You are on page 1of 5

la monarchie

Selon les pays et les époques, la monarchie se présente sous des formes variées qui possèdent néanmoins des points communs : le chef d’État est un monarque (un roi ou un empereur) qui conserve sa charge à vie. Généralement, un principe dynastique règle la succession au profit d’une même famille. Le terme « monarchie » vient du grec monos (« seul ») et arkhein (« commander »). Au sens étymologique, ce mot signifie donc que le pouvoir appartient à une seule personne.

UNE FORME DE GOUVERNEMENT TRÈS ANCIENNE
Le système monarchique, toujours en vigueur aujourd’hui, existait déjà dans les civilisations les plus anciennes. En Égypte régnait un pharaon et, au Japon, un tenno. Le souverain était le plus souvent perçu comme un personnage divin. La mythologie japonaise raconte que le premier empereur humain, Jinmu tenno, descendrait de la déesse solaire Amaterasu. En tant que dieu vivant, on lui attribuait des pouvoirs sacrés, tout comme au pharaon.

QUELQUES EXEMPLES D’ORGANISATION MONARCHIQUE
Différents types de monarchies se sont succédé en Europe depuis le Moyen Âge. La monarchie féodale, la monarchie absolue et la monarchie tempérée en sont les trois principaux.

La monarchie féodale

Une organisation sociale pyramidale Aux IXe et Xe siècles, les invasions menacent les royaumes carolingiens. Les raids des Normands venus du Nord, ceux des Sarrasins qui débarquent du Sud, et les attaques des Hongrois par l’Est, créent un climat d’insécurité permanente. Les successeurs de Charlemagne ne peuvent assurer seuls la défense de leurs États. En échange de terres, des fiefs, ils délèguent le soin de protéger les populations à des seigneurs locaux qui, après avoir prêté serment, deviennent leurs vassaux. Petit à petit s’instaure une organisation sociale particulière, fortement hiérarchisée (comme une pyramide), la féodalité. Le roi domine la pyramide En théorie, le roi domine la pyramide féodale. Tous lui rendent hommage et lui doivent fidélité. Le roi est sacré. En France, l’évêque de Reims l’oint de l’huile dite miraculeuse, qui aurait été apportée au premier roi des Francs, Clovis, par une colombe venue du firmament. Sa dignité est prestigieuse. Cependant, dans les faits, son autorité est faible face à celle des puissants ducs d’Aquitaine ou de Bourgogne. Elle ne s’étend pas réellement au-delà de son domaine. Les grands féodaux élisent le roi Ce sont les grands féodaux qui choisissent le monarque, car la couronne est demeurée longtemps élective avant de devenir héréditaire. En 987, un certain Hugues Capet, duc des Francs, dont les terres se situent entre la Loire et la Seine, est élu roi. Il fonde ainsi la dynastie capétienne, appelée à régner sur la France pendant huit siècles (car toutes les dynasties françaises suivantes

sont issues des Capétiens). Ses successeurs réussissent lentement à renforcer le pouvoir royal au point d’établir au XVIIe siècle une monarchie absolue. En Allemagne, au contraire, où le pouvoir de l’Empereur ne parvient pas à s’affirmer, l’élection à la tête du SaintEmpire demeure la règle jusqu’à sa chute en 1806.

La monarchie absolue
La monarchie est absolue lorsque le souverain détient tous les pouvoirs. « L’État, c’est moi » affirme Louis XIV, dont le règne marque l’apogée de l’absolutisme en France. Le Roi-Soleil, s’appuyant sur le droit divin, se veut seul maître après Dieu. Le château de Versailles qu’il fait aménager est tout à la fois sa demeure personnelle et le point de départ de toutes les décisions. La France devient alors un État de plus en plus centralisé. Les grands féodaux ont perdu leur pouvoir politique au profit du roi qui s’appuie sur une administration en croissance constante. Cependant, le souverain doit respecter les coutumes du royaume. En Russie, la monarchie est dite « autocratique », c’està-dire que le tsar exerce un pouvoir sans limites. Nicolas II est le dernier monarque absolu à régner en Europe. Il est renversé en 1917.

L’Angleterre, un modèle de monarchie tempérée
Dans la première moitié du XVIIe siècle, les rois Jacques Ier puis Charles Ier Stuart tentent, tout comme les rois de France à la même époque, d’imposer en Angleterre une monarchie absolue. Ils gouvernent en évitant de convoquer le Parlement (appelé la chambre des Communes) qui, traditionnellement, depuis le XIIIe siècle au moins, était régulièrement réuni.

Après deux révolutions (en 1649 et en 1688), entrecoupées d’un épisode républicain, l’Angleterre élabore progressivement une nouvelle forme de gouvernement, dans laquelle les pouvoirs du monarque sont restreints. Le roi doit respecter un certain nombre de règles. En 1679, la loi de l’habeas corpus défend les libertés individuelles en interdisant les emprisonnements arbitraires (sans jugement). En 1689, la Déclaration des droits garantit au Parlement d’être librement élu et régulièrement convoqué, et que son consentement est nécessaire pour abolir une loi, lever une armée ou décider du montant des impôts. L’Angleterre est le premier exemple de monarchie tempérée par une assemblée ; on parle dans ce cas de monarchie parlementaire. Ce régime fait l’admiration des philosophes des Lumières français qui, au e XVIII siècle, dénoncent l’absolutisme. Il constitue un modèle dont s’inspirent les souverains européens du e XIX siècle.

LES MONARCHIES CONSTITUTIONNELLES ET DÉMOCRATIQUES EN EUROPE AUJOURD’HUI
Lorsque le partage des pouvoirs entre le souverain et un Parlement élu est clairement inscrit dans une Constitution, on parle de monarchie constitutionnelle. Aujourd’hui, les monarchies de l’Union européenne (Royaume-Uni, Espagne, Belgique, Suède, Norvège, Pays-Bas, Luxembourg) sont non seulement constitutionnelles mais aussi démocratiques. Le souverain, héritier de sa charge, n’a plus aucun pouvoir. On dit que « le roi règne mais ne gouverne pas ». Il incarne cependant une certaine autorité morale, et symbolise l’unité et la continuité de la nation à travers sa dynastie.

un empire ou une monarchie peuvent-ils être démocratiques ?

Aujourd'hui, les formes de gouvernement démocratique varient en fonction des pays et des traditions. Ainsi, la monarchie parlementaire anglaise ou l'Empire du Japon sont des États démocratiques, tout comme la République française. En effet, si la reine d'Angleterre a hérité de sa couronne (ce qui est contraire au principe démocratique), elle n'a, dans la réalité, aucun pouvoir politique. Celui-ci appartient aux députés de la Chambre des communes, élus par le peuple anglais. La situation est identique dans l'Empire du Japon. L'Empereur n'exerce plus aucun pouvoir depuis la défaite de 1945. Cependant le peuple japonais, comme le peuple britannique, est attaché à la tradition et au prestige de la dynastie impériale.

POUR ALLER PLUS LOIN → → → → → → → la société féodale les rois de France Hugues Ier Capet Louis XIV l’absolutisme de Louis XIV les monarchies européennes aux les régimes politiques

XVII

e

et

XVIII

e

siècles

Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.