You are on page 1of 123

Planification d'une séance

d’entraînement :
Document de référence

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs
Planification d'une séance d’entraînement : Document de référence

TABLE DES MATIÈRES


Structure de la séance d’entraînement .................................................................................... 1
Éléments clés à prendre en considération lors de la planification
d'une séance d‟entraînement................................................................................................... 2
Structure de la séance d‟entraînement .................................................................................... 3
Éléments clés de chaque partie d‟une séance d‟entraînement ............................................. 4
Planification axée sur la sécurité ............................................................................................. 7
Sécurité : Gestion des facteurs de risque ................................................................................ 8
Stratégies de gestion du risque ............................................................................................ 9
Facteurs de risque environnementaux : Chaleur et humidité ................................................. 13
Les défis associés à la production d'efforts physiques par temps chaud ............................ 13
Mesures visant à éviter les blessures dues à la chaleur ..................................................... 14
L‟indice humidex ................................................................................................................ 15
Facteurs de risque environnementaux : Temps froid .............................................................. 17
Les défis associés à l'entraînement par temps froid ........................................................... 17
Mesures de sécurité pour éviter les blessures dues au froid .............................................. 18
Refroidissement éolien ...................................................................................................... 19
Plan d‟action d‟urgence (PAU) ............................................................................................... 21
Exemple de plan d‟action en cas d‟urgence ....................................................................... 24
Marche à suivre en cas de blessure................................................................................... 26
Blessures à la tête et commotions cérébrales ........................................................................ 28
Responsabilité de l‟entraîneur(e) ........................................................................................... 32
Négligence......................................................................................................................... 32
Responsabilité ................................................................................................................... 33
Gestion des risques ........................................................................................................... 34
Le plan de gestion des risques de l‟entraîneur(e) ............................................................... 35
Élaboration d’activités pour les séances d’entraînement .................................................... 37
Choisir et concevoir les activités de vos séances d‟entraînement .......................................... 38
Habiletés sportives ................................................................................................................ 39
Développement des habiletés................................................................................................ 41
Lignes directrices s‟appliquant à la planification ................................................................. 43
Qualités athlétiques ............................................................................................................... 50
Définitions et points clés .................................................................................................... 50
Entraînement des qualités athlétiques : Résumé et points clés .......................................... 55
Lignes directrices détaillées visant le développement des qualités athlétiques ...................... 57
Principes liés à la croissance et au développement ............................................................ 67
Considérations liées au développement ................................................................................ 68
Qualités athlétiques : Considérations liées à la croissance et au développement .................. 70

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Document de référence

Sommaire et points clés ......................................................................................................... 87


Zone de difficulté ................................................................................................................... 88
Partie principale de la séance d‟entraînement : Ordre optimal des activités ....................... 89
Conseils pratiques en vue de planifier une séance d‟entraînement .................................... 91
Principes d‟entraînement ................................................................................................... 95
Remerciements, références et glossaire ............................................................................... 97
Remerciements ..................................................................................................................... 98
Références ............................................................................................................................ 99
Glossaire ............................................................................................................................. 101
Annexes ................................................................................................................................. 105
Annexe 1 – La trousse de premiers soins ............................................................................ 106
Annexe 2 – Grille d'inspection des installations ................................................................... 107
Annexe 3 – Liste des athlètes, coordonnées et informations en cas d‟urgence ................... 108
Annexe 4 – Formulaire de rapport d‟accident ...................................................................... 109
Annexe 5 – Questions d‟ordre juridique ............................................................................... 111
Annexe 6 – Choix des activités pour une séance d‟entraînement ........................................ 115
Annexe 7 – Planification d‟une séance d‟entraînement ........................................................ 116
Annexe 8 – Planification d‟une activité................................................................................. 117

Collecte, utilisation et communication des renseignements personnels


L‟Association canadienne des entraîneurs (ACE) en collaboration avec ses partenaires du
Programme national de certification des entraîneurs (PNCE) ne collectent, n‟utilisent et ne
communiquent que les renseignements personnels nécessaires à la prestation de services ou
d‟information aux gens, à la gestion de dossiers de formation des entraîneurs et des
entraîneures du PNCE, aux recherches et pour autres fins telles qu‟indiquées dans la politique
sur la protection des renseignements personnels de l‟ACE.
L‟ACE ne fait ni le commerce, ni la vente ni l‟échange des renseignements personnels obtenus
contre rétribution. La collecte, l‟utilisation et la communication de renseignements personnels
par l‟ACE se fait conformément à sa politique sur la protection des renseignements personnels
disponible au www.coach.ca.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Structure de la séance d’entraînement

STRUCTURE DE LA SÉANCE D’ENTRAÎNEMENT

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 1


Planification d'une séance d’entraînement : Structure de la séance d’entraînement

ÉLÉMENTS CLÉS À PRENDRE EN CONSIDÉRATION LORS DE LA


PLANIFICATION D'UNE SÉANCE D’ENTRAÎNEMENT

Quelles sont mes limites Qui sont mes athlètes?


logistiques?
 Nombre d‟athlètes qui seront
 Installations disponibles présent(e)s
 Équipements requis ou  Âge/maturité
disponibles  Niveau d‟habileté général
 Durée de la séance (temps  Écarts entre les athlètes Quels sont les facteurs qui
disponible)  Blessures posent un risque pour la
 Heure de la séance  Raisons de leur participation sécurité et comment puis-je
 Nombre de séances par
semaine me préparer à y faire face?
 Nombre d‟assistant(e)s  Nature et conditions de
entraîneur(e)s disponibles et réalisation des activités
expérience  Conditions climatiques
 Surfaces et sites de pratique
 Équipements
Quelles qualités athlétiques
doit-on chercher à Mon  Erreur humaine
Procédures d‟urgence en cas
développer dans mon sport? 

 Habiletés physiques
plan de d‟accident

 Habiletés motrices
 Habiletés techniques/
séance Quels sont les objectifs de
tactiques ma séance d’entraînement?
 Habiletés mentales  Points à améliorer chez les
athlètes
 But de la séance
d‟entraînement
Comment vais-je donner ma
 Buts de l‟équipe et objectifs à
séance d’entraînement?
court terme
 Quels sont les éléments clés  Buts que poursuit le
Comment vais-je organiser
à faire ressortir? personnel d‟entraîneur(e)s
ma séance d’entraînement?
 Quelles sont les méthodes  Période de la saison
d‟enseignement utilisées?  Structure de la séance  Liens avec des compétitions
 Où vais-je me placer?  Choix des activités ou séances d‟entraînement
 Que dois-je observer en passées
 Ordre des activités
particulier?  Liens avec des compétitions
 Transition entre les activités
 Quand et comment dois-je ou séances d‟entraînement à
afin d'éviter les pertes de venir
intervenir? temps

Note : Les points énumérés sous la rubrique «Comment vais-je donner ma séance
d‟entraînement?» sont abordés dans le module «Enseignement et apprentissage».

Page 2 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Structure de la séance d’entraînement

STRUCTURE DE LA SÉANCE D’ENTRAÎNEMENT


Une séance d‟entraînement bien structurée comporte cinq parties :
 L’introduction – L‟entraîneur(e) prépare le site et l‟équipement, accueille les athlètes et les
informe du contenu de la séance d‟entraînement. C‟est également un bon moment pour
passer en revue l‟état général des athlètes (p. ex., ont-ils ou ont-elles récupéré de la séance
d‟entraînement précédente?).
 L’échauffement – L‟entraîneur(e) prévoit des activités qui échauffent graduellement les
athlètes afin de les préparer physiquement et mentalement à bien performer durant la partie
principale de la séance. L‟échauffement se fait en deux parties : une partie générale et une
plus spécifique. L‟échauffement général vise à augmenter la température corporelle jusqu‟à
ce que les athlètes commencent à suer. Il vise également à permettre l‟étirement progressif
des muscles. L‟échauffement spécifique, conçu en fonction du sport pratiqué, prépare les
muscles à faire les mouvements qui seront effectués durant la partie principale. Lors de
l‟échauffement spécifique, les mouvements devraient imiter ceux qui seront exécutés durant
la partie principale. L‟intensité et l‟amplitude de mouvement devraient également être
augmentées de façon progressive.
 La partie principale – L‟entraîneur(e) prévoit un déroulement continu d‟activités qui
aideront les athlètes à améliorer les habiletés propres au sport et la condition physique. Les
activités choisies doivent non seulement être appropriées au sport pratiqué mais elles
doivent également être adaptées à l‟âge, à la condition physique et au niveau d‟habileté des
athlètes.
 Le retour au calme – L‟entraîneur(e) prévoit des activités de faible intensité pour assurer
une transition entre les efforts plus intenses de la partie principale et la fin de la séance
d‟entraînement. Il ou elle doit également prévoir un peu de temps pour des étirements.
 La conclusion – L‟entraîneur(e) fait quelques commentaires sur la séance d‟entraînement
et invite les athlètes à lui donner une rétroaction. Il ou elle s‟assure que la séance
d‟entraînement se termine sur une note positive et amicale, et peut aussi donner des
renseignements sur la prochaine séance ou le prochain match.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 3


Planification d'une séance d’entraînement : Structure de la séance d’entraînement

Éléments clés de chaque partie d’une


séance d’entraînement

Partie de la
séance
Durée Éléments clés
d’entraîne-
ment
Introduction Avant la séance :
Variable
 Inspecter les installations.
L‟entraîneur(e)  Préparer l‟équipement.
accueille les  Accueillir et saluer chaque athlète.
athlètes et les
met au courant  S‟informer de l'état de chaque athlète.
du déroulement
de la séance Au début de la séance :
d‟entraînement 2-3 min  Passer en revue les objectifs de la séance d‟entraînement et les
activités prévues.
 Donner les consignes générales de sécurité qui s'appliquent aux
activités qui seront effectuées.
Échauffement Échauffement général :
5-10 min
 Inclure des exercices généraux ou jeux pour détendre les muscles et
Les activités augmenter la température corporelle.
préparent le  Inclure des étirements progressifs.
corps aux efforts
qui seront fournis Échauffement spécifique :
durant la partie
principale  Inclure de brèves activités déjà connues des athlètes qui imitent
certains des mouvements de la partie principale (peut inclure
8-15 min
certaines activités de la partie principale qui sont effectuées à une
intensité plus faible).
 Augmenter graduellement l‟intensité, sans pour autant fatiguer les
athlètes.
 Effectuer une transition rapide entre la fin de l‟échauffement, les
explications ou démonstrations des premières activités de la partie
principale et les activités elles-mêmes.

Page 4 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Structure de la séance d’entraînement

Partie de la
séance
Durée Éléments clés
d’entraîne-
ment
Partie Trois activités ou plus dont les intentions sont clairement définies,
principale Variable entre lesquelles il y a un lien, et qui sont exécutées dans le bon
ordre (voir p. 89 pour suggestions à cet effet)

Des activités qui


aident les  On doit choisir des activités stimulantes qui permettent d‟apprendre
athlètes à et de s‟améliorer tout en s‟amusant.
améliorer leurs
 Lors du déroulement d'une activité, les athlètes doivent être
habiletés 30-60 min
sportives activement engagé(e)s la majeure partie du temps (c.-à-d. ils ou
ou plus elles ne doivent pas rester inactifs ou attendre en ligne).
spécifiques et
leur condition  On doit prévoir suffisamment de temps pour chaque activité de façon
physique à permettre à chaque athlète de s'améliorer.
 Les activités doivent être adaptées à l‟âge, à la condition physique et
au niveau d‟habileté des athlètes de même qu‟au sport pratiqué.
Retour au  Prévoir une diminution graduelle de l‟intensité.
calme 5-10 min  Inclure des exercices d‟étirements (surtout pour les muscles qui ont
été le plus sollicités).
Début de la
récupération
Conclusion  Offrir et recevoir des commentaires sur ce qui a bien fonctionné et
3-5 min suggérer certaines améliorations au besoin.
 Donner des renseignements sur la prochaine séance
Retour sur la
séance et d‟entraînement ou le prochain match (p. ex., logistique, thème et
information se objectifs).
rapportant à la  Faire ensemble le cri de ralliement de l‟équipe.
prochaine séance  Discuter avec chaque athlète avant qu‟il ou elle ne quitte les lieux.
d‟entraînement
ou à la prochaine
compétition

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 5


Planification d'une séance d’entraînement : Structure de la séance d’entraînement

Page 6 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

PLANIFICATION AXÉE SUR LA SÉCURITÉ

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 7


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

SÉCURITÉ : GESTION DES FACTEURS DE RISQUE


La pratique normale d'une activité sportive peut comporter certains risques de blessures.
L'entraîneur(e) compte parmi les personnes les mieux placées pour reconnaître les dangers qui
peuvent être prévenus.
Lors de la pratique d‟un sport, les principaux facteurs de risques peuvent être regroupés dans
les catégories suivantes :

Facteurs environnementaux
Ce sont des facteurs reliés aux conditions climatiques en vigueur
et/ou à l‟endroit où l‟activité se déroule.
Exemples : éclairs, pluie, surface rendue glissante en raison de la
pluie ou de la boue, chaleur ou humidité, froid.

Facteurs mécaniques
Ce sont des facteurs reliés à la qualité et à l'état de fonctionnement
des équipements et des installations utilisés lors de la pratique d'une
activité sportive.
Exemples : une fixation de ski qui ne déclenche pas, un casque
protecteur mal ajusté, des agrès de gymnastique mal fixés, des débris
sur la surface de jeu.

Facteurs humains
Ces facteurs ont trait aux athlètes et aux personnes qui les encadrent,
soit les entraîneur(e)s, les officiel(le)s, les parents, les responsables
de l'organisation, etc. Il peut s'agir des caractéristiques individuelles
des athlètes (p. ex., âge, taille, poids, niveau de préparation physique)
ou encore de leur comportement (imprudence, négligence, panique,
contacts, etc.). Les facteurs humains propres à l'entraîneur(e) ont trait,
notamment, à sa formation, à son expérience et à l'encadrement qu'il
ou elle procure aux athlètes.
Exemples : dans un sport de combat, faire s‟affronter des athlètes de
force et d‟habiletés inégales, oublier de surveiller un(e) gymnaste.

Page 8 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Stratégies de gestion du risque

Informations à recueillir Actions à entreprendre


 Risques associés au sport  Planification
 Dossier médical des athlètes  Élaboration d’un plan d’action en
cas d’urgence
 Personnes à contacter en cas
d’urgence  Inspection des équipements et
des installations
 Grille d’inspection des
installations  Informations à fournir aux
athlètes et aux parents
 Rapports de blessures survenues
dans le passé  Supervision des activités

Informations à recueillir
 Procurez-vous les coordonnées des athlètes et de leurs parents,
de même que celles d’un service ambulancier, policier, de
pompiers ou de sécurité civile.

 Renseignez-vous sur les athlètes qui ont une condition médicale


particulière (maladies; allergies; autres), sur les personnes à
contacter en cas d’urgence et sur les procédures d’urgence de
base qui pourraient être mises en place en cas de problème (p.
ex., administrer un médicament particulier).

Conservez ces informations dans un registre à l'épreuve de l'eau que


vous pourrez amener avec vous lors des séances d'entraînement ou des
compétitions.
Vérifiez si le service 911 est disponible là où vous vous trouvez, ou si un
service médical est disponible sur place.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 9


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Actions à entreprendre
La planification et l’organisation

 Assurez-vous que les exercices/activités conviennent à l‟âge et au niveau des athlètes.

 Assurez-vous que la séance comporte une période d‟échauffement appropriée et que


les activités/exercices comportent une progression raisonnable pour les athlètes.

 Prévoyez des activités/exercices de remplacement pour les athlètes qui ne sont pas en
mesure d‟effectuer ceux qui sont faits par le reste du groupe.
L’élaboration d’un plan d’action en cas d’urgence

 Les lignes directrices pour l‟élaboration d‟un plan d‟action en cas d‟urgence sont
présentées plus loin dans ce document.
Les équipements et les installations

 Assurez-vous de bien connaître les normes de sécurité qui s'appliquent à l'utilisation des
équipements utilisés dans votre sport.

 Faites l'inventaire des équipements qui appartiennent à l'équipe et aux individus.

 Faites l'inventaire des équipements de premiers soins disponibles. Transporter une


trousse de premiers soins en tout temps. (Voir l‟Annexe 1 pour un exemple de contenu
de trousse de premiers soins.)

 Inspectez les installations et assurez-vous qu'elles sont conformes aux normes de


sécurité en vigueur dans le sport (mur, surface de jeu, éclairage, etc.) en complétant une
grille d‟inspection des installations. (Voir l‟exemple à l‟Annexe 2.)

 Identifiez les risques possibles d'accidents qui sont associés aux facteurs
environnementaux, mécaniques et humains.

 Assurez-vous que l‟équipement protecteur est porté, en bon état et bien ajusté.
Les informations à fournir aux athlètes et aux parents

 Informez les parents et les athlètes des risques inhérents à la pratique de votre sport.

 Assurez-vous de bien expliquer les consignes et directives de sécurité se rapportant aux


activités et exercices de la séance et vérifiez qu‟elles sont bien comprises par les
athlètes.

 Lorsque vous donnez des instructions ou des directives en situation d'entraînement ou


de compétition, assurez-vous de bien expliquer les consignes de sécurité se rapportant
aux activités et exercices et vérifiez qu‟elles sont bien comprises par les athlète(e)s.
 Exemples : Si les athlètes doivent se croiser alors qu'ils ou elles sont en
mouvement, demandez-leur de garder la tête haute et de porter attention à la
position des autres; s'il a plu et que la séance se déroule sur du gazon mouillé,
rappelez aux athlètes que le terrain peut être glissant.

Page 10 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

La supervision

 Assurez-vous que le nombre d‟athlètes impliqué(e)s n‟est pas trop élevé compte tenu
des exigences du sport ou de l‟activité de sorte qu‟il soit possible d‟assurer un niveau
adéquat de supervision.

 Gardez en tête que les enfants et les personnes dont le niveau de maturité n‟est pas
très élevé ont besoin d‟une supervision de tous les instants. Exigez l'arrêt immédiat de
toute activité si vous devez vous absenter ou déléguez la supervision à une personne
responsable et compétente pour qu'elle vous remplace.

 Observez les athlètes afin de reconnaître les situations comportant des risques de
blessures (signes de fatigue, de comportements agressifs, etc.) et, au besoin, intervenez
pour interrompre le déroulement de l‟activité.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 11


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Sommaire
Prévention des blessures sportives : Quoi faire et quand le faire
Avant la saison

 Obtenez une fiche médicale sur chaque athlète.


 Informez les parents des risques associés à la pratique de votre sport.
 Assurez-vous que les installations et les équipements rencontrent les
normes de sécurité établies.
 Remplissez ou élaborez une grille d’inspection des installations.
 Faites un recensement des blessures survenues la saison dernière ou qui
sont fréquentes dans votre sport.
Pendant la saison
Avant une séance d’entraînement ou une compétition

 Inspectez les équipements et les installations.


 Rencontrez les officiel(le)s.
 Préparez un plan d’urgence.
 Planifiez les mesures de sécurité particulières pour la séance ou la
compétition.
Pendant une séance d’entraînement ou une compétition

 Informez les athlètes des mesures de sécurité particulières compte tenu


des activités, installations et équipements.
 Assurez une supervision adéquate.
 Évaluez les athlètes.
 Assurez-vous que les principes de l’esprit sportif sont respectés.
Après une séance d’entraînement ou une compétition

 Remisez l’équipement de façon sécuritaire.


 Complétez un rapport d’accident, au besoin.
Après la saison

 Tenez un registre des rapports d’accident.

Page 12 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

FACTEURS DE RISQUE ENVIRONNEMENTAUX : CHALEUR ET


HUMIDITÉ

Les défis associés à la production d'efforts physiques par


temps chaud
 Pendant l‟exercice, les muscles produisent de la chaleur. Cette chaleur doit être
dissipée, sinon le corps court le risque de «surchauffer»; c‟est ce qu‟on appelle
l‟hyperthermie. L‟hyperthermie peut avoir des conséquences sérieuses et même fatales.

 La sudation est un des mécanismes corporels de dissipation de la chaleur. Lorsque la


sueur s‟évapore, cela refroidit le corps.

 La plupart des activités sportives sont associées à une production de chaleur et à la


sudation. L‟évaporation de la sueur se fait mieux lorsque l‟air est sec. Lorsque l‟air est
humide, la sueur ne s‟évapore pas aussi facilement et le refroidissement corporel est par
conséquent plus difficile.

 Lorsque la température ambiante est élevée et que l'on produit des efforts intenses et
prolongés, le corps perd une importante quantité d‟eau en raison de la sudation.

 Une température et une humidité relative élevées rendent la dissipation de la chaleur


difficile; une forte sudation se produit, mais l‟eau perdue n‟aide pas à refroidir le corps.
Dans ces conditions, le risque de surchauffe corporelle est plus élevé.

 La perte d‟eau à la suite d‟une forte sudation peut mener à la déshydratation; la


déshydratation peut diminuer la performance physique, réduire la capacité du corps à
dissiper la chaleur et nuire à la santé.

 Lors d'efforts physiques par temps chaud, il est primordial de bien s‟hydrater. Les
athlètes doivent boire de l‟eau dès qu‟il y a risque de déshydratation.

 La soif n‟est pas un bon indicateur du besoin d‟eau. En fait, la déshydratation a déjà
commencé à faire son œuvre lorsque les athlètes ont soif.

 Dans la plupart des conditions d‟exercice, le corps perd plus d'eau qu'il n'est capable
d'en absorber grâce à l'ingestion de boissons. Cet écart est encore plus prononcé lors
d'efforts par temps chaud. Il est donc essentiel que les athlètes boivent avant d‟avoir
soif.

 Comparativement aux adultes, les enfants risquent davantage une «surchauffe


corporelle» lorsqu‟ils font de l‟exercice par temps chaud parce que leur mécanisme de
sudation n‟est pas complètement développé. De plus, ils ont tendance à ne pas boire
suffisamment durant l‟exercice, particulièrement si la boisson n‟a aucun goût.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 13


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Mesures visant à éviter les blessures dues à la chaleur


 Dans le cadre de votre programme, prévoyez un certain temps pour que les athlètes
s‟acclimatent à la chaleur. Dans certains cas, ceci pourrait avoir pour conséquence de
choisir de ne pas participer à certaines compétitions ou encore d‟ajuster à la baisse la
durée et l‟intensité des séances d‟entraînement. Il faut environ deux semaines pour
s‟acclimater à la chaleur.

 Afin de protéger les athlètes contre les effets nocifs pour la peau résultant d‟une
exposition aux rayons ultra violet (UV), particulièrement les jeunes enfants,
recommandez-leur de faire ce qui suit :
 porter un chapeau ou une casquette à visière;
 porter des lunettes de soleil offrant une protection contre les rayons UV;
 porter des vêtements recouvrant le haut du corps, la nuque, les jambes et les
bras;
 appliquer une crème protectrice (facteur de protection : niveau 30 ou plus) sur
toutes les surfaces exposées, y compris le visage et les mains;
 éviter d‟exposer leur corps au soleil sans aucune protection lorsque l‟indice UV
est élevé;
 s‟entraîner à l‟ombre si possible.
 Avant l‟exercice, les athlètes devraient boire de 400 à 600 ml de liquide.

 Pendant l‟exercice, les athlètes devraient boire de 150 à 200 ml de liquide toutes les 15
minutes. Rappelez aux athlètes de boire, prêchez par l‟exemple et n‟empêchez jamais
les athlètes de boire durant une séance d‟entraînement ou une compétition.

 Après l‟exercice, les athlètes devraient se réhydrater en buvant autant de liquide qu‟il en
faut pour étancher leur soif et devraient même se forcer à boire.

 Les boissons doivent être fraîches (8 °C à 10 °C) et pas


trop sucrées. Les enfants préfèrent les boissons
énergisantes de différentes saveurs; ne les en privez
pas, cela les encourage à boire.

 Demandez à vos athlètes d‟apporter, à chaque séance


d‟entraînement ou compétition, leur propre bouteille ou
gourde remplie de liquide frais; informez les parents de
l‟importance de l‟hydratation et assurez-vous que
chaque bouteille ou gourde d‟eau est propre et bien
identifiée.

 Demandez aux athlètes de surveiller leur niveau d‟hydratation en portant une attention
particulière à leur urine. Si l‟urine est de couleur foncée, peu abondante et dégage une
forte odeur, ils ou elles sont probablement déshydratés et devraient se forcer à boire.
Note : Portez une attention toute particulière à ces éléments lors des premières journées
chaudes du printemps ou de l‟été car les athlètes ne sont pas encore acclimaté(e)s à la chaleur
et à l‟humidité.

Page 14 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

L’indice humidex
 L‟indice humidex est un guide pratique pour évaluer le risque associé aux efforts
physiques effectués par temps chaud.

 L‟indice humidex permet d'estimer la sensation de chaleur ressentie par une personne
moyenne par temps chaud et humide. Il reflète, par un nombre, la température perçue
en combinant la température ambiante et l‟humidité de l'air.

 Parce qu‟elle tient compte de la chaleur et de l‟humidité, l‟information donnée par l‟indice
humidex est utile pour évaluer les risques associés à l‟exercice par temps chaud.

 Le tableau ci-dessous permet d'évaluer l‟indice humidex pour différentes températures


ambiantes et différents pourcentages d‟humidité relative. Par exemple, si la température
ambiante est de 25 ºC et que l‟humidité relative est de 70 %, l‟indice humidex est de 32.
Cela veut dire que la sensation de chaleur lorsqu‟il fait 25 ºC avec une humidité relative
de 70 % est à peu près la même que lorsqu‟il fait 32 ºC et que l‟air est sec (humidité
relative de 20 %).

HUMIDITÉ RELATIVE (%)


15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80 85 90 95 100
20 20 20 21 22 22 23 24 24 25 25 26 27 27

T 21 21 22 22 23 24 24 25 26 26 27 28 29 29

E 22 22 22 23 24 25 25 26 27 27 28 29 30 30 31

M 23 23 24 24 25 26 27 28 28 29 30 31 31 32 33

P 24 24 25 26 27 28 28 29 30 31 32 33 33 34 35

É 25 25 26 26 27 28 29 30 31 32 33 33 34 35 36 37

R 26 26 27 28 29 30 31 32 33 33 34 35 36 37 38 39

A 27 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41

T 28 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43

U 29 29 30 31 32 33 35 36 37 38 39 40 41 42 43 45 46

R 30 30 31 33 34 35 36 37 39 40 41 42 43 44 46 47 48

E 31 32 33 34 35 37 38 39 40 42 43 44 45 47 48 49 50
32 32 33 34 36 37 38 40 41 42 44 45 46 48 49 50 51 53
0 33 33 34 36 37 39 40 41 43 44 46 47 48 50 51 53 54 55
( C)
34 34 36 37 39 40 42 43 45 46 48 49 51 52 53 55 56 58
35 36 37 39 40 42 43 45 47 48 50 51 53 54 56 57 59
36 37 39 40 42 44 45 47 49 50 52 53 55 57 58 60
37 37 38 40 42 44 45 47 49 51 52 54 56 58 59
38 38 40 42 43 45 47 49 51 53 54 56 58 60
39 39 41 43 45 47 49 51 53 55 57 59
40 41 43 45 47 49 51 53 55 57 59

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 15


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Variation de l’indice humidex


Les recommandations suivantes sont pour une personne acclimatée à la chaleur et bien
hydratée.

Valeur de l’indice Inconfort au repos Risque de surchauffe


humidex durant l’exercice
Moins de 24 °C Aucun Faible à moyen
25 à 29 °C Aucun Moyen
30 à 39 °C Léger à modéré Élevé. Les enfants doivent
être surveillés de près.
40 à 45 °C Élevé Très élevé. L‟exercice est non
recommandé pour les
enfants, les personnes âgées
ou les personnes en
mauvaise condition physique.
Plus de 45 °C Élevé. Risque de surchauffe Extrême. L‟exercice est non
corporelle, même au repos. recommandé.

Si l‟indice humidex est au-dessus de 30 °C et en particulier s‟il dépasse 35 °C :

 Demandez aux athlètes d‟apporter une plus grande quantité d‟eau ou de boisson
énergisante que d‟habitude; assurez-vous que vous aurez accès à de l‟eau durant la
séance d‟entraînement ou la compétition et apportez avec vous une grosse cruche
remplie de liquide.

 Demandez aux athlètes de porter des vêtements amples, légers et de couleur claire.

 Planifiez des activités de faible intensité.

 Planifiez des séances de travail plus courtes, avec des pauses fréquentes et plus
longues.

 Fixez vos séances d‟entraînement tôt le matin ou en soirée; évitez de planifier des
séances entre 10 h et 18 h.

 Envisagez la possibilité de changer de site d‟entraînement pour que les athlètes


s‟exercent à l‟ombre ou demandez-leur d‟apporter des parasols ou des parapluies pour
faire de l‟ombre durant les pauses.

 Envisagez la possibilité de vous entraîner à l‟intérieur, dans une salle climatisée.

 Considérez des activités qui n‟exigent pas d‟efforts physiques.

Page 16 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

FACTEURS DE RISQUE ENVIRONNEMENTAUX : TEMPS FROID

Les défis associés à l'entraînement par temps froid

 La vitesse à laquelle le corps perd de la chaleur dans un environnement froid est


proportionnelle à la différence de température entre le corps et l'environnement.

 Durant l'exercice dans un environnement froid, la peau peut devenir mouillée en raison
de la transpiration ou encore à cause de précipitations (pluie ou neige). Lorsque la peau
est mouillée, le corps se refroidit plus rapidement que lorsqu‟elle est sèche.

 La température ambiante peut baisser considérablement après le coucher du soleil; le


facteur de risque associé à la pratique d'efforts par temps froid peut alors être plus
élevé.

 Dans un environnement froid, le vent accentue la sensation de froid de même que la


perte de chaleur corporelle. Cet effet peut être amplifié si la peau est mouillée.

 Dans un environnement froid, un taux d'humidité élevé dans l'air accentue la sensation
de froid.

 L'air froid et sec peut rendre la respiration difficile chez certaines personnes souffrant
d'asthme, et ce même s‟il est généralement plus facile de tolérer le froid lorsque l'air est
sec.

 La peau peut geler lorsqu'elle est exposée à des températures très froides. Lorsque cela
se produit, la circulation sanguine est ralentie, ce qui peut endommager certaines
cellules si l'engelure est prononcée et si elle se prolonge. Il peut alors en résulter des
dommages permanents aux tissus affectés. Les extrémités (doigts, orteils, oreilles, nez)
sont particulièrement vulnérables à ce type de blessure. En effet, par temps froid
l'organisme redirige une plus grande partie de la circulation sanguine vers les organes
vitaux, au détriment des extrémités du corps.

 Par temps très froid, le fonctionnement du cerveau peut être ralenti, de sorte que le
risque de blessure lors d'une exposition prolongée se trouve alors augmenté.

 Les enfants se refroidissent plus vite que les adultes et leur peau est plus sensible aux
engelures. De plus, les personnes ayant peu de graisse corporelle sont habituellement
moins tolérantes au froid que celles qui ont plus de tissu adipeux.

 Lorsqu'ils sont froids, les muscles et les autres tissus mous sont plus à risque de subir
des blessures telles les étirements ou les ruptures que lorsqu'ils sont bien échauffés;
ces risques sont plus élevés lorsque des efforts brusques et intenses sont effectués.

 Par temps très froid, la vapeur d'eau que l'on perd à chaque expiration de même que la
sudation peuvent mener à la déshydratation.

 Bien s'habiller pour l'exercice par temps froid n'est pas toujours chose simple. En effet,
les vêtements doivent protéger du froid tout en permettant à la chaleur produite au cours

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 17


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

de l'effort d'être évacuée. Des vêtements lourds peuvent être gênants à porter à la
longue et nuire à la bonne exécution des mouvements sportifs; ils peuvent également
contribuer à augmenter la résistance de l'air dans certains sports où l'on atteint des
vitesses très élevées. Par ailleurs, les vêtements minces qui sont portés dans certains
sports n'offrent souvent qu'une faible protection contre le froid et le vent.

 Le type de tissu ou de matériau utilisé pour fabriquer les vêtements peut contribuer à
évacuer l'eau et la sueur qui sont en contact avec la peau (p. ex., tissus synthétiques
tels le polypropylène ou le GoreTex dont le port est recommandé car ils contribuent à
garder davantage la peau au sec) ou encore l'y retenir (coton ou nylon, dont le port n'est
pas recommandé car le corps perd plus de chaleur quand la peau est mouillée).

Mesures de sécurité pour éviter les blessures dues au froid


 Assurez-vous que les athlètes sont correctement vêtus compte tenu des conditions qui
prévalent et qu'ils ou elles portent plusieurs couches de vêtements, tel que décrit ci-
après :
 couche la plus près de la peau : en polypropylène et ajustée au corps afin de
permettre l‟évacuation de l'eau;
 deuxième couche : lainage ou vêtements molletonnés; prévoir un peu d'espace
entre la première et la deuxième couche de vêtements afin d'emprisonner l'air
chaud;
 troisième couche : tissu qui coupe le vent, qui est imperméable et qui
«respire».
 Lorsqu'il fait très froid, assurez-vous que les surfaces exposées à
l'air sont réduites au minimum.

 Une fois le corps bien échauffé, et si la température n'est pas


trop froide, voyez s'il est possible d'enlever la deuxième couche
de vêtements afin d'éviter une trop grande sudation durant
l'exercice. Lors des pauses ou des arrêts, demandez aux
athlètes d'ajouter une couche de vêtement ou encore de se
couvrir à l'aide d'une couverture.

 Pour diminuer une abondante sudation des pieds et réduire la sensation de froid à cet
endroit, appliquez de l'antisudorifique sur les pieds avant le début de l'exercice. Faites
de même dans la paume des mains afin de réduire une abondante sudation dans les
gants ou les mitaines.

 Assurez-vous que les athlètes s'hydratent bien lorsqu'ils ou elles font de l'exercice par
temps froid.

 Si les enfants disent qu'ils ont froid, renvoyez-les à l'intérieur. Il ne vaut pas la peine de
prolonger une séance d‟entraînement et de risquer qu'ils ou elles souffrent d'engelures.
Lorsqu'une personne a souffert d'une engelure, le risque de souffrir à nouveau d'une
engelure au même endroit est plus élevé.

 N'envoyez jamais les athlètes dans un environnement froid seul(e)s ou sans moyens de
communiquer avec vous ou avec un service d'urgence. Évitez les activités prolongées

Page 18 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

au cours desquelles ils ou elles se retrouvent dans des endroits isolés et courent un
risque d'épuisement.

 Lorsque la température est très froide et que les athlètes doivent s'entraîner dehors,
prévoyez les séances entre 11 h et 14 h, alors que le soleil est à son plus fort. Rappelez-
vous que la température peut chuter rapidement et de façon importante après le coucher
du soleil.

 Lorsque vous prévoyez des activités par temps froid, informez les athlètes ainsi que
leurs parents de ne pas se fier uniquement à la température du thermomètre pour
déterminer la meilleure façon de se vêtir, mais plutôt de tenir compte des effets
combinés du froid et du vent (refroidissement éolien, voir section suivante). Faites de
même lorsque vous prenez des décisions relatives au choix et à l'horaire des activités.

 Lorsque le temps est froid et venteux, évitez les activités dans des endroits à découvert.
Recherchez des zones abritées du vent.

 Assurez-vous que les athlètes portent des lunettes afin de protéger leurs yeux de la
réflexion du soleil sur la neige ainsi que du froid et du vent.

 Demandez aux athlètes ou à leurs parents d'amener des vêtements secs de rechange,
entre autres des bas, des maillots de corps et des sous-vêtements. Prévoyez un endroit
chaud et abrité pour se changer après l'effort.

 Informez les athlètes et leurs parents de l'importance de porter une tuque ou un


chapeau par temps froid. En effet, plus de 30 pour cent de la chaleur corporelle peut être
perdue par la tête. Assurez-vous également que les oreilles sont bien couvertes afin
d'éviter les engelures.

 Assurez-vous de prévoir suffisamment de temps pour l'échauffement avant la séance


d‟entraînement ou la compétition. Dans un environnement froid, il faut plus de temps
pour échauffer les muscles et atteindre la température corporelle idéale pour effectuer
un effort intense.

Refroidissement éolien
À partir de certaines températures, le vent peut augmenter considérablement la sensation de
froid. Le refroidissement éolien est un indice qui combine la température de l'air et la vitesse du
vent et qui mesure le taux auquel les êtres vivants perdent leur chaleur corporelle dans
l'environnement. Le refroidissement éolien n'est pas une température dans le sens strict du
terme, mais plutôt une valeur qui représente la sensation de froid. Il a été établi afin de réduire
les risques d'engelures et autres blessures dues au froid. On devrait toujours connaître le
refroidissement éolien en vigueur avant de faire de l'exercice par temps froid car cet indice
fournit des informations plus utiles que la température seule pour ce qui est de la meilleure
façon de se vêtir.
Le tableau suivant montre la température équivalente (en degrés Celsius) ressentie par le corps
humain en raison de l'effet combiné de la température et de la vitesse du vent. Par exemple, à
une température de – 20 °C, un vent de 20 km/h fait en sorte que la sensation de froid sur la
peau correspond à environ – 30 °C.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 19


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Vitesse du vent (km/h)


5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80

T 5 4 3 2 1 1 0 0 -1 -1 -1 -2 -2 -2 -2 -3 -3

E 0 -2 -3 -4 -5 -6 -6 -7 -7 -8 -8 -8 -9 -9 -9 -10 -10

M -5 -7 -9 -11 -12 -12 -13 -14 -14 -15 -15 -15 -16 -16 -16 -17 -17

P -10 -13 -15 -17 -18 -19 -20 -20 -21 -21 -22 -22 -23 -23 -23 -24 -24

É -15 -19 -21 -23 -24 -25 -26 -27 -27 -28 -29 -29 -30 -30 -30 -31 -31

R -20 -24 -27 -29 -30 -32 -33 -33 -34 -35 -35 -36 -36 -37 -37 -38 -38

A -25 -30 -33 -35 -37 -38 -39 -40 -41 -42 -42 -43 -43 -44 -44 -45 -45

T -30 -36 -39 -41 -43 -44 -46 -47 -48 -48 -49 -50 -50 -51 -51 -52 -52

U -35 -41 -45 -48 -49 -51 -52 -53 -54 -55 -56 -57 -57 -58 -58 -59 -60

R -40 -47 -51 -54 -56 -57 -59 -60 -61 -62 -63 -63 -64 -65 -65 -66 -67

E -45 -53 -57 -60 -62 -64 -65 -66 -68 -69 -69 -70 -71 -72 -72 -73 -74

(°C) -50 -58 -63 -66 -68 -70 -72 -73 -74 -75 -76 -77 -78 -79 -80 -80 -81

Le tableau suivant indique le délai approximatif avant qu‟une engelure survienne chez une
personne adulte dont la peau est soudainement exposée à un environnement froid. Il est à
noter que le délai est plus court chez les enfants ou lorsque la température de la peau au début
de la période d'exposition au froid est inférieure à celle que l'on rencontre habituellement à
l'intérieur d'une maison.

Si le refroidissement éolien
la peau peut geler en …
est de …
- 25 °C 45 minutes
- 35 °C 10 minutes
- 60 °C 2 minutes

Page 20 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

PLAN D’ACTION D’URGENCE (PAU)


Un plan d‟action d‟urgence (PAU) est un plan conçu pour aider l‟entraîneur(e) ou d‟autres
personnes à agir d‟une manière responsable et efficace si jamais une situation d‟urgence se
produit.
Vous devriez disposer d‟un PAU pour les installations ou le site où se déroulent habituellement
vos séances d‟entraînement et pour tout site ou installation où vous tenez régulièrement des
matchs ou des compétitions. Lors de compétitions à l‟extérieur, demandez une copie du PAU en
vigueur à l‟équipe hôte ou au responsable du site hôte.
Un PAU peut être simple ou encore très élaboré. Il doit cependant comprendre les
mesures suivantes :

 Déterminez à l‟avance qui est la personne responsable si une situation d‟urgence se


produit (il est fort possible que ce soit vous).

 Ayez en votre possession un téléphone cellulaire chargé. Si ce n‟est pas possible,


repérez un téléphone que vous pouvez utiliser en tout temps. Assurez-vous d‟avoir de la
monnaie dans vos poches au cas où vous devriez utiliser un téléphone payant.

 Ayez avec vous les numéros de téléphone utiles en cas d’urgence (responsable des
installations, concierge, service des incendies, police, ambulance) ainsi que la liste des
personnes à joindre que vous auront remis vos athlètes (p. ex., père et mère, tuteurs,
proches parents, médecin de famille).

 Ayez sous la main la fiche médicale de chaque athlète de manière à pouvoir fournir
l‟information nécessaire au personnel médical d‟urgence. Il est important de joindre à
cette fiche un formulaire de consentement signé par le parent ou le tuteur qui autorise
tout traitement médical en cas d‟urgence.

 Dressez une liste des instructions à fournir aux responsables du service d'urgence
afin qu'ils puissent parvenir le plus rapidement possible au lieu de l'entraînement ou de
la compétition. Identifiez le quartier, l'intersection principale la plus près, et les rues
permettant de se rendre au site (clarifiez s'il s'agit de sens uniques). Indiquez également
tout point de repère particulier pouvant être utile au repérage rapide du site.

 Ayez en tout temps en votre possession une trousse de premiers soins complète. Les
entraîneur(e)s sont fortement encouragé(e)s à suivre une formation en premiers soins.

 Déterminez à l‟avance une «personne responsable des appels» qui aura comme
tâches de communiquer avec les autorités médicales et, au besoin, d‟assister la
personne responsable. Assurez-vous que la personne responsable des appels puisse
donner des instructions précises au service d‟urgence.
Lorsqu’une blessure survient, le PAU devrait être mis en marche immédiatement si la
personne blessée :

 ne respire plus;

 n‟a plus de battements cardiaques;

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 21


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

 saigne abondamment;

 a perdu conscience;

 est blessée au dos, au cou ou à la tête;

 a un traumatisme évident à un membre.


Note : Plusieurs formulaires et listes de vérification liés au PAU sont présentés aux annexes 1 à
4.

Page 22 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Liste de vérification du plan d’action d’urgence

Accès téléphonique  Téléphone cellulaire chargé

 Sites d‟entraînement

 Sites de compétition à domicile

 Sites de compétition à l‟étranger

 Liste des numéros d‟urgence


(compétitions locales)

 Liste des numéros d‟urgence


(compétitions à l‟étranger)

 Monnaie pour appeler à partir d‟un


téléphone public

Instructions pour accéder au site  Instructions précises pour accéder au


site (entraînement)

 Instructions précises pour accéder au


site (compétitions locales)

 Instructions précises pour accéder au


site (compétitions à l‟étranger)

Informations sur les athlètes  Fiche personnelle

 Personnes à joindre en cas d‟urgence

 Fiche médicale

Informations sur le personnel  Nom de la personne responsable

 Nom de la personne responsable des


appels

 Noms des assistants (personne


responsable et personne responsable
des appels)
 La fiche médicale de chaque athlète devrait être tenue à jour et se trouver dans la trousse de
premiers soins.

 Une trousse de premiers soins doit être accessible en tout temps et vérifiée régulièrement.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 23


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Exemple de plan d’action en cas d’urgence

Informations sur les personnes à contacter


Inclure la fiche médicale de chaque athlète et de chaque membre du personnel d‟entraîneur(e)s
et joindre suffisamment de pièces de monnaie pour être en mesure de faire plusieurs appels
téléphoniques. Le PAU devrait être imprimé recto-verso sur une seule page.
Numéros de téléphone en cas d‟urgence : 9-1-1 pour tous types d‟urgences
Numéro de téléphone cellulaire de l‟entraîneur(e) : (xxx) xxx-xxxx
Numéro de téléphone cellulaire de l‟entraîneur(e) (xxx) xxx-xxxx
adjoint(e) :
Numéro de téléphone de l‟installation sportive (xxx) xxx-xxxx
locale :
Adresse de l‟installation sportive locale : Parc municipal Pierre-De Courbertin
123, avenue du Succès, (entre la rue des Érables
et la rue du Lys)
Ville, province/territoire, code postal
Adresse de l‟hôpital le plus près : Hôpital général
123, avenue de la Santé
Ville, province/territoire, code postal
re
Personne en charge (1 option) : Jean Dufort (entraîneur)
e
Personne en charge (2 option) : Jeanne Dufort (entraîneure adjointe)
e
Personne en charge (3 option) : Réjeanne Dufort (parent, infirmière, habituellement
présente)
re
Personne responsable des appels (1 option) : Paul Lemieux (parent, xxx-xxxx)
e
Personne responsable des appels (2 option) : Carole Trahan (parent, xxx-xxxx)
e
Personne responsable des appels (3 option) : Odette Gauthier (parent, xxx-xxxx)

Instructions pour se rendre à l’Hôpital général à partir du parc Pierre-De Coubertin :


Ave. De la Santé

Parc municipal
Ave. du Succès Pierre-De
Coubertin

Belmont
Des Érables

Du Lys

Hôpital général

Page 24 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Exemple de plan d’action en cas d’urgence (suite)

Rôles et responsabilités
Personne en charge

 Prévenir les risques additionnels de blessures en rendant sécuritaire le lieu où se trouve


la personne blessée et en la protégeant contre les intempéries ou l‟environnement.

 Désigner la personne qui aura la responsabilité de superviser les autres athlètes; si


aucune autre personne ne peut se charger de cette tâche, arrêter les activités et
s‟assurer que les autres athlètes sont dans un environnement sécuritaire.

 Se protéger elle-même, p. ex. en portant des gants si elle est en contact avec des
liquides corporels ou le sang de la personne blessée.

 Évaluer les signes vitaux de la personne blessée : s‟assurer qu‟elle respire et que les
voies respiratoires ne sont pas obstruées, que le cœur bat et qu‟il n‟y a pas de
saignements abondants.

 Demeurer auprès de la personne blessée jusqu‟à l‟arrivée des services médicaux


d‟urgence et jusqu‟à ce que ces derniers aient pris la situation en charge.

 Remplir un rapport d‟accident.


Personne responsable des appels

 Appeler l‟aide médicale d‟urgence.

 Fournir les informations permettant une intervention rapide et efficace des services
médicaux d‟urgence (endroit où se trouve la personne blessée, nature de la blessure,
mesures de premiers soins déjà effectuées, allergies ou problèmes médicaux
particuliers de la personne blessée).

 S‟assurer que l‟accès au lieu où se trouve la personne blessée est libre avant que les
services médicaux d‟urgence arrivent.

 Attendre l‟arrivée des premiers secours près de l‟entrée ou de la voie d‟accès permettant
de rejoindre la personne blessée et diriger les services médicaux d‟urgence au bon
endroit à leur arrivée sur les lieux.

 Informer la personne identifiée comme étant le contact en cas d‟urgence ou de blessure.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 25


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Marche à suivre en cas de blessure


Note : il est suggéré de simuler une situation d‟urgence à l‟entraînement afin de vous exercer à
mettre en œuvre les étapes ci-dessous.
Étape 1 : Contrôlez l’environnement afin d’éviter d’aggraver la situation

 Demandez à tou(te)s les autres athlètes de suspendre leurs activités.

 Protégez-vous si vous pensez qu‟il y a risque de saignement (mettez des gants).

 Si vous êtes à l‟extérieur, abritez la personne blessée et protégez-la de la circulation.


Étape 2 : Faites une première évaluation de la situation
Si la personne blessée :

 ne respire plus;

 n‟a plus de battements cardiaques;

 saigne abondamment;

 a perdu connaissance;

 est blessée au dos, au cou ou à la tête;

 a un traumatisme majeur évident à un membre;

 est incapable de bouger un bras ou une jambe ou n‟a plus de sensations dans ces
membres.
Si la personne blessée ne montre pas les signes précédents, passez à l‟étape 3.
Étape 3 : Faites une seconde évaluation de la situation

 Recueillez des informations en posant des questions à la personne blessée ou à des


témoins.

 Demeurez avec la personne blessée et tentez de la calmer; votre ton de voix et votre
langage corporel seront ici très importants.

 Si possible, demandez à la personne blessée de se déplacer par elle-même hors de la


surface d‟entraînement ou de compétition; ne tentez pas de déplacer une personne
blessée.

Page 26 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Étape 4 : Évaluez la blessure

 Faites en sorte qu‟une personne ayant une formation


en premiers soins puisse évaluer la blessure et
déterminer les mesures à prendre.

 Si cette personne n‟est pas certaine de la


gravité de la blessure ou si personne n‟a une
formation en secourisme, mettez votre PAU en marche.

 Si la personne ayant une formation en secourisme est


certaine que la blessure est sans gravité, passez à l‟étape 5.
Étape 5 : Contrôlez le retour à la pratique d’activités sportives
Avant que la personne ayant subi une blessure mineure ne pratique à nouveau une activité
sportive, assurez-vous qu‟il n‟y a pas :

 d‟inflammation, d‟enflure ou de déformation du membre blessé;

 de saignements;

 de diminution de l‟amplitude de mouvement;

 de douleurs lorsque la partie du corps qui a été blessée est sollicitée.


Étape 6 : Remplissez un rapport d’accident et informez les parents

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 27


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

BLESSURES À LA TÊTE ET COMMOTIONS CÉRÉBRALES

Les informations contenues dans cette section ne constituent que de


lignes directrices. Les blessures à la tête doivent être traitées par du
personnel médical qualifié.

Les blessures à la tête et les commotions cérébrales peuvent survenir en pratiquant de


nombreux sports, que ce soit à l'entraînement ou en compétition. En raison des conséquences
très graves pouvant découler de ce type de blessures, les entraîneur(e)s doivent prendre des
précautions particulières et imposer des mesures de sécurité strictes.
Cette section n‟a pas pour objectifs de préparer l'entraîneur(e) à appliquer un traitement
d‟urgence ou encore de fournir des conseils d'ordre médical. Elle présente plutôt un certain
nombre de recommandations sur la façon de gérer de façon responsable les situations qui
impliquent des blessures à la tête. Il est important de noter qu'il n‟y a pas de consensus clair
dans la communauté médicale quant aux différents degrés de gravité des commotions
cérébrales et aux critères à observer pour le retour à l‟entraînement ou à la compétition d‟un(e)
athlète ayant subi ce type de traumatisme.

Qu’est-ce qu’une commotion cérébrale?


Une commotion cérébrale est une blessure au cerveau causée par un coup à la tête ou à une
autre partie du corps qui a occasionné un transfert des forces d'impact à la tête. Elle se
caractérise par une altération passagère des fonctions mentales de la personne blessée et peut
également s'accompagner de symptômes physiques.

Causes communes
Les situations qui peuvent mener à des blessures à la tête varient grandement d‟un sport à
l‟autre. Il est donc difficile de produire une liste exhaustive de toutes les causes possibles.
Cependant, parmi les plus communes, on compte :

 un coup direct à la tête, au visage, à la mâchoire, ou au cou;

 une collision provenant de l‟angle mort ou de l‟arrière;

 une forte chute sur les fesses ou un coup de fouet cervical;

 la mauvaise qualité de l'équipement sportif (faible absorption des chocs), l‟oubli ou le


refus de porter certaines pièces d'équipement pour protéger la tête ou le mauvais
ajustement de celles-ci;

 l'environnement (c.-à-d. des impacts ou des chutes causés par des obstacles que l'on
retrouve sur la surface d'entraînement ou de compétition ou près de celle-ci);

Page 28 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

 une différence importante entre le niveau d'habileté, l'âge ou le poids des athlètes
impliqué(e)s dans des activités où il y a contact physique ou risque d'impact;

 une condition physique inadéquate ou une force du cou et une musculature du tronc
insuffisantes.

Symptômes d'une commotion cérébrale


Les symptômes observés en cas de commotion cérébrale incluent : maux de tête,
étourdissements, perte de conscience, nausées, sensation de fatigue, perte de mémoire,
confusion ou désorientation (p. ex., incapacité à se rappeler le lieu, le jour, ou l'heure), regard
vide, incapacité à se concentrer, bourdonnement dans les oreilles, vue d'étoiles ou de lumières
clignotantes, discours incohérent, distraction, coordination ou équilibre déficients, problèmes de
la vue.
D'autres signes peuvent également être associés à une commotion cérébrale, entre autres :
une diminution marquée de la performance, l‟incapacité de l'athlète à suivre les directives
fournies par l'entraîneur(e), des réponses lentes à des questions simples, des réactions
étranges ou inhabituelles (rires ou pleurs alors que la situation ne s'y prête pas) ou encore des
comportements anormaux (changements de personnalité, réponses illogiques ou incohérentes
face à une situation sportive particulière, etc.)

Une personne peut souffrir d’une commotion cérébrale sans


pour autant avoir perdu conscience.

Quoi faire si un(e) athlète montre les symptômes d'une


commotion cérébrale
Les mesures suivantes devraient être mises en œuvre si un(e) athlète montre les symptômes
d'une commotion cérébrale :

 Si l'athlète a perdu conscience (peu importe la durée) ou si l'on observe un changement


notable de son état mental suite à une blessure à la tête, il ou elle doit immédiatement
être transporté(e) à l'hôpital le plus près par un service ambulancier. Il s'agit d'une
situation grave et l'athlète doit être examiné(e) par un médecin. Dans un tel cas, on doit
mettre en marche les procédures du plan d'action en cas d'urgence (PAU).

 Si l'athlète montre l'un ou l'autre des symptômes d'une commotion cérébrale, il ou elle
ne doit pas être autorisé(e) à retourner à l‟entraînement ou à la compétition.

 Un(e) athlète montrant l'un ou l'autre des symptômes d'une commotion cérébrale ne doit
pas être laissé(e) seul(e) dans l'intervalle qui suit la blessure et il faut surveiller
l'évolution de sa condition afin de voir si elle se détériore. L'athlète doit consulter un
médecin dès que possible après avoir subi la blessure. Les circonstances dans
lesquelles la blessure est survenue devraient être notées et transmises au personnel
médical.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 29


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

 Si on observe l‟un ou l‟autre des symptômes associés aux commotions cérébrales au


retour à la maison, on doit considérer la situation comme étant grave et transporter
l'athlète à l'hôpital immédiatement.

Comment gérer le retour d’un(e) athlète ayant subi une


commotion cérébrale
Lorsqu'un(e) athlète reçoit l‟autorisation de reprendre son entraînement régulier après avoir subi
une commotion cérébrale, l'entraîneur(e) doit s'assurer que cela se fasse de façon graduelle.
L‟athlète doit être réévalué(e) périodiquement au cours des semaines qui suivent son retour afin
de s‟assurer qu‟il n‟y a aucun symptôme récurrent.
Les étapes ci-dessous sont proposées afin d'aider les entraîneur(e)s à gérer le retour à
l‟entraînement ou à la compétition d‟un(e) athlète ayant subi une commotion cérébrale. Chaque
étape devrait prendre au moins une journée (l‟étape 5 s‟applique tout particulièrement aux
sports qui comportent des contacts physiques).
1re étape : Repos complet et aucune activité; si aucun symptôme n‟est observé pendant
une journée, passer à la 2e étape.
2e étape : Activité générale de faible intensité de type continu telle la marche, la
bicyclette stationnaire ou la course légère; si aucun symptôme n‟est présent, passer à la
3e étape.
3e étape : Exercices de faible intensité propres au sport, sans contact physique; si
aucun symptôme n‟est présent, passer à la 4e étape.
4e étape : Exercices d‟intensité modérée propres au sport, sans contact physique; si
aucun symptôme n‟est présent, passer à la 5e étape.
5e étape : Entraînement comportant des exercices propres au sport d'intensité modérée
ou élevée avec contacts physiques légers (si applicable; pas d'impacts importants); si
aucun symptôme n‟est présent, passer à la 6e étape.
6e étape : Retour à l‟entraînement régulier et à la compétition.
Si les symptômes mentionnés précédemment réapparaissent, l‟athlète doit immédiatement
cesser toute forme d‟activité et être examiné(e) par un médecin avant de reprendre
l‟entraînement ou la compétition. Il est extrêmement important pour l‟athlète, l‟entraîneur(e) et le
personnel médical d‟être ouverts et francs au moment de l‟évaluation. Si la réapparition des
symptômes n‟est pas détectée à temps, l‟athlète pourrait souffrir de dommages permanents.

Commotions cérébrales à répétition


Certaines données suggèrent qu'une personne ayant subi une commotion cérébrale devient par
la suite plus susceptible de subir à nouveau ce type de blessure suite à un impact. Par
conséquent, si un(e) athlète a des antécédents médicaux de commotions cérébrales, il ou elle
ne devrait participer à des activités sportives qu‟après avoir obtenu l’autorisation d‟un(e)
professionnel(le) de la santé familier(ère) avec ce type de blessure.
Note : L'information contenue dans cette section a été rédigée à partir du consensus médical
émanant du premier symposium international sur les commotions cérébrales en sport qui s'est

Page 30 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

tenu à Vienne en 2001 et d'une brochure produite par Judo Canada intitulée : Soyez prudent!
Bien comprendre les commotions cérébrales. L'Association canadienne des entraîneurs tient à
remercier le Groupe de travail sur les commotions cérébrales en sport et sa présidente, le Dr
Karen M. Johnston de la Division de neurochirurgie du Centre de santé de l'Université McGill,
de même que Judo Canada et son directeur sportif, M. Andrzej Sadej, pour avoir donné la
permission d'adapter les textes originaux. L'Association canadienne des entraîneurs tient
également à remercier le Dr Johnston, qui a gracieusement accepté de réviser ce texte.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 31


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

RESPONSABILITÉ DE L’ENTRAÎNEUR(E)
Maintenant plus que jamais, les entraîneur(e)s sont conscient(e)s des risques et des
responsabilités qu‟ils ou elles ont à assumer dans l‟exercice de leurs fonctions. Ces risques et
responsabilités comprennent ceux qui sont d‟ordre juridique. Peu importe leur niveau de
certification, leur expérience, leur statut d‟emploi (bénévoles ou rémunérés), leur discipline
sportive ou leur lieu de résidence, les entraîneur(e)s sont tenu(e)s par la loi de procurer en tout
temps un environnement sécuritaire aux athlètes.
Pour bien comprendre cette obligation, l‟entraîneur(e) doit connaître quelques principes
juridiques clés tels que la négligence et la responsabilité. Dans le but de bien remplir cette
obligation, l‟entraîneur(e) doit aussi comprendre les techniques et les concepts liés à la gestion
des risques. À l‟aide de ces connaissances, l‟entraîneur(e) est en mesure de déterminer le
niveau de responsabilité, d‟évaluer les risques qu‟il ou elle encourt dans le cadre de ses
fonctions et de mettre en place des mesures appropriées pour gérer ces risques.

Négligence
La négligence est un terme juridique qui a un sens bien précis. Ce terme fait référence aux
normes de comportement régies par la loi. Une bonne compréhension de la loi en matière de
négligence est donc importante pour ceux et celles qui ont la responsabilité de procurer aux
athlètes un environnement sécuritaire.
La négligence fait référence à un comportement ou à une action qui tombent sous le seuil d‟un
«niveau de responsabilité». La loi canadienne exige que l‟on se comporte d‟une manière
particulière afin que les personnes qui pourraient être affectées par nos actions ne soient pas
exposées à des risques de préjudices déraisonnables. La norme de comportement qu‟un(e)
entraîneur(e) devrait atteindre est ce qu‟on appelle une norme «objective». En tant qu‟adultes et
entraîneur(e)s, nous sommes tous dotés de la même intelligence et de la même émotivité
générales. En vertu de la loi, chaque personne doit donc se comporter d‟une manière
raisonnable dans des circonstances semblables.
La loi ne s‟attend pas à ce qu‟un(e) entraîneur(e) ait un comportement parfait, mais plutôt qu‟il
soit raisonnable. Autrement dit, on s'attend à ce que l'entraîneur(e) agisse comme le feraient
d‟autres entraîneur(e)s responsables dans les mêmes circonstances.
On admet généralement que plusieurs activités sportives comportent un certain risque connu,
prévisible, acceptable et, selon les sports, parfois même souhaitable. Toutefois, ce qui n‟est pas
acceptable, c‟est un comportement qui place les athlètes dans des situations dangereuses ou
déraisonnablement risquées.
La conduite d‟un(e) entraîneur(e) est considérée comme étant négligente lorsque les quatre
situations suivantes se présentent :

 un devoir de responsabilité existe [comme celui qui existe entre un(e) entraîneur(e) et
un(e) athlète];

 ce devoir impose un niveau de responsabilité qui n‟est pas respecté par l‟entraîneur(e);

 un(e) athlète ou une autre personne subit un préjudice;

Page 32 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

 il est possible de démontrer qu'un manquement à ce niveau de responsabilité est la


cause du préjudice ou y a largement contribué.
Des éléments mentionnés ci-dessus, le niveau de responsabilité est l‟élément le plus important
pour l‟entraîneur(e). Le niveau de responsabilité est ce que devrait atteindre un(e) entraîneur(e)
dans une situation donnée. Ce niveau est difficile à définir précisément parce qu‟il est influencé
par le risque inhérent aux circonstances entourant chaque situation. Par conséquent, le devoir
d‟agir de façon responsable demeure constant, mais le comportement particulier nécessaire
pour remplir ce devoir varie selon les circonstances.
Pour déterminer le niveau de responsabilité de l'entraîneur(e) dans des circonstances
particulières, il faut se référer à quatre sources :

 Lois écrites – Il faut consulter les lois gouvernementales, les normes d‟utilisation de
l‟équipement, les règles d‟un sport ou d‟une installation en particulier, la réglementation
des organismes qui régissent le sport, le code de conduite et d‟éthique des
entraîneur(e)s ainsi que les autres politiques et procédures internes de gestion des
risques.

 Lois non écrites – Il faut connaître les normes et les conventions d‟un sport, d‟un
organisme ou d‟une installation qui, sans être écrites, sont néanmoins connues,
acceptées et suivies.

 Jurisprudence – Ce sont les décisions prises par un tribunal dans des situations
semblables. Lorsque les circonstances sont les mêmes ou sont semblables, les juges
doivent appliquer les principes juridiques de la même façon. Les décisions antérieures
du tribunal sont un guide, ou un précédent, pour le prononcé de la sentence dans des
situations où les faits sont semblables.

 Bon sens – Cela veut simplement dire de faire ce qu‟on juge être correct ou d‟éviter de
faire ce qu‟on juge être incorrect. Le jugement est la somme de la connaissance et de
l‟expérience d‟une personne. Avoir confiance en son jugement est une bonne chose.
Un(e) entraîneur(e) responsable et prudent(e) doit donc se familiariser avec les politiques
écrites en vigueur, être au courant des normes ou des pratiques non écrites, connaître la
jurisprudence qui s‟applique aux entraîneur(e)s et apprendre à faire confiance à son jugement.

Responsabilité
Lorsque les quatre situations de la définition de négligence se présentent, la négligence de
l'entraîneur(e) peut être établie. Ce qui suit alors est une question de responsabilité. Tandis que
la négligence fait référence à la conduite, la responsabilité, elle, réfère à la responsabilité
découlant des conséquences d‟une conduite négligente. La responsabilité peut reposer
entièrement sur les épaules de l'entraîneur(e) qui a été négligent(e) ou sur une autre personne
ou entité.
Par exemple, une police d‟assurance transfère la responsabilité financière pour négligence à
une compagnie d‟assurance. Une clause de dispense valide peut entièrement éliminer cette
responsabilité. Un(e) athlète blessé(e) peut être partiellement responsable de sa blessure et
peut ainsi partager la responsabilité avec l'entraîneur(e) négligent(e). Également, un organisme

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 33


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

de sport peut être indirectement responsable de la conduite négligente de son entraîneur(e),


qu'il ou elle soit employé(e) ou bénévole.
La responsabilité peut également s‟appliquer aux conséquences d‟une conduite qui n‟est pas
conforme à une norme de comportement prévue par la loi, autre que celle associée à une
norme de conduite applicable à une situation où il y aurait négligence. En plus de la
responsabilité qui peut se poser à la suite d‟une négligence, il est également question de
responsabilité lorsqu‟une loi est enfreinte ou lors d‟un bris de contrat. L'entraîneur(e) prudent(e)
s‟assure d‟éviter ces types de responsabilité en adhérant aux lois au vigueur et en observant les
ententes de son contrat.
En résumé, une compréhension de la définition juridique de la négligence par l'entraîneur(e)
répond à la question «comment dois-je me conduire selon la loi?». La question qui en découle
est «comment puis-je être sûr(e) que ma conduite répondra à cette attente?». La réponse à
cette question se trouve dans la gestion des risques.

Gestion des risques


La gestion des risques est définie comme «la réduction des possibilités de blessure ou de perte
par l‟adoption de mesures visant à déterminer, à mesurer et à contrôler les risques». Cela veut
dire que l'entraîneur(e) prend le temps de réfléchir aux situations potentiellement risquées,
décide quelles situations posent les risques les plus sérieux et détermine les mesures pratiques
qu‟il ou elle peut mettre en place pour minimiser ces risques. L‟ingrédient commun à toutes ces
tâches est le bon sens.
Il existe quatre stratégies pour contrôler les risques. Elles sont toutes importantes pour
l‟entraîneur(e). Il s‟agit de :

 Contenir le risque – Le risque est faible et inhérent à l‟activité sportive. L'entraîneur(e)


est prêt à accepter les conséquences et ne fait donc rien pour éliminer le risque. Dans le
monde du sport, il s‟agit souvent d‟une stratégie légitime de gestion des risques.

 Réduire le risque – Le risque est moyennement important et l'entraîneur(e) met en


place des mesures pour le réduire ou, si cela n'est pas possible, pour en réduire les
conséquences. Cela se fait grâce à une planification minutieuse de même qu‟à une
supervision et à une éducation des athlètes.

 Transférer le risque – Le risque est important et est transféré à d‟autres personnes par
l‟intermédiaire de contrats, dont les clauses de dispense et les assurances.

 Éviter le risque – Le risque est important et l'entraîneur(e) décide d‟éviter ce qui est à
l‟origine de cet élément de risque.
Mise en garde : Il n‟existe pas de formule toute faite, de modèle ou d‟aide-mémoire pour la
gestion des risques. En vertu de la loi, les entraîneur(e)s sont tenus de fournir aux athlètes un
environnement sécuritaire. Ce que cela veut dire pour un(e) entraîneur(e), c‟est que son
comportement variera selon les circonstances, c.-à-d. selon l‟âge et le niveau d‟habileté des
athlètes et selon l‟environnement de pratique du sport.

Page 34 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Le plan de gestion des risques de l’entraîneur(e)


L'entraîneur(e) informé(e) et prudent(e) se protège en mettant sur pied son propre plan de
gestion des risques. Ce plan l‟aide sur deux fronts : premièrement, il fait la promotion d‟un
programme sécuritaire et aide à la prévention des incidents et, deuxièmement, il aide à protéger
l'entraîneur(e) contre d‟éventuelles réclamations en responsabilité lorsqu‟une blessure n‟a pu
être prévenue.
Les entraîneur(e)s peuvent et doivent mettre en pratique leur propre plan de gestion des
risques et cela peut se faire en suivant les conseils ci-dessous :
1. Familiarisez-vous avec les normes, écrites ou non, ainsi qu‟avec les politiques
internes et les règlements qui gouvernent les installations, le sport et votre
programme. Adhérez à ces normes, politiques et règlements.
2. Surveillez la condition physique et le niveau d‟habileté de vos athlètes. Enseignez-
leur de nouvelles habiletés d‟une manière progressive et adaptée à leur âge et à leur
stade de développement. Ne laissez jamais de jeunes athlètes sans supervision.
3. Si vous n‟avez pas sur place accès à du personnel médical qualifié, gardez à portée
de la main une trousse de premiers soins complète. Idéalement, vous devriez avoir
reçu une formation pour donner les premiers soins.
4. Élaborez un plan d‟action d‟urgence pour les installations ou le site où vous tenez
régulièrement vos séances d‟entraînement et vos compétitions. Ayez toujours sur
vous les numéros de téléphone à composer en cas d‟urgence et les renseignements
personnels et médicaux des athlètes.
5. Faites l‟inspection des installations et de l‟équipement avant chaque séance
d‟entraînement et chaque match. Prenez les mesures appropriées pour vous assurer
que les problèmes seront corrigés immédiatement ou ajustez vos activités en
conséquence pour éviter tout risque.
6. Collaborez avec votre employeur ou organisme de sport afin d‟utiliser des «accords
de gestion des risques» qui sont rédigés de façon à vous protéger convenablement
et, si les athlètes sont des adultes, considérez une clause de dispense.
7. Vous devriez être couvert(e) par la police d‟assurance responsabilité de votre
employeur [si vous êtes rémunéré(e) pour vos services) ou de votre organisme (si
vous êtes bénévole]. Ayez la confirmation que c‟est bien le cas. Sinon, procurez-
vous une police d‟assurance.
8. N‟ayez pas peur de suspendre toute activité qui pose des risques qui vous semblent
déraisonnables. Cela inclut l‟arrêt d‟une séance d‟entraînement ou le retrait de votre
équipe ou de vos athlètes d‟une compétition.
9. Ayez confiance en votre jugement et en votre intuition.
10. Poursuivez votre formation et votre perfectionnement professionnel et obtenez votre
certification d‟entraîneur(e).
Note : L‟annexe 5 fournit des réponses à certaines questions clés en matière de responsabilité.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 35


Planification d'une séance d’entraînement : Planification axée sur la sécurité

Page 36 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

ÉLABORATION D’ACTIVITÉS POUR LES SÉANCES


D’ENTRAÎNEMENT

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 37


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

CHOISIR ET CONCEVOIR LES ACTIVITÉS DE VOS SÉANCES


D’ENTRAÎNEMENT

L‟art de planifier des séances d‟entraînement repose sur un choix d‟activités adéquat. Tel
qu‟illustré dans la figure ci-dessous, votre choix d‟activités et la manière dont elles se déroulent
devraient être guidés par trois facteurs : le but que vous poursuivez, le sport lui-même et les
athlètes que vous entraînez.

Le but que vous Le sport


poursuivez
Le choix d’activités

Le déroulement de
chaque activité

Les athlètes que vous entraînez

 Chaque activité doit avoir un but ou une raison d‟être bien précis.

 Ce but doit être adapté aux athlètes et tenir compte à la fois de leur maturité et de leur
niveau d‟habileté dans le sport en question.

 Le déroulement de chaque activité (p. ex., les tâches à accomplir, les conditions
d‟exécution, la durée et le nombre de répétitions, etc.) doit permettre l‟atteinte du but
poursuivi.

Page 38 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

HABILETÉS SPORTIVES
De façon générale, une habileté est l‟aptitude à bien faire une chose. Parce que la plupart des
habiletés sportives comportent un mouvement ou une série de mouvements, une performance
sportive reflétant un haut niveau d‟habileté se caractérise donc par :

 une probabilité très élevée d‟atteindre le résultat final escompté;

 une haute précision lors de l‟exécution;

 une efficacité élevée, c.-à-d. une dépense énergétique minimale et une exécution faite
dans le temps le plus court possible.

Classification des habiletés sportives


Les habiletés sportives sont classées selon que les mouvements :

 sont ou ne sont pas réalisés dans un environnement stable et prévisible;

 ont ou n‟ont pas un point de départ et un point d‟arrivée clairement définis.


Certains sports sont relativement faciles à classer en fonction du type d‟habiletés parce qu‟ils se
caractérisent par des mouvements bien particuliers et des tâches bien précises. Cependant, ce
n‟est pas le cas pour d‟autres qui peuvent comporter une variété d‟habiletés qui doivent être
utilisées dans différentes situations ou conditions.
Les tableaux de la page suivante fournissent des informations générales sur la façon dont les
habiletés sportives peuvent être classées et fournissent quelques exemples.
Le fait de savoir quels types d‟habiletés caractérisent votre sport ou doivent être utilisées dans
certaines situations propres à votre sport peut vous être utile quand vient le temps de planifier
vos séances d‟entraînement ou encore de déterminer leur déroulement.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 39


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Classification des habiletés sportives selon la stabilité et la prévisibilité de


l’environnement dans lequel elles sont réalisées

Habiletés fermées  Habiletés ouvertes


Les mouvements sont réalisés Les mouvements sont Les mouvements sont
dans un environnement à la fois réalisés dans un réalisés dans un
stable, prévisible et constant environnement prévisible, environnement qui n‟est pas
mais changeant prévisible
Exemples Exemples Exemples
 Athlétisme (lancers, sauts)  Bobsleigh  Sports de combat
 Gymnastique  Course cross-country  Sports de raquette
 Haltérophilie  Cyclisme sur route  Sports d‟équipe
 Natation en piscine  Golf
 Patinage artistique  Luge
 Plongeon  Patinage de vitesse
 Quilles  Ski alpin
 Tir  Voile
 Tir à l‟arc
Note : Comme l‟indique le signe en haut de la colonne du centre (  ), il existe un continuum
entre les habiletés purement «fermées» et celles qui sont «ouvertes».

Classification des habiletés sportives selon qu’elles aient ou non un point de départ et
un point d’arrivée bien définis

Habiletés discrètes Habiletés en série Habiletés continues


Début et fin des mouvements Un enchaînement particulier Actions répétitives; début et fin
distincts et faciles à d‟actions discrètes des mouvements difficiles à
déterminer déterminer
Exemples Exemples Exemples
 Attraper une balle  Une routine en gymnastique  Course à pied
 Donner un coup de poing  Une routine en patinage  Cyclisme
 S‟élancer avec un bâton de artistique  Natation
golf
 Lancer une balle

Page 40 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

DÉVELOPPEMENT DES HABILETÉS


 Au cours de l‟apprentissage d‟une nouvelle habileté sportive, les athlètes passent par
certains stades prévisibles. Le tableau de la page suivante décrit ces stades et leurs
principales caractéristiques ainsi que les besoins particuliers des athlètes à chacun de
ceux-ci.

 Bien que l‟on puisse s‟attendre à ce que les athlètes passent par ces différents stades,
le temps et la quantité de pratique nécessaires pour passer de l‟un à l‟autre peuvent
varier considérablement selon les athlètes.

 Les différents stades de développement d‟une habileté sportive décrits à la page


suivante (initiation, acquisition, consolidation, perfectionnement et variation créative)
s‟appliquent à tous les types d‟habiletés qui ont été définis à la page précédente.

 Pour chacune des habiletés que vous cherchez à travailler dans le cadre de votre
programme, il est important que vous sachiez à quel stade de développement vos
athlètes sont rendu(e)s. Cette information vous permettra en effet de bien comprendre
quels sont leurs principaux besoins d‟entraînement. Vous pourrez ainsi planifier vos
séances en conséquence, c.-à-d. choisir le bon type d‟activités et la meilleure façon de
les mettre en œuvre.

Note : Avant d‟atteindre le stade de «perfectionnement» (voir la partie ombrée du


tableau de la page suivante), un(e) athlète peut avoir besoin de plusieurs mois, voire
de plusieurs années d‟entraînement. De plus, la grande majorité des athlètes
n‟atteindront jamais le stade de «variation créative». Par conséquent, au niveau
«introduction à la compétition » peu d‟entraîneur(e)s travaillent avec des athlètes qui
ont atteint un stade avancé d‟exécution. Leur objectif devrait donc être principalement
de s‟assurer que les gestes fondamentaux sont correctement acquis et qu‟ils peuvent
être exécutés dans une variété de situations et de conditions.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 41


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Stades de développement des habiletés sportives


DÉBUTANT INTERMÉDIAIRE AVANCÉ
Initiation Acquisition Consolidation Perfectionnement Variation créative
Description et éléments clés à observer
Premier contact des À ce stade, les athlètes peuvent : (1) Les athlètes peuvent exécuter les mouvements Les athlètes peuvent exécuter les Seuls les meilleur(e)s
athlètes avec l‟habileté. reproduire de façon coordonnée les de façon correcte sur le plan de la forme. Les mouvements d‟une manière qui athlètes au monde
éléments clés des mouvements; (2) gestes sont assez bien maîtrisés : le s‟approche du modèle idéal, tant en atteignent ce stade. Les
Il se peut que les athlètes les exécuter dans le bon ordre, synchronisme et le rythme sont bons et les ce qui concerne la forme que la mouvements sont
n‟aient aucune idée de ce produisant ainsi une forme brute du mouvements peuvent être répétés avec vitesse d‟exécution. La performance exécutés conformément au
qu‟ils ou elles doivent faire. geste. Cependant, les mouvements constance et précision lorsque les conditions est très stable et le niveau de modèle idéal et les athlètes
ne sont pas encore bien d‟exécution sont faciles et stables. précision est élevé, même dans des ont développé un style
synchronisés ou maîtrisés et conditions très exigeantes et dans personnel très efficace.
manquent de rythme et de fluidité. Certains éléments de la performance motrice des situations complexes et variées. Des mouvements
L‟exécution est instable, variable peuvent être conservés lorsque : (1) l‟athlète personnels peuvent être
d‟une fois à l‟autre et imprécise. Les ressent une certaine pression; (2) les Des ajustements mineurs peuvent créés ou combinés en des
athlètes ont tendance à réfléchir à ce conditions changent; (3) les exigences être nécessaires pour atteindre une modèles uniques en
qu‟ils ou elles doivent faire pendant augmentent. Dans ces conditions la exécution optimale. Le style réponse à des situations
l‟exécution. performance demeure instable. personnel est presque définitivement de compétition
établi. Toutes les composantes du particulières.
La qualité d‟exécution et la Les athlètes commencent à développer un mouvement ont été automatisées, ce
performance ont tendance à se style personnel. qui permet aux athlètes de se
détériorer lorsque les athlètes concentrer sur l‟environnement et de
essaient d‟exécuter les mouvements faire des ajustements rapides au
plus rapidement ou lorsqu‟ils ou elles besoin. Les athlètes sont en mesure
ressentent une certaine forme de de faire une réflexion critique de leur
pression, comme ce peut être le cas performance et d‟apporter des
en situation de compétition. mesures correctives eux/elles-
mêmes.
Guide en matière de planification : à ce stade, les athlètes ont besoin de ou doivent…
Avoir une image claire de Comprendre clairement ce qu‟il faut Être exposé(e)s à un éventail de situations et Être exposé(e)s à des situations de Être exposé(e)s à des
ce qu‟est une «exécution faire et avoir une bonne exécuter un grand nombre de répétitions dans compétition complexes et exigeantes situations de compétition
correcte». Comprendre les représentation mentale de l‟habileté. diverses conditions. Avoir des objectifs clairs qui font en sorte que l‟habileté doit complexes qui exigent une
positions et postures Exécuter de nombreuses répétitions tant pour la forme (exécution correcte) que être exécutée à un très haut niveau. exécution parfaite. Trouver
fondamentales ainsi que le à leur rythme et dans des conditions pour le résultat des actions. Être mis au défi au Être formé(e)s à trouver par par eux/elles-mêmes des
patron moteur général de stables, faciles et sécuritaires. Au moyen de tâches plus complexes et plus eux/elles-mêmes des solutions aux solutions aux
l‟habileté. Se sentir en besoin, pratiquer des deux côtés. À exigeantes. Trouver des solutions par problèmes rencontrés. problématiques
sécurité pendant partir d‟une rétroaction dosée de la eux/elles-mêmes par essais et erreurs tout en rencontrées.
l‟exécution des nouveaux part de l‟entraîneur(e), trouver des ayant une rétroaction moins fréquente de la
mouvements. Au besoin, solutions par essais et erreurs. part de l‟entraîneur(e). Avoir la possibilité de
se familiariser avec pratiquer les mouvements ou l‟habileté dans
certains mouvements ou des conditions de fatigue ou qui reproduisent
sensations inconnus qui les exigences de la compétition et ainsi devoir
font partie de l‟habileté à gérer les conséquences de leurs erreurs.
maîtriser.

Page 42 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Lignes directrices s’appliquant à la planification


 Comme l‟indique le tableau de la page précédente, les besoins d‟entraînement des
athlètes en ce qui concerne les habiletés peuvent varier selon le stade de
développement auquel ils ou elles sont rendu(e)s.

 Lors des séances d‟entraînement destinées à développer les habiletés à caractère


technique, assurez-vous que les objectifs et les activités sont adaptés aux besoins
particuliers des athlètes et que les conditions dans lesquelles les activités se déroulent
correspondent à leurs aptitudes. Il s‟agit là d‟aspects très importants dont il faut tenir
compte lors de la planification des séances d‟entraînement.

 De plus, vous constaterez sans doute que les athlètes ne sont pas tous ou toutes
rendu(e)s au même stade de développement sur le plan technique. Vous pourrez tenir
compte de cette réalité en planifiant des activités pour différents groupes d‟athlètes ou
encore en prévoyant des conditions d‟entraînement adaptées à des athlètes se trouvant
à différents stades de développement.

 Il y a différentes façons de planifier les activités et les tâches d‟une séance


d‟entraînement. Entre autres, vous pouvez demander à vos athlètes : (1) d‟exécuter une
habileté ou un geste dans son intégralité ou seulement certaines parties bien
particulières; (2) d‟effectuer plusieurs répétitions sans pause ou au contraire de faire une
pause plus ou moins longue entre chaque répétition; (3) de répéter la même tâche ou le
même geste plusieurs fois de suite ou au contraire d‟effectuer des tâches ou des gestes
différents à chaque répétition, soit dans un ordre prédéterminé ou encore complètement
aléatoire.

 Les tâches d‟entraînement, les types de pratique ou encore les conditions de pratique
qui sont les plus efficaces en vue de favoriser l‟apprentissage peuvent varier selon le
type d‟habileté que l‟on cherche à entraîner (ouverte, fermée, discrète, en série ou
encore continue) et le stade de développement auquel se trouvent les athlètes.
Les pages suivantes contiennent des suggestions en vue de planifier des activités et des
conditions de pratique qui : (1) sont adaptées au stade de développement des athlètes; (2)
favorisent le développement de différents types d‟habiletés.
Note : Un modèle de développement de l‟athlète décrivant les habiletés techniques et tactiques
à entraîner de façon prioritaire ainsi que l‟ordre dans lequel on devrait les travailler à différents
âges et niveaux de compétition devrait être disponible auprès de votre organisme national de
sport.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 43


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Planification des activités aux différents stades de développement des habiletés techniques
Stades de développement des habiletés
Conditions
d’entraînement Initiation Acquisition Consolidation Perfectionnement
recommandées
Premier contact Modélisation du Exécution correcte dans des Améliorations mineures
mouvement conditions variables
Environnement immédiat Stable et prévisible, sans distraction Stable et prévisible, De plus en plus variable et Conditions de compétition
sans distraction contenant des facteurs de
distraction, mais pas au point que
le patron d‟exécution des
mouvements se détériore
Prise de décision Aucune prise de décision; aucune Prise de décision Prise de décision plus complexe Décisions complexes; options
option de réponse simple (maximum 2 (3 à 4 options) et augmentation et fréquences semblables aux
options) de la fréquence de prise de conditions de compétition
décisions
Vitesse d’exécution des Lente et contrôlée Au rythme des Accrue, variable et très près des Similaire à la vitesse de
mouvements athlètes conditions de compétition compétition
Nombre de répétitions Autant que nécessaire, compte tenu Élevé Élevé Autant que possible
du développement moteur général
des athlètes
Facteurs de risque Conditions entièrement sécuritaires; Conditions à faible Risques semblables ou Risques semblables à ceux
les erreurs ne doivent pas avoir de risque légèrement inférieurs à ceux d‟une compétition de haut
conséquences d‟une compétition régulière niveau
Lors des séances L‟exécution des positions et L‟exécution globale Le maintien de la forme et de la Des situations qui exigent
d’entraînement, l’accent postures de base; comprendre ce et la forme générale précision des mouvements dans l‟exécution des éléments
doit être mis sur… en quoi consiste le mouvement et à du mouvement des conditions d‟exécution techniques particuliers pour
quoi il ressemble variables et sous le stress lesquels des ajustements
sont requis

Page 44 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Planification de pratique en blocs, en blocs progressifs ou globale

Types de Non recommandée


Définition Exemples Plus efficace lorsque…
pratique lorsque…
 Une habileté  Scinder une routine de  Les habiletés présentent des risques  L‟interaction entre chaque
complexe est gymnastique ou de pour l‟apprenant(e) lors des premiers partie du geste est élevée
divisée en parties patinage artistique en stades de développement  Une erreur ou un changement
distinctes et celles-ci plusieurs parties distinctes  Les parties d‟une habileté sont dans une partie de l‟exécution a
sont pratiquées et pratiquer chacune exécutées d‟une façon assez un effet sur la ou les parties qui
séparément séparément indépendante les unes des autres en suivent
situation de compétition  Il s‟agit d‟habiletés discrètes qui
Pratique en  Il s‟agit de tâches en série de longue sont brèves, exécutées
blocs durée pour lesquelles des erreurs rapidement, effectuées à l‟aide
faites dans une partie sont sans de balles ou impliquant des
conséquences sur la ou les parties qui objets décrivant une trajectoire
suivent  La coordination de différentes
 Il s‟agit de tâches en série qui sont parties du corps est importante
effectuées lentement et dont les (p. ex., mouvements des mains
parties n‟ont que peu d‟effet les unes et des pieds)
sur les autres  Habiletés continues
 Les parties d‟une  Lier, dans l‟ordre où elles  Il s‟agit d‟une tâche qui est composée  L‟apprenant(e) ne peut pas
habileté sont seront exécutées en de parties interdépendantes et où des encore enchaîner les parties ou
graduellement compétition, certaines des ajustements peuvent être nécessaires, actions clés d‟une habileté
intégrées en blocs parties d‟une routine de compte tenu de l‟exécution faite dans complexe et cela pose des
Pratique en plus larges qui se gymnastique ou de l‟une des parties qui précèdent risques pour la sécurité
blocs rapprochent patinage artistique  L‟apprenant(e) a atteint un stade où le
progressifs progressivement de  Au hockey sur glace, fait de lier les actions d‟une habileté
l‟action complète et patiner en maniant la complexe ne pose plus aucun risque
réelle qui sera rondelle pour la sécurité
exécutée en
compétition
 Dès le départ,  Élan de golf  Habiletés continues  L‟apprenant(e) ne peut pas
l‟apprenant(e)  Lancer d‟une balle  Il s‟agit d‟habiletés discrètes qui encore enchaîner les parties ou
pratique toutes les doivent être effectuées rapidement et actions clés d‟une habileté
 Élan au bâton
Pratique parties de l‟habileté qui impliquent diverses parties du complexe et cela pose des
dans le bon ordre  Botter un ballon risques pour la sécurité
globale corps
 La coordination de différentes parties
du corps est importante (p. ex.,
mouvements des mains et des pieds)

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 45


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Planification de pratique groupée ou cumulée, ou distribuée

Types de Non recommandée


Définition Exemples Plus efficace lorsque…
pratique lorsque…
 Une tâche ou un  En ski de fond, sur une période de  Il s‟agit d‟habiletés ou de tâches  Il s‟agit d‟habiletés ou de
mouvement sont 2 minutes, transférer le poids d‟une discrètes de très courtes durées tâches continues ou en
exécutés plusieurs fois jambe à l‟autre et glisser le plus (donc, où les mouvements sont série qui nécessitent
de suite sans pause longtemps possible chaque fois, exécutés rapidement), en beaucoup de vitesse et
OU ENCORE sans se servir des bâtons particulier durant la phase de coordination et lors
 Frapper sur un sac de boxe d‟acquisition (Note : Dans desquelles la fatigue
 Les pauses sont certains cas, comme les lancers, peut s‟accumuler durant
pendant 3 minutes
courtes un peu de repos entre les la séance
comparativement à la répétitions peut être nécessaire d‟entraînement et
durée des tâches ou pour éviter les blessures.) affecter la qualité de
Pratique des mouvements  L‟athlète se trouve au stade l‟exécution
groupée ou effectués d‟acquisition ou de consolidation  La fatigue peut
cumulée  La durée de l‟entraînement est s‟accumuler au fil des
limitée (p. ex., les installations est répétitions et augmenter
disponible pendant une heure) et les risques d‟accident ou
un grand nombre de répétitions de blessure, surtout vers
doivent être effectuées. la fin de la séance
d‟entraînement
 La tâche ou le geste ne sont pas
trop exigeants sur le plan de la
dépense énergétique
 L‟activité ou la tâche à exécuter
présentent peu de risques
 Les pauses ou la  En athlétisme, effectuer cinq sortie  Il s‟agit d‟habiletés ou de tâches
récupération entre les à fond de train des blocs de départ, continues ou en série qui
répétitions sont couvrir une distance de 10 à 15 m nécessitent beaucoup de vitesse
longues chaque fois et prendre une pause ou de coordination et lors
comparativement à la d‟une minute consistant à courir desquelles la fatigue peut
Pratique durée de la tâche ou légèrement ou à marcher entre les s‟accumuler au fil des répétitions,
distribuée du mouvement répétitions ce qui pourrait affecter la qualité
de l‟exécution ou augmenter les
risques d‟accident ou de blessure,
en particulier vers la fin de la
séance

Page 46 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Planification de pratique constante, variable ou aléatoire


Non
Types de
Définition Exemples Plus efficace lorsque… recommandée
pratique
lorsque…
 Les mêmes tâches ou  Lancer 10 fois une  L‟athlète est au stade d‟initiation ou  L‟athlète a dépassé
mouvements sont effectués balle à la même d‟acquisition le stade d‟initiation
Pratique dans des conditions identiques vitesse, du même  Le type de pratique groupée ou ou d‟acquisition, en
d‟une répétition à l‟autre endroit et sur la même cumulée est une bonne méthode particulier pour ce
constante
cible qui est des habiletés
discrètes ou
ouvertes
 Les mêmes tâches ou  Lancer 10 fois une  L‟athlète est au stade de  L‟athlète est au
mouvements sont répétés, balle, mais en variant consolidation stade d‟initiation
mais un aspect de l‟exécution un des éléments  Le type de pratique groupée ou
Pratique doit changer d‟une répétition à suivants à chaque cumulée est une bonne méthode
variable l‟autre essai : vitesse, distance
 On prévoit exécuter des habiletés
ou cible visée
ou des mouvements différents au
cours de la séance d‟entraînement
 Différentes habiletés discrètes  Au tennis : reculer pour  Il s‟agit d‟habiletés en série qui sont  L‟athlète est au
ou en série sont effectuées faire un revers, faire déjà acquises stade d‟initiation ou
dans un ordre aléatoire et où ensuite un service, puis  Il s‟agit d‟habiletés qui sont d‟acquisition
l‟apprenant(e) n‟exécute pas la avancer pour retourner discrètes et ouvertes
Pratique même tâche deux fois de suite une volée
aléatoire *  L‟athlète est au stade de
 Au basket-ball : consolidation ou l‟a dépassé
effectuer différents
 On prévoit exécuter des habiletés
types de tirs à l‟arrêt et
ou des mouvements différents au
en mouvement
cours de la séance d‟entraînement
* Plusieurs études qui ont comparé les effets de la pratique aléatoire et de la pratique constante indiquent que, même si elle peut être associée à des
performances inférieures à court terme, la pratique aléatoire mène à une meilleure performance à long terme. En d‟autres mots, lorsqu‟on enseigne une habileté
sportive à caractère technique en utilisant des conditions de pratique constantes, la performance observée au cours d‟une séance d‟entraînement ou au bout de
quelques jours est souvent meilleure que celle que l‟on observe avec la pratique aléatoire. Par contre, au bout de quelques semaines, la pratique aléatoire produit
une performance globale supérieure et plus constante. La pratique aléatoire semble donc être une approche très efficace, en particulier pour les habiletés
discrètes, en série ou ouvertes. On explique ces résultats par le fait que la pratique aléatoire pourrait faire en sorte que les athlètes «oublient» les solutions à court
terme qui peuvent être associées à l‟exécution répétitive d‟une tâche ou d‟un geste; en éliminant les répétitions où les athlètes «se mettent en mode pilote
automatique», il est possible qu‟ils ou elles soient ainsi plus activement engagé(e)s dans le processus d‟apprentissage.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 47


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Notes importantes

Distinction entre performance et apprentissage


 La performance motrice représente le comportement observable de l‟athlète durant
l‟exécution d‟une tâche et on l‟évalue à l‟aide de critères bien précis.

 L’apprentissage fait pour sa part référence à un changement permanent de la


performance motrice (ou habileté) résultant de la pratique.

 Une réévaluation de la performance motrice à une date ultérieure (test de rétention) est
donc nécessaire lorsque l‟on cherche à établir s‟il y a effectivement eu apprentissage.

 Si on omet de faire la distinction entre la performance et l‟apprentissage, on risque de


mal interpréter les progrès réalisés par l‟athlète ou encore sa capacité réelle d‟exécuter
une tâche particulière de façon indépendante et constante.

 Il est important d‟établir une distinction entre le niveau d‟exécution d‟une habileté ou
d‟une tâche particulière à l‟entraînement et le niveau d‟exécution de cette habileté ou
tâche lorsque cela est vraiment important, p. ex., en situation de compétition.

Taux d’amélioration et quantité de pratique


 Avec la pratique, on observe une amélioration rapide de l‟aptitude à effectuer une tâche
ou un mouvement particulier au début, mais les progrès se font à un rythme plus lent par
la suite. L‟apprentissage se fait donc par étape et chacune à un taux d‟amélioration qui
lui est propre.

 La quantité de pratique effectuée est le plus important facteur responsable de


l‟amélioration de la performance motrice et de l‟apprentissage des habiletés techniques.

Effets à court et à long terme de conditions de pratique particulières


 Il a été démontré que les conditions de pratique variables et aléatoires ont un effet positif
sur l‟apprentissage, encouragent le transfert des habiletés dans un autre environnement
et augmentent la généralisation parce qu‟elles constituent un défi pour l‟athlète et
qu‟elles sont favorables aux activités qui demandent un effort et qui nécessitent de
résoudre des problèmes pendant les répétitions de mouvements.

 La répétition d‟une même tâche à de nombreuses reprises, dans les mêmes conditions
(pratique en blocs), produit habituellement de bonnes améliorations de la performance à
court terme.

 En comparaison de la pratique en blocs, la répétition de différentes tâches dans des


conditions variables (pratique aléatoire) produit habituellement de moins grandes
améliorations de la performance à court terme. Elle est toutefois propice à un meilleur
apprentissage à moyen et à long terme, tel que cela a été démontré au moyen de tests
liés à la rétention et au transfert.

Page 48 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

 Il est possible que les entraîneur(e)s qui intègrent une approche de résolution de
problèmes à l‟entraînement des habiletés en utilisant les pratiques aléatoires soient
obligé(e)s d‟informer les athlètes et leurs parents des différences entre les effets à court
et à long terme de cette méthode et ceux d‟autres approches, telles que les pratiques en
blocs.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 49


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

QUALITÉS ATHLÉTIQUES

Définitions et points clés


Pour avoir du succès dans son sport, l‟athlète doit posséder et chercher à améliorer certaines
qualités athlétiques. Ces qualités, parfois aussi appelées déterminants de la performance,
peuvent être regroupées en quatre catégories : physiques, motrices, tactiques et mentales.

Catégories Qualités athlétiques mises en jeu


d’habiletés dans la plupart des sports
Les habiletés Vitesse maximale : La fréquence la plus élevée à laquelle un mouvement ou une série
physiques sont de mouvements peuvent être exécutés; ou encore, l‟aptitude à couvrir une distance
celles qui se donnée dans le temps le plus court possible lors d‟un effort maximal de très courte
rapportent à la force durée (8 secondes ou moins).
et à la quantité Endurance-vitesse : L‟aptitude à maintenir un effort à une vitesse presque maximale
d‟énergie que les le plus longtemps possible (habituellement, les efforts durent entre 8 et 60 secondes).
muscles peuvent Endurance aérobie : L‟aptitude à maintenir un effort dynamique pendant une longue
produire, ou encore à période de temps (habituellement, les efforts durent plusieurs minutes ou même
l‟amplitude des plusieurs heures). Note : Des efforts intenses dont la durée est comprise entre 2 et 10
mouvements minutes environ font appel à une qualité appelée «puissance aérobie maximale».
effectués. (L‟endurance aérobie est un terme général qui s‟applique à la plupart des sports.
Toutefois, en ce qui concerne les sports d‟endurance, les termes plus spécifiques de
puissance aérobie et de capacité aérobie sont utilisés.)
Force maximale : Le niveau de tension le plus élevé produit par un muscle ou un
groupe musculaire lors d‟une contraction maximale, et ce, peu importe la durée de la
contraction.
Force-vitesse (ou puissance musculaire) : L‟aptitude à effectuer une contraction
musculaire ou à vaincre une résistance le plus rapidement possible (habituellement, les
efforts sont très courts, soit de 1 à 2 secondes).
Force-endurance : L‟aptitude à effectuer des contractions musculaires d‟intensités
sous-maximales de façon répétée (habituellement, 15 à 30 répétitions, ou même plus).
Flexibilité (ou souplesse) : L‟aptitude que possède une articulation d‟effectuer des
mouvements de grande amplitude, et ce, sans blessure.
Les habiletés Agilité : L‟aptitude à effectuer des mouvements ou à se déplacer de façon rapide,
motrices assurent précise et avec aisance.
une exécution précise Équilibre : L‟aptitude d‟atteindre et de conserver une certaine stabilité. Il existe trois
et contrôlée des types d‟équilibre, soit (1) l’équilibre statique : qui consiste à adopter une position
mouvements. corporelle contrôlée dans un environnement stable; (2) l’équilibre dynamique : qui
consiste à maintenir le contrôle du corps durant un mouvement, ou à le stabiliser grâce
à des contractions musculaires qui annulent l‟effet d‟une force extérieure; (3) l‟aptitude
à garder le contrôle d’un objet ou d‟un autre corps de façon statique ou dynamique.
Coordination : L‟aptitude à effectuer des mouvements dans le bon ordre et au bon
moment.
Les habiletés L‟aptitude à analyser une situation et à produire une réponse adéquate, c‟est-à-dire
tactiques permettent une réponse qui donne un avantage compétitif ou qui augmente la probabilité d‟une
de prendre les bonne performance (lire et réagir). Il s‟agit également de l‟aptitude à pouvoir décoder
bonnes décisions. les indices de l‟adversaire ou de l‟environnement et de choisir la meilleure option de
réponse (solutions associatives), de développer un répertoire de réponses pour
faire face à une même situation et de pouvoir varier la réponse face à une situation
particulière.

Page 50 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Catégories Qualités athlétiques mises en jeu


d’habiletés dans la plupart des sports
Les habiletés mentales Concentration : L‟aptitude à faire porter son attention sur ce qui est important dans
permettent à l‟athlète une situation particulière et de minimiser les distractions ou les influences négatives.
d‟être dans le bon état
Contrôle des émotions : L‟aptitude à maintenir de façon consciente un bon niveau de
d‟esprit pour réaliser
avec succès sa contrôle de ses émotions en situation de stress.
performance. Établissements de buts : L‟aptitude à déterminer clairement les objectifs et les
priorités qui guideront les actions et les décisions à venir.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 51


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Importance relative des qualités physiques et motrices selon le type de sport


Famille de sports Qualités physiques Qualités motrices
Vitesse Endurance Qualités Force Force- Force- Flexibilité Coordination Équilibre
-vitesse aérobies maximale vitesse endurance
Sports d’équipe
Soccer
* Hockey sur glace Élevée Modérée Élevée à
Élevée Modérée Élevée Modérée Modérée Très élevée
Basket-ball * Modérée * Élevée très élevée

Crosse
* Volley-ball
Sports cycliques –
longue durée
* Patin de vit.  5 km
Modérée Modérée
Cyclisme sur route Modérée Élevée Très élevée Modérée Modérée Élevée Modérée
* Élevée * Élevée
Course  5 km
* Ski de fond
Natation, longue dist.
Sports cycliques –
durée moyenne
* Patin de vit. 1,5-5 km
* Patin de vit. courte p. Modérée Modérée Modérée
Élevée à très Modérée à Élevée à très
Élevée Modérée Modérée
Cyclisme (piste) 3-5 km * Élevée élevée élevée élevée * Élevée * Élevée
Natation 400-800 m
Aviron
Course 800-3000 m
Sports cycliques –
courte durée Élevée à Élevée
Très Élevée à Modérée à
Très élevée Modérée très Élevée Très élevée
* Patin de vit.  1,0 km élevée très élevée élevée *Très
élevée élevée
* Patin de vit. courte p.

Page 52 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Famille de sports Qualités physiques Qualités motrices


Vitesse Endurance Qualités Force Force- Force- Flexibilité Coordination Équilibre
-vitesse aérobies maximale vitesse endurance
Cyclisme (piste ) 2 km
Natation  100 m
Course  400 m
Sports de combat
Judo Élevée (par
rapport à la Très Très
Karaté Élevée Modérée Modérée Très élevée Très élevée Très élevée
masse élevée élevée
Boxe corporelle)
Lutte
Sports artistiques
Patinage artistique Élevée (par
Modérée Modérée Modérée Élevée à Élevée
rapport à la Très
* Gymnastique très Très élevée Très élevée
*Élevée # Faible # Faible masse # Faible élevée
élevée
Nage synchronisée corporelle)
# Plongeon
Sports à action unique
Lancers Très élevée
Élevée Faible à (# par Modérée
modérée Très Très
# Sauts *Très Faible rapport à la * Élevée Très élevée Très élevée
élevée élevée
élevée * Élevée masse (lanceur)
# Haltérophilie corporelle)
*Baseball/Softball
Sports de précision
* Curling
Faible Faible à
Tir Faible Modérée Modérée Modérée
*Modérée Faible modérée; Élevée Élevée
# Tir à l‟arc *Modérée # Élevée # Élevée ** Élevée
** Élevée ** Élevée
Quilles
** Golf

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 53


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Famille de sports Qualités physiques Qualités motrices


Vitesse Endurance Qualités Force Force- Force- Flexibilité Coordination Équilibre
-vitesse aérobies maximale vitesse endurance
Sports de raquette
Tennis
Squash Modérée à Faible à Très Très
Élevée Modérée Élevée Très élevée Très élevée
Racquetball élevée modérée élevée élevée

Badminton
Tennis de table
Ski alpin Modérée à Très Très
Élevée Modérée Élevée Très élevée Élevée Très élevée
élevée élevée élevée
Bobsleigh Très Très Très
Modérée Faible Très élevée Modérée Élevée Très élevée
élevée élevée élevée
Escrime Très Très Très
Élevée Modérée Modérée Élevée Très élevée Très élevée
élevée élevée élevée
Luge Très Très Très
Modérée Faible Élevée Élevée Modérée Élevée
élevée élevée élevée
Parachutisme Très
Modérée Modérée Modérée Modérée Modérée Élevée Très élevée Modérée
Élevée
Ski nautique Modérée à Très
Modérée Modérée Modérée Élevée Élevée Élevée Très élevée
élevée élevée
Yachting/voile Modérée Modérée Modérée Modérée Modérée Élevée Élevée Élevée Élevée
Note : Dans ce tableau, les symboles *, ** et # indiquent que, dans le sport en question, une ou plusieurs habiletés n‟ont pas la même importance
que dans la famille de sports. Par exemple, dans la famille «Sports d‟équipe», l‟endurance-vitesse a une importance modérée au hockey sur glace
mais une importance élevée dans la famille de sports.

Page 54 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Entraînement des qualités athlétiques : Résumé et points


clés
Qualité
Exigences liées aux activités
athlétique
 Mouvements ou actions réalisés à, ou tout près de, la vitesse maximale ET
 Mouvements ou actions identiques à ceux où l‟on recherche une amélioration de
la vitesse ET
 Efforts de courte durée, c.-à-d. de moins de 5 à 8 secondes ET
 Temps de récupération long entre les efforts, c.-à-d. de 8 à 10 fois plus long que
Vitesse
le temps d‟effort.
Note 1 : L’entraînement cesse d’être efficace lorsque l’intensité ou la qualité de
l’exécution des mouvements diminuent.
Note 2 : Le temps total de toutes les répétitions d’effort doit être de 30 secondes à 2
minutes environ.
 Mouvements ou actions réalisés à une vitesse presque maximale ET
 Mouvements ou actions identiques à ceux où l‟on recherche une amélioration de
l‟endurance-vitesse ET
Endurance-  Efforts d‟une durée de 8 à 60 secondes ET
vitesse  Temps de récupération entre les efforts de 6 à 8 fois plus long que le temps
d‟effort.
Note : Le temps total de toutes les répétitions d’effort doit être de 2 à 6 minutes
environ.
 Efforts dynamiques d‟intensité élevée effectués sans interruption durant plus de 2
ou 3 minutes OU
 Efforts continus d‟intensité élevée réalisés durant 10 à 15 minutes ou plus OU
Endurance  Efforts continus d‟intensité moyenne réalisés durant 30 minutes ou plus OU
aérobie  Efforts intermittents d‟intensité élevée de 15 secondes à 2-3 minutes suivis de
pauses d‟égale ou de plus courte durée, et ce, pendant 20 à 30 minutes ou plus.
Note : Plus les efforts seront intenses, plus l’effet d’entraînement sur la puissance
aérobie maximale sera grand.
Note : Dans la plupart des cas, la pratique du sport lui-même ne permet pas de
Force
développer cette qualité athlétique de façon importante. Voir les recommandations
maximale détaillées.
 Mouvements ou actions qui nécessitent des sauts, des élans ou des poussées
Force vitesse
rapides OU
(Puissance
 Mouvements ou actions qui nécessitent l‟accélération d‟un objet le plus
musculaire)
rapidement possible.
 Contractions musculaires répétées et maintenues pendant plusieurs secondes
Force- OU
endurance  Plusieurs contractions musculaires d‟intensité sous-maximale effectuées de
façon consécutive et à un rythme régulier.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 55


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Qualité
Exigences liées aux activités
athlétique
 Mouvements contrôlés de grande amplitude OU
 Mouvements contrôlés dans lesquels les muscles sont étirés et où l‟on maintient
Flexibilité la position pendant 20 à 40 secondes.
Note : Aucune force extérieure ne doit être appliquée sur le membre ou l’articulation
qui sont sollicités.
 Activités dans lesquelles une séquence d‟actions doit être exécutée dans un
ordre précis.
Coordination
Note : Une amélioration est plus susceptible de se produire si l’activité est exécutée
lorsque l’athlète n’est pas fatigué(e).
 Activités où l‟on doit prendre et conserver des positions difficiles ou inhabituelles
OU
 Activités où les mouvements «normaux» sont exécutés dans des positions
Équilibre
inhabituelles OU
 Activités où le maintien de l‟équilibre est rendu difficile en raison de facteurs
externes, ou dans lesquelles on doit faire un effort pour ne pas perdre l‟équilibre.
 Situations qui sont pertinentes aux exigences de la compétition et qui se
rapprochent de celles-ci ET
 Situations qui supposent une prise de décision dans le but d‟obtenir un avantage
Tactique
ET
 Situations qui comportent un certain degré d‟incertitude OU
 Situations qui exigent de choisir la meilleure option.
Note : Les activités et méthodes en vue d„améliorer les habiletés mentales seront traitées dans
le module «Habiletés mentales de base».

Page 56 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

LIGNES DIRECTRICES DÉTAILLÉES VISANT LE DÉVELOPPEMENT


DES QUALITÉS ATHLÉTIQUES

Lignes directrices visant le développement de la vitesse


 Les activités utilisées doivent être dynamiques (c.-à-d. être caractérisées par des
mouvements et/ou des déplacements) et être très spécifiques au sport; elles doivent
inclure les gestes/mouvements particuliers pour lesquels on cherche à améliorer la
vitesse.

 Les mouvements doivent être exécutés à vitesse maximale ou quasi maximale.

 Pour que la vitesse de mouvement demeure élevée, la durée de chaque répétition doit
être relativement courte, soit environ 5 à 8 secondes.

 Les pauses entre les efforts doivent être assez longues de sorte qu‟une récupération
suffisante ait lieu et qu‟il soit possible aux athlètes de répéter d‟autres efforts à très
haute vitesse. Les pauses peuvent être de l'ordre de 12 à 15 fois la durée d'effort (p. ex.,
effort de 5 sec suivi d‟une récupération de 60 sec).

 Les pauses doivent consister en une activité légère impliquant les groupes musculaires
actifs lors de l‟activité de vitesse (p. ex., marche lente dans le cas d‟un exercice de
course).

 Le nombre total de répétitions ne doit pas être trop élevé, à savoir 10 à 12 environ
puisqu‟à partir de ce point, la vitesse a tendance à diminuer dû à la fatigue. Il est
souhaitable de les diviser en «séries» (p. ex., 2 séries de 5 répétitions).

 Pour éviter des blessures, les athlètes doivent être bien échauffé(e)s avant les efforts.

 Les activités visant le développement de la vitesse devraient être planifiées au début de


la partie principale de la séance d‟entraînement, alors que les athlètes ne sont pas
fatigué(e)s.

Lignes directrices visant le développement de l’endurance-


vitesse
Note : Le développement systématique de l‟endurance-vitesse n’est pas conseillé chez les
enfants qui n‟ont pas encore atteint la puberté.

 Les activités utilisées doivent être dynamiques (c‟est-à-dire qu‟elles impliquent des
déplacements et des changements de position) et spécifiques au sport; elles doivent
inclure les mêmes masses musculaires et de préférence les mêmes
gestes/mouvements pour lesquels on cherche à améliorer l‟endurance-vitesse (les
adaptations sont très spécifiques).

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 57


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

 Les mouvements doivent être exécutés à une vitesse élevée, mais légèrement inférieure
à la vitesse maximale; la vitesse, bien qu‟élevée, devrait être «contrôlée» pour qu‟il soit
possible de la maintenir pendant une durée comprise entre 10 et 45-60 secondes sans
qu‟il n‟y ait une baisse de régime trop marquée. Plus l‟effort sera court (p. ex., 10-20
sec), plus la vitesse se rapprochera de la vitesse maximale; inversement, pour les efforts
de plus longue durée (p. ex., 20 sec et plus), la vitesse devra être quelque peu réduite.

 Les pauses entre les efforts doivent être assez longues de sorte qu‟une récupération
suffisante ait lieu et qu‟il soit possible aux athlètes de répéter d‟autres efforts à vitesse
élevée. Les pauses peuvent être de l'ordre de 5 à 8 fois la durée d'effort (p. ex., effort de
20 sec suivi d‟une récupération de 2 minutes; dans ce cas, la durée de la période de
récupération est 6 fois plus longue que la durée de l‟effort intense).

 Les pauses doivent consister en une activité légère impliquant les groupes musculaires
actifs lors de l‟activité de vitesse (p. ex., marche ou course lente dans le cas d‟un
exercice de course).

 Pour les efforts très intenses qui durent entre 15 ou 30 secondes, le nombre total de
répétitions ne doit pas être trop élevé, à savoir 6 à 12 environ; il est souhaitable de les
diviser en «séries» (p. ex., 2 séries de 6 répétitions).

 Pour les efforts très intenses qui se prolongent au-delà de 30-45 secondes environ, le
nombre total de répétitions ne doit pas être trop élevé, à savoir 4 à 8 environ; il est
souhaitable de les diviser en «séries» (p. ex., 2 séries de 4 répétitions).

 On peut également développer l‟endurance-vitesse en situation spécifique au sport, en


faisant alterner des «pics d‟effort» d‟une durée de 30 à 45 sec à intensité presque
maximale avec des phases beaucoup moins intenses.

 Pour éviter des blessures, les athlètes doivent être bien échauffé(e)s avant les efforts
intenses.

 Les activités visant le développement de l‟endurance-vitesse devraient se dérouler alors


que les athlètes ne sont pas encore trop fatigué(e)s.

Lignes directrices visant le développement de l’endurance


aérobie

 L‟effort doit être de type dynamique et impliquer de larges masses musculaires (p. ex.,
course, cyclisme, natation, patinage, etc.).

 La pratique du sport lui-même peut être utilisée (p. ex., soccer, basket-ball, volley-ball,
judo); dans ce cas, il est possible que l‟on doive modifier quelque peu les conditions de
réalisation «normales» du sport pour obtenir l‟effet d‟entraînement désiré (voir ci-après).

 La durée de l‟effort ou de l‟activité doit durer quelques minutes (3 à 5, souvent plus) et


les athlètes doivent fournir un effort soutenu pendant la plus grande partie de cette
période (p. ex., être en mouvement le plus possible).

Page 58 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

 La vitesse d‟exécution (c.-à-d. l‟intensité) peut varier, mais ne devrait pas descendre en
dessous de ce que l‟on pourrait qualifier d‟une intensité «modérée», compte tenu de
l‟âge et du niveau de l‟athlète.

 La même intensité ou vitesse d‟exécution ne conviendra pas nécessairement à tou(te)s


les athlètes et il faut donc reconnaître qu‟une certaine individualisation de l‟effort doit
être possible en cours d‟exécution.

 L‟activité ou l‟exercice peut se dérouler de façon continue (c.-à-d. sans pauses) ou


intermittente (alternance de périodes d‟efforts et de récupération).

 La fatigue peut survenir lors d‟efforts d‟intensité faible ou modérée (p. ex., 30 minutes de
course ou de vélo) à cause de la durée étendue.

 Si les efforts sont intenses, on peut inclure certaines pauses actives (p. ex., efforts de 2
minutes suivis d‟environ une minute à plus faible intensité, le tout se poursuivant
pendant 15 minutes sans arrêt; efforts de 1 minute suivis de pauses de 30 secondes,
pendant une dizaine de minutes); ce type d‟efforts «intermittents» permet habituellement
de soutenir une intensité assez élevée sans pour autant causer une trop grande fatigue
chez les athlètes.

 Les mêmes principes peuvent s‟appliquer en sports collectifs, où l‟on peut demander
aux athlètes de jouer sans arrêt pendant 5 à 10 minutes sur une surface restreinte, sans
prendre de pauses, tout en gardant constamment le ballon, la balle ou la rondelle en
mouvement et en conservant un rythme de déplacement élevé. L‟entraîneur(e) devrait
s‟assurer d‟avoir un surplus d‟équipement, afin d‟éviter que les athlètes ne récupèrent
lors des pertes de contrôle.

Lignes directrices visant le développement de la


coordination
 L‟activité ou l‟exercice doit contenir un enchaînement d‟actions; l‟enchaînement d‟actions
doit se faire dans un ordre ou une séquence bien précis.

 Le niveau de difficulté d‟un exercice ou d‟une activité de coordination est lié au nombre
de mouvements ou d‟actions à enchaîner; le nombre de mouvements ou d‟actions à
enchaîner ne doit donc pas être trop élevé chez les débutant(e)s ou les jeunes enfants
(2 ou 3 peuvent suffire).

 Les actions ou mouvements exécutés peuvent être d‟ordre général ou spécifique au


sport, selon le but recherché; chez les jeunes enfants, les exercices de coordination
générale, plutôt que ceux qui sont trop spécifiques à un sport, devraient être priorisés.

 Les patrons moteurs de base doivent être suffisamment maîtrisés avant de chercher à
réaliser des enchaînements d‟actions plus complexes; p. ex., si les athlètes ne
maîtrisent pas bien des schémas gestuels de base tels courir, sauter, rouler, tourner,
lancer et attraper, sauter sur une jambe en gardant l‟équilibre ou lever un bras et la
jambe opposée en même temps, les activités/exercices de coordination devraient mettre
l‟accent sur ces patrons moteurs.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 59


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

 Les enchaînements d‟actions peuvent être isolés pour différentes parties du corps (p.
ex., impliquer les mains et les bras uniquement ou les jambes et les pieds uniquement)
ou, au contraire, impliquer différentes parties du corps ou tout le corps; les activités de
coordination peuvent se dérouler sous forme de jeu d‟adresse.

 Il est important de s‟assurer de l‟exécution correcte des actions/mouvements et de leur


séquence; en effet, le système neuromusculaire tend à «mémoriser» les patrons
moteurs tel qu‟ils ont été effectués à l‟entraînement. En règle générale, les
actions/mouvements doivent donc être effectués à basse vitesse ou à faible intensité au
début de la phase d‟apprentissage, puis à vitesse progressivement plus élevée par la
suite.

 Il faut créer des conditions qui font que les athlètes auront à exécuter les
actions/mouvements dans différentes directions et aussi en utilisant leur «côté faible».

 Le niveau de difficulté de l‟exercice ou de l‟activité peut être augmenté :


 en augmentant la vitesse d‟exécution;
 en ajoutant de nouveaux mouvements;
 en modifiant la séquence dans laquelle les gestes doivent être exécutés;
 en combinant différentes actions déjà maîtrisées mais en les exécutant de façon
inhabituelle (p. ex., dribbler un ballon en marchant en petit bonhomme; courir
dans la neige, le sable ou l‟eau);
 en ajoutant des contraintes (p. ex., moins de temps; moins d‟espace; plus grande
précision exigée; environnement instable);
 en ajoutant de l‟incertitude aux conditions d‟exécution (p. ex., exécuter le geste
les yeux fermés).
Ces variations doivent être proposées de façon progressive, lorsque l‟enchaînement de
base est bien maîtrisé.

 Il est préférable de répéter fréquemment les enchaînements d‟actions quitte à ce que la


durée soit relativement courte plutôt que de s‟exercer rarement mais pendant de longues
périodes de temps à la fois; p. ex., répéter un enchaînement moteur à deux reprises pendant
5 minutes, quatre fois par semaine sera plus efficace sur le plan de l‟apprentissage qu‟une
séance de 40 minutes une fois par semaine.

Lignes directrices visant le développement de l’équilibre


 Bien qu‟il s‟agisse de qualités distinctes, certaines activités de coordination ou de
motricité générale peuvent être propices au développement de l‟équilibre.

 En règle générale, pour développer l‟équilibre, il faut chercher à créer des conditions qui
mettent les athlètes dans une position ou une posture inhabituelle (p. ex., se tenir sur un
pied; se tenir sur un pied et fléchir la jambe; sauter sur un banc de faible hauteur et
garder la position; sautiller sur un pied : sur place, vers l‟avant et vers l‟arrière) et leur
demander de garder cette position ou d‟effectuer la tâche pendant un certain temps.

 On peut également chercher à réaliser des gestes habituels (p. ex., marcher; courir;
etc.) dans des conditions inhabituelles; p. ex., à reculons, les yeux fermés, sur les
talons, en pente, sur une surface étroite ou instable (ligne tracée au sol ou corde au sol),

Page 60 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

etc. Il faut toutefois éviter des situations trop difficiles pouvant causer des chutes ou des
blessures.

 L‟utilisation de gros ballons permettant de supporter le poids du corps peut aussi


permettre de présenter des défis moteurs intéressants sur le plan de l‟équilibre; ainsi,
des tâches simples de la vie de tous les jours deviennent beaucoup plus complexes en
raison de l‟instabilité de l‟engin (p. ex., chercher à se tenir en position assise, debout ou
en position horizontale sur un ballon). De nouveau, il faut prendre les mesures
nécessaires pour éviter les blessures en cas de chute.

 Pour améliorer l‟équilibre statique et la stabilité du corps, il faut chercher à : abaisser le


centre de gravité du corps (p. ex., en fléchissant les jambes ou les hanches), élargir les
points d‟appui au sol (p. ex., écarter les jambes), augmenter le nombre d‟appuis au sol si
cela est possible, compte tenu du sport pratiqué (p. ex., mettre une ou deux mains au
sol) et s‟assurer que le poids est bien réparti sur chacun des points d‟appui au sol.

Lignes directrices visant le développement de la flexibilité


Note : La pratique du sport lui-même peut ne pas être suffisante pour permettre le
développement de cette qualité athlétique. Des exemples d‟exercices d‟étirement pour les
principaux groupes musculaires sont donc proposés à la page suivante. Les informations ci-
dessous concernent la méthode dite «d‟étirements statiques».

 Les exercices de flexibilité devraient être précédés d‟un échauffement léger comprenant
des efforts dynamiques continus (p. ex., course légère de 5 minutes).

 Les exercices se déroulent sans l‟aide d‟un(e) partenaire et sans l‟application d‟une
force externe sur le membre ou l‟articulation.

 Le muscle ou le groupe musculaire doivent être étirés de façon contrôlée et progressive,


sans interruption du mouvement, jusqu‟à ce qu‟une légère tension soit ressentie. Une
fois le muscle en position d‟étirement, il faut maintenir la position pendant une durée de
20 à 40 secondes, toujours de façon passive.

 L‟athlète devrait respirer lentement et profondément lors de l‟exécution d‟un exercice


d‟étirement.

 Les exercices doivent être effectués «de chaque côté».

 On peut répéter chaque exercice de 2 à 4 fois dans une même séance.

 Il faut éviter les à-coups brusques lors des mouvements, particulièrement lorsqu‟on n‟est
pas bien échauffé(e).

 La période du retour au calme est propice à la réalisation d‟exercices de flexibilité; en


effet, les muscles sont alors bien échauffés et ce type d‟effort n‟est pas intense; il permet
aussi une transition active entre la partie centrale de la séance d‟entraînement, le retour
et l‟évaluation de la séance et le départ des athlètes.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 61


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Exercices généraux de flexibilité


(images gracieuseté de CardiSport, www.cardisport.com )

Page 62 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Lignes directrices visant le développement de la force


Pour la majorité des sports, le développement des différentes qualités de force (force maximale;
force-vitesse; force-endurance) est difficilement réalisable par la pratique du sport lui-même.
Des considérations particulières doivent également être prises en compte afin d‟éviter les
blessures, particulièrement chez les débutant(e)s et les jeunes.
Les méthodes spécifiques de développement de la force de même que les mesures de sécurité
particulières devant être considérées et mises en place seront couvertes dans d‟autres ateliers
offerts dans le cadre du PNCE. Les considérations suivantes sont néanmoins fournies à titre
indicatif pour les jeunes et les athlètes qui débutent ce type d‟entraînement.
Des exemples d‟exercices de renforcement musculaire avec poids du corps ou engins légers
sont proposés à la page suivante.

 La majorité des exercices choisis devraient impliquer de larges masses musculaires;


des exemples sont fournis à titre indicatif à la page suivante. Dans tous ces exercices, la
résistance est fournie par le poids du corps ou par des engins légers.

 Il faut éviter les charges lourdes chez les enfants et les adolescent(e)s et mettre l‟accent
sur des exercices pour lesquels au moins 12 a 15 répétitions successives peuvent être
effectuées. Dans ce cas, on travaillera davantage la force-endurance.

 Le rythme d‟exécution des exercices doit être modéré et contrôlé; l‟exécution doit être
interrompue lorsque la qualité d‟exécution commence à se détériorer.

 Certains exercices de sauts ou de bondissements peuvent être utilisés; dans ce cas, la


vitesse d‟exécution ou de contraction musculaire est plus élevée et ces exercices
contribuent à développer la force-vitesse (puissance musculaire).

 Il faut éviter les exercices qui risqueraient de créer une surcharge au niveau de la
colonne vertébrale (stress de compression).

 Il faut chercher à atteindre un bon équilibre au niveau du développement des masses


musculaires; p. ex., il faut éviter de développer uniquement les groupes musculaires du
haut du corps ou du bas du corps, les muscles d‟une seule jambe ou d‟un seul bras ou
encore uniquement les groupes musculaires de l‟avant de la cuisse sans tenir compte
du développement de ceux de l‟arrière de la cuisse, etc.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 63


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Exercices généraux de renforcement musculaire (force)


(images gracieuseté de CardiSport, www.cardisport.com)
Banc ou escaliers

Mains placées à la Mains plus larges que Paumes vers l‟avant Paumes vers l‟arrière
largeur des épaules les épaules

Avec ou sans torsion Tige légère

Ballon médicinal Ballon médicinal Ballon médicinal Balle molle (tennis)

Page 64 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Lignes directrices visant le développement de la tactique


 L‟activité doit reproduire une situation compétitive ou une situation de jeu réaliste,
compte tenu du niveau des athlètes.

 Les athlètes doivent avoir une intention générale claire et un objectif précis lorsqu‟ils ou
elles débutent l‟exercice ou l‟activité en question [p. ex., créer un surnombre; prendre
un(e) adversaire par surprise afin de tirer avantage d‟une situation particulière; etc.].

 La situation proposée doit comporter un certain degré d‟incertitude de sorte que l‟athlète
ait certaines options et doive faire un choix; il faut éviter les situations stéréotypées et
prévisibles où les athlètes n‟ont pas à réfléchir ou à se concentrer.

 Il faut encourager les athlètes à faire preuve de créativité pour réaliser la tâche.

 Le déroulement de l‟activité ou de l‟exercice doit se faire à un rythme comparable à une


situation compétitive ou de jeu réelle; dans certains cas, particulièrement au début et
pour s‟assurer que les athlètes ont bien compris, le déroulement peut être un peu plus
lent.

 Il faut prendre le temps de questionner les athlètes relativement à leurs choix et à leur
prise de décision et de leur faire prendre conscience des différentes options qui s‟offrent
à eux/elles; cette démarche exige une certaine réflexion critique de la part des athlètes
eux/elles-mêmes.

 Certaines questions que l‟on peut poser aux athlètes incluent :


 Qu‟est-ce que tu as vu dans cette situation?
 Selon toi, quels étaient tes différents choix de réponse et quel aurait pu être le
résultat de chacun d‟eux?
 Quels indices as-tu pris en compte lorsque tu as pris ta décision ou fait ton
choix?
 Qu‟est-ce que tu espérais qu‟il se passe après avoir pris cette décision?
 Selon toi, quelle pourrait être la meilleure façon de prendre avantage sur
l‟adversaire dans cette situation? Pourquoi?
 Que pourrais-tu faire afin de cacher tes intentions à l‟adversaire le plus
longtemps possible afin qu‟il ou elle ne se doute pas de ce que tu cherches à
faire?
 Quelles actions ou gestes pourrais-tu poser afin de rendre l‟adversaire
incertain(e) par rapport à ce que tu cherches vraiment à faire ou encore à quand
et comment tu le feras?

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 65


Planification d'une séance d’entraînement : Élaboration d’activités pour les séances

Page 66 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

PRINCIPES LIÉS À LA CROISSANCE


ET AU DÉVELOPPEMENT

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 67


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

CONSIDÉRATIONS LIÉES AU DÉVELOPPEMENT


Certains changements importants surviennent lorsque les enfants grandissent. Ces
changements, qu‟on appelle également «stades de développement», affectent plusieurs
aspects de leur vie et de leur participation dans le sport. Sur le plan physique, l‟aptitude à
exécuter certaines habiletés pourra varier selon le stade de développement de l‟enfant. Sur le
plan émotionnel, les étapes de développement pourront affecter le type de collaboration ou de
compétition qui est le plus approprié pour l‟enfant.
En règle générale, avant la puberté, il y a peu de différences entre les garçons et les filles en ce
qui a trait aux stades de développement. Par contre, à compter de l‟adolescence, certaines
différences importantes se manifestent et celles-ci affectent les aptitudes dans certains
domaines particuliers. En tant qu‟entraîneur(e), il est important que vous soyez au fait de ces
changements et de leur impact sur les aptitudes sportives.

La puberté
La puberté (ou l‟adolescence) est la période de la vie durant laquelle d‟importantes
transformations surviennent sur les plans physique et psychologique. Entre autres, c‟est au
cours de cette période que les fonctions sexuelles se développent. Quelques points importants
à noter au sujet de la puberté sont présentés ci-dessous :

 C‟est une période de changements rapides dans plusieurs domaines (croissance;


développement moteur; intérêts; relations avec les autres).

 L‟enfant passe par certains stades prévisibles.

 Par contre, le début ainsi que la durée de chaque stade ne sont pas prévisibles de sorte
qu‟à un même âge, il peut y avoir des différences importantes entre les enfants.

Quand la puberté débute-t-elle?


La puberté peut débuter à des âges très variables, mais en général elle se manifeste plus tôt
chez les filles que chez les garçons.

 Garçons – La puberté débute en moyenne vers 12,5 ou 13 ans. Cependant, elle peut
commencer 2 ans plus tôt ou plus tard chez environ 25 à 30 % des individus et même
jusqu‟à 4 ans plus tôt ou plus tard dans certains cas.

 Filles – La puberté débute en moyenne vers 11 ou 11,5 ans. Cependant, elle peut
commencer une année ou une année et demi plus tôt ou plus tard chez environ 25 à
30 % des individus et même jusqu‟à 2 ou 2,5 ans plus tôt ou plus tard dans certains cas.

Combien de temps la puberté dure-t-elle?


Pour la plupart des garçons et des filles, la puberté dure environ 4 ans. Ici encore, il peut y avoir
de grandes variations et la durée peut en fait être d‟une année ou une année et demi plus
courte ou plus longue que la moyenne chez environ 25 à 30 % des individus. Dans certains cas,
la durée de la puberté peut être plus longue.

Page 68 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Pourquoi cette information est-elle importante pour les entraîneur(e)s?


Certain(e)s athlètes ont un développement précoce, d‟autres un développement tardif.
À un même âge, les enfants ne sont pas tous et toutes au même stade de développement. Pour
certain(e)s athlètes, la puberté s‟amorcera à un jeune âge (on parle alors de développement
précoce) de sorte qu‟ils ou elles pourront être avantagés temporairement lorsqu‟ils ou elles
s‟entraînent ou prennent part à des compétitions avec d‟autres du même groupe d‟âge.
Inversement, pour d‟autres jeunes, la puberté débutera à un âge plus élevé (on parle alors de
développement tardif).
Il est important de noter que le succès sportif à l‟âge adulte ne dépend pas de l‟âge auquel s‟est
amorcée la puberté ou encore de sa durée. Ainsi, plusieurs individus dont le développement est
tardif deviennent de très bons athlètes. Michael Jordan, l‟un des meilleurs joueurs de basket-
ball de tous les temps, est un bon exemple d‟un athlète dont le développement fut tardif.
Adaptation des activités pour les adolescent(e)s
Une activité particulière peut être appropriée pour l‟entraînement d‟une qualité athlétique chez
certain(e)s athlètes, mais il est possible qu‟elle ne convienne pas du tout à d‟autres. Par
conséquent, il peut être nécessaire de modifier certaines caractéristiques d‟une activité
(intensité, durée, conditions de pratique) afin de l‟adapter aux besoins de certains jeunes.
Il est important que l‟entraîneur(e) prenne le temps d‟adapter les activités afin de tenir compte
de l‟écart pouvant exister sur le plan du développement entre «la moyenne des athlètes» et
ceux et celles qui montrent un développement précoce ou tardif. De tels ajustements
permettront non seulement une pratique sportive plus sécuritaire, mais aussi d‟offrir des défis
réalistes et plus motivants à chaque enfant. De cette façon, vous augmenterez les probabilités
qu‟ils ou elles aient du plaisir et du succès et qu‟ils ou elles demeurent impliqué(e)s dans votre
programme ou dans votre sport.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 69


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

QUALITÉS ATHLÉTIQUES : CONSIDÉRATIONS LIÉES À LA


CROISSANCE ET AU DÉVELOPPEMENT

Le tableau de la page suivante montre les qualités athlétiques qui devraient être entraînées ou
encore que l‟on devrait éviter d‟entraîner.
Les recommandations proposées dans les pages suivantes tiennent compte de l‟avis d‟experts
dans les domaines de la croissance, du développement et de l‟entraînement. À ce titre, elles
sont valables pour la très grande majorité des sports. Pour certains sports à spécialisation
hâtive, dont la gymnastique, quelques unes de ces recommandations peuvent cependant être
de nature à remettre en question certaines approches utilisées à l‟entraînement. Si tel est le
cas, nous invitons les entraîneur(e)s de ces sports à : (1) faire preuve de discernement à la fois
dans l‟interprétation des présentes recommandations et dans la mise en œuvre de certaines
méthodes propres à leur sport; (2) consulter des experts reconnus au besoin, afin de s‟assurer
que les activités d‟entraînement qu‟ils ou elles proposent à leurs athlètes sont appropriées,
sécuritaires et adaptées à leur niveau de développement.
Chez les enfants, il peut y avoir d‟importantes variations sur le plan du développement physique
à un même âge chronologique (p. ex., 12 ans). Lorsque vous vous référez au tableau de la
page suivante, prenez note qu‟il est fréquent de rencontrer des situations où les athlètes sont
en avance ou en retard de deux (2) ans ou plus par rapport aux lignes directrices proposées.

Page 70 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Lignes directrices pour l’entraînement des qualités athlétiques en fonction de l’âge des
athlètes

Qualités Stade de développement (âge)


athlétiques 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
Puissance aérobie F         
(efforts intenses de
courte durée, 2-10 G         
minutes)
Capacité aérobie F        
(efforts prolongés)
G         
Endurance-vitesse F        
G         
Force-endurance F         
G          
Force maximale F          
G             
Force-vitesse F           
(puissance musculaire)
G           
Flexibilité F     
G     
Vitesse (efforts de 8 F       
secondes ou moins)
G       
Vitesse (cadence de F   
mouvement élevée,
efforts de courte durée) G   
Agilité/Équilibre/ F     
Coordination
G     
Techniques de base F     
G     
Techniques plus G F FG    
avancées F
Tactique et prise de F    
décisions
G    
Légende :  à éviter  âge d‟entraînement optimal possible, mais non prioritaire
avec modération tel que requis par le sport
F : Filles G : Garçons

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 71


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Croissance et développement – Groupes d’âge : 3-5 ans


Généralités
 Ne distingue pas ce qui est réel de ce qui est irréel.
 Vit dans un monde où l‟imaginaire et l'imitation prédominent.
 Très grande dépendance envers les parents.
 A besoin d‟une routine bien établie dans ses activités quotidiennes.
Psycho-social
 Très individualiste et même égocentrique.
 Craint les personnes inconnues.
 Garçons et filles peuvent être impliqués dans les mêmes activités sans problème.
 Se compare constamment aux autres.
 La reconnaissance et l‟appréciation de tout ce qui est fait par les parents et les proches est
importante.
Apprentissage
 Devient progressivement plus compétent dans le domaine de l‟acquisition de connaissances, de
l'intelligence, du langage et de l'apprentissage.
 Utilise les notions d'âge, de temps, d'espace et de moralité (bon-mauvais) de façon plus efficace.
 Très faible capacité de concentration (quelques secondes-minutes); ne peut comprendre les
concepts abstraits ni résoudre de problèmes (faible capacité de raisonnement).
 Ne peut tenir compte de la plupart des informations ou stimuli de l‟environnement.
Physique
 La croissance se fait à un rythme régulier et connaît un léger ralentissement comparativement aux
2 premières années de la vie. Les proportions corporelles se raffinent. La tête est fragile.
 Fréquence cardiaque de repos et à l‟effort plus élevée que chez l‟adulte.
 Le développement du système nerveux se fait à un rythme très rapide au cours de cette période. La
croissance du cerveau est complétée à environ 75 % à 3 ans et à environ 90 % vers 6 ans.
 La coordination œil-main s'améliore de même que le rythme général des mouvements
fondamentaux; contrôle accru des mouvements mais ceux-ci demeurent saccadés.
 La performance motrice est fortement liée au toucher et au sens kinesthésique.
 À 5 ans, la marche et la course sont habituellement bien maîtrisées et peuvent être intégrées dans
des jeux. Vers 5 ans, une distance de 35 m peut être couverte en 10 sec environ à la course.
Préférences
 Préfère les activités qui stimulent les différents sens et l‟imagination.
 Adore les jeux simples dont les tâches et les règles sont faciles à comprendre.
 Démontre un intérêt particulier pour les activités individuelles, mais accepte de partager son
environnement de jeu.
Contre-indications
 Toute activité structurée ou qui requière de l‟attention.
 Activités où il y a des impacts répétés et des risques de collision.
 Activités répétitives (pour prévenir l‟ennui et les blessures d‟usure).
 Exposition au froid ou à la chaleur.
 Comparaison avec d‟autres enfants.
 Mettre l‟accent sur les résultats ou la performance.

Page 72 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Suggestions
 Activités qui offrent des expériences motrices diverses où l‟accent est mis sur le sens kinesthésique
(p. ex., connaissance du corps et de ses parties, et leur emplacement dans l‟espace).
 Encourager l‟enfant à utiliser les deux côtés de son corps lors de l‟exécution de nouveaux
mouvements.
 Explications simples accompagnées d‟assistance manuelle à l‟enfant lors de l‟exécution du
mouvement.
 Toutes les activités devraient se dérouler sous forme de jeux et être courtes et variées.
 L‟instruction, l‟enseignement et les directives doivent être spécifiques, simples et viser l‟atteinte d‟un
objectif très clair.
 On peut constituer des petits groupes où l‟accent est mis sur des activités jouées favorisant
l'acquisition des habiletés motrices de base nécessaires au développement psychomoteur (p. ex.,
équilibre, coordination, déplacements dans toutes les directions et de diverses formes).
Encourager la participation des parents afin de créer une occasion propice à l'établissement de
relations étroites entre eux et leur(s) enfant(s).
 Encourager généreusement les efforts de l‟enfant et le complimenter régulièrement.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 73


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Croissance et développement – Groupes d’âge : 6-7 ans


Généralités
 À cet âge, l‟enfant est encore assez individualiste et centré sur lui/elle-même. A besoin de
beaucoup d'attention et doit être en compagnie d'un(e) adulte et/ou en petit groupe.
 Grande dépendance envers les parents.
 Reconnaît l'animateur/trice ou l‟entraîneur(e) comme chef.
 A besoin d‟une routine bien établie dans ses activités quotidiennes.
 Vécu athlétique inexistant.
 L‟intérêt pour le sport peut commencer à se manifester.
 Plusieurs enfants participent au sport parce qu‟un(e) ami(e) le fait
Psycho-social
 Plutôt individualiste; essaie quand même d'élargir son champ social et le nombre de ses relations,
surtout avec les individus du même sexe.
 Parfois gêné et timide.
 Est conscient(e) de ses émotions et de celles des autres à son endroit; peut utiliser les émotions
pour manipuler et obtenir certains privilèges ou encore certaines choses qu‟il ou elle désire.
 L‟estime de soi est fortement liée à la perception d‟avoir du succès.
 Garçons et filles peuvent être impliqués dans les mêmes activités sans trop de problème.
Apprentissage
 Apprend mieux en observant et en expérimentant rapidement par la suite.
 Durée d'attention courte (quelques minutes).
 Attention relativement courte.
 Le raisonnement se limite à ce qui est évident et observable.
 A peur de l'inconnu.
 Est porté à imiter et à faire preuve d'imagination; est curieux et avide de savoir.
 Peut tenir compte de certains stimuli de l‟environnement.
 Le côté dominant est établi pour ce qui est de la dextérité manuelle.
Physique
 Le développement du système nerveux est presque terminé.
 La croissance physique se poursuit à un rythme constant, mais lent. En moyenne, il y a peu de
différences entre les sexes pour ce qui est de la taille et du poids corporel.
 La tête est encore fragile. Les os, tendons, muscles et ligaments ne peuvent résister à de fortes
surcharges.
 Est toujours en mouvement. A encore relativement peu de coordination; possède une endurance
faible à haute intensité.
 Fréquence cardiaque de repos et à l‟effort plus élevée que chez l‟adulte. Fréquence cardiaque de
repos avoisine les 100 bpm.
 Le métabolisme aérobie prédomine durant l‟effort; faible capacité anaérobie.
 Ne supporte pas bien l‟effort par temps chaud car le mécanisme de production de sueur n‟est pas
encore bien développé; comparativement aux adultes, les risques de blessures dues à la chaleur
sont donc plus élevés. L‟enfant se refroidit également rapidement et ne supporte pas bien le froid.

Page 74 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Préférences
 Préfère l'activité individuelle avec une certaine interaction du groupe (p. ex., tag et la traverse).
Aime aussi lancer, attraper, frapper, sauter, grimper, ainsi que les activités où tout le corps est
impliqué.
 Apprécie toutes les activités requérant de l'imagination ou encore l'imitation de l'adulte.
 Les jeux doivent être soumis à un minimum de règles et favoriser la créativité.
Contre-indications
 Activités où il y a des impacts répétés et des risques de collision.
 Activités répétitives. Activités trop structurées et trop formelles (pour prévenir l‟ennui et les
blessures d‟usure).
 Exposition au froid ou à la chaleur.
 Utilisation d‟engins ou de ballons non adaptés à la taille et à la force de l‟enfant.
 Spécialisation dans un sport ou à une position.
 Efforts intenses et répétés dont la durée varie entre 20 et 60 secondes; contractions musculaires
maximales; efforts aérobies prolongés.
 Mettre l‟accent sur l‟atteinte de résultats ou d‟une quelconque performance.
 Expérience compétitive déplaisante ou non valorisante.
 Comparer les enfants les uns aux autres.
 Longues explications.
 Critiques négatives.
Suggestions
 Toutes les activités devraient se dérouler sous forme de jeux. Varier les conditions dans lesquelles
se déroulent les jeux et les activités afin de promouvoir le développement des schémas moteurs.
 Adapter les règles du jeu pour favoriser le maximum d‟interaction et d‟implication des enfants et
augmenter les probabilités de succès lors de la pratique de l‟activité. Utiliser de l‟équipement adapté
à la taille et à la force de l‟enfant.
 L‟instruction, l‟enseignement et les directives doivent être spécifiques, simples et viser l‟atteinte d‟un
objectif très clair. La durée des activités doit être courte et les exercices doivent être variés.
 Encourager généreusement les efforts de l‟enfant et le complimenter régulièrement. Privilégier le
renforcement positif; la rétroaction ne doit attirer l‟attention que sur un seul point : le plus important.
Encourager les enfants à se féliciter eux-mêmes et à féliciter les autres.
 Privilégier le développement des habiletés motrices de base par des activités jouées; présenter les
techniques en faisant appel à l‟imaginaire afin de faciliter la mémorisation (p. ex. référer à une
image du vécu de l'enfant telle qu'une situation cocasse de la vie ou une relation avec un
personnage de bande dessinée ou d‟une émission de télévision).
 Lors d‟activités réalisées par temps chaud, encourager les enfants à boire et s‟assurer de la
disponibilité de boissons ayant un goût attrayant.
Exemples
 Courses de relais ou d‟obstacles.
 Culbutes, pirouettes, sauts, courses, mouvements latéraux, grimper le long d‟une corde, saut à la
corde, utilisation de structures de jeu, glissades, lancer, attraper, passer un ballon avec les mains
ou les pieds, frapper un ballon.
 Exercices de base pour l‟entraînement de la force au moyen du poids du corps (pompes, tractions
des bras, accroupissements en utilisant le poids du corps).

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 75


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Croissance et développement – Groupes d’âge : 8-9 ans


Généralités
 Grande imagination; l'activité est importante. Aime travailler, apprendre et réaliser.
 A encore besoin d‟une routine bien établie dans ses activités quotidiennes.
 Veut agir de sa propre initiative; déteste le conformisme, mais les instructions de l'animateur sont
néanmoins acceptées si l‟enfant sent qu'il ou elle participe à l'établissement des règlements et des
modalités.
 Vécu athlétique très faible ou inexistant.
 L‟intérêt pour le sport se précise à cet âge; plusieurs enfants de cet âge participent au sport parce
qu‟un(e) ami(e) le fait.
 La puberté peut s‟amorcer chez certains enfants dont le développement est précoce, en particulier
les filles.
Psycho-social
 Toujours individualiste mais s'intéresse de plus en plus au groupe. Veut être accepté(e) par les
autres et manifeste une grande loyauté envers son équipe.
 A besoin de renforcement positif et d‟encouragements.
 L‟estime de soi est fortement liée à la perception d‟avoir du succès.
 Est conscient de ses émotions et de celles des autres à son endroit; peut utiliser les émotions pour
manipuler et obtenir certains privilèges ou encore certaines choses qu‟il ou elle désire.
 Cherche l'approbation d'autrui et rejette souvent les interactions avec l'autre sexe.
 Garçons et filles peuvent être impliqués dans les mêmes activités sans trop de problème.
Apprentissage
 Est disposé à suivre les instructions pour mieux apprendre et réagit favorablement aux félicitations.
A une assez bonne capacité d'attention. Peut faire certaines généralisations.
 On doit mettre l‟accent sur l‟apprentissage moteur et des techniques de base dans plusieurs sports.
 L‟apprentissage des règles du jeu et des principes tactiques fondamentaux est possible.
 Peut distinguer les angles des objets et des mouvements (p. ex., balles), mais peut encore avoir de
la difficulté à différencier la gauche de la droite.
 Raisonnement limité à ce qui est évident et observable.
Physique
 Les caractéristiques physiques sont semblables à celles de l'enfant de 6-7 ans, mais la coordination
et l‟endurance sont meilleures. Le rythme de croissance est lent, ce qui permet une plus grande
indépendance motrice.
 Le développement du système nerveux est presque complété.
 Temps de réaction lents. Aptitude accrue à effectuer des mouvements coordonnés et rapides.
 Les grosses masses musculaires (c.-à-d. les jambes) sont plus développées que les plus petites
(c.-à-d. les bras, les mains).
 Très faible capacité d‟accroissement de la masse musculaire (hypertrophie). Les gains de force
résultent essentiellement de facteurs neuraux et d‟une meilleure coordination.
 Fréquence cardiaque de repos et à l‟effort plus élevée que chez l‟adulte. Prédominance du
métabolisme aérobie à l‟effort; faible capacité anaérobie.
 Ne supporte pas bien l‟effort par temps chaud car le mécanisme de production de sueur n‟est pas
encore bien développé; comparativement aux adultes, les risques de blessures dues à la chaleur
sont donc plus élevés. L‟enfant se refroidit également rapidement et ne supporte pas bien le froid.

Page 76 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Préférences
 Jeux de groupe, individuels et/ou deux par deux.
 Aime les activités où tout le corps est impliqué (sauts, course, etc.).
 Aime prendre certaines responsabilités et participer aux décisions concernant le déroulement des
activités.
 Apprécie particulièrement les activités qui lui permettent de se mettre en valeur.
Contre-indications
 Activités où il y a des impacts répétés et des risques de collision.
 Activités trop structurées. Approche mécanique et répétitive lors de l‟enseignement des techniques
fondamentales.
 Utilisation d‟engins ou de ballons non adaptés à la taille et à la force de l‟enfant pour l‟apprentissage
technique.
 Spécialisation dans un sport ou à une position.
 Efforts intenses dont la durée varie entre 20 et 120 secondes; contractions musculaires maximales;
efforts aérobies prolongés.
 Exposition au froid ou à la chaleur.
 Accent mis sur la victoire; pression de performer.
 Comparaisons avec d‟autres enfants.
 Longues explications.
 Critiques négatives.
Suggestions
 En tant que responsable, établir clairement les limites; agir de façon constante et prévisible.
Accepter l‟enfant de façon inconditionnelle.
 Encourager généreusement les efforts de l‟enfant et le complimenter régulièrement. Privilégier le
renforcement positif; la rétroaction ne doit attirer l‟attention que sur un seul point : le plus important.
Mettre l‟accent sur les aspects suivants : le développement de l‟estime de soi et de la confiance en
soi, l‟interaction et la coopération avec les autres, avoir du bon temps, donner un effort maximal;
mettre la victoire et la défaite en perspective.
 L‟instruction, l‟enseignement et les directives doivent être spécifiques, simples et viser l‟atteinte d‟un
objectif très clair. La durée des activités doit être courte et les exercices doivent être variés.
 Mettre l‟accent sur les activités ayant pour objectif de favoriser la coordination, l‟équilibre et
l‟acquisition de patrons moteurs corrects. Encourager la participation à plusieurs sports/activités.
Favoriser le développement de l‟ambidextérité dans les mouvements des mains et des pieds afin de
favoriser un meilleur répertoire moteur et d‟améliorer la coordination. Âge propice à l‟inclusion de
jeux de vitesse.
 Utiliser de l‟équipement adapté à la taille et à la force de l‟enfant. Favoriser les jeux d'opposition, les
simulations de compétition et les démonstrations d'habileté qui ont de grandes possibilités de se
conclure sur une note positive et où le niveau des athlètes est semblable.
 Donner l'occasion de prendre certaines responsabilités et d'évaluer le résultat de ses activités.
Adapter les règles du jeu pour favoriser le maximum d‟interaction et d‟implication des athlètes et
augmenter les probabilités de succès lors de la pratique de l‟activité.
 Lors d‟activités réalisées par temps chaud, encourager les enfants à boire; s‟assurer de la
disponibilité de boissons ayant bon goût.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 77


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Croissance et développement – Groupes d’âge : 10-11 ans


Généralités
 L'enfant de cet âge développe progressivement son sens de la moralité et sa capacité de faire des
jugements de valeurs (bien et mal).
 L‟enfant peut afficher une attitude très compétitive. Il ou elle veut améliorer son style et avoir l'air
compétent(e).
 Des différences marquées commencent à apparaître entre les garçons et les filles, particulièrement
vers la fin de cette tranche d‟âge.
 Cherche à se soustraire à l'autorité des adultes et la défie.
 Le vécu athlétique peut être très variable selon les athlètes. La pratique sportive se fait souvent sur
une base saisonnière et dans des programmes sportifs souvent de courte durée; p. ex., quelques
semaines.
 Le temps consacré à l‟entraînement général et à la préparation de base devrait être plus grand que
celui consacré à une préparation spécialisée de même qu‟à la participation à des compétitions.
Psycho-social
 S'intéresse au groupe, crée des liens plus forts avec quelques camarades
 Veut bénéficier de plus en plus d'indépendance et cherche à se rendre utile.
 Est très loyal(e) au groupe.
 Commence à être attiré(e) par l'autre sexe, sans toutefois le démontrer ouvertement.
 Manifeste facilement ses émotions (colère, peine, etc.)
 Garçons et filles peuvent encore être impliqués dans les mêmes activités sans trop de problème.
Apprentissage
 Commence à être capable d'une pensée plus abstraite (concepts), mais préfère les exemples
concrets.
 On doit continuer à mettre l‟accent sur l‟apprentissage moteur et des techniques de base dans
plusieurs sports.
 La fine motricité se développe.
 On peut amorcer l‟apprentissage des techniques plus spécifiques ainsi que de certaines notions
tactiques fondamentales; les règles du jeu devraient être bien comprises à cet âge.
 La capacité d'attention est plus longue (plus de 10 minutes)

Page 78 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Physique
 L‟amélioration de la force et de l‟endurance est possible grâce à l‟entraînement, mais est aussi
directement liée à la croissance. Très faible capacité d‟accroissement de la masse musculaire
(hypertrophie). Les gains en force résultent essentiellement de facteurs neuraux et d‟une meilleure
coordination.
 La flexibilité est généralement bonne, mais doit néanmoins être entraînée.
 Les temps de réaction sont relativement lents. Par contre, l‟acuité visuelle et la perception des
dimensions (profondeur) sont bonnes, ce qui permet une amélioration de la performance dans des
activités telles lancer ou attraper.
 Ne supporte pas bien l‟effort par temps chaud car le mécanisme de production de sueur n‟est pas
encore bien développé; comparativement aux adultes, les risques de blessures dues à la chaleur
sont donc plus élevés. L‟enfant se refroidit également rapidement et ne supporte pas bien le froid.
 Chez les filles, la seconde moitié de cette période marque le début d‟une forte poussée de
croissance qui durera environ 3 ans et demi. Les premières menstruations peuvent apparaître vers
11 ans chez certaines filles.
 La puberté peut s‟amorcer chez certains garçons vers la fin de cette période.
Préférences
 Aime les jeux plus compétitifs, les jeux d'équipe et les jeux qui poussent l'organisme à la limite
d'une saine fatigue.
Contre-indications
 Activités où il y a des impacts répétés et des risques de collision.
 Exposition au froid ou à la chaleur.
 Utilisation d‟engins ou de ballons non adaptés à la taille et à la force de l‟enfant pour l‟apprentissage
technique.
 Efforts intenses dont la durée varie entre 20 et 120 secondes; contractions musculaires maximales;
efforts aérobies prolongés.
 Spécialisation dans un sport ou à une position.
 Approche mécanique et répétitive lors de l‟enseignement des techniques fondamentales.
 Accent mis sur la victoire; pression de performer; comparaison entre les enfants.
 Expérience compétitive déplaisante ou non valorisante.
Suggestions
 Participation à plusieurs sports/activités.
 Adapter les règles du jeu pour favoriser le maximum d‟interaction et d‟implication des athlètes et
augmenter les probabilités de succès lors de la pratique de l‟activité. Utiliser de l‟équipement adapté
à la taille et à la force de l‟enfant.
 L‟instruction, l‟enseignement et les directives doivent être spécifiques, simples et viser l‟atteinte d‟un
objectif très clair. La durée des activités doit être courte et les exercices doivent être variés.
 Le temps d‟engagement actif doit être le plus élevé possible lors des activités et séances.
 Encourager généreusement les efforts de l‟enfant et le complimenter régulièrement.
 La rétroaction ne doit attirer l‟attention que sur un seul point : le plus important. Mettre l‟accent sur
les aspects suivants : le développement de l‟estime de soi et de la confiance en soi, l‟interaction et
la coopération avec les autres, avoir du bon temps, donner un effort maximal; mettre la victoire et la
défaite en perspective.
 Lors d‟activités réalisées par temps chaud, encourager les enfants à boire et s‟assurer de la
disponibilité de boissons ayant un goût attrayant.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 79


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Croissance et développement – Groupes d’âge : 12-15 ans


Généralités
 Âge des poussées de croissance. Pour un même âge chronologique, de grandes variations peuvent
être observées pour ce qui est du niveau de développement physique. En général, les grands
changements physiques se manifestent plus tôt chez les filles.
 Durant cette période, il existe souvent un grand écart de maturité entre les garçons et les filles,
celles-ci l‟étant davantage.
 L‟enfant acquiert les valeurs, concepts moraux et attitudes qui lui permettent s‟intégrer et de
fonctionner en société.
 L'opinion des amis est souvent plus importante que celle de l‟entraîneur(e); l‟enfant désire toujours
avoir l'air compétent(e).
 Pour l'enfant, c‟est une période de bouleversements, ce qui l'amène à tout remettre en question, à
être plus critique et à demander beaucoup de justifications. Il est important qu‟il y ait des modèles
positifs à qui l‟enfant puisse s'identifier.
 La compétition devient plus importante chez certains individus, tout comme le résultat. Le temps
consacré à l‟entraînement général et à la préparation de base devrait être plus grand que celui
consacré à une préparation spécialisée de même qu‟à la compétition.
Psycho-social
 Important de créer des groupes séparés pour les garçons et les filles.
 Instabilité psychologique en raison des changements physiologiques rapides qui s‟opèrent.
 Plus grand désir d‟indépendance; cette période peut être associée à un rejet de l‟autorité parentale
et, en général, à une phase d‟opposition à l‟adulte (n‟aime pas se faire dire quoi faire).
 Développe des relations plus personnelles avec les deux sexes. Goûte davantage l'indépendance
et la responsabilité. L‟éveil à la sexualité se manifeste de façon très importante vers la fin de cette
période.
 Cette période est importante pour le développement du respect d‟autrui, de notions d‟esprit sportif
et d‟une éthique du travail.
Apprentissage
 A des pensées d'adulte. Il faut tenir compte de la différence de maturité entre les garçons et les
filles. Les intérêts et les habiletés diffèrent selon le sexe.
 A une grande attirance pour les défis. A besoin de nouveauté; curiosité élevée.
 Capacité d'attention très longue (plus de 20 minutes). De plus en plus capable de pensée abstraite.
 Période propice à la consolidation des apprentissages moteurs fins.
 Période propice à l‟enseignement de schémas tactiques plus complexes et à une prise de décision
en situation de jeu.
 Une certaine spécialisation par sport et par position peut s‟amorcer, tout en continuant à encourager
la participation à des sports ayant des exigences diverses.

Page 80 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Physique
Filles : Le développement des caractéristiques sexuelles secondaires (poils pubiens; seins) débute
vers l‟âge de 11 ans ou 11 ans et demi. En moyenne, la poussée de croissance débute peu de temps
après. Le taux maximal de croissance est normalement observé entre 11,5 et 12,5 ans et les premières
menstruations surviennent environ un an plus tard. Durant cette période, on observe une hausse
progressive de la masse adipeuse et l‟élargissement du bassin en raison de l‟effet de certaines
hormones. À cause de ces nombreux changements, l‟aptitude à réaliser des performances sportives
peut plafonner ou encore régresser pendant une courte période de temps. De plus, durant les mois qui
suivent les premières menstruations, certaines filles peuvent avoir de la difficulté à soutenir des
charges de travail élevées. Il est alors important de les informer que ce phénomène est tout à fait
normal et qu‟elles continueront à s‟améliorer après cette phase temporaire.
Garçons : L‟apparition des caractéristiques sexuelles secondaires (poils pubiens; élargissement des
organes génitaux) s‟observe à compter de 11 ans environ. En moyenne, la poussée de croissance
débute vers 13 ans et le taux maximal de croissance est observé vers 14 ou 15 ans. Des gains
appréciables de force et de masse musculaire surviennent environ un an après la poussée de
croissance maximale, à savoir vers 15 ou 16 ans, en raison de la production accrue de l‟hormone
testostérone; cet âge représente une période propice pour amorcer l‟entraînement de la force avec des
charges plus lourdes si cette qualité athlétique est importante dans le sport.
 Lors des poussées de croissance, les pieds et les mains ont tendance à se développer en premier,
suivis des jambes et des avant-bras. Les os longs sont fragiles lors de cette phase. La croissance
s‟accompagne d‟un gain de poids.
 La poussée de croissance caractéristique de cette période occasionne une certaine disproportion
des membres, ce qui peut affecter négativement la coordination et l‟aptitude à exécuter certains
mouvements techniques qui étaient déjà bien maîtrisés.
 Cette période est propice au développement des qualités d‟endurance et de flexibilité.
 L‟entraînement de l‟endurance-vitesse peut débuter vers la fin de cette période.
Préférences
 Apprécie avoir la possibilité de réaliser des exploits individuels; aime relever des défis.
 Actions qui suscitent une certaine admiration de la part des autres.
 Aime les activités développant la dextérité et demandant relativement peu de force, les jeux
d'équipe et la compétition.
Contre-indications
 Avant et durant la poussée de croissance, éviter les efforts très intenses dont la durée varie entre
20 et 120 secondes, les efforts d‟endurance prolongés, particulièrement ceux avec impact sur les
articulations (p. ex., course sur l‟asphalte).
 Stress mécanique trop élevé (forces de compression) sur les os longs et sur la colonne vertébrale,
comme c‟est le cas lorsque des charges lourdes sont soulevées.
 Participation à un nombre de compétitions plus élevé que le nombre de séances d‟entraînement.
 Pression de performer.
 Expérience compétitive déplaisante ou non valorisante.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 81


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Suggestions
 Le temps d‟engagement actif doit être le plus élevé possible lors des activités et séances
d‟entraînement.
 Enseignement et apprentissage des techniques plus spécifiques et plus complexes. Les directives
peuvent être plus élaborées; l‟exécution d‟un nombre élevé de répétitions dans les éducatifs et les
activités est possible.
 Donner des occasions de prendre des décisions et de résoudre des problèmes.
 Mettre l‟accent sur l‟exécution correcte des mouvements lors des entraînements en force.
 La supervision des activités d‟entraînement est importante afin d‟éviter des blessures causées par
la prise de risques excessifs de la part de l‟adolescent(e); adapter la charge de travail à chaque
athlète.
 Jeux d'habileté et de dextérité.
 Occasions de rencontrer, ou d‟interagir avec, des modèles positifs dans le domaine du sport
(compétiteurs ou entraîneurs); compétitions ou tournois impliquant des déplacements; activités
sociales entre les membres du groupe.
 Lorsqu‟un(e) athlète ayant atteint la puberté souffre de douleurs aux articulations (épaules; coudes;
genoux) ou encore s‟il ou elle a de la difficulté à terminer des séances d‟entraînement qui ne
posaient pas de difficultés majeures auparavant, les charges de travail devraient être diminuées (p.
ex., en réduisant la quantité, l‟intensité ou la fréquence des activités d‟entraînement), et ce afin
d‟éviter d‟imposer un trop grand stress au corps.
 Selon le niveau de maturité, chercher à impliquer l‟adolescent(e) dans des fonctions d'officiel(le)
technique ou d'arbitre ou encore dans la gestion de certaines activités (échauffement, retour au
calme, etc.).

Page 82 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Croissance et développement – Groupes d’âge : 16-17 ans


Généralités
 Stade intermédiaire pendant lequel l‟individu n'est plus un enfant mais pas encore tout à fait un
adulte, ce qui peut parfois engendrer une crise d'identité.
 Les athlètes dont le développement est tardif peuvent encore se trouver dans la phase de
changements majeurs de la puberté.
 L'individu atteint une plus grande maturité émotionnelle et recherche de plus en plus l'autonomie.
 Sur le plan sportif, la spécialisation dans un sport ou à une position peut exiger un entraînement sur
une base annuelle, mais il demeure tout à fait acceptable d‟aborder la pratique sportive de façon
saisonnière, surtout au début de cette période.
 Le volume de travail augmente progressivement d‟une année à l‟autre et peut représenter jusqu‟à
15 heures ou plus par semaine à la fin de cette période.
 Pour les athlètes qui s‟entraînent sérieusement, le nombre d‟heures consacrées à l‟entraînement
général, à l‟entraînement spécifique et à la préparation en vue des compétitions sont à peu près
égales.
Psycho-social
 La sexualité devient très importante et les athlètes recherchent l‟intimité avec les autres.
 L‟individu a une personnalité plus indépendante, mais le groupe d‟amis a une importance très
grande.
 L‟individu désire être traité en adulte.
 L‟individu s‟identifie souvent à l‟entraîneur(e) et rejette fréquemment l‟autorité parentale.
 L‟individu devient de plus en plus conscient de ses propres valeurs.
 Les activités sociales sont très importantes.
Apprentissage
 L'adolescent(e) élargit son répertoire comportemental. Il ou elle acquière et développe sa capacité
de déduction logique.
 Période de spécialisation sportive (type de sport et position) et d‟acquisition/développement de
connaissances tactiques et stratégiques spécifiques.
Physique
 Les principaux systèmes et fonctions physiologiques sont établis; moment opportun pour
développer la capacité aérobie; accroissement considérable de la force et de la capacité anaérobie
(endurance-vitesse).
 La force-vitesse et la vitesse peuvent être entraînées de façon systématique.
 Accroissement de la masse musculaire chez le garçon en raison de la production accrue de
certaines hormones, dont la testostérone.
 La croissance est habituellement terminée chez la jeune femme de 17 ou 18 ans; elle se terminera
un peu plus tard chez le jeune homme (19-20 ans).
Préférences
 Pratique l‟activité ou le sport dans son intégralité, c.-à-d. sans modification de règles ou de
conditions par rapport à la «version adulte».
 Toutes les activités qui contribuent à l'amélioration de son apparence ou à donner un statut
particulier face aux individus du même âge ou aux autres en général (p. ex., sport, art, etc.).
 Les activités de groupe prennent une importance déterminante (cinéma, danses, fêtes, sorties,
voyages).

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 83


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Contre-indications
 Développement de la force avec des charges très lourdes (c.-à-d. des charges que l‟on ne peut
soulever que 1 à 3 fois consécutivement), en particulier au début de cette période.
 Développement de certains groupes musculaires au détriment de leurs antagonistes (c.-à-d. les
muscles opposés d‟un même segment, qui permettent d‟effectuer le mouvement en sens inverse).
Suggestions
 Il faut savoir déléguer certaines tâches à l‟individu, lui offrir des occasions de résolution de
problèmes axés sur la technique et la prise de décision.
 Tous les déterminants de la performance peuvent être entraînés, mais il faut néanmoins tenir
compte du niveau de maturation physique.
 Sur le plan musculaire, le développement de la force-endurance peut se faire sans réserves et
selon les exigences du sport; si l‟accroissement de la masse musculaire est un objectif important à
réaliser compte tenu du sport, ceci peut se faire en effectuant des séries avec des charges
modérées pouvant être soulevées de 8 à 12 fois; s‟assurer de développer toutes les grandes
masses musculaires (note : on ne doit pas s‟attendre à ce qu‟il y ait une augmentation importante
de la masse musculaire chez les filles).
 Il est possible de développer la force maximale en utilisant des charges lourdes (1 à 5 répétitions
maximales ou RM) chez les garçons et les filles, mais ce type d‟entraînement devrait se faire avec
prudence et sous la supervision d‟un(e) entraîneur(e) compétent(e).
 Planifier des séances traitant de l'arbitrage, de stratégie et de tactique.
 L'attribution de fonctions d'assistant(e), lorsque l‟athlète répond au profil désiré, peut favoriser une
meilleure acceptation de la part des autres membres du groupe et l‟estime de soi.
 Période importante pour le développement du respect d‟autrui, de notions d‟esprit sportif et d‟une
éthique du travail.
 Favoriser les rencontres avec des personnes qui représentent des modèles ou encore leur
observation.

Page 84 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Croissance et développement – Groupes d’âge : 18 ans et


plus
Généralités
 Les principales fonctions physiologiques ont atteint un stade complet de développement, ce qui
permet d‟entraîner l‟ensemble des qualités athlétiques.
 Possède un bon niveau de confiance en soi; choisit la direction dans laquelle il ou elle souhaite
s‟engager.
 N‟aime pas être impliqué(e) dans des situations qui remettent en question l‟image d‟indépendance
projetée.
 Le besoin de réalisation conduit souvent à la recherche d‟une performance supérieure.
 La proportion du temps d‟entraînement consacré à la préparation générale diminue, et l‟athlète
sérieux(se) priorise une préparation spécialisée en vue des compétitions.
Psycho-social
 Les obligations professionnelles et familiales mènent à une diminution du temps libre disponible.
 Les relations intimes deviennent très importantes.
 L‟indépendance financière permet de plus grandes possibilités de choix.
 Peut chercher à consolider des amitiés avec un petit groupe d‟ami(e)s.
Apprentissage
 Les adultes âgé(e)s de plus de 25 ans ont souvent un vécu dans une variété de domaines (c.-à-d.
le sport, le travail, l‟éducation), ce qui peut faciliter les apprentissages et le transfert des
connaissances et de l‟expérience d‟un secteur d‟activité à un autre.
Physique
 La croissance des jeunes hommes se termine vers 20 ans.
 La force, la vitesse et la puissance musculaire sont à leur sommet dans la jeune vingtaine et
peuvent se maintenir à ce niveau jusque dans la jeune trentaine.
 L‟endurance aérobie atteint un sommet vers la fin de la vingtaine; après l‟âge de 30 ans, on observe
une diminution progressive.
Préférences
 Activités contribuant à évacuer le stress.
À éviter
 Rien; toutes les qualités athlétiques peuvent être entraînées.
Suggestions
 L‟interaction avec les autres est très importante et peut prendre diverses formes (p. ex., des
séminaires, des ateliers ou la participation à des camps d‟entraînement).
 Les individus peuvent chercher à assumer des rôles et des responsabilités particuliers dans la
gestion, l‟organisation et la promotion d‟activités ou d‟événements.
 L‟engagement dans le sport peut se poursuivre en tant qu‟entraîneur(e), arbitre ou officiel(le); ces
fonctions offrent également des possibilités d‟interaction sociale.
 Les séances d‟entraînement se prêtent à la réalisation d‟activités à caractère compétitif.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 85


Planification d'une séance d’entraînement : Principes liés à la croissance et au développement

Cinq critères pour le développement d’exercices motivants


(Tiré de Martel, 2003; inspiré de Florence, Brunelle et Carlier, 1998)

1 - ORIGINALITÉ
(Besoin de découvrir)

5 - DYNAMISME 2 - CHARGE AFFECTIVE


(Besoin de mouvement) Nouveauté (Besoin de se dépasser, d’oser)
Besoin d’être étonné(e)
Désir de l’essayer

Mobiliser l’ensemble des


fonctions motrices
(intensité, engagement Surmonter une
difficulté à sa mesure
moteur)

EXERCICE MOTIVANT… qui est,


dès sa présentation, dès les
4 - OUVERTURE premiers essais, positivement 3 - SENS
(Besoin de confiance) perçu et reçu par les athlètes (Besoin de comprendre)

Réaliser quelque chose Établir des liens avec


dès le départ puis les objectifs annoncés
progresser pour l’exercice
(individualisation) (congruence)

PRINCIPE DE SATURATION : un exercice motivant ne doit pas nécessairement répondre à tous les critères simultanément, c’est-à-dire
qu’il appartient à l’intervenant(e) de le SATURER en tel ou tels critère(s) afin de le rendre le plus stimulant possible.

Page 86 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

SOMMAIRE ET POINTS CLÉS

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 87


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

ZONE DE DIFFICULTÉ
Lors de la planification d‟une séance d‟entraînement, l‟une des tâches de l‟entraîneur(e)
consiste à s‟assurer que les activités proposées aux athlètes leur permettront d‟évoluer dans
une zone de difficulté optimale pour ce qui est de l‟exécution et du taux de réussite. Si les
exigences de l‟activité ou de l‟exercice sont trop élevées, les athlètes peuvent ressentir de
l‟inquiétude et de l‟anxiété, ce qui n‟est pas souhaitable pour favoriser les apprentissages. En
contrepartie, une tâche trop facile causera l‟ennui et le désintéressement. Le niveau de difficulté
de la tâche doit donc être «optimal», c.-à-d. que l‟athlète qui s‟apprête à la réaliser doit avoir la
perception de pouvoir le faire avec succès, mais sans pour autant en avoir la certitude. En
règle générale, si le taux de réussite lors de l’exécution est d’environ 2 fois sur 3, la
tâche représente un défi approprié.

ANXIÉTÉ
Élevées

INQUIÉTUDE
EXIGENCES

DE

L'ACTIVITÉ

ENNUI

Faibles

Faible NIVEAU D'HABILETÉ DE L’ATHLÈTE Élevé

Page 88 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Partie principale de la séance d’entraînement : Ordre


optimal des activités
Il arrive souvent qu‟une séance d‟entraînement comporte plusieurs activités ayant pour but de
développer une variété d‟habiletés athlétiques ou encore à caractère technique. En portant
attention à l’ordre dans lequel vous planifiez les activités de la partie principale, vous pouvez
augmenter les chances d‟atteindre l‟objectif désiré. Voici quelques recommandations générales
à cet effet.

Tôt dans la partie principale de la séance d’entraînement…


Les athlètes ne sont pas fatigué(e)s. Profitez-en pour prévoir des
activités qui :

 permettent d’apprendre de nouveaux patrons de mouvement et


de nouvelles techniques ou habiletés ou encore de les corriger;

 sollicitent ou développent la coordination ou l’équilibre;


 sollicitent ou développent la vitesse.
Considérez ensuite la tenue d’activités qui…
 sollicitent ou développent la force ou l’endurance-vitesse;
 sollicitent ou développent la force;
 sollicitent ou développent la force-endurance.
Puis la tenue d’activités qui…
Car les athlètes peuvent alors être plus fatigué(e)s:

 visent à consolider les habiletés déjà acquises;


 exigent ou développent les qualités aérobies;
 développent la flexibilité.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 89


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Planification d’une séance : Grille d’autoévaluation


Structure et organisation

 La séance d‟entraînement est organisée et bien structurée (introduction, échauffement,


partie principale, retour au calme, conclusion).

 La durée de la séance d‟entraînement est adaptée à l‟âge et au degré d‟habileté des


athlètes.

 Les installations et les équipements sont utilisés à bon escient afin d‟atteindre les
objectifs de la séance d‟entraînement.

 Les activités de la partie centrale de la séance sont proposées dans un ordre adéquat.
Nature des activités

 La séance d‟entraînement comprend une variété d‟activités.

 Les athlètes ont suffisamment de temps pour réaliser chaque activité.

 Les activités ont des objectifs bien définis.

 Les activités sont adaptées au degré d‟habileté et à la condition physique des athlètes.

 Les activités sont adaptées au degré de maturité des athlètes.

 Les conditions dans lesquelles la séance d‟entraînement a lieu sont adaptées au stade
de développement des habiletés des athlètes.

 Les activités proposées aux athlètes sont motivantes.


Sécurité

 Les risques que peuvent présenter l‟environnement, les installations, les équipements
ou les athlètes eux-mêmes ont été considérés et les activités ont été conçues en
conséquence.

 Un plan d‟action d‟urgence a été élaboré.

Page 90 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Conseils pratiques en vue de planifier une séance


d’entraînement

Conseils pratiques en vue de planifier une séance d’entraînement


 Planifiez toujours un échauffement. Faites attention de ne jamais escamoter
ou accélérer un échauffement car cela pourrait mener à des blessures. Si le
temps alloué à votre entraînement est court (p. ex., en raison de la
disponibilité réduite ou limitée des installations), faites en sorte que vos
athlètes s’échauffent avant la séance, entre autres pour ce qui est de
l’échauffement général.

 Pensez à utiliser les ressources qui vous entourent : les parents et les
adjoint(e)s peuvent être d’un grand secours pour préparer le matériel
nécessaire aux activités. Ainsi, vous minimiserez les arrêts et le temps
d’attente en ligne et maximiserez le temps d’engagement actif de vos
athlètes. Assurez-vous que vos adjoint(e)s connaissent votre plan pour la
séance d’entraînement et donnez-leur des tâches simples et claires.

 Évitez les activités ou les jeux d’élimination car les athlètes qui ont le plus
besoin d’entraînement seront souvent les premiers à se faire éliminer.

 Lorsque vos activités impliquent des opposant(e)s, jumelez des athlètes de


calibre similaire pour qu’ils ou elles puissent jouir d’une opposition équitable et
ainsi avoir une juste chance de réussite. Cela réduira également le risque de
blessure.

 Réfléchissez aux habiletés requises pour exécuter votre activité ou éducatif.


Il se peut qu’une activité soit pertinente au sport ou à l’atteinte d’un objectif
à long terme, mais que le niveau d’habileté ou de condition physique ACTUELS
de vos athlètes ne leur permettent pas d’en tirer profit.

 Soyez réaliste quant au nombre d’habiletés que vos athlètes peuvent acquérir
au cours d’une saison. Dans le cas de certaines habiletés, il se peut que les
athlètes aient besoin de beaucoup de temps et de pratique pour dépasser le
stade «acquisition».

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 91


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Conseils pratiques en vue de planifier une séance d’entraînement


 Assurez-vous que les gestes fondamentaux de votre sport sont maîtrisés
avant de passer à des techniques plus avancées ou plus risquées. Par contre,
sur le plan tactique ou décisionnel, il peut être avantageux de placer les
athlètes assez rapidement dans des situations qui comportent un certain
niveau de complexité afin qu’ils ou elles soient confronté(e)s tôt à des
problèmes qui sont propres à votre sport et qu’ils ou elles exercent leur sens
de l’observation, fassent certaines analyses et travaillent à trouver des
solutions.

 Planifiez des activités plaisantes et amusantes. Existe-t-il un moyen de


développer une habileté à caractère technique ou une qualité athlétique à
l’ORIGINALITÉ ou d’un exercice apprécié de vos athlètes? Demandez-leur
quelles sont leurs activités préférées : utilisez-les souvent ou modifiez-les
pour atteindre différents objectifs.

 Faites preuve de créativité lorsque vos athlètes doivent faire un grand


nombre de répétitions, comme c’est le cas aux stades d’acquisition et de
consolidation des habiletés techniques. Bien que les athlètes puissent avoir à
travailler les mêmes gestes fondamentaux d’un entraînement à l’autre pour
acquérir les bons patrons moteurs, utilisez une variété d’activités ou de jeux.
Appliquez-vous à trouver de nouvelles façons amusantes de les faire travailler
une même habileté afin d’éviter la monotonie.

 Prenez le temps de demander aux athlètes de commenter leur performance


et d’indiquer ce qu’ils ou elles aimeraient travailler en priorité pour
s’améliorer individuellement ou en équipe. Si possible, incluez ces éléments
dans votre prochain plan de séance d’entraînement.

 Utilisez la pratique aléatoire si possible car cela permet une plus grande
amélioration à long terme.

 Une meilleure amélioration à long terme de la performance peut être obtenue


si les conditions de pratique ne sont pas trop prévisibles.

 Les habiletés motrices qui ne produisent pas de fatigue extrême ou de


courbatures devraient être exercées le plus souvent possible, si possible tous
les jours.

Page 92 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Conseils pratiques en vue de planifier une séance d’entraînement


 Les activités qui produisent une grande fatigue ou des courbatures ne
devraient pas être effectuées chaque jour. Si vous prévoyez ce type
d’activités, la récupération entre les entraînements devrait être plus longue.
Une bonne façon de procéder est d’alterner les jours où les athlètes
effectuent ces activités avec des jours de repos ou encore avec des jours où
ils ou elles exercent des habiletés moins fatigantes. Si les activités se
caractérisent par des impacts importants ou encore provoquent un
épuisement marqué, il peut être nécessaire de ne les inclure qu’une fois tous
les trois jours.

 Ayez toujours une bonne compréhension des aptitudes physiques de vos


athlètes (croissance et développement) avant de leur demander tout type
d’effort physique. Rappelez-vous qu’à un même âge, il peut y avoir des écarts
importants sur le plan du développement physique, tout particulièrement à
l’adolescence.

 Simulez des situations de compétition. Tout ce que vous voyez dans un match
ou une compétition doit être exercé dans vos entraînements : p. ex., les
règlements, le protocole de la compétition, le comportement envers les
officiel(le)s, le respect des adversaires et des coéquipier(ère)s, la dignité,
etc.

 Faites une liste de toutes les habiletés à caractère technique à enseigner


ainsi que des meilleures méthodes à utiliser. Cette liste deviendra un élément
clé de votre plan ou de votre modèle de développement.

 Il se peut que la première fois que vous faites un jeu ou un éducatif, cela ne
fonctionne pas comme prévu. Les athlètes ont besoin de temps pour
apprendre. Donnez un nom à ce jeu ou à cet éducatif pour qu’à l’avenir, ils ou
elles sachent immédiatement de quoi vous parlez.

 Soyez au courant de ce que vos athlètes aiment et n’aiment pas lors de vos
séances d’entraînement. Dressez une liste ou préparez un dossier des
éducatifs, activités et jeux favoris. N’ayez pas peur de répéter un jeu ou un
éducatif. Nous aimons tous faire des choses qui nous plaisent.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 93


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Conseils pratiques en vue de planifier une séance d’entraînement


 Gardez en tête que la pratique ne rend pas parfait, elle rend seulement
permanent. C’est la «pratique parfaite» qui entraîne la perfection, et ce de
façon permanente.

 Ayez un cartable qui contient TOUT : renseignements personnels et médicaux


des athlètes, directives, systèmes de jeu, règlements d’équipe, etc. Consignez
ce que vous faites dans vos entraînements par écrit ou de façon électronique.

 Faites des listes pour TOUT : ayez en main une «liste de choses à faire» (une
feuille générique par jour ou séance d’entraînement).

 Faites une liste de tous vos systèmes de jeu, divisez-les en parties et


prévoyez des éducatifs pour chaque partie. Divisez chaque partie en sections.
Prévoyez des éducatifs pour chacune.

 Visez la simplicité. Ne compliquez pas les choses inutilement.

Page 94 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Principes d’entraînement
Les renseignements présentés tout au long de ce document mettent en évidence certains
principes fondamentaux en matière d‟entraînement. Ces principes constituent des
recommandations applicables en tout temps et dont vous devriez tenir compte lors de la
planification de vos séances et activités d‟entraînement. Le tableau ci-dessous présente une
brève définition des grands principes d‟entraînement.

Principes Définition et signification


Avec le temps, les athlètes apprennent et s‟habituent aux tâches et aux activités
qu‟ils ou elles doivent accomplir pendant les séances d‟entraînement; ils ou elles
Adaptabilité s‟adaptent également aux conditions particulières dans lesquelles ils ou elles
s‟entraînent.
Des tâches ou activités particulières qui sont accomplies dans des conditions bien
précises résultent en des adaptations spécifiques; ces adaptations ne sont pas
Spécificité nécessairement transférables à d‟autres tâches ou activités ou encore à d‟autres
conditions de réalisation.
La nature, l‟intensité, la durée et la fréquence des tâches ou des activités
Surcharge proposées pendant les entraînements doivent présenter un niveau de difficulté
adéquat et forcer les athlètes à produire un effort.
Pour induire les effets d‟entraînement ou d‟apprentissage désirés, les exigences
Individualisation des tâches ou des activités proposées doivent être adaptées aux capacités de
chaque athlète.
La notion de surcharge ou de défi doit être introduite de façon progressive et
Progression logique au fil du temps; la progression doit se faire du plus simple au plus
complexe, des parties vers l‟ensemble et du facile au plus difficile.
Chaque activité d‟entraînement doit avoir un objectif clair en ce qui a trait aux
effets d‟entraînement ou d‟apprentissage désirés. L‟intention détermine les
Intention meilleures activités, méthodes ou conditions d‟entraînement à utiliser. De plus, les
athlètes doivent avoir une intention claire lorsqu‟ils ou elles exécutent une tâche.
Le corps doit récupérer de la fatigue qui résulte des activités d‟entraînement, sinon
Récupération la progression peut en souffrir.

Un entraînement adapté aux besoins des athlètes, effectué


correctement et ayant des intentions claires
mène à la perfection!

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 95


Planification d'une séance d’entraînement : Sommaire et points clés

Page 96 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

REMERCIEMENTS,
RÉFÉRENCES ET GLOSSAIRE

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 97


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

REMERCIEMENTS
Auteur principal

Alain Marion

Collaborateurs et collaboratrices
Garry Armstrong, Ken Bellemare, Kathy Brook, David Carmichael, Rachel Corbett, Guylaine
Demers, Francis Drouin, Cyndie Flett, Pascale Gauthier, Peter Goodman, Dave Hill, Dave
Hubley, Karen Johnson, Doug Krochak, Yvon Lachance, Tim Lee, Daniel Leister, Michael Luke,
Don McGavern, Rob Meckling, Anna Mees, Norm Olenick, Diane Oligny, Ian Reade, Bill
Redden, Lyle Sanderson, Thérèse Saulnier, Tony Simmons, Guy Thibault, Jean Vaillancourt, A.
J. Woodburn

Production
Lucie LeBel, MATRA ● gs Translation Services Inc., Tressa Sorochan, Louise Wood

Page 98 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

RÉFÉRENCES
Structure de la séance d’entraînement
Association canadienne des entraîneurs, Théorie de l‟entraînement, Manuel de Niveau 1,
Ottawa, 1989.

Bompa, T. Theory and methodology of training: the key to athletic performance, Kendall/Hunt
Publishing Company, 1994.

Platonov V.N. L‟entraînement sportif : théorie et méthodologie (2e édition), Éditions Revue EPS,
Paris, 1988.

Weineck J. Manuel d‟entraînement (4e édition), Vigot, Paris, 1997.

Qualités athlétiques et lignes directrices ayant trait à leur développement


Association canadienne des entraîneurs, Tâche No 1 : Filières énergétiques, Niveaux 4 et 5,
Ottawa, 1997.

Association canadienne des entraîneurs, Théorie de l‟entraînement, Manuel de Niveau 1,


Ottawa, 1989.

Åstrand P.O., Rødhal K. Textbook of Work Physiology, 3rd Edition, McGraw-Hill, 1986.

Manno R. Les bases de l‟entraînement sportif, Éditions Revue EPS, Paris, 1992.

MacDougall J.D., Wenger H.A., Green H.J. Physiological testing of the high-performance athlete
(2nd edition), Human Kinetics, 1991.

Pradet M. La préparation physique, Collection entraînement, INSEP, Paris, 1996.

Weineck J. Manuel d’entraînement (4e édition), Vigot, Paris, 1997.

Développement des habiletés motrices


Lee T.D., Genovese E.D. “Distribution of practice in motor skill acquisition: learning and
performance effects reconsidered”. Research Quarterly for Exercise and Sport, 59, 277-287,
1988.

Magill R.A. Motor learning: Concepts and applications (3rd edition), Brown, Dubuque IA, 1989.

Schmidt R.A. Motor learning & performance : From principles to practice, Human Kinetics, 1991.

Weineck J. Manuel d’entraînement (4e édition), Vigot, Paris, 1997.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 99


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

Croissance et développement
Association canadienne des entraîneurs, Théorie de l’entraînement, Manuel de Niveau 1,
Ottawa, 1989.

Association canadienne des entraîneurs, Tâche No 16 : Développement à long terme de


l’athlète, Niveaux 4 et 5, Ottawa, 1994.

Association canadienne des entraîneurs, Parlons franchement des enfants et du sport, Ottawa,
1996.

Bar-Or O. (Editor) The Encyclopaedia of Sports Medicine: The child and adolescent athlete (IOC
Medical Commission Publication), Blackwell Science, Oxford, 1996.

Malina R., Bouchard C. Growth and Development of Children, Human Kinetics, Champaign,
1991.

Blessures à la tête
“Summary and Agreement Statement of the 1st International Symposium on Concussion in
Sport” (Vienna, 2001); Clinical Journal of Sports Medicine, Vol. 12, No. 1, pages 6-11, 2002.

Canadian Academy of Sports Medicine (CASM), Guidelines for the assessment and
management of sports related concussion, May 2000.

Kelly JP, Rosenberg J. “Practice parameter: The management of concussions in sport”.


Neurology 48:581-585, 1997.

Wojtys E et al. “Concussion in Sports”, The American Journal of Sports Medicine, Volume 27,
Number 5, 1999.

Critères pour le développement d’exercices motivants


Martel, D. (2003). Enseignement d'habiletés psychomotrices. Document non publié,
Département d'éducation physique, Université Laval, Sainte-Foy, Québec, Canada.

Sécurité et aspects légaux


Association canadienne des entraîneurs, Théorie de l‟entraînement, Manuel de Niveau 1,
Ottawa, 1989.

The Centre for Sport and Law, Brock University, St-Catharines, Ontario.

Page 100 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

GLOSSAIRE
Glossaire
Adaptation Changements qui se produisent dans l‟organisme en réponse à un
stimulus (c.-à-d. l‟entraînement). Les adaptations sont habituellement
spécifiques à la nature du stimulus reçu.
Adolescence Période de développement physique et psychologique allant du début
de la puberté jusqu‟à la maturité.
Âge biologique Âge exprimé selon les fonctions physiologiques et anatomiques et le
stade de développement, en comparaison avec d‟autres individus du
même âge chronologique.
Âge chronologique Nombre de jours et d‟années écoulés depuis la naissance.

Agilité Capacité à exécuter des mouvements ou à bouger rapidement, avec


précision et aisance.
Capacité aérobie Capacité du corps à utiliser des groupes entiers de muscles pendant
une période de temps prolongée, à intensité modérée, et ce en faisant
appel à l‟énergie aérobie. Le système aérobie utilise de l‟oxygène pour
fractionner les glucides et les convertir en énergie durable.
Consommation Quantité maximale d‟oxygène pouvant être utilisée par le corps pour
maximale produire de l‟énergie lors de l‟exécution d‟une forme particulière
d’oxygène d‟exercice à intensité maximale.
(VO2max)
Coordination Capacité à exécuter des mouvements dans le bon ordre et au bon
moment.
Endurance-vitesse Capacité à fournir des efforts à une vitesse presque maximale le plus
longtemps possible (normalement, efforts très intenses durant entre 8 et
60 secondes).
Enfance Période allant de la naissance à la puberté.

Équilibre Capacité à acquérir et à maintenir la stabilité. Il existe trois types


d‟équilibre : (1) l‟équilibre statique : adoption d‟une position contrôlée
dans un environnement stable; (2) l‟équilibre statique : maintien du
contrôle pendant le mouvement ou la stabilisation du corps grâce à des
contractions musculaires visant à contrer l‟effet d‟une force extérieure; et
(3) capacité à garder le contrôle sur un objet ou un autre corps, d‟une
façon statique ou dynamique.
Flexibilité Capacité à exécuter, sans se blesser, des mouvements de grande
amplitude en utilisant une articulation.
Force maximale Degré de tension maximal produit par un muscle ou un groupe de
muscles durant une contraction maximale, peu importe la durée de la
contraction.
Force-endurance Capacité à exécuter des contractions musculaires répétées à des
intensités inférieures à la force maximale (normalement, 15 à 30
répétitions ou plus).

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 101


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

Glossaire
Force-vitesse Capacité à exécuter une contraction musculaire ou à surmonter une
résistance le plus rapidement possible (normalement, efforts très brefs
durant 1 ou 2 secondes).
Habileté Qualité nécessaire pour faire quelque chose, particulièrement puissance
physique, mentale, financière ou juridique d‟accomplir quelque chose.
Habileté continue Habileté n‟ayant pas précisément de début ou de fin et durant plusieurs
minutes. Nager et pédaler sur un vélo.
Habileté discrète Habileté ayant un début et une fin aisément identifiables et
habituellement de courte durée (p. ex., lancer un ballon).
Habileté fermée Habileté exécutée dans un environnement stable et prévisible par un
individu qui sait exactement quoi faire et quand le faire. L‟environnement
n‟a donc pas d‟influence sur cette habileté, qui devient généralement
une habitude. Les mouvements suivent des schémas établis et
comportent un début et une fin identifiables. Généralement à rythme
libre, par exemple, un lancer franc au basket-ball ou un service au
squash ou au tennis.
Habileté motrice Capacité à pouvoir faire une activité physique.

Habileté ouverte Habileté exécutée dans un environnement qui change constamment et


dans lequel les mouvements doivent continuellement être adaptés.
Cette habileté est surtout perceptuelle. Le rythme est généralement
imposé, par exemple, une passe au football. Des sports comme le
netball, le football et le hockey font habituellement appel à des habiletés
ouvertes.
Maturation hâtive Se produit chez les individus dont la poussée de croissance survient
plus tôt que la moyenne.
Maturation tardive Se produit chez les individus dont la poussée de croissance survient
plus tard que la moyenne.
Pratique en bloc Technique d‟apprentissage lors de laquelle la tâche est divisée en blocs
faisant l‟objet d‟un entraînement distinct.
Pratique groupée Séquence de périodes d‟entraînement et de repos lors de laquelle les
ou cumulée périodes de repos sont beaucoup plus courtes que les périodes
d‟entraînement.
Pratique variable Entraînement faisant appel à différentes conditions d‟apprentissage; p.
ex., au base-ball, frapper des balles produites avec des lancers
aléatoires (balle rapide, balle courbe, balle glissante) plutôt que frapper
uniquement des balles rapides.
Puissance aérobie Capacité à poursuivre un effort dynamique pendant une période de
temps prolongée (généralement, les efforts durent plusieurs minutes, et
même des heures). Note : Les efforts intenses durant entre 2 et 10
minutes nécessitent une qualité athlétique sous-jacente appelée
«puissance aérobie maximale».
Puissance aérobie Cadence ou puissance maximale à laquelle l‟énergie peut être produite
maximale (PAM) grâce a la capacité aérobie. La PAM est déterminée par deux facteurs :
le VO2max et l‟efficacité mécanique. Dans des conditions normales, une
intensité de 100 % de la PAM peut être maintenue pendant environ 6 à 8
minutes.

Page 102 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

Glossaire
Spécificité Principe d‟entraînement selon lequel les adaptations sont fondées sur la
nature et la magnitude des stimulus d‟entraînement. Cela signifie que,
pour maximiser l‟adaptation, la nature et les conditions des activités
d‟entraînement doivent reproduire assez fidèlement ce que l‟on trouve
lors des compétitions. S‟applique donc particulièrement à des variables
telles que : le type d‟activité, les masses musculaires sollicitées, le
patron moteur, la vitesse du mouvement, les conditions
environnementales, la puissance produite, la durée de l‟effort ainsi que
les exigences cognitives et perceptuelles.
Sport cyclique Sport exigeant la répétition d‟un même mouvement; p. ex., natation ou
course.
Surcharger Rendre l‟entraînement plus exigeant que ce à quoi le corps est habitué.
Ainsi, le corps s‟adapte et devient plus fort, plus rapide, etc.
Vitesse maximale Rapidité maximale à laquelle un mouvement ou une série de
mouvements peuvent être exécutés, ou capacité à parcourir une
distance donnée le plus rapidement possible en fournissant un effort
maximal durant très peu de temps (8 secondes ou moins).

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 103


Planification d'une séance d’entraînement : Remerciements, références et glossaire

Page 104 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXES

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 105


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 1 – LA TROUSSE DE PREMIERS SOINS


Une trousse de premiers soins complète est indispensable. Cette trousse doit être préparée
minutieusement en vue du traitement des blessures les plus fréquentes. De plus, elle doit être à
la disposition de tout le personnel responsable de l‟encadrement des athlètes. Le contenu d‟une
bonne trousse de premiers soins est décrit ci-dessous.

Contenu Usage
Fiche médicale  renseignements importants en cas
d‟urgence
Désinfectants
 savon antiseptique doux  toute lésion cutanée
 crème antiseptique  lacération nécessitant un nettoyage avant
 liquide antiseptique pour premiers soins l‟application d‟un pansement
 peroxyde

Pansements
 oculaires  couvrir et fermer l‟oeil
 aseptiques (gaze stérile, rouleaux de 50,  éponger et compresser
75, 100 mm)
 pansements adhésifs de type «band-aid»  protection de lésions mineures
 bandage élastique (100 et 150 mm)  compression
 bandages triangulaires et épingles de  usages multiples mais surtout pour servir
sûreté d‟écharpe en cas de fracture

Médicaments et onguents
 onguent de zinc  éraflures ou ampoules
 xylocaïne en aérosol  brûlures douloureuses

Autres objets utiles


 liquide pour nettoyer les corps étrangers  enlever les corps étrangers
 ciseaux  usage courant
 abaisse-langue  usages multiples
 thermomètre corporel  vérifier la température corporelle
 sacs de glace chimique (si vraie glace non  lors d‟un traumatisme
disponible)
 sacs en plastique  pour les glaçons
 liste de numéros de téléphone (téléphone  assurer un service expéditif
cellulaire, crayon, pièces de monnaie,
papier, carnet d‟urgence des athlètes)
 outillage  réparation mineure d‟équipement
 ruban adhésif (37,5mm)  donner un support aux articulations
blessées

Page 106 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 2 – GRILLE D'INSPECTION DES INSTALLATIONS


Installation : _________________________________________________________________
Date : _____________________________________________________________________
Inspection faite par : __________________________________________________________
Points
Adéquat Non adéquat Correctifs* Observations
d'observation
Installations

Équipements
collectifs

Équipements
individuels

Premiers secours

Autres

*Correctifs 1) ajouter 2) remplacer 3) modifier 4) jeter 5) nettoyer 6) réparer 7) vérifier


Note : Une fois rempli, ce document doit être remis au/à la gestionnaire des installations; l‟entraîneur(e) doit en
conserver une copie pour ses dossiers.

Nom du/de la gestionnaire des installations : __________________

Signature : ____________________________________

Nom de l'entraîneur(e) : _________________________ Date (jour/mois/année) : _________________

Signature de l'entraîneur(e) :__________________________________________________________

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 107


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 3 – LISTE DES ATHLÈTES, COORDONNÉES ET INFORMATIONS EN CAS


D’URGENCE

Téléphones : Service 911 disponible Oui ( ) Non ( ) Ambulance ________________


Police _________________ Pompiers __________________
Nom des athlètes et Date de Adresse et numéro de Problèmes Procédure Personne(s) à Téléphone(s)
sexe (M/F) naissance téléphone à la maison médicaux particulière à contacter en cas
(JJ/MM/AAAA) connus mettre en place d’urgence

Page 108 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 4 – FORMULAIRE DE RAPPORT D’ACCIDENT


Date de rédaction du rapport : _______/_________/_________
jour mois année
INFORMATIONS SUR LA PERSONNE BLESSÉE
NOM : PRÉNOM :

ADRESSE: VILLE :

CODE POSTAL : TÉLÉPHONE : ( )

COURRIEL : ÂGE :

SEXE : ___ M ___F TAILLE : _____ POIDS : ____ DdN : _____/_____/_____


jj / mm / aaaa
CONDITIONS MÉDICALES/ALLERGIES CONNUES:

INFORMATIONS SUR L’INCIDENT


re er
DATE ET HEURE DE L‟INCIDENT : MOMENT DE LA 1 ARRIVÉE DU 1
INTERVENTION :
SOUTIEN MÉDICAL :
_____/_____/_____ _____h_____ AM _____h_____ AM
_____h_____ AM
jj mm aaaa PM PM
PM
PERSONNE EN CHARGE, DÉCRIVEZ L’ACCCIDENT : (ce qui s‟est passé, où c‟est arrivé, les signes ou
symptômes observés)

PERSONNE BLESSÉE, DÉCRIVEZ L’ACCIDENT: (voir ci-dessus)

CONDITIONS : (décrivez les conditions particulières dans lesquelles l‟accident a eu lieu : qualité de la
surface, éclairage, température, etc.) :

ACTIONS POSÉES/INTERVENTION :

Après l‟intervention, la personne blessée est :


Retournée à la maison Allée à l‟hôpital/à une clinique Retournée au jeu
SUITE AU VERSO…

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 109


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

Formulaire de rapport d’accident (suite)


INFORMATIONS SUR LA PERSONNE EN CHARGE
NOM : PRÉNOM :

ADRESSE : VILLE :

CODE POSTAL : TÉLÉPHONE : ( )

COURRIEL : ÂGE :

RÔLE [Entraîneur(e), adjoint(e), parent, officiel(le), passant(e), thérapeute] :

INFORMATION-TÉMOIN (personne ayant observé l‟incident et l‟intervention, pas la personne


en charge)
NOM : PRÉNOM :

ADRESSE : VILLE :

CODE POSTAL : TÉLÉPHONE : ( )

COURRIEL : ÂGE :

AUTRES COMMENTAIRES OU REMARQUES

FORMULAIRE REMPLI PAR :


__________________________ ________________________________________
NOM SIGNATURE

Page 110 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 5 – QUESTIONS D’ORDRE JURIDIQUE


Cette section aborde quelques questions d‟ordre juridique fréquemment posées dans le
domaine de l‟entraînement. Les réponses proviennent du Centre pour le sport et la loi.
1. Quelles sont les principales différences juridiques entre les provinces et territoires et
quelles conséquences ces différences ont-elles sur mon travail d’entraîneur(e)?
Au Canada, on distingue le droit public (les lois qui gouvernent les relations entre l‟État et les
personnes) du droit privé ou civil (les lois qui gouvernent les rapports entre les personnes, qui
comprennent aussi les organismes privés). Le droit public relève généralement du
gouvernement fédéral tandis que le droit privé ou civil relève du gouvernement provincial ou
territorial.
Le droit public le plus connu au Canada est le Code criminel : il s‟applique aux habitants de
toutes les provinces et territoires. Le droit civil varie d‟une province ou d‟un territoire à l‟autre,
mais les différences sont mineures. Voici quelques exemples de droit civil qui touchent les
entraîneur(e)s et qui peuvent varier légèrement entre les provinces ou territoires : les droits de
la personne, la responsabilité de l‟occupant et la loi sur la diffamation.
Il existe une différence importante entre le droit criminel et le droit civil en ce qui a trait à la
«norme» de la preuve, c.-à-d. la certitude avec laquelle un élément doit être prouvé. Dans les
affaires criminelles, la culpabilité doit être prouvée «hors de tout doute raisonnable» (ce qui
constitue une norme relativement élevée) tandis que dans les affaires civiles, elle doit être
prouvée «selon la balance des probabilités», ce qui signifie qu‟on doit avoir un degré de
certitude supérieur à 50 %. Cette norme est moins élevée que dans le cas du droit criminel. Par
conséquent, une personne accusée d‟une infraction criminelle pourrait être déclarée non
coupable tandis que la même allégation au civil pourrait être retenue.
Au criminel, des peines sont imposées. Il peut s‟agir d‟amendes, de restriction des activités, de
restitution (remboursement de la personne lésée) ou d‟emprisonnement. Au civil, les peines
prennent la forme de compensation monétaire. Le montant de la compensation dépend du
montant à verser pour rembourser la perte de salaire et les dépenses de la personne lésée. On
tente également d‟attribuer une valeur monétaire à toute blessure subie par la victime. Le
tribunal peut également exiger qu‟une personne accomplisse une tâche (p. ex., qu‟elle fasse
une promesse contractuelle) ou qu‟elle promette de s‟abstenir de faire quelque chose à l‟avenir.
2. Les entraîneur(e)s rémunéré(e)s sont-ils/elles soumis(es) à des normes différentes de
celles des entraîneur(e)s bénévoles?
Oui et non. Les entraîneur(e)s, qu‟ils ou elles soient rémunéré(e)s ou bénévoles, s‟ils ou elles
possèdent les mêmes connaissances, habiletés, la même formation et qu‟ils ou elles
accomplissent les mêmes tâches sont habituellement soumis(es) aux mêmes normes
d‟encadrement. Cependant, ils ou elles ont des droits et des privilèges différents dans d‟autres
domaines. À titre d‟exemple, une personne bénévole n‟a pas les droits que possède un(e)
employé(e) en vertu de la législation relative aux normes du travail.
Selon les circonstances de l‟entraînement, les entraîneur(e)s bénévoles et rémunéré(e)s
peuvent être soumis(es) à des normes identiques ou similaires. Cependant, leurs pouvoirs,
leurs obligations et la portée de leur autorité sont habituellement différents. Cela a une influence
sur la norme d‟encadrement à laquelle ils ou elles doivent se conformer. Cette norme ne
dépend pas du statut des entraîneur(e)s rémunéré(e)s ou non, mais plutôt de l‟étendue de leurs

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 111


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

responsabilités et de la nature de leur relation avec les athlètes. La norme d‟encadrement est
constante en ce sens qu‟elle doit toujours être «raisonnable»; cependant, la définition du terme
«raisonnable» varie selon les circonstances dans lesquelles les entraîneur(e)s évoluent.
3. Les entraîneur(e)s qui sont également des éducateurs ou des éducatrices physiques
sont-ils/elles soumis(es) à des normes différentes?
Oui et non. La loi exige que les enfants fréquentent l‟école et, lorsqu‟ils y sont, les directeurs ou
directrices d‟établissement en sont responsables, tout comme les enseignant(e)s. Par
conséquent, l‟enseignant(e) a un statut légal lui demandant d‟agir in loco parentis, terme
juridique qui signifie que l‟enseignant(e) joue le rôle de parent. Les enseignant(e)s ont donc les
droits et responsabilités d‟un «parent prudent» et doivent se comporter comme un parent qui
s‟occupe de son propre enfant. Les entraîneur(e)s qui ne travaillent pas dans une école ne sont
pas soumis(es) à cette règle, ni tenu(e)s d‟agir in loco parentis.
Cependant, les entraîneur(e)s comme les enseignant(e)s possèdent des connaissances et des
habiletés spécialisées et ont la responsabilité d‟assurer une norme d‟encadrement raisonnable.
Cette dernière est définie par des normes écrites et non écrites, le droit jurisprudentiel et le bon
sens. L'entraîneur(e) qui est aussi enseignant(e) sera soumis(e) aux normes écrites et non
écrites qui régissent l‟entraînement (les manuels d‟entraînement, les règles du sport, le code de
conduite des entraîneur(e)s, etc.) de même qu‟à celles qui régissent l‟enseignement (les
manuels d‟enseignement, les politiques des commissions scolaires et les tâches imposées aux
enseignant(e)s par la loi). L'entraîneur(e) en milieu scolaire doit donc assumer ces deux rôles et
se conformer aux règles qui régissent à la fois l‟entraînement et l‟enseignement.
4. Pour un(e) juge, quelle est la définition d’une «personne prudente et raisonnable»
applicable à un(e) entraîneur(e)?
L'entraîneur(e) est soumis(e) à des normes de comportement objectives qui correspondent à ce
que la moyenne des entraîneur(e)s raisonnables feraient, ou ne feraient pas, dans les mêmes
circonstances. Le Black’s Law Dictionary définit la «prudence raisonnable» comme «le degré
d‟attention qu‟une personne d‟une prudence normale exercerait dans des circonstances
identiques ou similaires». On peut considérer que l'entraîneur(e) possède des connaissances et
des habiletés différentes de celles d‟une «personne d‟une prudence normale» et, par
conséquent, la norme raisonnable à laquelle il ou elle est soumis(e) est plutôt celle que l‟on
demanderait à un(e) entraîneur(e) raisonnablement prudent(e) ayant les mêmes connaissances
et habiletés et se trouvant dans des circonstances similaires.
Rappelez-vous que cette norme est «objective», ce qui signifie qu‟elle n‟est pas définie par ce
que l'entraîneur(e) a fait ou n’a pas fait, mais plutôt par ce qu‟il ou elle aurait dû ou n’aurait pas
dû faire dans une situation particulière. Il serait tentant de croire que l'entraîneur(e) qui a reçu
moins de formation et qui possède moins de connaissances est soumis(e) à des normes moins
élevées. Ce n‟est cependant pas le cas, car certaines circonstances peuvent très bien exiger de
faire appel à un(e) entraîneur(e) possédant une formation solide et un bagage de
connaissances important et c‟est cette situation qui servira alors de point de référence à
l‟évaluation de la conduite de l‟entraîneur(e).
5. Y a-t-il une différence entre les responsabilités des entraîneur(e)s en chef et celles
des entraîneur(e)s adjoint(e)s?
Oui. L'entraîneur(e) en chef et l'entraîneur(e) adjoint(e) n‟ont pas le même degré de
responsabilité et d‟autorité. Le comportement exigé pour se conformer à la norme
d‟encadrement en dépend.

Page 112 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

6. Qu’est-ce que la jurisprudence?


En théorie, la jurisprudence est la «philosophie de la loi» ou la «science de la loi». Au quotidien,
la jurisprudence est l‟ensemble des principes juridiques et la façon dont ils ont évolué au fil du
temps. La loi n‟est pas statique : elle évolue constamment pour refléter les normes changeantes
de la communauté. La jurisprudence est l‟ensemble des principes qui découlent des lois, tant
pour la législation que pour la Common Law (loi fondée sur l‟ensemble des jugements
antérieurs accumulés).
7. Si on me demande de signer plusieurs codes de conduite ou d’éthique, auquel serai-
je soumis(e)? Serai-je soumis(e) à tous ces codes?
Vous êtes tenu(e) de respecter tous les codes que vous signez en vous conformant à la
juridiction dans laquelle ils ont été signés. En d‟autres termes, si vous signez un code auprès de
votre organisme provincial de sport, ce dernier peut exiger que vous vous y conformiez dans les
activités que vous organisez pour lui ou qui sont sous sa juridiction. Si vous signez un code
auprès d‟un club sportif de votre collectivité, ce dernier peut exiger que vous le respectiez
lorsque vous organisez des activités avec ce club ou pour lui.
Dans certaines situations, votre travail peut être soumis à deux codes ou plus en même temps,
comme dans le cas des Jeux du Canada. À moins que les codes spécifient clairement que l‟un
a préséance sur les autres, ils s‟appliquent tous en même temps. Cela peut évidemment causer
des problèmes si les codes véhiculent des énoncés contradictoires.
8. Est-il nécessaire ou fortement recommandé que les entraîneur(e)s aient une
assurance responsabilité spéciale?
La souscription à une assurance responsabilité spéciale n‟est pas nécessaire pour les
entraîneur(e)s, mais on recommande fortement cette mesure aux fins de gestion des risques.
Idéalement, les organismes qui engagent un(e) entraîneur(e) devraient l‟inclure dans leur police
d‟assurance responsabilité civile. L'entraîneur(e) doit s‟assurer qu‟il ou elle est couvert(e) et, si
ce n‟est pas le cas, il ou elle devrait insister pour que la police d‟assurance soit modifiée en
conséquence. En dernier recours, l'entraîneur(e) peut souscrire à une assurance individuelle,
mais il n‟est pas toujours facile de se procurer une telle police et le prix en est souvent élevé.
9. Qu’arrive-t-il si je ne suis pas assuré(e)? Mes biens personnels sont-ils protégés?
Le but d‟une assurance responsabilité est de couvrir les frais devant être déboursés par une
personne qui est poursuivie ou qui doit dédommager une autre personne pour une perte ou des
dommages encourus. L‟assurance peut également couvrir les frais encourus pour la défense ou
toute réponse à des allégations de méfait, même lorsque ces allégations ne sont pas fondées.
La vaste majorité des entraîneur(e)s ne se trouvent jamais dans une situation où ils ou elles ont
besoin d‟une assurance. Cependant, si cela arrive et qu‟ils ou elles ne sont pas couvert(e)s, ce
sera à eux ou elles d‟assumer les frais et, au besoin, de puiser dans leurs économies et leurs
bien personnels.
Il est important de noter que les polices d‟assurance et le type de couverture varient
énormément et qu‟une assurance peut ne pas couvrir toutes les situations et les obligations
financières liées à la profession d‟entraîneur(e).

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 113


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

10. En cas d’accident, quelles sont mes responsabilités? Dois-je accompagner l’athlète
à l’hôpital?
Les responsabilités de l'entraîneur(e) commencent bien avant qu‟un accident ne se produise.
L'entraîneur(e) devrait avoir un plan d‟action d‟urgence qui détermine les tâches de chacun(e)
en cas d‟accident et il ou elle devrait avoir à portée de main tous les renseignements
nécessaires pour communiquer avec les services d‟urgence, les parents ou gardien(ne)s de
même que pour informer les professionnel(le)s de la santé des antécédents médicaux de la
personne blessée.
L'entraîneur(e) n‟est pas tenu(e) d‟accompagner l‟athlète à l‟hôpital; tout dépend de la nature et
de la sévérité de la blessure, de la possibilité qu‟une autre personne responsable l‟accompagne
et de l‟assurance que les autres athlètes puissent être supervisé(e)s adéquatement si
l'entraîneur(e) doit partir. L'entraîneur(e) doit donc prendre des décisions éclairées en tenant
compte des circonstances. Le plan d‟action d‟urgence sert de guide à la prise de décision et
c‟est pourquoi il est très important d‟en avoir préparé un au préalable.
11. Quelles sont les situations les plus fréquentes pour lesquelles un(e) entraîneur(e)
peut avoir besoin d’assistance judiciaire?
Les situations les plus fréquentes pour lesquelles un(e) entraîneur(e) peut avoir besoin
d‟assistance judiciaire sont les problèmes liés à l‟embauche tels que les contrats de travail et
les résiliations de contrat de même que les allégations de harcèlement et de méfait. À
l‟occasion, un(e) entraîneur(e) peut aussi avoir besoin d‟assistance judiciaire lorsqu‟il ou elle est
impliqué(e) dans une poursuite lancée par une personne ayant été blessée et qui veut obtenir
une compensation.
12. Quelles sont les mesures de prévention qu’un(e) entraîneur(e) peut adopter pour se
protéger?
Un(e) entraîneur(e) compétent(e), informé(e) et prudent(e) pratique sa propre «gestion des
risques» comme le décrit la documentation du PNCE. Un plan en plusieurs étapes y est
présenté afin de fournir à tou(te)s les entraîneur(e)s une série de mesures de gestion des
risques. La meilleure façon de se protéger consiste à se renseigner au sujet de la négligence et
de la responsabilité de même qu‟à mettre certaines mesures en pratique afin de déceler et de
gérer les risques découlant de la profession d‟entraîneur(e).

Page 114 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 6 – CHOIX DES ACTIVITÉS POUR UNE SÉANCE


D’ENTRAÎNEMENT

Le présent document a mis l‟accent sur le fait qu‟une séance d‟entraînement bien planifiée se
caractérise par un bon choix d‟activités. En outre, lorsque vient le temps de choisir le type et les
conditions de pratique qui conviennent le mieux, on a insisté sur l‟importance de tenir compte :
(1) des besoins particuliers des athlètes et (2) des caractéristiques et des exigences de chaque
activité. Ces réflexions de votre part devraient augmenter la probabilité d‟obtenir les effets
désirés en matière d‟apprentissage ou d‟amélioration de la performance. Les étapes ci-dessous
résument la marche à suivre qui a été proposée pour ce qui est de l‟élaboration des activités
d‟une séance d‟entraînement.
Étape 1 – Déterminez ce que vous voulez que les athlètes soient capables de faire. Il peut
s‟agir d‟un objectif à long terme, c.-à-d. d‟un objectif que vous souhaitez atteindre en
plusieurs séances ou même en plusieurs semaines.
Étape 2 – Évaluez la nature de la tâche envisagée en fonction du type d‟habiletés mises en
jeu (ouverte ou fermée; discrète, en série ou continue) et des qualités athlétiques
concernées (physiques, motrices, tactiques et mentales).
Étape 3* – Selon la nature de la tâche et ses exigences, déterminez si elle est appropriée à
l‟âge et au niveau de croissance et de développement de vos athlètes de même qu‟à leur
niveau d‟habileté technique. Si votre réponse à ces questions est oui, passez à l‟étape 4;
sinon, retournez à l‟étape 1 et faites les ajustements nécessaires.
Étape 4* – Décidez s‟il est préférable de scinder la tâche à effectuer en parties distinctes ou
de l‟exécuter en entier;
Étape 5 – Déterminez le type de pratique le plus approprié (continue ou distribuée;
constante ou variable).
Étape 6* – Déterminez les conditions de pratique les plus appropriées.
Étape 7 – Selon votre logistique et les équipements disponibles, choisissez ou élaborez des
activités qui répondent aux critères ci-dessus. À cette étape, identifiez également les
facteurs de risque potentiels et tenez-en compte au moment de la conception de l‟activité.
Étape 8 – Définissez les critères de réussite de l‟activité.
Étape 9* – Identifiez les facteurs de risque éventuels associés à l‟activité et tenez-en
compte lors de l‟élaboration de l‟activité.
Étape 10* – Réfléchissez à la meilleure façon de donner à vos athlètes des explications et
des directives afin qu‟il leur soit facile de comprendre ce en quoi consiste l‟activité et
comment ils ou elles devront exécuter les mouvements ou les actions.
Notes
 Les étapes marquées d‟un astérisque (*) exigent une réflexion en matière de sécurité.
 Les recommandations ci-dessus s‟appliquent à la planification de la séance d‟entraînement. Donner
une séance d’entraînement exige des habiletés additionnelles et complémentaires de la part de
l‟entraîneur(e) dans des domaines tels que les relations personnelles, la gestion de groupe, la
pédagogie et l‟instruction de même que l‟intervention. Ces habiletés particulières sont traitées lors
d‟autres ateliers offerts dans le cadre du PNCE.

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 115


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 7 – PLANIFICATION D’UNE SÉANCE D’ENTRAÎNEMENT


Sport/équipe/athlète(s) : _____________________________________ Date : _____________
Lieu : _______________________ Heure de début : _____________ Durée : ____________
Objectif(s) :
Équipement(s) :
Activités Messages/points clés
Intention : qualité athl.; type d‟effort; durée; intensité; déplacements; etc. Consignes; sécurité; etc.
Accueil (durée = min)

Échauffement général (durée = min)

Échauffement spécifique (durée = min)

Partie centrale (durée = min)

Retour au calme (durée = min)

Conclusion (durée = min)

Page 116 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Annexes

ANNEXE 8 – PLANIFICATION D’UNE ACTIVITÉ


Séance/date : ________________________ Athlètes : ________________________________
Nom de l‟activité : _____________________ Échauffement ( ) Partie centrale ( ) Retour au calme ( )
Durée : ____________ Objectif(s) : _______________________________________________
Équipement(s) : _______________________________________________________________
Description : (qualité athlétique; intention; déplacements; types d’efforts; intensité; emplacement; etc.)

Directives/consignes à donner aux athlètes : ________________________________________


____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
Critères de réussite :
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
Facteurs de risque/consignes de sécurité à donner aux athlètes : ________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
Notes/remarques : _____________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________
____________________________________________________________________________

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 117


Planification d'une séance d’entraînement : Document de référence

Page 118 Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs


Planification d'une séance d’entraînement : Document de référence

Version 1.1, 2007 © Association canadienne des entraîneurs Page 119