You are on page 1of 14

Synopsis

• La neuropsychologie : quelques généralités


Approche neuropsychologique de la • La lecture et ses troubles : un modèle historique
privilégié
dyslexie de développement
• Dyslexie de développement : le débat des
classifications
Michel Habib – Du symptôme aux mécanismes
CHU de Marseille – Classifications classiques
• Dyslexies phonologiques et de surface
• Causes distales et proximales
– Approche syndromique et notion de comorbidité
• De l'expérience clinique à la discussion étiologique

LES TROIS ACCEPTIONS DE LA NEUROPSYCHOLOGIE

LES TROIS ÂGES DE LA NEUROPSYCHOLOGIE


NEUROPSYCHOLOGIE = de la structure à
discipline scientifique la fonction

Méthode anatomo- Approche Imagerie NEUROPSYCHOLOGIE = de la lésion à la


clinique cognitiviste fonctionnelle discipline médicale dysfonction

Relation structure fonction Architecture fonctionnelle Anatomie fonctionnelle

NEUROPSYCHOLOGIE = du cerveau
profession (para)médicale endommagé à
l'esprit malade

déficit
Cerveau lésé Cerveau sain
Siège lésionnel Un raisonnement unique : de la structure au symptôme

"Une plaque jaune, de la


grandeur d'une pièce
de 5 francs, occupant les trois
quarts inférieurs du pli courbe
et pénétrant sous forme de coin,
jusque
sous l'épendyme du
prolongement
occipital du ventricule latéral."

Jules Déjerine, (1849-1917)

Dejerine, 1891 : cécité verbale avec agraphie


Dejerine, 1892 ; alexie sans agraphie (cécité verbale pure)

1
Norman Geschwind,
(1926-1984)

Geschwind, 1979 : modèle de la lecture à voix haute

les types d'alexie (lésionnelle)

• Parieto-temporale:
– Perte totale possible de lecture + écriture
– Peuvent évoquer/décoder, mais non comprendre les mots
– Peuvent également avoir de discrets troubles
du langage oral et lecture des nombres et musique
• Occipitale:
– Pas d'autre trouble du langage
– Ne peuvent identifier les lettres isolées, puis lettre à lettre
– Ne peuvent lire à haute voix que les mots courts et fréquents
– Ne peuvent lire ce qu'ils écrivent!
• Frontale "the third alexia" (Benson, 1977) :
– Accompagne l'aphasie de Broca avec agraphie
– Ne peut dénommer les lettres individuelles mais
peut lire et comprendre des mots écrits isolés
– Noms > Verbes > mots de fonction

"CHAPEAU"
Alexies périphériques
Neuropsychologie cognitive ANALYSE
ANALYSEVISUELLE
(identité,
VISUELLE
(identité,position,
position,etc...)
etc...)
de négligence
pure (lettre par lettre)
"CHAPEAU"
"CHAPEAU"
• Fournit une théorie ou un modèle du fonctionnement
cognitif normal
• Explique les performances de patients cérébro-lésés en lecture par
LEXIQUE VISUEL
termes de dommage à une ou plusieurs composantes du lecture par (ORTHOGRAPHIQUE) assemblage
adressage reconnaissance SYSTEME DE
système globale du mot CONVERSION ch a p eau
DES GRAPHIES
• Assume l'existence de sous-composantes discrètes et chapeau EN SONS
indépendantes (modules?) SYSTEME
SEMANTIQUE
• Universalité : pas de variation interindividuelle significative (sens du mot) /∫/ /a/ /p/ /o/
entre les composantes et leur connectivité
• Soustractivité: Le système endommagé est le même que Alexies centrales
le système intact, sauf pour l'altération d'une composante. phonologique
production profonde
orale de surface
/∫apo/

2
Ellis, A.W. & Young, A.W. (1988).
Human Cognitive Neuropsychology.
Hove, UK: Erlbaum.

Morton, J., & Patterson, K. 1980. A new attempt at an


interpretation, or, an attempt at a new interpretation. In
M. Coltheart, K. Patterson, & J. C. Marshall (Eds.),
Deep dyslexia. London: Routledge & Kegan Paul. Pp.
91-118.

The first deep dyslexia meeting

Marcel Morton Patterson Newcombe


Shallice Marin Sasanuma Marshall

Saffran Allport Coltheart

Petersen et al., 1990 :


'prononçabilité' ou 'visual word form'?

NHFGT TWEAL PLACE


Arbre décisionnel pour les
dyslexies acquises

3
Non-words> words (voie dorsale)

Cortex extra-strié

cunéus Cortex strié

Présentation passive de mots


(Petersen et al., 1989; Posner & Raichle, 1994)
Words > non-words (voie ventrale)

• ~ 150ms after stimulus onset


• left predominant occipito-temporal
Type II activation (sources location): • correlates with time for word-reading
Trois principaux réseaux de la lecture (d'après S. Dehaene) La région occipito- Strongest for visible words • increases with string length
temporale gauche semble servir de voie d'entrée visuelle au système. • = letter-string specific

The Visual Word Form Area (Dehaene) :


A left fusiform area responsive to words regardless of location

conjunction of words in the


left and right hemifields

+ TABLE

TABLE +

4
VWFA (aire 37 inf.) : attribue un
statut linguistique à une suite de
lettres
lésion

Arc.
Fasc

ILF Controls - dyslexics


VWFA

Dyslexie : une définition "moderne"

trouble d’apprentissage caractérisé par un défaut d’efficacité et/ou


de fluidité des mécanismes de reconnaissance des mots écrits et/ou
de l’orthographe, survenant sans lésion cérébrale ou pathologie
psychiatrique, et de façon inattendue eu égard à l’intelligence et
aux opportunités socio-éducatives. Ce trouble est de nature
neurobiologique, d’origine probablement en grande partie
génétique, lié dans la majorité des cas à un défaut de mise en place
de précurseurs linguistiques et/ou cognitifs indispensables à
l’installation du langage écrit.
D'après Lyon, 2003

5
Dyslexie : 3 groupes de symptômes Précurseurs visuels

Précurseurs 1/ mise en place de la


phonologiques
procédure alphabétique
VISUELS Précurseurs
cognitifs autres?

• Confusion entre des lettres visuellement proches : b/d, m/n, n/u


• difficulté de reconnaissance globale des mots familiers
• Sensations de "brouillage" ou superposition des lettres (Stein) : magnocellulaire?
2/ maîtrise du transcodage
AUDITIFS grapho-phonémique /

• Confusion de sons proches : t/d, ch/j, c/g, f/v, etc... (surtout à l’écrit) Début de formation d'un
lexique orthographique
• À l'origine du trouble “phonologique”?

SEQUENTIELS
• Inversions diverses (lettres, syllabes, etc..., en lecture, en écriture et même à
l’oral)
3/ automatisation de la
• Trouble de la mémoire sérielle procédure d'adressage

impossibilité
impossibilité d'acqué
d'acquérir la conversion graphè
graphème-
me-phonè
phonème et
au-
au-delà
delà impossibilité
impossibilité à former le lexique visuel

Travaux psycholinguistiques sur la Sous-types de dyslexies


dyslexie • Notion de sous-types dans la dyslexie
• Plusieurs centaines d'études dans les années 60-70 développementale :
• Essentiellement orientées sur – Distinction classique :
– Le rôle de l'acquisition des précurseurs phonologiques • Surface : erreurs prédominant sur les mots irréguliers (régularisation)
– L'analyse des erreurs en vue de sous-groupage (phonologique/surface) • Phonologique : erreurs surtout sur les non-mots (lexicalisation)
• Mixte
• Méthodologies diverses : cas uniques vs études de groupes
– Distinction alternative (Boder)
• Résultats souvent contradictoires, peu de données robustes • Dyséidétique : confusions de lettres proches, décodage lent et
– Caractère prédicteur des aptitudes en métaphonologie sur les systématique, comme si "les mots étaient vus pour la première fois"
performances ultérieures en lecture chez les dyslexiques • Dysphonétique : paralexies visuelles "horse" pour HOUSE
– Effets d'entraînements phonologiques sur les capacités ultérieures en • Rappelle la distinction :"Chinois" vs "Phéniciens" chez les normo-
lecture/écriture lecteurs
Distinctions basées sur le type d'altération de la lecture, non sur les
mécanismes sous-jacents potentiels (phonologique, visuel…)

Les preuves d’un lien conscience


phonologique - dyslexie
 Enfants mauvais lecteurs :

 Enfants de 10 ans en
phonologique

difficulté de lecture
Conscience

 Enfants de 10 ans sans


difficultés
 Enfants de 7 ans sans
difficultés ayant le même
niveau de lecture que les
enfants en difficulté 1 2 3
Groupe

Bradley & Bryant (1978), Difficulties in auditory organisation as a possible cause of reading backwardness, Nature

6
La distinction phonologique/surface est-elle
pertinente pour la dyslexie de développement?
• La majorité des dyslexiques ont de meilleures performances sur Dyslexie : défaut
les mots que les non-mots : le concept de dyslexie phonologique d'acquisition des
s'applique mécanismes d'assemblage
– Ce déficit en lecture de non-mots persiste si comparé à des témoins de
même âge de lecture
——> défaut de
constitution du lexique
• Un certain nombre de dyslexiques font plus d'erreurs sur les
orthographique
mots irréguliers que sur les mots réguliers : dyslexie de surface?
– Mais ce déficit n'est plus présent si comparé à des témoins de même âge + défaut d'automatisation
de lecture de la procédure d'adressage
– La dyslexie de surface serait un artéfact, non distinguable d'un simple
retard de lecture. Contrairement aux dyslexies acquises, le déficit en lecture de mots irréguliers n'est pas
nécessairement proportionnel au défaut de mise en place de la procédure d'adressage,
mais étroitement lié à l'intensité du déficit phonologique

La notion de syndrome en Syndromes : de la pathologie lésionnelle à la


neuropsychologie pathologie développementale (1)
• Une collection de symptômes survenant en co-occurrence • Exemple 1 : dysphasie phonologique syntaxique
• Pourquoi cette co-occurrence? – Le type le plus fréquent de dysphasie
– Processus sous-jacents partagés
– Substrat cérébral sous-jacent partagé
– Prédominance du trouble sur le versant expressif
Exemple des syndromes aphasiques : "artéfacts liés à – Altération qualitative et quantitative de la production
l'anatomie vasculaire du cerveau" (Poeck) phonologique
- 80% des aphasiques par lésion vasculaire se regroupent en – Altération associée de la compréhension syntaxique
entités bien définies (clusters)
- ces sous-groupes peuvent ne partager qu'une ressemblance de • Similaire à l'aphasie de Broca
surface sans véritablement des mécanismes communs
• Comparaisons possibles pour les autres types de
dysphasie (réceptives <-> Wernicke)

Syndromes : de la pathologie lésionnelle à la La notion de syndrome dans la


pathologie développementale (2) dyslexie
• Exemple 2 : syndrome de Gerstmann (1924) • S'impose au clinicien par la fréquence des
– Lésions pariétale gauche : agraphie, désorientation G-D, regroupements
agnosie digitale, acalculie (+ apraxie constructive) • Se manifeste d'autant plus clairement qu'il existe des
– Développemental (Kinsbourne & Warrington, 1963) : écarts importants entre les domaines cognitifs explorés
• le plus souvent incomplets,
• en majorité lésions précoces • La co-occurrence des déficits dans des domaines
• Ecart QIP/QIV > 15 points aux dépens du QIP différents possède nécessairement une signification
– Considérations physiopathologiques : corrélation entre physiopathologique et fournit des pistes pour la
gnosies digitales et performances numériques (Marinthe, recherche de mécanismes communs
Fayol et Barouillet)

7
Dyslatéralité
Psychopathie,
tr. Des conduites
DYSLATÉRALITÉ (15)
DYSGRAPHIE/
DYSPRAXIE TRB. DES
DYSORTHOGRAPHIE Syndrome hyperkinétique/ DYSGRAPHIE/ CONDUITES (11)
Déficit attentionnel. DYSORTHOGRAPHIE (37) / DYSPRAXIE (19)
55 cas
TDAH/
Vis. Syndrome non verbal
DYSLEXIE développemental Déficit attentionnel (32)
Langage oral :
SLI, dysphasie DYSLEXIE Précocité
Phon.
Dyschronie 177 cas intellect.
Dysmnésie
Dyscalculie
Dysphasie (26) (21)
Talents + tr. lang. oral (84)
autisme particuliers
Dyscalculie
Asperger….
Autisme dyschronie (48 cas)
(2) (45 cas)

La « constellation dys » : un complexe symptomatique suggérant des mécanismes communs Inventaire des diagnostics posés chez 209 patients de 7 à 15 ans reçus successivement à une
consultation spécialisée de troubles d'apprentissage

dyslexie (N=177) : comorbidités

70
Les syndromes de dyslexie "plus"
60

• Le syndrome phonologique : dyslexie, antécédent de difficultés de langage


50
Trouble du développement du langage oral oral, déficit principal dans le décodage, erreurs de conversion grapho-
Dysphasie
Dysorthographie
phonémique, trouble de la conscience phonologique, trouble de la mémoire
40
63 Dyschronie immédiate auditivo-verbale, trouble de la dénomination rapide, WISC-IV :
Dyscalculie
35,6%
Dysgraphie
ICV<IRP
30
42 Dyspraxie • Le syndrome visuo-attentionnel: dyslexie, décodage exact mais lenteur ou
Troubles attentionnels
38 35 23,7% paralexies dérivationnelles/sémantiques, substitution des "petits mots", 2types
20
19,7%
– pas d'antécédents de trouble langage oral, conscience phonologique normale,
26 trouble attentionnel aux tests, trouble de la mémoire de travail.
21,5% 18
10
15 14,7%
13 10,2%
– dyslexie "mixte", initialement phonologique évoluant ensuite vers un profil visuo-
8,5% 7,3%
attentionnel
0
• Le syndrome dyspraxique : retard des acquisitions motrices par rapport au
langage, dysgraphie, instabilité oculo-motrice, éventuellement trouble spatial,
La dyslexie est plus souvent associée à d'autres troubles dys éventuellement dyscalculie spatiale, éventuellement précocité intellectuelle,
WISC-IV : IRP<ICV
Les regroupements ne se font pas de façon aléatoire mais réalisent des
patrons ou clusters caractéristiques

Dyslatéralité Dyslatéralité
Psychopathie, Psychopathie,
tr. Des conduites tr. Des conduites

DYSGRAPHIE/ DYSGRAPHIE/
DYSPRAXIE DYSPRAXIE
DYSORTHOGRAPHIE Syndrome hyperkinétique/ DYSORTHOGRAPHIE Syndrome hyperkinétique/
Déficit attentionnel. Déficit attentionnel.

Vis. Syndrome non verbal Vis. Syndrome non verbal


DYSLEXIE développemental DYSLEXIE développemental
Langage oral : Langage oral :
SLI, dysphasie SLI, dysphasie
Phon. Phon.
Dyschronie Dyschronie
Dysmnésie Dysmnésie
Dyscalculie Dyscalculie
Talents Talents
autisme particuliers autisme particuliers
Asperger…. Asperger….

La « constellation dys » : regroupement dans le cadre du "syndrome phonologique" La « constellation dys » : regroupement dans le cadre du "syndrome dyspraxique"

8
Dyslatéralité Psychopathie,
tr. Des conduites Syndrome dyspraxique

DYSGRAPHIE/
DYSPRAXIE Syndrome hyperkinétique/
Syndrome phonologique
DYSORTHOGRAPHIE
Déficit attentionnel.

Syndrome non verbal


Vis.
DYSLEXIE développemental
Langage oral :
SLI, dysphasie
Phon.
Dyschronie
Dysmnésie
Dyscalculie
Talents
autisme particuliers
Asperger….

Syndrome visuo-attentionnel
La « constellation dys » : regroupement dans le cadre du "syndrome visuo-attentionnel"

Substrat hypothétique des 3 principaux syndromes dyslexie "plus"

Guillaume : 13 ans 11 mois – 4e Florian : 15 ans 6 mois – 3e


Tenue du crayon acquise difficilement, aime dessiner mais n’aime pas écrire. Dyslexie-dysorthographie-dysgraphie. Aucun retard de développement moteur mais
Dyslexie Visuelle partiellement résolue au cours du CP. Difficultés en géométrie. discret retard de langage. Difficultés d’apprentissage de la lecture, confusions visuelles.
TB mémoire visuelle. Difficultés graphomotrices

Benjamin : 16 ans 8 mois. 1e S r=0.679; p=0.0001

40
Pas de retard moteur ni langage. Lenteur à l’habillage. Dyschronie importante. N’arrive pas 1- Il (Elle) se souvient difficilement des
jours / m ois / année que nous
à terminer ses devoirs. Pas de dysgraphie. Bilan ortho : lenteur de lecture significative sommes. 35

2- Il ( Elle) confond les moments de la


journée matin / après-midi / soirée. 30
Questionnaire de "temps social"

3- Un événement qui est survenu le


matin, il (elle) peut le placer la veille. 25
dyslexiques
âge chrono (CE2)
4- Pour un événement qui est survenu âge de lecture (CP)
20
il y a quelques jours, il (elle) peut dire :
“il y a très longtemps”.
15
5- Il lui est difficile de comprendre les
relations existantes entre les membres
de la famille : grands-parents, tantes, 10
neveux, beau-frère.

6- Il (Elle) a du mal à comprendre les 5


notions de hier, demain ou après- 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20
demain. Rythme (Mira Stambak)

7- Il (Elle) a des difficultés à li re Figure 3 : corrélation ches 23 enfants dyslexiques et 20 témoins (appariés en âge de lecture : CP
l’heure sur un cadran. ou selon l’âge chronologique : CE2) entre la performance à un test d’imitation de rythmes et le
résultats d’un questionnaire de « temps social » (Daffaure et al., 2002).
8- Il (Elle) se trompe lorsque il (e lle)
doit évaluer la durée d’un film, la
durée d’une activité, voire même la
durée d’une nuit de sommeil.
Corrélation entre reproduction
9- Vous avez besoin de lui donner des
indices pour qu’il (elle) se repère dans
une semaine (lundi : école ; mercredi :
de rythmes et questionnaire de
activités extra-scolaires ; dimanche :
repos …). « temps social »

9
y = -1,433x + 105,61, r 2 = ,419
130

120

corrélation dyschronie / IVT


110

100
Epreuve "report global" (Valdois)
VT
VT

90 25
r=0.647 25

80
p=0.002 20 Alice P 20
70
Nicolas N
Hugo P
Timothée P. N
60 Adrian P
Luca N
-5 0 5 10 15 20 25 30 15 Emile P 15 Paul N
dyschronie/36 2 = ,139 Lyes P
y = -,189x + 10,778, r Hugo P. N
y = -,322x + 11,235, r 2 = ,496 16 Nathan P
16 Camille N
Jonathan P
14 10 Margaux N
Raphaël H. P 10
14 Timothée T. N
12 Pierre T. P
Pierre N
12 Raphaël S. P
10 moyenne
5 moyenne 5
symboles

10
8 symboles
codes

8 codes
6
0 0
6
4 Position 1 Position 2 Position 3 Position 4 Position 5 Position 1 Position 2 Position 3 Position 4 Position 5
4
2
2
0
0
-5 0 5 10 15 20 25 30
-5 0 5 10 15
dyschronie/36
20 25 30
Groupe 1 : précoces "DYS" Groupe 2 : précoces "témoins"
dyschronie/36

corrélation dyschronie / codes corrélation dyschronie / symboles Interaction groupe x position : p<0.001
r=0.713 r=0.373
p=0.0005 p=0.1272

Spectrum of Reading Disorders


+

Redefining Dyslexia No impairment Poor comprehender

phonology core
Maggie Snowling
+ Wider language _
http:www.york.ac.uk/res/crl/
‘classic’ Language impaired
dyslexia poor readers

Spectrum of Reading Disorders Spectrum of Reading Disorders


+ +
Good readers Good readers
phonology core

phonology core

Attention Poor Visual Visual


good attention perception Perception
good poor
Dyslexia + dyslexia +
ADHD dyspraxia

Poor readers Poor readers


- -

10
En conclusion,
• Aborder les déficits développementaux de la lecture selon une
approche neuropsychologique est à la fois riche et confrontant
• Riche car la double perspective, scientifique et clinique, est apte
à générer des questionnements à la fois généraux et spécifiques
Conception syndromique de la
à chaque cas
• Confrontant car il faut sans cesse adapter, ajuster nos
dyslexie : des pistes pour élucider
raisonnements et nos connaissances à un contexte
développemental en perpétuelle mutation et des variations
les mécanismes
interindividuelles où la variable maturation joue un rôle
multiplicatif de la complexité.
• La contribution de cette approche à la compréhension des
mécanismes sous-jacents à la dyslexie est sans doute modeste,
mais est susceptible de fournir des pistes qui auront toujours
l'avantage d'être cliniquement plausibles.

Actuellement : deux conceptions Coltheart’s notion of proximal and


opposées distal causes:
• Approche centrée sur l'explication du trouble de
la lecture – Proximal: “the particular abnormality of a child’s
– Causes proximales : phonologique et visuelle reading system that is responsible for that child’s poor
reading”
– Causes distales : multiples
E.g. imperfect acquisition of the nonlexical route
• Approche prenant en compte les co-occurrences
– Distal: the underlying causes of the proximal
– Trouble du traitement temporel difficulties
– Trouble cérébelleux
– Trouble du transcodage intermodalitaire

Proximal Causes Distal causes


• Crossed laterality
Developmental phonological dyslexia: • Visual perception deficit
• Eye-movement deficit
– Specific difficulty in acquiring the nonlexical • Attentional deficit
• Eye focusing deficit
route • Short term memory limitations
• Sequencing (temporal and/or spatial) deficit
• Maturational lag
Developmental surface dyslexia: • Deficiency in metalinguistic abilities
• Incompatibility of teaching and learning styles
– Specific difficulty in acquiring the lexical route • Perceptual-motor deficit
(orthographic lexicon)

11
Dysfonction aires
du langage Dysfonction aires
du langage

Déficit auditif
central

Représentations
phonologiques Troubles de la Représentations
déficientes perception auditive phonologiques
déficientes

Correspondances
graphèmes- Correspondances
phonèmes graphèmes-
phonèmes

Faibles aptitudes
Déficit de la lecture phonologiques Faibles aptitudes
Déficit de la lecture phonologiques

théorie dominante : la théorie du déficit auditivo-perceptif


déficit phonologique

Déficit du traitement Dysfonction aires


temporel du langage

Dyschronie,
trouble de la
Déficit acquisition
cognition temporelle
des règles
Déficit auditif syntaxiques
Déficit mémoire central
sérielle
Représentations
Déficit visuo- phonologiques
perceptif déficientes

Correspondances
graphèmes-
phonèmes

Faibles aptitudes
Déficit de la lecture phonologiques
dysphasie

déficit du traitement temporel (Tallal)

Le cervelet : un organe aux


fonctions multiples et
émergentes
-motricité, coordination,
posture
-Modulateur des
apprentissages procéduraux et
des automatismes (sensori-
moteurs et cognitifs)
- Pace-maker des structures
sus-jacentes?

Nicolson et al., 1999

Nicolson et al., T.I.N.S., 2001

12
Dysfonction Dysfonction
Dyschronie
cérébelleuse aires du langage

Trouble
Trouble Trouble schémas
coordination
automatisation articulatoires
motrice
Représentations
phonologiques
déficientes

Correspondances
Reconnaissance
Dysgraphie graphèmes-
visuelle des mots
phonèmes

Faibles aptitudes McGurk effect : an auditory /ba/ presented


Déficit de la lecture phonologiques with a visual /ga/ is typically “heard” as /da/
(the reverse, i.e., auditory /ga/ and visual
/ba/, tends to yield /bga/).
dysfonction cérébelleuse (Nicolson)

4 conditions : unimodal visuel, unimodal auditif, multimodal lorsque le stimulus est congruent (le sujet entend 't' et voit la lettre T), la
congruent et multimodal incongruent
décharge neuronale est moins bien organisée que chez le témoin; en
A/ l'interaction groupe condition est significative dans les
deux régions auditives moyennes outre, celle-ci est beaucoup plus importante qu'elle ne devrait l'être pour
B/ dyslexiques activent moins en unimodal et en multimodal un stimulus incongruent (le sujet entend 't' et voit la lettre G).
Zones activées par des stimuli unimodaux
C/ témoins ont une moins forte activation pour les paires
(parole=rouge, lettres=vert, commun=jaune) incongruentes, pas les dyslexiques

Particularité(s)
Déficit du codage
Dyscalculie génétique(s)
intermodal Trouble schémas
phono-articulatoires

Anomalie de migration Anomalie de


neuronale? connectivité?
Dysgraphie
Représentations
Correspondances phonologiques
déficientes
graphèmes-
phonèmes Défaut de mise en Défaut de ségrégation
place de zones des circuits spécifiques
corticales cruciales
Reconnaissance
visuelle des mots
Défaut de mise en place de précurseurs
(linguistiques, perceptifs…)

Défaut d'acquisition
Faibles aptitudes de la lecture
Déficit de la lecture phonologiques

Réorganisation fctnelle
déficit transcodage intermodal (stratégies, rééducation…)

13
Dictée non- Lect non- Lect mots Lect mots Indice
mots mots regul irregul irreg/reg

Conscience r=0.624 r=0.32 r=0.35 r=0.80 r=0.767


index lect non dict mots dictee phono p=0.0025 p=0.199 p=0.105 p=0.0006 p=0.0018
irreg/ mots non mots
regul.
Jugement r=0.65 r=0.31 r=0.41 r=0.52 r=0.4
jug rimes r=0.7; r=0.564; r=0.44; r=0.648; rimes p=0.009 p=0.260 p=0.182 p=0.048 p=0.103
p=0.0025 p=0.023 p=0.0881 p=0.0066

categorisation r=0.549; r=0.511; r=0.471; r=0.563;


Deletion r=0.52 r=0.75 r=0.51 r=0.75 r=0.77
de sons p=0.0275 p=0.043 p=0.0654 p=0.0231
1er phon p=0.031 p=0.0016 p=0.06 p=0.0012 p=0.001
suppression r=0.615; r=0.492; r=0.493; r=0.519;
phonème p=0.0113 p=0.0528 p=0.0524 p=0.0395
initial

Corrélations entre tests de conscience phonologique et performance en Corrélations entre tests de conscience phonologique et performance en
lecture/écriture chez 20 adultes dyslexiques lecture/écriture chez 40 dyslexiques âgés de 9-11 ans

14