Université Mohammed Premier Faculté des Sciences Oujda

‫جـــامعة محــمد الول‬ ‫كلــية العلـــوم وجدة‬

‫مـــركز دراســات الدكتـوراه علـــوم و‬ ‫تقنيـــات‬

Centre d’Etudes Doctorales Sciences et Techniques Projet de thèse de Mr. Melle. Mme. : ................................
Formation Doctorale :..

Physique et Ingénierie 2010-2011

Structure d'accueil : ........................................................................................... Directeur de thèse : EL HITMY Mohamed..................................................... Directeur de la structure d'accueil :.................................................................

Titre de la thèse : La classification en traitement de signal et ses

applications ................................................................................................................................ ................................................................................................................................ ................................................................................................................................ ................................................................................................................................ .................................................................................................................

Spécialité : ......................................................................................................
(voir liste des disciplines et spécialités)

Description du projet :
Résumé du projet (10 à 15 lignes)

La classification est le fait d’attribuer une classe spécifique à un objet donné. Ce fait nécessite une certaine abstraction afin d’extraire des généralités communes à une classe, à partir des exemples disponibles. Bien que cette définition de la classification est simple, sa réalisation n’est pas chose aisée : en effet, le dégagement de caractères communs à des classes n’est pas facile, le choix de tel ou tel ensemble de caractères communs pour l’attribuer à une classe, ne l’est pas non plus ; et ceci aussi bien pour l’homme que pour la machine. Néanmoins, des découvertes d’ors et déjà entreprises, ont frayé des chemins plus qu’intéressants pour des recherches futures plus opérationnelles. Une classification faite par la machine, de visages, de données médicales, de formes, est une tâche assez difficile. Par exemple, il est difficile d'énoncer de prime abord, pour la reconnaissance de caractères manuscrits, une description générale tenant compte de toutes les variations particulières de chaque caractère. C’est pourquoi des recherches suivent une autre approche celle de l'apprentissage : le critère pour décider si une image correspond ou non à une lettre donnée consiste à comparer si cette image est suffisamment similaire à des exemples reconnus de cette lettre. Il n’y pas de calculs pour la classification de caractères : C’est un apprentissage à partir d'exemples.

1

Objectifs scientifiques :
. Axe de la Théorie de l’information.
Le recours à la théorie de l’information est motivé par le fait que tout objet physique peut être réduit à des informations représentant ses caractères physiques ou chimiques : le traitement de ces informations produit une représentation des caractères de cet objet après leur traitement.

Axe des Réseaux de neurones.
On a besoin des réseaux de neurones pour faire une classification, car ces réseaux une fois établis font une classification rapide et assez sûre des éléments à classer : or, la rapidité est un atout majeur pour une classification, surtout pour des machines dangereuses ou vitales.

L'analyse Kohonen.
Les réseaux de neurones basés sur l’analyse de Kohonen permettent un apprentissage très rapide d’où leur intérêt pour une classification.

Axe de traitement d’images.
Si on désire une classification de la forme, de la couleur ou même du relief d’objets physiques, une représentation de ces caractères sur plus d’une seule dimension (au moins deux et trois pour un objet plat) est une nécessité fréquente. Cette représentation peut se manifester sous la forme d’une image monochromatique (noir et blanc) sur deux dimensions (trois dimensions pour les niveaux de gris) ou polychromatique (couleur) avec au moins trois fois trois dimensions. Cette image devrait en général être prétraitée afin d’en dégager les caractères utiles et supprimer le superflus. Ce prétraitement de l’image se fait par des techniques dites de « traitement d’image ».

Compression : DCT DWT,
Les opérations préliminaires à réaliser pour extraire de l'information sont conditionnées largement par le mode et les conditions d'acquisition et de numérisation des images traitées.

La DCT
L’idée majeure pour la compression JPEG a été le passage par la DCT. Ce processus découle d’une classe d'opérations mathématiques, de la même façon que la Transformée de Fourier. C’est un simple un changement de domaine d'étude de la fonction, tout en gardant exactement la même fonction étudiée. Dans notre cas, on étudie une image, qui est une fonction à trois dimensions : X et Y, indiquant la position du pixel, et Z donnant la valeur du pixel en ce point. Dans le cas d'une image couleur, On considère indépendamment trois fonctions, pour chacun des canaux RGB.

DWT
On utilise pour la compression de données numériques avec ou sans perte, une technique appelée la transformée en ondelette discrète (Discrete Wavelet Transform, ou DWT). Cette compression est réalisée par une approximation successive de l'information

2

initiale en partant du plus grossier et en arrivant au plus fin. En choisissant un certain niveau de détail, on peut réduire de cette façon la taille de l'information.

Axe de la reconnaissance d’objets et phénomènes physiques.
La reconnaissance d’objet.
Il existe de nombreuses applications dans la vie courante, qui sont réalisées de manière informatique, et qui utilisent la reconnaissance d'objets, notamment le tri des fruits et légumes de façon automatique sur un tapis roulant ou alors le tri du courrier par une simple reconnaissance des codes postaux.

La reconnaissance de forme « pattern recognition ».
La reconnaissance de forme ou parfois reconnaissance de motifs, peut être définie comme étant l'étude d'un groupe d'informations visuelles afin d'en déterminer les formes constitutives.

La reconnaissance des signaux.
La classification usuelle des signaux dans le traitement de signal (voir figure plus bas), et qui se fait selon leur caractères énergétiques et leurs variations dans le temps est très importante pour étudier les phénomènes et objets physiques. Cette classification qui donnent de très bons renseignements sur ces phénomènes et ces objets, ne suffit pas à elles mêmes de décider en se basant sur ses résultats.

Conclusion
De ces axes les objectifs se dégagent naturellement : 1*/ vu que ces axes sont des domaines conjoints, il serait difficile d’étudier un sans connaissances de l’autre, c’est pourquoi il est plus pratique de les étudier au fur et à mesure de l’avancement de la recherche. 2*/ acquérir les connaissances cheminement grossier à suivre. nécessaires à l’émanation d’un

3*/ affiner ce cheminement au point de devenir un plan opérationnel bien balisé. 4*/ suivre ce plan et mesurer les résultats de l’avancement de la recherche. 5*/ comparer les résultats mesurés aux résultats attendus dans le plan. 6*/ se remettre en question si les résultats diffèrent trop, revoir les mesures et le plan et les rectifier.

Méthodologie envisagée :
(décrire en quelques lignes les techniques utilisées et les protocoles suivis)

La détection et la classification des événements dans un signal suscitent un intérêt grandissant depuis plusieurs années dans tous les domaines. Ce domaine de recherche reste un terrain en friche que seuls les chercheurs qui sauront rester en avant-garde pourront en profiter.

3

Les études dans ce domaine peuvent se réaliser à moindre frais, ou avec un matériel coûtant, le poids des résultats est basé essentiellement sur le travail du chercheur. C’est pourquoi il est primordial que le travail du chercheur soit bien balisé et corrigé si nécessaire, le directeur de thèse qui va guider ce travail va donner son avis sur les différentes étapes, et sous sa supervision des exposés devront être fait aux autres doctorants intéressés afin de permettre au chercheur d’exposer ses découvertes et de s’assurer de leurs validités. Quand le travail sera suffisamment mûr, il sera alors opportun de l’exposer aux maitres des sciences afin d’avoir une certification de la valeur de ce travail. Vers la fin de la formation un certification finale sera étudiée.

Moyens existants pour la réalisation du projet :
(matériel scientifique, matériel informatique,…)

Ordinateur + internet

Partenariat existant et projets de recherche en cours :
.Rien à signaler pour le moment..

Chronogramme prévisionnel :
1ère année : Faire des études suivants les axes précités et les directives du directeur de thèse Vérification : faire des exposés devant les collègues afin de s’assurer de la bonne marche des études. . 2ème année : .faire des exposés de justifications organisés par le directeur de thèse. . 3ème année : Ecrire la thèse et l’exposer pour une certification finale. Date : Noms et signatures : ELOTMANI Saber Doctorant : Directeur de thèse : Directeur de la structure d'accueil :

4

5

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful