Chapitre : investissement, technique, innovations

progrès

Notions du référentiel : investissement, FBCF, investissement immatériel, investissement public

Fiche 1 – Définitions et mesures de l’investissement

Introduction : distinction investissement-capital et accumulation (1 p 66)
Les trois termes ne sont pas synonymes : • le capital est un stock, c’est-à-dire que : l’on se fixe à un instant donné du temps et qu’on dénombre les moyens de production que l’entreprise détient à cette date. Mais ce stock résulte des flux qui ont été réalisés durant les périodes précédentes. • l’accumulation du capital : - si le capital est un stock, l’investissement est un flux. - Mais un investissement ne correspond pas forcément à une augmentation du stock de capital, ce qui correspond à la définition de l’accumulation du capital. µ car il faut distinguer investissements bruts des investissements nets : - Les investissements bruts correspondent aux flux d’entrée du capital. - mais au moment même où les entreprises introduisent de nouveaux moyens de production, elles détruisent du capital, qui est devenu obsolète ou usé, ce sont les déclassements ( les flux de sortie). L’investissement net sera alors la différence entre les flux d’entrée : l’investissement brut et les flux de sortie ( les déclassements ). Deux cas doivent alors être distingués : • Tant que l’investissement net est positif, le stock de capital s’accroît, les entreprises accumulent du capital. • Au contraire, si l’investissement net est négatif, soit parce que l’investissement brut est faible, soit parce que les déclassements sont élevés, alors les entreprises réduisent leur stock de capital.

Pour une définition plus complète du capital (rappel première) , cliquez ici : ici Sur la distinction capital fixe-capital circulant, cliquez ici : ici

I-

Définitions de l’investissement

On peut définir l’investissement en fonction de plusieurs critères : • en fonction de l’agent qui investit • en fonction du type d’investissement réalisé

1. L’investissement en fonction de l’agent ( 1p 58 )
On peut distinguer trois types d’agent qui réaliseront des investissements différents : TYPE D’AGENT les entreprises TYPE DE BIEN OBJECTIF DE L’INVESTISSEMENT améliorer l’efficacité productive de l’entreprise réaliser des équipements collectifs afin de produire des services non marchands fournis gratuitement aux usagers ou à un prix inférieur de 50% à leur coût se loger tout en épargnant puisque la valeur du bien se conserve dans le long terme et que l’on pourra en tirer un revenu si on le loue

bâtiments , terrains , machines et matériels auquel on pourrait ajouter l’investissement immatériel les administrations privées ou les achats de bâtiments , terrains , publiques gros matériel par les collectivités

les ménages

achats de terrains et de logements

Le type d’agent joue donc un rôle essentiel dans la classification de l’investissement réalisé : ainsi • Si une entreprise construit un immeuble, il sera comptabilisé dans l’investissement productif. • Si c’est une administration, dans l’investissement collectif. • Mais aussi, si une entreprise individuelle achète une voiture pour son activité ( ex : un boulanger pour livrer son pain ) , cela sera comptabilisé dans l’investissement productif . • Au contraire, si le boulanger acquiert une voiture pour ses déplacements privés , cet achat sera comptabilisé comme une consommation durable . Sur éco dico, une vidéo sur l’investissement public : ici

2. Les différents types d’investissement physique
On distingue trois types d’investissement qui répondent à des motivations différentes et ont des effets opposés sur l’emploi : DEFINITION INVESTISSEMENT REMPLACEMENT DE il correspond à l’amortissement, puisqu’il est acquis grâce aux sommes mises de côté par l’entreprise pour faire face au renouvellement du capital MOTIVATION EFFET SUR L’EMPLOI Pas d’effet évident Remplacer les machines usées ou victimes de l’obsolescence, tout en sachant qu’elles ne sont pas remplacées à l’identique , que généralement les machines neuves sont plus productives , intègrent du progrès technique DE C’est un investissement il a pour objectif de destiné à accroître les répondre à une capacités de production augmentation de la de l’entreprise demande que reçoivent les entreprises

INVESTISSEMENT CAPACITE

Puisque qu’il consiste à rajouter de nouvelles machines à celles déjà existantes afin de produire plus, il se traduit généralement par des créations d’emploi

INVESTISSEMENT PRODUCTIVITE

DE il vise à introduire des machines plus productives intégrant le progrès technique

les entreprises cherchent donc à bénéficier de gains de productivité et donc à produire à moindre coût

l’effet sur l’emploi est généralement négatif à court terme, car les entreprises cherchent ainsi à économiser de la main-d’œuvre

Remarque : La distinction entre ces différents types d’investissement est en partie factice. Un investissement combine généralement 2 caractéristiques : • il vise à augmenter le potentiel productif de l’entreprise • tout en introduisant des machines plus productives

3. La distinction investissement matériel-investissement immatériel ( 3 p 58 )
-Le Conseil National de l’Information Statistique définit donc « un investissement immatériel comme une dépense qui, bien qu’inscrite en charge d’exploitation, développe la capacité de production et valorise l’entreprise en s’accumulant sous la forme d’un capital amortissable sur une production future et en constituant une valeur patrimoniale cessible sur le marché ». -Pour l’OCDE « l’investissement immatériel recouvre toutes les dépenses de long terme autres que l’achat d’actifs fixes que les entreprises consentent dans le but d’améliorer leurs résultats. » . On distingue 4 types d’investissement immatériel : • la Recherche et le Développement ( R-D ) . • les dépenses de formation de la main d’œuvre • la publicité • les dépenses de logiciel

Constat : Aujourd’hui encore, les investissements immatériels ne sont pas comptabilisés dans la FBCF ( sauf les logiciels, les dépenses de prospection minière, les œuvres littéraires et artistiques , ainsi que les dépenses militaires pouvant servir à des fins civils : cf. 2 p 56 ) qui prend essentiellement en compte les biens physiques . Ils sont considérés comme étant une dépense courante. Sur éco dico, une vidéo définissant l’investissement immatériel: ici La nécessité de prendre en compte l’investissement immatériel dans la mesure de l’investissement : ici Un rapport du Sénat de 2002 : la définition de l’investissement : ici

4. Investissement autonome-investissement induit
- L’investissement induit est généralement un investissement de capacité. En effet, c’est un investissement qui est motivé par l’accroissement constaté ou anticipé de la demande que reçoivent les entreprises. Cet investissement est donc largement déterminé par l’évolution de la croissance économique. Dans les périodes d’expansion, il est fort ; dans celles de récession, il est faible. - L’investissement autonome : pour compenser les fluctuations d’investissement induits, sont lancés généralement par l’Etat des investissements autonomes qui eux sont indépendants des variations de la demande. Ils consistent généralement en des programmes d’investissements publics contracycliques, c’est-à-dire qui visent à aller à l’encontre des tendances naturelles de l’économie .On constate ainsi , que dans les années 70 les grandes entreprises nationales ont lancé des campagnes d’investissement afin de compenser la chute du taux d’investissement privé résultant de l’entrée en crise . L’investissement autonome répond généralement à des préoccupations de long terme ou structurelles ; ils visent ainsi à améliorer l’efficacité et la compétitivité de l’économie (investissement stratégique) , l’innovation ou à mettre en oeuvre des infrastructures ( politique de grands travaux ) .

II-

La mesure
1. Une mesure absolue a. La Formation Brute de Capital Fixe

-Dans la Comptabilité nationale, l’investissement est dénommée « Formation Brute de Capital Fixe ( FBCF ) qui est constituée des acquisitions moins cessions d'actifs fixes réalisées par les producteurs résidents. -Les actifs fixes sont les actifs corporels ou incorporels issus de processus de production et utilisés de façon répétée ou continue dans d'autres processus de production pendant au moins un an. pendant longtemps , seul l’investissement matériel , c’est-à-dire celui qui consiste en l’achat de biens d’équipement , de machines , a été reconnu .Mais , dans l’économie moderne , les investissements immatériels qui ne sont pas concrétisés par l’achat de l’objet , mais par des dépenses consacrées à la recherche et au développement , à la formation du personnel , à la publicité , à l’achat de logiciels et de brevets , prennent une place considérable et sont intégrés partiellement à la FBCF ( depuis 2000 , les achats et les dépenses en logiciels sont considérés comme faisant partie de la FBCF et ne sont donc plus considérés comme des consommations intermédiaires )

b. La Formation Nette de Capital Fixe
Mais, au cours de ces différents processus productifs, le capital s’use ou devient obsolète et doit donc être déclassé . Cette charge d’exploitation est dénommée amortissement FNCF = FBCF – Amortissement

2. Une mesure relative : le taux d’investissement
Il vise à mesurer l’effort d’investissement d’un pays, en particulier sa capacité à accroitre sa compétitivité et à répondre aux variations des commandes - Le taux d’investissement brut est le rapport entre l’investissement brut (la FBCF) et la valeur ajoutée : FBCF x 100 PIB - Le taux d’investissement net : FNCF x 100 PIN