You are on page 1of 10

SommairE

l’état dES
Edito������������������������������������������������� p�3 Sommaire �������������������������������������������� p�4
Portfolio�������������������������������������������� p�6

hiStoirE & SociétéS�����������������������������

p.

7

tableaudebordGrandsconflitsetgrandesbataillesdel’Histoire�� p�8 l’évolutionduconflit� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�10

lES grandS doSSiErS dE diplomatiE n° 1

l’état dES conflitS

état dES liEux dES conflitS ������������������� 17
p.

lesconflitspolitiquesdanslemonde: uneapprochecomparatistedepuis1945� � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�18 Portfolio������������������������������������������� p�21 Conflitspolitiquesdanslemonde(donnéesHiiK) � � � � � � � � � � � � p�22 Comparerl’étatdesconflits: quelquesprécautionsméthodologiques � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�26 afghanistan(talibanet alii)� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�28 Soudan(darfour) � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�29 � Mexique(Cartelsdeladrogue) � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�30 russie(daghestan)� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�31 indonésie(lintastanzim)� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�32 Comores(Mohéli)� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�33 rwanda(opposition) � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�34 � Chili(îledePâques) � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�35 ouzbékistan/tadjikistan� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�36 Paraguay/bolivie � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�37

conflitS
armES Et ExtEnSion dES guErrES������������ 39
p.

leconflitafghanouleparadigme delaluttecontre-insurrectionnelle � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�64 � CartoGraPHieGuerrecontrelenarcotrafic, lecasdeCiudadJuarez� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�68 leMexiqueetlescartelsdeladrogue: guerresale,guerreperdue? � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�69 �

tableaudebordlemarchédel’armementdanslemonde � � � p�40 l’afriquesubsaharienneetlestransfertsd’armements� � � � � � � � p�42 lelibéria:unpaysoubliéd’afriquedel’ouest?� � � � � � � � � � � � � p�46 l’extensionduconflitsomalienau-delàdesesfrontières� � � � � � p�50 Portfolio� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�54

intErvEntion ou prévEntion ?���������������

p.

73

focus� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�74 CartoGraPHiel’enjeuafricain� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�75 afriCoM:unlaboratoiredemiseenœuvre del’approcheglobale� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�76 Portfolio� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�81 Pourunemontéeenpuissancedesforcesenattente� � � � � � � � p�82 Sommes-nousentraind’assisteràune«révolutionmilitaire»?� � p�87 tableaudebordopérationsdemaintiendelapaix danslemonde � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�90 laprévention:nouvelenjeustratégiqueduXXiesiècle� � � � � � � p�92

champS dE bataillE���������������������������� 55
p.

focus� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�56 Portfolio� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�57 CartoGraPHieSoudan,lefléaudelaguerrecivile� � � � � � � � � � � p�58 laguerrecivileauSud-Soudan� � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�59 CartoGraPHielabatailledeMoshtarak � � � � � � � � � � � � � � � � � � � p�63

livres����������������������������������������������� p�97 abonnement������������������������������������������p�15

cartograpHie : guerre contre le narcotrafic, le caS de ciudad Juarez
les cartels mexicains, le fléau qui menace l’amérique
Los Angeles San Diego Tijuana Capitale des principaux cartels mexicains et restructuration en deux grands groupes ennemis début 2010 : - Premier bloc dit de la « Federacion » Cartel de « El Teo » Cartel de Sinaloa Cartel « La Famille » - Deuxième bloc Cartel Los Zetas Cartel de Tijuana Cartel des frères Cartel du Golfe Beltran Leyva Cartel de Juarez Zone de plus de 800 km de long entièrement contrôlée par les Los Zetas (armée criminelle fondée en 1954 forte de 4 000 hommes) Présence et influence attestées des cartels mexicains dans les villes des États-Unis : Cartel de Juarez Cartel de Tijuana Cartel de Sinaloa Cartel du Golfe Violence et corruption États du Mexique les plus touchés par la corruption et la violence des cartels Villes étant dans le top 10 mondial des ! villes les plus dangereuses au monde en 2009 (victimes/habitants) Sources : DEA ; Atlas de l'Amérique latine, Éd. Autrement ; X. Raufer / Réalisation : CAPRI Organisation spatiale et criminelle de Ciudad Juarez Rio Grande : frontière naturelle Mexique-États-Unis Point de passage entre le Mexique et les États-Unis US Bordel Patrol et milices citoyennes chargées de surveiller la frontière avec le Mexique Centre-ville Zone de concentration des principales infrastructures de la police (centre d'urgence, groupe d'intervention...) QG de la police municipale Institut médico-légal et morgue
Le pont de Santa Fé sur le Rio Bravo, principal point de passage entre El Paso (à droite) et Ciudad Juarez (à gauche). (© Frontpage)

ÉTATS UNIS
!

Rio Grande

El Paso Ciudad Juarez

!

Houston Nuevo Laredo

Chihuahua Culiacan La Paz Tepic Monterrey Matamoros

MEXIQUE
Guadalajara Morelia Mexico

250 km

Diplomatie HS no 11 (© AREION/CAPRI)

ciudad juarez, épicentre de la guerre du narcotrafic
EL PASO

Prison de haute sécurité de Ciudad Juarez Bureau de l'unité spéciale contre les crimes et les disparitions des femmes El Castillo : ancienne base du Cartel de Juarez qui compterait plus d'un millier de membres Meurtres et disparitions de femmes à Ciudad Juarez (plus de 3 500 femmes sont concernées entre 1993 et 2008) Par arme à feu Par arme blanche Par strangulation Par traumatisme

Sources : A. Musset, lacitedesmortes.net, insightcrime.org, Revue de presse, Réalisation : CAPRI / Fond de carte : Google Maps

CIUDAD JUAREZ

Quartier Vincente Guerrero à l’ouest du centre-ville. (© Google Street View)

Désert de Chihuahua

Carrefour où de nombreux corps de femmes assassinées ont été retrouvés. (© Google Street View)

500 m

Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 1 (© AREION/CAPRI)

68

Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 1 Février-Mars 2011

Champs de bataille

analyse
Guerre sale, guerre perdue ?
Depuis plusieurs années, le Mexique a avantageusement remplacé la Colombie pour faire la une des journaux quand on parle de violence liée au trafic de drogue.
a multiplication des massacres dans les villes du Nord proches de la frontière, et en particulier à Ciudad Juárez, ont focalisé l’attention des médias et suscité l’inquiétude non seulement des milieux politiques internationaux mais aussi des investisseurs étrangers qui voient d’un mauvais œil le pays se transformer en champ de bataille – ce qui n’est jamais bon pour les affaires, surtout quand presque 20 % de la richesse nationale est fondée sur l’exportation de produits manufacturés dont la production se fait dans des usines maquiladoras situées au cœur de la région la plus touchée par le conflit actuel (les États frontaliers de Sonora, Chihuahua, Coahuila et Tamaulipas).

Le mexique et les cartels de la drogue

Par Alain Musset, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, laboratoire GGH-Terres.

L

narcotrafic et processus historique
Il ne faut pourtant pas croire que cette violence est le résultat d’un processus récent : elle est ancrée dans l’histoire du Mexique où le narcotrafic fait presque partie de la culture locale. Déjà dans les années 1970, des groupes musicaux comme les Tigres del Norte avaient basé leur popularité sur

des chansons « traditionnelles » consacrées aux exploits des contrebandiers et des trafiquants de drogue (les narcocorridos). L’un des plus célèbres interprètes de narcocorridos, Chalino Sanchez, a été assassiné en 1992 à Culiacan, capitale du Sinaloa et fief actuel d’un des plus puissants barons de la drogue, Joaquin Archivaldo Guzman Loera, surnommé « El Chapo » (le Petit) et identifié en 2009 comme le 973e homme le plus riche du monde par le magazine Forbes. Parallèlement à la diffusion d’un style musical lié au narcotrafic, on a vu apparaître des saints ou des figures religieuses particulièrement vénérés par les membres des cartels de la drogue et leurs familles – comme en Colombie avec la Virgen de los Sicarios ou la Virgen de la Rosa mística. C’est le cas de San Jesús Malverde (dont le sanctuaire principal est situé à Culiacan) ou de la Santa Muerte qui est aussi très populaire chez les petits commerçants du centre historique de Mexico. C’est dans les années 1980 que le trafic de drogue est devenu une activité préoccupante pour le gouvernement mexicain. Jusqu’alors, les narcotrafiquants étaient surtout

Photo ci-dessus : Le 11 décembre 2010, le bureau du procureur général met en place un check point le long de la route qui rejoint Lazaro Cardenas à Uruapan. Dans l’État de Michoacan. Des membres du cartel La Familla ont bloqué plusieurs routes lors de heurts entre narcotrafiquants et police fédérale. Cet État du Mexique, qui a vu naître le président Calderon qui y envoya 5 000 soldats en 2005 pour lutter contre la drogue, symbolise désormais l’échec de cette politique. (© AFP Photo/ Alfredo Estrella)

Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 1 Affaires stratégiques et relations internationales

69

Champs de bataille
des contrebandiers dont la principale fonction était de faire passer clandestinement aux États-Unis la cocaïne produite en Colombie. Une sorte d’accord tacite entre les cartels locaux et les autorités fédérales (de fait, le Parti Révolutionnaire Institutionnel au pouvoir) a permis de maintenir une certaine paix des braves tant que le business n’affectait que la société nord-américaine, de l’autre côté du Rio Bravo. Cependant, au cours de cette période, le pays a cessé d’être principalement un espace de transit pour se convertir en un lieu de production et de consommation. À l’image de leurs modèles colombiens, les cartels mexicains se sont enrichis et renforcés. Les plus importants d’entre eux sont devenus de véritables entreprises transnationales protégées par des milices et des groupes paramilitaires comme les Negros ou les Zetas qui n’hésitent pas à recruter parmi les membres de forces de l’ordre. Les chefs des Zetas sont pour conserver ou élargir leur espace vital et pour s’approprier des parts de marché dans un secteur de plus en plus compétitif. Les plus violents font régulièrement parler d’eux dans la presse mexicaine et internationale : ce sont les cartels du Golfe, de Juárez, des Beltran Leyva, du Sinaloa (dirigé par « El Chapo » Guzman), de Culiacán, de Tijuana (mieux connu sous le nom de Cartel Arellano Félix ou CAF), ou celui du Michoacán (La Familia), spécialisé dans les métamphétamines, qui étend désormais ses tentacules vers les États de Morelos, du Guerrero et de Mexico en marquant son territoire avec des cadavres criblés de balles… (Luis Donaldo Colosio, candidat du PRI à l’élection présidentielle de 1994, a sans doute été assassiné par les trafiquants qu’il voulait combattre). Selon une enquête commanditée par le Sénat mexicain, 72 % des municipalités mexicaines seraient infiltrées par des hommes ou des femmes au service des narcotrafiquants et 8 % seraient entièrement contrôlées par les cartels. Au cours des dernières années, et notamment lors de l’opération Limpieza (« Nettoyage ») lancée en 2008, 3 200 policiers fédéraux (10 % des effectifs totaux) ont été destitués pour cause de corruption. L’ancien directeur de la lutte contre les narcotrafiquants (de 2006 à 2008), Noé Ramírez Mandujano, a lui aussi été convaincu d’entente avec le cartel des Beltran Leyva. De la même manière, plusieurs grandes banques mexicaines ont été accusées

Photo ci-dessus : Carte du Mexique. (© Michal Baranski)

un levier économique en plein essor
Il est difficile d’évaluer la part qu’occupe le narcotrafic dans l’économie

Photo ci-contre : Hillary Clinton, secrétaire d’État à la Défense, parle avec le secrétaire à la Défense Robert M. Gates et l’amiral Mike Mullen, lors d’une réunion sur l’Initiative Merida à Mexico le 23 mars 2010. (© USAF)

[Le Mexique] a cessé d’être principalement un espace de transit pour se convertir en un lieu de production et de consommation.
d’anciens soldats de l’armée mexicaine, en partie formés par des cadres nordaméricains à l’École des Amériques basée au Panamá pour lutter contre les guérillas centraméricaines. Ils ont structuré leurs unités de manière hiérarchique et sont dotés d’un excellent armement, directement importé des États-Unis. Anciennement au service du cartel du Golfe (mais aujourd’hui autonomes), ils ont violemment combattu les Negros, affiliés au cartel des Beltran Leyva et dont la zone d’influence, initialement centrée sur le Tamaulipas, s’est progressivement étendue vers le Nouveau León et le Coahuila. Tous ces cartels, à l’origine installés dans un État ou dans une ville qui forment le cœur de leur territoire, luttent mexicaine, mais tous les indices montrent que c’est un secteur économique en pleine croissance depuis une trentaine d’années. L’augmentation de la production locale de cultures illicites peut ainsi être mesurée en prenant comme base la superficie des champs détruits par la police et par l’armée : entre 1990 et 2006, on est passé de 8 778 à plus de 30 000 ha de chanvre et de 8 860 à presque 17 000 ha d’opiacés. Avec une production de 38 tonnes d’héroïne en 2008, le Mexique est devenu le troisième producteur mondial. Les revenus de ce trafic (évalués à plus de 20 milliards de dollars en 2008) ont gangrené presque tous les secteurs économiques et politiques du pays, alimentant la violence et la corruption de laver de l’argent sale afin de l’injecter dans l’économie légale. Deux régions sont particulièrement touchées par cette plaie : l’Occident (centre de production de marijuana et d’héroïne) et la frontière Nord (zone de transit vers les États-Unis).

L’initiative mérida
Afin de lutter contre une activité qui occuperait au moins 300 000 personnes au Mexique (selon les estimations de la Drug Enforcement Administration – DEA), les États-Unis et le Mexique ont passé des accords de coopération portant sur des échanges de renseignements, la livraison de matériel militaire et l’entraînement des forces spéciales chargées de démanteler les réseaux

70

Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 1 Février-Mars 2011

Champs de bataille
de trafiquants. Des conseillers militaires nord-américains accompagnent les unités mexicaines et leur apprennent le maniement du matériel sophistiqué fourni par la Maison Blanche (armes modernes comme les hélicoptères Huey UH-1H, outils de détection, appareils électroniques et informatiques). Cette coopération étroite a permis la modernisation rapide de l’armée mexicaine. Elle a renforcé les liens entre les états-majors des deux pays et favorisé la signature, en mars 1989, d’une convention bilatérale sur le trafic de drogue et d’un traité d’assistance juridique destiné à faciliter les procédures contre les trafiquants. En 2007, cette alliance contre le crime organisé a été renforcée par la mise en œuvre de l’Initiative Mérida, appelée aussi Plan Mexique. Cet accord, conclu au plus haut niveau par les présidents Bush et Calderón, favorise la coopération bilatérale dans le domaine de la lutte contre les cartels et engage financièrement les États-Unis mais exclut le déploiement de militaires nordaméricains sur le sol mexicain. main de la Familia Michoacana en représailles contre l’arrestation d’un de ses chefs, Arnoldo Rueda ; 2 septembre 2009 : 18 jeunes criblés de balles dans un centre de désintoxication de Ciudad Juárez ; 31 janvier 2010 : 16 morts lors d’une fête d’anniversaire à Ciudad Juárez ; 11 juin 2010 : nouveau massacre dans un centre de désintoxication de Ciudad Juárez (19 victimes) ; 24 août 2010 : 72 migrants centraméricains et brésiliens massacrés dans une ferme du Tamaulipas ; 22 octobre

L’offensive armée
Dès son arrivée au pouvoir (2006), et contrairement à ses prédécesseurs, le président Felipe Calderón a décidé de lancer une véritable guerre contre les narcotrafiquants en mobilisant l’armée dans les sites les plus vulnérables, comme la ville frontalière de Ciudad Juárez, où les luttes entre bandes rivales font chaque année de nombreuses victimes (1 635 assassinats en 2008, 2 635 en 2009 et déjà plus de 2 700 au début du mois de décembre 2010). Environ 50 000 hommes lourdement armés ont été envoyés sur le terrain pour essayer de reprendre le contrôle des villes, des quartiers ou des zones rurales qui étaient tombés aux mains des cartels.

Au total, entre 2006 et 2010, cette guerre qui n’avoue pas complètement son nom aurait fait plus de 28 000 morts.
Au total, entre 2006 et 2010, cette guerre qui n’avoue pas complètement son nom aurait fait plus de 28 000 morts. Aux opérations coups-de-poing engagées par les forces de l’ordre, les groupes armés répliquent par des assassinats, des prises d’otage et des massacres destinés à frapper l’opinion publique et à la convaincre que la voie militaire choisie par le gouvernement est une impasse sanglante. La première grande tuerie de ce genre date d’août 2008 (12 cadavres trouvés décapités dans une hacienda yucatèque près de Mérida). Depuis, la liste n’a fait que s’allonger, comme s’il s’agissait pour les sicarios d’entretenir une campagne de terreur non seulement contre leurs adversaires directs (ceux qui appartiennent à une autre bande) mais aussi contre l’État et contre l’ensemble de la société mexicaine : 13 septembre 2008 : 24 morts à Ocoyacac (l’État de Mexico) ; 4 décembre 2008 : 13 personnes achevées d’une balle dans la tête à Coyotitlán (Sinaloa) ; 21 décembre 2008 : sept militaires et un officier de police décapités près de Chipalcingo (Guerrero) ; 13 juillet 2009 : 12 policiers torturés et tués par les hommes de

2010 : 15 adolescents assassinés au cours d’une fête à Ciudad Juárez ; 24 octobre 2010 : 13 morts dans un centre de désintoxication de Tijuana (Basse Californie du Nord)… Dans le même temps, l’armée a porté des coups sévères aux principaux cartels. En décembre 2009, le chef des Beltran Leyva, Arturo (El Barbas), s’est fait piéger dans l’une de ses luxueuses résidences par 200 commandos de la Marine appuyés par deux hélicoptères et par deux véhicules blindés. Malgré ces moyens a priori démesurés, il a fallu aux forces de l’ordre une heure et demie de combat acharné pour vaincre la résistance de ses gardes du corps et réussir à l’abattre. Après lui, d’autres barons de la drogue ont été tués ou arrêtés, tels Ignacio Coronel Villareal, un des chefs du cartel de Sinaloa abattu par l’armée le 29 juillet 2010, ou bien Edgar Valdez Villareal (la Barbie), leader de la milice des Negros, détenu par la police fédérale le 30 août de la même année. Moins de deux semaines plus tard, c’était le tour de Sergio Villareal Barragán (El Grande), ancien officier de la police fédérale, d’abord acheté par le cartel de Juárez et rallié tardivement à celui des Beltran Leyva. Malgré ces quelques coups d’éclat, la situation ne s’est pas éclaircie sur le front de la guerre contre les cartels de la drogue, au contraire. On a parfois accusé le pouvoir en place d’orchestrer et de planifier les arrestations de quelques narcos (en général des seconds couteaux) afin de manipuler les médias et de s’attirer les bonnes grâces de Washington. C’est ainsi que Vicente Carrillo Leyva, neveu du chef du cartel de Juárez, Vicente Carrillo Fuentes, a été arrêté en avril 2009, à la veille d’une visite de la ministre américaine de la

Photo ci-dessus : Ce cliché du 28 février 2009 montre la ville de Ciudad Juarez (État du Chihuaha), théâtre de très grandes violences entre cartels et forces de l’ordre. La ville est établie sur les rives du Rio Bravo, face à la ville texane d’El Paso. Elle fut classée en 2009 « ville la plus dangereuse au monde » avec 130 meurtres pour 100 000 habitants. (© Frontpage)

Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 1 Affaires stratégiques et relations internationales

71

Champs de bataille
Sécurité intérieure, Janet Napolitano, qui venait au Mexique parler du trafic d’armes entre les deux pays. Cet « exploit » des forces de l’ordre ne pouvait pas mieux tomber… Pire encore, à de nombreuses reprises, les populations ont protesté contre les exactions commises par les soldats envoyés pour les protéger sans jamais réussir à faire baisser le niveau de criminalité. En avril 2010, ayant pris acte de l’inefficacité dans cette métropole de 1,3 million d’habitants où avaient afflué des migrants de tout le pays pour travailler dans l’industrie maquiladora, mais qui préfèrent désormais rentrer chez eux pour échapper aux règlements de compte et aux massacres perpétrés par les sicarios.

conclusion
Jusqu’à présent, les dirigeants des cartels de la drogue n’ont pas encore décidé de passer à la vitesse supérieure et de multiplier les attentats aveugles qui frapperaient la population des grandes villes dans ses activités quotidiennes, comme cela arrive presque tous les jours en Irak, au Pakistan ou en Afghanistan. Pour basculer dans l’horreur la plus totale, il leur manque peut-être une idéologie… Les promesses d’une

On a parfois accusé le pouvoir en place d’orchestrer et de planifier les arrestations de quelques narcos (en général des seconds couteaux) afin de manipuler les médias et de s’attirer les bonnes grâces de Washington.
Photo ci-dessus : À Cuernavaca, ces soldats de la Marine mexicaine gardent l’entrée du complexe résidentiel où le chef du cartel Beltran Leyva, Arturo Beltran Leyva, a été abattu par les Forces armées le 17 décembre 2009. Lorsqu’ils ont abattu ce caïd de la drogue mexicain surnommé le « patron des patrons », les militaires ont trouvé toute une panoplie d’amulettes, de médaillons et d’images religieuses qui montrent bien à quel point le risque est réel de voir basculer les narcos dans la fièvre de l’Apocalypse. (© AFP Photo/Luis Acosta)

de la troupe et des plaintes formulées par les habitants, le président Calderón a ordonné le retrait des unités basées à Ciudad Juárez, ce qui a été célébré comme une victoire par les narcos. Même les arrestations les plus spectaculaires ont peu d’effet : les quelques têtes qui sont tombées ont vite été remplacées par des lieutenants aux dents longues, ravis d’avoir l’occasion de faire leurs preuves à un niveau plus élevé. En outre, quand un cartel s’affaiblit, son territoire est tout de suite occupé par un groupe concurrent qui profite de l’aubaine : le narcotrafic a horreur du vide. C’est ainsi que les pertes subies en 2010 par le cartel des Beltran Leyva ont surtout profité à son grand rival, le cartel de Sinaloa. Il faut enfin signaler que les capacités opérationnelles des principaux groupes armés n’ont pas été affectées de manière significative et que des milliers de sicarios, parfois très jeunes, sont toujours sur le pied de guerre.

Apocalypse prévue pour le 21 décembre 2012, sur la foi d’une prophétie maya mal interprétée, pourraient fournir assez de raisons à certains narcos pour faire plonger dans le même bain de sang Saint Jean de Patmos et San Jesus Malverde, avec la bénédiction de la Vierge Marie et de la Santa Muerte. Comme aurait pu l’écrire W.B. Yeats s’il avait regardé les actualités d’Univisión ou de TVAzteca : « Sûrement quelque révélation se prépare ; Sûrement le retour est proche […] Quelle bête brutale à l’heure où le destin l’appelle, Avance lourdement pour naître à Ciudad Juárez ? » Alain Musset

Du même auteur
Géopolitique des Amériques
2e édition actualisée et augmentée. Sous la direction d’Alain Musset. Paris, Nathan, collection « Nouveaux continents », 2009, 381 p.

mises en scène macabres
En attendant que le gouvernement se lasse, et afin de mieux frapper les esprits, les narcotrafiquants n’hésitent pas à multiplier les mises en scène macabres et à abandonner sur place des cadavres abominablement torturés : corps débités en morceaux, cœurs arrachés, têtes tranchées, parties génitales coupées et enfoncées dans la bouche des victimes… Et la terreur porte ses fruits : depuis le début de la guerre déclarée par Felipe Calderón, la ville de Ciudad Juárez se vide de ses habitants. Selon une étude réalisée par l’Université autonome de Juárez (UAJ), et largement relayée dans la presse locale et nationale, l’agglomération compterait environ 33 000 logements abandonnés par leurs occupants en décembre 2010. La violence a provoqué un véritable exode

Ciudad, Sociedad, Justicia : un enfoque espacial y cultural
Sous la direction Alain Musset, Mar del Plata, EUDEM, 2010, 489 p.

Le Mexique
PUF, coll. « Que sais-je ? », 2010 (2e édition), 128 p.

72

Les Grands Dossiers de Diplomatie n° 1 Février-Mars 2011

Bulletin à découper/photocopier et à renvoyer à AREION Group - DIPLOMATIE - 91, rue Saint-Honoré - 75001 Paris (France) - Tél. : +33 (0)1 45 55 04 81 - Fax : +33 (0)8 11 62 29 31 - commande@areion.fr

un autre regard sur le monde...

diplomatie
Nom............................................................................. Prénom........................................................................ Organisation/Profession.............................................. Adresse........................................................................ .................................................................................... Code postal.................................................................. Ville............................................................................... Pays............................................................................. Téléphone.................................................................... E-mail.......................................................................... Paiement : o par chèque uniquement pour la France (à l’ordre d’Areion) o par carte bancaire (VISA/ Mastercard)
N° de carte _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ Date d’expiration _ _ /_ _ Cryptogramme (3 derniers chiffres au dos de la CB) _ _ _ Signature (obligatoire) :

Abonnez-vous, et économisez jusqu’à 35 % !

Abonnement 1 an (6 numéros) (port compris) o France métropolitaine 30 € o DOM/TOM Europe 40 € o Étranger 50 € Abonnement 2 ans (12 numéros) (port compris) o France métropolitaine 50 € o DOM/TOM Europe 70 € o Étranger 90 € CD millésimés (1 an de Diplomatie au format numérique) (port compris) o France métropolitaine 30 € o DOM/TOM Europe 40 € o Étranger 50 € o CD 2003 (N° 1 à 6) o CD 2005 (N° 12 à 17) o CD 2007 (N° 24 à 29) o CD 2009 (N° 36 à 41) o CD 2004 (N° 7 à 11) o CD 2006 (N° 18 à 23) o CD 2008 (N° 30 à 35) o CD 2010 (N° 42 à 47)

42 €

seulement pour toute une année de lecture, au lieu de 42 €
tarifs pour la France métropolitaine, voir conditions d’abonnement

30 €

84 €

seulement pour deux ans de lecture, au lieu de 84 €
tarifs pour la France métropolitaine, voir conditions d’abonnement

50 €

DiplomAtie + DSi

Abonnement 1 an (6 + 11 numéros) (port compris) o France métropolitaine 70 € o DOM/TOM Europe 90 € o Étranger 110 € Abonnement 2 ans (12 + 22 numéros) (port compris) o France métropolitaine 130 € o DOM/TOM Europe 170 € o Étranger 210 €

DiplomAtie + moyen-orient

Abonnement 1 an (6 + 6 numéros) (port compris) o France métropolitaine 60 € o DOM/TOM Europe 80 € o Étranger 100 € Abonnement 2 ans (12 + 12 numéros) (port compris) o France métropolitaine 110 € o DOM/TOM Europe 150 € o Étranger 190 €

également disponibles :
Des CD-ROM millésimés pour revenir sur 8 ans de Diplomatie

(tarifs valables jusqu’au 30 avril 2011) Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6.01.1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données vous concernant. Les renseignements demandés sont réservés au traitement de votre commande. Par notre intermédiaire, vous n’êtes pas amené à recevoir de propositions émanant d’autres sociétés.

Délai de livraison : sous quinzaine dès réception de votre règlement. Pour des commandes en express, contactez le service commandes.

DIPL MATIE LES GRANDS DOSSIERS
Bulletin à découper/photocopier et à renvoyer à :
Areion Group - DiplomAtie 91, rue Saint-Honoré - 75001 paris (France) tél. : +33 (0)1 45 55 04 81 - Fax : +33 (0)8 11 62 29 31 commande@areion.fr
Nom ...................................................... Prénom .................................................... Organisation/Profession ....................................................................................... Adresse ................................................................................................................... .................................................................................................................................. Code postal ......................................... Ville ........................................................... Pays .................................. Téléphone ................................................................. E-mail ...................................................................................................................... Paiement : o par chèque uniquement pour la France (à l’ordre d’Areion) o par carte bancaire (VISA/ Mastercard)
N° de carte _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ / _ _ _ _ Date d’expiration _ _ / _ _ Cryptogramme (3 derniers chiffres au dos de la CB) _ _ _ Signature (obligatoire):

LES GRANDS DOSSIERS
Complétez la collection avec les hors-série...
hors-série no 01 hors-série no 02

indépendance de l’europe & souveraineté technologique

géopolitique & géostratégie des mers et des océans

hors-série no 03

atlas géostratégique 2008

hors-série no 06

DIPL MATIE LES GRANDS DOSSIERS
et recevez 6 numéros

Abonnez-vous à la nouvelle collection
Abonnement 1 an (6 numéros) (port compris) o France métropolitaine 40 € o DOM/TOM Europe 50 € o Étranger 60 € Abonnement 2 ans (12 numéros) (port compris) o France métropolitaine 70 € o DOM/TOM Europe 90 € o Étranger 110 € DiplomAtie hors-série n° 01 (port compris) Tarif promotionnel : o France métropolitaine 8,50 € o DOM/TOM Europe 9,50 € o Reste du monde 10,50 € DiplomAtie hors-série à partir du n° 02 (port compris) Tarif promotionnel : o France métropolitaine 11 € o DOM/TOM Europe 12 € o Étranger 13 € o CD HS 02 : Géopolitique et géostratégie des mers et des océans (Août 2007) o HS N° 03 : Atlas géostratégique 2008 (Octobre 2007) o HS N° 04 : Menaces contre la planète (Décembre 2007) o HS N° 05 : Guerre & intelligence économiques (Avril 2008) o HS N° 06 : La politique étrangère de la France du Moyen Âge à nos jours (Juin 2008) o HS N° 07 : Atlas géostratégique 2009 (Décembre 2008) o HS N° 08 : Géopolitique de la crise (Avril 2009) o HS N° 09 : Géopolitique et géostratégie de l’espace (Août 2009) o CD HS 10 : Atlas géostratégique 2010 (Décembre 2009) o HS N° 11 : Géopolitique mondiale de la drogue (Avril 2010) o CD HS 12 : Géopolitique de l’Afrique de l’Ouest (Juin 2010) o HS N° 13 : Atlas des mers et des océans (Août 2010) o HS N° 14 : Atlas géostratégique 2011 (Décembre 2010)

hors-série no 04

hors-série no 05

menaces contre la planète

guerre & intelligence économiques

la politique étrangère de la France du moyen âge à nos jours

hors-série no 07

atlas géostratégique 2009

hors-série n 08
o

hors-série no 09

géopolitique de la crise

géopolitique & géostratégie de l’espace

hors-série no 10

hors-série no 11

hors-série no 12

atlas géostratégique 2010

géopolitique mondiale de la drogue

géopolitique de l’aFrique de l’ouest

hors-série n 13
o

hors-série n 14
o

Retrouvez les sommaires détaillés sur

atlas des mers et des océans 2010

atlas géostratégique 2011

diplomatie-presse.com
(commandes électroniques sécurisées)

DiplomAtie + DIPL

Abonnement 1 an (6 + 6 numéros) (port compris) o France métropolitaine 60 € o DOM/TOM Europe 80 € o Étranger 100 €

MATIE LES GRANDS DOSSIERS

... et abonnez-vous
au tarif préférentiel de 40 €* au lieu de 66 €*

Abonnement 2 ans (12 + 12 numéros) (port compris) o France métropolitaine 110 € o DOM/TOM Europe 150 € o Étranger 190 €
(tarifs valables jusqu’au 30 avril 2011) Délai de livraison : sous quinzaine dès réception de votre règlement. Pour des commandes en express, contactez le service commandes. Conformément à la loi Informatique et Libertés du 6.01.1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des données vous concernant. Les renseignements demandés sont réservés au traitement de votre commande. Par notre intermédiaire, vous n’êtes pas amené à recevoir de propositions émanant d’autres sociétés.

* en France métropolitaine (voir conditions tarifaires sur le bulletin d’abonnement)