Équations différentielles du second ordre

Exercices à support concret : mécanique - automatique
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Productique 1988
Construction métallique 1989
Productique 1990
Productique 1991
Exploitation des véhicules à moteurs 1989
Productique 1993
Exploitation des véhicules à moteurs 1992
Mécanique et automatismes industriels 1993
Conception des produits industriels 1990
Conception des produits industriels 1988
Conception des produits industriels 1992
Maintenance 1992
R.O.C. 1994
Mécanique et automatismes industriels 1995
Groupement B 2002
Groupement B 2002 (sujet de secours)
RETOUR AU SOMMAIRE GENERAL
÷÷÷÷÷÷ 1 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Productique 1988
Équations différentielles (TP2) ; fonctions d'une variable réelle
On considère un appareil de levage sur lequel un système suspension-amortisseur est soumis aux
vibrations du moteur.
La mise en équation de ce système conduit à l'équation différentielle suivante :
t A ky
t
y
f
t
y
m ω · + + sin
d
d
d
d
2
2
où m est la masse du système en vibration, f le coefficient de frottement, k la constante de raideur du
ressort, A sin ωt, la force vibrante transmise au système par le moteur.
Cette mise en équation, pour l'appareil étudié, a conduit à l'équation différentielle (E) :
( ) t y y y 2 sin 13 5 4 · +

+
′ ′
.
1° Vérifier que la fonction
( ) ( ) ( ) t t t f t f 2 sin 2 , 0 2 cos 6 , 1 : + − · est une solution de (E) sur R.
2° Résoudre l'équation différentielle 0 5 4 · +

+
′ ′
y y y .
3° a) Donner la solution générale de l'équation différentielle (E).
b) Déterminer la solution g, de l'équation différentielle (E) satisfaisant aux deux conditions :
( ) 6 , 1 0 − · g et
( ) 0 0 ·

g .
c) Montrer que la valeur absolue de
( ) ( ) t f t g − peut être majorée par
t 2
e 4 , 0

. A partir de quelle
valeur entière
1
t de t cette majoration permet-elle d'affirmer que l'on a g(t) = ƒ(t) à
3
10

près ?

÷÷÷÷÷÷ 2 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Construction métallique 1989
Équations différentielles (TP2)
La résolution de cet exercice ne demande aucune connaissance de mécanique.
G
O
l
y
y(t)
x
m
L'étude des vibrations d'une poutre encastrée à une extrémité et affectée d'une charge de masse m à
l'autre, dans un milieu amortissant, conduit à la résolution d'une équation différentielle du type :
( ) t F y
l
E
y y m · +

λ +
′ ′
3
I 3
y est fonction du temps t représentant l'ordonnée de G (voir figure) ;
m :masse de la charge ;
λ : coefficient d'amortissement du milieu extérieur ;
E : module d'Young du matériau constituant la poutre ;
I : moment quadratique de la section de la poutre ;
l : longueur de la poutre ;
F(t) : force imposée en G, qui est fonction du temps
Dans toute la suite, on considère le cas d'une application numérique conduisant à l'équation (E)
suivante :
( ) t F y y y · +

+
′ ′
5 2 10 , t ∈ R
+
1° Résoudre (E) dans le cas où F(t) = 0 (cas des vibrations propres de la poutre).
2° Résoudre (E) dans le cas où ( )
t
t F

− · e 91 .
Calculer dans ce cas la solution particulière ƒ de (E) qui vérifie : ƒ(0) = 0 et
( ) 0 0 ·

f .
3° Résoudre (E) dans le cas où
( )
,
`

.
|
− ·
2
cos 58
2
t
t F
.
On pourra remarquer que
2
cos 1
2
cos
2
t t +
·
,
`

.
|
, et chercher une solution particulière de (E) sous la
forme :
y = A + B cos t + C sin t.

÷÷÷÷÷÷ 3 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Productique 1990
Équations différentielles (TP2) ; fonctions d'une variable réelle
Un corps oscillant autour d'un axe x'x est ramené vers sa position d'équilibre par un couple de rappel
de moment M = k θ où k est une constante réelle et θ, l'élongation angulaire, une fonction numérique
de la variable réelle positive t représentant le temps exprimé en secondes.
Ce corps oscillant ayant un moment d'inertie par rapport à x'x égal à I, subit à chaque instant une
résistance dont le moment est f.θ′ où la vitesse angulaire θ′ est la fonction dérivée de θ et f une
constante réelle.
Par application du théorème des moments cinétiques, l'élongation angulaire θ est solution de l'équation
différentielle :
(E) 0 · +

+
′ ′
ky y f y I
1° Pour ( )
2
4 f I k − strictement positif, on note
2
4
2
1
f I k
I
− · ω et
I
f
2
· λ .
Déterminer les fonctions numériques g de la variable t définies sur [0, ∞[ qui sont solutions de
l'équation (E).
2° Préciser la solution particulière θ de l'équation (E) vérifiant les conditions initiales :
θ(0) = 1 et
( ) λ − ω · θ

0 .
3° Déterminer les réels α et ϕ tels que θ(t) se mette sous la forme :
( ) ( ) ϕ − ω α · θ
λ −
t t
t
cos e avec ϕ ∈ [0, π[.
4° On donne λ = 0,1. Démontrer que, pour tout réel t positif on a :
( )
t
t
1 , 0
e 2

≤ θ .
A partir de quel instant
0
t , exprimé en secondes par un nombre entier, cette majoration permet-elle
d'affirmer que la valeur absolue de l'élongation du corps est inférieure au cinquième de l'élongation
initiale.

÷÷÷÷÷÷ 4 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Productique 1991
Équations différentielles (TP2) ; calcul différentiel et intégral 2 (TP1)
On se propose d'étudier la déformation élastique par flambement d'une poutre arquée.
On soumet cette poutre à une force longitudinale d'intensité F.
On montre que la déformation élastique d qu'elle subit alors est la solution particulière de l'équation
différentielle (E) définie sur [0, 1] par :
(E) ( ) x y y π ω − · ω +
′ ′
sin
2 2
où y une fonction de la variable t, définie sur R, deux fois dérivable, et y
′ ′
sa dérivée seconde.
Cette solution s'annule pour x = 0 et pour x = 1. ω est une constante située dans l'intervalle ]0, π[ et
dépendant de F.
1° a) Indiquer la solution générale de l'équation sans second membre :
( )
0
E
0
2
· ω +
′ ′
y y .
b) Déterminer le réel k tel que la fonction qui à x fait correspondre k sin(πx) soit solution de
l'équation (E).
c) En déduire la solution générale de l'équation (E).
2° Exprimer la déformation élastique d en fonction de ω et de x.
3° Montrer que la déformation élastique d est maximale pour
2
1
· x .
Exprimer ce maximum en fonction de ω.

÷÷÷÷÷÷ 5 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Exploitation des véhicules à moteurs 1989
Équations différentielles (TP2) ; fonctions d'une variable réelle ; calcul différentiel et intégral 2 (TP1)
Un véhicule de masse M se déplace sur une voie ferrée rectiligne. Il est soumis à une force
d'entraînement constant

F
. La résistance à l'avancement due aux frottements est proportionnelle à la
vitesse. La position du véhicule est repérée par l'abscisse x du centre de gravité G, O étant l'origine des
abscisses.
Le principe fondamental de la dynamique donne l'équation différentielle du mouvement (E) :
x M x k F
′ ′
+

· , où F est l'intensité de la force d'entraînement, x′ la dérivée de x par rapport au temps
(la vitesse du véhicule), x″ la dérivée seconde de x (l'accélération du véhicule) et k la constante de
frottements.
F
O
G
x
( )
t
C C t t x
50
3
2 1
e
3
100

+ + ·
3° A l'instant t = 0 le véhicule démarre, les conditions initiales sont donc t = 0, x = 0, x′ = 0.
a) Donner la solution particulière correspondant à ces conditions.
b) Donner l'expression de la vitesse du véhicule en fonction du temps et calculer
( ) t x
x

+∞ →
lim
.
V
1
désigne cette valeur.
c) Déterminer alors le temps nécessaire pour que la vitesse du véhicule atteigne 99% de sa valeur
limite V
1
.
On sera amené à résoudre l'inéquation :
01 , 0
) (
1
1



V
t x V
.

÷÷÷÷÷÷ 6 ÷÷÷÷÷÷
1° Donner la solution générale de l'équation
différentielle (E).
2° Dans le cas où F = 1000 N, M = 500 kg et k =
30 N/
m/s
montrer que la solution trouvée au 1°
s'écrit :
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Productique 1993
Équations différentielles (TP2) ; fonction d'une variable réelle
Soit un circuit électrique comportant en série une bobine de résistance chimique R, d'inductance
propre L et un condensateur de capacité C. Soit E la force électromotrice de la source.
On appelle :
q la fonction qui, à tout instant t, fait correspondre la charge q(t) du condensateur.
i la fonction qui, à tout instant t, fait correspondre l'intensité i(t) du courant dans le circuit.
On démontre que q est une solution particulière de l'équation différentielle :
E y
C
y R y L · +

+
′ ′
1
et que i est la fonction dérivée de q.
1° Montrer que, en prenant L = 0,05 Henry, R = 20 Ohms, C =
6
10 100

×
Farad et E = 100 Volts
on obtient l'équation suivante :
(1) 000 2 000 200 400 · +

+
′ ′
y y y
dans laquelle y est une fonction de t (t > 0), deux fois dérivable.
2° a) Déterminer la solution générale de l'équation sans second membre :
0 000 200 400 · +

+
′ ′
y y y
b) Déterminer une solution particulière de l'équation (1) qui soit une fonction constante.
c) En déduire la solution générale de l'équation (1).
3° Sachant que, à l'instant t = 0, on a q(t) = 0 et i(t) = 0, déterminer les fonctions q et i.
4° Déterminer la limite de i(t) et celle de q(t) lorsque t tend vers l'infini.

÷÷÷÷÷÷ 7 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Exploitation des véhicules à moteurs 1992
Équations différentielles (TP2) ; fonctions d'une variable réelle ; calcul différentiel et intégral 2 (TP1)
Partie 1
On se propose de résoudre sur [0, +∞[ l'équation différentielle (E) :
t
z z z

− · +

+
′ ′
e 11 2
où z est une fonction inconnue de la variable t.
1° Résoudre sur [0, +∞[ l'équation différentielle 0 2 · +

+
′ ′
z z z .
2° Déterminer les nombres réels a et b de sorte que la fonction ƒ définie sur [0, +∞[ par :
( )
t
bt a t f

+ · e
2
soit une solution particulière sur [0, +∞[ de l'équation différentielle (E).
3° En déduire la solution générale de l'équation différentielle (E).
4° Établir que la fonction g donnée par :
( ) ( )
t
t t t g

+ + − · e 11 11 5 , 0 11
2
est la solution particulière de l'équation (E) qui satisfait aux conditions initiales
( ) 0 0 · g et
( ) 0 0 ·

g .
On note c la courbe représentative de g dans un repère orthonormal d'unités graphiques 2 cm sur
chaque axe.
5° a) Calculer la dérivée de g et étudier son signe sur [0, +∞[.
Construire le tableau des variations de g.
Calculer la limite L de g(t) quand t tend vers +∞.
b) Écrire une équation de la tangente d au point d'abscisse t = 1 à la courbe c.
c) Donner des valeurs approchées à
2
10

près de g(2), g(4), g(6), g(8).
d) Tracer la courbe c dans le repère défini plus haut.
Partie 2
Un cylindre métallique pesant est mobile dans un tube cylindrique. Il est suspendu à un ressort qui
exerce une force de rappel notée

R
. Il est aussi soumis à une force électromagnétique notée

E
. Le
mouvement de ce cylindre à l'intérieur de la gaine est soumis à des forces de frottement dont la
résultante est notée

F
.
L'étude du mouvement de ce cylindre est ramené à l'étude du mouvement de son centre de gravité G.
La position de G est repérée, sur l'axe orienté (z'Oz), par l'abscisse z qui est une fonction du temps. La
vitesse de G est égale à la dérivée de z par rapport au temps notée z′. L'accélération de G est la dérivée
de z′ par rapport au temps ; elle est notée z″.
z est exprimé en mètres.
÷÷÷÷÷÷ 8 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
( )
t
M E

− · e 1
avec :
( )
¹
¹
¹
'
¹

·
− 2
m/s en exprimé e 1
et
kg 2
t
M
R = kz avec k = N/m
F = αz′ avec α = 4 N/m/s
P = Mg avec g = 10
2
m/s
La projection sur l'axe (z'Oz) de la résultante des forces appliquées au
point G est égale à :
( ) . e 1 z kz M Mg
t

α − − − +

A l'instant initial (t = 0) le point G est en l'origine O du repère (z'Oz) et sa
vitesse initiale est nulle.
Le principe fondamental de la dynamique permet donc d'écrire l'équation
différentielle :
( ) . e 1 z kz M Mg z M
t

− − − + ·
′ ′

α
,
que l'on note (E').
1° Montrer que l'équation différentielle
( ) E

est l'équation différentielle (E) étudiée dans la première
partie du problème.
2° a) Déduire de la question 1° l'expression de l'abscisse z en fonction de t.
b) Estimer graphiquement le temps mis pour que le point G ait une abscisse égale à
100
99
L où L est
la limite calculée dans la question 5° a) de la première partie.

÷÷÷÷÷÷ 9 ÷÷÷÷÷÷
O

F

E
R

z'
z
G(z)
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Mécanique et automatismes industriels 1993
Équations différentielles (TP2) ; calcul différentiel et intégral 2 (TP1 ) ; fonction d'une variable réelle
Pour éviter les perturbations créées par les vibrations lors du choc d'un marteau sur une enclume, on
munit l'enclume de deux ressorts et d'un amortisseur selon le schéma ci-dessous :
masse du marteau : kg 10 1
3
1
× · m ,
masse de l'enclume : kg 10 14
3
2
× · m ,
constante de raideur d'un ressort :
1 4
Nm 10 183

× · k
,
constante de l'amortisseur : SI nité u 10 4 , 2
4
× · µ .
On suppose qu'après le choc, les deux parties (marteau-enclume) restent solidaires. La cote du point M
à l'instant t est repérée par z(t) mesurée sur l'axe indiqué sur le schéma.
On choisit l'origine des temps t = 0 à l'instant où l'ensemble marteau-enclume arrive au point le plus
bas de la première oscillation.
Première question :
La cote z (mesurée en mètres) est solution de l'équation différentielle (E) :
( ) 0 2
d
d
d
d
2
2
2 1
· + µ + + kz
t
z
t
z
m m
Soit : 0 660 3 24 15 · +

+
′ ′
z z z
a) Montrer que la solution générale z de (E) vérifie : ( ) ( ) ( ) ( ) t B t A t z
t
β + β ·
α −
sin cos e , pour tout réel
t, en déterminant les valeurs de α et β.
b) Les mesures initiales sont à t = 0 : ( )
3
10 7 , 50 0

× − · z et
( ) 0 0 ·

z .
Exprimer alors la solution de (E) qui vérifie ces deux conditions en déterminant A et B.
Deuxième question :
La position à l'instant t est maintenant donnée par :
( ) ( ) ( ) ( )
t
t t t z
8 , 0 3
e 10 6 , 15 sin 6 , 2 6 , 15 cos 7 , 50
− −
× × + − · .
a) Déterminer, dans l'intervalle [0, 1], à
2
10

près chacun, les instants t pour lesquels z(t) = 0.
(on rappelle que les solutions de l'équation
( ) ( ) a x tan tan · sont de la forme x = a + nπ, n étant un
entier)
b) Calculer
( ) t 6 , 15 tan lorsque z(t) est extrémal, c'est à dire quand z′(t) = 0.
En déduire, dans l'intervalle [0, 1], les valeurs approchées correspondantes de t à
2
10

près.
÷÷÷÷÷÷ 10 ÷÷÷÷÷÷
M
m
m
0
1
2
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
c) Tracer, sur une feuille de papier millimétrée, la courbe représentative de z en fonction de t lorsque t
varie dans l'intervalle [0, 1].
(Sur l'axe des abscisses, gradué de 0 à 1, 20 cm représenteront une seconde).

÷÷÷÷÷÷ 11 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Conception des produits industriels 1990
Équations différentielles (TP2) ; fonctions d'une variable réelle ; calcul différentiel et intégral 3 (TP1 - TP4)
Un ressort R de raideur k, à spires non jointives, a une extrémité fixe.
On attache à l'autre extrémité une masse m, mobile sur un axe de repère
(
u O

;
). Lorsque le ressort est au repos, son extrémité libre est en O.
Un dispositif permet d'exercer sur la masse une force variable avec le
temps : ( ) ( )u t a F


ω cos · , a > 0, ω > 0.
On branche le dispositif à l'instant t = 0, le ressort étant au repos et la masse ayant une vitesse nulle.
On admet que l'abscisse z de l'extrémité mobile du ressort est une fonction du temps t, solution de
l'équation différentielle :
( ) t a kz z m ω · +
′ ′
cos (E)
Dans la suite du problème, on prend k = 18 ; m = 2 ; a = 4.
(Toutes les grandeurs sont exprimées en unités S.I.)
A -Dans le cas où ω ≠ 3, déterminer la solution générale de l'équation (E).
Préciser la solution particulière satisfaisant aux conditions : z(0) = 0 et
( ) 0 0 ·

z .
B - On suppose maintenant ω = 3.
1° Déterminer le réel C pour que la fonction
( ) ( ) t t C t f 3 sin · soit solution de l'équation (E).
2° Trouver alors la solution g de (E) satisfaisant aux conditions : g(0) = 0 et
( ) 0 0 ·

g .
3° Soit (A ; , i

j

) un repère orthonormal (unité : 4 cm).
On désigne par (Γ) la courbe d'équation z = g(t) avec ( ) ( ) t t t g 3 sin
3
1
· pour t décrivant
l'intervalle
]
]
]

π
3
5
, 0 .
Étudier la position de (Γ) par rapport aux droites d'équation t z
3
1
· et t z
3
1
− · . En particulier,
préciser les points communs à (Γ) et à ces deux droites. Déterminer aussi les points communs à
(Γ) et à l'axe (A ; i

). Sans étudier le sens de variation de la fonction g, tracer la courbe (Γ).
4° (Dans cette partie, les valeurs approchées seront données à
5
10

près)
On a pu constater que, en fait, le ressort se rompt lorsqu'il est trop étiré et que la rupture a lieu
dès que l'extrémité libre atteint une abscisse égale à
2
3
. On cherche à savoir à quel instant t aura
lieu cette rupture.
Tracer sur le graphique la droite d'équation
2
3
· z .
a) On pose 5 , 4
0
· t . Calculer
( )
0
t g .
b) Soit
0
D la tangente à la courbe (Γ) au point d'abscisse
0
t .
÷÷÷÷÷÷ 12 ÷÷÷÷÷÷
u

O
m
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Trouver une équation de
0
D .
Calculer l'abscisse t
1
du point d'intersection de
0
D avec la droite d'équation
2
3
· z
.
Constater que
( ) ( )
2
3
2
3
1 0
− > − t g t g
.
c) On itère le procédé précédent pour obtenir successivement t
2
, t
3
, t
4
, t
5
.
Calculer t
2
, t
3
, t
4
, t
5
et constater que ( )
5
5
10 2
2
3

⋅ < − t g
(On pourra établir la relation
i i i
i i
i
t t t
t t
t
3 cos 3 3 sin
3 cos 3 5 , 4
2
1
+
+
·
+
pour toute valeur entière de i).

÷÷÷÷÷÷ 13 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Conception des produits industriels 1988
Équations différentielles 1 (TP1) ; fonctions d'une variable réelle 2 ; calcul différentiel et intégral 3 (TP1)
On se propose d'étudier le fléchissement d'une barre rectiligne homogène PQ, de longueur l (de
section constante et de grande longueur par rapport aux dimensions transversales), lorsqu'elle est
compressée de diverses façons.
Première partie
Dans cette partie, on suppose que la barre PQ est sollicitée par deux forces opposées d'intensité B, co-
axiales avec l'axe de la barre avant déformation.
x
B
Q
M
M'
P
y
B
où k est un réel à déterminer en fonction de I, E et B.
2° a) Déterminer les solutions de (1) vérifiant la condition : y(0) = 0.
b) Démontrer que les solutions non nulles de (1) telles que y(0) = 0 satisfont à la condition y(l) = 0
si, et seulement si :
EI
B
l = nπ, n ∈ N
*
3° a) Calculer B en fonction de E, I et l pour que
l
x
c y
π
· sin
, où 0 ≤ x ≤ l, soit solution de (1).
b) Représenter la courbe d d'équation
l
x
c y
π
· sin
(c > 0).
Quelle est la flèche maximum obtenue ?
Deuxième partie
J
y
P
M' M
J
B
B
Q
x
÷÷÷÷÷÷ 14 ÷÷÷÷÷÷
La flèche y =
M M
′ en un point M est une fonction de l'abscisse x =
PM
de
ce point.
On admet que cette fonction est une solution de l'équation différentielle :
(1) : E By y I − ·
′ ′
où I, E, B sont des constantes strictement positives, et qu'elle satisfait aux
conditions : y(0) = 0 et y(l) = 0.
1° Montrer que la solution générale de (1) est de la forme :
kx C kx C y cos sin
2 1
+ · ,
Dans cette partie, on suppose que la barre PQ est encastrée à l'extrémité P.
L'extrémité Q est articulée sur un coulisseau qui exerce sur la barre les
efforts B et J.
La flèche y =
M M
′ en un point M est une fonction de l'abscisse
PM x ·
de
ce point.
On admet que cette fonction est une solution de l'équation différentielle (2) :
( ) x l J By y EI − + − ·
′ ′
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
où I, E, B et J sont des constantes strictement positives, et qu'elle satisfait aux conditions :
y(0) = 0,
( ) 0 0 ·

y et y(l) = 0.
1° a) Résoudre l'équation différentielle (2).
b) Déterminer la solution de (2) telle que y(0) = 0 et
( ) 0 0 ·

y .
2° a) Démontrer que la solution de (2), telle que y(0) = 0 et
( ) 0 0 ·

y , satisfait à la condition :
y(l) = 0 si, et seulement si : l
EI
B
l
EI
B
· tan .
b) Montrer que l'équation tan t = t admet une solution α et une seule dans l'intervalle

]
]
] π π
2
3
;
2
.
Déterminer une valeur approchée décimale de α à
2
10

près par défaut. (On explicitera la
méthode utilisée).
c) Expliciter, en fonction de J, B, l et de la valeur approchée de α, la solution de (2) telle que :
y(0) = 0 et
( ) 0 0 ·

y , lorsque les constantes E, I, B vérifient la relation : α · l
EI
B
.

÷÷÷÷÷÷ 15 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Conception des produits industriels 1992
Équations différentielles (TP2) ; calcul différentiel et intégral 2 (TP2)
Au sortir d'un four pour traitement thermique, des pièces sont trempées dans un bain d'huile. Elles
glissent sur une rampe d'accès.
On se propose de modéliser le mouvement de la pièce dans le bain d'huile au sortir de la rampe. La
figure ci-dessous représente la section de la cuve par un plan vertical.
Dans cette modélisation, on étudie le mouvement d'un point matériel M de masse m dans le plan
vertical muni du repère orthonormal direct (O ; , i

j

). On choisit j

« vertical ». On néglige la
poussée d'Archimède.
Ce point est soumis à son poids et à la force de frottement représentée par le vecteur ( ) V k

− .
La constante positive k est le coefficient de viscosité
et
V

le vecteur vitesse de M à l'instant de date t.
A l'instant de date t = 0 :
- le point M est en 0.
- le vecteur vitesse
0
V

est tel que |
0
V

| = 10 et
( i

,
0
V

) =
6
π
.
Les coordonnées x et y de M sont des fonctions du
temps t ; si l'on note x′, x″, y′, y″ leurs dérivées par
rapport à t, la relation fondamentale de la dynamique appliquée au point M conduit aux équations
différentielles :
¹
'
¹


− ·
′ ′
′ ′ ′
g m y k y m
x =-k x m
(g accélération de la pesanteur).
Questions
A - On donne : k = 2, m = 1, g = 10.
1° Montrer que, dans ce cas, on obtient les équations différentielles E
1
et E
2
; la variable t
appartient à l'intervalle [0, +∞[ :
¹
'
¹


− ·
′ ′

− ·
′ ′
) (E 10 2
) (E 2
2
1
y y
x x
2° Résoudre l'équation différentielle E
1
.
3° a) Déterminer la fonction polynôme de degré 1 solution particulière de E
2
.
b) Résoudre l'équation différentielle E
2
.
4° a) Déterminer la fonction ƒ solution de E
1
telle que : ƒ(0) = 0 et ƒ′(0) =
3 5
.
b) Déterminer la fonction g solution de E
2
telle que : g(0) = 0 et g′(0) = 5.
B - On considère dans le repère orthonormal (O ; , i

j

) d'unité graphique 1 cm la courbe c ensemble
des points M(x ; y) tels que :
÷÷÷÷÷÷ 16 ÷÷÷÷÷÷
i

j

0
α
A
B C
D
0
V

Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
( ) ( )
( ) ( )
¹
¹
¹
'
¹
− − · ·
− · ƒ ·


t t g y
t x
t
t
5 e 1 5
e 1 3
2
5
2
2
pour t ≥ 0.
1° Étudier les variations des fonctions ƒ et g ; préciser les limites de ƒ et de g quand t tend vers +
∞ ; rassembler les résultats dans un même tableau.
2° Déterminer le coefficient directeur de la tangente au point O.
Interpréter le résultat à l'aide du vecteur
0
V

.
3° Reproduire et compléter le tableau de valeurs suivant :
On donnera des valeurs décimales arrondies à 10
-2
.
4° Tracer l'arc de la courbe c pour 0 ≤ t ≤ 3.
5° On suppose que la distance du point O à la paroi CD est 4,5 cm.
Le point M peut-il rencontrer la paroi CD ?

÷÷÷÷÷÷ 17 ÷÷÷÷÷÷
t 0,1 0,2 0,4 0,6 1 1,5 2 2,5 3
x
y
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Maintenance 1992
Équations différentielles (TP2) ; calcul différentiel et intégral 2 (TP1) ; Calcul des probabilités 2 (TP2 - TP3)
1° Aux deux extrémités d'une tige métallique homogène AB de longueur
3
1
π
· l on exerce des forces
opposées de même intensité ; il y a alors fléchissement de la tige.
A P B A P B
P’
avant
après
La tige métallique AB est munie du repère (A, i

) avec ║i

║ = 1 mètre.
Au point P de la tige d'abscisse x (0 ≤ x ≤
3
π
) la flèche associée est
PP
' = y.
y est une fonction de la variable x, on admettra qu'elle est solution de l'équation différentielle (E
1
) :
0 9 · +
′ ′
y y avec y(0) = 0 et
( ) 003 , 0 0 ·

y .
a) Déterminer y(x) ;
b) Vérifier que
( ) 0
1
· l y ;
c) En quel point de la barre la flèche est-elle maximale ?
2° De telles tiges sont livrées par une usine à grande fabrication. Leur longueur L est une variable
aléatoire gaussienne de moyenne 1 mètre et d'écart type 3 cm. L'intervalle de tolérance étant
[94 cm ; 106 cm], à combien peut-on présumer le nombre de tiges qui seront retenues dans un lot
de 200 ?
3° La probabilité de rupture lorsqu'on les soumet aux forces du 1° est p = 0,02. Dans un lot de 200
tiges on désigne par K le nombre de celles qui se casseront. En appliquant successivement la loi
binomiale puis la loi de Poisson, déterminer la probabilité que K prenne la valeur 1.

÷÷÷÷÷÷ 18 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
R.O.C. 1994
Équations différentielles (TP2) ; calcul différentiel et intégral 2 (TP1) ; fonctions d'une variable réelle.
Partie A
La suspension d'une voiture est schématisée par un ressort vertical de force de rappel k =
136 10
4
, ×

N/m. La masse m de la voiture est de 800 kg.
On démontre en mécanique que l'équation du mouvement vertical de cette voiture est de la forme :
0 · +

+
′ ′
y
m
k
y
m
b
y
où y désigne l'amplitude de l'oscillation en fonction du temps t, b étant une constante qui peut être
choisie égale à 1600. y est une fonction deux fois dérivable.
1° Résoudre cette équation différentielle.
2° Déterminer la solution particulière telle qu'à l'instant t = 0 les conditions suivantes soient vérifiées :
( )
( )
¹
'
¹
− ·

·
1 0
1 0
y
y
Partie B
On considère la fonction numérique ƒ de la variable réelle t définie sur [0, π] par : ( ) t t
t
4 cos e

· ƒ .
La courbe représentative (Γ) de ƒ est donnée sur une feuille annexée à la suite de cet énoncé.
On appelle
( )
1
C et
( )
2
C les courbes représentatives des fonctions
1
ƒ et
2
ƒ définies sur [0, π] par :
( )
t
t

− · ƒ e
1
et ( )
t
t

· ƒ e
2
.
1° a) Démontrer que pour tout réel t de [0, π] on a : ( )
t t
t f
− −
≤ ≤ − e e .
b) En déduire les positions relatives de (Γ),
( )
1
C et
( )
2
C .
2° a) Calculer les abscisses des points A et B communs à (Γ) et
( )
1
C .
b) Calculer les abscisses des points C, D et E communs à (Γ) et
( )
2
C .
3° Calculer le coefficient directeur de la tangente à (Γ) en son point d'abscisse 0 ainsi que celui de la
tangente à
( )
2
C en son point d'abscisse 0. Que peut-on en conclure ?
4° a) Étudier sur [0, π] les variations des fonctions
1
ƒ et
2
ƒ .
b) Sur le dessin ci-dessous comportant déjà (Γ) placer les points A, B, C, D et E ainsi que la
tangente à (Γ) en son point d'abscisse 0. Tracer enfin les courbes
( )
1
C et
( )
2
C .
÷÷÷÷÷÷ 19 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
0
1
π
π
2

÷÷÷÷÷÷ 20 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Mécanique et automatismes industriels 1995
Équations différentielles (TP2)
Étude d'un système de sécurité
Principe du fonctionnement (voir schémas ci-dessous).
Une tige horizontale (1) de longueur l est solidarisée perpendiculairement à un arbre (2) d'une machine
tournant à une vitesse angulaire constante ω. Un ressort (5), de constante de raideur k, est fixé par
l'une de ses extrémités à l'arbre et par l'autre à un solide (3) de masse M, qui peut coulisser sans
frottement sur la tige. Si le solide arrive en butée, il actionne un capteur (4) qui déclenche l'arrêt de la
machine (voir schéma A).
Le but de l'exercice est de déterminer le mouvement du point P.
(voir schéma B).
Pour
cela,
on
munit
la
droite
(OA)
d'un
repère
(O ; i

)

i l OA

⋅ ·
(unité le mètre).
L'unité de temps étant la seconde, la position du point P à l'instant t est alors repérée par son abscisse
x(t) dans le repère précédent et l'on a, à tout instant t :
(1) l
0
≤ x(t) ≤ l
(2)
( ) ( )
0
2
l
M
k
t x
M
k
t x ·
,
`

.
|
ω − +
′ ′
qui s'écrit :
0
2
l
M
k
x
M
k
x ·
,
`

.
|
ω − +
′ ′
Les contraintes techniques fixent pour tout le problème :
M = 0,0625 kg k = 169 N.m
-1
l
0
= 0,072 m l = 0,12 m.
D’autre part, pour simplifier l'étude, les conditions initiales sont fixées à t = 0 : x(0) = l
0
et ( ) 0 0 ·

x .
Question préliminaire :
Vérifier que l'équation différentielle (2) s'écrit :
÷÷÷÷÷÷ 21 ÷÷÷÷÷÷
Schéma A
2 5 3
1
4
l
x(t)
l
0
A P O
Masse M Butée
Schéma B
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
(E) : ( ) 688 , 194 2704
2
· ω − +
′ ′
x x
Question 1 :
On considère dans cette question que ω = 20 rd.s
-1
.
a) Résoudre sur R l'équation différentielle ( ) 0 2704
2
· ω − +
′ ′
x x .
b) Déterminer une fonction constante solution de (E) .
En déduire la forme générale des solutions de (E) puis la solution particulière vérifiant les
conditions initiales données.
c) La position du point P est donnée par :
x(t) = − 0,0125 cos(48t) + 0,0845 .
Le point P atteint-il la butée ?
Question 2 :
On considère maintenant que ω = 110,5 rd.s
-1
.
a) En adoptant la même démarche qu'à la question 1, montrer que la forme générale des solutions de
l'équation (E) est :
02048 , 0 e e
5 , 97
2
5 , 97
1
− +
− t t
C C
Puis déterminer la solution particulière x vérifiant les conditions initiales données.
b) Calculer x(0,01) et x(0,02). Interpréter le résultat.
Question 3 :
On considère enfin que ω = 52 rd.s
-1
.
a) Déterminer la solution particulière de l’équation différentielle (E) vérifiant les conditions initiales
données.
b) A quel instant le point P atteint-il la butée ?

÷÷÷÷÷÷ 22 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Groupement B 2002
Les trois parties de cet exercice peuvent être traitées de façon indépendante.
A. Résolution d'une équation différentielle
On considère l'équation différentielle :
x
x y y y E

− − · −


′ ′
e ) 4 6 ( 2 : ) (
où y est une fonction de la variable réelle x, définie et deux fois dérivable sur R, y

sa fonction
dérivée première et y
′ ′
sa fonction dérivée seconde.
1. Résoudre sur R l'équation différentielle 0 2 : ) (
0
· −


′ ′
y y y E .
2. Soit h la fonction définie sur R par :
x
x x x h

+ · e ) 2 ( ) (
2
. Démontrer que h est une solution
particulière de l'équation différentielle (E).
3. En déduire l'ensemble des solutions de l'équation différentielle (E).
4. Déterminer la solution f de l'équation différentielle (E) qui vérifie les conditions initiales
1 ) 0 ( · f

et 1 ) 0 ( ·

f .
B. Étude d'une fonction
Soit f la fonction définie sur R par
x
x x f

+ · e ) 1 ( ) (
2
.
Sa courbe représentative C dans un repère orthonormal est donnée sur la figure ci-après.
1. a) Calculer
) ( lim x f
x −∞ →
.
b) Déterminer
x
x
x

+∞ →
e lim
2
et
x
x
x

+∞ →
e lim
. En déduire
) ( lim x f
x +∞ →
.
c) Interpréter graphiquement le résultat obtenu au b).
2. a) Démontrer que, pour tout x de R,
x
x x f

− ·

e ) 1 ( ) (
2
b) Résoudre dans R l'inéquation 0 ) ( ≥

x f .
c) En déduire le sens de variation de f sur R.
3. a) A l'aide du développement, au voisinage de 0, de la fonction exponentielle
t
t e
, donner le
développement limité d'ordre 2, au voisinage de 0, de la fonction
x
e x

.
b) Démontrer que le développement limité, à l'ordre 2, au voisinage de 0 de la fonction est :
) (
2
1
1 ) (
2 2
x x x x x f ε + − + · avec
0 ) ( lim
0
·

x
x
ε
d) En déduire une équation de la tangente T à la courbe C au point d'abscisse 0 et la position
relative de C et T au voisinage de ce point.
C. Calcul intégral
÷÷÷÷÷÷ 23 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
l. a) La fonction f définie dans la partie B étant une solution de l'équation différentielle (E) :
x
x y y y

− − · −


′ ′
e ) 4 6 ( 2 ,
montrer que f vérifie, pour tout x de R,
] e ) 4 6 ( ) ( ) ( [
2
1
) (
x
x x f x f x f

+ +


′ ′
·
b) Soit F la fonction définie sur R par :
] e ) 10 6 ( ) ( ) ( [
2
1
) (
x
x x f x f x F

+ − −

·
Vérifier que, pour tout x de R,
) ( ) ( x f x F ·

c) Vérifier que, pour tout x de R,
x
x x x F

− − − · e ) 5 4 ( ) (
2
.
2. Utiliser ce qui précède pour démontrer que l'aire A de la partie du plan hachurée sur la figure est, en
unités d'aire,
5 e 2 − · A .

÷÷÷÷÷÷ 24 ÷÷÷÷÷÷
x
y
0
1
0
1
C
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Groupement B 2002 (sujet de secours)
A : Résolution d'une équation différentielle
On considère l'équation différentielle :
x
y y y E

· +

+
′ ′
e 2 2 ) (
où y est une fonction de la variable x, définie et deux fois dérivable sur R, y

sa fonction dérivée
première et y
′ ′
sa fonction dérivée seconde.
1. Résoudre sur R l'équation différentielle ) (
0
E : 0 2 · +

+
′ ′
y y y .
2. Montrer que la fonction f définie sur R par
x
x x f

· e ) (
2
est une solution de l'équation
différentielle (E).
3. En déduire la solution générale de l'équation différentielle (E).
4. Déterminer la solution g de l'équation différentielle (E) qui vérifie les conditions initiales g(0) = 1
et 1 ) 0 ( − ·

g .
B : Étude d'une fonction
Soit g la fonction définie sur R par :
x
x x g

+ · e ) 1 ( ) (
2
.
On donne sa représentation graphique
1
C dans le repère (O ; , i

j

) de l'annexe.
1. a) Calculer
) ( lim x g
x −∞ →
.
b) On donne
0 ) ( lim ·
+∞ →
x g
x
. Donner une interprétation graphique du résultat.
2. Montrer que, pour tout x de R, ) 1 2 ( e ) (
2
+ − − ·


x x x g
x
.
3. En déduire le signe de ) (x g

puis le sens de variation de g sur R.
4. a) A l'aide du développement limité d'ordre 4, au voisinage de 0, de la fonction exponentielle
t
t e
, donner le développement limité d'ordre 4, au voisinage de 0, de la fonction
x
e x

.
b) Démontrer que le développement limité d'ordre 4, au voisinage de 0, de la fonction g est :
) (
24
13
6
7
2
3
1 ) (
4 4 3 2
x x x x x x x g ε + + − + − · avec
0 ) ( lim
0
·

x
x
ε
.
5. Soit h la fonction définie sur l'intervalle [–0,25 ; 1] par :
3 2
6
7
2
3
1 ) ( x x x x h − + − · .
a) Compléter sur l'annexe le tableau de valeurs prises par la fonction h ; arrondir à
3
10

.
b) Étudier la position relative des représentations graphiques
2
C et
1
C des fonctions h et g au
voisinage de leur point commun d'abscisse 0.
c) Tracer sur le graphique de l'annexe la représentation graphique
2
C de la fonction h.
÷÷÷÷÷÷ 25 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
C : Calcul intégral
l. Soit α un nombre réel appartenant à l'intervalle [0, 1].
On admet que 2 e ) 2 2 ( d e
2
0
2
+ + + − ·
− −

α
α
α α x x
x
.
a) Calculer

·
α
α
0
d ) ( ) ( x x g I .
b) Calculer

·
α
α
0
d ) ( ) ( x x h J .
2. On admet que
) (α I
est supérieur ou égal à
) (α J
sur l'intervalle [0 ; 1]
a) Vérifier à l'aide de la calculatrice que si 5 , 0 · α alors
2
10 ) ( ) ( 0

≤ − ≤ α α J I .
b) Cette double inégalité est-elle vraie dans le cas où 1 · α ?
Annexe page suivante
÷÷÷÷÷÷ 26 ÷÷÷÷÷÷
Équations différentielles du second ordre
Exercices à support concret : mécanique - automatique
Annexe
B - 5. a)
x –0,25 0 0,25 0,5 0,75 1
h(x) 0,825
B - 5. c)

÷÷÷÷÷÷ 27 ÷÷÷÷÷÷
0 1
1