être un Gallo-romain

Un Gallo-romain est un Gaulois vivant en Gaule après la conquête de Jules César, en 51 avant J.-C.

Si, au début, le peuple conserve ses caractéristiques celtes (sa culture, sa langue, ses vêtements, etc.), progressivement il adopte une grande partie de la culture romaine : on parle de romanisation de la Gaule. La civilisation gallo-romaine est donc un mélange entre la culture romaine et les anciennes traditions gauloises.

COMMENT LE GAULOIS EST-IL DEVENU UN GALLO-ROMAIN ?
Dès 125 avant J.-C., les Romains occupent le midi de la Gaule, où ils implantent la civilisation romaine. Le reste du territoire gaulois, appelé la « Gaule chevelue », est envahi par le général romain Jules César à partir de 58 avant J.-C. Malgré la résistance des Gaulois derrière le chef arverne Vercingétorix et leur victoire à Gergovie, ils sont vaincus à Alésia, en 52 avant J.-C. L’année suivante, toute la Gaule est soumise par Jules César. Puis, en 27 avant J.-C., Auguste met fin à la République romaine et crée l’Empire. La Gaule est alors divisée en quatre provinces de l’Empire : la Narbonnaise (au sud) est gouvernée par un proconsul ; l’Aquitaine (à l’ouest), la Celtique (ou la Lyonnaise, au centre) et la Belgique (au nord) sont pour leur part dirigées par un seul homme, un gouverneur, qui réside à Lyon (appelée alors Lugdunum), la capitale de ces « Trois Gaules ».

LES GALLO-ROMAINS ONT-ILS LA CITOYENNETÉ ROMAINE ?
Après la conquête, les Gallo-romains entrent dans le système social romain. Jusqu’au IIIe siècle, tous les hommes vivant en Gaule romaine ne

sont pas des citoyens romains : outre les citoyens romains installés dans les provinces, il y a quelques Gallo-romains qui reçoivent la citoyenneté romaine (des élites provinciales), mais surtout des pérégrins (des hommes qui bénéficient de droits civiques, mais uniquement au niveau local) et des esclaves (qui n’ont aucun droit). Après 25 ans de service dans la légion romaine, un pérégrin gallo-romain peut devenir citoyen romain, il peut aussi posséder des esclaves. Puis, en 212 après J.-C., l’empereur Caracalla accorde la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l’Empire, ce qui inclut tous les pérégrins de la Gaule romaine.

COMMENT VIT-ON EN GAULE ROMAINE ? Les villes gallo-romaines
Sous l’effet de la romanisation, des villes se construisent dans toute la Gaule romaine, et les Gallo-romains deviennent des citadins. Entourées d’un rempart, les villes gallo-romaines suivent le modèle de la capitale de l’Empire, Rome. Elles s’organisent autour du forum, une vaste place bordée de boutiques où se retrouvent les Gallo-romains pour discuter des affaires de la cité ou faire quelques achats. Ces villes sont dotées de prestigieux monuments, dont il reste aujourd’hui de nombreux vestiges : par exemple, les amphithéâtres de Nîmes et d’Arles (qui servent aux jeux du cirque), l’odéon de Lyon (où 3 000 spectateurs peuvent écouter des concerts), le théâtre d’Orange, mais aussi des thermes (des établissements de bain), des arcs de triomphe (pour célébrer les victoires militaires des généraux romains) et des mausolées (des monuments funéraires). Des aqueducs sont construits pour amener l’eau des sources jusqu’aux villes gallo-romaines ; le pont-aqueduc permet à la conduite d’eau d’enjamber une vallée (comme le pont du Gard). Enfin, pour se rendre d’une ville à l’autre, voire à Rome, tout un réseau routier est mis en place. Appelées voies romaines, ces routes sont pavées et larges d’environ 6 m. Leur tracé, souvent en ligne droite, est encore visible de nos jours (comme la chaussée-du-Bois-d’Écu entre Amiens et Beauvais).

Les campagnes gallo-romaines

Comme les Romains, les Gallo-romains bâtissent dans les campagnes d’importants domaines, appelés des villae. Une villa est composée de l’habitation principale et de bâtiments annexes pour l’exploitation agricole (granges, greniers, écuries, étables, ateliers). L’habitation est souvent luxueuse, avec chauffage, eau courante et thermes. Autour des cours intérieures, les nombreuses pièces de la maison sont décorées de fresques sur les murs et de mosaïques sur le sol.

QUELLE LANGUE LES GALLO-ROMAINS PARLENT-ILS ?
Après la conquête romaine, l’école des druides est supplantée par les écoles latines dans lesquelles un enseignement écrit est dispensé. Le latin (qui est une langue à la fois parlée et écrite) est utilisé dans l’armée et dans l’administration. L’aristocratie gauloise adopte cette langue, tandis que le peuple parle un mélange de latin et de celte. Cependant, à la fin de l’Empire, lorsque les Gaulois sont totalement romanisés, le latin est déjà devenu la langue commune, administrative et commerciale.

QUELS SONT LES DIEUX ET LES CROYANCES DES GALLOROMAINS ?
Après la conquête et la création de l’Empire, les Romains établissent en Gaule le culte de l’empereur. C’est la disparition des druides. Les Romains tentent d’imposer leurs dieux (Jupiter, Mars, Bacchus, etc.) mais tolèrent les dieux et les croyances celtes. Progressivement, sous l’effet de la romanisation, les Gaulois adoptent les dieux romains, auxquels ils donnent des attributs de leurs propres divinités. Parallèlement, le christianisme apparaît au IIe siècle en Gaule romaine mais, comme ils sont persécutés, les chrétiens doivent pratiquer leur culte en cachette. En 313, l’empereur Constantin le Grand accorde la liberté de culte aux chrétiens : l’Église catholique s’organise en Gaule romaine, comme dans le reste du monde romain.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful