DEFINITION

Le management
Le management est l'ensemble des techniques d'organisation qui sont mises en oeuvre pour l'administration d'une entité. Le verbe manage vient de l'italien maneggiare (contrôler) influencé par le mot français manège (faire tourner un cheval dans un manège). A cette notion il faut aussi ajouter la notion de "ménage" (gérer les affaires du ménage) qui consiste à gérer des ressources humaines et des moyens financiers (le majordome "chef de la maison" avait en charge de gérer les équipes ainsi que les moyens comme les stocks des produits alimentaires). Il faut également ajouter aux origines du mot management la notion de ménagement, car on ne peut réellement manager les équipes et les ressources, que si on sait les ménager (qui veut voyager loin, ménage sa monture). Le management est une discipline relativement récente. C’est vers la fin du XIXe siècle que le concept d’organisation scientifique du travail est apparu. Celui-ci repose sur la décomposition du travail en gestes élémentaires chronométrés et organisés rationnellement pour former une chaîne de production. On parle alors d'administration moderne, qui fut alors la base de tout manuel de gestion. Il amène les concepts de systématisation du travail du dirigeant, de la prévision jusqu'au contrôle en passant par la décision. On reconnaît alors les principes de gestion : prévoir, organiser, commander, coordonner et contrôler. Aujourd'hui, on reconnaît plutôt ces termes sous le PODC: « Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler ».

La responsabilité
Le mot responsabilité peut s'analyser à deux niveaux : 1) Sur la base du verbe latin « respondere », sens de répondre, la responsabilité se définit comme « une obligation de répondre de ses actes devant une autorité qui demande des comptes ». Néanmoins, cette définition s'arrête au premier niveau de l'étymologie du mot responsabilité. 2) Une analyste étymologique plus poussée du verbe « respondere » on trouve donc les idées de promettre, de s'engager, de se porter garant. Une personne responsable, c'est une personne à qui on peut se fier, car elle est en mesure de dominer la situation, de s'en porter garante, parce qu'elle dispose de la maîtrise de ses actes. Donc, de cette double étymologie, on retiendra que la responsabilité découle d'un engagement dont on doit le cas échéant répondre. Répondre, c'est faire connaître, oralement ou par écrit, en retour à une question, à une demande, à une remarque, ce qu'on a à dire. Répondre de mes actions, de mes décisions, c'est donc répondre aux questions,
1

dire pourquoi et en vue de quoi j'ai choisi ceci et pas cela ; cela revient à les reconnaître comme miennes, donc à les assumer. Je suis alors capable d'énoncer la cause et la finalité de mon action. En fait, la responsabilité s'apprécie plus au regard de l'intention que de l'action ellemême ; ne suis-je pas responsable parfois de ne pas agir ? Il s'agit bien des cas de non-assistance à personne en danger ou, d'un point de vue entrepreneurial, ce serait de ne pas exploiter une information cruciale pour l'entreprise. La responsabilité est également fortement corrélée à la preuve et l'épreuve de la liberté. Je ne peux répondre que de ce qui relève de mon libre choix je ne suis pas responsable de ce que j'ai exécuté sous la contrainte ou en état de démence. Par ailleurs, de quelles conséquences suis-je responsable ? La question de la responsabilité par rapport aux conséquences est particulièrement complexe. Jusqu'où sommes-nous responsables ? Il y a des effets non voulus ou très lointains qui sont très difficiles voire impossibles à anticiper et appréhender. "Agis de telle sorte qu’il existe encore une humanité après toi et aussi longtemps que possible".

I- La Responsabilité Sociale de L’Entreprise RSE
Les nouvelles règles du commerce mondial exigent de l’entreprise internationale la capacité de prouver son engagement dans une démarche socialement responsable. D’ou est apparu La responsabilité sociale d’entreprise (RSE) comme étant une nouvelle approche qui intègre des considérations économiques, sociales et environnementales dans un cadre commercial.
1-

Définition de la RSE

Le concept de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) est issu du concept du Développement Durable qui a été officialisé lors du Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro (Brésil), en 1992. Le Développement Durable est l’une des préoccupations majeures des entreprises d’aujourd’hui, c’est une nouvelle conception de la Responsabilité Sociale, à travers laquelle l’entreprise exprime par des actes concrets et quotidiens ce qu’elle souhaite déployer vis-à-vis de parties prenantes définies de manière extensive (au-delà de l’actionnaire). L’entreprise est ainsi soumise à une obligation de prise de conscience de sa responsabilité. Celle concernant l’impact que produit son activité sur son environnement : Environnement économique, environnement écologique et environnement social.
2

La responsabilité sociale est devenue une préoccupation majeure, non seulement des entreprises privées, mais également des organismes officiels internationaux, nationaux voire gouvernementaux. Ceux-ci ont même rédigé leur norme, leur guide de RSE.

2-La certification de la RSE
Les normes sociales sont actuellement issues d’initiatives privées comme SA8000 Créée en 1997 par SAI (Social Accountability International) , pour construire un cadre dans lequel les entreprises pourront s’engager de façon volontaire pour entraîner leurs filière de production et voire même leurs marchés. La norme SA8000 vise l’amélioration des conditions de travail partout dans le monde. Elle est inspirée des principales conventions et recommandations de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) relatives aux droits fondamentaux des travailleurs. Sont également prises en compte les principales conventions internationales (ONU) concernant plus précisément celles sur les Droits Universels de l’Homme, des Droits de l’Enfant et ceux de la Femme. Basée sur les méthodologies d’audit des normes ISO, la norme SA8000 offre une certification valable pour une période de 3 ans à raison d’un audit de suivi tous les 6 mois. Elle est mondialement reconnue comme étant la seule norme existante capable d’auditer l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement, c'est-à-dire les fournisseurs et les sous-traitants de l’entreprise. La SA 8000 est considérée, aujourd’hui, par un certain nombre d’acteurs (grands groupes d’industriels, de manufacturiers, ONG, syndicats, certificateurs…) comme la « normalisation » des règles devant prévaloir dans les échanges industriels et commerciaux mondiaux.

3-Les avantages de la RSE
La responsabilité sociale d’entreprise (RSE) est une approche qui intègre des considérations économiques, sociales et environnementales dans un cadre commercial, elle offre aux entreprises, et aux parties prenantes, l’occasion d’acquérir un avantage concurrentiel à long terme. Bien que la crédibilité de cet engagement dépend de : -La capacité de prouver cet engagement social par une reconnaissance (la certification) ; - L’intervention de tierces parties qui mèneront de façon indépendante des audits de conformité par rapport aux engagements exprimés, et par rapport à la norme de responsabilité sociale choisie pour cette certification (organismes certificateurs), - La présence d’auditeurs sociaux performants, spécialement formés à l’audit de systèmes de management de RSE.
3

La RSE est aujourd’hui largement acceptée par différentes organisations, les entreprises l’adoptent, d’abord parce que c’est un engagement vis-à-vis de l’environnement, des employés et de la société en général, et aussi, parce qu’elle leur procure beaucoup d’avantages. C’est ce qu’a révélé un sondage qui a été mené auprès de 1200 dirigeants d’entreprise de partout dans le monde, qui prévoyaient profiter de la mise en œuvre de stratégies et de politiques dans le domaine de la RSE. Les six principaux avantages mentionnés étaient : - La capacité d’attirer des clients ; -Une plus grande valeur pour les actionnaires ; -Une rentabilité accrue ; -La capacité de gérer les risques ; -Des produits et des processus de meilleure qualité ; -La capacité à recruter des employés de premier choix.

3- Le rôle des employés dans une RSE
Les opinions des employés peuvent aussi profiter énormément aux entreprises qui cherchent à améliorer leur rendement en matière de RSE, du moment que ce sont eux les plus touchés par les préoccupations d’une RSE tels la santé, la sécurité du travail, les droits de la personne, les normes du travail, etc. Toutefois, le même principe s’applique aussi aux questions qui n’ont pas une incidence directe et immédiate sur les employés, comme l’environnement. C’est en fait dans le domaine de la performance environnementale que les employés peuvent offrir le plus d’assistance aux entreprises, ils représentent souvent une source valable d’idées nouvelles quant à la façon de minimiser la consommation énergétique et de réduire les achats et les déchets. La raison est simple : ce sont les employés qui s’occupent des activités journalières et qui comprennent où se trouvent les meilleures occasions d’économie d’énergie et de réduction des déchets. Il est bien d’embaucher un spécialiste de l’environnement, mais les entreprises ne doivent pas sous-estimer ou ignorer les solutions proposées par les employés à cet égard. Il en va de même en ce qui concerne les politiques, les employés peuvent fournir des perspectives intéressantes lors de l’élaboration d’une politique environnementale ou d’une stratégie de développement durable à l’échelle de l’entreprise. Ce nouveau concept de RSE est apparu en Amérique du Nord, l’Europe s’en est saisie au début des années 2000, notamment avec la publication du Livre Vert de l’Union Européenne. Ce qui motive cette nouvelle préoccupation pourrait être résumé dans la formule de Renaud Sainseaulieu : "l’entreprise est une affaire de société".

4

Les consommateurs exigeants sur les questions d’environnement . et la taille gigantesque de certaines firmes multinationales. *Un moyen de répondre aux pressions supportées par l'entreprise En plus des pressions réglementaires. la mondialisation a transformé la relation de l’entreprise avec la société. C'est un investissement pour l'avenir à un niveau choisi par l'entreprise qui permet de répondre efficacement aux pressions liées aux questions d'environnement. . Les entreprises. Le système environnemental (SME) II- de management Mettre en place une démarche environnementale. font émerger de nouvelles interrogations. les ONG.En effet.Les donneurs d’ordres et plus généralement les clients industriels qui redoutent les atteintes qui pourraient être portées à l’environnement a cause des produits de leur fournisseur . c'est mettre en place des méthodes qui permettront à l'entreprise de réduire ses impacts sur l'environnement.de plus en plus -faire face aux exigences d’acteurs externes : . par eux-mêmes ou au travers de leurs interactions. elle peut intégrer la gestion de 5 .Les employés qui se sentent concernés par les impacts environnementaux de leur entreprise . surtout qu’avec l’accroissement des libertés d’entreprendre à travers le monde. on assiste à la mobilisation croissante de nombreux acteurs soucieux des conséquences sociales et environnementales de l'activité productive. . l’entreprise doit . . les institutions publiques. Si l'entreprise souhaite s'impliquer davantage. .Les assurances qui fixent des primes élevées en cas de risque de dommages environnementaux . de nouvelles politiques.Les investisseurs et les banquiers qui évitent d’investir dans les entreprises qui présentent un risque de passif environnemental. . l'entreprise peut mettre en place de bonnes pratiques pour réduire son impact sur l'environnement.Les collectivités qui sont devenues sensibles aux questions d’environnement . les syndicats. de nouvelles manières de gérer les entreprises. *Un niveau d'engagement choisi par l'entreprise L’intégration de l’environnement au sein de l’entreprise peut se faire de façon progressive : Dans un premier temps.

c’est à dire obtenir la reconnaissance de sa conformité avec la norme internationale ISO 14001 ou le règlement européen EMAS. Il se traduit par un travail portant sur la gestion de l'environnement. les procédures. les activités de planification. il n'est pas réservé aux grandes entreprises. -Diminution des taxes et redevances en matière environnementale . Mais le recours à une société extérieure doit être limité à l’élaboration technique du système de management environnemental. le processus de production. Il est conseillé de faire appel à un bureau d'études spécialisé pour mener un audit et mettre en place le système de management au sein de l’entreprise. de satisfaire la demande des clients.l'environnement dans son système de management en mettant en place un "système de management de l'environnement" également appelé SME. premières . elle ne peut pas se substituer totalement à l’entreprise. l'entreprise pourra faire reconnaître son SME par une certification. .Maîtriser les coûts -Réduction des quantités de déchets à faire -Optimisation des consommations de matières -Diminution des consommations d’eau et d’énergie. 6 traiter . d'améliorer l'image de l'entreprise et de mobiliser le personnel : a. Une fois le système mis en place. les ressources… 1-1-Qui peut mettre en place un SME ? Toute entreprise peut mettre en place un système de management de l'environnement. le management environnemental permet notamment de maîtriser les coûts. 1-2-Les bénéfices du SME pour l'entreprise Pour l’entreprise. 1. les différentes pratiques. d'intégrer les contraintes réglementaires. la communication interne et externe. Il inclut la structure organisationnelle.Définition du Système de management environnemental (SME) Le SME est un système de management qui permet d'améliorer en continu ses performances environnementales.

-Diminution des risques de fermeture administrative de l’entreprise. de la collectivité. l'appartenance ou non à un groupe .La taille de l’entreprise. .Intégrer les contraintes réglementaires -Mise en conformité réglementaire . On constate généralement que les coûts de fonctionnement se rapprochent du salaire 7 .Le recours ou non à un consultant extérieur . les banques.Le coût de la mise en œuvre Il est difficile d'évaluer et de généraliser le coût de mise en place d'un SME. car il dépend de nombreux paramètres. . 1-3-Le coût du SME a. d. les assurances . c.Mobiliser le personnel de l'entreprise -Diminution des risques pour les salariés .La complexité des méthodes organisationnelle de l’entreprise . des associations. e. etc. et donneurs d'ordre . b-Les coûts de fonctionnement Un SME s’entretient puisqu’il répond au principe d’amélioration continue.-Négociation du prix des assurances .La mise en place ou non d'un système d'assurance qualité. des autorités. -Démonstration de l'engagement en tant qu'entreprise citoyenne notamment auprès des riverains.Améliorer l'image de l'entreprise -Instauration d'une relation de confiance avec les actionnaires. -Anticipation de l'évolution de la réglementation . Le SME doit donc être périodiquement contrôlé et modifié par l’entreprise elle-même. notamment : . -Motivation et mobilisation de l'ensemble du personnel autour d'un projet fédérateur. b. -Garantie de la valeur patrimoniale de l'entreprise. .Satisfaire la demande des clients -Répondre à la demande "verte" des clients -Augmenter la compétitivité . -Conquérir de nouveaux clients et nouveaux marchés.

préparation d'un nouveau projet d'amélioration . Elle doit être écrite. . il faut compter en moyenne 1000 € la journée sachant que l’audit de maintenance dure 4 à 6 jours pour une PME/PMI. Faire : Développement et réalisation de la démarche . dans ce cas. Le SME peut être certifié. Ce coût de maintenance varie également selon la taille de l’entreprise.annuel d’un cadre moyen. a. il doit être contrôlé annuellement par l’organisme certificateur afin de vérifier s’il satisfait toujours à la norme de référence.Contrôler : Vérification de l'effectivité de la mise en place des solutions. 2-Mise en place d’un Système management environnemental (SME) de Le système de management environnemental est fondé sur le principe de la roue de Deming qui illustre la méthode de qualité PDCA (Plan-Do-Check-Act / PlanifierFaire-Vérifier-Agir). recherche de solutions avec rédaction de cahier des charges et élaboration d'un planning .Planifier : Identification des problèmes. La politique doit faire des références explicites aux activités.Définir une politique environnementale La politique environnementale formalise la volonté de l'entreprise d’organiser la mise en place d'un SME. réaliser une analyse et concevoir un programme. c'est définir des objectifs environnementaux à atteindre. Elle énonce les principes sur lesquels vont être fondées les actions en matière de protection de l’environnement. et si cellesci sont efficaces . datée et signée par 8 . produits et services inclus dans le champ d’application du SME. 2-1-Planifier un SME Planifier le SME. recherche des causes. .Agir/Réagir : Corriger et améliorer les solutions mises en place . L’élaboration de la politique environnementale doit être confiée à un groupe de travail qui réunit la personne chargée de la mise en place du système de management environnemental et le cas échéant le responsable qualité de l'entreprise. Il faut définir une politique. La démarche environnementale est composée de quatre étapes : .

bordereau de suivi des déchets. Pour cela.la direction. compréhensible. d'affiner la politique environnementale et de proposer des objectifs environnementaux. Les moyens électroniques actuels peuvent apporter une solution efficace à cette exigence. autorisation de déversement. Certains documents internes à l'entreprise peuvent aider à l'analyse : facture d'eau. étude de dangers *Repérer des flux entrants et sortants La première étape consiste à dresser un état des lieux des flux entrants et sortants de l’entreprise. d'en dégager les plus significatifs et de déterminer les exigences légales et autres qui s'appliquent à l'entreprise. b. toute personne extérieure à l’entreprise qui le souhaite doit pouvoir en avoir connaissance. l'entreprise doit sélectionner les impacts significatifs sur lesquels elle pourra agir techniquement et économiquement. prescriptions techniques. Cette analyse permet de faire un inventaire de l'ensemble des impacts environnementaux de l'entreprise. il faut recenser les impacts sur l'environnement et vérifier la conformité à la réglementation (seuils.Réaliser une analyse environnementale Etape clé dans la mise en place d'un SME. l'entreprise doit procéder à une hiérarchisation des 9 . etc). *Recenser leurs impacts et vérifier la conformité à la réglementation Pour chaque flux entrant et sortant. *Déterminer les impacts significatifs Afin d'améliorer ses performances environnementales. l'analyse environnementale permet de dresser un état des lieux. étude d'impact. facture d'électricité. convention de déversement. Cependant. accessible à tous en interne et en externe. Cette mise à disposition n’implique pas une obligation de communication.

communication (du personnel mais aussi des fournisseurs. monuments et sites historiques. un groupe de travail ou un consultant extérieur. activités et produits. Le niveau de maîtrise . matières premières et fournitures) . c. faune. . Il faut alors sensibiliser et former le personnel de l'entreprise. géologie et hydrologie. Cependant. 2-2-Mise en oeuvre d’un SME Après avoir conçu le programme environnemental.Les objectifs à atteindre (les indicateurs de performance et les tableaux de bord de suivi sont essentiels pour la mise en oeuvre des mesures d'amélioration de performance) . Le niveau de sensibilité de l'environnement. . eaux souterraines. Les échéances prévues pour la mise en œuvre.Présentation de la société (statuts. Il doit renseigner sur "Qui fait quoi ? Avec quels moyens ? Dans quels délais ?". Aucune méthode n'est imposée à l'entreprise.Les mesures prises ou envisagées pour atteindre ces objectifs . 10 . historique du site) . eau. flore. réseaux publics) . Analyse réglementaire . air. Planification des nouveaux produits et des services . .Information. le principe étant l'amélioration continue. plan détaillé des installations. paysage) . les impacts significatifs doivent diminuer chaque année. eaux superficielles. Aucun niveau de performance n'est exigé. formation. .Caractéristiques de l'environnement du site (localisation. des sous-traitants et des clients). sa mise en oeuvre doit être confiée à une personne. écosystèmes. sous-sol. Afin de respecter le principe d'amélioration continue. communiquer les actions et performances environnementales et enfin mettre en place un système de documentation.Impacts sur l'environnement des activités du site en situation normale et anormale (sol. paysage. *Rédiger l'analyse environnementale Le document présentant l'analyse environnementale peut être structuré ainsi : .Evaluation des entrants et sortants (énergie. trois critères sont généralement pris en compte pour la cotation des impacts : Le niveau d'importance . .Concevoir un programme environnemental L'analyse environnementale permet de concevoir le programme qui détaillera les actions à mettre en place et les échéances. climatologie.impacts repérés grâce à l'analyse environnementale. Le programme décrit : .

. b. stagiaires et sous-traitants travaillant sur le site. un "Journal environnement". etc) . d'améliorer les relations de voisinage. Les personnes dont le travail peut avoir un impact significatif sur l'environnement doivent recevoir une formation spécifique.Sensibilisation et formation du personnel L’ensemble du personnel doit être sensibilisé à la démarche environnementale. -La communication d'état d'avancement de la démarche (via des panneaux d'affichage. y compris les intérimaires. etc.L’implication du personnel en organisant des réunions d'information . de fidéliser les clients. etc). de faire parler de l'entreprise dans la presse. de valoriser une action. populations voisines. Elle se réalise à travers : . banques. L’annoncé des actions menées par l’entreprise . assurances. autorités institutionnelles.a. Cette sensibilisation permettra à chacun d'améliorer ses gestes au quotidien.La mobilisation du personnel à chacune des étapes de la démarche. 11 .Communication environnementales *Communication interne des actions et performances La mobilisation du personnel dans la démarche environnementale est une condition essentielle de sa réussite. médias. *Communication externe La communication externe permet d'augmenter les parts de marché. Elle se réalise à travers : -L’identification des parties intéressées par la démarche environnementale (clients. associations.

Les procédures doivent être déclinées en instructions d'application.vérifier que les objectifs fixés sont atteints. . les documents d'enregistrement doivent être archivés pour assurer un suivi de la qualité.Enregistrer régulièrement les résultats obtenus (quantités entrantes et sortantes) dans un tableau de bord . c’est à dire les manières spécifiées d’accomplir une activité. c. Le système documentaire comprend également une description des procédures. etc). De ce fait la rédaction d’un manuel qui décrit le système de management de l’environnement et énonce la politique. . Enfin. 2-3.Mise en place d’un système de documentation Un système de management de l’environnement nécessite une formalisation écrite minimum appelée «documentation».L’Enregistrement des résultats et le suivie performances des Afin de suivre les performances. ainsi que de présenter et prouver à des tiers son existence. il faut : .Suivie et contrôle des performances du SME a.Comparer les résultats aux indicateurs de performance définis . L’intérêt est de conserver une trace formalisée et organisée de son propre système. communication sur les solutions apportées aux problèmes de voisinage. les objectifs et programmes environnementaux est nécessaire. b.-Le choix du bon argumentaire pour chacune des parties (ajout de l'aspect "protection de l'environnement" à l'argumentaire de vente.L’évaluation du SME 12 .

de l'aptitude d'un organisme à fournir un service. International Organisation for Standardization). L'audit doit être réalisé soit par une personne interne (qui. 3-1. les progrès réalisés et les résultats d'audit sont analysés.La certification internationale ISO La famille des normes ISO correspond à un ensemble de référentiels de bonnes pratiques de management.Le SME doit être régulièrement évalué afin de juger de l'efficacité du système et des éventuelles réorientations de la politique environnementale. ne doit pas être impliquée dans les dispositifs mis en place). c. La norme ISO 14001 est une norme internationale rédigée par l'Organisation 13 . l'état d'avancement du système. Cette tâche est laissée à la charge d'un organisme certificateur tiers. un produit ou un système conformes aux exigences des clients et aux exigences réglementaires. un processus ou un service est conforme aux exigences spécifiées dans un référentiel. soit par une personne externe. Grâce aux résultats de l'audit. Son compte-rendu doit être un moyen d’information important qui doit être diffuser dans l’entreprise. Cette évaluation doit avoir lieu lors d'une réunion impliquant la direction générale de l’entreprise et les principaux acteurs nécessaires au bon fonctionnement du système de management environnemental.L’audit du SME Les audits internes et externes permettent de contrôler le bon fonctionnement du système. Lors de la revue de direction. L'ISO n'a pas vocation à délivrer elle-même les certifications. par l'intermédiaire d'un tiers certificateur. L'ISO/CEI donne la définition suivante : Procédure par laquelle une tierce partie donne une assurance écrite qu'un produit. dans un souci d'objectivité. a- La certification internationale ISO 14001 Faire reconnaître son SME c'est obtenir une reconnaissance officielle. mais aussi de vérifier si les pratiques suivies et les actions engagées dans le cadre du SME sont en adéquation avec la politique environnementale définie. 3-Faire reconnaître son SME La certification est le moyen d'attester. l’entreprise peut évaluer et réexaminer la politique environnementale. portés par l'organisme international de standardisation (ISO.

des audits de suivi sont réalisés. Le programme de management environnemental désigne les responsables de chaque fonction et niveau concerné. La norme n'établit pas d'exigences en matière de niveau des performances ni de seuil réglementaire. Les exigences liées à la mise en place du SME sont définies dans le chapitre 4 de la norme. Une entreprise peut être certifiée même si elle n'est pas en totale conformité avec la réglementation.La délivrance du certificat ISO 14001 Le certificat ISO 14001 est délivré après la réalisation d'un audit externe par un organisme de certification qui vérifie le respect de toutes les étapes du SME. Les engagements de l'entreprise sont communiqués à l'ensemble du personnel. * Le coût de la certification 14 . Les 2 premières années suivant la certification. c. L'organisme de certification doit être accrédité par un organisme national.Les exigences de la norme ISO 14001 (version 2004) La norme ISO 14001 prescrit les exigences relatives à la mise en place d'un système de management de l'environnement (SME) qui permet à un organisme de définir une politique environnementale et des objectifs d'amélioration de ses performances environnementales. . Toutefois. * La durée de vie du certificat Le certificat ISO 14001 est valable 3 ans. Un audit de renouvellement est effectué la 3ème année.. Elle doit être appropriée aux impacts sur l'environnement produits par les activités de l'entreprise. et permettre une amélioration et une prévention de ces impacts.Internationale de Normalisation en 1996 et révisée en 2004.. disposant de moyens suffisants et d'un calendrier de réalisation dudit programme. b. et ils sont disponibles pour le public. et au minimum une fois par an. la non-conformité doit avoir été détectée et un plan d'actions doit être prévu pour remédier dans des délais raisonnables à la situation. cela ne doit pas concerner un risque majeur pour l'environnement. de services.) quelles que soient leur taille et leurs activités. Elle s'applique à tous les types d'organisations (entreprises industrielles. La norme prévoit notamment qu'une politique environnementale soit mise en place.

le coût de certification varie d’environ 5 000 € (moins de 100 salariés) à environ 20 000 € (plus de 500 salariés).Une évaluation des problèmes environnementaux importants liés aux activités concernées . Règlement (CE) n° 761/2001 du Parlement Européen et du Conseil du 19 mars 2001 permettant la participation volontaire des organisations à un système communautaire de management environnemental et d'audit (EMAS). Ces informations doivent être accessibles au public. Le système de vérification européen. la consommation de matières premières.Les autres facteurs caractérisant les résultats en matière d'environnement . également appelé EcoAudit. sur d'autres aspects environnementaux importants . * La déclaration environnementale Elle est composée de la politique. aux produits et à leurs impacts sur la biodiversité. Les moyens de diffusion peuvent être sous format papier et électronique. aux activités de transports. .La certification européenne : la vérification EMAS Le règlement EMAS (Eco Management and Audit Scheme).Un résumé des données chiffrées portant sur les émissions de polluants. l’EMAS. 15 . Il permet à un organisme de définir une politique environnementale et des objectifs d'amélioration de ses performances environnementales. des programmes d’améliorations environnementales et de la description du SME mis en place.Selon la taille de l’entreprise. EMAS prend en compte les aspects liés aux achats. Le coût de suivi annuel est moindre : de 1 000 € à 5 000 € pour les mêmes critères. . aux pratiques des sous-traitants et fournisseurs. 3-2. La déclaration doit contenir les éléments suivants : . d'énergie. est une norme européenne révisée en 2004. d'eau et. reconnaît explicitement la norme ISO 14001 depuis sa seconde version. le règlement EMAS oblige l’entreprise qui s’y engage à mettre à la disposition des parties intéressées une déclaration environnementale. a. le cas échéant. . c’est à dire non techniques. Il définit un système volontaire basé sur l’amélioration continue des performances environnementales. Contrairement à la norme ISO 14001. la production de déchets.Les exigences d'EMAS Le règlement EMAS prescrit les exigences relatives à la mise en place d'un système de management de l'environnement (SME) selon une procédure décrite en annexe du règlement.Une description des activités de l'entreprise sur le site concerné .

Pour une entreprise non certifiée ISO 14001. Les coordonnées des entreprises enregistrées sont publiées au Journal Officiel de l'Union Européenne. Le demandeur adresse alors son dossier à l'ACFCI (Assemblée des Chambres de Commerce et d'Industrie) qui examine la recevabilité administrative de la demande. l'entreprise peut apposer le logo "EMAS. le vérificateur doit valider la conformité de son SME aux exigences du règlement. information validée" sur ses documents (mais pas sur ses produits ni leur conditionnement). Si l'entreprise exporte ses produits à travers le monde.. *Le coût de l'enregistrement EMAS Pour une entreprise déjà certifiée ISO 14001. il est préférable qu'elle se tourne vers le système EMAS qui est particulièrement bien reconnu dans ces pays. Conseil : si l'entreprise travaille essentiellement avec le nord de l'Europe.Réalisation d'un audit externe par un organisme de certification accrédité par le Comité Français d'accréditation (COFRAC) qui vérifiera que toutes les étapes du SME ont été respectées . * La durée de vie de l'enregistrement L'enregistrement EMAS a une validité de 3 ans. du programme et du système de management environnementaux . .La délivrance de l'enregistrement EMAS L'enregistrement EMAS est accordé après : .Vérification de la déclaration environnementale par un vérificateur indépendant accrédité par le COFRAC. 16 . Une entreprise certifiée ISO 14001 doit publier une déclaration environnementale pour bénéficier de la validation EMAS. L'ACFCI transmet le dossier au Comité EMAS qui prend la décision de l'enregistrement. Un audit de renouvellement est effectué la 3ème année. . Une fois enregistrée EMAS.La date limite pour la présentation de la déclaration et le nom du vérificateur environnemental. des audits de suivi sont réalisés. Pour les entreprises non certifiées.Une présentation de la politique. il est recommandé de choisir l'ISO 14001 qui a une portée internationale. le coût sera de 3 500 à 6 000 €. Le règlement EMAS reconnaît le système de management mis en place dans le cadre d'une certification ISO 14001. le coût sera de 6 000 à 9 000 €. Les 2 premières années suivant la certification et au minimum une fois par an. b.

La normalisation du management environnemental dédié aux produits Les normes internationales ISO 14000 régissent les règles de mise en place d’un SME «produits». 4-1Les objectifs du management environnemental dédié aux produits L’installation du management environnemental dédié aux produit s’adresse aux produits de tout type. Elle prend en compte toutes les étapes du cycle de vie du produit. Le management environnemental "produit" s’articule autour de trois axes : une analyse du cycle de vie du produit (ACV). le développement d’un SME « produit » ne nécessite pas au préalable de mener une démarche de management dédiée au site. .L’amélioration de la compétitivité.la communication sur les efforts environnementaux réalisés. . Alors que l’approche site se limite au site de production de l’entreprise. Les articles concernés sont les suivants : Les différentes étapes du SME "produits" 17 Produits . qu’il s’agisse de biens ou de services.l’intégration de l’environnement dans la conception du produit (écoconception). -L’innovation .4-Le management environnemental produit Le management environnemental "produit" est une démarche volontaire visant à réduire l’impact des produits de l’entreprise sur l’environnement. l’entreprise peut initier sa démarche de management environnemental par l’une ou l’autre de ces deux approches. L’approche produit peut constituer le volet complémentaire d’une démarche de management environnemental par organisme. 4-2. elle permet d’atteindre les objectifs suivants : . Toutefois. l’approche "produit" dépasse les murs de l’entreprise. "du berceau à la tombe". .La réduction des impacts environnementaux d’un produit tout en préservant sa qualité d’usage .

. . L’ACV comptabilise sous forme d’indicateurs qualitatifs ou quantitatifs les principales caractéristiques environnementales du produit considéré. consommation.Pollution de l'eau et eutrophisation . sachant qu’un flux peut créer plusieurs impacts : . 18 .Mise en œuvre d'une politique environnementale Outils d'évaluation Communication Terminologie Intégration des aspects environnementaux dans la conception et le développement de produit (ISO/TR 14062) Analyse de cycle de vie (ISO 14040) Étiquettes et déclarations environnementales (ISO 14020) Termes et définitions (14050) 4-3 -La mise en place d’un SME produit a.La réalisation d’une ACV *Faire l’inventaire des substances composant le produit pour connaître ses impacts Dresser le profil environnemental d’un produit. depuis l’extraction des matières premières à la fin de vie. Pour cela. Cette collecte de renseignements est la plus compliquée. Elle vise à dresser le profil environnemental du produit en prenant en compte toutes les étapes du cycle de vie d’un produit « du berceau à la tombe ». Elle permet de considérer toute la chaîne des acteurs concernés par le produit b . parce qu’elle nécessite l’envoi d’un questionnaire à l’ensemble des fournisseurs. en passant par toutes les étapes intermédiaires : production.L’analyse de d’évaluation cycle de vie (ACV) : phase L’Analyse de Cycle de Vie (ACV) est une méthode de comptabilité des impacts environnementaux.Diminution de la biodiversité . Il faut prendre en compte les flux de matière et d’énergie entrants (matières premières. .Pollution de l'air . déchets) nécessaires à la fabrication du produit. il faut étudier préalablement les flux créés par les produits. C’est donc un inventaire des substances qui composent le produit et de leurs impacts négatifs sur l’environnement.Epuisement des ressources naturelles . transport. l’ACV prend en compte l’ensemble des impacts environnementaux générés par les flux. Ensuite. c’est connaître ses impacts sur l’environnement. énergie) et sortants (rejets.

. .Le coût d’une ACV L’ACV est une démarche complexe. En effet.Production de déchets . type et nature complexité du produit. . *La méthodologie de l’ACV normalisée par les normes ISO 14040 et la suivantes Selon la norme ISO 14040. 14042. 19 .La définition des objectifs . c. Elles sont décrites dans la norme ISO 14044. et 14043. mais cela les étapes du cycle de vie du produit et peut varier beaucoup s’intéresse à tous ses aspects en fonction de la environnementaux (énergie. En outre.Analyse du cycle de vie Exigences et lignes directrices".L’inventaire du cycle de vie .). le coût varie essentiellement en fonction de l’exhaustivité de l’ACV. il est donc conseillé de faire appel à des spécialistes.L’évaluation des impacts sur l’environnement . ISO 14040 "Management environnemental – Analyse de cycle de vie – principes et cadre". Elle prend en compte toutes de 50 000€*. la méthodologie de l’ACV est composée de quatre étapes : .La recherche d’amélioration. il est possible pour l’entreprise de choisir entre : Type d’ACV Définitions Coûts ACV globale L’analyse de cycle de vie global se veut la Le coût sera environ plus exhaustive. . des rejets. etc. Cette norme spécifie le cadre et les principes généraux ainsi que les exigences générales pour la réalisation d’ACV et la communication sur ses études ISO 14044 "Management environnemental . Cette norme révise et remplace les normes ISO 14041.Augmentation de l'effet de serre.. substances.

Les rejets dans l'air. dans l'eau . prélèvement des ressources naturelles.Les consommation en eau. 20 .Les déchets . Accessible au PMEquantitative du L'entreprise renseigne généralement un PMI cycle de vie questionnaire balayant les phases (ESQCV) sélectionnées selon divers critères environnementaux (nuisances induites durant la fabrication. énergie. .La mise en place de l’éco.). appelée "Eco bilan". "moyen".La phase d’innovation A une étape ou l’autre de son cycle de vie. c'est pourquoi certaines entreprises préfèrent se Accessible au PME-PMI limiter à l'étape d'inventaire. "faible" par rapport aux paramètres environnementaux. On le limite aux phases de cycle de vie les plus pertinentes. Exemple : la consommation énergétique à toutes les étapes de production. l'utilisation ou la fin de vie. tout produit génère des impacts sur l’environnement.. Evaluation L’ESQCV est une démarche réduite à < 50 000€* simplifiée et certaines phases du cycle de vie.L’analyse du cycle de vie simplifiée est une < 50 000€* méthode quantitative mais dont on a réduit le champ des aspects environnementaux.. . donc de pouvoir mener une politique de réduction des coûts et impacts des produits sur l'environnement. qui leur permet d'identifier les flux d'énergie et de matières premières.conception a. Les réponses apportées permettent de positionner le produit à un niveau "bon". ACV simplifiée 4-4. Le but de l’éco-conception est de réduire ces impacts tout en conservant la qualité d’usage du produit. matières premières . C’est donc proposer des pistes d’amélioration pour réduire les impacts environnementaux recensés par l’ACV : . Eco bilan < 50 000€* Une ACV est assez lourde à mener..

L’éco-conception vise à intégrer l’environnement dans les phases de conception ou d’amélioration d’un produit. etc. Ainsi une première phase de recherche peut aboutir à la mise en place d’un prototype « parfait » sur le plan environnemental mais commercialement invendable. Cette étape vise à mieux connaître son produit en termes d'impacts sur l'environnement. services clientèle. aux côtés des critères classiques que sont le coût. L’entreprise pourra se baser sur ce prototype pour mettre en place un produit qui. etc…. environnement. * La phase de fabrication . notamment par son inesthétisme ou son inconfort. Il s'agit donc de dresser le "profil environnemental" du produit et de classer ses aspects environnementaux. 21 . pour un impact donné.Identifier ses marges d'amélioration et évaluer les avantages et désavantages des différentes pistes d'amélioration . C’est toute la culture de l’entreprise qui doit évoluer b. c.Les différentes phases d’amélioration *La phase d’évaluation L’évaluation repose pour partie sur des éléments bibliographiques. finances. tout en respectant l’environnement. etc. soit cohérent avec les attentes du marché. les attentes du marché. la ou les étapes du cycle de vie les plus critiques . L’ingénieur et le designer sont les plus à même de réaliser le diagnostic environnemental d’un produit et d’en proposer des pistes d’amélioration.Identifier le ou les impacts auxquels le produit contribue le plus .Optimiser les efforts environnementaux (agir là où l'entreprise a les marges d'amélioration les plus facilement accessibles).Identifier. marketing. ceci pour : . Il est conseillé pour intégrer l’environnement dans la conception des produits d’associer le plus en amont les différentes compétences de l’entreprise (production. Le travail du designer associé à celui des ingénieurs est primordial. recherche & développement.Utiliser des technologies propres . Leur complémentarité peut permettre d’atteindre l’efficacité en termes d’éco-conception.). .. la faisabilité technique.Veiller à la qualité et aux quantités de matières (sélectionner avec les fournisseurs des matériaux et de substances à moindres impacts sur l’environnement).La réalisation de l’éco-conception L’intégration de l’environnement dans la conception peut se réaliser de manière progressive : amélioration continue aussi bien des produits que de la démarche utilisée. . . .La transformation du milieu naturel et du cadre de vie. la qualité.

aux étapes clefs de la conception et du développement. . d. ISO 14062 suggère des voies pour favoriser l’établissement d’un dialogue et d’une coopération entre les différents acteurs impliqués dans une démarche d’écoconception.Améliorer le conditionnement (diminuer le volume. * La phase d’utilisation .Essais / Prototype .. .Conception détaillée.Concernant les thermoplastiques : les résines pétrochimiques peuvent être remplacées par des résines colophanes issues de la fabrication du papier. . Ce produit se révèle plus résistant à l’usage. Aussi. la croissance démographique. soucieux des conséquences découlant des problèmes liés à la dégradation de l’environnement et conscient de l’importance d’un cadre juridique adéquat 22 .La planification . L’ISO 14062 présente des éléments assimilables à des étapes offrant une réponse à une démarche d’éco-conception : .La conception préliminaire .La protection de l’environnement au Maroc Le développement socio-économique.Optimiser les emballages et la logistique . pour réduire les impacts sur l’environnement et la santé. elle propose des principes généraux pour prendre en compte l’environnement dans leur activités et.Réduire les consommations en énergie. * La phase de distribution .Réduire les impacts pendant l’utilisation des produits. l’urbanisation effrénée qu’a connues notre pays ont engendré un impact négatif sur l’environnement estimé à près de 10% du PIB. le poids) .Augmenter la durée de vie des produits . . . 5.La méthodologie de l’éco-conception normalisée par la norme ISO 14062 L’éco-conception est normalisée au niveau international par la norme ISO 14062 qui est destinée aux concepteurs et développeurs de produits. . notamment. Un emballage souple peut remplacer un seau métallique par exemple.Utiliser des moyens de transport moins polluants . .Optimiser les techniques de production . .

Préparer notre tissu productif à la mondialisation où le paramètre «environnement » occupe une place de choix . les pouvoirs publics ont inscrit dans leur programme la mise en place d’une législation et des normes adaptées. 5-1. les Parties Contractantes dont le Maroc s’engagent à prendre des mesures législatives.permettant de remédier à cette situation. . . Au terme de ces conventions. Il s’agit de seuils chiffrés et de mesures précises que les intéressés doivent respecter en vue de réduire la pollution et atténuer les impacts négatifs sur l’environnement et ses ressources. les normes en tant que valeurs limites à ne pas dépasser jouent-elles un rôle primordial. L’adoption de normes se justifie également par le fait que le Maroc est Partie à plusieurs conventions internationales et régionales se rapportant à l’environnement. le Comité Normes et Standards avait pour tâche d’élaborer.Présenter une plus grande lisibilité pour tous les intervenants notamment au moment de la conception des projets. .Créer les conditions d’une concurrence loyale entre les opérateurs . en coordination avec les différents acteurs.Arrêter ou du moins réduire la dégradation de l’environnement . Aussi. les normes environnementales : les objectifs de qualité des milieux récepteurs (normes de qualité) et les valeurs limites générales et sectorielles de rejets (normes de rejets). au sein de la Commission de la Prévention et de la Lutte contre la Pollution et les Nuisances relevant du Conseil National de l’Environnement. En outre. ainsi que la 23 . Celles-ci ont pour objectifs : . . pour faire face à la mondialisation consistant à lever les barrières économiques et à instaurer les barrières écologiques. réglementaires et institutionnelles pour honorer les engagements souscrits.Assurer un haut niveau de protection pour la population en mettant en œuvre les meilleures technologies disponibles à un coût économiquement acceptable .Attirer les investissements et éviter en même temps les inconvénients d’une délocalisation mal accueillie et mal accompagnée au niveau national .Comite Normes et Standards (CNS) Depuis sa création en juillet 1994. . le Maroc est appelé à assurer la mise à niveau de ses entreprises notamment par la mise en place de normes environnementales.

Bref la stratégie juridique dont il s'agit ici est une stratégie de base.normalisation des méthodes d’analyses des pollutions dans les différentes matrices. Ces groupes sont généralement subdivisés en sous-groupes spécifiques. le plus souvent. dans la création d'équipes pluridisciplinaires formées de techniciens et de juristes d'un côté. a. La stratégie juridique du Ministère est portée par une démarche méthodologique dont les éléments constitutifs les plus significatifs méritent d'être présentés. 5-2. d'infrastructure juridique créant les conditions de développement des secteurs concernés. La stratégie juridique est au service des trois grandes composantes du Ministère. Il comporte 4 groupes de travail traitant chacun d'un thème : eau. et d'un autre côté de la concertation préalable avec l'ensemble des parties concernées par le texte tant en interne – au sein du Ministère .Contexte juridique Actuel L'arsenal juridique du royaume a été renforcé par la publication d'un ensemble de textes législatifs relatifs à la protection de l'environnement et au 24 . de créer. au niveau de la préparation des projets de texte.qu'à l'extérieur notamment avec les professionnels concernés. Cependant. il est important de relever que ces projets de normes restent sans effet en raison de la non-promulgation du projet de loi relatif à la lutte contre la pollution de l'air et son décret d'application. Il ne s'agit pas d'actualiser. Elle repose et tire ses fondements d'un constat commun aux trois secteurs confrontés à des défis juridiques similaires : l'Aménagement du Territoire. l'Eau et l'Environnement souffrent d'un retard important sur les plans législatif et réglementaire. Ils consistent. Le but escompté est la préparation de normes nationales évolutives. Le CNS regroupe les différents départements ministériels concernés. d'asseoir ou de doter ces secteurs des fondements juridiques de leur existence. de la gestion de la ressource eau et de la protection et de l'amélioration du cadre de vie de la population. air. eaux marines et sol. ni de coordonner ou encore moins de moderniser un cadre juridique existant mais bel et bien il s'agit.stratégie juridique pour la protection et la mise en valeur de l’environnement version arabe La stratégie juridique du Ministère s'inscrit dans le cadre des missions globales confiées à ce Ministère qui est à la fois un département chargé de la planification spatiale et territoriale. Les groupes relativement avancés dans leurs travaux sont les groupes de l'Eau et de l'Air qui disposent de projets de normes nationales soit adoptés ou en phase d’adoption.

Conformément à ces dispositions. Il s'agit de la loi n°11-03 Relative à la protection et à la mise en valeur de l'environnement. le département de l'environnement n'a plus le droit d'invoquer l'alibi de l'absence de cadre juridique pour ne rien faire en matière de contrôle. Cette démarche pourrait s'appuyer sur les actions suivantes : * Assermentation des agents chargés du contrôle L'assermentation des agents chargés de la constatation des infractions et l'établissement des Procès verbaux sera effectuée conformément aux dispositions du Dahir du 1er mai 1914 relatif au serment des agents verbalisateurs et aux procédures en vigueur. la gendarmerie royale. b- Comment le contrôle s'exerce par le département? Depuis l'apparition des trois lois environnementales. sont chargés de constater les infraction et d'atteinte . Il est à souligner que l'assermentation est une étape préalable à toute action de renforcement des capacités des agents sujets à appartenir au corps d'agents chargés du contrôle et d'inspection environnementale. elles ne s'effectuent que d'une manière sectorielle notamment dans la gestion des eaux d'irrigation (police de l'eau) ou le cas de la protection de la forêt contre le pâturage et le déboisement(police de la forêt). * Renforcement des capacités de contrôle des agents assermentés 25 . il faut une démarche cohérente et pratique pour revaloriser cette fonction. le contrôle est quasiment inexistant et si des actions ponctuelles de contrôle se sont réalisées.développement durable. Actuellement. par le biais des brigades de l'environnement. Pour leur application. dresse des procès verbaux notamment à l'encontre des contrevenants en matière d'hygiène publique. Mais. ces lois comprennent des dispositions relatives au contrôle et aux sanctions qui varient selon la nature et le degré d'infraction et d'atteinte à l'environnement. de la loi n° 12-03 sur les études d'impact sur l'environnement et de la loi n° 13-03 sur la lutte contre la pollution de l'atmosphère ainsi que l'arrêté portant application du plan d'urgence national qui ont été respectivement publiés en juin et août 2003au bulletin officiel. les agents de la police judiciaire et les agents commissionnés par l'administration à cet effet. récemment.

. eco-texicologie. . le SEE oeuvrera à la mise en place d'une plate forme de coordination des opérations de contrôle et d'échange d'informations sous forme de réseau regroupant l'ensemble des départements ministériels et des corps constitués notamment: . Contrôle Technique et Répression des Fraudes . En matière d'inspection et de contrôle.Direction de la Protection des Végétaux. biologie.Brigades de l'environnement de la gendarmerie royale . A cet effet. chimie et également en droit. . Le Ministère de la Justice constitue la première structure cible à sensibiliser et à bénéficier d'une opération particulière en matière de communication.Police de la forêt . A cet effet. .Le renforcement des capacités technique et juridique des agents chargés du contrôle constituera sûrement un atout important pour la formation d'une unité pluridisciplinaire chargée de la mission de contrôle qui nécessite des compétences en matières scientifiques et techniques notamment en écologie. la Division du Contrôle et du Contentieux envisage la programmation d'une série de missions d'inspections périodiques des secteurs industriels du pays.La participation des magistrats d'un certain nombre de tribunaux aux ateliers régionaux de communication des lois en matière d'environnement. .Inspections Régionales du MATEE. Cette action doit être menée sur plusieurs fronts : . . * Sensibiliser le Ministère de la Justice aux problèmes de l'environnement Les dispositions juridiques en matière d'environnement restent méconnues de la part d'une grande majorité des départements et organismes sensés les appliquer. Une telle entreprise ne peut être suffisante sans la formation continue et sur le terrain des agents chargés du contrôle.Protection Civile .Inspecteurs des établissements classés . l'objectif principal est l'application de la législation environnementale par des contrôles et inspections effectués par des agents assermentés du Secrétariat d'Etat chargé de l'Environnement en coordination avec les corps constitués des autres département ministériels. .Sûreté Nationale .Police des eaux . 26 .

. Cadre juridique / Contrôle 27 .L'introduction du droit de l'environnement au niveau du cursus universitaire. .L'envoi à l'ensemble des présidents des tribunaux de 1ère instance ainsi que des cours d'appels des textes de lois en matière d'environnement .

fait que les règles juridiques nationales peuvent s’avérer limitées si elles ne sont pas complétées et appuyées par des instruments juridiques internationaux ou régionaux. en liaison avec des départements et parties concernés. Ce principe risque de contrarier la volonté visant à mettre en place un dispositif de porté universelle. En outre. l’adhésion à une convention n’est pas une fin en soi. En vertu dudit décret. organes de surveillances et de contrôle… De son côté.  de procéder aux contrôles qui lui sont dévolus par la législation en vigueur et d'assister les personnes morales de droit public ou de droit privé en matière d'environnement. de susciter. Elle déborde le plus souvent le champ d’action des Etats pris isolément. Ainsi. l’environnement bien plus que d’autres domaines se présente comme un champ de coopération hautement privilégié. Elle n’est que le premier acte. il a pour missions d'animer. Cet environnement marqué par l’interdépendance. qui met en branle le processus conduisant à l’introduction d’une norme internationale dans l’ordre juridique national. Etant donné que les Conventions constituent un instrument juridique très important en matière 28 . l’application d’une convention aux seuls Etats qui l’ont acceptés est susceptible de réduire les effets escomptés. En outre. ce procédé normatif du droit international de l’environnement ne va pas sans poser des inconvénients et ce pour deux raisons : la 1ère tient à la relativité des conventions. selon les termes de l’article 34 de la convention de Vienne sur le droit des traités du 23 mai 1969. en relation avec les départements ministériels concernés. de promouvoir et de coordonner. le principe de base de l’effet relatif des traités implique. A cet effet. les missions de contrôle s'articulent autour des points suivants:  Veiller. normes techniques.  Veiller à l'application de la législation et de la réglementation en matière d'environnement et procéder régulièrement à des contrôles et inspections en collaboration avec les ministères concernés . De même.Attribution du SEE en matière de contrôle Conforment aux dispositions du décret n°2-99-922. l'action gouvernementale en matière de gestion de l'environnement et en suivre l'exercice en vue notamment :  de mettre en place les instruments appropriés de surveillance continue et de contrôle de l'état de l'environnement . C’est dire que la convention internationale pour être appliquée au niveau national à besoin d’une série de relais nationaux qui en font un droit réellement positif. sa concrétisation sur le terrain nécessite souvent la mise en place de mesures institutionnelles et administratives.  Assister les personnes morales de droit public ou droit privé désireuses d'engager des actions de nature à protéger l'environnement ou qui sont confrontées à une atteinte à l'environnement. Cadre juridique / Conventions et accords Conventions Internationales et Régionales relatives à l’environnement La protection de l’environnement n’est pas une affaire purement nationale. Cette volonté se manifeste par la signature et la ratification d’une soixantaine de conventions Internationales et Régionales en matière d’environnement. à l'établissement et à l'application des normes et règlements relatifs à la protection et à l'amélioration de la qualité de l'environnement . la seconde à leur mise en application et à leur suivi. qu’un traité ne crée ni obligation ni droit pour un Etat sans son consentement”. Toutefois. le Maroc affiche une ferme volonté politique de coopération en vue de protéger et gérer l’environnement et participe activement à l’œuvre de codification du droit international de l’environnement. le SEE est chargé d'élaborer et de mettre en œuvre la politique du gouvernement dans le domaine de la gestion de l'environnement. Ceci et d’autant plus vrais que les problèmes d’environnement se moquent des frontières étatiques. En effet. ressources budgétaires.

les EIE(s).. . Cette liste permettra en outre de faciliter l’accès pour les nombreux chercheurs et personnes intéressées en vue de leur permettre de connaître la position de notre pays vis à vis de cette catégorie de conventions.d’environnement. Elle doit permettre d’assurer une meilleure intégration du projet dans son environnement et préserver les ressources biophysiques et humaines des pollutions et des nuisances. L’un des objectifs prioritaires que le département de l’environnement s’est fixé est de préparer les conditions requises pour la mise en place d’une procédure d’études d’impact sur l’environnement et d’établir règles standardisés. tenue en 1992 à Rio et aux recommandations de l’agenda 21. Agriculture….etc) conditionnée par l’octroi d’un avis favorable du département de l’environnement. il parait opportun d’établir une liste comprenant les informations relatives à la date de signature. de nombreux projets se réalisent encore sans tenir compte de leurs impacts sur l’environnement. Pratique : la procédure des EIE(s) doit constituer un outil d’aide à la décision et non un frein au développement. Equipement. FODEP.Autorisation du projet par un autre département (Urbanisme. volontairement soumis aux études d’impact dès les premiers phases de leur conception ont permis de réduire leurs incidences négatives sur l’environnement et d’accroître leur efficacité. sont considérés comme une priorité dans la politique environnementale nationale. a été définie en tenant compte des spécificités nationales et en basant sur des principes généraux qui peuvent être résumés comme suit : Réalisme : une procédure de gestion des EIE(s). Dans le sens.M. La procédure des (EIE)(s) adoptée au Maroc. Malgré l’absence de textes réglementaires concernant les Etudes d’Impacts sur l’environnement (EIE)(S).Dérogations aux orientations du Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU) (ex :cas de 29 . Plusieurs pays et organismes internationaux ont adopté des procédures de gestion des EIE(s) depuis plusieurs années. avec le concours du programme d’assistance technique pour la protection de l’environnement Méditerranéen (METAP). Néanmoins. Simplicité : la procédure des EIE(s) doit être simple et évolutive pour permettre sa réadaptation et éviter qu’elle ne constitue un blocage pour les investissement. Certains projets. des cadres et responsables des différents départements ministériels…. le département de l’environnement. Etudes d’Impact sur l’Environnement La valeur des études d’Impact sur l’Environnement est largement reconnue et établie. Pêche Maritime. a mis en place une structure chargée des Etudes d’Impact sur l’environnement (EIE) et a élaboré une procédure de gestion des études d’impact des projets sur l’environnement. d’autres suivant déjà ou suivront dans un futur proche pour se conformer aux dispositions de la déclaration de la conférence des Nations Unies sur l’Environnement et la développement durable. cas bureaux d’études. Comité Ad-hoc . des EIE(s) se réalisent déjà dans le contexte suivant : . placée dans le contexte national se doit d’être réaliste pour garantir l’adhésion des différents partenaires concernés et son application dans les règles de l’art. Tableau dressant la liste des conventions auxquelles le Maroc a signées et ratifiées ou a adhérées et publiées dans son bulletin officiel . et un projet de loi et de décret.) –B. comme moyen de prévention. de ratification et ainsi que les références de ces conventions au Bulletin Officiel. Concertation : les différentes ressources humaines nationales doivent être impliquées et les expériences et l’expertise capitalisées. des universités. Au Maroc.Projet financés par un bailleur de fonds (prêts ou crédits.etc Economie : les coûts inhérents à l’élaboration des EIE(s) ou à la gestion de la procédure doivent être dûment justifiés et les termes de références des EIE(s) doivent être pertinents. Tourisme.

l’eau et l’énergie. 2Identification des techniques de dépollution et d’amélioration des procédés : • Proposition de mesures appropriées pour réduire les flux polluants et économiser les matières premières. qu’il s’agisse des départements gestionnaires des milieux (eaux /Equipement. Afin d’assurer l’applicabilité de ces normes.Projet ayant soulevé des avis contradictoires par les administrations en charge du secteur (ex :décharge) .Projet soumis à la commission Interministériel des investissements présidé par le premier Ministre ou la commission des projets sur le littoral CICATL. • Auditer les unités les plus représentatives . Particularité : Les promoteurs et son BET auteur de l’EIE prennent part à l’examen de l’EIE dans un cadre démocratique et transparent. une approche participative a été adoptée en impliquant toutes les potentialités concernées y compris les collectivités locales et les industriels. plus de 70 études d’impacts sur l’environnement ont été examinées par le Département de l’Environnement. Processus d’examen des EIE (s) Le département de l’environnement associe systématiquement à l’examen des EIE(s) tous les départements ministériels pouvant être concernés par le projet . Pour les normes générales de rejet liquide. • Evaluer l’impact de leurs rejets sur l’environnement. sol /Eaux et forêts et Agriculture. • Inventaire des technologies de traitement disponibles et applicables au Maroc. Amélioration de la qualité des EIE(s) L’adoption de la loi et le décret sur les EIE(s) va probablement entraîner un accroissement du nombre des EIE(s) et une augmentation considérable des études à examiner par le département de l‘Environnement et le comité national. A ce jour. Un comité national des EIE(s) constitué d’une dizaine de départements ministériels se réunit régulièrement pour examens des EIE(s) en présence du BET chargé de la réalisation de l’EIE. en montagne ou sur le littoral……etc) . le milieu marin /Pêche maritime…etc)ou ceux en charge de la santé ou le commerce et industrie. les collectivités locales et l’intérieur. Très souvent. La démarche suivie pour l’élaboration des normes de rejet liquide se résume comme suit : 1Etablir le diagnostic de la branche industrielle choisie : • Inventorier les unités de la branche industrielle .Projet situé dans des zones non couvertes par des documents d’urbanisme (terrain agricoles. elles sont fixées sur la base des objectifs de qualité des eaux piscicoles ayant généralement une qualité intermédiaire entre celle des eaux destinées à la production de l’eau potable et celle des eaux destinées à l’irrigation. les membres du comité d’examen des EIE(s) le promoteur et le BET collaborent ensemble pour arrêter un cahier des charges auquel devra se conformer le promoteur durant la réalisation et l’exercice de son activité. 3Elaboration du projet de valeurs limites de rejet sectoriel : 30 .cimenterie lafarge à Tétouan) . elle se base généralement sur des études réelles et des données de la documentation nationale ou étrangère disponible en tenant compte de l’évaluation des impacts de la pollution sur les écosystèmes aquatiques en général ou la toxicité vis à vis de l’homme. Concernant l’élaboration des normes de qualité des eaux.

l'approche consistait à fixer ces valeurs indépendamment de l'état du milieu récepteur en s'inspirant des normes européennes en la matière qui se basent essentiellement sur les données toxicologiques et épidémiologiques y afférentes.Air: Concernant l'air. Les quatre projets d’arrêtés portant fixation de ces normes de qualité viennent d’être signés par les Ministres concernés et sont en cours de publication au bulletin officiel. Ce projet requiert une importance capitale puisqu’il soumet chaque rejet à une autorisation. • Projet de valeurs limites d'émission atmosphérique des centrales thermiques. • Les valeurs limites de rejet liquide des sucreries . Néanmoins. • Proposition de valeurs limites spécifique à la branche industrielle. plusieurs projets de normes de qualité et de rejet ont été élaborés au sein du CNS en collaboration avec les partenaires institutionnels et les opérateurs socio-économiques concernés. 4Concertation avec les opérateurs socio-économiques concernés : • Soumission du projet de normes aux industriels et aux acteurs concernés . • Projet de valeurs limites générales d'émission atmosphérique. aEau: Depuis sa création. • Projet de valeurs limites d'émission atmosphérique des raffineries de pétrole. il est impératif de relever que ces projets de normes de rejet restent sans effet en raison de la nonpromulgation du projet de décret relatif aux écoulements. • Les normes de qualité des eaux piscicoles . instaure le principe pollueur-payeur et prévoit la fixation des normes de rejet liquide par des arrêtés conjoints. dépôt direct ou indirect dans les eaux superficielles ou souterraines. • Les normes de qualité des eaux superficielles utilisées pour la production de l’eau potable . S'agissant des valeurs limites générales de rejet dans l'atmosphère et en absence de données fiables sur la qualité de l'air ambiant. • Les valeurs limites de rejet liquide des tanneries . 5. 31 . le CNS a adopté plusieurs projets de normes de qualité et de projets de normes de rejet liquide : • Les normes de qualité des eaux de surface . des études ont été menées en collaboration avec la GTZ (Institut Technique de Coopération Allemande). • Les valeurs limites de rejet liquide des raffineries de pétrole . Concernant le projet de norme de la qualité de l'air. Suisses. Françaises et Allemandes) et prennent en considération les données de la toxicité des différents polluants vis à vis de l'Homme et de l'environnement.7. Pour les projets de normes de rejet des polluants dans l'atmosphère des secteurs cimentier. • Réunions de discussion et de concertation . rejet. • Les valeurs limites de rejet liquide des lévureries . il est prévu de procéder au diagnostic de plusieurs branches industrielles pour la préparation des projets de normes de rejet liquide. raffinage de pétrole et production de l'électricité. • Les valeurs limites de rejet liquide des papeteries . • Les valeurs limites générales de rejet liquide.• Identification des paramètres indicateurs de la pollution générée par le secteur . Il s'agit du: • Projet de norme de qualité de l'air.L’élaboration des textes réglementaires fixant les normes en question conformément aux dispositions législatives de base (projets de décrets ou d’arrêtés). • Projet de valeurs limites d'émission atmosphérique de l'industrie cimentiere.200) b. • Les normes de qualité des eaux destinées à l’irrigation. Par ailleurs. Concernant les eaux marines. Ces études avaient pour objectifs : • D'évaluer les données techniques et la pollution générée par ces secteurs. déversements. une norme de la surveillance de la qualité des eaux de baignade a été élaborée par tous les départements concernés et promulguée et publiée en 1998 (NM 03. • Finalisation et adoption du projet avalisé et concerté. • Les valeurs limites de rejet liquide des industries d’extraction d’huile d’olive. et en tenant compte des techniques de dépollution existantes et économiquement acceptables. les objectifs de qualité proposés s'inspirent des normes internationales (normes OMS.

• D'établir un cadre juridique et réglementaire spécifique aux problèmes d'émission des polluants atmosphériques. • Proposer un système de contrôle du respect des normes adoptées. aucune norme n'a été préparée en raison de l'inactivité du groupe du sol du Comité Normes et Standards. Il est à signaler que pour le sol.• D'identifier les moyens de lutte contre cette pollution. • • • • • Qualité des eaux destinées à l'irrigation Qualité des eaux superficielles utilisées pour la production de l'eau potable Grille de qualité des eaux de surface Domaine public hydraulique Grille de qualité des eaux picicoles 32 . les taches de ce groupe ont été préalablement fixés et concernant les points suivants: • Rassembler la documentation relative aux déchets solides . • D'élaborer des projets de normes d'émission en concertation avec les industriels. • Préparer une méthodologie d'approche pour l'élaboration des valeurs limites de rejets. Cependant.

limitation des émissions de polluants. établi et conduit sous la responsabilité du maître d'ouvrage. promue par l’Association HQE.Mettre en place > La démarche HQE® La démarche HQE®. Cette démarche vise à maîtriser les impacts des bâtiments sur l’environnement extérieur (amélioration de la performance énergétique. Cette démarche : . 33 . . réduction de la production de déchets) et à créer un environnement intérieur sain et confortable. démolition… ce qui correspond à la mise en place d’un système de management environnemental de l'opération. utilisation.nécessite l’intégration d’exigences environnementales dans le projet. construction. n’est ni un label ni une norme mais une démarche volontaire de management de la qualité environnementale des opérations de construction ou de réhabilitation des bâtiments. gestion. conception. Il s’agit d’une réponse opérationnelle à la nécessité d'intégrer les critères du développement durable dans l'activité du bâtiment. exigences qui sont fixées selon le contexte et les priorités du maître d'ouvrage.induit une prise en compte de l’environnement à toutes les étapes de l’élaboration et de la vie des bâtiments : programmation.

Qualité sanitaire de l’air 14. Confort acoustique 10. l’association HQE a défini 14 cibles indicatives : les maîtres d’ouvrages fixent en effet librement leurs objectifs. Confort hygrothermique 9.Norme NF P01-020-1 Bâtiments . Maîtriser les impacts sur l'environnement extérieur Eco-construction 1. Une troisième est à l'étude. 6. et Qualitel Retour d’information / amélioration continue Evaluer les résultats par rapport aux cibles environnementales.Tertiaire Démarche HQE® proposée par le CSTB.Afin d’aider les maîtres d’ouvrage dans la définition des objectifs environnementaux. 5. Confort visuel 11. HQE et les normes Il existe deux normes intégrant la démarche HQE®.Norme NF 294 – Maison individuelle démarche HQE proposée par l'AFNOR. le CEQUAMI. Secteur tertiaire Habitat collectif et individuel groupé Maison individuelle en secteur diffus . . aux spécifications et aux produits de référence Etapes typiques du processus de Actions possibles relatives à l’intégration conception et de développement des aspects environnementaux 34 . 7. Qualité sanitaire de l’eau Santé La Démarche HQE® devrait à terme faire l'objet d'une certification ce qui permettrait d’aboutir à un référentiel commun et unique et d’éviter que la marque HQE® ne soit utilisée abusivement ou pour des opérations de qualité inégale. Confort olfactif 12.Norme NF Logement proposée par QUALITEL . Relation harmonieuse des bâtiments avec leur environnement immédiat Choix intégré des procédés et produits de construction Chantier à faibles nuisances Gestion de l’énergie Gestion de l’eau Gestion des déchets d’activité Gestion de l’entretien et de la maintenance Eco-gestion Créer un environnement intérieur satisfaisant Confort 8. 2. 3. Qualité sanitaire des espaces 13. 4.

les aspects environnementaux et les impacts. définir une conception préliminaire. formuler des cibles mesurables. l'utilisation recommandée et l'élimination du produit. faire des analyses orientées sur le cycle de vie.de produit Planification Conception préliminaire Production / Lancement sur le marché Revue du produit . ISO 35 . Communiquer les informations sur les aspects environnementaux. respecter les exigences environnementales. Appliquer les approches de conception et finaliser les spécifications du produit en incluant les considérations sur le cycle de vie. Brainstorming. intégrer le tout dans les spécifications et tenir compte des résultats de l'analyse du produit de référence. Prendre en considération et évaluer les expériences. Envisager une éventuelle déclaration environnementale et ses exigences. Vérifier les spécifications par des essais sur les prototypes et examiner les considérations sur le cycle de vie pour le prototype.

Changer une culture d'entreprise comporte des risques. Cette politique a pour principal objectif.Action 3 : formation du personnel à l’auto-contrôle (mission pour le service du personnel) Action 4 : étalonnage des équipements de contrôle (mission du laboratoire de contrôle qualité) Action 5 : création des fiches pour l’enregistrement des résultats des contrôles. Elle doit être claire. Elle prend en compte les objectifs qualité. La politique Qualité vise à obtenir l’adhésion du plus grand nombre. l’amélioration de façon constante de la Qualité des produits. offre une opportunité qui est l'obligation de réduire les coûts de non-qualité pour survivre. respectant la législation… Objectifs qualité Une «feuille de route» est établie sur la base de différents rapports. fixer les objectifs généraux. modifier des comportements. remettre en cause des systèmes. Le choix du style de management a une grande influence sur la réduction drastique des coûts de la nonqualité. déclarer son engagement en la matière. Ayant perçu ces enjeux.. de l’utilisation des ressources humaines et matérielles. des Services. Exemple : P= Plan = Planification des actions :Pour réduire de 10% le pourcentage des défauts.…) doit définir sa politique en matière de qualité. Réduire les coûts de la non-qualité est réellement une décision de la Direction car on balaie l’escalier par le haut. Le principe de la roue de Deming PDCA doit être correctement appliqué. valorisante.. La Qualité Totale entraîne une évolution de la culture d'entreprise. implique une véritable mutation au sein de l'entreprise. analyses et études. planifier les actions. affective. Cette prise de conscience. permanente.c'est ainsi que l'on entend parler un peu partout de bonne gouvernance !. Gérant.De la responsabilité de la direction (management de l’entreprise) Communiqué de presse Publié le : 29 / 10 / 2007 . PDG. DG. En général. Il s’agit ici 36 . collective.Lu : 1243 fois [Information archivée depuis le 31/12/2007] La prise de conscience des enjeux de la qualité totale qui existe actuellement n'est pas passagère et va se développer. Cette décision stratégique qui appartient à la direction générale de l'entreprise. Action 6 : sensibilisation des fournisseurs aux problèmes liés à la matière première fournie. Il s’agit pour lui de se placer sur le chemin de la PERFECTION pour le profit de l’entreprise et la satisfaction des individus. le dirigeant (PCA.. car c'est bouleverser des habitudes. Elle a une dimension éthique pour que chacun puisse se reconnaître dans ces valeurs communes. Implanter la qualité totale est une action en profondeur qui demande temps et patience. qui révèle la présence d'une véritable menace pour la vie de l'entreprise. un certain nombre d’actions a besoin d’être réalisées : Action 1 : 2 modification : création des procédures cartes de de contrôle contrôles (tâche confiée à la fonction et qualité) Action de (fonction qualité laboratoire) . clarifier les rôles et les responsabilités de tout son personnel et organiser des revues de direction (réunions pour faire le point sur le projet qualité). La politique en matière de qualité Elle découle naturellement de la volonté du dirigeant de voir son entreprise encore plus efficace grâce à une organisation et un fonctionnement optimisés. ambitieuse. Médecin.. simple. le management est responsable de 80% des erreurs et des défauts de l'entreprise !.

sociaux que nous acceptions et supportions les conséquences de nos actes. résultats obtenus : Un bilan doit être effectué pour évaluer l'efficacité des actions engagées. . Responsabilité. le bilan des actions qualité doivent être connus de tous et affichés sur les tableaux d’affichage. D = DO = Mise en place des action décidées : Les différents responsables doivent s'assurer que les actions sont effectivement mises en place. Il s’agit d’une disposition de pilotage de projet qualité. de remplir un devoir. A = Action = Actions correctives : Des actions correctives doivent être définies pour tous les écarts constatés. Elle implique selon certains critères moraux. de l’encadrement doivent direction organiser des réunions : appelées ”revues de direction” pour évaluer la situation qualité. retours. affecter l’entreprise.points forts. placés aux lieux de passage. la direction fait un point régulier sur : • internes. Ce puissant outil de management des projets donne la garantie que les objectifs seront atteints. autorité et communication La responsabilité est une obligation morale. intellectuelle. Par cette disposition. La politique d’information et de communication de l’entreprise est source d’implication et d’adhésion du personnel au projet d’entreprise.connaître sa situation par rapport à ses collaborateurs (mise en place d’un organigramme normalisé. C = Check = Vérification. • clients. les objectifs qualité.d’un programme d’action ordonnancée dans le temps (chronogramme). les informations provenant des les rapports d’audit qualité 37 . de réparer une faute. de respecter un engagement. de et l’organigramme chaque salarié fonction ses de a besoin de : définissant tâches. Revue Le Dirigeant. le programme des actions qualité. points faibles. clients. Pour clairement connaître assumer Sa ses sa correctement sa fiche missions position sur responsabilité. bilan. Ces actions doivent être planifiées. La lettre d’engagement. • • • • le les le les les changements fonctionnement de pouvant fonctionnement réclamations interne. l’entreprise.

optimiser l'organisation de l'entreprise. avant de consacrer son énergie à l'amélioration de la Qualité du Produit. mettre en place le management de la qualité.• les recommandations d’amélioration.icicemac. BEM propose aujourd'hui une nouvelle manière d'enseigner le Management Responsable. Une démarche structurée autour de 4 axes • Développer une pédagogie de la responsabilité. étudiants et même managers d'aujourd'hui en quête d'innovation dans ces domaines. Elle s'est associée à l'organisation européenne EFMD pour sélectionner un groupe d'établissements pilotes au niveau mondial. avec d'autres partenaires (Entreprises et grandes écoles) des 5 continents. dans chacun de ses pôles académiques et chaires. • la mise à disposition des ressources nécessaires (humaines. pour lancer. des salariés et des citoyens. techniques. ce sont bien les dirigeants de demain. Dans une démarche Qualité Totale. Ainsi l'ONU et l'EFMD ont choisi BEM. jamais il n'a paru aussi nécessaire d'adopter un mode de management des entreprises plus responsable. délocalisations inopinées de sociétés. BEM s'est donnée comme mission d'inciter. en 2004. etc…). respect des consommateurs. le Chef d'entreprise doit d'abord adapter et maîtriser les coûts de la non-qualité. L'objectif : Démontrer qu'il est possible. financières. La qualité des produits ou des services se retrouvera améliorée. Et pour cela. les initiatives pédagogiques visant à offrir aux étudiants une mise en perspective du rôle de l’entreprise et de sa contribution à la société. Scandales économiques.com Identité Responsabilité globale Impliquée officiellement depuis 2004 dans la responsabilité globale par l'intermédiaire de sa participation à la « Globally Responsible Leadership Initiative » (GRLI-EFMD/UNGC). intégration des paradis fiscaux dans des stratégies de groupes parfois pénalisantes pour le pays d'origine. la « Globally Responsible Leadership Initiative (GRLI)». En résumé. • Participer à l’avancement des 38 . L'ONU est convaincue que la responsabilité peut faire l'objet d'un apprentissage et d'une diffusion systématique aussi bien dans les entreprises que dans les écoles.. et préservation de l'environnement.. de conjuguer performance économique. Le but de cette initiative est de construire une plateforme sur le thème « leadership globalement responsable ». Il s'appuie sur la Fonction Management de la Qualité qui a besoin d'être définie Jacques Auditeur Qualité NDEBY Environnement Source : ICI CEMAC http://www. qu'il convient de former. dans l'apprentissage et la pratique des affaires. matérielles. l'amélioration de la qualité des produits et des services est du ressort de la direction générale.

remettre en cause des systèmes.c'est ainsi que l'on entend parler un peu partout de bonne gouvernance !. l’amélioration de façon constante de la Qualité des produits. Ayant perçu ces enjeux. BEM sensibilise ses parties prenantes aux enjeux de la Responsabilité Globale et développe des pratiques conformes au développement durable • Intégrer l’Ecole dans les réseaux.…) doit définir sa politique en matière de qualité. fixer les objectifs généraux.La prise de conscience des enjeux de la qualité totale qui existe actuellement n'est pas passagère et va se développer. Tous intègrent la problématique RG à leurs travaux • Mettre en œuvre des pratiques responsables. de l’utilisation des ressources humaines et matérielles.... Le choix du style de management a une grande influence sur la réduction drastique des coûts de la nonqualité. Cette prise de conscience. Pour nourrir sa réflexion et améliorer sa démarche. Médecin. offre une opportunité qui est l'obligation de réduire les coûts de non-qualité pour survivre. Valeur et Responsabilité". Implanter la qualité totale est une action en profondeur qui demande temps et patience. Gérant. simple. le dirigeant (PCA. clarifier les rôles et les responsabilités de tout son personnel et organiser des revues de direction (réunions pour faire le point sur le projet qualité). modifier des comportements. connaissances en matière de « leadership et de management globalement responsable ». La Qualité Totale entraîne une évolution de la culture d'entreprise. Elle doit être claire. La politique Qualité vise à obtenir l’adhésion du plus grand nombre. planifier les actions. Réduire les coûts de la non-qualité est réellement une décision de la Direction car on balaie l’escalier par le haut.. Il s’agit pour lui de se placer sur le chemin de la PERFECTION pour le profit de l’entreprise et la satisfaction des individus. tant au niveau local qu’international 39 . Cette décision stratégique qui appartient à la direction générale de l'entreprise. "Décision. des Services. car c'est bouleverser des habitudes. implique une véritable mutation au sein de l'entreprise. Management et Performance" et "Industries Créatives". le management est responsable de 80% des erreurs et des défauts de l'entreprise !. En général. Elle a une dimension éthique pour que chacun puisse se reconnaître dans ces valeurs communes. qui révèle la présence d'une véritable menace pour la vie de l'entreprise. PDG. le CEREBEM est organisé autour de 3 pôles : "Affaires.Changer une culture d'entreprise comporte des risques. La politique en matière de qualité Elle découle naturellement de la volonté du dirigeant de voir son entreprise encore plus efficace grâce à une organisation et un fonctionnement optimisés. BEM a renforcé sa stratégie d’ouverture et d’échanges en matière de Responsabilité Globale.Cette politique a pour principal objectif. Le centre de recherche de BEM. DG. déclarer son engagement en la matière.

de respecter un engagement. les objectifs qualité. Revue de direction : Le Dirigeant. Il s’agit ici d’un programme d’action ordonnancée dans le temps (chronogramme). valorisante.Action 1 : modification des procédures de contrôle (tâche confiée à la fonction qualité) . Exemple : P= Plan = Planification des actions :Pour réduire de 10% le pourcentage des défauts. . le bilan des actions qualité doivent être connus de tous et affichés sur les tableaux d’affichage. affective. La lettre d’engagement. points faibles.connaître sa situation par rapport à ses collaborateurs (mise en place d’un organigramme normalisé. Pour assumer correctement sa responsabilité. bilan. résultats obtenus : Un bilan doit être effectué pour évaluer l'efficacité des actions engagées. A = Action = Actions correctives : Des actions correctives doivent être définies pour tous les écarts constatés. analyses et études. autorité et communication : La responsabilité est une obligation morale. respectant la législation… Objectifs qualité Une «feuille de route» est établie sur la base de différents rapports. chaque salarié a besoin de : .Sa fiche de fonction définissant clairement ses missions et ses tâches. Elle prend en compte les objectifs qualité. sociaux que nous acceptions et supportions les conséquences de nos actes.connaître sa position sur l’organigramme de l’entreprise. un certain nombre d’actions a besoin d’être réalisées : . placés aux lieux de passage.Action 2 : création de cartes de contrôles (fonction qualité et laboratoire) . permanente. D = DO = Mise en place des action décidées : Les différents responsables doivent s'assurer que les actions sont effectivement mises en place. Elle implique selon certains critères moraux. C = Check = Vérification. La politique d’information et de communication de l’entreprise est source d’implication et d’adhésion du personnel au projet d’entreprise.ambitieuse.Action 4 : étalonnage des équipements de contrôle (mission du laboratoire de contrôle qualité) . . Le principe de la roue de Deming PDCA doit être correctement appliqué. collective. Ce puissant outil de management des projets donne la garantie que les objectifs seront atteints.Action 6 : sensibilisation des fournisseurs aux problèmes liés à la matière première fournie. intellectuelle.points forts. de remplir un devoir. Responsabilité.Action 3 : formation du personnel à l’auto-contrôle (mission pour le service du personnel) . l’encadrement doivent organiser des réunions appelées 40 . de réparer une faute. . Ces actions doivent être planifiées.Action 5 : création des fiches pour l’enregistrement des résultats des contrôles. le programme des actions qualité.

mettre en place le management de la qualité. financières. En effet. La qualité des produits ou des services se retrouvera améliorée. • le fonctionnement interne. avant de consacrer son énergie à l'amélioration de la Qualité du Produit. 20% si. techniques. finance. matérielles. . En résumé.”revues de direction” pour évaluer la situation qualité. optimiser l'organisation de l'entreprise. dans la vie professionnelle les ingénieurs. cadres ou dirigeants disposent de la documentation nécessaire et ce qui est le plus important est de savoir s’en servir. marketing… mais au même titre que ces derniers et qu’il importe donc d’intégrer la réflexion juridique au processus décisionnel. » Malinvaud : séances 41 . Il s'appuie sur la Fonction Management de la Qualité qui a besoin d'être définie • HSS511D Management du risque juridique Ressources Pédagogiques : Le rôle important du droit dans la vie des entreprises n’est plus à démontrer. Qu’il s’agisse de la nomination ou de la rémunération des dirigeants. • les recommandations d’amélioration. • les informations provenant des clients. parmi d’autres. « Qu’importe un la méconnaissance Philippe Les thèmes gain du de droit des productivité coûte de10%. Par cette disposition. ou sont par ailleurs. l'amélioration de la qualité des produits et des services est du ressort de la direction générale. Dans une démarche Qualité Totale. • les changements pouvant affecter le fonctionnement de l’entreprise. Il s’agit d’une disposition de pilotage de projet qualité. etc…). Le procès est toujours un échec car il amène à dépenser du temps. Il importe donc de comprendre que le droit est un élément de la décision de management. Le risque juridique fait donc maintenant l’objet d’un véritable management et le rôle du juriste dans l’entreprise doit être préventif. l’entreprise ne peut être menée à bien que dans le cadre du droit. le Chef d'entreprise doit d'abord adapter et maîtriser les coûts de la non-qualité. des rapports entre l’entreprise et ses salariés ou des contrats nécessaires à la mise en œuvre de ses opérations. • la mise à disposition des ressources nécessaires (humaines. • les retours. stratégie. des poursuites pénales engagées contre certains d’entre eux. la direction fait un point régulier sur : • les rapports d’audit qualité internes. • les réclamations clients. plus. beaucoup plus que curatif. de l’énergie et de l’argent dans une activité qui n’est pas celle que l’on attend.

Critères de choix du droit applicable aux opérations de l’entreprise.. Comparaison Europe / Etats-Unis.Le contrat : conditions de validité et vices du consentement.Introduction à la réflexion juridique et aux grands systèmes de droit. . Pouvoirs des organes opérationnels. . Prévention des risques en cas d’inexécution. .La consultation des associés et la mise en place des organes dirigeants. existence. . Le contrat de travail. licenciement. Responsabilité personnelle des associés et des dirigeants. Répartition du pouvoir et contrôle de celui-ci.L’entreprise en difficulté : analyse des procédures de prévention des difficultés. . formalisme. formation. sanctions.La responsabilité civile. .La responsabilité civile et pénale du dirigeant. Mise en place de contrats assurant la mise en œuvre des politiques conçues par els dirigeants. 42 . . .Les rapports avec les salariés.Le contrat : formation. existence.La société : concepts généraux et critères de choix de la forme sociale. .L’entreprise en difficulté : les procédures de traitement et les sanctions contre les dirigeants de droit et de fait. responsabilité personnelle et responsabilité de l’entreprise du fait de ses salariés. La protection des associés et des dirigeants.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful