You are on page 1of 37

Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Commune de GRIGNY

Requalification et sécurisation des rues


Bouteiller et Buisson

N° des pièces : A-3

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES


PARTICULIÈRES

LOT N°2 – ECLAIRAGE PUBLIC

APPEL D’OFFRES OUVERT


Articles 33, 58 à 60 et 70 du code des marchés publics

MAÎTRE DE L'OUVRAGE : Commune de Grigny


3 avenue Jean Estragnat 69520 GRIGNY

MAITRE D’ŒUVRE : Paul Vollin Ingénierie


40, rue Laure Diébold - 69009 LYON

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 1/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

SOMMAIRE

ARTICLE 1 - GENERALITES................................................................................................7
1.1 - OBJET DE L’APPEL D’OFFRE..............................................................................................................7
1.2 - DÉCOMPOSITION EN LOTS..................................................................................................................7
1.3 - PIÈCES CONSTITUTIVES......................................................................................................................7
1.3.1 - PIÈCES ÉCRITES.................................................................................................................................7
1.3.2 - PLANS FOURNIS DANS LE DCE........................................................................................................7

ARTICLE 2 - CONNAISSANCE DES LIEUX........................................................................7

ARTICLE 3 - DELAIS D’EXECUTION - PHASAGE DES TRAVAUX..................................8


3.1 - DÉLAIS D’EXÉCUTION...........................................................................................................................8
3.2 - AUTRES FACTEURS À PRENDRE EN COMPTE..................................................................................8

ARTICLE 4 - CONSISTANCE DES TRAVAUX....................................................................8


4.1 - TRAVAUX COMPRIS DANS LE MARCHÉ.............................................................................................8
4.1.1 - PRIX GÉNÉRAUX.................................................................................................................................8
4.1.2 - TRAVAUX PRÉPARATOIRES..............................................................................................................8
4.1.3 - EQUIPEMENTS :..................................................................................................................................9
4.1.4 - ESSAIS – CONTRÔLES – RÉCEPTION DES TRAVAUX :.................................................................9
4.2 - TRAVAUX NON COMPRIS DANS LE MARCHÉ....................................................................................9
4.3 - MODIFICATIONS SUSCEPTIBLES D'INTERVENIR EN COURS DE TRAVAUX.................................9

ARTICLE 5 - SPECIFICATION DES MATERIAUX, PRODUITS ET ELEMENTS...............9

ARTICLE 6 - MODALITES PARTICULIERES D’EXECUTION DES OUVRAGES..............9


6.1 - MATÉRIELS DE L’ENTREPRISE.........................................................................................................10
6.2 - SYSTÈME DE RÉFÉRENCE.................................................................................................................10
6.3 - DOCUMENTS D’EXÉCUTION...............................................................................................................10
6.4 - INSTALLATIONS DE CHANTIER.........................................................................................................10
6.5 - RÉUNIONS DE CHANTIER...................................................................................................................10
6.6 - JOURNAL DE CHANTIER.....................................................................................................................10
6.7 - PIQUETAGE ET IMPLANTATION........................................................................................................11
6.7.1 - PIQUETAGE GÉNÉRAL.....................................................................................................................11
6.7.2 - PIQUETAGE COMPLÉMENTAIRE.....................................................................................................11
6.7.3 - PIQUETAGE SPÉCIAL DES OUVRAGES SOUTERRAINS OU ENTERRÉS...................................11
6.7.4 - BOUCHES D'INCENDIE.....................................................................................................................12
6.8 - CONTRAINTES IMPOSÉES AU CHANTIER........................................................................................12
6.8.1 - SIGNALISATION DE CHANTIER.......................................................................................................12
6.8.2 - CIRCULATION DES ENGINS.............................................................................................................13
6.8.3 - UTILISATION DES VOIES PUBLIQUES PAR LES VÉHICULES DE L'ENTREPRENEUR...............13
6.8.4 - SUJÉTIONS DÉCOULANT DE L’ENVIRONNEMENT........................................................................13

ARTICLE 7 - DEROULEMENT DES TRAVAUX ...............................................................14


7.1.1 - AVANT LES TRAVAUX.......................................................................................................................14
7.1.2 - PENDANT LES TRAVAUX.................................................................................................................14
Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 2/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson


7.1.3 - APRÈS LES TRAVAUX......................................................................................................................14

ARTICLE 8 - CONDITIONS DU CONTROLE DE L'EXECUTION DES OUVRAGES.......15


8.1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DE L'ASSURANCE DE LA QUALITÉ........................................15
8.2 - PLAN D'ASSURANCE DE LA QUALITÉ (P.A.Q.)................................................................................15
8.3 - CONTRÔLE INTÉRIEUR.......................................................................................................................16
8.4 - CONTRÔLE EXTÉRIEUR À L'ENTREPRENEUR................................................................................16
8.5 - CONDITIONS GÉNÉRALES DES LIVRAISONS..................................................................................16

ARTICLE 9 - RECEPTION DES TRAVAUX - DOE............................................................16


9.1 - GÉNÉRALITÉS......................................................................................................................................16
9.2 - PLANS APRÈS EXÉCUTION................................................................................................................17
9.2.1 - LES PLANS DE RÉCOLEMENT ........................................................................................................17
9.2.2 - LES PLANS DE DÉROULAGE...........................................................................................................18
9.3 - LES TABLEAUX DE MESURE ÉLECTRIQUE.....................................................................................18
9.4 - LES SCHÉMAS DE CÂBLAGE.............................................................................................................19
9.5 - LES ÉQUIPEMENTS D’ACCÈS EN SÉCURITÉ...................................................................................19
9.6 - PROGRAMME.......................................................................................................................................19
9.7 - RAPPORT D’UN ORGANISME AGRÉÉ...............................................................................................19

ARTICLE 10 - PERIODE DE GARANTIE...........................................................................19


10.1 - INSTALLATIONS SOUS GARANTIE .................................................................................................19

ARTICLE 11 - TEXTES REGLEMENTAIRES....................................................................21


11.1 - ORIGINES ET NORMES.....................................................................................................................21
11.2 - NORMES D’INSTALLATION ÉLECTRIQUE......................................................................................21
11.2.1 - BASSE TENSION.............................................................................................................................21
11.3 - NORMES DE FABRICATION .............................................................................................................21
11.4 - REGLES DE L’ART ............................................................................................................................22
11.5 - SÉCURITÉ LORS DES TRAVAUX ....................................................................................................22
11.6 - AUTRES RÉGLEMENTATIONS ........................................................................................................22

ARTICLE 12 - PRESCRIPTIONS À CARACTÈRE GÉNÉRAL RELATIVES AUX


LUMINAIRES.......................................................................................................................23
12.1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES :..........................................................................................................23
12.2 - SYSTÈME OPTIQUE :.........................................................................................................................23
12.3 - FIXATIONS :........................................................................................................................................23
12.4 - DISPOSITIF DE RÉGLAGE :..............................................................................................................23
12.5 - CORPS :..............................................................................................................................................23
12.6 - FERMETURE :.....................................................................................................................................23
12.7 - DOUILLES :.........................................................................................................................................24
12.8 - VISSERIE :...........................................................................................................................................24

ARTICLE 13 - CARACTÉRISTIQUES DETAILLEES DES EQUIPEMENTS


D’ECLAIRAGE....................................................................................................................24

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 3/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson


13.1 - GÉNÉRALITÉS....................................................................................................................................25
13.2 - CARACTÉRISTIQUES DES LUMINAIRES.........................................................................................25
13.3 - CARACTÉRISTIQUES DES MÂTS (ZONE DE VENT EN SITE NORMAL).......................................25
13.4 - CARACTÉRISTIQUES DES CONSOLES...........................................................................................25
13.5 - BOÎTIERS DE RACCORDEMENT.......................................................................................................26
13.6 - FINITION DES ÉLÉMENTS.................................................................................................................26
13.7 - MASSIF D’ANCRAGE.........................................................................................................................26

ARTICLE 14 - PRESCRIPTIONS SPÉCIALES RELATIVES AUX LAMPES ET À LEURS


ACCESSOIRES D’ALIMENTATION...................................................................................26
14.1 - PRESCRIPTIONS RELATIVES AUX LAMPES..................................................................................26

ARTICLE 15 - PRESCRIPTIONS ET GARANTIES RELATIVES AUX ACCESSOIRES


D'ALIMENTATION..............................................................................................................26
15.1 - BALLASTS :........................................................................................................................................27
15.2 - AMORCEURS :....................................................................................................................................27
15.3 - CONDENSATEURS :...........................................................................................................................27

ARTICLE 16 - PRESCRIPTIONS RELATIVES AUX SUPPORTS.....................................28


16.1 - CHARGES CLIMATIQUES..................................................................................................................28
16.2 - CANDÉLABRES ET POTEAUX..........................................................................................................28
16.2.1 - CONDITIONS GÉNÉRALES ............................................................................................................28
16.2.2 - SUPPORTS STANDARDS................................................................................................................28
16.2.3 - SUPPORTS DÉCORATIFS NON STANDARDS .............................................................................30

ARTICLE 17 - PRESCRIPTIONS RELATIVES AU COFFRET DE RACCORDEMENT. . .30

ARTICLE 18 - PRESCRIPTIONS SPECIALES AUX CONDUCTEURS ET A LEURS


ACCESSOIRES (INSTALLATION).....................................................................................30
18.1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES............................................................................................................30
18.2 - CÂBLES SOUTERRAINS....................................................................................................................30
18.3 - CÂBLETTE DE TERRE.......................................................................................................................31
18.4 - CÂBLETTE D’ÉQUIPEMENT..............................................................................................................31
18.5 - MANCHONS D’ÉTANCHÉITÉ DES TÊTES DE CÂBLES..................................................................31

ARTICLE 19 - PIQUETAGE DES TRAVAUX.....................................................................33

ARTICLE 20 - PRESCRIPTIONS GENERALES................................................................33

ARTICLE 21 - GENIE CIVIL................................................................................................33

ARTICLE 22 - TRAVAUX PREPARATOIRES....................................................................33


22.1 - DÉPOSES DE L’ÉCLAIRAGE EXISTANT..........................................................................................33

ARTICLE 23 - POSE DES CANDELABRES ET DES SUPPORTS...................................33


23.1 - GÉNÉRALITÉS....................................................................................................................................33
23.2 - CANDÉLABRES À PLAQUE D'APPUI...............................................................................................33

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 4/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson


ARTICLE 24 - MISE A LA TERRE .....................................................................................34
24.1 - MISE À LA TERRE DES MASSES MÉTALLIQUES DE L’INSTALLATION......................................34
24.2 - INSTALLATION DE CLASSE I...........................................................................................................34
24.3 - PROTECTION CONTRE LES CONTACTS INDIRECTS - MISE À LA TERRE DES CANDÉLABRES
................................................................................................................................................................35
24.3.1 - RACCORDEMENT CÂBLETTE SUR CANDÉLABRE......................................................................35

ARTICLE 25 - RACCORDEMENT DES CONDUCTEURS................................................35


25.1 - GÉNÉRALITÉS ...................................................................................................................................35
25.2 - EQUIPEMENT DES COFFRETS.........................................................................................................35
25.3 - POSE ET RACCORDEMENT DES COFFRETS.................................................................................35
25.4 - PEINTURE DU MATÉRIEL NOUVELLEMENT IMPLANTÉ...............................................................36

ARTICLE 26 - NUMEROTATION DES EQUIPEMENTS....................................................36


26.1 - NUMÉROTATION DES CÂBLES .......................................................................................................36
26.2 - NUMÉROTATION DES SUPPORTS MÉTALLIQUES........................................................................36

ARTICLE 27 - REGLAGES ET ESSAIS ............................................................................36

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 5/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΦΑΣΧΙΧΥΛΕ Α − CLAUSES GENERALES

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 6/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΑΡΤΙΧΛΕ 1 − GENERALITES

1.1 - Objet de l’appel d’offre

La présente opération a pour objet tous les travaux d’infrastructures nécessaires à la requalification et
sécurisation des rues Bouteiller et Buisson sur la commune de GRIGNY (69520).

Le présent cahier des clauses techniques particulières (C.C.T.P.) concerne les travaux d’installation de
matériel d’éclairage, nécessaires au projet et définit les spécifications des matériaux et produits, ainsi que
les conditions d’exécution des travaux relatifs au Lot n°2 : Eclairage public.

1.2 - Décomposition en lots

Le présent marché est divisé en deux lots, à savoir :

 Lot n°1 : Voiries et réseaux divers ;


 Lot n°2 : Eclairage public ;

1.3 - Pièces constitutives

Les pièces constitutives du Dossier de Consultation des Entreprises sont les suivantes :

1.3.1 - Pièces écrites

 Règlement de Consultation (R.C.)


 Acte d’Engagement (A.E.)
 Cahier des Clauses Administratives Particulières (C.C.A.P.)
 Cahier des Clauses Techniques Particulières (C.C.T.P.)
 Dossier de plan
 Bordereau de Prix Unitaire (B.P.U.)
 Détail Estimatif (D.E.)

1.3.2 - Plans fournis dans le DCE

 Voir dossier de plans.

ΑΡΤΙΧΛΕ 2 − CONNAISSANCE DES LIEUX

L’entrepreneur est réputé par le fait d'avoir remis son offre :

 s'être rendus sur les lieux où doivent être réalisés les travaux ;

 avoir pris parfaite connaissance de la nature et de l'emplacement de ces lieux et des conditions
générales et particulières qui y sont attachées ;

 avoir pris parfaite connaissance de l'état du terrain qui lui sera livré ;

 avoir pris connaissance des possibilités d'accès, d'installations de chantier, de stockage, de matériaux,
des disponibilités en eau, en énergie électrique, etc. ;

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 7/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

 avoir pris tous renseignements concernant d'éventuelles servitudes ou obligations.

Les entrepreneurs sont donc réputés avoir pris connaissance parfaite des lieux et de toutes les conditions
pouvant en quelque manière que ce soit avoir une influence sur l'exécution et les délais, ainsi que sur la
qualité et les prix des ouvrages à réaliser.

Aucun entrepreneur ne pourra donc arguer d'ignorances quelconques à ce sujet pour prétendre à des
suppléments de prix ou à des prolongations de délais.

ΑΡΤΙΧΛΕ 3 − DELAIS D’EXECUTION - PHASAGE DES TRAVAUX

3.1 - Délais d’exécution

Les travaux seront exécutes dans un délai global de quatre (4) mois (y compris période de préparation de
trois (3) semaines) à compter de la date fixée par l’ordre de service n°1.

3.2 - Autres facteurs à prendre en compte

Le phasage général du chantier tiendra compte également des deux principes suivants, à savoir :

 Conservation de toutes les circulations PL et VL des voies adjacentes avec la signalisation provisoire
ou définitive appropriée,
 La préservation des accès des riverains.

ΑΡΤΙΧΛΕ 4 − CONSISTANCE DES TRAVAUX

Les travaux seront réalisés en une seule tranche. Toutefois, ces travaux pourront être scindés en autant de
phases que les contraintes techniques du chantier l’imposent, sans que les entrepreneurs puissent
prétendre à une rémunération supplémentaire.

Le phasage du chantier tient compte de deux principes, à savoir :

 Conservation de toutes les circulations PL et VL des voies adjacentes avec la signalisation provisoire
ou définitive appropriée,
 La préservation des accès des riverains
 Maintien pendant toute la durée des travaux d’aires de stationnement PL et VL signalées en quantité
maximum.

4.1 - Travaux compris dans le marché

4.1.1 - Prix généraux

 l’implantation et les piquetages complémentaires pour les réseaux d’éclairage public ;

 les études d’exécutions éventuelles ;

 l’assurance qualité ;

 le dossier des ouvrages exécutés.

4.1.2 - Travaux préparatoires

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 8/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

 les déposes des candélabres et des luminaires en façade existants et des équipements électriques
existants.

 la réalisation des massifs de fondation des candélabres, y compris les pénétrations des fourreaux et
insertion des tiges de scellement.

4.1.3 - Equipements :

 la fourniture et le câblage électrique des différentes installations d’éclairage public ;

 la fourniture, la pose et l’installation de candélabres;

4.1.4 - Essais – contrôles – réception des travaux :

 tous les essais et contrôles de fonctionnement nécessaires ;

 La constitution du dossier des ouvrages exécutés, la réception des travaux.

4.2 - Travaux non compris dans le marché

L’ensemble des travaux de génie civil du réseau éclairage public est réalisé préalablement par le SIGERLY.

Sont compris :

 les travaux de terrassements de tranchées en terrain de tout type, pour le réseau d’éclairage public,
fouilles, fourniture et mise en place de sable en lit de pose et enrobage de fourreaux, fourniture et
pose de grillage avertisseur, le remblaiement des tranchées ;

 la fourniture et mise en place de la cablette de terre en fond de tranchée ;

 la fourniture et pose des fourreaux d’éclairage public ;

 la réfection provisoire de tranchée en traversée de chaussée en enrobé à chaud ;

 la construction des chambres de tirage et de leurs tampons de couverture à garnir ou pas ;

4.3 - Modifications susceptibles d'intervenir en cours de travaux

Le Maître d’ouvrage se réserve le droit de modifier, de supprimer ou d'ajouter certains ouvrages ou partie
d'ouvrages après la signature du marché.

ΑΡΤΙΧΛΕ 5 − SPECIFICATION DES MATERIAUX, PRODUITS ET ELEMENTS

Tous les matériaux, produits et éléments destinés à la construction des ouvrages doivent être soumis par
l’Entrepreneur à l’agrément préalable du Maître d’œuvre.

Chaque fascicule précise les normes relatives aux travaux, à la fourniture, à la fabrication et à la mise en
œuvre des matériaux.

L’Entrepreneur est tenu de communiquer, sur simple demande, tous documents permettant d’identifier la
provenance des fournitures.

ΑΡΤΙΧΛΕ 6 − MODALITES PARTICULIERES D’EXECUTION DES OUVRAGES

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 9/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

6.1 - Matériels de l’entreprise

L'Entrepreneur doit disposer dans la région, au jour de la mise en œuvre du marché du matériel nécessaire,
en bon état de fonctionnement et d’entretien, pour assurer la bonne exécution des travaux.

6.2 - Système de référence

Le système dans lequel sont données les coordonnées X et Y des points caractéristiques des ouvrages est
le système Lambert.

Les cotes de nivellement sont données par rapport au Nivellement Général de France (altitudes normales).

6.3 - Documents d’exécution

Le dossier de phasage général du chantier sera réalisé l’Entrepreneur en charge du Lot n°1 : Voiries et
réseaux divers, mais le Lot n°2 participera à la mise au point en spécifiant ses contraintes.
Le Lot n°2 réalisera les plans qui lui semblent nécessaires à la bonne exécution de ses propres ouvrages.

6.4 - Installations de chantier

Elles sont dues au Lot n°1 : Voiries et réseaux divers et mises à la disposition des autres lots.

6.5 - Réunions de chantier

Une réunion de chantier hebdomadaire doit être organisée par le Maître d’œuvre. La présence de
l'Entrepreneur mandataire et du Maître d’œuvre est requise ainsi que celle des Entrepreneurs co-traitants ou
sous-traitants sur demande expresse de l'une des parties contractantes.

Les objectifs principaux des réunions de chantier sont :

• l’examen de l'avancement du chantier par rapport au programme d'exécution prévisionnel,


• l’examen détaillé du journal de chantier sur la semaine écoulée,
• l’examen de la qualité d'exécution des travaux,
• l’examen des programmes d'exécution détaillés pour les deux semaines à venir avec mise en évidence
des dates limites d'intervention des intervenants extérieurs au chantier.

Le compte-rendu de réunion de chantier est rédigé par le Maître d’œuvre.

6.6 - Journal de chantier

L'Entrepreneur ouvre, dès l'ordre de service, un journal de chantier sur lequel sont consignés chaque jour
tous les renseignements sur la marche du chantier et en particulier :
• les informations météorologiques du jour,
• les quantités approximatives réalisées et/ou mises en œuvre,
• la nature et le nombre des engins en activité,
• la composition des équipes,
• la durée et la cause des arrêts de chantier,
• tous détails présentant quelque intérêt du point de vue de la qualité des ouvrages,
• les contrôles effectués,
• les observations concernant la sécurité du personnel et des tiers, qu'elles émanent du Maître d’œuvre
ou de toute personne habilitée (par exemple l'inspection du travail),

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 10/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

• toutes les prescriptions imposées par le Maître d’œuvre,


• les dispositions et les mesures prises par l'Entrepreneur pour régler son matériel et contrôler les
réglages,
• tous les renseignements communiqués à l'Entrepreneur par le Maître d’œuvre ou par des intervenants
extérieurs.
Ce document est signé journellement par l'Entrepreneur et par le Maître d’œuvre, leur signature étant, s'il y
a lieu, accompagnée d'observations. Il peut être établi en plusieurs exemplaires ; l'original est remis dûment
paraphé au Maître d’œuvre.

6.7 - Piquetage et implantation

6.7.1 - Piquetage général

• Il est établi par l’Entrepreneur en charge du Lot n°1 : Voiries et réseaux divers.

6.7.2 - Piquetage complémentaire

L'Entrepreneur est tenu de compléter le piquetage général par un piquetage complémentaire comprenant :

• l'implantation des matériels d’éclairage,


• l'implantation des chambres de tirage,
• l'implantation de l’armoire de commande,

6.7.3 - Piquetage spécial des ouvrages souterrains ou enterrés

ENQUETE PREALABLE DE RESEAUX ENTERRES

Le piquetage spécial des ouvrages souterrains ou enterrés est effectué par l’Entrepreneur en même temps
que le piquetage général, en présence d'un représentant des Services ou Compagnies concernés.

L’Entrepreneur doit avoir préalablement reconnu les terrains, vérifié l'exactitude (si ceux-ci figurent dans le
dossier) des renseignements relatifs à la nature du sol et sous-sol, ces derniers étant réputés purement
indicatifs.

L'Entrepreneur doit, pour toutes ces opérations et pour toutes les opérations de vérification que désirerait
exécuter le Maître d’œuvre, tenir à la disposition de celui-ci le matériel topographique et le personnel qualifié
nécessaires.

Les frais engagés par l'Entrepreneur à cette occasion sont censés être implicitement compris dans les prix
unitaires de règlement de ses travaux.

L’Entrepreneur sera tenu pour responsable des accidents qui, de son fait, par une exécution défectueuse ou
bien par manque de précautions ou de surveillance, pourraient arriver aux personnes et aux choses. Il est
expressément stipulé que la Communauté de Communes Rhône- Sud et les Services Techniques de la Ville
de Grigny sont entièrement dégagés de toute responsabilité à l'égard des chefs visés ci-dessus.

L'Entrepreneur doit exercer la plus grande surveillance, se soumettre à tous règlements en vigueur, aux
ordres qui pourraient lui être donnés par les représentants de la Communauté urbaine de Lyon, du point de
vue de la sécurité publique ou même dans son intérêt personnel, le tout sans indemnité supplémentaire,
attendu que les prix ont été établis en tenant compte implicitement de tous faux frais et dépenses
occasionnés par les mesures dont il s'agit.

L’Entrepreneur doit prévenir par imprimé réglementaire de "déclaration d'intention de commencement des
travaux" (DICT), les différents Services et Compagnies concernés, soit, entre autres :

 Electricité et Gaz de France ;

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 11/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

 France Télécom, et autres opérateurs de télécommunication… ;

 Réseau Télécable (UPC) ;

 Assainissement (SDEI) ;

 Eau potable (GGL) ;

 Services de l’Eclairage public et des Espaces verts de la Ville de Grigny ;

 Et autres intervenants, selon liste à récupérer auprès de la Ville de Grigny ;

du commencement de ces travaux ainsi que de la rencontre de leurs installations, afin qu'ils puissent
prendre les mesures en conséquence .

Il doit les informer immédiatement des dégradations ou accidents survenus à leurs ouvrages. Il doit veiller
tout particulièrement à la conservation des étais, supports, suspensions, planchers de protection, etc... que
les Services ou Compagnies concernés feraient placer dans l'intérêt de la prévention et de la conservation
de leurs conduites ou autres ouvrages pendant l'exécution des travaux, ainsi qu'après l'achèvement de ces
derniers.

A la demande, il prend lui-même toutes les mesures nécessaires pour le maintien de ces canalisations ou
conduites.

La protection, la conservation ou le déplacement des installations d'eau, d'électricité, télécommunications,


gaz, etc... pendant l'exécution des travaux incombent aux Services, Compagnies ou particuliers concernés,
sans que la responsabilité du Maître de l'ouvrage puisse être recherchée par l'Entrepreneur qui pourra
seulement, s'il le juge à propos, exercer à ses risques et périls un recours contre les dits Services,
Compagnies et autres concernés.

6.7.4 - Bouches d'incendie

Au cours des travaux, l'Entrepreneur doit veiller strictement à ce que les bouches d'incendie rencontrées
dans le périmètre du chantier soient toujours accessibles.

Dans tous les cas, l'Entrepreneur doit se mettre en rapport avec le S.D.I.S., afin d'arrêter d'un commun
accord les dispositions à prendre sur le chantier pour rendre possibles toutes les manœuvres
indispensables en cas d'incendie.

6.8 - Contraintes imposées au chantier

6.8.1 - Signalisation de chantier

La signalisation du chantier dans les zones intéressant la circulation sur la voie publique est réalisée par
l'Entrepreneur, conformément aux instructions réglementaires en la matière.

L'Entrepreneur doit procéder à toutes les mises en place de signalisations (classique et lumineuse)
nécessaires aux gestion et circulation des véhicules et piétons et ceci en coordination avec l'avancement
des travaux du présent marché et les éventuels chantiers voisins.

Pendant la durée des travaux, l’Entrepreneur doit assurer la maintenance des protections et veiller
notamment chaque soir à la fermeture et au balisage des zones concernées.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 12/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Il sera tenu pour responsable des dommages causés aux personnes et aux choses du fait de l'inexécution
ou de l'exécution défectueuse du présent article.

Il est expressément stipulé que les Services Techniques de la Ville de Grigny sont entièrement
dégagés de toute responsabilité.

6.8.2 - Circulation des engins

L'Entrepreneur doit veiller à ce que nuls manœuvres et/ou travaux du chantier ne comportent de risques
pour les usagers.

Sont visés en particulier :

• les manœuvres des engins de chantier et des camions,


• les entrées et sorties du chantier.

Les consignes à respecter doivent être clairement définies et portent sur :

• le guidage des manœuvres par personnel compétent,


• la détermination des points d'entrée et sortie conformément au code de la route ; ceux-ci sont équipés
des panneaux de signalisation appropriés.

Les frais occasionnés par ces sujétions sont réputés compris dans le prix unitaire de règlement des travaux.

6.8.3 - Utilisation des voies publiques par les véhicules de l'Entrepreneur

L'Entrepreneur doit établir, pour chaque phase de son programme d’exécution, un plan des circulations pour
tous les déplacements des véhicules de transport. Ce plan doit comporter la localisation des entrées et
sorties du chantier et la description des itinéraires empruntés.

La circulation d'engins de chantier ou d'engins exceptionnels n’est autorisée que conformément au code de
la route et après accord du Maître d’œuvre.

Pour l'établissement des itinéraires, l'Entrepreneur doit s'informer des limitations apportées à la circulation
des véhicules sur certaines voies, et en tenir compte.

Les itinéraires doivent être soumis à l'approbation du Maître d’œuvre et des Autorités compétentes.

Les entrées et sorties doivent être situées dans une zone de bonne visibilité et de façon à éviter tout
cisaillement de la circulation.

L'Entrepreneur doit prendre toutes précautions pour éviter les chutes et entraînements de matériaux sur la
voie publique.

Il doit procéder immédiatement à tous les nettoyages et balayages nécessaires pour maintenir la circulation
dans les meilleures conditions.

Les réparations des dégradations causées aux voies publiques par les véhicules de l'Entrepreneur sont à sa
charge, conformément aux termes de l’article 30 du C.C.A.G.

6.8.4 - Sujétions découlant de l’environnement

L'Entrepreneur doit construire ou mettre en place tous dispositifs nécessaires pour prévenir les atteintes à
l'environnement.

Les rejets de produits polluants sont interdits aussi bien dans le sol que dans les réseaux d'assainissement.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 13/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Les engins et installations doivent être munis de dispositifs limitant les émissions de bruit, de fumée ou de
poussière.

Il est strictement interdit de brûler des déchets sur le chantier. Tous les déchets ou matériaux impropres
sont évacués dans les centres habilités de recyclage des déchets.

ΑΡΤΙΧΛΕ 7 − DEROULEMENT DES TRAVAUX

7.1.1 - Avant les travaux

Avant les travaux, les entreprises ont obligation :

 de s’informer des risques particuliers liés à l’environnement auprès du gestionnaire du bâtiment ou


de l'espace (exemples : présence d’amiante dans les locaux, risques phytosanitaires dans les
jardins publics, etc...).

 de signer un Plan de prévention ou un P.P.S.P.S. (décret 92-158 ou 94-1159 suivant les cas),et, de
façon plus générale, satisfaire à la réglementation concernant la prévention des risques liés au
chantier.

 aucune intervention sur le réseau d'éclairage public ne pourra être faite sans l'accord des Services
Techniques de la Ville de Grigny.

7.1.2 - Pendant les travaux

Pendant les travaux, les Services Techniques de la Ville de Grigny, doivent être systématiquement
consultés dans les cas suivants :

 suppression d’ouvrages existants,

 implantation des nouveaux ouvrages,

 intervention sur le réseau existant,

 pose et dépose de l'éclairage provisoire,

 modification du projet,

 ...

7.1.3 - Après les travaux

A la fin des travaux l'entreprise fournit au maître d’oeuvre un dossier d’exécution comprenant les éléments
suivants :

 un plan d’implantation du matériel où est indiquée la position des canalisations,

 un plan de câblage de l'armoire de commande,

 un plan de fabrication des ferrures ou supports,

 un plan de déroulage des installations avec indication des caractéristiques des câbles (nature,
longueur, section et nombre des conducteurs actifs et du conducteur de protection), et nature,
puissance et cycle de fonctionnement des lampes installées.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 14/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΑΡΤΙΧΛΕ 8 − CONDITIONS DU CONTROLE DE L'EXECUTION DES OUVRAGES

8.1 - Principe de fonctionnement de l'Assurance de la Qualité

L'Entrepreneur applique sur le chantier un Plan d'Assurance de la Qualité de type B, c'est à dire qu’il
effectue toutes les opérations de contrôles internes.

Le contrôle extérieur est assuré par le Maître d’œuvre.

Sont à la charge de l'Entrepreneur les contrôles internes suivants :

• contrôle des fournitures et des matériaux,


• contrôle de fonctionnement des matériels et équipements,
• contrôles des travaux en cours d'exécution,

Sont à la charge du Maître d’ouvrage les contrôles extérieurs suivants :

• contrôle par sondage de conformité aux spécifications,


• contrôle par sondage du respect du P.A.Q.
• Principe de fonctionnement de l'Assurance de la Qualité
• Principe de fonctionnement de l'Assurance de la Qualité

8.2 - Plan d'Assurance de la Qualité (P.A.Q.)

Le P.A.Q. doit couvrir l'ensemble des travaux d'exécution de l'ouvrage.

Le P.A.Q. doit préciser dans sa partie A (partie comprise dans l'offre)

• l'affectation des taches : noms du directeur des travaux, du responsable du contrôle intérieur, du chargé
des ouvrages provisoires et du responsable de la sécurité,
• L’organisation du contrôle interne à la chaîne de production.

Le P.A.Q. doit préciser dans sa partie B (à rédiger pendant la période de préparation)

• les moyens de l'Entrepreneur : moyens de fabrication, de transport et de mise en œuvre,


• la totalité des fournisseurs,
• les installations de chantier avec bureau, atelier et laboratoires,
• la composition des cellules de pilotage et de coordination et de contrôle intérieur, avec les références
professionnelles des personnels détachés et la définition des moyens en matériel.
• L'entrepreneur précisera dans les procédures du P.A.Q. :
 les modalités de contrôle intérieur des matériaux tels que définis ;
 les modalités d'implantation des ouvrages (Point d'Arrêt) ;
 les modalités de pose des candélabres et des luminaires ;
 les modalités de pose des câbles d’alimentation électrique ;
 les modalités de pose du câble de terre ;
 les modalités du contrôle intérieur d'exécution (essais).

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 15/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Le P.A.Q. définitif, conforme à l'exécution, fait partie du dossier de récolement.

8.3 - Contrôle intérieur

Le contrôle intérieur est rattaché à la Direction Générale de l'Entreprise mandataire du groupement titulaire
du marché.

8.4 - Contrôle extérieur à l'entrepreneur

Ce contrôle est assuré, à l'initiative du Maître d’œuvre, par ses propres agents et par les organismes de
contrôles de laboratoire ou de topographie qu'il a désigné.

Les résultats de ces contrôles sont communiqués à l'Entrepreneur dès qu'ils sont connus.

Le contrôle extérieur au producteur comprend notamment :

• le contrôle de l'implantation générale et de détail (emprise, axe du projet, pieds de talus, arase des
terrassements, etc...),
• les contrôles de laboratoire portant sur la qualité des matériaux, produits et composants constitutifs de la
chaussée et sur leur mise en œuvre,
• la vérification du fonctionnement du contrôle interne et de l'application du P.A.Q.

Restent à la charge de l'Entrepreneur :

• la mise à disposition des agents mandatés par le Maître d’œuvre des moyens nécessaires à l'accès aux
ouvrages et à l'exécution des contrôles,
• les sujétions de pertes de temps liées à l'exécution des contrôles,
• la fourniture des échantillons nécessaires aux vérifications et leur transport jusqu'au laboratoire du
Maître d’œuvre,
• toutes les vérifications supplémentaires que pourraient rendre nécessaire de mauvais résultats lors du
contrôle.

En cas de contestation des résultats obtenus par le laboratoire du Maître d’œuvre, l'Entrepreneur peut
demander l'intervention d'un laboratoire tiers certifié ISO 9003 pour l'exécution des essais objet du litige.

Si les résultats obtenus par le laboratoire tiers confirment les résultats obtenus par le laboratoire du Maître
d’œuvre, l'Entrepreneur est tenu de prendre en charge tous les frais occasionnés par cette intervention ainsi
que la remise en conformité. Dans le cas contraire, les frais sont à la charge du Maître d’œuvre. Le contrôle
de l'Entrepreneur est alors validé et les pénalités sont annulées.

8.5 - Conditions générales des livraisons


L’Entrepreneur doit effectuer les livraisons de fournitures et matériaux prévues dans les divers fascicules du
C.C.T.P. en se conformant aux instructions qui sont données en cours d’exécution par les agents désignés,
pour les surveiller, par monsieur le directeur de la voirie.
Il doit soumettre au maître d’ouvrage, pour agrément, les noms de ses divers fournisseurs et remettre
également copie des commandes qu’il aura passées à des fournisseurs en vue de l’exécution de son
marché. L’Entrepreneur doit enfin se munir de tout le matériel nécessaire pour livrer complètement, dans les
délais qui lui seront fixés, les fournitures dont il aura à assumer la livraison.

ΑΡΤΙΧΛΕ 9 − RECEPTION DES TRAVAUX - DOE

9.1 - Généralités

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 16/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Afin d’éviter tout litige lors de la remise d’ouvrage, le maître d’ouvrage assisté de la ville de Grigny
participera à la réception des travaux.

Lors de la remise d’ouvrage les documents énumérés dans les paragraphes suivants du présent article
doivent être constitués.

9.2 - Plans après exécution

Ces plans devront être fournis en 3 exemplaires dont l'un reproductible et un au format numérique
(AUTOCAD).

9.2.1 - Les plans de récolement

Les canalisations sont cotées avec soin par rapport à des repères fixes et immuables, ces plans doivent
comporter toutes les informations nécessaires à la compréhension du réseau.

Les plans de récolement sont établis avec une précision de l'ordre du décimètre. Sur ces plans sont
reportés :

 le nombre, le diamètre des fourreaux, la présence de câblette,

 les coordonnées de tout changement de direction ainsi que des protections particulières (tôle, béton,
etc.),

 les dimensions (L x l x p) des massifs d'ancrage ainsi que le nombre et le diamètre des tiges à
scellement,

 la présence de coquillage pour protection d'autres réseaux (électricité, gaz, téléphone, eau, etc.).

 la présence et les dimensions des chambres de tirage ou niches de projecteurs (y compris


dimensions et nature des couvercles et des grilles de protection),

 pour les câbles :

a) la référence normalisée du câble,

b) le nombre et la section des conducteurs,

c) la présence ou non d'un conducteur de protection,

d) lorsque sur un même parcours, plusieurs câbles empruntent des fourreaux différents, fournir
un plan en coupe sur lequel apparaîtra sans ambiguïté l'occupation des conduits et les
références des câbles correspondants,

 les nature et section des chemins de câbles et gaines diverses,

 d'une manière générale pour tous les matériels installés (supports, console, lanterne, lampe,
coffrets, poste de commande, mobilier urbain) il sera fourni :

a) la date d'installation,

b) les références du fabricant et le code "fabricant",

c) les références de la peinture (si mise en peinture sur site),

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 17/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

 pour les postes de commande et les luminaires situés hors voirie et dont l'accès n'est pas aisé,
fournir un plan de cheminement avec photographie du site.

9.2.2 - Les plans de déroulage

Les plans de déroulage précisent :

 la nature des réseaux : éclairage normal, éclairage partiel, illumination, permanent, etc.,

 les lampes qui y sont rattachées, surtout dans le cas de luminaires à plusieurs lampes,

 le principe de protection contre les contacts indirects (classe I ou classe II).

9.3 - Les tableaux de mesure électrique

Correspondant à chaque armoire de commande, ils indiquent :

 au niveau de l'organe de coupure générale :

a) la tension entre conducteurs actifs,

b) l’intensité pour chacun des conducteurs actifs,

 au niveau des disjoncteurs divisionnaires (protection des départs) :

a) l'intensité pour chacun des conducteurs actifs,

b) la valeur de l’isolement entre conducteurs actifs et conducteur de protection,

c) le seuil de déclenchement du dispositif différentiel,

 au niveau du disjoncteur de protection de la partie commande :

a) - le seuil de déclenchement du dispositif différentiel,

 au niveau du châssis :

a) la valeur de la prise de terre.

Correspondant à chaque point lumineux, ils indiquent :

 la nature et la puissance de la lampe,

 le calibrage du dispositif de protection,

 la continuité du conducteur de protection.

Nota : Toutes ces mesures peuvent être confiées à un organisme de contrôle.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 18/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

9.4 - Les schémas de câblage

Correspondant à chaque armoire de commande, ils indiquent :

 les repères des différents organes de commande,

 les repères des différents organes de protection,

 les repères des différents circuits d'éclairage.

9.5 - Les équipements d’accès en sécurité

Pour chacune des installations d'éclairage avec des équipements de protection collective, un dossier
regroupant :

 le positionnement des équipements sur les façades et sur les surfaces, y compris d'une éventuelle
armoire pour les accessoires nécessaires à l'utilisation de ces équipements,

 les caractéristiques précises des équipements avec copie des documentations techniques des
fournisseurs,

 les certificats de conformité ainsi que les calculs de résistance mécanique.

9.6 - Programme

Dans le cas d’utilisation d’automate la programmation doit être remise sur papier en 2 exemplaires ainsi que
sur support informatique (disquette ou CD) en 1 exemplaire.

9.7 - Rapport d’un organisme agréé

Toute installation d'éclairage réalisée pour le compte de la Ville de Grigny doit faire l'objet d'un contrôle
technique des installations électriques vis-à-vis de la norme NF C 17-200.

Ce contrôle, de type visite initiale, doit être effectué par un organisme agréé et conforme au décret du 14
novembre 1998 (NF C 17-202 et 205).

ΑΡΤΙΧΛΕ 10 − PERIODE DE GARANTIE

10.1 - Installations sous garantie

La période de garantie est fixée à 1 an.

Pendant cette période, les entreprises ayant réalisé les travaux doivent effectuer gratuitement les
réparations et les dépannages rendus nécessaires ayant pour origine :

 le mauvais fonctionnement du matériel fourni,

 une mise en oeuvre défectueuse.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 19/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΦΑΣΧΙΧΥΛΕ Β − PROVENANCE ET
QUALITE DES MATERIAUX

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 20/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΑΡΤΙΧΛΕ 11 − TEXTES REGLEMENTAIRES

11.1 - Origines et normes

Tous les matériaux, produits et éléments destinés à la construction des ouvrages, doivent être soumis par
l'Entrepreneur à l'agrément préalable du Maître d’oeuvre. Cet agrément est sollicité pendant la période de
préparation, accompagné des certificats d'homologation, arrêtés d'agrément et autorisations d'emploi
lorsque ceux ci sont exigés.

Les normes relatives aux travaux, à la fourniture, à la fabrication et à la mise en œuvre des matériaux sont,
sauf spécifications contraires figurant au présent Cahier des Clauses Techniques Particulières, celles du
Cahier des Clauses Techniques Générales applicables aux marchés de travaux publics (ou celles du Cahier
des Prescriptions Communes pour les fascicules non modifiés) et plus spécialement celles précisées

11.2 - Normes d’installation électrique

11.2.1 - Basse tension

 NF C 14-100 : Installations de branchement à basse tension. NF C 14-100 : Installations de


branchement à basse tension.

 NF C 15-100 : Installations électriques à basse tension - règles. NF C 15-100 : Installations


électriques à basse tension - règles.

 NF C 15-150-1 : Enseignes à basse tension et alimentation en basse tension des enseignes à haute
tension (dites à tube néon).

 NF EN 50 107 (indice de classement NF C15-150-2) : Installations d’enseignes et de tubes lumineux

 NF C 17-200 : Installation d'éclairage public - règles.

11.3 - Normes de fabrication

 Décret n° 95-1081 du 3 octobre 1995 Marquage CE.

 NF EN 40-2 Candélabres.

 NF EN 50086-2-4 (Indice de classement NF C 68-114) : Système de conduits pour la gestion de


câblage - Partie 2-4 : Règles particulières pour les systèmes de conduits enterrés dans le sol.

 NF EN 60529 (Indice de classement C 20-010) : Degrés de protection procurés par les enveloppes.
(code IP).

 NF EN 60598-1 (Indice de classement NF C 71-000) : Luminaires - Partie 1 : Prescriptions générales


et essais.

 NF EN 60598-2-3 (Indice de classement NF C 71-003) : Luminaires - Partie 2 : Règles particulières -


Section 3 : Luminaires d'éclairage public.

 NF EN 61140 (Indice de classement NF C 20-030) : - Protection contre les chocs électriques –


Aspects communs aux installations et aux matériels.

 NF C 71-111 : Luminaires pour lampes à incandescence : Règles.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 21/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

11.4 - REGLES DE L’ART

 NV65 : règles définissant les effets de la neige et du vent sur les constructions.

 Cahier des clauses techniques générales (fascicule 36 du C.C.T.G. Travaux - 1988) - Réseau
d’éclairage public : conception et réalisation

 Guide pratique UTE C 15-105 : Détermination des sections de conducteurs et choix des dispositifs de
protection.

 Guide pratique UTE C 17-205 : Détermination des caractéristiques des installations d'éclairage public.

11.5 - Sécurité lors des travaux

Toutes les opérations sur les ouvrages gérés par la Direction éclairage public de la ville de Lyon doivent être
effectuées en respectant les Instructions permanentes de sécurité de la Direction éclairage public (I.P.S.
jointes en annexe), et de façon plus générale les règles de sécurité suivantes :

 Décret n° 65-48 du 8 janvier 1965 modifié concernant les mesures particulières de protection et de
salubrité applicables aux établissements dont le personnel exécute des travaux du bâtiment, des
travaux publics et tout autres travaux concernant les immeubles.

 Décret n° 88-1056 du 14 novembre 1988 relatif à la protection des travailleurs dans les
établissements qui mettent en oeuvre des courants électriques.

 Décret n° 91-1147, relatif à l’exécution de travaux à proximité de certains ouvrages souterrains,


aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution.

 Décret n° 92-158 du 20 février 1992 : Plan de prévention à signer avec le directeur de la Direction
éclairage public de la ville de Lyon.

 Décret n° 94-1159 du 26 décembre 1994 : Coordination en matière de sécurité et de protection de la


santé lors des opérations de bâtiment ou de génie civil.

 Publication UTE C18-510 : Recueil d’instructions générales de sécurité d’ordre électrique

 Publication UTE C18-530 : Carnet de prescriptions de sécurité électrique destiné au personnel


habilité.

Cette liste de règles de sécurité constitue les documents de base sur lesquels doivent s’appuyer les
entreprises chargées des travaux et d’une manière générales toutes personnes habilitées à intervenir de
quelque manière que ce soit sur les ouvrages gérés par la Direction éclairage public. Elle ne peut être
considérée comme exhaustive.

11.6 - Autres réglementations

 Règlements de police

 Arrêtés du Maire

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 22/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΑΡΤΙΧΛΕ 12 − PRESCRIPTIONS À CARACTÈRE GÉNÉRAL RELATIVES AUX


LUMINAIRES

12.1 - Dispositions générales :

Les luminaires sont conformes aux normes NF EN 60598.

Les méthodes de contrôle de la photométrie en laboratoire sont définies par la norme NF C 71-120 et son
additif.

12.2 - Système optique :

Le système optique du luminaire se présente sous forme de réflecteur, afin d'assurer une répartition du flux
lumineux émis par la lampe.

Cette répartition est symétrique pour tous les foyers.

Les réflecteurs sont adaptés à la nature et à la puissance de la lampe. Ils peuvent être réalisés en verre
aluminisé ou en alliage d'aluminium.

12.3 - Fixations :

Le dispositif de fixation du luminaire choisi et le support doivent être compatibles.

Ce dispositif doit permettre la mise en place du luminaire et son maintien dans la position préconisée.

Si le luminaire permet deux possibilités d'emmanchement, le dispositif non utilisé est obturé.

12.4 - Dispositif de réglage :

Les luminaires comportent un dispositif de réglage qui sert à adapter la répartition lumineuse de l'appareil à
la surface à éclairer.

Dans tous les cas, la manœuvre des dispositifs de réglage est simple, rapide, sûre et peut être renouvelée
dans le temps. Ces dispositifs doivent comporter un système de repérage.

Le réglage étant effectué, il doit rester durable et le dispositif rigide, mais doit pouvoir être modifié si besoin
est.

Les luminaires conçus uniquement pour une lampe d'une puissance donnée peuvent ne pas comporter de
dispositif de réglage.

12.5 - Corps :

Le corps du luminaire est indépendant du système optique. Il ne doit pas se déformer sous l'action des
éléments extérieurs et des vibrations.

Le revêtement extérieur est constitué d'une peinture polyester thermodurcissable.

La teinte du décor est définie à la commande.

12.6 - Fermeture :

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 23/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Les luminaires sont proposés en version fermée.

Le système de fermeture se présente sous forme de vasque. Il doit être étanche. L'étanchéité est obtenue
par un joint en feutre ou en néoprène. Si le joint est en néoprène, le luminaire est équipé d'un filtre à
charbon actif. Le joint en feutre ou le filtre à charbon actif doit permettre l'échange d'air entre l'intérieur du
compartiment optique et l'extérieur ambiant et le filtrage des poussières. Dans tous les cas, le joint ne doit
pas se détériorer au cours des manœuvres d'ouverture et de fermeture de la vasque. Son remplacement
doit pouvoir se faire sans avoir à démonter le luminaire. Il doit résister au vieillissement et à la chaleur.

La vasque de fermeture est en verre pressé ou trempé, en polycarbonate ou en méthacrylate de méthyle. Le


système de fixation de la vasque sur le luminaire assure un maintien correct de la vasque, un serrage réparti
sur l'ensemble de la surface du joint. Il est manipulable manuellement sans utilisation d'outil.

Un système d'articulation sous forme de charnière est prévu, il permet de laisser la vasque en suspension
lors de l'ouverture de celle-ci, et permet son décrochage en cas de besoin.

Les systèmes de fixation et d'articulation sont en matériaux inoxydables.

12.7 - Douilles :

Les douilles sont conformes aux normes et leurs additifs en vigueur : NF EN 60061-1 - NF EN 60061-
3- NF C 61-520- NF EN 60238.

Les douilles sont protégées par une jupe monobloc en porcelaine.

Elles assurent en permanence la position correcte de la lampe et l'efficacité des contacts.

Les douilles doivent permettre le démontage normal de la lampe, sans détérioration du culot de la lampe.

Les bornes de raccordement résistent en permanence et sans détérioration, à une température de 400°. Les
connexions de raccordement des bornes à la douille, sont établies en conducteurs de sections minimales,
répondant aux normes de l'U.T.E. Le câblage est en filerie haute température et est passé sous tresse
siliconée. Aucune connexion soudée n'est tolérée. Les pièces de contact sont en laiton.

12.8 - Visserie :

Les normes françaises actuellement en vigueur sont les normes NF E 03-001 et NF E 03-014.

 Les vis doivent résister à la corrosion, et permettre un serrage efficace et un desserrage. Il en est
de même pour les écrous.

 Les vis susceptibles d'être démontées pour des opérations d'entretien sont imperdables.

 Les vis doivent supporter, sans détérioration ni déformation préjudiciables à l'emploi des appareils,
les efforts mécaniques et les vibrations qu! se produisent en usage normal.

 La nature des matériaux constitutifs de la visserie et éléments d'assemblage, est déterminée pour
éviter la production de couples galvaniques.

ΑΡΤΙΧΛΕ 13 − CARACTÉRISTIQUES DETAILLEES DES EQUIPEMENTS


D’ECLAIRAGE

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 24/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

13.1 - Généralités

Les candélabres à installer proposeront les mêmes caractéristiques techniques sur tout le long du tracé
des rues. Seul les espacements de ceux-ci varieront selon les secteurs de 20 à 22 mètres.

Les spécificités des équipements sont indiquées dans les articles suivants

13.2 - Caractéristiques des luminaires

 Classe 1

 IP 66, bloc optique

 IK 08, glace verre trempé

 Corps : en extrudé d’aluminium avec extrémités en fonte d’aluminium, fixation latérale sur embout
lisse φ 60 mm longueur 100 mm.

 Joint : néoprène.

 Réflecteur : optique routière STX en aluminium anodisé, hydroformé, pour lampe tubulaire. Système
de réglage de la douille.

 Vasque : en verre clair trempé et sérigraphié.

 Maintenance : Partie haute articulée et équipée d’un vérin de retenue, fermeture par 2 grenouillères
en acier inoxydable manoeuvrable sans outils.

Les luminaires à poser seront de type « OVALIS 650 » de chez LUDEC ou matériel
similaire.

13.3 - Caractéristiques des Mâts (zone de vent en site normal)

 Hauteur : 6 m.

 Caractéristiques : cylindro-conique en acier galvanisé, Ø 60 mm en tête, tête de mât en acier


inoxydable et porte de visite.

 Installation : 4 tiges de scellement 20x18x400 dans massif béton, entraxe 200 mm x 200 mm.

13.4 - Caractéristiques des consoles

 Caractéristiques : Bras profilés Ø 60 mm en acier inoxydable de longueur 700 mm.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 25/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

 Montage : 1 feu sur tête de mât, fixation par vis.

13.5 - Boîtiers de raccordement

 Coffret appareillage : Coffret “pied de mât” classe 2, IP 44 type PROTEK ou similaire.

13.6 - Finition des éléments.

 Les ensembles luminaire, console et mats : peinture thermolaquée RAL 7024.

13.7 - Massif d’ancrage

 Massif de fixation 0,70 x 0,70 x 0,80.

ΑΡΤΙΧΛΕ 14 − PRESCRIPTIONS SPÉCIALES RELATIVES AUX LAMPES ET À


LEURS ACCESSOIRES D’ALIMENTATION

14.1 - Prescriptions relatives aux lampes

Les lampes sont conformes aux normes et à leurs additifs en vigueur.

 NF EN 60662 concernant les lampes à vapeur de sodium à haute pression (S.H.P.).

Lampes, luminaires et accessoires d'alimentation électrique doivent être compatibles

Nature et caractéristiques des lampes :

Le titulaire équipera les candélabres avec les lampes sodium haute pression désignées ci-dessous :
Utilisation Puissance Culot Tension Intensité Temp. Flux lum Durée IRC
de vie Classe
moy.
(W) (V) (A) (°K) (Lm) (h)

Candélabres 100 E40 --- --- 2000 10700 10000 25

L'intensité de démarrage ne doit pas dépasser celle que peut supporter la lampe sans subir un vieillissement
prématuré.

ΑΡΤΙΧΛΕ 15 − PRESCRIPTIONS ET GARANTIES RELATIVES AUX ACCESSOIRES


D'ALIMENTATION

Outre la conformité aux normes françaises en vigueur, les caractéristiques des accessoires des lampes sont
les suivantes :

 les variations et micro-coupures du réseau d'alimentation ;

 les éventuels "claquages" des sources ;

 les températures ambiantes.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 26/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Le titulaire doit fournir l’ensemble des caractéristiques du matériel proposé, et en particulier, devront figurer dans le
Plan d’Assurance de la Qualité (P.A.Q.) les indications suivantes :

 la marque du fabricant ;

 la date de fabrication ;

 l'encombrement ;

 le poids ;

 le courant permanent et d'appel, durée d'amorçage ;

 la puissance ;

 les limites de tension d'alimentation admissibles en régime permanent et en période d'amorçage.

15.1 - Ballasts :

 Les ballasts sont imprégnés à cœur avec un matériau approprié type polyester, assurant un parfait
isolement, le blocage des circuits magnétiques et la protection hydrofuge du matériel.

 Tous les ballasts doivent comporter une plaque signalétique au marquage indélébile avec les
indications suivantes :

 le type d'appareillage,
 la désignation du type et de la puissance de la lampe pour laquelle le matériel est conçu,
 le schéma de branchement avec repérage des bornes et indicateur des tensions possibles,
 la tension, fréquence et courant nominaux d'alimentation,
 le facteur de puissance sans compensation,
 la capacité du condensateur à installer pour obtenir un coefficient > 0,928.

15.2 - Amorceurs :

Tous les amorceurs sont temporisés.

15.3 - Condensateurs :

 Les condensateurs sont shuntés par une résistance de fuite et prévus pour des tensions de service
minimales de 410 V.

 Tous les condensateurs doivent comporter :

 la capacité et ses tolérances ;


 la tension de service ;
 les conditions de fonctionnement en températures.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 27/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΑΡΤΙΧΛΕ 16 − PRESCRIPTIONS RELATIVES AUX SUPPORTS

16.1 - Charges climatiques

Les candélabres sont calculés, dans tous les cas, pour une zone 2 site normal malgré le classement du
département du Rhône en zone 1 (DTU P06-002 de décembre 1999). L’épaisseur minimum de fabrication
ne peut être inférieure à 4 mm.

16.2 - Candélabres et poteaux

16.2.1 - Conditions générales

La porte de visite des candélabres doit être orientée du côté opposé à la circulation routière.

16.2.2 - Supports standards

A - Règles techniques générales

Les fournitures doivent résister sans dommage aux conditions extérieures et aux contraintes qu'elles sont
appelées à supporter en service et au cours des essais.

B - Normes

Les provenances, les qualités, les caractéristiques, les types, dimensions et poids, les modalités d'essais,
de marquage, de contrôle et de réception des matériaux et produits fabriqués doivent être conformes aux
normes applicables en France au moment de la signature du marché.

L'acceptation d'un matériel par le Maître d’Oeuvre ne peut pas avoir pour effet de dégager le fournisseur de
ses responsabilités.

C - Règles techniques particulières

Protection des fûts contre la corrosion : les candélabres sont protégés intérieurement et extérieurement
par galvanisation à chaud ou trempé (immersion complète) : la charge de zinc est au minimum de 600 g.m-
2, charge correspondante à une épaisseur de revêtement d'environ 80 microns.

Embase : la base de ces supports (à l'exception des candélabres spéciaux pour voies piétonnes) est en
acier inoxydable sur une hauteur de 60 cm à partir de la semelle.

Il est bien précisé qu'il ne s'agit pas d'un chemisage mais d'une pièce soudée faisant partie intégrante du
candélabre et présentant au moins, la même épaisseur.

Les constructeurs doivent donner toutes les garanties pour la façon dont sont exécutées les soudures
raccordant cette embase à la partie supérieure du support et à la semelle.

Par garantie, il est notamment entendu qu'il s'agit non seulement de l'étanchéité parfaite et de la durée, mais
encore de la résistance aux efforts auxquels chaque candélabre est soumis suivant son emploi.

Tiges - écrous - entretoises : les tiges à scellement sont coudées avec deux écrous et deux entretoises et
filetées sur une hauteur de 100 mm. Les entretoises sont en acier, dimensions 90 x 90 x 6 mm percées à 2
mm de plus que le diamètre des tiges.

Barrettes pour accrochage des platines : chaque support doit comprendre une ou plusieurs barrettes
pour l'accrochage des platines d’appareillage. Elle est constituée par un fer plat soudé au fût.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 28/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Pattes pour mise à la terre : une patte métallique percée au Ø 12 est soudée à l'intérieur du poteau, au
niveau bas de la porte de visite pour permettre le raccordement électrique des circuits de terre.

Nota : Cette patte est positionnée de telle manière à permettre la fixation d'une cosse, référence CT.10-
70B.D9, accessible de l'extérieur dans tous les cas et ne doit pas gêner la mise en place du coffret de
raccordement.

Portes de visites : il est prévu, en règle générale, une seule porte de visite.

Lorsqu'il y a plusieurs portes donnant accès à des coffrets de raccordement pour l'éclairage public, elles
sont toutes de dimensions identiques et interchangeables.

Lorsque le candélabre d'éclairage public sert également de support à d'autres types d'installation (marché
alimentaire, signalisation tricolore, ...), les portes de visite peuvent être différentes.

Fixation des portes : la fixation des portes sur le candélabre est assurée par :

 1 vis à 6 pans creux inoxydable, solidaire de la porte,

 1 écrou ou pièce filetée, inoxydable, solidaire du fût ; cet écrou ou cette pièce étant interchangeable.

Nota : Le système de fixation utilisé pour la fermeture des portes doit permettre de conserver libre le
maximum de volume disponible dans le fût, en particulier au niveau de la porte de visite.

Têtes de poteaux : la fixation des têtes et crosses par creux intérieur ou écrous soudés doit permettre le
passage d'un tube Ø minimum 42 pour les candélabres classiques, Ø minimum 60 pour les candélabres
renforcés.

Marquage des candélabres : tous les candélabres portent un marquage en relief, indiquant au minimum
d’une part :

 le nom du fabricant,

 la date de fabrication,

et les éléments techniques suivants d’autre part :

 hauteur et type,

 surface admissible pour une portée de 50 kg,

 surface admissible pour une portée de 100 kg.

Le procédé de marquage laissé à l'initiative du constructeur doit être le plus esthétique possible, lisible pour
une personne située au pied du candélabre et rester libre après peinture.

Etanchéité : l'étanchéité entre le candélabre et la crosse ou tête de poteau est assurée par une bague
circulaire en inox hauteur 8 mm, le diamètre correspondant à la cote sur plat du sommet. Cette bague est
soudée en bout du candélabre.

Nota : l'étanchéité par joint caoutchouc n'est pas autorisée.

Epaisseur des semelles : l'épaisseur des semelles de candélabres doit être calculée de manière à résister
aux efforts auxquels elles sont soumises. Toutefois, les épaisseurs minimum ne sont pas inférieures à :

 15 mm pour les semelles à entre axe 300 x 300.

Trou pour dépannage provisoire : il est prévu sur le fût, un perçage Ø 15 à 1 m du sommet à l'opposé de
la porte de visite. Ce trou est obturé par un bouchon plastique.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 29/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Fixation des crosses : pour permettre la fixation éventuelle d'une crosse, il est prévu dans le fût 8 trous
renforcés intérieurement diamétralement opposés, équipés de vis de pression, la crosse cylindrique de Ø 60
mm lui donnant une ligne semi continue.

Candélabres en aluminium, section circulaire ou carrée : ces candélabres sont livrés prêts à peindre.

16.2.3 - Supports décoratifs non standards

Ils sont obligatoirement munis d'une semelle pour fixation sur massif en béton. Cette semelle a une
épaisseur minimum de 12 mm.

Protection minimum par galvanisation à chaud pour les candélabres en acier.

La fixation par enfichage dans le sol n'est pas autorisée.

ΑΡΤΙΧΛΕ 17 − PRESCRIPTIONS RELATIVES AU COFFRET DE RACCORDEMENT

Le coffret de raccordement doit avoir un indice de protection minimum égal à : IP 2x

Pour les candélabres il sera de type PROTEK M ou similaire.

Il devra permettre :

 le raccordement de deux câbles d’alimentation de section 4 x 16 mm² minimum, sur deux entrées de
câbles indépendantes par passe fils,

 le raccordement du ou des câbles d’équipement sur une entrée de câble par passe fil différent de
celles des câbles d’alimentation,

 le raccordement de la câblette de terre et des conducteurs de protection.

Pour ce faire il est constitué de :

 un bornier de type COPAK D,

 une borne de terre adaptée à la section du conducteur de protection,

 un coupe circuit Phase-Neutre, équipé d’une cartouche gG HPC normalisée 10,3 x 38 calibré en
fonction de la puissance de la lampe et d’une barrette de neutre,

ΑΡΤΙΧΛΕ 18 − PRESCRIPTIONS SPECIALES AUX CONDUCTEURS ET A LEURS


ACCESSOIRES (INSTALLATION)

18.1 - Dispositions générales

Les installations à réaliser comportent le réseau de type lignes souterraines, spéciales pour l'éclairage
public.

18.2 - Câbles souterrains

Tous les câbles électriques, seront posés dans les fourreaux en polyéthylène basse densité posés par le
SIGERLY.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 30/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

On utilisera des câbles rigides isolés au polyéthylène réticulé sous gaine de protection en polychlorure de
vinyle série U-1000 R02V - à conducteurs cuivre - tension nominale 1 000 V - conformes à la norme
NF C 32-321.

18.3 - Câblette de terre

On utilisera un câble en cuivre nu recuit - conforme à la norme NF C 17-200 - section minimum de 25 mm2,
constitué de 7 brins de diamètre 2,14 mm.

Ce câble sera posé en fond de fouille à coté du ou des fourreaux d’éclairage public par le SIGERLY.

La liaison avec chaque candélabre sera réalisée par une dérivation avec un câble de cuivre nu de même
section.

La jonction sera obligatoirement réalisée par sertissage mécanique. La soudure par aluminothermie est
interdite.

La cablette de terre emprunte un fourreau ICD n°32 pour la traversée du massif et des chambres de tirage.

18.4 - Câblette d’équipement

On appelle câble d’équipement la liaison entre l’organe de protection et la douille. Ce câble est
obligatoirement choisi dans la série H07-RNF et de section :

 1,5 mm² pour les puissances inférieures à 250 W.

18.5 - Manchons d’étanchéité des têtes de câbles

Toutes les têtes de câble avant raccordement dans les armoires et candélabres doivent être équipées de
manchon d’étanchéité conformément à la norme NF C 33-020 article 2-4-3 de juin 1998 et peu être soit
thermoformé soit réalisé en matière suffisamment élastique pour assurer l’étanchéité (type MEP de
connexion - protection).

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 31/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΦΑΣΧΙΧΥΛΕ Χ − MODALITES
PARTICULIERES D’EXECUTION DES OUVRAGES

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 32/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

ΑΡΤΙΧΛΕ 19 − PIQUETAGE DES TRAVAUX

L'entrepreneur procédera à ses frais à l'implantation des ouvrages à exécuter dans le cadre de son marché.

ΑΡΤΙΧΛΕ 20 − PRESCRIPTIONS GENERALES

L'ensemble du réseau sera de classe 1. L'alimentation de l'éclairage sera réalisée à partir du réseau
existant.

Les notes de calculs porteront sur la vérification du dimensionnement des câbles d’alimentation électriques
prescrits.

ΑΡΤΙΧΛΕ 21 − GENIE CIVIL

La construction du génie civil du réseau d’éclairage public (tranchées, fourreaux, cablette de terre et massif
de candélabre) est assurée par le SIGERLY.

ΑΡΤΙΧΛΕ 22 − TRAVAUX PREPARATOIRES

22.1 - Déposes de l’éclairage existant

Tous les luminaires existants posés en façade ou sur poteau le long des rues de Bouteiller et Buisson sont à
déposer.

Lors du démontage des ces éléments l’Entrepreneur, devra préalablement assurer la deconnexion du ou
des circuits d’alimentation concernés, ainsi que la dépose complète des câbles.

Les matériel sera à déposé avec soins et transporté au magasin des Services Techniques de la Ville de
Grigny.

Le matériel sera à démonter en éléments homogènes (lanternes, crosses, candélabres, appareillages,


etc…) est remis au responsable du magasin. Cette rentrée de matériel fera l’objet d’un bordereau établi par
un responsable du magasin des Services Techniques de la Ville de Grigny ), spécifiant la nature et la
quantité du matériel déposé.

ΑΡΤΙΧΛΕ 23 − POSE DES CANDELABRES ET DES SUPPORTS

23.1 - Généralités

Le stockage des candélabres sur la zone de travaux doit être réalisé de manière à les isoler des souillures,
oxydations et chocs divers (calage bois par exemple). Il ne doit pas excéder quatre semaines.

23.2 - Candélabres à plaque d'appui

Les candélabres sont constitués d'un fût et d'un embout mobile, qui sont assemblés par le titulaire.

Les candélabres ne sont mis en place qu'après séchage complet des massifs.

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 33/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Afin d'éviter toute déformation de la semelle, un contact doit être assuré entre le dessous de la plaque
d'appui et le massif par bourrage de béton correctement réalisé lorsque la semelle est posée sur écrou.

L'enfichage des candélabres dans un massif en béton n'est pas autorisé.

Pour la pose de candélabre aluminium deux solutions peuvent être utilisées :

Cas de fixation avec tige de scellement en acier non traité : Mise en place de canons et de rondelles
isolantes en permalite.

Cas de fixation avec tige de scellement en acier galvanisé : utilisation de d’écrous et de rondelles en
acier galvanisé.

Le titulaire procède alors, suivant les règles de l'art, à l'implantation des candélabres qui doivent être alignés
et parfaitement verticaux. Il doit s'assurer de la parfaite orientation des embouts supportant les luminaires.
Dans la mesure du possible, les portes de visite doivent s'ouvrir du côté opposé aux vents dominants et du
côté opposé au sens de circulation.

L’attention du titulaire est attirée sur les points suivants :

 La plaque d'appui est isolée du massif par une semelle intermédiaire en caoutchouc synthétique,
afin de maintenir la stabilité et la verticalité du candélabre. Le candélabre est fixé sur les tiges de
scellement avec un écrou, un contre-écrou et une rondelle. En aucun cas les écrous ne peuvent
servir au réglage de la verticalité du candélabre. Les écrous et l'extrémité des tiges sont protégés
par des capuchons plastiques remplis de graisse.

 Le montage des luminaires ne peut se faire qu'après la mise en place des candélabres sur les
massifs.

ΑΡΤΙΧΛΕ 24 − MISE A LA TERRE

24.1 - Mise à la terre des masses métalliques de l’installation

L'installation doit être conforme à la norme NF C 17-200.

Suivant les normes et règlements en vigueur, toutes les parties métalliques des matériels et appareils
installés pouvant être mises en contact avec des conducteurs actifs doivent être reliées au circuit général de
terre.

Les mises à la terre, individuelles ne sont pas admises ; le titulaire doit réaliser la liaison équipotentielle de
l'ensemble. Le circuit de terre est constitué par un câble en cuivre nu de 25 mm2 minimum, qui chemine en
fond de fouille dans les tranchées. Il est constitué en réseau maillé sauf impossibilité par suite du tracé des
voies et dûment constaté par le Maître d'œuvre.

Chaque candélabre est raccordé en dérivation au circuit de terre général. Cette dérivation est réalisée à
l'aide d'un câble cuivre de 25 mm2 terminé à une extrémité par une cosse sertie pour raccordement sur le
candélabre, et dont l'autre extrémité est connectée au câble cuivre nu de 25 mm2 par soudure, brasure ou
sertissage, suivant les spécifications de la norme NF C 17-200.

La valeur des prises de terre ne doit en aucun cas être supérieure à 2 Ohms, les mesures étant effectuées
par temps sec. Il appartient au titulaire de prendre toutes dispositions utiles, afin que la valeur de résistance
des prises de terre réponde à cette obligation.

24.2 - Installation de classe I

Ces installations sont mises à la terre (câblette cuivre nu 25 enterrée ou conducteur de protection vert jaune
intégré dans le câble d’alimentation suivant les cas).

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 34/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Le raccordement de l’appareil d’éclairage se fait par l'intermédiaire d'une cosse fixée sur la patte prévue à
cet effet.

24.3 - Protection contre les contacts indirects - Mise à la terre des candélabres

L'installation doit être conforme à la norme NF C 17-200.

 Mise à la terre du candélabre, des accessoires d'alimentation, du luminaire ainsi que des masses
métalliques environnantes par liaison équipotentielle.

 Protection des accessoires d'alimentation et de la lampe par coupe-circuit bipolaire H.P.C.

 Protection des matériels électriques par isolation supplémentaire.

Les mises à la terre de chaque section sont raccordées entre elles.

24.3.1 - Raccordement câblette sur candélabre

Mât acier galvanisé et aluminium : visserie inox + rondelle bimétal "cuivre-alu" (aluminium, coté
candélabre).

ΑΡΤΙΧΛΕ 25 − RACCORDEMENT DES CONDUCTEURS

25.1 - Généralités

Le raccordement sur les réseaux souterrains est réalisé dans le fût des candélabres.

Les jonctions et les dérivations des câbles B. T. sont réalisées par raccordements sur des blocs de jonction.

25.2 - Equipement des coffrets

Les accessoires d'alimentation, destinés à assurer le fonctionnement des lampes, comprennent ballasts,
amorceurs et condensateurs, et sont montés dans un coffret.

Les coffrets fournis par le titulaire sont conformes aux spécifications du C.C.T.P. L'équipement des coffrets
est réalisé de la façon suivante :

 Les accessoires sont fixés sur la platine à l'aide de vis et écrous en métal inoxydable. Ils sont
disposés de telle façon que les bornes de raccordement ne soient pas dirigées vers le haut.

 Les coupe-circuit sont prévus en partie basse dans chaque coffret. Ils sont sectionnables, bipolaires,
sous enveloppe monobloc avec socle à préhenseur solidaire, équipés de cartouches fusible.

 Le câblage de la platine est exécuté en conducteurs à âme cuivre.

 Les blocs de jonction sont fixés en partie basse du coffret. Ils sont conformes au C.C.T.P. et
permettent le raccordement du câble d'alimentation passant en coupure.

 Aucune pièce sous tension ne doit être accessible.

 Le coffret équipé doit présenter au minimum un degré de protection IP 2X, lorsqu'il est ouvert.

25.3 - Pose et raccordement des coffrets

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 35/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Le coffret est positionné sur la ou les barrettes d'accrochage situées dans le fût du candélabre au droit de la
ou des portes de visite.

Le câble de raccordement de chaque luminaire est raccordé aux bornes prévues dans le coffret. Le
conducteur de terre des masses de chaque luminaire est raccordé à l'étrier de serrage prévu à cet effet

Le câble d'alimentation est raccordé aux blocs de jonction positionnés en partie basse du coffret.

Il est prévu un love soit sur le câble d'alimentation, soit sur chacune des phases à l'intérieur du fût du
candélabre.

Le câble est dénudé sur une longueur minimum, afin de permettre le raccordement. Le dénudage se fait en
prenant les précautions d'usage, afin de ne pas blesser les gaines de protection des conducteurs.

Chaque câble est muni d'une extrémité d'étanchéité thermoretractable recouvrant, à chaque extrémité, la
gaine extérieure du câble et la gaine thermoretractable posée sur l'isolant de chaque conducteur.

Les masses des terres du luminaire et du coffret sont raccordées à la borne de mise à la terre de chaque
candélabre.

Après raccordement des coffrets, le dispositif de fixation des portes de visite est graissé.

25.4 - Peinture du matériel nouvellement implanté

Dans le cas de la nécessité de reprise de peinture sur le matériel neuf , l’Entrepreneur devra se conformer
au type de peinture utilisé et aux spécifications de mise en œuvre, du fabricant des équipements.

ΑΡΤΙΧΛΕ 26 − NUMEROTATION DES EQUIPEMENTS

Tous les matériels doivent être identifiés, par un code alphanumérique déterminé par les Services
Techniques de la Ville de Grigny.

26.1 - Numérotation des câbles

A fournir :

 Type pour câbles plaque aluminium 30 x 50 mm

 Fixation : Elle est réalisée par fil de fer torsadé.

26.2 - Numérotation des supports métalliques

A fournir :

 Hauteur de pose : 3,50m côté voirie

 Type : pour candélabre, plaque aluminium 300 x 40 mm

 Fixation : Elle est réalisée par rivet aluminium à frapper ou rivet pop.

ΑΡΤΙΧΛΕ 27 − REGLAGES ET ESSAIS

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 36/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc


Commune de GRIGNY ( 69 520 ) OCTOBRE 2006

Requalification et sécurisation des rues Bouteiller et Buisson

Un certain nombre d’essais de nuit seront réalisés et permettront de valider :

 le type et le positionnement des matériels avant installation définitive,

 les réglages définitifs.

 En fin de travaux, un certain nombre d’essais de nuit permettent de valider :

 le type et le positionnement des matériels avant installation définitive,

 les réglages définitifs.

La mise sous tension des installations est faite, dans tous les cas, en accord avec la Services
Techniques de la Ville de Grigny.

Les positions de réglage déterminées lors des essais sont indiquées de manière indélébile par des
repères pratiqués sur les ferrures ou supports des projecteurs.

Ces repères doivent permettre de retrouver l'inclinaison verticale du projecteur et l'angle de rotation par
rapport au support.

L’Entrepreneur

Paul Vollin Ingénierie Lot n°2 – Eclairage public 37/37

Cahier des Clauses Techniques Particulières 85056470.doc