Chapitre 1 GENERALITES

A. Définition nature et objet de la Statistique B. Organisation et documentation statistiques. Principes généraux C. Observation des faits

A. Définition, nature et objet de la Statistique Dans le langage courant , le mot « statistiques» , au pluriel, désigne des collections de chiffres, présentées souvent sous forme de tableaux, parfois sous forme de graphiques, et qui regroupent toutes les observations effectuées sur des faits nombreux , relatifs à un même phénomène. Il est bien certain qu’une pareille définition ne saurait suffire. Le statisticien, placé en face de ces relevés chiffrés, devra les examiner de plus près, « de manière à obtenir des rapports numériques sensiblement indépendants des anomalies du hasard et qui dénotent l’existence de causes régulières dont l’action s’est combinée avec celle des causes fortuites ». Nous pourrons dire que la « Statistique », au singulier, sera constituée par l’ensemble des procédés ou méthodes qui auraient pour but l’étude mathématique des statistiques. Si nous retenons ces définitions du terme « statistique »nous dirons que la Statistique est l’outil avec lequel travaille une matière première constituée par les statistiques. La Statistique aura pour but d’étudier des faits pour permettre ensuite de prendre des décisions.On conçoit alors qu’elle puisse être dangereuse si l’étude a été viciée par des erreurs d’observation, ou des erreurs d’interprétation. Des critiques ont d’ailleurs été faites à la Statistique. On lui a reproché de ne porter que sur les faits passés, et en conséquence d’apporter trop tard des enseignements ; mais cela n’est pas vrai pour les domaines où justement apparaissent des permanences statistiques. On a reproché aux statistiques d’être fausses : c’est vrai dans une certaine mesure, mais il en est ainsi de toutes les bases numériques sur lesquelles ont été fondées les sciences expérimentales, la physique par exemple.Par ailleurs il est préférable d’avoir une connaissance même imparfaite des événements que pas de connaissance du tout. On a dit de la Statistique qu’elle aboutissait à des conclusions relatives au comportement des ensembles et non à celui des individus, mais précisément le statisticien qu’à des ensembles et non à des unités. On a accusé enfin la Statistique d’être une des formes les plus raffinées du mensonge. Un jugement sûr, et de la prudence, sont donc nécessaires, en la matière, avant de se livrer à toute conclusion.Il sera donc toujours indiqué d’établir soigneusement les statistiques qui seront utilisées, et de bien connaître les techniques qui serviront à leur étude.

B. de façon à éviter des difficultés lors de l’exploitation ultérieure des statistiques. chaque fois qu’il y aura décentralisation un effort de coordination entre les différentes administrations sera nécessaire. Indiquons qu’il est capital de bien définir.Le statisticien peut n’étudier que certaines propriétés des unités statistiques. et plus encore lors de la comparaison de statistiques d’origines diverses. préalablement à l’établissement de toute statistique. le statisticien doit d’abord définir avec précision l’ensemble de référence sur lequel va porter les observations . La qualité d’un dénombrement statistique et les conclusions qui en seront tirées dépend évidemment du nombre d’observations faites et de la valeur des réponses fournies. chacune des voitures. Chacune de ces deux formules présente des avantages et des inconvénients. cet ensemble est appelé ensemble statistique ou population statistique. Ainsi la population d’un pays à une date donnée peut être connue à l’aide d’un recensement . l’unité statistique. Dans tous les pays les textes légaux font donc obligation à chacun. Cependant. Observation des faits a) Terminologie Comme le mathématicien. C. En contre partie les personnes qui fournissent des renseignements statistiques sont assurées que les réponse données par elles ne seront utilisées que dans un but statistique . propriétés qu’il appelle caractères statistiques.Principes généraux L’élaboration des statistiques suppose l’observation des faits. et le caractère statistique la marque de chaque voiture.la population est ce parc automobile. b) Méthodes d’observation 1) Dénombrement instantané. Dans un pays cette tâche peut être confiée à un service unique qui dresse toutes les statistiques (centralisation). l’ensemble du personnel constitue la population. sous peine de sanctions. chaque membre de ce personnel est une unité statistique. puis la collecte et le dépouillement des renseignements recueillis. ensuite de fournir des réponses qui ne soient pas erronées. Si l’on dresse une statistique du parc automobile d’un département (ensemble des voitures immatriculées dans ce département) à une date donnée d’après la marque des voitures . d’abord de fournir des réponses aux questions posées. on bien l’établissement des statistiques est divisé entre différentes administrations (décentralisation). le personnel des organismes chargés d’établir les statistiques étant tenu au secret professionnel. l’unité statistique et le caractère statistique étudiés. Chaque élément de l’ensemble statistique est un individu ou une unité statistique. Exemples : Si l’on dresse une statistique du personnel d’une entreprise d’après l’ancienneté de ses membres. et le caractère statistique est l’ancienneté de chacun de ses membres. ou de statistiques dressées à des époques différentes. Dénombrement continu Le dénombrement que suppose toute statistique peut être instantané ou au contraire continu. Organisation et documentation statistiques.

effectué à cette même date (dénombrement instantané) ou. En comptabilité des entreprises on pourra rattacher à la notion de dénombrement instantané : le bilan et l’inventaire intermittent des stocks. et son coût peut être élevé.. • Les questions posées doivent être telles qu’elles permettent au statisticien de contrôler la valeur des réponses recueillies. de même que pourront être rattachés à la notion de dénombrement continu le compte de résultat. Destiné à fournir des renseignements nombreux et aussi exacts que possible. qui peuvent avoir été faussés par des erreurs matérielles. n’est pas toujours possible. elles peuvent être soumise à un questionnaire.Il peut aussi arriver que les unités statistiques observées soient détruites à l’occasion d leur examen. des nombres des naissances. ce caractère peut être mesuré (l’âge d’une personne. où l’échantillon étudié doit être représentatif de la population mère. il est dit qualitatif. quoique avec précaution. la variable est dite discrète (on pourra dire discontinue). . • Les questions posées doivent être simples. Lorsque ce caractère n’est ni mesurable. à la population complète (population mère). 4) Critique des informations recueillies Cette critique peut porter : • Sur l’observateur.. 3) Questionnaires Lorsque les unités statistiques sur lesquelles portes l’observation est des personnes. des émigrés. ni repérable ( par exemple la nationalité d’une personne. c'est-à-dire à procéder à un sondage. par exemple. ou des réponses volontairement inexactes de la part des personnes interrogées. et l’inventaire permanent des stocks. Dans le cas où les valeurs numériques que peut prendre une variable statistique sont des nombres entiers (par exemple le nombre d’enfants à charge des membres du personnel d’une entreprise) .L’étude de cet échantillon fournira des informations et conduira à des conclusions qui pourront être étendues. • Sur la qualité même des renseignements obtenus. • Sur les procédés employés. Les unités étudiées à l’occasion du sondage constituent un échantillon . un questionnaire doit présenter un certain nombre de qualités : • Il doit être adapté au niveau des personnes consultées. au contraire. il est dit quantitatif.Cette étude quand elle est possible peut demander du temps. notamment en matière de sondage. Lorsque. et de conscience tout court. suivant le cas. son recensement. • Il doit être complet. des décès. et on l’appelle alors souvent variable statistique. et appeler des réponses précises et courtes. des immigrés (dénombrement continu)..). c’est à dire l’examen de toutes les unités qui la composent. à partir d’un recensement antérieur. par addition ou soustraction. sa situation matrimoniale. c) Dépouillement des observations 1) Fixons au préalable la terminologie qui sera respectée L’observation porte sur un caractère statistique.)ou repéré (la température en un lieu à un instant donné). 2) Recensement et sondages L’étude complète d’une population. de conscience professionnelle.. Pour ces diverses raisons on peut être conduit à n’observer qu’une partie de la population. « oui » ou « non ». son revenu annuel. qui doit faire preuve d’impartialité.

répondent à la modalité codée 1.220 63.290 56. divorcé.280 59.720 67.370 61.930 kg à 81.930 62.440 67. ici de 54. marié. c'est-à-dire lorsque la variable statistique peut prendre pour valeur numérique tout réel d’un intervalle de IR. qualitatif les modalités suivantes : célibataire. elles pourront faire l’objet d’une véritable nomenclature. On a retenu pour ce caractère.Dans le cas contraire.290 kg en intervalles (ou classes).450 81. de préférence d’amplitude constante.820 74. Pour faciliter le dépouillement on a établi le code suivant.280 74.540 63. l’unité de poids retenue étant le kilogramme : 77. Exécuté de façon manuelle le dépouillement pourra se présenter de la façon suivante : Situation matrimoniale 1 2 3 4 Nombre d’unités statistiques ///// / ///// /// /// /// Effectifs 6 8 3 3 20 Si les modalités que peut présenter le caractère qualitatif étudié sont très nombreuses.410 54. 2) Dépouillement dans le cas d’un caractère qualitatif Supposons qu’on ait à dresser une statistique portant sur la statistique matrimoniale de vingt personnes de sexe masculin.310 71. à la modalité codée 2.820 63. veuf. elle est dite continue (par exemple la taille d’enfants mesurée à l’occasion d’une visite médicale). parmi les vingt unités statistiques observées. et ainsi de suite. 3) Dépouillement dans le cas d’un caractère quantitatif (ou variable statistique) Supposons que vingt sportifs aient été pesés à l’occasion d’un contrôle médical. Par exemple le dépouillement pourra se présenter comme suit : . dans pareil cas.200 78.660 77. pour pouvoir dresser une statistique. il faudra diviser le domaine de variation de la variable.410 Il est bien certain que .330 68.470 71.230 71. Les différentes situations matrimoniales possibles se verront affecter des numéros : célibataire : 1 marié : 2 veuf : 3 divorcé : 4 Les vingt personnes interrogées ont fourni les réponses suivantes : 2 3 1 2 1 1 4 1 1 4 4 2 3 2 2 1 2 2 2 3 Le dépouillement va consister à compter combien. Les résultats sont les suivants.

mais entraînerait aussi un grand nombre de calculs. ce qui entraîne que les classes seront les suivantes : moins de 55 55 à moins de 60 60 à moins de 65 . 15 à 20 classes.. . Si on a décidé. .... que l’extrémité supérieure d’une classe ne fait pas partie de la classe. par exemple le poids d’un des sportifs observés était exactement de 65 kg.80[ [80..... faudrait-il rattacher cette unité à la classe « 60 à 65 »plutôt qu’à la classe « 65 à 70 ». Dans le cas où. .55[ [55. et en conséquence peut nuire à la précision des résultats obtenus..65] ou ou ]75. il aura été..Un trop grand nombre de classes conduirait sans doute à des résultats précis... par exemple. et la décision doit avoir été prise préalablement à l’étude statistique.55] ]55. préalablement. et de la statistique à établir.60[ [60. La mesure 65 kg de la variable sera alors rattachée à la classe « 65 à moins de 70 ».Classes (amplitude de 5 kg) moins de 55 de 55 à 60 de 60 à 65 de 65 à 70 de 70 à 75 de 75 à 80 plus de 80 Nombre d’unités / // ///// /// ///// // / Effectifs 1 2 5 3 5 3 1 20 Une légère difficulté pourrait se présenter au cas où une des valeurs observées de la variable se trouverait exactement à la frontière d’une classe. décidé que l’extrémité inférieure d’une classe ne fait pas partie de la classe. plus de 75 à 80 plus de 80 ou ou ou . ou faudrait-il faire le contraire ? Pareille éventualité doit avoir été prévue. les classes seront les suivantes : moins de 55 et 55 plus de 55 à 60 plus de 60 à 65 . La mesure 65 kg de la variable sera alors rattachée à la classe « plus de 60 à 65 ».. si possible.. 75 à moins de 80 80 et plus ou ou ou . et partant.. au contraire.60] ]60.. En règle générale il peut être recommandé de ne pas dépasser... dépend du domaine de variation de la variable étudiée. de l’amplitude des classes...65[ ou ou [75.80] ]80.... Si. Le choix du nombre de classes. Un nombre trop faible de classes peut conduire à regrouper dans un même classe des mesures observées de la variable qui présenteraient entre elles des écarts sensibles..

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful