1)

Les nuances du droit.

Si rencontre d’individu, conflit car intérêt personnel >< intérêt général=> on essaye de concilier les deux dans un corpus de règle : le droit. =>le droit = ensemble de règles et d’institutions destinées à organiser une société donnée 3 sources principales : - Loi - Jurisprudence - Doctrine On n’a pas reconnu la coutume comme une source formelle (elle fait partie du droit mais ne sert pas de référence).

1.1) La loi
1.1.1)Définition
Plusieurs sens : - Non juridique : rapports permanent entre 2 ou plusieurs phénomènes déterminés - Juridique Figuré : existence d’une règle obligatoire. Propre : acte réglementaire écrit émanent de la volonté unilatérale d’un pouvoir compétant pour le poser. - Sensu Lato : tout acte réglementaire écrits, émané de la volonté unilatérale d’un pouvoir compétant pour le poser. Stricto : tout acte qui émane d’un pouvoir législatif au sens constitutionnel du terme. Rem : Décrets et ordonnances ont valeur de Loi 1.1.2) -

Type de loi au sens matériel du terme
Acte émanant des autorités internationales (créées par traités internationaux) : lie l’Etat belge et le juge si d’application directe ou ratifié par l4etat belge. Disposition unilatérale de l’Etat belge.

A) Hiérarchie des normes.
Hiérarchie (Art 159 Constitution) : Droit interne : - Niveau constitutionnel - Niveau Législatif - Lois spéciales et lois ordinaires - Actes émanent d’autorité fédérée Réglementaire général 1

Arrêtés royaux et ministériels Arrêtés par les gouvernements des communautés et régions Règlement pris par les organes administratifs créés dans le cadre de la décentralisation par service.  Pyramide Kelsénienne

-

B) Interdiction de subdélégation
Art 33 Constitution - Al 1 : souveraineté d’Etat - Al 2 : possibilité de délégation des pouvoir Ne peut subdéléguer que des détail ou des mesures secondaire, en gardant un certain contrôle et ne le faire qu’avec l’accord de l’Autorité désignée par le Constituant (c’est toujours révocable). C) Caractéristique de la loi (au sens large) Caractère général : s’applique à tout le monde et dans des cas généraux=> tous égaux devant la loi. Portée obligatoire : souvent impérative et constitue un commandement, mais, certaine sont supplétives ou subsidiaire. Système cohérant et en principe ans contradiction : il y a organe de contrôle.

D) Typologie des lois
Classification - Selon la source (l’auteur) de la norme législatif - Selon le caractère impératif, descriptif ou explicite 1) Impératif : impose un commandement, se présente de diverses manières 2) Supplétif : caractère subsidiaire, ne s’impose que par défaut de dérogation par une disposition de volonté contraire. Pas facultative, car si pas dérogation, elle s’applique (toute norme est impérative, même si supplétive). 3) Descriptif : pas de prescrit, juste préciser le champ d’application d’une loi (définition, ...), mettre en place des organes chargés de missions particulière. Elles peuvent contenir implicitement des normes impératives. Rem : Critère de distinction entre norme impérative et supplétive. - Selon le caractère explicite ou non de la norme. 1) Explicite : énonce directement un ordre, une défense, une faculté, ... Ne contient pas d’ordre ou de défense direct car sanction. 2) Implicite : ni directement ni indirectement de commandement, se borne à résoudre question sur relation humaine, contient un ordre implicite, qui est de se conformer à la disposition de droit contenue dans la norme. - Selon la précision du contenu

1.2) La jurisprudence
1.2.1) Définition
2

Jurisprudence : ensemble des divers décisions rendues par les juridictions (institutions chargées par la loin et la constitution de trancher, sur base des exigences de la loi, les conflits qui leur sont soumis). Règle jurisprudentielle : résulte de la décision particulière rendue (principe sous forme écrite) par une certaine juridiction dans un procès donné.

1.2.2) Trois principes de bases
Le juge : - Compléter les insuffisances de la loi - Se maintenir dans les limites strictes de la loi - Motiver ses décisions, expliciter les arguments qui l’ont menés à la décision

1.2.3) Les rôles de la jurisprudence
Le juge doit appliquer le droit au fait => 4 rôles de la jurisprudence : - appliquer le droit - interpréter - adapter - combler les lacunes

1.2.4) Les caractéristiques de la règle de droit jurisprudence
Circonstanciée : ne règle qu’un cas précis, mais indirectement général par devoir de motivation et de références au droit. Valeur persuasive : - dépend de la qualité de l’instance qui la rend - dépend rarement de la qualité de la personne physique qui la rend - dépend de l’importance du nombre de décision qui sanctionne cette décision - dépend de l’appui que le raisonnement tenu par la décision peut trouver dans la doctrine Rem : ne peut être suivie que si même situation Soumise à la règle de droit légale : le juge doit motiver sa décision

1.3) La doctrine
1.3.1) Définition
Ensemble des publications, quelles que soient leurs formes, par lesquelles les auteurs développent une matière juridique plus ou moins déterminée. Peut être portée sur la législation, la jurisprudence, et être tantôt ad hoc, de synthèse. Peut enseigner, rechercher, ...

3

1.2.3) Classification de la doctrine
A) Selon la source analysée
Doctrine de législation : commenter une loi (nouvelle ou non), soit en suivant l’ordre présenté par la loi elle-même ou soit en l’analysant de façon plus raisonnée, ... Doctrine de jurisprudence : peut porter su une décision précise ou non, peut être thématique ou non. Doctrine mixte : commente à la foi la loi et la jurisprudence.

B) Selon la fonction
Enseignement, recherche, pratique, ...

1.3.3) Le rôle de la doctrine : entre « faire savoir » et « savoir faire »
Décrire (faire savoir) : permet une meilleur connaissance du droit existant (vade mecum, ...) Conseiller (savoir faire) : apporter des conseils aux praticiens pour l’application du droit Interpréter : proposer une réflexion sur le droit et aider à une meilleur compréhension des textes (ex : texte de doctorat). Critiquer (et proposer des solutions) : proposer des modifications réglementaire, suggérer au juge des interprétations hardies, voir mettre en cause des letures juridiques devenues incontestées (doctrine de lege ferenda).

1.3.4) Les caractéristiques de la doctrine.
Aucune portée obligatoire Purement subjectif : portée persuasive dépend : - de la qualité personnel de l’auteur - de la qualité fonctionnel de l’auteur (statut) - du contenu si il reflète la majorité des auteurs (plus influent) - de la qualité de l’argumentation suivie en particulier, en particulier l’utilisation de l’argument d’autorité Influence les autres sources du droit (jurisprudence, législateur).

4

Master your semester with Scribd & The New York Times

Special offer for students: Only $4.99/month.

Master your semester with Scribd & The New York Times

Cancel anytime.