu'C

insullisants
le iTZi

reeouuallre à (joelle partie du

poriiic

rapportent.
I^es

Un

troisième,

est plus llsihle,

mais

je n'ai

pu

réussir à fidentilier.
cliant

autres renferiiient un commenlaire sur
cliant

(|uel(|U(^s

vers

du

H

(/i

1

/i-/i

-2

1

)

et

du

XVlll {Iwi-h-j-j).

Il

est dillicile d'explirpier le mélaujje
à

de rrajjmenls
ici

fpii

devraient être fort éloiijnés les uns des autres,
sculic.i

moins

(pie

nous ayons

sim-

plement des

non sur

Vlliadc enti('i'e,

mais sur des •morceain choisis".
jiar

.lai employc'' ici les

mois

rcrln et verso

dans leur sens ordinaire,
|',ii

allusion au c^Ai:

poli

du papyrus

cl à la direclion

des (ihres; mais

piiMu'' les textes en r('tal)lissanl

l'ordre (pi'ils dev;iienl pn'senter

dans

le rotlcr.

Fragment

I.

llimlr. II,
la

'mA-Aqi.
(jsl


les

I;oni;.

o m.

0(j()

niill., larj;.

o

m. otiS

mil!.

Le

liant

de

pajje

iiilacl;

hords sont

(l(''coup('s irr(!'{julièrement.

VKUSO.
(juel(|ues

mots

indislincts.

Ri'X/ro.

fieXoiOpov

['^'^]''

'jj[«''yr

qciOaXoev

£ix\iTt7rpvo-ix£i<ov

Fragment

I.

Recto.

/>(/,'"'»'

•'•

Le
.le

\j.

est illisible, (pionpiil reste

une trace

(r('ciitiire
:

à l'endroit

il

devrait

('tre.

restitue

le

mot

(rapr("'S

le

le\i(pie d'ilesvcliios
:

'kt^Tiphv, ifXTreTTpjTafjLéi'Ov
SfiTTpiïcrai.

de nu^me

(|uc (^[Xï^ai] à la ligne suivante

(pXé^^i,

Çicriïa-iit,

l'Al'VHUS BYZANTINS.
^'jpOi
f5');(0{o[

157

Il

1

.

[C733P

oScc^

[

eKsxpoLCcvç

y\

STISL

p £|u||o[j'TO

Fragment

II.

Iliade, ,\Vlll, A

i

•'-h'j-j.

Lon;]. o

m.

i

'i

t».

inill., Iai|;.

o

m. oGo

inill.

lUiCTO.

.

.

.

|av

.

.

£iv

\\(Xp'\va.K%-

XlSvTOV
-rrravTa

(''''•'*)

[oTrlAof
5

Ta

/^aÀ;£[aifi.aTaJ

('''-'•)

[ep/îj^'v

:

Kvpirjjs
:

\i.iv fx.j;T[

(^''-^0

[apjj/fjtcros

^iQ'koLixixev{y\^

(635)

os
\£(pO\i£v

avTi

toi; £<p[Oop£v\

[[ihO)

\csiX\srjV
,„
I

avvciAovv t\
IXcA£T\(A>VrWV^
.[

(^'^7)
(/|G3)
(^'''^7)

fX£Àjo[î'T]

\tx
I

ax

yov\vafJ' îxavofxat
^1'

ra

(TO.

yovvxTx

zxa.pa\^KXAov'7x\

{•/^oaroiU
euTT/îJ/TTOî'
I

TOis -nT);Xn'Ot[? TVTTOtîJ

I

(''7^0
(^'7'

£v(pv\a-)nov\

[auTp;i'"
|aj'OJTGJ

wJî'O);''

(''70
(

avjono

T£Xf[totTo]

'7'')
mal.s le

Fragment

I.

Recto.

l.ii;ne

t

i

.

Ev^ovto

[iliilnl

(juc euÇai'TO

:

mol

esl prestiuc

illisible.

Fragment
la lii;m'
l.iljiw

II.
Ci.

Recto.

h'ipir

.7.

I.os ili'u\

points sont dans

li-

manuscrit

;

de

mrmc
la

à

G.

Le mol
.")

(SsQ.anyiei'Oi est

parlajjt'-

L'iitrc

les den.x

lifjnes,

parer ([uc

lui di;

la liiMio

rlail drjà
ici

descendue sur

la

suivante, séparée du reste par un Irait courbe

représenté
IJ'rnr

par une parenthèse.
:

i3.

Le

Icxiipio d'Ilcsycliios a recueilli celle explication, avec plusieurs autres
ra'is yyvrL[.s,

rois

<2.ucr»T)7pcr(,

uai HOilvynzyiv

,

sli

a èyisÎT^^

tci

yùiveuôiievov ,

»)

toti

aijXl'vOtS TVTTOIS.

Lijmcs ih

cl

)-.

D'après llesyciiios.

158
[67331]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
[
]qi,

CAIIIE.

TXixypOi

.

.0\

[p(Xi(7T7}pix]'
•20

T>]v a-Ç>vpixv zi£p\

{^^11

)

TOV
[

ix\

.

.

.

t]ov v(p V(XWV X(x'k\oVIXîVOV

vi:i!SO.

Notos trop cndomrnngées pour être rccoiistiUiées. Elles sont rchitivos aux vers A855

00 environ.

Fragment

III.

— Long,

o m.

i8i mill., larg. o m. 070

niill.

— Le

bas de

la

page

est inlacl.

IIKCTO.
(juel([ues

Uns de lignes.

vi'iiso

(vers

G5 9-6oB).

a.(j.aXXoS[£TVps\s-

\oi tol^

ccfxcc'X'koi.s

iha-\
|

(.")5.j)

fxovvTss, a[fxaAAaj 'h to.

pwv

Spa.y(j.\aTa
rh[a-(j.o(5

slXe^avois
:>

(55^5)
l f)

f^payixaja

[
[

5

•?.

)

ayKah'hi
HOLixa^i
£(T7re[

xctix.

(555) (5G3)

Xivov
I

('•7")

U)

apKTTO^
e7rî;T/9£fxa[

(55q)
(57>i)
('^'71)

vyfJ.œ\

PVT(tov[t£5
TaXoi.p\oirTl
15

(5(i8)
(5*' 7)

aTaAa[
xoirpov t[

(57'^)

Fragment

III.

Verso.
.s.

fj)riie

1.
:

Hestilulion d'aprrs Ijcsyi'lilos,
Sp-tyyLa.ra, 'h'a^>i tvi' à'j-xd-^vw.

.v.

r.

:

ol

ris

àfja'XX^,-

Sscr^svoinss , et
Jj/pio Liipic
f).

v. ocyLaWot.i

Lire Xo-or.
Lire ivy^c<.

1

2.

l'AI'Vr.l'S

llVZANTIiNS.
pahiuii

l.VJ

PolSolvos-

piX'^ivciî, Cizi

[67331

160

CATALOGUE DU MUSÉE DU
Fragment d'un
obscur

CAIHE.
le

67333.

contrat. La nmlilation du [e\U\ ainsi que

jargon

et incorrect

dans lequel

il

est écrit,

rendent
o m.

im|)Ossil)le la dé-

termination précise de ce document.

m. 996

mill.

— Long,

3Ao

uiill..

Inrg.

A[)hro(liln.

liursive penclit^e assez grossière.

Lignes 5-9

:

.

.

.] o-yvTsO£vj[t]

7Sa.p ctvTÔ 8ia.BfiKi\).<xiw yp<x[i'XTi k^ opia-Osv

fj.01

7s[oc]p[a tov] -çr/^ocj/sj/fasrô fxov

cthsXZiô,

TO KT);u.a xAvpo H^m'îIo a-vv ^iKctioi? -axai xat ras aAXa? ayjov

apovpa\5\
f]i[(x\x£[i^\e[v(X5]

£v xhjpj l^sfxTTXVjos xai

Trrai'TOc

roc

mp'jrroSct

rovTœv

Stoi-

xvncLiQai
>]lKCL\,W?

TSap

ÊfXÔ
:

Xai

Ct.VCLki\r7\K£t.V Tin'

.

.

.

Lignes 12-99
T);s

auTÔ £yypx(prj ^ovh)T£[rj.i5

.

.

.

aXlXTIX(ppOVVTfx'lS. KotJ eiTzlrh) TnpO

oXtyOV TGV '/_pOVOV TOV

TTtpoxj XTI^lXaTOS
,

snopOvOv
,5
(?>;[''!

xoi.1

CLTïtkvOv £v noiipw rns aTZVom,a.-i xai

rx^jyOvptoi.'S

oyx s^vvtj
(ppor-iSa
,

yn:rJ[[i\£tvan.

to ^apos

t)/;

avjov pyicts

,

ra

rh)fxoa-(ot.,

xcct Tin'

rr}s vipàpysiOLî t);s (irniJ^Vs

\to\v [apo]xj ixccxapK^naTÔ
fiO/^[0j;/9o]«î

^xw ah'X'pô
,

xoLi

Ta ^peophjixaTa ev xaipois

xai
.

oi-ëpo-^ois

aaX[tjTTa Ss

t);i'

sp-yy

y£p[a.^iOTvrvv xai aSvt>(X'7Ti\av'\ .... evo
o-vfxpspov STriXs^aï (ijxavoi avSpSî
20

a-ij

ex

.

eis rh sfx
x<,

f-'?

(xaWov

su to avayxiiov
fxoi

sv^rsênv spyov

xcLTX

TJ/i'

Svvaixtv T>/? y£y£vyjix£v)]s

-a^pa tov

-tnpoxj

ixaxapiuirazov [xov

aS£Xpov Epixy.ôwros, vypsOij

'h tov ti^Khitoltov xai £X£rjT£pov Uvo-cipiwi'a

y[i]ov ù^iocrxgpô xcti AnoXXfxiv to\%'

avTÔ aS]£X<pov

xoli

tovto aTta^iwa-a. i-JTOVi

"lies

qTj-qt

:

£iîtu'j;0>;[(Tlaî'

£v

0£ou

(s/c)

^£Xovto? xai

exTiiOiirroLV x'xi £(ivT£\jrrct.v
fxô ct\f}£\X\(pô

tow Tnpoxj
atxiï£X<'x>

jc[T]7;fx.aT9? o[rJo/

tou TSpoy£yp\a.ix]çx£\và

£v vêoi^utiw

hjpic 7.
Li<nu' Llirnr
ÎAjrnc
Lifl>ie
(j.

KTtifia Kkripov

:

cf.

n"

(')'y9.'i;),

1.

10.

Wap

Eixô esl

incompréliensiMi'.
génilil
:

i3.
I

Le sujet esl an
Lire
1,0

lire

to

z!poH{^£tfjisvov) Kj^ifit; di'

nirim' à

i;i

ligne q().

S.

yspatiotri-za..
:

in.

rt^gime est nu nominiilil

lire

txavovs avSpii.

EvosSoi'

:

douteux,

mais

evcreSos esl impossiiile, et le

v final esl très probable.

h/pir 0/.
rSiiii..
:

Le substantif a été oublié.
.'lo'iOC)
//.

Journal d'enlire du Musée, n°

PAl'Vr.L'S

i;VZAML\S.
Lon;;. oin. lySmill., larg. oni.

IGl

67334.

Cautionnement. Fragment.


:

iSomill.

Aplii'odilù.

Date

ivijiio

du Jusliiiicn (ie

nom

iippaiall

dans

la

roniiulo

du surmenl).

Cursive iicnchéc.
Lijjncs

— Lo début

el la lin niani|ucnl.

y-i 3

:

10

\XXI. ZS!Xp^lxSwq[(jj\ VfJiiV

sktos CLyiwv \TSi\piSo\wv

[Ka.i\

B-siwv -/apctKTvpwv kxi ayias xvpioLxy]^

jaj'jîv vsporryjiiiLCL^os (np(fviw['f\iKov

y [Kh]pixov['!\]

y ^jLOvoL'yjxoy
LifTiic

.

.

.

S.

T(p est iinpossil)lo.
ii"

BiiiL.

:

Journal d'cnlrcc du Must'c,

Ituliùi b.

67335.

Fragments d'une quittance
nièlcs crAphroditù,

(

-â7A);pwT»o) di^oxv) Jolivréo aux prùlocù

pour un impôt.

Long, o m. iGi

mill.

,

lar»

m. o85

mill.

Cursive droilc usscz [[rossièrc.
liijjiics
i-.'i

:

\\£Swxci.'7iv 01
L

ano xwipjs

A\'^poSj
l?".'^

r^ij

\a.pif7iù xai. 1\\ott5

.

.

.

x^ TÔ z^vpyô, xavov[o5

.

.

.

\

roajTfx.|aTia rpix ûrxpa. xaparia. e^ y^p^y)

.

Le
Ligue y.

scriljc a hi;;iic (I.

7)

:

[EypaJ®);
{'')

St efxô

Aépaafitô A[7roXXj]

iK-slilucr KOiJLiJ.svTaprj](jid

:

d. n" G7387,
1 ;> , I.

L

note.

SiipuUnrc. A[7roXXj| osl douli-ux. Cf. n" (iyi
iJuiL.
:

3().

Journal d'cnlrcc du Muscc

,

11"

'iS'ioo.

67336.

Six fragments d'une requête
Cursive soijjnée,
droiti; ri

('.')

inutilisables.

arrondir.

Au

verso, resl(!s de plusieurs écritures.

On

lit

iiol.ininient celle

mention

:

XXI TWV XVa.XT(t)V , tspwTO
I

waXXaTtf ù' ...
I

liilii..

:

Journal d'cnlrcc du Muscc, u*
Musre,
ii°

'io^)-.') c.

Culut. du

(iyar;).

21

162

CATALOGUE DU MUSÉE DU GAIHE.
Fragment d'une
Long.
BiDL.
:

67337.

lettre (?); écriliire à pou piès cnlicrcmenl oflacée.
mill., larg-. o

m. 235

m. iqB

luill.

Journal d'entrée du Musée, u° i5'ioo

a.

67338.

Fragments d'un poème de Dioscore,
précédent.
Ecrilure de Dioscore.

lioiivos

mêlés à ceux du document

On

lit

sur l'un des fragments les mois

Avrccios ToAuTT.

.

.ai 'ao'XySa.}i\Tv'Xoî
lii'ros

qui seniblonl faire une allusion à Anti'e,

(•ponynie d'Anlaiopolis. Je citerai
le

encore ces deux vers qui semblent

mentionner

couvent de Saint Senoutliios
1.

(d'Atripe) et celui d'Apa Sabouêrios, d'Apbrodilô (?) (cf. n" (i^oo-j, 111,
n"

v.o, et

G7080,

I.

G)

:

Un

autre vers intact parait former

le

début

d'iinc pièce

:

E^
Piinr,.
:

i£p}]s

avopovrras aro({fxa;cTOio S^ucÀX);?.
/loAy.'i d.

Journal d'enlréc du Musée, n"

67339.

Compte

privé.

—-Long.

m.

3

1

'i

mill.,

larg.

o

m. oG/i

niill.

Aphroditô.
Écriture de Dioscore.

1-3

-f)

X

vit^i^ nqt.1

mniij

yaf/.eT77

.

.

çvT

zsenwvio

Liipies

1-3.

Ao(70s)
d'un

v)^(l(aTù)v^ «ai (TT»7/i(aT&'i')

um

(=«)

^X^'

A|)rès yaiiSTi], traces
;

indistinctes
(tô

mot de deux

lettres (pii

semble

suivi

d'une barre d'alu-évialion

est impossible.

Lignes 6-18.

Le

chilTre

est effacé.

Les

lils

sont comptés par livres, et classés par

l'Al'\i!US

BYZANTINS.

10;i

1

07331»

1

:\

1

.1

18

xpoxj

X

ç
citrouille?),
5).
fieXonj

couleurs

:

«pcix(wTOu), zsencoinô (couleur de
,

mnii} (sur

celle

forme
BinL.
:

fjLsXatj

cf.

n"

G7

1

A

1

,

fol.

Y, verso,

I.

Jinirnal d'eiilréc du

i\liisce

,

n"

/ii)A"(') b.

67340,

Fragments d'un contrat de mariage;
mais
(le

la

paiiio conservée est assez lonffiie,

le

rouleau de papyrus a été

la

proie des insectes qui y ont ouvert

vastes lacunes.

Les

lig-iies

d'écriture étant très espacées au recto,

1res

rapprochées au verso, ce dernier
lonjj^s

d'assez

000

luill.

passajjes utilisables.

se trouve avoir seul
1

conservé

Lon^j-.

m. 58o

mill., lar^^. o

m.

Antinoé("/).

lUXTO.

Ce

coulriit olfre ceci di;
lils

particulier, ([ue la
ici

fciume

est

veuve ou divorcée,

et a

déjà un

dont

le

sort est

réglé.

Ia'S

noms

|)ronres ont été
j'ai

soigneusement effacés;
;

toutefois,

comme

ds sont souvent répétés,

pu reconslilucr avec certitude

AxuX-

Itvos et Et/7rp£7î-£ia.

Cursive ronde.

Lignes /1-7
rxITTS-

:

(XMTOV [XeV TOI' ^'d.V^a.ryiWTIXX)

[,

(Xk'jXXivot) -înfyayaaTiVTiiv -atpoa-e[v^£yK£[ii'\
avT'/
TTHxp
Ç"."!"!

Tan' zxapa)(_wp')i6£VTWv
a"jT)/f

auTV? TV

avSpi
La

î'opL((T|U.aTa

liijiic

S

osl

reslén

ru

lilaiic.

Lignes

\

li

-

U)

:

eiKom
1

TicrrroLpoi

eyrTaQi,

I']('j7r^i:7r)i<a (.sîV-)

Si

j

£^OiXoXovO}i'7ai

TV nxoixw Tov

trfpo

ysypoL^iiievov (AxvXXtvo), xai ev iivSivi

mapcLH^jiKTai a'jjov,

oaXx xai cxKoXovOyfTon
tj;

avTw

OTiov s

av ^ovXvOeni £v Tauiv
t:[i'
|

snap'/jia x[ai
IIecTO.

AXi^xvSpaioc
AxuXli'Or.

.

.

.

LliriW h.

Ou

16/1

CATALOGUE DU MUSËE DU CAIRE.
Lignes 3 3-3 9
:

[673^0]

avaAiWfAaraii' -^plva-ov rofAto-fiara]

siKom TzaactpcL evTTadixa,
£1'

B-a'k'^ai Se aur?;!'
fx>;

anaai xat

cruj/xpoTJ/Taf xai
(îs

sarrai

35

auTj;?' Ser}9m>0!.i tivos. Ei

w?
r^j^^a

£{«0?

rîo^)/ auTo.'

TauTr;r a7roé'a[A lAsa^Jai

rpeis

[

.

.

.

Lignes /10-A7
;io

:

... XvOoixrAoyîi
;cat
);

^îe]

-nrpo)''t)'/9afXfjt.[£i');

Ei;7r/9£7r£ja]

a-in'0{X£tr

Tw TZpoyzypamisvfx)

B-ixviiao-ivT}

(AxvXXivcli) aKarctyvxKTTOHî , xat vizaxovsiv

civrov ev aTraTt, a.xokovOv'yoLi Ss
ii5

avTV
xai

ottov

,^

av

^ovhjÔinf ev javri)

tj; iizapyj.a.

[J-sy^pi

AXs^avSpeicc? xai woj'j/î, xai

ix-))S£v zsocpy.
.

10 -apenov SiaTvp(x[^aTfJai
Lignes 5/1-Go
:

.

.

Et{ oixoAoysi (AxuAXji'os)
55
-X.'"'
l^?':'T9/?<?'
"î"^''

Q-avaamwTO.Tos
-rroxpCL tî/s

T£;>^0£VTa

-nTpo

yeypa^xixstnjî (Eu7r/3£7r£jas) aîro to }'£î'oas
oi.VT>]i

avSpoî, ov txvv a.Xk% xai
\

]

avalvp-Ç'Osi'Tav
xoi.1

TSoi.p

auT?;[?

.

.

.

TOUS Ws sixos TsylO^ia-op.^ aiï avcô c^aÀTTcM']

Go

xai a7roT/5£<p£([v
Lignes (ÎB-yg

:

G5

61? £1X05 i:£yJ)i}'70ij.£v\ov? {t)^ ypV(7t,Q A[jTjOaî']

[xiav.

Kaj

OTt

ravra

i^t/Xa^at o« a(p

exarspo

fxepovs £7r&)fiO(TavTO to?» t£ TPavroxpa.Tcopa.i^sic)

©eof «at
Sscnzorov
70

T);i'

£U(T£é'£tav ?£«[«]

vixvv fOu xaXkivxov

[stc^

);fji.W}'

(I>Xauibu [louJTTU'iarô

Tou aiwviov avyov7TOV avzoxpXTOpo;
xai fXExa
TOî'

opxov avOis

oixoXoyrx^v{}in-^

Liljnr f)j.

Le

nom

propre

n été elTiicé ilélil)érénient.

L'nrtirlc

tiji',

(|ii'on altcndrjiit

à la fin
fJlpic

(le la

ligne, n'a pas élé écrit.
:

66.

<t»i/Xaçai

-sic.

l'Al'VniS BYZANTINS.
Tj; f%voi.a£i

165
[G'3'ifl]

TavTVf

T);^ }'a[fjL{|>£7;|b

.

.

.

VIÎRSO.

IJroiiillou

d'une doiuilion

i7ttcr

vivos.

Des relouclies

oril

été iijoiiléos outre les lipiies

par une main

([ui |iourrail

èlrc relie de Dioscore.

Cursive aiijjuleusc, 1res penchée.
Lijjncs
.")1 /i
:

£^ ITOV
£)(_£iv

ara to
|

(xvto

Tpnov

iJ-[£]p05 tnavicL to.

xiXTaX£i'pOva\o^£voi\ v[vr| £wou
£~i txyv

waj'Ta Ta

-ûrJ/payfxaTa ïr^iœTixa t£ kcci

jorixa,

xai

toi.

7fj[£pi\

SWOVTX

£{> £IX£

a<p OlOV SvT^OT£ SlXOLlOV HCCl VOlJ.ip.OV
K7I
orrai

mXoV

£V
);''<ï'

liot

vii7.(j-/J}(Tiv,

[ii]

en

[ivit^ijv

shvv aprtwi a^Osvra STriTi^

f}ia(^opoi-;
10
TCf'[j'

Tonoiî ,

(x|);(Σ}'Jos

ufAU' ccrTinoiova^s^vov
[a-iij']xA);f/2o]vofj(.a)[i']

v ocvTmoivOv<7o y wi> £k x£voys[l)
B-vyaTepa,
.) ufJiM'
(^sic)

fXijJT £ix£

HXvpovofxociv y
?/

[ej^acif

a\nixovTfxiv

ayy^iujçyovTociv

fij/re

xai

t)/'' efX7;î'

Sui'Vi^Vai

vrai
a'JT);> a!iTjê'(
TTWTroTi;
.

Hauuao-TJ/!'

fXï/Tî:

tov? |«AJ)/[/5oJi'oaov.?;

.

.

aA/5

V XAtipoi'o^ois vfxw:'
70 Tvi'oAojî'l elc.
.

ûicx.ào)(_oii

v

<hoi.xaro)(^oi5 TS£pi

tivos

l-a lijjno

iG

i;ip]ielle ([iie Tliauiiiaslé a

eu eu

cfTi'l

sa part

:

.

.

.

'ûTij7î'Aj;/5&"70aj -irraT}/; tj/s' OLvyxoviyyji [a-jT); fxof/^a?].

Lignes aA-Zii)

:

£lî TO, £v(^s{c^

25

'ZS£pi,£y^oix£va •aoi.vTa tj; ei?;? rh)Aovix£V)) j v&'o-cj

xa&a
,

t;7roTîTax|Tat].

Ih'txx

p D(/9

TauTj;»' t'^ ajmo'jï

fjt.îrarS'efVipta

ya^ovs

ovs

xcci £V\iap(j}5

£t,£T£A£rTOL, x(xi:a.r](xn(x.vi]rjafTCt, tiîafjt.[7ro]ÀXa, Tsctperj-^o^t-vv avOis
Tj;

[auJTî;

aô B-vyaT£poi,{s{c)
r^e

(-)a\jfxoc.a7ij

ev y^pvTW \x£v v n;

mj «/

À|

ç

?J

er xorraiois
3o

fvwTtoi'

'ÎJ7rTv;)(0î' £t»,

oXxijs vo^xiau.^ Tpiwv

«at aÀuc7tr5ta -aivapa^~(x rpia, £v
oXo-nivoLpov , £T£pa
')£

fxsr

a^rwi» avT{oL)\o xaO (xvto
xoli

']vo

SiOLXpvaa,
,

SaxTvlirha Svo, ev p£v
-^vrixtxioi S£Xol

7jX£XTpoyv, £v rh [^Si^ay^pno-ow

xai ipaiia

icGao-pix

Sia^opa

Vi;nso.
[tj;


10.
le
I.

Liipw

(J-.

Au-dessus de e-nnay)ivai on
avoii' été ajoiilé-s

lil ^a.v^r|

^id; cl

sans doulc les mois

«îrjipea]

devnieni

dans

la

lacune

(lui

s'clend encore au-(!i'ssus de

ces dernici's mois.
Liffim
Ijiri!

en jsvovs. Toutefois on distinjjuerail plulôl les traces de deux lettres
le r.
:

enin"
f.ijrnr
1

x

(.'l

E/iO(

cori'ij;»';

sur suô.

166
[67340]

CATALOGUE DU MUSÉE DU
e;
.

GAIItE.
xoli

wv
.[

[

]

evSexa, xai (jOwi'x t^

-^axtouX/

sTepoi (h] 'ho erOaSid xqù.a, xoli

Tafavia
xoli

35

Inprt? sxajrjv
[

"I

I"

]

;?,'

apyvpoyv

{.'.'.'.'.'.'.'.'.'.'.'.'.''.'.

Ir

xx\i TvxaAicc Svj
J

,

xy.1

xi€fxni<x
XOLl

Svo, xai a/.Ào xoiipiov

/,„

£,.Tr

s]f'

'TXSnTVpiV iV iAS^POLVTlVO

xai aXÀo s\v
zv ,
xoii

]

s^nocpiov yvvoitxi'jv hyjx^pov

sni TV?

>'?V0'(^?''''? '^ioiH7irr£ws
,

tov TnaTpo? HauuaTT)/'"

eu-ov

evaoïpov avSpos Iwolvvov
T);s (xsiois

Tnpovon'yctvTCis ra'?' -zspxyp.'XTaiv
,

i^œpoOsov TOV
/iT)

fxvvpjs, anoyevoasvov fjyjjAocrrrixov

tov

xy.i

viov TOV Tvs
oixovfxai

a/9t(TTr;? fxî'>;fx.vî

AvavOov,

aipsvSrx^s

tv

^.vtv

opxv
tovtov

w?

-Tsapsrr/j^iivv s^ l'^taiv
TiXî'JTj/î'

aô virypy^ovTWv

a-ZTy. tiiv

anov7iOLv vtoi

exaTOv

voixitu.} svaTOiO} ^v)'« rhiiLoa-iv

sxTTonicnxya, siî TCtvTct <pa.vs.pa

siict oixn(xoi.TOL

ts xai -wpa; fxara
xy.i

yovixx

£fs

tov; xXa^^ovs tv^ oixovo^ixî olvto
hop
rr;i};mciilaire

^loixvTcVi
seiili'inciU il.

Ici le IcNlfi

devient

pour

ôlre rrsiitiic.

Renianpier

Go)

le

mot

toiî

Fiignes

(i

i-GTi

:

T)/!' Xryiiv

^oipctv viuv 7Sxpy.(pvXoL^y.i xai z^ïœwt'xi, vixa; tv cipv'xsmi
£« ^^^f

Savp-aaTV
z:ip(iyix\aTa.
f,5

ÇTt,

v;

fJvvop[(A-'^\,

ra

1

xxTaj.e\,Z(ivtTO[X£vci.
''3t

vn

stxov

vaiv ixovoi? toi?

znpoovoixoi.'jOei

vïoi\? {xov

Lignes 72-80

:

£êovXoiX'))v

xav £X jxepovs

oXiyov

^iCL<TfAiaxt, yixiv

t^v'

irriiv

[lApipav xadoinsp crsfxiTOV
U TpOTTOU

soTi, avQ

wv

-apoSs^wxoi. y_xp\ifT\a.ixsTV tij zspoiipiiixivi] [xov
TOUTOU TU
^
ixepiôct.

^vyoLTpi @OLV[xa(TTi} xai vyv sniTpiTTw K<xT c^aipsTOV

Veuso.
{Â[rne


h
;
.

Ligne où.
:

V^vOa^ia

:

indigôiies.

38. TvxxXta.

sans
t

(loiite

SoHaha
S.

('

Ili'sycliios

:

xa/.a, aptuii, ayaOa).

Ligne .3g.
Lii\ne

KtËvjta

:

corrige''

sur

Kio-Tatpjor ?
L'e (doiileux)

Ligne hh. Ligne
-jf)'-.

semble corrigé sur un a;
:

il

faiil

évuleninieiil lire {xaxapiai.

Tot^TOu tov tpo-nou
l'était-il

le

papyrus

est

endommagé au
i|ui

milieu du

mot

tov.

Peut-être

déjà ([uaud fut écrit cet acte, ce

expliipu'rail la

coupure du mot.

l'Al'VULS IJVZAiNTLNS.
VTCii Tr^po^epia-as aTi-or^fXî/Ôj/i'at

107

opiaaTa, xai

t;/

c-j} aT,6i

uou

|(w3/in]

"^o^ix KiipioLinapiv
fijaî' icxi

ïî>

rrvv Àu;^ra' clvtov yjxAxovv, xoli (Ti^Xy.v

xpyipiScc ?;to(

rpmyvivoT

ev

,

xoli

(jxpiviov ya.\xo\)v yvvaixiov iv,

xai
So

-ô^'jp-)

irDiov ij-a, xxi xx\x-nTpxv [liolv,
'^o<2:ixv

waii avjyfv

t)/»'

sipv^J-^vvv

tLov ^'j^

XTSpa
:

Txv-a eyjiv xxi

xci.Tiyj.iv 7Spo[Lepta[i.ov

l,ij;ncs ()o-,|-

.

.

.

Txvxv

uo'j T1) r^vpsa

fxj/Ti: x\a.i\

T)/

-aporepa, xaO oaov exrjvrriv; xai avOaipeTv^ ixvia-: tcOuxo.
(sic) (xoi

xxi ovx c^vv
i/o

(XiTaasXsiaOai

>/

aÀÀo

n

-zsoniaai.

KvTivOsv yap
£fx.Oî'

yjS^

eùwpJirrxixiiv vaiv S'P

onov
-ûfpa-)

'rz>s.pA'j\)qa.

xxi ixiTX Q-xvarov

-axvrx

TX ovTX

(xoi

yovixx

axja xxi

\xxTx\Aei(p07)fTO(i£va cv [tIc

ypvaw

xxi

cLpyy[fM\
\>ixi

i\ax7ifTav xxtyjxy.x\vjxx(Ti\xxi rr^pu^txxai xxujixçixii xxi
ilii

y/j.'ip-iiiLXfTi

.

.

.

.

I..I

Mille

|i.'i|i\rns

III'

|in's(Mili'

plus do sons suivi: on renuir(|iic seiilcjiicnl \m pass.-i^c sur
(I.
i

ccrliiiiics

licrsoinuw (les

iiiniis

muiI perdus) ovk e(^ tgpsi x/ri y).>.or(iiwOevTCLiy
l.i

kî-i i4 ?)

cl

h

ri.nisc

suivanlc,
Lifjlli's
•!

p,-ir l.iipiello

doiuitricc s'inlenlil de révo(]ucr suii

;ifte.

I

1-1

1!

'j

:

y^pvrrov

m[tpxv\

(xt\xv\, (xstx xxi to-j a[uTO)'

xx\ovix,

y.£.7x t)/>' t?;s

opiaOnG-iis -ûTon'Vb \x^^TzoSoenv , aroi-y^yiaxi xxi
Tj;

£fx.fi£M'at (Îj?;v£Xûi'|s|

Svvxasi tvi< xvtci-v SvpexuTixwv avaSovXxiœv wv vniv xxt
TOis £ip)iix.[£Voii (x&J vioi; i\>rASxyitxwin Tô xai liixropi xai
L;i

(.coj'OJf

Un

esl |iros(pie efl'acée.

Bini..

:

Joiinial ireiiliée du

Musée, n" h^>hoi.

67341.

Trois feuillets d'un livre de comptes, de
écriture

que

le n"

6732 b.

iikmiic

nature (?)
,

el

do

même
mill.

Lon<>;.

o m. 2()8 mill.

larjj.

o m.

(mais un seul a conserv»' ces dimensions).
]']ciiliii'i'
(1(,'

18b

Apliroditù.

Dioscore

(?).
le

L'un

(les

fciiillcls

porto au verso les vesliges d'un conlral, où se distingue encore

nom
. .
.

lie

lieu

<I>a!po5Tos.

Un

nuire, nu verso également, porte en première ligne

If/OyevOf

£(>[...
du Muxrc, n" '1067 j
h.

BiiiL.

:

Joiiniiil d'nilrcc

67342.

Fragment d'un
Lonj;;.

lettre

adressée à un supérieur de

monastère

o m.

210

mill., larjj.

m. kjo
l'oiiciale.

mill.

(?).

Aj)lirodilô.

Ecriture légèrement coucliée, voisine de
à gaurlie.
Il

Les bords manipient,

à droite el

l'st

deux

fois i|ueslion

du

-apayiia. tou

aëëa Avovtt.

1G8
[673
2]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
Suscriplioii a» verso
:

'i

Ce verso (autrefois
lîiBi,.

le

recto) présente des restes d'écriture copie.

:

Journal d'enlrée du Miisi'e, u" io'iGy

b.

67343.

Fragment d'un contrat d'emprunt
Long-, o

(

i

iinmisma
mill.

moins

9.

Lcnilia).

m.

iGt? niill., larg'. o

m. 3io

— Sans

doute Aplii'odilô.

Cursive arrondie.

— Le début manque.
il"

Bini..

:

Journal d'entrée du Musée ,

/io'iSq h.

67344.

Quittance d'impôt (fragment) analogue au n" Oyo^'ii.

iSa

mill., larg. o

m. 072

mill.

— Long,

o m.

-Anlinoé.

Cursive droite.

Signature

(1.

Tj-i o)

:

XP^'^} fTTOtp^et

fj.01

[to evTixyiov twv]
|

rofitTfJiaTtwj' £|j;;f[ot'Ta
10

Kai HSpj OXIU1

Cl15

Tslpoxjj

BiRl,.

:

Journal d'entrée du Musée. n° hoh^()C.

67345.

Fragment
morceau
i33
Bini..
:

se

raccordant à
a

la

gauche du n" Gy.'iGS; sans
les

intérêt.

Le m.

total

maintenant

dimensions suivantes

:

long.

mill., larg. o

m. 2i4
\\°

mill.

Journal d'entrée du Musée ,

/io/)5r) d.

67346.

Lettre, en plusieurs fragments.
les

Long.

m. 290

mill. (environ,

mais

lacunes sont

dilïiclles à

évaluer), larg. o m.

2()r) mill.

Apliroditô.

Cursive penchée, éléjjante.

lilBi..

:

Journal d'entrée du Musée, n" 'io'iGj

h.

r.M'VI'.LIS

BVZAMIiNS.
la lorliino

109

67347. Débris d'un livre de comptes, ivIiiLirà
((|. u"(Ml

Gy

1

3(S ol ()-

1

,"!()).


',U).

du

coiuLc Aiiiniùiiios

L()ii;;iiciii' (lo cliinjiie

pajje o

m. 3io

nilll.

luoyoïiut':
{')I

aucune paMu
,")8

n"a

conscivi' sa

largeur.

Même

écriture

([iTaux n"'

et (jy

i

Il

i'csIl-

les Irii'jnieiits, tivs iiuilllés,

do

six rciiiilcls.

Tiouvrs emmêles

et clilHoniiés, ces

leuillels

ne sauraient être replacés dans l'onln'

nrinnlil'.

l'ol.

1.

iircTo.

[iasTp-iirrev x( £ysSy.X£

ro

^

t|ou c:i'^o^[oTa]T[5
].
. .

;iiJofjt,);TOs

[AfXfxwj'iô,

^

AttoàA'xitos

iTou xai t;t/20T0X0fjt.);T0u

\\.(pprJ^{^.') SIS -ufXoiov TO'j fxora]i^T);/3/(.s-/c) !MtTai'ia> Sj

zwv

b

Ifxoî'a^^/ KOLi SiCLKxj Ai'Tatô]

^
^

efxÊ"» Xfxiixs
.

A(ppoS}

[exnis ivSixj, o-jtou cipTaSai.] tsyj (jyvoik
\ypoi.ixa<i T);>

Aj eaô 'riixoOeov

xv(xiiî sypoL^j) ix\sfTop xij jjvîncTtorOs sxtv^

........J.....'
]

^

x[a]v[o]v[ciJ< £«1x1707' r^£xx o^ [?/a|{i7v

10
I

vol'jXo xj
]

îXXTsrmii
ypj
o-TOiy^^

x<,

iixoqriï

'Vl[j.oOsov

v[i TSpoxj\

iT'^t\xTlOTQî £Xr\l!]^
I

tci

un

pai;iijr;i|)lic imililc ri <l',iilli'ui's tiarré

par

le scrijje.

Li[jnes

1

y-'!

1

:

[EueTpvyev
\Sj

xj cvsSaXiv to

^^

tô £r]So^<xrov

{^sic^

xo^i/ro; Afi[fiwinô],

\tZ0XXvT05

VnO'^j, its] TSXotj MsTaVia.5 Sj
ixovcl'CJJ

TOV •&£:o[0iÀ£(TT/J

\aSSix
[iTtTÔ xccOixpov
\yij
rrij

xxi Sixxj Aî'Ta{[ô| ^Jk^ arrTixj ûToA[ea's]

ixpTaS\as eSSoayjxov-a TeTepi^s^^sic)
,

-3-

sS

TV!' {v)xvXj x'xi fJxaxj/'TTV

Jf2c(

sixamijs (^stc)

VlillSO.

Lignes 1-5
•|'

:

\o)

}

£if7enpa.)i\0i £^y '7?t['^1

'^'^/'^^

tivî' XTij^iiiXTaiv
.

.

.

.

•aj

Siapopwv

y£Mpy(A)i'

s

£v IIsto

[

.

apj yk^

xov(ôiTiJ.d t;wv v'7ro^kTa}'fi[ê:rwr (?)

.

.

.

.")

'JK£p

aapxyiL£vj tottô

njcîÀ)/>

.
|

.

Fol.

I.

Recto.
Miisrc,


il"

/,M|/i('

C).

zryj

mais

w

est très

douteux.
as

Caliil. (In

Ij^'j'ji).

170
[G73'i7]

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIHE.
I"ol.
II.

Vi:i!SO.

Lignes

i

-3

:

'f-

ïlpos a-nixnvai^^ extplopwv
TTipos t);î' s [.
.

.

.

.

.

£xrv\i iv^ixj
Plusieurs fois
Le-i
1.

.

.

.

(iaiis

relie p;ige,

on

lit

les

mois

/.sv^ii'();s) xo).{oSct).

autres

feiiillels
:

ne conlicnnent rien

(l'utilis:il)]e.

Je relève seulemenl, sur le folio 3, rcclo.

G, les mois

S/ to<j xsipaAai/

/<^

oivtx/

[.

.

.

Bim,.

:

Journal d' entrée

ilii

Musée, u° !\n\~ri

e.

67348.

Fragment d'une requête au duc de Thébaïde
restent
lisibles,

(?).

Quelques mots à
révèle
la

[)oini'

document.
Ecriture
tle


i

mais récriture caractéristique

nature du

Lonj;. o

m.

^^']^ mill., laro^.

o

m. \ho

mil!.


di"

Antino('.

Dioscore.
ligne

Noter, à
liste

la

3

,

le

mot rv

ay.v'ji'to"r[v
les

Qsv,

i[ui njoiite

un e\emple

plus

h

la

des adjectifs en wai-, dniis

papyrus d'Apliroditù.
b.

BlDi,.

:

Jimrnal d'entrée du Musée, n° hoh-jo

67349.

Fragment d'une


:

lettre (?).

Lon*]-. o

m.

i

55

mill., laip-. o

m.

-^ô

i

m

III.

Apbroditô(?).

Kcrilure de Dioscore.

— Mais
,

l'encre a presque partout disparu,

i'iiiir..

Journal (Fculrée du Musée

n° /io/:7o

r.

67350

rt.

Fragment d'un
op^eio).

contrat. Vente, à un monastère, du

mvixa appelé
mill.

Lonp;. o

m. aiio

mill.. larn. o

m. 27^1

ITau-

.Apbi-odilù.

l'jcrilure

de Dioscore.

Au

verso, partie de la conjugaison du verbe woisjr (sur trois colonnes).

Cdldiiiir

l.

TnoniOsirjo.i

Mecro'j ac/pi^rjoy

l'AI'VUL'S l'.VZAMIiNS.
5

171

-zxrofVTafxei'af
'njo[t]?;c7af/.£!'aj

[(>7350<i]

Il)

•wo{);6'j;TOfjLci'j

.

.

Le rosle

usi

en

Mi;iji'iire p.ii'lie ciïiict'.

(iOi,ONNE
il

[.

hjiiii' i).

Iloo/o-af^sras
(jiiel

:

la il('sincnct' csl

(louleusc. Ici,

comme

au

n"!')^'.!

y 5,

est

impossible de savoir

iiiodMi'

on

suivail
le

au

vi" siècle

pour l'enseigncmeni

(les parlicipes.

Un peu

plus bas ou trouve

paradiijme du parlicipe pressent passif:

Botouixevov, -£vu', -evoL. Celle dernière forme esl la seule certaine, et pourtant le

paragraphe porte

-la

mention evma.

(sin[;ulier).

67350/>.

Autre fragment du
Long-.
lu.
^>/i5

même

contrat(?). Presque ealièreiueuL

cHucc''.

mill., larj;. o

m. -mjo

luill.

i\Ièmc écriture.

Au

\erso, [}artie de

la coiijujjaison

du verbe jSoar,
//.

cl

de celle de soieiv.

IJuiL.

:

Jnurnnl d'rnircc du Miiscc. iT

/lu'iCiîS

67350r. Autre fragment analogue,
coiijiipaison (^ûioje»').

illlsilile.

Au
i->'y

verso,
uiill..

vajfues traces d'une
larj;-.

Loii;;'.

o m.

o ni.

'nS") inill.

67351.

Petit fragment de contrat,
la

('crit

en rople. Au verso, (|iioIqucs lipnes de

coiinijjaison
inill.

du

vérité r^oieiv.

IjOUjj.

o

0(S:>

m. o'yG

niiil.,

lar;;.

o

ni.

Aplirodilô.

(iursive droile.
(ie

|)apyrus est probableinenl un pajiyrus dillère, ce
écritures
ipii

fra(jiiii'nl

du

n"

C)']i']i\,

bien

(jiie

la

couleur du

peut s'expliipier par
verso sont les

la dill'ércnci;

des lieux de trouvaille. Les
Cf. n" (lya yf).

du

reclo et

du

mêmes dans

les

deux papyrus.

m
Eoiv aeTzoniKijTov

aA
sy.v -asTionjxijTe

.

172
[67351]

CATALOGUE DU

MUSI^:?.

DU

r.Air.K.

sav wsTTOiJ/xa'Ti

eav •won;T[
10

eav wo»7[

IJiDL.

:

JourtiaJ d'enlrée du Miixcc,

ii"

/to.'iOS f.

67352.

Fragment d'un brouillon de requête

à

lemperour. La surface du papyrus
le

a disparu en beaucoup d'endroits, et l'on ne peut reconstituer

sens

de ce qui reste.
Antino(' (?).
l'À'i'iturc (le

— Long,

o m.

'2c\o

mill.. larp.

o

m. 3on

inill.

Dioscorc proljablenienl.

iu:CTO.

Plainte d'un nnonvnu' contre un liomnio

((ui

l';i

dt^ponilU' de sa l'oilune.

Ligne

l\

:

TSSTzpaxsv Ta waTpOi'a p.oy -m pay ixaTx
Les mots ^ovSszovSs, ajoutés an-di'ssus de
et

naz syy fj\ix\(^ov TSpacnyv^
la ll[;ne,

représenlenl

1rs

noms du

plaijjnanl

de son père.
:

Ligne 6

z^a.Tia.vti'Txjo

,

xaraTTi/Tas

as. a6't'i'T[o|v -ûTai'TîÀ['^'î|

Lignes

()-

1

1

:

OOiv
TO

TSa.paxqc'Xv

[


|

7ï![a.^v£V'T£§£i

'Jtx^jCiv

Kp/oLjoî £1 T7!ocfj[a\^T'Xiv B-£mTi'70Li TJ/i'

^Tt^tat]

ar]

La suite

elT.icéi^.

VKUSO.
Suite de
la

même

re(|uèle.

On

distingue

:

anoM

T>/? CLteriOLs

£^ëohj5 rov vop.ô

Eofjio[7ro] t);>

suy^ TSaTpi'][oî, 07r]iw svpv

Il

semble

([ue

le

re([uérant r('clame

un traitement

prélevi'

sur

rannoiic du

nome

llermopolite.
Aussitôt après
la

reipièle,

on

lit

:

'Cj

louXtov

Si? TOL

[KÀjfoê'ouXov
[-n lin

£(= tî;v
lie In
il<jiii>

ctpyoy
fiï;iri'0.

.

.

.

l'Ai'Vr.l'S

liVZANTlNS.

173
[()7352]

Kj

(-)ca)rVv/2>;T0I' [sic] ']oi}i'

cTis-

TJ/V

pOL&hv

ct<

TX Pc'Uaj'OV.
])('rsoiniii{;c!

(.!

Iliûodorel, a-no Sovhm', csI pciil-ôliv un noiivcaii
(Ifs

à

iijoiili'i'

à

la

liste

ducs

(le Tli('l)iiï(le.

fÇaiTCi' \^s\ KCCl

TÔTO, [tJo Xp(XT\

o]> Ufi^'V C-cO-TH^ai

(.v/f
)

fiOJ T)^' (t[
>
)

]

TSxi'Vy [r\oy rJ?/u[ûT]<ô airo-j tî/î ajo-ja? iixëohf; tov voiiô E^j:xo7r[o]
T7/S cixvs znaTpir>[oî
|tj/i'|
'•>
I

,

oTiJci? tV/5w

aéra

t^'J' ^fx'^ij'

rsxvwv

toi?

T0iavT7t\v

1

T£yj>\-)iv

sy/jipovfJLevoii snixotywvsiv xài
tolv-vv-s

T^'Z

To aC^ixvovasvov iiirrÛov tov
9?^'* ?i^|/3j«
£v)

xov\

.

.1

[

]

(cîî?

^iwvai

xtxi
.

ysv^aaOai tov oo/ttj/ItovJ
.
.

Ivjfxa'v xpccTOvs Six tsccvtos fxejix [to]v
L:i lin
(li;

saoy
l'Il'ai'i'i'.

la ]i(jir'

Aussllùt apivs ci'Uc
8
'(j

lijjiir.

le Icvlc ciiaiijje

:

\ovXiov £:s

TOC
I

KÀJfoéVyvÀov
La
lin

£J> T)/î'

ap) ov

.

.

.

lit.'

la

liifnc efTaci.'t'.

'.)

W

^^-"''-«-''îa>,o);TO!'(.s(c')

f5ov«/

m ~uv poiSSov
:

cis

Ta Vw^avo.
([ui

Ensuite, écrite en sens inverse, une nouvelle plirasc

devait faire partie de la reciuôle.

\

Ensu.

f^ifiic

cj.

Ssoi>Sctip)]Tov

le

second v

est

une correction sur un

o.

67353.

Long contrat en langue copte,
rouleau sosl
ellrilé

niallioiirousenicnl

fnipnirnluiro.

Le
le

et a |)ourri

dans

le

scùaUi^ de lelle sorte iiue

|)a|)yrus a pris |iros(|ue partout

une

leinlc foncée (|ui le rend diiru'ile-

nienl
Lon|;-.

lisiltle.

Au

rer.so.

plusieurs textes en grec, très endouiniaf'/'s.
ni. -mj'i

inconnue, larp. n
iio\eiul)i'e

unW.-

Anlino/'.

Date (du \erso)

:

i

:>

î)(i(|.

Ecriture de Dioscore (au verso), mais plus cursive (pie ilans ses autres productions.

vicnso.

A.

Acte d'd-!TOHr{pv^ii, assez analogue à celui

(pi'oii

lil

au dos du n" G^ofjy.

1'

Wy.Tt'Xciy.s

xxi vTraretas tov S-ç:t[oTaTô]

)/|!z[&)]v

SecnroTÔ <l>'Xayïov iova-Tiv\ov]
,

TOV xivviô avyoy\_fTT\b avT ox\fj\cLTOp05 ctovs WîfXTiTO'j
SsXOLTV TpiTIlS IVihx!
Kl'

aOvpj sxx[ai\

[Ai'TM'JoOU 'lSoXsI

TI} AafiTT/SOTaT)/.

174
[67353]

CATAMXUJK DU MUSKE DU
Plus loin (autre
fra{;iiiciit)
:

CAII'.H.

TSpoypoLfxa aTrojajpy^evs ts xai anayopevTîCi^î , anixOeis ey^wv
VOL? (ppe\voL?\
5

xoLi

()iixvoi\(x\i:

,

opOv xai axpiSeï AoyiTixv

,

(hyjx,

mavTO? SoXà xxi

(po€5 xoli

xoLi

avayxi]s xai cnzaivs , £V

'hj^x-oaiv xoti

zipoLxnxv jonw. Kaf touto

']ia-

7r£fji[7ro]a[aj]

TOis

TSa.i:

pgXwois

[lô

mois svs oi'Ofx[ajTOs xai ixovoy

,

^Vl-^i 'h;

^lorymoi. xai

ioari'); xai IlauXti'i; xoli \v!)pi'x to»> [aTroÔ'joAtaatotî

Plus loin (autre irajjnieul

)

:

oio^ivqi evpsiv
10

vfxa,?

§o\)Oqyi ev aivctai

xoli

y>}poxo[xo'ji xoli vizoTqcxT\ixov<:\
(.s'î'f)

['']«' xoci

VTD/xoov?" SX T£
r.15

Twv

ti'aj'Tj]

w

]

£v

lù'-VXiOL

ysysvïjaOs avimoCkoi
vfX'U)}'

(xoi &'?

fxsyaipoi

ex TneipoLS irr/ov xi]v aTTrA] a)']j(voi'

TSOLjpoxTOL'jiaLv xoli

aO£\x^rnix\i)%>\ yvvfxyjv,

e^ on vquoSoLpi]? sysvqLixyy moLp
:

vfjtvr

....

Plus loin (autre Irauineiil
T?rotOTj}/T{
,

)

.

.

.

XCI.I

ctotoJtJj/tj aTTO -nroÀuTcÀouj [xsyjA (X'7qqLp\iov £ro;\

7Ç0LI

£)'0>

oëo'kov

ei

[xv

To

OLTvo vofir.'}'

TVTivOii' [xovov (^oLAxi^iov 7)701 Sv^
£7{
•J,U.n'

r5"t;;£aT);v
I

iT.

tXOlpXI'
&'s

TOU

Uf/r.'!'

aXAlipOV,

XOLI

OVX £^VJ'

~0'J

AOmO'J

Ol'OrXOLrr^OLl fJliJ

TSaTspx, qiov xaj/.' i^uaî aTrera^afX)/»'
Tor a£{
c^î/f qLiroLVT\oL 'nTa]v[T]£X);
.
.

xa.i sëSeXa^OLix^tv oltïo

jn\v vvv\
x^^oli

XOLI cTTj

ypovov vi anoëoXt^aiovî

voOo\)<
|

xat HovXoy^eipovoLi

.

Plus loin (autre ira;;nienl)

:

.

.

.

xopoLXoëporriOLv y£y\e^O\oLi xoli otxaoLTvpv^iOLV TO'jxqy [tov]
^x^jr^sv AVfx-^^OLnOoLi

20

[tJ^ottou V'xai -aayjxpoL-^Trjy

ixiits [xiiv ']ovvoli

\vmp\

Vmiso.
lAtr)ii'


~.
(j.
I

Li(pic

0.

Atjyioaiv xri
,

apxHTiKv
:

tott'.)

:

cf.

n" i\-J\l^^,

I.

:>()-.) i.

llarpoXaioi» [o\'ooi

rAnni)

mol nouveau.

Liipir Liipic

Lire oioyievoi.
llaTpoxTûtcTia
j'ai
:

i.
:

mol nouveau; mais on connaît
j'ai fait

(l(''jà

arSpoxTxcnct.

V.k Tsetpy.s

eayov
lA'pif
Ltjnifs
1

appris à connaître,
:

l'expérience.

2.

No(To£ap>7>
(leci

mot nouveau.
ipie le (paXHiSiov

i/i-i5.
((pintro

prouve

des jiapvrus
riil'.ints

iTesl

aulie (Uie
loi

la

jiart

du

tiers

onces) réservée eu tous cas aux
enfants sont
ici

par une
(1.

de .luslinien
la

(Nov. i8,
de chacun
fjirni'

i). doriuiK" les
sei-a

au nomiu'e de quatre

7-8),

poiiion

d'un douzième.

j,).
I

\k\vpou.
Fj^Sslv^oLytin'

!,>ipi('

a.

Ijijriirs

iS-iTj.

AovXoy^stpaiv, xopoiKoêpUiy)^!}^, o^iicn(i<pv:^ix

:

mots

iioiiveaiiv.

l'Al'Vr.rS

liVZAMINS.
,

17.')

[iîjfJLOi;

ScpiOVTOS Te

);

XCtl

^rVtlTKOVfO^

'^AOL

70

i^fjl

OpÙVi

KOLl r]lXlx[lWs\

[07353]

SèSoy^OoLi.

Kaj a^opxiKv irvarTa xfATvv

>coi.i

rîtxaTT)/)' xoti -maT'ra [S-/>oj'oj'|

y'ioii

[uJttç/o euo'j

anayops'jfrewî

xoli aiioxiipv^da''?

jp\oi.

.

.]

IMiis

1(1111

(

aulrc; Irnijniciil)

:

•if)

.

.

.

70TÏ0V. E^opKi'Cv

r]£

(Xfxa

XXI t\o\v

S)!iJ.O(Tiov

[o" |x//j6a

(

.s)V)

xqii

Ixjafou-

À|aojC/v|

|x|ai rhifxcxSixoy
xoLTOi.

T)/>

~i

T)/> AafX7r/?af

|

A]i.'TtvoÊ'V>v -nro^/ec»'?]

70V

(-)èo'j

Tnpo a(xv7vv

xoii T};|s S^ctas
xoci

xat ovpavias

7V'^i]i

7vv\

\oi\xo\j[j.cvixvv

iiaw r>£m707vv

^(Xo-iXeMv <l>Aavi'wî» lo[f7T»rô|

\x\y.i XiAiOLf l.O'pioii

7w

oi.ivvio>v \a\v70xpq^^7opcA}\v t)/i'

qyvvOi]
-1

30
I

a|7rùf5)/(X{a'(Tt7'

mpouOicrOai 70ii oiaTVTïwOiaii^sic)

-zsap sfxov opia[t.ois

]
[xa]

|a|tt ^paëiviiv xai ixC^wifTOLi
[TJa'j' fxeXXoi'TW?'

•crarT;; a?;TT);Tcv5 ej> exTrAî/sM' fJtaAi(TT[a|

Ta ïTa

tûvtoj^" 70ii aa-eSecri SiompoL^CLoOai.

K^pW yap

[rla TGV
[of
I

S-£:(Oî' V011.0V toi/?

fiavTau'

j'OJ't:»?

axpvs

Tifiav. Towai'Tta')'

(.s/t) rje

TOio'JTOi xoixii77(ji tAo«(îw| /3);iTa]r Jc[a]« [xaT£]iP/oor);<T0()'TOi''z;;TaT[/3(|>c|oi'(?)]

3r)

3-£(Tfxoî' ;£ai

tovto t:^£Ta^a

fjitTa

tou -u^poxetfxevov <^aÀx|

t^liojv t)/

£fji7/

|(îj{a0);;o;

xat

£is î^^j/tm' ôtoîj'T'vv xvfAOiv
.

oyrrav xai ^e€ai\a^v

['zrr^ai'Ta;i(o[u

\'apop£poa£vvv

.

.

(Irllç

llj;ili',

(|1I|

l'sl

1,1

(li'iiiit'l'i.',

csl

(.'iriKM'i'.

Aprrs

iiii

l;irjj(!

(.'spacr

laissé bliiiic,

iJiosion; avait ûciit
illisil)l(.'s,

à

la

Miilu nliisK'iii's pi'lils

poriiics, aiijniinriiiii |)rcs(|iic ('nliiTonicnl
i|iii'

l'i'iici'o

lù'laril jjiièrc jilus loiici'e

Ir

i)M|iynis Im-niôiiic.
:

On

(listiiijjuc

ceneiulaiil (|u

il

y

lu avail au moins cluux,

dont

les liti'cs sniviMil

I!.

-I'

'l'ivai OLP |it7rv

Ào) ou> AyjXXivs

.

.

.

n
(;.
1'

'Wva-;

av emif À

[

A;i;;^tÀÀ£U5|

(

un Maiic) -aapaxa}.vv

tî;j' (-)£tjj'

svoti/.ov

Veiiso.


uO.

Iai>ii<'

'jf>.

'YaËovXapiov est assez

jirolialilc,

i|U(iii[ii('

les

Icllros

solcnl Pii-

(loiiiinagées.
Lif^iic

AriyieKStxoî

:

mol
De

nouviîan.

il

s'ajjil di'

WxStxos ou

tlr/cimor cwitatis.
le

L'irtw

u8.

Lire

<l>Àai/(oi/.

nirnic (inc tous les empereurs jjardeiil
à cliaiiuc impératrice.
('lé

nom

de

l'iaviiis,

celui

d'Adta se liansmel

Ligne

iir).

Xu-^oujtw
.
|

doit avoir
]).

oublié.

Après

(jvvrjOrj

,

peut-èlre

uik;

Irace

de

lettre (^avvriOn

.

.

liuii..

:

Juiiriiul

d'cnbcc du

Mu.i(k',

u"

/i,^>.'ioi!.

176

CATALOGUE DU MUSÉE DU
Deux fragments d'une requête
;\

CAIlîE.

67354.

limpérati-ico Théodoi-a;
luill.. larg.

cf.

n° 6yf>83.

!" frafjtnent
:

:

long, o m.

3oo

o m.
mill.

i

i

(S

mill.; 9/ frag-

ment

long.

m. 3oo

mill..

lai-;;,

o

m.

."^oy

Apliroditù.

Ecriture de Dioscore.

— Les deux

fr;iijmoiils

ne se raccordent pus. irrs mauvaise con-

servation; écriture en gramlc partie elïacée.

Le mot

Sea-noivcs. rju'on lit à la

lijjne

.'!

(la q'

en

fait)

du fragment

1(

(celui de droite),

et l'expression

xcna

zspo(nao-î:t\y\

de

la lijjne

G, indu[uent (pi'd

s'a;;il

d'une rerpiète
.
.

à l'impératrice prt(roHnc

du

village d'Aplirodilù. Les

mots

t^d' aa-«);-f«vi' «oiroê'<i'[i'
éli'

(II,

I.

10) montrent que les ('lablissements religieux n'ont pas
t'

à

l'aliri

des vio-

lences du
est

tyran" dont se plaignent

les signataires.

La parenté avec

le n" (î'yaS;>

donc évidente.
le

On

pourrait
la

même
page
I

croire ipie les fragments

nouveaux représentent,

en partie,

côté

perdu de

de ce dernier

texte. L'écriture est la
la

même,

le

sujet est analogue.

Comme
la

là-bas,

le

bas du papvrus est resté vide,

reipièle étant

trop courte pour couvrir

pag'' jusipi'au l)oul. Kniin. le texte occupait

i- lignes

(au moins)

comme

l'autre; le n"

(lyjSo

n"a ipie

1

(i

li;;iies

conservées, mais on u vu

plus liaut (|u'une dix-seplième, plus courte, a forcément existé.
Cette hypothèse vraisemblable ne peut se vérilier
:

car

la

lacune, en ce cas, serait 1res
il

considérable entre

les

nouveaii.v et les anciens fragments, et
(pii

est

impossible de
si'

reconstituer le sens. Les quohpies mots

suggèrent un raccon! ne

trouvent pas
II
:

situés à la ligne qu'ils devraienl occiiprr. Ainsi

on

lil

Mir

\r fraifuieiit

1.

2
?)

:

TZCL^yxpyixt}'
J-îcTTroM')/?

£^rj'jTLa\>

:

xat

-iTra-Tj/sl

5
Les mois
Tt;s

:

\\ovhavov
ii^a'v

rjX\o\v

lo

o-[

aamaOlien
la

xvixns se comprendraient mieux

s'ils

étaient placés en

regard de

ligne 5

du

n" C--j83.
le

Une

autre objection est que

même

fraj;ment porte

di-jà
1

des signatures, superposées
:

en colonne aussitôt après

le

dernier

mol de

la

ligne

-

II/3axˣ'j>
Ivavj'j/s

KoÀAouôos

<l>ojé'afx/jL(W)'

K^i \Gpxy.txii (sic)
La présence de ces signatures
êtr(^

est

l'aile

pour suiqirendre,
dé-jà

si

\raiiiienl le n" (i-,'!5/i doit

aiinexi'

au

n"

G^aSS,

(pu porte

ses slijnaluies, el sous

une

loriiie

très

difl'érente.
(Jiioi qu'il

en

soit,

il

semble certain que

si le

n"

GjSâ/i ne

se rallarhe pas au n"

(ly.î.S,')

l'Al'Vr.LS lîVZAMI.NS.
il

177
[07354]

est

du

inoiits rcliilif
(le
1,1

;i

i;i

même

yll'iiire.

I,n

conjcclurc ciioncéc plus liant (p. 17)
:

au sujet
et

(lato se
[.e

trouve par

coiilirmée

le

pajjaniue ilénoncé est bien Julien
1.
1

non Menas,

nom de
. .

Julien se retrouve deux fois, dont l'une (fra{;ni. Il,
.
.

5)

sous cette forme

:

.tou woi']);poi/ Ti;pa[i']fô IoyX[ja]rô t[ôJ vpopiiOeinlos
i

.

A

noter au frajjment 1,1.
:

G

,

le

mot

(j-ny.OaLpios,

niallieureusemenl isolé.

I?nii,.

Journal

d'eiilrcc

du Musée,

11°

iS/i/iG.

67355.

Deux fragments d'un livre de comptes. larg. o m. oyb iniil. Aplirotlilù.


à

Lonjj.

o m.

180

mill.,

Cursive droile.


(fol.

(>es

deux fragmcnls appartenaient

deux pajjes consécutives,

et les

insecics les ont découpés irrégulièrement, mais d'une manière absolument idenlinue.

Je signalerai
Tasi'iipti.

1)

les

noms propres Tso-xopô [^ Itoaxopov"!),

T piaSell^poi]

et

La menlion «X(>7porOfiO<) AwpoOsô Aina,
M' (i7'!,S,S, V,
l'ol.
11
:

Sj

(I>o[<^a^f/M'05],

éclaire

un passage du

I.

i.'î.

11

contient
et

celtt;

indication mallieureusement incomplète

:

.

.

.i^tô ayiô

a-na.

Aiô[.
IjIDI..
:

.

.

deux noms propres peu
11°

communs

:

<I>ava;t<u(/j[os] et

EpuOptos.

Journal d'entrée du Musée,

hoh-hf.

67356.

Fragment de
Aplirodilô.

lettre.

Long-, o

m. o-jo

mill., larg-.

m.

iol> mill.

Cursive penchée.


. .

(iomplel dans

le

sens de

la

longueur.

.
]

cireXdoTOLî

jw

)

pCL^\jj.a.iv^opw
.
I •

.

.

.

.

.

.

nTù|u.]il/oi'
.

fjLOJ sTii T)/î' -ctoAm'

.

.

.

\vv KJ.I aTi(x.n)jçrov

auTO
1.

[

.

.

.

Liipw
lîini..
:

I.

Lire j7r£À(9o(i')Tas. Cf. n"
t\°

()7.')'.!3,

f).

Journal d'cnlrir du Muxée,

li^)l>o2.

67357.

Plusieurs fragments d'un èufJLapTvpioy
Loiij]-.
()

(cf.

n°"

m. 93(S

mil!., laiij. o

m. syT)
et

mill.

OyoSy- 67088).
Aplirodilù.


lit
:

Cursive penchée.

I5risé

en longueur

en largeur. Aux deux dernières lignes on

.

.

.

I"

<l)Aauios na7ri'&v[0ics]

piov vs zxpox'
Bini..
:

[-l']

Journal d'entrée du Musée,
11°

11"

hhhoh.
a3

Cnlnl.

du Musée,

672-^.

178

CATALOGUE DU MUSÉE DU

CAIRE.

67358.
J'iii

réuni sous ce
:

numéro

les

débris minuscules d'un papyius dont
ii°

il

n'v a rien à tirer.

BiBL.

Journal d'enlrée du Musée,

.'i5aoi.

67359.

Compte

roialif

aux impositions d'Anlinoé.
o m.
2C) cent.

Lonfjiioiii-

moyenne

o

m.

/lo cent., iarg.

Minuscule d'époque arabe.

Cinq morceaux vendus séparément au .Musée, mais ayant formé évidemment un cahier
d'au moins huit feuilles dont l'ordre est rétabli plus bas.
11

man(|ue quntro pages

(ou plus) entre
Protocole
:

les folios subsistants

numérotés 5

et G.

Foi,.

I.

ou i_>ja

ja
II.

*'"

Fol.

Ri;cT0.

ijô

£T yC
xapaS<A.n>
}

Aoyo) vavTixj
xuifx

>]nipp' a.xjxj'^'
-j

f

Spp xj^ OaA^~ (Idanc) r^v"
v°x yij v" v^.

1'^

i

t

''5

Xppo

vav''^ vv" tt:^

xcù~.\''~'^

PAPYRUS
-ei'ov nsTOCiv

lîVZAISTINS.

17'J

180
fl

CATALOGUE DU MUSEE DU
Zsvov

CAIRE.
r'vS

[67359]


Era'x,

^'^^

^n— r^ T Uaxavv'airr ^Tav'^x"! v~a
ri
'.•!

v"p

yi

v

f>-.

f>

1.".î

l'Al'Vl'.US

UVZA.MINS.

181

cnto'

,,,
I

,

^

'/

(X'jpn'O'j <l>JAo

Ovvj^ppiov laxwS

[

J

(h'vo^[pif

182
EttoihI A") lov

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
Il[i]vwTiw
}f^

[67359]

Movo-aC na^>;u aTro^ av^
v"^
[)'»/

v"f^/

j'"J^[,/

rau^^a v"çL^y'

l'APVRUS BYZANTINS.

183

vy
£7r&tx.' \loi(J.vv
li^

v''aL, yij v°SL,

MctpKJ XOoLy" ano

Kfx*^''

atT

/[>

t ^[Trojtxy

Uoià v~a
) ij v"SL,

v"y
eTTOixj [A]} lov llu'ou
j;"^

v"aL,
iizoïxl

AracrT

ilfî'ou

aTrr/

ci'J^

v~a.
i'"aL, yil l'^îL,

v"y

~
•j-

il'JV

OLvy.K£(p<xX

Aoyv
10

voLV

xapp

)

àivp

(xxjxj

ùpp

xj

<raA

rau

yd V X.^Ç OLizap

xolA

r][a\oS CL-Koxp xj (7Tp~ v°tx yij v"-d/ç

Ao)

« xovpê

avaroÀ"

[

Jj'av'^'^ [ijs

j'"/3

yij v°x'Ç,

Ce

feuille! csl anépijji'ajjlic

au verso.

Fol. VI. Recto.

Ligne 5.

ACwi-a

Awa

Mest; avons-nous

ici la

Iranscriplion en lellres

(jrec([iii'S (lu litre
/.i'^/ic

arabe des prêtres

bji!

= Acaira?
ici;
il

11.

Le mot Aiy'^ ne devait sans doute pas èlre répété
la

y a iliHicdenient

place pour lui dans
BiBi..

lacune.
11°

:

.Idiinud d'cnircc du

Musée,

/i55(i5.

ADDENDA ET CORKIGENDA.

N"' 0/

OoO. In

sci'oiid

L'X('iii[il;iiii'

du

iiilmiio

zsuùaTi-jiii est public
:

;iu

a" (iy.îSo. Uosliluor d après lui
i).

:

(A) Liijnc 1. TÔ «y, nu lieu de (A) Ligne
(15)

TtiSf

(voir n" (i^aSo, u.

t.

Lrgi

,

ail

lieu

de

:

ks)), probalileninil.

Liffxc S. nw-iiO)] [-a^oi^iv^.
f).

[W] Li(pie

ix;rt:[fxip&);i'iij,
ûi(j]orTiioiip-t.

au

lieu

de

:

é>iTi=:[!x\p3.i].

()/0'i8,
G7():)7,

i.

.'!.

Lire

:

~--\>i)

I,

(j

,

pt ()7I).)<S. ^KCf-sod.
II

I^o

mol. WicjUsktoi u'csI ([ue
est

hi

liMiisci-iplioii

du
:

hiliu
cl.

Bis

elerli.

l

jialaiiioii

do ce

nom

connu eu

Afrirpic jiar niu' iiisciiplion

iî.

(1,u;%at,

L'année romaine
G70,)t), III, G, cl \\. Il),

d'AJ'ri<ine, p. t3'>.
Ta' Tiri
,

huih'

du scriLo pourra)

Sjii'i.

()7rJG,

I.

GG. Lire

;

'^clrohïl'iixw. Ce halaillon, ré>idaul en
.

ell'et

à (]on>lanllnople,

esl rilé

par G; Ijy
,

la Nulitia Dignilaliim
/,()•(
;

Or.,
lieu

[i.

i

-.
,

1.

1

(I.

ivx'iÇ'ii'o'/y

^

au

de

:

7i'î/^ipiS(p)(i;^«.)

(juoiipie le /,
I.

mal roniié, ressemble
Bell, esl cerliliée i)ar

plulùl à un yj celle correclion, <jue
I'.

Lonil. \,

1

1)1)1

(inédil), OH ou

lil

me communique M. II. la même exiiression.

G71.)0.

In

aulrc papyrus,

(|iii

sera publié sous le n" G-j32f),
:

permet de restituer

les cliillVes

perdus ou eudoninia;;és
Li'irne tu
Ijijnie
•')'.

h
|—

n. f'Ha

d

iÇ.

Ligne

^.
.

[b ^
I-:
:

(l'J.

Ligne 1
(j7 \.}?i.

L, au

lien
;

de
cf.

:

>is

L.
,

kpîu-iTï,
1.

lire

«iviTriiipi (?)
'l'f'i'vi'

B. G. U.
.M'iiibb'
;i

I. .'i/i/l,

I.

F).

G7 IGS.

,S.').

L.i

lei'Iure

i;oû)v

me

présciil certaine, d'aprî's celle assertion duii
l'inei/cL, I, p.

lexiiiuc ancien, cilé
/-zÎTii èv AÀsJco'Sfjîi'a hiTij;,

dans I'auia-Wissowa, Real
ri 'Ypii, à «ai irpcoTiCTTa
,

i388

:

Tpii-

oOto «a-

t>;î ssàXeôns
s"aj[il
i
i

èariy ùv tô

(lév

ècniv \<ppo-

To 5; ll^ai(TTi;v
:

ifiirov hi Wiivëxarivs.
;

Il

donc de
1.

trois temples.

G7

IG!),

I.

h'A. Lire
I.

w;

ir\ hij'iorjiy ïp[;^;](v
:

e{.

I'.

Mon.

,

Go.
-itlipsv

6717',). rir/()(A),
I.

~. Lire

y\^p\iGÔi y_()\laèr^^ éii-ipTi-Tî Hïl ïp-jViioi ip-^yaov
il

(eL n"

f)~i'i

\^

;>/i).

Toulelois,
oi'.

reste, avant ëjxoipTirs, les traces de

doux

lettres qui

ne

coiivieii-

iionl

guère à
Lire
:

G7

18'i

,

rerti) (li).

en acrosliclie \vp\ofUrx)

ae/.si'Ti3p[i]-.).

La reslilulion du vers

i

fi

n'est

donc

|)as

exacte.
:

G7"2

l'i

,

1.

3. Lire

sis

Toîtw ro

(

-=t'j)

kopuri, ainsi que

me

le

signale M.

II. I.

Hell;

cf.

67287,

IV, 10.

G7-r>'J,

I.

f).

Lire

:

dp§i[ii7r]o]AcSr.

Ces

/lft;)i;.v;)4

i:t

ConninEMit auraient sans doulc
iju'ils

élé

complétés pendant l'impression de ce troisième vo-

lume

:

l'état

de choses
11°

représentent est celui de juillet

iQtà.
a4

Calai, lia

Musée,

ù-j-iii).

TABLEAU DE CONCORDANCE
HES NLlMÉnOS DU
J()Uft.\AL

u'EsTIthE AVKC CEU\

liC

ClTALOGUE.

P.
P.

301 Alex

r.7309

325

Alex

7321

/i0/i52

7280
7-2S1

728-2

7283

1M)ICKS.
I.

NOMS DE PEIISONNES.
AOa.voi'jios

këS-£}.-oO}.tz 67359,

I.

père de Jean 67359,

III,
v.,

r.,

•>..

AÇpaa'u yvaÇsvi 67288,

\

.

:ni.
i.
i

kOoLvaTiOi Motxapiou 67359, IV,
'AOavdL<jios
i.

i3.

Mpada

Àroi/ipioi/

67283,

III,

Ma'pxou 67359, VI, G.
r.. 5.

Afpaa'f/ ÀTOÀ/.ôi 67359, IV.
iS-Ëpaân \U(7irjv 67330,

c,
i">.
1
:!

AioLKÎ^iii

67316,

H,
, 1

À^potaV \nK7opoi 672S3

1

,

:


G.

A(Ai'a ^o^pia. 67353,

c

,

2 y.

67327,

'i

:!

A/.£/as 67327, A 5.

Aèpaa'fi Za.yjxpîo\j 67359, IV, Àëpa'xyi n!?);«i'ou 67288, IV,

;•.,

Axa«i05 père de Jenn 67309,
.\«. .TOî 67325, II, V., 21.

'1.

i

(]

Mpyâiiios (AiJp.) 67324,
Aëp^xfjLioî
Aa.-/_ai'OTTv}.)js

-j».

ÀxuÀXrros 67340
II,
,

,

5

:

1

G

;

h 3

;

5

'1

67325,

'.

,

'i

ÀXsçai'Jpo» père de

(lidliiiicpie

67330, U, 8.

AëpaiLatos sraKTJuvoTTOiôs G733Q
AÇpaa'fiioâ

II,

ifj.
i

t^peyëinspoi 67283,
1
;

H,
/17;

o

:

AuaiV A^poLïntou 67283,

III,

G.

Aii[Lwinoi SidSo')(ps 67344, 7.
Ayi\ivvtrjs y^putjonoios
S.u.p.vviùi comli'

67298,
5
iS
;

''o;

33; 38; ia;
(i

5i; 55;

67341, ~\
1
;

Gy

;

G

.)

;

y

67140,
67347,

ÀËp:iayLioi père (I'Aiumïs 67283, III, G.
Aê'paa'f/io?

67323,
17.

I

;

67344,
1

l">.

67300,

5

:

I,

2; 17.

pcTc (i'Aiioupliis 67296,

'j
;

Ati[ivviùi père de Kolloutlios 67327,
'/•

37;

/12;

AëpxdfiiQs père (rApollniiios 67298, 65.
A£paâ.[iioi père
Afc'paa'fiiOs

d'ApoUùs 67301, 8;
(lo Jcri'iriiiis

.')5.

Avaviii père de Victor 67359, V,
.Vrar/aî
;

v.,
'•.
,

8. 5.
1 (j
:

pèic

67327, iS.

a>jXo(5'eo:; (.'îic)

67359,
'1
;

II,

Afpaa'fiio» père de .losèpliios 67328, VIII, y 5

-AracrraVios al)l)é 67286,

8

;

1

5

;

-

X,

i!i);

.\II,

y().

67347,

I, r., h.

Àè'paa'fzioî ÀTTOÀXàiTos

i5;

67308, G;

67296,
67327, 3
li.

•!

1

;


i

67307,

-Vioto-Tao-jos

empereur 67295,

II,

17.

o;— 67335,7'.
,

Avri7iiaioi 'S.evovOiou 67359, VI, 7.

ASpa.(X{uo?

Bimopos 67319,
67359
•>'.>.
,

AvSpé(i{sk) 67253,
.

r., 8.
1

AÇpaa'f/io» Maxapi'oy
Aêpaa'iiiï
(.siV)

\

AvSpéixi père de Jean 67288, IV,

h.

67354,

ÀvSpéas AiXoCjoi 67298, 5o.
II,
1

Àyéfios père Àysvtoi

d'Ijiniillos

67359,
II, r.,

i'.,

8.

AvOéiitos consul 67306,

1.

À7ro>./.a'

67359,

Afoi/?(W père de Bèsios 67329,
7; 21.
AvoïiTï (x£€a.s

I,

1

1

;

iG.

AyvâTj)v IlaTTOÀÀô'ros 67328,

II.
1

67342 ywwiwi.
i'.,

Àyrarair X<ftapos 67288, IV,
AJ);s 67316,
i-..
'1.

3.

Àvov<p père de Jeun 67359, IV, ÀvoC(p M>;ra 67359, u.c.,
1/1.

G.

AJp(2ii>- CTTcaTrJTi.îs 67287, II.

1

;

11»

IV, 28;

ÀvoC^pii 67325, \ll, r..

i/i.

67330,

1.

iS.
1

Àvov^ii (aTra) 67289, iG.
Ài'oi/>p<s
'.'

AOoLvâaioi 67279,

5.

êmoXiHdpioi 672%7

,

IV, A.
1.

AOoivixytos xotOapovpyôs 67288, III,

Aroi/i^is sraxTi't'OTroiis 67288, III.

188

CATALOGUE DU MUSÉK DU
r.
;

GAIHE.
67301
,

Àroùipo- ®oif/i;V 67287, IV, 2.
kvoû<^ii -apEcrëvrepos 67283, II, A.

5 IV,
1.
/j.

;

— —

T)

:

— 67323
1
1

,

r.

,

1

:

67329 ,11.2;

:

— 67326
1,2;
•'
:

67347,

kvov<pts ùp^ioitukni 67288, kvov(pts père
kvo\:i(pts frère

III,

28;
III,
II,

22

("cl.

k-KoW'x'i ^lOJKÔpOv).
;

d'Abraam 67283,
de Menas 67288,

ÀttoXXv,- pmcHpios 67296, 2

67297,


.l;

7.
/

67328,

I,

2;

II,

2;

III,

2: IV. 3; V,
:!;

kvov<pts père de Plioiljammôn 67289, 3

VL
3;

3; VII, 3; VIII, 2; IX, 3: A,

\l,

kvov(pii kèpoLOLiiiou 67296, 3;

i5: 17.
r.,

AU,

3.

\vQv<pii k-rzoïy^Toe 67325,

I

,

18.
3.'i.

AttoXàcÎî piTzâpici la-axi'cv 67281, 2.
AroA/.iîî vTvoSiKTv? 67347,
I,
1

kvovipis (Aùp.) BÔTTou 67328, IH, 0; 27; kvovÇiis (AJp.
IV,
!i)

''.

,

2;

18.

Épf/otouiiTOs krpsolTOv 67328,

AttoXàvs xf^Ansvi 67288,
ATTcXÀa'î

\',

'1.

o,.

père (rAliraaiiiins 67296,
1

21;

kvov(pii \v(Tyi(plov 67288, II, 'U). kvoïi^i? Uovaaîov

67140, 8.
/•.,


q5.
5
;

67307,

7

:

67308

,

T» ;

7

:


,


3
; 1

67327,

67335, 7.
S.

ÀvoCtpiî TspfiovÔni 67325, II.

AttoXX'J; père dAiioupliis 67325, I, '..
kizo'/j.'/'i

ÀroCi^is Oag/f/oy 67288, IV,
Ài'oi;<p<»- ^^evôajjo-i'ou

q5.
1

67296, 3;

iG.

r.,

I

:

père de Diosrnre 67303
67325,111,
r.
.

<)

:

— 67322,
r.
,

2;

".

.

;

IV,

1

;

/i

;

kvtiiïoi lii'ros
1

éponymc d'Antaioupoiis 67338,

S; VII,

r.,

1; 3; â; VIII, r.. 8: 2'!.
i(i.

ÀTToXXai; père d'Iosèpliis 67283, II.
II, v., 3.
,

\wrjivio? père d'Asgcnnè 67359,

ÀttoXX'A- père d'Isakios 67328, II, 3.
ÀttoàX'J,- père (['(Juikldr [sir)

kvTvvto?

HXfo-a-oti'ou

67359,

III, '.

i3.
,').

67206,

2 1.

kiraTiTp père de Jean 67359, II, r.,
Àtj-oXXô) père

ÀttoXX^A- frère de l'ésas 67288, III,
1

11.

d'Abraam 67359,

IV,

v.,
v.,

1.

ÀttoXXojs père de Pi.ûlos 67283, II, 21.
ATToXXctS? père

ATroXXôi père d'Agénios 67359,

H,

1.

de Promaouôs 67283, H. 19. de Sénoulliès 67283, H, 20;

k-KoWa

(a-Tra)

Ku'pou 67359, III, v., 12.
,

AttoàX'Jj

père

ÀttoXXw iwaWoi; 67359

III,

!'.

,

2.


o.
9

67323, j;

67330,

III,

8.

ÂttoXXcD père de Pakluiniios 67359, V, v., 2.

ÀttoXXv;

këpaoLijLtou

67301, 8; 3r);

67335,

ÀttoXXwi' 67140,

1

7

:

67322,

<).

ATT&XXan» y£<i)pyÔ5 67140, 3.
ÀTriXX'x'i' iltocTHÔpov

ÀTTOÀX'y.s

liOTxipov 67300,

2 o
'1

;

67333,

22

(cf.

kiroA'kvs

67307, 3;
r.,
1
;

—67308,

1

;

:

AtoaKopov).
AttoXXi'i'ios Aêpaaf/i'oy 67298,

05.
1

ÀttoXX&W 67279,
III,

— 2o;IV,37; —
2
;

38; —
;

7

:


;

— 67301
1
'1 ;

,

5

:


1

67325, VIII,
2 2
;

67327,
'1.

1

;

7

3

;

67332,

67286,

67289, 18;

AtToXXiiÎs 0770

ptTT'Xpl'JL'V

67325, IV,

ÀttoXX^v, /3o.;^Ô5 67287, II, 5;
2/..

— — —
2
/.,

67288,

Apollos

liliiis
/i;

DioscorOLi 67329, II, 3; i3:

67296, 2.

67332,

i3.
II,

3l.
II,

Attoaaoôs Epf/aoi/c?T05 67288,
k-jTOAA'Js Èp(jii'ov 67328, V,
',

3 g.

67330,

28; VII, 28; lA,

AttoXXûJï Stâxovos 67288, V, 33.
ÀttoXXoJî ITxôXofos Siâxovoî 67288, V, 3Zi.

ÀTToXXais ixxvËt'ov 67288

,

V, 7

ÀttoXXvs Ivaxtov 67281, 2:
,

ÀttoXXcJî xt)/t&>p 67283,

Il

,

1

2

;


1

67301

v.

67308,

f);

67300, 3;

67332,

'1

ATToXXi!» (lokmidpyjis 67288, III,

5.

knoAl'^'S iv(7}iÇ;iov 67283,

II,

22.

ATz-oXXaîs craT> xa! zspovoriioi 67327,

37

;

/i3

;

k-TTOAlv? Ka.xi'f 67288, III, 38.
ÀttoXX'^s- N(x>/'Tot;

A-TToXXcJî zspvioKw^iÎTni

67290,

?'.;

67288, H, 9,

67292,

ÀttoXXvî IlaGjX)/ 67288

III,

(|.

l'Ai'

vu LIS I!VZANT1.\S.
EoLTÔfispos

180

AttoàXvs

IlstVxiTCs-

67288,

111,

•.!.'!.

67330

,

11,

2 5.
1 :

Xttoaavs Uixvaiov G72SS, IV,
Àtj-oXX'Js IlXsTOi 67288, V,
(j.

i

<S.

BeXicra'pfos consul 67296,

67297,

1

hellepoÇ'.vryis

(le

Ik'tos)

67315,

2A:


v.,

AttoXXcJs <I>p);piou 67288, V, nf).

67318,

«).

Àtj-oXXw '^aoucraou 67288, IV,
Xiniipoî y\o\y ITT);pc>) 67325,
\p,ii (le dieu) 673i5,
Ap);> |)crc
(le
I'mIc'iiiuii
•^'r.

(i.

hsiHayiiv 67359, 111, r., H
*'.
.

;

IV, r.. A.

Il

,


•'

17.
r..
li.

MiiKtos le
•20-

même
î'.,

ipie llt'ijxios

67325, Vil,

67316,
^i~.
1
.

VIII,

22.
15,

67293,
,

l^tjpoûWa Ô7:rîw 87321, A, 8; B);o-apiW
5rp'i)T0«a>/ii/T);s viis

2.

Apî'r xaOccpovpyoi 67288

II,

XpX^éAaos Tspsaëinspos 67298, A A.
A(7}£i'i')T AiTi'i'/ou

5;

\io7Kopov 67140

67333, 21.
67306, 2; 17.

67359,

II,

/'.,

•'>.

Vtii<7apîuv Moi/CTûti'oy
T).

AaxXaV

|)cre

de l'iiodiaiiimùn 67284,

Bf;(Tas escla\e
1,

67313, GG.
II,
1 1

ATxXi;77(aJ);s- [)èlC d llur:i[)olloii
.:>;

67295,

1;

Wihioi père d'Ahraain 67330,

i3. iG.

0/1; II,

2/1. 111,
I."..

WihiOi kvcu^îm'os 67329,

1,

;

Àc7T£pia 67314,

WnaKovii père d'Isakuis 67319,
\Sn<JKOvis père
J']iiiiiioiiùs

().

AaTspios 67319 ,11.
A-rpsoLTOî

de Jeun 67328,

111,

A; 25.

père d'Aïuniiiius

67328,

Bi/o-aXiTos père de Calllnitpie 67288, ^^ G.
^^iffffovpovi (<I>Xj) 67283, III,

IV,

'1.

18.

Ajptjs père d'Apii Fonnis 67288,
ÀTpj/s nota-ap£i'5- 67288, III, 20.

\'I,

A; 2A.

Hrjo'aovpovs npOf/awTOs 67140, G.
Bi/o-w 67288, II,

38.
67319, 9.

ÀJai'Ooi 67340,

r.
ii

.

A.').

RrxXos

à xaî

<I)'a!T

AJp.;Xia 67306,

;

67309, 7:

— 673H,

5;

BwTvp

67325, IV,

1:. 10.

AiJpvXf'a à'f/a l'a;^i)X

67302, A;
)•!;

17.

AJpi/Aios 67169'", 7;

67296, 7

;

1

0;

kj; — —

y

;

17; 2A; 28;
;


;

67297, 7
.'i')
;

— —
11,

67269
,

,

1

A;
,

67285
12;

r.

2

;

— —

67283,1, i;ll,8; i5;
67286
,

1

2

;

67294,

i();

67287,
III,

67295,
-.uy,
,':

8;

67300, A;
II, V..

—67325,
12;
lA;

I, v.,

II, r..

67300, A

7;
V..

1;

m,

r.,

5;
v.,

111,

67301, 8;

:'>-j;

— 67302,
2 A
;

67303, A; S; 21; 22; 2;i;
11);

67304,

17;

itS:

— ^
1

67305,
T)
;

"-

;

67308,
;

67324,
1

i(i;

1)

2(i;
/,


,^
,


1

67306,

67311, 8;
'••-

— —
2;

A;

2; 5; 10; IV, r., G; Vil,
V..

2; G; 7; IV, 2; VIII,
V.,

Vil, ;.,

22;


IV,

G:

67340,

r..

55;

v.,

i:>.'\.

WtKTup
,:.

àn'j aixya.py/x'v

67359,

III,

''.

67325, IV

7;

A.
1
,

(i;

A.>'I

A
,

/,

11,

V.,
I,
,

67327,
, , ; ,

B<'«Twp StxKoi'cs 67283,

1

---, 15;
II,

'i;);

— —— ', A8; —67328,
.

3; G; 21

2.1

,

DÎKTvp xaOapovpyôs è72iS,

111,

3i.

3;

7;20;22;III,A;.|;27;IV,

A;.|;

B/xTd'p voyLiKOi 67288, VI, 3.

2G: 3o;V, A; 8; 25; VI, A; 8;
A; 8;

2'.; VII,

BiWa-p

cro/{i>/i'

67287,

I,

2 3.
,

2A; VIII, 3; 7; 28;
.);

I\, A; 25;
(j;

Bi'xTi'p -crpscrèuTïpoir

\, A; 8; 25; XI,

XII, A;

25; 27.

67286, 2;

67283
1

H,

1

;

7

;

Ç)

:

67327,

1.
1,
1
1

A<pOôvioi 67330, III, 18.
Àxi>^).svi (le héros) 67315,
1
:

Bi'xTwp Taëû.lt'vr 67329,

;

17-

a3; —

67316,

r..

Bi'xTa.p TpiêoCios

67288,

111,

'1
1

67353,

v..

A,

I!.

BixTCtip ^pxjaoyLùi
11,''.
, 1

67344, G.
III.

BapiioXo/Ltûtros

père de (ieor[;es 67359,

bacriXeios consul 67302, 2:

67303, 2;

2.

B/xTi'p père (rAliraamios 67283,

12;

67319, G;
Bi'xTiip père

—67327,

'i3.

67332, 2.

dlsac 67140,

7.

190
Bi'xTotp père

CATALOGUE DU .MUSÉE DU CAIRE.
de Jacob 67306,
i

().

Boupxfltp»? (tovol^w 67287, IV,
().

1

'1.

B(XT4>p père de Jean 67359, V,

r.,

B.
l'i.
i i

.ai?

67287, IV, 20.

B/xTop père de Jézéchiel 67283,
B(XT<i'p père

lll,

de Kallinikos 67283, H,

67303, 23;

;


3G:

Tsvsay.tof 67288, VI, A.
VsvvolSiOi
ô

àno aKpivxptw 67309
3i
;

,

2 5
r.
.

;


27;

67328,

I,

20;
111,

II,

22

67325,

1, r., 1.

B/xTCjp père de Kuros 67283,
B/«Tc.p
G
;

11.

VII, r.. 7; VIII,

67327,

père de
()

Lèonlia 67169

'''\

20

TsvvdSio? père de Jean (?) 67327,

1

7
<J.

Vsûpyioî

à Xsyofjisvoi IVAOLaixix

67319,
2.

1

7.

B/xTwp père de Phoibaiiiniôn 67284,
Bt'maip père de Psuis 67327,

20;

Vsvpyios père d'ÉnocIi 67359, VI,
67328,

rsûpyios frère de Mélios 67169'"',
59.

18; 28;

XI,,.
Bi'xTvp frère de Psnnlhaêsis 67288, IV
B(«T<i»p

02.

Ts^j:>pyios

père de Pnéi 67359,

\'l.

'1.

kvavîa 67359, V,

v., 8.

Tecijpyios VtapOoAo^aîov 67359, II,

c, 12.

BwTiip Bijo-apfWos 67286, 2; i3.
Bi'xTcip Atoyéi'ovs
Br'xTijp

TevpytO? M);ra 67359,
Vs'x'ipyiOi *l>oii:âiiyLWOs
•>

II. r.

,

1

•!

67325, H,

v., S.

è735d

,

IV,

r.

,

c).

Ètëàyos père de Jean 67328,
;

2

1

rsrjpytoi '^sintvouOîov 67283 ,11,23:
IV, r.,

—67359,
19.

Bi'xTvp FjpyLaovvTOi 67328, IV, q

27.

^h.
'Tiaxoi'o;

B/xTwp
B/«Twp
Bi'xTa.p
2.').

UpoLXAsi'ou 67288, V,
io^olvfov

21.

A[a(/]c»'o-(05 (')

67286,
111, r.

1 .i

:

67332, 9.
7
;

AoLfitoLvos roTolpioi

Ma«apiou 67140,

67325,

,

7

:

1

•!.

67328, XII

,

A

;

A«i'(i)X

père dn Plioibainniôii 67359, \,

r.

,

h.

Aarn)/. ':^svovOlov

67359, V,
,

r.

,

?..

Bi'xTiip ITaTri'ou^/ou

67300, A. 67288, H,
2 S.

AavsîS TSpatTTOTnos 612SS

IV,

17.
o.-].

Bi'xTaip FlaTToi; "^ars

AoivsiS père de Pierre 67288, IV, Aavei'S

B/xT'^ip Uso-^ov

67296, 20.
lll, r.
1
,

Èp^aovvroi 67303

,

2 2

B/xT<i'p

neVpoy 67359,

1

.

AatuïiT Kw-jTai'TÎvov 67325, IV, r.,

Mi.
3.

B/xTOjp ^sra^ovviov 67296,

i).

AavîS père de
AtjfjLOirOsvvs

/acliarii>
1
;

B/xTwp IevouOiov 67287,

II,

G.

67281,
III,

67359, V, 67320,
1

v.,

B/xTwp lepn'vov 67289 ,12.
B/xTvp
B/xTcyp
rîlupcu

Aiars 67288,

35.

67324,

1

9.

Aïoyévrji père de Victor 67325,
AiOfiv'Syjs (le
AiO(ji>{Sij?

H.

v.,

8.

Ta;(^t;{i(as

67319, 20.

héros) 67315,

2 3.
i'.,

B/xTiip Tc)vi'£ 67330, II, 28.

aiAsmolpios 672S9,

2

11.

Bf'xTOp Oar»;,- 67288, V, iG.

Atovv'a-tos [sic] père

de Plioibanimôii 67359,

'BtKTvp

^oiëctfjifjLcoi'o;

67169'"',

Vu'xrvp '^aiov 67327, G;
(011
il

3; Go; G7.
;

II,
fi

/•-,

9.
r.,

67328, V, 9
2'!.

2

Aïoiyy/a 67353,

7.
:

est écrit B/rop); VIII, 7;

Aiôryo-os (le dieu) 67315, 27

67318.

B/xTwp B/xTwp
3i.

-^«A-

67288, V,

i(i.

AiisâVa 67355,
III,

II.
1

4^£rOa»73-ici;

67328,

10; 2G; 28;

Ai6s père de Pbieib 67327, Aios 0£oJo3-ioy 67269,
1

'1.

BiTTOj 67281, 3;
67323, 7;


1.

67287, IV, 2/1; 2:);
1.


27;

'1

;

2'i.
r.
:

At6axopos 67281,
IV,r., 20;

:

;

67335,


,

67319,

67325,

67325, VIII,

r.,

...;8.
;

BÔTTos père d'Anouphis 67328,

III,

5;

Aiôcrxopob père d'ApolIus 67300, 20
.")

67335,

Botlus père de Paus 67329, 1,2.

;

— 67303

9

;

67307, 3
,:
,

:

67301,
,

67308

1

;

67325,111, r.,3; IV,

1;

A; S; VIII,

l'ArVIU:s IM/AMl.NS.
'•

l'JI


.

'

:

7

:

-67327,

1

;

G;

i

'i

;

:>.!;

.',

\

;

38;

Ep(/ac.i/ils ^o);<?ùs

67283,

II,

2/1.

67332, h.
[itTc de.

Epf/aoyc!* père d'ApoIIù.s 67288, II, 3().

Atôaxopos

Bcssarion 67333,

2->.

Epyiaov'Js père d'Aiiouphis 67328, IV, A; 2().

Aiôa-xopos |)ère de Plioihamiiinii 67279, S.

Af&a-xopos-ÂTroÀÀvTos 67303,

<);

— 67322, c,
.
:

Epiiaovùi père de Victor 67328, IV,
i
:

1

0.

Epfjiixovvi

père de lJa\id 67303, 22.
II,
if).

67325,
;
:

III.
;

/•.,

3; \\,r..
/.
,

i)

VIII,

S:

>
i

'i;


:

A; 8; VII.

EpyLaouois père de Coiislanlin 67283,
Epiiaoucis père d'Enoch 67283, III,

67332,

i5;


Atoaxofos lio(Tx6pou 67285,
Aioa-xopos <dsoÇiX,,s 67279, Aiôa-xopoî KolloîiOcv 67359,
i

.

67328,

.\,

A;

2 G.
III.
' 1.

.")

17:
,

2
().

'1

Eptzaouoi» père de Kallinikos 67283,

III, r.

Epudovvi père de Moi^e 67296,
V.piiaovvi père de
r.;

7.
II,

Atoc^xopoi (OX^) MeydXoij 67283,
AiicTxopos *"j(/ara)g£T 67283
,

1

;

III, 7.

Palos 67288,

3 G;

67319,

67303, 8; 2 2.

67323, 17.
II,
;
.'!

Epyiaovùi père de Pierre 67303,
;
1

2 A.
1.

iJioscunis pèri" d'ApoIlos 67329,
Ao[ivh'o<

.'!.

EpyLCiouvi père de Pliih 67288,

\',

xayxEuApios
H,
;

(/JZiQ,
").
1

()

'jo.

Epfia.ovûs père de Phoiijammôii 67328, VIII,

A&ipotrTiVooï 67283,

AwpàOiOi 67340,

/i/i

3; 28.
I.

67355,

EpfjLaovws

l'joa->j<piov

67328, VII, S; 2Ô.

Au'plOeoi (ionOoi 67330, IV, 3. AcopoOsos a-t/.svrtdpios 67289,
c.
.

Epixixovvi '^svôarja-t'ou 67140, G.
2 ».

Êpfxavs dna. 67288, VI, 5.
Épf/aiîs 67328
Epf/occJs
,

Avp60eos oTpaTjjÀaVjjs 67289,

''. ,

2.

IV, A;

2(').

Kiga> père de Victor 67328, 3.
Eipijvij

père d'Knocli 67283,

III,

1

5

;

voira

aim 67327,

I,

/.

,

i3.
i3.

Epf/Otuw's.

Elpn'v)!

femme
afioL

(ry\l)raam 67330, II,
II,

Epf/awî père de Jean 67359, 1V^ Epfiavs père de Kyriakos 67288,

r.,

10.

ÈXévri

67325,

c.

,'1.

III,

2A.

hlévi)

sœur de Victor 67325,

II, v.,

12.

ÉpyLOiU's

TaGiîi 67288,

III,

il').

ÉX(70^è"£T(?) AaiOTrojÀiî 67287, IV,

23.
2
'1

Ep/^acis TaTiau) 67288, III, 8.

EXÀa'Jios
Èvc!>x

T07roT(;p>7T);'>
,

67279,
IV,
1.

1

(i

;

3;

67285

3

;

— 67287,
/.,

i

3

;


v.,

EpfiacSi Xi-/^oÏTO> 67288, II, 3o.

67319

Epusioci 67325, VIII,
Epf/i'as.

i'.,

1

G; voir plus bus à

67325, VII,

Era'x père de Joseph 67359,

II, v.,

10.
12.
. 1

Epfietas père de Jean 67327,
Èpyievtocs
t.

28.

Evu%

[lère

de l'ansnêou 67359, IV,
Sénoullirs 67359,

67288, IV.

21).

Ev'x<x père de

III,

r.

Ep;.t(as

67325, VU,

r.,

2; voir à

E.piiei'as.

t.vvx

I^£<i'P7<'oy

67359

,

\'I,

2.
/i
:

Epf/j'au, Epiieias

père d'A poilus 67328, V, A; 27.
,

2

y;

EroJ;^ Épf/aoyiiTos 67328, I\,
ÉroJ;^ Épf/aouîiTCi: 67283, III,
Ev(,j)(_

2 G.

VII, 28;
Époy(C>';^(>-

l.\,

1.").

67288
CL-na

\,
,

2G; VI,
\
1
.

2.

WpaLxldov 67283,

III,

2.

Epovvyxis

67288
11.

1

.

Ki'i!/^ i£:p»7f/i'a>-

67301, 3-.

tpûOpir.s 67355,

Kjat'xTs.ip

67319, iG.
Ai'Oi/ipiou

Euhulus 67329,
87296, 18.
2.").

I.

2.

Vjpnaovûv

ECSo^i'a 67339, 2.

Epfxaouiir ioL'7)iÇiov 67328, VII, 8;
l'ipf/aot/cui'

EvSô^ios 67290, 2; G:
EvtiOios 67319,
2.").

11.

Aa^a'piov 67282
}i\rj7)jTov

,

3

;

r.

,

1

Kpfiaovxw

Q129G, 7: iG.

EvXoyi'a VeësKxds 6729i, iG;

17.

EpiMaovvi 67333 ,21.

EvXôytos 67288,

\

.

1

;">.

192
'Eù'kSytos -apsa-ëûrspos

CATALOdUE DU MUSHE DU
67283,
II, 8.

CAIlîK.

QsoSôcrtos criyyovldpioi 67330,

K
1

,

1

7

;

III

,

1

M

.

EvXéytos père de Marijiin 67306, 3.
EJÀ/iyioî père d'Orlùii 67319,
EvTTpsTrstoi.
^'^.

SsoSiaioi père de Dios 67279,
&soS6(Ttoç père de Jean 67359,
t /i
;

A.

III. r.,

7.

femme

d'Akulliiios 67340,

A

i

;

QsoSôa-ios père de Psaïc 67359, III, r.. 8.
OsoSocTiOS
Uix-7Tov6i's

5(5.

67359,

11, /.

,

A.

EiÎTpoTria Kotpâvvov 67329, I,

i

•?'.

17.
1
.

&eoSvpriTOs àiTO

SoCkw 67352,
,

i'.,

A.
i

EvTvxîavos cr^oXacTTixàs 67289
Ev(pp6avvoi ana 67329,
7ja.yjxpîai vTzoSsKzn?
1
,

,

«'- ,

&e6Svpos 67281
SsôSvpos

i

;

67321

,

.\

,

.

10.
III, '..
I\
.'î
:

àVat 67313,

i')5.

67325,

A.
,

QeoSvpos prre d'Isaac 67359,
e£i^'..pos père de Jean 67305,

II, '•
!">.

.

<).

l^oLyaipias pèri' d'Abraaiii
Za.-)(^oLpiai

67359,

,

'•.

(J.

père de Josepli 67359, V,
,

>..

11.

esôJa.pof père de Phèkios 67325,

\'II, v.,

8;

Zax^pias Aay/J 67359

V,

v.

'^
.

o3; Vlll,

r.,

..2.
1\',
'.

H
\\\irti

«.-(?) iiièiv
,

de L'onliii

67169'''', yT).

0£Ô<Ja'pOb père de Pliilollièe 67359,
0£(3<5''^ipoi |)ère (le

,

i.

HXi'a? 67281

1

Plioihannnùn 67359, 11,'., 7.

père

(le

Psatès 67359, V,
•);

r.

.

1

1

(^soSvpo;

a7:ot

Kîipov 67359, II, '.. 7.
V, r.,
.'>.

llX/as M'-a/cy 67328, IV,

^7.

QeoSvpoi Ylxwix 67359,
0£&(îc<ipoî 'I>0(Ê'au«'^ii'05

iWih^vpoi 67287,
WkKjioâoi

I, h.

67312,
III
,

.').

|tèn' d'Aiitùnios

67359,

III,

c

,

1

•>.

0£ÔT£xroî Va/ou 67283,

i|

;

Hpa<i' 67312, A3.
Hpai'v Moucrai'ou 67300,
llpa'xXeioj 67354,
1


I

~
<1
1

67296,
VII,

1

S

;

67328,

IV, '.S; V,

•-(;;

VI,

•>.'.;

•>(;.

•!.

Qeorifxrjs pure de
(PfsoiprAyi
i(_i.

Menas 67298,

7.

femme de
.7;^'''-

Pliolhainmi'm 67279,

7;

IlpaVXfios TspdiToxv^tjTij; 67319, 3; 7; Hpa«>.£ios

2

:

empereur 67299,

".,

3.
ii-,
^).

0£T(S

la

déesse 67354,

'.

,

C.
(j.

IIpa'«Xj(05 le

jeune, empereur 67299,
d'I-lnocii

0)jpaxX£('a

mère dApollôs 67301,

UpÂxlsiOi père

67282,

III,

•?..

0)?paxX£ia mère de Psaïs 67288, IV,
0uan./r(Oî 67328, VIII, 3.
(z)vnii père de Jean 67359,

2C).

Upâxlsios père de Menas 67283, H,

(l.

llpaxXsios frère de Palar(:j 67288, V, i>8.
Hpa'«Xïio«
pi''ri'

H,

r.

.

A.

de l'romaôs 67288,
\
>S.
,

V^l

,

<j.

0'xifiàjprae.scs de laTlK^haïdelnlérieurc 67320,
t

Up^xlsioi père de Vicinr 67288,
HpaxÀîioî ilpoCi'vOov 67288,
II,

'J

1

0a)f/a«

d-Tta

Kvpov 67359,

11. '.

,

i".
V(Mr \tx\ièt?

Hpax>.t;s (!( héros) 67315, 9.
0a);CT('a

iccxxvêti [sic) ysvpjy'ji 67319,
'1.

<);

mère de Jean 67305,

yeaioyo?.

0a>7-(a mère de l'Iioibanimnii 67328, XI, A.
©arjcTia

Uxvëii 67325,

IV,

c, 27.

mère d'Apollùs 67328, IX,

T).

lax-Jêu yev'jixevOi ^psaSvTSpoi 67297, A.
11,

©aXXoJs père de Piioiitaminôn 67288,
©auf/otcria
&(xvyLaa-T>i'

37.

Uxvëi; père d'Apolh'is 67283,
o .)0.

\

,

7.
;

femme de
67340
,

.lean
.

67288,
2 S
;

\',

5.
(j

iaxvËti père de Jérémias 67328, I\, 3i
;

XI,

i'.

l

a

;

A 2

;

3

70.

&éxlot.

mère d'AnoupIn's 67328,

IV, 5.
A.
\ II,

laxîiëis yECi'pyôi Mat^iuov

67140,
.'!
.

•>.

©sxXa mère d'Knoch 67328, X,
OéxAix mère de Mousaios 67328,

laxvë yswpyôs 67325
A.

1

,

r.

n

;

1

,

c.

,

1

1

;

2

7

laxfJë Tsxjvr 67223,
lax^M'ê

H, c

,

20.
1\
111
;
,

6£«Xa mère de Palôs 67308,
QsoSoatos àëêâs 67285
0£o<5"<i3-(Oî
,

i"^.

père d'OnnopIirios 67359,
(.<iV)

r..
/.
.

11. 12.
i
'1

A

itxxvë père de Psiké

67359,

,

iXïovTtpio? 67309, 8.

iaxvê mari de

Sopliiji

67294, 3

(i

;

S;

PAPYRUS BYZANTINS
îaxîJg Bj'xTopo» 67306
,

193
'••,

11).

lo-aax père de iMerkourios 67359, V, io-aax QeoSû^pou 67359, II, r., G.
io-a'x

lo.

ianûê

iaaKt'ov 67288,

H,

3.

lauiûë îcoaijÇiiov 67288, III, 5.

67318, 22;

2 5.

iaxoJgAïas 67294, 12.
iaK'jië

lyâx. xaOapovpyijs
II, 2 5.

6132Q

,

II,

27.
III, 3/i.

[\vp.) <l>oiëdniiuvos 67283,

io-ax frère

de kyrikos 67288,

iotxcJÇ

67325

,

1

,

r.

,

3o

;

II

,

r.

,

11.

ladK V>iK^opoi 67140, 7. iaax
icrax
lûôOLvvov

laxrSSos, laxxiSêos,

cparque de Thchaïde 67321

67283, H, 26.

A,

1.

\{as 67294, 12.

iaxSSêos *"a'Toy 67359, III, r., G.

Wx
c,
8.
IcrdK

Uouaatov 67283,
Uovdixypx 67288,
17;

II, 2 3.

ijvdStos [sic) Aysvi'ou 67359,

II,
l'i.

III,

h^extvX \ltHTopos 67283, HI,
Ispijliias loLToyLOi

icrdKtos 67306,

12.
\, v.,

67325,

17;

67287, IV, 20.

67328,

II,

3; 20.
i'.,

lepr](iiai vOyLiKOî
lepr](jL{as
iepijfjLias

67283, H,
61 2SS,

)f).

{(Tdntos àpoTprjTv's 67325, II,
if).

7.

a psaSvTEpo s

III,

iddxios vo^ik6s 67328, III, 35.

père d'Enocli 67301, 37. père de Paèsis 67325,
I,
)'.
,

laimos père d'ApoIlos 67281, 2;
2 G.

l£pf;(//as
iepijyitaî
Ispijixi'ds

3;

67308, 5;

67300,

67332, 6.
II,

ASpaaniou 67327, dS.
B/xTopOï 67283,
iawët'ov 6132S
,

icra'xjos

père de Jucob 67288,

3.
<).

II,

i5.

ladxioi père de
ia-ot'x(os

Promaôs 67140,

isptuit'as
isprifitoLS,
1
;

l\

,

3i; XI, 3o.
IX,

père de Psellôs 67303, 2 3. père de Sansneus 67308,
II,
<).
1
;

lepv^îas [sic), IvavÇiiov 67328,

lo-fltxios

5; susc.

28.

iadmos knoXXôiTOs 67328,
la-autos B);7xoi;(T0ï 67319,

3.

ispuntas ^Ihù'ou 67283, II, 17.

lov^vos TsaTî

xix]
1

Ç/opoXàyos 67327,
,

iovXiav6i 67283

,

2

;

A,

1;

67354,

II,

ioôXtos 67279, 8;

ih;

— —

21; 27.
;

Wxios
ladxos

67285
1.").

,

3

lco7n(piou 67306,

18.
5.

67321

iadmos KoXXoûôov 67302,
[sic) Bi'uTopos

5;

67140, 7.

67352,

«'.,

3; 8.
15,

ia-dxos [sic) "^sydaviTtov 67328,

X, 8; 2G.

lovcniviaiiot ^oufilSes 67321,

A,

/i

;

8;

3.

iaxvpîw 67325,
i(7xvptuv

II,

i'.,

3; i5.
;

iova-riviavôi

G;
1
;

— —
1;

empereur 67296, G;

67298, 7; 67303,
1
;

— —


;

67297,

àŒds

67286 A
,

8

;


,

67347,

I

,

r.

,

A

67299, 52; 67305,
i

—67302,

ty 67283,
iùtdvvns 67140,
('. ;

1.

67328,
1;

i3;
,

I,

H,

1;

III,

1; IV,

1; V,

,; VI,

VII, 1; VIII,
1
;

i; 1\,
1
;

67332,

8;

Index XI.
iovcrrtviav/ji

67281,

1

;

— —

1;

X, 1; XI, i; XII,
67340, G y; voir

('.,

— 67296 —
G;

Gy

;

— —
1
;

67281,

1

;

67298

67320,

67341, h h;

G

(j ;

— —
v.,

67292,

67316
2;

67322,

67353,

r.,

8 (écrit îudvvtj);

67354, 18.

67320,

1.
I,
.">;

iiûdvvv^ dyios (o) 67169'"', 5o.
Icodvvtii dira ô zssvQspii (lou

ïouyrTvoi (Justin I", empereur) 67328,
II,

67325,

II

,

!^,

11.

5;

III,

8; IV, 7; V, 7; VI, 7; Vil

5;

ludvvtis ^orjQos 67309,

1

0.
1
;

VIII, G; IX, 8;

X, G: XI, 7; XII,
II,
1

8.
I
:

Icodvvns yseopyls 67289,
lu'dvtniî x.o\i)ii

17.
r.,
II,
1.

lovcntvos (Jusliu

empereur) 67169'"

67325, \III, 67330,

21
2.

;

9 G.

35;
Q
;

67305,

;


1
;

67309,

1

;

67312,

loiaVrïjs Aa(07r6j).);s \<udvv)]i iiaxpés

67353,

r.,
(j.

98. Voir Index XI.

67288, VI,

ioviTTOi 67287,

II,

icûdvvvs (tovaxoi
III,

67287, IV,

i3;

67283,

....

10s

aiyyovXâptos 67287, IV, 12.
,

23.

Calai,

du Musée

ii"

6727Q.

19/1

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
tsiyaçyjji 67325, I,
r.,
?'.,

I(i)ai'i');s

3i

;

lll, v.,

iWri'ijs loÇîcis 67294,
Juotvvris
iWri'ï;,-

1

1

7; 10; VII,

5; VIll,

V.,

ih.

Tavovps 67319,

I).

ïudi'i'vs zfoAtTiviytevosTrje Ama(ono'kiTO}vG7327

Oirrou 67288, IV, 3.
\apiTÎo-j 67330, II, 2 G.

1;

i3; 19.
67319, 3; 7;
i(j.
I,

iwvvvs

lcoolvvi]S «rpc<n-oxci'f/>/T»js icoâi'injî
.")

iWi't»!.- •^FcxTou
\'jj:rvÇi

67295,

111,
,

19.

ayjAajTiidii

K'ii

Krjv<7hvp 67329,

Ér'^ix 67359,

H, c

10.
r.
,

;

10.
^aprov'kolptoi 67305
tJTro^/xTi;^
,

i-jati^p
'1

'LoL^oLptou 67359, V,

11.

\cûixvvr)s

iv3-)/ip «oiJej

67359,

III, r.,

(j.

icoâwns
iaixvvrjs
icjoLvvyis

67284,

1

;

67285, A.
''.,

ia>o->î'(p<oî

père de Uôrantiiioo'; 67283,
2
;

II,

i5.
;

père d'Apollôs 67359,
pd-re

III,

2.

iv7>{<pios wpscrëînspoi 67297,
1/1.
icocTii'Çios

67307, 2

d'Aurclios

M(Mios 67169'"', 8:

2 5.

-Bpeaëinepos 67297, 4.
d'Apollôs 67283, H, 22.
\'I1,

ivdvviji frère de Victor 67325, II,
l'vcivvnf

r.

,

1

3.

i'^av^io? \)ère
icojv'^io?

mari de Thnumasia 67288, V, 5.
II,

père d'IIermaouôn 67328,

8;

iWiTriî père de Josèpliis 67283,
ïuâvvn? père d'Isac 67283,
lco(xvvt]s

19.

2Ô.
iva-v'pio; père d'Isaac

II,

q5.
r.
,

67306, 18.

père de

Pamoun

67359, IV,

8.

hj}(T)i'(ptos

père de Jacob 67288, Hl, 5.

Wri-jjb- père de
î'jjoîvvrjs

Ponnis 67288, IV, 36.

ia)T>/ip(Gî
ia)3'i/v?<oi

père de Jéréniio 67328, IX, 10. père de Macaire 67283, H, 19. père de Mathias 67283, III, père de Pliêous 67328, 1,7.
/i.

père de Promaôs 67283, H, 2.

icoolvvt}e frère
k'a'ri');*

de Victor 67325,

II

,

r.

,

1

3.

i'^s-v'^ios
hjcrti^^ioi

père do Victor 67332, 8.
''.,

iuolrvvs AOavxa-îov 67359, III,
îcoolvi'ti?

2.

iv3-)/^(0s i'jvn<pts kÇpoL^iiio'j 67328, VIII,

25;

Axctxiov 67309

,

4

;

10.
i /i

X, 29; XI, 28; XII, 29.
i'jô<Ti)(pis i'jjtjîji^ii

Vjyxvvni ÀvSpéov 67288

,

IV,

67288,

II,

2 3.
I.

iuâvvrjs Àvov<p 67359, IV, v., G. IvdVi'ds

(XTiXtKfzâpioi 67287, IV,

AWt>7p 67359,

II,
,

)'.,

5.

i'xio-)7(p(s

Sn^ilaiOi 67330,

1

,

12.
1

iWwf;?

B>;o-xoy/TOs 67328

III,

A; 25: 33.

Vjûaii^is fisli^^Tovpyôi 67287, I,

G

:

67288,

iWi'rïjs Bf'xTopos (Avp.) 67328, III, 21.
ii-j.nvvrii

20.
ii)3-)7*?is

B('xTopo> 67359

,

V

,

r.

,

f)

wpEo-ÉuTspoî 67288, VI
/•.,

,

1

;

— 67325,

IWrr>;s Epf/aiCTOS 67359, IV,
iWi'i')?? Épfiîi'oL/

r.

,

10.

VIII,
ii)o-)T"?is

2 2.

67327,

28.
5.
III,
v.,
''.,

père d'A non phi S 67288, H, 29.
k-KoX\'2TOi 67288,
Il
,
i

ivâwns QsoS'Jpov 67305,
l(i)ixvvi]s

iaiTiT'^fs

G.

QsoSom'cv 67359,

7.

\'jûa-rj(pt?

Ivwvov 67288,

II,

19.

i<ûâvv)jf

Qcouà 67352, H,

/i.

k'3-)7i?(S

ivâvvvs Kopvnltov 67283,
IV, r.,
lo}(xi'vt]î

III, 2/1;

Tovdvaii 67288, H, A; \1, G.
Opj/piot;

67325,

ia-a-)7(P(s

67288

,

111,

2.

11.

K.

.

.

.

(AJp.) Moyo-a/ot; 67328, XII, 27.

Kan'orarT/ou 67328, ^^ A; 25; 28.

K

(OX^) 67282,
père

III,

iG.
IV,

IwaVri??

MouTa/ou 67140, 10; 11.
67359,
III, v.,

KaXacTTJj'o-ioî

de Constance 67359,

iwaVi'))? Ôi'ro(Ppi'ou
I'i)afr>75

7.

r., G.

TlzOacivrou 67288, V,

12.
C>.

KaXaLS père de Kokkinos 67325, H, '
KaÀso'jj'xis 67328, VIII, 7.
<j.

,

2 A.

I-waVi')?? ITsxya-fOu
l'jjolvvrjs

67359,

II, v.,

Usa-TTvovdtov 67359,

H,
2.

r.,

KaXXiVixo? •crpïTfiJTSpos 67283, H, G.
KaXXi'rixos o-rpir/ap/os 67315
,

iroitvvyjs

Uvsi 67359, IV,

r.,

2

PAPVnUS BYZANTINS.
KaXXîvtxos
y_pva-'jJinis

195
2

67287,

II,

ii5.

I

2

;

1

1)

;

/i

;

VIII

,

r.

,

1

;

1

5

;

1

y

;

VIII

,

v.

KaXX<V<xos père de l5cssoiirous 67288,
KaXXu'ixoî père de Miisro 67319,
''^.

v.,

0.

1

A

;

18.

Koa-iiis voTolpios 67289, v., 2.
().

KaXXiVixos AXïÇaiiJpou 67330,
KaXXi'wxos
Bijo-a-XiTou

I,

8;
(i.

Koa(jLàs (<I)X^) "VoLTOv 67359, IV, v., 5.

67288, V,
i

Kovpaop père de

KcLKkîviKos HîxTopos 67283, il,

i

;

q3;


20.

Psentliaêsis 67288, IV, 3i.

67303,

KptTTcov 67294

,

1

3
IV,
f).

67328,

I,

a3;

II, 9.-2.

Kpoyp père de Pierre 67288,

Ka\) tviKos hpyLxovvTOi 67283,
KiiXXiÔ7r);(la lmlse)67316,^'.,
KâfjLiji
-.f

111,

A

;

Kvnpîs 67318,
Ku'pa

5.

67318, 2.
11,

mère de

Uaclicl 67302,
;

'1.

frnc de Psuïs Puniiis 67288,

11.

Kvpa. npci;/ot'a)TO; 67140, A
Kvpiotx6s 67319,
1

11.

Kocpxapos 67319, 20.

2.
I,
1

Kaa/Ja 67325,

1

,

r.

,

2/1.
r.
,

Kvpiaxos aiyyovAâpioe 67330,
;

3.

K a'oTwp 67325
KaT(i(.t£-pos

,

1

V,
,

2 8

33

Kvptaxis a)(pXaaTix6s 67309, 8.
Kyp(atx«^s ^pu30-)(Jjos

67330

II,

2 3.
,

67288, V, 32.
Kolloiillios

KdTTrxiv a-rpaTi'i'Tijs 67287, IV

1

1

V>.\jpiaxii

père de

67297,

7.

Kolos 67288, V, 27.

KvpioLxbi père de Psalês 67359, IV, r., 2.
Kupjax(is (I)<XoÔ^ou 67359
,

Ka.x/é' père d'Apollôs 67288, 111, 38.

III,

c, 10.

Kax./ê père de

iMurtès 67288, IV, 8.

Kxjpixos [sic) xdntiXos 67288, III, 33.

KeXêàii' nis d'Ilorus 67288, IV,
Ksf/>;i^<s

i5.
Ks(ji>{Ç)svs.
1

Kvpixls
Kypixis

(.s(V)

{xt/Xoii'apx»;*'

67288,

II,

35.

67140

,

10; voir j6i:oi
III
,

[sic) Épf/aoy?TO>[sic) [sic)

Ks(pd\rov i-nidKO-noi 67295,
/..

y

;

67288, III, 2A.
III,

67326,

Kvptxos
Kvptxôs

Aa^âpou 67288,

33.
10.

Uejâou 67288,
67288, IH
,

III,
,

KXau'^«os 67327,

1

1

Kvpixôs
i'.,

[sic) X-d-r:

33.

KXeofoCXos 67352,

3;

(j.

Kùpos ypayLfxaTixhs 67326
1,

2

Koi'parros père d'Eulropin 67329,
Koxxii'OJ KaXaoîiTOi.- 67325, 11,
''.
,

12; 17.

Ki/poî tsoXnevùfievos 67327, 5.

2/1.
1

Kypoî

Y.oK\ovOoi 67298, r., h

;

KXai/'Jios 67327,

1

1

67354,

(j.

Kvpos [dira) père

d'Aj)ollô 67359, III, v.,
v.

1

2.

KiXXovOos àëëdi 67289,

T).

Kvpos [dna) père de Tliéodori; 67359, IV^
2(').

,

7.

KiXXovOoi axpwâpios 67313,

Kvpos
111,
/•.,

(aTz-a)

père de

Thomas

67359,

II, v.,

10.

Kà/JovOos père de Dioscore 67359,

>'.,

(j.

KCpos père de Psimanôhel 67287, IV, 17;
67330,
I,

KôXXouOos père de Kyros 67325, IV,

'i3.

A.

KiXMvOos père de Hadiel 67302,
KiXXou^os
À^jtf/wi'/oy

h

;

18.

Kvpoi

B<'«Top&>-

672S3,

111,

11.
r.,

67327, 87; /12; A 7.

Kvpos KolXovOov 67325, IV,
KOpos [ana) T^apioûX 67359,

h h. G.

KiXXoy^os Kupjaxoiî 67297, 7. K6)lov6os lovavoLov 67359,
Colltillius
11,
?'.,

III, f.,

7.

Ciirus père de
à

Psimanobel 67329, 1,3; voir

67329,

1,

3.

Kvpoi.

KoX'Jx'Os

nyo'JiJLevoî

67342,

v.

]s.oy.daios ^0)iOoi

67325, H,
;

v.,

2.");

IV,

v.,

Kirair 67288 ,11, 17K.opv)]'Xios

père de Jean 67283,
r.,

III,

2/1;


II,

2; 3; G; VII, y., A
V.
,

7; 10; i3; 16; VIII,

11.
III,

67325, IV,

11.
I,
1
;

Kuvcnamïvos 67283,
v.,

iG.
n.
,

KopviJAtoî ^l>ùavTtv6ov 67325,
/•. ,

2();

KiovaravTÎvos [ISéos) 67299,

^)

G;

III,

/•. ,

1

;

5; III, v.,

5; 10; IV,

K<jvnavT7i'0i père de Séiioulliès 67359,
r..

III,

r.,(;;VI,i'., i;VII,r.,i;3;C);VII,y., 1;

A. 95.

196

CATALOGUE DU MUSÉE DU
Maxâpios

CAIHE.
iwcTvÇ't'ou

KcovenavrTvos père de Triadelphos 67283, H,

67283, H, 19.
,

24.
KanxjravTÏvos Kp^iaovûTOî 67283, II,
Kui'tnâvTioi père de David 67325, IV,
i

MoMolpioe Uaovayxîov 67325 IV,
5r.,

r.

,

G

;

1

4

;

4 Q

Maxdpios UairvovOîcv 67359, V, r., 5.
46.
Maxa'pios Ilax^fJ'Ou 67359
,

IV,

v.

,

4

KùivaralvTtos père de Jean 67328, V, 4;

q5;

Maxap/o>

'^evovOt'ou

67359, IV,

r., 9.

28.
KovoTolvrios KaXaTDjT/ou 67359,1V,
r., 6.

Ma'^ifxos père de Iakubis 67140, 5.

Mapôa

àTTo

OOXa 67319,

2

1

;

24.

A.

.

.

.

[ACptjXîa)

fille

de Tékusis 67311, 5.
3
;

Map(9a mère de Jean 67309, 4.
Map(?3t

A.aL&jiptoe

père de

Hermaouôn 67282,

r.

,

1

P£&xxa> 67294, iG; 17; 20.

Aa^apo? père de Kyriakos 67288, IV, 33.

Mapia 67314, H, 10.
Map(a(iy:a) 67359, VI, 3.

Aaxwf père de Promaôs 67330, 1,3.
Aatxàiv xaôtzpovpyis 67288, III, 2
1
;

22.

Map/a

afza

67283, H, G.
3.

Aaxàii» yidyeipoe 67288, II, 5.

Mapia mère de Sénoutliès 67305,

Aafiovae 67238, H, i5.
Aa^TTolSios consul 67301, 2.
Aeoi'Tt'a

Map/ot mère de Victor 67328, XII, 4.
Motp/ot

Kvptdxov 67308, 7.

mère
5c).

d'Aurèlios Mclios 67169'"',

8;

Mapi'a Tcjsksez 67288, V, 3o.

26;

Maptdfi mère de Jean 67328, V, 4.
1

Aeoi-Tfa Ta^£X(p»)s 67312,

o5.

Mapia'fi

mère de Phoil)ammùn 67328,

VIII, 3.

AeôvTtoï avyyovXdptos Q72%7, IV^ G.
\e6vtios crrpoiTioJTni 67278, IV, 4;
I,
1

Mapiàf/ EùXoy/ou 67306, 3.
67329,

Mapiavls 67279,

1.

1; iG.

Mapxo«

Àiîai'ao-iou

67359, VI, G.
;

A/a mère de Théodore 67312, 109. A/a iaxvg 67294, 8;
Afê/pioî 67350, ni,
1
1
;

Ma'pxos Xi'aç 67294, 9

10.
r.,

i5.

Ma'pxoï Uoinvovôtov 67359, V,

5.
r.,

>•.,

G; 7.

Mapxospère de
Mdpxos

Pliilolliéc

67359, IV,

iS.

Xtlov yvaCpeCi 67288, V, 24.
AiXoûî père d'Andréas 67298, 5o.

-^drov 67359, IV, r., 3.

MapT>;s Ka'Xig 67288, IV, s.
Ma'pTijs père de

Aovxaris xT)/Twp 67233,

11,

1

3.
1

Mousès 67328,

IV,

3o; Vil,

KovxolvIjç ^atptifJLCovos 67140,

2.

4; 24.
UoLTOaToi père d'IIùraiônkhis 67283,

MaOsias père de Hôrouôncliis 67283, 17.
MaOst'as

H, 17.

Nowas

67288, IV, 35.

Marpoiva esclave 67313, GG.

MaOîa? 67325,

IV, r.,

28.

Mxr a-ovxs
24.
1

67328, X, 8.
r.,

Maôf'aî hjôan<piov 67283, III, 4.
Ma(9('as -^ouKiou

Maup/xioî empereur 67325, IV,

2.
2.

67325,

I, r.,

Maxapio» 67288, H, 18; V,
Maxa'pfOî /3o»;eos 67325
,

5;
,

— 67322,2.
VII,
jj. ,

MeyoX»? (?) xaOapovpyôe 67288, H, 3

M/yatXo-r père de Dioscore 67283, 111, 7.

VI,

r.

2

;

20.
,

Méyas àno

ixSi'xm' G7327,

21;

2 G.

Maxa'pios yeupyos

fitadcÔTiis

67325, IV,

r.

7;

M/7(i£ père de Biklos 67319, 10.

i4; 43.

M/ej Àfwra
r.
,

aTTflt

67359, VI, 5.
67169'"',

Maxapws

père d'Abraam 67359, V,

i.
!'.,

MfXfOî (Aùp.)
i3.
17;
/,

iaaVi'Oy

7;

1

2

;

Maxa'pios père d'Athanase 67359, IV,

'1;

28; 59.
;•. ,

Maxdpioe père de Mena, 67359,

11.

v.,

i3.

Mepxovpios ia-adx 67359, V,

10.
'
'
'.

Maxa'pjos père de Papsaarios 67319, 2 3.
MoLxalpios père

M»v«67281,

1

de Sénoiitliès 67305, 3.
de Victor 67328, XII, 4; 25.

(?);—
1 ;

67320, A,

67319,9;
67321,

i

2

;

iG;

.\,

i.

Motxa'pioî père

Mnvài [dytoî

dira) 67283, II, 7.

PAl'ïliUS BYZANTINS.
Mï/fct» ysvtxos oÎKovôftos

197

67299,

i

n.; IxS; Cxj.

Movaijs UaGlovi 67288, V, 10.

M>7ràs rsâynpxos 67322, 3.
M);ra> afpovèijTOs 67327, 3i
;

Movaijs UavanOoiJ 67288, IV,

1

y

;

— 67330,

35.
;•.,

II,

22; III,.).
III,

Mï/râs atyyovXâpios 67325, Mil,

G.
,"

Movaijs '^aiov 67328,
i

29.
III,
1.

Mrivâs (I)Xaouios atyyouXolpios Q12S2

,

<) ;

i

i-'.

Movaijs ^aovaâov 67288,
Mova-alos
[a-rra)

18.

67325, VIU,

r.,

G.
,

67288, VI,
III,

Mvvis

xp'^'^oxoos &7330

III,

12.
II, ;•.,
1

.

.

.ra.X 67288,

Ao.
1

Mïjrà» père il'Anoujili 67359,
M»;!-!!?

A.

Nefisatavos axo'kaaTixôs 67327, 3

frère de Dioscore 67319, iG.
lie

TSéarup
1

(le

héros) 67316,

v.,

26.
II, 9.

Mjjrâs père

Georges 67359,
II,

II,

v.,

a.

NtxtiTols

père d'Apollôs 67288,

Mm'ôis Upaxleiov 67288,

G.

NiXolnncov 67319, G.

M);ras 0£OT('(iGi/ 67298, Gi. Mtivàs Mïxapi'ou 67359,
II, v.,

Nôwa mère
i3.
^ovytévtos
G.

de Malhias 67288, IV, 35.
iStxbs oixov6y.os 67299, A 8.

(.fic)

Mr;mi Uxavâx 67359, V,

r.,

Z.av01s yeutpyos 67325, II, v., 10.

Mnvii

Uixés Q12SS

,

IV, 2!2.

Esvos 67287, IV,

G.

Mijras 'S.svQvOiov 67288, V, a.
Mr;!».!? >Fai'&y
I
;

67303, h; ui

;

.0

(Aùp.) 67325,

IV, r., in.
III, r., 3.

67328,

MI,

Ô.Xerpère de Pékusis 67359,
OXXii's père

qG.
1.

de Psentliaèsis 67324, 18.
consul, 67300,
i

Mjxa'A'os 67279,

ÙXiî/^tê'pi&s (sic)

M(ic7xos 67287, IV, kj.

Ôiitipos (le pocle) 67295, III, 3.
I,

Moi/aa

())

ÇiXôaoÇios) 67295,
II,
/i

Moucraros a77a 67283,

67296, 3;
Moyoraro»
»•. ,
-j
;

ù;
1
;


80.

19.

67290,

1

;

Ùvv6<ppios 67359, IV,
Ôvr&ippjos

r.,
1

i3.
G
;

àVa 67289,

67319,

2

1

67312,

Ovv6Ç>pios père de Jean 67359, III,

r.,

7.

l'OTa'pioî

67325,

III, r., (j;

i3; VI,

Ori/(i(pp(0î

père de Tzamoul 67359, VI, 3.

VII, r., 2G.

ÙrvoÇipios iaxùë 67359, IV, r., 11.
ÙvvôÇipis xovpevs 67288, IV, 21.
Ùi>v6(ppis fiâyeipos 67288, III, 7.
1

MoKo-aros père de Bcssarion 67306, 3; 17.

MovaaTcs père d'Isuc 67283, H, 23.
Mova-aïos père de Jcnn 67140,
1

1) ;

1

ÙpéaT)is consul 67301, 2.

Uova-aïos père de

K

.

.

.

.

67328, XII, 28.
I,

Optyévns voir
Ùp(pevs
(j.

ilptyévtjs.

Movaalos père de Psimanùbct 67287,

20.

[k

héros) 67316, 2 A.

Mov(7aloi père de Pscnlliaè.sis 67328, III,

Ovixtup

vofiixôs 67301, 39.

Movaalos père de SènoutUès 67359,
Movraïos père de Sibylla 67300, 3. Uov7a7os
Ka\).tvt'xov 67319, 8.

III,

c,

5.

Ovîxrcop AttoXXcDtos 67206 ,21.
.

.

.ovr mari d'Eudoxie 67339, 3.
. .

n.

père d'Apollôs 67288, IV, 37. de Palkeloule 67288, H, 26. père de Mousès 67330,
II,

MovTatos

Mdpriis 67328, IV,
Moi^o-i;*.

3o; VII, h; qIi;

UaâiJL

fils

appelé aussi

Uccaiiôijs
i().

22;

~

III,

Movaalos Uxvâ^Oov 67328, IV^

9-

Movaalos UaÇ:}jov 67359, \,

r.

,

G.

UaSi'x livoù<pos 67288, II, iG.
Ilaf/xX»; wpè'(07rcéX);j 67288, V,

Movaijs père d'Ermaouôn 67296, 7. Movaiii krpsTiiTjjs 67288,
II,

11.
1

10.

UaèXovï père de Mousès 67288, V,
;

0.

Mov7)ls Èpyiaov'Jv 67296, 7

;

8;

1 (i

1

S.

IlaOctfzoui'

67288,

III,

39.
1

Mouytjs ou Movaalos Mâpri^s 67328, IV, 3o;
Vil, A; 2A.

Ila^^aouToy père de Jean 67288, IV,
llatjaios lepejÂtov 67325, I, r.
,

2

2 G.

198
JlaîayL

CATALOGUE DU MUSÉE DU
père
(le

CAIRE.
père de Plioibammôii 67288,
III,

Psenthaêsis 67288, IV, lO.

Uoi.Ta'kovx.is

Uaxrjjs Uecrâou 67288, VI, 7.

20. 9-

UaXviim'

[sic) ApiiTO»

67298, 67.

Uajap) 67288, V, 28.
UonepfxovOyi? 67319, h; 8.
llarepfxovOrjs ItvoùÇios

ïlalûs Èpfjtaovaros 67303, 8.
Uotlcôs ÈpfxaovQTOs 67288,
II, 3().
/.
,

672S%

,

y

,

17.
2/1
;

riaX'Js ypafx^aTEvi 67235, II,

10.

Uarep^ovOvs père de Psaïs 67328, VI, 9;

ITaXvî nâysipoi 67288,

II,

1

67330,

II,

20.

Ual'jjs ispstjËinspcs 67283, III, a a. ITaXdîs ;^pu<TO;;^(5os 67288, V, 5.
na|Uot;(9r;î

riaTXEToî/Xe père de

Paam

67288,

II,

27.

UaTKOvXs réxTcov 67288, V, 35.
67319,
8.
i(j.

67287, IV,

.'m)

/(.;


r.
,

UavoliJLÔ)ii

père de Moiisaios 67283, IV,

1

9.

naf/ow

loidvvov 67319, IV,

navâyi(pO>is 67330,

H, 22;
8.
I,

III, 9.

nare;(^fl(pi? atyyoi/Aolpio;

67330, 1,2.
B.'î.

Uavlivii 67353,
riai/Xoî 'aoi^v'v

*'.,

nâiios père de Pions 67298,
na:roî;<P(s

67325,

c

,

19.

père de Panklud) 67324,
fj.

1

G.

riotOXoî

x.*^''^'^'»

67288, V, 12.
,

Uav-TTÉr 67328, III,

Uavlos XP"<''0X°°^ 67288
r.
,
1

V, 3.
II, v., 2.

Uava-v)fou Èvûx, 67359, IV,

2.

UmXo;
10.

père de Simdon 67359,

Uavxâê

U(xvov(pîov Q132A

,

i("i.

riat/Xos Uccoovr
v.,

67329, V,
11,

v.
/•.,

,

ki.
2 G.

IlaootJT père
Ilftô,-

de Paul 67359, V,
II,

HaClos Tni'ai 67325,
ïlaûXos lïpov 67288,
r.,

67288,

17. 7;

H,

1

A.

naouây;^!? père de Macnrios 67325, IV,

Paulus
11,

(

l'iaviiis) sclioluslicus cl dei'ensor

67329,

ih;

/i

2 2 5.

i5
Bollii

naoûs y.eki(T^ovpy6s 67288, H,
WxTiaovi 67288,
II,

Paus fdius

67329, 1,2.
r., G.

17.
/i.

Uct(pvs père de

Musée 67359, V,
"

riaTrAaxE mère de Ponnis 67328, VI,
na7j-,7« 67287, IV, 9.
riaTrxou'x

UaxviiiOi 67288,

III,

1

.1.

67319, 22;

Ua^vfitoi père d'Apoilù 67359, V,

!>.

,

2.
v., h.

67325,

I, /-,

12.
/., 5.
1

riot^t^'f^'os

père de Macaire 67359, IV,

WoLTivoûOni père de
ITaTTrouô);? père
na7rro:;l9j;>-

Markos 67359, V,
'1
;

riaGfX»/ 67288, III, 9.

do Victor 67300,

1).

nCap'^T père de Psaïs 67285, IV, 2 3.
ne^>;'«(OJ, R)/xioî,

To-aX/ou 67288, V,

18.

QsoSvpou 67288,
8; 23.
III,

IV, iG;

IIa7rrou'(9io> (3o>iÔ6s

67357,

1

67325, VII,
II,

r..

na7ri'ou(?(05

père de Plioil)animôn 67283,

ITêÉ'Js père d'Apollôs 67288,

23.
i '1
; 1

iG.
IlaTrioOTe iaTp6i 67140, 3.

JlEKZati (?) àKtoxjdptOi 67287, IV,
riexCa-i? père d'Apollôs

8.

67288, IV, tS.
r.
,

UaTTÔXkcov père d'Agnalôn 67328, H, 7.

n£«Co-(î père de Jean 67359, H, WeKvcrii
r., h.

G.

UaTTOj père de Viclor 67288,

II,

28.

Ù .\si

67359,

III,

c

,

3.

UanovSvs père de Tliéodosc 67359, H,
YlanjOLapios Mtxnotpt'ov 67319, 2.3.

WeKÙats ^svovOlov 67359,
ITexûcr/s

II, r., 8. II,

TouoWjs 67288,
67288, IV, 28.

2.

ïlaTTxpwa 67325,

IV,

r.

,

3; i5.

Pecusius Glius Sionos 67329, 1,2.
;

Hapàe yeupyôs père
II,

d'IIoriis

67140, h

cf.

t.

riEXa'Xs

Index

\, s. v.

Uap:iu).

Usiràoi 67288, III, 10; VI, 7.
riecraû 7i'a(p£us
rieo-fifis

Ilacrapfs père d'Airès 67333, III, 20.

67288

,

V, 2 3.

Uaa-iKipioi 67319, A.
Ilacr/s

67296, 20.

67321, A, 2.

Ilecraoï père de Séuoulliès 67359,

H,

)•.

,

11,

l'AI'VRUS IlVZANTl.VS.
ïlsoTivovOiii
|)('re

199
2/1.

de Jean 67359,

II,

''.

,

<j.

Uoi'vt's

ArpiiTOs 67288, VI,
,

/i

;

rieTa'Xï <I)o(Éafifi(iir

67359, 111,;'., lo.
;

riowiV ioiaVrou 67288
;

l\

,

3 G.

Ylérpos dpxtyLavSpiT>ii 67312 ,'10; 5 3
1

(i 'j

() :)

;

llovvi'î KajLoTTos

67288,
,

II,

11.

o

•->

;

1

(")

;

111
67283, H, o
;

rioua/i/o-pa

llhpos
II,

-sTpea-ëv-rspos


,

67288

III,

12.

67288,

UouaiyL 67319, 2 3.
Uovcrn' 67328, XI. 9.

t5.
l'oyitxôs

Uéjpos

67300, 22.
r.

Upo^ia'Js
1.

iiTTu

67283,

II,

2.
II
,

Ué-rpoi pèro de Victor 67359, III,

Upoixacds hjjolvvov 67283,

1

UsTpoi

Aai^ïi'J

67288

,

IV, 27.
2 A.
<).

UpvfjLavTtvôov 67325, VIII,

r.,

1

;

par erreur

Uérpos

Èp!J.av':>TCs

67303,

pour ^PiAxvTivlou,
Ilpcifiaoï/ois li p'jjyiaùs

ij.

vkL

Uérpoi KpoiJp 67288, iV,
Ili;T>;'piîS

A-TvoW'STOi 67283, H, 19.
i').

67325,

1\', /•.,

2 0.

yva(p£vs 67288, \,

n/a 67319, 17.
n4>7'a-ios

Ilpoif/aoîs

père de Bèssourous 67140, G.
père de Kura 67140,
'1

67269, VI,
/•.,

9.

np4)(xaa!iïlpcdiiaoûs

;

11.

Ut(iis 67325, IV,

20.

père de IMiod)anini6n 67288, V, 22.

IIi'XaTOs Ta^eXÀ/air

67283,

U

,

1

9

;

21.

Ilpa'uaiij laaxt'ov 67140, 9.

Yltlonos voyLtxôi 67303, 2 G.
riifxri

Up'uyLaus llpxxXeîov 67288, VI, 9.
Upvjxoi'Ji Aaxcir 67330, II, 3.

67325, IV,

r.,

2 5.

n<roi;Tz'<iJi'

d-na 67288, V,

33; —

67359, V, v.,

Psimanobel

iilius

(iuru,
;

peradjulor
1

defen-

12; VI, 7.
II/p/wi'

soris 67329, I, 3
2/1.

Il

,

2

;

cf.

.•!.

r.

"^i^a-

67319,

ÏIi.iStos (? IlAaTos) 67283, II, 21.

YlTtipos,
''.
,

nrrpoj, 67325,
3; IV,
r.,
I,

I,

i'.

,

17 (voir Attt))1;
/.
;

Hxaiâix père de Tliéodore 67359, \,
Iljiarax père de Ména.s 67359, V,
i'.,

5.

pos); III, r.,
r.,

v.,

8; Vil,

G.

3; VIII,

7;
r.,

9;
/i:

16;
7.
;

2/1.

ITxaaoi 67319, 22.
n«/).>,.-

IIu^aâ'Tia 67325,
5.
1

67347,

I,

('..

Pax';'X (AJp. àf/a) 67302, A
1

18.

nx£fX);s père

de Sabiiios 67288, IV,

Pa;^>7'X fj.ov>j'pt]s

67294, 9

;

1

5.

ITx/Xvî paVTijî 67288, V, 8.
Uxlri'x 67325, 1,1'., 17.

Ve.a. nourrice de Lia 67312,
ihêéxxa 67294
3/i.
,

io().

9

;

1

.5 ;

1

G

;

17.
'1.

IIxôXoÊos

X(i'o:;(pos

67288, H, 3/1; V,

ihSéxxa.
VvijLoîvos

mère de Menas 67303,
67283, H,

Tlx/jops père

de

l'iiilotliée

67359,

II,

c, 11.

10;


1

67353,
1

r.,

h;

().

nXaaaix 67319 ,17.
nX);ï |)èrc d'Apollùs 67288,
\
.

2La&'i'0î IIx^Aiji;

67288,

I\',

9.

'^oiSTvoi

père de IMioihnmiiiôii 67288,
anot.

III,

3G.

UXoCs ïlaviov 67298,
UXouTÏvoi
x/.fDis

.')3.

'^aëoptoi
(i.

67338, 3.
II,

67321,

.\,

i:aXa«iTT£ 67288,

33.

nXw«
Uji.
.

67328, VII, 8.
.

2c^Xaxa 67306,
,

2.

ys(opy6i 67289

12.

2aVe 67288,

II,

28.
1
:

Uiiéi père de M(5na.s 67288, IV, 22.
Ilvei père

"^avaveîs laocxicv 67308,

5;

sitsrr.

de Jean 67359, IV,
67359, VI, A.
lille

r.,

2.

^apxTitw
':^olaos

Sioixavoi 67288, IV, 3/i.
I, r..

ni;£i r£a.p7<ou

67325,

18.
\ iclor

noXt;?s<V»; (la

de l'riam) 67316,

r.,

1;

^sva(iOwio>

jièrc

de
2;

5.
Uovvt's x£pafxoTTXâ(nn? 67288,
III,

'EevoCOns 67286,

2G.

2G;

3/1;

89; —

i3;

67296,

)

9.

67298,
1

h\
'1.

1 T)

;

67359,

II, r.,

200
^svovdr,i

CATALOGUE DU M USÉE DU CAIRE.

i5;

ana 67312, 89;
67338, 3.

5/i;

G5;

67319,

VII, r., 1; Vil, V., 9;

19; VIII,
III,

V.,

18;

18; 23; VIII,
r.,

r.,

67340,
v.,

77; 80.

IsvovOvi xaOapovpySs 67288,

87.

2o(p/'flt

impératrice 67353,
fille

29.

^evovôvs père d'Anastase 67359, VI, 7.
^svovdrjs père de Daniel 67359, V,
'S,£vov9)is

2o(p/a
Sof^i'a

de Lia 67294, 10; iG.
\\\ >:, 9.
A
;

r.,

2.

mère de Macaire 67325,
,

père de Macaire 67359, IV, v., ^.

2o(p/a o-Jf/êioî iaxiifou 67294
'S.rpctTuv

8

;

1 /i

levovdtis père de
'S,evov6ris

Menas 67288, V,

2.

67281,

1.

père de Pekusis 67359, père

II, r., 8.

Suf/ewV,

2>?(//a'i' (sic),

nauXou 67359

,

Il

, !'. ,

2

^evovôti?
r.,
1.

de

Phoibammôn

67359,

III,

2ûpos père de Victor 67324, 19.
Taëils

mère d'Hcrmaûs 67288, HI,

1

7.

l£i'0v9tjs père "Eevovôrjs
et II)

de Victor 67237,
(cf.

II, G.

TaSsKpv

nourrici' de Tliéodorc 67312,

10/1.

ÂttoXX^tos
67283,
II,

Indices des tomes

21;

67323,

5;


i-

I

TaOsovSvs 67319, 18.

TaOp/ê 67288,
Tai'oiTps

IV, 1.

67330, 8.
2£fOiî^);sEr(y;i^

67319, G.
r.
,

àwà

IlaxaîJi'a!

67359,

III,

''•,

1

TavTësovi 67325, IV,
Tav2a>.£x 67319,
lA.

3i.

^svovôijs KvvrravTi'vov 67359, IH, r., h.

IevovOjis Maxfltpi'ou 67305, 3; 6.
'Esvoûôris Movaat'ov

TaTrar 67325, \,r., i3.

67359,

III, '•, 5.
r.,

TaTrao) mère d'Hermaôs 67288, HI, 8.
TaTTSoCs

'ZsvovOv? rieo-iou 67359,

H,

11.

mère d'Anouphis 67328, HI,

5.

'EsvovOvi ^otSdini'^v 67359, Ht, r., 5.
'^soviïpo? (PiUOéov 67359, IV,
)'.,

TaTTi^ 67238, V, 9.
TotTToXX'îii olixa

10.

67313, 37.

"^épyios père de

Phamaïs 67288, IV, 38.
v., 7.

TapjTT)/ mère de Ucssarion 67306, 2; G.
Taa-veov? 67319, G.

^épyio? T^af/oCX 67359, V,

"Eeptivos, 'Siph'os (sic), IXkovyrptos 'aâya.pyp?

TaTiâvos ana 67325,
Tatupri'os SofiejTixôi

1

,

/•.

,

1

;

I,

»'.

,

1

;

1

5.

67325, 25.

111, r.,

7;

III,

i'.,

9; i3; VII, v.,

67330, lV^ G.

Tauprros
67289, 3.
t

eÇTTsXXeiÎT);?

67330

,

H, 5;
v.

III,

'1.

'^eprjvos (jiiH(iay^os
'Espy'jvos

Taup7i'OS aiyyov'kolpioi 67291,
2.

père de Victor 67289,
HÔyivs 67316,
?'.,

Tavph'os ^btloOsov 67359, IV,
Taxufif'a
Tav{/

1:,

10.

2)).

.

.

.

1.

mère de Victor 67319, 20.

2/gvXXa Mouo-a/ou 67300,
'^ilëàvos
a-xo'>^(x<rTtx6s

2.

père de

Phoibammôn
8.

67359, H,

r.,

i3.

67330, HI, i5.

Texoàas 6728S, VI,

"Eiplvos voir Sspj/i'Oî.

TexDjfs mère d'Aiirelia L

67311, G.

]Sion père de Pecusiiis 67329, 2f/rr 67288,
11,

1,2.

TspiiovOv mère d'AnoupIiis 67325, H, c, 26.

28.

Téaxopos (A«é5-xopos?) 67355,

I.

SoXofxwv père de Psaïs 67288, U, i3.
SoX'Jr (le législateur) 67279,
v.,
T)
;

TÇafioCX père d'apa Kyros 67359, HI,
67315,

r.,

G.
v.,

59;


H,

Ti^a^oCX père de Psemnoulhès 67359, IH,
1
I
. .

67317, 9.
v., 7.

Soro-i'au père de Golloullios 67359,

T'Cafiovl père de Sergios 67359,

\

,

r., 7.

1ovios{l) 67325,

11, r., 5.

TKayiOvX Ùvio(pptov 67359, VI, 3.
TÇctf/oOX OiXoOeou 67359, IH,

SoûX 67319,

G.

c,

t

0.
r.,

Soupoi/î 67300, 2.

TiSsptos MauptHios empereur 67325, IV,
III,

2.

Souo-aVra xaSapovpy'j? 67330,

10.
1
;

TuiôOso?
I, r..

ypaj/fiaTEi/'ï( ) ;

67286, 9

;

20

;

67347,

2o(p/a 67325, III, V., 5; IV, r., 8; VI, v.,

II.

l'Al'VllUS 15\ZANTINS.
Tovdvcris 67287, TouaVo-iî
VI, 3.
[,

201
,'.,

i5.
Josépliios

10; IV,
67288,
II,
/i

,; VI,
1;

t'.,

1;

VII, r.,
r.,
1

,;
[>
;

3;

mère de

G; VII,r.,
2/1; VIII,
<^^X,/fxalr

12; 18; VIII,
i/i;

19;

c,

18.

TouaW«s mère de Pekusis 67288, H, 2. Tw/a mère de Paul 67325, 11, c, 2 G.
Tpi!xSe'k<pos

67313, 32; 61.

(l>tUSeos {(IhXÔOsos) pfirc d'Ananias 67359,
V.,

H,

67355,

1.

5.

T ptcîSe'XÇ:os

KciU'crTarTiVou 67283, 11, 2
,

'i

<i>tXiôeos

père de Cyria([ue 67359,

ïll, r.,
III,

10.
v.,

TpiixSioi 67279

1

fl>i\60eos père

d'IIorouônkhis 67359,

TaâXios père de Papnoulhés 67288, \, i8.
T(7Ù.£ST 67288, V, 3o.
Tcrsvët'uTup 67300, 5.
Tcf£i'£roy'(?»;

8.

<lhUOeoi père de Sévère 67359, IV,

t'.,

10.
10.

<tuX60eoi père de Taurin 67359, IV, r.,
III,

mère de Psaïs 67288,
I.

Sa.

<I>(X6(?£os

père de Tzanioul 67359,
r.,

III, v.,
t.

10.

To-eriJpi.-

67355,

^tXiOeos QeoSùJpov 67359, IV,

To-a;r£ 67330, II, a 8.

<l>iUOeos Ma'pxoy 67359, IV, r., i3.
(i.

Tw^apewr); (Hélène) 67318,
•UTTI3o>,06s

(I><X6(9£0ï Ilxtiops

67359,

II, v.,

1

1.

67287, IV, i5.
1, r.
.

Filomusus 67329, 1,2.

(ta^o^va 67325,

21

:

I, r., G.

OA&T£os 67287,
«IVTToy

IV,

10.
h.
'",

Oa'gff/os père d'Anoupliis 67288, IV, 2 5.
*l>a(jLah

xpvaojhoi 67288, V,

iifpy/ou 67288,

I\',

38.

OXatJ/o.-

<l>aiixai

67325

,

I

,

c

,

22.


— — —
22.
Il
,

(ou <I>>.aowoî) 67169

1;

/i

;

35;

67279,

1;— 67280, 1;— 67282,
7; 9; iG;
f).,

<I>ara;^!i;(/io>

67355,

II.

67283,

III,

18; —

9;

67284, 5;

Oat/^-j 67288, V,

16.

67289,

2;—

67295,

II,

iG; .8;

2/1;

^avijs xaOapovpyU 67288, H, 20. OariTî (/ayEjpoî 67288
(I>ap
• ,

67296, 1; 2; 3; 6;
1;

iG;

17;
7;

111,

G.
'"'',

67297,
5
1

-lov.T-i llovi 67169

n.,

2; 32;

<I>/pxos 67325, II, r., 11.

67302,
1
;

0e. .aios 67325,
<I>>;ot;s

II, r.

,

67305,
10.

airayrcJcTTi/î

67283,
I,

67309,

1

'î'tioûi aoiixtfv

67328,

G; 22.

^t>novi

Xpu(Jox6os père de Plioibammôii 67288
...


Vlll

'.,

1

;

;

— — — — — — — — —
67300,
; i
;

2; G;

—67298,
67303,
1
;

—67299,
67301, 2;
;

20;

1

;

2

1

;

2

9

;

67306,

67307, 3;

/i;

67312, 2; 5;
i
:

67320,

2;


1

67316,
1
;

67321, A,
7;
III,
(•.
,

67325, I,r.. 3i;
;•.,

111, y.,

9;

IV,
<I)j;p
<I>>A-

i3; IV,
,

2:
;

père de Psaïs 67140, 3.

K., 0/1

VU,/., 5; 7;
67327,
1
;

VII, r., 25;
1

3

;

9

;

2
II,

1

;

26

;

67328,

I,

7; 22.
III,

3i; 37;
2.
III,

/12;

—67328,

I,

1;

f);

1; 5;

<]>iê

père de Jeromias 67283, H, 17;
yrai^suV 67288, III, A.

1; 7; IV,

.;7; 28;V, i;7;2G;VI,

O/g

.;

7; 25; vil, 1; G; 2G; VIII, 1; G;L\,

<I>('ê pa7!-T>;s

67288, V, 29.
1

1; 8;

X,
II,

.; G; XI,

1; 7;

Xll,

1; 8;
1


/i
;

<D/g àpÊ»07rcyX),s 67288, HI,

3.

67330, S;

O/g

Épf/fl!ouCTo> 67288, V,

1


I ;

11;

III,

67340, 69;
2 8
;

<hiete
<I)/£/g
<I>iX

yeupy6i 67325,

I, r.,

2

1

;

II, r.,

1

;

5.

V.,
I''lavius


H
,


;

3;

—67332,
67344, G;
i

;

2

;

67353,

67357,
1

Aiw

67327, i3; 67287,
I,

19.
12.
1,

67329

,

5

cl'.

<I>Xawoi,-.

Focbammon
v.,

adjulor

lojjislerii

67329,

I,

1/1;

*]>rAavrlvoos père de Kornélios 67325,

II,

12;

cf.

<I>o(&x'(/f/wt' (3otj96î.
1

29; H.
Calnl.

r.,

7;

III,

;•.,

1; 5; III, f., 1; 5;

<I>o(ea(/f/4)r

67287, IV,

G;

67319, 9;

1

1

;

du Musée, n"

G'jS'yg.

202
12; 19;

CATALOGUE DU MUSÉE DU

CAIRE.
^svovOtov 67359, HI,
'•.,

21;

67340,

V.,

19/1;

67354,

«tojgaiif/wi'
i'.
,

t;

III,

67355,1.

5.

Oo/fo'fifiWK (ô ayios) 67299, 5i.
Oo/êa'f/f/wi' fiotj9is, Sriyi6<jto5 TpaKTEVTn's

Q>oièd(i(io}v

TâiîOi 67359,
<I)zé'i'oi/

II, r.,

i3.

67329

fI>o«6nVM<ii:'

67289,
,

III, 2.

1,8; i3;

1/1; II,

5.
I, r.
,

^oiQd^y.uv -^alov 67288
6.

IV,

7

;


/-i;
,

67328

^oiëâyLfjiCjv yecopyâs

67325,
,

VIH, 07; IX, 08; A, 27; XI,
ào;
o
I

2G;XII,

^otëâ^fia'v vyovfiei'os
y9
;

-apoecrrve, 67312,
;

.

95

;

i

i

;

1

G

1 1

1

<^oiGâ^i{Luv
II
,

^aîov

"^evûatialou 67288

V, 2

1

^oiëolftfiw Kaôapovpyàs 67288, ^ot&xinicov xTv'rcop
Oo/êa'f/f/dii'

3

1

Ootëdymuv

-^sv9av<Tiov 67283, II, 23.

67283,

II,

ih.

^pTj'pios père d'A poilus 67288, V, 2 5.
<l)p>/p(Os

fX£h(7(Tovpy6s 67288, II, ai.

père de Josêphis 67288,

III,

2.

^otêolfifiuv -aotfitiv 67328, XI, 3; 27.
Oofêa'fif/wt' -apeaêvTepos 67328,
<t>oi€otfxii''jov

M,

2 G.

OwT O^T
II,

père de Jean 6728S, IV, 3. BrxXos 67319, 10.

Tlavé)(_apts atyyovXolpioî

67330,

Xatpifficov père
Xapi'arios

do Loukanos 67140,

1

2.

11;

III, h.

^oiêâ(jt(jL(ov a-)(o\(X(ntKfji

67299,

1

;

«., 6;

1

3;

67281, 3;
II,

67330,

2G;

— —

67287, II, y; IV, 7;

67335,

i.

25.
<i>oiëix[xiiov

Xapta-tos père de Jean 67330,

H,

2 G.

père d'Aurelios 67311, 9.

Xt(jLdprjs
>'.,

père d'Agnalôn 67288, IV, i3.

Ooiêa'f/fxoif

père de Georges 67359, IV\

8.

Xi^a.)(a){Xio? dira 67297, 3.

Oojga'fif/wr père
Ooiêaf/f/wj' frère

de Jacob 67283, H, 26.

Xi)(^ohos 67288,
II.

H, 3o;

cf.

n;^(;^7TOS à l'Index

de Josêphis 67288,

III, 3.

^otSâ^fiuv père de Pelale 67359,
Q>ot€<x(tyL(jjv

III, v.,

i3.
II,

XpitnlSwpos vordptos 67325,
V.,

III,

'•.,

2
;

;

h ;IV,
'

frère

de Psaïs Poiinis 67288,

9; Vil,

r.. Il;

5

;

VIII, v., 2
,

1

25.
î

ii;III, 3.
^otêdiJtytuv père
5.

Xpta-rôSwpos K£(pa'XiW'vos 67326

3; iG.

de Sénouthès 67359,

III, v.,

XpvoTv's (?s!c) 67283,
Xù)l6s 67325,
II,
/•.,

III,

i

9.

19.
r.
.

^oièâfiixuv père de Théodore 67312, 7G;

79;

'^ais QsoSocTtov 67359, III,

8.

g5; 102; 106; 111.
<l)o(gaf/f/wi' k.vov<pîov 67289, 3; h\ 7.

'^dïs vovyLspdpio? 67287, II,
î;.,

1/1;

67323,

2;

—67330,

IV, 5.
II,

<l>oièdn[icûv Ooifa'f/fiwi'

kaKkai 67284,

5.

"^dii -apeaëvTspos 67283,
IV, 2/1.
"^a'iV

5;


;

67288,

B/xTopos 67284, G.
Aat'(>/X

Oo/gaVfJwr
^oiëol(x(iei)v
OoiÊa'f/f/oji'
1

67359, V,
(«l'c)

r., h. II, r.,

père d'Ilolias 67328, IV, 9.
,

Aiovijaîov

67359,

9.
;

^dïi père de Menas 67303
XII, 10.

A

;

2 2

67328

Atoax6pov

lov'Xtov

comte 67279, 7

2.

^dï? père de iMousès 67328,
67328, VIII, 3; 28.
"^dïs père de

III,

29.

Oojfaf/f/«ci. Épf/aoufflTOS

Phoihamniùn 67288, IV, 7;

^otS(x[i(iuv Qal>.oùe 67288,

H, 27.
»'.,

67328, VIII, 27; X, 28; XI, 5; 2G; XII,
7.

Ooi€d(jL(xuv Qeoêcôpov 67359, II,
(i>ot€olii(iuv QcL>(iâ
<I>o(€a/:i(/a)v

3i.
"^dïs père de Tiiéoleknos 67283, III, 9;

67169.
II,
1

UanvovOtov 67283,

G.

67296, 18;

67328, IV, 28; V, 2G; VI,

<&ojêa(/(ia)i'

naTaXot/x,<ï 67288, III, 29.

25; VII, 2G.
^•aiV père de Victor 67327, G
;

OojÉaf^f/iwi; Ilpwf/aâfTOî

67288

,

V, 22.

67328, V,

^otêâiiiiuv 'Eaèîvov 67288, III, 3 G.

9; 25; VIII,

7.

PAPYRUS BYZANTINS.
*FaiV Bi'xTopoï 67327, 20:

203
1

67328,

M,

(j;

'^evOarjcjn père de Psaïs 67288, V, 3

2G.
'^ai's
'ï'ai;-

^evOaiÎjti Kovp:Top 67288, IV, 3i.
'^evOaijats Moi;<7a<w 67328, III,
()
(j ;

QyjpaxXetas 67288, IV, 2 G.
naT£pf/oi;<J<Gu
11,

2G; 28;

67288,

VI,

J.

3i.
'^evOoiiiais

67330,

20. 67288, IV, a 3.
KanrjTOi 67288,
II,
,

Waia^ 67288,
iG.

IV,

1

0.

^a'iVn&p«T
"^olïs Uàvi'ii

^>A- 67288, V,
II,

11.

4^(x/iaxwg 67359,
^^if/oti'iî&T

III, r.,

12.
1
;

^ats'EoU(iuv 67288,
*"<iiV To-ei.ei'O J(?);s

i3.
III
\',
,

père de

Dioscore 67285,


1,

67288
,

32
1

.

67323, 18.
^^<fiarai&T Kûpov 67287, IV,
1

^•aiV -^spûaticrtov 67288
*"a"i'
Nf^ai»

3

67354, 20.
ÙTioSéK7i)i

i5;
1

II,

3;


I,

7

;

67329,

67330,

II, h.
I,

67319,

8.
IS
;

^^ff^avcJ&T Movaalov 67287,
IV, 7.
III, r.
III,
,

20.
iG.
,

^•aouffa^o? 67288, III,

1

^('woî 67325,
(5.

;•.,

iG; 3o;

I, v.,
1, r.

"^dini père de Jacob 67359,
*FaTr;s père *FaT>;s père
(le

"^ovKioi père de Malliias 67325,

2/1.

Jean 67295,

i().

Ùyvylrj ysvsri QlZ\i

,

7.
1
;

de Kosnias 67359, IV,

v., 5.

OpaTToXXiii' \(Tx\n-ïït(iSov 67295, 1,

H, 2^.

^aT>;s père de Marc 67359, IV,
*-aT>;s

;•.,

3.

Ùpiyév„s 67287,

1

,

1

5

;

IV, 5

;

8

;

1

G.

ihîa 67359, V,

v.,

11.

Ùpi'vv 67319, 2 5. Ù.pîuv EvAoytov 67319,
i

^eXXiii,- icrax/oy
"^d-vïis

67303, 2 3.
c.
,

3.

Kypfaxûi; 67359, IV,

2.

i^pog('r^>7ï

67288, IV, 8.

*"£//7!-roi;i9>;s

67288,

II,

2 3.
v.,

lipos 67283, IV, 3o.

^^sfiTi-i'Ouô);?

père de Georges 67359, IV,

Llpos père de Kelbôn 67288, IV, i5. Llpos père de Paul 67288,
II,

ili.

i4.

"^eiivovOvs T^afjLoOX 67359, III,
"^evôctiicTts

'•.

.

1

1.

Ùpos Uapàs 67140,
ÙpovsKus
(.siV)

à.

-apsaëvTspos 67324,

1

8.

Sidxovoi 67288, II, 19.

'^si'Oaijais père d'Anoupliis
"^evOctijais

67296, 2.

Ùpov'joyxioi I2o>i06s 67330, IV, 7.

père de Hermaouôs 67140, G.

Qpovcôyx'Oi ys.ùipy6s 67325, Ùpovcôy^ios MaOe/ov 67288,
II,

II,
II,

i'. ,

G.

"^EvOavcris père d'Isac 67328, XI, 8.
"^n'Oaiia-ts

17.
i-.,

père de

Plioibammûii 67283,

Ùpovcôyx,tos

<i>t'ko9£ov

67359,

III,

8.

23.

x.an 67288, 111,33.

II.

INDEX GÉOGRAPHIQUE.
nOAEIS, K12MA1 ET PEUPLES.
AXs^alvSpou
{^(isyolXij -criXis)

A.
Aïyvwros 67359, VI,
1.

67295,
r.,

I,

i3.

A.

.

.X.

.

.opos
/12.

(xcJ/i>;

iioine

Ilermopolilc)

AvaTOAixbv xovpjov 67359, V,
Anla,'opolis

7; VI, 10.
voir

67312,

AXe^oîvSpsm 67279, B, 8;
67340,
\[);

67286,

i5;

67329,1,

i4;II, 12; i5;

à l'arlicle Àrra/bu -vôXis.

/iG.
I, 2().

Antx'opolites(ro/x^s) 67329, I, 2; voir l'article
suivant.

kXe^avSps^s 67295,
AXe^avSpécov

(^fieya^i-TioAis)

67280, A, 2-3.

AvTatOTToXiTti? voix6s 67279

,

3; 2

(j'

y.;

— 67280

aC.

204
.A.

CATALOGUE DU MUSÉE DU
8: B,
V.,

CAIP.E.
67287,

i:

I,i3; — — —
2;
;

67284,1:

67297, 2;
,

G

67306

3

:

IV,

r.,

10;

— — —

67282, 2;

67287,1,2:
67300,
,

'1:

— — —

67283, 67296, 67301,

67296, 2;
/i;
j

67321

B

,

1

:

— 67325
2;
I,

67328,

I,

0: II, 2; III,

h: IV, i; V, 3; VI, 3; VII, 2: VIII.
IX,
li;

X, 3; XI, 3; XII, 3:
2;

/i; II,

— — — — — — — — — — — c, — IV,r.,5;9: 12:21 —
1
:

1

1

:

1

.

1

:

67291

,

i

:

'1;

67297, 2: 3:

67300,

5:

67301, G; 18:
,

67303, 5: 9;
:

:

67306

2

;

67307, 2

67321
!.,

B,

1

:

'67325,

II,
:

8;

1

;

il!

,

2

;

67326, G:

67327,
;

67329,

29;

38;— 67328,1,

2; 11,2:111, 3 2: VIII,
o
•.

IV,

87332, 5.

3; V, 3; VI, 3; VII,

/i

;

IX,
,

Àin-aiOTTOÀ/rnî 67283

— —
I:

67293, 3;

,

I.

2:

67286, 5; 16:

67313, i: 5;

3; X, 3; XI, 3; XII, 3: G;
II,
,

67355,

2;
5
:

67357, 2.

67332
5:

3;

/(;

5; G; 8;
,

67335
II, r.,

1

;

— —
1

67329,

I

/i

11;

i3;
1 ,


,

;

67347,

r.

3

;

À.matoTro'/.nixà arpayuara 67327, G.

Àirrato-rAn'Sv

(rj)



3;

67279,

1

'1

:

—67359,
X'jjuri.

1; 3; V, r., 8.

67294, 3;

Afrofliles 67329, I, 2; II, 3;

3; voir

A^po-

67305, 3;
{cô'/.is)

—67327,
67287,
1,

i3. 21
:

Shris
II,

Àvrauov


w

67288, V,
III,

i3;

67325,
I,

r.,

12:

67329,
67347,

^:

— —
II,

8;

1

i

;

IV,

ÀÇpo^^T'J 67359,
ÈpixoTro/.irvs

11, r.,

1

;

A.
'"',

67320, 2: B, G;
67327,
'j:

1:

67330,

IV.

8:

— —

vofiôs

67312, A2: 57;
ÈpyLOTro/.iTrjs

67169

2 G
I,
1

;

A 3
1.

:

67314,
III,

oha

67330,
I,
i'.,

12.

I, r.,
(

5; 20.
67169'^',

Arrives
3:

-a/Ais)
fj:

II:

5;

9; ah;

65;


;

7:
;

67305,

/i

67311, 10;
v-,


28;

Èpuov wôÀ/î 67329,
67302,
III,
1

11:

iG;

2;


1
, 1 ;

67330,

67352,
,

67309, 7;

ÈpfjLOijiTo/.7rat

67291

10;


,

2.

67329
'",

1

;

1

67312, 7; 3(j;

Epf/Gy7ro/YT)j5

vouos 67169

2 G
r.,

A3

;

67353,

26.

67312, A2; 5G;


,


,
'1

G

67352,
:

i.

ÀinivrJryis vofds 67287, I,

kvTiviou [ci/.ts] 67169'^, 3; 58;
II,

3

IV, 5

;

2i

11:
1:

1/1:

i5;


iG;

67312,

— 38; — —
;

67305

,

2

— ——
:

67312, 5 7.
67287,
,

Épfioi/TTO/

(7';5r

«iÀ(5 67312 G o

67321 A
,

QrtËak 67312, 7; 10.

*67309

3

;

0»,Ça<W

£<?i'cs

67321

A, 3.
, 1 ;

67310, G: 67313,

67311,
5;
II,

'1:

67325, Vlil.
III,

r.,

'1;

17:
v.,

(ôtiËaî'jjv é-rrapyjta

67281

67320

,

1

;


67321, A, A.
Qtjîal'jûv
Qv'^-ri

67330,

10;

//Jpa 67279, 10.
r.,
1
:

67353,

3.

Atto/

/dn'O'Ti'jy.trrts yttxf^js l'O/jtôs

67301 ,10;


'1;

67279,

67315, 8; ;5o; 53:

67317, 3.
&[iov£yJJt{ ,

67303, 5.
Àit6/.yj(M'<Js (ai'/.ts)

Quovayjjii

,

xcijurj,

aeSicls

(nome

67329,

1

,

1

2

:

17.

Anlaiopolitej 67329,
1

I, 5

;

9:

10; 12; i5;
yïoveyOtf.

Apa'&w
38;

(xv^in,
5/i.

nome

PanopoIiU-j 67313,

7

:

II. A

;

cf.

plus l)as
1

s. v.

AvxoTTo'/.ktis vouii 67289,

Apjt«^/>7 67315,

3o.

Avxcov arj/Ai 67309, G.

ÀTpeff/T);s 67288, II, 10.

À^pi.57T»js

;t'J(/n

67281, 3;
Il
,


;
,

67280, A, 8; B, 67282, 3;
/i
;


;

r.,

1;
I.
;


1
;

May^^Xor

Mip»;'

(xîj{/>7

nomc

Ilermopolilc)

67169'-, 2G; A3; 73.
}AoveyOri
xfJiyLï]

67283,
;

(nomc

Anlaiopolitej 67140, 8;

1

;

2

;

3

5 5
;

;

G
1

:

7
;

8

fj ;

)

1

1

;

cf. i. V. (dy.rjveyOti.

12;

1

3

;

1 /i ;

1

;

G

17;
;

l

'j

;

20;
1

2 9
1

;

NsZXoî

(\<-

llciive)

67279,

c.

,

lo;

67315,

2 3

:

2i

:

III
I

/i

67284,

;

G

;

7

fj

;

1

1

;

A

67285, p.,

1

;

;

5

;

2G; îiovfiiSes

-

67318, 7; 12.
,

67286,

Uvartviavoi 67Z2i

A, A; 8; B, 2.

l'Al'VliLS liVZAiNTINS
IIotroTToXiT)/? ro/uôs

67312,
2
1
;

.'{<):

Uavbi ^6Xis 67327,
III.

a7

;

07.
67330,11,
1

1,22:
o

67301, 10;

67302, 5.
.'5

TeirrvptT:iv {aoAis) 6722S,

19;

1

;

37;

/i5;

5; 7.
Kc^iJLti

5o;

5/1;

58; Gi
V.,

;

(](>.

UoCxts

(nome

Anlaiopolitc) 67279,

.i

:

Tpôiîs 67316,
^heieëvOis

h.
1

2<y-v.

xsJ(Lt);

(nome Panopolile) 67295,1,

Urai
I,

.e(i.
().

.

£77 xoifxn

(nome llcniiopolile) 67314

<I>(5Àà

xcJf/);


xoiyL)]

(nome

67326, 10;

Anlaiopolilc) 67319,

21;
2/1;

67327, 3;

(j;

iG;

TawaiOis

(nome Apollùnopolite)

67287,

33; ho.

l).

TOnOI, EIIOIKIA, KAHPOI,
Mil,
/., 7.
.
.

I-TC.

A<?aracTiasTii7roî (Aplirodilù) 67325,

.

.Xt'oV ? TC770Ï

67140,

I

G.
1

A.

À.

.

opos (nonic Ilermopolile) 67312, /12.

Kvpiaxoù TÔnos (Nepké) 67319,
Kù).
. .

2.
1

ATT!i\aaixs viïaos 67313, 35.
AtTT£(3('oyT(i7ros(iiomeAntaiopolilc) 67319,
lh'>i70pos TÔTTos
1

TÔTtos

1.

MatTcroûxe

(nome Lycopolite) 67289, (tùttos, nome Antaiopolite) 67328,
asSicls

67325,

II, v.,

1.

X, 8.

hoûvvv
'••.
1

cTiotKtov
;

[nome
7.

Antaiopolite) 67359, V,

Uwan

.

.

(nome

Antaiopolite) 67328

^^

!'.,

AI, 10.
III,
;•.,

P.

sseStâSsi

i3; IV,

V.,

(nome Antaiopolite) 67359, 1:2; VI, 2.

Movaeïx (tœ)

à Alexandrie 67295, I, i5.
,

NefxTTxvî TiTTos 67325
»•.,

I

r

TseSiâi

(nome
V,
r.
,
1

Antaiopolite) 67359, IV,
2

>:,

1

(?);

,

r.

,

G

;

I

,

v.

,

ij ;

II

,

67333,
I 1
;

8;

écrit

ailleurs

5

;

G

;

NfTTX)/ 67319,

(j;

12.
I, i'..

Tea^py/ow
Eiptt'ws

I36axijfia.

67325,

1\', /.,

19. i3.
;•.
.

N£o-£!)

OJaèaVa t&ttos 67325,

G; 8;

11.

aiJLa

TÔnos 67325,

I, r.

,

NjXt/fif/i^ros

Tonos (nome Antaiopolite) 67319,

Eii<pvTevTw ènoixicv 67359,

III,

a; V,

r.,

G.

/i;VI,G.
K^aXTOpOS TOTTOS 67319, iC.

Oa^nSv
III, i:,
/i
:

TÔ7T0S 67325,

I

,

/.,

2G

:

I,

f.,

5.

UvoÇipt'ov (a:ra) tottc^s 67319, 20.

E

wfJiaV 67359,

IV,

;

V, r.,

Ot;£(7îrrosxT^f/a(nome Antaio[)olile) 67300, 8.
II.
. .

.i;VI,
Eto ...

,.

(xa7Tpo:;(lunomeAnlaiopolilei67296,3.
èiroixiov

.epf/ouî [totios) 67327,
£

17.
,

Uaxavva

appelée aussi Wxxavwsus
1
1
;

Sexavet'a

67328

7

(nome
V.,

Antaiopolite) 67359, III, r.,

IV,

©yarwoî

(tottos)

nome

Antaiopolite 67328,

8; 9; \,v., ,;

m;
1

VI, h.

VIII, 3.
laXsfiXiX TÔTTos 67327,
1

IlaXXos T67ros 67319, 8.
7.

UayLoîiOov tÔttos 67319,

9.

I(Tax(&y TiTTO- 67325, 1, ;.,

17.

Uavîaxov (ppovpiov 67287,

IV,
().

1

1

KaXfioi/ûwjî -aeStds

(nome

Antaiopolite) 67328,

ITaWET

TÔTTOî 67328, III,

VIII, 7: 8.

nawxoyxTOTroî 67319, 22;
20.
2/1.

67325, 1,r., 12.

Kapxdpov
Kayi'Sa

t6ttos 67319,

na7rv(i/i^<s

T-^TTos

(nome Panopolile) 67313

tcIttoî

67325,

I, r.,

36.
Uaaixopi'ov tottos 67319, h.
IlfTà TÔTTos

KEfz/i^EWî (T(i7T0j) 67140, 10.
KfipŒfi/ow (sic) éirotxiov
V.,
(

Apliioditô) 67359, V,

(nome
V.,

Antaiopolite) 67290, 3;

G: VI, 5.

67347,1,

2.

206
lïîa
(sic)

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
AiO(Tx6pov
r.,

yscipyiov

(Aphroditô)

'^iaov tSttos 67325,

I,

v.,
r.

18.
,

67325, IV,
Ili'a

20.
'".

'EâTtSovs t6ttos 67325, I,

9; I,

i^.,

A; 10.

(sic)

Kâa-Topos jecipytov 67325, III,

SoCX

(?) Ti-Ttos 67325, l, r., à.

28; 33.

Tadeovave tSttos 67319, 18.
Ta,u7r£T< 67287, IV,

n/a

[sic)

Mou'X [yeûpyiov) 67140, 12.
Ilrri yewpyiov

3o

n.

Tli'a i^sic)

(nome

Anlaiopolite)

TavrêeovTOS yt'jjpyiov 67325, IV,
Tai'aa'Xïx TfiTTos 67319, \h.

r.,

3i.

67300, 8.

n/a n/a

(.sic) («i'c)

nif/7s yeeipyiov

67325, IV,
1

r.,

2 5.

T£iaeTt57ro?(nome Anlaiopolite) 67328, 11,8;
IV,

.uvev [yeûpyiov) 67319,
T^TTOî 67319, 5.
,

7.

10.
(?)

lijaz Iliaz

Sa^w

T>;px£a!s
i'.,

Sîxavsîa

(nome

Anlaiopolite)

2^, n/a Z/

Iliase, xXtTpos 67325, I,

90; 33;

— 67326,9;
3();


V,

67328, VII, 9.

67327, 3; 9; iG; 2/1;
I,

ToéTO ou ToeVo) (nome Anlaiopolite) 67287,
IV, 10;

67329,

10; 12; i5; 17.
67328,
;

67330,

II,

io; li; 23;

m,

1.

YlivovTÎuvo? (Ay/ou) ÈTToimov, tottos,

TpiÇi^ov 6pos

(nome Panopolile) 67312, 39.
67325,
I, r.,

VI

,

11

;

— 67359

,

r.

,

6
;

;

V,
i

î).

,

1

2

VI 7
,

To-a. ap
<I)agai'a
\, V.,
<I>a(Iïal('

tcJttos

19.
I,
*•.,

Utpîuiv TÔnos 67307, 2

;

5

1

(nome

Anlaiopolite) 67325,

2;

Uxctvâa 67359, V,
n>ioLvâx 67359, V,

v., 5.
î).,

6; 10.

6.

rônos 67325

,

I

,

'•. ,

22.
II,

n.

.

.

.

xa(TTpoi/(nome Anlaiopolite) 67296, 3.
i^.,

<I>/pxou TseSidî
r.,
1

(nome Anlaiopolite) 67325,
67328,
III,

Uet.Kawscôî è-ïïoUtov 67359, IV,

8; V,

i'.,

1.

1

;

10.

Y\KÙ.ns T^TTOî 67347, II, 5.

(î^ïîveoM

n«Xv;^
Y\.otyLrtv

T^TTOs 67325, I,

J-.,

8;I,v., 17.

,^;

ou (bivvsws xXijpos (Aplirodilô) 67301
67328, V, 10; X, 9.
IV,)-.,

è-noUiov

(nome

Anlaiopolite) 67259,

XaXxoTvTTou (roù) ysvpyiov Q7325,
\i)(iros voir H^'X''^^^-

27; 29.

V,

r.,3;VI,G.
(nome Anlaiopolite) 67328, XI,
.

IloucTd'

9.

-^dXex (Aphroditô) 67301, 18.

^itx'i.z-nz^i.

.

67314,

II, 9.
II,

SXyjX"^^ (ethnique) 67288,
6732S, IX,
2(i«<îpa,
f).

3o

h.;

'^iXolfiTTcov Ssxavsiai

67328, VI, 9.

"^tvst'ov, "^tvt'ov

xXrjpoi,

iG; 3o;

I, p.,

iG;

TOTTOs 67325, I,

r.,

67333, 7.
r.,

^axhps (nome Anlaiopolite) 67359,
1.

'^vpov sTTOîxtov 67359, V,

2; V, f., 9.
1

III, r.,

Ùpt'uvos TOTTÔi (Nepké) 67319,

3.

'^Aoka.ya. tottos

(nome Anlaiopolite) 67306,

2 n.

.

.

.p(WT07ri«( probablement) IIipiW 67307, 5.

m. FONCTIONS
AyyapevnU 67325,
1, f.

CIVILES, métii:rs, conditions
àpoTpyim'i 67325, II, r., 7.
7

(1)

àypoÇiûla^ 67319, 19;
et seq.

,

iG; 17; 18; 19.
67328,
I,

7;

II,

apxw
5;

-All-Xn.
II,


;

67281,

1

;

67287, II,

1

1

;

67320, 1;

— —

67295,

67321,

1.

adiutor 67329, 3; lA;

àTTann-rv's 67284, 5; G;


1

12.

Xîjyovcnos 67169"',
1

2;
;

35;

67287, IV, 3.

7

à-JiXtKnâpios 67287, IV,

8;

— —

67296, G

67299, 53;


M.]


;

67295,

II,

67297, G

— 67298,
67303,

67302,

1

:

'''

Les Index IlI-VIII ont été rédigés par

mon

confrjre

M. BernnrJ Haussoullier.

[(i.

l'APVRUS BYZANTINS.
1
;

207

2;
5


et

— 67305,
srq.;

a

;


;.,

67309,
3;

-i

;

67325,1V,

Ill-Xll;

67340, 70;


I,

67312,
5;

A,

1

;

28.
67287,
7.
1
;

67328,

67332,

i;

8;


II,

II,

Jîjf/oo-iEt/'M'

IV,

9;


2
;

67295, 9;


5.

67329,

11,

67353,
2;

r.,
.'55;

A,

2.

SnyLÔaios 67330, II,

12.
;

avToxpâ-rup 67169,
1

8;
1;

2;
5

67340,

haatlevs 67279,
2;

|Sa<f5£us

l2or,66s

67300, 3;

VI, 2; VIII,

67329, 8;
7
;

Teup-yis 67140, passim


I,

— — — 67299,53; — — — — — -MI; — — 70; 22; — — A, — — — — — — ifj;— — — 89; —
7
;


;

67295,

(lefensor 67329, 3

;

1

A

II,

1

1

;

1

2

;

1

67296, G

;

67297, G

67302, 1;

67305, 2;

67309, 2;

— — —
1;

67298,

StotKviv's 67325, VIII, r.,
SouXt's

22.

67303, 67312,
5;

67312, 101.

Sovlos 67279, 27;

67294, 7; 20; 22;

67325, IV,
III

r.,

3;

67328,

I,

etscfi.:

67332,

8;

II,

67312,

toi.
('.,

êov^ 67352,

uni.; 9.

67353,

v..

A, 2; 29.

ÈxSixos 67287, 21;

67295, 9;

67327,

67295, 3;


II,

67321,

91; 27.
iXaiOTiùolvi 67330, II, a.

67353,

V.,

28.

67288,

II.

ih.

67283,

II,

2.'i;

67287,

67309,

5;

10;

5;

67325,

i'.,

11;

67327, /i3;
II,

— —
7
;

éXaionSihs 67287, IV,

2 3.

êvrolixolpios 67287, IV, 4.

éKxémoop 67312, 5.
^^n-eXXei/T)/s

67235

II, 5

;

67330,

2/1; IV, 3;

12; lA;
ê-Tiapycs

,

A",

p.

A9;

67323, A;

67330,

11, 5.

67357.

67285,

2 {à.Tto èTiâpyju)i')\

67316,

;

67289

,

1

;

1

67300,

1

1

;

67303, à;


,

2

;

1

V.,

9; 19; 25. 67280, B, A.
,

67312,

êTriyitXriTVS

67319, G; 8; 9;
I
,

67322, 1; 7;
,

£p7aaT>)p(axiî 67288

V, i5.

67325,
r.,

r.

,

G

;

î;. ,

2

1

;

Il

r.

5

;

1 /i

;

ZyyoaTaT);s 67359,
iarpis 67140, 3.

III, v-,

3; IV,

r.

,

3.

27;

G; 7; to;IV, r.,9;
II,

»[>;

3;

3;


i

67329,

iG;

67328,
67347,

KayKsXXâptos 67279, lA;
Ka6apovpy6s 67288
,

1, V.,

2.
II,

II

,

2

yvaÇevi 67283,

G

;


;

67288,

III, h

;

IV,

iG; 21

;

22
10.

et

passim;

— —
;

67316,
;

r.,

9.
;

2

1

3

1

;

32

III

,

67330,

II,

27;

20; V, 19
7paf/f/aT£v's

ri

passim; VI, 7.
,

67286
r.,

9

;

2 o


v.,

-

67287,

19;
r.
,


A;

28;

m,
3;
V.,

xaXa(paT>,« 67359,
r.,

H,

r.,

3;

III,

!'.,

3; A; IV,

67325, H,

to; IV,
I,

G;

9; VII,

8; VI, 9.

67347,

7;

1

1.

KalliypoîÇios 67288, V, 5.

7pa(/(iaT(«iî 67326, 2.

xa^nltTils 67325,
;

I, r.

,

18.

Aéanotva. 67283

,

2

;

1

3

1

5

;

II

,

1

;

2 clpassivi

:

xavxavo-nUxoi 67283, H, 17.
xauraxo770(os 67288,
1\
;

Ssa7r6Tyis 67169'",

— — G;— — — _ — —
,
;

67354,

11, 3.
1 ;

35;

67289,

('.,

1

;


;


67302

67279, 9; 22;

KsxTvyiévoi 67295,
x£poLfiOTT\â(rTiis

i


,

,

•)

67297, 3.

67292, 5;
III,

67294,

67288,
,

III, 2 G.
1

67295, 8;

67296, G;
,


1 ;

11,

iG;

67299

5

;

5 2

67305,

i

;

67323

,

1

;

1

— — —
G
;

67297, G;


,

18; 21; 35;

Kz(palalù}^t}s

1

;

67309,

1

;

— —

67298, 7;

67283
;

67319, A

8;

67303
67312,
r.,

xiivo-hcp 67140, 2.
xiyi>,s

67140,

67325 ,1V,

2

;

12;

1;

67287,
|).

67328,
1 ;

I,

67332,

8;

5;

II,

b

et

scq.; III-XII;

67340, G9;


v.,

67295,
r.
,

A",

67353,

1

:

A 9;
,

— — —
17
1
;

H

5

;

1

G

;

1

7

;

III

,

1

A

;

67347,

III, G.

67169

'''•,

G;



,

67279,

(ô iiéjas x6(ivi);


G
;

67300,
G
;

1

67321

5;

67316,
1
;

67323

t

208
i();

CATALOGUE DU MUSÉE DU

CAIRE.
/i;

67325, Mil,

r.,

21;

I.'i; .7-

xoimeinapv'atos 67284,
1/1;

a

;

r.,

1

:

— —
r.,

67347,

— —

67322, 2; 67328,
I,


II,

67325,

l,

r.,

19;

2

'1

;

7;

7 ctscq. III-XII.

67287,

7roX<T£U(5fx£ros

67327, ô: i3.
18.
;i.

67335,

2.

TToXuxavTiTrjî 67287,
irpoLyaoLtsvTiii

xovpsîii 67288, IV,

51.

67340,

xpiT);V 67316, r., y;

qG;
1
;

67353,
el
1
'1
;

A, 22.

77pa(7r6o-iT0>

xTv'rcop 67283,
1
;

H,

1

2 et

pnssim:

t.:

12; li
;

passim; III,

67286, Q
v.,

67283, IH, 9:

67288, IV, 17;

67296, 3: i5; 17; 18:

67328, IV,

67301

29; V, 27; VI, 2G; Vil. 2G.
TTpdbnop 67295, 9.

67325, VII,

21.
!x.

xv^iivo-TTo-Avi

67328, VII,

npUSpoi: 67280,
7rpoi'o>;T),''5

15.

^.
1 Zi
;

Aaréf/os 67287, IV, 20.

67327, G;

19; 3i; 07.

MvoÙÇoi 67288,
Uâyetpo; 67288,

II,
Il
,

iG; 3'i; 3;; V, 17.
1 ;

TTpocnâ-vvs 67289, v.,
7rpaKroxoLifi»7T);V

1

5

;

III,

G

;

(i£\i(T<T0vpy6s 67287,
2/i;

iG;

20;

7.

67288, H,

28:

67296, 7; 18.

(jiolwapxo, {V; 67288,
NavT);.-

H, 35:
;

III.

67280,
/i

B,

'1


21

lâ.
II, r.,
1
;

67359,

2; 3;
i'0|U<x<3?

rrsc^.;
,

III

-VI.
;


o G

67283

H,

if);

67300, 22;
;

roTapioî 67289,

23:
V.,

— —


r.

67301, 2c,:
.

67325 IV,
,

/j

G

:

r.,

2;

67320, i;
:

— —
1

— — —
67328
III,
,

67288, VI, 3:

— — — — — — — —
67286
,

67140,
9
:

">
:

1

:

1

67287, 11.3;
'.:

IV, 18;

67290,
;

— —

67283,

67292,
;

— — —
21
:

67288

v.:

67301, ô
7: iG;
1:

:

3j

67308, i
r.,

67322,

2: G;

— —

67319,

'i

:

67323, G:
11,

V.,

67326, j;
.'1:

67329,

2; 11:

67332,

67347, 1,2.
i3.

67303,
1

prolocometes 67329, H. 3;
n-jpyo!^vAct^[':) 67287,
PaTTTïjsr

11

,

3

[i

li.

67295,

20: ûq;
/i
;

67288, H. 22: IV, 7: V, 8; 29.

67325,
!•.,

III, >:, 2;

pmâpioi 67295, 9;
2;
11.

7;
;

()

11:

12; VII,

26: VllI,

!'.,


2


,

67296,

67325, IV,

)•..

32:

2

1

2 5.
II,
-'j

d.sr^. III-.\II.
9
:

vovyispâpioi 67287,

:


III,

67323,

v.,

2:

^lyyov/Apioi 67282
G:

''• ,

1


1
;

67330, IV, ô.


G:

0/r07rpaT»;i 67283,
àpëioTTv'kni 67288,
2
/

H, lô;
III,

li.
/i
;

)•.,

67287, IV, G; 12:

— — —
;

2:

67297,
1.

67328,

2;

67284

,

5

;

67325, VIll.

67330,
r..
,

II,

1

1

;

1 fi

;

17;

III,

i3.

i3;

28; IV,

V,

a-xptëoLi

67353,

A.
1

2 5.

(jxptrtixptoi
.
.

67279
;

G

:

ovl ... ou (Tul

.

67296, 2

1

;

67307,

1

7

:

67313
o-xuT;u'>-

,

2 G


.


2
1 :

67309
:

,

2 3

:


1

67327, 37;:'! 2

'17.

67327, 3o.

67288,

m,
.
.

3o.

Ilayapx»;» 67283, ti.

o-vX
r.,

.

.

.

T^âyapxos 67325, lU,

2; k;

v.,

7: 9: 2;
1 1

1

1

ou oui

67296,

67307,

7

;

67327, 3o.
3.
,

12; IV,
J'. ,
.'i

V.,
;

2; 9; VI, 9; Vil,
VIII
,

r.,

/i:
1

6
G

avfmaxos 67289,
crurTsXetrr»?'»

;

2 ô
;

r.

,

2

1

;

2/1


1
:

5

;

2 2

:

v.,
:

;

67283
'1;

II

,

25

;


.

67303

,

10;

67359,

III, v.,
II,

3

IV, r., 3.

7raxTairoiro/ô>-

67283,

/lo; III,
TTciXkarïi'Oi

17:

67328, IV.

I\, 5.
r.

67288,

II,

cTW7SAscr:pi3. 67325, IV.

12.
67169'"',

67330, H, 19.

axoA^TTixôi 67140,
67289,
r.,

67336, a.
)•.,

waTpi'xioî 67316,

2.
II,

67309
12.

,

8

:

1:

67312

pcradlutor 67329, 3:
TToniv'v

67287, 93; IV, 2;

67329,

5;
'•.,

10;
lih.

— —

2:

67299,
,

G

— —
;

5;

7:

i3: 2G;
1
;

67327, 3
111.

67330,

i5:

— — — —

67319, G; 20:

67340,

l'Ai'

vu us BYZANTINS.
1

209
67319,
67347,

scholaslicus 67329,

Il

,

i

T).

TaSsWîcov
la; 17.

67283,

11,

i

T)

;

i (j

;

(?);
'1;

67329,

3;

— —

18;
I,


IV,

67325,

III,

i'.,

18.

^î>opo\6yos 67327,

2 a

TaSouXolpioi 67353, v..
TatǣcJT>;s

A, 26.

<Ppoup6i 67287,
il,

II,

7;

ti;

67330,

67295, 10.
1 ()

réuTcov 67283, II,

35;

67303, 8;
,

— 22; —
;

21.
t/i.

67288, IV,
67325,

1

1

;

V,

Xalxsve 67288, V, 12;
X,aXxoTi;7roî

II,;-.,

23.

67283,

II,

i5

;

67288,

III,

17.

reX^îrtis 67359
T07roT>;(3>jT)/s

II

,

r.

,

1

)(_apjovXdpios 67305,

II.

67279, iG.
1

XpvaoiJTioSsxTiis 67283, II, 22.

TpaxTEVTtfi 67329,
Tpo(p6i 67312,
Y-TiaTOî 67316,
1

3

;

lA;

II,

G; 8.

Xpvaoxôos 67288,

III,

2/1; IV,

o5; 109.
2
1
;

32;
ilTrotTi»').

67297, 7;
II,


i3;

2; V,
III,

3;

/i

;

67330,

''. ,

[àno

v7voSé>n,is 67284,

67285, 5;

Xpvaeôvtis 67287,

12.

67344, G; 8.

67287,

-^v^ia-r>h 67309, 5; 10.

IV.

QUESTIONS RELIGIEUSES.
5
I,
;

Àgfô 67286,
67342,

3

;

/i

;

8

;

1

r.;

ayios 67169''", 'kj;
sim;]\l,


32;
2;

— — — 22;
III,
1 1
;


6
;

67289, 5

;


;

àpXiyiOLvSphi]i 67312,

Ao; 53.
;

67347,

h; 19.
II,
i

àae^ih 67295,
;

III,

1

67353,

r.,

A, 32.

67283,
1

2

cl

pasG
:

ù^ai^icûv

67289,

67295,
67297,

18;
1
;

3

;

9

;

— —

67311, iG.

67294, 3

Staxovijrv's

67296, 3; 10;
,

VI, 2;

67286, 5; 9; i5; 19;
67347,
1
;

67325,

I,

5; 19.

67298
cl

à;
scq.;

1

37;

/i3;

h h;

/i5;

A 7

67299, 3i; 38; ^9; 5i; GA
3;

;

A;

lA;

67313, 5A;
7;


1

67307,

67312, 7G;
II,

67314,

8;

67325, VIII,
II,

)'.,

i3;

— —

107;

— —
;

8

SiixKovos 67283,

II,

23;

IV,

3A; V, 33; 3A;

57; Gi;
67328,
KxxA>;cr,a
jHi.ssim:

67306, 19;

III,

A; 2 5.

67324, A;

67169*''',

lA; i5; 10;
1

lA

cl SCI].

III-XII;

;


)•.,

67342,

r.;

67328,

I,

67334,

67355, H";

— —

67289,

— A9; — —
iG;
67307,
2
;

67288,

II,

19;

67298, 5o; 53;

67319, 8;


cl

67283, 67296,

II,

\

3;

67298, 19; 32; 37; AA; A5; 67299, GA
:

A8
A
;

clsc(].;
1


1

3

67359, V,
dfia.

G; VI, 3; 7.
;

67283,

II,

(i


A
;

67313, 37;

— —
c,

67313, 55;

67314,
3
;

67325,

émaxoTTos 67283,
67326, A.

II,

8;

;

A

;

67329, iG.

67295, lU, 19;

— — —
IV,

1, r.,

i3;

II, r.,

h.

àvayi'&ixrvs 67283, H,
âita 67283,
Il
,

10.
7
;

2

— — — 62; G7; — 39; — 55; — —
67290,
i;

;

8

;

1

;

III,

2 2

;

evayv'i
r.,

67312, 38; 5A; GA;
2 5.

67325,

67295,

III,

19;

67296,

eÙKTv'piov 67288, VI, 5;
evcréêsta 67312,
eôaeSyi's

3;

67297,

3;

67298, 5i; 55; 58;

7A;
2
;


1


1

67297, 3.

67340, 68.
A
;

67312,

Al

;

5A; GA; 80;
I,

67283

,

2

;

1

5

;

67313,
1 ;

67325,

1:

7;

V..

II, V.,

Il

;

67328,

M,

A;

A;

G2; 70; 77; 98;
67321, G;
8; l5;
II,
,


1

67314,
r.,
1 ;

67325, IV,
;

— —
II,

67312
A;

67329,

67355,

II".

9.

àpxi^'dxovos 67298,
Ciitnl. <lu Miisi'p,
11°

')5.

eva-sS6s

67333

19.
37

67379.

210
ÙyovyLevoe 67312, ^3;

CATALOGUE DU MUSÉE DU
67342,
v.

CAIRE.

— Qûov — — — — — — — — — — — — — 23; — — — A5; — — — — — 28; — — — — — — — — — 35; —67312, — — — — — — 17:39; — — — — — — — H, — ,21; — — A;— — — — — Ao; A3;
(to) 67294, lo;
"'•,

fiovac^Hpiov 67286, 3; lA;

i().


3.

67288, VI, A;

67312, 38; Ai; 5A; GA;

0e7os

67169

i;

34;

67279,

f);

9A; 96; 107;
À; G;

67295, 3;
I

II,

i6; qq;

67296, 5;
9
;

lO;


;

67313, 37;
>:,

67325, IV,

25;

3
;

;

1

7

;

1

8

;

67297, 5

;

67302,
67309,

1

67303,

1

;

67305,

1

;

ftora^ixis 67296,
o
1

1

1


;

67297,

1

— — —
1
;

71;

81;

67324,
I,

67347,

67334,

I

;

67312,

1

;

67320,
1;

1

;

67321,
I,

O.
,

3;

67325,

IV, r.,
II,

67328,

h;

OÎHOvoixeh' 67298

2

AA

i5;

18;

i/i;

17; 21

et srq.

III-

olKovàfios 67283, III,

XII;
V.,

67332, 1;

67334, 11;

67340,

A3;

A7

et

scq.;

67353,

r.,

A,

1

;

27; 33.

A9

[iSiKÔi);

@e6s 67279, 9; 27;
5;

67283, 9;

67292,

ô^ooîiaios 67298

67293, 2; r.;

67294, 2/1;

opos 67289, A;
I, V.,

— G9; — — —
,

22;

67298, 3A; 38;

67299, A 8 [ysviKÔs);
67307, 2; lA.

5

;

67299

,

5

1

67312, 39; A2;

67325,

67295,11,
;

iG;

III,

91;
7
;

67296, 0;

9.

67297, 5

67300

,

2 q

;

67301

navâsBlos 67313, 55.
Trai'£t;or£?>;V

i/i;

67305, 9;

67307,

("•

;

12;
2;

67352,

'.,

10.
1

67308, 3;

67310, 2;

nawoHpdiaip 67295,
67297,

II,

5

67313

,

/i

5

;

67314,

III

,

i

G

;

67321

5;

2;

67322, 3; 5; 10;

67323, 2;

III-XII;
TTarUvî/iCTTOS

— —

67328,

67332, 7;
1

67325, l,v.,
I,
/i;

20; IV,
seq.

)•.,

67328,

67348,
lit,
1

3.
1 ;

II,

A

ft

IH-XII;

67332, 7;

TTdTv'p

67295,

18;
J
;

— — —
;

67296, 5
II,

;

I,

A;

A

ci seq.

67340, G7.

67342,

v.

67333, 2G; 67353,

67340, G8;

67348,

npsyëvTSpos 67283,

i3;

v..

A, 27;

67359,


3;

67286, 2;
1

r.,

1; VI, 8.

VI,

Oeocre^ni 67279

67253

,

1

3

;

67286

/,;

3;

67295,

III,

18;

67312, 85.

.w^.;

6eo(pllei<x

67312, 8 A.
1

— _ —
;

II,

2 et

passim;

III,

22

;

67288,

III,

19; IV, 2A;

67296,

3;i5;iG;20;

67297,
et

67298, 3A; 38; A2; A5; A7

67307, 2; lA;
I,

67324, 5; 18;
r.,

67325,

r.,

lA; VIII,

OeoÇitUi 67286,

5

;

67299, 3

1

;

67312,
I,

67327, G;

12;

20;
1
;


1

22;

— —

67328,

VIII,
A
;

2G; 2G;

67342, r.;

67347,

A;

27; IX, 29; 3

X, 28; 29; XI,

18.

28; 3o; XII, 29; 3
II,
1

Ka0oX(xos 67283,
aXvptxls 67297,

et

passim.

10;

Kpsi'TTuv (i) 67294, i3.

xvptaHv 67296,
I,

1

;

— —

nposcnvi 67286, A;
67299, 39;

67334, 12.

67289,

5;

18:

67312, 80; 9G.

2wTeX(«&i'(?)
1
;

67179'''',

5o.

67297,

67328

2arr,/p 67294, 29.

i5;

II,
I

i5;
1.
1

— Map/a — —

m,

19

et

seq.

IV-XII;

Tptâs 67298, 5;
VIII, r., i3.

67299,

52;

67325,

67334,
67289,

;


2;

67290,

v.;

Voir Index IX, Abréviations.
II,

fiâpjvs 67283,

7; 8;

— —
1

67291,

r.

YT:oétâxovos 67332, 9.
(t>tX6xpi^ros

67289,
,

v.,
;

1.

67299, 5i;

Xp«7Tùî 67289
V.;

1

67313, 55.

(lovol^rjv

67140,
;

7;
;

67286, 5

1

67324, G;

5

— —

67283,

III,

23;
;

67287, IV,
I,

3

1

A

;

— —

;

67299,

— 5o; —
8

67290 ,v.;
67322,

1.

— —

67291
Voir

Index IX, Abréviations.

67347,

5; 19.

l'Ai'

Vn us BYZANTIiSS.

211

EDIFICES RELIGIEUX.
d-TTa

Avov(pt'ov (£'xxX>)c7(a, nonic

Lycopolite),

dira.

Mouo-ai'ou
/i;

Ex^Xi/o-j'ot

67289, iG.
AwocrriXwi'
II, 3.

II,

(à Aplirodilô) 67283,

67288, VI, 1;

67296, 3.

éKx'ki^ata

(h

Aplirodilô)

67283,

dna. Moua-ixtov (^yLovaaTv'piov ,
lile)

nome HermoupoH,

67312, ia; 80.
5.

ana

VtU-Topos ^âpTupos i^éxxAr^a-ta à Aphrodilo)
II, 8.

NoTJK)) èxxl-i^aîa. (à Aplirodilô) 67283,
Of/oro/ots (église

67283,

ou raonumcnl public à Anli-

rsvsaXt'ov [yLOvacTTv'piOv

à

Aplirodilô) 67288,

noé) 67309,
dira

2 A.
,

VI, h.
a-na. ÎLpfjiavSros (s'xxXj/j/a à

Ùvvo^pt'ov (^éxxlridtd

nomc

Lycopolile)

m,
VI,

au;

Aplirodilù?) 67283

67289, iG.
ÏÏivovtÎuvos [èKx\)}aia à Aplirodilô) 67288, V,

67288, VI, 5 [svxrtipiov).
à Aplirodilô) 67288,

a-KOL ÉpovcL>y)(^iov {^éKxk)]cyia
..

33. Cf. Attœ Wivouilcovoî dyios lôiios (à
Aplirodilô) 67328, XI, U.

Ev<Ppocrvvc/v (^éxxXrjaîa ù Aplirodilô) 67329,

i

G.

dna Hpopidcrros ^dpjupos
dilô) 67283, 11, 2.
IlTai'

IsxKXt^a-t'ix

h Apliro-

ana &£oSùôpov

(^éxxXtj^i'x

tov

.

.

(lâpTupos à

Arabôii) 67313, 55.

[sxxXtjaîa)

:

voir Index IL.

àyiou IWri'ûi/ tou npoSpipLOu xat (SaintcTToO
éKxXrj(7Îa
[:\

àVa

IV'f/ai'oi/ £KxXy](7Îa (à Aplirodilô)

67283,

Magdola)

67169'"', /uj.
II,
<).
i

II,

10.

KaOûlixij sxx\>iaia (à Aplirodilô) 67283,

"EaËopiov

= 'Ea.ëovtipiou (couvent

à Aplirodilô)

Katvi) éxxXtjata (à Aplirodilô) 67283, II,
a(/a
Mapi'oLS
éxxXijat'a.

67338, 3.

Aplirodilô)

67283,

dna

'^evovOov (^(iovixarv'piov , nonic Panopolitc)

II,

G.

67312, 39; 5A; G5;
d[ict

(Alripc) 67338, 3.
ù

Mcjoii'Otaî [^lovatTTJi'ptov à Alexandrie) 67286,

3;

i/i;

TanoXXvTOs ((/oramj'pior

Arabôn) 67313

67347,

I,

3; i8.

37-

dna

M);i'a

^àpTvpoi {^ÈKKkna-îa à Aplirodilô)
II, 7.

Tev7vpn6Sv noXeus

(exxX>;(T/a) 67298,

1

1)

;

3

1

;

67283,
ct'-Tra

37
67297,

;

A5

cl

s('(j.

Mi;(,a);X('ou

(^sCxTifpiov à Aplirodilô)

<I>oi6af/{X(3t>i'0>

{idpTvpoi (nionasli^ic à Aiilinoé)

67299, 5i.

V.

QUI^STIONS MILITAIRES.
8

kxiovdpioi 67287,

2A; 27;

2

;

7

;

67320, 2;

;

IV,

1

A

;

1

8

;

2

1

;

0a).acr<7a l^xovpaov Q-aXduarii] 67359,

H,

'"•,

67330, IV, 8.
/•.
,

2: VI,
7;

(,.

AvaToXtj (^xoîjpaov AvaroXris^ 67359, V,

Kdarpov 67296,
xovpiTOv 67359,

3.
II,
>•.,

VI, 10.
àrrvi-a 67287, 2

1;

2;

V,

;•.,

7; VI,

dpiO^ôs 67320, 2;

15,

G;


10.

67321, A.

xovpaos 67359,
ÔTrTj'Dr 67321,

II,
(j;

'•. ,

1

àvnovTdTOS &7321,

15,

B, 3;

<j.

So(iscnixis 67330, IV, G.

P6ya. 67287,

2.

212
'^Lnaeâptos 67354, 1,
crrpaT>;XaT)7S 67289,
i

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
G.
q
/i
;

rrpoLTi'iritKSs

»'.,


i
i ;

67316,

r.

,

A.

(TTpaTtwTvs 67287, IV, 5;
V.,

18;

— — —
8;

;

67320, 2; 3; B, G;

67329,

1

1

;

iG;

— — —

67321, 2;
T/pcc-f

67296,

1

1

:

67297,

10:


III,

67334, 12.

67292, 2;
67325,
II,

67291, 3; G.

rpiSoCvo? 67287,
1.4;

67330, H,
3; VI, 9.

H, 8; IV, A;
1.

67288,

67320,

67359. III,

!'.,

3;IV,

r.,

rptëovvos

(^riis elprfvt]?)

67287,

II, A.'

YI.
kvvfôva
:

IMPOTS.
Kavovi>ics 67287, A;

voir Index V.

doTixoL 67347, I, if).

AnyiSaia 67283,

II, 9 2

;

67291

,

5

;


;

67307, 7

2A — —
; ;

67287,

1

;

67314, 10;
;

— —
5;
2 5
;

xavoiv 67284, 2

;

r.

,

1


2G;

— —
;

67330, IV,
67286, 5

1

;

9.

67325, VIII,
67327,

r.,

3; 9;

;

1

G

:

18; 10;

67326,

3;

9;

17;

2.');

33; Ao;


IV,
II,

67325,

I,

î'.,

29;

III, r.,

1

3; 5;

r.,

67335, 2;
KVfj.r)TiK6v

—67347, 1,9.
V.,
1

10; IV,
5
;

V.,
,

1-8; VI,
1

1; VII, r.,
;

1; 3;
;

67285,
;

1

;

8

;

r.

2

9

;

2 A

t'.,

i5; 19; 23;
,

ênyiôatov 67283

8

;


A;

6

;

7

67307,

1

— — —
; ;

;

VIII ,r., 9

2

NaûXoi' 67286, 7

67333,

1

5.

67284
67321

,

A
,

;


,

67286
1
;

r.. r.,
1
, 1

B

1


II,

9;i-.,

2;

— 23: —
;

8

;

2

1

67300, 12;

— —
;

67313,
67287,

1

9.
1

9

;

67325,

I. r.,

8;

III, r., III,

3; A; VI, 2; VIII,

67330,

iG;

17;


II,

67347,

67329, 9.
Staypa<p,{ 67325, VIII, r.,
r.. V.,

21.
r.
,

2;

67359,

vavxixôv 67359, H,

2.

1; III -VI.

^WTikeicL

67169'''',

E/xotrrai
ExotTOoTai'

67280 B, 10;
67286, 7; 18.
1


1 ;

67286, 7; 18.

67313, 20;
t

G8;
67329,


G;

67283,
9;

7;
[> ;


7;

éfiëoU 67280, B, 2;
67286, 5
;

1

G

;


1

67283, i5;
;

67300,

2

1

3

;

II,;-., 7; III, r.,

67347,

I.

5;

2; VIII, r., 3;

— — —
67325,

o.

\px)<jiKd{xpi><y'x-ôv)%lUQ, i5; 17;
IV, 2A;

67289,

G;

8;

67287,

67300,

12;

iG;

i3;

—67330,

IV, i.

67352,

î'.,

2.

YII.
kyyeîov 67279, 19;

POIDS, MESURES ET MONNAIES.
67287, IV,
1

à'f/fa

apovpa 67140, passim;
67300,

— 22; — 67289,11; — A5; A7; — — 17;— 70; — — qA; A2; — — —67327, —
67320, B,
1

27;
12.

(?);

— —

?'.,

67289

,

A
I

;

1

;

1

1

;

1

3

;

1

5

;

1

67300,

67169

'"',

AS.

17; 18;

67169'''',

A

1

;

53;

m;
iZ

A;


I,

67301, 3o; 32;

67308, 2; 3;
/'. ,


1


3

8

;

1

9

;

67303,

67320, B, 2;
ri scq.;

67325,

0;
1

7; 8
5
;

V.,
;

67301, iG;

67313,

el

seq.;\\, r., 5
I,

;

A

;

i'. ,

cl seq.

67319, G;

67325,

I, r.,

2G;

67347,

G; 20.

r.,
1

5;

67326, 9;
3 2
;

2; 8; i5;
1 1
; 1

à^faâptov 67312, A7;

67313, 9:

67353,

G

;

2 3

;

39
,

;

67329
;

,

2

;

A

,

1

3.

1

5

;

1

G

;

1

7

;

II

1

;

A

;

G

1

;

— 67333,
;

ÉÇaf/erpoi' 67303, 18.

7-

Zvylv

:

voir Indev X.
fiérpov) 67308, A
;

àpzdëtj 67279

,19:

67286

,

G

;

1

1

7

;

2 o

;

ï(pj [t<piov

67325,

I, r.,

'AI'VRUS BYZANTINS.
10;
r.,
I

213

K

23;

27;

i'.,

5; G; 25;
7;
,

aifl.
y.
,

^6(itafict 67169''",

0; i;{; 17;

i() et srq.; v.,

Kepdjiov 67169

'''',57;

~
9
;

67285, 3; A;

67299

i5;
t

V-,

2;

— — —
o
;

,

/.

o

;

— —

67284
(i;

3

;

1

;


5G;

67287, 2; 3 ctpassim;

passim;

67289,

8; ç^elpassim;
;

67301

,

2

<j

67305,

1/.;
I

17; 18;
4
;

67309, 67314,
II, r.,
/i;

1

8

;

III,

i(j;
;

21;

— ;_ 38 — —
33
,j
;

3; G; 7;

— —

67289, 8;

67298,

67302
67307,

67305, lA; 18; 20; 23; 27:

,

10;

67307,

i3;

;

67310,

37; 38; Ai; A3;
67311,2 8;
111,

67325,
2.j;
1
;

1,1., 3o;
III, r.,

18; 21

22;

2/1;

3:

67312,

67320,
II,

15,

— H, — — Ao; — — 32; — AG; — loA; 108; — —
67288,
i

67279,

.5; .16;

cl

i3;

lA;

67291,

lA;

67299,

67306,

iG;

67309,

67310, G;

67314,

10; 12;
i(j;

67325,
;

1; 3;
/j

5; v., G; 10; IV,
;•.,

v.,

I,

r.,

9; 3;
A
'•.
.

(./m/.; VI, 1; Vil,
;

,;

2; 3;
VIII
,

;

5 3

;

G
;

8
;

;

r., 3

;

6

;

cj ;

1

1

c/ seq.;
;

— —
et

20;

r.,

18;

21

;

2A

25;

67328,1, 17; 22; H, 17

cl scq.

lll-Xll;

67330,11, 5; 8; 11
Il

cl seq.

A

(j

c/ se^y.; .-.,

3

;

A

5

;

6

;

10

ri

scq.; IV, 2:

cl scq.;

•'«/.;

67330,
(,;


IV, 7;

_

II, 2 et srq.; III,

67335, 3;

_

2 rt scq.;
r.,

V.,
V.,

28; 29;
1

III,

i3; i4
;

67340, 7
3; A
cl

32

;

67359,

II, r.,

seq.;

67340,

28:

et

scq.; III -V[.

67344, 10.

xépt^a 67287, II, 12; IV, 2 5;

KOAoëùv 67300, i5;

A.Vpa 67279, 19;
67325, IV,

— —
i-.,


15,

voiuafidriov 67284,

67330,
r.
1

m,

5.

3;

y.,

67301, 28; 33;
.);

67347,

H,

67307,
(?);

67320,

r.,

3G;


A
;

1

12;

67339, 18;

67335, 3;

10;

1;

67299, 07;

67306, 5; G;

67309, i3; lA; 18:

— —

67344, 9.

Ù£oa6s 67353,1'., A, lA.
Ovyxi'a. 67296,

67340, 38; 65;
Ma'(T,or) 67325,
(jLÔSiov

35; 121.
3
;

i3.

H, n,

1

G

;

1

8;

r., 3.

TâXavTov 67309, Ao.
T£Tj3a?£C7T(aroî (xa'Jos) 67314,
1

67325, 67285,

III, V.,
r.,
1
;

fiiStos

2; A

et srq.

3.

67325,

modius 67320, H, 10;
10; 11.

II, r.,

8; 9.

TpiyLihiov 67300, i6.

67321, B, 7; y;

Xpvcrivos 67169'''',

58;

67295, 3i.

VIII.

INDEX CHRONOLOGIQUE.
MOIS.

QùO


;•.,

67286, 10;


— —

67287, 3;
2;


— — —
27.

67289, 9;

67325, VII,
A 2.
1 ;

,-.,

VIII, V.,

17;


11,

Mêxs'P 67169
<I)afx£rai(î

'''',

3.
1

67305,

1

;

67327,
<Pa6oÇ!i

I, V.,

3o; VII,

V.,

67306,
2;
V.,

67308, A;
V.,

67325,

iVap^toCOi 67287, 7;
II, f.,

— —
1

67309, 2

;

3; VIII, r., 2G.

67312, 3;
7; IV,

— —
;•.,

67325,

67325,
5; v.,

17; IV,

2; VII, V., 5.

AOvp 67287, A;
VII, V., 7;

A,

2.

Xottxx 67287, 5;
V.,

Kj; IV,
A
;

Tvët 67285,
67307,
1

— — — —
V.,
:

67289,
11,

20:
5;

21

;

22;
r., 8.
;

III, r.,

67325,

5; 7; VII,
il<xxoiv
IIai;.'(
,

67330,

67353, r.,

67303 3

67300, 1;
1.
1 ;

67302, 7;
V.,
(i
;

67325,

11,

67329,

3; VII,
67287,

10.

67302, 2

;

Ènr(pi 67296,
V.,

23:

— — —

67305

,

2

;

8

;

67332 3
,

67325, VIII,

;•.,

5;


II,

67297,
I,

1

;

67325,
(j

67328,

1; 9; II, 1;

cl scq.

67325, H,

r.,

III-XII.

21ii

CATALOGUE DU MUSEE DU CAIRE.

Msyopv 67286, 21
1

1

;

19; aG;


,

;


B

67301, A;
I,

67327,

AexéyLêptos 67321
ÈntvéfivcTiî
:

,

9

;

B

,

h.

67347,

7.

voir Index X.

IsTnéfiëptos 61321

9; B, 3.

IvSixTiMv

:

voir Index X.

ôxTwêp/os 67321, 9; B, 3.
No^f/Çpios 67321
,

l^soyLtjvîa: voir

Index X.

9

;

,

/i

CONSULATS.
T-Trarstas
Y-TraTsias
TTrotTSt'ois

OX^ OX^

ïovcjrtvtavoîi

67328,
1

I,

1

;

II,

1

;

III,

1

;

IV,

1

et

scq.

V-.\II

52

1

ÙXvytëpîov 67300,

^26

^Xaoviciw Opsarov xoù XainraSîou 67301,
1
;

YnaTsixi ^Xaviov Bshjapi'ov 67296,
BaiTiXef'as
. .

.

OXf

lova-rtviavoû

.

.

.

erovs elxocnoij é'xTOu, f/£Tà
i
;

Xe/ou

.

.

.

êrovs SuSsxârov 67303
.

,

— —

2;3
1

53i

67297,

535
t»)i'

VTraTStav

OX^

Bao-f-

67332

,

1

553
t»)i'

Ba<T(Xe/as

.

.

*I>\aviov lovariviavov
. .

.

.

.

stovs elxo<nc/iJ évvciTov, f/îrà
1

vnajsîav OXaui'of

JiaiTiletov

.

ërovî Tsa-aapsaxaiSsxoLTOv , 67302,
.

555
1

hotatXsiai xai vnotrsîai
Ba(T(Xe/a[î xa) vTrarst'as

.

.

^Xavîov lovtnifov
<I>X^

.

.

.

hovs Sewépou 67312,
Tphov 67305,
1

5G7

.

.

.

lovcnîvov
Xoxt^nivou
.

.

.

.

sjovi

5G8
1

BacT<X£<a5 xa) vrraTSÎai
Bao-iXe/as BaiTjXe/aî
xot)
.

.

.

.

OX^
.

.

.

hovs

TSTolpTOv 67169'"',

5G9
A,
r.
,

întaTslai

.

.

^Xaviov Xovcntvov hovs néfiinov 67353,
. .
.

*'• ,

1

5Gg
1

.

.

OXau/ou Ttëspîov Mavpixi'ov

hovs jphov 67325,

IV,

585

IX.
aypo(pv\oixj

ABREVIATIONS

(1)

216
(TCikj,

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
cwaklj
(Tvv vavXois.
trscrrjiieteofiai.

t/TTOd^

(ts;tj, (Tear]ii^

errrspj,

anepuaê^ aTrepyiaêoXias.
cnpaTianai.
(TToyitcov.

tnp
crrofit
*
1'

?

*T TT
TTTl'T

T>)î,

TOU,

T4'I',

TOy?.

Ta ©ŒfTa.
TjjXeoiî.

T
*

T£;(,r(T«l'.

rp
UTTSptpufcrraTW.

PAPYRUS BYZANTINS.

217
III,

— —

67302

,

T)

;

67314 ,111,8;
i;

67322,
II,
1
1

(j;

v.,

67319
v.,
i

,

i

67325,
67329,
a-j;

V.,
;

12; i3;

i5;

97.

àS£\(p6rni 67291, 5;

2;

— —

67323,

;

67326, 5;
1 (5
;

— —
1
;

;

cihxpôi 67295,

lo;

ahstv 67281, A;
III,

G;

67333, 7;

i>

ahndii 67281,

67292,

1

;

a/r/a 67279, aA

— — — —
A
;
:


1

67310,
;

i

2.

67292,

67295, G;

67329, 7;

iT); II,

3; i5.

67329, H, G.
;

67280, A

67296,

1

A.

67322,

aîxfJtoiXcjTos

67312,

G(j.

67323, 10.

aîamoi 67169'"', 2; 35;

àSéa-TTOTOs 67140, 8.

àStaXsÎTTTvs 67296
àSt(xvs^i,hc,<s

,11.

67312, io8;

67313,

."5.

— 67299,53; — —
67296
,

G

:

67297,

67302, 1;

67305, 2;

67309, 2;

àSiHelv 67279, h.
dStKtiiia

67279 ,10;

— 67283

,

i

;

67325, IV, ;., 3;

67295

scq.

IlI-XII;

25.
àSixi'a
àSt'xrvs

70;
67295, III, 9. 67279, 2/1;
:>..

— — — —
<'>
;

67295,

II,
,

17;
;

67298

8

67303, 1;

67312, 2;
1,

— — —
er

67328,
1
;

5; H, 5

67332,

8;

67340,

67353,

V.,

A, 2; 29.


8

a/a)wW
67295, H, 2.

67169'"',

68;
i3.


;

67313, G 3.

dxaSti^ita 67295,

adsinre 67329,
àSvvaa-Tt'a
ci£<'

dxapTTOî 67313, Ao.
t

67333
'•,

,

67169

38; 68;
iG:

78;

67309,

3o;

67324, 7;


,


v.,

àKaTayvù(7rc.<s 67324, 7

67295,

1 ;i

67314,

a3;


;

1

1

(•/

scj.

III

-XII;

ixaTixÇipovyhcos 67305,

67353,

àKvniov{Th) 67306, i3;
ài)J"/^£(Tî5ot(


1
.

A, 17; 23; 3i.
67329,
II,

3o;

— — —
1
;

67328,

I,

1

2

;

Il

67340, A3.

67314

,

29

;

III

,

67333, i3.
)•.,

9.

àKolTiOv 67359, II,

2

;

VI,

1

;

9

;

1

1.

67262, G.
r.,
c.
,

àxépaios 67309, 36.
à«<'r,;TOî

â>7'TT;7Tos

67352 67353

fi,

67295
G.

,

II

,

1

;


— —

67312

,

5 G

;

6

1

;

diiTjiiTcos

,

A
;

,

àOâvoLioi 67279, 2
iOsxs'iv

1

3

67313,
III, 2.

67295,

axhipos (subsl.?) 67353,
à«o^/ 67295, III, 3 A.

v.,

A, i5.

67314,

III,

2 G.
i'..

àOsTn-iix/js
a:'<?Xio.-

67353,
().

A, 12.

ànoXovOeïv 67323,
dxoXovOros 67310,

17;

67340, 17; A A.

67279,

aîyiakis 67313, /i5.
a/^/o-;fiOf

67284,
;

67296, 2

1;


2

67295,
;

67297,

III,
,

22;
1


;

67321
I
;

,

1

o
5.

;

18:

67314,
1
;

II,
;

G;

67327,

2A

67329,

II,

67329

3

II

,

dxoveiv 67294,

26;

(i;7alSsuifiÔTtis

67296, 19; 20;

67296 ,12.

2A; 25;
20;
,

alSùJs612%, in, 22.
al0a\6sv, éfineTrptiaryiévov 67331
aîve7v 67329, II, 5.
I
,

— —
m,

67295,
1

III,
;

i3;


19;

67302, 2

•—

67306,

20;

67303,

67324,

67328,

3o;

IV,

3o; V, 29;

r.

,

3

VU, 27; 28;

VIII, 2G; 28; IX,

3o; 32;

alpsïv

67294,
I
,

iT);
,

17;

— —

67309,

2G;


A, 28; 3o;XI, 29; 3i;XII, 3o; 82;
67329,
II,

2.
I

67325
alpe-rôs

('.

1

àKpi'ëeia 67312,
''1.

1.

67314,

il,

àxpiS>ii 67312,

52;
5;

aïadiiaii 67312,

i3.
III,

dxptëiSs 67279,

ataios

67295,
;•.,

3/j;

67340,

2G;

67305,
2.

.")

;

n

;

— —

67353,

v.,

A, 5.

67290, 5;

67294,

67295,
2 G.

III,

29.

67352,

i'.,

dxpnoi 67311,

aioTO»- 67295, III,
Catal.

lA.
67379.

dxphvi 67305, 26.
a8

du Musée,

ii°

218
àxpoysnvi'a 67169
ôbcpius
'"",

CATALOGUE DU MUSÉE DU CAIRE.
A8
;

71.

à(i.£TavovTo.'s

67313, 3A.

67353,
:

r..

A, 33.

«(teTolTpsTno? 67299, 28.
êlyifia.
:

àxTovâpios

voir Index V.
I,
,

voir Index VII.

axvpos 67328,

90;
8
;

II,

19
1

et

seq. III-XII.
;

iyLOiëaîo; 67299, A 7.

àKvpvaîa. 67306
àxo-Xi/Ta.?

1

5

;

67299,

67311, 2/1;
axa-r
III

ai;

7

;

1

8

if).

67300,

iG;


121.

â^TreXos 67140, 9; lA;
àuTreloÇioptijios


67333, 27.

67313, A3.
19.
1
;

67305, 12:
,

A

;


,

67313, 63.
67311, 28;
G
;

67324


,

àfii^i&A'kstv 67295,

67314,

ànÇiiËoh'a 67305, 2
à(x(^iévvvcrOoLi

67313,

1

6.

67340

v-,

67298, 3.

akiiBeia 67295, 8.

aV<?o<^«(':) 67309, 2 3.

àXki)\zyyvn 67296, A; 9; i3.

àa(p6repos

67169'",

aXknloi

àXkos 67294,
5; 7;

— 25; — — m, 3o; — 3o; — 66; 67; — i3;i8;i9;20;22; ,2; — 28; — — 2A: — — — —
67169'''',

55;

67279,

67302, 5;
1

26;


9;

67311,

67296,

A;


12;

67313,

67295,

19;
1;

67296,

5;

7

;

29

;

00.

67298,

67299,

àvaëaXXsiv 67291, 8.
àvâysiv 67295, 20.
àvayiyv'JaKSiv 67298, A 2
:

67311

10; 11;

67313,

67314, i5; 18;

III,

1

;

A6.

àrayxalos 67295,
67333, 19.
àfayxai'îtis

II,

6;

A9; 6A

;

G8.

67309,

12;

— —

12;

67299,

67323,

67329,

II,
;

8;

67333, 7;

67329

,

7.

67340,

V.,

39;'Ai

9A.

dvdyKn

67169'''',

àlloTptoi 67295, 9; A; 7.

67304, 2;

àXXoTptovv 67340,

i'.,

1

i3.


r.,
:

3 2;


IV^.

67299,

67310,)'., 10;

27;

67312, 36;

67353,

A,

G.

dn6(pv\os 67288,
éllyiv

III,

27.

àvayvcôa-rrtî

voir Index
III,

67325,

H,

i'.,

16.

dvdypa.iTTOs 67295,

3A.

àX6yù)s 67295, 9; II, 21.
dXvcrtSiov 67340, r.,

dvâyoyoi 67305, 26.
dvaSéyj<TOa.t 67169*''',

3o.

àXuais 67303, i5.
afia

67312, G8; 99;

III,

22;
2 5.

67313, 53;
II,

67329,

8;

67314,
v.,

67353,

— — —
17;

67296,

.'.;

G;
I,

10;


G

67295,
7;

II,

67297,
II,

20;

67305,

67328,

G;

cl .«eq.

Ill-.MI;

67332, 9.

A,
ayLa
:

àvaStSôvai 67290
àvnSo^)]'

,10.

voir Index IV.

67305 ,23.
67295,
II,

ii(jia9eîcL

67295,

III,

27.
!'.,
1
;

dvaX,v'-r>io-te

6.

afiaXXa 67331, IH,
dfÀokXoSsriipsî,
oi

2.

dvaipsïv 67295, III, 33.
SecryLOvines
àvaxsipoLXaî'-jjj'ts

Tas
1.

àftaXXas

67359, VI, 8.
r.,

67331,
â'fzaÇa

III, V.,

67279, 20;

dvax6Xov6ov 67310,
67303, 7; t3; 20.

6.

dvaXaitëolystv 67169'''',

àfjLeieÔTus

67312, 86.

67314, 3;
III-XII;


f).

58;


I,

67279,

23;
et

67328,

19; H, "9

diiélsia 67314, 2 1.

.s(Yy.

—67340,

58.

âyteinnoî 67281, 5.
àfieTâÇktjTos 67169
*''',

dvaXîa-xstv 67333,

3

1

àvaXoyeJv 67309, 2G; 28.
dvaXijyia 67287,
1
;

àyLSToldsTOS 67314, III,

Ao.

àiisTayiéXvTOs 67314, III, 11.
à[iSTav6r,ros 67169'"'',

3o;

21;
67299, 29.

67301

,

2 A

:

67330,

III,

lA; iG;
32.

67311

67340, 02.

dvaiJiÇiiëoXcjs

67314,

III,

PAl'YllUS
àvayLÇiliyvi 67301,
."^'i

BVZAMINS.
67306, 12;

219

:

67310,

'•,

h.


1

67319,
1

i

;


20

67359,

M,

3.

àvai'Tippthvs 67314, 11, i2.

àvtiv 67295, III,
àvtffxvpos 67328,
àvvûva.
:

1.
,

àVaÇ 67336,

i.

20

;

II,

cl

scq. III-XII.

dvaTtaXaàtv 67299, 4 2.

voir Index V.

àvâirakw 67313, 2y.
àvolpfiuais

dvoSos 67302, i3;

67312,
,

(")().

âvOLyeiv 67302, 10;
^

— —

67309, 28. 67309,
2/1
;


^

67313,

àmîTxat?»/ 67283

iG;
,

67295,

11,

5.

1)0.

àfacrr s'Axe IV 67279

i

o

ài'OtxoSofish'

67299, 20.
Ttkzidt-co

AvaToX»;'

:

voir Index \^

dvono, àvvono,

67331, H,

/•

àvaipoÇiv' 67279, a G.
àvaÇiatprtcti 67299, G.

àvopOow 67295 ,11.

àvaÇiopâ 67281,

.'5;

wopuX"' 67283, »G;


,

67295,

II,

5.

67295,

11,

17;

àvT(XTToSiS6vai

GIZQ^
•").

20.

67320,

îî.

àméxeiv 67281,
,

àrejxÀj/Tws 67311

a/i.

àvTtëaîvstv 67340, v., 12.

àv£K(ppd(TTUJS 67283, G-

àvTixaTaXXaTTEir 67299
àvTtXéysiv 67314, II,

,

2/1.

àvÛMeiv 67295,

2/1.

i3.

àveniTT'Z's 67314, III,

17;

aveyLOs 67325, IV, r.,
âr£f/7ro-J('oTa)î

2G; 27; 3o; 82.

67299

,

2»;
1

— —

67329,

11, 8.

àvTiXoyîa 67310,
àviÎTTa.los

y., 3.
t'.,

67353,

A, 10.

67313, 63.

àrT(7roi£rr 67312,

17;

67314, U, i3;

— —

àvevS^XiiTOi 67306,
àvé-rraÇios

3.

67340,

V., 9.
1

67279,

T).

àvTtpptjTixoi 67295,
,

;

S; H, 17; 22;

2/1.

àveTTiSdveta-TOs 67309

3

'1

àWpos
àviÎEn'

67169

''•,

/12;

70;

67301, 19;

àvépx$aOixt 67330, UI, 17.
at^ETOs

67327,

2; 8; i5; 28;
r.,

82; 89.

67305, 2 G.
1

67331, H,

17.

dvsu 67296, 10;
t;

67309,

àvéxen'

67290,

'i

— — 3o; — 67334,12. — —
1
;

67300,

1

7

;

67304,

àvu-KaXkoLKTOi 67309, 35.
ài-uTrEp^^Tws 67302,

i5;

67308, h.

;

11;

67313,

21;

àwTvôOeioi 67309, 3 A.
aÎM/vf/ow

67322, G.
àt-e^/za

67279, 27.

67295, iS.

âVw 67302, 10;


t

67323, i3.

àvmeiv 67294, 27;
iG;

67295, 28;

67312,

67314, 34;
àini'p


:

73;
67340,


iG.

67310,

àVoiOt-j'

67313, 3o;
1
1


— —
7;
1
;

67294,

1.
'i.

àvonépu 67294,
àvco(pelv's

v.,
i")

:

67314,

III, A.


5
;

67279,

1

2

— 67294,

67299,

3i); .S5;
,

67312, 71

;

— —
;

;

67295,

2

à^toiticnoi 67310, i3.
à'Oos 67169'",
àçioiJr
II,

67310,
11,

i3;
A;

67314,
;

67321

'1

(;

9

;

67340, 7; 57;

V., /i3.

àvOoiioloyerv 67299,

2a;

— —

17;

5G;
II,


1

67295,
III,

67320,
«

67283,

67333,

1

j

;

20;



,

10;

67314,

III,


V.,
I.

67301, 37:

67308, G;

— —

67296,

9;

67302, 19; 67312,

67340,

/lo.

A3;
23;

67327, 20;

àvOp'^TTivos 67312,

3G.
5o
;

II,

22; IV,

23; — — — — 87; — A3; A8; — — 29
2;

III,

22. 67295,

67300, 20;

67303, 23;
67325, IV,

67328,

cl

scq.

V-XII;

avOpvTTOs 67169

'"',

10;
1/1;

67294,

2;

— 67283 — 67290 H, —
,

3

;

67329, i3.
açiiy

i5;

18;

25;

67295,

17;

67298,

23;

67303

1

5
I,

àoKvus 67328,

12;

II,

Il

et

aoq. III

-XH.

28.

220
d6ptaTos 67350 «,
clna
:

CATAI.OGDF, DU MUSl'lK DU CAIRE.
.'5;


/i

67351, S.

à-KoèokifJiouQs

67353,

v..

voir Index IV.

àitoylyvscrOai 67306, A;
)'.,

A, 7; 17.
67340,
!'.,

A A.

à-jTay/jpEva-is

67353,
,

A, A;

-j/i.

à-TroypâÇieiv 67329, H.
â7ro7pa(p»;'

àTraOv'i

67353

r.

,

A

,

67329,

.">

;

10.

ànai'SsvTOs 67353

,

?'. ,

A
i

,

<>

3
9.

àTroJeixroWi 67281, G;
h;
v.
1
,


1

67310,
;

1

.!.

àTraneh' 67279,

i

r>

— —
A;

67299, 57
15,
l");


:'..

;

;

()

;


.'?

67310,

;

67321, R,

;

67291,

'J

;

d-TriSei^ti

67286, 8; 67353,

(j;

y

liO. 3().

67320,
<i
;

àTioSr)nlw(ji?

f.

,

A,

67324,

à-nohPjvixi 67169'"',

r)9;

67356,

cè7ra(T»/iy((^os

67347,

II,''.,

i-

à7ra«T>jT>/s

:

voir Index III.
'.hi;

«77^00-1.-

àTraXXaTTt». 67311,
ctTrai-Tar

67322, S.

67294

,

1

3
().

à7rofi'Tot;(^oi>

67324, 67305,

ÔTraÇctTrA'îis

10;



3

— — — — — — — —
67302,
1.^);

67295,

67305, 20; 67314, 3; 67303, G
o
; :


;

III,

3i;

67306,

7;

67308, 3:
1

III, -îG.

67279,
;

;;

;


;

67305,
;

1

G

;

1

9

67309

,

:>

.3

•.>

;

A

."5

A 7
||,


,

67310,

i\,

it!;

67314,

•!•*;

q/,

,

;

67340,

»'.,

1

'.!•!.

67313,

T);).

àTTo(,vyil

67311

,

A

;

1

8

;

39.

ànoL^tow 67333,

!•-!.

àTrapaÉ^aras 67169'"', -JO:

— —

67313,

.'53;

à-noOvvTKStv 67324, 8.
àiroxaOtirrolvrxt

67303, 20.

67340,

I'.,

t)/i.

à-TTOxalv-msiv 67295, II, 8.
1 ;

ànapahtnos 67280,
ànapyvpi'CoCv 67289
,

67295, H, 0.

à-TTOxaTolaTaaii 67295, 11,
à-noxiipxjKii

12;

— 67303,

7.

1

67353,

r..

A, A;
fx).

2 A.

àirapyvpiaixôi 67289,

iS;
(,.

67359,

III,

v.,

àTiox\))pov6[xo<:

67312,
1

3;IV,

r.,

3; VI,
3<S;

«Tras 67169'"',

29;

67305,
iC);

— —
à-TTotT,,

— —
1

67299,
1 ;

•Î7;

67311,

— — — —
«;
1(3;
(>;
().

67279,

1

1

;