HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR

30 mai 2009

HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE DU XXe siècle

Cours magistral Licence 6 Professeur Hélène Jannière Auteurs : Le Gall / Almastour B3 BIA

HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR

30 mai 2009

INTRODUCTION :
Au sein de la production architecturale du XXe siècle, le cours s’arrêtera d’abord sur les avants gardes architecturales/artistiques, leurs apports et leurs échecs. L’accent est ensuite mis sur les différentes composantes de la « modernité architecturale », et non sur le seul mouvement moderne. Le cours exposera en outre, à travers les œuvres de plusieurs architectes de ce siècle, la diversité des courants, des approches voire, les contradictions internes de l’architecture dite « moderne », mais aussi une modernité sans « avant-garde », qui constitue la majeure partie de l’héritage de cette période. Il s’intéressera particulièrement aux développements de l’architecture « moderne » dans les années trente et quarante, ainsi qu’aux « révisions critiques » du langage moderne dans l’après guerre, dans plusieurs pays européens. Il aborde la fin du modernisme, à travers la critique des artistes et des architectes des années 1960 et 1970 et la question du langage, fondatrice des positions « post moderne ». Ce cours est développé suivant 3 thématiques : Thème 1 : Art et architecture : des avants gardes « historiques » aux nouvelles avant-gardes des années 1960.
-1) Les expressionnistes allemands. De la représentation de la métropole dans la peinture au refus de la métropole moderne dans le projet. -2) Le Corbusier, peintre et architecte. Du purisme à la recherche formelle des années 1940. -3) L’espace suprématiste. El Lissitzky -4) Nouvel espace dans l’architecture : De Stijl-Mies -5) Culture pop. La question des « environnements » artistes et architectes dans les années 1960

Thème 2 : Expressions nationales, régionales et révisions critiques de l’architecture du XXe siècle.
-6) Les régimes totalitaires en Italie -7) Quels nouveaux langages pour l’architecture moderne de l’après guerre : brésil « form givers » aux EtatsUnis Alvar Aalto. -8) Du néoréalisme italien après 1945 au « contextualisme » d’E.N Rogers « révisions critiques » du rationalisme.

Thème 3 : Modernisation, modernisme classique. -9) La modernité classique en Europe : Allemagne (Behrens, Bonatz), Suède.
-10) Un modernisme « à la française » du « nouveau style » des années 1910 à l’art déco à travers l’habitation individuelle. -11) Auguste Perret et la mise au point d’un langage, rationalisme structurel au classicisme moderne.

HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR

30 mai 2009

Thème 1 :

Art et architecture : des avants gardes « historiques » aux nouvelles avantgardes des années 1960.

-1) Les expressionnistes allemands. De la représentation de la métropole dans la peinture au refus de la métropole moderne dans le projet.

-2) Le Corbusier, peintre et architecte. Du purisme à la recherche formelle des années 1940.

-3) L’espace suprématiste. El Lissitzky

-4) Nouvel espace dans l’architecture : De Stijl-Mies

-5) Culture pop. La question des « environnements » artistes et architectes dans les années 1960

Gross stadt 1917 : Mouvement centrifuge. fuite de la ville vers autre chose. de faisceaux lumineux entre les véhicules de toutes sortes et des milliers de boules bondissantes » Georg Grosz. Ils se situent en réaction à la grande ville moderne et veulent trouver une alternative à la ville réelle. Ce n’est pas un style. C’est une expérience partagée. dans lequel des architectes ont donné libre cours à des architectures utopiques. Exemple : Ludwig meiner la rue 1913 J. . et la ville représentée comme une forme de la ville. qui se rapproche plus de l’utopie que de la réalité. mais elle décrit surtout une attitude intellectuelle sociale et spirituelle. Otto dix abendsonne(crépuscule). une parenthèse. L’architecture expressionniste est un épisode. effet d’inquiétude. noirceur du conflit. Relation entre l’imagerie apocalyptique de la guerre.1) définition Futurisme : mouvement. principalement allemande et hollandaise. il y a cette affirmation d’une architecture standard. unité de lieu. 1918 couleurs beaucoup plus vive que précédemment mais même caractéristiques. 1913. Boccioni définit l’esthétique comme un déséquilibre dynamique. Donc cette architecture décrit une attitude. Steinhardt Die Stadt. ils ont tiré une matière pour leurs projets futurs.… 2) Architecture expressionniste 2. Aussi l’effet de puissance énergétique négative.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 1 Expressionnisme/Rationalisme et avant-garde allemand 1) Les représentations de la ville dans la peinture expressionniste Ludwig Meidner Paysage d’apocalypse. un temps suspendu entre 1910 et 1920. et de l’autre coté. un répertoire de formes. 1915 Destruction. « Une rue ne consiste pas en valeurs tonales. qui libère s’exprime dans des paysages urbains. rationnelle pour tous. Il y a la l’idée d’une architecture autre. les personnes ont tendance à fuir vers la périphérie. c’est un bombardement de rangées de fenêtres sifflantes. de fantaisies. une architecture de logement. avec des logements etc. D’un coté il y’ a un refus technique. unité de principe.

esquisse pour un bâtiment de gare vers 1915 Sharoun. dramatisation des bâtiments. Paut Scheerbart écrit un poème « l’architecture de verre ». les architectes hollandais ont pu construire pendant et après la guerre leur fantaisie architecturale. c’est avant tout une position avant gardiste. Contrairement aux allemands.2) l’architecture de cristal. C’est avec cette architecture de verre qu’on s symbolise l’architecture du futur. A partir de 1914. 1914 : exposition de l’architecture de cristal de scheerbart. contre plongée. Les architectes voient dans le progrès une disparition de cette idée de la place de l’artiste et de l’architecte.C Von Epen. leurs fantaisies grâce à un climat économique favorable à la construction. Idée de retourner à une forme de pureté tout en ne retournant pas à une forme vernaculaire. Le travail de Kandinsky. Idéal : exprimer par une forme plastique architecturale. La tour Einstein à Postdam 1920 : L’architecture est une sculpture. Idée que les bâtiments sont travaillés par une dynamique interne. rend perceptible les valeurs plastiques des bâtiments. 2 . réconciliation entre Art et industrie. exposition du Werkbund. Influence : les peintres cubistes. dans lesquels les architectes essaient de participer au processus de conception des produits. « énergie de la matière » J. rapport de l’espace et du temps. avec l’idée d’une société atteinte d’une pureté collective dont l’architecture serait le verre symbole de pureté. une œuvre d’art totale. 2 voix se font entendre. le verre comme matériau et symbole L’architecture de cristal. les formes cristallines sont les formes d’un symbole de purification de l’âme. association entre industriel et architectes. Les premières années sont consacrées à l’artisanat plus que l’industrie. révèle un ordre spirituel. Projet de la tour cristalline 1920 : Ils partagent avec Gropius de nombreux idéaux dont le cristal et également sociaux. . Amsterdam : Vocabulaire compliqué. 30 mai 2009 Mendelssohn : mise en scène. cette énergie de la matière. Le cristal. paysage à la tour. ces architectes hollandais d’Amsterdam ont pu appliquer leurs idées. C’est aussi une dernière expression du romantisme de 19ème siècle. une dynamique. et une architecture comme pratique artistique. Bruno Taut : Pavillon de verre expo du WERKBUND : Coupole à facette de verre composée de panneaux colorés. les partisans de l’union entre l’art et l’industrie et les opposants. Michel de Klerk et Piet Kramer : immeuble de dageraad.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR Erich Mendelssohn. Philharmonie de Berlin. esquisse. elle révèle une tension. Idée de l’avènement d’une culture nouvelle depuis la guerre.

HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Lionel Feininger la cathédrale du futur : édifice qui présente une pureté cristalline où convergent tous les autres arts=> élan communautaire. qui échangent par la même occasion la vision d’un monde futur pacifié. Mise en scène par des masses sombres etc. L’expressionnisme est un mouvement qui a une attitude marginale mais elle a des conséquences importantes. et les relations de voisinages. et la métropole moderne. A partir de 1919. Hermann finsterln : rapport avec la terre. courant philosophique de pensée anti urbaine qui essaie de démontrer que la métropole moderne détruit la relation de l’homme à la nature. donc l’homme dans ses relations immédiates. Hanz Polezign Fabrique de Luban 1911-1912 : scénographie pour dramatiser les masses architecturales afin de montrer la monstruosité des programmes par l’expression de nouvelles formes. extérieur en forme cristalline de coquille d’oursin.1) Idéologies anti-urbaines. Bruno Taut. Robert Owen schéma pour une communauté idéale 1917 Weazel Habilik structure de colonie aérienne 1908 A partir de 1850. Idée de cristal de transparence. Peter Behrens avec son bâtiment administratif de l’usine Höchst à francfort sur le Main 1921. ce sont les décors de théâtre et de cinéma. Cette forme d’architecture prend place dans la société. elle dissout les cercles de familles. Otto batning. mais de construction pour la métropole. s’opère un échange de lettres et de dessins entre architectes. où la technique joue un rôle par l’intervention du verre.1925 met en scène les masses avec cette idée de puissance. la ville réelle. Mies van der Rohe projet de gratte ciel de verre de Berlin 1921 : Il est influencé par l’architecture de cristal. Peter Behrens halle des turbines AEG : idée de puissance. Il y a une intersection entre cette architecture de fantaisie. fait corps avec la terre par ses projets urbains. 3) Les avants gardes allemands et le phénomène de la métropole 3. projet d’église en étoile 1922 plan centré. L’un des terrains d’application de cette architecture expressionniste. On n’est pas dans une attitude contraire avec la métropole. l’architecture sort. dans le gratte ciel qui symbolise une pureté cristalline. .

Les architectes se livrent à des rêveries au niveau architectural mais aussi urbain. Ils voient une possibilité d’améliorer les conditions de vie. TAUT construit et définit une politique de logement ouvrier « fer à cheval Berlin 1926 1928 » vu comme le centre spirituel de cette communauté. chez Taut architecture et terre se confondent. le chaos de la ville actuelle aux communautés. née en Angleterre fin 19ème qui à connu beaucoup d’application en Allemagne. Ebezener Howard modèle de cité jardin 1898 : Expérimentation sur le logement par groupement en série. Pour la colonie aérienne de Wenzel Habilik. Entre 1925 et 1931. fusion entre les membres organiques). . Anti-urbain au sens spatial (anti formes) et social (d’ordre relationnel. Le modèle de société est perçu comme une perte de par les révoltes et les révolutions dans les grandes villes. 3. il y a à la fois une influence des modèles urbains allemands et britanniques. Dans les sociétés fin 19ème il faut restaurer le lien entre l’homme et la nature. Bruno Taut : Dissolution de la ville 1918 il va théoriser ses solutions.2) Taut. la communauté. reformer la fusion presque de l’architecture et la nature jusqu'à la disparition de l’architecture dans la nature.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 La petite ville médiévale est perçue comme un mode de vie par ce courant anti urbain. expressionnisme et rationalisme. Il y a une importance chez Bruno Taut de l’architecture expressionniste de reformer. et d’un autre coté une intervention de la couleur. la grande ville est dissoute. dont une architecture d’un coté rationnel. comme un modèle idéale. polychromie. façades colorées. c’est une soucoupe flottante qui contient une communauté urbaine qui survient à ses besoins. Les ensembles de logement rationnels construits par Gropius sont extrêmement nombreux et sont issus de l’architecture rationaliste encrée dans cette culture de cité jardin britannique. héritage de cette période expressionniste. à travers le mouvement social. Pour les rationalistes allemands. Modèle de la cité jardin. Idée de forces telluriques.

Poelzig La révolution industrielle a vraiment démarré en Allemagne et le werkbund va s’inspirer des arts and crafts britanniques. -améliorer l’esthétique et la fonctionnalité des produits. -Opposition entre norme. -architecture et objets de la vie quotidienne. Mies van der Rohe. Par rapport à l’amélioration des objets. Il y est montré beaucoup de meubles. Walter Gropius. Cette différence est marquée par l’exposition de 1950 à l’occasion de l’exposition de Bruno Taut et son pavillon de verre. Fritz Schumacher. 1) Introduction Le deutsche werkbund (1907) : -fondateur : Hermann Muthesius (1861. il conçoit des objets à petite échelle. Il conçoit des objets et de l’architecture avec le même esprit. participation des artistes. ou au design des objets. ni vernaculaire.1) Le Jugendstil et le Darmstadt L’une des figures principales de l’architecture allemande. type standard et volonté artistique. -esthétique influencée par la culture « art and craft » -cesession viennoise Joseph maria Olbrich. L’idée d’un art allemand non pittoresque. pour l’industrie. Pavillon récession vienne 1897-1898 : Au début de sa carrière. d’objets pour la maison. Muthésius /van develde. Il s’intéresse de très près au rapport entre architecture et industrie. Peter est dans une idée d’œuvre d’art. vont se former et apprendre comment exprimer l’architecture dans cette révolution industrielle. 2 courants se différencient alors : -Artisanal : van de Velde qui privilégie l’expression personnelle par rapport à la norme.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 LE RATIONALISME ALLEMAND Début de cours à récupérer. . il ne s’agit pas d’imiter mais d’édifier une culture de l’habitat et l’objet avec une certaine importance de la tradition classique. -de standardisation : privilégier la standardisation dans la production architecturale. 2) L’architecture de Peter Behrens 2.1927) -art et artisanat type et standardisation -tradition des arts and crafts britanniques -importance de la tradition classique -resserrer les liens entre industriels et artistes architectes allemands. Bruno Taut. de synthèse des arts et non au rapport à la vie quotidienne. dont la production allemande est l’expression d’une nouvelle civilisation industrielle et reflète un état du pays.

2) L’architecture de Behrens Caractéristiques : -design Behrens et L’AEG . à la maison de l’architecte de Darmstadt. monumentaliser le rapport à la technique. Allant du verre « série de verres. 3) L’architecture de Walter Gropius 3.3) Bâtiment d’exposition du werkbund 1914 . les formes. 1898 ». avec un design fonctionnel. Volonté dans le plan. Halle des turbines AEG à Berlin 1908 1909 : Il a dégagé un grand espace vide qui permet de déployer les installations. 3. monumentalisation de la façade. Simplifications de l’espace domestique « Philippe webb 1859 Maison rouge » 2. les différentes échelles sont soumises à la même esthétique. d’une grande attention aux fonctions domestiques pour réduire au maximum les circulations. inséré dans un tissu urbain à l’angle d’une rue. construire un temple de l’industrie. mais il conserve son attitude.Forme géométrique et cristalline -Des bâtiments pour l’industrie. Il dessine aussi des caractères typographiques. Ce bâtiment est un symbole. Lampes bouilloire. métaphore du temple. idée d’une formation d’un volume quasi-parfait. l’idée que la communauté esthétique. Il conçoit la charte graphique chez AEG.2) Usine fargus Le rapport avec la halle des turbine. Articulation par portiques éclairés en verrière. « Pavillon AEG Expo de Berlin 1908 » il abandonne toute référence et toute réminiscence à l’art nouveau et met en place une écriture qui exprime un nouvel ordre géométrique en référence à une puissance industrielle. Ce bâtiment est une architecture en volume pure sans véritable décor. Même idée dans l’esthétique de la conception. Nouveaux matériaux : acier verre.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Peinture « colonie d’artistes de Darmstadt de olbricht » culture d’art totale : C’est aussi un peintre proche de l’esthétique de l’art nouveau. plein et vides. la halle des turbines à Berlin -Rapport édifice ville -Classicisme -Expression de la puissance de l’industrie Peter va d’abord travailler en tant que designer mais il va abandonner cet esthétique art nouveaux.

l’escalier. images de l’almanach du Deutscher WERKBUND en 1913. Il y a une forme de d’inversion entre les pleins et les vides. ont tous travaillé dans l’agence de Peter Behrens. Il y a dans Fagus une vraie mise en scène. Gropius. porteur ou non. massifs. fascination pour les formes simples cubiques prismatiques. transparente. Cette façade met en place tout un jeu de références. ils ont gommé les détails. Idée qu’elle est légère et flotte. Esthétique industrielle : idée de temple de l’industrie. opaque est au centre accroché au sol. Conclusion : La rationalité est l’idée qui doit s’exprimer dans les matériaux mais qui n’exclut pas de références passées. accentuation de la vision par transparence des planchers. Il est intéressé par le fait d’exprimer cette nouvelle puissance industrielle qui doit aider à former cette nouvelle architecture. Le coté léger. d’industrie. symbolisation de cette nouvelle société industrielle. Mies. on décolle les éléments porteurs pour les mettre en scène. de grands prismes. Ce monde de l’industrie est en accord avec le monde contemporain donc légèreté. Le corbu. Au-delà de l’idée. transparence. parenté entre les grands édifices du BAHAUS. ce sont des volumes purs. c’est aussi une admiration formelle des bâtiments. Le coté lourd. Adolphe Meyer à l’expo du Werkbund à Cologne ont fait un prototype qui montre que l’architecture doit employer des matériaux nouveaux. . Travail sur l’architecture de verre mais dans une esthétique différente rationnelle. Donc l’architecture moderne est aussi faite de jeux de références. Gropius réfléchit sur la sérialisation et la possible industrialisation de la construction. Il y a une parenté aux temples égyptiens. l’idée d’un plan classique et une architecture égyptienne très massive qui contraste avec une architecture de verre à l’angle. plein. « Les silots » Pour les besoins d’exprimer d’avantage de tranchant.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Dès 1910. alors qu’il travaillait sur la halle des turbines ce qui a influencé : Adolphe Meyer et Adolphe Gropius Usine Fagus 1911 : Façade vitrée non porteuse.

-construire un nouvel environnement visuel réformé grâce à ce nouveau mouvement. Un des éléments important est la revue de Théo van Doesburg qui prend des positions et prend contacts avec des mouvements avant-gardes européens futurisme et constructivisme russe. intégrer l’architecture dans son horizon d’action : réformer l’univers visuel de l’homme. Le mouvement a été enseigné au Bauhaus : de 1919 à 1921 c’est l’expressionisme. JJP Oud. présentation du mouvement Fondé en 1917 par un peintre. . Théo Van Doesburg. L’utilisation de l’axonométrie est un moyen de figurer ce nouvel espace infini. Théoriciens: -Théo Van Doesburg -Piet Mondrian Peintres: -Bart Van der Leck . Forte imprégnation de l’architecture de FL Wright dans l’architecture de De Stijl pour créer des plans infinis. Il va tisser le plus de ponts avec l’architecture. Exemples : Johannes Peter OUD projet d’usine 1919 FL Wright temple unitarien oak Park Chicago : espace infini. 1er manifeste publié en 1918. Peu utilisée avant les années 20 elle va être diffusée à partir de 1923 et va exprimer cette nouvelle spatialité. Robert Vant Hoff Oud construit de cités de logement social vers 1910 1920. mais tournant aussi car il y a abandon de tout expressionnisme pour construire un répertoire de formes épurées. d’espace infini. abaissement des coûts de constructions. Résulte un abandon de la représentation de l’espace perspectif de la Renaissance. Objectif. peinture et architecture 1) De Stijl. intègre certains éléments du cubisme et du futurisme : -éclatement des plans et abandon de l’espace perspectif. La rencontre De Stijl Bauhaus a permis grâce à des moyens de diffusions importantes de s’étendre.Vilmas Huszar Architectes :-Gerrit T rietveld maison schröder -Cornelis Van estern -Jan Wils.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Nouvel espace dans l’architecture. qui constitue le mouvement de l’entre deux guerres. Réduction à un ensemble de plans. Idée d’un dynamisme à la nouvelle perception et conception de l’espace. Sharoun… 1922 : TOURNANT avec la mécanisation. cet espace infini. l’idée de la machine. C’est TVD qui a contribué au changement d’orientation esthétique. De Stijl. Ça n’intéresse pas du tout les théoriciens du mouvement De Stijl. Donc il y a 2 courants dans le BAHAUS : Expressionisme et rationalisme.C’est la théorie du logement minimum. communication d’un espace. Donner l’illusion d’un espace infini. avec Mendelssohn.

Les artistes de De Stijl revendiquent le fait qu’il n’y ait pas de pesanteur dans l’architecture. Le motif a alors autant d’importance que le fond. les plans et les couleurs sont transfigurés. Maquette de maison particulière en 1923 : Transcription en 3 dimensions de la théorie élémentariste : -3 couleurs primaires et noir et blanc -infinitude de l’espace -grands plans qui dépassent -l’angle doit articuler et non former. Composition avec lignes noires 1917 : Il n’ya pas du tout l’idée de cerner une surface. Il n’y a pas vraiment de sol. 1914 Composition ovale : Toit d’une ville. représentation figurative. même la ville doit se plier au principe de De Stijl. l’idée de l’élémentarisme. peinture et architecture : un langage élémentariste 30 mai 2009 Arriver à un art pur. Le paysage urbain vu d’une fenêtre est représentatif du nouveau regard multidirectionnel. L’axonométrie a permis d’introduire l’oblique dans ses tableaux : « contre composition XVI en dissonance 1926 . il représente ses axonométries et l’appelle « contre construction 1924 » « construction de couleur dans la 4ème dimension de l’espace temps Transformation des éléments architecturaux. Les plans flottent dans l’espace. retrouver pour chaque art ses composantes premières : peinture. Ce n’est pas l’art pour l’art. proposé par les cubistes. il doit être totalisant. sculpture. Réduction de la palette chromatique. A partir des maquettes schémas. -jeu de décalage qui essaie d’incarner l’espace centrifuge. architecture et construire un langage universel. mais aller à l’essentiel. L’architecture est un art universel. tout sera art. on ne doit pas joindre 2 plans mais les disjoindre. Idée que tout l’environnement. collectif. 3) L’espace dans l’architecture du Groupe De Stijl Travail avec Cornelis van Easteren et Van Doesburg pour établir des schémas architecturaux. Les 2 principes sont : Pureté Universalité Piet Mondrian. qui doit être compréhensible. -L’architecture doit s’ouvrir sur l’extérieur. composition bleu. Réduction de la représentation de l’espace à 2 directions orthogonales. Suppression entre figure et fond. 1917 : L’espace du tableau n’est plus une fenêtre perspective mais une fenêtre dans lequel flottent des éléments picturaux. il s’échappe par toutes les articulations de la maison. on n’a plus besoin d’artiste. Les éléments architecturaux deviennent pure couleurs et pures surfaces. arriver à décomposer l’art en éléments simples. l’espace de la peinture se confond avec l’espace du fond. L’application en architecture est la cloison qui donne l’impression qu’on ne s’arrête pas. il y a encore un espace du tableau qui est délimité.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 2) Principes. Les espaces de la maison communiquent avec l’extérieur et communiquent les uns avec les autres. Composition avec Rouge Jaune et Bleu : C’est comme si le tableau avait des plans ouverts qui se prolongent indéfiniment dans l’espace.

flux spatiaux qui fuient. Fenêtres d’angles. le relief. Projet d’un pavillon d’exposition en 1923 de Rietveld. Conflit architecture peinture. L’une des techniques de décloisonnement pour montrer la non finitude. -Communication des flux d’espace intérieur -infinitude des plans Projet coloré pour un hall d’université : L’espace n’est pas visible par la lecture de ses arrêtes.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Au même moment en 1926 27. 4) L’application : les édifices. c’est faire des aplats pour montrer la continuité entre les plans. Eléments de continuité spatiale qui essaie d’articuler les éléments architecturaux. « Etude pour le cinéma dancing l’aubette » plans infinis couleur primaire. le temps mais aussi le mouvement. 2eme moyen de démontrer qu’avec la peinture et l’architecture. arrête de fenêtre décalée. tout ce qui peut rappeler la matérialité en architecture. C’est une maison dans laquelle tous les cloisonnements sont abolis. décalage. porte à faux de l’auvent. et Mies avec une idée d’un nouvel espace moderne. Les ouvrants participent de cette logique d’ouverture. on opère sur un espace infini. Logique centrifuge. la fermeture. La couleur introduit la 4éme dimension. l’expérience architecturale a des applications dans des espaces réels. La maison Schröder près d’Utrecht au Pays Bas : Gerrit Rietveld a essayé de mettre en évidence des principes de plans qui glissent les uns sur les autres. Ils influeront le BAHAUS. Les peintres essaient de gommer les matériaux. Corbu. espace infini centrifuge. C’est alors à la fois un principe statique et dynamique. Il faut combattre en permanence la finitude. .

redevable à l’art régional. la peinture de Kandinsky. C’est donc la recherche d’une peinture non figurative et non objective. Affranchissement plus grand par rapport à la tradition naturaliste. processus de transmission et adaptation des formes de la peinture à l’architecture. 2) Le suprématisme : Plusieurs principes : L’avant-garde russe (1917) comporte plusieurs mouvements : il y a une branche futuriste. . mies architecture de la nouvelle objectivité hollandaise. Mais ce qui fait le lien entre peinture et architecture c’est l’élaboration d’une théorie. essayé. Le Corbusier. architecture soviétique Cubisme>Purisme . lors d’une exposition.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 La formation d’un nouvel espace : suprématisme. Malevitch part d’une peinture figurative. Quelques principes du cubismes vers : Cubisme>Suprématisme russe. 1) Introduction Reprise des photos de la maquette de Théo Van Doesburg et Cornelis. Le corbu approfondit par une succession de plans ou les jeux de transparence vont donner une sensation de profondeur. progression vis-à-vis de la conquête d’un nouvel espace. Pour l’architecture c’est élaborer des formes qui dépassent l’architecture vernaculaire. villa Laroche Paris 1923 1924 : espace d’un espace continu au-delà des limites fonctionnelles. Toile : le purisme : nature morte du pavillon de l’esprit nouveau 1924 Depuis les débuts du 20ème. et une autre qui est le suprématisme fondé en 1915 par Kazimir Malevitch. 30 toiles accompagnées d’un manifeste : du futurisme au cubisme au suprématisme. par la relation de l’art et de la science de concevoir à travers de nouveaux modes de représentations. Mouvement hollandais De Stijl>Bauhaus et neues bauen allemand. maquette d’une maison particulière : fluidité de l’espace. Pourquoi ce mot ? Quel suprématisme ? suprématie d’une nouvelle forme de pensée traduite dans l’art pictural par des formes non objectives libérées de toute relation figurative ou symbolique. d’un principe abstrait. vernaculaire de l’époque en s’inspirant de Kandinsky. la toile inaugurale du cubisme. C’est aller vers une géométrisation une simplification. c’est la demoiselle d’Avignon de Picasso. Le purisme révèle les formes abstraites propres à chaque objet au-delà des apparences. l’infini.

qui est un photomontage. de l’eau. par les dispositifs quadratiques.1915 » Rupture avec la notion de naturaliste. il cherche à figurer un espace non figurable. Relation géométrique et spatiale. » Rejet de la nature. une trace. figure naïve traditionnelle -détruit la profondeur du tableau On note des volumes extrêmement marqués. avec quelque chose de ludique. le matin après l’orage 1912 Figures naïves. La profondeur de l’espace est donnée à concevoir. et le tableau se joue dans la bi dimensionnalité. Pour exprimer ces modes de vie. d’objets qui flottent. il transfert des éléments architecturaux en éléments volumétriques. Oui oui et mon cul c du poulet…désolé instant d’égarement. n’est pas un art d’imitation. Il considère que l’architecture selon lui. il établit les principes d’une peinture pure. Malevitch ne sert pas à donner une direction de l’espace. mais plusieurs directions sont évoquées par cette forme. Malevitch écrit le premier Manifeste. Il continue son exploration de la peinture pure. L’anglais à Moscou 1913 1914 Destruction de l’espace perspectif. On arrive en 1923. les éléments du tableau dont des aplats. l’espace est à n dimensions. ce qui contredit la profondeur. il faut trouver des nouveaux modes de représentation de l’espace. l’architecture pour lui n’a ni objet ni programme. Idée que les modes de vie urbains viennent envahir la planète. il peint les décors. des figures qui tentent de ramener le personnage à la surface du tableau. « Le nouveau réalisme de la peinture est vraiment pictural car il ne contient pas le réalisme des montagnes. Après il peint le carré blanc sur fond blanc. Il transfère sa méthode des plans flottants (il n’ya plus de différence de nature entre la forme et le fond) grâce à l’axonométrie capable de figurer l’espace moderne. . un fond blanc et un carré noir. puis aucun volume. En 1915. ces nouveaux modes de vie urbains. On va trouver la vérité à travers des éléments simples. Comme dans les mathématiques. des limites noires. pertes de la profondeur de l’espace représenté grâce à la perspective. Quel est le vrai espace de la peinture quand on va évacuer les éléments de la nature. et organise cette exposition qui marque le début : le tableau « SUPREMUS N°50. Réduction du répertoire de formes aux quadrilatères et triangles. à la « ville suprématiste ». qui flottent dans un espace peu déterminé. mais une abstraction. mais une dissolution totale de la forme. De Stijl explore les formes épurées grâce à lui et Lissitzky utilise Malevitch pour opérer la transition entre l’espace et l’architecture. pour déconstruire la profondeur. Il y a introduction d’éléments typographiques.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 2 toiles : La moisson de seigle 1912. L’avant-garde russe pense à ses 2 registres : -national. Il s’intéresse à la ville nouvelle. du ciel etc. aucune profondeur. Un carré décentré pour figurer cette dynamique de l’espace. rabattus à la surface du tableau. il n’ya plus d’aplat animé. Il essaie d’exprimer avec les mêmes moyens qu’en peinture.

C’est l’intermédiaire entre l’architecture et la peinture. un acronyme pour « projet de nouvelle station intermédiaire entre l’architecture et la peinture » C’est en quelque sorte. -L’espace s’ouvre complètement droites // -Les éléments flottent dans l’espace. qui entrave le moins possible ses idées architecturales. L’espace s’ouvre complètement. symbole de la profondeur. les droites parallèles nous ouvrent un espace réversible. un réceptacle. Donc plusieurs directions de l’espace sont articulées par axonométrie. Proun 19D. . les éléments flottent dans l’espace. il réinterprète. 1922 : Il n’y a pas que des plans qui flottent dans l’espace mais des volumes. -Lissitzky -// entre art et mathématiques. -Géométrie grecque euclidienne. Logique d’assemblage de parallélépipèdes flottants qu’il appelle Proun. les directions des objets dans l’espace sont marquées par l’utilisation de l’axonométrie. Proun (à partir de 1919) est un ensemble d’initiales. l’infini. et d’infini : espace abstrait. une transition entre logique suprématiste et constructivisme. Il veut représenter le non visible. Grande plateforme de bureaux suspendus qui marquent l’importance des transports.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 3) Du suprématisme au constructivisme (EL LISSINSKI) Lissitzky est à la croisée de plusieurs mouvements d’avant-garde : -suprématisme (pour la conception d’espace) -constructivisme (photomontages. notion de continuité. Il considère l’espace de la toile comme potentiellement infinie. Il essaie de résoudre par des volumes des situations urbaines. A partir de quelque chose d’assez proche du suprématisme de Malevitch. Contraste Proun P23 1919 : Il fait flotter des cubes dans des courbes. Une forme d’application de cette logique est la « série de Wolkenbügel 1924 à 1925 ». construction de l’espace pensé par un parallèle entre Art et mathématique. architecture) -De Stijl -intéressé par le rapport Art Sciences. fondée sur le postulat abstrait. -Axonométrie : donner à penser l’infini. Il renonce à représenter l’illusion de la perspective. Chez Lissinski. ordre du visible abandonné -Géométrie moderne.

On peut rapprocher le plan à des dessins de Mondrian. Conclusion : Rapprochement troublant entre peinture et architecture Van Doesburg. parenté assez forte. Par rapport aux autres architectes. les parois int. le traitement des angles. projet de gratte ciel de verre. grandes parois planes comme séparation d’espace. -Influence de De Stijl et l’espace théorisé de Lissitzky Exploration des possibilités du BA. . idée de cristal. Flottent dans l’espace potentiellement infini issu des travaux de la peinture abstraite des années 20. Eléments porteurs/éléments enveloppants. non limite entre intérieur et extérieur. Pas de mur ni de fenêtres mais des parois pleines ou transparentes. Affirmation de la planéité dans l’architecture. il y a des éléments qui prolongent l’espace de la maison comme chez De Stijl. enveloppe sans limite réelle. le béton est une peau. Plan de maison de campagne en brique de 1923 : Apparition de parois intérieures. recherche des valeurs spirituelles (dessins expressionnistes) et aussi réduire cette recherche à des formes simples pour exprimer la pureté et les techniques de la société industrielle. -Transparence -Continuité. il s’intéresse aux modalités de construction rationnelle de cette architecture de verre théorisé en 1914 par l’architecture Allemande. éclatement des différents volumes. On peut faire une analogie entre le décloisonnement. Donc volumes articulés comme Lissitski dans les Proun.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 4) Mies et le nouvel espace Il traduit cette esthétique expressionniste par des objets nouveaux. et l’espace de Proun. rompre avec l’architecture de la ville traditionnelle en utilisant le béton armé. Il n’ya plus de trame constructive. volumes flottants. indépendante d’une structure porteuse. rythme d’une danse russe 1917 : Processus de schématisation d’un motif initial d’un danseur pour aller vers une géométrisation. Plan de maison de campagne en brique de 1923 : Transposition dans une forme en architecture.ext. extérieures. une logique de composition.

peintre et architecte 1. Le tableau n’est plus art d’illusion mais crée un nouvel espace. Comprendre le rapport entre forme et structure. ce qui est arrivé à une perfection. La géométrie est un lien entre le monde industriel et l’art. logique horizontale. c’est de la géométrie descriptive. 1ère source d’inspiration : la nature 2ème source d’inspiration : la stylisation Vers 1906 1907. verticale. En 1918. Il parle de l’espace à 2. fragmentation Purisme= Géométrie calculée. les divisions et les subdivisions. . Nature morde aux verres à cotes. 1. Parmi ces formes épurées. il y a cette idée de standard. Stylisation et géométrisation de Charles Edouard Jeanneret. ils créent un livre « après le cubisme » et une autre manifeste « le purisme » Le concept joue un rôle central. Cubisme= désordre. peu d’oblique. il commence à construire de petites villas aux formes vernaculaires en respectant les motifs de la suisse. Rappel de la structure DOM INO 1914 1915 au pavillon de l’esprit nouveau 1925 : prototype qu’il applique à tout un tas de bâtiments. Formes sélectionnées : objets quotidien et banal. 3 dimensions. Comprendre les structures. plaque argentée 1906 Il suit une école avec une formation au contact de la nature. dessiné pas avec une perspective mais une sorte de jeu de faces rabattues. que ce qu’on a déjà épuré.1) Formation Ecole de chaux de fons. vue de l’infini. Il travail chez Peter Behrens. production de fabrication industrielle= standard. et tente d’exprimer l’architecture industrielle. pour comprendre les formes naturelles. 1922 : Immeuble villa double hauteur. Epuration du langage pastique. Une autre rencontre entraine une rupture dans l’esthétique du corbu celle avec Amédée Ozenfant. Réflexion sur le devenir de l’art et sur le monde industriel : la géométrie est le seul lien avec le monde de la machine.2) Le purisme Le purisme exprime un certain ordre en expulsant cette fragmentation du cubisme de 1914 1915. pour lui ne devient standard. Charles Edouard Jeanneret. Retour à l’ordre : mise en ordre.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Conception de l’espace dans l’architecture moderne Le Corbusier (1887-1965) et la recherche de la forme 1) Le Corbusier. Caractéristique du mode de représentation. 1921 : bouteilles flacons tasse violon. discipliner l’espace. La machine ce n’est pas la vitesse du futurisme. donner un grand volume dans le salon pour donner du volume au paysage. et non pas les imiter.

Boulogne 1926 C’est la première illustration totale des 5 points : 1. ou logique de la construction. Glissement des éléments les uns sur les autres. 2) Evolution de la villa 2. parcelle très étroite impasse près du parc Montsouris.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Le bol rouge 1919 : technique de rabattement de différents plans pas d’élément peint dans la perspective. Importance de la forme. Paris 1923. Impression que les choses n’ont pas d’épaisseur. Les villas Laroche et Jeanneret. l’enduit blanc uniforme masque toute matérialité de la construction. Pour le corbu. L’enduit blanc met en valeur les propriétés géométriques et spatiales de la villa. élévation de la masse= Pilotis 2. Le retournement du plan. mise à l’écart entre 2 guerres. La question de la forme revient au premier plan. Toit jardin 2. un plan de projection horizontal et vertical. Nature morde du Pavillon de l’esprit Nouveau de 1914 : On voit combien la superposition des volumes par transparence qui organise les objets dans le tableau. le jeu des surfaces pleines et vides. On voit l’influence de De Stijl sur l’articulation des volumes.3) Les 5 points de l’architecture nouvelle Voir ci-dessus . Progression progressive. Ici Le corbu réinvente le parcours. square du docteur Blanche 1923. pour s’interroger sur la logique fonctionnelle. 2. « Le peintre n’est pas subordonné à l’architecture. Une partie est montée sur pilotis. il produit un bâtiment asymétrique. un des 5 points de l’architecture nouvelle : soulever la masse et reconquérir l’espace. Il y a des contours qui deviennent communs aux objets.1) Villa La roche Il construit l’atelier Ozenfant. Le volume fait son apparition par des aplats de couleur qui donnent une illusion de volume. Façade libre 4. Plan libre : suppression des murs porteurs 3.2) Villa Cook. est le siège de la fondation Le Corbusier.1924. Référence à Van Doesburg. maquette. symétrique. Fenêtre en longueur : permet au regard de balayer l’espace rapport à la nature 5. la question de la forme est importante. Le jardin est sur le toit. Il analyse le rapport des objets entre eux. L’extérieur doit exprimer les différentes fonctions des éléments de l’intérieur. différence entre apparence et réalité de la construction. elle rentre dans quelque chose de plus vaste ». impasse parisienne du 16ème.

C’est une prémisse de la cité radieuse de 1947. s’élèvent des composantes préfa.L Wright. L’attention est attirée par les éléments périphériques dans Stein alors que chez Palladio.4) Villa Stein 1926-1928 30 mai 2009 Etape importante. un prisme pur. On a une expression de l’intérieur plus articulé mais une trame centrale dont les éléments sont attirés par des éléments périphériques.1) Concours pour le Palais de la société des Nations à Genève 1er projet public pour Le Corbusier. Colin Rowe a fait une comparaison entre l’architecture classique de Palladio et la villa STEIN. 3. On peut rapprocher le Pavillon Suisse de la villa Savoye avec son toit terrasse. poussée à l’échelle différente. Il y a une filiation à l’idée de celle des beaux arts de manipuler les éléments simples et faire un bâtiment avec des fonctions décomposées de manière simple. Au dessus des piliers en béton. géométrique. Idée qu’il y a une combinatoire. Il place une géométrie classique très puriste et un plan libre. A B A B A la villa Stein répond également au rythme classique de la villa Malcontenta. 3. proche des plans tournant du siècle comme F. qu’il a perdu. elle est comme une boite. il y a déjà l’idée de créer un sol artificiel avec des piliers en béton. .HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 2. Bâtiment régulier linéaire.5) Villa Savoye 1929 1931 3) Les « organismes complexes » et la question de la composition 3. c’est centrifuge. un plan libre avec pilotis. transfert des pilotis vers piliers expression des 5 points à une échelle collective. Savoye a un aspect artisanal alors que pour le pavillon suisse il rentre dans une autre logique industrielle. Opposition entre géométrie stricte et géométrie informelle qui correspond aux commodités de la maison. Il fait appel à un tracé régulateur.3) Cité refuge de l’armée du salut Travail sur le rôle des matériaux dans la production industrielle. Au bas un mur organique. la géométrie permet d’atteindre une forme parfaite. Et la façade Nord est plus ouverte.2) Pavillon suisse de la cité universitaire Paris Articulation des villas. Les 4 compositions Le Corbusier 1929 2.

HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Thème 2 : Expressions nationales.N Rogers « révisions critiques » du rationalisme. . -8) Du néoréalisme italien après 1945 au « contextualisme » d’E. régionales et révisions critiques de l’architecture du XXe siècle. -6) Les régimes totalitaires en Italie -7) Quels nouveaux langages pour l’architecture moderne de l’après guerre : brésil « form givers » aux Etats-Unis Alvar Aalto.

colonnes. Romain. Côme. répression. Les architectes avant-gardes se sont proclamés garants d’une universalité dans l’architecture. Novocomun. Projet de G TERRAGNI PLINGERI. Pour faire cette architecture. 1938 rapprochements avec le régime nazis. L’idée d’un empire. Il y a d’autres termes. Il y a une seule tendance radicale révolutionnaire de rupture avec le passé. C’est Perret qui perdure dans la tradition constructive française rationnelle. Comment faire pour que l’architecture moderne soit l’expression des modèles nationaux. en contact avec l’urbain. Rationalisme. Depuis les années 10. concours pour le palais du licteur. 1. LVIETTI. Comment rationnaliser sans rompre le rapport au tissu urbain environnant ? En reprenant des éléments historiques et en les transformant avec des typologies nouvelles. 1. GIUSEPPE TERRAGNI 1926 : Il y a dans l’architecture italienne une tendance. -En 1936 Mussolini déclare l’empire et prend exemple sur les romains. il y a une réaction de franche hostilité envers l’avant-garde des années 30. rhétorique des portiques.1) La situation de l’architecture entre les 2 guerres. 1934 : Projet qui prend place dans un contexte historique mais qui rompt avec l’urbain. réflexion sur la rationalisation des centres urbains « Marcello Piacentini aménagement de la ville de Brescia. Classicisme Moderne et architecture du régime fasciste. il y a adhésion 1934 1936 au mouvement central modéré. Rome. puissant bras de levier pour relever. déclaration en 1926-27 sur la Rassegna Italiana. avec l’emploi des nouveaux matériaux comme le béton.2) Repères chronologiques -émergence de l’architecture rationaliste italienne dan la 2ème moitié des années 20 -Gruppo 7 signe la naissance.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Italie. comment rénover les centres urbains. référence à l’architecture rationnelle . rendant plus complexe la modernité. On doit distinguer 2 périodes : -début des années 30 : le fascisme va moderniser le pays. 1) Rapports de l’architecture avec le pouvoir : quelques éléments. plans 1929 » Passe par une réflexion sur le rapport entre architecture et ville. exclusion de tout ce qui est forme nouvelle et replu sur les formes héritées du passé. le « NOVECENTO» qui essaient de reprendre les éléments de la tradition rationaliste tout en créant une continuité urbaine. Dans l’ensemble des pays Européens. proclame la nécessité d’accroche à la culture internationale. balayer les anciennes traditions. et une réaction plus subtile : c’est un mixte entre l’architecture classique et la modernité.

cette règle est le « nouvel esprit classique » fondé sur les éléments permanents de la tradition classique. Milan 1922 : Edifice complexe qui essaie de créer un nouveau langage classique. Mario Sironi. le NOVECENTO retravaille avec les masses architecturales pour retrouver certaines valeurs politiques de la 1ère renaissance. Recomposer un lexique . -Milieu des années 30. une architecture moderne passe par concilier des formes de modernité et des éléments du langage classique. il existe un esprit nouveau.1) le Novecento milanais Production construite plus importante que chez les rationalistes. et réduit l’architecture à des éléments simples archétypaux. Le pin sur Mer 1921 » valeur de profondeur de masse. recherche d’un consensus pour un style fasciste pour le régime fasciste. mais transfigurer pour créer une nouvelle typologie urbaine. Mouvement du Novecento Milanais : Idée de nécessité de construire une règle pour la formation d’une architecture morderne cohérente. Rome : Il bascule dans une peinture rhétorique lorsqu’il décore le palais des congrès. Ca Brutta. Mario Sironi Paysage urbain 1922 : C’est après la période des avants gardes. Il ne s’agit pas de recréer un immeuble de la renaissance. hollandaise. Giorgio de Chirico Places avec Tour : Il décrit les espaces vides.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Allemande. Fragment + collage d’éléments architecturaux. « Carlo Carra. alliant modernisme classique et modernité. de corporéité dans le tableau. Fresque Palais des Congrès. c’est le retour à l’ordre. Mario Sironi essaie de rendre l’atmosphère des périphéries. L’idée de retrouver certains éléments de la tradition picturale. Giovanni Muzio. aux bâtiments industriels et à Le Corbusier. ils revendiquent « l’exclusive ». d’origine de l’espace italien. Au même titre que les rationalistes revendiquent l’idée de modernité par rupture. Après l’éclatement dans le cubisme. -1931 : date clé dans les développements de l’architecture italienne : 1ère exposition d’architecture rationnelle appel à Mussolini pour qu’il reconnaisse l’architecture rationaliste comme celle du fascisme au sens de la révolution fasciste contre l’académisme et contre le Novecento -1933 : Triennale de Milan époque des grands concours. -1928 : Fondation du MIAR (Movimento Italiano per l’achitettura Razionae/ Mouvement italien pour l’architecture rationaliste et première exposition internationale d’architecture moderne. 2) Les différentes tendances 2.

HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 pour créer un nouveau langage ce qui amène une expression lourde. Le fascisme est une maison ouverte. il y a un grand espace sur plusieurs niveaux. d’une idée de rénovation. C’est un des moments ou l’architecture a réussi à incarner l’idée que tout un peuple va être rassemblé autour d’un leader. La maison se base sur un plan de bâtiment à cours ouvertes. Carré parfait à l’intérieur. les peintures du mouvement « Giorgio de Chirico ville métaphysique » 2. lieu de rassemblement du Peuple et des unités fascistes. C’est l’idée de construire une architecture méditerranéenne : toits plats. Il y a des fenêtres qui cadrent sur des éléments précis du paysage avec une idée de transparence dans la composition de la façade et dans le tracé régulateur. on retrouve la villa Stein du Corbu. 1927 : -adhésion à la logique et fonctionnalité -conscience de nouveaux courants à l’étranger -déclarent en même temps « ne pas vouloir rompre avec la tradition. c’est la tradition qui se transforme » Les influences étrangères ne sont pas négligeables « V Golossov. G Pollini « villa Studio » pour un artiste.2) Eléments sur le rationalisme italien Giuseppe Terragni 1904 1942 Déclaration du groupe 7 en 1926. communication ouverte et il essaie d’exprimer cette valeur en architecture.1928 : Terragni évide les angles et déséquilibre la composition massive aux angles. les écrans. club des travailleurs à Moscou » Giuseppe TERAGNI. L. NOVOCOMUM. composite. l’harmonie au sens classique. Fenêtre en bandeaux. puis il va se fermer sur toutes ses parois. Le chef d’œuvre de Giuseppe TERRAGNI : « casa Del Fascio. Come 1932-1934 ». On retrouve également l’alternance plein vide dans la façade. transgression par rapport au code de la typologie d’immeuble habitation. triennale de Milan. La tradition n’est exprimée que par la proportion. A l’intérieur de ces grandes boites avec des tracés régulateurs. l’essence de l’architecture méditerranéenne. Il résume à lui seul tous les éléments du rationalisme italien. COME.Fligini. On peut également comparer la maison village des journalistes. Milan. L=2H. . pilotis c’est le langage du corbu. 1933-34 de Figini Polini à la Villa Savoye. mais abrite des typologies d’appartements résolument modernes. prisme. nombre d’or. harmonie. 1933 : Influence de l’architecture allemande de Mies avec les éléments séparateurs. Il va au-delà des valeurs symboliques dans l’architecture. édifice Public là où se rassemblent les unités fascistes. 1926. La partie cylindrique.

. Rome.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 3) Le modernisme classique et le tournant après 1936 L’architecture rationnelle a essayé de créer un langage spécifique de l’architecture moderne nationale italienne au service du régime fasciste idéal pour eux. En 1936. il y a une reprise des éléments baroques. tridents etc. Au moment de la réflexion sur le plan d’extension de Rome. un langage plus classique est envisagé avec un abandon de la légèreté. 1942. Il y a un projet de tout un quartier construit pour l’exposition universelle de Rome projeté en 1942 : Palais de la civilisation italienne.

Bibliothèque Sainte Geneviève. Paris. supprimer le plus possible de murs pour réduire les points d’appui aux points porteurs. l’ossature. Paris 1894. rue Franklin. Pour assurer d’avantage d’éclairement. Chercher dans les formes contemporaines des valeurs du classicisme : « est classique tout ce qui mérite de le devenir. Rah mé non c crotte de bique. recul de la façade enfin . Il influence sur Perret car il s’ensuit une réinterprétation des ordres du système classique. La tradition rationaliste française se rapproche de la doctrine gothique de Le Duc. 1903. C’est courant de dire qu’on veut aller vers une construction rationnelle. poursuit l’idée de classicisme moderne proposé par Henri Labrouste. dissociation entre paroi. enveloppe et structure. Paris 1842-1850 : Les parois extérieures sont en pierre. l’ossature. Le toit terrasse est innovant. 2°) L’exploration des possibilités structurelles du béton armé C Eyrolles de son p’tit nom serges qui invente le béton armé en 1847dans les labos de Cachan avec Miri. il réalise un échancre ment. modifier la circulation. Depuis la fin 19ème. début 20ème il est le disciple d’Anatole Baudot (18341915). Baudot dit « l’architecture doit maitriser les connaissances techniques. Henri Labrouste. c’est même du ciment armé. Perret dira « l’architecture c’est ce qui fait de belles ruines » Lorsque l’enveloppe n’est plus la. en ce qui concerne les nouveaux matériaux. il reste l’essentiel. Julien Gadet : l’un des chefs d’ateliers aux beaux arts. 1) Auguste Perret (1874 1954) et le rationalisme de structure. Perret associe rationalisme structurel gothique (dissociation structure/enveloppe) avec les éléments du classicisme : dualité permanente de la tradition architecturale française. L’idée c’est de mettre en évidence la structure. sans exception d’époque. Il veut établir une doctrine de construction. Il crée un modèle théorique pour dissocier enveloppe et structure. l’intérieur dégage de grands espaces avec des colonnes très fines de fonte. Associer ce classicisme rationnel (qui a formé depuis la fin du 17ème la tradition rationaliste française) avec les nouvelles possibilités du béton armé. Eugène Violet Le duc : Coupe d’église montrant que le fer peur remplacer un élément de la structure de pierre. de pays ou d’école » Gadet 1894.1904 : C’est une église avec une structure en béton armé et une logique de reproduction. 1er projet emblématique de Perret : l’immeuble d’habitation.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Le Modernisme classique d’Auguste Perret. Le maître d’Auguste Perret. et le rapport des pièces entre elles. Eglise saint jean de Montmartre. Il analyse les cathédrales gothiques pour comprendre comment on pourrait utiliser les matériaux tels que la fonte ou le fer.1904 : La structure est en béton armé. Perret peut être vu comme au débouché d’une tradition rationaliste française qui date du 17ème siècle et le classicisme.

Le béton n’est pas apparent. L’architecture doit aller chercher des formes stables dans l’histoire. Division tripartie de la façade. alors que le style est lui indépendant de facteurs liés à l’actualité. doit se situer au dessus des traditions historiques. Le Corbusier Maison Citrohan : A partir de 27 Perret va s’opposer point par point au corbu . Perret est hostile à l’esthétique de l’emploi du béton du Corbu.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 une partie. Les 2 architectes étaient différents. Les styles c un pastiche. Contrairement aux autres. Paris. mais il a tenu à mettre des décors. L’enjeu de la salle c’est d’éviter les poteaux dans les coins qui cachent la visibilité. Perret est en charge de la conception de la structure et va prendre sa place. Perret lui s’oppose fortement avec l’idée de rupture avec la tradition. Qu’est ce qui va faire le style chez Perret ? La construction elle aussi recouvre une forme de poésie. la doctrine du « classicisme moderne » Il la met au point entre 1924 et 1929. C’est un système de voutes en bétons surbaissés. Ce qui oppose les 2 tendances : l’emploi des façades comme lisses comme des prismes. moulé. 3ème PROJET Théâtre des Champs Elysées. 3) Les années 20. Perret c’est le béton de structure. béton squelettique. Philibert de L’ormes 1567 : « Il y a les styles et le style ». ici on a un niveau de dissociation supplémentaire pour exprimer cette opposition entre ossature et remplissage. c’est Van de Velde. 2 décors différents pour distinguer la structure du remplissage. idée de transparence et de légèreté. absence de décors. issu de l’art nouveau. 1911-1913 : Au début Perret n’est pas l’architecte. ou structure et remplissage sont dans un même plan. une boite de béton coulé. Le Corbusier publie en 26 les 5 points de l’architecture moderne. façade qui renvoie le découpe ment à l’intérieur. La façade et le plan sont de Van de Velde. ils se positionnent comme les avants garde de l’architecture française. Autre édifice important : Garage de la rue de Ponthieu. Notre dame de Rancy en 1922 23 : Perret essaie de ramener chaque élément architectural à des éléments structurels. recherche d’expression des éléments eternels de l’architecture. C’est un projet complexe qui articule 3 boites. Paris. le Corbu c’est une enveloppe. de beauté. 1905 détruit : Rigueur de la structure. Donc différence de modernité. et celle du classicisme français. Il recherche une architecture intemporelle à l’aide du béton armé. Le remplissage ce sont des claustras qui ont des vitraux. un ordre souverain. . proche de l’avant-garde internationale.

Distinction entre 2 choses. qui se décroche et forme une boite idéale et reforme l’idée archétypale du temple en architecture. aujourd’hui le conseil économique et social 1936 46 IENA. et le linteau. c’est l’ordre contingent. . L’exemple du musée des travaux publics. classicisme de Perret 1934 36 : Apparition du double système porteur.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 4) Travail sur les archétypes de l’architecture : l’ordre Il va trouver des combinaisons des éléments architecturaux pour déterminer l’ordre. pilastres. D’une part les découpages verticaux marqués par des planchers. représentation symbolique du temple. C’est une sorte de revisitation du temple classique. L’articulation entre colonne et linteau est faite par évasement. Mobilier national. paris. un abri souverain. c’est la colonne. C’est l’idée d’un archétype de l’architecture. tout le vocabulaire ornemental trouve ses justifications dans les argumentations constructives. l’ordre souverain. Séparation faite par pilastres et linteau de béton plus un claustra qui enveloppe la première structure dans une boite plus générale.

Suède. -9) La modernité classique en Europe : Allemagne (Behrens. . rationalisme structurel au classicisme moderne.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Thème 3 : Modernisation. Bonatz). -11) Auguste Perret et la mise au point d’un langage. -10) Un modernisme « à la française » du « nouveau style » des années 1910 à l’art déco à travers l’habitation individuelle. modernisme classique.

« ozon Opus I 1947 » il essaie de créer un espace avec des formes particulières où les formes se répondent entre elles et créent des tensions. 1) la commande Peu d’occasions de réaliser ses idées dans la politique Française de Reconstruction de Raoul Dautry . après le purisme. Développement du thème de l’espace indicible. Des formes émettent et reçoivent de modifications sonores. . C’est une synthèse des arts. l’unité est un chainon pour aménager le territoire. Ils expriment des lois physiques. de la période de l’entre deux guerres. Application de formes qui sont à la fois des figures humaines et un vocabulaire. il a peu de chantiers. avec une poétique de l’espace. Contexte : au sortir de la guerre. érosion. des qualités plastiques. des formes organiques : Le Corbusier.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Le Corbusier d’après Guerre : Une nouvelle esthétique architecturale. il est peintre sculpteur. répertoire d’objets plus étendu. C’est un chantier sans permis de construire expérimental et novateur. Sa pensée est trop radicale. C’est une œuvre expérimentale qu’il va développer. et un potentiel poétique. 1930 : les « objets à réaction poétique » renferment des significations pastiques importantes. peinture. usure. Il y a 3 commandes. le jeu sur la lumière. Les pouvoirs publics cherchent à faire travailler sur des types d’habitation. On n’est plus dans l’univers géométrique de l’angle droit. reconstruction. A partir des années 30. mais 2 d’entre elles sont rejetées car trop radicaux. 2) Les unités d’habitation Comment met-il en pratique cette nouvelle démarche artistique. Le corbu écrit un manifeste pour un nouveau mouvement « le Purisme » 3 éléments : Le violon et boite à violon en 1920 Nature morte aux nombreux objets en 1923 Iconographie nourrie par les objets du quotidien moderne. « Peinture architecture et sculpture sont un unique phénomène de nature plastique au service des recherches poétiques ou capables de déclencher le moment poétique » Le Corbusier. L’unité d’habitation comme composante originelle d’un urbanisme et aménagement du territoire. femme au guéridon et au fer a cheval. le développement de formes complexes. Avec ces objets. L’exemple des unités d’habitation. Quelques éléments le singularisent : le béton brut. Juillet 1945 : il commande cette unité comme prototype pour mettre au point certaines modalités de fabrication. éclatement. sculpture. 1) Evolution de Le Corbusier. Après le cubisme. Il recherche des formes acoustiques. Pour le corbu.

Le modèle est issu de 1907. permet de construire n’importe où. Villa Savoye le toit Ce développement du béton brut va influencer la team 10 et le brutalisme. il crée un ensemble d’espaces et de sous espaces à des hauteurs différentes. La maison Citrohan. il s’inspire du socialisme utopique. l’immeuble Villa. Autre modèle. C’est le modulor de Corbu. autarcie (Challenstère de Fourrier) avec des lieux dédiés à la vie collective et individuelle. grande barre sur pilotis. cité universitaire 1930 1932 . l’ordre. Le modèle théorique est celui du rapport entre vie collective et vie individuelle. intimité. et son voyage en Italie « chartreuse d’Emma visitée e 1907 par Jeanneret » Il appelle le logement cellule. 3) Modèles théoriques Le pavillon suisse réalise le principe d’un immeuble d’habitation monté sur un sol artificiel. parsemé d’objets architecturaux.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 2) L’unité d’habitation/Rapport logement ville 30 mai 2009 C’est l’aboutissement de ses recherches. Double structure.e. Une communauté idéale isolée. Il associe des tracés régulateurs. une rue commerçante et des locaux dédiés à cette vie collective. articulation entre vie collective et vie individuelle. En opposition avec le toit. rapport extrêmement fort sur le paysage. La grille géométrique stricte exprime ses idées sur la préfabrication en série. Projet pour Alger en 1932. i. Les piliers en béton brut rugueux sont les avatars du Pilotis. isolation phonique par des éléments standards préfa. Rappel de la structure Dom Ino 1914 15 au pavillon de l’esprit nouveau. d’objets acoustiques. Le pavillon suisse. . double vitrage. pilotis. Principe du casier à Bouteilles : grande structure dans laquelle ont glisse les appartements qui permet ce rapport avec le cadrage sur le paysage. C’est l’idée d’une autosuffisance comme les maisons communes soviétiques. l’idée d’une ville machine. Repli. « le paquebot transatlantique la ville machine » 4) Grands Principes : Marseille unité d’habitation 1947 52 La grille orthogonalité Le toit les objets 330 logements + 1 hôtel restaurant. il va nommer son unité : la cité jardin verticale. (section d’or) et normalisation.

De même à Ronchamp. densité épaisseur de façade 2) Ronchamp (bâclé en cours) Unité d’habitation à Nantes.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 3) La nouvelle plastique dans l’architecture de Le Corbusier. les surfaces courbes et les surfaces gauches se développent dans l’espace. Couvent des tourettes Evreux sur arbreste 1953 1960 Maison Jaoul a Neuilly 1951 55 ossature de béton brut + brique Maison pour Mme Mandrot panneaux de pierre et bois . 1) Expression sculpturale Pavillon du brésil à la cité U. la régularité accroche la lumière.

La nouvelle architecture est encouragée par le gouvernement. prêts à construire sur la culture européenne. Croquis issus de la théorie de la ville moderne. un sol technique. Henri Russel Hitchcock et Philipp Johnson exposent des maquettes d’architecture qu’on pourrait qualifier de puriste. On le retrouve chez Corbu. et murs rideaux. Influence sur les architectes. réception dans les pays d’Amérique latine. Qu’est ce qui est spécifique à la culture mexicaine ? Il y a une résistance au « style international » donné en 1932. Ils essaient de codifier cette architecture par un certain nombre de caractéristiques. Lucio Costa. diffusion assez rapide de l’architecture moderniste. Dans les années 40 50. La date du voyage de Le Corbusier 1929.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Les développements de l’architecture moderne en Amérique latine des années 1940 à 1970 1) Introduction : l’international style et sa diffusion. Rejet d’uniformisation des types et formes architecturaux. et une quête des origines nationales. Les architectes brésiliens vont surhausser les pilotis pour les porter à 10m. importée au moment de la colonisation conduit à une nouvelle architecture. Ils libèrent le sol pour créer de la transparence. C’est une forme de réduction de l’architecture moderne au tour du rationalisme du Bauhaus. un symbole Brasilia. l’architecture est un dynamisme. Alfonso Eduardo Reidy : ministère de l’éducation Ces deux esquisses comparées montrent un usage du brise soleil. 2) L’influence de Le Corbusier Esquisse pour le ministère de l’éducation 1938 Le Corbusier (conseiller) Esquisse par Niemeyer. C’est l’idée de mettre en place un modernisme tropical. . Forte influence Corbuséenne. Il est invité à Rio. Un architecte brésilien avait déjà écrit un manifeste sur l’architecture fonctionnelle. le rejet de l’architecture de l’école des Beaux Arts. comme des formes uniformisées. Développer un style moderne en allant chercher dans les formes traditionnelles. Aussi en 50 pour répondre au dynamisme économique. Il y est question de la forme. L’implantation d’un Bauhaus aux états unis aide à l’implantation du « international Style ». symboliser l’extension de la civilisation à l’intérieur de la ville. du Corbu et des hollandais. marque un tournant. et découvre une dimension territoriale et paysagère. Dans les années 20 Il fallait se débarrasser des influences européennes. d’immeubles viaducs pour Sao polo. L’architecture répond à un rapport étroit avec le paysage. pergolas. L’architecture sud américaine même suédoise (Aalto) va être vue comme une alternative possible à cette uniformisation de l’après seconde guerre mondiale. Sao polo et Montevideo. interpénétration de l’intérieur et de l’extérieur par des loggias. L’idée est de créer un sol artificiel. une façade grille et un plan libre. C’est un rejet de l’application tel quel du modèle colonial. La prospérité. Il y donne des conférences. progrès national. Le bâtiment est une ossature de béton posée sur pilotis.

pilotis. Plan masse 1957 60 Le tournant c’est la collaboration entre les deux hommes. le mur rideau permet une perméabilité intérieure extérieure. Dans la villa Savoye on découvre la complexité des espaces. Dispositif d’Alvar Alto. sculpteur crée des nuages suspendus pour la réverbération du son. Formes libres et rapport au paysage. 4) Un exemple de nouvelle synthèse des arts : le campus de Caracas. Rampe intérieur. La forme libre et lyrique entre de manière beaucoup plus massive dans l’architecture de l’entre 2 guerres. 3) Baroquisme et forme libre dans l’architecture de Niemeyer 1907 Oscar Niemeyer. luis villa nueva Carlos Raoul Villanueva aula Magna de l’université de Caracas 1952 54 Il fait des jeux de lumière. Axe central réservé au bâtiment institutionnel du ministère. puis développement des quadras. Il va se spécialiser dans : la cathédrale notre dame de FATIMA 1959 1970 : Félix candela restaurant de los manantiales Xochimilco 1958. A l’intérieur. Bâtiment corbuséen idée de prisme. composition monumentale. La boite est évidée et met en évidence la structure sur pilotis et le plan libre encore plus fortement exprimée. il fait appel à un artiste qui couvre l’arrière par une fresque qui rappelle l’art sud américain.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Niemeyer née en 1907. Utilisation du béton. Oscar Niemeyer. Alexander Calder. Dancing Casa do Balle sur le lac de Pampulha 1942 : Il ménage une promenade sur le bord de lac. Carlos Raoul Villanueva aula Magna de l’université de Caracas 1952 54 Il fait des jeux de lumière. plan libre. Alexander Calder. Brasilia Super Quadras : place des trois pouvoirs. ici la rampe contribue dès le départ à complexifier la lecture des espaces. c’est une application de la ville fonctionnelle. Eglise de saint François d’assise de Pampulha : Partie couverte de voiles de bétons très minces. transposition d’une géométrie rigoureuse. Lucio Costa pavillon du brésil à la foire mondiale : Rampes intérieures qui font rappeler la villa La roche du corbu en 1923. Lucio Costa Brasilia. rampe demi niveaux. Casino Pampulha (Belo horizonte) 1942 43. détachée des éléments extérieurs. Palais des Aurore 1957 : Monumentalisation des éléments architectoniques. 5) Louis Barragan et l’architecture mexicaine (non traité en cours) . Eléments porteurs en fond et derrière un mur rideau. sculpteur crée des nuages suspendus pour la réverbération du son. Ici la rampe est beaucoup plus libre. aspect ludique. Thème de la rampe extrêmement importante.

un balcon sur le vide du salon. révèle une forte fascination pour leur mode de vie et construction. de l’apologie de la technique à la recherche de la perception Architecture moderniste. Toute cette histoire émerge dans un contexte social américaine.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 Quelques thèmes de l’architecture moderne 1) Diffusion du style international. car il est headmaster du département d’architecture. On entre au niveau haut. Johnson et Drexter. Donc aux US. mais s’adapter au capitalisme et servir. construction d’une ville nouvelle. Mies en 38. particulière du modernisme. 2) Climat Richard Neutra. Allemagne. La critique Stanford. régionale. 2 attitudes. On est proche de l’architecture cubiste. il y a un palier. Il y a une mise en valeur des spécificités locales introduction de matériaux de construction traditionnelle comme le bois. l’architecture développée autour de l’aspect social. régional style Il y a internationalisation et rencontre avec le lieu pour le mouvement moderniste des années 40. Espace centrifuge de Mies etc. l’architecture moderne doit s’adapter à une architecture de masse. A la fin des années 40 il y a 2 attitudes : -Reproduire texto un langage devenu connu du style internationale. dans l’I. dès les années 30. A la fin des années 30. Pour eux le modernisme c’est le développement du langage européen. Mais importance des diffusions de modernisme américain. immigré Viennois en 1923. Dr Philipp Lovel House Los Angeles. A la fin des années 40. celle encouragée par Hitchcock et Johnson. il y a une idée beaucoup plus large qu’une modernité de langage fixée par Hitchcock et Johnson. il publie déjà un livre « comment construire l’Amérique » en allemand. plus sociale + urban planning. c’est un changement important aux US. notamment à Harvard. Mais il y a aussi dans l’international style. 1927 29 R Neutra (1892 1971): Le vocabulaire de Neutra est proche de l’architecture européenne qui éclot en Europe. espace central autour duquel s’organisent tous les espaces par un jeu de terrasses. orthodoxie de l’architecture moderne de l’entre 2 guerres.L. Ce n’est plus du tout faire face à la société capitaliste. il travaille avec Adolphe Loos. publie un libre « built in USA : Post war architecture » pour conforter leur vision. Sur la . un plan avec des influences de Mies van der Röhe. Ils sont tous les 2 conservateurs du musée de New York.I. Wright et commence à travailler. -développer à partir des principes (et non des formes) de nouvelles orientations. Expression locale. Il est formé auprès de F. en lien avec la planification urbaine. Autriche. affirme qu’il y a la une modernité beaucoup plus large.T à Chicago. les architectes européens immigrés vont jouer un rôle important. provenant de l’architecture rationaliste européenne de l’entre 2 guerres. Gropius en 37 va former toute une nouvelle génération d’architectes.

on peut reproduire. qui peut répondre à n’importe quelle forme de programme. et cette forme d’architecture placée en suspens entre la terre et le ciel. Cette grande boite de verre est suspendue entre ciel et terre. est chargé d’un plan d’ensemble pour le campus de L’ IIT dans les banlieues de Chicago. une boite devenue. Cette maison est un hybride entre l’organisme de Wright fondé sur le programme du docteur. C’est en fait la combinaison d’un système classique. Poursuite d’une réduction de l’architecture à une syntaxe simple. Cadrage sur des vues du paysage californien. Il reprend néanmoins la trame orthogonale. qui glissent les uns sur les autres. on peut créer des conditions favorables à l’épanouissement physio-psychologiques. ensemble de volumes. Le . puis une croix qui structure l’ensemble. les parois verticales. Idée d’équilibre des masses et des différentes composantes avec des objets qui semblent flotter. Mies commence par quelque chose de symétrique. Projet extrêmement important pour sa carrière. mais ici. Neutra fait s’interpénétrer intérieur et extérieur. qui exprime la légèreté. structures qui fuient vers l’extérieur. L’idée de l’ordre par cette organisation expression d’un ordre opposé au désordre apparent de la ville américaine. Série de grands portiques. Il ne fait pas de bâtiments dissemblables mais les détails de chaque bâtiment. C’est une grande cage de verre soulevé de terre. desert House. pareil à l’horizontal.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 façade. C’est la théorie de l’influence psychologique. Les techniques doivent pouvoir restaurer le lien entre l’homme à la nature et au grand paysage. A l’intérieur le bâtiment de Crawn Hall. nouveaux matériaux… Il veut prouver que l’architecture peut être un médiateur entre ce corps animal et cette technologie qui amène une artificialisation croissante. poteaux en sur épaisseur par rapport au bandeau métallique. Philipp a été inspiré fortement par la Farmsworth House. devait répondre de l’utilisation de la technologie. Ca rappelle l’architecture de De Stijl et Mondrian. On est arrivé à des nouvelles formes de vie qui touchent à la psychologie humaine. c’est l’appui sur la technique. Dans ce courant va s’inscrire Johnson. utilisation des surplombs porte à faux. l’esthétique. le perfectionnement du langage et Philipp Johnson Mies arrive en 38. On peut le comparer à une échelle tout à fait différente : le farmsworth House publié en 47. On pense au corbu. Comparaison du plan pour une maison en brique 1922 23 AVEC KAUFMAN house a PALMSPRING PLAN centrifuge. Ecrans reflets miroirs pour contracter les distances et ramener le paysage dans cette architecture. Kaufman. Palm Springs Califormia 1945 47 : Avant la guerre. 3) Mies. et cette architecture puriste européenne moderne dont il est encore attaché. glissements des différents plans. Série de bandeaux. Grâce à l’architecture. impression de suspension en l’air des escaliers. Richard Neutra. Il crée des maisons avec l’idée que la classe moyenne puisse accéder à une sorte de bien être grâce à l’architecture de la maison. Après il pense que grâce aux nouveaux matériaux. Il essaie d’instaurer un rapport particulier avec le paysage qui doit faire partie de la maison. une série de séquences qui produisent des stimuli. axe longitudinal structurant qui n’appelle pas à la symétrie. Tantôt le verre provoque des effets de transparence ou miroir. Symétrie totale. On est dans une vie de plus en plus artificielle. qui recherche un dialogue avec des éléments du langage issu du classicisme. pour sa maison dans le Connecticut : Glass House. glissent les unes sur les autres. auxquels sont suspendues des poutres. La forme.

Jefferson National mémorial saint louis Missouri 1947 48 réalisé en 1959 64. 4 Référence dans l’art des avant-gardes Théo Van des Burg Le modèle direct c’est quand même le Farmsworth House 4) Eero Saarinen. Escalier central sous les 4 voutes. panneaux sandwich qui utilise les techniques automobiles. Expressivité du béton et des ailes de service. C’est une arche permettant de relier EST OUEST avec une cabine téléphérique. TWA de Kennedy et l’aéroport de New York. 2 à Choisy. histoire de l’architecture. avec lesquels. vision du Parthénon depuis les propylées. sur des designs immobiliers. Comparaison à l’IIT. du modernisme classique américain à l’expressionnisme Eero Saarinen 1910 1961. finesse des fenêtres. Eero est d’abord intéressé par la sculpture et après l’architecture. dernières œuvres . Sa problématique est de développer des formes d’expression pour l’architecture. C’est 4 coques de bétons assemblées en Y. Ses sources et matrices du projet sont éclectiques : 1 références classiques : Pavillon belvédère de Schinkel à Postdam en 1930. Le central technique de général Motors. Il utilise des techniques de constructions les plus innovantes pour essayer de construire une syntaxe moderne extrêmement raffinée. les espaces extérieurs ne sont pas réglés par une trame constructive. L’un des premiers projets c’est le mémorial Jefferson. Michigan 1948-56 : Implantation assez libre. Il fait partie de la 2ème génération des architectes du mouvement moderne. des éléments sur le terrain. car adaptation de la technique des joints silicone dans les pare brises de voitures.HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE L6 JANNIERE LE GALL/ ALMASTOUR 30 mai 2009 cylindre est fait avec des briques matériaux naturels censés exprimer le lien avec l’architecture européenne. il joue pour donner ce rythme ondoyant. il se rapproche de Rudolphe Steiner. par son père finlandais. idlewild (Kennedy) air port New York. Pour le reste. Farmsworth House 1947 campus de Chicago. Il effectue ses études à Yiel. Dans ses projets. La lumière de Le doux maison des Gardes. et la tour Einstein a POSTDAM de MENDELSOHN. il est qualifié d’expressionniste. IIT. un projet qui commémore le rachat aux français de la Louisiane permettant l’extension vers l’ouest des USA. travail sur les murs rideaux dans un même panneau. 5) FL Wright. Il émigre en 1923. L’unification se fait par le dessin des façades et l’utilisation de murs rideaux. des éléments vernaculaires. Transfert des techniques de l’aviation. 2 couleurs avec les couleurs. il travaille avec Charles Eames. 1957 61. dissymétrie équilibrée. 3 Mies. il s’agit d’une boite de verre. Autre expression TWA terminal. Autre projet centre IBM. Il va laisser s’exprimer une autre vision du matériau.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful