qfV

Cette sainte
ampoule
C
'ÉTAlT vers 1920, en
pleine révolution indus-
trielle, oomme nous l'a
raconté le documentaire « Prôt
à Jeter (Arte, mardi 15). Des
ouvriers de haute qualité, c'est
bien 00 qu'on leur reprochait,
venaient de découvrir l'ampoule
Iqamais inusable. VOU8 n'avez
qu'à vous rend,te en Californie,
dans une a nci enne uSine en-
tretenue comme un musée. De-
puis 1920, la même ampoul e
brûle san8 arrêt au plafond.
Chaque fois qu'il .se peut, Mn
urulivcrsuirc cstcélébré. Ce fut
elle la premÎère vÎctime de ce
que les AméricaIns ont intitulé
l' .. obsoksctmce programmée ",
Inventée à Genève en 1924 par
des messieurs très chics en C06-
turne rayé du cartel Phoebus _.
L'un des moments fondamen-
taux des temps modernes, trop
inconnus en France.
Thomas Edison avait. mis son
cerveau au service de la créa-
tion d'une ampoule qui durerait
1 800 heures. En 1924, Philips
fabriquait A la chaine des am-
poules de 2 500 heures. Si elles
ne tombaient pa!! en panne, qui
en achèteraIt d'autres? Il fut
entre concurrents de di-
minuer la longévité des
phn1es,
passa de 2 500 à 1 500 heures.
En 1942, en pleine guerre, le
cartel obtint du gouvernement
qu'il dépose une plainw contre
General Electric, qui persistait
A commercIaliser une ampoule
d'une durée de plus de 1 000
heurea. ft Un produit qUI ne s'use
pa8 repr;éstnle un danger mor-
tel pour les affaires ", résume
alors un communiqué du cartel.
Nous VIVions Jusque-IA dan8
un monde aux ressources in-
épui9ables, suns limites, sans
frei ns. Le bas Nylon indé-
maillable,l'homme au complet
blanc auni inusable qu'i nemia-
sable s'y cassèrent la figure.
Mai! les firmes géantes n'ont
pas fini leur combat. Les am-
poules continuent d'éclater, les
baa de fil er, les imprimantes
électronique8 IAchent au bout
d'un temps déterminé, pro-
grammées par des puces qui
calculent,. l'avance leur décè8.
Et dans de lointai ns pays
comme le Ghana continuent de
s'accumuler par tonnes de très
jeunes vieilles machine!, décré-
téea irréparables sur l'Îl\iOncüon
d'un conseil d'administration in-
faillible jusqu'à la fin de notre
ère, tandis que nous ne trouvons
pas de pièces de rechange
aemard Thomas
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
DSK dans la fosse aux lions
J
USQU'A récemment,
Sarkozy était persuadé que
DSK avait décidé de rester au
FMI. " C'est vrai que la
déclaration d'Mn/'! Sinclair SlJr
son mvU! de revenir cl Paris a
jeté !4fl. froid ~ . reconnait un
conseiller de la pré!lldence de
la République. Sarko a donc
décidé de lâcher ley chiens.
QUitte à en faire trop, comme
Christian Jacob, le patron des
députés ID1P, qui, sur Radio
J , a quasiment fait de DSK le
candidat de l'anti-France .
.. Ce n'est pas tris finaud, a
reconnu en privé Sarko. Mais
il ne fout pa3 que Strauss-Kahn
s'étonne de prendre ch, coups.
li ne /H'ut êtrl' candidat salis
['être tout en l'étant. On ne met
pas comme ça un mec dans
l'arène san, qll'il puisse se dé-
fendre. Risuftat: il se retrouve
dans la fosse aux liotUl. La IIOr-
tk MW femme, c'est de la oom'
des années 80 . ..
Parte que Carla, avec
4 Douce France ., ct l'émission
avec Jean-Pierre Pernaut, c'est
de la corn' de 2012?
La vie en rose
"S'il ny a pas d'accord au·
tour de sa ca/ldidatu.re, Domi·
nique n'Îra pas . • Cet avertill-
sement e@lsigné d'un intime
de DSK. Il est adressé à Mar-
tme Aubry, Françoi@ Hollande,
Manuel Vall@, et à quelques
autres prétendants aux pri-
maires. Le même respon@sble
@ocialistc précise :
" Dominique ne ueut pas
fa.lre th campagne con.tre les
uns et les autres. Il !leU! être
porté par les primaires, Il n.e
/Mut pas s'user, _
Les strauss-kahniens s'em-
ploient ainsi, ces temps-ci, à
convaincre les récalcitrants
qu'ils Buront droit, s'ils s'effa-
cent, à leur part du gâteau.
Particulièrement courtisé:
Françoi9 Hollande, auquel on
fait nurOiter Matignon en mai
2012. En revanche, les amis
d'Henri Emmanuelli et de Be-
nott Hamon (J'aile gauche du
parti) ne peuvent - encore - sc
résoudre à "' n'auolr que le
chou entre DSK et Stgolène
Royal _, D'où leurs multiples
tentatives de convaincre Mar-
tine Aubry d'y aller. A défaut,
Benoît Hamon pourrait"' se sa·
crifier ".
A moins qu'un poste de mi-
nistre de l'Education ...
Tentation bruxelloise
"' Anne (Sinclair) s'ennuie à
Washington. Dominique
(Strauss· Kahn) , beaucoup
moins ... Surtout qu'il n'y est
pas souvent, car il est SOlJlJent
en uoyage !" croît savoir un dé--
puté strauss-kahnien. Selon
lui, le du-ect..eurgénéral du FMI
serait moins pressé de re-
joindre Paris que 80n épouse:
ù hésite encore.
• C'est vrai que Dominique
est fatigué par san boulot. Mau,
cerlaut.sjours, j ~ se uou mol re·
plonger dans l'arène électorale
française .•
Plutôt que de devoir affron-
ter les électeurs, DSK préfére-
raÎt briguer un second mandat
au FMI. Mais à un poste spé-
cialement créé pour lui, à la fa-
veur d'une réforme des statuts
de l'institution internationale.
A savoir: président du FMI.
Un pOllte quasi honorifique,
avec en prime un salaire plus
que confortable et une aura in-
ternatIOnale qui pourrait lui
permettre de postuler, le mo-
ment venu, à la présidence de
l'Europe.
A moins que Bruxelles ne
soit pas du goût de madame ...
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
1
Le de MAM était en voyage d' affaires
En pleine révolu/ ion, le cla" faisait des uffaires avec le clan Bell Ali ,
(l!!- milliardaire Miled la totalité des parts d'W1C sociét. é civile i"wwbilièrc.
M
AM nOU8 avait déjà bien fait rire
avec son sketch dit · du Jet-stop ",
Rappelez-vous les désopilantes ex-
plicabons de la ministre: l'ami Aziz Miled
possaitjuste par là avec son avion, un Chal-
lenger presque vide! Sur le tarmac, il avait
proposé de déposer toute la famille à Ta-
barka, où- nouvelle coîncidence - il se ren-
dait également. Quelle chance! Mais la vé-
ritable histoire est encore plus amusanLe.
Non seulement la rencontre entre le puis-
sant homme d'affaires de la galaxie Ben
Ali et la ministre des Affaires étrangères
n'avait rien de fortuit, mais MAM, fille at-
tentionnée, joignait J'utile à l'agréable et
accompagnaIt HUMi ses parents en voyage
d'affaires.
Car, pendant la révolution et la repres·
sion, le business continue. Le 30 décembre
2010, Ben Ali, l'épée dans les reins, est
obligé de remanier 80n gouvernement. Les
troubles ., de plus en plus violents, du-
rent depuis douze jours.
Pourtanl, ce 30 décembre, à 11 heures
du matin, deux employés de la commune
de l 'abarka franchissent, à l'abri des re-
gards la porte de l'hôtel Senlido Beach
avec, sous le bras, des registres de la mai-
rie sur lesquels sont répertoriées l es
ventes de biens immobiliers ou de socié-
tés. Des documents qui ne doivent pas, en
principe, quitter les locaux municipaux.
Mais la transact.ion qui amène les deux
employés doit rester secrète. Et, l'hôtel
étant la propriété du milliardaire Aziz
Miled, associé du beau·frère et de tous les
gendres de Ben Ali, le maire a (pour
quelques jours encore ... ) le doigt sur la
couture du pantalon. D'autant que l'opé·
ration en cours concerne personnellement
le grand patron.
Courage Fallon!
L
ors de son dépl acement en Ara bi e
Saoudi te, Fillon IIne nou"elle foi ..
re,'enu .wr ses Vocan<:e$ égypticrultS. dont
le retenlissemenl l'affecte el l'inquiète
(tir, page 2). li a cru habile de dter, dans
l'ordre, l\.1itterrand. Chirac et". Sarkozy
corrune ayanl lous bénériciti 0( à de num-
brewu uptiçes,. de l'hospital ité de !\Iou-
barak,
Quelle mouche l' a dune piqué? En
(ail,le Premier mi nistre ouvraI! le pa-
rapluie, Car, s'il n'est pas président. il
esl, lui aus.-.i. récidhisle. En 2008 déj à,
après dem: JOUni de visite offi cielle. il
avait (ait l'Cnir sa petite (amill e pour un
séjour prhé d'une semaine aux rrais du
gounmement égypden, Celte ( o i'!, c·(itait
au.LlUor Wi nter Palace, un Butre.cinq.
éloiles.
Christine Lagarde. qui l'acromp,agnai t
pour la part ie du avait
eUe aUlisi prolongé son séj our d' une se·
mai ne, grâce il l'obligea nce du minist re
égypti en du Commeru Ra·
chid Mohamed Rachid, l'wl des hommes
le!! plus r iches du pays. Il a"ait mis un
avion à sa disposition pour se rendre 1.
Chanu el·Qleikh puis il Louxor ses
enfants. où ell e était l' invitée d' un a utre
« "Ji du Tourisme,
Mais ("'est fini. il! présent : t oul le
monde en Dordogne!
.Aziz Miled et 90n fils Karim sonl en effet
propriétaires d'une société civile immobi·
lière, Ikram, dans laquelle figurent. aussi,
conune associés minoritaires, ave<: environ
13 % du capital, Bernard Marie ct son
érouse, le& pa.renœde MAM. Ainsi, les liens
d amitié qui unissent les deux familles sonl
encore renforcés par l'immobilier. Depuis
des années, les époux Mane sont en affaires
avccMiled, proche de Ben Ali et soulien du
régime. Et il n'est paa vraiment question
de rupture: les Miled vendent, ce 30 dé-
cembre, Louics leurs parts de cette SCI à
Bernard et Renée Marie, respedive.ment
94 et 92 ans.
A tu et à toit
Une opération forcément préparée de
longue date, En Tunisie, la cession d'un bien
immobilier n'est pas une simple fonnalité.
Surtout quand l'a<:quéreur est étranger. TI
faut împérativemenll'aceord du goovemeur
du secteur, lui·même sous tutelle du lllÎlliS-
tère de l'Intérieur. Une procédure qui prend
beaucoup de temps. A moins que, pour les
Marie et leurs vendeurs bien placé8, on n'ait
pu brûler les étapes. A l'époque, tout était
possible pour les proches du régime.
C'est. en présence du directeur de l'hôtel
qu'a eu lieu la signature. Pendant que ses
panmLs tendaient leurs passepurUi françaill
aux deux préposés de la mairie, MAM se
trouvait à quelques mètres de là, chez le
coiffeur de l'hôtel, pour un petit Brushing.
Le montant exact de la transaction n'esl
pas connu car l'acte reçu par l'employée mu·
nicipale ne mentionne, selon les usages tg..
caux, que la valeurnominalede!l parts,soit
755 000 dinars, environ 325 000 euros. La
lIOmme réellement. payée peut.être tres lar-
gement supérieure.
Autre incertitude : que détient cetteSCI
dont les époux Marie deviennent, ce jour-
là, les uniques propriétaires? Un appar-
tement, CQnune Le Conard. l'écrivait dès
la semaine dernière? Un terrain? Lea
deux? Les versions di\'ergent. Compte tenu
de leur grand âge, • Le Canard. n'a pas
interrogé les parents de la ministre. Pour
sa part, celle-ci nous a fail répondre: • Les
éventuelles trallSactions effectuées par mes
parents ne ml! concernent en rll!n . ... Il
ne s'agit sans doute pas de • biens mal
acquis -. Juste acquis au plus mauvais
moment ...
Brigitte Rossigneux
D'un dictateur l'autre
E
T poUrqUOI pas une pellte
baiade-lln Ubye..1 En llOÛI:
2003, MAM est UllnÎSlre de la
Défensc. Elle prend langue
avec le conseiller paniculier de
Kadhafi . Pas pour aller récon·
forter les infinnières bulgares,
au trou depuis quatre ans. En
vacances Cil Tunisie, elle sou-
haite plus SImplement visiter
deux "i lcs avec
sa copine Daniela Lombroso.
contre le DCIO n' ont pas ell' Sabratha, à 80 km de Tnpoh,
UpfI, püi LMlltl\IIO..pOOJlIdmi
CQtté, placé sous embargo ill- les merveilles groco·romail
tcmational et inscrit sur III liste de Leptis Magna. Le: professeur
noire pour le!! veilles d'annes André !..aronde, direcleurde la
L'arnbassadeur de Fmnce est mission archéologique en
néanmuIDs requis pour aller Libye. réquÎsilionnépour l'oc·
chercher Alliot-Vlane à la fron- casion, sert de gUide aux deux
tière. Sous la protection de la touristes VIP. Quelques pOotQi
garde personnelle de Kadhafi, pour Immortaliser ce bon mu-
GUide de la révolution, MAM, menl, et direction l'ambassade
qui est aussi la compagne de Pa· pour une rapide collation. t\ \lllIlt
trick Oll ier. à l'fpoque présl' un retour sous escorte des
dent du groupe parlementaire hommes du Colonel Jusqu'à la
d'(l.lllltié France-Libye. file li frontière.
vi"e allure en YOI ture offiCielle. Où cstle problème? Elle n' y
'li ....
•.... 1 ...... _..... :0,11
r:..,........,....1 v-'-l-o


'-J .


-:II" >-'\
."
........... -,:!"
Mil-<> "e:. . "k.:.
c

"::-:-"-r
...... ........
--
. 1., \
J,. .1 '"'
Il ,, .
.A-
Iii"
.'
hl \1 "'-l>. "
\- ;.\..'
\ ..... '
A N
:-
..
1'1 , . -l- (;!. .
.
--
f • . .\. ..Q c:.I.., C, ..J- . , "-',,J.
,
C
--
?<r.
1),.
trait des 3 pages du registre municipal de Tabarka $Or lequel est reportée la Ex
""
:i::
n.soction passée entre Mikld (autre orthographe cie et fils, d' une
rt, Mari. pè .... t mi ... , d ' aun part. Dans 1 •• tête. cM 'M, on peut li ... ,
gauche à droite : ft Personne signataire 1>, Il Obi-' de l'opémnon _, ft Date •
t ft Numéro d ' ordre Jf. L' opération est décrite ainsi : ft Imm (c' est te nom de

1 a socÎêtW immobiliit ... ) •• t con.titu" comme .uit . .. t.. document détaille la rit-
rtition avant l' operation du jour et conclut : Il Les parts de M. k;z et Karim pa
Mi 10d ont été acheté (sic) pa" Mo et Mme Marie et Renée. Capitol globol de so-
< Ntté : 7" 000 dinar •. Jf
Ethique en toc
cc
L
Aprtsente fiche ( ... ) lraile de l'aui·
tu<h à adopter li l'q:ard du catka.ux
et avantages dallS kcadre chs reÜJtùJIlS di--
plomatiques." C'est en œs tennea que rom-
mence cette note de trois pages à l'usage
des diplomates français, dont le chef est,
pour l'heure, b1ichèle Alliot-Marie. n s'agît
d' .. tout œ qui pourratt ltre interpriti
comme une compromission _, martèlent les
idéalistes du comité d'éthique maison.
Ce machin a vu le Jour en 2006, après
la mise en examen d'un ex-ambassadeur
il l'ONU, Jean-Bernard Mérimée, et d'un
ancien secrétaire généra l du ministère,
Serge Boidevaix, soupçonnés d'avoir hé-
'1'
Dl. MI"ISTERE DES "rrA!Rl:S ETRANGLIIES
f'T fI"IIOPFF"'''IFS
néficié des largesses de 8addam Hussein.
A l'époque, dans un éclair de lucidité,
Dousté-Blazy, lÙora ministre de!! Affaires
étrangères, avait souligné que . ['actwn
publique menél! au-<i.e14 des est
porteufre de l'image de notre pa)'1l _. na
fanu trois ans de plus pour préciser les
choses. Comme dans ce paragraphe: .. Ne
sauraient être accepfés ( ... ) les preslatioM
ch srrolœs ou traoow: li titre gratuit, les
bonIJ d, réduction, les véhicules et autres
matériels mis à disposition, le prit de 10·
caw: ... " Et, précse encore le texte, .. les
ch tUontrMgie font appel au di.sœr·
Ilement de chacun ". Et de chacune ?
GUIDE Dt: DEONTOLOGI E
....
LESCAU[AUX ET AVA ...... TACES
Elk a pour objet les agents du Dq1al1emenl dans l'apprêciation des
difTttenl4 afin d:adopu:J I":aunude la plus conforme !lU'[ pnlliques déontologiqlK'!l
qu'impose la position de de l'Etat et dans cetMins cas, les nitenœs de la lulle
Ci)nlre la COfTllpiion.
• V(I)'ages; il e:ot rcœmmandé de les voyages d'agrément S'agissant des
(mis dc "oyagcs professionnels. ils sont nonnaItment pris en chl'lll' par le Dêpar1<'"mcnl Daru
le eas contraire, il est opportun de consulter son superieur hiérarchique
1I1 -S" .... CTIQ,,O;S [;,>CQlRHS.
L'articll' 432- 11 du Code pénal punit « de dix ans d'emprisonnemcnl ct de 150000
euros d'amende te fait , !XIr une dépo:;itllirl' dl' rllu!mité publique, d'une
mission dc sc ..... iee pubhc [ ... )de solliciter ou d'agréer, sans droit, 6 tout moment, din::ctcltlCT!t
ou mdilttlcmenl, des offres, des promes5C"S, d<'":i dons, dt":i pn.'scnts ou .de$ ;I,·.:mL1ges
quelcollQ\JC5 pour cllc-mëmc 011 pour alltrui
Petit rappel histonquc : à
l"l!poque, la Libyecst au coin
Les négociations sur l'indem·
ni sation des victimes de l'at-
tentat commis par de!! Libyens
.... ".'U. '. '.' .' .ile. d . , ... ," .... pasMI6eenaViOn! ..
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
La bonne blague
des jurés en correctionnelle
S
ARKO y tient vraiment, à
ses jurés en correctionnelle.
fi avait déjà lancé cette. piste ..
de réflexion en septembre der-
nier. On la croyait oubliée, mail!
11 y est revenu, la semaÎne pas-
sée,lortl du Saint-Office célébré
par le révérend Jean-Pierre
Pernaut en la cathédrale de
TFi. Dès l'été prochain, ft an-
noncé le chef de l'Etat, vous, les
FrançaiS de la France profonde,
serez appelés une SCDlaine par
an, si VOUI! êtes tirés au sort.
pour .'liéger en correctionnelle.
Et pourquoi pas? Conquète
de la Révolution, la présence de
citoyens dans les OOUNI d'assl8(l6
n'eat contestée par personne.
Lell tribunaux qui jugent 1ell
simples délits ne retrouve-
raient-ib pas du crédit ct de
l'autonté av6C la partiClpabon
de jurés populaires? Cette
brillante Idée offre une nouvelle
occasIOn d'observer de près la
méthode Sarko. La fusée est
lancée. maili il reste deux, trois
vulgaIres détails à régler: le
coût, et donc le financement, les
effets attendus et les résultats
prévünbles. Broutilles ..
Père
sévère
Dons l'esprit du Président,
qui l'a répété plu8ieurs fois, il
s'agit de faire échec au laxisme
des juges, qui passent le plus
clair de leur tempil à libérer des
tueurs. Sauf son respect, cette
idoo est stupide. Rien 00 prouve,
en effet, que dea Juré! popu-
laires soient plus répressifs que
les magistrats. Le cuir tanné
par des centaines de plaidoiries
sur l'enfance difficile du pré-
venu, sur sa volonté de se réin-
sérer et sur sa famille éplorée
qui l'attend, le professionnel
n'écoute plus lea avocatH que
d'une oreille distraite. 'l'andis
que le béotien essuiera une
larme.
Les historien8 du droit 8a-
vent que les jurés sont souvent
plus facilement gouvernés par
l'émotion, et se montrent par-
fois moins durs que les profes-
slOnneh.
Un seul exemple: c'e8t parce
que dcs journalistes ae<::usés de
diffamation étaient trop BOU-
vent acquittéll par la COUT d'as-
sises que la loi de 1881 aUT la
presse a été modifiée et les a ex-
pédiés en correctionnelle pour
y être mieux condamnéa ...
Pourtant ancien avocat,
Sarko 8emble avoir négligé un
autre problème crucial Qui dit
Jurés dit ~ oralité .. de la procé-
dure. En clair, comme aux a8'
sises, toute l'instruction devra
être faite à J'audienœ, pui8que
les jurés n'ont pas connaissance
du dossier.
Il faudra convoquer les po-
liciers èt la barre, intelToger les
témoins, voire les experts.
C'est une justice de luxe: là où
le tribunal expédie aujourd'hui
en quelques minutes , des
heures seront néce888ires. Ce
qui veut dire plus de magis-
trata, plua de greffiers, plus de
salles d'audience et, naturel-
lement, plus, beaucoup plus
d'argent. Où est le chiffrage?
Où sont les crédits ?
Salaire
de rien
Le plus farce, c'est que lesju-
ridictions ne parviennent déjà
pas il payer les jures d'assises.
Ceux-ci lIont défrayés (déplace-
ment, indemnité journalière de
77 euros, indùmnité de repas,
perte de salaire, perte de reve-
nU8 profes8ionnels, etc.).
Dès septembre ou octobre,
de nombreusell courll d'a ppel
n'avaient plus de sous et ont
dû faire lanterner les jurés de
2010, en attendant les Crédits
de 2011. Ce qui n'est pas très
orthodoJ:e du point de vue
comptable. Et pail trèa COlTect
pour les jurée, qui se retrou·
vent en grave difficulté. Cer-
tains allendent encore.
Il faut avoir la foi pour ima-
giner que, d'ici il l'été prochain,
par la seule magte d'une loi, l'or-
ganisation de la justice va être
bouleversée au point de per-
mettre de recruter deejuréB, de
trouver le persolUlci pour les ac-
cueillir elles former, de déga-
ger les crédits pour les payer,
de consllcrer le temps d'au-
dience nécessaire, ave<: des ma-
gistrats pour présider.
Mais Sarko n'est -il pas ca-
pable de miracles? Par exem-
ple, SUT la sécurité, le chômage
et le pouvoir d'Ilebat ?
loui5-Mari. Horeau
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
Le train de vie de l'Etat
à grande vitesse
U
N chauffard doubl é d' un
profi teur et tripl t d'un men-
leur: avec le consei ll er élyséen
Olivier MarJeill:. la République
irréprochable de Sarko vient en-
core d' accomplir un miracle.
Chopé par les pandores sur
une rOUIe d'Eure-et-Loir. le 28
janvier, à près de SO km/h au-
dessus de la vitesse autorisée, le
pilote MarJeix est repani en sir-
notant. Pour ce bon maire et
conseiller général UMP d'Anet:
pas de PV. aucun point en
mOÎns, pa" de suspensi on de per-
mis. On imagine la différence si
l'automobiliste s'était appelé
Mouloud ou M. Dupont.
Avec un culai d'acier, notre
vedette de l'Elysée a manclé
pendant plusieursjoul"ll dans les
gazelles locales: .. Je ne suis
pas au couranl de ces faits 110,
« j e n'ai jamais été arrêté ou
nashé pour un excès de vi·
tesse ». Las, les pandores avaient
rédigé un rapport sur l' incidcnl,
el l'impayable Marleix a bien
élé forcé de reconnaitre son ex-
ploit. On comprend qu'il ait
voulu rester discret : en prime,
il circulait à bord d'une Peugeot
407 du parc élyséen, dont il pro-
fite donc, pour se
rendre sur ses terres d' élu locaL
Est-cc normal ? ... Non _,
a admis, laconique, François
Baroin, mini st re du Budgel
(RTL, 10/2). Et à que! litre Mar-
leix di spose-t-i1 de ceue ba-
gnole ? SOremenl parce qu'en
juin 2010, après]'affalre des ci-
gares de Christian Blanc el des
deux logements de fonction
d' Estrmü, Sarko avait fail loul
un ramdam sur .. la réduction
vigoureuse du train de vie de
l' (tal ., dont l'ensemble de la
presse avait fait ses gros titres.
Au nom de« l'enort d 'ex'
emplarité .. ct SOU5 peine de
« sanclions _, la diminution
drastique des voitures de fonc-
tion (oc 10000 en moins d'id il
2013 ,.) figurait parmi les prio-
nt és d'un courrier adressé par le
chef de l' Elat à Fill on (el sunoul
à la presse), prié de oc rendrt
compte chaque trimestre des
progrès accomplis ...
C'est le moment de lui rendre
compte de l' exemplarité de son
propre conseiller.
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
Le patron très espionné du contre-espionnage
Des écolIl,es ",eUent ell llUnière l ';nlérêl de Bernard Square;lIi p our l 'enquêt e sltr l 'affaire Guéril,i à Marseille.
C
'EST l'histoire de l'écouteur éc=outé.
Bernard Squarcini, patron de la Di-
rection centrale du renseignement inté-
rieur (OCRI, contre-espionnage) et grand
con.sommat.eur de • fadeUes ,. (facLures lé-
léphoniquee détaillées), est à son tour vie-
Lime de coups de fil bien imprudent.&.
Le 2 févrit'f, Olivier Gnmllldi, jeune
aVOCllLd'AJcmndrc Guérini. cd int.clTOgé
par lei gendarmes dans l'affaire de cor·
rupllon et de détournement de fonds pu-
blics qui ces wmps..ci, le Tout-Mar-
seille. A 1 en croIre, Alexandre Guérmi,
frère du président. PS du conseil général
des Bouches-du-Rhône el principal 8U8-
pect., au ballon depwsle 1" déœrnbre 2010,
Il tenté de sc tuyauter sur l'évolution de
l'en quilLe d'un informateur sur-
nommé .. le 5qunle ". L'avocat d'. Alex .,
Olivier Grimaldi, un « baveux qui n'a
pas 8U tenir sa langue, l'avoue aux gen-
dannes dès le début de sa garde ft vue : il
s'agit de Bernard
Les gendarmelllUl coUent IOUS le nez 6
SMS échangés, le 8 octobre 2009, avec son
client ct. .. ami • Alexandre. Devantl'évi-
dence, l'o.\"OCtlt explique "AJf!x(J1Idrt Gut·
nni était très inquiet au regard des or·
hcIu lk presse Je pense qu'Il
a essayt de se renseilJner aUf.rb des ser-
"dus de M. Squarcilli sur l de
œlh!aff(JIrt CelJ khal/gclJ tkSMS portent
sur ça. JO Aucune roison de ne pas lecmîre:
le boulot du pat.ron du Rensetgnement in-
téneur consIste A ètre bien ... renseigné.
Bon camarade
syndiqué
Une plus tard, Grimaldi af-
firme qu un flic mo.r6Cillnis ft servi de pctit
téléft'aphiste entre Guérini et Squarcini.
Il s agit, affirme-t·il, de Jean-Claude
Hoang-Phu, qu'il présente comme . gralld
fl!BponMlble lf)'ruJreal au sein du minutère
de l'Intérleur ". Les deux hommes se
OOnnoisscnl parfaitement. Hoang-Phu est
secrétaire nabanal d1Jruté pobce.FO, syn·
dicat majoritaire chez les poulets, dont
Grimaldi est par ailleurs l'avocat. Hoang-
Phu est également encarté au PS.
11 est même le responsable de la section
marseillaise du Parti socialIste, où coti-
sent entre 30 et 40 policiers. Tous évi-
demment fidèles à Guérini Jean-Nocl, pre-
sident du conseil général, premler
sccrétoire fédéro.l ct... grand frère
d'Alexandre.
Les deux fro.ngins n'ont d'oilleurs be-
soin de personne pour accéder à Squur-
cini ... Jean·No/ll et Bemard, rRconte un
ami commun, o"t frolé la mort ensemble.
Mamtena!lt, enfT\! eux, c'est à la vie à la
mort. " Alor!! qu'il était préfet de police de
la Réglon Paca entre 2004 et 2007. le pa-
tron de la DCRI a été viclime d' un acci-
dent Le conseil
général aussI. Jean-Noel Guénru ct Ber-
nard Squarcini se sont ainsi relrouvés
dans la même clinique phocéenne. à pé-
daler ensemble pour rééduquer leur pal-
pitant... Depuis, ils se rendent quelque8
menus services. Quoi de plus naturel cntre
amis de cœur?
Elysée
à la rescousse
Ainsi. Jean·Noël a permis aux deux en·
fanu de Dernard Squarcini de bien dé·
buter leur carrière professionnelle. L'aînée
QloIlftlon j Nous vous taosoos prencIre COJIOaISSanCe des SUS n' 1500' 1504 ..,
date du 0811012009 Il'ltefCeplès lors de la sul'Velllance Mléphontql.l8 du n° 06 10 20 17 .n
ub;!Sé par GUERINI Alexandre Exf*quez vtlU5 ... dala,l sur le CXJnteflU de ces SUS De qlJl Cf
de qUOI panez· ...ous?
Rbon.. Je VIMI de ptendre connéIMaI'ICC des SMS 1500 III 15004 M JJexandrll
GUERINI étaIt lTès inqUIet au reg&rd des artldes de presse qUI sortaient Je pen&e t la Iect1Jre
"e son SUS Qu'II a IISSIIva de se fenselQner auprès des seMCeS de M saUARCINI sur
revolul on de 50tI • atl'aire • Ces êchange5 de SMS por1ent sur ça
Extrait du procës· v.rhal d.I' audition, le 2 février, de l' avCKat 0Iiv_ GrimakU.
Le. gendarme. lui pré •• ntent le contenu de 5 SMS «han"s, en 2009, Q"IIK: son
citent, Alexandre Guerini. Olmer Grimakli as.ur. qu. le du .enMigne-
ment intérieur, Bernard Squarcini, . ' intéres .. beoucoup 0 l' enquête en c:ours ...
est employée au service de communica-
tion du conseil général des Bouches-du-
RhÔne. Le cadet ft travaillé comme. in-
génieur environnement. dans l'une des
sociétés d'économie mixte financée par la
collecbvité terntoriale. A ses amis qui le
mettent en garde sur ces liens, _ le
Squale » répond invariablement: .. Mcs
enfants ont les diplômes. JO Exact.
De cette proximité par frangin inter-
posé, Alexandre s'est souvent prévalu.
Non seulement dans ses conversations té-
léphoniques, mais aU88i lors de sa garde
à vue. Le 29 novembre dernier. avant
d'être mIs en examen et écroué, nolam-
ment pour • corruptwn active ", il or dé·
clare ilur l'hon1U!ur être d'un com-
plot p<XltlqUf! " dont serait
Renaud Musclier, oncien mmislre et dé-
puté UMP de Marseille. La preuve:
• MulJO" aurait fait des pieds a des mains
à l'Elysée pour que la gendarmerie, plu.
tôt que le8 poulets, conduise l'enquête.
.. M. MUlI('lrerapritf!ndu quelapolu:e "a-
tiouaie allait étouffer l'affaire, déclare
Alexandre Guéri ni aux gendarmes. Tout
1I1mplcment parœ que lcs deux cl/fants dc
M. Squareini étaient salariés du conseil
géniraJ. des Bouches-du·Rhône ... Hon pro-
cès verbal, Alexandre CI ajouté tcni.t cette
information de ... Bernurd Squarcini.
Les (grande8) oreilles du «Squale -ont
dO sifiler. ..
Didier Hossoux
"Des conversations
de bistrot !"
Q
UEj'inJqur lestifjalrtll1ftllnrill4i11es
<C tIl'U du tfJIJI'Uillltis, quoi
de pll/s norM41 '! se justinr BC'nlard Squar·
cini. inturogé par "lA Cananf'.le 15 rbTier
au matin. Mais WHI dell cottl'ef'SQ/Wtu dt
bistrot!,. L -andC'D prifC't dl' palier de la Ré·
giOD Paca Dr Die pIS que .. lHaucoup
sonttu vienttent à 14 plche. MaiJ, lIur cetreaf·
n '(Ii aMllttt in/ormillion pat1u:uliirt
Ù lellr A part qui son dans
14 presse,j'en i8nOrt tout ....
Poor preu\'e, k! patron de 14 Dir«1ÎOD
lm1e du int(";eur .noir
pris garde dr ne paol ••• W: rr.n.<dgnr.rsur la pro-
ddllre en 00I.1n., tt n 'a\ oir élabli Ol/CllD t'OOtad
Ql 'ec les gendam leS d wl}tés de )'cnquêle.
Même IOf'S(IU' ilICIi croise .. au histrot,. '! L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
Avis de déchets
Q
UELLE chance d'habiter
la Vendée,ce département
tellement exe.mplairfJ sur
le plan éooI.ogiquc ! Du moins c'est
le conseil général qui le dIt , et le
proU\'e : les incinérateUI'$ont été
bannis de ce territoire, ct, il la
plare, Il. partir de la fin de l'année,
des usinM de traitement Illt'icaI»
biologiqoo ('fMB) vont fleurir.
Leur formuJe est magique:
une partie des ordures ména -
gères ainsi lraitées sont trans-
Connéell en produit d'épandage
agricole. Génial, Mn? Voilà
comment ça marche: un camion
ramasse le sac poubelle d'ordurœ
ménagères, l'emporte vers rusine
de TMB, où, après avoir été saisi
par un grappin. le sac est éven-
tré mécaniquement. Les ordures
qu'il contenait !KInL expédiées
dans un gros tube de fennenta·
tion. Elles y &ont déchiquetées.
Quatre jours de macération à
60 plus tard et hop! on ob-
tient un mélange qui cst ache-
miné vers une tourde triage. Ré-
sultat, 20 % des ordures
disparai ssent presque par en-
chantement (par évaporation,
brûlage), 50 %sont enfouiM dans
une mégadécharge située géné-
nùementjusle à côté de l'usine,
30 % firusaent en compost, lequel
sera revendu pour être épandu
sur les champs de Vendée. Bref,
un procédé tellement grenello-
compatible que le département
a d'abord tablé sur la construc-
tion de dnq usines, aVAnt de se
raviser ct d'opter maintenant
pour trois. Les deux premières,
d'une capacité de 35000 et
55 000 tonncs, sont attendues
pour la Cin de l'année. La troi-
sième (toujours daM les cartons)
pourra avaler entre 65 000 ct
80000 tonnes d'ordures. Un bel
investissement, d'à peu près 80
millions d'euros, à 10 charge de
l'usager.
* Ce procédi est une mon8-
lrU08ité écologique. Il ne filtre
rien du tout. Tous les dichebJ qui
feront moms de JO mm Si!ront
piégés da liS le OOmjml . lArI {rag-
ents de seringuell es médica-
ments, II pÎks uton.!, tout ça
va finir dans les champs ., hur-
lem les associations locales de
défense de l'environnement_
" C'est {aux. il nya pas de véri-
table risque. Le TMB est au-
jourd'hui ln seule Bolution al-
ternafive à l'incinérafeur. Et,
pour reprendre l'exemple des
piles, il faut savoir qu'au-
jourd'huÎ elles sonf de plus Cil
plus proprf!!J ., assure de lIOn côté
Didier '''iétry, directeur de Tri-
valis, le syndieot mixte d'étude
el de traitement des déchets de
Vendée. proprio des futures ios--
Utllatioll6. " Ce oom}JQSf 8ero plus
que conforme à la norme en ut-
gueur ., renchérit Etienne
Roger. diroct(lur général adjoint
du conseil général. Tleru!, la
norme, la NFU 44051, qui défi-
nit le niveau de qualité du com-
post, parlonll-en : pnmo, elle t0-
lère la présence de méuux
lourds dOD8le compost (cuivre,
plomb, nickel, mercure, cad-
mium, zinc, c.hrome ... ) sous le
prétexte que ces charmants élé-
ments sont présents dans la na-
ture
Deuzio, elle ne propose aucun
système d'assurance qualité
(suivi, affichage des résultats ... ).
Tertio, elle imPOlie aux tenan-
ciers de TMB à peine deux à
quatre analyse8 par an, font
eux-mêmes, en toute transpa-
rence, bien sÙr .. ,
• Effectit.emellt. ceUe norme
prtsenu de. nom lacunes,
Jj MU8 faut trovoillerdeR8/U, ça
det.ùml mfme UII besoin pre,-
BanI ., commente Man: Cheverry,
patron du service prévention et
gcstion des déchets i\ l'Ademc
(Agenœde l'environnement et de
la maitri.se de l'énergie). Pour lui,
le TMB presente deux inconvé-
nients maJeurs : ., Outre le. fait
que I.a. l'rance u t al4joum'h/li le
seul pays efl Europe à promou-
voir le TMB pour un com-
post à vocatioll agricole. rechni-
queme.lltje Ile. peux pas
que ce prodUit sero au final de.
bonne quaüti, "
Même lKIll de cloche du côté du
ministère de l'EcolOgie . ... NOUll
n'encourageons JX.I8 ce genre t:fini-
tiatWes, Cinq ugÎIle8 de TMB 80nt
actuellement en actll!lU daM le
pa)'fJ. avec deR rUultats JX.I8 vrai-
ment ooncluants. El puis ce sont
des infrastructures qui cOlUent
tris cher ", analyse Jean-Marie
Durand, directeur adjoint au cu-
binet de la mirulltre.
Heureusement que les
constructeurs de TMB, les Vinci,
Veolia".RoU,YgUC8 tOnt éga1ement
des incinérateurs. Au cas où les •
agricu1teurs se rebilferwentsur
le compost, ils pourront toujours
le recycler comme combustible
dans klurs fours. En atlendant,
ces industnels dOivent rester
concentrés sur leurlnIelie. Une
quarantaine d' usines de !.ri rué-
cano-blOlogique est programmée
d'ici à 2015 sur tout le territoire.
Faut pas mollir ..
Profe ....... Canardeau
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
Les amis socialistes
de l'ami de MAM
A
ZIZ MlLED. l'homme d'af-
faIres tunisien qUI durant
les émeutœ promenait en avion
Michèle Alliot-Marie, n'avait pas
des relations sympathiques
qu'avec le dan Ben Ali. Il est
aussi au mieux avec l'ancienne
ministre 80cialiste Elisabeth
Guigou et son mari, Jean-Louis
Un ancien du cabineL de Michel
Rocard et de la Datar.
Elisabeth Guigou préside en
effelle comité de parrainage p0-
litique de ,'Institut de prœpec-
tive économique du monde mé-
dite rranéen, alias l'Ipremed.
Une association loi 1901 dont
son mari est le délégué général,
et dont J'ami de MAM Aziz
Miled est non seul ement l'un
des financiers mais aussi le vice-
préllident du co nse il de SUf-
veillance. Créée en 2006, la pe-
tile entreprise de Mme ct M.
Guigou est, selon ses statuts,
• un think tank euro-médite,.·
ranhn qui 0 pour mission de
rapprocher par l'économie les
pays du bassin miditerronbn".
Pas moilUl !
C'est en décembre 2009
qu'Aziz Miled est devenu vice--
présiùent du CQnseiI de sur-
veillance de l'Ipremed. Une
mination sa luée en ces termes
par l'association; Il L'é.lection a
la vU!e·présldence de M. Auz
Miled, premwr il. représenter les
pays de la rive du Sud, consti·
tue un hommage significatif ou
rôle que joue la IIOU$ la
conduite du prisidellf Ben Ali."
On ne saurait mieux dire.
Comme tous œ8 machin! qUi
organisent colloques, déjeuners-
débats et autres sémmairea,
entre décideurs dei> deux oOtés
de la Méditerranée, l'Ipremcd
oompte un ., comité de parrai·
Mge politique JO. Sous la prési-
dence de la camarade Elisabeth,
s'y retrouvent quelques semi-re-
traités de la politique euro·
péenne comme Romano Prodi,
Felipe Gonzalez, Hubert Vé·
drine et même Alain Juppé.
Quant au conseil d'administra·
tian qui réunit les généreux fi·
nanciers de J'association, on y
découvre les pédégés de la fine
fleur de l'industrie française qw
travaillent. notanlmcnt en Tu-
nisie ; de Gérard Mestrallet, le
pédégé de GDF Suez, à Pierre-
Henri Gourgeon, le patron d'Air
France, en passant par le pré-
sidentd'A1stom 1'ransport.
Une curiosité; parmi les
donateurs de l'lpremed et
membres du conseil de sur-
veillance Semer,
du laboratOire du même nom
et fabricant du Mediator. Le
monde politico-économiqoo est
tout pellt. A Tums comme à
Paris.
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
Sarko repeint en doré le budget de la justice
Lea chiffres ll.v{UlCPl lors de S(I prestollolf Bur TF1 relèvent du. "faux e t u.sage de / aux".
L
E 10 février, surTFl, Sarko
Il noyé 8ca interlocuteurs
sous une pluie de chiffree pour
démont.rer à quel point les)uaes
étaient choyél par la Répu.
blIque. L'air sentencieux, et en
détachant bIen les liyllBbcs, il ft
a96éné:. Ent,., 2002d 2010, le
nombre de magis/mtsen Pranœ
est ch 7300 à 8 510. Une
augmentation de Ut ef·
{ectif. de IJreffu:rs BOn/ de
8 7{)()d 10 700. Une augmenta·
tian de 22 <:t>. Quant aux {Hr·
sonneZ. d'msertKm, kur nomlHY
a de 143 Cl. - On est
prié d'applaudir bien fort.
Sarlto n'a pal da lin! ICI rop·
porte IIUf le budget 2011 de III
justice, rédigés, l'automne der·
nier, par déS parlementaire» de
900 propre parti, le député René
Couonau ctlc sénateur Roland
du Luart
Let deux hommœ ont obœnu,
eux Ruui. des chiffres de la
Place Vendôme, mais ce ne BOnt
pas lei mêmes. Le ministère
leur Il 8IRSI Hvoué qu'il y avait
seulement 8 ]85 magistrats
dans lei tribunaux en 2010 -
soit 325 de mOins qu'annoncé
par le Président - el qu'en
pnme 76 poIIlea allaient displl-
râitre cette année. Pour les gref-
fiers, le constat est encore plus
éloquent: les parlementaires
n'en ont trouvé que 7 079, 80it
3621 de moins que Sarko ..
Cuisine
du chef
Où sont paseéa les milliers do
fonctionnalrel qui manquent à
l'appel? En folt, le Président a
tout additionné: les eùrottel et
les naveU. les emplois à temp8
partiel, les greffiel'l et les ma-
gistrats en congé de longue
durée, les malades, ceux qm tra-
vaîllent IlU liège du ministère
ou dans d'autres administra-
tions, ct œux: qui $Ont affectés
A des tiches de gestion en rai-
80n du ... manque de penwnnel.
Ln situation s'est dégradée
depws que Sarko eat aux ma·
nettel. Il y a aujourd'hui. 0,86
par juge .. contre. 0,88
l'n2007. IchiffJ""ell du nunÎaÙ!re)
alors que la nonne est de 1
pour J. Le budget 2011 prévoit
bien l'embauche de 399 gref-
fiers, me.isl'Ecole nationale des
greffes ne formera que 223
élèves cette année.
De avant de clniron·
ner que l'effectJ.f des peraonnet.
d'insertion avait grimpé en
nèche, le Président aurait pu
prend.n! œnna\.8AAnce du nombl1l
de poet.ct OUVCrl$ ecttc lUlDée au
conco\U1l de '" conseùler d'mser-
tion ct de probation ". On en
compte !!eUlement 29, contre 179
en 2010et247 en 2008. Les cré-
diU! de la Protection judicinirn
de la.)l!uneII!IC IIOfI.t dans le rmme
état baill8e de 2 '1- en 2011 et
chute de plus de 5 depuis
l'électlon de Barka ...
Deux: jours avant son inter-
ventIOn sur TF1, le Président
avsit déjà essayé de bomber le
torse. Dans un. arlf!J-mentmTe"
sur la grève dei tnbunaux dia-
tnbué aux mmlstres, l'Elyaée
juraIt. Il lAjU$tict n'l'si pD$ un
Imdglt Mlcnfri, bien au oonlrvi·
Te !» Et de mettre en avant des
crédita qui ont .. ougmtmté de
prè$ dl' 900 millIOns .. depuis
2007. Pour une fois, le chiffre
est exact. Mais cette manne n'a
guère profité aux tribunaux :
c'est l'adminietratioD péniten-
tiaire qui a raflé la mll!e.
Priorité
aux prisons
Et l'a.enir ne s'annonce
guère plu. radieu : la • pro·
udg aire triell-
nak .. prévokjd'iclà I3, qua-
siment zéro euro d plu! pour
1œJundiCU<lflS;1 m.ws %dec::ré-
!upplémontaln! pour le.
pnsonl.
Lerested budget tàl'ave-
nant.. Lancée en 2008, 1 réfOrme
de la cartejudicinire (regroupe-
ment de tribunaux) devai t coû-
ter 427 millions etêtre financée
par des ve.ntca de blitimenta ap-
partenant à l'EtaL Pour l'nu-
lant, il n'en est rien, et la Chan-
cellerie a dû lM débrouiller avec
scs propres crédit8. Le tout, au
détriment de l'entretien des pa·
lais de JUlitice qUi menacent
ruine, comme le souligne le ra»"
porteur de l'As8emblée.
Lc6 .. frol8 deju$ticl" ne sont
pas mieux loW. Cette rubrique
fOUITe-tout (qUl comprend 8UBlU
bien la facture dea écoutes té-
léphoniques, l'mdemnisation
des victimee ou le défraiement
des juré8 d'alluiilol ) est Iyaté-
matiquement 8OI.I.lfoévaluée. Les
arriérétl atteignent aujourd'hm
111.1 100 milliona, loille quart
du budget allou4i par le gou·
\-crnement à ce type de
MIlIB Sarlw va IJÛJ"emCnt le Caire
un devoir de sanctionner les
fautifs ...
Hem liffran
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
On connaÎt la sanction ...
I
L fait pei ne à voir, le pauvre
Mercier. Désireux, par inclina-
tion, de ne contrarier personne. le
nouveau garde des SceauJI s'c .. !
trouvé bombardé père Foucuarn
en chef, l'espace de quelques
jours. Des .. sanctions .. allaient
s' abattre sur les inespoosaNes qui
n'avaient pas surveillé le meUT-
trier de Laëtilia. Sarko lui-même
l'avait annoncé sur un Ion n'ad-
menant pas la réplique: ;II CelUi:
quI ont couven ou laissé raire
celte faute sernnt sanctionnés,
c'eslla règle. )Io
Mais, face à la fureur du monde
judiciaire. et à la fonnarioo d'un
improbable front uru polioers-ma-
de J'admi-
nistration pénitentiaire, le Prési-
dent a tourné casaque. Une faule ?
Quelle raUle" Dell.{ rapports alam-
biqués concluent qu'on ne peUl
conclun:. Des ccarenœs .. peut-
être. une. mauvaÎsc transmis-
sion .. tout au plus. El de loute
façon, les magistrats SOnt inno--
cents. Voi là bIen l'essentiel . Les
policiers aussi. renchérit Horte-
feux. Ouf!
La capitulation en rase cam-
pagne tourne la pantalonnade.
Tout ça pour ça ... Jamais on
n'avait vu parei l venl de révolte
dans les palais dcjustice. Tous les
tribunaux ou presque ont été pa-
ralysés. Même la Cour de cassa-
tion a hissé le drapeau noir. Jour
historique qui laissera des ttaces.
méprisés par Sarko,les
0( petits pois II> ont consorruné la
rupture. Et leurs syndicats sortent
tout ragaillardis de l'aventure.
IJ faut dtreque Sarlro leur avait
bien servi la soupe. TllIlIudé par
le désirûc flatter une opinion bou-
leversée pat le meurtre de Laëti-
tia, il n'a pas pris la peine de jeter
un œi l sur le dossier. Le seul fait
d'établ ir un lien enlœ le meurtre
et d'éventuels 0( dysfonctionne-
ments ,. était une bourde monu-
menl3le. Car, si tOUS les ser-
vices avaient rempli leur rôle à la
perfection. Tony Meilhon aurait
élé dehors. Sarko a frappé fort.
Mais à côté.
Le multat de ce tohu-bohu est
assez réjouissant. Aucun syndi -
caliste n'aW1lit rêvé pareille cam-
pagne pour auirer l'attention sur
la misère des tribunaux et l'in-
suftiunce des moyens donnts aux
services pénitenti aires. Voyant,
Wl peu tard. venir l'incendie. l'EJy-
sée a communiqué aw. ministres
el à quelques députés des . élé-
ments de langage li> poutcontrer ...
la contre-offensive (lire p. 4). Si
ce n' est pas de la haute stratégie ...
Autre conséquence imprévue
de cette poussée de fièvre, les Frun-
çais seron! sans doute confortés
dans leur conviction que les ma-
gistrats 50llt intouchables et «hap-
pent décidément à toute sanct ion.
C'étai t d'llÎlIeurs une bonne ida:
que de confier r enquête à Jeau-
Amédée Lathoud, directeur de
l'administration pénitentiaire, qui
fuI. voici années, le pr0-
cureur général de l'affaire d'Ou-
treau. Un tille pour examiner les
.. fautes .. de ses
A présent la messe est di le, el
la déroute totale pour Sarko et son
gouvernement, contraints de
reconnaître l'insuffisance des
moyens. C est tout? L' analyse est
un peu courte. Car dans les palais
de justice, à cÔlé de lioutiel1l écra-
sés de travail, prospèrent des sé-
nateurs repus. Certains conseil1ers
de cour d'appel ou substituts gé-
néraux assurent un perit mt-(emps.
Tandis que dans le tribunal voisin
les juges d'application des peines
triment sans relâche. La réparti-
tion de la charge de travail est pour
le Inégale. Mai!: au cours
de cc bref conflit pcl1lOll.UC n' a osé
en parler. La belle solidarité de
corps serait-eUe. finalement, une
.. faute .. '!
Louis-Marie Horea u
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
Petitesse et décadence d'un Romain
A
LA "cille <k la Saint-Valen-
tin. W1 mdlioo d' ltalicmc8 ont.
comme on sali. contre leur
macho national. Berlusconi, qui
le, r.rcnd pour des « corps Je·
tab es lO.. Aux ens de « Rasta
bœp bunp ! .. : assez des rituels
érutiquesd pseudo-cxOOqucsqu'il
orgaru!ie llOIamrnenl dans sa Yllla
d'J\rc(n (hardcore 1) a\ "K des mi-
neun:s rémunérées . ..
Or Bertu est dtsomws convo-
qué le 6 avril par un tribunal de
Milan, pour corrup(wn de ml-
neureset abus dc fonctions : Il en-
coun entre 3 et: 12 ans de pri)OO.
Aux abois., il qualifJC la mani( de:
« mobilisation radieuse contre
[sa) perSOllllc Il . f'honunr à la li -
bido mégalo dcvnül poortanl êu'C
tout exc ité qu' un mlilion de
femmes réclament sn tête el le
R:sle !
En attendant .sa comp:uulion. Je
feuilleton des révélations classées
X cool lll uC au gré de la publica-
tion des ecOUtes Cenaines mon-
trent des pou.ssant leur fille
à !le pru;tttuer. Son propre père en-
gueule ainsi une habituée. Barbara ;
• 11 Y a URt rouk: dt mks qui te
.!IOn1 devant : Giada. N -
bella. Cristina ... Mais
toi.. ma tilt ! ,. Et sa niTe débriefe
Iris, déjà CItée : <c Combien il t' a
donnf, '! Cinq [mille eurosJ '! -
....
O' autre!l «OUles font étal de la
lasSllude des inléJeSS6es face aux
assauts de Berlu, et alimentent sur
lcIi forums (mmains?) lcIi spécu-
larions sur sa viril ité, r6e1le 00 rot-
canique. Après son opérationde la
prostate, il aurait bénéficié d' Im-
plants demiercri Je rendant invul-
nfrable. Plus fort. pardon. plus dur
que le Viagra !
Un « persoanage de thU tre
dt la na dt l' Empire roDUm .. :
c' est aÎnsi que le " New York
Times .. voit désonnais Beriu. Le
Cavaliere dorult le change en re-
vendtqUllllt soudaln « UM relalÎOll
alftdh'e sta'" _. A voc Cristina ?
Graziaoa ? NtroIe? laqueUe
de ses protégées Sil iconées pous-
stts en politique ? PuiS, « tnge-
dianle . , il explique gnvemenl :
. J'alaidé cHs centaines Ide per-
sonnes) saliS Jamais rlell dt-
numder m édaangt siaon un pw
de rntitude d '.rredion(SK:)."
Hies a JU5te à se
biller « en échaage: d' an peu de
craillude 10 dans ses thermes
romaÎns ... Pas de quoi le voir
comme: Wl histrion" pdapique .. ,
selon leur « point commun ..
vendiqué dans " 1he Observer.
par " ack,:ur X Rocco Sirrrcdi,qul,
lui, au !
D. F.
BERlUSCONI : l"ITALIE FAIT FACE
À l ·AFFlUX ces IMIIGRtS TUNISIENS
WO 'i,N;
K
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
Mohammed Tantawi, Omar Souleiman et les autres
COUp sur coup d'Etat
Comment faire du neuf avec des vieux? Le sort de la "révolution du Nil "
est entre les mains d'un quarteron de généraux âgés, tous liés à Maubarak.
V
OICI la d(!rnièrc nokla,
ou blague, dont raffolent
les Egyptiens et qui cir-
culait au Caire le 11 février:
Moubarak appelle de l'étranger
60n nouveau vice- président et
tout-puissant chef des serviccs
de renseignement, Oma r Sou-
leima n : • Alib, Omar? - rOllt
!KI bien, monsieur le Président.
Nous allOn.! uendules industria,
bazardé le8 antiquité, et viré
l'argent en Suisse. - Tm bien.
Maintenant, Omar, tu tlluoics
le, musulmam en Arabie saou-
dite, ln chrttierns en Amérique ...
Et puifl tu fermes la boutique et
tu rappliquc6 ! "
Mailla réalité surpas!Ie par-
fois en comi que la fiction des
blagues. Si le 11 février au soir
Moubarak annonçait qu'il tnlnS-
mettait ses pouvoirs A !!On vice-
président, restant lui-même en
place, à la IÇlUlde fureur de la
rue, le lendemain c'était au tour
du même Souleiman, le visage
défait, de prendre la parole à la
télé pour annoncer, en soixante
secondes, que son président (ré-
fugié à Charm el-Cheikh) dé-
missionnait et t ransmettait
finalement ses pouvoirs au
Conseil suprême des forœa ar-
mée8. Un organe réunissant les
20 généraux les plus grodés du
pays qui ne s'était rassemblé
jusqu'ici qu'en temps de guerre
(en 1967 eten 1973), et qui sié-
geait depuis la veill e sous la di-
rection du ministre de la Dé-
fense, le maréchal Mohammed
dt .....
S·J,! 1I&.Jr-
.. 11>'111'"(5


Huasei n Tantawi, mais Bans
Souleiman !
C'est ainsi que ce derni er,
75 ans, longtemps annoncé
comme le successeur de Mou-
barak, n'a été que le raïs d'un
jour et a'est retrouvé doublé par
un autre militaire plull rusé,
Tantawi, 75 ans aussi, qui se re-
trouve maUre de l'Egypte de
ftu:.IO ! • Cda fawzit 0/./
vingt ans que Souleiman etait
demandi par le peuple comme
vke-préllident ... , assure l'écri-
vain cairote Khaled AI Kha-
miui, auteur de • Taxi. ,. (Actes
Sud, 20(9), un best-seller clair-
voyant sur le ras-le-bol social
égypt ien ... Mais ce8 deux der-
ont fait de lui
/./11. ennemi du peuple: il est de·
venu tm ""papier brtlU·, comme
on dit Chel MW ! ,.
Unjournalisw du pays com-
plète: .. 1l a préféré prot4Ier 80n
pmU:knt pluMt que son peuple.,.
Et il a perdu tout credit. Tandis
que le maréchal Tantawi, de lIOn
côté, s'est montré plaCé Tahrir,
tout comme le chef d'éLat.-major
de!! années, Sami Anan, 63 ans,
rentre tout éxprè6 de WaShing-
ton, également très proche de
Moubarak. Le malm du 10 fé-
vrier, Anan est allé sur la place
promettre à la foule enthou-
Siaste que .. [lies]
lIol"foi.I.eiJ ....
Le cuup du Il Je wus oi COln-
pris _, en somme!
Fonné en URSS A l'époque de
Nasser, tout comme TlUltawi, et
vétéran comme Iw des guerres
de 1967 et 1973, Souleiman,
officier élégant arborant fine
moustache et lunettes nOires, a
été nommé en 1993 chef des re-
douu.bles . mDllkhabarat. .. (ser-
vices de renseignement). Et
chargé de la répression impi-
toyable des islamistes, qui a fait
des centaines de morts. C'est à
ce titre qu'il a conseillé mordicus
A son président d'emprunter 88
voiture blind6e pour se rendre à
un sommet afncain à Addis-
Abeba le 26 juin 1995. En por-
tant la baroka à Moubarak : un
commando islamiste égyptien a
attaqué la bagnole, mais le blin-
dage a sauvé la peau du raIs ...
Promu minilltre lIans porte-
feui lle et .. cnooyi 3pécial ... dans
les capitales arabes, le discret
Sou1eiman s'ellt retrouvé, en
2000, chargé du très délicat dos-
sier palC!8tinien, en sc fai sant
appréaer d1sraël.. Tout en étant
au diapason aVH: W!\8hington
sur la guerre contre le terro-
nsme, accueIl lant pour les faire
torturer en Egypte les déténus
Il trulIi/rérés .. illégalement de
Guantanamo par la CIA
• Malgré son éviction tempo-
raire, Sou/dlnan reste dans if!
tableau politique, d'apris des
internet ., assure un
journali!ite du Caire. La preuve,
le nouveau Premier mllllstre,
Ahmed Chafiq, 69 ans, main-
tenu en plaoo par le Conseil su-
prime, a laissé tomber dédai-
Ui'lemèD.l.
roll' de M. Sou/eimun sera re-
défini par l'armée. Savourant
sa revanche SUT un rival qu'il ne
supporte pas ...
Or ledIt Chafiq, ancien géné-
rai d'aviation, comme Mouba-
rak, était aussi un ami intime
du préllident déchu, qui din81t
chez lui! Mais lui a quitté
l'armée comme ministre de
l'Aviation civile, menant à bien
la privatillation d'Egyptair. Ce
qw en fait un préSidentiable
un peu plus préf!êntable, que
l'armée pourrait pousser le jour
venu, tout comme le très popu-
laire Amr Moussa, 74 ans, an-
cien minigtre et secrétaire gé-
nérai de la LIgUe arabe.
" Allonll-nou" au bour de
soixonte ons, enfin réussir a
avoir un préllident CIVil F _ s'ex-
clame le journalisu. déjà cité.
Rien n'ellt moinll sûr, car la
"" transition démocratique: ,. est
actuellement menée, para-
doxalement, par des piliers
vieillissante du régime, voire
des généraux sclérosés qui ris-
quent de confisquer le pouvoir.
" Moubaro.Je Souùlman sonl
les ckux faces d'uM méme
pÎlce ., dénonçaient certains
manifestants. MaiS, bonnet
blanc, le maréchal Tantawi est
même vélérlUl de la guerre de
1956 (ce qui ne rajeunit per-
sonne 1) et a été célébré comme
un héros de celle de 1973. Or il
était précisément surnommé le
.. 00fIJ.cM de Moubarak .. par sef!
jeunes officiers, d'après un té-
légramme américain de 2008
révélé par WikiLeak&. Lequel
décrivait un homme · âgi et ré·
lIisMnt au changement »,. op·
polJé à toute réforme socia/{' ou
ironomÎque
VoilA qui promet. Le" New
York. Times . (lm) nuance en
e:ll:pliquanL que le nouveau
mattre de l'Egypte est, d'après
des officiers américain9,"" url
responsabk astucieux qUI a joui
un roll'! signi.[ka.t.if dJJns to. !COr-
tie rdatÎwmenl Mn violente de
son patron. •. Or, jUlite après
avoir suspendu la Constitution
et dissous le Parlement, le C0-
mité lIuprême des forces arméea
oomaqué par TanlJ!.wi s'apprête
à interdire toute réunion 6yn-
dlca.I.e, voi{e toute grève. Et rien
n'assu.re qu'il lèvera rapidement
l'Hat d'urgence, qui permet des
détentlonll indéfinies sans lU-
gemen4-dapuiii 1981", AHt '
rendra le pouvoir aux civils,
comme promis, "" dans un dllaÎ
de 6 mois oUJwqu'd. l'élection
pré8identielle ".
Tout elltdans le .Jusqu'à ...
Quand le • co.ni.che ,. soumis Ile
fait renard" astucÎ-l'ux,. !
David Fontaine
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1
PAS DE FA(]TE DES J(]GES
DANS L'AFFAIRE LAtrrnA ZORRO
O
Nne saurait dire si c'est
parce que Michèle Al-
liot-Marie n'est « pas cru',
nistre des Affaires étrangères JI
quand elle est fi' en vacances»
ou, au contraire. parce qu'elle
l'est « 34 Jwuressur 34 JI et «365
joUIS' par an JI, DUllS lea affau:_
en question ne vont pas bien.
Notre diplomatie va même de
mal en pis.
Nous n' avons rien vu venir
de la révolution tunisienne.
Sinon le scandale des vacances
mal inJIpirées de MAM qui
prennent désormais (voir p. 3)
un tour immobilier. NoW!
n'avoJUJ rien au dire de la ré-
volution du Caire, où, lA encore,
la France, qui se targue d ' une
«politique ara.be " que kt monde
entier est censé nous envier,
n' a brillé que par les vacances
ECONDUITE
en famille tous frais payés de qui n'ont évidemment pas mis
son Premier ministre. Et, darui lBgouvamamentrrnmcaindAns
les deux cas, les commentairél les meilleures dispositions pour
officiels ont été bien timorés une éventuelle libération. Ou
face au vent de dérnocrab.e qui au moms pour un If transfère-
bouleverse le monde arabe. Y ment .. en France de la jeune
compris ceux du présidenl de Française condarrUlée dans des
la République, qui S8 Irouve condibons pour le mOlnl con·
être aussi cehù du G20. n en· testables pour eJÙévement.
tend relonderl'économie mon- Et,là-denus, voilà.que notre
diale et lIOn syvIème monétaire, prèsldent de la République et
mais n' a rien à dire lur la vic- du G20 en rajoute en décidant
toire des manifestants de la defaireducasdeFlorenceea.
place Tahrir. SInon quelquel sez une affaue personnelle et
propoaméftantsdonnantàpen- de ce fait divers une affaire
1er qu'il s'accommodait [art d'Etat, Lors d ' un voyage au
bien du régime précédent. MUIqUB en2009, où BOn séjour
Mais l'Egypte le préoccupe avec san épouaedans unhOtel
moins que le Jr!exique, avec le- appartenanl à un milliardaire
qMl nol1rVoilà en mezicaül (décidément 1) aftlt
guerre diplomatique. sU8Cité quelque émoi, il avait
MAM. encore eUe. a donné déjà sans succès évoqué le
le ton et ouvert lea hostilité.. code Florence Cuaez.. Cette
Après que la justice meJicaine fois. en décidant de lui dédier
a confirmé la peine de Florence l'Année du Mexique en France,
Caaez, elle a parlé, maloire de il El choim.t la guerre frontale plu-
faire un peu oublier la Tunisie, tôt que la néqociation. Après la
de de justke Il etde «dé- diplomatie, place au Sarko jus-
ciRon inique li. Despropo. très ticier qui . ' en prend non pas au
moyennement diplomatiques If peuple mexicain JI, mais à
ANNÉE DU MEXIQUE:
FREŒRlC MITTERRAND
AmNO
LA DÉCISION DE SARKO
Ir certains de ses dmgeants Il,
Le problème est que cette af-
Caire devenue plus politique
que juridique l'eat aussi au
Mezique, où un ministre impli-
qué en a fait un enjeu person-
nel, el où lea « enlèvements »
concernent au premier plan
l'électorat du président Cal-
der6n. Politique intmelUe fran-
çaise contre politique intérieure
mezicaine. Avec, au passage,
le paradoxe du même Sarkozy
qui accuse lei juges français
d'être laxistes et reproche à
leun homologues mexicaiN de
ne pas l'être assez.
Mais, si jouer les vengeurs
rJ'LUqUlts au pap de Zono peut
plaire à If laFrance des terroirs»
chère au cœur de l'UMP, iln'eat
pour autant pas certam que ce
genre de rodomontade, ne lui
en déplaise. sait le plus sûr et
le plWII rapide moyen de faire
libérer Florence Cassez.
Erik EmphU
T(]NISIE, ÉGYPTE, YÉMEN,
IRAN, BARHEÏN, ALGÉRIE ...
ConseUs à MAM
d'un grand ancien
cc
I
L faut , en errel, qu' un
ministre des Affaires
êtrangêres soit doué d'IUle sorte
d'Instinct qui, l'a,'ertissanl
promptement, l'empêche,a\'ant
toule discussion, de jamais se
compromettre. U lui faul la fa-
cullé de se montrer ouvert en
restant impétM:1rabIe; d' être ré·
servf, a"te les formes de l'aban·
don, d' être habile jusque dans
le choix de ses distractions, JO
ses acrobati es aériennes et
immobilières en Tunisie, MAM-
la-gaffe serait bien inspirée de IC-
lire ces max.imes d'un grand an·
cien, Talle)' rand lut-même, qui
parvint à êtn: millÎlitn: des Affaires
étrangères sous le Directoire.
l'Empire el la Restauranon.
Ces lignes sont tirées d' un por-
lIait du ministre idéal et donc de
lUi-même! - que Talleyrand le
mué, le corrompu. l' anguille, qui
avait su louvoyer sous quatre ré-
gimcs, a uacé en faisant l' él oge
de son collaborateur défum Rem-
haro. Dans cc di scours prononcé
le 3 mars 1838 (delU mois avant
sa mort) devant r Académi e des
sciences morales cl politiques, ct
qui constitue son testament di -
plomall que. Tal leyrand poursuit :
« En WI mol, [le ministre] ne doit
pas cesser uo moment, dans les
vingt-quatre heures, d' être m'"
nistre des Affaires étrangères. .
Et pan sur la MAM, qui , face
aux révélat10ns du « Canard ., a
d' abord déclaré, sur France Infu
le 5 fimer : .. Quand je suis en
vacanœs,je ne suis pas ministre
des Affaires étrangères.:. Avant
de se raviser, dans .. Le Parisien ,.
Pn): .. Jesuisévidemment mi-
nistre 365 jours par an, 24
heures sur 24, ,. Penser qu' illui
aura fallu deux siècles pour le re-
décOüvrit à ses dépens !
D. F_
Vacances du pouvoir
M
AURICE LEROY. ntini stre de la Ville . .. a pris un char-
ter,. pour aller à No<!l embrasser ses vieux p.1rents en Es-
pagne, Les vacances de MA.M: et de Fillon aux frai s de princes
étrangers ont suscité quelques réponses d' anthologie des membres
du gouvememenl interrogés sur les leurs par .. Le Parisien :.
( 1012). Ainsi Christine Lagarde. ministre de l' Economie, ooncède
un séjour d' une semaine à l'île Maurice, mais en précisant que
c'élait après « avoir NvtiUonné au Samu SO(ial _. Préposé à
l' Agriculture, Bruno Le Maire, quant à lui. a « utilisé (sa] voi·
ture personneUe, une Audi '", pour se dans les Pyrénées.
C' est juste pour gagner du temps que les Sarkozy ne sonl pas
partis pour le Maroc à vélo!
L
e

C
a
n
a
r
d

E
n
c
h
a
î
n
é

d
u

1
6

f
é
v
r
i
e
r

2
0
1
1

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful