You are on page 1of 7

Échos-logik _ MONDE MONDE _ Échos-logik

Texte : Fanny Léglise


Photo : Rasmus Hjortshøj

Copenhague,
salon urbain

Pour l’agence d’architecture danoise Stubbergaard, architecte et cofondateur industriels du centre-ville, récemment De toute chose négative
Cobe, Copenhague est un salon qui de Cobe. L’exposition « Our Urban investi par la cuisine de rue avec ses naît quelque chose de positif.
accueille la plupart de ses projets dont Living Room » présente une sélection étals, ses foodtrucks et autres micro­
Nous utilisons les déchets résiduels des pare-brises
le credo est de gommer les frontières de réalisations, occasion de s’attarder établissements célébrant une gastrono-
en fin de vie pour en faire une matière de substitution
entre espaces publics et privés pour faire sur la station de Nørreport, la plus fré- mie audacieuse.
100% recyclée qui remplace le latex utilisé dans
de la ville le salon de tous. quentée de la ville, ou Israels Plads, ses les sous-couches de nos dalles de moquette à
« Aujourd’hui, nous pratiquons la ville gradins, ses jeux pour enfants et ses construction Microtuft.
de façon radicalement différente de ce équipements sportifs, située derrière Tout cela dans le but de rendre le monde meilleur, à
que nous faisions il y a vingt ans. Elle les restaurants du très branché marché Informations pratiques l’intérieur comme à l’extérieur. Rejoignez-nous pour
est devenu notre pièce de vie. La plupart couvert de Torvehallerne. Et de décou- Exposition « Our Urban Living Room », avoir un impact positif sur interface.com.
d’entre nous n’ayant pas de grands loge- vrir aussi les projets en cours, notam- du 14 octobre 2016 au 5 janvier 2017
ments, nous l’utilisons comme une ment l’aménagement de Papirøen (ou au Centre d’architecture danois et
dans l’agence Cobe, à Copenhague.
extension du chez-soi », explique Dan Paper Island), l’un des derniers lieux Catalogue publié chez Arvinius+Orfeus.

6 Ecologik 52 Ecologik 52 7
Échos-logik _ MONDE MONDE _ Échos-logik

Texte : Fanny Léglise


Photo : Xavier Lefebvre et Denis Dommel/ Gédéon Programmes

C
  inq villes
vues d’en haut

Barcelone, Buenos Aires, New York, Tokyo laisse la part belle à ses sanc- protéger la biodiversité de sa ville,
Paris et Tokyo, la série documentaire tuaires et aux traditions, cérémonie du ­depuis les toits. Une palette de nouveaux
Sur les toits des villes offre à vol d’oiseau thé ou bain de pieds. Paris élève des usages urbains et de bonnes pratiques
une vision inédite de l’occupation des abeilles citadines, Brooklyn des pi­geons. qui est aussi l’occasion de découvrir
toits aux cinq coins du monde. Les Barcelone réintroduit des faucons l’architecture unique de chacun de ces
usages en disent long sur les façons de ­pèlerins. À Buenos Aires, on déguste lieux, œuvres d’Haussmann à Cerdà,
réinvestir ce foncier souvent délaissé, du maté ou on partage un ré­seau de de Gaudí à Kohn Pederson Fox (tours
à l’heure des préoccupations écolo- connexion communautaire sans fil, de Roppongi Hills).
giques. Si l’agriculture urbaine com- à ciel ouvert. Trapézistes new-yorkais,
mence à se pratiquer partout, si les danseurs de tango portègnes, amateurs
hau­teurs sont investies par des artistes, de parkour (acrobaties sur les toits)
sportifs, cinéphiles et musiciens, chaque parisiens, footballeurs tokyoïtes ou pour aller plus loin
ville livre des particularités insoup­ ­étudiants en architecture barcelonais, Sur les toits des villes, cinq épisodes de
Xavier Lefebvre et Denis Dommel, Arte
çonnées, une culture urbaine unique. chacun s’exprime, partage et tend à et NHK, Gédéon programmes, 2016.

8 Ecologik 52 Ecologik 52 9
Échos-logik _ MONDE MONDE _ Échos-logik

Texte : Fanny Léglise


Photos : Ecosistema Urbano

Des outils participatifs


pour penser
un écosystème urbain

Les architectes et urbanistes madrilènes ­ ynamiques urbaines, réduire le trafic


d traiter en priorité et envisager leurs nous concevons à l’agence, tout en
d’Ecosistema urbano développent une routier du centre-ville et repenser aménagements. Nous avons dressé avec maintenant le contact par des réunions
pratique participative du projet urbain, transports publics, parcours piétonniers cent étudiants une carte des problèmes d’étapes, ce qui nous permet de nous
qui mêle travail in situ lors ­d’ateliers avec et à vélo. Dans ce contexte, le pro- et opportunités du centre historique. réajuster en permanence.
la population et plateforme internet gramme ICES de la Banque interamé- Nous avons également développé un kit
collaborative. Lauréats en 2014 du prix ricaine de développement a apporté son pour faire participer les enfants. Ces Comment passez-vous à la
« meilleure pratique » du programme soutien au plan de revitalisation des ateliers ouvrent le débat et offrent une construction, à la concrétisation ?
Habitat des Nations unies pour espaces publics et à la transformation vision ambitieuse tout en restant Les projets sont portés par la munici-
Dreamhamar (transformation de la des zones de stationnement devenues connectés avec la réalité. En même palité de Cuenca, quelques-uns de
place Stortorget, Hamar, Norvège), ils obsolètes. temps, nous travaillons avec une plate- grande échelle font l’objet de partena-
nous présentent leur manière de tra- forme participative en ligne. riats publics-privés. Nous définissons Fiche technique
vailler avec le développement de leur Dans ce cadre, comment Nous avons défini des zones de travail un processus qui permet parfois une Clients : Inter American Development Bank et Iniciativa
Ciudades Emergentes y Sostenibles
dernier projet, la revitalisation des avez-vous rencontré les adaptées aux objectifs de chaque groupe. première phase temporaire facilitant la Date : 2015-2016
espaces publics du centre-ville de Cuen- habitants, travaillé avec eux ? Récolter le maximum d’information construction finale. La communauté Plateforme participative du projet : cuenca.red
Six projets développés à court terme : the City Lounge,
ca, en Équateur. Nous avons réuni des groupes de cita- sur les besoins et potentiels de chaque doit garder une vision positive du pro- the Social Network, City School, the Active Center,
dins, jeunes, actifs, voisins, étudiants, lieu permet de mieux comprendre le jet, sentir qu’elle en fait partie. Ce pro- the Tree House et Cuenca Hub.
Quelle a été la genèse du projet ? élèves des écoles, etc. Leurs avis et pra- contexte physique et social du projet. cessus est d’autant plus intéressant qu’il
Cuenca a mis en place un plan de tiques de l’espace public ont permis de Nous nous appuyons sur ces données multiplie les interrelations, condition
mobili­­té pour générer de nouvelles développer des idées, lister les lieux à pour définir des programmes. Ensuite, du succès d’un nouveau lieu urbain.

10 Ecologik 52 Ecologik 52 11
Échos-logik _MONDE PAYS _ Échos-logiques

Texte : Fanny Léglise


Photo : Erik-Jan Ouwerkerk

L’éducation, levier
pour l’avenir de la planète

L’édition 2016 du Rapport mondial de notamment une démographie expo- prises et ONG pour éduquer à l’écolo-
suivi sur l’éducation piloté par l’Unesco a nentielle, la population mondiale ayant gie. Car « pour lutter contre les effets
été rendue publique le 6 septembre. triplé entre 1950 et 2015, et des modes du changement climatique, il est plus
Pour la première fois depuis sa création de vie contemporains particulièrement efficace d’élargir l’accès à l’éducation
en 2002, ce rapport met en ­relation édu­ énergivores – le rapport, rédigé par une que d’investir dans des infrastructures
­cation et avenir de la planète. Sa lec­ture vingtaine d’auteurs internationaux, comme les digues ou les systèmes d’ir-
précise le rôle crucial de l’éduca­tion à oscille entre état des lieux souvent alar- rigation », insistent les auteurs.
l’environnement : « Des hommes et des mant et relevés de solutions innovantes,
femmes au niveau d’instruction plus expliquant que « les individus sont à la
élevé tendent à être plus sensibilisés à fois la source des problèmes environne­
l’environnement, plus résilients face à mentaux et leur solution potentielle ».
l’impact du changement climatique, Il insiste sur l’importance de l’éducation
plus productifs. » Ou encore : « L’édu- des femmes, tant du point de vue de la En photo ci-dessus
cation forge les valeurs et les points de transmission intergénérationnelle des Opera Village, Laongo, Burkina Faso.
vue. Elle contribue aussi au développe- bonnes pratiques que de la maîtrise de Conçu par l’agence Kéré Architecture
et le réalisateur Christoph Schlingensief,
ment de compétences, de concepts et la démographie planétaire. ce projet vise à donner forme à l’identité
d’outils pouvant servir à réfréner ou De l’Estonie à la Colombie, de la Suède culturelle des villageois proches de
Laongo, victimes d’inondations. Mêlant
abolir des pratiques non durables. » à l’Alaska, de Cuba aux Philippines, les centre artistique, école, logements et
Constatant la forte empreinte écolo- exemples sont nombreux qui montrent centre médical, l’ensemble, en construction
depuis 2010, emploie des matériaux
gique de l’homme sur la Terre – avec les efforts des gouvernements, entre- locaux, selon des procédés écologiques.

12 Ecologik 52 Ecologik 52 13
Échos-logik _ MONDE MONDE _ Échos-logik

Texte : Fanny Léglise Comment mieux batir en


terrains inondables constructibles
Photo : Alejandro Dominguez Villa

Pour accueillir grand prix d’aménagement • 2e édition


les migrants, penser « ville » Appel à projets 2016
plutôt que « camp »
Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, et
Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, lancent la deuxième
édition du grand prix d’aménagement adapté aux terrains inondables constructibles.

Cet appel à projets a pour objectif de rechercher en cours de réalisation, ou de conception dans trois
comment mieux aménager en terrains inondables catégories :
constructibles dès lors que les populations qui y grandes opérations d’aménagement, constructions,
habitent ou y travaillent ne sont pas mises en danger aménagement d’espaces publics ou paysagers.
et que les biens retrouvent leurs fonctions initiales le Ce Grand prix d’aménagement est ouvert aux maîtres
plus rapidement possible. d’ouvrage, aux bureaux d’étude et aux concepteurs
Il vise à mettre en avant et à récompenser des (architectes, urbanistes, paysagistes, génie
projets innovants en terrains inondables, réalisés ou écologique…) de tout âge et de toute nationalité.

Dans un article paru dans le quotidien transforme l’habiter en une liste de l’architecte chilien Alejandro Aravena –,
espagnol El Mundo le 2 septembre 2016, nécessités basiques. Pourtant, comme se réjouissant qu’un nombre croissant

DICOM-DGPR/DIV/14216-1 – Novembre 2016 – Illustration : F. Bonnet/Obras


Alejandro Domínguez Villa s’interroge il l’argumente, le camp de réfugiés porte de professionnels assument le rôle de
sur ce que signifient la « jungle » de en lui les germes de la ville. Devons- penser des villes pour réfugiés plutôt
Calais ou le camp d’Idomeni (Grèce) nous penser des camps ou des villes ? que de laisser des politiques gérer des
pour l’architecture contemporaine. Et Se basant sur l’exemple de Tindouf, au « camps ».
sur le rôle des architectes face à l’expan- Sahara oriental, où une troisième géné-
sion des mouvements migratoires. S’il ration de réfugiés est en place, il montre
ne remet pas en cause la construction les temporalités de ces lieux hors Dépôt des projets :
de lieux d’accueil pour réfugiés en norme, où le camp originel est devenu
Europe, il questionne sur la notion une ville naissante, diverse, complexe, En IMAGE ci-dessus jusqu’au 6 janvier 2017 à 12 h
même de camp, qu’il définit comme et par là humaine. Et l’architecte d’ex- Le projet « LegalCity, une zone franche
humanitaire » d’Alejandro Domínguez Villa
« un lieu qu’aucun d’entre nous ne horter ses confrères à s’emparer au plus propose de transformer l’aéroport fantôme Toutes les informations sur le Grand prix d’aménagement sont
voudrait habiter librement […] un vite du sujet – emboîtant le pas au com- de Castellón-Costa Azahar en ville d’accueil
espace fonctionnel et mécaniciste » qui missaire de la Biennale de Venise 2016,
pour réfugiés, construite selon un système
modulaire adaptable.
disponibles sur :www.developpement-durable.gouv.fr/gpatic
Contact : gpatic2016@developpement-durable.gouv.fr
14 Ecologik 52 Ecologik 52 15
Échos-logik _ MONDE MONDE _ Échos-logik

Texte : Fanny Léglise


Photo : Robert Burley

Le feu essentiel
Impact humain
et paysage : De par son design et sa technologie thermique avancée, le Stûv P-10
s’intègre au cœur de votre espace de vie. Détendez-vous devant le

le cri d’alarme spectacle du feu, grâce à la technologie brevetée qui apporte calme
et ampleur à la flamme de granulés de bois. Une chaleur naturelle

canadien diffusée tout en maîtrise et en silence.

À l’occasion du 150e anniversaire de la
création du Canada et à la suite de
l’accord de Paris sur le climat (COP21),
le Centre canadien d’architecture
(CCA) ouvre une vaste réflexion sur le
rapport de son pays à la nature. « Le
temps presse » présente par le biais
d’histoires documentées les liens par­
fois contradictoires entre l’environne-
ment naturel et son exploitation.
Traversant périodes historiques et ré-
gions géo­graphiques, l’exposition
pointe le paradoxe d’une vision idéa-
lisée de la nature sauvage canadienne
face à l’impact des actions humaines sur
ce territoire même.
Le gazoduc Mackenzie prévu pour le
transport du gaz naturel et du pétrole
de l’océan Arctique jusqu’en Alberta,
la création de la voie maritime du
Saint-Laurent ou encore l’effondre-
ment de la pêcherie de morue à Terre-
Neuve sont autant d’exemples qui
­illustrent les relations complexes que
l’homme entretient avec ce qui l’en-
toure. Par la présentation des décou- Textes, photographies, œuvres d’art, En photo ci-dessus
vertes puis de l’appropriation des dessins, cartes, graphiques et vidéos Great Lakes, Lake Ontario, Toronto #4,
­ressources naturelles canadiennes, il documentent l’histoire du paysage Robert Burley, 2009.
s’agit, pour le commissaire de l’expo- ­canadien et la façon dont on conçoit,
sition et directeur du CCA Mirko décrit et agit sur les représentations Informations Pratiques
Zardini, de repenser leur exploitation. culturelles de la nature. La réflexion se « Le temps presse »,
Centre canadien d’architecture,
Et de démontrer qu’architectes, paysa­ prolongera avec, notamment, un du 16 novembre 2016 au 9 avril
2017, à Montréal. Modèle représenté : Stûv P-10
gistes, urbanistes, artistes et activistes échange intitulé « After the environ-
peuvent jouer un rôle central dans ce ment » entre Naomi Klein – journaliste
questionnement en aidant à trouver canadienne, auteure, cinéaste et mili- Pour aller plus loin
des voies nouvelles pour contrer la tante altermondialiste – et Mirko This Changes Everything,
documentaire d’Avi Lewis, scénario
crise du climat. Zardini, à l’université de Toronto. de Naomi Klein, 2015. Retrouvez-nous sur www.stuv.com

16 Ecologik 52 Ecologik 52 17
Échos-logik _ MONDE MONDE _ Échos-logik

Texte : Thierry Paquot

Daech
urbicide
La destruction des villes n’est pas un fait récent,
toute conquête passe souvent par le siège d’une cité,
puis sa reddition et la soumission de ses habitants.
S’attaquer aux villes revient à récuser le cosmopolitisme
qui préside à son édification. C’est ce lieu de rencontres
culturelles et de mélanges que combat l’État islamique…

Fondé en 2006, l’État islamique 300 000 personnes et le déplacement et trafics d’antiquités s’ajoutent aux
d’Irak s’empare d’une partie de la de deux à quatre millions d’autres… autres exactions de ces terroristes
Syrie en 2012 et devient l’État isla- Les images de Sarajevo, Dubrovnik, musulmans : attentats, prises d’otages,
mique en Irak et au Levant, dont Belgrade, Vukovar, Zadar en feu sont viols, mise en esclavage…
l’acronyme arabe est Daech. Le encore dans bien des mémoires… Au même moment, le maire de
29 juin 2014, l’ensemble des terri- Bogdan Bogdanovic (maire de Bassora (deuxième ville d’Irak) confie
toires qu’il contrôle est proclamé Belgrade de 1982 à 1986) invente à l’agence AMBS architects l’édifica-
califat et reçoit l’allégeance d’organi- alors le terme d’« urbicide », pour tion d’un quar­tier de plus de 1,5 kilo-
sations musulmanes du Nigéria, des désigner la mise à mort volontaire mètre carré, avec un gratte-ciel (The
Philippines, du Pakistan, d’Égypte, d’une cité, avec tout ce qu’elle évoque Bride) de 1 152 mètres. La catastrophe
de Libye, d’Algérie, du Yémen, etc. d’interrelations humaines et de diver- urbaine se poursuit-elle en temps de
Aucune guerre n’est « propre » et tous sité culturelle. paix ?
les conflits armés provoquent la mort En juillet 2014, les djihadistes sala­
de nombreux civils, la soumission des fistes pénètrent dans Mossoul et dé-
populations conquises et la destruc- truisent le tombeau de saint Jonas,
tion massive des habitations et infras- avant de b­ rûler des manuscrits rares
tructures. La guerre de 1914-1918 se (certains de 5 000 ans) et 100 000
solde par huit millions de victimes, livres ! Ils démolissent à Ninive,
celle de 1939-1945 par 50 millions Nimrud et Hatra des temples, des
(oui, cinquante millions !). L’Europe hauts et bas-reliefs. En août 2015,
« civilisée » assiste à l’éclatement de c’est le site de Palmyre en Syrie qui
la Yougoslavie entre 1991 et 1999, est gravement attaqué et celui de
entraînant la disparition de 200 à Cyrène en Libye pillé… Destructions

18 Ecologik 52 Ecologik 52 19