You are on page 1of 8

PROJET DE LOI

CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES SERVICES


NUMÉRIQUES
N° 26
(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 497, 496) 20 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C Défavorable

présenté par

G
MM. SAVOLDELLI et BOCQUET, Mme LIENEMANN
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER

Alinéa 5

Supprimer les mots :

, pour les années 2019-2021,

OBJET

Le fait que le mécanisme proposé doive, par la suite être complété par une taxe conçue au niveau
européen ou de l’OCDE est essentiel et nécessaire.

Adopter une telle limite temporaire viderait en revanche le dispositif proposé de sa substance et de
son caractère novateur. Surtout il conduirait à installer, de facto, une instabilité juridique qui nuirait
à la prédictibilité des finances publiques pour l’État et de leur assujettissement pour les entreprises.
PROJET DE LOI

CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES SERVICES


NUMÉRIQUES
N° 27
(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 497, 496) 20 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C Défavorable

présenté par

G
MM. SAVOLDELLI et BOCQUET, Mme LIENEMANN
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER

Alinéa 6

Remplacer le mot :

« services »

par les mots :

« activités activées par des plateformes telles que les réseaux internet, mobiles et de capteurs, y
compris le commerce électronique, »

OBJET

Il s’agit d’étendre le champ d’application de la taxe proposée au-delà du seul secteur des services et
d’englober un plus grand nombre d’acteurs dans l’assiette. Pour se faire l’amendement propose de
retenir la définition retenue par l’INSEE de l’économie numérique.

Si l’économie numérique révolutionne les modes de production et implique des transformations


importantes pour nos finances publiques il convient d’appréhender ce secteur dans son entièreté en
suivant la définition retenue par l’INSEE de l’économie numérique.
PROJET DE LOI

CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES SERVICES


NUMÉRIQUES
N° 29
(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 497, 496) 20 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C Défavorable

présenté par

G
MM. SAVOLDELLI et BOCQUET, Mme LIENEMANN
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER

Alinéas 20 à 23

Remplacer ces alinéas par six alinéas ainsi rédigés :

« III. – Aux fins de la taxe sur les services numériques, un établissement stable est réputé exister dès
lors qu’il existe une présence numérique significative par l’intermédiaire de laquelle une entreprise
exerce tout ou partie de son activité.

« Une présence numérique significative est réputée exister sur le territoire national au cours d’une
période d’imposition si l’activité exercée par son intermédiaire est activée par des plateformes telles
que les réseaux internet, mobiles et de capteurs, y compris le commerce électronique et qu’une ou
plusieurs des conditions suivantes sont remplies en ce qui concerne la fourniture de ces services par
l’entité exerçant cette activité, considérée conjointement avec la fourniture de tels services par
l’intermédiaire d’une interface numérique par chacune des entreprises associées de cette entité au
niveau consolidé :

« a) La part du total des produits tirés au cours de cette période d’imposition et résultant de la
fourniture de ces services numériques à des utilisateurs situés sur le territoire national au cours de
cette période d’imposition est supérieure à 7 000 000 d’euros ;

« b) Le nombre d’utilisateurs de l’un ou de plusieurs de ces services numériques qui sont situés sur
le territoire national membre au cours de cette période imposable est supérieur à 100 000 ;

« c) Le nombre de contrats commerciaux pour la fourniture de tels services numériques qui sont
conclus au cours de cette période d’imposition par des utilisateurs sur le territoire national est
supérieur à 3 000.

« En ce qui concerne l’utilisation des services numériques, un utilisateur est réputé être situé sur le
territoire national au cours d’une période d’imposition si l’utilisateur utilise un appareil sur le
Suite amdt n° 29
-4-

territoire national au cours de cette période d’imposition pour accéder à l’interface numérique par
l’intermédiaire de laquelle les services numériques sont fournis. Ces derniers sont définis comme
services fournis sur l’internet ou sur un réseau électronique et dont la nature rend la prestation
largement automatisée, accompagnée d’une intervention humaine minimale, et impossible à assurer
en l’absence de technologie de l’information.

OBJET

Le présent amendement a d’abord pour objectif de prendre appui sur la notion d’établissement stable
virtuel tel que développé par l’OCDE et la Commission européenne dans son paquet de 2018 sur la
fiscalité numérique.

Cet amendement reprend pour l’essentiel, les dispositions adoptées par le Sénat lors de son examen
du PLF 2018.

Ajuster la notion d’établissement stable, qui est au fondement de notre système fiscal doit être
adapté au secteur numérique, la reconnaissance et le développement de la notion d’établissement
stable virtuel sont décisifs.

Les seuils retenus permettent d’appréhender un plus grand nombre d’entreprises du secteur du
numérique que ceux prévus dans le projet de loi qui se limitent à une trentaine d’acteurs.
PROJET DE LOI

CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES SERVICES


NUMÉRIQUES
N° 28
(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 497, 496) 20 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C Défavorable

présenté par

G
MM. SAVOLDELLI et BOCQUET, Mme LIENEMANN
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER

Alinéas 8 à 11

Supprimer ces alinéas.

OBJET

De telles exclusions empêcheraient le dispositif prévu de réellement prendre en compte l’ensemble


des services numériques. De nombreuses firmes multinationales du secteur numérique, dont
l’imposition effective n’est pas assurée ne seraient pas concernées par la taxe ainsi prévue.
PROJET DE LOI

CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES SERVICES


NUMÉRIQUES
N° 30
(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 497, 496) 20 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C Avis du
Gouvernement
présenté par

G
MM. SAVOLDELLI et BOCQUET, Mme LIENEMANN
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 1ER

Alinéa 98

Compléter cet alinéa par une phrase ainsi rédigée :

Il renseigne particulièrement les parlementaires sur les possibilités de la mise en œuvre d’une
coopération renforcée pour la fiscalité du numérique à l’échelle européenne.

OBJET

De nombreux États membres de l’Union européenne ont développé des projets de taxe sur les
services numériques, à l’image de l’Italie, de l’Autriche ou de l’Espagne.

Le gouvernement français peut y voir l’opportunité d’accélérer le processus d’établissement d’une


TSN à l’échelle européenne au travers de la procédure de coopération renforcée.
PROJET DE LOI

CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES SERVICES


NUMÉRIQUES
N° 31
(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 497, 496) 20 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C Défavorable

présenté par

G
MM. SAVOLDELLI et BOCQUET, Mme LIENEMANN
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L’ARTICLE 1ER BIS

Après l’article 1er bis

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Au 4° du 1 de l’article 39 du code général des impôts, après les mots : « État ou territoire avec la
France », sont insérés les mots : « , la taxe sur les services numériques ».

OBJET

L’article 39, du CGI prévoit, au 4° de son 1, que les impôts sont déductibles du résultat sauf
précision contraire expresse de la loi. Cet amendement a pour objectif de faire rentrer la taxe sur les
services numériques dans le champ de ces exceptions.

Les grandes entreprises du numérique, souvent en position dominante sur les marchés du secteur et
réalisent des bénéfices extrêmement importants.

Permettre la déductibilité de la TSN priverait l’effet correctif que cette dernière est réputée apporter
sur l’assujettissement fiscal effectif de ces grandes firmes.
PROJET DE LOI

CRÉATION D’UNE TAXE SUR LES SERVICES


NUMÉRIQUES
N° 32
(PROCÉDURE ACCÉLÉRÉE)
DIRECTION (n°s 497, 496) 20 MAI 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C Défavorable

présenté par

G
MM. SAVOLDELLI et BOCQUET, Mme LIENEMANN
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 2

Alinéa 1

Rédiger ainsi cet alinéa :

I. - Le deuxième alinéa du I de l’article 219 du code général des impôts est ainsi rédigé :

« Le taux normal de l’impôt est fixé à 33,1/3 %. »

OBJET

Cet amendement a pour objectif de revenir sur la trajectoire de baisse de l’impôt sur les société qui
prive gravement l’État de recettes fiscales.