You are on page 1of 9

 

Raisons de l’impact limité de l’intégration 
régionale en Afrique de l’ouest : cas de l’UEMOA 

 
 

COULIBALY Nanien Dokaha

Economiste
dokaha_nanien@yahoo.fr   

 
COULIBALY Nanien Dokaha 

Sommaire 

INTRODUCTION .................................................................................................................................. 3 

I­  UNE EVOLUTION LIMITEE DU COMMERCE INTRACOMMUNAUTAIRE ........................ 4 

II­  RAISONS DES RESULTATS MITIGES DE L’INTEGRATION ............................................ 5 

a.  L’absence de préparation et obstacles naturels  trop importants ............................................................ 6 

b.  Structure similaire  des économies de l’UEMOA ..................................................................................... 8 

CONCLUSION : ELEMENTS INDISPENSABLES POUR LA REUSSITE DE L’INTEGRATION 
EN AO ..................................................................................................................................................... 8 

QUELQUES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ....................................................................... 9 
 

Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 2 
COULIBALY Nanien Dokaha 

Introduction 

Dans  ce  document,  nous  discuteront  des  raisons  des  résultats  mitigés  de  l’intégration 
régionale  en  Afrique  particulièrement  en  Afrique  de  l’ouest    à  travers  l’UEMOA.  L’Union 
Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) a été créée par le Traité signé à Dakar le 
10  janvier  1994  par  les  Chefs  d’Etat  et  de  Gouvernement  des  sept  pays  de  l’Afrique  de 
l’Ouest  ayant  en  commun  l’usage  d’une  monnaie  commune,  le  Franc  CFA.    Cette  Union  a 
pour  objectifs  entre  autres  le  renforcement  la  compétitivité  des  activités  économiques  et 
financières des États membres.  

Après la création de l’UEMOA, le processus d’intégration de la sous région a abouti à la mise 
en place d’une union douanière avec la mise en vigueur d’un Tarif Extérieur Commun (TEC) 
en janvier 2000. Les pays membres ont pu, dans le cadre de l’UEMOA, mettre en place une 
zone  de  libre  circulation  des  biens  et  des  personnes  avec  l’adoption  de  règles  d’origine 
communes, d’un système harmonisé comptable (SYSCOA) et de procédures douanières, et la 
définition de politiques sectorielles communes. 

Si les indicateurs montrent une croissance économique dans les pays de l’UEMOA après la 
mise  en  œuvre  du  processus  d’IR,  il  faut  noter  une  faiblesse  relative  des  échanges  intra 
communautaires  par  rapport  à  ceux  réalisés  avec  les  pays  tiers.  Le  commerce  intra 
communautaire  représente  à  peine  10  à  15%  des  échanges  commerciaux  de  l’Union.  Or, 
l’intégration  régionale  est  sensé  favoriser  l’échanges  communautaires  au  détriment  des 
échanges extra communautaires du fait de l’effet de détournement de commerce.  

Pourquoi l’instauration du marché commun, n’amorce‐t‐il pas une croissance significative des 
échanges communautaires ? Qu’est ce qui explique le fait que les échanges commerciaux de 
l’Union  ne  sont‐ils  toujours  dominés  par  les  échanges  extra  communautaires ?  En  sommes 
quelles  sont  les  raisons  de  ce  faible  impact  de  l’intégration  régionale  sur  les  pays  de 
l’UEMOA ? 

Le présent papier se propose de discuter des arguments qui pourraient expliquer les effets 
de  l’intégration  sur  les  économies  de  l’UEMOA.  Il  se  limitera  aux  effets  sur  le  commerce 
intracommunautaire.  A  cet  effet,  il  fera  d’abord  une  analyse  de  l’évolution  des  échanges 
intra  communautaires  (chapitre  1),  ensuite  discutera  des  raisons  de  cette  faible  évolution 
(Chapitre 2) pour proposer (en conclusion) les conditions indispensables et préalables  à la 
réussite de l’intégration régionale. 

Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 3 
COULIBALY Nanien Dokaha 

I‐ Une évolution limitée du commerce intracommunautaire   
L’intégration  économique  est  une  communauté  économique  avec  harmonisation  des 
politiques économiques. Elle suppose la mise en commun des compétences économiques en 
vue de juguler les problèmes communs. Elle vise une unicité de destin et la construction d’un 
super état avec un sens élevé de la solidarité.  
En théorie, l’intégration est la forme final d’un processus de construction qui part des zones 
de  libre  échange  ou  de  préférence.  Elle  prône  une  concurrence  entre  les  Etats  en  vue 
d’éliminer les situations de rente et induire de faible coût de production tout en bénéficiant 
de l’économie d’échelle. En outre, l’intégration économie contribue à améliorer le bien être 
des populations à travers le faible coût de la main d’œuvre et des biens induit par la liberté 
de  circulation  des  personnes  et  des  marchandises.  Les  effets  économiques  attendus  d’une 
intégration  régionale  sont  les  effets  de  création  et  de  détournement  de  flux  commerciaux 
(VINER, 1950) au profit des pays membre du regroupement. Ce processus d’intégration, en 
favorisant  l’augmentation  des  échanges  intracommunautaires,  entraine  une  augmentation 
du bien être dans ces pays là. 
Pour  ce  qui  est  des  pays  de  l’UEMOA,  le  processus  d’intégration  à  un  effet  positif  sur  les 
échanges  intracommunautaires  mais  cette  évolution  reste  très  faible  par  rapport  à 
l’évolution  des  échanges  avec  les  pays  tiers.  Comme  l’indique  le  graphique  1,  les 
exportations  intra  communautaires  sont  restées  pratiquement  au  même  niveau  à  près  la 
mise en vigueur du TEC en janvier 2000. 

Graphique  1 : Evolution des exportations intra et totales de l’UEMOA 

 
Source : WITS TRAINS 

Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 4 
COULIBALY Nanien Dokaha 

 Cette faible évolution s’apprécie mieux avec le graphique 2. Il montre que les exportations 
intracommunautaires  n’ont  pas  dépassé  plus  de  20%  des    exportations  totale  de  l’Union 
depuis la mise en place de l’UD.   

Graphique  2 :  Part  relative  des  exportations  intracommunautaires  par  rapport  aux  exportations 
totales 

Source : calcul de l’auteur à partir des données de WITS TRAINS 

Les  graphiques  1  et  2  nous  ont  montré  l’effet  très  limité  de  l’intégration  sur  les  échanges 
intracommunautaires  dans  les  pays  de  l’UEMOA.  Qu’est  ce  qui  explique  cette  contre 
performance ? Dans la session suivante, nous discuterons des raisons de ces résultats 
 
II‐ Raisons des résultats mitigés de l’intégration 
Les  modèles  d’analyse  des  résultats  de  l’intégration  justifient  pour  la  plupart  les  contre 
performances  de  nos  économies  par  le  fait  qu’elles  aient  des  structures  de  production 
inefficientes.  En  effet,  les  effets    de  l’IR  sur  les  économies  dépendent  de  l’importance 
relative  des  forces  engendrant  la  création  ou  le  détournement  des  échanges  (DEGBELO, 
2010).  Ces  effets  sont  expliqués  par  la  spécialisation,  les  économies  d’échelle,  les 
Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 5 
COULIBALY Nanien Dokaha 

modifications dans les termes de l’échange et la concurrence accrue et ses gains en termes 
de compétitivité au sein de l’union. 
Cependant,  ces  modèles  ne  prennent  pas  en  compte  certains  aspects  « qualitatifs» 
caractérisant  les  économies  de  l’UEMOA ;  notamment  l’absence  de  préparation,  les 
obstacles naturels au commerce et la similarité des économies intégrées. 
a. L’absence de préparation et obstacles naturels  trop importants  
L’absence de préparation des Etats s’explique par le fait que les économies n’ont pas réalisé 
les  reformes  nécessaires  à  la  mise  en  place  des  programmes  issus  du  processus  de 
libéralisation.  En  effet,  le  Traité  instituant  l’UEMOA  a  été  signé  en  1994  lorsque  les  pays 
membres étaient en pleine crise économique et financière1. La conjoncture à cette période 
était défavorable à une libéralisation tarifaire d’autant plus que les pays membres de l’Union 
étaient  confrontés  à  des  déficits  budgétaires  et  fortement  dépendants  de  leurs  recettes 
douanières.  Ce  paradoxe  n’a  pas  empêché  la  réalisation  du  démantèlement  tarifaire    et  la 
création d’une UD mais a empêché cette dernière de minimiser les obstacles naturels. 
Les obstacles naturels sont les coûts commerciaux liés au transport, la hausse des coûts des 
transactions induits par les infrastructures, les coûts supplémentaires dus à une bureaucratie 
excessive  et  inefficace,  les  frais  additionnels  dus  à  des  services  commerciaux  non 
concurrentiels. Au sens large, les obstacles naturels se rapportent à l’ensemble des raisons 
non politiques qui expliquent qu’un même produit puisse se vendre à des prix différents en 
divers endroits. Ces obstacles sont de deux types: i) les coûts de transport; et ii) les divers 
facteurs liés au manque d’information de la part des vendeurs ou des acheteurs. Les coûts 
de  transport  comprennent  tous  les  coûts  directs  ou  indirects  liés  au  transport,  à 
l’entreposage et à la manutention.2  
Au  sein  de  l’UEMOA,  les  coûts  des  transports  élevés  constituent  l’un  des  facteurs  de  non 
compétitivités des industries. Deux facteurs expliquent cela : les pratiques anormales sur les 
axes routiers inter‐états et le mauvais état des infrastructures de transport. 

Le tableau suivant qui est le résultat d’une enquête réalisée par l’Observatoire des Pratiques 
Anormales (OPA) sur les axes routiers inter‐états, montre le temps de retard et les montants 
versés en guise de pots de vin aux forces de l’ordre. 

                                                            
1
 Ces mêmes pays sont contraints de dévaluer leur monnaie afin de relancer leurs économies
2Robert T. Lisinge, « Facilitation du commerce intra-africain: Démanteler les barrières pour le commerce intra-africain »,
Commission économique pour l’Afrique, mai 2005.
Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 6 
COULIBALY Nanien Dokaha 

Pour  une  marchandise  qui  est  fabriqué  à  au  Burkina  Faso  (Ouagadougou)  qui  doit  être 
acheminée au  Togo (Lomé) sera soumis à un coût de transport additionnel de 51 $ US soit 
environ 25 000 FCFA. Malgré, le fait que ces deux pays soient membre d’une même UD, le 
produit  est  finalement  soumis  à  une  taxe  illicite  de  25  000  FCFA  d’où  la  perte  de  sa 
préférence  commerciale.  La  même  contrainte  se  pose  pour  un  échange  entre  le  Mali 
(Bamako) et le Burkina Faso (Ouagadougou) où la taxe illicite est de 142 $ soit 71 000 FCFA 
pour une distance de 905 Km. 

Tableau 1 : Pratiques anormale subies par les usagers sur les corridors ouest africains. 

 
Source : Enquêtes de l’Observatoire des Pratiques Anormales du 26 octobre 2006 au 20 mai 2007 
Le graphique  illustre bien les nombre de poste de contrôle et le coût additionnel moyen  (ou 
taxe moyenne) au km par trajet entre trois pays de l’Union. 

Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 7 
COULIBALY Nanien Dokaha 

Aucune intégration ne peut permettre au développement des échanges intracommunautaire 
avec de telles contraintes. 

b. Structure similaire  des économies de l’UEMOA 
La similarité des économies de l’UEMOA s’explique par le fait que celles‐ci ont quasiment la 
même structure de production et d’échanges commerciaux. Les pays de l’Union ont un faible 
niveau d’industrialisation et les exportations des pays de l’UEMOA sont dominées (environ 
60% des exportations totales) par les matières premières (agricoles et minerais).  
Cette  similarité  aboutie  à  la  présence  de  productions  non  complémentaires  et  parfois 
concurrentes (cas des oléagineux). La libre circulation des biens et des personnes n’étant pas 
effective (par l’existence de barrières naturelles), les échanges sont donc très limités entre 
les pays. La similarité des économies entraine dans ce cas l’absence de spécialisation due à 
un avantage comparatif qui pourrait exister entre les différentes technologies dans les pays. 
L’un des exemples le plus frappant est la production de sucre dans l’UEMOA.  
 

Conclusion : Eléments indispensables pour la réussite de l’intégration en AO 

L’objectif  de  notre  papier  était  de  montrer  que  les  raisons  significatives  du  faible  effet  de 
l’intégration  régionale  en  Afrique  sont significativement    l’absence  de  préparation, 
l’importance des obstacles naturels et la similarité des économies. Toute fois, les échanges 
transfrontaliers  non  enregistrés  importants  qui  sont  réalisés  entre  les  différents  Etats  ne 
sont t pas pris en compte par les statistiques.  

Cette  analyse  permet  donc  d’énumérer  un  certain  nombre  d’éléments  qui  sont 
indispensables à la réussite de l’intégration en Afrique. Il s’agit : 

‐ De la préparation des économies au processus d’intégrations : il s’agit d’harmoniser les 
politiques internes et de favoriser les partenariats entre les différents secteurs prive ; 

‐ De mener des politiques de bonne gouvernance  et de sensibilisation afin de limiter les 
obstacles naturels au commerce dans les différents pays ; 

‐ Des mettre en place des politiques de renforcement des infrastructures routières ; 

‐ Le  processus  d’intégration  doit  être  inscrit  dans  le  cadre  politique  générale  de 
développement des économies avec la mise en cohérence des politiques commerciales 
et des politiques économiques internes des pays ;  

‐ Etc.  

Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 8 
COULIBALY Nanien Dokaha 

Quelques Références bibliographiques 

 
‐ Kalilou SYLLA « Pourquoi le Processus d’intégration économique en Afrique piétine ? 
Nouvelles  explications  de  l’échec  de  la  politique  d’intégration »  Communication  à 
l’anniversaire du CODESRIA, Dakar  du 9 au 12 décembre 2003 
‐ Robert  T.  Lisinge,    (2005)  « Facilitation  du  commerce  intra‐africain:  Démanteler  les 
barrières pour le commerce intra‐africain », Commission économique pour l’Afrique. 
‐ Union Africaine (2010), « État de l’intégration régionale en Afrique IV ». 
‐ West Africa Trade Hub (2007), Rapport relatif aux premiers résultats de l’Observatoire 
des Pratiques Anormales (OPA) sur les axes routiers Inter‐états. 

Raisons de l’impact limité de l’intégration régionale : cas de l’UEMOA  Page 9