You are on page 1of 15

A- Les différentes séquelles de brûlures

Dans leur grande majorité, les séquelles de brûlure sont liées à la cicatrice cutanée, siège d'une réaction inflammatoire et d'une fibrose. Plus rares sont les problèmes tendineux et articulaires. Ce sont les cicatrices hypertrophiques et les rétractions cutanées qui sont les séquelles cutanées les plus fréquentes et qui posent le p de problèmes, tant sur le plan lus esthétique que fonctionnel.

1) Les rétractions cutanées
Les rétractions cutanées résultent d'une formation anormale de tissus fibreux dans la zone brûlée, ce qui a pour effet de la rétracter. Elles apparaissent en pa rticulier au niveau des zones de mobilité, à proximité des articulations : cou, épaules, genoux, doigts... Ces rétractions (brides) peuvent limiter nombre de mouvements et entraîner des déformations. Au visage, les séquelles prennent des formes diverses. Les plus graves concernent les paupières, avec notamment l'impossibili pour la paupière atteinte de recouvrir l' il té (ectropion). Les rétractions des lèvres, également fréquentes, diminuent quant à elles l'ouverture buccale (microstomie).

2) Les cicatrices hypertrophiques
Toutes les cicatrices évoluent vers une période inflammatoire, inévitable, qui disparaît normalement au bout d'u ne année. Mais il arrive que la cicatrice de brûlure suive un schéma différent. Les cicatrices sont alors anormalement rouges et bourso uflées, s'accompagnant de démangeaisons. Elles peuvent mettre un à deux ans pour atteindre le stade mature ; on parle de cicatrices " hypertrophiques ". Celle-ci s'opposent en théorie aux cicatrices chéloïdes, pour lesquelles les phénomènes d'immaturité persistent indéfiniment.

Elles peuvent être handicapantes au point de gêner le sommeil Elles .Evolution cicatrice normale. doit faire recherc er la possibilité d'une cancérisation. hypertrophique. des raideurs articulaires très invalidantes. h Au moindre doute. s'agit plutôt de taches brunes ou violacées. Les démangeaisons sont quasi systématiques. 4) L'hypersensibilité et les démangeaisons L'hypersensibilité est quasi-constante et gêne le brûlé au contact de la chaleur et du froid. 6) La dégénérescence de la cicatrice L'apparition d'une ulcération chronique sur une cicatrice ancienne de brûlure. ces troubles esthétiques peuvent se traduire par un défaut de pigmentation. s'amenuisent avec le temps et. en particulier chez l'adulte. . Le traitement est à priori chirurgical. Elle s'améliore avec le temps. à l'aide d'un traitement médical (antihistaminique). 7) Les rétractions tendineuses et articulaires Une mauvaise immobilisation en position non fonctionnelle peut donner. surtout chez les personnes de peau noi Chez les personnes de peau blanche. chéloïde 3) La fragilité cutanée Les cicatrices de brûlure sont souvent le siège de plaies survenant au moindre traumatisme (contact. il re. dans certains cas. frottement). 5) Troubles de la pigmentation Fréquents. il est important de réaliser un examen anatomo-pathologique de la lésion suspecte. sans notion de traumatisme. surtout lorsque la cicatrice est hypertrophique.

soit environ 6 mois après la brûlure. Elle dépend du temps nécessaire aux cicatrices pour devenir matures. Ils précèdent un é éventuel acte chirurgical et le complètent également. nuit et jour. elles ont un eff t favorable sur l'hypertrophie et la souplesse de la e peau brûlée. La durée de u la compression est variable. à réduire l'hypertrophie cicatricielle.Traitement des séquelles de brûlures La prise en charge des séquelles de brûlure doit répondre à deux impératifs thérapeutiques : l'un fonctionnel et l'autre esthtique. pourra être entrepris dès lors que les cicatrices seront considérées comme matures et stables dans le temps. En général. 1) Les traitements non chirurgicaux des séquelles de brûlures Contre Prévention l'hypertrophie et cicatricielle. chacune à un mois d'intervalle. Ence qui concerne le visage. de diminuer le risque d'évol tion vers le mode hypertrophique. traitement on a des recours cicatrices à plusieurs hypertrophiques traitements : : Les vêtements compressifs : Ils peuvent être utilisés dès la cicatrisation des lésions initiales. peuvent être proposées. c'est un an. Le traitement chirurgical. Les traitements médicaux sont destinés à éliminer les symptômes fonctionnels. par une compression continue des zones cicatricielles. é Les moyens thérapeutiques pour y parvenir sont médicaux et chirurgicaux.B. Avène et Uriage pour les enfants) sont prises en charge par - . Plusieurs infiltrations de corticoïdes (Kénacort°). Ils permettent. Les infiltrations de corticoïdes : Elles sont effectuées. quant à lui. Grâce aux douches filiformes et à la kinésithérapie. à accél rer la maturation cicatricielle. on utilise des masques transparents thermoformés qui permettent de contrôler l'efficacité de la compress ion. en général après 12 à 18 mois. Les cures thermales : Les cures peuvent être prescrites dès la cicatrisation. Ils ne sont retirés que pour la toilette et les massages. Les cures spécifiques aux soins des brûlés (Saint Gervais Les Bains et La Roche-Posay. sur une cicatrice hypertrophique limitée qui n'arrive pas maturité cica tricielle. Ils sont confectionnés sur mesure et portés en permanence. Vêtement compressif.

La greffe de peau La greffe de peau est le procédé chirurgical le plus simple. La hiérarchie des interventions doit être planifiée dans le temps en accord avec le patient. Les mobilisations actives et passives offertes par la kinésithérapie préservent a souplesse tissulaire et articulaire. qu'elle soit à visée fonctionnelle ou esthétique. En effet. muscle. présentent un certain intérêt de cicatrices dyschromiques de coloration). permettant une bonne prise de la greffe (graisse sous -cutanée. Dans les cas de gêne importante notamment lorsque le sommeil est perturbé. pression et élongation l assouplissent les cicatrices. Ils Tatouage dans le cas ou (problème maquillage le vis age. Dans ce cas. car c'est une période de deuil pour le brûlé qui doi t apprendre à vivre avec sa nouvelle image et à accepter le regard des autres. afin qu'il comprenne es objectifs à atteindre. ne doit pas être entreprise avant un délai de 6 mois. car il est en présence d'autres malades souffrant du même problème. et de couvrir celle s -ci soit par une greffe de peau soit par un lambeau. Ce traitement a pour but d'ouvrir transversalement les tissus cicatriciel rétractés pour faire apparaître la perte de substance. les cicatrices sont naturellement inflammatoires et continuent d'évoluer. Traitement des démangeaisons Elles s'estompent généralement avec le temps. . En plus d'une amélioration physique. Avant ce délai.). Parfois. antihistaminiques. En opérant plus tôt. et il est coupé de sa vascularisation. Dans les cas mineurs. des crèmes hydratantes ou de l'huile d'amande douce peuvent suffire. Les n rétractions du cou et les défauts d'ouverture buccale (microstomies) doivent être corrigés en priorité en raison de la gêne qu'ils occasionnent pour les anesth sies. à l'exception de certaines parties du corps (comme les paupières) pour lesquelles on doit intervenir rapidement afi de lutter contre les rétractions. il est difficile de bien les travailler et ce serait se priver d'une chance d'amélioration. libèrent les adhérences fibreuses et rendent la peau plus souple et plus mobile. se revasculariser et combler ainsi la perte de . Les é lésions des mains sont également prioritaires. les cicatrices peuvent développer des brides rétractiles entraînant une gêne fonctionnelle. adhérer au sous-sol. espacés par des périodes de rééducation. le chirurgien est amené à prescrire des . On pe dans de tels cas recourir à un ut traitement chirurgical. Il va. afin dene pas entraîner ou majorer de dyschromie. De plus.. Elles sont généralement d'une durée de 3 semaines et doivent idéalemen être suivies 2 fois par an. Dans le cas de brûlures avec raideurs au niveau des s articulations.l'Assurance-maladie.Chirurgie des séquelles fonctionnelles des brûlures Malgré les massages et la kinésithérapie. des injections de corticoïdes peuvent réduire les dém angeaisons. il faut laisser n passer une phase de maturation cicatricielle. massages et douches filiformes procurent un bienfait certain. Idéalement. les contraintes et le temps l nécessaire à leur réalisation. le brûlé t bénéficie durant son séjour d'un environnement psychologique favorable.. 2) Les traitements chirurgicaux des séquelles de brûlures La chirurgie des séquelles de brûlure. Traitement non chirurgical des rétractions Le traitement des rétractions cutanées doit être débuté dès le premier jour de la brûlure : lutte contre les mauvaises positi ons (attelles). le prélèvement emporte toute l'épaisseur de la peau (épiderme et derme ). en particulier sur On évitera toute exposition solaire sur une cicatrice de brûlure pendant une année complète (quitte à se protéger par une casquette ou par de l'écran total). les cures thermales où sont associés pendant 3 semaines kinésithérapie. Les massages par étirement. même si elle semble mi eure par rapport aux autres séquelles. Sur certaines cicatrices hypertrophiques localisées. ce temps d'attente est providentiel. Une demande exprimée par le patient doit toujours être prise en compte. il s'agit d'une greffe de peau totale. Ce prélèvement est effect é à un u autre endroit du corps. une fois fixé sur la zone non cicatrisée. massages et kinésithérapie. Il convient d'établir avec lui un schéma clair et cohérent de l'ensemble de la prise en charge. plusieurs temps opératoires sont nécessaires. Elle est employée lorsque la peau saine à pr oximité de la rétraction ne permet pas la confection d'un lambeau et lorsque la perte de substance cutanée laisse un sous -sol bien vascularisé.

. La plas en Z. Elle d nne. vaisseaux. il est possible d'augmenter ces réserves. Ils permettent de supprimer la bride en intercalant é de la peau saine au sein de la cicatrice.Chirurgie des séquelles esthétiques des brûlures - L'expansion cutanée La chirurgie réparatrice des séquelles de brûlure consiste essentiellement à remplacer la peau brûlée cicatricielle par de lapeau saine. Il est gonflé toutes les semaines avec du sérum physiologique grâce à une valve placée à distance. Le lambeau Le lambeau est un transfert de peau qui.substance. dans la correction des séquelles o esthétiques. Elle repose sur la faculté que possède la peau d'augmenter sa superficie lorsqu'elle est soumise à une augmentation de volumesous-jacente : la grossesse en est un parfait exemple. par exemple.Les lambeaux locaux viennent du voisinage et sont employés lorsque la peau saine entourant la bride peut être utilis e. d'excellents résultats. Elle trouve ses limites dans la quantité de peau saine disponible. Grâce à l'expansion cutanée. Les plasties en Z. est actuellement couramment utilisée par les chirurgiens de la brûlure. Ils permettent une couverture de n'importe quelle région du corps. qui sont ensuite intervertis. la q uantité supplémentaire de tissu de part et d'autre de la bride est utilisée pour allonger la cicatrice. dont la durée varie selon les cas (en moyenne 6 à 10 semaines). Un ballon de silicone est glissé sous la peau saine avoisinant la zone c icatricielle. Il permet une couverture demeilleure qualité que la greffe de peau. développée en France par le Pr Baux dans les années 80. car il apporte une bonne épaisseur cutanée et ne se rétracte pas. Cette méthode a l'avantage d'apporter un tissu semblable à celui que l'on désire reconstruire.) qui ne peuvent prendre en charge une greffe de peau. est utilisée en cas de tie brides linéaires. en IC et en trident sont les plus communément employées. la pr othèse est retirée. Ainsi. La greffe de peau offre l'avantage d'être simple et efficace lorsque la prise de greffe est complète. à l'inverse d'une greffe. .Les lambeaux libres prélevés à distance et nécessitant une suture micro -chirurgicale sont utilisés lorsque les autres techniques se révèlent impossibles. Cette méthode. Leur réalisation est toutefois plus délicate. Elle consiste en deux lambeaux de peau triangulaires découpés des deux côtés de la rétraction. En fin d'expansion. La peau brûlée cicatricielle est retirée pour être remplacée par la peau saine expansée. Il est notamment utilisé lorsque la libération de la bride met à nu des éléments nobles (nerfs. La peau saine sus -jacente se distend progressivement. Technique de la plastie en Z . . Elle peut né anmoins être le siège d'une rétraction ultérieure. conserve sa propre vascularisation..

. greffée en respectant une " unité esthétique ". et de leur séquelles.Chirurgie plastique .Chirurgie sein . elle remplace une zone cicatricielle inhomogène en la transformant en zone homogène plus discrète. En ef fet. sa texture et sa couleur soient les plus proches possibles du tissu d'origine. une intervention chirurgicale sera d'autant plus efficace qu'elle sera complétée par les traitements secondaires appropriés : vêtements compressifs. Idéalement. tags : Chirurgie esthétique . car les étapes du e traitement demandent au patient beaucoup de constance et de persévérance. et presque autant au ch irurgien.Chirurgien esthetique -medecine esthetique . la greffedoit être prélevée à proximité de la zone à corriger pour que son épaisseur.. le soutien psychologique est d'une extrêm importance. Dans cette longue entreprise. kinésithérapie et cures therma les. Elle ne permet pas de gommer une cicatrice mais. CONCLUSION La chirurgie des brûlures. Elle s'avèreintéressante et donne de bons résultats esthétiques pour de petites surfaces. Seule unesolide expérience permet d'indiquer les résultats à espérer. tout en déterminant les solutions qui offren au patient les meilleures chances de mener à nouveau une vie normale. par exemple au niveau du visage et des mains. t La qualité de ces résultats. repose sur une prise en charge globale. améliorer son bien -être et lui apporter un réconfort moral. aussi bien sur le plan esthétique que fonctionnel. - La greffe de peau totale La greffe de peau totale donne de bons résultats esthétiques sous réserve d'une réalisation minutieuse. exige une parfaite connaissance des divers procédés de chirurgie réparatrice.Chirurgie reparatrice . ainsi que leurs limites. où alternent parfois les moments d'espoir et d'abattement.Prothèse d'expansion cutanée pour cicatrice de brûlure du dos. On ne doit rien négliger de ce qui peut soulager le patient.

6 .pour l'éliminer. Les auteurs prennent en considération la formation et le traitement chirurgical de la cicatrice pathologique. L'excision chirurgicale suivie de l'irradiation est d'habitude employée pour le traitement des chéloïdes: dans nos séries l'irradiation postchirurgicale immédiate (une application pour 3 jours) a évité la récurrence des chéloïdes. et qui ne commencent à divenir plus petites. on verifie cela un an après l'accident. Italy RESUME. du siège anatomique et du dommage fonctionnel ou esthétique.December 1993 LES CICATRICES HYPERTROPHIQUES ET CHELOIDES DANS LES BRULURES: TRAITEMENT CHIRURGICAL Caleffi E. stéroides. qui est la complication la plus grave chez le patient brûlé. Nous pratiquons les interventions de chirurgie reconstructive depuis que les cicatrices hypertrophiques ne commencent à présenter une couleur plus pâle. un développement dû à la fort-nation d'un plan souscicatriciel de tissu connectif lâche. Dans toutes les autres cicatrices hypertrophiques. Toutes les approches chirurgicales immédiates et correctes peuvent réduire la formation des cicatrices: d'autre part un programme réhabilitatif. Burns Club . en moyenne. Notre approche chirurgicale de la formation de la cicatrice pathologique dépend du type de la lésion. à rechercher dans l'excision de la cicatrice pour mieux . chimique (silicone. peut améliorer les résultats de la cicatrice et de l'intervention chirurgicale. Montacchini G.n. l'excision chirurgicale (avec ou sans l'expansion cutanée. avec ou sans la plastie en "Z") n'est pas combinée avec l'irradiation mais toujours avec la compression élastique. La formation de la cicatrice pathologique est la complication la plus grave chez le brûlé. thérapie au zinc). Il est aussi important un développement d'un petit degré de mobilité de la cicatrice hypertrophique dans le tissu sous-jacent. Papadia F.. les greffes cutanées et les lambeaux . un tissu plus souple. Dans notre expérience ce protocole thérapeutique a amené à des résultats esthétiques et fonctionnels de bonne qualité. et toutes les approches chirurgicales cherchent à améliorer le résultat esthétique et fonctionnel.Ann. L'expansion cutanée est très utile pour le chirurgien parce que cette méthode lui permet de disposer d'une quantité de peau suffisante de la même texture et coloration. Bocchi A. Parma. Universita degli Studi. 4 .. Medit. Cattedra di Chirurgia Plastica.vol. Ils décrivent les techniques chirurgicales plastie en "Z". physique (bandages compressifs).

et pour les cicatrices qui déforment les sourcils et les angles de la bouche. La plastie en "Z". et le succès de chacune prévoit une approche correcte. obtient l'allongement et la modification de l'orientation de la cicatrice qui devient plus souple et meilleure dans l'aspect. basée sur la transposition de deux ou de plusieurs lambeaux triangulaires.contrôler l'hémorragie. c'est la technique que nous préférons pour les cicatrices rétractiles du bras. Plus les lambeaux sont grands. . les greffes cutanées.113) La plastie en "Z". les lambeaux plus récents et plus efficaces sont à disposition du chirurgien. La programmation de reconstruction chirurgicale requiert une analyse des déformités. Technique chirurgicale Les techniques de reconstruction chirurgicale dans les cas des défonnités plus ou moins étendues du corps causées par les brûlures sont différentes. Plastie en "V' (Fig. Souvent les plasties en "Z" effectuées sur les cicatrices de brûlures. 1A . pour la possibilité parfois d'effectuer l'intervention en anesthésie locale. qui montrent une vascularisation réduite par rapport à la peau normale. mettent en danger la survivance de la partie terminale du lambeau pour nécrose vasculaire. Quand la rétraction linéaire est entourée de tissu sain on peut utiliser de grands lambeaux en "Z". majeur est l'allongement et la correction plus efficace. pour reporter l'orientation de la cicatrice parmi les lignes de mineure tension. et aussi un choix des techniques de traitement et des sièges de prélèvement pour les tissues à greffer. L'emploi de cette technique trouve son indication dans la correction des cicatrices rétractiles linéaires. du pilier antérieur de l'aisselle. Pour la simplicité de son execution. un diagnostic de la quantité de la perte de tissu et du dommage qui en est causé. parfois l'emploi combiné de plusieurs techniques est nécessaire pour compléter la correction d'un même type de lésion.

la région des fesses et la surface intéro-latérale de la cuisse. au contraire. pour les petites greffes à épaisseur totale la région rétro-auriculaire. avec le dermatome électrique. Pour sièges ou les grandes greffes à épaisseur partielle ce sont la partie interne du bras.2B) Les greffes cutanées les plus souvent employées dans la reconstruction des zones cicatricielles hyper-trophiques sont des autogreffes simples à épaisseur partielle ou à épaisseur totale. Si le prélèvement de ces greffes est de petite dimension. à condition qu'elles soient de petites dimensions. Ces greffes sont des substituts excellents pour la peau des paupières et des lèvres. il est effectué à main libre avec le bistouri. 2A . nous utilisons des greffes à toute épaisseur en exploitant la rétraction cicatricielle minimale. quand elles sont disponibles.De préférence. des greffes de petites dimensions pour fermer la zone donatrice avec une suture des berges. s'il est de grandes dimensions.et hyperpigmentation et la tendance à la rétraction de la greffe.Les zones rétroauriculaires ou supraclavéaires. IA Bride rétractile de l'aisselle. Fig. la guérison se fait par fermeture directe des berges.Fig. IB Aspect un an après l'intervention de plastie en "Z" Greffes cutanées (Fig. . Les zones donatrices sont représentées par les È le résidu cicatriciel est peu visible. sont les sièges du prélèvement cutané. Aspect avent l'intervention. pour les greffes à épaisseur totale. à cause de la possible hypo. La cicatrisation de la zone donatrice se fait par réépithélialisation spontanée dans les greffes à épaisseur partielle. celle inguinale et supraclavéaire sont préférées. Toutefois il y a des limites à l'emploi des greffes comme l'aspect esthétique pas toujours satisfaisant.

2A Séquelles de brûlures déjà traitées avec exposition tissulaire de la région cervicale et perte de la ligne de démarcation du profil de la lèvr inférieure. L'utilisation des lambeaux locaux traditionnels d'approchernent.Fig. de rotation et de transposition trouve son application dans le traitement de petites zones de cicatrices de brûlure. Aspect de face et de profil. . L'integrité de la peau autour du placard cicatriciel à supprimer est une condition nécessaire à cet emploi.

permet la correction chirurgicale des cicatrices pour lesquelles les procédés traditionnels apportent rarement des solutions satisfaisantes. un rapport exact entre la longueur et la base du lambeau. Toutefois cette technique présente quelques limites.Fig. En plus ils ont l'avantage d'être moins susceptibles à la rétraction cicatricielle. préparés soit avec des méthodes plus récentes et complexes comme il se passe pour les lambeaux microchirurgicaux. Les lambeaux peuvent être soit à vascularisation "random" soit à vascularisation axiale. L'obtention de vastes lambeaux cutanés de voisinage. comme les tendons. Les premiers requièrent. les nerfs. les vaisseaux. les autres requièrent la présence d'un pédicule vasculaire bien identifié. on peut utiliser des lambeaux à distance. . grâce au procédé d'expansion tissulaire. Nous utilisons de préférence les lambeaux quand l'excision de la cicatrice hypertrophique montre des structures nobles. Si la perte de substance est importante et les tissus voisins ne sont pas disponibles ou ils le sont en quantité insuffisante. par example l'emploi limité de peau pour la reconstruction de zones assez larges. 2B Aspect 10 mois après l'intervention de greffes cutanées. pour leur survivance. de même coloration. Ils sont aussi plus fiables par rapport aux précédents et leur longueur ne dépend pas de la largeur de la base.

d'une quantité de peau suffisante de la même texture et la même coloration qui permet de recouvrir sans traction la zone d'exérèse. à distance de l'abdomen. 3B Aspect un an après l'intervention par lambeau par une presse. Le choix des prothèses d'expansion résulte de l'étude de la perte de substance a recouvrir. 3A Brûlure de la face palmaire de la main gauche Fig. de ses dimensions. La technique consistera dans un premier temps opératoire de placer sous la surface de la peau saine juxta-cicatricielle un bollonet gonflable (ou prothèse d'expansion) approprié. Le principe fondamental de cette technique c'est qu'on peut disposer. Celui-ci sera alors gonflé progressivement de façon à obtenir une exposition de la peau saine qui viendra recouvrir dans un deuxième temps opératoire le déficit cutanée créé par l'éxèrese du tissu lésé. dans la région immédiatement voisine du placard cicatriciel a supprimer. de la localisation du terrain vasculaire des cicatrices éventuelles préexistantes et de la prevision du tracé du lambeau d'expansion.Fig. aspect avant l'intervention. .

Discussion Les séquelles les plus graves d'une lésion thermique sont la formation des cicatrices rétractiles. 4B Aspect à la fin de l'expansion conduite par deux prothèses. La rétraction sera majeure dans le cas des paupières. des lèvres. 4A Cicatrice hypertrophique de la région cervicale en face et de profil.Fig. se retire pendant la cicatrisation. . des joues. qui intéresse seulement l'épaisseur partielle de la peau. La rétraction n'est pas limitée à la brûlure de troisième degré. hypertrophiques et des chéloïdes. Celle de deuxième degré aussi. du cou et dans les surfaces articulaires. Fig.

il est necessaire. dès les premiers mois. l'aspect esthétique pas toujours satisfaisant. Les plasties en "Z" sont un très bon instrument pour les cicatrices rétractantes linéaires pour en obtenir un allongement et un changement de direction. son extension. nous utilisons l'expansion cutanée. Pour réduire les déformités cicatricielles dans ces sièges. Pour un traitement chirurgical correct. pour terminer la correction de graves déformités. La tendance à la rétraction. technique récente qui nous permet de gagner de la peau de la même couleur et texture à suffisance . l'emploi de remèdes médicaux et physiothéra peutiques. Si le placard cicatriciel est très étendu.Fig. L'utilisation de lambeaux locaux à vascularisation "random" ou axiale. Les techniques chirurgicales dont nous disposons sont différentes et parfois. Les résultats que nous avons obtenus dans l'emploi de cette méthode pour les cicatrices rétractantes du pilier antérieur de l'aisselle et de l'articulation du coude ont été très satisfaisants. enfin on évalue le déficit esthétique et fonctionnel qui en dérive. sont les désavantages et les limites des greffes.et hyperpigmentations. requiert un tissu de bonne qualité tout près de la cicatrice. il est nécessaire d'en utiliser plusieures. transposés. tournés et avancés. 4C Aspect un an après l'intervention en face et de profil. d'abord on fait une recherche soigneuse sur le temps et l'évolution de la cicatrice. Leur avantage a été celui d'avoir réduit le déficit fonctionnel en récupération totale de l'aspect morphologique et esthétique. ensuite un examen objectif qui évalue l'épaisseur. Ces lambeaux sont indiqués pour recouvrir des pertes de substance de petites dimensions. Dans nos expériences l'emploi des greffes est limité aux phases précoces de la brûlure et dans les stades tardifs il trouve son application dans les cicatrices rétractantes des paupières et de la lèvre inférieure. la couverture insuffisante des plans profonds. sa profondité et son siège anatomique. la couleur et la souplesse de la cicatrice. parfois avec des hypo.

de la peau proche et de la prévision du tracé du lambeau d'expansion.. Marvin J.. Larson D. Engraw L.: Reconstruction of the ear. In: "Bums. I 1: 502. 9. Surg. Le choix du nombre. Borges A.A.. 1979. plus traditionnelles. 3.E.F.. 5. Caleffi E.B. The surgical techniques to eliminate these scars are described Z-plasty. Skin expansion is very useful for the surgeon as it provides him with a sufficient quantity of skin of the same texture and colour. nous préférons cette dernière méthode à d'autres.: "Elective incisions and scar recision". Encouragés des bons résultats obtenus. 77:744. which are the most serious complication in burn patients. Trauma.M.. Pruitt B. SUMMARY. Papadia R: Tissue expansion in the treatment of burn scars. quand il est possible. Plast. . Vittle. Ger R. 1971. Plast. J...T. A survey is made of the formation and surgical treatment of pathological scars. 2.B. Saunders Company. Surg. Surg.C.. Third Meeting of M.: Excision of burns of the face.A. 6.. Brent B. Surg. 22: 104..D.: Correction of burn deformities using free flap transfer. 1971. p. Plast. Plast. Cairo. Cat N. Lac N. Walkinshaw M. 7. 8... 1975. Vetchuur L. Browns and Company. A team approach". et al.. Surg. Boston. Philadelphia. 1987 .H. skin grafts and flaps. Heimbach D. Reconstr. Feldamn LL: Secondary repair of the burned upper lip. Reconstr. 1989. Montacchini G. et al. Reconstr. 48: 283. Perspect. Plast.: Use of local flap for burn contracture of the neck. 1982. Masters F. J. 1: 31.D. Bocchi A. 466. 1973. eyebrow and side-burn in the burned patient.: Hypertrophic scars and keloids: a collective review. Cohers LK..pour couvrir sans tension la vaste zone d'exérèse. de la forme et du volume des prothèses résulte de l'étude de la perte de substance à recouvrir.1974. Toschi S. W. 4.. Jabaley M.W.1986. BIBLIOGRAPHY 1..: The technique of muscle transposition and the operative treatment of traumatic and ulcerative lesions of the leg. Trauma. Ohmori S..D. Reconstr. 55: 312. 53:140.: Prevention and treatment of scar contracture. 10.