1

2

Les idées images

3

4

Zenon Xenononex

Les idées images
Recueil de poésies philosophiques

Éditions APARIS – Edifree 75008 Paris – 2009

5

www.edifree.com
Editions APARIS – Edifree 56, rue de Londres – 75008 Paris Tel : 01 44 90 81 42 – Fax : 01 53 04 90 76 – mail : infos@edifree.com Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays. ISBN : 978-2-8121-0944-7 Dépôt légal : Février 2009 © Zenon Xenononex L’auteur de l’ouvrage est seul propriétaire des droits et responsable de l’ensemble du contenu dudit ouvrage.

6

7

8

Sommaire
Les Idées Images (poésie du feu)...................... 15 La Parole........................................................... 16 Aimer ................................................................ 17 Contemplation .................................................. 18 Vanitas .............................................................. 20 La nécessité (diatribe…)................................... 21 La Misère (chanson sous un air de Brel) .......... 22 L’humaine condition......................................... 24 Masques d’Argile (de la société en général) .... 25 Les Parfaits ....................................................... 27 La Lettre ........................................................... 29 Larme de soie.................................................... 31 Propos sur la paresse......................................... 32 Les Mots sont des Images................................. 34 Véritas............................................................... 36 Totalitarisme ..................................................... 37
9

Di Vanitas ......................................................... 38 Foule ................................................................. 39 Peu m’importe................................................... 40 Oubliance .......................................................... 41 Maladie du cœur ............................................... 42 Quelques mots…............................................... 43 L’indifférence ................................................... 44 Quand L’Olifan… ............................................. 45 Illusion .............................................................. 46 La Franchise...................................................... 48 Médisance ......................................................... 49 La Soumission................................................... 50 La Vérité nue..................................................... 51 La sottise et l’Idiotie ......................................... 52 Les Mots Oiseaux ............................................. 53 L’œuvre (histoire vécue)................................... 54 Absence............................................................. 64 L’acariâtre ......................................................... 65 L’Amie de l’empereur....................................... 66 L’inspiration...................................................... 67 L’Ombre............................................................ 68 L’inconnue (sans doute Lillith)......................... 69 Psychédélique ................................................... 71 Présence ............................................................ 72
10

Sensitive............................................................ 73 Xénophobie....................................................... 74 Soma Pensum ................................................... 75 Séphora ............................................................. 78 Sculpture ........................................................... 79 Réalité ............................................................... 81 La Révolution ................................................... 82 Praxis ................................................................ 83 Oraison.............................................................. 84 Maximes ........................................................... 85 Abolition........................................................... 87 Abnégation........................................................ 89 Avarice.............................................................. 90 Artefact ............................................................. 91 Caritas ............................................................... 93 Blessures........................................................... 94 Charité bien ordonnée....................................... 95 Création ............................................................ 96 Errances ............................................................ 97 Écrire pour ne rien dire ..................................... 98 Douleur ............................................................. 99 Croisée des Chemins ........................................ 100 Enigma.............................................................. 101 Erratum ............................................................. 102
11

Esclaves............................................................. 103 Fatalitas ............................................................. 104 Hérésie de Darwin (critique)............................. 105 Paroles Lancées................................................. 111 L’Hypocrite....................................................... 112 La Haine............................................................ 113 Ignorance........................................................... 114 La Jalousie ........................................................ 115 In situ ................................................................ 116 La Perte ............................................................. 117 Apparences........................................................ 119 La Douleur ........................................................ 121 Euthanasie ......................................................... 122 La Folie ............................................................. 123 La Vue............................................................... 124 Le Glébeux........................................................ 125 Le Pariât ............................................................ 126 Le Monument.................................................... 127 La Marionette.................................................... 128 La Lumière........................................................ 129 La Paresse ......................................................... 130 L’Envolée Bleue ............................................... 131 L’Aube des Temps ............................................ 132 Nuit Glaciale ..................................................... 133
12

Absence ............................................................ 134 Chimère ............................................................ 135 Maximes ........................................................... 137 Mes Mots d’Adieu ............................................ 138 Le Fou............................................................... 140 Les Mots sont des Images................................. 141 L’Absence......................................................... 143 Apparences ....................................................... 144 Evanescence...................................................... 146 Ma Rose ............................................................ 147

13

14

Les Idées Images (poésie du feu)
§ L’association des idées passe par des images, C’est de la mémoire le signe du meilleur adage. Écrire est plus que de lancer des paroles en l’air, Car c’est cristalliser, alors ses idées par ses vers. § Les idées passent par une suite de vécu et ressenti, Un amalgame qui sur une page blanche vient à la vie. Comme un feu brûlant qui de l’esprit apparaissant, Pour devenir ainsi le nouveau phénix resplendissant. § Idées faites d’une multitude de couleurs et de formes, Transformant un cheval-oiseau, en fourmi puis en orme, Sans que cela vous paraisse anormal en quoi de ce soit, Car tout se meut et tout se transforme quand on y croit. §

15

Une parole douce Brise les os de la fureur.

La Parole
§ La parole dûment donnée peut-être parfois reprise, Et un être peut en perdre une chose mal acquise. Elle peut être une parole de bois, sans foi ni loi, Ou celle de suite oubliée quand un homme boit. § La parole est d’argent, mais l’écrit lui reste d’or, Mal interprétée pouvant malgré tout porter tort. Certains parlent très peu mais en font beaucoup ; D’autres parlent tant pour rien,et en rendent saoûl. § On peut aussi la donner pour s’instruire par autrui, Laissant couler des idées au volontaire qui les suit. Car toujours la lui couper c’est faire alors barrage ; Suivre toutes les pointes de mots est de bon adage. § Le flot trop impétueux peut en devenir facilement, Au désagrément de tous, des mots alors calomnieux. La parole sage se pose comme une note de musique, Et en suivant les autres se doit d’être emblématique. §

16

Aimer
§ C’est d’abord soi même, un peu oublier, Et à l’autre un peu aussi alors s’identifier. Car comment comprendre les autres, Si l’on ne voit que sa chère personne. § Sans être forcément un sage ou un apôtre, Faire que son cœur d’homme un peu résonne. Aimer c’est jeter aux panier tous ses préjugés, Et prendre une nécessaire cosmopolite identité. § Car comment comprendre alors les autres, Si par des tabous la conscience on s’est ligotés. Sans faire fi alors des vues des uns et des autres, Rester juste soi même limpide de sincérité. § Aimer c’est sans cesse un travail sur soi, Car du dialogue la lumière jaillit cela va de soit ; Vérité cherchée d’une application continue, Sans des préjugés qui figent tout les idéaux. § Penser ne peut se fixer mais l’âme remue, Il faut aimer pour alors aller plus haut. Aimer se n’est que se voir à travers les autres, D’habitants de la terre, devenus des nôtres. § Ne plus se voir pour soi même mais comme partie. Elément d’un tout pour le meilleur et pour le pire ! Car sur l’échelle de l’univers brève est notre petite vie, Pourtant pleine de joies, d’amour de pleurs, et de rires… §

17

Contemplation
§ Pour ces sots qui veulent essayer de faire parler les morts, Leur prêtant des mots usurpés que pour leur porter tort. Je dédie, ces quelques vers d’encre en pleine figure, Pour qu’ils reprennent un peu mieux leurs lectures. § Comment oser sous prétexte de vous dire un athée, Faire dire à Voltaire ce qu’il n’aurait jamais pensé ? Lui qui comme Hugo avait parfois un état extatique, Et qui ne jugeait, que la religion d’état d’antipathique. § Ses vers encore faut-il les lire, parfois contemplatifs ; Laissent pantois bien des jeunes poètes admiratifs. Mais certains lui ont vite collé une drôle d’étiquette, Voulant le faire passer, pour un diable ou une bête. § Il n’est rien, de toutes ces élucubrations scabreuses, Venues sans nul doute, de bouches encore pâteuses. Dieu étant vu plus haut que les intérêts trop humains, Faisait vibrer la verve de la plume du poète sans vin. § Comme sur nôtre terre il faut de tout pour la parfaire, Laissons un sot être un sot et vomir ses mots par terre, Étalant sa haine bilieuse de nain sur toute la création, Et laissons les morts au repos dans leur contemplation.

18

§ Par Dieu s’il vous plait, ne faites jamais parler les morts, Cachant votre intention, derrière un défunt c’est un tort, Si vous n’avez pas le talant à vous exprimer vous même, Vous risqueriez de tous les poètes être alors le plus anathème. §

19

Vanitas
§ Fosse ou l’homme peut tomber facilement, Vestale de tous les humains entendements. Piège pour l’artiste, étant encore jeune novice. Porte grande ouverte, sur beaucoup de vices. § Il est si aisé de se prendre, trop au sérieux, Se croire le garant de ce qui se fait de mieux. Par quelques succès, tomber dans des travers, Arroser, devenir arrogant et faire des impairs. § Alors que tel une brise d’air, l’homme trépasse, Et s’il n’a de talent, ses pas laissés s’effacent. Humble l’artiste n’a pas d’époque ni de modes, Il est comme un phare au large, que rien n’érode. §

20

La nécessité (diatribe…)
§ L’échafaud politique, n’est plus une chose nécessaire, Mais une sorte de couperet est là sans en avoir l’air ! Le triangle métallique a cédé la place au rectangle, L’argent est pour le garrot la meilleure des sangles. § Il est de ses désirs vils que l’homme, ne veut voir, Qu’il cache en son sein comme la volonté d’avoir. Mais pour avoir ! il faut donner de son nécessaire, Sinon sa situation personnelle devient vite précaire. § Alors le joug de l’autorité politique le serre si bien, Qu’aucun bourreau n’a besoin de se laver les mains. La nécessité instaurée par un système autocratique, N’est pas la preuve d’un pays devenu démocratique. § Non ! Vraie liberté ne se créer pas sur des nécessités, Mais sur l’égalité réelle de tous ses citoyens français, La fraternité n’est pas sans compassion des sans logis, Que le système accable et ne veut voir sur son parvis. § Comme ce baiser sur la toile blanche, lui donne un sens, Les artistes pauvres prouvent, qu’au moins ils pensent, Sans obsession à la valeur et à la plus value d’une œuvre, Étant vue comme chiffre, non plus comme un chef d’œuvre. §

21

La Misère (chanson sous un air de Brel)
§ La misère en France a beaucoup d’enfants ; On préfère voir ailleurs de ce qu’il a devant… Faire acte de violence, pour disséminer avec soin, La police déménage, pour que l’on ne voit point, Oui, pour que l’on ne voit point… § La misère en France a beaucoup d’enfants, On préfère voir ailleurs de ce qu’il y a devant, On entasse des gens comme du vieux papier, Qui ne sont que des poèmes, de vies oubliées, Oui de vies oubliées… § Allons, être sans abris dans un si beau pays… Comment faire comprendre quand le ventre crie ? Quand chaque hiver pointe le bout de son nez, Et que la misère ne veut elle, que se réchauffer… § Cela dérange monsieur tout le monde qui passe, Et la police, les mets au fer ou les pourchasse. Car il mieux vaut alors crever hors de la vue, Car la misère en France est un mal non reconnu, oui non reconnu… § La misère en France a beaucoup d’enfants, On préfère voir ailleurs de ce qu’il y a devant. Le président est un vulgaire marchand d’armes, Qui nettoie ses villes, pour qu’elles aient du charme, Oui monsieur ! Pour qu’elles aient du charme…

22

§ La misère en France a beaucoup d’enfants, On préfère voir ailleurs de ce qu’il y a devant. La misère n’existe pas, monsieur, non monsieur ! Il n’y a en France que des gens, que des gens que l’on dit heureux… §

23

L’humaine condition
§ L’homme n’est qu’un homme quoique nous en pensons, C’est anormal de vouloir l’idéaliser jusqu’à la déraison, De voir un saint en un cureton, c’est ne pas vouloir voir, Qu’un élan un seul peu à jamais le faire soit disant déchoir. § Alors que la nature exulte, elle, la passion de tous ses amours, Comment un homme seul peut-il en faire à jamais le détour ? La femme est faite pour les jeux de l’amour, ce n’est pas mal, Elle est faite par la nature pour dégager ses essences de santal. § Si l’amour n’existait pas je ne serais pas là écrivant mes vers, Car la terre serait alors dénuée de toute vie et qu’un aride enfer. Allons, soyons enfin des êtres un peu raisonnables et aimants, Sachant que ce n’est pas dans le chou que l’on trouve l’enfant. §

24

Masques d’Argile (de la société en général)
§ C’est tout un monde de masques dans lequel nous vivons, On vous salut bien bas, mais dans le dos, ce sont les jurons, L’important ce n’est que de sauver, nos si belles apparences, La sincérité ne sert plus à notre époque, comme référence, § L’honneur et les duels pour le sauver, cela est bien dépassé, L’important ce sont tout ces masques, qu’on s’est fabriqué, Pour jouer à nos jeux de rôles selon toutes les ciconstances, Hypocrisie appuyée, avec un léger soupçon de méfiance. § Il y a le masque de la politesse, il est un peu poussiéreux, C’est juste dire bonjour sans être heureux, que l’on veut ; C’est faire acte de bienséance, sans marquer de sa présence, On en a absolument rien à faire de l’autre, c’est une évidence. § Puis il y a le masque de l’intérêt porté, quand il y a dividende, L’argent est la seule chose aujourd’hui, dont la vie dépende. La vie le ressenti de l’autre, et tout ses soucis on s’en moque, L’essentiel est de tirer profit, en gagnant quelques breloques. § Il y a le masque de la religion, qui porté tous les dimanches, Permet au pêcheur hebdomadaire, d’avoir sa chemise blanche, Pour tout remettre dans l’armoire en souriant, le soir même. Et prendre le masque des lundis, visage d’un fatigué et blême.
25

§ Car travailler est un supplice, c’est bien connu, mais il faut bien ! Pour sauver les apparences il y a masque du réjouit qui déteint. Ou on fait de la lèche au patron, avec le masque de l’ambitieux, Car la vie avec un peu plus d’argent, c’est quand même mieux.§ § Le jour arrive où le masque du je m’en foutiste, ressort du tiroir, Celui qui fait mal, met les nerfs à vif, et nous fait broyer du noir ; Le jour où on le met on pert l’usage des autres, devenus inutiles, Plus besoin de travail, ni d’être présentable, ou que l’on s’habille. § Ce masque apporte le rejet de toute la société et quand il tombe, On se retrouve face à soi même, dans le miroir d’outre tombe. On peut renaître sans mourir, vivant en étant soi-même, enfin. Au jour le jour, sans aucun artifice ; ni de fallacieux lendemains. § Dire à tous ce que l’on pense, n’en déplaise aux convenances, On se rend compte soudain ; du bénéfice de notre présence, La société aime que l’on lui dise ses vérités crues, sans tabous, Elle en a marre de ses masques d’argiles, qui nous rendent fou. §

26

Les Parfaits
§ Muent par une volonté religieuse dite de polichinelles, Ils se donnent par un droit acquis, la part la plus belle. Soit disant par ce qu’ils sont l’élite de la belle société, Ces fourbes qui par l’apparence se disent sans péchés. § Rien ne les atteint ni ne les touche, ils sont la perfection, Ils sont si blancs et immaculés mais sans aucuns pardon. On hésite presque à leur dire bonjour de peur de les salir, Étant le point culminant de toute la veule société le fanion. § Le pécheur reconnu, le pauvre bougre doit rester dehors, S’il entre en leur église il risque ce sale,de leur porter tort ; C’est que voyez vous on trie les gens par leur position sociale, Les autres, les gueux ne valent pour la religion queue dalle. § L’esprit chrétien est une théorie rarement mise en pratique, Sauf pour ceux qui ont encore un cœur que l’on dit épique. Heureusement l’amour du prochain existe encore malgré tout, Ne cherchez pas trop dans les églises c’est une vision de fous. § Car aimer comme soi même et le partage de tout ses biens, Allons soyons donc sérieux ce n’est tout de même pas rien ! Seuls quelques braves esseulés sont encore le sel de la terre, Le reste n’est que du superflu qui rend la populace si amère.

27

§ Car on fini par perdre la foi quand on sait qu’ils n’adorent, Que ce qui de nos jours EST devenu leur nouveau veau d’or ! Non la foi, c’est aimer sans espérer un quelconque retour, Sachant que nous sommes tous pécheurs dans une même cour. § Ceux qui se donnent le visage aimant chose qu’ils ne sont pas, Laissons les aller à leur fausse sainteté vers l’inévitable trépas, Quand leurs cœur de musaraigne sera dans la divine balance, On verra ce que le Dieu Un, de leur hypocrisie ce qu’il en pense. §

28

La vision des choses vient du cœur.

La Lettre
§ L’art d’écrire, c’est de savoir s’exprimer clairement, A différents degrés d’accès, ou l’on peut aller alors, Tout langage par un apprentissage préalable s’entend. Parfois le langage est d’argent et le silence reste d’or. § Ma lettre qui est faite d’une multitude de points noirs, Qui agglutinés forment alors, l’ensemble alors reconnu, Qui sans reconnaissance resteraient à la raison du noir ; Tout comme cette lettre Chinoise, me laissant confus. § Une suite de mots en langage de notre cher voltaire, forme alors une phrase que l’on interprète souvent, Par son éducation sociale nous servant de repère, Aussi par le truchement de l’état mental du moment. § Donc il peut y avoir pour une même phrase donnée, une multitude d’interprétations par tous les lecteurs, elles peuvent se ressembler par association de pensées, Vouloir s’opposer alors et faire de moi un détracteur. § Une même phrase qui lue, dans un autre état d’esprit, Peut-être donc comprise autrement que la fois dernière, On peut voir soudainement ce que l’on avait pas compris, Ou bien en rester perplexe à en devenir presque austère.

29

§ Comment expliquer l’interprétation est-ce impossible ? Les mots restent les mêmes, nous sommes bien d’accord. Pour qu’une même phrase donne des milliers de possibles. il doit y avoir en la logique humaine, un millier d’accords, §

30

Larme de soie
§ Cette dernière larme tombée, d’un amour sans espoir. Peu à peu en cette noire écriture je vous fait alors voir ; L’ampleur de mes faiblesses, mais d’un cœur lacéré, Par les griffes d’une nymphe, se disant mal-aimée. § Quand on aime sans accepter l’autre c’est du poison, Car on s’aime à travers l’autre, faisant fit de sa raison. La douceur fait place aux querelles ne finissant plus, Jusqu’à en perdant les ailes d’un amour ainsi déchu. § Cette larme tombée, que j’étale de ma plume en or, A vous dire que l’on s’est quittés partageant nos torts. Nos disputes, et nos jalousies eurent raison de nous, Et, pourtant on s’est aimés d’une passion qui rend fou. § Mais le poète est toujours à ce monde un demiprésent, Ne pensant pas en adulte mais un peu comme un enfant ; Quand l’occasion se fait pour lui, de jouer avec l’amour, Il ne sait pas devant d’autres femmes, faire le demi-tour. § Il me reste quelques lignes pour écrire avec cette larme, Juste que je regrette, de perdre les atours de ses charmes. Mais je crois que l’amour unique, est impossible pour moi, Moi le papillon qui aime se poser sur d’autres bas de soie. §

31

Propos sur la paresse
Si vous dites à un paresseux de s’activer à faire une tâche, l’idée seule d’aller travailler le traversant comme une épée le fera alors pâlir et grimacer comme une douleur reçue de plein fouet. Un paresseux invente des actions verbales, pour toujours faire croire qu’il fait quelque chose. Le paresseux ne s’agite alors souvent physiquement, que pour des activités ou il s’amuse. Quand les responsabilités du travail arrivent, le fainéant fait alors si bien le malade, que même des docteurs en sont souvent dupés. Si vous voulez vous fâchez avec un bon à rien, exigez qu’il fasse quelque chose. Quelqu’un qui n’a envie de rien faire cherchera par son intellect toutes les échappées, pour éviter un quelconque effort vu comme un supplice. La paresse mène tout droit au mensonge, à la couardise et à la vilénie. Reporter toujours au lendemain, sans jamais faire quoi de se soit, est preuve de fainéantise exacerbée. Un laxiste ne sera jamais reconnaissant des efforts des autres à le servir, il faut donc l’abandonner à sa turpitude, pour qu’il se retrouve ainsi face à lui même et à ses responsabilités. On ne peut être utile au paresseux que par des conseils, pour qu’il se prenne en charge.
32

Nourrir un paresseux ce n’est pas lui rendre service, mais au contraire entretenir un mal qu’il couve avec trop bien de complaisance en lui-même. Un paresseux mettra toute son intelligence pour ne rien faire, cela au dépit des autres et sans aucune vergogne. Un être habitué à être servi à tendance à croire que toutes les attentions vers lui sont des acquis, il les croit imperturbables,il faut donc briser ces habitudes qui pourrissent une situation devenue alors invivable pour son proche entourage. Un fainéant fait toujours croire qu’il a beaucoup de choses à faire dans la journée, mais pourtant on ne le voit jamais rien faire. La vérité d’opinion dite en face d’un paresseux est vu comme une attaque personnelle, et il a vite fait de se faire passer pour bouc émissaire, pour ne plus être contredit dans son envie de rien faire. Un fainéant fera passer son entourage proche toujours pour des gens acariâtres et invivables au quotidien, vis à vis de ses amis avec lesquels il s’amuse, pour ainsi se protéger de la honte d’être vu comme un parasite.

33

Les Mots sont des Images
§ Les mots posés comme des papillons sont des images Nébuleuses transformées en des mots et des phrases, Les lettres viennent et s’en vont d’en haut crescendo. Coulant ainsi de la plume vers le bas un torrent d’eau. § Les phrases peuvent être blanchies d’un feu ardent De douces volontés, et de souffles de soupirants, Ou plus terre à terre créées alors en ordonnées A bâtir mathématiquement tout un état de faits. § Les mots sont toujours tous faits d’images, Qui même en l’air ne sont parfois pas sages, Mais des fois ils font mal, ces impalpables Si portés au cœur on s’en sent misérables. § C’est du souffle divin, inspiration venue Du fond de l’âme, l’en soi enfin revenu. Par le mot sacré l’ancien sachant les causes Car les choses sont liées de vers et de proses. § Les maîtres de la voie du sublime en un seul, Vous figent, comme une statue s’ils le veulent. Il a aussi la pointe reçue par le tendre amoureux, Mot de rupture, acéré qui tue comme un pieux. § Les mots-images, ceux que l’on offre aussi Offerts comme un beau bouquet de roses à sa mie, Nul besoin d’être homme riche et bien pourvu Pour au chant d’amour faire sa prose la bise venue..
34

§ Les mots chaleureux donnés et reçus pour vivre Ce quotidien répétitif de la vie commune qui givre, Faire comprendre ses ressentis et les affres des douleurs, Joies suivies de peines mais choses acquises par cœur. § Les mots sont des images que pour toujours on aime Aussi à vouloir en les idéalisant sur tous les schèmes, Les mots sont empreints de l’irréel venu d’un autre monde, Là ou les idées libérées de la pesanteur sont alors fécondes. §

35

Véritas
Elle est toute en chacun et tous se l’approprient, La belle c’est cette pulsion que l’on nomme la vie. Sensation que personne ne garde et ne fait qu’effleurer, Car en somme elle est ce que du vivant elle rend animée. Ah ! Véritas fatalitas pourquoi suis-je né ? La quête, pulsion qui anime sans cesse les cœurs assoiffés, De savoir le pourquoi du comment du vivant en vérité. Furtive elle ne se laisse jamais par personne prendre, Etant incarné c’est impossible il faut le comprendre. Ah ! Véritas est – ce toi qui nous fais penser ? Alors que tu sois de n’importe qu’elle nationalité, Que tu sois de n’importe forme de religiosité ; Saches que la vérité n’est vécue que concrètement, Que quand trop tard, elle t’embrasse tendrement. Ah ! Véritas la mer de la grande absoluité !

36

Totalitarisme
§ On veut nous faire croire que nous sommes en démocratie, Au vu des évènements très récents je ne suis pas de cet avis. Comment assoir un pouvoir et laisser le peuple au désespoir ? En réduisant le nombre des ministres pour plus de pouvoir. § Restreindre les tribunaux pour faire une justice expéditive, Réduire le champ de manœuvre des partis par des directives, Faire des alliances avec des chefs d’états, plus que douteux. Pour les affaires ce n’est que pour les grands que c’est juteux. § Mentir effrontément au peuple, disant que c’est pour son bien. Voulant faire croire en ses énormités, oubliant le droit républicain. Prôner l’humanisme, tout en faisant alliance avec le communisme, Pour moi il y a dans cette façon de faire comme un léger schisme. § Il y a trois sortes de gouvernements possibles dans ce bas monde, L’aristocrate, le démocrate et le royal,tous autour d’une table ronde, Si le peuple n’est alors pas représenté par ses représentants d’état, C’est que sincèrement la vraie démocratie exécutive n’existe pas. § Rappelez vous de napoléon dit le petit, il était de la loge lui aussi, Ne voyez vous pas son ombre derrière Nicolas, qui vous sourit ? Car cette ombre, elle se moque bien de la démocratie croyez moi, Ce n’est que le pouvoir et l’argent qui mettent son cœur en émoi. §
37

Comme un cloche fêlée qui résonne

Di Vanitas
§ C’est la pulsion qui anime tout notre monde, Un monument digne de notre fameuse Joconde. Que l’on s’est fait sien et que les politiques fécondent. § Il faut dire qu’il est plus facile de se prendre la grosse tête, Que de rester humble car la vanité, peu de chose l’arrête. L’un croit avoir réussit car il a grand pouvoir étant bête ; § L’autre est cultivé mais ce n’est pas la culture qui importe, Non ! C’est la monnaie que l’on adore et elle niaise et sotte. Car c’est à sa bourse que l’opinion donne ou reprend sa côte. § La Vanité est pour l’âme une cloche fêlée, elle sonne faux, Mais c’est un son qui à la raison d’état toujours parait beau ! C’est que voyez vous à sa structure c’est la raison qui fait défaut.

38

Société Fourmi

Foule
§ Les hommes avec tous leurs dômes faits de ciments, Me font penser à ces êtres que l’on dit bâtisseurs, Fourmillant tous dans cette masse de vivants ; Par leurs occupations d’insectes travailleurs. § La ville anarchique bâtie par mille desseins, Ou grouille alors toute notre société fourmi ; Cette colonne mouvante faite d’êtres humains ; Chacun de près, étant tout un monde par sa vie. § Tout ces petits points dans notre cité gigantesque, Sont autant d’opinions d’aspirations et d’espoirs ; Aucun vivant de ce flot anarchique n’est en reste ; Malgré ses échecs, sa tristesse et son désespoir. § La vie nous anime, et nous sommes tous égaux devant la mort, Chacun courant à son destin, l’inexorable futur ; Mais la foule insouciante, continue son essor, Dans une marche exponentielle, à vive allure. § La foule colonise alors toute notre petite bleue, Par sa multitude s’étale sur ce corps de déesse, Et affaiblie les bras d’un atlas qui se fait vieux ; Mais elle ne voit pas ou peu à peu le bas blesse. § Quand le jour viendra où Gaïa malade sans soin, Ne pouvant plus supporter qu’on dévore son corps, Alors il faudra partir dans d’autres confins au loin, Comme ces fourmis qui sont partis, à la ruée vers l’or. §
39

Abnégation d’aimer pour ne plus souffrir

Peu m’importe
§ Que tu t’en ailles si loin de moi et cela pour toujours, Peu m’importe ! je suis fatigué de notre amour, Que tu me trompes encore, avec tant d’autres, Et que dans la luxure, et le vice, tu te vautres, § Peu importe ! Tu ne m’es rien depuis longtemps, Pour mon cœur guéri tu n’es plus que du vent. Tu peux les dire tout tes mensonges, crois moi, Tes jambes grandes ouvertes me laissent froid. § Pars, et surtout ne retournes pas pour me voir, Car tu ne verrais pas le morne visage du désespoir, Mais un large sourire produit d’un feu renaissant, De pouvoir enfin, en aimer une autre librement. § Redeviens cette inconnue fondue dans la masse, Ne m’appelles jamais plus ou bien ici ne repasses, Car tu m’indiffères au plus haut point, saches le ! Oublier jusqu’à ton existence est mon plus grand vœux. §

40

Oubliance
§ L’usage constant, voire intensif de notre mémoire, N’est pas un fait usuel comme simple écritoire. Coordinations faites d’une infinitude, d’images, tactiles,sonores, et d’odeurs, comme des nuages. § Au fond, règne la mer de l’oubli omniprésente, Pour éviter d’avoir des pensées trop présentes. Il y a d’une part les souvenirs que la raison efface, Dont passage, laisse malgré tout quelques traces. § Et les souvenirs bienheureux, trésors de notre cœur, Que l’on abrite un peu des vagues de l’oubli par peur, De l’inexorable estompage, comme l’usure du vent, Du temps qui passe malgré tout, indéniablement. § Sommes-nous tous comme des nuées de sable, Qui nous rassemblons en mourant grâce à l’oubli ? Ce phylum, pour s’unir enfin en une même attitude, Pour l’harmonie de la nature, la parfaite complétude. §

41

Maladie de la jeunesse

Maladie du cœur
§ Un cœur amoureux qui ne reçoit pas de réponse, C’est un peu un grand désert si brûlant et si aride, Ou peu à peu mais surement l’amoureux s’enfonce ; Un cœur parfois a des élans qui sont trop rapides. § La plaie du cœur amoureux jamais ne se soigne, Mais si elle ne se ferme pas, on peut en dépérir. A moins d’avoir assez de courage et de poigne, Pour s’avouer désabusé et pouvoir alors en rire. § Le cœur est une lyre, qui ne veut que chanter, N’aimant que la transe, joie d’amour en délire. Il faut que la danse suive une musique écoutée ; Et qu’un couple se forme par de mutuels désirs. § La maladie d’amour est certes une belle maladie, Mais elle peut parfois ; en devenir chose mortelle ; Si l’’éperdu ne reçoit l’écho, de son cœur en sursis, Cela peut mettre en grand danger alors sa propre vie. §

42

Quelques mots…
– L’humanité est capable du meilleur comme du pire. –Chercher c’est se trouver soi-même. –La pensée serait universelle mais peu y accèderait. – Celui qui croit tout savoir n’a rien compris. –penser un continuel mouvement en avant. –La pensée qui évolue ne prend jamais aucuns repères. –esse homo \ ou bien pour être un homme accompli il faut être soi dans toute Sa plénitude. – Comprendre la vie c’est en souffrir pour ouvrir une faille en soi pour qu’une lumière jaillisse. – les philosophes ne sont que des hommes. – les hommes s’affligent du mal mais se lassent rapidement du bien. –on ne vit qu’à travers la vision des autres. –philosopher ne serait-ce pas simplement penser par soi même ? –l’immobilisme conceptuel tue l’élan créateur.

43

L’indifférence
§ Certains détracteurs bavent sur le poète, Peutêtre alors par ce qu’ils s’embêtent ? Ne comprenant donc rien aux maximes, Et ne font que charades et pantomimes § Il faut défouler toute leur peurs juvéniles, Mais pour la plume ils sont si malhabiles. Allons la lumière ne vient que de soi même ! Éclairer quoi ? du cœur vous êtes blêmes. § Mieux vaut comme on dit : laisser couler, L’eau de l’amertume elle sent trop mauvais. Un idiot dans son miroir, jamais ne se voit, Préférant la critique dans laquelle il se noie. § Le dialogue rompu ? Vous êtes alors déchus, Qui parle seul comme on dit parle à mon cul ! Je suis donc indifférent à tous vos sarcasmes, Et vous laisse alors, dans tout votre miasme. §

44

Cri du cœur de l’être.

Quand L’Olifan…
§ Quand vous aurez enfin compris la vraie vie, Que vous verrez vos vers se faire et se défaire, Et votre prose s’ouvrir comme la rose qui sourit ; Sans y attacher la fausse importance d’être fier ; § Vous aurez compris enfin que nous ne sommes, Tous que de la poussière d’étoiles tombée sur terre, Être reconnu est-ce nécessaire pour être un homme ? Regardez le monde c’est dans l’oubli qu’il se perd. § Quand vous saurez vibrer comme la harpe au vent, Sans chercher le style, ni la forme dites populaires ; Tout en serrant les dents et brandissant votre olifant, Alors contre vous même, vous serez moins amer. § Car peu importe d’être reconnu, en son époque, Si l’on a pas versé alors ce que l’on a en son cœur. Car des éloges des pédants toujours je me moque ; J’aime les vérités qui dérangent, et qui font peur. §

45

Illusion
§ Vous croyez que vous êtes dans la vraie réalité ? Sachez que tout n’est qu’une illusion en vérité. Les us et coutumes, les dogmes et religions, Ne sont que chimères, faites de papier carton. § Tout est faux, bâti que sur de vils mensonges, On le sent quand la nuit nos songes les rongent. L’homme a perverti toutes les paroles de sages, N’en faisant que rites, cultes et fausses images. § Dans la vie sociale tout est fausses structures, Entre l’intime conviction et la vie, c’est un mur. On travaille comme si c’était une condamnation, Oubliant le tout, par un système d’abnégation. § Le mot liberté est tronqué pour des simagrées, Le soir, ou en congé on est bien trop fatigué, Pour s’éveiller alors à la réalité « dévirtualisée ». Car la vision du cœur n’est que trop parasitée. § Le naturel est chose que l’on veut de soi bannir, Pour oublier ce que nous sommes et se mentir, Dieu se moque de nos soupirs et lamentations, Lui qui fait fleurir le lilas et voler les poissons. § On aime jouir de l’instant se moquant de tout, Comme un dément croyant à son illusion de fou. Terre, univers, vie, pour des dogmes on les oubli, Et c’est pour cela que peu à peu on s’auto détruit.

