You are on page 1of 12

PLF POUR 2020

SECONDE PARTIE N° II-719


MISSION COHÉSION DES TERRITOIRES
DIRECTION (n°s 139, 140, 143, 141, 144) 29 NOVEMBRE 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 38 (CRÉDITS DE LA MISSION)


État B

Modifier ainsi les crédits des programmes :

(en euros)
Programmes Autorisations d’engagement Crédits de paiement
+ - + -
Hébergement, 10 000 000 10 000 000
parcours vers le
logement et insertion
des personnes
vulnérables
Aide à l’accès au
logement
Urbanisme, territoires 10 000 000 10 000 000
et amélioration de
l’habitat
Impulsion et
coordination de la
politique
d’aménagement du
territoire
Interventions
territoriales de l’État
Politique de la ville
dont titre 2
TOTAL 10 000 000 10 000 000 10 000 000 10 000 000
SOLDE 0 0
Suite amdt n° II-719
-2-

OBJET

Cet amendement propose de réaffecter 10 000 000 € en autorisations d’engagement et en crédits de


paiement à l’action 12 « Hébergement et logement adapté » du programme 177 « Hébergement,
parcours vers le logement et insertion des personnes vulnérables » provenant des actions 01, 02, 03
et 04 du programme 112 « Impulsion et coordination de la politique d’aménagement du territoire »
qui visent notamment le développement d’accès aux services.

Il a pour objectif de renforcer les crédits de l’action 12 et en particulier ceux destinés au


financement des associations, notamment des dispositifs de la veille sociale, afin de leur permettre
d’assurer l’effectivité du droit à la domiciliation des personnes sans abri ou en situation de mal
logement.

Alors que le Gouvernement a présenté dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de


lutte contre la pauvreté et du plan national pour un numérique inclusif des mesures ambitieuses pour
moderniser la délivrance des prestations sociales et lutter contre le non recours aux droits, près de
141 500 personnes sans domicile et 85 000 vivants dans des habitations de fortune peinent à accéder
à une adresse.

La domiciliation administrative des personnes sans domicile stable est pourtant un droit essentiel,
dont la mise en œuvre conditionne l’exercice effectif de l’ensemble de leurs droits. Sans adresse, ces
personnes ne peuvent pas accéder aux prestations sociales, exercer leur droit de vote, engager les
démarches administratives nécessaires à leur insertion sociale et professionnelle et ont souvent des
difficultés pour scolariser leurs enfants.

Or, si la loi DALO du 5 mars 2007 a fait du droit à la domiciliation un droit opposable et que la loi
ALUR de 2014 a consacré bon nombre d’avancées, la domiciliation administrative est depuis
plusieurs années en crise. Le nombre d’élections de domiciliation a connu une hausse significative
et régulière, qui touche aussi bien les Centre communaux d’action sociale (CCAS) / centre
intercommunaux d’action sociale (CIAS) que les organismes agréés (comme les associations et les
accueils de jour par exemple). Cette hausse se concentre en partie dans les zones urbaines (entre
2012 et 2014, cette augmentation est, à titre d’illustration, de plus de 70 % en Seine-Saint-Denis,
31 % dans les Pyrénées-Atlantiques, 25 % dans le Rhône).

Faute de moyens et de soutien des pouvoirs publics dans l’exercice de leurs missions (espace de
stockage sécurisé, moyens humains pour les entretiens avec les personnes, l’aide à la lecture et à
l’écriture du courrier, l’accompagnement social, les permanences d’accueil, l’enregistrement des
courriers et sa distribution), de nombreux organismes agréés sont aujourd’hui saturés et contraints
de refuser de domicilier des personnes en situation de précarité, laissant ces dernières dans
l’incapacité d’accéder à leurs droits. A titre d’exemple, en Ile-de-France, les deux tiers des
domiciliations sont effectués par des organismes agréés et le dernier par des CCAS ou CIAS.

Cet amendement vise ainsi à apporter aux organismes de domiciliation une aide financière
essentielle pour leur permettre d’assurer leurs missions et de garantir l’accès aux droits des
personnes en situation d’exclusion.

En application des règles de recevabilité des amendements au regard de la loi organique n° 2001-
692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, il est proposé de compenser l’augmentation des
crédits concernant l’action 12 « Hébergement et logement adapté » du programme 177
« Hébergement, parcours vers le logement et insertion des personnes vulnérables », par une
diminution des crédits de l’action 04 « Réglementation, politique technique et qualité de la
construction » du programme 135 « Urbanisme, territoires et amélioration de l’habitat ».
PLF POUR 2020

SECONDE PARTIE N° II-721


MISSION COHÉSION DES TERRITOIRES
DIRECTION (n°s 139, 140, 143, 141, 144) 29 NOVEMBRE 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 38 (CRÉDITS DE LA MISSION)


État B

Modifier ainsi les crédits des programmes :

(en euros)
Programmes Autorisations d’engagement Crédits de paiement
+ - + -
Hébergement,
parcours vers le
logement et insertion
des personnes
vulnérables
Aide à l’accès au 9 700 000 7 650 283
logement
Urbanisme, territoires 9 700 000 7 650 283
et amélioration de
l’habitat
Impulsion et
coordination de la
politique
d’aménagement du
territoire
Interventions
territoriales de l’État
Politique de la ville
dont titre 2
TOTAL 9 700 000 9 700 000 7 650 283 7 650 283
SOLDE 0 0
Suite amdt n° II-721
-4-

OBJET

Les auteurs de cet amendement souhaitent que soient maintenus pour l’année 2020 le même niveau
d’engagement dans la lutte contre l’habitat indigne, prévu à l’action 3 du programme Urbanisme,
territoires et amélioration de l’habitat, que dans le PLF 2019. Ils déplorent pour cette année, une
baisse des crédits de 32 % en autorisation d’engagement et de 20% en crédit de paiement alors que
même que les évènements et les drames nous obligent à intensifier la lutte contre l’habitat indigne et
en mobilisant mieux encore les préfets. Pour équilibrer la mission, et dans l’unique but de garantir la
recevabilité financière de l’amendement, nous proposons d’opérer une réduction artificielle sur le
programme 109 aides à l’accès au logement.

En application des règles de recevabilité des amendements au regard de la loi organique n° 2001-
692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, il est proposé de compenser l’augmentation des
crédits concernant l’action 3 « lutte contre l’habitat indigne » du programme 135 « Urbanisme,
territoires et amélioration de l’habitat » par une diminution des crédits de l’action 01 du programme
109 « Aide à l’accès au logement ».
PLF POUR 2020

SECONDE PARTIE N° II-722


MISSION COHÉSION DES TERRITOIRES
DIRECTION (n°s 139, 140, 143, 141, 144) 29 NOVEMBRE 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 38 (CRÉDITS DE LA MISSION)


État B

Modifier ainsi les crédits des programmes :

(en euros)
Programmes Autorisations d’engagement Crédits de paiement
+ - + -
Hébergement,
parcours vers le
logement et insertion
des personnes
vulnérables
Aide à l’accès au 39 000 000 39 000 000
logement
Urbanisme, territoires 39 000 000 39 000 000
et amélioration de
l’habitat
Impulsion et
coordination de la
politique
d’aménagement du
territoire
Interventions
territoriales de l’État
Politique de la ville
dont titre 2
TOTAL 39 000 000 39 000 000 39 000 000 39 000 000
SOLDE 0 0
Suite amdt n° II-722
-6-

OBJET

Les auteurs de cet amendement souhaitent le retour de l’État au sein du Fonds National des Aides à
la Pierre (FNAP), au travers l’action 1 du programme Urbanisme, territoires et amélioration de
l’habitat. En effet, lors de sa création, ce fonds devait être abondé à parité par l’État et les bailleurs
sociaux, à hauteur de 250 millions chacun. Depuis, l’État n’a fait que se désengager sa contribution
passant de 250 millions en 2016 à zéro euro aujourd’hui. Parallèlement, les aides aux maires
bâtisseurs ont également été supprimées.

De leurs côtés, les bailleurs sociaux ont également vu leur contribution s’alléger passant à
75 millions cette année. L’article 72 de ce projet de loi organise, en effet, l’arrivée d’Action
logement comme contributeur principal de ce fonds, à hauteur de 350 millions, l’éloignant encore de
son cœur de métier.

Nous proposons par cet amendement pour inverser la courbe, de repartir sur une contribution de
l’État au FNAP de 39 millions, c’est à dire, au niveau des derniers crédits prévus en 2018 pour
alimenter ce fonds, crédits qui avait été annulés.

Pour équilibrer la mission, et dans l’unique but de garantir la recevabilité financière de


l’amendement, nous proposons d’opérer une réduction artificielle sur le programme 109 aides à
l’accès au logement.

En application des règles de recevabilité des amendements au regard de la loi organique n° 2001-
692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, il est proposé de compenser l’augmentation des
crédits concernant l’action 1 « construction locative et amélioration du parc » du programme
135 « Urbanisme, territoires et amélioration de l’habitat » par une diminution des crédits de l’action
01 du programme 109 « Aide à l’accès au logement ».
PLF POUR 2020

SECONDE PARTIE N° II-723


MISSION COHÉSION DES TERRITOIRES
DIRECTION (n°s 139, 140, 143, 141, 144) 29 NOVEMBRE 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 38 (CRÉDITS DE LA MISSION)


État B

Modifier ainsi les crédits des programmes :

(en euros)
Programmes Autorisations d’engagement Crédits de paiement
+ - + -
Hébergement, 700 000 000 700 000 000
parcours vers le
logement et insertion
des personnes
vulnérables
Aide à l’accès au 700 000 000 700 000 000
logement
Urbanisme, territoires
et amélioration de
l’habitat
Impulsion et
coordination de la
politique
d’aménagement du
territoire
Interventions
territoriales de l’État
Politique de la ville
dont titre 2
TOTAL 700 000 000 700 000 000 700 000 000 700 000 000
SOLDE 0 0
Suite amdt n° II-723
-8-

OBJET

Cet amendement est proposé par les associations étudiantes notamment l’UNHAJ et de l’UNIOPSS
qui alertent sur l’impact de la réforme présentée dans le projet de loi de finances 2020 dite de «
contemporanéité » des aides personnelles au logement pour les jeunes de moins de 25 ans.

Cet amendement propose de limiter les pertes d’aides personnelles au logement pour les jeunes
entrant dans la vie active avec de petits salaires du fait de la mise en œuvre de la réforme dite de la
contemporanéité de l’APL.

Il est donc proposé de maintenir un régime dérogatoire pour les moins de 25 ans sans pour autant
aller à l’encontre du principe d’une appréciation contemporaine des ressources.

Ce régime dérogatoire visera les jeunes de moins de 25 ans ayant un revenu mensuel moyen sur la
période de référence (12 mois glissants) inférieur au montant actuellement défini par arrêté, c’est-à-
dire : 1326,53 Euros (valeur 2019) pour une personne isolée et à 1 989,81 Euros pour un couple. Ce
montant/ seuil sera à apprécier tous les ans comme c’est le cas aujourd’hui.

Trois modalités d’aménagement sont proposées :

-extension du régime applicable aux apprentis à tous les jeunes de moins de 25 ans dans la cible
retenue : les apprentis ne déclarent que la partie de leurs revenus supérieure à 17 982 Euros (seuil
retenu pour les revenus perçus en 2018).

-définition d’un montant d’aide au logement plancher se substituant à celui calculé sur la base des
revenus de la période de référence (12 mois glissant) dès lors que celui serait inférieur au dit
montant d’aide au logement plancher. Ce montant d’aide au logement forfaitaire plancher, serait
calculé sur la base du revenu de référence défini par arrêté pour le calcul de l’aide au logement des
étudiants non boursiers soit 7700 €.

-définir un dispositif de maîtrise de la baisse du montant de l’aide au logement d’une actualisation à


l’autre pour le public cible (le nouveau montant ne pourra pas être inférieur de plus de 20% au
montant de l’aide perçue avant la dernière actualisation).

Cet amendement propose donc de réinjecter 700 000 000 d’euros dans l’action 1 du programme 109
« Aide à l’accès au logement », en prenant de manière très artificielle sur le programme
hébergement. Ceci a pour seul objectif de garantir la recevabilité financière de l’amendement.

En application des règles de recevabilité des amendements au regard de la loi organique n° 2001-
692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, il est proposé de compenser l’augmentation des
crédits concernant l’action 01 du programme 109 « Aide à l’accès au logement » par une diminution
des crédits de l’action 12 du programme 177 « Hébergement, parcours vers le logement et insertion
des personnes vulnérables ».
PLF POUR 2020

SECONDE PARTIE N° II-718


MISSION COHÉSION DES TERRITOIRES
DIRECTION (n°s 139, 140, 143, 141, 144) 29 NOVEMBRE 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 38 (CRÉDITS DE LA MISSION)


État B

Modifier ainsi les crédits des programmes :

(en euros)
Programmes Autorisations d’engagement Crédits de paiement
+ - + -
Hébergement,
parcours vers le
logement et insertion
des personnes
vulnérables
Aide à l’accès au 50 000 000 50 000 000
logement
Urbanisme, territoires 50 000 000 50 000 000
et amélioration de
l’habitat
Impulsion et
coordination de la
politique
d’aménagement du
territoire
Interventions
territoriales de l’État
Politique de la ville
dont titre 2
TOTAL 50 000 000 50 000 000 50 000 000 50 000 000
SOLDE 0 0
Suite amdt n° II-718
- 10 -

OBJET

La loi de finances pour 2018 a supprimé l’APL accession pour les logements neufs et l’a maintenue
temporairement, jusqu’au 31 décembre 2019, pour les logements anciens situés en zone détendue.

Avec une enveloppe de plus de 700 millions d’euros, l’APL accession permet à plus de 450 000
ménages modestes d’acquitter une partie de leur mensualité afin d’acquérir leur logement.

Or, très nombreux sont les projets d’accession qui sont remis en cause en l’absence de cette aide qui
permet à ces ménages, répondant à des critères réglementaires, de réaliser leur parcours résidentiel,
que ce soit par l’achat ou la construction de leur logement (y compris dans le cadre d’un bail réel
solidaire) ou par la conclusion d’un contrat de location-accession agréé PSLA.

Le versement de l’APL accession est une des conditions de réussite de leur projet d’accession dont
le financement est ainsi obtenu et sécurisé grâce à cet apport complémentaire.

Les APL accession sont des aides ciblées sur les ménages les plus modestes. Elles permettent, en
cohérence avec la stratégie du Gouvernement et les objectifs de la loi ELAN, d’accroître la mobilité
dans le parc social et de faciliter la vente de logements HLM à leurs locataires.

Cet amendement a pour objet de rétablir l’APL accession pour tout logement, neuf ou ancien, sur
l’ensemble du territoire.

Sur l’hypothèse de 30 000 nouveaux ménages aidés, le coût annuel pour les finances publiques est
de 50 millions d’euros.

En application des règles de recevabilité des amendements au regard de la loi organique n° 2001-
692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, il est proposé de compenser l’augmentation des
crédits concernant l’action 01 du programme 109 « Aide à l’accès au logement », permettant le
rétablissement de l’APL « accession », par une diminution des crédits de
l’action 04 « Réglementation, politique technique et qualité de la construction » du programme
135 « Urbanisme, territoires et amélioration de l’habitat ».
PLF POUR 2020

SECONDE PARTIE N° II-720


MISSION COHÉSION DES TERRITOIRES
DIRECTION (n°s 139, 140, 143, 141, 144) 29 NOVEMBRE 2019

DE LA SÉANCE

AMENDEMENT
C
présenté par

G
Mmes LIENEMANN et CUKIERMAN, M. GAY
et les membres du groupe communiste républicain citoyen et écologiste
_________________

ARTICLE 38 (CRÉDITS DE LA MISSION)


État B

Modifier ainsi les crédits des programmes :

(en euros)
Programmes Autorisations d’engagement Crédits de paiement
+ - + -
Hébergement,
parcours vers le
logement et insertion
des personnes
vulnérables
Aide à l’accès au 50 000 000 50 000 000
logement
Urbanisme, territoires 50 000 000 50 000 000
et amélioration de
l’habitat
Impulsion et
coordination de la
politique
d’aménagement du
territoire
Interventions
territoriales de l’État
Politique de la ville
dont titre 2
TOTAL 50 000 000 50 000 000 50 000 000 50 000 000
SOLDE 0 0
Suite amdt n° II-720
- 12 -

OBJET

Pour atteindre l’objectif de 500 000 logements rénovés par an, les moyens alloués à la rénovation
énergétique doivent être à la hauteur des ambitions.

Il est donc proposé d’augmenter de 50 millions d’euros le budget alloué au programme 135
« Urbanisme, territoires et amélioration de l’habitat », au profit de l’action 4 dédiée à la
réglementation, politique technique et qualité de la construction, dont l’un des axes est la lutte
contre la précarité énergétique portée par l’Anah dans le cadre du programme « Habiter Mieux ».

Les règles actuelles de la loi organique relative aux lois de finances et du débat parlementaire sur le
projet de loi de finances sont telles que le renforcement de moyens au profit d’un programme donné
se fait toujours au détriment d’un autre. Pour équilibrer la mission, et dans l’unique but de garantir
la recevabilité financière de l’amendement, nous proposons d’opérer une réduction artificielle de 50
millions sur le programme 109 aides à l’accès au logement.

En application des règles de recevabilité des amendements au regard de la loi organique n° 2001-
692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, il est proposé de compenser l’augmentation des
crédits concernant l’action 4 dédiée à la réglementation, politique technique et qualité de la
construction du programme 135 « Urbanisme, territoires et amélioration de l’habitat » par une
diminution des crédits de l’action 01 du programme 109 « Aide à l’accès au logement ».