FESPACO VISION 21 : REPONDRE AUX DEFIS DU XXIè SIECLE

Le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO) est une Institution qui a gagné ses lettres de noblesse dans la douleur, l’adversité et dans son savoir faire organisationnel. Créé le 1er février 1969, et porté par des férus du Cinéma, cette initiative qui se voulait une ponctuelle aventure a pris forme, s’est donnée un fond et est à présent un véritable label déposé du cinéma africain. Avec son institutionnalisation en 1972, le FESPACO est devenu par la volonté d’une nation africaine, le Burkina Faso, la référence africaine du cinéma africain et de la diaspora. En rappel, le FESPACO est chargé de : organiser les éditions du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou contribuer au développement du cinéma africain en tant que support d’expression des cultures africaines ; divulguer et révéler les œuvres cinématographiques africaines ; servir de cadre de contacts et d’échanges pour les cinéastes africains ; contribuer à la promotion de la profession cinématographique en Afrique ; contribuer à la création d’un centre de documentation sur le cinéma africain et d’une cinémathèque africaine. Ces missions, ont connu divers degrés d’exécution, sans toutefois être épuisées. Elles sont toutes d’actualité : l’organisation des éditions du festival a besoin de gagner en professionnalisme, en innovations et en ingéniosité ; l’action pour le développement du cinéma africain a besoin d’être structurée, renforcée et diversifiée ; la divulgation et la révélation des œuvres cinématographiques africaines exigent une « africanisation » du festival ; le FESPACO comme cadre de rencontre des cinéastes africains a besoin de se doter d’infrastructures nouvelles à la hauteur des attentes du monde des cinéastes africains ; la contribution à la promotion de la profession cinématographique en Afrique est un défi qui colle au temps ; la création d’un centre de documentation et d’une cinémathèque est un engagement fort qu’il faut prolonger avec la réalisation d’autres infrastructures techniques telles que le musée du cinéma africain. Si les tâches définies restent toujours d’actualité et méritent d’être renforcées au regard d’une mondialisation galopante avec le développement d’une culture de masse et de nivellement, ce sont les stratégies d’action qui ont besoin d’être plus affirmées afin de répondre aux exigences du XXIè siècle.

2

même s’il est une institution dédiée à toute l’Afrique. le Burkina Faso. d’une reconnaissance des Etats et de l’accord de résidence d’un pays africain. En tant qu’institution. donc au Burkina Faso. de la compétitivité et de l’excellence. tacitement reconnu comme le plus grand des festivals en Afrique. mais une volonté d’apporter de petites révolutions qui certainement baliseront l’action pour un FESPACO de son temps. est une Institution du cinéma africain. 1. africain et mondial. C’est à juste titre que l’on considère le FESPACO comme l’Ambassadeur Universel du pays des Hommes Intègres.2 Le FESPACO comme Institution Africaine L’Afrique tout entière reconnaît au FESPACO le symbole de sa présence dans le monde du septième art. Par le FESPACO. LE FESPACO COMME INSTITUTION Le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou. le continent africain donne le FESPACO en partage à toute l’humanité. d’un siège.Face aux exigences de la mondialisation. programme d’action de la Délégation Générale du FESPACO tente d’apporter des réponses. Tout comme le Burkina offre le FESPACO à l’Afrique. Le FESPACO est lié à l’identité nationale burkinabé. se donne une triple dimension aux plans national. 1.1 Le FESPACO comme Institution Nationale Evoquer le FESPACO. de sa promotion. le FESPACO dispose d’un statut. des évolutions culturelles et civilisationnelles. le FESPACO comme Evénement . I LE FESPACO COMME INSTITUTION ET EVENEMENT Le FESPACO dégage par son statut une double identité qui lui confère toute sa légitimité. Il n’est pas un catalogue de bonnes intentions. 1. de sa distribution. des innovations technologiques (cinéma numérique). Ainsi. Le FESPACO en assurant tout aussi la promotion du cinéma africain et de la diaspora. de sa perfection et de sa reconnaissance. de l’économie de service. c’est faire référence immédiatement à Ouagadougou. 3 . s’avère-t-il important de déterminer les deux identités du FESPACO : le FESPACO comme Institution . un FESPACO du XXIè siècle. quel FESPACO pour ce nouveau siècle ? C’est à cette problématique que VISION 21. le cinéma du continent possède le cadre de son épanouissement.

ne saurait contenir dans un programme d’action qui se veut une vision stratégique. le FESPACO peut être considéré comme un EVENEMENT CULTUREL. LE FESPACO COMME EVENEMENT Le FESPACO est considéré avant tout comme un EVENEMENT. 2. par sa force de rassemblement et de mobilisation des Africains autour d’une cause commune : le cinéma africain. exige que chaque civilisation dispose des moyens de se défendre. A travers cette dimension c’est une culture qui s’exprime.3 Le FESPACO comme évènement Festif Le FESPACO est un EVENEMENT FESTIF. dont le rôle et les missions en font un instrument supranationa. Ainsi. Il apporte donc à toute l’humanité la culture noire et contribue ainsi à l’enrichir par sa diversité. le festival est somme toute une civilisation.2 Le FESPACO comme évènement Culturel Le cinéma est un fait culturel. La biennale du cinéma africain est une grandiose fête. de confronter leur savoir faire et de positionner le cinéma africain sur la scène internationale. Comme EVENEMENT. lorsqu’en l’espace de quelques jours ce sont des milliers de festivaliers qui se retrouvent pour célébrer le cinéma africain. pour la civilisation noire. au service du septième art et de toute l’humanité. Les compétitions cinématographiques permettent aux talents africains de faire vivre le septième art africain. mieux. 2. II LE FESPACO DE 1969 A 2009 L’historique du FESPACO de 1969 à 2009. Cette identité prend le pas sur celle institutionnelle du festival.1. Le FESPACO est considéré comme la rencontre des cultures. Décrit ainsi.1 Le FESPACO comme évènement cinématographique Le FESPACO est le plus grand événement cinématographique du continent africain. il présente trois facettes différentes : 2.3 Le FESPACO comme Institution pour l’humanité Le conflit des civilisations qu’impose la mondialisation à l’humanité. Il ne pouvait en être autrement. Il s’agit donc de retenir les 4 . de s’imposer dans un monde ou le donner et le recevoir doit être de mise. Il participe au brassage des cultures et des civilisations. Dans cet esprit. le FESPACO est la main qui dissémine la culture cinématographique de l’Afrique dans le monde. le FESPACO est une Institution qui profite à l’humanité entière. de résister. Dans cet esprit. 2.

« l’Aîné des Anciens ». mais les limites énumérées. car celui dont il est doté ne peut permettre de garantir sa pérennité) . de promotion et de divulgation du cinéma africain. il faut le pérenniser ». se distinguer comme le cadre d’excellence de rencontres et d’échanges entre les cinéastes africains . financières (les partenaires financiers du FESPACO se font de plus en plus rares) . de relever les limites de quarante (40) ans d’existence d’une Institution et d’un Evénement afin d’envisager l’avenir autrement face aux défis du XXIè siècle. VISION 21 est conçu dans cette dynamique. si elles ne trouvent pas de réponses pertinentes et efficaces risquent d’anéantir quarante (40) ans de sacrifices multiples. se positionner comme l’instrument privilégié de divulgation et de promotion du cinéma africain . 1. La sagesse africaine n’enseigne-t-elle pas que « le vieux assis voit plus loin que le jeune debout » 5 . se positionner sur le calendrier mondial de la culture. III QUEL FESPACO POUR LE 21è SIECLE ? Ousmane SEMBENE. LES ACQUIS DU FESPACO Les acquis du festival sont nombreux.acquis. Toutefois. il nous faut oser inventer une nouvelle destinée pour le FESPACO. organisationnelles (l’organisation des biennales est gagnée par une routine qui commence à lasser) . matériels ne favorise pas l’action permanente). Moyens (le manque de moyens humains. infrastructurelles (le FESPACO manque cruellement d’infrastructures pour assurer la promotion et la divulgation du cinéma africain) . Parmi celles-ci. se caractériser comme le canal du développement du cinéma africain . 2. C’est pourquoi. des limites entravent son réel épanouissement pour en faire un outil indispensable de développement. il peut être retenu les limites suivantes : institutionnelles (revoir le statut du FESPACO. LES LIMITES DU FESPACO Malgré les immenses acquis du FESPACO. l’on peut retenir que le FESPACO a réussi à : survivre par la tenue des différentes éditions sans discontinuer de 1969 à 2007 . comme il aimait à se définir ne croyait pas si bien dire avant de répondre en juin 2007 à l’appel de ses ancêtres : « Nous avons créé le FESPACO. Le FESPACO a certes engrangé des acquis.

structurelles. il se dote ainsi de pouvoirs plus élargis dans son fonctionnement et d’une véritable autonomie financière.1. Avec la dimension internationale prise par le FESPACO. consolidation de l’économie de service). En passant de simple Direction technique avec le statut de Secrétariat Permanent à celui d’Etablissement Public à caractère Administratif (EPA). En avantage comparatif. 1. découverte touristique du Burkina. Ce faisant. intérêt pour la compétition. sélection plus ouverte des films en compétition. Il serait donc indiqué à l’étape actuelle de passer à une biennale de dix (10) jours et cela à partir de l’édition de 2011. diversification des activités culturelles.Ces paroles fortes du « Doyen » des cinéastes africains nous interpellent. « Il faut pérenniser le FESPACO ». La relecture du décret d’érection en EPA. La voie de la pérennisation passe par la redéfinition d’une nouvelle Institution FESPACO et l’invention d’un nouvel Evénement FESPACO. il y a certes une évolution mais il faut poursuivre la réflexion afin de doter l’Institution d’un statut qui insiste sur sa spécificité et garantisse son autonomie financière et son administration. s’impose. le FESPACO pourrait voir son statut évolué en devenant un Etablissement Public spécifique à caractère culturel. L’ambition était légitime pour les pionniers d’organiser le festival en deux semaines. Cela aura plusieurs avantages (remobilisation. la révision rapportera plus pour l’image du Burkina Faso et du FESPACO. infrastructurelles. le nombre de jours de déroulement du festival. Ainsi. financières… 1. il est temps de revoir à la hausse. cinq sont consacrés à la compétition.1. est un concept qui se veut l’incarnation du FESPACO du XXIè siècle. FESPACO VISION 21 : REPONDRE AUX DEFIS DU XXIè SIECLE VISION 21.1 De la relecture du statut du FESPACO Le statut conféré au FESPACO par le décret 99-083/PRES/PM/MCC du 06 avril 1999. réduction des coûts de transport. 6 . C’est une vision stratégique qui se donne pour objectif principal la pérennisation du FESPACO. l’abondance de la production cinématographique africaine et le nombre de plus en plus élevé de pays participants. organisationnelles.1 DES REPONSES INSTITUTIONNELLES 1. Le principal inconvénient reste la lourdeur de la prise en charge des festivaliers invités. Aujourd’hui la biennale ne dure qu’une semaine et sur ces sept jours. ne consacre pas la spécificité de l’Institution. propose des réponses institutionnelles. 1.2 De la durée de la biennale La première édition du festival a duré quinze jours (15) du 1er au 15 février 1969.

le FESPACO pourrait organiser trois types de manifestations cinématographiques. le FESPACO. militent pour cette option.2 LES 72 HEURES DU CINEMA CITOYEN. donc entre deux biennales.2. Il faut éclater cette image en favorisant l’organisation de diverses manifestations cinématographiques qui vont contribuer à la promotion et à la divulgation du cinéma africain. Généralement. le mois de mai est considéré internationalement comme 7 . Le FESPACO doit prendre en compte tous les types de cinéma et en assurer leur visibilité. des libertés et des droits humains ». mérite que sur le continent. 17 et 18 mai de chaque année paire pourrait être consacrés à ce cinéma dit engagé sur les libertés démocratiques et les droits humains.1. Ainsi. C’est pourquoi.3 : L’Hymne du FESPACO Afin de renforcer l’image institutionnelle du FESPACO. Cette manifestation pourrait s’inscrire dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme. les 6.1. 7 et 8 mars de chaque année paire seraient retenus pour l’organisation des (72) heures de la femme cinéaste. qu’elle soit de son initiative ou par invitation. Les 16. 1. l’écriture et la composition de l’hymne du Festival est souhaitable. la création du « cinéma citoyen. en année paire. Cet hymne pourrait être exécuté aux cérémonies officielles institutionnelles du FESPACO et sera disponible en français et en anglais.2 DES REPONSES ORGANISATIONNELLES Le FESPACO est principalement synonyme de la biennale. le FESPACO innove. 1.1. il est primordial d’assurer une organisation parfaite de ces missions par une prise en charge totale par l’Etat Burkinabé. manifeste sa volonté de prendre en compte tous les types de cinéma.2.1 LES 72 HEURES DE LA FEMME CINEASTE La valorisation de la place et le rôle de la femme dans la production cinématographique africaine et de façon plus large dans le développement de l’Afrique.3 : Des missions du FESPACO Toute mission du FESPACO. des journées lui soient consacrées. En créant les « 72 heures de la femme cinéaste ». Pour ce faire. Les cinéastes « engagés » croient à tord que le FESPACO est fermé à ce type de cinéma. Les diverses expériences vécues. DES LIBERTES ET DES DROITS HUMAINS En suscitant. est avant tout une opération de communication sur l’image de l’Institution. 1. Toute chose qui va donner de la crédibilité et de la considération aux missionnaires du FESPACO et faciliter l’exécution desdites missions. à savoir : 1.

3 LES 72 HEURES DU CINEMA POUR ENFANT Tout comme la femme. le FESPACO contribuera à mettre au centre de la réflexion (ou des préoccupations) les questions liées à l’enfant africain. tous les derniers vendredi et samedi de chaque mois. Dans la dynamique nouvelle que les plus hautes autorités veulent impulser au FESPACO. organiser des projections de films africains dans les salles de cinéma ou tous autres cadres appropriés (Salle de conférences du FESPACO). Mais depuis une décennie. et les insuffisances constatées (manque d’espace.5 LE MINI FESPACO DE BOBO DIOULASSO La création du mini FESPACO à Bobo-Dioulasso en son temps. sur quatre jours……). l’Institution n’a pas suffisamment contribué à la création du Centre de documentation sur le cinéma africain et de la Cinémathèque africaine (poursuite des travaux de construction). En consacrant les « 72 Heures du cinéma pour enfant ». En créant les « 48 heures du cinéma africain ». 1. Avec la dimension prise par ce marché. 1. en tant qu’acteur mais aussi en tant que sujet. LES 48 HEURES DU CINEMA AFRICAIN La mission de divulgation et de promotion du cinéma africain doit être permanente.2. La programmation de la 8 . 17 mai. capitale culturelle du pays des Hommes intègres. il serait indiqué de renouer avec le mini FESPACO de Bobo-Dioulasso. Il faudrait donc s’engager résolument avec le concours des Etats et divers partenaires à la réalisation des infrastructures annoncées.4. Ces journées pourraient se tenir les 26. durée du MICA. le FESPACO va. 1. Le site indiqué est celui du SIAO qui offre un espace professionnel et approprié pour ce type d’activité. pour la liberté de la presse…).celui des libertés (1er mai.4 LE MAR CHE INTERNATIONAL DU CINEMA AFRICAIN Créé en 1983. pour la fête du travail.3 DES REPONSES INFRASTRUCTURELLES Le FESPACO dispose à présent d’un siège digne de son image. La reprise des travaux du centre de conférence. Toutefois. a fait la fierté du Burkina et de la ville de Sya. s’avère t-il nécessaire de créer un cadre propice pour satisfaire à cette tâche. l’enfant joue un rôle de plus en plus important dans la production cinématographique africaine. apporte un réconfort. cette manifestation n’est plus organisée. la nécessité de délocaliser le MICA s’impose.2.2. 1. Ce qui permettra d’augmenter le nombre d’exposants et d’élargir le MICA aux nouvelles technologies. 28 septembre de chaque année paire. 1.2. 27. le MICA se tient au cours de chaque édition du festival au Centre culturel français. Aussi.

Mais cette évolution ne doit être ni imposée. Il faudrait éviter de passer au numérique pour la simple volonté de suivre la mode et les évolutions du siècle. à savoir le XXIè. Il nous faudrait éviter de faire cavalier seul. le FESPACO doit pouvoir s’émanciper et créer les conditions pour assurer son autonomie financière. ni brutale.2 LE FESPACO ET LE NUMERIQUE Une réflexion ouverte aux politiques. Seules des projections expérimentales sont autorisées. C’est pourquoi.4.construction d’un Musée du Cinéma Africain viendrait renforcer les infrastructures indispensables pour le rayonnement du FESPACO. Les partenaires internationaux se font de plus en plus rares. 1. 1. Le FESPACO étant comparé à CANNES.1 DES ACTIONS CONCERTEES Il serait important d’engager des actions concertées avec les autres festivals. Il faut la penser afin que tous les acteurs en comprennent la nécessité. L’Etat burkinabé. 1. mais en fondant la démarche sur de vrais projets à même de donner au FESPACO une image plus rayonnante. Le festival de CANNES qui est une référence n’a pas encore opté pour le numérique.1 LA FONDATION FESPACO La Fondation FESPACO a été créé le 28 juin 1996 avec comme objectifs : 9 . L’introduction du numérique dans la compétition officielle est une préoccupation qui revient. Afin de mieux maîtriser tous les contours de la question.4 LE FESPACO ET LES TECHNOLOGIES NOUVELLES Assurément le FESPACO doit évoluer avec son siècle. le principal bailleur en recettes est essoufflé. il est important d’engager la réflexion et de mener des actions concertées pour adapter le FESPACO à son siècle. aux professionnels sous forme de colloque ou de séminaire pourrait être organisé pour pousser la réflexion.4. principalement le festival de CANNES. Quarante (40) ans après sa création. 1. il serait approprié d’observer les évolutions qui seront opérées de ce côté. si cela passe par le numérique.5. Cette action pourrait être menée sur plusieurs axes : 1.5 DES REPONSES FINANCIERES L’autonomie financière du FESPACO est à rechercher et à conquérir.

le financement de toute activité qui participe au développement du Cinéma africain (production. si l’on veut véritablement assurer l’autonomie financière du festival de mener des actions en direction des autres Etats africains. formation aux métiers de cinéma. colloques.2 L’IMAGE DU FESTIVAL L’image du festival n’est pas suffisamment exploitée. la Fondation FESPACO n’existe que de nom. la Fondation FESPACO doit être un outil efficace et convaincant. du FESPACO dans les autres capitales . Plus d’une décennie après sa création. il n’y a eu qu’une seule réunion à son actif. Dans cet esprit. Il prend en charge tout son fonctionnement. industries techniques…). 1. la pertinence de la création de cet outil est évidente.3 LES ETATS AFRICAINS Le Burkina est le seul Etat africain qui participe aux financements du FESPACO. dédier une rue ou une place dans chaque capitale africaine au FESPACO ou au cinéma africain .le financement des activités du FESPACO .5. 1. organiser des projections cinématographiques ou semaines. Il est temps. Avec les différents partenaires. Dans la recherche de l’autonomie financière. distribution.5.4 L’UNION AFRICAINE ET LE FESPACO 10 . promouvoir l’image du FESPACO à travers la création de Clubs FESPACO en Afrique.5. la contribution au rayonnement international du FESPACO et à la promotion des valeurs culturelles panafricaines . Face à cette léthargie. Il est indéniable qu’une meilleure exploitation de cette image mondialement connue peut être source d’importantes entrées financières. Le pays des Hommes Intègres a fait la preuve de son panafricanisme. ateliers. Or. exploitation. l’organisation d’un atelier sur la Fondation FESPACO s’impose afin de tirer les enseignements de son inopérationnalité. il faut développer une politique de merchandising agressive sur le marché des gadgets et autres produits publicitaires. organiser le lancement médiatique de la zone Afrique des activités du FESPACO de manière tournante dans les capitales africaines . 1. Outre l’Assemblée Générale Constitutive. il serait judicieux de mener les actions suivantes : inviter des Chefs d’Etat africains aux cérémonies d’ouverture et de clôture du FESPACO .

L’Union Européenne (UE). l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). de service ou médiatiques est une source de financement qu’il faut exploiter rationnellement. Il est important d’imposer des droits pour l’exploitation de l’image et la couverture des manifestations de la biennale. C’est pourquoi. CEMAC) doivent soutenir le FESPACO. le Danemark.5.5. est le plus grand événement cinématographique en Afrique.L’Union Africaine et toutes les Institutions sous-régionales.7 LES ENJEUX MEDIATIQUES DU FESPACO Le FESPACO. 1. Ces partenaires doivent revoir leur politique pour intégrer le soutien au FESPACO pour sa pérennisation. Mais cet intérêt profite plus aux médias qu’au FESPACO. sont des exemples de partenaires qui contribuent au financement de la biennale. industriels. De ce fait il est courtisé par les médias qui souhaitent à chaque édition des accréditations pour sa couverture. la France. Dans le cadre de jumelage.6 LE SPONSORING DU FESTIVAL Le sponsoring du festival par des mécènes et autres groupes financiers. Des échanges doivent être engagés afin de favoriser un partenariat gagnant-gagnant. Des requêtes seront adressées à toutes ces Institutions du continent africain. La recherche des sponsors doit être ouverte à l’extérieur afin d’intéresser les grands groupes économiques et financiers qui investissent dans la communication citoyenne et d’image. CEDEAO. des initiatives peuvent être prises afin de favoriser le soutien à la réalisation des activités du FESTIVAL. 1.5. unique festival africain de renommée internationale. Le festival doit pour ce faire améliorer son image et proposer des produits qui attirent les annonceurs. Il est souhaitable que ce partenariat soit moins lié aux conditionnalités des partenaires qu’à la vision et la volonté de pérenniser la biennale. régionales africaines (UEMOA. Le festival représente donc un enjeu médiatique certain. 1. VI QUELLES RELATIONS AVEC LES AUTRES FESTIVALS ? Le FESPACO entretient trois types de relations avec les autres festivals : 11 . le Canada.5 LES PARTENAIRES ETRANGERS Tous les partenaires étrangers éventuels qui s’intéressent à la culture et au cinéma africain doivent être intéressés afin qu’ils participent au financement du FESPACO. V QUEL TYPE DE PARTENARIAT AVEC LES PARTENAIRES FINANCIERS ? Le type de partenariat en cours qu’entretient le FESPACO et les partenaires institutionnels et financiers ne favorise pas un véritable développement du festival.

12 . Ils se donnent une assistance mutuelle. le FESPACO a présidé la rencontre de la Coordination de festivals de films européens. Dans cet esprit. VIII DE L’ORGANISATION DE LA BIENNALE La biennale du FESPACO est une grande manifestation cinématographique de référence qui s’inscrit dans le calendrier mondial comme un rendez-vous culturel qui profite à toute l’humanité. Namur (Belgique). Le partenariat se résume à des échanges d’informations. En Afrique. Il participe aux Assemblées Générales annuelles de cette fédération. 2. De plus. à des formations et à des échanges de films. A ce titre. LA RELATION MULTILATERALE (JUMELAGE) Trois festivals de films à savoir Vues d’Afrique (Canada). le FESPACO est par ricochet membre de la Fédération internationale des archives du film (FIAF). il se doit de susciter et d’entretenir divers partenariats à même de renforcer son image. 1. c’est indéniable. cette coordination avait demandé au FESPACO de mettre en place en Afrique une structure similaire en vue de nouer un partenariat. Amiens (France) et le FESPACO entretiennent des relations multilatérales. La compétition est irremplaçable pour susciter l’intérêt des réalisateurs à produire de plus en plus et de mieux en mieux.la relation bilatérale (de festival à festival) la relation multilatérale (entre plusieurs festivals jumelés) la relation fédérative (Institutionnelle). Elle donne l’opportunité de juger de l’évolution et de la qualité du cinéma africain. 1. une rencontre et une fête du cinéma. LA RELATION BILATERALE Le Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou a noué des relations privilégiées avec plusieurs festivals dans le domaine du bilatéral. LA RELATION FEDERATIVE (INSTITUTIONNELLE) De par l’affiliation de sa Cinémathèque Africaine. Ces festivals jumelés discutent de leurs expériences et se concertent pour défendre l’image de leur festival respectif. Le FESPACO a un rôle de leadership qu’il doit pouvoir assurer pour la divulgation et la promotion du cinéma africain. est l’attraction première du festival. LA BIENNALE COMME COMPETITION La compétition cinématographique. le Festival est amené à jouer sa mission de locomotive afin de peser dans les prises de décision au plan international. 3. Elle est en même temps une compétition.

l’expertise technique en matière de prise en charge de la compétition (sélection. 2. LA BIENNALE COMME RENCONTRE La biennale est un cadre de rencontre privilégié pour le monde du cinéma africain et mondial. programmation. Ainsi. En vingt éditions.1 LES ACQUIS DE L’ORGANISATION Les acquis sont nombreux. La biennale du cinéma africain peut renforcer son image si elle intègre une dimension culturelle pour devenir celle du cinéma et de la culture. LA BIENNALE COMME FETE DU CINEMA L’imagerie populaire retient la biennale comme une fête exclusive du cinéma. LES ACQUIS ET LES LIMITES DE L’ORGANISATION DES BIENNALES Le FESPACO va organiser sa 21e biennale en 2009. d’une culture. car les autres activités culturelles ne sont pas mises en valeur. Pour l’essentiel. hébergement. panels…) l’inscription du FESPACO sur le calendrier mondial des grands événements culturels. Cette tendance est confirmée. 4. il y a suffisamment matière à apprécier les acquis et les limites de l’organisation des festivals. 4. A tous les colloques et les divers panels. mais leurs impacts sur la qualité de l’organisation sont révélateurs : la non maîtrise de la liste des invités .L’attribution de l’ÉTALON DE YENNENGA à l’œuvre cinématographique majeure est un symbole plus qu’honorifique. Elle marque la reconnaissance vivante d’une communauté.2 LES LIMITES DE L’ORGANISATION Les limites organisationnelles sont parfois légères. la fidélisation des Africains au FESPACO . 4. projection…) . 13 . le développement des cadres et espaces de rencontre des professionnels du cinéma africain (colloques. 3. la biennale est sans conteste un véritable cadre de rencontre des professionnels africains du cinéma. transport) . les difficultés liées aux accréditations . il est primordial de retenir quelques acquis fondamentaux : la capacité organisationnelle du FESPACO (accueil. les cinéastes africains ont discuté et trouvé des solutions à leurs multiples préoccupations.

les problèmes de transport et d’hébergement . Ce qui suppose la volonté de rompre avec le laxisme. 2. LA DUREE DE LA BIENNALE Sept (7) jours c’est peu au regard de l’évolution et des exigences organisationnelles. que pour la valeur du prix des ETALONS YENNENGA. Face aux défis du XXIè siècle. le FESPACO a renforcé sa crédibilité et sa légitimité. les facilités.1 : LE COMITE INTERNATIONNAL DE SELECTION En internationalisant les jurys de la compétition officielle. LA REVALORISATION DE LA COMPETITION La compétition a besoin d’être revalorisée tant pour la sélection des films. le FESPACO du XXIe siècle pourrait se tenir sur dix (10) jours. le comité de sélection doit avoir une dimension internationale en associant des professionnels ou autres personnalités de notoriété tant africaines qu’étrangères à la sélection des films en compétition. les cérémonies officielles… que par l’introduction d’une dose d’activités culturelles et touristiques. mais sa revalorisation peut susciter un intérêt et remobiliser les réalisateurs. les couacs dans la programmation des films. le manque de rigueur… dont font preuve certains maillons de la chaîne de l’organisation. que faire pour mieux organiser la biennale à la hauteur des attentes des professionnels et des festivaliers ? IX : QUEL TYPE D’ORGANISATION POUR LE XXIe SIECLE ? L’organisation de la biennale doit gagner en professionnalisme. Quinze (15) jours c’est trop en fonction des moyens à mobiliser. 2.2 : LA REVALORISATION DU PRIX DES ETALONS La valeur du prix des ETALONS DE YENNENGA est certes motivante. 1. Pour une progression raisonnable. 2.les débordements dans l’organisation des cérémonies d’ouverture et de clôture . la compétition. L’inscription du FESPACO dans le calendrier mondial des grands événements est le principal acquis fondamental. De la même manière et dans le même esprit. 2.3 LES CEREMONIES OFFICIELLES 14 . L’organisation de la biennale du cinéma africain est une responsabilité immense. Les efforts organisationnels doivent être accompagnés par des innovations tant pour la durée de la biennale.

3. appréciés et sanctionnés par un prix. il serait souhaitable d’introduire la notion du parrainage des films en compétition (longs et courts métrages) par une autorité politique.2 : LE PARRAINAGE DES FILMS Dans le cadre de la cérémonie inaugurale de la compétition. Elles visent à donner aux professionnels du cinéma toute la visibilité désirée. qui peuvent être évalués. Ces cérémonies vont se faire sur le concept de CANNES (paillettes. Ces cérémonies pourraient être organisées dans des cadres restreints. 3. Ainsi. sont consacrées comme des cérémonies officielles institutionnelles. LES INNOVATIONS Des innovations peuvent être apportées à la compétition et à l’organisation pour faciliter la remobilisation des énergies autour du FESPACO. 3. un contenu. deux types de cérémonies officielles pourraient être déterminées : les cérémonies officielles institutionnelles les cérémonies officielles professionnelles 2.1 LES CEREMONIES OFFICIELLES INSTITUTIONNELLES Les cérémonies d’ouverture et de clôture au Stade du 4 août. de la société civile africaine ou mondiale.Afin de répondre aux critiques. l’affiche de film dégagent une esthétique. Cette idée vise à mobiliser les leaders et intellectuels africains autour du FESPACO et du cinéma africain. vedettes. Ainsi on aura : la cérémonie inaugurale (un jour après la cérémonie officielle d’ouverture) la cérémonie d’hommage (un jour après la clôture officielle).3.3 : LES NUITS MUSICALES DU FESPACO 15 . il est important de revoir et de redéfinir les cérémonies officielles. Elles doivent être des cérémonies grandioses de communication d’image du FESPACO. 2.2 : LES CEREMONIES OFFICIELLES PROFESSIONNELLES Les cérémonies officielles professionnelles sont des innovations. célébrités…) 3. 3. Véritable support de communication.1 : LE PRIX DE L’AFFICHE DE FILM L’affiche de film prend de plus en plus de l’importance. artistes. Ce prix peut susciter un intérêt réel dans la conception de l’affiche de film. du Burkina Faso et de toute l’Afrique.

le lancement Zone Europe dans une capitale européenne de manière tournante . L’ «AFRICANISATION DU FESPACO » L’ «africanisation » du FESPACO passe par son appropriation par toute l’Afrique. Les prestations se feront en « live » afin de mobiliser et de recréer les festivaliers tous les soirs. Ce cadre sera réservé aux vedettes et artistes sélectionnés en Afrique et dans le monde. C’est pourquoi il est urgent d’intéresser les Africains à l’Institution et à l’Evénement en prenant des initiatives inédites : inviter un ou plusieurs Chefs d’Etats africains aux cérémonies officielles institutionnelles . 16 . le lancement Zone Asie dans une capitale asiatique de manière tournante. inviter le Président de l’Union Africaine (UA) aux cérémonies officielles institutionnelles .Les nuits musicales du FESPACO seront un espace culturel avec musique et théâtre. dans une capitale africaine de manière tournante . X LE FESPACO ET SA COMMUNICATION D’IMAGE Le FESPACO doit mettre la Communication et les Relations Publiques au centre de son action. l’on aura : le lancement Zone Afrique. Les actions à mener pour atteindre cet objectif sont multiples : 1. dans son pays d’origine à la place ou la rue FESPACO. poser une copie de la statue du vainqueur de l’ETALON D’OR. L’INTERNATIONALISATION DU FESPACO Le lancement officiel de la campagne médiatique du FESPACO se faisait à Paris (France). le lancement Zone Amérique dans une capitale américaine de manière tournante . 2. La Délégation Générale doit mener une communication institutionnelle et d’image qui consolide sa crédibilité et sa légitimité et gagner ainsi toute l’Afrique et le Monde. solliciter auprès de tous les Etats une place ou une rue FESPACO dans les capitales africaines . Pour donner à cette action de communication un cachet véritablement international elle pourrait se faire par zone. inviter des intellectuels et autres leaders africains aux cérémonies officielles institutionnelles . Ainsi.

Même si cette question trouvait une réponse. peut permettre au Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou de : faire du FESPACO la locomotive du cinéma africain et des activités culturelles au Burkina et en Afrique . Les besoins sont immenses (véhicules. XI LES MOYENS DE L’ACTION Afin d’exécuter la vision nouvelle pour le FESPACO. 17 . 1. redéfinir de nouvelles bases pour une « africanisation » et internationalisation du FESPACO . FAIRE DE OUAGADOUGOU LA VILLE SYMBOLE DU CINEMA AFRICAIN Ouagadougou est la ville siège du FESPACO. groupes électrogènes…) XII LES RESULTATS ATTENDUS FESPACO VISION 21 est une somme d’idées fortes qui.3. la mobilisation des moyens est indispensable. En plus de ces actions. exécutées. reconquérir son leadership dans l’organisation professionnelle des grands événements . ordinateurs. 2. retro-projecteurs. elle est un symbole qui doit le mériter en développant des initiatives. L’aide au FESPACO doit être concrète et non se résumer en des services ou prestations honorés. DES RESSOURCES HUMAINES Le FESPACO souffre d’un manque de ressources humaines qualifiées et compétentes. le problème de la motivation reste posée. projecteurs. La réalisation d’un musée du cinéma africain viendrait tout aussi renforcer l’image du FESPACO et de la capitale africaine qui abrite son siège. la place des cinéastes doit être aménagée pour recevoir les statuts des vainqueurs de l’ETALON D’OR DE YENNENGA. Pour ce faire. imprimantes. Seule une relecture de son statut peut permettre de disposer des moyens de recrutement et de motivation des ressources humaines. réorganiser le fonctionnement du FESPACO en lui donnant un nouveau statut . DES MOYENS MATERIELS Le dénuement total dans lequel végète le FESPACO mérite d’être solutionné par la prise d’initiatives soutenues par les autorités nationales et les partenaires internationaux.

1. le lancement de la campagne médiatique du FESPACO par zone . améliorer l’image et la communication du FESPACO . l’ «africanisation» du Festival . l’officialisation des deux cérémonies officielles institutionnelles . donner une traçablité et une visibilité aux actions de la Délégation Générale . l’organisation des 48 Heures (mensuel) du cinéma africain . le parrainage des films en compétition (court et long) métrages . doter le FESPACO de ressources financières conséquentes et de matériels performants. l’acquisition de moyens matériels . l’organisation de l’atelier sur la Fondation FESPACO . l’introduction et l’acceptation des deux cérémonies officielles professionnelles . LES PROJETS D’ACTION A COURT TERME Les projets d’action à court terme sont ceux qui doivent être exécutés avant et pendant la prochaine biennale du FESPACO en 2009 : la relecture du statut du FESPACO . doter le FESPACO d’infrastructures pérennes et symboliques . le recrutement de compétences nouvelles. 2. 18 . l’officialisation du prix de l’affiche de film . doter le FESPACO de ressources humaines qualifiées et compétentes . redéfinir les règles de la coopération et du partenariat multilatéral . LES PROJETS D’ACTION A MOYEN TERME Les projets d’action à moyen terme peuvent être initiés dès 2008. la construction et l’équipement de la salle de conférence . pour en faire un comité international . l’ouverture du comité de sélection de films en compétition.professionnaliser le FESPACO en se départissant du fonctionnarisme et de la bureaucratie . XIII LES PERPECTIVES Les perspectives pour le FESPACO peuvent être prometteuses si les projets d’action et autres innovations sont exécutés à court. moyen et long terme. la redéfinition du type de partenariat avec les différents partenaires . développer des Relations Publiques conquérantes . tout en se poursuivant jusqu’en 2011 : l’organisation des manifestations cinématographiques en année paire . les nuits musicales du FESPACO .

le Gouvernement burkinabé est interpellé à accroître son assistance multiforme au FESPACO . l’invitation du Président de la Commission de l’Union Africaine (UA) aux cérémonies officielles institutionnelles . 2 – Les recommandations à la Délégation Générale du FESPACO la Délégation Générale du FESPACO doit réorganiser ses structures de fonctionnement en conformité avec son nouveau statut . la réalisation d’un musée du cinéma africain. le baptême de rues ou places FESPACO en Afrique. les autres Gouvernements africains sont invités à soutenir le FESPACO . la création de clubs FESPACO en Afrique et dans le monde . Ils devraient être exécutés dans un délai de dix ans à l’horizon 2020. l’invitation de leaders africains aux cérémonies officielles du FESPACO . la revalorisation des prix des ETALONS . le Gouvernement burkinabé est sollicité pour associer les autres Chefs d’Etat et le Président de la Commission de l’Union Africaine aux cérémonies officielles institutionnelles du FESPACO . 3. la réalisation de symboles significatifs . la construction du Centre de documentation du cinéma africain . le Gouvernement burkinabé est invité à intervenir auprès des autres gouvernements africains pour obtenir le baptême de places ou rues FESPACO dans les capitales africaines . LES PROJETS D’ACTION A LONG TERME Les projets d’action à long terme concernent les réalisations d’infrastructures.l’invitation des Chefs d’Etat aux cérémonies officielles institutionnelles . 19 . la Délégation Générale du FESPACO doit prendre toutes les initiatives nécessaires pour accroître les ressources propres de l’Institution . XIV LES RECOMMANDATIONS Les recommandations sont adressées aux différents acteurs qui peuvent et doivent contribuer à donner au FESPACO les moyens de répondre aux défis du XXIe siècle : 1 – Les recommandations aux gouvernements africains le Gouvernement burkinabé est invité à prendre les dispositions adéquates pour une relecture du statut du FESPACO . l’achèvement de la Cinémathèque africaine .

3 . CONCLUSION FESPACO VISION 21 : REPONDRE AUX DEFIS DU XXIe SIECLE. 5 . Ensemble. mais propose un début d’action qui pourra annoncer cette volonté panafricaine de hisser le FESPACO au sommet du Cinéma africain. est un projet de relance de l’image et du rayonnement du FESPACO. manifester leur intérêt pour le FESPACO . Quarante (40) ans après sa création.La recommandation aux intellectuels et leaders africains les intellectuels et leaders africains sont invités à œuvrer pour la pérennisation du FESPACO . afin de répondre aux défis de l’excellence qu’impose le XXIe siècle. mais gagner la bataille de sa pérennisation.La recommandation aux associations professionnelles les professionnels du cinéma africain doivent à travers leurs associations ou individuellement. Il tire son essence des acquis indéniables et des innovations indispensables exigées par l’évolution du monde. 4 – La recommandation aux partenaires internationaux les partenaires internationaux sont invités à revoir les formes de soutien. FESPACO VISION 21 n’apporte certes pas toutes les réponses. la Délégation Générale du FESPACO doit concevoir et mettre en application une communication d’image . conjuguons les énergies et les savoir-faire. 6 – La recommandation aux sociétés politique et civile africaines les sociétés politiques et civiles africaines sont invitées à soutenir le FESPACO. L’avenir du FESPACO est à ce prix. d’aide et de financement au FESPACO . le FESPACO ne doit plus se débattre dans une lutte pour sa survie et sa légitimité.la Délégation Générale du FESPACO doit œuvrer à redéfinir avec les partenaires internationaux le cadre de leur intervention . au profit du cinéma africain. 20 .

: Des plans d’action seront élaborés pour L’exécution du programme de relance.B.Michel OUEDRAOGO Chevalier de l’Ordre National N. 21 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful