Etant donné que l’alimentation du fonds dépend en partie des valeurs patrimoniales confisquées dans le cadre du trafic illicite

de stupéfiants, elle est sujette à d’importantes fluctuations. En outre, avec l’entrée en vigueur en juillet 2004 de la loi fédérale sur les valeurs patrimoniales confisquées, les rentrées ont passablement diminué puisqu’une partie des montants revient à la Confédération. Ainsi, entre 2005 et 2009, la moyenne des montants annuels versés sur le fonds est de 940'000 francs. Cependant, les montants annuels varient énormément. Ainsi, si le montant maximal de 3 millions a été encaissé en 2007, il a été de moins de 300'000 francs sur trois des cinq dernières années. Il est préjudiciable que le manque de moyens sur le fonds amène à limiter le soutien aux projets pilotes. En effet, ce mode de financement contribue à optimiser le dispositif en offrant des réponses rapides à travers le financement de projets répondant aux besoins émergeants, ce qui permet d’éviter une dégradation de la situation. Ainsi, le Conseil d’Etat s’efforcera de réserver un montant d’au moins 300’000 francs annuel pour les projets pilotes dans le domaine de la prévention des addictions lorsque le solde du fonds est inférieur à ce montant à l’issue de l’exercice budgétaire précédent.

Ainsi adopté, en séance du Conseil d'Etat, à Lausanne, le 17 novembre 2010. Le président : P. Broulis Le chancelier : V. Grandjean