46

§ Quand notre terre ressemblera presque à un désert, On verra alors de cette grande erreur tout le revers, Oubliant alors que nous n’étions que des hommes, A l’arbre de la connaissance repoussera la pomme. §

47

La Franchise
§ Si elle se montre trop brutale elle peut alors être blessante, Car d’un petit mensonge pour être douce elle s’apparente. Mieux vaut une petite omission que provoquer la foudre, C’est de blanc que le joli teint sincère parfois se poudre. § En amitié on doit rester honnête dans les grandes lignes, Même si quelques unes, se montrent un peu malignes. L’essentiel est de garder un vis à vis empreint de respect ; C’est ce qui permet de rester ainsi toujours circonspect. § Car pour plaire c’est un savant mélange qu’il faut faire, Un peu de sagacité avec un air que l’on veut débonnaire. Pour qu’une amitié, malgré ses quelques petits défauts, Reste une véritable œuvre plutôt qu’un illustre faux. § Toute amitié fut-elle encore qu’à l’état d’une ébauche, même si de ses traits grossiers on la trouve encore moche ; N’en reste pas moins une œuvre qui toujours se construit, La préservant de la rudesse des avis elle fait naître des amis. §

48

Médisance
§ Tellement facile de jeter son vinaigre sur un autre, Et faire comme des cochons qui se vautrent, En cette boue qu’ils conspuent de leurs mots. C’est tellement dur, d’écrire comme il faut. § Celui qui critique n’éclaire jamais personne ! Hurlant sa haine de vivre à en devenir aphone. La vilénie n’est aucunement acte de bravoure, C’est perfidie se cachant sous de faux atours. § Le plus dur c’est de faire preuve d’humilité, Étant caustique on ne peut donc pas y arriver. J’ai des défauts, mais recherchant la perfection, Par un dur travail, portant toute mon attention. § Sachant qu’étant prétentieux on n’arrive à rien, Risquant de devenir la lie, d’un mauvais vin. Alors je laisse la médisance pourrir sur place, Fermant la parole évasive, la replaçant sans casse. §

49

La Soumission
§ Quand le peuple agit la peur au ventre, Et que l’état n’est devenu qu’une antre, C’est qu’il y a alors, soumission absolue, Et que le droit de parole s’est alors perdu. § Si l’on travaille mais que l’on ne mange pas, Et que l’on a froid la nuit quand l’hiver est là ; C’est que l’on est devenu un travailleur soumis, Nouveau serf de nouveaux nobles bien établis. § Quand le peuple a ses droits de vindictes liées, Par un système ou tout est si bien policé et rangé, Alors ce n’est pas un pays que l’on dit équanime, Car il y règne alors la peur d’une façon unanime. § Si l’on n’a pas le droit d’être entendu par la justice, Et que celle-ci ne travaille alors que par bénéfice, Qui se fait aveugle au pauvre étant spolié de tout ! C’est que l’on vit ayant comme une corde au cou. §

50

La Vérité nue
§ Toute la vérité n’est jamais bonne à dire en vérité, Car l’effet miroir est toujours de grande efficacité. Une omission est bien souvent, chose nécessaire, Pour celui qui de la sagesse, a alors le savoir faire. § Attention la vérité nue sortant du fond de son puits ; Est cinglante à celui qui la sort et celui qui la subit. Toute vérité n’est jamais chose bonne à dire, certes… Parfois elle peut mener l’un et l’autre à grande perte. § C’est pour cela que certains peureux, savent se taire. Car à vivre atterrés, c’est pouvoir devenir prospères, La politique c’est toujours l’art de la langue de bois ; Parlant beaucoup pour rien et jamais le mal ne voit. § Si vous faites sortir votre vérité du fond de son puits, Alors vous vous attirerez certainement, la calomnie. Le mensonge couvrira cette vérité nue de sa mousse, Et vers le bas alors vous verrez du public son pouce. §

51

La sottise et l’Idiotie
§ Ces deux succédanés, se retrouve seuls bien souvent, Pour faire comme on dit, la carré ou le pendant. Car n’ayant pas la source d’inspiration revenue, Deux auteurs repus choisissent alors un inconnu. § Pour s’en faire alors leur propre bouc émissaire, Mais sans avoir aucunement l’art du savoir faire ; Car il ne suffit pas de critiquer, pour tout abolir. En opprimant de propos sarcastiques et maudire. § Ne sachant pas quoi faire, on ne le fait pas bien. Et que la saine raison, ils ne la voient pas bien. Je leur pardonne alors, leur acte de médiocrité, Les laissant par eux même un jour, se vilipender. § Sans hésitation je les laisse pour ce qu’ils sont, Car apparemment, cela ne tourne pas très rond. L’ennui est souvent la cause de bien des lubies, Menant à deux extrêmes qui sont la sottise et l’idiotie. §

52

Les Mots Oiseaux
§ Ne voulant pas être prisonnier de mots barreaux, J’écris et c’est là ! Je sais mon plus grand défaut, Certains, ceux qui ont la plume trop volubile, S’appliquent à être de jolis copistes habiles, § Moi ma muse ? Elle vient comme elle part, Souvent quand j’ai alors, un peu le cafard. Ne me forçant jamais à écrire mes poèmes, Ce serait à l’art, n’être qu’un anathème. § Les mots sortent de moi ces drôles d’oiseaux, Tant pis ils se débattent et sont plein de défauts. Désolé je n’y peu rien, il faut bien qu’ils sortent, De ma tête embrumée, j’ouvre enfin la porte. § S’envolent les tourments en un vol de désirs, Ne pouvant pas laisser ma plume, trop languir. Le dormeur se réjouis en dehors de lui-même, Et vous dédie à vous tous lecteurs ! Ce petit poème. § Ce qu’il y a de difficile c’est le changement parfois, car dans la transition et le temps d’adaptation.

53

L’œuvre (histoire vécue)
Il y a une marge bien visible entre le visible et le non visible. Ceci est une histoire de changement radical de vie, tout simplement occasionné par un déménagement. Habitant en proximité de tout, à la Valette, ville mitoyenne de la onzième plus grande ville de France, mais sans en avoir les inconvénients et les nuisances. Il me suffisait de dix minutes en voiture pour me retrouver dans des centres commerciaux et de multiples boutiques bien achalandées. Faisant les courses une fois par semaine par habitude et si besoin est y retourner, quand je le désirais pour acheter n’importe quel article qui me faisait défaut, aussi bien pour le bricolage que pour la gastronomie ou le menu fretin. Ayant comme habitude d’aller à droite et à gauche pour chiner comme on dit ! Ce qui fait passer le temps que l’on a de libre et permet de faire de petits achats et des affaires, un peu comme une chasse aux choses plus ou moins utiles. Vivant dans un T2 avec piscine interphone et porte blindée et tout le toutim, disposant de tout le confort nécessaire, comme la télé plate, magnétoscope et stéréo, pour mettre un peu de décibels et faire la danse de la gigue les soirs ou des amis me rendaient visite.
54

Meublé mais juste comme il faut pour avoir un certain confort et pouvoir recevoir. Ma table de salon était en bois (je n’aime pas le plastique ou le contreplaqué laminé), mon canapé convertible était le dernier cri électriquement amovible, et je disposais d’une cuisine équipée d’un four micro ondes et un four thermique, ainsi que de plaques vitrocéramiques de cuisson et un frigo congélateur dont le ron-ron dans l’appartement semblait le faire respirer par son tempo, frigo que je nourrissait comme je vous le disais toute les semaines à une heure près le même jour comme par une répétition un sorte de rituel. Je vivais seul cela vous l’avez bien compris ! Ce qui ne m’empêchait pas de recevoir étant proche du centre urbain, qui m’avait toujours semblé comme une fourmilière à moi qui n’en avais jamais vraiment pris l’habitude ayant été élevé près d’une montagne, ou il y avait encore des renards, des sangliers, des bêtes rousses,des marcassins, des rainettes et des chouettes ; et pourtant en proximité de la ville tout comme cet endroit ou j’avais habité pendant ces sept dernières années. Donc la semaine routinière était ainsi faite. – travail journalier de huit heures trente à midi puis de quatorze heure à dix huit heures voire dix huit heures trente, si le flux de travail l’imposait, dans un laboratoire d’analyse chimique ou j’étais un laborantin. – le mardi ou le vendredi de préférence, j’invitai qui bon me semblait, un couple d’amis du boulot ou de vieilles connaissances pour les épater de mes talents culinaire avec ce qu’il y avait dans ma marmite, et qu’ils avalaient en moins de dix minutes,
55

puis jouer ensemble, toute la soirée à la belote ou au rami, ou bien au Scrabble, voir les trois jeux à la suite dans la soirée. Les discutions tournaient souvent autour de choses de la vie, côté jardin du cœur,du vécu passif ou de choses plus terre à terre comme la politique ou les droits de tout en chacun à l’équité, bref tout ce que l’on peut se dire et partager, blanc ou noir, sans pour cela trop s’étaler sur un sujet pour laisser le champ libre aux possibilités oratoires. La soirée étant toujours assez sobre, ne buvant que du Gambetta limonade ou bien Panaché ou Coca-cola, puisque nous étions tous souvent des sportifs de bon niveau dans différentes disciplines, nous savions les méfaits que peuvent occasionner l’alcool qui agit peu à peu mais surement comme un dissolvant sur tout le corps. Le reste du temps que j’avais, je le passais à la quête d’objets dans diverses boutiques souvent d’ailleurs dans des antiquaires car il faut avoir l’oeil d’un habitué, ayant fait son apprentissage de contemplateur, pour y trouver à l’intérieur l’objet de ses rêves, que l’on affectionne pendant quelques jours, le temps de l’oublier puis… d’en trouver ensuite encore un autre, comme quoi les désirs sont des projections. Puis… un jour de solitude me vint alors l’idée ! – Et si j’allais habiter à la campagne, la vraie campagne, dans un village chaleureux du haut var ? Vous savez ces villages ou il n’y qu’une boulangerie, le vieux coiffeur à la devanture avec ses ciseaux à la main, et une pharmacie avec sa propriétaire souvent quinquagénaire, et une mairie ressemblant étrangement à l’église qui elle aussi à sur
56

son frontispice où il y a écrit les mots : liberté, égalité, fraternité ; puis trois ou quatre bars on se demande bien pourquoi d’ailleurs mais ça je le compris plus tard. La solitude est reine dans les villages car ils ne sont animés et occupés bien souvent que l’été qui ne dure qu’un quart de l’année, le reste du temps c’est un peu désert. Oui, habiter dans un village pommé comme on dit ! là ou cela sent bon les herbes de Provence et ou l’on peut voir encore une source limpide couler en jaillissant de la colline, pure et transparente comme du cristal, et la forêt si mystérieuse cachée par un seul arbre tellement elle est touffue. Là ou l’on peut marcher des heures sans s’arrêter à cause d’une propriété qui obstrue le passage et alerte l’opportun, d’un panneau d’injonction, lui disant qu’il ferait mieux de faire demi-tour avant de se recevoir du gros sel dans ses fesses. Le rêve vert en somme, une mer de verdure entourant une île qui n’est autre que le village de pierres noircis par les siècles, et ou le clocher blanc semble être la proue majestueuse de ce navire d’antan. Sortir des sentiers battus, respirer la vie à plein poumons là était mon désir le plus profond, je me mis donc à la recherche de ce village de rêve, en feuilletant l’hebdomadaire local et de ses annonces immobilières. Une annonce semblait parfaitement correspondre, et l’appel fut bref, car l’interlocuteur semblait pressé de louer, je pris donc rendez-vous rapidement ; et suis allé voir l’appartement.

57

En fait ce n’était pas un appartement, mais une maison entière en forme de tour, stylée avec poutres apparentes et poêle à bois en fonte gaudin qui ne demandait qu’à être remis en fonction, et cela pour le même prix que là ou je louais. Je me retrouvai donc avec la possibilité de louer deux fois plus grand et dix fois plus tranquille, dans cette campagne de Belgencier, le rêve devenait accessible enfin… Je n’en dormi pas de la nuit qui suivit ma visite de la demeure. Après avoir donné mon préavis pour l’appartement qui me semblait si moche et si étroit maintenant, je n’eus alors qu’à attendre, le temps me sembla si long et j’avais déjà tout emballé dans des cartons une semaine avant de quitter légalement les lieux. Le jour G La vieille du départ je ne pu dormir de la nuit tellement l’excitation était à son comble, il me semblait que mon destin était de vivre dans ce havre de paix, et que je n’avais vécu jusque là que dans l’espoir de cet évènement. Trois amis m’aidèrent à déménager mes affaires, qui pour moi tout seul m’auraient parues impossible à déplacer de par leur nombre leur poids et leur tailles. L’un était charpentier, mon nouveau propriétaire qui s’était tout simplement proposé à m’aider à la tâche de ce déménagement, porter des cartons était pour lui, comme porter des fétus de pailles. L’autre était Bruno dit le Nolain, nageur de combat dans la marine nationale, sa femme Sophie était mon amie d’enfance et j’avais été leur témoin de mariage l’année dernière.

58

Quand au dernier c’était le beau frère à ma mère, Victor ancien souffleur de verre à la retraite il me donnait plus des conseil sur la façon de disposer les cartons, et pour leur transport, qu’une aide vraiment réelle, car à la vue de son grand âge je ne voulais pas trop qu’il porta du poids. Moi même étant assez robuste pour porter trois carton à bout de bras, puisque j’étais naturellement taillé dans un bloc de pierre. Le déménagement fut rapide, et ma nouvelle demeure ne mis pas trois jour à ce que le l’habille de tous ses atours. Mais voyez vous après être enfin installé dans ce rêve, il me sembla que le temps s’arrêta alors. N’étant occupé que les nécessités rudimentaires de la vie, et ne recevant peu à peu quasiment plus de visites, par la longue distance qui me séparait alors de mes amis. Il s’effectua en moi comme un replis sur moimême, mon forfait téléphonique ne me servit plus à rien je le diminuais donc à une heure de communication par mois le juste nécessaire, et débranchais ma télévision, qui me semblait soudain désuète, pour l’offrir à madame Blanche celle, qui du village me semblait la plus esseulée, elle me donna en récompense un livre de gravures du moyen âge en remerciement, ces gravures je les étudie encore. Elle me dit que ces gravures représentaient l’« OpusDei ». Sur le coup ! Je n’y comprenais rien de ce charabia fait d’un savant mélange de dessins tricolores et de symboles monochromes, puis comme je me retrouvais sans emploi après avoir subi les affres un

59

remaniement de personnel, dont je fis les frais, comme on dit. Je ne vécu alors que pour cette œuvre à traduire par son étude, mais en ne vivant que du strict nécessaire désormais, et étant de plus en plus souvent en contact avec la divine nature entourant le village,et de moins en moins chez moi, car c’est la nature qui me parle et me dit la signification des mystères du grimoire. Je vis désormais un peu comme un moine, seul dans mon repaire, ayant tout vendu pour ne plus avoir de désirs humains à assouvir, dormant à même le sol sur une peau de chèvre près de l’âtre de mon poële à bois, ayant pour oreiller ce livre magique dont la couverture est de cuir et le papier fait d’écorce fine d’un arbre sentant une étrange odeur suave. Au village on m’appelle l’ermite, mais on ne se moque pas de moi, il on comme du respect ; pour mon envie de solitude, et pour le fait que je parle que pour ne dire des choses que pour ce qui est vital. On dit que j’ai été choisi par dame blanche pour être le légataire de ce que tous ont peur de faire sur eux même. Mon propriétaire ne désire plus que je lui paye son tribu disant que cela lui apporterait le mauvais oeil, il me dépossèderait alors de mon peu de ressources que j’ai, alors il me demande juste un coup de main pour la confection de ses charpentes triangulaires, une fois par semaine, comme cela il dit que l’on est quitte. Je ne m’habille plus que de noir, et ne me rase plus la barbe que j’ai laissé pousser en pointe, je ne marche qu’avec mon bâton d’esculape, car je boite depuis une rencontre mystérieuse menant à une lutte

60

avec un inconnu ailé, une nuit à demi conscient, j’étais parti écouter le chant du vent dans les arbres. Vous l’avez compris je suis pris par une douce folie ! Peut-être m’a t-elle été transmise par une sorte de continuité héréditaire ? Il parait qu’il y a eu des artistes ouvriers dans la famille, et pas qu’un peu, alors, le laboratoire de chimie et d’analyses n’avait été qu’une façade m’empêchant de voir qui j’étais vraiment en somme… Et soudain par se livre, la porte de l’entendement sur moi même s’était enfin ouverte. Heureusement Rose la fille du souffleur de verre est venue sous peu, s’installer près de moi, elle me rejoint dans mon rêve et elle a une quête rejoignant la mienne, nous œuvrons tous les deux, main dans la main au grand œuvre, nous dormons que très peu, mais nous nous aimons si fort, que nous allons atteindre le point ultime très prochainement. Nous en sommes à la dernière page du livre, la vingt et une unième, la page la plus capitale. Avant de partir dans le ciel, sous de meilleurs hospices, la dame Blanche celle qui avait écrit le roman de la Violette, me dit que la dernière page il fallait la franchir absolument, sinon le risque était fort de perdre la raison, elle n’avait pas réussit elle-même à la franchir cette porte. – Et elle comptait alors sur moi pour le faire, Rose et moi nous nous y essayons du mieux que l’on peut, mais je crois que seul l’utilisation de l’oubli nous permettra d’ouvrir la dernière porte, c’est : la clé d’or. Demain matin à l’aurore nous irons discuter avec les oiseaux, pour les dernières recommandations.

61

C’est que voyez vous maintenant toute la nature nous parle, depuis que nous nous sommes enfin décidés à vivre, que l’un pour l’autre, Rose et Moi. Avant elle était un peu comme mon ombre, dont j’avais eu jusqu’à maintenant plus peur qu’autre chose, alors qu’elle n’est en fait que de la douceur et de l’amour, ma rose, je la marierai très bientôt,car nous sommes si proches que nous ne formons qu’un seul et même être. J’ai compris une chose importante dans ma vie c’est que tout ce quoi on aspire n’a qu’un seul but, se retrouver enfin, sans aucune projections agissant comme un mur à l’accès de la rose, qui n’est autre que la connaissance de soi enfin retrouvée, non sans passer certes, par le labyrinthe du minotaure et de très dures épreuves. Je ne quitterai jamais mon village, j’y suis trop bien, comme si dans mon jardin j’étais au paradis. Ne regrettant pas d’être parti de la vie urbaine et stéréotypée faite de tumultes de peurs et d’angoisses, pour vivre enfin au pieds de cette montagne sacrée ou tout respire bien et ou la vie fleurit et embaume tout mon air de tout les jours, me donnant l’impression de voler par moment. Rose par sermon est unie à moi avant notre mariage, elle a à son doigt le rubis rouge feu, qui représente tout l’amour que j’ai pour elle, et semble animé de vie à l’intérieur, c’est cette pierre que j’ai trouvé tout au fond du puits de mon jardin, que faisait-elle là ? – je n’en sais rien ! Mais d’après mon bailleur Monsieur Lulle c’est sa mère qui peut-être l’aurait déposé là, il me dit que comme je l’avais trouvé, elle était à moi destinée il n’en fit aucune objection.
62

Étant donné que j’avais creusé plus de vingt et un jours référendaires, pour que l’eau de source vive puisse rejaillir enfin de son centre. Avant je fermer le puits que moi j’ai rouvert, elle avait du alors la poser là en son fond intérieur ! Par ce que me dit-il elle avait peur de ce trou béant, fait d’un noir obscur qui la perturbait et la hantait par sa présence si souvent dans son sommeil. Cette pierre si belle, si pleine de vie, quand je l’ai vu j’ai compris qu’elle elle n’était là ! que par Rose et pour Rose. – Rose saches que bientôt nous serons qu’un toi et moi et cela m’a empêché de dormir hier, tellement je sens cet instant si magique qui s’approche, et que je l’effleure du doigt comme le personnage de l’image de la Chapelle Sixtine peinte par Michel Ange, c’est la troisième fois que je passe une nuit blanche par l’excitation d’un évènement futur proche. – Si vous aussi vous ressentez en vous même de faire des choses, de prendre des décisions, sachez écouter ce que votre cœur essaye alors de vous dire car ce n’est que pour votre salut que toujours il vous parle et ne désire que vous puissiez enfin trouver la voie de la quintessence du bonheur.

63

Absence
§ J’ai souvent moi le rêveur ce que l’on appelle des absences, Cela malgré moi cela fait longtemps depuis mon enfance. Je rêve d’ailleurs illuminés, et de terres toutes parfumées, Où je rencontre alors les autres têtes en l’air pour parler. § Sans nul doute les poètes d’autres contrées qui s’enfuient, Pour un moment de cette terre plate, qui parfois les ennuis. Dans ces espaces ou le langage est un et la parole fugace, Où l’on ne parle pas de choses matérielles qui nous agacent ; § Mais parlons en vers et contre tout en langage des oiseaux, Où coule alors de nos bouches d’or du feu ou bien de l’eau, Flots de paroles qui dépassent les mots et la saine raison, Pour un instant nous échangeons notre humaine condition ; § Pour la céleste permettant d’être complets pour un instant, Abandonnant les corps nous retenant par la corde d’argent. Car nous poètes avons souvent ce que l’on appelle des absences, Et tous malgré nous depuis longtemps, de notre tendre enfance. §

64

L’acariâtre
§ Il est des natures que l’on peut difficilement souffrir, Malgré des qualités certaines il faut le dire sans mentir, Qu’une femme bavassant est très difficilement supportable, Même jolie ses mauvaises humeurs la rendre alors inamicale. § Les amis tombent dans l’oubli comme les feuilles de l’arbre. Craignant la bégueuse qui hurle, rue à tout va et se cabre. L’aimant se retrouve alors seul face au monstre son amour, Et voit toute sa misère poindre à la levée de son petit jour. § N’ayant plus de sujets extérieurs mordants alors à débattre, S’étant lié fermement lui même, ne pouvant donc se débattre, Le mari devient l’unique, victime de cette espèce de dragon, Il est des natures humaines dont il faut faire bien attention. § Au risque de se voir manger tout cru dans son propre logis, Si l’on épouse sans le savoir une femme de mauvais acabit. Certains vilains défauts brûlent toutes les qualités charmantes, Si la critique vient combattez sagement cette bête rutilante. §

65

L’Amie de l’empereur
§ Tout dans la politique est commercialisable, Le riche achète, les autres restent misérables. L’amour s’achète est cela nous est prouvé, Quand on est connu, tout peut s’acheter. § Les caresses ont un prix qui se négocie, C’est notre nouveau empereur qui le dit. Après avoir serré une main de criminel, Adjugé vendu ! Il peut se faire la belle. § Les armes vendues, les contrats signés, Les droits de l’homme pour marche pieds. Un petit coup de pub à une star en déclin, Pour une levée de jambes cela se vaut bien. § Tout dans la politique est commercialisable, Le riche achète, les autres restent misérables. Tout n’est que mensonges et manipulations, Le nain nous ment encore après les élections. § Souriante posant nue, que pour l’argent pardi ! Tout n’est que commerce en somme dans la vie… Même les opinions s’achètent, par les médias, La république oublie tout, en lisant voici-voilà. §

66

L’inspiration
§ Il ne suffit pas de faire l’usage de sa raison, Mais il faut savoir écouter, le son de l’hélicon. Il y a ces endroits, ou seul le poète se rend parfois, Ensommeillé voyant ce qu’en que personne ne croit. § Emprunt de toute notre verve naturelle, il chante. Un air de musique qu’il entonne, montant la pente. C’est la montagne sacrée que sans peur, il arpente. Remémorant la mélodie de ses belles bacchantes. § Le poète est un doux rêveur passager de la vie, Franc-tireur et même si cela lui cause des ennuis. Il dit lui ! Ce que nous tous pensons alors tout bas. Mettant des situations de vie dans son grand cabas. § N’ayez pas de la rancune, s’il touche alors au mille, Touchant l’humeur qui vous faisait alors tant de bile ; Il dit toujours ce qu’il pense, sans arrière pensée, Sachant qu’une vérité n’agit pas sans blesser. §

67

L’Ombre
§ La toute première fois que tu la vis, tu m’as dit, Qu’un doux frisson de ton corps, tu ressentis ; Par la fraîcheur d’une matinée de novembre, Saison si bien habillée de nuances d’ambres. § Un peu comme une jolie nymphe curieuse, Lisant par dessus ton épaule, un air si rieuse. Des lignes muent par l’inspiration d’un instant, Lui donnant envie de te voir un petit moment. § Te rappelles-tu la seconde fois où tu la revis ? Son doux parfum alors, tu me dit avoir senti. Dans la douceur d’un jour de printemps, Tu trouvas alors ce moment si charmant. § C’est un peu, comme la venue d’une amie, Sachant bien qu’elle faisait déjà partie de ta vie. Elle te dit un seul mot dans le creux de l’oreille, Que tu su mettre, en vers, sans nulle pareille. § La troisième fois ou tu dis, qu’elle revînt, Te sortant du sommeil, te prenant par la main, C’était à la nuit tombée en un été si chaleureux, Tu lui fis l’amour, et cela, de tout ton mieux. § Désormais tu la voies alors dans ton miroir, En ton cœur amoureux, elle est venue s’asseoir. Faisant partie de toi par la magie de la symbiose, Coulant en ton âme de poète comme de l’eau de rose. §

68

L’inconnue (sans doute Lilith)
§ Les yeux à peine clos dans une nuit dite crépusculaire, Sur la pointe des pieds, la danseuse vient alors me voir, Lisse de couleur ivoire, nue comme une Eve sincère. Elle vient me rendre visite et me guète, chaque soir. § Offrant ses seins de déesse, que je titille goulument, Les léchant comme une glace royale que je déguste, Mordillant les cerises qui gonflent alors prestement, La tenant tout comme on tient un Claudel par le buste. § C’est ainsi que cette relation, toujours recommence, L’histoire, je vous le raconterai, une prochaine fois… Elle m’a fait promettre sous peine de remontrances, De ne pas conter ce secret incantatoire, qui me broie. § Sachez ! Il y a parfois des rencontres de noctambule, Qui, plus épuisantes qu’une journée de labeur passée, Sont alors du monde des esprits, comme un préambule, Que l’on ouvre par désir, mais qu’on ne peut refermer. § Alors si je vous introduit dans ce monde chimérique, Vous risqueriez de devenir tout comme moi l’esclave. Dont les sirènes puisent toute leurs forces telluriques, Et vos orgasmes deviendraient alors votre propre cage.

69

§ Alors on s’en tient là ! Car je me recouche maintenant. Elle m’appelle au fond de la nuit de sa gorge profonde, Pour que je la prenne encore et encore infinitésimalement, Et sous son charme inhumain, malgré moi je succombe… §

70

Psychédélique
§ J’ai fais un rêve troublant qui hante mes jours, Ou bien qui réapparait dans mes nuits, Rêvant que j’étais dans ma vie Que dans une réalité que je rêvais, Qu’en fait l’existence était qu’une image vue, Dans une sorte de prisme qui me fuit, Réalité superbe ; dont je ne peux saisir le sens, Étant faite, de tout un ensemble composé. § La vie dans mon rêve insouciante, De l’ordre et de toute loi, socialement établie, Me permet d’être moi, dans mon entier, D’une façon démesurée mais presque amnésique ; Pour revenir ensuite à cette drôle de réalité, Qui je sais n’en est pas une puisqu’elle contrit ; Comprenant alors que je suis un être, fait d’une multitude d’axiomes psychédéliques. § Je me sent pris alors de mille et un vertiges, Quand revenant à moi je m’aperçois de la duperie, En laquelle on veut nous faire vivre par des préceptes, Qui nous rendent alors tous prisonniers. Car ce monde est une sorte de vase clos, Qu’il faut de soi même arriver à percer à jour, C’est sûr croyez moi, cela je vous le garanti, Car retrouver ses ailes est nécessaire, Pour repartir dans le bleu azuré de la liberté. §

71

Présence
§ Marque au fer rouge faite à mon cœur délaissé, Dont la vive brulure ne cesse de me tourmenter. Tu m’as abandonné un soir d’été en un mot un seul, Détruisant ce château d’amour devenu mon linceul. § Depuis saches-le, je ne sais plus aimer vraiment, Que tout au plus alors, je fais assez bien semblant. Être amant et aimer, sont choses bien dissemblables, On ne fait l’acte en ne récitant alors que la canonnade, § Ayant le cœur évidé de toute passion, la substance, Prouvant que mon corps, ne fait pas ce qu’il pense. Tu m’as quitté mais tu es là ! Dans mon désespoir, Je veux croire à te rejoindre dans mes idées noires. § On s’est quittés tu m’as banni, un soir plein d’étoiles, Depuis c’est toi masquée, que je peint sur mes toiles. Amis lecteurs s’il vous plait ! Ne le dites à personne, Que ce n’est que pour elle que mon cœur résonne. §

72

Sensitive
§ L’âme a des fluxions que la raison peu souvent s’explique, Voulant voir le sens de la vie mais de façon empirique. L’homme a bien du mal à suivre la plus mystique voie, Croyant être voué,à une raison saine comme il se doit. § Mais en fait, étant seul il sent en lui même un tumulte, D’idées récréatives que sa raison rétablie ainsi consulte. Il pense, mais ne se voit que trop d’une façon simpliste, C’est ce qui le rend alors souvent de cette erreur si triste. § Sache écouter ton cœur, il surmonte ta propre volonté, Il te fera sortir de toi même, pour alors te contempler. Ainsi tes idées tu pourras alors rassembler savamment ; Pour que tes messages soit clairs concis et éloquents. § La méditation est chose indispensable pour soi même, Pour dénouer en son propre cœur les liens des schèmes. Lire, méditer et prendre du temps pour faire des créations, Est preuve que l’esprit et le corps sont une seule expression. §

73

Xénophobie
§ Faire des différences entre nous ! Ne mène qu’à la haine, Voir la couleur de la peau, c’est se mettre des chaînes ; La vision cosmopolite est encore qu’une belle utopie, Les uns voyant la racaille, et les autres que des pourris. § Le plus mauvais pour un pays ? C’est la guerre intestine. Le manque de cohésion, qui peu à peu sûrement le mine ; Sans solidarité entre pauvres ! C’est mourir à soi-même ; Allons ! Des Français se battant, ce n’est pas un poème ! § Les différences sociales existes et ne sont pas à prouver, Le système est certes encore trop fait pour les rentiers, Mais le Français moyen lui ? –N’y est-il pas pour rien ? Violences, destructions, attaques et vols ce n’est pas bien. § Ce qu’il faut c’est un pays qui soit vraiment démocratique, Pas un système fait sur des, cela parait encore apathique, Il faudra du temps encore avant que du droit de l’homme, On enlève le ver de la servitude rongeant la belle pomme. § Pourtant c’est encore la même chose, dans ce si beau pays, Ceux qui payent le pot cassé ? C’est ceux qui n’ont rien dit. Devant encore payer les méfaits, de leurs propres deniers,, Alors qu’ils peinent à subvenir, à leurs besoins journaliers. §

74

L’échange se fait sans aprioris.

Soma Pensum
Penser par soi même c’est se trouver en face d’une multitude de détracteurs il faut l’accepter, car la philosophie libérée de ses chaînes trop conceptuelles met en apparence toutes les superficialités intellectuelles, qu’il faut alors pour soi même refondre et ensuite retravailler et représenter à d’autres pour qu’il y ait usage commun humaniste. Penser devient alors comme un combat contre des chimères que l’on fait apparaitre soudain pour ce qu’elles sont, c’est à dire des freins à une avancée de l’entendement humain, ces chimères qui ont tant de protecteurs (soi même bien souvent aussi) dont on peut devenir les défendeurs à bourre le pourpoint chimères d’idées figées, portent à donner des invectives qui toujours comme des insectes viennent quand stagne alors le développement de l’idée primale, se régalant alors de sa structure, et font pourrir l’échange peu à peu par un usage de mauvais propos répétés et inappropriés, et empêche tout dialogue sans coquilles. Mieux vaut alors rester seul parfois pour décanter, et revenir ensuite dans une saine disposition, dans un dialogue en toute humilité gagnée par le replis sur soi, dont germe parfois l’idée neuve qui éclot de la pourriture résiduelle de ses concepts abolis, servant alors de substrat nourrissant ses racines psychologiques profondes de l’être.
75

Echanger sans tabous, c’est ce qui demande un effort constant, en mesurant ses propos tant par un raisonnement préalable qui ne doit pas perdre peu à peu de sa substance, mais au contraire doit s’enrichir de l’apport supplémentaire apporté par le dit partage équitable, entre les protagoniste frères de la dialectique. Pour qu’il y ait un partage équitable il faut avoir affaire à des gens usant de la sagesse, aussi bien en théorie qu’en pratique (praxis), car l’un ne va pas sans l’autre normalement, sinon cela devient une sorte de non sens, et c’est non avenu et désopilant. Penser c’est se libérer d’une prison intellectuelle, faire fît des différents et les prendre dans une globalité, pour mettre alors en avant le bien fondé de son propre raisonnement ou son remodelage proche, tout en laissant les autres alors s’exprimer et débattre même si c’est d’une façon diamétralement opposées, les deux directions du trait d’un cercle finissent toujours par se rencontrer. Les idées si différentes soient elles, peuvent à celui qui se les inclue en lui même d’une façon miscible ou par agrégats provisoires, peut alors développer sa graine d’individuation qui restait auparavant, en latence, et mettre à jour non pas un non sens de raisonnement, mais bien au contraire, un sens personnel donné qui reste encore et toujours à développer, et encore à refondre avec l’ensemble des données externes rapportées en chacun de nous, pour une croissance intérieure donnant à l’apogée le possible bouton qui donne ensuite sa rose qui ne cesse alors de fleurir. mourir (refonte d’idéologie) pour refleurir encore par la suite, car il n’y a pas de finitude dans chaque
76

concept personnel, mais toujours un élément supplémentaire à rajouter à une construction individuante, qui se veut constante, comme une roue qui se meut touchant toujours sans cesse de nouvelles surfaces. La pensée à l’état pur est donc une chose impalpable et infinie, un point de mire dont il faut tendre à aller sans cesse… un peu comme la fleur pousse en direction de son soleil. Lettre à M.P Silencieux comme une tombe de granit, Absentéiste et tout pour parler ainsi évite. Oublions si cela vous gène donc ma proposition, J’écris comme vous le savez pour le plaisir de la narration. Avoir un recueil de poèmes est certes un souhait, un désir, Mais un rêve reste bien souvent qu’une ligne de mire, Qui au loin de soi ainsi que cette lumière reste et soit, Pour qu’en la poésie du cœur pour toujours je crois. Le titre de ce recueil aurait été Idées images, Car mes poèmes sont ainsi doublés sur une page, Par une photo symbolisant les mots. C’est certes avec quelques défauts… Mais la perfection aboutie n’est qu’une illusion des sots. Car la symétrie ne fait pas qu’un visage soit plus beau. J’aime partager avant tout mes idées images, En quelques lignes en quelques pages. Pour échanger des à propos, des opinions, Qui se fondent, et se rassemblent par ce que nous échangeons.

77

Séphora
§ Part de l’inconnu de soi qui ne se voit mais se ressent, Intuition que l’on avait et que l’on a perdu étant enfant ; La fin de parcours initiatique ouvrant les pétales dorées, Pour que le cœur libre puisse alors faire sa belle envolée. § Séphora c’est celui enfin qui s’envole plus haut dans l’azur, Noble poète sans peur se jetant dans le vide étant mûr ; Sachant voir malgré les obstacles sous le voile de la maya, Les yeux grands ouverts à l’autre réalité qu’il vous contera. § Sans humaine contrainte devenant de cette source l’amant, Sachant reconnaitre les nœuds, qu’il faut défaire à temps ; Homme libre de toute entrave se laissant aller à vous écrire, Car la vie n’est que le passage dont le poème est un empire. § Le poète, prophète parlant aux hommes de l’autre monde, Revenant les poches pleines de germes d’idées fécondes ; Pour que vous puissez avoir aussi l’envie de vous libérer, De cette chape existentielle, que la poésie aide à briser. §

78

Sculpture
§ De cette pierre inerte qui au communs des mortels, semble alors informe, Dégage à mes yeux d’artiste de futures et certaines magnifiques formes, Elle semblait attendre les mains d’un maître, qui enfin posées sur elle, Pourraient la faire reparaitre, sur cette terre, pour redéployer ses ailes. § De ce granit dur à travailler et dont l’origine me reste encore inconnue, Décillant peu à peu ses formes, pensant à ce corps sensuel que j’ai vu ; Je la revois déjà, moi, dans cette masse informe suppliant de revenir, Car dans cette gangue cette femme éternelle ne fait alors que souffrir. § Longtemps après je retouche les contours de cette œuvre immense, C’est à la muse de mes nuits que je la dédie ; car sans arrêt j’y pense. Décision prise sous de constantes supplications, je fini alors le travail, Mes gestes muent d’un désir compulsif, de la revoir vaille que vaille. § Jours après jours oubliant alors le manger et le boire tout en sculptant, Je peux désormais sentir ses courbes rappelées à moi, son vieil amant. Elle est là devant moi ! Ailes déployées dans le firmament prométhéen, Sa bouche me sourit, celle que j’ai embrassé dans mes rêves azuréens. § Ce regard expressif semble me dire merci, de cette attente millénaire, Jouissant alors du plaisir à la
79

faire naître, de mes mains de cette pierre. Désormais le monde diurne devant le visage exquis, et ce corps dénudé, Dont les seins offerts doit avoir envie, que de clore ses yeux et de la rêver. §

80

Réalité
§ Nous sommes dans une société dite de libre partage, Du moins on peut le croire pour un moment bien limité, Il suffit de dire ses opinions pour y voir tous les dérapages, Les détracteurs débiles mordant par des vindictes acérées. § Usant en leurs forums lubriques de la censure bien pratique, Pour éviter sciemment de ne voir autre chose que leur idées, En colère quand ils se rendent compte, que leur rhétorique, Ne vaut pas plus qu’un pet provenant d’un repas mal passé. § Surtout si vous décidiez un jour, de faire de la philosophie, Laissez les ânes se charger de raisonnements futiles et désuets ; Evitez de donner trop d’à propos vous vous feriez des ennemis, Faites comme si vous ni compreniez rien, ils aiment dominer. § Un échange sans partage ne mène toujours à rien c’est évident, Vous voulez vous instruire, il ne faut juste vous mettre à lire, Mettez en pratique la sagesse, évitant de perdre votre temps ; Sachez voir ou le raisonnement ne peut y éclore, sachez partir. §

81

La Révolution
§ Notre peuple Français n’a jamais voulu en arriver à tuer, Mais le roi le laissant mourir de faim l’en a alors poussé. Car le mépris des grands, c’est toujours la pire des choses, Ses effets produits ont alors toujours la même cause. § Nous sommes bien loin de nos idéaux premiers, Je dirais même qu’ils sont complètement oubliés. Le pouvoir n’est plus qu’une économie de marché, Et le peuple n’est plus, qu’une bonne vache à lait. § Mais vous nos grands qui vous croyez différents, N’oubliez jamais qui nourrissent alors vos enfants. Ne laissez pas vos industries d’argent nous aplatir, Car l’esprit de la révolution, pourrait alors revenir. § Le peuple n’a pas voulu en arriver à vouloir tuer, Mais la faim, le désespoir pourrait encore l’y pousser. Ne nous méprisez pas si vous vivez si hautainement, A se croire immortel on perd la tête plus prestement. § L’esprit révolutionnaire plane au dessus de vos têtes, Et quand il fait battre les cœurs plus rien ne l’arrête. Alors soyez sages laissez nous manger à notre faim, Si vous ne voulez voir se dessiller le jour de votre fin. § Allons soyons alors ce que vous dites que nous sommes, Un pays de paix vraiment dirigé par la sagesse des hommes. De devenir vraiment patriotiques aujourd’hui je vous somme, Si vous ne voulez pas que le peuple vienne et vous assomme. §

82

Praxis
§ Même si toutes sciences, je connaissais par cœur, Apprenant les raisonnements, de tous les auteurs. Cela ne me sert à rien, si c’est sans aucun partage. Car ce n’est pas d’être égoïste, que d’être sage. § Pratiquer des connaissance c’est ainsi les vivre, Le vin n’est plus rien, si trop bu alors, il enivre. § Car celui qui cite ne fait qu’utilisation, De l’art de sa mémoire, veine récitation. La pensée doit naître du fond de son cœur, Jaillir pour un instant, une nouvelle lueur. § Vivre une connaissance c’est la pratiquer, Le pain ne sert à rien, s’il n’est pas mangé. § Même si toutes choses étaient préhensibles, L’homme tireur bandé, ne voyant pas sa cible. Cherche encore, car rien n’est en fait jamais acquis, A garder au mieux la lueur du ciel vue dans sa nuit. §

83

Oraison
§ Laisses toi aller vers les éphémères toi le poète, Les pensées viennent sans que rien les arrête ; D’abord sous le trait esquissé d’un brouillon, Pour devenir peu à peu ce que nous récitons. § Si parfois la vie te force à déposer ta plume, L’inspiration, feu qui toujours te consume, Le poète restant le foyer pour la flamme, Ecrit ses joies et ses peines, cela le calme. § A écrire tu deviens un homme en verre, Duquel on en voit sa vie ainsi à travers. Laisses venir tes douces pâmoisons poète ! Tu sais bien, rien, non rien ne les arrête. § Même si parfois la vie te brise le cœur, Des larmes en rendent ta rime meilleure. Aimer ne se fait pas sentir, sans tristesse. Ta plume n’en trouve, que plus d’adresse. § Laisses venir et repartir tes neuf muses, Rien ne peut les retenir, si je ne m’abuse. Elles choisissent celui qui le cœur mis à nu, Prêt pour un instant à s’envoler dans les nues. §

84

Maximes
§ Mieux vaut se dire peu que parler, pour ne rien dire. Certains quand ils parlent ne s’écoutent qu’eux même. D’autres quand ils parlent perdent le fil de leur pensées. Un silence est évocateur plus que bien des phrases pompeuses. § Un homme averti de ce qu’il dit vaut bien des locuteurs fallacieux. Certains croient savoir, s’ils savaient ils verraient qu’ils ne savent rien. Celui qui veut savoir sait d’abord écouter les autres, pour commencer. Mieux vaut parler peu en laissant sous entendre, que beaucoup pour rien. § La facilité d’élocution n’est pas preuve d’intelligence, mais de mémoire. Le sot parle d’une multitude de choses dont il n’a nulle connaissance. Un sage souvent applique sa science que là ou elle peut alors être active. La difficulté souvent dans un dialogue est de réussir à se faire entendre. § Mieux vaut penser cent fois que de prononcer un flot de paroles désuètes. Une parole bien posée peut à elle seule devenir un monument de la pensée. Le sot débat en se croyant intelligent et le sage lui reste toujours humble. La vanité est le pire des murs pour l’avancée de l’entendement humain. § S’il faut dire quelque chose encore faut-il avoir des oreilles attentives. Les vaniteux sont sourds, à des valeurs qui ne sont pas les leurs. Un sage est respecté
85

par ce qu’il est connu, peu par son contenu. Sagesse n’est pas vue comme importante, puisqu’il faut s’oublier. §

86

Abolition
§ En vertu des libres droits d’expressions universels de l’homme, Moi le poète, le troubadour, je vous déclare et je vous somme: « A vous ces messieurs du gouvernement d’abolir les privilèges, Car c’est pour notre humaine condition que de trop sacrilège ». § Les Français ne naissent aucunement libres ou égaux en droits, Ni en dignité, c’est un mensonge qui aujourd’hui, trop se voit. Vous jurez des choses puis faites encore et toujours le contraire, Vos couleuvres laissent au peuple, un goût de plus en plus amer. § Il n’y a que trop de distinctions, d’opinion politique, et sociales, Trop d’appréciations par la fortune, ou de notre origine raciale. Pourtant tout individu à droit à la vie, c’est la déclaration qui le dit ! Mais la réalité ne rejoint pas du tout ce que vous disiez en théorie. § Vous vous dites des humanistes affairés, je vois des commerçants ! Qui sous de bons prétextes mentent comme des arracheurs de dents. Après la révolution ! On a dit « plus d’esclavage ni aucune servitude ». Ces mots « nos acquis de droit » ne seraient qu’une forme de lassitude ? § Rendre esclave ailleurs cela ne se voit pas et cela rapporte encore mieux. En manque d’emploi et d’espoir notre peuple surtaxé, n’a pas l’air heureux.
87

Dieu merci ! Ni la torture, ni les traitements cruels de nos jours, n’existent ; Du moins en notre France ou l’on a crée des besoins. C’est plus humaniste ! § Vous nous faites du chantage, par une sorte d’oppression psychologique, Sans coup, moins visible mais pour assoir votre pouvoir c’est plus pratique. Soyez vraiment des hommes dignes, représentants enfin notre si belle France, Elle qui ni pute ni soumise, croit à ses écrits républicains quoiqu’on en pense. §

88

Abnégation
§ Il n’y a pas de limite au droit d’expression diton, Arrivant à une multitude d’écrits, une profusion ; Notre époque ou l’on brandie croit-on, la liberté, C’est en fait qu’une apparente, effigie destituée. § Libre de s’exprimer, oui tant que cela ne dérange pas. N’est ce pas le plus gros mensonge avoué des prélats ? Sous la couche grasse médiatique se cache la négation, Règne désormais la confusion de genre d’expression. § Car c’est simple pour asseoir un pouvoir établit, Rien de mieux que laisser faire les scissions d’avis ; Se propager dans une multitude incompréhensible, Pendant tout ce temps, agir leur reste inaccessible § Si vous voulez exprimez un avis sur un sujet libre, Votre musique dans la cacophonie, même si elle vibre, Ne sera écoutée que par ceux qui amis vous entourent. Les autres seront eux quasiment à la musique sourds. § Alors croyez moi si vous voulez en toute chose réussir, L’amour propre de la liberté d’expression il faut bannir. Montrer une apparente tolérance avec tous, sans l’être, Les évincer ensuite pour s’imposer comme leur maître. §

89

Avarice
§ Chienne capable de manger sont propre vomit, Suspendant en l’air les bons moments d’une vie. Mère de beaucoup de maladies caractérielles, Rendant dur comme le fer, et amer pareil au fiel. § Celui qui la porte en soi, a bien souvent des aigreurs, Bilieux par nature et souvent ayant perdu son cœur. Empêchant de vivre simplement devenant teigneux, Envieux et pingre, et des autres alors si peu soucieux. § Elle se loge telle une teigne, dans toutes les humeurs, Grossissant inexorablement telle une mauvaise tumeur. Le seul remède abolissant cette horreur ? – La donation. Car oubliant l’intérêt, le Cœur refait son apparition.

90

Artefact
§ Si l’on vous dit que la vie ce n’est que de pouvoir tout avoir, Pour ne pas perdre votre élévation, il ne faut pas le croire, Si l’on est prisonnier des chiffres la tête ne tourne pas rond, Penser pour obtenir est pour l’esprit, une sorte d’involution. § Si l’on dit qu’il faut se ranger, pour ne pas avoir de soucis, Ne le croyez pas, le système est un monstre buvant votre vie. Enfermé dans des principes ? C’est être morose et impersonnel, Autant aller creuser soimême sa propre tombe avec une pelle. § N’hésitez pas à prendre du temps pour être libre de contraintes, Allez ! Reprenez de la liberté dans ce monde ou tout est plaintes. La nature est là ! Qui dans son calme reposant encore vous attend, On se sent si bien en sa divine présence, comme un petit enfant. § Tout est nécessaire ? Non ! si l’on ne créer pas soi-même le besoin, Car manger peu, bien dormir et aimer, sont trois principaux points. Le reste est artifice en brûle pourpoint, cela ne sert presque à rien. Vivre au jour le jour sans soucis, et mieux vivre ainsi étant serein. § Si l’on vous dit que le bonheur ce n’est que de pouvoir être, C’est simplement que dans la société tout n’est que de paraitre. Société, un jeu ou les personnes s’entassent, et ne sont que pions, Ils

91

tombent, et sont remplacés aussi vite que nous les oublions. § Alors souvent les artistes, ces parias qui vivants, on ne voit pas. Des rues portent leur nom un hommages ? Oui, mais ils ne sont plus là ! Pourquoi ? C’est simplement par ce qu’étant vivants, ils étaient gênants. On les fige alors dans un style ? L’absent a tort car il n’a plus de répondant. § L’art ? Un cri dans une nuit ou les hommes ne veulent ni entendre, ni voir. Une lumière, un phare dans une nuit profonde, ou tout n’est que désespoir. Libérez vous de vos chaînes, ne soyez plus de tristes automates en peine. Courez libres de penser pour être enfin vous-même, à en perdre haleine. §

92

Caritas
§ Le faux bon chrétien ne donne que de son superflu, Le véritable ne donne toujours que son nécessaire. Celui qui se vante est toujours celui le plus connu, Mais qui se tait, a vraiment reçu dans le baptistère. § Le pauvre paraît sale au chrétien qui chante fort, Mais vu comme un frère par celui à la voie claire ; L’un des deux, a le cœur comme un corps mort, Mais l’autre léger comme une plume jetée en l’air. § L’amour vrai n’est pas donné à tout le monde ; Il se fait même très rare, en une vérité de cœur, Car L’oeil de Dieu ; agissant comme une sonde ; Voit tous les pharisiens, dont l’amour fait peur. § Aime ton prochain comme toi même, a t’on dit. C’est oublier toutes ses différences et références, La société bien policée, est un monstre sans vie, Qui tue nos oubliés de la plus parfaite indifférence. §

93

Blessures
§ Il y a des plaies qui ne se referment jamais, Car L’amour peut-être une épée acérée. Surtout si le sentiment n’est pas partagé. La vie ne doit pas être un sacrifice de soi, § Le respect de l’autre devrait être une loi, Il y a des plaies qui mettent le cœur à vif, Surtout quand on l’a donné en étant hâtif. Alors un jour c’est la raison qui se rebiffe. § Manquer de respect à la bonne convenance, Ce n’est pas aimer vraiment quand on y pense, Donner de soi est certes un beau sacrifice, Sans oublier son amour propre sans sévices, Sinon ce n’est pas de l’amour ce n’est que du vice. §

94

Charité bien ordonnée
§ Croyez moi je sais de quoi je parle par expérience, Le don de soi doit se faire au mieux et sans défiance. Aimer c’est savoir donner sans aucuns arrières pensées, Donner de soi ou donner de l’argent ou alors un objet. § Certains donnent, mais que pour se faire de la publicité. § Non donner vraiment c’est aider, quelqu’un anonymement. Là ! C’est réussir un coup de maître qui n’est pas évident. Offrir un pétale rouge de sa vie rose pour rendre service, Donner une réponse à un appel, secourir quel doux délice. § Donner c’est offrir sans compter, pour aider son prochain. Secourir quelqu’un dans le besoin, et lui tendre sa main. C’est comprendre que la vie est pour tous si éphémère, Et que donner de soi, c’est de son cœur devenir prospère. §

95

Création
§ De la matière première peu à peu se réalise, La création par l’envie qui l’artiste attise. Née d’un idée elle apparaît en notre monde, Immortalisée de la pensée qui la féconde. § L’artiste en perd l’appétit et se trouve amaigri, Quand elle naît du talent qui lui donne vie. Ensuite une fois finie, cela était inévitable, Il tombe éperdument amoureux de cette fable. § La question qui reste alors toujours en suspend, C’est que la création est peut-être réellement, Une créature vivante présence qui se réalise, Quand l’artiste amoureux lui fait alors la bise. §

96

Errances
§ Plus je vieillis, moi le poète, et plus encore, j’y pense. A toutes les évasions faites en ma petite enfance. Voulant découvrir le monde de par moimême, Briser la convention, en la jugeant anathème. § Ces évasions toutes mes fugues quand j’y pense, Libertés volées qui me mettaient alors en transe. Voulant voir la nature sans le joug des adultes, Ouvrir de grand yeux pour que le cœur exulte. § Cette nature aujourd’hui, la retrouvant encore, Toute ma richesse, mon plus grand trésor. Elle me parle encore de mille et une façons, Du sentiment brut, sans aucune contrefaçon. § Alors oui ! Même aujourd’hui j’erre encore, Et cela de bon cœur sans aucun remord… Voulant encore voir avec des yeux d’enfant, Ce qui pour les adultes ne parait pas évident. § Mes errances, mes fugues, je recommence, Sans portable me foutant de ce que l’on pense. Car mes insertions sont de intimes relations, Tout m’est révélé, dans une forme de fusion. § J’oublie alors que je suis un être « dit civilisé », Les oiseaux eux ne parlent qu’au poète éthéré. Redevenant partie intégrante de ce grand tout, Je trouve alors que ce monde d’humain est fou. § Car la vie dans la forêt se fait en toute sérénité, Sans les bruits de klaxons, ni aucune publicité. C’est la paix et le calme pour un divin moment, Rouvrant mon cœur à ce qui dépasse l’entendement. §
97

Écrire pour ne rien dire
§ Il parait qu’écrire ne sert plus à rien et que l’on parle dans le désert, C’est ce qui laisse alors le poêle sur cet entrefaite un peu amer. Il y a des paroles qui fustigent bien plus qu’un fouet sur la roue, Car ces paroles viennent de ceux dont la raison se fout de tout. § Si écrire ne sert à rien alors nous sommes en plaine régression, Nous allons bientôt bannir la parole de notre soi disant évolution, Nous reviendrons à l’état primal qui se suffit du boire et manger, Et il ne faudra plus qu’un pas, pour alors se remettre à grogner. § Alors qu’on parle d’évolution c’est les animaux qui donnent leçon, Étant près du naturel ils sont en y regardant bien,bien moins cons. Nous on est capables de tout détruire et de la nature tout maudire, Pour croit-on nous suffire à nous même, pour bâtir nôtre empire ? § Si écrire ne sert plus à rien c’est que la conscience peu à peu s’éteint, Lumière qui en nous fait que nous ne sommes pas sur quatre mains, Et qui prouve que l’homme a une part en lui de ce qui est alors divin. Non écrire est faire jaillir de la nuit des temps ce en quoi est notre destin. §

98

Douleur
§ Si mon corps n’est alors pour mon âme plus qu’un carcan, Et si alors il n’y a plus rien à faire, pour moi médicalement, Laissez moi ainsi partir vers d’autres contrées, ailleurs, Sinon ! C’est que vous n’êtes qu’un docteur sans cœur. § Si tout est drogues pour de vaines désensibilisations ? Alors laissez moi reprendre, ma si naturelle ascension. Arrêtez ces machines hurlantes réveillant mes douleurs, Laissez venir à moi le repos divin, par un élan du cœur. § Si mon corps ne veut plus de sa liaison avec mon esprit, Le retenir en vie inutilement est une marque de méprit, Si la nature qui trop contrite, son petit enfant rappelle, La retenir de force c’est à elle se montrer fort rebelle. § Une souffrance perpétuelle c’est là ! L’enfer sur terre, Savoir être sage d’un jour pour libérer l’hôte de ses fers, C’est se montrer vraiment humain sans sermon d’hypocrite, Montrant que c’est bien Hyppocrate, qui votre cœur habite. §

99

Croisée des Chemins
§ Il y a des rencontres qui sont fort salutaires et donnent du bonheur, Et d’autres qui sont malsaines, et, apporte leurs lots de malheurs. C’est que voyez vous la destinée est une chose non préhensible, Des évènements surviennent parfois comme un battement de cil. § Seul le cœur en certaines circonstances peut être un bon guide, Parfois il ne voit pas que sur l’eau du destin, il y avait une ride. Les penchants du cœur ont certains effets que la raison ignore, Cela peut alors nous porter en certaines occasions bien du tort. § Savoir écouter le conseil amical sur une fréquentation entamée, Pourrait éviter le désagrément d’une personne mal intentionnée. Mais parfois on peut être au bon conseil, complètement sourd, souvent pour des raisons que l’on croyait d’amitié ou d’amour. § Alors si la croisée de votre chemin de vie croise un autre destin, N’hésitez pas à prendre le recul nécessaire pour voir tout le dessin, Car c’est bien connu on ne peut voir la chose étant trop prêt alors, Sinon on est mal averti de ce qui peut par la suite donner du remords. §

100

Enigma
§ Souvent, en face de moi je vois un drôle de gars, Qui semble avoir mes gestes, mais ne sourit même pas. On se regarde alors comme deux frères s’étant retrouvés, Son regard veut tant me dire, comme s’il voulait parler ; § Pas besoin d’élocution ses espoirs résonnent en ma tête, Je suis alors paralysé par sa présence comme l’est une bête, Qui devant son maître reste immobile attendant ses ordres, De sa main destre il range de ma tête le grand désordre. § Sifflant la musique qui me calme en cherchant les mots, Il me fait entendre tout ce qu’en l’être humain fait défaut, Mais qu’on retrouve s’émanant alors de cette divine nature, Quand je le vois, j’écris prestement sans faire de rature. § Il reste un mystère, une équation à double inconnue, Je ne sais pourquoi il me ressemble, si lointain si perdu ; Il parait que l’étudiant bien on peut voir tout un univers, Mais dans les miroirs il m’apparaît toujours à l’envers. §

101

Erratum
§ Après tout ce que l’on vous a si impudemment promis, Mais que vous n’avez même pas vu, prendre alors vie, C’est par ce que Nicolas le Petit est aussi un fabulateur, Ayant redressé la France, par de belle paroles de rhéteur. § Imposer ses conditions et ses choix ainsi à tout un pays, N’est pas acte que l’on dit mut par une réelle démocratie, Élections gagnées certes, mais a-il dument tout oublié ? L’autorité est bien mais si l’exemple pour soi est montré. § Il nous a fallu plusieurs Républiques pour en arriver là ? Droits de l’homme, principes que l’on ne voit encore pas. La preuve d’une intelligence c’est faire vivre la populace, Comme un seul être sans que le mords, trop alors l’agace. § Donner du mou pour qu’elle ne vous donne pas de coups, Car malgré tout nos progrès elle a encore besoin de vous. Le jour viendra ou il n’y aura plus de sénat ni de président, Ce jour là ! Elle comprendra qu’elle n’est plus un ruminant. §

102

Esclaves
§ Nous sommes dans une ère dite de modernité, Cela n’empêche pas la marche de la fatalité. Il y a tant d’espoir à pouvoir venir en France, Des gens promettent, une forme d’opulence. § Des femmes par milliers quittent leurs pays, D’Afrique,ou des pays de l’ancienne Russie. Leur promettant l’eldorado, ce sont des mots, Qui mettent alors leur raison, en porte à faux. § Une fois extraites de leur protection familiale, Elles sont rebaptisées par des sortes de filiales ; Leur passeport servant de monnaie d’échange, Devant pour rembourser plonger dans la fange. § Étant bafouées violées et jetées dans la honte, Devenant monnaies vivantes de grands pontes. Nous sommes dans une ère dite de modernité, Cela n’empêche en rien la marche de la fatalité. § Des esclaves à notre époque dite de démocratie. Si vous les voyez dans la rue tapinant pensez-y ! Elles ont toutes pour la plupart, de faux papiers, Le proxénétisme est un système si bien organisé. § Toute notre communauté urbaine ferme les yeux, Le malheur des unes, rendent les autres heureux. Souvent leur seule porte de sortie de fil en aiguilles, C’est l’overdose pour ne plus porter de talons aiguilles.

103

Fatalitas
§ Certaines choses se passent, comme il se doit, On ne peut retenir, du sable entre ses doigts. Mais une chose est bien sûre en tous les cas, C’est que de tout cela une leçon se retiendra. § Il n’y a pas de chance ou bien de malchance, Juste un flot d’évènements, quand j’y repense. Qui peu à peu vous forge l’homme en devenir, La vie c’est du bonheur mais pas sans souffrir. § Ne regrettez pas vos erreurs, elles vous aident, Savoir aimer se pardonner puis donner de l’aide. Les évènements marquent au rouge vos limites, Pour savoir, qui vraiment en votre cœur habite. § Il n’y a pas de hasard mais un flot continu de vie, Avec ses ennuis, des soucis, mais aussi des amis, Puis tant de sourires renaissants de leurs cendres, Pour que le bonheur de vivre on puisse apprendre.

104

Hérésie de Darwin (critique)
En reniant Dieu il n’a fait que du paralogisme… Je ne suis pas contre le principe de l’évolution à proprement dit. Mais je crois plutôt à une succession d’états par instinct profond et inconscient de vie, essence de la vie, que l’on retrouve en toute chose sur terre. Et non par les plus forts ou plus évolués si ce n’est qu’à dessein de pouvoir vivre, car le terme de force ou survivance des plus aptes est un illogisme pour plusieurs raisons. Les animaux survivent par ingérence, l’homme aussi il lui faut un apport qui est nutritif, viandes et légumes tout cela au détriment des autres espèces qu’il ne chasse plus ; mais qu’il élève dans des conditions souvent déplorables pour manger, après il se dit alors écologiste et « ne touche pas même à une fleur », marque d’une hypocrisie généralisée. L’aliment n’étant plus vu comme nourriture vivante ou ayant vécue, mais comme « une chose », un objet, ce qui endort alors la conscience que nous sommes des prédateurs « omnivores ». Tout ce nourrit de tout, ce n’est pas une question des plus aptes, ni des plus « évolués », bien loin s’en faut, à en voir les mouches qui ne sont pas si bêtes, ni si sales si on les étudie, on le comprend alors bien, elles empêchent des maladies de se repentent et ainsi
105

de décimer des populations d’Afrique par exemple, car elles nettoient. Darwin me fait sourire, avec son étude des animaux, puis et sur le fait qu’il ait cru que l’homme était à la pointe de cette soit disant évolution, de singes, où sont les bananes ? Non l’homme n’est l’homme que par sa structure d’ADN il se devait de devenir l’homme qu’il est, il n’est pas le fer de lance de l’évolution ; mais le plus à même d’avoir la conscience de soi. Donc le dernier maillon de l’évolution serait l’homme pour Darwin, ce qui est faux puisque toutes choses ont démarrées en même temps, un peu comme si on avait planté la vie sur le sol terrestre avec un dessein, une prédestination. L’esprit vital est dans chacune des espèces, et elles deviennent ce qu’elles sont devenues, par ce qu’elles devaient le devenir il me semble, ce qui prouve une différence fondamentale de départ pour chacune pour la suite en de lentes mais sûres transmutations prédestinées. Disons que toutes espèces sont parties du point 0 en tant qu’êtres unicellulaires, pour devenir chacune en se réunissant et se spécifiant ce qu’elles sont maintenant, classées en trois grands schèmes, l’animal, le végétal et le champignon, et cette base qui est commune, est le tronc de notre arbre de la vie. Donc elles sont toutes parties du même point commun qui est la vie elle même, chacune sont devenues ce qu’elles devaient devenir, comme si elles suivaient un schéma, un sens donné à leur « arrivée » actuelle propre. Evolution saccadée, par une sorte de modification de la structure, mue comme par une intelligence
106

invisible, modifiant ce qui est bon à la survie d’un être et diminuant ou atrophiant ce qui empêche cette même survie, ce qu’on appelle pulsion modifainte par l’instinct. Les mutations en paliers ce n’est pas la même chose qu’une évolution linéaire, preuve d’une impulsion involontaire de l’inconscient donnée à un moment capital pour chaque espèces, et non plus des plus aptes, mais réellement alors des plus malléables à cette commune énergie de vie mouvante, pour mener à un stade dit supérieur, celle de la conscience de soi, propre à l’homme malgré qu’il la gâche bien souvent. Ce n’est donc pas une évolution mais une montée d’escaliers successifs allant de l’inconscient au plus conscient de soi, et de la vie elle même ressentie, comme si l’esprit mouvant toute vie tendrait à vouloir ainsi « se sentir » vivre. Là dessus, je rejoint Teilhard de Chardin qui est un auteur à lire absolument. Etre croyant ne veut pas dire croire en écoutant comme le pourrait un simplet quoique cela arrangerait bien des choses et m’empêcherait ainsi d’avoir des maux de tête. Les contes mystiques restent dans la mystique, c’est à dire très difficilement sondables, cela reste obscur, mais étudiez les points communs de toutes les religions alors vous verrez se dessiner des choses fort communes et troublantes, comme les interprétations d’histoires sont communes à notre humanité, il faut pour cela étudier toutes religions sans aucun préjugé. Elles ont des nœuds à défaire, ces nœuds, pour les défaire il faut une volonté à vouloir voir, en un commun de toutes nos ressemblances et appartenances, et le fait de sentir l’omniscience de la
107

vie que nous appelons tous par différents noms, mais qui est une même et unique chose, la vie c’est alors Dieu lui-même. Le but réel de Darwin était de contrer l’église catholique ; par une idéologie athée menant au déni de soi, et d’une quelconque appartenance mystique au grand tout, en banalisant ainsi l’être humain vu que comme un singe dit « évolué ». Il lui en a enlevé sa supériorité de par création divine, en lui enlevant soit disant ainsi l’esprit qui alors s’en est trouvé plus troublé qu’autre chose, et en rejetant notre quête dite intérieure propre à chacun de nous, croire alors n’étant plus une nécessité pour ne laisser qu’un grand vide sans rien alors à y déverser. Pour ne laisser place qu’à une supériorité d’athée vision encore plus floue dans le néant, forme de foi par réfutation de tout mais réfutation dite alors plus rationnelle presque palpable, comme si penser l’était. Mais vision pas plus stable que les pontifes, tout aussi matérialiste au fond,ne laissant à l’inconscient qui de plus en plus grandissant jusqu’à faire trop d’ombre à ce nouvel homme, voulant vivre sans aucun dieu et se croyant sans aucune âme, mais pourtant croyant au hasard. Par sa peur prononcée de l’invisible,et de l’inconscient qu’il réfuta alors, pour ne mettre la population que dans un nouveau « dogme de matérialiste manichéen ». Théorie non réfutable alors que le mot théorie l’est dans son étymologie, chose intellectualisée sans aucun Dieu si ce n’est que le dieu du hasard, sans aucune volonté omnisciente qu’il recherche mais pourtant qu’il réfute, car elle est devenue alors si gênante pour sa conscience, qui alors n’en est que plus autodestructive.
108

Annihilant tout l’espoir de survie, par déni de conscience de vie en commun, pour une nature alors désespérée dans laquelle il baigne ; et dont il tire pourtant sa subsistance. Et ne plus croire en une création de base, et en une base commune pourtant flagrante, c’est ne plus rien respecter, puisque les tabous préservant la vie de la communauté la maintenaient, et la stabilisaient, l’athée pur peut vouloir tout détruire prétextant haut et fort, que rien n’est alors. L’Athéïsme est l’annihilation de l’amour de la vie ne portant alors qu’à la destruction de tout. Même si la création décrite par la bible reste floue, et aux interprétations si multiples, souvent vues sans aucune profondeur que comme des fables, par des gens ne voulant aucunement avoir de la profondeur puisqu’étant que religieux et souvent superficiel et intéressé, mais l’homme pourtant rêve encore à un ailleurs car il a malgré lui, une part profonde qui reste aussi insondable que les mystères de la vie. Il n’est pas fait pour se laisser porter à croire à une lente évolution, qui serait alors le fruit que du pur hasard, hasard qui ferait si bien les choses, comme si le hasard devenait une présence donc une nouvelle omniscience, l’homme a besoin d’avoir foi, puisque l’homme croit en sa bonne étoile quand il joue au jeux d’argent, pourquoi dénier ce Dieu si gênant de tout son cœur aujourd’hui ? Puisqu’on est là à penser, à écrire et à débattre, n’est ce pas la preuve d’une certaine conscience s’étalant par l’écriture, le verbe et non mue d’une certaine autosuffisance régie par le chaos ? Pourquoi ne plus se sentir faisant parti d’un ensemble vital,

109

mais que pour que peu à peu nous détruisons alors tous, et toute forme de vie sur notre si jolie terre ? L’homme est malgré lui dans un ensemble régit par la vie, sur une terre qui peu à peu dépérie, nous ne sommes conscient que de nous même pour l’instant, vision que trop nombriliste menant à notre perte. Mais si l’on prend réellement conscience de notre universalité d’avec les animaux, les plantes, la terre, la vie, vue d’un point créationniste mais non décérébré, mais une création qui se veut de volonté céleste,donc venue certainement d’autres mondes, par des célestes. Volonté de donner la vie pour la propager peut-être la en l’univers par des anges, d’autres consciences, et que toute la vie sur terre est donc importante à un même niveau dont nous seuls avons conscience sur terre, alors nous prendrions peur de ce que nous faisons subir à toutes les formes de nos vies. L’homme a la responsabilité de cette terre, dont il provient par volonté et non par hasard, car sans la saine spiritualité, par une vision cosmologique ni par ouverture de soi vers l’autre, il ne peut alors que tout détruire.

110

Paroles Lancées
§ C’est du vent mais toutes paroles ne sont pas inutiles, Pour être entendu encore faut-il être homme habile, Car une oreille même attentive retient si peu, Des conseils donnés on est si vite oublieux. § Ce qu’il faut c’est du feu dans le langage, Si cela est vue pour certains comme outrage, Tant pis, l’humeur est souvent suivit de l’oubli. Car à d’autres de bons conseils ont alors servis. § Être terre à terre en ce que l’on dit ne suffit plus, Il faut de l’oraison chantante être alors perclus ; Car il faut du rêve pour laisser une empreinte, Pour une situation que l’on a alors dépeinte. § Un message est une bouteille jetée à l’eau, Qui suit le flot de la raison de par des mots. Chacun fait alors partie intégrante de l’imaginaire ; Ce qu’il faut c’est être compris un jour sans en avoir l’air. §

111

La Bouche vénimeuse…

L’Hypocrite
§ Sous un air de rien et emprunt de nonchalance, Avec une douce musique de condescendance ; Avec un beau sourire polit comme paravent, L’hypocrite chuchote alors entre ses dents. § Car ne vous fiez donc pas, aux apparences, Mais ayez donc ! Plutôt de la méfiance. Dans vos propos ou votre façon d’être. La fausse amie sa bouche ! Rien ne l’arrête. § Dans le dos, vous rhabille pour l’hiver ; Sans scrupules par des propos pervers. Avec son jeux de rôle, une fausse présence ; Elle tisse ses idées noires pour votre sentence. §

112

La Haine
§ Souvent l’homme, est pour lui-même son ennemi, Reportant sur tous les autres son propre mépris. Fait des différences pour se mettre en valeur, Oubliant alors le sens capital du mot honneur. § Se créer des ennemis qu’il voit de partout, Xénophobe à en devenir complètement fou. Il s’inscrit alors, dans des partis d’extrêmes, Et de l’humanité devient l’élément anathème. § Souvent son excuse est la religion sans pardon, Chose qui n’existe pas, mais qui est son bastion. Ce qui le fait mal agir, c’est sa folle incompétence, D’être simplement homme, par désir de puissance. § L’homme à lui-même souvent son propre ennemi, Sa haine des autres comme un cancer le détruit. Car la haine raciste, est une maladie mortelle, Laissant à l’humanité toujours des séquelles. § Il faut ! Une volonté commune menant à l’unité, Pour que jamais la guerre ne redevienne réalité. Même si notre humanité est encore un petit enfant, Elle doit se prémunir de la haine de certains éléments. §

113

Ignorance
§ Quand dans grande foule informe vous prenez un bain, Vous vous rendez compte de ce monde fait de chagrin ; Ou chacun ne voit dans la masse que son soi même, Faisant du coude et d’un seul sourire étant si blême. § Et oui ! Le monde est ainsi ne vivant que pour lui, Chacun pour soi et dieu pour tous, comme on dit. Le marcheur se sent seul dans ce bain de foule, Paradoxe anormal, qui vous met bien les boules. § L’utile et l’agréable n’est que frénésie des achats, L’homme esseulé, triste lui ne se voit souvent pas ; C’est seulement dans une ruelle calme que l’on voit, Toute la misère de ce monde, de l’homme sans toit. § Acheter, pour se sentir mieux, illusion du moment, D’une plage de fausse liberté, gérée par des géants ; Où l’homme tombe comme on tombe dans une impasse, Tout en vivant qu’en égoïste, en attendant qu’il trépasse. §

114

La Jalousie
§ Chose vile, noire passion de l’âme que certains exultent, Et de la saine raison ainsi à grand tort ils s’amputent. Car voyez vous quand la jalousie sort de ses gongs, C’est souvent crocs et griffes qu’alors nous voyons. § Bien mauvais défaut qui provient d’insuffisances, De sautes d’humeurs et d’une sorte d’inconstance, D’un manque d’application sur eux même si avéré, Menant par un certain dépit à cette monstruosité. § Pensée que beaucoup cultivent à tort en leur jardin, Et qui pousse si vite comme du chiendent malsain, Empêchant le bouton de la rose d’amour de fleurir, S’écorchant eux-mêmes de ce qu’ils peuvent dirent. § Car voyez vous la jalousie mange toute intelligence, Et fait devenir sot, et cela plus vite que l’on pense. Il y a toujours meilleur que soi et toujours plus beau, Perfection, ne se verrait pas sans quelques défauts. § Vouloir tendre au meilleur doit se faire sans médire, La pensée humaine pousse par l’humus du ressentir, Main dans la main par une vision humaniste pour éclore, La tige encore frêle que les passions humaines abhorrent. §

115

In situ
§ Partir peut semble être une des meilleures solutions, Pour vouloir se trouver, de meilleures résolutions, Croyant échapper à soi-même par échappatoire, Ce n’est pas la réalité sur soi, vouloir alors voir. § Partir pour un ailleurs utopique ou tout va mieux, Pour ne plus vouloir voir ce qui est devant les yeux ; Cela ne résout pas le problème qui reste lui au fond, Et qui ressort un jour sans que nous ne le voulions. § Tout le monde a ses rêves qui sont souvent ailleurs, Dans des endroits qu’à tort on croit alors meilleurs, C’est dans le fond notre cœur que l’essentiel reste, La raison a ses idées que l’instinct alors conteste. § Souvent croyant trouver mieux on retrouve encore, Ce que l’on ne voulait pas en soi, et qui portait tort ; Tout est une question de changement d’état d’esprit, C’est cela qu’il faut commencer à changer à mon avis. §

116

La Perte
§ Souvent la perte ne se ressent que quand elle est définitive, Car il est bien des choses dont les évènements nous privent. Auparavant on l’ignorait sans savoir pourquoi complètement, Car quand on possède, l’ingratitude règne alors c’est évident. § Celui qui est heureux est celui qui sait se contenter de son peu, Encore faut-il avoir affaire à un cœur qui est vraiment valeureux. Bien souvent celui qui a ne se rend même pas compte de sa chance, C’est la perte qui lui fait voir de ses choses alors toute la consistance. § Heureux celui vivant au présent de ce qu’il a et non de ce qu’il espère, Il est le roi du moment vécu comme il se doit et n’est donc pas amer. Même perdant en ses quêtes il sait se montrer à l’instant reconnaissant, C’est ce qui le fait mouvoir que par le cœur, et être alors si différent. § L’attachement aux choses est si on sait le voir qu’une vaine chimère, Car tout se transforme, se fondant mais jamais vraiment ne se perd. Seule la joie de vivre est un trésor inestimable à celui qui sait voir, Sans cette vue intérieure il reste alors être se débâtant dans le noir.

117

§ Alors même si l’on peut perdre bien des choses dans nôtre vie, Sachons garder l’essentiel qui est l’instant de vie qui nous sourit. Car les choses matérielles ne sont jamais des choses définitives, Mais le sentiment est la force qui en nous même nous active. §

118

Apparences
§ Depuis que j’ai eu conscience en ma tendre enfance, Que mes yeux ont vu toutes nos satanées différences. Alors la déception fut grande et la chute fracassante. Pour moi enfant toutes personnes étaient équivalentes. § Il semble que seuls ceux qui brillent de titres ont place, Les autres pour s’en faire, se doivent d’être forts loquaces. Ce n’est pas par une sagesse avérée comme une évidence, De ceux qui en ont ; qui fait une quelconque différence. § Non ! Il semble fort cela sans aucunement me méprendre, Que l’opinion publique parait au bourge comme à vendre. Il croit sans fléchir qu’elle ne respecte que les notables, Et qu’elle mange par leurs largesses le reste de sa table. § Depuis longtemps à cœur meurtri mais toujours vaillant, J’ai compris que c’est nôtre monde qui est resté un enfant. Qu’il se croit libre et égal et en fait son amende honorable, Mais qu’il dépend de ses dirigeants aux cœurs affables. § Malgré les droits de l’homme qui prennent notre défense, Il y a trop de castes et de fortes différences de naissance. Opinion ! Pourquoi caresses tu de ta main frêle ces fauves ? Alors que c’est par ton labeur que de la faim tu les sauves.

119

§ Et quand le danger t’envoie alors pour la nation à la guerre, Eux te déplace comme sur un échiquier et font bonne chair. Pourquoi idolâtres tu des nains que tu prends pour des géants ? Comme si par ton passé de servitude tu n’avais pas compris. § Il est temps de faire table rase de toutes différences sociales, Et que l’on arrête d’appeler le bien de tous ce qui est un mal. Que chacun soit vu par ses valeurs morales et intelligence ; Et que la sagesse soit pour l’état l’unique et capitale instance. §

120

La Douleur
§ C’est une chose vécue qui par d’autres souvent incomprise, Car elle n’est ressentie, que par celui a qui elle fait la bise. Souvent elle est par la gente sous estimée, prise à la légère, Car ceux qui vont si bien et en ont donc de vous rien à faire. § On peut vous la faire compter sur une échelle de un à dix, En oubliant que bien souvent elle a encore des numéros bis. Les autres peuvent vous dire que vous ne faites que geindre, Mais quand ils souffrent alors juste un peu il faut les plaindre. § La douleur est une chose vive qui en soi-même est bien ancrée, Elle peut être latente ou présente et vos humeurs alors titiller. Tison rouge pour le poète maudit, qui tous les jours la revit, Libérant ses mots dur comme du fer sur les choses de la vie. § Elle peut être chose mentale, ou bien physique peu importe, Elle est pour l’esprit qui se libère toujours une même porte. Il y a des mondes ou la douleur n’existe alors plus pour moi, Juste en marchant en méditant on peut voir ce qui ne se voit. §

121

Euthanasie
§ Quand l’animal souffre trop, on lui offre la bonne mort, Sans lui demander son avis, est ce un bien ou un tort ? Quand un homme souffre et réclame de se faire la belle, C’est devenir à l’éthique de notre belle société, le rebelle. § Pourtant quand on voit souffrir une bête, on en prend pitié, Et on trouve tout à fait normal, de vouloir alors l’euthanasier. C’est mieux ainsi se dit-on, car elle ne souffrira plus le carcan. Mais l’a t-elle exprimée cette volonté de partir en s’exprimant ? § La volonté de quelqu’un de partir est un mal si l’on obtempère ? Sa survie n’est due qu’à des machines qui le blesse et l’enserrent. Hyppocrate ne laisse vivre, qu’entre souffrances et la morphine, On ne le bouge plus que pour nettoyer les escarres de son échine. § Un crime ? donner enfin la liberté au papillon de sa chrysalide, L’odeur devient insoutenable tellement elle est chose putride. Quand un animal souffre de trop, on lui offre la belle mort, L’offrir à celui qui la réclame, n’est je pense pas un tort. §

122

La Folie
§ On dit qu’un tout petit peu de folie, embelli la vie, C’est que c’est un peu chose vrai, quand on le vit. Voyez vous la folie si elle est alors passagère, C’est l’instant joyeux, parfait pour nous plaire. § Un petit brin de folie dans des moments de vie, C’est un un brin de lavande, laissé sur le parvis. Sentie dans on s’ennuie, pour vouloir s’amuser, On la laissons entrer dans le logis de la pensée. § La folie légère brise les ennuis et fait sourire, Elle fait fondre souvent toutes les idées de cire. Quand elle tient trop un homme entre ses mains, On dit le bougre déraisonne et a alors un grain ! § Là ! C’est triste car sa folie est chose constante, Ses exubérances font rire et pitié en sa présence. Et si le fou ne peut sortir de son monde personnel, Le risque est qu’au bâti de sa raison il se fasse la belle. §

123

La Vue
§ La vue est chose trompeuse malgré ce que l’on pense, Elle est une coupe pleine de malice et de manigance. La vue est une chose bien trompeuse qui se joue des sens et pousse dans des délires et rend fou. § La vue voit ce que l’imagination lui décille, Mais elle la force, jusqu’à dilater la pupille. Nous ne voyons que ce que nous croyons voir, Comme l’aveugle touchant un mur dans le noir. § En fait toutes les réalités sont kaléidoscopiques, Alors que notre humaine vision, n’est empirique. D’ailleurs on le sent bien, il y a bien autre chose, Ce qui fait souvent se sentir ému et tout chose. § Le poète l’exprime à sa façon et bien d’autres aussi, Car nous ne voyons, mais ne sentons qu’avec des si. N’étant pas des éthériques, la perception reste cyclique, La vue de l’esprit inaccessible reste une chose quantique. §

124

Le Glébeux
§ Sitôt sorti du limon, de notre terre nourricière, Il voulu lever aux cieux, son front trop fier ; Ayant connu, du bien et du mal la nuance, Il voulu lui juste sorti, jeter de la défiance. § Comme on ne peut passer d’enfant à adulte, Ni de sage, tout en étant encore un inculte ; Il fît les frais de son passage l’ayant forcé, Voyant alors toute sa honte, comme nudité. § Savoir sans grandir, mène à la mort certaine, Connaitre est un poison qui alors se déchaine, Menant à une solitude l’être qui désobéissant, S’est détaché du grand tout étant alors enfant. § Seule la grâce donnée par Christ alors efface, En son corps d’homme toutes vilaines traces, De cette désobéissance, sa honte ancestrale ; Qui le fait en son cœur se sentir alors si sale. § Pour qu’à nouveau il s’élève, le cœur léger, Vers le grand tout son père lui ayant pardonné. Ayant enfin retrouvé la divine vue de son cœur, Et connaître sans souffrir d’être vivant, le bonheur. §

125

Le Paria
§ La société est une drôle de créature avec ses singularités, Si l’on n’est pas fondu en son moule elle fait son inadmissibilité. Ne pas être inclus, ne doit pas être vu comme valeur d’échec ! Car comme l’oiseau qui bataille donnant plein de coups de bec ; § Il faut savoir prendre son propre envol malgré ses différences. C’est par les nuances que la nature est belle quoiqu’on en pense. Ne vous laissez jamais mettre à l’écart et surtout si vous gênez, Malgré de premiers refus, c’est ainsi que progresse la société. § Les différences créent peu à peu tout nos progrès dits évolutifs, C’est ces foutus préconçus « valeurs du sur place » qui devraient être vus comme rébarbatifs. Courage donc à tous ceux qui sont différents ! Persévérez encore et encore. C’est vous ! Qui par la nouveauté apportée, valaient de l’or. § La société se cantonne dans un confort facile, les bras baissés, Qui force de n’avoir, ni goût, ni couleur, ni formes disparates, Finie par m’ennuyer, et vous aussi, vous le savez… Le poète lui se moque des tableaux fades, de type grisâtre un fondu monochrome. Sachant que les créations atypiques, sont pour nous tous comme un rhizome. §

126

Le Monument
§ Tel un géant de la littérature, le poète l’ignorant, Mourant inconnu pour revenir en un monument. Sa vie faite que de misères, si humble pour l’œuvre, Choisissant la plume sans en devenir le manœuvre. § Ne voulant pas être un asservit, en paya fort le prix, Méprisé par un public encore vert subissant le dénie. Telle l’œuvre d’un oublié de la vie, lui ce revenant, Dont l’œuvre est érigée jusqu’au ciel maintenant. § Souvent le poète se senti si seul, en ce bas monde. Lui le solitaire, source intarissable d’idées fécondes. Mal vu d’avoir un pied, sur terre et un autre au ciel. A la soumission inconditionnelle se montra si rebelle. § Sachez-le ! Toute œuvre est une chose impérissable. La vision d’un poète fou est une pierre inaltérable. Seul un ange est apte à entendre l’entier de ses vers, Et de vous seulement si votre cœur est assez ouvert. §

127

La Marionnette
§– La religion, le système social, et politicoéconomique, Fatras conté qui pour l’individu est alors un viatique. La persona s’efface pour que l’on pense plus par soi, Mais que l’on vous fasse bouger, par des fils de soie. §– Le système dans lequel on vit est une pièce de théâtre, Par l’enfance et l’éducation dont on ne peut se débattre, Etre un sujet de plus du système, se laissant manipuler ; Ensuite travail et soumission ne font que le confirmer. §– On est alors pris dans une belle histoire de vie méritoire, Soit disant par la rétribution du plus travailleur de l’espoir, Et au châtiment du sujet le plus rétissant à se laisser ficelé. Certaines marionnettes, sentent bien ce qui les fait bouger. §– Le mariage et ses besoins pour survivre scelle le contrat ; La marionnette humaine on la fait chanter, les soirs de galas. Notre nécessité commune garantie cette pièce en trois actes, Education, religion, famille et notre politique comme entracte. §

128

La Lumière
§ La lumière étant seule, dans le noir profond de sa solitude, A vu s’offrir à elle la matière inerte pour briser sa turpitude. La traversant alors pour se sentir animée enfin par la vie, Passant du simple au multiple brisant alors son triste ennui. § Des graines du sol fertilisé, naquis le principe élémentaire, Pour que l’essence vitale jaillisse alors de toutes les pierres. Incluse dans l’architecture de tout l’élément vital composé, Telle notre flore, et puis la faune qu’elle fait encore chanter. § Du mouvement ascendant elle continu à travailler sa matière, Car elle a l’art des choses qui ne se voit, et tout le savoir faire. D’elle jaillit la conscience de notre appartenance universelle, Son but est d’éclore, sachant enfin que nous venons tous d’elle §

129

La Paresse
§ Drôle de vice que tout le monde prend à bras le corps, Quand une raison opportune ne nous donne pas de tort. Délice à deux, fait de caresses et de bien de tendresses, Mais qui vécu seul ne se voit que comme une bassesse. § Désir langoureux de rester enfouit, au fond de son lit, Ne voulant pas se lever par un manque certain d’envie. Certains riches, en abusent mais pour eux c’est bien vu Par contre le pauvre, lui par cette chose est un malotru. § Comme quoi les défauts peuvent être de la bien séance, Pour certains, et pour d’autres preuve de leur décadence. Alors que de paresser qu’un peu en fin de semaine venue, Est un instant, à qui l’on souhaite toujours la bienvenue. § Sache choisir ta naissance pour et l’on te fasse déférence, Car le même mot est alors, selon la caste de ta prestance, Synonyme de vice ou bien chose bien tolérée par la gente, Le défaut n’est pas vu pour celui qui a de bonnes rentes. §

130

L’Envolée Bleue
§ Tel l’oiseau libéré de toutes ses chaînes, Qui se sont brisées du poids de ses peines ; Par toutes ses passions qui enfin oubliées, L’oiseau le cœur léger peut alors s’envoler. § Il ne doit pour cela avoir aucun souvenir, S’il ne veut être mis en terre et y mourir, Pour chanter serein il monte seul au ciel, S’inspirant des couleurs de l’arc-en-ciel. § Tel la pensée libérée de chaînes humaines, De tous ses soucis et de toutes ses peines ; Ayant alors trouvé le sens au mot paisible, Il peut enfin accéder, à tous les possibles. § Car l’oiseau est un être au cœur solitaire, L’amour en son ciel d’azur servant d’amère ; Il peut être père, ami, amant ou bien mari, Pour toutes celles qui passent alors sa vie. §

131

L’Aube des Temps
§ A l’aube d’un jour nouveau pour notre humanité, Avant qu’elle ne se soit complètement réveillée, Je voudrai vous dire ces quelques paraphrases… A vous mes lecteurs pour vous mettre en phase. § Imaginez un monde sans cruauté ni égoïsme, Je sais qu’actuellement c’est encore de l’illogisme, Mais essayez de voir cela juste un court instant, Malgré que cela ne soit pas du tout évident. § Un monde ou le partage serait l’acte absolu, Où il n’y aurait plus aucun méchant parvenu. Et où nous pourrions tous manger enfin à satiété, Ayant le cœur heureux pour le même air chanter. § Plus aucune misère, plus de dénigrement social, L’intérêt étant de lutter contre tout ce qui fait mal. Récompensant ceux qui donnent de leur nécessaire, Devenant pour la juste cause, nos véritables pairs. § Imaginez qu’un jour nous puissions comprendre, Que la terre a un cœur qui bat et qu’il faut l’entendre ! Alors nous voudrions tous devenir des non-pollueurs, Pour que la nature devienne notre plus grand bonheur. §

132

Nuit Glaciale
§ Il est mort cette nuit,sans déranger personne, Le froid peu à peu s’est glissé en cet homme, C’est qu’il est si facile de donner l’aumône, Pour que la raison se tape alors un somme… § La nuit le froid meurtrier a mordu sa chair, Mais il n’avait donc ni frère ni mère ni père ? Alors on l’a mis dans un grand emballage. Mais pas pour le mettre sur un bel étalage… § Non ! A Noël on ne vend pas de la misère, On préfère les cadeaux à la vision d’enfer. Car l’enfer diton n’est pas sur terre non ! Regardez briller guirlandes et lumignons… § Il est parti le pauvre vers sa terre inconnue, J’espère qu’il n’aura plus froid, ah si j’avais su ! Je lui aurai donné mon foutu manteau hier soir, Quand je l’ai vu se coucher dans son désespoir. §

133

Absence
§ Perçue que si une âme proche n’est plus présente, Un vide occasionné dans l’être, paraît chose évidente. Bien souvent pleins de souvenirs, on se remémore, Avec les bonnes choses et aussi parfois quelques retors. § C’est un peu comme perdre une partie de soi, Une case blanche vide dans ce qui pourtant ne se voit. Perte au ressentir qui peut être l’élément déclencheur, Au poète ou l’écrivain, écrivant alors de tout son cœur. § Dans ce cas la plume trouvée devient un exutoire, Et elle évite ainsi d’avaler toute cette encre noire. Car l’écriture refait prendre vie à tous nos souvenirs, Elle est à la parole humaine le temple, de son empire. §

134

Chimère
§ Cette nuit ne fut qu’une tempête de souvenirs, Comment t’oublier toi que j’ai aimé à en mourir ? Ton visage tel une chimère me paraît immortel, Malgré les années tu me parais toujours si belle. § Pourquoi viens tu me hanter dans mes songes ? Cette romance mon cœur meurtri, encore ronge. Et pourtant nous nous sommes à jamais déchirés, Dans mes nuits de fièvres encore tu réapparais. § Tu as choisis trahison, je n’ai pas choisi le pardon, Rebelle, je t’ai donné à l’époque une bonne leçon ; Celle de te faire voir que je pouvais aimer sans toi, Me jetant dans ces autres bras, et que cela ce voit. § A croire que notre amour en haine s’est alors muté, Ayant jalousie en commun sans arrêter les hostilités. Mais le court de l’existence, reprend alors ses droits, On dit que page d’un livre tournée jamais ne se revoit. § Pourtant il doit nous en rester quelques lignes encore, Pour que ce feu nocturne, parfois encore me dévore. Ne peut-on aimer vraiment alors qu’une seule fois ? Mon existence n’a en l’amour jamais cette même foi. § Non je ne peux croire que je sois ainsi marqué au fer, Que ton prénom apparaisse sur ma peau écrit à l’envers, Revenant à l’endroit de mes songes, ou tu

135

revis alors, Toi que je ne cesse d’aimer, tout en me faisant du tort. § J’appelle mes muses pour que tu sortes de mes envies, Rends moi mon bien toi qui n’es même plus mon amie. Laisses moi en paix car je sais que tu n’aimes personne ! Ton cœur c’est pour ta propre personne, qu’il résonne. § Laisses moi donner à une autre sans masque de parodie. Mon cœur amoureux qui mérite d’être libre aujourd’hui. Toi qui ne mérites pas que je me souvienne encore de toi, Surtout en touchant cette hanche douce comme la soie. §

136

Maximes
La philosophie c’est prouver qu’il ne faut pas lutter inutilement contre l’inertie de la pensée, mais plutôt laisser des pierres sur une voie à suivre pour ceux qui veulent s’en sortir ! L’ignorance ne tue pas mais empêche de voir bien des choses si évidentes pourtant souvent posées par la providence, si près de soi. La fainéantise est un défaut qui se cache sous le masque d’une fausse bonne volonté. Travailler n’est pas dans la nature de l’homme, c’est un supplice pour son corps et son intellect, sa nature est de ne vouloir faire que le strict minimum imparti. Ne rien faire et ne rien désirer sont des voies qui mènent si facilement à la débauche et à la sottise. Motiver un paresseux à faire quelque chose de sa vie, est tout aussi difficile que de déplacer des montagnes. L’entretient de l’intellect ne va pas sans entretenir aussi son corps par de la culture physique, l’un et l’autre se supportent conjointement dans la mesure du possible. Le corps est l’expression du langage de l’esprit, il est non verbal mais visible et tout aussi évocateur. Celui qui sait parle peu, et celui qui ne sait pas, ne se fait que pompeux.

137

Mes Mots d’Adieu
– Adieu mignonne, je m’en vais très loin, pour ne jamais non jamais plus te revenir. Tes larmes sont certes la preuve irréfutable, d’un de tes plus beaux repentir. §– Mais je ne peux pas supporter, d’avoir été encore une fois de plus trahi. Non seulement par toi ma jolie, mais par ce tuméfié, mon meilleur ami. §– Je ne prends que quelques affaires dans ce triste bagage en tissus… Nos photos, nos objets, je te les laisse désormais, car je n’en veux plus. §– Ne crois pas, n’espères pas, que tu auras de mes nouvelles un jour… Pour toi, et tes vaines complaintes, je suis à jamais devenu sourd. §– Adieu mignonne, je te laisse, fais ce que tu veux de ta vie désormais. Je m’en fou, aujourd’hui tu peux faire alors, tout ce qu’il te plait. §– Vu que tu as commis l’acte irréparable, plaie qui jamais entre nous ne cicatrisera. Tu peux dans ces draps que tu as tourmenté, te donner, te vendre alors à qui bon te semblera. §– Reprends donc toutes tes larmes de soie, Car désormais, je ne peux plus te souffrir. Ne regrettes pas la mise à mort de notre idylle, tout juste après l’avoir bafoué et vu mourir.

138

§– Pour nous deux il est trop tard, car mon cœur pour toi n’est qu’amertume. Tes pleurs n’ont pas plus d’effet, que l’eau sur une plage par son écume. § Une autre m’attend, au loin dans un hall de gare, pour toi, aujourd’hui tout est trop tard… Mais pour elle, tout n’est que douce oraison, alors que toi tu n’es que paillettes et fard. §– Elle qui n’espérait que le simple réconfort, des lettres d’un ami que l’on croyait lointain. Peut désormais savoir que c’est elle alors, qui en marchant retiendra ma main.

139

Le Fou
§ On dit qu’un peu de folie, embelli notre vie, C’est ce qu’il y a un peu vrai quand on le vit. Voyez vous la folie si elle est alors passagère, C’est souvent chose pour ne pas nous déplaire. § Un petit brin de folie dans des moments de vie, C’est un brin de lavande laissé sur le parvis. Appelée quand on s’ennuie et voulons festoyer, Nous la laissons aller à parler sans pour parler. § La folie légère brise l’ennui et donne le sourire, Elle fait fondre souvent toutes les idées de cire. Mais quand elle tient un homme entre ses mains, On peut dire qu’il a plus qu’un brin mais un grain. § Là ! c’est chose bien triste car sa folie est constante, Ses exubérances font rire mais pitié en sa présence. Et si le fou ne peut sortir de son monde personnel, Il risque fort qu’à la raison il se fasse donc la belle. §

140

Les Mots sont des Images
Les mots posés comme des papillons sont des images Nébuleuses transformées en des mots et des phrases, Les lettres viennent et s’en vont d’en haut crescendo Coulant ainsi de la plume vers le bas un torrent d’eau. § Les phrases peuvent être blanchies d’un feu ardent De douces volontés, et de souffles de soupirants, Ou plus terre à terre créées alors en ordonnées A bâtir mathématiquement tout un état de faits. § Les mots sont toujours tous faits d’images, Qui même en l’air ne sont parfois pas sages, Mais des fois ils font mal, ces impalpables Si portés au cœur on s’en sent misérables. § C’est du souffle divin, inspiration venue Du fond de l’âme, l’en soi enfin revenu. Par le mot sacré l’ancien sachant les causes Car les choses sont liées de vers et de proses. § Les maîtres de la voie du sublime en un seul, Vous figent, comme une statue s’ils le veulent. Il a aussi la pointe reçue par le tendre amoureux, Mot de rupture, acéré qui tue comme un pieu. § Les mots-images, ceux que l’on offre aussi Offerts comme un beau bouquet de roses à sa mie, Nul besoin d’être homme riche et bien pourvu Pour au chant d’amour faire sa prose la bise venue..
141

§ Les mots chaleureux donnés et reçus pour vivre Ce quotidien répétitif de la vie commune qui givre, Faire comprendre ses ressentis et les affres des douleurs, Joies suivies de peines mais choses acquises par cœur. § Les mots sont des images que pour toujours on aime Aussi à vouloir en les idéalisant sur tous les schèmes, Les mots sont empreints de l’irréel venu d’un autre monde, Là ou les idées libérées de la pesanteur sont alors fécondes. §

142

L’Absence
§ Perçue que si une âme proche n’est plus présente, Un vide occasionné dans l’être, paraît chose évidente. Bien souvent pleins de souvenirs, on se remémore, Avec les bonnes choses et aussi parfois quelques retors. § C’est un peu comme perdre une partie de soi, Une case blanche vide dans ce qui pourtant ne se voit. Perte au ressentir qui peut être l’élément déclencheur, Au poète ou l’écrivain, écrivant alors de tout son cœur. § Dans ce cas la plume trouvée devient un exutoire, Et elle évite ainsi d’avaler toute cette encre noire. Car l’écriture refait prendre vie à tous nos souvenirs, Elle est à la parole humaine le temple, de son empire. §

143

Apparences
§ Depuis que j’ai eu conscience en ma tendre enfance, Que mes yeux ont vu toutes nos satanées différences. Alors la déception fut grande et la chute fracassante. Pour moi enfant toutes personnes étaient équivalentes. § Il semble que seuls ceux qui brillent de titres ont place, Les autres pour s’en faire, se doivent d’être forts loquaces. Ce n’est pas par une sagesse avérée comme une évidence, De ceux qui en ont ; qui fait une quelconque différence. § Non ! Il semble fort cela sans aucunement me méprendre, Que l’opinion publique parait au bourge comme à vendre. Il croit sans fléchir qu’elle ne respecte que les notables, Et qu’elle mange par leurs largesses le reste de sa table. § Depuis longtemps à cœur meurtri mais toujours vaillant, J’ai compris que c’est nôtre monde qui est resté un enfant. Qu’il se croit libre et égal et en fait son amende honorable, Mais qu’il dépend de ses dirigeants aux cœurs affables. § Malgré les droits de l’homme qui prennent notre défense, Il y a trop de castes et de fortes différences de naissance. Opinion ! Pourquoi caresses tu de ta main frêle ces fauves ? Alors que c’est par ton labeur que de la faim tu les sauves.

144

§ Et quand le danger t’envoie alors pour la nation à la guerre, Eux te déplace comme sur un échiquier et font bonne chair. Pourquoi idolâtres tu des nains que tu prends pour des géants ? Comme si par ton passé de servitude tu n’avais pas compris. § Il est temps de faire table rase de toutes différences sociales, Et que l’on arrête d’appeler le bien de tous ce qui est un mal. Que chacun soit vu par ses valeurs morales et intelligence ; Et que la sagesse soit pour l’état l’unique et capitale instance. §

145

Evanescence
§ Battu par le vent impétueux de l’existence, Ne recevant des autres que des sentences, Cet homme au regard perdu dans l’azur, A comme l’enfant le cœur encore trop pur. § Il n’a pas su grandir comme la majorité, La tête dans les nuages, il s’est alors oublié. Ne voir qu’avec son cœur est chose rare, La société elle, voit cela comme une tare. § Ayant tant souffert de donner de lui-même, Parfois mal aimé et jugé trop vite anathème. Il ne lui reste alors que d’aller dans la forêt, Qui n’exprime aucune forme d’égocentricité. § Car la forêt si profonde est parfois obscure, Dont la pointe des arbres pointe toujours l’azur, Est comme un chant de louange porté à la vie, Elle le reçoit toujours comme sa meilleure amie. §

146

Ma Rose
§ Même si notre vie, n’est pas toujours comme une prose, Le goût qu’elle a avec toi, c’est toujours de l’eau de rose. Saches que tu représentes à toi seule, mon havre de paix. Moi qui ayant le cœur ballant, ne savait jamais où j’allais. § Même si parfois idiot je vais au bois sentir d’autres fleurs, Saches qu’aucune ne pourra avoir pour moi la même saveur. Ce n’est que toi, toi qui es ma rose qui rouge comme ce sang, Qui en mes veines fait toujours plus d’un tour en te voyant. § Même si je ne sais jamais, comment te dire que je t’aime ; Car pour parler ce n’est pas comme pour t’écrire un poème ; Saches toi ma rose qui pousse en ce cœur encore ébouriffé, Que tu es à toi seule l’amour ressenti dans le jardin des fées. §

147

Cet ouvrage a été imprimé par Edifree 56, rue de Londres – 75008 Paris www.edifree.com

Tous nos livres sont imprimés dans les règles environnementales les plus strictes

Imprimé en France, 2009 Dépôt légal : Février 2009

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful