Pourtour de l'étang de Berre : l'industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard

PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

RAPPORT D'ÉTUDE

Janvier 2010

N° 28

Au premier semestre 2008, un séminaire-atelier sur les mutations économiques a été organisé en Provence-Alpes-Côte d'Azur par la Préfecture de région. Le territoire industriel, situé à Fos et sur le pourtour de l'étang de Berre, a été identifié comme un territoire à analyser, en raison de son caractère stratégique mais aussi de sa fragilité potentielle. Cette mission a été confiée à un groupe de travail partenarial associant les acteurs économiques de la région. L'étude met en perspective l'évolution économique de ce territoire à enjeux, contribuant ainsi à alimenter la réflexion collective des acteurs ; elle pourra les aider à mieux appréhender les risques potentiels, mais aussi les leviers de développement économique de ce territoire. La présente étude a été réalisée dans le cadre d'un partenariat avec le Secrétariat Général aux Affaires Régionales (SGAR) de la Préfecture de la région ProvenceAlpes-Côte d'Azur et a mobilisé le Fonds National d'Aménagement et de Développement du Territoire (FNADT).

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Renan Duthion

AUTEURS Gérard Davoult, Elyane Chevalier

CARTES ET ILLUSTRATIONS Christine Chassang

RÉDACTEUR EN CHEF Claire Joutard

Pourtour de l'étang de Berre : l'industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d'étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur 2010

SOMMAIRE

Synthèse ....................................................................................................3 Chiffres-clés...............................................................................................4 1 2 Un territoire localisé autour de l’étang de Berre ....................................5 Démographie : une forte vitalité dans les années 70 qui se ralentit après 90......................................................................................................8 3 4 5 6 7 8 Les migrations résidentielles avec le pourtour de l’étang de Berre ...12 Logement : très peu de résidences secondaires..................................16 Une taille moyenne des ménages en baisse .........................................18 L’appareil productif .................................................................................20 L’industrie ................................................................................................29 Une agriculture qui se maintient, orientée vers les productions végétales ..................................................................................................32 9 Parmi les actifs, la part des ouvriers est plus élevée que dans la région 10 11 12 ....................................................................................................34

De très nombreux déplacements domicile-travail quotidiens .............38 Chômage : retournement de tendance en 2008 ....................................41 Les revenus des ménages : des revenus fiscaux médians plus élevés que dans les zones de comparaison .....................................................45

13

Précarité : une situation semblable à celle de la région ......................47 Définitions ................................................................................................48

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 1/55

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 2/55

Synthèse

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard

L’industrialisation du pourtour de l’étang de Berre date de la fin des années 60. Jusque dans les années 80, le territoire a connu un développement économique et démographique rapide dans le sillage de ses industries lourdes. L’industrie a ensuite perdu du terrain mais a été relayée par le tertiaire qui s’est fortement développé. Les services aux entreprises ainsi qu’aux personnes ont notamment pris le relais, favorisés par la nécessité de répondre aux besoins d’une population en croissance rapide. Le territoire possède de sérieux atouts pour assurer son avenir : bien desservi en infrastructures routières et aéroportuaire, bénéficiant d’une croissance démographique portée par l’excédent naturel il accueille une main-d’œuvre plutôt qualifiée. Le tissu économique est dynamique avec de nombreuses créations d’entreprises y compris industrielles. La proximité de la métropole marseillaise est un précieux facteur de régulation du marché du travail. Enfin, la naissance du projet ITER à quelques dizaines de kilomètres peut constituer une opportunité. Mais il recèle également de réelles fragilités. Sa forte spécialisation industrielle est un facteur de vulnérabilité en cas de retournement économique, d’autant que les principaux secteurs sont très fortement dépendants de centres de décisions situés hors du territoire et que métallurgie et pétrochimie, bien implantées dans cette zone, ont perdu de nombreux emplois depuis 1999. Son marché de l’emploi est déséquilibré, avec des difficultés de retour à l’emploi particulièrement prégnantes et une inadéquation entre offre et demande de travail. En effet, malgré un niveau d’emplois équivalent au nombre d’actifs résidants, les déplacements domicile-travail sont très nombreux, impactant négativement la qualité de vie d’un territoire déjà soumis au risque de pollution industrielle.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 3/55

Chiffres-clés sur le périmètre d’étude et les zones d’emploi du Havre et de Dunkerque
Périmètre d'étude 32 1 295 Périmètre d'étude 402 200 4,93% 311 0,73% dont dû au solde naturel Part de la population ayant moins de 20 ans en 2006 Part de la population ayant 65 ans et plus en 2006 Ensemble des ménages en 2006 Nombre moyen de personnes par ménage Ménages d’une seule personne Ensemble des logements en 2006 dont résidences secondaires dont logements vacants Part des propriétaires Population active ayant un emploi en 2006 dont agriculture dont industrie dont construction dont tertiaire Evolution du nombre d’emplois entre 1999 et 2006
Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

Données géographiques
Nombre de communes Superficie en km²

Données démographiques 2006 et 1999
Population municipale légale au 01/01/2009 (millésimée 2006) Taux d’évolution de la population 1999/2006 Densité en 2006 (habitants/km ) Taux d’évolution annuel moyen de la population : période 1999-2006
2

Zone d'emploi du Havre 61 1 226 Zone d'emploi du Havre 355 300 -1,43% 290 -0,21% 0,44% 26,8% 15,5% 147 800 2,36 32,2% 161 800 3,3% 4,9% 52,1% 138 400 2,0% 19,8% 6,3% 71,9% 7,79% Zone d'emploi du Havre 16,5% 50,1% 10,6% 8,6% Zone d'emploi du Havre 1 393 €

Zone d'emploi de Dunkerque 168 748 Zone d'emploi de Dunkerque 256 700 -2,37% 343 -0,34% 0,52% 27,6% 13,9% 101 200 2,49 27,4% 110 200 3,2% 4,5% 55,1% 96 500 2,0% 23,5% 6,5% 68,0% 6,2% Zone d'emploi de Dunkerque 18,3% 48,8% 10,2% 7,6% Zone d'emploi de Dunkerque 1 293 €

0,55% 25,9% 14,7% 159 200 2,47 26,1% 169 900 2,0% 4,0% 55,6% 161 600 1,8% 18,4% 6,7% 73,1% 14,8% Périmètre d'étude 16,2% 53,7% 8,2% 9,0% Périmètre d'étude 1 443 € 1 416 € 1 527 € 5,3 5,0 5,2 509 € 531 € 575 € 2 715 € 2 649 € 3 052 €

Demandeurs d’emploi au 1er trimestre 2009
Taux de chômage : ensemble cat 1+2+3 part des femmes femmes moins de 25 ans femmes 50 ans ou plus
Source : EDL - DARES (ANPE catégories 1-2-3)

Distribution des revenus déclarés, par unité de consommation, en 2007
Revenu fiscal mensuel médian Zone d'emploi Étang-de-Berre Zone d'emploi Fos-sur-Mer Zone d'emploi Salon-de-Provence

Rapport inter-déciles *
Zone d'emploi Étang-de-Berre Zone d'emploi Fos-sur-Mer Zone d'emploi Salon-de-Provence Limite du 1 décile (mensuel) Zone d'emploi Étang-de-Berre Zone d'emploi Fos-sur-Mer Zone d'emploi Salon-de-Provence Limite du 9 décile (mensuel) Zone d'emploi Étang-de-Berre Zone d'emploi Fos-sur-Mer Zone d'emploi Salon-de-Provence 2 670 € 2 491 €
e er

5,5

5,1

488 €

487 €

* le rapport inter-déciles (9 ème décile/1 er décile) est le rapport entre le seuil des revenus des 10 % les plus aisés et le seuil en dessous duquel se situent les 10 % les plus pauvres.C'est une des mesures de l'inégalité de la distribution des revenus. Source : Revenus fiscaux des ménages par UC en 2007

Structure des revenus par ménages en 2007 (en %)
Part des revenus d’activité : Zone d'emploi Étang-de-Berre Zone d'emploi Fos-sur-Mer Zone d'emploi Salon-de-Provence Part des pensions, retraites et rentes : Zone d'emploi Étang-de-Berre Zone d'emploi Fos-sur-Mer Zone d'emploi Salon-de-Provence Part des autres revenus : Zone d'emploi Étang-de-Berre Zone d'emploi Fos-sur-Mer Zone d'emploi Salon-de-Provence
Sources : Insee, DGI - Revenus fiscaux des ménages 2007

Périmètre d'étude 69,4% 67,0% 65,5% 22,4% 24,6% 23,3% 4,1% 4,1% 5,7%

Zone d'emploi du Havre 65,9%

Zone d'emploi de Dunkerque 67,9%

24,4%

23,0%

4,4%

4,2%

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 4/55

1 - Un territoire localisé autour de l’étang de Berre
Le territoire étudié ici comprend les trois zones d’emploi de Fos-sur-Mer, de Salon-de-Provence et de l’Étang-de-Berre. D’une superficie de 1 295 km2, il se compose de 32 communes cernant l’étang de Berre. Avec 402 200 habitants, sa densité s’élève à 311 habitants au km2, inférieure à la moyenne départementale (381 habitants au km2) mais deux fois plus élevée que la densité régionale (153 habitants au km2). Le pourtour de l’étang de Berre est délimité au nord par la chaîne des Alpilles, à l’ouest par la plaine de la Camargue et le Rhône et au sud par la mer Méditerranée. Les reliefs, constitués de faibles collines calcaires, ont permis l’installation de l’aéroport de Marignane, aéroport terrestre et maritime, atout économique majeur pour ce territoire. Un important réseau autoroutier le traverse d’est en ouest, le reliant, à l’est, à Marseille et Aix-enProvence et au-delà à la côte varoise et à la Côte d’Azur, et à l’ouest vers le Languedoc, Toulouse et les Pyrénées.

Le périmètre d'étude regroupe trois zones d'emploi
Vaucluse Alpes-deHaute-Provence

ZE Salon-de-Provence ZE Fos-sur-Mer ZE Étang-de-Berre Autoroutes-Voies rapides

Marseille

Mer Méditerranée

Ce territoire sera appelé dans cette étude le « périmètre d’étude ». Ses données seront souvent comparées au département des Bouches-du-Rhône dans lequel il est inclus, ainsi qu’à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Pour certains aspects, il est préférable de comparer les données avec des territoires dont les caractéristiques peuvent être rapprochées. Il s’agira ici des zones d’emploi du Havre et de Dunkerque. Ces deux territoires, comme la zone d’étude, sont structurés par une industrie lourde et une activité portuaire.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 5/55

© IGN - Insee 2010

Eyguières Lamanon Gard Aureille Vernègues Aurons Salon-deSaint-MartinProvence Pélissanne La Barben de-Crau Grans Miramas Lançon-Provence Coudoux Aix-enCornillon-Confoux La Fare-les-Oliviers Provence Istres Saint-Chamas Ventabren Velaux Bouches-du-Rhône BerreRognac l'Étang Fos-surMer Saint-MitreVitrolles les-Remparts Port-Saint-LouisMarignane Saint-Victoret du-Rhône Port-de-Bouc Gignac-la-Nerthe Martigues Châteauneuf-les-Martigues Mouriès

Var

Relief de la zone d’étude
Le Rhône La Durance

Salon-de-Provence

A54

A51

A7
A8
Berre-l'Étang

Fos-sur-Mer

Étang de Berre

Aéroport Marseille Provence

Marignane

Périmètre d'étude Autoroutes

A551

Le territoire d’étude comprend 39 % de forêts et milieux semi-naturels et 37 % de territoires agricoles. Les surfaces artificialisées couvrent 18 %, les surfaces en eau 6 %.

Salon-de-Provence

Istres

Fos-sur-Mer

Étang de Berre

Vitrolles

Marignane

Mer Méditerranée Source : CORINE Land Cover 2000
Type d'occupation
Zones urbanisées Zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication Mines, décharges et chantiers Espaces verts artificialisés, non agricoles Terres arables Cultures permanentes Prairies Zones agricoles hétérogènes Forêts Milieux à végétation arbustive et/ou herbacée Espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation Zones humides intérieures Zones humides maritimes Eaux continentales Eaux maritimes

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 6/55

©IGN-Insee2009

©IGN-Insee2009

A55

Un territoire entièrement structuré par les intercommunalités
Le périmètre d’étude compte quatorze cantons dont dix dans leur totalité, trois zones d’emploi, sept établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) et cinq aires urbaines dont quatre dans leur totalité. Douze communes ont plus de 10 000 habitants et représentent 76 % de la population de la zone étudiée. Les différents types d’Établissements Publics de Coopération Intercommunale à fiscalité propre au 1er janvier 2009 (EPCI)
Type d'EPCI
Communauté de communes Communauté d'agglomération Syndicat d'agglomération nouvelle Communauté urbaine CC de la Vallée des Baux et des Alpilles

CA Arles - Crau Camargue - Montagnette SAN Ouest Provence

CA Salon-Etang de Berre-Durance

CA du Pays d'Aix-en-Provence

Périmètre d'étude EPCI

CA de l’Ouest de l’Étang de Berre

CU Marseille Provence Métropole

Source : Ministère de l’intérieur - DGCL

Le syndicat d’agglomération nouvelle (SAN) Ouest Provence et la communauté d’agglomération de l’Ouest de l’Étang de Berre sont intégralement inclus dans la zone d’étude. Ils en représentent ensemble 51 % de la population. La communauté d’agglomération (CA) Salon - Étang de Berre Durance y entre à près de 88 % de sa population et représente 29 % de la population de la zone. Les deux CA du Pays d’Aix-en-Provence et d’Arles - Crau - Camargue - Montagnette entrent à 13 et 14 % de leur population et représentent respectivement 11 % et 3 % de la zone. 17 % de la communauté de communes (CC) des Baux et des Alpilles font partie de la zone mais n’en représentent que 1 %. Quant à la communauté urbaine (CU) de Marseille Provence Métropole, seul 6 % de sa population appartient à la zone, mais elle en représente 15 %. Les EPCI de la zone et leur poids démographique
Part de la Part de la Population de population de population de la l'EPCI dans la zone l'EPCI incluse dans zone d'étude dans d'étude la zone l'EPCI (en %) (en %) 115 100 96 160 69 200 60 630 45 330 11 320 4 460 402 200 87,5 100,0 100,0 5,9 12,8 14,4 16,9 28,6 23,9 17,2 15,1 11,3 2,8 1,1 100,0

Nom de l'EPCI

CA Salon-Etang de Berre-Durance SAN Ouest Provence CA de l’Ouest de l’Étang de Berre CU Marseille Provence Métropole CA du Pays d'Aix-en-Provence CA Arles - Crau - Camargue - Montagnette CC de la Vallée des Baux et des Alpilles Population du périmètre d'étude

Source : Insee - Recensement de la population 2006 exploitation principale

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 7/55

©IGN-Insee2009

2 – Démographie : une forte vitalité dans les années 70 qui se ralentit après 90

En 2006, la population de la zone d’étude est de 402 200 habitants, soit une densité moyenne de 311 habitants au km². Les communes les plus densément peuplées se trouvent sur le bord de l’étang de Berre. La zone d’emploi de Fos-sur-Mer est la plus peuplée avec 196 200 habitants ; la zone d’emploi de l’Étang-de-Berre comprend 134 700 habitants ; celle de Salon-de-Provence en comptabilise 71 300. Densité de population (en habitants au km2) en 2006
1 200 ou plus de 700 à moins de 1 200 de 400 à moins de 700 de 200 à moins de 400 de 100 à moins de 200 moins de 100

Saint-Victoret

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Entre le recensement de 1962 et celui de 1990, le nombre d’habitants a été multiplié par 2,4. Au cours des années quatre-vingt-dix, cette forte vitalité démographique s’infléchit. Depuis 1999, le rythme de progression est devenu légèrement inférieur à celui des Bouches-du-Rhône. De 1962 à 2006, la population a été multipliée par 2,7. De 1999 à 2006, la population a augmenté de 5 %, soit une hausse de 0,73 % par an, équivalente à l’augmentation de la population du département (+ 0,78 %), mais sensiblement inférieure à celle de la région (+ 0,95 %). Une population multipliée par 2,7 en 44 ans
Années de recensement de population 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006

Périmètre d'étude Bouches-du-Rhône Paca

148 593 1 248 355 2 818 992

194 011 1 470 271 3 298 836

261 726 1 632 974 3 675 730

320 191 1 724 199 3 965 209

360 068 1 759 371 4 257 907

382 365 1 835 407 4 506 253

402 206 1 937 405 4 815 232

Source : Insee - Recensements de la population 1962 à 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 8/55

©IGN-Insee2009

Port-de-Bouc

Marignane

Évolution de la population de 1962 à 2006 (base 100 en 1962)
280 260 240 220 200 180 160 140 120 100 1960 1965 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010

Périmètre d'étude

ZE Dunkerque

ZE Le Havre

Bouches-du-Rhône

PACA

Source : Insee - Recensements de la population 1962 à 2006

L’industrialisation du pourtour de l’étang de Berre a débuté au milieu des années soixante. C’est à partir de cette période que sa population a fortement augmenté pour se ralentir légèrement à partir des années quatre-vingt-dix. Les deux zones d’emploi du Havre et de Dunkerque ont connu une évolution beaucoup moins marquée avec une faible augmentation entre 1962 et 1988 suivi d’un léger repli depuis. Autour de l’étang de Berre, cette prolongation de l’augmentation de la population au-delà des années quatre-vingt-dix peut être imputée à la proximité de deux grandes agglomérations. Le développement démographique de Marseille et d’Aix-en-Provence se répercute jusque sur le bord de l’étang de Berre : Vitrolles, Velaux, Ventabren et Coudoux, communes situées à l’est de l’étang de Berre, ont connu entre 1962 et 2006 une augmentation annuelle moyenne supérieure à 4 %.

Évolutions communales de la population depuis 1962
Taux annuel moyen de variation en % de 1962 à 2006 4 ou plus de 3 à moins de 4 de 2 à moins de 3 moins de 2

Coudoux Ventabren Velaux

Vitrolles ©IGN-Insee2009

Source : Insee - Recensements de la population 1962 à 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 9/55

Forte baisse de l’attractivité démographique depuis 1982
De 1962 à 1982, l’essentiel de l’augmentation de la population est dû au solde apparent des entréessorties, deux à quatre fois plus important que le solde naturel (naissances moins décès). L’écart maximum se situant entre 1968 et 1975. Les deux soldes s’équilibrent entre 1982 et 1990, puis le solde apparent des entrées-sorties s’effondre alors que le solde naturel se maintient, devenant la principale composante de la croissance de la population. Évolution de la population de 1962 à 2006
1962-1968 Variation absolue sur la période dont variation due au solde naturel - naissances sur la période 45 418 12 441 20 802 1968-1975 67 715 14 487 26 401 1975-1982 58 465 17 336 31 441 14 105 41 129 1982-1990 39 877 20 831 39 363 18 532 19 046 1990-1999 22 297 19 762 43 154 23 392 2 535 1999-2006 19 841 14 918 35 234 20 316 4 923

- décès sur la période 8 361 11 914 dont variation due au solde apparent des entrées-sorties 32 977 53 228 Source : Insee - Recensements de la population 1962 à 2006

Taux annuel moyen de variation du nombre d’habitants entre 1999 et 2006 pour les 32 communes du périmètre étudié
Recensement 1999 Communes Nombre d'habitants Nombre d'habitants Martigues Istres Salon-de-Provence Vitrolles Marignane Miramas Port-de-Bouc Fos-sur-Mer Berre-l'Étang Rognac Châteauneuf-les-Martigues Saint-Martin-de-Crau Gignac-la-Nerthe Pélissanne Port-Saint-Louis-du-Rhône Velaux Lançon-Provence Saint-Chamas Saint-Victoret Fare-les-Oliviers (La) Eyguières Saint-Mitre-les-Remparts Ventabren Grans Coudoux Mouriès Lamanon Aureille Cornillon-Confoux Vernègues La Barben Aurons Périmètre d'étude 43 579 38 983 37 098 36 739 34 016 22 520 17 106 14 007 13 410 11 640 11 365 11 026 9 193 8 586 8 118 7 603 6 685 6 594 6 806 6 279 5 390 5 451 4 549 3 754 2 869 2 751 1 713 1 359 1 168 939 554 515 382 365 46 318 42 090 40 147 37 190 32 921 24 517 17 529 15 734 13 953 11 883 11 829 11 321 9 310 9 049 8 483 8 221 7 530 7 268 6 566 6 476 6 285 5 362 4 842 4 033 3 292 3 012 1 735 1 450 1 323 1 304 706 527 402 206 Recensement 2006 Taux annuel moyen de variation 1999 - 2006 (%) 0,9 1,1 1,1 0,2 -0,5 1,2 0,3 1,7 0,6 0,3 0,6 0,4 0,2 0,8 0,6 1,1 1,7 1,4 -0,5 0,4 2,2 -0,2 0,9 1,0 2,0 1,3 0,2 0,9 1,8 4,8 3,5 0,3 0,7

Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 10/55

Pyramide des âges en 2006

Source : Insee - Recensement de la population 2006

La répartition de la population par sexe et âge montre un déficit entre 20 et 30 ans nettement plus marqué pour les jeunes femmes que pour les jeunes hommes. Ces derniers sont peut-être plus rapidement employés dans les industries présentes sur place que les femmes. Par rapport aux profils de la région et du département, le périmètre d’étude a plus d’adultes entre 30 et 60 ans et, en conséquence, davantage d’enfants de moins de 20 ans. En revanche, la zone abrite sensiblement moins de personnes âgées de plus de 60 ans.

Une population jeune, mais dont l’indice de jeunesse diminue rapidement depuis 90
Indice de jeunesse
1990 Périmètre d'étude Bouches-du-Rhône Paca Zone d'emploi du Havre Zone d'emploi de Dunkerque 3,96 2,42 1,95 3,13 4,46 1999 2,68 1,99 1,64 2,47 3,11 2006 2,18 1,86 1,55 2,16 2,45

Note de lecture : l’indice de jeunesse est un ratio qui rapporte le nombre de jeunes de moins de 25 ans au nombre de personnes âgées de plus de 65 ans. Plus il est faible, plus la part des personnes âgées est importante par rapport à celle des jeunes. En 2006, sur le périmètre d’étude, on compte 2,18 jeunes pour une personne âgée. Source : Insee - Recensements de la population 1990 à 2006

En 1990, l’indice de jeunesse était près de deux fois plus élevé dans le périmètre d’étude qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur, plus fort qu’au Havre et seulement dépassé par la zone d’emploi de Dunkerque. Depuis, comme partout ailleurs, il a diminué. Mais sa diminution est plus accentuée que dans les zones de comparaison et l’écart, en 2006, avec celui de la région s’est nettement réduit.
Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 11/55

3 - Les migrations résidentielles avec le pourtour de l’étang de Berre
Sur les 377 400 personnes âgées de plus de cinq ans résidants dans la zone en 2006, 45 500 ne s’y trouvaient pas cinq ans auparavant. Parmi elles, 41 500 sont venues du reste de la Métropole s’installer dans le territoire d’étude. En sens inverse, 43 400 personnes en sont sorties. Le pourtour de l’étang de Berre enregistre donc un solde migratoire négatif avec le reste de la Métropole de 1 900. Il n’est pas possible de connaître le solde migratoire avec l’étranger et avec les TOM, mais seulement le nombre d’entrées qui s’élève à 3 500.
Nombre 402 200 24 800 377 400 %

Population totale du territoire en 2006 dont enfants de moins de 5 ans Population de 5 ans ou plus 5 ans auparavant (en 2001) : Etaient dans la même commune dont habitaient le même logement dont ont changé de logement dans la même commune Ont changé de commune dans la zone Population stable du territoire Population hors de la zone 5 ans auparavant venant des Bouches-du-Rhône, hors zone venant de PACA hors Bouches-du-Rhône venant de Métropole hors PACA Total venant de Métropole hors zone venant des DOM venant des TOM venant de la CE à 27 venant de l'étranger hors CE à 27
Source : Insee - Recensement de la population 2006

100,0

306 200 259 800 46 400 25 700 331 900 45 500 17 000 4 200 20 300 41 500 500 200 800 2 500

81,1 68,8 12,3 6,8 87,9 12,1 4,5 1,1 5,4 11,0 0,1 0,1 0,2 0,7

Migrations de la population de 5 ans ou plus avec la Métropole entre 2001 et 2006
Venant de : Total Reste des Bouches-du-Rhône Vaucluse Var Gard Alpes-Maritimes Alpes-de-haute-Provence Hautes-Alpes Languedoc-Roussillon hors Gard Ile-de-France Rhône-Alpes Corse Reste de la Métropole
Source : Insee - Recensement de la population 2006

Sortant vers : 43 400 16 500 2 200 2 300 1 900 800 1 100 800 2 400 2 500 3 100 500 9 500

Solde
-1 900 400 -600 -1 100 -1 000 _ -700 -600 -1 000 2 300 -500 -200 700

41 500 16 900 1 600 1 200 900 800 400 200 1 400 4 800 2 600 300 10 200

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 12/55

Un solde négatif avec la moitié sud de la France et positif avec la moitié nord
En 2006, 12 % des personnes de plus de 5 ans vivant dans la zone d’étude n’y résidaient pas cinq ans auparavant. La moitié de ces migrants ont effectué un trajet inférieur à 100 kilomètres pour s’installer dans leur nouvelle résidence. L’autre moitié, en revanche, parcourt une distance qui dépasse souvent 250 km. Elle excède même 900 km pour 10 % d’entre elles. Les personnes qui ont quitté le territoire durant ces cinq ans représentent 11,6 % des habitants de cinq ans ou plus présents en 2001. Les distances parcourues sont un peu moins grandes, globalement, que pour les entrants : la moitié a parcouru moins de 80 km et seuls 20 % se sont éloignés de plus de 600 km contre 30 % qui ont parcouru cette distance en sens inverse.

On y arrive du nord, on le quitte pour le sud
Un solde migratoire négatif avec la moitié sud et positif avec la moitié nord
Solde des migrations sur cinq ans

840

310 10 - 170 - 60 140 2 290

390 140 330 180

- 70

50

- 60

- 110

- 300 - 510

- 600 - 930 - 1 960 - 2 400

Pourtour de l'étang de Berre

- 180

Source : Insee - Recensement de la population de 2006

Au jeu des migrations sur les cinq dernières années, le pourtour de l’étang de Berre est largement déficitaire avec le reste de Paca et ses régions voisines du sud de la France. En revanche, l’Île-deFrance surtout, mais aussi les régions du nord de la France ont un solde positif avec ce territoire.

Les cadres sont les plus mobiles
La connaissance des migrations selon la catégorie socioprofessionnelle est complexe. En effet, nous ne connaissons avec certitude que la situation de l’individu en 2006, au moment où il est recensé, et non au moment où il effectue sa migration. Un cadre en 2006 peut avoir effectué son changement de résidence en tant qu’étudiant tout juste diplômé à la recherche d’un emploi. Néanmoins, les grandes tendances observées reflètent correctement les différences d’attitude des actifs vis-à-vis des migrations selon leur catégorie socioprofessionnelle.

Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont les catégories socioprofessionnelles les plus mobiles : ils représentent seulement 5 % de la population, mais 12 % des entrants et 9 % des sortants. Le solde des migrations avec la Métropole est nettement positif pour eux (+ 1 100). Il en est de même pour les professions intermédiaires (+ 1 300), qui représentent 12,5 % de la population pour 19 % des entrants et 15 % des sortants. Ces deux catégories professionnelles sont les seules à connaître un solde nettement positif entre 2001 et 2006.
Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 13/55

© IGN - Insee 2010

Les mouvements sont parfaitement équilibrés pour ce qui concerne les ouvriers avec 4 400 personnes en entrée comme en sortie. Ils représentent 12 % de la population, mais seulement 10 % des mouvements dans les deux sens. Les employés bougent un peu plus mais sont déficitaires sur la zone. Ils représentent 16 % de la population de la zone, 18 % des entrants et 19 % des sortants, générant une perte de 600 personnes durant ces cinq ans. Les autres personnes sans activité professionnelle enregistrent également un solde fortement négatif (- 2 500). Il s’agit essentiellement des étudiants. Enfin, les retraités ont plutôt tendance à passer leur retraite hors de la zone étudiée : ils représentent 7,8 % des personnes entrées contre 10 % des sortantes, soit un solde négatif de – 1 100 personnes. Les migrations selon la catégorie socioprofessionnelle
Part relative de la cs (en%) Entrants Sortants Solde dans la population Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chef d'entr. Cadres, profession intellec. sup. Professions intermédiaires Employés Ouvriers Retraités Autres sans activité professionnelle Total 100 1 100 5 100 7 900 7 600 4 400 3 200 12 100 41 500 100 1 200 4 000 6 600 8 200 4 300 4 400 14 600 43 400 _ -100 +1 100 +1 300 -600 +100 -1 200 -2 500 -1 900 0,3 2,5 5,2 12,6 15,8 12,2 19,4 32,0 100,0 parmi les entrants 0,1 2,6 12,2 19,0 18,4 10,6 7,8 29,3 100,0 parmi les sortants 0,3 2,8 9,1 15,1 19,0 10,0 10,0 33,7 100,0

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Un déficit entre 18 et 25 ans
Déclinées selon l’âge, ces migrations présentent un solde fortement négatif entre 18 et 25 ans, puis positif entre 25 et 50 ans et à nouveau négatif au-delà de 50 ans. C’est entre 15 et 25 ans qu’ont lieu les plus forts mouvements avec 9 400 départs, probablement pour la poursuite des études ou la recherche d’un premier emploi, et 6 100 arrivées. La tendance s’inverse entre 30 et 40 ans avec 11 000 arrivées pour 9 100 départs. Le territoire attire donc une population en âge de travailler, ce qui lui confère manifestement un atout pour les employeurs de la zone. Impact des migrations sur la population selon l’âge
8 6 4 2 0 -2 -4 -6 -8 -10 -12 -14 05 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 75 80

%

Note de lecture : si en l’absence de migrations, il y a 100 personnes de 35 ans, on en a finalement 104,5 avec l’apport des migrations. Source : Insee - Recensement de la population 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 14/55

Plus on est diplômé, plus on bouge
Les migrations avec la Métropole selon la catégorie professionnelle sont confirmées lorsqu’on observe le dernier diplôme obtenu par les migrants. Alors que les titulaires d’un diplôme universitaire représentent 15,7 % de la population, ils représentent près d’un tiers des migrants. D’une façon générale, moins on est diplômé, moins on bouge. Ainsi, les personnes de plus de 14 ans n’ayant aucun diplôme représentent 27 % de la population du territoire, mais ne sont que 14 % parmi les migrants, tant en entrée qu’en sortie. Quel que soit le niveau scolaire atteint, la part parmi les entrants est sensiblement identique à celle des sortants. Une seule exception : les titulaires d’un bac général qui sont 53 % plus nombreux à quitter la zone d’étude qu’à y rentrer (13 % des sortants contre 9 % des entrants).

Les migrations selon le diplôme le plus élevé obtenu
Entrants Sortants Solde Part relative des personnes selon le diplôme (en %) : dans la parmi les parmi les population entrants sortants

Enfants de moins de 14 ans Aucune scolarité Certificat d'étude primaire Scolarité arrêtée en primaire ou collège Sans diplôme, scolarité au delà du collège BEPC, Brevet CAP, Brevet de Compagnon BEP Bac. techno. ou professionnel Bac. général, Brevet supérieur Diplôme univ. 1er cycle Diplôme univ. 2ème ou 3ème cycle

6 100 300 1 300 2 800 1 500 3 100 3 600 3 300 3 200 3 800 6 100 6 400

5 200 300 1 700 2 900 1 500 3 000 3 900 3 500 3 400 5 800 6 300 5 900 43 400

+900 _ -400 -100 _ +100 -300 -200 -200 -2 000 -200 +500 -1 900

12,1 2,0 8,3 12,2 4,6 9,0 13,0 8,7 6,3 8,1 8,9 6,8 100,0

14,6 0,7 3,2 6,7 3,7 7,7 8,6 7,9 7,6 9,1 14,7 15,5 100,0

12,0 0,6 3,9 6,7 3,5 6,9 9,1 8,1 7,8 13,3 14,5 13,6 100,0

Total 41 500 Source : Insee - Recensement de la population 2006

Les arrivées en dehors de la métropole
Entre 2001 et 2006, 4 060 personnes sont venues s’installer sur le pourtour de l’étang de Berre en provenance de territoires situés hors de la Métropole. 520 viennent des DOM, 200 des TOM et 3 340 de l’étranger, dont 810 de l’Europe des Vingt-Sept. Parmi les pays étrangers, les deux principaux sont l’Algérie avec 560 personnes et le Maroc avec 520. La Belgique vient ensuite (170), suivie de la Tunisie (140), du Royaume-Uni (120) puis du Portugal, de l’Italie et de la Turquie (110 chacun). En tout, 92 nationalités se sont installées au bord de l’étang de Berre entre 2001 et 2006. Un peu plus du tiers viennent des trois pays du Maghreb, un peu moins d’un quart de l’Europe des Vingt-Sept, 14 % de l’Afrique Noire, 10 % de l’Asie et Moyen-Orient, 7 % des Amériques et 6 % de l’Europe non communautaire. Un tiers des 520 personnes originaires d’un département d’Outre-mer viennent de la Réunion. Le reste se répartit à égalité entre les trois autres départements.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 15/55

4 – Logement : très peu de résidences secondaires

Le périmètre d’étude compte 169 900 logements en 2006. Les résidences principales, qui en représentent 94 %, se répartissent sur les bords de l’étang de Berre, notamment dans les communes de Gignac-le-Nerthe, Marignane, Vitrolles, Miramas et Port-de-Bouc où la densité est supérieure à 350 résidences principales au km2.

Densité de résidences principales au km² en 2006 350 ou plus de 250 à moins de 350 de 50 à moins de 250 moins de 50

Miramas

Rognac Vitrolles Marignane Gignac-la-Nerthe Martigues ©IGN-Insee2009
Bouches-du-Rhône Paca

Port-de-Bouc

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Seuls 2 % des logements sont des résidences secondaires. Cette part est inférieure à celles des zones d’emploi du Havre, de Dunkerque ou du département des Bouches-du-Rhône (3 %). En Provence-Alpes-Côte d’Azur, les résidences secondaires représentent 17 % du parc des logements. La part des logements vacants diminue depuis 1990. En 2006, ils représentent 4 % du parc contre 6 % dans le département ou en région.

Statut d’occupation : une majorité de propriétaires

Les résidences principales selon le statut d’occupation entre 1999 et 2006
Périmètre d'étude Zone d'emploi du Havre Zone d'emploi de Dunkerque

1999
Nombre Propriétaires Locataires de logement vide non HLM Locataires d'un logement vide HLM Locataires d'un logement loué meublé Logés gratuitement Ensemble résidences principales %

2006
Nombre %

1999
%

2006
%

1999
%

2006
%

1999
%

2006
%

1999
%

2006
%

77 176 28 147 30 324 1 644 6 026 143 317

53,8 19,6 21,2 1,1 4,2 100,0

88 489 31 698 32 654 1 789 4 558 159 188

55,6 19,9 20,5 1,1 2,9 100,0

49,8 19,8 27,1 1,1 2,3 100,0

52,1 20,4 24,8 1,2 1,5 100,0

54,0 15,5 26,9 1,3 2,3 100,0

55,1 15,7 26,3 1,6 1,3 100,0

49,5 27,0 16,2 2,2 5,0 100,0

50,7 27,7 15,5 2,7 3,4 100,0

51,9 28,1 12,0 2,3 5,8 100,0

54,2 27,7 11,4 2,8 4,0 100,0

Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 16/55

Dans le périmètre d’étude, la part des propriétaires de leur résidence principale est relativement élevée (56 %), semblable à celle de la zone d’emploi de Dunkerque (55 %) et à celle de la région (54 %). Elle est supérieure à celle du Havre (52 %) et des Bouches-du-Rhône (51 %). Les locataires se répartissent à parts égales (20 % chacun) entre les locations de logements HLM et les locations privées. Les locations en HLM sont bien inférieures à celles du Havre et de Dunkerque où elles atteignent le quart des résidences secondaires. Elles sont supérieures, en revanche, à celles du département (16 %) et de la région (11 %).

Parc des résidences principales en 2006 selon le type de logement et le statut d’occupation
Périmètre d'étude Zone Zone Bouches-dud'emploi du d'emploi de Rhône Havre Dunkerque % % % Paca

Nombre

%

%

Maisons Propriétaires Locataires Autres cas Appartements Propriétaires Locataires Autres cas Autres logements
Ensemble résidences principales

91 014 72 985 14 978 3 051 66 892 15 196 48 826 2 870 1 282 159 188 88 489 64 352 6 347

57,2 45,8 9,4 1,9 42,0 9,5 30,7 1,8 0,8 100,0 55,6 40,4 4,0

51,2 42,7 7,6 0,8 47,8 9,2 36,9 1,6 0,9 100,0 52,1 45,2 2,7

66,4 50,8 14,5 1,1 32,8 4,2 27,1 1,5 0,8 100,0 55,1 42,0 2,8

38,9 31,1 6,1 1,7 60,0 19,5 36,6 3,8 1,1 100,0 50,7 43,2 6,1

42,5 34,0 6,4 2,0 56,5 20,0 32,3 4,2 1,0 100,0 54,2 39,1 6,7

Propriétaires Locataires Autres cas

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Les maisons individuelles représentent 57 % du parc des résidences principales. Seule la zone d’emploi de Dunkerque a une part supérieure (66 %). Légèrement majoritaire au Havre (51 %), cette part tombe à 40 % dans les Bouches-du-Rhône et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Huit maisons individuelles sur dix sont occupées par leurs propriétaires. Le taux est identique dans toutes les zones de comparaison. Les appartements sont majoritairement loués, en proportions très différentes selon le territoire. Autour de l’étang de Berre, les trois quarts sont loués. La part est encore plus élevée dans les zones d’emploi du Havre (80 %) et de Dunkerque (87 %). Pour comparaison, seuls deux tiers des appartements de la région sont loués. Le faible nombre d’appartements occupés par leurs propriétaires est révélatrice d’une importante mobilité résidentielle.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 17/55

5 - Une taille moyenne des ménages en baisse

Le nombre de ménages passe de 123 500 en 1990 à 159 200 en 2006, soit une augmentation de près de 29 %, contre 12 % pour l’ensemble de la population. En conséquence, la taille moyenne des ménages diminue comme partout ailleurs. De 2,66 personnes en 1990, elle est descendue à 2,47 en 2006, taille à peu près identique à celle des zones d’emploi du Havre et de Dunkerque. Entre 1990 et 2006, la part des ménages composés d’une ou deux personnes augmente tandis que tous les autres types de ménages voient leur part diminuer. Près de 60 % des ménages n’ont qu’une ou deux personnes en 2006 contre 47 % en 1990. Les ménages composés d’un couple avec enfants représentent un tiers de l’ensemble des ménages. Cette part diminue (39 % en 1999) au profit des couples sans enfants et des familles monoparentales. Ces évolutions, constatées partout ailleurs, sont une conséquence du vieillissement de la population, de l’arrivée de générations du baby boom à un âge où les enfants quittent le domicile familial, mais également des changements dans le mode de vie.

Répartition des ménages par taille (en %)
35 30 25 20 15 10 5 0 1990 1 personne 4 personnes 1999 2 personnes 5 personnes 2006 3 personnes 6 personnes ou plus

Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 18/55

Population et structure des ménages
Périmètre d'étude 1990 Nombre Population totale dont population des ménages Nombre total de ménages 1 personne 2 personnes 3 personnes 4 personnes 5 personnes 6 personnes ou plus Nombre moyen de personnes par ménage Ménages constitués de : un couple sans enfant un couple avec enfant(s) une famille monoparentale Ménages de plusieurs personnes sans famille 9 672 1 884 7,8 1,5 88 580 71,7 36 824 55 943 14 157 2 494 25,7 39,0 9,9 1,7 43 802 52 496 15 929 5 368 27,5 33,0 10,0 3,4 25,4 35,8 8,3 1,2 26,8 30,4 8,8 1,8 25,3 40,9 8,8 1,4 27,6 33,8 9,3 1,8 360 138 353 025 123 521 23 452 34 186 26 288 24 433 10 151 5 011 2,86 % 100,0 98,0 100,0 19,0 27,7 21,3 19,8 8,2 4,1 1999 Nombre 382 365 375 178 143 317 33 815 44 357 28 118 23 576 9 173 4 278 2,62 % 100,0 98,1 100,0 23,6 31,0 19,6 16,5 6,4 3,0 2006 Nombre 402 205 393 938 159 188 41 602 52 847 28 771 24 200 8 571 3 197 2,47 % 100,0 97,9 100,0 26,1 33,2 18,1 15,2 5,4 2,0 Zone d'emploi du Havre 1999 % 100,0 98,2 100,0 29,3 30,2 16,2 14,8 6,4 3,1 2,51 2006 % 100,0 98,1 100,0 32,2 32,1 14,8 13,4 5,3 2,2 2,36 Zone d'emploi de Dunkerque 1999 % 100,0 98,3 100,0 23,7 30,1 17,3 15,9 8,8 4,2 2,71 2006 % 100,0 98,3 100,0 27,4 33,0 16,1 14,0 6,9 2,7 2,49

Source : Insee - Recensements de la population 1990, 1999 et 2006

Les couples avec enfants représentent plus d’un tiers des ménages avec famille, mais cette part diminue au profit des couples sans enfant. A l’inverse, les familles monoparentales sont en augmentation, passant de 8 % en 1990 à 10 % en 2006.

Près d’un tiers des chefs de ménage sont retraités
Plus de 30 % des personnes de référence du ménage sont des retraités et, parmi eux, plus de 60 % sont d’anciens employés ou ouvriers. Cette part a augmenté de près de 5 % entre 1999 et 2006. Les ménages dont la personne de référence est un ouvrier représente un peu moins de 19 % dans la zone étudiée, contre 26 % en 1990. Cette part est de plus de 20 % dans les deux zones d’emploi du Havre et de Dunkerque. La part des ménages où la personne de référence est un cadre, un employé ou exerce une profession intermédiaire reste relativement stable entre 1999 et 2006, valant respectivement 8 %, 13 % et 17 %. Ménages selon la catégorie socioprofessionnelle de la personne de référence
Périmètre d'étude 1990 Nombre % 1999 Nombre % 2006 Nombre % Zone d'emploi du Havre 1999 % % Zone d'emploi de Dunkerque 1999 % %

Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles supérieures Professions intermédiaires Employés Ouvriers Chômeurs n'ayant jamais travaillé Retraités Elèves et étudiants Autres, sans activité professionnelle - de 15 à 59 ans - de 60 ans ou plus Ensemble des ménages

1 156 6 348 9 896 21 908 14 244 32 068 , 29 224 264 , 3 852 4 616 123 576

0,9 5,1 8,0 17,7 11,5 26,0 , 23,6 0,2 , 3,1 3,7 100,0

870 6 492 10 753 24 887 19 432 31 073 548 37 401 452 11 370 5 749 5 621 143 278

0,6 4,5 7,5 17,4 13,6 21,7 0,4 26,1 0,3 7,9 4,0 3,9 100,0

744 6 666 13 758 27 721 20 942 30 141 411 49 496 306 8 996 6 032 2 964 159 181

0,5 4,2 8,6 17,4 13,2 18,9 0,3 31,1 0,2 5,7 3,8 1,9 100,0

0,8 3,6 6,5 14,5 11,1 25,0 0,5 29,4 1,8 6,9 3,2 3,7 100,0

0,7 3,0 7,7 14,4 11,7 22,3 0,4 33,5 1,5 4,9 3,8 1,0 100,0

0,9 3,4 6,1 16,1 10,1 27,8 0,4 26,9 0,6 7,6 3,6 4,1 100,0

0,7 2,9 7,2 15,3 11,3 24,2 0,3 32,0 0,7 5,6 4,2 1,4 100,0

Source : Insee - Recensements de la population 1990, 1999 et 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 19/55

6 - L’appareil productif

Un tissu économique où l’industrie conserve son importance
Le territoire constitué des trois zones d’emploi situées autour de l’étang de Berre est une zone où l’activité économique est très forte, avec 17 établissements au km² contre 11 sur l’ensemble de la région. Avec 21 400 établissements, le pourtour de l’étang de Berre représente 6 % des établissements et 8,8 % des emplois de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Stock d'établissements par secteur d'activité
Périmètre d'étude Nombre Industrie Construction Stock moyen 2000-2002 Commerce Services Ensemble Industrie Stock moyen 2006-2008 Commerce Services Ensemble Industrie Construction Au 01/01/2008 Commerce Services Construction 1 786 1 974 4 647 8 500 16 906 1 850 2 602 5 310 10 712 20 475 1 863 2 717 5 479 11 359 % 10,6 11,7 27,5 50,3 100,0 9,0 12,7 25,9 52,3 100,0 8,7 12,7 25,6 53,0 Zone d'emploi du Havre % 10,5 8,2 26,6 54,8 100,0 8,9 8,5 23,9 58,6 100,0 8,7 8,6 23,2 59,4 Zone d'emploi de Dunkerque % 10,8 8,1 26,2 54,9 100,0 9,8 8,6 24,7 56,9 100,0 9,5 8,6 24,3 57,6 Bouches-duRhône % 8,8 9,2 27,6 54,4 100,0 7,4 10,2 25,1 57,2 100,0 7,1 10,4 24,6 57,8 Paca % 8,5 11,1 27,2 53,2 100,0 7,3 12,0 24,7 56,0 100,0 7,0 12,2 24,2 56,6 100,0

Ensemble 21 418 100,0 100,0 100,0 100,0 Source : Insee - Répertoire des Entreprises et des Établissements (REE) au 1er janvier champ marchand non agricole

Un peu plus de la moitié des établissements (53 %) ont une activité de service, contre 57 % au niveau régional. Dans les deux zones d’emploi de comparaison, ce taux est encore plus élevé (58% et 59 %). De 2001 à 2008, cette part augmente, mais elle reste toujours inférieure aux autres zones de comparaison. Un quart des établissements appartiennent au secteur du commerce, taux identique à celui de la région et des autres zones de comparaison. La construction concerne un huitième des établissements, taux également proche du taux régional, mais nettement supérieur au taux du secteur de la construction dans les deux autres zones d’emploi du Havre et de Dunkerque (8,6 % chacun). Mais c’est l’industrie qui caractérise le territoire, avec 8,7 % de l’ensemble des établissements contre 7 % au niveau régional. Ce secteur a la même part dans la zone d’emploi du Havre ; celle de Dunkerque est nettement plus élevée (9,5 %). De 2001 à 2008, cette part diminue plus ou moins fortement dans tous les territoires étudiés, tout en conservant les mêmes rapports entre eux.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 20/55

Plus de grands établissements
Les établissements avec salariés sont plus fréquents que dans le reste de la région : 59 % n’en ont aucun, contre 63 % en Paca. Il en est de même des grands établissements : 4,1 % ont plus de 19 salariés, contre 2,4 % dans la région, et les plus de 50 salariés sont proportionnellement deux fois plus nombreux que dans la région. Les grands établissements sont encore plus nombreux dans les zones d’emploi du Havre et de Dunkerque. Stock d'établissements par tranche de taille
Périmètre d'étude Nombre 0 salarié (*) 1 à 9 salariés 10 à 19 salariés Stock moyen 20 à 49 salariés 2000-2002 50 à 249 salariés 250 salariés et plus Ensemble 0 salarié (*) 1 à 9 salariés 10 à 19 salariés Stock moyen 20 à 49 salariés 2006-2008 50 à 249 salariés 250 salariés et plus Ensemble 0 salarié (*) 1 à 9 salariés 10 à 19 salariés Au 01/01/2008 20 à 49 salariés 50 à 249 salariés 250 salariés et plus Ensemble 9 050 6 418 677 502 231 28 16 906 11 765 7 004 838 551 288 28 20 475 12 569 7 108 866 546 296 33 21 418 % 53,5 38,0 4,0 3,0 1,4 0,2 100,0 57,5 34,2 4,1 2,7 1,4 0,1 100,0 58,7 33,2 4,0 2,5 1,4 0,2 100,0 Zone d'emploi du Havre % 46,6 42,3 5,4 3,7 1,7 0,3 100,0 50,4 38,7 5,3 3,8 1,6 0,3 100,0 52,0 37,4 5,1 3,6 1,7 0,3 100,0 Zone d'emploi de Dunkerque % 44,5 44,6 5,1 3,5 2,0 0,3 100,0 49,2 40,6 5,0 3,2 1,8 0,3 100,0 50,6 39,3 4,9 3,2 1,7 0,3 100,0 Bouches-duRhône % 56,7 36,4 3,6 2,2 1,0 0,1 100,0 60,3 33,2 3,5 2,0 0,9 0,1 100,0 61,4 32,3 3,4 1,9 0,9 0,1 100,0 Paca % 57,6 36,6 3,2 1,8 0,7 0,1 100,0 61,9 32,6 3,1 1,6 0,7 0,1 100,0 63,0 31,7 3,0 1,6 0,7 0,1 100,0

(*) y compris non déclarés Champ marchand non agricole. Source : Insee - Répertoire des Entreprises et des Établissements (REE) au 1er janvier.

Répartition des salariés selon la taille des établissements au 1er janvier 2008
Périmètre d'étude taille des établissements moins de 10 salariés 10 à 19 salariés 20 à 49 salariés 50 à 199 salariés 200 à 499 salariés 500 salariés et plus Ensemble Source : Insee - Clap 2007 Nombre 26 601 15 388 22 752 34 981 12 313 30 947 142 982 % 18,6 10,8 15,9 24,5 8,6 21,6 100,0 Zone d'emploi du Havre % 16,9 10,0 16,0 23,4 11,1 22,7 100,0 Zone d'emploi de Dunkerque % 16,4 9,8 14,6 25,7 12,9 20,7 100,0 Bouches-duRhône % 20,8 11,3 15,2 22,6 9,7 20,5 100,0 Paca % 24,6 12,2 15,5 21,5 9,6 16,5 100,0

Un quart des salariés travaillent dans des établissements de 50 à 200 salariés et un peu plus d’un cinquième dans des établissements dépassant 500 salariés. La situation est à peu près semblable à celles du havre et de Dunkerque.
Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 21/55

Les créations d’établissements maintiennent la spécificité industrielle
En 2008, 2 758 établissements se sont créés sur la zone de l’étang de Berre. 7,5 % d’entre eux sont des établissements industriels. Cette proportion n’est que de 5,8 % dans la région. Durant la période 2006-2008, la proportion annuelle moyenne d’établissements industriels créés était de 7 %, alors qu’elle s’élevait à 8,4 % sur la période 2000 - 2002. Durant ces deux périodes, elle a toujours été supérieure à la moyenne observée dans la région. Les secteurs de la construction et du commerce ont un comportement semblable à celui observé dans la région. En revanche, les établissements orientés vers les services ont un taux de création nettement moindre autour de l’étang de Berre que dans la région : 48 % contre 52 %. Les créations d’établissements confirment donc le caractère spécifique de l’industrie dans ce territoire. Créations d'établissements par secteur d'activité
Périmètre d'étude Nombre Industrie Moyenne 2000-2002 Construction Commerce Services Ensemble Industrie Moyenne 2006-2008 Construction Commerce Services Ensemble Industrie Construction En 2008 Commerce Services Ensemble 148 313 507 785 1 752 179 462 729 1 214 2 583 208 481 742 1 327 2 758 % 8,4 17,8 28,9 44,8 100,0 6,9 17,9 28,2 47,0 100,0 7,5 17,4 26,9 48,1 100,0 Zone d'emploi du Havre % 6,9 9,5 27,5 56,1 100,0 6,2 11,3 24,2 58,2 100,0 5,5 10,2 26,7 57,5 100,0 Zone d'emploi de Dunkerque % 9,4 13,0 30,3 47,3 100,0 6,7 11,5 29,5 52,3 100,0 7,0 10,0 30,7 52,3 100,0 Bouches-duRhône % 6,6 14,2 29,1 50,2 100,0 5,5 15,3 26,0 53,1 100,0 5,8 15,2 25,9 53,1 100,0 Paca % 6,3 15,8 29,0 48,9 100,0 5,7 16,7 26,1 51,6 100,0 5,8 16,5 25,9 51,8 100,0

Source : Insee - Répertoire des Entreprises et des Établissements (REE) champ marchand non agricole

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 22/55

Taux de création d'établissements par secteur d'activité (en %)
Périmètre d'étude Industrie Taux moyen 2000-2002 Commerce Services Industrie Construction Taux moyen Commerce 2006-2008 Services Ensemble Construction 8,3 15,8 10,9 Ensemble 9,2 10,4 9,7 17,7 13,7 11,3 12,6 Zone d'emploi du Havre 4,4 7,7 6,9 6,8 6,6 6,5 12,4 9,5 9,3 9,3 Zone d'emploi de Dunkerque 5,6 10,4 7,4 5,5 6,4 6,0 11,6 10,3 8,0 8,7 Bouches-duRhône 7,8 15,9 10,9 9,5 10,4 9,1 18,4 12,7 11,4 12,2

Paca 8,1 15,5 11,6 10,1 10,9 9,6 17,1 13 11,3 12,3

Champ marchand non agricole Source : Insee - Répertoire des Entreprises et des Établissements (REE).

Le taux de création est le rapport entre le nombre moyen de créations d’établissements sur trois ans et le stock moyen d’établissements au 1er janvier de chacune des trois années. Globalement, ce taux est de même valeur dans le périmètre d’étude que dans la région. Il est bien plus élevé que dans les deux zones d’emploi de comparaison, ce qui révèle un tissu économique vivant. Ce taux est sensiblement plus fort entre 2006 et 2008 qu’il n’était entre 2000 et 2002. En outre, il avoisine les 10 % dans le secteur de l’industrie, contre seulement 6 % dans les deux autres zones d’emploi. L’industrie semble donc connaître un dynamisme certain, bien plus fort qu’au Havre et qu’à Dunkerque.

La part des établissements de plus de trois ans ou de plus de cinq ans est plus faible qu’au Havre et qu’à Dunkerque
Au 1er janvier 2008, 72 % des établissements ont plus de trois ans et 55 % plus de cinq ans. Ces taux sont équivalents à ceux des Bouches-du-Rhône et de Paca. Cependant, ils sont sensiblement différents selon les secteurs. Dans le secteur de la construction, les taux sont les plus faibles avec seulement 63 % d’établissements de plus de trois ans et 42 % de plus de cinq ans. Les établissements commerciaux se maintiennent dans la moyenne (respectivement 72 % et 54 %) et dans le secteur des services, les taux sont un peu plus élevés (74 % et 57 %). C’est parmi les établissements industriels que les taux sont les plus élevés avec 77 % d’ancienneté supérieure à trois ans et 62 % supérieure à cinq ans, notamment ceux des biens de consommation, des biens intermédiaires et de l’énergie. L’indicateur de rotation des établissements est inférieur dans la zone de Berre à celui des zones d’emploi de Dunkerque et du Havre, quel que soit le secteur, que ce soit au-delà de trois ans ou audelà de cinq ans.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 23/55

Indicateur de rotation des établissements par secteur d'activité Établissements actifs au 1er janvier 2008 créés il y a 3 ans ou plus
Périmètre d'étude Etablissements Total des de 3 ans ou établissements plus Industries agricoles et alimentaires Industrie des biens de consommation Industrie automobile Industries des biens d'équipement Industries des biens intermédiaires Énergie Construction Commerce Transports Activités financières Activités immobilières Services aux entreprises Services aux particuliers Éducation, santé, action sociale Zone d'emploi du Havre Zone d'emploi de Dunkerque Bouches-duRhône Paca

% 73,0 79,6 78,3 75,1 80,0 83,0 62,7 71,8 74,8 81,2 77,8 69,8 70,3 79,2 72,4

% 79,2 74,8 100,0 77,9 84,6 79,8 69,7 78,2 77,2 76,7 77,0 71,9 73,0 82,4 76,2

% 79,2 71,1 83,3 85,2 85,6 86,0 71,9 76,9 82,8 79,6 84,5 75,1 77,3 82,8 78,4

% 75,7 76,5 86,8 77,2 81,4 79,2 62,0 73,7 75,0 78,5 75,5 67,2 71,9 77,1 72,2

% 75,6 77,1 83,1 77,6 80,4 80,0 64,4 74,2 76,0 80,4 75,7 69,2 73,3 77,6 73,1

335 226 18 377 396 83 1 704 3 933 866 358 919 2 165 1 733 2 385 15 498

459 284 23 502 495 100 2 717 5 479 1 158 441 1 181 3 102 2 465 3 012 21 418

Ensemble

Champ marchand non agricole Source : Insee - Répertoire des Entreprises et des Établissements (REE) au 01/01/2008.

Indicateur de rotation des établissements par secteur d'activité Établissements actifs au 1er janvier 2008 créés il y a 5 ans ou plus
Périmètre d'étude Établissements Total des de 5 ans ou établissements plus Industries agricoles et alimentaires Industrie des biens de consommation Industrie automobile Industries des biens d'équipement Industries des biens intermédiaires Énergie Construction Commerce Transports Activités financières Activités immobilières Services aux entreprises Services aux particuliers Éducation, santé, action sociale Zone d'emploi du Havre Zone d'emploi de Dunkerque Bouches-duRhône Paca

% 53,6 63,0 56,5 62,0 66,9 74,0 41,8 54,0 56,8 68,3 63,7 49,7 53,8 64,3 54,9

% 62,7 54,1 84,6 63,5 72,4 72,8 52,4 61,7 60,5 66,9 62,1 52,6 54,6 69,8 59,9

% 66,4 60,0 50,0 67,0 74,5 70,0 52,1 59,9 71,4 69,1 70,3 56,2 60,1 72,0 62,7

% 57,5 61,9 70,6 62,2 66,7 67,8 41,1 56,7 57,2 65,6 60,0 47,8 54,3 61,8 54,8

% 58,5 61,5 65,1 61,1 66,9 71,2 44,0 57,4 59,4 68,1 59,9 49,4 55,7 62,5 55,7

246 179 13 311 331 74 1 136 2 957 658 301 752 1 541 1 326 1 938 11 763

459 284 23 502 495 100 2 717 5 479 1 158 441 1 181 3 102 2 465 3 012 21 418

Ensemble

Champ marchand non agricole Source : Insee - Répertoire des Entreprises et des Établissements (REE) au 01/01/2008.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 24/55

L’emploi par secteur confirme l’importance de l’industrie
En 2006, le territoire compte 162 500 emplois. La répartition de ces emplois par secteur souligne l’importance de l’industrie. Celle-ci regroupe 18 % des emplois, contre 11 % dans les Bouches-duRhône et 10 % dans la région. La part de la construction étant à peu près semblable (7 %), c’est donc le tertiaire qui est moins présent avec 73 % des emplois contre 81 % dans la région. Bien qu’encore très forte, la part de l’industrie a considérablement diminué depuis 1975 : elle représentait à l’époque 37 % des emplois du territoire. Cette part a été divisée par deux entre 1975 et 2006. La baisse a été beaucoup plus brutale qu’au Havre (de 30 % à 20 %) et qu’à Dunkerque (de 39 % à 24 %). Emploi au lieu de travail depuis 1975 en quatre grands secteurs
Périmètre d'étude Effectifs % Agriculture 4 980 4,7 Industrie 39 550 37,1 1975 Construction 14 590 13,7 Tertiaire 47 365 44,5 Ensemble 106 485 100,0 Agriculture 4 132 3,4 Industrie 40 324 33,3 1982 Construction 11 172 9,2 Tertiaire 65 360 54,0 Ensemble 120 988 100,0 Agriculture 3 944 3,0 Industrie 34 632 26,1 1990 Construction 9 673 7,3 Tertiaire 84 524 63,7 Ensemble 132 773 100,0 Agriculture 3 463 2,4 Industrie 29 968 21,2 1999 Construction 8 774 6,2 Tertiaire 99 304 70,2 Ensemble 141 509 100,0 Agriculture 2 997 1,8 Industrie 29 886 18,4 2006 Construction 10 905 6,7 Tertiaire 118 711 73,1 Ensemble 162 499 100,0 Source : Insee - Recensements de la population 1975 à 2006 Zone Zone Bouches-dud'emploi du d'emploi de Rhône Havre Dunkerque % % % 5,3 4,9 3,8 29,9 39,0 22,3 9,1 9,0 10,8 55,6 47,2 63,1 100,0 100,0 100,0 4,1 4,1 3,0 28,7 35,6 19,1 9,2 8,9 8,5 58,0 51,4 69,3 100,0 100,0 100,0 3,2 3,4 2,5 26,0 26,0 15,1 6,6 6,4 7,1 64,2 64,2 75,3 100,0 100,0 100,0 2,1 2,5 1,9 23,1 25,7 12,9 6,0 6,1 5,3 68,8 65,7 79,9 100,0 100,0 100,0 2,0 2,0 1,6 19,8 23,5 11,2 6,3 6,5 5,9 71,9 68,0 81,3 100,0 100,0 100,0 Paca % 6,7 19,1 12,5 61,7 100,0 5,3 16,5 10,5 67,8 100,0 3,9 12,8 8,7 74,6 100,0 3,1 11,3 6,1 79,5 100,0 2,7 9,8 6,9 80,6 100,0

En trente ans, le tissu économique du territoire autour de l’étang de Berre a maintenu sa particularité par rapport à la structure des emplois de la région, tout en subissant une érosion du secteur industriel. De 1975 à 2006, la part de l’industrie a constamment été double sur le territoire de celle observée en région ; la construction s’est située dans les mêmes proportions ; l’agriculture est restée légèrement inférieure ; le tertiaire, inférieur de 15 points en 1975, l’est encore de 7 points en 2006.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 25/55

Selon la nomenclature en 36 postes, le principal secteur est l’administration publique avec près de 22 000 emplois, soit 13,5 % du volume d’emploi du territoire. Viennent ensuite les transports et le secteur de la santé et de l’action sociale, avec 9 % chacun. Si l’administration publique est également bien représentée au niveau régional (12,5 %), les transports, eux, ont un poids deux fois supérieur dans le territoire à ce qu’ils représentent en région (4,5 %). A l’inverse, le secteur de la santé et de l’action sociale est nettement moins présent autour de l’étang de Berre qu’en Paca (13,5 %). Emploi au lieu de travail par secteur d'activité (NES36)
1999
Périmètre d'étude
Effectif En %

2006
Paca
En %

Bouchesdu-Rhône
En %

Périmètre d'étude
Effectif En %

Bouchesdu-Rhône
En %

Paca
En %

Évolution 99/06 dans le périmètre En %

R1 Administration publique K0 Transports Q2 Santé, action sociale J3 Commerce de détail, réparations Q1 Éducation N3 Services opérationnels H0 Construction E1 Const navale, aéronautique et ferroviaire F5 Métallurgie, transformation des métaux F4 Chimie, caoutchouc, plastiques J2 Commerce de gros, intermédiaires N2 Conseils et assistance P1 Hôtels et restaurants E2 Industrie des équipements mécaniques J1 Commerce et réparation automobile A0 Agriculture, sylviculture, pêche N1 Postes et télécommunications P3 Services personnels et domestiques B0 Industries agricoles et alimentaires L0 Activités financières R2 Activités associatives et extra-territoriales G1 Productions de combustibles et carburants P2 Activités récréatives, culturelles et sportives M0 Activités immobilières G2 Eau, gaz, électricité E3 Ind des équip. électriques et électroniques F1 Industrie produits minéraux C2 Edition, imprimerie, reproduction N4 Recherche et développement F6 Ind composants électriques et électroniques C4 Industrie des équipements du foyer F3 Industries du bois et du papier C3 Pharmacie, parfumerie et entretien D0 Industrie automobile F2 Industrie textile C1 Habillement, cuir Total

19 234 12 596 11 014 10 329 9 852 8 580 8 774 6 390 6 058 5 462 4 932 4 577 3 898 3 717 3 587 3 463 2 287 1 951 1 930 1 651 1 592 1 582 1 478 1 172 1 098 924 833 601 574 307 259 220 155 154 151 127 141 509

13,6 8,9 7,8 7,3 7,0 6,1 6,2 4,5 4,3 3,9 3,5 3,2 2,8 2,6 2,5 2,4 1,6 1,4 1,4 1,2 1,1 1,1 1,0 0,8 0,8 0,7 0,6 0,4 0,4 0,2 0,2 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 100,0

13,1 6,0 12,7 7,9 8,0 4,5 5,3 1,1 1,4 1,4 4,3 4,9 3,5 1,4 2,1 1,9 2,5 1,8 2,1 2,8 1,8 0,5 1,6 1,6 1,1 0,8 0,5 0,6 1,0 0,7 0,4 0,3 0,3 0,1 0,1 0,2 100,0

13,2 4,6 12,6 8,8 7,3 4,1 6,1 0,9 0,9 1,0 4,2 4,5 4,8 1,0 2,3 3,1 2,2 2,3 2,1 2,6 1,7 0,2 1,7 1,9 1,0 0,9 0,6 0,6 0,7 0,5 0,5 0,4 0,4 0,1 0,1 0,2 100,0

21 877 15 104 14 799 12 084 11 528 11 357 10 905 8 062 5 635 4 499 5 587 6 108 4 505 3 132 3 631 2 997 2 333 2 107 2 044 1 782 1 709 1 726 2 036 1 578 1 329 837 629 545 586 257 305 244 208 148 181 107 162 499

13,5 9,3 9,1 7,4 7,1 7,0 6,7 5,0 3,5 2,8 3,4 3,8 2,8 1,9 2,2 1,8 1,4 1,3 1,3 1,1 1,1 1,1 1,3 1,0 0,8 0,5 0,4 0,3 0,4 0,2 0,2 0,2 0,1 0,1 0,1 0,1 100,0

11,8 6,1 13,6 8,1 8,1 5,5 5,9 1,3 1,2 1,1 3,8 5,8 3,5 1,2 1,9 1,6 2,0 1,5 1,7 2,8 2,0 0,4 2,0 1,6 1,0 0,6 0,4 0,6 1,1 0,8 0,3 0,2 0,3 0,1 0,1 0,2 100,0

12,6 4,7 13,5 8,9 7,4 4,9 6,9 0,9 0,7 0,8 3,7 5,1 4,8 0,9 2,1 2,7 1,8 2,0 1,7 2,5 1,9 0,2 2,0 2,0 0,9 0,7 0,5 0,6 0,7 0,5 0,4 0,3 0,4 0,1 0,1 0,1 100,0

13,7 19,9 34,4 17,0 17,0 32,4 24,3 26,2 -7,0 -17,6 13,3 33,4 15,6 -15,7 1,2 -13,5 2,0 8,0 5,9 7,9 7,3 9,1 37,8 34,6 21,0 -9,4 -24,5 -9,3 2,1 -16,3 17,8 10,9 34,2 -3,9 19,9 -15,7 14,8

Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

Entre 1999 et 2006, l’importance des secteurs économiques a légèrement évolué. Les huit principaux secteurs de 1999 le sont restés en 2006 : administration publique, transport, santé et action sociale, commerce de détail et réparation, éducation, services opérationnels (location, nettoyage, sécurité), construction, construction navale, aéronautique et ferroviaire. A eux huit, ces secteurs représentaient 61,4 % de l’emploi total en 1999 ; ils en représentent 65,1 % en 2006. Parmi les autres secteurs, certains ont connu une forte augmentation, plus du double de l’augmentation de l’ensemble des emplois du territoire : les conseils et assistance, les activités récréatives, culturelles et sportives, les activités immobilières et la pharmacie, parfumerie et entretien (entre + 33% et + 38 %). Une troisième catégorie de secteurs a une évolution proche de la moyenne du territoire : les intermédiaires et commerce de gros, l’hôtellerie-restauration, les secteurs de l’eau, gaz, électricité, les équipements du foyer, l’industrie du bois et du papier et l’industrie textile (entre + 10 % et + 21 %). Les autres secteurs stagnent ou régressent, certains assez lourdement : l’agriculture et de nombreuses activités industrielles (produits minéraux, chimie, composants électriques et électroniques, équipements mécaniques).
Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 26/55

Localisation des établissements publics de plus de 500 salariés

Administration Education,santé action sociale Ctre hospitalier général de Salon Mairie de Salon

Mairie de Miramas

San Ouest Provence Mairie de Istres Mairie de Berre l'Étang Mairie de Fos-sur-Mer Mairie de Vitrolles ©IGN-Insee2009

Ctre hospitalier général de Martigues Mairie de Martigues

Mairie de Marignane

Champ complet hors agriculture et Défense Source : Insee - Clap 2007.

Les principaux établissements publics du pourtour de l'étang de Berre
Nom de l'établissement CENTRE HOSPITALIER GENERAL DE MARTIGUES MAIRIE MAIRIE SAN OUEST PROVENCE CENTRE HOSPITALIER GENERAL DE SALON MAIRIE MAIRIE MAIRIE MAIRIE MAIRIE MAIRIE Naf / Nes36 851A - Q2 751A - R1 751A - R1 751A - R1 851A - Q2 751A - R1 751A - R1 751A - R1 751A - R1 751A - R1 751A - R1 Code commune 13056 13047 13056 13047 13103 13117 13103 13054 13039 13063 13014 Istres Martigues Istres Salon-de-Provence Vitrolles Salon-de-Provence Marignane Fos-sur-Mer Miramas Berre-l'Étang Libellé commune Martigues Effectif 2 000 à 3 000 1 000 à 2 000 1 000 à 2 000 1 000 à 2 000 1 000 à 2 000 500 à 1 000 500 à 1 000 500 à 1 000 500 à 1 000 500 à 1 000 500 à 1 000

Champ complet hors agriculture et Défense Source : Insee - Clap 2007.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 27/55

Un territoire fortement dépendant de l’extérieur
Les deux tiers des emplois salariés du territoire dépendent d’un centre de décision situé à l’extérieur de ce territoire. Dans les Bouches-du-Rhône, la moitié seulement des emplois salariés le sont ; l’étendue du département et la présence de Marseille explique ce taux. Les deux zones d’emploi de comparaison, Dunkerque et le Havre, ont des taux similaires (64 % et 61 %). Les secteurs les plus dépendants sur le site de l’étang de Berre sont les industries de biens d’équipement et intermédiaires et surtout le domaine de l’énergie : leurs taux dépassent les 85 %. Viennent ensuite les activités financières et les transports, situés entre 75 % et 80 %. Puis les services aux entreprises et le commerce avec une dépendance de 60 %. Tous les autres secteurs ont une dépendance inférieure à 40 %, le moins dépendant de tous, et de loin, étant les activités immobilières avec seulement 17 % des emplois dépendants de centres de décisions extérieurs à la zone. A l’inverse, le taux d’emplois salariés extérieurs à la zone contrôlés par des centres de décision situés dans la zone est relativement faible : 8 %. Ce taux est équivalent à celui de Dunkerque mais bien inférieur à celui du Havre avec 12,5 %. Deux secteurs marquent leur différence : les services aux entreprises (16 %) et l’industrie des biens intermédiaires (10 %).

Taux de dépendance et taux de contrôle des emplois
Taux de dépendance (en %) Zone Zone BouchesPérimètre d'emploi du d'emploi de du-Rhône d'étude Dunkerque Havre EB Industries agricoles et alimentaires EC Industries des biens de consommation ED Industrie automobile EE Industries des biens d'équipement EF Industries des biens intermédiaires EG Énergie EH Construction EJ Commerce EK Transports EL Activités financières EM Activités immobilières EN Services aux entreprises EP Services aux particuliers Ensemble 34,8 36,0 34,9 84,7 87,7 98,1 37,8 57,4 74,2 78,8 16,9 60,2 33,7 64,3 42,2 71,9 96,5 62,1 82,7 98,4 38,3 51,2 67,4 62,4 18,6 59,9 26,1 61,4 63,3 64,8 98,7 45,4 89,0 99,9 49,3 51,4 57,7 78,2 33,0 59,7 22,4 63,9 31,7 29,2 18,2 63,4 72,1 94,8 28,2 46,3 52,6 85,3 24,4 51,7 23,9 48,9 Taux de contrôle (en %) Zone Zone BouchesPérimètre d'emploi du d'emploi de du-Rhône d'étude Dunkerque Havre 3,7 2,7 0,0 6,2 10,0 0,0 2,5 7,7 7,5 2,3 1,6 15,9 4,7 7,7 2,4 7,4 0,0 18,7 7,4 7,6 14,1 12,7 9,3 20,6 5,9 22,0 2,1 12,5 24,4 0,4 0,0 2,8 9,1 0,0 4,5 8,2 7,9 2,0 10,8 7,7 0,8 7,0 14,8 14,8 20,6 24,3 28,6 46,0 18,5 14,1 19,4 14,4 8,3 40,4 54,0 29,7

Paca

Paca

27,8 30,5 42,0 61,2 60,8 95,2 19,1 39,6 51,7 83,3 16,5 47,7 22,3 41,7

7,1 9,1 24,7 13,5 20,8 32,4 7,9 6,9 30,1 6,7 3,1 24,1 26,6 16,3

Note de lecture : autour de l’étang de Berre, 37,8 % des emplois du secteur de la construction dépendent de centres de décision situés en dehors de la zone étudiée ; les emplois de la construction situés en dehors de la zone étudiée et contrôlés par des centres de décision de la zone représentent 2,5 % des emplois totaux contrôlés par ces centres de décisions. Sources : Insee - Clap 2006 - Lifi 2006

Définitions : Taux de contrôle : rapport des emplois salariés hors zone (en pratique, en France) contrôlés par un centre de décision de la zone sur l'ensemble des emplois salariés contrôlés par des centres de décision de la zone. Taux de dépendance : rapport des emplois salariés de la zone contrôlés par un centre de décision hors zone sur l'ensemble des emplois salariés de la zone. Ces deux taux sont compris entre 0 et 100 %.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 28/55

7 - L’industrie
En 2007, le territoire accueille 1 130 établissements industriels qui emploient 31 000 salariés. 8 % de ces établissements n’emploient aucun salarié ; près des deux tiers n’ont qu’entre 1 et 9 salariés ; et les 3 % de plus de 100 salariés emploient les deux tiers des salariés de l’industrie de la zone. Les établissements industriels les plus nombreux sont les industries agro-alimentaires avec près de 300 établissements. Puis viennent les industries d’équipement mécaniques (237) et les industries métallurgiques et de transformation des métaux (140). En nombre de salariés, ce sont les constructions aéronautiques qui dominent avec plus de 8 250 salariés. Viennent ensuite les autres industries « lourdes » : métallurgie et transformation des métaux (6 460), industries chimiques (4 600) et industries d’équipement mécanique (3 350). Ces quatre secteurs industriels comptent 42 % des établissements industriels et emploient 73 % des salariés de l’industrie. Répartition des salariés dans les établissements de l'industrie par secteur d'activité (NES36) Effectifs au 31 décembre 2007
Périmètre d'étude Secteur d'activité Établissements B0 Industries agricoles et alimentaires C1 Habillement, cuir C2 Édition, imprimerie, reproduction C3 Pharmacie, parfumerie et entretien C4 Industrie des équipements du foyer D0 Industrie automobile E1 Const navale, aéronautique et ferroviaire E2 Industrie des équipements mécaniques E3 Ind des équip. électriques et électroniques F1 Industrie produits minéraux F2 Industrie textile F3 Industries du bois et du papier F4 Chimie, caoutchouc, plastiques F5 Métallurgie, transformation des métaux F6 Ind composants électriques et électroniques G1 Productions de combustibles et carburants G2 Eau, gaz, électricité Salariés % salariés Zone d'emploi du Havre % salariés Zone d'emploi de Dunkerque % salariés

290 13 60 10 38 19 30 237 72 58 9 22 66 140 23 8 35

1 696 82 451 156 168 185 8 258 3 351 805 770 123 126 4 634 6 457 238 1 978 1 559

5,5 0,3 1,5 0,5 0,5 0,6 26,6 10,8 2,6 2,5 0,4 0,4 14,9 20,8 0,8 6,4 5,0

9,8 0,1 0,7 0,0 1,5 15,9 6,1 18,5 0,9 3,0 0,4 0,6 19,9 6,4 0,1 6,9 9,1

9,6 0,0 0,7 1,6 1,1 3,5 2,0 11,3 1,6 1,2 2,0 0,7 7,7 44,2 0,1 3,1 9,7

Ensemble de l'industrie 1 130 31 037 100,0 100,0 100,0 Note de lecture : les 237 établissements de l’industrie des équipements mécaniques emploient 3 351 salariés, soit 10,8 % de l’emploi industriel total du territoire. Ce secteur d’activité représente 18,5 % des salariés de l’industrie de la zone d’emploi du Havre et 11,3 % de celle de Dunkerque. Source : Insee - Clap 2007 champ complet limité à l’industrie

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 29/55

Au recensement de la population de 2006, cinq secteurs industriels se démarquent nettement : la construction aéronautique avec plus de 8 000 emplois, soit 5 % des emplois du territoire (dans la région, ce secteur ne représente que 0,9 % des emplois) ; la métallurgie et transformation des métaux, 5 600 emplois soit 3,5 % contre 0,7 % en Paca ; la chimie, 4 500 emplois et une proportion de 2,8 % contre 0,8 % en région ; les industries des équipements mécaniques, où les 3 150 emplois représentent 1,9 % des emplois, contre 0,9 % en Paca ; et enfin la production de combustibles et carburants avec 1 700 emplois dans le territoire (1,1 % contre 0,2 % dans la région). A elles cinq, ces activités emploient 23 000 personnes et représentent 77 % des emplois industriels, soit 14 % de l’ensemble de l’emploi du territoire, contre 3,5 % des emplois de la région. En 1999, ces cinq secteurs industriels avaient le même volume d’emploi et la même part dans l’emploi industriel du territoire. En revanche, l’emploi total étant moins important, ils représentaient 16 % des emplois totaux. Entre 1999 et 2006, les trois secteurs de la métallurgie, transformation des métaux et surtout de la chimie et des équipements mécaniques ont connu une baisse sensible de leurs effectifs tandis que les deux autres secteurs progressaient fortement, celui de la production de combustibles et carburants (+ 9 %) et surtout celui de la construction aéronautique (+ 26 %). Les principaux établissements industriels du pourtour de l’étang de Berre
Nom de l'établissement EUROCOPTER ARCELORMITTAL MEDITERRANEE INEOS MANUFACTURING FRANCE SAS SHELL PETROCHIMIE MEDITERRANEE TOTAL RAFFINAGE MARKETING NAPHTACHIMIE ASCOMETAL DASSAULT AVIATION Naf / Nes36 353B - E1 271Y - F5 232Z - G1 241G - F4 232Z - G1 241G - F4 271Y - F5 353B - E1 Code commune 13054 13039 13056 13014 13026 13056 13039 13047 Libellé commune Marignane Fos-sur-Mer Martigues Berre-l'Étang Châteauneuf-les-Martigues Martigues Fos-sur-Mer Istres Effectif plus de 5 000 3 000 à 5 000 1 000 à 2 000 1 000 à 2 000 500 à 1 000 500 à 1 000 500 à 1 000 500 à 1 000

Source : Insee - Clap 2007 champ complet hors agriculture et Défense

Localisation des établissements industriels de plus de 500 salariés

Industrie plus de 500 salariés

Istres
Dassault aviation

Berre-l'Étang
Shell pétrochimie

Fos-sur-Mer Marignane
Eurocopter ©IGN-Insee2009 Arcelormittal Ascometal

Martigues
Ineos

Châteauneuf les-Martigues

Total France

Naphtachimie

Source : Insee - Clap 2007 champ complet hors agriculture et Défense

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 30/55

Les cinq principaux secteurs industriels du pourtour de l’étang de Berre embauchent principalement à durée indéterminée
Les cinq principaux secteurs industriels de la zone (construction aéronautique et spatiale, sidérurgie, industrie chimique de base, raffinage et pétrole, métallurgie et travail des métaux) emploient 19 600 salariés en 2007. Les contrats à durée indéterminée (CDI) représentent 92 % des emplois, les CDD 3 % et 5 % sont en « autres contrats ». 85 % des salariés travaillent à temps complet et 15 % à temps partiel. Les 35 heures ne sont pas majoritaires : seuls 34 % des salariés travaillent sous ce régime. Au-delà, 21 % travaillent entre 36 et 39 heures et 16 % pendant 39 heures et plus. En deçà, 25 % des salariés travaillent moins de 32 heures et 5 % entre 32 et 35 heures. Dans ces industries, les deux tiers des contrats de travail sont à durée indéterminée de 35 heures ou plus. 27 % sont des CDI de moins de 35 heures. Les CDD et autres formes de contrats ne représentent que 8 % des cas.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 31/55

8 - L’agriculture, orientée vers les productions végétales, se maintient
Sur le pourtour de l’étang de Berre, les terres agricoles occupent environ le tiers du territoire. En 2000, 1 660 exploitations y mettaient en valeur 48 300 hectares. Environ la moitié sont de taille suffisante pour être déclarées « professionnelles ». Depuis 1979, le nombre d’unités de production agricole a baissé de 45 %, alors qu’il a été divisé par 2,3 dans les Bouches-du-Rhône. Durant cette période, la surface agricole utilisée par les exploitations (SAU) a augmenté de 10 %. En conséquence, la taille moyenne des exploitations agricoles a doublé, passant de 14,6 ha à 29,3 ha. L’agriculture est surtout présente à l’ouest du territoire
Part des surfaces agricoles dans le territoire communal en 2000 plus de 60 % de 40 à moins de 60 % de 20 à moins de 40 % de 10 à moins de 20% moins de 10%

Aureille Mouriès

Saint-Martin de-Crau

Grans Cornillon-Confoux Istres

Source : Agreste - Recensement Agricole 2000

L’agriculture de la zone repose sur l’horticulture, la viticulture et la production ovine. Deux orientations technico-économiques regroupent la moitié des exploitants agricoles : l’arboriculture (28 %) et le maraîchage (22 %). Viennent ensuite la viticulture (15 %) et l’élevage ovin (14 %). Les exploitations agricoles
Périmètre d'étude 1979 Nombre d'exploitations agricoles SAU totale (ha) SAU moyenne (ha) Nombre d'exploitations professionnelles SAU totale des expl. Professionnelles SAU moyenne des expl. Professionnelles 3 018 44 150 14,6 1 050 36 450 34,7 1988 2 653 50 430 19,0 1 080 44 050 40,8 2000 1 664 48 300 29,0 801 40 470 50,5 Bouches-duRhône 2000 5 800 162 690 28,1 3 530 149 000 42,2 PACA 2000 29 090 693 250 23,8 15 290 616 300 40,3

Principales orientations technico-économiques (OTEX) en % Fruits et autres cultures permanentes Maraîchage Ovins, caprins et autres herbivores Viticulture d'appellation Autre viticulture Source : Agreste - Recensements agricoles 1979, 1988, 2000 21,1 23,0 13,1 4,7 13,3 28,3 22,0 14,0 9,2 6,1 24,7 21,8 9,8 9,4 6,6 21,1 8,4 9,2 21,7 8,8

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 32/55

©IGN-Insee2009

Les surfaces en verger ont doublé entre 1979 et 2000. Les deux tiers sont implantés sur la commune de Saint-Martin-de-Crau, qui se distingue par l’importance de ses plantations de pêchers détenues par les plus grandes exploitations du département. Le périmètre contient également de nombreuses serres, situées principalement au nord de l’étang de Berre. Elles fournissent toute la France en légumes frais (tomates, salades, courgettes, …). Les surfaces en vigne ont diminué, mais la production viticole s’est orientée vers la qualité : la part de la viticulture d’appellation a doublé entre 1988 et 2000 (de 4,7 % à 9 % des exploitations), tandis que celle de la viticulture non classée était divisée par deux (de 13 % en 1988 à 6,1 % en 2000). La production animale est représentée essentiellement par les grands troupeaux d’ovins, qui pratiquent encore la transhumance estivale. Le territoire détient des prairies, où pousse le fameux « foin de Crau », seule herbe dont la qualité a été reconnue par une AOC.

Les surfaces agricoles
Périmètre d'étude 1979 SAU totale des exploitations dont : Prairies Vergers Vignes Légumes frais Céréales dont riz dont : Faire valoir direct (%) Fermage (%) 44 150 22 200 1 850 3 830 1 470 7 460 nc 59,3 39,0 1988 50 430 31 300 2 160 3 150 1 380 6 160 640 54,3 40,0 2000 48 300 28 100 3 580 2 650 1 000 5 600 1 400 52,4 45,3 Bouches-duRhône 2000 162 690 66 740 13 470 11 400 5 810 39 510 13 840 47,2 49,4 PACA 2000 693 250 317 920 30 710 101 850 12 650 106 000 13 840 40,0 54,9

Source : Agreste - Recensements agricoles 1979, 1988, 2000

La propriété des terres agricoles ne cesse de perdre de l’importance. Mais ce phénomène est moins accentué sur le pourtour de l’étang de Berre qu’ailleurs : les terres en location représentent 45 % des surfaces agricoles, contre 55 % dans la région, et le faire-valoir direct (propriété de la terre) est encore majoritaire avec 52 %, contre 40 % en Paca.

L’emploi agricole a peu évolué entre 1988 et 2000. Il est équivalent à 4 600 emplois à temps plein. Mais il s’est transformé : alors qu’en 1988, le travail agricole se répartissait à égalité entre la main d’œuvre salariée et la main d’œuvre familiale, cette dernière ne représente plus qu’un tiers en 2000, contre deux tiers pour la main d’œuvre salariée.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 33/55

9 - Parmi les actifs, la part des ouvriers est plus élevée que dans la région

En 2006, la population active de la zone s’élève à 185 800 personnes, dont 87 % ont un emploi. En seize ans, cette population active a augmenté au même rythme que la population, soit 1 % par an en moyenne, comme dans la région, mais sensiblement plus vite que dans les Bouches-du-Rhône (+ 0,8 %). Parmi la population de quinze ans ou plus, la part des retraités est plus faible (22 %) que dans les Bouches-du-Rhône (24 %) et la région (27 %). Sept ans auparavant, elle était encore plus réduite avec 17,6 %. Parmi les actifs ayant un emploi, les ouvriers sont sensiblement mieux représentés qu’ailleurs : près d’un quart contre un cinquième dans l’ensemble de la région. A l’inverse, les cadres et professions intellectuelles supérieures sont sous-représentés (11 % contre 13,5 % en Paca et 15 % dans les Bouches-du-Rhône).

Emploi au lieu de travail par catégorie socioprofessionnelle
1999 Périmètre d'étude Effectif Agriculteurs exploitants Artisans, commerçants et chefs d'entreprise Artisans Commerçants Chefs d'entreprise 10 sal. ou plus Cadres et professions intellectuelles supérieures Professions libérales Cadres fon. pub, prof. intel. et art. Cadres d'entreprise Professions intermédiaires Prof. interm. enseign., santé, fon. pub. Prof. interm. admin et commerc. entr. Techniciens Contremaîtres, agents de maîtrise Employés Employés de la fonction publique Employés administratifs d'entreprise Employés de commerce Personn. serv. directs aux particul. Ouvriers Ouvriers qualifiés Ouvriers non qualifiés Ouvriers agricoles Total 1 208 8 237 3 805 3 529 903 16 116 1 736 6 254 8 126 38 503 12 855 9 277 9 446 6 925 39 858 18 757 9 919 5 462 5 720 37 587 24 044 11 568 1 975 141 509 En % 0,9 5,8 2,7 2,5 0,6 11,4 1,2 4,4 5,7 27,2 9,1 6,6 6,7 4,9 28,2 13,3 7,0 3,9 4,0 26,6 17,0 8,2 1,4 100,0 Bouches-duRhône En % 0,8 6,9 2,9 3,2 0,7 14,7 2,1 6,5 6,1 26,4 11,9 7,6 4,1 2,8 31,1 14,1 8,4 4,0 4,6 20,1 12,4 6,9 0,8 100,0 Paca En % 1,5 8,7 3,9 4,2 0,7 12,8 2,1 5,7 5,0 24,1 11,5 7,0 3,3 2,4 32,6 14,2 7,9 4,5 5,9 20,3 12,3 6,9 1,1 100,0 Périmètre d'étude Effectif 1 167 8 571 4 165 3 544 862 20 942 1 875 7 122 11 945 44 346 15 302 11 406 10 783 6 854 45 989 20 849 10 408 6 874 7 859 41 484 26 382 13 964 1 138 162 499 En % 0,7 5,3 2,6 2,2 0,5 12,9 1,2 4,4 7,4 27,3 9,4 7,0 6,6 4,2 28,3 12,8 6,4 4,2 4,8 25,5 16,2 8,6 0,7 100,0 2006 Bouches-duRhône En % 0,6 6,2 2,8 2,8 0,6 16,9 2,2 6,6 8,1 27,6 11,8 8,9 4,5 2,5 29,8 12,6 7,4 4,6 5,3 18,9 11,5 6,9 0,5 100,0 Paca En % 1,2 8,0 3,7 3,6 0,7 14,6 2,2 5,8 6,5 25,6 11,6 8,2 3,6 2,2 31,4 13,1 7,0 5,0 6,3 19,3 11,7 6,9 0,8 100,0

Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 34/55

Nombre de cadres et professions intermédiaires pour 100 ouvriers et employés 150 et plus de 100 à moins de150 de 70 à moins de 100 de 50 à moins de 70 moins de 50

Aurons

Cornillon-Confoux Ventabren Velaux

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Sur l’ensemble du territoire, il faut compter 75 cadres et professions intermédiaires pour 100 ouvriers et employés. Ce taux est bien plus élevé à Saint-Mitre-les-Remparts et dans le quart nord-est du territoire.

Diplôme et formation des actifs : près d’un actif de 15 ans ou plus sur trois est diplômé du 1er cycle
Sur l’ensemble des actifs de 15 ans ou plus en 2006, un peu moins de 30 % n’ont qu’un CAP ou un BEP ; moins de 20 % ne possèdent qu’un Bac ou un brevet professionnel ; près de 15 % disposent d’un bac + 2 ans et 11 % bénéficient de diplômes supérieurs. Plus de 15 % de la population ne disposent d’aucun diplôme. La part des actifs détenteurs d’un simple CAP ou d’un BEP est de 5 points inférieure à celle du département ou de la région. Celle des diplômés de niveau supérieur à bac +2 est inférieure de 5 points à celle de Paca et de 7 points à celle des Bouches-du-Rhône. Ceci reflète la structure de la population active selon les catégories socioprofessionnelles. Dans la zone d’étude, une part plus importante de femmes sont titulaires de diplômes de niveau supérieur, plus de 4 points pour le bac et plus de 6 points au-delà. En revanche, les hommes sont plus nombreux à détenir un CAP ou un BEP (+ 7 points). Cette caractéristique existe aussi bien dans la région, dans le département que dans les deux zones de comparaison.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 35/55

©IGNInsee2009

Diplôme le plus élevé des actifs de 15 ans ou plus en 2006
Effectif
Ensemble des actifs Hommes

Aucun diplôme (en %)

CEP (en %) 3,7 3,3 4,1 0,6 0,7 0,4 5,1 4,0 6,3 0,8 0,7 0,8 5,6 4,5 7,0 0,9 1,0 0,7 3,4 3,3 3,5 0,7 0,8 0,6 3,7 3,4 4,0 0,7 0,8 0,6

BEPC (en %) 6,2 6,0 6,3 5,2 5,7 4,7 5,5 5,1 6,1 5,1 5,3 4,8 6,3 5,3 7,4 4,8 5,0 4,6 6,0 5,8 6,1 4,9 5,4 4,4 6,6 6,4 6,9 5,6 6,0 5,0

CAP, BEP (en %) 29,6 32,5 26,2 28,1 31,0 24,7 33,4 37,3 28,9 30,3 33,0 27,0 30,6 35,4 24,5 28,7 32,4 24,0 24,0 26,9 20,8 22,9 26,2 19,3 25,6 29,0 21,9 24,9 28,6 20,7

Bac, brevet professionnel (en %) 19,4 17,8 21,2 22,0 20,8 23,5 16,9 16,1 17,9 21,0 20,2 21,9 18,5 17,4 19,9 22,9 21,7 24,4 18,4 16,9 19,9 20,3 19,3 21,3 18,9 17,4 20,7 20,8 19,7 22,2

Bac + 2 ans (en %) 14,7 12,7 17,0 17,5 14,9 20,7 13,2 10,4 16,5 16,7 13,1 21,0 13,4 11,6 15,7 17,2 14,5 20,5 15,3 12,7 18,3 17,5 14,6 20,6 14,7 11,8 17,8 16,7 13,5 20,2

Diplômes supérieurs (en %) 11,1 10,3 12,0 12,2 10,2 14,6 10,1 9,9 10,3 11,7 10,3 13,4 10,1 9,3 11,1 12,3 9,9 15,3 17,8 17,3 18,2 19,4 17,0 21,9 15,6 15,3 15,9 16,9 14,7 19,3

Ensemble (en %) 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

185 755 100 319 85 436 93 879 50 714 43 165 159 462 85 225 74 237 81 419 43 792 37 628 113 244 62 768 50 476 58 239 32 471 25 768 857 056 446 222 410 833 424 254 221 207 203 047 2 122 103 1 110 617 1 011 486 1 026 490 539 979 486 511

15,5 17,4 13,1 14,2 16,7 11,3 15,8 17,3 14,0 14,4 17,4 11,0 15,5 16,4 14,4 13,3 15,5 10,5 15,2 17,0 13,2 14,4 16,7 11,9 14,9 16,7 12,8 14,5 16,7 12,0

Périmètre d'étude

Femmes Actifs de moins de 40 ans Hommes Femmes Ensemble des actifs Hommes

Zone Femmes d'emploi du Actifs de moins Havre
de 40 ans Hommes Femmes Ensemble des actifs Hommes

Zone Femmes d'emploi de Actifs de moins Dunkerque
de 40 ans Hommes Femmes Ensemble des actifs Hommes

Bouches-du- Femmes Actifs de moins Rhône
de 40 ans Hommes Femmes Ensemble des actifs Hommes Femmes

Paca

Actifs de moins de 40 ans Hommes Femmes

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Diplôme le plus élevé des actifs de 15 ans ou plus en 2006 (en %)

Diplômes supérieurs Bac + 2 ans Bac, brevet professionnel CAP, BEP BEPC CEP Aucun diplôme

0 Périmètre d'étude
Source : Insee - Recensement de la population 2006

10

20 Bouches-du-Rhône

30
Paca

40

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 36/55

Part des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi selon le dernier diplôme obtenu par activité économique en 5 secteurs
Pas de scolarité Aucun diplôme scolarité primaire collège 18,8 6,0 16,1 7,6 7,3 7,9 16,0 7,5 13,9 7,5 8,7 8,8 12,4 6,6 12,7 5,9 7,9 7,8 Aucun diplôme scolarité au delà collège 6,0 3,8 7,8 5,7 4,6 4,8 7,3 3,4 6,5 4,4 4,2 4,3 6,0 4,7 7,7 4,2 4,7 4,9 Certificat d'études primaires BEPC, brevet CAP, brevet de compagn on 15,7 21,2 25,9 18,7 14,8 17,1 13,4 26,8 35,2 22,7 16,5 20,3 11,9 22,5 26,1 16,1 12,8 16,1 Bac Bac techno. général, ou brevet professio supérieur nnel 5,3 7,4 5,4 11,1 11,0 10,0 4,0 4,6 3,2 7,3 7,7 6,7 4,7 5,8 2,7 9,8 8,8 7,8 8,9 12,4 8,9 10,7 9,0 9,8 16,1 13,7 9,2 12,5 9,2 10,6 14,9 14,3 10,7 14,0 9,5 11,2 Diplôme univ. 1er cycle Diplôme univ. 2e ou 3e cycle 4,0 11,0 3,4 6,5 14,4 11,9 2,3 8,3 3,0 6,5 13,8 11,0 2,4 7,0 3,1 6,6 14,4 11,0

Effectif

BEP

Total

Agriculture, sylviculture, pêche Industrie Périmètre d'étude Construction Commerce Services Total Agriculture, sylviculture, pêche Industrie Zone d'emploi du Construction Havre Commerce Services Total Agriculture, sylviculture, pêche Industrie Zone d'emploi de Construction Dunkerque Commerce Services Total

2 891 24 758 10 989 22 419 100 347 161 403 2 788 26 370 8 803 15 463 85 005 138 430 1 928 20 821 6 389 10 440 56 885 96 464

6,2 0,5 2,2 0,5 0,7 0,8 0,1 0,3 0,5 0,2 0,5 0,4 0,0 0,5 0,5 0,2 0,5 0,4

6,5 3,1 3,8 3,6 3,7 3,7 8,4 4,5 4,2 5,6 5,2 5,1 6,4 5,4 5,6 5,4 5,9 5,7

6,3 4,1 4,3 7,4 6,3 6,0 4,8 4,2 3,5 5,8 5,6 5,2 7,6 4,5 4,0 8,5 6,4 6,1

14,3 12,9 14,0 15,3 11,3 12,4 19,0 13,3 13,9 16,4 12,3 13,2 23,5 15,9 19,0 15,9 13,0 14,6

7,9 17,6 8,2 13,0 16,9 15,7 8,6 13,4 6,7 11,1 16,3 14,4 10,2 12,8 8,0 13,4 16,1 14,5

100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Parmi la population active de 15 ans ou plus du secteur industriel, le périmètre d’étude comprend plus de diplômés universitaires du 1er et du 2nd cycle (29 %) que dans les zones d’emploi du Havre ou de Dunkerque (20 % pour chacune d’elles). Ce secteur emploie plus de 20 % de titulaires d’un CAP ou d’un brevet de compagnon comme dans la zone d’emploi de Dunkerque. La zone d’emploi du Havre en comptabilise davantage avec 27 %.

Age et diplômes des inactifs
Parmi les 325 700 personnes de 15 ans ou plus du territoire étudié, 43 % sont inactives, c’est à dire qu’elles n’ont pas d’emploi et n’en recherchent pas. Elles sont en général moins diplômées que l’ensemble. Cependant, un peu moins de 8 000 personnes au foyer et autres inactifs possèdent le bac ou un diplôme supérieur. Les diplômes des actifs et inactifs de 15 ans ou plus (effectifs)
Dernier diplôme obtenu Actifs ayant un emploi Chômeurs Retraités ou préretraités Elèves, étudiants, stagiaires Femmes ou hommes au foyer Autres inactifs Total Aucun diplôme 21 900 6 600 20 200 1 900 10 200 5 600 66 400 Certificat d'études primaires 5 900 900 18 300 200 4 400 1 400 31 100 BEPC 9 700 1 700 6 200 13 300 1 800 1 200 33 900 CAP, BEP 47 500 7 400 14 100 3 100 5 700 3 500 81 300 Bac, brevet supérieur 31 900 4 100 7 600 5 400 2 900 1 400 53 300 Diplôme univ. 1er cycle 25 300 2 000 2 900 1 200 1 200 900 33 500 Diplôme univ. 2e ou 3e cycle 19 100 1 600 3 200 1 100 700 500 26 200 Total 161 400 24 200 72 500 26 200 26 900 14 500 325 700

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Les diplômes des actifs et inactifs de 15 ans ou plus (en %)
Dernier diplôme obtenu Actifs ayant un emploi Chômeurs Retraités ou préretraités Elèves, étudiants, stagiaires Femmes ou hommes au foyer Autres inactifs Total Aucun diplôme 13,6 27,3 27,9 7,3 37,9 38,6 20,4 Certificat d'études primaires 3,7 3,7 25,2 0,8 16,4 9,7 9,5 BEPC 6,0 7,0 8,6 50,8 6,7 8,3 10,4 CAP, BEP 29,4 30,6 19,4 11,8 21,2 24,1 25,0 Bac, brevet supérieur 19,8 16,9 10,5 20,6 10,8 9,7 16,4 Diplôme univ. 1er cycle 15,7 8,3 4,0 4,6 4,5 6,2 10,3 Diplôme univ. 2e ou 3e cycle 11,8 6,6 4,4 4,2 2,6 3,4 8,0 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

Source : Insee - Recensement de la population 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 37/55

10 - De très nombreux déplacements domicile-travail quotidiens
En 2006, le territoire compte 161 400 actifs occupés résidants pour 162 500 emplois. On pourrait imaginer que le pourtour de l’étang de Berre connaît un équilibre parfait du marché du travail. En fait, chaque jour, 37 000 actifs sortent du territoire et croisent 38 000 autres actifs qui viennent y travailler. Le pourtour de l’étang de Berre se comporte donc comme un vrai bassin d’emploi malgré la présence à sa porte d’une grande métropole qui remplit le rôle de bassin de vie et de régulateur du marché du travail. Les déplacements domicile-travail en 1999 et 2006
1999 Actifs occupés résidants dont travaillant hors du périmètre d'étude dont vivant et travaillant dans le périmètre d'étude (stables) Actifs venant travailler dans le périmètre d'étude Emplois dans le périmètre d'étude
Source : Insee - Recensements de la population 1999 et 2006

2006 161 400 36 900 124 500 38 000 162 500

Evolution 1999/2006 (en %) + 16,0 + 32,2 + 12,0 + 25,4 + 14,8

139 100 27 900 111 200 30 300 141 500

Entre 1999 et 2006, le nombre d’emplois du périmètre d’étude ainsi que le nombre d’actifs avec un emploi ont augmenté d’environ 15 %. Pourtant, le nombre de personnes qui, à la fois, y résident et y travaillent n’a augmenté que de 12 %. En conséquence, le nombre de trajets hors de la zone a davantage progressé : le nombre d’actifs extérieurs venant travailler dans la zone a augmenté de 25 % et le nombre d’actifs de la zone ayant du travail en dehors de 32 %.

Les navettes concernent surtout les Bouches-du-Rhône
Sur les 38 000 personnes venant travailler dans la zone, 82 %, soit 31 250, habitent dans les Bouches-du-Rhône. Les trois autres départements pourvoyeurs de main d’œuvre sur la zone sont le Vaucluse (1 900), le Var et le Gard (1 400 chacun). Les Alpes-de-Haute-Provence et l’Hérault fournissent chacun 270 actifs. Les autres départements ont un flux inférieur à 100 personnes. Principaux départements d’origine des actifs venant travailler dans la zone
Effectifs Ensemble des emplois dans le périmètre d'étude dont occupés par les résidants du périmètre d'étude Total occupés par actifs hors du périmètre d'étude dont venant du reste des Bouches-du-Rhône dont venant du Vaucluse dont venant du Var dont venant du Gard
Source : Insee - Recensement de la population 2006

Part (en %) 100,0 76,6 23,4 19,3 1,2 0,8 0,8

162 500 124 500 38 000 31 300 1 900 1 400 1 400

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 38/55

Principales communes d’origine des actifs venant travailler dans la zone
Effectifs Ensemble des emplois dans le périmètre d'étude dont occupés par les résidants du périmètre d'étude Total occupés par actifs hors du périmètre d'étude dont venant de Marseille dont venant d'Aix-en-provence dont venant d'Arles dont venant des Pennes-Mirabeau
Source : Insee - Recensement de la population 2006

Part (en %) 100,0 76,6 23,4 6,6 2,3 1,3 0,9

162 500 124 500 38 000 10 700 3 800 2 100 1 500

En sens inverse, 88 % des actifs résidants qui quittent le territoire pour aller travailler rejoignent une commune des Bouches-du-Rhône. Le Vaucluse en accueille 3 %. Les mouvements vers les autres départements sont inférieurs à 350 navettes quotidiennes. Les principales communes de destination des actifs résidants de la zone sont Marseille (14 300) et Aix-en-Provence (8 500). Viennent ensuite les communes frontalières telles les-Pennes-Mirabeau (1 800) et Arles (1 300). Les autres communes accueillent moins de 800 actifs.

Principaux départements de travail des actifs travaillant dans le périmètre d’étude
Effectifs Ensemble des actifs résidants dont travaillant dans le périmètre d'étude Total travaillant hors du périmètre d'étude dont travaillant dans le reste des Bouches-du-Rhône dont travaillant dans le Vaucluse dont travaillant dans le Gard
Source : Insee - Recensement de la population 2006

Part (en %) 100,0 77,1 22,9 20,2 0,8 0,2

161 400 124 500 36 900 32 600 1 300 300

Principales communes de travail des actifs travaillant dans le périmètre d’étude
Effectifs Ensemble des actifs résidants dont travaillant dans la zone d'étude Total travaillant hors de la zone dont travaillant à Marseille dont travaillant à Aix-en-provence dont travaillant aux Pennes-Mirabeau dont travaillant à Arles
Source : Insee - Recensement de la population 2006

Part (en %) 100,0 77,1 22,9 8,9 5,3 1,1 0,2

161 400 124 500 36 900 14 300 8 500 1 800 1 300

Ainsi, les navettes quotidiennes se font essentiellement vers l’est ou le nord du territoire, les Bouchesdu-Rhône principalement, mais aussi le Vaucluse et le Var, et un peu moins vers l’ouest, le Gard ou l’Héraut.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 39/55

Les échanges se font avec le reste des Bouches-du-Rhône, en particulier avec Marseille
Principaux déplacements domicile-travail en 2006

Vaucluse Gard 1400 1 900 1 300

Arles 2 100 1 300

8 500 Reste des Bouches3 800 du-Rhône Aix-en13 200 Provence 1 800 1 500 6 700

Var 1 400

Part de l'emploi communal occupé par des résidents de la commune (en %) 60 50 30

Les Pennes-Mirabeau Marseille 14 300 10 700

Mer Méditerranée © IGN - Insee 2010

Source : Insee - Recensement de la population de 2006

Les navetteurs : souvent des hommes, plus souvent des cadres, surtout en voiture.
Près d’un quart des emplois de la zone sont occupés par des actifs résidant à l’extérieur du territoire. Mais cette part varie fortement selon les caractéristiques des actifs. L’âge n’est pas un facteur discriminant. En revanche, 17 % des emplois féminins sont occupés par des résidantes hors du périmètre d’étude, contre 28 % des hommes. Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont de loin les plus mobiles : 42 % des emplois de cadres sont occupés par des personnes vivant en dehors du territoire. A l’opposé, les employés, les commerçants et les artisans sont plus stables avec seulement 14 % des emplois occupés par des personnes résidant hors de la zone. Entre les deux, un quart des ouvriers et professions intermédiaires vivent en dehors de la zone, taux équivalent à la moyenne. Pour venir travailler dans le territoire du pourtour de l’étang de Berre, la voiture est encore reine : 84 % des actifs l’utilisent tandis que les deux roues ne sont utilisés que dans 3 % des cas et les transports en commun dans 6 %. Ce sont ces derniers qui viennent de plus loin, puisque 30 % des usagers de transports en commun travaillant dans le périmètre d’étude ont leur résidence hors du territoire, contre 25 % pour les automobilistes et 15 % pour les deux roues. Bien entendu, les déplacements domicile-travail se font également à l’intérieur même du périmètre d’étude. Seuls 40 % des emplois sont occupés par des actifs vivant dans la même commune que leur lieu de travail. Les caractéristiques signalées pour les navetteurs venant hors du territoire se retrouvent à l’identique pour les déplacements hors commune : les femmes ont plus fréquemment un emploi dans leur commune que les hommes ; les trois quarts des emplois de cadres sont occupés par des personnes qui résident hors de la commune, alors que 60 % des employés et des commerçants vivent et travaillent dans la même commune et que seuls un tiers des ouvriers et professions intermédiaires sont dans ce cas.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 40/55

11 - Chômage : retournement de tendance en 2008
D’après le recensement de 2006, en moyenne entre 2004 et 2008, 24 200 personnes résidantes dans la zone étudiée se sont déclarées au chômage. Elles représentaient 13 % des actifs. Parmi elles, 11 100 étaient au chômage depuis plus d’un an (6 % de la population active). Ces taux sont comparables à ceux de la région et de la zone d’emploi du Havre, mais inférieurs à ceux du département des Bouches-du-Rhône et de la zone d’emploi de Dunkerque.

Répartition de la population active de 15 ans ou plus Comparaison avec le département et la région
Valeurs 1990 Population active totale (*) dont actifs ayant un emploi dont salariés non salariés dont chômeurs dont depuis plus d'un an 156 718 129 834 116 320 13 514 25 373 10 815 Périmètre d'étude 1999 172 570 139 450 126 490 12 960 32 619 19 016 2006 185 755 161 566 147 190 14 376 24 189 11 088 1990 753 819 624 531 545 218 79 313 123 749 52 108 Bouches-du-Rhône 1999 798 984 640 853 564 175 76 678 156 165 90 298 2006 857 056 731 269 645 340 85 929 125 787 62 311 1990 1 814 663 1 537 231 1 291 058 246 173 263 420 103 415 Paca 1999 1 927 858 1 588 884 1 358 855 230 029 334 068 183 696 2006 2 122 103 1 841 399 1 582 867 258 532 280 704 126 572

(*) en 1990 et en 1999, les militaires du contingent formaient une catégorie d'actifs à part Source : Insee - Recensements de la population 1990, 1999 et 2006
Périmètre d'étude 1990 Population active totale (*) dont actifs ayant un emploi dont salariés non salariés dont chômeurs dont depuis plus d'un an 156 718 82,8 74,2 8,6 16,2 6,9 1999 172 570 80,8 73,3 7,5 18,9 11,0 2006 185 755 87,0 79,2 7,7 13,0 6,0 1990 753 819 82,8 72,3 10,5 16,4 6,9 Bouches-du-Rhône 1999 798 984 80,2 70,6 9,6 19,5 11,3 2006 857 056 85,3 75,3 10,0 14,7 7,3 1990 1 814 663 84,7 71,1 13,6 14,5 5,7 Paca 1999 1 927 858 82,4 70,5 11,9 17,3 9,5 2006 2 122 103 86,8 74,6 12,2 13,2 6,0

Pourcentages

(*) en 1990 et en 1999, les militaires du contingent formaient une catégorie d'actifs à part

Source : Insee - Recensements de la population 1990, 1999 et 2006
Périmètre d'étude 1990 Population active totale (*) dont actifs ayant un emploi dont salariés non salariés dont chômeurs dont depuis plus d'un an 156 718 129 834 116 320 13 514 25 373 10 815 1999 172 570 139 450 126 490 12 960 32 619 19 016 2006 185 755 161 566 147 190 14 376 24 189 11 088 1990 153 301 129 645 115 937 13 708 21 881 10 910 Zone d'emploi du Havre 1999 156 332 129 798 118 540 11 258 25 936 15 984 2006 159 462 138 399 127 429 10 971 21 063 10 276 Zone d'emploi de Dunkerque 1990 105 549 87 544 77 957 9 587 16 668 8 457 1999 112 763 92 087 84 351 7 736 20 128 11 500 2006 113 244 96 499 89 131 7 368 16 745 8 008

Valeurs

(*) en 1990 et en 1999, les militaires du contingent formaient une catégorie d'actifs à part

Source : Insee - Recensements de la population 1990, 1999 et 2006
Périmètre d'étude 1990 Population active totale (*) dont actifs ayant un emploi dont salariés non salariés dont chômeurs dont depuis plus d'un an 156 718 82,8 74,2 8,6 16,2 6,9 1999 172 570 80,8 73,3 7,5 18,9 11,0 2006 185 755 87,0 79,2 7,7 13,0 6,0 1990 753 819 17,2 15,4 1,8 2,9 1,4 Zone d'emploi du Havre 1999 798 984 16,2 14,8 1,4 3,2 2,0 2006 857 056 16,1 14,9 1,3 2,5 1,2 Zone d'emploi de Dunkerque 1990 1 814 663 4,8 4,3 0,5 0,9 0,5 1999 1 927 858 4,8 4,4 0,4 1,0 0,6 2006 2 122 103 4,5 4,2 0,3 0,8 0,4

Pourcentages

(*) en 1990 et en 1999, les militaires du contingent formaient une catégorie d'actifs à part

Source : Insee - Recensements de la population 1990, 1999 et 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 41/55

Évolution à long terme : en baisse
Entre 1999 et 2008, le taux de chômage des trois zones d’emploi du pourtour de l’étang de Berre a continuellement baissé, passant d’environ 15 % en 1999 à 9 % en 2008. Taux de chômage des trois zones d’emploi de 1999 à 2008
18 16 14 12 10 8 6 4 2 0 1999
Source : Insee

Étang-de-Berre

Fos-sur-Mer

Salon-de-Provence

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Évolution récente : en hausse
En 2008, cette tendance s’est trouvée stoppée et les données 2008-2009 montrent une remontée brutale du chômage en lien avec la crise économique de 2008 : l’évolution du nombre de demandeurs d’emploi en fin de 1er trimestre est passée de - 6 % entre 2007 et 2008 à + 11 % entre 2008 et 2009.

15 10 5 0 -5 -10

%

Périmètre d'étude

Zone d'emploi du Havre

Zone d'emploi de Dunkerque

Bouches-du-Rhône

Paca

Nombre de demandes en fin de mois au 1er trimestre Evolution 2007/2008 Nombre de demandes en fin de mois au 1er trimestre Evolution 2008/2009
Source : Insee

La dégradation du marché de l’emploi a été similaire dans les zones d’emploi du Havre et de Dunkerque. Similaire également dans la région, quand elle semble plus amortie dans les Bouches-duRhône.
Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 42/55

Évolutions communales des demandes d’emploi en fin de mois (DEFM) entre 2007/2008 et 2008/2009

Source : Dares

Évolution du nombre de demandeurs d’emploi en fin de mois pour les 32 communes du périmètre d’étude
Commune Aureille (13006) Aurons (13008) Barben (La) (13009) Berre-l'Étang (13014) Châteauneuf-les-Martigues (13026) Cornillon-Confoux (13029) Coudoux (13118) Eyguières (13035) Fare-les-Oliviers (La) (13037) Fos-sur-Mer (13039) Gignac-la-Nerthe (13043) Grans (13044) Istres (13047) Lamanon (13049) Lançon-Provence (13051) Marignane (13054) Martigues (13056) Miramas (13063) Mouriès (13065) Pélissanne (13069) Port-de-Bouc (13077) Port-Saint-Louis-du-Rhône (13078) Rognac (13081) Saint-Chamas (13092) Saint-Martin-de-Crau (13097) Saint-Mitre-les-Remparts (13098) Saint-Victoret (13102) Salon-de-Provence (13103) Velaux (13112) Ventabren (13114) Vernègues (13115) Vitrolles (13117) Zone d'emploi de l'Étang-de-Berre Zone d'emploi de Fos-sur-Mer Zone d'emploi de Salon-de-Provence Ensemble du périmètre d'étude Zone d'emploi du Havre Zone d'emploi de Dunkerque Bouches-du-Rhône Paca Source : Dares Demandeurs d'emploi à la fin mars Année 2007 Année 2008 Année 2009 65 72 79 24 28 29 57 58 54 1 267 1 197 1 277 629 642 676 68 67 71 141 135 145 410 422 440 384 338 398 1 050 981 1 091 629 577 671 216 232 252 3 026 2 760 3 080 82 70 80 441 421 470 2 446 2 251 2 455 3 316 3 164 3 536 1 972 1 832 2 149 162 150 182 493 492 546 1 482 1 410 1 590 616 567 678 765 667 771 444 382 464 599 555 638 319 312 361 463 465 504 3 316 3 211 3 624 401 335 377 251 206 252 66 79 84 3 023 2 908 3 008 9 770 9 079 9 858 13 748 12 894 14 595 5 105 5 013 5 579 28 623 26 986 30 032 25 284 23 314 26 298 18 756 18 582 20 678 142 193 133 163 144 237 318 618 301 074 334 540 2007/2008 % 10,8 16,7 1,8 -5,5 2,1 -1,5 -4,3 2,9 -12,0 -6,6 -8,3 7,4 -8,8 -14,6 -4,5 -8,0 -4,6 -7,1 -7,4 -0,2 -4,9 -8,0 -12,8 -14,0 -7,3 -2,2 0,4 -3,2 -16,5 -17,9 19,7 -3,8 -7,1 -6,2 -1,8 -5,7 -7,8 -0,9 -6,4 -5,5 2008/2009 % 9,7 3,6 -6,9 6,7 5,3 6,0 7,4 4,3 17,8 11,2 16,3 8,6 11,6 14,3 11,6 9,1 11,8 17,3 21,3 11,0 12,8 19,6 15,6 21,5 15,0 15,7 8,4 12,9 12,5 22,3 6,3 3,4 8,6 13,2 11,3 11,3 12,8 11,3 3,7 11,1

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 43/55

Caractéristiques des demandeurs d’emploi
Au 1er trimestre 2009, un chômeur sur six est un jeune de 15 à 24 ans, alors qu’ils ne représentent qu’un huitième de la population. Les femmes sont plus touchées par le chômage que les hommes : 54 % contre 46 %. Les deux tiers des demandeurs d’emploi sont des employés, alors qu’ils ne représentent que 28 % des actifs ayant un emploi. Pour les ouvriers qualifiés, leur part parmi les chômeurs s’élève à 13 %, alors qu’ils représentent 16 % des actifs occupés. Les ingénieurs et cadres sont moins concernés par le chômage puisqu’ils représentent 6 % des demandeurs d’emploi, contre 13 % des actifs occupés. Les demandeurs d’emploi au 31 décembre par catégorie socioprofessionnelle
Périmètre d'étude Part en % 2007 100,0 0,3 4,0 8,9 23,9 46,0 8,7 8,3 100,0 0,3 1,5 3,1 1,8 84,1 5,4 3,8 100,0 0,3 2,6 5,6 11,6 67,2 6,9 5,8 Part en % 2008 100,0 0,3 4,9 9,5 25,0 45,9 7,7 6,6 100,0 0,2 1,5 2,9 2,1 84,6 5,3 3,4 100,0 0,3 3,1 6,0 13,0 66,3 6,5 4,9 Zone d'emploi du Havre Part en % 2008 100,0 0,5 7,8 13,4 28,6 38,7 7,2 3,8 100,0 0,7 1,7 2,7 3,2 84,9 4,8 2,1 100,0 0,6 4,9 8,4 16,7 60,4 6,1 3,0 Zone d'emploi de Dunkerque Nombre 2008 6 483 55 467 1 217 1 898 2 259 370 217 5 743 59 119 493 216 4 537 224 95 12 226 114 586 1 710 2 114 6 796 594 312 Part en % 2008 100,0 0,8 7,2 18,8 29,3 34,8 5,7 3,3 100,0 1,0 2,1 8,6 3,8 79,0 3,9 1,7 100,0 0,9 4,8 14,0 17,3 55,6 4,9 2,6

Nombre 2007 Nombre 2008 Hommes Non précisé Manoeuvres Ouvriers spécialisés Ouvriers qualifiés Employés Prof. intermédiaires Ingénieurs et cadres Femmes Non précisé Manoeuvres Ouvriers spécialisés Ouvriers qualifiés Employés Prof. intermédiaires Ingénieurs et cadres Ensemble Non précisé Manoeuvres Ouvriers spécialisés Ouvriers qualifiés Employés Prof. intermédiaires Ingénieurs et cadres 7 297 21 290 646 1 747 3 353 636 604 9 180 26 136 280 169 7 724 493 352 16 477 47 426 926 1 916 11 077 1 129 956 8 256 25 402 787 2 067 3 793 636 546 9 164 22 136 262 192 7 753 489 310 17 420 47 538 1 049 2 259 11 546 1 125 856

Nombre 2008 8 283 45 647 1 108 2 367 3 209 596 311 7 294 53 124 194 232 6 193 347 151 15 577 98 771 1 302 2 599 9 402 943 462

Source : Insee

Les deux tiers des demandeurs d’emploi au 31 décembre 2008 sont des employés
70 60 50 40 30 20 10 0 Manoeuvres Ouvriers spécialisés Ouvriers qualifiés Employés Prof. intermédiaires Ingénieurs et cadres

%

périmètre d'étude
Source : Insee

ZE Le Havre

ZE Dunkerque

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 44/55

12 - Les revenus des ménages : des revenus fiscaux médians plus élevés que dans les zones de comparaison
Le revenu fiscal médian par unité de consommation (UC) s’élève à 17 329 euros en 2007, soit 1 444 euros par mois. Il est de même niveau que sur l’ensemble de la région. En revanche, il est plus élevé que dans les deux zones de comparaison et légèrement supérieur à celui du département des Bouches-du-Rhône. Le rapport inter-décile qui mesure les écarts de richesse sur le territoire (cf. définition sous le tableau) est de 5,1. Il est bien moins important que dans le département (7,7) ou la région (6,6). De fait, la limite du premier décile est bien plus élevée que dans les autres zones, tandis que la limite du neuvième décile se situe à un niveau comparable. On peut y voir à la fois la moindre présence d’étudiants et de retraités et d’autre part une qualification plus fréquente pour les ouvriers.

Distribution des revenus déclarés, par unité de consommation en 2007
Périmètre d'étude Revenu fiscal médian Rapport inter-déciles* Limite du 1 décile Limite du 9 décile
e er

Zone d'emploi du Havre 1 393 5,5 488 2 670

Zone d'emploi de Dunkerque 1 293 5,1 487 2 491

Bouches-duRhône 1 429 7,7 385 2 979

Paca 1 437 6,6 452 2 968

1 444 5,1 531 2 728

(*) Le rapport inter-décile (9e décile/1er décile) met en évidence l'écart entre le haut et le bas de la distribution ; c'est une des mesures de l'inégalité de cette distribution ;

Sources : Insee - Recensement de la population 2006, DGI - Revenus fiscaux 2007

Les revenus fiscaux proviennent essentiellement de l’activité des ménages
La part des revenus d’activité des ménages (salaires et chômage essentiellement) représente en 2007 près de 68 % du total des revenus des ménages, semblable aux zones d’emploi de Dunkerque et du Havre et nettement supérieure à celle des Bouches-du-Rhône et de la région. Parmi eux, la part des indemnités de chômage est de 3 %, semblable à celle du département et de Paca. Les bénéfices et autres revenus (revenus du patrimoine par exemple) sont plus faibles qu’en Provence-Alpes-Côte d’Azur car les résidants y sont plus fréquemment des actifs percevant uniquement des salaires. Structure des revenus par ménages année 2007
Périmètre d'étude Zone d'emploi du Zone d'emploi de Havre Dunkerque Bouches-duRhône Paca

Part des revenus d'activité dont part des indemnités de chômage Part des pensions, retraites et rentes Part des bénéfices Part des autres revenus

67,5 3,2 23,6 4,5 4,4

65,9 3,1 24,4 5,3 4,4

67,5 4 23 5,4 4,2

62,4 3,1 24,7 6,6 6,4

58,4 3 27 7,1 7,5

Sources : Insee, DGI - Revenus fiscaux 2006

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 45/55

Les revenus médians des communes du nord-est de la zone sont plus élevés
Revenu médian mensuel par unité de consommation en 2006 en euros 1750 ou plus de 1583 à moins de 1750 de 1417 à moins de 1583 de 1250 à moins de 1417 moins de 1250 Zone de Fos-sur Mer

Zone de Salon de-Provence

Miramas

Berre-l'Étang

Aix-en-Provence

Zone de l'Étang de Berre
©IGN-Insee2009

Port-de-Bouc

Marseille

Sources : Insee, DGI - Revenus fiscaux 2006

Le revenu mensuel médian par unité de consommation (UC) le plus élevé se situe dans la zone d’emploi de Salon-de-Provence avec 1 527 € contre 1 443 € pour la zone d’emploi de l’Étang-deBerre. La zone d’emploi de Fos-sur-Mer est la moins favorisée avec 1 416 € par UC en 2007. A l’inverse, dans les communes de Miramas, Port-de-Bouc et Berre-l’Etang, le revenu mensuel médian par unité de consommation est inférieur à 1 250 euros.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 46/55

13 - Précarité : une situation semblable à celle de la région
Parmi la population totale de la zone d’étude, plus de 59 000 personnes appartiennent à des ménages à bas revenus, ce qui représente près de 15 % de la population, taux semblable à la moyenne régionale. Cette part est inférieure de trois points à celle du département et à celle de la zone d’emploi de Dunkerque. La part des familles monoparentales vivant avec un bas revenu en 2007 représente 15 % des ménages vivant avec un bas revenu, taux comparable à celui de la région. Dans les zones d’emploi du Havre et de Dunkerque, cette part est de 13 % et dans les Bouches-du-Rhône de 17 %. La part des bénéficiaires du RMI parmi les allocataires à bas revenus en 2007 représente 31 %. Elle est de 36 % dans le département et de 30 % en région et dans les deux autres zones de comparaison. La part de la population vivant avec le RMI a baissé de 7 % entre 2004 et 2007 comme dans le département et dans la région. La baisse dans les deux autres zones d’emploi est de 3 %. La part des allocataires, dont les prestations représentent plus de 75 % du revenu, s’élève à plus de 46 %. Dans le département, elle atteint 54 % ; en région et au Havre 48 % ; elle est plus faible à Dunkerque (44 %).

Quelques caractéristiques de la précarité en 2007
Périmètre d'étude Population totale (RP 2006) Nombre de ménages (RP2006) Zone d'emploi du Zone d'emploi de Havre Dunkerque 402 200 355 340 256 700 159 188 147 842 101 224 Bouches-duRhône 1 937 400 820 719 Paca 4 815 200 2 089 211

Ménages vivant avec un bas revenu (2007)

Population à bas revenus dont part de la population vivant avec un bas revenu (en %) dont part des familles monoparentales vivant avec un bas revenu (en %)

59 327 14,8

57 250 16,1

46 085 18,0

347 059 17,9

736 249 15,3

14,6

13,5

13,4

17,4

15,6

Caractéristiques des allocataires à Part des allocataires dont les bas revenus prestations représentent plus de (2007) 75 % du revenu (en %) Part des bénéficiaires du RMI depuis plus de deux ans (en%)

Nombre d'allocataires dont part de bénéficiaires du RMI (en %)

24 549 31,0

24 362 29,6

18 293 30,2

151 383 36,3

325 415 30,4

46,4 19,7

48,2 19,6

44,4 19,0

53,7 24,9

48,6 19,4

Population vivant avec le RMI

Nombre de personnes Evolution 2004/2007 (en%)

16 060 -7,0

14 828 -2,9

11 776 -2,5

115 175 -7,1

199 110 -6,3

Sources : Insee - Recensement de la population 2006, DGI - Revenus fiscaux 2007
Ménage à bas revenus : est considéré comme ménage à bas revenus un ménage dont le niveau de vie est inférieur à la demimédiane des niveaux de vie. Le niveau de vie d’un ménage correspond à l’ensemble des revenus déclarés (revenu d’activité professionnelle, retraites, indemnités de chômage, prestations familiales, minima sociaux et revenus de placements financiers - hors aides au logement et impôts) par unité de consommation du ménage. (voir définition en annexe)

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 47/55

DÉFINITIONS
(Voir aussi www.insee.fr )

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 48/55

Le recensement de la population de 2006
Depuis 2004, une nouvelle méthode de collecte est mise en œuvre selon des modalités qui distinguent les communes en fonction d’un seuil de population fixé par la loi à 10 000 habitants. Cette collecte touche chaque année une fraction de la population et se substitue à la collecte exhaustive qui avait lieu tous les huit ou neuf ans. L’objectif visé par la rénovation du recensement de la population est de répondre aux besoins exprimés par l’ensemble des acteurs de la vie politique, économique et sociale du pays, qui ont besoin d’informations récentes sur les caractéristiques de la population et des logements. Il s’agit donc d’un changement destiné à satisfaire un très large public. Les communes de moins de 10 000 habitants sont enquêtées désormais une fois tous les cinq ans et, comme par le passé, de façon exhaustive. Plus de 7 000 communes sont ainsi recensées exhaustivement en France chaque année, dont 175 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. En cinq ans, la totalité des habitants des communes de moins de 10 000 habitants est ainsi recensée. Dans les communes de 10 000 habitants ou plus, une partie de la population est recensée chaque année par tirage au sort. Les échantillons d'adresses sont tirés de manière telle que la totalité du territoire de ces communes soit prise en compte en cinq ans. La France compte environ 900 communes de 10 000 habitants ou plus, dont 76 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Avec ce nouveau dispositif, 8,5 millions de personnes sont enquêtées chaque année, dont plus de 500 000 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Chaque année à partir de fin 2008, la population légale de chaque commune est actualisée par décret et des statistiques détaillées seront produites pour toutes les zones géographiques. La nouvelle méthode de collecte repose sur un partenariat étroit entre l’État, les communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI). Ce partenariat repose sur des principes et des règles qui ont fait l’objet d’une ample construction juridique reposant sur une loi, des décrets et de nombreux arrêtés ministériels ou interministériels.

Les précautions d’usage du RP2006
Les résultats utilisés dans ce document sont issus de deux exploitations du recensement. • L’exploitation principale traite la totalité des questions sur les logements et environ 70 % des questions sur les individus : âge, sexe, formation, lieu de travail, activité (actifs/non actifs, salariés/non salariés, conditions d‘emploi..). Cette étape était dite « exploitation légère » ou « exhaustive » aux recensements antérieurs à 1999. • L’exploitation complémentaire correspond au traitement des questions les plus complexes non traitées lors de l’exploitation principale. Avec le nouveau recensement, le principe du sondage au quart pour ces variables est conservé pour les communes de moins de 10 000 habitants. Cette étape était dite « exploitation lourde » ou « exploitation au quart » aux recensements antérieurs à 1999. Parce que leur codification met en œuvre des nomenclatures détaillées, ces questions ne sont traitées que pour un échantillon d’un logement sur quatre (sondage au ¼) sauf pour certains territoires. Il s’agit : o o o de la profession actuelle ou antérieure (pour les inactifs ou les chômeurs) ; de l’activité économique de l’établissement employeur ; de la composition des familles.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 49/55

En revanche, pour les communes de 10 000 habitants ou plus, qui font déjà l’objet d’un sondage à 40 % en cinq ans, l’intégralité des données sera exploitée. Ce traitement différencié est justifié par le poids, dans ces communes, des problématiques liées à la profession et à l’activité économique.

Population
Age Les résultats du recensement de la population sont désormais présentés en utilisant l'âge en années révolues. L'âge en années révolues est l'âge au dernier anniversaire. Aussi, à la date de l'événement, dans une même génération, l'âge en années révolues n'est pas le même pour toutes les personnes. Migrants - lieu de résidence au 1er janvier n-5 - Migrations Un migrant est une personne ayant changé de résidence au moins une fois au cours de la période.
er

On appelle « migrant au sens du recensement » une personne dont la résidence au 1 janvier n années plus tôt était différente de celle au recensement considéré. En exploitant les réponses à cette question, on peut connaître pour une zone : • le flux d’entrants dans la zone, individus qui ne résidaient pas dans cette zone 5 années auparavant et qui y résident maintenant ; ce flux peut être réparti selon les zones d’origine ; • le flux de sortants de cette zone, individus qui résidaient dans cette zone 5 années auparavant et qui n’y résident plus maintenant ; ce flux est limité aux individus recensés en France ; ce flux peut être réparti selon les zones de destination. C’est cette information qui est utilisée pour analyser les échanges migratoires entre zones et pour connaître les caractéristiques sociodémographiques des migrants. Attention : pour les échanges avec l’étranger, seuls les entrants en France sont connus. Les sortants ne le sont pas car, ayant quitté le territoire français, ils ne sont pas dans le champ du recensement. Pour une zone donnée, on peut donc calculer un solde migratoire interne en se limitant aux échanges avec le reste de l’ensemble constitué de la France métropolitaine et des DOM mais on ne peut pas calculer un solde migratoire global incluant les échanges avec l’étranger.

Une migration est un changement durable de lieu de résidence. On pourra distinguer les migrations infra-communales (changements de logement à l’intérieur de la même commune) des migrations intercommunales (changements de commune de résidence). La question sur le lieu de résidence n années plus tôt permet donc de dénombrer des migrants au sens du recensement et non des migrations, car un migrant peut avoir effectué plusieurs migrations voire être revenu dans sa commune de départ. Solde apparent Le solde apparent des entrées-sorties est la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties, au cours de la période considérée. Il est obtenu par différence entre la variation totale de la population au cours de la période considérée et le solde naturel. Solde naturel Le solde naturel (ou accroissement naturel ou excédent naturel de population) est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période. Les mots

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 50/55

"excédent" ou "accroissement" sont justifiés par le fait qu'en général le nombre de naissances est supérieur à celui des décès. Mais l'inverse peut se produire, et le solde naturel est alors négatif.

Activité
Population active La population active au sens du recensement de la population comprend les personnes âgées de quinze ans ou plus qui déclarent : - exercer une profession (salariée ou non) même à temps partiel ; - aider un membre de la famille dans son travail (même sans rémunération) ; - être apprenti, stagiaire rémunéré ; - être chômeur à la recherche d'un emploi ; - être étudiant ou retraité mais occupant un emploi ; - être militaire du contingent (tant que cette situation existait). Remarque : Ne sont pas retenues les personnes qui, bien que s'étant déclarées chômeurs, précisent qu'elles ne recherchent pas d'emploi. C'est ce qui distingue cette définition de la population active au sens du recensement de la population d'une définition utilisée antérieurement de population active spontanée (ou auto-déclarée). Taux d’activité Le taux d’activité est le pourcentage de personnes actives dans la population totale. Actifs ayant un emploi Les actifs ayant un emploi sont les personnes qui ont une profession et l’exercent au moment du recensement. Sont incluses sous cette rubrique les personnes qui aident un membre de leur famille dans son travail (exploitation agricole ou artisanale, commerce, profession libérale...) à condition que la personne aidée ne soit pas salariée. Les apprentis sous contrat, les stagiaires rémunérés et les personnes qui, tout en poursuivant leurs études, exercent une activité professionnelle font également partie de la population active ayant un emploi. Emplois Les emplois au lieu de travail ne se confondent pas avec la population active ayant un emploi qui est comptée au lieu de résidence : une personne active ayant un emploi peut résider dans une commune A et avoir un emploi dans une commune B. Les demandes d'emploi en fin de mois Les demandes d'emploi en fin de mois (DEFM) sont issues des statistiques de l'ANPE. Il s'agit des demandes d'emploi de catégories 1, 2 et 3 hors activités réduites. Catégorie 1 : durée indéterminée à temps plein Catégorie 2 : durée indéterminée à temps partiel Catégorie 3 : durée déterminée temporaire ou saisonnier

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 51/55

Le comportement des chômeurs vis-à-vis de l'ANPE et l'évolution de la législation sociale ne sont pas neutres vis-à-vis de cette mesure du chômage. Le dénombrement des chômeurs est devenu plus précis grâce à la mise en place d'une réglementation en matière de gestion administrative de l'ANPE : - modification du contrôle des chômeurs par l'Administration (radiation des fichiers dès la première absence, pointage mensuel, mise en place d'un contrôle de la recherche d'emploi), - densification du réseau d'agences ANPE, - envoi des cartes d'actualisation retardée jusqu'au 25 du mois afin que la recherche d'emploi attestée sur ces documents coïncide mieux avec la DEFM. Inactifs Les inactifs comprennent les retraités et retirés des affaires, les élèves, étudiants ou stagiaires non rémunérés (sauf ceux qui exercent simultanément une activité professionnelle), les autres inactifs. Statut (salariés, non salariés) La population active est hors militaires du contingent, y compris pour 1990, 1999 et 2006. Le statut permet de distinguer les salariés des non-salariés. La notion de statut ne s'applique qu'à la population active ayant un emploi. Les non-salariés comprennent les indépendants sans salariés, les employeurs ou les aides familiaux. Ces derniers sont des personnes qui aident, sans être salariées, un membre de leur famille qui est lui-même à son compte (exploitant agricole, artisan commerçant, industriel, profession libérale). Sont classées dans le « poste salarié » toutes les personnes qui ont répondu affirmativement à la question : "êtes-vous salarié ?" et qui, n'étant pas chefs d'entreprise, n'ont pas été affectées aux postes indépendants sans salariés ou employeurs. Un gérant de société peut se déclarer salarié au recensement parce qu'il cumule un emploi salarié avec un mandat social ou parce que le Code des Impôts lui permet de se déclarer comme tel. Néanmoins, il est considéré comme employeur ou indépendant dans le code statut. Navettes – Déplacements domicile/travail On appelle "navettes" ou migrations alternantes les déplacements, le plus souvent quotidiens, entre le domicile et le lieu de travail. Certaines personnes exerçant des professions bien déterminées telles que "chauffeur-routier", "chauffeur de taxi", "VRP", "commerçant ambulant" ou "marin-pêcheur" les amenant à se déplacer plus ou moins fréquemment pour leur travail sont, par convention, considérées comme travaillant dans leur commune de résidence. Pour les travailleurs sur un chantier de longue durée, on considère comme lieu de travail le chantier et non le siège de l'entreprise. En règle générale, ces migrations sont quotidiennes et de faible distance. Ce n'est pas toujours le cas. Certaines personnes ne rejoignent leur "résidence" qu'une fois par semaine. En effet, les personnes (personne de référence ou conjoint) sont considérées comme résidant au lieu où demeure le ménage dans son ensemble même si elles disposent d’un pied-à-terre près de leur lieu de travail, ce dernier étant recensé comme logement "occasionnel".

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 52/55

Logement
Ménages La définition du ménage adoptée correspond au concept de "ménage-logement". Un ménage, au sens du recensement de la population, désigne l'ensemble des personnes qui partagent la même résidence principale, sans que ces personnes soient nécessairement unies par des liens de parenté. Un ménage peut être constitué d'une seule personne. Il y a égalité entre le nombre de ménages et le nombre de résidences principales. Il comprend également les personnes qui ont leur résidence personnelle dans le logement mais qui séjournent à l'époque du recensement dans certains établissements (élèves internes des établissements d'enseignement et militaires du contingent qui sont ainsi "réintégrés" dans la population des ménages). Les habitations mobiles (y compris les bateaux des mariniers) ne font pas partie des résidences principales. Les personnes vivant dans des logements-foyers pour personnes âgées font partie de la population des ménages. Type de logement Une résidence principale est un logement occupé de façon habituelle et à titre principal par une ou plusieurs personnes qui constituent un ménage. Il y a ainsi égalité entre le nombre de résidences principales et le nombre de ménages. Les résidences secondaires comprennent les logements occasionnels (« pied-à-terre » pour raison professionnelle).

Les revenus fiscaux
L’Insee diffuse à partir de 2003 de nouvelles statistiques locales sur les revenus, qu’il établit à partir des fichiers des déclarations de revenus et de la taxe d’habitation fournis par la Direction Générale des Impôts (DGI). Les indicateurs diffusés permettent de décrire le niveau et les disparités des revenus des ménages à travers leur médiane et les déciles, ainsi que la composition du revenu. Les données étudiées ici sont actuellement disponibles pour des regroupements de communes correspondant à des découpages géographiques officiels et comptant au moins 2 000 habitants au recensement de la population de 1999 (ce seuil est réduit à 50 ménages pour la médiane). Le respect des règles de confidentialité limite donc la disponibilité des résultats à ces zones géographiques.

Ménage fiscal :
Foyer fiscal Le terme foyer fiscal désigne l'ensemble des personnes inscrites sur une même déclaration de revenus. Il peut y avoir plusieurs foyers fiscaux dans un seul ménage : par exemple, un couple non marié où chacun remplit sa propre déclaration de revenus compte pour deux foyers fiscaux. Ménage fiscal

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 53/55

Dans ces tableaux, on s'intéresse au revenu des ménages (et non des foyers) fiscaux. Le passage du foyer au ménage fiscal est effectué en rapprochant le fichier des déclarations à l'Impôt sur le revenu du fichier de la Taxe d'habitation. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Le ménage fiscal peut être différent du ménage ordinaire au sens de l'Insee, du fait de certaines situations spécifiques (étudiants rattachés fiscalement à leurs parents, par exemple). Revenu fiscal Le revenu fiscal relatif à une année correspond à la somme des ressources déclarées par les contribuables sur la déclaration des revenus de l'année (formulaire n° 2042), avant tout abattement. S'agissant d'un revenu avant redistribution, il ne correspond pas au revenu disponible, qui supposerait d'intégrer les prestations sociales et de soustraire les impôts directs. Unité de consommation (UC) Afin de prendre en compte les différences de composition des ménages, certaines données sont calculées par UC. Le nombre d’UC d’un ménage fiscal est établi de la manière suivante : - le premier adulte du ménage compte pour une UC ; - les autres personnes de 14 ans ou plus comptent chacune pour 0,5 UC ; - les enfants de moins de 14 ans comptent chacun pour 0,3 UC. Cette échelle d’équivalence est utilisée systématiquement à l’Insee et préconisée par Eurostat. Médiane, déciles Le revenu médian est le revenu tel que 50 % des unités statistiques se situent en dessous de ce revenu. Le premier décile (D1) est le revenu tel que 10 % des unités statistiques se situent en dessous de ce revenu. Le dernier décile (D9) est le revenu tel que 90 % des unités statistiques se ème décile d'une distribution. Indicateur situent en dessous de ce revenu. La médiane correspond au 5 de rang, la médiane n'est pas affectée, contrairement à la moyenne, par les variations que connaissent les extrémités de la distribution. Rapport inter décile Le ratio D9/D1 exprime l'éventail des revenus. C'est une mesure des inégalités robuste car elle ignore les extrêmes (les plus riches et les plus pauvres en revenu déclaré) pour retenir la grande majorité de la population. Le revenu médian par UC est une approximation imparfaite de la mesure du niveau de vie des ménages, puisqu'il est calculé avant les effets de la redistribution qui affecte davantage les extrêmes : sa dispersion est donc aussi plus forte que celle d'un vrai revenu disponible. Revenu disponible Le revenu disponible d’un ménage comprend les revenus d’activité, les pensions de retraite et les indemnités de chômage, les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les prestations sociales (prestations familiales, allocations logement et minima sociaux), nets des impôts directs. Quatre impôts directs sont déduits : l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la Contribution Sociale Généralisée (CSG) et la Contribution à la Réduction de la Dette Sociale (CRDS). Niveau de vie Le niveau de vie d’un individu est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’Unités de Consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un même ménage.

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 54/55

Ménage à bas revenus : est considéré comme ménage à bas revenus un ménage dont le niveau de vie est inférieur à la demi-médiane des niveaux de vie. Le niveau de vie d’un ménage correspond à l’ensemble des revenus déclarés (revenu d’activité professionnelle, retraites, indemnités de chômage, prestations familiales, minima sociaux et revenus de placements financiers - hors aides au logement et impôts) par unité de consommation du ménage.

Agriculture
Les données sur l’agriculture proviennent des Recensements Agricoles de 1988 et 2000. À l’exception de la part de la surface agricole utilisée (SAU) dans la surface totale de la commune, toutes les données communales se rapportent aux exploitations ayant leur siège dans la commune. La surface agricole utilisée (SAU) comprend les surfaces en céréales, cultures industrielles, fourrages, superficies toujours en herbe, légumes, fleurs et plantes ornementales, vignes, vergers, jachères, ainsi que les jardins familiaux. Mais le sol des bâtiments et des cours, les landes non productives comme les friches, les superficies boisées en sont exclues, de même que le territoire non agricole des exploitations comme les étangs, les jardins d’agrément et les chemins privés. Exploitation agricole L’exploitation agricole est, au sens de la statistique agricole, une unité de production répondant aux conditions suivantes : 1° Elle produit des produits agricoles ; 2° Elle atteint une certaine dimension : soit un hectare ou plus de superficie agricole utilisée, soit vingt ares ou plus de cultures spécialisées, soit une activité de production agricole supérieure à un minimum (1 vache, 10 ruches, 15 ares de fraises, etc.) ; 3° Elle est soumise à une gestion courante unique. Exploitation professionnelle Exploitation d’une taille économique supérieure ou égale à 12 équivalent hectares de blé et occupant au moins l’équivalent d’une personne occupée à trois quarts de temps. UTA Unité de travail annuel, mesure du travail fourni par la main-d’œuvre. Une UTA correspond au travail d’une personne à plein temps pendant une année entière. Le travail fourni sur une exploitation agricole provient, d’une part de l’activité des personnes de la famille (chef compris), d’autre part de l’activité de la main-d’œuvre salariée (permanents, saisonniers, salariés des ETA et CUMA).

Pourtour de l’étang de Berre : l’industrie reste moteur, le tertiaire rattrape son retard - Insee - Rapport d’étude n°28 - Janvier 2010 © Insee - Préfecture de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur 2010 55/55

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful