You are on page 1of 54

Ministère de l’Éducation Nationale

Conservatoire National des Arts et Métiers


ECOLE SUPERIEURE DES GEOMETRES ET TOPOGRAPHES

Mémoire de fin d’études

Définition et mise en place d’un système de management


environnemental pour les opérations d'aménagement

Réalisé au sein de la société d’économie mixte Essonne Aménagement


Par Raphaël Michaud, Promotion 2004

Président du jury Membres du jury


M. J-M. SEITE M. J. BOUISSOU
M. J-L. VALENTIN

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 1


Introduction : une démarche globale..........................................................................................................................................3
. ...................................................................................................................................................................................................4
Première partie : la démarche de système de management environnemental dans l’entreprise..........................................5
-I- Intérêt du management environnemental ..................................................................................................................6
1 / Avantages économiques..........................................................................................................................................6
2 / Avantages commerciaux .........................................................................................................................................6
3 / Management environnemental et développement durable ................................................................................7
-II- Le management environnemental et le management de la qualité ........................................................................7
-III- Les étapes du SME.....................................................................................................................................................8
1 / Volonté politique .....................................................................................................................................................9
2/ Décision .....................................................................................................................................................................9
3/ Bilan environnemental ...........................................................................................................................................10
4/ Programme environnemental................................................................................................................................11
5/ Réalisation : faire et le faire savoir ........................................................................................................................13
6/ Audit.........................................................................................................................................................................14
-IV- La certification : deux normes, deux échelles. ......................................................................................................14
1 / Reconnaissance internationale : les normes .......................................................................................................14
2 / Reconnaissance locale : les chartes......................................................................................................................15
. .................................................................................................................................................................................................15
Deuxième partie : un SME pour les opérations d’aménagement .........................................................................................16
-I- Domaine d’étude..........................................................................................................................................................17
1 / Qu’est-ce qu’une opération d'aménagement ? ...................................................................................................17
2 / Les processus..........................................................................................................................................................17
3 / Le pilote du projet .................................................................................................................................................18
-II- Initier un système de management environnemental (« Décision »)...................................................................18
1 / Diagnostic environnemental ................................................................................................................................20
2 / Planification des études préliminaires .................................................................................................................20
3 / Cadre réglementaire...............................................................................................................................................20
4 / Données techniques ..............................................................................................................................................24
5 / Enjeux .....................................................................................................................................................................24
6 / Pré-programme ......................................................................................................................................................25
-III- Bilan environnemental .............................................................................................................................................26
1 / Le cycle de vie de l’opération d’aménagement...................................................................................................26
2 / Quantifier l’existant et dimensionner le projet ..................................................................................................27
-IV- Programme environnemental : des thèmes et des objectifs pour agir...............................................................28
1 / Thèmes prioritaires................................................................................................................................................28
2 / Fixer des objectifs réalistes...................................................................................................................................28
3 / Des actions chiffrées .............................................................................................................................................28
4 / Les sources des indicateurs...................................................................................................................................29
-V- Des actions pour atteindre les objectifs ..................................................................................................................30
1 / Choix des matériaux et des méthodes.................................................................................................................32
2 / Viabilisation des terrains.......................................................................................................................................33
3 / Cession des terrains aménagés .............................................................................................................................33
4 / Une communication claire et intelligible. ...........................................................................................................34
4 / Rechercher des financements...............................................................................................................................35
-VI- Anticiper contrôles et adaptations..........................................................................................................................36
Conclusion sur la méthode ..............................................................................................................................................37
. .................................................................................................................................................................................................37
Exemples de SME : Fiches thématiques ..................................................................................................................................38
Eaux pluviales et assainissement collectif ......................................................................................................................39
Chantier en ville.................................................................................................................................................................41
Déplacements ....................................................................................................................................................................43
Paysage................................................................................................................................................................................44
Energie................................................................................................................................................................................45
. .................................................................................................................................................................................................45
Conclusion : une démarche à la carte .......................................................................................................................................46
Bibliographie .................................................................................................................................................................48
Sites Internet de référence...........................................................................................................................................49
Liste des Annexes.........................................................................................................................................................50
Résumé technique ........................................................................................................................................................51

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 2


Introduction : une démarche globale

L’urbanisme opérationnel est le lien entre le projet global des élus et les besoins personnels des utilisateurs
finaux (locataires ou clients) ; à ce titre, il reflète les aspirations des uns et des autres, puisque la réalisation
de chaque opération d'aménagement dépend des prix du marché : lors de la commercialisation, dans
plusieurs années, combien seront prêt à mettre les acquéreurs pour la prestation fournie ? Qu’il s’agisse de
logements, de locaux d’activité ou d’équipements publics, l’adéquation entre d’une part le budget et le
cahier des charges de l’acquéreur, et d’autre part les prix de vente conditionnera l’équilibre du bilan de
l’opération. Si l’espace public semble échapper à cette logique, il n’en reste pas moins que les collectivités
qui reçoivent les réseaux et les espaces publics générés par l’aménagement du territoire sont également
soumises à un marché formel (conditions de financement, subventions), et informel (participation
citoyenne et sanction électorale).

Malgré les nombreuses recherches dans le secteur du bâtiment (constructions à haute qualité
environnementale), l’aménagement français néglige ostensiblement les réflexions environnementales
poussées. La bonne volonté et la contrainte réglementaire sont pour l’instant les deux seuls moteurs d’un
aménagement raisonné (par analogie avec l’agriculture raisonnée). Cependant la pression croissante des
citoyens et des lois en faveur d’un développement durable touche toutes les décisions des élus, et par là
même celles qui concernent l’aménagement du territoire. Les élus se tournent donc vers les aménageurs, et
exigent une gestion environnementale rigoureuse et transparente des opérations d’aménagement.

Dans le même temps, les démarches de gestion de la qualité se généralisent dans le monde de l’entreprise ;
les fournisseurs sont choisis sur leur labelisation, et les organes de direction souhaitent pouvoir maîtriser la
pertinence de leurs décisions ; pour cela les systèmes de management se généralisent. Ils permettent
l’application d’un ensemble de connaissances concernant l’organisation et la gestion pour assurer le bon
fonctionnement de entreprise ou de l’institution, pour élaborer et réaliser avec elle des projets [Ascher,
2001]. En matière environnementale, la mise en place de systèmes de management a permis de prendre du
recul sur les coûts et les conséquences des activités économiques : les coûts de fonctionnement et
d’utilisation ont été additionnés aux coûts d’investissement dans les nouveaux équipements. La
systématisation du management environnemental en premier intéressé les entreprises qui avaient quelque
chose à se reprocher, comme les usines d’incinération des déchets ou les papetiers, et pour qui la
certification de leur système de management environnemental (norme ISO 14001) était une protection. En
effet la sensibilité évidente du public vis à vis des activités à risque immédiat pour l’environnement a
contraint les élus à exiger de leurs industriels des garanties de respect des normes en vigueur.

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 3


Pour les opérations d’aménagement, un système de management environnemental serait plutôt la réponse
aux attentes des élus : une démarche globale qui optimise les efforts environnementaux, et permet de tenir
ses engagements politiques. L’aménageur est en effet l’instrument des l’élus, et c’est rarement vers lui que
se tournent les habitants pour exprimer leur mécontentement et leur attente de transparence.

Le vocabulaire très technique et à priori très hermétique qui est associé à l’approche systémique de la
gestion environnementale est issu des normes de certification qui la concerne. Ce mémoire permet de se
l’approprier pour développer un langage commun, et l’appliquer dans un domaine où la normalisation
est en cours, et où les recherches commencent à peine. Une fois cette clarification des termes et des
enjeux réalisée, on peut s’intéresser à l’application opérationnelle. La diversité des opérations exclue la
systématisation de solutions : on ne peut pas comparer les interactions avec l’environnement d’un
lotissement de 20 lots et d’une zone d’activité à vocation industrielle de 10 hectares. On s’intéressera
plutôt à la systématisation des méthodes et des démarches interrogatives conduisant à des résultats
satisfaisants.

La problématique de ce mémoire est de savoir comment appliquer une démarche systémique à une
réalisation impliquant plusieurs niveaux de décision et de responsabilité, sans que les objectifs initiaux
soient dénaturés.

Ainsi la première partie s’attache à synthétiser le vocabulaire et la démarche du management


environnemental dans l’entreprise. La seconde partie rend applicables ces considérations théoriques
générales, et formalise le système de management environnemental des opération d'aménagement, en
listant les formalités incontournables et les réflexions à mener. La troisième et dernière partie est une
série d’exemples thématiques d’utilisation de la démarche proposée dans la deuxième partie.

Au delà de la réponse méthodologique que la définition du sujet appelle, le mémoire se veut un document
de référence à destination des élus et des aménageurs (en exercice ou en devenir), qui entrevoient les
enjeux parfois bien supérieurs au champ d’application de l’urbanisme, et souhaitent cadrer leurs réflexions
sur les démarches vers un aménagement durable.

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 4


Première partie : la démarche de système de management
environnemental dans l’entreprise

Le management environnemental est une démarche de management de la qualité orientée autour de


l’environnement ; si l’intérêt d’une telle démarche ne s’est jusqu’à présent pas imposé aux entrepreneurs,
celui-ci devient croissant au vu des pressions de la loi et des clients. Pour répondre à ces attentes, les
entreprises doivent proposer des outils et des modes opératoires ; le système de management
environnemental, qui par définition propose une approche systémique est une réponse rigoureuse et
concrète à des attentes parfois très immatérielles. Celui-ci peut se parcourir avec deux grilles de lecture ;
l’une centrée autour de l’entreprise (« approche site »), et l’autre qui s’attache à la chaîne de production
d’un produit ou d’un service particulier (« approche produit »).

Il convient donc d’aborder successivement la démarche de système de management environnemental sous


différents angles :

- Son intérêt ;
- Son lien avec le management de la qualité ;
- Son caractère d’ instrument de réalisation de la politique environnementale ;
- Son application à une entreprise, ou à un produit ;
- la certification et la communication vis-à-vis des tiers.

L’appropriation des concepts et des principes du management environnemental permettra d’aborder dans
la seconde partie de ce mémoire le cas des opérations d’aménagement, en considérant l’ensemble des
enjeux et en s’appuyant sur ce cadre méthodique pour envisager des réalisations.

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 5


-I- Intérêt du management environnemental

Les notions d’environnement ou d’écologie déclenchent les passions ; le débat entre les porteurs d’un
projet et les associations reste souvent stérile faute de référentiel spatial et temporel commun. Le
management environnemental est tout sauf un concept d’environnementalistes radicaux. C’est une
politique à la disposition des chefs d’entreprise1, qui présente, en plus des avantages environnementaux,
des avantages économiques et commerciaux. Au sein de cette politique, le système de management
environnemental est un outil qui permet d’atteindre les objectifs fixés.

1 / Avantages économiques
Le frein le plus souvent évoqué à la mise en place d’actions en faveur de l’environnement est lié à la
crainte de surcoûts incontrôlés. Ces coûts, souvent liés à l’investissement dans une technologie récente ou
peu utilisée, deviennent des économies quand on se place à une autre échelle : l’aspect systémique permet
de quantifier les coûts d’investissement, d’évaluer les économies réalisées en fonctionnement, et le temps
d’amortissement.

En effet le principal avantage économique est l’amélioration du contrôle des dépenses. En effet le système
de management environnemental recherchera toujours l’économie des ressources (matières premières), et
la maîtrise des rejets (déchets). Il peut permettre ainsi de réduire les consommations d’eau, d’énergie, et de
valoriser les déchets.

L’intégration de la problématique environnementale permet également de réduire les coûts liés aux risques
naturels : l’analyse fine du site inhérente au système de management environnemental fera
systématiquement ressortir les faiblesses du site, tant sur les risques d’inondation que de mouvements
tectoniques, bien au delà de ce que le zonage du PLU pourrait faire ressortir.

2 / Avantages commerciaux
L’avantage commercial immédiat est l’amélioration de l’image de marque. Une entreprise qui met en avant
sa politique environnementale est une entreprise qui se distingue favorablement de ses concurrents au
yeux des clients. Le système de management environnemental rend décisive cette bonne impression, en
mettant en valeur le sérieux et la rigueur de la démarche.

Des entreprises comme AREVA (énergie nucléaire), qui travaillent dans des secteurs à priori mal vus du
public, ont bien compris les enjeux de du développement et de la mise en avant d’une politique
environnementale rigoureuse (Spot de télévision, rapport « AREVA et le développement durable », etc.).
Trop vite cataloguées comme destructrices de l’environnement naturel, les entreprises de construction et
de travaux publics se sont également illustré dans la recherche de labels environnementaux. En avril 2003,
VINCI a adhéré au Global Compact (Pacte mondial des entreprises), une initiative de l'Organisation des
Nations Unies lancée par son Secrétaire Général Kofi Annan. Cet engagement d’« appliquer l’approche
préventive face aux défis l’environnementaux » est un axe majeur de la communication du groupe, qui
permet de discréditer les opposants à leur activité.

1 Chef d’entreprise est à prendre au sens large. Il faut notamment inclure le management public des élus.

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 6


3 / Management environnemental et développement durable
Il est de bon ton de se réclamer, dans toutes ses démarches, du développement durable. Mais qui peut dire
ce que développement durable signifie ?
La définition la plus courante est « le développement soutenable [c'est-à-dire durable] est un
développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures
de répondre aux leurs ».

Le développement durable est un concept formalisé par le


Rapport Bruntland2 (alors premier ministre de la Norvège), et
mis en avant lors du Sommet de la Terre, à Rio-de-Janeiro, en
1992. Le concept repose sur un postulat : le développement
d’une entité se fait suivant trois axes, qui sont l’économique, le
social et l’environnemental. La gestion classique des entreprise
s’est jusqu’alors cantonnée à la dimension économique du
développement, au mépris des deux autres dimensions. Le
management environnemental permet d’intégrer une nouvelle
dimension à la gestion de l’entreprise, en rendant « viable » la
politique de développement de l’entreprise.

Faire du management environnemental, c’est donc pouvoir se réclamer du développement durable, avec
des preuves tangibles.

-II- Le management environnemental et le management de la qualité


Le management environnemental et le management de la qualité sont deux démarches semblables dans
leur approche de la gestion d’une entreprise, et complémentaires dans leur mise en œuvre. Dans leur
définition, on peut identifier un tronc commun, et des spécificités propres au système de management
environnemental.

Le tronc commun comprend :

- L’exigence de la déclaration d’une politique ;


- L’engagement de la direction ;
- La maîtrise de la documentation ;
- La formation ;
- La détermination des non-conformités ;
- Les actions correctives et préventives ;
- La revue de direction ;
- L’amélioration continue.

Parmi les spécificités du système de management environnemental, on en distingue 4 principales, qui


sont :

- L’exigence d’une politique spécifique ;


- L’identification d’aspects et d’impacts environnementaux ;
- La définition d’objectifs et de cibles environnementaux ;
- L’exigence du respect de la législation en vigueur pour la prévention des pollutions.

2 Cf. Rapport de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement (le Rapport Brundtland), 1987

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 7


En effet, autant le management de la qualité rationalise les méthodes de travail pour accroître
l’efficacité (sans objectif déterminable), autant le management environnemental est un outil pour atteindre
des objectifs chiffrés (régulièrement réactualisés à la hausse).

-III- Les étapes du SME


La démarche de système de management environnemental fonctionne
selon ce que François Ascher3 appelle le principe de l’action réflexive :
l’action s’appuie sur un feed-back, « qui permet de modifier ce qui précède
par ce qui suit » [ASCHER, 2001]. Le management environnemental
reprend le schéma fondamental de la qualité, qui est la roue de Deming :

- Prévoir,
- Faire,
- Prouver et contrôler,
- Corriger et réagir.

Le management environnemental s’est approprié ce schéma, en y intégrant en préliminaire les 4


spécificités précédemment énoncées. Six étapes émergent alors.

Préliminaires : Politique Impacts


1. Volonté politique du manager environnementale significatifs
Objectifs
2. Bilan des éléments décisifs, et décision environnementaux

Système de management environnemental :


3. Analyse environnementale
4. Rédaction du programme environnemental
Revue de
Direction

5. Réalisation du programme Surveillance, Actions


correctives et audit
Programme et
documentation
6. Audit du SME

Chacune de ces étapes est un processus qu’il est


nécessaire de détailler.
Mise en œuvre
Réalisation
(Source : Cap Terre)

Les trois tableaux suivants résument l’état d’esprit de la démarche. Une entreprise classique interagit avec
l’environnement, ne serait-ce que par son administration (production de déchets, consommation
d’énergie). Trois possibilités d’actions s’offrent aux dirigeants qui décident de tenir compte de
l’environnement :

- Soit ils souhaitent avoir une activité économique qui devient du jour au lendemain « écologique »,
et ils perdent leur rentabilité et leur temps sur un objectif idéaliste ;
- Soit ils mettent en place des procédures isolées (utilisation de papier recyclé en interne par
exemple), alors que d’autres procédures maintenues les rendent caduques (pas de tri du papier).
- Soit enfin ils raisonnent par thème, dans le temps, pour atteindre des objectifs réalistes
régulièrement revus à la hausse (auto amélioration).

3 Les nouveaux principes de l’urbanisme, ed. de l’Aube, 2001

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 8


Objectifs irréalistes Actions isolées Action systémique

(Activité économique)

(Activité économique)

(Activité économique)
Axe du temps

Axe du temps

Axe du temps
Déchets

Déchets

Déchets
Air

Energie
Paysage

Air

Energie
Paysage

Air

Energie
Paysage
Eau

Transports

Eau

Transports

Eau

Transports
Thèmes

Thèmes

Thèmes
1 / Volonté politique
Tout comme le management de la qualité, le management environnemental est une démarche qu’il faut
amorcer par un choix politique. Par politique il faut entendre orientation majeure de gestion de la société.
Pour voir émerger une politique, il faut que le décideur soit amené à réaliser un diagnostic, qui mette en
avant les problèmes liés à son activité. Donc pour voir émerger une politique environnementale, il faut que
le décideur soit amené à réaliser un diagnostic environnemental, qui mette en avant les problèmes
environnementaux liés à son activité.

La politique environnementale naît d’une prise de conscience de ces problèmes. Le diagnostic est
généralement fait en externe, par les critiques des clients, et par nouvelles normes techniques. En bon
manager, le chef d’entreprise nomme alors un groupe de travail pour identifier l’ampleur des problèmes
évoqués en réalisant une pré-étude. La volonté politique est dans toute démarche le moteur principal,
puisque les budgets (ou les cautions financières) sont votées par les comités directeurs.

Considérons le cas d’un industriel produisant des tondeuses à gazon pour le service espace verts du
département de l’Essonne. En 2004 se met en place l’Agenda 21 de l’Essonne, et le conseil général initie
une politique d’achats « verts », en introduisant un critère environnemental dans toutes ses commandes.
L’industriel, qui souhaite conserver le marché, va alors réfléchir à un moyen de répondre aux critères.

2/ Décision
Pour évaluer l’intérêt du système de management environnemental, le groupe de travail nommé par le
décideur rédige une synthèse, qui s’attache à :

a) Fixer des objectifs généraux :planification des études préliminaires


b) Identifier les informations réglementaires : cadre législatif des processus concernés
c) Données techniques : liens avec l’environnement au sens large du terme
d) Enjeux : enjeux économiques, commerciaux et stratégiques
e) Pré-programme : objectifs prioritaires, responsable, moyens en personnel, planning, coût,
économies potentielles.

A l’issue de ce processus, le décideur a tous les éléments nécessaires à sa prise de décision. Si les enjeux
sont suffisants, il lance la procédure de système de management environnemental.

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 9


3/ Bilan environnemental
i - L’analyse systémique

Au vu des thèmes retenus, le bilan environnemental va s’attacher à décrire le site ou la chaîne de


production, à travers une analyse systémique : liste des procédés, des entrants, des sortants. Cette
analyse a pour objectif d’établir un inventaire pertinent des flux de matière et énergies sur le territoire
retenu, et des obligations réglementaires concomitantes. Ces données sont recueillies sur un territoire dont
l’étendue est à la mesure de l’implication ; il faut disposer d’indicateurs pertinents et de données récentes
pour cadrer la réflexion. Les impacts sur l’environnement doivent être exprimés sous forme de données
chiffrées sur les consommations et les déchets.
Le document de synthèse qui ressort de ce bilan fait ressortir les impacts significatifs de l’activité. La
notion de significatif tient beaucoup au territoire considéré. En effet la signification d’un impact n’a de
sens qu’au regard de la maîtrise du facteur d’impact : si un procédé fondamental entraîne des sorties, mais
que l’entreprise n’a aucune maîtrise de cette pollution, les impacts peuvent être considérés comme non
significatifs. Par exemple une entreprise moyenne qui consomme de l’électricité produit de fait des déchets
nucléaires ; cependant une production alternative sur site ne réduira pas significativement la production de
déchets de la centrale nucléaire.

Dans le même temps, l’étude rigoureuse du cadre réglementaire participe a un changement durable des
mentalités : au lieu de subir les changements du droit réglementant l’activité économique, l’entreprise doit
anticiper les nouveaux seuils légaux (quantité de rejets par kilo de produit, etc.) et les évolutions des
souhaits (cahiers des charges) exprimés par les clients.

Si en phase de fonctionnement, un processus ou une activité influe sur l’environnement (pollutions, rejets,
etc.), il faut étudier le profil des utilisateurs visés (en besoins et en rejets). Si le fabricant de tondeuse à
gazon considère comme prioritaire la réduction de la pollution au hydrocarbures de son moteur, il
analysera les rejets actuels en fonctionnement et lors de sa disparition (recyclage ou destruction).

ii - Les deux approches du SME : site et produit

Pour des raisons de type de production ou de diversité de l’activité d’une entreprise, il est parfois
incohérent de mettre en place un système de management environnemental pour toute l’entreprise. Tout
comme la comptabilité analytique sépare les tâches de chacun en fonction des produits, le management
environnemental peut se traiter en « approche produit ».

L’approche site est l’application à tout les processus d’une entreprise. L’analyse se fait par évaluation des
performances environnementales, ou EPE, qui porte sur l’évaluation des impacts ou des facteurs d’impact
liés à l'activité d'un site, du point de vue opérationnel et managérial.
L'évaluation des performances environnementales, ou EPE, est définie par l'ISO/TC2079 comme
"procédé visant à choisir des indicateurs environnementaux et à mesurer, analyser, évaluer, rendre compte
et communiquer la performance environnementale d'un organisme en la comparant avec des critères de
performance environnementale".
Elyo a développé une expérience dans l’assistance à la mise en place de système de management
environnemental en approche site. Spécialisé dans les services aux entreprises, en particulier pour la
fourniture d’énergie (électricité, gaz, flux chauds et froids), Elyo propose par exemple une gestion
rigoureuse de l’environnement de travail : l’ambiance intérieure est précisément conditionnée avec un
indice à paramétrage multiple permettant de prendre en compte en continu la température, l’humidité, la
pression, le débit d’air, le volume sonore ainsi que tout paramètre spécifique à l’application du client.

L’approche produit est l’application à la conception d’un bien ou d’un service. En approche produit,
l’analyse du cycle de vie (ACV) permet d’appréhender globalement tous les impacts sur l’environnement.
On quantifie les flux de matière et d’énergie associés aux étapes du cycle de vie ; le cycle de vie d'un

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 10


produit, procédé ou service rassemble les phases de fabrication, transformation, utilisation et
recyclage/destruction. Une ACV dresse donc un inventaire quantitatif et qualitatif des flux de matière et
d'énergie d'un système de production : consommation énergétique, volume des polluants atmosphériques
émis, charge sur l'eau, les sols, quantité et nature de déchets générés, utilisation de matières premières non
renouvelables. Ce système de management environnemental avec approche produit est souvent qualifié
d’éco-conception. Trois axes structurent cette approche : ACV, communication, innovation.
Pour une entreprise du secteur tertiaire produisant des services (« produits qui par nature se
déconsomment pendant leur production »), on parlera plutôt de système de management environnemental
d’une branche d’activité de l’entreprise, où l’on analyse les impacts des conseils ou des services fournis sur
l’activité économique considérée.

4/ Programme environnemental
i – Agir au vu du bilan

Le bilan environnemental a fait émerger les enjeux liés au site ou à l’activité économique considérée. Les
actions à engager pour intégrer les contraintes liées à ces enjeux sont initiées par un choix stratégique de
l’entreprise. Ce choix de la politique managériale fixe les thèmes prioritaires et objectifs attenants.
Le bilan environnemental n’est cependant pas la seule donnée considérée au moment où on dégage les
thèmes environnementaux prioritaires ; la cohérence avec la culture de l’entreprise, ainsi que les durées
envisageables de retour sur investissement (2 ans, 5 ans, voir plus) sont des axes de lecture privilégiés pour
le chef d’entreprise.

L’inventaire à permis de disposer de données chiffrées : on fixe des objectifs adaptés au potentiel
d’implication des acteurs, tant en terme humain qu’en terme de moyens. Ces objectifs doivent être validés
par les acteurs concernés (sous traitants, organismes subventionneurs, collectivités locales, et
éventuellement associations écologistes sensibles aux effets de l’activité de l’entreprise). Ces objectifs
seront le noyau de la communication liée au système de management environnemental.

Les actions pour atteindre les objectifs fixés doivent être écrites noir sur blanc. La direction de l’entreprise
valide les conclusions du groupe de travail qui liste les actions, les moyens et les responsables. Ce groupe
de travail est nécessairement composé des responsables des actions, aussi bien au sein de l’entreprise que
chez les partenaires éventuels. Ainsi si chez l’industriel, l’objectif est d’élaborer une tondeuse à gazon
décontructible (c’est à dire entièrement recyclable après démontage), il confie au chef de produit la
responsabilité de mener à bien le système de management environnemental. Ce chef de projet invite à son
groupe de travail le responsable des achats pour qu’il révise son cahier des charges, mais il invite
également le sous-traitant fabriquant la carrosserie, pour l’impliquer dans la démarche, pour s’assurer qu’il
a pris la mesure des enjeux (il perdra son marché si ses tôles sont dans un alliage trop chères à recycler).

ii - Les indicateurs de performance environnementale

Une fois qu’une liste d’actions est proposée, il faut s’assurer de la possibilité d’anticiper les contrôles et les
adaptations. La mesure des effets des actions prévues par le programme ne peut se faire que sur des
données chiffrées. Il faut donc trouver un moyen de quantifier les effets des actions engagées. Pour choisir
les indicateurs, il est intéressant d’étudier les expériences ayant déjà fait l’objet de comptes rendus
[PERSONNE, 1997].

Ainsi il ne suffit pas de mettre en place des actions environnementales, il faut aussi en avoir la maîtrise. Le
système de management environnemental est un outil théorique qui se heurte nécessairement aux réalités
du terrain. Pour maintenir le cap et atteindre les objectifs, il faut mettre en place des indicateurs. Ces
indicateurs permettent de s’assurer que la variable environnementale mesurée évolue dans le sens souhaité,
et indiquent lorsque l’objectif est atteint. Dans ce cas, il convient de fixer de nouveaux objectifs, plus

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 11


ambitieux.. Un système de réaction doit être prévu pour le cas où les indicateurs indiquent un
disfonctionnement du processus.

La maîtrise de l’information est la clé du management. La collecte de données pour quantifier l’impact des
décisions prises est donc décisive. Mais le nombre de paramètres liés à l’environnement est proportionnel
aux définitions qu’on peut trouver du mot environnement. Il est aussi lié au type d’utilisateurs : à chaque
niveau de diffusion correspond une quantité d’information. Si le responsable a besoin des données
techniques pour les comparer à ses objectifs, le grand public n’est intéressé que par les performances
globales : l’entreprise réduit-elle ses prélèvements, et ses rejets ? Par quantité décroissante de paramètres,
on trouve ainsi :

Type d’information Niveau de diffusion Utilisation

Données de base Niveau opérationnel Collecte


Indicateurs Direction de l’entreprise Analyse et comparaison aux prévisions
Indices Parties intéressées Contrôle des engagements contractés
Indices globaux Grand public Communication et image de marque

Pour passer d’un niveau à l’autre une analyse méthodique des données permet de réaliser une agrégation et
une pondération des données.

On remarquera une nouvelle fois la précision des termes, à laquelle il est important de s’attacher. Au
niveau qui nous intéresse (celui de la direction de l’entreprise, là où sont prises les décisions), on utilise des
indicateurs. Un indicateur est un paramètre, ou valeur dérivée d’un paramètre, donnant des informations
sur un phénomène ; il se doit donc d’être le plus représentatif possible.

Le choix des indicateurs doit se faire sur des critères objectifs ; l’Institut Français de
l’Environnement (IFEN) propose trois critères de validité des indicateurs, garantissant leur utilité et leur
fiabilité :

• Pertinence et utilité : pertinence par rapport aux besoins, liaison à un objectif, représentativité,
lisibilité.
• Justesse d’analyse : cohérence dans le temps et dans l’espace, existence d’un consensus quant à la
validité de l’indicateur, existence de valeurs de référence.
• Données : mesurabilité, sensibilité, précision.

Au delà des indicateurs disponibles, il faut s’assurer de l’utilité des informations collectées. Les indicateurs
mesurent trois types d’informations :

• Mesure des impacts et facteurs d’impact(processus néfastes) : pour quantifier les impacts sur
l’environnement. Si ces données sont stables, elles ne sont collectées que pendant l’audit. Les
impacts initiaux, supposés au minimum en adéquation avec la réglementation applicable, servent
de référence.
• Mesure des actions et des flux(processus bénéfiques) : pour vérifier que l’on fait ce qu’on a dit.
Ce sont les indicateurs les plus simples à mettre en place, puisqu’ils sont réalisées en interne.
• Mesure des résultats (état de l’environnement) : pour estimer l’utilité des actions. Ce sont les
indicateurs les plus difficiles à obtenir, puisqu’on ne quantifie pas une action ou un flux, mais un
effet.

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 12


Les données doivent être collectées de manière uniforme (pour pouvoir comparer deux séries de mesures).
Leur présentation se fait en fonction de la définition des objectifs : par domaine ou par thème.

Exemple de classement des indicateurs par domaine :

• Prélèvement de ressources
• Rejets de polluants
• Nuisances
• Risques

Exemple de classement des indicateurs par thème :


• Eau
• Air
• Déchets

La fréquence des mesures doit être optimisée pour ne collecter que les informations utiles ; en effet le
système de management environnemental est un outil intégré dans le processus de production. Les
contrôles ne doivent donc pas peser outre mesure sur le quotidien des employés. Le nombre de mesures
doit donc être réduit au minimum nécessaire, défini avec la théorie des erreurs (par rapport à la fiabilité et
la précision du capteur).

La non conformité des mesures doit être envisagée. A chaque objectif correspond une date et une valeur
(ex : « Réduction de 5% de la consommation d’eau avant le1er janvier 2006 »). Le choix des actions
aboutissant aux objectifs a été réalisé sur des critères d’efficacité supposés : on peut donc planifier les
résultats attendus. Les mesures sont comparées à ces prévisions.
Dans la mesure du possible on utilisera des mesures rigoureuses et déjà éprouvées, auxquelles on peut
appliquer la théorie des erreurs. Ainsi on pourra se donner une tolérance scientifique en cas d’écart aux
prévisions.

5/ Réalisation : faire et le faire savoir


Le principe moteur de la démarche est l’amélioration continue. Les aspects techniques sont donc supposés
s’auto réguler, via l’audit permanent. Pendant la réalisation, les efforts doivent donc se concentrer sur la
communication de la démarche. La communication permet de maintenir la dynamique que l’on a amorcé,
en publiant dès que possible les premiers résultats (même s’ils sont en dessous de prévisions). La
communication doit également insister sur le respect du calendrier : il ne faut pas que

La communication externe est le plus souvent la première raison pour laquelle une entreprise engage un
système de management environnemental. Tout doit donc être mis en œuvre pour que les personnes
concernées soient au courant des progrès réalisés. Par exemple un logiciel développé par Elyo acquiert,
enregistre et traite les signaux des analyseurs en pleine conformité avec les textes réglementaires et en
assurant une traçabilité totale. Un autre permet de diffuser en permanence de tels résultats sur Internet, au
service d’une politique de transparence.

La communication interne passe par la sensibilisation et la formation interne. Tout doit être mis en œuvre
pour garantir la motivation des acteurs, en particulier au sein de l’entreprise, puisque le système de
management environnemental va nécessairement bousculer les habitudes et les modes opératoires du
personnel, même de manière infime [LEGUY, 2002].

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 13


6/ Audit
L’audit nécessite rigueur et réactivité. En effet la spécificité de chaque entreprise et la quantité de
paramètres liés à l’environnement induit naturellement des inexactitudes dans les objectifs, les actions et
même parfois les analyses initiales. Il faut donc admettre et faire admettre dès le début de la réalisation les
aspects heuristique, itératifs, incrémentales et récurrentes de la démarche[ASCHER, 2001] : la démarche
fixe de nouveaux objectifs dès que les précédents sont atteints, l’écart perpétuel entre les mesures
effectives et des objectifs toujours plus ambitieux (mais aussi plus réalistes) maintenant la dynamique.
A cette dynamique on associe logiquement une évaluation dynamique : on modifie les actions et
l’organisation en fonction des résultats de l’analyse.

Puisque la méthode est systémique, les disfonctionnements envisagés sont pour l’essentiel liés à un non
respect de la démarche : oubli ou éviction d’une étape, données fausses, analyse erronée.

-IV- La certification : deux normes, deux échelles.

On ne peut pas traiter de système de management environnemental sans évoquer la certification et les
normes existantes ; en effet toute la rigueur des définitions et du champ lexical sont issues de la
normalisation institutionnelle française, européenne et internationale. C’est grâce à un langage commun
entre l’organisme certifié et l’extérieur que le système de management environnemental prend tout son
sens. La certification permet une reconnaissance extérieure forte de la démarche entreprise,
principalement dans le milieu professionnel. En effet le grand public est peu au fait des différentes
normes. De plus celles-ci ne garantissent que des moyens et non des résultats, alors que les citoyens ne
jugent généralement que les effets. Cette certification est surtout recherchée par les entreprises qui ont une
activité très polluante et une mauvaise image de marque, et qui montrent ainsi leur conformité à la loi.

L’enjeu de la certification est donc la communication : on dit ce que l’on fait. Cette communication n’est
pas nécessairement validée par un organisme. Une charte peut être mieux adaptée qu’une normalisation
pour expliquer sa démarche environnementale auprès du grand public.

1 / Reconnaissance internationale : les normes


Les deux grandes familles de normes sont les normes européennes et les normes françaises : les normes
françaises sont reconnues au niveau international, alors que les normes européennes n’ont pas
d’équivalence en dehors de l’Union Européenne. En attendant l’harmonisation de ces deux références, on
peut distinguer au sein de chacune de ces deux familles de norme celles qui valident les approches sites et
celles qui concernent les approches produit/service.

Eco-Audit/Eco-Label

L’éco-Audit et les éco-labels dépendent du système EMAS de normes européennes définies à partir de
1996. La norme EMAS II reprend la norme internationale ISO 14001.
Eco-Audit : document juridique d’une entreprise qui impose une transparence sur les résultats des
mesures réalisées (variations des indicateurs).
Eco-Label : L’écolabel européen peut s’adresser à toute catégorie de produits, exclusion faite des denrées
alimentaires, des boissons et des produits pharmaceutiques. Pour l’instant il existe 21 catégories de biens et
services référencés (accueil touristique, fertilisation des terres, etc.).
Concernant les Ecolabels, l’ADEME sur son site Internet, résume bien la situation :
Ecolabels et autres étiquetages environnementaux

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 14


Depuis la fin des années 80, les messages à caractère écologique imprimés sur les produits ou leurs emballages se sont
multipliés. Parallèlement, ils ont évolué : ils sont passés d'une génération de produits "sans" ("sans phosphates", "sans
chlore"…) à une génération de produits "plus" (augmentation de la biodégradabilité, de la teneur en recyclé…).
Ces produits ne s'adressent plus aux seuls consommateurs "écologistes", mais tentent de séduire l'ensemble des
consommateurs. Outre leur qualité écologique, ces écoproduits mettent en avant leur efficacité : un produit de meilleure
qualité environnementale doit également être un produit de qualité, apte à satisfaire les attentes du consommateur.
Aujourd'hui, si les écoproduits tendent à accroître leur efficacité et à réduire leurs impacts environnementaux, l'offre reste
encore très hétérogène et le consommateur peut légitimement mettre en doute la validité et le
sincérité de certaines déclarations environnementales.

ISO 14001 « Spécifications et guide d’utilisation »

C’est la norme française (AFNOR) reconnue au niveau mondial, qui certifie la méthodologie et liste les
procédés. Elle est associée à plusieurs sous-normes (140**) qui détaillent les principes génériques (14010),
les procédures d’audit (14011), etc.
Pour la communication, elle catégorise les étiquetages environnementaux :
14020 : principes généraux des étiquetages et des déclarations environnementales
14021 : autodéclarations environnementales
14024 : élaboration de critères et procédures de validation pour les écolabels
14025 : étiquetage normatif des résultats de l’ACV
La norme iso 140** entérine donc les trois types de signalétiques : les écolabels (listés), les auto-
déclarations (sans garantie) et les éco-profils (résultant de l’ACV).

NF X 30-300 « ACV »

Depuis mars 1996, la certification NF X 30-300 « Analyse du cycle de vie » (ACV) aboutit à la norme NF
environnement.
C’est la « compilation et évaluation des consommations d'énergie, des utilisations de matières premières, et
des rejets dans l'environnement, ainsi que évaluation de l'impact potentiel sur l'environnement associé à un
produit, ou un procédé, ou un service, sur la totalité de son cycle de vie ».
La marque NF-Environnement s’adresse aux produits destinés aux consommateurs et aux produits
intermédiaires. La liste est régulièrement réalimentée ; ainsi le service de transport collectif privé peut être
normé.

2 / Reconnaissance locale : les chartes


Sans valeur juridique, une charte marque l’engagement des acteurs et permet une appropriation collective
de la démarche. En tant qu’engagement moral, la charte a une plus grande signification auprès du public,
et la communication qui s’y rattache est plus évidente (car moins technique).

Les « Agenda 21 » se réclament de cette aspiration d’engagement spontané et volontaire. L’Agenda 21 de


l’Essonne, exemple disponible en annexe, décrit les engagements du conseil général, en reprenant les
principes inclus de manière très contraignante dans les certifications :

- Structuration des idées : « Une ambition, 4 orientations, 21 objectifs,120 engagements »


- Principe d’auto amélioration : l’acte fondateur met en place les instruments de sa propre
modification.

La réserve immédiate à cette démarche est sa pérennité fragile : si les acteurs perdent en motivation, leurs
actions n’auront plus la même portée, puisque l’engagement est moral, et non contractuel.
.

Un S.M.E. pour les O.A., 1e partie, RM, 1er semestre 2004 15


Deuxième partie : un SME pour les opérations d’aménagement

La démarche de système de management environnemental, dans son approche théorique et systémique,


convient aussi bien à un industriel pharmaceutique qu’à la production d’une voiture. Sa mise en place reste
cependant très lourde pour une société d’aménagement, si on doit passer par toutes les étapes énoncées
dans la première partie. Les opérations d’aménagement présentent suffisamment de similitudes et de
ressemblances pour qu’on puisse lister les étapes récurrentes (domaine d’étude, cadre juridique global)
pour poser par la suite les bonnes questions.

Il ne s’agit pas de proposer des solutions toutes faites et des outils techniques labellisés
« environnemental » ; l’enjeu est plutôt de traduire les termes du système de management environnemental
sous forme de méthodes, de responsabilités, d’actions.
Après avoir énoncé les principes généraux du système de management environnemental, et notamment les
deux approches « site » et « produit », l’étude se focalise sur les opérations d’aménagement. Celles-ci seront
considérées par la suite comme des « produits », dont on analysera le cycle de vie, de la volonté publique à
la remise des ouvrages et des biens. En effet vis à vis de l’aménageur, l’opération d’aménagement est le
produit (ou service) qu’il propose au maître d’ouvrage.

Pour cela il faut envisager :

- les enjeux majeurs du système de management environnemental des opérations d’aménagement ;


- le cadre réglementaire ;
- les étapes incontournables ;
- les thématiques récurrentes.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 16


-I- Domaine d’étude

1 / Qu’est-ce qu’une opération d'aménagement ?


i - Définition légale

Les actions ou opérations d'aménagement ont pour objet de mettre en oeuvre un projet urbain, une politique locale de
l'habitat, d'organiser le maintien, l'extension ou l'accueil des activités économiques, de favoriser le développement des loisirs et
du tourisme, de réaliser des équipements collectifs, de lutter contre l'insalubrité, de permettre le renouvellement urbain, de
sauvegarder ou de mettre en valeur le patrimoine bâti ou non bâti et les espaces naturels.
Article L300-1 du code de l’urbanisme

Si cette définition résume bien les objectifs d’une opération d’aménagement, elle ne peut suffire pour un
outil opérationnel. En effet, elle détaille les objectifs, et non les moyens mis en œuvre, et donc leurs
impacts potentiels. Cependant, elle met l’accent sur un point commun essentiel entre le système de
management environnemental et les opérations d’aménagement : ces deux processus oeuvrent pour la
mise en place d’un projet et d’une politique, l’affirmation de choix de direction.

ii - L’opération d'aménagement en tant qu’activité économique

L’opération d’aménagement sera considérée par la suite comme un service proposé par une entreprise,
l’aménageur, à un client, l’établissement public (collectivité locale, CCI, etc.). Le « produit » issu de ce
service a un prix d’achat (investissement), mais aussi des coûts inhérents à son cycle de vie :
consommation de ressources –éclairage public par exemple-, des coûts d’entretien, de nettoyage courant,
et à long terme de modification ou de démolition.

Ces coûts différés sont au cœur de la démarche du management environnemental, dans laquelle la notion
de durabilité des effets des décisions est un facteur décisif dans les choix stratégiques. C’est une prise de
conscience que l’aménagement n’a pas vocation à rechercher l’investissement initial minimum, puisque la
collectivité qui décide de l’aménagement aura nécessairement à assumer les conséquences financières de
ses choix budgétaires dans la durée.

2 / Les processus
Les processus entrant dans la réalisation d’une opération d'aménagement ne s’enchaînent pas
nécessairement de manière linéaire. Ces processus, souvent itératifs, comprennent des étapes détaillées
dans le cours d’urbanisme de troisième année de l’ESGT et schématisés dans la section V de la deuxième
partie. Il convient de retenir :

• Périmètre ;
• Modalités d’utilisation du sol ;
• Programme ;
• Contraintes (urbanisme, topographie, technique, servitudes) ;
• Composition urbaine ;
• Etudes techniques ;
• Bilan de l’opération ;
• Dossiers réglementaires ;
• Maîtrise foncière ;
• Travaux ;
• Commercialisation ;

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 17


• Cessions.
+Mesures d’accompagnement

Le système de management environnemental ne vient pas s’inscrire linéairement dans cet enchaînement, et
s’insère plutôt au cœur de chaque étape, et interagit avec chacune d’elles.

3 / Le pilote du projet
Au manager cité dans la démarche générale (première partie), on substitue désormais le maître d'ouvrage
public. Celui ci est dans son acception la plus globale un « établissement public » : collectivité territoriale,
établissement public d’aménagement, chambre de commerce et d’industrie, etc. Le maître d’ouvrage confie
à un aménageur la réalisation de l’opération d'aménagement. Cette opération a pour objet au sens de la loi
de « mettre en oeuvre le projet urbain » de l’établissement compétent en matière d’aménagement sur le
périmètre en question.

La notion d’aménageur est à prendre au sens large : c’est soit une composante de la collectivité publique à
l’initiative de l’ouvrage (régie), soit un aménageur privé dans le cadre du code des marchés publics, soit
encore une SEM dans le cadre d’une convention publique d’aménagement (maîtrise d’ouvrage déléguée).
L’approche, puisqu’elle est orientée « produit », reste la même quel que soit le statut de l’aménageur. Seules
les contraintes réglementaires ou contractuelles propres au statut de l’aménageur différeront.

Une fois que l’engagement politique en faveur d’une gestion environnementale de l’aménagement a été
arrêtée, l’aménageur est le principal responsable ; c’est lui qui a pour mission de mettre en œuvre cette
politique, à travers le système de management environnemental. L’aménageur a pour mission d’associer au
plus tôt l’ensemble des partenaires dans la démarche, afin qu’ils soient informés des objectifs et des
avantages du management environnemental.

-II- Initier un système de management environnemental (« Décision »)

La question est de savoir comment s’amorce la décision de création de système de management


environnemental. On occultera cependant les processus qui amènent des élus à initier une opération
d'aménagement, pour se concentrer sur le processus de conception de l’opération d'aménagement : pour
l’étude des processus de décision, on se réfèrera à l’étude réalisée en Juillet 2002 pour le compte du
ministère de l’équipement [ROUXEL, 2002].

Lorsqu’un élu s’intéresse à un site, ou souhaite réaliser un équipement public (ou les deux), il contacte un
urbaniste et un aménageur (SEM, société privée ou régie). Ensemble, par un processus itératif, ils se
donnent des objectifs, délimitent un périmètre d’action, et fixent des objectifs. Le programme est
déterminé en fonction des finances communales

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 18


Source des objectifs du programme

POLITIQUE :
Projet politique,
budget
PUBLIC :
Demandes,
apréhentions

AMENAGEUR :
Analyse
technique Programme

L’équilibre des forces en présence conditionne beaucoup le contenu final du programme. L’émergence de
l’urbanisme participatif et la décentralisation du pouvoir de décision conduit généralement le projet vers la
résolution de problèmes locaux ou la consécration de protectionnismes radicaux (« NIMBY : not in my
Back Yard »).
Répartition équilibrée entre
projet politique, données Collectivité à pouvoir Collectivité sans
techniques et participation politique fort volonté particulière

Pour pouvoir initier un système de management environnemental dans des conditions favorables à son
aboutissement, il faut que le management environnemental soit un des objectifs initiaux. Depuis les lois de
décentralisation, cet objectif est généralement la traduction des préoccupations des habitants : l’objectif
environnemental est issu d’une prise de conscience
de l’élu des problèmes environnementaux sur son
territoire de décision. Si l’élu souhaite réaliser un
aménagement intégrant des objectifs
environnementaux, l’aménageur doit le sensibiliser
à l’approche (à priori hermétique) du système de
management environnemental. A ce stade
l’aménageur est le pilier du management
environnemental. S’il n’est pas clair, pas
convainquant ou pas motivé, le système de
management environnemental sera incomplet,
inadapté, voire inexistant. Inversement si l’élu
s’approprie la démarche, celle-ci se place au cœur
du programme et influe sur tous les autres objectifs
initiaux.
Programme

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 19


Le maître d'ouvrage ne s’engage pas directement dans le management environnemental ; son implication
définitive ne se fera qu’après deux mises au point : un diagnostic environnemental (sommaire), et un
inventaire des conséquences et de leur coût humain et financier.

1 / Diagnostic environnemental
Le diagnostic environnemental sert à évaluer le potentiel d’un système de management environnemental
au regard de l’activité productive considérée et du mode opératoire actuel, et donc son effet prévisible sur
l’impact environnemental de l’activité. L’élu qui se dit intéressé par la démarche peut faire réaliser un
diagnostic environnemental, par exemple par l’aménageur. Cependant le diagnostic environnemental est
généralement imposé par les riverains : « cette opération doit conserver les panoramas », « il ne faut pas
aggraver les problèmes de saturation du réseau d’assainissement », etc.
Le diagnostic environnemental tel qu’énoncé dans la démarche théorique met en avant les impacts du
« produit » sur l’environnement, et estime les problèmes environnementaux qui en résultent. Ici le
processus de production étudié est la réalisation d’une opération d’aménagement. Le diagnostic détermine
si oui ou non un système de management environnemental aurait des conséquences significatives sur la
réduction des problèmes environnementaux. C’est une démarche qui évalue sans quantifier (contrairement
au bilan environnemental, qui vient dans un deuxième temps).

2 / Planification des études préliminaires


L’aménageur organise et commande les études préliminaires. L’élu et ses services, qui connaissent le
terrain, peuvent orienter l’aménageur vers des thématiques récurrentes sur leur territoire. Cette phase
stratégique a pour but de se donner les moyens d’obtenir un diagnostic pertinent, objectif et exhaustif.
Trop souvent les techniciens imposent des diagnostics erronés, bâtis sur des suppositions ou des effets de
mode, qui conduisent à la mise en place de solutions inadaptées (car résolvant un problème non avéré).

3 / Cadre réglementaire
L’aménagement, même sans système de management environnemental, est réalisé dans le respect d’un
cadre législatif lié à l’environnement. Ce cadre traduit généralement la direction dans laquelle les taches
doivent être réalisées. Il révèle les acteurs incontournables et indique les responsabilités de chacun. Le
premier objectif du système de management environnemental est de se donner les moyens de s’assurer le
respect de ce cadre réglementaire ; dans un second temps, le système de management environnemental ira
au delà, en anticipant les réglementations, et en fixant des seuils plus ambitieux.
Le cadre réglementaire est composé de 4 types de normes : les lois, les documents d’urbanisme, les
dossiers réglementaires et les contrats. A cette liste on peut ajouter les directives européennes, qui sont le
cadre de la future réglementation nationale.
Cette première liste de texte n’est pas exhaustive : il ne s’agit là que d’un inventaire des textes structurants.

i - Le cadre législatif

Si respecter les textes qui encadrent l’activité est l’objectif de base du système de management, il est
également important de s’intéresser aux motifs du législateur et aux textes généraux (premiers articles des
codes, préambules des lois, etc.) : ces derniers indiquent la tendance législative et l’orientation des futurs
textes.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 20


Code de l’urbanisme (articles L300-1 à L318-9)
Le code de l’urbanisme pose la définition d’une opération d’aménagement, et représente donc le
fondement de leur cadre législatif. Ce code consacre d’ailleurs l’intégralité du titre I du livre III aux
opérations d’aménagement : il met en avant les responsabilités des acteurs, mais insiste surtout sur la
nécessité de mettre en place une concertation avant toute opération d’aménagement. Le premier article de
ce chapitre insère au cœur de la définition les prémices de la réglementation environnementale en matière
d’opérations d’urbanisme :
Article L300-1 Les actions ou opérations d'aménagement ont pour objet […] de sauvegarder ou de mettre en valeur
[…] les espaces naturels.

Code de l’environnement (articles L110-1 àL216-13 et L541-1 à L541-50)


Le code de l’environnement est par définition un cadre majeur pour le management de l’environnement.
Il définit l’environnement comme « les espaces, ressources et milieux naturels, les sites et paysages, la
qualité de l'air, les espèces animales et végétales, la diversité et les équilibres biologiques auxquels ils
participent » (Art. 110-1). Les quatre principes qui résument son approche sont détaillés dans le même
article :
« 1º Le principe de précaution, selon lequel l'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et
techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque
de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable ;
2º Le principe d'action préventive et de correction, par priorité à la source, des atteintes à l'environnement, en utilisant
les meilleures techniques disponibles à un coût économiquement acceptable ;
3º Le principe pollueur-payeur, selon lequel les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et
de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur ;
4º Le principe de participation, selon lequel chacun a accès aux informations relatives à l'environnement, y compris
celles relatives aux substances et activités dangereuses, et le public est associé au processus d'élaboration des projets ayant
une incidence importante sur l'environnement ou l'aménagement du territoire. »
Sauf aménagement exceptionnel, le principe de précaution ne concerne pas les opérations
d’aménagement : les connaissances scientifiques et techniques sont suffisantes. Par contre les trois autres
principes, puisqu’ils déterminent l’esprit dans lequel sont rédigées les articles suivants, mérite qu’on s’y
attarde.
Le principe d’action préventive et de correction est un principe moteur du management environnemental.
Le principe de pollueur payeur se rattache à celui d’action préventive, mais il insiste sur les responsabilités.
Le principe de participation est le plus ambitieux (et donc le moins appliqué), et il se rapproche de l’idéal
du développement durable(respect de l’homme et de la nature).
En vertu de ces principes, le code consacre des articles à la gestion de l’eau, à l’assainissement, ou aux
déchets, qu’il convient d’aborder au vu du programme et des contraintes de chaque opération.

La loi Montagne et la loi Littoral


Ces deux lois ne sont à considérer que si l’opération se situe dans leur périmètre d’application. Si elles sont
en partie insérées dans le code de l’urbanisme, il convient de considérer que tous les articles concernent
l’aménagement du territoire.

Le code des marchés publics


Ce code ne concerne par définition que les opérations d'aménagements dont le maître d’ouvrage est une
collectivité publique. Son évolution, entre autres en matière environnementale, est rapide et suppose une
grande réactivité des entreprises concernées. Les articles 14, 45 et 53 contiennent chacun la notion de
protection de l’environnement, dans la réalisation des équipements publics éventuels décidés au sein de
l’opération d’aménagement.

L’article 14, à propos de la définition des critères de sélection, évoque une possibilité, et n’est pas
contraignant. L’article 45, qui concerne la présentation des candidatures, demande de juger sur le « savoir-
faire des candidats en matière de protection de l'environnement »). Ne pas en tenir compte, c’est pour le coup risquer
de passer à coté d’un contrat. L’article 53 stipule que « pour attribuer le marché au candidat qui a présenté l'offre

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 21


économiquement la plus avantageuse, la personne publique se fonde sur divers critères variables selon l'objet du marché,
notamment […] ses performances en matière de protection de l'environnement. » C’est la justification majeure du
système de management environnemental au moment où les opérations d’aménagement sont en train
d’être attribuées par mise en concurrence.

Ces articles vont dans le sens de la politique des « achats verts » des collectivités, qui se systématise
progressivement. Le département de l’Essonne entre autres, à travers son Agenda 21 local, met en avant
son souci d’achat écologique.

Code général des collectivités territoriales


Ce code est le cadre législatif le plus contraignant, puisqu’il fixe les réalités financières : il définit les
budgets et les affectations obligatoires des impôts locaux. A ce titre il cadre les obligations de la collectivité
en matière de réalisation et d’entretien des équipements qui seront réalisés, entre autres, sur la zone de
l’opération. Dans le même temps il réglemente les décisions municipales en matière de règlement de zone.

Exemple :Article L2213-2 du CGCT

Le maire peut, par arrêté motivé, eu égard aux nécessités de la circulation et de la protection de l'environnement :
1º Interdire à certaines heures l'accès de certaines voies de l'agglomération ou de certaines portions de voie ou réserver cet
accès, à certaines heures, à diverses catégories d'usagers ou de véhicules ;
2º Réglementer l'arrêt et le stationnement des véhicules ou de certaines catégories d'entre eux, ainsi que la desserte des
immeubles riverains ;
3º Réserver sur la voie publique ou dans tout autre lieu de stationnement ouvert au public des emplacements de
stationnement aménagés aux véhicules utilisés par les personnes titulaires de la carte de stationnement prévue à l'article
L. 241-3-2 du code de l'action sociale et des familles. Il peut délivrer des autorisations de stationnement, donnant droit
à l'usage de ces emplacements sur le territoire communal, aux personnes titulaires de la carte Station debout pénible
prévue à l'article L. 241-3-1 du même code. Le stationnement sans autorisation d'un véhicule sur ces emplacements
réservés est considéré comme gênant.

Cette grande étendue de pouvoirs est généralement mal acceptée par les administrés, mais c’est un moyen
puissant de réaliser ses objectifs en matière environnementale : cet article est un pilier juridique à la mise
en place de quartiers où la voiture n’est plus que tolérée.

ii - Les documents d’urbanisme

Le code de l’urbanisme décrit les documents d’urbanisme à ellaborer. Les prescriptions qu’ils contiennent
sont cependant propres à chaque collectivité locale liée à l’aménagement. Le PADD n’étant plus
opposable depuis la loi « Urbanisme et Habitat » de 2003, ce n’est pas un cades contraignant.

- Le PLU doit être compatible avec les documents supérieurs (DTA, SCoT, PDU, PLH, SDAGE,
SAGE, etc.).
- Art L123-1 CU : « Les plans locaux d'urbanisme […]précisent les besoins répertoriés en matière […]
d'aménagement de l'espace, d'environnement, d'équilibre social de l'habitat, de transports, d'équipements et de
services. Il peut […] prévoir les actions et opérations d'aménagement à mettre en oeuvre, notamment pour mettre en
valeur l'environnement, les paysages. »
- Art L123-8 CU : « Le maire peut recueillir l'avis de tout organisme ou association compétents en matière
d'aménagement du territoire, d'urbanisme, d'environnement ». La pression croissante des associations et la
mise en place d’une gouvernance citoyenne va renforcer l’influence de ce texte.
- Art R 123-2 CU : « Le rapport de présentation […] analyse l'état initial de l'environnement ». C’est donc, s’il
est suffisamment complet, une source non négligeable de références pour évaluer l’effet du
système de management environnemental. L’alinéa 4 conclue en disant que le PLU « Evalue les
incidences des orientations du plan sur l'environnement et expose la manière dont le plan prend en compte le souci de
sa préservation et de sa mise en valeur. »

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 22


- Art R 123-9 relatif au règlement du PLU : « L'aspect extérieur des constructions et l'aménagement de leurs
abords ». Cette règle peut être un frein à la mise en place de systèmes alternatifs d’aménagement
(buttes, mares, revêtements spéciaux, mais aussi panneaux solaires, etc.).

iii - Les dossiers réglementaires

Une opération d'aménagement n’a pas nécessairement de procédure associée. L’expérience montre
cependant que pour des raisons de temps et de découpage foncier, les procédures font gagner du temps et
cadrent la réalisation.
- DUP : la déclaration d’utilité publique. Sans lien avec l’environnement
- ZAC : règlement intégré au PLU, établi au regard des documents d’urbanisme. Concertation
création modification du PLU réalisation. Se référer aux règles concernant le PLU
- Lotissement : règlement.
- Etude d’impact : CODE DE L'ENVIRONNEMENT (Partie Législative), Chapitre II : Etudes
d'impact, Article L122-1 (définie à l'article 2 du décret nº 77-1141 du 12 octobre 1977).
Lotissement : si hors PLU et une surface hors oeuvre nette de 3 000 mètres carrés ou plus.
- Dossier « Loi sur l’eau » : plus de 3ha

iv - Les contrats

En plus de toutes les obligations légales auxquelles sont soumises les opérations d’aménagement,
l’aménageur est lui même soumis à des obligations contractuelles qui dépendent de son statut, mais aussi
des demandes des clients (mairies ou particuliers). Lorsque l’aménagement est réalisé en régie (par une
collectivité locale), les obligations sont souvent implicites ou sous entendues. Pour identifier les liens entre
les décideurs et les opérationnels, il est plus intéressant d’analyser un contrat écrit. L’exemple des
conventions publiques d’aménagement (CPA), qui lient une SEM à une collectivité locale, est représentatif
du rapport contractuel. En effet, même si elle n’est pas imposée à un aménageur privé réalisant une
opération d’aménagement privée sur une parcelle privée, sa rédaction reprend l’esprit dans lequel les
parties signent le contrat, et pose les limites juridiques des actions de l’aménageur. La CPA étudiée est le
modèle du réseau FNSEM.

La CPA énonce en introduction les objectifs de la collectivité. Son cadre législatif est les articles L 300-
4, L300-5 du code de l’urbanisme, et les articles L1523-1 et suivants du code général des collectivités
territoriales. Elle contient, comme le rappelle l’article 1, « le principe, le programme, la délimitation et les
éléments financiers prévisionnels » choisis avec la collectivité.

La Convention publique d'aménagement liste les domaines que l’aménageur peut réglementer, via le
contenu du cahier des charges de cession ou de concession des terrains, dans une ZAC ou dans une
opération incluant une procédure d’expropriation. Ce cahier des charges peut s’intéresser à la gestion des
terrains acquis au nom de l’utilité publique, aux « prescriptions techniques, urbanistiques et architecturales
imposées aux utilisateurs et à leurs entreprises et maîtres d’œuvre » et déterminer « les modalités de la
gestion des équipements d’intérêt collectif et précise, le cas échéant, les modalités de création et de
fonctionnement d’une ou plusieurs associations syndicales d’utilisateurs ».
Cette liste de prescriptions autorisées reprend l’essentiel des objectifs d’une opération d’aménagement : ce
n’est donc pas un cadre à priori contraignant. Au contraire, ce cahier des charges sera un levier majeur du
système de management environnemental.

Le cas échéant, l’acte de vente des terrains est l’occasion de signer une convention entre l’industriel et le
gestionnaire de l’infrastructure d’assainissement, laquelle fixe les caractéristiques maximales, et en tant que
besoin minimal, des effluents au réseau (arrêté du 2 février 1998).
La non réalisation des constructions prévues sur les terrains à bâtir dans les quatre années de la vente
soumet l’acheteur à la TVA.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 23


v - Prospection juridique

Une veille juridique doit pouvoir permettre d’anticiper l’entrée en vigueur des nouvelles lois, et de s’assurer
que les objectifs fixés par le système de management environnemental sont au moins aussi ambitieux. Les
textes de lois et les jurisprudences du Moniteur sont à ce titre un support fondamental.
Par exemple le numéro du 14 mai 2004 évoque le projet de loi d’orientation sur l’énergie. Ce projet de loi
est issu des orientations de la politique énergétique française, qui évoque entre autres que « l’Etat
accordera ainsi en matière d’infrastructures la priorité aux transports en commun dans les zones
urbaines […]tout en tenant compte des impératifs liés au développement économique et à l’aménagement
du territoire », et que le PLU devra inciter aux économies d’énergies. Ce dernier principe prend forme
dans l’article 8 du projet de loi, qui tend à autoriser un dépassement du coefficient d’occupation des sols
pour permettre la réalisation de travaux d’isolation thermique et d’équipement en énergie renouvelable sur
des bâtiments anciens.

L’insertion d’une charte de l’environnement dans la constitution montre bien l’importance croissante de
l’environnement dans toutes les décisions de l’Etat. De même l’Europe est un moteur important du
durcissement de la réglementation environnementale. La directive cadre4 relative à la qualité des eaux
souterraines fixe par exemple des seuils, que la France appliquera à moyen terme (à priori fin 2005).

4 / Données techniques
L’aménageur peut apporter des réponses techniques à une volonté politique ; mais encore faut-il que cette
volonté politique soit issue de l’analyse de l’ensemble des données. Les données techniques du seul
programme ne suffisent pas pour avoir une vision globale de l’aménagement : l’aménageur, en relation
avec les services de la collectivité maître d’ouvrage, les analyse au regard des données propres au site.

i - Analyse du programme

Au regard du programme, on peut dresser une liste sommaire des impacts environnementaux de
l’aménagement. Par exemple la topographie indiquera l’ampleur des éventuelles masses de terre à déplacer,
les activités prévues sur le site engendreront des flux particuliers, etc.
Il faut donc évaluer le nombre programmé d’habitants dans la zone, les rejets spécifique au type
d’entreprises souhaité (principalement les industries), le nombre d’emplois implantés sur le site.
Ce programme permet d’établir un dimensionnement « classique » des équipements publics nécessaires, en
particulier des réseaux (Puissance électrique, emprise des chaussées, diamètre des canalisations, quantité de
déchets, etc.).

ii - Analyse du site

L’analyse du site doit révéler ses points forts, des points faibles, ses contraintes. Le périmètre d’étude et le
périmètre d’intervention sont choisis en accord avec l’élu commanditaire.
La qualité paysagère, le trafic automobile, les caractéristiques de la nappe phréatique (hauteur, pollution),
et tous les problèmes majeurs relevés sur le site ou dans les environs immédiats (ex : saturation du réseau
d’assainissement) doivent être évalués. Une zone urbanisable peu dense n’aura jamais un réseau de
transports en commun amortissable au vu des pratiques urbaines actuelles.

5 / Enjeux

4 directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 24


L’analyse des données réglementaires et techniques est la clé de voûte du système de management
environnemental : cette pré-étude d’impact doit dégager des enjeux clairs. Les flux engendrés par les
activités ont-ils un impact significatif sur le site considéré ?

La détermination des enjeux est la dernière étape théorique de la démarche : on confronte les données
purement techniques et juridiques (programme de l’opération et cadre réglementaire) aux données
purement physiques du sol (site). Ce comparatif doit aboutir à une synthèse claire permettant au comité
de direction du maître d’ouvrage une décision éclairée. A une problématique doit correspondre une
proposition de réponse argumentée. Ainsi pour un site non urbanisé abritant une faune locale remarquable
(traversée de grand gibier, espèce ornithologique rare, etc.), l’aménageur doit consulter les personnes
compétentes pour évaluer la compatibilité du programme avec le maintien de l’activité des animaux sur le
site. Inversement il faut mesurer l’adaptation du site au programme : un quartier d’habitat à proximité
immédiate d’une infrastructure de transport très bruyante (autoroute ou aiguillage de voie ferrée)
nécessitera des mesures préventives d’insonorisation.

L’étude d’impact, obligatoire pour les ZAC et les lotissements de plus de 3000 m² de SHON, reprend
l’essentiel de l’étude des enjeux ; c’est alors le document de référence. Chronologiquement, il est important
d’effectuer cette démarche avant toute procédure réglementaire : la liste des enjeux de l’aménagement est à
considérer comme un support de travail et non comme une pièce réglementaire extérieure à la démarche.
Si l’étude d’impact intervient trop tardivement dans la démarche, elle ne pourra que s’opposer de manière
manichéenne au projet : telle partie du programme est réalisable en l’état, telle partie doit être revue ou
supprimée.

Plusieurs organismes nationaux ont vocation à faciliter cette démarche. L’Agence de développement et de
la maîtrise de l’énergie (ADEME) met à la disposition des entreprises et des collectivités une abondante
documentation méthodologique et thématique, qui dresse un inventaire exhaustif des questions qu’il faut
se poser. En Ile-de-France, l’Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies (ARENE)
met à disposition des aménageurs une équipe de spécialistes (« conseil express »), qui participent à la
démarche de diagnostic de l’opération. Cette aide se poursuit dans la phase de bilan et dans la
programmation.

6 / Pré-programme
i - Objectifs prioritaires

Si les enjeux issus du diagnostic environnemental sont suffisants, on détermine les objectifs prioritaires. Ce
choix est soit fait directement par les élus, soit issu de la concertation avec les habitants, l’aménageur et les
services de l’Etat.

On ne peut dissocier le site de ses occupants : le site a forcément un contexte politique. Les pratiques des
riverains de la zone ou des résidents contigus à celle-ci peuvent favoriser la réalisation d’un programme
environnemental, tout comme elles peuvent la compromettre. Un quartier historiquement structuré en
comité de quartier ou d’association de riverains sera assez vite radical sur l’existence ou non de problèmes,
et sur les solutions à apporter. L’exemple du quartier de la Roseraie à Angers prouve le rôle majeur de la
concertation. Il est donc important de mesurer la sensibilité des habitants sur les différents sujets.

Des enjeux techniquement fondamentaux peuvent être dès lors écartés au profit d’enjeux politiquement
forts, du fait de leur application visible, et de la sensibilisation des administrés. Pour permettre à l’élu de
faire la part des choses, il faut lui exposer l’ensemble des dimensions du thème. En cela l’identification des
objectifs relève de la planification stratégique [Lacaze, 1997] : le projet politique de la collectivité pour son
territoire imprègne à priori les décisions opérationnelles des élus.
Dans le même temps l’aménageur doit évaluer les enjeux économiques, commerciaux et stratégiques pour
son entreprise.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 25


La lisibilité des objectifs doit être la priorité de la réflexion : il faut prévoir l’implication de tous les
intervenants (maître d’ouvrage, maître d’œuvre, utilisateurs et gestionnaires du site).

ii – Recherche de partenaires

La rédaction du pré-programme environnemental est la première phase visible du système de management


environnemental, puisqu’elle aboutit à un document écrit. Cette matérialisation de la démarche permet aux
partenaires de mesurer l’implication du maître d’ouvrage et de son aménageur, et donc de se positionner
par rapport à cette démarche. Les partenaires de la démarche sont nombreux, et dépendent du type
d’aménagement. Un démarchage précoce permet de valoriser l’importance de ces intervenants.

- ARENE
- ADEME
- Association Orée ;
- Agence de l’eau ;
- DRIRE.

Les utilisateurs doivent aussi être considérés comme des partenaires.

-III- Bilan environnemental

Le bilan environnemental est une analyse systémique des impacts identifiés. Il permet de quantifier les
impacts retenus comme « significatifs » par le diagnostic environnemental, pour étudier les réponses
techniques aux objectifs prioritaires. Il s’appuie sur les analyses de la phase d’identification des enjeux, au
vu des objectifs prioritaires fixés.

1 / Le cycle de vie de l’opération d’aménagement


Une opération d’aménagement ne génère directement de flux de matière et d’énergie qu’en phase travaux ;
cependant les impacts sur l’environnement ne sont pas limités dans le temps : l’aménagement est construit
dans la durée. Il serait absurde de choisir un mode de réalisation labellisé « environnemental » pour ses
faibles nuisances immédiates sur l’environnement, si celui-ci nécessite à court ou moyen terme une
intervention lourde et à fort impact environnemental. Par exemple, à une autre échelle de temps et
d’espace, la question de l’énergie nucléaire civile est une référence de choix majeur d’aménagement.
Même si personne n’a un contrôle total sur la vie de la zone, la phase d’études doit donc anticiper trois
phases dans la « vie » de l’aménagement : la réalisation, l’utilisation/entretien, et l’évolution.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 26


Source : Agora21

Au stade de la réalisation, l’impact sur l’environnement est évident : les travaux perturbent l’équilibre
existant. La réduction des nuisances sur les espaces naturels (écosystèmes) et sur les riverains pendant les
travaux peut se faire grâce à l’insertion de ces critères dans le choix des méthodes et des matériaux.

Tout équipement a un mode d’utilisation et d’entretien : il faut étudier les impacts des différents
systèmes concurrents au vu de leur installation, mais aussi de leur utilisation et de leur entretien. Le
principe de fonctionnement des réseaux

Tout comme le système de management environnemental est une démarche réflexive, la réalisation d’une
opération doit s’interroger sur sa propre adaptabilité aux futurs aménagements. Si les méthodes
nécessaires pour démolir et réutiliser les matériaux de chantier

2 / Quantifier l’existant et dimensionner le projet


A chaque étape du cycle de vie, il faut associer des données, pour pouvoir fixer des objectifs chiffrés. Le
programme de l’opération peut directement se traduire par des données de référence, en particulier dans le
domaine de l’assainissement : les abaques et les formules donnent les débits, les diamètres de canalisation
et les seuils de saturation (déversoirs d’orage, etc.).
Les contraintes réglementaires sont également une référence utile : la confrontation du dimensionnement
issu du programme avec les seuils légaux permet de déterminer des ratio.
Les relevés sur le terrain permettent dans le même temps une connaissance minimum du site. Ainsi les
sondages géologiques indiquent la porosité, la portance et la pollution du sol, des pointages locaux
peuvent comptabiliser les individus de telle ou telle espèce présents sur la zone, etc.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 27


La connaissance de la topographie, de la pluviométrie, et de l’ensemble des données du site est à priori une
nécessité pour toute opération d’aménagement ; cependant, les techniciens responsables de la collecte de
données doivent faire un inventaire orienté, c’est à dire qu’ils doivent être conscient du traitement qui sera
fait à leurs données.

-IV- Programme environnemental : des thèmes et des objectifs pour agir

1 / Thèmes prioritaires
Plutôt que de s’éparpiller du fait des nombreuses définitions du concept d’environnement, il faut cerner
les thèmes environnementaux prioritaires : ces thèmes doivent être en cohérence avec l’échelle de
l’aménagement. Ainsi l’investissement dans un lotissement de 10 lots pour développer une centrale de
cogénération et un réseau de chauffage urbain dépasse largement l’investissement concevable pour la
commune ou pour les foyers.
Cet engagement doit être incontestable : il faut avoir les moyens de ses ambitions. Outre la
communication, il faut affecter des budgets, en particulier pour les études préliminaires, qui ne
commencent jamais trop tôt.

2 / Fixer des objectifs réalistes


A partir du bilan environnemental, mais surtout des crédits disponibles, on confronte les priorités et les
contraintes matérielles ou humaines. A ce titre l’expérience allemande est intéressante : par une
redistribution astucieuse des crédits, entre autre des crédits d’entretien et de maintenance, des villes
comme Freiburg ou Stuttgart on su dégager des lignes de crédit.
La limite française de ce système est l’égalité des utilisateurs devant les services : tout permis de construire
accordé entraîne une obligation de desserte de la construction par les réseaux (collecte des déchets, eau
potable, etc.). De plus les contributions annuelles des gestionnaires des réseaux publics de distribution,
assises sur le nombre de kilowattheures distribués à partir des ouvrages exploités en basse tension, nuisent
à leur volonté de réduire les consommations des utilisateurs. « Il est interdit aux entreprises, nonobstant
toutes stipulations contractuelles contraires, de récupérer soit sur les consommateurs, soit sur les autorités
concédantes, [cette] contribution » (art. 2224-31 du code général des collectivités territoriales). La
collectivité ne peut donc pas indemniser le gestionnaire en cas de réduction de la consommation d’énergie
par habitant.

3 / Des actions chiffrées

Chaque action engagée doit avoir un effet prévisible et mesurable. Un graphique simple représentant
l’évolution théorique des indicateurs relatifs à l’action engagée doit être disponible dès le début de la
collecte d’information.
Ainsi un aménageur a qui on confie la deuxième tranche d’un lotissement avec pour mission de
développer un SME « eaux pluviales » doit être en mesure de publier annuellement un document
équivalent au graphique suivant.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 28


Debit maximum dans le réseau EP (L/s/m²)

3 Mesures de
référence
2.5 Tolérence
maximum SME
2
Mesures SME
1.5
Seuil légal
1
Débit idéal
0.5
1 2 3 4 5 6 7
Tolérence
Mois caractéristiques du climat minimum SME

Plusieurs remarques sont à faire sur ce graphique caractéristique. D’abord les objectifs sont ici atteints : le
seuil légal n’est pas dépassé, et les mesures restent à l’intérieur des tolérances. On remarque aussi que
l’objectif « idéal » est un débit faible mais régulier vers la station d'épuration, dont le coût de mise en place
a été jugé trop élevé dans un premier temps.

Si ce graphique ne peut être établi et affiché, personne ne pourra évaluer les effets, et les personnels en
charge des mesures vont négliger voir omettre d’effectuer les mesures.

4 / Les sources des indicateurs


i – Bases de données nationales

Plusieurs organismes sont chargés de la collecte nationale des données environnementales. Pour la qualité
de l’air, on peut citer le Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution
atmosphérique (CITEPA). Pour la qualité de l’eau, le Réseau national des données sur l’eau5 centralise les
informations suivant une méthode rigoureuse qui fait référence.

Plus généralement L'IFEN anime et coordonne la collecte, le traitement et la diffusion de l'information


statistique et des données sur l'ensemble des thèmes environnementaux, en particulier dans le domaine de
l'eau, l'air, le bruit, les déchets, l'état de la faune et de la flore, l'occupation du territoire, l'environnement
littoral et marin ainsi que les risques naturels et technologiques. Il participe à la définition et à
l'harmonisation des méthodologies utilisées pour la collecte des données sur l'environnement, à des fins de
connaissance statistique et générale.

ii - Collecte personnalisée

Il faut compléter ces données par des mesures spécifiques, planifiées dans la durée. L’ADEME
recommande des analyses 6 mois et 18 mois après la fin du chantier pour mesurer la réussite du projet et
effectuer les derniers ajustements.

La collecte d’information s’effectue soit en interne, soit sur commande à des organismes spécialisés. Par
exemple pour un S M E concernant le déroulement du chantier, il peut être demandé aux entreprises de

5 RNDE : http://www.rnde.tm.fr

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 29


communiquer à l’aménageur les quantités de déchets collectés dans chacun des containers mis en place.
Ces données seront à comparer aux prévisions de déchets réalisés en amont : diagnostic amiante sur les
bâtiments à démolir, etc. Si les actions n’ont d’effet qu’après le départ des ouvriers (Cf. graphique
précédent)

-V- Des actions pour atteindre les objectifs

L’aménageur est le pivot de la démarche ; il intervient dans chacun des processus composant l’opération
d’aménagement, et met en place les moyens pour réaliser la politique choisie. Il convient de revenir sur
chacun de ces processus (entrées, contenu, sorties), pour visualiser dans le temps de l’opération l’effet du
S.M.E. sur ces étapes.

Chaque action doit concourir à un objectif retenu (« conserver un bosquet permettant le maintient des
traversées du site par les grands mammifères », etc.). Cette action doit avoir un acteur, un impact un
planning.

L’intervention de l’aménageur de fait en quatre phases :

- Définition du programme (décision)


- Gestion des études et des débats
- Réalisation du programme public
- Rédaction de prescriptions (cahiers des charges)

Au sein de ces phases il faut rechercher

- Action
- Moyens
- Responsables
- Impact escompté
- Mesures et seuils critiques

Le schéma suivant résume les phases et les actions, dont les détails seront expliqués par la suite.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 30


Les processus d’une opération d’aménagement

Processus classique Processus de ME


Constat de carence en :
• Equipements Pression environnementale citoyenne
et législative
Entrées • Image de la collectivité Sensibilité de l’élu aux enjeux
• Finances communales
Décision

environnementaux
Contexte politique (Rapports de force)
Définition : Réflexion sur la relation entre
Processus 1

• Détermination des objectifs l’aménagement envisagé et les


Composantes
• Recherche de moyens de mise données environnementales locales
en oeuvre connues.
Périmètre d’étude Demande d’inventaire quantifié
Sorties Pré-programme

Processus classique Processus de ME


Périmètre d’étude
Entrées Pré-programme
Demande d’inventaire quantifié
Choix d’un aménageur (régie / convention) Inventaire des données du site
Etude de faisabilité du programme : Inventaire des impacts du programme.
Conception

Composantes

Urbanisme, technique, foncier, économique. Cadre législatif sommaire


Choix de la procédure Données techniques et indicateurs
Identification des acteurs et de leurs
contributions (subventions, etc.)
Processus 2

Enjeux majeurs de l’opération


Retour en phase 1 ou Pré-projet : Engagement public des élus (Choix d’un
• Périmètre d’intervention type de communication)
Sorties
• Programme
• Plan masse

Processus classique Processus de ME


Entrées Pré-projet Engagement public des élus
Réalisation

• Etudes complémentaires Montage financier.


Processus 3

• Travaux Durée d’amortissement.


Composantes • Commercialisation Amorce des processus liés à la construction
et à la cession des ouvrages.
• Vente
Mise en place des capteurs/enquêtes.
Sorties Arrivée des occupants SME techniquement viable

Processus classique Processus de ME


Entrées Arrivée des occupants SME techniquement viable
Processus 4
Clôture

Transfert foncier public Structuration des utilisateurs en association,


Composantes Reddition des comptes syndicat, etc.
Départ de l’aménageur
S M E durable,
Sorties Gestion des ouvrages et des
en auto-amélioration permanente
systèmes du nouveau quartier

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 31


1 / Choix des matériaux et des méthodes
i – Matériaux et équipements

Le S M E, dans la perspective d’amélioration continue, va toujours rechercher les matériaux (type de sol,
etc.) et les équipements (chauffage urbain, etc.) les plus performants au regard des critères donnés (prix,
efficacité, recyclage, etc.). les normes NF environnement sont des références labellisées qui peuvent
servir d’appui au programme :

NF010 Boites aux lettres


NF024 Mobilier d’extérieur
NF072 Pavés en béton
NF164 Bornes pavillonnaires
NF301 Bloc baies aluminium à rupture de pont thermique
NF368 Portes extérieures

Si l’objectif affiché est la maîtrise des rejets de gaz à effet de serre, l’énergie consommée pour produire les
matériaux, transport compris, est étudiée. Ainsi lorsque la filière locale existe, elle permet de réduire
significativement les rejets dans l’atmosphère (moins de transport). Cependant, la faible sensibilisation et le
manque de résultats visibles pour le public rend délicate la communication de ce genre d’objectifs.

Si l’un des objectifs est la mutabilité du lieu (changement d’affectation envisagé ou anticipation d’un
éventuel autre aménagement), le choix d’un aménagement déconstructible peut être retenu. La
déconstructibilité s’oppose à la démolition : les matériaux qui composent l’objet sont assemblés de
manière à pouvoir être démontés : vissés, emboîtés, posés, mais jamais mélangés. Ces matériaux peuvent
donc simplement être réutilisés ou recyclés. Très employé en construction HQE, ce raisonnement pourrait
s’appliquer à des routes ou à des ouvrages de terrassement.

ii – Méthodes de réalisation

En France les raisonnements et les méthodes de calcul qui conduisent à la réalisation des ouvrages sont
figés : les réseaux sont déterminés suivant des formules de dimensionnement (abaques, etc.). Les
méthodes de réalisation sont également liées à des habitudes ; le mauvais recyclage des déchets malgré les
obligations juridiques en est un bon exemple.

Pendant les études préliminaires, le management environnemental oblige à remettre en cause les logiques
passe-partout, pour employer des méthodes innovantes ou « alternatives ». Ceci est particulièrement vrai
pour les réseaux d’eau, où les formules « standard » ont pour but d’éloigner le plus vite possible les eaux
qui tombent sur une surface.

Pour le dimensionnement le bureau d’études VRD doit donc être choisi pour ses références dans des
zones équivalentes, en fonction des objectifs fixés.

En phase chantier on peut aborder le problème des nuisances causées au riverains (bruit, poussières), et
étudier la réduction des pollutions (traitement des déchets, protection du sol). Encore une fois tout
dépend du rapprochement entre le site et le programme : la densité de la zone et le type de procédés
d’aménagement/construction conditionnent les priorités.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 32


2 / Viabilisation des terrains
Le non respect des prescriptions architecturales dans les lotissements et les interminables procédures de
contentieux qui en découlent ont amené les aménageurs à intervenir de plus en plus à l’intérieur des
terrains privés, pour réaliser les clôtures, les murets ou les revêtements de stationnement extérieur.
L’institutionnalisation de cet interventionnisme peut être mise à profit pour installer chez les futurs
occupants (habitants ou entreprises) des équipements participant au SME : puits infiltrants, cuves pour
écrêter les débits d’orage, etc. La SEM Essonne Aménagement a appliqué ce principe aux lots libres (libre
choix du constructeur) d’un quartier de Verrières-le-Buisson, où elle a facturé aux acheteurs un puits
infiltrant pour les eaux pluviales. Ce traitement sur site des eaux de pluies répondait à une saturation du
réseau EP de la ville et une relative perméabilité des sols.

3 / Cession des terrains aménagés


L’aménageur se voit confier des terrains à viabiliser, en vue d’y réaliser des équipements et un programme
privé (logements et commerces). Pour les terrains privés, la commercialisation des charges foncières et de
la SHON de l’opération se fait habituellement sur deux axes [Lacaze, 1997] :

Au niveau micro-économique, deux types de facteurs de localisation sont devenus prééminents : le premier concerne le
mode de vie des cadres, ingénieurs et techniciens qui sont le support de la valeur ajoutée des entreprises de haute
technologie. Pour attirer et retenir ces salariés, les industriels implantent plus volontiers les usines et les centres de
recherche dans ou près des villes où ces spécialistes aiment vivre. Cette tendance se traduit par deux effets importants :

- d’une part, une valorisation des sites à fortes potentialités de loisir et de tourisme qui se manifeste par un
retournement des courants migratoires interrégionaux au bénéfice des régions méridionales et des littoraux ;
- d’autre part, une attention accrue aux performances du système éducatif local et aux possibilités de loisirs de toute
nature qui pose très directement la question en terme d’équipements publics.

Le second facteur nouveau de localisation consiste en la recherche d’une synergie entre l’image de modernité de l’entreprise
et l’image de la ville ou de la région urbaine où cette entreprise s’implante, afin de valoriser l’entreprise aux yeux de ses
visiteurs, clients, fournisseurs, prestataires de service et partenaires divers.

L’intérêt du SME dans le deuxième axe de commercialisation est évident, puisqu’il labellise la qualité réelle
ou ressentie du cadre de vie et de l’environnement local : calme, sécurité, proximité d’un parc ou d’un
site de loisir. Par exemple l’industriel ayant labellisé (charte ou certification) ses tondeuses à gazon est
spontanément à la recherche d’un lieu de production confortant son image de marque écologique. Cette
commercialisation orientée lors de la recherche et l’accompagnement des constructeurs, des utilisateurs et
des résidents éventuels de l’aménagement doit permettre d’amener naturellement le SME et ses
contraintes éventuelles : « on vous offre un site méthodiquement protégé, à vous de maintenir le cap ».

Le risque est en effet que le règlement de zone que l’aménageur instaure (cahier des charges constructeur,
cahier des clauses techniques et architecturales) soit perçu comme une restriction des libertés personnelles
de l’acquéreur du terrain. Ces conditions d’accès à la zone doivent être justifiées et réalistes, faute de quoi
les charges foncières ne seront jamais vendues : les contraintes doivent être supportables et les surcoûts
amortissables rapidement (ou bien subventionnés). Lorsque la priorité fixée pour le SME est
l’optimisation des rendements énergétiques, la mise en place d’une chaufferie urbaine peut être envisagée.
Quand les études montrent que la consommation estimée permet une durée rapide d’amortissement si
tous les utilisateurs s’en servent, l’aménageur conditionnera la cession de la charge foncière à l’utilisation
de cet équipement.

Le respect des prescriptions aménageur (ex : consommation énergétique des constructions inférieure à
100kWh/m²/an) passe par l’analyse des permis de construire, comme elle a été instaurée dans certains

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 33


aménagements allemands (cf. Annexes : Scharnhausen Park, Stuttgart). Le contrôle des autorisations de
construire suppose alors que le cahier des charges de l’aménageur ait été validé par les services compétents
de la collectivité.

Cette obligation d’utiliser les équipements construits doit être transformé en sentiment d’appartenance à
un lieu préservé, lors de l’adhésion à une structure fédératrice dont les caractéristiques doivent être
adaptées aux usages :

• Accueillir les nouveaux habitants


• Limiter l’impact financier du SME
• Disposer d’une structure souple
• Porter des investissements
• Prendre des décisions rapidement
• Garantir la pérennité des services
• Participation de la collectivité à la structure

En fonction des thèmes du SME et des priorités retenues, la structure adaptée sera sous le régime
juridique de l’association, de la convention, de l’association foncière urbaine libre, de la SEM ou du
Groupement d’intérêts économiques (GIE). Cette structure pourra gérer le SME mis en place par
l’aménageur, et réfléchir sur l’amélioration et la détermination d’objectifs plus ambitieux.

A ce titre la ville de Freiburg (Allemagne) est une référence : la création des KIOSK (Commerce,
Information, Organisation, auto-gestion -Selbst-~-, Culture) dans le quartier environnemental de
Riesenfeld est une réussite. Ces centres de vie, regroupant des services transférés dans leur locaux finaux
au fur et à mesure de la réalisation des équipements publics, ont fédéré les primo habitants (covoiturage,
etc.), créant une ambiance de quartier et provoquant le sentiment d’appartenance au lieu. Aujourd’hui, ces
groupements ont évolué vers des associations qui veillent entre autres au maintien des bonnes habitudes
(pas de stationnement sauvage dans les zones « voiture tolérée », entretien des noues).

4 / Une communication claire et intelligible.


Communiquer pour une bonne identification auprès des riverains, des élus, des partenaires (organismes de
subvention, sous traitants) et des futurs utilisateurs.
La communication autour du système de management environnemental conditionne sa réussite : les
exigences auxquelles le système doit répondre doivent être claires, transparentes, scientifiquement solides
et documentées. Ces quatre conditions sont d’ailleurs reprises dans la norme internationale ISO 14021 de
septembre 1999 relative aux auto-déclarations. Cette communication doit également se faire en parallèle
des quatre processus de l’opération d’aménagement (Décision, conception, réalisation, clôture).
Pour autant si la communication est une action nécessaire à la réussite, ce n’est en aucun cas un moyen
suffisant ; elle provoque la curiosité et sensibilise, sans pour autant convertir Si les concepts
environnementaux se heurtent à des idées hostiles, la communication sera peine perdue.

i - La communication interne

Il ne faut pas sous estimer les moyens, en particulier au sein de l’équipe d’aménagement : ce sont les
employés qui appliquent (ou non ) le système de management environnemental au quotidien. S’ils ne se
l’approprient pas, le système sera un boulet pour l’équipe d’aménagement.

Plusieurs types de discours sont possibles en fonction de la sensibilisation des interlocuteurs : d’un exposé
des sanctions encourues par la société si elle ne met pas en place le SME, on peut évoluer vers des notions
plus diffuses.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 34


1. La rapidité d’évolution législative, qui oblige à mettre en place un outil réactif
d’anticipation des lois (Noyau de la communication) ;
2. La perspective de nouveaux clients et de nouveaux marchés ;
3. La conscience professionnelle et la satisfaction d’une réalisation « durable ».

ii - La communication à destination de la collectivité cliente

Il ne faut jamais oublier que les élus sont les responsables de la mise en place de la démarche. Ils doivent
être tenus au courant de résultats, qu’ils soient bons ou mauvais. Le réalité politique fait que l’élu souhaite
être réélu, et que donc il exige d’être mis en avant comme pilote de la démarche et responsable des bons
résultats ; négliger la communication vis à vis de la collectivité porteuse, c’est risquer de perdre son allié le
plus influent dans la mise en place du SME.

iii - La communication externe

L’abondance de labels et de certifications disponible ne doit pas être reproduite dans la communication vis
à vis des tiers, mais choisie en les identifiant.
Les « parcs d’activité » (concept moins dévalorisant que « zone d’activité ») vont employer la même
communication que celle qui a attiré les acquéreurs des terrains : la démarche PALME, de l’Association
Nationale pour la Haute Qualité Environnementale des Espaces d'Accueil d'Entreprises résume bien cette
communication.
Les zones mixtes ou à dominante habitat, la communication vers l’extérieur sert surtout à maintenir la
motivation des habitants (respect des installations et des pratiques instaurées). Si dans un quartier ou la
voiture est « tolérée »

Pour appuyer toutes les campagnes de promotion de la démarche, l’ADEME dispose d’une
documentation riche, claire et percutante à ne pas négliger.

4 / Rechercher des financements


i – Budgets

La réflexion en « cycle de vie » des équipements installés sur la zone fait généralement ressortir les
économies réalisables à moyen ou long terme en réalisant un investissement supérieur en études et en
travaux : les économies réalisables sur les coûts variables (fonctionnement) compensant les coûts fixes
initiaux. Cependant ce changement dans les mentalités et dans les méthodes administratives de gestion des
budgets est délicat : il suppose la ventilation des coûts d’investissement entre le budget « investissement »
classique et le budget « fonctionnement » du maître d’ouvrage.

L’article L2333-68 du code général des collectivités territoriales stipule que la commune peut exiger des
entreprises de la commune un versement proportionnel à leur nombre de salarié, pouvant servir au
financement des opérations visant à améliorer l'intermodalité transports en commun-vélo. La mise en
place d’un SME sur une grosse opération de la commune (au moins 5% de population concernée), de par
sa transparence et son efficacité, peut justifier la création de ce nouvel impôt, tant que les entreprises s’y
retrouvent. Ainsi une commune dortoir rurbaine de 3000 habitants qui crée un « parc d’activités »
apportant une centaine d’emplois peut justifier avec le SME ce nouvel impôt, qui passera d’autant mieux
que 90% des entreprises de la commune seront nouvelles et sans référence fiscale historique. A charge
pour l’aménageur de mettre le SME au service d’une desserte cyclable suffisante pour les déplacements
internes (de l’entreprise au restaurant, par exemple) et de dialoguer avec le gestionnaire du réseau de
transports publics local.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 35


ii – Subventions

Il n’y a pas un interlocuteur unique concernant les subventions environnementales. De plus celles-ci sont
créées, renommées ou supprimées au gré des élections. L’expérience des autres aménageurs et des
organismes environnementaux (ADEME en particulier) permet un gain de temps appréciable. Si les
subventions fluctuent énormément d’une année sur l’autre, la tendance générale va tout de même vers une
implication croissante des collectivités. En effet chaque collectivité doit selon le code de l’urbanisme
contribuer à la protection de l’environnement (Art L110) : si cet article n’est pas applicable en l’état, il
résume cependant la tendance.

Le territoire français est le patrimoine commun de la nation. Chaque collectivité publique en est le gestionnaire et le
garant dans le cadre de ses compétences. Afin d'aménager le cadre de vie, d'assurer sans discrimination aux populations
résidentes et futures des conditions d'habitat, d'emploi, de services et de transports répondant à la diversité de ses besoins
et de ses ressources, de gérer le sol de façon économe, d'assurer la protection des milieux naturels et des
paysages ainsi que la sécurité et la salubrité publiques et de promouvoir l'équilibre entre les populations résidant dans
les zones urbaines et rurales et de rationaliser la demande de déplacements, les collectivités publiques
harmonisent, dans le respect réciproque de leur autonomie, leurs prévisions et leurs décisions
d'utilisation de l'espace.

Les agences de l’eau sont des acteurs majeurs de la protection de la qualité de l’eau, comme par exemple
l’Agence de l’eau Seine Normandie, qui subventionne études, mise en place, investissements, et même
fonctionnement des équipements alternatifs. Plus spécifiquement l’ADEME et la DRIRE subventionnent
les études et les équipements innovants, comme les capteurs solaires, et facilitent l’obtention de fonds
européens (SGAR entre autres)

-VI- Anticiper contrôles et adaptations

Le système de management environnemental est une démarche réflexive, c’est à dire qu’elle fixe des
objectifs, analyse les effets de chacune de ses actions, et qu’elle en tire les conséquences avant de fixer de
nouveaux objectifs. Pour que ce système soit réactif et flexible, il faut que les données collectées puissent
immédiatement être comparées aux données prévisionnelles. Chaque action a en effet un effet supposé et
un effet réel, qu’il convient de rapprocher.

Où s’arrête le rôle de l’aménageur dans le SME ? La difficulté pour l’aménageur est d’obtenir les
informations, de s’assurer qu’elles sont analysées, et le cas échéant qu’elles donnent lieu à des ajustements,
alors même que l’opération d’aménagement est terminée (opération close). On peut raisonnablement
considérer, comme le préconise l’ADEME en matière de bâtiment, que le bilan définitif peut être établi 18
mois après la fin du chantier. Lorsque l’objectif d’une zone résidentielle est un taux d’utilisation des modes
de transport autre que la voiture supérieur à 40%, un comptage des véhicules sortants ou entrants de la
zone sera effectué 6 mois et 18 mois après la fin des travaux. Cependant ceci suppose que l’aménageur ou
ses représentants aient toujours un droit d’accès aux terrains ; à défaut de pouvoir continuer les mesures
(défaut d’accès ou coût trop élevé), il faudra admettre que tout a été mis en place pour que les objectifs
soient atteints.

Comment conserver la culture de l’innovation et de l’anticipation technologique et réglementaire lorsque


l’aménageur s’est retiré ? Il faut principalement un organe d’auto gestion environnementale, tel qu’évoqué
dans les actions au chapitre V. La gestion ne relève plus alors de l’aménageur : il peut la suggérer, mais
l’opération d’aménagement est alors terminée (en attendant une autre opération plusieurs dizaines
d’années plus tard, reprenant tout ou partie du périmètre).

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 36


SME sur la gestion des terres

Une opération d'aménagement destinée à réaliser un programme de locaux d'activités (parcelles à priori "de niveau")
est à réaliser sur un site à relief conséquent et avec un sol de portance inégale. La solution standart reviendrait à
supprimer le relief et de garantir la portance avec l'apport de remblais extérieures. Pour réduire les coûts et minimiser
l'impact paysager, l'aménageur met en place un SME.

Actions de l'aménageur Processus Communication

Analyse du
Propositions / Conseils Décision climat politique :
enjeux, pressions
Exemples, références

Management Etudes Sensibilisation aux intentions,


Concertation
- les formes urbaines et la topographie,
"Développement durable"
- les équipements (stabilisation du sol),
- les méthodes de mise en oeuvre.

Chantier à faible nuisances Travaux Information, explications


Panneaux pour les riverains
Contrôle direct du Palissades participatives
respect des engagements ;
Collecte externe d'indicateurs

Règlement de zone Clôture Implication des acquéreurs,


Commercialisation orientée
Accueil personnalisé,
Plantation des talus en fonction des besoins

Transmission des données du SME


Explication des contraintes et des modes opératoires
Proposition de structuration en association
Conclusion sur la méthode

Règles performancielles plutôt qu’ exigencielles

Plutôt que de rechercher les objectifs et les moyens de les atteindre, l’urbanisme actuel (ou « neo
urbanisme ») « privilégie les objectifs, les performances à réaliser, et laisse -voire encourage- les acteurs
publics et privés à trouver les modalités de réalisation de ces objectifs pour la collectivité et pour
l’ensemble des intervenants. »[ASCHER, 2001]

L’approche systémique permet d’utiliser pour la collectivité tous les outils techniques, financiers et
politiques à disposition ; la confrontation entre le système proposé et la réalité sociale et politique du
terrain doit aboutir à des processus fonctionnels et réalistes. Un bon système de management
environnemental, tout comme un bon aménagement, se reconnaît à son intégration dans l’existant. Si le
quotidien des acteurs du S.M.E. est trop contraignant (formulaires interminables, mesures pénibles, trop
chères ou trop fréquentes), il est voué à l’échec. De tous les paramètres mis en place lors de l’étude, c’est à
priori le facteur humain qui est le plus sensible.

Un S.M.E. pour les O.A., 2e partie, RM, 1er semestre 2004 37


Exemples de SME : Fiches thématiques

Il est important d’insister sur le rapprochement entre le site et le programme ; une fois seulement les
objectifs environnementaux prioritaires isolés, on choisit son degré d’implication.

Les thèmes évoqués ici ne sont pas exhaustifs : ils reprennent les problématiques les plus courantes liées à
des sites classiques et des programmes de moyenne importance. Ce ne sont des méthodes de réflexion, et
en aucun cas des solutions universelles.

1. Eaux pluviales et assainissement collectif


2. Chantier en ville
3. Paysage remarquable
4. Déplacements en zone périphérique
5. Energie en zone urbaine dense

Pour chaque cible environnementale (« confort acoustique », « eaux de pluie », etc.), la structuration du
résonnement ne doit rien au hasard :

1. Enjeux : principe général de la démarche.


2. Données : ce qui peut être collecté.
3. Responsable : celui qui collecte, celui qui est responsable en cas de résultats anormaux, etc.
4. Partenaires : les bases de données, les conseillers techniques, les partenaires financiers.
5. Objectifs : la volonté, les indicateurs, leurs valeurs de référence, les objectifs intermédiaires.
6. Actions : les moyens d’obtenir les valeurs souhaitées.
7. Contrôles : le management de la collecte et du traitement des données.
8. Réalisations exemplaires : les systèmes qui ont déjà été reconnus pour leur performance.

On associera à chaque thème l’exemple d’une réalisation existante (plaine de l’Ain, Parc d’activité de
Landacrès, etc.). Les exemples sont choisis en particulier pour l’accès facile aux informations techniques
relatives à ces aménagements, du fait d’une communication soignée, ou de l’utilisation de méthodes et
d’équipements bien maîtrisées et détaillées par les agences de l’environnement (ARENE et ADEME).

Un rapprochement est également fait avec les 14 cibles définies pour les bâtiments par l’association HQE.

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 38


Eaux pluviales et assainissement collectif

L’eau est un thème qui n’a pas attendu le renforcement de la législation pour être abordé dans les
aménagements, puisqu’elle est liée à un risque direct (l’inondation), et que la pollution de l’eau a entre
autres des effets immédiats (contamination de l’eau potable, destruction des écosystèmes). La
problématique de l’eau pluviale est souvent traitée en faisant référence à des « techniques alternatives
d’assainissement » ; ces méthodes, loin d’être nouvelles, ont pour principe fondateur le traitement des eaux
au plus près de leur lieu de rejet (ou de précipitation). A ce titre, les mémoires d’élèves de l’ESGT ne
manquent pas, surtout depuis l’application de la loi sur l’eau [DEMAILLY, 2003].

L’Association HQE a mis la gestion de l’eau en cible n°5, et propose à ce titre :


• gestion de l'eau potable
• recours à des eaux non potables (récupération des eaux de pluie)
• assurance de l'assainissement des eaux usées
• gestion des eaux pluviales sur la parcelle

La problématique de l’eau étudiée ici concerne les zones où le réseau d’assainissement est rapidement
saturé, lorsque le sol est assez perméable, avec une la nappe affleurante et peu polluée. Tout autre
diagnostic du site rend les recommandations suivantes caduques. Le programme étudié est un programme
mixte Activités et habitat, à dominante logement.

Les données juridiques sont en évolution permanente, même si le calendrier prévisionnel mis en place
en Europe n’est pas respecté [Bouillon, 2004]. La tendance va vers un respect des textes originels :

« L'eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource
utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d'intérêt général.
L'usage de l'eau appartient à tous dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits antérieurement établis.
Les coûts liés à l'utilisation de l'eau, y compris les coûts pour l'environnement et les ressources elles-mêmes, sont supportés
par les utilisateurs en tenant compte des conséquences sociales, environnementales et économiques ainsi que des conditions
géographiques et climatiques. ». Article L210-1 du code de l’environnement

Le retard dans le calendrier réglementaire prévisionnel européen illustre en fait les très grandes difficultés méthodologiques à
établir des objectifs et des paramètres précis acceptables par les Quinze aujourd’hui, par les vingt-cinq Etats membres demain.
Ce «bon état » suppose que l’information soit disponible, que les paramètres d’évaluation soient déterminés, que les objectifs
soient quantifiés et enfin que les mesures d’amélioration soient identifiées. Ce travail d’analyse est en cours, mais les difficultés
sont nombreuses. Il y a donc une « bataille des chiffres » prévisible. Cette phrase, issue du rapport parlementaire sur
l’eau [Miquel, 2004] indique l’état d’avancement des textes : les normes contraignantes ne verront donc pas
le jour de sitôt.

Par opposition à un cadre juridique fluctuant, les données techniques sont disponibles, et en particulier
les indicateurs d’efficacité des actions engagées, avec par exemple le classement suivant.
La méthode d'analyse du système d’évaluation de la qualité des eaux souterraines (SEQ) défini par les
agences de bassin permet de voir évoluer les facteurs de pollution de nappe, et suit trois étapes :

- une analyse des paramètres physico-chimiques, bactériologiques, hydrobiologiques. Les


paramètres qui peuvent être analysés se chiffrent par centaines. Le nombre de mesures varie selon
les paramètres (entre une et plusieurs centaines de mesures). Chaque paramètre est noté de 0 à
100.

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 39


- un regroupement des paramètres par type d'altération. Cette notion est à la base du SEQ. Une
altération est un regroupement de paramètres de même nature ou ayant le même effet
perturbateur. Plusieurs paramètres peuvent contribuer à une même altération (exemple : le pH, les
chlorures, le sodium et les sulfates, concourent à la même altération « minéralisation et salinité»).
La plus mauvaise note d'un paramètre donne la note de l'altération. On compte une douzaine
d'altérations (voir tableau 1).
- les altérations déterminent, par calcul automatique, des classes de qualité (très bon, bon,
passable...). Le problème principal à ce stade est la fixation du seuil de passage d'une classe à une
autre. Les seuils ont d'ailleurs été modifiés au cours des différentes versions du SEQ.

Les hauteurs de nappe (évolution dans le temps) permettent d’apprécier la capacité d’absorption du sol.

L’aménageur réalise le réseau en vue de le rétrocéder au gestionnaire du réseau de la commune (régie,


concessionnaire, contrat de fermage). Il dirige les études de sol et de dimensionnement des ouvrages, et
travaille l’interaction entre la forme urbaine et la forme optimale du réseau : noues, bassins intermédiaires,
espaces verts infiltrants. A lui de choisir le BET « hydraulique » le plus efficace sur l’objectif retenu (rejet
zéro dans le réseau, etc.), à partir des références de l’entreprise.
L’aménageur doit aussi prévoir la désignation des animateurs du SME, pour qu’une fois la zone en activité,
les objectifs soient atteints ou revus à la hausse. Dans le domaine de l’eau, l’aménageur se trouve face à des
interlocuteurs sensibilisés, et qui ont à gérer au quotidien un risque d’inondation et de pollution ; cette
urgence relative facilite généralement la signature de partenariats. Les syndicats des eaux comme celui de la
vallée de l’Orge sont d’ailleurs les premiers à imposer un « rejet zéro » dans les zones à fort risque de
montée en charge du réseau.

- acquéreurs (entreprises ou particuliers)


- gestionnaire du réseau
- agence de bassin

Objectifs :

- Ne pas saturer les réseaux existants


- Diminuer les consommations et rejets à la source.
- Rechercher un débit minimum continu assurant l’auto curage des ouvrages et l’insertion paysagère
des ouvrages de surface (maintien en eau des noues et bassins)
-
Schéma de principe (Source : ADEME)

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 40


Les actions concernent l’espace public, mais aussi les particuliers.
- Application de schémas de voirie intégrant des noues infiltrantes, des chaussées réservoir.
- Installation dans les parcelles de systèmes alternatifs d’assainissement permettant la collecte et le
recyclage de l’eau (réservoirs enterrés à vie biologique autorégulée, avec des bactéries adaptées) et
formation des habitants à son utilisation (ne pas vider le réservoir, pour assurer la survie des
bactéries entre autres).
- Rédaction d’un cahier des charges de zone à destination des utilisateurs, contenant les
prescriptions en matière de constructions : toitures terrasse et utilisation des eaux de pluie dans les
chasses d’eau.
- Multiplication des bassins exceptionnels de stockage en cas de fortes précipitations (parkings
submersibles sur 30cm, stades sur remblai à fort indice de vide, etc.)
- Mise en place d’une procédure d’alerte en cas de prévision de fortes précipitations pour la mise en
sécurité des surfaces submersibles.

La donnée centrale est le débit de fuite. En phase études, un double contrôle peut être envisagé. Le BET
VRD fournit à l’aménageur un projet fidèle au cahier des charges approuvé par les partenaires et conçu en
relation avec l’urbaniste de la zone. Ce projet est lui même validé par les intéressés (contrôle du
dimensionnement).

Le parc des justices, à Verrières le Buisson (91), est un bon exemple d’intégration en phase d’études de la
problématique de l’eau. La réglementation imposant un débit quasi nul pour les pluies de fréquence 20 ans
ou moins, les solutions techniques ont intégré plusieurs types de pluie. Ainsi la pluie faible est absorbée ou
évaporée au niveau des noues, une couche poreuse stocke une pluie moyenne sous les noues, et les pluies
exceptionnelles débordent via un trop plein sous le stade de foot attenant. Au final le débit de sortie est
peu dépendant de la quantité de précipitations.

Chantier en ville

La quiétude et la sécurité des riverains est un objectif populaire, mais qui n’est cependant pas l’enjeu
technique le plus important, au vu du traitement des déchets, ou de l’optimisation des volumes de terre
déplacés. Le schéma résumant le SME sur la gestion des terres a été exposé dans le chapitre précédant.
Considérons un chantier à proximité d’un échangeur, sur un terrain accidenté (vallon) de portance inégale,
nécessitant des démolitions, pour implanter des entreprises de logistique.
Les déchets vont coûter de plus en plus cher, que ce soit les déchets ménagers ou du BTP. Or, si on ne les gère pas
intelligemment, ils représenteront des postes budgétaires d’autant plus importants. Nous sommes donc contraints de mettre en
place des systèmes de tri et de développer le recyclage des rebuts, selon Jean-Pierre Brest, chef de bureau des
partenariats et des actions territoriales en 2003 à la sous-direction de la qualité et de la construction au
ministère de l’Equipement. Les coûts de chantier étant de toute manière amenés à augmenter, autant
limiter cette augmentation en étudiant les filières de gestion les plus économiques.

L’association HQE prévoit déjà pour la réalisation des bâtiments les prescriptions suivantes.
Cible 2 : Choix intégré des procédés et produits de construction
- adaptabilité
- choix des procédures de construction
- choix des produits de construction

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 41


Cible 3 : Chantiers à faibles nuisances
- gestion différenciée des déchets de chantier
- réduction des bruits de chantier
- réduction des pollutions sur la parcelle et dans le voisinage
- maîtrise des autres nuisances de chantier

Catégories de déchets :

- les déchets inertes: pierres naturelles, terre et matériaux de terrassement, plâtre, céramique,
matériaux de démolition non mélangés, verre ordinaire, laines minérales, ...
- les déchets ménagers et assimilés: emballages, bois, plastiques, métaux, quincaillerie, serrurerie,
accessoires pour peinture et matériels souillés secs, produits mélangés issus de chantiers de
réhabilitation, ...
- les déchets dangereux subdivisés en trois sous catégories: Ies déchets dangereux des ménages,
Ies déchets d'activités de soins et assimilés à risque, Ies déchets industriels spéciaux tels que
peintures, bois traité avec des oxydes de métaux lourds, amiante friable, hydrocarbures ...

Le cadre juridique est la loi du 13 juillet 1992 relative à l’élimination des déchets et à la récupération des
métaux, qui prévoit depuis le 1er janvier 2002 le recyclage de tous les déchets de chantier non ultimes.
Outre ces déchets, la pollution des riverains, l’évacuation des déchets courants de chantier, ou l’énergie
nécessaire à la fabrication et à la mise en place des matériaux sont facilement mesurables (matériaux
respectant les normes NF environnement par exemple).

En marchés publics, le Cahier des Clauses Administratives Générales précise que l'entrepreneur
procède, au fur et à mesure de l'avancement des travaux au nettoiement et à la remise en état des
emplacements mis à sa disposition par le maître d'ouvrage pour l'exécution des travaux. L’aménageur est
donc le rédacteur du cahier des charges destiné au maître d’œuvre.

Le maître d’œuvre est l’homme clé du chantier, et un cahier des charges incluant une obligation de
mesures des paramètres étudiés doit permettre respect des engagements. Il faut profiter des initiatives des
fédérations régionales de TP. Depuis plus de trente mois, les fédérations départementales collaborent avec
les DDE à la réalisation de plans départementaux de gestion des déchets du BTP. L’objectif est de dresser
un état des lieux départemental, d'évaluer la production de déchets de chantier, de recenser les filières de
stockage et de tri, d'identifier les situations de carence et de proposer des solutions pour renforcer ou créer
les filières.
Les clients sont à priori à la recherche de terrains bien situés et facilement aménageables : une plate-forme
stabilisée pour implanter un bâtiment sans étages. A charge pour l’aménageur d’étudier finement les
attentes du client, particulièrement en terme de surface d’un seul tenant, pour pouvoir limiter les
déplacements de terre, et reporter les surcoûts en matière de construction sur les économies de
terrassements.

- Réduire les déplacements de terres traditionnellement réalisés


- Trier les déchets
- Réduire les nuisances des riverains

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 42


L’aménageur fixe un cahier des charges à l’urbaniste et au maître d’œuvre pour mettre en place les actions.

- Plutôt que de remplacer la terre instable par un matériau transporté à grand frais, on concentre
autant que possible les charges les plus lourdes sur les sols à portance adaptée.
- La terre déblayée est utilisée pour le paysagement du site (buttes, aménagements anti-bruit)
- organisation des approvisionnements, stationnement, maintient des poussières de chantier,
palissade participative
- Réduire le bruit, les poussières, les perturbations du trafic.

Les cahiers des charges sont également les contraintes permettant le contrôle :

- de la quantité de terres déplacées


- de l’intégration des horaires de départ et d’arrivée des riverains

Pour l’adaptation de l’aménagement aux rejets de ses utilisateurs, le parc d’activité de la Plaine de l’Ain fait
référence, avec un accompagnement personnalisé des nouveaux arrivants par une structure fédérant toutes
les autres entreprises.
La rénovation du centre ville de Maisons-Alfort est un chantier exemplaire en matière d’information et de
communication : palissades participatives, panneaux, tracts, circulation des camions hors des heures de
pointe.

Déplacements

La voiture est un objet de reconnaissance sociale, et à ce titre, elle est de plus en plus utilisée : 2.5
déplacements par jour en moyenne, un taux de motorisation d’une voiture pour deux personnes, et une
baisse des parts de marché des modes alternatifs à la voiture [Guidez, 2004]. Dans le même temps la
périurbanisation et la baisse de densité des agglomérations (étalement urbain) rend la voiture nécessaire
(trajets banlieue-banlieue). Malgré les investissements lourds en infrastructure, la longueur des bouchons
quotidiens continue d’augmenter. Les opérations d’aménagement modifient nécessairement ces flux, mais
pas nécessairement dans le mauvais sens.

Site : En cas de saturation des réseaux existants, de proximité des arrêts de transports en commun, de
passage à proximité de pistes cyclables ou de « zones 30 ».
pollution d’un site, saturation des voies

Programme : densité moyenne à forte

L’aménageur peut proposer des extensions au gestionnaire du réseau local et départemental, voire
régional, pour qu’il intègre le nouveau morceau de ville au maillage de transports en commun et vote les
crédits nécessaires à l’équipement et à la desserte du site.

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 43


Les gestionnaire du réseau de transport en commun sont jusqu’à nouvel ordre les décideurs en dernier
ressort des extensions de réseau.

Pour rendre les voies compatibles avec plusieurs vitesses de déplacement, on peut réfléchir à :

- La modification des tracés de transports en commun pour desservir la zone ;


- La densité minimum autour des arrêts de bus.

Les contrôles peuvent prendre la forme de pointages, nombre de véhicules par foyer, nombre d’occupants
par véhicule, nombre de passagers à l’arrêt de bus, nombre d’inscrits au covoiturage, etc.

Les quartiers allemands comme le Quartier Vauban, à Freiburg, sont un exemple en matière de réflexion
sur les transports :
- Les lignes de transports en commun sont mises en place dès l’arrivée des premiers habitants, pour
éviter la prise de « mauvaises » habitudes ;
- Les voitures ne sont que « tolérées » dans les rues secondaires, uniquement pour les livraisons ou
déchargements brefs. Les voitures particulières sont garées dans un parking attenant.

Paysage
Les paysagistes ont rarement besoin d’un outil aussi lourd que le SME, sauf pour un territoire vierge, ou
au contraire très défiguré par les aménagements environnants. Une zone protégée, ou une perspective
remarquable peuvent ainsi justifier le SME.

Le maître d'ouvrage travaille alors avec les architectes, urbanistes et paysagistes sur un urbanisme qui
découle des éléments environnants, plutôt que de découper les îlots de manière dogmatique, pour intégrer
uniquement à posteriori (c’est à dire dans les îlots) les vues ou le climat (vent essentiellement). Le CAUE
est l’organe de planification stratégique le plus adapté à une réflexion globale sur le paysage environnant et
interne à un aménagement.

Les objectifs retenus sont ceux proposés par l’association HQE :

Cible 1 : Relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement immédiat


• utilisation des opportunités offertes par le voisinage et le site
• gestion des avantages et inconvénients de la parcelle
• organisation de la parcelle pour créer un cadre de vie agréable
• réduction des risques de nuisances entre le bâtiment, son voisinage et son site

Cible 2 : Choix intégré des procédés et produits de construction


• adaptabilité
• choix des procédures de construction
• choix des produits de construction

Les actions possibles concernent l’alignement, les gabarits sur plan masse, le règlement de zone. Le
contrôle des permis de construire est le meilleur moyen d’intégrer les principes de réflexion de
l’aménagement jusque dans les parcelles.

Les zones d’activité comme le parc d’activité paysager de Landacrès ou celle dans le parc naturel régional
de Boulogne-sur-Mer sont à ce titre exemplaires.

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 44


Energie
La performance et l’efficacité énergétique est le vrai débat qu’un aménageur doit initier sur une zone.
En effet la réduction de la consommation d’énergie sans changement des modes de vie des utilisateurs
n’est possible que dans la recherche des rendements optima. Si pour les constructions la Haute qualité
environnementale permet de concourir à cet objectif, pour l’espace public la réflexion se fait surtout sur
l’éclairage public. Si le choix de l’énergie solaire est évident en région isolée, il l’est moins en ville. Par
contre le choix des types d’éclairage et la régulation des intensités sont des objectifs centraux. La réduction
du coût de la consommation d'énergie pour l'éclairage public passe en premier par l'installation de lampes
efficaces : le remplacement des lampes à vapeur de mercure par des lampes au sodium haute pression
permet des économies de 40% environ. Ensuite, il s'agit d'éclairer seulement lorsque la luminosité est
insuffisante : pour ne pas dépenser inutilement, la deuxième mesure à prendre consiste à automatiser
l'extinction de l'éclairage.

La réglementation européenne va dans ce sens, puisque la directive européenne sur la performance


énergétique des bâtiments du 16 décembre 2002 (2002/91/CE, en attente de transposition) précise qu’il
sera exigé un « Certificat de performance énergétique » pour les ventes et les locations ( [MAES 2004]), les
constructions et les réhabilitations lourdes. Pour l’instant la norme est la réglementation RT 2000, qui
limite à 150kWh/m²/an la consommation en chauffage des bâtiments.

La consommation des équipements et des utilisateurs en électricité, chauffage et eau chaude sanitaire peut
justifier la réflexion autour d’une centrale collective (en cogénération ou non) desservant les lots privés. La
réalisation en ZAC permet de reporter sur les utilisateurs le prix des équipements publics qui leur sont
destinés : c’est un moyen pour la collectivité de réduire son coût d’investissement initial, sachant qu’en
fonctionnement les utilisateurs seront les premiers à faire des économies (chauffage et électricité).

Si l’option d’un chauffage urbain est retenu, le règlement de zone imposera l’utilisation de celui-ci à tous
les nouveaux riverains, pour garantir sa rentabilité. Si le règlement de zone est plutôt orienté vers la qualité
des bâtiments du site (HQE), il comportera les recommandations minimum nécessaires pour que le
permis de construire soit délivré.

L’aménageur, pendant la commercialisation, doit sensibiliser et guider les constructeurs (promoteurs et


acquéreurs de lots libres) vers le HQE, pour que le respect du règlement de zone relatif à l’énergie ne soit
pas ressenti comme une contrainte.

Le service urbanisme de la collectivité compétente analyse et contrôle les permis de construire au vu du


règlement énergétique, par exemple à l’aide de logiciels de simulation intégrant la forme, le type d’isolation
et le type de chauffage des logements. L’école des mines de Saint Etienne, à travers son programme
Agora21, propose des solutions adaptées. A défaut, les labels existants, QUALITEL en particulier, sont
des normes faciles à exiger et à contrôler.

Le quartier de Burgholzhof à Stuttgart (Cf. annexe) est un aménagement où la maîtrise de l’énergie a été
l’objectif premier à travers : une énergie en partie solaire, collectée dans une chaufferie centrale.

La ville de Mouans-Sartoux dans les Alpes-Maritimes a testé dans le cadre des opérations pilotes de
maîtrise de la demande d'énergie, coordonnées par l'Agence Régionale de l'Energie (ARENE) en région
PACA, trois types d'optimiseurs de puissance. Ils obéissent à deux principes : une fonction de régulation
qui permet de réguler et stabiliser la tension d'alimentation des lampes ; une deuxième fonction de
variateur de tension (diming) qui permet de diminuer la puissance en fonction des heures d'utilisation : la
réduction lumineuse, qui est effectuée aux heures creuses de la nuit, est quasiment imperceptible à l'œil nu,
mais le gain sur les consommations d'énergie est de l'ordre de 30 à 50 %.

Un S.M.E. pour les O.A., 3e partie, RM, 1er semestre 2004 45


Conclusion : une démarche à la carte

« Ce qui est simple est toujours faux. Ce qui ne l’est pas est inutilisable. » (Paul Valéry)

Le SME est une proposition de démarche qui assume ce déséquilibre permanent entre la complexité et la
constante évolution des paramètres (lois, mentalités, savoir-faire) et la nécessaire simplicité des actions à
réaliser par les acteurs opérationnels, en veillant à sa modularité et à son auto amélioration. Le principe
fondamental est d’admettre qu’un système est dépassé lorsqu’il entre en vigueur. La systématisation, en
particulier le raisonnement global en « analyse du cycle de vie », permet d’envisager les enjeux liés à un
thème dans le temps et dans l’espace, et de relativiser la pertinence de certaines actions à priori
environnementales au vu de leurs effet à long terme. L’outil SME associe donc rigueur métrologique et
transparence d’un côté, flexibilité et adaptabilité à chaque opération de l’autre.

La classification thèmes/objectifs/actions est hiérarchique, mais surtout chronologique : un système


bâti autour d’actions déjà engagées ne sera jamais cohérent. Chaque étape a son importance pour que les
objectifs soient atteints : trop d’objectifs restent au stade des intentions faute de suivi et faute de chef de
projet. En effet la récurrence des expressions « étape fondamentale », ou « acteur majeur » tout au long de
ce rapport trahit la quantité d’obstacles humains au bon déroulement du système de management
environnemental des opération d'aménagement : le défaut de conviction politique ou le manque de recul
de l’élu, la sous estimation de l’aménageur de la communication nécessaire, la mauvaise volonté des
intermédiaires et la paresse ou le conservatisme des utilisateurs sont autant d’entraves qu’il faut anticiper.
La quantité de vocabulaire employé est de plus à confronter avec la compétence et la coopération des
interlocuteurs : les industriels ont prouvé qu’on pouvait être certifié « environnemental » sans pour autant
l’être, et que tout dépend de la précision des objectifs qu’on se fixe. Pour l’instant les SME mis en place
sont plus souvent des outils pour la qualité de vie que des instruments de protection de l’environnement.
De fait environnement et confort sont souvent confondus, avec des expressions comme « environnement
intérieur ».

Entre l’émergence du besoin de réaliser l’opération et la remise des comptes, la durée d’une opération
d’aménagement s’étale souvent sur une dizaine d’années. Cette durée, qui est généralement supérieure à la

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 46


durée du mandat de l’élu commanditaire, place l’aménageur en situation de responsable principal,
puisqu’il est le seul à gérer l’opération dans son ensemble. Cette responsabilité accrue déteint de fait sur le
SME, qui est initié très en amont de l’opération, pour garantir la pérennité et la modularité dans une
perspective durable, c’est à dire lointaine à l’échelle de l’aménagement (10 ou 20 ans minimum). Loin des
actions militantes ou partisanes, le SME atteint des objectifs environnementaux fixés, si minimes soient-ils,
en conduisant à des solutions opérationnelles.

L’intérêt d’une SEM (Essonne Aménagement) pour les conclusions de ce rapport met en avant l’insertion
progressive des problématiques environnementales dans les décisions des collectivités et de leurs
partenaires. La quantité d’acteurs qu’elle suppose montre cependant combien la mise en place d’un SME
ne dépend pas que de l’aménageur ; si le système de management environnemental peut être initié sur
proposition de l’aménageur, il faut en retour une tendance nationale lourde en faveur d’actions raisonnées.
L’insertion d’une charte de l’environnement dans la constitution alors même que ce mémoire se termine
traduit la volonté politique de changement progressif des mentalités en France, avec également une
dimension européenne : « la présente charte inspire l’action européenne et internationale de la France »
(Article 10). C’est en effet au niveau européen que les grandes tendances doivent être amorcées, puisque
les indicateurs sociologiques ne marquent pas encore une prise de conscience générale des enjeux
environnementaux liés à notre façon de vivre, d’habiter, d’aménager.

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 47


Bibliographie

• ASCHER François, 2001, Les nouveaux principes de l’urbanisme, 110 p., ed. de l’Aube.
• Cahiers techniques du bâtiment (Les), 2004, L’oléothermie, n°238, p13.
• DEMAILLY Anthony, 2003, Prise en compte de la loi sur l'eau dans la conception de
lotissements, Mémoire ESGT, 80p.
• GAUZIN-MULLER Dominique; 2001, L’Architecture écologique,290 p., ed. du Moniteur
• GUIDEZ Jean Marie, 2004, La voiture et la ville, rêves et réalités, Techni. Cités n°71
• LACAZE Jean Paul, 1997, Les méthodes de l’urbanisme,127 p., PUF
• LEGUY D., BERTRAND M., 2002, Management environnemental et relations sociales en
entreprise : bilan et perspectives, 28p, rapport ADEME.
• LOINGER Guy, 2000, Collectivités locales, territoires et développement durable, Ministère de
l’aménagement du territoire et de l’environnement.
• MAES Pascale, 2004, Bio habitat, l’immeuble de demain, Le Particulier Immobilier n°193
• MIQUEL Gérard, 2004, Rapport sur la qualité de l’eau et de l’assainissement en France, Office
parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques, 195p.
• PERSONNE Marion, BRODHAG Christian (École des Mines de Saint-Étienne), 1997,
Evaluation des performances environnementales : proposition d’une méthode adaptée aux PME,
15p., Contribution de au deuxième congrès international Franco-Québécois de Génie Industriel,
Albi.
• PNUE/Orée, 1998, Guide du management environnemental des zones d’activité francophones,
125p., Bibliothèque de l’ADEME.
• ROUXEL Françoise, RATOUIS Olivier (ACT Consultants), 2002, Les processus de décision
dans les opérations d’aménagement (Rapport 3), Ministère de l’équipement.
• BOUILLON Henri, Maîtriser les rejets urbains, 2004, Techni.Cités, N°64.

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 48


Sites Internet de référence

• Agence de développement et de la maîtrise de l’énergie


http://www.ademe.fr

• Agence régionale de l’environnement et des nouvelles énergies


http://www.arene.org

• Ministère de l’environnement
http://www.environnement.gouv.fr

• Ministère de l’équipement
http://www.equipement.gouv.fr

• Association Agora21, Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint Etienne


http://www.agora21.org

• Le service public de la diffusion du droit


http://www.legifrance.gouv.fr

• Adopta : techniques alternatives d’assainissement


http://wwwadopta.free.fr

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 49


Liste des Annexes

• Quartiers environnementaux : exemples allemands : exemple illustré d’opérations d’aménagement


ayant intégré au moins une cible environnementale

• Extraits de l’Agenda 21 du Conseil Général de l’Essonne

• La gestion alternative de l’eau dans les projets urbains, documentation ARENE

• Article Qualité des eaux : maîtriser les rejets urbains, Techni.cités du 23 février 2004

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 50


Résumé technique

« Vers une gestion durable des opérations d’aménagement »


Un système de management comme moyen d’atteindre ses objectifs environnementaux

Le développement durable est sur toutes les lèvres, en particulier celles des élus. A ce titre, les opérations
d’aménagement, en tant qu’outil du développement local, sont largement remises en cause dans leur
méthodologie actuelle. En effet malgré les nombreuses recherches dans le secteur du bâtiment
(constructions à haute qualité environnementale), l’aménagement français néglige ostensiblement les
réflexions environnementales poussées. La bonne volonté et la contrainte réglementaire sont pour
l’instant les deux seuls moteurs d’un aménagement raisonné (par analogie avec l’agriculture raisonnée).
Cependant la pression croissante des citoyens et des lois en faveur d’un développement durable touche
toutes les décisions des élus, et par là même celles qui Politique Impacts
concernent l’aménagement du territoire. Les élus se tournent environnementale significatifs
Objectifs
donc vers les aménageurs, et exigent une gestion environnementaux

environnementale rigoureuse et transparente des opérations


d’aménagement. Dans le même temps, les démarches de gestion
Revue de
de la qualité se généralisent dans le monde de l’entreprise. En Direction

matière environnementale, la mise en place de systèmes de Surveillance, Actions


correctives et audit
Programme et
documentation
management a permis de prendre du recul sur les coûts et les du SME

conséquences des activités économiques : les coûts de


fonctionnement et d’utilisation ont été additionnés aux coûts
d’investissement dans les nouveaux équipements.
Mise en œuvre
Réalisation

Pour les opérations d’aménagement, un système de management environnemental (SME) est la réponse
aux attentes des élus : une démarche globale qui optimise les efforts environnementaux, et permet de
tenir ses engagements politiques. L’aménageur est en effet l’instrument des l’élus, et c’est rarement vers
lui que se tournent les habitants pour exprimer leur mécontentement et leur attente de transparence.
D’évidence, la diversité des opérations -on ne peut pas comparer les interactions avec l’environnement
d’un lotissement de 20 lots et d’une zone d’activité à vocation industrielle de 10 hectares- exclue la
systématisation de solutions ; on s’intéressera plutôt à la systématisation des méthodes et des démarches
interrogatives conduisant à des résultats satisfaisants. Pourtant la question est de savoir comment
appliquer une démarche systémique à une réalisation impliquant plusieurs niveaux de décision et de
responsabilité, sans que les objectifs initiaux soient dénaturés.

Le SME structure chronologiquement la réflexion sous forme de thèmes/objectifs/actions : plutôt que


de transposer pêle-mêle les exemples de techniques dites « alternatives » inutiles, comme on le voit trop
souvent, cette démarche vérifie que les bonnes questions sont posées avant de s’attacher à trouver des
réponses ; un système bâti autour d’actions déjà engagées ne sera jamais cohérent.

- Pendant la définition du projet, une analyse fine du site et du


programme permet de dégager les enjeux(gestion du risque
d’inondation, insertion dans le paysage, etc.) et les thèmes (l’eau, les
déchets, etc.) de l’opération.

- Dans les thèmes jugés prioritaires (responsabilité directe, risque de


pollution irréversible, etc.), on identifie les objectifs (gérer les eaux
pluviales sur site, etc.).

- Un troisième niveau permet de rendre la démarche opérationnelle :


les actions, qui découlent directement des objectifs.

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 51


Le SME est une proposition de démarche
qui assume ce déséquilibre permanent entre la
complexité et la constante évolution des
paramètres (lois, mentalités, savoir-faire) et la
nécessaire simplicité des actions à réaliser par
les acteurs opérationnels, en veillant à sa
modularité et à son auto amélioration. Le
principe fondamental est d’admettre qu’un
système est dépassé lorsqu’il entre en vigueur.
La systématisation, en particulier le
raisonnement global en « analyse du cycle
de vie », permet d’envisager les enjeux liés à
un thème dans le temps et dans l’espace, et de
relativiser la pertinence de certaines actions à
priori environnementales au vu de leurs effet
à long terme. L’outil SME associe donc
rigueur métrologique et transparence d’un
côté, flexibilité et adaptabilité à chaque
opération de l’autre.

Entre l’émergence du besoin de réaliser l’opération et la remise des comptes, la durée d’une opération
d’aménagement s’étale souvent sur une dizaine d’années. Cette durée, qui est généralement supérieure à la
durée du mandat de l’élu commanditaire, place l’aménageur en situation de responsable principal,
puisqu’il est le seul à gérer l’opération dans son ensemble. Cette responsabilité accrue déteint de fait sur le
SME, qui est initié très en amont de l’opération, pour garantir la pérennité et la modularité dans une
perspective durable, c’est à dire lointaine à l’échelle de l’aménagement (10 ou 20 ans minimum). Loin des
actions militantes ou partisanes, le SME atteint des objectifs environnementaux fixés, si minimes soient-
ils, en conduisant à des solutions opérationnelles.

A l’intérieur de cette démarche chaque étape a son importance pour que les objectifs soient atteints : trop
d’objectifs restent au stade des intentions faute de suivi et faute de chef de projet. En effet la récurrence
des expressions « étape fondamentale », ou « acteur majeur » dans les ouvrages sur les SME trahit la
quantité d’obstacles humains au bon déroulement du système de management environnemental des
opération d'aménagement : le défaut de conviction politique ou le manque de recul de l’élu, la sous
estimation de l’aménageur de la communication nécessaire, la mauvaise volonté des intermédiaires et la
paresse ou le conservatisme des utilisateurs sont autant d’entraves qu’il faut anticiper pour mieux les
gérer. La quantité de vocabulaire employé (champ lexical issu de la certification) est de plus à confronter
avec la compétence et la coopération des interlocuteurs : les industriels ont prouvé qu’on pouvait être
certifié « environnemental » sans pour autant l’être, et que tout dépend de la précision des objectifs qu’on
se fixe. Pour l’instant les SME mis en place sont plus souvent des outils pour la qualité de vie que des
instruments de protection de l’environnement. De fait environnement et confort sont souvent confondus,
avec des expressions comme « environnement intérieur ».

L’intérêt d’une SEM (Essonne Aménagement) pour cette recherche met en avant l’insertion progressive
des problématiques environnementales dans les décisions des collectivités et de leurs partenaires. La
quantité d’acteurs qu’elle suppose montre cependant combien la mise en place d’un SME ne dépend pas
que de l’aménageur ; si le système de management environnemental peut être initié sur proposition de
l’aménageur, il faut en retour une tendance nationale lourde en faveur d’actions raisonnées. L’insertion
d’une charte de l’environnement dans la constitution alors même que ce mémoire se termine traduit la
volonté politique de changement progressif des mentalités en France, avec également une dimension
européenne : « la présente charte inspire l’action européenne et internationale de la France » (Article 10).
C’est en effet au niveau européen que les grandes tendances doivent être amorcées, puisque les
indicateurs sociologiques ne marquent pas encore une prise de conscience générale des enjeux
environnementaux liés à notre façon de vivre, d’habiter, d’aménager.

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 52


Définition et mise en place
d’un système de management environnemental
pour les opérations d'aménagement

Mots clé

Management environnemental ; Opération d’aménagement ; Développement durable ; Système.

Résumé

Il est vain d’essayer de définir une activité humaine totalement respectueuse de l’environnement ;
cependant on peut trouver des moyens de limiter l’impact sur l’environnement de certaines entreprises ou
activités économiques. Le système de management environnemental est une démarche qui permet
d’envisager les interactions entre une activité et l’environnement, et cela de manière globale. Pour les
opérations d’aménagement, c’est un cadre qui permet de structurer la réflexion environnementale issue
d’une volonté politique, et de lui donner une application concrète et rigoureuse dans l’espace et dans le
temps. Outre les définitions (certification, etc.) et les exemples de rigueur, ce rapport s’attache à identifier
les moyens humains et matériels nécessaires, pour que la démarche aboutisse ; la réflexion s’attarde tout
particulièrement sur les obstacles probables ou constatés de cet outil managérial sensé anticiper les
évolutions techniques, législatives et environnementales liées à l’aménagement du territoire.

Keywords

Environmental management ; Town planning; Sustainable development ; System.

Abstract

While no human activity is completely 'environmentally friendly', there are always opportunities to reduce
the impact that certain plants or economic activities have upon the environment. Environmental
management systems are a way to consider globally all the interactions between a process and its
environment. Applied to urban action planning, it builds a framework against which town planners can
more effectively target environmental thoughts that political will have set. It allows immediate and
certified outcomes, in terms of space as well as time. Beyond definitions (about certification and so on)
and examples, this study lays a special stress on the likely or proven traps of this management tool, built to
anticipate legal, technical and environmental evolutions of land planning.

Un S.M.E. pour les O.A., RM, 1er semestre 2004 53