You are on page 1of 23

Hypothermie accidentelle.

Réchauffement par irrigation péritonéale.


Valeur en 2010, réalisation pratique.
Claude Hébette
(Hôpital de Moûtiers 1971-1998)

Communication affichée à la
34è réunion de traumatologie du ski et médecine des sports d’hiver du Groupe médical du Cerna
10 décembre 2010
Hypothermie sévère <30°C

Fibrillation ventriculaire présente ou redoutée

Hélico
indisponible CHU
Méthode de choix
- CEC
- ECMO
- hémodialyse

Méthode de repli

Le réchauffement interne actif par irrigation péritonéale


est possible dans tout hôpital
mais ne s’improvise pas
La

Technique

est possible avec des moyens très simples,


mais on peut investir…
Technique

Le liquide

• quoi ?
- S. salé iso?
- Ringer ? Ringer lactate ?
- soluté de dialyse ?

En tous cas – STÉRILE


- À TEMPÉRATURE CONNUE
 !
- en grandes quantités
Technique Le liquide
• comment réchauffer ?

0 – 120°C

 bain-marie + thermomètre

Flacons dans le bain

Pour : très simple et pas cher


54°C
Contre :
- mobilise une personne vigilante
- refroidissement du flacon en service
Technique Le liquide
• comment réchauffer ?

 bain-marie + thermomètre (suite)

49 à 54 °C
(mesuré)
Bobine dans le bain

Pour : 43,3
- reste simple (déduit)
- température a priori constante après
réglage et stabilisation

Contre : Grossheim (Alaska) 1980

- mobilise une personne très vigilante


- consommable plus sophistiqué
Technique Le liquide
• comment réchauffer ?

 suite

bain-marie thermostaté

flacons ou bobine
Surgiflex

Pour :
- reste simple pas de consommable
- température constante

Contre :
- prix de l’appareil ?
Technique Le liquide • Comment réchauffer ?

 four à micro-ondes ++++

Étalonnage préalable sur une poche pliée sur le thermomètre

Par ex. : 4 litres / 7 minutes  40°C

Pour : - simple et pas cher


- rapide
- fidèle (reproductible)
Contre : refroidissement de la poche en service
Technique Le liquide • Comment réchauffer ?

 et Pour diminuer le refroidissement de la poche :

isoler
Technique Le liquide
Comment réchauffer ?

 appareillage : Bair Hugger ® Arizant (air chaud pulsé sur tubulure)

Pour :
- constance automatique de la température du liquide au départ
- utilisable également avec les mêmes tubulures pour réchauffer des transfusions massives. ainsi
que sur une enveloppe chauffante en salle d’opération pour prévenir l’hypothermie péri-opératoire.
Contre :
- pas de contrôle de la température à la sortie ?
- prix de l’appareil et du consommable (mais l ‘appareil est multifonctions)
Technique Le liquide Comment réchauffer ?

 ( suite) appareillage
:
Réchauffeurs de transfusion
Réchauffeurs de liquide

ThermWarmer

Fluido uro Sebac  41 °C,


jusqu’à 600 ml / min
Pour : - automatiques
- thermomètre de sortie
- utilisables en urologie pour REU ou en réa et au bloc pour transfusions massives
Contre : prix de l’appareil et du consommable
Technique Le liquide • température : 42 à 44 °C
(tenir compte du refroidissement dans la tubulure)

• propulsion : gravité (flacon ou poche à 1 ou 1,20 m)


manchon pressurisé sur poche ?
pompe monitorée ? pas nécessaire
• débit : entrée 2 litres / 10 min – évacuation : 10 min, etc.
maximum : 6 l / h (Rocourt - Girardet)
• vidange : flacon ou poche au sol

cyclique continue par 2è tube ?


(plus simple)
(plus compliqué)

• quantité totale : prévoir large !


Technique La ponction
• avec quoi ?
- kit pour dialyse ?

- cathéter sur mandrin,…


- à défaut tout tube d’au moins 4 mm de diamètre , avec
embout raccordable à une tubulure de perfusion !

• comment ?
- anesthésie locale si nécessaire
- méthode : fermée ? semi-ouverte (plus sûre)
Vidange vésicale. Asepsie large. Champ
adhésif. Incision sur 2 cm sur la ligne
médiane à 5 cm sous l’ombilic: peau, tissu
cellulaire, aponévrose jusqu’à voir le
péritoine (écarteur autostatique).
Moucheture, introduction du tube sur 10 à
15 cm. Suture cutanée en bourse pour
étanchéité et fixation.
Technique

Surveillance

- habituelle (dont ECG ++)


- ionogrammes répétés, surtout kaliémie
- température (thermomètre à hypothermie !) : rectale ?
tympanique ? œsophagienne ? (risque de FV)
Résultats Température :
gain habituel de 4 à 6 °C / heure (CEC 8 à 10)
Le massage cardiaque externe concomitant
est possible si nécessaire.

Essais de défibrillation le cas échéant à partir de 28°C


Résultats
Le terme irrigation péritonéale
semble préférable à celui de dialyse ( le but n’étant pas des échanges ioniques),
et à celui de lavage (pas de pus à éliminer)
Conclusion

Tout hôpital recevant des urgences


( partout et surtout en montagne ! )
devrait avoir
 un protocole de réchauffement par irrigation péritonéale
 le matériel nécessaire tout prêt.
L’hypothermie provoquée thérapeutique
pour minimiser les effets de l’hypoxie (cérébrale, myocardique, etc)
se répand.
Le refroidissement par voie péritonéale a été proposé…
En commun avec la technique ci-dessus :
- une partie du matériel ( le frigo remplace le micro-onde ! )
- l’entraînement

F. Xiao, P. Safar, H. Alexander. Peritoneal cooling for mild cerebral hypothermia after cardiac arrest in dog.
Resuscitation 1995, 30, 1, 51-59
Bibliographie

Claude Hébette, Roberte Prieur, Ahmed Benmaiza, Martine


Visintainer (hôpital de Moûtiers).
Hypothermie : réalisation pratique du réchauffement actif dans
les premiers échelons de secours. 9ès Journées chirurgicales de
Grenoble, 1982.

[Nombreuses références et full text disponibles


en contactant Docmmont http://docmmont.ifremmont.com
ou le service doc du Groupe médical du Cerna cerna@wanadoo.fr]