intelligence economique Belgique - source: www.knowyse.eu

BULLETIN D’INVESTISSEMENT N*1

HIVER 2011

I n fos d es inves tis s eur s
Oncle Picsou fait tourné la planche a billet
www.knowyse.eu
Billet vert
Développent Bank Institute du 15 décembre 2010). 

INSTITUTION
BCE Banque centrale européenne Elle est chargée de définir les grandes orientations de politique monétaire de la zone euro et de prendre les décisions nécessaires à sa mise en œuvre. C'est-à-dire de maintenir le pouvoir d'achat de l'euro et donc la stabilité des prix dans la zone euro. Cette zone comprend les 17 pays de l'Union européenne qui ont introduit l'euro depuis 1999. La BCE a été créée en 1998 et son siège est à Francfort-sur-le Main, en Allemagne Depuis octobre 2008 et à l'instar de la plupart des banques centrales de la planète, la BCE est entrée dans un cycle de relachement monétaire, qui se traduit principalement par une baisse de ses taux directeurs et ce pour faire face à la récession economique en Europe. Le principal objectif de la BCE est de maintenir, au sein de la zone euro, l’inflation annuelle « audessous, mais à un niveau proche, de 2 %, sur le moyen terme

Un montant de 600 milliards de dollars c’est le montant que la Fed a injecté dans l’economie mondiale et le retour sur investissement pourrait bien s’avérer payant…surtout si l’Europe honore l’addition. En  procédant ainsi, la Fed espère relancer l'économie américaine. Plus une monnaie est présente sur le marché en grande quantité, plus sa valeur baisse., telle est la strategie de la banque centrale americaine. Cette baisse du dollar a pour premier effet mécanique d’augmenter la marge des importateurs de produits américains et de diminuer leur dette en dollar. 

 
En fin de compte, la dépréciation du dollar augmente les échanges économiques.

Europe ?
Mais pas forcément pour Europe. Comme l’Euro est cher, les États-Unis achètent les matières brutes ou finies en Chine qui a vu sa monnaie se déprécier. Néanmoins, vu l'instabilité du Yuan, cet effet est à court terme. A long terme, l’Europe bénéficie d'une monnaie stable grâce à la Banque Centrale Européenne, ce qui lui permet de mener à bien les gros projets dans lesquels les Américains sont impliqués. 

La première tendance attendue est la relance d'importations provenant des États-Unis. L’Europe commande alors les produits américains et diminue ses réserves en dollars. Les États-Unis  voient augmenter la demande de produits et leurs entreprises et par consequent commandent plus de matières premières.

Entreprise americaines, concurence ?

En les payant moins chères ?
 Il faut se rappeler qu’augmentation des exportations ne signifie pas toujours augmentation de PIB. Tous les produits américains ne sont pas fabriqués à 100% sur le territoire. Ainsi, les exportations du  secteur de l’électroménager, utilisant abondamment les usines implantées en Chine, ce qui a pour consequence d’augmenté le déficit américain (Rapport de l’Asian

La relance mécanique de l’économie américaine est très grandement facilitée par un dollar plus faible a court terme. La compétitivité de Boeing face à EADS et celle de Lockheed Martin face à Dassault s’amélioreront a coup sur. De fait, en bénéficiant d’un coup de pouce de la FED, les Etats-Unis se mettent en pôle position pour conquérir des parts de marché sur tout les continents.

WWW.KNOWYSE.EU

Retrouvé les autres bulletins sur le site

BULLETIN D’INVESTISSEMENT N°1

HIVER 2011

LES ACTEURS:
FED: C’EST QUOI ?
• décide de la politque monetaire des États-Unis avec un double objectif de stabilité des prix ◦ et de plein emploi, et l'obligation de faciliter la croissance ◦ economique, supervise le systeme bancaire américain, publie des rapports, tels que le livre beige, relatifs à l'économie américaine agit comme prêteur de dernier ressort, peut agir sur la valeur externe de la monnaie, le dollar notamment à travers l'utilisation de ses taux directeurs (rémunération des prêteurs) pour motiver la venue ou la fuite de capitaux, et donc influer sur la masse monétaire et la croissance économique des États-Unis (exemple du protectionnisme déguisé qui entraîne par la suite une dévaluation du dollar et donc une meilleure compétitivité-prix), est indépendante des institutions politiques

• • • •

Marché des armes de guerres
L’Inde a lancé un immense appel d’offres pour moderniser son armée en mettant en concurrence les plus grands acteurs de l’armement. Soucieux de preservé les interest les indien (ceux-ci) devrait logiquement choisir les americains et ne laisser aux français et aux russes que des contrats annexes. Novembre a été le départ de la course aux contrats des présidents : elle a été initiée par Barak Obama, suivi de Nicolas Sarkozy en décembre, puis par Hu Jintao et Dimitri Medvedev. Dans cette guerre économique, chaque déplacement représente une responsabilité et des milliers d’emplois pour des décennies. La chronologie des faits ne laisse aucun doute sur la puissante organisation américaine capable d’une synchronisation politique, financière  et technologique.

La Chine sur la ligne de temps
Dans ce pari la strategie economique de la Chine est d'une nature différente, elle émet énormément de brevets de faible qualité mais dont le nombre exerce une pression sur les investisseurs (Un soustraitant avec 1000 brevets vaut mieux qu’un autre avec 2). La Chine cherche aussi à avoir le monopole de l’inductrie photovoltaique afin de rompre avec sa réputation de pays pollueur, mais aussi de profiter de l’engouement pour le Développement Durable qui s’est emparé de l’Occident.   On voit alors plus clairement la compétition à laquelle se livrent  Chine et États-Unis pour conquérir des parts de marché. L’Europe saura-t-elle rapidement se doter d'une politique unique dans ce jeu passionnant des stratégies commerciales ?
WWW.KNOWYSE.EU

Retrouvé les autres bulletins sur le site

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful