Bulletin d’information de La société d’astronomie de Montréal et du Centre francophone de la SRAC

Décembre 2004
vol. 18, no 4 Solstice d’hiver

Sommaire
Mot du président ....................... p. 2 Assemblée spéciale................... p. 2 Ouverture du local .....................p. 2 Nouveaux membres .................. p. 2 Demande télescope Gemini-N... p. 3 Éclipse de Lune 27 octobre ...... p. 4 RY Tauri .................................... p. 5 Page de la SRAC ...................... p. 6 Pollution lumineuse ................... p. 7 Défi lunaire ................................ p. 8

Conférences hiver/printemps 2005
Sous le thème : L’astronomie en images 11 janvier : Saturne est les sondes Cassini et Huygens par Hugues Lacombe 18 janvier : François Chevrefils (sujet à déterminer) 25 janvier : Ciel du mois 1er févrie : Conférencier professionnel invité 8 février : Assemblée générale 15 février : Les lois de base de l'optique, par Yvon Massicotte 22 février : Ciel du mois 1er mars : Conférencier professionnel invité 8 mars : Introduction à l’astronomie CCD, par André Gendron / Michel Richer 15 mars : Optimisation d'un télescope newtonien pour un usage strictement visuel, par Yvon Massicotte 22 mars : Des applications scientifiques du CCD en astronomie. par G. St-Onge / L. Morin 29 mars : Ciel du mois 5 avril : Conférencier professionnel invité 12 avril : Atelier CCD, par André Gendron / Michel Richer. Prise d’images CCD du centre et traitement de ces images par les membres de la SAM 19 avril : Des travaux et mesures appliqués à la Web Cam en astronomie par Stéphane Lemon 26 avril : Ciel du mois

Nos meilleurs voeux à l’occasion des Fêtes et que l’année 2005 soit étoilée !

Concours Gemini & TCFH pour les astronomes amateur(e)s
Des membres de Dorval et de la SAM ont été sélectionnés par le comité d’experts. Concours organisé par le Bureau canadien du télescope Gemini (et CNRC) pour reconnaître le rôle important joué par les astronomes amateur(e)s canadien(ne)s. Le club d’astronomie de Dorval a participé au concours en présentant la proposition de Gilbert St-Onge et Lorraine Morin (p. 3) sur l’objet stellaire jeune RY Tauri. Nous aurons donc 1 heure moins les préparatifs pour collecter la lumière de la région nous intéressant en Ha, à la recherche d'un signal d'un objet variable dissimulé dans la nébulosité près de RY Tauri. Ces images sont la meilleure chance que nous avons de confirmer un travail de plus de 10 années. Coordonnées de RY Tauri : (2000) AD. 04h 22m 03,3s Déc. 28° 26' 40" Adresse Internet du projet : (quelques images p. 5) http://astrosurf.com//stog/Travaux-Recherches-%c9tudes/xrytau_1/ryt_francais_page1.htm Pour en connaître plus sur nos travaux : http://astrosurf.com//stog/saisons_ciel/

Le mot du président
Hugues Lacombe
L'année 2004 fut, malgré tout, une bonne année. Elle a drôlement commencé, ou plutôt elle a commencé en retard compte tenu que le Conseil d'administration 2004 n'a été formé que le 27 avril ! Et elle avait ceci d'étrange qu'en marge de ses activités régulières la SAM a cherché à se fusionner avec un autre club. Ça n'a pas fonctionné. Certains diront tant pis et d'autres, tant mieux. Pour moi c'est déjà de la vielle histoire. Ce que je retiens de 2004 ce sont les merveilles du ciel (le passage de Vénus devant le Soleil et les deux éclipses totales de la Lune) et les merveilleuses rencontres que l'astronomie amateur nous permet de faire. Parce que la SAM c'est surtout ça : du monde relativement ordinaire qui s'émerveille devant les splendeurs du ciel et qui aiment partager leur émerveillement avec d'autres. La deuxième moitié de l'année a été mieux réussie. L'été a été fort occupé avec le CAFTA et les soirées publiques. Contrairement à 2003, le ciel était clair presque à chaque fois. Et contrairement à l'hiver 2003-04, notre programme de conférenciers se déroule à merveille. Comme d'habitude, tout n'a pas été rose non plus. Le nombre de membres a quelque peu diminué à cause de l'incertitude quant à l'avenir de la SAM. Sur le plan financier on a dû commencer à payer un loyer régulier au Centre des loisirs qui nous loge et il a fallu remplacer le tuyau à l'entrée de notre terrain à St-Valérien ! Enfin, c'est pour ça que vous avez un Conseil d'administration. J'en profite pour dire un gros merci à ceux qui ont fait partie du C.A. en 2004. Les membres leur doivent beaucoup parce qu'ils sont en grande partie responsables des services offerts par la SAM. Merci également à tous les

autres bénévoles qui s'occupent de diverses activités sans lesquelles la SAM ne serait pas ce qu'elle est. Merci enfin à ceux qui ont fait des dons à la SAM cette année. Votre aide est des plus appréciées. On tourne la page et l'on s'attaque à 2005. La nouvelle année s'annonce excitante sur le plan astronomique. Elle s'annonce également déterminante pour la SAM. L'Assemblée générale spéciale de novembre dernier a permis de dégager les pistes qui permettront de renforcer les assises de la SAM. Il n'en tient qu'à nous, individuellement et collectivement, de nous y engager. Alors, engageonsnous. Au nom du Conseil d'administration, j'offre mes meilleurs vœux pour l'année 2005 à tous les membres de la SAM et à leur famille. Au plaisir de vous revoir en janvier.

D)l'amélioration du fonctionnement interne de la SAM. En plus de voir à la poursuite des activités fondamentales de la SAM (AstroNotes, les conférences, le terrain d'observation à St-Valérien, le site web), le prochain Conseil d'administration aura à faire siennes ces priorités. La tâche sera lourde. Aussi devra-t-on compter sur la participation de nombreux bénévoles. Plusieurs membres se sont déjà portés volontaires. Ceux et celles qui n'ont pu assister à l'Assemblée générale spéciale et qui aimeraient participer à l'organisation des diverses activités de la SAM, même sur une base limitée, n'ont qu'à nous faire signe. Il y a de la place pour tout le monde. Par ailleurs, le proposition du Conseil d'administration de modifier les Règlements généraux pour obtenir plus de souplesse dans l'obtention d'un quorum lors des assemblées générales a été entérinée. Cette modification entre en vigueur immédiatement. Un petit rappel, l'Assemblée générale annuelle est prévue le 8 février 2005. On y élira le nouveau Conseil d'administration. Venez-y nombreux pour participer à cette importante élection.

C'est reparti mon kiki
par Hugues Lacombe
La question de la fusion possible avec un autre club, la relance de la SAM ainsi que des modifications aux règlements généraux étaient à l'ordre du jour de l'Assemblée générale spéciale tenue le 16 novembre dernier. Tel qu'expliqué lors de la réunion, l'idée d'une fusion avec la Société d'astronomie du planétarium de Montréal (SAPM) n'a jamais pu être sérieusement considérée, faute d'intérêt de la part de la SAPM. La discussion a donc surtout porté sur les pistes à suivre pour favoriser la relance de la SAM et assurer son essor. L'enthousiasme était palpable. Cette discussion a permis de dégager diverses priorités : A)l'engagement accru des membres dans tous les aspects de la Société B)le recrutement et le financement C)l'élaboration d'un plan stratégique

Attention
Le Centre de loisirs St-Michel ouvrira ses portes le 10 janvier 05. Il y aura donc une réunion le 11 janvier. Hugues Lacombe donnera la conférence : Saturne est les sondes Cassini et Huygens À partir de janvier le Centre fermera à 21:30.

Nouveaux membres
Alain Davidson M. Capcovik (membre à vie) Jean-Pierre Gagnon Paul Thivierge Olivier Valuet Jean-Marc Lecompte

Décembre 2004 p. 2

Astro-Notes N

RY Tauri
Une demande pour le télescope de 8m. Gemini-Nord / GMOS-N N N projet de Gilbert St-Onge et O Lorraine Morin présenté par le CDADFS
par G. St-Onge et L. Morin
La cible est une des nébuleuses associées à l'étoile jeune RY Tauri La cible est tout près des coordonnées (2000) AD. 04h 22m 03,3s Déc. 28° 26' 40" -Quel est l'intérêt de cette cible? * Des membres du CDADFS l'observent depuis plus de 10 ans (1993) : on y a mis en évidence un objet (jeune?) qui semble en émission. Il serait possible de le confirmer avec cet instrument (le télescope Gemini-nord de 8-mètres / GMOS-N) couplé à un filtre Ha. * Une nouvelle source observée sur nos images CCD :

Le 04 11 1994, on fait l'observation d'une nouvelle région (~ un point) très lumineuse à l'est de l'étoile jeune RY Tauri, ce fut le début d'une série de transformations de la nébuleuse secondaire vers une forme de ~ jet. Voir le document :
http://astrosurf.com//stog/TravauxRecherches-%c9tudes/xrytau_1/ryt_francais_page1.htm

* Cet instrument a une résolution spatiale et une sensibilité qui pourraient peut-être résoudre la forme de l'objet à la source de ces transformations observées. * On peut présumer qu'il s'agit d'une étoile jeune enfouie dans la nébuleuse, dont on voit des sursauts lumineux. (Chocs, jets, étoile jeune variable, etc. ???). Cet objet diffuse la lumière dans une grande zone de cette nébuleuse. Des régions de cette nébuleuse ont évolué en dimensions observables (nébuleuse par réflexion?) variant de ~ 15" à 91" de 1993 à 1998… (Selon nos estimations). * Des mesures photométriques de l'étoile RY Tauri et de la région nous intéressant semblent dissocier, tout au moins partiellement, l'étoile RY Tauri et certaines variations observées dans la nébuleuses secondaire. Voir le document complet à :
http://astrosurf.com//stog/TravauxRecherches-%c9tudes/xrytau_1/ryt_francais_page1.htm Section #1 à #4

* Depuis on y a observé des variations de luminosité et de morphologie de la nébuleuse juste à l'est de l'étoile RY Tauri. * Voir les images p. 5 -Pourquoi est-ce bien assorti à l'imageur du télescope en question ? * Couplé à un filtre Hydrogène alpha, on pourrait peut-être confirmer la source d'origine en émission. (On y travaille depuis plus de 10 années)! -On peut voir nos documents à : http://astrosurf.com//stog/saisons_ciel/ Dans la section : Les Travaux et Recherches Astronomiques ----Découverte d'un Jet supersonique près de l'objet stellaire jeune RY Tauri Sections #1 à #4

-C'est peut-être notre chance de confirmer l'objet à l'origine de ces années d'observations. (suite p. 5)

Décembre 2004 p. 3

Astro-Notes N

L’éclipse de Lune du 27 octobre 2004 par M. Jean-Guy Gibault. À 23h04 HAE Au Maksutov 127mm F/12

Éclipse de Lune 27 octobre 2004

L’éclipse de Lune du 27 octobre 2004 par Gilles Guignier - Image du haut à 22h02 hae - Image du bas à 21h32 hae

Collaborez à l’Astro-Notes
Faites-nous parvenir vos photos, textes, dessins, ou croquis... Par la poste à l’adresse ; C.P. 206, Station St-Michel Montréal, QC H2A 3L9 Ou par courriel “ gilberts@ca.inter.net “

Date de tombée
Printemps 2005

Le 8 février 2005 Nous avons besoin de matériel qui réflète la vie de la SAM. Et de membres qui apportent leur contribution à l’Astro-Notes.

Décembre 2004 p. 4

Astro-Notes N

RY Tauri au télescope Gemini N.
Par L. Morin & G. St-Onge O
À droite les deux images qui nous ont convaincus qu’il se passait quelque chose d’intéressant à l’est de l’étoile jeune RY Tauri. C’était en novembre 1994.

Les images #3 et #4

:

Il s’agit d’images effectuées au mont Mégantic au télescope de 1,6m par Vincent Ross. Ces images montrent la région en émission à l’est de l’étoile RY Tauri. L’utilisation d’un filtre à permis d’isoler certains domaines de la lumière qui montrent beaucoup d’émission. L’image #4 montre l’émision isolée de l’image #3.

Image #3
L’image #5 : Cette image est une superposition de la région en émission. Les émissions en dessous sont celles de 1994 11 04 que nous avons obtenues sur les premières images qui confirmaient celles-ci. Au dessus on a l’émission optenue au mont Mégantic. On peut donc confirmer que l’on observe la même région en émission.

Image #4

Image #6

Image #5

Une image récente de RYTauri. Elle est du 2002 08 19 G. St-Onge et L. Morin

Décembre 2004 p. 5

Astro-Notes N

Société royale d’astronomie du Canada Centre francophone de Montréal

de trois personnes que nous avons élues lors de la réunion du Conseil national. Cinq candidats étaient sur les rangs, dont Patrice Scattolin, notre vice-président, qui a été élu membre de ce comité.

Nouvelles Lunes
11 10 08 10 décembre 04 janvier 05 février 05 mars 05 20:29 07:03 17:28 04:10

Par Hugues Lacombe
Conseil national de la SRAC À la fin d'octobre j'ai pris part pour la première fois à une réunion du Conseil national de la SRAC, à Toronto. Ce Conseil réunit l'exécutif national de la Société, des représentants de 27 centres de la SRAC à travers le pays et des représentants du bureau national de la SRAC. Quelque 40 personnes en tout. C'était un peu intimidant. La SRAC est plus que centenaire et compte près de 5000 membres à travers le pays. Ça se sent et ça se reflète dans le fonctionnement du Conseil national. Tout y est très formel. Heureusement je n'étais pas le seul " nouveau " au tour de la table et il était relativement facile de participer aux discussions. La grosse nouvelle c'est la formation d'un comité temporaire, appelé " Groupe de travail 21 ", qui se penchera au cours de la prochaine année sur les façons de répondre aux importantes pressions financières que subit la SRAC présentement et d'assurer son financement à long terme. Ces pressions sont responsables, en grande partie, de l'augmentation des cotisations de l'été dernier. Ces difficultés financières résultent de la hausse du dollar canadien face à la devise américaine. Il faut comprendre que le Observer's Handbook de la SRAC est très prisé aux États-Unis où s'effectue la grande majorité des ventes. Cela dit, le Groupe de travail sera composé de l'Exécutif de la SRAC, de présidents de divers comités ainsi que

Par ailleurs le Conseil national a : Il y a Cassini et Huygens à surveiller . adopté des " Règlements généraux en janvier 2005. type " dont les divers Centres peuvent s'inspirer dans l'élaboration de leurs Suite Défi lunaire (p.8) propres règlements généraux ; La seconde est dédiée à un autre . approuvé l'idée d'une " cotisation de mathématicien français né à Tours en soutien " que les membres pourraient 1795 et mort à Paris en 1870. On lui vouloir faire, laquelle s'ajouterait à la doit des équations de l'élasticité (déforcotisation annuelle et donnerait droit à mation et tension interne), une équaun reçu d'impôt ; tion portant son nom sur la propagation . accepté de limiter le Rapport annuel à de la chaleur et des quadriques homoson strict minimum, tout en s'assurant focales comme coordonnées en que l'information additionnelle qu'on y géométrie et en physique mathématrouvait auparavant, soit disponible sur tique. le site web de la SRAC ; et . décidé d'explorer les possibilités de Qui sont-ils? coopération avec l'Astronomical Society of the Pacific (SAP). Références Le Petit Robert 1 des noms communs Au tout début de la réunion j'avais fait de l'année 2000. ajouter à l'ordre du jour la question du Le Petit Robert 2 des noms propres de renouvellement électronique, en l'année 2000. français, de l'adhésion annuelle à la "Atlas of the Moon" d'Antonin Rukl de SRAC. Ce service est déjà offert aux la série Astronomy membres de la SRAC en anglais. Faute de temps, ce sujet sera discuté Réponses dans le prochain Astro-Notes de façon prioritaire lors de la prochaine Jean-Pierre Bertrand (à droite) reçoit réunion du Conseil national qui doit son certificat “Explorez l’Univers” des avoir lieu à la fin de février. mains de Hugues Lacombe. Photo Patrice Scattolin

Décembre 2004 p. 6

Astro-Notes N

La pollution lumineuse
par Patrice Scattolin
Sa survie en dépendant, l'observatoire du Mont-Mégantic doit se payer un employé dédié à combattre la pollution lumineuse. C'est l'exception. La règle veut que ce combat soit mené par des bénévoles voués à la cause. C'est le cas de Calgary où le comité de la lutte contre la pollution lumineuse de la SRAC a été très actif.

à effet de serre de 18,000 tonnes par an. La diminution du niveau d'éclairage a fait craindre une augmentation de la criminalité mais les études du service policier de la ville de Calgary démontre que cette augmentation n'a pas eu lieu. Mais est-ce que cette expérience s'applique à Montréal? Calgary est une ville d'un million d'habitants, la région métropolitaine de Montréal contient une population d'environ 3 millions et Toronto environ 6 millions. Vous trouverez ci-joint des cartes de pollution lumineuse des trois régions qui sont extraites de l'Atlas de la pollution lumineuse de Cinzano, Falchi et Elvidge. J'ai extrait ces cartes du ClearSkyClock d'Attila Danko. Une comparaison rapide à l'œil de ces trois régions semble bien indiquer que Montréal exhibe la pollution la plus intense. D'autres données existent. Celles du Dr Syuzo Isobe de l'observatoire national du Japon pour nos trois villes sont les suivantes : Comme on peut l'observer, Montréal remporte la palme pour l'énergie perdue en valeur absolue. Pour ce qui est de la perte par unité de surface on note que Calgary fait pire mais Montréal fait mauvaise figure étant proche du sommet des villes nord-américaines.

L'un des résultats de ce groupe de bénévoles fut un programme de remplacement des luminaires de rues et ce à la grandeur de la ville de Calgary. La ville de Calgary était l'une des villes d'Amérique où la pollution lumineuse était la plus intense. Bref la ville était trop éclairée. Ce programme qui se termine en 2005 a duré trois ans et aura remplacé 38,000 lampadaires sur les 72,000 que compte la ville. Calgary a donc remplacé ses luminaires à globe par des luminaires à vitre plane qui ne diffusent pas la lumière directement vers le ciel. Cette amélioration permet d'abaisser l'intensité des ampoules générant donc des économies d'énergie. Typiquement les ampoules de 200 watts sont remVille Énergie perdue (106 kWh) placées par des 100 watts, les 400 watts par des 310 watts et les 1000 Calgary 1.39x104 watts par des 700 watts. Montréal 2.32x104 Toronto 2.29x104 La ville de Calgary n'a pas adopté ce Québec6. 13x103 programme par amour de l'astronomie. New York 2.26x104 Elle l'a fait pour économiser sur sa facBoston 2.51x103 ture d'électricité. L'électricité albertaine provient principalement des com- Les chiffres semblent bien indiquer bustibles fossiles la rendant dépen- que Montréal est certainement trop dante du prix du pétrole. Ceci donne éclairée comme l'était Calgary. Il est donc un puissant incitatif économique donc raisonnable de formuler l'hyen Alberta à économiser l'électricité pothèse de travail que Montréal réalismême si, de façon indirecte, cette élec- erait des économies similaires à celles tricité leur appartient autant que l'hy- de Calgary. Qu'attendons-nous? droélectricité appartient aux Québécois. C'est un projet de 7 mil- Les images de l'atlas de la pollution lions de dollars qui est financé à moitié lumineuse sont tous droits réservés par le programme fédéral d'infrastruc- Royal Astronomical Society, reproture. Chiffres à l'appui, Calgary espère duites de Monthly Notices of the RAS récupérer son investissement en envi- avec permission de Blackwell Science ron 3 ans et diminuer l'émission de gaz

Calgary

Montréal
Surface (km2) Perte par unité de sur face (106 kWh/ km2) 1901 4.39x10-2 4039 3.44x10-2 4330 3.16x10-2 1767 2.08x10-2 9095 1.50x10-2 1122 1.34x10-2

Toronto N Décembre 2004 p. 7 Astro-Notes

Défi lunaire
par Michel Auclair
Ce travail fait partie d'une série ayant pour thème les mathématiciens. Exercice numéro 1 On recherche un petit cratère de 39 kilomètres qui est situé dans une région où on retrouve Catharina, Polybius, Altai et Pons. Il a été légué à un mathématicien français qui est né à Beaumont-deLomagne en 1601 et est mort à Castres en 1665. On lui doit la règle qui permet le calcul des " extremas " d'une fonction et son application à la détermination des tangentes. Il est le créateur d'une théorie (portant son nom) selon laquelle la lumière prend le chemin le plus court

ou le plus long pour voyager d'un point à un autre. Elle ne sera démontrée de nouveau qu'en 1993 par un Monsieur A. Wiles. Cette notion de base de l'optique équivaut au principe de moindre action en mécanique de Maupertuis. Qui suis-je? Exercice numéro 2 Dans une région continentale très accidentée, où l'on retrouve des noms comme Abenezra, Geber et Sacrobosco, il y a un cratère de 63 kilomètres dédié à Peter Bienewitz. Ce mathématicien allemand, né à Leisig (Saxe) en 1495 et mort à Ingolstadt en 1552, a indiqué la manière de déterminer les différences de longitude par l'observation des mouvements de la Lune et donna une des premières tables de sinus

imprimées pour toutes les minutes. Qui suis-je? Exercice numéro 3 Si un jour vous vous promenez sur la Lune dans un endroit où vous retrouvez des pancartes qui identifient la plaine Humboldt, vous pourrez alors rendre visite à ces deux (2) formations. La première formation a été dédiée à un mathématicien suisse, qui est né à Lausanne en 1825 et mort à Bâle en 1898. Il a établi la formule qui donne la longueur d'onde des différentes raies du spectre de l'hydrogène. Cette théorie, qui a joué un grand rôle dans l'établissement de la physique quantique, a été justifiée par monsieur N. Bohr pour son modèle de l'atome. (suite p. 6)

Bulletin d'information de La société d'astronomie de Montréal et du Centre francophone de Montréal de la Société royale d'astronomie du Canada
ISSN-0843-8978

Volume 18, numéro 4, décembre 2004 (Solstice d’hiver)

La société d'astronomie de Montréal est un organisme à but non lucratif qui a comme objectif la promotion de l'astronomie. La société distribue à ses membres ce bulletin trimestriel, L'Astro-Notes. Elle possède un terrain pour l'observation astronomique situé à St-Valérien de Milton, où des soirées d'observation sont organisées régulièrement. Un comptoir de vente de matériel astronomique permet aux membres et au public intéressé de se procurer, lors des réunions, divers articles (livres, miroirs, oculaires, posters, cherche-étoiles,...). Les membres de la SAM peuvent également emprunter des livres et consulter des périodiques astronomiques à la bibliothèque de la société, qui renferme plus de trois cents volumes. Les membres de la SAM ont également l'option de devenir membres de la SRAC qui offre des avantages supplémentaires : un annuaire astronomique, l’"Observer's Handbook"; une revue trimestrielle, "The Journal"; et un abonnement à la revue "SkyNews". La société d'astronomie de Montréal : Adhésion: 37$/année (20$ étudiant; 47$ famille) Privilèges: - Assister aux conférences, causeries et participer aux activités organisées; - Astro-Notes (4 numéros/an); - 10% de réduction au comptoir de vente; - Emprunts à la bibliothèque; - Accès au terrain de St-Valérien. Centre francophone de la SRAC : Adhésion: 37$/année (doit être membre de la SAM). Privilèges: - Annuaire "Observer's Handbook"; - Revues "The Journal" et "Sky News"(6 nos/an); - Forum de discussion Internet "RASC List" Conseil d'administration Président : Hugues Lacombe Vice-président : Patrice Scattolin Secrétaire : François Chevrefils Trésorier : René St-Germain (Hugues Lacombe) Conseiller : Gilbert St-Onge Autres responsables Conférences : Gilbert St-Onge Comptoir : Brigitte Dufresne Bibliothèque : François Chevrefils Site Web : Frédéric Camilleri Astro-Notes : Gilbert St-Onge & L. Morin CAFTA : Yvan Prégent St-Valérien : Patrice Scattolin Représentant à la SRAC : Hugues Lacombe

Les réunions ont lieu les mardis à 20h00 au Centre de loisirs St-Michel : 7110, 8e avenue, Montréal (près du Métro St-Michel) Téléphone (répondeur) : (514) 201-3982 Correspondance : C.P. 206, Station St-Michel Montréal, QC H2A 3L9 Page Web : http://www.lasam.ca Courriel : info@lasam.ca

Le bulletin de la SAM, l'Astro-Notes est publié quatre fois par année, aux équinoxes et aux solstices. La SAM invite tous les astronomes amateurs à contribuer à l'Astro-Notes. La SAM n'est cependant pas responsable des erreurs qui pourraient se glisser dans l'Astro-Notes. De même, les informations et les opinions émises dans les articles publiés dans l'Astro-Notes sont celles des auteurs individuels et n'engagent en rien la société d'astronomie de Montréal. Le responsable de l'Astro-Notes se réserve le droit de refuser, de corriger ou de modifier légèrement les textes soumis.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful