You are on page 1of 2

Femmes de quartier plus visibles

Trois initiatives sur leur approche.

10 AVRIL 2019.

« Faire sa place à l'émancipation et au leadership des femmes dans le quartier et dans la ville,
c’est possible, de toutes sortes de façons. »

Trois initiatrices partagent leur approche, le lundi 4 juin au soir, lors de la 27e édition du
programme Communautés de quartier, organisée à Amsterdam à l’occasion de la Journée
Internationale des Femmes 2019.

Les participantes au projet d'échange artistique Amsterdam-Tunis « La ville est à nous »
présentent ce soir la conception créative de l’organisation de l'espace public des jeunes
femmes qui y sont impliquées. Iris (24 ans) déclare : « Ce projet a agi pour moi comme une
révélation, au sens où j’ai découvert que d’autres femmes partagent mon vécu de l'espace
public. Le projet a activé mon sens de l’émancipation et de la solidarité. Nous sommes les
artisanes de la différence ».

Le vélo, c'est la liberté.

Les Amstellodamoises du projet échangent ‘en direct’ leurs expériences de l’espace public avec
de jeunes tunisiennes. Société et culture diffèrent entre les capitales tunisienne et néerlandaise
mais les intervenantes repèrent néanmoins de nombreuses similitudes. Par exemple, le
sentiment de liberté associé à la circulation à bicyclette en ville. L'architecte tunisienne Amany
Hamdany est l'une des formatrices du project, active sur les deux capitales. Elle présente son
initiative « Elle peut rouler » dont l’objet est d’encourager les tunisiennes à faire du vélo et à
améliorer ainsi leur mobilité. Cela fait sens auprès des femmes d'Amsterdam, pour qui la
pratique de la bécane est courante. Une participante tunisienne souligne l'importance de la
démarche de Hamdany pour sa municipalité: « Il n'y a pas de vélos à Fouchana, mais j'aimerais
bien apprendre. »

Visibilité

Santi van den Toorn, co-fondatrice de la platform De Bovengrondse (A ciel ouvert), est engagée
de multiples façons dans l'émancipation des femmes. De Bovengrondse est un jeune
mouvement féministe qui se présente comme un groupe d’action plutôt que de réflexion. Le fait
que si peu des rues et des espaces publics d'Amsterdam portent le nom d’une femme ou
encore l’absence d’urinoirs pour femmes font partie de ces questions contemporaines à propos
desquelles De Bovengrondse tente de générer conscience et action pour le changement.

1
« Notre objectif est de créer un féminisme basal, de sorte que nous puissions tout de suite
organiser, très simplement au départ, des activités émancipatrices. Il y a encore un monde à
gagner, mais on voit déjà le changement. On commence à petite échelle et on rêve grand. »

Floraison et croissance

« Dans un jardin du sud-est d'Amsterdam, des femmes travaillent quotidiennement au


développement personnel et à la résilience. »

Evelien Oosterom est cheffe de projet chez Bloei & Groei (Floraison & Croissance), une initiative
horticulturale promouvant, par l’oeuvre commune, l'émancipation des femmes dans le quartier.
Des femmes travaillent au quotidien dans un jardin du Sud-Est d'Amsterdam à leur
épanouissement personnel et à leur résilience. Elles y organisent par exemple des ateliers de
« pleine conscience » et de formation à l'écriture. La mission de Bloei & Groei est d'assurer que
ces femmes soient plus sures d’elles-mêmes, et, de là, soient mieux à même de s’approprier
leur propre espace social.

Micro-révolutions

Les séances de remue-méninges au cours de la soirée font valoir l'idée de « micro-


révolutions » : des actions simples au sein desquelles des femmes peuvent se rencontrer et
sensibiliser d’autres femmes à l’impératif changement sociétal. Le point de départ, c’est une
stratégie de petits pas en avant, au jour le jour, vers l'émancipation dans la ville et ses quartiers.
Les participantes couvent l’espoir que ces mini-révolutions quotidiennes soient à même de
secouer la société et d’inciter à l’action. Le leitmotiv de la réunion, c’est qu’accomplir le premier
pas est difficile mais oser faire ce pas et le tenir, c'est placer un jalon dans la bonne direction,
changer la donne. L’approche des trois initiatives en témoigne .

La rédaction du programme Communautés de quartier réalise depuis 2013, en collaboration


avec le centre culturel Amstellodamois Pakhuis de Zwijger, des programmes publics consacrés
aux communautés de quartier comprises comme forme contemporaine de citoyenneté. Le
leadership des femmes et sa promotion par les initiatives (de quartier) formait le sujet de la
rencontre du 4 mars 2019, au début de la semaine de la Journée Internationale des Femmes.

Related Interests