You are on page 1of 111

MATHEMATIQUES

MAT 3001

INTRODUCTION A LA THEORIE DE L'INTEGRATION
ET ELEMENTS D'ANALYSE

Randal Dou

Table des matières

1 Introdu tion

7

2 Notations

9

2.1 Rappels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.1 Convergen e des séries de fon tions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

3 Théorie de la mesure

3.1 Espa es mesurables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.1.1 Tribu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2 Mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2.1 Dénition et exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2.2 Propriétés Immédiates : Monotonie, Sous additivité et ontinuité
3.2.3 Deux outils importants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2.4 Mesure produit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4 Intégrale de Lebesgue

4.1 Motivation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.1.1 Fon tions mesurables . . . . . . . . . . . . . . .
4.2 Intégrale de fon tions mesurables positives . . . . . . .
4.3 Fon tions intégrables et propriétés . . . . . . . . . . .
4.3.1 Dénition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.3.2 Propriétés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4 Interversion du signe intégral . . . . . . . . . . . . . .
4.4.1 Interversion série/intégrale . . . . . . . . . . .
4.4.2 Continuité et dérivation sous le signe intégrale
4.5 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . . . . . . . .
4.6 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

A Constru tion de l'intégrale de Lebesgue

9
9

11

11
11
14
14
15
16
18
18
19

21

21
22
24
26
26
27
28
28
28
29
29

31

A.1 Intégrale pour des fon tions étagées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

5 Fon tions de variables omplexes

5.1 Fon tions holomorphes et analytiques . . . . .
5.2 Intégration urviligne . . . . . . . . . . . . . . .
5.3 Homotopie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.3.1 Homotopie des la ets orientés . . . . . .
5.3.2 Théorème de Cau hy homotopiques . .
5.4 Fon tions logarithmique et puissan es . . . . .
5.5 Indi e d'un point par rapport à un la et orienté
3

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.

35

36
42
43
43
44
45
47

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 L'espa e L1 . . . . . . . . . . . 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Espa e S . . . . . . . . 8. . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . Jordan . . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Espa e de Hilbert 6. . . . . .3 Séries de Fourier . . 48 48 49 49 51 51 53 54 54 54 58 58 58 59 59 60 60 61 61 62 62 65 66 66 69 71 73 74 74 77 78 78 79 79 80 83 83 85 85 86 86 86 87 87 88 88 89 90 92 93 .7 Distributions à plusieurs variables . . . . . . . . . . . . . . 7. . . . . . . . 8.9. . . . . . . . . .3. . . . 7. . . . . . . . . . . . . . . .2. . . 8. . . . . . . . . . . . Espa e S ′ . . . . . 8. . . . . . . . 8. . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . 6. . . . . . . 8. . . . . .6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 Parité . 8. .1 Dérivée d'une distribution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .4 L'espa e L2 . . . . . . . . . 8. . . .6. . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Multipli ation des distributions . . . . . . . . . .4 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . . . .8 Distributions tempérées .3 Transformée de Fourier d'une fon tion de L2 . . . . . . . . . . . . . .6 Distributions à support ompa t . . . . . . . . . . . . . . .7 Points essentiels du hapitre .8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . .1 Espa e de Bana h . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. . . . . . . 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Transformée de Fourier . . . . . . . . . . . . 7. . . . . . . . .8 Un peu d'histoire . 6. . . . .5 Convergen e dans D′ . . . . . . . . . . . . .6. . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . .2 Espa es de fon tions bornées 6. . . . . . . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. 8. . . . .2 Distribution. . . . . . . . . . . . . . . .6 Espa e L∞ (A) . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Espa e D . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Approximation de δ par des distributions régulières . . . .4 Transformée de Fourier et onvolution . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. . .3 Changement de variables ane . . . .3 Théorème des résidus et lemmes de 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 Produit tensoriel des distributions . . . .3. . . . . . . . . . . 6. . . . . . . . . 8. .1. . 8. . . . . . . . . . 7.2 Singularité . . . . . . . .3 Convergen e faible . . . .1 Dénition et premières propriétés . . . . . . .4 Support d'une distribution . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Dérivée du produit tensoriel . . . . . . . . . . . . . .1 Transformée de Fourier d'une fon tion de L1 .5. . . . . . . . . . .2 Propriétés de D . . . . . . . . . . . . . . 8. . . . . . . . . . . . . 8. . . 8. . . . .2 Propriétés de la transformée de Fourier .2. . 7 Transformation de Fourier des fon tions 8 Les distributions 4 . . .3 Convergen e dans D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Les distributions tempérées. . . . . . . . . 8.6 Théorème des résidus . . . . . . . . . . . . . . . 6. . .3. . . . .3. . . . 5. . . . .1 Séries de Laurent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . .8. 8. . . . . . . .2. . . . . .2 Espa e de Hilbert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Dénition de l'espa e D . . . . . . . . . . . . . 6. . . . . . . .1. . . . . . 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Espa es fon tionnels lassiques . . . . . Espa e D′ . . .5 L'espa e L∞ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Opération sur les distributions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Support d'une fon tion . . . . . . . . . 8. . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 Un peu d'histoire . . . . . . .2 Inversion . . . . . 9. . . . . . . . . . . . . . . . . 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Produit de onvolution des distributions . . . .4 Points essentiels du hapitre . . . 93 93 94 95 96 98 98 101 101 102 102 104 104 105 105 106 107 107 107 . . . . . . . . . . .5 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Propriétés . . 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9. . . . . . . . . .12 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8. . . . . . . . . .2 Dérivation et intégration . . 8. . . . . . .1 Convolution des fon tions . . . . . . . . . .10. . . . . 9 Transformation de Lapla e . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8. . . . . . . . . . . . .1.2 Sommabilité . . 9.10. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . 9. . . . . . . . . .1 Dénition et sommabilité . . . . . . . . . . . . 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . 9. . . .2 Convolution des distributions . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Propriétés de la transformée . . . . . . . . . . . . . . 9.1. . . . . 9. . . .11 Transformation de Fourier des distributions tempérées . . . . .3 Propriétés élémentaires et exemples de transformées de Lapla e 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Dénition . . . . .1 Propriétés de la transformation de Fourier dans S ′ 8. . . . .3. . .3 Exemples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9. . . . . . . . . . . . . . .

6 .

3. quelques biographies de mathémati iens. il est onseiller d'opérer de la fa on suivante : ◮ Avant haque amphi : faire un premier survol du ours en faisant un va et vient entre les transparents télé hargeables sur Moodle et le poly opié (inutile dans e premier survol de regarder les preuves mais seulement on entrez vous à exhiber les théorèmes importants et à repérer les ommentaires sur l'utilisation pratique de es théorèmes) ◮ Après haque amphi : voir sur le poly opié les points du hapitre qui né essitent plus d'eort (on peut alors lire les preuves de ertains théorèmes). Pour le ours de MAT3001. Les noti es bibliographiques.Disponible en version papier ou sous forme éle tronique ( hier pdf) sur Moodle.. Pour que e ours vous soit vraiment protable.. Une foire aux questions. 5.Chapitre 1 Introdu tion Ce ours vise essentiellement à fournir des outils mathématiques liés à la théorie de l'intégration et des distributions qui ont des appli ations dans de nombreux domaines aussi bien l'aléatoire (la théorie de la mesure et de l'intégration est extrêmement utilisée en probabilités et statistiques) que le traitement du signal. 4.: en n de haque hapitre. Les mots lés. Les transparents du ours. Mi hèle Audin. 2. les ommuni ations numériques ou la physique mathématique. La orre tion de la plupart des examens est télé hargeable sur Moodle. 7 . ◮ Avant haque séan e de TD : ne pas hésiter à refaire les exer i es déjà vus pour bien se xer les preuves. Le poly opié d'exer i es. la partie Distribution.: en n de haque hapitre. organisation. de l'ex ellent poly opié de Jean Mi hel Bony.Disponible en version papier ou sous forme éle tronique ( hier pdf) sur Moodle.Disponible en version papier ou sous forme éle tronique ( hier pdf) sur Moodle. la partie 6. Ressour es. la partie 5 s'inspire des notes de Fran is Maisonneuve. vous avez à votre disposition 1. Ja ques Neveu et François Le Drappier. méthodes. 7. les parties 7 et 9 sont issues du livre de Walter Appel et enn. 8. Il a été bâti à partir des divers ours existants et nous iterons simplement les ontributions les plus importantes : les parties 3 et 4 ont été onçus à partir des ours d'André Le Breton. Le poly opié de ours. Les points essentiels.Disponible sous forme éle tronique ( hier pdf) sur Moodle. 6. la partie 8 est dire tement issue du ours de Bayen-Margaria qui a servi de référen e à e ours pendant de nombreuses années à Tele om Sud Paris. Les annales des années pré édentes. travail.Disponible sous forme éle tronique ( hier pdf) sur Moodle.: au début de haque hapitre.

8 ◮ CHAPITRE 1. INTRODUCTION Après haque séan e de TD : Commen er dès à présent à faire ertains exer i es des annales ( eux qui sont en rapport dire t ave là où on en est dans le ours). .

On dit que f est diérentiable en a ssi pour tout h dans un voisinnage de a. y ∈ R} ensemble des imaginaires purs Et on remarquera les relations a = a+ − a− et |a| = a+ + a− 2. 9 .1 Convergen e des séries de fon tions Dénition 2. ( 'est à dire) Ensemble des parties de Ω. ∞] max{a.e. sinon.Chapitre 2 Notations Nous donnons i i quelques notations usuelles qui seront utilisées tout au long de e ours. est. ∞} [0. 1x∈A = 1(x ∈ A) 1A i.1 Rappels Dénition 2. 0} {iy. La série de fon tion n≥0 fn onverge P i) simplement ssi la série n≥0 fn (x) onverge pour tout x de Ω. 2. omplémentaire de A dans Ω limite sup : limn→∞ supp≥n ap limite inf : limn→∞ inf p≥n ap A ontient B ou B est in lus dans A = 1 0 {x ∈ A. Fon tion ω 7→ 1A (ω) = 1(ω ∈ A) id. 0} max{−a.1. Ω \ A.1. f (a + h) = f (a) + dfa (h) + r(h) où dfa est une forme linéaire et limh→0 |r(h)|/|h| = 0.1.1 On se pla e dans un espa e ve toriel normé (de norme |·|). x ∈ / B} R ∪ {−∞. On note en ore f (a + h) = f (a) + dfa (h) + o(h). P(Ω) Ac limn an limn an A⊃B A\B ¯ R ¯+ R a+ a− iR ( si x ∈ A.2 Soient uneP suite de fon tions (fn ) de Ω à valeurs dans un espa e ve toriel normé (de norme | · |).

10 CHAPITRE 2. P iii) uniformément ssi elle onverge simplement et supx | n≥p fn (x)| onverge vers 0 lorsque p → ∞. . P NOTATIONS ii) absolument ssi la série n≥0 |fn (x)| onverge pour tout x de Ω.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . (◮Stabilité par omplémentation) iii) Si pour tout i ∈ N. . . .1. . . . . . . . . . . .1 Espa es mesurables 3. . .2 Mesure . . 14 15 16 17 17 18 3. . 19 Sour e : wikipedia Mots lés 3. 3. . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . et ensemble sera typiquement l'espa e des réalisations. . En théorie des probabilités. . . . . . . . .1 Tribu . . .1. . . . . . Sous additivité et ontinuité 3. . . . . . . . . . . . . égalité de deux mesures. . . . . . . . . . . . .2. . . . . .2. . . . . .3 Deux outils importants . . . tribu borélienne. . . . . . . . . . . . un ensemble dénombrable (N par exemple). . . . . . . . . . . . . . . . ii) Si A ∈ F alors le omplémentaire Ac def = Ω \ A ∈ F. . . .1 Espa es mesurables . mesure de Lebesgue. . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . 11 12 12 14 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Stabilité par réunion dénombrable Tribu engendrée . mais dans le adre de e ours. . . . . . . . . . . nous n'avons pas besoin de l'identier de ette manière. . . . . . . . 18 3. Sur Ω. 3. . . . . . . . . . . . . . existen e de mesures. .4 Mesure produit . . . . . tribu produit. . . . tribus engendrées. . 14 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . ou même indénombrable (R ou Rd ) ou même un ensemble de fon tions. . . . . . . Egalité de deux mesures . . . . . . . . . . . . . . . .3 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . on va s'intéresser à une famille de sous ensembles qui vont satisfaire un ertain nombre de propriétés de stabilité : Dénition 3. . . . . . . . . . .4 Un peu d'histoire . Ai ∈ F alors ∩i∈N Ai ∈ F . . . . . .1. . . . .2 Propriétés Immédiates : Monotonie. . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Tribu On onsidère un ensemble de quantités d'intérêt Ω. . . . . .1 Soit F une famille de parties d'un ensemble Ω. . . . . . . . . 3. . . . . Cela peut être un ensemble ni. . . Extension d'une mesure . . . . . . . . . (◮Stabilité par interse tion dénombrable) 11 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Chapitre 3 Théorie de la mesure Sommaire 3. . . . . . . . . . mesure. . . . . . . . . . . . . . . . 19 Paul Dira (1902-1984). . . . On dit que F est une tribu sur Ω ssi i) L'ensemble vide ∅ ∈ F . . . .1 Dénition et exemples . . . . . . .1 tribus. . . . . . . . . . Tribu produit . . . . . . . . . . . . . . mesure produit. . . . . . . . . . 11 3. . . . . . .

3.1. Nous donnons maintenant un ritère simple d'égalité entre deux tribus engendrées par des familles de parties diérentes. omme la suivante : Soit F une famille de parties d'un ensemble Ω. On dit que F est une tribu sur Ω ssi i) Ω ∈ F . la stabilité par réunion dénombrable implique notamment la stabilité par réunion nie. on a (C ⊂ T ⇒ σ(C) ⊂ T ). Stabilité par réunion dénombrable Une propriété quasi immédiate issue de la dénition de la tribu est la stabilité par réunion dénombrable. . où J ⊂ I} est une tribu où l'on a utilisé la onvention ∪i∈J Ai = ∅ si J = ∅. on utilisera plutt la dénition 3. Ce i peut se traduire mathématiquement par c ∞ c ∞ c c (∪∞ ou en ore ∪∞ i=1 Ai ) = ∩i=1 (Ai ) i=1 Ai = (∩i=1 (Ai ) ) Ce qui onduit en utilisant ii) et iii) de la dénition 3. donnons nous une famille nie d'ensembles de F . La stabilité par interse tion dénombrable implique notamment la stabilité par interse tion nie.1 .1. Il sut ette fois- i de poser Ak = ∅ pour tout k > n et il vient que ∪i∈N Ai = ∪1≤i≤n Ai ∈ F par le Lemme 3. il n'y a pas d'é riture proprement expli ite des éléments de la tribu à l'aide des symboles de réunion ∪. notée σ(C). ii) Pour toute tribu T . On fera bien attention d'une part que les singletons ne sont pas né essairement dans la tribu et d'autre part que la notion de stabilité par interse tion est donnée pour une interse tion dénombrable. Par ontre. Proposition 3.e. En eet. Alors en posant Ak = Ω pour tout k > n. (Ai )1≤i≤n . THÉORIE DE LA MESURE On dit alors que le ouple (Ω.Si F est une tribu et si pour tout i ∈ N. Néanmoins.12 CHAPITRE 3.1.1 : Lemme 3.1. Pour tout C . La tribu la plus petite possible F = {∅.2. def Remarque 3. Tribu engendrée Voyons d'abord deux exemples de tribus expli ites. Ai ∈ F alors ∪i∈N Ai ∈ F .1.2. on peut toujours l'in lure dans une tribu et même hoisir la plus petite tribu qui la ontienne. si on a à notre disposition une famille de parties quel onques C .1. il existe une tribu σ(C) sur Ω vériant : i) C ⊂ σ(C). famille de parties de Ω. Stabilité Ai ∈ F alors ∪∞ i=1 Ai ∈ F . les Ai sont deux-à-deux disjoints et leur réunion est Ω) alors on peut vérier simplement que l'ensemble {∪i∈J Ai . . si (Ai )i∈I est une partition de Ω ave I ni ou dénombrable (i. En fait. par ontre.1. (◮Stabilité par omplémentation) iii) Si pour tout i ∈ N.1 On peut d'ailleurs trouver aussi dans la littérature d'autres dénitions équivalentes de la tribu. σ(C) est don la "plus petite" tribu ontenant C . on verra dans la suite que la stabilité par union dénombrable est une onséquen e de la dénition 3.1. (◮Stabilité par union dénombrable) Cette dénition ne sera pas utilisée dans e ours . Cette tribu sera notée dans toute la suite σ(C) et on l'appellera tribu engendrée par C . F ) est un espa e mesurable. (Ai )1≤i≤n .1. En d'autres termes. il vient ∩i∈N Ai = ∩1≤i≤n Ai ∈ F du fait de la propriété iii) de la Dénition 3.1. la plupart des tribus que nous manipulerons seront obtenus par le pro édé (non expli ite) issu de la proposition suivante. Notons en eet qu'un point qui n'appartient pas à la réunion de tous les Ai n'appartient à au un des Ai et don appartient à l'interse tion de leur omplémentaire. d'interse tion ∩ ou du passage au omplémentaire. De plus. La lasse P(Ω) de toutes les parties de Ω est lairement une tribu. Ω} sera appelée tribu triviale. Soit don une famille nie d'ensembles de F . ii) Si A ∈ F alors le omplémentaire Ac def = Ω \ A ∈ F. à part es deux exemples. par réunion dénombrable Comme pour l'interse tion. l'ensemble Ω est né essairement dans F puisque Ω = (∅)c .

1. La preuve de la proposition 3. Ω}. Exer i e 3. toute tribu ontenant C est né essairement dans A et don ontient né essairement ∩T ∈A T .1.1.1. on pourra savoir s'ils sont dans la tribu en les é rivant (ou non) omme interse tion et réunion dénombrable d'éléments de la tribu). ni du point de vue théorique (l'objet "tribu engendrée" existe et sert prin ipalement à assurer un onfort mathématique) ni du point de vue pratique (les éléments qu'il importe de dé rire en pratique sont des éléments parti uliers et don pour es éléments parti uliers.3.3 et 3. A.1  Egalité de deux tribus engendrées : Proposition 3. 13 ESPACES MESURABLES C in lus dans σ(D) ⇒ D Fig. T tribu de Ω et C ⊂ T }. Les tribus qui nous intéresserons par la suite seront essentiellement onstruites omme ela. Une lasse d'ensembles parti ulièrement importante est elle des ouverts de Rk . On a lairement que A est non vide puisqu'il ontient au moins P(Ω) (P(Ω) est une tribu ontenant C ).3. par onstru tion.4. in lus dans σ(C) = σ(D) σ(C) 3. Démonstration. e qui a hève la preuve de la proposition 3. ave la onvention ∪i∈J Ai = ∅ si J = ∅. a ∈ R}. On la notera dans toute la suite Bk .1 La tribu engendrée par l'ensemble A est {∅. Ac .2 La tribu engendrée par la partition (Ai )i∈I ave I ni ou dénombrable est {∪i∈J Ai .1. . (ou les pavés qui sont l'extension des intervalles en dimension supérieure à 1) sont des boréliens. les fermés. Exemple 3. Un borélien sera un élément de la tribu borélienne.1. a]. Deux lasses (ou familles de parties) σ(D)) si elles vérient la double in lusion : C ⊂ σ(D) C et D engendrent la même tribu (σ(C) = et D ⊂ σ(C) Une façon d'utiliser de théorème onsistera à é rire tout élément de C en terme de réunion.3 et même la plus petite tribu possible. De plus. les intervalles nis ou innis. l'ensemble des tribus ontenant C .1 Montrer que la tribu borélienne sur R orrespond à la tribu engendrée par {]∞. Le fait qu'il est impossible de donner une des ription expli ite de tous les éléments d'une tribu engendrée n'est pas un in onvénient.1.4 Proposition 3. on montre fa ilement que ∩T ∈A T est une tribu ontenant C . nous les in luons dans une tribu en vertu de la Proposition 3. Ce n'est pas une tribu puisque le omplémentaire d'un ouvert n'est pas un ouvert. par ontre on peut l'in lure dans une tribu en vertu de la Proposition 3. d'interse tion ou de passage au omplémentaire d'éléments de D puis à faire la même hose pour tout élément de D en fon tion des éléments de C . où J ⊂ I}. La plus petite tribu ontenant les ouverts sera appelée tribu borélienne de Rk .1.3.4 vient dire tement de l'in lusion C ⊂ σ(D) entraîne σ(C) ⊂ σ(D). (des Propositions 3. e qui permettra alors d'identier les tribus engendrées en vertu de ette proposition.4) Soit A def = {T .1. Alors.1.1. Une famille C de parties nous intéresse et de façon à pouvoir utiliser ertains outils qui ne sont onstruits que sur les tribus ( omme les mesures par exemple).  Exemple 3. On montre que les ouverts.

Si ν(Ω) = 1. F ′ ).2. THÉORIE DE LA MESURE Tribu produit Dénition 3. un élément de la tribu) un nombre réel positif. elle orrespond intuitivement à la notion de "longueur de l'ensemble". la tribu sur Ω×Ω′ engendrée par la famille des pavés mesurables {A×A′ .2.14 CHAPITRE 3. 1]) traduisant les han es qu'il a de se réaliser. b]. Pour omprendre le lien entre la théorie de la mesure et elle des probabilités. Dénir une (loi de) probabilité. Néanmoins dans e ours. A ∈ F. −∞ < a < b < ∞.e. Si x ∈ Ω. On souligne qu'une mesure positive est à valeurs dans R+ ∪ {∞} et peut don prendre des valeurs innies. 3. F ) appelé mesure de dira en x. Peigne de dira P∞ i=1 ωi δxi est extrêmement Exemple 3. F ) appelé mesure de omptage. Plaçons nous maintenant dans un adre plus mathématique : Dénition 3. F ′ ) deux espa es mesurables. Notons Mesure de omptage ν(A) = ( nombre d'éléments de A si A est ni ∞ sinon. On dit que ν : F → R ∪ {∞} est une mesure positive ssi i) 0 ≤ ν(A) ≤ ∞ pour tout A ∈ F . prenons A tel que ν(A) < ∞ alors omme A ∩ ∅ = ∅. Nous présentons d'emblée quelques exemples très importants pour les appli ations : Exemple 3. Cette mesure sera appelée mesure de Lebesgue sur R . 'est se donner une fon tion qui à un événement (partie de Ω) asso ie un nombre (dans [0.2 Mesure 3.1. F ) et (Ω′ . . F ⊗ F ′ ) est appelé espa e mesurable produit de (Ω. A′ ∈ F ′ }. ii) Si Ai ∈ F pour tout i ∈ N et si les (Ai ) sont disjoints (i. ν(A) = ∞ pour tout A ∈ F ). L'espa e mesurable (Ω × Ω′ . F ) un espa e mesurable.2.e.e. ′ Exer i e 3.1 Dénition et exemples Une tribu est don une famille de sous ensembles de Ω.1 Soit (Ω. il vient par la propriété de σ-additivité. la relation ii) implique que ν(∅) = 0.4 Mesure de Lebesgue-. on va her her à asso ier à une partie d'un ensemble (i. ν(A) = ν (A ∪ ∅) = ν(A) + ν(∅) d'où ν(∅) = 0. Si (xi ) ∈ ΩN et (ωi ) ∈ RN alors la mesure utilisée en Traitement du signal et sera appelée peigne de Dira . B) telle que λ([a. b]) = b − a pour tout intervalle ni [a. ν). Alors ν est une mesure sur (Ω. on dira que ν une mesure de probabilité. Ainsi la propriété de σ-additivité tiendra ompte des relations usuelles : ∞ + ∞ = ∞ et ∞ + a = ∞ pour tout a ∈ R.2 Montrer que la tribu borélienne de R2 orrespond ave la tribu produit B1 ⊗ B1 . onsidérons une expérien e aléatoire dont Ω est l'ensemble des tous les résultats possibles.1 -. Exemple 3.3 -. On appellera dans toute la suite espa e mesuré le triplet (Ω. F ) et (Ω′ . Exemple 3. A part pour la mesure innie (i. En eet. On appelle tribu produit de F et F ′ et on note F ⊗F .2 Mesure de dira -. D'où la notion de mesure. Ai ∩ Aj = ∅ si i 6= j ) alors ν (∪i∈N Ai ) = X ν(Ai ) (◮σ -additivité) i∈N Si de plus.5 Soient (Ω.2. Un élément de la tribu est alors un sous ensemble de Ω. F . Une fois la notion de tribu dénie.2. alors δx déni par δx (A) = 1(x ∈ A) pour tout A ∈ F est une mesure sur (Ω.2. On admettra l'existen e et l'uni ité d'une mesure λ sur (R. les mesures seront onsidérées dans leur sens général et nous ne nous restreindrons don pas aux mesures de probabilités. La mesure sera une sorte d'extension de la "taille" ou bien de la "surfa e" ou du "volume". ν(Ω) < ∞ on dira que ν est une mesure nie.

1 Montrer que pour la mesure de Lebesgue λ.2. i) Il sut de remarquer que A et B \ A sont disjoints et B = A ∪ (B \ A).3. ν(∪∞ Ai ) = | i=1 {z } ∪∞ i=1 Bi ∞ X i=1 ν(Bi ) ≤ ∞ X i=1 ν(Ai ) . nous terminerons par une propriété très simple que le le teur pourra montrer à titre d'exer i e. P∞ ii) Pour toute suite A1 . i) Si A ⊂ B alors ν(A) ≤ ν(B). ν) un espa e mesuré. Enn. (3. 15 MESURE La mesure de Lebesgue sera extrêmement utilisée par la suite. F . on a ν (∪∞ i=1 Ai ) ≤ i=1 ν(Ai ) iii) Pour toute suite emboîtée. 3. ii) Les (Ai ) étant quel onques.2.2  ν(A ∪ B) + ν(A ∩ B) = ν(A) + ν(B) 3. .2 Propriétés Immédiates : Monotonie.e. On peut enn appliquer la σ -additivité de la mesure. . L'ingrédient essentiel des diérentes preuves est d'utiliser la σ -additivité et pour ela. Soit (Ω. b]). Par σ -additivité. . ils ne sont pas a priori deux à deux disjoints. Sous additivité et ontinuité De la dénition. on a λ({a}) = 0 pour tout Indi ation : On pourra d'abord montrer que si a < b. B ∈ F . n ν(∩∞ i=1 Ai ) = lim ν(∩i=1 Ai ) = lim ν(An ) n→∞ n→∞ . Un travail de réé riture est d'abord ∞ né essaire : é rivons don ∪∞ i=1 Ai = ∪i=1 Bi ave Démonstration Bi = ( Ai \ ∪i−1 j=1 Aj A1  si i ≥ 2 sinon. la mesure de Lebesgue ne harge pas les singletons. Contrairement à la mesure de omptage. nous pouvons extraire quelques propriétés relativement immédiates extrêmement utilisées dans la pratique : Proposition 3.2. . on a (◮Monotonie) (◮ n ν(∪∞ i=1 Ai ) = lim ν(∪i=1 Ai ) = lim ν(An ) n→∞ n→∞ Sous additivité) (◮ Continuité) (◮ Continuité) iv) Pour toute suite A1 ⊃ A2 ⊃ · · · ave ν(A1 ) < ∞. il vient ν(B) = ν(A) + ν(B \ A) ≥ ν(A) par positivité de la mesure ν . Exer i e d'appli ation a ∈ R.2.3. Pour tout A. λ([a. i. A2 . de se ramener à des ensembles disjoints. 3. Lemme 3.1) Et on voit lairement que les Bi sont deux à deux disjoints et de plus.2. ν(A ∪ B) + ν(A ∩ B) = ν(A) + ν(B) A A∩B B A∪B Fig. b]) = λ(]a. il vient ν(Bi ) ≤ ν(Ai ). par propriété de monotoni ité. A1 ⊂ A2 ⊂ · · · . C'est l'objet de l'exer i e suivant. λ({a}) = 0 pour tout a ∈ R.

e type de notion se traduit par les deux dénitions suivantes : Dénition 3. La preuve est a hevée en notant que An = ∪ni=1 Ai par "emboîtement" des Ai . en eet soit A = {irrationnels}. Alors. (don un ensemble plus petit que n'importe lequel d'entre eux).2 Montrer que pour si A ∈ B est un ensemble dénombrable.2. i) On dira que A est ν -négligeable pour ν s'il existe un ensemble N ∈ F telle que A ⊂ N et ν(N ) = 0. ν(Bi ) = 1 alors ν (∩∞ i=1 Bi ) = 1.  Montrer que la ondition ν(A1 ) < ∞ dans la Proposition 3. iv) La dernière propriété pour des ensembles A1 ⊃ A2 ⊃ · · · ave ν(A1 ) < ∞ est laissée au le teur à titre d'exer i e.2. ν(Ai ) = 0 alors ν (∪∞ i=1 Ai ) = 0. ∪ni=1 Bi = An . Si pour tout i. ν est une mesure positive et ν(Ω) = 1)et si pour tout i ∈ N. THÉORIE DE LA MESURE iii) Soient A1 ⊂ A2 ⊂ · · · .e. même si on prend leur réunion (don un ensemble plus grand que n'importe lequel d'entre eux). F . on reste malgré tout ave un ensemble de mesure 1. 3.3 di ation : On pourra hoisir pour Il est fa ile en utilisant la sous-additivité (Prop 3. si ν est une mesure de probabilité (i. Puis par omplémentation. on restera ave un ensemble de mesure nulle. en reprenant la dénition de Bi donnée en (3. on a Ac = Q et on vient de voir que λ(Q) = 0. ii) On dira que A est vraie ν -presque partout (ou ν − p. m ≥ n} puis montrer su essivement que ν(An ) = ∞ et ν(∩∞ n=1 An ) = ν(∅) = 0 6= limn→∞ ν(An ). et An = {m ∈ N.e.2.2. Q a beau être un ensemble dense dans R. Q est de mesure nulle pour la mesure de Lebesgue. la mesure de Lebesgue ne harge pas A. il vient par σ -additivité sur les (Bi ). 3. ii) de montrer que Lemme 3.16 CHAPITRE 3.2. Nous terminons par une notion fortement utilisée en probabilité lorsqu'on veut parler d'événement qui se réalise "presque toujours" dans le sens l'événement omplémentaire est de probabilité nulle.3 iv) est né essaire. Dans le adre général de la théorie de la mesure. ν(∪∞ Ai ) = | i=1 {z } ∪∞ i=1 Bi ∞ X ν(Bi ) = lim i=1 n→∞ n X ν(Bi ) = lim ν(∪n i=1 Bi ) = lim ν(An ) i=1 n→∞ n→∞ où la dernière égalité vient dire tement du fait que les (Ai ) étant emboîtés.3 Deux outils importants Deux notions vont nous intéresser parti ulièrement pour les mesures : la première va permettre de vérier simplement si deux mesures sont les mêmes (elle pourra être utilisée notamment lorsque l'on veut montrer l'uni ité d'une ertaine mesure vériant telle ou telle propriété).4.1). Inν la mesure de omptage. Par exemple. il est dénombrable et don par le lemme pré édent.) si le omplémentaire de A est négligeable.5 Soit (Ω. quand on prend un réel quel onque x ∈ R.p. Et par omplémentation. si on a une olle tion d'ensembles de probabilité 1. . Ce lemme nous apprend que si on a une olle tion d'ensembles de mesure nulle. i. la propriété "x est un irrationnel" est une propriété vraie presque partout par rapport à la mesure de Lebesgue.3. La deuxième permettra d'étendre une "mesure" dénie sur une ertaine famille de parties (qui n'est pas une tribu) à une "vraie" mesure dénie sur la tribu engendrée par ette famille de parties (elle pourra par exemple être utilisée pour montrer l'existen e d'une mesure vériant telle ou telle propriété). Exer i e d'appli ation λ(A) = 0 Par exemple. ν) un espa e mesuré. Exer i e 3. λ . et si on onsidère leur interse tion.

λ([a. µ(C) = ν(C) et µ(Ω) = ν(Ω). on a ν(∪i∈N Fi ) = ∞ X ν(Fi ).2. disjointes deux à deux (Fi ∩ Fj = ∅ pour i 6= j ) et ∪i∈N Fi ∈ E0 . ii) F ∈ E0 ⇒ F c ∈ E0 . i. b].e. Nous admettrons le théorème suivant : Théorème 3. .10. en remarquant que la réunion des segments disjoints ∪∞ n=1 [n. Alors. n + 1/2]) = ∞ X λi ([n. une fon tion d'ensemble positive vériant la σ-additivité sur une algèbre peut s'étendre en une mesure sur la tribu engendrée par l'algèbre. Ω une famille de parties de Ω vériant les trois propriétés Une algèbre a don presque toutes les propriétés d'une tribu sauf que la stabilité est par interse tion nie. On suppose que pour tout C ∈ C . il existe une unique mesure ν sur σ(E0 ) telle que ν = ν0 sur E0 . Alors µ(A) = ν(A) pour tout A ∈ σ(C). G ∈ E0 ⇒ F ∩ G ∈ E0 .6 On appelle π-système une famille d'ensembles C stable par interse tion nie i. 17 MESURE Egalité de deux mesures Dénition 3.2. Dénition 3. les deux mesures rendent la même valeur sur tout l'espa e : λ1 (R) = ∞ = λ2 (R). sur la tribu des boréliens. Soit ν0 une fon tion d'ensemble σ-additive positive telle que ν0 (Ω) < ∞. A∩B ∈C Une tribu est don un π-système mais la ré iproque n'est pas vraie. Soient µ et ν deux mesures dénies sur (Ω. Pour résumer. alors elles oïn ideraient sur l'ensemble des segments {[a. a ≤ b} qui forme un π -système. n + 1/2] est in lus dans R.e.2. iii) F.Soit Ω un ensemble et E0 une algèbre sur Ω. Une tribu est don une algèbre mais la ré iproque n'est pas vraie. En d'autres termes. deux mesures qui oin ident sur un π-système et sur Ω oin ident don sur la tribu engendrée par le π-système.3. Extension d'une mesure Dénition 3. on a par σ-additivité que pour i = 1 ou 2. Nous admettrons le théorème d'extension (ou de prolongement) suivant : Théorème 3.8 On appelle algèbre sur suivantes : i) ∅ ∈ E0 . ∀A. {π-systèmes} ⊃ {algèbres} ⊃ {tribus} sans que les in lusions en sens inverses soient vériées en général. En d'autres termes. Pour bien visualiser l'intérêt de e théorème. De plus. En eet. B) telle que pour tout a ≤ b. Théorème d'extension de Carathéodory.7. Si en eet deux mesures λ1 et λ2 vériaient ette propriété.2. F ) et soit C ⊂ F un π-système. B ∈ C. On peut alors appliquer le théorème et on en tire que les deux mesures λ1 et λ2 oin ident sur la tribu engendrée par les segments. λi (R) ≥ λi (∪∞ n=1 [n. b]) = b − a.2. i=1 Une mesure est don simplement une fon tion d'ensemble positive σ-additive sur une tribu. L'uni ité est prouvée. n + 1/2]) = n=1 ∞ X n=1 1/2 = ∞. nous vous proposons de montrer que la mesure de Lebesgue est l'unique mesure λ sur (R.9 Une fon tion d'ensemble ν dénie sur E0 est dite σ-additive ssi pour toute réunion dénombrable d'éléments Fi ∈ E0 .2.

b) Pour " onstruire" ou "étendre" des tribus. La seule di ulté peut être vient de e que les éléments que nous manipulons sont des ensembles ou même parfois des ensembles d'ensembles (ou ensembles de parties). ν) et (Ω′ . Il existe une unique mesure sur (Ω × Ω′ . B ∈ F ′ } ne forme pas une algèbre.18 CHAPITRE 3. 1] est alors assurée. 3. L'existen e de la mesure de Lebesgue sur [0. f) On a vu deux outils importants pour les mesures : omment vérier que deux mesures sont égales en vériant leur oin iden e sur des π-systèmes. mesure produit.Soient (Ω.3 Points essentiels du hapitre a) Les deux notions importantes du hapitre sont les tribus et les mesures. (il sut pour le voir de prendre le omplémentaire d'un pavé et de se rendre ompte qu'il ne peut s'é rire omme un pavé mais omme la réunion de deux pavés). Nous avions vu omment onstruire la tribu produit F ⊗ F ′ en partant de deux espa e mesurables : (Ω.4 Mesure produit Nous terminons e hapitre par les mesures produits. Si maintenant on munit ha un de es deux espa es d'une mesure ν et ν ′ alors on peut onstruire une mesure sur l'espa e produit par la proposition suivante : Proposition 3. 1]. d) Des exemples de mesures on ernent aussi bien des mesures dis rètes (mesure de Dira ) que des mesures " ontinues" (mesure de Lebesgue). . on peut utiliser deux outils : les tribus engendrées et les tribus produit. F ) et (Ω′ .2. F ′ ). F . sous additivité. On vérie alors fa ilement la σ-additivité de ette fon tion d'ensemble et on applique enn le théorème. Il faut don être un peu plus pré is. b]) = b − a pour 0 ≤ a ≤ b ≤ 1 ave les onventions usuelles (∞ − a = ∞ ou ∞ + ∞ = ∞).2. e) On a vu trois propriétés fondamentales des mesures : monotonie. par ontre A ⊂ B a bien un sens lorsque A et B sont deux ensembles de Ω. Si A est un ensemble de Ω et F une tribu sur Ω. A ∈ F. ontinuité. b]) = λ([a. La démonstration s'appuie de nouveau sur le théorème d'extension de Carathéodory mais nous ne pouvons pas l'appliquer dire tement ar la lasse des pavés {A × B. b[) = λ(]a.11. On dénit la fon tion d'ensemble λ sur I par λ(]a. omment étendre des fon tions d'ensembles déni sur ertaines lasses de parties en une "vraie" mesure sur une ertaine tribu.. On montre que l'ensemble I des réunions nies d'intervalles dont les bornes sont in luses ou non in luses forme une algèbre. ) Les tribus ne sont pas en général expli itables mais en général. il faudra don bien faire attention à savoir e que nous utilisons : on veillera par exemple. on onsidérera la tribu engendrée par ertains ensembles d'intérêt. THÉORIE DE LA MESURE De nouveau. Dans le adre de e ours. e théorème peut montrer l'existen e de la mesure de Lebesgue sur [0. Donnons seulement les étapes sans les détailler. F ⊗ F ′ ) notée ν ⊗ ν ′ telle que pour tout A ∈ F et B ∈ F ′ on a ν ⊗ ν ′ (A × B) = ν(A)ν ′ (B) La mesure ν ⊗ ν ′ est aussi appelée produit tensoriel des mesures ν et ν ′ . Avant de revenir sur les points essentiels du hapitre. F ′ . 3. nous attirons l'attention que e hapitre ne présente pas de te hni ité parti ulière. ette proposition sera seulement admise. alors A ∈ F a bien un sens mais pas A ⊂ F . à bien distinguer le symbole ∈ du symbole ⊂. b[) = λ([a. ν ′ ) deux espa es mesurées. il existe beau oup de mesures sur l'espa e produit diérentes des mesures produits ! Il s'agira i i seulement d'une mesure parti ulière sur l'espa e produit.. Disons le tout de suite.

il rejoint l'université de Floride et s'installe à Tallahassee où il meurt 14 années plus tard. Dira fut  Professeur Lu asien  à l'université de Cambridge de 1932 à 1969. d'après la théorie de l'intégration de Lebesgue.4 Un peu d'histoire Paul Dira (1902-1984). Son la onisme et le puritanisme de son omportement marquèrent toute sa vie. l'antiparti ule de l'éle tron. il déduit du travail de Pauli sur un système de spins non-relativiste une équation relativiste dé rivant l'éle tron. Charles Dira . Paul Adrien Mauri e Dira est un physi ien et mathémati ien britannique né le 8 août 1902 à Bristol et mort le 20 o tobre 1984 à Tallahassee. il ren ontre Niels Bohr. Sa famille paternelle est issue de la ville de Dira en Charente. Cela permet à Dira de prédire en 1931 l'existen e d'une parti ule appelée positron.3. Il est l'un des pères de la mé anique quantique et reste élèbre pour avoir prévu l'existen e de l'antimatière (positron). En 1928. on dit d'une mesure qu'elle est de Dira si toute la densité est on entrée en un point unique. Pour les besoins du formalisme quantique. Il faudra attendre 1932 pour qu'Anderson et Bla kett observent enn ette parti ule. En 1925. Il introduit ainsi la notation bra-ket. notée δ(t). Il se marie une année plus tard ave Margit Wigner ave qui il aura deux lles. Dira a introduit un objet singulier. pour laquelle |ψi est un ve teur d'état dans l'espa e des états du système. Dans son arti le "Les prin ipes de la mé anique quantique". Communément. 19 UN PEU D'HISTOIRE 3. Il publie son premier arti le ette année là sur le formalisme de la physique lassique et quantique. Son père. . Il soutient sa thèse ette même année et part travailler ave Bohr à Copenhague. et professeur de premier y le à l'université de Bristol. Paul étant le adet. En septembre. Il rejoint Göttingen en 1927. Elle est appelée aujourd'hui équation de Dira . et hψ| un ve teur de l'espa e dual orrespondant. la théorie des distributions. dans le anton du Valais. publié en 1930. Cette impulsion représente un signal de durée théoriquement nulle et d'énergie nie. Il étudie les mathématiques à l'université de sa ville natale et entre à partir de 1923 à l'université de Cambridge. ar une fon tion qui est nulle presque partout possède une intégrale identiquement nulle. Il s'établit à Bristol et se marie ave Floren e Holten ave qui il aura trois enfants. Le mathémati ien Laurent S hwartz a inventé l'outillage adéquat pour dé rire rigoureusement e genre d'objets. En 1970.4. Floride (États-Unis). Il partage le prix Nobel de physique en 1933 ave Erwin S hrödinger pour  la dé ouverte de formes nouvelles et produ tives de la théorie atomique . est originaire de Suisse. Ce on ept d'impulsion n'avait pas de fondement mathématique pré is : en parti ulier. En 1926. qu'on appelle aujourd'hui impulsion de Dira ou masse de Dira . il ne pouvait pas s'agir d'une fon tion ordinaire. il est invité au inquième ongrès Solvay où il ren ontre Albert Einstein. il utilise l'algèbre des opérateurs linéaires omme une généralisation des théories d'Heisenberg et de S hrödinger. il démontre l'équivalen e physique de la mé anique ondulatoire d'Erwin S hrödinger et le modèle d'Heisenberg. Il est lauréat de la Royal Medal en 1939 et de la médaille Copley en 1952. puis Werner Heisenberg. et ontenant en soi le spin. Sour e : wikipedia. et doit vérier la ondition : Z δ(t) dt = 1.

THÉORIE DE LA MESURE .20 CHAPITRE 3.

. . . . . . . . . . . . . . .2 Intégrale de fon tions mesurables positives . 21 4.3. . . . . b] don de S ) on peut pro éder selon deux méthodes : 21 . . . . . 29 Sour e : bibmath Mots lés 4. 29 Henri Lebesgue (1875-1941). . . . . . . . . . . . . . . . . . . nous avons déni la notion d'espa e mesuré (Ω. .1 Fon tions mesurables. . . . . . . . . . b] dans R+ par al ul d'une intégrale de f sur [a. . . . . Pour omprendre un peu la démar he. . . 4. . . . . . . . . . . . . . . . Dérivation sous le signe intégrale . . . . . . . 26 4. . . . . . . . . . . . . .1 Fon tions mesurables . . . . . . . . . . . . . . théorème de onvergen e dominée.3. . . . . . . . . . Intégrale de Lebesgue. . . . . . . ν). .4. . . . . . . . .3 Fon tions intégrables et propriétés . . . . 22 4. . . . . .Chapitre 4 Intégrale de Lebesgue Sommaire 4. . . . . . . . . . . . . 24 Lien entre les propriétés sur les intégrales de fon tions (Proposition 4. . . . . . . nous dénirons la notion d'intégrale au sens de Lebesgue d'une appli ation f de Ω dans R par rapport à une ertaine mesure ν donnée et nous en étudierons quelques propriétés utiles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Motivation . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Propriétés .4 Interversion du signe intégral . . . b]. . .3) et les propriétés sur les mesures (Proposition 3. . lemme de Fatou. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 28 28 29 4. . . . . . . . . . .1 Dénition . . . . Pour déterminer une valeur appro hée de S (puis. 26 4. . . .6 Un peu d'histoire . . . . . . . . onsidérons le problème de l'évaluation de l'aire S sous le graphe d'une appli ation f de [a. .2 Continuité et dérivation sous le signe intégrale Continuité sous le signe intégrale . . . . . . . . . . . . . . . 25 4. . . . .5 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . théorème de onvergen e monotone. . . . . . . envisager par un passage à la limite approprié une dénition de l'intégrale de f sur [a. . . . 28 4. . . .1 Interversion série/intégrale . . . . . . . . . Plus spé iquement. . . . . . . . . . . sous ertaines onditions de régularité. . . . . . . . 4. . 29 4. . . .1 Motivation Dans le hapitre pré édent. . Nous allons maintenant nous intéresser à l'intégrale de Lebesgue qui lui est asso iée. . . . 27 4. . . . . . . . . F . .4. . . . . . . . . . . . . .3) . . . . . . . . . . .2. . .

Dénition 4.1) Nous avions vu qu'il est souvent di ile de dé rire tout élément d'une tribu. e sont les fon tions mesurables. [f ∈ A] ∈ F. Une appli ation f de Ω dans E est F /E -mesurable ssi f −1 (C) ⊂ F . ii) Méthode de Lebesgue. Soit C ⊂ P(E) telle que E = σ(C). La proposition suivante permet alors de ne vérier (4. si f = 1Q . à appro her f par une P onstante sur ha un d'eux et à proposer omme approximation S ≃ i li hi où li est la longueur du i-ème sous intervalle Ii et hi la valeur appro hée de f sur Ii . nous poserons def def [f ∈ F ] = f −1 (F ) = {ω ∈ Ω. Méthode de Riemman INTÉGRALE DE LEBESGUE Méthode de Lebesgue J2 J1 hi b a b li b a b b de mesure de Lebesgue égal à µ1 i) Méthode de Riemann. par appli ationP de la fon tion ré iproque f −1 ) un dé oupage de [a. i. (4.1. F ∈ E} Nous allons maintenant dé rire une lasse de fon tions auxquelles s'adresse la notion d'intégrale de Lebesgue. 1].1. F ) et (E. [a.e. Nous verrons que la démar he de Lebesgue est plus fé onde que elle de Riemann en e sens que haque fois que Riemann donne un sens au on ept "intégrale de f sur [a.22 CHAPITRE 4. Dans es onditions. b] en sous intervalles.e. ∀A ∈ E.elle onsiste à dé ouper l'ensemble des valeurs prises par f en sousintervalles. b] = [0. b] puis à proposer omme approximation S ≃ j µj kj où µj est la "longueur" (mesure de Lebesgue !) de l'image ré iproque Dj du j -ème intervalle Jj et kj une valeur appartenant à l'intervalle Jj .1. . 4. alors Lebesgue donne aussi un sens à e on ept et obtient la même valeur alors que l'inverse n'est pas vraie (i.1) que sur une famille de parties engendrant la tribu E asso iée à l'espa e d'arrivée. Ce qui a des onséquen es pratiques intéressantes pour montrer qu'une fon tion est mesurable. b] alors que Riemann ne parvient pas à rendre de valeur).2.1 Soient (Ω.e. à obtenir par "retour en arrière" (i. Pour tout F ⊂ E et pour toute famille de parties E ∈ P(E). vérier la ondition (4. La fon tion f est mesurable relativement aux tribus F et E (on dit aussi F /E -mesurable) ssi f −1 (E) ⊂ F. Lebesgue réussit et donne omme valeur 0 à l'intégrale de f sur [a. b]" et obtient une valeur S . Proposition 4. f (ω) ∈ F } et f −1 (E) = {[f ∈ F ].1) pour tout ensemble A de la tribu E est di ile. E) deux espa es mesurables et f une fon tion de Ω dans E.elle onsiste à dé ouper [a.1 Fon tions mesurables Soit f une appli ation de Ω dans E.

n ≥ 1} est une suite d'appli ations réelles mesurables dénies sur (Ω. Bk ) vers (Rℓ . e qui montre bien la mesurabilité de la fon tion. Bℓ est engendrée par les ouverts don si f est ontinue de Rk dans Rℓ .) .1. multipli ation (ou autres opérations vu i dessus) de fon tions dont on sait qu'elles sont mesurables (par exemple ombinaisons linéaires et produits de fon tions ontinues ou fon tions indi atri es d'ensemble) iv) Soit on revient à la Proposition 4. Faisons le point sur les diérents résultats obtenus et voyons omment montrer d'un point de vue pratique qu'une fon tion est mesurable. il sut de onsidérer f −1 ({1}) = {ω. f −1 (E) est don la plus petite tribu A telle que f soit A/E -mesurable.1. nous avons don maintenant vu les tribus engendrées par des familles de parties ( hapitre pré édent) et les tribus engendrées par des fon tions (i i !). Pour voir l'utilité de la Proposition 4. Dans le as où F et E sont des tribus boréliennes. g) def f + = sup(f.2 Les fon tions indi atri es d'ensemble.2 ou même à la Dénition des fon tions mesurables ( 'est le dernier re ours. ii) Si {fn . 1}.1. F ) alors f +g λf . En parti ulier. Bℓ ) sont boréliennes. ii) Soit 'est une fon tion indi atri e d'un ensemble appartenant à la tribu de l'espa e de départ.1. Pour mémo. 1} ∪ {0} ∪ {1}} est engendré par le singleton {1}. on a aussi σ(f −1 (C)) ⊂ F et omme σ(f −1 (C)) = f −1 (σ(C)) (le vérier) et par hypothèse E = σ(C). 1})).1. x 7→ f (x) = 1A (x) ave A élément de F sont mesurables de (Ω. λ réel fg sup(f. si {fn . Comme P({0. il s'en suit que f −1 (E ) ⊂ F . 0) def f − = − inf(f. iii) Soit 'est une somme. n ≥ 1} onverge simplement vers f alors f est mesurable. F ) vers ({0. F ) alors supn fn inf n fn limn fn limn fn sont mesurables. La ondition est évidemment né essaire puisque f −1 (C) ⊂ f −1 (E ). Les propriétés suivantes sont immédiates et seront laissées au le teur à titre d'exer i e.1 Les fon tions ontinues de (Rk .1. 0) |f | = f + + f − sont des fon tions mesurables. P({0. nous allons présenter maintenant deux exemples lassiques de fon tions mesurables : Exemple 4.. on dira que la fon tion f est borélienne.1. Plusieurs hoix s'orent à nous : i) Soit 'est une fon tion ontinue et les tribus de l'espa e de départ et d'arrivée sont les tribus boréliennes.  Démonstration Remarque 4.2. g) inf(f. F ) → (E. f −1 (E) sera appelée dans toute la suite tribu engendrée par f et notée σ(f ). En eet. Propriétés : i) Si f et g sont deux appli ations réelles mesurables dénies sur le même espa e mesurable (Ω. 1}) = {∅ ∪ {0.2. E)  E = σ(C) ⇒ f −1 (E) ⊂ F  −1 f (C) ⊂ F . f −1 (E) l'est aussi (le démontrer). on a don que la fon tion x 7→ f (x) = 1A (x) est mesurable.. Inversement. 1A(ω) = 1} = A qui est dans F et en appliquant la Proposition 4. si f −1 (C) ⊂ F . Exemple 4. alors l'image ré iproque par f de tout ouvert de Rℓ est un ouvert don un élément de Bk . 23 MOTIVATION Une manière plus visuelle de se représenter la proposition est la suivante  f : (Ω. Elles montrent que la notion de mesurabilité se onserve à travers un ertain nombre d'opérations usuelles et de passage à la limite.1 Comme E est une tribu.4.

iii) De plus.e. en appliquant ette dénition. f (Ω) est ni. le as général des fon tions f mesurable non bornées sera quant à lui traité dans la se tion suivante. F . . Ce n'est pas étonnant. R R R ii) (αf + βg)dν = α f dν + β gdν (◮linéarité). ∞] possède une intégrale.2 Intégrale de fon tions mesurables positives Les fon tions mesurables étant onstruites.2 Soit (Ω. F . α. La première étape de la onstru tion de l'intégrale onsistera à la dénir pour des fon tions "simples" : les fon tions étagées. F . ν) un espa e mesuré et on notera M(F . tout A ∈ F . R R i) 1A dν = ν(A). i. Par exemple.2. on a 1A dν = ν(A) de façon laire. étagée et g ≤ f  qui est un nombre réel positif (pouvant éventuellement valoir +∞) satisfaisant les propriétés suivantes : Pour ¯ + ).1 Soit f = ki=1 αi 1[f =αi ] une appli ation étagée positive sur (Ω. appelée intégrale de Lebesgue de f et notée Z Z f (ω)ν(dω) ou f dν Ω dénie par Z f dν = sup Z gdν. la propriété essentielle des mesures est la σ-additivité. passons maintenant aux hoses sérieuses : la onstru tion de l'intégrale asso iée à une mesure donnée. f = 1Q est une fon tion étagée mais pas en es alier. INTÉGRALE DE LEBESGUE 4. ν). . L'appro he sera progressive. on a Z f dν = lim Z fn dν On verra apparaître souvent des limites roissantes dans e hapitre. On dit qu'une appli ation mesurable f sur et ¯ + ) qui ne peut espa e est étagée positive ssi f est une appli ation réelle positive (i. . ν) un espa e mesuré. ¯ + ). On appelle intégrale de f sur Ω par rapport à ν la quantité (éventuellement égale à ∞) Z f dν = k X αi ν([f = αi ]) i=1 R Si A ∈ F alors. à valeurs dans R prendre qu'un nombre ni de valeurs possibles. pour toute suite roissante fn de fon tions étagées mesurables onvergeant vers f . αk } et f peut don s'é rire aussi f= k X αi 1[f =αi ] i=1 Cela ressemble don à une fon tion en es alier sauf qu'i i f est onstante sur des ensembles de la forme [f = αi ] = {ω ∈ Ω. alors f (Ω) = {α1 . l'ensemble des appli ations On se donne don (Ω.e. ensembles qui ne ressemblent pas né essairement à des intervalles ( omme 'est le as pour des fon tions en es alier). β ∈ R+ et f.2. Toute fon tion mesurable positive f : Ω → [0. . g ∈ M(Ω. g mesurable. qui donne ν(∪n An ) = X n ν(An ) . L'extension de ette dénition de l'intégrale à des fon tions mesurables positives (et pas seulement des fon tions étagées) est donnée par le résultat suivant. f (ω) = αi }. Théorème et Dénition 4. L'objet de ette se tion onsistera à dé rire l'intégrale de Lebesgue asso iée à ν pour des fon tions mesurables positives.24 CHAPITRE 4. R mesurables positives réelles. P Dénition 4. Soit f une fon tion étagée.

2. Alors gn dν ≤ fj dν pour tout j ≥ n don gn dν ≤ hn .2.2. R¯ + ) et {fn . il vient : Z X k fk dν = Z lim gn dν = lim n→∞ n→∞ R Z gn dν = lim n→∞ R n Z X fk dν = k=1 R XZ fk dν.Soit (Ω.2.1 Nous attirons l'attention sur le fait que dans la proposition 4.2. Soient f. e qui en d'autres termes signie : pour tout ω ∈ Ω. 25 INTÉGRALE DE FONCTIONS MESURABLES POSITIVES dès que la ondition Ai ∩ Aj = ∅ est vériée pour tout i 6= j . k fk dν = R Rk iv) limn fn dν ≥ (limn fn )dν .2 et de la Proposition 4.3 omme une onséquen e de propriétés déjà onstatées dans le hapitre pré édent pour les mesures. Pn Démonstration. Les fon tions (fk ) étant toutes positives. RP P R iii) fk dν .2. Les preuves du Théorème et Dénition 4.2.3.2. R Z f dν = X f (ωn )an n≥1 Lien entre les propriétés sur les intégrales de fon tions (Proposition 4. Nous nous ontenterons pour le moment de prouver les parties iii) et iv) de la proposition 4. ν) un espa e mesuré où ν = ∞ n=1 an δωn est la mesure dis rète dénie par les masses an ≥ 0 aux points ωn . Ces preuves ne sont don pas à onnaître et peuvent don être é artées dans une première le ture. que f ≤ g est une inégalité entre deux fon tions. ii) pour les fon tions (gn ).1 Intégration par rapport à une mesure dis rète. Alors pour ¯ + ). Alors  R R (◮Monotonie). les propriétés de monotonie et ontinuité de la .2. posons gn = inf j≥n fj et hn = inf j≥n fj dν . Néanmoins. Cette propriété est une propriété de limite roissante puisque X ν(An ) = lim N n N X ν(An ) = lim ν(∪N n=1 An ) N n=1 et la suite (∪N n=1 An )N est une suite emboîtée d'ensembles ! Les propriétés de l'intégrale qui seront onstamment utilisées par la suite sont résumées dans la proposition suivante et nous invitons don le le teur à y porter une attention toute parti ulière : Proposition 4. de Fatou) Remarque 4. fn (ω) ≤ fn+1 (ω) pour tout n ∈ N et tout ω ∈ Ω) et non pas des suites de fon tions roissantes. k R Pour iv). et par la onvergen e monotone.3 iii et iv). n ≥ 0}. n ≥ 0} est une suite roissante.3.3) Il faut bien omprendre la Proposition 4.3) et les propriétés sur les mesures (Proposition 3. R¯ + ). (◮Additivité pour des séries positives) (◮Lemme . n ≥ 1. et par (ii) (théorème de onvergen e monotone) pour {gn . . (◮Convergen e monotone). les fon tions (gn ) forment une suite roissante de fon tions. n ≥ 0} ⊂ M(F . (de la Proposition 4.e. Notamment. f (ω) ≤ g(ω).2. F .2.3 résultent de la onstru tion de l'intégrale de Lebesgue qui est reportée à la se tion Constru tion de l'intégrale de Lebesgue dans l'Appendi e A. R R ii) ((fn ) suite roissante) ⇒ (limn→∞ fn dν = (limn→∞ fn )dν). iii) Posons gn = k=1 fk . g ∈ M(F .2. il vient alors Z (limn fn )dν = Z (lim gn )dν = lim n n Z gn dν ≤ lim hn = limn n Z fn dν  ExempleP4.3 i). Remarquons que {gn . Nous soulignons aussi que l'hypothèse du ii) on erne des suites roissantes de fon tions (i. i) (f ≤ g) ⇒ f dν ≤ gdν .4. elles permettent dans une se onde le ture de bien omprendre d'où viennent les propriétés spé iques de l'intégrale de Lebesgue et nous en ourageons le le teur urieux à les onsulter. tout f ∈ M(F .

2 2 Et on montrera que ette limite est aussi elle de l'intégrale des fon tions fn = n 2X −1 ak. ∀ω ∈ lim 1∪nk=1 Ak (ω) = 1. 1 inégalité très simple mais souvent utilisée .3. b) On a immédiatement Démonstration ∀ω ∈ ∪∞ k=1 Ak .1 En utilisant la Proposition 4. . omme le montre l'exer i e orrigé suivant.n k=0 et on montrera que (fn ) est une suite roissante de fon tions étagées onvergeant simplement vers f .3 i) et iii). Un intérêt annexe à et exer i e est de traduire aisément les relations ∪. lim 1∪nk=1 Ak (ω) = 0.n 1Ik. n→∞ e qui implique que 1∪∞ A = limn→∞ 1∪n A .3. montrer la Proposition 3. . b] s'é rit Exer i e Z a b f dν = lim n→∞ n 2X −1 ak.2. R R a) Si A ⊂ B alors 1A ≤ 1B 1 don par la propriété de monotonie de l'intégrale de Lebesgue. Montrer que l'intégrale de f sur [a. n→∞  Chaque fois qu'une fon tion est intégrable au sens de Riemann.n = inf f (x) x∈Ik. Indi ation : On remarquera que l'intégrale de Riemann sur [a. n→∞ c (∪∞ k=1 Ak ) . INTÉGRALE DE LEBESGUE Proposition 3. 4. ν(∪∞ k=1 Ak ) = Z 1∪n An dν = Z lim 1∪nk=1 Ak dν = lim n→∞ n→∞ Z 1∪nk=1 Ak dν Ainsi. si A1 ⊂ A2 ⊂ .3 à partir de nos onnaissan es sur l'intégrale de Lebesgue.1 Dénition ¯ .3 du Chapitre 3 entraînent sur l'intégrale de Lebesgue les propriétés de monotonie et de onvergen e monotone de la Proposition 4. R) réelles mesurables. ensemble des appli ations Venons-en à la dénition de l'intégrale pour des éléments de M(F .3 Fon tions intégrables et propriétés 4. ⊂ en terme d'inégalité ou limite de fon tions ara téristiques 1A . on a par k=1 k k=1 k k=1 k la propriété de onvergen e monotone.n k=0 b−a 2n ave ak. elle va l'être aussi au sens de Lebesgue. a + (k + 1) n . Ce résultat "rassurant" sera présenté i i sous forme d'exer i e ave indi ation. Comme les fon tions (1∪n A ) sont roissantes.26 CHAPITRE 4.2 Soit f une appli ation de R dans R+ bornée et intégrable au sens de Riemann sur [a. Ré iproquement.2.2.b℄.2.3. si on voulait prouver la monotonie et la ontinuité de la Proposition 3.n et   b−a b−a Ik. alors. b] au sens de Riemann et au sens de Lebesgue oin ident.2. alors 'est possible. . de signe quel onque ette fois- i. Exer i e Corrigé 4.n = a + k n . 1A dν ≤ 1B dν e qui est équivalent à é rire ν(A) ≤ ν(B). 4. 1An = 1∪nk=1 Ak et l'égalité pré édente s'é rit ν(∪∞ k=1 Ak ) = lim n→∞ Z 1An dν = lim ν(An ).

g ν -intégrable et |f | ≤ g alors f est ν -intégrable et |f |dν ≤ gdν .2.1 ν -sommable) ssi Z ¯ est dite intégrable par rapport à ν (ou ν -intégrable ou Une appli ation f ∈ M(F . ν − p. β ∈ R et f. R Enn. R R A f dν def = R f 1A dν est appelé Une fon tion f est i i intégrable si |f |dν < ∞.Soient intervalle ni ou inni.3. la notation sous l'intégrale λ(dx) est souvent rempla ée par simplement dx. nous aurons aussi à onsidérer des intégrales impropres. ν − p. limn fn = f. R R iii) Si f est ν -intégrable alors | f dν| ≤ |f |dν . en appliquant Fatou (Proposition 4. on veut simplement dire qu'elle est intégrable par rapport à la mesure de Lebesgue. g intégrables. On note aussi que si ν est la mesure de Lebesgue λ.3 iv) à la suite de fon tions positives (g − fn ). R R ii) Si f est mesurable.p. .3.3. Soit I un ∀n ≥ 1. Pour A ∈ F . |f |dν < ∞ f + dν − Z f − dν est appelé intégrale de f (sur Ω) par rapport à ν . lorsqu'on dit qu'une fon tion est intégrable sans pré iser par rapport à quelle mesure.e. on é rira simplement au lieu de Rappelons que lim et lim sont dénies dans le Chapitre 2. obtenues omme limites d'intégrales de type lim N →∞ Z N f (x)λ(dx) −N La valeur de ette limite quand elle existe est appelée valeur prin ipale de f mais nous y reviendrons plus tard (au moment du Chapitre 8). Et par abus de notation (ou par lassitude).2 Propriétés On a immédiatement les propriétés suivantes dont la démonstration est laissée en exer i e. 27 FONCTIONS INTÉGRABLES ET PROPRIÉTÉS Dénition 4. on dira que f est lo alement ν -intégrable ou lo alement ν -sommable ssi K |f (x)|ν(dx) < ∞ pour tout ompa t K ⊂ R.p.4.3. iv) Si f est ν -intégrable. 4. le nombre intégrale de f sur A. de façon équivalente. |fn | ≤ g. i) αf + βgdν = α f dν + β gdν pour tout α. limn fn dν = R I f dν sur I ave (◮Lebesgue R I |g|dν < ∞ ou Convergen e dominée) R . Dans d'autres hapitres. On ne démontrera que pour I = R dans e as. alors ν([|f | = ∞]) = 0 L'un des résultats prin ipaux de la théorie de l'intégration au sens de Lebesgue est le suivant : Théorème 4. Supposons que ( alors limn R I fn dν = R I (fn ) et f et g sont des fon tions réelles mesurables. il vient : Démonstration limn Z (g − fn )dν ≥ Z limn (g − fn )dν R R .3. Montrons d'abord R R i) limn fn dν ≤ limn fn dν R R ii) limn fn dν ≥ (limn fn )dν En eet. R R R Proposition 4. R) f + dν < ∞ et Z Le nombre réel  f − dν < ∞ Z Z def f dν = R ou. Lebesgue.3.2. i.

N R P SN =R N gdν < ∞. Proposition 4. on applique alors le théorème de onvergen e dominé : 0 fn .2 P RP Dans la ondition ii).4. de permuter R R intégrale et limite : limn fn dν P = limn fn dν .1 Comme indiqué en préambule si la série est à termes positifs. Plaçons nous don sous la ondition i). né essairement (voir Proposition 4. ω)dν(ω). pour vérier la ondition ii). de la fon tion x 7→ f (x. Il nous sut don seulement de prouver n n n=1 n=1 la proposition 4. Passons maintenant à la preuve du théorème de onvergen e dominée. nous avons vu par P l'additivité desR séries R P positives qu'on avait né essairement la permutation entre intégrale et somme : n fn dν = n fn dν à partir du moment où haque fon tion fn est une fon tion positive. sous ertaines onditions. la preuve est a hevée.1 Interversion série/intégrale Nous avons vu à travers le théorème de onvergen e monotone et dans le théorème de Lebesgue (aussi appelé théorème de onvergen e dominé ) qu'il était possible. et posons S la somme partielle.  4. P R Remarque 4.Si pour presque tout x. On a SRN (x) ≤ g(x) p. on a RP P R de e théorème.1 sous la ondition i). l'une ou l'autre des deux onditions suivantes est réalisée : R P i) | N gdν < ∞ n=0 fn (x)| < g(x) p.4.e. Ainsi.3 (iii)) n fn dν = n fn dν sans avoir à utiliser e théorème.2 Continuité et dérivation sous le signe intégrale Continuité sous le signe intégrale Nous sommes maintenant en mesure de donner des onditions assurant la ontinuité et la dérivabilité R des intégrales dépendant d'un paramètre. P fn (x) onverge et si Remarque 4. ave RP P R ii) n |fn |dν = |fn |dν < ∞ R Pn P R Alors.4. On remarquera que la se onde ondition est un as parti ulier de la première P∞ (en lair : (ii) implique (i)) puisqu'en notant g(x) la somme de la série des valeurs absolues g(x) = 0 |fn (x)| alors R P PN | N f (x)| ≤ |f (x)| ≤ g(x) et gdν < ∞ par l'hypothèse ii).4. n n . Enonçons don le résultat avant de le démontrer. fn dν = Z X fn dν n  4. n fn dν = n fn dν . on her hera seulement à n n RP P R vérier l'une des deux onditions équivalente n |fn |dν < ∞ ou |f |dν < ∞. e qui implique d'après i) et ii) limn R Z fn dν ≥ R Z f dν ≥ limn Et omme on a toujours limn fn dν ≤ limn fn dν . Qu'en est il maintenant si au une hypothèse sur le signe de fn n'est faite ? Des résultats de permutation existent P et sont essentiellement issus de la onvergen e dominée pour la suite des sommes partielles SN = N 0 fn .4. (ii) est immédiat en appliquant le résultat i) à (−fn ).2.4 Interversion du signe intégral 4.4. Pour les séries de fon tions fn . On a f = limn fn = limfn .p.28 CHAPITRE 4.p. et limN SN (x)ν(dx) = limN SN (x)ν(dx) e qui est exa tement équivalent à Démonstration XZ n La preuve est a hevée.1. i. l'égalité n |fn |dν = n |fn |dν est assurée puisque la série |f | est une série de fon tions positives. permutation série/intégrale. soit Z gdν − limn Z fn dν ≥ Z gdν − INTÉGRALE DE LEBESGUE Z limn fn dν Z fn dν e qui a hève la preuve de i). Nous admettrons .

29 POINTS ESSENTIELS DU CHAPITRE les deux théorèmes suivants. 'est à dire qu'il existe g : R → R ν -intégrable telle que Alors la fon tion . la fon tion x 7→ f (x. on ait alors |f (x.ω) (pour le Théorème 4. b]. b]. Soit x0 ∈ [a. On suppose que pour presque tout ω ∈ R.4.ω)−f (x0 . ω)ν(dω).4. pour tout x dans un voisinage de x0 .4.3) où (un ) est une suite quel onque de points de Ω onvergeant vers un −x0 x0 .4. Leurs démonstrations ne sont pas di iles et résultent toutes deux du théorème de onvergen e dominée en posant pour fn (ω) = f (un . Théorème 4. S'il existe une fon tion g : R → R ν -intégrable telle que. ω)| ≤ g(ω) pour presque tout ω ∈ R R R limx→x0 R f (x. dans un voisinage V de x0 .2) et fn (ω) = f (un . la fon tion dérivée est dominée.3. ω)ν(dω) R est ontinue en x0 . On suppose que. ω) est ontinue en x0 .2. ω) (pour le Théorème 4. de plus. Nous les laissons au le teur intéressé et nous on entrons uniquement sur l'énon é et l'appli ation de es théorèmes. ω)ν(dω) = limx→x0 f (x.5. x 7→ f (x. Soit x0 ∈ [a. Dérivation sous le signe intégrale Théorème 4. ω) est dérivable pour presque tout ω ∈ R et que. x 7→ Z la fon tion f (x.4. En d'autres termes.

.

.

.

∂f .

(x. ω).

≤ g(ω) .

.

ω)ν(dω) est d dx Z R pour tout x ∈ V et presque tout ω ∈ R. dérivable en x0 et . ∂x R x 7→ R f (x.

.

f (x. ω)ν(dω) .

.

série et intégration. ) Les trois théorèmes importants sont le théorème de onvergen e monotone. le lemme de Fatou et le théorème de onvergen e dominé. = x=x0 Z R ∂f (x0 . b) L'intégrale d'une fon tion positive f est obtenue omme limite des intégrales d'une suite roissante de fon tions étagées onvergeant simplement vers f . dérivation et intégration. ω)ν(dω) ∂x 4.5 Points essentiels du hapitre a) Les notions importantes sont les fon tions mesurables et l'intégrale au sens de Lebesgue. e) On notera qu'i i à partir d'une mesure quel onque ν (pas né essairement la mesure de R Lebesgue). d) Ce hapitre a aussi permis de permuter limite et intégration.6 Un peu d'histoire Henri Lebesgue (1875-1941). Sour e : bibmath. 4. on onstruit l'intégrale f dν qui est appelée intégrale de Lebesgue. On veillera don à ne pas onfondre. mesure de Lebesgue et intégrale de Lebesgue. . ontinuité et intégration.

et plus généralement toute l'analyse de Fourier. Suzanne et Ja ques. était ouvrier typographe. qui peuvent être très dis ontinues. il enseigne quelques années en lasses préparatoires à Nan y. Il épousera la soeur d'un amarade de ollège. Ensemble. L'intégrale de Riemann avait montré ses limites. Lebesgue n'enseigna jamais sa propre théorie. INTÉGRALE DE LEBESGUE Henri Léon Lebesgue est né le 28 juin 1875 à Beauvais. d'abord sur le hamp des fon tions intégrables (assez restreint). . dans l'enseignement a tuel. et sont très puissants ! En outre. sous le titre Intégrale. l'intégrale de Lebesgue est aussi bien adaptée aux fon tions d'une seule variable que de plusieurs. qui va onsidérément simplier et amplier l'étude des séries trigonométriques. les théorèmes de permutation limite et intégrale ont un énon é très simple. Etonnament peut-être. et enn à l'E ole Normale Supérieure. Dans la théorie de Lebesgue. longueur. Les su ès qu'ont retiré les analystes de l'intégrale de Lebesgue ont depuis démenti es faits. et surtout sur les permutations de limites et d'intégrales. Dans ette thèse. au Collège de Fran e ou à l'E ole Normale Supérieure de jeunes lles. aire. peu de temps après la naissan e de son ls. ses qualités pédagogiques étaient re onnues. C'est qu'il raignait la généralisation à outran e ("Réduites à des théories générales. C'est toujours un problème. brillant dès l'é ole primaire. et sa santé demeurera toujours fragile. Le revers de la médaille est que sa présentation ré lame de longs préliminaires théoriques. ils auront deux enfants. par sa nature même. ainsi que les deux soeurs ainées d'Henri. Il la soutient en 1902. La mère de Lebesgue fut une travailleuse infatigable. fut porté de bourse en bourse. il faisait preuve d'originalité dans l'exposition. les mathématiques seraient une belle forme sans ontenu" dit-il). Lebesgue présente la théorie d'une nouvelle intégrale. Son père. Si Lebesgue n'a pas été le hef d'une é ole de her heurs. Mais il dé ède. Borel et Baire pour présenter une théorie des fon tions mesurables. Lebesgue s'appuie sur les travaux de Jordan.30 CHAPITRE 4. Dans la foulée. Ce dernier aura lui-même des séquelles de ette maladie toute sa vie. d'essayer d'introduire le plus tt possible l'intégrale de Lebesgue. d'origine humble. au ly ée puis en lasse préparatoire au Ly ée Louis-Le-Grand. Elle ne re hignera jamais à e que son ls poursuive ses études et Henri restera ee tivement longtemps à sa harge. il dénit une nouvelle méthode de sommation. Dans ses ours à la Sorbonne. de la tuber olose. Après sa réussite à L'Agrégation en 1897. et simultanément prépare sa thèse. Ainsi Lebesgue. appelée depuis intégrale de Lebesgue. de façon à mettre e formidable outil à la disposition des physi iens.

Soit f.e. R¯ + ) désigne l'ensemble des appli ations mesurables positives réelles et qu'une appli ation mesurable f sur et espa e est étagée positive ssi f est une appli ation réelle ¯ + ) qui ne peut prendre qu'un nombre ni de valeurs possibles. est ni. ν). Soit f une fon tion mesurable étagée. .1. . . αk } et f peut don s'é rire aussi f= k X αi 1[f =αi ] i=1 Dénition A. . La première égalité est évidente par la dénition de l'intégrale.2. i. βℓ }. R¯ + ) et α.1 P Soit f = ki=1 αi 1[f =αi ] une appli ation étagée positive sur (Ω. nous étendrons par passage à la limite la notion d'intégrale de Lebesgue aux fon tions mesurables positives. linéarité . F .1. . R R  ii) (f ≤ g) ⇒ f dν ≤ gdν (◮ ) (◮monotoni ité). . . R R R R R i) Il sut de montrer que αf dν = α f dν puis que (f + g)dν = f dν + gdν . alors f (Ω) = {α1 . en montrant que es fon tions étagées peuvent appro her toute fon tion mesurable positive. R A. 31 . . très simples. Z f dν = k X Pk i=1 αi 1Ai αi ν(Ai ). . g ∈ E(F . Terminologie : Rappelons que M(F . αk } et g(Ω) = {β1 . On appelle intégrale de f sur Ω par rapport à ν la quantité (éventuellement égale à ∞) Z f dν = k X αi ν([f = αi ]) i=1 Ave ette dénition de l'intégrale de f . Alors R R R i) (αf + βg)dν = α f dν + β gdν . . les fon tions étagées puis. Commençons par un peu de terminologie.1 Intégrale pour des fon tions étagées La première étape de la onstru tion de l'intégrale onsistera à la dénir pour les fon tions étagées. . . L'ensemble Ω peut être partitionné de deux façons Démonstration Ω = ∪i [f = αi ] = ∪j [g = βj ].e. i=1 Lemme A.Annexe A Constru tion de l'intégrale de Lebesgue La démar he générale onsistera à dénir l'intégrale pour une lasse de fon tions mesurables positives parti ulières. β ∈ R¯ + . à valeurs dans R ¯ + ). Maintenant soient f (Ω) = {α1 . f (Ω) positive (i. on peut aussi montrer que si f peut s'é rire f = alors. L'ensemble des appli ations étagées sera noté E(F .

ii) Les représentations de f et g dans la preuve de i) montrent immédiatement ette propriété. .1. étagée telle dénition de l'intégrale de Lebesgue. -.32 ANNEXE A. en utilisant la monotonie sur les fon tions étagées : Z Z ¯ + ). Si β dénote la limite roissante β = limn fn dν .1. αk }.2. positive et majore les fon tions fn et don f dν ≥ R R def fn dν pour tout n. F . . de M(F . la suite (An ) est roissante pour l'in lusion (A1 ⊂ A2 ⊂ . étagée et g ≤ f qui prend don une valeur positive ou innie. . on a immédiatement la propriété de monotonie. Soit {fn. . La fon tion f def = limn fn est mesurable. Proposition A. l'intégrale de Lebesgue asso iée à f par rapport à la mesure ν est dénie par la quantité Z def f dν = sup Z gdν.4.j X βj 1[f =αi ]∩[g=βj ] i. Soit (Ω. ∀f. Pour tout 0 < c < 1. R Alors.1) où le passage à la limite vient de la propriété de ontinuité (Proposition 3. CONSTRUCTION DE L'INTÉGRALE DE LEBESGUE e qui permet de partionner [f = αi ] et [g = βj ] en ( [f = αi ] = ∪j ([f = αi ] ∩ [g = βj ]) [g = βj ] = ∪i ([g = βj ] ∩ [f = αi ]) Nous avons maintenant des é ritures de f et g qui les rendent onstantes sur les mêmes ensembles : f= X αi 1[f =αi ]∩[g=βj ] et g = i. ave Bn = An ∩ [g = αi ] et en remarquant que ∪∞ n=1 Bn = [g = αi ].  Par passage au sup. g mesurable. n ≥ 0} une suite roissante d'appli ations Convergen e monotone lim n→∞ Z fn dν = Z lim fn dν n→∞ R . R  On a don β ≥ c gdν et en faisant tendre c vers 1.3) ave les ensembles emboîtés def B1 ⊂ B2 ⊂ . alors. . β≥ Z 1An fn dν ≥ c Z 1An gdν = c k X i=1 αi ν(An ∩ [g = αi ]) →n→∞ c k X i=1 αi ν([g = αi ]) = c Z gdν (A. il nous reste à prouver que pour toute fon tion R R que g ≤ f alors gdν ≤ β et e i en eet impliquerait par passage au sup que f dν ≤ β e qui a hèverait la preuve.  Dénition A. Au vu de la g mesurable. . g ∈ M(F . onsidérons Démonstration R An = {ω. il vient alors f dν ≥ β . ν) un espa e mesuré et f une appli ation mesurable positive de M(F .) et ∪∞ n=1 An = Ω et nous pouvons é rire alors en utilisant fn ≥ 1An fn ≥ c1An g . Soit don g mesurable étagée telle que g ≤ f et notons g(Ω) = {α1 . .j (αi + βj )1[f =αi ]∩[g=βj ] et l'égalité souhaitée (f + g)dν = R R f dν + gdν devient alors immédiate par la dénition même de l'intégrale pour des fon tions étagées.3 ¯ + ). on obtient l'inégalité souhaitée.j P R e qui permet d'é rire aisément f + g = i. R (f ≤ g) ⇒ f dν ≤ gdν La linéarité par ontre ne s'étend pas de façon immédiate et nous aurons d'abord à prouver une propriété de onvergen e monotone qui va être parti ulièrement utile pour la suite. fn (ω) ≥ cg(ω)} et remarquons que 1An (ω)g(ω) = k X i=1 αi 1An ∩[g=αi ] d'où Z 1An gdν = k X i=1 αi ν(An ∩ [g = αi ]) De plus. R¯ + ). Un orollaire immédiat de la onvergen e monotone est le suivant : . .

1.1.6. Alors R R R (◮linéarité). .5. β ∈ R¯ + . g ∈ M(F . soient α. L' intégrale de f sur Ω par rapport à la mesure ν est la quantité (éventuellement ∞) Z Z f dν = lim n fn dν. Soit f ∈ M(F .5 et de la propriété de linéarité pour les fon tions étagées. Soient f. n ≥ 0} ⊂ M(F . La linéarité (αf + βg)dν = α f dν + β gdν est maintenant immédiate à partir du Corollaire A. n ≥ 1} ⊂ E(F . R¯ +). i) (αf + βg)dν = α f dν + β gdν R R  ii) (f ≤ g) ⇒ f dν ≤ gdν (◮monotoni ie). On obtient alors la proposition suivante : Proposition A. On peut montrer que (ϕn [f ]) déni par ϕn [f ] = X 0≤k/2n ≤n  k 2n  1[k/2n <f ≤(k+1)/2n ] + n1[f >n] est une suite roissante de fon tions mesurables étagées onvergeant R vers f . R¯ + ) et {fn.1. minorant f . ette limite ne dépendant pas de la suite roissante de fon tions mesurables étagées.1. R¯ + ) une suite roissante de fon tions mesurables étagées telle que limn fn = f .A. R¯ + ). Soient {fn. INTÉGRALE POUR DES FONCTIONS ÉTAGÉES 33 Corollaire A. On a déjaRvu que la Rpropriété de monotonie est immédiate au vu de la dénition.

34 ANNEXE A. CONSTRUCTION DE L'INTÉGRALE DE LEBESGUE .

. . . . 51 Mots lés 5. . . . . . . . . . . . . . . . ertaines propriétés ( omme le théorème de Lebesgue par exemple) se généralisant aisément à e type d'intégrale. . . . . . . homotopie. . . . . . . . . . . . . fon tions holomorphes. . . nous avions onstruit à partir d'une mesure ν donnée. . . Théorème de Cau hy. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . le 35 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Théorème des résidus. . . . . . . . . . . . . .4 Fon tions logarithmique et puissan es . .2 Intégration urviligne . ouvert simplement onnexe. . . . 43 5. 51 Cau hy (1789-1857). . . .2 Singularité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 5. 42 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . On dénit ainsi les intégrales de fon tions mesurables à valeurs omplexes. . . . . . . . . . . Malgré tout. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Séries de Laurent . . . alors on peut dénir fa ilement l'intégrale d'une fon tion omplexe f par : Z def f (x)ν(dx) = Z g(x)ν(dx) + i Z h(x)ν(dx). . . . . . . . . 45 Fon tion logarithme . h sont des fon tions mesurables à valeurs réelles. . . . . . 38 Lien entre fon tions analytiques et fon tions holomorphes . . . . . . . . . . . . . 48 5. . . . . . . . . . . . .8 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Chapitre 5 Fon tions de variables omplexes Sommaire 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 5. . . . Dans le hapitre pré édent. . lemme de Jordan. . . . . . . . . . . 43 5. . . . . . . 38 5. . . . . . . . 36 Fon tions analytiques . 5. . . . . Sour e : bibmath .2 Théorème de Cau hy homotopiques . . . . . . . . . .3 Théorème des résidus et lemmes de Jordan Cal ul pratique des résidus . 47 5. .3. . . . . . . . 48 49 49 50 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 Théorème des résidus .5 Indi e d'un point par rapport à un la et orienté . . . . .1 Fon tions holomorphes et analytiques . . . . . . . . . .6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Homotopie des la ets orientés . . . . .1 Fon tions analytiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44 5. . . . . . . . . . . .6. . . . . l'intégrale de Lebesgue dont on a vu qu'elle rend des valeurs plus intéressantes que l'intégrale de Riemann pour des fon tions mesurables à valeurs réelles.6. . . . . . . Maintenant si f (x) = g(x) + ih(x) où g . . . . . . . . . .7 Points essentiels du hapitre . . . . . . . . . . . . . . .3. . 36 Fon tions holomorphes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . la ets.3 Homotopie . . . 45 Fon tion puissan e . . . . .

La fon tion f est dite holomorphe en a ssi f est C-dérivable en a. FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES terme d'intégration ν(dx) reste "réel". On identie ouramment C. Dans tout e hapitre. à R2 . muni du module. Q = Im f ) désigne la partie réelle (resp. suivant l'axe des imaginaires en posant h = iv ∈ iR.1 Fon tions holomorphes et analytiques Fon tions holomorphes Dénition 5. D'autre part.36 CHAPITRE 5. Choisissons de faire tendre h vers 0 suivant l'axe des abs isses en posant h = u ∈ R puis. Ω désignera un ouvert de C et f une appli ation de Ω dans C. y) où P = Re f (resp. (a) Nous soulignons que dans ette dénition. nous ne savons pas en ore intégrer sur des omplexes. dont les " onditions de Cau hy" que nous voyons à présent. Nous verrons i i un ertain nombre de théorèmes qui permettront de al uler aisément e type d'intégrale. Enn. imaginaire) de f . Le domaine traitant des intégrales urviligne s'appelle l'analyse omplexe. de poser z = γ(x). 5. On tirerait alors de z = γ(x) que dz = γ ′ (x)dx et l'intégrale s'é rirait alors Z ′ [f ◦ γ(x)] γ (x)ν(dx) = Z f (z)dz Γ où Γ l'image dans C de la fon tion γ . on désignera par H(Ω) l'ensemble des fon tions holomorphes sur Ω. De e i vont dé ouler un ertain nombre de résultats.e. On a envie de faire une sorte de " hangement de variable".1 Soit a ∈ Ω. Ce n'est pas un hangement de variable au sens lassique puisqu'i i x est réel tandis que z est omplexe.1. il arrivera souvent que nous aurons à al uler des quantités de la forme Z [f ◦ γ(x)] γ ′ (x)ν(dx) où f et γ sont à valeurs omplexes. La fon tion f est dite holomorphe sur Ω ssi elle est holomorphe en tout point de Ω. y) → C 7 → z = x + iy On é rit alors par abus f (z) = P (x. h = iv ∈ iR b a+h a h=u∈R tend vers a de toutes les façons possibles ! . y) + iQ(x. le terme d'intégration dz à droite de l'égalité on erne des valeurs de z omplexes et à e niveau là du ours. Cette limite est alors appelée dérivée de f en a et on la notera f ′ (a). au moyen de l'isométrie anonique R2 (x.e. Ce faisant. L'objet de e hapitre permettra de dénir proprement e type d'intégrale appelé "intégrale urviligne". i. i. lim h→0.h∈C∗ f (a + h) − f (a) h existe. muni de la norme eu lidienne. la quantité f (a+h)−f doit tendre vers la même limite h quelle que soit la manière dont h s'appro he de 0.

1.v∈R u iv Posons a = a1 + ia2 .u∈R∗ f (a + u) − f (a) f (a + iv) − f (a) = lim ∗ v→0. alors a + u est une "perturbation" de a sur sa valeur réelle et a + iv est une "perturbation" de a sur sa valeur imaginaire.5. 37 FONCTIONS HOLOMORPHES ET ANALYTIQUES Nous avons alors : f ′ (a) = lim u→0. L'égalité pré édente s'é rit alors .

.

.

.

1 ∂ ∂ .

f (x + iy).

= f (x + iy).

.

a2 ) (x.y)=(a1 . y) + iQ(x. y) .y)=(a1 . ∂x i ∂y (x.a2 ) e qui donne en posant f (z) = P (x.

.

.

.

y)]. ∂ 1 ∂ [P (x. y) + iQ(x.

.

y)]. y) + iQ(x. = [P (x.

.

1 Si f est la fon tion transpose : f (z) = z¯ = x−iy . exprimés en tant que fon tions des oordonnées artésiennes x et y .y) . P et Q. .1. ∂y ∂x es deux égalités ayant lieu au point (x. y) = −y . a2 ).y) e qui montre que ∂P∂x = 1 6= −1 = ∂Q(x. montrons une utilisation simple des onditions de Cau hy à travers un exemple. β ∈ C. y) ∂Q(x. Ce qui en lair signie : "la omposée de deux fon tions holomorphes reste holomorphe". es parties réelles et imaginaires en tant que fon tions de x et y ne sont pas si fa iles à identier et nous devons passer par d'autres appro hes. on voit que P (x. Cette proposition permet don de vérier fa ilement le ara tère holomorphe de fon tions dont on peut extraire simplement les parties réelles et imaginaires. f : I → Ω′ et g holomorphe sur l'ouvert Ω′ alors la fon tion g ◦ f est dérivable sur I de dérivée (g ◦ f )′ = (g ′ ◦ f ) × f ′ . i) αf + βg ∈ H(Ω) et (αf + βg)′ = αf ′ + βg ′ . f1 ∈ H(Ω) et f1 = − ff2 . on peut montrer que f est C-dérivable en a et par onséquent que f est holomorphe en a.  ′ ′ iii) Si f ne s'annule pas sur Ω. De plus. a2 ). Les onditions de Cau hy ne sont pas vériées et la fon tion ∂y transpose n'est don pas holomorphe. ii) f g ∈ H(Ω) et (f g)′ = f ′ g + f g ′ . ∂x i ∂y (x.2. y) ∂Q(x. La fon tion f est holomorphe en a = a1 + ia2 ∈ Ω ssi i) P et Q sont diérentiables en (a1 . en utilisant la R-diérentiabilité de la fon tion de deux variables : (x. si es deux onditions sont vériées alors.a2 ) et en identiant les parties réelles et imaginaires. a2 ) ii) P et Q vérient les onditions de Cau hy :  ∂P ∂Q = ∂x ∂y et ∂P ∂Q =− ∂y ∂x  au point (x. y) 7→ (P (x. y) = x et Q(x. y) = ∂x ∂y et ∂P (x. Avant de dé rire ertaines propriétés de stabilité. y) = (a1 . Q(x. Nous terminons ette se tion par quelques propriétés élémentaires de stabilité : Pour toutes fon tions f. (x. Exemple 5. Ré iproquement. (◮Conditions de Cau hy) Il existe aussi des formules de Cau hy asso iées à la dé omposition suivant les oordonnées polaires (et non artésiennes). Résumons ela dans la proposition suivante : Proposition 5. y) = (a1 . y).a2 ) (x.1.y)=(a1 . on obtient les onditions dites de Cau hy ∂P (x. On aura aussi à utiliser la propriété suivante : si f est une fon tion R-dérivable. Néanmoins dans des situations ourantes. g ∈ H(Ω) et pour tous omplexes α. si f est holomorphe sur un ouvert Ω à valeurs sur un ouvert Ω′ et g holomorphe sur Ω′ alors la omposée g ◦ f est holomorphe sur Ω ave (g ◦ f )′ = (g ′ ◦ f ) × f ′ .y)=(a1 . e qui sera vu en séan es de travaux dirigées. Ce qui en lair signie : "la omposée d'une fon tion holomorphe et d'une fon tion dérivable est dérivable". y)). y) =− . dénie sur un intervalle ouvert I de R.

on désigne par ( def ¯+ B(a. la onvergen e de la série entière est absolue dans le disque ouvert de onvergen e B(0. r) = {z ∈ C.1. Soit ( n≥0 cn z n )n∈N une série entière de rayon de onvergen e ≥ r. pour d'autres. Pour autant. r). pour z ∈ B(0. P n i) La somme de la série entière f (z) = ∞ n=0 cn z est holomorphe sur B(0.1. i) B(z P ii) Pour tout z ∈ B(z0 . P Théorème 5. le disque fermé. r). il y aura divergen e pour tous les |z| = r. Alors.. tel que : la série entière ∞ X n=0 cn z n ( onverge pour |z| < r i. En mots simples. Voyons maintenant un exemple très simple de fon tion analytique : Exemple 5. pour |z| = r. Ce résultat n'est pas surprenant mais la preuve bien que simple. tout peut se passer . une fon tion holomorphe est analytique. A priori. e n'est pas le as. Il s'avère et 'est remarquable. On notera qu'on a alors B(a. il y aura onvergen e pour ertaines valeurs de z sur le disque de rayon r. |z − a| ≤ r}. Lien entre fon tions analytiques et fon tions holomorphes Le sens le plus simple à on evoir est elle allant de l'analyti ité vers l'holomorphie : toute fon tion analytique est né essairement holomorphe. que sur un ouvert.3 La fon tion f est dite analytique en z0 ∈ Ω (on rappelle que Ω est un ouvert de C) ssi il existe un réel r > 0 tel que ¯ 0 . r) ⊂ Ω.4 (analytique → holomorphe). On ne sait pas et 'est à déterminer au as par as. une fon tion est analytique sur un ouvert ssi elle est développable en série entière dans un voisinage de ha un des points de l'ouvert. le disque ouvert de entre a ∈ C et de rayon r ∈ R def ¯ r) = {z ∈ C. Nous admettrons don le théorème et laissons sa démonstration en exer i e. Venons en à la dénition des fon tions analytiques : Dénition 5. appelé rayon de onvergen e. +∞) = C. 0) = ∅ et B(a.. on obtient la fon tion nulle) qui s'é rit : P (z) = n X P (k) (a) k=0 k! (z − a)k et on en tire lairement que P est analytique sur C. de fon tion dérivée P ∞ f ′ (z) = n=1 ncn z n−1 . r) et uniforme sur tout sous-ensemble ompa t in lus dans B(0. du moins dans leur dénition.2 Un polynme P (z) à oe ients omplexes admet un développement de Taylor exa t (puisqu'en dérivant le polynme susamment de fois. pour ertaines séries. On dit que f est analytique sur Ω si elle est analytique en tout point de Ω. |z − a| < r}. et ré iproquement ! ! Ce i est obtenu par le théorème de Cau hy (ou plutt un des nombreux théorèmes de Cau hy) que nous voyons dans le paragraphe suivant. FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES Fon tions analytiques Dans toute la suite.e. Par ontre.1. On rappelle qu'étant donné une suite (cn )n∈N de nombres omplexes.38 CHAPITRE 5. r) diverge pour |z| > r De plus. . il existe un unique élément r ∈ R+ . f (z) = n≥0 cn (z − z0 )n où (cn ) sont les oe ients d'une série entière de rayon de onvergen e ≥ r. les notions d'holomorphie et d'analyti ité d'une fon tion sont bien distin tes. r). né essite quelques résultats te hniques sur les séries entières qui risquent d'alourdir l'exposé. B(a.

notamment une dérivabilité à tous ordres et une é riture de f en série entière autour de haque point de Ω. r). et ça.6. 5. Soit f une fon tion holomorphe sur Ω alors ¯ 0 . Ce résultat est appelé Théorème de Cau hy. 'est-à-dire qu'une série entière est la série de Taylor de sa somme.3 et nous invitons le le teur à vérier qu'il peut s'appliquer i i) : ∀α > 0. on a : si z ∈ B(z0 .1. [holomorphe→analytique℄. Sous les hypothèses du Théorème 5.1. (Théorème 5. 1].1. Posons Démonstration g(α) = Z 2π 0 f (αreit + (1 − α)z) it re dt reit − z pour α ∈ [0. cn ne dépend pas de r pourvu que la ondition B(z vériée. g ′ (α) = Z 2π 0 f ′ (αreit +(1−α)z)reit dt = Z 2π 0    t=2π ∂ f (αreit + (1 − α)z) f (αreit + (1 − α)z) dt = =0 ∂t iα iα t=0 . 39 FONCTIONS HOLOMORPHES ET ANALYTIQUES P n ii) La somme f (z) = ∞ n=0 cn (z−a) est indéniment C-dérivable sur son disque ouvert de onvergen e B(a. g est dérivable et on a par dérivation sous le signe intégral (il faut être sûr de pouvoir dériver sous le signe intégral. ses dérivées su essives s'obtenant par dérivation terme à terme. cp = f p!(a) . Le passage de i) à ii) est obtenu par ré urren e et translation de −a.6 Corollaire 5. 'est le théorème 4.5.5. On va dériver g (par rapport à α) sous le signe intégral et se rendre ompte que l'expression obtenue sous l'intégrale est expli itement intégrable (par rapport à t). implique énormément de hoses.5 et Corollaire 5. La fon tion f étant holomorphe. si B(z f (z) = X n≥0 ave cn = cn (z − z0 )n 1 2πrn Z 2π pour tout z ∈ B(z0 . r) ⊂ Ω soit du développement en série entière. r) (◮Expression f (z0 + reit )e−int dt (◮Expression de de cn f en fon tion de en fon tion de cn ) f) 0 On remarquera que dans la dénition de cn le terme r semble intervenir mais en réalité par uni ité ¯ 0 . On voit don que supposer la C-dérivabilité.1. Théorème 5. Ω z0 b r Fig. (p) iii) ∀p ∈ N.5.1. Passons maintenant au sens le plus remarquable. Z f (z) = 1 2π 2π 0 f (z0 + reit ) it re dt z0 + reit − z (◮Formule ¯ 0 .4. De Cau hy-. à savoir : une fon tion holomorphe est né essairement analytique. on a un théorème qui permet de le faire à la n du hapitre pré édent.1.6-) On peut se ramener par translation à z0 = 0 e que nous supposerons dans toute la suite.1. r) ⊂ Ω. f est analytique sur Ω. Soit |z| < r.1  f (z) = 1 2π R 2π 0 f (z0 +reit ) it z0 +reit −z re dt dans le Corollaire 5. r) ⊂ Ω B(z alors pour tout de Cau hy) . r). De plus. Voyons ela de façon plus pré ise.

on sait faire depuis la n du hapitre pré édent. En é rivant maintenant g(0) = g(1) il vient Z soit en ore f (z) 2π f (z) reit dt = reit − z 0 Z 2π 0 1 dt = 1 − z/reit ou en ore en utilisant que |z/reit | = |z|/r < 1 f (z) Z 0 Z 2π 0 2π f (reit ) it re dt reit − z 1 f (reit )dt 1 − z/reit 0 Z 2π X ∞   z n z n dt = f (reit )dt it it re re 0 n=0 n=0 ∞ 2π X R Z (5.1). FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES où la dernière égalité vient de e que t 7→ eit est de période 2π . Il sut de vérier par exemple que la somme des modules est intégrable sur l'intervalle [0. Ainsi. 'est le as : Z De même.4. Z 0 0 Z 2π X ∞ . 1]. et ee tivement.1) P Il nous reste à permuter les symboles et dans les deux membres de l'égalité.40 CHAPITRE 5. Don g est une fon tion onstante sur [0. 2π] (Voir Proposition 4. Mais ça. g ′ (α) = 0 sur ]0. 1].

 z  n .

|z|n 2π .

.

dt ≤ dt = <∞ .

.

it n re r 1 − |z|/r 0 n=0 n=0 ∞ 2π X .

 .

 2π .

z n .

f (reit ).

dt ≤ sup |f (reiu )| <∞ .

it re 1 − |z|/r u∈[0. . Avant ela. . on remarquera que dans le ourant de ette preuve.e. Au vu des résultats pré édents. addition (ou autres opérations) de fon tions holomorphes. développable en série entières au voisinage de ha un de ses points. . on a aussi montré : 2πf (z) = Z 2π 0 reit f (reit )dt reit − z qui est la formule de Cau hy pour z0 = 0. Et la preuve est a hevée. iv) soit montrer que 'est une fon tion analytique. y ∈ U . ii) soit utiliser les formules de Cau hy. Enn. e qui en termes plus mathématiques s'é rit : pour tout x. iii) soit montrer que f est obtenue par omposition. 1] → U telle que γ(0) = x et γ(1) = y . en al ulant expli itement les intégrales du membre de gau he : f (z)[2π + 0 + . peut-on dire qu'elles oin ident en tout point de l'ouvert ? Le prin ipe de prolongement analytique répond en partie à la question.4.  Revenons sur les diérents résultats obtenus et voyons maintenant omment d'un point de vue pratique. il existe une appli ation ontinue γ : [0. Que se passe-t-il maintenant si deux fon tions analytiques oin ident sur un sous ensemble de l'ouvert Ω.1 nous autorise don à permuter les signes f (z) ∞ Z X n=0 2π 0 et dans l'Equation (5.2π] n=0 R P ∞ 2π X La proposition 4. faisons un petit rappel de topologie : un ensemble U de C est onnexe par ar si tout ouple de points de U est joignable par un hemin ontinu. i. + 0 + . plusieurs solutions s'orent à nous : i) soit revenir à la dénition des fon tions holomorphes. . .1). montrer qu'une fon tion f est holomorphe.] = X n≥0 zn  1 rn Z 2π 0  f (reit )e−nit dt . 'est e que nous voyons à présent. il vient alors ∞ Z 2π   z n X z n dt = f (reit )dt it it re re 0 n=0 e qui s'é rit en ore.

. Par ontre. i.1.Soit U un ouvert de C et soient f . . on a bien que f (zn ) = g(zn ) en vertu de l'égalité pré édente puisque zn est réel. ouvert et fermé dans U onnexe. f (iu) = g(iu). alors h s'é rit (au voisinage de n p 2 z∞ ) h(z) = ∞ n=0 an (z − z∞ ) = (z − z∞ ) (ap + ap+1 (z − z∞ ) + ap+2 (z − z∞ ) + . e qui est ontradi toire ave h(zn ) = 0 pour tout n. Prin ipe de prolongement analytique. ela signie simplement qu'un onnexe par ar est un onnexe). Ainsi en posant zn = 1/n. Par dérivation sous le signe intégral.7 est vérié. omme A ⊂ K . Le fait que z soit omplexe peut nous gêner par e que e n'est pas évident d'intégrer des osinus et des sinus multipliés par des fon tions en exponentielle du arré de t. En parti ulier. h est P analytique et en parti ulier si h n'est pas nul au voisinage de z∞ . Alors. la suite xn est une suite de K onvergente vers x. b) f (zn ) = g(zn ) pour tout n alors f et g oin ident sur U .3 Soit à al uler f (z) = . f est dérivable par rapport à z et f est don 2 holomorphe. i.1. De plus. h est nulle. les seuls ensembles à la fois ouverts et fermés dans sont l'ensemble vide ou U lui-même (pour un le teur ayant des notions de topologie. Don le i) du Théorème 5. qui est bien un ensemble onnexe par ar . l'intégrale devient Fon tion ara téristique d'une loi gaussienne R 2 −t /2 ezt e √2π dt f (u) = R Z e ut e −t2 /2 √ dt = 2π ! (t−u)2 2 2 e− 2 √ dt eu /2 = eu /2 = g(u) 2π Z −t2 /2 (on suppose onnu l'égalité e√2π dt = 1). C'est ette propriété que nous allons utiliser dans la preuve. on pouvait se demander omment al uler f sur l'axe des imaginaires purs (z = iu) alors qu'on ne sait le al uler que sur l'axe des abs isses z = u ∈ R. On admettra que U étant onnexe par ar . f et g oin ident sur C. la quantité eiut e√2π dt est appelée fon tion ara téristique de la loi gaussienne. A est lairement un ouvert. Il reste à montrer iii). alors.7. le raisonnement pré édent montre alors que h est nulle au voisinage de x et x appartient don bien à A. z∞ = 0. Ainsi. . Passons au ii). montrons que si une suite xn d'éléments de A onverge disons vers x dans U alors né essairement x ∈ A.e. A est un ensemble non vide. Don au voisinage de z∞ . Et don h ne s'annule pas sur un voisinage de z∞ (sauf en z∞ ). f et g oin ident sur l'ouvert U . Ce i montre que l'ensemble Démonstration U A = {a ∈ U . Or. Le iii) est prouvé.1. Par le prin ipe de prolongement analytique. si on sait al uler expli itement f pour z réel et si la fon tion obtenue est holomorphe et que f l'est aussi alors on peut prolonger l'égalité sur tout C et on sait alors al uler f pour tout z ∈ C ! ! ! ! La phrase n'est pas laire ? Voyons ela plus en détail. On her he à appliquer le Théorème 5. Cet exemple montre un résultat qui est loin d'être évident a priori : avant de onnaître le théorème de prolongement analytique. Soit h = f −g . FONCTIONS HOLOMORPHES ET ANALYTIQUES 41 Théorème 5. g telles que i) U est onnexe par ar ii) f et g sont deux fon tions analytiques (ou holomorphes) sur U iii) Il existe un point qu'on notera z∞ dans U et une suite de points zn de U tels que a) zn → z∞ sans prendre la valeur z∞ .5. . : Z R −t2 /2 2 2 e−t /2 eiut √ dt = e−u /2 2π En probabilité. h = 0 au voisinage de a} est non vide.7 en posant U = C.1. Si z = u ∈ R.e. Montrons maintenant que 'est un fermé.1. Ce qui montre que A = U et par suite.  Exemple 5. Posons g(z) = ez /2 qui est lairement C dérivable don holomorphe lui aussi.) ave ap 6= 0.

ck def def tels que c0 = α < c1 < ..1 β def f (γ(t))γ ′ (t)dt. un ertain nombre de propriétés élémentaires parti ulièrement utiles pour la suite Z Z γ⋆ f (z)dz = − Z f (z)dz = γ1 . 2π]). f (z)dz = γ α où γ : [α. si ϕ : [α′ . β ′ ] → [α.1.2 Intégration urviligne -. β] 7→ U est un hemin de lasse C 1 -par mor eaux. De plus.2. < ck < ck+1 = β tels que γ soit de lasse C 1 sur ]ci . ci+1 [ et telle que |γ ′ (t)| soit majoré par une onstante M partout où γ ′ est dénie. . On montre par simple hangement de variable que ette intégrale est invariante par reparamétrisation roissante. On appellera hemin (ou ar ) une appli ation ontinue γ d'un segment [α. On s'intéressera uniquement dans e ours à des hemins de lasse C 1 -par mor eaux. l'intégrale Terminologie C . on dira qu'il est L(γ) = Z β α |γ ′ (t)|dt existe et on l'appellera longueur du hemin γ . on dit aussi que es hemins sont orientés. Nous allons en fait her her à généraliser e résultat à tout " hemin" entourant z0 et pas seulement le er le de rayon r. β] de R dans fermé (ou que 'est un la et) si de plus γ(α) = γ(β). on peut montrer pour l'intégrale urviligne.γ2 f (z)dz γ n Z X j=1 f (z)dz γj . reprenons l'expression de f par la formule de Cau hy : 1 f (z) = 2π Z 0 2π Z f (z0 + reit ) it 1 re dt = z0 + reit − z 2iπ 2π 0 f (γ(t)) ′ γ (t)dt γ(t) − z ave γ(t) = z0 + reit Il s'agit don d'une intégrale sur le er le de entre z0 de rayon r ( ar γ(t) = z0 + reit dé rit e er le lorsque t par ours [0. des hemins pour lesquels il existe c1 . Nous ommen erons par dénir l'intégrale urviligne qui nous permettra d'intégrer des fon tions sur des hemins plus ompliqués que les er les. . .e. 5. On dénit l'intégrale urviligne d'une fon tion ontinue f : U ⊂ C → C sur un ar orienté γ par : Z Z Dénition 5. . i. En parti ulier. Remarque 5. .e. . i. β] est une bije tion roissante de lasse C 1 alors Z f (z)dz = γ◦ϕ Z f (z)dz γ On voit don que le sens de par ours des hemins ompte (la fon tion ϕ est roissante).42 CHAPITRE 5.1 FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES Pour introduire la partie suivante..

Z .

  .

.

.

f (z)dz .


sup |f (z)| L(γ)

z∈Imγ
γ
Z
Z
f (z)dz =
f [g(z)]g ′(z)dz
g(γ)

γ

où γ est l'ar opposé de γ dont les représentants sont eux de γ "par ourus en sens inverse" (i.e. γ ⋆ (t) =
γ(α + β − t)), où γ1 · · · γn est le produit de n ar s orientés onsé utifs γ1 , . . . , γn , où Imγ = γ([α, β])

et L(γ) = α |γ ′ (t)|dt sont respe tivement l'image et la longueur de γ et enn où g(γ) est l'ar orienté
image de γ par g , g étant holomorphe de dérivée ontinue.
R
R
R
Ces propriétés impliquent en parti ulier que si γ1 (1) = γ2 (1) alors γ1 f (z)dz− γ2 f (z)dz = γ1 γ ⋆ f (z)dz
2
R
R
R
et si γ1 (0) = γ2 (0), alors γ1 f (z)dz − γ2 f (z)dz = γ ⋆ γ1 f (z)dz , propriétés que nous aurons fréquemment
2
à utiliser par la suite.

( hemins indexés sur [0.2 i) On dit qu'un la et orienté γ est Ω-homotope à zéro si ∃a ∈ Ω tel que γ est Ω-homotope à γa . ii) On dit que Ω est simplement onnexe s'il est onnexe par ar non vide et tout la et orienté de Ω est Ω-homotope à zéro. Par ontre. un la et qui entoure un "trou". 1]. La notion de simplement onnexe orrespond à la notion intuitive d'ensemble sans trou. 1] est une homotopie de γ0 sur γ1 dans Ω si : i) (s. Il faut bien sûr ommen er par pré iser ette notion intuitive de déformation. iii) Γ0 = γ0 et Γ1 = γ1 . (◮Conditions aux bords) On dit alors que γ0 est Ω-homotope à γ1 (par Γ).5. t) 7→ Γs (t) dénie pour (s..1 Homotopie des la ets orientés Dénition 5. 1] × [0. 5. 1] pour simplier).3. En trois mots. où γa désigne le la et onstant d'image {a}. ii) ∀s ∈ [0. Γ est ontinue. Dénition 5.3. t) 7→ Γs (t) est ontinue (des deux variables) et à valeurs dans Ω. 43 HOMOTOPIE γ1⋆ γ1 γ1 Fig. ne peut se réduire en un point de l'ensemble puisqu'il va se réduire petit à petit autour du trou et le "trou" par dénition n'appartient pas à l'ensemble. on va montrer que l'intégrale γ f (z)dz d'une fon tion holomorphe f ne varie pas lorsqu'on "déforme ontinûment" le la et orienté en un autre en "restant dans le domaine d'holomorphie de f".1 Etant donnés deux la ets γ0 et γ1 de lasse C 1 -par mor eaux d'un sous-ensemble Ω de C. . Γs est un la et pour tout s et les la ets terminaux sont γ0 et γ1 .2  Diérentes opérations sur les hemins orientés 5.3. t) ∈ [0. on dit qu'une appli ation (s. 'est à dire que tout la et dessiné sur l'ensemble peut se réduire ontinûment à un point de l'ensemble.3 Homotopie R Pour viser une forme plus générale du théorème de Cau hy.3. Γs est un la et.. γ2 γ1 γ2 5.

1[.44 CHAPITRE 5. 5.5 (ave la fon tion g(α)) et les arguments sont ee tivement identiques : on fait une dérivation de g sous le signe intégral et on se rend ompte que l'expression obtenue sous l'intégrale devient expli itement intégrable ! ! g ′ (t) = = Z Z 1 0 1 0    Z 1 ∂Γt (s) ∂Γt (s) ∂Γt (s) ∂ 2 Γt (s) ∂ f (Γt (s)) ds = f ′ (Γt (s)) + f (Γt (s)) ds ∂t ∂s ∂t ∂s ∂t∂s 0    s=1 ∂ ∂Γt (s) ∂Γt (s) f (Γt (s)) ds = f (Γt (s)) =0 ∂s ∂t ∂t s=0 où la dernière égalité vient de e que. La preuve est a hevée.3  Exemple d'homotopie à 0. ∂t  . Γt (0) = Γt (1) pour tout t et par dérivation.3. γ .2 Théorème de Cau hy homotopiques Théorème 5. γ0 et γ1 la ets orientés de Ω. Ce n'est pas sans rappeler la preuve du théorème de Cau hy 5. γ la et orienté de Ω. alors il est Ω-homotope auR hemin onstant t 7→ γa (t) = a.3. montrons tout simplement que g ′ (t) = 0 pour tout t ∈]0.3. Ce qui a hèvera la preuve. Nous nous ontenterons de montrer le résultat pour Γ de lasse C 2 . Le la et γ se réduit ontinûment vers a = 0 par l'appli ation Γ. la démonstration générale dépassant le adre de e ours. I i a = 0 et Γs (t) = sγ(t). Γt étant un la et. Ω-homotope à zéro) ⇒ Z f (z)dz = 0. Pour ela. Nous allons don prouver que Z f (z)dz = Γ0 Z f (z)dz. on a aussi ∂Γt (0) t (1) = ∂Γ∂t . γ est Ω-homotope à 0. 1]. Γ1 On va prouver plus pré isément que la fon tion g dénie par ∀t ∈ [0. 5. - de Cau hy homotopique ( f ∈ H(Ω). La fon tion γa est don de dérivée nulle e qui R R montre bien que γ f (z)dz = γa f (z)dz = f ◦ γa (t) × γa′ (t) dt = 0. g(t) = Z f (z)dz = Γt Z 1 f (Γt (s)) 0 ∂Γt (s) ds ∂s est onstante. Prouvons maintenant la première partie Démonstration | {z } =0 du théorème. Le deuxième résultat du théorème dé oule lairement du premier. Si en eet. Ω-homotopes) ⇒ Z f (z)dz = γ0 Z f (z)dz γ1 et en parti ulier : ( f ∈ H(Ω). FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES Γ1 = γ Γ1/2 Γ1/10 b a = Γ0 Fig.1.

Nous allons maintenant hoisir un hemin parti ulier. . De même. il existe γ un hemin C 1 par mor eaux joignant z0 à z . Z Z 1 F (z + h) − F (z) = f (z)dz = γ f (z + th)hdt 0 De là. Une autre onséquen e de e théorème on erne l'existen e de primitive. Pour ela. Ce que nous voyons maintenant. Démonstration Montrons que F (z) = Z f (ω)dω γ est bien déni. Théorème 5. 'est à dire que F (z) ne dépend pas du hemin γ joignant z0 à z . hoisissons h susamment petit pour que B(z. Fixons z0 dans Ω. onsidérons γ ′ un autre hemin C 1 par mor eaux joignant z0 à z alors. on montre que F (z)−F (z ′ ) s'é rit omme γ f (ω)dω où γ est un hemin de Ω quel onque C 1 par mor eaux joignant z ′ à z . Si f est holomorphe sur Ω ouvert simplement onnexe. on tire . Pour tout z de Ω. le Théorème de Cau hy homotopique donne Z f (ω)dω = γγ ′⋆ Z γ f (ω)dω − Z f (ω)dω = 0 γ′ R Ainsi la fon tion F (z) est bien dénie. il existe F holomorphe sur Ω tel que F ′ = f . Le point z étant xé. omme γγ ′⋆ est un la et et est don Ω-homotope à 0 et par suite. 45 FONCTIONS LOGARITHMIQUE ET PUISSANCES Le théorème de Cau hy homotopique a des onséquen es pratiques intéressantes pour le al ul des intégrales ar il permet de les al uler sur ertains la ets judi ieusement hoisis par e que fa iles à intégrer.4.3.5.e. h) ⊂ Ω et hoisissons le hemin γ(t) = z + th qui joint z à z + h. Alors f admet une primitive sur et ouvert i.4.

.

.

Z 1 .

.

F (z + h) − F (z)) .

.

.

.

.

=.

.

≤ sup |f (z ′ ) − f (z)| − f (z) [f (z + th) − f (z)]dt .

.

.

.

4 Fon tions logarithmique et puissan es Fon tion logarithme Il n'y a pas de di ulté à dénir l'exponentielle d'un nombre omplexe x + iy par exp(x + iy) = exp(x)(cos(y) + i sin(y)). Il peut être tentant de dénir la fon tion ln z par ln z = ln r + i(θ + 2kπ) (5. On admettra le théorème suivant : . Par ontre la fon tion exp n'est pas inje tive ( ar exp(2iπ) = exp(4iπ) par exemple) et on peut don s'attendre à e que la fon tion logarithme qui est la fon tion ré iproque de l'exponentielle va poser plus de di ultés. Evidemment. h z ′ ∈B(z. α+2π[}. θ ∈ R et k ∈ Z. e qui va nous intéresser i i e sont des "représentants" du logarithme qui soient holomorphes et don ontinues.1 On dit qu'une fon tion f de la variable omplexe z dénie sur un ouvert onnexe par ar U ⊂ C est une détermination ontinue du logarithme sur U ssi f est ontinue et ∀z ∈ U. On parle alors de fon tion multiforme puisqu'en un point z xé. Dénition 5. Ωα est l'ouvert dé rit par C privé d'une demi droite d'angle α par rapport à l'axe des abs isses. def exp(f (z)) = z Notons maintenant Ωα = {z = reiθ ∈ C∗ . On insiste que les bornes de l'intervalle que dé rit θ sont ex lues. θ ∈]α.2) mais on voit alors que la partie imaginaire n'est pas unique (puisqu'elle dépend de k). Commençons par la dénition des déterminations ontinues du logarithme. ln z peut prendre une innité de valeurs.4.h) 0 qui onverge bien vers 0 lorsque h tend vers 0. En d'autres termes.  5. La preuve est a hevée. Un nombre omplexe non nul z ∈ C∗ peut s'é rire sous la forme z = rei(θ+2kπ) où r > 0.

il faut hoisir de paramétrer l'angle sous la forme ]α.ǫ>0 ln r + iǫ = ln r qui est don diérent de ln(rei2π ) = ln r + 2iπ alors qu'on a bien limǫ→0. Raisonnons par l'absurde.3.2 dans le as parti ulier où α = −π.1 (Ne pas lire ette remarque dans une première le ture) Ce théorème implique en parti ulier que la fon tion 1/z admet une primitive holomorphe sur l'ouvert Ωα .4.4. e qui revient dans C à ex lure une demi droite passant par l'origine. Pour la rendre ontinue et même holomorphe.4  On retire une demi-droite d'angle α. L'ensemble Ω−π orrespond alors à C privé de la demi-droite des réels négatifs. π[ ou ]0. En termes très simples. f ◦ g(θ) − iθ = 2ik(θ)π La fon tion θ 7→ k(θ) = (f ◦ g(θ) − iθ)/(2iπ) est don une fon tion ontinue de R à valeurs dans Z don elle est onstante : il existe k telle que pour tout θ ∈ R. Il est lair que g est ontinue et par omposition.2 mais où θ ∈]0. dz z Terminologie.4 puisque Ωα est un ouvert simplement onnexe.3) . supposons qu'on hoisisse de dénir ln omme dans le Theorème 5. Comme ef ◦g(θ)−iθ = g(θ)e−iθ = 1. Pour omprendre pourquoi on doit ex lure les deux bornes. On remarquera par ontre que C∗ n'est pas simplement onnexe et il n'est pas étonnant alors qu'il n'existe pas de primitive de 1/z sur et ouvert omme nous pouvons le voir dans l'exer i e orrigé 5. La fon tion ln z : ( Ωα z = re iθ → C∗ def 7→ ln z = ln r + iθ ave ( r>0 θ ∈]α. 3π/2[ et . nous avons don été onduit à ex lure les deux bornes. 2π] (autrement dit. e qui donnerait une fon tion ln qui ne serait pas ontinue en r et ça. la borne supérieure est  in luse).1 qu'on pourra lire à titre indi atif ( ar la démonstration bien que ourte est assez di ile). Par exemple : ] − π. −1 FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES 1 α 1 −3 2 −1 −2 −1 Ω−π 1 2 −1 −2 −2 −3 −3 α = −π 5.ǫ>0 reiǫ = r = re2iπ . pour dénir une fon tion ln qui soit holomorphe. on a don que f ◦ g est une fon tion ontinue sur R. . Ce qui au fond est assez naturel. il vient que Démonstration ∗ ∃k(θ) ∈ Z. 2 2 Ωα 1 −3 −2 Fig. Remarque 5. Alors limǫ→0. f Théorème 5. De plus. 2π[ ou ] − π/2.On appellera détermination prin ipale du logarithme. ette fon tion est holomorphe sur Ωα et 1 d ln z = . α + 2π[ est une détermination ontinue du logarithme sur Ωα .ǫ>0 ln reiǫ = limǫ→0. Exer i e Corrigé 5. f ◦ g(θ) − iθ = 2ikπ (5. Supposons en eet qu'il existe f .1 Montrer qu'il n'existe pas de détermination ontinue du logarithme sur C∗ . on ne veut pas. α + 2π[.4.2 Théorème 5. détermination ontinue du logarithme sur C et posons g : R → C∗ déni par g(θ) = eiθ . Ce qui est bien ohérent ave le Théorème 5.4.4.46 CHAPITRE 5.2. l'appli ation dénie dans le théorème 5.

'est àdire que pour démontrer que g/(γ − a) est onstant. Seulement. pour obtenir e résultat lorsque γ est réel. on va montrer que sa dérivée R γ ′ (t)  est nulle ! ! Comme g(s) = exp 0s γ(t)−a dt . Par omposition de fon tions holomorphes.5. mais l'idée générale de la preuve reste la même. il reste 2iπ = 0 e qui est absurde. Démonstration posons g(s) = exp Z s 0 γ ′ (t) dt γ(t) − a  et montrons g(1) = 1.4.5 Indi e d'un point par rapport à un la et orienté La fon tion 1/z n'a pas de primitive sur C \ {0} et son intégrale sur un er le entré en 0 mesure la diéren e entre deux déterminations du logarithme soit 2iπ. e qui a hèverait dire tement la preuve puisque exp(u) = 1 ssi u ∈ 2iπZ. on doit intégrer 1/z e qui est déli at lorsque z est omplexe. en tenant ompte que g(θ) = g(θ + 2π). On va montrer le résultat pour un la et γ de lasse C 1 et non pas C 1 par mor eaux (si on voulait le montrer dans le as général. le nombre Indγ (a) = 1 2iπ Z γ 1 1 dz = z−a 2iπ Z 0 1 γ ′ (t) dt γ(t) − a est un entier relatif. e résultat se généralise à des la ets homotopes aux er les faisant n fois le tour de l'origine. (5. par le théorème Cau hy homotopique. 2π]). 'est à dire que g/(γ − a) est onstant. Alors. on va généraliser et prolonger ette remarque. En fait. 1]. et un simple al ul donne que g est égal à γ − a à une onstante multipli ative près. Autrement dit.  Fon tion puissan e √ Pour pouvoir dénir orre tement la fon tion holomorphe ra ine arrée : z 7→ z ou même plus généralement la fon tion holomorphe puissan e z 7→ z β où β est un réel quel onque (don pas né essairement entier). en al ulant une simple intégrale. la fon tion z β reste holomorphe sur Ωα . 1] → C un la et et soit a ∈ C qui n'appartient pas à l'image du la et : a ∈/ γ[0. Dans e paragraphe. 5. .3).4) à Eq.4) f ◦ g(θ + 2π) − i(θ + 2π) = 2ikπ On soustrait maintenant Eq. on peut tout intégrer. Le nombre Indγ (a) sera alors appelé indi e de a par rapport au la et γ .1 Soit γ : [0.5. il aurait fallu travailler sur haque intervalle où γ est C 1 et "re oller" ensuite les mor eaux. Evidemment. Que peut don valoir g ? Si γ était à valeurs réelles. plutt que d'intégrer. ave z ∈ Ωα ave l'ensemble Ωα et la fon tion ln tels que dénis dans le Théorème 5.5. Si on fait n fois Rle tour de l'origine.2). on va dériver. (5. il vient :  ′ γ′ g g ′ (γ − a) − γ ′ g ′ ′ g = g =⇒ g (γ − a) − γ g = 0 =⇒ = =0 γ −a γ−a (γ − a)2 ′ . l'intégrale vaut 02π γ(t) γ ′ (t)dt = 2niπ . Théorème et Dénition 5. Pour ela. La preuve de l'exer i e est a hevée. donnons un peu R 1 γ ′ (t)  l'intuition du résultat : on va montrer que exp 0 γ(t)−a dt = 1. 47 INDICE D'UN POINT PAR RAPPORT À UN LACET ORIENTÉ En appliquant l'égalité pré édente à θ + 2π . il vient : (5. on va poser par dénition : z β = exp (β ln z) . on sait ombien de fois on a fait le tour de l'origine.) Avant de ommen er. en 1 intégrant sur le er le paramétré par γ(t) = eint (t ∈ [0.

rappelons ertaines propriétés liées à la onnexité par ar : si A est un ensemble onnexe par ar alors i) ∀x. . Alors. FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES 0 γ γ(0) 1 Fig.5  Les indi es sont onstantes sur haque partie onnexe par ar de C \ γ[0. Maintenant. Proposition 5. b -1 5.48 CHAPITRE 5. Auparavant. En utilisant la ontinuité sous le signe intégral. soit A une partie onnexe par ar non bornée de Ω.e. i. 1].1 et −1). L'indi e Indγ (a) est onstante sur haque partie onnexe par ar de C \ γ[0. et pour mieux omprendre la preuve. l'indi e étant onstant sur A. dans le sens des θ roissants.5. dans le sens inverse des aiguilles d'une montre). γ(0) − a γ(1) − a et nalement omme γ est un la et. Le théorème pré édent a établi que Indγ (a) était un entier. on a : pour tout a ∈ A. onsidérons une suite an de A tendant vers l'inni. 1]. les la ets seront par ourus autour de a une fois dans le sens positif (i.6 Théorème des résidus 5.6. 1] → A ontinu tel que γ(0) = x et γ(1) = y . 5. elle est don onstante sur haque partie onnexe par ar de Ω. Démonstration Indγ (a) = Indγ (an ) = Z 1 0 γ ′ (t) dt →n→∞ 0 γ(t) − an R ′ γ (t) où le dernier résultat vient de la permutation limite intégrale pour limn→∞ 01 γ(t)−a dt. C'est l'objet de la proposition suivante. γ(0) = γ(1) et par ailleurs g(0) = 1. la fon tion a 7→ 2iπ γ z−a l'ouvert Ω et est à valeurs entières. e qui implique g(1) g(0) = . e qui fait que l'indi e asso ié sera simplement égal à 1. nulle sur haque partie onnexe par ar non bornée.5 où nous remarquons que le la et γ dé oupe C en trois parties onnexes par ar surlesquelles les indi es sont onstantes (et valent respe tivement 0.2.  Dans la plupart des situations apparaissant dans e ours.e. La diéren e ave le développement en série entière est que la fon tion n'est pas né essairement dénie en a.1 Séries de Laurent On her he à représenter une fon tion holomorphe sur une ouronne ir ulaire ouverte de entre a omme la somme d'une série de puissan es (positives et négatives) de (z − a).  n Nous illustrons ette proposition sur la gure 5. On peut maintenant se demander omment varie et entier lorsque a dé rit un ertain ensemble. il existe γ : [0. (◮deux points quel onques sont joignables par un ar ontinu tra é dans A) ii) Toute fon tion ontinue de A à valeurs entières est onstante. y ∈ A. R 1 1 dz est ontinue sur . Don g/(γ − a) est onstant. il reste alors g(1) = 1 e qui a hève la preuve.

5. Autrement dit. 5. alors f est développable en série de Laurent de manière unique dans ette ouronne i. pour tout r ∈]r1 . cn = 1 2iπ pour tout z vériant cn (z − a)n Z γa. ommençons par distinguer les types de singularité de la fon tion f . 49 THÉORÈME DES RÉSIDUS Théorème 5.r dans la ouronne ir ulaire alors on a en ore γ f (z)dz = 2iπc−1 .6. a) = c−1 . On peut le onsidérer omme une généralisation du théorème de Cau hy . Dénition 5.r (t) = a + reit est le la et par ourant le er le de entre a de rayon r une fois dans le sens dire t.6. Nous allons maintenant généraliser e résultat. Le développement en série de Laurent donne sur le disque pointé : f (z) = ∞ X n=−∞ cn (z − a)n Trois situations peuvent se présenter pour la singularité a. d'autres non). Soit f une fon tion holomorphe dans la ouronne {z ∈ C.r f (z)dz = 2iπc−1 et don en vertu du Théorème 5.6.e.4. Autrement dit. On appelle résidu de f en a le oe ient d'indi e -1 du développement en série de Laurent de f au voisinage de a : Res(f. R Une onséquen e de e théorème est que γa. r1 < |z − a| < r2 }. il ramène une intégrale à une somme nie dont les termes prennent en ompte le omportement divergent de la fon tion en des points qui ne sont pas traversés par le la et d'intégration. ∄ limz→a (z − a)p f (z) Il faut lire la dénition pré édente de la façon suivante : "a est une singularité de type XXX ssi l'une des onditions 1 ou 2 est vériée". . Avant ela.6.3 On dira que a une singularité isolée d'une fon tion f si f est holomorphe sur un voisinage de a ne ontenant pas a (don en a tout peut se passer.2 a est une singularité de type Condition 1 P∞ f (z) = Pn=0 cn (z − a)n ∞ f (z) = n=−p cn (z − a)n et c−p 6= 0 il existe une innité de c−p 6= 0 singularité fa ti e ple d'ordre p (ave p ≥ 1) singularité essentielle Condition 2 ∃ limz→a f (z) ∃ limz→a (z − a)p f (z) ∀p ≥ 0.6. il existe r > 0 tel que f est holomorphe sur B(a. Le théorème suivant est le fameux théorème des résidus. 5.3 si R γ est homotope à γa.6.Si on a les deux onditions suivantes : des résidus .1. Théorème 5. ertaines fon tions seront holomorphes en a. r) \ {a}.3. r2 [.6. R on peut al uler l'intégrale γ f (z)dz à ondition de onnaître c−1 . il existe une suite de omplexes (cn ) telle que f (z) = ∞ X n=−∞ De plus.r f (z) 1 dz = (z − a)n+1 2πrn Z r1 < |z − a| < r2 2π f (a + reit )e−nit dt 0 où t 7→ γa.2 Singularité Soit f holomorphe sur le disque pointé 0 < |z − a| < r.3 Théorème des résidus et lemmes de Jordan Dénition 5.

z∈Ω (z − a)f (z) = 0 alors limr→0 ii) Si lim|z|→∞. Z f (z)dz = 2iπ γ n X Indγ (ak )Res(f. Ω = C ou Ω est une boule ou Ω est un demi-plan. G′ (a) F (z)/G(z) iii) Pour a singularité essentielle de f . Dans la plupart des situations. Res(f. F En parti ulier. . . e théorème s'applique dans le as suivant : si pour haque singularité ak . i. . Res(f. Le théorème des résidus permet. k=1 Evidemment. Attention.3. ak ) k=1 où γ est un la et sur Ω qui ne passe par au un des points {ai }1≤i≤n . . de Jordan.50 CHAPITRE 5. Alors. FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES i) Ω un ouvert simplement onnexe.e. a) = 0 .Soit f une appli ation ontinue sur un sous-ensemble Ω de C.5. et il vient : Z f (z)dz = 2iπ γ n X Res(f. . Lemme 5. e théorème n'est intéressant que si le al ul des résidus est simple à ee tuer.2). pour a ple simple. a) = lim (z − a) z→a f (z) |{z} = F (a) ∈ C∗ . ii) f est holomorphe sur Ω \ {a1. an }. Soit (γr )r∈I est une famille d'ar s de er le (tra és dans Ω) orientés de entre a ∈ C et de rayon r > 0. ii) Pour a ple d'ordre p de f . 'est bien Ω et non pas Ω \ {a1 .z∈Ω zf (z) = 0 alors limr→+∞ R R γr γr f (z)dz = 0. Cal ul pratique des résidus Nous donnons i i quelques résultats pratiques pour al uler les résidus en fon tion de la nature de la singularité de a : i) Pour a singularité fa ti e de f . de sorte que si f = G ave F. . Dans la plupart des situations ren ontrées dans la pratique. a) = limz→a [(z − a)f (z)] ∈ C∗ . il n'y pas de méthode générale de al ul du résidu. ak ). . Res(f. a) = 1 (p−1)! limz→a dp−1 dz p−1 [(z − a)p f (z)] ∈ C . On souligne que les hemins qui apparaissent dans le lemme de Jordan sont des hemins parti uliers : e sont des ar s de er le ! ! ! . f (z)dz = 0. γ est un la et qui entoure ak une seule fois dans le sens positif alors les indi es Indγ (a) valent tous 1. . Ce que nous voyons à présent. . tout la et ins rit dans Ω se réduit ontinûment à un point de Ω (est homotope à zéro : voir Dénition 5.6. en asso iation ave les lemmes de Jordan. . le al ul de nombreuses intégrales réelles généralisées.e. i. an } qui doit être simplement onnexe. G ∈ H(Ω ∪ {a}) telles que F (a) 6= 0 et a zéro simple de G (vériable par G(a) = 0 mais G′ (a) 6= 0) Res(f. f ∈ H(Ω \ {a1 . an }). . i) Si limz→a. .

POINTS ESSENTIELS DU CHAPITRE 51 5. au lendemain des événements de juillet. il parti ipe à la onstru tion du port de Cherbourg. ) Si le la et est homotope à 0. Malgré l'appui de son père. anti hambre de l'A adémie (alors nommé Institut). fatigué par le umul de la harge d'ingénieur et des longues veillées de re her he. e qui est faux.7.8 Un peu d'histoire Cau hy (1789-1857). 5. mais déjà les savants les plus prestigieux y enseignent. qui devait devenir la référen e de l'analyse au XIXème siè le. b) Les intégrales urvilignes de fon tions holomorphes sur des la ets homotopes entre elles sont les mêmes. Sour e : bibmath. Cau hy ne fut jamais le hef d'une é ole de mathémati iens. ainsi que des avan ées dans la théorie des groupes nis. Le ours d'analyse que Cau hy professe à l'E ole Polyte hnique est dé rié tant par ses élèves que par ses ollègues des autres matières. nommé aspirant ingénieur.7 Points essentiels du hapitre a) Sur un ouvert de C. Son père. de ontinuité. il se voit devan é par d'autres pour plusieurs postes. en rempla ement de Carnot et Monge tou hés par l'épuration. Il est né le 21 août 1789. et en 1816. avant d'être élu. et plus seulement l'intuition. Pourtant 'est e ours. ette intégrale est nulle. Ses relations ave ses ollègues ne sont en général pas très fa iles. Leur inuen e permet sa nomination omme professeur d'analyse à l'E ole Polyte hnique en 1815. et Augustin est admis à l'E ole Polyte hnique. C'est la première fois que de vraies dénitions de limites. Cau hy est admis dans le orps le plus prestigieux ( elui des Ponts et Chaussées). publié en 1821 et 1823. voit de nombreux prote teurs a éder au pouvoir. C'est à Cherbourg que Cau hy ommen e ses re her hes mathématiques sur les polyèdres. il her he une situation en adéquation ave sa volonté de faire de la re her he mathématique pure. et en 1810. de onvergen e de suites. d) Si le la et entoure une singularité ou plusieurs singularité. et sa bigoterie intransigeante ne permet pas toujours un onta t aisé. à la so iété philomathique. A la sortie de l'é ole. dont il sous-estime. puisque que Cau hy "prouve" que la limite d'une série de fon tions ontinues est ontinue. Augustin-Louis Cau hy est le mathémati ien français le plus prolique (ave presque 800 arti les publiés). royaliste et dévt. des mémoires de première importan e. Cette rigueur reste toutefois en ore relative. Cau hy. A la hute de l'empire. il prend en main l'édu ation de son ls. et il se omporta parfois maladroitement ave de jeunes her heurs omme Abel ou Galois. il épouse Aloïse de Bure. Il est alors temps pour Cau hy de se marier. réfugié ave sa famille à Ar ueil. Cau hy onnait un état dépressif qui s'éternise et le pousse à retourner vivre hez ses parents. Mais. il a ède à L'A adémie des S ien es. les fon tions analytiques et holomorphes sont les mêmes. . pour quelques temps. Dès le plus jeune âge. en 1814. et ses premiers résultats sont prometteurs. On lui a beau oup repro hé les onditions de son a ession à l'A adémie.5. née d'une famille de élèbres libraires parisiens. en mettant en avant la rigueur. Entre-temps. ou même perd. Celle- i a à peine 10 ans d'âge. Ce i fera beau oup pour sa notoriété. A Paris. C'est l'époque aussi où Cau hy réalise des travaux profonds sur les fon tions d'une variable omplexe (établissant par exemple la formule des résidus). de séries. et sous l'inuen e de son père ( ?). Ses idées politiques et religieuses ont pourtant à plusieurs reprises ontrarié sa arrière. il vient d'a hever un brillant mémoire où il démontre un élèbre théorème de Fermat sur les nombres polygonaux. voyait sa vie mena ée par la olère du peuple. premier ommis du lieutenant de poli e de Paris. l'intégrale peut être al ulée par le théorème des résidus et (souvent) ave l'aide du lemme de Jordan. Il est vrai que Cau hy ne dispose pas en ore d'une dénition laire et pré ise des nombres réels. sont énon ées. Ils auront deux lles. Il s'était.

qui va brutalement hanger le ours de sa vie. Parallèlement. Cau hy dé ède dans la nuit du 22 au 23 mai 1857. et ne perçoit don pas son salaire. En 1848 a lieu une nouvelle révolution. des suites d'un état de fatigue généralisé. son a tivité mathématique dé roit. . Son soutien aux Jésuites lui barre également la route du Collège de Fran e. FONCTIONS DE VARIABLES COMPLEXES En 1830 é late la révolution de Juillet. et Italie. Son nom a été donné à un ratère de la lune. ar il refuse de prêter serment d'allégean e au roi des français (Louis-Philippe). Il enseigne à Turin. En 1838. et il est élu au Bureau des longitudes. avant de devenir le pré epteur de l'héritier au trone. Cau hy. en exil à Pragues ! En 1834. le petit ls de Charles X. il retourne en Fran e sous les injon tions de sa mère mourante. s'exile en Suisse. En eet. mais pas nommé.52 CHAPITRE 5. Il lui faut retrouver une situation. en laissant femme et enfants à Paris. et le problème du serment n'est plus un obsta le pour Cau hy qui peut reprendre ses ours à la Sorbonne. antilibéral très marqué. Elu. sa famille peut enn le rejoindre.

.2 Espa es de fon tions bornées 6. . . 58 6.2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . proje tion sur un onvexe fermé. . . . . . .2. . . . . . . . . . . . i. . . . . .e. . . . plutt que de 53 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . espa es L1 . . . . . . . .4 L'espa e L2 . r). . . .5 Un peu d'histoire . . . . .3 Convergen e faible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0 Plaçons nous dans la situation parti ulière où z0 = 0 et r = 1. . 58 6. . . . . . . . .1 Espa e de Bana h . . . . . . 62 Hilbert (1862-1943). . . . . . . Nous allons à présent voir des dé ompositions dans des espa es de Hilbert. espa es où il sera agréable de faire des proje tions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 6. . . espa e de Hilbert. . . alors pour tout z ∈ B(z0 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6. . . . . . .1 Support d'une fon tion . . 6. . . . . . . . . 58 59 59 60 60 61 6. . L∞ . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Espa e de Hilbert . . . . Posons g(t) = f (eit ). . . . . . . . . . . . .3 Séries de Fourier . . . . . . . onvergen e faible. . Nous avons don impli itement travaillé sur des dé ompositions de fon tions dans le hapitre pré édent.1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Espa e de Bana h. . espa e total. . . . . . . . . . . . . . .2. 54 6. . . . . . . . .2. . . . . . . . dé omposition sur une base. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5 L'espa e L∞ . . . . .1. Nous avons vu dans le hapitre pré édent que le théorème de Cau hy assure que si f est holomorphe. . . 61 6. . . . . . . .1 Dénition et premières propriétés . . . . . 6. . . . . . . 62 6. . . . . g est alors périodique et la dé omposition pré édente s'é rit : g(t) = X cn eint ave cn = n≥0 1 2π Z 2π g(t)e−int dt 0 Ce qui est exa tement la dé omposition en série de Fourier d'une fon tion périodique. 6. . . . . . . . . . . . . . . . 54 6. . .Chapitre 6 Espa e de Hilbert Sommaire 6. . . .2 Espa es fon tionnels lassiques . . . . . .2. . .3 L'espa e L1 . . . . .4 Points essentiels du hapitre . . . . . 62 Sour e : bibmath Mots lés 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6 Espa e L∞ (A) . . . . . . . .1. . L2 . . . . . . . . . . La notion de proje tion peut être vue omme une sorte de simpli ation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . f (z) = X n≥0 n cn (z − z0 ) 1 ave cn = 2πrn Z 2π f (z0 + reit )e−int dt. . .

P∞ 2 2 Ré iproquement.1. revient à onsidérer une fon tion appartenant au futur (t + h) et à le projeter sur nos onnaissan es présentes (i.1. Par kun k2 = kSN k2 . 6. En séries temporelles par exemple. ESPACE DE HILBERT travailler sur une fon tion f qui peut être extrêmement ompliquée. il peut être in ommode de vérier dire tement que toute suite de Cau hy onverge. Dénition 6. 6. Théorème 6.1. toute suite normalement onvergente est onvergente. n kun k onverge implique que n un onverge. ·) et omplet pour la norme asso iée (notée i i k · k ave pour dénition. Cara terisation des espa es de Bana h. Pour vérier qu'un espa e est de Bana h. Proje tion sur un onvexe ferméi) Soient H un espa e de Hilbert et Γ une partie onvexe non vide et fermée de H . Pour tout f ∈ H .1. il faut et il sut que la série 0 kun k soit onvergente.1.54 CHAPITRE 6. Le se ond membre tend vers 0 ave N . il existe un unique point de Γ (appelé proje tion de f sur Γ) dont la distan e à f soit minimum. si ette série onverge. Soit H unPespa e de Hilbert et (un ) une suite d'éléments de H deux orP∞ à deux 2 thogonaux. kSN+P − SN k2 = N+P N+1 kun k ≤ N+1 kun k . on travaille ave une ombinaison linéaire de fon tions dont les propriétés sont bien onnues ( omme par exemple les fon tions e−int mais on peut bien sûr envisager d'autres fon tions !). i. N X 0 P PN 0 un . . ku| def P Du fait de P la omplétude.1. def Théorème 6. e qui assure que la suite SN est de Cau hy dans H et est don onvergente. En appelant S = un la somme de la série. Il sert notamment à démontrer l'existen e de solutions pour des équations ou inéquations fon tionnelles. En fait. Proposition 6. u)). En eet.1.1 Dénition et premières propriétés 6.4.1 On appelle espa e de Bana h un espa e ve toriel normé omplet ( omplet signie que toute suite de Cau hy onverge). Pour que la série ∞ 0 un soit onvergente. On a alors ∞ X 0 kun k2 = k ∞ X 0 un k2 .  Le théorème suivant joue un rle très important : tout omme le théorème du point xe. nous disposons d'une autre ara térisation des espa es de Bana h qui s'exprime en terme de séries normalement onvergentes. il arme l'existen e d'un élément vériant une (in)égalité. posons SN la somme partielle SN = Démonstration Pythagore.5. La proje tion joue un rle fondamental dans les appli ations.e. dans un espa e de Hilbert. La ondition est né essaire.2.e. ette dé omposition étant hoisie pour être la plus "pro he" possible de la fon tion d'intérêt dans un sens à dénir.Un espa e est de Bana h ssi 'est un espa e ve toriel normé où toute série normalement onvergente est onvergente.3 On appelle espa e de Hilbert un espa e ve toriel muni d'un produit s alaire qu'on notera p = (u.2 Espa e de Hilbert Dénition 6. P∞de droite 2 e qui entraîne la onvergen e de la série numérique 0 kun k P . Néanmoins. on peut obtenir le résultat plus spé ique suivant où la ondition portant sur les normes est moins forte.1 Espa e de Bana h Commençons par rappeler la dénition d'un espa e de Bana h. le membre onverge vers kSk2 par ontinuité de la norme. i i (·. faire une prévision à un instant t donné. sur des variables dont l'indi e de temps s est inférieur à l'instant ourant t).

il existe une suite gi d'éléments de Γ telle que kf − gi k tende vers d.5 : Re(f − g|h − g) ≤ 0 pour tout h ∈ Γ. Pour tout élément f ′ ∈ F et tout s alaire λ. (f |g) = 0}. ⊥ . b h g b Γ Fig. Soit maintenant h ∈ Γ. Tout élément h ∈ H se dé ompose de manière unique sous la forme h=f +g f ∈F g ∈ F⊥ (6. l'égalité de droite dans Eq. En introduisant γ le milieu de gi et gk . S'il existait une autre dé omposition h = f1 + g1 du même type. On a don (6. e qui établit l'inégalité Re (f − g|h − g) ≤ 0.1.1) 2 qui nous servira dans le ourant de ette preuve. Par dénition de la borne inférieure.1. on déduit de (6. Par ontinuité. les éléments de f et g de la dé omposition sont les proje tions de f sur F et F respe tivement. si un point g ∈ Γ vérie ette inégalité pour tout h ∈ Γ. Pour tout 0 < t < 1.1. Posons d = inf{kf − gk. on aurait 2kf − γk2 = 2d2 − kg − g ′ k2 /2 < 2d2 e qui est impossible.Soit H un espa e de Hilbert et soit F un sous espa e fermé de H . la suite gi onverge vers un point g de Γ. Il en résulte que l'on a (h − f |f ′ ) = 0 pour tout f ′ ∈ F et que g = h − f ∈ F ⊥ .1  Théorème 6. b f d 6.3) En outre. Supplémentaire orthogonal.1) Démonstration 1 kgi − gk k2 = kf − gk k2 + kf − gi k2 − 2kγ − f k2 ≤ kf − gk k2 + kf − gi k2 − 2d2 2 Le membre de droite tend vers 0 lorsque i et k tendent vers l'inni. on voit que le oe ient de t doit don être positif ou nul. par onvexité leur milieu γ = (g + g ′ )/2 appartiendrait en ore à Γ et d'après (6. l'identité de la médiane u + v 2 1 + ku − vk2 kuk + kvk = 2 2 2 2 (6. on a kf − gk = limi kf − gi k = d e qui a hève la démonstration du point i). L'ensemble F ⊥ est un sous espa e fermé de H appelé supplémentaire orthogonal de F . le point ht = g + t(h − g) appartient aussi à Γ. Cela établit l'uni ité de la proje tion.1). 55 DÉFINITION ET PREMIÈRES PROPRIÉTÉS ii) La proje tion de f sur Γ est l'unique point g ∈ Γ tel que l'on ait Re(f − g|h − g) ≤ 0 pour tout h ∈ Γ. La suite gi est don de Cau hy. Soit en eet h ∈ Γ et notons f sa proje tion sur F . (6. g ∈ Γ}. Posons F ⊥ def = {g ∈ F .  Démonstration .5-i). Ce qui prouve l'existen e de la dé omposition. il serait orthogonal à lui même et don nul.2). Re (h − f |λf ′ ) ≤ 0.6.2) kg − f k2 ≤ kht − f k2 = kg − f k2 + t2 kh − gk2 + 2tRe (g − f |h − g) En faisant tendre t vers 0. On peut démontrer fa ilement en développant les arrés s alaires du membre de droite. le ve teur f − f1 = g1 − g appartiendrait à F et F ⊥ . ∀f ∈ F. le point f + λf ′ appartient à F et on a don d'après le théorème 6.6. . e qui ara térise la proje tion d'après la partie i). pour t = 1 montre que la distan e de g à f est inférieure à elle de h à f . L'ensemble Γ étant fermé et don omplet.1.  Corollaire 6. S'il existait g et g ′ distin ts réalisant e minimum alors. Ré iproquement.

Pour tout f ∈ H . Critère de totalité. qui onstitue un système total dans H et qui vérie les relations d'orthonormalité : (ej |ek ) = 1(j = k).  Démonstration Théorème 6.e.  Dénition 6. On obtient fa ilement l'uni ité : si Lh1 = Lh2 . l'existen e de la dé omposition (6. le ve teur h1 − h2 est orthogonal à tout élément de H et est don nul. Par linéarité et passage à la limite. on peut faire orrespondre la forme linéaire ontinue Lh dénie par Lh (f ) = (f |h)..10 Soit H un espa e de Hilbert séparable (i. on obtient (f |g) = L(f ) kgk2 + 0. En fait. il faut et il sut que le seul ve teur orthogonal à tous les éléments de A soit le ve teur nul.1. de Riesz.1.1. Soit g un élément non nul de F ⊥ . si F¯ ⊥ = {0}. 2. il est lair qu'un élément g ∈ H appartient à F¯ ⊥ si et seulement si il est orthogonal à tous les éléments de A. A tout élément h ∈ H . Cette dénition n'implique nullement que les ej onstituent une base algébrique de H : on demande que l'espa e des ombinaisons linéaires des ej soit partout dense au lieu de demander qu'il oin ide ave H . .3) impose F¯ ⊥ = {0}. un espa e de Hilbert admettant une famille dénombrable dense). noté Vect A est dense dans H .. .9. on peut toujours trouver une base orthonormée. e qui signie F¯ = H . étant donné une forme linéaire ontinue L sur H .3) implique que F¯ = H . la proje tion d'un point quel onque h sur F est l'unique point f ∈ F tel que (h − f. Si A est total. On appelle base hilbertienne ou base orthonormale de H une suite nie ou innie (ej ). Pour f ∈ H . Soit F le sous espa e ve toriel onstitué des ombinaisons linéaires des éléments de A et soit F¯ son adhéren e. Cette ondition est souvent utilisée dans la pratique pour ara tériser une proje tion. Ré iproquement. En dimension innie. g) = 0 pour tout g ∈ F . Pour que A soit total. Nous donnons tout de suite une ara térisation de la notion de totalité à l'aide d'un ritère d'orthogonalité. e n'est malheureusement plus le as et nous aurons besoin de la dénition suivante : Dénition 6. identifi ation de l'espa e et de son dual.Soit H un espa e de Hilbert et A ⊂ H . Il n'appartient don pas à F et le s alaire λ = L(g) est non nul. Corollaire 6. L(g) L(g) Il sut maintenant de poser h = kgk 2 g pour obtenir L(f ) = (f |h). ESPACE DE HILBERT On a vu dans ette preuve que si F est un sous espa e fermé. un espa e de Hilbert de dimension innie n'admet jamais de base algébrique dénombrable. Cela montre don que L est égale à Lh . e qui a hève la preuve. . En faisant le produit s alaire ave g .56 CHAPITRE 6. . .Soit H un espa e de Hilbert. En dimension nie. on peut poser f=   L(f ) L(f ) g+ f − g = f1 + f2 L(g) L(g) et on remarque que le se ond terme qui vérie L(f2 ) = 0 appartient à F tandis que le premier appartient à F ⊥ . on a Démonstration |Lh (f )| = |(f |h)| ≤ khkkf k h (f )| Cela prouve que Lh est ontinue et que kLh k def = supf 6=0 |Lkf ≤ khkH (en onsidérant Lh (h) on voit fa ilement k qu'on a en fait l'égalité).8. . l'uni ité de la dé omposition (6.7 Un sous ensemble A d'un espa e de Hilbert H est dit total ssi le sous espa e ve toriel engendré par les éléments de A.1. Le sous espa e ve toriel F = L−1 {0} est fermé et distin t de H et F ⊥ n'est don pas réduit à {0}. Ré iproquement. Soit maintenant L une forme linéaire ontinue non identiquement nulle ( 'est à dire diérente de L0 ). j = 1. il existe un et un seul h ∈ H tel que l'on ait L = Lh .

D'autre part. il appartient à En+1 et pas à En . P Soit enn f ∈ H . . Dans le ii) la onvergen e de la série est un as parti ulier du Théorème 6.4 assure que la série cj (f )ej onverge vers un élément g ∈ H . a2 . . nous allons onstruire une base hilbertienne par le pro édé d'orthogonalisation de S hmidt. . Les omposantes cj (f ) sont données par (6. Dé omposition sur une base. les e1 . On a Démonstration (f |fN ) = N X j=1 cj (f )(f |ej ) = N X j=1 |cj (f )|2 . . 2. par ontinuité du produit s alaire. l'uni ité de la dé omposition P et la né essité des formules (6. . et vérient kf k2 = X j |cj (f )|2 (6. on a ( ni=1 γi ei |ek ) → (f |ek ) et le membre de gau he est égal à γk dès que n ≥ k.1. . . . e qui prouve que (e1 . Ce qui a hève la démonstration.5) (◮Bessel-Parseval) ii) Ré iproquement. en . étant donné des s alaires γj vériant H et sa somme f vérie cj (f ) = γj pour tout j . que nous numéroterons a1 . on a (g − f |ej ) = cj (f ) − cj (f ) = 0 et l'élément g − f qui est orthogonal à un système total est né essairement nul.6. H f= X cj (f )ej . Dans tout espa e de Hilbert séparable. P j |γj |2 < ∞. Pour tout j ..4. une base hilbertienne de H . fn+1 ) est une base algébrique de Fn+1 .1. . . . bn soit exa tement la réunion des En et l'hypothèse assure qu'il est partout dense. Une nouvelle appli ation du Théorème 6. j cj (f ) ∈ C. en forment une base de En . A partir d'un ensemble total ni ou dénombrable. . Posons e1 = b1 /kb1 k et montrons par ré urren e que l'on peut onstruire une suite orthonormale ej telle que pour tout n.Soit H un espa e de Hilbert séparable.4) : si la série γi ei onverge vers f .11. P 2 2 Cela prouve que kfN k est majoré pour tout N par kf k P et don que la série |cj (f )|2 est onvergente.4) cj (f ) = (f |ej ). .1. . posons cj (f ) = (f |ej ) et fN = N j=1 cj (f )ej . il existe des bases hilbertiennes. . . . . Il est immédiat que e ve teur est orthogonal aux ej pour j = 1.1.1. la série P j γj ej onverge dans . posons Démonstration fn+1 = bn+1 − n X j=1 (bn+1 |ej )ej . . Le membre de droite est égal d'après le théorème de Pythagore à kfN k2 et on a don kfN k2 = (f |fN ) ≤ kf kkfn k. . n. . . et (ej ). On ommen e par supprimer de la suite. tout ve teur qui est ombinaison linéaire des pré édents. . i) Tout élément f ∈ H peut se dé omposer de façon unique sous forme d'une série onvergente dans j = 1.  .12. On obtient ainsi une suite bj qui est telle que l'espa e ve toriel En engendré par b1 . 57 DÉFINITION ET PREMIÈRES PROPRIÉTÉS Théorème 6. On obtient fa ilementP le reste du point ii) et du même oup. Il sut de poser en+1 = fn+1 /kfn+1 k pour obtenir une base orthonormale e qui a hève la ré urren e et la démonstration. L'espa e des ombinaisons linéaires des ej sera alors également la réunion des En et le système des ej sera bien total.  Nous sommes maintenant en mesure de dé omposer tout élément d'un espa e de Hilbert séparable sur une base hilbertienne : Théorème 6. Les ej étant supposés onstruits jusqu'au rang n. les γi ei étant orthogonaux de norme |γi |.

on montre qu'il existe une suite de points dans la boule unité dont on ne peut extraire au une sous suite onvergente. on dit qu'une suite un onverge faiblement vers u ∈ H si pour tout v ∈ H .e.1. La suite numérique (uj |e1 ) étant bornée. De même. Le membre de gau he étant majoré par Cau hy P 1/2 P P∞ N 2 2 2 2 2 S hwarz par M . Comme attendu. On onstruit ainsi par extra tion su essive une suite de suites unj et on dénit enn la suite vk par vk = ukk .58 CHAPITRE 6. la boule unité n'est jamais ompa te. Ce résultat est bien onnu mais qu'en est il maintenant si au lieu de onsidérer la notion usuelle de onvergen e.3 Convergen e faible La onvergen e faible dans un espa e de Hilbert se dénit omme suit : Dénition 6. Donnons nous un élément quel onque w = wn en de H et ǫ > 0. Démonstration. telle que (u1j |e1 ) onverge vers une limite α1 ∈ C. on a kvk ≤ M et il reste à prouver que v − vk → 0.14. Pour bien s'en rendre ompte. ESPACE DE HILBERT 6. Soit en une base hilbertienne de H . (uj |v) →j→∞ (u|v).1. on peut extraire de uj une première sous suite qu'on note u1j . et pour k → ∞. e n'est plus le as : de toute suite de points dans la boule unité. On peut alors en extraire une sous suite vk qui onverge faiblement vers un élément v vériant kvk ≤ M .13 Dans un espa e de Hilbert H . rappelons nous que dans un espa e de Hilbert de dimension innie. on peut extraire une sous suite qui onverge faiblement ! ! Voyons le maintenant plus pré isément dans le théorème suivant : Théorème 6. i.1. on a (vk | N α e ) → n n 1 1 |αn | . on peut extraire de u1j une sous suite u2j telle que (u2j |e2 ) onverge vers une limite α2 ∈ C. On a pour tout N . on s'intéresse à la onvergen e faible ? Et bien. P Nous pouvons maintenant poser P v = n αn en . on a (vk |en ) → αn . Soit uj une suite d'éléments d'un espa e de Hilbert séparable H vériant kuj k ≤ M . C'est une suite extraite de la suite uj et pour tout ve teur de la base hilbertienne. P PN 2 Pour N xé. il en résulte que N 1 |αn | 1 |αn | ≤ M pour tout N et don que 1 |αn | ≤ M . (v − vk |w) = . 'est une notion plus "faible" que la lassique notion de onvergen e.

N ! .

X .

v − vk .

wn en + .

1 P∞ .

∞ ! .

X .

v − vk .

wn en .

Exemple 6. En outre. N+1 Le se ond terme est majoré en module par 2M k N+1 wn en k que l'on peut rendre inférieur à ǫ/2 en hoisissant N susamment grand. 6.  On prendra garde au fait que la norme et le produit s alaire ne passent pas à la limite faible. e qui est le résultat voulu. la suite (en ) elle-même tend faiblement vers 0 alors que ken k reste égal à 1. le support de la fon tion ara téristique des rationnels 1Q est R. De même.1 Support d'une fon tion Soit f une fon tion à valeurs omplexes dénie sur R. On a don montré que (v − vk |w) → 0 pour tout w ∈ H . Le support de f notée supp f est l'adhéren e de l'ensemble des x ∈ R tels que f (x) 6= 0 : supp f = {x ∈ R : f (x) 6= 0} Le support de f est don un ensemble fermé en dehors duquel f est nulle. Par exemple. 1]. le premier terme du membre de droite tend vers 0 ave k et est ≤ ǫ/2 pour k assez grand.1 Le support de la fon tion 1[0. . Cet entier N étant xé. 'est le plus petit ayant ette propriété.2. si (en ) est une base hilbertienne.1[ est [0.2 Espa es fon tionnels lassiques 6.2.

Si kf k1 = 0. l'ensemble Fb (X. don la série numérique onvergente presque partout par rapport à x. égales presque partout alors kf − gk = 0 bien que f 6= g . d'après la proposition 6. si f et g sont deux fon tions intégrables.2. on peut se demander si on peut le munir de la norme def kf k = Z |f (t)|dt La réponse est "non". 59 ESPACES FONCTIONNELS CLASSIQUES 6. un représentant quel onque de f doit être nul presque partout e qui signie pré isément que f = 0. On note alors L1 (R) ou bien simplement L1 l'ensemble des lasses d'équivalen e des fon tions intégrables. il sut de montrer P que toute série normalement onvergente pour la norme asso iée L1 est P onvergente. Le membre de droite de l'Equation (6.p. ii) L'espa e C0 (Rn ) des fon tions ontinues à support ompa t est partout dense dans L1 (Rn ).  .6.1. P∞ Posons h(x) = n=0 |un (x)| alors la série |un (x)| étant une série à termes positifs. 6. i) Fisher-Riesz. On dira alors pour simplier qu'elles sont toutes deux "égales à la fon tion nulle". p.2 Espa es de fon tions bornées Si X est un ensemble. Ainsi lorsqu'on parle d'une fon tion f ∈ L1 . Par exemple la fon tion nulle et la fon tion qui vaut 1 sur les rationnels et qui est nulle partout ailleurs sont dans la même lasse d'équivalen e que l'on note 0.2. C) des fon tions ontinues bornées à valeurs dans C. R Dans l'espa e L1 . on a Z Z X XZ X h(x)dx = |un (x)|dx = |un (x)|dx = kun k1 < ∞ n n n Don la fon tion h est intégrable don elle est nie presque partout. On se donne une série n un normalement onvergente.1 L'espa e L1 (Rn ) est l'espa e des lasses de fon tions (à valeurs réelles) sommables pour la relation d'équivalen e f = g.Muni de la norme Z kf k1 = |f (x)|dx (6. on parle en fait de n'importe laquelle des fon tions d'une même lasse d'équivalen e.6) a bien un sens qui ne dépend que de l'élément Démonstration f ∈ L1 .2. C) des appli ations bornées de X dans C est un espa e de def Bana h lorsqu'on le munit de la norme de la onvergen e uniforme kf k∞ = supx∈X |f (x)|. on identie les fon tions égales presque partout. n=0 limN |SN (x) − S(x)| = 0 presque partout pour x P |SN (x) − S(x)| = | n>N un (x)| ≤ h(x) qui est une Alors par onvergen e dominée : P |SN (x) − S(x)|dx → 0 fon tion intégrable e qui pré isément signie que la série de terme général un onverge vers S dans L1 e qui a hève la preuve.2. la fon tion f 7→ |f (x)|dx est bien une norme e que nous voyons dans le théorème suivant : Théorème et Dénition 6.6) Rn L1 est un espa e de Bana h.2. . ela signie que f 7→ kf k n'est pas une norme. Montrons la omplétude.3 L'espa e L1 Si on onsidère l'espa e. On pose SN (x) = N X n=0 On a ainsi ( un (x) et S(x) = ∞ X Z n un (x) est un (x). Pour pallier e problème. L'ensemble des fon tions presque partout égales à f est appelée lasse d'équivalen e de f . De même pour l'espa e Cb (X. En eet. provisoirement appelé L1 (R) des fon tions intégrables au sens de Lebesgue.

.2. la série numérique un (x) est absolument onvergente don onvergente. 6. En posant h(x) = 0 |un (x)|. Nous aurons besoin d'une dénition de la bornitude qui soit valable quelle que soit le représentant de la lasse hoisie.5 L'espa e L∞ On va travailler maintenant sur la lasse des fon tions bornées. n=0 pour x qui est une fon tion intégrable |SN (x) − S(x)|2 dx → 0 onverge vers S dans L2 e qui a hève la preuve.2.p.2. . on a par le théorème de onvergen e monotone et l'inégalité triangulaire que Démonstration Z 2 h(x) dx = Z lim N N X 0 !2 |un (x)| dx = lim N Z N X 0 !2 |un (x)| N !2 X dx = lim |un | N 0 2 ! !2 2 N ∞ X X ≤ lim kun k2 = kun k2 < ∞.4 L'espa e L2 Théorème et Dénition 6. i) Muni du produit s alaire Z (f |g) = f (x)g(x)dx Rn L2 est un espa e de Hilbert séparable. p.3 L'espa e L2 (Rn ) est l'espa e des lasses de fon tions (à valeurs réelles) de arré sommable pour la relation d'équivalen e f = g . p. alors g n'est pas né essairement bornée ! Par exemple. f ESPACE DE HILBERT dans L1 . Le problème qui se pose immédiatement est que si f est une fon tion bornée et g = f. on pose SN (x) = N X un (x) et S(x) = n=0 On a ainsi ( limN |SN (x) − S(x)|2 = 0 presque partout P |SN (x) − S(x)|2 = | n>N un (x)|2 ≤ h(x)2 Alors par onvergen e dominée : e qui pré isément signie que la série P Z n un ∞ X un (x). ii) L'espa e C0 (Rn ) des fon tions ontinues à support ompa t est partout dense dans L2 (Rn ). Pour montrer la omplétude.2. f est la fon tion nulle et g(x) = x × 1Q (x) alors f = g presque partout mais g n'est pas bornée. nous reprenons pour L2 la même démar he que pour L1 . notons S sa limite et SN la somme partielle asso iée.p. En tout point x où h est nie. N 0 0 Don h2Pest intégrable e qui implique que h est nie presque partout. i. Si une suite fj onverge vers presque partout vers f .e. Nous dans L2 . Corollaire 6.2. on peut en extraire une suite qui onverge On peut en eet extraire une sous suite de fj qu'on notera gj telle que kgj − f k1 ≤ 2−j e qui montre que kgk+1 − gk k1 ≤ kgk+1 − f k1 + kf − gk k1 ≤ 2−k−1 + 2−k = 3(2−k−1 ) P la série gk+1 − gk est don normalement onvergente et la démonstration pré édente montre qu'elle onverge presque partout. Soit don une série allons montrer que toute série normalement onvergente dans L2 est onvergente P P∞ n un normalement onvergente pour la norme k·k2 .  6.60 CHAPITRE 6.

Enn.6. Les fon tions ep (t) = eipωt .6.2.7. K |f (t)|2 dt < ∞. Nous ne prouverons pas la omplétude de L∞ . 0 C'est un espa e de Hilbert. On dit qu'une lasse de fon tions est T -périodique si l'un quel onque de ses réprésentants vérie la propriété i-dessus.3 Séries de Fourier On se donne dans ette se tion un nombre T > 0 et on pose ω = 2π/T .2. i. On montre alors que la suite numérique fj (x) est de Cau hy presque partout pour x. on é rira souvent sup au lieu de sup ess (dans les hapitres suivants). En reprenant l'exemple pré édent. Nous munirons l'espa e L2T du produit s alaire suivant (f |g) = 1 T Z T f (t)g(t)dt.3. . Proposition 6.4 Le sup-essentiel d'une fon tion f est déni par le réel ( Z sup ess f = inf a. 6. nous nous ontenterons de donner l'idée de la preuve. La démonstration de es propositions est laissée en exer i e. L∞ est un espa e de Bana h.5 L'espa e L∞ (Rn ) est l'espa e des lasses de fon tions essentiellement bornées pour la relation d'équivalen e f = g . on utilise la omplétude de R pour assurer l'existen e d'une limite pour fj (x) qu'on notera f (x) presque partout pour x. g(x) > 0} = Q+ \ {0} qui est don de mesure nulle pour la mesure de Lebesgue. Il sut en fait de prendre une suite de Cau hy fj pour la norme innie k·k∞ . 61 SÉRIES DE FOURIER Dénition 6.2. le sup-essentiel d'une fon tion f est le plus petit a pour lequel l'ensemble {x.2. f (x) > a} est de mesure nulle pour la mesure de Lebesgue. Pour alléger les notations. Soit A un sous-ensemble de Rn vériant ν(A) < ∞. {f (x)>a} En d'autres termes. Enn. on montre que la lasse d'équivalen e de ette fon tion f est bien la limite des fon tions fj pour la norme k·k∞ . Muni de la norme kf k∞ = sup ess |f |. p ∈ Z forment une base hilbertienne de L2T . def ) dx = 0 .1. il en est de même de toute fon tion presque partout égale à f . p. Pour tout sous-ensemble A (de mesure > 0) de Rn vériant ν(A) < ∞.e. Et nalement sup ess g = 0 (alors que sup g = ∞). Nous admettrons les deux théorèmes suivant.p. f ∈ LT2 ssi f est T -périodique et pour tout ompa t K .3. on a L∞ (A) ∩ L1 (A) ⊂ L2 (A) 6. Théorème 6. On a alors L∞ (A) ⊂ L2 (A) ⊂ L1 (A) Proposition 6. Si f est une fon tion dénie sur R et vériant f (t − T ) = f (t)..6 Espa e L∞ (A) Nous terminons enn par deux propositions s'adressant à des fon tions f de A dans R telle que A est de mesure nie pour ν .2.p. on se rend ompte maintenant que {x. Théorème et Dénition 6. p. On dénit l'espa e L2T omme étant l'espa e des ( lasses de) fon tions T -périodiques lo alement de R arré sommable.

il réalise . sur la théorie algébrique des nombres. Son oeuvre est immense. i) Tout élément f ∈ L2T peut se dé omposer de façon unique sous la forme f= X cp (f )eipωt . une thématique majeure du XXè s. ainsi que le hampion d'é he s Lasker. ave son ami Minkowski. C'est en 1895 que Hilbert rejoint l'université de Göttingen.5 Un peu d'histoire Hilbert (1862-1943).3. les premières pierres de la géométrie algébrique abstraite. 6. d'une famille bourgeoise. omparable à elle de Poin aré. sous la dire tion de Lindemann.4 Points essentiels du hapitre a) Proje tion sur un onvexe fermé. Ce sont là. p∈Z la série onvergeant en moyenne quadratique ( 'est-à-dire pour la norme de L2T ). la série en moyenne quadratique vers une fon tion f ∈ L2T telle que l'on ait cp (f ) = γp . P γp eipωt onverge Ce théorème ara térise omplètement les fon tions de arré sommable en termes de leur série de Fourier. Il ne fournit toutefois que la onvergen e en moyenne quadratique et ne dit rien sur la onvergen e pon tuelle. d) Les fon tions ontinues à support ompa t sont denses dans L1 . L1 et L∞ sont de Bana h. ) L'espa e L2 est de Hilbert. théorème de Riesz. Il aura pour élèves Hermann Weyl.2. Surtout. Il t de ette université le entre nerveux des mathématiques du début du XXè s. b) La notion de onvergen e faible. Une théorème onsidérablement plus di ile dû à Carleson. et dans son ouvrage Zahlberi ht. David Hilbert est unanimement re onnu omme la gure emblématique des mathématiques du XXème siè le. Il se onsa re alors à faire le point. L2 . Les premiers travaux de Hilbert portent sur la théorie des invariants.son fameux Nullstellensatz (en français théorème des zéros de Hilbert) . qui restera son ami toute sa vie. dé omposition sur une base. 1965 assure que les sommes partielles symétriques de la série de Fourier d'une fon tion f ∈ L2T onvergent presque partout vers f .62 CHAPITRE 6. Hilbert est né le 23 janvier 1862 à Königsberg. 6. étant donné des s alaires γp vériant p∈Z |γp |2 < ∞. Il fait sa thèse à l'université de la même ville. Théorème de Parseval. C'est à ette époque qu'il se lie ave Minkowski. Les omposantes cp (f ) sont données par cp (f ) = (f |ep ) = et vérient Z 0 T |f (t)|2 dt/T = X p∈Z Z T f (t)e−ipωt dt/T. ESPACE DE HILBERT Théorème 6. Alors que ses prédé esseurs avaient obtenu des résultats partiels au prix de al uls lourds. qu'il ne quittera plus malgré de nombreuses propositions. Hilbert a donné l'impulsion de nombreuses re her hes mathématiques du XXème siè le et a réé une é ole allemande qui domina trente années durant.à l'aide de raisonnements abstraits. qu'il aborde d'une façon radi alement nouvelle. le mathémati ien auquel on doit la première preuve de la trans endan e de π. ii) Ré iproquement. il parvient à un résultat général . 0 |cp (f )|2 (◮Bessel P Parseval). Sour e : bibmath.

6. Il publie aussi Grundlagen der Geometrie. au Se ond Congrès International des Mathémati iens réuni à Paris. jusqu'à son inuen e sans doute ex essive dans l'enseignement des "mathématiques modernes". On rapporte qu'un jour. Ensuite. Le temps passa. les Hilbert re evant des invités à diner. Krone ker. il avait ommen é une séquen e de gestes qui l'avait amené droit au lit et dans un sommeil profond ! Hilbert dé ède le 14 février 1943 à Göttingen. Dedekind. qu'il est amené à introduire vers 1909. La plupart des 23 problèmes furent ee tivement au oeur de nombreuses re her hes depuis lors. au un résultat. UN PEU D'HISTOIRE 63 une brillante synthèse d'idées de Kummer. et refusaient les méthodes axiomatiques de Hilbert. Ces problèmes ont été le moteur de nombreuses re her hes tout au long du siè le dernier. Si es mathématiques intuitionnistes gardent un grand intérêt. Hilbert a posé 23 problèmes à la ommunauté des mathémati iens. Le 8 août 1900. par opposition à l'é ole intuitionniste de Poin aré et Brouwer. mais Hilbert ne des endait pas. . où il inaugure la méthode axiomatique en donnant une formulation rigoureuse de la géométrie eu lidienne. Hilbert essaie de deviner le futur d'une s ien e. il n'a annon é au un théorème nouveau. La légendaire distra tion des mathémati iens ne se dément pas ave Hilbert. Dans une onféren e restée un mor eau d'anthologie (Hermite dira : "On n'entendra plus dans les ongrès de onféren es pareilles"). Mme Hilbert demanda à son mari de hanger de hemise. Et pourtant. Les intuitionnistes ne re onnaissaient que les preuves d'existen e de nature onstru tive.5. même s'il en reste 3 ouverts à l'heure a tuelle. Le nom de Hilbert est ependant onnu des étudiants surtout pour ses élèbres espa es de Hilbert. Rien de tout ela. et des ses propres travaux. 'est la pensée axiomatique d'Hilbert qui peu à peu va devenir dominante. David Hilbert a profondément hangé la fa e des mathématiques. au ours de son travail sur des équations intégrales. e jour-là. L'expli ation ? En enlevant sa hemise. e jour-là. Au ontraire même. les invités arrivèrent. Hilbert se onsa re surtout au développement de l'é ole de pensée dite formaliste.

ESPACE DE HILBERT .64 CHAPITRE 6.

. . . . .1. . transformée de Fourier onjuguée. . . . . . . . . Lemme de Riemann-Lebesgue. . I i. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Fon tions à dé roissan e rapide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Transformée de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . toute fon tion arré sommable possèdera une transformée de Fourier de arré sommable. . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 transformée de Fourier. . . Transformée de Fourier dans L2 . . . . . . . Limitations de la formule de onvolution . . . . . . . . . . .2 Points essentiels du hapitre . . . Les oe ients de Fourier établissaient une orrespondan e entre les fon tions périodiques et une suite de oe ients (les oe ients de Fourier). . . . . . . . .2 Propriétés de la transformée de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . 65 . . . . . . . translation et hangement d'é helle Dérivation . Formule de onvolution . . . . Nous introduisons dans e hapitre une transformation intégrale appelée "transformation de Fourier" qui généralise au as des fon tions dénies sur l'axe réel R tout entier l'analyse de Fourier des fon tions périodiques. . . . . . Inversion . . . . . . . . . . . .4 Transformée de Fourier et onvolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Espa e S . . . . . . . . . . fon tions à dé roissan e rapide. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 Mots lés 7. . . . . . . . 7. . . . . qui possèdent une interprétation énergétique en physique. . Sour e : Bibmath . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'espa e L2 étant stable. . . Denition et exemples . . . . . . . . . . . . . . la fon tion n'a plus la ontrainte de périodi ité et on aura alors une orrespondan e non pas ave une suite de oe ients mais ave une véritable fon tion qu'on appellera transformée de Fourier. . . 66 7. . . . . . . . . . . . . . . . .3 Transformée de Fourier d'une fon tion de L2 . . Transposition. . . . . 74 Fourier (1768-1830). . . . . . . . . . . . 74 7. .1. . . . formules d'inversion. . On étendra don ette dénition aux fon tions de arré sommable (éléments de L2 ). . . . . . . . . .3 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . 7. . . .1 Transformée de Fourier d'une fon tion de L1 . . . Propriétés élémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . espa e de S hwartz. . . . . . . . . . . On ommen e par introduire la transformée de Fourier pour les fon tions intégrables au sens de Lebesgue (éléments de L1 ). . .Chapitre 7 Transformation de Fourier des fon tions Sommaire 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un des in onvénients de la transformée de Fourier ainsi dénie est qu'elle ne laisse pas L1 stable. . . . . 66 66 66 67 69 69 69 69 70 71 71 72 73 73 74 7. . . . . . . . . . . . . . onvolution. Extension de la formule d'inversion . . 7. . .

e. : i) pour tous f. |f (x)e | ≤ |f (x)| et on peut appliquer le théorème de ontinuité sous le signe intégral pour monter que f˜ est ontinue. La fon tion transformée de Fourier F ontinue. i.2. la fon tion omplexe de la variable réelle ν : def f˜(ν) = On é rira alors symboliquement : Z ∞ −∞ f (x)e−2iπνx dx pour tout ν ∈ R f˜ = F[f ] ou f˜(ν) = F[f (x)] def F¯[f ] (ν) = Z De même.1. on a : : L1 (R) → L∞ (R) F[αf +βg] = αF[f ] + βF[g] (◮Linéarité) est un opérateur linéaire et ii) Si la suite fn tend vers 0 au sens L1 . :  lim n→∞ Z |fn (x)|dx = 0  ⇒  lim sup |f˜n (ν)| = 0 n→∞ ν∈R  (◮Continuité) −2iπνx Démonstration. Propriétés élémentaires Théorème 7. on a pour tout ν ∈ R.3. De plus.1. L1 (R) une fon tion intégrable. β ∈ C.66 CHAPITRE 7.1. e qui montre que . ∞ Théorème 7.1. g ∈ L1 (R) et tous α.1 Soit f une fon tion à valeurs réelles ou omplexes d'une variable réelle.e.On a ∀x ∈ R. Cela peut signier que f˜ n'existe pas.2 et 7. Soit f ∈ bornée et f˜ ≤ kf k1 . si elle existe. Alors f˜ est une fon tion ontinue sur R.1 Transformée de Fourier 7. Une ondition susante mais non né essaire pour que f˜ existe est que f soit intégrable par rapport à la mesure de Lebesgue (on dit aussi Lebesgue-intégrable). des Théorèmes 7.1. On appelle transformée de Fourier (ou spe tre) de f . on dénira la transformée de Fourier onjuguée d'une fon tion f par ∞ f (x)e2iπνx dx −∞ La transformée de Fourier n'existe pas toujours.1 Transformée de Fourier d'une fon tion de L1 Denition et exemples Dénition 7.1. alors la suite f˜ tend vers 0 au sens L∞ . ou bien que ˜ f (ν) n'est pas dénie pour toutes les valeurs de ν . TRANSFORMATION DE FOURIER DES FONCTIONS 7. i.3.

Z .

Z .

.

−2iπνx ˜ .

|f (ν)| = .

f (x)e dx.

.

On introduit la fon tion Porte : ( 0 Π(x) = 1 def pour |x| > 1/2.1 La fon tion Porte .1. ≤ |f (x)|dx = kf k1 . ˜ f ∞ = sup |f˜(ν)| ≤ kf k1 ν∈R La transformation de Fourier étant lairement linéaire.  . ela sut pour prouver sa ontinuité. Exemple 7. pour |x| ≤ 1/2.

si ν = 0.4. Cela signie que si l'on a une suite (fn ) de fon tions intégrables qui tend vers f ∈ L1 au sens de la norme L1 à savoir Z |fn (t) − f (t)|dt →n→∞ 0 alors on aura onvergen e au sens de la norme L∞ . sa transformée de Fourier est ˜ [a.Soit fon tion f˜ tend vers 0 en l'inni : . Cette propriété est en fait générale omme l'indique le lemme suivant que nous admettrons : Théorème 7. ha une des transformées de Fourier a la propriété de tendre vers 0 en l'inni. L'opération "transformée de Fourier" ne nous laisse don pas dans L1 . 1 7.1  La fon tion Porte Alors sa transformée de Fourier est un sinus ardinal : ˜ Π(ν) = Z 1/2 e −2iπνt def dt = sinc(πν) = −1/2 ( sin πν πν 1 si ν = 6 0.2.3 dans le Chapitre 5 que si on onsidère f : x 7→ e−αx alors 2 F[f ] (ν) = Z 2 e−αx e−2iανx dx = √ −αν 2 πe Le fait que la transformée de Fourier soit une appli ation ontinue est ru ial.1. On a vu dans l'exemple 5. De même si l'on prend la fon tion indi atri e 1[a.7. dans les exemples vus dans Exemples 7.1.b] = 1 Exemple 7.1. En revan he.1.2 ( sin(π(b−a)ν) −iπ(a+b)ν e πν b−a si ν 6= 0.1.1 et 7. Lemme de Riemann-Lebesgue. si ν = 0. 67 TRANSFORMÉE DE FOURIER 1 −1 Fig.b] .1. 'est à dire onvergen e uniforme de la suite (f˜n ) : sup |f˜n (ν) − f˜(ν)| →n→∞ 0 ν∈R L'exemple de la transformée de la fon tion Porte montre que la transformée de Fourier d'une fon tion de L1 n'est elle même pas obligatoirement intégrable au sens de Lebesgue.

.

Alors la . f ∈ L1 (R) une fon tion intégrable.

.

lim .

f˜(ν).

= 0 |ν|→∞ Inversion Peut-on inverser la transformée de Fourier ? La réponse est oui dans ertains as. Inversion dans L1 (R). alors F¯[f˜] = f .Soit f ∈ L1 (R) une fon tion intégrable admettant une transformée de fourier f˜ elle-même intégrable (f˜ ∈ L1 (R)).1. . Alors. Nous venons de voir que si f est dans L1 . Par ontre dans le as parti ulier où f˜ est ee tivement intégrable alors on a le résultat d'inversion suivant : Théorème 7. F¯[f˜] (x) = f (x) en tout point x où f est ontinue En parti ulier. et de plus la transformée inverse (ou ré iproque) n'est autre que la transformée onjuguée. si f est de plus ontinue. sa transformée de Fourier f˜ ne l'est pas for ément.5.

La démonstration omporte plusieurs étapes. f (x)h (7.6 permet d'é rire que h On va maintenant prouver que Z f˜(x)hn (x)e2iπxt dx = Z (7. Puisque f˜ est intégrable et que |f˜(x)hn (x)e2iπxt | ≤ |f˜(x)| pour tout x ∈ R.1. g ∈ L1 (R). Maintenant si t est un point de ontinuité de f alors.1. et g étant intégrable. nous restreindrons à prouver ette limite pour ˜ n (x) = f ∈ L1 et borné. Z ˜ n (x − t)dx. En remarquant que h(u)du = 1.1) De plus.1. on a R ˜ n (u)du = 1 par hangement de variable et il vient : h . on peut se onvain re que la transformée de Fourier de hn s'é rit h √ √ √ 2 2 −x2 /2 √n e−n x = 2nh( 2nx) ave h(x) = e / 2π . la transformée de Fourier de x 7→ hn (x)e2iπxt est.2) ˜ n (x − t)dx →n→∞ f (t). f (x)h La démonstration générale ave f ∈ L1 étant un peu te hnique. C'est une suite de gaussiennes de plus en plus "larges" qui onverge simplement vers la fon tion onstante 1. Par f (t) Z  Z  Z Z g(s)e−2iπtsds dt = g(s) f (t)e−2iπts dt ds = f˜(t)g(t)dt e qui est l'égalité souhaitée. Soient f.6 Z Alors. il existe α > 0 tel que |f (u) − f (t)| < ǫ dès que |u − t| < α.68 CHAPITRE 7. Démonstration. f˜ · g est don intégrable. on a de plus : Z f (t)˜ g (t)dt = 7. On ommen e par montrer le résultat suivant : Démonstration Lemme 7. pour π R tout ǫ > 0. Z f˜ · g et f · g˜ sont intégrables et f˜(t)g(t)dt = Z f (t)˜ g (t)dt . omme on peut le vérier par al ul dire t. le théorème de onvergen e dominée de Lebesgue nous permet d'é rire que Z f˜(x)hn (x)e2iπxt dx →n→∞ Z f˜(x)e2iπxt dx = F¯[f˜] (t). Lemme Fubini.  Introduisons la suite de fon tions hn dénie par hn (x) def = exp(−π 2 x2 /n2 ). TRANSFORMATION DE FOURIER DES FONCTIONS . x 7→ ˜ n (x − t) et le lemme 7.6.La fon tion f˜ étant bornée. Par al ul dire t.

Z .

Z Z .

.

˜ n (x − t)dx − f (t).

= | (f (x) − f (t))h ˜ n (x − t)dx| ≤ ǫ + .

f (x)h .

.

on obtient en tous point de ontinuité de f . e qui est le résultat voulu.1.  Comme la transformée de Fourier onjuguée d'une fon tion intégrable est ontinue. Pour pouvoir utiliser la formule d'inversion donnée par le Théorème 7. (7. il nous faut non seulement des informations sur f mais également sur f˜ (qui doit être intégrable). Dans la proposition suivante. le terme à droite de l'inégalité sera inférieur à 2ǫ. e qui peut se révéler fort peu pratique. en prenant n susamment grand.3) En ombinant (7. .1). on en déduit que si f admet une dis ontinuité alors né essairement sa transformée de Fourier n'est pas intégrable. une onnaissan e plus pré ise de f (sans onnaissan e sur f˜) nous permet d'utiliser la formule d'inversion. Ainsi Z ˜ n (x − t)dx →n→∞ f (t) f (x)h Z f˜(x)e2iπxt dx = F¯[f˜] (t) = f (t). Nous admettrons ette proposition.3) et par identi ation des limites. |x−t|>α ˜ n (x − t)dx (|f (x)| + |f (t)|)h ≤ ǫ + 2 sup |f (t)| t Z | √ |u|> 2nα u= Don .2) et (7. √ {z h(u)du 2n(x−t) } (7.5.

2 −R (7. Soit f que f ′ ∈ L1 (R).7. alors la formule d'inversion (7. alors F[f (x)] = f˜(−ν).1. 7. Dérivation On a la relation très importante suivante entre Transformée de Fourier et dérivation : Théorème 7. . ( g(−x) = g¯(x) g(−x) = −¯ g (x) . F[f (x)e2iπν0 x ] = f˜(ν − ν0 ) F[f (x−a)] = e−2iπνa f˜(ν).1. . L'inversion de la transformée de Fourier devient possible et on a f = F¯[f˜] Extension de la formule d'inversion Qu'en est il maintenant si on n'a pas d'information sur la dérivée se onde f ” ? Le théorème suivant qui sera aussi admis nous permet de répondre (en partie) à la question : Théorème 7. F[f (ax)] = 1 ˜ ν  f |a| a Corollaire 7. Alors. .10. Si f est une fon tion intégrable et si a ∈ R. si f est ontinue et si f et f ′ sont sommables. . En parti ulier.1. De plus.4) Par abus.7. telle Z R  1 f˜(ν)e2iπνx dν = f (x− ) + f (x+ ) . . translation et hangement d'é helle On peut démontrer simplement les résultats élémentaires suivants : Théorème 7. Les propriétés suivantes évoluent ainsi lors d'une transformation de Fourier f˜ f paire paire impaire impaire réelle hermitienne imaginaire antihermitienne où l'on rappelle que g est une fon tion ( hermitienne antihermitienne ssi pour tout x. lim R→∞ de lasse C 1 sauf en un nombre ni de points de dis ontinuités. pour tout a ∈ R∗ . En d'autres termes. Soit dérivable et on a f tel que la fon tion xk f ∈ L1 pour tout k = 0. la formule d'inversion prise au sens d'une limite d'intégrale (appelée valeur prin ipale ) nous donne la régularisée de f .9. n.11. n.1.8. alors ∈ L1 (R). on notera en ore ette limite F¯[f˜] (x).1.2 Propriétés de la transformée de Fourier Transposition.4) redonne bien la fon tion originale f . . . Si f est de lasse C 2 et si f .1. .1. . F[f (−x)] = F¯[f (x)] = f˜(−ν). f ′ et f ” sont toutes intégrables alors f˜ est également intégrable. 69 TRANSFORMÉE DE FOURIER Proposition 7. f˜ est n−fois F[(−2iπx)k f (x)] = f˜(k) (x) pour k = 1.

qui nous donne : Z Z h i Démonstration d ˜ f˜′ (ν) = f (ν) = dν d f (x)e−2iπνx dx = dν (−2iπx)f (x)e−2iπνx dx puis par une ré urren e immédiate. les dérivées su essives f (k) sont intégrables pour tout k = 1. alors sa transformée de Fourier f˜ est Les formules du Théorème 7. On applique alors le théorème de dérivation sous le signe intégral. En eet. On suppose que la dérivée p-ième est dans L1 et que x 7→ xq f (x) est dans L1 .1. Puisque f ′ est intégrable.70 CHAPITRE 7. Si de lasse C ∞ . de dérivée k-ième bornée en module par |(2πx)k f (x)| qui est intégrable. si f est de lasse C n et si de plus. Une ré urren e sur k permet alors de on lure. si f ∈ L1 . Notamment. on a ϕ(x)dx = limR→∞ RR ϕ(x)dx. si f est dérivable 5 fois et si f (5) est sommable. . Fon tions à dé roissan e rapide Dénition 7. Nous voyons dans la partie suivante es diérents liens pour des fon tions à dé roissan e rapide.14 On dit qu'une fon tion f est à dé roissan e rapide ssi pour tout k ≥ 0.12. q ∈ N. nous obtenons la première Rformule. alors f˜ dé roît au moins en 1/ν 5 . on a alors lairement le orollaire suivant : Corollaire 7.1. pout tout ν ∈ R. La formule pré édente nous montre alors. Pour tout x ∈ R. . Alors. . TRANSFORMATION DE FOURIER DES FONCTIONS Inversement. on a don en intégrant par parties : F[f ′ ] (ν) = lim R→∞ Z R f ′ (x) e|−2iπνx lim {z } dx = R→∞ −R | {z } v u′ h f (x)e−2iπνx iR −R + Z R −R  (2iπν)f (x)e−2iπνx dx . f admet une limite nulle en ±∞. Comme f est sommable ainsi que sa dérivée. f ∈ L1 est une fon tion à support borné.11 nous onduisent d'ailleurs à un résultat très important : Corollaire 7. n alors on a F[f (m) (x)] = (2iπν)m f˜(ν) pour m = 1. . Soit f une fon tion et soient p. e qui montre la deuxième formule du théorème ave k = 1. . Il existe don un lien entre la régularité de f et la rapidité de la dé roissan e de f˜ . .1.13. il sut de remarquer R que f (x) − f (0) = 0x f ′ (u)du qui a une limite quand x → ±∞ par intégrabilité de f ′ puis la limite de f (x) en ±∞ ne peut être que nulle par intégrabilité de f . n. . . la fon tion ν 7→ f (x)e−2iπνx est de lasse C ∞ . R On rappelle que pour toute fon tion intégrable ϕ.1. . on retiendra que F[f ′ (x)] = 2iπν f˜ et F[−2iπxf (x)] = d ˜ f dν . |f˜(ν)| ≤ |2πν|−p Z |f (p) (x)|dx et |f˜(q) (ν)| ≤ Z |2πx|q |f (x)|dx Ces formules nous fournissent des majorations fortes : par exemple. en faisant tendre R vers l'inni que Z Z f ′ (x)e−2iπνx dx = (2iπν)f (x)e−2iπνx dx. de même entre la dé roissan e de f et la régularité de f˜.  En notant que si f est intégrable et à support borné alors x 7→ xk f (x) est intégrable pour tout k.

.

lim .

xk f (x).

une fon tion à dé roissan e rapide dé roît plus vite que tout polynme. . = 0 |x|→∞ Autrement dit.

1. f est dérivable p fois est f (p) est sommable pour tout p ∈ N et le Corollaire 7.1. la fon tion f (k) est dans L1 alors f˜ est à dé roissan e rapide. Espa e S Dénition 7. Du théorème de dérivation 7. La fon tion f est à dé roissan e rapide.1. les dérivées de tous ordres de f sont à dé roissan e rapide. don sa transformée de Fourier f˜ est de lasse C ∞ . 7.12. appartient à L2 et non à L1 . Ainsi la fon tion "sinus ardinal" : def x 7→ sinc(x) = sin x .13 permet alors d'armer que f˜ dé roît au moins omme 1/ν p pour tout p ∈ N. astu e te hnique qui nous permettra à terme d'arriver à nos ns.7. Il ne reste qu'à prouver que les dérivées de f˜ sont également à dé roissan e rapide. De plus. lim sup |xp fn(q) (x)| = 0 n→∞ x∈R Cette notion de onvergen e dans S est très forte . On en déduit d'après le Théorème de dérivation 7. la fon tion f (k) est également à dé roissan e rapide (et intégrable).3 Transformée de Fourier d'une fon tion de L2 Il existe des fon tions qui ne sont pas for ément intégrables mais dont le arré l'est. on peut montrer (exer i e) que : Théorème 7. S .19 On dit que la suite fn d'éléments de S onverge dans S ssi pour tous p. alors xk f (x) est sommable pour tout k ∈ N. Soit f une fon tion de lasse C ∞ .1. Pour tout k ∈ N.1. Démonstration de la stabilité de Dénition 7.1. en utilisant le théorème de Riemann-Lebesgue 7.4.1.11.1. Or. En d'autres termes. notamment.1. Alors f˜ ∈ S . on déduit : Théorème 7.1. n ∈ N . il faut d'abord pré iser la notion de onvergen e dans S . x prolongée par ontinuité en 0 en posant sinc(0) = 1. 2 Cette notion est utile ar si f est à dé roissan e rapide et si elle est lo alement sommable.1. Le résultat le plus important sur les fon tions de S est le suivant : Théorème 7. on a lim|x|→∞ |xk f (n) (x)| = 0 e que l'on voulait démontrer.4 Soit f de lasse C ∞ à support ompa t.18. Pour ela. En eet.1. Exemple 7. Don f˜ ∈ S .Montrons dans un premier temps que si f ∈ S alors f˜ ∈ S .16. elle implique la onvergen e uniforme sur R de (fn )n∈N ainsi que toutes les dérivées (fn(k) )n∈N .  Pour parler de la ontinuité de la transformation de Fourier F[·] dans S . f est à support borné don d'après le Corollaire 7. La transformée de Fourier est un opérateur linéaire et ontinu de S dans S .3 Les fon tions x 7→ e−x et x 7→ x5 (lnx)e−x sont à dé roissan e rapide. Toujours en utilisant le théorème de dérivation 7. ainsi.1. don x 7→ xk f (n) est intégrable pour tout k. q ∈ N.1. si f ∈ S alors f˜ ∈ S et si la suite fn tend vers 0 dans S alors la suite f˜n tend également vers 0 dans S . .17 On appelle espa e de S hwartz qu'on note S l'espa e des fon tions de lasse C ∞ qui sont à dé roissan e rapide ainsi que toutes leurs dérivées. .11. alors sa transformée de Fourier f˜ est de lasse C ∞ . Si f est une fon tion à dé roissan e rapide. on introduit l'espa e de S hwartz.15.11 que f˜ est à dé roissan e rapide. 71 TRANSFORMÉE DE FOURIER Exemple 7. f˜ est de lasse C ∞ . Or les fon tions de arré intégrable se ren ontrent fréquemment en physique et il est souhaitable d'étendre la dénition de la transformée de Fourier à la lasse des fon tions de arré intégrable.1. Si pour tout k ∈ N.

sa transformée de fourier f˜ dans L2 peut être obtenue omme la limite suivante : f˜(ν) = lim R→∞ Z R −R f (x)e−2iπνx dx pour tout ν ∈ R . Si par ontre. La transformée de Fourier sur L1 et elle sur L2 oin ident sur L1 ∩ L2 .1. on aura bien grâ e au Théorème d'inversion 7. intégrable elle-même alors sa transformée de Fourier dénie dans e paragraphe vaut bien : F[f ] : ν 7→ Z f (x)e−2iπνx dx.1.22. on peut montrer que si f est dans L2 . la proposition suivante montre que la dénition de la transformée de Fourier sur L1 et L2 oin ident sur L1 ∩ L2 . TRANSFORMATION DE FOURIER DES FONCTIONS Enn pour terminer le tour des propriétés importantes pour la transformée de Fourier sur l'espa e S . On sait que si f ∈ S . Enn.1. pour tout f ∈ L2 . Proposition 7. La transformation de Fourier est une appli ation linéaire et bije tive et bi- ontinue.e. Parseval-Plan herel.  L2 est omplet. On aura même un peu plus : Théorème 7.1. La transformée de Fourier inverse est don donnée par F −1 [·] = F¯[·] . En d'autres termes si f est une fon tion de arré intégrable et si elle est de plus. On utilise ensuite les propriétés suivantes  S est dense dans L2 .1.20. Remarque 7. on sait que la fon tion f est dans S alors par le théorème 7.La transformation de Fourier L2 : si f et g sont deux fon tions de L2 alors f˜ et g˜ le sont aussi et on a Z ∞ f (x)g(x)dx = −∞ Z ∞ F[·] est une isométrie sur f˜(ν)˜ g (ν)dν −∞ De plus.1. on va utiliser les résultats pré édents sur la transformée de Fourier dans S ainsi que le lemme suivant qui est i i admis dans le adre de e ours : Lemme 7. de S dans S .20.1. pour montrer que la transformée de Fourier sur S se prolonge en un opérateur sur L2 qui reste linéaire et ontinu. Son inverse est F −1 [·] = F¯[·] . on a F¯[F[f ] ] = F[F¯[f ] ] = f presque partout. ontinue ainsi que sa ré iproque. omment é rit-on la transformée de Fourier d'une fon tion de arré sommable mais qui ne serait pas sommable elle-même ? En fait. L2 (R). Transformée de Fourier dans L2 Pour dénir la transformée de Fourier sur L2 des fon tions de arré intégrable. On obtient alors un opérateur "transformation de Fourier" déni pour toute fon tion f ∈ L2 qui vérie le théorème suivant : Théorème 7. Densité de S L2 - dans L'espa e S est un sous espa e ve toriel dense de l'espa e On montre ensuite que si f et g sont deux fon tions de S : Z ∞ f (x)g(x)dx = −∞ Z ∞ f˜(ν)˜ g (ν)dν −∞ C'est une simple onséquen e du théorème de Fubini et de quelques manipulations de onjugaison omplexe.5 la relation F¯[F[f ] ] = f .1 On prendra garde dans le théorème pré édent que la notion d'inverse de la transformée de Fourier pour des fon tions L2 est F¯[F[f ] ] = F[F¯[f ] ] = f presque partout.23.21. Mais alors. alors elle admet une transformée de Fourier f˜ ∈ S et puisque f˜ est intégrable et ontinue. on aura F¯[F[f ] ] = F[F¯[f ] ] = f partout et non plus presque partout. i.72 CHAPITRE 7. on va se demander e qu'il advient de la formule d'inversion.

Alors F[f ∗g] = F[f ] · F[g] ou en ore f] ∗ g(ν) = f˜(ν) · g˜(ν) F[f ·g] = F[f ] ∗ F[g] · g(ν) = f˜(ν) ∗ g˜(ν) ou en ore fg De même.7. Alors. Soient f et g deux fon tions admettant des transformées de Fourier et telle que leur produit de onvolution existe et est dans L1 . leur produit de onvolution.5  Nous voulons al uler la transformée de Fourier de la fon tion Λ dénie par : 1 −2 −1   1 + x Λ(x) = 1 − x   0 Λ 1 pour −1 ≤ x ≤ 0 pour 0 ≤ x ≤ 1 pour |x| ≥ 1. 73 TRANSFORMÉE DE FOURIER 7. Z Λ(x)dx = Z Π(x)dx × Z Π(x)dx = 1  sin πν 2 πν . la transformée de Fourier "é hange" produit de onvolution en produit de fon tions et ré iproquement.1.4 Transformée de Fourier et onvolution On rappelle la dénition du produit de onvolution de deux fon tions : Formule de onvolution Dénition 7.25.1.1.1. On ommen e par montrer que Λ(x) = [Π ∗ Π] (x) et on en déduit que : F[Λ(x)] = la formule de Parseval-Plan herel nous donne e qui est le résultat attendu. t)dt dx. aussi nous l'admettrons. On pose ϕ(x. F[f ∗g] (ν) = Z Z   Z Z f (t)g(x − t)dt e−2iπνx dx = ϕ(x. ϕ est sommable sur R2 et F[f ∗g] (ν) = = = Z Z   Z Z ϕ(x. −2iπνx Démonstration. Exemple 7.1. d'après le théorème de Fubini. on a En d'autres termes. t) dt = f (t)g(x − t)e−2iπνx dx dt Z  Z −2iπν(x−t) f (t) g(x − t)e dx e−2iπνt dt Z f (t)˜ g (ν)e−2iπνt dt = f˜(ν)˜ g(ν) La deuxième formule est plus déli ate à démontrer.24 Si f et g sont deux fon tions lo alement sommables. Or. lorsqu'il existe est h = f ∗ g ave : Z def f (t)g(x − t)dt h(x) = Le théorème de Fubini permet de démontrer le résultat fondamental suivant : Théorème 7. t) = f (t)g(x − t)e . lorsque es expressions sont dénies. On note que .

Lapla e et Monge. g ∈ L1 et que leurs transformées de Fourier sont également dans L1 alors fg · g(ν) = f˜ ∗ g˜(ν) pour tout ν ∈ R . Il est emprisonné. et Fourier est libéré. et en es temps de Terreur. Il est le douzième des quinze enfants de son père. mais son intérêt se porte sur les mathématiques. où de nombreux her heurs français mènent d'ambitieuses re her hes . 7. En 1794. notamment lien entre rapidité de dé roissan e de f (resp. En 1798.74 CHAPITRE 7. il prote de et ex ellent entourage pour s'investir beau oup dans la re her he mathématique. Il réalise des études prometteuses en Français et en latin. f˜) et régularité de f˜ (resp. b) Diérents théorèmes permettant d'inverser la transformée de Fourier. 7.qui se feront. g ∈ L1 alors f] ∗ g(ν) = f˜ · g˜(ν) pour tout ν ∈ R . Il lit notamment les 6 tomes du Cours de mathématiques de Bezout. En 1797. i) si f. d) Espa e de S hwartz S : la transformée de Fourier envoie S dans S puis omme S est dense dans L2 . Fourier devient alors se rétaire de l'Institut . au détriment des ri hesses lo ales pillées. Alors qu'il n'a que 10 ans. Mais la hute de Robespierre provoque des hangements politiques en Fran e.2 Points essentiels du hapitre a) Transformée de Fourier dans L1 . il rempla e Lagrange à la haire d'analyse et de mé anique de l'E ole Polyte hnique. Fourier se montre un révolutionnaire a tif. Lemme de Riemann-Lebesgue. il perd ses parents et est pla é à l'é ole militaire d'Auxerre. mais n'a pas vraiment la vo ation et il retourne en 1789 enseigner à son an ienne é ole à Auxerre. iii) si f. Jean-Baptiste Fourier (qu'on onnaît aussi sous le nom de Joseph Fourier) est né le 21 mars 1768 à Auxerre. Sour e : Bibmath. Napoléon ren ontre alors de nombreux su ès (Malte. bien qu'il n'ait pas en ore à son a tif de dé ouverte majeure. Il rentre ensuite au séminaire. iv) si f ∈ L1 mais que g ∈ L2 alors f ∗ g(t) = F¯[f˜·˜g] (t) pour presque tout t ∈ R. il rejoint les expéditions napoléoniennes en Egypte en 1798. de plus. animateur du omité lo al révolutionnaire d'Auxerre. ii) si f. Mais après la destru tion de la otte napoléonienne par elle de Nelson dans la bataille du détroit du Nil en août 1798. ) Diérentes propriétés sur la transformée de Fourier. Un in ident l'oppose à une fa tion rivale à Orléans en 1793.3 Un peu d'histoire Fourier (1768-1830). ela permet de dénir la transformée de Fourier dans L2 en utilisant une ertaine isométrie. Alexandrie). f) La transformée de Fourier é hange produit de onvolution et produit de fon tions. son hemin le menait droit à la guillotine. f ). le se onde formule reste valable : fg · g(ν) = f˜ ∗ g˜ pour tout ν ∈ R . hélas. TRANSFORMATION DE FOURIER DES FONCTIONS Limitations de la formule de onvolution On peut démontrer les résultats suivants sans hypothèse supplémentaire. il est de la première promotion de l'E ole Normale Supérieure. on peut prendre la transformée inverse de la première formule et é rire f ∗g(t) = F¯[f˜·˜g] (t) pour tout t ∈ R e qui est un bon moyen de al uler f ∗ g . g ∈ L2 . Napoléon et son armée se voient onner dans les pays qu'ils viennent de onquérir. e) Formule de la transformée de Fourier d'une fon tion dans L2 et pas dans L1 . Elève le plus brillant. où ses professeurs ont pour nom Lagrange.

Au ontraire. En 1815 Napoléon s'é happe de l'ile de l'Elbe. Fourier obéit aux injon tions du roi. en 1817. Cette hypothèse auda ieuse est ontestée par ses ontemporains Lapla e. les on lusions de Fourier étaient hardies. et le nomme préfet du Rhne quand il reprend le pouvoir. Pour les an iens. puis trouve une méthode pour la résoudre. Napoléon n'a pas oublié ses ex ellents états de servi e. e dernier se lève même en pleine séan e de l'Institut des s ien es et dé lare qu'il tient pour fausse la théorie de Fourier. Quand Fourier regagne la Fran e en 1801. Malgré es réserves. de nombreuses missions diplomatiques lui seront onées. Par la suite. Fourier est primé par l'Institut pour son mémoire en 1812. il est élu à l'A adémie des s ien es réhabilitée. Sturm ou Ostrogradsky. qui lui ontestent la priorité des dé ouvertes ! . Fourier ne s'intéresse jamais à la onvergen e de ses séries. et ordonne qu'on s'oppose à Napoléon. Il faut dire que. Son obsession est le problème de la haleur. il onsa re beau oup de temps à pré iser ses arguments. Poisson et Lagrange . dans un langage moderne. et le nomme préfet de l'Isère. UN PEU D'HISTOIRE 75 d'Egypte mis en pla e par Monge. il s'intéresse à l'art et à l'égyptologie. Par exemple. il trouve l'équation de la propagation de la haleur dans les orps solides. Il reste que Fourier fut un ex ellent préfet. En 1822. Il est alors plus fa ile de dé rire au ours du temps l'évolution de ha une de es fon tions. même innie. et il se révèle très ompétent à e poste. même pour les ritères de rigueur de l'époque. Fourier dé ompose une fon tion mathématique unique. dont Diri hlet. e qui les tra assait était plutt le phénomène inverse : il leur semblait impossible qu'une superposition. qui mena à bien plusieurs projets d'importan e. et de retrouver la température au temps t en refaisant la somme. Fourier est toujours préfet de l'Isère. il aidera beau oup de jeunes mathémati iens prometteurs. Il parvient toutefois à manoeuvrer assez habilement pour que Napoléon ne lui en veuille pas. sans que l'on sa he si Fourier lui-même désirait e poste. notamment Biot et Poisson. il devient se rétaire de la se tion mathématique. Les événements politiques font que Fourier n'o upera jamais e poste. C'est à Grenoble que Fourier réalise l'essentiel de es travaux les plus importants. de fon tions ontinues. 'est-à-dire l'étude de l'évolution de la température d'un orps au ours du temps. puisse donner une fon tion dis ontinue. mais di ile à dé rire mathématiquement. et revient ave toute une armée vers la Fran e.7. En même temps. et à débattre ave ses ontemporains. De 1802 à 1807.3. en une somme innie de fon tions en sinus et en osinus. A e poste. e qui est maintenant l'analyse de Fourier. Pendant la n de sa vie. et Grenoble est sur la route de Napoléon.

TRANSFORMATION DE FOURIER DES FONCTIONS .76 CHAPITRE 7.

.2 Convolution des distributions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Propriétés de S . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8. . 86 8. . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . .6 Distributions à support ompa t . . . . . .2 Les distributions tempérées. . . . . . . . . . 96 Dérivation . . . . . . . . . 93 8. . . . . . . . . 78 8. . . . . . . . 87 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Multipli ation dans S ′ . . . Convergen e dans S ′ . . . . . . . . . . . 78 8. . . . . . . . . . . Homothétie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Changement de variables ane Translation . . . . . . . . 86 8. . . . . . . . . . . . .10. . .1 Propriétés de la transformation de Fourier dans S ′ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Cara térisation de S ′ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .5. . . . . . . . . . . . 95 8. . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Topologie de S . . . . . . .8 Distributions tempérées . .1 Dérivée du produit tensoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . .5 Convergen e dans D′ . . . . . .1 Espa e S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11. . . . . . . . . . . . . . . . . . 97 77 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Espa e D. . . . . . . . . 79 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Convolution des fon tions . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Chapitre 8 Les distributions Sommaire 8. . . . 8. . . . . . . . . . . .2 Multipli ation des distributions 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . Espa e S ′ . . . . . . . . 93 8. . . . .10 Produit de onvolution des distributions . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . 81 8. . . . . 94 8. . .11 Transformation de Fourier des distributions tempérées . 92 8. . .1 Approximation de δ par des distributions régulières . . . . Espa e D′ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 8. . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8. . . . . . . . . . . . .1 Dérivée d'une distribution . . . . . . .4 Support d'une distribution . . . . . . . . .9. . . . . . . 83 85 85 85 85 86 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2 Propriétés de D . . . 88 8. . . . . . . .4 Parité . . 79 8. . . . . . . . .3 Opération sur les distributions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8. .1 Dénition de l'espa e D . . 88 8. . . . . . 83 8. . . . . . .7 Distributions à plusieurs variables . . . . . . . . . 80 Vérier qu'une forme linéaire sur D est une distribution.3 Convergen e dans D . . . . . . . . 89 89 89 90 91 92 92 8. . . . . . . . . . . .2 Distribution. . . . . 97 Translation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 Produit tensoriel des distributions . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.13 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . En pratique. . . . . distributions tempérées. . E ′ . . . . . . . . . . Si f : Ω → R est une fon tion dénie sur un ouvert de Rn . . La théorie des distributions a été introduite par Laurent S hwartz en 1950. . . . . . . . . . . . . qui orrespond à la valeur moyenne R des points qui onstituent e thermomètre. . . .Soit ϕ : R → R dénie par Fondamental ϕ(x) = ( n o 1 exp − a2 −x si |x| < a 2 0 si |x| ≥ a . . . . .12 Points essentiels du hapitre . . . . Nous ommen erons par dénir l'espa e des fon tions ϕ sur lequel nous allons travailler. La théorie des distributions permet de onstruire proprement ette orrespondan e. . . . . . . . . . . . Si on pla e un thermomètre en e point. . la fon tion fn (x) = (1 − x2 )n 1[−1. . . . . . . . 98 8. . . on obtiendra la température du thermomètre en question (qui o upe matériellement plus de pla e qu'un simple point. Si par exemple Ω est la piè e dans laquelle on se trouve et f est la fon tion qui à un point de ette piè e asso ie la température en e point. . . . . . . . . . support ompa t. . . . Les distributions . Les études supérieures . . . . . . . .. . . La guerre . . . .1 Espa es D. En parti ulier.net. . . . . . . . . .1] (x) n'est pas une fon tion de D. . . . . . espa es S . . . . . . . plus le thermomètre sera pré is. . . . plus le support de ϕ sera pro he du R point x et plus l'intégrale de ϕ sera pro he de 1. . . . on peut rempla er dans la dénition support borné par R soit ompa t. . il faut et il sut qu'il soit fermé borné. . . . .1 . . . . . . .1. . . espa es E . . . . . . . . . D′ . . . on n'obtiendra don pas f (x) mais plutt Rn f (u)ϕ(u)du où ϕ(u) sera une fon tion dont le support sera très pro he du point x (le support de ϕ orrespond à l'espa e physiquement o upé par le thermomètre dans notre exemple) qui orrespond à la valeur moyenne de f prise dans le support de ϕ ave la densité ϕ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L'idée don est de ne pas onsidérer les valeurs de la fon tion f (x) mais plutt de onsidérer les valeurs R de l'appli ation qui à une fon tion ϕ ontinue à support ompa t asso ie Rn f (u)ϕ(u)du. . . . . D est l'espa e des fon tions omplexes dénies sur R indéniment dérivables. . . . . . . . . . . . . .78 CHAPITRE 8. . . . . . . . . . . la valeur pré ise de ette valeur n'est physiquement pas mesurable. 'est une synthèse et une simpli ation". On vériera par exemple que pour tout entier n ≥ 0. . .1 Dénition de l'espa e D Dénition 8. . S ′ . . . l'évaluation de ette fon tion en un point x a un sens théorique mais n'a que peu de sens en pratique. . . . . . .1 borné. . . . . . . . il explique que " ette théorie n'est pas absolument une "nouveauté révolutionnaire" mais elle englobe de façon à la fois simple et orre te des pro édés hétérogènes et souvent in orre ts utilisés dans des domaines très divers . 98 98 98 99 99 99 100 100 Mots lés 8. . Un houleux début de arrière . . . . L'engagement politique . . . . . . . . . . . . . . . . . L'enfan e . . . Dans son livre "Théorie des distributions". . . . . . . à support Le support étant fermé par dénition. . . . 8. . . . . . . . . .). . . . . . . . L'é ole polyte hnique .1. . . Trouver une fon tion ϕ ∈ D n'est pas tout à fait évident. . 98 8. . . . . . . . . . . . . . . En eet pour qu'un sous-ensemble de Exemple 8. . . . transformée de Fourier des distributions tempérées. . . . L'idéal est bien-sûr d'avoir supp ϕ = {x} et Rn ϕ(u)du = 1 e qui n'est pas possible puisque l'intégrale d'une fon tion nulle presque partout vaut 0. . . . . . .1. . . . . . 98 Laurent S hwartz (1915-2002). . . . . . . .1 Espa e D 8. . Sour e : les-mathematiques. . . . . . . . . . . . .. . . LES DISTRIBUTIONS Transformée de Fourier de δ . . . . . . . . . . . . . . . . .

Dénition 8.2 Propriétés de D On peut montrer que D est un espa e ve toriel de dimension innie. Ce qui s'é rit aussi : pour tout k ≥ 0.8.3 0. alors sa dérivée ϕ′ ∈ D. ϕ(n) (a) existe et est nulle. 8.1.1  Toutes les dérivées sont nulles en −1 et 1 (i i a = 1) 8. ESPACE 79 D ave a > 0. 8. D ii) Pour tout entier k ≥ 0. Par ailleurs.5 2 8.5 1 1. alors αϕ ∈ D. on a fa ilement les deux propriétés suivantes : i) Si ϕ ∈ D.25 0.35 0. supp ϕn ⊂ B .4 0. (k) sup |ϕ(k) (t)| →n→∞ 0 n (t) − ϕ t∈R On pourra noter que la onvergen e uniforme est exigée pour haque k (et non pour tous les k à la fois) et que ette onvergen e est en fait uniforme sur B (puisque ϕ = 0 sur B c .2 Une suite (ϕn )n≥0 de fon tions de D onverge vers une fon tion ϕ ∈ D (et on note ϕn → ϕ) lorsque n → ∞ ssi i) Il existe un ensemble borné B de R tel que pour tout n ∈ N. αϕ est indéniment dérivable et supp (αϕ) ⊂ supp (ϕ).2 D Vérier que si ϕn → ϕ quand n → ∞ alors .15 0.2 0. Exer i e 8. On notera que ϕ est paire et on montrera que pour tout n ≥ 0.1.1. ii) Si ϕ ∈ D.1.3 Convergen e dans D Nous dénissons maintenant la notion de onvergen e dans D. Alors ϕ ∈ D.5 0 0. Exer i e On notera que pour la fon tion ϕ dénie dans l'exemple fondamental. −1. Par ontre sa somme vaut don toujours 0 et n'est don pas égale à ϕ.05 0 −2 Fig.5 −1 −0.1 0. et α : R → C est indéniment dérivable.1 Vérier s rupuleusement ette assertion. En eet. la suite des dérivées ϕ(k) n onverge uniformément sur R pour n → ∞ vers la dérivée orrespondante ϕ(k) . Exemple fondamental 0. la série de Taylor au point x=a ∞ X ϕ(n) (a) (x − a)n n! n=0 est onvergente puisque tous les termes de la somme sont nuls. on tire ϕ(k) = 0 sur B c pour tout k ≥ 0).

αS + βT est la distribution dénie par < αS + βT. ϕn >→ 0. D est l'espa e ve toriel des fon tions C ∞ à support ompa t muni de la notion de onvergen e pré édente. ϕn > onverge vers < T. ϕ > +β < T. La distribution Tf est aussi appelée distribution régulière. Par linéarité de T . 8. ϕ > (la notation <. β ∈ C. si pour n → ∞.2) alors < T. T ∈ D′ .1 Soit f : R → C une fon tion lo alement intégrable.2.2). La onséquen e pratique est la remarque suivante extrêmement utile pour vérier qu'une forme linéaire sur D est une distribution. D ii) αϕn → αϕ quand n → ∞ où α est C ∞ . C'est un espa e ve toriel au sens où pour tous α. Pour bien omprendre la dénition. ϕ >= ϕ(a) Ainsi.2. ϕn >→ 0. i. ϕ >. ∞. ϕ >= Z f (t)ϕ(t)dt R Rb a |f (t)|dt < (ϕ ∈ D) Cette intégrale ayant bien un sens puisque ϕ est nulle en dehors d'un ensemble borné. l'image de ϕ par T . Cette remarque fondamentale sera illustrée dans le paragraphe suivant. on aura la relation δ(0) = δ .2.3 La distribution vp 1t (lire valeur prin ipale) est dénie par 1 < vp . Soit T une distribution. > est appelée ro het de dualité).1. ϕ > (ϕ ∈ D) Exemple 8.e. ψ ∈ D. La linéarité de la dénition signie simplement que pour tous α. Exemple 8.2 Distribution. Espa e D′ Dénition 8. Alors T est une distribution ssi pour toute suite ϕn → 0 (au sens de la dénition 8. alors < T. LES DISTRIBUTIONS D i) ϕ′n → ϕ′ quand n → ∞. on notera T (ϕ) ou < T. A la fon tion f est asso iée une distribution qu'on notera Tf dénie par : < Tf . δ(a) est dénie par < δ(a) . Remarque 8.ǫ>0 t Z −ǫ −∞ ϕ(t) dt + t Z ǫ ∞ ϕ(t) dt t  . Cette ondition peut s'é rire plus détaillée sous la forme suivante : si l'on suppose que ϕn est une suite de fon tion de D telle que i) supp ϕn ⊂ B où B est un ertain ensemble borné.2. ψ > La ontinuité de la forme linéaire T s'exprime de la façon suivante. ϕ >= α < S.1. Soient (ϕn )n≥0 une suite d'éléments de D et ϕ ∈ D. ϕ >= lim ǫ→0. Exemple 8. ϕ > +β < T. αϕ + βψ >= α < T.1 Comment montrer qu'une forme linéaire sur D est une distribuD tion ? Si T est une forme linéaire sur D. Pour tout ϕ ∈ D. pour tous a < b ∈ R. L'ensemble des distributions est noté D′ .2 La distribution de Dira δ est dénie par < δ. ϕ >= ϕ(0) et la distribution de Dira au point a.ǫ>0 t Z |t|>ǫ ϕ(t) dt = lim ǫ→0. on peut se ramener à vérier la ontinuité en 0.2. Finalement. β ∈ C et tous S.80 CHAPITRE 8. alors la suite de nombres omplexes < T. nous allons revenir sur la linéarité et la ontinuité. pour tous ϕ. ii) Pour tout k ≥ 0.1 Une distribution est une forme linéaire ontinue sur l'espa e ve toriel D. sup |ϕ(k) n (t)| →n→∞ 0 t∈R alors < T. la suite ϕn onverge vers ϕ (au sens de la dénition 8.

alors Z |t|>ǫ ϕ(t) dt = t Z −ǫ −R ϕ(t) − ϕ(0) dt + t Z R ǫ ϕ(t) − ϕ(0) dt. DISTRIBUTION. ϕn > onverge bien vers 0 lorsque T est l'une des 4 formes linéaires dans les exemples pré édents. Pour ela nous allons onsidérer une suite ϕn → 0 et nous allons D montrer que < T.2.8. Exemple 8. t Cette distribution est la valeur prin ipale de Cau hy.4 La orrespondan e ϕ 7→< S. Nous allons utiliser la remarque 8. ϕ >= t Z R −R ϕ(t) − ϕ(0) dt. Vérier qu'une forme linéaire sur D est une distribution.2. R]. t D'où. Dire que ϕn → 0 signie simplement que ϕn ∈ D et i) supp ϕn ⊂ B où B est un ertain ensemble borné. ESPACE 81 D′ Cette limite existe ar si supp ϕ ⊂ [−R. ϕ >= ZZ e−x 2 −y 2 ϕ(sin(xy))dxdy R2 dénit une distribution. sup |ϕ(k) n (t)| →n→∞ 0 t∈R Nous allons utiliser es deux propriétés sur ϕn pour montrer que < T. ii) Pour tout k ≥ 0. ϕn >→ 0.5 . On remarquera que l'existen e de la limite est due à la ompensation des deux intégrales divergentes. 1 < vp . en remarquant que limt→0 (ϕ(t) − ϕ(0))/t = ϕ′ (0).2.1 pour montrer que les formes linéaires dans les 4 exemples D pré édents sont bien des distributions.2. Exemple 8.

Z .

.

Z .

Z Z    .

.

.

.

.

.

.

.

ϕn > | = . | < Tf .

f (t)ϕn (t)dt.

= .

f (t)ϕn (t)dt.

2. Don δ(a) est une distribution. ≤ |f (t)||ϕn (t)|dt ≤ |f (t)|dt × sup |ϕn (t)| t∈B B R B B D et omme ϕn → 0 on tire que supt∈R |ϕn (t)| → 0 e qui montre que < Tf . Le théorème des a roissements nis permet d'é rire ϕn (t) − ϕn (0) = tRe ϕ′n (θ1 t) + iIm ϕ′n (θ2 t) où 0 < θ1 . Soit R tel que B ⊂ [−R. ϕn >→ 0. .2. Don Tf est une distribution.6 Exemple 8. R]. θ2 < 1. D'où. Exemple 8.7 | < δ(a) . ϕn > | = |ϕn (a)| ≤ supt∈R |ϕn (t)| → 0.

.

.

ϕn (t) − ϕn (0) .

.

.

≤ |Re ϕ′n (θ1 t)| + |Im ϕ′n (θ2 t)| ≤ 2 sup |ϕ′n (t)| = 2 sup |ϕ′n (u)| .

.

nous obtenons : . t u∈B t∈R Et en revenant à l'expression de la valeur prin ipale.

.

Z R .

.

.

< vp 1 . ϕn >.

≤ 2 sup |ϕ′n (u)|dt = (4R) sup |ϕ′n (u)| → 0. .

.

t u∈B −R u∈B .

Nous nissons ette partie par une propriété utile pour les distributions régulières.2. Nous admettrons e théorème dont la démonstration est assez te hnique.9 La orrespondan e qui à tout ϕ ∈ D asso ie H < Pf . on a pour tous x.2. Nous obtenons alors puisque Tf = 0. Il existe alors un point γ tel que f (γ) 6= 0.R] D D'où immédiatement. il existe un intervalle [α. En vertu de la ontinuité. Par diéren e. le as Im f (γ) 6= 0 se traitant de la même manière. notons déjà que la linéarité est laire.2. Considérons maintenant une fon tion ϕ ∈ D. limn→∞ < Pf Ht . Z Z e−x t∈B 2 −y 2  dxdy sup |ϕn (t)| → 0 t∈B R2 Nous terminons par un dernier exemple de distribution. ϕn > | ≤ don S est bien une distribution. . Deux fon tions lo alement intégrables f et g dénissent la même distribution régulière ssi elles sont égales presque partout.7 que |(ϕ(t) − ϕ(0))/t| ≤ 2 supt∈R |ϕ′ (t)|. y ∈ R. Supposons Tf = 0 et f 6= 0. elle est minorée en module par un nombre positif m : Démonstration 0 < m ≤ |Re f (t)| pour tout t ∈ [α. | < S.p.82 CHAPITRE 8. Tf = Tg ⇐⇒ f = g p. non identiquement nulle. ϕ > | ≤ 2 sup |ϕ′n (t)| + t t∈R Z 1 R |ϕn (t)| dt ≤ 2 sup |ϕ′n (t)| + sup |ϕn (t)| log R. R]. β]. On a vu dans l'Exemple 8.3. Dans et intervalle. β]. D Puis. supposons que ϕn → 0 et montrons < T. positive et telle que supp ϕ ⊂ [α. LES DISTRIBUTIONS don vp 1t est bien une distribution.2. telles que Tf = Tg alors f = g . β]. ϕ > = t = Z  Z 1  Z ∞ ϕ(t) ϕ(t) − ϕ(0) ϕ(t) lim dt + ϕ(0) log ǫ = lim dt + dt ǫ→0 ǫ→0 t t t ǫ ǫ 1 Z 1 Z ∞ ϕ(t) − ϕ(0) ϕ(t) dt + dt t t 1 0 ∞ dénit une distribution appelée partie nie de H/t. Supposons par exemple que Re f (γ) 6= 0. t t∈R t∈[−R.2. Si f et g sont deux fon tions ontinues. Exemple 8. il sut de prouver que si f est ontinue et si Tf = 0 alors f = 0. β]. ϕn >= 0 sous l'hypothèse que la suite ϕn → 0 e qui prouve bien la ontinuité de Pf Ht . . D'où : H | < Pf . il sut de translater l'exemple fondamental en prenant a susamment petit). |ϕn (sin(xy))| ≤ sup |ϕn (t)| = sup |ϕn (t)| t∈R Don . La fon tion ontinue Re f a don un signe onstant sur [α. i. C'est toujours possible (pour le voir.e. Exemple 8. Elle repose sur le lemme suivant que nous démontrerons Lemme 8. Théorème 8. Pour le voir. Choisissons R assez grand (R ≥ 1) pour que supp ϕn ⊂ [−R.8 Puisque supp ϕn ⊂ B .2. β]. ϕn >→ 0. ontenant γ tel que Re f (t) 6= 0 pout tout t ∈ [α.

Z .

0 = |Re < Tf . ϕ > | = .

.

Re e qui est impossible puisque Rβ α β α .

.

Z .

.

ϕ(t)f (t)dt.

.

= .

.

ϕ(t)dt > 0. β α .

Z .

(Re f (t))ϕ(t)dt.

.

= β α |Re f (t)|ϕ(t)dt ≥ m Z β ϕ(t)dt α  .

et tout t ∈ R. |f (t)ϕ(t)| ≤ |f (t)|1[b/2. c].1 dérivée de T par Pour toute distribution T .) 8.3 La distribution de Dira δ n'est pas une distribution régulière. Et dans e as. ∞[. Z supp ϕ2 ⊂ [c. R ϕ1 (t)dt = Z ϕ2 (t)dt = 1. 83 OPÉRATION SUR LES DISTRIBUTIONS Exer i e Corrigé 8. ϕ2 ∈ D telles que supp ϕ1 ⊂ [a.1 Dérivée d'une distribution Soit f : R → C de lasse C 1 (f ′ est ontinue). La théorie de l'intégration permet alors de on lure que f est nulle presque partout sur ]0. c et faisons tendre a vers b et d vers c. ϕ >= − < T. d]. Démonstration ϕ 1 a c b d Pour obtenir une telle fon tion.  8. ii) Pour tout a ≥ b/2. Tf = 0. RNous c f (t)dt = 0. ii) ϕ(t) = 1 si t ∈ [b. on dénit la distribution T ′ et on l'appelera distribution < T ′ . b]. . ϕ′ > pour tout ϕ ∈ D. La fon tion sera don nulle presque partout sur R. tout d ≤ 2c. ϕ >= Z R f ′ (t)ϕ(t)dt = − Z R f (t)ϕ′ (t)dt = − < Tf . on hoisit ϕ1 .8. b Le même raisonnement peut s'appliquer sur l'intervalle ] − ∞. . Alors pour tout ϕ ∈ D.3. d]. Construisons maintenant pour tout quadruplet 0 < a < b < c < d. Il est fa ile de vérier que pour tout ϕ ∈ D par intégration par parties < Tf ′ . < Tf . iii) 0 ≤ ϕ(t) ≤ 1 pour tout t ∈ R. nous obtenons Fixons b. Supposons le ontraire : il existe f lo alement intégrable telle que Tf = δ .3. une fon tion ϕ ∈ D vériant : i) supp ϕ ⊂ [a. Nous avons alors i) lima→b. Cela nous amènera à poser l'opération orrespondante pour ette fois- i n'importe quelle distribution T (et pas seulement les distributions de la forme Tf .2c] (t) pouvons alors appliquer le théorème de onvergen e dominée et nous obtenons pour tous 0 < b < c. Pour une telle fon tion ϕ.3 Opération sur les distributions La démar he de ette partie sera la suivante : nous envisagerons diérentes opérations sur la distribution parti ulière Tf . e qui est absurde puisque Tf = δ . ϕ >= R f (t)ϕ(t)dt = ϕ(0).3. R f (t)ϕ(t)dt = ϕ(0) = 0. ϕ′ > Ce i onduit à dénir la dérivée d'une distribution quel onque T par Dénition 8. 0[. d→c f (t)ϕ(t) = f (t)1[b.c] (t) pour tout t ∈ R. t et on posera ϕ(t) = −∞ [ϕ1 (s) − ϕ2 (s)]ds.

. ap } telle que f a des limites à gau he et à droite aux points de dis ontinuité) nous aurons 1 (Tf )′ = Tf ′ + p X (8. de lasse C 1 dans ] − ∞. a[ et ]a.2) σ(f. .t>a f (t) et f (a− ) = limt→a. Ra RR La dérivée de Tf s'é rit : < (Tf )′ . i. ϕ >= − < Tf . Par ré urren e. ϕ > + < Tf ′ . ap .t<a f (t) existent ( es limites peuvent être distin tes ou égales). Exemple 8. . a)δ(a) (8. nous pouvons dériver plusieurs fois par partie et nous avons pour tout f ∈ C n .2 . a)δ(a) Si maintenant f a plusieurs sauts aux points a1 . . les limites : f (a+ ) = limt→a.3. 8. ϕ >. ak )δ(ak ) k=1 Cette formule est onnue sous le nom formule de dérivation en fon tion des sauts. ϕ >= (−1)k < T. R]. ϕ >= ϕ(a)[f (a ) − f (a )] + Ainsi Z R f ′ (t)ϕ(t)dt = σ(f.3) . si x ≥ 0 si x < 0 . ϕ(k) > Toute distribution est don inniment dérivable. .3. a) = f (a+ ) − f (a− ).2  La fon tion de Heaviside.1 On a immédiatement (k) < δ(a) >= (−1)k ϕ(k) (a) Exemple 8. . on dénit la dérivée k-ième de T par T (k) = (T (k−1) )′ et on remarquera que pout tout k ∈ N et ϕ ∈ D. < T (k) .3 H ′ = δ où H est la fon tion de Heaviside : H(x) = ( 1 0 1 Fig. ϕ′ > est bien ontinue ( ar ϕn → ϕ implique ϕ′n → ϕ′ et on utilise que T est une distribution don une forme linéaire ontinue).3. (Tf )(n) = Tf (n) + n−1 X (n−1−j) σ(f (j) . .1) (Tf )′ = Tf ′ + σ(f. a) < δ(a) . l'intégration par partie donne : ′ + − < (Tf ) . . ( 'est à dire f de lasse C sur R \ {a1 .e. On dénit le saut de f en a par Formules des sauts σ(f.84 CHAPITRE 8.Soit f : R → C. ϕ′ >= − −R f (t)ϕ′ (t)dt − a f (t)ϕ′ (t)dt ave ϕ ∈ D et supp ϕ ⊂ [−R. Compte tenu de ϕ(−R) = ϕ(R) = 0. ∞[ mais présentant une limite à gau he et à droite en t = a. H . −R (8. j=0 Exemple 8. Dans le as d'un seul point de dis ontinuité. D LES DISTRIBUTIONS D Notons que ϕ 7→ − < T.

αϕ > est bien une forme linéaire ontinue. Une telle fon tion est nulle en 0. 85 OPÉRATION SUR LES DISTRIBUTIONS 8. ψ > Or la fon tion ψ vériant par onstru tion ψ(0) = 0 est telle que < T. ϕ >=< T. nous avons obtenu pour tout ϕ ∈ D : < T.2.3 Soit T ∈ D′ . En posant C =< T.  8. dans le sens où ϕ 7→< T.3.2 Multipli ation des distributions On ne peut pas en général multiplier des distributions entre elles. αϕ > On verie aisément que ette dénition est valide. Démonstration < xT.3. on a pour tout ϕ ∈ D : Z f (λx)ϕ(x)dx = Z f (x)ϕ  x  dx λ |λ| Ce i nous onduit à poser la dénition suivante pour l'homothétique d'une distribution T . ϕ > . En eet. si xT = 0. Proposition 8. La ondition est lairement susante. x ϕ(x) = appartient à D et pour tout x ∈ R.3. Pour qu'une distribution proportionnelle à δ . ψ >= 0.4 Montrer que (αT )′ = α′ T + αT ′ . translatée de −a de ϕ appartient à D. De plus la fon tion : x 7→ ϕ(x + a). ψ(x) = xϕ(x). ϕ >=< T.3.8. Exer i e 8.4) < αT. x Le membre de gau he est indéniment dérivable et le membre de droite est à support ompa t. on dénira la distribution αT par (8. Néanmoins si α est une fon tion indéniment dérivable et si ϕ ∈ D. ϕ(0) = ψ ′ (0) si x = 0 Soit maintenant χ ∈ D xée telle que χ(0) = 1. on peut é rire en posant ψ = ϕ − ϕ(0)χ : ϕ = ϕ(0)χ + ψ < T. ϕ(0)χ > + < T. Pour tout ϕ ∈ D. ϕ >=< T. 01 ψ ′ (xs)ds = ψ(x) . xϕ >= 0. ϕ >= Cϕ(0) =< Cδ. pour tout x ∈ R (y ompris x = 0). ϕ >=< T. T annule don toute fon tion de la forme xϕ. τ−a ϕ > où l'on a utilisé la notation (τb ϕ)(x) = ϕ(x − b) (x ∈ R). Ainsi. La fon tion ( ψ(x) si x 6= 0. Une propriété simple à vérier est que αTf = Tαf .3 Changement de variables ane Translation R R Si f : R → C est lo alement intégrable et ϕ ∈ D alors f (x − a)ϕ(x)dx = f (x)ϕ(x + a)dx pour tout a ∈ R. On dénit la translatée de T qu'on notera τa T par ∀ϕ ∈ D < τa T. alors pour tout ϕ ∈ D. Ré iproquement si ψ ∈ D R vérie ψ(0) = 0 alors ψ = xϕ où ϕ ∈ D. nous dénirons la translatée d'une distribution T de la manière suivante : Dénition 8.3. De plus. Homothétie Soit λ ∈ R∗ et f lo alement intégrable. Exer i e 8. .5 Vérier que αδ(a) = α(a)δ(a) . χ >. T ∈ D vérie xT = 0 il faut et il sut que T soit .

On peut dire que le support d'une distribution T est le plus petit fermé telle que T est nulle sur son omplémentaire. impaire ssi T−1 = −T . lim < Tn . On dénit l'homothétique de T de fa teur λ ∈ R∗ qu'on notera Tλ par ∀ϕ ∈ D. Autrement dit. alors 0 ∈ / supp ϕ et il vient < δ. On peut montrer fa ilement la proposition suivante que nous laisserons en exer i e. C'est le plus grand ouvert possédant ette propriété. < Tλ . ϕ1/λ >= |λ|−1 ϕ(0) = |λ| < δ.4. En eet. ϕ > existe. son support en tant que fon tion est identique à son support en tant que distribution. Par exemple. D iii) Pour tout a ∈ R.3. alors δ(αn ) → δ(a) . l'appli ation ϕ 7→ limn→∞ < Tn . Dénition 8. D ii) Pour toute fon tion α de lasse C ∞ . 8. αTn → αT quand n → ∞.5. Dans e as. C'est don un ensemble fermé.4 Parité Dénition 8. On dit qu'une distribution T est nulle dans Ω si pour tout ϕ ∈ D. Don la réunion de tous les ouverts où T est nulle est un ouvert où T est nulle.e. ϕ > est évidemment linéaire mais est elle ontinue (i. limn→∞ < Tn . ϕ >= où l'on a utilisé la notation (ϕβ )(x) = ϕ(βx) (x ∈ R). ϕ >. Une réunion arbitraire d'ouverts est un ouvert. Si Tn → T alors ′ D ′ i) Tn → T quand n → ∞.2 supp δ(a) = {a}. δλ et la distribution de Dira au point λ. 8.3. On veillera à ne pas onfondre l'homothétie de la distribution de Dira . Si f : R → C ontinue sauf un nombre ni de points de dis ontinuité de première espè e alors.4 LES DISTRIBUTIONS Soit T ∈ D′ .3. En eet pour tout ϕ ∈ D. τa Tn → τa T quand n → ∞. Il est noté omme pour les fon tions supp T . ϕ >=< T.4 Support d'une distribution Soit Ω ⊂ R. ayant son support dans Ω. δ(λ) .4. ′ D Proposition 8. la démonstration étant di ile. . ϕ >= ϕ(0) = 0. < δλ . on voit fa ilement que δ est nulle sur R∗ . −1 8.1 Exemple 8.2. 1 < T. Nous admettrons que si une distribution T est nulle dans haque ouvert Ωi d'une famille d'ouverts (Ωi )i∈I .5. On dit que T est paire ssi T−1 = T .5 Soit T ∈ D′ .1 Une suite de distributions Tn ∈ D′ onverge vers une distribution T ∈ D lorsque D′ n → ∞ (et on note Tn → T ) ssi pour tout ϕ ∈ D. Le omplémentaire de et ouvert est appelé support de T . ϕ > n→∞ Exemple 8. ϕ >= |λ|−1 < δ. ϕ >= 0. elle est nulle dans leur réunion.5.5 Convergen e dans D′ Dénition 8. ∞]. si supp ϕ ⊂ R∗ . est elle une distribution) ? Nous admettrons que la réponse est oui. Exemple 8. supp H = [0. Soit (Tn )n≥0 une suite de distribution telle que pour tout ϕ ∈ D.3.86 CHAPITRE 8. ′ ′ ′ Cette dénition de la onvergen e d'une suite de distribution pose le problème suivant.4 δλ = |λ|−1 δ . < T. supp vp x1 = R. supp f = supp Tf . ϕ1/λ > |λ| Exemple 8.1 ′ D Si (αn )n≥0 est une suite de réels onvergeant vers a.

3.5. Il sut de montrer que pour tout ϕ ∈ D . 87 DISTRIBUTIONS À SUPPORT COMPACT Théorème 8. on a |fn (x)| ≤ ng(nx). De plus.5. Soit (fn )n≥0 une suite de fon tions vériant les deux propriétés suivantes i) Il existe une fon tion g ≥ 0 telle que presque partout pour x. limn→∞ < Tn. ϕ >. lim n→∞ R Z R f (x)dx = 1.8. Il existe de nombreux théorèmes permettant d'armer qu'une suite de fon tions (fn )n≥0 lo alement intégrables onverge vers δ dans D′ . Tn → T quand n → ∞. ϕ >def = limn→∞ < Tn . il est souvent né essaire de savoir appro her δ par des fon tions. ϕ 7→ lim < Tn . On peut se onvain re simplement que la limite si elle existe d'une suite de distributions est né essairement unique. fn (x)(ϕ(x) − ϕ(0))dx = 0 R    1 t t Or par hangement de variable.1 Approximation de δ par des distributions régulières Dans la pratique.5. 8. alors Tfn → Ce théorème s'applique notamment lorsque fn (x) = nf (nx) où f est intégrable positive et Démonstration. fn (x)(ϕ(x) .6. Nous en itons un : Théorème 8. ϕ > existe alors l'appli ation dénie sur D. R ii) limn→∞ fn(x)dx = 1. ′ D δ. ϕ > n→∞ ′ D dénit une distribution et on notera < T.4. Si pour tout ϕ ∈ D.

− ϕ(0))dx .

= Fn (t)dt ave Fn (t) = n fn n ϕ n − ϕ(0) . De  la dénition de Fn . on tire |Fn (t)| ≤ g(t) .

ϕ nt − ϕ(0).

δ(a) est à support ompa t. La preuve est a hevée par appli ation du théorème de Lebesgue. αϕ ∈ D e qui permet de bien dénir le nombre < T. c]. ϕ >=< T. c]. Soit α ∈ D et égale à 1 sur [b. presque partout par rapport à t. Nous poserons don < T. On a vu dans l'exer i e orrigé 8. Pour tout ϕ ∈ E . (m) Pour tout a ∈ R et tout entier m ≥ 0.6 Distributions à support ompa t Nous avons vu que la orrespondan e entre une distribution et les fon tions de lasse C ∞ à support ompa t. αϕ >. αϕ >. Nous allons maintenant voir que les distributions à support ompa t sont asso iées l'ensemble des fon tions de lasse C ∞ (on ne suppose plus que es fon tions soient à support ompa t. On va montrer que T peut être prolongée à l'espa e E = C ∞ (R) de toutes les fon tions omplexes. la fon tion (α − β)ϕ ∈ D et a un support dans le omplémentaire de K d'où < T. βϕ > La orrespondan e ϕ ∈ E →< T.) Voyons le maintenant de façons plus pré ise. αϕ >= (−1)m (αϕ)(m) (a) = (−1)m ϕ(m) (a) .1 (m) ϕ ∈ E.3 que l'on pouvait onstruire des fon tions appartenant à D et égales à 1 sur un intervalle [b. L'intervalle ouvert ]b. {a}. αϕ >=< T.6. c[ est un voisinage de K . |Fn (t)| ≤ 2g(t) supx∈R |ϕ(x)| partout pour tout n. D'où l'on tire que Fn (t) → 0 presque partout quand n → ∞ et de plus. Pour tout ϕ ∈ E . Ce nombre ne dépend pas du hoix de α . si en eet β ∈ D est une fon tion égale à 1 sur un voisinage de K . Exemple 8. (α − β)ϕ >= 0 soit < T. c ∈ R tels que K ⊂]b. Soit T une distribution dont le support est borné don ompa t. c[. dénies sur R et indéniment dérivables. Il existe b. Soit K le support de T . (m) < δ(a) . ϕ >=< δ(a) . αϕ >∈ C est linéaire.  8.

xm )dx1 · · · dxm (ϕ ∈ D) La distribution de Dira sera < δ(a) . ..8 Distributions tempérées Nous avons déjà déni l'ensemble de S hwartz S dans le hapitre 7. On peut dénir la onvergen e dans l'espa e E au sens de la topologie suivante : une suite de fon tion E (ϕn )n≥0 de E onverge vers ϕ ∈ E et on notera ϕn → ϕ si pour tout ompa t C de R et tout entier k ≥ 0. L'ensemble des distributions à m variables est noté D′ = D′ (Rm ). . Exemple 8. . .. 'est don un élément du dual de E . . Théorème 8. La distribution Tf est dénie par < Tf . La notion de onvergen e sur D(Rm ) sera dénie omme dans la dénition 8.88 CHAPITRE 8. . . . . xm )ϕ(x1 .7.2 f (x1 . L'exemple fondamental devient i i la fon tion ϕ dénie par m ϕ(x) = def ( 0 e 1 − a2 −kxk 2 si kxk ≥ a si kxk < a p ave a > 0 et kxk = x21 + . . .6. la suite Dα ϕn onverge uniformément sur Rm pour n → ∞ vers Dα ϕ où on a posé i i α = (α1 . . L'ensemble des distributions à support ompa t formes linéaires ontinues sur E . · · · ∂ αm xm ∂ α1 x1 Une distribution à m variables est une forme linéaire et ontinue sur D(Rm ). E′ est identique à l'ensemble des 8. LES DISTRIBUTIONS Une distribution à support ompa t est don une forme linéaire ontinue sur E . On peut naturellement se poser la question suivante : l'ensemble des distributions à support ompa t dé rit il toutes les formes linéaires sur E ? La réponse est oui mais nous admettrons la démonstration : formulons simplement le théorème. ϕ >= Z Rm Exemple 8. . et x = (x1 . (k) ϕ(k) quand n → ∞ n → ϕ uniformément sur C . la ondition ii) sera rempla ée par ii) Pour tout multi-indi e α ∈ Nm . . Rappelons le sous la forme suivante : .7 Distributions à plusieurs variables L'espa e ve toriel D = D(Rm ) est onstitué par l'ensemble des fon tions indéniment dérivables de R à valeurs dans C qui sont à support ompa t.1.1 Soit f : Rm → C lo alement intégrable. . .7. αm ) ∈ Nm et Dα ϕ = ∂ α1 +.+αm ϕ . + x2m . . . L'ensemble des distributions à support ompa t est noté E ′ . ϕ >= ϕ(a) 8.1.2. xm ) ∈ Rm .

la fon tion x → xk ϕ(h) (x) est bornée.2 sont des fon tions de S Les fon tions e−|x| . k · kn est une norme sur S .8.8. R(x) sin S(x) . 89 DISTRIBUTIONS TEMPÉRÉES 8. δn (ϕ) = kϕkn 1 + kϕkn (ϕ ∈ S).2. Topologie de S Pour tout n ≥ 0. Exemple 8. Posons pour tout n ≥ 0. si α ∈ OM et ϕ ∈ S alors αϕ ∈ S .5) . Il est évident que D ⊂ S ⊂ E et que es in lusions sont stri tes. général à tout espa e normé. Exemple 8. on dénira la topologie à l'aide de l'ensemble de es normes et non à partir d'une seule de es normes. cos x. k · k) un espa e ve toriel normé. S est aussi appelée l'espa e ve toriel des fon tions indéniment dérivables dont toutes les dérivées sont à dé roissan e rapide. Alors. Autrement dit. posons kϕkn = max k+h≤n On a par exemple (   sup |xk ϕ(h) (x)| x∈R kϕk0 = supx∈R |ϕ(x)| kϕk1 = max (kϕk0 .8. invariante par translation et la topologie sur E dénie par la distan e δ est identique à elle dénie par la norme k · kde E. supx∈R |ϕ′ (x)|. 1/(x2 + 1) ne sont pas des fon tions de S . la dérivée k -ième de α qu'on notera α(k) est majorée par un polynme (dont le degré peut dépendre de k ). ii) Pour tout entier k ≥ 0. . e−x . alors P ϕ ∈ S et Rϕ ∈ S . Remarquons d'abord la relation d'ordre : pour tout ϕ ∈ S . Propriétés de S i) Pour tous ϕ.8.8. et tout entier h ≥ 0. la fon tion ϕ et toutes ses dérivées dé roissent plus vite en ∞ que toute puissan e de 1/x.1 Espa e S Dénition 8. (8. p x2 + 1. ψ ∈ S et α.1 Les fon tions e−x . thx.8.1 Une fon tion ϕ : R → C appartient à S ssi i) ϕ est indéniment dérivable. kϕk Lemme 8.3 Les fon tions suivantes appartiennent à OM : sin x. si l'on dénit l'espa e ve toriel OM des fon tions indéniment dérivables à roissan e lente par : on dit qu'une fon tion α : R → C est dans OM ssi pour tout k.8. La première n'est pas C ∞ et la se onde n'est pas à dé roissan e rapide. posons δ(ϕ) = 1+kϕk . que nous admettrons. Ce lemme permet de onstruire une distan e sur l'espa e S . Soit (E. log(x2 + 1). iv) S est stable par dérivation et translation : si ϕ ∈ S alors ϕ′ ∈ S et τa ϕ ∈ S pour tout a ∈ R. Pour tout ϕ ∈ E . ψ) = δ(ϕ − ψ) dénie pour (ϕ. Alors l'appli ation δ(ϕ. iii) Plus généralement. on a αϕ + βψ ∈ S et ϕψ ∈ S . ψ) ∈ S × S dénit une distan e sur S .8. Par ontre. supx∈R |xϕ(x)|) Pour tout n. ii) Soient ϕ ∈ S . Nous aurons besoin du lemme suivant. P un polynme et R une fra tion rationnelle sans ple sur R. La fon tion e−x n'appartient pas à OM . 2 4 1 ch(x) Exemple 8. où R et S sont des fra tions rationnelles sans ples sur R. . β ∈ C. kϕkn ≤ kϕkn+1 .

Alors. 2n n=0 (8. . il existe N tel que pour tous r. Soit (ϕr )r>0 ⊂ S une suite de Cau hy pour la distan e d et ǫ xé tel que 0 < ǫ < 1. ψ) ∈ S × S . pour tout entier n ≥ 0. S munie de la distan e d est un espa e métrique omplet. LES DISTRIBUTIONS et pour tout ouple (ϕ. nous avons don : .90 CHAPITRE 8. ϕs ) ≤ ǫ 2n+1 D'où δn (ϕr − ϕs ) ≤ ǫ/2 et kϕr − ϕs kn ≤ ǫ.8. Théorème 8. ψ) = ∞ X 1 δn (ϕ − ψ). Pour tout r. s ≥ N Démonstration d(ϕr .3.6) Il est lair que ette série onverge et que la fon tion ainsi dénie est une distan e sur S qui est invariante par translation. d(ϕ. s ≥ N et tout entier 0 ≤ h ≤ n.

.

.

.

(h) sup .

ϕ(h) r (x) − ϕs (x).

n-fois ontinûment dérivable et telle que pour tout x ∈ R. limr→∞ ϕr (x) = Si maintenant k + h ≤ n et r. s ≥ N . ≤ ǫ x∈R Il existe don une fon tion ϕ : R → C. . on a ϕ(x).

 .

.

.

(h) sup .

xk ϕ(h) r (x) − ϕs (x) .

il vient : pour tout r ≥ N . ≤ ǫ. . x∈R Et en passant à la limite s → ∞.

 .

.

.

sup .

xk ϕ(h) (x) − ϕ(h) r (x) .

x∈R et en prenant r = N . . ≤ ǫ.

.

.

 .

.

.

.

.

.

.

.

.

(h) (h) sup .

xk ϕ(h) (x).

≤ sup .

xk ϕ(h) (x) − ϕN (x) .

+ sup .

xk ϕN (x).

ϕr ) → 0. nous avons don obtenu : pour tout r ≥ N . La preuve est a hevée. Il existe n0 > 0 tel que ∞ n=n0 +1 2n ≤ ǫ/2. L'ensemble des distributions tempérées sera notée S ′ .8. En faisant tendre s → ∞.4 Une distribution tempérée T est une forme linéaire et ontinue sur S . montrons que quand P r → ∞. 1 Donnons nous 0 < ǫ ≤ 1. ≤ ǫ + kϕN kn . d(ϕ. pour tout r ≥ 0. Espa e S ′ . h ≥ 0. nous en déduisons que kϕr − ϕkn0 ≤ 4ǫ pour tout r ≥ N . 8. Finalement. s ≥ N (il sut de rempla er n au debut de ette démonstration par n0 et le réel ǫ par ǫ/4). . Dans toute la suite. si une S suite ϕn de S onverge vers ϕ ∈ S au sens de la distan e d alors on notera : ϕn → ϕ. On a S ′ ⊂ D′ et l'in lusion est stri te. la suite xk ϕ(h) r (x) onverge uniformément sur R vers 0. n0 d(ϕ.5. x∈R x∈R x∈R L'entier n est arbitraire don ϕ est indéniment dérivable et l'inégalité pré édente permet de on lure que ϕ ∈ S .8. Pour a hever la démonstration. ϕr ) ≤ n0 n0 X 1 X 1 X 1 ǫ ǫ ǫ ǫ + δn (ϕ − ϕr ) ≤ + kϕ − ϕr kn ≤ + kϕ − ϕr kn0 ≤ + 2kϕ − ϕr kn0 n n 2 n=0 2 2 n=0 2 2 n=0 2n 2 L'entier n0 étant xé. nous avons vu qu'il existait N tel que kϕr − ϕs kn0 ≤ 4ǫ pour tous r. d(ϕr . Alors. Proposition 8.2 Les distributions tempérées.  Il est alors évident qu'une suite (ϕr ) de S onverge vers 0 au sens de la distan e d ssi quels que soient les entiers k. ϕ) ≤ ǫ et la suite ϕn onverge don vers ϕ au sens de la distan e d.8. Dénition 8.

une fon tion lo alement intégrable. la plupart des distributions que nous ren ontrerons seront tempérées. δ(a) . Don si T ∈ S ′ . Tf n'est pas en général tempérée : si f (x) = ex et si ϕ(x) = 1/chx alors Z x < Tf . ϕ >= e dx = ∞ chx La proposition suivante donne une ondition susante pour que Tf soit tempérée : Proposition 8. On suppose qu'il existe p ≥ 0 tel que Z alors Tf ∈ S ′ .8. Dans la pratique. ϕn >= 0 n→∞ et T est ontinue sur D.e.8.6. la onverge uniformément sur R vers 0. Exemple 8. h ≥ 0. 1 + |x|p . |f (x)| dx < ∞. vp x1 sont des distributions tempérées. En eet. Soit f : R → C.8. pour tout k.5 Si f est lo alement sommable. Démonstration (h) xk ϕr (x) suite lim < T. 91 DISTRIBUTIONS TEMPÉRÉES D S .4  ′ δ(a) . Exemple 8. si (ϕn )n≥0 ⊂ D et ϕn → 0 alors ϕn → 0 quand n → ∞ : i.8. Si ette ondition est remplie alors Démonstration .8.

Z .

Z .

.

ϕ > | = . | < Tf .

.

f (x)ϕ(x)dx.

.

Il est beau oup plus simple à formuler que dans le as D′ .7) S . supposons que T soit ontinue. ϕ > | ≤ Akϕkp (8. on ait | < T.8. 'est à dire majorée sur R par un polynme disons de degré q . La forme linéaire Tf est don dénie sur S et l'inégalité | < Tf . si f est à roissan e lente. S . Si la ondition est satisfaite et si ϕn → 0 quand n → ∞ alors kϕn kp → 0. √ 1 | < T. Pour qu'une forme linéaire T dénie sur S appartienne à S ′ . La preuve est a hevée. En eet pour tout n ≥ 0 xé et tout kϕk kn 1 kθk kn = √ ≤ √ kkϕk kk k Don pour tout h. Cara térisation de S ′ Le théorème suivant permet de s'assurer qu'une distribution T est tempérée. m ≥ 0 la suite xh θk(m) onverge uniformément vers 0 sur R tout entier.7. il faut et il sut qu'il existe un nombre A > 0 et un entier p ≥ 0 tels que pour tout ϕ ∈ S . Pour tout entier k > 0. alors la ondition pré édente sera vériée (en prenant p = q + 2). ϕk > | ≥ k kkϕk kk  . Or. on peut don trouver ϕk ∈ S tel que Démonstration Posons alors θk = k ≥ n. √ ϕk kkϕk kk | < T. et telle qu'il n'existe pas deux nombres A et p assurant l'inégalité 8. | < T. ϕn >→ 0 quand n → ∞ et T est ontinue. θk > | = √ e qui est absurde. ϕ > | ≤ Akϕkp pour tout ϕ ∈ S prouve qu'elle est ontinue. Théorème 8. Don < T. ≤ ave A = 2 R |f (x)| dx 1+|x|p |f (x)| (1 + |x|p )|ϕ(x)|dx ≤ 1 + |x|p Z |f (x)| dx (kϕk0 + kϕkp ) ≤ Akϕkp 1 + |x|p . ϕk > | ≥ kkϕkk .  En parti ulier. La suite (θk )k≥0 ⊂ S et θk → 0 quand k → ∞.7 pour tout ϕ ∈ S . Ré iproquement.

αϕ > est une distribution appelée distribution produit de T par α. Dénition 8. Dans toute la suite S ∈ D′ (Rm ) et T ∈ D′ (Rn ).8 Si α ∈ OM et T LES DISTRIBUTIONS ∈ S ′ alors αT dénie par (ϕ ∈ S) < αT. Alors < Hx ⊗ Hy .2 Soient m = n = 1.9 Produit tensoriel des distributions Ce paragraphe prépare le suivant sur les distributions. Exemple 8. En outre si θ ∈ D(R m+n U ∈ D′ (Rm+n ) telle que pour tout ϕ ∈ D(Rm ) et < U. Exemple 8. Elle est appelée produit tensoriel des fon tions ϕ et ψ . i.9.9. θ(x. En eet.9 S Une suite Tn de S ′ onverge vers T ∈ S ′ et on note Tn → T ssi ′ (ϕ ∈ S) lim < Tn .9. Il reste à montrer que 'est S E une forme linéaire ontinue. alors ϕn → 0 (la onvergen e uniforme sur R entraîne la onvergen e uniforme sur tout ompa t de R). Il existe une unique distribution ψ ∈ D(Rn ). De plus.1 Soient m = n = 1 et a.8. T = Ty . Convergen e dans S′ Dénition 8. < Sy . ϕn >→ 0. ϕ ⊗ ψ >=< S.92 CHAPITRE 8. d'où l'on tire T ∈ S ′ . on a < U. Pour éviter les onfusions entre es deux distributions qui sont asso iées à des espa es de dimensions diérentes. supp ϕ ⊗ ψ = supp ϕ × supp ψ . . y) >> La distribution U sera appelée produit tensoriel des distributions S et T et notée U = S ⊗ T . Soit don une suite ϕn → 0.9. ϕ > n→∞ S′ S′ S′ On montre fa ilement que Tn → T implique Tn′ → T ′ et αTn → αT pour tout α ∈ OM . Alors δ(a) ⊗ δ(b) = δ(c) . T ∈ E ′ alors T ∈ S ′ . ϕ >=< T. y)dxdy. ϕ >< T. Pour résumer. θ >= Z 0 ∞ Z 0 ∞ θ(x. y) ∈ Rm+n 7→ ϕ(x)ψ(y) est indéniment dérivable et à support ompa t. Il sera bref et les résultats seront admis. Théorème 8.2.8. θ(x. D ⊂ S ⊂ OM ⊂ E E ′ ⊂ S ′ ⊂ D′ 8. Posons c = (a. b ∈ R. b) et don c ∈ R2 . ϕ >=< T. Don < T. ϕ > est bien une forme linéaire sur S . θ >=< Sx .e. nous noterons dans la suite S = Sx . y) >>=< Tx . < Ty . Multipli ation dans S ′ Dénition 8.1 Soient ϕ ∈ D(Rm ) et ψ ∈ D(Rn ) alors la fon tion ϕ ⊗ ψ dénie par (x. omme S ⊂ E don ϕ ∈ S 7→< T. ψ > ) arbitraire. On notera enn que si T est une distribution à support ompa t.

On a les trois propriétés suivantes : i) Si f. alors f ∗ g(x) existe pour tout x et f ∗ g est une fon tion bornée. si f. L'intégrale double f (t)g(x R − t)dtdx est don absolument onvergente. h ∈ L1 (R) alors.10 Produit de onvolution des distributions 8.1.1 Convolution des fon tions Rappelons d'abord le produit de onvolution de deux fon tions. Soient f : Rm → C et g : Rn → C.1 f ∗g =g∗f Le produit de onvolution de la fon tion de Heaviside par elle même est H ∗ H(x) = Z H(t)H(x − t)dt = xH(x) p En revan he le produit de onvolution de H par x 7→ 1/ |x| n'est pas déni. i. (f ∗ g) ∗ h = f ∗ (g ∗ h) pour des fon tions f. ∃a ∈ R tel que f (x) = g(x) = 0 pour tout x < a) alors f ∗ g(x) existe pour tout x et f ∗ g a son support limité à gau he. kf ∗ gk1 = Z |f ∗ g(x)|dx = . PRODUIT DE CONVOLUTION DES DISTRIBUTIONS 93 8. On montre simplement par hangement de variable t → x − t que le produit de onvolution est ommutatif. Il est lair que 8.10. h ayant le support limité à gau he.1 Tf ⊗g = Tf ⊗ Tg .e. Soient f et g deux fon tions à valeurs omplexes et dénies sur R. Le produit de onvolution de f et g est déni quand il existe par def (f ∗ g)(x) = Z f (t)g(x − t)dt I i.e.10. on a omme dans le as i). g.0) ∂x∂y Remarque 8. (i. x ∈ R et la fon tion f ∗ g est appelée onvoluée de f et de g .3 ∂ ∂Ty (Sx ⊗ Ty ) = Sx ⊗ ∂yi ∂yi On montre sans di ulté que ∂2 Hx ⊗ Hy = δ(0. alors f ∗g(x) existe pour tout x et f ∗g appartient à L1 (R). on a |g(x − t)|dx = |g(x)|dx < ∞ et don Démonstration Z RR dt Z |f (t)g(x − t)|dx = Z |f (t)|dt Z |g(x)|dx = kf k1 kgk1 < ∞. R R i) En eet pour tout t ∈ R. g ∈ L1 (R). .9.9. deux fon tions lo alement intégrables. g sont deux fon tions ontinues par mor eaux. Exemple 8. Le théorème de Fubini permet alors de on lure que l'intégrale f (t)g(x − t)dt = f ∗ g(x) existe pour presque tout x ∈ R et que f ∗ g est une fon tion intégrable.8.10. g ∈ L2 (R).1 Dérivée du produit tensoriel Les notations étant in hangées.9. kf ∗ gk1 ≤ kf k1 kgk1 et (f ∗ g) ∗ h = f ∗ (g ∗ h) ii) Si f.10. iii) Si f. g. Proposition 8. De plus. De plus. on a ∂ ∂Sx (Sx ⊗ Ty ) = ⊗ Ty ∂xi ∂xi Exemple 8. on a pour 1 ≤ i ≤ m et 1 ≤ j ≤ n. De plus. dont les supports sont limités à gau he.

 Z .

Z Z Z .

.

.

f (t)g(x − t)dt.

dx ≤ |f (t)g(x − t)|dt dx = kf k1 kgk1 . .

.

. Enn. nous laisserons le le teur démontrer l'asso iativité du produit de onvolution (f ∗ g) ∗ h = f ∗ (g ∗ h) en faisant les hangements de variables appropriés.

ηn (x. y = t − s. 'est à dire si t ≥ a et t ≤ x − b. ·) le produit s alaire usuel sur L2 (voir le Théorème et Dénition ??). y) = ϕ onverge ee tivement vers 1.7 Montrer que si f ∈ L1 et g ∈ L∞ alors f ∗ g(x) est dénie pour tout x ∈ R. ∞[ implique que supp (f ∗ g) ⊂ [a + b. sup |ηn(k) | < ∞ n On peut fa ilement onstruire e type de fon tions : soit ϕ ∈ D(R) égale à 1 dans un voisinage de 0 alors la suite de fon tion ηn dénie par η(x. De plus. si x ≥ a + b. LES DISTRIBUTIONS R ii) Pour tout x ∈ R. supp g ⊂ [b. il existe N tel que pour tout (x.2 Une suite de fon tions ηn ∈ D(R2 ) onverge vers 1.10.α] ∗ 1[β. ssi i) Pour tout ompa t K ⊂ R2 . Ce i prouve l'existen e de f ∗ g(x) pour tout x. ϕ(x + ·) > puis on a onsidéré < Tf . L'inégalité de S hwartz nous donne alors |f ∗ g(x)| ≤ Gx 2 kf k2 = kgk2 kf k2 e qui prouve la bornitude de f ∗ g . il n'y pas de raison que h reste dans D.β]. x y  ϕ n n . < Tg . Le problème est que. alors f ∗ g(x) = 0. ayant des bonnes propriétés de régularité (pour que la multipli ation ave ϕ reste régulière) et si possible tendant vers 1.2 Convolution des distributions Selon la même démar he vue pré édemment. ∞[. Cal uler le produit de onvolution h = 1[−α. on va le multiplier par des fon tions à support ompa t. h >.6 Exer i e 8. Z x−b f ∗ g(x) = a f (t)g(x − t)dt et don supp f ⊂ [a. Soient α. y) 7→ ϕ(x + y) n'est pas à support ompa t. avant de dénir la onvolution de deux distributions.10. alors pour tout ϕ ∈ D. < Tf ∗g . ϕ(· + ·) > signie simplement qu'on a d'abord onsidéré pour tout x. y) 7→ ϕ(x + y) n'est pas support ompa t et n'est don pas dans D. sauf pour la fon tion nulle. Commençons par la dénition de e type de suite de fon tions : Dénition 8. (x. ∞[. On voit bien que d'une façon générale. Par suite. iii) La fon tion f (t)g(x − t) ne peut être non nulle que si les deux onditions t ≥ a et x − t ≥ b sont vériées. f ) ave (·. g deux fon tions de L1 . ϕ(x + ·) > e qui permet de dénir une fon tion h : x 7→< Tg . y) ∈ K et n ≥ N . De plus. la notation < Tf ⊗ Tg . ϕ(x + y) > où l'on a fait le hangement de variable : x = s.  Exer i e 8. la suite des des fon tions dérivées k-ième (ηn(k) )n≥0 est uniformément bornée sur R2 : ∀k. ii) Pour tout k. Ee tivement la onvolution de deux distributions n'existe pas toujours ! Pour pallier à au fait que (x. la fon tion Gx (t) = g(x−t) est de arré intégrable et don f ∗g(x) = Gx (t)f (t)dt = (Gx .94 CHAPITRE 8. 8. y) = 1. ϕ >= Z (f ∗ g)(t)ϕ(t)dt = Z ϕ(t) = Z ZZ  f (s)g(t − s)ds dt f (x)g(y)ϕ(x + y)dxdy =< Tf ⊗ Tg (x. Soient f. y). si x − b < a (ou en ore x < a + b). β > 0. nous allons d'abord onsidérer les distributions régulières Tf .

Les distributions à support limité à gau he (resp. ˜ (8. limité à droite) peuvent être onvoluées entre elles. les onditions générales d'existen e du produit de onvolution de deux distributions sont di iles à é rire. on a S ∗ δ(a) = τ(a) S et en parti ulier. la fon tion f permet de dénir une distribution tempérée notée Tf : < Tf .Si S ∗ T existe. si f ∈ L1 .8. ϕ >= Z f˜(x)ϕ(x)dx (ϕ ∈ S) Si on her he à dénir la transformation de Fourier dans S ′ . Or.10. En d'autres termes. on a : Z f˜(x)ϕ(x)dx = Z f (x)ϕ(x)dx. (S ∗ T ) = S ′ ∗ T = S ∗ T ′ . le produit de onvolution de S par T est la distribution dénie par < S ∗ T. nous avons le résultat suivant : Théorème 8. Ty . alors S ′ ∗ T et S ∗ T ′ existent. τa (S ∗ T ) = (τa S) ∗ T = S ∗ (τa T ) 8. 1. Dérivation-Si S ∗ T existe. lim < Sx . δ ∗ S = On peut montrer les propriétés suivantes : Proposition 8. Soient S. Si le produit de onvolution S ∗ T existe alors T ∗ S existe et S ∗ T = T ∗ S. pour dériver un produit de onvolution.10.11.8 Montrer que pour toute distribution S . Une distribution à support borné peut être onvoluée ave n'importe quelle autre distribution.11 Transformation de Fourier des distributions tempérées On sait que si f ∈ L1 . Exer i e S ∗ δ = S. 8. Translation.3 Si pour tout ϕ ∈ D(R) et toute suite ηn ∈ D(R2 ) onvergeant vers 1. 95 TRANSFORMATION DE FOURIER DES DISTRIBUTIONS TEMPÉRÉES Dénition 8.10. On retiendra néanmoins que omme pour le produit de onvolution des fon tions.5. T deux distributions. ϕ >= Z f (x)ϕ(x)dx (ϕ ∈ S) Par ailleurs. 2.6. En fait. sa transformée de Fourier F[f ] est une fon tion ontinue et bornée. ϕ >= lim < Sx ⊗ Ty .4. ηn (x. y)ϕ(x + y) > n→∞ (ϕ ∈ D(R)) On admettra le résultat suivant : Proposition 8.10. De plus. on dérive l'un des fa teurs au hoix. on adoptera bien sûr une dénition telle que F[Tf ] = TF[f ] .8) . on onstate que pour tout f ∈ L1 (R) et tout ϕ ∈ S . alors pour tout a ∈ R. ηn (x + y)ϕ(x + y) > n existe et est indépendant du hoix de ηn alors. elle dénit don une distribution tempérée TF[f ] : < TF[f ] .

iii) F et F¯ sont ontinues dans S ′ . ϕ >=< Tf . si on pose F[Tf ] = TF[f ] . i) F et F¯ sont linéaires dans S ′ . ϕ > pour tout ϕ ∈ S et don F[Tf ] = TF[f ] . on obtient si f ∈ L1 . < F[Tf ] .1 (◮Transformée de Fourier d'une distribution tempérée) distribution tempérée.11.96 CHAPITRE 8. F[ϕn ] >= 0 n→∞ Nous sommes alors en mesure de poser la dénition suivante Dénition 8.1 Dans es onditions. En résumé. La fon tionnelle ainsi dénie sur S est ontinue. on a vu que F[ϕ] ∈ S . le membre de droite s'é rit : Z f (x) Z  e−2iπxt ϕ(t)dt dx et puisque la fon tion (x. L'égalité 8. ϕ >=< Tf . F[ϕ] > Si T est une (ϕ ∈ S). ϕ >=< T. F[ϕ] >∈ C S est linéaire. ii) F et F¯ sont deux bije tions ré iproques. le ro het < T. en eet.11. Si ϕ ∈ S . S′ dans . lim < T.2. Démonstration i) Evident. si ϕn → 0 alors il en est de même de F[ϕn ] et don puisque le distribution T ∈ S ′ est ontinue. l'une de l'autre de S ′ dans lui même. F¯[ϕ] > 8. Elle est de plus ontinue .11. ϕ >=< Tf .11. F[f ] > (ϕ ∈ S) Ce i permet de dénir de manière ohérente la transformée de Fourier dans S . Pour exa tement les mêmes raisons. on dénira la transformée de Fourier onjuguée de la distribution tempérée T (et on la notera F¯[T ] ) par la formule : < F¯[T ] . Par onséquent. sa transformée de Fourier F[T ] est dénie par : < F[T ] . LES DISTRIBUTIONS En eet. ϕ >=< T. la transformation de Fourier F dans S ′ est un homéomorphisme linéaire de lui-même dont l'inverse est F¯ . L'appli ation ϕ ∈ S 7→< T.1 Propriétés de la transformation de Fourier dans S ′ Proposition 8.8 peut alors s'é rire : < TF[f ] . t) 7→ e−2iπxt f (x)ϕ(t) appartient à L1 (R2 ). est un élément de S ′ : Si T ∈ S ′ alors F[T ] ∈ S ′ Remarque 8. on obtient < F[Tf ] . Si T ∈ S et ϕ ∈ S .e. e que l'on voulait. l'intégrale double s'é rit : Z ϕ(t) Z f (x)e −2iπxt  Z dx dt = ϕ(t)f˜(t)dt. F[ϕ] >. F[ϕ] > a don un sens. i. F[ϕ] >=< TF[f ] .

on a F[T ′ ] = 2iπxF[T ] (F[T ] )′ = F[−2iπtT ] et plus généralement. F[T (m) ] = (2iπx)m F[T ] (F[T ] )(m) = F[(−2iπt)m T ] Autrement dit. F[τ−a ϕ] >=< T. pour tout T ∈ S ′ et tout ϕ ∈ S .3. ϕ > pour tout ϕ ∈ S et don pour tout ϕ ∈ S . ϕ >=< F¯[T ] . T une distribution tempérée.11.11. Pour tout ϕ ∈ S . Si Tn → T quand n → ∞ alors S′ S′ F[Tn ] → F[T ] et F¯[Tn ] → F¯[T ] On sait en eet que la onvergen e dans S ′ est dénie par : lim < Tn . F[−2iπxϕ] >=< F[T ] . ′ S iii) Soient (Tn )n≥0 une suite de distributions tempérées. F¯[F ] >=< T. on peut é rire : Démonstration < τa F[T ] .8.  Dérivation Proposition 8. F[ϕ] Translation Proposition 8. Pour tout T ∈ S′ ′ >= − < T. ϕ >=< T. ϕ > < F[F¯ ] . ϕ >=< T. Démonstration. τ−a ϕ >=< T. ϕ ∈ S et α ∈ OM . ϕ >=< F[T ] . ϕ > n→∞ n→∞ et de même pour F¯. F[ϕ] >=< T. on a des formules identiques à elles déjà obtenues pour les fon tions et au fa teur 2π près.  . F[ϕ] >=< F[e2iπat T ] . F[ϕ] >=< T. τa F[T ] = F[e2iπat T ] F[τa T ] = e−2iπax F[T ] . 97 TRANSFORMATION DE FOURIER DES DISTRIBUTIONS TEMPÉRÉES ii) En eet. ϕ > où l'on a i i utilisé dans l'avant dernière égalité que < αT. ϕ >=< T ′ . F[ϕ] >=< F[T ] . on a < F[T ′ ] . ϕ >  et tout a ∈ R. la transformation de Fourier é hange la dérivation en la multipli ation par la variable. F[ϕ] >= − < T. 2iπxϕ >=< 2iπxF[T ] . ϕ >=< F[T ] . F[F¯[ϕ] ] >=< T. ϕ >=< T. ϕ >= lim < Tn . F[ϕ] >=< T. Pour tout T ∈ S′. Rappelons que l'opérateur de translation τa est déni sur les fon tions par τa ϕ(x) = ϕ(x − a) et sur les distributions par l'égalité < τa T. Nous démontrons la première formule en laissant le soin au le teur de prouver la se onde. Prouvons la première égalité : si ϕ ∈ S . αϕ > pour T ∈ S ′ . < F¯[F ¯ ] . τ−a ϕ >.11. ϕ > [T ] [ϕ] [T ] où l'on a utilisé les égalités : F[F¯[ϕ] ] = F¯[F[ϕ] ] qui sont vraies pour tout ϕ ∈ S . lim < F[Tn ] .4. e2iπat F[ϕ] >=< e2iπat T.

la deuxième se déduisant aisément de la première par appli ation de F ou F¯ .12 Points essentiels du hapitre a) Bien omprendre les orrespondan es. passionnée par les s ien es naturelles lui transmet son goût pour l'entomologie. i) Il sut de montrer la première égalité. A l'é ole Laurent S hwartz ex elle en Latin. ϕ > (ϕ ∈ S) L'égalité F¯[δ] = 1 se démontre de la même manière. Marie-Hélène ontra ta une infe tion pulmonaire et dû . S hwartz ra onte : "En quinze jours.11. j'ai bas ulé dans ma nouvelle vo ation. D et D′ . les er les d'Euler. Sour e : les-mathematiques. en Gre et en Mathématiques. F[ϕ] >= F[ϕ] (0) = Z ϕ(t)dt =< 1. J'ai fait énormément de problèmes et lu quantité de livres de mathématiques". Son on le. Nous avons les deux propriétés suivantes : i) F[δ] = F¯[δ] = 1 et F[1] = F¯[1] = δ .  8. LES DISTRIBUTIONS Transformée de Fourier de δ Proposition 8. Son père est hirurgien. ϕ >=< δ." Ce n'est ependant qu'arrivé en terminale que naît son intérêt pour les mathématiques. ommune située à une quarantaine de kilomètres de Paris . Son enfan e est en parti ulier marquée par des séjours à Autouillet. J. Mais en o tobre de ette année. Par dénition Démonstration < F[δ] . ii) Pour tout m ≥ 0. Son professeur de 5ème disait à ses parents : "Méez vous. ii) Se démontre aisément à partir des formules de dérivation des distributions tempérées. on dira que votre ls est doué pour les langues alors qu'il ne s'intéresse qu'à l'aspe t s ientique et mathématique des langues : il faut qu'il devienne mathémati ien. Hadamard aura aussi un rle dans la naissan e de ette vo ation. Les études supérieures Lors de la préparation au on ours d'entrée à l'é ole normale supérieure. les oniques. Sa maman. Il ultivera ette passion toute sa vie.5. (m) (m) . Le dé len heur est son ex ellent professeur qui lui enseigne les beautés de la géométrie : la droite de Simpson.13 Un peu d'histoire Laurent S hwartz (1915-2002). la lle du fameux mathémati ien Paul Lévy qui était alors professeur à l'é ole polyte hnique.net. ) Diverses opérations sur les distributions notamment les produits tensoriels de distributions et le produit de onvolution des distributions. Ils se lièrent en avril 1935 alors qu'ils étaient tous deux élèves de l'ENS et dé idèrent de se marier en dé embre 1935. d) Transformée de Fourier des distributions tempérées. S et S ′ . b) Bien identier les diérents types de onvergen e asso iés aux divers espa es. F[δ ] = (2iπx)m et F¯[δ ] = (−2iπx)m . 8. il tombe amoureux de MarieHélène Lévy.98 CHAPITRE 8. E et E ′ . qui lui permettent de développer un goût parti ulier pour la nature qui ne devra jamais le quitter. L'enfan e Laurent S hwartz est né en le 5 mars 1915 à Paris.

travaille omme hirurgien à l'hpital. 18 mois de séparation s'ensuivirent durant lesquels ils restèrent en onta t grâ e à leur orrespondan e. Le hangement fut très bénéque. Ce dernier les invite fortement à déménager pour la fa ulté de Clermont Ferrand. qui est alors olonel de réserve du servi e médi ale des armées. un poète et é rivain qui mourut brutalement en 1971 et Claudine qui se maria ave Raoul Norbert. Le ouple dut adopter une fausse identité (à onsonan e protestante : LaurentMarie Sélimartin à la pla e de Laurent-Moïse S hwartz et Marie-Hélène Lengé) et durent se a her susamment pour é happer à la déte tion par les nazis. Une bourse fondée par Mi helin lui permet de vivre de 1943 jusqu'à la n de la guerre.8. La littérature politique laissa en lui la onvi tion que la politique de "non-intervention" (1936-38) pratiquée en Fran e par le gouvernement de Léon Blum fa e à la montée en puissan e du nazisme. ave une autre ou il aptura 450 papillons intéressants une des deux plus belles de sa vie. la guerre battait son plein. Ces derniers le stimulèrent susamment pour qu'il nisse sa thèse de do torat en deux ans. S hwartz se rend à Toulouse où ses parents habitent. Ils se marièrent nalement en mai 1938. On ne les revit jamais. Il est absolument in royable qu 'après avoir vé u de tels problèmes de survie. Tous les deux sont professeurs de Mathématiques à Grenoble. Ce servi e est prolongé d'un servi e a tif d'un an pendant la guerre (193940). La han e intervient alors pour le sauver du désert s ientique dans lequel il vit à Toulouse : Henri Cartan vient à Toulouse pour faire passer des oraux d'entrée à l'ENS. Il devint ensuite o ier de réserve. Les distributions Cette théorie allait é lairer les mystères de la fon tion de Heaviside ainsi que eux de la fon tion Delta de Dira . aux purges staliniennes. Son père. Il étudia en profondeur la géo-é onomie. S hwartz pu faire naître l'idée des distributions (en 1944-45. C'est un modèle de ompréhension et de synthèse des travaux antérieurs de tout ses prédé esseurs dans e hamps des mathématiques. Deux étudiants nissent leur thèse en même temps que S hwartz à Clermont : Felbau. juste avant la n de la guerre). Ce fut à Clermont qu'il ren ontra André Weil et le olle tif Bourbaki. La guerre Pendant que ses re her hes progressaient. S hwartz risqua aussi la déportation à ause de ses origines juives et omme Trotskiste. Les années passées à l'ENS ne furent pas seulement dé isives pour la arrière s ientique de Laurent S hwartz mais aussi pour son engagement politique. Il était anti- olonialiste et internationaliste. Feldau fut déporté à Aus hwitz en novembre 1943 et Gorny à Dran y. Ils eurent 2 enfants Mar André. S hwartz ra onte qu'il a dé ouvert les prin ipaux théorèmes sur les distributions en une seule nuit. qui fut. Il ne voyait par ailleurs dans le olonialisme rien d'autre que l'exploitation et l'oppression des peuples. L'ine a ité du mouvement trotskiste le rempli de frustration. Démobilisé en août 1940. "L'invention des distributions eut lieu à Paris. un étudiant d'Ehresmann et Gorny. se produisit en . Elle allait ouvrir les portes de la théorie des transformées de Fourier et devenir d'une importan e apitale pour l'étude des équations aux dérivées partielles. Il rut en es idées jusqu'à e qu'il réalise que Trotsky avait divor é de la réalité. à la guerre ivile en Espagne était totalement ine a e sinon extrêmement dangereuse. Les idées de S hwartz ont la simpli ité et l'éviden e des travaux de grande lasse. Le manus rit sur l' "invention des distributions" est un exemple d'extraordinaire habileté à présenter les mathématiques. prend l'initiative de le ren ontrer.13. Sa santé fragile l'empê he de joindre la résistan e. S hwartz devient à ette époque membre de la aisse nationale des s ien es (l'an ien CNRS). subite. UN PEU D'HISTOIRE 99 partir se soigner au sanatorium de Passy en Haute-Savoie. Marie Hélène qui avait traduit quelques années plutt des travaux de Cartan. un réfugié politique qui travaillait ave Mandelbrojt. Un houleux début de arrière Après avoir quitté l'ENS ave de très bons résultats. La dé ouverte. au début de novembre 1944. Il her he des solutions à es problèmes dans les théories Trotskistes. Il devint alors indépendant de tout parti (sauf pour quelques années dans les années soixante). qui est alors jumelée ave elle de Strasbourg. il part a omplir son servi e militaire (deux ans 1937-39) omme o ier.

Prolique à la fois au niveau de la re her he mais aussi au niveau des ours. Le omité demande la lari ation de la mort du jeune mathémati ien. Laurent S hwartz é rivit un arti le élèbre dans l'Express sur "la révolte des universités ontre la pratique de la torture par le gouvernement".P. LES DISTRIBUTIONS une seule nuit. je m'y adonnerais en ore. Les ours de Laurent S hwartz attirent ainsi de brillants étudiants omme B. L'engagement politique Laurent S hwartz a eu une forte a tivité politique tout au long de sa vie. dans un ordre bien déterminé et unique qui orrespond à la logique parfaite. parfaitement linéaires. S hwartz rejoint l'université de Nan y (1945) sur l'initiative de Delsarte et de Dieudonné. que j'ai vé u plusieurs fois dans ma vie. Sur l'initiative de Denjoy. Cela rend les mathématiques (et toutes les s ien es) trop rigides.Grothendie k. F. Cependant S hwartz dit : "j'ai fait beau oup de politique par devoir. au point même que pendant la guerre d'Algérie il doit sa rier la re her he. J. Lions.Malgrange. C'est là un phénomène assez fréquent. Il est le fondateur du omité "Mauri e Audin". ommuniste et alors en troisième année de son do torat de Mathématiques est arrêté par la poli e et meurt dans des ir onstan es étranges lors d'un interrogatoire. puisqu'elles ne donnent pas le droit à l'hésitation et à l'erreur. l'enseignement et l'entomologie . Mauri e Audin." .100 CHAPITRE 8. moins humaines. Il modernise les programmes de l'é ole il onçoit un orissant entre de re her he mathématique. Il lutte en parti ulier ontre la torture systématique pendant ette période. IL restera pendant 7 très proliques années sur e poste. plus ina essibles. C'est dommage." Harald Bohr a présenté Laurent S hwartz pour la médaille Fields au ongrès international de Harvard le 30 août 1950 pour e travail sur les distributions.Bruhat et A. sur une île déserte. L'image de la dé ouverte est bien diérente de elle que le grand publi se représente : selon lui. ar la politique ne m'intéresse pas : mes trois passions sont la re her he. on progresse du début à la n par des raisonnements rigoureux. Sa photo apparaît sur la ouverture et l'arti le gagna l'attention du grand publi . L'é ole polyte hnique Après une année à Grenoble (1944). Les zigzags lui sont in onnus. il passe de Nan y à la Sorbonne en 1952 puis devient en 1958 professeur à l'é ole polyte hnique.

. . . . . . . 107 9. . . . . . original-image. . . . . Dans e dernier hapitre. . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . abs isse de sommabilité. . . . . Translation . . . . . . . . . . . . . . . . . f (t) = 0 Au une ondition de ontinuité en 0 n'est exigée dans la dénition. .Chapitre 9 Transformation de Lapla e Sommaire 9. .1 Dénition et sommabilité Dénition 9. . . . . . . 102 9. . . . . . . . . .3 Exemples . . . . .3 Propriétés de la transformée . La plupart des propriétés de la transformée de Lapla e seront dire tement issues des propriétés orrespondantes pour la transformée de Fourier. . . . . . . 105 105 105 106 107 9. . . . . . . . . . . telle qu'elle est dé rite dans le Chapitre 5. ontour de Bromwi h. . . . . . . . .5 Un peu d'histoire . . . . . . . . . . . . . . . 107 Marquis Pierre Simon de Lapla e (1749-1827). . . . . . . . . . . . . . 104 9. . . . . . . . . . . 101 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3 Propriétés élémentaires et exemples de transformées de Lapla e . . . . . . . . . . . . . . nous présentons la transformée de Lapla e qui est une extension de la transformée de Fourier. .1 Dénition et sommabilité . . 102 9. . . . . transformée de Lapla e unilatérale. . .1.2 Sommabilité . . Convolution .1 Dénition . . . . .3. . . Nous n'envisagerons i i que les transformations de Lapla e des fon tions et non elle des distributions.1 Fon tion ausale. . . . . . . . . 101 . . . . . . bilatérale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . .1 son argument : On appelle fon tion ausale toute fon tion t 7→ f (t) nulle pour les valeurs négatives de ∀t < 0. . . . . . . 9. . . . . . . . . . . . . . . .1. . .2 Dérivation et intégration . . . . . . Certains résultats seront obtenus grâ e à l'analyse omplexe. .2 Inversion . . . .4 Points essentiels du hapitre . 9. . . . . 104 9. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1 Propriétés . . .1. . . . . 9. . . . . . . . . . . 107 Sour e : Bibmath Mots lés 9. . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . On fera attention à a quérir une ertaine terminologie asso iée aux notions de transformées de Lapla e. . . . . . . . . .

il y a sommabilité pour tous les x > x0 . lo alement sommable. On note ensuite que s'il y a sommabilité pour un ertain x0 . on notera fˆ(p) sa transformée de Lapla e.1. La transformée de Lapla e bilatérale de f p 7→ Z ∞ f (t)e−pt dt. Le symbole = est également répandu. t 7→ |f (t)|e−xt est intégrable Le raisonnement pré édent montre que l'on a le résultat suivant : Proposition 9.On appelle original toute fon tion f de la variable réelle.1 Dénition Dénition 9. fˆ(x + iω) est au hangement de variable ω = 2πν près. Dénition 9. −∞ La transformée de Lapla e bilatérale de H(t)f (t) est simplement la transformée de Lapla e unilatérale de la fon tion f (t). le domaine de dénition de t 7→ f (t)e−pt est un demi plan omplexe inni à droite ou bien le plan C tout entier ou bien l'ensemble vide. Image. la fon tion t 7→ f (t)e−pt n'est pas intégrable . à valeurs réelles ou omplexes et telle que i) f est ausale (f (t) = 0 pour tout t < 0) ii) |f (t)| ne roît pas plus vite qu'une exponentielle.1.1.1. Soit f une fon tion lo alement sommable. que l'on utilise ainsi f (t) = F (p). on pose p = x + iω . on appelle transformée de Lapla e (unilatérale) de f la fon tion omplexe notée fˆ(p) de variable omplexe p dénie par Z ∞ def fˆ(p) = f (t)e−pt dt. her hons le domaine de dénition de sa transformée de Lapla e fˆ. En onséquen e de quoi. On utilisera les notations suivantes : si f (t) est un original. alors i) pour x < α.3 est la fon tion Soit f une fon tion lo alement sommable. . On note en premier lieu que l'intégrabilité de t 7→ f (t)e−pt est équivalente à l'intégrabilité de t 7→ f (t)e−xt . lo alement sommable de la variable réelle t.102 CHAPITRE 9. Dans la suite. On pose p = x + iω . 0 Dénition 9.6.5 On appelle abs isse de sommabilité de la fon tion originale f la borne inférieure de tous les x pour lesquels il y a sommabilité :  α = inf x ∈ R. ii) pour x > α.1. Dénition 9. Soient f (t) un original et α son abs isse de sommabilité. ette fon tion est intégrable .1. TRANSFORMATION DE LAPLACE 9.2 Si f est une fon tion réelle ou omplexe. 9. Plus pré isément.2 Sommabilité Dans toute la suite. seule la transformée unilatérale nous intéressera. Remarque 9.1. 'est à dire qu'il existe deux onstantes M > 0 et s ∈ R telles que |f (t)| ≤ M est pour tout t ∈ R La transformée de Lapla e d'un original s'appelle image de l'original.1 a la relation Si f est une fon tion nulle pour t < 0 et admettant une transformée de Fourier alors on ω fˆ(iω) = f˜ 2π La transformation de Lapla e est une extension de la notion de transformation de Fourier. la transformée de Fourier de t 7→ f (t)e−xt en ω/2π . puisque |f (t)e−xt | = |f (t)e−x0 t |e−(x−x0 )t ≤ |f (t)e−x0 t |.4 Original.1.

7. l'intégrale impropre Z ∞ f (t)e−pt dt = lim′ R→∞. Alors. 0 si x < 0 Exemple 9.1. 0 dérivable en tout point du demi-plan ouvert {p ∈ C. Si elle n'est pas Lebesgueintégrable. H(iω) = 1/iω . ˆ ˆ est don un demi-plan ouvert. En eet. Le domaine de dénition de fˆ est don un demi plan fermé.1 La transformée de Lapla e de la fon tion de Heaviside H s'é rit ˆ H(p) = Z ∞ 1  −pt ∞ e . Dans le demi plan ouvert de sommabilité. e qui permet d'étendre la transformée de Lapla e de f à es valeurs de p. la fon tion t 7→ tm f (t)e−pt est intégrable. Théorème 9. .1. On admet le résultat suivant : . Alors fˆ(p) = Z ∞ 0 e−pt dt 1 + t2 est dénie pour tout p ∈ C tel que Re (p) ≥ 0.1. qui vaut δ 1 ˜ H(ν) = vp + 2iπν 2 et qui est égale à vp(1/2iπν) sur R∗ . H(p) = 1/p. puisque x > α. Dans e hapitre. 103 DÉFINITION ET SOMMABILITÉ iii) pour x = α. t 7→ f (t)e−yt est intégrable et l'on peut é rire Démonstration où le premier terme est intégrable sous le signe intégral et vaut fˆ étant tm |f (t)|e−xt = |f (t)|e−yt × tm e−(x−a)t/2 . ou ne pas être. et le se ond borné.3 t 7→ H(t)eat . Soit x ∈ R. 0 e qui montre que l'abs isse de sommabilité est α = Re (a) et que pour tout p ∈ C tel que Re (p) > Re (a). intégrable au sens de Lebesgue. la transformée de Lapla e fˆ est holomorphe don analytique. On note que l'abs isse de sommabilité de t 7→ tf (t) est la même que elle de f . le réel y = (x + α)/2 vérie α < y < x . Exemple 9. On montre enn par une R  ré urren e immédiate que fˆ(n) (p) = 0∞ (−tn )f (t)e−pt dt. Re (p) > α}. Le domaine de dénition de H On remarquera que si l'on étend la fon tion Hˆ à l'axe imaginaire en posant pour tout ω non nul. elle peut être. nous utiliserons souvent la fon tion de Heaviside H dont nous rappelons la déni( 1 si x ≥ 0 tion : H(x) = . 0 p H(t)e−pt dt = 0 e qui montre que l'abs isse de sommabilité de H vaut 0 et que pour tout p ∈ C tel que Re (p) > 0. Soit a ∈ C un nombre omplexe quel onque et her hons la transformée de Lapla e de H(t)eat = Z ∞ eat e−pt dt = 0 Z ∞ e−(p−a)t dt.2 On pose f (t) = 1/(1 + t2 ). elle est analytique.R →−∞ −∞ Z R f (t)e−pt dt R′ peut ependant onverger pour ertaines valeurs de p = α+iω .1. La dérivée de fˆ se al ule dfˆ = fˆ′ (p) = dp Z ∞ grâ e au théorème de dérivation (−t)f (t)e−pt dt.9. pour tout m ∈ N. Exemple 9.1. la transformée de Lapla e de H(t)eat est 1/(p − a). x > α. de plus. on a une fon tion "pro he" de la transformée de Fourier de H .

si f (t) est à dé roissan e rapide.9.1. en revan he. 0 < α ≤ ∞ alors fˆ est holomorphe sur un demi-plan ne ontenant pas l'axe imaginaire pur et la transformée de Fourier de f n'existe pas. Soit f un original. elle existe au sens des distributions. alors α = 0. −∞ e qui montre que à x xé. f (t) = e3t . iv) Enn. Exemple 9.4 La fon tion "porte" a pour abs isse de sommabilité −∞ et Z ˆ Π(p) = 1/2 e−pt dt = 0 1 − e−p/2 . et sa transformée de Fourier n'existe pas for ément au sens des fon tions .1. la fon tion ν 7→ fˆ(x + 2iπν) est la transformée de Fourier de H(t)f (t)e−xt . à Z −xt H(t)e f (t) = F (x + 2iπν)e2iπνt dν soit H(t)f (t) = R F (x + 2iπν)ext e2iπνt dν = def 1 2iπ Dx = {x + iω.1. Plus exa tement. ω ∈ R} R Dx fˆ(p)ept dp.3 Propriétés de la transformée Proposition 9. i) Si la fon tion f (t) est à support borné à droite. p ˆ admet le développement en série qui est analytique sur C . pour tout x > α. 9. Sa transformée de Lapla e est fˆ(p) = 1/(p − 3) qui est holomorphe partout sauf en p = 3. alors fˆ(x + iω) tend vers 0 pour ω → ±∞.4 : Démonstration lim ω→±∞ Z ∞  0  f (t)e−xt e−iωt dt = 0  On sait qu'à droite de l'abs isse de sommabilité. Re (z) > 3} mais on peut la prolonger analytiquement sur le plan pointé C \ {3}.8. si f (t) admet pour transformée de Lapla e la fon tion fˆ(p).104 CHAPITRE 9. iii) Si f (t) est tempérée (au sens des distributions).2 Inversion On peut trouver une formule d'inversion de la transformation de Lapla e grâ e à nos onnaissan es sur l'inversion de la transformée de Fourier. . où l'on a noté p = x + 2iπν et Dx la droite (◮Contour de Bromwi h) . Soient f (t) une fon tion originale et fˆ(p) son image par la transformation de Lapla e. la singularité en 0 est en eet fa ti e. on a. alors −∞ ≤ α < 0 et fˆ(p) est holomorphe dans un demi-plan omportant l'axe imaginaire pur (notamment la transformée de Fourier existe).1. fˆ est dénie dans le demi-plan de sommabilité {z ∈ C. En eet. la transformée de Lapla e est holomorphe. Qu'en est il ailleurs ? On pose par exemple. lorsque t est un point de ontinuité de H(t)f (t). Toute fon tion polynmiale et toute fra tion rationnelle a pour abs isse de sommabilité 0. fˆ(x + 2iπν) = Z ∞ H(t)f (t)e−xt e−2iπνt dt.1. L'abs isse de sommabilité est α = 3. C'est une simple onséquen e du Lemme de Riemann-Lebesgue 7. alors α = −∞. Si x > α. puisque Π entière :  ∞  n+1 X (−1) (n + 1)!2n+1 ˆ Π(p) = n=0 pn . TRANSFORMATION DE LAPLACE Proposition 9. La formule d'inversion de Fourier nous onduit don . 9. ii) Si f (t) est à dé roissan e rapide à droite.

3.1.1.2. Il n'y a. au un lien entre la transformée de Lapla e de la fon tion H(t)f (t − τ ) et elle de H(t)f (t).2. PROPRIÉTÉS ÉLÉMENTAIRES ET EXEMPLES DE TRANSFORMÉES DE LAPLACE 105 Remarque 9. α′ ) < x. Si l'on note α son abs isse de sommabilité. Si f (t) = F (p) pour α < x et g(t) = G(p) pour α′ < x alors [Hf ∗ Hg](t) = F (p)G(p) pour max(α.1. valable en tout point de ontinuité de f : Z f (t) = ave x0 > α quel onque.1 Propriétés La plupart des propriétés des transformées de Fourier se retrouvent pour les transformées de Lapla e. Alors. Attention don à bien prendre H(t − τ )f (t − τ ). fˆ étant analytique sur le demi plan de sommabilité. on va é rire expli itement la fon tion H(t)f (t) et non simplement f (t). en notant.10. Translation Il existe un théorème de translation semblable à elui onnu pour la transformation de Fourier mais qui demande i i une pré aution supplémentaire : puisqu'on s'intéresse i i à la transformée de Lapla e unilatérale. 1 2iπ x0 +i∞ fˆ(p)ept dp x0 −i∞ 9.1. si H(t)f (t) = F (p) pour α < x alors H(t)f (t − τ ) = F (p)e−τ p pour α − τ < x. et α l'indi e de sommabilité pour la fon tion f .9. p = x + iω . De même. Théorème 9. où ∗ est le symbole de onvolution déni dans le paragraphe 8. on a un théorème de onvolution dont la preuve est admise. Inversion de la transformée de Lapla e. Soient f et g des originaux d'abs isse de sommabilité α et α′ . on a la formule d'inversion. le théorème de Cau hy nous garantit la nullité de la diéren e entre les intégrales sur Dx et sur Dx′ (en utilisant de plus le fait que limω→±∞ F (p) = 0 onformément à la Proposition 9. De même. a priori. Convolution De même qu'ave la transformée de Fourier.1 Il est à noter que la formule obtenue nous donne l'original en fon tion de la valeur de la fon tion image et e i pour x > α quel onque. Le résultat de l'intégrale est en eet indépendant du domaine d'intégration. on a : Si et alors f (t) = F (p) g(t) = G(p) R x0 +i∞ 1 f (t)g(t) = 2iπ x0 −i∞ F (s)G(p − s)ds pour α < x ′ pour α ( <x pour α < x0 α + α′ < x0 . on a si H(t)f (t) = F (p) pour α < x alors H(t)f (t)e−at = F (p + a) pour α − Re (a) < x.3. 'est-à-dire la fon tion qui s'annule pour t < τ .3 Propriétés élémentaires et exemples de transformées de Lapla e 9. omme d'habitude.9).Soient f un original et fˆ sa transformée de Lapla e. puisque. Théorème 9.3.

dtn ave la même abs isse de sommabilité.4. Soit f un original. Transformation de Lapla e et dérivation. Dans ette dernière équation.5. alors tn f (t) est un original ave la même abs isse de sommabilité. si f est dérivable n fois et si sa dérivée n-ième est un original. d'abs isse de sommabilité α. on a le théorème d'intégration suivant : Théorème 9. le hemin d'intégration relie le point p à l'inni. Si f (t) = F (p) pour α < x.3.3.3. Théorème 9. TRANSFORMATION DE LAPLACE 9.3. C'est pourquoi le terme H(t) a été expli itement réé rit en dehors de la dérivation. on a alors H(t)f ′ (t) = Z ∞ f ′ (t)e−pt dt = 0 Z 0 ∞  ∞ pf (t)e−pt dt + f (t)e−pt 0 . et le dernier terme vaut simplement − limt→0+ f (t) que l'on notera −f (0+ ). p Remarque 9. . dt ave la même abs isse de sommabilité.3. De même. 0) < x. Si f (t) est un original ave une abs isse de sommabilité α. dans une dire tion quel onque du demi-plan de sommabilité. Il est très important de noter que l'on prend la dérivée au sens des fon tions et que la dérivation en 0 ne doit pas faire apparaître de distribution δ . dpn Pareillement.3. Ainsi. la transformée de Lapla e de la dérivée de f au sens des fon tions est donnée par H(t) d f (t) = pF (p) − f (0+ ).Si f est un original ontinu et dérivable et si sa dérivée est également un original.106 CHAPITRE 9.2. Le résultat de l'intégration est indépendant du hemin suivi ar F est holomorphe dans e demi-plan. on a Théorème 9. Il est néanmoins né essaire que F (z) dé roisse plus vite que 1/z à l'inni. Si R f (t) = F (p) pour α < x. 0) < x.3. Si f (t) = F (p). alors (−t)n f (t) = dn F (p). R∞ f (t) alors t = p F (z)dz pour sup(α. Si f est un original. alors en notant f (t) = F (p). on a t f (u)du = [f ∗ H](t). On suppose don que f est une fon tion originale et que f (t)H(t) = F (p). alors 0t f (u)du = F (p) pour max(α.2 Dérivation et intégration Cher hons maintenant quelle est la transformée de Lapla e de la dérivée d'une fon tion au sens des fon tions.1 On peut le déduire du théorème de onvolution puisque Z 0 Ré iproquement. alors H(t) dn f (t) = pn F (p) − pn−1 f (0+ ) − pn−2 f ′ (0+ ) − · · · − f (n−1) (0+ ). On a également le théorème ré iproque : Théorème 9. On suppose que f est dérivable au sens des fon tions .

On en déduit. H(t) cos(ωt) = p p2 + ω 2 et H(t) sin(ωt) = H(t)ch(ωt) = p p2 − ω 2 et H(t)sh(ωt) = De même. grâ e à une dé omposition en ples simples. ontour de Bromwi h. Il lui obtient un poste d'enseignement en mathématique. 9. abs isse de sommabilité. il sut alors de rempla er dans la formule le terme (n − 1)! par Γ(n) où Γ est la fon tion d'Euler déni pour Re z > 0 par la représentation intégrale : def Γ(z) = Z ∞ e−x xz−1 dx. 9. ω p2 + ω 2 ω p2 − ω 2 ave 0 < Re (p). En utilisant les théorèmes d'intégration et de translation. b) Faire attention à la forme parti ulière du domaine de sommabilité. Notamment. transformée de Lapla e. Lapla e s'initia aux mathématiques à l'É ole militaire de ette petite ville. 107 POINTS ESSENTIELS DU CHAPITRE 9. ls de ultivateur.1) reste valable si l'on prend n non entier . mais e dernier refuse de ren ontrer l'in onnu.3. Mais Lapla e insiste : il envoie à d'Alembert un arti le qu'il a é rit sur la mé anique lassique. A 18 ans. Né à Beaumont-en-Auge.4. dérivation et intégration.5 Un peu d'histoire Marquis Pierre Simon de Lapla e (1749-1827). D'Alembert en est si impressionné qu'il est tout heureux de patronner Lapla e. l'original de Lapla e de toute fra tion rationnelle.9. ave 0 < Re (p).3 Exemples On a déjà montré que H(t) = 1 p ave 0 < Re p. il parti ipa à l'organisation de . Il y ommença son enseignement. par la linéarité de la transformation de Lapla e. original-image. à l'A adémie des S ien es. on a les relations suivantes : H(t)eiωt = 1 p − iω etH(t)e−iωt = 1 p + iω ave 0 < Re (p). A la Révolution. ave Re (a) < Re (p). Sour e : Bibmath. Il doit ette édu ation à ses voisins aisés qui avait déte té son intelligen e ex eptionnelle. ) Expression de la transformée de Lapla e inverse. En 1783. onvolution.4 Points essentiels du hapitre a) Dénitions diverses : fon tions ausales. 1 p−a 1 (p−a)n H(t)eat = n−1 t H(t)eat (n−1)! = Cela permet notamment de trouver. A noter (sans démonstration) que la formule (9. en 1785. il arrive à Paris ave une lettre de re ommandation pour ren ontrer le mathémati ien d'Alembert. il devint examinateur du orps de l'artillerie et fut élu. 0 En parti ulier. d) Propriétés de transformée de Lapla e. on obtient ave Re (a) < Re (p).

Il établit aussi. Lapla e résume ses travaux et réunit eux de Newton.108 CHAPITRE 9. d'Alembert et Euler. Napoléon t remarquer à Lapla e qu'il n'y était nulle part fait mention de Dieu. En mé anique. "Je n'ai pas eu besoin de ette hypothèse". mais seulement pour 6 mois. dans les inq volumes de sa "Mé anique éleste" (1798-1825). TRANSFORMATION DE LAPLACE l'É ole Normale et de l'E ole Polyte hnique. ainsi que deux lois fondamentales de l'éle tromagnétisme. rétorqua le savant. Clairaut. grâ e à ses travaux ave Lavoisier entre 1782 et 1784 la formule des transformations adiabatiques d'un gaz. Bonaparte lui ona le ministère de l'Intérieur. on ernant la gravitation universelle. On rapporte que feuilletant la "Mé anique éleste". ave le mathémati ien Joseph-Louis de Lagrange. et fut membre de l'Institut. Halley. L'oeuvre la plus importante de Lapla e on erne le al ul des probabilités et la mé anique éleste. . dès sa réation.

Poly opié de ours. Neveu J. Poly opié de ours. C. H & K éditions.Bibliographie Appel. E ole Polyte hnique. Poly opié de ours. Bony J.M. Cours d'analyse. Mathématiques appliquées. INT. Bayen F. W. 109 . (2002). Mathématiques pour la physique. E ole Polyte hnique. and Margaria. Probabilités.

102 Indi e. 18. 101 Chemin. 84 L2T . 102 Borélien. transformée de Lapla e. 80 d(ϕ. 54 Conjuguée. 59 H . 36 Homothopie. 59 Fourier Série de. 17 Analytique. 96 F[f ] . 87 E ′ . 61 OM . 59 L2 . 54 Bilatérale. C). 43 Heaviside Image. fon tion. 38 Antihermitienne. 85 vp. lemme de. 13 Bromwi h. 85 τb . 14 Dominée. 90 ∗. 93. 105 δ . 58 Fatou. 73. 44 Causale. 102 τa T . théorème de. espa e. 25 Fisher-Riesz. fon tion à. 80 δλ . 70 Détermination ontinue. 66 F[T ] . 66 D. Intégrale. 96 F¯[f ] . 59 H. fon tion. 78 D′ . 60 ⊗. fon tion. lemme de. 90 Algèbre. 80 fˆ(p). 16 S . transformée de Fourier. 17 p. 47 Inversion de la transformée de Lapla e.p. 73 Croissan e lente. 56 holomorphe. 69 Hilbert. 66. Contour de. théorème de onvergen e. 89 S ′ . 62 Transformée de. 80 F¯[T ] . 86 δ(a) . 102 L∞ . 42 Dé roissan e rapide. 88 Fb (X. 105 . 42 Complet. 37 Théorème de. 89 Curviligne. 17 Cau hy Conditions de. Convergen e. 41 . 27 Faible. 66. 80 Mesure de. 14 Peigne de. 36 S . ψ). 84 Hermitienne. 92 Pf . fon tion. 82 π -système. 54 Hilbertienne. 89 Tf . 104 Bana h Carathéodory . 39 Théorème homotopique. 50 Jordan La et. fon tion de.Index C0 (Rn ). 69 .. 71 =. 96 Gaussienne Fon tion ara téristique. base. 80 E . 42 110 . 96 Convolution. 60 L1 . 45 Dira Distribution de.

fon tion. 49 Sommabilité. 80 . 27 Mesurable.111 INDEX . 14 Intégrale de. Ensemble. 67 Singularité. 67 Riesz. Série de. 43 Sin . 49 fa ti e. 56 Séparable. 72 Partie nie. 14 Unilatérale. 84 S hwartz Espa e de. 58 Tempérée. 49 Lapla e Laurent Lebesgue Mesure de. 90 Théorème de proje tion sur un onvexe fermé. 69 Résidus. 71 Simplement onnexe. 18 Monotone. 12 produit. formule des. 25 Original. 27 Lo alement intégrable. 56 Saut. 57 Parseval . Lemme de. 56 Tribu. 49 essentielle. 69. 14 de omptage. 102 Valeur prin ipale. Théorème de. fon tion. 27. distribution. 41 Total. Intégrale de. 94 Produit tensoriel de distributions. 27 Théorème de. 18 Parseval-Plan herel Régulière. 14 produit. 22 Riemann-Lebesgue. 80 Régularisée. 22 Mesure. abs isse de. 102 . 92 de fon tions. 82 Porte. 102 . 93 des distributions. 49 isolée. 49 Riemann. 22. 11 engendrée. 92 des mesures. 73. 54 de prolongement analytique. 66 Presque partout. théorème des. distribution. transformée de. théorème de onvergen e. transformée de Lapla e. 102 Support d'une fon tion. 16 Produit de onvolution de fon tions.