Digitized by the Internet Archive

in

2009

witin

funding from

Ontario Council of University Libraries

Iittp://www.archive.org/details/lasaintebiblepol05vigo

LA SAINTE

BIBLE POLYGLOTTE

DU MÊME AUTEUR
Manuel biblique ou Cours d'Écriture Sainte à l'usage des séminaires.
par
F.

ViGOuROUX. Nouveau Testament,

par

L.

Bacuez.

Onzième

édition.

4

Ancien Testament, vol. in-U. Paris,

A. Roger et F. Chernoviz

14

fr.

Les Livres Saints et
incrédules contre
les

numents
Édition

la Critique rationaliste. Hisloire et réfutation des objections des Saintes Écritures, par F. Vigouroux, avec des illustrations d'après les mopar M. l'abbé Douillard, architecte. Cinquième édition. 5 vol. in-8». Paris, Roger et

Chernoviz
in-l•.'

35 20

fr.
fr.

•.

»

Carte de la Palestine, pour l'étude de l'Ancien et du Nouveau Testament. 1 feuille de (,47 de haut sur (,39 de large, imprimée en quatre couleurs. Sixième édition, 1898. Paris, Roger et » 1 f'*• Chernoviz. ... fr. 50 Achetée avec le Manuel biblique

La Bible
F.

et les découvertes modernes en Palestine, en Egypte et en Assyrie, par Vigouroux; avec cartes, plans et illustrations, d'après les monuments, par lAI. l'abbé Douii,édition, 4 vol. in-12.

i.ARD, architecte. Sixiéiiie

Pans

16

fr.

•>

Die Bibel und die neueren Entdeekungen in Palsestina, in Aegypten und in Assyrien, von F. Vigouroux. Autorisirte Uebersetzung von Joii. Iiîach, Pfarrer von Yiilmar. 4 vol. in-S•^". I\Ia\ence, Franz Kirchheim.

Le Nouveau Testament
tions d'après
ii's

et les découvertes archéologiques luoMuments. Deuxième édition. 1 vol. in-I:i

modernes, avec
Pères de

des illustra-

4

fr.

»

Mélanges bibliques. La Cosmogonie mosaïque d'après

les

l'Église, suime

d'études diverses relatives à l'Ancien et au Nouveau Testament (Les inventeurs de l'explication Les inscriptions et les mines du Sinat. Les naturelle des miracles : Eichhorn el Paulus.

Livre des Proverbes el la fow^mi. Susanne : caractère véridique Les Samaritains au temps de Jésus-Christ. La Bible el la Critique, réponse de son histoire. aux Souvenirs d'enfance et de jeunesse de M. Renan), par F. Vigouroux; avec une carte et des illustrations d'après les monuments, par M. l'abbé Douillard, architecte. Deuxième édition.
Iléthéens de la Bible.

— Le

— —

1

vol.

in-12

4

fr.

»

La Sainte Bible selon

la Vulgate, traduite en français par M. l'abbé Glaire, avec introductions, notes, appendices, et index archéologique par F. Vigouroux; seule approuvée après examen fait à Rome par la Sacrc-e Congrégation de l'Index. 4 vol. in-S". Quatrième édition. Paris, Roger et

Chernoviz Le Nouveau Testament,

26
in-S»,

fr.
fr.

»
>

cinquième édition,

se

vend séparément
:

6

Sous presse
?i°

:

La Sainte

Bible, format in-18, caractères neufs, comprenant

texte de la Bible

distribué en alinéas avec divisions- générales et secondaires des livres sacrés; 2° introductions; notes nombreuses; 4" appendices; illustrations archéologiques. 5 vol. in-18.

"

Usera

tiré

quelques exemplaires sur papier Indien, permettant de réunir

les

5 tomes en i seul volume.

Nouveau Testament in-18

(nouvelle édition, caractères neufs), par MM. Glaire et Vigouroux. Souk• traduction approuvée par le Saint-Siège. Avec notes nouvelles, introductions, appendices, concorde des Évangiles, tableau synoptique de l'Histoire de Notre-Seigneur Jésus-Christ, index archéologique, table des Épitres et Évangiles de toute l'année pré-

— —


»

cédés de

la

Messe

et des

Vêpres.

1

vol. in-18. Paris,

Roger

et

Chernoviz

2

fr.
fr.

Le même,

pai>ier teinté, filets

rouges

3

..

Les Saints Évangiles,

suivis des Actes des Apôtres, précédés de la Messe et des Vêpres. 1 vol. in-18, jiapier teinté, filets rouges. Paris, Roger et Chernoviz 1 fr. 50

EN cours de publication

:

Dictionnaire de la Bible, contenant tous
mentionnés dans
les

les noms de personnes, de lieux, de plantes, d'animaux Saintes Écritures, les questions théologiques, archéologiques, scientifiques, critiques, relatives à l'Ancien et au Nouveau Testament, et des notices sur les commentateurs anciens et modernes avec de nombreux renseignements bibliographiques. Ouvrage orné de cartes, de plans, de vues des lieux, de reproductions de médailles antiques, de fac-similés des manuscrits, de reproductions de peintures et de bas-reliefs assyriens, égyptiens, phéniciens, etc., publié par F. Vigouroux, avec le concours d'un grand nombre de collaborateurs. Paris, Letouzey et Ané. Prix du fascicule, iu-4', de 320 colonnes '5 w. »

'

fuimin-didot

,

(;'.

mi.snil

()

LA SAINTE

BIBLE PQLYGLOTTE
CONTENANT LE TEXTE HÉBREU ORIGINAL, LE TEXTE GREC DES SEPTANTE,
LE TEXTE LATIN DE LA VULGATE,
ET LA TRADUCTION FRANÇAISE DE M. L'ABBÉ GLAIRE
AVEC LES DIFFÉRENCES
DE LHÉBREU. DES SEPTANTE ET DE LA VULGATE;

DES INTRODUCTIONS, DES NOTES, DES CARTES ET DES ILLUSTRATIONS

Par

F.

VIGOUROUX

rnÊrUE DE SAIST-bULPlCE

ANCIEN TESTAMENT
Tome V

L ECCLESIASTIQUE. - ISAÏE.

— JÉRÉMIE LES LAMENTATIONS — BARUGH

PARIS
A.

ET

1î.

ROGEll ET
7,

F.

CHERNOVIZ, LIBKAIRES-ÉDITEUUS
7

RUE DES GRANDS-AUGUSTINS,
1904

IMPRIMATUR

:

Parisiis, die 11 octobris 1904.

f Franciscus Gard. Richard,
Arch. Parisiensis.

EXPLICATION
DES SRîNES et abréviations CONTENUS DANS LE TOME CINQUIÈME

I.

Si(;xi:s

inskiuîs

dans

li•:

texte

(;rec.

Le signe
Le signe

'

'

,

place entre deux mots grecs, indique la place d'nn
et
'

mot on d'un membre

de phrase qui se trouve dans Ihébreu,
'

qui

manque dans
et sont

la

version grecque.

répété une seconde

l'ois

après un ou plusieurs mois, indique que ces

mots ne se trouvent pas dans
grec.

le texte

hébreu

une addition du traducteur

Le signe* indique une divergenci; notable
breu.

(;ntre le

sens du grec et celui de Thé-

tiue,

Les mots entre crochets [ ] ne figurent pas dans le textiis receplus ou édition sixqui est celle que nous reproduisons dans le corps du texte.

IL

AimÉviATioxs et signes iNSÉnÉs dans les variantes grecques.

I.

- LETTRES OU aiGLES INDIQUANT LES MANUSCRITS OU LES DIVERSES ÉDITIONS GRECQUES.
C.ette lettre

"^

indique les variantes empruntées au Code.

Alcvandriniis, manus-

crit

datant de la deuxième inoilié du cinquième siècle, olfert en 1098 au patriarche

d'Alexandrie, et conservé aujourd'hui à Londres, au British Maseitni. Le Code.r

Àfexandrinus a
éditions
celle des éditions

été édité par Grabe, Breitinger, Reineccius.
la

Dans

les cas

les

imprimées s'écartent du manuscrit,
par A-.

leçon du

Codex

est indiquée par A',

Codex Vaticnnux, du milieu du quatrième
du Vatican. C'est ce manuscrit qui
spécialement

siècle,

conservé à

la

Bibliothèque

a servi de base à l'édition sixtine de 1587,

ou

Icxlus receptiis, que nous reproduisons dans la Polyglotte.
le

La

lettre B'

désigne

manuscrit. Les leçons particulières au texte imprimé, par exemple

celles qui concernent la ponctuation, absente
^

du Codex, sont indiquées par

B'^.

Cette lettre désigne l'édition de la version des Septante publiée par Aide, à Fc/lise,

en 1518.

'

Cette lettre désigne le texte des Septante publié dans la Polyglotte a\[Îcaia ou

de
^

Complu te, due au
tome
2i)j
I,

cardinal

Cette lettre désigne le
rale,
p. XX.

Ximénès (1520). Codex Sinaiticus du sixième
ce manuscrit manipient la

siècle.

Ci'.

Introduction géné(à

Dans

fin

des Lamentations

partir

de

II,

et le livre

de Baruch,

VI

EXPLICATION DES SIGNES.

D

Cette lettre désigne

le

Codex Ephrœnii
t.
I,

j-escriptiis,

cinquième

siècle. Cf. Introd. gën.,

p. xx-xxi.

de la première moitié du Ce manuscrit renferme seulement

des fragments de rEcclésiastique.

Q

Celte lettre désigne

plus tard que
1894,
t.

le

111,

p.

Codex Marchalianus (Vat-grec, 2125) qui n'a pas été écrit sixième siècle. Cf. II. B. note. The old Test, in greek, Cambridge, vii-ix. Nous avons utilisé ce ms. pour le livre de Bariich qui
le

manque dans
^^

et

dans D.

Sous

cette lettre sont réunis les manuscrits

moins importants,

en dehors des

manuscrits désignés plus haut. (F. Nau).

.*
:

SIGNES.

indique une addition, et doit se traduire par habet ou addit, habent ou

addunt.
indique une omission, et doit se traduire par
oinittit

ou omit tant.
différente.

marque que

ce qui suit est une leçon divergente ou

une traduction

. - ABREVIATIONS.
a.
al.

veut dire ante.

ait.
ait.

m.

— — —
— — —

alii

ou

alibi.

alteruni.

altéra
contra.
ceteri.

ma an.

c.

cett

.

dist.

distingiiit (indique

qu'on

fait

intervenir

un

signe de ponctuation),
e

on ex conj.

e

conjectura.

eti.
tin.

in.

in

f.

— — — —
— — — — — — — _ —

etiam.
iisque
initio.

ad

/incni.

in fine.

interp.

interpnngit (variantes consistant dans une

ponctuation différente]
inv. ord.
1•

.

im>erso ordinc.
loco.

P•
pr.,

post.

sec,

tert.

primiim, secundiim,

tertiuni.

peu.

penultimum.
pncniittit.

prœm.
pr.
sec.

m. ou man. m.

prima manu. secunda manu.

EXPLICATION DKS SIGNES.

vu

rell.
s.
s.

veut dire

reliqiii.
sii'e.

ou

ss.

pn-cédi'S d'un cliiiTrc).

se.
sini.
.s(|.

lot.
\\\[.

— — — — — —

i>orsiculits srfjiirns ou. vcrsiculi srqiioiiics,
scilicet.

une. incl.

— —
:

.
:

siniililer.

seqitcns.

ulliniuni.
/inc/'s iitcliidil.

ExF.MPi.F.s

:

D'après ces exiiliealions
la pa^'o

Les variantes do
7.

D*

.*
aui»via

tvot.

on

. / ) ...
Jd qui soûl
8.
-|- (a.

'
Lt;

0.

Dn

-|-

i'a

).
...

(sec. m.)

-|- (in

.;

Se
j'•.

liront
7.

donc

:

Le Codex Ephracmi omet

manusci'it du Sinaï ajoute (avani

Sinaï ajoutent avant
la
lin

du

verset)

. ), ). /

Le mauusiril du Sinaï omet
^'.

tva.

y. 8.

Le
du

9.

Les manuscrits d'Lphrcui

et

manuscrit du Sinaï (de seconde main\ ajoute

Dans

ce

tome cinquième,

le

texte grec des Septante a été revu par

M. l'abbé

Nau, professeur à
et noté les
o-ate.

l'Institut catholique

de Paris, qui a également relevé les variantes
le

divergences qui existent entre

texte hébreu, le texte grec et la Vulet

M.'Touzard, professeur d'Ecriture Sainte

d'hébreu au séminaire de
été retrou-

Saint-Sulpice, a surveillé la partie

du texte hébreu de l'Ecclésiastique qui a
la

vée et en a donné, à la

fin

du volume,

traduction française avec

les
la

divergences
et la

des anciennes versions.

— Ees références
colligécs par

placées entre

le texte

de

Vulgate

version française ont été

M.

l'abbé

Martel,

chanoine de

Fréjus,
latin et

aumônier de

l'hôpital d'IIyères.

du

français, les divisions et annotations, est

Tout ce qui regarde l'agencement du dû à M. l'abbé Igonel, second

vicaire

de Saint-Germain des Prés, à Paris.

L'ECCLÉSIASTIOUE

INTRODUCTIOX

Kj.

I.

OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES
que
les Latins ont

nom
dans
blée.

(ï Ecclésiastique

un mot grec qui

signifie livre eu

l'Église; c'est-à-dire livre

donné à ce est usage dans l'assemblée ou qui sert à instruire rassem-

Nous avons prouvé dans notre Introduction historique et critique, tome IV, que ce livre est véritablement divin, c'està-dire qu'il a été composé sous l'inspiration du Saint-Esprit;
vérité
2.

que nient

les Juifs et les Protestants.

composé en hébreu; mais le texte pridû à Jésus, fils de Sirach, a été perdu (1). La version la plus ancienne est la version grecque faite par le petit-fils de l'auteur, comme on le voit par le Prologue suivant. La traduction latine qui se trouve dans la Vulo-ate, et dont l'auteur est inconnu, remonte assez haut, puisqu'elle est citée par tous les anciens Pères; et nous l'avons aujourd'hui telle qu'elle était dans le principe; car saint Jérôme n'y a pas touché. Le style en est dur et souvent d'une orande obscurité, comme dans le livre de la Sagesse, parce que le traducteur ne se conforme pas plus que celui de la Sagesse au latin classique, soit pour ht signification des mots, soit pour la syntaxe. '. Outre cette version latine, il y en a une seconde composée sur le o-rec de l'édition romaine, et autorisée par le pape Sixte V; ce qui l'a fait appeler
livre a été incontestablement
mitif,

Ce

version si.vtine.
arabe.
Il

Le livre de \ Ecclésiastique a

été traduit aussi en s\^riaque et en
les

faut bien

remarquer que, quelque nombreuses que soient

dif-

férences qui existent entre ces dilTérentes versions, elles ne nuisent en rien à l'intégrité substantielle du texte. Nous dirons de même des additions et des gloses qu'on a pu y intercaler; comme elles ne sont que de nouvelles traductions ou de simples explications de ce même texte, elles laissent encore intacts le fond et la substance du livre.
4. Quant au Prologue, quehjues-uns le tiennent pour canonique, comme faisant partie de l'ouvrage, quoiqu'il n'émane pas de l'auteur du livre, mais du
(1) Le texte de l'Ecclésiastique a (Hé retrouvé pour une partie consi(léral)le depuis répoque où M. Glaire écrivait ces Observations préliminaires. Nous en donnons ici tous les Iraifments connus jus(|u';i ce jour avec les notes et variantes colligees par M. Touzard, professeur d'Écriture Sainte et (niél)reu an Séminaire

SaintSulpice, qui a

de

lait

une étude approfondie de ces Irasments. Voir

p. i-7 la

niBLE rOLYCLOTTE.

milice sur ces fragmonts.
1

T.

V.

L'ECCLÉSIASTIQUE.

OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES.

pour nous, nous pensons avec Corneille de Lapierre, dom Galmet et autres, que cette canonicité est d'autant plus contestable, que le Prologue n'est nullement l'ouvrage d'un écrivain reconnu pour divinement inssimple traducteur
;

piré.

(J.-B.

Glaire).

5. L'époque où a vécu l'auteur de l'Ecclésiastique est incertaine. Son livre nous fournit un moyen de résoudre la question en nous indiquant le nom du o-rand prêtre juif, Simon, fds d'Onias, l, i-21, sous lequel il a vécu, et qu'il avait vu officier dans le temple; mais comme le même nom a été porté par deux pontifes différents, tous deux fils dOnias Simon !*", dit le Juste, qui vivait du temps de Ptolémée P'', fils de Lagus, vers 290 av. J.-C, et Simon II, qui était o-rand prêtre quand Ptolémée \Y Philopator voulut entrer de vive force dans le les uns font Jésus contemtemple de Jérusalem, les critiques se partagent porain du Simon le plus ancien, les autres du plus récent. Le prologue du traducteur fournit une autre donnée chronologique il nous dit qu'il alla luimôme en Egypte sous le règne de Ptolémée Evergète. Par malheur, il y a aussi deux rois qui ont porté ce surnom; l'un, Ptolémée III, fils et successeur de Ptolémée II Philadelphe, 247-222 l'autre, Ptolémée VII, dit aussi Physcon, frère de Ptolémée Philométor, 170-117; de sorte qu'il est également difficile de décider quel est le roi d'Egypte dont parle le petit-fils de l'auteur de l'EccléL'opinion la plus communément reçue place la composition de siastique. l'ouvrage vers 280, la traduction vers 230 (1) elle fait vivre Jésus ben Sirach du temps de Simon I", et son petit-fils sous Ptolémée III Evergète P'. Quoiqu'elle ne soit pas à l'abri de toute difficulté, elle est cependant la plus vrai1° L'éloge du chapitre l ne peut se rapporter qu'à Simon P% dit semblable. le Juste; le contemporain de l'auteur est représenté, en effet, comme un pontife très remarquable, ce qui ne saurait convenir à Simon II, dont l'histoire ne dit 2° Le grand prêtre de l'Ecclésiastique est qualifié de libérateur aucun bien. de son peuple, l, 4, ce qui peut s'appliquer à Simon P', mais non à Simon II, sous le pontificat duquel ni le peuple ni le temple n'avaient besoin de protec3" Du temps de Simon II, les idées païennes, contre lesquelles teur spécial. s'élevèrent les ^lachabées, avaient déjà fait de grands progrès elles étaient propagées par les fils de Tobie comme elles étaient en horreur aux Juifs fidèles, on ne s'expliquerait point que, si l'auteur de l'Ecclésiastique avait écrit à cette époque, il ne les eût point condamnées on s'expliquerait moins encore qu'il eût loué Simon II, qui avait pris parti pour les fils de Tobie. Il s'élève
:

:

:

;

;

;

;

;

contre les Samaritains, l, 28; à plus forte raison aurait-il condamné les faux 4° Ajoutons enfin que le Ptoléfrères qui imitaient les mœurs des Hellènes. mée Evergète ou le Bienfaisant, dont parle le prologue de l'Ecclésiastique, ne

peut guère être ([ue le premier qui a porté ce nom. Les monuments ne donnent pas le surnom d'E vergeté à Physcon, mais seulement au successeur de
Philadelphe.

(1)

L'opinion opposée assigne à la composition de l'Ecclésiastique la ilate de l'an 180 environ et à la traduc-

tion celle de l'an 130.

L'ECCLESIASTIQUE.

OBSERVATIONS PRELIMINAIRES.

G. Ouaiil au style de n'^cclcsiastiquc, il est en «général simple, naturel, peu orné. L'auteur s'est conformé aux règles du parallélisme qui régissent la ])oésie hébraïque, et imite la forme eommc; le fond des Proverbes de Salomon. La traduction grecijue a conservé le plus exactement possible le moule de

l'original.
7. Le livre de Th^cclésiaslique a toujours été regardé comm(; le ])lus utile des livres Sapientiaux, Tune des parties de l'Ecriture Sainte qu'on doit le plus lire et méditer. « Outre l'abondance admirable des enseignements très purs et très saints, adaptés à tous les états et à toutes les conditions, qui sontconteims dans ce livre, dit Martini, le célèbre traducteur de la Hible en langue itali(;iine, nous y rencontrons une multitude de choses qui peuvent servir à nourrir l'esprit de religion et à nous donner de notre loi la plus haute idée. Je souhaiterais donc de tout mon cœur que ce livre, avec celui des Prover])es et de la Sagesse, fût comme le premier lait dont on nourrisse l'âme de la jeunesse, parce que ces écrits sont les plus utiles pour former non seulement son esprit, mais aussi son cœur, lui donner de hautes pensées, la fortifier contre la séduction des passions, lui imprimer les vrais et solid(!S principes ([ui doivent diriger l'homnK! dans la vie présente et le rendre digne de la vie éter-

nelle ».
8.

Division générale de l'Ecclésiastiijue. Le livre de l'Ecclésiastique forme tout, mais sans une suite rigoureuse; il est écrit sans plan d'ensemble et avec la liberté d'allures qui est commune aux écrivains orientaux, surtout dans les ouvrages de ce genre les pensées, ainsi qu'il arrive dans les recueils de sentences, ne sont pas reliées entre elles; les digressions abondent de là

un

:

:

ou plutôt l'impossibilité d'en faire une analyse méthodique. On peut y distinguer cependant deux parties bien marquées, d'inégale longueur, la première contenant toutes sortes de préceptes pour la conduite de la vie, i-xLii, 14; la seconde faisant l'éloge du Créateur de l'univers et des Saints de l'Ancien Testament, xlii, i5-Li, 38. La première partie de l'Ecclésiastique n'a d'autre unité que l'unité générale
la
difficulté

sujet, qui est de recommander la pratique de la vertu. Elle « a beaucou}» d'analogie avec les Proverbes de Salomon; elle renferme, sous une forme généralement sentencieuse et proverbiale, une foule de règles de conduite et de

du

maximes morales pour tous les états et pour toutes les conditions elle énumère la série des vertus, en relève l'importance, exhorte à leur pratique,
;

même la série des passions et des péchés dominant parmi les cherche à en éloigner en en montrant les conséquences. Elle abonde aussi en avis relatifs à la conduite des aifaires domestiques et civiles, exhorte à la sérénité d'esprit, au contentement habituel de son sort, donne des règles de prudence à suivre dans le commerce des supérieurs et des grands. Elle vante surtout les avantages de la sagesse, invite à sa recherche, montre son origine, dit qu'elle est née de la bouche du Très-Haut, qu'elle remplit l'étendue des cieux et la profondeur de l'abîme, qu'elle habite parmi les nations et répand ses enseignements au loin comme les rayons de l'aurore. Voir \v et xxv »
expose de

hommes,

et

(Welte).

La 11'= partie a pour objet l'éloge de Dieu créateur et des Saints de l'Ancien Testament, xlii, 15-li, 38. Après avoir donné toutes sortes de règles de conduite dans sa première partie, le fils de Sirach, dans sa seconde, l*' rend gloire

L'ECCLESIASTIQUE.

OBSERVATIONS PRELIMINAIRES.

à Dieu, créateur du ciel et de la terre, xlii, 15-xliii, 37; 2" il nous propose l'exemple des Saints de l'Ancien Testament, qui ont pratiqué les vertus dont les quarante et un premiers chapitres nous donnent les préceptes, xliy-l, 31; 3° enfin il adresse à Dieu une prière d'adoration et d'action de grâces pour
la

sagesse

qu'il a

reçue de

lui, li.

L'hymne

à Dieu créateur est

comme un abrégé de

théodicée dans lequel

l'auteur nous fait connaître les attributs divins en décriA^ant les merveilles du monde visible. Il termine par une allusion aux merveilles du monde invisible,

dans lequel le Psalmiste, xLiii, 36-37. Ce trait final rappelle le Psaume après avoir montré la grandeur de Dieu éclatant dans le gouvernement des corps célestes, nous la montre plus sensible encore dans la loi qu'il a donnée à son peuple. 2" De l'éloge de Dieu, l'Ecclésiastique passe à celui de ses Saints, dans le morceau que le texte grec intitule Hymne des pères, c'est-à-dire en l'honneur des patriarches et des saints de l'Ancien Testament, xlîv-l, 31. 3° Une prière finale, li, remercie Dieu de tous les bienfaits que l'auteur en a reçus, et spécialement du don de la sagesse. Quelques critiques ont pensé que cette prière était l'œuvre du traducteur grec, comme le prologue, et c'est probablement là-dessus que s'est appuyée la Synopsis Scripturse Sacrse, pour avancer que le traducteur, comme l'auteur de l'Ecclésiastique, s'appelait Jésus, fils de Sirach, mais on n'a aucune raison de refuser à l'auteur primitif la com:

^,

position de ce morceau.

II.

LES FRAGMENTS HÉBREUX DE L'ECCLÉSIASTIQUE
I.

HISTOIRE DE LEUR DECOUVERTE.

En réunissant les divers fragments récemment découverts, nous possédons aujourd'hui les deux tiers environ du texte hébreu de l'Ecclésiastique. Les quatre manuscrits qui nous ont peu à peu fourni ces fragments paraissent tous provenir de la gueiiizzcih ou chambre de débarras de la Synagogue de Moïse au A'ieux Caire. Les premiers feuillets ont été acquis et publiés en

1896; les derniers en 1900. Voici dans quel ordre 1° En juin 1896, M. Schechter, professeur d'hébreu rabbinique à l'Université de Cambridge, publia dans VExpositor un premier feuillet rapporté de Palestine par M'"*' Agnès Smith Lewis et Gibson. Ce feuillet correspond à Ecclésiastique, xxxix, 15 (20)-xl, 8 (1), et appartient au manuscrit désigné ce manuscrit, écrit en colonnes qui correspondent aux plus tard par la lettre membres du parallélisme, était muni d'un grand nombre de notes marginales. 2° Au cours de l'année 1897, MM. Cowley et Neubauer publièrent de nouveau ce feuillet en même temps que neuf autres provenant du même Codex et acquis par la célèbre bibliothèque Bodléienne d'Oxford. Les feuillets d'Oxford font suite à celui de M'""" Lewis et Gibson et renferment Eccli.,XL, 9-xlix,
:
;

i.

cas où

L'indication des versets est donnée d'après le grec; les chiffres entre parentlu'-se corresiiondent, dans il y a divergence, à la version latine.

les-

L'ECCLÉSIASTIQUE.

OliSEHVATIOXS l'RKLLMlNAlKES.

12 {\.-^i)• Il est il it'inari[uc'i• que les notes luai-^iiiules cessent à peu près complètement à partir de xlv, 9'' (10''). C'est d'a|»rès l'ouvrage de MM. Cowley et que nous ])nl)li(tns le texte et les notes de ces deux premières Neubauer séries de iVa<;-ments. 3° Ce n'était que le commencement des découvertes. En 1899, M. Schechter édita une portion beaucou]) plus considérable du texte hébreu de l'Ecclésiastique. Les feuillets ([u'il avait pu se procurer dans un A'oyage au Caire et qu'il avait rapportés à l'Université de Cambridge appartenaient à deux manuscrits; et renfermaient Eccli., xxx, 11-xxxi, 11; sept avaient fait partie du Ms. XXXII, 3; XXXV, U-xxxvi, 2G (23); xxxvii, 27 (30)-xxxviii, 27"(28"]; xLix, 12 (14)-Li, 30 (38). Les quatre autres feuillets nous faisaient connaître un écrit d'une façon continue, sans distinction d'hémistinouveau codex, le M s. ches, et dépour\ii de notes. Les quatre feuillets représentent Eccli., m, 6'' (7'')VII, 29*^ (31") et xi, 34'' (36")-xvi, 26. De même que MM. Cowley et Neubauer, M. Schechter et son collaborateur M. Taylor ont accompagné la publication de leur texte dune traduction (2) et de précieuses remarques c'est à leur ouvrag-c que nous empruntons le texte des fragments du Ms. A, le texte et les notes des nouveaux fragments du Ms. B. 4" Divers autres fragments des Mss. A et ont été encore découverts dans des colh^ctions publiques et privées, savoir Deux feuillets du Ms. B, découverts au Musée Brilannique et publiés dans la Jewish Qiiaiierly Review d'octobre 1899 par le Rev. G. Margoliouth. Ils correspondent kEccli., xxxi, 12-xxxii, 1" et xxxvi, 24 (21)-xxxvii, 26 (29) (3). Deux feuillets du Ms. A, publiés par ^I. Elkan Nathan Adler dans la Jewisk 29'' (31'') -xi, Qiiarterly Revien• d'avril 1900 (4) et correspondant à Eccli.,
1

'-,

,

;

:

,

34^' (36'»).
5'^

La découverte

s'est enrichie enfin de
:

quelques

feuillets

empruntés à deux

autres Codices, à savoir

Un seul feuillet d'un manuscrit C, assez ressemblant au ^is. A, quoique d'une rédaction ])lus imparfaite. Publié par M. Israël Lévi dans la Revue des Études Juives de janvier-mars 1900 5), il renferme Eccli., xxxxi, 29'' (26'')-xxxviii,
;

1^;
le

comme on

le Aoit, c'est

un second exemplaire d'un passage déjà connu par

Ms. B.
Quatre

feuillets d'un Ms. D reproduisant, non le texte continu, mais un choix de maximes de i"Ecclésiasti([ue. Le premier feuillet publié par M. Lévi (6) renferme des versets d'Eccli., vi, 18^-vii, 25" (27"). Deux autres feuillets publiés par M. Schechter (7) contiennent des passages d'Eccli., iv, 23 (28)- v, 13 (15) et XXV, 8''(lP)-xxvi, 2\ Enfin le quatrième fragment, édité par le Rev. Gas-

1-2) tof/clher icilh the early versions Englisli translation followed bij the quolations from Ben Sira in Rabbinical Literature, by E. Cowley an il Ad. Neuliauer; Oxford, Clarciulon Piess, ISiiT. 2. The Wisdom of Ben Sira, portions of the Book of Ecclesiasiicus from hebrew manuscripts -in the Cairo Genizzah collection presented to the Universily of Cambridge by the Editors, by S. Schechier, M. A. Litt. D., lieader in Uabhinic in the University ol Cambridge and Professor of Hebrew in ihe University of Loudon, and C. Taylor, Master of St-Jolin's Collège Cambridge, at the L'niversily Press.

1.

The Original Ilcbrew of a portion of Ecclesiasiicus (xxxix, 1o-xlix,

and an

.

.•{.

The Jewish Quarterly Review, october
xxxvn, 2G.

189!).

The Original hebrew of Ecclesiasiicus xxxi,

12-31

and xxxvi,

•2-2-

i.
;.

The Jewish Quarterly Review, \ïl, 47, avril 1900. Sotne missing chapters of Ben Sira. Revue des Études Juives, XL, 79. Janvier-mars 1900, Fragments de deux nouveaux ynanuscrits hébreux de

l'Ecclésiastique. 6. Ibid.
1.

The Jewish Quarterly Review,

t.

XII, u" 17, April 1000. .1

further fragment of ben Sira.

6

L'ECCLÉSIASTIQUE.

OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES.

ter (1), est

composé

d'extraits a'Eccli., xviii, 31^'-xx, 13, avec intercalation de
(25),

XXXVII, 19 (22), 22

24

(27),

26

(29).

Comme

on

le voit, le

texte des deux

premiers feuillets se trouve déjà dans le Ms. A; quant à l'intercalation et C. quatrième fragment, elle est déjà connue par les Mss. que plusieurs auteurs intervertissent Tordre des lettres G et Remarquons

du

D

pour la désignation des deux derniers manuscrits, dont nous venons de parler

(2).

II.

AUTHEXTICITÉ DES FRAGMENTS HEBREUX.

découverte de ces manuscrits une question se poqu'ils contenaient. Etait-on en présence de sait, celle de hébreu de l'Ecclésiastique, ou bien n'avait-on sous les yeux qu'un Foriginal essai de retraduction analogue à ceux qui ont été entrepris, sur l'une ou l'autre des versions de Ben Sira, tant dans le passé que de nos jours? Jusqu'en 1-899, on admit la thèse de l'authenticité M. Schechter, en publiant le feuillet de M""'' Lewis et Gibson, puis MM. Gowley et Neubauer l'appuyèrent principalement avec cette remarque que le texte hébreu était indépendant des deux versions, grecque et syriaque, du livre de Ben Sira, qu'il était conforme tantôt à l'une, tantôt à l'autre, que parfois aussi il s'écartait de Tune et do l'autre. M. IsraclLévi, qui avait un instant hésité, adopta la même thèse. Mais ces savants faisaient remarquer que ce texte avait beaucoup plus souffert que ceux de la Bible hébraïque, de l'ignorance, de inad'ertance, ou même de l'audace des copistes. Ge furent les altérations signalées par ces auteurs, notamment la présence de mots très récents, de passages où il était difficile de ne pas constater une retraduction qui inspirèrent au professeur D. S. Margoliouth (3) la thèse de l'inauthenticité et qui ébranlèrent momentanément les con-

Au

fur et à

mesure de

la

l'autlienticité

du texte

;

victions de

ici les phases d'une discussion à laquelle prirent part les plus célèbres sémitisants d'Europe. La conclusion qui parait s'imposer est celle que ^L Lévi lui-même a finalement adoptée. Les chapitres découverts sont « sinon l'original pur, du moins une copie assez fidèle de l'ori-

M. Lévi. Nous ne pouvons suivre

The Jewisli Quarterh/ Review, t. XII, n» '»8, July 1000, new fragment of Ben Sira. D'après ce qui préti'de, on pourrait établir le tableau suivant des parties du texte hébreu ont été retrouvées et de celles qui manquent encore.
1.

2.

aeYEccU. qui

Ont été retrouvés
Eccli., (|uos versets
•2.i''

:

Manquent:
EccJi.,
I,

,'• ("'j-xvi, i6, d'après
de
iv,

I-iii, e^ (7^).

le Ms. A,
(13) et

avec quelvi, 18»-vii,

(27'')

23 (28) -v, 13 d'après le Ms. D.

de

Uuckiuos versets (le xvui, 31" -XX,
Ms. D.

13,

d'après le Ms.D.
le

Quelques versets de xxv, 8" (H'>)-xxvi. 2\ d'après

XVI, 27-xviii, 31". xviii, 31-xx, 13, en très grande partie. XX, lii-xxv, 8^ (11''). xxv, 8''(ll'')-xxvi, 2» en très grande partie.

XXVI, 2''-xxx, 10.

XXX, 11-xxxiii, 3, d'après le Ms.

\;.

1,
S.

4

-XXXV,

10.

XXXV, ll-xxxvin, 27" (28") d'après le Ms. B, avec XXXVI, 29» (26») - XXXVIII, 1 d'après le Ms. C et xxxvii, 19 (22), 22 (25), 24 (27), 26 (29) d'après le Ms. D.
XXXVIII, 28 (29)-xxxix,
15'• (20').

XXXIX,
(3)

15'= (20'')-Li,

30

(38)

d'après le Ms. B.

Tlir

Origin oflhe original Hebrew of Ecclesiasticv.s, by D.

Margoliouth, M. A. Professor

Arabie in

tlie

Universily of Oxford, in-*", Londres, 1899.

L'KCCLKSIASTIQUE.

OBSEUVATIONS PRELIMINAIRES.

<>-iiial

».

Cet uriyinal

heure
la

».

On

liil)l(!

« a sul)i toutes sortes d'altérations et cela de très bonne relève eu particulier des altérations qu'on ne trouve jamais dans y des versets qui ont été retraduits de l'une ou l'autre des licl)raï(]uc
:

anciennes versions

(1).

m.
Parmi
tous.
11

niULIOGHAlMIIK.

les

travaux consacrés à ces fragments,

il

en est

(jui les

embrassent
:

faut mentionner, en dehors des premières éditions (voir plus haut) Fac similcs of ihc fragments liilherto recovercd of tJie Book of Ecclcsiasticiis in

Hehrew, Oxford and Cambridge, 1001
partie, 1898.

;

Isr.

Lévi, L'Ecclésiastique. Première

Deuxième partie, Paris, 1901; D"^ Norbert Peters, Der jungst mederaufgefundene Hebrâische Text des Bûches Ecclesiasticus unter,

sucht, ubersetzt und mit kritischen Noten versehen, Fribourg'-en-Brisgau, 1902; J. Knabenbauer, Commentarius in Ecclesiasticum eu m appendice : Textus « Ecclesiastici » hebrœus descriptus secundum fragmenta nuper reperta cum notis et versione latina, Paris, 1902; ". Ryssel, Die Spri'iche Jésus', des Sohnes Sirachs dans E. Kautzscli, Die Apocryplien und Pseudepigraphen des Alten Testaments, Tubingue, 1900); Idem, Die

Neuen hebraischen Fragmente des Bûches Jésus Sirach und ihre Herkunft [Theologische Studien und Kritiken, t. LXXIII, 3G3 et suiv., 505 et suiv.
;

t.

75 et suiv., 269 et suiv., 547 et suiv.; t. LXX^^ 205 et suiv., 347 et suiv., Gotha, 1900, 1901, 1902); H. Strack, Die Spriiche Jésus des Sohnes Sirachs. Der jirngst gefundene hebrâische Text mit Anmerkungen und Worterbuch, Leipzig, 1903. Outre ces travaux, les suivants ont été consacrés aux fragments publiés en J. Usaé\y, Étude sur la partie du 1897, EccÎi.,xxxix, 5 (20)-xlix, 12 (14^

LXXÏV,

:

Schlathébreu de Ecclésiastique récemment découverte, Paris, 1897; ter, Das neugefundene hebrâische Stûck des Sirach, Gutersloh, 1897; N. Schloegl, Ecclesiasticus (xxxix, 12 bis-XLU, 16), Vienne 1901; 11. Smend, Das hebràisclic Fragment der Weisheit des Jésus Sirach, Berlin, 1897.
te.rte

.

Dansla Polyglotte, nous éditerons le texte tel qu'il a tout d'abord été publié. Dans les parties qui seront em])runtées au Ms. B. les notes marginales de ce Codex seront placées au bas de la colonne à la façon des Qeri de la Bible hébraïque. Quant aux variantes empruntées aux Mss. G et D, aux corrections
importantes proposées par les critiques dont nous venons d'indiquer du volume, à cause de leur grand nombre qui empêche de les mettre au bas des pages.
les plus les travaux, elles seront placées à la lin
J.

TOU/VRI).

(1) Pour plus de détails, voir notre travail Les nouveaux fragments hébreux de l'Ecclésiastique, Paris, Lecoffre. La controverse de l'aiitheiiticitc y est longuement exposée et la Bibliographie renferme rindicalion des livres et articles principaux publiés à propos des fragments hébreux jusqu'en janvier 190t.
:

2EÎPAX

, -& & / ^ , ' , ,, ^ ,, /,^, . , . .. "^ & & ,& ^ & ,. . y.at

0002

'

^,

",

5

^,
"

'/

'

'

^,

-

/^]

-

10

15

T?^'i'df

&. . ^- . . &. /^. .. : .) . . . . . ^. :) '). '&.
'

^,
:

inscribit

):

:

(.
1.

')
\.

4.

.^): . * * .
{*

&
.

&,
1.

).

1.

2.

D:

].

3•

niarg.). 1. 14.

(seC.)•

1.

6.

aâjUÏvov.

):
\.

8.

ADN:

ot.

A:

;

IVt

:

.

12.

'^*

':

'
|.

*.
1.

1.

: 7. :

*.

~:
et

m.) AD:
1.

•|- (a.
(a.

^ ). . ^. : . .) .
l:i.

-

20

^:
1.

ut

(D:

16•

':

-

DX"f•

(.

.
:

(seC.

1.

18.

. D*

17.

(pr.

m.) *
111.)

(seC.

(1.

0.

(pr.

m.) f

20.

(pr.

.)

^)

'*
('

:

10.

AD':

'

pubscribil

:

-

( SCC. . addit in
:

\.

11.

Le prologue manque dans la Peschito (édition de Mossoul, 188K). On peut tiaduirc « de grandes et de nombreuses choses au sujeldesquelles il faut louer Israël pour sa doctrine et i)our sa sagesse nous a>ant été transmises par la loi. |iar les Prophètes et par les autres qui les ont suivis, et comme il ne laut pas (|ue ceux qui les lisent se bornent à devenir instruits, mais (qu'ils doivent encore) par leurs paroles et leurs écrits, pouvoir devenir d'utiles et zélés maîtres pour les étrangers, en conséquence

mon

aïeul Jésus... » (du grec). S'appliquent de plus en plus à réfléchir. Septante « devenus aussi soumis à ces choses (à la doctrine et à la sagesse) >-. L. 11. Si dans les endroits dans lesquels nous tra-

Ligne

:

çons l'image de la sagesse, nous semblons nous tromper sur le choix des termes. Septante « les (passages) de ceux que nous avons pris grand'peine à traduire, ou nous paraîtrons ne pas arriver à rendre certaines expressions ». L. 13. Sous le règne de Ptolémée Evergète. Sep« sous le roi Evergète ». tante L. 46. J'y ai trouvé des livres qui avaient été laissés, et qui contenaient une grande et estim,able doctrine. Septante littéralement « j'(y) trouvai le secomme A2) d'une instruction non cours petite» (c'est-à-dire que le traducteur alla s'instruire a Alexandrie comme on le iaisait alors et apprit le
: :

(,

:

L. 17. Celui-ci.

Septante

:

«

ce livre-là

».

IN ECCT.ESIASTICU.M
.iKsu

Î.ECCLESIASnoUE
I>K

m.

II

siKAc'ii

JÉSUS FILS

DI•;

SIRACII

TROLOGUS

PROLOGUE

iMullorum nobis, ot
illos,

magnurum, por
scci'iti
:

le- «>•«•«'!«•"•

goiii et iti'oplu'tas, alu'isque

qui sapiriitia dcnionstràta est
:

sunt

in (luilius

opiirtet laiiilài'e Israël docti'iiue et sapiéntia;

causa

(piia

iiecésse est esse peritos, sed

nousoluui ipsos loqiu''ntes étiam extrâ-

jieos possc et dicéntes et scribéiiles doctis-

simos

fieri.

Avus meus Jésus, postquain se âmplius dédit ad diligéntiani lectinnis legis, et piOphetc'irum, et ali('>runi librôrum (jui nobis a paréntibus nostris trâditi sunt V(>luit et ipse scribere aliquid horum, quiB ad doctrinam et sapiéntiam pertinent ut desiderântes discere, et illurum periti facti, niagis magisque attendant ânimo, confiruirutur ad legitimaui vitam. Iloi-tor itaniie Aenire vos cum benevoIcntia, et attention studio lectnmem fa:

*"««"••

La sagesse de beaucoup et de grandes choses nous a été démontrée par la loi, par les prophètes et par ceux qui les ont suivis; choses (^ui rendent Israël digne di; louange pour sa (ioclrine et pour sa sagesse; puisfpie non seulement les auteurs do ces discours ont dû être très instruits, mais que les étrangers mêmes peuvent devenir, par leur moyen, très habiles à parler et à écrire. C'est ainsi que mon aïeul Jésus (1), après s'être appliqué soigneusement à la lecture de
et des i)rophètes, et des autres livres qui nous ont été laissés par nos pères, a voulu aussi lui-même écrire ce qui regarde la doctrine et la sagesse, afin que ceux qui désirent la loi

:

<

<^'""

»»•*?"-

cere, et

véniam

habi'i-e in illis, in ipiibus

vidémur, sequéntes imâginein sapiéntia»,
tleficere in

verborum

conipositioin'.

Xam

del'iciunt
iiansU'ita

verba hebiâica, quando tïierint ad âlterani linguam. Non autem

solum hivc, sed et ipsa lex, et prophétie, c;etéraque aliôrum librôrum, non parvam habent dineréntiam, quando inler se dicuntur.
Nani in octâvo
jxjribus
et trigésimo

apprendre, s'étant insti'uits par ce livre, s'ajipliquent de plus en plus à réfléchir, et s'affermissent dans une vie conforme à la loi. C'est pourquoi je vous exhorte à venir lire ce livre de bonne volonté et avec une attention toute particulière, et à nous pardonner, si dans les endroits dans lesquels nous traçons l'image de la sagesse, nous semblons nous tromper sur le choix des termes. Car l^s mots hébreux perdent de leur force, lorsqu'ils sont traduits dans une autre langue. Or cela n'arrive pas seulement dans ce livre-ci, mais et la loi elle-même, et les prophètes et les autres
présentent une grande différence, quand on les lit dans leur propre langue. Enlatrente-huitièmeannée, sousle règne de l'toléméeÉvergète (-J), étant venu en Egypte et y ayant demeure longtemps, j'y ai trouvé des
livres,

anno tempost-

^.{".Ti.VTer-'

l'tolema'n

Evérgetis régis,

sionis.

(|uam pervéni in iEgyptum, et cum niulttim témporisibi fuissem, invéni ibi libros
rclictos,

livres qui avaientété laissés, et qui contenaient

non parva» neque contemnéndie
Itaquc

une grande

doctrinaî.
t't

bonum

et

necessi'irium

((uoi j'ai pensé• qu'il était

j)Utàvi et ipse

labi'jrem interpretâiidi

âliquam âddere diligéntiam librum istum et
:

multa

vigilia âttuli docti'inam

in

spâtio

l(''niporis

ad illa qiue ad lincm dueunt, lilirum istum dare, et illis qui volunt ânimuin inténderc, et discere quemâdmodum opôrteat institûere mores, qui seci'indum legem Domiui piOi)Osuerint vitam âgere.

estimable doctrine. C'est pourbon et même nécessaire d'employer mes soins et mon labeur à traduire celui-ci. J'ai donc consacré lieaucoup de veilles et mon savoir dans tout cet espace de temps, pour mener ce livre à bonne lin et pour le mettre au jour en faveur de ceux qui veulent s'instruire, et apprendre de quelle manière ils doivent régler leurs nueurs, quand ils ont résolu de mener une vie conforme à
et

la loi

du Seiiineur.

PROLOGUE
1.

Irmluclion, p.
(I.
:2ii).

1-

Jë»us, appelé

fils

de Sirach

Voir

\'In-

i. Plolémée hvergilr I•", selon les les autres. Voir ilnltoduction, p. 2.

uns;

11",

selon

A^^AcA.At.>AA^hAA.

.

/'
•/.ai

^
'•

-

"•

,.
dukaooiov
y.ai y.ut

•/.

^ ,;
;

[^

*'^
['

"/ &

^ .] ^^; ;
;

, .

,
;]

&;
^
^

^^

**

^^

^^

W ^. ):

inscriliil

/ . ,. /^ ., (
artV/aroç

. , , . / . ] ,,

^
'/•
•).

^^

-/.

'

:

"•

^^^).

A'BDN (t ^). 1) (t -). 9. ):
.
1.

1):

euhr. 11.

: .^ . : 9(. ^ //^ ^. .
:
.
vtoC
2•

:

*

1):

(1.

xcà

<; .

*

.)

[2-

(1.

eiq-

•)

.
xvQt'ov,
:

A-f

'

(in f.)

Septante
les

sneur et •2. Qui
tante.
;i.
î»

elle est

toute saijesse est près du Seiavec lui pour toujours ... a mesurés ne figure pas dans les Sep:
•<

Codex Alexandrinus. t>. Son habilelv. Septante
tanle
:

«

«

seul (à connaître

la

ses habiletés >•. Sepsagesse) est le sage
Se|i-

Septante
et 7.

:•'

et la sagesse qui îles)

découvrira?
l'édition

"

Nous empruntons ces versets à

du

son trône ». Esprit-Saint n'est pas dans les 9. Dans tante, non plus que et mesurée.
très redoutable, assis sur

ECCLESIASTICUS

l/ECCLÉSIASTIQUE

I.

'

Oninis sapirutia a
ciini

l»(iiiiiiio

Dco

est,

•''«"
s,
;<;

I.

et

lUo

luit .semptM-, ot

est aiitc sueg.

[ievum.
-

,";.''!-!....

Arénam

maris,

et pliivia' ^iittas.

Jac.

i,

.-.,

.
37.

-'

et (lies sa'culi qiiis (liimau'râvit ?

vient du Sei^rncur Dieu, a toujours été; étoile est [avant les siècles. Le sable de la mer, et les gouttes de pluie, et les Jours du monde, (|ui les a comptés?
'

Tdulc
avi'c

sa.iressc

l't

lui clic

Altitiidinom cœli. et lalitudincm tcira',
(>t

jot, 3s,

4,

La hauteur du
et
le

ci».•!,

et

rt'teiidue

de

la

[terre,

piOfïindum
lici

abvssi

quis

diniénsus
[est?
^^• *^'

prol'oiul

de

l'al»inie.

qui

les a

me-

'

'

itrcocedrntem omnia [(juis investigâvif/ Prior ouiiiiuiii creâta est sapiéatia. et intelléctiis prudéntia* ab ;evo.
Sapiéntiaiii

'--"•

•'

Prov.s, 22-30.

''

[surés? La sagesse de Dieu, hupielle précède toutes [choses, qui l'a pénétrée? Avant toutes choses a été créée la sagesse, et rintelligence de la prudence est dès les
[siècles.

"

Fons
et

sa])i(''ntia•

vci-biun Dei in excéisis,

"^coj

Vf

'

•'

La source de
et

la

sagesse est

le

Verbe de Dieu
éter[nels.

p<. us,' 75.

[dans k'S cieux.
ses voies sont les
la

ingréssus

iliius

mandata

a-trrna.
ei proi'unfiit;ks.
''

commandements

•^

Radix sapiéntiaî
et

ciii

reveiàta est,

La racine de
et

sagesse, à qui a-t-elle été
[révélée,

"

astutias iliius quis agnOA'if? Disciplina sapiéntia? oui reveh'ita est,
[et manifesti'ita'?

Bar.

3,

1...

"

et
"

multiplicationem
est altissimus
et

ingréssus

iliius

son habileté, qui Ta connue? La conduite de la sagesse, a qui a-t-elle été [n'-vélée et manifestée? et la muitiiiHcité de ses voies, qui l'a com[prise
?
11

[quis intelléxit?

Unus
et

Creator omnipo[tens,

ez.

1,
•*•

20.
'•

^

n'y a (jne

le

Très-Haut Créateur tout[puissant

^P•

Rex potens,

metuéndus nimis,
iliius. et

sedens super tlironum
"

dumi•'^ap,

Roi puissant et infiniment redoutable, assis sur son trône, le Dieu dominateur.
et
11, 21.

[nans Deus.
Ipse creâvit illam in Spii'itu sancto.
5

Lui-même
l'a

l'a

créée dans l'Esprit-Saint,
et

'f

mensus est. Et efllYidit illani super omnia opéra sua, et sui)er oumem carnem seciindum da[tumsuum,
et.viditjCt dinumerâvit, et

vue,
il l'a

l'a

nombrée

mesurée.
ses
le

'(•

Et
et

répandue sur toutes

r.™.

g, 12.
;•,.

sur toute chair, selon
il

don

œuvres qu'il en a
[fait
;

iÎ^p!;-i,1;

etpri^buit illam dilif;éntiiMis se.
•'

or.
..•""""*.

Timor Dômini
et laititia. et

gloria, et aloriâtio,
exultatiiuiis.

"
u.

donnée à ceux qui l'aiment. La crainte du Seigneur est une gloire,
l'a

Uei.

[un sujet de se glorifier,
'-'

corona

Deut.
^*^"''

1,

12

13

delectabit laditiam. et gaudinm. et Ion[gitiidinem diérum. Timénti Dominum bene erit in extré[mis, et in die defuuctii'mis sua• benedicétui•.
et dabit

Timor Domini

(.

'''

p^ 30
1^

,,
2,

,. 3,1.
;

une joie et une couronne d'exultation. La crainte du Seigneur réjouira le cœur: elle donnera l'allégresse, le contentement [et la longueur des jours.
celui qui craint le Seigneur, bien sera
et

10, 27.

1•'

au jour

di•

[dans se!: derniers moments; son décès il sera béni.

1'^'''

:. —

Divers

i»récei»les

puur

ses (astutias).

Dans

le

grec, ainsi

que dans

le latin,

la conduite de la Yîe, l-XLll. 14.
1-10. Origine et éloge de la sagesse. 1. 4. L' inleUUjcnce de la prudence. Celte expression é(|uivaat Vintelligence prudente, et désigne la sagesse. Dès les siùcles{ab œvo). Cf. ProverOeti, vin, 2-2. 1). Son habileté; littéralement ses artifices, ses ru-

ce mot est eni]tloyù en bonne part, ici, comme dans plusieurs autres passages. 8. Son trône; c'est-à-dire le trône de Dieu, comme porte le grec, et non celui de la sagesse. 11-32. Éloge de la crainte de Dieu. 12. Longueur des jours; liébraïsme, pour longs jours; c'est-à-dire longue vie .

12

Ecclesiasticus,

, 14-31.

-^

'^

y.ut
•^"

14-15* A'B'Dx (t
qioy.

m.)

&
»:
y.

,^ . , & - &. , . &, & /',. [ . , ' ' , .&, [ ^. '.] ^ ). " ^, .,. " & ),.' ^ ) . . . ). . . '.
['^

"^
â'

.

l»raecepta de bono regfimine TÎtse (I-XL•!!, 14=).
oocflu'

y.vQiov

^^
^"

.]

^yio

/

dsov,

/.al

,
-^
"'

([ ([&

•/.

&•/.

-/.

y.ai

.

^^

xui

-•'

Kat

/.

d-],

'^'*

/.ai

.
-"•

-'

3^

^'

*
(1•

(sec.)

.

. :
16.

(1.

'-

•.

:
*

.

AD:
29.

(1.

")
(pr.

17-19* ABDk- 20.
21.

(pr.

26* ABDk. 27*

:

(DN: v>W). 23-

'*
de

:

(f A^) 28.
.

hn

22.

c!a,p.

m.)

:

(1.

ADN:

(A-f)•

A-t iusuper

31- '-:

^\.

30-

32.

: ') ':
D:
(1.

ces versets ainsi (|ue le 27 a rcdition du Codex Alexandrinvs. 1G. Elle inarche avec les femmes choisies, etc. Septante : « elle réside avec les hommes dés le berceau du monde et les races lutures croiront en
elle ".
l7.-ie.

13. II sera bini. Septante ii, 15. Nous empruntons

:

<

il

trouvera grâce

».

Trésors. Septante : « produits ». 23. I.a un du verset est empruntée à l'édition du

Codex Alexandrinus.
« elle a fait pleuvoir (versé à tor24. Septante rents) la science et la connaissance de la raison ».
:

Ces versets ne figurent pas dans les
:

Sep-

tante.

2C. Manque dans les Septante. 27. Cf. v. 11. 28. Celui qui est sans crainte. Septante

:

«

le

cœur

injuste

».
:
•<

Septante " la crainte du Seigneur est la plénitude de la sagesse, elle enivre (les hommes) de ses
Iruits ». 2i, Produits.

20.

retiendra ses pour un temps, 30. Septante paroles et les lèvres des fidèles publieront sa pruil

Septante

:

«

choses désirables

».

dence

».

.

L'Ecclésiastique, .
Dili'Ctio
l)»'i

, 14-31.
la vie (l-XL•!!, 14).

13

Préceptes pour la conduite

ilc

lioiior;il)ilis .sapii'nti;i.

Qiiibus autciii
l't

;[»•(•
[mint

in

agiiitii'iiii'

Initiuiii sapirnlia•, tinior
.,,,.,

^
m
,

l's.

Mat.

111, 7. s:., 34.

L'amour de Dieu

i-sl

la .sagesse iliguc dV'tn•

[honuic'r.

in visu, dilisu<')ruiii.

Ceux à qui oUc apparaît en

se

montrant

oaiii in visi<'>ne,

[l'aiment par la vui' et la counais.sanco de sos i,'randos choses.

Dôiuini,
.

Le cumiiii'ucement de
Pi.
1

la .sagesse est

la

[crainti'
10, 10.
i,

du Seigneur:
h; .sein di•

et

cuni iKlfliluLS

viilva concroatiis

rrov.

7;
IS.

avec
cUi'

les lidèlcs elle est

créée dès

^-*
(uni f'ii'clis tV-iuinis uraditiii•. l't cuin jiistis et lidolilms agni'>si"itui•.
Tinior Dtdiiini, sciôntiio n-ligiositas.
Religiusitas custodiot et justificabit cor, jucunditâttMn atquo irai'idium daliit.

Job, 31,
.'<:>i'•

[leur

mère;
(1-

s, i»--•".

marciic avec les fi.'uimes choisies et on la reconnaît dans les justes et les

[dèles.

La crainte du Seigneur est

la

religion de [la science.

La leligion gardera elle lui donnera de
r.rcli.

et justifiera le cœui•,

l'agrément

(,'t

de

la

1,I1-U'.

[joie.

Tinirnti Duiuinuia Itone orit,
ot in

A celui
iliius

qui craint
les

diébus consununatiônis

bo[nedicétur.

et
^««"•
'•

dans

le Seigneur bien sera, jours de sa consommation

il

i^•

[sera béni.

ot ^ plonitudo

Plonitiido sapiontia' est timoré a IVuctibiis illin.s.

Deum,
GnI.
.1,

La
22.

plénitudi>

et la
Job,
l's,

de la sagesse plénitude de ses fruits, c'est craindre
[Dieu.

2V

Oninoni doniuui
et

iliius

implobit a fjene[rationibus,
iliius.
prov.V.'i\?i9.
i^- sa, o.

Elle l'eiuplii'a toute sa
et ses celliers

maison de

.ses

pro-

[duits

rocoptàcula a ihesauris
sapiL-ntiiv,

Coruna

timor Dôniini,
sah'itis t'rui-tuin
: :

do ses tré.sors. La couronne de la sagesse est

la crainte [du Seigneur,

replens paceni, et
et vidit, et
l'itraque auteni

dinumerâvit oam
et

Sciéntiam,
et glûriaiH

sunt dona Dei. intelléctuni prudéntia?
:

tenéntium

[sapiontia compartiétur se. exaltât.
est tiniére

.Sap.

7, 27-28.

complétant la paix et le fruit du salut; et elle l'a vue et elle Ta énumérée or l'une et l'autre .sont des dons de Dieu. La sagesse partagera la science et la In[mière de la prudence ; et elle exalte la gloire de ceux qui la con:

[servent.

Radix sapiéutiie
et

Doniinum
b^,.

rami

iliius long-;yvi.

3

^^

In

thesauris sapiéntiie intolléctus,

et
:

[sciéntiiB religiùsitas

execrâtio autempeccatûribus .sapiéntia.

Timor

nam

Di'naini ('.\)•11 prccàtuni qui sine timoré est, non pûterit
:

rrov.

s,

m.

sagesse est craindre le [Seigneur; et .ses rameaux sont de longue durc-c. Dans les trésors do la sagesse est l'intelli[gence, et la religion de la science r mais c'est un objet d'exécration pour h^s. ipécheure ([ue la sagesse. La crainte du Seigneur cha.sse le péché; car celui qui est sans crainte no pourra

La racine

tle

la

[.justificàri

:

[être justifié;
r.-*.

iraci'india

enim

animositi'itis

iliius,

13,
-•

.'.;

car l'emportement de son animositéest sa
[ruine.

Usquc in tempus

*•^' [subvôrsio iliius est. sustin(''l)it * pâtiens, '" •""•e

Oei sa-

Jusqu'à
et

un

certain

liienlia.

temps .souffrira iV/wmme i)atieut,.
n-ndue.

et postea l'odditio jucunditâtis.

Eccie.

3, 4.

après cela

la joie lui .sera

Bonus sensus usque
et labia

in

tempus absconvorba
iliius,

J^^

''^^

'1;

[dt't

multorum enarrâbunt sensum
[iliius.

L'homme de bon sens renfermera en lui [ses paroles jusqu'à un certain temps, et les lèvres d'un grand nombre raconte[rout sa prudence.

in thesauris

sapiéntiai sip:nificatiodis[ciplina:

Dans

les trésors

de

la sagesse est l'exprcs-

[sion

de

la science;

lu.
l'état 17.

Elle est
la

créi'e

de Dieu et

des le sein de leur mère. I,a crainte sagesse sont des dons de Dieu reçus à

grande abondance. 23. L'une et l'autre,
Dieu.
2i.
HO.

la
:

sagesse et

la
.

crainte de
».

de vertus

La

inliiscs. religion de la science:

pour

la science re-

Partagera. En grec
1-2.

a

fait

pleuvoir


,.
.

,

la
il

ligieuse. Sans la crainte de Dieu, la science n'a rien (jue de prolane, de froid et de stérile. •2U. La plénitude de la sagesse: c'est-à-dire la sagesse parfaite, consommée, et ses fruits parfaits. L'expression a fructibus tient lieu du génitif /Vuc-

note, p.

Jusqu'à un

certain temps. .lusqu a

ce qu

tuuni. a. Complétant...; donnant pleinement, avec

plaise a Dieu de le délivrer. M. L'homme de bon sens renfermera en lut ses paroles. Le silence est considéré, chez les Orientaux, comme une vertu et une niart|uc de hou

une

sens.

14

Ecclesiasticus,

, 32 — II,

7.

.
^^^

l»raîcepta de bouo regfimine vitae (I-XL•!!, 14).

yal
^^

^^

)^. "& ; . ', , 2 . 9^] ,
âè
y.al
^'^

^

^"^

^^

^, , .] . ]]
,

^"

'''^"

II.

-

^

'*

*

3- ' "

., & ., ^ ,,
,

, ,^ ([. .
.

^

'

33•

3• ADN:

//.
1•

. * ^.
)*
Seplanle

(;.-. .... . , . .
, '
:
AB'Dn:
36•

. ,.
ADN:
37-

:

40.

A-t

(a.

3•

(pr.

)
34.
:

— &.-

4• "•{-

(.

')

. D*

1)1•)

(1.

'îra

.)
".

(a.

&) .
dans
Septante
:

'

(seC.

.'.
.)
t

(

D:

f.)

Ni"

6•

33.

:

«

désircs-lu la sagesse?
el le

garde

les

n'est pas
î2.

les Septante.
et

commandements
3.";.

Seigneur

te la

donnera

Incline ton oreille

reçois

les

paroles d'in-

remplira les trésors de possède) n'est i)as dans les Septante.
il
S""•.

El

celui {qui

les

telligence n'est pas
3.

dans

les Septante.

Septante

:

«

el veille sur tes lèvres
: <c

».

afin
4.

38^ Veille sur elles. Septante ne t'élèvc pas ». 40". Septante « parce que tu ne t'es pas approclié de la crainte du Seigneur >.. Et de tromperie n'est pas dans les Septante.
:

< attache-toi à lui et ne t'éloigne jias que tu croisses à tes derniers moments ». Et dans la douleur, supporte n'est pas dans

les Septante.
5.
&>.

Et l'argent n'est pas dans
Septante
:

les Septante.

«

dirige tes voies vers lui et espère

II.

1.

Sois ferme dans la justice el dans la crainte

en

lui ».

— G" n'est pas

dans les Septante.

L'Ecclésiastique,
1. •ri'ceptes*

, 32 — II,
«le In
'-

7.

pour la conduite
l)«'i.

vie (l-XL•!!, 14:).
c'est

:-

('\0('r;'itio

aiitcm nci-calori, ciilluia
sapic'-ntiani,

mais

un objet d'e.\écraliou pour
[pécheur
le

:':i

Fili

concupiscons
])i'a'l)«''bit
t'iiiiii

cou-

'
^,','•^"'•,,

(

le

culte

Mon
<'t

lils, dt''sii'aiit

ardemment
[conserve

Dieu. la sagesse,
d(î

[si'Tva justitiaiii,

v-.'w\i7.
p,. us,

la justice,

ot DiMis
'

illam

tibi.
!")<')-

m.

liieu te la doiUH'ra.
la .sagesse et lasci(,'iico

Sanii'iilia

et

diseipliiia tiiuor

rroT.^iv

^ Car

[iiiini

:

sont lacraintr [du Soigneui•:
•'•'

et

qiiod

l)('ii('iil;iiMtiiiii

est
[(>t

illi, ''^

lidos,
j„,.. 3_ ,3

et coipii lui

l'St

agréable,
trésors

c'est la foi et
[la

inansuotûdo,

douceur,
[possède.

et adiinplébit tlicsarnos
•'••'•

illiiis.

et

il

remiilira
sois
i)as

le'S

di'

celui qui les

No
ot

sis incredibilis tiiiun'i

'''•

It«'iiiiini

:

|.„ s• <'»«•'«
h>|(oci-iȕ'<l't
i,_

Xi'

inci-édule

à la crainte du
[Seigneui•,
lui

no accossoris ad
fi'ioris

ilhiiu

duplioi

cor<l(•.

j.^

ne t'approclii' pas de
sois pas Inpocrite

avec un cœur
[double.
les

'*'

No
et

liypôci-ita in coiispi-ctu hôuii-

•'
pe. 5, 7.

Ne

devant

hommes,

[nuni,

J^-_%_'^•

non scandalizoris

in hibiis

tiiis.

et <iuo tes lèvres
'''^

ne

te soient

pas un sujet
[de scandal•'.

''^

Attende in illis, no forte cadas et addûcas âninuotuaî inhonoratiuneni,
et revélet

loc.

12,

1.

J"•». 3«,

13.

et
"••'

Veille sur elles, de peur que tu ne tombes que tu n'attires sur ton àme le déshoii-

39

Dons al)sconsa tua,
:

Job,

8, 13.

et

que Dieu ne révèle

les

[nour: choses cachées
[en toi.

Luc. 16, 15. Trov. 3, 33.

et in niédio

0

synagugas elidat te quoniam accessisti maligne ad Donii-

et qu'au milieu de l'assemblée il ne te brise: *" jiarce que tu t'es approché méchamment
i^du

[num,
et cor tuuni

plénum

est dolo et iailâcia.

et

que ton cn'ur

est plein d'artifice

Seigneur, et de [tromperie.

II.

1
.

Fili
.

accédons ad servitutemDei,
,,..
.

Kerench.
Icntatio.
Mat.
-

II.

1

sta in justitia, et tmioro,
et
-

,.

.

sois
l't

prœpara âniniani tuam ad tontatio[nem.
et si'istine
et
.

4, 1-2.

Mon fils, entrant au service de Dieu, ferme dans la justice et dans la crainte, prépare ton àme à la tentation.
et

""•

^,

i-'•

Déprime cor tuum.
inclina aurein
et

:

Humilie ton cœur

attends patiemment

:

tuam,

suscipe vorba -^f-i^A'Is. 28, 16. / ,,
,

[intellectus

:

ne fostinos in témpore obductionis.
'
:

incline ton oreille et reçois les paroles d'in[tolligence: et ne te hâte point au temps do l'obscur[cissement.

3

Sustine sustentationos Doi

Supporte

les délais

de Dieu,

conjungere Doo, et sustine, ut croscat in novissimo vita tua.
^

1

Cor. lU,
12, 13.

unis-toi à Dieu, et attends patiemment, afin (pie ta vie s'accroisse au dernier mo[i7ient.
i

Omne,

((uod tibi applicituiu

IVierit,

âc:

Tout ce
et

(jui

r'arrivora de fâcheux, accepteîle:

[cipo
et indol('ire sustine.

Job,
:

2,

10.

et in liumilitâte tua
•'

quoniam

in igné

patiéntiam habe probâtur aurum et [argéntum,
in camino [humiliationis.
te
:

^^-;^'^

dans la douleur, supporte; et dans ton humiliation, aie patience; l'or et l'argent; car par le feu

8'('•

hûmines vero receptibiles
*'

Crcde Dec,
et dirige

et

recuperâbit

«

viam tuam, etsp(>ra in illum. Serva timorem illius, et in illo vête[rasce.

Pe.90, i-ie.

doivent passer par lo [fourneau de l'humiliation. Crois en Dieu et il te recevra; dirige bien ta voie, et espère en lui.

mais

les

hommes

Hebr.

12, 2s.

Conserve sa crainte,
'

et

y

vieillis.

'

Metuéntos

Dôminum

sustinéte mise[ric()rdiam ejus
:

^'JfèO'"

Vous

(jui

craignez

le

Soigneur, attendez

[patiemment sa miséricorde,
Remèdes contre les tentations. De l'obscurcissement; ou de l'obscurité. Les anciens Hébreux exprimaient par ces mots jes disII. I-O.
•2.

32. Le culte de Dieu, synonyme de sagesse. 33-40. La sagesse s'acquiert j)ar la justice. 33. Te la donnera, c'est-à-dire la sagesse. 37. sujet de scandale, par des discours indiscrets et inconsidérés. 38. Veille sur elles. Le grec est différent, voir p. U. 39. Que Eltieic ne révèle les choses cachées en loi.

Un

grâces,

Ce sera le châtiment du pécheur au jour du jugement, de voir ses crimes cachés révélés au grand
jour. Cf.

Corinthiens,

iv, 5.

calamités, l'adversité, en gênerai les Dieu envoie aux hommes. C est aussi le sens qu'a dans un certain nombre de passages biqui correspond au labliques le mol grec laciion d atin obductio, et qui signifie proprement venir. (Glaire). mener, d'apporter, de faire --23. Exhortation à la crainte de Dieu. miscri7. Attendez patiemment; comptez sur sa
les

maux que

,

16

Ecclesiasticus,

II,

8-20.

.
•/.at

?]

/.',

**

Oi

y.vQior,

'•

xat
^ '

"
/

. &. ,
l»raecepta
tle
i'vu
(>

bono re^imîne

TÎtse (I-XL•!!, 14=).

),
dyad^t

^/^;

.,

'^

^^

^^

''

'^^

^

'

'^

^"

, . , , ^. ' ; , &, .
d

,< , -.
;

^;

'"

^- , . .
(a.

7.

)*
()ooii

.
(a.

. .
)•".

9•

DNf

(a.

).
•*

'.

8.

|
(scc.

^) .
t
:

111.)

/lietu

10*

|{.
^,')

11:

Nt

.

(sec.
:{.

m.)
(seo.

m.) A-f

) . ^ )..- .
(p.

(in f.)

16•

D*

(a.

.

18•

(a.

).
(1.

*:

.

.) . . *
|.

i',\.

:

(a.

.)

19.

(seC.
î<

m.) D:
(sec.

20.

111.)

:

.

D{<*

en ses biens et en la joie miséricorde ». M). Ce verset n'est pas dans les Septante. 13". Septante « il remettra les péchés et il sauvera au temps de la tribulation .. l'i\ Septante «malheur aux cœurs faibles et aux
:

Septante

«

espère/,
la

de

l'élernilé et

de

duas vias non habebit successiis. Porro ingredi dicltur duabus vus, vel duas vias, qui servire se jmtat duobus dominis, quod Dominus in Evangelio testatur impossibile esse. Matth., vi, 24» (Estius).

:

:

Qui marche sur la terre. • lllud lerram, in grœco non habetur. Similis quxdam scntuntia habetur cap., y. seq. 28. Cor ingrediens
..

mains néglisentes

qu'il

m. Septante « malheur au cœur négligent parce manque de foi, aussi il ne sera point abrité •.
:

16" n'est pas

dans les Septante.
Septante
:

20. Ils sanctifieront.

« ils

humilieront

»..

L'Ecclésiastique,
.
et
110)1 dcllcctiitis

II,

8-20.
H).

17

I*roft>i>t*'i^

!>*>'

1^1

conduite de 1» vie (1-Xdl,
cl

ab

illo

ne cadàtis.
illi
: >*

«

Qui timrtis Doiuiniim.
. ,

crnlit.•

^«^"af'ie!''

ne vous détournez pas de lui, de peur [que vous ne tombiez. Vous qui craignez le Seigneur, croyez <•
[lui,

ot
9

non evaciiabitur uiorccs

.,

\ostra.
:

,

Mat
i

.'.,

12.
s.
'>

cor.

3,

et votre

récompense ne sera pas anéantie.
le

Qui timétis

l)(>niimini, sperato in illuni

Vous qui craignez
et sa

Seigneur, espérez

<mi

[lui,

ot in oiilt'ctatiunem

véniet vobis mise[ricortiia.

Pî. 93, is-io;
-'•*•

miséricorde vous viendra en joie.

"•
10

"^

et

"

Qui liinétis Dûminum, diligite illuni, illuminabûntur corda vostra. Uespicite l'ilii natiûnos huminuni
:

Eccie. 12, is.
le. se, s.

Vous qui craignez
et

"
s, 3.
'•

le Seigneur, aimez-le, vosciuurs seront illuminés. Considérez, mes enfants, les générations

[des
ot scitote
'-

hommes,

quia

nuUus sporâvit

in

Do- Rom.

et
1-

[niino, ot contïisus est.

^'-^^•

Quis enim pcrmansit in niaiulàtisejus,
[et

b^uL".
p,. 30,
1.

derclictus est?
il-

aut
•'

(juis

invocàvit euin, et dcspéxit
pins et
in

oeut. 13,4.
î'• •"•

sachez que nul n'a espéré dans le Sei[gneur, et n'a été confondu. Car, ipii a persévéré dans ses cornmandi•[ments, et a été abandonné? qui l'a invoqué, et a été par lui mé(]U
[prisé?

Quôniam
et

[lum iniséricorscst Dous,
die

•'•
s.

?

Ps. SO,

12 Pftr. 30, 9.

Parce que Dieu
et (pril

remittet

tribulationis pec•ob. T"^• [câta Ps.
:

compatissant et miséri[cordieux remettra les péchés au jour de la
est
:

13. 3. '• 9, 10.

''

[tribulalion.
et qu'il est le [)iOtecteur
1^

ot protéctor est
'*

omnibus exquiréntibus
[se in veritate.
'

de tous ceux qui

^•>

•nfeiix corde, et labiis scelésti.?, peecator. [et mànibus malelaciéntibus, 3 iieg. is. 21. ot peccatori terram ingrediénti duâo^.Vo 2^' [bus vus. 2Iat". 6,' 24. Vaî dissoli'itis corde, qui non credunt
di'iplici '

Malheur
et

///
[le

reclierclient

dans

la vérité.

double de coHir, auxlé-

1•^

[DeO
et ideo
"5

:

Mat.
"*''

13,

1.=..

non protegéntur ab

eo.

''

^'

Va; his, qui perdidérunt sustinénliam et qui dereliquérunt vias rectas, ;. et diverterunt in viaspravas.

...

Hebr.

ic
10, 35.
^•

aux mains criminelles au pécheur qui marche sur la terre par [deux voies. Malheur à ceux qui, manquant de cœur, [ne croient pas en Dieu et c'est pour cela qu'ils ne seront pas pro[tégés par lui. Malheur à ceux qui ont perdu la patience,
[vres [)erverses et
;

'

J''^- „1• ProT. 28,

18,

Job, 31,
'^

14.

et qui ont abandonné les voies droites, et se sont détournés dans des voies mau[vaises.
1'

Et quid lacienl,

cum

inspicero coèpcrit

' ^*"^' ^'

^^'

•»

'•'

[Doniinus? Qui timent Dûminum, non orunt in- fciu qui [credibiles vorbo illius ùeum*. et qui diligunt illum, conservâbunt [viam illius. ^'J^'J;!^; Qui timent Dûminum. inquirent quie i^bencplâcita sunt ei et qui diligunt eum, replebuntur loge ^^/'i'''
:

18

Et que feront-ils, lorsque le Seigneur com[mencera à examiner toutes choses? Ceux qui craignent le Seigneur ne seront [pas incrédules à sa parole; et ceux qui l'aiment garderont sa voie.

19

Ceux qui craignent le Seigneur recherche[ront ce qui lui est agréable,
et

:

ceux qui l'aiment seront remplis de sa
[loi.

[ipsiuS.
""

Rom.

12, 2.

Qui
et in

liment

Dûminum, prœparabunt
[corda
.sua,
lrv.

-0

Ceux qui craignent
et

le

Seigneur prépare[ront leur cœur,
.sanctifieront

conspéetu

illius .sanctillcàbunt ànir

[mas suas.

.

Ap.

20, s. ^3, fi. 22, 11.

en

.sa

présence

ils

leurs

[âmes

corde.
clié.

— De peur que vous

ne tombiez dans

le i)é-

s. Croyez en lui; ayez foi en sa miséricorde. 10. Aimez-le, et vos cœurs seront illuminés. Les lumières de la foi sont la conséquence de la prati(jue des commandements et de la pureté de la vie. il. Sachez r/ue nul n'a espcré dans le Seigneur, et n'a été confondu. « Le Seigneur lui-même daigne se vanter solennellement de sa fidélité. Il appelle sans cesse l'attenllon de sescrcatures surce point, de peur quelles ne l'apprécient |)as à sa juste valeur. Son extrême compassion pour nous fait qu'il insiste sur celle de ses perfections qui Invite lei)lus notre confiance .. Faber, Conférences spirituelles, Con-

nous délaisse jamais le premier. 14. Double de cœur, c'est-a-dire (|ui a de la duplicité dans le cœur. — Qw* marche sur la terre par deux voies. Nul ne peut servir deux maîtres. de cttur, d'intelligence. Employée iV,. Manciuant dans le même sens que dans le livre des Prowerôej. cette expression s'applique aux insensés. lu. Qui ont perdu la patience; qui ont perdu confiance dans le secours de Dieu qui tardait à se montrer. 47. Examiner, pour les.iuger. auront confiance en 18 Ne seront pas incrédules; de ceux qui ont perdu la Providence ; contre-partie
, .

patience.
20.

Jiance.
i-2.

Prépareront leur cccur, par

,

la

pratu|ue

des

Qui a

persévéré..., et

a

été

abandonné? Dieu ne
T.

vertus

recommandées plus

haut.

BIBLE POLYGLOTTE.

Y.

18

Ecclesiasticus,

II,

22

III,

9.

^^

^^

"& ^', ,
.
^

Praecepta de boiio regimine

i^ta; (I-XL•!!, 14).

III.
^

"

'

^

^. , ,, . ,. , &,

.

*•

"'

^

'
'

_,

^,
'

[,

[,

^

^^
'

^
(in.)
(a.

..
i*

21* ABDX. 22. A-t

H (sec. ABDN. 4.

in.)

t

k\)H.•.

6•

D: en\

8•

(A^f).

(sec.

m.) *

9• A--]- (in f.)

xat.

. .
)
A^BDn* 6
èv
:

.[, ,.
.
23. D:
5.

' .,
.—
AD*

, , [.
^<(pr.) o.

[-. [ -

Î1)JÏ<

11513 6

,

(A- uncis includit).
10- A':

^'

a revêtus de force, et il les a faits à son image ». Cf. y. 2 et 3 dans la Vulgate. 4. Celui qui aime Dieu, l'invoquera pour ses pé« celui qui honore (son) père sera chés. Septante puriOé des péchés ». S'en préservera à l'avenir, et dans sa prière de chaque jour il sera exaucé n'est pas dans les Septante.
:

21.

Le verset

:2l

de

la

Vulgate n'est pas dans les

Septante.

Disant ; Si nous ne j disons pas pénitence n'est pas dans les Septante. « Illud non est in grfeco, dit Grotius, et sensus potius videtur esse Melius erit ut incidamus in manus Dei, quam in 7nanus hominum, quia scilicet, ut sequitur, Deus est misericors, homines s;v;pe inmiisericordes quare potius l'eramusDei patcrnas castigationes, quani mereamur in manus hostium tradi ».
22.
: :

7. (H. 6). Ici commence le premier fragment du texte hébreu, m, 6 xvi, 26. Pour les notes critiques et le détail des divergences des chapitres m, 7 (())-xvi, 20, voir à la fin du volume.

1. Ce verset n'est pas dans les Septante. Écoutez le jugement de votre père. Septante • écoutez votre père ». . El cherchant avec soin n'est pas dans les Sep« de leur côté il les tante. Les Septante ont en plus

III.

2.

:

ni

En toute patience n'est ni dans l'iiébreu dans les Septante. 10. Et que sa bénédiction y demeure jusqu'au dernier jour n'est ni dans l'hébreu ni dans les Sep0. (H. 8).

tante.

L'Ecclésiastique,

II,
«le

21— III,
lu vie

11.
1-1:).

19

.
I

l'rérepte.H

pour

la

conduite
,'"'
jjj,^

(-^,

Qui

tiiiietil

Di-iniiiiiiii, ciistutliiiut iiiaii-

\i

-'

Ceux qui craigm-nt
et
il.s

le

Seigneur gardent ses
[coniiiiandenients,
qu'il les

[diitaillius,

et patit'iitiaiu
-ilict'iitos

liabébunt

us(|ut'

ad

iii-

auront patience jusqu'à ce
:
••

[spoctii'inciii illiiis,
:

[regarde,
s H'-k- si.

Si

'

luniitcMitiaiii

non

c^oTiimis,

n.
-11.

-"-'

disant

Si

nous ne faisons jKMiitence.

Hebc. m,

'-"

incidoiuns in niaïuis non in nianus honiinuni. Socundnni cnini na^'nitMdineul ipsius, sic et iniscrii'ordia illius cinn ipso est.
et
'

>«.

'-'

'^""Îi^î""

sep. ii. S4.

nous tomberons dans les mains du Seigneur, non dans les mains des hommes ». Car, .selon qu'est .sa grandeur, de in(>me est aussi en lui sa miséricorde.
et

Luc.

1,

'.(I.

III.
ft
-'

'

Filii sapiëntiie,

occIrsiajustKinni: Honor

p,,.

II.

renluni.

nàtio

illiirnin, obi'dirntia. et diléctio.
l'iiii,

Î"p;t!\','u.
Coi.
i,

.liidicinni patris auilitr

is.

-

et sic faoito ut salvi sitis.

oeut- 5.1«• ProT. Î8, 7 ;
1,8.

sagesse sont l'assemblé-e [des justes; et leur nation est obéissance et amour. Fils, écoutez le jugement de votre père, et observez-le de telle sorte que vous soyez
'

Les

fils

de

la

[sauvés.
'

•'

Di'uscnini honoravit pativni in filiis: ot judiciuni inatiis oxcpiirens, lirniâvit
;in lïlios.

eocH.
^ob.

7,

!9.

Car Dieu a honoré

4, 3.

'

Qui
et

diiiirit

Douni, exorabit pro pocca- ^^^'
[tis,
illis,

^"','''

*

continébit se ab

et in oratiune diéruni exaudiétur.
•'•

•^

Et sicut qui thesaurizat. ita et qui honorificat niatrem suam. Qui honorât patrem suuni, jucundàbi[tur in
et in die
filiis,

ecciï. 3,16-17.

^

''

^^'^"ju'/,'•

orationis

suœ exaudiétur.
^^^•
*'•

"

Qui honorât patrem suuni, vita vivet Ionet

'•

'

qui obédit patri.

[giore refrigerâbit ma[trem.
:

^

Qui timot
et

Dominum

honorât parentes,

^"^"^" '^' '''

s

*

quasi duminis sérviet his, qui se ge[nuérunt. In opère et sermone, et omni patiéntia

père dans les fils, et cherchant avec soin le jugement delà [mère, il l'a afl'ermi sur les fils. Celui qui aime Dieu, l'invoquera pour ses [péchés, s'en préservera l'avenir, et dans sa prière de chaque jour il sera [exaucé. Et comme est celui ((ui thésaurise, ainsi est celui qui honore sa mère. Celui qui lionore son père trouvera la joie [dans ses fils, et au jour de sa prière il sera exaucé. Celui qui honon^ son père vivra d'une lon[gue vie; et celui qui obéit à son père fera la conso[lation de sa mère. Celui qui craint le Seigneur honore son [père et sa mère, et il servira comme ses maîtres ceux qui
le

ex. 20,
°f°f• Marc.
j':

12.
'^^•

9

[honora patrem tuum,
'"

ut supervéniat tibi benedictio
et lienedictio

ab

eo,

7,'iti.
;

le jour. toute patience, [honore ton père, afin tjue vienne de lui sur toi la bénédic[lui

ont donné

En œuvres, en paroles et en

iUius

in

novissimo mâ[neat.

Gen. Î7. S9 49 25-26.

[tion,
et

que sa bénédiction y demeure jusqu'au
[dernier jour.
les

" Benedictio

patris

llrmat

domos HHu[ru

Gen.

27, »7 "

La bénédiction du père affermit
et la

maifils
;

m

:

^»•

-

[sons des

maledictio autem matris eradicat l'un-

[daménta.

malédiction de la mère les renverse [jusqu'aux fondements.

et

reganle d'un n'il de 1>•>1• de faveur; liltcralement ji/s^M'à son inspection. il. Selon qu'est sa grandeur...; c'est-à-dire que sa miséricorde n'est pas inférieure à son infinie
ii. Jitsfju'a ce qu'il les

srandeur.
III. 1-18. Devoirs des enfants envers leurs parents bénédictions qui sont accordées à ceux qui Jes pratiquent fidrlement. 1. Leur nation [nalio illorum): c'est-à-dire la nation que ces lils de la sagesse composent. 2. 3. Le jugement les préceptes, les avis, les con,•

et

la nicre l'autorité, la |iuissance de et de punir. D'où il suit les parents le représentent sur la terre à l'égard des enfants, et (ju'ils sont les dépositaires de son autorité supérieure sur eux (Glaire). 6. Trouvera la joie ilans ses fils, par un juste retour. C'est une vérité d'expérience quotidienne que souvent les enfants traitent leurs parents comme ceux-ci ont traité les leurs.

corde aussi à

commander, de réprimer
que

seils.
3. A honoré le père dans les fils; en voulant que fils rendent à leur père l'honneur, le respect, fobeissance, etc., <|ui lui sont dus. Cherchant avec soin {exquirens); ce participe, en vertu d'un hi'braîsme, dont nous avons parlé plus haut, devient un adverbe qualilicatif du verbe suivant ilaaffermi, en sorte ([ae le sens est Dieu a alTerini le plus soisneusemenl le jugement de la mère. Ainsi Dieu ac-

les

:

Une longue vie. Voir la note sur Exode, xx, lî. La bénédiction du père affermit les maisons. Curieuse différence entre le père et la mère! Comme la tendresse maternelle est toujours prête à l)énir l'enfant, quel qu'il soit. Dieu n'a pas voulu attacher la prospérité a toutes les liéncdictions de la mère il l'a réservée aux prières du père, dont l'amour est plus juste et plus éclairé; mais il n'a pas craint d'attacher la ruine à la malédiction maternelle, bien sûr que l'enfant qui lorce sa mère à le maudire mérite de périr misérablement » (Saint7.

ii.

:

Marc Girardin).

20

Ecclesiasticus,

III,

10-23.

^-

"•^
yat
*'

, ' '
av

.

Priecepta

«le

boiio reja^iiuine vitie (I-XL•!!, 14).

',

"
^

^

^

, ., ^ L•

{ '.

qb
rnx
^^nx

xin

"iini
i23^iï<

5ï<b

^5

"iiD

^insii
-sn 12

""'

"

&[ *^ . [ ,^ ^.[, ;
['
^^

-& , . ,
[. &[,
'^

.

, ,

îi^js bbp:j 5<t:n

nn^^^i

mnsn
^'2^

q^^n
ib

^
^12''

bs

^3> b^^
Dii

^^112

^Dn^

Uj'in
bî<^

n^^n

bi imv^ D^bsn
rr\i2T\

nî< ïnpii:

u
iî3

[^ .

"(b

^5

nn::

nr^
nr^

î^siy

n^n':;rib
rniïi

niss by

n^5<

bbp?-û

nwn

^
nby

^d i6
O^yyj2']

^bnnn ^^^2.
b^û

^di

'T\rjt\i2 "niD53

nn^iri^

Dbl5> Tib^T^
Î

^irSD '0Tj2 18

D-vjn-i i<:2rn b^: ^ssbi

-"

,

-'"
^^

-^"^

-^

"

12.
7TÇ0Ç

:
17.

. ). . )
\)*

/ .' . . {.
,
ni.)
:

'., ,
^ ^)

.[,

^^
mpnn
^i2T\

•I^ID

b5<

b^ y2-2

"pinrin

îWnnDDn poy ^b
b« 7J5Û

^ ^
"
&-. .)
xcù
\%.

Û^153>bl

y2i2 ni5<b3 21

n^sn 22

inrm

23

(1.

A:

et (.

î<:

/.
1415.
(1):
fils,

A^B*D:

(. m.)

:

(1.

ADX:

(1.

unoXeÎTTjjç).

^f
,*

(p.

(pr.)

) ] . ).
(:

.

(•.

^^ '). ^) . .) &. 9.
(1.

)
(}<:

)
AD:

eL
(1.

x«t

naqà. 19• A:

20•

^
f.)

(sec.

m.) A-f

et * (a.

^)
(in f.) 22.

fçya

. ^
AD:

>'-

21• A''Dî<:
(seC.

:

m.)
et

(1.

23-

A-^f*

(.

(ill

14.
lili,

Mon
si

soulietis la vieillesse de ton père.

«

dit

saint Ambroise,

quantum

tibi

sumis judi-

pascas parentem! Illi debes quod habes, qui debes quod es ». In Luc, viii, 7. \'.\. Si son esprit lui fait défaut, supporte-le. « Patrcm dicil, cum in seneetule eum sensus déficit ac destiluit; quod accidit plerisque infirniilale ajtatis decrepita;, atque omnibus viril)us destiluia-. Tum cnim vilio œtatis repuerascunt; liane a'tatis imbecillitaleni ac deformitatem liberi Terre ac regere debent, nec in llore iEtatis suœ ac robore vitia deli-

cium,

non

liaque parentum irridere. (Bible de A'atable). 10• Ce verset n'est ni dans l'hébreu ni dans les Septante• li). (H. 17). Accomplis tes œuvres avec douceur. «Populans et grata est omnibus bonitas, dit saint Aml)roise, niliilque

sensibus. Et

si

quod tam facile illabatur humanis mansuetudine niorum ac facilitate,
pra-cepli et affabilitate sermonis.

lum moderatione

verborum honore, patientique sermonum vice, raodestiaqueadjuveturgratia, incredihile quantum procedit ad cumulum dilectionis ». De Offic., II, vu, 20.

L'Ecclésiastique,

III,

12-24.
1-4).

21

.
'-

Préceptes pour la
patris tui
:

ooiidiiite
"''"''•

de la TÎe (I-XL<11»
1-

Ni'

j:lorii.-i-is

in

i-onluiiu'li;i

--

Ne

tt'

glorilie

pas de l'ignominii»
toi

di'

ton

non
1-

iMiini est

til)i

gloria, ojus conlïisio

:

car ce n'est pas pour
rrov. u.
b.
i^î

une

[père; gloire qut> sa

pluria cnini
(>t

Ii«'Mnini.s

(W lionoro patris
[siii,

car

la

gloiri•

(ii'docn.s lilii

pater sine hom'irt».
ivov.
:

'*

Fili. siisi-ipo

sciKM-lani patris tni.

ï.i,

si.

'^

ot
i'•

non

coiilristes cnni in vita illius

et si (loiV'i-crit
ot

ne sp(M'nas cnni

sensu, vriiiani thu in virtiitc tna
patris

i

Tim.

.-.,

ir.

1-

:

olecmosyna cnini

non

erit

in
"'

de son père; qu'un \^i•v' [sans honneur. Mon fils, soutiens la vieillesse de ton père, et ne le centriste pas durant sa vie; et si son esprit lui l'ait défaut, supporte-l•' et ne le méprise pas dans ta force; car ta charité envers ton père ne sera pas
[ncui•
et c'est le

(

[contusion

;

bomm(>

vient de l'iionlils

tléshouneur d'un

[obliviijne.

[en oubli.

' Nam
'"

pro poccâto niatris rostiturtur tibi [bon m,

et in Justitia a^dilicâbitnr til)i,

.,
i

s».

''

avoir supporté les défauts de ta [mère, il te sera donné une récompense, et dans la justice te sera bâtie une mai-

Car

i)OUi•

[Ron,
s.

et in (li(>tribnlatiunis

coninieniorâbitur
[tni
:

rct.

i,

et

au jour

«le la

triliulation

on se souvien[dra de toi,

otsicut in soréno glâcios,solvéntiirpcc[câta tua.

et,

Quam
et

mala' fani;e

est,

qui derelinquit
.

est

Lpatrom maledictus a Dec, qui exaspérât
:

.

,,\,

Lev. 20, Deut. Ï7, p^ov. 30,

3.

i•-*

.

ir>.

un jour serein, tes [péchés se fondront. Quelle mauvaise réputation a celui qui [abandonne son père rt il est maudit de Dieu, celui qui exaspère

comme

la

glace en

!

[niatreni.
•'•'

[sa
'"

mère.
[ceur,

Fili, in

niansueti'idine opéra tua pér- Mo<i<-stia
[fice,

.Mon
l't

fils,

accomplis

tes

œuvres avec douaimé que
glorifié

•«"'>»•"••
:Mat/ii,'
2••.

et

super huminuni
es,

glTiriani diligéris.

lu S(M-as encore plus

-f

Quanto masnus
et

humilia

te in

ômni[bus,

phu.

•-^1

2,

3.

[par les hommes. Plus tu es grand, plus liumilie-toi <• toutes
[choses,

]^:i:^-

-'

corani Deo invenies gratiani quoniam magna poténtia Dei solius,
:

"%|3

''

21

et
--

ab humilibus honorâtur.
Altiora te ne quœsieris,

contra curiouilnleni.
:

2••^

et fortiora te

ne scrutâtus fueris

|^^•

3":
j-J";

13, 3.

sed qua3 praecépit tibi Deus,
et in pluribus

illa crigita

devant Dieu tu trouveras grâce parce que la grande puissance appartient [à Dieu seul; et c'est par les humbles qu'il est honoré. Les choses qui sont au-dessus de toi, ne [les cherche pas, et celles qui sont au-dessus de tes forces, [ne les scrute pas mais celles que Dieu fa commandées, penet
:

;

[semper, opéribus ejus ne fueris
j^ct.
e.^
1^,

[ses-y toujours;
et

dans plusieurs de ses ouvrages ne

sois

[curiosus ; -3 non est enim tibi necessâriuni, ea quae abscondita sunt, vidére oculis
[tuis.
-*

[pas curieux.

-''

luc'

i.'ss.'

Car il ne t'est pas nécessaire de voir de tes yeux ce qui est caché.

In supervâcuis rébus noli scrutâri niul- „ ' Dent. ,,
^
. .

,„

IS, 10.
7, 3.

,,

Dans
et

les

[tipnciter,
et in pk'ii'ibus

Mut.

choses inutiles, garde-toi descru[ter nombre de fois
:

opéribus ejus non oris
[curiosus.

* ''^''**'-''^'•

dans plusieurs de ses ouvrages ne sois
[pas curieux
.

12. De l'ignominie de ton pérc. .Vllusion à la faute de Chani, Genèse, ix, 22. 15. Si soti esprit lui fait défaut, supporte-le, d'autant que cet allaiblissement est souvent le résultat des fatigues (ju'il s'est imposées pour le bien de ses enfants. 16. Pour avoir supporte les défauts. .. L'enfant ne doit pas honorer ses parents pour leurs qualités, mais a cause de leur litre de père ou de nièro que leurs défauts ne peuvent leur enlever. 17. Dfiîi.s la justice: selon d'autres, a cause de la justice. Te sera bâtie une maison. Dans le style de l'Écriture, bâtir une maison à r/uelqu'un, signifie proprement lui donner des enfants, une famille nom.breuse. Exode, .•2\ Deutéroname, xxv, !i; Rutli, IV, 11; 1 Hois, II, '. On se souviendra de toi; c'est-a-dire Dieu se souviendra.

l'j-21.

Douceur

19.

Tu

et humilité. seras encore...; littéralement au-de.'fsus

de la gloire des hommes tu seras aimé; lu l'attireras l'estime des hommes, mais surtout leur amour. 20. Plus tu es grand, plus humilie-toi. Toute ^'randeur vient de Dieu; plus il nous en a dniuié. plus nous devons le re(;onnaitre et lui en reudre hommage par l'humilité. 22-2«. Il faut éviter la curiosité qui nous porte a scruter ce qui est au-dessus de nous. 22. Ne les scrute pas. L'élude téméraire et purement curieuse des grands desseins de Dieu est un acte d'orgueil que Dieu punit sévèrement. Voir la note sur Proverbes, xxv. 27.
2'». De .les: c'est-a-dire de Dieu, nomme au y. 22. dans 2i" est la répétition de 2i'^ et ne se trouve -». l'Iiebreu ni dans le grec, non plus que

;

m

4

22

Ecclesiasticus,

.
^^

Prœcepta de bono

&
['

III,

24

— IV,

5.

re^iniiiie vitse (l-XL•!!; 14)•

'& .
' /[.

-^

-^

-^

'•^^

"
/

"*'

33

^^

& &.
{

&,
3^
[, ).
',

'
[, [. -

^^ :
yb
ïis'j

^xnn ins nb

26

r^nr mnit:

rns55û

[.

^

lis nb 27

. , .

Wi^snb "pnn
rii^^sn

bîi

28

nb y 5<

"S

r'ajn

''b^52

tri/j^n r'ûjrb

yn^ Dsn nb 29 nnirpa -^^

û"53 ini•^

nt:mb

'i^x

b

IV.

,

rrv

-

^

"

"

"

^ ,. ,
.

, . [, . ,. .

îizïss

^

"53?

^^nb

r^s^bn

bn ^3ns iv.
bxi
2
b&^i
bïi 3

"5:? -^jss

"<^
irsD

nisn

bi5

n^^cn
'"3>

rj3£2

"'^lij'i^i

Db3>nn

ji

^^^
"23>

în-5<in
yj^'Ztl2)2

bi<

n^pi

",

3>553n bii
^^b1

bi nibix':;

^. --. .. . ' &. [ ^^ . ) - .: --.. [&
ib-,nn i^bin
26-

î^bbpb
(1.

mp^
f.)

2o. D:

.)

':

A:

(.
ADn: (.
3.

A-f

(in

(1.

.')
:

,

^

27•

30• D:

Di*
31-

(pr.

m.)

33- D:

h^oa. 34111.)
:

ADX*i*

(.

.

(pr.

.

péril y ])erira. « Cette dernière parole, prise absolument, a un grand sens, dit encore Sacv. La loi nous apprend que le monde est plein de pièges et de la malignité du démon. On ne croit pas cette vérité. On en cherche les divertissements, mais innocemment,

lui-même, est devenu comme de i)icrre à l'égard de son prochain. Il n'est plus touche ni de la crainte de Dieu, ni des remords de sa conscience, ni de 1 horreur de 1 enfer, ni de la pensée du paradis 11 a d autant plus perdu toutes ces choses (lu'il est même insensihle a cette perte .. Celui qui aime le

27. (. 26). Le cœur dur sera malheureux ci la fin. Lecœurdur, dit Sacy, est celui qui, étant tendre sur

dit-on, parce qu'on en veut bannir le vice et tout ce qui blesse l'honnêteté. Ainsi on veut séparer ce qui est inséparable; on veut se jeter au milieu d'une rivière sans se noyer, au milieu d'un feu sans se brûler. Mais enlin Dieu se trouve véritable et l'homme menteur. Il aime et cherche le péril au lieu de le

craindre,

il

s'y

abandonne

et

périt

».

28. Ce verset n'est ni dans "l'hébreu ni dans les Septante.
30. (H. 28) Et ils ne dans l'hébreu ni dans
32.

s'en apercevront pas n'est ni les Septante. Ce verset n'est ni dans l'hébreu ni dans les Septante.

L'Ecclésiastique,
1. l*récei>teN

III,

25 —
tivs

IV, 5.

±^

puiir lu coiitluite «le la vie (I-XL•!!,
li.'.iiiimiiu
-'

).
[verles jiour loi. en ont séduii

y.,

pluriiuaenim suiMTScnsmii
'

^[;',

'

';;•,1,;•
s:.,

Car un
[dessus

ostfMisa siint tibi.

•..
l.u.•.

«?.

grand nonibrr• de clioses audu sens des hommes ont étr- décoiiaussi

Kl, IS.

-••

MiillOR qiiOMM.•

siil>l'l:i"'•''^"''

^"^I"^'*'

''"

Mat. 12, ""'•'•'-•

\
-'•

Leurs
el

conjectures

fluniiii,
l't

[beaucoup,
leur .M'ns les a retenus dans la vaniti•.

in vanitut»• (li'tiimil s(Misiis ilir.nuii.

^-

Corduniinhabébit maie innovissimo

:

f^;*,,•;;"

-'»

et qui aiiiat |iorii-iiluni, in illo i)i>iil)it. Cor iiii;iv.ii.-iis duas vias, non habrljil
[SUrf(''SSUS,
1

iiuriiiam.
-'*

et

p',.^;^'*'•,^;
,

Tini.

!>,'

\i.

ot

iiravus coiili' in

iliis

scandalizàbi- .-,.
î'

2,

m.
20.
-•'

Prov. 11,

"0

Cor iKMiuan» gi-avàbitur in dolniibus, et poccâtor ailjiciet ad peoc;'induni. Synagoga» snpcrbunini non l'rit sani[tas
:

Rom.

2,

s.

pruvil'.•.'

"

frutex oniin
ai

)>0(V;iti

ladirabitur
[et

m

uns,

kcciî.
'

10.
•'•

11.
'^•

non

intcllig(-tur.

^''"••

Corsapiéntisintelligiturinsapiéntia. ^„,^;,;„.
et

'•'

Le cœur dur sera malheureux à la fin: celui qui aime le péril y périra. Le cieur qui marche dans di'ux voies [n'aura pas de succès; et le pervers de cœur y trouvera une pierre [d'achoppement. Le en'ui• méchant sera accablé de douleurs. et le pécheur recommencera à pécher. L'assemblée des superbes .sera sans gué[ ri son car la tige du péché s'enracinera en eux; [et ils ne s'en apercevront pas. Le cœur du sage se fait comprendre par
:

[sa sagesse,

auris

bona
et

aiidiet cuni onini

conçu-

''"•

"^*•

'•

[piscéntia sapiéntiam.
3-i

Sapiens cor
et in

intelligibilo abstincbit so
[a peccâtis,

•'-

oporibus

justiti;p

succéssus habé[bit.

^i'}^„. -j, s;• ps. 1, s;

sagesse avec [la plus vive ardeur. Le cœur sage et intelligent s'abstiendra du [péché, et dans les œuvres de justice il aura des
et l'oi-eille
la

bonne écoutera

[succès,

33
et 3^
(>t

Igii'Mu ardt'ntem extinguit

aqua,
:

uooa

'••

eieo.
••'
;

"!*')"!'''. eleemôsyna resistit peccâtis Dons piOsiiéctor est ejus qui rodditTob. 4, s-ii

ardent; et l'aumône résiste au péché: car Dieu considère celui qui fait du bien:
l'eu
il

L'eau éteint un

[gi-âtiam

:

5ial.M'7.
siat. lo, 42
|•^•^;;"^"•

et in

inéniinit ejus in postorum, ténipore casus sui invéniot firma[niil-ntuni.

.s'en

;

et

Lue.

lÎ;,

-.i.

souvient dans la suite, au temps de sa chute, celui-ci trouvera [un appui.

V.
et
-

'

Fui eleemosynam paûperis ne de[fraudes,
"^

»«"
._

«'•'''-

IV.
et
'^

1

Mon

fils,

ne frustre pas

le

pauvre de

[son
tou.
Prov.
4, 7.
.i,

aumône,
:

rrov..3, 2l-2^.

oculos tuos ne transvertas a paupere. Aniniam esuriéntem ne despéxeris ... inopia el non exasjieres paupereiu
:

i.

m
.

Eph.

4, 32.

ne di'tourne pas tes j-eux du pauvre. Ne méprise pas une Ame qui a faim et n'exaspère pas un pauvre dans son in[digence.
N'afflige point le cieur
el

[sua.
3

Cor inopis ne
et

afllixeris,

Prov.is.

12.

•'•

non protrahas datuni

angu.stiânti.

Jac.

2, 13.

de celui qui maniquc de secours, ne diffère pas de donner à celui qui est
[<lans la détresse.

*

..

Rogatiuneni eontribiilati n(>ahjicias: et non avértas iacieni tuani ab egéno. . tuosproptor Ab inope ne avertas oculos .
.

'•

Ne

rejette pas la

demande de

l'affligé;

,

,

-

1

<.

^rov.

21, 14.
'>

[ira

m:
:

et

non relinquas quairéntibus

tibi rétro

fmaledicere

détourne pas ta face de l'indigent. Ne détourne pas tes yeux de celui qui [manque de secours, à cause de .<« colère; et ne laisse pas ceux qui demandent te 'maudire en arrière:
et ne

26. Leur sens les a retenus dans la vanité. La plupart de ceux qui ont cherclié en dehors de la révélation la soluliiin des grands prohlèmes religieuv.

Tobie,i\,
IV. 1-11.
I.

11.

Exhortation à l'aumône.

sont tombés dans l'erreur. i7-3o. Contre la dureté el la duplicité de cœur el contre l'orgueil. 27. Y prrira. non pas fatalement, mais parce (|u'il nianqui-ra de hi grâce que Dieu ne lui niénageail pas pour des circonstances qu'il n'avait pas voulues.

Son aumône; expression qui prouve que l'aumône est véritablement un bien dû aux pauvres; el que par conséquent nous conimetlons une espèce de vol, lorsque nous leur refusons ce dont ils ont besoin, et qui nous est superflu. Les Pères de l'Église n'ont jamais donné à ce texte d'autre signification (filaire;. CI. V. 8. cause de sa colère; de 5.

L'asscmbice des superbes sera sans guérison, parce que Dieu résiste au\ superbes el leur refuse
30.

sa grâce.
Sl-.'ii. I.e coeur du sage. 'M. L'oreille bonne; pour Vot'eillc de bien. 33-3 i. De l'aumône.
3,3.

l'homme de
la

L'aumône

résiste

au péché. Voir

note sur

peur (in'irrilc. il ne toi des malédictions <|ui ne seront sans effet. Les paroles suivantes cl celles du y. 6 confirment ce sens: cependant d'autres traduisent les paroles propler iram, par dans ta colère, par irritation, en les rapportant a mon fils {fili) du l'^versct; d'autres, enfin, les entendent de la colère de Dieu Glaire).

prononce contre
))as

1

24

Ecclesiasticus, IV, 6-18.

.
^

Prsecepta de bono reg^imîne
iv

"^

y.at
^

xai
^

^ "
'
]

y.ut
^'•

*

*

*-

^^
^
'

],' , ,[&,. & ,.
.

(

.,.
\,

Titae

(-<,

14:).

[

xnri

2•::^ T\p^:i

b^pm

rn3>b Y^jSDb nriïiM

,

[,

[.

.

-jDTX ^j^b t:n 8

rp^^'j'j p:iru

r^in

9

D^ûin^b niii n^n
tW5)jbi<b b^j. *.rjni

-^

.

1 ^i^np^
n^3i n^i2h

biïii

riM2'Dr^ 1

*"'

,
]
:

D^ri/j bsb ^-^rm
D^^n
inrtï<

n^nn^^ 12

.

^,
[, -

*S"2 ]rr-\ ip^s^ n^'^pn/ji
^^'j2

"nns lï^rj^ n^;:52m 13

^**

^'

'

&
'
7\)•\'

^,

['.

-

w^i< tiS^^
it\^^)2

^b

T2rj: rj

^^"irap•^

"b

yW2^
^5 17

' ' (3
**
*'^

, ' ,, ,
(a.

2^
•«n

"-pi^

n^anra
T\y

[,
^ib
Î!Ù)12^

3:«<
mno^j

^
9(1,

^

18

^b ^n^b^n

^"

'^^

6.

DN:

.

,

.)

[ ]. &') ^'. . . ) . ^'.. .
7')
12.

[.
,
hr.

-. .. .
(sec.

^. .
m.)
:

(1. /usy.)

ADN:

15.

DN* .

^..
(.^)
16.

:

(1.

A^:
:

14.ADX:
il.

:

.)

ADN: (1. ADN:

(. .)

(1.

18. D:

(SGC.

m.) AD:

19•
:

ADN*

-:

(pr.m.)

20-

'

D:

:

IV. 7. Devan un ancien. « Presbylero, id est, seniori, .lîtate, seu dignilatc ac inagistralu, te humiliter submitte, et obedientia erga eum te gère. Oui simile Et ma;/nalo humilia caput est quod sequitur luum. Ne quis suspieetur per presbyterum sacerdotem signiUcari, aut huiiiilitatem confcssionis peccaDe.s pauvres: devant un ancien torum ». (Estius). humilie ton âme n'est ni dans l'hcbreu ni dans les Septante.

seu

8. Sans tristesse... acquitte ta dette ne sont ni dans riiébieu ni dans les Septante. m. (H. 11). Et elle ira devant eux dans la voie dg la justice n'est ni dans l'Iiébreu ni dans les Septante. 1!). Et l'épreuve;... par la tribulation ne sont pas dans les Septante et lO^*-" manque totalement ea hébreu. 20. (H. 18). Et elle l'affermira n'est ni dans l'hébreu ni dans le grec.

L'Ecclésiastique, IV, 6-21.

25

.

Précepte!* pour la
lilii

ooiiiliiite

de
''

Isi

vie (l-XL•!!, 14).

maloaicénlis

iMiiiii

in amariti'nlino
[aniiiiii',

°;?°;• }';
si,
13'.

î';

cxaiuliôtur tloprecàlio (•xai'itlii't aulem euiu,
1

(

illiiis

:

t'ccit illiiin.

CouiriTirationi

i>aupi>rniii

aflïibilciii

1«•

'
De..t.
'^"Jfi:.,

11.
'•

car l'impiccation do celui qui to maudit [dans l'amertume do son àmo sera exaucée; or, celui qui l'a créo l'e.xaucera. Rends-toi afl'ablo à l'assembloo dos pau[vn-s
;

[lïicito,

*•

«

tiiam, et prosbytoro lnuiiilia âiiimam ot lua^nàto humilia caput tiiuiu. Déclina paupori sine tristitia anrcni
[tuani,
et et

(lovant
ot
«

un ancien humilie ton àme, (lovant un grand humilie ta tète.
sans tristesse ton oreille vers le [pauvre;

l^^^^-^l'l:

Incline

rcdde débituni tuuni, responde illi pacitica in

niansiu-ti'i[tlinc.
^

et rii'ponds-lui

9

Libéra onm. qui injnriani patitur do [manu snp.Tbi
:

'"•^™^"!^,•;'-

acquitte ta dette dos paroles de paix avec dou[ceur. Délivre celui qui souiTre une injure de
ot
[la main du superbe; pas avec ivpugnance en ton [àme. En jugeant, .sois pour les orphelins miséri-

^^^^

,^


10

ot

non acide

feras in

anima

tua.

rs. 81,4.

ne

le fais

'"In judici'indo csto pupillis miséricors
[utpator,
et
'•

1«. 1. 17.

•'atn.'.l':'

pro viro matri illnrum
eris

r

et
1«. 44.

et

tu velut

lilins

Aitissimi obé[dions,

si;

11

et

[cordioux, comme un père, comme un mari pour leur mère; tu seras, toi, comme un fils obéissant du
il

^""•
et

et
'•-

miseréhitur tut magis quani tnater.
Saniôntia filiis suis vitam inspirât, inquirentcs se.

aura compassion do

toi

[Très-Haut, plus qu'une [more.
:

commoda
PrOT.
S, 3:..
;

12

et suscipit

Ps. 35, 10

et

prœibit in via justitiaj

:

La sagesse inspire la vie à ses fils prend sous sa protection ceux qui la [cherchent, et elle ira devant eux dans la voie de la
elle

[justice
î;*

;

li

vitam : et qui vigilâverint ad illam, complec[téntur placorem ojus. Qui tenucrint illam, vitam horeditâ^
et qui illam diligit, diligit
:

rrov.s^is;
sap. e'i...

13

et celui qui l'aime aime la vie, et ceux qui veillent pour elle jouiront

de

[sa paix.
2 Reg.

,

12.

lî•

Ceux qui
et le lieu

la

possèdent auront la vie pour
t^llo

'3

16

ru . [bunt et quo introibit, bcnodicet Deus. Qui sérviunt ei, obsequéntes orunt [sancto et eos, qui diligunt illam, diligit Deus. Qui audit illam, judicabit gcntes et qui intuétur illam, pormanébit cou: :

Luc.

19, 9.


la

entrera. Dieu

le

[héritage bénira.

;

H.br.

1'•

11,

s.

Ceux qui
et

servent obéiront au Saint;

-^•

^""•jV;
sap.

3.

s;

16

pjov'.'i.'ss.

[fidens.
ï7

Si crediderit ei, hereditâbit illam,

in «enta-

1"

et
•*

erunt

in

confirmatiuno

creatura>
[illiuS
:

robuiGen.
17,
1
;

ceux qui l'aiment. Dieu les aime. Celui qui l'écoute jugera les nations: et celui qui la considère demeurera en as[surance. S'il croit en elle, il l'aura pour héritage, et ses descendants y seront affermis;
tentation, elle marche [avec lui. olio le choisit onlro les pi-emiers. Elle amènera la crainte, la frayeur et l'é[prouvo sur lui ;

quoniam
et in

in

tentatione âmbulat
éligit

cum
[eO>
1

''''
Cor. il, 9.
-^ ^•

'*

parce que dans

la

primis
et

eum.
ot
:

nom•

19

Timorem

metum.
illuni in

probatinnom [indûcot supor illiim
tribulaliono doc[trin;e suaî,

19

Tôt. lî. Gen^-22.
Ps.'
g..,

13.
i.
';».

et cruciâbit

et elle le

tourmentora par latribulationde

donec tontot
et credat
20

eum

in

cogitatiùnibus
[suis,

[sa doctrine, jusqu'à co qu'elle l'éi)rouvo dans ses pensées
ot (lu'ello ait
Luc.
12,

anima?

illius.
32.

Et firmâbit illum, et itor adducet diet laîtificâbit illum,

20

Et

elle l'aflermira, elle

[rectum ad illum, ^""If;
-'

""
et le

confiance en son àme. frayera un chemin [droit vers lui
.secrets,

ot

donudâbit abscunsa sua

illi.

,'.

•-1

21!

et elle lui

rendra joyeux, découvrira ses

Hutnilie Ion (hnc; pour ta personne, loi. Ta dette de justice, contractée pour ((uelquc que lu en as reçu. Réponds-lui des paroles de paix avec douceur. » On est excusable de n'être pas toujours gai, car on n'est pas maître d'avoir de la saîté quand on veut. Mais on n'est pas excusable de n'élre |)as toujours doux, maniable et condescendant, car cela est au pouvoir de notre volonté
". 8.

service

ne faut pour cela que se résoudre à surmonter riiumeur et l'inclination contraire ». Saint François de Sales. Traite de l'Amour de Dieu, \,•21.
il
I-2--2-2. icxliortation à la sagesse. ses fils, leur 12. L'ï sagesse inspire la vie

apprend

comment

;

laul vivre. !;. Au Saint; c'est-à-dire à Dieu même. pourra juger. l(i. Jugera; c'est-à-dire
il

26

Ecclesiasticus, IV, 19-30.

.
"
y.at

l»ra;cepta de bono regîmiue vitaî

" '^?],

-^

2'
2"'

26

2' 28

[

23

3"

^^

^2

'^^

, " ., , ] .^& , . &, . [, .& ]. " ^
..
[.
rfvAaçai

,
[,

(-<,

14).

"n^nitûil "^ID^ Dii 19

&[].

:D^^T^b
:frû

ij^^:;Ci<^

iDS^b'iJii

"iriEi ^'212:

"p/jn in? ^Dn 3

py

ri<^'2

?]

,

m-oh

^^ ^5 21
id^i

^ins n-an

7^233 b^

:5

«'::n bi< 22

['

î-^biirD'^b b^^j^n biii

Dbi3?n nn^i Tj12T\ bi< 23

j^n^^n niî^s^în

bï<

3,

'^^

nyilD ^)J15<1 ^S 24

'

bï<n

D? nnDJn
nnbiî

bi<

hd

î5iD5^n
"pr5û
îïnbn':3

bï^i
bïi bi^l bii

^

'

&
:
hv
(..

&

[, [&, .

'5

26

"DSb HTjrin

:;23 biDb y^n
biy

27

îD^b-iir^ ^isb'jii'an bi<^
tû3ii23

^"^

,[, ,.
(a. ,"»;)

^12$ tûSirn I2iisn5

prin

by

^ •>: ^
5> n-cn

biî

^^

i^ 23
•''^

.'. . ^* . ^: — . '. ).
22.
28.
A^-j-

^^
îbmn

^b

ûrts

by'2 ïinpn b5<
bii i^i'^b bisi

. ) .. ) .
(soc.

m.) -

(.

^.)
32.
(1.

xccTÙ

(a.

dav.)

. (.
ADX:
DN:

/.
.rcaâia.

(A-Ff). 29- D*
(sec.
\--\-

30.

(.

ùrt^Q. fuù.

33.

ADN*

)

.)

"i^:^T2îbn -î-tn:»

^nm

bi^

29

î-ïnsxb/Ji ":;"çni

^3
b^^ b

34.

AN:

(1.

>{:

D*

(SCC.)

.

^n^nn nbss ^nn

3u.

î<:

(1.

oïxtù) Tjj otxût.

21. El mrllrn en Ini un trr.sor de science et d'inU'Uigcnce de la justice n'est ni dans l'Iiéhreu ni dans

majorem parlem mittere

in

vanum?

»

Tempus

lioc

les i>eptante. -2.». (H. 20).

Mon fils n'est ni en liél)reu ni en grec. Mrnarie te temps. « (;ra-cum verli potest, observa et conserva; lempus enim non tanfuni ohservandum, scd et conservandum est, quasi res pretiosissirna nol)ls a Deo conccssa ad comparandas opes inuiiorlales, |)uta virlutuni, i;ratiœ et
gloriai a'ierna•...

est nionientum, ex (juo pendet œternilas, velbeatissima, \el miserrima ". (Cornélius a Lapide). 24. (H. 20). De dire la vérité n'est ni dans l'hébreu ni dans le grec qui portent « ne rougis pas au sujet de ton àme » ; c'est-à-dire n'aie pas à rougir de loi-mcme en te souillant par le péctié. 27. (H. 22''). Hébreu ne chancelle pas dans tes
: :

Inde Salyricus

embûches
chute
28.
».

».

Septante

:

«

ne

te fais

pas honte de ta

:

Damna
Uex
Kt
"

lleo reriim, sed plus fleo damna dieruni i)oleril rchus succurrere, ncnio dielms.

(H. 23).

La seconde partie du verset n'est pas

:

« «

Scneca, Epist. cxviii : « Non tam benignum et libérale, in<|uit, nobis tenipus nalura dcdit, ut ex lilo vacet perdere; » et mox « Ex lioc tempore tani angusto et rapido, et nos auferente, quid juvat
:

dans l'édition sixtine. Nous l'empruntons au Codex Alexandrinus. 21». (H. 24). La Vulgate fait plusieurs additions dans
ce verset. 33•'. Addition de la Vulgate. 33''. Addition de la Vulgate.

L'Ecclésiastique, IV, 22-35.
.
ot

27

PrÎTepteM pour
illiim

thcsaurizâbit siipor
[et

1<•1(''(

Si aut«Miiol)OiT;'ivt'rit,

et tradot euiii
Fili

iii

inamis iniiiuci
leiiipus,

(
et

la (-«Midiiïtc île la vie (I-.\IjII,
ot
^^
^^

).
l'abandonnera

sciéiiliani
jiisliti;p.

mi'ltia

lui

un trrsor de science et (i'intcUigonce do la Justice.

niiii.
sui.

?":,

-.
^^

--

Mais,

s"il .s'i'garo, ello

et lo livrera
\""^^'',:"

i-ons.Mva

clevita

Pro

j'iiiiina liia

ne

(.•(1;•8

a [malo. iHcoro

-i

Mou

llls,

aux mains <le son ennenii. ménafre je temps ot évilo le mal.
ne rougis pas de dire
(pii

••oi».
',',';
,-;

j-C'

Pour lou
(laiil

finio.

la vé[rilé.

[VOrUin. Est oniiii coiiiiisio acUk'icons peccâfuni,
cl
ost

Marc. nebr.

S, 38.

ii,

21.

-''

y a une cmifusion

amène

lo

»-

conlïisio

addi'uNMis

frloriam

et
^""'•
-"'' -•'•

el

il

y a une contusion qui
lais

amène

fcbé, la gloire

fj,T;ttiaui.

[et la
•-"

grâce.

No
HOC

accipias

lïiciciii

adviTsus

IViciem

Ne

[tuam,

advorsus uuiniam
rovoroi'iris ))i-oximiini

tuam mondn[ciuni.
tiiuin in casii
1

pas acception do personne contre [ta propre personne, ni do mensonge contre ton àmo.

No
noc

Pet.

3, 13.

•-'

Ne respecte pas ton prochain dans .sa chute,
et

[suo

:
-'

rotinoas vorbuiu

lu

toniporo sa[li'ilis.

Tim.

1,

le.

••is

no retiens pas

la

parole en un temps do
[salut.

Non abscôndas

sapioiitiani

tuam

in
Mat.
10, 2s.
-!»

No cache pas
Car
et le

ta sagesse dans sa beauté.

[docore suo.
In linpua onini sapiontia difinuscitur
et ot
:

c'est

sensus, et

scient ia, ot
in

firmaméntuni

doctrina in [vorbo sonsâti, opôribus jnstitiiO.
voritâtis ullo

sagesse se connaître; sons, la science et la doctrine par la

par

la

langue

tiuo la

[lait

Non contradicas vorbo
l't

varia
Gen. 1'™^.
3,
s,

''1

[modo, do mondâcio iiioruditiûnis tuœ con[lundore.

is,

i".

Non confundâris confiti' ri poccâta tua,
et

!i

ne

subjicias

te

onini

îiumini pro [peccâto.
i

Noli resistoi'o contra faciom poténtis, nec conéris contra ictum tliivii. Pro justitia agonizâro pro anima tua, et usque ad nïortem cei'ta pro justitia, et Deus expugnâbit pro to inimicos
[tuos.

nog.

s,

6,

'•-

ecch.

4, 24.

•"-

[parole de homme sensé, fermeté par les o-uvios de justice. No contredis la parole do vérité en au[cuno manière, ot rougis d"un mensonge échappé à ton [ignorance. Ne rougis point do contossor tos péchi-s, et ne te soumets pas à tout liomme pour [le péché. No résiste pas à la face d'un puissant, ot ne lutte point contre le cours d'un llouvo. Combats pour la justice, pour ton âme
ot sa
;

et jusqu'à la
et
^*• ^^• Cor. , 20. jac. 1,1».
''•'*

mort combats pour la justice, Dieu vaincra pour toi tesonnemis.

Ot

Noli citi'itus osse in lingua tua : ° inutHis, et ivmuissus in operibus
, .

Ne
ot

,

.

,

1

sois point prompt par la langue, lâche et négligent dans tos œuvres.

[tuis.

Noli esse sicut leo in

domo

tua,

33

evértens domésticostuos. et opprimons subjéctos tibi.

No sois pas comme un lion dans ta maison. tourmentant tes serviteurs, et opprimant ceux qui te sont soumis.

23-36.
2i.

Préceptes et avis divers.

En un

temps de salut; lorsque cette parole pourprochain. Comparer
il

Pour ton âme; pour sauver Ion àinc, lois<iu'il s'agit (lu salut de ton âme. 20. Ne fais pas ncceplion n'aie point d'égard,
,

rait cire salutaire à ton

le ver-

set précédent.

— Dans sa beauté: quand

est beau

de préférence pour certaines iiersonncs i)lut("ii (jue pour d'autres. Littéralement n'accepte pas, n'accueille pas la face. Le mol ficc se met souvent en hébreu et môme dans la Vulgale pour personne, individu. — Contre ta prop/re personne, ou face;
:

pour elle delà faire connaître. Confesser tes péchés. L'accusation de ses péchés était en usage même dans l'ancienne loi. Pour lepéché; c'est-à-dire qui te iiorterait à pécher.
et glorieux
31.

33.

Combats pour

la justice.

Ce combat a été soules fidèles, et plus

tenu dans tous les siècles
l)articulièrcment aux

])ar

Ni de mensonge; c'est-à-dire n'accepte pas, ne commets pas de mensonge. — Contre ton àme. Le mot âme s'emploie
c'esl-à-dire à ton propre détriment.

époques de persécution.

également
27.

]H)ar personne (Glaire).

31. Proynpt par la lan{/ue,et l'irhe...dans lesœuvres. Ces deux défauts vont souvent de pair. sois pas comme un lion... « Ce qu'on appelle 35.

ton prochain

p{is..., qu'un faux respect pour ne t'cmpcche pas de le reprendre, quand il tombe dansquel(|ue faute. 2X. La parole; c'est-à-dire les avis, tes conseils.—

Ne respecte

une chose trop négligée parmi les homdevraient comprendre qu'il ne leur suflil pas d'élre bons, mais qu'ils deivcnt encore paraître tels, du moins s'ils tendent à être sociables, capables

humeur
mes;

est

ils


28

Ecclesiasticus, IV, 31

.
^^

l*i*iecepta

}

'
V.

"
^ "

[ & ; ^ '", ;., '' ., 9 ,' .
'

3 ' ^4 .
^'

'., &
unoâiâôrai
ttj

., .
[

V, 11

de boiio reg^iniine

TÎtse (I-XL•!!, 14).

^b^n b^

^nii b^

,

rfj

.

jyy^ ^nb
ins bii^
Î

^ ^
]^\
^bn
'^"'^

bx

.

bN

b^< 2

^

.

^12 ^i2i<T\ bi< 3

Û^SI^D \2pl53
^n^^t2n

^5

^

52 bs
nr^i

4

nij'M^':^ ^b

nw^

'

^-^

Dinn

53<

tnn^j^ ^WD^:? bsi

^

ntsnm

b5<

nri^bo bx

^

,

^

^"

(-: 3. D* A^t (.

. . &. . &.
^
'

3

tni

, ' , ., /. , '
,
2-3.

[

^-

î-py b^xi:^

q^Dinb
im')2i<^ 6

D^nn T'ûrn

;nbD^ ^T\^w

,
bi<

ntrn nir
rbîii

D^^^'^jn bi^i

iT^b

7

tnaonûpi nrii
^pi23

^-"/^
*^

^D5D

b5>

nt:nn bx s

&^,
A^D*
et

înnn:5? Di^n ib'^:?^ 5<b ^5

nn

bib nniî

n^nn bx
riD'isi

9

înbiniu "|"

1.

A-f

^& .*. \
ad

(in

f.)

.)

.{

àrj}.

6.

':
(pr.

.
.
;{.

9. iS'f

(a.

..
5.

D*

et

(.

. ^. :)
(pr.

m.) *

^nyn

b>•

"î^/^D

n^n

•>

noq.

.

.

yàq

.

-pT5<nb

nnrî3 n%n

ADX:

(1.

sec.)
8.

m.)

:

^)

»:
:

(1.

..

(pr.

m.)

(1.

^)

^)

. ]:
10.

(A":

, .
H
(sec.

111.)

:

xvqiov, xaï

.

1

1.

U:

, ).
et

11

*

\.

Addition de la Vulfrate. Comme je suis puissant n'est ni dans l'iit-breu dans dans le ijrec. 5. Sur un pcchv pardonné ne sois pas sans crainte. Esllns explique de la manière suivante le sens de la Yulsate Noli esse securus de obtenta peccatorum remissione, sed adhuc meluas; partim (|uia lioino nunquain est certus omnino de remissione
1«'.

restât luenda

peccatorum.... partim quia, remisse peccato, adiiuc pœna. Atque ita monetur homo, pec-

ni

cata, etiam condonata, in seipso vindicare, ut effuSiat Tindictam Dei ».
0. Ne dis pas : La miséricorde du Seigneur est grande. « Absit,ditTertullien,utalii|uis itainterpretetur, quasieo sihi etiam nunc pateat addelinquendum, quia patet ad pœnitendum, et redundantia clemen-

:


L'Ecclésiastique, IV, 36
.
Non
et
\•.
1

V, 13.
14=).

29

Préoeptew pour la conduite de lu vie (I-\IjII,
maiiiis tua ad acci[pirnduiii,
^'"- -"•
^''•

sit poiTt'ctii

Que
ri

ta iiiaiu
])Oiir

in'

suit point

ouverte pour
[recevoir

ad

daiuliiiu collecta.

fcrmoe

Noli

altéiidt'iv

ad

possossi(')ii.'s
[illi(|lias,

1

donner. Ne compte pas sur des po-sscssions
[iniques,
:

^i.^.|.y_|'_^^i

liu-rm•,
^.^

cl nodixLM-is

:

Est

uiilii .sun'icions

vita:
vin-

et
^,
,,
il•,,

ne dis pas

.J'ai

suffisamment pour
(vivr(;
;

Lu'.•,

il.

iiiliil

LMiiiii

prôdorit

in tr'n.jioro

[dictaÎ et
-

olxluctionis.

^i/J-^jJ'-'jïj"• re.'i8,'i7.
i

car cela m• servira de ii>'ii au temjjS de la [vengeance rt de l'oliscurcisscment.

Ne soquâris
et ni' (lixoi'is
:

in fortitiidinc tua
:

ri•?. 2, ».
'

Ne

suis ])as

dans ta force
:

iOnciipisc<''ntiam cordis lui
"

Gai.
Pe.

5, le.

les désirs

Quôinodo

])otiii? l'acta

n,
^^^

s.

ant quis

me

sultjicict

proptor

luoa?

^^

-^•

de ton cœur; Commejesuis puissant! » et ne dis pas ou " Qui me fera rendre compte de mes
:

29, 3.

[actions?

»

Ittnis iMiiiu *
t>t

vindicans vindicabit.

"G.V'ef'ii"''

Ne

tlixeris
.,

a quid ludii accidit tnsto? Altissimus cnini ost patiens rédditor.
'

1••

:

l'occàvi,

"er ».•»laie l>ei «buii.
J<,b,22.13. 17;
21,
1:. :.i.s

•!•..•.

car Dieu en tirera une grande vengeance. Et ne dis pas «J'ai péché, l't que m'est-il arrivé de triste? » Très-Haut, qiioi<iue patient, rend le <-ai•
:

[xelon le mérite.

^

De

propitiâto pecoâto

noli

osso

sine

n-•
13,

Sur un péché pardonné ne sois pas sans
7-9.

nu'tu, Luc.

[crainte, et n'ajoute

''

nequoadjiciaspcccatiinisii])orpcccatum, Et no dicas Misoràtio Dûniini magna
:
r
j.

p'ccii.'z'i,

1'.

Mat.

s, a.î.

Luc.

12, ne.

t^^t'

iiiultitiidinis
"

poccatunini niconun mise[rcbitur.
et ira

Joa.8.U. ,, „,,

pas péclié sur péché. « La miséricorde du SeiEt ne dis pas [gneur est grande; de la multitude de mes péchés il aura
:

[pitié

».

Misericordia enim

ab

illo

cito
rrov.
10, e.

[prùximant,
et in peccatûres ivspicit ira
*
illiiis.

miséricorde et la colère qui vieii[nent de lui s'approchent rapidement. et sa colère regarde attentivement les pé-

Car

la

9

tardes converti ad Duminum, 1• j./v. I• et ne différas de die in diem: subito enim véniet ira illius, et in témpore vindicte dispérdct te.

Non

1

Mat.

24, 43.
0. 2.
'

iThes.

^s. 94, s.
"37^'

[cheurs. convertir au Seigneur, et ne diffère pas de jour en jour; car subitement viendra sa colère,

Ne tarde pas à

te

^Mlt'.^24

et

au temps de

la

vengeance

il

te

perdra

Noli ânxius esse in divitiis injustis:
Eccli.

'

[entièrement. Ne sois pas inquiet sur les richesses in[justes;

,
r>,

1,

non enim proderunt

tibi in die obdiic- ^'°\^^'

*'

car

elles

ne

te serviront jioint

[tiùnis et vindictie.

sap'

s.

[l'obscurcissement et de la

au jour de vengeance.
voie;

"

ventiles te in omnem venluni, et non eas in omnem viaiu

Non

«u» firmu••
'"
*'«"•'"''•

:

Ne tourne pas à tout vent et ne va pas en toute sorte de

sic
'-'

enim

oiiinis

peccator probâtur in ^ ,,,',..,.

_

Eph.
Prov.

.

,, 4, 14.
,

[duplici lingua. ecch.

2. G,

u

Esto firmus in via Domini, et in veritate sensus tui et scientia.
et

le.

Coios. 3, y.

Hebr.

Rom.

14,

13, 9. 23.

car c'est ainsi que tout pécheur se fait [connaître par une double langue, Sois ferme dans la voie du Seigneur, dans la vérité de tes sentiments et dans la
[science;
et

prosequàtur

te

vcrbum

pacis et jus[titi.Tî.

J^

^'.\.,'
'

que
Sois

la parole

de paix et de justice te
[suive toujours. la parole, afin

'
î

1^

Esto mansuétus ad
et

audiéndum

ver:

^• ""»"jac.
i,

doux pour écouter

cum

[bum, ut intelligas sapiéntia proféras responsum

i9.

[que tu comprennes
et

^•); -.*'^,•

que tu rendes avec sagesse une réponse
[véritable.

[vorum.
d'union et decomiueice, c'est-à-dire à être des liommes... L'on désirerait de ceux qui ont un bon cœur, qu'ils fussent toujours pliants, laciles, complaisants, •cl (|u'il fût moins vrai quelquefois (lue ce sont les méctiants qui nui.sent, et les bons qui font souffrir ». I.a Bruyère, De l'Homme.
V. 1-3. Contre la présomption. 4-10. Il ne faut pas différer sa conversion. 4. Que m'e.st-il arrive de triste ? C'est un blas-

qui nous cnil faut éviter aussi toute présomption tiaînerail à commettre de nouvelles fautes, et à abuser ainsi du pardon de Dieu. G. La miséricorde du Seif/neur est grande. Ces paroles sont légitimes si elles proviennent d'un cœur repentant et concluent à la pénitence. 7. La miséricorde et la colère (|ui s'harmonisent parfaitement en Dieu. 1-1». Constance et fermeté dans les actes et dans
1

les paroles.
11.

phème envers
vent de
sion.
:>.

la

bonté de Dieu qui temporise sousorte pour inviter le pécheur à la converla

prc}ié pardonné ne soix pas sans crainte, parce qu'on n'est jamnis certain de l'étal de son àme au point de vue de la possession de la grâce;

Sur un

tout reHi, c'cst-a-dire aie des convictions arrêtées, ne te laisse pas aller a tout vent de doctrine. , contre-partie du verset i-2. Sois ferme. C'est la précédent; une lois qu'on a donné sa parole à Dieu,

,

.

,.

.

,

Ne tourne pas

.

il

faut la tenir inviolablement.


30

.
^^

El

si ^^

,
T?y

^^

xut

3^, . & &,
xui

, &. [
?]

Ecclesiasticus, V, 12

VI, 8.

PrsBcepta de bono i-egimîiie

vitie (I-XliII, 14=).

-j3>-i

:3? ^5<
by ^n^

:-}''3

^

la^ ûîî

2

ûiii

^'"
^^^

?]

"VI.

2

' [, .
[,

. , . .

i<t:in

^vn

i^bpn lins i3

D"in'::
{2>"i

b^n «^pn

bi^

u

br^nn b>^ ^DT^rbi^

îû^r\ir

brn irrn ns^n
bsi^

nnirn
iiDiir

nnini "otû vj ^nn b« nmx nnni vi.

^

'

"'

, .[, . ^^ . . .) .. )) . ).
''
'

, [' . ^ &.[, , ' ,
.
3^

"jirs2

1^1 bian

bi^ 2

\yb:f ^b^n

nns^m

îtr^iun ^^131 bssin -j^by 3

[.

^ '
•rpi^îa
l'iD-'^n
1.

îûib^ ibiiiiain

^nsia'i
^isDi<

rn'' ^^ibia

6

"|-1D b:''ni

nnii^ n^Dp 7
nïi)jr\ bs^i
is^

14.

D*

:

el

(1.

.

B^:

DN"}- (a.

7•

•^•

^ ("•
7.

.
DN:

.rby nt:nb

ny ^3s

.)

D

•\

(a.

et

(1.

dr^Q.)

^:

(1.

16.

'.

)•''.

.

D: ia'çvg et

îor.)

.

.
A":
:

]?.

< ^. .
6.

^i 8
2•

4.

: :

(.

&.
açnee-

111.)

f (.

liai

Nemo

cœleslis lihidiiiem laciat liuman;L' teineritatis idcirco delcrior sit, (juia Deus melior esl, lolicns deliuquendo quotiens ignoscitur ». De
:

Pœnit.,
14'=.
1,".

7.
i-î).

thesim apposite superba- ostentationi et ferocitati taurinœ (t. 2), (|ua; omnes avertit et evertit, subjicit... Causam dat Palacius, quia verbum, inquit, est veliiculum mentis. Igitur in verbo dulci dulcis mens
vadit, eftluit et illabitur instar sacchari in

(H.

(H. 13).

De peur que... Addition de la Vulgate. De l'imprudent n'est ni dans l'hébreu
Mais au
délaleur... Addition

animum

ni

dans
IT
.

les Septante.

(H. 14).

de

la Vul-

gate.
VI. 1.

totuni dulcedine sua pénétrât, imbuit, allicit, et in sui amorem rapit. Siniiliter et inimicus dulcedine verbi veluti musici concentus, audita, aures illi non occludit, sed aperit ac per

audientis,

eumque

aures illud in

De ton prochain

n'est ni

en hébreu ni en

quasi nielle omneni

mentem recipit, ejusque dulcedine, suum fel, id est, aniaritiem,
ex inimico
«

grec.
'2.

iram

3.
4.

Par la folie. Addition de la Vulgate. Dans le désert. Addition de la Vulgate. Et le conduira au sort des impies n'est
ni

— El adoucit les ennemis n'est ni en hébreu Et lingua euni en grec — Et la langue gracieuse.
cum
ni en
^.
.

et odiuni, dulcorat, et

facit se

ami-

hébreu
o.

en grec.
inultiplie les amis.
«

La parole douce

Docet nio-

charis. Ita Romana, dit Cornélius a Lapide. Retiid est granuit interpres voceni grœcam liosa, nonnulli codices legunt. Aliqui pro uti

,

dum parandi et conservandi amicos esse sermonis suavitatem, dit Cornélius a Lapide, quani per anti-

legunt

id

est eloquens,

diserta

».

L'Ecclésiastique, V,

14— VI,
Si lu

8.

31

.
'*

Prt'cepte»

pwiii• la

conduite de la vie (•.VIjII, 11).
''
•'"''j,,;!;

Si est

tilii

iiilt'll«V-tus,

rcsponde pruxi-

''

as rintelligence, réponds à ton
soit ta

1):

[mO
siii

:

Prov.

31),

32.

[cliain

;uit<Mii,

sit

manus tua supor
vcibo
in

os

mais sinon,

main sur

ta bouciie,

[tiiuui,

ne capiâris

in

iiuliscipliiiiilo. et

[confuiidans.

(iepeui-()ue tu m; sois surpris dans une pa[role indiscrète, etijue tu ne sois confondu.
'

Honor
lint,'ua

ot

:\\
,,
. .

scrmune

sonsàti,
est

'"l'^Vj'i;', s'.'

L'honneur

vt-ro impriuli-iitis siibvérsio
,

mais
rp.v. !o. ïo,
îï.
"'•

la

gloire sont dans le dis[cours de riionniie .sens(•. langu(> de l'imprudent est sa ruine
et la

[ipsius.
''

^on

appi'llens susurio, el lingua tua ne capiâris ot

eonliin[dàris.

E":^"• -'•

»'

I

'

est i-ontïisio et pœni- E.di. «, i. [téntia, •-^,,^;••' Kom. i, 20. et denoU'itio péssinia super liilinjrueui

Super fureni eniiu

':

[à lui-mùme. pas appelé di-lateur, et ne sois pas pris par ta langue, et ne sois [pas confondu. Car au voleur s'attachent la confusion et
N(> sois

=

:

à celui qui

[le repentir; a deux langues, la plus mau-

[vaise notr•;

susurratufi auteui
'*

l'idiuiu. et
Let

inimicitia,

D.ut.

1,

ij.

mais au délateur,

la

haine, l'inimitié et
[l'ignominie.

contumélia.
[ter.

y^v!'!*! -iè.
17, 7.

Justifica pusilluui. et

magnum

simili- Rom.

Fais

également

justice

au petit et

au

[grand.

VI.
impropérium
et

'

Ne deviens pas au
le

lieu d'ami, l'en-

[proximo enim et contuméliam jnalus hereditâi)it.
et

.
Rom.

^jp^'y•
29,

car
l•^•
:..

[nemi de ton prochain; méchant héritera de l'opprobre et
[de l'ignominie.

omnis peccator invidus
te extollas

bilin[guis.

ainsi ([ue tout pécluHir
12, ig.
2. 3. s,
•;

-'

Non

in cogitatione
[tuie velut
r.
1

animée
«
:

Ne

félève pas dans la

envieux et qui a [deux langues. pensée de ton cœur.

taurus ne forte clidâtur virlus lua per stultia

*

Phil.

p^ov.

n.

[comme un taureau, de Déur (lue ta force ne soit brisée par la
[folie.
3

et foiia tua

[tiam tuos [perdat, et relinquâris velut lignum ariduni in
:

comedat,

et l'ructus

et

que

la folie

ne consume tes feuilles, et [ne perde tes fruits,

Ez. 20, 47.

et iiue
4

tu

ne sois abandonné
[bois aride

comme un

[ei'émo.
*

Anima enim nequam

dispérdet qui se
[habet,

f^^^s'l^,'
ps.'s'o.'uV

et in gai'idium inimicis dat illum,

et

dedûcet in sortem impiûrum. dulce multiplicat amieos, et. Ei«-c«io [mitigat inimicos ,.^^ j. et lingua eûcharis in bono hûmine ecci•- 11, 21.

Verbum

•;

:

,

une ànie méchante [ment celui qui la possède; elle le donnera en joie à ses ennemis, et le conduira au sort des impies. La parole douce multiplie les amis et [adoucit les ennemis; l'homme et la langue gracieuse produit dans
car
[de bien des fruits abondants,

dans le désert; perdra entière-

[abundat.
•'

""^fiè.

'

'

Multi pacifici sint
„•
• •

tibi,

et consiliârius sit tibi
.
'

unus de
• .

mille.
.

Eccie. 7. 29. 1_•'°''•*• '.•

c

Si possides

1

amicum,
credas

ProT.
j^j^^

in tentatione pus[side eura,

20, .

(.. -

Que beaucoup soient en paix avec toi; mais aie un seul conseiller entre mille. Si tu as un ami, possède-le en l'éprouvant
et

;

et
*

ne

facile

ei.

p^^,.
ecciî.

,.
22'

^. 31
s

Est

enim amicus seciindum tempus
[suum.

ne te lie pas facilement à lui. Car ilestiei ami qui l'esl selon son temps;

14.

Soit ta

lence,
XXI,
:>;

main sur ta bouche: symbole du sifréquemment em|)Ioyc dans rÉcriture Job,
:

VI. t-I7. Éloge
4.

Elle

le

de l'amitié véritable. donnera en joie, en dérision.

i:;.

XXX. 34; Proverbes, xxx, 3-2, etc. L'IioHiicur cl la (jloire... sa ruine.

I.a

langue

Saint Kranvois 6. Aie un seul conseiller entre mille. direcde Sales applique cette pensée au choix d'un

produit le Ixmheur uu le malheur, suivant l'usage qu'on en fait. Voir la note sur Proverbes, xviii, -11. le. i\e SOI.* pas apjiclc drlateur: c'est-à-dire tais en sorte, par ta discrétion, de ne pas être appelé dédélateur. Le délateur est plus coupable que le voleur, puis(|u'il ravit au prochain un bien plus précieux que les richesses, l'honneur et la réputation.
lateur. i~.

Au voleur... au

réprouvant, in 7. Si tu as un ami, possède- le en et aux véritable ami se reconnaît à son dévouement Ciceron a dit sacrifices qu'il est capable de faire. diUicile est sane, nisi « Judicare amicum aussi experlum.Experiendum est enim in ipsa amicitia -.
:

teur.

De Amicitia, vu. qui 8. Selon son ieiHps; selon le temps tant qu'il y trouve sou avantage.

lui

convient,

32

Ecclesiasticus, VI, 9-21.

xai ov

®

yat
^^

^'

Kut

xai

*^^

^^ Lr^TTO

^

'

& . ], & , &. . ^, 6-, ^.
?]
.
Iv
d^k

Prieceptsi de bono reg^imine TÎtae (l-XL•!!, 14).

/^,
[.

[.

ïiDirb

-sn5 nrm,

^j:^

9

.
,
[&^

'^rbxi

nnn

miK

id•»

^

Di^i Kiiy'

5<bi

"(1^5 Kin "nnit:n 11

jn

'^" nn

yr^T\

ni< 12

^^

^^

*

'

'
'

^

'^

^. ' , '.
\_,

^'

, ,. .
[•

binn

^^jîîdî:^j

13

UToz^ nn^s
nD15J^ nniïib
bp3:ii2

u

-j^^i

nnnitsb
n3153i<

D^^n

^
^'^^

6

[,

-"

]

'^^

-^

&
(pr.
111.)

& w . ] . -&. . . . .
n^b

, [,

n^bx

^ ^^
n-nn

*rwi2

"js

^^
irmnDi9

^ssipii

'
ïibi

^^ bi^n
b^iiib i<^n

nn^ûb^

:5> d
p^^s

tnb -en riDbibi^
5<irj2

21

9-10.

*

toTLV

-. \, () . . .
'
9-

[,

A'D:

11.

xvçto>')

17.

:

19.

20.

AB'DX:

'?""'''

.
15-

(pr.

m.)

:

* * ('.) . : ? '
18.

D*

16. Di<-}- (a.
...
:

21.

*:

?

. .
(1.

12.

D:

9. i:< /es

insultes n'est ni clans l'hébreu ni dans

les Septante.

d'accord avec lui d'une bonne amitié. Addition de la Vulgate. 15. L'or et l'argent..., de sa foi ne sont ni en hébreu ni en grec. 10. D'immortalité, mot ajouté par la Vulgate. Ceux qui craignent le Seigneur trouveront cet ami. ' Il est visible par ces paroles que cet excellent ami que décrit le Sage est celui qui l'est selon Dieu et qui nous aime pour nous rendre amis de Dieu. C'est celui-là seul (jui nous procure la
12.

Tm jouiras

l'immortalité. Un ami du monde ne donnera pas tout son bien à son ami: mais ces vrais amis tâchent de donner à ceux qu'ils aiment tout ce qu'ils ont et tout ce qu'ils espèrent de Dieu; parce que ces biens étant infinis, ils les attirent sur eux à mesure qu'ils les répandent sur les autres; et plus ils donnent, « Si nos plus ils s'enrichissent » (.Bible de Sacy). multum justeque délectant, dit saint Augustin, a quibus vicissim sancte casteque diligimur. Isti cum

habentur, ut teneantur, cum autem non habentur, ut habeantur, orandum est ». Epist. cxxx, ad Prob.,
13-li.

vie et

L'Ecclésiastique, VI, 9-22.
I.

3a
14:).

l*récepteH pour la conduite de la vie (1-.\Ij1I)
iii

l't

lion pi'niiaiit'bit

ilie

trilmlatiiniis.

mais
''

il

m• |••8''•('• pas au joui• do
tel

la

[tribulation.

Et est aiuiciis. qui
et

(•\•••
udiimi
t't

ad

iiii:

l!t

il

rst

ami

(pii

si•

tounio vors

l'ini-

[iiiiritiaiii

[niitio,

osl

aiuiiMis,

(|

rixaiii et

clilcst /t'/ami
i'^•
'j!;•

(jui

mollra au Jour
[los

[convitia (loniuh'ibit. Est aiitoiii aiuicus snciiis mcnsii•,
ol

la haine, rixos et les insultos.

"•

I"

Mais
l't

il

ost /e/

ami compagnon do

la tablo.
<lo la

non

piM'inani'bit in dit^

iioci'ssitâlis.

qui no porsovorora pas au jour

dé-

[tresso.

Aiiiicus

l't

periuânserit fixus, orit tibi [qnasi coa3quulis, in donn'.sticis tuis liduciâliter agot :
si

"

Si

ton

ami dcmcuro

constant,

il

sora

si

et a tVicie

contra to, tua abscônderit se, unanimeiu habcbis amicitiam bonain.
liuiniliâvorit so

Prov.

is, 34.

'-'

[comnio ton égal, et parmi ceux do ta maison il agira libro[ment; s'il s'humilie devant toi ot qu'il so cache de ta l'aco, tu jouiras d'accord avec lui d'une bonne
[amitié.

inimicis tuis sopararo, t't al> aniicis tuis attondo. Aniious fidélis, proti'ctio fortis
qui

Ab

'•'

:

2

R-g.

17.

•'

do tes ennemis, ot veille sur tes amis. Un ami lidèlo ost une protection
Sépar(!-toi
ot celui ((ui
l'a

Eccli.

4, 10.

autom invonit
fuléli

iliuui,

iiivonit

tlio-

Jon. l.i, 1.'•. Luc. 22, 2s.

puis[sante
;

trouvé a trouvé un trésor.

[saurum.

Amico
<'t

nulki ost coinparutio,

ecch.

2:.,

12.

•5

Un ami

fidèle

no soulTre aucune comparai[son;

non

ost

[génti

Amiens
rt

',

digna ponderâtio auri et arcontra bonitâtom fidei illius. niedicamentum vita? ot
,.

l'or ot l'argent

piot. 27.
Ec-cle.

9.

if•

Un
et

ne méritent pas d'être mis [en balance avec la sincérité do sa foi. ami fidèle est un remède do vie et d'im[mortalité,
le

(jui

mt'tuunt

[mimoi'talitatis Dûminum, invi'nienl
:

.

1•.

••

4, 9.

[illuni.

Qui timct Deum, a^quo *
(iui''niani

habt'-bit
.
I

amici:

'"
. . Act.
. ,„ 4, j2.

tiam

bonam

ps. 67,

7.

secunduni

illuiu

erit amiciis
[illius.
"*

Seigneur trouve[ront cet ami. Celui qui craint le Seigneur jouira égale[ment d'une bonne amitié, parce que son ami lui sera semblable.
ceux qui craignent
;Mon
et
111s,

Fili

a juvontûto tua
,

et

usque ad
is

Inain, ... canos invcnies sapiontiam.

é.xcipo doctri- QuipreiKia r Napienlia.
\.•

dès ta jeunesse, reçois

la

doc-

[trine,

Kcole. 11,

!i.

proT. 22,

0.

jusqu'aux cheveux blancs tu trouveras
[la

sagesse.

Quasi

qui arat.

et

s/'minat, accède ad

Jac.

.% 7.
=

'3

Gomme celui
et

iiui lal)0liro ot

ot si'istine

[oam. >^-S:" bonos fructus illius in uporc enim ipsius l'xiguum laborâ- eccii.
:

sème, approche[toi do la sagesse,

attends avec patience ses bons fruits;
la cultiver tu travailleras

-''

.îi, s...

pour

un pou

;

et cito edos

Quam
et

de genorationibus illius. âspera est nimiuin .sapiontia in[d(')Ctis

et bientôt tu
P'ot. 24,
7

-^
;

Que

la

mangeras de ses productions. sagesse est extrènioment a mère aux
(>st

lioniinibus.

''

'''

non pcnnanobit

in illa oxcors.
'-'-

celui <|ui
s'y

[hommes ignorants! sans c(eur iiedemourora point
[avec
elle.

Ils

essayeront

comme

à

la

pesanteur

[d'une pierre

!». ^«i se tourne veis l'inimitir. « on doit laiie clioix d'amis si surs et d'une si exacte prehiti-, que vi'iiant à cesser de l'être, ils ne veuillent pas abuser (le notre conlianre, ni se faire craindre en-

comme

nemis

nruyère. Du Ccnur. ami... Ce proverbe a ét<^ emprunté par le Talniud au livre de l'Ecclésiastique. 1-2. Qu'il sr cache de ta face; c'est-à-dire que par respect il se relire de devant toi. Ce soin d'un ami
». I,a

10. // est

tel

nani spein pneluc^et in posterum, nec debilitari aniaut cadcre patitur ». Cicéron, De Ainicitia. yii. 17. Son ami lui sera semblable. Chacun choisit ses amis selon ses goûts, et se plie aussi à leurs inclinations, de telle sorte qu'on peut légitimement juger d'un homme d'après ses amis. 18-37. Kxhortation a la sagesse. 1" Efforts nécessaires pour rac(iuérir, y. IS-i'i; •2» ses avantages, V. 24-32; 3" société dans laquelle on peut la trouver,

mes

a s'éclipser devant son ami est encore une marque de la vraie amitié. 13. Veille sur tes amis. Résumé de toutes les mesures (le prudence concernant le choix d'un ami, recommandées dans les versets prccédenls. U. Un ami fidèle est une prittcclion puissante. • Quum(|ue plurimas et maximas commoditates amililia contineat,

y. 33-37. 18. Jusqu'aux

gesse, c'est-à-dire

cheveu.T blancs tu trouveras la satu acquerras une sagesse que tu

conserveras jusque dans la vieillesse. 21. Sans cœur, en latin excoi-s, qui a le même sens que vecors. Voir la note sur Proverbes, vu, 7. 2-2. Ils s'y essayeront comme à la pesanteur d'uni
pierre; c'est-à-dire qu'ils
leronl l'essai de la sa-

tum

illa

prœstat omnibus, ([uod bo-

BIBLE POLYGLOTTE.

T.

V.

34

Ecclesiasticus, VI, 22-37.

.
xai ov
^^

l'riecepta

2
^'yiy.ovaov,

2^

. ,
y.ai

.

«le

bouo

reg^iniine vitse (I^XL•!!, 14).

,
.
\,

triD^birnb

nnx^

i<bi

iTvri'Db

^

d-n'^b xbi
^b'D

"jirniD "^^'nb 'iiir

"*'

•*"

^^

\, & , . /^^ " ] ^ ^, . '^^' , [. ^[ , " [, ((. [, ., ,^. " , ^^, ,
^*

Kai

^3

^rr

••

^>"
"iin-^rn

b^

^2^ by

"
27

[•.

^^

:n"nbi-rinn

::-^^ 'zp^ -pni

-

:£"
r;nn^2'j
73?

bxi

''

^' ^
::*i2>'nb
"jb

<::•^ nin^ib

^
"
^::

bKi

28

^b ^snr.
29

;nn:D

"tû nnbnm
nbiy
^bs?

'^^

b

îtnbsn b-ns r;-n^Di5ji

M:'i-bn nizs ^n^n si
în:nt:3?n n^vssn

mt:ri
d.s 32

n^nnn ;! y^snn
îD^yn'^nb

frdJff/y

[().
[%•

D^^'i:n d^^i

/2'
::'"j"::b

i^nin D>< 33

yisn nn^ir bD nb

^

'*

"]
" ^^
id)jç

^,,
'"*""''
^' "^'"" '"•"'
la

^^,

j-jiir biî

nri

b^^isi

innn-iji "fn^ n^j n><n 36

\^oT\ "S^on pinirni
",rb"

•*•'

^"

'. , ^&. ^. . ^, . ') ). . . , - [, . . . . .]) . -. , ):
22.x
(pi•,

, &,.

ni.)

'/)
N-f" (a.
1):

(sic).

23.\s* (pr.)

2•

TOt?

^.)

* (.)
èr.

< .
:

r::inrni37
et (sec.

(>•
27.

24.

AN:

^^. ADN'f
A:
o'^jy)

m.)

:

(a.

x«t•

20•

:

(1.

';.

AN:

28.

(sec.

111.)

-f*

(p.

Çj/t.)

29•

(1.

aov. 30. A^:
32•

(1.

':

[.

(.

;fioiot)

:

':

.13.

Nf (.

£«)'

.)
:

yotç.

ADN*:

(1.

?)

34.

(a. è^r pr.)
111.)

A'-J" (p.

3•

(pr.

(1.

36-

D:

'^. *
(^QC)

ADN:
(SCC.

111.)

:

(1.

dv^cuf)

37.

ADN*

aov.

de'là'Î^Sate!^"*
24.

^^' additions

.•ÎO.

(H.

2!)). iîi

un ferme

ap]n'.i n'csl ni

dans l'hébreu

De V intelligence est ajouté par verset n'est pas dans l'Jiébreu.

Vukate c"Odie. ot

ni

dans
3>^-''

le grec.

(maïuiue en liébreu). De cœur n'est pas daus

les Septante.

L'Ecclésiastique, VI, 23-37.

.
l'i

I*r«>cppteN

pour la rondiiite
illuiii.

île

la vie (I-XIjII, 14).
ils

non

(l(Miior;il)i'iiitiir

iircjici'rc

S;i|)i(''nti;i

fiiiiii docti'iii;!•
I

(•1
iiH'li

(
-''•

iki-

ji,,,.

i,-)_

,,

.

Car

la

m• lardrriiiii pas à la rejeUM'. sagesse qui insti-uil l'st .selon

est

l'jiis,

son [nom,

Cur.
:

2, 7.

l'I

non

osl

imiltis niaiiilV'sta

et elle n'est i>as manifeste

(|uil)iisaut(>ni fiiKnita ost.
pi-i'inaiiot iisiiuc iul

Mat.s». i«;

mais, dans ceux à
l'Ile
'-"••

(jui ell<•

pour nn grand [nombre: est connue,

consprctimi \hA.
consiliiiiii iiilollci•,,„ii,

demeure jusipi'u

la

présence do Dieu.
[rintelligeuce,

Aiuli

lili.

et

i'icci|)t'

«•t

abjicias consilium nioiim. Injit'o pcdcni tuiim in cunipetlcs
:

....

[lus.
...

\,n„;* '•""»•'"'•
.1,

Ivcoule,

mon

lil.s,

et ireois le conseil de

T..b.
].>cii.

l;..

.u,
-;.

-i.

illius.

'''",;;

"
,.,

-'•'

ri in tortilles illius colluui tuuin

^,

',,\

im'. subjicehriuierum tuum. (M porta illaui. m^h. u. ne acediéris vinculis ejus. '" "'' ^• In oniiii âniuio tuo accède ad illaiu, '^^''y. 01, in OUI ni virti'ito tua conserva vias ejus. Investira illaïu. et mauitcstâbitur tibi, p,,^. ^s, s. m.u. , m. et ct'tntinenst'actus ne derelinquas eani ^ Cmt. 3, jn novissiuns (Muni mveiu(>s reriuKin „ ,. ,, l'ioT.

-''

et

:".•.

-'

,.!",'|,'j[;

'-'*

,

:

.

.

.

.

.

,

.

1.

-''

ne rejette pas mon conseil. .Mets ton jiied dans ses l'ers et ton Ciui dans ses chaînes; t)ai.ss(> ton épaule et porte-la, et m^ soul'iVe i)as impatiemmenl .ses liens. De tout ton co-ur, approche-toi d'elle, •t de toutes tes forces garde ses voies. llecherclie-la et elle te sera manifestée; l't l'aj'aut embrassi'-e, ne la quitte i)oinl; car, à la lin, tu liOuvi'ras du repos en elle;
l'I

;

24,

1-1.

!lll

ca.

-I

Tim.

i, s.

et coiivei'li'lur tibi in olilectaliitiieui.

•^"*•

"^• "'•

et elle se
•'•"

changera pour

toi

en sujet de
[joie.

Et ci'uut

tilii

ci'ini|)('des

ejus in iirotec-

Ps. u,.)."..

Et ses fers seront i)Our
[tection,

toi
(>t

[tiôneni iortitudinis, et ba.ses virtutis,
et tori|ues illius in stolani gloria•
:

une forte proun ferme a])pui.

et ses chaînes
^'i^•

décor enim
et

vita? est in illa,

^'
^• Jl• <•
>

vincula

illius alligati'ira salutâris.

une i-obede gloire; car l'honneur do la vie est en elle, et ses liens sont nn bandage salutaire.

Stolani
et

pliii-ia'

indues eam.

Piov.

s,

i.-.,

^-

Tu
et

te revêtiras d'elle

comme d'une robe de
[gloire.

16.

Ap.

7,

9, 13.

coronani gratulaliimis

superpônos
[tibi,
:

comme une

Fili, si atténdei'is luihi, disci'S

ssensatis

•'

Mon

iils,

si

couroiiue de joie, tu la met[tras sur toi. tu m'es attentif, tu t'instrui[ras;

conjungere.
doui.
.%

et si

accommodâvoris aniniuni tuum,
[sâpi(>nseris.

i;

et si tu appUipii^s
''•

ton esprit, tu seras sage.
lu recevras la doc-

y^}%^

Si inclim'iAcris

et si

cxcipies [doctrinani : diléxcris audire, sapiens eris.
K^cii. s, u.

aurem tuam,

Si tu prêles l'oreille,

et si tu aimi's à
•''''

(•(••,
de

[trine; lu seras sage.
la

In niultitikline presbyterûrum prudénet sapiéntia;" illôrum e.\

Tiens-toi
cl

au milieu

[tium sta, corde conji'in[gore.

\{°^\'•<:
'•''
"'•

[vieillards

multitude des prudents.

à leur sagi'sse unis-loi de t:œur;

•'"''•

'-'

'-

ut
et

onmeni narraticmem Dei

possis au[dire,
te.

alin i|ue tu juiisses écouter tout leur récit

[sur Dieu,
et qu(>
^i^

provérbia laudis non elTiigiant a
si

li>s

paraboles

(le

louange ne t'échap[pont point.

Et
et

videris sensâtuni. evîgila ad euni,
illius

ivov. 23, 12.
1

Et
et

si

tu vois

un homme sensé, va de grand
[matin vers
lui
le

Pet.

2, 1.

gradus ostiinuni

é.xterat pes ">,1'^,'
[tu us.
i>'.

que ton pied use

seuil de sa porte.

'J9•
''''

Cogitâtum luumbabe

in pra^céptisDei,

Aie fa pens('e dans

les

jwéceptes de Dieu.

gesse,
fioids,

comme on
à

clierclie

on

es vihes

fait celui d'une grosse i)iorrc; on la soulever, mais des cju'on en sent le la jette par terre. 11 y avait autrefois dans (le la Palestine de ces grosses pierres sur

lalde force est pas dans l'indépendance absolue, mais plutôt dans la soumission à la volonté de Dieu. 31. Un bandage salutaire. D'a|>rés le grec, des fils d'hyacint/ie. C'est de cetli; couleur (bleu tirant sur

lesquelles
force. Cf. S.
i'i.

les

La sftgi'sse

jeunes liummes éprouvaient leur Jérôme, sur Zacliarie, xii, 3 (Glaire). est selon xon nom; conforme à son
:

c'est-à-dire cacliée, comme l'expliquent les Elle n'est pas manifeste (accessible) /join• ini r/rand nombre. Jusf/u'a la présence de Dieu; c'est-à-dire jusiju'à ce «pi'ils paraissent devant Dieu, jusqu'à l'éternilé. •2'>. Ton i)ied dans ses fers. Voir plus loin la figure sur xxxiii, 28. Ton cou dans ses chaînes. Voir

nom,

mots qui suivent inuiicdiatemcnt

la ligure d'haïe, u\, 2.

ferme appui; littéralement des bases de de force; héhraïsme pour des bases fortes. La vcii.'tO.

rouge) qu'étaient faites les bandelettes sur lesdevaient porter écrits les préceptes note sur Nombres, xv, 38. 3.">. Tiens-toi au milieu île la multitude des vieillards prudents. 1.& fréquentation des vieillards est souvent rappelée dans l'Écriture. Les paraboles 'le louange. Ilébraïsme pour paraboles louables, dignes de louange. 30. Va de grand matin. Expression commune dans l'Écriture, et qui marque une diligence et un empressement extraordinaires. .37. Lui-même le donnera un cceur, te rendra capiiblc de com|irendre.
le

(luelles les .Juifs (le la loi. Voir la

.

36

Ecclesiasticus,
I. I»Piecepla

VU,

1-13.

de hoiio regfîmîne
ôianar-

Tîtse (I-XL•!!, 14).

y.al

bi'TuXq

Y.ul

^
'

.)' ,

[.

VII.
-

^

,

^
?}

'*

]\

•'

*'

'

/
^
^ (' **)

& &' , .
.
?]

,, ^ ^ '. , : ,' ^. ,
[]

,

[.

^-

^ib v^'

5<ii^i

.
]

.
[.

b:?

^"^
bvS7u

^jit\

b^n,

3

^^,'^inD

irpnn

bi<

4

niri^û

^)2i2 -p^

":"

bji<

-b:j ^:3i
bi^

y^M2 nrnb irpnn
rpiT n^n-^rnb b^n ^b

6

-pi< dï<

n-^^a •'DSt) ^rjT\ ",3

/
àvd

&,
tv

[, .

b&< ^"i>"^

tir»

].

^
b:?

niyn "|5?^^ bi< :nbnpn-]ysn bi<i
Kb
rini<n ^^

7

niri'b niu^pn bi< s

r\5i<b?j

xnisn
b5<5

^« bx
"
n"û3''

'" ('')

'^ (•')


&

TiÀr/^fi

^'-

"•^

*'

:* . :
[.

01. 2.

(./,•)

/). .
'
D:
(1.
:

., . ,
/.'

, ), [.
ojig). 8.

-

[^

•npbn^

nbsnn
înn5?nn

^iipnin
bi<

bx

^

np^^ni

iriDiib

un

bi^

D5:n irinnn b^ 12

mn^
•ffins b:^

^nni 5> b^
irnsb
iib

-pi

îD^Dn

,^.
3- D:
4.

^.
A*
T^• 9.
11. A':

ysnn bx impn ^^

13

6.

ADi^:
in grieco est
10.
:

(A":
:

Ordo

111.) "f

sicut inter iincos notatur.
ènotpojuai.
(1. avd^.

:

]. -

12. *:

(a. tti'vip.)

.

) ^.
(pr.

AD:
(1.

m.)

^)
(sec.

^,. ^.

11,9, 10

Yll. 3.
s.

Parce
la

Les maux. Addition des Seplanle. rjue c'est lui qui connaît le cœur, Addition
«

H. De prier
Vulgate.

est ajouté par la Vulgate. 12 (H. H). C'est Dieu qui voit tout. Addition de la

de
0.

Vulyate.

Septante

ne

le

décourage pas dans

la

prière

L'Ecclésiastique, VII, 1-14.

37

.
l't iii

l*r«'cepteN
illiiis

pour la conduite de la vie (•.\^1, 14).
rt à iiK'diler ses coniniandi-iiients sois tn-s

mamliilis

m;ixiiin' assidiius

[osto
ft

:

[assidu
et

;

ipse dabit tibi cor,
coïK-iinisct'iilia
sapii'-ntiji.'
(hiliiliii•

lui-niêine le

donnera un cœur;
[donnr.

et

cl

un

dosir ardent de la sagesse te sera

[til.i.

VII.
-

'

Noii IÏH-oi'(Miiala,ot

non

t(>

;ii)piv-

„*y;|'„'^,
u.
...

VII.
-

1

Ne

fais

])as

[hriidciit.
l>isci'do

is."

[et elles ni'

de mauvaises choses, s'empareront pas de toi.
et les

ab iniquo.

S

1-ili,

non

déficient uiala [abs ti\ sulcis injusscniiiics niala
et

n;'',.?.•;

Ketire-toi

di• l'injuste,

maux

s'éloi-

J»i>.'3i. 3.

[irneront de toi.
"

m

s», s.

Mon
et

lus,

ne sème

jias les

maux dans
de
fois

les

rtilia•

o»•!».

>-'

[sillons

l'injustice,

et

non motos oa

in si^ptiiplnm.

Gin.

4. 21.
1

tu n'en

moissonneras pas sept

au-

Vf. S8,

2

;

M,
*

24.

[tanl.

Noli fina'Toroa Di'miino

ducâtnm,
lionoris.

^'«"Î".•"''
.liic.
.1,

Ne
ni
•'

deniaiide ]ioint au Seigneur le gou-

1.

[verncment.

noquc arciTC càthodraiu
ô
'

Matî'i'o'

2*!-i-28.

au

l'iii

une

eliairi» (riionneiu•.

Non to ju.stiliccs ante Deuni, j,,^ 9^ ,_ 20. qnoniam ai;niloi• cordisipse est ,^^^ -. Ecclc. 7, 47. ,. j et ])eno,s rogom noh velleviden sapiens, luc. is, 11.
'^
:

Ne
et

te justilie

pas

<levaiit

Dieu,

jiarce

11

,

,

que devant

c'est lui qui
le

connaît le cœur; roi n'alfecte pas de paraître
[sage,

1

Jon.

1, 10.

•'

Noli quii'reiv fi(Mi jndox, nisi vâleas virtûte irniniporo

s;,p. «, 2-6.

c

Ne cherciie point à devenir juge,
si

iniqui[ti'itos
:

tu n'as pas assez de force

pour briser
la face

les

[iniquités:

ne forte extiméscas fàcieni poténtis,
et

de peur que tu ne redoutes
et
'

d'un

[l)uissant.

ponas scandalum
in

'

Non pecces
nec

mullitudinem

te ininu'ttas in

8

neque

âllipcs diiplicia
(M'is

,
• •

in a'quitâte tua.

(!

tu ne poses une pierre d"aclioppe[ment dans ton équité.

civitâtis.

oÎut.

'lâ,'

i^-i.î.

nocioniin in uiio
3

peccâta imiminis.

s
:

^i^^s'is"'

HL•,
:

3.

N'offense pas la multitude d'une cité, ne te lance pas au milieu du peuple, et n'ajoute pas péché à péché; car même pour un seul tu ne seras pas
et

Xoli esse pusillânimis in animo tuo 10 exorâro, et fâcoro oloonios^vnani ne de11

Ps. 30, 2 â. Gai. 6, 1. Jac. 1, .V6;

[impuni.
'<

10
Tob.'
4.

11.
^*'•

[spicias. ^™''•

^^•

Xedicas

:1 iiiultiti'idinemûneriim ineô[rum respiciet Deus, Dec aUissirao, munera
oen.
^''°J,'
r.s. 4,

11
3-1.

en ton cœur; ne néglige point de prier et de faire l'au[mône. Ne dis pas « Sur la multitude de mes

Ne

sois pas pusillanime

:

[dons. Dieu portera ses regards:
et lorsque j'offrirai mes pri'-.sents au Dieu [trés-liaut, il les recevra ».
1-

et offerénte nie
,„ '2

y•^•
49'
16-2.3.

[niea suscipiet. ,. ... •. Non irndcas 1liominem in amaritu[dine aniniie 0.SI enim qui liunnliat et exaltât, cir:
.

Luc.
J"''•

21, 1-4.

,

.

Tob. 1 ueg.

'; 2,

5"•.

]}
7.

l.i-lS.
2,

13

[cumspéctor Deus. Xoli arân• niondâciuin advérsus Ira[treni

^"''• "'

'''"

'".^",',','''

'•

homme (]ui esl dans [l'amertume de rame. car il y a quelqu'un qui humilie et qui [élève, c'est Dieu qui voit tout. N(> sème point le mensonge contre ton
Ne
ris

point d'un

tuum

:

[frère
et

;

1*

neque in amicuni similiter fâcias. Noli velle nientiri oinne niendâcium
.

11
:

p°''i28'. s!'

Jac.

3," 2!
.i,

assiduitas

,

,

.^

enim

.

.,,.

illius

non

,

,

est

bona.

Mat.

37.

Apoc

21, s.

non plus conti-e ton ami. (iarde-toi absolument de commettre aucun [mensonge: car l'habitude de mentir n'est i)as bonne.
ne
le fais i)as

VII. 1-10. Avis et conseils divers.

ne s'empareront pas de loi; tu n'en seras pas coupable, et, par conséquent, tu échapperas aux peines qui y sont inévitablement attai.

Elles

et l'inimitié des grands. sens qu il Jur/e, c'est-à-dire chef, dans le a dans'le livre des JKfiT'î.s•. ir7. Du peuple; lorsqu'il est dans le trouble et 1

.

même

chées.
fois, mis pour un nombre indéterminé. Le (jouOcrnement ; la charge de conduire les autres, de leur commander. • Du même fond d'orgueil dont on s'élève licrement au-dessus de ses inférieurs, l'on rampe vilement devant ceux qui sont au-dessus de soi <:'est le pri>|)re de ce vice, qui n'est fond•'; ni sur le mérite personnel ni sur la vertu, mais sur les richesses, les postes... » La Bruyère, Des biens du Fort.
3.

ritation.
8. lie

Sept

•4.

.,.,.,., ne N'ajoute pas poche a pèche ; littcralemcnt pas des doubles péchés, c'est-à-dire ne recom:

mence pas

la faute

commise sous prétexte
.

<iue la

i)remiere est restée impunie.

:

pas aller 9. Ne sois pas pusillanime; ne te laisse •,• au découragement. qui humilie et qui eleve, i'2. Il (/ a queh/u'un
.

c'est

Dieu. L'adversité n'est pas toujours une puni-

tion,

comme

Pharisien de Luc, n'affecte jias de paraître sage, car on n'est pas sur de pouvoir toujours tenir son personnage et on risque de s'attirer la Jalousie
i\e te justifie pas, \\m. II. Devant le roi
.">.

comme

le

que Dieu
Dieu.

otaienl tentes de le croire les Juifs, avait promis <lc recompenser par des

biens matériels, mais

souvent

une

épreuve

de

38
1.

Ecclesiasticus, VII, 14-29.
Praeceptn de bono regîmine
èv nXijdei
vitse (I-XL•!!, 14).

^

''

JVLr

*^

3 7]
m?]
^18^

•/.ai

'"

18 ^19^
19

(-"_)

' (' 3
-*•

-^

. ^ [. . - /, . (
/fj

)-.

2> lien ^ ^nas ^^'
û^nir

biïi 1

4

bi^

6

[,

•/.-

V^sb ^53sb y^Nn bi< bK ^^r--22 ^rjn
^^51«
nb5i23/j

^2

bi<
b:*

bii

i8

"

-^

'-'
-•'

^''

-'

, ; ^ ^,
; -'•

^' )^. , ;
)^
[^

[^, .,

.
.

2. -

^ibn n«i

nwi< C5i52n

bi<

19

trjii

ii^r n72i<n y^n

b.s

d

^32i nnn y^ir'j

"iny 21

î'i'sn 1D5352 5>D5:n

^r?

r:«i ^b

/^

bx
22

,, [.

TD^ ^b D^31 ÎÛMnirDl Û^'i^D Dnb <1
D^î<t: niiSD "jb

23

24
bi^i

îQ^Ds Dnbii n^isn
pD5>

-^

[^
^^

;' ],
[,

[. [ .,

xn

rm

5:: no
26

^nr» 1113 bi<i

nnynn

b^i '^b niri<

pi<n b5< n!i<ir:;i bi^ ^ns ^nb b^i 29

18.

Ordo

in graeco est
ev.

:

17, 19", 18, 19'^ sicut
(1. «V.

inler uncos notatur. 20• A*:

'
^Ev

&. &,

^'

^ ,

. 22.

.
':

/

*:

ÂNi*

(a.

26.

:

•^')
m.
:

/^,"'^.

dS.)

adeXtpov.

21.

23.

':

(1.

(1. tXaq.) tXa^vrjig.

/uiaovjuivu) (sec.

[<yol;

.)
07:
(1.

/^naovai]

28.

ABDN*

)

27.

N-J//>;

(sic)

(Axf

).

'
At aw.)

^ 30.

(in f.) xcù

(-).

:

29•

21. (. 19). Que tu as 'reçue dans la crainte du Seigneur... de sa modestie. Additions de la Vulgate.

2.'i.

(H. 21).

n'est ni

Et ne le laisse pas privé de dans l'iiébreu ni dans le grec.

secou7-s

L'Ecclésiastique, VII, 15-31.

39

.
'

PrérrpteM pour
esse

la i-unduite «le In vie (I-Xlj||, 14).
'••«''•^•

\oli

vcrlidsiis

m
in

iiuillitiKliiit'

••

*•

'•

t>t
''•

lion itères

•)

[piosltytciiTiiiii.
oratiiiin• tua.

7, si.

Non
et

cxloris laiioriôsa opora,

''""•"!'"
rr..v. l(,
:':'i.

'''

l'iisticatiuiiiMii crcÎUaiii ai) Altissiiim.
1

i

oor.'-i,

'-t.

point veibcu.x au mibeu de la niiil[titude des vieillards, et ne réitèi-e point la paroledans ta prière. .N'aici point di; réinignance pour les 011[vrages jiéniblcs, ni pour ragrii-iilliiic créée par le Trés[Haul.

Ni• suis

rh.ss ,1,11.
'

''

Non

te

n''|>iit<'.s

in innititi'idini' indi.s-

3,17.

'

'
"*

Ne

t'unis pas à la inultitudc

des indisci[plinés.

[ciplinatôrum.
'-

^;°^^•
»g'',f,;•-

Mi'iuriilo

ira•,

nutniiain
spiritniu

non

tar(l;'ii)it.

Jon. 15,
Eocli. 5,
r«.
7.Î.
.-.,

2.
!>.

.'^ouviens-toi

de

la coléic,

parce qu'elle ne
[tardera pas.

'•''

Iliiiniiia vaille
(|iii>niaiii
^.
,.

vindicta

tnnin raniis inipii,
:
. ,

i

rm.

«.

'•'

iirnis
.

",',
M.it.
2.S,

ïi.'
II.
•-'^

Noli pra'varicari
iieqiie

....
111

:rt vi'i-niis.

m•"-»• ^''*^•

Humilie proloiidément Ion esprit, jiarce qui; le châtiment do lacliair de
[pi(!

l'ini-

sera

le

feu et le ver.

aiiiiciim pociiniaiii
[ilillVivnteni,

et bon:i-

™ui«eri-.
p'^"",]^•

Ne prévari<|ue pas contre un ami qui
[dillèn' à le
cl

fratrom ehari.'isirnuin auro spn•[voris.

]l• -If

m•
te

mi'.pi-i.sc

donner </îî l'argent, pas un frère très chéri pour
[de Tor.
])as

-'

Noli

(li-scr-doro

a

umiioiv

sonsâta ^^ [bona,

Pr„T
Eccii.

-'
ih.
ïii, -jj
.!.'

Ne
que
car

sépare

delà
la

feiiiine

sensée et

[bonne
tu
la

(inain sortitns es in tiinoro

Dumini
illiiis

:

as reçue dans

crainte du Sei-

grâtia

onim
la.'das

verecrindi;!•

siipoi•

[gneur; grâce de sa modestie est au-dessus
[de
l'or.

[aurnm.

Non

scrvniu in voiitât" ope[rânteni,

»•»•*
^2vxL•
ex. 21, 2g,
-7• ^ Lpt. 19, ,, 13.

Ne maltraite pas
ni le

le

.serviteur qui travaille

[avec

fidé'lité,

neijue mercenârinni dantein
-^
,,
-, ,

ânimam
[suam.
.

mercenaire qui donne
le

.son

âme.

Sorvns sensatus

..,.,.,.
sit
tii)i

dilectns qnasi [i'ininia tua,

Eph.6,9.
ex. 21,
2.

'-'••

Que
ne
et
le

serviteur sensé te soit clier

comme
âme;

[ton

non defraûdes illiim libertâte, neque inopem derelinqnas illum.
-*

^^D-nt'^V"
is-ii.

frustre pas de la liberté,
le laisse

Pécora

tibi

et si sunt utilia,
Filii tibi

sunt? attende illis persévèrent apiid
:

Dent.

2..,

-i.

-*

te.

'"'

^''"^t^m
l'ilioi'iini

sunf?

illus,

institutio.
ProT.
13,
fi.

-

'

et

curva

illos

a pueritia illôruni.

24

pas privé de secoure. As-tu des troupeau.x? veille sur eux, et s'ils sont utiles, qu'ils demeurent toujoui"s chez toi. As-tu des lus? instruis-les, et i)lie-les à la .soumission dès leur en[fance.

ne

;

22,
-''

Filia?

tibi

sunt? serva cornus ilk'irum, '
'

Hebr. Deut.
'

12, 22, 20.
7, '•

.

-'

As-tu des
et

tilles?

conserve

la

purelé de leur
[corps,

Eccle.

4. ''

et
-'

non osténdas hilarem
filiani.

fiiciem

tuani
iilas.

"^™-

no leur montre pas un visage trop riant.
ta
tille,

[ad

Trade
et

et

grande onus ^
'

féceris, Eccu. 22,4:
'

"-'

Marie
et

33, 3.

et tu

auras

fait

homini sensâto da
si
e.st

illam.
-'*

donne-la à un
tu as

homme

une grande [œuvre ;
la

sensé.

-''

Millier

'-'

seciindum ;'inimain [tuaiii, non projicias illani prOv! '4.! et odibili non credas te. Honor |iuIn toto corde tuo rentuni. honora patrem tuuni. „ „ ' Ex. 20, 12. ,. et geniitus matris tiue ne obhviscaris Tob. 4.3.
tibi
:

Si

une femme

.solon

ton cœur, ne

En
'-''

,

.

te contie point tout ton cieur honore ton père,
et

ne

;i

une

[quitte point; haïssable.

.

.

,

.

,

:

et les gi^niissenieuts
•0

Dent.
"

de ta mère, ne

les

.'•.

ifi.

[blie

nieménto quôniam
et rétribue
illis.

oupas;
[né,

iiisi

])er illos natiis

^,''•,''
coi. 3.
211.

souviens-toi que sans eu.\ tu ne serais pas
et fais

[non fuisses
qui'iniodo et
. . .

:

illi tibi.

rs. 102, 17.

Tob.

4,

23.
>".

pour eux comme

//.•;

onl fait euxtoi.

'
1

,

In tota

anima tua tune Doiuinuni.

.

.

LiK'. 1,

" En

[mèmes pour
toute ton

àme

crains

le

Seieneur,

i(MO. Devoirs tlo la \ic domestique. il. Se te scpare pas delà femme .sensée et bonne. Sur la loi du divorce chez les Juifs, voir la noie de Deiitèionnme, xxiv, I. •li. Son (ime, sa personne. it. Se le frustre pas de la liberté. D'après la loi

composé V Ecclésiastique les esclaves étaient presque tous recrutés en dehors du peu|>le juif.
•2'i. As-tu des troupeaux? veille sur eux. Voir la noie sar Proverbes, xii, 10. Les saints se sont toujours montrés bons pour les animaux. Voir saint

mosaïque

l'esclave

hébreu avait droit à sa liberlc
-2

Thomas, _.SO>7i»U' lliéologique,
bures, L'Eglise
1-2.

après six ans de service, Exode, xxi, jiiliilairc, Lévitique, \\, H; mais a

et à l'année où fui

1' il••. (]. 102; de Kamet lu pitié envers les animaux, inParis, 1899, p. -20. 70. elc. i">. Instruis-les, dans le sens de corrige-les.

40

Ecclesiasticus, VII,

30— VIII,

2.

.
xat
3-

Prœcepta de bono regimine TÎtœ (I-XL•!!, 14).

"]

^^
^^

^•'

^^

•*"

'^^

JMr]

"'^

'"

"

, , ^] ^,, ,. &. (&
.
3

[, ^ ', ^[, & /. ,

^.

^253>

'\!^)2 bsn b

^TÙ
:

-

bî!<

115 31

riniiir

•^.^^ ûpbn ini
D^nni^

02\^
[ti^'ir^n]
:

nnb

:3 Db^n
Ti bs ^5Sb
:?5)jn bï<

]r:iià û:o 32
]:>i2b

''

-, 33

ncn
:

n^^j uj^
biï^

D^sin^j

34

bnxnn

D^bni< d3>i

nr;iî</2

nb

i^icn b5<

nb

VIII•

"

3
à^xijç

*

. ^ '., ,
...

.. ^ ^
[

^].

^^1^<

^^

^l'WI^ bSn 36

, [,
•jin

binr» îc^x ns?

nnn

bi<

ïî

viii•

mi"^ ^]b3> ni^rn niûb
^/J52

nirp ny

nrn
Nb
is''« bs?

2[

bism

^'
bî<
bpir•'

bii] 2

ninxi

^^?^

-s

'
39•

.

32• a'f(j^.Svya/uet)

'*
(.

N"j"

. . •)
37.

:D^n^i[3 nb]

.'^-.^. m.) : ?)':
35.

(pr.

(1.

avS^qwnov. 40.

.
34-15':
:

2.

B* (pr. m.)
:

Ttàoir.

(pr. ni.)

'.
:

)
oov.
et

.-^

[-jiJrTi

V. 2. T? iV.

(sic) (A: diTiazjj).

32. (H. 30), fait. • Diligis ev virlule,

De toutes tes forces aime Dominum, non taritum ex

celui qui t'a

omni crimini valedicunt,

spiritu

contritionis

potenlia;; qiiod si in lioc sumrao etultimo dilcclionis semper continuares, tune viitute, sed eliam ex tola virtute diligeres. Sed (|uia in vita niortali non est possibile ut quis in oniiiihus i)onis suis actil)us summum eonalum adhil)('at, considerandum est quomodo liœc

summum

cum

vi, sed etiam diligendo et laborando experiris

actum non lantum ex
terniino

vita• justorum i)ercgrinanlium accommoeam utcum<(ue servare, et Deum ex tota virlule diligere. Illi sane dicuntur ex virtute diligere, qui Uei sunt diligentes amatores, qui Deum fervide amant, et qui gnaviler et strenue omnem (quantum possunl) del'ectum et imperfectionem cavent, et virtutis opéra ad suum stalum et munus

senlcnlia

(lelur, ut possiiit

emundati gratiam et charitatem accii)iunt. Illi accipiunl ad fervorem cum in cordibus perCectorum (ul verbis sanctissimi Palris utarj vehementius spirans, validum iguem cliaritalis accendit, ut non solum in spe fdiorum Del, sed etiam in tribulationibus glorientur, contumeliam gloriam reputanles, opprobrium gaudium, despectionem exaltationem ». S. Tlionias, Ùpusc. 61, cap. xxin. 33. (H. 3t). De toute ton âme... et purifie-toi avec des bras ne sont ni dans l'hébreu ni dans les Septante.
3i. (H. \^).

Et de

ta négligence, purifie-toi avec

un

petit

))ertinentia sedule, sollicite et diligenter exercent. Quidam enlm (ul Ilernardus, scrni. 3 de Pentecoste optime annotavit) accipiunl Spiritum Sanclum, spiritum charitatis ad salutem; quidam vero accipiunl ad lervorem. Illi accipiunl ad salutem qui in tolo

nombre. Addition de la Yulgate. 35. (H. 31). les offriras au Seigneur est ajouté par la version latine. 36. (H. 3-2). Ta projntiation n'est ni en Iiebreu ni

Tu

en grec.
38. (H. 34).

De consoler
2•^'.

est ajouté par la Vulgate.

corde suc revertuntur ad

Dominum Deum suum,

qui

VIII. 3. (H. Et l'argent n'est ni dans l'hébreu ni dans les Septante.

L'Ecclésiastique, VII,

32— VIII,
(l-.l^l^ll,
tes

3.
14).

41

.
3-

l'rt'cepteN

pour

conduite de la vie

'•" --• ^''• et sac(>r(lt)tcs illius sanctilica. Ad. sa. 3.:.. In onini virtutc tua dilii-'i' eum i|uit(^

et SOS prèlros, vcm-re-lcs.
'-

De toutes

forces

aime

ci'lui

qui

t'a

ilccit

:

ft miiiistros cjiis
3^
lloii(>i-a

et
3*

Pa

^
illis

[fait;

ne (Icrolinquas. Ooiim o\ iota i'iniina tua,
ilioiiorifu-a
t''

et ses ministres,

d

»•"""• "•'•
«•

•••

Honoix'
ot

Itioii

no les abandonne pas. do toute ton àmo, ot rovëi•••
[les priHros,

sacerdotcs,

'•

"^"JJ;

'<""

lirâcliiis.

p». «9, 34.
'''
:..'

partom,

siciit

laanthUuin est
[til)i l•^""'
:

.
.

purifie-toi

avec dos bras.

I»onne-leur,

commo

il

t'a été

ordonné,
[piation.

"-'*•

priinitiâruin et pnrfralionis
i>t

Miil. 1. 6. 7, is.

une part des ]iromicos
et
(h^

et des hosties d'e.x-

do

iif.iiliprntia

tua purga

to

ciini ^^^'1''^^',
si'.

ta négligence,
(os bi-as

purifie-toi

avec un

[paucis. ^,;'»,
•'^

[petit
•'^

nombro.

Itatuiu liracliii'iina
(>t

tunrum
ûlTorcs

Ex.

29, ï7-ïs.

1,0

don do

sacriliciuiu

.«iaiictilicationis

''"J,'/'
N'am. .i. 9. Deut. IS, 3. ocut. is, n.
'•''

et le sacrifice

[DÙluinO, '
et initia
36 et

sanctoium
ixJrrifre

:

luaiuim tuani. ut pprliciàtur propitiâtio et benedictio

pauperi

Dun."^4' l*.

de .sanctification, tu les offri[ras au Seigneur, ainsi que les piémices dos choses saintes: ot au j)auvre tends la main,
alin (jue soit parfaite ta propitiation, ainsi

rtiift [lUd.

2. D""- 1^• -«
Eph.
4!
-j-,jl,_

13_

y.

37

drâtia dati in conspéctuomnisvivénot niurtuo

.vovîhhînienioi*iit.

'"

non pruhibeas

gratiani.
^
2

[que tabi-nédiction. reconnaissance d'un bionfail soit [à la vue do tout vivant et même à un mort ne refuse pas la ro-

Que

la

:

[connaissanco.
"^

Non
ot

desis plorantibus in consolationc,

cor.

9,

c

'S

No manque pas de consoler ceux qui
et

Mao. 12. 43. Tob. 4, ib.
jot_ 30,2.1.
12',

plou[rent :
le

cum

lugôntibus ânibula.

marche avec ceux qui sont dans
sois point

Rom.
"3

1.
'•'

[deuil.

Non

te pigeât visitare

infinuuni

1 :

Thess.

5, 14.

Mat. 2.^>, 3. Lev. 25, 35-36.

Ne

paresseux à visiter un ma[lade
;

ox his
*"^

enim

in dilcctinno firmâberis.
op(''ril)Us »

car c'est
lu

pai• là

que tu

t'afïeriniras

dans

la

[charité.

In
et

omnibus

tuis luoiuoniro „ .„ Dcut. ,, 29. 32, [novissiiiia tua, Jul, h, u.

l)ans
et

toutes
tu

tes (ouvro.s,

rappelle-toi
[fins

tes

dernières,

in aîti'inuiii
'

non

])Occabis.

jamais
1

VIII.

Non

litiges "

cuin liumine "^ potcnte,

t-"m
polente

VIII.

Naic

ne pécheras. i)oint de démêlés avec un
[puissant,

non
-

•(
-'

ne forte incidas in luanus illius. Non contrndas cuiii viro locupléte, ne forte contra te constituât litom tibi
inultos eniiii pérdidit auruia et argrn[tuni,

r.,.ou'T3'3

Mat. Mat.

3,
2.i

de peur que tu ne tombes enti'e ses mains. Ne dispute ])as avec un homme riche, de peur qu'il no suscite contre toi un pro[cès:

Eccli. 31, 6.

car l'or
et leui•

ot

l'argent

ont perdu

bien des
[gens.

et

usque ad cor regum exténditct con[vôrtit.

pouvoir s'étend jusqu'au cœur des [rois pour le changer.

M. Ses
les

ministres, ne les

abandonne

jjax

Le Sei-

l'expiation. Cf. Lévitique,

gneur recommande souvent dans
prêtres et
part
3:{.

dans
Avec

la
ries

de secourir les Lévites qui n'avaient pas eu de distribution du jiavs de Chanaan
la loi

(Glaire).

bras; c'est-à-dire avec les épaules des

victimes, qui appai'tiennenl au\ prêtres, cf. Exorie, XXIX, a, -27; Lrriliijue, vu. 32, 3i: \07nbres, xviii, 18. 34. Hosties d'exjjialion: c'étaient les victimes immolées pour le péclié et le délit, la loi étant la même pour l'une et l'autre hosties. CI. Lèvilique.
vil, i-7. Ta négligence : c'est-à-dire tes |>écliés d'isnorance et d'inadvertance. Avec un petit nombre de victimes; c'est-à-dire oITrez de moindres dons, quand vous ne pouvez en faire de i>lus con-

sidérables (Glaire). X'i. Le don de tes bras ; l'offrande des épaules des victimes. Cf. y. 33. Le sacri/icc de sanclifiralion : \\seniblablement le sacrilicequ'offraieiil les Na/.aréens pour leur sanctilication. C(. ombres, \i. Les prémices des choses saintes linitia sancton'in] expression qui doit probablement s'entendre de la dimc des «limes, que les Lévites devaient donner aux prêtres; car c'étaient les Lévites qui recevaient imniédiaiement <lu peuple toutes les dîmes, dont ils donnaient a leur tour aux prêtres la dixième partie.

maintenant celui qui a été ton bienfaiteur, même envers lui sois reconuaissant, en lui rendant les derniers devoirs. Cf. \xx, 18: Tobie, iv, 18; Baruch, VI, 2b. Des différentes explications ciui ont été données de ce verset, celle-ci nous a paru la i)lus siml)le et la plus naturelle, outre qu'elle est littéralement conforme au texte grec (Glaire). 38. (eux qui pleurent la perle de quelqu'un de leurs proches. 40. Rappelle-toi tes fins dernières. Un rabbin di" considère trois choses, et tu ne sait de même tomberas jamais dans le péché d'où tu viens, et auras à rendre compte ou tu vas, "et devant qui tu
: :

Bénédiction; \\m, -21 -;29. mot qui se prendsouvent dans l'Écriture pour do», largesse, libéralité: ici il a en particulier le sens de don sacré, offrande sainte. c'est-à-dire si tu 37. Que la reconnaissance as reçu un bienfait, montre ouvertement devant tout le monde, ta reconnaissance: et s'il est mort
;

;

en jugement de tes actions
VIII.
I--22.

>>.

Vigilance et prudence dans les rapports

sociaux.
1. Avec un puissant, puisqu'il usera de son inlluence pour te i)erdre. 2. Avec un... riche, car il achètera le silence des juges.

Cf.

Sombres,

xviii. -20-28 (tilaire).
;

aG.

Propitiation

c'était le

même

sacriOce que

42

'

I\Ir

•/.

/ ^[, ^
.
ovsIâiCs

Ecclesiasticus, VIII, 3-12.
TÎtse (I-XL•!!, 14t).

Prœcepta de bono resim»"e

*"

®

l\Ir]

•/.
''

^^

*'

*"

'^ ,. , ' ., ^^ ^ ,, [ ' ^ •. ', ^^ ^' ^ . & .[ ^,
'

3

^

3

^& . ., ,
[
,

,, '&
ini

p":jb

r\x uv -p^n bx
û3? h^:nr\ [bi<]

3

[.

b^iii

^^^

4

.

Tzti'2

n^

ir-ii<

D^bsn b^

i2:^ir[''i

i2j]i3ii

ir^^nn

biii

6

yi:

b:?

bbnnn

b.s 7

^

]

û^^sn trr^

irt:n bi< 8

^^

îû^t:: ^DSb nir^innb

D^nii: [njy^^jirn Dii^jn bii 9

'^

bsis

npn

i^^j^j

^s

3I?j

]

îû:»n3 i^irnb

[-jn]::

n5>n

:^w^ nbriDn rtbisn

]

[,
[.

bx

-^

yb
^/j^j

^DS:j

bi< 11

î^DSb n^^^s in-^^inb

^

nibn

bî<

12

0.
7»?'ça.

'':
10.

).

'
<:

.
(•.

7.
:

:

(1.

)^.)

.)
(<:

naqsiSjiç.

exxcai)•

^:

:

.

AS»:

(:

14. B': èxxaOiajj. 15. B' (pr. ni.)

5. (H. 4).
«

Ne frrqiieiHe pas un homme ignorant. Gra-ce, ne coUudas, id est ne coiiverseris, ne lami-

jocando, et colludendo cum id est )ndisci|)linato, qui sub virtutis ferula, puta' sub disciplina et castigatione pi\-ccei)loriini et morum non luit, eoque non didicit virtulem. ideoque practice est indoctus, ut verlit Noster . (Cornélius a Lapide).
liaris sis

.

hnv^iadf,ç.

IG.

'

(pr. ni.)

:

.

:

(bis)

.
eum,

m

Ni riicbreu ni le grec n'ont loti ennemi, mais le contexte demande que cette maxime soit ainsientendue. " Sciendum est, dit S. Grégoire le Grand, Moral, in Job XXII, 0, quia inimici dilectio tune veraciter custoditur, cum nec de profectu addicimur, nec de ruina illius Kx'tamur. Nain stepe in dilectionis ima-

•;.

(H. 5).

du péché. Psaltn. XIV,

<(

Ne méprise pas un homme qui se détourne Nequecnim qui peccat, dit S. Basile, In
.3,

gine erga inimicum animus fallitur, seque hune diligere a^stimat, si ejus vita; contraiius non existât. Sed dilectionis vim occulte et veraciter, aut profectus inimici, aut casus inlerrogat. Hac etenim de re ad

est (Eecli., viii. 6), nunquam enim ad delin(|uentiuni ntilitatcm novinius esse a quopiam assumplum; nam, cum Apostoliis in suis ad Timotlieum discipuiuni institulionibus pr.emiseiit redargutionem sive lepreliensionem, obsecrationein simul et increpa-

probris venit insectandus, ut scriptum

plénum semetipsam mens hominis

nescit. nisi

sibi adversarium crédit, in defectu vel profectu mutasse modum sui status inveiierit; si enim de prosperitate addicitur, et de calamitate se odientis laîtatur, constat, quia non amaf, quem non vult esse

quam

tionem; nusquam lanien assumit opprobrium, quod

Iratenue correctioni adversetur. Saiie reinehensio. sive rcdargutio videtur sil)i fincrn pmslituerc emondationem peccantis; contra opprobrium ejus magis qui peccavif, spectat conlusioneni ». 8. (H. 7). Ne le réjouis i)as sur Ion ennemi mort.

meliorem; cumque etiam stantem voto persequitur, <iuem cecidisse gratulatur ». — Et que nous ne voulons pas devenir un sujet de risée n'est ni en hébreu ni en grec. 10. (H. 8). Et les enseiqnements de la science. Addition
(le la

Vulgate.

L'Ecclésiastique, VIII, 4-15.

43

.
<

l*r«>oepteM

pour lu

coudiiit(> «le 1» vie (l-XL•!!, 11).

Non
et

litiuos

ciiiii

liiniiinc lin^'ii;ilo,

•..

.,

-'"•

aie point do donièlt''S avec
[il

un

lioniuio
aflili-c,

la

langue bien

non stincs

in ipncni illins li^'iia.

ol

tu

n'ontassoras pas

du bois dans son
[feu.

••

Non
110

coTnnu'inices liôniini indiiclu.
(ii-

nialc

progénio tua

!(|1•.

'•

N(»

dcspicias linniinoni averttMitcni so xon
[a
Luc.
.

«i:.,

'•

Xe iiv(|nonli' pas nu lioninio ignorant. (Il• pour qu"il ne parle mal de ta race. Ni' mépriso jias un lioniun' qui so di'•[louruo
cl
ni"

peccato, po-nu.-»-.
r.

(In péclii'•.

iicinic inipr-'perfSi'i '
'

:

lui

tais

Rom.
jou.
j'^*'•

pas do roproclios

:

3, ï-l.

nuMMi'iilu

(lui'iniani

onincs

in cori-op-

s.

?.
'•

SMUvii'iis-toi qui'

nous .sommos tous dignes
[t\o

[Unur sunius.
'

*'
ï,

Cor.

rrpn'iiension.

Ne

siicrna^ hinniiioni in sua senecU'itc

'

Ni•

inopriso pas un lniuinn'

dans sa

vioil[Icssi•:

étonini
»

c.\.

nobi.s senéscnnt.

T.ev.

!!>.

33.
**

car

il

yen

a d"ontro nous qui vioillissoni.

murtuo inimicu tuo gaudér scions quoniam omnos nioriniur, et in gaudium nnlurnns vonirc.
Noli de

Ne

te réjouis

pas sur ton ennemi mort,

^''"^'

'*• ''

sachant que tous nous mourrons, ot que nous no voulons pas devenir un su[jet

de

risi-o.

«

Ne dcspicias nanationoni
ot in provorbiis corn

presbytcn'i-

''

„*||"i"î",ai.

No môpriso point
mais
entretioiis-toi

lo rocit

des sages

vieil-

[runi sapiôntiuin,

^.

a, s...

[lards,

m

convor.sârc

:

do leurs paraboles;
sagesse,

't'

ab

ipsis oniin discos sapiéntiani,

'0

car

c'est

d'eu.x-mômos (pie tu apprendras
[la

et doctrinani iuti'Iléctu.s,
et servir•'

magnât

i.'<

sine quorôla.
:

" Nonto
ip.si
'-

in-a'toroat narrâtio senioruin
'

Dcut.
11,
Is.

j.
i;•.

;•;

onseignemonts do la science, ot à servir les grands sans reproche. " Qui• lo récit dos -ioillards ne t'échappr
ot les

3»,

ïl.

[point

:

onini didicérunt a putribu.s suis

:

car ou.x-mémes
J»^• ^-•
•-•
'-'

l'ont

appris do leurs pères:
tu ap-

quiiniam ab ipsis discos intelléctuni,
otin tomi)Ore necossitâtis daro respon[suni.

parce que

c"est

d'oux-mémes que

[prondras l'intelligonco
ot

à

donner une réponse on temps néces[saire.

''•

Non incondas carbones peccaturum
.
.

xon
arsuonil! pecc»iu''^'*'

I"•

[arguens eos.
<'t

N'allume pas les charbons des pécheurs [en les reprenant,
et

ne incendàiis tlainnia ignis poccatn[runi illiinini.

no sois

i)as

allumé parla llammedu l'eu [do leurs péchés.

"

Ne contra

fâcioni stcs contunioliûsi,

prov.

21;. ^.

''*

No

résiste

pas on face à un insolent,

no scdeat quasi insidiâtor ori tuo.
Luc.
''
Il.:..i-.'.l,

de iieur

qu'il

ne se tienne en embuscade [contre ta boucho.
;'i

Noli fœnerâri lumiini

fortii'iri te

:

'

Ne
que

iiréte

point d'argent

un plus puis[sant que toi
;

quod
'

si

fœnoruvoris, quasi ^

'

pôrditum
[liabe.

Deut.
Eccli.

s.•?,

.
1.

si

tu lui en

as prêté, tiens-le

comme
[perdu.

îil.

3.

Ne frcquente pas.

liers.


Un homme
mal élevé
•.

N'aie pas de rapports lamiignorant, ou plutôt, d'après le

les Hcl)reux,

poiu•

([ui

elle avait

l'aulorité

même•
tu

de Dieu.
13.

grec,

En

les

reprenant avec dureté.. ou lorsque

8. .Ve te

rejouis pas... Voir la note sur ProverOes,

XXIV, 17.

prévois que la correction leur sera inutile et nu"• nie nuisible. Et ne sois pas allumé: liébraïsme. pour

Leurs paraboles, leurs seiilences proverbiales. Irait de leur longue expérience. 10. Sans reproclie, d'une l'açon irréproclialjle sans bassesse ni fierté. It. Eux-mêmes Vont appris de leurs pères. I.'au9.

rt lu
li.
(ju'il

ne seras pas allumé. c'esl-à-dire De peur qu'il ne se tienne ne dresse des pièges à tes paroles.
,

15.

utile
I.a

lorité elle respoci

de

la tradition

ont toujours été

prèle point il'nrgent. • Il est souvent plus de quitter les grands (|uc de s'en plaindre ». nruvère, Drs Grnmls.

Xc

très

grands chez

les (irientaux et t-n particulier

chez


44

Ecclesiasticus, VIII, 13
1. l»riecepta fie

IX, 6.

^^ JMrj

67]
^7],

èav
^^

^^

' ,

.,. , .
,

bono récrimine

TÎtse (l-XL•!!, 14).

1^12'ù

^
u$

ni:>n bs 13

îDb^/25
tssTi:

5> D«i
t2S"^rn bi<

,

14

^^

-"

-'

"

" . '(

,

^. , ,
/,

&^

., '
.

-

[,
^b^ TDS

^3

,

^s

rrrû r$t\
;

bi<

^^

^12^

t^ hy^ Dr nsnn bxi

16

D^/ji

rr^'n bp ^5

.

[,

-

nnia u^ iyiiD niDsbbsr ^b ^5
"i^^mcn
b5<

IX..

7'
^
•*
'

.

[,
, [.
'^p^ri

wt^

bi<

^Dsb 18

-jib bjT\ bï<

n^s
n^^n
i<3pn

blDb ba^^

19

yb:Pi2

'

^

'. :
(1.

18.

•:

. .)
1.

):
(.

^. .. .:
jui]

^, '/
11).

/, . .
D:

, ,
22.

n^i<

bx
"jS

ix.
2

îwn ^br
"jirSD

^^bn

n^^b xDpn b^

yr\r/2'2 b^ riD^n^nb
rrji
'

Mirx-bN

'^^

bsi 3

-

[.

în^niir^n bisn-is n^Îpn-bN! iHJiT-D? îii'inipiîn i^bn-js
"^i^jin bN! nrsDt]
ti::>

4

17-

xaqoCav

(:
forces. tuni

).

:

. }
D:

[. ,.
(1.

)3innn

bin,

niinnn
-nn b^
6

Yi'SD riDitb

\^r\bn'i t\^
6•
(1.

mon
''
^/^

.

:

.)
in

^^

. ()' :
ni

.. . . ) ''
«

-,&

10.

13).

Ne rrponds point pour un autre au«

dans l'hébreu
IX. 5.

dans

les Septante.

dessus de

tes

Spondere

hic,

iil

Pioverbiorum, vi, i, est' ficlejubere pro aliquo. Est enim genus sponsionis quod(lam lidejussio. Mouet autem ne in ulteriorem suniniam lidejubeamus quam ciii solvcnda^ pares facile simus. Muiti qui si solveiidum i>ro alio esset, nunquam id (lamnum subire vellciit, faciles sunt ad fidejul)enduin, quod sperentreiu non eodeventuram ut solvere cogantur » (Grotius). 22. (H. 19). Et qu'ensuite il ne t'injurie n'est ni

Grœco tum hic

Dans sa

ment ». ment préférable aux commentateurs qui proposaient
de corriger

beauté. Septante : « dans son châtiLa leçon de la Vulgate ]>araissait générale-

en

comme

Grotius, ou en

bles, estimées » comme « choses désirables, charmes
:

l'hébreu montre que le grec a bien traduit et que le sens est « de peur de partager son châtiment ».

, , ,
«

céruse, lard » choses honoraGesner, ou en
»,

comme Fritszche, mais

L'Ecclésiastique, VIII, 16
.
"^

— IX,

6.
l-L•).

45

l*rf>eepteH

pour la conduite de la
tua „.
:

vie (l-.\ljll,

Non
quod

spt'iiidi'as siipi'i• virluti'in

.w.,,

''

No ivpumls pdini pour un antre au-dessus
[de tos forces
;

si

spopcxidiTis. quasi reslituciis [co-ila.
:

(|ue si tu

asivpondu, pense

comme
[le

devant

2".

19,«
''

•'

Non Judiccsconlrajudicoin
(liitiniani

„ec
i-st

No juge pas contre un
parce

sccundiiiu (piod justuni

ju- iracun.ii.
IS

'

rcstituor.

juî,o.
o.st

ju^-O selon ce qui

juste.

i''

Cuui
ne

aud;icc>

non cas

lu \ia.

[dicat. J'':"-.\ l'rov. 1, 31, M.

"*

Avec un
lie

audacii-n.x

ne va

i>as

dans

la

[voie,
t'orlo i:i'a\rt

mala sua

in le

:

pi'iir qu'il

ne lasso posi-r ses

maux sur
[toi;

ipsc onini
et siniui

socundiim voluntâtiMu suani
[vadit.
illius porics.
'"

car
et

il

\a selon sou désir,
iiièun'

cuin stultilia

on

Icnips

f/iit;

/«/

lu périras par
[sa folio.

"•

Cnin iracûndo non
et

l'àcias

rixam,
:

ProT. 33,

31.
1.

Avec un iiommo colère
et

n'aie point de quc[relles;
le

Ecdi.

13,

cnni audâco non cas in descrtuni
iiiliil

avec un audacieux nova pas dans
le

dé-

[sort,

quoniani quasi
et ubi
-0

est

anto illum san[giiii^.

parce qu(<
et là

sanii est

comme

rien devant
[lui
;

non

ost adjutnriiini, olidet te.
:

Cuni fàtuis consiliuni non habeas

cavemiuni
" '»«""*•
^'"°''- ^*- -•
^'''°^•

'-"

non enini
-i

pciterunt diligere nisi quœ ois [placent.
:

a pas de secours, il te brisera. Avec les fous ne tiens pas conseil, car ils ne pourront aimer que ce qui leur
iln'}'

[plaît.
-'

--

Corani oxtiïinco ne lacias consilinm nescis enini quid pâriet. Non onini hi'tinini cortuuin manifestes no forte inférât tild .iriàtiam falsaru. ot
:

'•

^^

'-'-

EccU.

i;,

.

Lconviciétui• tibi.

Devant un étranger ne tiens pas conseil, car tu no sais pas co qu'il enfantera. Ne découvi'o pas à tout homme ton cœur, do ])eui• qu'il ne to té-moigne une amitié' [fausse, et t[uen^ui(e il ne t'injurie.
'

IX.

'

Non

zelos inuliiM-om sinus tui,
/.elauiluni

I\.
Jud. h,

No

sois pas jaloux

de la

femme de
[ton soin,

no ostondat suiter to malitiam doctrinaî

.
'-

[noquam.
-'

xum.s.u-i.i.
g^.^^

Non

des muliori potostatom aninuo

tua:",

3

,,.

de peur qu'elle ne montre contre toi la ma[lice d'une instruction fune.ste. No donne pas à la femme le pouvoir sur
[ton

àmo,

no in^irediàtur in virtutoni tuani, ot [confundâris.
3

(le

peur

(|u'ello

ne s'ingère dans ton auto-

[rité, et

que tu ne

sois

confondu.
mille
[volontés,

Xo respicias niulieroni niultivolani
ne forte incidas in hiqueos illius. Cum saltatrice ne assiduus sis nec audias illam, ne forte péreas
:

:

Kusiemi;»
uiulicres.
rrov.7,10-22.

No
(le

roirarde

pas une

fommo aux

*

'

in of-

Mat. u,

r,.

[ficâcia illius.
'

«en.

e, 2.

Virginoni ne conspicias.
110
^.

forte .scandalizoris in
,

(Iec('ire

illius.

job, Mat.
Di.ut.

32, i.
.>,

iiu(! tu ne tombes dans ses lacs. pas assidu près d'une danseuse: no l'écoute point, de piHir que tu no péris[ses par ses artifices. N'arrête pas ta vue sur une vioi-go, (le peur que tu ne trouves une pierre d'a-

pour
sois

No

2f..

•'

Ne des fornicanis animani tuani
ne pordas
te, et

.

22,
.i,

19.
''

in
:

prov.
I!,

2:

[ullo

26 ';-"-', '3^

horoditâtom tuam.
la

[choppoment dans .sa beaut('. No douuo ton àmo à dos prostitni'es on au[cune manière; (le pour que tu ne to piM'dos. toi ot ton lié[rita.iro.

Parce qu'il juge...; il a eu sa taveur somption d'avoir jugé selon l'équité.
17.
1!>.

pré-

4.

Une dan-

Uii

homme

colère... Cf.

Proverbes, xxii, 24.

IX. 1-13. Ce qu'il faut éviter à l'csard des femmes. 1. La femme de ton sein; ou la femme i/iti repose sur Ion sein; expression faiiillière aux Hébreux pour signifier une épouse. peur qu'elle La jalousie d'un mari et ses soupçons injustes sont un'• instruction funeste, en ce (ju'ils font naître souvent dans sa femme l'îdée et l'envie de devenir ce

seuse. Voir la figure, note 2 à la lindut.lV,p.6.'ii.
'>.

Une pierre

d'achoppement.
Allusion aux péqu'ennalités le sécourait ducteur, Deuléronome. x\u, 10. 6. Ton héritage; les biens
(lu

—De

dont

il la soupçonne. i. De peur qu'elle ne s'ingère dans ton autorité. conlrairemcnt à l'inslilution divine; Genèse, ui, IC.

3.

Une femme

au.i

mille volontés une

femme

1('•-

gère, une courtisane.

corps et les biens de l'âme. D""scuses

et

mnakU-imos cypriotes (f.

4).

(CRlcoirc. D'aprÎ!3 Ccsnola).

46

Ecclesiasticus, IX, 7-13.

.
'

l»rtecepta de

y.ut
^

"^
ev

f »'

çvuaic

ucfdaluôv

/.
^

^
/,

y.ul

^^

*^

. ^,
' [

[, -/. &[fJCiv,

, .

hono reg^imine

TÎtae (I-XL•!!,

H).

.

nt;ss3
;-{b iib -«s^
bîii

1^:?

D^bi^n 8
h)X\

t:-nn

:t:nbn ir^is

rr^n^

"jii

Dyt:ri b^ç nb3?n

cy
bKi

9

y.ai

^( ' ' . , , ^, ] , ^^/ ^ &[ ^ ,
*

]

/

^

^, . ,
" [,
]

'

]

5•:3

rù'$

[]
i23t:n

.

:^

nb frh^ nt:n
bi<


bx
^

nt:n û^'j-n

123^

nnii<

•iTin

nniK ^^n
-iT^i^n

nrn[-i2:ri]

^

[-^-^

-r^^

yirn

^"Jpn
5<b


^:?

11

^"

n^ûi^ )-2

y^n

"^^'

"^

Mr]

[. \.
[.

n^b^/j -ji^n [i<;pn] bK 12

:npr
[jji^nb

5<b

)2

'^ '^ ^-T
ir^5<)j

t2[^b'*r]

pn-, 13

ni/2

^^ns -nsn bxi

^"^

/.

(p.

o</)5•.)

.
A:
16.

D*

7.

:

(1.

)

d

</,.

8.

»\•

(sec.

-• ). -}).
DN:
(A:
111.)

.^ m.)
:

10-11* ABDN». 12. xXid-jiç hn
(soc.

.

Df

. .
m.)
:

' ;' €.\): : ')
A'BDN* Kaï
(A""}•)•

(pr.)

D-j• (a.

;'

oXiad^jjç.

D:

à/roJ^taj'.

14.

>{:

1•

•{•

(.
(pr.

An:

rtç. 17•

ADN*

':

tporevouL.

£] . .
(1,

13.

) 18-

£eV) iè. A:
(pr.

m.)

:

7. iV'erre
.

pas

si»• les

places jmbUques. Septante
«.

n'erre pas dans les (endroits) déserts
sait

SoUL,

29.

peu fréquentes ou Ton
rencontres.
8. A'e

les lieux

qu'on ferait de mauvaises

considère pas une beauté étrangère. « Non nevideas, id onini nonnumquam lit ultro• sed 7ie circumspirias illam. tollens ne studio animadv.Ttamus, ne curiose intuearis, ne contemplationi immoreris ... s. Jean Ciirysoslome, Ilom. Vil de
dixit,

verbis Isaim.
9. (H. %'-'').

'

ont péri... Vidimus multos et audivimus a patribus nostris, qu.,d sine magno irciih.renon recolo,ascendisseprimitus inler sidéra

Beaucoup

Ces deux versets de la Vulgale ne sont ni dans l'hébreu ni dans le grec. •12. (H. 9). Ne t'assieds jamais avec une femme étrangcre... C'est pnur ce motif qu'en Orient les femmes ne mangent pas publiquement avec les hommes. Esther, i, .Ve t'appuie point avec elle sur le coude. « Nunquam securus cum tiiesauro latro tenetur inclusus, nec inlra unam caveam liabitans cum lupo tutus est agnus. Ipse se voluit superari, qui hostem proprium in suas portas induxit; et intestinum glalO-lt.
'.).

dium

sibi ipse

supposuit, qui locum

habitationis

ad cœlos, et

nidum suum coUocasse, postmodum autem cecidisse usque ad aljyssos, et animes eorum in
malis ol)slupuisse. Vidimus stellas de cœlo cecidisse ab impetu ferientis caudre draconis ... s. Augustin

suaî adversarii ingressibus reservavil. Qui iretus est

conversari cum scandale, sine causa dicit Pacatus volo esse cum diabolo ». S. Cyprien, De singular,
:

Cleric,

L'Ecclésiastique, IX, 7-18.

.

l*rérppteN
iii

poiii* lu

conduite
<;.•. si, i-s.

«le

1» vie
.\i•

(•.\^1,
pciinl
li's

).
yi'ux de tous coti's
[les rui'S

Noli fircunispioorc
n»^•
•*

vicis civil;itis,

'

jrltc

dans
citi'•.

de

la

oborniveris in plati-is illiiis. AviTto f;iciiMii tiiaiii a mulicro comiila.

et n'i'rre
'

pas sur

les places

publiques.

^'"^^\\•
i•;.

>*

Di'tounie la lace d'une Iciiime iian-c,
et ne considèie pas une beaut•' i-traiip ri•. eause de la bcauti' d'une feiniiir bcaii-

ft
"

ne

ciiTiiiiispicias

sprcicm alioiiam. ,..',
iiiulli

l'iOpler spr-oii-m
«t

iiiiili<'ri.s

porii•[riiiit
'"''"'
:

3
''

*"

[eoup ont
ft
•"
(-"rsi

pt'-ii

:

fx

li<>«•

coiicupisci'-ntia ipiasi i-rnis

par

là qui•

la

i-Diicupiscence coui-

[exardi'scit.

[nie

un

l'eu s'i'iiibrase.

Omnis

iiiulioi•. <|iia* est

roriiicària.

Tout<>
est

femme

«pii se

prostitue,

ijuasi slt'iviis in via

conculcâbitur.

comme

l'ordure qu'on foule aux pieds

Spécieniniuiiorisali(''noî mnltiatlmiiâti. [ri'probi l'arti suiil
:

n
^''"'''' ''

'

'

[dans le chemin. Beaufouj). .ivant admiré la iieauté d'une [femme l'ti-anjiére. ont i-ti' répi^ouvés:

colloquiuin oiiim illius quasi igniscxai[déscit.
'-

car son
rrov.

enti-eiien

comme un

feu

s'en-

[flamme.

Cura aliéna muliiTo ne sédcas omnino,
noc accinnbas cuni oa super cubituni
:

,

24.

'-

Ne

t'assieds

jamais avec une lémme étran[gére.

1^

et

non

alteivoris runi

illa

in vino.
)'™^„f','•

':'

et ne t'appuie puint av(^ elle sur le coude: et ne disjmte pas avec elle dans le vin,

defiinetcor tuuni in iilani, et sanguine tuo labansin j>craitiuniMii.

ne

l'orte

de peur que toncieur ne s'incline vers elle. et que par ton sanii tu ne tombes dans la
[perdition.
''

'^

Ne derelinquas aniicum antiquuni novus enini non erit similis iili.
Vinuni novum, amicus novus
:

:

.\i.ii<iuus

servàiiiius.
17, 17.
1••
••.

.
l's-

Ne quitte pas un ancien ami; car un nouveau ne sera pas semblable
C'est
il

à

[lui.

'•

piot. 27,

un vin nouveau qu'un ami nouveau
c'est

:

veteràscet, et cumsuavitâtcbibes iilud.
1'•

vieillira, et

avec plaisir que tu

le

N'envie point

la ,i:loire et les

[boiras. richesses du

r.e^anilus
IH'CCillOr.

non enim

scis quw ^

l'uti'ira sit illius

sub-

se,

1.

[pécheur; car tu ne sais pas quelle sera sa ruine.
1'

Jud.

9, 4.

' Non

[verSlO.
itlâceat tibi injuria injustôrum, ' '

2 lleg. lô, 10.
joi>, 24, 19.

Que

Ps. 4S,

1.

.sciens
'*

quoniani usque ad inferos non
[plaeébit iinpius.
potestiiteni

injustes ne te soit pas [agréable. sachant que jusqu'aux enfers l'impie ne [sera jias agréable ô Dieu.
la

violence

îles

Longe abésto ab homine
et

'•»"««"

ifi

Tiens-toi loin de

l'homme qui a
;>rts

le

pou-

[lialx'nte OCCldl'ndl.

eedendum.
Pr^v.
le, ii;
l't

[voir de tuer.

non suspicâberis timorem mortis:

tu ne soui)çouneras

mémo

la.

crainte

20, 2.

de

la

mort:

8.

(ics

Détourne l't facr il' une finime parrc... C'est un passages empruntes par leTalmudau livre de

y. 21-24: les indiscrets, v. 25.
\;i.

C'est

VEcclésiastique. et attribues à Beii-Sira.

même

un viii noirccau. Cicéron emploie la comparaison « Numquid... amicl novi, digni
:

Deaucoi'p ont péri. Témoin Samson, David, Salomon, qui étaient pourtant les i)lus forts.
9.

l'as.iieds... Celle première partie du verne l'appuie son explication dans la seconde point, etc.: ce qui est une allusion à la manière <|iinl on était à table, couche sur des lits, et appuyé sur le coude ;et comme on était plac<• les uns au-dessous des autres, le second convive avait la

12. .\e

amicilia, veterihus sinl anleponendi?... Indigna homine 'dubitatio... Voterrima qu:cque. ut ca vina (|uœ velustalem terunt, esse debcnt suavissima ..

set a

:

dans l'hébreu et dans le texte grec, aussi bien que dans la Vulgate, non tombeau, sépulcre, mais ce lieu souterrain (|ue les Hébreux
signifie

De Amicilia, n. Enfers

xix.

tète sur
(loitriiic

la

poitrine

du premier,

le troisiènie

sur la

de

du second, et ainsi de suite. Il était donc dernière indécence qu'un homme se plaçât a table auprès d'une femme étraniière (Glaire).
la
1.3.

N'e ilispulo pas..., c'est-à-dire

défis
si

de boire.
table.

Que par

tu

delà
«tait

commets On

l'adullère à
sait

ne fais jtas des sang: par la mort des débauches que chez les Hébreux l'adultère
ton
la suite

regardaient comme le séjour des âmes après la mort. Ainsi, ce mot fournit une (treuve sans répliaux (|uc de leur croyance à la survivance des âmes corps (Glaire). pouvoir de 18. Tiens-toi loin de l'homme qui a le tuer; ce qui était particulièrement à recommander maître. Le à une épo()ue ou l'arbitraire régnait en Sirach • conseille d'éviter lacourdes princes
sont fré(|uentes, le danger y est disgrâces grave; nulle part l'envie n'est plus dangereuse... Un ancien |)hilosophc disait quil fallait s'approcher du leu assez, des princes comme on s'approche |)as si près, qu'on prés pour en sentir la chaleur
les
: :

filsde

:

puni de mort. Voir Uvilique, xx, 10 ((ilaire). Ce qu'il faut éviter dans ses rapports avec les hommes et comment il faut se tenir en yarde contre les amis nouveaux, y. IV-lo; les méchants, . 16-11; le puissants, y. 18-20; ceux qu'on fréquente.
H--25.

s'y

brûle

(Calrnet).


48

^

'

^-,
^Eniyviod^i

"-"

^'

22 ç23^

, , ^. .

Ecclesiasticus, IX, 14

,

7.

Prsecepta de bono re^imine

vitte (I-XL•!!, 14)•

.

i<b

iv

[,

âtu-

qbnnr. niai
-3>n

b3?i

[,
[.

rû^

"^

14

[,
///-

y.al

23 ç22^

2^^ ;(1

y.ai

^^

«
^•'

y^iQ^'

, [^, [.
[.
[.

yzr^ ^b^n
"firn^

pnis

^irDi^

g

^
<3
b3?

^53ini 17
[b}i3tJi

:Drn ^cj
*iT^b *^^i<

i:?2

nta^n is
«ir?ji

i^DV::^

y.al

^-

[,

^

in^s

-fn^j nbir537ji

^:
•in:

^3? n-nir^ yins ']ba 3
bs'irn nniriD
^":5?i


^

^

&
.
(.
AS").
toi)

[ [

, . ,

bs

^t\b*::i2^2

n^nb^i i^n
''DSbi

, .
[.
'

min
bnn

rr^j:^

ppin^j

nb'i:7j7j

D^nbîi "i^n 4

rnb

:5> o^b'i-n bi^

y^s b5[]6
bi<i

'*

''

^

^

^ . , . . '&. ^ . ). ' ^ ). ) . . [, . & . . [,
,
[. ' [. )
19.

[, -

îmxn

^^ -]bnn

A*

dipeXfi

>'

aov

(A'*

7r«ç.). 20•

A:

D:

(pr.

m.)

):

21• A^:

(D:

.). 22uncos
(pr.

23.

Ordine inverso in grœco
24•

,

sicut inler

notatur.
111.)
:

A'B'X:

2b. D:

(1.

. D*

2.

(sec. ni.)

* (pr.)

(pr.

m.) Ai)* (pr.)
(a.

xûî.

D:

(1.

.

D: lyft^fî.

0.

(sec.
7.

111.)

*«.
1):

4.

AXt

6.

A^:

A-DX:

^]?.

A'N:

20.

près de
tante.
ai. (H.

Que la n'est ni
Et
les

mort communique avec toi (est dans l'hébreu ni dans les Sep-

ni dans le grec.
24. {H. 17). Mais la parole des vieillards pour le sens n'est ni dans l'hébreu ni dans les Septante.

li^•).

prudents n'est ni dans

l'iiébreu

L'Ecclésiastique, IX, 19
.
''•

—,

7.
14:).

49

Prôreptes pour la conduite
ad
illuiii,

tle

1» vie (l-AL•!!,
et si lu

et si acci'sscris

noli

;ili(|iii(l

i''''^''•

'^•

'-

''J

approches de

lui,

[comuiiltoio,

ne commets au[cunc faute,

no Îorto aiilerat vitani
"0

tiiain.
:

Cominuniuncin

inortis scito

'i'•

"•

''•

'-"

qiiitniaiM in nn'dio laquonriiiu ingrodi»'•[ris,

de peur (|u'il no t'ùt(; la vie. Sache (|U(! la mort communique avec loi, parce qui' tu l'avanceras au milieu des
[piègi's,

ot sujiiM• doli'iitluui

arma

aiubulabis.

et <|ue tu

marcheras au travers des armts

-'

Secunduin
t't

virli'itein tiiaiii

cave

l<•

a

<• hu'\".\l\'l*l"!'

21

[d'ennemix irrités. Selon ton i)Ouvoir, défie-toi de celui qui
't'approche,
et

'lirûxinio tiio,

cuni

sapiéiitibiis

et

pi-udéntibiis
[tracta.

«i"•"•

traitiï

avec

les

sages et les ])iudents.

--

Viri justi sint tibi convivie. et in tiinore Doi sit tibi gloriâlio,
et in

T^b.

2,

2.

--

Que
et

les

hommes

justes soient tes convives,

que dans

la crainte
[toi

do Dieu

soit

pour

un

sujet do gloire,

sensu

sit tibi

cogitâtus Doi,
ia pniîcoptis Al[tissiiiii.

Eph.
1

S, 18-19. Cor. 10, 31. Pe. 15, 6.

'-^

et

que dans ton esprit

soit la

pensée do
[Dieu,

et
-^

omnisenarnUio tua

In

inanu artificuin opéra laudaljuntur,

-*•

etprinceps populi in sapiëntia sernio[nissui,
in sensu veio seniuiuni
'

tous tes ontiOtieas dans les préceptes du [Très-Haut. C'est pour la main des artisans que leurs [ouvrages seront loués ; et le prince tlu peuple le sera pour la sa[gos.se de ses discours
(>t
;

verbum.
p^, 139, 13.
Ei^*^'•^^•
:
•'*>

Torribilis est in civitato sua hoino lin-

-3

parole dos vieillards, pour le sons. Terrible est un grand parleur dans sa cité,

mais

et le

la

Iguosus

ettemerârius in voibo suoodibiiiserit.
ni.
1

téméraire dans sa parole sera odieux.

Judo.x sapiens judicâbit pupuluni sapiemui
lSUUUI,
utilis.

X.

1

Un

juge sage rendra

la justice

à son

et

principâtus sensuti stâbilis

orit.

prov. 20, s29,14.
2

et le

gouvernement d'un

homme

[peuple, sensé sera
[stable.

-

Socûndum judicom
et qualis rector est

populi, sic et mi- Pror. 29, 12. [nistriejus: ^ifi''^"
civitâtis,

taies et
» Keg. 12, 13. ProT.ll,27-2S;
29, 4.

•'

[inhabitântes in ea. Rox insipiens perdet populum suum
et civitates
.

:

3

•.-.

inhabitabuntur per sensum
[poténtium.
:

1

•.

I

.

qu'est le juge du ijouplo, di,[même aussi sont ses ministres; et tel qu'est le prince d'une cité, tels sont [aussi ses habitants. Un roi insensé perdra son peuple, et les cités auront des habitants par l'in[telligenco dos puissants.

De

même

*

In

manu

Doi potéstas terrai

„„_ , «.
Sap.
6, 4-.i.

i

Dans
et
il

la

main de Dieu

est le

pouvoir de

la
:

[terre

et iitilom

roctorem

suscitiibit in

tompus
^«'• Dan.
i^, ^2.
12, 3.

suscitera en son temps
la

un gouverneur
[utile.

•'•

In
et

manu

[super illam. Doi prospéritas hominis, ' * ^

'

Dans

main de Dieu
du scribe

est la prospérité

de
:

'•

super laciem scribiu impùnot honu[rem suum. Omnis injuriie prûximi no momineris,
agas in opéribus
injuriai.

et sur la face

il

[l'iiomme mettra sa gloire.

^^.^ 19-13

h

(•

et nihil
'

Odibilis

coram Doo

est et

hominibus ^ Prov.
superbia
,

'
C,

souviens d'aucune injustice de ton [prochain. et no Îais rien par les voies de l'injustice Odieux est l'orgueil deant Dieu et de-

Ne

te

,

.

16

:

:

le, .^; s, 13.

[vant les

hommes.

•2*).

Au

tnilicu

des pièges.

Il

fiait

d'usas»'

dans

Kucrrcs de re temps de tendre des embuscades autour des places assiégées afin de les garantir contre rirru|)tion des ennemis. Voir Juncs. \\, 20, 33,
les
30.

main... C'est par l'adresse de leurs les artisans attireront les louanges sur leurs ouvrages.
4'».

C'est

pour mains que

la

Dieu nK'nage à chaque nation les princes qui lui conviennent, il leur en donne alternativement des mauvais pour les châtier, des bons pour les récompenser. 5. Scribe. Ce mot est pris ici dans son acception la plus ordinaire, qui est docteur de la loi. dont le ministère consistait à copier et à expliquer les Livres Saints. Ces docteurs étaient fort estimés; ils tenaient le même rang (|ue les prêtres et les sacri-

....

X. 1-6. Les princes ont besoin
1.

Un

de sagesse.

ficateurs,

quoique leurs lonctions fussent
voies de
,

différen-

^e gouverneur.
règles de
3. la

juge, dans le sens général

de prince, ou
qui vit selon les

Un homme sensc,

tes (Glaire). G. Ne fais rien
ii-dire,
toi

sagesse.

quand on

injustice, c estpar les te traite outrageusement, tiens-

^

Les cites auront des habitants, c'est-à-dire seront prospères. 4. Il suscitera en son temps un gouverneur utile.
BIBLE POLYCLOTTE.

on repos et n'en lire pas vengeance. 7-34. Contre l'orgueil et l'avarice.

T. V.

50

Ecclesiasticus,

,

8-16.

xai
^

âid
^

^"

^^

, [ &/.
uôixa.
sd^vovç

.

Praicepta de bouo re§fimîne

Tita? (I-XL•!!, 14).

xat

y.ai

y.ui

^' /. ; . y-ai

nsvSi

nsy

^,

na

9

]

'-

^^'

, &, - [.
&, [. ,. [,
[.

[ ],

,-

îbis-^

nn-ji orr; -b:j

ri/J^

b'HT

m\li.

\2•2

11

'

D^i<

'.- nbnn

12

^1:r^

^''

"^

'

-^

^2

^5 13

rn^

nnip52i
b:?

>'5

[D^Jnbiiç

inb ^b'û

^"'

"
^"

D%"]bïÇ

^Sn

D^iïij

iÎDi

u
16

^

DTîbii ntûbtû d^Ij
î:?p3>p
-;:?

nnpy
n'::nii:i

"
^^

'^

"

. ', ^^ '', . .
d
/3?'?• 10•

V. 13. .xa'^i

:.•-:

8.

':

(A-F-J-)-

-:

'.

A'BDN*
\[.

D:

.

-, .

111.)

:

lOTQoy. 12•
1):

uvqiov.

(pi\ 111.)*
16- A^:

'.
.

. .
19•

(pr.
13•

m.)
t):

:

aij^e^oy, xaï
cÎvdq.^

15• U:

18• A""J"

(•

(. ^')
(1. 1):

(SCC.

(a. xtîçioç)

(sec.

m.)

. .
avroy.

A:

>{*

(1.

fw?)

.

est transféré d'une nation à une cause des injustices. « Noiite, dit Caton, dont saint Augustin rapporte les paroles, De
8.

Un royaume

autre nation,

ambitio jiossidet. Neque rairum, ubi vos separatim sibi quisque consilia capitis, ubi domi voluptatibus, liic jiecunia; aut gratite servit is. Eo lit ut impetus
fiât

Civ. Dei, V, 12, noiite existiniare majores nostros armis rempublicam ex parva magnam fecisse. Si ita esset, multo pulclierriiuani eam nos haberemus; (|uippe sociorum atqua- civium, preterea armorum et equorum, major copia nobis quam illis est. Sed
alia fuerc qua; illos

in vacuani

rempublicam

».

10.

Les deux premières parties de <e verset ne

manquent dans un grand nombre de manuscrits grecs. 11. La vie de toute puissance est courte n'est ni
sont pas dans l'iiébreu et

sunl

mus

raagnos fecere, qu;u nobis nuila industria, fdris juslum iiuperium, aniin consulendo liber, neque delicto ncque libi:

domi

dini obnoxius. Pro

liis

nos habeiiius luxuriam atque

avaritiam, publiée cgestatem, privatim opulentiam; laudamus divitias, sequimur incrtiam; inter bonos
et nialos

discrimen nullum; omnia virtutis

pra,'inia

en hébreu ni en grec. l.">. Et l'orgueil jamais est une le renversera addition de la Vulgate. IG. (H. 13). Des méchants est ajoute par la Vulgate. 1". (H. 14). Superbes n'est pas dans les Septante. 18. Manque dans l'hébreu. D'entre ce nations mêmes n'est pas dans les Septante.

L'Ecclésiastique,
|• I*roceptei4

,
et

8-19.
14:)•

51

pour

la

conduite de la vie (I-XIjII,
,*;
1,',•

.>toxirriU)ili.s.)iiiiiis
"

iuiquilas

p-iitiiiiii.
/.;;;;;

exécrable

tout•• ini(|iiité

des

naliuiis.

lU-gnuiii amolli•• in ^•»1<^'"' "'i"'^''''''"'" [propler injustitias,
ot injurias, cl roiiUiiiK'lias, et divôrsos [dolos.

*

'J

Avàro
Qiiid *
'

aut(Mii niiiil

«'si

sccir^stiu.s.
a%'ariliti.
I

siiix'i-ljil

ti-rra et ciiiis?

10

N'iliil

est

iiiiqiiiiis

(

transféré d'une nation à [une autre nation, ;i cau.se des injustices, et des violcMices, (;t des outrages, et (b's [diiTi-reiites tromperies. ilieii n'est plus criminel qu<' l'avare. l'ouniuoi s'ciiorgueillisseat la terre et la
est
liieii

royaume

Tiiu. fi, IIP. Oeil. 3, 19 ;

ainâro

pccii:

'S
'''-•'

ï?•
'.
''"•

'"

n'est

plus

[niaiu
it. et

hicoiiini et âniiiiam
.luiiniaiii

suam

vciuilcMii lia:

car

celiii-ii

[cendre ? inique (pie d'aimer l'ar[gent ; a uik' ;ime M-nali•,
sa vie
[.ses
il

lu

vila siia

projécit

iiilima

parce que durant

a jeté au loin
courte. le niéde[cin.

"

Oiiiiiis poti'iilàtu.s br<'\ is vita.

Languor

.•

Mia.

propres entrailles.

"
iperîuii
Prov. 2S,
IC.

La vie de

tonti' pui.ssance est

i:iaval un'uicuni

Une maladie trop longue fatigue
'-'

BrcviMu langin'Ti'm pra'cidit inrdicus
sic et

:

Le médi^cin couj.e j/ar
ainsi

rex hudie

est et

cras mori«'tiir.

^roT.

js. i8.

même

le

racine une courte [maladie ; roi est aujourd'liui, et dela

[niain

il

mourra.
les bêtes

Cuiu eniiu luorirtur liomo,
iiereditàbit

cen.

.•?.

i».
'^•

'^'

serpentes,

et

béstias,

et

'''•''•''

Car lorsque l'homme mourra, il aura pour héritage les serpents,

[vernies.
Initiuiiisiipi'rbiit' h(>minis,

[et les vers.
'

aposlatâre C:isus su[a

'•

Deo

*^
:

qiioiiiani

ab eo,

(|ui

lecit

illiiiii,

recés:

T<.b. 4,

n.

'''

Le commencement de l'orgueil de l'hom me [est d'apostasier Dieu parce (jue son cœur s'est retiré de celui qui
;

[sit

cor ejus

(juuuiaiii initiuiii oiniiis peccâti est su-

'.

[l'a fait
li, 12.

;

parce que

le

commencement de

tout péclié

qui teniH'rit

illaiii.

[pérbia adiiuplrbitur inale:

[est l'orgueil;

celui (jui s'y tiendra attaché .sera
et Vortjueil le
11,

chargé

[dictis,

[de malédictions,
is;
•'•

et subvértet euiu in lînein.

Proptérea exlionorâvit Dûiiiinus con- g™.
[véntus malorum,
et destri'i.xit eos usque in finein. Sedes ducuiii su|ierb('iruMi destriixit

ig.''i4%'i!i2.

e^

i^, 40.

p"'';';•^'
1

I'

renversera à jamais. que le Seigneur a désho[noré les assemblées des méchants. et il les a détruits à jamais. Dieu a renversé les trunes des chefs superC'est

pour

cela

[Deus,
et

Kcg.

2,

's.

[bes,
et
il

scdëre fccit mites pro

eis.

a

fait

asseoir les

hommes doux

à

leui•

[place.

Radiées génti uni sup<'rbârani arefécit
et

i''

pg.

43, 3.

l»ieu

.•.,.• plantavit luimiles
1

[Deus, \ex ipsis gentibus.

J<-r;.-.o;3Î. 3Ï, 4U.
is. 13, 1;».

et

il

racines des nations [superbes, a planté les humbles d'entre ces nafait

a

sécher

les

Terras géntium cvértit Doniinus, "^
et pérdiditeas

g*"•

1»•

'9

Le Seigneur a
et
il

di-truit les

[tions mêmes. terres des na[tions,

If. 23.

usque ad l'undainéntum:

les

a perdues jusqu'au fondement.

«. .i cause (les injusiiccs... - Des hommes profanes et téméraires ont fniiiclii les hornos. et ont appris à douter de tout,... rinslriiclion augmente et la foi diminue... I.e dérèglement ne se contente pas d'être toléré, il veut être la règle même, et appelle excès tout ce (jui s'y oppose... Le jour de la ruine est proche, et les temps se hâtent d'arriver ». Kéiielon. Sermon jj/ntr Ir invr de iEpiphanie.
'.}.

l'homme, c'est-à-dire de son corps, qui, à la mort, devient, en effet, la pâture des bêtes et des vers Les scrpcnls, les bêtes cpii rampent. I-es (tilaire). corps tiui ne sont |)as ensevelis deviennent la proie des bêtes; ceux qui sont enterrés sont dévorés [lar

les vers.
1

4.

Ajjostasicr Dieu.

:

s'éloigner de Dieu, prétendre

pouvoir se passer de
ir».

lui.

La lerre et la cendre. Voir Genèse, m, 19. 10. Une âme vénale: l'avare vend son àme pour

biens matériels. Il a jeté au loin ses propres entrailles: il ne sent plus rien, son cn'ur est devenu aussi insensible que l'or qu'il possède. 12. Le roi est aujourd'hui, et demain il mourra. • I.e dernier acte est sanglant, (|uel<|ue belle (jue soit la comédie en tout le reste; on jette enfin de la terre sur la tête, et en voilà pour jamais «. Pascal. 13. Il aura pour /irritaije I/auteur montre assez clairement, dans lilusieurs passages, qu'il admetlail la survivance des àmcs aux corps. Ainsi il ne veut parler ici que de la partie matérielle de
les

est l'orgueil; la source de tous les vices; a de l'orgueil dans tout péch('•. iiuisqu'il y a y révolte contre Dieu. Nos premiers parents péchèrent par orgueil, pour devenir semblables à Dieu. les racines des nations 18. Dieu a fait sécher superbes. Ceci s'explique tout naturellement des

Le commencement de tout péché

parce t|ue l'orgueil est
il

chananéens, que Dieu extermina, et dont il ne conserva que ceux qui s'étaient rendus à ses ordres et soumis aux lléhreux, son peuple (Glaire). 1!•. Le Scii/neur a détruit les terres des nations. L'auteur parle de Sodome, de Gomorrhe et des autres villes de la l'entapole.

52

Ecclesiasticus,

,

17-30.

-^

"'

1.

Prsecepta de boiio re^imine

vitaB (I-XI^II^ 14)•

"
-^

^' , ;.

\_,

Drn -

y^îîî:^

oncT
^b
is

[.
-

îd^jT yn.S/^ rcr-^i

p-T *zrj^b

rii.xs

luisiib

-

'

"

-

'

^^

& '' . ,
[,
[.
.

<

; [. ; &. ; [.
\_&.

5>

tVù "ins:

3>
-,^ d

9

"insD

^)!\

^
birtj

:
*û^nbN
b[^ji23]'j

nsD

:, 22

[]^

Dtn^Nsn
-fii

bi niTnb

23

-'

& ,

-^

[ ];& .

.

,
[,

"nn^s

:£::

... 24

:D^nb!ï< ]sn[^]7j hnzs ['ç^^\

-"

.
[
t/;V

['^,

-jiisn ^^[yjb

DDnnn b«
nn^::'

26

^
î

". . .
.

mto 27

Dfnbn] ^nin7j52

^"

oota(^o

"

,
'
'
ADN:
llJi<)Îv.

, [, .

,.

•^irsD ^niD

niD^n "Dn 28
t) "^b

nnnii

•,^
^521

ntrsD nbp/j nns^
ibiir

bb:û nniDS bi
bbrû -iîjD
D:

ir^
izj^^

b

'^-

7]

.
:
(1.

[,
dno)
;

î[in^]:5>

20.

(sec.

m.)

[, &. •) /. ) . * ^. {. ') .
;

(.
28.

. .
nàoL-v.
(1.

?). . 21*
(L):

(1-

ABDiS*. 23.
f.)

ûvtoOç) avraç. N: (I. (pr. m.) * (quarluni)

24• A-"f" (in

25-

D:

27• D:

AD:

(pr.
}<

30.

(pr.

è| «vV.)

.
:

(.

m.) A:

..

. 26•

AB'D:

29.

:

(CUm

Sqq. COnj. A)• A:

31• D: iJJ

''.

32.

A*

(a.

Y'.)

21. Ce verset Septante. 20. (H. 23).

manque dans

l'hébreu et dans les
la

Vu Isa te.
28.
(II. -2-i).

{Quoique) riche est une addition de

Et bien

instruit... cl l'igyiorant

ims honoré ne sont ni dans l'hébreu ni dans le grec. 30. (H. 27). Et qui abonde en toutes choses n'est pas dans les Septante mais est en hébreu. 33. (H. 30). Et sa crainte de Dieu. Addition de la
Vulgate.

ne sera

L'Ecclésiastique,

,
Il
:i

20-33.

53

.
-0
arolV'i-il

l*r«>oeitteM

pour

In coniluite «le la vie (l-XL•!!,
).•.
as. ïu.

).
de
la terre.

ex ipsis,
fccit

(lisiirrdidil fos,

lait

srchei• (/lœlr/ues-imes d'entre elles, [et il les a pei-dues entièrement,

ot

cossj'iir

iiionn'iriani

oûruni

a
Luc.
i

el

il

a elVai•!• leur iin'iiioire

[toria.
-'

MciniH-iaiii siiiiorbiTiiiii ponlidit Dons, et ivliquit niiMiioriaiii liuiiiilium scmisu.

mi.

Dieu a perdu
et
il

la

a laissé

la

uKimoire des .superbes, nn-moire des Jiumbles d'es[prii.
él('•

-"-

Non

est creâta lioiiiiiii'ius

siii)ri-l)i:i

:

L'oriiueil n'a point
ni le

créé avec les

hom-

neqiie iraci'india natiôni niulicruiu. Si'iuon iMiiiiinuiii lionorubitur hoc qiiod limet Doiiiii
:

courrdux avec

la

est celle qui craint
tel.

soinon autoin lioc o.\honor;ïl)itui•.
(juod pni'tci-it inaiuluta D(imiui.
-*

La race d'hommes Dieu: mais la rac(,' qui sera désiionoré'c
les

[mes, race des femmes. qui sçra lionoi'ée

P-.

I,

1-4.

est celle qui néglige

commandements

In

inrdio

fratniui

roctor

ill<')nim

in
:

ps.

si.c.

Au
et

[du Seigneur. nulieu de ses frères, celui qui les dirige
[e.st

[lionni'o

ot qui tiiiKMit
-•'

Doniinum.

oriint in ôcu[lis iilius.

ceux qui craignent

le

en honneur; Seigneur seront

[devant ses yeux.
jcr. a, as.

Gloria divituiii. honorat('>i"iini,

et

pau-

[peruni.

timor Doi

est

:

La gloire des riches, des personnes élevées [aux honneurs, et des pauvres, c'est la crainte de Dieu.

-

noli dosi)icero
ot noli

honiincm justiua paupe[roni,
j^c.
2,

Ne
2-3.

mépri.se pas

l'homme

juste et pauvre,

niagnificâro viruni peccatonnu
[divitoni.
et

et

nefaispasgrandcasde l'homme pécheui•,
et le

-'

Magnus,
et

judox,

et

potons est in ho[nore qui timet Dcuni.
: :

Eecii.

2.-.,

u.

Le grand

juste et

le

[quoique riche. puissant sont en

non

est

major

ilio,

mais
«iiori»
|>siu|>erÎM el clivilis

il

n'est

[honneur; pas de plus grand que celui
[qui craint Dimi.

-8

Servo sensâto
Ot vir

libcri sérviont

A
et

l'esclave sensé

seront assujettis

les

[hommes
l'homme pi'udent [murmurera pas,
et bien

libres;

-9

i)rudons et disciphnatusnon mur- opponiiur. [murâbit corréptus, rror. 17, 2. et inscius non honorâbitur. Pro'JÎTô.'u Moli extoliere te in laciéndo opère tuo, 9> s;»», i. i•'• et noU cuncturi in témpore angustiœ.

instruit

ne

lorsqu'il sera repris,

et

•,

Ne
et

l'ignorant ne sei-a i)as honori'•. t'iHève pas en faisant ton œuvre,

ne temporise pas avec paresse au temps
[de rangois.se.
travaille et qui

^0

'•'

Mélior est qui open'itur, et abundat in [omnibus, quani qui gloriâtur, et eget pane. Fili in niansuctiidine serva ânimam
[tuani.
et

Pror.

12, 9.

Mieux vaut celui qui
que

abonde

p^^i^-Ji
,,

[en toutes choses, celui qui se glorifie et manque de pain.
lils,

j^^j

,g

Mon
(>t

dans

la

douceur conserve ton
.selon

da

illi

honureui secv'indum mérituni
[suuiii.

rends-lui

honneur

[àme, son mérite.
qui
le

32

Poccântem

in aiiiuiaui

suam

quis jus[tificâbif/

2C.>r.

.%-.

Celui qui i)èche contre son àme,
et

[^justifiera?

et quishonorihcâljit

exiionorântem âni[niam suam? l'auper gloriâtur pi'i• disciplinam et ti-

qui honorera celui qui déshonore son

[àme ?
Tob.
-i,

23.

Le pauvre
et
il

est glorieux

par sa science

et

[morem suum
ot est iiomo

:

[sa crainte de Dieu,
est
tel

qui iionorificâtur propter

homme

qui est honoré à cause
[de sa richesse.

[substântiam suam.

•20. Queli/uesuues d'entre elles: |irabablement les Cliananoens, les Amalécites, etc. •a. L'orgueil n'a point été créé avec les hommes. L'orgueil "n'a pas Dieu pour autour, il vient del'imperfeclion huinaiui;. Rien qu'aggravé par la première lautf, il n'est pas irrcsisliblc on doit le combattre et on peut en triompher avec la grâce il c Dieu. m. La gloire des riches... rt des pauvres, c'est lu crainte de Dieu: c'est en cela que consiste la vraie
;

à la phrase un sens

tout différent: « ne raisonne il faut travailler, et ne te vante pas dans temps (le l'adversité ». Il s'agit sansdoutc du présomptueux qui se croit supérieur en tout ce qu'il lait, et qui trouve moyen de se vanter dans l'in-

pas quand
le

i-galiie.
•20 \e t'éléve pas... ne temporise pas. Dans le ^rec les deux verbes sont intervertis, ce qui donne

succès. 30. Mieuxvaut celui qui travaille. Voir la note sur Proverbes, xii, !». 31. La douceur, qui est une forme de l'humilité. 32. Contre son àme. contre lui-même chacun doit avoir souci des int<'rèts de son àme. 33. Glorieux, digne d'honneur.
:


Ecclesiasticus,

,

31

XI, 11.
H),

.
ât

l'ripceptsi «le boiio rejfîmîne Tîtap (l-XL•!!,

..
^

^

^

"

^

®

'

', &. , ] ,, . /, ' , ,^. , ., &^, ], .
L•

iv

; ,/ /;
iv

/', [(
y.ut

y.at

èi'

55^>^

T\W2

^nsD 31

ir

^3>
î^nr nbps

nbpDm

'.

\.

iiiinn n-5i

bbnn

bi^ 2

frcn

rp:?! b^b^i 3

bnnn
\ur
'^"'

bi^

^{\^

ntis^a 4
b5<i

^yyjz'i
^'^T/2

cbpn

nixbs ^5
D-nn

nb3?2 [rr^-2 nbs^Di
bnr.
ïic;: b:? inir^ û-^x^-îj

^

.:
il.

*.:
(sec.
2.

, [ ^^, ^, ^. , .
7],

. .
.
(1.

[.

îrps::

lt:5>

nb

b3>

'^'2

ïlbp2 D^i<iÇj^

D"2^ G

; •
^"j iz'r.

•-:•

-:

[,

C]bDin-bi< nipriin^

:: ontii?
yi.
^5n 8
9

îTj'lb ^uiSJl Q'Î|b

D-ip

^

n^'ôiin-bii;

niin-bx
îD^Jipn
^pirS•

r;n-ti ^inn^i

&^].

nr:i<5n bii ra.i's -j^i^n

bi<

D^^T

mil
•»

r;nnn n^jb ^2n
tib

tnpr
y^:<n

mn^nb
5<b

y^^i

xb 'pnn

dx
b7j:>

^di

'';. ':
111.)
:

;î<rjn

5<b 'l'pnr- iSb Di<i

Du' ,,'

pi

roi

i2î^

11

.

arvyjioaei.

ADNf

(p.

<.)

avroC.

<•
,7,-

xa»^aec
d-çcoTTor.

AB'DX: /,

|)x:

- N:

(1.

oça'wi) ^çû'of ..

vaoTOi. B':

'

'.

.
(1.

cùrt'aj]?.

:

(|.

àViça)

chOç.) ùrô^a.
4.

3. Dxf Ax* (tert.) h.

(a. /«7.)
6.

: Ôv,i/f>^l^/ia.

7-

Axf

(p. ^çiv)

ADx* .

f A^:

8.

A<DX*
î'cèç.

7$ftc. 9. A":
11.

A^:

pr.)

A':

'.

.Tç«'|,ç.

10.

xt

(p.

iày

''""''"''''••• "'

*""'''•^'«''"•

Adciilion de la

Vuigate.
ii- Il est tel

,;,>.

L'hébreu et les Septante parlent de l'homme

homme

impie, ha Vuigate ajoute un-


L'Ecclésiastique,
.
^*

,
de
•'

34

XI, 11.

55

('•oepteN pour

»

coii<liii(e

vie (l-.\ljllv 14).
.Mais foliii qui est ^dorifié

Qui
t't

aiileiii

1>•;

in pauiH'rtiilc,

Dm,,

s,

is.

[quantd
(|iiî

ma.iris in

subslânlia?
i)aup('i•-

iriorijtiii•

in sulislântia

dans la i)auvretr•, [combien plus le aeruH-il dans la richesse? mais que celui qui o.st irlorilié dans la
Ichosse ri'doule la pauvreté.

-

llàli'Ui vci'câtiir.

\l.
l't

'

SapiiMitia
in
lui'ilio

liiiiniiiàli

oxalliiliil
[])llt

'^i-

'*|",i,5"","""
'

.
cl
-'

'

La sagesse
au
iniiien

tle

l'Iiouimc dliuinhle con-

iliius,

«Itini.

[dition relèvera

.sa

tète.

niaKnat«'irnin

consi'dt'n•

"^',™;,'];• 3'"•

des grands

elle

le

fera as[seoir.

[ilinni lariot.
-

joa.V.'is.

Non landes

viiaini in spt'Ti(> sua.
'

Mut. ï3, 12. l.ui•. 11,11;
IS.

Ne loue pas un
et

limiinn• iTaprès

son appa[rence,

u.

noque spornas
^
l't

liôniinoni

in visn suo.
iliius.

1•'"^^ '•, :";
1

ne méprise pas un
son fruit possède

homme àson
la

aspect.

Itrcvis in volatilibns est apis,

ncg.'ie,

"•

7.

l'etite est rabeilli.• i-ntre

initium dulcoris Jiabot fructns

"

cm. \%'s.'
'

et

tous les volatiles. source do la dou[cour.

*

In vosti'tn

no

grloriéris nnrpiani,
tiii

A.-t. 12,21-23.

noc in die IioihtIs

cxtollàris

iiom. 11, 33.
:

(|noniaiii iniraViilia oiicia Altissimi so[lius,

Ion vêtement ne le glorifie jamais, ei au jour de les honneurs ne t'élève point paire (iiradiiiirai)les sont les rouvres du [Très-Haut seul,
Ite
:

ot {riori<')sa, ot

abscônsa, ot invisa opéra
[illins.
1

et

que

t^iiu'ieuses et cacliéos et invisibles

[sont SOS (ouvres.
nep.
2,_s.

•'

Mnlti tyranni scdénint in llirono, et insnspici'ibilis portâvit diadéma.

r.eaucoup de tyrans ont siéirësnr le trône, et ci'lui qu'un ne pouvait soupçonner a
[porté le diadème.
'

'

Multi poténtes oppréssi snnt valide,
et {rloriosi tn'idifi

'

Eatu-'e,':.^*

jiuï. le.s'i-'so.

snnt in nianns alto[n'n'uin.

'

Priusquaiii
et

intiMToyes,

ne

vitupères
:

'

p^^'^• 17,

j3> \^^•.
g-7.

de puissants ont été opprimés [fortement et ceux qui étaient dans la gloire ont été [livrés aux mains des autres. Avant dintenogor, ne blâme personne; r.eauconp
;

[quoniqnam
cuni interrogâvoris, corripe juste.

et

lorsque

tu

auras interrogé, reprends
[justement.

>*

rrius(iuani aiulias. ne respondeas ver-

,.
E«'i>•

is,

[bum
e1

:

'

u. •"

*<

Avant que
l't

tu aies entendu,

ne réponds [mot
;

inniédio senuonuni no adji'cias loqui.
ro,

au

niilieu des discours

ne t'ingère pas
[de parler.

'•*

De ea

qnx

te

non

nioléstat,

ne cor[téris
:

''

D'une chose qui ne t'incommode pas. no
[dispute point;
et

et in judicio
i•'

peccàntinm ne mnsistas.
tui:

rs. 1.1.

dans
.Mon

le

jugement de ceux qui pèchent.
[no te place i)oint.

Fili

no in nniltis sint actns
lYioris,

V;ina
uiiisinii.

"1

et

si

divos

non

eris immv'inis a

et
,

si

ne mêle pas tes actions à boau[coup de choses tu es riche, tu ne seras pas oxonqit
lils.
;

.^j,,,

^ g

[dolicto
si

:

rrov.
^''''''

2s,' 20.

onim
non

soci'itus lïioris.

non apprehén'^^^f""^•-

^^'

"'
IS.

car

si

tu suis luules tes affaires, tu
I

[de faute: n'en

E..1S,
Luc.

embrasseras aucune:

l't

oiTuirios, SI piwcnruri'oris.

m.

42.

"

Est

Iionio laborans, et festiiians, et do[Ions impiiis.

.'4%
^,^
""

11

et tu ne l'eu tireras pas. si tu vas au-devant. se 11 est tel Jiomme imjiie (|ui travaille, et

;•.,^/..,'.

[hâte, et gémit.
ei
il

et tanto niairis

non

'"'

abnndi'diit.

sera d'aulant

moins dans l'abondance.

:{*.

la j/fturrelë,

Celui qui eut glorifié dans la richesse redoute puisque tout son prestige ne lient qu'à

pris

de son âme, que d'avoir tant d'attache à parer son corps >. Bossuel, Sennon sur l'intégrité de la
:i'' partie. Celui qu'on ne pouvait soupçonner a parlé le diadème. C'est l'histoire de David remplaçant Saiil
'ii.

sa richesse,

non

à ses qualités personnelles, la pautle

jjénitence,

vreté le renilrait digne
XI.
1.

mépris.
la discrétion.

i-'J.

Do
.sa

la

modestie et de
de l'homme
;

sur le liône.
été 6. Ont tombés dans
10-30. 10.

La

safjessc
tèle

d'humble condition
Joseph, à

livrés

au.v

mains des autres; sont

relèvera

comme

il

est arrivé à

l'esclavage.
les biens
les

Daniel, au puhlicain de l'Hyangile.

misérable et chélif. 3. Petite e:tt l'abeille... son fruit. Voir sur le miel la noie sur Proverbes, v, 3. De Itin vêtement ne te ijlorifir jamais. « Kst-ce pas s'accoutumer insensiblement à un grand mé2.

xon

axpei'l

'».

nous vienncnl de Dieu. ci beaucoup de choses; n'entreprends pas trop de choses de peur de n'en tu vas au-devant; si tu faire bien aucune. i-herclies à échapper aux responsabilités que lu as
Tous

Ne mélv pas

actions

.S';'

assumées Imprudemment.

.

m
I.

Ecclesiasticus, XI, 12-24.

*'^"£art VÎod-Qoç y.ut

*^

Tcat

^^

*^

& [
"^
,

& [, ^
loyvC

Priecepta de bono reffîmine

.

[,
&,

Titae (I-XL•!!, 14).

^Diil
îicD.x

^

123^

12

nnn

bD non -jbrra

?})'

. ,. , , .
,,

iiïï^nn

,^

13

:n-nn rb'j in^jn^i

^^

'"

^
"
^
]

*^

^^

-"

] , [. ^, ,
.

[, '
[.

î«in

^^12

i^nni bs'^i tii2^n

^ti

nn^iD n^Tz-b [i-mjini nibs-^ i6
[nbn

[.

^i:?] p^i:: [-nj-j

17

n:?b

ribii''

iDssni
"j;^

\53?•^
nns

-l'crwj

18

[-.
,

^r^i<Tû [n^js]

n;?m 19

î[D^b^n] b[^]i< nn3?i

pbn n^n^

^t

i<b

•^

û[^"in]îî<b

^?*!

[n5n]n ini ^pinn
:[n:pb] []"::]^nn
^"'b

[ûb]-^ ^31 d

^'

^- ^?]

"

-^"
-'

•. [, - (. . -, ^
^'
('.)
13•

, ^
^ ,
et -"{" (.
ni

&[.

'ïn^i^b^jm
.
.

[D'n

.

^

21

ni[i]«b

mpi

î[bi Tr3>n]b

Dsns
bn:*

p^n^

bK n^nn 22
n:5>n
b^^

:m3n inpn
^^ssn
^n^'ïï:'

^i

.

*

.

.

n/jxn

23

rb nir
.

nm:? nisi

^^n

52«

bi^
. .

24

-^

-^

'
D:

* ^.
12.
13.
l'J.

*"'•

^; ^^. . .
:
Seo

) ^. ^; ) '. . , ^':
(f A-F). 17. A^:

[.
^

^b:>

14- D:

.
^n^
(sec.
f.)

i\

18. -|" (a.
A^-j-

/ulo^ov^

* (a. «7.) rà.
de
la

.
Aî<-f-

qtâyojucci.

(p.

.) . An*
(1.

(in
(a.

24. A':

//.)

^•) ,. '.
25.

.1'')-16*
:

m.)

(.

.19.

ABDK

22.

A*:

(.

111.)

Et ont honoré Dieu. Addition de Tout seul n'est ni dans l'tiébreu

la Vulgate.

Vulgate.

dans

les

Septante.
20. (H. 9<^).

Et que

la

mort s'approche. Addition

21. (H. 20). Des commandements est ajouté la version latine. 24. (H. -H). Se hâte. Addition de la Vulgate.

par

L'Ecclésiastique, XI, 12-26.

.
'•

Prt'fepteH pour la conduite de la Mte
recupcra[lioiu•,
'^""•
'-'

(-^^
Ikimiiuo

14).
ayant besoin de
[se fortilior,
l'orco et aboii;

Est

lioiiio

uiàrcidiis ci^oiis

1!

rst

ifl

«''iirrvi'•

-

"•

plus

ilt'riciciisviitriti'.cl

nljinulans paii'•"'

inaii(|uaiit

oucoio plus de
l'a

[dant on pauvreté
i:î

bono, et oculus D.'i rospéxil illuni in ot oivxit Piiiii al) Iniinilitâto ii).si\is,
Ot oxaltiïvit
(>l

,._',;;';«•.;•

et l'd'il

de Dieu

roirardé

on bien,

.•1. ;mi.
Aiii.
'.•.

ot
rt

il

l'a l'olové di' .son
;i

humiliation,

1.

caput

i-jus
illo

:

vn.v.

n». s.

il

élové sa tète;

niinïti

snnt in

mulli, et Iioikum[viTiint DiMuu.
'*

f\

l)oaucoup s'en sont otonnés. et ont ho[noré Dieu.

Hona

ot niala, vita

Itaiipi-rtas ol
1"•

mors. honôstas a Doo sunt.
l't

omn!)• a

Los biens et
la

les

maux,

la vie ot la

mort.

pauvreté et

les richesses viennent de Dieu.

Sapii'ntia

i>t

disciplina, ot sciontia

Ic^iis

•'"'i•
i

;,''
-',

'

'•'

La sagesse,
L'amour

et

la discipline, et la scienco

[apud Dcuni.
Diloctio, et via^
If•

"

«>•«•

[de la
et les voies
"'

loi

sont en Dieu.
lui.

bononim

apiul ipsuni.

dos bons sont en

EiTor ottënobi\v poccat«'>ribus concnn'i- re. iis. .^ ',',',^'.,,,' ,,.' [ta sunt 11,22. autoin oxuitaiit in malis, consonos- r™v.

I/errour et les ténèbres ont été créées avec
[les pécheurs mais ceux (pii oxultont dans les choses [mauvaises vieillissent dans le mal. Le don d(ï Dieu demeure ferme dans les
:

(
''

:

[eu
Di'itio

lit

in inalo.

Doi pérmanot justis.

nom.
Trov.

11,
I,
1,

211.
fi.

'i

Philii).

is.

[justes, ot

Ot protV'Ctus iilius

succossus habébit in
[a>tornuni.
•>*

son progrès aura des succès pour
Il

l'étor•
[ni té.

"*

Est qui locuplotâtui• parco agondo,
ot haîc est

^.^^^
clivUîse.

est ici

qui s'enrichit en agissant avec

[parcimonie,
'9

parsmercédis
dicit
:

iilius
]'/"•
^^'^;/;;
fi,

in co

quod

Invéni réquiom mihi,
d(>

2.

ot

nunc nianduciibo
nescit

bonis mois so[lus
:

de sa récompense est en ce qu'il dit « .J'ai trouvé le repos pour [moi; et maintenant je mangerai de mes biens
et toute la part
:

[tout seul
p.». 4s, 11.

"

;

-0

ot

ot

quod teiupus pra-tériet, et [mors api)ropinquot, rolinquat omnia aliis, ot luoriotur.
Sta in testaménto tuo, ot in
illo col-

'-0

ot

il

no sait pas

(luo

ecch. 2,18-19. ot

temps passera, et [que la mort s'approche.
le

qu'il laisse

tout

à d'autres,

et

qu'il

[mourra.
"-'

in

oeo

-'

flôquere,
ot in

"•'*"'
Eceli. 44, 11 , 12, 20 547,13.

Tiens-toi ferme dans ton alliance avec [Dieu,
et entretiens-toi av(M' elle, et vieillis

opère mandatorun» tuorum veto[râsco.
in opéribus poccatoruiii.

...

.

dans

[l'accomplissement dos commandements.
p.,. 3«,
1.

-'-

Ne mânseri.s

-'

No

t'arrête pas

dans
et

les

œuvres des pé[cheurs
;

Confido autem in Doo.
-•'

ot

mane

in loco
[tuo.

confie-toi

en Dieu

demeure h

ta place.

Facile est

enim

in uculis Doi

'-'

Car

il

est facile

aux yeux de Dieu
do Dieu se hâte pour la [récompense du juste;
il

subito Iionestâro paiiperem.
-*

d'enrichir tout d'un coup le pauvre.
fes- Pruv.
10,

Bonodictio Doi in niorcédom justi
in

22.

-'<

La
et

b(''nédiction

[tinaî.
l't

hora velori procossus

iilius fruc[tilicat.

en un instant rapide
dis pas
(piels
:

fait fructifier ses

[progrès.

-'•'

-••

Quid est mihi opus, et quai erunt mihi ex hoc bona? SuiTiciens mihi suni X(( dicas
><o

dicas

:

>.
:

2,

22.

-''

No
ot

«

Do quoi
.le

ai-je besoin.
"?

biens m'arriveront désormais
:

:

-''

Ne

dis pas

ot

quid ex hoc possiniâbor?

eccu.

is,

2.-..

et (|uel

à moi-même; mal désormais m'adviendra-t-il?
«

me

suffis

1.1.
l"i.

En

bien, c'ost-a-dirc lavorablement.

Sont en Diru;

comme dans

leur source.

Les

voies des hiins; la pratique des bonnes œuvres. 1(>. Ont rté créées avec les pécheurs; c'est-à-dire sont une suite (hi péché originel et des facultés na-

dements. I. a récompense est promise à ceux-là seulement qui auront été fidèles ju.squ'à la fin. •2-2. .Ve V arrête pas dans les œuvres des pécheurs, de peur (l'être porté à les imiter à la vue de leur
prospérité présente.

ta place, à ton travail.

tureilcmciil limitées de riiomme. 17. Le don de Dieu detncm•)• ferme dans les justes, par la correspondance (|u'ils y apportent. -21. Vieillis dans l'accomplissetnenl des comman-

-2S. De (juoi ai-je /lesoin, et quels biens m'arriveront désormais Cri du désespoir. 26. Je me suffis moi-même. Cri do la présomp-

tion.


88

.

Ecclesiasticus, XI, 27

XII,

1.

'-"^

^Ev

]:

y.ai

il'

-^"
UTtoâom'aL

', ^ ^^ ^
.
y.uxtov

Pra'cepta de boiio reffîinine

vitse

(l-XL•!!, 14).

ov

[&.

&

[
[.

nit:

n^rïn

[] ^^
^^
ty'$

:*5>' nj^rn

27

\rb^

^^

tTi^ iiDi

^^

-

\u-^

^'zrj'ù

... -^ ...

^"

^*

^& ( .
0)

'&[ . , .

[,

nnr; n-^j^^n bi< nii2 ^32b 28

^^n h^ ^^^nfb

'^

bs

i^b

29

J

^^

^^

''

^

^"^

^"

' ,
,
28.
/eiis

^^ , [,
[, .
.

^ ,. ,
. .

[ .,
[-, [.

rp" ^^'2 nibri
.

[-/^:^] D^i<b:j

.-

nb [ni]b^a

<

nrrnn

-d b

:;,>'5

î[ri]nt:b n::i<

:?::3

"3>-*rs

^

^<[5]
n^j

i<n
îD)n[ni]t:

Tiy2 bs D^j^ni
bib

f

r^

d^-^:ji

D"::b

n^nb ni^s bsinn
1:{3] '^sn^ y^b n^t: 31

\

rb^rj.
în"^i5^

for

yi^2a 32
':;"î<i

n-b br^bn

"î^br

^^ ^s >*Tj

ni:,

33

îxrri

Dbi5? Qi/J M/jb

"]i'Ti C|bD-i r^ijnb

pn^n

5<b

^•
.
29.
(1.

). .
':

,
.33.

r'tsn "/jb >'nn nit: dïî

xii.
34

:-rùit:b

nipn ^nn

^^^*
':
(pr.
111.)
:

':

»^.

:

(1.

èV.)

h•

/.

30-

^*

»/,.
3.i.

àrtjç.

34.

:

.

*7

"]

"DIIU/J

XI

36.

:

^.
lacs, ainsi

27. j4i( yoM»• (/m

(de la prospéritc) ne perds
:

même

:

et le chevreuil

dans un

que de

pas

souvenir des maux. Septante biens, on oublie les maux ».
le

au jour des

son prochain.
34. (H. 32).

3-2. (H. 30). Comme il sort une odeur /clidr de l'estomac mauvais est une addition de la Vulgate. De

snnij.

Ce

membre de

El par un seul trompeur s'accroît le plirase est ajouté par la Vul-

gate.

i~

lu (lie

' '
.
ii'•

L'Ecclésiastique, XI, 27
pour la conduite
ms
«le

— XII,
(-.\^,
des
Iliciis
Jniii• di's

1.
14).
nr
jici'ds

59

la >ie

iimni'iiHU•

;1:

-'

An
l't

j<iur

pas

\r

souvo-

ti'iiiii

[nir di's

maux.
bions:

et in

'li'"

iu:iliiriiiii

m•

iiiiiin'iiKii•

sis bo:

an

maux no

jiords pas lo sou-

-"

(Hit')iii:iiii

ciio iVicili^

est

''

[iioi'Uiii

[vonir
i.iK•.
\>\.
:'.•..

ilos

''>

'•''

i'--

*.

-'"
''•'•

]iarci' (|M'il est l'aoilc

di-vant liion. an joui'
[di• la

'nbiUis

mort,

•.>1•(
-"
iiialili:i

imifiiiiiiK•

s.'cuikIiiiu

vias
:

di'

irndii' à riiaciin selon .sosvoios.

[suas

(';•

obiivi/MH'iii

l'acit luxin'i;t>

••;"

sup.

;.,

s.

LcmalcriMi mniuonl
.•1

lait oiii>lici•

do grands
plaisirs;
;

|iiia;;na'.

in

liiii•

JK'iiiiiiiis

(Icniidàlii)

iipcnnu
liilius.

à la

lin

df

i'jjiiiiimo la iV'vi'Iat

inn

doses

[d'iivros.
-0

^0

Anlf

niorti'iii

ne landcshtiinincui (|iiom[qiiaMi,

.\vant
pai-oe

s(i

mort.

110 loiio

aucun lionnno;
on connaît un
[hoinnio.

(Hinniaiii in liliis suis a^m'iscilnr vir.

<|

(hins ses onfanls

31

Non

(inintMii li.'.uiiiipni

indûcas
[nnuii

in do•^.;;'^,,'";;^';J_•'
:

•'1

N'intrdduis pas tout liommo dans ta mai
[son.

tiiaiii

^^^^

.^

^^

»-

nmlta' onini snnt insidia? doliisi. Sicnl onini cniclaMt jn'a'C'irdia (•1'•Itiuni.

car nondii-cux sdut
3-

los iiiégcs

du trompeur.

Car
ot

commo
la

il

et siciit jicrdix iiidiicitur in câvi'ani,

connue

une otleur fciklc do l'os[tomac mauvais perdrix est conduite dans une
sort
[cago.

ot ut i-âprca inlâiiuenni
sic ot

:

et lo

chevreuil dans
le

cor suix'rbi'nnn,

ainsi aussi est

un lacs cœur des superlies.
:

ot sicut prospoctor vidi'us casnni
33

1)\1J"•"
S-

et

ainsi celui qui

examinant
les
il

voit la

chute

[mi sui.

[de son prochain.
3a

Hona
et

enini in niala convortens insidia[tur,

Car convertissant
[niauvaisos,
et
il

bonnes choses on
les

dresse des embiiclies.

in oloclis iniponot

mâculani.
Jac.
3,
:,
:>.

imprimera des taches sur
[les

choses

plus pures.

3^
ot

scintilla

una

aui.V'tui• ignis,
:

Prov.

n.

3i

ab une dolôso augotur sanguis bonio voro ]iooc;'itoi• sânguini insidiâ[tur.
Luc.
U', 1.
'•'

et

Par une seule étincelle s'accroit le l'eu, par un seul trompeur s'acciOÎt le sang mais riiomme pécheur tend dos pièges au
:

[sang.
(!arde-toi

3"'

Attondo
no

tibi

a postiforo, tVd)iicat oniiu

[mala
l'orto indi'icat

:

du corrupteur (car il trame do [mauvaises choses).
n'attire sur toi la dérision

supor

to

subsannalin-

pour

qu'il

[nom in perpotuuni.
" Adniitto ad I0 alionigtniani,
l't

.20,

n».
"''

[pour toujonis.

Admets chez
ot
et
il
il

subvôrtot

to in ti'irljino,

te

un étranger, renversera au milieu du désordre
toi

ot abalionàbit to a tuis propriis.

l'éloignera do tes propres biens.
Si

XII.

'

Si lionofr-coi'is, scito cui focoris,

»;..,.,.,.„
(ut<>.

.\II.

'

tu tais

du bien,

saclie à qui tu
[le tais.

ot orit

grâtia in bonis tuis nmlta.

Mal.

7.

1;.

ot

il

y aura

une grande reconnaissance
[pour tes bienfaits.

I.nc. 6, 30.

28.
(liiil

Au jour

lie

la

mort, c'eslla grande pensée qui

drix captive

pour attirer d'antres perdrix
c'est-à-dire
,•

et

les

cire la règle de toute notre conduite

dans

l'u-

prendre.
34. L<'

des biens de ce monde. Dans SCS enfants on cannait un homme, parce <|u'il clevc urdinairement ses enfants selon les principes qui servent à diriger sa propre cenduite. .'<l-36. Ne pas recevoir cliez soi les méchants. '-2. Le sens de ce verset est <|iic les hommes au cii'ur superbe ne produisent au detiors rien que de mauvais, el qu'ils altirciil les liommes dans la persai!•!
;tO.

sang;

l'clfusion

ilu

snaif,

le

meurtre.
35.

Au sang

a la vie.

De peur

se rapportant à garde-toi

du corrup-

teur,

nous avons dii insérer entre parentlièses la |)lirase car il trame de mauvaises choses, pour éviter l'amphibologie (Claire).

dition,

comme

les

appeaux appellent

et attirent les

XII.

1-~.

Il

faut user

de discernement dans

la

autres oiseaux.

Le chasseur se sert d'une per-

bienfaisance.

60

-

^

^

/

**

®

'", [, , ^ ' ., [. [ [ ]. ,
1.
-/.ai

Ecclesiasticus, XII, 2-12.
TÎtae (I-XL•!!,

Prsecepta de bono res-imÎMe

14).

r\)2iTZT\

)^•^

^^''ib nt2%i 2

]

\^^12 ^T'2'û i<b

"Itrpiorov.

DX

Tu^ rx^±

finit: ,\>< 3

[,

"

nyn

rr-^n 5> d^dit ^s

n'^

\rb)^ r:»n

mit: bsn n" ib -nr, bx nnb ^bs n^^ î--bï< b^zp- Dz -: n°
D*>n <:":3 bx
nr» ^n g

." , . " & . / ^, [.
ira
''

[ ^' ,

[.

înp3

i^'c''

n^:?^^bi

yn:j TJ-ù^ nit:b -, 7

ntb

"j^n bï<i

"j'j

^*pn n*

nnii< nzitûi ^'ir xb s
:ï<j1123

nàotv

^

^

dyaSoTç

& &, ,
,
^

i-;m noi^^
ir^i<

!î<bi

ri

^r\^ Dj

raitan
in:>nni
b5< 1

;nin T^
";yb 5521'i32

û:i

•\^12'»X\

x^-brr

lyn nrinsD

^^

^"

.

[^. &
[, [. [, ' [,

/'. /^ [

, -

ib rj'u^
^V2'2

mm
iîbi

îtinsn "{bn^i

^TT^Tb

"jnb
ib

în nb-js
"jn-n"::nb

n-n

i<2S-^^

-b::5< iriirj5>n

bx 12

^^

^^

.

Mr

'
2.

'. ).
':

(pr.
XII. 2.
3.

, ] .. ( . ^ , & & ,, , ')^. . ' . ^ ^). . .
:-i'^rj
^^'>2'^

yr.2'b

inn"':;iri bît
"i-pn^

-'

]

yirn iinxbi

în^iinn ^nM3i<bi

(1.

ài'TtX.^

âi'TLXajufiarov.

.^ .

ABDn*

*

fa.

.')
1.

.
(a.

(-f-

F). 6.

AX*

(SGC.
...

111.)

:

A*:

^;" (.

8.

(

:
:

(1.

.)
:

':

111.)

f

(a.

. .)

3•

: /. :
(.
4.

...

'.
111.

seC.

:^

^• :
//

11.

12.

(?CC.

111.)

.
:
la

^:

B'i* (in niargilie Slip.)

''].

Grande. Ce mot est ajouté par la Vulgato. Parce que même le Très-Haut a les pécheurs en

haine, et qu'il a pitié des jnhiilents. Addition de Yulgate.

L'Ecclésiastique, XII, 2-12.
.
Bôneiac
t>t

61
14:)•

l*r<''cei)tes

pour

la conduite
,_

de la vie (l-XL•!!,
-'

iisto, cl iiivriiios ivtrilmtit'int'iu

;")
[iiici^iiaiu

n\

us.
'•

j'ais (lu

bien au juste,

tu trouveras

une
:

.

^'"''

"• *
jj.^

[grand(î l't'triiiuliou
et sinon
^

j^^^^y_

iij

si

non ah

ipso, ccrte

Non

est onini vi

a Duuiino. bonc qui assiduus
:

ost
''"'

Car

il

de lui, certainement du Seigneur. n'y a point de Itien pour celui qui

[in nialis,

et oioiMuosynas

non danti

'

' '

(|uoniani ot Altissiuiiis uclio liabel poc[cati'uTS,
t't

niisiTtiis est p(i>niténtibus.

^^.

l>a niiserici'inii. et

no siiscipias pecca[tore ni
:

^. ^, , •1.''(;,'(.''

'••

et iinpiis et peccaturibiis

reddet viiidic[tani,

ciistiidicns eos in dieiii vindictie.

Da bono,

et

non recéperis
et

peccati'ireui.

'

assidu dans les mauvaises choses, ne donne ])oint des aumônes; le Très-Haut a les péparc<> <|ue [clieurs en haine. ri a pitié des pénitents. Dniim• au mis{''ricurdic'U\, et ne recueille [point le pécheur: car sur lis impies et les pécheurs il exer[cera sa vengeance, les j:ai'daiit pour le jour de la vengeance. Donne à celui ([ui est bon, et n'accueille
[est

et (jui

!

(|

Béncfac iiumili,
jiniiiibe

non déderis
dai'i,

iiiipio

:

"

[point Fais du bien à l'humble, et ne

le

i)écheur.

donne pas
[à l'impie;

panes

illi

ne in

ipsis po:

empêche qu'on ne
'
'.,,','
j',','"i|

[téntior to sit

duplicia mala invénies in omnibus [bonis, quieciiuiquc féccris illi quoniani et Altissimus ôdio habet pec-

nam

'li;

:

pain, de [pour qu'il n'en soit plus puissant que toi car lu trouveras un double mal dans tout [le bien que tu lui feras. parce que même le Très-Haut a les prévalui
;

donne du

[catores,
et inipiis reddet vindictani. et (lue sur
ItÎKcredo
iiiiiicoruin.
jn<-i!. ie-17.
i

les

impies

[ricatcurs en liaine, il cxercei'a sa ven[geance.
i)as

Non agnoscétur
et

in bonis aniicus,
in lualis inimicus.

»

L'ami ne se connaîtra
et l'ennemi

au milieu des
[biens;
i)as

non abscondétur
viri,

^n'^^^'
'>

In lionis

ininiiei

illius

in tristi- rinv. u. U;
[lia
'•'•^>'•
:

et in nialitia illius

amicus âgnitus

est.

Non

ci-edas ininiico tuo in œtérnum : sicut enim i;eraiiii''ntuni, œri'iginat nequi[tia illius
:

"

i^jfàc/i'3

'
"

au milieu [des maux. Au milieu des biens d'un liomme ses en[nemis sont dans la tristesse, et dans son malheur, on a connu son ami. Xe te lie jamais à ton ennemi; car comme l'airain qui prend la rouille,
ne se cachera
[ain.ti est sa nK'cJianceté; (|uoique humilié il aille tout courbé, applique ton esprit et garde-toi de lui.

is-".
r•'»'^•
-•''

et si

humiliatus vadat curvus,

-''

àdjice

àninmni tuum,

et custodi te

ab
Ecciî.
ii,

[illo

Non

statuas illuni pênes te, nec sédeat ad déxteram tuani, ne forte convérsus in locuni tuum,

31,

'-

in:

[quirat câthedram tuani et in novissinio agnoscas verba mea,
et in

pas ]>rès de toi; ne s'asseye pas à ta droite, de peur que se tournant vers ta place, il ne [recherche ton siège: la lin tu ne reconnaisses la vérité (>t qu'à
l'établis

Ne

ot <|u'il

[de

mes

paroles,

sermônibus hkms stimuléris.

et

que par mes discours tu ne

sois stimulé.

4, . Saint .Vugustin, saint Tliomas et plusieurs autres Pores renianiueiit que le mot pccheur est mis ici au lieu do pcché: en sorte (|ue le sens est N'encourage point par tes aurnc^mes les péchés d'auIrui. On peut aussi entendre les expressions domine celui qui est bon, non an mixcricordieux, (tonne do l'auincine, mais d'un simple hienfait. Or, dans ce cas, il vaut mieux donner aux gens de bien i|u'au\ méchants, surtout (|uand on présume (jue i-es derniers abuseront du l)ien (ju'on pourra leur faire et s'en serviront pour le mal, ce qui se trouve assez clairement exprinii; dans les versets suivants. .\insi disparait la contradiction que l'on croit apercevoir au premier aliord entre les maximes de l'auteur et celles de riivangilc, qui nous ordonne de <lonner à quiconque nous demande, et défaire du bien, niërae à nos ennemis (Glaire). 8-19. Défiance qu'on doit avoir à l'égard des ennemis.
:

Dans la prospérité le véritable ami se 8. L'ami distingue diflicileinent du faux, |)arce que l'un et
se conduisent extérieurement de la même manière; tandis (|ue dans l'adversité le faux ami ne se déguise plus; il se retire, et souvent même joint
l'autre
l'insulte à l'abandon.
10. Dans ce verset et les deux suivants, l'auteur ne veut pas nous dire dene point pardonner à notre (Minemioudc nenouspointreconcilieravec lui, mais il nous avertit seulement de nous donner de garde d'un homme qui ne déguise sa haine (jue pour nous tromper, cl qui ne se sert de l'union (|ui existe entre lui et nous, et de notre déférence envers lui, que pour s'élever au-dessus de nous, et nous faire tomber dans le piège.— Ainsi est sa méchanceté, tlle re-

vient toujours
dl.

comme

la rouille

Quoique humilié...; quand

s'humiliant et rampant.
sois attentif et vigilant.

sur l'airain (Glaire). il viendrait à toi en ApiitiqHC Ion esprit,

62

Ecclesiasticus, XII, 13

— XIII,
"jT^:

6.

.
^^

Preeceptsi

'
toV

ènuoLÔùi'

^^'
^^

^

^

^^ [ ^
,

^,/ ^.
[6

.
uif

rte

.,

; [
/, &^. &,

bouo regîniine

vitse (I-XIjII,

^
biï<

).
-j^r "j 13

^ni "::5

-^

u

rnDiyi bbjn-ji
ià yj'j xb

•^b r;b:)n^

i<in^

^^^

'^

^^ ^^

XIII.

^

^

/

•'

^

"
:

& ) ) ;, . , [' , ,

. & [, , ^^ { . &,
[.
] [.

^ .
['

^y:inb

bis^ 5<b bisn qïîi

^'^2v

2^ nr TJ lu
tii53D ûiii

•bsb^n^ ià

tïiipi?j3?mn'jr;/j

ni^n^ inbni
dïî û:*i

^!< T^2T
3^112:^

rr:>n

i<b )5?

i<Tû ui<

înp3> irsn^ -j^jid

'ïï^jïîs

n^

pnn
yb

n2T3
bii

5?:^3

ïî

xiii.

.^^

^?jb^

nnim

•bi

bsi

^"
"^

, ,
,
,
|}':

5^ > n^r ::?
m^D
ib

n^^y ^nnn^ n)j
bi

i>^

s

î

"j^nn^ 5iin
"jn
'ins'"'

b::>i

,

.

'

['.

nicsn dîî 4

î^b:5> b?jn^ :?^5in dî^i

13-

;).•-|- in inargine inf. (post _;^5^?)
ijn3v(tiaei

).

])*

.. . ^ : '.
ool

.

,

.
':
la

•ib

nxD^

liib^^ir'iij'i^n

^b r'^ni y2:p ^b

,
D:

14.

':

17.

. .
,:
yeux, qui se

,
1.

/^^•. . H
)]•^

.
(pr.

19•

ADN:

tj;»'

m.) * (sec.) ' (pr. m.) f (a.

7i/lova.)

^.
.
3.
jS*:

< .. A':
//oi.)
2.

^^^•^^

.
6

Axf
(1.

(1.

^''^)

xvS-^a. 4.

îs*:

^-

(p.

18.
lit

déjà au y. 16', Vulgate.
XIII. 3. (H.

ennemi a les larmes à ne se trouve au

ses

y. 18

que dans

« pourquoi avec la marmite? Hébreu et Septante le pot de terre s'associe-t-il à la chaudière (de fer)? celui-là est brisé ». Celle-ci Trappe et
:

6. (H. o).
2•^-'').

De

toi n'est ni

dans

l'iiébreu ni

dans

les

Comment

s'associera la chaudière

Septante.

L'Ecclésiastique, XII, 13


vie

XIII, 7.
li).

63

.

I»r«''ceptef*

pour

conduite
kccI.•. lu.

«le la

(-.\^1)
pitié

Qiiis iiiistM-i'hilm• iiic:iiilalni•! a.si'i'pciili•

u.

!•

Qui auia
l't

d'un euclianteur blesse par

et

oiiiniliiis, (|ui ;i|ipi'iiiiiaiit

Iji'sliis?

[un serpent, de tous ceux qui s'appinchcnt des biHi's
[sauvages?
ainsi

et sic

(|

coiuilàtur ciim viro

iiii<iiio.

(Il-

il

eu

est

d••

celui qui s'associe à

[l'homme inique
et obvohitus est in poccâtis ejus.
'*

et

qui est enveloppé dans ses

jiécliés.

Una
si

liora

tocum

|)(>niiuii<''l>it

:

"
[hil.

Lui'

heure avec
si

toi

il

demeurera;
il

auliMii

dccliuiivi'ris.

non sujiportu:

uKiis

tu te détournes,

ne persi'vérora
[pas.

'•"•

la

làbii.s

suis

iiuliilcat iiiiiiiicus

Je.•,

ii, (;-r.

'

("est sur

si'S

lèvios ((ue Ion (Minemi

a

la

[douceur,
et in corde siio insiiliutur ut sulivérlat
[te in lV)Vcani.
'>'

et

dans son cd-ur
[pour

il

dresse des

embûches
la fosse.

te renver.ser

dans

In ûculis suis

laci'.\

et si invonoi-it

mâtur inimicus tciupus, non saliiïl)itui•
:

"''",' !;."''

"'

[sanguine
!'

:

^''

et

si

incûrrerint

lil/i

niala,
'*

invénies euiu
'*

illic

piiiireni.

In éculis suis laerymàtur inimicus,
et
i|uasi

âdjuvans

suflVkliet

plantas
[tuas,
J'_''•.
''•'
'^'i-

Ton ennemi a les lai-mes à ses yeux, et s'il trouve l'occasion, il .sera insatiable [de ton sang; et si les maux fondent sur toi, tu l'y trouveras le iiremiei•. Ton ennemi a les lai-mes à ses yeux, et connne pour te secourir, il te sapera i)ai•
[les pieds.

'i•

Caput suuiu

niovi'liil, et

plaudet manu.

^

\-^^

et niulta susiirrans

commutabit vultum
[suum.

..

i;,

u'-u.

secouera sa tète et battra des mains, et. uiuruiurant bien des choses, il changeiM
Il

[son visage.

Xlll.

'

Qui

teti-jcrit "^

*

picem,

inquina-

lyo.• ;*o-

Xlll.

'

Celui

(lui

touche de

la ])oix

en
;

ci:in<luni

[bitur
et uui ^

ab ea

:

suporbi>.
Eceii.
1

[sera
et celui

souillt'•

comuuuiicaverit supérbo, induet * [superbiam.
toilot.

r, 2.
.1,

qui

communique avec
[se

le

superbe

Cor.

b.

revêtira d'orgueil.

-

l'ondus super se

•î

Celui-là lèvera

qui lionestiiH'i se commiinicat. Et ditinri tenesûcius l'ueris.
'

qui se

lie

un poids sur lui, avec un plus grand (lue
toi.

xoi.

Et d'un plus riche que

ne sois pas

le

[compagnon.

Quid communicàlnt câcabus ad ollam?

Comment

s'associera la chaudière avec la

[marmite?

quando enim
*

se coUiserint, conlVing('•[tui•.

car ((uand elles se heurteront, l'une
riov.
i

d'elles

[sera brisée,
is, -jx

Dives injuste

cgit, et IVeniet

:

Le riche

a agi

injustement,

et

il

murmu[rera
;

pauper auleni kesus
»

tacébit.
:

mais
Luc
te.
''

le

pauvre offensé se taira.
il

Si largitus fueris, assuniet te
et si

ic, y.

'"

Si tu lui donnes,

t'accueillera;

non

habi'ieris,

derelinquet

et si tu n'as rien, Si
et

6

Si habes, convivet tecuni,

tuas^iiei^ue chose,
il

et cvacui'ibit te, et ipse

non

dolébit su[per te.
'
.M.it.

l'épuisera, et

t'abandonnera. il vivra avec toi ne se mettra pas en peine
il

[de toi.

Si necessarius

illi

fueris, supplantàbit
22,
liî,

Situ

lui es nécessaire,

il

te supplantera.

[te.

13. Qui aura pitié d'un enclianleur Le sens de te verset i)aralt être Apri's ravertissemeni (jue lu as reçu do le garder d'un taux ami, si tu t'approches néanmoins volontairement de lui qui est un vrai serpent, cl si lu t'exposes à ses morsures, tu ne seras plaint de personne. Il y a toujours eu des charmeurs de serperUs en Orient. Voir la ligure de
:

XIII. 1-3-2. Dangers que font courir les rapports avec les superbes el les grands. Dans i. Plus riche: liltéralement plus honnvte.

Psaumi1

I

\H, 6,

t.

IV,

]>.

tSti.

15. Iktiia la fnust'.
la

Ima^e

tirée

de

la fosse

qu'on

rcuse pour y prendre les animaux sauvages. Voir noie de Psaume vu, lli. I!). Il secouera sa tc-le. Voir la note sur Proverbes,
13.

VEcclésiastit/uc. comme dans la Sagesse, lioneslas, lionestus, signifient ricitessc, riche. mé3. La chauilière avec la marmile. I/une est de brise contal, l'autre de terre, elle pot de terre se du tre le pot de fer. Nous avons la l'idée de la fable pot de terre et du pot de fer racontée par Esope et par 1-a Fontaine.— Lune d'elles sera brisée. Ces mois

vt,

sont absolument nécessaires pour compléter le sens du verbe sera brisé {conf'riiifjelur). Ils sont d ailleurs parfailemenl conformes au texte grec ((..laire).

64

Ecclesiasticus, XIII, 7-20.

.
xat

Prsecepta de bono regimine
ooi
-/.ai

TÎtse (I-XL•!!, l•*).

ylaXTjoei ooi

, '
y.at

. [

ool

bnn^

b^5>r

^
n^lD

^?

7

;

^

Kai

xut in

^^

^^

^

-

/ ,.. &, [^- ^ . [ [, ,[«trot,

,

,

0^,12

bi<

-^
T!'i^

s

%
pn^nn
-,

9

].

îx-irn -s

n^pnn b>5 pn^nn b^ii
'yQi^î^ b>^^

•»

*'^

^^

^

'"

^

^

*^

^ / ,, 2 . [ ,

& '. , ' .
^^,
.

rcy iranb î^t:nn
x^rr^

bî< ii

'

:

^ ^
^b
b'iSI^ 'p^ ^ltSii 12
'lUSD

mb

\^ ^^ D^ni

^-

^
nx

by b'nrr aà^

rû^ti

3
it:

îD?jri ^irsiï d:^

^bnnbsiii

[.
[.

^T'û :-5<^ "iirnn bs

nb

n:3inn
ib::ï5

mx
bD

^^

"

^^

^ , '
vaÎvrj

]

^^

].

, '. ,
,

,

2

b^^
i6

rns bK

n^iT

'^mn^ n'j 17

•p^ISSb 5>125
b:si<D '^r^ii b^< -r-^js?

pi
is

nbs

bii

î^'in^ oibiu

ir^i^'j

î^n

bi< "^^123? Dib-iïï "fi5^

-^

23

W'

1'

'

"^

. , . }' ,
7.

; .

[.

ima
;

^K^s ^^« bsx:j 19
-"•!•:?

D^b^

Ti^y-^iû

A':

^psi.

10.

*

...

èçftç. 8-

N:

(1-

(

(sec.) //f 11* 1.3. ADN* (pr.)

ABDX

A-F). 21. B'n:

fvaf/î);V.

(f F). 12. An: ae ïm. 17-18* ABDN 24. A:

.

.) -

9. Humilie-loi devant Dieu, et attends ses mains Ce verset ne se trouve que dans la Vulgate. 10. Septante « sois attentif, de peur qu'on ne tVgare et que tu ne sois humilié au milieu de ta joie »
:

verset est une addition de la Vulgate. Sur tes secrets est ajouté par la Vulgate. 16. (H. 13). A ce que tu entendras n'est ni en hébreu ni en srec.
14. (H. 11).

M. Ce

L'Ecclésiastique, XIII, 8-24.

65

.
et
siibi'idoiis
nai'i-;ins tilii
:

l'rérepteH pour la foiidiiite
daliit.

«le la

vie (l-XL•!!, 14).
il

>•

cl
ti•

soui-iant.

te

donnei'a dos espérances,

lioiia.
Ecc-ii.

**

Qn'ul opus est tilii? ot (lii'ct Et conlViiidct le in cibis suis, (lonoc te oxiiuiniat bis. et \ov et in novissimo diM'idi'liit to

lî,

l'j.
*•

:

:

•'

et pi')sti'a vidi'iis di'i'i'lin(|nrt to, et capul sniiiii niovi-bil ad te. Ilumiliare Deo, et expéela nianiis

l'.jns.

'•

di• bonnes choses, De quoi as-tu besoin? » <H il flira Et il ti' coulondra par ses repas, Jusqu'àci• qu'ilifi^puiseen deuxontrois fois; l't à la fin, il si' l'ira de toi ; et puis, le xoyaut, il t'abandonnera, et il secouera la tiHi' sur toi. Humilie-toi devant Itii'u, et attends ses

lacontant
:

[mains.
'"

Attende ne

sedi'ictus in slultitiani liiinu[liéris.
l'i•

'"

l'rends garde que, séduit jusqu'à la folie,
'

n".
••.

'.'•

"

Noli esse huniilis in sapii'-ntia tua, ne huniiliàtus in stultiiiam .seducaris.

r.<

12.
:..

'

1

Ne
de

Jor. 17,

[tu "ne sois humilié. t'humilie pas dans ta .sagesse, i)eur qu'humilié tu ne .sois sé-duit jus[qu'à la folie.

'-'

Advocâtns a potentiore disctkle ex hoc enim luagis te advocàbit.

Qui.-

ruli.

'-'

1^

Ne
et

iniiirobus

sis.

ne

ini]iiiii;àris

.
obli:

Iiolfiite.
2.-.,

cai•
'•'

Appelé par un puissant, retire-toi; par ce moyen il t'aitpellera beaucouj)
sois j)as iuiportuu,
di'

1
Ne
et

:

peur que tu
di*

[plus. n'é-

[choues;

ne longe

sis

ab en, ne

l'as in

ne t'en éloigne pas Irop,

peur

qu'il

[vioneni.

[ne
Eccu.
i3,
1'•^

t'oidilii'.

Ne rotineas ex a^nio

lo(|ui cuni illo nec crcdas niultis verbis iilius e.\ niulta enim loquéia teiitâbit te, et subriUens interrogabit te de al)scun:

t'avise pas de parler d'égal à égala veclui, ne te tie pas à ses nondj reuses paroles; ear par de longs entretiens il te tentera, et, souriant, il t'interrogera sur tes secrets.
et

Ne

[ditis tuis.

Ininiitis
et

âniinns

illins

conservàbit vorba
[tua
:

' Son
et
Prov.
23, 1-3.
''"'

esprit iniiiitoyable conservera tes pa[roles

;

non parcet de
tibi, et

nialitia,

et

de vfncu[lis.

il

n'épargnera pas

les

mauvais
et la

traite-

Cave

attende diiigénter auditni
[tuo
:

quoniani ciini sulnersione tna anibulas. Audiensvei'O illa quasi in soninis vide,
[et vigilàbis.

Eccli.

13, 14.

•'

Omni
et sic et

vita tua dilige Deum, invoca illum in salut(> tua.

Ps. 144,

IS.

'^

Omno

prison. Prends garde à toi, et sois bien attentif ;i [ce que tu entendras, parce que tu marches sur ta ruine. iMais entendant ces choses, voi.s-les comme [dans dos songes, et tu \"eilleras. Toute ta vie, aime Dieu, et invoque-le pour ton salut.

[ments

animai diligit sinuio sibi omnis homo proximum sibi.
:

l>eo adiiie-

renduin.
Gcn.
2, 1^.

'^

do
ly,
ui.
'-0

Tout animal aime son semblable même aussi tout homme aime ce qui
:

Oninis caro ad similem sibi conjungé[tur,

Mut.

Toute chair s'unira à
et

[lui est proche. celle qui lui est sem[blable,

simili sui sociâbitur. et omnis Si communici'ibit lupus agno aliquândo, sic pcccâlor justo.

homo

M.lt. 7, l.i 10, 21.

;

-1

Si le

QuLW communicâtio sancto homini ad

'-"-

[canem
autqua? pars diviti ad pai'iperem? Venâtio leonis, onager in erémo sic et pâscua divitum sunt pauperes.
:

?

-3

Et sicut abominâtio est supérbo

humi[litas:

Prov. 29,

27.

'-''•

homme s'associera à son semblable. loup s'allie un jour avec l'agneau, ainsi il en .sera du pécheur et du juste. Quelle communication a un saint homme [avec un chien? ou quelle part a un riche avec un pauvre? Lachassedu lion dansle di'sertest l'onagre : de môme aussi la pàtui-e des riches sont [les pauvres. Et comme c'est une abomination pour le [superbe t\wç l'humilité,
tout

H.
l'Ire

El
:

il

te

11

t'invitera à

confondra... I-e sens paraît des festins si magiiili-

ques et si somptueux, que tu en seras confondu ;et (jue l'invitant à ton tour, cl voulant le traiter de la même manière, tu épuiseras tes ressources en deux ou trois fois.
Ses innins : son secours. Jusqu'à la folie peut se ra|)porégalement à humilier, ou à séduit. \~. Entendant c'est-à-dire quand tu entendrasdesa part des paroles blessantes, reg.irde-les comme ayant été dites en sonea et prends garde de ne point le contrey.

10, 11.

tcr

dire.
*2. Le c/ue?i était un animal impur chez les Hébreux {Lévitique, xi, 2tj ; Deulèro-

nome, xxm, 18). Tout Israélite, lidéle observateur de la loi, évitait soigneusement de loucher cet animal. I.e chien se prend aussi dans l'Écriture pour un homme impur, un cvnique. Cf. Matthieu, vu, xv, JO; Apocalypse, xxn, l.ï. i3. L'onaijre, àne sauvage. Voir la noie de Job,

;

Chasse à l'onngrc

(.

23). (D'ftiirèa Place).

XXXIX, .'i-8. Voir aussi les ligures de Job. p. 697 et de Psaume cm, 11, t. IV, p. 2M.

\i, 5, t. III

BIBLE POLVCLOTTE.

,


XIV,
6.
TÎtie (I-XL•!!,

66

Ecclesiasticus, XIII, 21

.
-'^

Prœcepta de bono regimine

).

/.
-^

&,
2'

^
y.at

/,

[, .
[. &[. , [. ; .
[.

[, \.

D^nn

rnT3>i ^2112 n^'a::?22

insD: b^n

i^'i-y

23

nr:i^ ny

^:?

ibs^ nxi
nn^T
b"i

-^

-^

^^

7], "-

2'

32

, , / . , & ^[[, ^
[

'/^^^

^i^

rpy v^ D«
T3S

^
ir^^i^

nt2 24
nbriD

rp^T ^s by

^Di3?n 3>m

ï^riS' 12:15^5

î:>nb Dii^ nit:b

DX

D^:s nit: nb nnp::? 26

nnb

-pi i^by

<
35
i-jjss

i<bi

. " ^
^

^

'

''

^

'

^

, . , ; & ^[, , . ^. [, . . , . , . : .'.&. .& & . ' : ^. ^ .: .
nn«b

^ .,
;

[.

T^rss in'-CM 5<b

^^<
!i<bi

2

nnbMin

nnn-i:

niriy ni5<D iîb itûp nbb 3

îynn

hi^îd i<b -:?

^

ir^i^b'^

^:2
yn

4

n^û^•• ^5ab TffiSDb

'

35253

:>n

")^i5

iirsDb yn 6

[-

-

. ' .
2o. X:
(1.

TCTT.)

27. A:

29. A:

30• A-}-(p.«V•)

'^'^'*'•

A-f

(in f.) xct 32.

1.

Af

(a.

.)

2.

Af (.

^.)
0•

)';.

(seC.

111.)

:

':

:

(1.

(.) '') »'.
(1.

(.

L'Ecclésiastique, XIII,
.
l»r»Oep<e>*

25— XIV,
irie
iiiciiic

8.

67

pour

la coiuliiil»' «le la
de

(l-.\L<ll, 11).
aussi l'oxccralion dn
l'branl••

sic ot t'xecn'itio divitis pauptM•.
-j

riche est le [pauvn•.

liivcs roiiinintiis coiiliniii'ilnr
,

ab ami- «•"
.

.'

i•••!•••»
..

i

Lo

liciic

est

ralïeruii

par ses
[amis;

lniiiiilis

autcni cuiii

i-cfidei-it,

„ .. cxpoUctur
:

cis SUIS
...

oocirlltM.
,, m,
i;»,
,

I.

j,.b,

m.
-'•'

mais riiumlile.

(t a iiotis.
-'
liiviti (l(>cc'|it(< iinilti roi'U|>ciati'ir('s
:

Pour
il

le

tombera, sora •jionssé mcmc par .ses familiers. riche Iromjié il y a beaucoup de
lorsipiMl

[di-ionsours

:

lucutus
-'

l'sl

siipci-ba, et jiislilioavÎ'runt
[iliiiin
:

a

parl•• avec,

hauteur

et (ni l'a justifié.

lu'iiiiilisdeci'ptusi'Sljiiisupcretargiiitiir:

e.ci.•.

-'
•.',

i•;.

locutus oHl
-'*

st'iisato. et

non

ost

datusoi
[locus.
-8

Divos locutus ost, et omnes taciK-runt, et verbuin iiliiis iisqu(> ad imlics perdu[cent.

,.^

,,

,.,

I,"humbleaététrompé,etonraccusoencoi'c; a pai'ié sensément, et il ne lui en a pas [été tenu compte. Lo riche a pari»'•, et tous se sont tus, ot tous éloveiOUt sa parole jusqu'aux nues.
il

-"•*

Pauper
ot si

loiMiHis

i";t.

l't

dii-unt

:

Quis

est

•-!>

M„t.
^;;;;;

i.i,

...^.

Lo pauvre a parlé, et
et
s'il

ils

disent

:

Qui est
»

Ihic?
oftVndcrit. suiiviTt(>nt
ost sulistàntia.
l'ui
[tiiiii

!;„-v

[celui-ci?
lait

iliiiui.
l'St

3'>

Bona

iidn

peccâ:

Prov.

u, n.

•0

in conscii'-ntia

renversoiOnt. Los richesses sont lionnes à celui qui n'a [pas (W péché dans la conscience;
l'iiux ]>as,
ils le

un

ot noquissiina paiip(''rtas in ore impii.
"'•

et

très

mauvaise

est la

pauvreté dans la [bouche de l'impie.

Cor huniinis imiiu'itat iVicieni sive in bona, sive in niala.
(lifTicilo invi''nies, ot

illins,

"-^'"^•

'S

'^.

'

soit
-'-

32

Vostigiuni cordis boni, et l'âcieni bonam cuni laburo.
1

Esu..

u,

8.

Le c<eur de riiommo change sa face, en Ition, soit on mal. La maniuo d'un bon co'ur est une bonne iac(% tu la trouveras difficilomont et avec peine.
Bionliouroux l'homme qui n'est [pas tombé par los paroles de sa bouclio et qui n'est pas tourmenté par le remords [du péché! Iloui'oux cehii qui ifa pas éprouvé la tris'

XIV.
cl

Boàtns
(>st

vii•.

(pii

non est lapsus [vorbo ex ore suo,
de-

ue

XI%'.

^j^^^?
^.^.^j;

non

stiniuhïtns in tristitia

jg j;

.,,,,.
^

l'olix,

qui non

.

...... halmit annui
sua. tenâci

siu tristitiani,

...

[liCti.

'jac'. 3,'2.

Pet. 3,10. Eccie. 3, 12.
1

-

\f°*•''
Prov. 16,20.

ot
'

non oxcidit a spe
Viro cupido et

et qui

sine ratiûne

.xequam
"*»•;"'*
eccIi.
..,

A
ot

[tesse de son àmo, pas d('chu de son espéranci^! l'homme cupide ot tenace inutile est

n'est

[ost substântia,

[la

richesse

ot honiini iivido
^

Qui

aciTvat

ad qnid aurniii? ox àninio suo injuste,
[àliis

m.
2.

;

Eccie.e,

*

cong:regat,

^\f.^o.'' Luc. 12,16-21.

(>t

in bonis illius àlius luxuriàbitur.
sibi

à riiomnio envieux (|uc sort l'or? Celui (pii amasse injustomont fies richesses [au préjudice de son àmo les rassemble [pour d'autres; ot avec ses liiens un autn^ se livrera à la [débauche.
Celui
(|ui est

'

Qui
et

nequani

ost,

oui

à!

ii

bonus
[erit ?

Mat.

16, 2.;.

'

mauvais à lui-mèm(>. à

qu(>l

non jucundàbitnr
sibi

in

'

Qui

invidot. nihil ost

bonis suis. iilo noquius,

.sar. 11.

ir.

'

[autre sora-t-il bon? et il n'aura pas d'agrément dans ses biens. Celui qui s'envie lui-mèmo, rien n'est ]>\yo.

Prov.

11, 17.

[que
et c'est là la piune
'

lui,

et luec rodditio est iaaliti;o illius:
'

ot si

bene

fccorit. i,i.'norantei•

et

non
:

et

s'il

fait

et

in

[volens facit novissimo maniA'Stat nialitiam

et

à

la lin

de sa malice; du bien, c'est par ignorance ot [ue le AOulaut pas, qu'il le fait; il manifeste sa malice.

[suani.
*

Nequani
ot

ost ocnlus lividi avortons fâciem suam. et dcspicions
:

,.iii»i<ius

"

il

L'envieux a l'œil méchant; détourne sa faco et mépris(" son àmo.

^àniiuain

suam.
dont
2.
il ait a avoir du remords. De La tristesse de la mauvaise conscience. espcrancc: l'atlenle de la récompense (|ue le péclK• fail perdre. ('rlii.ir/iii est mauvais à lui-mvmc: le péclic est •i lui-niémc son propre châlimenl. (i. Vmî s'envie lui-même; qui se porte envie à C'csi là lui-même, en se refusant le nécessaire. la peine dr sa malice: c'esl-à-dire celte disposition est la peine, etc. même 8. Il détourne sa face pour ne pas voir le malheureux qui liinplore.

richesses... l.'ccrivain sacii• prouve par ce verset qu'il ne condanuie pas généralement tons les riches, et (lu'il ii"ap[iir,n\e pas non plus nniversellement ceux (lui sont pauvres: puisqu'd y a tics riclies qui sont des sensde bien, el des pauvres iiieclianls, doni la pauvreté n'est ni loualile ni niérili'ire, parce (|u"elle est forcée et en temps act'ompagnée d'impatiences el de murmures.

M. Les

.soM

."..

même

Xiv. i-'2\. chesses.
I.

Du bon

et

du mauvais usage des

ri-

Et

rjui n'est jjQs

tourmenta par

pcclir; c'csl-à-dire qui n'a pas

le remords du commis de péché

68

^

uâma ^^"^
icai
*^

«
*^
^^

^"^

, '^ . , • [. &, 3• & , ,; . ,' ^^ ' & , ^^ , ,
xat

Hoir

-

' ^. , ^
.
l»i'iecepta

Ecclesiasticus, XIV, 9-20.
de bono regimine
TÎtse

(-.\1<,
iii^n

14).

&

[. '. ,

ipbn

tiTç b^i5

"? 9
-^y

tipbn

"ai^'û

inin
t3^>*n

pbr^ np^b^
i^y

. -

urb b^

$

n:nbt2 bT
nnbti raii2
**]rib'^t:

ri/jin^ji

[,

by

^irSD

^

nmt:
-^n^
"p5>5ai

br
^b

'j:^

^31 11

nâov

y.ai

lo/vr

j>Wt\ bii<iri

i<b

^i ni5T 12

^'•

^'

()

[^.
[,

Y? i:n
tnniiib
ib
î

5<b biï^irb

nû^n n^^sn Dnt:i
-,
"|-^

13

n^^-^rm

nr

nnitî?j

^D^n

bi<

u

^ny'î^ bi< r^a^

npbnm
ni^jni

nr^nnbi^ 5>
^b^n

^

'

^

nniïib iéti

^^

:bni: ^^rb ^]^:»^^

:3 pD2i
nw

v^'^

'^'^'^

"'^

^^

[S-uvfj.

;i]?n "jjpnb bisiim
r\T^:?b ins^iz:

"f

^

'^

-^

. , ', [.
([.
():
(1):

nm

bsi

D"nbiç ^35b

2-

.'). . . '. /. '. .)
H.

/). )• +(). ^'.) . *:

8.

':

:

{\.3^/^ /.
").
(sec.
12.
14- A'"f"

&ar.~)

.:

.

, . .
.)

nbn^ ^:ai nirnn bs 17

"-

n^Ji:^ ^-- Dbi:?
b3>

nb:?

25

18

. : ^&.
). L):
(sec.

<9(a.

inpT nipn

vj;::>/::

bD i&

.) f
18•

:

16.

(^:

17.

':

10-

:

():

'; ).

22•

: : ^:

(.

':

f).

D'iniquilc, ainsi
la

que i7«e sera pas satisfait sont
de
la

ajoutés par
10.

Vulgate.

Teyid

Vulgate.
13.

— Et dans

aux

choses mauvaises. Addition
la tristesse,

de môme.
ni

Au pauvre

n'est ni

dans l'hébreu

dans

le

justice n'est ni• 17. Avant ta mort pratique la dans l'hébreu ni dans le grec. latine. 24. Ce verset est propre à la version au re22. (H. 20). Et qui méditera sur sa justice... rjard examinateur de Dieu est une addition de la

grec.

Vulgate.

L'Ecclésiastique, XIV, 9-22.
I. l'rt'rrpteN

()9

pour

1» condiiile «le
''

lit

vie (I-XIjII, 14).
ihi

Insati;'il)ilis im-iiIiis

cuiiidi in part••

iiii:

'.''"^;

:J'

,^,"'

Iiisalialilc csi

cupide en

l'ait d'itii-

[((uitàtis

[•piitc;
'

non

satiâljitiii•

doncc consumât arofà[cions iininiani suani.
:

'J'•"•

''•<

'"•

Oculus malus ad mala
et

ri.v. ïi,

o-r.

'"

non

satiâbiliir pane,
tristitia

sed indipens et in
Fili si liahi's,

erit sui)ei•

m• sera pas satisfait, tant qu'il n"aui-a jias dessëcln' et consumé son ànn•. i.'nil mauvais it'n*/ aux choses mauvaises; c'i il III' SI• rassasii-ra pas de ]iain: mais il srra aHami'• i-t dans la tristesse ;i
cl
il

[monsam suam.
bi^nclac tociim,

'«". mo?'

" Muii
l't

lils,

si

[sa propi'c! table. tu •% quelque chose, Îais-t'i'iidu [bien à toi-même,

et

Deo dignas ohlatinnes offoi•. Memoi• este (pniniam mors non
.
.

tai•-

nt-neii-

'-'

à Dieu offre de dignes oblations. Souviens-toi que la mort ne tarde point,
qui'
le

et

testamriitiim mlt'rnnim

(|
.

dat,
,

"'"'"'
Ir.-.

'

.tS.

I.'•.

de- mbr.
:

i»,

r..

l't

testament des enfers

t'a

éti'

[moiistrâtiiai est tibi

[monti'é;

testanii-ntum

enim luijiismundi, morte
jiioriétiii•.
liio,

car

le

testament de ce
la

monde

est

qu'il

Ante mortem bénel'ae aniioo
et seci'indum

,.
Ji^^'le/i^V-,.

'•'•

Avant
l't,

mort,

fais

du

[moui'i'ade mort. bien à ton ami,

vires

tuas e.\pi>rriiicns
[lia paiiperi.

rrov.
Ksth.

3,

2s.

Non

et iiarticula lioni

delVaudéris a die liono, .. X doni non te
,

9, i;».

1*

,

,

.•

Kccli. 14,2, II.

pra'tci•[eat.

Nonne

àliis relincun^s doliu-es
'

"'"'''•,

Lut.

!^ 12, 2U.
;''

'•'

et labures tuos in divisiunc sortis?

tendant la main, [donne au pauvre. Ne le ]uivi' pas d'un jour avantageux, et i|iii' la simple parcelle d'un i)récieux don [ne t'échappe point. N'i'St-ce pas à d'auti-es que tu laisseras le [fridÎ de tes peines et de tes travaux, dans le partage du sort?
si'lon

tes facultés,

Da, et âccipe,
et justilica i'inimam
tuaiii.
:

"'

Donne

et l'eçois,

Ante (ibitum tiium operàre iustitiam

,"."••

'"

quoniam non

.

.

est

apud

,

,

.

obiluiu.
j^

interos

inve-

^^ j^
2,

jure cibum.

Bar.

ir.

Omnis caro
et sicut

sicut

t'œnum veterascet,
arbore
[viridi.

Luc.

is, 2j.

'*

fuiium

iVuctilicans in

j^;.''i"'|'o.
1

ton âme. mort pratique la justice; car ce n'est pas aux enfers que tu trouve[ras la nourriture. Toute chair comme l'herbe vieillira, et comme la feuille qui croit sur un arbre
et justifie

Avant

ta

ivt•

.

-'J•

[vert.
^^

Alia
sic

gencrantur.

et âiia dejiciuntur

:

eccu•. 1,4.

generâtio carnis et sânguinis,
e.cIo.
12. 13.

autres sont ren[versiOS ; ainsi sont les générations de chair et de

Les unes

naissent et

les

[sang
alia finitur, et alia nâscitur.

;

lune Unit
-0

et l'autre nait.

Omneopuscorruptibile in
et qui iiiud oiieràtur. ibit

fine diM'iciet:

A*j,"'ii'|'i3.
'

cum

iiio.
:

.

et celui qui l'a faite ira
'-'

Toute ii'uvi'e corruptible à la fin disparaîtra; avec elle.

Et

omne opus

eir-ctnm justilicàbitur
illud,

i

cor..!.

12-u.

et qui

operâtur
vir.

honorâbitur in
[illo.

^"'''' ^^*'"'

Et toute (l'uvre excellente sera justifiée; et celui qui l'a faite sera honoré par elle.

Beâlus

qui in sapiéniia moi'âbi[tur,

ko:>»u«
^»1"•-•"«•

--

et qui in justitia

sua meditâbitur,
[Dei.

Eccn'.'/'u'li.•..

et in sensu cogitiibit circumspectiunein

uau

13

-'3

l'iiomme qui demeurei'a [dans la sagesse, et qui méditera sur sa justice, el en son esprit jiensera au regard exami[nateur de Dieu
llieiilieiueux
;

10.

L'œil mauvais ;Vœilde l'avare.

Choses mauinjustes.

liÎ.

Dans

le

partage du sort; c'est-à-dire

qu'ils par-

vaises; les usures et autres acquisitions

1-2. Le testament des enfers; c'est-à-dire l'arrcl touchant l'autre vie, l'autre monde. Le testament

tageront entre eux |)ar le sort. 17. Aux enfers. Voir les notes de Genèse, xx\n, 3o
et Deutëronome, xxxii, 22.
19. Los i/ënéraiions de chair et de sanr/; cette expression désigne l'humanité tout entière. 20. Toute a-uvrr corruptible; loute œuvre qui provient d'un motif naturel, et qui, n'claiit pas conlorme à la volonle divine, n'est que vanité, à plus

lie

ce

est

monde; l'arrêt porté contre le monde jirésent ((u'il mourra sans rémission, inévitablement;

car tel est le sensderiiéhraisme

î7 mourra de mort, conserve dans la Vulgale (lilaire). IV. ICun jour avantafjeux [a die èono/, expression qui, d'après ce qili précède el ce qui suit, seml)le iûgniûcr le jour ou l'on a les moyens et l'occasion de faire du bien au procliaiu comme ces autres mots jjrëcieux don, peuvent naturellement s'entendre des moyens mêmes et de l'occasion de faire
;

œuvres mauvaises. honoré daus l'autre vie, puisqu'il est queslion ici de ce (|ui doit se passer après la mort. 22-2". nonheur de celui qui reclierche la sagesse. 22. Méditera sur sa justice, ou s'exercera à pratiforte raison les
21.

.Sera

<lu l)len ;Glaire).

quer ses commandements.

70

Ecclesiasticus, XIV, 21

— XV,
inb

9.

.
23

Prœcepta de bono reçiniine

TÎtie (I-XL•!!, 14).

âtavoov

"'&
2'•

h'

2'•

. ^, ^. ,
],

[ &.
h'

•^1 ^

'^\

21

,

^pr^n n^nriH

MIT

^
bs^

22

^>552

riD^bn ^:>n

^^'^

. -

^2 ^^
;

-,- ^"
b:? ibrii^

^
ii^sm

23

24

26

2"

JLW

^

3

^. , ,. ^
&?;

^. ]

ntnairiD

[,

rrairn

^:

'

'

[. [,

snn^j

nb^i

\

rr^^^ 26

2?

,

DXi inn^np^
tiibnpn
bS'iU
î

2

d-^-i^s^d

n'i^^^Di

9^

[.

ûrb innbsi^m
HDinn
^^Ji

3

i5p*i:n

t:i^^ ï^bi

n^by

:'ts]i

4

.

*

'

["!],

••

®

'

?}

^

. ' ,&
[, [.

[&.

-

îTS nnsn bnp ^inni

i^iir

"TTû

5^^^

ï^b 7

n^isb-j ïi^M

s

îïiinsT^ 5<b :iTi

^"3<

^

23.

*

(a. ôiar.)

6.

:

.. ) - . . .) ^. . -.
:

[. ,
:
(1.

-:: ^sn nbnn

n^as^a i<b 9

: . ^) . .
7?)
Df

;.

(1.

,' J.)
(1.

(.

111.)

.)
3•
:

o'^'"'?•

2•

(a.

*

26.

(sec. ni.)

r»• 27.

[. [,

1.

Dt

(a. "vq.)

.

^:
11). )

A': (. cvV;?;')

'':

ADX:
(1.

(.

) . . . ^) . .:
A':
(1.

':

AD:

(1.

2-

A^DX:

;><0^^. 5.

(.

(p.

.) ^. .)

ADXt

(a.

,) .
7-

...

6-

(. .)
(seC.

ADX:

A:

(1.

»^.

Af m.) f

8.

D:

(.

111.)

:

L'Ecclésiastique, XIV, 23

— XV,
(-^,

9.
14:)•

71

.
-'•'•

I*r^>cpptef4

pour

la roncluite fie la vio
'-'•

Qui cxcojrital vias illiu.s in corde suo. et in al)sci)n(liti.s suis inléilificns,
vadons |)ost illam quasi investijiâtoi•. ot in vus illius cousistciis:

"

(pli

rechercfie ses voies ou sou propre c(eur,

"'

cl qui

pénètro dans

.ses

socrots,

-1

(lui

ivspicit pcr l'enéstras illius,
in jànuis illius aiulii'ns
:

-'•

allant après oll(i comnio un investigateur, et .s'anvtant dans ses voies; (jui roganio par ses t'eniMros,

et
-•'

l'roT.

s, .11.
,i

(|ui n'()ui('SL-it
cl
'

juxta ilouaiui

illins,

in pai-iiMibus illius liiicns paluiu

.
Ml
p.
:

i-ï.

<-s.

écoub' il sa jiorte; qui se repose auprès de .sa maison, ol (jui dans ses murailles onlonoant un [pieu
cl

stàtut't
cl

càsulani

suam ad luanus

illius,

;•;
.st'.s•

r(M|uicscont in i-àsula illius

bona pcr
[a'vuni
illius,
-''

ol

.su cabaui' à ses côtés; biens se conserveront dans sa cabane

-'•

-'

statuot liiios suos sub ti\<riniuo ot sub i-aniis cjus protofirctur sub tcirniinc illius a " " '

•;1•

il

:

l'ci-vi'u'i',
'

'V'i!' ir,. rmy.
Sap.
,,

ot
-'
il

[à Jamais; sous son couvert demeurera .sous ses brandies; sei-a i)rotégé sous son couvert contre

établira ses

(ils

13.

[la
et
il

chaleur,

et

in glnria cjus n'(iui('scct.

se l'cposera

dans sa

gloire.

W.
-

Qui

tiuict

Deuui,

lïicict

bona,

'''"(",,"

AV.
et
'-'

'

Celui
(|ui

(pii

craint Dieu fora

li'

bien,

et (|ui

ot

ciintinens est justitin•. ajiprcin'n[dct illam, obviàbit illi quasi mator honorili'

i>eum.
kçoh.
"-

celui
elle

ii.
-

i^nrde la justice possédera la [sagesse V
lui comme une [mère lionorée;

cl

viendra au-devant do

r

[cata,
et
'

.,

U.

Cf..

13.
2.
^•

s,i|..

s,
<>

quasi iiuilicr a

-irginitato suscipiet
[illuni.

"»•
Prov.

et
"

comme une
lo

éiioiiso vierge, elle lo

rece[vra.

ribàbit illum pane vita• ot intelloctus, '
et

9. i-.i.

Elle
ot

nourrira du pain do vie ot d'intol[ligenco,

Jon. lU-H. Prov. 3, IS
''• •'"•

;

aqua sapiéntiiv salutâiis potâbit
linuàbitur in
contiiit'bit
iiio,

il:

elli•

[lum
et

l'abreuvera de l'eau do la sagesse [qui donne le salut;
s'afierniira

ot ot

non

flocti'tur

:

et elle

en

lui, et

il

ne fléchira
[pas;

'

et

illuui

non coni'undér,

sap.
Is.

s,
4>.t.

ii-i.^.

*

23.

[tur
et
•'

:

exalta bit illum apud proximos suos et in UKklio Ecclésia; apériot os ejus,
adinqjli'bit

:

Joa.

lo, 13. 10,
lit.

-'

Mat.
I.-;.

11.2.
1,

ot

illum spiritu sapiontia>,
[ot

Ecch.

24.

no sera pas [confondu et elle l'élèvora parmi ses proches ot au milieu de l'assemblée elle ouvrira sa [bouche, ot elle le remplira de l'esprit de sagesse et
ot elle
le

maintiendra, et

il

;

:

intelloctus,
et elle le
t'

[d'intelligence,

et stola gloria^ vostiet illum.
'

.bicunditâtom
ot

et

exultatiimem tbosau- Ps. 111, :. [rizàbit super illum, ^':t6,%-k
inr<-iix

'

nôniine œtérno hereditàliit illum. Ilomines stiilti non appn'liéudont

'

couvrira d'une i-obe de gloire. Elle amas.sora un trésor de joie et d'exul[tation sur lui, ot elle lo fora liériti(M• d'un nom éternel. Les hommes insensés no la saisiront pas,
ot les

[illam, „"•"""".„
ot liôminos sensâti

obviâbunt

illi,
:

Sap.

1,

4.

Ilomines stulti non vidobunt oain longe onim abest a supérbia ot dolo
•"^

les

hommes sensés iront à sa rencontre hommes insensés no la verront pas,
et

car elle est loin de l'orgueil
*

de

la

trom[porie.

viri

mondâcos non orunt

illius

mémo[ros
:

^'^'i^j./^•

Los

hommes menteurs
les

no se souviendront
[pas d'elle;

ot

viri

veràcos invenii^ntur in

illa.

Ps.'ie, sap. .3,

i.^.
i.!.

mais
et

hommes

véridi(pios se trouveront

[avec
et

olli',

succéssum habébunt usque ad

inp^. 49
,,;.!;.
;,
.>;
•'

'•'

Non estspeciusa

[spoctii)nom Dei. laus in oro iioccatôris
:

Prov.ae.
Ani.
:..

marcheront heureusement jusqu'à la [vue de Dieu. La louange n'est pas belle dans la bouche
[du pécheur;

23.

i4. Fe)tiUn's.
|l.

Voirla figure de Cantique, u,

!•,

t.

JV,

'i25.
î'<>.

pieu. Voir la note de Juges, iv, 21. Voir la Usure d'une tente dans IV Roix, xxui, 13, t. II, p. 883.

Un

ce caractère, la Sagesse s'identifie avec NoireSeigneur qui se donne à nous par sa propre sul)staince dans la sainte Eucharistie, et aussi par sa grâce et sa doctrine. Les les pécheurs. 7. Les /lotnmes insensés,
l'ar

XV. 40. Bienl'aits de la sagesse. I. Celui qui (jarde qui pratique la justice, c'eslà-dirc les préceptes divins. •2. Elle h: recevra, comme une épouse vierge reçoit son époux. II. Elle le nourrira du pain de vie et d'intelligence.
.

/loinmes senséa. les justes. 8. La vue de Dieu au jour du jugement.
y.

La louange

n'e.st

pas
:

cheur. Le grec ajoute

voyé parle Seigneur

».

être agréable à Pieu si

lielle dans la bouche du pé• parce qu'il n'est pas enLa prière on effet ne saurait elle n'esl pas inspirée parlui.

72

Ecclesiasticus,

.

I»ra;cepta de bono rejçimine vîtae (l-XLII, 14=).

"
^
'
'

'*^0

ov

^

^^

. .. , , ]
7],

9^ , .

.

XV, 10 — XVI,

3.

î

f\T'dT

nn

b-c'ji

^r*rs bii'j ^"^^in
:r;"i53>

b^

ii

^''

"^

^^

^

^

^^

, ' ., . "^ & , & ,,
" ^,
[.
K.ai

^

, ((
&,
[.

iîb !i<rj3

nï5 ^5

^sb^pnn
tD/jn
^"i-Dt^n

^

"n-^ï^n

-s 12

"pi^ ^ID
1

^'3•:;

r;i:''in^

3

Wi)<

^2

n^irs^n'j n-r;b5< 14

'2 ^:'\ yîr:n
xrjTi^ nri-rb

dîî<

-;:

-^

^ [. ,
, .
14.

-

m^:ji D^^n

ciii^

^jsb 17

&[.
;

"'"'^

îbs

-^

X.VI. Mri

"
^

12.

.)
A:
20.

(sec.

> : .) &. ; -^
21. ADiS•* (pr.)

.
).
):
1.

otv.

. .
*,.
l.ï*

& ]
13.

& [, .
''
.
:

:
bi?
12312^5

n'jsn npSD is
"pjii

r-i•"•^ iji<r b5<
\r-5<

'Tv 19

b^îTù bD

n-r
m:2

vn
îi^b

ADnt
16.
(1.

(a• "^ç•)

AHDn.
19.
:

(sec.

(pr.

m.)

&)
m.)

(pr. ni.)

Af
(1.

\.

A':

(sec.

.)

:

AD:

&) ^.
Df
(a.

, . , .
(a.

5
Î

iibnb

d

^'tCDii

D^bnn

5<bi

îiiD fbz'ù
i5v:3 ^;:?]

b:?i

njiin n\snin

bx

xvi.

^. . <.)
18.

nbi^* ^2nn

:^• bi<i
-r^ïin bs 3

nn

3?-n bx -ns Di^ d:^ 2

(A':

>:
(.sic)

2.

':

(1.

m.) 7

(in f.)

''^

/'

? (5'
et le

rroiwr

{sic)

()

dans l'hébreu ni dans
cesse est

TTczqarOuOL.

elle

10. {. 9). De Dieu... el dans une bouche fidèle abondera. Addition de la Vulgate. 13. Toule erreur exécrable (littéralemenl exécra-

XV.

18.

Le bien
Tous

mal

n'est ni

le grec•. 19.
les

:

hommes sans

une addition

tion d'erreur).
:

Hébreu " le mal et l'ahomination Septante « toute abomination ». l.'i. Ce verset n'est ni en liélu'eu ni en grec.
:

«.

de

la Vulgate.

2-2.

Ce verset n'est ni en hébreu ni en grec, mais

paraît pris en partie de xvi, i.

L'Ecclésiastique, XV, 10

— XVI,
(-.\^,

2.

73

.
">

l*r<'cepteN
est

pour

la fontluite
i'':

de In vio
l'J

).
[sagesso,

qu<>niam a Dou piOt'écla

sapicnlia

^-•

'-:<•

sajiii-ntup oiiiin Itfi asiâliil laiis,

parco que la sag(!sso vient de I)icn; car la lonango de l)iou accompagnora la
oi

et

in (iro liddi aluiiidiiliit,

dans uno

Ijonclio lidoh; elle altondera,

et
1'

Itominàtor dabit

t'aii»

illi.
I).
:

ot le doniinatoui• la lui
ut
!t,

donnera.
I)ioii

Nim
qii;i•

dixi'ris

:

l'or

Doiim abest

i.t,

;.
;

,.
13.
il.

"

Ne

dis pas
l'ais

:

«

C'est par

qu'elle est

Oi,

iloin di;

moi

»,

ciiiin odit
:

ne Îon'ris.
inc iniplanàvil
.siuil
:

Jac.

1,

I3-1Ï '-

car no
Ni' ilis

'-'

Non dicas non (Miini
Oinn•'
l't

lllc

ncci'ssàiii

ci

iKiniini'S
[iinpii.

car
'•

les

pas co qu'il liait. pas: ("est lui qui m'a trompi'• Immmes impies ne lui sont pas iié••

;

[ci'ssairos

''•

oxeci'anit'ntiun cnni-is odi( D••1

Le Seigneur bait toute erreur exécrable,
ot elle
lie si'ra

minns,
\«i.
laliiiii

non
liens

ci'it

aniàbilc tinn'ntibus cuni.
a
initio cnuslitiiit lnnninrni,

pas aimable à cou.\ qui
le

le

><•<>,

•><<
'
'"^

[craignent.
l>ieu,

li

:ib

_««••<•»«

dès
laissi'•

IiImtiiiic
(ii'n.

ciimmencoment, a
la

cré•''

[riiomnie,
etrcliiiuit illuiii in
'•

manu

consilii sni.

et
1.

il

l'a

7.

dans

main de son pro/m:
iConseil.

J.ib,
n;,

1.2;
i;.
'

Adjécit
si

mandata

et

piM'Ci'pta .sna

:

Il

lui

a donné de

jilus ses

conimandoments
[ot ses pr(''coi)tos.

"'

voliKM'is

mandata

scrvârc, conserva-

,^'"'v^''.:,'.^:,

"

ot in
•'

perprtnuin

lldiMii

[bnnt ti•. plâcitam IïicîM'c.
^'''

"*

Appi'isnit tibi aquani ot i,en('m ad quod voli'ioris. purri^c inannni tnain. Anto hiimincm vita et mors, bonuni ot
:

^'

°""i;)'''

j„.

"*
2 1.
s

imainni
luiod * placuorit
'

:

ci.

ilàbitur

un

y
:

i,^;™•,:•-•• Eccli. 17, (i.

, ,„ Deul. 30,

,1.1.

"'

qnôniam multa

sapiôntia Dei,

''J

du [Dieu et mettre toujuurs en iiratiquo la foi qui [lt(i est agréable, ils te con.serveront. 11 a mis devant toi l'eau et le feu ('fends la main vei-s ce que tu voudras. Devant riiommo sont la vie et la mort, lo [bien et le mal ce qui lui plaira lui sera donm''; parce que grande est la sagesse do Dieu;
li-s
: :

Si tu

veux garder

commandements

et fortis in potontia,
-"

et

vidons omnos sine intermissinne. Oculi DiJmini ad tiniéntes eum.
et ipso agnoscit

.
homi[nis.

'-0

33, Ifi; 32. 18.
4,

Hcbr.

on ]niissanco, voit tous les hommes sans cesse. Les yeux du Soigneur sont sur ceux qui le [craignent,
il

est fort

et

il

13.

omnom ûperam

et
'-'

lui-même
il

connaît
n'a
il

toute

lOitvre

-'

Xémini mandàvit impio ngero,
et

A personne
et

commandi• d'agir d'une
n'a

[.

de

némini dodit

sii;iliiiia |)oco;ui(li

:

à personne

'--

Iilinrnm mlidélinm ot

.
iniitiliiini.
si
:

33,
,

11.

car il ne dr^sire de lils intidèl(>s
'

jias
et

[manière injuste, la permission [de pécher; une multitude

dunné

inutiles.

^,,p

i,

XVI.
nec
-

1

Ne jncundi'ris
obloct(''ris

in filiis impiis,
si

•<• niiis

XVI.
et
-

Ne

te

jiiultiplicontui•

""••"'';^
^'"sip/i''

réjouis pas en des tils impies, [s'ils se multiplient

;

supor ipsos,
;timor

non

est

/'

i)oi in illis.

r>"v•. 22, e.

Non credas
et

vit;o iili')rnm,

ne

i-o.spé.\oris in

labores

ei'irnni.

ne mets pas ton bonheui• en eux, s'ils [n'ont pas la crainte de' Dieu. Ne te confie pas en leur vie. et sur leurs travaux ne jiorto pas tes ro[gards.

11-23. Dieu a donné la liberté à l'homme, mais il lui demande compte de l'usage (pi'il en lait. 11. Ne dix pas. Si la sagesse est loin de l'insensé,
la

d'être fidèle
10.

et le mal;

même

faute n'en est pas à Dieu, mais à l'insensé lui<|ui, en taisant ce que Dieu liait, la lient éloirlnns la été créé

ou infidèle à Dieu. sagesse de Dieu propose à l'homme le bien il voit l'usage que l'honime en l'ait, et il le récompense on le punit par sa. j/uissance. 20. Les yeux du Seigneur. Voir la noie sur Nombres,

La

gnée de

lui. 14. // l'n laisxr seil. L'Iioinme a

XIV, 30.

main de son propre
liljre

con-

et est reste lil)re même après sa transgression (voir Genèse, iv, "1, maisicpéclié a amoindri cette faculté et l'a inclinée

-21. A personne il n'a donné la permission de pécher. 1,'acte en vertu duquel Dieu permet, tolère le pèche, ne saurait en aucune façon le légitimer, il n'engage pas la coopération divine.

vers le mal.
t>. .Ses• commandements et ses préceptes. Nouvelle preuve de la lilierté de l'homme. 10. Mettre toujours en pratic/ue la foi qui lui est agréable (;i Dieu). La foi sisnilie la ildélile. D'autres traduisent . si tn veux garder mes commandements, ils te (jarderonl. (i;irder la lidclilé Dieu dépend de ton bon plaisir -, c'cstà-dire lu es libre
:

XVI.
2.

1-u.

Une

postérité impie n'est pas désirable.

compte

JVe te confie pas en leur vie: c'est-à-dire ne ni sur leur vie, ni sur le Iruit de leurs travaux [)()ur y trouver un SDulagement dans ta vieil-

lesse: car (|uel(|ue jeunes, quelque robustes (|u'ils soient, une mort lmpre\ue et soudaine peut les Irapper à chaque instant.

74

Ecclesiasticus, XVI, 4-15.

^
'

y.id

&

.

sic

"'

!/7

"

icai
'

^

]& 3• . . •/.•/.
r/y
fi

& ^.
,
éystv

l'raecepta de bono reg^imine yitse (l-\liil, 14).

[.
[,
[,

^2- -^

mri::?

^ ma

^d

<[3^
^T'j

/./.&

r;nx^ nbxs

^

^ .. }. . . , . .
A--f

. [ .' [, ) [. ]. , . . . ^) . . (\ \ ^
^''"*

^^, ^,,'
*"

'
^
'

. [. ^ ,. 7^
[.

[,

[,

mn
6

375
r>5

nr^'j nb«5

mpr

rrTz^ nirn

D"ip -D-cib

x-j;d ]i<b

^,
tûib

<
îî^bi

7

^"
mn

b3>

b'^n

b?

xbi 8

n:»

by

b^ùr^

9

^b;n c^bx

'•:3 -^s 1

'

vpr 7r^p)2
;npD"
15j:?

^S

|5111

<
-

Qs
nbic^

rrjn

":» ITT
inn^in
ît:3"i:^
bi3?

'
m^^

D-.:-n ^3

'3
br^

'

r:jnn nns 12

rb:5?rjD ir\x

bT:a

t:b-j"

xb
i^bi

13

îDbiyb

*

'

55
î

pn^ mi<n
123^

^*^

np^i:

:3?

bs
b^^
"""^

u
rj

rDSb

i<^^ r"::rjs

(. ?)

6•

: {-. kr
:

nyns nb nx

'^
fiara

o(p&alfjo;.

':

7.

':

8•

^:

\. ',{^. .')

Xaraày

ct

1"

"f

.)

^:
14.

;—
latine.

11.

>{

(sec. III.) \•\• (.
(1.

': : ^.^^:
13.

>•)

\ ^.') .
uncis incliidit
h•

l;j-

A--f (in f.) Jevçtoç

:

(-:

^).

12.

] (
De

yvœad'f/

»7

^, '
uTJj

-

XVI. 3. (. S''). C7-aif/7unit Dii'u... fih impies sont. ajoutés par la Vulgate pour pn-ciser la pensée. G. (H. 7). Se confiant est une addition de la version

9. (11.8).

leurs discours n'est ni en

hébreu

ni

en

grec.
1."i.

(H. 14).

Selon Îintellir/ence de son 2iélerinage
ni

n'est ni

en héi)reu

en grec.

L'Ecclésiastique, XVI, 3-15.
.
ftli'iior

l'r^cepteM pour lu

t'oiidiiite

de lu vie (l-X^I^II, 14)•

('ai•

est ciiiiii luiiis limiMis

1»<•.
s»!•.
(,

luieiix

vaut un seul luifanl eiaiguaul
[Hicu

3.

(|uam nulle
*

lilii

iiii|)ii.
filii^;.

<|iie

mille
esl

lils

impies.

Et

l'itili•

l'sl

iiiori siiu'

*

Kt

il

quain rcliniiucn'
•'•

filios

impius.
pâtria,
1

que de
g. a.
.U,
9,
i
;

Ab

uiio siMisâto iiilialiitiiliitiir

11
cl
'

plus utile de luourii• sans lils (li-s lils impies. seul homme sensé fera liabiterla patri••
laisser
[cnlièrc,
ij'iliii

3.'«-2«.

tiil>Ui< iiii|iiiii-iiiii ilcscn'-tiii•.
'

Rcgr. 2, 31. Jud. so, 46.

une
.Mou

Milita làlia
cl

viilit nciiliis

uh'US.
aiiris luca.

•»
>

df!

(cil

d'impies deviendra déserte. a \u beauetiup de choses seui[blables.

niitlox.
ol

rorti('>ra

horuiii aiidivit

mon

oii'iliecn a eiiteiidu de plus fortes

[encore.
'

Insviiairi'tîia|)occ:'iiitiiiiiirxarili''l)it ivnis. ecciî. ïi. Xuni. 11,
lii, 3.-I.

i».
1
;

'

Oans l'assemblée des méchants
et

s'allumer.i

[un feu.

cl

in pfciitc iiuTcdibili

cxaniésci't ira.
siiisaiiti-

Ps. "". si-

dans une nation incrédule s'enflammera
[la colèi-e.

"

Non oxoravcruut pro pcccâtis
lijui

c.n.

g, 4.

*>

Ils

iiout p,is ])rié

instamment pour leurs
anciens géants
[force
:

"ifântcs »"•
[ti'ili
:

^• **^-^-

.pi'chés, les
ijui

qui
'•'

dostri'icli siint coiilidt'ntcs sua' vir-

ont

(•

di'truits,

se

couliant en leur
le lieu

et et

non popcrcit

porcgrinatiniii Lot.
,
, .

gcu. t»,»,
1

21. Jpr. 16, '4.
•'>.

''

et

hieu n'a pas épargné
Lltitait
il

où Lot hala lierté

exocnitus est eos pra• supcrlua
iiiisi''itiis

s Mae. ï,

verlti

^_

et

[ill('>rum.
"^

Non

"

genteia totaia [perdens. cl extoUéntcm so in pcccâtis sui.s. Kl sicuf .sexcénta inillia pédituiu,
est
illis,

jj^. 14

27..JS.
«, 21.

1"

J"s.

Kum. u,
33-34
;

"

26,

SI.

(|
ot si

contrregâli suni

in

durilia cordis
[sui
:

étranger, de [leurs discours. d'eux, perdant une na11 n'a pas (>u pitii'• [tion entière qui s'élevait d'orgueil dans ses péchés. Et il fut ainsi des six cent mille hommes [de pied qui se ra.ssemblèrent dans la dureté de
les a exi''crés

comme

a

cause de

unus

fiiisset

cervicâtus,

et s'il n'y avait
il

eu

('
(|u'il

[Icnir

cœur;

seul rebelle,

iiiirum si fuisset
'-'

immunis

:

miscrici'rdia enini et ira est

cum
m.

illo.

^.

^-, Eccli. 2, 23.

,„

1-

eut été exempt de [pimiliim ; car la miséricorde et la colère sont avec
serait

étonnant

[Ini;

l'otcns c.xon'itio. et ctliindcns ira
'••

il

peut être
.sa

fléchi,

mais

il

iv-pand aussi sa
[colère.

Seci'induni luisericordiani siiani.
sic coiTi'>ptio illius

^*•

i""•

'•

''

Comme

nii.séricor(le,

hominem secunduiu
!'
'[".'uïcVis*

'^

Non
et

ertVigiet

[opéra sua ji'idicat. in rapina peccâtor.
siiiTcn'ntia

ainsi sont ses châtiments; il Juge l'homme [selon ses (euvres. Le pi'eheur n'éciiai)pera jias dans ses

[rapines,
et
'•

non relardâbit

miseri:

l'attente

de celui qui

'•'

omnis

iiiiscrici'>rdia iViciet

Lcôrdiani l'aciéntis locuni uni[cuiiiue
Rom.
6.

miséricorde [ne sera pas dilïérée:
fait

toute iuis(-ricorde fera

une

jilace à

chacun

secunduiii nnM'ituiu opiM'um suorum, cl secunduiu intelhOtuiu ixTcgrinatiô[nis ipsius.

2.

^^^^.'ji/-'

selon le iu(''rite de ses (ouvres, et selon rintelligcnce de son iièlerinage.

:>. ( seul liomme scnsr. Veircemine exemples de ce qui est dit dans te verset et les suivants, Genèse, XIII, lu; Juges, ix, ."j: III Rois, \. 7. 6-2;t. Chàlinients divins contre les impies. 7. Un feu. Ce feu doit dési^^ner la guerre et tous les maux que produit la discorde. Il peut y a\iiir aussi dans ce verset une allusion au leu qui consuma les complices ilc Coré, Datlian et Abiroii,

entière: luus les habitants de Sodes quatre autres villes de !a Pentapole. 11. Ces s/.c eent mille hommes de pied sont les Israélites qui, du temps de Moïse, irritèrent Dieu dans le désert, et y lurent exterminés. Cf. Xhni/jres. 1, io. S'il n'a avait eu: c'est-à-dire si Dieu n'a pas épargin• une si grande ninllilude. il pardonnerait bien moins à un seul indiNidu (|ui se rendrait cou10.

Une nation
et

dome

Nomhres.
*.

xvi,

3.j.

pable de

la

même

rébellion (Glaire).

Les anciens (jénnts Voir Genèse, vi, 4et.suiv. !). /,»ieii n'a pas épargné. Voir Genèse, xix, -2't. eausc rie la fierté...; n cause de leur insolence. On le voit en effet par le verset suivant, oii il esl dit que les habitants de Sodome se faisaient une gloire de leurs crimes.

14.

de

fait miséricorde signifie, dans le langage l'Écriture, qui assiste les malheureux, qui fait

Qui

du bien aux pauvres.
15. .SV/oii l'intelligence

dire selon la sagesse avec laquelle comme étranger sur la terre.

de son pèlerinage: c'est-àil aura vécu

76

Ecclesiasticus, XVI, 16-26.

.
^^

I»r»cepta de bono regrîmîne

un

?] '
''

^^'

^^'
-'^

-'

-'-

&. ,
'[ , . ^)
f»'

9£; '&,
[émoy.onjj

. ;
?;

Tifse (I-XL•!!, 1-4).

^n^rcD

b^x-ù ^/3ï<n

bx

i7

^Jiiii 5<b

-ii^

wsi

.DIX ^:2 bi

[,
tr-yin Dr.-b? ^rrro.
;

^&[

"
\
~^

-^

^*'

'^

. , [, / ) ^, ' .
(^ ^'^ ,
,^
^

; , .,
[.

^, -

bin'^-]ic"i

d^'m ^i::p

"|i<

19

[. &,

-b

D^-c^ i<b 'bv

Dj d

"3? ^:^^^n i<b

^t^'^xir•.

u^
\s

21

wir

"/û

^no b^n rrrT "2

^^

dïî

^-'i n^r^-j 22

:pin

^i

:

nipni

:

nb^ç irn^ nb

•:;^
^b>s
-û^ii:

:
b:?l
b;?

23

'b['::'j]

^rjr'24

:nb

"^m

^'

"
:
(1.

'

^nn

bp'jî^jn

nrnxTO

[,
.

iri^nyj r'j;?7j

bx ><^ns 26
cn^^n

[
17.

, . ..^/.
//OÇ

&') &.
(. y^) Jfût 19. ':
i)vfj.^

16.

xuï xaS^o

.

7)1.
18.

* . ^. . :
(.
TJj

:

urf)

\

et (.

y . Sr^

!}.
(p.

21

.

Kj

(sec.

m.)

h-

')3;

oij9uX-

) . ' <. .'^ ) .. , ). . .) ^ .
(a. uit^o.) .,-. 22. A':
(1.

:

A'HDN*

Jf«t

i|fV.

— Tf^ff-

Tji

{f\

A-)• 23• A:
2o.

A':

(1.
...

AX:

':

...

(in

f.)

cvrov. 26.

(seo.

A:

27. A:

>'

:

(1.

-:

(1.

'.)

7ja9ivr^oav. A':

'.

!<•]-

(.

ovVf

les collines, mots ajoutés par la Yulgate. Et (cependant) tout cœur est compris par lui n'est ni en hébreu ni en grec. 22. De quelques-uns, et l'interroqaloire de tous est pour la consommation [des jours). .Vddition de
19.

£/

la Vulgate.
23. Vaines esi ajouté par la version latine, ce qui change le sens. 24. De l'esprit n'est ni en hébreu ni en grec. 20"-'. Sont des additions de la Vulgate.

iO.

L'Ecclésiastique, XVI, 16-27.
.
n.

77

l*r<>cepteM

pour

In

conduite
".r'.a.um•.

île

la vie (I-\IjII, 11).
Ni•
cl

l>oo al)scoii<l:ir, et ex suninio iiuis iiiei meiiioi-iibilui•?
(liras
:

Non

A

1'•

dis pas
liant

:

.li•

j,,,,,^,, ^,.

du

ihi ciel

nu• caclicrai a Dieu ; ipii se souviendra de

[moi?
''

1'

In ]Mi|Milo luairno

non

a.iim'fscar

:

Au
(

iiiiiii'u

d'un ;^rand pcupli•, je ne serai [pas reconnu

;

([lia'

est

cnini

anima moa

in tani '"'- •^"^''•^,'^,
"*
le.

[niéusa creaUira?
'"

Ecce

cii'luni. ot cti'li
et

cœlorum.
[cis sniit.

->.

i.-.-n•..

abyssus,

nni\VTsa terra, et qna' in

d.mu. :.

il

àmi• dans une telle iinnien[sitc de créature.s? • Voilà qui- II' cii'l cl li's cieux dos cieux, l'abinir d toulr la terre, et Ce qui est en [eux.

ar

qu'i'st

mou

p, îo3,3ï.
J..b.

in conspi'-ctn iliins ronnnovi'l)nntnr.
'•'

s'i'branli'i'onl
''

montes

sinuii, et eoUcs, et
.

fnndaniénta
r.

;•,

.vn
;

en un

37,
:

1.

[tci-ra.,,

cuni conspexerit
2i>

,

.

ilia

Heus, ti-enion• con[cutiéntur.
:


,

à sa pré.scnce; temps, les montagnes, et les [collines, et les l'oiidements de la terre,
iiièmi•

w.

I-'•

lorsque
-'"

l)ieu

les

ivgai'dera,

s'agiteront

Et in
et

omnibus
cor

his iusi-nsâlnm est cor

omne

int(>ili,iritiir

ab

illo

[dans l'eirroi. Va. i)anui toutes ces clioses, le cœni• iJ(^ est insensé; et crjii'iiilniil tout co'ur est compris par lui.

[/

:

-'

21

et vlas illins qnis inlrlii.irit.
et

Prorun<iu>

Et ses voies,
ainsi

(|ni les

comprend,

procéllam,

quam
illins

nec ncnhis vidébit
[JK'iminis?
"^

»«

i»«-i.

^ Job, 3s,

/""•

'?;.

i.•.

-"-'

--

Nam
s(>d

plurima

opéra snnt in abs[ciSnsis
:

opéra

jnstitiie (\jns

qnis cnuntiâlMt'?
'!

^'^•

'"• '"•

[ant (jnis snslini''bit

Longe enim

est t(>stamt''ntuni a

quibus[dam,

tempête, ipie l'œil de l'homme [ne verra pas? Car le plus grand ii'uiilire de ses œuvres [sont cachées; et les (euvres de sa Justice, qui les racon[tera, ou qui les soutiendra? car le testament est loin de quelques-uns,

que

la

et interrogâtio
'-•'•

omnium

in

consnmma[tione est.
:

et riiilerrogatoire
'

Qui minorâtur corde, cogitât inânia

p^.

j,3;
7,

Celui dont
et

le

est pour la con[sommation ries jours. co'ur est amoindri i)ense à

de tous

Os.

11.

[des choses vaines

;

etvirimpn'idenseterrans.cogitatstulta.
24

riioumie imprudent

et

égaré pense à
[des folies.

Audi me
et

fili.

et

disce

disciplinain
[sensus,

Prov.
"'
'

i.
'

s-o;

-'

Écoute-moi,
et

mon

dis, et

'i'•

inverbis meis attende in corde tuo, et dicam in œquitâte disciplinam. (>t scrutâbor enarrâre sapiéntiam et in verbis meis attende in corde tuo. et dico inœquitâte spiritus virti'ites,
:

;^

rs.

us, 34-3^.

à mes paroles sois ; avec équité la discipline; et Je chercherai à fexpliquer la sagesse; et à mes paroles sois attentif en ton cœur. car je tlis dans l'équité de mon esprit les
et Je te dirai

apprends la dis[cipline de l'esprit, attentif en ton cœur

[miracles

quas posuit Deus
et in veritâte
2c

in opéra

sua ab

ini[tio,

((ue l>ieu a

faits

dans

ses

ouvrages dès

le

[commencement.
et c'est

enuntiosciéntiam ejus.
opus doï
inNCruClbile.
-''

In judicio Dei opéra ejus ab initio,
et
.

C'est

que j'énonce la de Dieu. par un Jugement de Dieu que ses
dans
la
véi'iti'•

[.science

ab
.,.

institutii'me

ipsorum distinxit
.
.

Qpn.
Eccli.

1.

j.io,
, le, 30.

et initia
21

eurum

,

.

in

[partes illoruni, M gentibus suis.

i"-'''-

[ouvra.ges e:rislenf dès le commencement, et dès leur cn-ation il en a distingué les [parties
et les
'-'

as 30

Ornàvit in ietérnum opéra ill(jrum.

job, se,

'13.'

11

principes dans leurs générations. a réglé pour toujours leurs fonctions.

17. Dans une telle ou dans une si immense création; cat dans la Vulgate le mot créature se prend quelquefois pour création. Au reste ces deux sens

reviennent au même (Glaire). •21. .Ye verra pas ])arrailcment.
l>;»s

il

n'en

comprendra

la

-22.

cause. Le testament signifie

l'arrêt, la

nous.


le

La consommation

ici, ou la loi de Dieu, ou sentence que Dieu doit prononcer contre des jours: le moment

Avec équité; expression synonyme de dans la qu'on lit dans ce même verset. 26-31. Sagesse de Dieu dans la création des astres et des animaux. -2(;. Ses ouvraiicx existent dès le commencement. Avant tous les temps Dieu avait la connaissance éternelle de tous les êtres possibles et la volonté — déterminée d'en appeler certains à l'existence.
25.

vérité,

//

de

la

mort.

en a distingué les parties. C'est l'œuvre des trois premiers jours oii Dieu s.'para les divers éléments
qui (levaient constituer le monde. '27. lia réijlé pour toujours leurs fonctions. C'est

•2'»-Xvni, 31.

dans
y.
la

Sagesse de Dieu dans la création et gouvernement de son peuple. Prologue,
discipline; l'instruction, la science. Voir
i, -2.

2»--2;;. -2i, 2.J.

La

note sur Proverbes,

Iccuvre du quatrième, du cinquième et du sixième jour, où Dieu distribua les éléments et les êtres selon leurs fonctions.

78

Ecclesiasticus, XVI,

28 — XVII,

9.

'
-^
^"

.
èneli'aouv,

Pi'iecepta de bono rej^^iniîue vitie (l-XL•!!, 14:).

^^"
xat
^'

. VII.
-

^

" 3&

'. &^
)
:

& , ' - .,.
&,

', .

-'
*

*

''

'^^

^

/ ^^ , . ,. ,.
30.

., .. ^, ^, '.
m.)

. , '. /,

28.

,'.
3•

:: &: \.
(1.

-:

(pr.)

.

1.

voCr

) . " .& . ) . * &, ^ , ." . . '
)
(in
29(sec.
31.

^':

(&'
A^f

9'

7}.
4-

.
}<

*

sec.

m.)

:

(1.

(1.

pr.)

). ( .
\
-"
9.

7. A-j" (a.
1'.)

-.)

. '

.)

8• A"-j(1.

(. -.)

':

':

-21.

Et n'ont pascesxé

d'agir. Septante

:

et ils
renii)lir

pas dans les Septante.
2.

Cl",

y. 3.

n"ont pas
28.
«

manqué de
».

faire leur

ouvrage (de

leur tàclie)

L'un d'eux ne pressera Jamais... Septante

:

aucun ne vexe son voisin ». 29. Ne sois pas incrédule à sa parole. Septante et jamais ils ne désobéiront à sa parole -.
:

:

30. Septante littéralement « l'ànie de tout être vivant a couvert sa face (lesctres ont couvert la surlace de la terre), et vers elle ils retournent ».

XVII.

1.

Et

c'est

son image qu'il

l'a

fait n'est

El il Va revêtu de force selon sa nature n'est pas dans les Septante. Cf. y. 3. 5. Il a créé de sa substance un aide semblable à lui n'est pas dans les Septante. .»-6. Et il les a remplis du savoir de intelligence. Il a crée en eux la science de l'espirit n'est pas dans les Septante. lia rempli leur cceur de senx. Septante il les a remplis de l'art de l'intelligence ». 8. Pour le glorifier dans ses merveilles n'est pas dans les Septante.

:

-<

L'Ecclésiastique, XVI,

28— XVII,

9.

'9

.
noc
et
'-'*

PrôcepteM pour
noc
lalioravcriiiit,

la «-oiitluite

de la vie (l^XL•!!» 14).

<'Siii'iériint,

non

destiti-riint

Uiuisiiuisquo

pri'i.xiimiiii sibi
I

ab opcrilius suis. non ;uiî.misvorbo
iUius.

Ts.

Ils,

!)l.

Job,

tiabit iisquc in ii'lt-rnuiii.

-"
•'•")

Non
Post
et

sis inerodibilis
h:f(•

E>tnis in ttMTaiii ri-spéxit,

inipli'vit illani lionis suis.

'

Anima
et

omiiis

vit;ilis

denuntiavit ante
[IViciom ipsius,

in ii)sain itoruni

rovorsio illi'num.

.Wll.
l't

'

Dcus

civilvit ilo torra|iii'iminom.

sori'induni

imâginem suani

IVcit

il-

[luni.
-

Et
et

ilcrum

conv«'rtit iiluni in i|isani.

''•

soci'indum se vestivit illnm virtute. Nuinerunidiérnni et lenipus dédit ilii.

,

80

Ecclesiasticus, XVII, 10-23.

^^

9••
''

^^

*^
'*

yil

*'
^'-

'^ '
ot

' ' ' ,, . ^. ' , ' ,.

.

Prœcepta de bono reg^imine

vitse (I-IlL•!!, 14).

^^"
^^

^^

*^

^*'

^'

^^

^^

" " ', . "
^:

. "^ .,, 3 ' , . .
'
ui

3'

, ^. , / .
.
'

(in

' . ( .. .. , , . .7'• , ..^. ^ .^ . "/ &. \ . . ^. ,
10-

(>
('.)

. ;
ISor.

11.

AD:

sec.)

13•

*

DX:

(1.

...

3•.

17• "•{*

(.

ctvTÙiv)

.')

DN:

(1.

':

(1.

in f.)

A-"{•

(in f.)
roiar.

&-

IS^viZv

ly.

A^f

(in

f.)

COS (p.

..
19•

A'D:

(1.

SCC.)
(a.

^
f.)

18• A^'f

DN:

(1•

20•

1)""

(•^

DN:

21. D:

23.

A-f inter UU-

16.

ADN:

(1.

.)

*:

10.
1-2.

Sa

Septante

justice n'est pas dans les Septante. « et il a appris à cliacun d'eux (ses
:

dans
«

les ijarties
il

intérieures de la

terre.

Septante

:

devoirs) envers son prochain
i;>.
:

».

17.

Septante « et Israi-I est la i)art du Seigneur». Ses alliances n'ont pas été cachées par leur ini:

quité. Septante

«

leurs injustices

ne
:

lui

ont pas

été cachées
18.

».

Un

sceau pjour

lui.
».

Septante

»

un sceau

avec
19.

lui (qui l'unit

à Dieu)

chacun sur sa

tête, et il les

fera retourner

déposera leur récompense sur leur tête ». 20. Et il leur a destiné -la vérité en partage n'est pas dans les Septante. « les péchés ». 21. Tes péchés. Se|)tante « le Septante 22. Les pierres d'achoppement. scandale «. " qui donc 23. Les Septante ont en plus dans les enfers glorifiera le Très-Haut ». 24. N'est pas dans les Septante.
et
: :
:

L'Ecclésiastique, XVII, 10-24.

81
14:).

.
'"

l'rérepteN pour la conduite de 1» vie (I-.\IjII,
^:"•

Tcstaméiitum

îi'lôrnuin oonstituit ciim
[illis.

»"•

'"

Il

a r-taidi aver
Icui•

eux um• alliance rternelle,

et justitiaiiict judicia siiaosU'-ndif

illis.

l't

" El

niairnâlia honoris ojiis vidit ociilus
[illoriiiii,

i:x. 19,

icis.

"

a api)ris sa justice et ses juge[nients. Et leurii'ila vu les i:ian(leurs de sa gloire,
il

et Iioiiiirt'iii

vocis aiulii'iiint auivs
Attoiidilo
illis

ill•')-

et

leurs oi'eilles ont

entendu

la

majesté de
[sa voi.x,
ini-

[rum.
et dixit illis
:

ab

oiiini iiii(iiio.
'-'

et

il

leur a dit
a

:

«

Gardez-vous de toute

[fpiité -.
'-'

Et niandâvit

'•

"
'••

imitniiquiMle pn'ixiino [SUO. Via' illuriiin corani ipso siint soinpor. non siint absconsa> ab oculis ipsius. In unaniquiinKiuo frontcni piieposnit
[roct.-.roni
:

^,^',,'.
liom. 13,
E.oii.
10. u;,

Et

il

ordonné

chacun d'eux de

veiller

'•

"'''•

KieciuH
""•"''•
Jlom
13
I

'•

[sur .son prochain. Li'urs voies sont d<-vant lui toujours, elles ni• sont p(jint cachées à ses jeux. .Sur chaiiue nation il a préposé un chef,
et le (lartage

et

pars Dci. Israol
Et ôninia opéra

l'acta est nianilV-sta.

'••

Diut. 3»,

s.

Dan.

10, SI.

'

illoi'iiin

vclut sol in ^^f:J;i[;_
:

"^

et iiculi
'"

[conspéctu Dei oins sine intcnnissione inspi'
.

.

19, Vi-e.

,

[cicnles

... m vus oorum.
.

'^^^'f','" Eccli. 10, 4 ;
le, s-e.

et

de Dieu, Israël lest devenu [manifestement. Et toutes leurs œuvres sont comine le [.soleil en pi-ésencedc; Dieu, ses yeux sans cesse considèrent leurs
[voies.

Non sunt absconsa
et

testaniénta por ini-

ps. 102,

n.

'

Ses alliances n'ont pas été cachées parleur
[iniiiuité
;

[MUituteniilk>rum,",f„"l'3';3%'•

omnos

iniiiiiilâtos

eorum

in

conDci.

et toutes leurs iniquités ont été
^''<'''•

en présence
[de Dieu.

[spi'-ctii

Eleemusyna
et grâtiain

viri

quasi signâculuin

cum

-'•

"'•

'*

[ipso,

hominis quasi pupillamcon[servâbil
.•»1.
2.1,

'•'

et postea resurget, et retribuet illis retri-

3.

'3

[butionem, unicuique in caput ip.sôrum, et convértet in interiores partes terrœ.
-"

sceau [pour lui, et le bienfait de l'homme, il le conservera [comme la prunelle de l'œil; et enfin il s'élèvera et il leur rendra rétri[bution à cliacun sur .sa tète, et il les fera retourner dans les parties in[térieures de la terre.
est

L'aumône de l'homme

comme un

Pœniténtibiis aul(Mu «ledit viam justi[tiœ,

sap. 12. 19.

'-0

Mais aux pénitents
et
il

il

a ouvert

la
[la

voie de
justice,

et confirmilvit dolicirntes sustinére, et destinâvit illis sortein veritâtis,
-'

a fermement soutenu
leur a destiné la
vérit(''

les di'faillants,

et
'-'
'

il

en partage.

--

Convértere ad Dominuni, et relinque "euscum SUO [peccata tua iionn». lïiciem Duniini. et ininue jer. 35, 15. precâre antc
,

:

--

[olTendicula.
-^

jcr.

4,

1.

Revértere ad Dominuni. et avértere ab
[injustitia tua,
et

13.44,22.

-^

Convertis-toi au Seigneur, et quitte tes [péchés; pi-ic devant la face du Seigneur, etdiminue [les pierres d'achoppement. Reviens au Seigneur, et détourne-toi de
[l'injustice,
et hais

-•

et

nimis odito execrationeni cognnsce justitias et judicia Dei,
:

^'"'- "• ^*•

-<

et

extrêmement l'exécration de Dieu; connais la justice et les jugements de
[Dieu:

10.

Une

alliance. Voir la

note

sur Notnbres, xxv,

11. Leur œil a vu... Allusion aux phénomènes qui accompagnèrent la promulgation de la loi sur le

Cf. Deuléronome, xxxii. 34; Cantique, VIII, t». On sait d'ailleurs que les Orientaux veillent avec le plus grand soin sur leurs sceaux, ;i cause de l'abus qu'on [lourrait en faire, s'ils venaient

précieuse et chère.

mont

sinai.

12. Veiller sur son prochain, pratiquer tous ses devoirs vis-à-vis <lu prochain, et non pas seuleiuenl, comme on l'entend ((uelquefois, s'occuper des in-

térêts

de son proclialn. 14, la. I.'autcur fait visiblement allusion à un passage du Deutcruno7ne [wwi, 8, 9). où il est parlé de la division des peuples, et des Israélites en particulier, comme ayant été choisis de Dieu pour être la part de son hérilage. 16-20. Dieu voit tout.
17. .Ses

à tomber en des mains étrangères. 18. Ce verset, selon que le dit le traducteur espagnol Scio, doit être considéré comme une parenthèse autrement, en effet, le précédent parait incomplet, et le suivant devient inexplicable. i'i.îÎs'rtèvcra rendra /"era. Le sujet de ces ver// leur rendru rëlribes est Dieu, nommé au y. 1". hution; il leur donnera ce qu'ils ont nii-rité 1rs : pronoms qui se rapportentaux hoiimies Leurs Les parties intérieuiniques mentionnés au y. I". res de la terra; expression qui désigne très probable;

allkmces....: c'est-à-dire
:

que Dieu a faites aux Israélites lées par leurs iniquités quoicju'il les ait parfaitement connues, il a maintenu fidèlement son alliance avec eux. cf. Romains, m, 3, '». 18. Comme u7i sceau pour lui. I.e sceau a toujours été considéré chez les Hébreux comme une chose
BIBLE POLYCLOTTK.

promesses n'ont pas été annu-

que

les

ment

les enfers.

20. // a ouvert; littéralement il a donne ou pose, viis, élaldi, vraie signilicalion du terme liehreu (pie la Vulgatc traduit ordinairement par donner.

—Il

fermement soutenu; littéralement
soutenir.
21-31.

:

lia affermi de

Exhortation à

la

pénitence.

T. Y.

82

^''

^^L^Tio
^' ^^

^'

^"

^'

"¥•
"
"*

, ,. . ^, ,; ,. ^ && .
.
Prtecepta de bono
'yivTL

Ecclesiasticus, XVII,

25— XVIII,

7.

reisriniine vifie (I-XL•!!, 14).

('
,

Cwrrwy

,.

&.
.

/

(^

""

^'
''

'. &, ^ . ;
; ;

^. .
^,
A^t (.
29•

;

27. A-t xvçtov)

.
\•

(.

d-fov

30•

':

A-'f (in

.)

.
)
'ojuov

) .' . (*
28et

31•

.

anidajuji

.^

.) ., -. . . . '.) ,
:
1):

(1.

•)

6•

:

D:

(1.

':

.

2.

': 37'.

3. ADii".

xvqCov. 4•

.

* .)
(a.

:

(1.

» à la place des vivants et de ceux 2;>. Septante Entre en qui, des celte vie, lui rendent grâce? » partage du siècle saint n'est pas dans le grec. « Sseculum sanctum, dit Uaban Maur, est quies œterniE
:

vitne,

quœ

alibi

nuncui>atur saiculum reternum et

sœculum srcculi scu srecula sa'culoruni. Necessarium est ergo unicuique, ut, dum vivit et valet, locum sibi aHern;L' beatitudinis recte crcdendo et bene opérande pneparel, quia post linem istius vitœ, non est tempus operationis ». 20. Ne demeure pas dans l'erreur des impies, avant la mort loue Dieu n'est ])as dans les Septante. Avant la mort loue Dieu. « Cum nobis inopinatus
ait

27. Septante celui qui vit et se porte bien rendra gloire au Seigneur ». Les trois autres parties du verset ne sont pas dans le grec. 20. Et qu'ils se sont complu dans la vanité de la malice n'est pas dans les Septante. 30. Ou quoi de plus mauvais que ce qu'ont imaginé la chair et le sang ? mais cela sera condamné. Septante « la pensée du mécliant sera chair et Mais cela sera condamné n'est pas dans sang".
:
••

:

le grec.


sa

XVIII.

1.

Et, roi

n'est pas

dans
:

exitus terminalis et vit:e nostra^ dubia sint ex mortis ignorantia curricula, quomodo sibi (|uisque superesse ad confuendum tennpus ignorât?» Victor Tunonensis, De pœnitentia, XXVIII (inter Opéra S.

plute ajoute « a point d'autre
qu'il est le roi

jamais invincible, il subsiste L'édition de ComSe|)tante. le Seigneur est seul juste, et il n'y en
les

que lui; il gouverne le monde par main étendue et tout obéit à sa volonté, parce

Ambrosii).

de tous par sa puissance, cl il sépare en eux ce qui est saint de ce qui est profane ».

L'Ecclésiastique, XVII, 25
I. I»réceptei»

— XVIII, (
dans
ih^

7.

83

pour

la conduite

de la vie (l-XL•!!, 11).
ot

et sta in surti• intipositinnis, et oratin[iiis
-'•"•

tions-toi l'ornio

altissimi Dfi.

[nation, ot on
in
t.,

lo soit di• /'/ dostiprior lo Tros-Uaut.

Iii

parti's

vade
et

saViili sincti,
tlanlilnis

ciiin

vivis

(•'<'
il•.•...

n.

'
-I'•

'"••*'.'''

Entre on partage dn sioclo saint avoc coiix qui vivent ot qui j-ondoni gloire

-'"•

Ndii

(Iciiiorc'iis in ciTi'ir.• iiiipitiriiiii,

i'«.r•.'•.

No doniouro pas
avant
la nioit

diiiis

aiitc niorttMU citiilllrn•,

lom- hii'u.

.
mort
la

[iï

Dion.

dos inipios,
es(

iiiurtuo iiiiasi
-J

iiiliil,

pci-it

coiitV'ssio.
-'

I.orsqu'ollo viont

</iil

comme
pi'rdno.

[l'ion, la lonaiig'• est

Conlitr-liiMis vivi'iis,

Tu

glorilioras
ot

vivus
l't

et saillis coiilitr'boris,

vivant

y>/t'/' pondant qiH'tii vivras; on santo tu /e glurilioias,

et laiulâbis
ï*

Dcmu,
iii

et tu loïK'ias Idou,
et tu to gloritioras

jrloriàbcris

luiserationibiis illins.

dans
ost

ses niisoricordos.

Quam

inagriiâ

miscricordia

lininiiii.

iioriaii»
;ifl

•-'*

Combien grando
ot sa prupitiatioii

misoricordo an
[Soignoiir,
so convor-

pipiii,

lenliiin••

ot propiliiitio illins conviM'ti'iilibns
29
iiiiinia

ad

pour ceux qui

jj,.^^

,7,

[so!
Nt>(•
l'iiiiii

[lossmit esse in lioiui[nil.iis,
l'ilius In'»-

rs. 102, u. i-'"- *-•-'•

'"

Car tontos ciiosos ne pouvenl
parco
(|iic
1•'

(inMiiiani

non

est iniinortâlls

lils

do

[minis,
(M

in \anit;ili'

iii;ilili:i'

])lacm'iMinl.
-0
Job,
l.i,

imortol, ot qu'ils so sont complu dans la vanito do [la malice.
10
;

[tissont
iHr•'

à

lui

î

dans

les

ilioiiimcs,
u'rst

pas im-

'•'^

Quid Incidins sole?
ft
liic (li'ricict.
n(''<)iiiiis

Mut.

16, 17.

Aiit ijiiid

quain quod cxco.uitâ [vit caiO l't sangnis?
oœli
ipso

et
•'

lioc argnétiir.

Virti'iti'in

altitûdinis

côn:

Quoi do piusluminoux quo lo soloil? copondant liii-mômo di-taudra. Ou quoi do plus mauvais î|uo ce qu'ont [imaginô la chair ot le sang? mais cola sora condamno. Lui-mênie contemple l'armée du ciel élevé;
luMis tous les lioinmos sont torro et cen[dro.

ecciî. 10, 9.

[spicit

et oiniies honiim's torra ot cinis.

XVIII.

'

Qui

vivil in aMi-nuiin. creâvit

»:>;;••«
'*«""•
*^'°•

.XVIII.

'

Colui

(lui vit

otornoUomont a créé

[unmiasiniul.

[toutes choses ensemble;
'"

Dous soins
-

justillcâbitiii•.

'

Dieu soûl sera justifié;
et, roi
-

ot inanot invictus rox in ittiTiiiini.

*

Qnis snt'licit onarrâro opora illius? Qnis onim invostigâbit niagnâlia ojns? Virtutom antoin niagnitûdinis ojns [qnis onnntiâbit? ant qnis adjioiot onarrâro inisericur[diain ojus?

Kom.ii,3:i-:ii.
>

ps. io.'>. 2. Sap. 11, 2^•

invincible, il subsiste à jamais. Qui pont sulliroà raconter sos nuvros? Car qui soiulora sos merveilles? Et la puissance de sa gi-andour, qui l'é[noncera ? on qui ontroprendra d'oxpliquei- sa misé-

Non
'

est ininuoro,

noqno adjicoro.
p^.

'

noc est invoniro inagin'iiia Doi. Cnni cousuiiiniâvorit hoiuo, tiino
«'tcuin (|uir'Vorit, aitoriàiiitur.

144

3.11.
•"'

iu:

[ricordo? n'y a jias à diminuer ni à ajouter, ni à dôoouvrir aux morvoilles do Dieu. I.orsqui• riioiiiuio aura Uni, c'est alors qu'il
Il

Lcipii't

j„b, 2c, 11.
i^t

[commoncora
lorsqu'il so

:

'

Quid

ost

lioino. ot

qna; est

gi'Atia
Iiliinsr

vaims

'

sora arrêté, il so trouvera [dans la perplexité. Qu'ost-co (|n'un lionnno ot quost sa l'a-

vour?
qué, le mot armée, dans l'Écriture, s'exprime souvent par vertu (virtus) (Glaire).
XVIII.l 14. Grandeur de Dieu et misère de l'Iiomme. i. Ensemble: c'est-à-dire généralemeni. sans aucune exception, ou, selon d'autres, en mém'' temps, dans le même moment: mais la première explication nous parait plus probable. J.e simul de la Vulgale a ici le même sens que dans les/V-n/mc.-.• xiii. ,{; Sera justifié: sera trouve juslo. re"\Lvni, 2. 10,

24. De prier le Très-Haut; littéralement de laprière flu Tris-Haut: génitif qui, dans la version latine,
est,

comme le

|)réfédent dcstination{proposilionis),
sort.

régi par le

mot

Lorsi/u'cUe vient: c'est-à-dire que l'Iiomme mort, t'tant comiiie s'il n'était pas, ne peut i)liis louer Dieu d'une nianiéro méritoire et utile; cl personne ne pourra le louer dans la vie future, à moins t|u'il ne
l'ail fait

m.

18,

dans celle-ci. Cf. vi, .'>; Isaic, xxxviii, t9; linruch. 11, 17, i~. Et lu le (lUirificras... Voir verset 8. 29. Le fils de l'homme: hél>raisme,pour C homme. La vnniti'• rie In malirr: c'est-à-dire une vaine malice. :iO. Ce qu'ont iiH'-fr///i(',-c'esl-à-dire les pensées, les inventions de la cliàir et du sang. 31. Lui-même: le soleil. L'armi'e du ciel élevé: ce sont les divers astres: litloralement, la vertu de la hauteur du ciel. Comme nous l'avons déjà remar-

.«<(•

connu pour
(i.

Aura
."i).

les (V.

juste. fini de cliercher à découvrir les merveilIl commencera ; ce sera comme s'il ne
.

faisait que de reclierclies.

commencer.

—Se sera
.

arrêté dans ses

de lut? hauteur 7. Quel bien ou quel mal vient veut dire ici que l'homme ne peut être ni utile ni
nuisible à Dieu.

...

84

Ecclesiasticus, XVIII, 8-20.

,'& . ^"^^ '.^ ' /, , . , ' . & , ^-" ^ . . , . , & ', . ] ^^ . ; .&; '

.

Prœcepta de bono resfimine
-/.ai

TÎta• (I-XL•!!, l*)-

uyudôr

y.ay.ùv

;

•/.
^

Jid

*^
'^

y.ut

.
-/.

';•

in'

/.,

^^

y.ai

y.ul

ÔLÔaoy.Mv

y.ai
'
''

^^

y.ai

''"

.
^^
^^

Ovy. iôov

),

/./.

,^.
(1.

/<(.

-^

8.1): (1.
j^:

xvQtoç. 13.

\\):

.

»'^?•)

D:

'':

. ). . ..
':
(1.

.. ,
9.

luni
SCribit
20• }':

sec.)

14.

^.
il

prœmiltit titu-

.
19.
:
<•

.):
:
(1.

':

. ^ ^. . .
17.

*:

D biS

vel

)

" Qu'est-ce ((ue cent ans. qu'est-ce puisqu'un seul moment les efface? Bossuet, Sermon sur la mort... Si je jette la vue devant moi, quel espace inlini ou je ne suis pas; si je retourne en arrière, quelle suite effroyable où je ne suis plus, et que j'occupe peu de place

8.

Cent ans.

il.

Et

leur a montré la voie de l'équité n'est pas
il

()ue mille ans,

dans
13.
il

le grec.

demande

Septante

reprend,

il

châtie,

il

enseigne,

ramène comme fait un pasteur avec son troupeau ». Qui a de la miséricorde n'est pas dans le

grec.
14.
l.'i.

dans cet abîme immense du temps! Je ne suis rien; un si petit intervalle n'est pas capable de me distinguer

du néant.

»

Ils ont été estimés n'est pas

19.

De sa miséricorde n'est pas dans le grec, Mauvaise n'est pas dans les Septante. Avant de juger acquiers la justice n'est pas
,

les Septante. la présomption de leur n'est pas dans les Septante.

dans
10.

dans

les

Septante.
:

Que

cœur

est

mauvaise

-20.

Et devant Dieu. Septante
".

«

et

à l'heure du

jugement

L'Ecclésiastique, XVIII, 8-20.
1.

80

Préceptes pour la conduite
;iui
c|iii(l

<lc

la >ic (1-.\<11, 1-1).
quel Ijicn on ipid mal vient do lui?

et

<|iiid est

lioimiii,

iii'c|iiaiii

-""p; -^; *•.'•
l'.-i,

et

[illiiisV
^

s.
•*

Nriiiicrus
qiKisi

:

<liii mil

lit

iinilliiiii
:

,'

'''.•,_

I.c

nombre des jours

tics

liommes. an
(est
(\t'
(]('

itliis,
:

f.ej

"s.

[ri'iitniii ;iiiiii

aquii•

maris

ilcpiilàti suiil

:

comme une
cl

;:ontto d'eau

cent ans la nier ils ont
[été ostiniés:

cl siciit ciilculiis aiviia•, sir cxi^'iii aniii

[in (lie a'vi.
'•'

l'ropti'i• lioc

iiâliiMis est

liens
.

iii

illis,

"

^W^^;^^^
.

..

Ko.-U. 17,
•.-s-:'!>.

et

('flïindit

siipci-

l'Os

niisiM-icnnliaMi
^siiaiii.

et

grain do sable, ainsi sera 'ce peu d'années au jour do réternité. A cause (\o cola le Soigneur o.sl patient [envers les bomines, il ri'pand sur eux sa misi'ricorde.
e.st

comme

u!)

'"'

Vidit
et

|ira'MiMiiiIiniii'ni

cordis

[iliinniain niala osl.

l'Ognnvit sulivcrsituicni ilh'iniin [niani

" Ideo

adiinplrvit

piOpitiati('iiii'ni

'
in

coiniin

'0

11

a vu

que

la

pn-somiition

di•

lourcmur

[est

(|ost.

ot
nom.
:.,

il

a

connu
il

i|ue leur fin est

mauvaise, mauvaise.

2u.

snani
iliis.

" Pour cida
Mat.
.

a accompli sa pi-opitia11on on [eux.
la

et osttMidit
'-

ois viaiii a'iiuitàlis.

4:..

et
1-

il

leur a montn'•

voie de réqnité.
lioiiimo es<

MiscnUio

iH'ininis

circa

pi'iixiMinm

La cnmmisi'ralion d'un

pour

siiuin

:

niisorii'ordia aut(Mii Del siipoi• oiiiiicni

^^

mais
^^^

la

[son procbain. misi'ricordo do Dieu est sur toute
[cliair.

^^
1]

[carniMn.
1-

Qui

]iiis(M-icurdiani

iialn't.

docct,

(«t

r,. sj, J'•"• i".

"•

>•>

Dieu

([lu

a

lie

la

iniséi-icordo enseigne et

[('nidit

>*

quasi pastor grogoin siuiin. Miscivtur oxcipii'iitis doctrinam
ot ipii iVstinat in jiidiciis ojns.

«•.
iiiisc-

16,24.
1'••

comme un
11

ratli'inis,

et

'•"'

Fili in

bonis non dos

qiioivlaiii,

1•'

^icie
iliinduiii.
2 Cor.
9,

et

inomnidato non dos

trislitiani voihi
'iiiali.

7.

et

[corri.u'o lex hommeft, pasteur son troupeau. a pitié de celui qui reçoit Tinstruction [de sa miséricorde, (jui se liàto de ne soumellre k ses juge[ments. ]\luii lils. dans les bienfaits ne mets pas [de reproche, dans aucun don ne rnetii la tristesse d"uiie [])arolo mauvaise."

"'

Nonm^
sic ot

arduroiii refri^cràbit ros?

'•^

N'est-ce

jtas

que

la rosée

rel'roidira

une

''

vorbum molius qiiani Nonne ofce vorbum supor

dalnin.
tlaliun

bo?

''

[chaleur Itrùlante? ainsi une pai-ole est meilleure qu'un don. Xc.st-ce pas, par exemple, qu'une parole
[est

[nnni

au-dessus d'un don avantageux?
et l'autre se

sod l'itraquo
'"

cmn

honiino justiiicâto.
:

mais l'une
is

ti-uuvent

dans un

ot

Stultus âcritor improponibit datus indisciplinàti tabésccfo faclt
[•'iculos.

[iiomnie reconnu pour juste. Un insensé avec aigreur fera des reproches, ot le don d'un indiscret dessèche les yeux.

'•'

Anto judicinm para
ot

iiistitiam

lil)i,

19
.-t.-inui

àntoquam loquàris

disco.

et
-0

-0

Anto lanfiuorom âdliibo niodicinam.
el

•••»»<•«luiii•
1

anto judiciurn intérroga toipsum,
in oonsjioctu Doi invi'iuos

Cor.

11, 2S,

.-il.

Avant de juger, acquiers la justice; avant dti parler, apprends. Avant la maladie, om]iloie le remède; et avant le jugemenl, iiitei-roge-toi toi[mèmo.
(>t

ot

propitialti<')noni.

i-hrcM.

:t,

40.

devant

Idini

tu trouviM'as propitiation.

Qi/e leur fin est mauvaise. 1-e mot suôccrsio de Vulgale signifiant ordinairement renversement, ruine, destruction, nous cvu devoir le rendre par /î«, c'est-à-dire mort; d'autant plus (|ue les Septante présentent le même sens. 13. Dieu cnM'iynr et corrifje. I.a correction est rei-omiiiandée dans les Livres Sapieiitlau.v comme un des meilleurs moyens d'éducation. 15-XIX, 17. Conseils et avis divers. <a. Ne mets la tristesse. I-a Vulgate traduit souvent par donner {dare), le verbe hébreu qui signilic proprement jioxer. mettre. Mauvaise; c'ost-à-dire
10.

la

\

«

Dans raujnonc on

croit

ordinairement

(|uc

c'est

assez de donner. On apporte plus de soins dans le a un certain art innocent de relever présent, et il le lU'ix de ce que l'on donne par la m'anicre et les

dure, affliijeanle.
16.
il

Lne chaleur brûlante vent brûlant, comme en sounie souvent on Orient. 17. Une parole est au-dessus d'un'Ion avantagru.r.

circonstances de l'olTrir. C'est en celle dernière lacon que saint Paul assiste les pauvres. Il jes considère comme des personnes auxquelles il lait la cour, si je imis parler de la sorle. C'csl pourquoi il n'estime pas (|ue ce soit assez «pic son présent les soulage, mais il snuliaiie que son service leur agrée. Sur l'éminente dignité ». Bossuct, Romains, xv, des pauvres, /'" partie. i/eu.r; l'ait de la peine. 18. Dessi-rhc les le remède, il vaut SÎO. Avant In maladir. rmplme mieux provenir le mal ipic d'avoir a le guérir. Avant te Jugement: avaiil Ion propre jugemenl.

M

86

Ecclesiasticus, XVIII 21-33.

.
"'

Vrteceptn de bono reg^imine vitse (I-XL•!!, 14).

y.al

-''

'-'^ ([
^^

'^ , . , 3& ^ . ^ ^ ., , /''' .
"
xat
^^

( '^',/ ^, 3 &^ ^ ( ^'
èr
ijrteTçorfrjy.

•/.^'.

xai
^''

xut y.aioov
23

•/.(

oojj

'^

ooffluv,

-'

"^

"
"

^'

^'-

^^

^ / )/
:

?) ^^/^

.
1):
:

^. ^,
(1
f.)

. ^ . ,,
:;",

. . ,
^,
(pr.

.5<:
b5<

.

31
bi<

^,
32
33

•^-•

^7]
24.

2•

.
23.
«
21.

(sec. ni.)
:

(1.

(pr.

•}• (a.

m.) (. ^v/noZ) ^eov. xatqon ... (1.

27.

'*

(a.

.^J

]. •) ]. . ).
D:
xcà
1):

xatoov. 29-

. .. . . -/. . )
m.)
:

\, (<)'

iS2iDi bbiT

'
(1.

b5<

':

30.

D* /^.

A^f{a..x(oXvov)

JU9}

(A-uncisiacl.)-31.A:

C])r.

'
32.

^':

.)

:

(1.

^^. 33- A'B'Dx*"£<i7i

) — -/?-

(\..)

(A^Ft)•

Et au temps de l'infirmité montre
:

ta

con-

duite. Seplante

«

et, si tu
».

viens à

pécher, montre

que

lu te convertiras
:

2-î. Septante « que rien ne t'empéclie de prier à propos, et i)our être absous n'attends pas jusqu'à la

Septante : « les sages sont aussi sages en pails répandent, comme une pluie, des paroles pleines de justesse ». « de tes convoita volonté. Septante 30. De
29.

roles, et

:

tises ».
32.

mort
23.
23.

».

Septante:

«

ne mets point

la joie

dans

la

mul-

Prépare ton âme. Septante " préiiare-toi De la pauvreté. Septante « du temps de la
:
:

-.

titude des délices et
ler
».

ne

t'attache pas à les

accumu-

mine
«

et

». Et desjiécessilé.'i de la pauvreté. SepianlL'de l'indigence et de la pauvreté ». 27 De l'inertie. Septante de la ncsligence ».
:
<•

la-

33.

Car

n'est pas

dans

tu seras {ainsi) envieu.r de ta jjropre vie les Septante. Nous empruntons cette

phrase à la Polyglotte de Complu te.

L'Ecclésiastique, XVIII, 21 33.

87

.
l'I

Pr«>oeptei«

pour

In

conduite
is. as.

tie lu

vie (•.\IjII, l-i).

Aiiti' hiii.uninnMii iiiiiiiilia le,

lu-yo.

in

ti'iii|i(>r('

inliniiiti'itis osti'-ndc coii-

Avant la maladie. Iiiimilie-lui. et an temps de l'inliriiiit(• moiitn•
Qui'
rii'n

ta coii[(biite.

[versatioiuMii tiinm.

Non
ot

iiiipcdiiins or;in• soiiipoi•,
\('i'(';'iris

i

..•»>.

.•.,

i:.

m•

iisinic

;i(l

moi'teiii Jiisli-

(Hn'mi.im iiicirrs Uci
Alite
ot
oratii'inciii

in

;(•.
Îtiiaiii

|)'•;•;
iioiiio

;
[liCiti-i

:

ne t'ciii|i('cli(• de pi toujours; el crains pas de de\ciiii•. jusqu'à la II•' [mort, de plus ni plus juste, parce (pie la i'(''c<iiiip('nse de Kieii demeuni
[éternellement.
.\vaiil la prière,

Epci.•.

:.,

.
-"•

pii'p.iie ton

âme,
(pii

*'"'

''•

:

noli

ossc
ii:e

quasi
in

((iii

tentai
[Doiini
:

el

ne sois pas coiiinie un iiumme
de
la coléri'

tente [Dieu.
la

die consnininatit'mis.
in
it

EoiH.

-,

is.

Souviens-toi
et
(\\\

au jour de

[consommation
et

conversaiône t'aeiéi. Menx'nto panpertâtis in ténipore abunleinpMs retributii'mis
[dântia•.

teni|is

de

la

rélribution. lorsqu'il dé[tou ruera sa face.

kccu.

ii,

-'.

Souviens-loi de la pauvreté au jour de l'a[l)ondance
et

et

necessitàtuni panperlàtis in die di\i[tiâriun.

des nécessiti'S de

la

]iauv!'eté
[tli.'S

au jour

richesses.

A niane nsqne ad vésperani
et h;ee

ininuita[bitur tenipns.

l>u

matin au soir

le

tem|is sera changé,

iminia citàta in oculisDei.

et

toutes ces clioses sont rapidi's

aux veux

Homo
et
in

sapiens in
dii'bns

unmibns

niétnet,

prov. 2^, 14.

Un homme
et

delictoruni

atténdet

ab

[de Dieu. sage craindra en toutes choses, dans les jours des péchés il se gardera
[de l'inertie.

[inértia.

Oninis asti'itns agnoscit sapiéntiani, et inveniénti eain dabit confessiiMiem. Sensàti in verbis et ipsi sapiéntei• [egérnnt
:

ot

intellexérnnt

\ei"it;'tteni

et justitiam,

et inipievéï'unt

provérbia et judicia.

Tout /lomme hal)ile reconnaît la sagesse, (>t il rendra hommage à celui qui l'a trouvée. Les homiiu's sensés en paroles ont aussi [agi avec sagesse, et ils ont compris la vérité et la justice; et ils ont répandu, comme une pluie, des
[paraboles et des sentences.

concupisPost concnpiscéntias tuas non eas, et a voluntate tua avertere. obuisten**"'"• Si praîstes aninite tua? concupiscéntias
[ejus. «--V»^-»^' 13, 14.

Ne va pas
Si tu

à la suite de tes désirs,

et détourne-toi

de ta volonté. accordes à ton àine ses désirs,

fâciet te in

gaudium

ininiicis tuis.

JtT. 1.14.

elle te

rendra

la joie

de tes ennemis.

Ne

oblectéris in turbis nec in niodicis:

Ne

assidua enim est commissio illorum. Ne lïiei'is mediocris in contentione ex [fœnore, et est tiiii uiiiil in sâcrnlo
:

point ilans les foules, pas même [dans les moins nombreuses; car les eonllits y sont continuels. Ne t'appauvris point par l'usure pour ta
te plais

[cote

dans

les festins,

quand

ei'iseniui invidiis vit;e tu;p.

tu n'as rien dans /a bourse; car tu seras ainsi envieux de ta

propre
[vie.

21.

Avant

la

maladie.

11

s'agit

évidemment

ici,

d'ellort.

d'après le roiUexte. de la maladie de l'àme, du péché. Montre (a conduite. Le grec dit plus clairement


"

:

montre la conversion •23. Prépare ton âme. par le recueillement, et la demande du secours de Dieu. La meilleure prépara>•.

va pas à la suite de tes désirs. C'est à l'ame appartient de commander au corps et à ses convoitises. « Défiez-vous de vos désirs, ne les sui30. iVc

qu'il

ve/, pas, dit l'Écriture. C'est

comme

si

elle

vous

di-

tion à la prière est ainsi la prière elle-même. 24. Au jour de la consommation: c'est-à-dire jour dernier. Dit temps: second complément

du du

précédez les, raisonnez-les, dirigez-les; qu'ils ne soient pas en vous comme un cheval emporté (jui entraîne à la fois et le char et le con<lucleur. En somme (pie rien d'humain ne dégénère chez vous
sait
:

verbe soufirns-loi {meinentn). Il devrnit être régulièrement au génitif comme le premier de la colère (ira?); mais il est à l'accusatif itempus) dans la Vulgate et dans les Septante. La Uihle fournit plus d'un exemple de ce genre d'anomalie. Lorsqu'il détournera sa face des impies. C'est le vrai sens de in conversatione faciei e\^Vn\uii• \n\.ï le grec. 27. Craindra, prendra des précautions. Dans les jourê des péchés: les jours de tentation, ou l'on se sent plus facilement imrté au mal. Il se aardera de l'inertie: il faut alors redoubler de vigilance et

en passion
p. 415.

". JI8'

Gay, Vie et vertus chrétiennes, V,
telle est la signification

1,

-

ordinaire du latin commissio, et c'est le sens du l'actexte grec; plusieurs cependant l'entendent de tion de commettre des péchés. empruntant a 33. Par l'usure: cest-a-dire en Pour ta cote: pour lutter avec les autres usure. payer. {in contentione), au su.iet de la cote à envieux: c'est-à-dire tu fôteras a toi-mcme seras
et

32.

Les conflits:

première

le

moveu de vivre.

88
1.

Ecclesiasticus, XIX, 1-13.
Praîcepta de boiio rejSfimîne
ov
TÎtae (1-XL<1I, 14).

XIX.
ô

^

^

*"

"^

^

"

^, . - ]. , < , ,. "^
<(
ovSiv

^ -, . ' , .. , ^
[.

^'';\^

^^b]

bi^'is

.

/

,
,

^

]

-

•'/(>

3,
^
'

^^"^
^^710

^'-

^^

3. !)}<:

}•.^

).
).
4.

* \-f

. , ' '. . .) . ... .)
<,

;.
III.)

.

'

(.
.

({
f.)

(sec.

(iii

(in.)

. *:

',
t *:
£)'

(a.

)

D:

(1.

(-;
m.)

(1.
([)•

6•

':

(1.

xaxiie)

A^f (.

.)

5.

(pr.

:

et

^. .
1);

''. :
D:

(SCC.

111.) '\

), : ^. •)
1.

(.

8. A'-"f

9-

':

13.

13-14-

'*

.

(.

12.

B'DN:

xcà

.

). .
(1.

»•

].

XIX. . accuscronl des [lioinmes] ncnxés n'est pas dans les Septante. 3. Et il deviendra un grand exemple n'est pas

sera

condamné

et celui qui

liait le

bavardage aura
n'est pas

dans

les Septante.

moins de malice ». 9. Et sera toujours auprès de
les Septante.
11.

loi

dans

.SO?i

âme. Septante
n'est pas

:

•<

son
les

âme
Sep-

impudente >'. i. El il eniicra amoindri
tante.
;j.

dans

0.

Ce verset ne figure pas dans les Septante. Septante « celui <|ui se complaît en son cœur
:

gémit {une femme) pour mettre an n'est pas dans les Septante. « reprends 13. Septante ton ami, de crainte lu'il n'ait (rien) l'ait et, s'il a fait quelque chose, de peur qu'il ne recommence ».

Comme

monde un enfant
: •

L'Ecclésiastique, XIX, 1-13.
1.

89

PrécepteN pour la
non

ruiiiluite

de la vie (l-XLillv 14).
\|.\.
rt
1

XIX.
et

1

OpiM-âriiis chrii'Siis

loriipli•- ,-"'^';',";•,,
[ti'il)itiii•
:

1,'uiiviier

adonné au vin no

s'onri-

,-'.
,,,.,_^.

[ciiira pas;

.,^^

M"i

^P''i'i>il un'idii-a. |iaiil;Uiiii

drcidct.
1

r.i,

ïu-a:..
.'.,

celui qui iinqiriso les petites choses toniet

y

Vimiiii
cl

<

....

.

mulifi-cs

ai>uslaliii••' laciiint

.
^^^^
()8.

Ci.i•.

.
îl.
-

s:.,

Le vin
cl

les Iciuiiies

^^ ^^
il, i.

[sapit'iitos. ;j'u"g,

[bera peu à peu. font apostasior li-s [sages.

et

ârunciit sciisâtos Îoniicâriis, i|ni se jiui.irit
:

i-ril

piilivilo et vornios hcroditàbiint illiiui. et cxtollétni• in oxi'-mpliim inajiis. et loUt'tiir
1

[
:

•ov.

:)i, I,

-;>
II.
''

acciiseniiit

<•:

celui
la

(

les hniniitcs senS(''S;

se joint

aux prostituées sera un
[iiiéchanl
:

^^.

.-.,

.s-u
;

pourrit ui'i» et les vers rin'riteront,
il

;

jr,.i7

»,

et
et

deviendra un grand exemple,

dr numéro anima cjus.
cito,

17-1

s

son

àme

sera retraiiclié-e du

nombre /<
[l'jrff «/.*•.

Qui dvdit
et

lovis

corde

est. el

,»p

fniinorâhitiii•:

«eviiaie
j,„.
.,,

qni delinqiiil in âniinam siiaiii. m[super halii'bitiir. Qni gandet iniquitàtc. denolâhitnr
((ni

.

;

-'-',

n.

Celui qui croit proniiitenient est léger de [cœur, et il en sera amoindri ; it celui qui iièfdie contre son iinie sera vu ;avi'C mépris. Ci'liii qui se n'jouil de Tiniquité sera noté
[d'infaniii';
l'I

et

odit

correpliuneni.

iiiimiétur
[vita
:

™.

ir, y.

ci'lni

(|iii

liai!

la

n'^primaiidi'

en vivra
[iiioiiis.

et
'

qui odit loipiacitâtein. e.xtiiipnit ma[litiam.
jieci'at

cl

celui (pli

liait

la lo(|uacilé é'tcint le

mal.

Qni
et

in

aniniam snam. ]iœni[téhit
:

I"•

Celui
et

qui

pcclie contre son

àme

s'en re-

qui

incundàtnr

in malitia.

denotà[bitur.
eccu.
42, i.
'

celui i|ui

met

[pentira, sa joie dans la malice sera jioté (l'infamie.

'

Ne
et

itères

verbum neqnam

et

dnruni.

Ne
et

raiiportii point

une parole méchante
amoindri.

et

[dure,

non minoraboris.
et

tu ne s(>ras pas

>*

Aniico

inimico noli narràro scnsum
[tuuin
:

**

A
et

ton ami
s'il

et

à ion ennemi, ne raconte pas [tes pensées:
toi.

et si est tibi delictum. noli

deniidàre

:

y

a péché en

ne

le

découvre
[point
;

•'

10

audiet oràm te, et custc'idiet te, et quasi défendons pcccâtum ndiet t(\ et sic àdcrittibi seinper. Audisti vorbnni advérsus prONimuin ne <ietraclioiie. * .['""'"•.10.. .3:MS-,9.

!'

'"

commoriâtnr
'

in te, lidens quoiiiain non [te diri'impet.

,

Mat.

s,

n.

I

lYicio

verbi pârturit fâtniis.
infântis.

>i

tanquam gémitus partus
'-

car il t'écontera, et il t'observera; et feignant d'excuser ton ])(''c]ié, il te haïra, et sera toujours auprès de toi. As-tu entendu uik; parole contre ton pro[chain ? qu'elle meure en toi, bien sur qu'elle ne [te déchirera pas. Pour uni' parole ou'ie l'insensé éprouve les [douleurs de l'enfantement. comme gc'^mit une femme pour mettre au

[monde un
Sagitta infixa fémori cainis,
sic vi'rbnni in
'••

enfant.

'-

Commi'uiie
ainsi est

corde

stnlti.
"«•<•««•aini.-i.
L.'V. 1»,
Jlat.
17.
là.

enfoncée dans nnecuisse [charnue, une pai'ole dans le cieur de l'iiillèclie

[.sensé.
('('irripe

amicnm, ne

forte
:

non

intelfeci
:

1^

Reprends
[compris

ami. de peui•
:
•<

qu'il n'ait
.Je

fiéxeril, et dicat

Xou

et qu'il n(" dise

ne

l'ai

pas pas
..

\\

[fait

:

XIX. i. Celui qui méprise les pelilcs choses. • Mépriser les petits devoirs, c'est-à-dire les violer de propos délit)éré, en faire un plan et un étal de conduite... dans ce sens qui convient ;i toutes les ;'imes lièdes et infidèles, c'est une voie «jui aboutit toujours au crime •. Massillon, Sermon sur les fautes liijères, \V partie. :i. La pourriture, non pas seulement celle du toml)caii qui atteint aussi les justes, mais la corruption d<• l'àme. 4. Celui qui croit promplemcDl. Même dans la foi, la croyance doit être fondée sur l'étude des motifs
<le

8.

Ne

le

mier venu. Le
chés.

découvre point, imprudemment, au presaiçe ne déconseille pas l'aveu des pé-

crédibilité.
;

Tu ne seras pas amoindri d'aucun dommage.
7.

tu n'auras

;i

soiiffrir

9. Auprès de loi pour le nuire. il. Pour une parole : ou « cause d'une jiarole: littéralement et par hébraïsme, à la face d'une parole. L'insensr ('prouve les douleurs de l'enfanlemenl. Le sens de celte phrase, exticinenieiit concise dans la Vulgate, est ([ue l'insensé à ((ui ou a confié une parole n'a pas de repos jusqu'il ce «lu'il l'ait dévoih-e. comme la femme en travail n'en a que lors(ju'elle a mis uii entant au jour. Vi. De peur qu'il n'ail pas compris ce dont on I accusait. Cf. L•év^tique,\\\, 17; Mallliicu, xvui, I.'i; Luc,

xvu, 3,

00

Ecclesiasticus, XIX, 14-26.

y.ai
*
'

"'
"'}'

,
.

Prspcepta

tle

bono reg^imine

yitte (I-XL•!!; 14).

., , " ^ ];
^'''

',

rpiXov

"]
^*^

]. , ,
nçoçS^îj.

*'

^^

(Foc

oo(fta

naoïj
^^

-^^
-'

'^^"

"
-^

-'

("
-'
"-''

Kai

^ ^ ,^ , / . ,& ,
' .,
.
(1.

,. ,, . ]
([
iy.(fa.vai

,.

'^.

. ' ,.

^ ,&' .- . ]• , ,
ôe

16.

): '): ) .
••

xvqCov

. .(^'; '. ^ ,- ^ . . :) . -. ^' • .
(1.

.
19.
(1.

1• DN:

(")

18• A'-j-

(.

-

.

-]
(1.

('.

111.)

^'

xvqiov

'. :

21• D:

(.)

^. * '.
.)

)*

20-

-:

(1.

.)
^:
(pr.

-

(sec.

.)

A'i*

(ill

f.)

ot

23•

A"!* (p.

et

(ill

24.

):

fine)

Jf«i

m.) *

\. :

^.

25.

»

4(>.

18.

Par la langue n'est i)as dans les Septante. Et dans la sagesse est craindre Dieu n'est pas
les Septante.

de sens n'est pas dans le grec.

dans
Itt.

Septante

:

«

l'Iiabileté à

bon sens n'est se tient le conseil des pécheurs ». il. Septante « mieux vaut le pauvre en intelligence, mais craisnant Dieu, que le riche en pen— Et qui manque sées, mais transgressant la loi
sagesse, et le
:

mal pas où

faire

n'est point

•••

qui s' humilie méchamment. Septante : mal en s'humiliant avec noirceur « il courbe le front, il lait la sourde 24. Septante oreille, et ou il n'est pas connu, il cherchera à le Et il est tel qui s'abaisse jusqu'à surprendre l'excès par une grande humilité ne se trouve pas dans le grec. 2.";. De mal faire n'est jias dans le grec.
23. Il est (tel) tel faille
"
>..
;

•>•

L'Ecclésiastique, XIX, 14-26.

91
14:).

.
;iut
si

l*r<'*cepteN

pour

In

conduite de In vie (|•^||,
^m•.
17,
s.

tV'i-ciit,

iii'

ilciuiu addat iViccn•.

DU

s'il

/'a lail,

afin

(pie

de nouveau

il

ne
ne
;

C'on-ipi' piiAiiiiiim.

m•

•<•
enim
:

in'ii

dixi•[l-il

••'•.

i'•, 4.

"

lli'pn'uds

/(;»

[l'ecoinnience pas à procliain. de peur
[/'ait

/e l'aire.
(|u'il

pas

dit

et si (lixcrit,

ne

l'oilc itcn't.
:

et
lit

Ct'irripi' aiiiicuiii

sM'pc

com-

'•'

iiiiissio.

Kt
est

11(111

oniiii

vitIid crcdas
liii^iia.

"'

qui
est

iàbilm• (Miim

scd

iiuii

(>x

[i'inimo.

Unis
"^

iiui
'

in>ii

didiiiiicrit n•

in
^

[inijiua siiar
coiiiuii[iirris.

'.

m.u.
j,„..

i^. u,.

'

lu, 17.
3,'

s.
i•

C<'in-ipe

luiixiiiimii àiitciniam

'">!•«.

ne •'("•(• point. Reprends Ion ami. car souvent il s'('l(''ve [un eoiillit. J!t ne ei'dis lias à tnutc il est le/ 1\\\\ ('•(•1(• parla lan.^iuc. mais non [point par le cieur. Car cpud est celui «pii ne p(''elii• point par [la langue? lîepn'uds /'//( piiicliain .avant de le nies'il

/'a

dit, alin qu'il

,•

:

[naeer.
"*

Et da iociim

liiiiTiii

Aitissinii

:

Vit»

el

Et

dmiMi•

une

place

à

la

ci'ainte

du

ri<N:i

ipiia (Munis sapii'Utia tiuKU• hci.

et in ilia tinii-i'c Uciiin, et in oiiini sapi(''ntia dispositio Icgis.

K..m.

11'.

1'.'.

et

car toute sagesse, c'est la dans la sagesse estcraimlre I)ieu,

iTivs-IIaut: crainte de l)ieu;

et

dans

tout(>

sagesse

est

la

disposition de
[la

Et non
et

est

sapii'iitia

'('
:

loi.

disci:

''

Et ce n'est pas la saj^esse
et ce n'est

que

la

discipline

[plina

[de la nii''cliancet('':

non

est

coiritâtiis ppccat(')ruin

pru-^

pas

le jienseï•

des
(|ui

]i(''clieurs (pie

[d(''ntia.

[la
Il

prudence.
elle

Est nivpiitia.

d

in ipsa («xccrâtio

est

l/'lle

iu(''chancet(•

porte en

[rex(''cratiou;
et est iiisipii'ns (pli niinriitur sapi(''ntia.
et
il

est lel inseiis(''(pn n'est priv('• (pie
[jieu

''

d'un de sagesse.

est honio. (pii niinuilur sai)i(''n- M;u. u,
Ltia,

'-'

Mieux vaid un lionuue
et (pii

(pii n'est priv('' (|ne

et det'iciens

sensu in

tini('>re.

[d'un i)eu de sagesse, niaïupie de sens, s'il a la crainte île
[l)icu,

qnani qui ahi'indat sensu.
et transgr(''ditiii• iegeni Altissimi.
Jac.
3,

((ue celui (pii a
lj-17.
'-"-'

un

,i;rand sens,
loi du Tivs-IIaut. sûre, mais elle est ini[ipie.

et
Il

qui transgresse la
est

Est sol('Ttia

c(^rta. et

ipsa ini(pia.

une
est

lialiilet('•

Et est qui eniittit verlniin certuni enâr- Dim. 13,34-31;. [raiis veritâtein. Estqni niVpiiter liuniiliat se, et interii'u'a ejns piena snnt dolo et est (pii se niiniuni sulmiittit a ninlta Mat. ;.
:

'-'•

Et

il

U'I (pii

lance une parole

si'ire,

di-

[saiit la V(''nt(!•.
Il

est tel ((ui s'humilie nit''clianiiiieiit,
int(''rieur est jilein

et
-''

son
il

de tromperie:
rexc(''s

i;,

et

est

Ici

(pii

s'abaisse Jusipi'à

[huiuiiitâte
[git

:

et o.stqni inclinât IVicieni suain. et fin-

et

il

est

se
si

non

vi(l(''re

qiiod

ignorâtnni
[est
:
'-'••

[par une grande humiliti'•; tel (pii incline sa l'ace, et l'eint do [ne pas voir ce (pii a ét('• ignoré;

et

ail

iiulteciliitàle

virium vetiHnr
[poccâre,

mais
s'il

si

in\i''nerir

tenipus

nial(>taci(''n(li.

ma-''

man(pie de forces qu'il est [emp(''cli('' de p(''cher, trouve lOccaslonde mal taire, il fera le
si c'est |>ai•

Ex
el

visu cogn('iseitni•

,

[iefVifiel.

[mal.

A
et

ab

occi'irsn

facii'-i

cogno.scitur sen[sâtus.

vue on connaît un liomnie. à la rencontre du visage on connaît une [personne sensc'e.
la

14. l^ii'il

iir

l'ail

pas

ilil:

c'est-à-dire

qu'il n'ait

gent.

point tenu le propos (pi'un lui |)r("'tait; même concision (le style (|ue dans le verset prf-cedcnt. 15. L'n roiiflit (conuiiissio); selon d'autres, conformément au texte grec, /"«((.s.se ncrusalimi, drlalion,

ne manque jamais son lait. Imice. Ce verset, assez obscur, semble dire (|u'it est des hommes assez l>al)iles pour
2-2.

Si'ire, (|ui

•2:<'.

Il rxl

Ici (jui

calomnie. Voir xvm, 'M.
il.

Quel

c.st...C(.Jar(jiie.s, 111,8.

— Î{ej)rcnds... CI.Gn-

à leurs mauvaises actions l'apparence droit et de la légalité.

donner

du

23'*-•27.

Contre l'Iiypocrlsie.

latrs. VI, 1.

18-i3\ La vraie sagesse. 18. Doiiiir une jjlace. Dans le style de l'auteur. ilnnner, faire une jjlacf, aii;niÎie avoir de l'estime el du respect. La dixposilion; ou. selon le grec. l'exécution, l'arcomplissemenl.

pas

20. Il est Icllr inrrliancelr... Ce verset veut dire qu'un iiisensiî ([ui sert Dieu lidèleiaent vaut mieux

((u'un niccliant alors nK'aiie qu'il

serait |>lus intelli-

"24. Ve </ui a cic ifinorc: c'est-à-dire ce (|ui n'a par d'autres on (|ue d'autres ont ét(> aperçu voulu tenir secret; feinte (|iii a nMi(|uement pour lait d'emp(}clier qu'on ne se inêlie de lui. 2ti. .1 /'( rencontre /lu visaf/c \al> occursu faciei); le grec porte ainsi. Tout en paraplirasanl un peu le texte, la version anglaise catlioli(|iic semble en avoir bien rendu le sens par el u» hninme sage, quand tu le rencontres. Cil connu à .ia mine.
:


92

^"

^
Tiç

Ecclesiasticus, XIX, 27
1. l»ra;cei»t!i

XX,

13.

de boiio regimîiie

-vitte

(1-XI^II, 14:).

^^'"

XX.
-

^
''

"& )
['

'

. , ((.
-

drS^Qc'mov

. , ., '^' , (
•'^

(/

& ].' ,
([

^, .
9^,
\.
,

(9^.

.

,

.

'

-^["]

"j;^

XX.

^^

^

''^
*^"
*^

"

7 , '. . , .
([
!v
\

^'-^
'
'

). ):
1.

27.

D:

A-F).

(')•

'

(.

, (( ^. (. ) . ) . '. 9. . . : . ): )
ï:;îd

, .. (
[.
(1.

,^ -

^2

i^tz^ Djm 13

•2:]

^I3'i3^

D^b"CD (-ûp) nnit:i

Csec.

m.)

:

(1.

A':
7.

(|).

.) * xu\.
aduolal

( : .) \\\.->.\^:
4*

')
(1.

rroâoi (D:

(].a(fc.)a<puo>:
(1.

^(SOC.

A'BDX

11•

:

:

.)

:

(1.

xatQor)
9.

-^- ':
':

(1.

12. A-j• (a.

(.) .

.

':

13.

•28.

Septante

:

"

il

est

une roi)riniande(|ui
(•

est hors
».

de propos, XX.
1.

tel se tait et celui-là

'est le

sage

s'irriter,

Septante: " il vaut mieux reprendre que et celui qui s'accuse ne s'amoindrit jias
».

pour cela

4. Ce verset n'est pas dans les Septante. Nous l'empruntons à la Pol}'glotte de Complute. > tel se tait; car il n'a rien à dire; tel (). Septante se lait, sachant parler à propos ». • se rendra 8. Blessera sou âme. Septante odieux ».
: :

L'Ecclésiastique, XIX,

27— XX,

13.

93

.
-'

l*r*'repteN

pour

:

rondiiite de In vie (l-.\ljll, 14:).
'-'

Aiiiictiis corporis. cl risiis (It'iiliiiin, cl iii^'ivssiis lniiiiiiiis ciu'intiaiil ilc illo.

et

Le vêlement du citips, le lire la di-marche dim iiomme
Il

(les (lents,
le

font con[ naître.

-*

Esl corrciitio iiicndax
et est judiciimi.
et est tacciis, et

iii

ira cnnlmiic;li.'.si
:

i'iov.i7,ï7-ïn.

'-'*

est

une
est

l'ausse

n'^primande dans

la colère ^d'un insolent

;

«iiiod

non

proltàtiir
:

(>t

il

un
ti'/

in;.'emenl qui n'est pas
ipii
.se

prouvé

[cssc l)Oiiuiii
iiisi•

[être Juste;
et
il

est priidciis.

l'st

lait, et cehii-!;i est \)vu-

[dent.

X.\.
et

'

Qiiaiii lioiuim est aririiere. (|iiaiii
fii-i'isci,

.\.V.

'

('iiiiiliieii

il

\.Mit

mieux reprendre,

•»';•"'
et
la.

coiilili'iilciii

i

ii

oinlit'uic uoii piOlii-

[bérc! PruV.28,
-'

[conCesise .son lort, (pie

ne pas empêcher de parler celui qui de se mettre en
[colère
!

Concupiscent ia spadi'mis
sic qui lacit pci•
\ iiu

d(>vii-,irin;d)il

^,,^. ao,
-"--'•

-

La passion d'un eimiique
ainsi

oiitrajrei'a

une

[juvcncniani
•'•

:

jiidiciuni ini(|nuni.

•*

en

est-il

[jeune vierge; par violence [rend un jugement inique.

de celui

()ui

^

Quani bonuni

est coiTéiituni
Ltiii-c

nianiles!

rrov.

ui,

ï...

'•

Qu'il est lion, loi'.squ'on est repris, de
[nife.ster

iH-oniténtiani

madu repentir!

siceninicIVugiesvolnntâiinnipecciituni. Est taccns, qui invcnitur sapiens et est odiliuis, qui procax est ad lo^ '
:

ne
'

lolit,

••

-

,

,

Eccli.

-S,

car tu éviteras ainsi le péché volontaire. Tel se tait qui est trouvi? sage, et tel efit odieu.x (pii paile elïrontément.
Tel se tait, n'ayant pas
et tel se
le .sens

[qui'nduni.
'

pror.

is,

as;
<

Est tacens

non

liabens

sensum

lo:

'^- -**
^'^<='<•• ^-

du langage

[quéke
et est tacens sciens
'

'

;

tenipus aptuin. sapiens taccbit usque ad teui[pus lascivus auteni et imprudens non sei•[vâbunt tenipus.

Homo

jac.

s, 2.

'

:

tait sachant le temps convenable. L'iiomme sage se taira jusqu'à un certain [temps; mais le léger et l'imprudent n'ob.serveront

*

Qui
et

niullis utitur verbis. laîdet
sibi

ânimani [suam

"

Celui
et

:

qui

i)Otcst;iteni

suniit injuste,

Prov. 10,

19.

'•'

[odiétur. Est procéssio in inalis viro indisci[pnnato, et est invéntio in detriniéntuin.

varîus
eveuius*.

'

[point le temps. i>eaucoup de paroles [blessera son âme celui qui s'empare d'un pouvoir injus[tement sera haï. II va réussite dans le mal pour l'homme-

qui emi>loie

;

[.sans r<^tenue
et
il

;

Ps. 3S,

16-32.

'"

Est datum, quod non est util(> et est datuni, cujus retribûlio duplex.
:

Eccii.'i2,'i'.

" Est propter
et est qui
'-

gloriani niinorâtio

:

Luc.

14,

8-1«.

ab humilitâte levâbit caput.

trouvée qui tourne à [détriment. 10 II est un don qui n'est pas utile, et il est un don qui reçoit une double [récompense. " Il y a à cause de la gloire un abaissement. et il est tel qui par .son humiliation lèvera
est telle cliose
[la tète.
"'-

Est qui uiulta rédimat nuklico prétio,
et restituens ea in séptupluni.

'^

Sâpieas in verbis seipsuni amâbiliMii
[facit
irrâtia?
:

1^

qui i-achète beaucoup de choses [pour un prix modique, et qui les restituera au septuple. Le sage par .ses paroles se rend aimable,
Il

est tel

autem fatuuruni

effundi-ntur.

mais

les

grâces des insensés s'évanouiront..

i8-XX, 33. Des péclics
-2«.

île la

langue.

qui se tait, et celui-là est prudent. Le silence est considéré en Orient comme une marque de sagesse.
// est tel

XX. 1. Reprendre; avec bonlc, douceur. 2. L'eunuque |)rcposé à la garde des vierges commet uue faute d'autant plus grave s'il cherche a leur
faire violence.
6.
il

lly a àcausede lagloire un abaissement ;c'esla une sorte de gloire <iui abaisse et avilit, comme il y a une certaine humiliation qui élevé et honore. 1-2. Pour un prix modique. Les choses valent souvent encore moins qu'elles ne coûtent, et nous entraînent par suite à douhle dépense: au point de
11.

à-dire qu'il

vue moral le bonheur de ce monde donne beauc9up plus de mal à acquérir qu'il ne i)rocurc de plaisir a

Le lemjjsconvenable ;

le

temps de se

taire,

comme

est dit dans Ecclésiasle. ni. 7.
8.

Celui qui s'empare d'un pouvoir injustement; celui qui a la parole arrogante, celui qui chcrclie à dominer les autres, à en imposer aux autres.
9. Il

y a

réussite d^nis le

mal pour lliomme sans
il

relenuf;d quelque chose malheur est bon, insuccès ijui nous sont avantageux.

y a des

suite, ()ui le moment daims haïsse, dégénère, perd pende lustre quuii |)eu de mémoire lui donnait, La Bruyère, Du mente personet montre la corde nel.
le
.

un homme qui

être possédé. 13. Les qrâces des insensés s'évanouiront. • C est est de mise un quart d'heure de

94

Ecclesiasticus,

XX, 14-28.

.
^
'

l'raefepta de boiio reg^iniine YÎtœ (I-XL•!!, 14=).

^(

àifooioç où

01

orpSaXiioi

*''^
y.ai

^''
'

',

*

y.ai

^^

*^[
'-•*

'-^^
^^

-^"
-'

^ (, ^,&, , " ^ ^. , .
/
;

'/ ., ' &'
y

avd^'

', , '.
ooi,

/,

•,

aôiaffoçov

],
'.

]
^'

. , 3 ,, &. -' , . .. )) . .), ) .. ' . . . '. .
-^
2'

, ., .
'
(sec.

-^

dvd

.
(4•

14.^

-f

(]).

24•

':

(1.

1•'•^

':^

(1.

'.)
19*

avroC, oi (p.

(in A-F). 21.

A-f

f.)

"

m.)* .

m.) t

'

(a.

.

26.

27.

A**

A':

(pr. ni.) 29. A':

:

28.

'

. '
:

(pr.

(sec.

m.)

{

(pr.

m.)

M. Car il a sept yeux. Seplantc car ses yeu\, au lieu d'un (sont) nombreux ». 15. Et quand ouvre la bouche, c'est une flamme qui .se répand. Septante « et il aura la bouche ouverte
:
••

méchants viendra en hûte ». m. Septante un homme sans grâce, un
:
<•

récit

il.

sans à-propos;
la

il

se trouvera continuellement
».

dans

:

héraut ». Septante le lou dira Je n'ai point d'ami; on n'a point de reconnaissance du bien que je fais -. 18. Son pain. Septante " mon pain •. t9. Ce verset n'est pas dans les Septante. Nous l'empruntons à la Polyglotte de Complute.
17.
:
-<

comme un

bouche des gens grossiers
23.

Septante
».

:

«

tel est

empêché de mal
il

faire, faute

:

de moyens;
tenté
ii. la

et à l'état

de repos

ne se sent

i)oint

:

!20.

Septante

:

.<

mieux vaut
de
la

glisser à cause
la

terre (ju'à cause

langue, ainsi

de la chute des

» tel perd son âme par fausse honte, Septante perd à cause de la présence de l'insensé ». « Dis28. Les Septante ajoutent ensuite !c titre cours de paraboles «.
:

il

:

î

L'Ecclésiastique,

XX, 14-28.
l-JL).
'>

95

.
'i

l*r«>cepteN

pour

lu coiifliiite tle lu vie (l-^L•!!,
"•^",',""°
^^^^
:

oculi
1•

Datiis iiisipit'iilis non ciil iitilis lilii t'iiiiii illiiis scpli'mjilio'S siiiit
:

:

l.e

d'un

insonsi'•

ne

te

sera pas utile

oar
.,^
i.,

il

a sept yeux.
il
i.i

exiguu
l't

(lal)it.

et limita iiupiOpciàliil
illius

'•
jj,^/,;
.,

11

donnera peu,

apt-rtio

oris

iiillaimiii'itio rst.

et (juand iliiu\rr

reprocliera beaucoup; bdurlio c'est une llaiiiuif qui se

répand.
il

"

Ilodio

(•••;•

(|iiis,

et

cras rxpctit

'"'
:

Aiijtiurd'liui

td

pivic,

cl

demain

rede-

[mande;
ocliltilis

est lioiuo lnijiisiiiodi.
l'iit aiiiiciis,
''

' Fàluo non
et
"*

non

l'iit

fnàlia bonis

illius

i>iii. i.
:

i«.

l'iiiiii

('(huit paiiciii illius. tals;t'

Qui'ttifs. t't<niaiiti iiri(l( liuiit cniii?

'"

NoqiK'

ciiiiii (iuo<l

siniilitor ot
-0

quod non

Lapsus
sic

falsa'

.

[rocto si'nsu distrilmit
oi-at

'
quasi

liii-

i"

est un tel iKumiie. L'insensé n'aura pas d'ami, et ses bienfaits ne seruni pas afrréés car ceux qui maii.irent son pain ontlalan-

odieux

;

[•fiUM Slllll.

[iiue

trompeuse.
fions se
l'i-

.,.

le, i^.

Combien de
l'J

fois, et

combien de

l'i-at. <li:

-,,,^.,.

habrnduiu.
ipii in

[ront de lui? Ce n'est pas avec un si'iis droit qu'il dis[tribiie ce (|u'il devait v'^arder, do même aussi (pie ce (|11 no devait pas
[irarder.

pavi:

j.r.

»,

s.

-'>

niriito

cadons

casus

iiialtMuiii li'stinàntoi• vôniet,
-'

-'

Homo

âciiaris quasi fabula vaiia,

chute dune laii-ue monsonirore e.st [comnio celui qui tombe sur le pa\('•, ainsi la chute iU's m(''cliants viendra tout Î^d'un coup. L'homme disl•acielx, comme uiK! vaine

La

[fai)le,

in oro indiscipliiiatoium assidua crit.
-2

sera
-"-

continuellement dans

la

bouche des

Ex

oro latui n'])iOl>abitur ]jar;ibola
dicit

:

p^.^^

26,7,9.

Sortie de la

bouche d'un

[ignorants. insensé, une

non onim
23

illam in ténipore suo. Est qui Aotâtur peccâro pne inopia,

car
Kai«a
-'^

il

ne

la dit

Il

est tel

[paraboh; s(M-a réprouvée; pas en son temps. qui s'abstient de iiécher par iii[difrence.

ot in
-*

n-quio sua stiuiulàbitiir.
i)ci'dot àniiiiaiu suaiii pru'

ot

qui dans son
est
tel

repos

y sera vivement
[oxcit('•.

Est qui
et

con-

-i
^.f^'!•^•

II

qui perdra son

àme par une

niau-

[lusione,

[vaise honte:
et c'est

ab iui]M'udonti persona perdot oani
se.

:

porsùna' auteiii accoptionc perdot
-^

à cause d'une ])ersonne imprudente [(|u'il l'a perdue or c'est en faisant acception des personnes
:

[iju'il

se perdra.

Est
ot

qui

]ira'

conliisiimo

proinittit

-':;

Il

est

li'l

qui, iiar honte,

promet à son ami,
gratuite[meiit.

[ainioo,

lucrâtus est ouni

inimicum
in

irratis.

et

il

l'a .iiapné

comme ennemi

-''

Upprubrium
ot in

noquaiu

homino

coni••»

C'est
et

un
la

[nu'udâci uni, '"îù'm! oro indisciplinatorum assidueerit. ^.^^ g 3^.
18, 21.

dans

honteux dans un [homme que le monsong(\ bouche dos hommes sans disciopprobr(>
[pline, il sera continuellement. juvfi-rablo à un est

-'

l'utior fur

(juam

assidi'iitas

viri

men:

°'

"'

''

-'•

Un

voleur
ils

[dâcis

perditiunom auteni anibo heroditâbunt.
'->'

mais

[menteur d'habitude; auront tous les deux la perdition
des

;
in-

Mores lioiuinuiu

iiiondâciuni sine ho[norc : et conlïisio illûrum oum ipsis sine in'tormissii')no.

Les

mœurs

hommes menteurs

[en héritajLM". sont

[sans honneur;
et leur

confusion sera avec eux sans

[tormission.
23. Qui s'abstient de péclier par indi;ie)uc. Tapi qu'un homme est dans l'indigence cl qu'il a besoin de travailler, il ectiappc à bien des tentations, aux(|uelles il est vivement excité lors(|u'il est dans le repus (lue lui iirocurent les richesses. menteur -n 1)1 voleur est préférable à un /tomme (Jangereux d'Iiabitudr. Le voleur est, en effet, moins nuisible que le menleur. Car cclui-la \o\e et moins réputation, (jui l'argent, mais celui-ci fait perdre la haest plus précieuse que les richesses. D ailleurs 1 épargne bitude du mensonge fait<|ue le menteur jamais se liera lui. personne, et qu'on ne peut

a.
pour
Vi.

Il

tirer

a sept yeux: avec lesquels il te regarde de loi sept fois autant qu'il t'a donne. Quand il ouvre la bouche pour raconter, vanter

ses bienfaits. n. L'insensr n'aura pas d'ami. l.e sens du grec est (lifTérent, il porte: • le sol dit Je n'ai point
:

d'ami

sait pas gn• de ce qu'il fait |)our lui. i\. Disgracieux: désagréable c'est le
;

grec

a. Une parabole:
juste, sage.

.
•.

Kn

effet le

mérhant abuse du

sot et

ne

lui

sens du mot

— i>era réprouvée. Cf.

c'est-à-dire

une maxime

grave, Proverbes, xxvi, 7.

96

Ecclesiasticus,

.

I»ra;cepta de boiio reffîmine TÎtae (I-XL•!!, 14).

AGI 01
-^

YMi urà-Qomoç
'•^^'0

^'

y.uî

'-^'^^

., . -/. - , ^;
uQtaei
GOffitr,

ir

. . ^,
^>/
.


XXI,
9.

XX, 29

^'^

avd

-

?}

.. "
-

, ; &. , , ', ' '^ 9^. , <( . , ] -. , / , . . ^ ,
3-7],

.

''

'^

^

"'

^

^"
30•

:

/•33•

':

aSixicç. 31•
èy

x()iiTwy. \}•\ (\\.{.)

. ,'- .
':
dnoTQÎuei. 32-

, &. ,
: '^-

.: )
4.

:

^ioy)

~ ' . &: . )
Tji TTltjYJj.

'

(in

marg. loco
(seC.

\.

7.

:

(1.

:

.)
(1.

:

8•

A'B*i<:

30.

Seplante

:

«

celui qui travailiu à la
>•.

terre aug-

mentera ses richesses, celui qui plait aux grands se Celui qui pratique la l'era pardonner l'iniquité justice se)-a exalté n'est pas dans le giec.

Qui est extrêmement riche sera• l'orgueil; ainsi le bien du superbe sera détruit jusqu'à la racine ne se trouve pas dans le

du superbe anéantie par
grec.

••.

Afin qu'elles te soient remises n'est pas dans les Septante. « le vertige de l'orgueil et l'insolence Septante détruiront la richesse, ainsi sera détruite la maison

XXI.
."i.

1.

:

le puissant à la langue 8. Il est connu de loin, « on reconnaît de loin le audacieuse. Septante riche à son langage ». —Audacieuse ne se trouve pas dans les Septante.
:

L'Ecclésiastique,
.
-*

XX, 29 — XXI,
vie

9.

97

l'rt^repteN

pour la conduite de la
•-'•'

(•.\^,
se

l-ft).

Sapit'iis in vcrliis iirodin-ct siMpsiim.

et
"•0

liomo pnidi'iis placi'ljit iiia,i:n;itis. Qui opiMàUir tiiraiii suaiii, iiialtàlùt

cn.^i.sz.ju. im... ï, ÎV49.
•!"

Le

.safie

et rhoiiiiiie

produira par ses paroles. prudent plaira aux v'raiids.

et qui

0|•;
<*t

'aciTviim
jiistitiaiii,

;.

Celui

<pii

cultive sa tr-rre élèvera
la

un mou-

:

ijisc

exalta- prov.aï.
;i.itm•
'•'"•••
:

;

et celui

qui pratiipie
plait

[ceau de fruits; justice sera e.valté;
l'i-

ipii

vcro piacot mainuitis,

ofTii^ict

iiii-

mais celui qui
Kxiiioiw

aux L'rands fuira

[qnilâtom.
">'

[niipiité.

Xt'iiia

(loua cxca'rant ûciilos

jiuli-

[ciuii,

""—
!•*

5'

Les présents
et

et les

dons aveuglent lesyeux
[des juges,

it

(piasi

iiuitiis in

oie av(Ttit correp-

D.'ut. lë, 19.
"5-

sont

comme un mors dans
li's

[lioni's eôriiiii. Pro»•
"-

[qui,
'"'-

en

la bouche, rendant muets, détourne leurs

[coi'iections.

Sapiéntiaabsconsaetthosauriis invisus
<|Via'

:

Eciii.

n.

ir.

Une sagesse cachée,
«pielle utilité

et

un trésor

[voit pas,
^^

*

ne

utilitas in utiisqne? Mélior est qui ceiaf iusipiéntiani suani, quani liouio qui absci'indit sapii-ntiani [suam.

"'

dans lune et dans l'autre? .Alieuxvaut celui (|ui cèle son peu de sens, que riiomme qui cache sa sagesse.

XXI.

'

Fili, in'cciisti?

non adiieias

ite:

Fusîen..;„u.n.
joa.
;,

XXI.

1

-Muii lus.

as-tu péclié
les

[ruin

? ne recom[mence pas do nou\'eau
:

sed et de pi-istinis depiocâro ut tibi di-

n.
-

mais prie pour

Quasi a

l'acio

[miltiintur. colubri hig:e poccâta
:

et si accésseris
^•

ad

illa,

suscipient

te.
1

Dentés

lei'mis.

dentés ejus,

r^t.

.-,,

s.

"•

fautes anciennes, afin [qu'elles te soient remises. Comme à l'aspect d'un serpent luis les pé[chés ; car si tu en approches, ils te saisiront. Ce sont des dents de lion que ses dents.

inteifiriéntes

animas hominum.
aci'ita

tuant les
*

âmes des hommes.
une
é'pé'e

Quasi rliompha^a bis
piajL'a? iilius

oinnis ini[quitas,

Comme
et

à

deux tranchants

est

[toute iniquité.

non

est sânitas.

,.

5, 4.

Objurgâtio ot injûriie annulh'ibunt ««uperbofsubstantiam •.•"™ ••"""'• et domus qua? niniis lôcuples est, an- Prov. le, is. [nullâbitur supérbia sic substi'intia supérbi eradicàbitur.
:

pour sa plaie il n'y a pas de guérison. L'outrage et les 'iolences anéantiront
[les riches.ses:

et

la

maison qui
!<>

est

extrêmement riche

ainsi
6

[sera anéantie par l'orgueil; bien du superbe sera détruit jus-

[qu'à la racine.
'

'

Deprecâtio paiiperis ex ore usque ad [aures ejus pervéniet, et judioiuni lestinâto advéniet ilii. Qui odit eorreptiuneni, Aestijrium est
j)eccatoris
l't
:

La supplication du pauvre parviendra de [la bouche jusqu'à ses oreilles. et le jugement eu toute hâte viendra à lui.
Celui qui hait la coi'roction suit la trace
et celui

u.^a.

'•

qui tiniet

Deum, convertétur ad cor
s

**

[suum. Xotus a longe potens linirua audâci :
et

11

[du pécheur; qui craint Dieu rentrera en son [cœur. est connu de loin, le puissant à la lan[gue audacieuse ;

sensàtus scit labi se ab ipso.
1-,1

« 9

Qui

/-V

anlilicat

domuni suam impendus
aliénis.

.1••

et
Jer. 2», 13.

l'homme

sensi'' sait lui

échapper.
[trui

Hab.

2,

9-11.

'-•

Celui qui bâtit sa

maison aux dépens d'au-

.W. Fuira Viniquiti; échappera à l'injustice de ses enaeniis par la prolectioii des grands auxquels
il

plait. 31. Et

sont

comme un mors dans

In

liouche.

Pour

suppléer au laconisme de cette plirase de la Vulgale. et la rendre intelligible dans notre langue, il a fallu recourir au texte grec et à la version sixtinc (Glaire.!. .'13. L'Iiomme qui cache sa sagesse. C'est une humilité mal placée; Dieu nous fait parfois un devoir de témoigner des grâces dont il nous a favorist's pour le hicn du prochain.
XXI. 1-4. Fuite «lu péché. I. -Ne recommence pas de nouveau... prie pour tes fautes anciennes. Ce sont là les deux caractères de la vraie pénitence le regret du passé, le ferme
:

pellent celles de Pierre, v, 8. i. Pour sa plaie il n'y a pas de guérison. Le mal à l'àme par le pèche ne peut se guérir que par une intervention surnaturelle de la s'àce. "i-ai. Avis divers.
l

fait

0. Jusqu'à ses oreille.•;: c'est-à-dire aux oreilles de Dieu, mot sous-entendu, ou bien du superbe, nommé Le jugement (j"H^'"c«i"M/; la au vers, précédent. justice de Dieu en faveur du i)auvre: ou bien la lui: au Viendr" condamnation du superbe. pauvre; ou bien au superbe. An lieu de /c Jugement vienilra à lui, le grec et la Version Sixtine portent à la lettre le Jugement de lui vient: ce qui laisse subsister ranqihibologie de la Vulgate. Cependant la plupart des inleriiretes sont pour la première ex-

plication ;ulaire].
9.
re»•,•

propos pour l'avenir. 3. Ce sont des dents de lion. Ces paroles rapBIBLE POLYGLOTTE.
T. V.

Qui rassemble
c'est-à-dire à

ses pierres: qui batit.

En
la

/li-

une époque de l'année où

bà-

98

Ecclesiasticus, XXI, 10-23.

^"

— 77£'
"^

•/.al r]

^

y.ai

In

/. ''
.
l»riecepta
«le

bono

regrimiiie TÎtie

(I-XLEI,

IJ:).

)d&ovç

sic /aifaora.

aroucjy,

'[

^-

*^
^'

*^
*^

&&' . '
aâov.

.(

&

èx Xltfioy,

',

ooffla.

*

'^

'*

,
''
&

((

'

, ., ]
'
^' ,
ootfia,

^, .
, ,
'.

*^

-^^

-'

^-

^. . &. ' ,
13.
(1.

) )•..
(pr. m.) *

..) . ^,'. ^..
-"'

.

10.

':

12.

ii:

":

17.

D*

*:

H.
la

.Mais

leur fin, sont les enfers, et
:

.
^:

. . .; (pr.
111.)

'.
*

:

-

20- -^-

(]).
:

(pr.
(J.

.

ly. A^: 1G. D:

18.

»:

'*
.

.
les

(1.

19.

- . ),

.

111.)

'.)

AUN':

(A-f).
ténè-

.
(pr.
: -

) .
il
...

. \)}<: âcayo)aolai.
22.
1):

(1.

).
(DX:
(a.

2[.

m.) * '. 23. Al)Nt

)
':

bres, et les tourments. Septante

mais leur

fin est

jamais ». is. Septante

est

une habileté qui abonde en

llamme du ieu
13. Se|)tante
:

...

« ».

la

crainte de Dieu
le ^'rec.
\ i.

— Et l'intelligence

sagesse est la perfection de la n'est pas dans

amertume ... ic. Permanent
18.

n'est pas dans les Septante, Derrière lui. Septante « derrière son dos ... o|. Inexprimables. Septante » qui n'ont pas été
:
:

Septante

:

«

celui qui n'étudie pas

ne

s'instruira

examinées à fond

L'Ecclésiastique, XXI, 10-23.
.
qiiMsi
i|iii

99

l*récepteH pour la fpndiiite
hqiiili
iii liiciiii

«le

la vie (l-Xlj||, 14).
est coinnii• ci'liii ijui

(•1.:

im>scmiIi1i• .ses pioi'i'os

[on liivor.
Sliipa ciillrcta sviiagufra peccinit'miii, 1
.

••-'••"•"•

'"

("est

lin

|•<•«•-

amas

(1"i'1(iii|)î's

(|uo l'assomltloo

(
l'I

(•8;1
Qui
ciisiodit

•!.
n-,,

illiinim

llaiiiiiia i^riiis.

,.,..

7.

Via pcccniitiiiin .•omplaiiâta lapiililms.
in liiic illiiniiii
iiili-ri.

"

d

ti-iicbi"»',

H

[pd'nie.

.

j"f',J;
14,

),„

[dos pécliouis; sora iino llanimo do Ion. La voio dos pôchoiirs est pavoo do pi(>i-ros;
loin- lin

„„, 7,3.
lï.
'-'

mais

à

ii'iii-

lin.

sont les onl'oi's, ot les nèbros, ot los tourmonts.
lajiistioo
la

la

justiliam.

contiii(''l)it
l'.iiis.

Cohiiqui

,::ar(lo

comproiub'a

lo

LStMisum

""i•"""*•
iccu. 1. 11, '"•''•
I••

[sons.

(OiisiiuiiiKiliii tiiin'ris 1)(M. sapiriitia ot

La

(\i'

criiinto {[c |)ioii ost

[sensus.

[sago.sso
'''

(

IMntolliycnoo.

Non

(^i-mlirtnr

non

l'st Si'ipii'iis

in

bono.

jcr. 4.2:'.

Il no doviondra Jamais habile, ooini (pii n'ost jias .sagodans lo bien.

Ksi aiiteni sa|>ii'ntia. «lua'
et

abnndat

in
:

'•'

Or
et

il

ost

iino sa.^^cssc qui aliondo

dans

lo

[nialo

[mal;
il
^•'i,'j'''.;,''-'•

non

osl

sensus ubi

rst

amaritudo.

n'y a pas d'inlelliiionco là où ost

l'a-

Kph.

-4,

in.
''•

Scit'ntia sapi(''ntis

tanquam innndàlio
^abiinihibit,

"'^'"•

^'•

' La

.scienc•'

du

sa.i:!•

[mortumo. dôljordora commo uno
[inondation
;

et lOnsilinni illius sicut Ions vita' P''•'- Î-J'u 'W"; 18,4.' [nianct.
'

ot son conseil osl
''

pormanont

commo uno

Coi• fàtui

qnasi vas confràctuni.

do

lauto.

L(> cii'ui•

de liiisensé est

commo un

ot

onineni sapiéntiani non tcnrbit. Vcrbuni sâitiens qiiodcuniquc audierit
:

ol
Piov.
le, 22.

"<

(^)uoiiiu(•

laudâbit, ot ad se adjiciot andivit lnxuri(>sus, et displic(''bit
ot piOJiciot illud post

il illi.

la

le

'
il

[source do vie. vase [l'ompu ;

110

rotiondi-a aiioiiiH» saposso.

paiolc
ot
.s•

sa,i:o

qu'onloiido

Yhomuw
[habile,

louera

rajJpliqiKM'a:

l'a

entendue,
dorrièro
lui.

et elle lui

di'•-

[plaira,

Nan-i'itio lïitni ((uasi

dorsuni sunni. sârcina in via
:

ot
rn.v. 10,24.
''

il

la

i-ojottoi-a

La coincrsalioii {'

l'insonsi'• est,

comme un

nani in làbiis son.sâti invoniotur

srrâtia.
'-0

Os prudi'ntis qua'ritnr iu
et

occli'sia,

job. 2«, 7-23.
S,il.. s,

12.

vorba

illiiis

cogitâbunt in côrdibus
[snis.
lYituo
:

Tanquam domusexterminâta, sic

'-1

[fardeau dans une voie; car c'est sur los lèvres du sage (juc se trou[vera la grâce. La bouch(> du sage est recherchée dans [une a.ssemblée, ot ils penseront à ses paroles clans leur [cœur. Comme ost une maison ruinée, ainsi est
ot lu

[sapiéntia et sciéntia insonsâti inenarrabilia vor[ba.

science

ih^

[pour l'insensé la .sage.ssc; rinsonsé sont des paroles
[inexpi'imables.

Coinpodes
et <iuasi

in pôdibns. stulto doctrina, eccu.

-'-

21,

24.

vincula
risii

mànuum

Fàtiius in

oxàltat

supor ma[num dextratn. vocom suam
:

Los fers aux pieds, c'est roininc la doctrine [pour un insensé; ot comme des menottes à la main droite.
L'insensé dans
lo

fcci.•

7

5

23

rire élève sa voix:

lisse n'offre

aucune soli(lito..\insi celui (|ui bâtit aux dépens d'autrul s'expose à se voir lnenlùt enlever sa maison par ceux dont l'argent a servi à la bâtu{(ilaire). 11. PaOëe(lepierreii,oixYon.
1-2.

semblée.
sert i)as plus à

marche plus facilement.

une maison ruinée... La sagesse ne un insensé, que ne sert une maison Ine.rpriruinée dont on ne fait aucun usage. mablrs: confuses, sans aucun ordre, ni aucune
21. est

Comme

ComprenOra

le

sens; conformera ses pensées à

la loi.

suite Uilaire^ •1-1. Les fers

aux

pieds. Voir plus loin la figure sur

perfection; le terme où elle aboutit. 40. Comme une inondation. Dans ces pays dessi'Chés par les ardeurs d'un soleil brûlant, les inondations sont une source de ferlilité. 1". vascroinjtH. notesurP.s«M)«fXXX, •13. iS.ll...se Vappliqnerd. « Il ne se contente pas de louer cette parole; il ne va pas regarder autour de lui à qui elle est propre, il ne s'aniùsc pas à deviner la pensée de celui qui parle, ni à lui taire dire des clioses qu'il ne songe i)as il croit <|ue c'est à lui seul (|uOn en veut »^ Bossuet, Sermon sur la Prédication (vaiiri-Hifuie, partie.
13.
:

La

xxxiii, 28. 1-a doctrine est pour l'insonsë une gène ses et un embarras qui reinpéclienl de suivre inclinations cl de se livrer à ses plaisirs, s'il avait les lers aux i)ieds et aux mains. 2,3. L'insensé dans le rire élève sa vni.r. « Quand on qui s'abandonne à la joie sans se revoit un

comme

tenir, c'est

W

•). Ils; c'est-à-dire les

membres composant

l'as-

une marque certaine d'une àme i|ui n'a point de poids, et que sa légerelo rendra le jouet éternel de tniites les illusions du monde. I.e sage au contraire, lnujours attentif aux miseras et aux vanités de la vie humaine, ne se persuade jamais qu'il puisse avoir trouvé sur la terre, en ce lieu de mort, aucun véritable sujet de se réjouir. C'est pour-

homme

100

CV7Q âè
^' 'i3ç

-'•'

^^"
^"^

. / , /, . . , " .
.
/jj

Ecclesiasticus, XXI,

24— XXII,

6.

Prieceptsi de boiio regimiue YÎtae (I-X1jI1, 14).

Int

'.

',

-^

-^

,. ^, . . ^, , . ^
3"
^'

^

]

, ., &, /.

&, &.

yJÎdo)

]

-

'•

'•'

•^

•) (^ '^' ~:
24. 27.

28.

...

'

..
(.
29.

. , , /, , '. ,. . ):
'

.
D:

.
il

yqvaoZi.
1):

^^.
(a.

ADK:

:

(1.

oo(pwr)
31.

"}"

:

.)

, .-)^
):

.
(1.

\.
:

SUp.

(1.

. ':. )
30.
:

:

(sec.

4.

:

^, ., : . ^9.1. . &) -.
adnolat (sec. m. p.

^.)

m.):

(\..)
. ':
(.

ovtsuu'

•.

yijy,

. n\
niarç•.
7. A--j-(p.
l'a

23.
26.

D'un puissant

n'est pas
:

dans

les Septante.

verset n'est pas dans les Septante
XXII. i.Et tous parleront de lui avec mépris. Sep« et c'est à qui le sifflera pour son igno:

« porte ». Fenêtre. Septante « la grossièreté (ou le 27. La folie. Septante manque d'éducation) ». 28. Raconteront des choses insensées. Sej)tante
: :

tante

rance
'«.

».
:

«

seront insupportables 31. Et en toute chose il sera haï. Septante
».

De son père. Septante
».

«

de celui qui

engen-

:

«

et

en

drée
5.

l'endroit

demeure

il

sera liai». La suite de ce

Si

elle ne

déchoit pas {aux yeux) des impiesn'cst

pas dans les Septante.

L'Ecclésiastique, XXI,

24— XXII,

6.

104

.
-'

I*r«>reptei4

pour

In

conduite de la vie (1-.\IjII, 14).
mais riiomme sage rira à pi'inc tout bas. un ornemi'iit d'or pour V/iumme \)\i\[df'iit qur la doctrine, cl un bracelet à son bras droit. ,• pied (le l'iusensc eiilre aisément dans [la maison fie sou |uucliain mais V/niiiimc liabile sera trouble par la
("l'st

vir autoni Siipioiis vix

t;'icilc

ridébit.

Oi-iiaméntmii
ot

aurcuni

prudéiiti

quasi liracliialo in
lïitiii

•-'•

Pcs
l't

iVicilis

l)rachio dcxtro. in ilnniinn "^r^i^'s;
=

-

f^oc-

i^j;'_;'J^

-^
J*--

-'

[triiia,

(-'

'-'

Jf'

;

lioino ptM-itiis conl'umliHiii'
l'ciir'Slra r(>spii'li'l

apersuna
[itoténtis.
-''

-'

Stiiltusa

in doniiiin:

[personne d'un puissant. 1/inscnsé r('gard(>i-a |iar la l'cuètredans une

vir aiitom eriiditiis
-'

l'oi'is

slabit.

kccm. 11,21.
-'"

Stultitia
et

liiiiiiiius

aiiscultare

por ns[tium
:

[maison; mais Vliomuic instruit se tiendra deliors. La folie d'un liomine est d'éi'outer à la
et

prudons ^ravàhitiir

(•oiitiiiinMia.

[porte ; Vhoniine prudent supportera avec peine

-"

I.àbia iiiipriidéntinni stiilla iiarrâbiinl

-*'
:

[cette ignominie. Les lèvres des inquanlenls raconteront des [clioses insensées;

vei'ba autoiii ]irud('iitium, statéra pon[derabi'intur.
'-'•'

In ore l'atui'i'uni cor illuruni
Diini

:

..
Job,

-'
1«,
2.).

ot in coi'do sapiéntiimi os illôruni.
•'•"

maledioit impiiis (li;d)uluni,

•'"

paroles des liommes prudents se[ront pesées dans la balance. Dans la bouche des ins(;nsés est leur cœur; <'t dans lecd'ur des sages est leur bouche. Loi'sque rimi)ie maudit le di-mon.

mais

les

nialodicit ipse
•1

àniniam
:

siiani.

1.

r,-i->;

il

maudit lui-même son
il

àiiie.

Susurro coinquinâbit
et in

âniniam suani,

jr^çi^'a' ,.2.

' Le

oniniltusodii'tur qui cum 00 [niànsorit. oïliosus crit tâcitus et sonsùtus honorâbifur.
:

H

délateur souillera et en toutes choses

.son

àme,

sera haï; et celui [qui demeure avec lui sera odieux: mais Ylwinine silencieux et stuisé sera ho[noré.
'

X-Xll.
et

1

lu làpiilc liiteo lapidâtus est Piftc••. [piger Mat. 2.i, ii.-,-2G.
loquiMitui-

XXII.

omnes

super aspernatio-

•f''•'•

•**>

'"•

C'est avec une pierre couverte de [boue qu'a été lapidé le paresseux et tous parleront de lui avec mépris.
;

[nem
-

iilius. Ap.
.i.

Ile st(''rcore

boum

lapidâtus est piger:

lu.

C'est

avec de la fiente de

Ixi'uf
le

qu'a été

la;

et

omnis, qui tetigerit
Confusio patris est de

eum. oxcutict
[manus.
t'ilio

et

•'•

indisci:

i-iiius
'":!;r,•;;•;"l'rov. 17, 21.

paresseux (luiconquo le touchiM-a secouera les [mains. La confusion d'un péiv vient d'un lils in[pidé
[discipliné
;

[piinâto
fiiia
*

autoni in deniinoratinne Met. Fiiia prudens hen-ditas vire suo
qua' confûndit.
in

:

u,T;
31! 10
:

18,22;'
12,''4!

mais une lille ttunbei'a dans riiumiliation. La lilli> prudente est un iiéritage iiour [son mari
;

naiii

contuniéliam
[lit

raîu'â.
Prov.
u,

genitoris.

13.
^''

'•

l'atreni et viruui conlVindit

audax,
:

•'

et ab iinpiis non niinoràliitur ab utrisque auteni inhonorâi>itur. Miisica in luctu importuna nai'ràtio

rougir devient le dés[honneur de son père. La femme audacieuse couvre de confu[sion son i)ère et son mari; et, si elle ne déchoit pas 'rua;î/t'i'a: des impies,

mais

celle (pii

fait

clic
:

sera mésestimée pai• l'un et l'autre.

Prov.

2:.,

20.

«

C'est

une musique pendant

le deuil, ipi'un

Hebr.

12, 7.

[récit

flagella

et

doctrina

in

omni témpore
[sapiéntia.

les

châtiments

et l'instruction

inopportun; sont en tout [temps sagesse.

<|uoi

il

rit

en tremblant
1(J6!»,
Il•

».

Dossuet,

Sermon sur

lu

Toussaint.
.24.

partie.

Ijracelel. Voir les figures d'Isaïe, m, 19; Ezéchiel. xvr, il. 25. Entre aisément, grâce à sa linrdiesse. 2«. Par la fenêtre. Voir les figures de Juges, y, 28, t. H. p. 167; Proverbes, vu. (> et Cnnlùiue, ii, 9, t. IV, p. .373 et '•:,. 27. Ecouler à In porte. Les leçons de politesse et

Un

tion générale d'ennemi, d'adversaire. tous 31. En toutes choses (in omnibus); ou en lieux, partout; on par tous, par tout le monde ((Îlaire).

de savoir-vivre doniu-es dans ces trois derniers versets sont des maii|ues de la sagesse et des orneineiils de la vertu qu'on ne saiirart négliger. 28. La Ijntnncc. Voir plus loin la ligure rie xlu, 4. 29. Dans la hourlir: c'est-à-dire (pic les insensés |>nrlent incoiisidôréinent, tandis que les sages usent dans leurs paroles d'une prudente reserve. 30. Le démon doit s'entendre ici dans son accep-

XXII. 1-2. Le paresseux « le paresseux est 1. A été lapidé, l.e grec porte a une pierre couverte de bouc •. 3-(i. Les cillants mal élevés. ;t. "«•/(7/ indisciplinée. femme juive 4. In liérilaf/e pour son mari. La n'a|)|)ortanl pas de dot, ne pouvait apporter de ses vertus morales. meilleur nésor à son mari que deuil. La inusi(|ue était (i. Une musif/ue pendant le
;

semblable

.

.

d'usage pendant les cérémonies funèbres (vmr la ligure de Jérémie, ix. 17), ce qui n'empccliail pas ile la considérer parfois comme inopportune.

402

*
"

^^

'

'

^^
^

^

^

*

' ^^^ '
''

' & ., ^' ' " , , ',, , . )^ . ,, . ^ ' ,. ^'•/.^
JJévdOç

Ecclesiasticus, XXII, 7-22.
bono
re^j^imiiie vitse (I-XL•!!, 14).

l'rsecepta de

âiâdoxior

•,

;

?]

7]

?]

''

'^

^^^'^

,^ &,, , , ;
/,
^
.

. ': £
8.

.. , , ,- . » ). . ^ ). -: ,^ - ; ). \. , .^ '.
-^
^'
2"^

^^'^

&. &,
èr dya&jj

'

(':

~-\-

(ill

.)

^

9.

|):

15.

:

xqvVjovoi

').

(:

17.

19.

':

iv

• ) . ) ^•')- ) . . 10.
14•

-*

(pr.)

(AB'Dxt)•

12-

AD* .

13-

:

AD: (.

(1.

(f sec. m. ill marg•)- B'D: . 20. A: -: èv COnjungit 21. A'D: (. ;f«?•) "^^"^?•

.

/^. : '* . . 16.
...

19•

:

(.

yÙQ

.
(:
Clim Sqq.
:

(':

14.
«

Un imprudent. Septante
l'on ».

:

un
15.

tu ne seras pas souillé par lu « et ((ue son péché. Septante ne sois pas souillé par son contact».

Et

18•

Qu'un

homme imprudent,

et
:

un
«
'•

insensé, et

un impie. Septante

sans intelligence". 19. Xe se désunit point. SejUante ne se désunit point dans un tremblement de terre «. « en (aucun) temps 20. Septante

qu'un

homme

:

:

il

ne

faiblira.

Un cœur solidement

CorU.ge
8.

funéraire égyptien, V (MuBée royal de Berlin) (t. 10-13). ^ UL jjeriinj. .-! ^ j

*>*!'" ^"•" ^^ çgj. po[jjj,ic

fagCSSe de la pensée l'cnduit ensablc qui

Celui qui parle dans les Septante.
12.

qui ne l'écoute point n'est pas

orne un
2\,

mur

».

Criminelle n'est pas dans les Septante.

Et des moellons posés sans appareil n'est pas
les Septante.

dans

LEcclésiastique, XXII, 7-22.
1.

103

Préceptes pour la uondiiîte de la vie (I-XIjII, 14).
''••Ir
tostaiii.
IllIllU'
'

Qui
quasi
•^

(locet râtiuiiu.
i|iii

Ct'Iui

qui

<'ns(>igni'

uii iiiscnsi•

conglulinal

Qui

iiarrat V(^rl)nni

non

andii'iili.

'''''

•'-'

'

»

(|uasi qui i-xcilal

''

<'uiii

do ^ravi (sdumo. (lorniicule loquitur qui onarrat
[stulto sai)ii''Utiaiii
:

(1(•••'

rejoindre les Irag[iMcnts d'un vase brisé. Celui qui parle à (|ui ne i'i''C(iute point, est cnuinie relui qui n'VeiHe fjuelquiui
est cdiiiuii' celui (|ui \i'Ut
Il

''

j,''"/•,,-^•'•

et

iu lin»•

narraliimis dicit
plora,

:

(Juis est

et

tdorniant d'un profond sommeil. parle avec un liniiniie qui s'endort, cjdui [qui l'xiiliqiie à un insensé la sagesse; « Qui est à la lin du discours il a dit
:

'"

Supra UHU-tuuui

(iiMV'cit

hic? oniui
:

[celui-ci?
.ukIuh
ii>

»

l'jeiiie

sui-

uu

iiinil.

cai•

sa lumière a

supra fatuuni plora,

di'licit (>nini

lux oius sonsus.

'manqué
,.,.
su,

;

m.
'^
11

ei

pleure sur un

iiisi'nsi•.

ear

le

sens lui
[maii(|ue.
est

J"•""'• ni, 2i.
J"''- •'•-"•

"
'-'

Mi'idiinini

plora supra nnirtuu m, quo;niani ro(|uii''vit.

IMeure peu sur

uu mort, car

il

entré

[dans
1-

le rei)0s.

Xoquissinii onini nequissima vita suÎpci' inortoui lïilui.
rui'irtui
("t

' Luclus
iVitui

sopteni dios,
iuipii, oniui's dics vita'

iî,|,'.

.-u.

i.i.

i:•

auti'Ui

[illuruni.

Cum
•t
'

stuilo ne niultuui
iuscns:'iti)

1

loiiuài'i.s,
Slllllll••.
l'iov.
13, 20 7-S; 23, 11.
;

''

La vie crimiii'dle du nuM-iiant l'st jiiri' que Ja mort de l'insensé. Le deuil piMiruu mort est di' sept jours; mais|i(iui• nu inseusi'• et un impie, il est de Itius les jours de leur vie. Avec uu imprudenl, ne parle pas beau[coup,
et

cuui

ne

aljioi'is.

U.
,,

Sorva
(>t

te al» illo, ut '

non molostiaiu hâ[boas,
illius.

kcch.
JCcfli.

s, ik.
7,

1'

2;

13, 1.

non coinquinâiioris peccàto
illo,

1"

Dollécte ab
et

el invt'-nics ivquicni,

1'!

ne va pas avec un insensi'•. (iarde-toi de lui, alin (|ue tu n'aies ])as de [désagrément, et tu ne seras pas souillé par son péché. Détourne-toi de lui, et tu trouveras le
[repos,
et

'"

non acediaberis in stullitia illius. Super plumbum (juid i^ravi'ibitur? •>t quod illi âliud noiuen i|uam iVituus?

xum.

u;, 2g.
1'^

tu ne seras jias chagriné de sa folie.

i-,ov. 27, s, 12.

Qu'est-ce qui sera plus pesant que leploml)? et qui'l autre nom lui conviiMit que celui
[d'insensi-?
11

"*

Arônam,
(|uain

ot salem, et

niassam

Ibriù

if*

l'a-

est iilus facile de porter

[cilius est ferre,

li('iniinem

'''

Loraméntum
in

iniprudénteni, et IVi[tuuni. et impiuin. ligneuni colligàtum
dissolviHiir
:

qu'un iidiiime
:iUrR.

du sable, et du [sel. et une masse de fer, imprudent, et un insensé, [et un impie.
ne se
:

,

36;
;

» Un

lundaménto a'dificii non
cor conlirmàtuin
sonsâti
in
iu

„..

i2, s

dans
il

assemblagi' eu bois attaché londemenl d'un édifice le
est

[d('sunit point

sic et

co^italione
l'onsilii.

^.,^^.
-0
]^,^;.-•!;^'•,

-'*

Coiritâtus

ouiiii

ti^iupore.

[motu non dépravai lit III'.
'-'

Sicut pâli in exciMsis, et caMiiénta sine

"
''-•'•''•'

[impénsa pt'isila contra fàcioin vonti non pei'manébunt
:

-"-

sic

i'\

cor

tiniiduiii

in

cogitati('ine
,stulti

--

d'un Cicur fortifié par [l'inspiration d'un conseil. La résolution d'un htnnuta sensé ne sera [dans aucun temps alfaiblie par la crainte. Comme des poteaux sur des lieux élevés, [et des moellons posés sans appareil en face du vent, ne se soutiendront pas; ainsi le cœur di• l'insensé timide dans sa

en

de

même

[pensée.

7-13.

Il

est inutile d'instruire l'insensé.

!). Un /lommr qui s'eurlorl ne saurait dans son assoupissement écouter avec attention. 10. Sa lumière; la lumière de la vie. 11. Le repos; la cessation des misères et des souffrances de cette vie. 13. Le ileuil. L'auteur parle du deuil ordinaire pour les simples particuliers (|ui était, eu oll'et. de sejil jours; celui des princes cl des grands durait ordinairement quarante jours. Au reste, l'Écriture nous fournit plusieurs exemples de deuils d'une durée fort illégale; même quand il se prolongeait quarante jours, le deuil étaitaccompagnc déjeunes, de pleurs, de poussière répandue sur la tête.

^sC^^
Oiseaux
ttius

à la fiondc (f.

2.>, ji.

lOJ).

Éviter les insensés. littéralement, en latin, en nmni temporc); ce qui est un pur hébraisme. En hébreu, le mot tout, joint à une négation, signifie nul, panun seul (Glaire).
14-2;{.
-10.

Dans aucun temps;

tout lem/ts (in

-21. Des poteaux sur drs lieux êlerés. Ce sont des palissades faites de pieux juxtaposés el destinés à abriter les vignes; elles donnaient une lorle prise au vent, et étaient aisément renversées. Xi. La crainte; le respect humain.

,

104

Ecclesiasticus

,

XXII, 24 — XXIII,

1

.
y.uTai'ai'Ti
''

J»riecepta de bono reffimîne TÎtsp (l-XL•!!, 14=).
f/o/?OD ov

&' •/. 6 &(, " )', ] '7], ( , -^,
'}'
•/.ai
-'''

vvooior

y.ul
-*'

([,

lui'

-'

^Eni

uroi'Eijç

xut
y.ai

/ ^., '!^ , ^.
(.
-^

. . .^ , '
xnouaivij.
âay.ovu,
iyjfaiysi

.,

rfûJur.

-"

•'"

•^'

^'-

•'•*

'

ILJLlltt

', ', . /^ ' '^ ,. , /, , ' ', ^, ; ' , .^
y.ai
,

"

((•/

]

(<

.
:
:

.

.. ^/; • (' 7<, )-. .
.) . 26.
2924•

: <!}<.
':

':

(1.

]. .
'*
>)

(SCC.) 27-

.

':

evtp^avTJjç

(. NT ': .
25(a.

28-

.

m. ovy

9:^.
(1.

32- A:
:

An:
i.

(sec. m.) Tiarovqyioy. A-'f (a.

n

':

A.--f

(in .)
111.

yùq

A:

',.)

&,

. .) .
rràç

33.

(A:

AX* ).

f
.

(a. sec.

)

xai et (in

tÎJ?

31.

.

f.) èy 7T

:

(sec.

23.
2•').

•m.

Ce verset n'est pas dans les Septante. Les fera tomber. Septante « les dispersera ». Contre un ami est rattaché au verset suivant
les Septante.

30.

De même aussi avant
les
:

le

sang
et les

{s'rlèvent)

les

mauvaises paroles,
tantc
«

outrages

menaces. Scpl'eiTusion

dans

ainsi les injures

précèdent

du

2". D'invective,

de reproche. Septante

:

»

outra-

sans».

L'Ecclésiastique, XXII,

23— XXIII,
«U>
-''

1

405

.

l*r«'repteM

pour

la

conduite
m„i.
r,
''

la vie (l-Xl^ll, l-A).
à la violence de la crainte
n(i

contra iiiipt'tiiin tiim'iris non rcsistct. Siciit cor Irép'"'"'" '" ''''-'"""''•'"'•
Loiiini

:-7.
'

résistera pas.

Comme

triupnro non iin'tuol.
|ici

sic ot

(|

in

piM'ci'plis

prniiaiicl
[SfMiipcr.

l'iini;i'iis

(H-iiiiim

dcducit
,.

làcrvnias

:

i»i*«oiu<i«
iiiiiieitiiv.

'-'•

l't

(

,

IVov.

.'10,

33.

cor. piOlcrt scnsiiui.
Ifipiilcin

de l'inscusé, peu sûr dans pensée, ne craindra dans aucun [sa [temps; en est de même de celui (|ui dans les il [pi'écci)les de Dieu demeui-e toujours. Ci'lui qui ])i(iue un (cil en tire des lar[mes; et celui qui pjipie \\n cieurproduit un senle cn'iir

[tinient.

Mitt(>ns

in

volaliiia,

dpjiciel
[illa

prov.

i;,,

i;

-

Celui (|uî lance

une pierre

ciuitre des oi-

:•"-"•

-«•-•
(II-

sic et qui

conviciàtur aniico, dissolvil
[ainicitiaiii.
ctsi

mt"'me

Ad
Ad

aiiiiciini

produxiM-is giàdiiiiu, [non (iesp(Tcs
si aperi'icris

M„t.

:.,

vi.

-'•

Quand

[seaux les fera toml)er : aussi celui qui insulte son ami [iOnq)l Tamitie. lu aurais tiii- le glaive contre un

:

est oiiiiii

roirrcssus.
-'

aiiiii-iua

os

tristi(\
:

[non tinicas
est onini

xum.

, m.
2«''

concordâtio

oxCL'lttO convitio, et

(•,
:

^"Ji'i7ulî'

et sn-

'is-ia.

[p(-I'l)ia. Lm-.22,2S.2'...

et

niystrrii

révélât ii'mc,

l't

pla^a

<^lo./^*.'J|'•

.^•

ami, ne désespère pas; car il y a du relour. '-' cnnire un ami. Si tu lui as ouvert une [bouclie sévère, ne crains pas; car il >• a lien ;i la n'conciliation excepté quand il s'agit d'invective, de re[proche, tle prociMlés bautains, de n'vi'lalidii de secret, et de blessure laite
;

[;,

[lôsa

"
:

""

[en traliison
-^

:

in his

ônmibns

l'idcni

oiTugiet amicus. p(>sside cum auu'co in panla-tt'ris.

i,i,i,.ii^

en toutes ces choses un ami t'échappera. (larde la iulélité à un ami dans sa pau[vreté.
afin ([Ufirer lui tu
te

[pertàtc illius, ««""«mico.
nt et in bonis illius

réjouisses dans son

[bonheur.
in ténipore tribiiiali(')nis illius

pérmanc
lidélis.
sis.

'-•'

Dans

le

tenqis de sa tribulation, demcure[lui

[illi

toujours iidèle,

ut et in lierediti'ite illius coliéres

alin ((ue
^0

dans
le

siui lié^ritage tu sois

son co-

[héritier.

Ante

ijineui

camini

vapor.

et

lunius
:

Devant
de
les

feu. la
[et la

[iirnis inallàtui•

vapeur de la fournaise fumée du feu s'élèvent:

sic et ante

sânguinem maledicta,

même

aussi avant le sang s'élcvenl les [mauvaises paroles,

et contunirli*, et

mime.
''"'"
'--

Aniicuni salntâre non conlïindar, a tïicie illius non nie abscôndani et si mala niihi evonerint pcv illuni.
:

-'•

"'

[sustin(''bo.

Omnis

ab eo. Quis dabit ori meo custodiam, etsuper l;il)ia niea signâculum certuni, ut non cailani ab ipsis, (it lingua mea perdat me?
(|ui

audiet,

cavi''l)it

se

iv<>v.

ir,,

1.

••-'

'•
^,^^^.

j^^

^

3s, 2.'

outrages et les menaces. saluer un ami, je ne rougirai pas; et de sa face je m• me cacherai pas, des maux m'arrivent par lui. je /es (>t si [supporterai. Quiconipie rai)prendra, se gardera de lui. Qui mettra à ma bouche une garde (>t sur mi's lèvres un sceau bien sûr, alin que je ne tombe pas i)ar elles, et que ma langue ne me perde pas?
D(>

XXIII.

'

Di'imine pater. et dorainâtor -*«
[vitai

XXIII.

1

Seigneur, père et maître de

ma
[vie.

mea',
:

p^
p^^.,.

ne derelinquas me in consilio ei'u'um nec sinas mf^ câdere in illis.
-'-2. Uégles sur l'amitié.

ne m'abandonnez pas à leur conseil: et ne permette/, pasque je tombe par
(|u'il là

elles.

27. Excepte... Les cinq choses indif|uées ici sont en effet de celles (ju'on ne pardonne guère en amitié,

lois, la

parce qu'elles sont directement opposées à ses malice, laréllexion, le mauvais cœur y ayant plus de part que la passion ou le tempérament
- Il ne fnut regarder dans ses seule vertu qui nous attache a eux, sans leur mauvaise l'orlune; et rpiand on se sent capable de les suivre <lans leur disgrâce, il faut les cultiver liardiment cl avec confiance jusque dans leur prospérité •. I^a Bruyère, Du mérite personnel. •2'.). Dans son héritage, c'est-à-dire dans les biens -28.

(Glaire).

Tu

te ri''jo>iisses.

amis que

la

aucun examen de leur bonne ou do

peiU accfuérir. I/auteiu• ne veut pas dire par l'intérêt doive être le mobile de l'amitié. Mais il nianiue les avantages qu'il est |)ermis de retirer d'une lidele et sincère amitié. ,"$0. Le sang versé, c'est-à-dire le meurtre. « C'est .'{|. De saluer un ami, je ne rougirai jias. beaucoup tirer de notre ami, si, ayant monté avec encore un homme de une grande laveur, il est notre connaissance -. I.a Bruvêrc, De la Cour. 33-,•2. Contre les pcciiés delà langue.

que

XXIII.

1.

Leur... elles. Ces

pronoms se rapporlent
ver-

aux noms bottche et lèvres, exprimés au dernier set du chapitre précédent (Claire).

106

Ecclesiasticus, XXIII, 2-13.
.
I»riecepta de bono resimine yitœ (I-XL•!!, 14).

•/.ai

èni
y.at
^

()
'


•/.ai
'
''

/.ai
'•

^', , /&/ .
-/.
'
•/.ai

im

;, . ',
,

&

/.ai

' /
•/.ai

'

. ,,
.

•/.ai

,

^rOMATO^
xai

,/ ../^ •/.8
'

.•/.., •/.,
^

'^"•/.(

'^'
'

*

"
•/.ai

iS^iaijç

, /. ,' •/
•/.ai

^'/.ai

•/.

'•'«'
2•

ScZoLV.

': -:

]]

,.
...

. ,,
-/.ai

'/..

, .
(in
f.)
/ui]

1

' (~.
11.

ijax^av

9 '
11.
tions
>'.

,

aTTofiTQeipor

: .. ^, ) . : . \ . , ' '*
3•
"f*

(A-f).
9-

.
drr

• ":

12.

.) -. , )
7.

:

-rj.

14.

:

..
(sec.
•\-

:

(seC.

.)

f

(a.

m.) A: (.

(.

13.

:

(1.

10•

':

) .:

èrxvkiaStjaov-

0.

•2.

Des remords. Se])tanle

:

<

les

correc-

8. 9.

Dans sa vanité n'est pas dans les Septante. Car beaucoup de chutes {se /Ont)2Mr lui
:

n'est

3. (Jue

mes pcchi's n'abondent point

n'est ]ias

dans

les Septante.
i.

Xe m'abandonnez pas à
les Septante.

leur jicnsÎT n'est pas

dans
6.

dans les Septante. Et ne te mêle 10. De Dieu. Septante « du saint «. pas aux noms des saints, parce que lu ne seras pas exempt {de faute) en cela n'est pas dans les SepI^as

n'est pas dans les Septante. Les Septante ajoutent ensuite le titre suivant: < Doctrine de la bouche ». 7. Et il ne trouvera pas une pierre d'achoppement dans des actions criminelles n'est pas dans les Sep-

Et sans retenue

tante.

H.
13.
«

jYe

diminue pas de
s'il

licidité.
».

Septante

:

«

ne
:

voit pas s'effacer ses blessures

Et
s'il

n'exécute pas (son serment). Septante
faute
».

et

commet une

tante.

L'Ecclésiastique, XXIII, 2-13.
1.

407
l-t).

Préceptee pour la foiiduite de In vie (l-XL•!!,
iii

Qiiis

siipci-|niiiol

co^'iti'itii

nico

lia-

'"•'"•
''"'
'''

"^^

-

"''

Qui mettra dans
PI

ma

pensi-e

des remords,

[(••11<,

et
lit

in

corde

nnO

doctrinuin
coiiiin

sapiriiti;••,

i,t;ii(irati«)iiiljiis

non

|ijircanl
[niiiii.

alin (ju'ils

dans moncieiir ladoctrinedeia safresse. ne mVparjjnenl pas dans ieuis
;

et.
t't
l'I

non appâroant delirta
no adinciV'scant

ei'irnni,

«pie leurs Taules
'

ifrnoi'i'inliii'

nuM•.
rrnTir'îe"
r«. U'.

nuiltiplict-ntur di'licta nioa,

péchés d'ijinorance. ne paraissent pas; ipie mes i^imi-anees ne s'aci-roissent jias, t que mes fautes iie soient pas miilli[pliées;
«pu•

S;
i"•

et
l't

poccàta

nii-a alu'indout.

-'i.

-'
;

i'.

mes péchés n'abondent
je

incidaui in conspi'Ctii advoi'sariiniini
[inoiii-uni,

que
el
'

point, ne loml)e pas en prt'sence de

mes

[adversairi's.

l't

paud«Mil

siipor

me
liens

ininiicns
\it;i•

mens?
""•,•.

que mon ennemi ne
jtére et Uieii

se i-éjouisse poini
'.'

Iiiiniim• ])at(M•. et
n(Ml('i'(>lin(|uas

nioa•.
ill('iniiii.

W.'•/.'
ci. s.

'^

coj^iti'itu

i^

Extollcntiani ocnloruni
(>t

mouruiii

m• " '"^"•'»•
rr.iv. ïi,
i.

[sur moi de ma, vir•, lie nraliaiidoiiiie/, pas à leur pensée. .Ne me donnez point des yeux altiers,

Seigneur,

[dédci'is niilii,

onmc

(li'sidrriiini

Aulor a

me

avorte a me. ventris concupiscéntias,
;liéndant me.

et conci'ibitus conciipisi'éntia'

et

anima' iirevcivnti

et

"
[tradas
^

el
'•

."'<;,'3.''
"'j'''

neapprone

,''/'
u.
}!!•

y^^i.l u.

uom.

13,

me.

Doctrinani oris audite
et «nii

lilii

:

Liim. 4, 1(1 ; 5,12. 2 This. 3, 1-2.

i^"'•^,•

'

détournez tout désir mauvais de moi. Éloignez de moi rintempé-i-ance; (pie la passion de rimpureti' ne s'empare [pas do moi, el ne me livrez pas à une àme sans lionle [et sans retenue. Écoulez, mes eiil'ants. la doctrine de ma
[lioiiche
;

custodierit

iilani.

non

iiériet la[biis,

Pi. 33, 12

celui ipii
et

la

gardera ne

pi'rira point

jiar

[sex lèvres;

nec
'

scandalizâbitiii•

in

oiiéribiis

ne^^ ^ ^^ ,-,,. '13, r,.
•>•;-'''•'•
**

L'iuissimis.

In
et

vanitâte sua appreln'nditur peccâ[ter.

ne trouvera pas une pi«>iTo d'acliop|>e[nienl dans des actions criminelles. Le p(''clieur est pris dans sa Aanité,
il

supérl)iis. et lualédiciis ^
.Juratioiii

scandalizâin
iilis.

'''"'•

Koni.

!;

}'.'•

1-,

H.
'

;i)itiir
'

non assuéscat

os

tuum,

vii:.i»cia
jur:iiiiciiiii.

"

multi enini easus in illa. Nominâtio V(MO Dei non
et

sit

assidiia in„^^•,-"•/;JIftt. D,

33-37.
12.

^ore tuo,

jiie.

.i,

nominibns

saïKiiiiiiiu

non admis[ceâris
:

Doit.

'.,

u.

le médisant y trouveront [une lùerre d'achoppement. Qu'an jurement ne s'accoutume pas la [bouche car beaucoup de chutes se /ij/i/ par lui. Or, que le nom de Itiou no soit pas conti[nuellement dans ta Ijouche, et ne te iiiél(> pas aux noms des saints,
1(>

sujterbe

et

;

qnôniam non
.Sicut

eiàs

immûnis ab

eis.

parce ipie lu

11e

seras ])as

exempt de faute
[en cela.

enim seivns

interroiiâtus assidue.
Sa)).
2, 19.

" Car comme un

esclave qui est à

question [continuellement
la

a iiviire
sic

in

non minuitur et nominans, toto a peccàto non pui-pàbitur.
:

ne diminue pas de lividité,
Ex.
211,

omnis jurans,

7.

ainsi quicon(|UO jure, et non^nle Dieu,
1.

Vir multum jurans iinplt'bitur ini(|ui-2
:t;ite.

ucg. 21,

1-

ne sera pas entièrement pur de péché. L'homme qui jure souvent sera i'i>mpli
et la
])laie n(> s"('carlei'a

d"i-

[ni(piité.

et

non

tlisi-i'ilet

a

Et

si t"rustràvei-it.

domo illius jda^a. deljctuni illius ^np•"•"
I

pas do sa maison.
[sera sur lui:

'••

Ma^'o'sli-s?'

Et

s'il

n'exi'cute ])as smu serment, sa faute

ipsum

ei'it

:

la

remords et la doctrine do Leurs se ra|)porle à ma pensée et à mon cœur. Ne parnissent jtas: nVclatent pas au dehors, ne deviennent pas pul)li(iues (Glaire). Pensée: mauvais dessein. Détournez tout ilrsir mauvais. Ce n'est pas Dieu qui donne la concupiscence ni qui produit la tentation, mais il permet, il veut même iiartois, <pie nous y soyons soumis; on peut donc lui demander de nous dispenser de cette épreuve ou de faire qu'on n'y succombe pas; c'est dans le même sens (pi'il laut entendre ces paroles du l'ater: et ne nos indu3. Qa't'/.s,-c'esl-à-dirc les

sagesse.

— —

•'é.

."i.

7. La (Joclrinc de ma bouche; l'art de régler et de discipliner ses paroles. 10. Quele nnmde Dieu... Il est presque impossible de prononcer toujours le nom de Dieu avec le respect (pii lui l'st du, (juand «a l'a continnelloment Se le mêle pas...: c'est-a-dire ne dans la boudic. mêle pas légèrement dans tes discours les noms des saints, ou des choses saintes (Clalie). \i. Comme un esclave... Anciennement c'était par la (piostion, ou torture, ipion lirait la vêrile de la iiouche dos esclaves. Or un pareil traitement ren-

cas
ti.

i)i

tentalioncm. L'intempérance, de

la chair.

dait leur corps livide ((ilaire). n'exécute pas... s'il dissimule. L'auteur i;{. S'il marque trois sortes de serments coupables : le ser-

.

108

Ecclesiasticus, XXIII, 14-26.

/.ui'

,
ai

.

Prflpcepta de bono reffîmine yitx (I-XIilI, 14).

'

'

Kat

^''"
^^"^
•/.ai
^''

&, . .)'
(;.

'

".

^,
.

ir

"^46

-.'&'
avrsdioy^ç
y.ai

^^

3&
'

^'•^

/.ai

^ '^. , )^
.3^'

., ''
.

,
.

xai

-^"'
-'

/
uvd

ai
-^

'^

"

'

^'^',')

'''

, ) , . "^'/ ' ; , , &
-

^., /'
^,

/ , ^.
(
/.}^

^, )].

. /.ai

oorj,

,
(•
UnCOS). A:
(a.

;

17.

7{^)
(**
nncos.

.
la

(sec.

m.)

:

drruLÔevuCu.

18.

':

ovreÔQevei.

xar.y. 21.

':
(\).

&'.
19.
Sejttanle
:

'-*
2-.

(.)

"

^)

(1.
Tjj.

')
26.

...

*

Ir.

(pr.

m.) *

. :

(•.

.)
(1.

*

.')

intcr
iiiter

2. A't

ârd-Q.)

("

.
10.

En

face de

"

morl.

:

«

qui
les

nous
pé-

tu désireras ensuite n'ëlre jamais né. et tu maudiras

expose à
chés
li).

mort

>•.

Dann
».

[ces) crime.t.

Septante

«

dans

et

• garde-toi de t'oublier devant eux, Septante de prendre avec eux des habitudes légères; car
:

jour de ta naissance 22\ Septante « une flamnîe qui bnile ». 25. Méjjrise son àme.
le
:

>.

âme

ardente est
Septante

comme une
"

et dit.

:

qui

dit

en

son

âme

»

Lcclésiastique, XXIII, 14-26.
.
(H
si

109

Précepte» pour la
(lrliiH|iiil
(iiipli-

ooiuliiile «le lu vie (l-XL•!!, IJl).
el
s'il

{lissiiiuil:ivci-il.

dissiiuulc,

il

pèciic douijieiiieut
i|ii'il

;

M-iloi•

:

"

fl

si

iii

vî'iciiuiii

jnràvciil.

non

justi:

^-''^;

1
''

et

si

(•"est

eu

\aiii

jure,

il

ne sera pas
[.justifié,

lliCiibitur

•.•)1<•1/•
I

(Miiiii

iotriliiiti(>iio

donnis
liiliiis.
Drllt.
7,
....

cl

sa
est

iiiaisdii

sei'a

rciii|ilie

do sa rétribu[tioii.
l'ace

i;
;

l'st

cl alla iot|Ucia contraiia moili.

'

n,

Il

aussi une autre jjaroic eu

i,cv.3i,ii-ii;.

non invrniàlni•
'>•

in iicn-ditàtc Jacob.

(jU'elie

ne se Iniusc

jias

de la [mort dans lllé-ritage de
:

^^v'h'îX
K|.h!
I.'si.
s. 7.
"•

[.Jacob.

l'tcnim a

iniscricocdilms ûninia lucc [aufcivntur,

M«t.
^''-

"

•'''

cl in (Iclictis
''

Inilisriplinâta'

non volutabuntiu•. non assucscat
[os tllUni
:

\a„.,. «,,',,«..
Vr„v.
13. 3.

•'

est
•s

Mémento

'9

vcrbinn poccàli. r.ov. patris et inatris tua•, in nicdio oniiii lua^iiatoruiii consistis: no Îorte oliliviscàtur lo Dciis in con[spcctu illorum,

en

i

ni in illa

i;.,

sa

'•**

I•'

des [miséricordieux, cl ilsiiesc iiiongcront pas dans Cf?.>; crimes. ne (>)u':i un laiigag(,' indiscret ta Ijouciie 's'accoutume ])oint ; car il a en hii mic iiarnle de [x'-cjii'•. Souvions-tui de tnn pcie cl de ta mère; car lu le trouves au luiliciides grands; de peur (|uc Dieu ne t'oublie on leur préCal• lijiiles ces ciioses seront éloignées
.\'

[scnce.
ci
f|u"iiil'atui'•

cl assiduitâto tua inlatiiâtus. iini)iOpc;i-iuni

de

ta

l'aïuiliaiiti'•

avec eux.

iiatiâris,
/'^'-^, !l
2 noj. 16.
-'"

[tu n'aies à soulVrir

un

aiTront

:

maluissos non nasci. cl (licm nativiti'itis linc maledicas.
et

ruraloisiu n'aimes niieux n'être point né. et que tu ne maudisses le jour de ta nais[saucc.

Homo
-'

assiictns in voi'bis iniproporii,
conii-a
-1
'"'""'^^i',',''""

L'homme
à

accoiitunn'•

aux paroles outra[geantes,

in ('minibus

diobus suis non crudi('tui•. Duo gcncra abûndanl in i)ecc;'itis.
addi'icit

aucun .jour de .sa vie no se corrigera. Deux sortes de (lersonnes abomlenl en
[p(''cliés.

cl l('rlium
-'-

iraïu.

cl pordiliù-

Truv. a•"•

li,

16.

i• s-

cl

la

ti'oisiéiiie attire

la

colère et

la

perdi[tion.

[nem.

'"' ^'''"'•,J'"•
-'i

Anima
non

câlida quasi ignis ardons. extinguéUir douce âliquid gh'itiat
in orc carnis sua?,

joa.

2,

ifi.

L'âme

iirùlante

comme un

feu ardent

:

ri°v.

27,

2u.

-•'

cl

homo ncquaiu

Piov.

-'
11. 2. 11. IS.
1

non désinct donec inccndal ignem.
-'

Ex. Mut.
.î,

20.
l'.>,

Prov.

;).

7

:

llùmini l'ornicâno oiunis nanis dulcis.

-''

i.^;2ii,

17.
4.

3 iicg. 11,

non fatigâbitur iransirrcdiens usquc ad
[finom.

jusqu'à ce qu'elle ait dé[voré quelque chose; qui abuse de son ]iropi-e corps (>t l'Iioiiiiiie uc s'arrêtera iiasjusqiràce ({u'ilait allumé [un feu. A un homme fornicateur, tout pain (^st [doux, et il ne cessera pas île pécher jusqu'à la

ne s'éteindra

jias

[lin.
•-'

Omnis

liouio (jui transgrcditur
[tuui
aiiiiiiain

Icc-

aiIuU»?^"'''

Tout liommi'
méprise son

(pii

iirofane son

lit

runja[f/al,

suum. '"""
et
diis.

conlciiinons in
-"

suam,

2•.•,

1...

àiiic, et dit

:

••

Qui inc voit?
les mui'ail-

[cens

:

Quis

me
et

vidot?
22,

tcnebra'
et

circiinidanl

mo,

])arietcs job,

u.

•-''

les téncbi'cs

m'environnent, et
[les

[coopci-iunt

me,
vé-

^^l'is^'^'^'

me

couvrent.
«pii

nciuo

circumsiiicit

me

:

et

personne ne regarde autour de moi:

[rcoi"?

[craindrai-jeV

ment inutile (y. 14), le serment qui n'est pas suivi (l'exécution, cl le taux serment. \ 't. Remplie de sa rélribulion : c'est-à-dire des maux (|ui seront le salairi; de celui f|ui jure en vain. Cf. y. M. \'.>. En face de la mort, c'esl-à-dirc qui mérite la inorf, chez les .luifs le blaspiiéme était puni de mort, voir Lévilique, xxiv, li-IC. 1«. Car lu le trouves au milieu des grands. Celui (pil se rappelle ses origines et la bassesse de son extraction ne se laisse pas éblouir par les honneurs, il reste humble et modeste au milieu des grands.
'21-38.
sî-2.

cents,

si l'on n'est pas toujours sur ses gardes, (iréparent aux plus coupables; les plus petits font resplus ioie qu'on ressentirait dans les sentir la ISossuct, De grands, et l'éveillent les plus grands la Concupiscence, v.
...

Contre l'impureté.

la concupisce qu'elle ail dévore quelque chose. les plaisirs des sens s'excitent les uns les iiiilres; l'unie qui en goûte un, remonte aisément à la source (|ui les produit tous. Ainsi les plus inno-

L'âme brûlante des ardeurs de

cence.
-

— Jusqu'à

Tous

Quelle que soit l'énergie de vos passions, ne vous laissez jamais pcrsuarépandre le déshonneur sur une autre âme, (ler d'en pour diminuer en ap|>arence la honte de la votre Heureux ceux qui ne font point de victimes... I.a ieunesse est sacrée à cause de ses périls; respectez-la toujeurs. I.e bien qu'on l'ait en ki respectant est un de ceux qui touclieiil le plus le cœur de car Uicu est réiernclle jeunesse et il se Dieu plaît en ceux qui portent un instant, dans la caducité rapide de nos âges, cell(; ressemblance avec sa propre ligure •. l.acordauo, Lettres a des jeunes
24.

Un homme fornicateur..."

:

gens, 0".

110

-' "^

] ^^ ^- ( .
Kui

-"

&, ^ ,. , , ,
Ecclesiasticus, XXIII,

27— XXIV,

1

.

•rsccepta de boiio regîmine

Tîtse (I-XL•!!, 14).

^^

^"

•'^

^''

, .^, " , /, , .
/
;

'. -, &.
/-, .

^"'

^*'

•'^

^
['
"
(soc.

^, ,
, 2
(a.

, -.

, .

'^^

XXIV,

-

28.

.32.
30.
:

.

m.)

inlcr uncOS.

-: ': (1. ^:

.. .
". /) . :) )?
29-

&,
'
xa^oqù
(1.

.
' ]. :
{f

et

33•

':

). • :•(?.
3i.

. ..
:
1.

Axf

36•

':
1.

^* . ^'.

./'. '
(&• ^l) xui.

3.

38*

:

'. Septanlc « cet lioinme n'a peur (jue des regards des hommes ». •28. Septante: « et il ignore que les regards du Seigneur, dix mille fois plus brillants (|ue le soleil, surveillent toutes les voies des hommes et pénètrent jus<]u'aux recoins les plus cachés ». 29. Septante avant de naître, toutes choses sont connues de lui, et de même a|)rés f|u'elles ont été
:

cara/e n'est pas dans les Septante, 31. Ce verset n'est pas dans les Septante.
de ses enfants sera examine. Septante: Et on aura l'œil sur ses fils ». 38. Ce verset n'est pas dans les Septante. Nous l'empruntons à la Polyglotte de Complule.
«

et

XXIV.

Et en Dieu

elle

s'honorera n'est pas dans

laites
30.

».

les Septante.
il

Et

sera mis en fuite

comme

le

i^oulain d'une

L'Ecclésiastique, XXIII,
1. l*r('reiiteN

27— XXIV,

1.

ill

pour

la cun<liiite «le la \ic (1-XIjIIv
le

).
[fautes...

(li'lii-liinmi

iin'.iiimi

-'

1".

iioii

iiitclliKit

|
iioii

iiiciiKU'iibitiii•

'•^-Ilaul ur M• .souviendra pas de mes
il

[Altissimiis.

omiiia vidri
[(iciiliis illiiis.

'-'

^^

^.,

,,
i•',

Et
('/

ne compieiid pas que

son

leil voit

l'fv.

4.

[toutes choses.
(jii

(|iiiiiiiaiii

cxpi-llit

a

so

tiiiioi'cin

l'ci

nue

ti'lle

Imjrisiiioili

lnmiinis

tiiiioi•.
:

et (unili lii'uiiinimi

liiin'iitrs

illiiiii

re
'-*

(/lie

l'uni

eiainte de l'Iiomme bannit de l»ieii (II• lui la naiiite aussi les yeux des liomines,
?ie

[lesquels
-'!'

craignent que
les

cl

non

i-oiiniivit (ini')ni;un (x-nli l)(iiuini

iniilto plus lm-i(li<>r('s snni supci• soloni, fircMiuspiciéntcs oniiics vins In'iniiniun.

et

priifnndiuu

aliyssi.

et

'
l'iuuiia.
:

Kl

il

n'a jias su

que

yeux du Seigneur

.

:

sont beaurmip plus luniiin'ux <|iie le soleil, expidiMiit du rei;aril toutes les voies des
-*•
•''•.

i''-«"•

et

le

prolnnd de

l'aljime. et

[liommes examinant les
des

[corda
d»"•
"
''

[(•(eiirs

hommes

'-"•'

inturntcs in abscimilitas pai-tes. Domino cnini l>eo àntiMpiam croaivn[Inr. miinia siint âgnita
:

-'.

ï-'•

-"'

'
'

'

jusque dans les |(arlies les pins cachi-es. t'ar du Seigneur Uii-u, avant (ju'elles fiis[seiit ci-Î'-ées, toutes les choses étaient con[nues,

sic et i)OSt perlV'ctinii

r(''si)icit

•'"

Ilic

in platéis civitàtis vindicàliitnr,

'•'•>'

"
'"i

ipfapres leur aclié\'ement il les [considère toutes. Celui-là sei'a puni sur les phices publiijues
de
[de la cité:
et
il

même

dViÎI'
Joi'i.

s''ô'

et quasi puilus cquiuus luiràliitur
et ubi
••'

sera mis en fuite

comme
|)as.

le

poulain

[d'une cavale;

non

si>eràvit appri'hendi'lur.

Joli. 24.

17.
;i4.

et là
•''

ou

il

ne

.s'y

attendait
ol)jet
di'

il

.sera [iris.

Prov.

r,,

i;i

çrit

dédfcus ('minibus.
2

Et

il

sera

un

déshonneur aux

00
""-

quod non

intdli'xorit

timorcm Do[mini.

Re?. ecch.

12,
i,

11.

2s.

Sic et millier oinnis l'ciinqucnsviruHi ,,,,rsiuim. •'"".""•liens. ... ... et statucns hiMvditatcm o\ alieno ma- r..^•. 20, i».
,

•-

[ti'imi')nio
•'•'•

:

Di-ut. 22,
j,^
.,^_

22.
•'••'•

pi'imo oniiu in

leifc

Altissimi incredibi[lis fuit
:

[yeux de tons, parce qu'il n'aura pas compris la crainte [du Seigneur. Ainsi en s(^ra-t-il encore de toute femme [ipii laisse son mari, et (jui lui donne pour h(''ritier le //As d'un [étranger; car pnMiiiérenii'nt, elle n'a pas cru à la loi
[du Trés-IIaut
;

j^
1.^,

.c'rle,
i9-

secundo

in vii'iim

suum

deliquit

:

tertio in adultério f'oniicâta est,
et ex âlio viro filios stâtuit sibi.
^1 Iliec in

secondement, elle a manqué à son mari: troisièmement, elle a commis un adultère, et elle s'est donné des fils d'un autre

[homme.
ccclésiam adducétur, et in filios ejus respiciétur. Non tradent filii ejus radiées.
et
S*

3i
Jon. S, 3. Sap. 4, .3-6
3,
;

16-19.
•">••

3•''

Xum.
:

.5,

IS,
•>

Cette femme sera amenée dans l'assemblée, et l'état de ses enfants sera examiné. Ses enfants n'étendront pas leurs racines,
et

rami ejus non dalnint fnictum

jud'n
.S.tli.

ses

liranclies

ne

porteront

point de
[fruits.

4

.

.'t.

dereiinqnet in maledictum nieiiKiriam
et dédeciis illius

jor. 29. is-i».

-''

Elle laissera sa ni(''nioire

en mali''diction.
iias.

[ejus, '''^;'^!;^,'

non

di-lébitui".

prm-.
^<='^'•'•

19,

a.î.

et
'>'

son déshonneur ne s'effacera

^^

Et agnos(M'nt qui derelicti quoniani niliil mrlius est
<'t

siint.

^^y^;

quam
1

tinior

is, lo-i'i.

[Dci
niliil

:

Mut. 11.29-30.
p^. 20. .i. TiiiY. 3, 2.
1
j.:,,h.

Et ceux qui resteront reconnaîtront que rien n'est meilleur que la crainte de [Dieu,

di'ilcins,

quam
sequi

itspîcimo
.

in

r> [mandat is Doniini.

0,

1.

•^

GliJria

magna

est

Dûminum

•!s
:

^

iongiti'ido

enim diérum assumétiir

alj

Jon. S, 12. D("t.3u,i9-2o.

que rien n'est ]dus doux que d'avoir [égard aux commandements du Seigneur. C'est une grande gloire de suivre le Sei[gneur; c'est de lui qu'on recevra la longueur des
et

[eo.

[jours.

XXIV.

Sapiéntia laudâbit

ânimam suam,
xiv. 30.

pieniiié.

-YXIV.

1

La sagesse louera son âme

27. Son œil. Voir la note 30. Il sera mis en fuite

sur Somhrex.

comme

le

poulain d'une

cavale. Voir la ligure de Job,
33.
.'{'i.

La

loi

vi, îi, t. III, p. 9". du Très-Haut, menuomiùe dans Exode,

XX. 14. etc.
Z>a/i.s•

l'assemblée; c'est ainsi

que comparut
vie.

la

feniiiK! ailiiltère,

38.

La longueur

Jean, vin, 3. des jours; une longue

XXIV. Dans ce cliaiiitic l'écrivain sacre représente sagesse comme une personne ipu' laii son propre ix);- et éloge, de même ijue dans les Proverbes (vin. par la sagesse, il entend quelipicfois la sagesse incréée et personnelle en Dieu. (piel.|ucluis la sagesse (Glane). créée, qui est commuiiicpiee aux hommes 1-47. Éloge de la sagesse. elle-même. i. non âme; c'est-à-dire soi,
la

112

Ecclesiasticus,

.
y.(a il'
-

l»r£ecepta

"

- '^
()

.
«le

XXIV,

2-14.

boiio reffîmiiie TÎtie (I-XL•!!» 14=).

'

^ y.al '

" "

*

xai
^
'

.

, , 9.. .
y.uv

('8

.

/. &,

',

'(.

^-

'^«
y.al
^

'

2.
ill.)

:
:

(1.
:

.)

(pr.

m.)

^;, , " ,, , " ' , ' . ^. . . . . ^. ^. : •. . . (\.).
ttJ yrj,

^

]

"

.
6.

':

10.

11.
\

:

(SCC•

:

14•

12.

SCC.)

:

:

(1.

3.

**(.)

(A-f).

Ces versets ne sont pas dans les Septante. Entjendrée la première avant toute créature n'est pas dans les Septante. C. Ccst moi qui dans les deux ai fait naître une lumière à jamais durable n'est pas dans le grec.
'.\-\.
.;.

rang)
11.

».

Et

les

cœurs des grands
les

et

des petits,

par

ma

puissance, je
et c'est

grec. — Et en

ai foulés

aux pieds

n'est pas dansle

toutes ces choses j'ai cherché du repos, dans l'héritage du Seigneur que je demeu:

Et qui, comme un nuage, ai couvert toute la terre. Septante « et, comme une nuée, j'ai enveloppe la
:

rerai. Septante

«

ché

le

repos et

(j'ai
?
»

après toutes ces ciioses j'ai cherdit) quel est celui dont j'habi:

terre

».

terai l'héritage

8-10.

fai pénétre,
grec
fin

Seule n'est pas dans le grec, non plus que et sur les flots de la mer forme dans le

le

commencement delà phrase
y. 8 et les
:

suivante, où la

du

versets

it-10

sont ainsi exprimés

par les Septante « sur les Ilots de la mer, sur toute la terre, sur chaque peuple, sur toute nation, j'ai ma part de l'empire (au lieu de -.fai eu le premier

Et m'aimrlé ne se trouve pas dans la version A reposé dans ma tente. Septante • a donné le repos à ma tente ». 13. Et au milieu de mes élus tends tes racines n'est pas dans les Septante. 14. Jusqu'au siècle futur. Septante « jusqu'à la consommation des siècles ».
1-2.

grecque.

:

:

L'Ecclésiastique,

XXIV, 2-14.
tle

113

.
et

Prt'cepteH pour la contluite
,;'"";
',
'.;

la vie (I-.\Ij1I, 14).
et (>n
et et

in

et in

Doo hoiiorabitur, sui inodio

filoriiibiliii•,

Job,
.'.,

ia.'ifi.

Dieu elle s'honorera, au milieu d(! son peuplr
les

elle

si;

glori[liera,

Joii. 10,

36-3S;
s,

23.
»3.
-

ot in ecclésiis Altissinii aïK-rict os

siium,

Prov.

dans

Vf. 84, 9.

et in conspt'Ctu viili'itis Ot in

ililiis

^'lori;'ibi-

^'"^•^^°•"•
Mut. Jim.
K.ili.
15. 19.
lî,

et (Ml
'

assemblées du Ti-ès-IIaut elle [ouvrira la bouche, présence de sa puissanci- file se glo[ri liera,

.
1••^"
»

23

;

médio pupuli

siii

cxaltâhittir,

'7, *•

et

au milieu de son peuple

elle .sera exal-

23.
:i,
.-..

10.

[tée,

.Micli. 4. 4.

et in pleniti'idine

saiiola

adiiniahiliir. M.a.
fol.

i7;
'.1.

et
'

17,

•.',

l't

in

mulliludine

(>iei-ti'irnui
-,

lial)oliit
,

J"•'•
-Vil. i•,.

'.

n-je.

et

et

[laudem, intor bonedictos bonodicétur, dicens: Ego ex oro Aitissinii pi'ddivi
:

5, 11-13.

n?,

i-oc.'s.sî-ss.
'

l't

ori"o
p». 44,
1.

sera [admirée, au milieu de la multitude des élus elle [recevra des louanges, parmi les bénis elle sera bénif disant " C'est moi qui de la bouchodu Très-Haut
elle
:

dans ras.semblée entière sainte

[suis sortie

primogonita anto oninoni croatûram ogo foci in cœlis nt oriivtnr lumen in[deficiens,
et sicut nébula texi

engendrée
G

^pj^j

c'est

moi

prcmiéi'e avant touterréature, qui, dans les cieux, ai l'ait naître
la

y^J'•'

iW,
Snp.
7,

3.

oninom

terrain

Gcn. 1.14.
Job, 38.

52.

et qui,
c'est

comme un
ai

[une lumière à Jamais durable, nuage, ai couvert toute
[la terre;

2!•.

9.

ego in aitîssimis babitâvi,
et throniis

''

Ps. 147,
I6.

.
I.
;

moi qui

habité dans
l'st

les

,
1

lieux les [plus élevés,

mens

in cohiinna nubi.^.

l'i.

S,

et

mon
.l'ai

trône
fait

dans une
tout
1(>

colonne

di'

17, 11.

JiT. 23, 24.

[nuée.
»

Gjrum
et

cœli circuivi sola,

tloles.
J..b, 22, 14. Trov. 8, 27.
I?.

seule
le

profi'mdnm abyssi penetrâvi, in iliictibns maris ambnlâvi.
et in

j'ai

pénétré

profond

di'

tour du l'abime;

ciel,

et
et

omni terra stoti in omni populo, in omni gente primâtum
:

44,

21.

ficn. 1, 2. Ph. 13S, S.

iiâbui

:

Mat. Jub,

14,
9,

2.1.

8.

Sap. 10-11

;

et

omnium

exceliéntium et humilium ... [corda vii'tute calcavi
,
.
.

s,'• . M'- n,
p,.^^
^

G-

:

,,

et in iiis

omnibus requiem

qu;vsivi,

Job,
1

34,'i;t.
2. 4.

les flots de la mer. posé le pied sur toute la terre; et chez tous les peuples, 10 et chez toutes les nations, j'ai eu le pre[mier rang; " et les cœurs des grands et des petits, par [ma puissance, je les ai foulés aux pieds; et en toutes ces choses j'ai cherché du rej'ai
3

marché sur

et j'ai

Tim.
"'

[pos,
et c'est
:

et in

heredituto Doiuini morâbor.

"''''
4,

^ Di-at.

20

32, 9.

Tune

prœci'pit et dixit niibi Creator '»

isriiei

1-

héritage du Seigneur que je [demeurerai. Alors a ordonné et m'a parlé le Créateur
1

dans

[omnium
et qui creâvit

:

[de l'univers;
et celui qui
coios.
2,

requiévit in taber[nâculo ineo, et dixit mihi In Jacot) inhâbita, et in Israël hereditâre, et in eléctis meis mitte radiées.
:

me

m'a créée a reposé dans
:

ma

».
'">

[tente,
et et et

«on. 32. 28 Deut. 7, 6. Snp. 5, 13.
Pror.
8. 22. Eccli. 1, 4. is. 9, e.

Habite dans .Jacob, il m'a dit en Israël place ton héritage; au milieu de mes élus tends
le

tes ra[cines.

Ab
et

initie, et ante sa''cuia

creâtasum,

li

Dès
et

commencement

et

avant
[j'ai

les siècles

Ps. 109, 3.

été créée,
[d'être.

usque ad futi'irum saV-ulum non dé[sinaiTi,

^'«'»•5,

3.

jusqu'au siècle futur je ne cesserai pas

Mat.

20, 28.

•2. Les asscmhlccs du Trés-Ilaut: les asseinhlc-es, les réunions des lidèles. De sa puissance {virtutis illius); de sa majesté; ou, selon d'autres, de soti

armée
effet,
.'!.

a-lesle. I-e

mot

lirlus s'emploie souvent,

en

dans 1' .criture pour armre (Glaire). L'assemblée entière sainte: l'assemblée de tous
littéralement la plénitude,
l'intégrité

nuées sont souvent représentées dans l'Écriture trône de Dieu. eu lepremier rang. En grec: • j'ai pos», e'est-à-dire j'ai eu droit de possession, par sédé conséquent je pouvais établir mon séjour d'ans telle
les

comme

le 10. J'ai

les saints; sainte.
.">.

C'est moi qui de la bouche du Très-Haut suissortie engendrée. La sagesse éternelle, le Verbe sort de la bouche du Père par la génération éternelle. Avant toute créature. Les Ariens ne pouvaient légitimement déduire de ces paroles que le Verbe iùt une créature. Voir la note sur i'rovcrbes. viir. -2-2. tj. (ne lumière. Le Verbe de Dieu est dans l'ordre surnaturel ce qu'est la lumière dans l'ordre na-

turel.
7.

nation qu'il me plaît. 11. Du repos: un lieu de séjour. \-2. A ordonné: c'est la mission du Père concernant le l'ils. qui n'est autre que l'incarnation. Celui qui m'a créée. Ce mot, appliqué au Verbe, doit être entendu dans le sens d' • engendré ». 13. Place ton héritage; sois faite héritière, prends possession. Dans l'habitation sainte... La sagesse éternelle présidait au ministère sacré au milieu d'Israël; et dans la nlénilude des temps, s'ctanl incarnée, elle a exercé son ministère au milieu de ce même peu-

I

'*.

Une colonne de nuées. Non pas
BIBLt:

celle
V.

du désert;

ple (Glaire). 8

POLVCLOTTE.

T.

114

^

-^

"
^

®

*^

*^

^**
xai
^^

^*

-^

^^

, &, ^^ . ^, ' . " ^ ' ., " ,
'2

, '&,, . .
Ecclesiasticus,

XXIV, 15-26.
vitae

.

l'rœeepta de boiio re^imine

(l-XLII, 14)•

ourivrj

èv

^ ^. -/.,
.
'^/.

,

?].

^''

-•'

-*'

. * ,. :
m.)
:

<

\).

(sec.

& & .
' ],
,
.)
17(1. (1.

['

' , .
16.

.
(sec.
18.

m.)

19.

:
:

(1.

.')

. \-\

"

, ^. . ^ . :.) . : ^. : ^'' '. ^. ' . ^.
20.

':

(1.

21-

':

oqeaiv')

23-

(-

:

25*

(t A-F).

2. -:

.
26.
:

22.

:
24-

:
ville

(in f.)

. Bans
bien-aimée
16.

la cite sainte. Septante
».

«

dans

la

Et dans l'assemblée entière des saints
n'est pas

est

ma

demeure

dans les Septante.
:

17. Sur la montagne de Sion. Septante montagne de l'Hermon ».

<

sur la

18.

Cadès. Septante

:

«

sur le rivage de
les ]jlaccs

la

mer

».

19.

Sur

le

bord de Veau, dans
les Septante.
:

publiques

n'est pas
20.
îî!.

dans

Le baume. Septante
Septante
riiuile
le
:

«

le

genêt

».

»

ou

celle

du galbanum, de l'onyx
la

et

de
23=.

de myrrhe, ou celle de
tabernacle
:

vapeur d'enpro-

cens dans

».

Septante
».

«

Je suis

comme une

vigne

<iui

duit la grâce
24-25.
Téi-ébinthc
(;?. 22)•

Ces versets ne sont pas dans les Septante.

Nous

les

empruntons à

la Polyglotte

de Complute.

L'Ecclésiastique,

XXIV, 15-26.
île

115
14).

.
et
'5

PrérepteN pour la conduite
saneta corain ipso
[iiiiiiistràvi.

la vie
ot

(l-Xdl»

in

lialtitiitii'int'

Et sic in Sion liniu'ita suin, irMvifi's ' fl in civitàtc sanctilicâta sinn'litiM• ivf(Hii(''vi,

'

'

""^

'"î

et in .lonisalt'ni imtrstas iiica. iionorilicâto, Et radicàvi in '

dmiu i. 1. 77,

r-s.
.'.I,

"'

clin par'tf
t'I

l)i'i

m.'i iici-<Mlitas illins,

"'r.^^^i^s*
Is. Cl' I.

exercé [vant lui mon ministën•. Et aussi <lans Sion .)"ai r'it' afi'erniie, ot dans la citr sainte je me suis aussi ro[ posée; ot dans Ji'rusalem o.st ma puissance. Et jai jiris racine dans le peuple que le [Seigneur a honorô, ot dans la part (b• l»ifu. Uiqucllc es/ son liél'iiabitation sainte j'ai

dans

-

[ritage,
l'i

in

iilcnitudinc sanctiirum tliMrntio
[niea.
('('(Iriisoxaltâta
siiiii

|.''.iio, î.'

dans rassembir-e ontioro dos saints

est

[ma denioure.
ot crevii.
Judith, 3 Ueg.
!),
:>,

'"

Quasi

in

Libano,
:

''

Comme un
et

ci'dro je

me

suis élevoe sur
[le

I.i.

Liban,
d(!

et quasi cypivssus in
'S

mont

Mon

6.
:>.

pk.

-is.

comme un

cvpn's sur

la

montagne

([uasi palnia cxaltata suiu in

Cadcs,
:

xum.

i?, 27.

"*

coiiimo un
ot

palmii'r je

1110

[Sion; suis élevée à [Cadcs,
olivier

et quasi plantâtio rosa; in Jôricho
•9

quasi cliva speciôsa in oanipis,
'
' '

rs..-.i,ii).

'<•

jo

comme des rosiers à Jéricho; me suis élevée comme un bel commo
lo

Os.

1 1,

7.

ot quasi
-"

plâtanus cxaltâta snni juxta
[aquarn in platois.
et

et

[dans les champs, un platane sur le bord de Teau, [dans les places pniihquos.

Sicnt

cinnamonium

bâlsanium aïO:

rrov.

'-'1

7,

17.

Comiiio

cinnaniome
[tique j'ai

ot le

baume aromaiino

[matizans od('ireni dodi quasi myrrlia oli-cta dodi suavitutem
[odoris
'-'

répandu
j'ai

odeur;

ex.

30,

m.

coiiiino la
-'

myrriie de choix
lo

:

exhalé une [odeur suave;
[stacté,

ot (juasi storax, ot

gâlbanus, ot

l'ingula, ^x.

30, 34-35.

et

commo

storax, logalbanum, l'onyx, le

[et

gutta,
is.

ot (luasi
ot
--

(|uasi

Libanus non incisus vaporâvi [habitationeni nicam, balsamum non niistum odor
[mous.
torebintlius oxtriidi
ot gr;iti;e.

44, 23.

et

comme

ot
--'

Liban qui sort sans incision, rj'ai rempli de -apeur mon liabitation, comme un baume non mélangé est mon
le

[odeur.
i„
"'""<•"."•

Ego quasi
et ranii

ramos
[moos,

Jloi, coiuiiio

lin

t(''rébinthe

j'ai

étendu

[mes rameaux;

moi bonoris

-^

Ego

(|ua.si vitis

fructiticâvi suavitutem, prov.s,

is-ia.

-^

[odoris:
'^

Joa.

fi^-i'.": 1.1, I.

Ot lloros
-*

moi iVuctus honoris
'

ot hones[tâtis.
-'*

rameaux d'hon[neur ot de grâce. Moi, comme une vigne, j'ai produit des [fruits d'une odeur suave; et mes (leurs sont des fruits d'honneur et
et nn^s
l'aiiieanx sont des

Ego mater "

pulclirai diloctiôiiis, et timô- „ -,.,,. ' s, Sap. 1 2
< , ;

[de richesse. Moi. je suis la mère du pur amour, et de
[la crainte,

I .

[ris,

ot agnitionis, ot saneta? spei. -« In me grâtia omnis via? et veritâtis,
in
"'•

ot

de

joï^^ii^ie.
Ptf.

25

En

de la sainte espérance. moi est toute la grâce do la voie et de
la science, ot
[la vérité;

61, s.
•''".

me omnis

spos vitaî ot virtutis.

1«•

i"•

en moi toute
-•i;

resp(''ranc(>

(^

la vie ot

de

la

Prov.

1,

23;

[vertu,

Transite ad

me omnos

qui concupis[citis

9'/••
'

Venez à moi, vous tous qui me désirez
[avec ardeur.

me,

.33,

é.

16. Da/i.s le

peuple d'Israél que Dieu avait
ii/iféd>-e.

choisi pour être son héritage.
17.

I',). Le platane atteint en Orient des proportions colossales. Voir la ligure page

Comme

Voir

me xxvni, .>, t. IV, p. ()6. Comme un cyprès. Voir la figure Ecclcsiaslique. i., 11. 18. Cndvs. Voir la note sur Nombres, XX, 1. l'iusieiirs textes grecs portent Engaddi, ville située à l'ouest de la mer Morte, dans le désort de .Iiida. et c'est probablement le nom que portait le texte original.— Des rosicrx a Jrricho. Il n'est
le

ia ligure

Psau-

116. 20.

Le cinnamome;

la

cannelle.

— Le

6«(/mc Jouissait d'une réputation extraordinaire. Celui de Judée était le plus célèle pindnisait en a combre. L'aibre plètement disparu.

(

pas question de la plante connue sous nom de rose de .TiTicho et qui se rou-

: ainsi porte le texte grec; littéralement goutte {(/ulla), c'est-à-dire larme; se dit du suc qui coule de plusieurs plantes, soil nalurellernent, soit ipiand DU y fait une incision (Glaire).

•21.

Le

slncti•

plonge dans l'eau. Il s'agit d'une plante dont on ne saurait déterminer la nature, car le rosier proprement dit n'est pas nommé dans 1 Ancien Testament.
la

vre,

quand on

^
storax (?. 21).

Li7«i/t;"c'esl-à-dire l'oliban, l'encens. -22. un trrrbiiilhe.l.c U'rcb'inlUc est un des arl)r(\s les |)lus grands elles

Le

Comme

plus beaux de Palestine. 13. De richesse; ou d'abondance.

116

Ecclesiasticus,

XXIV, 27-41.
TÎtsc (I-XL•!!, 14).

2"

.]
-'

30

3-

', . ^ . &, .
.

Prœcepta de bono reginiîne

^^. ,

33

[Mr

, - . ^,
".
d

,,

^

,

3•'
36

3"

38

39

'^710

'"'

, " .. , , ^&. , '& . ,
.
30-

.

]. ^,

: '»
27•

-:

. ,. .. ].
xKt 29•
//«•

.
'^:

(•

:
:

m•)

of
or

32•

24*

èr

' )•
(,t
:

-

. .
3b• A:
36.

narXùîv (X:

•).
}'
'^N*•

Nt

(a. '^OÇ'^•)

°-

k.-\

xaï- 39.

A:
I)

A*:

(1.

"vt);? seC.)

avTOv.

mon 27. Mnnesprit. Septaiito Le miel et te rayon. souvenir ». de miel. Septante « le rayon 28 et 31. Ces versets ne sont pas dans les Seiitan'e. « toutes ces elio32. Septante ses sont le livre de l'alliance du c'est la loi qu'a Dieu très haut intimée Moïse, c'est l'héritage des tribus de Jacob ». 33-34. Ces versets ne sont pas dans les Septante. Nous reproduisons le verset 33 d'après la Polyglotte de Complute. 36. Qui s'accroit n'est pas dans

:

les Septante. 37. Et qui fournilses eawxn'eal pas dans les Septante. • le premier n'a 38. Septante point connu parfaitement la sagesse; de même, le dernier n'a
:

:

pas pu la suivre à la trace •. 40. Ce verset n'est pas dans les
Septante.
41.

;

Comme

le

courant de

l

eau
:

le canal d'un neuve ». fleuve n'est pas dans les Sep-

immense d'un fleuve. Septante « comme un canal (sort) d'un

— Comme

Branche

île

platane (XXIT,

li>,

p. 11:.).

tante.

'

L'Ecclésiastique,

XXIV, 27-41.
de la vie (1-XL<1I, li).
et roiiiplissez-vous de
-'

117

.
-"

Préceptes pour la
:

coiitluite

ot a {ronoi-atioiiibiis iiiins inipiiMiiiiii Spiritus fuim meus super mol dulcis,
ot licrrditas iiioa

'»'••

mes productions;
doux que
le

jj'ùt'

î'i
-i!

îi.b'r.
'

li;'.

car
l't

mon

esprit est plus

le

miel,
le

super mol

et lavuni

:

',\'_^',

„'.•,'.

iiKiii

lii-rilago

l'emporte sur

miel et

llimi. s, 9.

-S

nieuini'ia niea in irencrationcs smtmIii-

[ m.

t^

,;',\.'

'-'*

.Ma

mi'uioirc

vivra

[rayon. dans les gi'norations
[des siècles.

'i';^'*;••;
'-'-'

-!•

Qui edunt

nie, a<iiiuc esurienl
.

:


•"

ot qui liiliuut rue, adiiue sitionl. ' '
,
.

Qui audit
et

non conluiulotur qui oporâiitur in me non poccâliiint.
lue,
:

.
^
jou. jo».

iN.'i'ii.

7j
.
3:..

Ceux qui me mangent auront encore faim,
et

^^•*•
r,,

10, 7.

30

^'J^^^jju®•

ceux qui me lioivont auront encor(; soit. Celui qui m'rcoute ne sera pas confondu; et ceux qui agissent par moi ne pécheront
[pas.

JwL.'j, iï.

Qui élucidant

nio, vitain ietri-nam ha- )^'.\^'^';

3'

Ceux qui

nri'claircis.sent

auront

la

vie

^-

lla?C(>ninia liber vita?,
et

,,..,.,.
lostaniéntuni

[bébuiit.

*^-

[éternelle.
lu.
•'•-'

Mure. 2,

6. s?.

Altissiuii.

et in

agnitio
,

j"°;

-.''ij.su.

Toutes ces choses sont le livre de vie, l'alliance du Très-Haut et la connaissance
[do la vérité.

[veritatis.

«ur.

V

1.

^3

Legem mandâvit Môyses
ot hei-editatciu

);'•-

••'

u.'br."».' su.

Moïse a donné
et l'iK'ritage

la loi

avec des préceptes
[de justice,
île

domui Jacob,

[tis justitii'irum. ^„,.. ,,„„„ Himr,;ii.

pour

la

maison

Jacob,

et Israël promissionos. 3* Posuit David piiero suc
exciti'ire

'''-

regoni ex ipso l'ortissiuiuin,

et

m

thiOiio honoris

sedentom

,

.

,

m

p,_ us, s?. Act. 7.' .'13. Joa. 1, 1/.

à Israël. Dieu a promis à David son serviteur do faire sortir do lui un roi très puiset les jiromossos faites

[sant
ot qui doit être assis
•'

seinjoa.
1.

"

[piternuni.

17

sur un trône d'iion[nour éternellement:

;

Qui iiuplot quasi Phison sapiéntiam,
et sicut Tigrris in

l„c^'32.33
Act.
4,

qui n'pand la sagesse,

comme

lo

Phison

24-2..

diébus novoruui.

u.
Diin.

9, 7.
7, 14.

comme
-•c

le

eaux, Tigre aux jours dos nouveaux
[les

[fruits:

qui
et

répand

l'intolligence,

comme

l'Eu-

[phrato.

2"

qui multiplicat quasi Jordànis in téni[pore mossis. Qui mittit disciplinam sicut lucom,
et

jo,. 3,

1,-,.

qui s'accroît
fait jaillir la

comme

^".f

"^'g'"

;

le Jourdain au [temps de la moi.sson

;

joi.'ie, 13.

3'^

qui
et

science
e;iux,

comme
le

la

lu-

Mal.

4,
è.'

2.
,•!?;

[mièro,

assistons

quasi

Gehon

in

die vin-

j*^;

qui

fournit

S(>s

comme
lie

Géhon

38

[démia'. Qui pérficit prinius scire ipsani,
.

Mich.7,

1.
•'**

[au jour
C'est lui qui lo
et
•'•''

kjus
Bar3, 15,31. job, 2-, 12.

premier
faible

l'a

vendange. parfaitement
la la

et inlirniior
3'

...

non

.

.

.,

.

investiir;ibit eaiii.

V homme

plus
est

no

[connue, pénétrera
[point.

-Vp.

1,

8

;

A

22, 15.

mari enim abundàvit cogitâlio
illius

ejus,

j^^^

,^

^^

Car sa pensée
et

etconsilium
*"
*'

ab abysso n^agna.

Iloin.ll.33-3l. J^r. 23, is.

plus abondante que la [mer,

son conseil

est plus /j/'o/O/irf

que

lo

grand

Prov.

8,

27

;

Ego sapiôntia efludi lliimina. Ego quasi trames aqu* inimén.sa' de
ego quasi uuvii diurvx,

*o
.7oà.'*7,^'38.

ecciî.
s,ip.

u,
7,

*•'
.i.

........

[Iluvio,
'

•''"' ^. '"•
3.•..

Dun.

7, lu.

[abîme. ]Moi, la sagesse, j'ai répandu des neuves. Moi, comme le courant do l'eau immense [d'un neuve comme lo canal d'un fleuve

27.

Le miel

et

le

rayon; pour

le

ligure grammaticale dont la Bible fournil

raijon de miel: un certain

nombre d'exemples (Glaire). 2îi. Ceux qui me mangent... La
dérée

que solide
((ilaire).

sagesse, consinourriture, quelque succulente, (|uelloin de fatiguer l'estomac, laisse toujours un goût et un appétit nouveaux

comme

qu'elle soit,

fruits, c'est-à-dire au mois de mars. 3G. Le Jourdain grossit aussi au temps delà moisson (.Josué, m, l.'i}, parce que c'est alors que les neiges de l'Hernion fondent en grande abondance. 37. Comme la lumièrt•. Le texte original devait porter Yeàr, mol jiar lequel la langue hébraïque

31. (^ui m'éclaircissent:

qui

me

font

connaître,

qui m'enseignent aux autres. Cf. Daniel, xii, .3. 3'». Un roi très puissant; Salonioii; mais, dans un sens plus relesé, .lésus-Christ, dont Salomon était la ligure. Jésus-Cluist, ne de David selon la 4-liair, dont le règne est éternel el la sagesse inli• nie (Claire). 3.")-3t). Le Phison... le Tigre... l'Euphrate, lleuves du paradis terrestre. Le Tigre arrosait Ninive; l'Euplirate.Bahylone. Ces deux derniers lleuves giossissenl considérablement aux jours ries nouveaux

désignait le Nil. Le contexte réclame ici un nom de lleuve. L'inondation du Nil se produit au jour de Lo Gèhon la vendange, en septembre et octobre. est le qualrième lleuve du paradis terrestre. 38. L'a parfaitement connue (c'est-à-dire la sa-

gesse). 39. Plus... que. C'est l'aO de la Vulgale, et

par un liébraïsme encore que «les Septante signifie pii/s que, ici, comme en bien d'autres passages (Glaire), 41, Allusion aux quatre neuves du paradis terrestre. Un aqueduc amenait à Jéiusalcm les eaux Itrovenanl <le la Kontaine Scellée. Voir la note sur Cantique, iv, 1-2.

'

118

Ecclesiasticus,

XXIV, 42

— XXV,

8.

'^

' ^
^
"

.

l*riecepta de bono rei^^iniine vitse (I-XL•!!,

''^

'''^
''^

&. ,
.
?^

, ' '

).

r,

it^akuooar.

'^^
XXV•
^

^

'*

/^ /
"

,
:
A:
(1.

^, ^ ,
'//,

./, ,
((,.
rfj

'

'

*

/
'
oq&ov. A^: xcà
(1.

. ; ,. ,
:

' ,

42. (sec. m.) aQiOTOr. 43•

). :

':

•.
42.
i<

).
le

. . ) ( ).
4G•

. ,.

.
k-•^ 44•

:

(.

(":

<.

':

^^. -. .)
1.
-j-

(. ^.)

3•

':

.

.).

'
4•

2•

':
:

^.
(1.

(sec.

111.)

A"f

(ill.) tv-

A-f

(p.

.)

(":

J'enivrerai

j'abreuverai

mon

fruit de via xjrairie. Septante potager ».

:

recherchent

(la

doctrine.

Cf. y. 26) ».

«

'tS. Mon murant est deveni' abondant. mon canal s'est changé en lleuve ».

Septante

:

et

« trois choses m'ont embellie XXV. d. Septante m'ont rendue agréable au Seigneur et aux hom:

4't.

Septante

:

«

je rendrai

encore

la

lumineuse que l'aurore et

je révélerai

doctrine aussi ces choses

mes
3.

».

Leur âme.

Seiitante

:

«

leur vie
?'wse?is(•.

».

jusqu'au loin ». 'lîi. Ce verset n'est pas dans les Septante. 46. A ceux qui cherchent la sayesse. Septante
«

4.

Un
».

vieillard hébété et

Septante
est

:

«

un

vieillard
:

adultère

dont

l'intelligence

appau-

vrie
8.

aux séncrations futures
47.

».

La suite

n'est pas

dans
la

La

crainte de Dieu. Septante
».

:

«

la crainte

du

les Septante.

Seigneur
la

Qui recherchent

vérité. Septante

:

«

((ui

L'Ecclésiastique,
.
l'réceitteM

XXIV, 42
l't

— XXV,
:

8.

119

pour

la conduite

de lu vie (l-XI^II» 14).
coiiiiuo lin
dit

et sictit aqii;<>(irictus (>xivi di• piii'adiso

:

„'",''?,•',';

a(|iioduc, je
iikhi

suis

sortie

du

IV.'ls, 7.

[l'a radis.
'.l'ai

*-

(lixi

:

i-igàlii)

hoi-lmii iin'uiii

plaiitiitii'i-

i•^

i.

:i

;

.rarroscr.ii

jardin do pian[tations,

Imiiii,

,,,„',"•,!;'.,„.

ot int'l)riubo prati
*-

moi

iViicluui.

ci.m.
i'«
1

i,

\j.
1

ri
'•:•

i'ciiivivi;ii

je Iruit

lit'

iiia

prairie.
est

Et
et

occo lactus ost
llihiiis

iiiihi

trainos abuiir [dans,
1

loa.
("or. S,

1.

i:t

voilà

que

iiidm

courant

devenu

7.
...

yrny
c.mt.

y,
.'.,

[abondant,
et

iiifus

aijpropiintuâvit ad [inaro
:

i.

mon llemc
(|ue je

a approelié

tTune mer;

]!''•"',•

';,•

'''

(iiinniam
et

doctrinain
[iiuin

(ina.si

antcliicâ-

is.

4;•.;

i'•

j)arco

l'ais

i>riUer la doctrine

*•

ilUimino oiuiiil)us, onan-âboillaniiisqucatl loiifiinciiuiiii. Pt'iiefràbo onines inl'crioi'('s partes
L"
1
1

r,„f'','%s.
l'^-'n'.

[tous, coinnie la luniièro
ot
'•••

pour du matin,

23.
i••

kjuh

.le

Je l'expliquerai jusqu'au loin. pénétrerai dans toutes les parties in[férieiires

iC,

aciio.
j,,,,,
.-.,

de

la terre,

et

inspiciaiu oiiiiics doniiiriitcs.
spiT;'int(\s

•.•vu-.•.

Je porterai

mes regards sur tous eeux qui
[dorment,
tous ceux qui espèrent dans [le Seigneur.

ot illuiiiiiii'ilio oiniics

in

Do'•'

ot j'éolairerai

[niino.
^lî

Adliuc

doi-trinani

qnasi

prophotiam [efTundam

jifr^'iu'; aJ;

.le

répandrai eneoi'e
Je la

ma

doctrinti

comme

ot roIim|iiani illam (iua'roiitibii.s .sapiôn[tiani, et
*'

et

[une prophétie, laisserai à ceu.x qui cherchent la
[sagesse,

non dosinam

in progénies illorum [usque in a^vuni sanctinn.
soli

^''"V;
J•^

/'
>'
}|:•

et

Je ne cesserai pas de les instruire dans [leurs générations jusqu'au siècle saint.
(pie Je n'ai

Vidéte

quoniam non

mihi labo[ravi,

J''',[;'.j^•''•^•

Voyez

pas travaillé pour moi
[seul,
la vé».

.
-

sod oninibns cxqiiii'éntibus vcMÙtâtom.

mais pour tous ceux qui recherchent

[rité

lu tribus piâcitiuu est spiritiii

AXV.
plaeilu.
Pfi.

1

Mon

osiu-it se plaît

en trois choses
et

[meo,

qua^ sunt probàta

coram Deo
et

et

homi:

132.
G7, 7.

1

;

qui sont
'-

approuvées devant Dieu
[vant
les

de:

[nibiis

M.-lt. 22,

39.

hommes

concurdia fratriua,
et vil• et

amor

Eph.
Lpv.
1

4, 3.

proxiiiio-

Philip. 2, 2.
19, 18.

l'union des frères; l'amour des proches;

[rum, muiier benesibi consentiéntes.

Colos. 3, IS». Pet. 3, 1,7

un mari
'i

ot

une femme qui s'accordent bien

Tros spécies odivit anima niea,
et âggravoi•
*

Tria
otlibilia.

II

[ensemble. y a trois sortes de personnes que hait

valde ânimio illoriun
:

Ap.
Is.

3,

17.

Prov. 29, 12

et J'ai

..

20.
;>.

pauperem supérbuni

divitem niondâ[coMi
:

Job, 32,

'*

[mon àme, beaucoup de peine à supporter leur [àme un i)auvro superbe, un riche menteur,
:

senem fâtuum
Qiia'

et insensâtiini.

un
'^

vieillard hébété et insensé.

in juventule tua

non congro[gt'isti,

Ce

niulure sapienM.
Prov. 6. 6-S:
10, 5.

(

dans

ta jeunesse tu n'as pas re[cueilli,

quomodo
*

in sonecti'ite tua invonies?

comment, dans
(•

ta vieillesse, le trouveras[in'i

'

Quani speciosuui canitiéi Judiciuin, ot presbytoi'is cognosceroconsilium! Quani sj)eciosa vcterânis sapiéntia,
et gloriosis intolléctus, ot cousiliuiii!

S.ip. 4.

S.
>'.*.

Prov. 20,

Qu'il est beau à la vieillesse do bien juger, et aux vieillards de savoir conseiller!

Qu'elle est belle, la sagesse dans les hommes [d'un âge avancé, et l'intelligence et le conseil dansceuxqui [sont élevés on gloire!
Kcclc.
12. 13.
Is.

^

Corona seniim nuilta

poritia,

38,19.
1.

»

La couiOiuie dos vieillards
et

est

une grande
[expérience,

Kccli.
Joli.

18.
s.

2•^,

ot gloria ilii'uuiii tiinor Dci.

leur gloire la crainte do Dieu.•

4'é.

Jusqu'au loin

[usquc

ad longinquum)•.

ex-

divers.
le grec Icurvir. I,r/!)ic étant le de notre rcmplovaiciit pour cvpnincr tantôt clic, les Hébreux
3.

pression qui,
teiidre des
47.

temps Pour moi
1-lG.

comme
le texte

dans le texte grec, peut s'cnet des lieux (Glaire). seul. C'est l'auleur qui parle ici plus bas, xxxiir, 18; dans les deux endroits,
grec porte seul au masculin. Règles de la conduite sur des sujets

comme

Leur âme: dans

l)rincipe vital cl la portion la plus noble

la vie et tantôt la
5. Coque... tu sagesse.

personne. l'Individu. as pax recueilli, en |iarticulier

la

XX\.

120

Ecclesiasticus,

XXV,

9-24.

.
^

Prœcepta de bono regimine YÎtœ (I-VL•!!, 14).
iauy.UQiOa
fv

"Evvta

xat

^^''^'&
**

', ^ &.
(^,

/?;
xat
^^

', ^, .

«

<

«

«

«

«

*u

,'«)S

8

.

"

6

'
^^
^
''

. ,rfo

.

nrp" *ÎZ?

•*••«)
• • «

iS

^»'—
ta.
:

»

*

t

.«•h. an». » ~
lUifJ
.<
>

'•*

'^
'^

.
&
N:
(1.

3^];

,. ,
}

-^

. ,
oV/éojç,

:b

^^ nr•: br
>•>

13

V>V*

^««^

ta>«.

-'

-'-

-^

-^

, . ,
xcoôiif) xaqdia

, ;.
.rnb r:5 r-p-1
(A:

(./&. & /'.

/).

.
9.

A:

(1. irtV)

12. Ni" (p. ,"-••)

SCribit

super raSliram

. : . ) -. ^ . ( ^ . -': ).) , . (^
Ty

H.

A:

(1.

(SCC.

:

.

.
20t-il

(in

f.)

.

(in.)

23-

(sec.

m.) A':

(1.

èroix.)

24. Al

Je la dirai de vive voi:c aux hommes. Septante langue (je l'ai sur les lèvres) >•. H. (H. 8). Qia' n'est pas tombé. Septante : « et celui El qui n'a pas servi. Sepqui n'est pas tombé ».
9.
:

«

je la dirai sur la

tante
12.

:

«

et celui qui n'a pas servi

».

L'h

ami

vrai. Septante
la justice.

:

«

la |)ru(lence ».
-•

—Et

fjui

parle de
».

Septante

et qui l'ensei-

comparé"? • Ces versets ne sont pas dans les Septante. •2-2. Plus méchante que. Septante: au-dessus de •. < d'un ennemi ». i3. D'une femme. Septante i4. (H. 1"). Obscurcit son visage comme (celui; d'un OMrs. Septante • et assombrit son visage comme un cilice [littéralement un sac) »• Le Codex Alexandri16-17.
:

:

gne

13.
l.j.

El

la science n'est
:
<

Septante

pas dans les Septante. celui qui la possède, à qui sera-

nus et l'hébreu ont de mr-nie que la Vulgate, t. -i" • comme un ours •. La \ulgale a conserve la leçon
:

ordinaire V.

24•".

L'Ecclésiastique,

XXV,
'-•

9-24.
1).

121

.
9

PrécepteH pour
ronlis
inafiiiili-

couduite de la vie (1-.\L1I,
^;^j;;"V•
.l'ai

Novi'iii insuspi.Mllilia

[Câvi,
lioiuini[biis
:

cakilla.

[choses (|ue
et la

conçu beaucoup d'estime pour neuf le cn'ui- ne saurait soupçon[i.er,
j••

et

(It'ciiuuiii

dicaiii

in liii^Mia

di.xicmc,

la ilii'ai île

vive voi.x aux
:

"

.jucuiulàlur iii l'iliis, vivenset vidons siibviMsioïKMii iniinio)[ruiu siioruiii. Boi'itusqui liubitat cum imilioroseiisuta,

hoino,

'î'

(|ui

i.,.ov''"ii4,'i7;

[iiommes un liomme(|ui met sa joie en ses lils, \ ivant et voyant la subversion do .ses eii[nomis.
llourou.v celui (jui habite avec
(pli n'est

rs, i»; is, lo!

Prov. n,
'

i^;

"

une femme
[sens»''o,

31,

l(i.

ot fini liiigiia

et

sua non est lapsus, qui non soi'vivit indi^nis se.
(lui

?';.'!('.

s',

rrov. 30,22.

et

(|ui

pas tombé pai• sa langue, n'a pas soi'vi des hom/nes indignes
[do lui.
(|ui

'-'

Boâtus,
ot

invônit aniicum voruni,

H.

.
1
;

se, i;
19, 16.
3, 2.

'-'

nionhoui-eux celui
e1

a

ti'ouvi•

un ami
[vrai,

Jnc.

qui onârrat justitiain auii audii'nti.
rrov.
18, 24.
I••

qui parle delà Justice à une oreille qui
[['(coûte!
(^u'il est

''

Quam magnus,

qui invi
[tiani ot

iiit

sapiôn-

i.au>.

grand,

ci'lui

qui a trouvé la sa[gesso et la .science!
<jui

sciontiam!
l>i'uiiiii'.ini.

"1""""
f;,i,,.

scd non est supor tiiuôntoni
'1

7,

lo.n.
''"

mais
La

il

n'est

pas au-dessus de celui

Timor

Dei suporoiimia se superiiùsuit.
lo.

crainte

[craint le Soigneui•. de Dieu s'élève au-dessus de [toutes choses.
il

''

"'

Bcâtus hoiuo, cui donatum est iiabcrc [tinuireni Doi qui tenet illuni, cui assiinihibitui? Timor Dei initium dilectiunis ojus
: :

'•'

eccIc.

llioiiheureu.x l'iiomiiie à qui

7,

[d'avoii- la craint•^

a été donné de Dieu!

celui qui la po.ssode,à(|ui.se ra-t-il
"•

comparé

1

La crainte de Dieu est
et le

lo

Rom.
fidei

1, 17.

commencement [de son amour;
y être

autem initium

agfilutiiiâiulum est
[oi.

commencement de
est

la foi doit

[joint inséparablement.

'
et

Omnis plaga
omnis

tristitia cordis est

:

dp
nequam.

^'

Toute plaie
et

une

tristesse

do cœur,

malitia, nequitia muliens.

toute malice est la méchanceté de la

[femme.
Et omncni plagam, et non pla.iram vi- p^v. 2.5, 20. cor. il, 2. [débit cordis "^' ^'^''' et omnem noquitiam, et non nequitiam
:

El

1

15

''

l'J

(^t

verra patiemment toute plaie, [mais non la plaie du cœur; toute m(''cliancoté, mais non la malice
rhiiiiiine

[muiiei'is
-0

:

et

omnem
omnem

obdi'ictum, et

non obductuiu
:

-0
>

-'

et

--

Non
et

[odiéntium vindictam, et non vindictam [inimicôrum. est caput noquius super caput co[lubri
:

.

n^g. 20,

9.

20, 26.

-1

oR.g. 24,14;
'^.
-'2.
-•-'

-'•'

non

est irasujim-

iram mulieris.
i)lac(''liit,

•-•

[de la femme ; toute afiliction, mais non l'aflliction [causée par ceux qui nous haïssent; et toute vengeance, mais non la vengeance [dos ennemis. 1! n'y a point de toto plus méchante que [la tète d'un serpent; et il n'y a point do colèi'o au-dessus de la
et

Coniniorâri leoni

et dracuni

-*

Neqnitia mulieris immutatlaciem ejus:
et obca''cat et quasi

-''

vultum suum tanquam
osténdit.

ui•:

[colère d'une femme. avec un lion ot un dragon sera [plus agréable que d'iiabiter avec une femme méchante. La iiK'chanccté de la femme change sa face. visage comme celui d'un (lii.scurcil son
llaliitor

[sus

[ouïs,
et le fait

saccum

paraîtra coninio un

.sac.

10. La subversion de ses ennemis, non par esprit de venifeance, par plaisir du mal qui leur arrive, mais pour la cessation de leur oppression et de

leurs violciues.
coule.

• ••pus esse ut intret timor primo qui enseigne per quam veniat charitas ». —Doit i/ cln• joinl. I,a loi est le commencement de l'amour de Uieu, car il faut connaître Dieu avant de l'aimer.,
:

Qui jjarlc de ta justice à une oreille qui l'ë« Heureux celui qui a trouve' un anii fidèle et (jui raconte son droit à une i«reille allenlixe. Ce gran<l homme a joint ensemble dans ce seul verset deux des plus sensibles consolations de la vie humaine, l'une de irouvor dans ses einhairas un ami lideie, à (|ui l'on puisse demander un bon conseil, l'autre de trouver dans ses affaires une oreille patiente à qui on puisse déduire toutes ses raisons •. liossuet, Sermon sur la justice, partie. 16. La crainte de Dieu est le commencement de son amour. C'est la doctrine du concile de Trente
1-2.

— Maux
-20.

nxxvi, -24. De
(pie

la femme, soit méchante, soit bonne. cause une femme méchante, 7-,•«>.

Toute affliction, tout

malheur qui vient du

dehors.
'2-2. Tite. I,e grec a traduit a fort par « tête » le venin». uiôî hébreu ?-ô* qui siiinilie ordinniremciit Elle olj.sciircit; c'csi-à-ilire qu'elle prend, -n. un regard sombre el larouche. comme un ours, ne portait Comme un sur. I.e sac ou cilice. (lUe dans lo deuil, la pcnilenco el une extrême pauvreté était fait do poils de chameau ou de chèvre,

W

(

mais toujours de couleur noire ou brune

(Glaire).

422

Ecclesiasticus,

XXV, 25

— XXVI,
r;::"2

5.

.
yii'afiboor

Prîecepta de bono
'''

reg^iiniiie TÎtse (I-XL•!!, 14:).

[esiTai
•/.ai

"^

-'

\-'
yrr?]

-^

-"

*"
^*

^ - '. . , inl

( ^ ',
(/./(

..

y.uy.i'a

, .'',
y.uy.lur

uvans-

uvrij.

fj'

^/.

,
ri'^î^ n:5>^5

TJ^ u"Ji

18

nn

x^tû

ÎIjS'/JID

d

w "....
, . .

, .

.

bisn
in''

bi5
b:?i

21

nb

"^"

, .-

n'^jin

rn3?n ^s 22
rrzi<

"
^'•

udjio

'

]

•''

"^

, ^ .. , .
,

[& [, .

nbs^i ...» nbi'bs-j

û^s^n

-ib-j

nb"n

n5<

^
. ,

n^T
ï<b

",rs"i

23°

nirx
24

p:?

nbnn

n'^j^^'j

XXVI.
-

^

&
"
(.
iif
(J».

'

^ .-. ,
r]

7] ^. ^, ^. ^,
[(^'',
28-

. ,
(SOC.

nbyn

^•^23<

mit:

•^35<

«

xxvi.

nb:?nb ':xir\ b^n

r\'j3ï<

2

.:, .) '. . . .. :
24.

:)
o.

.)

:

çior)

34.

X-f

(in f.)
i.

xut u.rôi.voor.

At

(a. àç.)

A':

•.
«

\.

:

(.
3G.
(a.

.)
A-f
XV-

nqoç

&').

(sec.

.
1.

Tor. 4.

.

:
:

(SCC.

m.) A^:

(1. t^i»?'.)

. ) 9
111.)

*

.

A^f

(p.

A*

(3.

( pr. m.

9) .
:

3.

Af

25. (H. 18).
s'il

Septante

:

«
il

vient à l'entendre,
(H. 21).

son mari se met à table, gémit amèrement ».
jjoint

et

35-36.

Septante

«

si

elle

ne marche pas à

ta

main,

retranche-la de ta chair».

28.

Et ne dcsirr
:

bcautr. Septante

et garde-toi

une femme pour la de la désirer pour

XXVI.
2.

De
«

ses années. Septante
vie, elle les

épouse
29-30.

".

Et

les
:

années desa
elle

(H. 22).

Septante

:

grand sujet de colère,

Septante
paix...
3.
...

« de ses jours ". remplira de paix. multiplie ses jours au sein de la
:

d'imporlunité, de lionte est la passe en autorité son mari ».
34.

femme,

si

elle sur-

A un homme pour
les Septante.

ses

bonnes actions n'est pas

Septante

:

«

ne donne

i>as

d'issue à l'eau, ne
».

dans

donne

i)as d'autorité à la

femme méchante

L'Ecclésiastique,
.
lu

XXV,

25—
Isi

XXVI,
de
.si-s

5.

123

l*rérepteH pour 1» conduite de
l'jiis '-•

vie (l-XL•!!» l-l).
luilii'ii

médio piOximoium

ingémiiit
[vir t'Jus.

Ail

piOcbcs

-'

a ^rnii son
[mari,
/i-nrnu•,
il

ot lu'ulions siivpifûvit

iiiimIîciiim.

et

l'iiti'iidaiit

/e.s-

bruHs sur sa
f.sfiiipii'c

-<^

Bri'vis oiimis

malitia

si\\ht

iiialitiaui
[iiinlici'is.
.

rrov.

:,

is

-'"

Touli•

iiialici•

tout doucf'iiK'iil. rst lojrorc auprès do la uialiro [d'une fcmnio;

sors poccatiM-iiiii cadat .siii>im• illani. Sicut asct'iisiis art'ni'siis in |t(''dibus vosic

que
'-"

le

sort des

prebours
[los

toiiibo sur ollo.

Coiiiiiii• rst

une

iiiontéo sablonnoiiso poui•

liiiiiiiâta

hniiiini

(.

[tcrâni,
ainsi est

piods d'un vieillard,
la lan^'uo bi(in atfiléo

une fciainoà

rospicias in nuilicris spéciem, et non conciipisi-as niulioroni in spécio.

No

'^"'" *""
rrov.c.îs-sG.

-'*

No considèro
et

[pour un honimo paisible. point la boautô d'une fonimo, no dosiro point une foinm•• pour la [beauté.

-'

Mulioris

iia. ft iiréverontia,

1

Cor. 11.
/.,

.1.

-^

Eph.

23.

ot confiisio niai:iia.
•'"

Mulior si priinâtiim lial)(>at. contraria est vire sue.

1

Gcn. 3, IC. Tim. S, i;

'•"

colore d'une fomrne. son audace, sa conlusioii. sont {rrandos. La l'oimuo, si elle a l'autorito, ollo est contraire à son luai'i.
l.a

ot

31

Cor liûmilo.

ot tVicios tristis.

•'

Cœur

ot plaga cordis, mi'ilior noqiiam.
3-

et plaie
•'-'

bas, visa^je triste. la feiunio iiiochanto. de cnnir,

vmW

Manus
im'ilior

dôhilos, ot iiriuia dissoluta.

Mains débiles

et ironou.x faibles,

qua• non boatilicat vinimsuiiiu.

Is.

3.-i,

3.

niilà la l'oniiiie qui ne
•'•-

rond pas son mari
[heureux.

Gen.
^'•'

3, 6.
"2,'3.'

A
et

nuilioiv iiiitiuiu factmii o^t poccâti, scor.
1
.
.

Tim.
13-14.
.s,

S,

^*

Rom. pcr illam omnos morimur. sit Non dos aqiue tua^ o.xitum, noc niudi-

12.
••*

fonimo qu'a eu lieu le coninien[coment du péché, et c'est par elle que nous mourons tous. Ne donne i)as à ton oau une ouverture
C'est

par

la

noc mulieri noquani voniaiii prodoiuidi.
3^

ni
"•ï

il

une méchante fonimo

la liberté

[niônio petite, do se

[produire,
Si

non aiubulaverit ad manuin

tuani.

Si elle
elle te

conlïindot te in conspoctu iniiuicuruiii.
3'•

ne marche au signe do ta main, confondra en présence do tes enne[mis.
<le

A

cârnibus tuis abscindo ne sonipcr to abutâtur.
1

iilani.

Deut. 34, 1. Prov. IS, 22. Mat. ô, 52
;

"('

corps d'avec elle. de pour qu'elle n'abuse toujours de
Sépare-toi
1

toi.

19, 9.

XXVI.
-

Mulieris

bon* boatus

vir

Laus
bonse mulieris.
Kocii.20,
11.

XXVI.
•-

Bienheuroux

le

mari d'une femme
[do bien,

m'imorus onim annoruni
Mi'ilior fortis oblôctat

illiiis du|ilo.x.

viriim siiuin.

^™^•

^*'

--

carie noiubro doses années est doublé. La femme forte fait la joie de son mari, ot les années de sa vie. ollo les remplira de
[paix.
C'est

12, 4.

Eccli. 30,
'•

23.

F'ars

bona. niulior bona.

Prov.
19. 14
;

IS,

Ï2
9.

"•
:

un bon partage
le

(lu'uno

fonimo

de
:

11, 10.

[bien

Eeclo. 9,

in parte

timéntium Deuin

dâbitiir viro
:

kcciî. 7, 21.

dans
[ollo

[pro tactis bonis
^

partage do ceux qui craignent Dieu, sera donnée à un homme pour ses [bonnes actions.

divitis autcia, ot pai'iperis cor

bonum.

j^at'6''34

•.
ot
'

du riche

ot

du iiauvro

le

cœur

sera [content,

in oinni téniporo viiltus iili'jniia liiiaris.

tribus timuit cor ineuin. ot in quarto fiïcies niea môtuit

A

niuliere
:

mu la.

ot

on tout temps leur visage sera gai. redouté trois choses, frayeur il la quatrième, ma face a pâli de

Mon cœur a

:

renverser

mot grec signifie proprement « se en s'étendant pour se mettre à table, à Tout doucemont. Le trala manière des anciens. durteur latin a lu au lieu de (|ui signifie • ainoPL-mcnt ». •2". bien affilée, à la langue perfide. la lantjue 'M. Si elle a Vaiitorilé. Ce qui est contraire à l'ins2.*;.

.1

ijëmi. Le
"

3G. Sépare-toi

de corps d'aree
il

elle,

par
i)ar

le

divorce,
loi

aux conditions où -Moïse, Deulironome,
XXVI,
1.

est xxiv, 1.

permis

la

de

titiilion divine. Gent'se, m, 16. 33. l'ar la femme, puisque c'est elle qui a porté son mari à la désobéissance; mais les suites du pè-

i-4. Portrait de la femme vertueuse. Le nombre de ses amires est iloublr. a cause du repos et de la paix qu'elle lui procure. 2. La femme forte. Voir son portrait dans Prover-

bes, \\\i, iO et suiv.
la

che n'en sont pas moins les conséquences de la faute d'Adam. :. L't Uherir (le se produire. Les Orientaux ont riiabiliide de tenir la l'emme étroitement enl'ermée, elle ne peut sortir que le visage voilé.

Dans le parlai/ede ceux qui craiipiexl Dieu. Voir note sur Proverbes, xix, 14. femmes.— La -l.'i. Diverses espèces de méchantes femme jalouse, .%-!•: à mauvais caractère, 10; ivrogne. Il impudiiiue. I-21.>.
3.
;

12^

Ecclesiasticus,

" '

^'
xai

,
.

Prœcepta de
y.uî

^"
"'
' '

y.ai

'
^

yMQÔluç

y.ui

'-

'•*

^^

"
\
^^

^

''

^, &. ]^ , . , , . ^., ]. &. ^,
vnto
èni

XXVI,

6-23.

boiio reffimine yitse (I-Xl<II, 14).

/-.

/.,

(.

,

, ,

"'

,

^^

-"

-^"
-'-

'-•'

, . ].
.
11.

,. ,
^^ 14.
111.)

.

7.

. . : ^. .
10.

*

:

.
(a. f^çaort.)

A-f

jujj.

12.

><:

(p. 7to^vCa. A^:

13.

IV:

1 Ij.

(SOC.

: 9~ .
*

, ,)

àViiça)

* ') . . ). : (/) . . .
(sec.
111.)

:

(1.

16.

(a.

TOI•,

:

18• A-"f"

19. A-"f" 21.

.) *«'

(p. 20.

':

(1.

de lan^'ue qui frappe tout le monde ». de toute immodestie de ses yeux. Sepson œil immodeste ». 1.5. Septante comme le voyageur altéré ouvre la bouche et boit toute eau à sa portée, elle s'assiéra devant chaque poteau, et devant toute lléche elle ouvrira son caniuois ». 10. Soiç/neuse n'est pas dans les Septante. 17. J,es" Septante rattachent ce verset au précéc'est

un
:

llcau

14. Défie-toi
"

tante

veille sur
:

«

dent.
19.

Simple

Scorpion

ntiiic

verte, trouvé
10).

Hiéraconpoli:

•2\.

Au

jjIus
:

Egypte if.
8-9.

Septante

«

pudique. Septante " pudique». haut des deux, ijinbitnlion) de Dieu. aux plus hauts (c'est-à-dire aux cieux)
et
:

<iu

Septante cœur, qu'une
:

"

c'est le

femme

et la souffrance jalouse d'une (autre) femme;

tourment

du Seigneur ». 23. Sur la plante d'une femme « avec un âme inébranlable »

solide.

Septante

:

,

L'Ecclésiastique,
I.

•récepte» pour 1«
et

«
-^',','•,'!''

XXVI,
'

6-23.

m
).
le

do la vie (I-\IjII,
la

fi

dclatiiram

civiti'itis.

collectionoiii

délatinn d'une riiO,

rassemblement

[pi'ipiili, Ait.r.i,a:i-i(i.

caluniiiiaiii incrKlficcin

,

super

inoilfiii
:

""•

'"
>'

'

[niniiia ^'ràviu
**

ivov. s5,

is.
s.
>*

(lolor cordis cl hictiis, imilier/.clotypa.
1

'^.,

'•'

lu imili(MV /olotypa

llagélliim liii^iuL",

Oeil. 16. 4-.I ao, i, u, i:•.

.

1. -'
;

[d'un peuple; lacalomiiio uionsoiigère: toutes cliosos plus [redoutables que la mort une douleur de cteur et un deuil c'est [qu'une femme jalouse.
;

"

Dans nue femme
qui se

jalouse, la langue est

un

[néau

uninibns comim'inicans.
'"

communique à
joug
<le

tous.

Sicut boiiiii jiifiuin,
[et
(|iii

(|iiO(l luovt'-nu•, ila
iiu'ilicM•

Gomme un
rn.v.
7. in-r.';

b(eufs vacillant, ainsi
est

uofiuam

:

[est

une femme méchante;

tiMiet illam,

quasi qui appn'hi-ndit
[scorpii')UiMii.

j,,^,''/;^,^."•^.
ifi.

celui qui

la

possèdi;

comme
est le

celui qui

b!

-•.

[saisit

un scorpion.

1'

JIûliiM•

obriosa. ira

magna

:

cl

contu-

'.'',.''
;

"

La femme qui s'enivre
son affront
et

et tui'pitûdo illius
'-

non

[niclia, p^v. 20, 1-0 «.2»; »i, '''• tegctur.

xiijel d'une [grande colère; sa turjtitude ne seront pas

[cachés.

Fornicâtio mulicris in cxtollcntia ocu[loruni,
p„^.fi.25.
?.

'-'

La fornication d'une femme se recon[naitra à ses yeux altiers,
et à ses paupières.

et in pâlpebris illius agnoscétur.
''

i»-i3•

In

filia

non avcrtcnto

se,

iirma
se.

cust('>:

••'•i•" «•""-

'•

[diain

ne inventa occasiune utâtur

Eci-li. 7, 211

^ Ab
et
'•

oinni

irrevcrcntia oculurum cjus
[cavc, -'
si te

43, 11.

'i

Surla jeune lillequi ncfh'toui'nepas saA'ue hommes, veille avec un soin constant. de p(>ur (|ue, l'occasion se trouvant, elle ne [se perde elle-même. Déiie-toi de toute immodestie de ses yeux,
[des

Pa. IIS, 37.

ne mircris

sicut viator sitiens,
ot

noglcxorit ad fontiMu os apô:

eccol

u,

..

et
'

ne t'étonne pas
le

si elle te

néglige;

comme
elle

voyageur

altéré, près

[riet,

[taine,
Ez. 16,
3.•..

d'une fonouvre sa bouche,

ab omni aqua proxiuia bibet,

,

.,

,

et contra
et contra
'''

omnoni palum

.sedébit,
so,

omncm

sagittani apériet phâ- ,.. [rotram donoc deficiat.

boira de toute eau voisine, poteau elle .s'assiéra, et à toute flèche elle ouvrira son carquois,
et contre tout

[ju.squ'à ce qu'elle défaille.
1''

!'
<s

Grâtia niulieris si'dulœ delectâbit [rum suuni. et ossa illius impinguûbit. Disciplina illius, datum Dei est. Millier sensata et tâcita, non est iinmututio eruditie anima?.

vi- *•"""';'''•'

La grâce d'une femme soigneuse réjouira [son mari
et

engraissera ses os.

Prov. ls.so;
'^'

'"

^"

^''"'

'S

prov 3527
'i'

19

'-'"

Grâtia super grâtiaui, mulicr sanctact [pudorâta. Omnis autcm ponderâtio non estdigna
continéntis anima". Sicut sol (Jrions mundo in altissimis
[Dei,
sic niulieris

Sa bonne conduite est un don de Dieu. Quant «la femme .sensée et silencieuse, il n'y a pas d'échange possible contre son [âme instruite. Grâce sur grâce est la femme .sainte et
[pudique.
Jlais
il

Proy.
'

is,
''

>.
-0

^""^'

n'est

aucun poids qui contre-ba[lance

une âme continente.
-1

-'

Comme

est le soleil levant

pour

le

monde

Cunt.

6, 9.

boni« spécies in ornainén:

2-

'-3

ftum domus ojus lucérna splendcns super candeh'ibriim [sanctum. et spécios faciéi super œtâtem stàbilem. Columuie aureœ super bases argén[teas.

[au plus haut des cieux, hahilaliun île Dieu. ainsi est la beauté d'une femme de bien poui• [l'ornement de sa maison.
-•-

La lampe
et la

brille

sur

le

chandelier saint.
.

i

Mmh.i,
'
'''

-r:,-

'"
^'''

beauté du visage dans l'âge florissant Des colonnes d'or sont sur des bases d'ai•[gent.

6.

La

tière

rli-latinn d'une cité; lorsqu'une cité tout enacruse calomnieusement (|uelqu'un devant les

juges.

Le rassemblement séditieux. 9. Qui se communique à /oi/.s puisque la femme jalouseprofèreàtoutvenant ses plaintes calomniou.ses. 10. Un joug de bœufs vacillant. Les anciens n'atlacliaient pas le jous sur la tète ou aux cornes des bœufs, mais sur le cou (voir plus loin la lisurc de
XXXVIII, ufi); lorstju'il n'était pas hien attaché, il remuait, vacillait. scorpion, l.o scorpion a l'exIréniilé de la queue armée d'un dard dont la piqûre envenimée est mortelle on Orient. 15. l'olcau; ou ;j?>m. On doit cnlenilic par là les

Un

pieux auxquels on attachait les tentes. Voir la figure de IV Rois, xxiii. 13, t. M. p. 883. Nouvel éloge de la lemme vertueuse. l(i-«>i 18 Quant à est nécessairement sous-entendu, sensée et silencieuse parcO que l'expression la femme l'aule d'avoir comest un véritable nominatif absolu. traducteurs Iranpris ou rai)pelè cet hébraïsme, les sens du verset (Glaire). cais ont fausse le candélabre a sept bran2-2. Le chandelier saint: le ches du temple. e sens est que la lemme vertueuse demeure 2,3 sur fernie et inéliianlable comme des colonnes d'or
'

1

des bases d'aryenl.

426

Ecclesiasticus,

XXVI, 24

XXVII,
14).

9.

.
^'

2*riet;epta

[, (
6
^Ent

int

~^

-^

^^

XX.VII.

-^^
'

^

*

"^

^

'

^: ^).
23•

,
2i.

^ , '^ ^. . ^ , . , , . ,. ^ , ,. ^) ^ ,^. " &, ^. " ,. . ' ' ^. ^, ^ ' & (,, ( . .. . . •{). , ^-, ^. .
offaav

^

, &. , .
&' '

^. , / \. ,

de liono

reisTÎniine vitse (I-XL•!!,

"
"

24*

(f

). A^f '•
rj]

-:

(:

(22)

^

^, .
(in f.)

('20)

&, ^.
\.

(2)

-

(26)

(21)

-

(27)

-,-

davarov

^9^
28.

(23)

-

(24)

'.)

'':

:

. .
:
:

\^9-

2.

(sec.

1.

':

. &. .
':

.)
8.

:

:

UassaQ. D'après

.-.

Ce verset manque dans les Septante. Nous l'empruntons à la Polyglotte de Coiiiplule. 28. Deux choses m'ont paru difficiles et dangereuses n'est pas dans les Septante.
XXVII. I. diiïérentes
2.

De
».

y a place pour enfoncer) un clou s. 3. Ce verset n'est pas dans les Septante. .>. La poussière; dans le grec, l'ordure. (>. Et l'atteinte de la tribulation, les hommes justes. Septante « l'épreuve de l'homme est dans sa
(il

l'indifjence. Septante
:

:

:<

de clioses

in-

Un

xiieu est enfonce. Septante

"

on enfoncera

conversation ». 9. Et tu habiteras auec ei?e, jusqu'à n'est pas dans les Septante.

la fin

du verset,

L'Ecclésiastique,

XXVI, 24
«le
l't

XXVII,
rcriin's
sui•

9.

127

.
ot
!'

|*réeppteH pour la rouduite
.siipt'i•

la vie (l-XI^II, 1-1).
des pieds
la plante

pcdcs lirmi

plantas

stâbilis
•-'

d'une

[mulicris.
FiindaiiK-iila a-tr-i-na

supra

pctraiii su-

j,,^^

;

j,.,;.

[femme solide. Des ron(l('iiiiiits<''ternolssontsur une pierre
[forme,
iH les

[lidam,
et

niaiulata
In
(liii'.l)iis

Doi

in

<••(1•

imilioris
Isancta•.

^

commandements de Dieu dans le cœur i^d'un•! femme saint<;.

coiitristatuni

est

cor
:

,|„7/^^.,.

[nioiini,

ol in téi-tio
;••>

iramindia niilu advénit
:

vir bollàtor dflici.-ns por im-piain
:

ec.io. 9.

i:..

'-'

Par dtMix choses a étô centriste mon [cœur, 'tpar la troisième le courroux m"est venu un liomme de guerre p(M'issant jiar l'indi:

et vir sensâtiis cont(''niptiis i' et qui Iransgréditur a justitia

ad pec».
Jub,
•<, 3*.
11»,

•-

[gence, sensé méprisé; et celui qui passe de la justic<i au péché,
et

un

homme

Deus parâvit euni ad '
-^

rlionipiiii'aui.

Dieu
-''

l'a

2!».

réservé pour l'épée à deux tran[chants.
[gei'euses
:

Duîb spéeies
diiTÎL-ile

dift'iciles

et
'

poriculosa*
:

apparui'runt * ... oxuitur negijtians a negligcn[miiii
,
.

iJirc'ulo»"•
Mut.
j-acu.
ïl,
1-'.

Dt!ux choses m'ont paru difficiles et dan-

u,

21.

diflicilement
et l'aubergiste

le

négociant est exempt de
[négligence,

;tia:

et

non

justificàbitur

caupo a peccàtis
[iabiorum.

ne sera pas justifié des péchés
[des lèvres.

WVll.
.

1

Proptcr

in(')piaui

muiti doli- "\\;,„"•'
:

XXVII.

Jiui'runt et qui quierit locupletâri, avertit ôcu-

iruiium.

cause de lindigence, beaucoup [ont péché ; et celui qui ch(;rche à s'enrichir détourne
'

.\

Sicut in

.

^

.

...

nicdio

'lum suum. ..'.,.., conipaginis lapiduni
venditiijnis et

Luc.
j£ac.

6, 20.
s, 20.

-

[palus fi^itur, ^'^JP^*sic et inter
"

médium

emp-

luc.

13, is.

[son œil. milieu d'une jointure de pierres uin pieu est enfoncé, ainsi aussi entre la vente et l'achat, le péché

Comme au

*

angustiâbitur peccâtum. ^^Tim.\9Î Conterôtur cum delinqui'ute delictum. ^'o^^- -'«. i• Si non in timoré Domini tenueriste ins[tionis

[sera resserré.
"
'

Avec le pécheur sera brisé le péché. Si dans la crainte du Seigneur tu ne te
bientôt sera renversée ta maison.

tiens

[tânter,
cito
•'

[fortement,

subvertétur

domus

tua.
[PUIVIS,

percussiira cribri ronianébit "*'*'"'?'* '^'"' Sicut in ^ probant.
Job,
.31,

Comme

par l'agitation du crible

la pous-

23.
;

[sière seule restera,

sic

aporia hûminis in cogitâtu

illius.

ProT.23.1j-1 s

ainsi la perplexité de
''

l'homme

rexlera

dans

[sa pensée.
•'•

et

Vasa figuli probat fornax, homines justos tentâtio

Ps. 4,3-

La fournaise éprouve
et l'atteinte

les vases

du potier,
les

tribulatiu[nis.
*=-»?•

de

la tribulation,

hommes
[justes.
le

3.

.
'

Sicut rusticâtio do ligne
sic
*

osti'-ndit fruc-

[tum

illius,

proV. 17,3. '^'^^- ''•'•

Comme
ainsi

la culture

de larbre en montre

[fruit,

verbum ex

cogitâtu

cordis hoini-

nis. Prov.

Mat. 12.33-31. Lac. 6, 44-15.
27,
IS, 21. 13.

Ante sermi'inom non laudes viruiu ha?c enim tentâtio est huminuni.
Si
[illani.

Eccli.

*

Mat.

12, 34.
i•

9

sequâris justitiam, appreliéndcs scquemia
^Mat":
5,''«'

de la parole qui vient de la [pensée du cœur de l'homme. Avant son discours ne loue pas un homme car c'est là l'épreuve des humains. Si tu suis la justice, lu l'atteindras;

en

est-il

;

et

indues quasi podérem honiiris.

et

t

u t'en revêtiras comiin' d'une robe d'hon-

[neur,

i"i-XXVlI, 4.

Dangers

ilu

ne. Un homme (le f/iierre périssant imr t'indigence. Ce qui était d'autanl plus regrettable a une époque ou le service militaire était à peu près volontaire. Un homme xnisé mrpnsc. Ce (|ui se passe dans les [x-riortes de révolution. « Mais les sages sont-ils crus en ces temps d'emportements? et ne se rit-on pas de leurs prophelies .. nossuet, Omi.ton /itnebre d'Henriette d'Angleterre, I" partie. •27. Dieu l'a réservé, en prévision de son dé-

commerce.

2.

Un
La

pieu,

une

cheville, plantée

dans un

mur, pour y suspendre des objets.
.4vis"sur les rapports de société. culture...: c'est-à-dire que le soin prend d'un arbre parait dans son fruit; un connaît si unarbreaété bien ou mal cultivé Miusien est-il...; parle Iruit i|ii'il produit. iiinsi la parole, fruit de la pensée du cœur de
.'i-3i.

7.

(|u'()n

"homme, l'ail connaitre ce qu'elle est (Glaire 8. Car c'est la...; c'est par leurs discours

.

mente.
28.

XXVII.
voit,

Despéchés des lèvres; des mensonges. 1. Détourne son oeil, de Dieu qui le afin d'accumuler les richesses.

Cribip (t. -•). (Bas-rciipf du lacoloiiuu Trajano).

i|uOn éprouve, (|uOu connaît les hommes. la reconnaissance ; c'est-à0. Au Jour dire au jour ou Dieu connaîtra des bonnes et dcs niauvaiscs actions des hommes, au jour
dujugeilieul.

128

^^

IhrsLm

xut
^'

*'-

^*

^

'

^^

'*'

^
?]

,. &, . & .,, . ^ ^. ^
.
Prpccepta de bono resîmine
âb

Ecclesiasticus, XXVII, 10-22.
YÎtîe (I-liL•!!, 14:).

ôt

^, .
7]

^"

^^
'
'-•

^' ] ,
9-

-"

'"'

-'-

). .. . :. -)
10.

({
(1.
}<

' ^, ^ ^ .-. , ^ , ,. ,
'
uvd

,. ,
&.

'7],

.
11.
:

:

i^:

: ': -:
12-

(1.

14.

&.

(. .) : '.
:

(sec. 14.
[xaV\.
:

}<

111.)

(\.

^.)

. '). ; ) .
(1.

. :

.
(sec.

(.

-.)
.)

(':

.).

*.
(1.

21. D:

.) . . .
16-

':

17.

*

(sec.

m.):
19.

(a.

/'•)
:

20.

(pr.

m.)

11.
13.

Guette toujours
:

le
t

embuscade. Seiuante

gibier dans une guette sa proie ».
le

Garde
».

tes

paroles pour un [autre)
:

temps. Septante
partir)
j

"

observe

moment
:

(de

14.

Septante: « des fous ». Leur contentement. Septante « leur
x)échetirs.
».

Des

rire
17.

Celui qui dévoile les secrets d'un ami « à dévoiler perd sa confiance. Septante les secrets on perd toute confiance ». « 18. Ton prochain. Septante (ton)
:

:

ami

».

Asauruasirpal, roi de

,

20. Son ami. Septante : « son ennemi ». 22-24. Ces versets ne forment qu'un tout dans les Septante. On peut traduire « il est des blessures que (l'on peut) guérir,
:

ou peut se réconcilier après des injures,
chassant le lion {f. 11). (Musée de Berlin).

niais celui qui a rcvclé les secrets rien à espérer ».

n'a

L'Ecclésiastique, XXVII, 10-22.
.
et inhabitabis
ot in
10
tlit>

129

l'réceples pour lu conduite de la Yïe (I-XL•!!, 1-4).
oa, ot jn-utcgol te in

ciiiii

>•',
convoniunt
[rovertétur.

'^"''j ',";

"*

et lu liabitri'as

job, ja, u.
/"[.^^''^ '";

ajinitionis invéïiics
sibi siiuilia

lirmamôn:

[tlini. Mat.35,33. 46j

Volatilia ad
ot véritas

10
,./.^||,''].,

le proté[gcra à Jamais, cl au Joui• de la iTconnaissance lu Irouve[ras un appui. Les volatiles s'unissent ;i leurs seniblaelle, et elle

avec

19-!.

[bles,

ad oos,

(|ui

openintur illam,
:

/,'":,^;"^'!.

et la vérili•
11

ictourne à ceux qui la prati.sa
;

'

'

Léo vonatiûni insidiâtur seiuper
'

p^^^
(>>.

j_

,,
9.
'•-

sic poccitta oporàntibiis ini(juitates. ^
'2

.. u,
'"'•

is' io.

[quont. proie ainsi les péchés f/uellenl ceux qui opèrent

Le lion guelle toujours

[l'iniquilé.

Homo
nam
In
in

sanctus in sapiontiamanet

siciit
[sol
:

'•'.5,.
Kccii.

L'homme
mais

saint

stultus sicut luna niutàtui•.

n. ' ^

:.

demeure dans la .sagesse, [comme le soleil;
change

l'in.soiisé

comme

la

lune.

'^

médio insensatorum serva ver[biiin ti'nipori
r
:

^",*"","',

i:•

»«uni.
3,7.
Eccli. 32, 6.

médio autem cogitantium assiduus Ed.. "
[este.
.

milieu des insensés, garde les paroles [pour un autre temps; mais au milieu des Ao/zi/yics qui pensent, sois

Au

Prov. 33, 9;

[assidu,
li-

'*

Narrâtiopeccântium odiosa,
et risus iilurum in deliciis peccâti.

P9.i8.15.
Prov.
:'4,

8

;

Le discours des pécheurs est odieux, et leur coiitenteiueul est dans les délices du

1•"'

Loquoia
ot

luultiiiu

Jurans,
ipsius

horripiiatio:

'^'"'JT•

^'^'^'

1

'

Un langage
et

[péché. plein de jurements fera dresser

[nom câpiti statuol
iiTOverrntia

Pe.

«, ic

obturatio au[rium.

[les cheveux sur la tète, son irrévérence fera boucheries oreilles.

Eccii. 23. 9.

•"5

EiTiisio sanuruinis in ri.\a

suporbùrum
graA-is.

^"^•
:

*'

^^^
l.i.

"'

L'effusion

du sang

Is.

33,

suit la querelle des su[perbes,

et maledictio iilorum
"^

auditus

et leurs malédictions sont pénibles
'

à en-

[tendre.

Qui
Ot

doni'idat

arcâna
.

aniici,
,
.

fidom servanda
"••<=»"'•
Prov. u,
13.
.

'

[perdit,

non invcniet amicum ad animum
[suum.

'

Celui qui dévoile^les secrets d'un ami perd [sa confiance, et il no trouvera pas d'ami selon son cœur.

'S

Diiige pn'iximuni,
et conji'ingere fide

is

Aime

ton prochain
tient [cachées,

cum

illo.

'9

Quod

si

denudâveris abscùnsa

illius, '

l<-v. 19, is.

et sois uni à lui avec fidélité. 19 Que si lu déA-oiles les choses qu'il

-0 Sicut

non persequéris post eum. enim homo. qui perdit amicum
sic et

.

Mat. 22, 39. Marc. 12, 31.
20, i9.

-

tu ne courras pas après lui. Car comme est un homme <pii détruit son

qui

perdit aiaicitiam

[suum, pruximi
[sui.
-1

[ami,
ainsi aussi est celui qui détruit Tamilié de [son prochain. celui qui laisse aller un oiseau [de sa main, ainsi tu as abandonne ton prochain, et tu ne [le reprendras plus.

-'

Et sicut qui dimittit

avem de manu
[sua,

El

comme

sicdereliquisti pro.ximum
--

Non

illum

sequuris,

tuum, etnon [eum capies. quuniam longe
[abost
:

'--

Ne
car

le suis pas,

parce qu'il est loin

;

Prov.

c.

:,.

effiigit

enim quasi câprca de lâqueo
est

:

il

s'est

échappé

comme une
a été blessée
;

chèvre du
[filet,

quoniam vulnerâta

anima

ejus

:

parce que son

âme

12. Comme la lune. « Si te lun.T conlristat occasus qua' se semper réparât ac reformai, multo masis contristare te dehet, si anima profeclu virtutis impleta cum fuerit, postea pei iiiconslanliain mentis atquc incuriam a suc dellexa proposito, stiulia sua sa?pe commutet, quod est insipientiœ et iiiscientia\ i:nde et Scriptura ail Stultus ut luna mutatur. El uleo sapiens non cum luna rautatur, sed permanebit cum sole ». Saint .Vmbroise, llexam., iv, 8. \. Pour un autre ternes; souviens-toi qu'il y a un temps de parler et un temps de se taire, Ecclèsiaste, in, 7. Des homtnes qui pensent, des sages• 19. Tu ne courras pas après lui: c'est en vain que chercherais à recouvrer son amitié. lu
:

Gazelle prise au

l.ic. t

(f. 22). (Bcni-Hiis.5im).

liinu:

I'OlyijLottf.

t. v.

130

Ecclesiasticus, XXVII,

.

Prœcepta de bono reffîmine
-^

"
xai
2''

Ô8

2^

^tai'Svwv

xai
^^

^'. 9^
'
««,

].

,,

23— XXVIII,
Titae (I-XL•!!,

4.

14).

^"^

-^

^., , , ^. ( ,

^"

''

" ,, . &. ,, . ,. ). & ^.
^-

. ., & ].
,
ai

^, ^ .

^^

-

^'

"*

^'^vd

•*

'

22•

DX:
(D: 26•

':

. : .
(sec.

^
m.)
(1.

- '. ,
:

2• *:
et

.). ):

;, ) .. ). .. ') .
(.
(1.

.)

24.

28•

*

(in.)

30-

*:
111.)

:

(1.

SCC.)

(.

111.)

):

(1. /uia.)

.
:

èvvevwy
27•

(1.

07'.)
(1.

D:
4.

?')

i-

*:

(:

(pr.

^' .. .
m.) t
(a. o/u.)
:

32.

(.

* (a. ^av.)
2.

.

:

.
31.

: .

•2».
-2S.

Du
Et

traître n'est pas dans les Septante.

Septante
XXVIII. Septante

«

sera leur maître

».

celui qui

chain s'y « sont 33. Sont l'une et Vautre exécrables. Septante Les conservera en lui. aussi des abominations «.

met une pierre devant son 2woheurtera n'est pas dans les Septante.

2.
:

«

Pardonne ci ton j^rochain qui te nuit. remets à ton procliain son offense ».

L'Ecclésiastique, XXVII,

23— XXVIII,
a|)rès la

4.

131

.
*••

l'rérpptPM pour la conduite de la vie (l-XL•!!, 14).
Kocli.ïï.ïG-LT.

ultra euin non i>ntori.s collif:;ii( Et malodicti eslcoriconlâtio
:

tu ne

Même
^'•
»<».
>'-•

•-'»

denudair autcm amici

inystéria, df-

-"

-•"•

[speratio est ;inim;ii infolicis. insLiio^.•» Annuens uciilo fabricat iniqua,
oitibilÎH Ut!

pourras plus le bander. malédiction il y a lieu à la [concorde; mais dévoiler les secrets d'un ami, c'est le [dés<'spoir d'une àme malheureuse.
Celui qui cligne les yeux machine des [choses iniques,

'
et
-'•

et
-'

nemo cum
•^

abjiciet

:

Prov.
r

. ulit.
,_,

in

conspéctu oculorum tuoiiiiu coinlul[cabit os siuim,
1

„'"•'"•
Pi. 34,
j,^.^,.

en
et

personne ne peut l'éloigner; iM-és(,'nce de tes yeux, il maitii.sora sa
[bouche,
il

•.

,.

et siipor

sormoncs tuos adiuiiàbitiir
scàndaiuui.
ei,

:

p'rov.2G,si-2ti.

admirera
tiii

tes discours:

novissiino autiMii pcrvrrtot os suuni,
et in verbis tuis dabit
-*

et
-'

mais ;ï la devant

Multa odivi,
et

et

non coa-quàvi
illiiin.

Prov.e,

u>-i.-..

.le

retournera sa bouche, il mettra une pierre [d'achoppement. hais bien des choses, mais non à l'égal
il

tes paroles

[de lui,

D'Muinus odict

et le .Seigiii'ur le haïra.
-'*

tit

[caput ejus cadet et plaga dolosa, dolosi dividet vulnera.
-^
Eccle. 10.
S.

ot qui stâtuit

lâpidem proximo, ollen[det in eo
....
:

p,

7

,5.
i2.

...
et
3*

qui

laqueum alu

ponit. penbit

.

...

.

ﻄ s. 2G, Mat.

in

quelqu'un jette une pierre en haut, [c'est sur sa tête qu'elle retombera; et une plaie faite par trahison partagera les [blessures du traître. Et celui qui creuse une fosse y tombera, et celui qui met une pierre devant sonpro[chain s'y heurtera; et celui qui tend un piège à un autre y péSi
[rira.

[illo.

31

nequissimum consilium, su- ^^^^,''• [peripsum devolvétur, s-isl 15,' et non agnoscet unde advéniat illi. 4Reg.i5. 10, 14,25,30. Illusio, et impropérium superbôruiu,
Faciénti
et

31

vindicta sicut leo insidiâbitur

illi.

3-

Lâqueo peribunt qui oblectântur casu
dolor autem consi'imot
illos

^.^''""^

3\l''f^'

[justoruni ^'V^^^^^^'

Celui qui forme un projet criminelle verra [retourner contre lui, et il ne reconnaîtra pas d'où il lui vient. La raillerie et l'affront sont le propre des [superbes, mais la vengeance comme un lion les sur[prendra. Dans un lacs ils périront, ceux qui se ré[jouissenl de la chute des justes;

ântequani

.vio.
•-',-•, 23.

mais
'•'•

la

douleur

les

consumera avant

qu'ils

.
3"

[nioriântur. a<^'• Iraet furor, utraque e.xecrabiliasunt, 'cenfTuni?
Eccle. 10,

La
et

8.

[ne meurent. colère et la fureur sont l'une et l'autre [exécrables;
les

et vir

peccâtor continens erit illorum.
>

fob,\^2!
Jac.
1,

l'homme pécheur
1

conservera en

lui.

20.

et

Qui vindicârivult, a Domino [invéniet vindictam, „^. 32, m»'- h peccâta illius servans servâbit. '
Mare.
25-26.
:

X.WIII.
35.
2.

Celui qui veut se venger ren[contrerala vengeance venant du Seigneur; et le Seigneur réservant, réservera ses
[péchés.

11, 19. -

-'

Rom. 12, Rolinque pro.xiiiio tuo nocénti te Hebr. 10, et tune doprecânti tibi peccâta solvén^j^^ g
j.,

Pardonne à ton prochain qui
et lorsque

te nuit,

30.

[tUr. Luc.
'•

6,'

j^ 37-38.
a.

tu

prieras,

tes

péchés seront
[effacés.

Homo humini
et a

réservât irani,

J»•-••

-',

3

Un homme
et
il

réserve

sa

colère

pour un [homme,

Doo quaerit medélam?
siinileni

'

In Iioiuineni
et

sibi

non habet
J^^^

^

Pour un
et

[niisericordiam,

,,33.

de peccatis suis deprecâtur?

6,12.

sa guérison? semblable à lui. il n'a pas [de compassion. pour ses propres péchés, il prie avec

demande à Dieu

homme

[instance?

24. Cest le désespoir Lorsqu'une personne a été assez mallicureuse pour dévoiler les secrets d'un ami, il ne lui reste aucun espoir de retour. i*J. Qui cligne les yeux; en signe d'approbation et

aussi lui-même. -29. Celui qui creuse une fosse. Voir la note sur

Psaume
32. 33.

vu.

Iti.

Dans un

Zacs.
!).

Voir les figures de Psaionecxxiii,
-23,

de

llatterie.

7 et Proverbes, vu,
;

n'aura d'al)nr<l il la bouche que des paroles Il rclourmielleuses. liera sa bouche; il changera de langaççe. 27. \on l'égal /le lui; c'est-à-dire je ne hais rien au monde autant que lui. î». Partagera les blessures; parce que le traître, en blessant celui qu'il frappe par trahison, se blesse
•20.

En

présence

devant

toi.

il

— XXVIII,
1.

Contre

t.lV.p. :^Oiet 37i. la colore et la

vengeance.

Voir pour l'ensemble de ce verset Deuléronome, \xxui, 35; Malthicu, vi, li; Marc, xi, 25;
XXVlli,

Romains,
3.

xii, 1!>.

Sa guérison;

la

guérison de son àme.

le

pardon

de ses péchés.

132

Ecclesiasticus, XXVIII, 5-21.

'

''

'/.ai

"

; «
^
^

^"

^'

'"-

^^

^^^Eùr

^'

^

^

'^

^^

-^

-'

',, ^., .(^ &., ], &, " • ,. . &, ^ ^ ^, ^. ^ , . (( & , ^, &, & .. ,' & .., , , .
.
Praecepta de boiio regimiiie
;

vîtae (l-XL•!!, 14=).

/''
y.ai

'

^,

^' 7].
':

8. Ni"

(.
:

/^- DN".
D:
(1.

(sec.

m.)

Tcça'leO

(sec.

m.)+

.. . . ^
(.

.) . .)
(a.

9-

11.

D

(pr.

-.)
10.

et

(1.

m.) * (pr.)

.
12.

B^:

. .: . ).
13.

(1. ///3.)

nvQoç)

.

.

ADx* scribunl>fct
anle

.
(1.

')

:

(.

,.':

19. D:

21.

':

,.

. .
14. '* ^.')

.
:

':

.. .
D:
(D:

AD:

,\):

(':

'^.
précipita-

...

. Et il demande Dieu de lui être propice n'est pas dans les Septante. « (souviens-toi) de la corruption et de 7. Septante
:

allume

la

llamnie; la querelle, dans sa
•.

tion, verse le san^' les Septante.
14. 1".

— Et la
:

langue n'est pas dans

mort et reste fidèle aux commandements ». « des comman8. De la crainte de Dieu. Septante dements ». 9. De ton frère n'est pas dans les Septante. " la calomnie ». •11. L'inimitié. Septante
la
: :

12.

Les Septante ont en plus à
le sujet
:

la fin
».

:

«

il

s'enllam-

Delà bouche. Septante • de ta bouche ». « elle a renversé les villes murées, Septante elle a ruiné les maisons des grands ». 18. Ce verset n'est pas dans les Septante. 20. Il n'aura pas non plus d'ami en qui il se repose. Septante « paix en sa deil n'aura plus de
:
:

mera selon
13.

de

la

querelle

meure

».

Septante

«

la discorde,

danssa précipitation,

L'Ecclésiastique XXVIII, 5-21.

133

.
^

l*r«>ropteH

pour

la coniluite fie la vie (I-XLjII, 14).
'•

Ipso ciini caro

sit,

rcsrrvat iiam.

,,
oL
il

ot propitiatit'tiii'iii polit

a Doo?
Kccli. 7, 40. Mat. 5, 41.
•'

(Icmaiidi• à Dieu

qui est cliair, gardo sa colère, de lui être propice?

'

quis oxorâliit pro dolictis illius? Monii'iilo novissiiuorum,
et (IrsiiK^
iiiiiiiici'iri
:

9t.

7, s.

7

tabilûdo
iininiiii'iit

oniiii

et

mors

'

Eccic. 8,

5.

in inandâtis ojus.

"

Memoiàro
ot

liiiinrcm Doi,

Ooii.

4.'..

34.
lu.

"

Kculi•. 7,

non

irascàris proxiino.

Lev.

qui pi'iera poiii• ses pr-cliT-s? Souvions-toi do les fins dorniores, ot cesse tes inimitiés car lo dopérissoniont et la mort son tu ne luenace dans.SOS commandements. Souviens-toi de la crainte de Dieu, ot no le mets pas on colère contre ton
:

19, 18.
7.

Ph. ï4,
'••

[piOcliain.
'•'

tostaïuontuni Alti'ssinii, et di'spicc ignorântiani proxiiui.

Memorâre

Mut.

5.

as.

Vitunda
jurgiii.
2
I

Souviens-toi de l'alliance du Ti-cs-IIaul, ot ne considère pas l'ignorance de ton
[frère.

•0

n

I-

a lite, et miniios pcccata homo oiiim iiacundiis incondit litcm, et vir peccâtor tuibâbit amicos, ot in nu'diopacein haboiitiinnimmittot [inimicitiam. Seciindiun onini ligna sylva•. sic ignis [exardoscit virtutom h(>niinis, sic ot socûniUiiu [iracundia illiiis erit, et socûnduia substàntiani snam oxalto
:

Abstine

Tlm.
Cor.
b,

2,
.•),

11.
.).

'"

Évite la dispute,

Oal.

2U-31.
11

ProT.

26, 21
li»
;

;

6, 16,

29, 22.

2

Reg.

diminueras les péchés; car rhoiiimo colère allume la dispute, ot lo j)ècliour troublera les amis, et au milieu de ceux qui vivent on paix
ot tu

il

16, 3-4.

ProT.

2.

20
1.

;

'-

14, 29.

:

Eccli. 8,

[lancera l'inimitié. Selon le Ijois de la forêt, ainsi le feu s'em[brase ot selon la puis.sance de l'homme, ainsi [sera son courroux; et selon sa richesse, il exaltera sa colère.
;

[tâbit
*3

iram

siiani.
:

Cortânien fostinâtum inci'ndit ignem et lis fostinans ciTundit sânguinoni et lingua tostilicans adducit morlem.
:

Dnnt. Prov.

19, 21.

1^

Une

lutte précipitée

allume

le

feu;

2«,

12

•'

Si sufllâvoris in scintillam, quasi ignis Prov. et

i.%

i;

une dispute précipitée répand lo sang; ot la langiKi qui rend un témoignage [amène la mort. ' Si tu soufdcs sur une étincelle, comme un
[feu elle s'embrasera; craches sur elle, elle s'éteindra; l'un et l'autre viennent de la bouche. Le délateur ot l'homme à deux langues
ot si tu
[est

'•

oxpuoris siipor illani, utraquo ox ore profici.sci'intiir. Susuiro ot bilingiiis maledictus
si

[exardébit extingiiotur
:

:

j^^'s.'io.

:

''"'•'"
Prov. 26,
21).

'^

maudit;

multos enini turbâbit pacem habontes"'

eccii. 21, 31.

Lingua

tôrtia

multos commovit,
:

i•»

de personnes [qui vivent en paix. La langue d'un tiers a soulevé beaucoup
car
il

ti'oublera

beaucoup

[d'hommes,
ot dispérsit illos

'

gente in gontom civitâtes niiinitas divitum destrûxit.

et les
1'

a dispersés de nation en nation.

Elle a détruit les cités
et les a rcMiversées

murées, pleines des
[riches,

'*

donios magnatoruui offodif. Virtutes populorum concidit,
et

Prov.

17.

;

'**

Elle

a

taillé

par les fondements. on pièces les armées des pcu[ples,

16, 27-2S.

et gentes fortes dissolvit.
'^

^»•
ejôcit,

^•

'
'3

(^t

elle a défait

Lingua

tértia

mulieros virâtas
:

La langue
et les

des nations puissantes. d'un tiers a fait répudier des

[femmes
et privàvit illas labôribus suis
20

fortes,

qui réspicit illam, non habobit requiem,

^'"'^''

''•

'"

20

a privées du ffuit de leurs travaux. Celui qui y a égard n'aura pas de tranquilil

nec habébit amicuni. in
-'

q>uo rcquiéscat.
21
Prov. 2«, 22

n'aura pas non plus

(

[lilé;

en

((ui

il

se

[repose.

Flagélli plaga livorem facit , , . plaga autoin linguae commmuct ossa.
:
. ,

>

Le coup du fouet fait une meurtrissure; mais un coup de langue bri.sera les os.
L'ignorance, les fautes dont le prochain s'est

'<. Lui, qui est chair... . Quelle incligiiitc et quelle injustice? Nous voulons (|ue Dieu snuIVrc tuut de nous, et nous ne pouvons rien soutriirde personne. Nous exag(^rons sans mesure les fautes lait contre nous, et riiomnic ver de terre, croit que le presser tant soit peu du pied, c'est un attentat énorme, pendant qu'il compte pour rien ce qu'il entie|irend hautement contre la souveraine majesté de Dieu, cl contre les droits de son empire -. Bossuet, !^ermon sur la rharilr fraternelle. Il" partie. 7. Sont une menace (tan.-i.ses commandements ; contre ceux qui n'observent pas ses comniandemenls.

9.

(

rendu coupable à notre égard par mégarde, sans y apporter de mauvaise intention. 10-2;>. Contre les disputes, la médisance et la calomnie.
\•1.

Puissance... richesse,

deux choses dout ou abuse

les laibles et les pauvres. témoifinagc faux. 13. Précipitée, irrélléchie. 16. La langue d'un tiers. Cette expression désiblesse trois personnes; luigne le calomnialetir qui inénie, celui dont il dit du mal, et celui qui l'écoute.

pour écraser

Un

19.

Des femmes fortes: vertueuses et accomplies.

134

Ecclesiasticus, XXVIII,

22— XXIX,

3.

""

-^

/
•^
^''

'^"^

. && , ' ^. , . , . ,. ,
ansoav
et'

.

l*ra>cepta de bono res^îmine vitie (I-XL•!!, l-l).

(

/,
,
,

'

âià

t?J

-^^ (/
'"'

'

, .,
'
^"

^"

/ ^
): (.
23•
èy. 24.

^ , ^ '. , 2 , . .. . . . . .- *
^ ^

,..

., / .
"•^
B':
(p.
iiOjU(paia:.

& . &^ ,

,^,
frf-

^.

22.

(Sec.

m.) 7

(a.

(sec.)

(D:

AUNf
(1.

D:

xvo.~)

°^ sec.) 9eoy. D:

/u;.

). : /): .) : - .
pr.)
"c'•

':

;

ADX:

et *
29. Dxl"
(1.

'

AD*

(1.

26.

(pr.

27. N:

1.

':

:

&^.

(.

xcclqOi')

) . .

:

(.

^.)
2.

.
.

28. 30.

:

':

^—
Et

2-2.

Par
».

leur propre langue.

Septante

:

par

la

20.

Fonds. Septante
tes

:

tiens renfermés

^.

langue
23.

pour

{sur soi) n'a pas attire son joug. Septante : qui n'a pas trainc son joug ». 2(i. Sa durée ne se prolongera pas toujours n'est
:
••

Qui

pas dans le grec et les deux membres suivants y sont tlifférents elle ne saisira pas les justes, ils ne seront point consumés par ses flammes ». « 28. Les Septante ont seulement j)rends garde, entoure d'épines ton enclos •.
:

paroles fais une balance, et un frein qui à • et pour tes pata bouche s'ajuste bien. Septante roles fais un joug et une balance (ne parle qu'avec poids et mesure), et pour ta I)ouche fais une porte et des verrous ». « sois attentif à ne pas périr par elle, 30. Septante à ne pas tomber devant ses pièges ». Que la chute... n'est pas dans le grec.
:

L'Ecclésiastique, XXVIII,
1. l*r<>cepteH

22— XXIX,
vie (I-.YEjII»

3.

135

pour 1» conduite de la
'--

1).
[glaive

'-

Mulli ccLMiliTiint.
soil

iii

oi'f

!;'1,

Eccli. Il,

1, 3.

lii'Îiucouj)

sont tombés par lotrancliant du

non

sic (iiiasi (|ni

2

Boâtiis Miii
(jui in

intorirnint jxm• [linj-'iiam suani. tt'Ctus est a lingna noquani,
illiiis

mais non pas
;ceux qui ont
-''

• aussi
pi'-ri

:

gran<! nombre (|ue par leur propre langue.

j^ll^Jg'^j.J•,

iraciiiuiiam

non

transivit,

cl

(|iii

non

atlr;i\it jn^iuin iiiius,
Ja.-

-^

ot in vinciilis t'jiis non est lipâtus: jugiini onini illiiis, juj^uni Îén'ouni est

:

3, b.

-^

à couvert d'une [langue méchante, (|ui n'a pas passé par son courroux, qui i<ur soi n'a pas attiré son joug, et dans ses chaînes n'a pas été lié; car son joug est un joug île fer;

Hienheureux

celui qui est

et vinculuni

illiiis,

" Mors
et
-'6

illiiis,

mors

viiiculuuiÎL'roumcst. nequissinia
:

et ses
'""•

fei's,

des chaînes d'airain.

"' "•

-'

La mort
el l'enfer

qu'elle
l'st

donne

est

une mort détes[table,

potins inlV-rnus iiuani iiia. Porscvor;tntia illins non iicrniancbit, sed obtint'ltit vias injustoruni
l'itilis
:

•»<

-'

•-?
J»'•
'.
'^'•

et in tlanniia
'•

sua non conibuivt justos.

avantageux qu'elle. Sa durée ne se prolongera pas toujours; mais elle possédera les voies des injustes, et avec sa llamme elle ne brûlera pas les
j)lutôt

[justes.

Qui

roliiUMuint

Deum,
et

incident
•11

in

.

su,

u,

'-'

Ceux qui abandonnent Dieu tomberont en
elle
elle

1*»»

'^*•

[lUani.
et exardébit in
illis,

jcr. 13, 23.

non oxtinguétur,
li-o.

et imniittétur in ilios quasi

[son pouvoir; brûlera on eux, et ne s'éteindra pas; sera lancée contre eux, comme un
[lion,

et quasi
-8

pardus

lanlet illos.

et

comme un
Entoure
tes

léopard
oreilles

elle

Sepi auros tuas spinis,

AnribuK
verbiî*

el

'-**

déchirera. d'une haie d'épiles

cavenduni.

[nes,

linguam nequam

noli audirc,
ProT. 25,
23.

et ori tno lïicito (istia et seras.
-'^

pas la langue méchante; et à ta bouche mets des portes et des seret n'i'coute

[rures.

Auruni tuum
et Irenos

ot

argcntum tuum
' :

confia,
„^«• i",•
,-•

-9
Prov.
10, 10.

Fonds ton or
et

et ton argent,

et verbis tuis lïicito

>J

statoram, tuo rectos et attende ne forte labâris in lingua,

et i)Our tes paroles fais

on

ecch.

si,

28

un

frein qui

30

(>t

sois attentif

une balance, bouche s'aju.ste bien; de peur que tu ne failles à
ta

et

cadas in conspcctu inimicôrum

in-

pg.

3fj_ 2.

<
et

[par la langue,
tu

[si(li;'intiiuii tibi,

et sit

casustuus insanàbilis

in inortom.

ne tombes en présence de tes en[nemis qui t'épient, que ta chute ne soit incurable jusqu'à
[la

mort.

XXIX.
et qui
-

'

Qui

facit niiscricordiam,

fœne- De mutuo.
:

[nitur

proximo suo

.

XXIX.
;

1

Celui qui fait miséricorde prête à
[intérêt

i9,

ir

prœvalet manu, mandata servat.
pr<'>ximo tuo in

Luc'e.ss,

si.

t^t

Met.'?, 12.

Fœnerâre
et

témpore ne-

'

i-'™s.
5ri»t. 5, 42.

-

à son prochain; main garde les [commarvdements. Prête à ton jirochain au temps de sa nécelui qui prévaut par la
[cessité;

[cessitàtis illius,

iterum redde proximo in témpore °"".'•^""
[suo.
rrov^'l4, 17;
j

mais aussi
•'

rends au
ta

])rochain
et agis

en son

••

Confirma verbum,
et in

et fidéliter

âge

cum
:

jôa

Vn

[illo

omni trmpore invénies quod
[necessàrium

tibi
est.

[temps. lidélement [avec lui et en tout temps tu trouAcras ce qui t'est

Maintiens

parole

;

[nécessaire.

>2.
il

Propre

n'est pas

dans

le grec, et

dans

le latin

égvptienne avec verrou dans Cantique,
p. 531.
2!).

v,

<i,

t.

IV,

(Icfijïuie la [)ensée,
•25.

car

II s'aj,'it

toujours de

la lan-

gue du calomniateur.
L'cn/'rr, le schcol, le séjour

des morts et non

le

tomheau.
2(>-30.

Éviter les péchés de la langue. •m. Elle possédera les voies des iitjusles, et avec sa flamme elle ne brûlera pas les justes. Ces paroles ne veulent |ias dire que la calomnie n'atteint pas les justes, ce qui est contraire à l'expérience, mais qu'elle fait partie de la malice des méchants, qu'ils la commettent sans cesse, tandis qu'on ne la trouve pas sur les lèvres des bons.
2X.

Ion or et ton argent pour les loiiservcr plus facilement. Voir la note 4 à la lin du 1. Une tialance. Voir plus loin la ligure de p. 833. XLii, 4, et â'uzi'cliiel, v, t.

Fonds

,

que
iJes

la

Entoure les oreilles d'une haie d'èpi/ies, afin calomnie ne puisse parvenir jusqu'à elles.—
cl

le prêt; ses avantages, ses dangers. intérêt {fœneratur); parce que Dieu le Préavec usure. Cf. Proverbes, xix, 17. lui rend vaut par la main {prxvalet tnanu); c'est-à-dire les comGarde donne à pleines mains, largement. mandements. La charité est en effet le premier des préceptes qui regardent le prochain (Glaire). 2. Prèle à ton prochain. Voir la note sur Deutéro-

XXIX.
t.

MO. Sur

Prèle

portes

des serrures. Voir la ligure d'une porte

nome,

xv, 0.

,

136

Ecclesiasticus,

XXIX,

4-18.

.
'*

Prapcepta

'^"
•'

-]

,. ^-,
7],

«le

liono regrimîiie Tîtse (I-XL•!!, IJ:).

'

^

.. ,
,
'

. ,

^

m.)

, . 7] , ' , " ' . ^ ., ^ ,. ^. . . ^. ) .. :). .]. . ) ^^ ) . . . .)
*
'

^
*

^"

'

7]

^. . &. &,
,

,.
(sec.

^-

"^^^
'

^

*'

10,

)i,

<8

^^

4.

(1.

;j.

:

(1.

')

:

(1.

7.

6

.

:

Nf

(in.)

Af

10•

-j-

dne'aTQ.)

(. et (.

.8.

B'"j"

(p. (a.

:

(1.

ni.)*

') : . 1• *:
£,£.

13-

':

14.

:

'

12. (pr.

16.

'

A^-f 11.

(.

:

XXIX.
:

5.

Jusqu'à ce qu'ils reçoivent, ih

(celte) perversilé, se
ter); ils
lit ..

baisent les mains de celui qui donne. Sep« jusqu'à ce qu'il ait reçu, il baise tante El sa maiu (la main du prêteur) ». dans leurs promesses ils humilient leur voix. Septante « et pour(avoir) les biens du iirocliain, il liumiliera (sa) voix (il lui pailera d'une voix humble) ». (i. Et de murmure n'est pas dans les Sep-

sont excusés (de prêont craint de se priver sans pro:

:

• l'humLe misérable. Septante El pour ton aumône, ne le traîne pas en longueur, c'est-à-dire « ne lui fais

\\.

ble

».

:

tante.
7. Il
9.

s'en
le

défendra n'est pas dans les

Septante.
bien n'est pas dans les Septante. 10. Septante « beaucoup, à cause de

Et

Guorriors combattant arec le bouclier et la lance (*•. IC). (Pien-e gravée.
D'après G. Kawlinson).

:

pas attendre longtemps ton aumône ». 13. Et ne le cache pas sous une pierre pour être }3erdu. Septante « ne laisse pas (cet argent) se rouiller sous une pierre pour (ta) perdition ». du pauvre. Septante d.'i. Dans le cœur « Priera pour toi dans tes celliers ». n'est pas dans les Septante.
: :

L'Ecclésiastique,

XXIX,
«le

4-18.

137
14).

.
k

Pri'cepteit

pour

la

ronduite
,,,|,".^|;",'.',_
j,^
^^_
_^^

la vie

(-^,
ont

Multi

(iiiasi

inv(Miti<'>iiOiii

;i'sliiii,iv('•-

Beaucoup

regardé

comme

chose

[nuit
et praestitoiiint

l'd'iiiis,

niolésliani his i|iii sr [adjiivrniiil.

I>oncc

accipiant,

osculantui•

niamis
[daiitis,

cl in [UOiuissionilnis
et in

^

[trouvée ce qu'ils empruntaient; les et ils ont l'ait de la peine à ceux qui [avaient secourus. Jusqu'à ce qu'ils reçoivent, ils baisent les [mains de celui qui donni' ;
et

humiliant vocein
[siiain
:

dans leurs promesses
au temps de
il

ils

humilient
il

li-ur

[voix;
'

rcdditiunis postuh'ibit

et

la

reddition,

demandera

[tcmpus,
ta^dii

et

loquiHui•

verba

et

iminmiia[tiunuiii,

et

[du temps, dira des paroles d'ennui et de mur-

[mure,
et le
'

et
'

si

teiupus oausai)itiir aiiteiu potuerit ivddcre, adversâbi:

temps sera aihîgué comme cause
s'il

;

mais,
puis
il

peut rendre,

il

s'en

di'-fendra,

[tiir,

soiidi vix roddi'l diiiiidium,

l'endra à peine la moitii• de la to[talité

et

coMiputâblt

illiid

quasi invoiitii'mem
illuni

:

et

il

considi''rei-a

cela

comme une

chose
:

[trouvée
8

sin
et

autcm, iVaudàbit
possldél)it
illuni

iiecûnia
[sua,

i*

sinon,
et
il
il

ininiicuni

pratis
illi,

:
''

9

et

convicia et nialedicta reddet
honùri' et

et

privera frauduleusement de [son argent, eu fei-a son ennemi gratuitement lui rendra des injures et des maléil

le

:

[dictions:
et pro
10

beneficio reddet

illi

et

pour rhonneur

et

le

bien qu'il en a

[contuméliam.
Multi non causa nequitia'

non fœnerâti
[sunt,

1"

[reçus, il lui rendra l'outrage. Beaucoup, non pour un mauvais motif,

sed frauda ri gratis tinuirrunt.

mais
11

ils

[n'ont pas prêté, ont craint d'être trompés gratui[tement.
le

"

Verûintamen super hiimiloni âninio «eeieemo[iV.rtior esto,

Cependant, envers
et

mi.sérablo,
le

sois

j.,.^^-^-.
beut. 24,
12-15.

[plus généreux,

et ' pro
'-

eloemnsvna non
'

tralias illum.

pour ton auniùnc, ne
cause du

Trov.

17.

.i.

Propter mandâtuni assume paiiperom:
et proptor

1-

A

traîne pas en [longueur. commandement, pivnds soin [du pauvre;

inôpiain

ejus

ne dimittas
13
*]|Jf.;;,•?"

à cause de son

[eum vâcuum.
'3

Perde pecuniam
et

])ropter

fratrem et [amicuin tuum
:

indigence, ne le renvoie [pas les mains vides. Perds ton ai'gent pour ton frère et ton

Prov.
"°'''

12, 2«.
'

non abscondas illam sub lapide

in

et
'i

no

le

cache
trésoi•

i)as

[penlitionem.
'*

Pone thesaurum
et

tuum

in

jtra'Ci'ptis

Mut.

g, 20.

Mets ton
et

[Altissimi,
'•'•

•'"'=• '•

'

[ami ; sous une pierre pour [être perdu. dans les préceptes du Très[Haut,

proderit tibi magis quam aurum. ^cu'iV' 18-Î9. Conclude eleemôsynam in corde pau[péris,
^""^-

'•

"

il te sera plus utile que l'or. Renferme l'aumône dans le cœur du pau-

•"
(>t

[vre,

et ha'C

pro te e.xorabit ab omni malo.

Mat.
Mat.

6. 3-1.
.i,

cette
'^

7. •'•,

",

'',
'

'**

Super scutum poténtis,
*

super „Tob.4. 7. 5lat. 2o, j4-j(i. [hinceam, „ ., ,,
et
'

1',

priera pour toi, et te pré[servera de tout mal. Mieux que le bouclier d'un guerrier
[puissant, et

aumône

mieux que

la lance,

adversus inimicum tuum piignabit.

4,

i2-n.

contre ton ennemi

elle

combattra.

4. Ils ont fait <lc la peine à ceux qui les avaient secourus, en lardant ;i leur rendre ce qu'ils ont emprunté, en les ohliseant à de pénibles démarclies aliii (li; rentrer en possession de leur l)ien. >. Ils baisenl les mains, ce qui était reuardé comme une marque de profond respect et taisait partie du cnlie d'adoration dû a la divinité; voir note et ligure de Joh, XXXI, ù'i. (>. //. Ce singulier, qui se répète dans les versets suivants, est mis pour chacun d'eux (Glaire). Le

temps mauvais,
".

des temps. chose trouvée; c'est-à-dire comme lui étant ac(|uise, comme lui appartenant. II-IK. Il l^iut avou' pilii' des jiauvrcs. 11. Envrrx le miscrnhle, sois plus fjénéreux. Il ne laui pas faire de la cliaiitc un acte de résignation,
la dillicultè

Comme une

mais un acte positif de vertu, inspiré par un motif surnaturel. « Donner, c'est agir; ce n'est pas soulfrir de ses bienfaits, ni céder à l'impoitunltu ou a la nécessité de ceux ipii nous demandent... Il vaut mieux s'exposer à l'ingratitude que de manquer aux misérables ». I-a Bruvcrc, Du Cœur. cause du' commandement. C'est le motif surii. naturel de la charité, qui ordonne alors même que toutes les raisons naturelles lui seraient opposées. iti. Et le iircservei-a; ces mots sont incontestablement sous-entendus, car de tout mal [ab omni malo) ne saurait être le complément du verbe priera (exorabit] (f.lalre).

comme

tG-18. Quel<iucs éditions grecques répètent ici versets lu et 17 les versets t8-l',) du cli. vu. d'où le triple cliilfre du y. l(i-18.

138
1.

Ecclesiasticus,

XXIX, 19-30.
vitse (I-XL•!!, 14).

Prœcepta de bono regimîiie
roV

^^

xat
'^^

[21

-'•

"^

/' /] . "" (^ ].
lyyvov

^^

xai
^^

-'^'^
^^

-"^

,. - &, . '7 ^
3-.
''^4

, ,. -,
7&7^,

,.

-^

, /.
7].

,
,

^^
r]
"'*'

. '.
19.

[

"

. ].
,
ABDx
28.

F). 20• A*:

: '^^ * ;.
vôcoo

(item 22). 21*

(t

xvqîov

:
.)
"{"

(in f.) (pr. m.)

.

'*

20.

.—

(. .)

:

.
(

30.
111.

seC.

A^t)•

lu. >{ (SCC.

-20.

31.

Le pêcheur

exposé. Septante « il a donné ». et l'impie fuient leur répondant.
:

Ce verset n'est pas dans les Septante. Nous l'empruntons à l'édition du Codex Alexandrinus. « détruira «. 2-2. S'attribue. Septante 23. Un homme répond pour son prochain, et celui-ci manquant d'égards l'abandonnera. Ce verset
:

« le jjcclieur tombant aux mains d'un 26. Septante mauvais débiteur et poursuivant des entreprises Qui transtombera sous le couj) de la justice ». (jresse le commandement du Seigneur n'est pas dans
:

la

version grecque.
29.
:

n'est pas
2i.

dans les Septante.
:

Qu'un festin magnifique. Septante que des ». Dans une maison étrangère « chez (pour celui qui est] sans domicile. Sei)tante
festins splendides

:

« plusieurs qui i)rospcraientse sont Septante perdus pour avoir cautionné, et ils ont été ébranlés

comme
I)as

les vagues de la mer ». dans la version grecque. 23. Tour ti tour n'est pas dans

Mauvaise

n'est

des étrangers ». 30. Septante : « reçois de bonne grâce peu comme beaucoup ». La suite est empruntée à l'édition du

Codex Alexandrinus.
le grec.

L'Ecclésiastique,

XXIX,
«le
I''

19-30.

139

.
m
et
io
Vil-

Précepte» pour la conduite
lacit

la vie (1-XI^II» l*).
L'iidiuiuo de liien i'oj)ond
cl

bonus

liilfiu

pro

1""<''X'"'0
:

pour son pro[chain,

«,„„!î.'i«...•.
I-n.v.
.7, is.

qui

[«KO pcrdiilci-il conl'usii'.noin, dore-

,'•,';•

celui

(|ui

a pei-du

,,..'.

[liiuiuct sibi.
:

,',J;'"j ""'
' "

toute lionto i'abanIdoiiiie il bii-mc^me.

(iràliani lidciussnns uo olilivisc;ii'is

U,(f. 30, 29. (:,n.43.'.•.

•-'"

N'oulilie pas la laveur de celui qui

répond
toi,

.,.
iui-

la,

17.

[pour
-'

dédit (Miiiu pro te iUiiniaMi suain.
-'

Re|)iOuiissoroiii

l'u^'il

pi'(x;itor

l't

car Le
I,(>

il

a exposi• pour

toi

sou âme.
fuieut leur répon[dant.

fn'clii'ur

et l'iuipui•

«2

[unindus. Bona repiOniissi'.ris sibi ascribit poccu[tor
et
:

-••-

prêcheur s'atti'ibue
iii^-'cat

ingrâtus sensu

di'i-cliniiuot

liboran[t(>m se.
Eoeii.29,3,19.
2:î

et

bien do son ré[pondant, de cieur, ilai)andonnora son libéle

[rateur.

»»

Vil• repioniitlit do pio.\inio suo et ciini p<*rdidorit revcivntiam, dero[liinpK'tur ab eo.
:

Un liomme
et celui-ci

ré|>ond pour .son i)rocliain,

mamiuant d égards l'abandon[nera.
pi'rdu

-*

Repromissio
et

noquissinia iiiultos
illos

pér-

-'*

Une caution luaiivaisoa
ot les

beaucoup de

[didit dii-iiîcntes,

[gens qui dirigi'aient bien

leurii o/faires,

rouuuiivit

quasi lluctus maris.
luijiiàiv
l'ocit,
'

a

agit('s

-••

Viros poténtos

{jryraiis

Elle
ot

a

fait

de la mer. emigrer tour à tour des huinmes
Ilot

comme un
|)armi

[puissants,
et vagi'iti sunt in géntibus aliénis.
-^
ils

ont

orn'•

les

nations étran[gères.

Peccâtor transgrédicns mandatuni Do[mini,
et qui

kccIo.

s, «.

-';

L(»

pécheur

incidet

in promissi(')nom

ne:

j°"'48,'3f>.

[demontdu

[quam

p^ov. 14,2.

transgresse le cornmanSeigneur, s'engagera dans une [caution mauvaise;

(

conàtur multa âgere, incidet in
[judicium.
virti'i-'•

-'

Récupéra proximum sociindum
et

et celui qui s'elïorce de faire beaucoup de [choses, tombera dans les jugements. Aide le prochain selon ton pouvoir,
ot

[tem tiiam,
attende
tibi

no incidas.
'»« *'*•'•
'-**

-*

Initium vit* hominis, aqua et panis, [et vestimentuni, ot domus prntogens turpiti'idinem.
* . ,

iiecessarus.
xuni.'so.^'i
;

-f

Mélioi» est victus pai'iperis

quam
=">

sub tcgmine [âsserum, épula? sp'.ondidaî in péregre sine
pro

n.
,

s.

•'.
s.

-'^

de i)eur que tu ne [tombes. Le commencement de la vie de l'homme [est l'eau, 1(î pain, le vêtement, et une maison qui couvre sa, nudité. Mieux vaut la nourritun* du pauvre sous

prends garde à

toi,

^,
V;

[un toit d'ais,

^rov.

le, 1.

qu'un
'•)

Minimum
et

magno

[domicilio. plâcoat tibi,
^"""jj
'"
'

magnifique dans une maison [étrangère pourcelui qui ext sans domicile. Qu'un très petit bien au lieu d"un grand
festin
[te

contente,
[étranger.

impropérium peregrinationis non
fai'idies.

et tu n'entendras

pas

le

reproche d'être un

19-5".

H

faut se

porter caution

])our

son

pro-

->8-3:;.

il

faut vivre

de peu et ne pas recourir à

chain.

autrui.
: le principal, l'essentiel, ce -2H. L'eau sans quoi on ne peut pas vivre. Cf. wxix, 31. est d'autant plus ajqiréciée en Orient qu'elle est plus Le vêlement, et une maison qui couvre sa nurare. dité. Le vêtement et l'Iiahitation sont une nécessité introduite par le péché <M-igincl. « Il (le chrétien) se souvient de ces feuilles de lii,'iiier qui couvrirent dans le Paradis la nudité de nos premiers parents, sitôt que leur desobéissance la leur eut fait connaître; il songe ()ue l'homme a été nu tant «pi'il a «•té innocent, et par conséquent <|ue ce u'est |>as la Ui'cessité, mais le péché et la honte qui ont fait les

rrpnnd pour so)i prochain. t!•. L'homme de bien Salonion en plus d'un endroit {Prorrrljcs, vi, 1 et suiv.; XI, iri; xvn, 18, etc.) désapprouve ceux (|ui se rendent caution pour l(,'ur procliain; non (pi'il condamne la cliarité, mais il accuse la ni'sligeuce du <lét)ilcur à satisfaire ses cri'anclers, et son indiscrétion à engaser son ami dans une alTairc qui peut avoir pour lui des suites très lâcheuses, l/auleur de ce livre regarde la chose sous un autre point de vue. Salomon ne considère que l'intcrèl
»

Le commencement

temporel et la tranquillité de son disciple, l'Ecclésiastique propose (les vues de charitt• et de religion •. Calmct. hor loro.
lime; c'est-à-dire sa vie. merci du créancier.
20.
.S'o)i

Il

s'est

mis

la

i'i.

L'abandonnera, en

le laissant

payer |)0ur

lui.

premiers habits; que si c'est le piclie qui a habillé la nature corrompue, il juge qu'il sera hienséant que la pénitence l'habille après qu'elle a été réparée ». Kossuet, Panégyrique de saint François d'Assise,

•H.

Une caution mauvaiiie ;\Acnul\on donnée pour
:

1

partie.

un méchant. i">. Ellea fait r migrer cUc réduità la servitude ceux qui ont été assez crédules pour se faire caution des

hommes déshonnètcs.
les i)rocès•

m. Les jugements;

VM'wn 1res petit bien... te eonicnte. etc.; c'està-dire si pour vivre tu te contentes de 1res peu, tu ne seras pas (d)ligé d'aller chercher Ion existence dans une maison étrangère, et par conséquent de l'y entendre traiter d'étranger.
30.


140

Ecclesiasticus,

XXIX, 31

XXX,

9.

"^'

^-

' ,
.

l»ra»fepfa

^^

^,
^^,

^^

^*

%S%L.1L,

-

^

'

'

^

'

. "' , , .
"
)3',

^
'
34•
:

&( . , .
.
'

, , ,, . , .
?].
(:

, . ,
«le

boiio regimîiie TÎt«e (l-XL•!!, 14:).

. ',

.,

'

-,

([ '

, '

.

&'

**

^

^., . " 3
xc^'-

* .: ': ^<^ ;. (. m.) ': '
'.
4•

':

[.

^'. .. .
.
...

,

'^^S

(:

)

'. '. ': ': (.
3235•

m.)

'':• :
7.
8•

WV•

'.].

+ ^')9'' . :(.
^

'^. .)
Treçi
(1.

: '^. '
:

ADX:

«. • .
6•

:

('-:

).
(D:

9.

':

ctv-

31. Comme un //o<e n'est pas dans les Septante. Partout où un homme sera comme un hôte. Septante: " partout où l'on s'arrête «. Il n'agira point avec

confiance n'est pas ilanslos Septante. « tu recevras un liole et le feras boire 32. Septante pour être ensuite payé d'ingratitude et pour entendre en outre des [)arôlcs amères »• manger aux autres. Septante 33. Donne-le
: :

Du sentiment. Septante « de l'intelligence ». XXX. Les Septante ajoutent le titre « des enfants •. la porte de ses voisins \. Et qu'il ne frappe pas n'est pas dans les Septante.
.H.•;.
:

Cl

coupe-m'en des morceaux ». Zi. Retire-toi à ca^ise de l'honneur que je dois faire mes amis. Septante « sors, mon hôte, devant la
:

gloire (devant

un autre plus

iionorable)

•.

milieu de ses ijroches il se glorifiera en lui. « au milieu de ses amis il en tirera gloire ». « et (c'est) ne semble pas mort. Septante comme s'il n'était pas mort ». 5. Et il n'a pas été confondu devant {ses) ennemis n'est pas dans les Septante. « un 6. Un défenseur de [sa) maison. Septante vengeur ».
'2.

Au

Se|>tante
4.

:

Et

il

:

:

L'Ecclésiastique,

XXIX,
«le
-'

31— XXX,
C'est

9.

141

.
-1

Précepte!* pour la coinliiite

la >ie (I-XL<11, 1-4).

Vit:i iicqiiain

huspilàruli de iloiiio in
,,'j'jj,'i"j;j,

nue

vie

iiii-Si-rable

d'aller

comme
;

[doimmi
et

:

ubi liospiti'ibitur, non

liducialiler

j-mv. ?;. s. i-uc lo, 7.

[aget, nec apérict os.
32

HospitûbiUii•. et pascet, et polabit in[gratos,
et

'-

ad

lui'C

aiiiàra aiidiet.

maison en maison |iaitoutoi'i un homme sera comme un hôte, il n'af:ira point avec lOiifiance, et il n'ou[vrira pas la bouche. Il y siM'a comme hôte, et il donnera à man[ger et à boire à des ingrats; l't outre cela, il entendra <les paroles
[un
liùti'. (le

[amèrcs.
>3

Transi liospes,
et qu;e in

et

orna mensani

•'•>
:

'<

l'asse là, InJte, dresse la table,

manu

habes, ciba céteros.
•'
:

et ce

que tu as à
;i

la

main, <lonne-Ie à nian[gcr

aux autres.

3'

Exi a

lYicie

honoris aniic('runi iiieiu'um

necessiti'idine
^'>

donius mei« hospitio mihi
[tactus est frater.
lu'unini liabénti
et

Gravia

li;ec

scnsum

:

«•. 29,1-2;.

3^

corréptio

donuis,

inipropérium fœ[neratoris.

cause de l'honneur qu•- je dois ;i'aire à mes amis; j'ai Ijesoin de ma maison; mon frère est [devenu mon hôte ». A'oici des choses pénibles à un homme [(|ui a du sentiment; le reproche de la mai.son, et l'insulti.• d'un
Retire-toi

[cn'ancier.

\.XX.

'

Qui

diliirit filiuui

suum,

assi-

„j^J,';Jj*',V,ii_

XX\.
alla

'

Celui qui
qu'il s'en

[duatilli flagella. ;^„^ ,3_ ,,'. 23, i3;29, 10. ut ketétur in novissimo suc,
et
. non palpet pro.xunuruni
,
.

aime son lils le châtie [fréquemment, réjouisse dans son dernier
[temps.
.ses

.

.

».

Eph. 6, 4. lReg.3,12-U.

ostia.

et qu'il
-

ne frapjie pas à la porte de
lils

;

[sins.

Qui docet
et

liliuui

suum. laudàbitur
illo

in

^'"'^-^^•

'''

Celui (lui instruit son
et

sera loué à cause
[de lui,
il

fillo,

Jac.'iar.
23,

m

niedio domesticnruiu in
in

^do-

u-io.

au milieu de ses proches
lils

se gloriliera

[riàbitur.
•'

[en lui.
'•

Qui docet filium suum,
et in

zelum

mittit
.;.

Celui qui instruit son
et,

jette son

ennemi

médio amicûrum

irloriabitur

[inimicum, EccU. 30, in^ ^^f,"'^'''
[illo.

[dans la jalousie

au milieu de ses amis,
et
il

il

se glorifiera

[en lui.
'

*

Mi'trtuus

est pater ejus. et
[est

quasi non

Son père meurt,
car
il

n•'

si'mblepas mort;

murtuus

:

similem enim reliquit

sibi post se.

4 Rcg. s. 19.

a laissé après
Aie,
il

lui

un semblable h
[lui-même.
il

Prov.

13, 1.

In vita tua vidit, et lietâtus est in
in ôbitu

illo

:

Durant sa

l'a

vu. et

s'est réjoui

en

[lui;

suo non est contristâtus, nec conlusus est coram inimicis.
Reliquit

...

î-^l'^i^^' Eccli. 30, 3.

à sa mort il n'a pas été centriste, et il n'a pas été confondu devant
G

ses en[nemis.

<•

enim

defens('irem

domus con-

Car
et

il

a laissé

un défenseur de

[tra inimi'cos,

et aniicis
'

reddéntem giàtiam.
colligâbit vûl- j^^
' ,„
,,

quelqu'un

((ui

sa maison [contre ses ennemis, montrera de larcconnais[sance envers ses amis.
lils
il

l'ro

animabus liliorum

l'our les ànies de ses

bandera ses

*

[nera sua, ^°'^- •-• ';• et super omneiu vocem turbabiintur "jobrsu.^ï.' [viscera ejus. Equus indiiiiiitus evàdil durus. Deniio
et filius

*

remissus evàdet prœceps.
:

i-emisito.

[propres plaies; et à chaque parole ses entrailles seront [émues. Un che\"al indompté devient intraitable. et l'enfant abandonné « lui-mcmc devient
[téméraire.
Flatte ton
lils,

ProT. Ï9;
•'

l.'>

;

Lacta lilium. et pavéntem te fâciet lude cum eo, et contristâbit te.

9

et
il

il

te

remplira

d'efl'roi:

ioue avec

lui, et

te contristera.

33. Donne-le à table.

manger aux autres;

sers les autres

Les enfants reproduisent souvent les vertus ou les
vices des parents qui les ont lormes.
7.

XXX.
I.

Pour
le

1-1.3.

De l'éducation des enfants.
vie,

Dans son dernier temps:
plus
Il

mots
iîàtc

les âmes. Le traducteur latin a lu en deux . qui qui signine terme grec
:

dernière partie do sa
i'i. \xiii, 13-14.
'».

c'esl-;i-dire dans la lard. Cf. Proverbes, xiii.

rafraîchit

•,

ses enfants,

c'est-à-dire (|ni traite avec mollesse, qui l.a suite du verset conlirine d'ail-

/

a laissé après lui un semblable

leurs parfaitement ce sens.

lui-même.


142

Ecclesiasticus,

XXX,

10-22.
14).

^*^

?^
1.

^'

]
'^)

(^'^^)

*^

(*

13

^)3a^

^ &] . '&
rrj

^, ]
}
èv

Prieeepfa de bon© rearîmîne
ovroôv-

YÎtse (I-XL•!!,

'
'
'•

][ ^
({>^

. /, [,
èv

[.

r.sn ^n by -nsD
ini^y"n

[,
^

^
r.'i'2

rp

12

' ,, (
?].
[]

:i2;3]

ns-j

Hta

ibiy
:

Tn^m

i^n

^

i3

^n ybn^

inbi.sn

"j3

^^

'

^^

.

. [,

,

Tiiryn ^ni -rc-j lit: 14

*'

^
"*
^"'

^ '- ..
•]
':

[.

[,

'
\

n-i

:?

^^j n"^i3> -j^x

I6

nnb

nit: by

mit:

-^î^i

î^T^j

^^r^^ ni:ab nit: 17
Dbi:? nr;i:i

î"2k; 2i<j-j

'^"

-'

-2

-^

Ev(f

10-

-. ). .
loCO) et
(p.
aoi

-}. ): (]- — -]})]. •.
*

. .
[
H.
A'B'DN i2. A'f
(1.

; ^. ],

[, -

'^

^^-2 \*\' niû
^

TJ13? isi-j bis•:;

nn-bi

aine ns bv

nzit: is

, 9^ . ] &,
.,
'^.
[t A" (hoc (ill f.) xai

'^'^'
;

:bibi ^;sb'n3::7j nsi:n

n^y: pnn^ d^td T^^sf
c:ii<n •:;3? -j
riv -b "jïîd -p
-vi-pz-j
'''^^1

d"^

nbinn

3
ffi'iî
î

:^

7-b -nn

bii

21

-:iS"3 b":;sn bi<i

^^n

nn 22b

T\ni2'^

22

I2ï5 "j^ni<n D-5< b"3i

{:"^

(tiUilus). 17.

.
19.

':

(iu

marg.

. ): .
10.

"cù 13. : ^ (. m.) * ' (. f ^^
111.)

(sec.

.) t

^ ^^

V. 11•».

".
''".

V. 12*^.
V. 13''.

-"•

et n-pO'-.
v. 15».

V. 12'^.

^"<e«'') ''«'• ïr/uovor. 18. ':

(•

inf. p.

•. 2")
:

21.

Df (. !^-)
6

.'. ^
«'«'-

np-o 'vh\
V. V.

hvrr•.

nry

et ixia.

l6^ nxa.
17^'.

V. le''.

-.

V. i7'\ t2"'ï^

n^-na

B'f

<^

V. 18'\

:blh

^^ et b'.Xirb T^bl. v. IS^. ^. :;. v. 20'\ Les versets 19 20\
"^b^Nλ

n'existent qu'en note marginale:

'.'^

Immobiles. Septante ^ ne claquent •. Le titre est ajoute par les Septante. La première partie du verset n'est i)as dans les Septante et la seconde est modifiée. ^-'• dans l'hé-JO'• manque dans les Septante et 20
10. 14. \o.

.

.

rr'j-z

:

Vdip^ n;n3 l'xi
V.

-i-riï.

v. 20"=.

ha^.

V. 2oe.

;p*2.

2V\

:-]n:i?2 et -iP-^sn bi<i

breu.

L'Ecclésiastique,

XXX,
^

10-23.
H)•

143

.
I•»

l*r«>rppteN
ilideas,

pour

conduite de la vie (I-.\L•II,
'•'

Non corrideas
et in iiovissinio

illi,

iio

Ne

ris

pas avec
ti's

lui, di*

peur que tu n'eu

[aies lie la iloulcur,

obstupéscont dentos

lui.

et qiTà la lin

<lcnls

ne deviennent im[mobili's.
.sa

1'

Non des

illi

potoslatein iu juvénilité,

î\-

'

Ne
et

lui

duiiin•

pas de pouvoir dans
jias ses

jcu-

»,

:

[nesse,

et ne dcspicias cofritàliis illius.
'-

ne néglige

pensées.

Curva corvicem

l'jiis

in jiiveiitutc,

-•

Courbe sa
et

tête

dans sa jeunesse,

et tiinde Uitcra ejus duiii inlaiis est,

ne forte indiiiet.
i>t
I"•

et

non credat

tibi,

erit tibi dolor àiiinia•.

Docc filiuiii tiiiiin. et operàie in illo. ne in turpiludinem illius olTrndas.
Mélior et nauper sanus.
et

^.
-^.

i9,

is;

3

i•*-'''•

irappe ses eûtes de vergen, tandis qu'il [est enfant, (le peur (|1 ne s'endurcisse et qu'il no [croie pas en toi et lu (Iduleiir sera dans ton àme. Instruis ton lils, et agis sur lui, de peur que tu ne te heurtes contre sa
;

[turpitude.
i'

lortis vi-

•><

'

Mieux vaut un pauvre en bonne santé

et

[ribus,

[plein de forces,

quam
'•

dives

inibecillis,

et

llaiiellatus
[nialitia.

Salus anima• in sanctitâte justiti*

-"

t'Thei's^ssi
Sap.
l'i,

qu'un riche languissant et tourmenté, af[fligé par la maladie. La santé de l'ànie est dans la sainteté de
[la justice,
elle

10.

mélior est omni auro et argénto: et corpus vâlidum, quam census

ini-

et

vaut mieux que tout l'or et l'argent; un corps robu.ste mieux qu'une richesse
[imnuïnse.

[méiisus.

" Non
et
'"

est census
est

super censuiu

sak'itis
:

[côrporis

non

oblectaméntum super coidis
:

'*

[gaùdiuni. Mélior est mors quam vita amara p^ ,,. j. et réquies ietérna quam languor perse- 3 Heg. h. 4. Lvérans. /„; V; ^.^ ï"-»-'• Bona abscundita in ore clauso, quasi appositiunes epulârum circum- ^"^^'se'
[pusitiK sepi'ilchro.
ecciî. i»,

de richesses au-dessus de la [richesse de la santé du corps; et il n'est point de plaisir au-dessus de la [joie du cœur. ' Mieux vaut la mort qu'une vie aniére, et 1(> r{>pos éternel qu'une langueur persé11

n'est point

[vérante.
'S

Des biens cachés dans une bouche fermée, sont comme les apprêts d'un festin fait
[autour d'un .sépulcre.
Qu(> servira

n.

l'J

Quid proderit libàtio idolo? nec cnimmanducàbit, nec odori'ibit
sic qui elTugâtur

Dan.
:

1 4,

.

19

"''"'•

"•-•

car
20

elle

une oblation à une idole? ne pourra en manger, ni en respi[rer l'odeur; qui est cliassé par K; Sei[gneur, prix de son iniquité:

-^

a Domino,
Rom.
8. 28.

ainsi est celui

F.ccli. 20, 2.

-'

portans mercédes iniquitâtis videns ûculis, et ingoiuiscens. sicut spado compléctens virginem, et
:

sap. 5, 2-3.

Mat.

2.5,26,

21

portant le voyant de

ses

yeux

et

gémissant
[et

Lnc.'iâ, 22.

comme un eunuque embrassant une
--

[suspirans.
--

Tristitiam
et

non

aflligas

non des ânimae tuae, temetipsum in coiisilio

'»« "?»•»

EwiV.-ili^s'. ; [tiio. Pr»^•. '-'•

vierge soupirant, Ne donne pas de tristesse à ton àme, et ne fafllige pas toi-même en tes pensées.

.i.

-3

Jucunditascordis lia>c est vita honiinis, et thésaurus sine defectione sanctitâtis
:

prov. 23,
•'°^•
-

23

La
et

''> **
''<

et exultatio viri est longnévitas.

^'"•

'"•

du cœur, c'est la vie de l'homme, trésor inépuisable de sainteté; et l'exultation de l'homme est sa longévité.
joie

un

la noie sur Proverbes, xxn, 15. Soigner la santé, éviter les soucis. 16. Il n'est point. Ce verset établit une comparaison entre la joie que procure la santé et celle (juc procure la paix du cœur, mais il ne prétend pas faire dépendre celte dernière de la première. 18. Lex apprêts d'un festin fait autour d'un sépulcre. .Mlusion à l'ancienne coutume de mettre des viandes sur les tombeaux. Voir la note sur Tobie,

a. Frappe, Voir
14-27.

chrétien accepte avec résignation. « Je confesse que j'ai estimé la santé un bien, non parce (ju'elle est un mo>eii facile pour vous servir avec utilité... mais parce qu'usa laveur je pouvais m'ahandonner avec moins de retenucdans rabondanee des délices de la vie, et mieux en goûter les funestes (liaisirs. Faites-moi la grâce, Seigneur, de reformer ma rai-

IV, 18.

SI.

Gémissant comme un eunuque.

Il

s'agit tou-

jours du malade qui s'épuise en des désirs impuissants. I.a maladie étant considérée ici lommc un des plus cruels lléaux iniliges à l'humanité coupable, il es Ipermis d'en geniir; mais au pointdc vue surnaturel clic est une salutaire épreuve que le

son corrompue, et de conformer mes senlimenls aux vôtres. Que Je m'eslime heureux dans lallliction... Mais je demande, Seigneur, de ressentir tout ensemble, et les douleurs de la nature pour mes péchés, el les consolations de votre esprit par votre

«race: car c'est le véritable esprit du christiaPascal. trésor inépuisable de sainteté. • En <|uelmanière aussi, la joie conduit tout à Dieu, clic
•.

nisme
23.

Vu

que

144

Ecclesiasticus,

XXX, 23 — XXXI,
;2

9.

^''

"

1. Pi-îBcepta

de bono regîmine

vitae (l-.VLill, 14).

-•'

-*^

xtd
27

(,
]

-, &
y.ut

13")

.1
y.al
-

^

*

"•

[. , "' .. " [.. ^, [.
XXXIV).

. ^ .
avrrj.

, -/. , [ . ,
r]

'

-jirs:

\y2'û

prnn

,^
^^

:3

23

:*^ D^ni

-/.

y.al

[.'

D^/^yt:r n:^n
trb:?
-tr

nru nb

nir:j

nbr

ibr5^:^i
ïî

:r;/ûiD
ri/^iD
:

^\

rr'Z''

^-:? ^pb

xxxi.

rrrrû nr^ï^n

rrnsn n^na t^:Ni 2

[,

M^JiD

r^in

ptn

^bfi:^i

[,

?
;

bipb

^^::? ^bB" 3
niD'' Di<i
>•:;"

:rb'n bnpb

in^z ncnb ^:y

4

^?]-

i^D ^cnb

^:>'

b-iy
dï^i

nb nnD xb

•*

nal

^^

'

^

y.al
"

) .')
int(3r
1.

. [, '. , &. ^ ; .
[,

-

\^-

2
;nnn3?
:

^bi^n

rn D^m

6

îD"r:2

b:? rit:izn^,

n::'^'j b'i'.rb ^i^'i'z .sbn

cm

b^-i!i<b

'

r^^nb n:o nbpn -D
bi^i

7

"a *i-pv nrris

.. .^
.
Iiabent
A*:
3•

2•

): ':

(1.

hune versum
2-

uncos notavimiis.

':

(-:

7,).

6.

.
26• D:

27. in fine capitis XXXIII ul
(a.

. .
-

:

T^b: 5<b ]r2-2

*(

::;«2
a.
V.
1=^.

.sin "2 9

-.
:)5.
V.

:i)^3>2 nri'3>b
V.
i''.

x-bsn
v.
2«=.

'i

s-^^sn et n^-,3

rnEn

inastn.

Df

Nf

(a.

.) .
...

:

/^'')
(1.

) •.
rj.

V. 2^. :"-'Sn "tn

B'A":

.

s*».

. 5\ •. .
V.

n^n^i.

:.
'-33.

.

s^ h^y.
'îîbn.

5*».

. 6^.

7-

:

(1.

îii'i.

7^ nrs.

8\

a.rs-Q.

\. 9^^.

stin "^a

24''-''

26.

(H. -23) (H. >'*).
».

La

sont différents en i;rec. • pensée. Septante
:

le

chagrin

(le

souci)

XXXI. 0" est différent dans les Septante. T• n'est pas dans le grec. 8<^ n'est pas dans le grec.

L'Ecclésiastique,

XXX, 24
'-"

— XXXI,
(I-Xdl,
de ton

9.

J45

.
-'

l*r«'rppteM

pour

la rondiiite «le la vie
et
:

14).

Mist'iV-rc

àiiiiiiii•

tini"

plaçons 1)•.

'';^",'',,

'-J'

[(•('iiitiiic

conprffra cor tuuiii in et irisiitiani louno rcpollo a U\
.. -•'

saiictitute ojus,
.•.•

^',';;,"^^^',."•
t

•.
jno.

im.
M,
i,

Multos

,,

,

1•.

.

Itoiii.

lï.
s.

oniiii occitlil tiistitia,

-•'•

otnonosl
-''•

utilitas in illa.
'

et anto
•'

Zolus et iraci'india niinnnnt dies, tempus senrctani addi'icot co.''^
[L'i

-''

'"u.'tj."
*-'-,^'*jj-•

;i Dieu, contiens-toi dans lasaintcti; de Dieu et cliasse la tristcssi- loin de toi. Car la tristcs.se a tué beaucoup de gens, et il n'y a pas d'avantage en elle. L'envie et le courrou.x abrègent les jours, et la pensée amènera la vieillesse avant le

Aie

pitii•

àmc, en plaisant
[cl

;

n'-unis ton cii'iir

talus.
,

Spli'niiiduni

coi•,

et

bonuni

m

,.

Prov.
:-,

1.-.,

15;

opnlis
[est
:

...7,.
ÎTOr'?"
Philip.
ï,

n.

2^

Un cœur

[temps. serein et bon est dans les festins
[cunlinueL•
;

rpnlai i-nini

illiiis

(^''•
lionestâtis

liiiiit.

'ui
2-'.

car ses festins se préparent avec soin.
.\.\.\I.
et
>

\.\\l.
. ,

'

\'i,iiilia

tabefâcict [carnes,
.

soiii<-i«u.io
,;V;,'h.
^'"i-••

Veiller

1)0111•

la

richesse dessèche [la chair,
:

et co^iitatus illius ai'ii'eret soninuin.
-

-'

prasscicntne avertit sensum, et infirmitas gravis sobriani l'acit uni[niam. Laboràvit divos in congroiralione subCofîitatus
[stantia•,
et in

...

\

•'''

.

Luc. ». l'J. prov. so. n.

la

^^^-^^

'/:

et
''•

y pen.ser enlève le sommeil pensée de l'avenir renverse le sens, une maladie grave rend l'âme sobre.
.son bien,

'^'
f»• nu.'i.

lis. igs.'

Le riche a travaillé pour amasser
et

n'iuiic '

sua rouli'bitur bonis
'

suis.

Prov. m.
12.
•>

t•,

dans son

ri^pos

il

sera

II.

^

I.aboràvit

paupor
fit.

in dimiiiutiono vieus,

Cor. ;i, t;. <'»'•«.'*•

rassasié de ses [richesses.

^

Le pauvre a travaillé en épargnant sur sa
[propre vie, devient privé de tout secours. Celui qui aime l'or ne sera pas justifié; et celui qui cherche la corruption en sera
et à la fin,
il

p^y^. H'ci"•

,„

2_,

et in lino inops
"

*•^'
'"

Qui aurum
et

diligit.

non

justificâbitur

:

jOb"

27,'i9-2o!

f-

qui insL-quitur consumptionem, rc- ^™^• [plébitur ex ea. prov. 2s, Multi dati sunt in auri casus. l"^',™•,!;'
Luc.

"

^•

20.
l"• lu.

[rempli.
^

Ei'cle. lu,

Beaucoup ont
et leur perte

fait

dos chutes à cause de
[l'or,

18, 2R.

et facta est in

spécio ipsius perdilio

il-

^"o^-J-'^-

(>st

venue de sa beauté.
l'or,

Lignuni offensionis est
va}
illis

aurum

sacrifi:

0™•
job,

2.
.-»1,

i?;
21.

"

C'est

un bois d'achoppement que

pour

[cantium
qui sectântur illud,
in
illo.

,*"^"?.*' «'

Judœ.'u.

et
>*

omnis imprûdens depériet

°"'*• '•

'
8

Beàtus dives, qui invéntus est sine Boaius [macula "iJiJI^X»
:

et qui po.st

aurum non

âbiit,
'

Ps. ei,

u.
g,
s»,

nec
^

speri'ivit in peci'inia et thesai'iris.

uim.

[ceux qui lui .sacrifient; malheur à ceux qui le recherchent avec [ardeur; et tout insen.sé périra par lui. Bienheureux le riche qui a été trouvé [sans tache, et qui n'a point couru après l'or et qui n"a pas espéi'é dans l'argent et les
[trésors.

Quis
fecit

est lue, ft

laudâbimus euni?
in vita sua.

'•'

enim mirabilia

Qui est celui-là. et nous le louerons? car il a fait des merveilles durant sa

vie.

le

comme un parfum
pire, tout

proclame sans parler de lui, elle porte avec elle de sa présence... Sous son emdevient clirélien sans hruit; elle éclaire,

mûrit, adoucit, comme le fait le soleil, les objets les plus rebelles qui entrent dans sa sphère. Les âmes qui possèdent cette joie ont leur part dans la tristesse, et elles savent la porter avec srâce, mais elles communiciuent toujours avec ce monde de la joie <|ui subsiste sous celui de la tristesse •. I'al)er, Biithlcnm, vm. 2". Un cu'ur serein et bon; c'est-à-dire gai, jo>eux, content.

de l'autre n'est pas également rémunérateur. un bois d'achoppement jeté malicieuse7. C'est ment dans un chemin pour faire tomber les passants. La même idée est exprimée plus bas, xxxvii, 2.'>, et une semblable dans Jcrémie, Lamentalions, V, 13, où la Vulgate a parfaitement rendu le verbe hébreu kâschàlou par corruerunt. D'autres l'entendent de l'arbre de la science du bien rt du mal, lequel était dans le paradis terrestre, et qui est devenu, par la faute de nos premiers parents, un arbre de chute: d'autres des idoles, qui souvent étaient faites de bois {Isaie, xliv, 15); car l'avarice
idolâtrie [Éphésiens, v. U L'olossiens, D'autres, enlin, prétendent simplement que, comme il y a des pierres qui se trouvent tout naturellement sur le chemin, et qui font tomber lorsqu'on s'y heurte, il y a de même sur la voie des bois (lui font tomber de la même manière. Cette dernière interprétation parait plus rigoureusement conforme à la simple expression du texte, bois d'achoppement; mais la suivante, ceux qui sacrifient, reiul la troisième explication assez probable (Glaire).
est
III,
;

XXXI.
ses.
1.

1. Contre l'amour désordonné des
donner du souci au point

une vraie
î>).

riches-

Veiller; se

d'y passer

les nuits.

l'avenir. Ce verset, diversement peut signifier (|ue les préoccupations de l'intérêt sont comme une maladie grave qui chasse

2.

La pensée de

traduit,
le

3-i.

sommeil. Le riche...
niRLi:

le

pauvre. Le travail de l'un et
t.

l'Oi.Yci.oTTK.

v.

10

146

'"

Kai

'^

^^

*^

^^

^^

/Jià
^

^

^"^

^^

'^

-^

^^

"

, ; 2& , [. " &; , ^ , ^ && , ; . ], ] , & .. , & , , .. , ^^
iv

&/.
.

Ecclesiasticus,

XXXI,

10-20.

Praecepta de bono regimine

Tifae (l-XL•!!, 14:).

&3^;
înni5snb'ib°H^r;^ Db':;^i i^nn "j
î

r^n
-c

n^ï^snb"

^b° ï^^n
^'û

' ]'

liibi

n^cb bsi^
>5bi ^*^

'

:n2i<

>*%ibi

bs^n îbnp ^sc^ mbnn^

iniû

-

^"^ "^ ûnb ^cr2
riM-ô:^ biij
-^nbiz:

by dî< ^Dn 12
bi<

î']r:»

rby
piSD n^jsn

^^.

,

rb>•

tnn

7:?

wn

"i

5
^s

bi<

i3

*
n^

:ii^n i^b

^- 3?^
d^ds^ji

^'"'
:

^m
y^^in
bvX

bs ^3S5j
n^*?::^

-^(^^')

^ .
m.)
:

[,

pbn

i<b -^^'5^
-ji::j

:r.nb Dj bi
t:"i2;in

-p

b::?

bx bk

t:^n^ Dip'j

u
1D

"irS^lD

3>

TOI

9.

D*

7"?• 10•
[^.

11.
(a.

':
17.

.)

) .-.
oov.

f/)c?ç.)

ToV.

Dxf
':

^'.

A':

<)

/^.
et

..
(1.

13.
a.

) . ) }.) ). l.ï^ec.
il.

î-Dinnn

^niD
:

:

^

n^r^i-aj
'::^î<:d

b5m ncn

16

B'f

A>D*

b:5?-"n

-3 t:yn bi<i

/u,j.

16.

A^f

(p.

22. D:

'.
20.

A'DN:
2.3.
:

X'f (p.

};

(].-

7:£b

' nm
. .

it-nd bisi<i
5<bl

îC5<7in "3 -1:»^^
.

^'n

["2:] bin
Mb[n]
bK
>'n
biiii

17

^

V.

10^

p--i;n.

nnxBnb

»,
y.
15=>

.

12\

^.
.

nixsn.

.

lo^.

.

nxBtnnb ib

13^.

^,
V,

12'^

.

13\ rn.
(?)b

.
.

10".

:c.s[-^h]

3]

. 3^
'- -jt.

.
. i4'\

13^.

ppn

î-^ t:":;in
^>'T7j

^DSb
iibr;
b:j>i

V.13&. ^itb-o bs
^..

h:>.

r.^rr.

v. i4'\
V.

1'\

';5. 15

L!5>n

Vxi !33

3

-.

-

;

bz\ à

16^'\

brx

"^
19^

p^ir^ i<b r:°i::^

correspond
nr",a

une autre variante 2)?5.
T. 19•^. ii^i:îi.
V. 20^. n:;r-.

.

.

v. 2o'\ =':£•.

L'Ecclésiastique,

XXXI,
I"

10-23.

447

.
10

»«'
in
illo,

pour

la roiidiiife
Mm. ^2:.,
si.

de la vie (1-.\IjII, 14).
Ci'lui

Qui
(Mit

i)n.l.;itiis est

.
non
:

p.-rlV-ctiis
[«'St.

qui a été éprouvé par
SIMM
a

l'or,

(.'t

trouvé

[parfait,
j,..•.;).:•.
,'i

iili

irioria ieténia

c(liii-l;'i

:

qui

]i.'.Uiit tràns,i:i-i'(li.

et

est Iniiis-

;i

lui

ipii

une gloire éternelle; pu iraiisgresser et n'a
ne
l'a i)as fait;

])as

[grossus,
fuciTi' iiiaia,
11
l't

[transgressé;
faire le

non

ffcil

mal

«4

hI.'O

stal)ilita

sunt hona

iliius

in

1>-

1'
'^=,';1[•

iniino,

(,
in

^'^-^'^•

iiour cela ses bi(Mis ont été alferniis
et sesauiiiùncs, toute l'assemblée
[les

dans

Ic

w.

[Seigneur,

«
'-

cIciMunsynas

iliius cuairàliit

oninis
1-

des saints
racontera.

'Ei'fli'sia sanrt(>runi.

Suiira lufusani
.

ma^^nani scdistiV
11

Es-lu assis à

une grande table?

non apiTuis
'

sniicr illaui lauooni

.

tuani
Iprior.

ron»i\iiM
„,«,ieHiia,
ï3,
1-2.

ii"ouvre pas le iireiuiei• ta bouclie.

Non

(licas sic

:

Muita sunt, qua• super
[illani

'-

Ne

dis pas ainsi

:

~

Il

y a bien des clioses
».

sunt

:

[qui sont sur cette table
EccU. u,
s.
1'•

'*

miMuonto

qui'iuiaiu

uialus

l'sl

oculus

Souvi(Mis-toi

qu'un

leil

mauvais
plus

est funeste.

I

iit>([uam.
1•'

''

Néipiiusuculu
ideo ab

(luiil

crcàtuni est?

Qu"a-t-il

l'té

créé de
qu'il

mauvais que
[l'œil?

omni

fàcii*

sua lacrymubitur

:

c'est

pour cela

plmirera de toute sa
[force
:

[oum
1"^

viderit,
1'•

lorsqu'il verra,

ne exténdas

manu ni

tuaiu prier,

n'étends pas ta

main

le

premier,
[rougir.

et invidia contaminâtus crubéscas.
1" 1*

de peur que
u.
';

flétri

par l'envie, tu n'aies à

Neoomprinu'iris in eonvivio. pr<'>\inii tui ex Inti-llige iiua^ sunt ' *
'
,

1

ncg.
"'^" '

1,
'

Ne t'empresse

i)as

dans un

festin.

te:

is

.luge les choses qui

regardent ton prochain
[d'après

[ipso
1'•'

Mat. 26, 23. Tob. 4, 15.
"''"'•-*'1"'

toi-même;
ce qui
servi,
[t'est

utere iiuasi iiomo
'

frugi
r

liis,

quie tibi
,
.

use

comme un homme tempérant de

2
:

Tim.

i,

.

[apponuntur
ne,

cum nianducas

niultum,

<'idio

iia-

[beâris.
-"^

de peur que mangeant beaucoup tu ne te [rendes odieux.
20

-'

Cessa prior causa disciplin;e et noli nimius esse, ne forte oftëndas. Et si in médio multiirum sedisti,
:

Cesse
Et

le

premi<M• jiar bi(Misi'ance;

et évite l'excès,

«empei-anlia.

-1

si

tu t'es assis

pour ne pas choquer. au milieu de beaucoup
[de piM'sonnes,

prier

illis

ne exti-ndas inanuni tuam,

n'étends pas

le

premier ta main sur
le

la ta-

[ble;

nec prior poscas bibere.
--

ne demande pas
i>rudito
-•-

Quani
t't

sufl'iciens

est

honiini

Combien
et

est

premier à boire. suffisant un peu de vin à un

[vinum exigunm,
in (iorini('ndo

[homme

bien élevé?

non iaborâbis

alj illo,

et
-'••

non senties dolorem.
-'•''

Vigilia, choiera,
et tortura viro infrunito
:

en dormant tu n'en seras pas fatigué, et tu ne s(>ntiras pas de douleur. L'insomnie, la maladie noire et les tranchées à l'homme intempiM-ant

:

H. L'nssemblëe des
l-2-i>.
1'».

cl les autres

.Contre l'intempérance dans avare avide,
L'ffil maui'riis;

saints, des Israélites fidèles. les repas.

qui voit manger plus qu'il ne voudrait, resardaiU cela roiTime une dépense superllue. C'est dans ce même esprit d'aNarice t|ue.Iiidas se plaignit si amèrement de ce (jue .Marie, sicur de Lazare, oignait les pieds

c'est l'œil pleure, lorsqu'il

d'un

homme

par des manières ou des paroles insinuantes, inspirées par l'envie, il ne te fasse passer ])our un indiscret et un gourmand, ee qui te llririraitaux yeux (les convives et te couvrirait de contusion iMaire}. prochain; 18. Juqc les rhoses qui regardent c'est-à-dire occupe-toi de ton prochain, et veille ;i ta table. ce que rien ne lui maïuiue à
iO. C'e.sse ic
'23.

premier de manger.

deJésusavecun parfum de grand prix. —Lorsqu'il (vrm: selon le grec Lu oà il regardera: et sui:

L'insomnie... à l'homme inlempcranl.
enini...
et

Quoti-

diano

experimenio probatur potus salielatc
ciboruin niniielate vigoila ul deleclalio edendietiam sit saluti. nisi ratio lem|)eran-

tie <lu

vant la version Sixtine Partout où il re<iardera. liansl'un et dans l'autre textes, ces mots iont parverset suivant; dans l'édition latine de Turin, que nous suivons et qui a été approuvée par le Saint-Siegr. ils sont rangés dans le l'i' maisla ponctuation les rattache au \i\- de manière <iue le sens parait être Sur les mets sur Icsipiels il livera ses yeux, ne porte pas la main le premier, de peur t|ue
:

aciem mentis obtundi.

rem cordis

hebetari;

corporum contraria

.

\

:

lia'obsistal illecebia>. et (piod luturum est oneri.subSermo de .Jejunio. trahat voluptati .. Saint plenitudo et almndantia temporalium, • Nimirum et inopiam feceral atornorum .. Saint oblivioncm Bernard, Sermo I de Adi'eatu, circa futem.

•.

148

Ecclesiasticus,

XXXI, 21-29.
TÎtse (I-XL•!!, 14=).

.
24(^23^

Prœcepta de bono regimine

"Yjjyoç vyisiuç tni

",
^''

si

2

"Ayiovaôv

& ,]. ,
xut

'.
[];

'

[nn]«

TOJSDi

npni Dpi
.
"ii:

p:
:nnD

'::^ii

n^y 231 npn

13?

rb^
21

•/.,

-/.

in
2"

ml nàv
-^

', ;.
'

.

,

xrjm

yanv
]

^^

5"

"

^^

, . ; ^^" ., &( '.
^^

,.

, . , .
],

Tiy^
:

rrn yo':j bD3
Tj''

^D

-icii bsi

"lyrj

^13
ib

^^3i< ^^ i^bn

:

mn
bïii

mp mp
^di
>'7J':3

^b

22

^^"
^^

(^,.

^iDi^ npi ^Dn
^b>'

y52"j:
bi^-i

rS-bn

TiiVjyç

ns-:: "jnsn

Dnb by

n^t: 23

[^.

^
î î

;253<3 mit: nn:?
"rn^ C3nb by

:r;r2«3

^

24

n:?i

^n^nr,

bï^

-^"^

bs?

n^i 25

^^ 39

;inn^n b^ir^n D"nn ^i
•jjtsib n-ijy^:

-rfin ni3 26

n-::b ni^7jb ^^^n "p

D-nb n"ib 5"^ "p
D^^n v'î^
''^b

ir^Diib

27

2• D: hvSéauaaiv. (scC. 111.^ 24. /isoonoQwj'. X^fÇ^ei.xtti sec.) f>fooj'. 26- ':
seC.

nàoiv. A^: (1. 27 ^a. /"cçt.) . 31. A': Xisec. ni.) (sec. m.) t (a. B'nv ff/)toor. 33• oivov;. 34. * ABn: fitem 37 et 38). 39(1. TTivojUSi'Oç)

. ).
34.

^:•.

m.)

:

{\.

:

/.

) ^.. ))
-:
(AD:
28.
32.

7'n
î

^cr: d^'m n?j

-)^[i3 nri]52[':3]b

T\^m^n i^^r^^j:
nb nn^•:: 28

(A: A^:

"^-yi "piriri

*^T\'T\

ncnb

53

^^n

xiriirù2

pbn Tjb
^!^

i<im
niis 29

V

'>2<. JU'în.

v.24'\mi".

v.26\-,n^3.

ni^

n^-n

-=.

v. 27''. (?) itji: rr::

^x:.

v.26^ v. 2s\

•pbpi n3:^b

Ce verset n'est ni en hébreu ni en grec.

37.

Ce verset n'est ni en hébreu ni en grec.

L'Ecclésiastique,
I.

XXXI, 24-39.
tie

^i9

•réceptes pour la conduite
:
^

la vie

(•.\^,

11).

-*

soninus

sanit;'itis in lniiiiino iiarco

-"

^
3:>,

.^

^^

(lûnniel iisqiio
ol l'ininia
-•'•

niam\

:ii'.

un sommeil salutaire à l'homme sobre; il dormira jusqu'au matin,
etsonànii' en lui se n\jouiia. Et si tu as l'ti• contraint di' manger beau[coup,
li'-vc-loi

illius

cum

ipso dclectabilur.
odi'iulo iiiultiiiu,
-'

Kl

si coiu'tiis fiicris in

surpo c
et

ini'-ilio.

('voiiit'

:

<•1

i

•.;:•;;liit

du milieu des convives, vomis;
[cela te

et

te,

non adihicos
Audi

cin-pori

tiio

inliinii-

et
-<'

tu

n'atliieras

pas
lils,

à
et

[tateni.
•(•

soulagera, ton corps une [maladie.

me

liii.

et

ne speinas

me

:

^,!|,',^""
et
'-"

KcouI('-mi)i,

mon

ne

me

nirpriso
[point,

-'"

et in novissinio invi'nies veiba uica. In l'tuinibiis opciibus luis osto velox.
et

à

la lin

•-•»

oninis inliiiuitas non occi'irret tibi. Splendi(hini .n pânibus lj(>nt'dicent la[biau.ult.-.run..

^'"^j\rj.'' icor. le, 13.

Dans et aucune inlirmité ne tombera sur

tu trouveras mes paroles rraics. toutes trs o.'uvres sois diligent.
toi.

Ap.

3. lo.

-*

et tcstiniiiniuni
-9

veritàtis

IHius

.
civi:tas.
^est.
:

^;^^:

Les lèvres de la multitude béniront celui [qui est splendide dans les i-epas (/u'il [donne; .1 le témoignage en faveur de sa vérité sera
[fidèle.

Xoquissimo

in

pane uiunuurabit

-,.

'-"J

»".

Contre
et
1(>

le

sorilide

dans

les

repas ^u'ti donne,

•-!!.

[toute la ville

murmurera;
[fidèle.

et testinioniuni
""

nequiti;e illius veruni

ti'moignage contre sa sordidité sera

Diligentes in vino noli in-ovocàre
niultos

\„n vino
abuli-n-

^"

Ne provoque pas ta boire ceuxqui aiment
car
le

dum.

enim exterminàvit vinuni.
l'erruni

is..i,

S'

Igrnis

probat

duruni

:

11,2s. Judith, 13,

sic
•'•-

vinum corda superbùrum ârguet

in

[ebrietàte potàtuin.

iEquavita hominibiis, vinum
si

in sobrie- ps• 103,1s. :, ,^ Prov. 31, 6-7 [tate :
'

••

bibas illud moderâte, cris sôbiius. Quœ vita est ei, qui miniiitur vino?

"*

Quid

delrai'idat

vitam? Mors.

[le vin; vin en a perdu beaucoup. 31 Le feu éprouve le fer le plus dur, de même le vin bu jusqu'à l'ivresse fera [connaître les cœurs des superbes. 3- C'est ime vie favorable aux hommes que [le vin bu avec sobriété; si tu en bois modérément, tu seras sobre. 32 Quelle est la vie pour celui qui manque de [vin? Ji Qu'est-ce (lui nous priA'C de la vie? La

[mort.
3^

Vinum
et

in jucuiiditàtem

civàtum
initie.

est.

•'"j

i>.-trui»

Le vin a été créé dès
et

le

commencement
[pour
la joie

non

in ebrietâtom,

ab

3'

E.xultatio

ânimaî et cordis,
et

vinum moderâte potàtum.
••"

103. 11-15. l'rov. 31. Gcn. 9, 20-21.
l's.

non pour
le

l'ivresse.

.

3''

C'est l'exultation

que
"•"

Sânitas est ânimie

côrpori S(ibiius
[potus.
1

j'ûl; i| iV;
Ti,,,
j,

23

•"'

Vinum multum potàtum.
et

irritatiu- i.emirioHi ;nem, ebrielas.

"S

de l'àme et du cœur, vin bu modérément. C'est la santé i»oui• l'àme et pour le corps, [que de boire sobrement. Le vin bu en grande quantité produit
[l'irritation,

^^

iram. et luinas multas lacit. Amaritiido ânim;»•

et la colère, et

-'?'•,!'
J'-l'h.
.1,

•>i^

is,

vinum multum potàtum.

beaucoup de ruines. C'est l'amertume de l'àme que le vin bu en grande quantiti'•.

•m. Conseil médical, qui n'a d'ailleurs rien de commun avec la |)ratiqnf• lies Romains désenerés. interrompant de cette manière leurs festins par intempérance. 28. De sa vérité; ou tir sa justice, de son équité

Iveritatis
la

illius),

ou

le srec et \ersion Sixlinè, selo» sa bonté; ce tjui est en effet plus conforme au contexte (Glaire). 30-w. isaseet abus du

mieux, selon

\in.

M. Qui munquede vin
c'est le

;

courunnés

it

musicien jouant dans un bumiuet iXXXll,

3,

7). (1) iiiiOs

uu vase

étrus<iui'

de Coriuto).
6,

nuitur
y.

sens de qui mivino, expliqué par le texte firec. et par les 3.V37 de la Vulgale elle-même. Cf. aussi en faveur

de ce sens, Psaume
I

Timothée,

cru. v, 23 (Glairej.

l.">;

Proverbes, xxxr,

7;

150

'"^

^'"

& -& . ' .
urpçovoç

Ecclesiasticus,

XXXI, 30 — XXXII,
Titse

10.

Prœeepta de bono regimîne

(I-XLII,

IJ:).

7]
(XXXV).

^'-

3•]
(
^

^

,/ , . ,. , ^/ & .. , , ', ,&, ' ^, , . .
*

, ^, ., , ^
^,
,
i(f'

' , ., " [; .
7]
[,

[,
[.

y[n

b« f^n nn^/ji si
5[2îi1J

b^i

nsnn

^m

.

î

ynin

>^
sïi^n

ds^is

--

2

îbsïï <•:;

ncrj byi
£-:;

^

^b

^5

bb:j 3

''"
'

:

Dsnnn

tîû r\v bni
b:?

^

0^5

nnins
t'jid

^^ nnir^j by bx n-^
n^3

^^*

,

by by

-<
n^-j:

^'

)"'^

Mr;i;?j

ûS'j;•^

'

-

^30
î

^23

im

i^nns

^^^
*'

,. .. . . <) . ^. ... . '
,
2
(a.

V^n

nnir-j

b3>

n^s^ D^n^i d^5<d -i

npnn \wrt\ d:>id

3
b:!?

imi<ib)j 6

ni^jT^j

bp

qb^ii:^ d>5 irb'^i Dr^3?s

&^-^ : . XHf )']. • . ':
40•
1.

*:

41.

':

9'7} (;
fsec.

nn^n

t:rjT

irxb bs

s

<*
3.

^:

-. ^:
[
12•

àra"j-

D53ipn
*

m.)
8•

'':

m.) *
13-

7•

:

9* kWH-

":

(1.

: 11• * . .)

(.

*,

:

^

bî<

D^3pT i^n 9
b!ï<

n-^n

d^t::i

\ n^r
'çrà

p^3 M^]^ inn

":5b

i

X5-I "Dsbi

mv"

V.30».

-:. . 30^^I-!S.
133
'^:i:rb.

.

":sb

v.si''.

insnnn.
v. 3'\
S*".

. zv^. , 2\
TZib.

DIX
.

.

:ni.

V. 3*.

"020 et -bin -ssa.
V.
b'^.

V. 4^.

-1-0.

"3

^rSD.
V.

10^

-

.

6^ Xb-:. ;•.:

.

.

7=».

-.

et "^.

.
7'\

-[203

.

"b

.

XXXir. 3. (H. 2). Et que lu obtiennes... n'est pas dans. le grec. 9. Ce verset n'est ni dans l'Iicbreu ni dans le srec.

L'Ecclésiastique,

XXXI, 40 — XXXII,
H).
rr.v-it.i'j-so.

14.

151

.

l'rt'roiitPN

pour

la conduite tle la vie (I-XIjII,
1"

EbrioU'itis animositas, iiuprudéulis of[iV'iisio.

minôians
*'

virlutoiii,

«'t

fi'icions viilncia.

lu
Cl

con\ ivio vini

non arjiuas prnxi[uiiini
:

^^-^'
gch.
9, sî.

*'

non

tlospicias oiini

in jucunditato
[illius
:
:

uv.

ivot,-•!. *-:,. 10,9-11.
*'-

L'ardeur de l'ivresse est un<^ piei-n• d"a[ciioppement pour l'imprudiMit; elle diminue la force et lait des ijlessures. bans un repas où l'on boit du vin, m• n•[pi-ends pas ton prochain, et uf 11• iiii'pi'ise pas dans sa joie; ne
et

'-

et

verba iuiprupciii non dicas illi pii'iiias ilhnn in rcpoU-ndo.
1

lui dis

ne

le

presse
'

pas des i)aroles de reproclio, i)as en redemandant ton dû.

XXXII.
osto in
-

U.'Ctc'ilVIll

te
o.\

pOSlltM-lMll/

onirium
Jj-'.',.
jo.>. ?,
s.

X.Wil.
sois
-

[nolioxlolii:
iiiis (|iiasi

unus

ipsis.

Curani illonini iiabe, et
et

sic

consido,
:

^^^'\^•^^
'

omui

ciii-a

ma

explicita rocûnibe

sup.

,'.
17.
,'-3'
"

^

ut
et

ia't"'ris propter illos, ornanicntiim gratue accipias com-

Hebr. u.
1

'

"

5

[nani,
et
*

snp.'s.'s.

dignati('>nom

consequâris corroga[ti«'>nis.
:

Lôquore major natu
decet enini te

,,
-3'

'^""'-.^•

-,^•

si.

1

cunrires font-ils établi chef:' [ne t'élève pas; l'un d'entre eu.\. Aie soin d'eux, et après cela assieds-toi tout ton oflice (»(•'. mets-toi à table; alin ipii' tu ti' rvjouisses à cau.si' d'i'ux, et que tu reçoives la couronne, comme un [ornement de grâce, et que tu obtiennes la considération de la [réunion des conviés. Parle, loi, plus âgé ;
/,','s

parmi eux comme

;

''

prinuim verbuni diligénti sciéntia,
et

senl-x' loquaiur.
Os. 6,
;

car à
•'

toi

convient
dite

la et

première parole,

avec une exacte sa[gesse,

4. G.

••

non impédias Ubi auditus non
importune

nu'isicani. est. non elTiindas ser-

2 ueg.19^35.

n'empêche pas

la

^^^%^%

f'


et

l'on n'écoute point,

musique. ne te répands pas
[en discours,
iin]tor-

[nionem,
et
"

noli

extoili in sapiéntia rrov. [tua.

Gémmula
et

rarbiinruli

in

ornaménto
[a 11 ri,

%.
.

2,1,

9;
'

ne t'élève point d'une manière

[tune dans ta sagesse.
Tel
/e/
8

^^

un

l'ovau d'escarboucle

enchâssé dans
[l'or,

Am?'G,5:è'.

comparâtio musicorum in convivio
[vini. auri signum est
j^e.
i,
i.

»

Sicut in fabricatione

19.
s-o.

un concert dans un repas où l'on [boit du vin. Comme est un cachet d'émeraude dans un
aussi
[travail d'or,

[smarâgdi,

rrov.

2 Tim. 2, 7.

[moderato vino.

ainsi est une troupe de musiciens dans un [repas où le vin est pris Joj'eusement et

[modérément.

Audi tacens.
[grutia.
'"

••

et

Écoute en silence, pour ta réserve

te

viendra la bonne
[grâce.

Adoléscens loquere in tua causa vix.
Si bis

1•^

Jeune homme, parle à peine dans ta pro[pre cause.

"
'-

interrogâtus

lYieris,

"
'-

habeat i-aput respiSnsum tuum. In multis esto quasi inscius,

tues interiOgé deux fois, que ta réponse contienne le principal. En beaucoup de choses, sois comme ignoSi

[rant,

etaudi tacens simul
'•

et quiurens.

p,.„,.

j,,

,^
'"•

et

écoute en silence et aussi en interro[geant.

Luc.

2, 42, 46.

In
et

médio niagnatorum non pra-sûmas
ubi sunt senes, non

:

job, 29. s;
32. 6.
^*^*^'''
''

Au milieu
et

des grands ne présume pas de

multum

loqnâ[ris.
:

'''

'*

Ante grandinem praMbit coniscâtio
et

'*

et ante vei'eciiiuliam pra'iijit grâtia,

[toi-même; y a des vieillards, ne parle pas [beaucoup. La grêli> sera précédée de l'éclair; et la modestie sera précédée de la bonne

il

[grâce

:

pro reveréntia accédet

tibi

bona

et

pour

ta

réserve

te

viendra

la

bonne
[grâce
.

[grâtia.

1-3. Devoirs du diel de festin. Les convivrs. L'auteur sacre de ce livre, qui en Egypte, fait probablement allusion à la coutume, très ancienne parmi les Grecs, et en vertu de laquelle les convives des festins établissaient un chef ou un roi qui avait soin de tout ce <iui concernait

XXXII.
1.

vivait

le

repas.
3.

La couronne: on

la

donnait

comme ornement

chef du repas. Régies à observer dans les festins. 4. Parle. Ceci ne regarde plus le chef du festin, ce sont des préceptes généraux qui regardent tous les convives, d'abord les vieillards, puis. y. it, les jeunes gens. îî. N'cmjtvchc }>as... Le sage ne veut pas que les
à celui qui était déclaré
i-t".

vieillards troublent par leurs discours la musique qui s'exécutait pendant les repas. 7. Un concert... Voir la figure, p. tt9. 1-2. Écoule en silence. « L'esprit de la conversation consiste bien moins à en montrer beaucoup qu'à en faire trouver aux autres... Les hommes n'aiment pointa vous admirer, ils veulent plaire: ds cherchent moins a être instruits et même réjouis, qu'à être goûtés et applaudis, et le plaisir le plus délicat est de faire celui il'autrui ». La Bruyère. De la Conversution. t4. La grcle... « Sicut fulgur ceruitur priusquam audiatur tonilru, ita injuvene verecundo, pniusquani lo(]uaiur, ipseeum in vultu pudor commandât •.

Orotius.

1

152

Ecclesiasticus, XXXII, 11-22.

, /^ . , ^. ^[ ^ ' .. ^ 9^', ,
.
^''^Ev
y.ul
'^ y.ui

Prsecepta de bono resTÎmine

vitie (I-XL•!!, 14).

":^! : ipî"i >•2 ':: Db'u*! -jn^nb ^1:2
:^-- --b
b:5?

1

^^

''/

"*

'*

-^

01

-

'

^'^^
^^4.

^

((

3 .
'
dyu&tar

nb:? dï<i
. .

,

•::

Db":;i

i[-n]b'[D]

12

îbs ^cn- xbi b« nsn-n

7::r -pz nb[x]

b[5] b[n] 13

,
,

.

ir^:-

rihlpH
î

b[ï< irnj^in

12 '::pr nb-bn-^i
bï< 'jinin

^n?j np^
\i-r.T2
ri-'iT^

u

^^

((

?^

,
[,
î

[.

^mn'^:ji

r.pb

np
:

bi<

"::sn

rn^i

inbînn

njp"S^
:

^

iriDr'i

:;ni- rj

nn

':;pi^

ribribn-j^

-^

"^

^'

'^'^

^ ^ ^., ^ , ( . ^ . .. ^ ) . ». .
:

^4

^,

. .
.
d/ja^T^ajjç
.

it:2w7j irn^

" ^^

Dnb^ <^:: ninn ni^jrai rit:^ ûzn ':;-é'^•^ "j^::

^
'jj^x

n^^ns mCj^ Nb nrn
Î

'^r^i^

iDi^'b

/j•:;^

5ib

ybi
is

15. '"!"! (1. (lad'-) aftvuEL. 16• A': (A": xcà f

. '^

et

. ':
{.
m.)

in•:;

np^

^^b

crn

ycii

:

n-^ir^ iîb

ybi

.•

/

18- N"f*

(sec.
:

m.)

:

':

^n-

b^'sn

bx rriv xbn 19
nnï<i

19.

(1.

24.

^)^. 2': Af
^<^r^

(pr.

m.)

20-

:

:

v>prn
Î

bi< "^-i-rj

23 uncis iiicludit
^a.
j

.

(sec. m.^.

28-

:

]bri bïi n-cpi7j

^mn

d

d-:î:?£

Cinra

-"|-

).": bprn bxi
:rt:2r

bK 21

. 14<^.

--

. 16''.
"'

n-rarm.

.7».
<"'•

o-cn.

r.i?'-,

•: - 5 7^1
V. 22*.

et -Tr-:V.

,''. nrzn.
'=- ^"^

.8^"\

t^-zr:

-^

.2.

D^^'irn

nt:nn bx

D'ovin.

^m-i.

Vu
dans

(H. 11).
le

Le premier

n'est ni

dans

l'Iiéljreu

ni

grec.

23. (H. 18).

Et par

damne
le grec.

n'est ni

2i. (H. 19).

ses propres projets il sera condans l'hébreu ni dans les Septante. Mon fils n'est ni dans l'hébreu ni dans

'2."). (H. "21). De peur de mellre devant ton aine une pierre d'achoppement n'est ni dans le texte original ni dans les Septante. •îG. (H. 22). Et fais attention aux personnes de ta maison n'est ni dans le texte hébreu ni dans le texte grec.

%

L'Ecclésiastique, XXXII, 15-26.
I. l'rt'repteH

lo3

pour
:

la ronduite
"^,™• i-»m.
',^•,^'^•

de la vie (l-XL•!!,
'•

).
t'altardc pas;
ta maison,

'"•

Et hora surgt^ndi non te iriccs
nrii'Ciirrc
'

Et à

riicui'c (lu
le

lc\n• m•

auloiu prior in doiiiuiii tiium,
illic

t't

illic

avocâro, et

.111

:•,

i«.

mais cours
"'

premier à

liiile,

l'roT. 26, 14; so, i3;_i8, 9.

et là divertis-toi, et là amuse-toi,
et suis tes

''

t't

cl
I"

agf conct'ptioiios tuas, non in (iclictis ot vcrbo suprrbo,
liis

i-.'ïGi'iV-is.
E^;.'i,'.')';

conceptions,

•1 siipci•

OMinilius

bcnodicito '""
j^^^Jj/•,'•^•,'•,,

'"

luinuni, qui IVcit te,
ol
i*'

inoln'iântoin tealx'miniljus bonissiiis.

Qui

tiniet l)oniinuni,

oxcipiot docti

i-

,',','.',',^

i''

mais sans péchés, et sans jjarole superbe. Et, dans toutes ces choses, bénis le Sei[gneur qui l'a fait, et t'a enivré de tous ses biens. Celui <|ui craint le Seigneur recevra sa
[doctrine
:

[nauM-Jus
ot iiui viiriiàvcriiit ' °

:

^

»«'•
^

ad

ilhnii. invrniiMil

iMMiiMlictionem.
'•

•'», 34, 4. s Par. l.i, ï. Dcm. 33, 3.
ps. 11^,34,
4.'.;

et

ceux qui auront
ipii

veilli-

j)our le chercher

[trouvei'ont sa bénédiction.
'^

Qui quaMit
et

leiicni,

rcpU-bilur ab ca

:

Celui

cherche

la loi

9,

16.

ProT.

Il, 6.

de Dieu en sera [rempli
elle.

,

qui insidiose

ai:it.

scandalizjibitur
;in ea.
^

j;^.'j^j'

2'
•'•

et
17.

celui qui agit

insidieusement, trouvera

^"^ '•

[une pierre d'achoppement en
-0

Job,
.loa.

34,
6,
7,

-"

Qui

tiiiionl Duuiiiuiiu,

iavi'uicnt
.

iudi•

7, 24.
t>.

Ceux qui
et
ils

craigiieiit le

Seigneur trouveront
[un jugement juste,

Mich.
eotIc.
f';

[ciuiu justuni,
et justitias quasi

i».

lumen accéndenl.
vitabit correptioneni, '

f,tl s.

allumeront leurs justices

comme une
[lumière.

Th. llb,'lU.'>.

-'

l'ecccltor

homo

Prov. •«•cc-aioi-

4. IS.
-' '

et

secunduni

\Olunt;tteni

suain

invi--

•«••.
l'^'ai.
'-'-

vU coll-

L'homme pécheur évitera la réprimande,
et selon
il trouvera pour excuse [un sujet de comparaison l'homme de conseil ne détruira pas l'intel-

son désir

[niet coniparationeni. pf^v'
-"-

;

Vir consibi
aliénus
et

non

disi)érdot intoiligi'nr,-

1

Mach.
ProT.

2, g.î.

[liam,

13, 10.

.sap.5,2.

[ligence

;

suporbus non portiniéscet
focit cuiii

Luc.

s, 13.

l'étranger
-'

et

le

superije

n'aura aucune
[crainte,
lui

[tiniorcm:Toi..^4,i9-2o.
-3
('tiain

postquam

00 sine con,,.

. Prov.2,
Joi»,
1

n•

même
et

ajirès

qu'il

aura agi par
il

xcid,
;

10, 12.

[SUlO,

Tini. â,21.
'^"^'
'

[sans conseil

et suis insectationibus

ar£ru(''tui•.

par ses propres projets,

sera

con-

[damné.
*

Fili sine consilio nibil lïicias,

'-"•

Mat.
Prov.

7, 13. 4.

et post
''••

factum non pœnitébis.

19;

16, 25.

In via ruin;e
et

non

cas,
:

Ps. 90, 11-12. Snp. S, 7.

-5

sans conseil ne fais rien, et après l'action tu ne te repentiras pas. Xe va pas dans une voie de ruine,
(ils.

Mon

non

oiTIcndes in lapides

Prov.

3, 17.

et tu
et

,Sap. IG,

H.

nec credas te via? laborius», ne ponas animai tuœ scândalum
-''

et a niiis tuis cave, et a doincsticis

Ecfli. 33. 20.

-(•

Prov. 2S, 24.

tuis

attende.

Micb. 7, Mat. Kl, Hab. 2,

5-6.

ne te heurteras pas contre les pierres; ne t'engage pas dans une voie pénible, (le pour de mettre devant ton âme une [pierre d'achoppement. Et garde-toi de tes fils, et fais attention an.x personnes de ta maison.

3G.
4.

18--i8.

Avis divers.

23. P'ir lui seul: liltéialemenl

avec

lui.

I.e

laliii

Trouveront, c'est-à-(Jirc obtiendroiil du Seigneur. Ils allumeront.... Coranu••. la loi du Seigneur est une lumière qui éclaire leurs pas (Psaume
20.

cum

eo, esl ici,

par un idiotisme

commun

surtout ù

<;\«ii,

10."i),

ils

allumeront, c'est-à-dire

ils

feront

luire, briller leurs
(l'uvres,

œuvres de

justice, leurs

bonnes

devant

les

hommes, pour

leur édification

{Matthieu,
21. Il

v, Iti) (Glaire).

trouvera

comparaison dans
ses semblables.
±2. L'rlrnnrjer

pour se justilicr un sujet 'te les exemples et la conduite de
est
iirivé

Cf. xxi, 7.

conseil. Le
consilii.

au conseil, celui ([ui mol alienus de la Vulgale

de

est probalile-

inent pour alienus a consilio, par opposition à vir

YEccUsiaslique ei i\ U Sagesse, pour secuni. D'autres cepcndaul rapportent le pronom eo à timoreui du verset précédent: en sorte <iue le sens serait: Même nprès qu'il aura agi avec crainte (Glaire). 28. Ne sera point affaibli.• Celui qui s'appuie sur Dieu et qui sait que Dieu le soutient, n'est point laible, quel<|ues ciïorls (pie l'ennemi fasse pour lui faire perdre la sriice de la persévérance, ou pour l'aricler dans le chemin de la perfection. Vous courez bien plus de périls en vous défiant tant soit peu de l'assistance divine dans les grands dangers (|ue si vous vous exposiez aux dangers mêmes ou le dé-

N'auraaucune crainte; lilléralemcnt et par hébraïsme, ne craindra pas la crainte (Glaire).

mon
Livre

prétend vous jeler
viii,

•.

Sainl-François Xavier,

Lettre

.">.

154

Ecclesiasticus, XXXII,

23 — XXXIII,
TÎtae (I-XL•!!, 14).

15.

.
-'
'El'

Praecepta de bono re^imine

^^

"

XXXIII

'
^
'^
''

&[ (.

.

'^'/V)

^'

,

. . '
]

., ,
//]

"jTTSD

2^^ "^^

bil 23

',

;

\)2

n^jTi:

:?
nmn
^-r

^5

TiTSD n^aiir

^i^':

24

, . " , ^ ,. ' ^, ; . , ^ 9. &^ '. , , . ,. ^, ' . , '
•'

. ,
r]

,

[.

5

TjS'' \^h ^^^

s<

xxxiii.
2

mir^

5•^

DiîT'

^b

.... Dû!

t2t:i)jn^i

^

'

&

^]' .

nn"i i^n^ "pn^ ir^K 3
.

] .

à::

^

^

^^^'

;

^^'

^^"

^^

^''

^'"^

, ., ' . &
,
,%
3•

.
1.

Nt

(a• xv^Lov^

avTor.

B': "}* (.

(S(!C.

m.) *

...

.^.^.. .
.
(sec.

-.

'^
. ':
(pr.
(1•

.

\

4•

:

m.) A-f (in

seC.)

6.

':
: :

:

f.)

m.):

') ..

iS»f

a.

. )
.

13-

et

A:

10•

>}?. 12-

, 23''.

riïïtO et ",nr.i^.

.

i''.3t;'.

2^ liO^a.

L'Ecclésiastique, XXXII, 27

— XXXIII,
(I-.\IjII,
1-1:).
ti'S

15.

455

.

PrérepteM pour la cuudiiite de la vie
lidc ;uiiiM;i•
tii;i•
]

lu

oiiiiii

opcif tuo cn'dc ex
cniiii

Unm.

:

11. 33. llrbr. 11, fi; m. 3S.
(i.il.
.'..

'-'

Uaiis toutes

(iMivn-s, l'coute iidèli'un'nt

[ton

àiiiL';

lioc

i^st

oonsorviUio mandali'iniiii.
:

6.

car

c'est

garder

Qui crédit
et

Di'O, atU'iidil luaiidàtis

J.1C. ï. 17.

.Mure. Vf.
J..ti,

Iti,

16.
1^. 13.
:,.

Celui qui croit
et celui

les coniiiiaiidemcnts. eu Dieu, est atteiitil'

aux

U. 3U,

qui

i-niilidit

in

illo,

non

iiiiiioràiiitiii-.

et,
'<.

qui se coulii- eu
.V

[coiuiiiandeuients; lui ne sera point
[affaibli.

lioiii.

13.

l.i.

\\\lll.
.sfd
-

illl••Ilti Iii'uiMMinii

non orlunvnt niala,

XXXIII.
[craint
;

lOrU
l'roY.
12.

rencontn^ <le celui qui Seigneur, ne viendront pas les
la

[maux
mais dans
Le
et
^
;

:

in (.'ntatione

SapitMi.s
et

non

const-rva[l)it. et libenibit a nialis. eljustitias, odit mandata

Dmis

illuiii

SI
lu.

la

tentation. Dieu le conservera

H,
Mat.

Si-f-'T.

Kci-1«•. 7,

G. 13.

saiie
il

m

[et le liait ni les

délivrera des maux.

commandements

ni

».

11». 97, 72. l'roT. lu. S5.
Ï7,
12.

[les précejites,

non

illidétur quasi in procélla iiavis.

.•.•11.

ne sera pas brisé

comme un

vai.s.seau

J..1.. Il, U-1.•,.

^

Homo
et lex

sensâtns crédit legi Dei,
illi

Xuni.
1

27. 21. Kx. 2S, 3U.
Uipr- 14, 41 2S,

L'homme

[dans la tempête. sensé rroit à la loi de Dieu.

lidélis.

et la loi lui est fidèle.
*

*

Qui
et sic
et

interrogatiuneni

nianiléstat.
fraliit

\(•1.

pa-

.

D.iit. 33.

s.

Celui qui éclaircit
et

une question préparera
il

Uol.

1,

S.

deprecâtus exaudiétur, conservabit disciplinani, et tunr rc:

Pi. IS. S.

D.-ut. 32,

7.

'

[spoiidébit. Prwct'irdia lYitui quasi rota carri
et

Mal. 2. 7. Deut. 17, 8-lS.
2 Tini. 2,
7.

il

ayant ainsi conservera

prié,
la

[son discours; sera exaucé, discipline, et alors il réest

^

•î

Equus

qnasi axis versatilis cogitât us eniissârius, sic et aniicus sul>Lsannâtor,

Jac. 1. :>. Kcclo. S, .. Job, 32, S. illius. Kccli. 21. 17;
27, 12.

Le cœur de liiisonsé
et Coiiiiiie est

comme

[pondra. la roue [d'un char, essieu mobile est sa pensée. un

comme

6

un étalon,

ainsi est aussi

un

ProT.

l.>, 7.
;

[ami railleur;
'

"

sub omni suprasedénte hiniiit. Quare dies diem superat, et iteruni
[lux luceni,
et

Ps. SI, 14
11, 9.

Hebr.
Is.

13. 9.

2U.
12. 4.

annus annum a

Ji>b.

sole?

Prov.

1,

29.

^

A Domini
facto
lit

sciéntia separâti sunt,
1

oiiinia re^il.
Cor. 13, 41.

s

sons tous ceux qui le montent il hennit. Pourquoi un jour l'e'mporte-t-il sur un [jour, une lumière sur une lumière. et une année sur une année, venant tous [du soleil? La science du Seigneur les a distingués,
le

sole, et pra?c»^ptum custodiénte.
et

soleil
il

ayant été

fait, et

conseinant

le

Gcn.
''

1,

Ifi.
3.•.,

imnuitâvit témpora.

dies l'estos [ipsoruni,

Jer. 31,
33, 20,

9
2.i.
:

Et

[précepte qu'il a reçu. a distingué les temps et leurs jours
[de fête,

Ps. 1U3, 24
14S, 6.

et in illis
"*

dies festos celebravérunt ad [horani.

Lev.

et c'est
10

3.3.

Di-ut. 16, 1-17.

Ex
et

ex ipsis iiùsuit iu

ipsis e.xaltâvit et magniticâvit Deus. Ex. 20, 9 numerum dir^ruin. 23.12; 24,21.
;

dans ces temps qu'on a célébré les [jours de fête, jusqu'à l'heure marquée. Parmi eux. Dimi en a élevé et consacré, et il en a mis dans le nombre des jours

Gpo.

2,

7, 3.

Et

solo, et ex ti-rra. iinde creâtus est

oumes hnmines de

Adam.
G.u.
11.
7. 9,

"

In multitùdine disciplinai
et

Dominusse[parâvit eos,

11

Act. 17, 26.

immutâvit vias eorum.
ipsis benedixit. et exaltâvit
et
:

[ordinaires. Et tous les hommes ont été tirés du sol et de la terre dont Adam a été formé. Dans la grandeur de sa sagesse. Dieu a [établi des différences entre eux, et il a diversifié leurs voies.
et

'-

Ex
et

N'um.S,
16,
.•>.

13-1.'>

1-

ex ipsis sanctitlcâvit.

ad se appli:

9.

2

Par. 29, 11

Parmi eux il cna béni et e.xalté: parmi eux il en a sanctifié et attaché à
[lui;
et

[cAvit et ex ipsis maledixit. et hiimiliàvit. et convertit illosaseparati<')n(' ij)sr)iuiii.
'•*

Mal.
Is.

1,

5.

19.
1,

Luc.

parmi eux
il

et
i"•

maudit et liumilié, lésa chassés du pays où ils s'étaient
il

en a

[retirés,

'•

Rom. 9,20-31. Quasi lutum figuli in manu ipsius, Sap. 7-S. plasmâre ilUid et disponere. Is. 45, 9. Omnes viœ ejus seci'induni dispositiu- J.r. IS. 6.
.1,

Comme
pour

rar.i:ile (hi i)utier est

dans sa main,
selon dispose: de celui qui
.sont
[l'a fait.

qu'il la

faromie

et

l'arrange;

1*

toutes les formes
ainsi

([u'elle

prend,

[nem ejus
i'ecit.

:

2

Tim.

2,

2U.

[qu'il la

sic

homo

in
illi

manu

illius,

qui se

l'homme

est

dans

la

main

'^

seciinduin judiciuiiisuum. et reddet Contra malum bonum est, et confia

<.

et qui lui
39, 40. 39,

rendra selon son 7 «s/t? jugement.

1'

[mortcm
sic et

vita

:

contra virum justum peccator.

Et sic intûere in oninia opéra Altissimi.
l>uo et duo, et

nuum

contra

unum.

1-.4.-..6, 7.

Am.

3

G.

bien, et "contre la [mort, la vie: ainsi aussi lontre rhomme justeest le pé[cheur. Et considère ainsi toutes les œuvres du [Très-Haut. Elles sont deux à deux, et l'une contre

Contre

le

mal

est

le

[l'autre.

\XXlll. 1-.'«. Conseils «livcrs. ('» rialoii. « Un railleur est comme une mont>. ture inilomiitée et dangereuse ». Calniet. hor loco.
11.
\-2.

'te la Vulgate ox|)li(|ueu par les Septante et la version Sixtine. 1,'auteur lait prohalileiiient allusion aux Chananéens. chassés par les Israéliies. (|ui s'empan•-

mes au

Knlrei'ux: c'est-à-ilire entre les honimes, verset prérédenl.
oit

nomsens

rent

«le

leur

Deutéronome,

pavs. Cf. Genèse, 1, ", 8 {(dairc).

x.

18; E.i-oile,

m. 8;

Du pays

its

s'étaient retirés; c'est

le

156

Ecclesiasticus, XXXIII, 16-31.

.
"*

Vrtecepta de bono re^iiuine

xat

'
^"^

'^

««
-**

, ', ^^^ ,, ^. , , ^
nùot
Y/V(7

',- ' . &, .
, ],

vitse (l-XL•!!,

).

}]
'

"

-^

&, .
^
T?y

-^

^ "
-''

)

)

., '] .
J

, .. ] ^^ , ^ , . ^ . & , ^, ,.
-^

, ., .
^.
ffoa

].

-^" (
^^

^^

?]•

^^

^"

3-,

^'

El

.

^. ... ) ). :
16.

(<

.
(

imcis incluclit
!

"• ":

i*

(.

.

18- U:

SCC.

.)

1):
(

SCC.
19.

OiV.
ot.

^.
m.). 20.
iTTi.

includit). 23.

' . *.^. . . . ). : )*
21.
(sec.

U:

m.) ADt AN: nàaiv.

a.

})

*

rïl.j

:

.

rjyovfj.)

h•

A- uncis
23. A:
(•]-

24. D:

ADN:
ipr.

(quart.

)

SGC.

m.) A*:

([):

aiiTov
A'-:

(t A^ et
aoi

30. ' (^. 111.) sec m.)- ADx: (1. h')
aov.
Chaînes aux
pie.ls (J•. 2J).

27-

31•

rj

(Colonne de Mirc-Aurèlc).

•27. Dur, et les travaux assidus assouplissent clave n'est pas dans la version grecque.

l'es-

;10.

Dompte-Le n'est pas dans

les Seplanle,

non

i>Ius

que de grave.

r

L'Ecclésiastique, XXXIII, 16-31.

^
me
suis réveillé,

.
et

PrtTcptPN pour la conduite de la vie (1-XI^II, 14)•
"•

Et OfTo iiovissimus e\ i^'il.ivi, quasi qui c<>lli^Ml âfiiios posl vimio[iiiiati'tres.
:

..«Vioru.
^^^^
i

Et moi,
ot
Ji•

le

ileniier. je

^

^.

suiit

comme

celui

qui recueille les

coV. Îj,

\
''

lu l>eu(«ilictioiie Doi et ipsf spi-ràvi
viucli'iiiiaU

En

[grains de raisin aju-és les vendangeurs. la bi-nédiction de Dieu, moi-même au.ssi
[j'ai csiiéré.

et (iiiasi

(|ui

•<•)1•

ti'druflar.
"*

et l'OMime celui ijui
21,47.

vendange,

j'ai

rempli

[le i)res.soii•.

Kfspicilo (juouiaiu nou
si'd

niilii soli lal)0- k-hl

Consi<lt'Tez

que j)onr moi seul je

n"ai

pas
la

[ravi,

[travaillé,

t'uuuiliusoxqMiri'ntil)MS(lisciplinain.
'•'

mais poui• tous ceux qui rocheivhont

[scit'nci".

l't

Audit(> uio uiafrnatt's. ot ouiiics piipuii, rocturcs Ecck'sia', auril>us porcipite.
Filio et nuilieri, fratri et aiuico.

Ecoutez-moi, grands, et t'ous tous, peuples: et i^ous, chefs de l'as-semblée, prêtez l'o[roille.

-'"

regimn•
fuiiiiliif.
:

A

ton

lils,

et

;i

la

femme, à

ton frère et
[à lo»

ami
ta
:

non dos potostatcm
et

su])iM-to iu vita tua

ne donne pas pouvoir sur

toi

durant

[vie

non

d<''doris âlii possossioiicui
to,

tuam

:

ne forte pœuiteat

et doprecéris pro
[illis.
-'

Duni adliuc si'iporcs (>t aspiras, non iniuiutàhit to oninis caro.
Mcliusost enini ut liiii tui ti> rogont, 12*. 2. quain te rospicere in nianus filiorum -^°^ '^'. J^•
'

-"-'

ne donne pas à un autre tes biens, do pour que tu no te repentes et que forrr [tu ne lui en demandes avec prière. Tandis que tu vis et que tu respires, qu'aucune chair no to fasse changer. Car il vaut mieux que tes fils te prient, que de regarder dans les mains de tes fils.

[tuoruni.
In

coios-slsu.

omnibus

opi'rihus tuis priecéllons
[esto.

-^

Dans toutes

tes

œuvres, sois

lo

principal.

Ne dédoris mâculam
In

in gloria tua.
vita?

'

^'"'•'''^•

-*

die

consunimatiunis diérum

Hebr.

9. 1:.

Ne fais pas do tache à ta gloire. Au jour de la consommation des jours de
[ta vie, et au temps de ta mort, , distribue ton héritage. Le fonrrage, la verge et le fardeau à l'àne : le pain, la correction ot lo travail à

[tua?, et in témpore éxitus tui distribue heroditâteni tuam. Disciplina Cibaria. et virga, ot onus asino panis ot disciplina, et opus sorvo. *^3'5•
:

-'•'

29,

lit

;

26, 3.

Operàtui• in disciplina, et quan'it re[quiéscere : laxa manus illi. et qurerit libortâteni.

i<^o""9.

-

[l'esclave.
'-''

11

traA-aillora

avec

la

eccu.

su,

n.

correction, et il cher[cho à .se repo.ser:

iàcho-lui la
-'

main,

et

il

Jugum
et

et

lorum curvant collum durum.

Lo joug
et les

et la courroie font

cherche la liberté. courber le cou
[dur:
l'es-

servuui inclinant oporationes assi[dme. Sorvo malévolo tortura et compodes.
mitto illum in operationem, ne "acot
:

travaux assidus assouplissent

[clave.
'-'î*

A

l'esclave malveillant, la

[fors

torture ot le.s aux pieds
[oisif;

onvoie-Ie à l'ouvrage, de peur qu'il ne soit
-9
Pe. ;2. r.-e. Prov.2l,î.i-36. Ez. 16, 49.

muitam

enini malitiam docuit otiusitas.

car l'oisiveté

a

enseigné
;

beaucoup

de

[malice.
3f'

In opéra constitue
sic

eum

:

Assujettis-le à l'ouvrage

enim condocot illum. Quod si non obaudiorit. curva illum
[comi)édibus,

Prov.

29, 19.

et

non amplifices super

omnem carneni

:

verum

Si est tibi

sine judicio nihil facias grave. sorvus fidéiis, sit tibi quasi ... ,:inima tua
:

Er^a
ser%uiii

•"''

bonïtas

qui lui convient. Que s'il n'obéit pas, dompto-lo par des [chaînes aux pieds: mais no commets point d'excès enA'ors [aucune chair; or. sans réflexion, ne fais rien do grave. Si tu as un esclave fidèle, qu'il te soit [comme ton àme ;
c'est ce

car

lu.

comme

que Riancr après

Et moi. Jésus. Gis de Siracli. se donne ici le dernier des écrivains sacn's, qui n'a fait tou^; les autres. Cependant son ou-

changer sur ce point

(Glaire).

vrase est oriKina! et nouveau (Glaire). i'. Celui qui vendantje. \oir l& figure de Genèse. XI., t. !, p. â08. Le j/ressoir. Voir noie et figure de Jupes, m, 11, t. il. p. 16<1. 21. r/iair siRiiifie ici, comme en bien d'autres endroits de l'Écrilure, homme, personne. fie /"asst'.•.

a. Que de regarder, pour en attendre <iuelques secours. 23. Sois le principal: reste le maître. if). L'âne. Voir la note de ^Îombres, \\u, 21, et la figure de Genèse, xlvh. •2, 1. 1, p. 251. 27. La courroie. \oir plus loin xxxvui, 26.
31.

Tondme:
le

Ceslavec

ta vie ou loi-inèine. ta personne. sang de Ion âme que tu l'as acquis.


Il

158

Ecclesiasticus, XXXIII, 32

— XXXIV,
(-<,
14=).

10.

ev

El eOTi

. ,
y.aniooijç

.

Praeeepta de bono regimine Tîtœ

<

,
.

^^

"
'

""'

,,

iv

'';

XX-X-1V (XXXI).

""

^

'
'
*"'

. & )^&; , .,
^-;

.,
, .
.
-'
(\.

.,

,

"^

"

"

^"
'""

.
2.
32. 33.

. .
^

^ &,.
(pr.

, .
(.

, .

31.

m.) *

-: Af

;

(sec.)

.

: . ': «)
;{.

Cpr.
4.

m.) f
(in.;

(a.

èwnr.^

.

(-

:.

uiicis includit

) . .) . ',. . ) ..
.). • . ') . ':
7•
(1.

6•

:

:
[

(:

10•

:

(1.

>.

.

.)

hr'.

.).

et

^:

D»S':

Injustement n'est pas dans les Septante. Tu ne sauras à qui lu dois le demander n'est pas dans le grec.

Septante.
5.

le

De l'erreur mal sont des

mensongers
additions de

de ceux qui font

la A'ulgate.

XXXIV.

2.

Mensongères ne se trouve pas dans

les

9. Celui qui n'a jjoint été tenté que sait-il ne se trouve pas dans le grec.

L'Ecclésiastique, XXXIII, 32
I.

— XXXIV,
un
frère,
l(>

10.

lo9

Pri'cppteH
:

pour

In c-uiifliiite «le la vie (I-XIjII, 14).
..•..
7, js.

(luasi l'i-ati'oin sic oiini Inicta
(|iit>iiiaiii

Iraite-li' coiiiiue

in

sanguine àiiima•
iiiji'isti•,

coiiipa-

i•"^-

"• "•

parce
'-'

((ue c'est

[ràsti illuiM.
•<-

Si lii-scris oiiiii

3

-.

2,

.v.•.

Si tu le
ij

sang (h> ion àine [que tu Tas acquis. blesses injustement.
avec
la

=<•'

in fngani conveitctiir. Et si extoliens (liso'sserif. i|ii(Mii «lua'ias. et 111 (ina via qua>ras ''

jdcndra

fuite.

''
,.

^"-',^•

1

(icn. 31, 3G.

liiiii,

ncscis.

p^^j,,,. ,^ '" '"
"
'

Et si SI• dérobant il s'en \a, tu ne sauras àqui tu dois le demander, ni [sur quelli' \oi<' lu dois le cherchfr.

Kph.

fi,

5,

, 9.

XWIV.
-

Vaiia spos. et nicndiiciimi [viiO insensàto ^ et suinnia oxtidinnt imprinlôntos.
'

^*"""
'

X.\.\IV.

:

,

le.

9,

.„

,

4.

Jtr.
^''p^;
j,.^

17, ..

Quasi qniapprelicndit
sic ol
(lui

otpov[soqviitur vontuni
uniitraiii,
:

f
,,,

3^'
g

'-'

atti-ndit

ad visa iiiomhicia
:

:

o*.

Dent. Lev.

12! 2. lu. 18, 19, 20.
4,

'

hoc
ant•'

si'ouiidiiin

hoc visio sonminniiii
siniiHtiido

job,

«.

•'

vaine espcrance et le men[songe à l'homme inscns•'•; et les .songes élèvent les imprudents. Comme celui qui saisit l'ombre et itoursuit [le vent ainsi est celui ijui s'attache à des visions [mensongères. Ceci d'après ceci, Icl/n est la vision des
'

l.a

;

[songi'S
tVicii'iii

:

htniiiiiis

hi'niii-

devant
"

la

face d'un

homme

est la resscm-

[nis.
'

[blanci' d'un
Ap." 3,
Ps.' 71',
'13.''
is."

homme.
«(ui

.\li

iniuuindo quid miindâbitur?
a incndâco quid viM'uui diciUui"?

^

Par
et

Cl'

qui est

impur

qu'est-ce

sera
?

[purifié

(
'•

parmi menteur

qu'est-ce qui sera dit de [vrai?
l'iTreiir. et les

Divinàlio ornJris, et augi'iria mendi'iet

•'•

Le^'il^si,'
26•'
Is.

Les divinations de
et les

sumnia

iiiaielacnntiuiii, vanitas est.

......

[cia,
-

augures [mensongers,
le

•.

»

41,23.

songes de ceux qui font
le

mal. c'est
[vanité.

'

Et sicut parturiciitis. cor tuuni pl'îi'i[tàsias pâtitur:
nisi

'•

37™'.'4'i''i7
3

Comme

Règ.

3',

.=..

cœur des femmes qui sont en [mal d'enfant, ton cœur est en proie à des
le

Job, 33, 15-16.

Dan.

2. 20. 4, 2.

ab

Alti.ssiiiio lïierit

eniissa visitâtio.

sap. 17,
G, 14.

à moins que par

[visions imaginaires; Très-llaut ne te soit

Ecelp.

.1,

[envoyée une vision.
n'y applique pas ton

ne
'

d('d:^i-is

in iUiscor luuin

:

mÎÎ'

î'

20

cœur;

inultos eniiii errâre fecérunt
et cxcidi-runt

somnia.

'

2,12.'

"

Jer. 23, 13,
l.i.

spenuites in

iilis.

Kz. 13, 8-10.

Mich.
*

3, :>--.
î*

Sine mendacio consummâbitur
et sapiéntia in oro
fi(h''lis

veibum
[legis,

'

^.°'";:• "•,

errer beaucoup de [gens, et ils sont tombés, parce qu'ils y avaient [mis leur espérance. Sincèrement sera accomplie la parole de

car les songes ont

fait

Eecli. 24, 31.

ila loi.

complanâbi[tur.

et la sagesse
i>au« .>vpei'toriim.

dans

la

bouche d'un

fidèle de-

[viendra claire.
Celui qui n'a point été tenté, que
sait-il:'

3

Qui non
\ ir

l'st ti'iit;itus.
,

quid scit?
cogitabit

m

muhis

i-xpcrtus,

Un homme expérimenté en beaucoup de
et
'"

[multa
et qui
'"

:

imdta
est

didicit, enarràbit intelli-cLtUlU.

Qui non
(pii

expértus, pauca recognos[eit
:

lu<-.

m,

42.

auteni in

iiiuitis l'actus est.

niuUi-

fplicat inah'tiam.

[choses en pensera beaucoup. qui a beaucoup appris parlera [avec intelligence. Celui qui n'est pas expérimenté connaît [peu de choses; mais celui qui s'est trouvé dans beaucoup [(Valfaire^ multiplia la malice.
celui

s'agit iti il'un esclavequ'un vainqueura pris àla guerre au péril de sa vie (ilaire). 33. Si xe firrobani il s'en va. La loi défendait de

rendre à sou maître l'esclave lir contre sa vengeance.

fugitif,

pour

le

garan-

réel à part, que le visage d'un homme dans un miroir. Voilà pourquoi dans sa précision, le texte porte : Ceci dapri's ceci, et non : Ceci d'après cela, comme s'il s'agissait de deux choses réellement distinctes
(Glaire).

XXXIV.
1.

i-8.

De

comme

Elèvent tes porte le grec c'cst-à-thre iprils les séduisent en leur donnant de vaines espérances. 3. Ceci ffa/ji-es ceci, ()u'iin lit ('gaiement dans lo grec, est l'expression la plus juste et la plus exacte pour dire ipie les ohjets vus en songe ne sont que la simple image, l'omhre pure de la chose ([u'ils représentent, elquc, par conséquent, ils n'ont pas plus de réalité en sol, et ne constituent pas plus un objet

des songes. impridlents en l'air, les font voler,
la vanité

. A moins que par le Très-Haut... Dieu se révélait quelquefois dans des songes. Voir Genèse, xwvii, iv, 2; Matthieu, et suiv. xi, tOet suiv.; Daniel. 11.
."i

I

;

;

I,

20.
!»-l3. l lililé

de l'expérience et des voyages. D'affaires: ou 'le lieu.v, selon le grec et la verQui a été errant, sion Sixline. ipii ont rendu par i'afla6o/ii/.• c'est-à-dire qui a voyagé. Cf. v. 12.— Malice [nialitia]; ou, selon d'autres, /laiiicic, saf/aeitë, prudence: sens dont sont susceptibles les deux textes que nous venons d'alléguer (Glaire).
10.
:

460

Ecclesiasticus,

XXXIV,

12-24.

^'
yc(d
^'^

.

Prsecepta de bono res^Imine
rjj

TÎtse (I-XL•!!, 14).

ii'

&
, &
^,

^

'

, . ,
,
ni

.

iiov,

*''

^''

'

. -,
;, ,
,

^^ ^^ ^^

. '

"^
"'
-"*

^"

"

':

" . & , ' ) .. . .- /. . . ^ . ) -.
'

, ,. '
: ':
1617.

&, . :

, ,
:

11* ABDk. 12.

eoqaxa. (pr. xvqiov
19.

m.)

(1.

:

(1.

seC.)

20.

21•

:

:

(a.

.

:

:

(.

22*

24•

*

Bœufs

laljuurant conduisnnt la charrue

(XXXTIII,

2G, p. 179). (D'après

Wilkinson).

11. 13.

Ce verset

Par

la

n'est pas dans les Septante. grâce de Dieu n'est pas dans la version

15.

El
lit

l(S

yeux de Dieu sont sur ceux qui l'aiment
les Septante.

ne se
22.

pas dans

grecque.
14.

Eti^ar son regard

il

sera béni ne se trouve

Pas en erec.

Ce verset ne se trouve que dans la Aulgate. 23. Il ne regarde pas les oblations des hommes iniques n'est pas dans le grec.

^

L Ecclésiastique, XXXIV,
I. l»ri''replcH
11

11-24.

161

Qui
(|ui

tcntiUiis

non

«-st,

(

pour
scil?

la roiiduitc

de la >ie (I-XIjII, 1).
1

'^,/.
1-.

Celui

(|iii

n'a iioinl

'•

tenté, queilescboses
[sait-il?

m,

'.

ini|>l;matns rst, alaiiidàhil n. '(initia,

mais
jj^i^^;

celui (pii a

l'té

tioinfié

abondera en

.^|•,^-

'2

Milita vidi (MTundo, et pltirinias vcrlH.rnni cdnsurtrHliiK's.
Aliqniitit's ns(|Ui'

i».

w,
'-^;

i'.

1-

.l'ai

y,•;;,

-,',';

et

[méchanceté. vu bt>aucoup de rbcses en voyageant, un très ^'rand nombre de manières de
[parlei•.
j'ai

'"•

ad

Miofli'iii )MMiciità-

I•'•

;uis snni liornni causa,
t«t

liboratus suni t;i;itla I>t'i. Spiritns tini<'Htinni Deuni

f|na''fitni•.

,;^"".".

><.
et in rospi'Ctji illins
••'•

S|ies oniin illoi-niu
1>••

benodiertur. in salvanteni

jv
illos,

;>2. is n•». >'•

;

de mort, à [cau.se de cela, et j'ai ét('' ddiviv par la grâce de Dieu. " i/es|iiil de ceu.x <|ui craignent Dieu est [l'objet de ses soins, et par son regard il sera béni. 1•• Car leur espérance est en celui iiui les
Quelquefois
[sauve,
et les yeu.x de
l'i

'• en danger

In.

1'.,

21.

et iiculi

m

(iilitrcntt'S se.

jmi.5,31.

'••

Qui
ot

tinict l)<iniinuni niliil tropidàliit.

'',,'%'
i.i,

Dieu sont sur ceux qui l'ai[ment. Celui qui craint le Seigneur ne s'alarmera
[de rien,
il

\/;

se,'

I.

non

pavt'bit

:

<|U(>niani ipse est spos
[OJUS.
est

et
^{°t'^",^%î; 1 Pet. 3,14.
1'

n'aura pas peur, parce que
celui qui

le

Seigneur

''

Tiinéntis

Duniinnni bcâta

anima
[ojns.
j^,'^•

De

[lui-même est son espérance. craint le Seigneui' bienheu[reuse est l'àmc. qui est sa [force?
(jui le

'8

Ad

tiutMU iv.spicit. et tpiis est fortitiido

le
Jf.-

Sur qui

jiorle-t-il ses rcgard.s, et

5;,

[ejus?
19

7,''.«';'
r,o!'4 ;'»
1.•)!..'•>-6

Ocnli Doniini super tinu-ntes

cum,

Tu
;3!. 16.

'9

Les yeux du Seigneur sont sur ceux
il

protéctoi' poténliie. liriiiaiiiéntniii vii'tû•
Itis,

î;,Îj,

sVj.

t>st le

[craignent; protecteur de la puissance, l'affer-

[missement de

la force,

léffinieu ardoris, et
20

unibràculuni mori[diani,
ÎJ°";•,
,-,"•

un abri contre
-0
il

depreciUio olTonsiunis, et adjutoriuni
[CaSUS,

S6. 24.
^^'"'^- '• ^•
il il

exâltans

animam,

et

ilhiniinansoculos,
et

dans sanitàleni,
-1

et vitaiii,

l»enedic[tioneni.
-1

chaleur, et un ombrage [contre le itolei/ dn midi; détourne le choc, et soutient dans la [chute; exalte l'âme et illumine les yeux; donne la santé, la -ic et la bénédiction.
la

ImiiioU'intis e.\

inique oblatio est ma- «iiiaTiones '""""""'•
[culàta,
,•
.

I/oblation de celui qui sacrifie d'un bien
[d'iniquité est souillée,
et les insultes des injustes

et
--

non sunt

beneplaciti>i subsannatio-

1

.

•,

•.

PrOV. ïi, 3,
,

l.i,

S;
;

17, 27

[nés injustorum.

^J'^\

,4

Dominus

soins suslinéntibus se

neut. 23,'i8.
Lulii. 3, 24.

--

in via vei'itatis et justitiaî.
-^

Pe. 61, 8 ; 72,2.^-26.
-'•''

ne sont point [agréables Dieu. Le Seigneur est .seulement à ceux qui se [soutiennent dans la voie de la vérité et de la justice.

Dona iniquoruni

1)011

jirobatAltissimus,
ini(|u<'>i-iiin
:

is. i,

11-i.i.
lii,

Le Très-Haut n'approuve pas
il

les

dons des

ProT.

8.

[hoyntnes iniques;

Ps. 49,

9.

nec réspicil in oblatii>nes

,^^.

„_
6,

j,
7.'

ne regarde pas

les oblations

des

hommes
[iniques,

Mieh.

nec in niultitiidine sacrinciorum euruin
-^

et,

Qui

offert

[propitiàbitur peccâtis. sacril'iciuin e.\ substàntia

[pauperuni,

.
,,.'":.

"Î"-''•
l.i,

-'< 8.

malgré la mullitud<' de leurs sacrifices, [il ne sera pas propice ;ï leurs péchés. Celui qui oiïre un sacrifice de la substance [des pauvres

U. Méchancelv. .Même obsei'vatinn que pour le mol malice du verset 10. 12. En voi/ar/eant. On conçoit aisément l'importance que les anciens attaciraient aux voyages.
ciuand on considère (|ue ce n'est qu'en voyàgeanl <|uOn pouvait acquérir de grandes connaissances. Car. sans (larler d'ilysse, (|ui. par ses voyages, a mérité la réputation d'un des plu.s sages princes et des plus expérimentés du monde, Pylliasorc et Platon ont acquis de cette manière la science qui les a rendus si célcl)res. Voir ce «pie dit à ce sujet saint Jérrtme, dans sa lettre à saint Paulin de Noie. Manières de parler (verborum consuctwlincsj; des langages, des idiomes; mais, comme en liéhreu ;>arnte signifie aussi chosr, d'autres traduisent par cou-

tumes différentes (Glaire). lliO. Ue la crainte de Dieu.
BIBLE POLYCLOTTL.

19. LachalcuVyle souille brûlant du vent du midi. Le soleil du midi: le soleil est très ardent en Orient, aussi l'ombrage est-il avidement recherche. :>l-3t. Offrandes et sacrifices (|ue Dieu réprouve. i't. La siibslanre des pauvres: ce qu'on leur doit par justice et par charité. « Violenter ex(piirunt, qu;e misericordia• largiuntur. Sed aliud est pro peccâtis misericordiam facere. aliud pro miscricordia facienda peccare... Qui sa-pc (|uo(iue et iiidigcntibus sublrahunt ([Uic Deo largiuntur... Hoc itaque sacriliciuni (pianta ira aspieiatur, ostenditur, quod (irbati patrisdolori comparatur... 0"' ergo quanta largiuntur, aspiciunt, sed quantum sapiunt. non pcri)endunt, in pcrtuso sacculo mercedcs mittunt, quia prolerto lias in spem sure (iduci;e intuentes congerunt, sed non intuentes perdunt •. Saint (irCgoirc,

Pa^l.,
T.

iii, -21.

V.

11

162

^'^
^^
^
'

-^

' &,/. , . &. , , ^,^
.
Praecepta de bouo reg^imine
&voiuv an

Ecclesiasticus,

XXXIV, 25 — XXXV,
YÎtae (I-XL•!!, 14=).

10.

?

c"

-

-^

;,
;

^"

;

^'

avd

-

.

XXXV
^
''

., . ^. . , ^-. & & '. ^ ^ ) . &) .: . . /. . :. ) . )) )
^
**

. , . " ^, .
().

, &;

, ,

3•

'

^

®

2.

»

(sec.

.~

:

26•

27.

:

(1.

.')

28.

*:

^:

:]0• AN'-J-

(a.

)'.

^. : &. ':
3*
b.
(1.

1.

':

2•

':
:

(1.

4.

(pr.

m.)

(1.

9. 9.

10• Ni*

(.

(1.

ojuix^xjvji?)

']?.

2G.

De sa sueurn'est pas dans

le grec.

XXXV.
pas dans
3.

2.

Et de

se retirer de toute

iniquitâ n'est

27.

Sont frères ne se trouve pas dans les Septante.

la

version grecque.
lit

Ce verset ne se

pas dans les Septante.

,

'

L'Ecclésiastique,

XXXIV, 25
de

— XXXV,

10.

4)3

.
(|iiasi
(|iii

I*rt*fepte(i

pour

lu «-ondiiite

vie (I-.\Ij1I, 11).
estcomnii' celui qui
l'-gorgc

vic'.iiiiat

in conspoctii

un

fils

en )••pau[vres;

[patris sui.
l'aiiis

[sonco de son pùio.
-'

c^riitiuiH vita pauiuTtiiii osl
ilhiiii.

:

i.r

pain

lies iinligoiits o.st la

vie des

(pli

(li'IVaiidal

liomo

sàiigiiii
l.'Sl.
If.

ci'lni i|ui

il'

JiMii•

ôto est un lioniHio de sang.
/'

-'

Qui

aiili'rt

insiidtni' paiH'iii,

.t,

ii-is.
.1,

-'•

Slirh.

-.

quasi
-"

ipii occiilit

pivixinmiii siniin.
l-t. 19,13.
-''

Qui
et

t'ITiinciit sàiii-niiiH'iii,

(pii

IVaiidoiii t'acit iiicrcenàrio.
, ,

Ira-

Tob.'V.
•''•/p'•

iV"
>•••
.1.

[très siint.
-*
,

Lmis

,

,

,

Mul.
:

.),

a'Uilicaiis. et iinus (Icstruoiis
illis,

quid prodost
-'•'

nisi labor?
:

..
Fi.-ia

j,ic

5, 4.
7.

'-'**

pain do sueur est coniiiio celui qui tue son prochain. Celui ijui répand le sang, et celui qui use do fraude envers un mer[cenairo sont frères. L'un bâtit et l'autre détruit:
Crliii qui

arrai'hc

ini

homme

lo

[.sa

r•.
-"'

Unus

oraiis, et

ciijus voci'Ui
•'<*

unus maledicens l'xaûdiot Dons?
luortiio,
et

Qui baptizâtui• a

iteruni

•-

''^

[tan^'it oiuii,
^'

quid pruficit lavâtio illius? Sic honio qui jejiinat in i)ecci'itis suis,
ot itei'um

^.','!'
^i*'• ^• **

3'

revient-il, si ce n'est de la fatigue? L'un prie et l'autre maudit: (le qui Dieu exaucera-t-il la voix? A col ni 11 ui.se lave à cause de l'ol louchemcnl mort, et qui le touche de nouveau, que sort do s'être lavé•? Ainsi, à riionime qui jeûne à cause do ses

que leur

[<

Eî. 33, 15.

[péchés,
et

ôadom

fâcieus.

jut.'is,'32-3J.

qui les
sert

commet de nouveau,
s'ôfro

quid proficit humiliândo so? orationoiu illius quis cxaudictif

que

de

humilié?

qui exaucera sa pi-iore?
O•»;»-

X-^^V.
-

1

Qui conservât loirom,

XXXV.
-

oblationeni. Sacrit'icium salutàre est atténdcrc
iiiultiplicat

obiutio.

man-

ecch.
,

is. 22.

Celui qui observe la loi multiplie l'oblation. C'est un sacrifice salutaire que d'ètro at1

rd;'itis llUUlb,

Coios. 4, 2. Thc.s8.5, 17.

[tontif

aux commandements

et discédere
^

ab onini iniquitâto.
[injustitias,

jacsie.
•">

Et propitiationoia litàrc .sacrificii super
et

^"a'/ig'/'
p^.

5,

d'precâtio pro '
'

pocci'itis,
'
'
.

recéderc ab
r•
'

.

1 J^e^.

i.i,

is-19. 22.
is.
.,.

3.

102.
,
6,

,,,..,. uetnbuct
'

[iniustitia.
irratiani, qui ollert sinu agi"^ ' ^
...
,.,,
•.'

.,

,

.

, Luc.
E.V.

3,.
''

29.
;

[neiU
et

:

Lev.

2, 5-7

qui

t'acit

misericiH-diaiu. offert sa[criliciuin.
est

Vum

Ts'^'
*'
'^

do se retirer de toute iniquité. Et c'est offrir un sacrifice de propitiation [pour les injustices, et prier pour le pardon des péchés, que de [s'éloigner de l'injustice. 11 rend grâce à Dieu, celui qui offre la [fleur de la farine; et celui qui fait miséricorde offre un saet
[crifico.

i-s i8-'i9.'_

Benopiàcitum

Dumino recédere

ab^'^^'ij"'.
:

C'est chose agréable
et c'est prier

au Seigneur que de

[iniquitâto et deprecâtio pro peceâtis recédere ab

*^''=''• «> -'*•

[s'éloigner do l'iniquité;

.... [injustitia.

"•';
•'''J:•

Prov.
Ps. 50,

-"P3, 7.
is-19.
•"'

•"•

Non apparébis anto
Ha'C eniin

conspi'Ctuni Dn-

'

omnia

[mini vâcuus. propter mandât uni
[Dei
fiiint.

obiaiio J"»"•
°^^'-33''j:\'•

'

pour le pardon des péchés [que do s'éloigner de l'injustice. Tu ne paraîtras pas devant le Seigneur [les mains vides. Car toutes ces choses .se font pour obéir
[aux

34,20.

commandements do

Dii'u.

^

Oblâtio justi impinguat altâre. et odor suavitâtis est in conspéctu
Sacrificiuni justi
et niemiJriam

ex. 23. 15-17;

*<

L'oblation
et c'est

1-

jj^,'

j

j_{^
8, 21.

du juste engraisse l'autel, une odeur do suavité en présence
[du Très-Haut.
o.v

[ti-ssimi.
''

P»•

19, ••

accôptum

Geu.

est

"

Gcn. Hebr.
Di'i-

4, 4.

Le sacriiice d'un juste est agréable
et le

6, 10.

[Seigneur,

ojusnon obliviscrtur

Soigneur n'en perdra pas

le

souA'enir.

[minns.
'"

et

non ininuas primitias manunrn tua-

,

.

feremlmii.
,

De bon
et

„.

i,

ir.

conir, rends gloire à Dieu, ne retranche rien des prémices de

tes

lI-UITI. Is.42,b;4^1l'

[mains.

la loi mosaïque, tout ou assisté à des junéraillos «Hait impur jusciu'à ce qu'au septième jour il se fût lavé, qu'il eût lave tics vêlements, et qu'il se lût arrosé de l'eau destinée aux purifications. Voir No7nbres, xix et suivants (Glaire).

30.

A

celui

qui se lave. Selon

bre d'oblallons.
•1.

IsraHilo qui avait teuché un mort

Sacrifice .salutaire; c'est le sacrifice eucharisti-

\\\v.
1.

que, appelé aussi pacifiijue, et tpiOn oITrail, soit pour remercier le Seigneur des srâces (|u'on avait obtenues de lui, soit pour lui en demander de nouvelles. CI". Lévilique. mol vu M;iairo;. i. OITre la fleur de la farine; otfraude légale, Lévilique,
ii,

1

l't.

nés sacrifices.
s'il

1.

MullijilieVohlalion; c'est-à-dire a aulant de mé-

rile

aux yeux de Dieu que

faisait

un grand nom-

6. Tu ne paraîtras pas. Voir Exode, xxMv, •20•, Dcuféronome, xvi, 16.

\\i\t,

15;

464

^^

^Ep nuorj

iv svcfjQOOvi'?]
^'

'^ -/.
y.ai
'"^
^
**

iv

^^

^"

'^

^^

^'

'] ,
7/

.>., ' -& , . ,, ,. ' '. /, ./.,
.
[',
«^'

Ecclesiasticus,

XXXV,
D^2S

11-26.

Prsecepta de bono regfiniine

vitse (I-.\LII,

).
11

"^

y^zTù bsn

XXXV.
12

i^wya

rj:^ni

^b T'.^nc^

.

^'

i<in ni/jib'j;n nibïi "5 13

i^p^ i<b ^5
Î

'^
^5•::^

bi<

u

'•:?53

b:?

Mt:n)n bK^ rj

'-

-^

(
'^''

&. ^ '' , ^ ^
,
(
12• }'.
(\.

^, . &,[. ",, '
9^,

b^

b5<

d-:e

xb 16

;

Din'' np:>2S irt:^ i<b 17
Î

n^ir

n£nn

^d

^
^iT,

nnn *nb by

n>"C"i 5<bn is

jn^ir-^by nra^iiio

D>'
Î

'-''

-^'^

:(\.

. ^) '. :
i^'.

0(cyo)'Cç(^A:

21•

^^, /. . .. ^) .,. %\ . -' ) 9•). . . . ..
.

'[. ,
13•

[, ,
\:

56
bn
"p3?

bi

^':
ïib

2i

TjT\

b^ iips^ ^y irT^
;

&'

t:5ir?j

r^^^T

p"ii:

t:siim 22

nrnrn^
Î

ï<b
5ib°

p2i<ri"

^^ "n:û
\

^5

bx

d:*

yniû"

^rj

np3

n'^iT''

D^i:6i 23

.
:

17-

(1.

]]. ':
:
;

':

î

>'n:r yi^i:» :?irn
ib'JBi
î

18.

:

(1•

•)
';

19•

1•

22.

-:
24•

'

irijxb s^ir^ 12? 24

(\)*

).

XCÙ.

2.

*

— "

(sec.

)

f (•

.

:

23•

*:

\î^'2"û^

(1•

m>5

bi'^rn

(• D:

sec^

et * et

26• •|" (a• loçaîoi)

UllCis includit

V.

11^ -irro et -'cr-a. . 12^ ;xb et 12^ u^irci et nïïsnni. . is''. uh-a^ et "^ii Nin cN '3 m^i'ûs ^rn ",. . le**. t:'2'-iDnn\ . 17^ rpDx. . 17"^. ::anr. . 20*», nnpss, n-npïiîi. . 21^ ntibrt -'^. . 2 1'', "^s et JT^ïn ià rsn -a ^ïi. v. 22^ naiï. v. 22^

"

"^^

. ^
22'^.

^:'

V V

VVV V

V

Vp

-,

"i^T

-^rj D^[:jnnJ 26

&**/<>

"ilIX.

V. 22•=.

et ^•JrC.

'3S^.

.

'
.

23*'.

23<=.

'.

".

. .

25^

19. (H. 18).

Ce verset n'est pas dans les Septante.

L'Ecclésiastique,
.
In
et

XXXV,
"
Dan.s tout
et
'-'

11-26.
1).
gai,

165

l*rf*ro|>tPN

pour

la conduite «le la vie (I-XIjII,
Va. 11
.1,

omiii
in

(l:ito

liilanMii

f;ic

viilluiii
[tlllllll,

1.

don montre un visage

Trov.

3, 9.

l'xultatione

sanctilica

clécinuis [tuas.

ï Cor. », 7. Toi). -1,9.

dans

l'exultation sanctifie tes dîmes.
si'ion ses

Prov. S2,

8.

l»ri .\lti>sinio scciinduni datnin p.jiis, fl in bono ociilo adinvcntiôiicni IVicilo

Donne au Très-Haut
et

Lui-,
I

li,
2'.•,

1«.
11.

l'ar.

[niiiiuiuni tuiinini.

M«t.

6, 2S.

Qnoniain Oi'niinus rolrilnicns
et séi)ti.'s

l'St,

>tul. 2».

29.

'•''

tantuui reddet
siiscipii't illa.

tlbi.
:

Luc

6, 38.

Noii olïonc niunenv prava

IleuM non
ticcipit

"
' i

non enini non

|iiT*<onuni.
K.ili. 31, 21. l'roT. 1.-., S.
Sai>.
C,
S.

Et noIi inspiceie sacrit'iciuni inji'istuni,

quoniani Dnuiinus judex
ot
est

est,

apud

illum filuria pcrsuna•.
in

.

\». 42, I.

dons, de l'acquisi[tion de tes mains. Car le Seigneur donne en retour. et il te i-endi'a sept l'ois autant. N'ollri' pas des dons délectiieux, parce qu'il ne les recevra pas. Et ne ri'garde pas à un sacrifice injuste, parce (|ue le Seii-Mieiir est Juge, et que tlevant lui la gloire de la personne

d'un bon

<i'il

lais ro/J'nnxle

10, h. 10, ir.
7.
i•'

Veut.

[n'est rien.

Non
et

aocipiot

Dominus persunani

2 Pur. 19,

[pauporeni,

Job, 31,

19.

deprecatiônem

Slip. 6, ».

Non

hesi oxai'idiet. despiciel preces pupilii
:

Act. 10. 31. Uoin. 2. 11. G»l. 2, G.
Col. 3, 2.1. 1 Pet. 1, 17. 1 Cor. 1,22-28.

'"

Le Seigneur ne fera pas acception de per[sonne contre le pauvre, et il exaucera la prière de l'olTensé. U ne méprisera pas les prières de l'or[phelin,
ni la veuve, si elle

nec vidiiani.

si

eflïindat

loquéiam gé[niitus.

Nonne

làcryniLH

vidiue

ad niaxillam

Am.
.lob,

.1,

9.

34. IS.
3.'>.

'^

Est-ce
et

que
cri

les

[descéndunt, Deut. .32, Rom. ï. lu. et exclamàtio ejus super deducénteni Ps. 145. 7.

langage du [gémissement. veuve ne deslarmes de la [cendent pas sur la joue,

épanche

le

son

sur celui qui

les lait

couler?

A
et

maxilla enim

ascéndunt

[eas ? nsqiie ad [cœliini,
[in
illis.

Jusli
''

oblalio.
El. 22, 23. Deut. 24, 17.
Ps. 67,
23,
6.

Car
et
le

de

la

joue elles montent jusqu'au
[ciel,

Dôminus exauditor non

deiectàbitur

Qui adijrat

Deum

in oblectatione, sus- ProT.
[cipii''tiu•,

10.

-0

Seigneur qui l'exauce ne se plaira [pas dans ces larmes. Celui qui adore Dieu avec joie sera reçu,
ju.squaux nues s'approchera.
celui qui s'humilie pénétrera
[les

et deprecatio illiiisusque

ad nubes pro-

Deut. 10, 16. Ex. 23, 9
;

et sa prière
-1

[pinquâbit. Orâtio humiliantis se, nubes penetra[bit
:

22, 21.
Pi•.

Luc.

36, 4. 2, 14.

La prière de
et

nues,
il

et
et
--

donec propinquet non consoh'ibitur

:

jusqu'à

ce quelle

en approche,
[se

ne
;

non discédet donec Altissimus

aspi- Luc 18,
[ciat. Judith,

Ps. 101. IS. 13-14
9, 16,

Et Dôminus non elongâbit, sed judicàbit justes, et Îàciet judicium et Fortissimùs non habébit in illis pa:

--

consolera point et il ne se retirera pas jusqu'à ce que le [Très-Haut la regarde. Et le Seigneur ne s'éloignera pas:

mais
et le
15, 19, 29.

il

jugera

les justes, et

il

fera justice; [patience,

Très-Fort

n'aura pas pour eux de

[tiéntiani, ProT.

39

;

ut contribulet doi^sum
-3

ipsorum

:

et

géntibus leddet vindictam,
toliat

08. 10, 10.

donec

pleniti'idineni

sunerbo-

afin de briser leur dos; -- et des nations il tirera vengeance. jusqu'à ce qu'il fasse disparaître

frum
et sceptra iniquoruni contribulet
**
:

Joa. 3, IS.

:

Am.

9, S.
7.

Jcr. IS,

donec

reddat

hominibus

secunduni
[actus suos,

-''

toute [l'assemblée des superbes, wes iniques; et qu'il brise les sceptres des jusqu'à ce qu'il rende au.x hommes selon

Job, 34, 10-11.

-'•'

-<'

opéra Adie, et secunduni [pnesumptioneni illius donec ji'idicet judicium plebis su;e, et obleclâbit justos misericûrdia sua. Speciosa misericûrdia Dei, in témpore
et seci'indum
:

et selon les
Pi.
.iS,

œuvres d'Adam,

[leurs actions et selon sa

U.
17, I.

-'
-6

I8. 4 S, S.

3V.eg.
Jac.

[présomption; jusqu'à cequ'il rende justice à son peuple, "et qu'il réjouisse les justes par sa miséricorde. Belle est" la miséricorde de Dieu au temps

.i,

[tribulationis,

17.

Os. 6, 4.
3, 13,

quasi

nubes pluviie in témpore

sicci- Tob.
[tâtis.

22

comme

la

nuée de

la

[de la tribulation, pluie au temps de [la sécheresse.

8;

11. Datis Îi'xitllilion..., avec joie. Ci. Roinains, xii, Il Coriniliiens, ix, 7. S'inctifie; sépare, préjiare, destine pour un usage saiiil. 12. De racquisilion; de ce que lu as acquis. 13. Sept fois avtant «juc tu lui donneras. 14. Des dons défectueux: nui ne sont pas seloD la loi. C.r. Lévttique, wii, 21-25; Deuléronome,\\, 21; Malachie, i. ", 8. !.">. .Ve regarde pas a: ne compte pas sur. Cf. Deulèronome, x, 1"; Il Paralipomnies, xix, 7 Job, \x\iv, \9: Sagesse, vi. S: Actes. \, .3'»; Romains, ii. Il Oalates, u, (i; Colossiens, m, 2">; l Pierre, i, 17. t!». Le Seigneur... ne se plaira pas dans ces larmes, parce qu'il déleste la malice de celui qui les fait Cl'uler par sa méchanceté. •20 et;. Prières que Dieu exauce. 21. La prirre dt• celui qui s'humilie ])én<}trera les

7iues. I.a |)ricre

humlile arrive siircnient jusqu'au

;

:

ciel. " Quod(|ue non diviti;i• jiotuerunt, non miniitrorum frequentia. non medicinallsexperientia. non regius fastus, hoc sa>pe poluit unius paupcris et inopis oralio... Ha>c quippc in cœluin asccndit... Queniadmodum enim arbores illa-. qu;v altius radiées niiserint, etsi innumeros ventorum imiiulsus excipiant. non Iraniîuntur necevelluntur, radicibus in imo terne tirmltèr liaTcntihus; sic orationes ex inlimo mentis emiss:e, Mac innixaî radice, secure lu sublime tolluniur •. Saint Jean Clirysostome, De Incompr., Ilomil., V, t>, 7. 24. D'Adam. En hébreu et en grec, des hommes en général. 26. La pluie au temps de la sécheresse est une bénédiction en Palestine plus encore qu'ailleurs.

2

166

Ecclesiasticus,

XXXVI,

1-18.

.

XXXVl
^

^

nui
''

[ ( / - ., " ^, (XXXIII).

^foç

Kaî

". ,,
Jéy.ut

Praecepta de bono reçîmiue

\itve (l-XL•!!, 14).

^

'
^

"

", '
,&
y.ai

&[,
9^

[^'

^^

bi

bs?

^ins

U^[nri]

1

/.& .

[.

W^r

"1•55 ISJTI

,.

y.ai

^

'•'"'
^'^

^^

^
]
(XXXVI,
17)

, .^. ,
.

&, ^".
'

' ,
[, [.

d^uv-

nns ^i^m
lyrû Tipsi
înir^'n n^j
"|b

' rsï^ni
yp
'^^nn
^12

9
^

7J^^

^^

\2Ur2

"niis

"^^
bs

nn'::M 12

. mp
:

^tsnir

?,icjs

13
16

^:a"D ibr::tn^i
b:?

' ^
^''

^'

^

^*

ai

^,
*''

" , [ .,
,'

.^
.

:ca
:

:^'i"rn
i

xipD Dy

nrn
i8

nn-D^s

bxT:;^

7::np n^^p br

T. 3*. Ti.

V.4*. 122.

V.4''.

:a3 et cn-:-r? "^•3
v.

9^.
A"-j-

1.

"

"•

3•

. :.
2.

A'f
4.

(
:

f.)
(1.

^;)

.')
è&av~

. ^. ... . ). . : .
n'^-21

122

BiT^rrb 'p na nrrrnpa. n7i ni -i-ixn narnrri >.

6—7. iànn

.

lo^ -lyaa.

.

10*'.

:^2•.

. 9. )1:. . 12«. niist.

. "!" (.
f.)

.~) .

(

:

(ÏD

10.

:
:

D:

A'D:

(1.

.^
1•

oqxwr. i\.

(pr.

m.)

:

:

m.)

14.

* ^.

IS-

:

(
D

SeC.

(.
:

H,

(seC.

m.)

(1.

.SGC.)

-

(.

>•.

XXXVI. 1. Et montrez-nous la lumière de vos miséricordes n'est ni dans l'hébreu ni dans la version
grecque.
"2.

13. Afin qu'elles connaissent qu'il n'y a point de Dieu, si ce n'est rov.s, et qu'elles racontent vos mer-

veilles; et

vous

les

prendrez pour votre héritage
est

Afin qu'elles sachent qu'il n'y a point de Dieu

comme au commencement
Yulgate qui ne se
grec.
lit

une addition de
l'Iicbreu ni

la

si ce n'est vous, et qu'elles

racontent vos merveilles
ni

ni

dans

dans

Je

ne se trouve ni dans l'hébreu

dans

le srec.

L'Ecclésiastique,
.
Pri'CfpIeH pour la

XXXVI,
W.WI.
et
'

1-15.

167

«••
ps. im. c.

de la vie (I-XIjII, 11).
Ayez
pitii''

XXXVi.
ot ostoiulc
i

Miscréri' nostri Devis _^^'/^;•;,,| [nium, et ivspico nos, «ë'r"«iiir.

:

tle

nous. Dieu

de

[toutes choses, et regardez-nous,

nobis lucem
tinioroni

luiseratii'iiuiin

montrez-nous

la

Imniére de vos miséri[cordes
;

[tuariim
.'t

iininitt.>

tiiiiiii

super pMite,

^,)-;'^«V^^-g

[tes, qiia•

ut cognnscant (|uia
et
3

non exquisioriint non est Dmis nisi

u. ss.iit.

tn,

'"

'

envoyez votre terreur sur les nations [([ui ne vous ont point reciierché, alin qu'elles sachent <|uil ny a point de
et

[Dieu,

si

ce n"est vous,

Alleva

enàrrenl inajinâlia tua. manum tuani super

gontes
[aliénas,

et (lu'elles racontent vos merveilles. Levez votre main sur les nations étran-

[gères,

<

ut videant potrntiaiii luam. Sicut (Miiin in conspéctu oiirnni sancti[ficâtus os in sic in conspéctu nostro niagnilicâbcris

^,

[in cis,
5

ut cognoscant to,

sicut

<'t

nos

coî-mk'•-

i^'".'\'îJ^''^2i.

[vinUlS

p«.82,18.

quuniam non
«^

est

l'eus piM'lei' te

»•
ex. .i4,i;
15, 6.

[mine.

Innova signa, "
(Uorifica

et innuiita uiirabilia.

puissance; car comme en leur présence vous avez été [sanctifié parmi nous, ainsi en notre présence vous serez glorifié [parmi elles afin i|u'elles vous connaissent, comme nous [aussi avons connu Dieu hors vous, Sei(|u'il n'y a point de [gnour. Renouvelez les miracles et produisez d'auafin qu'elles voient votre
;

[tros merveilles.
1.

P8.20, 9;97,
7

uianum,

et

biàchium dex..

luci.m.
Is.
.>2,

(Glorifiez

votre
votre

main

et votre

bras droit.

10.

[truni.
*

jo,i. 15, 24.

Excita luroreni, et elïiindo iram.
Toile advorsârium, otaflligo ininiicum. 4^.19,..7.

Excitez

fureur

et

répandez votre
[colère.

'•'

10

Festina tempus, et nioménto
ut enârrent niirabiiia tua.

tinis,

Détruisez l'adversaire, etafiligez l'ennemi. Pressez le temps et souvenez-vous de la
[fin,

sf^f-'ss's
Job, 28, 3. ^^'^' ^'

'

I

In ira
et qui

flamm» devorétur qui

salvâtur

:

i^• 24. is Ps. 139, 11. Judaî, 13.

afin qu'on raconte vos merveilles. Que par la colère de la ilamme soit
[celui (jui s'est
ot

péssimant plebcm tuam, invé-Sap•
[niant perditioneni.

^. 19, 10.

dévoré sauvé de (oui autre péril, que ceux qui maltraitent votre peuple
[trouvent la perdition.

'-

Contere caput principum inimicorum, dicéntium Non est âlius pnetcr nos.
:

^,^^ g ,, ps. 2,'9;54,24.

^^,^^^'
Jna• 11,51-52. Act. 13, 19.
'

,

,

'^

Congrega omnes tribus .Jacob ut cognoscant quia non est Dons
:

~.

.,

,

,

nisi
[tu,

et
et
1*

enârrent magnalia tua hereditâbis eos, sicut ab
:

initio.

Brisez la tète des princes ennemis qui disent • Il n'y a i)oinl d'autre Sei[gneur que nous ». Rassemblez toutes les tribus de .Jacob. afin qu'elles connaissent qu'il n'y a point [do Dieu, si ce n'est vous, et qu'elles racontent vos merveilles ; et vous les prendrez pour votre héritage
:

Miserere plebi tuœ, super quani
l't

in:

Et
diiei.
Jp/,'4'9' Deut. 2s', 10.
juaft",,%^'.}3 Ps. 13l', s', 14.
3 Reg.'g.'s.

Israël,

[vocatum est nomen tu uni quein coœquâsti jirimogénito
;tUO.

1•

Miserere

civitâti

sanctilicatiunis
tua•.

tua-

[comme au commencement. do votre peuple sur (1 a été [invoqué votre nom, vous avez traité comme et d'Israël [votre premier-né. Ayez pitié de la cité que vous avez sancAyez
pitié

(

[tifiée,

Jérusalem, civitâti rcquiéi

do Jérusalem,

la cité

do votre repos.

i 19. Prière en faveur d'Israël opprimé. Levez votre main pour frapper. en leur j/résencc. De même qu'ils ont vu de leurs propres yeux que vous ave/, montre votre sainteté parmi nous, en nous punissant, de même aussi vous montrerez à nos yeux votre grandeur en

XXXVI.
i.

3.

Comme

les clKiliant (Glaire).
ti. lienouvelez les miracles. - Adde adlnic. Domine innova signa, iiimiuta miral)ilia, iiam priera (|nidcm Ipsa ron.suetudinc viluerunt. l'iaiie cnim sfilis ortus et occasus. terra; ferunditas, lemporum vit-issitudo, miracula sunt et magna miracula. sed toiles ha-c vidimus. ut jam sil qui attendat... nova vere miracula!... Mulata est in Vligine nostra malcdiitio Eva•. l'cperitenim Kilium sine dolore ••. Saint Bernard, Serm., IV, in Viij. Nat. Dnm. Souvenez-vous de la /in (juc vous devez meltr(; à nos maux; le terme n'en est-il pas encore venu/

•lesu,

mm

12. Brisez la tête des princes ennemis: ce qui niniplique pas le droit des peuples à ôter la vie aux princes qui leur déplaisent. • Ce n'est pas (pi'il soit permis d'attenter sur eux, mais le Saint-Esprit nous apprend qu'ils ne méritent pas de vivre, et (|u'ils ont tout à craindre tant des peuiiles pousses à hout par leurs violences, que de Uieu qui a prononcé que les hommes sanguinaires et trompeurs ne verront pas la moilic de leurs jours, Psaume liv, •2i ». Bossuel. Polit., m, 2-li. 13. Rassemblez... Après la captivité de Balnione, tous les .luifs ne revinrent pas dans la .ludee: une grande partie demeura dispersée iiarmi les nai. Sur qui... ou r/îit a ete appelée de votre nom, qui porte votre nom. CI'. Deutéronome, xxvui, 10. Que vous avez traitr... Voir Exode, iv. 2-2.
\

î'""s.

.

.

...

.

i:i.

Votre repas; c'est-à-dire votre demeure.

168

Ecclesiasticus,

XXXVI, 19-31
vîtae (I-XL•!!, 14=).

''

'"/
'^/
y.ui

&, }'. ,^" . 3, .
uo/ij

'' . 2 '
fia

.

Prœcepta de

lïono

reçimine

.6•
an

, •,
,

, . ,

\y2'zz nn- "j- Dprn

]np
T-in:?

ï^.bys

nx

n2i
22

*^

[,

nbsn Tr:T\

xat

ênt

^''

(f

^'

^-

-^

^

'

', , -. ^&^ d
cJziv

. , .
^,
:

Tnyrj b^ix

h^)^'!

VVV, rw^ bnpn

hjT bp] 26
"îï<

,
•a;''

bD 23

:
"— ~ "'^'2 "!2
£td
"23?t:7j "j^n^j

"î"~ 24

nbi

TûTiv 'p^

[.
:

nn
uTjX\

rrn''z^

nip:i?

nb na

^r\s':

^•^

-^"
^"^

'

2S

',

'
y^Q

,
:

, . ,

[, ' [^.

r-r,

b^xn []23 bs '2'2 ni5j "^

n*:2

^

'::5 nxin 27
":' 23
-pii

. ^ ;
...

nn:^
"T::b

-,•;:>

--jïtj bs bri
ir^ n^i

^îrc2

.'

mx
;

^j^a

I^Dp n"::.ST
'ip'^12

-'

^

nm

riDp 29

^•1'2'2

3>

oyjÎorj.

fn.)

21. 28.

. ': . : ) ^;.':(• .^ : ': : : .^ :
1G.

. . . . .
(sec.
(1.

'

m.)

*

18.

19-

{\.

). ^.
{~.

^5n::

'^.
bis
iSb'

",^-^ ^a 31

"-^
*:
"ip

n^rj r^br^n

^^ -

(1•

xvqioç.

23•

(.

.

24»^. -o^-ao 'pas (?)•]; [rct] --:"-'^
V.
25''.

127.

133^^1.

.

27\

^.

•,

-

. 28». 3.
-,['::].

.29^3.

V.29''. -i:î3^

"^.

v.si*^.

. 22\ "i-r. . 22'•. ~512". 23*^ 'w^ îb-a nron . Vb v. 26''. :nsi nrx •^ ^x. n»:n bsK^b V=xi3. . .
19^
22'^.

-.

-:-!3.

.

~

.

1T. (H. 20). QvConl prononcées... les prophètes antérieurs n'est ni dans l'hébreu ni dans le grec. 19. (H. 2-2). Et dirigez-nous dans la voie de la jus-

tice

ne se trouve ni dans l'hébreu ni dans

les Sep-

tante.

L'Ecclésiastique,

XXXVI,
l\eiiiplis.S(>/.

16-28.

469

.

Prt'ceptoN pour la conduite de la Tie (I-.\IjII, 14).
^^''.",

lieiiIcSiori inonan-abililtiis viM-l)is tiiis.

','i;

Sioii <\o

vos

ini-iiarrables

pa-

.;;

[rolos,
et ^'lin'iatua

pupnlum
liis,

tiitim.
m'Îî ^i
]^,'.^

et

Da lostimniiiimi
et

qui ah initiocrea[li'ira' tua' sunt,

u-u
j

J

^

,,^'
'

j.u.'.'ai,

m.

suscita pra'dicationps. quas locuti Isunt in iinuiiiietuo prophota• priôros.

^^^"• "\|•,,,
i

^.'».
li. 4:1,

is.

votre peuple de votre gloire. Keiidez témoignage à ceux qui dès le coiii[moiieenient sont vos créatures. revivre les ]tréilictions qu'ont et faites [prononcées en votre nom les prophètes
[antérieurs.

1.•..

Da morcrdeni
Ut prophota' tui
ot

sustlnrntibiis te
liih'i.'s

"''ïs'•,*'

Ilécompensez ceux
afin qui^ vos
et

qui vous ont

Ex.

6, i-8.

attendu [patiemment.
(1-

invcniâulur
.

:

j™'i,''iv
Epli.
1

prophètes soient trouvés

',.
9.

[dèles;

Pi't. s,

exaudi oratiunes scrvoruiu tunruia, 1^.131,10. serutulum benodietiouoni Aaron do \t^^3g\ [populo tUO. Is. 30,'l8. ot dirige nos in viaux justiti;t>. n^Î'g, 3V-2C. ~^et sciant omnos qui habitant tcrraui, l>'c• >.
Va. S5. 11.
:).

exaucez les prières de vos serviteurs, selon les bénédictions d'Aaron sur votre [peuple,

et dirigez- nous et qu'ils

dans la voie de la Justice, sachent, tous ceux qui habitent la
[teriT.

2 Cor.

•'..

quia tu es Dtnis conspoctor

sa'culi'u-uin.

^'^^^'^'-,-^-

,',''•

que

Jer.

'itl.'ss.
'"

Omnom
.

oscam manducàbit venter.
.,

^'""'' ""•

el est

cibus

.,

...

L'ibo nn-lior.

Cor pravum.
Prov. 27, 7. Hcbr. G, ;«.
1

Fauces continjrunt cibuiii fera-, ot cor sen.sâtuui verba mondâcia. Cor pravuni dabit tristitiani,
et

Joa.

4, I.

1

Rpg. 25,
iu-;t.'..

homo

peritus resistet

illi.

ot est filia

OinneiH niâsculum c.xcipiot uiulier mélior filia.
viri
[sui,

.Millier

lionu.

Dieu qui voit [dans les siècles. Le ventre dévorera tout(,' nourriture; mais il est un aliment meilleur qu'un ait[(re aliment. Le palais discerne la venaison, et le cœur sensé les paroles mensongères. Un cœur pervers causera de la tristesse, et l'homme habile lui résistera. Une femme jieiit épouser tout homme; mais il i^st une fille meilleure qu"uni' inU)<•
c'est
le
[fille.

vous qui êtes

Spécies mulioris exhilarat facieui
et super

Eccli.

2.Î. 23 ^^ ^ ^^

La beauté d'une femme égaie
et elle lui

face de [son mari,
la

omneni concupiscéntiam hôdesidérium.
Prov.io.
:

[iuinis superdi'icit

Si est linjrua curationis.
est et mitigati<)nis et niisericurdia'

4.

inspire un désir qui surpasse [toute convoitise de l'homme. Si sa langue guérit lex niaux, elle a aussi de la douceur et delà bonté;

non

est vir
.

illius seci'induni
1.

filios
I

ho._

son mari
Prov. ccn.
^^^^_
,, ,, 31. lu.
2, is.

n'est

pas

comme

les

fils

des

[minum.
Qui possidet mulierem bonaiu, inchoat [possessionem adjutorium secundum illuiu est. et co:

[hommes.
Celui qui possède une
[le

1

,,_ ,„_

femme vertueuse a commencement d'une possession
:

c'est

un aide semblable à

lui, et

un ferme

[b'iinna ut réquies.

Ubi non
et

est sepes, diripiétur possés[sio
:

On
et Prov. 27.
8.

il

[ap|)ui où il se repose. n"v a point de haie, la possession sera
[pillée
:

ubi

non

est millier,

ingemiscit egens.

il

n'y a point de

femme,

l'indigent

[gémit.

Quis crédit oi, qui non habet nidum, etdefléctens ubicumqueobscurâverit,
qua.si

^fll'J,"' job. ï9,'is. 1 Cor. 7, 9.

Qui se confie à celui qui n'a point de gîte, et qui va demeurer partout où la nuit le

succinctus latro e.xiliens de civi[tâte in civitàtem?

comme un

[surprend, voleur tout prêt à fuir, errant
[de cité en cité?

Iii.

Vos invnarrahles paroles, les oracles des pro-

phètes.

n. Rendez Irmoigimge; montrez par vos bienraitsqucla captivité n'a pas brisé le lien qui vous unil votre peuple, et que les Juifs d'aujourd'hui sont vos enfants au même titre que les .luifs d'autrefois. 19. Les bénédictions d'Aaron. \oir Sombres, vi, 2;<
cl suiv.
3i)-i8.

le chagrin que cause le mcen garantir les autres. pas sem'l'i. Son mari n'est pas...; son mari n'est blable au commun des hommes; il a en cela un Les commun parmi eux. avantage qui n'est pas /ils des honuncs: hébraïsme, pour les hommes mêmes,

menté saura combattre
ciiant, et

les

humains
.1 le

((ilaire).

Du discernement dans
le

la fuite lies

méchants

et

dans

choix d'une épouse.

il. Le paiai'.s- discrne,- littéralement tnvchc. Dans une phrase semblable de Job, xii, 11, la Vulgate, conformément au texte hébreu, porte ^u^e en discernant [dijudical] (Glaire^. L homme habile lui résistera ; l'homme expéri-

.

le fondement de sa maison, de sa fortune.— C'est un aide... allusion à la Un ferme appui: littéralement «ne Genèse, 11, 18. colonne cotnme repos {colmuna ut requies] (Glaire). 28. Tout prêt: littéralement fj"' « retroussé sa robe et la serre par la ceinture isucrinctus): ce qui Ta rendu plus dégagé et plus libre de ses mouve-2(i.

commencement....

ments

(Glaire).

,

170

Ecclesiasticus,

.
XXXVII.

Prsecepta de bono récrimine

'
-

'

' ^^
'^

; " ]. '" .,. , [ '.
evi

^
'

[ . ' ^, &, & &; " ,
6'
y.dyw,

"
,

XXXVII,

1-11.

vitae (I-XL•!!, 14).

^T^ri^':
-fl

TTu2

[<^
nni«

]

3

bK
î

ti^n'j

yn'j 4

''2T ijTû npri tiyn

nnpn ^^nn
î^bbisn

'''

]

/fj

î

(")

yb

bii

pr bD 7 y^ :> ^^ ]«
^^r

5>

ns-jîn b.x 6

b«i

(')

^

(^)

*^

^*

(^'^)

, . ^ ', , '] ,

"1^23 ni/J^

3?

8

'^

''

]
2.

'

'

, [, '' ,&' ,^ ,
.

;

bi2^ i^bx

n'jb

xpv/rjv

:

'

,

:: by
î
î

d:5?ii

in5jnb:j bïi m^ii

"5-j/j b3> n-p-j-^i

-icr. b/-::.n

bk >n mt2

la-iii

d:?

:-ii:s

b3>

in^ïib":! b5>

^

^^^^
b3?i2

(?)n

i<-::T::

br ui^iU^Tma

'//)'>;,i/o>'evojjç.

[,
[.
(itcm

V.

1—2.

:^i:b "isns
V. 3*.

f- 4 et ). A': "AiitvavTL.

* . ^. ') . : : : * : ) .* . -] . . ' . ') \. . ). ? : (
":
9.
(1.

(vjroQOv.

. . .. . ).
8. N-f"
(
)

.
2•

55 2nix •:; "ix •^nnnit 02:2 :5 mo br i'^STD -pi xbn ams v. 4^ Tii^îiî 'n "i^x ï;;t iin. bs. V. 4^ 353^2 et (v. 5) C5 Gnh: ni:: nnist
cuj

^:
v.

n::î p-^'r^^ n'^nS' nSDI

(1.

;

le v. 5^

présente à son

.

tour une
V. 6='^ n:::
V.7*''. 'rb'J

-ariante

?15 pour

cnbï.

6^ "I3p3.
p:x].
îjs.

6-

p^in^

n-'is' i:5i

(.

':

(1.

-11
nr.

y"i"'

^

mpn
nn

nnn ^nrn
v.

"ix

ix yri-'

et xaï

hv

12. ': <.^.

(.) (1):
D:
1.

...

V. 8*. j'Si'i
V. 9^.

(.

//.)
naaji

:.
'-V.

V.

8•^.

"rs:.

9\

a-^nnÎ).

1-4•.

':

"-:

.:

**

èaV.

A-f

( .)

1J:

,

v.lia.bx. v.ll^[?lri2rt]T3i'i:',b^\

[]:^

.

11«,

••

.^.
,
lis•'. b::;i3

17 sri-o

r

-^

h'j.

'3[?^]

rr.

L'Ecclésiastique,
.
l*r«'ce|itt>M

XXXVII,
.\.\.\VII.

1-14.

171

pour
tlicct

la <*on(liiife «le la vie

(1-.\^, H).
'

XXXVIl.
secl est

1

Omnis

aiiiicus

:

i».-

»it»

l'an

ami

dira

:

«

.Moi aussi

[F.t

opro amiciliaiii

copulàvi

:

',;'„1|'.';;"

[J'ai lié

amitié

»

;

Nonne
-

solo noniin•' amicus. trislitia iiu'si usqui' ad niortom?

amicus

^.^.j.

^
'

^

,^,

Sodiilis aiilonict aiiiicusad iiiimicitiani (oiivcrténtin•.
pi-irsuiiiiilio no<|iiissiiiia,

-'

un ami. de nom .seulement ami. N'y a-t-il pas là un suj<'t de tristesse jus[qu'à la mort V.n outre un compagnon et un ami tourmais
il

est

:'

iindc orcâ[ta os
doiosiliile
[illiiis?

"•

j.,„,

,„
:i,

2C-Ï7j

29.

cooporiro
*

i'iridani

inalitia

l't

rinimitié. a.s-tu été [créée, pour, couvi'ir la terre de sa malice et de sa
;i

[neront

présomption criminelle, d'où

[perddie?
prov. i'

Sodâlis aiiiico conjucundàtur in obloc[tatiônibus, t'I in témporo tribulationis advoisiïiius
[erit.

ir.

L'ami se réjouit avec son ami dans
et

les di-

[vertissements,

au temps de
s'afllige

la tiibulation,

il

deviendra

[son adversaire.

">

Sodâlis
et

amico

ct'-ndolct

causa

vontris•,

L'ami
et
i

avec son ami pour son ven[tre,

'

contra liostcni accipict sciitum. Non obiiviscàris aiiiici lui in àniino
[tuo,

Jon.

3, is.

''

contre Tonuemi il prendra le bouclier. N'oublie pas ton ami dans ton esprit,

cl
"

non

iinnieiiior

sis

iiliiis

in

npibus
[tuis.

et

ne perds pas son souvenir au milieu de

Noli consiiiâri ciim
ol

oo qui

tibi insi-

comtiiium
i„';*\"iVe„-

'

Ne consulte pas avec
et

[tes richesses. celui (jui te tend

[diâtur,

a zelântibus

to

absconde consiliuni.

"Vi'um.
Pr..v.
2.•>,
•.'.

à ceux qui

le

[un piège; portent envie, cache tes
[desseins.

!*

consiliâriiis prodit consiiium, sod est consili;u'ius in seinotiiiso.

Omnis

s

•'

Aconsiliario sorva

ànimam

tiiaiii

:

^

Tout cons<Mller donne son avis; mais tel conseiller l'est pour lui-même. Contre un conseiller tiens en garde ton [àmo
;

prius scito qua' sit illius nécessitas et ipse enini ànimo suo cogilàbit ne lorto niittat sudem in tei rani
:

:

:

sache d'abord quels sont ses besoins; car c'est à lui qu il pensera. Crains qu'il ne plante un pieu dans
et qu'il

la [terre,

et

dicat tibi

:

ne

te dise:
;

" Bona estvia tua
et stet
'-

:

rrov.

ig, 29.
^-

' 1

contrario

vidére quid

tibi

^^-

voie est bonne » et qu'il se tienne on face, pour voir ce qui
[t'arrivera. irréligieux, traite de [choses saintes; avec un injuste, de justice; avec une iemme. de celle qui la jalouse ;

"Ta

[evéniat.

^•°•"•«•

Cum

viro irrcligioso tracta de sanc[titàte,

summe
'^^""us!"
I„ ^ ,. 26. Eccli.

neus

1-

Avec un

homme

etcuni injusto do justitia, et cuni muliero de ea quaj a'niu];'itiir ^ -, 1111 cum timido de bello, cum nofîotiatore do trajoctione,
. .

:

2s-29;2o, u.

avec un hommr timide, de guerre; avec un marchand, de transport dcit mar[rhandiscit;

''5

cum omptore de venditiône, cum vire livido de gràtiis agéndis, cum impie de pietate, cum inhom'sto de honestâte, cum operàrio agrârio de omni opère,
operàrio annuali

'•'

avec un acheteur, de ciiO.se à vendre: avec un homme envieux, de grâces à rendre; avec un impie, de piété; avec un homme déshonnête. de l'honneur; avec un labouivur, de toute espèce de tra[vail

de liihuura(/e;
[de l'année;

" cum cum

de consumnia[tione anni,
:

'*

avec un ouArier à l'année, de l'achèvement avec un serviteur paresseux, d'un grand
et

servo pigro de multa operationo
his in

non atténdas

omni

consiiio.

ne

te fie à

eux dans aucun

[ouvi'age conseil.

:

dans
i.

XXXVII. 1-6. Du discernement le choix des amis. De sa (illius). Ce pronom se rapporte au faux ami dont il vient
d'être parlé (Glaire;.
"i.

à sa personne, à
mse suée
(Glaire).

lui,

comme

ani-

to. Qu'il ne plante... On mettait du hois ou une pierre dans le chemin pour faire trébucher les (las-

Pour son

i-c/iire, qu'il

ne peut

plus satisfaire à

la

table de son
le

ami devenu malheureux. '•2\''. Du discernement dans
choix
!).

sants. Voir plus haut la note sur XXXI, 7 (Glaire). i-2.Avec un /tomme irrrligieux...

(les conseillers.
c'e.fl

Depuis ce verset jusqu'au \i'=, où se trouve l'apodosc, c'est une ironie ou (Glaire
i i.

lui qu'il pensera; «•'est-à-dirc à son intérêt personnel; lillêralemont à son esjirit:

Car

à

une concession continuée
.

en supposant
lrèsprobal)le) suo soient au

(ce qui

que

les

nous parait mots animo
signiiient

{de
Soldats nssyrione armés «lu bouclior (D'après X.a;arcl).

De l'achèvement de l'année consummalionr anni); c'est-à-

datif, et

(.

dire de tout le travail qui doit être fait pendant un au (Glaire).

172

^""^'
UV

'^ ivrrj
y.ai
^~

eùv nraioïjç,

18 ipijyj'

, -' ' . /, ] . ,. '
.
I»rtecepta
fie

Ecclesiasticus,
boiio

XXXVII,

12-28.

resim»"» «**« (I-XL<II, 14),

7j

/^

"ins'j ts^ Dii

i^

12

(}

ri

^^

&^
"//)'

-^

-

'

&. . , ' ^' [,
. ,

[, '^ [. ,
^

pn
rnr3?i23

nnb

\^
iriDi^

û:i i3

"

'^

ib 1 4

b5< bi< ^T^v

nbî^ bi Dri rj

nm
Î

niarj bi

^
mp
nit3

ig

inn^r!7j [j^J^n brs bs taï^n^

"

"
^
ai

-^"
-*

-•'^
-''

^. & '. ,
)•
]

. [,

nib nib^nnn
\r-r\tr u-izi^

17

:'^5

is

^^ D^^ni
îl^iûb b^bs

n>Hi

Dir:5
Î

Dn rbmiz^ n-znb Dsn ts^
.xin iu:2Dbi

19

bisi:;

, . [-

-'^
-^
'-''

"^

•^'

, ' ^. ) ) [, , , [. , ,

, ,. .
aijvij'

Dsr;^ TOSDb
:

D^n ^n
^n^T ^ns

22

in^i:

b:?

b)iC^'• W^J

^^
nsn
24

r»^Dyn[n]

b

26

jâ;s] CD

ym
n^s

^sn 27

.
:
21
.

;nb

-jnn bi^

nb
-j

s^n

n^t: biDb h^r^
;

nx-n xb ^5 28
i<b

nnnn

bs "2] bs
l-TllS^a.
'^3

^ . :.. . . . ) . ) . '. . .
17
^pr.

V,

12». IDiN.
"IDÏI1.

V, 12''.

V. "|3

12<=.

133^33.

m.;

:

xaqâÎau.

:

19- D:

xei•

^

9. ': '.': •. ^, .
18•
(1.

V. 12'^.
:

V. 13'^''.

12:373

-iinx

ûx.

(?)"}^3

C'Siî.

. 14=^. •5. . 15\ "^.
b3 'Dsb

:nrjn:3 Nin

lï'is

nnx3

nn . u•». D^isnw^ . le^''. h^ ts^". noi'a. . 17\
"an^

n^s

22•

:

ADN* (•)

(1.

(>)

'f"'-

23• ):

2•

:

~:

-2.
;•

. 18^
V.

n-:2 "^33^.

. 18'•.
V.

(?)5"n.

.

fl.

*-

29. SCC.)avTçJ. 31. B^:

:

27• ': 30• AUN* ;.

nb"r3".

*•.

3X*3.

22

(.

23)

030

.
18<^.

D*

''

\.

D:

(1.

cnrsa
27\

inr-i "«ns nsn-i i^-b.
V. 28=*.

v. S5*'. -ji-niri,
'5 '^3.

V.

"l3!-;3.

3l3~n STJ '3b

L
Sed

Ecclésiastique,
pour la

XXXVII, 15-31.
de la vie (I-.\IjII, 11).
'

173

I. l*r«'(*opteN

i-oiMluite

cum

vii'o

sancto assidiius csto,
obsorvàrileiu [timnrciii Dei,

i'"•

'".

-'•

quonicumquc coirnoveris
cujus
ol

ùniiiKi

ist

socuiidiim
in

âniiuam
[tuaiii
:

'''

Mais .^ois assidu auprès d'un lioiiime saint, lorsque lu en aui-as connu quehiu'un qui [garde la crainte de Dieu, dont l'àme est selon ton àme,
et ([ui, lors(|Mi•

qui,

ouiii

titubàvcris

ti''iii'biis.

;con(loU''lpit tilii.

Cor boni i-onsiiii statue ti'cuiii non osl eiiini tibi ùliuil piuris ilii).
:

dans les ti'•prendra part à ta douleur. ' Î:tublis en toi un c(inir de bon conseil; car aucune autre chose ni' vaut davantage
tu cliaiicejleni.s

[nébres.

Anima

viii sanoti

cmintiat aliquândo Mm.
fvei-a.
1

11,211.

"*

Lïime d'un

vZ^ijlÎÎ:
j-u.
ï,
.';.

quam septom

circunispoctorossodenlcs [in c.xoéiso ad spccuhïnduiu.
,

Et in his omnibus dopi-ecâre Altissi[muni,
ut dirigat in vorili'itc

''

J'-^,\' Sap. 10,

[pour toi. connaitre iquciquelois les choses vraies, mirux que sept sentinelles assises sur un [lieu élevé pour observer. Mais en toutes choses pri(> le Trés-llaut

homme

.saint

lait

l'i.

viam tuam.
vcrbuin
vcrax
'»« ».-iiio
'-'"

Ante ijmnia opcra
ot anto

pour qu'il dirige ta voie dans la vi'rité. Qu'une parole vcridique précède toutes
[tes

[priL'cédat U•,

"

'""

ceuvres,

oninom

actuiii

consilium

sta- eccu. .12, 2 «•"''• [bile.
Mat.
1.1,
.t. 1

1

et
;

un

conseil inniuiable, toutes tes actions.

-'

Une

2.1,

ex quo partes ([uàluor oriuntur. bonum et maluin, vita ot mors
et doiuinàti'ix liloruni est assitlua

Prov.
1

4, 23.
l.i.

Cor.

.
21
;

Mut. 12,37.

Un[gua.

l'rov•

is,
4.

1.),

Estvir astiUus miiltorum oruditor,
et iinima^

parole mauvaise changera le cœur, d'où naissent quatre choses le bien et le mal, la vie et la moi-t et la langue exerce sur elles un pouvoir [continuel. est Ici homm•) habile qui en instruit Il
:

:

^,?„,Vi','||

suai imitilis est.

Prov.

1.".,

7.
21•,.

et qui, à
-•-

.•1•.

Vir poritus multos erudivit.
etaniniip sua> suâvis est. Qui sophistice luquitur, odibilis est
in
-*

2,

[beaucoup, son àine. est inutile. Tel homme expériment(' en a instruit beaii[coup,

job, .w,
:

i.t.

-3

^,^'

'','^,

-3

omni non est

re defraudâbitur
ilii

:

data a Domino

frrûtia

snp. 1, 11. Jer. !>,8.
:

-^

omni enim sapiénlia defraudâtus
Est sapiens àniniie suie sapiens et fructus sensus illius laudâbilis.
:

est.
-'>

Eccli.

.•!2,

Xi.
;

Prov.
JftC.

», 12

son àme il a rlr doux. Celui qui parle en sophiste est haïssable; de toute chose il sera dépourvu. La grâce ne lui a pas été donnée par le [Seigneur; carde toute sagesse il est dépourvu. Il est un sage, sage pour son àme, et le fruit de sa sagesse est digne de louet à

.•),

17
1.•.,

[ange.
2"

-6

-'

Vir sapiens plebem suam érudit, et fructus sensus illius fidèles sunt. Vir sapiens implébitur benedictiôni[bus,
et vidéntes illum

Jer.

.3,

L'homme sage
(>t

instruit son peuple,

les fruits

Pi. S», 10.

'-'

L'homme
et

do sa sagesse sont durables. sage sera rempli de bénédictions.

Job,

14,

.'..

A]i. 22,

.'..

laudâbunt.
:

-8

-9

"^

2'

Vita viri in numéro diérum dies autem Israël innumerâbiles sunt. Sapiens in populo hereditâbit hono- ^'i'/,"';'"' [rem, sap. i, 10. ot nomen illius ei'it vivons in œtérnum. Fili in vita tua tenta ànimam tuam 2 cor. et si fûerit nequam, non des illi potes- 5.^"'•,• ifat.' 11,' 12. [tâtem J»''• '---'• non onim omnia omnibus expédiunt, et non omni a.nim;e oiune genus placet.
:

-8

'-"

ceux qui le verront le loueront. La vie de l'homme est de peu de jours ; mais les jours d'Israël sont innombrables. Le sage héritera de l'honneur au milieu
et

son

nom

"0

1.3,

.i.

Mou

fils,

[du peuple; sera vivant éternellement. dans ta vie, éprouve ton àme,
est

et si elle

mauvaise, ne

lui

donne pas

'"lio

:

31

puissance; car tout n'est pas avantageux à tous, ot tous ne se plaisent pas aux mémos choses.
[la

15. Sois assidu auprès d'un hoinmc sainl, pour en recevoir conseil et exemple.

c'est-à-dire

18.

verl)e

Mieux: mot impllLitement contenu dans l'adquam, qui, par heliraismc, est mis pourpius

Le fruit de sa sar/esse est dii/tte de louange: que celui qui preliie de la sagesse pour lui-même en fait aussi proliler les aunes.
25.
28. Les jours d'Isi-acl sont innom()rnblcs: celui qui possède la sagesse ne vil que peu de temps, mais le peuple à qui il l'enseigne doit durer toujours; puisque au peuple d'Israël doit s'ajouter le peuple chrétien dont le règne sera éternel. 30. Dans ta rie; dans ta manière de vivre.

(jue {plus

quam)

(Glaire,.

20. Qu'une parole...: littéralement avant toutes les œuvres, qu'une parole véridique te précède Glaire). 2!'-.3l. Des savants et des sages. son âme il a élc doux: il a trouvé de la douil. ceur pour S'jn àme en instruisant les autres.

174

Ecclesiasticus,

XXXVII, 29 — XXXVIII,
bono
re^iiniiie TÎtae (l-XL•!!, 14).

12.

.
^-ikfr

Pi'spcepta

fie

^^"
xai 7
^
'

/'
âè

]

&^

h'

îyyibX

X.XXVIII.
y.al
^

'. , . .
TQVcffj,

^"
''

•'

'..' ''"
^

^

^^. ^
;

' ^. , &. '&,
.
1•

.

,,
\,
î

'.U'W^'ù bD

b:?

^s'â:n bs^i

îX"iT bi5 T'j"

ran£ni
5<bn 31

^-^-

^{$

n^ni

^2

2
^-:;•^

îbïi

pbn

ta
-j

Dsn^ bx
Jîiïï^

2

ip'2 ni}<:ji
r\V'\ 3

lïïxn D^nn

niamn

x'iitj 'pii/j

biiç

4

,), '^
^

.

& ,' ,
]
.

Dr:: ip^n'jn

:2

iriDvS biD

;5> i<bn rninb n'ûis?!

.

nrn iriDj^b -n^i 6 nnmnra nsonnb niïi57j n^r 5<2 dî-ïz 7
î

nnpn-j
in^i^Ja

n-^ris?

^'
isb

'\

'^^^"
"
^-

, , [. , ,
[.

^[, .
5.

. [-

2:^
bi<

p52b

[,
î

^irnn

^b^ni ^]i 9

55^

isin ^3 bi^ bi<

bbsnn
d[i3]
>

n^D5 ^sn-Ji
:

bi:5>52

nb nnt:

d^^'^js bs^ai
fii[n^3 ::^]; ii

nijf«

Dip53 j[n
î

îiisj'inb

d:o 12

^^-2.

,

1

Dj ^i •:;1^ î^bi

.
32.

1):

(1.

^.)

«.
(in

34- ADN: { •}- (.

cludit Traça
f.)

TOI' TToV.) Tiâv

.
m.)
:

DN't

vno âyd

(1.

^. ^. ^ . ^). ^.

(a. xvq.) 6. 2.

), . . .
(1. ^'') f)ia.

V.

29^

/. ':
*
3.

33.

:

(1.

';)
Tifi.

bx -rtin. :•23^.
1513.
V. i'\
"^s.

V. 29^''.

Vx

5;r;r,n

ixi iisyn bx

imn bx

v.30^|1-l' baix.

V. si•*.

Tccnr•.
n: ^z

V.

v.30^ ^-iT-um. v.31\ p. nST, ihià. ''.
'Sp

Tsec.

m.) *

v.i^''^.

-2-i:î

31
v.
8<=.

toi-i

toi

yàq.

-.
'
:

Nf
N:

(a.

.)

A-

iincis in-

:bx pbn imx.
V.

v. 3'\ ûi3"-r.

é^n^-ab xna.

A-f
(1.

6•

7•

A':

V.

5^ r"r. 8\ mp.
V. 9*.
'r.

V. •*. :t:n^3
V. 8'\
riDUJ"'.

V. 6".
V.
9"^.

:cn-nna:.
v. 10^.

"1220 et "iJE^

(A^:

,

(SCC.
9•

':înïf.

'^--.

v.

bbs.
v,

ADx:

:

-irn

V.

11^ nrnrTx.

ii^

^,

\1
ihià.

10.

L'Ecclésiastique,
.
«-'

XXXVII, 32
tle
•'-

— XXXVIII,
.sois

12.

175

Pri'pepteM pour la conduite

la >le (I-AIjII, 14).

et
'•^'•'

Noli àvidus osso in omni cpulationo. nonto rlITindas siiporoniiioin cscaiii
:

Kulitni.
'•'•

et

la multis l'iiiiu cscis erit infirniitas. et aviilitns aiipmpiniiiKibit iisipio ad
[l'Iinlcraiii.

i
'

-'1,

H.
1 I.

avide dans aucun festin, sur tous les mets; car l'excès des aliments cause la maladie, et l'avidité approcliei'a jusqu'à la maladie

Ne

ni' te

Jette pas

13,

[noire.
••'

a*

l'i'optiM•

crjpnlain

iiiidti obii'iaint

qui aiit.'inàbstinons

est. adjifiol vitaïu.

'-"^'.y.;

•]';--

Beaucoup sont morts d'intenipérance; mais celui qui est soljiv prolongera sa
'

vie.

X.WVIII.
(•toniin

'

Honora lur'dicum piop[ter nocossiluteiii
:

lion
nii'cii

W.WIII.
car
-

Honore
l"a

le

médecin, à cause de
[la nécessité
;

illiiiii

civâvit Altissiimis.
oiniiis iiiedi-ia,

le

Très-Haut

créé.

A
•'

1)<• ost

t'iiiin

Car toute médecine vient de Dieu,
et

rego accipiot dunatiùncin. Disciplina iin'dici exalt;il)it capiit illius, et in conspoctii niagnatni-um coliaud;iot a
Idliir.

''•

La
et

recevra du roi des présents. .science du médecin élèvera .sa tète, en pn''sence des gi'ands il sera loué.
a cré••

*

Altissiimis
et vir

croavit

do terra

luodica[uiénta,
Ex. 15
Is. 3'
,

''

Le Très-Haut
et

de

la

terre les médi-

[caments,
21. 20, 7.

priidons non abhorn-bit illa. Nonne a ligno induicâta est aqiia

[amâra/
'

Ad agnitionem hominum

virtus

illo-

4,

33.
20.

f'

abhorrera pas. N'est-ce point par le bois qu'a été adoucie [une eau amère? A la connaissance des hommes en est parjirudeiit

rhomme

ne

les

Sap.

r,

[riini,

Eccle.

3, 14.

et dédit liominibiis sciéntiam
lionon'iri in mirabilibiis suis.
'

Altissi-

et le

Très-Haut leur a donné

[venue la vertu, la science

[mus,
In lus curans niitigâbit dolureni,
et
et
'

unguentârius

lïiciet

pigmenta sua[vitâtis.

pour être honoré dans ses merveilles. Par eux, il apaisera la douleur, et le parfumeur en fera des parfums de
[suavité,
et

*

unctiûnes conficiet sanitatis, et non consuiuiuabuntur ûpera ejus. Pax enim Dei super lacieia terra'.
Fili

s

en composera des onguents salutaires, et ses ouvi-ages n'auront pas de lin. Car la paix de Dieu est sur la face de la
il

[terre.
'>

in tua inflrmitâto ne despicias In morlio
[te

'••

Mou

tils.

ipsum.

oranflu•^
Iteu».
Jer. 1", H. Eccli. 21, 2.

dans ton inlirmité. ne te mé[prise pas toi-même,
Seigneur,
et
il

10

"

sed ora Dc'«niinuni, et ipse curabit te. Avérte a delicto. et dirige manus. et ab oiiini delicto munda cor tuum. Da suaviti'item et menioriam similâgi[nis.

mais prie
10

le

te

guérira.

L.im.
1

3, 41.

Ps. 142, 6. Tlui. 2, S.

Ps. 26,

5.

11

Prov. 2S, 13. Mat. 9, 2.
•'<'^;,V^'

Détourne-toi du péché, règle tes mains, et de toute faute purifie ton cœur. Offre un parfum de suavité et un souvenir [de fleur de farine,
et

et
'-

iiupingua oblationeni.

et

da locuni
[médico
: :

engraisse l'oblation,
le

et

alors

[place au
1-

donne médecin:

étenim illum Dominas creâvit

et

non
te,

»,

lJ",;, i6: % i
^'^^•^•

car

Seigneur l'a créé,

et qu'il

[discédat a

ne s'éloigne [pas de toi,
nécessaires.

quia opéra ejus sunt necessaria.

parce f|ue ses œuvres te sont

33-3-4.

Eviter les excès de rintenipèrance.
1-8. le

de Mara. Voir Exode, xv.
6.

3ii.

En

est

parvenue

la vertu

{virtus illorum); la

XXXVlll.
1.

Des médecins.
médecin.
Il

Honore

n'est pas question

des

vertu des médicaments, dont il est parlé au verset 4 ; la c'est-à-dire que Dieu a fait connaître aux hommes

égards dus au médecin dans l'usage ordinaire de
la>ie, mais seulement dans son ministère qui lui
vient de Dieu. Chez les Juifs les fonctions de

vertu des médicaments (Glaire;.
7.

Par eux; par des médicaments.

Voir la note

méde-

cin étaient exercées par les prêtres et les Lévites,
ils

il y a toujours de nouvelles maladies, les médecins ont

précédente.

Et ses ouvrages

Comme

étaient par conséquent entourés d'honneurs par-

toujours des médicament* à employer
9-15.

r.laire).

ticuliers.

supposé que l'auteur de tique était médecin. i. Recevra du roi des présents. .Si le
a

On

l'Ecclésias-

Comment

il

faut se

comporter dans

les

mala-

dies.
roi

honore
II,

11.

Un souvenir

ainsi le
le

médecin, à plus forte raison doivent faire.

les particuliers

2, IC.

— Engraisse l'oblation:

de fleur de farine. \oir Léritique, que ta victime soit

grasse, parfaite (Glaire).
.'i.

N'est-ce point... L'auteur fait allusion

au miracle

176

Ecclesiasticus, XXXVIII, 13-23.

.

l»r;ecepta
iv

'^' «4
^''

^ {.^, [, . , - ' , ,, [ . ^, ^[, & [ - , ,
ïaoiv

-/.ai

/

tie

liono

regimîne

vîtse (I-.\L<I1,

[,

).

5:2 "2 '<
;>'^
b^i

bx

<

ns? ir^ ^i 13
d:;

^i

u

mirs

ib rS'i^

^^<

^'•'

^**

tiTci

^

nrn

b^ ^di i6

Î

cnriji nbinn

^^

^iiZ'2
:

nnm

^:n

^^

'

'

\4

^
']
&^,

::5

ibnii

^^
nr
18

:

biii

i7

W12T mns^n
pDii

n^r^i

'^
-'

'^'^

JKr

2^

-''"

,, & ., [. ,
[ '
I.'Î.AB'rfvwJta. 14.
13.

.. ^ ,

. , .,

i<:ii^

'
"p
b^i

înn^r
113?

r;3n"

nnb 3>
n^'^rn

nb

i^b°ii

b« d

"
î

iî^n "S

ipn 'nsT2i
22

Di-n ^bi bt^r.ii ^b
^:d

nipn

ib -pii
î

:?^in "|b^ b^:iin rra

l'^-T ra';2:iin:2

nniiJTû 23

^^ . ). . .
^pr. ni.) * yàq. D:
dO. ':

[, '. [
evV
20•

V.

13— u\
14^

-i^nri

bx ^s xin id
1''.
16•^.

'

: -. .
.
£5^153
l^bï.

;:.
.

.

-',
û"isiu

'
V^".

ncx ?.

et "'^

.

16\
16'^.

.

.

l7^

20^ "cni.

•'. ^sn. . 20^ -^ . 22». •. . 23\ n3C3

' asiunD. .

(1.

A:

(1.

19.

:

':

fTrcywy^.

;

. (: *
et

^.)
(pr.). 23.
xç.

(:
':

).

-

). .
1"<^-'').

(SCC.

.)

17. à cause de la dclalion,... durant un jour. €es mots ajoutés ici par la Vulgate, sont une répé-

des Septante) (liéhreu,
19 (H. 18).

Et

elle

accable la force n'est ni dans

tition anticipée

d'une partie du

y. 18 (de la

Vulgale

riiébreu ni dans le grec.

L'Ecclésiastique, XXXVIII, 13-24.

177

.
VM
i|>;5i

Pri'ceptei*
in

pour
maniis

la «-ondiiite

de
1^

la vif (l-.\L<ll, 14).

LMiiiii

tempus quamlo

il-

Car

il

l'st

un temps où

tu lonibcras entre

[lûriiiu

incluras
ut
"•

[leurs
or, eu.\-mt""mes

mains

;

vcro Duniinnm depi-ecabûntur,
[dirij^at ivqiiioni

ooruni.

cl

sanitatcni, propter convorsatiùnem
[illoruiii.

Qui dplinquit

in conspt'-ctu ejus qui
[cit

t'o-

i^

Seigneur qu'il [dirige le soulagement et la santé qu'ils veulent te procurer, en [vertu de leur profession. Celui qui pèche en présence de celui qui
prieront
le
[l'a fait,

euui,
loiiibera
lloclerale
't'

incidol in nianus int'dici.
Fili in

dans

murtnuin produc lacrymas.

et quasi dira i)assus incipe plorâre,
Eccli.
:'î,

et

Mon fils, comme

mains du médecin. verse des larmes sur un mort,
les

celui qui

a soulîert de cruels

[traitements,
et selon la

commence à

pleurer,

Cl

sccùndum judiciuni côntogo corpus j„
[illius,

y, iV.is.

coutume, couvre son corps,

Tob.

2, 3-4.

et

non despicias sepultûrani
autoni
[lucluni

illius.

et

rroptcr dclatiirani

amârc illius une
:

for sReg.

i!, 23.

1'

die, ^«'.
1

22,
4,

u
12.

ThciS.

Cl consolâro propter tristitiam
et fac

luctum secundurn uiérituni ejus

18

uuo

die. vol

duûbus propter detractio[neni.

ne néglige pas sa sépulture; mais à cause de la délation, porte son deuil [amèrement durant u-njour; mais console-toi dans ta tristesse. Et fais ce deuil, selon son mérite, un jour ou deux, à cause de la médisance.

A

tristitia

enim
cordis

festinat mors,

et

co-


Eecii. 30,

Car

la tristesse

hâte

la

mort, et

elle

accable

[operit virtûtem,
et tristitia

[la force,

flectit

cervicem.
tristitia
:

^J^-'î^ij,. ".20•
ï Cor.
7, 10.

et la tristesse
20

du cœur courbe

le

cou.

In abductione

pérmanet

eccu. 30,

22.

Dans

la

solitude s'entretient la tristesse,

et substântia inopis

seciindum cor ejus. pror. 13, Ne dédoris in tristitia cor tuum, Ipsi moriemur. et mémento sed repélle eam a te
7.'
:

Prov

M

13
'-1

et la vie

Ne

livre pas

du pauvre est selon son cœur. ton cœur à la tristesse
;

mais éloigne-la de
--

toi, et

souviens-toi de
[ta fin dernière.

Prov.

14, 30.

[novissiniorum.
noii oblivioci
:

neque enim

est convér[sio,

joi,,

16/23
9!
2,
1.

Ne

l'oublie point

;

car

il

n'est

pas de retour;

j

'7,
.11..

et

huic

iiiliil

proderis, et te ipsum

pe.s•

tu ne lui serviras en rien, et tu te feras le

[simâbis.

[plus
Eccie.

Mcmor
niilii

esto judicii

mei

:

sic

enim

erit
:

-"
9,

10,

Souviens-loi de
à

mon

grand mal à toi-même. jugement, car le tien

[et tuuiii

'
^"'V' "•. 2 Keg. 12, 21.
1

[viendra de
•-*

même aussi

:

heri, et tibi hôdie.

In

réquio niortui requiéscere lac me^

[nKjriam ejus,
et consolâre illum in éxituspiritus sui.

Mach.
27 ' 29

13,

moi hier, et à toi aujourd'hui. Dans le repos d'un mort, laisse reposer sa [mémoire,
à
la sortie

et console-le

de son esprit.

13. // est «îi temps ou tu tomberas entre leurs mains; on méprise le médecin tant (jue l'ouest en bonne santé, mais un temps vient ou l'on est l)ien

obligé d'avoir recours à ses services.

«

Tant <iue les

hommes pourront mourir
le

et (|u'ils

médecin sera
14.

raillé et

bien payé

aimeront à vivre, ». La Bruyère,

cause de la délation; c'est-à-dire des murdu scandale qui auraient lieu, si tu ne Mais pas des marques de ta douleur. console-toi... L'auteur condamne ici deux excès ; le premier, de ne |)as pleurer; le second, de pleurer inconsolablement et sans On.
17. -1

mures

et

donnais

De quelques usages.
prieront. « Quand je trouve la médecine impuissante, je m'adresse a Celui qui peut tout guérir », disait le docteur Récamier. 15. Ceiw» qui pèche... tombera dans les mains du médecin. Nos maladies sont souvent occasionnées par nos péchés ou en sont la punition. 16-Î4. Du deuil et des devoirs à l'égard des morts. 10. Commence pleurer. Le grec signifie proprement CCS lamentations solennelles (lu'on faisait en mémoire du mort et dans lesquelles on récitait ses

Eux-mêmes

20. La vie; telle est ici la signification du mot sul/stantia, expliqué par le texte grec et la version Selon son cœur; c'est-à-dire que si le sixline. cœur (lu pauvre est livré à la douleur, au découragement, sa vie ne pourra être que très malheureuse; si, au contraire, son cœur est dans la pauvreté, patient et tran(iuillc, sa vie sera bien moins dure et

bien moins tourmentée. 2-2. Il n'est pas de retour de la mort à
Xi. Souviens-toi...

la vie.

Le sape, pour

faire plus d'im-

louanges
L'usage

ses bienfaits. Couvre son corps. des Juifs était d'envelopper le corps des
et

pression sur son disciple, fait i)arler un mort. De mon jurjcment : du jugement (|ue Dieu vient d'exercer sur moi, en me retirant de ce monde.
-i'é.

morts avec des bandelettes et des suaires, comme on le voit dans l'Évangile (Luc, xxiv, 1-2; Jeczii, xi,44;
XIX,
'«o;.

Dans

le

repos...

c'est-à-dire

ne

te

tourmente

pas au sujet d'un mort, il est en repos; console plutôt celui qui est sur le point de mourir. 12

BIBLH POLYGLOTTE.

T.

V.

178

^^

^^

' & /'

Ecclesiasticus, XXXVIII, 25-34.
Prœcepta de bono reg^imine
èv

.

^"^

^*

-"

^"

&. 3 ,
^
2G. A': 1. Tt (pr.) xaï. B': J/ fpr. m.) : (1.

, , [, / ; , ,. , ,' , ., &' ,
ôa-

, &[.

YÎtt» (I-XL•!!, 14=).

:

dsnn^

«

pD2>

iDm

^i2h)2

^2\

Dsnn^ n^s hd

pnn53 nibsb 'im^piri 26

:[^53][

^Ji^b

ri^ir;

nb

niry

|<

27

5^ ni^ja

îasiu'ii.

. 27*^. snr

^'

•''

^^^
^
'

, .
An*
çaç.
25.

OTL ovTWij.

29.

. (seC. ':

.
.)
te

.)
*

.) .. :
28.
etc.

,:

. ).... ^ ^. . .
AN:

. , ..
.
:
(:

., ,,
^';oç
(1. v/r.;

^- . ,

: ).

30.

':

(^:

xcî
II). )

.32.

:

33. Xi"

(.)

(sec. oç. 34.

:

(1.

.^
:

(1.

'^

AB^S*

ovj'Tf-

':

fcyoj'

Bœufs

traÎDiint

un fardeau,
«

pressés par l'aiguillon (t.

2'!).

Celui qui agit peu acquerra la sagesse. autem, dit saint Bernard, De considérât., i,

Nunc
quo-

questrare.
sus, dit

7,

niam
esse

dies

mali sunt,

sul'ficit

intérim

admonitum

nec semper dare action!, sed considerationi aliquid tui et cordis et temporis se-

non totum

« Nec sic quisque débet esse otioAugustin, De Civ. Dei, xix, 19, ul in eodeni otio utililatem non cogitet jiroximi, nec

»

saint

sic

actuosus, ut
».

contcmiilalionem

non

requirat

Dei

L'Ecclésiastique, XXXVIII, 25-34.

179

.
-•

I*rt'cepteti

pour

la ooiidiiite île la vie (l'XLilly 14).
••••

Siipiéntia scribiu
et

in

lomporc

vaciii[<"l'S

«i"ieio

-^

La sagesse du
l't

scribe lui viondi'a dans le
pi'u

|
(|iii

.,.
i..ua.

,
.1,

:i.

iiiinoruliir actu, sapic'ntiani piM•[cipici :

-.'v

colui qui

ri;;il

[Icnips do loisir; ao(|MoiTa la sagosse;

([\\ sapii'iitia roplobitiu•
-'•

ilr qiirllr
-1'

sagosso sera rempli
gloii-o

(lui ti'iiot

arutruiu,
boives âfiitat,

celui qui coufluit
<|ui

ol

^'loriàtm• in jàculo, stiimilo

mol sa

une cliarrue, à tenir le licou,

(jui

avec

[l'aiguilkiM lait marclicr des bœufs,
vit

cl convcrsaliii• in op<''i'ibus

ot
-*

onamitio ejus
suiini dabit

in filiis

eorum, taurorum.
kccIï. 39,
2;

au milieu

<le

et
-'

s'entretient

leurs travau.v uniquiuiicnL dos petits des

[taureau.\?

Cor
(>l

ad vtM'SUndos sulcos, vigilia ojus in sagina vaccâruni.

-*

Sic

omnis

labtM• et architi'Ctus,

-S

qui noctoni tanquain dioni trânsigit, qui scuipit signacula sculptilia, et assidûitas cjus variât pictûram cor suuni dabil in siniiliti'idineiu pic:

applique son ceur à tracer des sillons, et ses veilles à engraisser des génisses. Ainsi tout ouvrier en bois et l'architecte qui passe la nuit comme le jour; «i/i.st colui qui grave les cachets do ciselure et par un travail assidu varie la figure; sou c(eur ;ï la représentation il appli(|U(>
Il

ftiiro',

[de la pointure,
-^

et vigilia
-^

sua pcrliciet opus. Sic labor lerrârius sodens juxta
:

iiicû-

g en.

4, 2:'.

[dcm,
et considcrans opus ferri vapor ignis uret carnes ejus, et in calore fornâcis concertatur
"0
:

vox
et

niâlloi

innovât aureni ejus,
vasis oculus [ojus :

">o

achèvera sou (ouvio. Ainsi l'ouvriei• en l'or assis près do l'en[clumc et considérant l'ouvrage do 1er; la vapeur du feu desséchera ses chairs, et contre la chaleur de la fournais(î il aura [à combattre le bruit du mart<^au se renouvelle à son
ot

par ses

veilles

il

;

[oreille,

contra siniilitudinem

ot
21

son œil est sur

l'objet qu'il veut

repré-

[senter.
II

•"

cor

suum

dabit

in

consumniationem
[('iporum,

et vigilia
•-

sua ornâlùt in iierrcctiunom.
3-

et

appliquera son cœur à l'achcvomont de [son ouvrage, par ses veilles il remboUira jusqu'à la
le

Sic figulus sodens ad opus suum, convértens pédibus suis rotani, qui in soUicitiidine positus est soniper [propter opus suum, ot in numéro est oninis oporutio ejus. 33 lu bràciiio suo l'ornulbit lutuui.
et anto
2*

[perfection. potier assis près do son ouvrage; tournant avec ses pietls la roue, il est toujours dans la sollicitude à cause [de son ouvrage, et toutes ses a'uvros sont on nombre.

Ainsi

•'"

Par son bras
ot

il

pedos suos curvabit

virti'item

devant ses

i)iods

façonnera l'argile, il courbera sa force.
cci'ur à

[suam.

Cor suum dabit ut consi'nnuiot

linitio!

"•'*

Il

appliquera son

mettre

le

dornier
[vernis.

nom.

25-3!•.

I.a

science n'est

pas

faite

pour

les artisans, <iuelque

Les rorgcrons grecs et romains travaillaient debout. Voir la
figure, p. 181. 30. .Se renouvelle
le;

indispensables qu'ils soient. •. Ouvrier eu hois. Le terme latin f'tber veut ilire celui qui travaille les corps durs en ifénéral,
la

à son

oreil-

pierre,

le

bois,

les

littéralement, et par une usitée dans le figure assez style biblique, rrnouvelle son
oreille.

métaux; mais, dans ce passage, i)arait signilier ouvi-ier en
1

L'objet...,

littérale-

hois.

comme

le

charpentier,

menuisier,

etc.,

mis en opposition
en fer

parce qu'il est ouvrier
Cf. ÏG). (D'après Placi)

fabcr ferrarius) du Charrue assyrienne verset suivant (Glaire). sK•. Assis ]jrès de l'enclume Anciennement les inarécliaux travaillaient assis d'une manière très pénible autour de leur forge ou de leur enclume, et maniaient ainsi leur soiilllet, qui n'était pas attaché au foyer de la forge; ce qui, suivant les relations des voyapeurs, se prati<iuc encore aujourd'hui en Orient, ou les orfèvres eux-mêmes travaillent assis devant leurs creusets, placés au milieu de leur boutique, par terre et sans cliemince (Glaire).

\

le

ment, la représentai ion d'un vase. Ce dernier mot a en latin un sens très étendu, ainsi, il se prend pour meuble, instrument, outil, vase, bagage, etc.
(Glaire).

Ine des manières les plus fabriquer la poterie, consistait .i tourner avec le pied la roue sur laquelle était I>lacée la terre et que le potier assis modelait avec ses mains. Les potiers en orient travaillent encore aujourd'hui de cette manière. Voir la figure,
32.

Avec

ses

pieds.

communes de

p. 180. 33. Devant .ses pùv/.s...; en avant péniblement.

c'est-à-dire

il

se courbera

180

Ecclesiasticus, XXXVIII,

.
xut
'^'•^

l»r»eepta

xai

'^'^'"
^"^

^^ ,

^^

" <{

"

~

36. (p.
(

.)

.

&' ,, , . -., ( ,, . ^ , . , && . ^ & ' &.^. ^, . ).) . ' . . ). ) . . ,.
'^'^

, ., -, ,
''.

. &,. ,
tle

35— XXXIX,

7.

bono regîmine

TÎtse (I-XL•!!, 14:).

((4

-

£'

'^

''

^

'

^^.

yrj

,

:

(1.

uvTiZi')

';
iy-

3".

(sec.

m.) t

\.

~:

h'

39•

* ('•)

:

:

':

38.

:

(1.

^tx.)

':

(}.

3.

':

N: (1. ànoxQvipia.

J

2.

4•

:

b.

: (.
.

m.)

* yàq.

A*

(sec.) h'. 7.

AB'*

(a.

as. Ils

ne publieront pas la discipline,
:

les

écrits

que nous aiipelons spécialecélèbres dési-

ni la justice. Septante

«

ils

ne manifes».

teront pas la justice et le jugement

ment prophétiques. 2. Les récits des hommes
gnent
les écrits

de l'Ancien Testament que

XXXIX.
dans
tante

1.

Le sage. Ce mot

n'est ])as

les les
3.
«

Hébreux appellent kethoubîm. Job,
Psaumes,
Avec ce
les

les Septante.
:

— Des prophètes.
»,

Sep-

les livres sapientiaux, etc.

«

des prophéties

c'est-à-dire,

d'après la manière de parler des Hébreux,
les écrits historiques

dans
5. Il

y a de caché. Septante énigmes ».
qu'il
:

de l'Ancien TestaKoue de
les Rois, et
potier tournée avnc loa pieds (XXXVIII, 32, p. 179.)

fera l'épreuve. Septante
».

»

il

a fait

ment, Josué,

les Juges et

l'épreuve

L'Ecclésiastique, XXXVIII,
. »«'•»•|
o{
vijrilia

35— XXXIX,
(-.\^,
sa vij:ilanco
1-4).
il

7.

181

pour
lOrn;W'i'iu.

conduite de la >îe
et i)ar
•'•
:

sua

iiiiin(l:iliil

purifiera son

four-

•'*''

Oninos
et

hi iiuiiânibiissuisspcravrruiU

Tous ces artisans ont espéré
et

[noau. en leurs [mains,

•""

sine

umisiiuisquc in arle sua sapiens liis ninniltus non jodincâtur

t^st

:

civi[tas.

•'"'

chacun dans Sans l'ux tous,
Mais
et ils
ils

.son art est sage.
il

ne

.se

bàlit i)as de cité.

^'

Et non inliabitâbunt,
et in eccl(^siam

nec

inambu-

ij«iioi•

'1

n'habiteront pas au cœur de la

[ville, ot ils

ne

s'y

non

transiliont.
st^di'-biint,
"•*

n'ont roront jjus

promèneront pa.s, dans l'assonibléo.

2*

Supersollani jiidicisnon
et

Ils

testaméntum judicii non

intrlligont,
ot

ils

neque palani facient disciplinam
et in parabolis
"•9

ju-

ils

sièges des [juges; ne comprendront pas les dispositions [judiciaires; ne publieront pas la discipline, ni la

ne

s'assiéront pas sur les

[dicium,

[justice,

non

invcniéntiii•

:

et
39

on no
ils

les

trouvera pas occupés aux pa[raboles;

sod croati'ii-am ivvi confirniiibunt, et deprecâtio iiiurum in oporatinnc ar[tis,

acconimodantes ânimam suani,
et con<iiuivntes in lege Altissinii.

affermiront la créature du temps, et leur prière aura lieu au milieu des tra[vaux d'art; ils y appliqueront leur àme, et rechercheront ensemble la loi du Très[Haut.

mais

XXXIX.
-

Sapirntiani nmniiun anti[quorum oxquiret sapiens. ot in prophrtis vacâbit. Narraliiineni virorum noniinalurum
' r

!*iudiMni
""'î'^,""*'

XXXIX.
-

1

Le sage recherchera

la

sagesse

•''

it^g. lo,

i.

[conscnabit,
et in vorsi'itias
3

,

,

.

^

Prov.

1, 3.

parabolârum

siinul in[troi'bit.
3

[de tous les anciens, et il vaquera à l'étude dos propliètes. 11 conservera les récits dos hommes célè[bres, et il entrei'a en même temps dans les mys[tères des paraboles.
II

Occulta proverbioruni exquiret, Prov. i, g. ot in absconditis paraboiârum conver- 2°"' \l] y
[sâbitur. In niédio niapnatoruni niinistràbit.
et
scor.
ProT.
4, s.
1, 4.

pén(''trera les secrets des jiroverbes,
il

et
^

vivra

aoc

ce qu'il

y a de caché dans
[les

paraboles,
[nistère.

*

Au
et

milieu des grands,

il

exercera son mi-

*

conspt'Ctu pra'Sidisapparebit. In terran» alienigenâruin géntium porot niala in

m

.

.

,.

.,

.

-"^«P- s,

11•

••

t.ccu. sa,

Il

on présence du gouverneur, il paraîtra. sera dans les terres des nations étran[gères
;

bona enim
''

hominibus tenta[bit.

i

The»?,

s, si.

car
<*

Cor suuni tradet ad vigiiândum dili'i[culo ad Dominuni, qui focit ilium,
ot in

f.ccu.

as, 27

^"^ %.*''
Té.
ô, 5.

réprouve dos biens et des maux [parmi les hommes. son cœur à voilier dès le Il appliijuera [point du jour pour le Seigneur qui l'a
il

foi-a

[fait,

conspoctu Altissimi deprecabitur.

vio'y^X^-.
^i»'- •'
î^ftP.

''•

et
'

il

priera en présence du Ti-ès- Haut avec
[instance.

'

Apériet os suum in oratione, 11'.• Ot pro dolictis SUIS deprecabitur.
.
.


i:t.

Il

Pr..v. s,

et

ouvrira sa bouche pour le prier, pour SOS péchés il priera avec instanco.

37. Ils 7i'hftùileronl pas...; à cause du bruit que les ouvriers et les artisans devaiont nécessairement faire avec leurs maclilnes et leurs instruments de travail. Au cœur de la ville; mots qui nous ont paru sous-enlendus, à Corneillede I,a Pierre, a Ménochius. eu•. Ils ne s'ij promèneronl pas, les gens qui n'ont pas d'occupations. L'assemblée des grands, tels que les magistrats, les docteurs, les prêtres, etc. (Glaire). 38. Occupés aux paraboles ; soit pour en cherclicr le sens, soit pour les expliquer aux autres. 3<t. Ils a^ermiro/ii..., c'est-à-dire qu'ils maintien«Ironl les choses de ce monde, en rcparaiil celles

comme

comme

qui se détériorent, et en remplaçant, par de nouvelles, celles <|u'un long usage a détruites; mais en travaillant ainsi aux ouvrages de leur art, ils prieront
Dieu, etc.

Forgerons (..WXVIlIj

l'y,

p.

17'.i).

(Suriophagr- romain).

XXXIX.
i.

sutias).

i-15. Éloge du sage. Les mj/s/ère«,• littéralement /cî subtilités werI,a science la plus en vogue parmi les sages,

Héhreux. était de savoir parler en sentences, de proposer des énigmes et de les résoudre; mais les artisans ot les persunnes peu instruites ne s'en occupaient pas. Voir xx, 22; xxxvni, 38; Proeliez les

verbes, XXVI, 7 (Glaire).

182

Ecclesiasticus,

XXXIX,

8-23.

.
^

l»rîecei>ta

de bono re^imine

TÎtse (I-XL•!!, 14).

"Eày

^

êv
^^

^^

'
^^
^'''

^^

^'" 7^,
^^"
""

^^
^^

-^

^'

^'^^

. ( / ', ,, , &.
(sec.

/, ' & & ,, .
.) Af
9.

'& &. , , ,[

] [, ' ^)^. , ) & /. , ^.. , . , ,'
ooff'iaQ

-], ^^. ,

..

^,

""'

^b^i bnD

^[2:] vj xxxix.
bi^

D^nit:

db5

16

^^

. ^. . : ) . . .. . . ) . -. . . . - . ) •, ; ). -. ). . . )
V. 16''. :ip''SO'i

, / [. ,
.')
(1.

n^b^r^ 1312:

[rfrx\ is

T^^

^3^•

8.

(a.

'*

.)

.

(1.

(ill•)

.
12.

('.

111.)

Di" (in.) tai• (a. fwç!

^':
\.
ADN:

*

AD^f

13-

A:

. -:

14.

(1.

"rcTT.)

(-:

)].

.
10.

* (.)
AUN:
D:
16. *]*

*:

ëï.

A:
:

H:

17-0
18.

1.)

/<ot

(seC.

111.

:

(pr. ^ov). D:

ADNf

(a. ov.)

.
(1.

ADN:

(1.

:

^^~

19.

(sec.

m.)

Af

(p.

):
(.

21. AB'DN"]* (p. 22.

ovx

(cf.

y. 26).

-:

(1.

tVt)

':

23.

(sec.

m.) *

.

47.

De

vive voix elle dit n'est pas dans les Sep-

tante.
\'.}.

Et couvrez-vous d'un feuillage gracieux ne se

pas en grec. -20. (H. 15). La répétition de vos hébreu ni en grec.
lit

Icvres n'est ni

en

L'Ecclésiastique,

XXXIX,
de la vie
*•

8-23.

183

.

l*r«>t*epteH

pour la

roiidiiitc
'
"

(l-XI.<ll, 11).
Seiirneur souverain
il

Si oiiiin [>uminiis luairnus voli'iorit.
spiritii intcllijii'iiti;!•
et

^'i'
:

Car,

si le

le

veut,
les

•|1(•1)
iiiibn'S

illiim

de
eln'••

l'esprit d'intellif^'ciice

le

remplira;
pa-

ipse

taiiqiiam

uiittct

rr..v.

:.,

ic.

et lui,

comme
la

la

pluie,

répandra

[•liiia
l't

sapiùntia; sua•,

j,,',;;•,^;•,.*,^

[roles de sa sagesse,
'"
il louera le Seigneur; dirigera ses conseils et ses [instructions; et lui méditera sur les secrets du Seigneur. " Il publiera lui-mime la discipline de sa

in oratitiiio eonliti'hitur Domino : et ipse dirigot consiliuni i-jus, »H ilisci[pi in a m,

p». si,

s.

et

dans

prière

et le

Seij.'iieur

J|;p°„|*',J• "<,.. V, so.'
Da.i. »,îî.

ol in absconditis suis ronsiliâliitur. Ipsi> palani fâciot discipiiiiaui doctrina- Pn.v. u.m.
[sua',
r;.'•,;/"•

[doctrine,
et
'-'

H

in lege tostaim'uti Dnuiini gloriâbi[lur.

dans

la loi

Collaudâliunt mulli sapiontiani ejus.
t>l

Beaucouj)
et

de l'alliance du Seigneur il [mettra sa gloire. loueront, de concert, sa sa[gesse,

,^J^j.","^„

operii.

usquo

in sa''culuni

non

di'K'bitiir.
'='

Non

et nonit'n

^},"'?.'' rocodot nienioria ejus, ejusroiiuiivtura gonerationo sap.8,13. [in gcnoratinnoni.
frontos,

ne sera effacée. Sa mémoire ne disparaîtra pas, et son nom sera répété de génération en
elle

jamais

[génération.

Sapiéntiam ejus enarn'ilnmt
ot laudoni
Si porniànserit,

"
sap.

ejusenuntiubit ccclésia. nomen derelinquet plus

Les nations raconteront sa sagesse, et l'assemblée publiera sa louange.
S'il

''
4,

[quam
et si roquii'voiit. piudtM'it
iili.

mille

'^''^•
:

y '

,

demeure longtemps
[un

en vie,

il

lai.ssera

Adhuc

consiliâbor, ut onarreni

:

Deusben*?dicenduM
Job, 32, IS, 20. Jer. 23, 9.

''i

ut furore enini roplrtus suni.
In

voce

dicit

:

Ôbaudite

me

divini
aqu;'i:

''
Eccli.
P.•-.

U,
1,

18.

plus que mille autres, et s'il se repose, il sera heureux. Je me consulterai encore, afin de publier [mes inspirations; car je suis rempli d'une sainte fureur. De vive voix elle dit « Écoutez-moi, ger:

nom

[fructus,
et quasi rosa plantâta

3.

super rivos

ï Cor.

2, lô.

fructifiez

comme une

[ruiii fructilicâte

quasi

Libanus odùrem suavitâtis ha[béte.

Eccli. 24, 31.

Comme

le

[mes divins; rose plantée près du [courant des eaux. Liban ayez une odeur de sua[vité.

Floréte flores, quasi lilium,
ot ot

date odùrem, et

irondéte
et

in

grâ[tiam,

Oa. 14, 6-. Cant. 2, 5. Ps. S3, 8. Ez. 36, S.

Dan.

.3,

.i".

Pi. 91,

6.

coUaudâte cânticum,

benedicite
Deut.
32, 3. Ps. S5, >>.
l.i,

Portez des fleurs comme le lis; donnez de l'odeur et couvrez-vous d'un [feuillage gracieux; louez de concerter chantant un cantique,
[et

[Dominum in opéribus suis. Date nomini ejus majrnillct'ntiam, et conlitémini illi in voce labiôrum ves[trorum, et in canticis labiorum, et cithans,
et sic dicétis in confessiône
:

bénissez

le

Seigneur dans ses œuvres.

20

Rendez

gloire à son

nom,
voix de vos lèvres,

Eï.

11.

et glorifiez-le

par

la

^l"'' '-'','/"
t,uc.
1

par

Mat.

Rom.

10, 32. 10, 10.

Opéra Domini univérsa bona valde.
In verbo ejus stetit aqua sicut congô
et in

operibu!<.
Gen. Marc.
1,

-1

cantiques de vos lèvres et par vos [harpes ; et ainsi vous direz en le glorifiant Les œuvres du Seigneur sont toutes exles
:

31.

[cellentes.
-=

7, 37.

A
et

sa parole l'eau s'est arrêtée

comme un
[monceau,

[nes:«->-3«-»»

sermnne
in

oris illius sicut e.xceptu-

ex. u, 2».
Jo#.
3,

au discours de sa bouche,

comme un
le

[na aquarum

.

'

13,

Il

:

job,3s,

s.

[réservoir d'eaux;
-^

qu'miam
et

praicépto ipsius,
.saliite

placer
[fit,

^'^'^-^ -^
"''P•

"

car à son
et
il

commandement

se fait

calme,
le

non

ost

minorâtio in

ipsius.

106, 25. Deut. 32, 4. Rom. 8, 31.

n'est pas

d'amoindrissement dans

Jer. 49, 19.

[salut qu'il accorde.

discipline de sa doctrine; les instructions apprises. 1.3. f/i.'iparaiira pas; littéralement ne se retirera lias, ne s'éloignera pas de l'esprit. 1.'•. S'il se repose; c'est-à-dire s'il meurt jeune; rar l'expression si requieverit. de la Vul^ate, est en opposition avec la précédente si permanserit.— Il sera heureux; dans l'espérance d'une vie meilleure
qu'il

W. La
a '

Les vovageurs louent encore aujourd'hui l'odeur agréable et lortifiante qu'on respire sur le Liban. D'après le grec, le Liban signilic ici l'encens.

que
set

celle-ci (Glaire).

10-41. (iloiie
17.

due à Dieu, à cause de ses œuvres. Elle. Ce pronom se rapporte à fureur, du verprécèdent.— Gennes rfu'ins: lils de Dieu; ce

par hébraïsnie.po!»• /a grâce, l'agrément. —En chantant; expression évidemment sous-entendue; car le mot cantique [cânticum) ne saurait être grammaticalement le régime de louez de concert (collauf/a<e) qui prccède^Glaiie). . ^ , 20. Harpes. Voir la ligure 14 a la fin du t. I\,
21. 22.

l'J.

Feuillage (/racieux:

'^,:

littéralement et

sont les Israélites.
18.

Comme

le

Liban ayez une odeur de suavilê.

21

;

Les o'uvres... Cf. Getiése, i, .i\;Marc. vu, 37. A sa parole... Cf. Genèse, vu, 18 ; Exode, xiv, Josue, m, le.

184

Ecclesiasticus,

XXXIX,

19-28.

-''^

"^^""Anô

^^

, ' , [. ^^ ; ; .
Prœcepta de
boiio

.

-"^

"^

^.
^

&

regîmine

vîtae (I-XL•!!, 14).

1133 ^"J;- bS VCQjTZ 19

îrry

"î:o"j

^rr:
";>'i

[-]^îîi

û^n^

Dbi3?

uh^Tù

d

-^

^^
^^

' /, &. &, ,, , , [ , , ,, , . " &. .

^&

.
m.)
:

, ' &' , .
&,
[

i^TZ'Z

'

iÙ"j 7^51

^'nà

"i< 21

:nnz5°lin^b b^n 'S

:nnr

>• bsn

"d

:njnr^ bnn ^hdjI

ir^nr n^r^ ^12^1 ^5 23
nb5:3b "]Sm-i

:np-i^

^'

n^r^^ Dr^n'n[in'^i5] 24
:

ibbirr D**Tb

-,^

pbn

ni[t:]b

, * .

hd
26

:

rni
nb

-it: D-3?nb
,

^^

'^^^

&

^''

&
:
(1.

, .
.
fpr.
(1.

,
:

"i^
.

D^5j Diii ^-rb
:

/

bînii tsKi
—^i

UU

*****

*

li^û^^ D^ni[t:]b

[nb]ji<

bs 27

T'l[^:]

[mm]-

"^'^

28

[n]p-nr D^[-n]

25-

(sec.

Xqtav. 27. D:
29.

. .. .. .
m.) AD:
î<-J-(p.

A*D*

m.) D:

.^ ^.'.)* .. )^ : . ^ADN:
(^QC.^TL.kXiH.:
28•

) . ;-. &) \. •:
(sec.

-.
[
m.)
pOSt
pr.)

et

+

31. D:

(1.

''^^'-

(.

^':

(D: ^t^?;• 32.

.

33-

(• .)

:

(1.

(sec.

m.)

:

34-

*

: "irai

(seC.) yal.

iryn.

.

24^

--^

D:

.

27^

X"itb.

.

28*.

.

V. 19". ^in-iG^.

. 21".
25''.

:i"rrtn^[î<].

.

-\.

28.

(.

23").

Qui ne

l'ont

pas cherché

n'est ni

en

30. (H. 25).

Pour

les

méchants

les biens.

Ce dernier

kébreu ni en grec et l'hébreu est différent. 29. (H. 23''). Et que la terre a été desséchée est une addition du latin. Le verset est différemment coupé
en hébreu, en
grec et

mot

est aussi dans l'hébreu, mais n'est pas

dans

le

grec.
32. (n. 2").

Les impies est une addition de

la Yul-

en

latin.

gate.

.

L'Ecclésiastique,

XXXIX,
de la
'

24-34.

185

.
•-'*

Préceptes pour la

roinliiite

vl«'

(I-\IjII, 11).
lui,

Opcra ouinis carnis coraiii illo, et non est quidquam abscôndituni ^^
[ociilis ojus.

Les œuvres de toute chair sont devant
et rien n'est

iirbr. 'l,\i.
/j,;'-.,-^'.:-'.^,

caché à ses yeux.
siècle,
[ses

2••

A
ot

s;i'-culo

\m\\\o in s;iViilinii in^spicit,

'•

D'un siècle jusqu'à wwaulrc
et rien n'est merveilleux

il

porte
;

regards

niliil

est luin'iliilo in conspi'Ctuejus.
:

•;«

Non

est dicore

Quid

»'St

lioc,

aut quid
istud?

•"

Il

ne faut pas dire

:

en sa présence. Qu'est ceci ou qu'est
[cela?

[est

ùninia onini in

ti-nipoiO

suc quœrén[tiir.

car toutes choses en

Icui•

temps seront exa[minées.
fleuve a dé-

••ï'

Benedictio

iilius

riuasi lU'ivius

inun- iionm.
:

•.•

'
2s

Sa bénédiction
do de

comme un

[diivit
-8

[bordé
Eccii. 21,

;

qiit'unodo cataciysmus aridam incbria[vit
:

^''^'•

même
môme

que

le

déluge a inondé

la terre,

sic ira ipsius gcntcs,

quiu

[runt
->•

non exquisiéeum, hereditâbit.
in siccitâtem,
:

Gen.

7,

20-21.

sa colère aura pour héritage les [nations qui ne l'ont pas cherché.

Ouomodo convertit aquas ^
et via> iilius viis iiluruin

Eccii.29,28.

De
et

[et sicci'ita est terra

direct» sunt
• • •

,

.

,

. .

Gen.

8,

13.

14,21-22.
17, 26 24, jo.

[lieu sec, et

:

les eaux en un a été desséchée que ses voies furent dirigées pour leurs

même

qu'il

a converti
la terre

que

sic peccatoribus

,

,

.,

• offensiones

in

naojus.
.

Ez. 18, 30. Oe. 14, 10. Ps. 80, 13.

[voies

;

Mioh.

2, 7-8. 8,

de
:^'J

même

pour

les

pécheurs

elles

sont des

Rom.
,
. .

28.
11.

[sujets

Sap.

14,

30

Bona bonis creata sunt ab
sic nequissiniis

initio,

Les biens pour
de

les

de chute dans sa colère. bons ont été créés dès
[le

commencement;
les

bona

et iiiala.

même

pour

les

méchants

biens et

[les
31

maux.

Initium necessûrite

rei vitaj

Iiùminum, emu.

31
29, 28

[aqua, ignis, et ferrum,
sai, lac,
et

panis similagineus, et mol,

Le commencement du nécessaire l'our la [vie de l'homme, c'est l'eau, le fou et le fer, le sel, le lait et le pain de Heur de farine,
[le

miel
vête-

et botrus uvie, et

oleum, et vestimén[tum.
in bona,
Sap. 12, 6-S 14,11.

et la

grappe de

raisin, riuiile et

le

[ment.
32
j

Hiec

omnia sanctis

Toutes ces choses sont des biens pour
de

les

Bom.
sic et

8,

28.

[saints,

impiis et peccatoribus in niala
[converténtur.
•i

même
[cheurs
11

que pour
elles

les

impies
la

et

les pé-

seront converties en maux.

'

Sunt spiritus,qui ad vindictanicreâti
[sunt,
et in

.«aios ••"""•
Pe. 77, 49. sap. 5, 21-24.

y a des esprits qui, pour
ils

vengeance,

[ont été créés,
et

furôre suo confirmavérunt torr
,

par leur fureur
la

^*

„,

.

in

[menta sua .,._,,, tempore consuniniatiunis euundent
:
,

Ap. 20, 7. Dan. 12, 1. Mat. 24, 21. Ap. 12, 12.
is. 10,
.1,

ont augmenté leurs [tourments.
ils

3i

Au temps de
et
ils

consommation
la

déploie-

r

.

[virtiitein

.

7.

.

:

1

cor. i.%24

[ront leur puissance,

et furùreni ejus,

qui fecit

illos,

plaça-

^^^.'

apaiseront

fureur do celui qui

les

fbunt.

[a faits.

•24.

Toute chair; hébraïsme, |)our tous

les

hom-

mes.
2«. Seront examinées :\iltéTa.\ement, cherchées, interrogées, questionnées (quxrcntur); et c'est alors

non est question dans ce verset a le caractère, d'un hienlait, mais d'un châtiment et d'une maléil

diction.
32.

on vient de
sont
33.

qu'on verra pourquoi est ceci, pour()uoi est cela. Ce sens revient celui du texte grec et de la version Sixline, (|ui portent: Toutes choses ont été créées pour leurs usages (Glaire;. iy. Il a converti...; lorsque les Israélites traversèrent la mer Rouge à pied sec, d'après divers commentateurs, mais comme le prouve le texte hébreu, il s'agit de la ruine de Sodome. Le changement dont
;i

';
parler.

— Elles; c'est-à-dire les voies de Dieu,
littéralement et des biens (Glaire).
les

dont

par h.^braisme,
qu'ils

en oapour Leurs tourments;

tourments
cf. le

font

soulTrirauximitieset aux pécheurs, cèdent.
34.

verset pn•-

la consommation; de la dernière vende l'extermination des méchants. Cf. Psaume lvih, IV; Jérémie, xxx, 11, ctc

De

geance,

186

Ecclesiasticus,
I.

XXXIX, 29 — XL,
2>^

5.

Prtecepta de boao regîmine
y.ui

^'

^^

^^

-, ., &, &,
d

TÎta; {l-XJj^l, 14=).

\235<

29

*

è^nnrib°

nt^pD n^ni

38

Jiù

3^

^, [. . ^, &,

^'0

^^

XL•.

'
3

''

,-, & ^.. " .
[,
'^710

-

"

&.,
[
d

. [

iir^'u''

Dtiiïi iniîsn 31

ifs

/r

i<b

Dpnni
b:?

^mnrnn
D^sit2

^^"^12 -p

32

rnr,:r; nnsni ^WDinr.m

ûbD

bi<

riwù
bsb

33

, , [&, .
.
37.
...

'

:pl5D^ ^($1
n'j

^::

nbr
irrn
[r:;^i]pn
bî^

'
bi^ri

b^ 34
nb

in5>n biii "i

nb bii

t^ts$

D•::

ni< ^:^^^

pbn

pD^
2

xL•.

TJi^ Dnnia
:

<^ uti2
nr ny
£ii5b ^:?

^n bD


n3i<i

ini"^:

r;n:<b î<d5
ns::?

n'^r?j 3

.

,

rbiy^ ntûiy

^::?^

.. ^. 9 ). . ) ... . . .
•'

^
m.)

^nsi TOi^i TïiXjp n;^
115^;:^ by
.

,

3[]

nb^b

3\^
\'$^
d-^^inb.

. ^.
3G. 39.
1):

(sec.

ADN*

D:

. .
:

*:

(1.

D: (1. avTwyJ ord.) xatyç.

a(p.
(1.

...

(1.

'«)

40•

:

: . -")
38-

/?•)

.

(:
:

41.

':

1. 5<:

".

):

(1.

[':
:

(seC.

m.)
^".

^].

2•

-:

(pr. m.) d'povov
(1.

).
m.)
:

1)*

(pr.

(1.

)

"!

(quart.)
XCÙ

.': .:
4.

vaxh'9-ivor. D:

.
3•

^^.
A*D:

. •*. .

âs

.

.

-5[3

33, . %\ rch i-iiisa. .
. .

]
5*^.

.

30<^.

es I&îU

si•^. irr^s.

,

':

.

33*^. "illS. . 34^ '. Ibid. . 35^ ns . 35''. ''^^. . . 'r^y. . l^. 5 •. îîais» :?, iraib ei •'!3._ . . . . . . . ••, •!"!!
S'».
. . .

.

. 33*. b=n. . 34''.

\

3''.

4''.

38,

(.

3-2).

j'ai réfli-cln

n'est ni

dans

le texte

hébreu

ni

dans

la

version grecque.

.

L'Ecclésiastique,
I.

XXXIX, 35 — XL,

Le feu,
la givle, la

5.

187

PrérepteM puiir 1»
l't

t-uiitliiite <le

la >ie <1-XL<11, 11:). faim
et la

•'

Igiiis, .'.lunia

graiulo, faim-s,

mors,
:

-^^;;•:• ^'•

mort.
[créées

ha'c ad viiulictam civâta sunt

^;j'•,^-•,;'Eoilj'.
ïi';,

toutes ces choses pour la vengeance ont été
;

10.

Sal•.
îf•

IMB.
».-.,

bostiàniiii

ili'iitos,

ol scun)ii, et sorix'iiLtOS,

.m,u.

.
,

'''''

ninsi

t/iii'

les

dents des

br-tes,

et les scor-

A p.

1

fi,

[pions, et les serpents,
et

ot

lompluia vimlicaiis

in extfriiiiniiiiu

lépée
l)ans ses

deux

ti-anchaiits qui punit jus-

[impios.
'•"

[qu'à l'extermination les impies.
'•"

In niand;itis ojus opulalx'intui•.

uo'ôVbnia'.

commandements
[ront
ils

ils

se réjouifestin,

comme en un

et

super tenani in necessitàteni
in tenipiiribus suis

pr;i'i>a- "'ji^'jè^f,'•
i••'•"'''

et

sur

la

terre

seront prêts à servir au
[be.soin.

[rabuntur,
et

^•

'•'•

non

pra'térient

et

en leur temps

ils

n'oublieront pas.ta pa[role.

[vorbum.
='"

l'roptéroa ab ^

initio coufirniatus
[et

sum, consiliâtus sum,
'

„ Eccli.
,

Si*

39, SI.
3,
2.

A

cause de cela, dès

le

commencement
et j'ai

ji'

re. eo, e-r.

Hab.

[me suis affermi,
^9

tenu conseil,

et cogitàvi, et scripta dimisi.
'•''

et j'ai rélléchi, et j'ai laissé
con. i, 31. Marc. 7, .17. Ps. lu, u.
Prov.
Ecile.
16, 4.
3,

des écrits.

Omnia upera Domini bona, ..... et omne opus hora sua subniinistrar, [OU.
..

Toutes
et
il

œuvres du Seigneur sont bonnes, mettra chaque œuvre en son temps
les

U.
il.

[en usage.
^0
11

^"

Non

est dicere

:

Hoc

iilo

nrquius est

:

EcTie.

7,

ne faut

jias

dire

:

Ceci est plus

mal que
[cela
;

l'imnia

enim

in téuipore

suo comproba[bi'intur.

car toutes choses en leur temps

seront

[trouvées bonnes.
2Cor.
e, 2.
l.ï,

•"

Et nunc in

omni corde

et

orc collaur

'^'

Et maintenant, de tout

cœur

et de bouche,

Laaie,
et benedicite

j

-

i

Bom.

6.

d..,„ 3^ si.:,^.

[louez de concert
et béni.ssez le

nomen

Dônilni.
Mise•'!»...

nom du

Seigneur

».

\L•.
.

1

uccupâtioiiiairnacreataest ômni'^ '
[bus hominibus,
fi•
filios
A Adam,
1

XL•.
et

1

Une grande occupation
[pour tous
est sur les
la sortie

a été créée
les
fils

«««nîbus,
Eixlo. 1,13:
2, 2.1.

hommes,

et

jugum grave super

.

un joug pesant
le

a die éxitus de ventre matris eorum.

"ù^

'

i.

depuis

jour de

Ps. S9, Sap. 7,

9.
3.

d'Adam, du sein de leur [mère
dans
la

usque in diem sepultûrœ, in matrem

Erel'è.'Î.'u.

jusqu'au jour de

la .'ii'pulture,

mère

[omnium.
-*

[de tous.
ec°h.V7,'Î(i
-

Cogitationes euruiii. et timorés cordis,

Leurs pensées
les

et les craintes

du cœur,
et le

adinvéntio expectationi.s, et dies
3

lini:

imaginations de l'espérance,

jour
:

[tiunis

[de la mort
^^^
.^

a résidente super sedem gloriôsam

e

'•

depuis celui qui est assis sur un trône de
[gloire,

usque ad humiliâtum
*

in terra et

ci:

jusqu'à celui qui est couché sur la terre
[la
Ksth.

et

[nere

cendre;

ab eo qui
u.sque

iititur

hyacintho,

et

portât

m.^.

*

depuis celui qui

est

vêtu d'hyacinthe et

[coronam,

l^'l/^'j.e.'

[qui porte la couronne,

ad

eum

qui operitur lino crudo

:

jusqu'à celui qui n'est couvert que d'une
[toile crue.

luror, zelus, tumultus, lluctuatio, et
,
1 . ,
.

ti.

Jiat.

lu, 2s, 13,
:,
:

la

fureur, la jalousie, le trouble, l'agitation
[et la crainte

[mor mortis, iracundia perseverans, et contentio,
.

Ps.

s»,

.
3, IG.

de

la

mort,

Jac.

Eccli. 31,
•^

la colère

persévérante et les querelles,

et in

témpore relectionis in

cubili

somnus

noctis immiitat scii'-ntiam ejus.

le

au temps même du repos, sur la couche, sommeil de la nuit tout cela trouble les [idées de l'homme.
méri'
/le

'Mi. Les scorpions. Voir plus haut note et ligure de XXVI, iO. 3". Ses et sa; pronoms, qui remplacent l'expres-

1.

L'i

tous: la terre.

sion du Seigneur.
XI..
1-7.

Misères

(k• la

vie

humaine.

Trouble (immulal): verbe au singulier, quia pour sujet la fureur, la jalouxie, etc., du y. 4; voilà De l'homme, pourquoi nous avons ajouté lout cela. qui est assez clairement indiqué dans ce qui i)rc(/e lui {ejus) (i.laire). céde; littéralement
o.

188

Ecclesiasticus, XL, 6-20.
I.

^

xai

" '

^

"
^

' &
fr

Prteeepta de boiio reçîmîne

ovâèv h>

.,

-viise

(I-XL•!!, 14=).

iv ôçaosi

., . &,
h' tjfitçn

[.

-23^

TJr\'2

/Tb ^Tù G

.

:j

"|1? ï

*

7

({',

,
^^

'
^
'

, , & ,
{', ((,
^

^^

. , . ,

:

^^

(

^'"

)

. &. ^[,

nbD m'ùi\

nini-ni
11

miïï^
:

-pii bx -ps'^ bs
Din:^/j -î:ki

UT\'ù

•^-^ bnDD bin ba bin-2 i3

nibp

^
15>•3

'-^

p'Si^^i

ib^r D"ss
:

Dy b$
-d

14

*''
^'^"
^^

^

9.

€vqioxÎuv.i9. A.-'f(]i. yvvri^V- 20- D:fi''ç'?Oiç

[ . . (( ., . . &. . . . . . '
^^
^^

.&, , -.
'

[. ,

[,

Dn^ T'i'h Dsns
by rpn
b:?

-

-pr Kb
iis^bD "ir

c:jn-j -::: tj
irnr:: ^i

. [

bn3 ns:»
:

ni-j--p5 ig

^t::j

bs

":s-£

t:Tj^ ^^b Dbiyb
:

Tcni i7

pn

T^b

r'\çr^^l

^'çr\'T ^S'^îî f•' ^^n 18

DIT

TT'IT

^^3?1 ib"^

19

[,
:

-^

nb

i::"b>'^ "^':ji

',H

d

7.

\):

.

(sCC.

8-9. 1)* xcù

a/j.

marg.
N"f"

— . .'..^-.^.. ': : : .^ . ?.
Slip. iiray.

:

(inv. ordine)

fç'ç

^ '

111.)

,-

. 6^
3-1.

habet in

. .
'|ï5
:

8(?).

» ,.

11 ^ ''^.

11. A^:

14=».

irxm
by

(.

D:

18-

.

C5.

V3 ir. . 10"' :' ^2521 . 13^ ^"•3 '. is'^. p'^SXD. . 15. anifi in n:•^ sb D^n n^j
:n:rnD -.zh.
v.

V. 16'^

l8^ -inr

bDa. 18^ ÎT2*D.
tanifi
.

XL. 15. le grec. 18. El

Foni du bruit
dans

n'est ni

dans riicbicu ni dans
Se])-

et par-dessus les

deux

celui (lUi trouve

un

trésor
cette vie tu

».

trouveras un trvsor.

:

L'Ecclésiastique, XL, 6-20.
I.

189

l'rôoepleM pour la
iiiliil
iii

«'oiidiiit»' «le

la \le (l-.\ljll, 11).
point en repos, dans son sommeil, comme pen[dant un jour de garde. cfiair, Il a (Hé troublé par les visions de son coiiimc celui qui s'est sauvé au jour du [combat. Au moment ou il était imi sûreté, il s'est
Il

Mi'idii'iiiii

laïKiiiam
iii

n'-quio,

.i„i,,

;,

n.

est pru, pres(|uo

il al)

eu

soumis,

iiiiasi

in

dii'

res-

le.'s•.•, ^.

et

;

[péctiis.

Conliirbatus est in visu coi-dis

siii,

^^

tanquam

qm

cvàsoi-it in die

Ijcili.

,,,.,^,nu -'\o.-(.,

In tcni|ioii• saliitis suiu exiiin^xit.
t't

[levé,
:

adiiiiraiis

ad

uulluiii liiiiDi-em

et s'est
|ir;i-.eriim
,.'',:;;''":,

cum
Ad

onini canif, ab imiiiiiio usqiio ad [pocus,
hiuc

étonné de ce qu'il n'y avait aucun [sujet de crainte. Avec toute ciiair, depuis l'homme jusqu'à
[la

bëto

il

en

est ai?isi,

et siipor ]ieccatuiOS svptupliiin.

ici.

a.'sv

et

mors, san^uis, conténtio,
famés,
et

et
ot

^'^^;il'ij\

[riiomphâ'a,

n,
^"'3'.;

20.

opprcssiones,

contritio,
lia-c
,

3^'"•

pécheurs c'est le septuple. De plus, la mort, li• sang, les iiuei-cllcs et [l'épée à deu.x ti'anchants, l'oppression, la faim et la ruine et les
avec
les

[llajiélla:^^;.,; ^-^3.

[fléaux

;

super iniqiios creata sunt
...

omnia,
.

7,

lu.

contre les iniques ont été créées toutes ces
[choses,

et

factus (>st cataclysimis. Omnia, qiui' de terra sunt, in "tcrram [converténtur, et omnes aqua* in marc rovertontur.

propter

^

E"li.

illos

41, 13. eoci.•. 1, 7.
'-

^'"l;.'i^•

à cause d'eux est arrivé le déluge. Tout ce qui est de la terre, dans la terre
et

"'''

'

[retournera;
s.

eï. 23, Luc. 6,
Act. 30,

et

toutes les eaux

3b.
3.^..

reviendront dans la [mer.
éternellement subsis[tera.

Prov.

21,

1 1.

et fides in sa''culum stabit.

1

Jo».

2, 17.

Tout présent et mais la bonne

loute iniquité périra,
foi

Substântia' injustoium sicut tU'ivius "'^,-^ *,'.'"*
et sicul

Les biens des injustes,
et

comme un

tonitruiini

magnum
in

[siccabiintur, in ))luvia
:

''.','.
p?. 36,
sV.-a'e

fleuve [sécheront,

comme un grand
ses

[personâbnnl.
In

aperiôndo manus suas la-tâbitur

^"^^;^i riov. io"':'•'..
^j^^j'^^j''•
Eccii.'4'3'G.

%^^

tonnerre pendant la [pluie, ils retentiront.
il

En ouvrant
de

mains

se réjouira;

sic praivaricatores

consummati<'ine
[tabé.scent.

même les prévaricateurs,

à la

lin

ils

pé-

[riront.
r-se, 2;
e. , snp.s, i9;4,.x

Nepôtes impinium non niultiplicâbunt [ramos, et radiées immunda3 super cacumen

^'g'k

et

Super omnem aquam ad orani lluniinis ante onine fœnum
Grâtia sicut paradisus

[petraî sonant. ^Xi^'is'.^!; viriditas, Prôv. 10, 25.'
Job, 4,5-9.

m

[evellétur.

^Cio^ii^'
ph.hs,
12-14.

benedictioni-

Les petits-fils des impies ne multiplieront [point leurs rameaux ; et les racines impures sur le sommet d'un [rocher font du bruit. La verdure qui cru'd sur toute eau et surle bord d'un neuve avant toute sorte [de foin sera arrachée. La bienfaisance est comme un paradis
[béni
et la
;

[bus, ^^^^^'^:\\^et

et

[CÎÏbilur, /0'• ,®; vé nies t liesau ru . f^^^; iedilicâtio civitâtis confirma- ps. 102,' 17.' [bit nomon, vs. 127, 2. et suiier ha-c, niûlier immaculâta coiii- .^"'*•' V; ' '
i

misericordia in sa'Ouluni pcrmanet. ecci'î. 10, Vita sibi sulTiciéntis operârii condul- viia Nibi """«'«»»•
s'.

ea

i

m

Filii,

et

Vinum
.

et

et

super iitraque dilectio

..

[putabitur. miisica lœtilicant cor

.

'

1

•»

Prov. sap.

12,

11.

3,

15.

•••

••»•

:

,^. Eccli. «c ,» 26, 19.

sapientia.•.

pror.
Sap.

19,

14.

S, 16.

miséricorde éternellement durera. La vie d'un ouvrier qui se suffit à lui[même sera remplie de douceur, et dans cette vie tu trouveras un trésor. Les fils et la fondation d'une cité assureront [un nom mais au-dessus de ces biens sera estimée [une femme sans tache. Le vin et la musique réjouissent le cœur; mais au-dessus de l'un et de l'autre est l'a[mour de la sagesse.
;

7. Son cœur: pour son esprit. Les Hébreux donnom de cœur l'intellisence. à l'esprit, à rame, aussi bien qu'à la voloiUé, à la vie, etc. Au moment Au moment (»11, dans son rêve, il cioyait avoir échappé à tout danser, il s'est réveillé, tout surpris d'avoir eu des frayeurs sans aucun fondement. 8-17. Misères des péciieurs en particulier. 1-2. Tout présent injuste; c'est-a-dirc reçu par des juges injustes.— Toute. Dans le style biblique l'adjectif tout, toute, exprimé dans le premier membre d'une phrase, est sous-entendu dans le second. Le

naient le

contexte autorise à croire <|ue cet idiotisme est

ai)-

l)ruit comme le tonnerre, mais, comme le bruit du tonnerre, passeront rapidement. Cf. Psaume xxxvii, .*):>, 36; Prover/jes, x, i"). t4.£noHi'r«n<se,s mai «s pour recevoir des présents. l.'i. Impures; mauvaises, desséchées. Font du

[)licable ici (Glaire). 13. un grand tonnerre... c'est-à-dire que lés biens des injustes feront un grand

Comme

hommes

Musiciens égyptieus Cf. 20). (Tlièbcs. D'apri-3 Wilkinson)

précisément parce bruit: quand on les romjit, '= --e trè qu'elles sont desséchées, et par là même très dures. vie humaine. 18--28. Quelques biens de la


190

Ecclesiasticus,
I.

XL, 21

XLI,

4.

Praecepta de bouo regîmîne

-*

yivXôç

y.aî

-^

-^

'^

-'^

. -, " & ., .
[,
((3^-

', . &

>itie (I-XL•!!, 14).

>^23

bnii bp]b[ri] 21

-*•

-^

-^

<
-^
^**

,& .,
)^,

^'

, . . ,

'^^^

in^5j[ri^]

22

rjrrj" T\[i\

.,., 23
.

:2
b[:n]
,

,

,

.

w

24

',

[rjosi nrïT ro

[^3]^
sb [^]:»^ nsi b^n 20

, .
^.
:

nsnn p>'5 u^tb^ nxi^ 27
:nin£n ^in^ bs
iîdi

•""

"
"

•*-

XL•!. ~

^ ^ , ,< ., ^ ('
^,
[,
^ '
'

& .
(D*
6).

, [. [. [,

^nn
:

bîii

",n^j

^^n ^d£ 28

bbiHD/jyj
b3>

•|53 mt:
'^t^î^

^j \r-b^

n^rr^'j

29

D^^n mD'jb r^n

-pi^

-

nbiî^'^a

p-n'jn irSD

:^

\r^iib b

:

in:i5?j

b:?

[t:]pT:; lâ'^i^b

bin
::n5>'n

n^b::/ji rri: "îj^n
ii3>i

bnpb b^[n ^]i
nit: ^5

W5jb n^^n
û^Diiïi

2

:

nr:^:?

loni

^^î<b
iïï^jî^

bsn irpr

biris

23. D:

(,. :
^.

m.) f

* . ) .. . . .. ): (). . . *) . . ) .. .^^. ) .^
21.

':

,.
*:

22.

et

D:

24(1.

(pr.

m.) t
sr

(in.)

A'Dx:

Ta-

26.

(seC.

.)
V.

27.

D: ey

28. D:

(1. iiàaav^j

29.

(sec.
...

m.) t

(p.

\.

m

(1.

2.

.^ .

(a.

A':

4.

(.

.
(a.

Kn:

.
:

2\\

V'i^n.

V. 22^. *i1UJ.

V. 29'=.

"im

^.
3.

"' 3

V. 24'\

npIS,

V. 28*.

^yj-o.

i<i\ û'^ïia

tû\

30. ':

/)

32.

:

",n,

V.

2^*.

pin, pin et ipin.

v. 2".

3. —
bUJIS C*'X Uîpis

:

(sec
(a.

Axt

Autres variantes pour 2'='^: ^Q•^ ^LpiDI nipn n-xi r:ur:cT\ oss, et ^sa bai^i

"»»


L'Ecclésiastique, XL, 21
1.

XLI,

4.

91

l*rofepteH pour la ooiiiluite

«le

la vie (l-XI^II, 11).
Les llutcs et
le

•-'

Tiliiit'

el

psaltriiiiiii

suavem faciunl
[iiiclodiani,

i"•^•];;

'','^'•;

-'

psaltérion font une douce

s»iV. 7, iu.

[mélodie ;

et supi'i•
*-

1;(|('

lingiia suâvis.

l'rov.

IG, 24.

mais au-dessus do
--'

Gratiaiii et spi-ciem dosidcrâbit "^'u'"*^ [luus, ot

jf„t g

Ton

œil désirera la

de l'autn" est [une langue douce. grâce et la beauté;
l'un
et
clio.ses,

.,s.-.,j

super ha'c vîridos sationes.
iii

mais au-ilessus de ces
-•'

des semailles [verdoyantes.

'-'

Ainicus et sodalis
<*t

Iruipoiv convi'[ni('nles,

^i^,^

....f

Un ami

et

un ami, dans

l'occasion, se [viendi-ont en aide;

super

iiiros(|U(' nnilii'i•

cnui viro.

mais plus que
tiiecciî. 10 3,
:

!"un et l'autre

une femme

le

[fera avec son mari.
-'

l'Yatros in ad.juloiiuin in

tcmpore
1 I

,

7,
3-1.

-^

Les frères

.sont

un secours au temps de
la

la

, •

f

8,

liulationis,

[ti-ilnilatioii;

et
-'

super eos misericûrdia lilierâbit. Auruni et ariri'ntuni est constitutio pe-

mais plus qu'eux
Prov. 11,11.
-"'

L'or et

l'argent .sont

miséricorde sau\era. la consistance des
[pieds;

[dum
ot
-''

:

super utii'inique consiliuni benepla[cituni.

mais au-dessus de
i.auH
liinoris
-ij

l'un et de l'autre est
les

un
le

[bon conseil.

Facultates et
et

virti'ites

exaltant cor,

Les richesses et

forces

exaltent

Uei.

[cœur;

super li»c tiinor Domini.
est iu

mais au-dessus de ces choses
Tî. 33,

est la crainte [du Seigneur.

-'

Non
et

tiimuO Domini

iiiinorâtio,

lu-u.

-'

Il

n'y a pas dans la crainte
il

du Seigneurde
[détriment,

non

est in eo in(]uirere adjut<'iiium.
ni sicut païadisu.';

et
-S

-**

Timor Dum
et

i

benedic[tionis,

Eccii.2.-.,9-i.-..

super

omnem

gluriam operucTunt
[illum.

pas besoin, dans cette crainte, de [chercher du secoui-s. La crainte du Seigneur est comme un i)a[radis de bénédiction. et il a été couvert (rime.i/io/re au-dessus de
n'est

[toute gloire.
,\on men(licanduni.
'-''

-^

Fili in tiuiipore vita? tu;e

ne indigeas:

Mon
car
il

:îo

méiius est enim mori, quani indigére. ^Deu^^'4^ so, s. vir respiciens in mensam aliénam,
Eccli. 29, 31.

.
^^•

temps de ta vie. ne [mendie point, vaut mieux mourir que mendier.
fils,

durant

!c

30

L'homme

qui porte ses regards sur

la table

[d'autrui,

non
alit
•!•

est vita ejus in cogitatione victus:
•''

enim âniniam suani cibis aliénis. Vir autem discipiinàtus et eiuditus
[custodiet se. In ore imprudéntis condulcâbitur inu[pia,
rrov. io,.î,4;

'-'

32

-«-"

n'emploie pas sa vie à songer à son existence car il ,se nourrit des vivres d'autrui. Mais l'homme réglé et bien insti'uit se [gardera de ccx choses. Dans la bouche d'un imprudent sera douce [rindigence,
:

et in ventre ejus ignis ardébit.

et

dans ses entrailles un feu
1

lirùlera.

XL•!.

'

mors,

quam amâra
{

est

metua,
.

"«"ori••»

XL•!.
à
-

mort, que ton souvenir est amer
jouit de la paix au milieu [de ses biens; tranquille et dont les voies ont [été dirigées en toutes choses,

muna
,

amara
i-uc.
i;•,

Iiumini
-

paccm

liabr'nti

in substàntiis
[SUIS
[in
:

42.
3.

l'homme qui

viro
et

qui(''to, et

cujus

;

Ps. 72,

Mat.
''"''

10, 34.

diréctai sunt Luc.

12,
'"'

i».
'"

à l'homme
et qui

"'

omnibus, adhuc valénti accipere cibum! mors, bonum est judicium tuuni

«t «luicis.

•'

peut encore goûter la nourriture! mort, bon est ton jugement pour
les forces

^

[liumini indigénti, qui minoiâtur viribus, defécto letcite, et cui de omnibus cura
et
[est,

et
ecch.
Jo»,
30,
17.

dont

[l'homme indigent, diminuent;
de
l'âge,

^

(lui est

dans

la défaillance

à qui
la

3, 20.

[tout est souci,
(jui

et

inrredibili. qui perdit patiéntiam!

n'a

point

de confiance, qui perd

[patience!

'Xi.

La consistance

ries

pieds {constitutio pedum);

dicité exercée i)ar paresse
;J2.

un puissant appui. a pas dans la crainte... Quand on a la «raintedu Seigneur, ou ne souiTre aucun ilommase, rien ne manque.
c est-a-dire
27. Il n'y 38. // a étr couvert; le paradis. 29-32. Contre la mendicilé. 29. A'e mendie point. L'auteur parle ici

Un

ou par oisiveté. feu produit par laviditc de manger. De

XI. I. 1-7.

. La paix.
3.

prospériti• conipléle, toute sorte

'
la

pensée de
-c

la

mort.

mot

les

Hébreux désignaient une de biens.
sentence, arrct.

Juijement;

c'esl-i'i-dire

de

la

men-

192

Ecclesiasticus, XLI, 3-15.
I.

^
"^

Prtecepta de bono regîmîne
d^avârov,

^

,

UTTavuÎvrj tv

'
^

®

, . , .
'

, '.& . ' ,
'**
^ ^

, , / ,
;
,

,. [.

TÎtse (I-XL•!!, 14)•

j-p^n

î^\'2'û

^nsn
pbn

bi< 3

bavj n'j;n bs

4

'^^
:

n^^j u^T^

rjbiib
ir*5<

b[ix]û:n

ninsin

:y

»

b^ii<

^5Di

y^

nbir^arj bi:>

.., []^
nb[^ n]ip^
3?T2:n

p^j 6
ni< 7

^"

^^

*

'

^''

^ , ^ & &. , ,
&,
,

&^^'

... Hbb[==] 'D

******
:"r[b3?]

J

* * *

[^^.

irr^î^b iTbi[n]

,
Di<i
-^

Dbi?

nffij-jjb

^birrn d[ïî]

\Ttb]:b
nr^:^

^/2
d'ts

^''

^^

*^

7

; & &
5.

^3-

^, [ . &, ' & .,
.
(pr.)
tv. 8.

[&.

css bx csà'j bi

bnn înnr i^b "îcn D'ij "s ^ib^ i<in "5 D^ b3> ins

^:

ii

12

\nh^n rmzM^
nsD/j 1%^ nrorj

*3bx52

n£c:2 rj^ ^n nnit: 13

<

rj•^ D':3 ïnnit:i

nsrjt: n?jsn u'»
nb3?iin ni2

:cn^n^-n

inbiii -psis^j U3[^]^5

mt:

^

. .
a,*

'.
*:

. * '. * &. 9^, " \ .—
(a.

xQi'uaj

9.

A':

A^"i*

(in

12•

13:

(pr.

(sec.

'.)

. .

m.)

m.) *

.. ^.
lllicis

D:

. ..
ADn:
11.

D^]n
V. i^.
V. 6*.

^y^2'::

n-i- noi-j

u*
<•3

U:

f.)

includit

':

:•" "X. bny liao. pour 9^**. nnDXb
:

V. 5= c^n^*
V. 9*.

^.

ran

-

'd,

Autre variante-

IT^blt:

"10X

^

^ï ^-£n cx.
h^s

- imcis includit
15.

/^.
m.) + (p. m.) *

14•

V. 9^. nribibpb.

.
14^

10\
v.

03 'x
p.
v.

dsin^ ba et
t.

c^:"ix

bx

n-iD'iNïi.

v. lO''.

(sec.

17. ADN*: naiôCar.

(seC.

.

m?ûio;

ii)ic?.

m^n.
V.

ll^13n. 13* ûi^i -isg^
rrsiDi.

12^
si::.

"

V.13''. ni::i.
V.

mmo?3

v.14^ nh'n.

15'\

-,::.

L'Ecclésiastique, XLI, 5-18.
I.

193

i»réoepteM ponr la rondiiitc

«le

la vie (I-XLill, l'4).

Xoli iiK'tuen' jiuliciuiu iiioilis. (iiuvaiito t•' lurruiit,
(>t

.'
Non

Eccli. 38, 23.

Honi.
:

7,

Jioc jiKiioiiini

qua' su|)t'rventiii'asunt tibi a Di')niino oiinii cariii
lilii

]•«. 1111,
:

;

21.

,.^'^^^'^

•"•

et qiiiil siipi>rvc'iiii-t

in boin^plâcito

[Altissimi
"

V

sivc (lot'oni, sivc ci'ntiim,sivo milloanni.
est oiiiiii in iiilV'i-no accusi'itio viUt•.

^,'f\l\^_
ifu-.v

s

l'iiii

aboniinalionuiu

<'t

i|iii

poccallornm, ronvorsantur sociis donios unliiinl Îiiii

pam
.ir,.

""•'"•
j,,•. 2,

[('>•.
'-'
'>

J^•"'•.,-',^: Slip. 3, le.
1,

et ciini srmiiio

rilinruni poccatnniiii pri-ic) lioreditas, Prov. illiiruin assidiiitas op[pn'ibrii.

lu,

„'.%.
j.r. 23, 40.

Ne reclou II' pas le jugement de la mort. Souviens-toi d<'S ciioses(|ui ont été avant toi et de celles qui te SurviendiOnt ce jugement est celui du Seigneur pour [toute chair. Or. que te surviendra-t-il par la volonté [du Trés-IIaut? ou dix ou cent ou mille ans. Car il n'y a pas dans Tenler de plainte sur [la duiéc la vie. Le.s lils des ])i''ciieurs deviennent des (ils [d'abominations, ainsi que ceux qui lVé(iueiitent les maisons [des impies. Des iils des )»éclieurs jiérira l'héritage, et à leur race s'attac/icra un opprobre
;

;

[perpétuel.

De

pati-o

impio

<|uen'iiitur

filii.

Dan.
^'^^'

12, 2.
'

" Va' vobis

qnonianiiiiOpteriilunisiint inoppri'ibi'io. viri impii. qui dorclii^uistis Icgeni lUtinini Altis[sinii.

D'un père impie se plaignent ses fils, parce ([u'àcause deluiils .sonten opprobre.
•Malheur à vous, hommes impies, qui avez abandonné la loi du Dieu très [haut! Si vous naissez, c'est dans la malédiction [que vous naîtrez, et si vous moui'oz, dans la malédiction [sera votre partage. Tout ce qui est de la terre, dans la terre [retournera; ainsi les impies, de la malédiction ironÎ [dans la perdition. Le deuil des hommes se fait autour de leur
[coi'ps;

Pî. iis,2i.

'-

Et

si

ot si
'-

nati fuéritis. in luaiodictiûne nas- re. m,Sap. 12, 10. « r [ci^nnni M„t. 2;., . murtni furritis, in malodictione [crit pars vestra.
'

:

in terram [converténtur sic impii a maledicto in perditionem.

Omnia, qua? de terra sunt,

^'"^''-j'"',•,"•
'•
>

:

1*

Luctiis liominuni in côrpore ipsoruni.

.
Pe.
'

lo,
:.,

7.
S.
;

Mat.

9, 7

''

«S 29;», e. nonien aiitom impiorum delcbitur. Curani liabo de bono nômino f-„^ ,ie 1.0110 hoc eniin inasis pernianébit tibi. .,",""""^!-, quam mille thesaiiri pretiûsi et magni.
:

des impies sera elfacé. Aie soin d'une bonne renommée; car ce bien sera plus durable pour toi que mille trésors les plus précieux et les

mais

le

nom

Mat.'i,

Ifi.

'*'

Bonaî vilœ niimerns diéruni bonum auteni nomen permanébit in
:

Eccîè."'2'.'

[plus grands bonne vie n'« qu'un nombre de jours; mais la bonne renommée demeurera poui•
la

[aîvuni.

[toujours.
sap.
3,

'

Disciplinam in pace conservâto lilii: sapiéntia enim abscondita, et thésaurus
[invisus,

11.

vTor''it'u'.
Jut.
25, 2V3o.'

mes fils, Gardez en paix la doctrine, car une sagesse cachée et un trésor in[connu.
quel avantage y
a-t-il

qua" utilitas in utrisque?
"*

dans l'une et dans
[l'autre ?

Mélior est liomo

(!

absc('indit stulti[tiani suani,

Mieux vaut un
qu'un

homme

qui cache sa

folie.

quam home

qui absi'undit saiiiéntiani isuam.

homme

(|ui

cache sa sagesse.

G. Que te sunu'endra-l-il par lu volo»lé du TrèsHaut? Peux-tu empêcher rexécution de l'.irrêt porté

Ou dix ou cent ou mille ans. « Tout par Dieu? l'élre qui se mesure n'est rien, parce qu'il se mesure il SOD terme, et lors(|uOri est venu à ce terme, un (iernier point détruil tout comme si jamais il n'avait etc. Qu'est-ce que cent? qu'est-ce que mille ans, puisqu'un seul moment les elface?... Durez autant que ces grands chênes sous lesquels nos ancêtres se sont reposés, et qui donneront encore de l'ombre à notre postêril(•; entassez dans cet espace t|ui vous paraît immense, honneurs, richesses, plaisirs; que vous profilera cet amas, puisque le dernier souffle de la mort, tout faihlc, tout languissant, abattra tout à coup cette vaine pompe -. Hussuet, Sermon sur la 7nort, partie. 7. Car il n'y a pas On ne se plaint |)as en enfer, c'est-à-dire parmi les morts, dans l'autre vie, d'avoir vécu peu ou longtenii)s,niais d'avoir mal vécu. 8-14. De la malédiction réservée aux pécheurs et à

1-2. vous naissez...: c'esl-à-dirc votre naissance et voire mort sont maudites, à cause des impiétés que vous commettez volontairement pendant votre vie. 15-1". De la bonne réputation. d'une bonne réputation. « Cette io. .Me soin maxime, telle que nous devons l'entendre, est fond('e sur de très solides raisons. Car, suivant le sens de l' criture. (|u'est-ce qu'une bonne réputation et

>

eu quoi honnête

constste-t-elle?

A être

eu
et

deux mots,

homme

selon

le

monde,

homme

chré-

tien selon Dieu... Il y va de l'honneur de Dieu et de la gloire de la religion que nous professons; il y va de notre propre intérêt et de l'avantage personnel que nous y trouvons; il n'y va pas moins de l'ulilite

V

leur postérité.
lilBLE

du lUOchain dont nous sommes chargés et auprès de ((ui nous nous employons •. Itourdaloue, Pensées, de l'Humililr, v. I8--20. vices dont on doit rougir. n'en fait point 18. Qui cache sa sar/esse: qui usage pour se perfectionner lui-même, ou pour travailler ;i la perfection des autres.
13

POLYGLOTTE.

T.

Y.


194

.

.

Ecclesiasticus, XLI, 16
I.

XLII,

3.

Prœcepta de
ènt

^"

^"

nàaav

x«t
2*

^/&

èv

nui
22

y.ui

'^^

^"'

-^

-'

-^

ILIilI.

]

'' , ,&, &^ , , ' ,,' ', ' ^ , ), . ^ .'
-^

[ ['

. ,

boiio

regîmîne

TÎtae (I-XL•!!, 14:).

,
n^jirb

[,

<

niri bs
bs

\ià i<b^

nnnD Dbsn
T\hl

b^

12)X\ "2)^12

-cil 17

[,

^p^ by
îipirs
t,

n^nrii
»

-{^1)^12

is

by D^i rr]T2
b5>

hTi2

'

^
îûnb
.

\

.

,

nbM

.

.

bii b^îix nti/j/j
Î2

'rb)^[d\

\^
°
.
. .

^SX n'^ln/J21
nin]'^n7j
bi5<[ir]:j
.

rw2 nîpbn[/j
rij^nnrr^ dibia
.

d

tî-nri/j

/.

b

,

.

.

rro2^ 21'

nsnn ^n[m]

b:?

'2rm:2 22«

.
-

^, ^ '^
(sec. m.):(l.
23•

&, ''.

^

\

24-

. . . ^.
.. .) :
Tcoçv-^
2;j.

20.

'*

. <.2. . .
.)
:

. , . ,
':
D:
:

;y5<5nb'i5 \\)2

t}i'$

11D bD

3
mm bb

^^n^m

T\)2^'2 12311
:

-'%
i<i2?ji
"]i<

^n bs ^^^2.

-

imn

b5<

nb5< b^

îî^t:m D^D3 iiirn bxi

: (.

pini "vbs?
î3?iri p^^îisrib

2

— *: '
(1.

22.

("•|*

(.

m.)

27-

AD*

(tert.)

\.

pr.) (sec. m.)

\. ADN:
(1.

;•

\.

^^53
-pnirn

byi
bs?

pii^i

11
V. 16= V. li

3

ne-

;^n nbnD

nipbn^a b^i
V. 17=
V. 19*

v.21^ 13 ïiHni^. v.20='. bst1inî3. 1T VJ Autre variante pour 19<i, 21^'', 20=»: nn^a 3-3
20'».

'. . .
i?''. h-j

tna bs

tTwS.

V. 21=.

'-[5)3].

V. 22•^.

V.

l''.

V.3».

^.)

.
Jfal

non "an.

v, 22'^

;•^.
v.2^^i<.

'11X ^ï.

. .
1.

ADN:
2.

D:

Balance (J.

,.

17;. (D'aiirèa Wilkinsou).

(sec.) x«l.

. . ..
v.a**, ".ttîn

v.l^. Vx.

\.

28.

ADN:

Aoyov. D:

«^Vt-

(pr.) uncis includit A-.

:

(.

&)

Dn*

fsec.)
aXtjd-i-

3.

Dn:

B^ (pr. m.)

*

A'Dn:

L'Ecclésiastique, XLI,
I.

19— XLII,

3.

195

l'rérepteH pour la roiiduite de la vie (l-.\ljll, 14).
in
(If
liis,

''

Vertiiiilaiiirii

icvcrriiiiiii
[piOCt'diiiit

qu;i•

''

oro luoo.
k.viî.
i,

•-»

Non
et

t'st

cniiii

bonum

oinnoni roverén[tiaiii

s...

-"

Ainsi donc ayez de la défi-renco pour les [paroios qui sortent de ma bouche. Car il n'est pas bon d'avoir toute espèce de
[d(''lV'rence
;

obsorvi'iro

:

non

ôiiiiii.i

.imiiiltns licin• placent in
[lide.

"•">•

"
-'

et

loiites

clioses ne

plaisent pas à tous en

-'

Ernbéscitc a natrc
l't

<•1

a luativ do foi[nicatinnc
:

> .|"•
,„,„.
jos. 7,

Koiigissoz
et

a pra'sidonli• cl a iioti'utc de

mendu[cio
:
-'-'

[bonne foi. devant )•<; pore et votre [mère de la fornication; devant celui qui gouverne, et devant
[celui (]ui est puis.sant,

du mensonge;
le

-'-'

a principt' et a ji'idico df dclicto

:

'.-ii.

devant

le

prince et devant
et
le

juge, d'une
[faute
;

a synagoga ot plobo de iniqnitâtc
-•'

:

devant rassonibloe
-•'•

peuple, de l'ini[quité;

a sûcioet anu'co de injiistitia
et

:

rouf/ix

devant lun compagnon et Ion ami,

de loco in qiio habitas,
et testaiin-nto
:

et
Prov. Luc.
>:<,

du

lieu

dans lequel
de la

tu

[de l'injustice; habites,
et

il

de furlo, de veritâte Doi, ' de disL-ûbitu

e-7.
1-V

'-''

(lu larcin,

vérit(''

de Dieu

de son

14, S.
I,

Philip.

[alliance;

in })ânibiis. et

ab obfusca:

[tiono dati ot aecépti
-••

a salutàntibus desilontio

:

Luc.
4

10, 4.
4, 2,
.'>,

-••

Ueg.
Prov. Mat.

29.
16.

a respecta uiulioris loi'nic;u'ia' et ab aversione vultiis coiinâti.
-•'

2i).

coucher au milieu des pains, et d'utromperie dans ce que tu donnes [et ce que tu reçois; do no pas répondre à ceu.x qui te saluent, de jeter les yeux sur une femme prostituée, et de di''tourner ton AÎsago d'un de tes
de
te

[ser de

Ne avortas
et

fâciein a piO.xiiuo tuo,
et

-'

ab auferéndo paiteni

non

resti-

"'
'

[tuôndo.
-•

Ne
et

-8

respicias mulioreni aliôni viri. ne scrutéris anciliani ejus, neque stétoris ad lectum ojiis. Ab aniicis de sermonibus improporii

Eccii.9,

-'
ii-i:i.

:

kcch.
18,

js,

2";
l.'>.
''•

-!^

[proches. do ton prochain, et (jarde-toi d'enlever sa part ot de ne pas [la lui rendre. Ne regarde pas la femme d'un autre homme, ot ne sonde pas sa servante. et ne te tiens i)as auprès de son lit. Rougis devant tes amis de dire des paroles

No détourne pas

tn face

IS

;

20,
'-

[offensantes
et lorsque tu

et cuni déderis.

ne inii)roperes.

•''"^•

as

donné

quelque chose, ne [le reproche pas.

Xlill.
r
1

'

[tus de revolatione

No répète pas les paroles que tu Non dûplicos sermonem audi- •** 1"'•*"* ILL•!!. ... ,.,,,.. non eru[as entendues, pour révéler ce qui est sermunis absconditi, bescen1

cluni.

[secret,
et tu seras

et eris vere sine confusiono,

et invénies grâtiain in conspéctu " 1
r
.

.

:

Deut.
le.

\!'i7'';

i»-

et
,„

vramient sans confusion, tu trouveras grâce au.\ yeux de tous
[les

[niiim honiinuni

Prov.

24, 23.
.,,,


u,

hommes;

no pro nis omnu3iis confundaris,
et

13.

110

rougis pas do toutes ces choses que je
[vais te dire;

ne accipias per.sunain

ut dolinquas.

Jac.

2,

1.

et
-

no

fais

acooption

do personne pour pé[cher.
loi

-

I>('

loge Aitissiiiii. et tostaménto,
^^- '^^•'•

Ne

roiKjis

pas de

la

du Très-Haut

e

[de son alliance
^

de jiidicio ju.stilicuro iiiipiuni, de verbo socioruui et viatûruni,
et

ni d'un
"

jugement pour
affaire

justilier l'impie;
tes

ni
ni

d'une
do
la

.,,... et de datione

horoditatis ainicoi-um,

,

I-,-.-

LcT.

19, 3.Î-36.

Ps. ei, 10.

et de [voyageurs, donation d'un héritage en faveur

entre

amis

[de tes amis;
u». Toutes clioses (juand il.s disent ce

Tous ne sont pas de bonne foi, leur plail ou Icurdc'plait. 24. De la vérité Rougis de ce que tu violes la véril(; de Dieu par le mensonge, et son alliance par les autres péchés qui sont df-l'endus dans sa loi. De te coucher au milieu des pains {de discubitu in jianibus); c'est-à-dire de mettre ton coude sur la table et de t'y appuyer; ce (|ui était regarde comme une grande impolitesse (Glaire).
(|ui

l'on donne à une personne au préjudice d'une autre est un pcclié grave, sévèrement condamné dans l'Ancien connue dans le Nouveau Testament. Cf. Lévilique, xix, io\ Deutéronome, 1, 17; xvi, 19; Pour pécher; Proverbes, xxiv. ^23; Jacques. 11, 1. jusqu'à commettre le péché. ne rougis pas de con2. '' il'un jui/ement damner un jugement oii l'on voudrait absoudre un

que


,•

XLII. 1-8. Clioses dont il ne faut pas rougir. 1. Se répète jtas C'est la continuation du discours sur li's choses dont on doit avoir honte. —Acception de personne; c'est-à-dire l'injuste préférence

a. D'une a/Taire: littéralement dune parole {de verbo). Dans le texte hébreu, ainsi que dans les Septante et la Vulgate, le mol parole signiûe aussi chose, affaire— Des voyaijcurs: des étrangers qui

inipie.

,

,j

passent. Cf. Deutéronome,

1,

10.

196
I.

Ecclesiasticus, XLII, 4-15.
Praecepta de liouo regimine
Tîtae

(-1<11,

14).

''

"^

^
'

^

^

&', ., , '. " . , . &, 5 , 3 ]., &, . ,
:
:

•>^

hB^î< hT-p2ti

b:?i

x^T2b ni

'2 n^pa
nS'^

n^ by 4^

-31

my

rhi2'û b^i n°

nsn iDmr:

•< b3?6
Dip53 br 7

ipsn

:ntm bsn
riisS"

npbi nm^ji
nDI/J
b'j

>DS1 nniS
n/jxi

s

7]

;

niDTn

bûiDi ir^^-n n-ci

*"

^

'

^'-

^^"
^''

,. " & ], [, ?] , . , ] &. , (^-^,
/',

^^.

, ?],

n^^M^

:

"! bi "Dsb TiVi ir^Ki
riD/itû/j

n«b nn

9

.

.

.

.

is n^binnni
-s
'.

nnisn
.

n-binnn
.

-^

.

.

b

b

n^m
b

ni

...
.

.

ti[^^]i^ Jn"nni

ni2pii

,

b

,

.

.

îil^D
DIS?

^''

&
1):
8-

. .
ADX:
i" (j).

<().\): 1)6. 1):

4.

ôoxi/jaofJÉvoi. ). A^:

7•.^
1•

juera)

., . . . ^. . . ) . .. .
,
AD^-f-

...... nbbpi ^*::? nn^
D'JJ
.

îiSJia

!-[3?]

în^no
^5<ri

/2
-nn
123^

tû^n'j
bï<

" '
5

.

.

.

.

]

1

îTit^cri bii D'iuD
iîiS^

^

b^b 12

):

. . 9^.^ ': - A'Dn:
(sec.
£)'

i:C/J '5 13

H'.Se(a.

.) ^. ': ^. ADN: &•.. : ^'.^:
(.
1012.

:

B'it^f•

.

13•

D:

(1.

.) 4*•.

;r;i2:«

mn nî^nis n^ni ^^ ^ bx
^r:?'^ ^5D
5'=.

V, 12*. ^Dîn.

V. i2'\

iinan.

v. \4^^. v-\

:n3in

'j'^iiTi

rs^HO nisi nrx

nrj-a ir-x.

on a une seconde variante:

,

r.a

nax -^. . 5*. "'•2. . 6^**. . 6\ . . . 7». r. Dmn nrsn . 7^ rinr.* nsir*. . 8*. ^:, n-irnn \ ^2 rc . 9'\ 'i^-j^a. . 9^ . 8'\ :3 nnsxni. . 10*. nrsnr. Voio^. ne. . 10•=. '
'12113.

Pour

.

'

\

.•
"(JS

.

11^

-^.

.

ir^.

^^.
ri

Autre

variante pour 10*.— ir'. ,^2[31

ÎT^DX tT^na

.

L'Ecclésiastique, XLII, 4-15,
I.

197

Prt'ceptPH pour la conduite

«le la

vie (l-.\Ij|I, It).
de
la

^

de

a'(iualit;Ut• staténi• et pciinlcniui,

*

/(/

justesse

de

la

balance et des
[poids;

(le ;u-iiiiisitii'>iii• miilliu'iiiii '

iiaucoiMm.

.
ïii,

ig.

u-,
I.

de racquisition de beaucoup ou de peu de
[choses

m. M,
6,

^

lie

corriipti(>no emptiuiiis '
'


.

Mich.

11.

;

nogotiatcr

Am.»,
Luc.
li',

4-:. 13.

;i/

de

la

corruption

de

la

vente et des

,.
t't

...

[ni m.
,.,.

ik'

inulta

iti.scipliiia (ilii>iiim.

.3,-3;
DÏ^i/s'^i.

Col. .1.21.

l't

servo

p«'s,siiiio latiis saiifiiiiiiàrc.

6

.SupiM-

nuilificin

noi|iiaiii

V)onuni

est

'^

[marchands, d'une grande instruction pour tes lils; ni d'ensanglanter les lianes a un très nn'[chant esclave. .Sur une femme méchante il est bon de
ni

[siiTiium.
'

niulta'sunt, claude et qiiodcuinqiio trades, nûmcia,
L

bi

manus

"

:

Ou

il

[mellre un sceau. y a beaucoup de mains, cnfernu».

et

ap:

et tout ce ijue tu livreras,

compte

et pèse[(^;

[pi-ndc

datuin
»

voro, et

accéptuni
pt

oiune de[scribe.
8

mais ce que tu donneras
Prov. ss,
Eccli.
;•.

et recevras, écris[le tout.

De disciplina insonsati
ot

IViliii,

Ne

32,' 6.

de

.senioi'ibus.

«iiii

jiulicàntur

ab
:

ecÙu.

42,

i''

[adolosct'iitibus
et oris oriiditiis in uiuiiibus,
et

probâbilis
Filia patris

iii

con.spéctu

ûninium
[vivonini.
^

correction de l'in[sensê et de l'imprudent, ni des vieillards qui sont jugés par des [jeunes gens, et tu seras bien instruit en toutes choses, et approuvé en présence de tous les
rou;/Îs point

do

la

[hommes.
"nn*.'^''
Eccii.7,2&-27;
22, 3.
1

'>

abscondita est
ejus aiifert

vigilia,

La

mil'

cachée chez sou père est un sujet
[de vigilance,

et sollicitiido

somnum,
efîl-

et la sollicitude qu'elle lui

donne
[le

lui enlève

Cor.

7, 36.

ne forte in adolescéiitia sua adiilta
ot

[ciâtur.

cuni viro comuion'ita odibiiis

fiât

:

'"

nequândo poUuatur
et in patérnis suis gi

in viryinitute sua,

10

.sommeil; sans être mariée, elle [ne devienne adulte, et que demeurant avec .son mari, elle ne [lui devienne odieuse; qu'un jour elle no soit souillée dans sa

dans

là crainte que,

[virginité,

âvida invoniâtur

:

et

ne

forte cuiii viro

commoriita transgre[diâtur,

elle ne trouvée enceinte; que demeurant avec son mari, elle ne

que dans

la

maison paternelle
[soit

[transgrosse la

loi,

aut certe strrilis efficiatur.
I'

ou que certainement
11
^'^^''- -«• i^•

elle

ne

soit

rendue
[stérile.

Super filiam luxuriosam confirma cus[todiani
:

Sur une

fille

luxurieuse, exerce

une sur-

[voillance sévère,

ne quando iaciat

te lu

opprobrium ve[nire inimicis,

a detracliune in
et
'-

civitàte. et objectione

do peur qu'elle ne te fasse devenir un su[jot d'opprobre devant tes ennemis, à cause do la médisance de la cité ot de
[l'accusation
ot

[piebis,

du peuple,

confundat

te in

multitûdinc populi.
inténdere in spe- Fusîendae
[cie
:

Omni
et in

lininini noli

1-

couvre de confusion au [milieu de la multitude du peuple. No fais attention à personne à cause de
qu'elle

ne

te

[sa
eccu.
9,

beauté,

'"

médio muliorum noli coiiimoràri de vestiméntis enim procédit tinea,
et a

:

3-9;

nnuiere iniquitas vin.

,

.,.'..

*"'"*
Ecell. 9, 1-13. Prov. , 20-2*.

12

'

'

Mélior est enim iniquitas viri, quam [niulier benefâciens,
et miilier

•*

confûndens in opprobrium.
ero igitur

no demeure pas au milieu des femmes; car des vêtements provient la teigne, et de la femme l'iniquité île l'homme. Car mieux vaut l'iniquité d'un homme, [qu'une femme qui fait du bien ot qu'une femme (pii, en couvrant de conot

[fusion, attire l'opprobre.
'•'

Memor

uperum Domiiu,

omnia
fecil.

1'

Je

me

souviendrai donc des œuvres du
[Seigneur.

V,.

De

In

corruption

:

l'injuslire qui se

commet
,•

d'emprcher la curruption. entre les vemlcurs et les
est

acheteurs.

hon de tenir enlermée une femme légère dans ses mdurs. K. Si des vieillards; c'est-à-dire ni de soutenir des
»i.

Sur une femme

il

vieillards.
!>-U. Avis divers.

9. La fille cachée chez son /jére, qui n'est pas encore sortie de la maison paternelle, qui n'est pas .S'a/is vire maz-iVc; ce qui était un encore maiiee. Corinthiens, vu, 3«. déshonneur |)Our le perc. CI. 13. La leif/ne. Voir la figure p. -23!). d4. Mieux vaut...: il vaut mieux avoir a souiïrir l'injustice d'un homme que de recevoir des bienfaits d'une femme, qui pourrait les faire payer bien cher.

1

198

II. lisins

«

'.,, ' ^ ,, &
a hoQuxa
iv

Ecclesiasticus, XLII,

16— XLIII,

1.

Deiet sanctorum (XL•II, IS-L•!).

— 1°

Gloria Dei creatort» CXL•!!, IS-XL•!!!).

^^"
^

^:[]::

D^nbiîi

nnpb
n"i-5>/û
bi<

^- by^si
^^'^

^^^
*^12'^ ig

^

Mnbji bD by n[nn]iT
bs
b>'

^^^'^

"^
'^^

^^^

^^

-^"
"^

, ^ &,& -.
'

, &,& .
&. ,
/
[,

âoh]

' /,

"ïïnp
x^""^

^3 ^n
nsDb

^iiii

J

n^iibsD

ri^ni: D^nb^i y/i"5<

n-i::^ ^ssb

pTnnnb
is

npn sbi Dinn

nvHD nis^bn
bsir bs i:/j:û

nin'j 19

.

[5

!i<]b

d

> [,

îini b5 ^sbn

s^bi

"in [:;:^' n^in]:» 21

~'^

-^

"-^"£f

XL•!!!.

&.
16.

, ., , . &, ,; ' [,
d

3^,

b::sD i<b[i]
°
.

.

.

.

Mb
j^bi

î-n-j bib y-ri
b
.
.

.

.

Kin 23
b5>

îllltû

qbn

[]

no
XL•!!!.

....b
\'$Î2^^ b"ïn

i.ï «

&-

12 bibl23''
D^îTô:

XLir.

:^

ûbj 24

.• ). . .) ) .
15. xCsec. m.)-i*(in f.)

(.
(

18.

':

). &.
D:

ADN:

(1.

pr.

1

xvqiov.

17-

:

(1.

.)

xvqîov.

ADX:

fl.

^-)

'^ 19- :
:

v.lSf^.

i-^ry^.
",rr!ix.

V. 15'^. :npb. V. 17*1.
'513

V. 17''. rni-iirs.
v.

v. 17<=.

fp.

22.

) ':

AUN:

(1.

AD*
(1.

(1.

23•

'.
1•

9.'\^. ': : (.
XLII.
IS••.

DX:

,^'.. : ^.
.)
H-f (a.

xccd'.^

& )
.
21.
1.

:

20• Ni*

fcà

«?)

.

p^tnnb.

l9^

ni-^nsi.

v.

20^
^=^
1»'':

:'nm 3

ri^n.

v. 21=». ni-iina.

v.

21^

biiisin^.

. * \...
...

V. 21•^. "jis.

.

23\

•-. .

25*. Î5=n
25=^''

";''"i:i

?33.
:

Variante pour XLII,

et

XLIII,

[\.

nxin nxin t^i^nb r-u"i "l'a) :::: ni™ lûi^O "•2 •^"" in:: Vj "p"i

.

m

bs»

L'hébreu a un vers de plus que les Sep-

obéissent. Septante

:

pour tous leurs usages, et tout

tante et la Vulgate.

Ce vers

se

retrouve dans

la

leur obéit
20. Il

«.

version syriaque et dans la version arabe, formant

parallélisme avec 15".
24.

bon. Septante

a affermi ce que chacune de ces choses a de « l'un assure les biens de l'autre ».
:

Et en toute circonstance nécessaire, toutes lui

w

.^|»€*(-<1,
et qiia* vi<li aniiuiiliàbo.

499 XLIII, 1. L'Ecclésiastique, XLII, 16 -).— ' Gloire du Créateur fXL•l,^S- XL^J.
V». 76, 12; 3Î, 6-».
('t

les clio.ses (pu' j'ai

vues, je les annon[ccrai.

Gcn.

1,

3,

In sormonilius Itûniini

ojiis.
N.
6, 3.
1113.
;,

Dans
Pa
Sep.

les ]>arolos

du Seigneur sont

ses on-

[vrages.
Sol illi'iniinans jior ninnia respëxit,
et gl«>ria |t<>niini

Le

soleil

î9.

|1•

ost

opus ojus.

et la

en éclairant porte en tous lieux [ses regards gloire ilu Seigneur remplit ses œu[vres.
le

Nonno

Itriminus fivit saiirio.s oiiarriuv jobiiiiVn. ^»"• <•'. ^«• [.)miiia luiral.ilia sua,
[stabiliri in gloria

Est-ce que ^saints ont

Seigneur n"a pas

lait

que

les

coiitirniavit

Dùininus omnipotcns sua?
:

raconté toutes ses merveilles, qu'il a confirmées, lui, le Seigneur toutipuissant. pour qu'elles soient stables dans
[sa gloire?

.Vliys.suui.

l't

cor iKinunuMi invcsligavit

j„b,

vs
sj,

ii.
».

et in a.stiitia e<'>iiim excoiritàvit.

ewu.

a sondé l'abîme et le cteur des hommes, et a pénétré par sa pensée dans leur li11

[nesse.

Cognovit onini
et inspi'.xit

I'i'>iiiinus

oniniMii

scii'-u-

i»<•"»

*cu

Car
et voit

le

Seigneur connaît toute science

in siirinini :•\
(pia'

i.

j'b"' 's'^-m
is.Vi'?2i4s',3!

annuntians

pra-torionint. et qua^ [sui)(TV(>ntura sunt,

dans les si.irnes des temps, annonçant les choses qui sont passées
[celles

et

n°n'.î''.4'
rs.

rovt'ians vcstigia occultnrum.

i3s

1-.5.

di'couvrant les
et
Il

qui doivent survenir, traces des choses cachées.
lui i''chappe,
;'i

Non
et
-,

pra'torit illuni oniiiis cogitâtus,
...

l'ob, 42,
3,

2.'

Aucune pensée ne

non abscondit

Magnaha

sapit-ntiai sua> decoravit
(>t

... se

ab eo ullus S(M'mo. Mm. 12, Prov.
, ,
.

ae.

19

;

:

8,22.

aucune parole ne se dérobe sa vue. a reliaussi' les grandeurs de sa sagesse,
qui est avant
été•

qui est ante sa-culum

usque in

sa'-cu-

[ium,

^'^Q^n 3'i^^' Prov. s', 30.

lui

le

siècle

passe et jusqu'au
[siècle futur,

noquo
et et

adj.'ctiim est,
aliciijus consiiio.

Bom.'n,"34.
icor*"'
' '

rien ne lui a
et
il

ajouté,

nequ.' niiniiitur.

non ogot

Quam
Omnia
et in

tanquam

dcsiderabilia oniniaoporaoinsî scintilla, quie ost consido-

omni.•»
^^,^
j

^,

[rare. Job,

26,

u.

h;ec vi\nint, et
'

manont

in sa'-cuLiuni,
^,

J»»• 1.3-4.

Luc. 20, 3S.
r.ccic. 3, 14.

omni

nocessitâte oninia obai'idiunt

y^i^^ii 9

n'éprouve pas de diminution, n'a besoin du conseil de personne. Combien désirables sont ses œuvres! et c'est comme une étincelle, ce qu'on [peut en considérer. Toutes ces œuvres vivent et demeurent [pour jamais, et en toute circon.stance nécessaii-e, toutes
et
il

[01. Eccli.33,7-15.

[lui
'

obéissent.

Omnia
et

duplicia, unurii contra '
fecit

unum.

^"""• 'V Sap. 11, 21.
Seut. 32,
4.
1

non

quidquam

deésse.

cor. 13, 1».

Uniuscujusquo confirmâvit bona.

^^•

',3•

};';

.
Il'•
I
'

Et quis satiâbitur virions gloriain ejus?

Toutes choses sont doubles, l'une est oppo[sée à l'autre, mais il n'a rien lait de défectueux. Il a art'ermi ce i|ue chacune de ces choses [a de bon. Et qui se rassasiera en -oyant sa gloire?

1

Altitûdiiiis fii"mamt''ntuin pul[chriti'ido «'jus est,

»p

^ote,

XlillI.

'

I.e

lirmament

élevé

™","
p*• 1-,
'e-r.

est sa [beauté;

spécies cœli in visione giôriiv.

l'aspect

du

ciel fait

voir sa gloire.

Paiitie.

Liouang-e de

Dieu

et des

Hainte. XLII, i5-Li.
2"
S'•

Hymne à Dieu créateur, XLII, Éloge des saints, \LIV-L. Prière d'action de grâces, LI.
1"

Ici-XLIII.

Hymne
Dans
1rs

à Dieu créateur, XLII.
paroles
fin

Iu-XLIII.

Seigneur: c'est-à-dire clans les divines Kcrilures sont racontées ses œuvres ou selon d'autres, par la parole du Seigneur sont produites, conservées et gou vcrnées ses o'uvres mais nous pensons avec liossuet que la première interprélation est plus conforme à ce qui suit ((ilaire). 16. Le soleil répand partout sa lumière; la gloire du Seigneur se répand dans tous ses ouvrages. Cf. Pfaume xvni, 5, 6; Habacuc, m, 3. 17. Les saillis: probablement les pnjphetcs et les
|:î.
:

;

autres écrivains divinement inspirés. 21. Qui est avant... ; qui est avant tous les siècles, et qui sera dans tous les siècles. Xi. Sont doubles: comme composées de deux. Il Voir pour ces mots et les suivants, xxxiii, i;i. n'a rien fait de défectueux : au contraire celte diversité et cette opposition dans les choses de la natui-e, entretient entre elles un ordre et une liarmonie admirables, qui prouvent la puissance et la sagesse de Dieu. •. Il a affermi... Dieu a donné à chaque être des qualités prédominantes qui le conservent contre ceux

qui lui sont opposes.
XLIII.
1.

Ce verset parait être
6eoM/c.• le

précédent.— Sa
Seigneur,

comme dans

la continuation du pronom représente le mot rexpression sa gloire du

verset préci-dent.

1

200

II. L•aus

'^"
^

ycai

, ,. [ '
Dei
et sanctoriim (iSLII,
iv tv

Ecclesiasticus, XLIII, 2-17.
lâ-LI).—
1"

Gloria Dei creatori» (XL•!!, IS-JX/J/J.

"

', ". /,

ri:2n

\. .2

tt/j^^u

2

iv

-'

''

*"'

Kat

"^

**

®

^ (( . (
^^

((, ^*^ ^'^" ',
' ^
*

. , ., ,, . &'. , , ,, .
.

/, ,,.

;

pri'2 Dn'2 nisD ^15 4
îD^^iM

ff&aov.

nniriD

^

pbn^

iTyj-::

nb°ii23

*r^)2 •1^51Db

\r^^>rj

°''^^

brcy

^sn

niiii:

n^ny
niîi^i

^
yp
.

nn-'

DjI 6

:nbiy

rb':;:j[•^]

pin

-'rfr nyi:°:

m
rca

7

nnsipmn

y ysni

ir^nn'j >5in iirinn ir^n s

:5•• ^3
ut:2 ^bnD

*^^
^^

^
"

^"

^"^

"•^

. ..^ ... . )
3^
':
(1.

&^ &.
. 3^, . ', ^.
,
...

., ,

['
5b«

i<n:i ^bs

ss'is

^^^
mm
û^;-2i2:

9

°1!<1
-

pn Tjy^

bi^

îDnin:ri"5is
H'^'iriy

fiir^ i<bi
1

"" *;

^

[,
4•

'^
,
.

ns^pn pin

12

':

nntûD bx

2.

(sec.

m.)

:

:

mnn

:

ADX:

"!"

{.
:

.

"^:»
:

13

:::

avroy)

(sec.
8•

m.)

. . .
ADK:

.

' ). .
7.

DX:

:

:

&. ^. .
TTOQi'ai'. 6•

A":

...

(1.

A^Dx:
12.

9.

xvqCov.

*: 11. ':

10-

13. D: (. ccvzo) 10.

':

'.

. ^. ^:
;
(1.

^^
bip

)

14-

':

17.

18•

:

{]):

(':

).

AUN:

AliU'f Qp.

.^ (1. yfjv}

".

::<

bin^

tjn
4\
'^'•

':

:?&
.
'.i^.

r;siD -isisr n]is:>bT

inx:£3

^.
.
6'\

.
nr

piiin.

V. 4^. nibi!)

Autre variante pour 13^": n:::m npn mnn im:•: D1p\ V. 14. i:":a;. Variante pour les vers. 16

3

pnoi 'm.

v, 4«. >^'^•

S""•

^1^2? ','"^-

^'"^

=•

\. 5'\ n-jr.

et

ro

?

et 17^*^ (avec interversion des

membres

qui se

présententen cet ordre: 17^ 16^16'', 17'^):1:^ bip l^ain rpnn in^-^it îd'in ni;•;-' im^^i 'snx ^'•'

.

':3: '3. '. visa.

.

.

. 8". 8^ Kim i^'iTs. 9^ :bx h pi-itJO 'nri.
.
ii''.

:.
.
7^

|\

. 11*.
ns-pn-

nrr.

:.

.

lo*•.

.

12\
n:i[:nij

msDn

V.12''. Nb.

v.is^c^p-T

L'Ecclésiastique, XLIII, 2-18.
ll.l^oiinn(fe<le»Ieuetdef*Haiiiti*(.\l^ll,
-

201

-.). —
i\
I-•.•.

l'

Gloire du Créateur CXL•ii,.•i-XL•lil).
soleil paraissant
;i

Sol

iii

;isn('('lii

aiim'iiitiaiis

vas adiiiiralùlo opus
^

In mt'ri(li:ino cMiiii IriTam. ot in c-uiis|icctu artlùiis cjus qnis \)>^[tcril sustiiK-rc? FornâciMii custixlicns in upriiLtus ai[doris
triplicit(M• sol oxi'iivns iiiontos. ri'ulios i^iiicos («xsiifllans,
t'I

.

iii

t-xilti,

..••\, m.
1•«.

Le

sa .sortie

annonce

le

[Jour,
iiistniiueiit adiuii^alile.fruvn-duTrrs-IIaut. lui sou uiidi, il biiile la lern•,
et

eu

lu-i-seni-c

de son ardi'ui•

([ui

pourra

[résister?
Il

consi-rvo

une ioiiniaise
[elTels

:

dans lom les de nun ardeur;

*

n'IïiliJrrns ràiliis

suis

oltCit''cal (n-ulos.

Iiiplement le soleil brrtie les montagnes; il souille des rayons de fou, ot resplendissant par ses rayons, il éblouit

«

IVcil illiiiii. Mai:iuis lt<'.niiniis ot in scrnionibiis ojus iV-slinàvit it<'i•. Et lima in oinnilius in téuipore suo,
(|iii

.
<l<'

[les
IS,
G.

yeux.

luna^
1,

Giu.

II.

¥». 103, 19.

osténsio it-mpons,
*

el

si^nuni œvi.
.^^
.

(irand est le Seigneur qui l'a fait; ot à .sa parole il a liàlé son cours. Et la lune, dans toutes .ses jj/iuscs, dans [sa période est la mar(|uo du temps et lo signe do
[l'âge.

A

luna signum dioi festi. luminaro quod miniiitur in consunima[lionc.
ejiis t>st,

De
xum.ïs'ii-lû.

la

lune rienl

le

signe du jour de

l'été;

c'est

un luminaire

((ui

diminue àson

plein.

î*

Monsis seci'indiim nonicn

Le mois est
et
> Esdr. 9,
U.

cip/ii'lr

selon son

nom,
son
[plein.
les lieux les

LTCsci-ns mirabilitiT in consiimiiiatii'>ni'.
^'

elle

croit admirabiemoiit jusqu'à

Vas castnjruni
in
r.
.

in oxcolsis,
1•

MicniH,
Gen.
1,

L'appareil d'un
;

camp dans
ciel

16.

finiiamcnto

.

cn>li

rcsploiulrns glo-44,
1

1-1

Jer. 7, IS 17-19, 2.•.. Li'iusc. < K<•?- -,-•!;
I

dans
(l'est

le

firmament du
beauté

[plus élevés, resplendit glo-

'"

Spi'cics Cd'li irluria stollârum,
iiuindiiiii

côn'

1:/,

41.

la

du

ciel
le

que

[ricuscment. l'éclat dos
[étoiles;

illûminans in oxcôlsis DiMiiij^^'^'I^
Bar.
3,
3t-3.'i.

le

Seigneur illumine
la

mond(> aux lieux
[les

[nus. In vcrbis sancti stabunl ad judiciuni,
et
'-

plus élevés.

parole

du

saint, elles se tiendront [prêles pour le jugement,

non

déficient in vigiliis suis.
et

ot

'^'•

»•<•«!, nui fecit Gin. 9, 12. r'ii [illum :G,n. 9, i;j-i(i. rs. 147, u. vakle speciosus est in splendorc suo. Gyravit cœlum in circuitu gloria} sua», l^'^'^i'^},

Vide arcuiu,

bénedic

eum

ellesnodéfaudront iiasdansleiirs veilles. Vois l'arc-en-ciel, et bénis celui qui l'a
[fait;

il

Il

est très beau a fait le tour

dans son éclat. du ciel dans le cercle de sa
[gloire l'ont étendu,
;

Job,

3G, 29-31;

manus
'^

Excélsi apcruérunt illum. Inipério suo acccleravit niveiu.

3H,
?.•.._

22-23.
17,
.i.

les

mains du Très-Haut
son ordre,
s(;

nive^

l'ai•

le

Très-Haut a accéléré
les
[la neige, éclairs do son

et accélérât coruscatione.s eiiiitt('ie ju- i"^' ^f- ;-• Dcut. 28, 12. r [dieu SUl. Jer. lu, 13;
, .
• . •

ot

il

hâte de lancer

.

[jugement.
C'est
et les
et

'

"

Proptérea apérti sunt

"'

et evolaverunt iicbuia• sicutav(>s. In inagnitudiiie .sua pi'isuit luihcs, et contràcti sunt lapides graiidinis.

,,..,,.,
ejus

tliesai'iri,

s«,

-'^
,

.ii,

ig.

pour cela qu'ont

été ouverts ses tr(•[sors,

l8. 60, 8.

Ps. 146, 8
134, 7.

;

^'''

j .f"'?
r«'.

nuagosout voh'• comme des oiseaux. l>ans sa grandeur il a posé les nuée.s,

147,17.

''

In

conspi'Ctu

coumiovobuntur
[montes,

J»». m,'

n.

En
et

dos pierres de grélo se sont hris(''es. sa présence, les montagnes seront
[ébranlées,

^j. 38, 22.

et in volunlâte ejus aspirâbit
'"

Vox

notas. tonitrui ejus verberâbit teirani,

^*^''''•

'^'

'^•
s.

1

Cor. 14,

tcnipéstas aquilonis, et congregâtio spi[ritus
:

pr'v'ïS'^'s

par sa volonté soufflera lo vent du midi. La voix de son lonneri-e, ainsi que la tom[péte de ra(|uilon et le tourbillon du Aont, frapiiera la terre

-2-:;. Description du soleil. - Que de beautés renfcriiiées et coriuiie voilées dans ce petit noinbiO de paroles! dit llollin. Peut-on concevoir avec (|uelle

l'ompe et quelle profusion le soleil commence sa course, de quelles couleurs il embellit la nalure, et de quelle nia;,'iiilicence il est lui-même revêtu en s'clevant sur l'horizon? Il allie avec la majesté et les K'ràces d'un époux [Psaume wur. C) la coiuse rapide d'un searu, <|ui sonf,'e moins a plaire (|u'à porter partout la nouvelle du prince qui l'envoie l't (|ui est moins occupe de sa paiure que (le son devoir... Sa lumière est encore aussi vive cl aussi abondante qu'au premier jour, sans que ce delu.^'e continuel de leii, (|iii se répand de toutes
parts, ait alTailili la source incompréhensible d'une profusion si pleine el si précipitée, l.e prophète a

la majesté du Créateur et qui lui-même, i)uisque ses ouvrages sont si » magnifiques: 4. Triplement; d'un feu très ardent. 7. De la lune...: c'est la lune «lui lixe les jours de
l'a

fait! Quelle est

doit-il être

fête.
it. L'appareil d'un camp. Les étoiles sont souvent appelées l'arnu-e du ciel. 11. Du sai)tt. de Dieu. 14. Les éclairs de son jugement: pour rexécutioa de ses jugements. lii. Ses trésors. I,es lieux où Dieu lient enfermées

la i)luie et la grêle. tu. Se sont brisées;

sont sorties avec impétuosité
ipii

des nuées.
17.

Le vent du midi
les orages.

accompagne ordiuaire-

bien raison de

s'i-crier

:

Grand

est Iv

Uvujncur qui

ment

202
II.

LausDei

^®'i2ç

'**

"'

'-/. /

et »ianctorum (XL•!!, IS-L•!).

&& , .
. , ' '' .
.
'.

Ecclesiasticus, XLIII, 18-27.

— 1' Gloria Bei creatorin

CJCLIIf ÎS-XL.IIIJ,

. ,

[&,

n^r:?

nny

nsnb

^^

is

"pD'::^

nb:25 iisid q:o 19

-^

nàouv
-^

3''

aff

-'^
^•^

, . ,

, ,

îD-r:: n^sDi

^
b^n''

xt^jz
n^np^

^^ npns^
rûTù b^
b^

^'

p^Ts^

n^^D (D^nn)
-ry

:r;nr;bi d^m^j::

21

b^

rprj bD
»

ïiS'n/j

22

'

"

-^

-^

/Ji

. . . : . ) . .) . . . . .).
-*
19.

^. , ^, , , . . -,
21.

ir;::p

înnir "pib ynia
p"i23

inn-^n/j 23

inîc^ D^n ^nnr 24

îD-^iril23D

3:!5

^/j'::b

tnni

2:; - bD

-^"j

-«b/j :^br f:rjb 26

':

.
hp'

CiCID i<b nblïi^ 113?
îb::r;

^ ^m
"1-1.

27

:

22-

ADn:

Df
:

(a.

:

24.

':

(sec.

m.)

:

(1.

2. '

IT*:

'1D.

(scc.

m.)

&. .^.):
(a.

stichis scribiint

28. Di<:

ADNf

.

AD. AD*

(a.

Totxdetc.

A':

narra)

.

A^DN: (-:

29.

':

. ^. ^^.
27.

.
2''.

17^.

26 inversis

AD:

"
V.

--•^.
h'u

.

,

.

18^

.

nin\

-a,

.

21''.

(les

deux mots réunis)
V. 23''. ":;•.

23\

irsvr'û.

V. 26=^. in:r-3b et yj-zb.

L'Ecclésiastique, XLIII, 19-29.
II. Liouaiif^e de
•î•

Wieu et dvs

(

i^ 1 1, 1

au
'
'•

20.3

).— 1" tlioire au Créateur (XLEM, t!i-XL•ÏIl).
''

ot siciil

avis

ilc|)iim'iis a<l

si'diMuliiiii,

.

,

et

il

n'p.iiid la

nci^^o coiiinic iViisoau
[s";il):it

qui
sa

laspt'i'iiit

nivcui.

'"''•

et sifiil loci'ista

(Ioiih'tp'Iis

(Icsc-nsus
jojiis.
-

cl

(•
II'

pour so reposer,
pri''ci])ile

la

sautcrcilo qui

|di'SCi-nt<•.
'

-0

PiilcliritûdiiH'iii

cantlôi-is ('jus
[Ijitiii•

ailiiiii';i-

I/iril

;(!•.
ciiMii•

"•(•:

(l•• <:i

lilariciicur,

l'Ciiliis,
J.ib,
11,

siipi'i•

iiiiluviii fjiis

cxpavi'scct cor.

et

sera r|)0uvant•• de Iran qu'ollr
[rcnri'rnio.

'-'

<!i'lii

sicut sali-m

siipoi•

ti'i•-

..•••.
IV. 1.7, 1«.

-1

Couiuic du
ot

sol.

il

rrpaudi'a

la

gelée sui[la terre.

l't

diiiii

p'Iavcril,

l'u'l

:;
iiiin:i

!'•»'"

:

cacii-

tandis qui'

la

gelée se glacera, elle de-

ti'ilmli.
-•.i,,.is,

[vioudia oouiiuo des pointes do chardons.
ïu-.w,

'-"-'

Fn'pidiis vciitiis
(M

;i(|iiil(»

llavit.

gehivit crystiïllns

ali

aqiia,

.i

sii|H>i•

oninoni

coii^n-cgatii'nuMu

aiiuà-

Le vont IVoid, Taiiuilon a soulll••. congelée on cristal la gelée se reposera sur tout amas d'eaux,
ot l'eau s'est
:

[ruiu ivqiiii'scct,
l't

siciit lon'ca

induot se aquis.

et elle so revêtira (^.%

oanx

comme
elle

d'uiio

[cuirasse.
-•'

Et

dovori'iliil

montes,

d

oxi'irct

dosiTitiiiii,

-'"•

Elle

dévorera

les

montagnes,

brûlera
désert
ce qui

[le

ot oxtin^:ii('t viridc. sicut igin'.

et elle

desséchora comni»; par
îv.v

le l'eu

[est vert.
-'*

Modicina uniniuui
et ros

in lostinatif'iae

m'•:

o.nt.

•-'• i,

ii;.

Lo remède à tous
ot

[bula;

ûbvians ab
,

ardi'ii'(>

veuionti

In'i-

mcnx, c'est l'appariprompte d'une nuée: une lOsée provenant d'une chaleur qui
[tion

[inileni olïiciot euni.
„.
,
.

[arrive^ affaiblira l'eau congelée.
Marc.
I,

"•>

In

sermone ejus

siluit vontus,

...

an.
i.•..

j.)ii. i,

-

A

ot cogltatione

sua

i)lacàvit abyssuiu,

js

il,^':'''
''

et

ot plantâvit in illa
-''

Dominus

insulas.

""''

'''•

Qui navigant man',onàrrent poricula
iejUS
ot
:

"•=••'•

-''

le vent s'est tu, par sa pensée il a apaisé l'abîme, et le Soigneur y a fondé des iles. Que ceux qui naviguent sur la mer en

sa parole,

rs 100,23-32.

[racontent les périls,
ot,

audiontes auril)us nostris admiràI

en

les

écoutant de nos

oreilles,

nous

biinur.
:

ps. 103, 2^-2«.
''"'
'

[serons lavis d'admiration.
-'

-7

Illic

prioclâra ('tpera, ot niirabiiia

'

'

Là sont

(lo

brillantes leuvres et

des nier[veillos.

varia

bostiâruni pôncra,

ot

imniium

les dilïi'reiits
[les

genres des

t)êtes et ot

de tous

[pécoruni, et crealûra bollujruin.
-8

animaux ilomesliquos
lui la lin

des créatures

[monstrueuses.
l'roptor

ipsum confn-mutus
cjus

ost itiuoris

p™^/';'^'
Job, 38,
(îcn.
7,
i..

-*

Par
et

du chemin de chaque chose
[a été

Unis,

solidement établie,
[tos.

et
-'

in

senuonc

,

.

1, 3,

G,

coniposita sunl
toninia.

9,

11,

u.
21.

par sa parole

elles

ont été disposées tou-

snp.

n,

Multa

dici'nius,

ot

doliciénius

in i-*«udabiiis
:

-^

[Vl'rblS

niinis llous.

consuinniâtio autoni

soruninuiii.

ipso

Xous dirons beaucoup de choses et les [paroles nous manqueront; mais la conclusion des discours est que
[Dieu os* on toutes choses.

[ost in l'iiiiniiius.

'JO.

L'œil admirera

l'éclat

de sa

blancheur;

la

iicigp

étonne d'autant plus les Orientaux qu'ils la voient lomlicr moins souvent. -21. La gelrc se ijlncorn. I,a seli'C est très rare en Palestine, elle ne se fait ordinairenient sentir que sur les niateaux les plus élevés. 2:1. Elle fles.srrhcru comme par le feu. Kn effet la selée l)rùle comme le lèu, et produit la même désagrégation des tissus. 2». L'eau congelée: littéralement lui (eum); ce

pronom représente
V. a.,

le

nom que

nom

cristal

l'auteur a

donne

(Glaire). 29. Dieu est

en toutes choses. Le grec est encore
Dieu, en effet,

plus énergique:

.

{rrtjslnUus) du à l'eau coni;elée

Ipse manet intra omuia, est la plénitude de l'être. ipse extra omnia. ipse supra omnia. ipse inira omnia; cl siiperior esl pcr potenliain. cl inl'erior per sustentationem, exterior pei- maj,'nitudineni, interior per subtilitalem sursum regens, dcorsumconUnus tinens. extra circumdans, inicrius penetrans idemque totus ubique pnrsidendo suslincns. sustincndo pra'sidens. circumdando penetrans. peneSaiiil (;n-?;oire, Mor.. i. 12. Iranilo circumdans Dieu n'est pas ceci plutiit que cela, il n'est i)asd une tacon plutôt (|ue d'une autre, mais il est tout,
<

:

.

comme
leur
les

auteur de tout, possédant en lui-même dans ensemble "l par avance les principes divers et Saint Denis, Noms div., v, 8. termes de tout
...

204

Ecclesiasticus, XLIII,
Oeî
et sanctoriiin

^"

^'
uy

II. Laiis

•"

^-

^'

"^•^

/', . ' '' '&. , , &;
6
;|

;, ^
.

28— XLIV,

7.

(XLII, 15-1<).

— 2' Gloria

eanctorum (SLIV-LJ.

[.

^ipnD aà ^^
ir'j:Tû
bi:i2

rb[i^2 23

bn^
. .

atnn^
[îXr\]2

^12

1i<[^]

29

, . . , '. ', , ' , , , ^ .', . '..) .:^. ^'. ^. . . . . ^. ^^

•"^

,, .

bip l'J^'in
mis?
123^

.

.

Mb["i::^]a b

^5 ibs'in

bsi

rù is^bnn
[îi°npn]n
nbii[/j]
ï

^'202
D

aà ^i

i^^bn bîX}

32

bsn

nî< 33
b"h

XMV.
^^

îDinni^in iD^ninà
li^by

pbn ^ins sn

2

^

'

. ,
:
3[•
)

îDbi::? ni7j^5j

ûn^sban

<

ibnrn
^-rn 3

DnDinnn

D^is:>fn

îûnï^inDn b^ ^nn^.

**

îûn^pn-^n û^snni

Dnnscn
b:?

n^iu "tî^n

^

^

^rûV3

'^^pin

nD

^5/jiDi

30.

2.

pr.j

(-;

:
(.

YQajUfjaTÎai;.

.) .
(H. 301.

.. ). ^. . .
,\•:

3. Nt

.

32-

(sec.

111.

ffa. xvqioy)
37.

îûnDi^'^j

pr.)

^.

\V:

^
la

b^n

^Ti:5i<

6

b:? D^t:piir^,

nbx

bD_7
v.

»

(sec.

m.^ A^:
3.

:

:

^

^

3.

:.

V.

28^ nha.

*».

4• N-f

-J.

A:

':
ir

{.

ovr.) ir.

[-]

XÎ3 ''D.

\\-

-

fa.

^.)

...

v.i^n«. V. 3"^. '\

-7.2^ urib.
V.
4<^.

V.3».

'''111,

v.

3''.

ci-nsaa.

'0^3.

V. 5^.

p.

v.

7=*.

112=3.

3-2.

Et admirable

est

sa magnificence. Addi-

tante
3.

:

«

nos pères par

génération

».

tion de la Vulgate. 33. En bénissant... Ce verset n'est pas dans les Septante.
35.

parmi

Dès
1.
:

le

commencement

n'est pas

dans

le grec.

XLIV.

Dans

Hébreu

«

leur f/énération, et qui sont nos pères. nos pères dans leurs générations ». Sep-

ils ont montré les prophètes la dignité de prophètes. Hébreu et Seplante « conseillant dans leur prudence et annonçant par (leurs) prophéties >•. (>. Ayant du goût pour la beauté est une addition de la Vulgate.
:

Et pourvus de leur prudence,

L'Ecclésiastique, XLIII, 30
11.
"0

— XLIV, 7.
[ti'S

20rj

Liouanirede Wieu
;i(l

et

den «uints (Xl^ll, IS-L•!).—
'"

2"

Eloge den uaintu jXLiV-L).

Glori:ïiitos

(iiiitl

valrliiiiiiis?

l'our le glorifier, qu»• pourrons-nous dire?

ipsr
:ii

oiiiiii

oriinipoli'iis

sujut

niiinia 1

car
j;™•,',,';,','•

lui

Tout-l'uissanl est au-dossiis do
Seigiiour.

toii-

TiMTÎliilis D.'.miniis.
.

r(
.

[ûpera sua. niagmis vehcfllUMltCr,

ses œuvres.

'l'ciribio est le

grand souvorai-

l."c. 1,'37.

.

ot niirâlulis
^-

potvnlia

ipsiiis.

V'. 141, (,,„. in,

.t.

n.
i-'

(Uoriliciintfs
supt'i-valt-bit

Doininiiiii

(|iiantiiiii(uin-

[noment, merveilleuse ost sa puissance. Soigneur autant que vous le (ilorillez
et

[qnc
«'iiiiii

potiii'rilis.
i••"

[pouri-ez;
-•'^

adlnu'. ot admiriiilliiin
:

car sa gloire remportera encore, et admi[rablo est sa

[hilis iiiaj:iii!ict''ntia l'jiis.

magninccnco.

3^

Hcnedicrntos Domiruini, oxaltalr

3

[(piantuiii pot('-stis

major eniin
''

ost onini
(niiu

Iaii(li>.

l^xaltàntt's

repli'iiiini

virti'it(\

ne
:

..

g,

w.

-'•

[laborétis

non
33

oniiii

comprclKMKliHis.
i

autant vous pouvez; car il est au-dossus de toute louange. Kn l'i'xaltant, i-ocut-illoz toutes vos forces, [no vous lassez point: car vous m• parviondi'oz pas (' rerallcr di[gnemeni
Kii

bénissant

le

Seigneur,

oxalto/.-le

[((lie

.

Quis vidébil ouin, cl onurràbit? ot quis niagnilicàbit fiim sicut

Tim.e, is-ic.
j^„;'j';i'g•

35

Qui
qui

le le

ost

ab
1

vorrraet le i-acontera? louera selon ce qu'il est dès

le

coni-

[iiiitio?
3*'•

Jon.

'•(,

i-'.

[moncoment?
3G

Multa abscondita sunt majora

liis

:

-'"

pauca onim vidimus opcriim ojiis. Oniiiia autom Iiômiiius fecit, ot pioagontibus dodit sapiôntiam.

Beaucoup dochosos cachées sont plus gran[dos que celles que nous voyons; car nous avons vu pmi do ses o-uvres.
Mais le Seigneur a fait toutes choses, et à ceux qui agissent pieusement il a [donné la sagesse.

i

Joa.

2, 27.

''

•'"^•

*"'''•

.YLIV.
-

'

Laudomiis viros

f:lori(Jsos.

i„„*',i-i-

,.
-

ot parontos nostros in fionoratii'me sua. ciaroi'ùn•. Multani j:loriam focit Duminus Luc. 3, s.

Louons dos jiommes glorieux dans leur génération, et qui sont nos pères. Le Soigneur leur a donné beaucoup de
'

[gloire

magnificontia sua a
3

sa''culo.
3
i.•;,

Dominântos in potostâtibus hominos magni virtuto,
ot

suis,

nom.

1.

*

prudontia sua pnoditi, nuntiàntcs in prophotis dignitâtem [piOphotàrum. Et imporântosin pra?sénti pnjjulo,
et virtute

^''^m. s''?'^' sap, r.'s?.
'

^*''• ^' '''

dans sa magnificoncc dés le commonco[ment du monde. royaumes, Ils ont dominé dans leurs ces hommes grands on puissance, ot pourvus do leur prudence, prophotos la diils ont montré parmi les [gnité de prophètes. leur Et ils ont commandé au peuple de
[temps,
ot

5

populis sanctis[sima verba. In peritia sua roquironles modos mûprudontioi
[sicos,
'-

1
'

par.
Epli.

m,
:),

^^•."•
19.
4.

on vertu do leur prudence donné aux [peuples do très saintes paroles. Dans leur habileté ils ont recherché les [modes do la musique,
ont publié
les

et

narrantes cârmina scripturarum.
divitos in virtute,

vs.n,
Gen.

ot ils

cantiques dos Écritu[res.

49, 21.

Hominos

Hommes
:

riches on puissance,

pulcliriti'idinis
"

stiidium habontcs

pacificàntos in dumibus suis. Omnos isli in gcnerationibus gentis [suiv gii'iriam adopti snnt.

Eorum
lM.^"'e.

avant du goùl pour la Ixvauté. vivant on paix dans leurs maisons. Tous coux-là au milieu des générations [de leur nation ont acquis la gloire,
donc pas troup1o"c Les hérétiques ne devraient .lésus-Chnst, dans la ver étonnant que l'Église de fasse mémoire des célébration des saints mystères, quelques lustes Vnotres, des martvrs et même de Dans leur génération; de l'Ancien Testament. époque (Olaire). dans leur siècle, à leur littéralement dans leurs 3 Da»sfewrs -o'/^innes.• version Sixtuie, «MissancL, suivant le grec et la

Senlire Deum taciti aliqualenus 35. Ce qu'il est. possunius, utautem ipso est, sermone explicare non possunnis... Quid onim de eo indigne dicas, (|ui est sublimitale omni sublimior, et altitudine onini altior. etomniluce lucidior... et omni potcnlia jiotcntior... » Novatian., De Trin., 2.

-

Éloge des saints,

XI.IV-I,.
.'i

XLIV. 1-5. Invitation fiéiiérale louer les patriarches. 1. Louons... La même pensée est reproduite au vers. 15, et en plusieurs autres endroits. Grotius, savant interprète protestant, dit que c'était la coutume parmi les Juils do faire mémoire de ces grands hiimmi's dans le temple de .lérusalem. et 'mémo

flan! leurs

dans ce verset et les sa nation! qtae le sage loue des chefs do peup e, de trois sui^nts, se trouvent politiques, des prophètes, .ui^sslnts rois, de grands d'habiles musiciens, des des sages les savants,

.'^. Parmi

les

grands l'ommes de

dans

les synagogues des autres villes, ot que l'auteur donne ici des formules de la maiii<'re dont on pouvait, dans ces asseml)léos solennelles, faire leur

Îoétestacrés, des V^^r''',::^t:^Îtr^deSSt^ jtep^opiieies r heureux —/'-'