You are on page 1of 11

Critère de Griffith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Aller à : Navigation, rechercher

Le critère de Griffith (d'après Alan Arnold Griffith (en)) désigne une contrainte maximale
au-delà de laquelle un matériau fragile se rompt. La valeur de cette contrainte seuil s'exprime
en fonction du module élastique du matériau et de l'énergie nécessaire pour ouvrir la fracture.

Sommaire
[masquer]

• 1 Matériaux fragiles
• 2 Microfractures
• 3 Calcul de la contrainte seuil
o 3.1 Énergie stockée et énergie soulagée
o 3.2 Bilan d'énergie et évolution d'une fracture
o 3.3 Contrainte seuil
• 4 Voir aussi

o 4.1 Articles connexes

Matériaux fragiles[modifier]
Les matériaux fragiles, comme le verre, rompent brutalement lorsqu'on exerce sur eux une
contrainte en traction qui excède une certaine contrainte seuil. Cette contrainte seuil est très
petite par rapport au module élastique du matériau. Autrement dit, une très faible déformation
suffit pour le rompre.

Par exemple, pour du verre, le module élastique est typiquement de 7⋅1010 Pa (module
d'Young, 70 GPa) tandis qu'une contrainte de seulement 3,6⋅109 Pa (3,6 GPa = 3 600 MPa,
qui correspond à environ 5 % de déformation) peut suffire pour rompre le matériau.

Microfractures[modifier]
Pour expliquer cette fragilité importante, Griffith a eu l'idée de supposer l'existence de
microfractures au sein du matériau.

La raison pour laquelle la présence de microfractures fragilise le matériau est la suivante.


Lorsqu'une contrainte est appliquée sur le matériau, il se déforme et stocke de l'énergie
élastique. Une fracture existante, si elle s'ouvre davantage, soulage davantage le matériau sous
tension et libère ainsi de l'énergie pour faire avancer le front d'ouverture. Au-delà d'une
certaine contrainte, l'énergie ainsi libérée est suffisante, et la fracture commence à s'ouvrir
davantage. Après quoi, son ouverture se poursuit de manière catastrophique, jusqu'à la rupture
macroscopique du matériau.
La contrainte seuil résulte donc d'un bilan entre l'énergie élastique soulagée et l'énergie
interfaciale de la fracture. C'est pourquoi l'expression de la contrainte seuil obtenue par
Griffith dépend à la fois du module élastique du matériau et de l'énergie interfaciale.

Calcul de la contrainte seuil[modifier]


Nous donnons ci-dessous une version très simplifiée de son calcul.

Énergie stockée et énergie soulagée[modifier]

Sous l'effet d'une contrainte σ, la déformation du matériau est de l'ordre de σ / E, où E est


son module élastique. Autrement dit, une région de taille a (à gauche sur la figure) est étirée
jusqu'à une taille (au centre de la figure). L'énergie élastique stockée par unité
de volume dans une telle région est de l'ordre de σ2 / E.

En présence d'une fracture de taille a (à droite sur la figure), une partie appréciable de la
contrainte (et donc de l'énergie élastique) est soulagée dans une région d'épaisseur a de part et
d'autre de la fracture (plus précisément, la contrainte est reportée latéralement et se concentre
au voisinage de la périphérie de la fracture).

Par conséquent, l'ordre de grandeur de l'énergie élastique soulagée est donné par l'énergie qui
était stockée dans la configuration non soulagée (au centre), autrement dit par le produit du
volume a3 et de la densité d'énergie σ2 / E :

Bilan d'énergie et évolution d'une fracture[modifier]

Hormis le soulagement partiel de l'énergie élastique stockée, l'ouverture de la fracture


consomme une énergie W par unité de surface.
Le bilan énergétique de l'ouverture de la fracture dépend donc de sa dimension a contient
donc les deux contributions :

Contrainte seuil[modifier]

Le signe de la variation de Ebilan avec a indique que la fracture tend à augmenter lorsque sa
taille excède une valeur de l'ordre de :

Corrélativement, si le matériau contient dès l'origine des microfractures de taille amicro, alors
ces microfractures s'élargissent dès que la contrainte σ appliquée excède une contrainte seuil,
dont l'ordre de grandeur est donné par :

Voir aussi[modifier]
Articles connexes[modifier]

• Mécanique de la rupture
• Rupture
• Fissure
• Fragilité

Rupture (matériau)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Rupture.

Une rupture (ou familièrement fracture) d'un matériau est la séparation en deux ou plusieurs
pièces sous l'action d'une contrainte.
La rupture fragile, au contraire de celle ductile, est caractérisée par l'absence de déformation
plastique macroscopique, et donc par la propagation très rapide des fissures avec faible
consommation d'énergie. Dans le cas d'un cristal, la rupture est bien nette, elle suit des plans
cristallographiques, on parle de rupture par clivage. Le matériau rompt avant d'avoir quitté le
régime élastique, c'est le cas des céramiques, et à basse température les métaux cubiques
centrés ou certains polymères.

La rupture par fissuration rapide peut aussi intervenir pour des conditions anormales :

• basse température ;
• grandes vitesses d'application de la charge ;
• fatigue ;
• défauts préexistants ou créés en service (le critère de Griffith permet alors d'estimer la
contrainte à la rupture).

Quelques contraintes de ruptures usuelles (en N/mm2)

Matériau Traction Cisaillement

Acier S235 360 0,4

Béton C25/30 2,6 1,0

Voir aussi[modifier]
Articles connexes[modifier]

• Mécanique de la rupture

Fissure (matériau)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher

Cet article est une ébauche concernant la mécanique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?)


selon les recommandations des projets correspondants.

La fissure est un défaut / dans un matériau caractérisé par une discontinuité brutale, où la
matière est séparée sur une certaine surface. Elle entraîne une grande concentration de
contrainte à son fond. Sa propagation, sous l'effet de contraintes suffisantes (voir le critère de
Griffith), combinée ou non avec un environnement agressif (corrosion sous contrainte) mène à
la rupture.

Elle est essentiellement, en pratique, le facteur limitant de la résistance mécanique des


matériaux fragiles tels que les verres et les céramiques.

Le faïençage est un phénomène de micro-fissures superficielles à la surface d'un enduit, d'un


béton, d'un revêtement solide, etc. dû à un retrait superficiel trop important ou rapide1.

Références[modifier]
1. ↑ Glossaire Infociments [archive]

• Portail des sciences des matériaux

Ce document provient de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Fissure_(mat%C3%A9riau)


».

Catégories : Résistance des matériaux | Science des matériaux | [+]

Catégories cachées : Wikipédia:ébauche mécanique | Portail:Matériaux/Articles liés

Outils personnels

• Créer un compte ou se connecter

Espaces de noms

• Article
• Discussion

Variantes

Affichages

• Lire
• Modifier
• Afficher l’historique

Actions

Rechercher

Navigation

• Accueil
• Portails thématiques
• Index alphabétique
• Un article au hasard
• Contacter Wikipédia

Contribuer

• Aide
• Communauté
• Modifications récentes
• Accueil des nouveaux arrivants
• Faire un don

Imprimer / exporter

• Créer un livre
• Télécharger comme PDF
• Version imprimable

Boîte à outils

• Pages liées
• Suivi des pages liées
• Importer un fichier
• Pages spéciales
• Adresse de cette version
• Citer cette page

• Dernière modification de cette page le 9 décembre 2010 à 01:24.


• Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons
paternité partage à l’identique ; d’autres conditions peuvent s’appliquer.
Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits
graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez
comment citer les auteurs et mentionner la licence.
Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc.,
organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code
fiscal des États-Unis.

Fragilité
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher

Pour les articles homonymes, voir Fragile.

Cet article est une ébauche concernant la physique des matériaux.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?)


selon les recommandations des projets correspondants.
Pictogramme signalant la fragilité d'un objet sur un emballage ; le verre est
réputé fragile.

La fragilité est l'état d'une substance qui se fracture lorsqu'on lui impose des contraintes
mécaniques ou qu'on lui fait subir des déformations brutales (c'est-à-dire sous forme de choc),
sa fracture n'exige qu'une faible énergie. Si, en revanche, l'énergie à fournir pour produire la
fracture est importante, on dira que la substance est « tenace ».

Faciès de rupture fragile (verre) ; le verre étant amorphe, le faciès est lisse mais
courbe, il ne présente pas de facettes

Du point de vue du comportement en déformation, un matériau fragile casse dans le domaine


élastique, il n'est pas ductile. On a donc un faciès de rupture présentant une surface lisse,

• qui est gauche (non plane) dans le cas d'un matériau amorphe ;
• qui se compose de facettes lisses si le matériau est cristallin, soit ce sont
les joints de grain (fragilité intergranulaire), soit ce sont des plans denses
du cristal (clivage).

Évaluation de la fragilité[modifier]
Courbe de traction typique pour un matériau fragile

La fragilité peut s'évaluer :

• par un essai de traction uniaxial : la courbe typique présente un


infléchissement arquant le début de la détérioration suivi de la rupture ;
l'éprouvette ne présente pas de striction, le faciès est comme décrit ci-
dessus et l'allongement à la rupture A% est nul ;
• par un essai de flexion choc Charpy : le matériau présente une faible
énergie de rupture KC (appelée abusivement « résilience ») ;
• par un essai de ténacité : un matériau fragile a une faible ténacité, notée
elle aussi KC.

Il y a lieu de bien différencier les notions de ténacité et de résistance mécanique.

Facteurs influençant la fragilité[modifier]


La fragilité ou la ténacité dépend non seulement des forces de liaison entre les atomes, mais
aussi de la contribution d'éventuels phénomènes de dissipation d'énergie : plasticité,
microfissuration, changement de phase, recristallisation dynamique,… qui ont pour effet
d'accroître sensiblement, dans les substances tenaces, le volume du domaine où, à la pointe de
la fissure, les liaisons atomiques s'opposent à sa progression en supportant la contrainte de
traction la plus élevée.

Interviennent donc en particulier la température et le vitesse de déformation. En particulier :

• tous les matériaux sont fragiles en dessous d'une température dite


« température de transition fragile-ductile » ;
• certains matériaux sont peu ductiles aux faibles vitesses de déformation,
et très ductiles aux fortes vitesses (recristallisation dynamique) ;
• certains matériaux sont fragiles aux vitesses de déformation élevées, mais
« pâteux » aux très faibles vitesses ; c'est le cas par exemple des roches
qui sont habituellement fragiles, mais qui présentent un phénomène de
convection dans le manteau terrestre.

Concernant la dissipation d'énergie par déformation plastique, le premier critère est le critère
de von Mises, qui indique qu'un matériau cristallin est intrinsèquement fragile s'il présente
moins de 5 modes de glissement (plan de glissement-direction de glissement voir
Dislocation). La fragilité intergranulaire peut provenir de la présence d'atomes étrangers qui
ségrègent aux joints de grain, comme par exemple le phosphore ou le soufre dans l'acier. De
manière générale, un matériau cristallin est souvent d'autant moins fragile qu'il est pur. On
peut renforcer les joints de grain en ajoutant des éléments d'alliage pour piéger les impuretés,
ou pour renforcer les joints de grain en y ségrégeant (bore). L'hydrogène est également un
élément fragilisant ; le dégazage des métaux lors de la fusion est donc capital.

La fragilité peut aussi provenir de réaction avec l'environnement. En particulier, l'eau, dans le
cas d'immersion ou bien l'humidité de l'air, peut réagir avec le métal et produire de
l'hydrogène qui vient fragiliser le métal.

La résistance mécanique d'une éprouvette sous charge est la contrainte maximale Rm


supportée par l'éprouvette avant fracture. Contrairement à la ténacité qui est une grandeur
intrinsèque, la résistance mécanique fait intervenir outre les forces des liaisons atomiques, la
forme et les dimensions de l'éprouvette ainsi que son état de surface et le type de sollicitation.
On observe par exemple que la résistance mécanique de fibres de verre fraîchement étirées est
environ cent fois plus élevée que celle d'objets communs du même verre qui ont subi des
abrasions multiples. On améliore la résistance mécanique d'objets faits de matériaux fragiles
en introduisant, par des traitements thermiques ou chimiques, des précontraintes de
compression en surface.

Rappelons enfin que les filaments en verre, typiquement des substances fragiles, sont
couramment utilisés pour renforcer de nombreux polymères ainsi que des ciments.

• Portail de la physique
• Portail des sciences des matériaux

Ce document provient de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Fragilit%C3%A9 ».

Catégorie : Science des matériaux | [+]

Catégories cachées : Wikipédia:ébauche physique des matériaux |


Portail:Physique/Articles liés | Portail:Matériaux/Articles liés

Outils personnels

• Créer un compte ou se connecter

Espaces de noms

• Article
• Discussion

Variantes

Affichages

• Lire
• Modifier
• Afficher l’historique
Actions

Rechercher

Navigation

• Accueil
• Portails thématiques
• Index alphabétique
• Un article au hasard
• Contacter Wikipédia

Contribuer

• Aide
• Communauté
• Modifications récentes
• Accueil des nouveaux arrivants
• Faire un don

Imprimer / exporter

• Créer un livre
• Télécharger comme PDF
• Version imprimable

Boîte à outils

• Pages liées
• Suivi des pages liées
• Importer un fichier
• Pages spéciales
• Adresse de cette version
• Citer cette page

Autres langues

• ‫العربية‬
• Català
• Deutsch
• English
• Esperanto
• Español
• ‫فارسی‬
• Bahasa Indonesia
• Italiano
• 日本語
• Nederlands
• Polski
• Русский
• Українська
• Tiếng Việt
• 中文

• Dernière modification de cette page le 28 décembre 2010 à 01:08.


• Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons
paternité partage à l’identique ; d’autres conditions peuvent s’appliquer.
Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits
graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez
comment citer les auteurs et mentionner la licence.
Wikipedia® est une marque déposée de la Wikimedia Foundation, Inc.,
organisation de bienfaisance régie par le paragraphe 501(c)(3) du code
fiscal des États-Unis.