Gymnase cantonal du Bugnon  Lausanne 

3m1 

Philosophie de l’extr ême 
Travail de matur ité 2005 

Léonar d Gay  Andr ew Zappella  Novembr e 2005  Sous la dir ection de D. Aeschlimann

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Philosophie de l’extr ême.

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Ski extr ême 
Table des matièr es : 
§  Introduction :  ­  Amorce de la problématique  ­  Histoire du ski extr ême  §  §  §  §  §  Saudan, un précurseur  Evolution des mentalités  Nouveaux cols, nouveaux horizons  Nouvelles tendances  Vulgarisation du ski extrême  3  5  5  6  7  8  10  10  11  12 

§  La symbolique de la montagne :  ­  ­  ­  ­  ­  ­  Un lieu, des définitions  La montagne extr ême  L’importance de la verticalité  L’altération  L’ascension et l’initiation  Le « héros » 

§  Médiatisation et conséquences  ­  Freeride et philosophie  ­  Evolutions récentes  §  Le Risque 

15 

16 

17  17  18  19  20 

­  Passion du risque chez les jeunes 
­  Recherche de sens  ­  Le vertige  ­  Repousser les limites 

§  Interview Dénerveaud  ­  Brève introduction  ­  Question/Réponses  ­  Commentaires 

24 

29

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  §  Conclusion  §  Annexes  34 

36  36 

­  Site web  §  Bibliographie  §  Webographie 

37 

39

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Intr oduction, motivations 
«  Que ce soit sur ses pieds, sur des roues, sur l’eau ou dans les airs, l'Homme a toujours été  fasciné par  le  mouvement et la vitesse. Le ski  n'échappe pas à  la règle: à peine  les  hommes  avaient­ils chaussé des lattes de bois que l'envie leur prit de se laisser glisser droit devant eux,  sur des pentes de plus en plus raides ».  Depuis  le  début  du  XXème  siècle,  nous  avons  assisté  à  ce  qu’on  pourrait  appeler  la  sécurisation du monde. Dans presque toutes les civilisations occidentales, le risque est source  de réflexion et de questionnement : c’est pourquoi la morale sociale nous conseille de l’éviter.  Voyant  que  l’homme  ne  se    tenait  pas  encore  assez  tranquille,  toutes  sortes  de  lois  ont  été  créées pour le bien et la protection de l’individu afin qu’il se sente vivre dans un monde sûr et  sans  surprise.  Cette  démarche  est  à  coup  sûr  la  raison  pour  laquelle  la  mort  est  devenue  un  véritable  tabou.  Il  faut  noter  que  la  sécurisation  du  monde,  la  protection  de  l’intégrité  physique  de  l’individu  est  souvent  mise  en  place  contre  la  volonté  de  ce  dernier.  Le  fait  d’établir un périmètre de sécurité dans lequel l’individu est plus ou moins libre d’évoluer est  en  totale  opposition  avec  le  manque  de  repères  dont  souffrent  énormément  d’hommes  à  ce  jour : depuis quelques années, l’individu est de plus en plus amené à se construire seul et doit  trouver lui­même ses propres limites. Ce manque de repères pousse l’individu à se construire  une  identité  propre  que  la  société  ne  lui  donne  malheureusement  plus.  À  quoi  sert  ce  déballage  sur  la  société ?  Rassurez  vous  nous  ne cherchons  pas  à  allonger  les  listes  du  parti  socialiste mais bel et bien démontrer que, dans cette situation, les sports extrêmes peuvent être  considérés comme un  remède miracle.  En prenant des risques  fous, en allant chercher  la confrontation avec  la  mort, on se crée une  identité,  on  devient  quelqu’un,  on  trouve  ou  retrouve  un  sens  à  sa  vie.  Pour  nous,  la  confrontation avec  la  mort serait une sorte d’épreuve ultime, une rencontre mystique avec  le  sens même de l’existence. Adoptant un langage, un style, un habillement bien  particulier, les  sportifs  extrêmes  forment  un  véritable  clan.  S ‘il  y  a  union  c’est  qu’il  doit  bien  avoir  un  facteur  commun  pour tous  ces  sportifs  de  l’extrême.  Nous  avons  donc  choisi  de  traiter  plus  particulièrement du ski extrême tout en sachant que  la  majorité du contenu de  notre TM est  adaptable à un grand nombre voir à la totalité des sports extrêmes.  Nous avons choisi  le ski extrême car  il réunit tous  les aspects du sport extrême type  soit  la  vitesse, le risque, le dépassement physique et mental, la nature, la mort mais surtout le plaisir.  En effet ce sport procure à ses adeptes un plaisir pouvant presque être qualifié de jouissif. Une  sorte  de  dépendance  menace  alors  de  s’emparer  du  sportif,  ce  sera  donc  tout  naturellement  une des recherches de notre travail. Comment expliquer que les sports extrêmes procurent un  tel plaisir ?  Pour nous, le ski extrême a suivi l’évolution type de l’activité à risque, passant d’une simple  activité  de  passionné  à  un  sport  sur­médiatisé,  de  l’amateurisme  au  professionnalisme.  Les  sports  extrêmes  sont  devenus  un  véritable  business  où  les  sommes  en  jeu  sont  devenues  énormes.  Nous  tenterons  de  comprendre  la  multiplication  des  manifestations  liées  au  ski  extrême et d’expliquer leurs succès.  Le  ski  extrême  répondait  aussi  à  une  condition  essentielle  à  savoir  le  lieu  où  il  se  pratique.  Nous  avons  remarqué  que  la  plupart  des  activités  extrêmes  se  pratiquent  dans  des  lieux  symboliques, voire mystiques : la montagne, la mer et le ciel. Nous nous pencherons sur la 5 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  symbolique  de  ce  lieu  mythique  qu’est  la  montagne  et  nous  retracerons  l’évolution,  si  évolution il y a, de la représentation de cette dernière dans les esprits. Nous chercherons aussi  à savoir si les motivations du skieur moderne restent les mêmes que celles des créateurs de la  discipline malgré l’immense évolution de ce sport.  La plupart de ces sports sont très physiques et on ressent dans leur pratique un besoin fou de  se  rapprocher  de  la  nature,  de  revenir  aux  sources  de  ce  qu’on  pourrait  appeler  l’homme  animal.  Depuis    quand  et  pourquoi  l’homme  ressent­il  ce  besoin  de  réduire  la  distance  grandissante entre l’homme et la nature ?  Après  avoir  vu  trop  brièvement  les  comportements  à  risques  en  option  philosophie­  psychologie,  nous  avons  tous  les  deux  été  passionnés  par  ce  sujet.  Etant  nous­mêmes  passionnés  de  tous  ces  sports  extrêmes  (à  notre  propre  échelle),  nous  avons  eu  envie  d’approfondir    le  côté  philosophique  et  sociologique  de  ces  activités  à  hauts  risques  et  de  comprendre pourquoi  l’homme  moderne avait ce  besoin de  mettre sa vie épisodiquement en  danger. Nous pourrons nous appuyer sur la lecture de très nombreux ouvrages sur le sujet et  comme  si  ce  n’était  pas  suffisant,  nous  avons  la  chance  de  compter  parmi  nous  un  élève  du  Bugnon  maîtrisant  aussi  bien  le  français  que  l’anglais  et  nous  avons  donc  pu  ouvrir  nos  recherches à la littérature étrangère. De plus nous sommes en train de réaliser un site Internet  sur le ski extrême et il sera opérationnel pour la défense orale de notre travail afin que tout ce  que nous avons effectué reste si ce n’est pas dans les cœurs, au moins sur le net !  Le but de notre TM sera donc avant tout de cerner ce qui se passe dans  la tête du sportif de  l’extrême.  Pourquoi  se  met­il  en  danger ?  Que  lui  apporte  cette  prise  de  risque  maximale ?  Quel rapport entretient­il avec la mort ?  Nous  allons  donc  vous  emmener  là  où  le  dépassement  physique  et  mental  est  monnaie  courante. Nous irons « rider » l’inconscient de ces sportifs de l’extrême, trouver de nouvelles  voies  dans  lesquelles  personne  ne  s’est  encore  jamais  aventuré  et  tout  ça  pour  ramener  des  réponses à nos questions et peut­être enfin découvrir ce qu’est qu’un sportif extrême.  Alors restez dans les traces…

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

L’histoir e du ski extr ême 

Sylvain  Saudan  marqua  à  jamais  l’histoire  du  ski  le  vingt­trois  septembre  1967  lorsqu’il  descendit  le  couloir  Spencer  à  environ  3700m  d’altitude.  Ce  « skieur  de  l’impossible » ,  comme  le  surnommera  plus  tard  le  journaliste  Paul  Dreyfus,  annonce  l’ère  d’une  nouvelle  discipline, celle du ski extrême.  La  volonté  d’aller  au­delà  des  limites  du  ski  et  de  la  montagne  a  cependant  depuis  longtemps  parcouru  l’esprit  des  alpinistes.  En  1926  déjà,  des  guides  descendaient les pentes des glaciers. Chaque année, de  nouveaux cols tombaient, et les descentes devinrent de  plus  en  plus  périlleuses.  On  peut  citer,  à  titre  d’exemple, la descente de la face nord du Mont­Blanc  par  Lionel  Terray  et  Bill  Dunaway  en  1953.  Pierre  1  Tardivel  mentionne  une  descente  de  trois  autrichiens  en 1935 : «  Quatre cent­cinquante mètres à quarante­cinq degrés, ce n’est plus tout à fait du  ski de randonnée ».  On entre donc dans un conflit historique, puisque Saudan n’est pas le premier à descendre des  pistes  raides  en  tant  que  telles,  mais  il  reste  toutefois  le  pionnier  des  skieurs  extrêmes,  puisqu’il est le premier à s’attaquer à des pentes de 55 degrés et cela parce qu’il privilégiait la  descente à l’inverse des alpinistes avant lui.  Les  questions  qui  se  posent  alors  sont  celles­ci : à  quel  degré  peut­on  qualifier  le  ski  d’extrême,  y  a­t­il    une  quelconque  éthique  du  skieur  extrême,  comme  il  y  en  a  pour  les  alpinistes ?  Et  si  oui,  dans  quelle  mesure  les  skieurs  doivent­ils  la  suivre ?  On  peut  aussi  se  demander quelle place a le style dans tout cela, car il  est évident que le style prend déjà son  importance  dans  les  années  soixante,  septante  et prend  réellement  son  essor  dans  les  années  90  en  inventant  une  nouvelle  discipline :  le  « freestyle ».  Nous  verrons  qu’au  cours  des  années  la  scission  se  marquera  clairement  entre  skieurs  privilégiant  style  et  finesse  sur  des  pentes  néanmoins  dures  et  les  autres  courant  après  des  pentes  toujours  plus  difficiles  et  toujours plus raides. Toutes ces questions nous poussent à définir ce qu’est le ski extrême en  réalité,  et  puisqu’il  n’existe  aucune  définition  précise,  nous  nous  référons  à  la  définition  de  Rémy Lécluse, un des rares guides à emmener des clients en pentes raides : « Le ski extrême,  c’est skier tout ce qui n’est pas vertical ».  Saudan, un précurseur   La  motivation  de  Saudan  pour  cette  première  descente  du  Spencer  était  aussi  financière,  puisqu’une  association  suisse  offrait  une  récompense  de  cinq  mille  francs.  Cependant  cette  motivation ne se limitait  pas à l’argent, loin de là, car s’il avait pu faire sans, il l’aurait fait,  seulement,  il  fallait  bien  se  nourrir.  Saudan  était donc  avant tout  skieur,  ce  qu’il  cherchait  à  réaliser  n’avait  encore  aucune  éthique  particulière.  On  parla  très  vite  de  folie,  jugeant  cette  descente  comme  une  simple  prise  de  risque  inconsciente  d’un  fou  suicidaire.  De  plus,  les  alpinistes eux­mêmes n’étaient pas d’accord entre eux en ce qui concernait Saudan. En effet,  pour certains le ski extrême relevait purement et simplement de l’alpinisme et devait donc être 

Guide de montagne et réalisateur

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  accompli  comme  tel,  c’est­à­dire  en  gravissant,  ski  sur  les  épaules,  la  montagne  avant  de  la  descendre et pour d’autres, tout cela n’était d’aucune importance puisque le ski extrême était  une branche à part. Saudan, quant à lui, ne porte pas ses skis lors de l’ascension et a devant lui  un autre guide. Il ne s’intéresse qu’à la descente et ne se concentre que sur celle­ci, ce qu’il lui  sera souvent reproché.  Avec  la  descente  du  couloir  Whymper  en  1968,  un  nouveau  palier  est  franchi  dans  la  difficulté par Saudan. L’exploit est d’autant plus renforcé par l’accident de deux guides (dont  une femme) qui l’accompagnaient. Cet accident accentua la performance en montrant la part  élevé  du  risque  et  donc  en  donnant  sens  au  terme  « extrême ».  La  descente  du  Gervasutti  quelques mois plus tard marqua la naissance du ski extrême comme discipline à part entière.  En  effet,  son  exploit  est  pour  la  première  fois  filmé,  démarrant  ainsi  le  processus  de  médiatisation propre aux disciplines de l’extrême. Ce n’est toutefois qu’en 1969 que l’on peut  regarder  les  premières  images  de  qualité  des  performances  de  Saudan.  Elargissant  par  la  même  le  champ  médiatique.  Le  véritable  engouement  ne  se  fit  pas  attendre  et  sa  première  descente de l’Eiger en 1970 prit une dimension  internationale. Le  mythe  « Saudan » était en  train  de  naître.  Pourtant  son  approche  trop  éloignée  de  l’esthétique  alpine  lui  enlevait  tout  mérite  aux  yeux  de  nombreux  alpinistes.  Les  raisons  variaient  souvent  mais  se  rejoignaient  toutes pour critiquer son utilisation de moyens extérieurs pour accomplir ses descentes. Pour  Holzer,  la  descente  ne  pouvait  être  considérée  sans  la  montée  préalable  et  un  cheminement  esthétique. Holzer, l’antagoniste de Saudan, n’en a pas moins un palmarès impressionnant. Il  fut l’un des premiers et l’un des rares skieurs à se tuer en action. La différence entre Saudan et  Holzer est simple,  l’un est skieur, l’autre alpiniste.  Evolution des mentalités  En résumant bien,  les années 70 sont donc marquées par l’explosion du ski extrême, tout en  révélant deux conceptions du ski de pente : l’approche « skieur » où seule la descente compte  et  l’approche  « ski­alpinisme »  où  l’éthique  prend  une  part  importante.  Serge  Cachat­Rosset  est un digne représentant de la première tendance ; il commence le ski de pente après avoir vu  et  lu  les  exploits  de  Saudan.  Cet  enfant  fougueux  ne  skie  que  par  simple  plaisir  et  sera  en  quelque sorte l’ennemi de Vallençant qui lui privilégiera la part alpine de la discipline avant  tout. Cette divergence va prendre toute son ampleur dans les années à venir.  Cette  différence    continuera  à  alimenter  le  débat  tout  au  long  de  la  décennie.  On  pense  notamment  à  la  dépose  de  Cachat­Rosset  au  sommet  de  l’Aiguille    verte  en  1973,  alors  que  Vallençant et Baud montaient en même temps. Celle­ci lui permit de devancer les deux guides  d’une journée. A chacun sa méthode pourrait­on dire, mais la question se pose à nouveau : le  ski  extrême  doit­il  être  pris  en  compte  comme  une  discipline  du  ski  ou  de  l’alpinisme ?  Conflit  méthodologique  difficile  à  résoudre  puisque  seule  l’éthique  différencie  les  deux  disciplines. On peut ainsi presque classer  les différents skieurs en genres ; on  a cité Saudan  « l’initiateur méticuleux », Holzer l’alpiniste puriste, Vallençant et Baud les guides soucieux  de l’éthique alpine et enfin Cachat­Rochet le jeune « inconscient ». Il y a encore bon nombre  de skieurs que nous ne citerons pas ici, mais qui se sont faits remarquer, notamment par le fait  qu’ils  se  ruaient  sur  de  pistes  qui  étaient  auparavant  le  domaine  privé  des  alpinistes.  Les  alpinistes vont donc miser sur autre chose pour se faire remarquer, c’est­à­dire la technique en  peaufinant  autant  que  possible  leurs  courbes.  Nous  pouvons  aussi  prendre  en  compte  une  certaine  évolution  matérielle,  bien  que  dans  les  années  septante  la  technologie  n’était  certes  pas très avancée.

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  Nouveaux cols, nouveaux horizons  Le  ski  extrême  sera  témoin  de  la  recherche  par  les  skieurs  de  nouveaux  horizons.  Ainsi,  Saudan  skie  la  face  sud­ouest  du  Mont  Mc  Kinley  en  1972,  le  Nun  Kun  (7135  mètres)  en  1977  et  obtient  par  la  même  un  nouveau  record  d’altitude.  Il  achève  son  œuvre  en  1983  à  l’âge  de  46  ans,  avec  la  descente  du  premier  8000m,  le  Hidden  Peak  au  Pakistan.  Son  approche, sa course aux records ont souvent été critiquées par Vallençant et Boivin. Après les  records de Saudan, l’altitude va exercer une  fascination pour les skieurs et pendant quelques  années, chacun tente de skier les pentes les plus hautes du monde. Mais skier à haute­altitude  n’est  pas  forcément  un  attribut  de  l’extrême.  L’impossibilité  de  chuter,  de  rater  un  virage  constituent,  elles,  une  des  caractéristiques  de  l’extrême,  on  pourrait  même  dire  critère  de  l’extrême.  Il faut donc se demander comment, si ce n’est par le degré de verticalité, l’on peut différencier  une pente extrême d’une pente normale. Par exemple, en 1977, Daniel Chauchefoin s’engage  dans  une  pente  frisant  les  soixante­cinq  degrés.  Cette  première  ne  marque­t­elle  pas  une  nouvelle ère dans l’histoire du ski extrême, puisqu’il ne s’agit plus de skier une pente évidente  à l’œil nu, mais d’aller là où la neige tient. Dans cette nouvelle perspective, si par hasard une  partie  de  la  piste  est  infaisable  à  ski,  on  peut  toujours  s’aider  de  moyens  extérieurs,  en  descendant  par  exemple  en  rappel.  A  nouveau  le  problème  de  l’éthique  se  pose  quant  à  l’utilisation de tels procédés. Nous verrons que cette morale alpiniste va peu à peu s’effriter à  l’approche des années huitante et de l’engouement populaire et médiatique pour des courses  toujours plus intenses.  Nouvelles tendances  Si  le début des années septante avait vu s’opposer deux tendances rivales du ski extrême,  la  décennie aura également  connu de grands bouleversements au  niveau  médiatique.  Ainsi,  trois  skieurs  extrêmes  vont  tenter  d’exposer  et  rentabiliser  leur  image.  Au  cours  des  années  huitante, Vallençant, Boivin et Gouvy vont bousculer les règles  tacites  de  la  discrétion  que  connaissait  cette  discipline  jusqu’alors.  Ils  vont  non  seulement  attribuer  une  valeur  commerciale au risque, mais encore donner une nouvelle image  de l’exploit en montagne.  La  commercialisation  de  l’exploit  a  avant  tout  été  une  contradiction.  Un  exploit  est  d’abord  vécu  par  soi  avant  d’être  intéressé.  La  montagne,  symbole  de  l’humilité  va  à  l’encontre  de la démarche commerciale du ski extrême. L’exploit alpiniste  est  redéfini par  une  mise  en  scène  de  l’exploit.  Le  paradoxe  a  son  importance,  car  le  souci  de  médiatisation  pourrait  effectivement    pousser  à  la  prise  de  risque  fatale.  L’exploit  public  amplifie  le  risque,  du  moins  la  prise  de  risque,  car  elle  force  d’une certaine manière le skieur à descendre même si en d’autres temps, sans les caméras, il  aurait hésité. On peut par exemple citer l’exemple de Bruno Gouvy qui se tue lors du tournage  d’une  publicité.  Il  est  cependant  une  exception  parmi  les  skieurs  extrêmes  qui  se  sont  majoritairement tués dans d’autres disciplines à risque. Boivin est mort en faisant du « base­  jump » et Vallençant en école d’escalade.  David Le Breton évoque cette déviance marketing dans son livre « La passion du risque ». Il y  utilise  le  terme  de  néo­aventurier  pour  définir  l’acteur  d’une  aventure  devenue  « project  de  communication ». Il évoque aussi Malraux qui disait : « Il n’y a pas d’héros sans auditoire » et  ajoute « un auditoire d’un autre genre est pour le néo­aventurier une nécessité fondatrice sans 9 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  laquelle  l’entreprise  tourne  court ».  Vallençant  va  se  rendre  compte  du  poids  d’une  certaine  forme de communication et réussira à s’enrichir sans avoir besoin de monnayer ses exploits. Il  s’enrichira  notamment  avec  la  création  de  la  marque  « Degré  7 »,  ainsi  qu’avec  la  création  d’une  demande  de  mise  en  danger  encadrée  (  stages  hors­pistes  Vallençant ).  Vallençant  et  Boivin  seront  en  quelque  sorte  les  fondateurs  d’une  nouvelle  image  de  l’alpinisme  en  contradiction avec leurs propres valeurs morales. En effet, l’exploit affiché et l’enrichissement  ternissent leur image.  Le Breton dit  justement : « La conquête de l’inutile est chargée de  la plus haute des valeurs,  celle qui se  monnaye en symbole (…) celle qui peut assurer pour soi une signification à son  existence (…) la seule générosité possible, celle qui fuit la nouvelle aventure comme la peste,  mais  que  certains  recherchent  en  une  quête  de  signification  ultime,  est  celle  de  l’anonymat,  celle de la performance accomplie par un homme qui ne laisse aucune trace, se contente pour  lui­même d’accomplir l’impossible et se tait. »  Vulgarisation du ski extrême  Le  début  des  années  90  annonce  le  retour  du  grand  ski,  le  ski  de  poudreuse.  Face  à  l’engouement  du  snowboard  et  au  déclin  du  ski,  les  marques  se  lancent  dans  l’appel  du  ski  sauvage  et  développent  du  matériel  adapté  à  la  portance  en  poudreuse.  Les  américains  commencent  à  organiser  des  courses  sur  des  parcours  engagés.  Les  chronos  explosent,  aujourd’hui il faut vingt minutes pour descendre le Couturier alors que la première s’est faite  en quatre heures. « Si l’extrême consistait à faire bousculer les limites existantes, la nouvelle  notion de « freeride » (« ski libre ») est davantage tourné vers le plaisir de skier ». On a moins  peur, on banalise quelque peu le risque. Cette évolution des mentalités accentue forcément le  risque. Une sorte de philosophie qui dirait : « le plaisir avant tout, tant pis pour le risque, cela  en  vaut la peine. » Combien de ces  skieurs regardent  le bulletin de nivologie avant de partir  hors­pistes ? Les précurseurs ne sortaient pas avant d’être préalablement bien renseignés. Les  freeriders de notre époque veulent tout, tout de suite et n’attendent pas les bonnes conditions  pour  aller  skier.  Saudan  préparait  méticuleusement  sa  descente,  cela  fait  aussi  partie  de  la  réussite.  Il  n’est  dès  lors  pas  étonnant  de  voir  un  nombre  croissant  d’accidents.  On  discerne  aujourd’hui deux mentalités ; l’approche freeride et l’approche extrême.

10 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  Parmi  les grands skieurs extrêmes des années  nonante, beaucoup y ont laissé  la  vie. Doit­on  mettre en cause la banalisation du risque, les limites sans cesse repoussées, l’augmentation du  nombre  de  pratiquants ?  En  2004,  lors  de  l’ « extrême  de  Verbier »  auquel  nous  avons  pu  assister,  cinq  skieurs  ont  chuté  et  deux  ont  frôlé  le  pire.  La  chute  est  interdite  et  trop  de  skieurs  n’en  sont  pas  conscients.  Parmi  les  grands  réalisateurs  des  années  septante,  seul  Holzer  est  mort  en  action.  Difficile  de  s’interroger  sur  la  prise  de  risque  de  trop.  Le  ski  extrême est un sport à risque, mais  il peut être pratiqué en  mettant toutes les chances de son  côté.  Certains  font  le  virage  de  trop,  d’autres  s’arrêtent  à temps.  Parmi  ceux  qui  cessent, on  trouve  ceux  qui  cessent  d’un  coup  et  ceux  qui  s’arrêtent  après  un  accident.  Yves  Détry  fait  partie  de  la  première  et  s’est  arrêté  après  s’être  fait  emporter  par  une  avalanche  dont  il  réchappa  de  justesse.  Dans  la  seconde,  on  peut  citer  Cachat­Rosset  ou  encore  Neuenschwander.  Aujourd’hui,  seuls  quelques­uns  continuent  de  pratiquer  le  ski  extrême  comme  composition  alpine. La décennie a plutôt mal commencé avec la disparition de nombre de skieurs. Il reste  encore  quelques  jolies  choses  à  faire  dans  les  alpes  et  sur  des  milliers  d’autres  sommets  du  monde. Il est certain que le ski extrême des années septante diverge complètement du freeride  actuel.  Et  l’on  peut  désormais  dire  que  cette  divergence  ne  s’est  pas  faite  pour  le  meilleur,  mais  plutôt  pour  le  pire.  Malgré  tout,  cette  discipline  repousse  encore  à  l’heure  actuelle  les  limites,  quelles  soient  physiques  ou  psychologiques  et  en  ce  sens  on  peut  dire  qu’elle  continuera encore longtemps à nous faire rêver.

11 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

La symbolique de la montagne 

Les skieurs extrêmes sont avant tout des aventuriers de la  montagne. Il semble donc logique  d’étudier en conséquence  le  lieu de  leurs exploits afin de  voir s’il existe un  lien symbolique  qui  unisse  intimement  la  montagne  à  leur  discipline.  En  effet,  au  regard  de  l’utilisation  du  terme  « extrême »  on  peut  se  demander  ce  qui    rend  toutes  ces  activités  si  extrêmes  justement.  Un lieu, des définitions  La montagne, d’une part lieu hanté par de mauvais esprits, d’autre part lieu sacré où résident  les  divinités.  La  montagne  a  toujours  été  un  espace  mythique  auquel  on  attribuait  diverses  facultés  magiques,  voire  mystiques.  Cette  montagne  n’en  demeure  pas  moins  encore  aujourd’hui  un  espace  de  contradictions.  Antagonisme  simple  qui  est  avant  tout  une  des  caractéristiques  de  la  montagne,  celle­ci  étant  avant  tout  lieu  d’oppositions  perpétuelles  qui  datent  de  bien  avant  notre  ère.  Nous  voyons  cela  notamment  dans  les  sports  alpins  entre  pratiquants agressifs et contemplatifs, ou encore entre tenants de l’aménagement touristique et  partisans  de  la  protection  de  la  nature  (avec  des  mouvements  tels  que  la  « moutain  wilderness »).  Autant  de  contradictions  pour  un  débat  contemporain  qui  n’est  pas  prêt  de  s’achever,  puisqu’il  dure  depuis  Rousseau  et  sa  vision  annonciatrice  de  l’écologisme.  Mais  dans  ces  représentations  très  diverses  de  la  montagne,  il  est  une  chose  qui  demeure :  l’imaginaire des gens qui la représentent. Cet imaginaire détermine notre attitude vis­à­vis de  celle­ci et c’est en cela qu’il est très important puisque dans notre cas il  peut caractériser les  diverses  attitudes  des  skieurs  extrêmes  qui  peuvent  être  agressives,  conquérantes  et  ainsi  antagonistes  à  des  attitudes  contemplatives  et  apaisées.  En  ce  sens  nous  allons  tenter  de  comprendre  comment  se  constituent  ces  héros  des  temps  modernes  en  analysant  dans  un  premier  temps  la  montagne,  ses  mythes,  ses  différents  points  de  vues  et  ses  contradictions.  Nous  tenterons  aussi  de  voir  pourquoi  ces  skieurs  extrêmes  ont  été  ainsi  idolâtrés,  toujours  dans  une  perspective  sociale  en  relation  étroite  à  la  montagne.  Pour  cela,  nous  prendrons  quelques  thèmes  récurrents  de  la  montagne  pour  montrer  de  quelle  manière  celle­ci  s’est  constituée dans l’esprit humain uniquement par des mythes de sa propre création.  La montagne : extrême  Dans  son  livre,  Des  Monts  et  des  Mythes,  Jean­Paul  Bozonnet 2  traite  du  problème  de  définition de la montagne. En somme, il explique que la montagne ne peut avoir de définition  objective  et  donc  qu’elle  ne  peut  pas  avoir  de  concept.  En  effet,  pour  définir  le  concept  de  montagne  il  semble  difficile  de  dire  ce  qu’est  une  montagne  autrement  qu’en  lui  attribuant  divers critères, qu’ils soient de l’ordre de la géologie, de la pente, de la latitude, l’orientation,  hauteur,…  Nous  ne  pouvons  toutefois  réduire  la  montagne  à  sa  géographie  physique,  puisqu’il existe aussi un « espace montagnard » ou un genre de vie montagnard. Pourtant, cet  espace montagnard que l’on imaginerait quelque peu sauvage, peut lui aussi être urbanisé à la  manière d’une grande ville. Ce village de haute montagne ainsi urbanisé et modernisé ne peut  constituer  l’espace  montagnard  dans  nous  parlons.  Donc  le  problème  conceptuel  de  la 

BOZONNET Jean­Paul, Des Monts et des mythes : […], Grenoble, PUG, 1992.  Jean­Paul Bozonnet est maître de conférence à l’université de Grenoble. Ses recherches portent sur les  représentations, l’imaginaire et l’aménagement de la montagne.

12 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  montagne  se  repose  ici.  Nous  ne  pouvons  déduire  qu’une  seule  chose  de  la  montagne :  ses  conditions excessives. En effet, le terrain est plus pentu, le climat y est plus froid, de plus la  montagne  est  haute,  voire  très  haute.  Nous  pouvons  tirer  de  ces  constatations  quelque  peu  simplistes  une  définition  qui  convient  pour  l’instant :  la  montagne  est  un  milieu  terrestre  extrême.  Cependant,  comme  nous  l’avons  dit  précédemment,  notre  interprétation  de  la  montagne  ne  peut  être  objective,  la  montagne  peut  être  qu’une  réalité  subjective.  Par  conséquent  cette  définition  est  très  relative,  puisqu’on  ne  peut  pas  définir  exactement  la  césure entre la  montagne et  la plaine, entre une pente extrême à skier et une pente normale.  On  se  réfère  donc  généralement  à  la  montagne  par  rapport  à  sa  verticalité,  pour  montrer  comment celle­ci est plus ou moins raide et par conséquent plus ou moins dangereuse. 

L’importance de la verticalité  La  verticalité  a  toujours  été  profondément  valorisée  par  l’homme 3 .  L’ « homo­erectus »  signifie pour l’homme la sortie de l’espèce animale avec un cerveau tout en haut de son corps,  qui commande  le reste du corps. Cette valorisation de tout ce qui est haut et vertical se voit  encore de nos jours dans diverses ethnies de Papouasie qui utilisent le symbole de l’érection  du  phallus  pour  montrer  leur  virilité.  Plus  généralement,  on  attribue  un  signe  positif  à  tout  signe orienté vers le haut et une connotation péjorative à ceux qui se dirigent vers le bas. Dans  le  même  ordre  d’idée,  la  montagne  peut  être  féconde  (creuse)  et  renvoyer  à  l’image  du  sein  maternel.  Comme  elle  peut  être  brute  et  stérile,  créant  ainsi  une  volonté  de  domination  de  celle­ci.  En  fait,  l’utilisation  du  mythe  par  rapport  à  la  montagne  est  presque  nécessaire,  du  moins  il  est  encore  présent  aujourd’hui,  seulement  sous  différentes  formes  plus  ou  moins  apparentes que l’on peut distinguer. Le mythe structure et ordonne l’espace et le temps en un  univers  où  le  calme  apparent  est  sécurisant  pour  l’individu.  Il  en  va  de  même  pour  la  montagne qui est, elle aussi, en quête de sens. Cette mise en ordre de la montagne comme lieu  saint ou lieu maléfique permet au moins d’établir une certaine cohérence, bien qu’elle intègre  en  même  temps  de  nombreuses  contradictions.  Ainsi  la  montagne  symbolise­t­elle  autant  la  grandeur  que  la  difficulté  et  l’inconnu.  Nous  pouvons  voir  comment  cette  conception  mythique a forcément fasciné les hommes tout en les effrayant.  Imaginaire de la montagne  Dans l’imaginaire archaïque, le monde possédait trois étages. Le premier constituait le monde  des humains, celui­ci étant intercalé entre le monde céleste (demeure des dieux et des idées) et  le monde souterrain. La montagne se situant au milieu des trois mondes, elle constitue un pont  vers le monde céleste ou à l’inverse une ouverture vers le monde infernal. Elle est à nouveau à  la  limite  des  choses,  elle  est  même  « une »  limite,  la  preuve  rassurante  dans  cette  pensée  archaïque  que  le  monde  n’est  pas  infini.  Elle  est  un  espace  extrême,  il  n’est  dès  lors  pas  étonnant  de  voir  chez  les  hommes  cette  volonté  d’ascension,  de  domination,  celui­ci  ayant  touché une fois le ciel. La montagne se transforme alors en possibilité d’élection. A force de  trop  vouloir  jouer  avec  le  monde  céleste  on  finit  par  tomber  dans  le  monde  souterrain.  L’analogie  au  ski  extrême,  mais  aussi  à  toute  forme  de  pratique  extrême    peut  être  ici  résumée. La montagne est une limite, elle est dans le cas du skieur, sa limite. En effet, celui­ci  peut mettre toutes les chances de son côté, il  n’est jamais à  l’abri d’une chute, dans tous les  cas  ou  presque,  mortelle.  Simplement,  la  volonté  d’ascension  et  ce  plaisir  de  descendre  des 

Des Monts et des mythes  ,cf. page 11  à chacun sa montagne

13 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  pistes  à  plus  de  cinquante  degrés  ne  peuvent  être  ici  associés,  à  moins  que  le  skieur  descendant la pente ait préalablement grimpé celle­ci. Problème éthique dont nous traiterons  plus tard. La montagne permet la réalisation de son être, en ce sens que l’homme peut presque  naturellement  transcender  sa  nature,  sa  condition  humaine  au  péril  de  sa  vie.  Mais  cette  transcendance  ne  serait  idéalement  possible  que  si  le  skieur  avait  fait  le  rite  initiatique  de  l’ascension  où  il  se  détache  de  son  être,  de  son  territoire  et  de  ses  origines.  Il  passe  de  la  plaine  à  la  montagne  par  une  aventure  que  lui  seul  peut  intérieurement  connaître.  Cette  ascension  peut elle­même engendrer un détachement si intense avec le monde que celui  qui  la subit décrira un sentiment d’état altéré, où seules comptent ses perceptions. 

L’altération  L’enivrante altération subie en  haute montagne a  souvent été décrite par divers alpinistes,  la  plupart  citant  des  difficultés  de  respirations  accompagnées  de  bien  être 4 .  La  montagne  favorisait l’état altéré en mettant l’individu face à la nature et à lui­même. C’est alors qu’il se  retrouve  seul,  contemplatif  et  qu’il  n’a  d’autre  choix  que  d’écouter  son  corps  et  son  esprit.  Enfin,  en  relativisant  quelque  peu,  il  est  simple  de  trouver  d’autres  explications  plus  scientifiques.  Cette  sorte  d’ivresse  peut  être  facilement  expliquée  au  niveau  biologique  par  une forte décharge d’adrénaline au moment où la douleur est intense, voire insupportable. En  effet, le corps doit d’une  façon ou d’une autre trouver un  moyen d’oublier  la douleur. C’est  cette décharge qui procure un certain bien­être à l’individu au même instant où il souffre.  Les  victimes de l’altitude sont aussi victimes d’une privation sensorielle causée par le silence, les  vastes  espaces  déserts  et  encore  d’autres  facteurs.  Cette  altération  fait  partie  de  l’ascension,  elle une  sorte d’étape obligatoire pour mériter  la  jouissance  finale. Cette altération constitue  peut­être même une quête en elle­même, mais il est fort probable qu’il n’en est rien. Ce n’est  qu’un  facteur    de  l’ascension  et  il  serait  probablement  vain  de  l’interpréter  autrement. Il  est  cependant  nécessaire  de  remarquer  comment  cette  altération  a  pu  être  interprétée  au  fil  des  ages et comment cette interprétation a certainement eu son importance lorsqu’il s’agissait de  donner des pouvoirs mystiques  à la montagne. L’altération peut donc être interprétée comme  une  forme  de  recherche  de  liberté,  seulement  il  faut  se  demander  ce  qui  constitue  cette  altération : la montagne, l’ascension ou bien les deux. 

Sheuchzer, in Calmena d’Almeida, cité par Numa Broc

14 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  Ascension et initiation  L’ascension    apparaît toujours  dans  une  moindre  mesure  comme  une  forme  de  recherche  de  liberté  qui  se  fait  en  abolissant  le  présent.  En  effet,  la  montée  constitue  la  dégradation  du  temps. Plus l’on est haut et plus on a l’impression que le temps s’est arrêté. En prolongeant la  réflexion,  on  comprend    pourquoi  la  montagne  est  ainsi  sacralisée  en  lieu  de  régénération,  voire  de  jouvence.  On  retrouve  d’ailleurs  dans  l’idéologie  contemporaine  les  mêmes  fonds  symboliques,  puisqu’elle  fait  de  la  montagne  une  source  de  santé.  La  montagne  est  utilisée  pour retrouver  la  pureté,  la  fraîcheur  de  l’enfance  perdue.  Le  symbolisme  de  l’ascension  est  d’ailleurs  lui  aussi  particulièrement  exalté  dans  le  discours  et  la  pratique  religieuse :  le  pèlerinage,  par  ressourcement  aux  origines  ,  doit  guérir  et  fortifier  l’âme.  L’ascension  du  pèlerin est pure et dure, c’est ainsi qu’elle aura son action cathartique et qu’elle permettra de  rencontrer la divinité. L’ascension est donc une épreuve initiatique qui oblige à souffrir pour  mériter la régénération que constitue l’état nouveau. Il est alors intéressant de remarquer que  dans  les  anciennes  mythologies,  l’initiation  n’est  que  le  privilège  de  certains  « élus »,  aux  êtres exceptionnels capables de choses extraordinaire. Aujourd’hui, nous ne sommes pas loin  de  cette  idée  d’élection  en  matière  d’initiation.  On  le  voit  justement  dans  l’activité  sportive,  mais  plus  encore  dans    les  sports  extrêmes.  Cet  imaginaire  régénérateur    sur  lequel  sont  fondées  en  grande  partie  les  activités  « extrêmes »  actuelles,  découle  directement  de  la  tradition initiatique ancestrale. L’ascension peut elle­même être divisée en deux genres qui se  retrouvent  encore  aujourd’hui au  travers  de  mythes  anciens :  l’ascension  « agressive »  qui  demande  un  courage  offensif,  supposant  lui­même  une  colère  et  illustrée  par  le  mythe  de  Prométhée  et  l’ascension  « contemplative »  qui  évoque  le  grimpeur  qui  progresse  dans  la  montagne  sans  efforts  et  sans  outillages  pour  ne  faire  qu’un  avec  la  nature.  Cette  ascension  rappelle  le  mythe  de  l’élévation  Icarienne,  pure,  facile  et  délivrée  des  contraintes  terrestres.  L’ascension  est  donc  toujours  tirée  par  deux  motivations  antagoniques,  l’agression  et  la  contemplation.  Une  fois  ces  deux  motivations  distinguées,  nous  voyons  le  rapprochement  évident  à  la  technique.  Le  héros  « prométhéen »  privilégiant  les  outils  et  la  technique  pour  gravir la montagne, alors que le représentant « icarien » sera lui en pleine communion avec la  nature.  Le héros  Il nous faut ici faire une parenthèse pour parler plus en profondeur du « héros » notamment à  travers  les  diverses  phases  que  constitue  sa  fabrication,  mais  encore  au  travers  d’images  mythologiques  actualisées  pour  correspondre  au  monde  contemporain.  Le  héros  joue,  lui  aussi,  un  rôle  important  dans  la  constitution  mythique  de  la  montagne.  Il  ne  peut  être  « héros  qu’en  dépassant  les  interdits,  ceux­ci  le  chargeant    de  sa  gloire  en  lui  permettant  la  jouissance.  Le  ski  extrême  posa  en  ces  premiers  temps  les  mêmes  problèmes,  les  divers  montagnards  ne  pouvant    voir  qu’un  blasphème  dans  cette  discipline  à  volonté  dominatrice.  Tout du moins, il est facile de conclure que les sports extrêmes, et plus particulièrement ceux  en  montagne,  sont  une  forme  moderne  d’ordalie.  D’ailleurs,  Le  Breton  l’explique  très  bien  dans son livre La Passion du Risque. L’ascension engendre à la fois l’élection et l’exclusion.  La  montagne  semble  dès  lors  être  l’intermédiaire  qui  jugerait  la  valeur  des  hommes,  pour  savoir  qui  serait  digne  de  figurer  parmi  les  élus  ou  au  contraire  qui  serait  appelé  à  la  déchéance. Espace critique, la montagne engendre la différence dans l’ordre social. Le héros  n’est élu que parce que les autres ne  le sont pas, en ce sens  le héros ne pourrait exister sans  son  opposé.  Il  est  alors  intéressant  de  remarquer  le  double  statut  de  l’espace  montagnard,  tantôt  zone  centrale  et  sacrée,  tantôt  zone  périphérique  et  diabolique.  La  littérature  a  aussi  rendu compte de cette opposition,  le héros du roman se constituant en s’opposant à la  foule. 15 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  La dualité n’est possible que parce que la littérature lui a donné un sens. De nos jours encore,  les  alpinistes  ou  aux  autres  skieurs  extrêmes  sont  perçus  par  une  partie  non  négligeable  de  l’opinion  publique  comme  des  masochistes  en  recherches  de  sensations  nouvelles  au  détriment  de  leur  vie.  Le  skieur  qui  s’aventure  hors  des  pistes  est  perçu  comme  un  irresponsable, mais le skieur « extrême » qui le fait sur des pistes dix fois plus dangereuses se  retrouve métamorphosé en héros. Le franchissement de l’interdit qui procure la jouissance ne  peut être effectué que par un professionnel qui « sait » ce qu’il fait. En fait, la seule chose qui  différencie  les  deux  individus  est  la  technique.  Mais  cette  technique  n’est  guère  suffisante  pour assurer la sécurité du skieur, il lui reste encore tous les autres facteurs qu’il peut tenter de  mettre de son côté. On parle dès lors de risque calculé. Mais cette notion est bien relative tant  c’est la montagne qui impose son rythme. Il revient alors au skieur de suivre sa volonté pour  tenter de la dompter. On voit comment la  montagne se retrouve reléguée au statut de simple  objet  que  l’homme  peut  maîtriser  et  même  prévoir.  En  somme,  c’est  la  tendance  inverse  à  celle qui avait fait son nid depuis Rousseau.  Nouvelle percepective  Avec Rousseau et ses théories, on assiste à une valorisation systématique de la montagne (et  plus généralement de la nature). Cette valorisation se fonde avant tout sur la dépréciation de la  plaine et des villes. D’ailleurs cela se retrouve dans les théories de Rousseau, avec sa critique  perpétuelle  de  la  mondanité  et  de  la  superficialité  des  villes.  En  effet,  la  ville  ne  constitue  qu’un stade dégénérescent de l’homme, étape par laquelle il doit passer avant de connaître la  rédemption. Il peut se détacher de cette société prison, mais pour cela il doit se retrouver face  à lui­même dans un endroit libre de toutes artificialités. L’amour de la montagne prenant son  essor au XVIIIème siècle, ce rapport à  la montagne, que l’on condense généralement dans le  terme  « rousseauisme »,  ira  grandissant  jusqu’à  ce  jour.  Jusqu’au  XVIIIème  siècle,  les  rapports qu’entretenaient les hommes avec la montagne étaient relativement ambigus. Pendant  le Moyen Âge, l’ascension des diverses montagnes était interdite, car elle symbolisait un geste  sacré  qu’il  s’agissait  de  ne  pas  profaner.  Cependant, on  note  certaines  exceptions  comme  le  poète  Plutarque  qui  gravit  le  Mont  Ventoux  en  1336.  Mais  alors  d’où  provient  ce  retour  d’affection pour la montagne ?  La  rupture  avec  la  nature  d’en  bas  constitue  certainement  le  concept  de  libération.  Cette  affection  retrouvée peut avant tout venir de ce concept. En effet, les contraintes imposées par  la société sont dans certains cas lourdes et la rupture apparaît alors comme une possibilité de  libération. La liberté trouvée peut ensuite conduire à une ivresse, « l’ivresse de l’action qui ne  5  connaît pas d’obstacles »  . Cette liberté rime en général avec son opposé, la limite. La limite  n’est autre que la mort pour l’homme « héros » qui ne connaît d’autres barrières. Les idées de  liberté  et  de  mort  fondent  en  général  les  activités  telles  que  l’alpinisme  ou  encore  le  ski  extrême.  La  beauté  et  l’exaltation  connues  dans  ces  disciplines  viennent  d’une  part  du  détachement à l’attache terrestre, mais surtout de la fraternité avec la mort. Dans tous les cas,  il  est  question  de  distinction,  puisque  pour  être  libre  l’homme  doit  se  distinguer  et  que  la  libération  n’est  obtenue  qu’après  une  conduite  à  risque.  La  distinction  est  donc  le  principe  fondamental  du « héros »  qui  ne  peut  accomplir  ce  principe  qu’en  s’élevant  au­dessus  des  autres, en se différenciant du commun des mortels. 

Guido Eugen Lammer

16 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Médiatisation et conséquences 
De  nos  jours,  la  pratique  du  ski  s’est  vu  vulgarisé  et  banalisé  à  outrance  par  une  pratique  populaire massive. On ne s’étonne pas alors de voir de plus en plus de gens (en majorité des  jeunes) pratiquer des sports à risques beaucoup moins fréquentés par le commun des mortels.  Il est toutefois nécessaire de remarquer que cette pratique même a connu son essor et cela, en  grande partie grâce à la médiatisation  intensive de ce sport. Nous l’avons dit dans les pages  précédentes,  les  sociétés  contemporaines  ont  besoin  de  « héros »  pour  vivre  et  donner  un  quelconque sens et but à leur vie. En appliquant cette donnée au ski extrême, nous voyons que  les skieurs sont ces héros d’un nouveau genre ; seulement le problème  réside dans le fait que  tout un chacun n’est pas un « héros » de la glisse et donc ne peut prétendre pouvoir pratiquer  de  la  même  manière  qu’ils  le  font  ces  sports  extrêmes,  encore  moins  dans  le  cas  du  ski  extrême.  Cette  barrière  relative  est  très  vite  balayée  par  ce  que  l’on  nomme  le  « freeride »,  puisque il est dans ce cas question de ski en liberté, sans contraintes, sans comparaisons avec  d’autres  skieurs  où,  en  somme,  il  est  permis  d’avoir  un  niveau  médiocre  sans  pour  autant  juger qu’il soit nécessaire de prendre un guide avec soi. Dans un souci de relativisation, nous  sommes conscients que bons nombres de freeriders ne sont pas d’un niveau moyen, mais nous  parlons  ici  de  ceux  qui  justement  surestiment  leurs  capacités.  Nous  voyons  donc  que  la  médiatisation  des  sports  à  risques,  et  du  ski  extrême  en  particulier  a  engendré  ce  que  nous  pourrions appeler une vulgarisation du risque. Il s’est en somme produit le même phénomène  qu’avec le ski dans les années soixante, septante ; les gens surévaluaient leurs compétences et  se  jetaient  bras  ouverts  dans  le  vide.  Cependant,  bien  que  l’évolution  du  ski  puisse  être  comparable  en  de  nombreux    points  à  celle  du  ski  extrême,  nous  pensons  qu’elle  diffère  de  celle­ci  et  ce,  justement  à  cause  d’une  médiatisation  intense  du  ski  extrême.  En  effet,  cette  médiatisation  est  en  un  sens,  et  à  notre  sens  une  des  causes  de  la  tendance  branchée  que  représente  le  ski  extrême  et    c’est  encore  elle  qui  contribue  à  valoriser  le  risque  de  façon  dangereuse. 

Freeride et philosophie  Après  bon  nombre  de  multiplications  de  rencontres  freeride  (compétitions  ou  autres),  l’emprise  des  grandes  marques  sur  ces  événements  semble  de  plus  en  plus  pressante  et  ne  contribue certainement pas à une évolution saine de ce sport. En effet, la plupart des marques  n’ont  pas  la  culture  du  freeride  qu’ont  les  skieurs,  elles  sont  bien  plus  intéressées  par  les  revenus  qu’elles  peuvent  engendrer  que  par  le  ski  et  les  skieurs  eux­mêmes.  Le  freeride  se  prête bien aux jeux des marques, paradoxalement il revendique une liberté, alors qu’il est lui­  même astreint à un certain nombre de tâches par les divers sponsors. Ce n’est bien sûr pas le  cas  de  tout  le  monde,  on  peut  citer    à titre  d’exemple  Dominique  Perret  qui,  bien  qu’il  soit  attaché à des marques, a su prendre avantage d’elles plutôt que le contraire. Car le problème  est bien là, les skieurs qui font du freeride de façon professionnelle ne sont pas libres et n’ont  pas une place directrice, mais sont plutôt les pantins de marques qui sont sur le marché depuis  seulement  deux  à  trois  ans.  Il  est  bien  loin  le  temps  où  les  freeriders  pouvaient  simplement  décider ou non de participer à telle ou telle compétition sans l’aide d’un quelconque sponsor.  Mais nous pouvons expliquer cela de façon très simple : l’évolution matérielle.

17 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  Evolutions récentes  Ces dernières années le ski extrême a évolué dans une direction où on ne l’attendait pas, c’est­  à­dire  dans  la  même  direction  que  le  snowboard, le  rendant  plus  jeune,  moins  ringard,  donc  plus  attrayant.  Cependant,  cette  évolution  si  l’on  peut  parler  ainsi  ne  s’est  pas  faite  de  rien.  Les  marques  ont  largement  investi  dans  des  skis  plus  performants,  s’inspirant  toujours  des  skieurs de l’extrême. Elles ont en effet vu le potentiel marketing avant tout le monde et étaient  présentes  au  bon  moment.  Dans  l’industrie,  on  s’est  beaucoup  inspiré,  à  juste  titre,  sur  les  snowboards  et  cela,  non  seulement  sur  la  technique,  mais  aussi  sur  les  tendances  de  mode.  Cette tendance branchée a largement contribué a rajeunir le public, mais aussi les pratiquants.  Nous  nous  laissons  à  dire  que  ce  comportement  nouveau  et  risqué  vient    en  grande  partie  d’une  médiatisation  et  par  conséquent  d’une  valorisation  des  sports  à  risques.  Il  serait  trop  simple  d’invoquer  comme  seule  raison  la  médiatisation  de  ce  sport,  mais  il  nous  semble  évident qu’elle joue un grand rôle dans le processus d’idéalisation des sportifs de l’extrême.

18 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Le Risque 

Lorsqu’on  parle  de  ski  extrême  il  est  évident  que  le  risque  doit  être  pris  en  considération.  Véritable base de l’extrême, le risque est pour celui­ci ce que l’essence est à la voiture. Il nous  parait néanmoins utile de définir quelques notions essentielles.  Passion du risque chez les jeunes  L’individu est depuis quelques années livré à lui­même et ne peut compter que sur sa propre  personne  pour  devenir  quelqu’un.  Nous  allons  tout  d’abord  traiter  d’un  sujet  très  délicat,  l’enfance.  Nous  pouvons  remarquer  sans  peine  la  multiplication  des  enfants  que  nous  avons  décidé d’appeler « autosuffisants ». Souvent délaissés par leurs parents et n’ayant pas toujours  eu le soutien et l’affection nécessaires à leur bon développement, c’est seuls qu’ils font leurs  premiers  pas  dans  la  vie.  Personne  n’est  là  pour  leur  montrer  le  chemin  pour  les  aider  à  trouver qui ils sont. Ces petits humains se construisent alors comme ils peuvent, en piochant  par­ci,  par­là,  des  petites  pièces  détachées.  Quel  est  le  rapport  avec  les  sports  extrêmes ?  Rassurez­vous,  il  existe.  Ces  individus  enfermés  dans  une  vie  qui  ne  les  intéresse  pas  sont  constamment à la recherche de l’extrême. Il est évident que cet extrême ne se résumera pas à  simplement  chausser  ses  skis  et  à  aller  dévaler  des  pentes  de  poudreuses  vierges  jusqu’à  épuisement. Mais ce besoin d’extrême se retrouve dans les jeux­vidéos par exemple où ils se  transforment  l’espace  d’un  instant  en  véritables  surhommes.  On  le  retrouve  aussi  dans  les  comportements  à  risques  de  ces  jeunes :  fumette,  prise  de  drogue,  violence  au  quotidien.  Rendre  son  existence  extrême  est  à  notre  avis  le  seul  moyen  qu’ont  ces  jeunes  pour oublier  que  leur  existence  est  tout  simplement  banale.  Le  ski  extrême  pourrait  à  coup  sûr  aider  plusieurs  de  ces  jeunes  mais  on  se  heurte  alors  à  de  nombreuses  difficultés.  Les  premières  sont la longueur d’apprentissage, le prix, le matériel. Il reste les petites activités extrêmes tel  le saut en parachute, le saut à l’élastique et bien d’autres mais encore une fois le prix reste très  élevé. Ces  jeunes se débrouillent alors pour vivre  le grand  frisson à  moindre  frais. C’est cet  envers de la scène que les politiciens tentent de cacher et qui frappe de plein fouet les jeunes  générations.  Comment  prendre  des  risques  et  pourquoi ?  Il  n’est  pas  dur  de  prendre  des  risques.  Dans  une  émission  sur  les  jeunes  de  banlieues  nous  avons  pu  voir  les  jeux  que  ces  jeunes s’amusaient à faire dès la tombée de la nuit. Un de ces jeux a particulièrement retenu  notre attention : il s’agissait d’enfourcher sa mobylette et de rouler sur la route principale avec  un casque sans visière ! A quoi bon prendre autant de risques ? La réponse nous a été donnée  quelques  minutes  plus  tard  lorsqu’un  de  ces  jeunes  s’est  écrié : « c’est  l’éclate » 6 .  A  la  recherche  du  vertige  ces  jeunes  éclatent  pour  ensuite  rassembler  leur  identité  morcelée,  se  reconstruire, pour renaître. Ils refusent l’identité de masse que leur donne la société et ils sont  de plus en plus nombreux à lutter contre cet effet d’emprisonnement moral. Ils veulent lutter  contre  le  peu  de  poids  qu’ils  ont  dans  la  trame  sociale.  Sans  gens  sans  valeurs  personnelles  n’accordent à leur existence presque aucune valeur et vivent à la limite en s’amusant même à  la repousser chaque jour un peu plus loin et pour qu’enfin un jour il se passe quelque chose.  Le suicide est alors pour nous la sortie la plus simple ou du moins la plus rapide. Car y a­t­il  un meilleur moyen de dire NON ! Mais jouer avec la mort n’a pas une issue unique et pour la  plupart c’est une sorte de défi ultime. Fixer la mort sans crainte, ne pas lui tourner le dos voilà  ce  qui  redonne  à  l’individu  une  identité. En  sortir  grandi,  retrouver  une  bouffée  de  sens  qui  nous permettra d’avancer. 

David LeBreton, in Passion du Risque, ch.4

19 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  Recherche du sens  Nous  avons  remarqué  aussi  bien  chez  les  adultes  que  chez  les  jeunes  la  multiplication  des  rituels  initiatiques.  N’ayant  plus  de  repères  donnés,  l’homme  cherche  un  grand  défi  pour  redonner  sens  à  sa  vie.  La  maladie,  le  deuil  ou  encore  la  mort  sont  sources  de  valeur  parce  qu’en rappelant la précarité des choses, ils redonnent à l’existence un prix. Cette démarche est  tout  à  fait  compréhensible  et  quoi  de  plus  simple  pour  faire  le  vide,  pour  se  métamorphoser  que  les  sports  extrêmes.  De  plus  les  sports  extrêmes  ne  redonnent  pas  seulement  un  peu  de  sens à la vie, ils la glorifient. Comme le dit si bien David Le Breton : « C’est là que l’homme  sans qualité peut enfin tutoyer  la  légende, aller au bout de ses forces,  jouer symboliquement  (ou  pas)  son  existence  pour  gagner  enfin  ce  surcroît  de  sens  qui  rend  la  vie  plus  pleine,  lui  7  donne  une  signification  et  une  valeur. »  L’intensité  de  l’événement  est  telle  que  n’importe  qui se prend pour un véritable héros et voit alors sa vie comme celle de quelqu’un de grand,  son existence retrouve tout simplement son sens. De plus en plus dans notre société l’homme  essaie de ne pas trop réfléchir et il n’a plus besoin de sens pour agir mais pour vivre tout est  différent : car il est impossible à l’être humain de vivre sa vie sans qu’elle n’ait à ses yeux ni  de valeur ni de sens. L’homme a besoin de buts et de sens et comme la société ne lui donne  plus de buts ni de valeur, l’homme les recherche dans les activités extrêmes. Il cherche à être  reconnu et si ce n’est pas pour ce qu’il est ce sera pour ce qu’il fait. Afin de tutoyer ne serait­  ce  qu’un  instant  la  légende  l’individu  est  prêt  à mettre  son  intégrité  physique  et  mentale  en  jeu.  Mais  l’exploit  et  la  performance  ne  sont  que  des  jalons  sur  le  parcours  initiatique  qui  mène  à  la  mise  en  service  d’un  nouveau  moi.  L’individu  cherche  la  reconnaissance  dans  la  performance et les médias l’ont bien compris. Ils nous vendent du rêve et ils nous le vendent  très  bien.  Nous  avons  eu  la  chance  de  visionner  le  dvd  « red  alert »  de  Dominique  Perret  et  nous  avons  pu  constater  à  quel  point  l’identification  est  forte.  Le  statut  du  skieur  extrême  a  totalement  changé  et  il  est  passé  d’un  original  un  peu  fou  à  un  véritable  héros.  En  mettant  toute  recherche  de  sens  de  côté  les  médias  ont  fait  du  ski  extrême  un  véritable  show.  Les  montagnes  deviennent  une  simple  surface  de  jeu  pour  enfants  fous  et  de  ce  royaume,  les  8  comportements  les  plus  aberrants  sont  rois  .  Les  skieurs  deviennent  des  images,  ils  jouent,  voire sur­jouent leur personnage, ils ne sont plus que des apparences. Le rêve s’est changé en  spectacle. La recherche de sens et la profondeur spirituelle du ski extrême ont presque disparu  depuis la sur­médiatisation de ce sport. Faire une voie ou un sommet seulement pour l’argent  ou pour la gloire est dangereux. Combien ne sont jamais revenus de la descente qui devait les  rendre  célèbres ?  Combien  sont  morts  par  faute  d’amateurisme  ou  par  surenchère  de  folie,  mort pour le simple désir de vouloir faire quelque chose de jamais  fait, de devenir  le seul et  l’unique, de devenir le meilleur ? Dans la plupart des livres et des interviews que nous avons  lus, l’exploit devait se faire en solo, il faut être seul face à soi­même. C’est le principe même  de  la  méditation  et  de  toutes  sortes  de  techniques  visant  à  mieux  se  connaître.  Cependant  l’activité extrême, si elle est partagée, crée des liens très forts entre les individus d’un groupe  et c’est ce que recherchent les patrons. Nous pouvons  le constater avec  la  multiplication des  raids d’entreprise. Ces raids sont organisés afin de lier les membres d’une entreprise entre eux  et  de  créer  un  véritable  groupe.  Alors  comment  expliquer  la  solitude  des  skieurs  dans  leurs  descentes ?  Déjà  ils  ne  descendent  quasiment  jamais  seul  car  il  y  a  toujours  au  moins  un  hélico, une caméra, etc. Mais la descente, elle, se fait en solo. Nous ne pensons pas que c’est  exclusivement pour le bien de l’image mais bel et bien parce qu’il serait difficile de partager.  Le fait d’être seul a une immense signification symbolique et partager la descente diminuerait  son  intensité.  Il  y  a  aussi  le  fait  de  se  retrouver  seule  face  à  la  nature,  dans  une  relation 
7  8 

David LeBreton, in « Passion du Risque », recto de la couverture  Inspiré par le livre d’Eric Dumont : « Les Aventuriers de l’impossible »

20 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  presque  fusionnelle.  En  effet  que  ce  soit  conscient  ou  inconscient,  le  skieur  vit  une  relation  très forte avec la nature. Pour preuve les expressions : « pente vierge, prendre son pied, c’est  jouissif » qui ne font que confirmer  que la relation homme, nature  est très particulière.  Le vertige 
9  Le  vertige  est  une  expérience  provoquée,  subie,  inattendue  ou  souhaitée,  des  limites,  de  la  frontière,  une  expérience  de  franchissement,  avec  la  double  composante  physique  et  psychique.  Cette  expérience  hors  norme  qui  conduit  l’individu  à  modifier  sa  vision  de  l’univers et même la vision de sa propre situation dans cet univers. On brouille les repères et  on crée un désordre provisoire dans ce qui normalement contrôle notre existence au sein de la  société.    Le  vertige  est  une  composante  essentielle  du  ski  extrême  il  est  même  à  l’origine  d’une bien curieuse expression : « je vais m’éclater ». Tout détruire pour mieux reconstruire.  Ce vertige est en totale opposition avec  la sécurité énorme autour des sports extrêmes. Tout  est calculé et on ne doit jamais rien  laisser au hasard. Heureusement  le risque  ne disparaîtra  jamais  complètement.  Nous  ne  voyons  pas  la  sécurité  et  le  risque  comme  opposés  mais  comme étroitement  liés. En effet la plupart de ces sports et surtout le ski  se déroule entre le  vertige  et  le  contrôle,  entre  risques  et  sécurité.  L’individu  est  clairement  à  la  recherche  de  cette ambiguïté mais est irrésistiblement plus attiré par le côté vertige. Ce vertige se retrouve  aussi dans la prise de drogue par exemple ; le but de presque toutes drogues étant de créer un  désordre provisoire dans l’esprit du sujet et de brouiller tous les repères qui régissent sa vie au  quotidien. C’est ce mélange physique et psychique qui fait que les sports extrêmes sont vécus  comme  un  véritable  bouleversement  de  l’être.  Le  corps  met  toute  sa  force  au  service  de  la  performance  et  comme  la  majorité  de  l’énergie  humaine  est  mobilisée  pour  que  le  corps  tienne  le  coup,  l’esprit  voit  son  enveloppe  protectrice  devenir  beaucoup  moins  perméable  et  toutes  sortes  de  pensées  normalement  refoulées  viennent  semer  le  doute  dans  notre  esprit  et  c’est alors, comme  le corps, que l’esprit se retrouve en  sur­régime. N’étant pas habitué à ce  trop plein émotionnel, l’esprit traverse alors une sorte d’épreuve quasi aussi violente que celle  que subit le corps. Le ski extrême n’est ici pas le meilleur des exemples mais son « ancêtre »  l’alpinisme  oui.  Il  y  a  eu  de  nombreux  alpinistes  devenus  fous  lors  d’une  ascension  et  pas  seulement  à  cause  du  manque  d’oxygène.  Le  corps  et  l’esprit  subissaient  une  telle  pression  qu’ils finissaient par craquer et l’individu se retrouve alors dans un état de folie pure. Quand  les alpinistes entraient dans cet état ils étaient considérés comme dangereux car ils devenaient  imprévisibles  et,  dans  ce  genre  de  sport,  être  imprévisible  est  très  dangereux.  Mais  c’est  lorsque  l’on  entre  dans  cet  état  que  notre  vie  est  réellement  en  danger  car  les  risques  deviennent alors inexistants et l’individu n’a plus aucune pensée rationnelle. Ces actions n’ont  plus de sens, il devient fou. 

« Devenant comme fou, il partit droit devant lui en emportant avec lui la cordée. Tout de suite  stoppé par ses équipiers il semblait animé par une puissance qui surpassait totalement la nôtre.  Il tira sur la corde encore et encore et cette dernière, qui le maintenait en vie, finit par céder. Il  courut droit devant lui jusqu’à que nous ne le vîmes plus. Est­il arrivé là où il voulait aller, je  10  ne sais pas. »  Comment accorder ce bouleversement spirituel avec l’attention et la concentration qu’exigent  le ski extrême ? Sur certaines pentes, il suffit qu’ils loupent un virage, qu’ils ne voient pas un 

Définition inspirée par les livres de David Le Breton : « Passion du risque », « Jeux symboliques avec la mort »  et l’ouvrage de Paul Yonnet : « La montagne et la mort ».  10  Maurice Herzog,, « les grandes aventures de l’Himalaya »

21 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  caillou  pour  mourir.  Ce  mélange  de  contrôle  et  d’abandon  de  soi,  de  pouvoir  et  d’impuissance,  n’est­ce  pas  tout  simplement  ça  l’aventure ?  Un  trop  plein  émotionnel  que  notre  cerveau  n’arrive  plus  à  analyser,  une  émotion  tellement  intense  qu’elle  nous  parait  absente.  Repousser les limites  « Rien n’est impossible, seules  les  limites de nos esprits définissent certaines choses comme  inconcevables. » Marc Lévy  Nous trouvons que cette phrase illustre à merveille  la devise de tous ces sportifs et surtout de tout les  skieurs : « Rien n’est impossible». Dans le monde  actuel nous sommes submergés par des règles, des  lois et des limites. Un périmètre défini où l’on fait  croire à l’homme qu’il évolue en liberté. Mais ces  limites sont faites pour être franchies et ces skieurs  fous  ne  se  gênent  surtout  pas !  Il  existe  aussi  des  individus  (quelques­uns  un  dans  le  ski  extrême  mais  surtout  des  jeunes)  pour  qui  les  limites  n’existent  pas.  N’ayant  aucun  repère,  ils  vivent  dans  un  suicide  quotidien  où  les  risques  inconsidérés  sont  devenus  monotones.  Cette  sorte  d’individu  ne  nous  intéresse guère car  ils peuvent  tout  simplement  être  considérés  comme  des  malades  qu’il  faut  soigner  et  non  pas  comme  des  skieurs.  En  effet  les  skieurs  extrêmes  ne  sont  pas  des inconscients, bien au contraire, ils savent faire  le tri entre les risques utiles et les risques inutiles.  Un  inconscient  ferait  un  saut  de  cinq­cent  mètres  en  parachute  sans  parachute,  un  skieur  extrême  ferait  un  saut  de  six  mille  mètres  mais  avec  tout  l’équipement  nécessaire !  Il  est  clair  que  sans  risques  ces  activités  extrêmes  ne  seraient tout  simplement plus rien donc tous les risques ne sont pas enlevés et parfois certains sont même  rajoutés afin de pimenter la descente. Mais l’homme a toujours eu ce besoin de repousser ses  propres  limites  aussi  bien  que  celles  de  l’humanité.  Ces  skieurs  recherchent  toujours  du  nouveau,  une  face  encore  plus  folle,  une  voie  encore  plus  dangereuse.  La  société  ne  lui  donnant plus de limites culturelles, l’individu recherche des limites physiques. Les limites de  l’esprit elles, sont plus difficiles à cerner mais bien plus intéressantes à dépasser. Se dépasser  est en quelque sorte franchir une étape car c’est en dépassant ses limites que nous savons où  elles se situent ! Mais qu’est­ce qu’il y  a soit derrière la limite ? La mort ? L’accident ? Pour  nous, la limite morale de l’homme c’est la peur. Vaincre sa peur c’est se vaincre, c’est avoir le  contrôle absolu de soi­même. Ce cache­cache avec  les  limites du possible est pour l’homme  un  véritable défi et comme dans tous les défis  il  y a une victoire soit une défaite. En cas de  défaite  la  sanction  est  souvent  radicale,  l’homme  est  donc  motivé  à  100%  pour  ne  pas  être  puni. Le skieur cherchera donc toute sa vie à repousser ses limites. Mais y’a­t­il une véritable  limite  qui  elle,  serait  impossible  à  repousser ;  existe­t­il  vraiment  une  frontière  entre  le  possible et l’impossible ? Nous en sommes convaincus. Pour ce qui est de la limite physique  elle  est  évidente  mais  il  y  a  aussi  une  limite  spirituelle.  Cette  dernière  dépend  de  plusieurs  facteurs et surtout du caractère du skieur. Son vécu, sa vie affective, son état d’esprit tous ces 22 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  facteurs  rentrent  en  compte  lorsqu’on  parle  de  limites.  Savoir  se  donner  des  limites  est  une  qualité très respectée dans le milieu de l’extrême et il n’est pas rare de voir des gens renoncés  après  deux  heures  de  marche  et  juste  parce  qu’ils  ne  le  sentent  pas  bien  ou  renoncer  devant  une  rocheuse  de  dix  mètres  (faisable  par  de  bons  skieurs  amateurs)  juste  parce  que  quelque  chose  ne  leur  plaît  pas  trop 11 .  L’impatience,  quoi  de  plus  dangereux  pour  un  skieur  de  l’extrême ? Comme nous le disions les skieurs professionnels ne sont pas des amateurs et ils  arrivent à éviter  les risques  inutiles qui apparaissent dès que  l’individu essayent de forcer le  destin. Ces risques peuvent être évités par la précaution et la patience. Mais  la  limite  la plus  claire  restera  toujours  l’accident.  Pour  nous  l’accident  est  une  sorte  d’avertissement  soit  du  corps,  soit  du  mental,  voire  même  de  la  montagne  pour  faire  comprendre  qu’il  est  allé  trop  loin. Un accident pour lui faire prendre conscience qu’il n’est pas immortel et qu’il n’est pas  tout puissant. Juste un moyen de  le ramener à la raison. Mais tout le  monde n’interprète pas  l’accident de la sorte et la plupart des skieurs recommencent leurs folies après l’accident (s’ils  en ont la capacité physique !). Ce désir de dépasser ses limites, de se surpasser, sera toujours  le moteur de ces fous de l’extrême. Cette envie indomptable de faire mieux, de faire plus haut,  de  faire  plus  fou,  est  la  base  du  ski  extrême.  C’est  en  approchant  le  plus  possible  ou  en  dépassant  les  limites  de  leur  force,  de  leur  courage,  qu’ils  donnent  à  l’exploit  une  réelle  valeur.  Il  n’est  alors  plus  une  accumulation  de  passages  difficiles,  mais  une  aventure  à  part  entière.  La peur   Comme  nous  l’avons  dit  auparavant  la  peur  est  une  sorte  de  limite,  un  frein  à  l’audace  de  skieurs  de  l’extrême.  La  peur  nous  la  voyions  comme  un  signal  d’alarme  qui  se  déclenche  lorsque  le  danger  est  trop  grand.  Pour  les  skieurs  pros  la  peur  est  une  camarade  de  jeu.  Ils  vivent avec elle à chaque descente mais ils finissent par s’y habituer. Et pour les plus peureux,  l’expérience se charge de réduire la peur au silence. Le danger et la peur s’allient pour briser  l’être  et  on  sait  par  la  psychologie  que  le  risque  fait  partie  de  l’ordre  de  la  sexualité.  Le  rapprochement  est osé  mais  nous  paraît très  intéressant.  Cette  sensation  de  plaisir  ultime  où  tout se brouille, lorsqu’il ne reste plus que l’essentiel, un désir presque divin, que ce soit à ski  ou en sexualité, c’est l’orgasme. Ce rapprochement permet aussi d’expliquer cette espèce de  dépendance que développent les sportifs extrêmes, ce besoin de sensations fortes permanent.  La peur de l’accident garde cependant une petite emprise sur eux,  même s’ils apprennent de  mieux en mieux à la gérer. Mais la peur ne devrait pas être un frein seulement pour les skieurs  extrêmes  mais  pour tous.  Nous  avons  trouvé  sur  le  site  de  la  fédération  française  de  ski  des  statistiques  sur  les  blessés  à  ski.  Il  était  très  intéressant  de  noter  une  hausse  de  100%  des  accidents lors du premier et du dernier jour des vacances. Impatient de dévaler les pistes, les  vacanciers  ne  font  pas  attention,  ne  s’échauffent  pas,  s’aventurent  dans  des  endroits  très  dangereux et se blessent. Pour le dernier jour, l’explication nous paraît évidente à savoir que  l’individu  veut  profiter  à  fond  de  ce  dernier  jour  de  ski  et  à  nouveau,  la  précipitation  fait  oublier  le  danger.  La  peur  est  en  même  temps  le  moteur  et  le  frein  de  toutes  ces  activités  extrêmes. Même chez l’homme sauvage la peur était une sorte de rituel : pour devenir adulte  il fallait braver ses peurs. La peur était même vue par certains comme une faiblesse et il fallait  surtout  la  cacher.    Maintenant  le  problème  est  quelque  peu  différent  car  dans  notre  société  moderne, les gens cherchent à se faire peur tout le temps. Pour les skieurs elle est aussi parfois  recherchée  car  elle  permet  au  corps  de  libérer  plus  d’énergie,  afin  de  pouvoir  dépasser  les  limites  physiques  de  l’individu.  Mais  la  peur  de  l’accident  reste  bien  présente  et  elle  calme  pas mal de ces skieurs. Ces conquérants de l’inutile lors de leur quête d’identité, mettent leur 
11 

Déduction faite après la lecture de nombreuses interviews sur internet. ( http://www.skipass.com )

23 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  corps  au  service  de  la  performance.  Ils  affrontent  à  la  fois  les  obstacles  dits  objectifs,  extérieurs  (relativement  prévisibles)  et  les  obstacles  que  nous  fournit  notre  propre  esprit :la  peur , le doute, le désespoir… Cette seconde catégorie d’obstacle n’est surmontable qu’après  de  nombreuses  confrontations  avec  ces  sentiments.  C’est  lorsque  ces  deux  espaces  sont  parfaitement maîtrisés (intérieur, extérieur) que l’on exécute le bon geste au bon moment, le  mouvement  parfait,  l’harmonie.  Dans  cette  optique  la  peur  n’est  qu’un  signe  à  dépasser  en  s’investissant  complètement  dans  l’action,  en  faisant  abstraction  du  danger  par  la  simple  exécution  des  gestes  justes  réalisés  d’instant  en  instant.  Ce  qu’il  faut  en  résumé  c’est  parfaitement savoir gérer l’intuition et le savoir­faire afin d’écarter tous les dangers. Mais  le  sportif extrême est souvent à bout de forces et son esprit a de la peine à suivre et parfois il ne  fait même plus attention aux risques. Sa tête devient vide, il ne pense plus à rien. C’est cet état  12  que certains recherchent. L’alpiniste Jean­Marc Boivin  , un des plus casse­cou, clame haut et  fort  qu’il  ne  recherche  pas  la  peur  mais  son  opposé.  Sa  démarche  n’est  pas  une  quête  de  l’émotion mais au contraire son absence complète. Certes le danger l’intriguait et le fascinait  mais  pour  lui  le  plus  important  était  ailleurs :  dans  son  dépassement,  une  meilleure  connaissance de soi et de ses limites, la maîtrise. Une absence totale d’émotion, il ne resterait  plus que l’essentiel. Mais pourquoi se faire peur sur les skis plutôt que sur un manège ? Tout  simplement  que  lors  d’une  descente  tout  est  naturel,  nous  entrons  en  combat ou  plutôt  dans  une  sorte  de  partenariat  avec  la  nature  et  l’émotion  qui  se  dégage  de  cet  acte  est  d’une  intensité incomparable avec un simple tour de manège.  Ces aventuriers sont pour nous comme des  héros de bande dessinée : après s’être identifié à  eux,  nous pouvons vivre  le  vertige par  leur  intermédiaire, de  façon  indirecte  mais tout aussi  efficace.  Cette  identification  se  fait  grâce  aux  films  et  aux  images  qui  se  multiplient  dans  notre quotidien. Mais  ils deviennent alors comme des exemples et comme tous les exemples  ils sont faits pour être imités. C’est là que le danger intervient : l’individu n’aura pas peur car  il a vu son héros sauté des corniches bien plus hautes que celle­là et il finira sûrement par se  lancer. N’étant pas au point techniquement, il se fera probablement mal et on devrait se dire  bien  fait  pour  lui.  Mais  est­il  vraiment  responsable ?  Il  n’aura  simplement  pas  eu  idée  que  derrière  ces  belles  images  se  cachent  une  immense  équipe,  de  la  sécurité  mais  surtout  du  travail.  Ce  n’est  donc  pas  étonnant  de  noter  la  multiplication  de  journée  de  prévention  en  montagne où les riders pros se mêlent aux anonymes afin de leur expliquer que ce qu’ils font  c’est leur métier et qu’ils ont derrière eux des années de dur travail. La peur ils la ressentent  autant  que  nous  tous,  mais  ils  savent  l’interpréter  et  ainsi  ils  en  sont  presque  maîtres.  En  repoussant la limite de leurs peurs, ils se rapprochent un peu plus de l’ultime limite, celle où  tout s’arrête.  L’ordalie  Voilà  le  terme  qui  reste  pour  nous  le  plus  étrange  même  après  une  longue  étude.  Nous  ignorions  au  départ  ce  que  ce  mot  voulait  dire  mais  comme  presque  tous  les  ouvrages  que  nous  avons  lus  en  parlaient,  nous  nous  sommes  familiarisés  avec  ce  mot  étrange  et  voici  la  définition que nous en avons retenus : « L’ordalie est la soumission plus ou moins passive aux  13  circonstances après une initiative où la provocation à la mort est claire. »  Plus  la prise de risque est grande, plus  la  fascination du public est grande et plus  intense en  sont les  bénéfices retirés. Ce n’est pas seulement le cas pour les aventuriers  mais aussi pour  les jeunes comme nous avons pu le voir précédemment. Toute quête de limite se voit mesurée  sur la même échelle, à savoir la mort. Elle donne à l’individu une place dans le tissu social et 
12  13 

Alpiniste renommé pour ses prises de risques maximales lors de grandes ascensions  David Le Breton, « Jeux symboliques avec la mort ».

24 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  redonne à son existence valeur et sens. Ayant symboliquement fait face à la mort, l’individu  repart  avec  un  nouveau  souffle.  Mais  si  l’on  remonte  à  l’origine  du  mot  c’est  là  qu’il  prend  toute  sa  signification,  une  signification  radicale :  l’ordalie,  c'est­à­dire  l’abandon  de  soi  au  jugement de Dieu. L’individu  fait tout pour se retrouver dans des situations périlleuses où il  doit mobiliser toutes ses ressources pour s’en sortir. L’ordalie est une surenchère dans la prise  de risque  car elle soulève la possibilité non négligeable de mourir. Elle pousse le risque à son  maximum tout en laissant des possibilités de s’en sortir. La métaphore du contact avec la mort  est poussée  jusque dans ses derniers retranchements. L’ordalie était surtout présente dans de  nombreuses civilisations primaires lors de rites initiatiques. A ce jour elle s’est transformée en  rite  individuel  de  passage  à  savoir  que  l’individu,  à  travers  une  prise  de  risque  excessive,  affronte  la  réalité  de  mourir  pour  garantir  son  existence.  On  passe  du  communautaire  à  l’individuel,  les  risques  sont  personnels.  S’il  échappe  à  la  mort  qu’il  a  délibérément  provoquée,  il  s’administre  la  preuve  que  son  existence  a  un  sens  et  une  valeur.  C’est  tout  simplement jouer son existence à pile ou face ou à la roulette russe. 

La mort  Voilà ce qui  nous semble être  la  base des  sports extrêmes  et nous allons  même  jusqu’à dire  que  si  l’être  humain  était  immortel,  il  n’y  aurait  pas  de  sport  extrême.  La  mort  est  ce  qui  redonne  du  sens  à  la  vie  de  tous  ces  sportifs  ce  qui  est  clairement  contradictoire, mais  en  y  ayant  réfléchi  depuis  maintenant  quelques  mois,  cette  perspective  est  loin  d’être  dénuée  de  sens. L’individu  lorsqu’il  se  mesure à la  mort n’est plus  maître de son destin. Le  hasard  fait  partie du voyage et décide souvent même de son issu.  « Ils seraient morts sans une série d’évènements en eux­mêmes petits et purement aléatoires,  qui se sont succédés et emboîtés de façon étrange, qui se sont produits ici et cette fois et n’ont  14  aucune chance de se renchaîner un jour de la même manière. »  Cette  phrase  illustre  à  merveille  la  fragilité  de  l’existence  et  de  l’importance  du  destin  lors  d’une activité à hauts risques. La chance est comme un fil et trop tirer dessus c’est prendre le  risque qu’il cède et d’ainsi arriver à la plus extrême des limites, à savoir la mort. La mort est  la seule règle et le seul repère fixe dans ce genre de sports.  La  montagne  est  un  champ  d’expériences,  d’expériences  uniques,  de  luttes  et  de  contemplations. Mais ce champ d’expériences individuelles ne s’ouvre que quand l’objectif et  le  but  transcendent  l’expérience  ordinaire  de  la  montagne.  Comme  vous  l’imaginez  s’il  est  bien  une  chose  de  personnelle  dans  le  milieu  du  ski,  c’est  la  relation  qu’entretiennent  les  « riders » avec la mort. Nous avons déjà démontré l’égoïsme des skieurs car la descente se fait  souvent seul mais c’est aussi, à notre avis, afin de ne pas avoir à faire le Choix : sa peau ou la  mienne. 

14 

Paul Yonnet, « La montagne et la montagne ».

25 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  La religion donnait un sens à la mort, une explication logique et qui permettait à l’individu de  ne  pas  se  tourmenter.  La  religion    n’est  plus  le  guide  qu’elle  était,  l’individu  est  livré  à  lui­  même  pour  la  réponse  à toutes  ses  interrogations  sur  le  sens  de  l’existence,  sur  la  mort tout  simplement  sur  ce  qu’il  est.  La  représentation  de  la  mort  devient  alors  beaucoup  plus  personnelle et il faut rechercher le sens de sa propre mort. Cependant la mort reste un point de  repère  idéal  car  elle  concerne  tout  le  monde  sur  la terre  et  personne  ne  peut  y  échapper.  En  mettant leurs vies en jeu, ils cherchent simplement à se rappeler combien la vie est agréable et  qu’elle vaut la peine d’être vécue à 100%. Stendhal le résume simplement en disant : « Il faut  entrer dans la vie par un duel. » Tant que l’individu ne s’est pas trouvé confronté à la mort, il  ne  connaît  pas  le  vrai  prix  de  l’existence.  A  noter  que  cette  confrontation  ne  se  déroule  pas  obligatoirement  lors  d’un  sport  extrême  mais  le  fait  de  guérir  d’un  cancer  nous  rappelle  également combien la vie vaut la peine d’être vécue.  Les  expériences  de  ces  sportifs  avec  la  mort  sont  comparables  à  celles  des  chamans :  ils  parviennent  à  atteindre  un  ailleurs  où  l’impossible  devient  possible.  Cet  endroit  comment  y  parvenir  sans  mettre  sa  vie  en  danger ?  En  revenir  vivant,  c’est  rentrer  avec  une  force  démultipliée,  une  sorte  de  pouvoir.  Aller consciemment à la rencontre de la mort, la provoquer, s’amuser avec elle,  s’en rapprocher  le plus possible tout en essayant de  la contrôler, c’est ressentir  l’urgence de  vivre, enfin mesurer la vie à sa juste valeur. C’est en voyant le noir que le blanc paraît si beau  et si clair…

26 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Inter view Ber tr and Dener veaux 

Bertrand Dénervaud est un des plus prestigieux freerider suisse de tous les  temps. Il est membre du jury de l’Xtrême de Verbier, membre du comité et  ouvreur de la piste. Il est aussi très impliqué dans des grands projets visant  à protéger et à sauvegarder nos montagnes et nos lacs (Summit foundation)  et dans des événements tel que le freeday (journée de prévention et d’initiation au freeride). A  côté du freeride, il travaille pour la marque « Scott ». Nous venons de trouver l’homme de la  situation. En effet qui pourra mieux que lui nous renseigner sur le côté marketing et nous faire  profiter de son expérience de freerider pour nous faire voir ce que pense un professionnel de  l’extrême  de  son  activité.  Nous  pourrons  grâce  à  cette  interview  confronter  ses  pensées  aux  nôtres  afin  de  voir  s’il  le  ressent  réellement  tout  ce  que  nous  avons  dit  dans  les  pages  précédentes. 

L.G, A.Z : Quel est ton rôle au sein de l’équipe de l’Xtrême de Verbier ?   B.D : A l’Xtrême, je fais partie du groupe qui invite les « riders » ( = freeriders ) avec Nicolas  qui est  l’organisateur.  Chaque  année,  on  s’assied  en  été,  on  re­regarde  tous  les  « runs »  (  =  descentes ), on regarde les applications ensemble comme ça Nicolas n’a pas besoin de décider  qui  vient  ou  ne  vient  pas  tout  seul.  Après,  pendant  l’événement  en  lui­même,  je  suis  en  général le premier ouvreur, je descends donc la face en premier et cela pour tester la neige, en  plus  pour  donner  quelques  informations  aux  riders.  Cela  est  nécessaire,  parce  qu’avant  l’événement personne  ne descend  la  face  pendant trois semaines, afin de  laisser  la descente  vierge de toutes traces. Comme ça, on peut leur dire s’il y a des mauvaises surprises, s’il y a  des  plaques,  si  c’est  gelé  à  certains  endroits.  Je  remonte  ensuite  au  sommet,  vers  les  juges,  comme ça je peux leur dire à eux comment est la face, si cette année on peut s’attendre à des  bons  runs,  parce  que  les  conditions  sont  parfaites ;  cela  les  aide  surtout  à  juger  les  premiers  runs, car si l’on sait comment est la neige et que les conditions sont excellentes, par exemple,  on peut s’attendre à ce que les runs soient très bons. Quand on sait cela et que les premières  descentes  sont  assez  moyennes,  on  peut  ainsi  leur  donner  une  note  basse,  ce  qui  permet  ensuite  d’avoir  une  marge  pour  les  notes  des  runs  suivants.  Durant  l’événement,  ce  qui  est  surtout difficile, ce sont les notes moyennes, parce que si l’on note celles­ci trop haut, après il  est difficile de noter les riders suivants qui peuvent  être meilleurs, d’où l’intérêt du premier  ouvreur qui donne un peu le niveau général auquel il faut s’attendre. 

Toi  qui  travailles  pour  une  marque,  as­tu  constaté  une  évolution  des  mentalités,  que  ce  soit  dans l’Xtrême de Verbier, ou, plus généralement, par rapport aux freeriders et au fait qu’il y  ait de plus en plus d’argent dans ce milieu ?  
Il y a eu un moment où le freeride était bien à la mode ; on peut dire que c’était il y a environ  cinq ans, au moment où toutes les marques sont réellement entrées dans le milieu, et qu’elles  ont  commencé  à  investir  beaucoup,  on  peut  dire  que  c’est  à  ce  moment  là  qu’il  y  a  eu  une  sorte de boom de l’extrême, toutes les marques ont pensé qu’il leur fallait une team freeride et

27 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  où les  freeriders ont réussi à vendre  leur image pas trop mal. Mais depuis environ deux ans,  c’est bien redescendu, maintenant il y a énormément de freeriders qui n’ont pas de contrat et  sans contrat, on ne peut pas faire grand chose dans ce milieu. Pour le snowboard, en général,  mais aussi pour le ski, ce n’est pas un bon business en ce moment, mais il est clair qu’en plus  avec  une  année    comme  celle­ci  avec  Turin  et  les  jeux  olympiques,  les  marques  essayent  plutôt  d’avoir  des  « freestylers »  qui  vont  aller  aux  jeux.  Le  souci  qu’ont  les  marques  en  général avec  le  freeride, c’est que  l’on a  beau avoir de superbes photos ou films, on en  voit  presque jamais le matériel utilisé. C’est toujours filmé  de loin, il y a de la poudre partout... au  final il n’y a pas de retour placement­produit. Donc à cause de cela, il y pas mal de freeriders  qui s’en sortent mal au niveau financier, parce que les marques préfèrent investir dans quelque  chose de plus rentable. 

Avec ta grande expérience des descentes, on espérait que tu puisses nous dire un peu ce que  tu ressentais avant, pendant et après une descente, à quoi est­ce que tu penses ?  
En fait, cela dépend pour moi beaucoup du degré. Des pentes qui ne sont pas très raides et/ou  pas  très  difficile  influencent  notre  façon  d’appréhender  la  descente.  Suivant  comment  elles  sont, on se dit que l’on ne risque pas grand chose, on se fait juste plaisir à fond en faisant de  grandes  courbes  et  là,  en  règle  générale,  tu  éprouves  du  plaisir  pendant  la  descente.  On  s’éclate vraiment pendant le virage, on n’a pas besoin quand on arrive en bas de se retourner  pour  regarder  la  trace,  c’est  vraiment  un  plaisir  instantané.  Puis  après,  plus  les  pentes  deviennent  raides,  plus  il  y  a  des  passages  engagés  dedans,  plus  tu  fais  en  quelque  sorte  abstraction des passages faciles pour te concentrer sur les passages durs et en l’occurrence, le  plaisir  vient  plutôt  après.  Par  exemple,  lorsque  l’on  réussit  à  poser  une  « cliff »  (  =  falaise),  avant de se jeter, on a peur, alors on se concentre et on se lance en se disant que ça va réussir,  que  l’on est capable et alors  là,  le plaisir  monte à  la  fin de  la descente, lorsque  l’on est ravi  d’avoir réussi ce que l’on voulait… La différence entre un terrain plat où il  y a par exemple  une grosse « cliff » et un terrain raide très raide comme l’Xtrême, c’est qu’à Verbier il n’y a  presque  aucun  moment  où  tu  peux  te  relâcher,  on  doit  être  concentré  du  haut  jusqu’en  bas  parce que même un virage simple peut masquer quelque chose et provoquer la chute fatale. 

Justement cet accident, que représente­t­il pour toi ?  
L’accident est un peu le passage obligé lorsque l’on s’expose comme ça ; il n’y a personne qui  fait  dix  ans  du  ski  ou  du  snowboard  pro  sans  qu’il  lui  arrive  une  seule  fois  quelque  chose,  c’est tout simplement impossible. 

Est­ce alors une sorte d’avertissement ?  
Il  y a différentes sortes d’accidents ;  l’accident où l’on a exagéré, où l’on a été trop loin par  rapport à nos capacités, il y a l’accident de circonstance où la chance n’a pas été avec toi… il  y en a plein, mais de toute façon, un jour ou l’autre, il y en a un qui nous arrive, il faut juste  espérer que ça n’est pas trop grave. Le problème, c’est que beaucoup de gens dans la société  actuelle n’acceptent pas l’accident, elle cherche un responsable,  il  lui  faut un coupable, dans 28 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  tous les cas il faut une explication. Le milieu de la montagne et le milieu de la mer sont peut­  être  les  deux  derniers  milieux  où  il  y  a  encore  une  population  qui  accepte  l’accident,  la  possibilité  de  l’accident.  Des  gens  qui  acceptent que  les  éléments  puissent  nous  faire  subire  quelque chose. Demain, si l’on se retrouve en mer et qu’il y a une tempête, ce n’est la faute de  personne.  En montagne, c’est un peu pareil, c’est une question d’appréciation, on peut aller  s’exposer dans un endroit, mais on n’est jamais à cent pour cent sûr que la neige tienne, qu’il  n’y  ait  pas  un  caillou  à  la  réception  d’un  saut.  Donc  on  prend  des  risques,  que  l’on  espère,  mesurés,  en  sachant  que  sur  cent  fois  où  l’on  prend  des  risques  à  septante  pour  cent,  on  a  quand  même  la  possibilité    de  tomber  du  mauvais  côté  de  la  barrière.  Après,  grâce  à  l’expérience, on peut faire en sorte  que même lorsque les choses se passent mal, on limite les  dégâts. Mais il reste tout de même le risque qu’une fois ou l’autre, ça fasse mal, on a tous une  ou deux cicatrices. 

Que penses­tu de la sécurité lors de l’Xtrême de Verbier par exemple ? Penses­tu  que celle­ci  puisse nuire au plaisir du freerider ?  
L’Xtrême de Verbier est vraiment un show, il  faut le voir comme tel ; c’est une vitrine pour  montrer à un public le plus large possible ce qu’est ce sport. C’est un show en ce sens que les  riders  prennent  un  temps  fou  à  étudier  leur  ligne,  alors  que  l’on  ne  prend  jamais  autant  de  temps pour étudier la descente en temps normal. C’est un show aussi parce que normalement  on  prend  son  temps  pour  descendre  une  face  comme  ça.  Les  deux  seules  raisons  pour  lesquelles  tu  ne  prends  pas  ton  temps  lors  de  la  descente  d’une  face,  c’est  à  cause  d’un  « contest »  (  =  compétition)    ou  d’une  caméra ;  ces  deux  éléments  font  qu’un  bon  rider  va  skier juste à l’intérieur de sa limite et qu’un rider peut­être moins expérimenté va parce qu’il y  a  des  caméras,  parce  qu’il  y  a  des  juges  skier  juste  en  dessus  de  sa  limite,  c’est  une  des  grandes raisons pour laquelle à l’Xtrême, il y a un bon nombre de freeriders qui ont déjà  de  nombreuses  années  d’expériences,  Nicolas  a  peur  que  les  gens  aillent  au­delà  de  leur  limite  parce  que  c’est  l’Xtrême.  On  essaye  d’inviter  des  gens  qui  ont  suffisamment  de  recul  pour  rider à leur niveau  malgré  les enjeux. Des gens qui ne prennent pas des risques  inconsidérés  parce que c’est une grande compétition. 

Alors tu prends quand même plus de plaisir quand tu descends une face pour toi que lorsque  tu es dans une compétition ?  
Oui  et  non,  parce  que  l’approche  est  différente  lorsque  l’on  skie  pour  soi,  parce  que  l’on  improvise beaucoup plus. A l’extrême, l’improvisation n’a pas sa place, on sait chaque virage  que l’on va prendre, on connaît chaque bosse que l’on va sauter ; le run a déjà été fait 150 fois  dans la tête avant la descente réelle, avec trois ou quatre variantes selon les réceptions de saut.  Beaucoup d’options s’offrent à nous selon les réceptions donc, mais aussi selon la qualité de  la neige. Mais au final, tout est préparé, tout est pensé à l’avance. 

Avec tout ce que tu nous as dit, est­ce que tu arriverais à dégager un profil type du freerider ?  Quelque chose qui les regroupe plus ou moins tous ?

29 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  Le freerider est avant tout quelqu’un qui se construit. On devient freerider à force de faire nos  expériences. Un peu à la manière d’un alpiniste, on ne naît pas alpiniste, on devient alpiniste à  force d’aller tranquillement toujours plus haut, à force d’apprendre toujours un peu plus sur la  montagne. Plein de petits détails qui font que l’on change lentement mentalement notre façon  de voir la montagne, à force de la côtoyer. 

Que représente pour toi la montagne, quel rapport t’entretient avec elle ?  
Plus j’avance, plus j’en ai fait, plus j’ai de respect et surtout plus j’ai peur. Quand on côtoies  bon  nombre  de  skieurs  et/ou  snowboarders  que  l’on  respecte  énormément,  qui  sont  parfois  meilleurs et que c’est eux qui se font avoir, c’est là que l’on réalise que plus on apprend, plus  on se rend compte du fait que  l’on  y  connaît rien. Et même en sachant tout, il  y a tellement  d’aléatoires…  ça  demande  dès  lors,  un travail  sur  soi.  Il  faut  accepter,  assumer  ses  actes ou  alors arrêter. 

En somme, il faut rester humble face à la montagne 
Oui, complètement. Mais, aussi, on entend souvent ces grandes phrases : « il faut être capable  de  renoncer  quand  les  conditions  sont  mauvaises. »  cela  dit,  il  est  rare  que  l’on  arrive  au  sommet,  que  l’on  se  dise  que  les  conditions  sont  mauvaises  et  que  l’on  reparte  aussitôt.  En  général,  on  sait  déjà  bien  avant  de  monter  si  les  conditions  ne  sont  pas  bonnes.  Une  fois  monté,  de  toute  façon,  il  faut  bien  descendre  par  un  endroit  ou  par  un  autre.  Mais  alors,  tu  fonces et tu prévois tes points de sortie si ça se passe mal. 

Mais  justement,  on  voit  souvent  sur  des  vidéos,  le freerider  seul  et  alors  tout  paraît  simple,  comme s’il y était allé sur un coup de tête, sans préparation préalable… 
Mais dans les vidéos, il faut savoir comment ça se passe. D’abord ils vont faire des photos de  la  face  depuis  en  bas,  puis  ils  re­vérifient  avec  des  jumelles.  Après  ils  montent  avec  l’hélicoptère dans la face, ils vérifient leur ligne à l’envers. Quand ils arrivent en haut, ils ont  leur écran LCD et ils regardent leurs photos de la face et ils la mémorisent. Ensuite la plupart  d’entre eux ont un Walkie­Talkie et le caméraman qui filme leur dit si jamais il se passe quoi  que ce soit. Il peut aussi donner des  indications au skieur,  lui dire qu’une plaque a  lâché en  dessus ou qu’il se dirige dans une mauvaise direction, etc. Il y a nettement plus de préparation  que  ce  que  les  films  laissent  entendre.  Il  y  a  toujours  un  guide,  il  y  a  toujours  du  monde  là  autour, on ne montre en effet pas toute l’infrastructure qui se cache derrière. 

Penses­tu qu’il est dangereux de montrer ce genre de vidéos, sans montrer le cadre qui existe  derrière la caméra ?  
Oui, c’est dangereux, parce que forcément cela donne envie. Mais d’un autre côté ces vidéos  sont géniales parce qu’on voit qu’il est possible d’exercer sa passion dans un cadre 30 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  relativement  sécuritaire.  Le  problème,  c’est  que  l’image  demande  que  le  freerider  soit  seul  dans  une  nature  vierge.  Mais  à  côté,  il  y  a  pas  mal  de  mouvements  qui  se  mettent  en  place  comme  « l’envers  du  décors »  organisé  par  Cyril  Nery  et  qui  fait  le  tour  des  écoles  pour  expliquer vraiment aux jeunes ce qu’il se passe derrière ces vidéos, derrière ce rêve que l’on  essaye de vendre. Il serait pourtant faux de croire qu’en faisant de la prévention, les gens vont  miraculeusement cesser de vouloir y aller. Chacun a une responsabilité, que ce soit l’industrie  ou les riders, tout le monde devrait faire le maximum pour informer.  D’un autre point de vue, pourquoi priverait­on  les gens de faire ce que nous faisons tous les  jours, je n’irais pas jusqu’à dire que ça vaudrait la peine de mourir pour cela, mais cela reste  un sentiment extraordinaire de descendre en hors piste. 

T’arrive­t­il d’y penser à la mort, pendant la descente par exemple ?  
Pendant la descente : non ; après on y pense forcément si l’on a eu l’impression d’avoir joué  un peu avec elle. On y pense d’autant plus, lorsque des gens que l’on connaissait bien y sont  passés. Quand on ride avec quelqu’un à qui on donne toute sa confiance parce qu’il avait une  telle connaissance qu’on aurait pu y aller les yeux fermés et que c’est lui qui y passe…. Tout  devient plus relatif. 

Qu’est ce qui pourrait te faire arrêter de rider ?  
Je  pense  que  quelques  uns  qui  ont  eu  une  mauvaise  expérience  et  qui  s’en  sont  sortis  in  extremis  se  sont  dits  « plus  jamais ».  Mais  moi,  ça  ne  m’est  encore  jamais  arrivé.  Chacun  a  une limite, chacun a une leçon à tirer de ses expériences. La plus grave pouvant être la leçon  finale. 

Tu  n’es  pas  marié  et  tu  n’as  pas  d’enfants,  mais  penses­tu  que  cela  changerait  ta  façon  de  rider ?  
Oui, il est certain que ça donne une responsabilité supplémentaire, parce que si l’on tombe, ce  n’est pas seulement nous que nous pénalisons. Mais il y a des gens qui change leur manière de  rider et d’autres qui continuent à prendre des risques ; mais quand tu es en haut, tu es de toute  façon  concentré  sur  ta  descente  et  sur  rien  d’autre.  C’est  clairement  un  métier  où  l’on  s’expose.

31 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Commentair e 

La première chose, que nous n’avons pas été étonnés d’entendre, est  la  définition  de  Bertrand  Dénervaud  d’un  événement  comme  l’Xtrême  de  Verbier comme étant un show. Tout est préparé des jours à l’avance et à  moins  d’une  mauvaise  surprise  il  n’y  a  quasiment  pas  de  place  pour  l’improvisation.  De  plus  dans  une  compétition  comme  celle­ci,  les  organisateurs  ne  recherchent  que  des  gens  expérimentés  afin  de  minimiser  tous  les  risques.  Il  faut  donc  en  déduire  qu’il  y  a  le  ride  business  et  le  ride  plaisir.  Le  ride  business  a  ses  propres  règles  et  les  skieurs  et  les  snowboardeurs  pros  sont  obligés  de  participer  à  ce  business  pour  le  simple  fait  que  ce  sont  ces  photos,  ces  films,  ces  compétitions  qui  les  font  vivre. Le plaisir que procure cette sorte de ride est à notre avis différent et moins pur que le  ride naturel. Le ride business c’est ce qui nous fait rêver et c’est ce qui permet aux freeriders  de se vendre. Mais la préparation qui apparemment est quasi nulle est en fait gigantesque. Les  lignes sont étudiées soigneusement et on essaie de tout prévoir, de mettre toutes les chances  de son côté pour que tout se passe bien. Bertrand Dénervaud, de par son emploi chez Scott,  nous  a  appris  que  le  ski  et  le  snowboard  extrême  ne  sont  plus  aussi  intéressants  qu’il  y  a  quatre ou cinq ans. En effet les descentes extrêmes, les films et les photos valorisent beaucoup  plus l’homme que le matériel et le retour sur investissement n’est donc pas assez important.  Le  ride  pour  le  plaisir  se  rapproche  beaucoup  plus  de  ce  dont  nous  avons  traité  depuis  le  début, un plaisir avant tout personnel. Nous  l’avons donc  interrogé sur sa propre expérience  afin  de  se  glisser  en  lui  lors  d’une  descente  virtuelle.  Pour  lui  il  y  a  deux  grandes  sortes  de  descente, les raides et les très raides ! Le plaisir qu’il tire de ces deux descentes n’est pas le  même.  Lors  d’une  pente  raide  mais  où  le  danger  n’est  pas  omniprésent,  le  plaisir  est  instantané. On prend son pied tout au long de la descente et on profite un maximum. Pour une  pente très raide les choses sont quelques peu différentes. Avant la descente la peur est bel et  bien là et il y a une recherche  de concentration extrême. Une fois partie, la concentration doit  être maintenue tout au long de la descente car l’erreur n’est pas permise. Il n’y a pas de vide  dans  une  descente  comme  celle­ci,  mais  une  intensité  continue  qui  ne  nous  accorde  aucun  repos, aucun moment de récupération lors de la descente. Mais une fois passée, cette descente  lui procure un bonheur immense et bien plus profond que lors d’une petite pente. La pression  retombe  et  le  sentiment  d’en  être  revenu  glorifie  l’âme  du  descendeur.  Mais  ce  qui  nous  a  étonné c’est ce qu’il nous a dit à propos des limites. Pour lui il ne faut jamais aller au­delà de  ses  limites  et  il  faudrait  même  garder  une  marge  de  sécurité  et  ainsi  éviter  de  se  donner  à  100%.  Il  faut  quand  même  remarquer  le  fait  que  nous  nous  sommes  entretenus  avec  un  homme d’expérience : son discours n’est­il pas seulement une façade ? Descend­t­il toujours  en  dessous  de  ses  limites ?  Rien  n’est  moins  sûr.  Rester  en  dessous  de  ses  limites  permet  d’éviter  l’accident  et  sur  ce  point  Bertrand  Dénervaud  a  été  très  clair : « C’est  un  passage  obligé, il est impossible de faire dix ans de freeride sans être au moins une fois victime d’un  accident ». Mais le mot victime n’est sûrement pas à sa place car pour lui, il est responsable  de ses actes. De nos jours la société veut à tout prix éviter l’accident et s’il se produit quand  même,  on  cherche  alors  des  responsables.  Dans  les  milieux  de  l’extrême  (principalement  la  mer  et  la  montagne)  les  responsabilités  sont  assumées.  Comme  il  le  disait  lui­même : « Ce  sont  des  endroits  où  l’on  accepte  encore  l’accident ».  Et  n’est­ce  pas  ça  la  liberté  totale ?  Il  distingue cependant deux sortes d’accident à savoir les petits pépins et les grosses chutes. Ces

32 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  dernières  étant  comme  nous  l’avons  dit  auparavant  une  sorte  d’avertissement.  Les  petites  chutes ne sont pour lui qu’un passage obligatoire dans une carrière de freerideur.  Nous l’avons ensuite interrogé sur le rapport qu’il entretient avec la montagne. Il dit lui­même  avoir beaucoup de respect  pour elle. Il dit surtout  que plus il la connaît plus il en a peur. À  force  de  voir  les  autres  se  faire  avoir  où  même  de  se  faire  avoir  soi­même  on  apprend  à  la  respecter.  La  phrase  qui  nous  a  le  plus  marqué  est  lourde  de  sens : « Il  faut  toujours  rester  humble, la montagne est bien plus forte que moi et ça je ne dois jamais l’oublier ».  Nous avons donc eu la chance de nous entretenir avec un homme qui sous son apparence de  freerider  décontracté  est  en  fait  un  homme  d’une  sagesse  et  d’une  modestie  extraordinaire.  Son témoignage nous a confirmé que notre réflexion était pertinente et pleine de sens et ceci  même pour un professionnel de l’extrême.  Merci à lui pour sa bonne humeur et sa disponibilité…

33 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Conclusion 
Nous  arrivons  maintenant  au  terme  de  ce  travail,  le  périple  philosophique  touche  à  sa  fin.  Comme  le  font  tous  les  freeriders  après  une  descente,  il  est  maintenant  venu  le  temps  de  retourner vers notre trace : le temps du bilan.  Nous nous rappelons sans peine les premiers temps de l’élaboration de ce travail de maturité.  Nous ne savions pas comment prendre ce sujet et nous ne savions pas par quoi commencer.  Puis,  à  force  de  lecture  et  de  documentation,  nous  avons  été  passionnés  par  ce  sujet.  En  s’appuyant  sur  de  nombreux  ouvrages  mais  surtout  sur  des  réflexions  de  notre  propre  élaboration, nous avons pu partir dans ce développement sans crainte.  Tout d’abord l’historique nous a permis de situer chaque skieur dans son temps et de pouvoir  observer  l’évolution  du  milieu.  Puis  par  la  suite  nous  nous  sommes  penchés  sur  l’environnement  du  skieur  extrême  afin  d’en  savoir  un  tout  petit  peu  plus  sur  ses  activités.  L’opposition totale entre la montagne ; lieu mythique où je suis responsable de mes actes, où  chaque  erreur  se  payera  un  jour  où  l’autre  et  la  société  moderne  qui  cherche  à  tout  prix  à  responsabiliser chaque incident et dont la principale activité est de trouver des coupables pour  chaque faute commise. C’est cette opposition totale de milieu qui nous a donné envie d’aller  chercher  dans  l’individu  ce  qui  pouvait  bien  le  pousser  à  descendre  des  pentes  quasi­  verticales.  À  partir  de  là,  nous  pouvions  donc  nous  pencher  sur  le  rider  et  ses  motivations.  Cette  partie  sera  pour  certains  une  sorte  de  psychanalyse  du  skieur  extrême  mais  si  nous  devions  la  décrire,  elle  serait,  pour  nous,  la  couche  consciente  du  skieur  extrême.  En  s’attaquant à cette partie nous avions peur de nous heurter à la barrière de l’inconscient mais  les nombreux livres écrits de la main d’ancien rider nous ont vite prouvé le contraire. De plus,  après avoir eu  la chance de parler quelques  minutes au téléphone avec de  nombreux skieurs  mais  surtout  après  avoir  rencontré  Bertrand  Dénervaud  pour  une  interview,  nous  nous  sommes rendus compte que toutes les questions auxquelles nous avons tentés de répondre, les  riders, eux, se les posent chaque jour. Leurs avis et leurs témoignages ont donc été très utiles  pour le développement de toute cette partie. Merci à eux.  Nous  avions  pour  but  de  chercher  le  profil  type  du  rider  de  l’extrême  mais  nous  avons  vite  abandonné  cette  idée  car  rien  que  les  personnes  que  nous  avions  rencontrées  avaient  des  personnalités  totalement  différentes.  Chacun  d’entre  a  des  motivations  différentes  et  contrairement  ce  que  nous  pensions  au  départ ;  à savoir  qu’ils  étaient tous  semblables,  nous  vîmes  apparaître  toutes  sortes  de  gens.  Cependant  il  était  aisé  de  voir  dans  leurs  yeux  une  étincelle briller lorsque l’on abordait un sujet touchant de près où de loin à leur passion. Des  hommes  et des  femmes prêts à sacrifier  leur  vie, pour l’amour de  la pente, pour ce bonheur  intense que procure la glisse. Cette notion de jeu nous a aussi intriguée et c’est ainsi que nous  avons traité les limites, de la mort et de la peur.  Toute  cette  démarche  intellectuelle  nous  a  amené  à  répondre  à  la  question  que  nous  nous  étions  posés  tout  au  début  de  ce  travail  de  maturité  à  savoir : « Qu’est­ce  qu’un  skieur  extrême ? »  Le skieur extrême ne naît pas skieur extrême, il le devient à force d’expérience, de travail et  de persévérance. Il est un homme qui a choisi de sortir de ce fantasme sécuritaire de la société  moderne, un homme qui par l’exercice de sa passion donne un sens à son existence. Il a choisi  d’évoluer dans un environnement où les actes doivent être assumés et où le rejet de la faute  sur autrui est banni. Il est un skieur de niveau supérieur non seulement techniquement mais 34 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  philosophiquement parlant : un skieur qui fait les bons choix, qui sait en fonction du moment  donner son maximum ou rester en deçà de ses limites pour ne pas être pris dans les  innombrables pièges de sa meilleure ennemie : la montagne. Il est un homme qui tient son  destin entre ses mains. Il est un homme libre.

35 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Annexe 
Site web  Internet  est  indéniablement  l’outil  de  communication  qui  s’est  le  plus  développé  durant  les  quinze dernières années. Le nombre de gens qui surfent sur le web se compte en millions, le  nombre  de  pages  visitées  en  milliard…  Après  avoir  longtemps  réfléchi,  nous  nous  sommes  finalement décidés à utiliser nos quelques connaissances en  langage  informatique pour créer  notre propre site web illustrant certains propos évoqués dans notre Travail de Maturité, ainsi  que pour créer d’une façon originale un travail complémentaire à celui  fourni sur papier. En  effet, il nous paraissait nécessaire d’approfondir certains sujets, thèmes traités dans notre TM,  de même que nous voulions rendre accessible nos réflexions, interviews, et autres à ceux que  cela pourrait intéresser.  Cependant,  nous  voulions  aussi  donner  quelques  informations  pratiques  et  nous  avons  travaillé  en  ce  sens  pour  faire  de  notre  site  un  petit  guide  contenant  bon  nombre  d’informations utiles, ainsi que diverses rubriques sur le matériel utilisé et utilisable. Bien sûr,  tout  cela  est  fait  en  proportion  de  nos  capacités  et  reste  en  deçà  de  sites  web  professionnels  entièrement  dédiés  au  ski  extrême  et  aux  sports  de  montagnes  en  général :  skipass.com  ou  encore  objectiveride.com  pour  ne  citer  qu’eux.  Dans  le  même  ordre  d’idée,  nous  voulions  aussi  tenir  au  courant  les  possibles  futurs  lecteurs  des  événements  majeurs ;  c’est­à­dire  les  shows, les compétions, etc.  Nous  voulons  aussi  que  ce  site  soit,  dans  un  futur  proche  et  dans  la  mesure  du  possible,  un  lieu de partage de connaissances, puisque nous  y  installerons un  forum où les gens pourront  discuter  et  débattre.  Ainsi,  nous  pourrons  y  confronter  certaines  de  nos  idées  et  idéalement  avoir  une  sorte  de  « laboratoire »  pour  vérifier  nos  hypothèses  auprès  de  professionnels  et  non­professionnels.  Il faut toutefois garder à l’esprit que ce site est, avant tout, une extension de notre Travail de  Maturité,  et  qu’il    n’en  représente  en  ce  sens  qu’une  petite  partie.  Le  site  est  encore  en  construction, mais vous pouvez déjà vous y rendre en tapant : 

http://xtr eme.ne1.net 
Le site définitif sera diffusé le  lundi 12 décembre 2005 et vous pourrez donc vous y rendre en  tapant à nouveau l’adresse ci­dessus pour visionner le contenu mis à jour.

36 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1  Bibliographie 

AÏT­BRAHAM,  Christophe,  Imaginaire  de  la  montagne,  ou  la  philosophie  olympique,  en 

littérature de jeunesse pour adolescents : art, sport, culture, nature, littérature et olympisme,  Paris, La Sorbonne, 1995 
ASSAILLY, Jean­Paul, Les jeunes et le risque, Paris, Vigot, 1992  BOZONNET,  Jean­Paul,  Des  monts  et  des  mythes  :  l'imaginaire  social  de  la  montagne,  Grenoble, PUG, 1992 

DUMONT, Eric, Les aventuriers de l’impossible, Paris, Laffont, 1991  KURZ, Marcel, Alpinisme hivernal : le skieur dans les Alpes, Lausanne, Payot, 1928  MUMMERY, A.F., Mes escalades dans les Alpes et le Caucase, Paris, L.Laveur, 1903  LEBRETON, David, Conduites à risques, Paris, PUF, 2002  LEBRETON, David, Passions des risques, Paris, PUF, 2000  LEBRETON, David, La sociologie du risque, Paris, PUF, 1995, (Que sais­je ?)  PERETTI­WATTEL, Patrick, La société du risque, Paris, La Découverte, 2001  RINEHART, Robert, SYDNOR, Synthia, To the Extreme: Alternative Sports, Inside and Out,  New­York, Sunny Press, 2003  SAUDAN, Sylvain, Le skieur de l'impossible, Sylvain Saudan : victoire à ski sur l'Himalaya:  8068m, Lausanne,  1983  SCHIFFTER, Frédéric, Petite philosophie du surf, Québec, Milan, 2005

37 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

YONNET,  Paul,  Systèmes  des  sports,  Paris,  Gallimard,  1998,  (Bibliothèque  des  Sciences  Humaines) 

YONNET, Paul, La montagne et la mort, Paris, Editions de Fallois, 2003

38 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

Webogr aphie 
www.skipass.com  Ce site est un concentré de tout ce qui se fait de mieux en matière de site sur le ski. On y  trouve des références d’ouvrages, des interviews, des photos, des tests et bien plus encore. Les  forums nous ont permis de rencontrer et de partager nos avis sur les grandes questions de  notre travail avec des amateurs et des professionnels.  www.objectiveride.com  Interviews, informations historiques et forums de très bonnes qualités.  www.lapoudre.com  Informations sur les freeday (journées de prévention et d’initiation au freeride) et forums.  www.agoride.com  Informations sur les contests (xtreme de Verbier), forums.  www.eider.com  Site très bien fait qui nous a permis de parler avec des employés de la marque et ainsi d’avoir  des avis autres que ceux des riders. 

Images 
Toutes les images ont été tirées du site internet :  http://skipass.com  avec leur  autorisation  préalable.

39 

Léonard Gay  Andrew Zappella  3m1 

40