Pourquoi l'agriculture biodynamique plutôt que la culture transgénique ?

L'appellation « biodynamie » provient des mots grecs ''Bios'' (Vie) et ''Dunamis'' (Force.) Rudolf Steiner, philosophe, naturaliste, spiritualiste, écrivain, conférencier et scientifique autrichien, fonda le mouvement biodynamique en 1924. Quelques agriculteurs qui côtoyaient M.Steiner, lui avaient demandés s'il ne voyait pas une solution pour contrer la baisse de la qualité des aliments et des semences. Selon lui, le problème était entre autre que '' les substances de synthèse chimiques épuisaient les sols et détruisaient la vie microbiotique nécessaire à la transmission aux plantes des éléments fertilisants contenus dans l'air et la terre.'' C'est après mûres réflexions que Rudolf Steiner, le père de l'anthroposophie (science de l'esprit), donna lors d'une série de huit conférences (1924), les fondements de ''l'agriculture astrologique'' biodynamique. Certains qualifient cette agriculture de ''médecine pour la terre'' ou '' d'agriculture cosmique''. La certification Biodynamique Pour pratiquer la biodynamie, on a besoin de deux outils essentiels ; des préparations homéopathiques pour la terre à cultiver et un calendrier astronomique biodynamique. Tout d'abord, nous allons faire un bref survol de ce calendrier ''astro-biologique'' assez complexe que les cultivateurs biodynamiques doivent suivre à la lettre ou plutôt, à la date et heure. Les végétaux sont influencés par les rythmes et les positions planétaires. Par exemple, de la même façon qu'elle influence les marées, la lune exerce une force qui influence l'eau et la sève que contiennent les végétaux, dépendamment si elle est ascendante ou descendante, croissante ou décroissante, pleine ou non etc. Si c'est la pleine lune par exemple, les végétaux contiendront une plus grande proportion d’eau, une meilleure absorption de l'eau, ainsi qu'une augmentation de la germination et de la croissance. Le calendrier biodynamique suggère donc de semer 2 jours avant la pleine Lune. Les douze constellations de notre zodiaque sont divisées selon les quatre éléments ; Air (Verseau, Gémeaux ou Balance), Terre (Taureau, Vierge ou Capricorne), Eau (Poissons, Cancer ou Scorpion) et Feu (Bélier, Lion ou Sagittaire). Bref, les études biodynamiques démontrent que quand la lune est dans une constellation ''air'' c'est une période de floraison, dans une constellation ''terre'', c'est les racines qui poussent principalement, dans la constellation ''eau'' la force vitale est concentrée dans la tige et le feuillage et finalement, quand l'astre lunaire est dans une constellation ''Feu'' il y a fructification, les fruits de la plante sont énergisés ou apparaissent. Selon la culture biodynamique, il y a donc des moments précis pour récolter des fruits (feu, tomates), d'autres pour semer, planter, s'il s'agit d'une salade, elle doit être récoltée dans la période ''feuillage'' (eau), les carottes sont plus volumineuses si elles ont étés plantées dans une journée ''terre'' (racines). Un légume dont on mange que la fleur (brocoli) est plus savoureux et volumineux si ce dernier a été planté et récolté dans une période ''air'' etc. Les agriculteurs qui pratiquent la biodynamie ne poinçonnent pas en arrivant et en quittant le boulot, ils ne se limitent pas à un quart de travail de 8h-4h comme la plupart des manufactures agricoles. Le ciel, les éléments et le calendrier biodynamique sont les seuls patrons qui décident de leurs horaires. Il y a plusieurs autres complexités, principes et précisions en rapport avec le calendrier biodynamique, ceci n'était qu'un survol. Voir les liens au bas de la page pour commander ou consulter des exemples de ces calendriers.

1

L'autre outil indispensable des agriculteurs biodynamiques est la panoplie de préparations d'herbes médicinales et de médicaments homéopathiques pour que le sol soit équilibré, durable et énergisé. On mélange ces préparations au compost avant de l'étendre sur les champs. Chaque type de sol a une préparation homéopathique qui lui convient. Les agriculteurs biodynamiques pratiquent parfois même des rituels naturels ''quasi-magiques''. La préparation 500 par exemple, on l'obtient en remplissant des cornes de vaches qui ont déjà eu un veau avec de la ''bouse de vache'', et on les enterre à l'automne. Au printemps, quand on les déterre, on mélange la ''terre noire'' des cornes à 12 litres d'eau de pluie, (en tournant 1 heure à l'aide d'un bâton dans le sens horaire, puis anti-horaire), pour ensuite arroser les champs avec l'eau devenu biodynamique. Rudolf Steiner expliqua que cette préparation ramena la vie à la terre au printemps et créait un humus fertile et vivifiant pour la période des semences, puisque la corne était restée en contact avec l'énergie subtil du sol pendant tout l'hiver. Les autres préparations sont des plantes médicinales que l'on mélange au compost. Quelques exemples; Achillée millefeuille (préparation 502) joue un rôle particulier dans la mobilité du soufre et de la potasse. Camomille (503) liée au métabolisme du calcium, elle régularise les processus de l'azote. Ortie (504) en rapport avec l'azote et le fer, elle renforce l'influence des deux premières préparations, donne au compost et au sol une sensibilité, une sorte de "raison" et favorise une bonne humification. Écorce de chêne (505) elle a un rapport avec le calcium et régularise les maladies des plantes dues a des phénomènes de prolifération et d'exubérance. Pissenlit (506) joue, un rôle important au niveau de l'acide silicique. Valériane (préparation 507) aide à la mobilité du phosphore dans les sols et forme une sorte de manteau de chaleur protecteur autour du compost. Voir les liens au bas de la page pour commander ces préparations (Europe), ou au Québec, contactez Diane Gauthier ou Maude Morin, co-propriétaires de la ferme biodynamique ''la Butte magique'' située à St-Faustin. Plusieurs autres techniques composent l'agriculture biodynamique tel l'introduction volontaire mais contrôlée d'organismes et insectes spécifiques dans les champs, ces derniers ayant le rôle naturel de maîtriser les ravageurs nuisibles. Les autres techniques ressemblent à ceux utilisées en agriculture ''biologique''. (Énoncées plus bas.) La biodynamie ne s'arrête pas à ces outils, il faudrait lire le livre '' Agriculture Fondements spirituels de la méthode Bio-dynamique'' (Cours aux agriculteurs) par Rudolf Steiner, 320 pages, 7 planches en couleurs. Éditions Anthroposophiques Romandes. Ce livre clé, qui regroupe les huit conférences de Steiner dont je parlais au début de l'article, est malheureusement difficile à trouver. Dans plus de 50 pays maintenant, des groupes d'agriculteurs biodynamiques ont adhérés aux règles et principes stricts de la ''méthode Steiner.'' Ces règles permettent aux agriculteurs qui pratiquent biodynamie de voir leurs récoltes ''certifiés'', avant qu'elles puissent être commercialisées sous forme de produits authentiques biodynamiques. Ces règles de certification sont régies par la certification biodynamique ''DEMETER''. Le mot DEMETER est le nom de la déesse grecque de l'agriculture et a été emprunté vers la fin des années 20 par un groupe d'agriculteurs biodynamiques européens pour représenter leurs produits au marché. La mythologie de DEMETER remonte à l'ancienne Égypte. La racine du mot DEMETER est "Da Meter" (La Mère, Terre, GAIA.) L'Association de biodynamie du Québec, compte près de 300 membres actuellement, mais seulement qu'une vingtaine d'entre eux sont des agriculteurs certifiés DEMETER. Les agriculteurs biodynamiques optent pour la qualité et non la quantité. La plupart ont déjà vendus leurs récoltes avant de les récolter à des amis et des particuliers, ou ils exportent de petites quantités dans le nord des États-Unis, là ou plusieurs amateurs d'aliments biodynamiques paient de bons prix. La certification Biologique 2

Les aliments ''Bio'' ne sont pas une nouvelle tendance, ils existent depuis les débuts de l'agriculture, soit il y a quelques 10 000 ans. En fait, les termes ''agriculture biologique'' ou ''manger Bio'' sont apparus avec l'ère industrielle, à l'époque où l'agriculture a pris un virage en faveur de l'utilisation de produits synthétiques (engrais et pesticides chimiques.) Selon des statistiques de l'OCIA (Organic Crop Improvement Association), l'une des plus importantes agences de certification biologique au monde; ''Depuis une dizaine d'années le bio connaît un essor spectaculaire, soit une croissance de la demande d'environ 20% par année.'' Quelques chiffres pour quelques pays (Source: ProNatura Magazine) : -Ventes mondiales d'aliments bio (approximatif) : États-Unis : 8 milliards$, Allemagne : 2,1 milliards$, Royaume-Uni : 1 milliard$, Italie : 1 milliard$, France : 850 millions$ et la Suisse : 450 millions$. -Nombres d'hectares bio cultivés (approximatif) : Turquie : 18 000, Russie : 9 860, Chine : 8 500, Tunisie : 8 000, Ouganda : 5250, Japon : 5 100, Israël : 4 200, Égypte : 2 700, Inde : 1 700 et le Cameroun : 700. La culture biologique, malheureusement plus pratiquée et consommée que la biodynamique, reste néanmoins une méthode de culture conforme au développement durable qui a beaucoup de points en commun avec l’agriculture biodynamique ; Absence totale d'OGM, d’engrais ou de pesticides chimiques, le contrôle des parasites nuisible par l'ajout de prédateurs naturels dans les champs, la rotation des cultures, le recours à des tracteurs légers ou à des chevaux pour ne pas tasser la terre et l'utilisation de composts de fumier et de purins végétaux. Les aliments bio sont aussi très concentrés en nutriments. Au Québec, la plupart des véritables agriculteurs bio sont certifiés par soit OCIA ou Québec Vrai, exigez ces étiquettes! ''OGM'' ; l'antonyme de ''BIO'' Cet article fait suite à l'article sur Upperworld ''La mafia médicale et son ''assurance maladie'' ne nous assure pas la santé mais la maladie.'' Une médecine efficace est une médecine de prévention et l'un des meilleurs moyens de rester en santé parfaite, de prévenir la maladie, est une bonne nutrition. Évidemment, la nutrition végétalienne est fondamentale mais cela ne suffit plus aujourd'hui. Ceux qui ont adoptés une diète à base de végétal, doivent faire face au problème contemporain des OGM (Organismes Génétiquement Modifiés.) Monsanto et Novartis, les auteurs de la semence transgénique, ont crés celle-ci pour ''remédier'' aux dommages qu'ont causés les pesticides, les insecticides et les engrais chimiques, à la santé et à l'environnement, enrayant du même coup l'invasion des insectes nuisibles dans les cultures. Et ce, sans savoir (ou en sachant) que ses ''super semences'' génétiquement croisées avec des gènes de poissons, scorpions, grenouilles, méduses etc, engendrerait : • L'apparition de super mauvaises herbes qui vont nécessiter l'utilisation de produits chimiques encore plus toxiques pour les maîtriser. • La disparition des abeilles, coccinelles, papillons monarques, oiseaux, amphibiens et autres insectes et micro-organismes utiles qui ont le rôle de maîtriser les ravageurs tout en réduisant le recours aux produits chimiques.

3

les résultats ne sont pas plus en votre faveur. l'institut Rowett congédia le Dr.) • De nouvelles allergies (incident du maïs Starlink. Même pour ceux qui croient en la barbare expérimentation animale. des troubles intestinaux. Rappelez-vous la controverse du 14 Août 1998. Quelques années plus tard il a noté que 125 rats nourris avec des pommes de terres transgéniques avaient une dizaine de jours après l'ingestion. une atrophie du foie et un retard dans le développement du cerveau. Pusztai. jour où le biochimiste hongrois Arpad Pusztai a été congédié par l'institut Rowett. En 1995. mais aussi pour empêcher les recherches scientifiques sur les effets néfastes à court ou long termes des OGM sur la santé et l'environnement. (Il y a des gènes résistants aux antibiotiques dans les semences transgéniques.6 millions de livres pour conduire à l'Institut Rowett en Ecosse. Ils lui interdire de divulguer quelconques résultats provenant des recherches de Rowett. voir même leurs survies. une recherche sur les dangers des OGM pour la santé humaine. Plus de 50 4 . Le jour suivant l'entrevue télévisée dans laquelle Arpad Pusztai divulgua les informations compromettantes pour la sécurité des géants du transgénique (Novartis et Monsanto). même s'il est prouvé que la plupart des résultats provenant de la vivisection ne veulent rien dire pour les humains. Même le Prince Charles avait fait une déclaration qui condamnait les OGM suite à cet incident. année de la découverte des OGM . • Risque pour notre santé (Les effets secondaires ne sont pas encore connus. et continue à déployer toutes leurs ressources pour non seulement garder les documents et résultats de recherches secrets .) Donc patients encore plus dépendants de la ''mafia médicale''. Il a aussi observé un affaiblissement du système immunitaire et de plusieurs organes internes. Ils ont détruits tout le matériel de laboratoire et les données informatiques en lien avec ses recherches. Vous pouvez aussi consulter un guide des produits avec ou sans OGM via ces liens. plus de 50 millions d'hectares de plants transgéniques ont étés cultivés. Arpad Pusztai obtint une subvention de 1. La méga-industrie de la manipulation génétique a tout fait depuis 1985. des testicules. • Etcetera? Voir les liens au bas de la page pour évaluer plus en détail les dangers des OGM pour la santé et l'environnement.• L'apparition de nouvelles espèces nuisibles. une stimulation anormale du pancréas. Jusqu'à aujourd'hui.) • La résistance des maladies aux antibiotiques. En 2001 seulement. • Une alimentation ''vide'' et faible en nutriments. • La monoculture et la perte de la biodiversité. de la prostate. les quelques tests ''légaux'' concernant les dangers des OGM pour la santé humaine ont étés effectués sur des animaux en laboratoires. • La contamination des cultures biologiques par la pollenisation croisée avec les plantes transgéniques compromettant la certification des produits biologiques.

ne détruisit d'aucune façon les rapports qu'il avait avec les différents cercles berlinois au sein desquels il avait exercé son activité. aboutirent à l'impression du livre « La Mystique à l'aurore des temps nouveaux et son rapport avec la conception moderne du monde » (Édition française sous le titre : Mystique et esprit moderne. Mais il appartenait à Rudolf Steiner de donner à ce mot sa véritable signification. pour la plupart. Ces deux œuvres appartiennent aujourd'hui encore à ce que l'on peut appeler « l'introduction à l'anthroposophie ». avait choisi le mot anthroposophie comme titre de son œuvre fondamentale sur l'esthétique. à Berlin. le 25 août. mais elles montrent également à quel point Rudolf Steiner s'appliqua à placer son étude à l'opposé de la théosophie orientale. il pouvait construire les bases de son œuvre future. il reçut une invitation à se rendre en septembre 1900 à la Bibliothèque théosophique du comte et de la comtesse Brockdorff. huit jours plus tard. (Fischbacher. Emmanuel Hermann Fichte. devant les mêmes auditeurs. Dans le cercle de « Ceux qui viennent » (« Die Kommenden »). Ces deux conférences le firent pénétrer au cœur du cercle d'auditeurs qui. finalement. il fit vingt-sept conférences qui.) Au même endroit. il employa le mot qui. Si certaines personnes entraient en rapport avec lui. « Personne ne pouvait douter que ce que j'apportais à la Société théosophique faisait partie de mes expériences de recherche clairvoyante personnelle. jusqu'à présent — ou l'Anthroposophie ». Robert Zimmermann. éd. il était cependant très souvent convié à faire des conférences et même des séries de conférences. Et lorsque. le professeur de Rudolf Steiner à l'Université de Vienne. il est impossible d'aborder adéquatement le monde des organismes en interdépendance à partir d'une perspective si étroite'' Rudolf Steiner. étaient des théosophes. Après la parution du Magazine de Littérature et celle de son livre sur Nietzsche. il traita de « la révélation secrète de Gœthe». Le tour s'est joué en secret. dans sa ligne personnelle. De la Théosophie à l'Anthroposophie La profession de foi que fut cette « Théosophie » telle que Rudolf Steiner voulait qu'elle fut conçue.végétaux sont déjà homologués. C'est là que. Pendant l'hiver 1900-1901. Rudolf Steiner avait trouvé un forum où. Rudolf Steiner passa tout d'abord par la Société théosophique. Car je le disais à tous en toute occasion. il fit jusqu'en avril 1903. le sévère et systématique théoricien de la beauté. Frédéric Nietzsche avait été délivré de ses souffrances. Son chemin spirituel avait commencé dans le silence peu de temps auparavant. vingt-sept conférences sur le thème : « De Zarathoustra à Nietzsche — Histoire de l'évolution de l'humanité — Les conceptions du monde depuis les premières époques orientales. résuma toutes les connaissances spirituelles qu'il enseigna : Anthroposophie. avec une réserve accrue. et que je fus choisi comme secrétaire général. plus tard. auquel je 5 . parce que j'avais à faire des conférences devant un public non théosophe. il fait vingt-cinq conférences qui furent éditées sous le titre « Le christianisme et les mystères de l'Antiquité ». Quelques semaines auparavant. avait déjà employé ce mot et décrit son contenu. aux côtés d'Annie Besant. mais jamais on ne réussira à privatiser la culture biodynamique. et en une quinzaine d'années seulement. pour prendre la parole à deux des soirées hebdomadaires réservées aux conférences. On tente actuellement de privatiser les fermes biologiques pour en faire eux aussi des ''champs industriels''. la section allemande de la Société théosophique fut fondée. sous nos yeux. et bien dans la ligne de la vie spirituelle de l' Europe en mettant en relief l'apport de l' Occident. Cependant. La première conférence lui fut dédiée. pour la première fois. pendant l'hiver 19011902. je dus quitter les réunions de fondation. fils de Jean Fichte. savoir : le christianisme. ''L'agriculture industrielle a été basée sur une science matérialiste qui s'est souciée d'une sphère très mince d'activité.

en l'homme Jésus de Nazareth. parfois radical. Je ne me soumis à aucun dogmatisme de secte. de ce qui provenait de la seule tradition occulte et qui n'ait été redécouvert par sa propre recherche. Annie Besant proclama que le jeune Krishnamurti était le Christ réincarné. considéré Jésus-Christ et l'événement du Golgotha comme le centre du devenir de la Terre et de l'histoire de l'humanité. conduisit à sa séparation définitive d'avec la Société théosophique indo-anglo-saxonne. Ce refus nous fit rejeter de la Société 6 . au cours des années postérieures à 1902. en 1886). Il me fut absolument impossible. sous le titre « Une anthroposophie ». l'une des personnalités dirigeantes me dit que dans mon livre « Mystique et esprit moderne ». et les enseignements de Rudolf Steiner. en qualité de présidente de la Société théosophique. qui rappelaient les aberrations du spiritisme. Un jour. Ces résultats furent admis par la Société théosophique. pour répandre cette absurdité. des formes historiques et dogmatiques de l'Église (souvenons-nous des entretiens de Vienne avec le professeur. à la direction de laquelle je n'avais pas la moindre influence. ne signifiait rien pour eux et ils ne le reconnurent pas. une auditrice se fit connaître. plus représentatifs de la conscience moderne.parlais du devenir spirituel de l'humanité. « Depuis 1906. du Christ. il n'y avait plus de raison pour qu'à rna manière je n'apporte au public théosophique — qui était alors le seul à accepter la connaissance spirituelle cette connaissance elle-même. Je n'avais. qui était sous ma direction. Au contraire. Elle s'appela « L'Étoile d'Orient ». Le destin voulut qu'elle prit en main. Père Guillaume Neumann. La différence essentielle qui. ainsi qu'à mes amis. des manifestations se produisirent au sein de la Société. il ne laissa pas la place à la moindre inexactitude. Pour se faire comprendre... l'avait envisagé.S. comme ils le désiraient et comme Annie Besant surtout. Annie Besant et H. Une société spéciale fut même créée au sein de la Société théosophique. Lorsque j'allai à Londres pour assister à un Congrès théosophique. tout en cherchant par la suite à la remplacer par les mots plus expressifs. A partir de cet instant. peu de temps après le début de mes conférences. la direction de la section allemande de la Société théosophique ». d'accepter les membres de cette « Étoile d'Orient » dans la section allemande. Ils voyaient. et m'obligèrent à insister toujours plus sur le fait que la section de cette Société. lorsqu'on prétendit qu'un jeune garçon hindou était la personnalité en laquelle le Christ était redescendu vivre sur Terre. C'était Marie de Sivers. la même sévère discipline que celle qui était de mise dans tous les autres domaines de la science occidentale. il exista une différence de principe entre la « théosophie » représentée par Helena Petrovna Blavatsky et Annie Besant. de la terminologie théosophique orientale. savait que ce que j'avais à dire sur le monde spirituel porterait ce titre. en effet. Rudolf Steiner ne faisait rien valoir. Steiner se servit cependant. Annie Besant ellemême. absolument rien. Cela me fit plaisir. la vraie théosophie était exprimée. Olscott. Le caractère unique de l'apparition sur Terre du Fils de Dieu. Dans cette investigation. Dès le premier jour de cette activité. bien qu'avec retenue. un idéal suprême qu'ils espéraient atteindre par une tolérante compréhension. Je demeurai un homme qui expliquait ce qu'il croyait pouvoir expliquer d'après ce qu'il expérimentait lui-même du monde de l'esprit. donné que les résultats de ma vision spirituelle. Cet aspect était totalement étranger à des théosophes comme Helena Petrovna Blavatsky. dans une synthèse générale de toutes les religions avec leurs vérités justifiées. était due à la position de Steiner par rapport au christianisme. tout au long de sa vie. Malgré son refus. Il exigea au contraire. tenant tant à la méthode qu'au contenu même de l'enseignement. il a. lors d'une conférence. n'avait strictement rien à voir avec ces choses. Ces manifestations atteignirent leur point culminant. en 1912-1913.

Si le Yogi avait voulu. nous avons les meilleures raisons de reconnaître et de priser les écrits sacrés de l ' Inde. ainsi que l'enseigne actuellement le physicien atomiste Jordan. Pour atteindre ce but. Cependant. lui. « L'Oriental a. il faut dire que Rudolf Steiner respectait au plus haut point la vérité contenue dans la sagesse originelle de l'Orient. alors qu'une force épanouie en Occident peut y parvenir. il aurait transformé sa connaissance de rêve en sommeil inconscient et se serait ainsi psychiquement enivré. se chercher dans le monde. Si l'Oriental des temps modernes trouve en sa vérité spirituelle la force de donner à la Maya (le monde des sens) une existence réelle. » Nous voyons donc que la séparation d'avec la Société théosophique est provoquée par un certain événement. ni la force ni la substance des œuvres principales d' Helena Petrovna Blavatsky : « Isis dévoilée » et « l'Enseignement secret » ne suffisent. et si l'Occidental trouve la vie en sa nature-vérité. et les chercheurs de ce siècle matérialiste ont été attirés vers ses voies. mais n'en attendait pas la solution des problèmes de l'Occident. fait l'expérience en lui du monde. Il lutte avec le contenu de ses vérités. Rudolf Steiner respectait l'Orient. L'Occidental parle du monde des idées comme d'une apparence en laquelle vit comme une ombre ce qu'il perçoit dans sa réalité pleine et entière. on ne le « prouve » pas. car la nature lui a déjà octroyé le sentiment personnel que l'Oriental ne possédait que comme en rêve. en laquelle vit à l'étroit l'esprit qu'il perçoit dans sa réalité pleine et entière en son âme. la véritable séparation intervint au moment « juste » : quand il fallut prendre parti pour ou contre le devenir de l'événement christique et sa signification unique pour l'humanité. elle eut lieu dès le premier instant d'activité commune. L'Oriental n'a pas le sens de la « preuve » ou de la « démonstration ». pensant à partir 7 . L'Oriental parla du monde sensible comme d'une apparence. jadis. de vaincre une civilisation où l'esprit du matérialisme scientifique donne le ton. mais représente le chemin du calvaire pour l'intellect humain. L'Occidental.théosophique en 1913. il faut bien réaliser que le Mouvement Théosophique avait son centre principal à Adyar. qui doit trouver sa résurrection. et aujourd'hui. Mais dans l'ensemble. Mais en réalité. dans la nature. Ce que l'on sait. Mais il était pénétré de l'idée que les trésors de la tradition asiatique n'ont pas le pouvoir. Nous. le Vedanta et bien d'autres. les Upanishads. Si l'Occidental voulait devenir Yogi. Ramakrishna. Ce qui fut pour l'Oriental la Maya sensible. Il contemple le contenu de ses vérités et par cette contemplation. près de Madras (Inde) et que ses sources d'enseignement étaient uniquement orientales.alors la compréhension complète naîtra entre l'Est et l'Ouest. La science moderne n'a pas le caractère d'une aberration de l'évolution de l'humanité. A ce point de vue. aujourd'hui. d'une profondeur. L'Occidental exige partout des preuves. Pour son époque. L'idéologie animique formulée par l'Occidental est pour l'Oriental vérité créatrice. est pour l'Occidental réalité en soi. et contemple l'esprit actif dans son idéologie . Sri Aurobindo ou Sarvepalli Radhakrishnan. elle a déjà indiqué certaines choses. D'autre part. Lao Tseu. « Occidentaux ». les connaît. Mais ces œuvres n'apportent pas davantage de solutions à nos problèmes que ne le font celles de Confucius. tels que la BhagavadGîtâ. il en perçoit l'écho. il faudrait qu'il développe un égoïsme raffiné. par ses sens. dans sa vie spirituelle. une tentation de ne pas poursuivre jusqu'au but final le chemin qui lui est dévolu. Que l'on songe à tous les systèmes de Yoga qui déferlent aujourd'hui sur l'Occident. donc sur la voie de se trouver dans le monde. d'une élévation indéniables. vivre sa Pâque par la spiritualisation de la pensée. comme l'Occidental. est au début de son expérience. la sagesse orientale présente un danger pour l'Européen. Il était devenu nécessaire de fonder une Société anthroposophique indépendante.

il me parut nécessaire d'avoir un journal. mais qu'il les considère pleinement et réellement éveillé. impulsion pour l'art et les sciences sociales. le collage des timbres et portions tous deux ensemble les numéros à la poste. Le titre fut donc changé en Lucifer-Gnosis. elles s'entrecoupent dans le temps. firent qu'il devint impossible à Steiner d'assurer régulièrement et en temps voulu la rédaction de ce périodique. mais a dirigé toute sa puissance de travail vers un seul but : l'Anthroposophie. de séparer le récit de ma vie. et surtout l'activité grandissante du conférencier. tandis que Marie de Sivers s'occupait de la correspondance. Mais ce que l'on « explique ». Sans relâche. A Berlin. durant les vingt années qui suivirent. les adresses. les rêves et ses vérités non démontrées. J'écrivais la plus importante partie de Lucifer. et cherche à les ancrer dans les âmes et les groupements humains. Au début. Car l'Oriental pourra alors accomplir des choses qui seraient impossibles à l'Occidental ». C'est pourquoi. Le nombre des abonnés s'accrut. Élaboration de l'anthroposophie (1902-1909). nous finissions nous-mêmes les emballages. en 1925. 3. C'est en 1908 qu'il parut. Marie de Sivers et moi. fut étoffé par l'adjonction du journal viennois Gnosis. Lorsqu'un numéro était terminé. L'art (1910-1916). n'avait naturellement aucun lien avec la puissance spirituelle que je décrivis plus tard sous le nom de Lucifer. nous ne pouvions travailler que dans les conditions les plus primitives. au bout du besoin de démonstration de l'Occidental. la 8 . Ce périodique. 2. le pôle opposé d'Ahriman. En 1918. Les fondations (1917-1923). mais il est facile de les discerner : 1.du reflet extérieur et les expliquant par lui. C'est là. qu'il résida jusqu'après la Première Guerre mondiale. dans une corbeille à linge ». actif spirituellement et physiquement. Le centre de son activité demeura à Berlin. Si l'Oriental trouve. L'une prépare la suivante. De la semaine de Noël 1923 à sa mort (1924-1925). il faut le « prouver ». ne put plus paraître. à cette époque. Ce nom.Ce fut en effet le cas. parce que le rédacteur avait tout simplement trop de travail. il fonda les Éditions Philosophiques-Théosophiques (plus tard PhilosophiquesAnthroposophiques). puis dans toute l'Europe. l'Oriental alors le comprendra. Et il arriva ce fait curieux. comme membre participant au travail d'élaboration des progrès de l'humanité. qu'un journal qui à chaque numéro recrutait de nouveaux abonnés. 17 Motzstrasse. « Dès la fondation de la Section allemande de la Société théosophique. c'est-à-dire de 1905 jusqu'à sa mort. il élabore l'anthroposophie. Le titre signifiait tout simplement " porteur de lumière" ». La direction des Éditions était entre les mains de Marie de Sivers. l'Occidental alors sera obligé de le saluer bien bas. Si l'Occidental délivre la vérité vivante de la nécessité d'une « démonstration ». dont le nombre d'abonnés augmentait rapidement. 4. science de l'esprit. Lucifer-Gnosis devint florissant. nous créâmes le journal mensuel Lucifer. Cette activité se développe selon quatre phases successives. de l'histoire du mouvement anthroposophique ». d'abord en Allemagne. Le surcroît de travail. L'Anthroposophie « Il sera difficile par la suite. C'est de là qu'il entreprit ses innombrables voyages. Marie de Sivers était associée à ce travail : « Tout cela a été possible parce que Marie de Sivers n'a pas seulement fait le sacrifice matériel de ses forces.

L'âme au monde des âmes. Par tous les moyens. ou l'aide personnelle. Cela ne l'empêche pas d'appartenir à trois formes d'existence : 1. sont déjà plus ou moins distinctes dans l'œuvre de Bruno. « On ne peut lire ce livre à la façon dont on lit habituellement à notre époque. comme dans les cycles de conférences. seul compte le monde des sens. ce qui fut ensuite exposé dans les œuvres anthroposophiques. vous cesserez votre vain discours ». Dans Lucifer et dans Lucifer-Gnosis. il expliquait pour la première fois. Rudolf Steiner sent l'aveuglement spirituel de son époque et croit profondément à la possibilité de la « guérison de l'aveugle ». Le corps. il cherche à « ouvrir les yeux » aux hommes de son époque. On ne peut penser le corps de l'homme isolément. « Cet enseignement suppose un sens intérieur entièrement nouveau qui nous révèle un monde inexistant pour les hommes ordinaires. doit être élaborée par le lecteur (extrait 9 . oui. Sa composition permet un aperçu de son contenu : o « L'essence de l'homme ». o « Le chemin de la connaissance ». 2. o « La réincarnation de l'esprit et la destinée (réincarnation et karma) ». et l'esprit individuel sans un monde spirituel. Pensons à un monde d'aveugles-nés. non seulement par le discours. Il n'arrête pas son discours. Vous leur parlez de quelque chose qui. et le monde des esprits lui paraît irréel. pour lesquels n'existent que les objets que leur toucher leur permet de connaître. Sa Théosophie est son premier essai direct. La Théosophie contient une explication de l'homme et du monde d'après la clé de la triade. âme et esprit de l'homme sont formés à partir des trois règnes fondamentaux du monde. Pour « l'aveugle en esprit » seul est réel. o « Les trois mondes (le physique. Le premier ouvrage que Rudolf Steiner destina au grand public se rattache à Fichte. chaque page. différenciés et nuancés. au monde des corps ou monde sensible. Cette Théosophie est écrite comme Introduction à la connaissance du monde suprasensible et à la définition de l'homme. Vous prendrez conscience alors de votre faute et puisque vous n'avez pas le pouvoir de leur ouvrir les yeux. D'une certaine manière. L'homme sain se conçoit comme une personnalité enfermée en elle-même. L'esprit au monde des esprits. Bien des pensées exprimées par Steiner dans son livre. Il ressent le monde des âmes comme un monde d'ombres. trop « avancée » semblait-il pour son temps. C'est pourquoi Rudolf Steiner décrit les trois domaines. est qu'ils vous en fassent part. telle l'idée des vies répétées. et ce qui peut arriver de mieux. 3. mais par le livre. pour eux. équivaut au néant. chacun avec ses particularités et les activités différentes qui les caractérisent. et que l'on ne connaît que par la vue. Les trois mondes sont dans et autour de l'homme. d'éveiller chez l'homme moderne le pouvoir de voyance de son esprit. la conférence. Corps.maison de Motzstrasse fut abandonnée pour Dornach. l'animique et le spirituel) ». Allez parmi eux et parlez-leur de couleurs et autres phénomènes qui n'existent que grâce à la lumière. sans le monde physique qui l'entoure. La première édition est « dédiée à l'esprit de Giordano Bruno » que l'Église condamna à mort en 1600 à cause de sa conception spirituelle du monde. de même l'âme subjective ne peut être pensée sans un monde animique objectif qui l'entoure. même chaque phrase.

tout cela dépend de ce que furent les actions de l'esprit lors de ses précédentes incarnations. Pendant la seule année 1924. n'est pas cité comme témoin. « Hypothèse » signifie. représente le lien entre les deux. Rudolf Steiner a donné. Le thème central du livre est le chapitre abordant « la réincarnation de l'esprit et la destinée ». l'enseignement le plus ancien de l'humanité qui règne encore largement sur tout l'Orient. étourdi et frivole. Le corps est soumis à la loi de l'hérédité. du monde des corps. la vie de l'âme. donc tout ce 10 . Qui a rencontré Steiner de son vivant a eu l'impression que la déclaration suivante était profondément et intimement justifiée : « Je ne parlerai jamais d'un phénomène spirituel que je ne le connaisse de la façon la plus directe. Et l'esprit est éternel — la naissance et la mort règnent selon les lois du monde physique.de la Préface). C'est seulement dans ce sens de l'expérience personnelle que les descriptions sont faites ». comprendra bientôt que la vie gagne en valeur et en signification réelles grâce au regard jeté dans un autre monde ». une multitude d'exemples. Tout au long de son action. une tendance à la légèreté d'esprit. En quelques pages. qu'il stigmatise les subtilités trop faciles sur les rapports entre les vies terrestres successives.. Rudolf Steiner dit son expérience personnelle. et sans faire appel au passé. devient dans une vie suivante. C'est avec ironie et gravité tout ensemble. a posé le problème sous forme de question. L'esprit qui se réincarne ramène son destin de ses incarnations précédentes. l'âme est soumise au destin qu'elle s'est forgée. dans la vie suivante. Même Lessing qui. Mais il existe certaines lois fondamentales pour ces expériences : « Celui qui ment beaucoup ou a un penchant. Le programme spirituel est résumé en ces phrases : La connaissance du monde et la définition de l'homme au sens steinerien sont associées. cette loi veut qu'il transporte les fruits d'une vie précédente. mais de celle que l'on peut faire dans ce domaine. Ceci est mon étoile polaire (guide) et m'a aidé à dépasser et à me détourner de toutes les illusions ». qui cherche à sortir du monde des sens. il a plus de soixante fois tenu ses « considérations sur le karma ». le premier du monde moderne. au contraire. Celui qui n'a d'intérêt que pour le monde sensible. la dernière où son état de santé lui permit de faire encore des conférences. les désirs qu'elle aura. déterminée par le destin. qui est l' œuvre propre de l'homme. Ce destin. La connaissance du monde vue comme une activité de la curiosité intellectuelle est sans intérêt pour l'acquisition de la notion essentielle de la définition de l'homme. Mais cette vie dans le présent n'est pas indépendante de la vie précédente. c'est le karma. à l'appui de cet enseignement. Un « réalisme spirituel ». dans son ouvrage L'Éducation du genre humain. selon Steiner. Ce destin détermine la vie. est exprimé selon les formes de la pensée occidentale.. la façon dont nous pensons. L'âme vit dans l'actualité. les joies. tiendra cette description pour une fantasmagorie. les peines qu'elle éprouvera. sur des subtilités intellectuelles. Celui. et par une expérience spirituelle. qu'il n'est rien indiqué qui ne soit réalité vécue. Les impressions de l'âme. Il n'accepta que les expériences spirituelles sérieuses pour la recherche de certains aspects de vies terrestres antérieures — et même ceux-là ne furent transposés d'une existence à l'autre qu'avec la plus grande circonspection. pendant le cours d'une vie humaine ». sans s'appuyer sur aucune autorité historique « L'esprit de l'homme doit toujours et toujours se réincarner. La description de certaines parties du monde suprasensible doit être faite dans ce livre. car ce que nous pensons. c'est ainsi qu'on pourrait appeler le but de cette conception du monde : «L'auteur de ce livre ne décrit rien dont il ne puisse fournir une preuve tirée de l'expérience. Ces exposés contiennent souvent l'affirmation qu'il ne voulait pas baser les rapports entre les vies successives.

il est possible par l'éducation et l'éducation de soimême. Ce livre a maintenant redonné l'enseignement antique. donc à l'humanité. de même notre époque est mûre pour apporter à la conscience humaine. c'est un corps mort. Leur substance forme relation entre les éléments chimiques de la silice et de l'oxygène. c'est un être vivant dans le temps qui se développe selon un processus à phases « successives » : germe. à l'opposé. d'après sa substance. crée une disposition naturelle à la folie et à une vie animique en sommeil dans la troisième incarnation. l'homme a la possibilité et la liberté de régulariser le torrent des nécessités de son destin. D'un amour altruiste naît la joie. 11 . Le cristal représente le monde minéral et. de la haine et de l'antipathie. D'après son essence. appartenant à Christian Morgenstern. abandonné.) existe depuis fort longtemps mais a dû être. et en les plaçant l'un à côté de l'autre. est en rapport avec la christologie. Deux mille ans après le Christ.. que nous aimerions résumer ici. le voici présenté d'une autre manière et avec un sens tout différent. Au cours de sa vie. centre de l'anthroposophie. ainsi. Trois degrés conduisent de la nature à l'homme : • Minéral • Végétal • Animal Ces trois règnes naturels sont les trois aspects visibles des trois sphères d'existence auxquelles l'homme appartient. acceptable pour la conscience moderne. quelques phrases dont l'écho est le même : « L'enseignement de la réincarnation (. élève de Rudolf Steiner. le karma est soumis à des nécessités d'airain. Rudolf Steiner est convaincu que cette idée peut donner un sens et un but à la vie de l'Occidental. de régulariser. naît la souffrance qui. De même qu'un fleuve a son lit naturel. Cet enseignement va à nouveau féconder l'humanité. La rose représente le règne végétal. Mais. et celle-ci se transforme dans la troisième incarnation. Rudolf Steiner décrit pour la première fois. Pensons maintenant en même temps. et possède également un corps spatial bien que de forme changeante. « Une certaine époque a mûri suffisamment pour admettre la conception du monde de Copernic. l'éclairer. Toute la civilisation européenne revient à ce « laissé-pour-compte ». fruit. et c'est un bienfait sans égal. de soigner. elle est organisée selon les lois de la physique (hexagone à six arêtes).qui est intérieur et caché dans notre être. Dans ce sens. Rudolf Steiner donna beaucoup de ces exemples montrant que ce qui est germe dans une vie. On a retrouvé dans un carnet de notes de 1911. en penchant naturel d'un cœur ouvert. de son côté. à : • un cristal de roche • une rose épanouie • un cerf effarouché Laissons ces trois êtres naturels agir sur nous comme des phénomènes purs. formera notre comportement extérieur dans une prochaine incarnation ». que l'homme peut régulariser en prenant les mesures adéquates. fleur. II est constitué de parties qui existent « les unes à côté des autres ». l'enseignement de la réincarnation et du karma ». » Dans son livre Théosophie. deviendra nécessairement fruit dans la vie suivante. Il peut donc rentrer dans le cycle évolutif de l'Occident. pendant un certain temps. Le cerf appartient comme tout animal aux trois sphères. l'entité de l'homme et ses quatre membres. tige.. la délivrer. Cet enseignement relatif à la réincarnation et au karma.

En troisième lieu. il se développe dans le temps : embryon. Penchants aux illusions 12 . ou d'un Jacob Boehme. organisatrices. Dans son livre Théosophie. travaillant à purifier les membres inférieurs de sa nature les transforme. de digestion. voulant. Cette âme. la sensation du plaisir et de la douleur. l'homme est apparenté à l'animal. les images fallacieuses de toutes sortes issues de la réalité. L'expression corps astral est sans doute inhabituelle pour désigner l'âme. un savant au sens ou R.. Le Moi humain. de reproduction. Ce deuxième membre qui est ce qu' Aristote nomme « l'âme végétative ». Le savant qui veut arriver à avoir. c'est-à-dire éthérique. Il faut acquérir la faculté de différencier de la même manière les illusions. et trois nouveaux états ou degrés sont franchis. des expériences objectives. de l'âme et de l'esprit. les hallucinations. Car un corps astral. devient cadavre. Ce chemin constitue un début. les instincts. dont la possession le distingue des autres règnes naturels et lui permet de se sentir un « esprit parmi les esprits ». Comme être de convoitise. C'est pour tenir compte du rapport qui existe entre la vie animique humaine et animale et les influences astrales (la partie justifiée de l'astrologie) que Steiner a maintenu cette appellation qui vient de la « mystique ». il existe un quatrième membre. doit-il se plier à une discipline et pratiquer une méthode. mais combien plus encore. mais suprasensible. La dernière partie de Théosophie est intitulée « Chemin de la connaissance ». qui conduisent au-delà du Moi et nous relient au divin. On remarque que l'organisation de l'être de l'homme selon quatre membres ne contredit pas la trinité du corps. susceptible de croissance. pour rester sain d'esprit. c'est. est le Moi. etc. Étant donné que l'homme possède un corps qui. est non sensible.. pour acquérir l'objectivité spirituelle. Lorsque l'on veut fonder sa propre conception du monde sur des perceptions spirituelles. dans la sphère où se déroule son existence. il possède un corps spatial. c'est le Moi. biche. sur le chemin des membres supérieurs. C'est une différenciation du corps composé d'une partie prise au règne minéral terrestre et qui y retourne par la mort. et sa vie est limitée par la conception et la mort. Comme la plante. • « Âme d'entendement (ou de raison) » • « Âme de conscience ». il faut être certain que ces perceptions n'ont pas seulement un caractère subjectif. et d'une partie vivante qui. R. pour qui ignore les œuvres d'un Paracelse. selon son essence même. est appelé « corps éthérique ». est le « corps astral ». Steiner l'entend. un corps soumis aux astres. Le quatrième membre grâce auquel l'homme devient homme. dans son domaine. qui peut agir en pensant. en tout cas. ce système de forces formatrices. Étant un être vivant dans le temps. Rudolf Steiner donne à ce sujet une description plus complète des aspects de l'âme humaine au sein du corps astral. Chez l'homme. sentant. qui ressent plaisir et douleur. un point de départ sans la connaissance duquel tout le reste s'évapore en fumées. Ce membre. stricto sensu. il appartient au monde minéral. Steiner l'appelle le « corps physique ». d'assimilation. qui à la fin de sa vie est rejeté sous forme de cadavre. aussi bien que le ferait un homme qui ne croit qu'au monde des sens et n'a besoin que de lui. il ressemble à la plante.Comme le minéral. il possède une faculté étrangère à la plante et au minéral : le désir. plus « animale » au sens d'Aristote. à la mort. II propose la gradation suivante : • « Corps astral inférieur (lié aux désirs de nourriture et de reproduction) » • « Âme de sensation ». doit déjà s'y être préparé en se soumettant avec discipline aux méthodes de base. faon.

plus elle est spirituellement puissante et plus elle se perçoit elle-même consciemment. dans toutes les véritables écoles « occultes » du passé. ne pouvait pas la retrouver dans le monde perçu. dont le premier parut en 1904. L'activité de la pensée déliée. demeure Maya. par la suite. monde d'apparences. La Philosophie de la Liberté La « Philosophie de la liberté » contient déjà. reculent au cours de sa vie. C'est pourquoi : Parler des limites de la connaissance n'avait pas de sens pour moi. et d'autre part. autosuggestion. est un processus organique du monde spirituel. d'édifier une science de l'esprit qui se sert des méthodes strictement scientifiques mais en choisissant comme objet d'étude et de connaissance. Le monde des sens. tout ce que Rudolf Steiner a. au nombre et au poids ». le monde sensible. Le monde sensible n'exprime jamais toute la vérité. publié et développé sous le nom d'« anthroposophie ». la « transfiguration » de l'âme humaine. et donc. Lorsque quelqu'un parlait des limites de la connaissance. comme phénomène spirituel. par l'acte de connaissance. Par cet additif. le cadre d'une monographie. avaient été décrétées à jamais infranchissables. se heurte à des limites. télescope et autres appareils. Il s'agit pour lui. de loin. plus elle est créatrice. partie d'un monde. accessible aux sens physiques et à leurs « prolongements » comme le microscope. avant qu'il puisse être question d'une « illumination ». d'une part. La philosophie de la Liberté porte le sous-titre : « Résultats d'une observation de l'âme d'après une méthode scientifique ». se développant sous forme d'activité spirituelle. le sentier de la connaissance passait par la « purification ». utopies et rêveries extatiques de toutes sortes doivent être tirées au clair et dominées. Steiner fut mené contre le dogme de la limitation de la connaissance humaine. il faut risquer cette entreprise et esquisser les lignes principales de cette théorie de la connaissance. La réfutation de la théorie de la limitation de la connaissance par l'exposé de mon point de vue personnel fut mon souci primordial. Retrouver le contenu de l'esprit dans le monde perçu par l'expérience de l'âme était pour moi connaissance. La pensée libérée des sens. Les limites de la connaissance. chez un enfant. Immédiatement après la parution du livre Théosophie. quant à la pensée pure. Il fit en effet l'expérience en sa propre pensée. essayer d'expliquer le contenu de cet ouvrage dépasse. œuvre qui occupa le centre de la vie de Rudolf Steiner. depuis Kant et la théorie de la connaissance du XIXè siècle. Rudolf Steiner se tourna vers un autre thème important. C'est pourquoi. enracinée dans les profondeurs spirituelles de l'existence. les soumettant à la même méthode d'observation. Plus cette pensée est intense. le premier désir de Rudolf Steiner est clairement exprimé. C'est pourquoi. Malgré tout. du dépassement de cette limite que l'intellect a élevée lui-même par son lien volontaire avec tout ce qui est accessible grâce à « la mesure. jusqu'à la totalité de la vérité. Dans des essais. indépendante de la perception sensorielle. à certains moments. au fur et à 13 .sur soi-même. j'y voyais la confirmation du fait qu'il ne pouvait pas éprouver en lui la vérité réelle. L'âme qui possède la pensée libérée des sens vit dans l'essence même du monde et y déploie son activité. Le premier combat de R. le monde suprasensible. Par cette pensée « libérée des sens » l'homme dépasse en esprit les limites qui. et apparaissant comme « pensée libérée des sens » a seule le pouvoir d'élever cette moitié du monde des sens. dans sa recherche. il publie le contenu du livre qui ne fut édité sous cette forme qu'en 1909 et porta le titre l 'Initiation. d'illusions aussi longtemps qu'on ne le pénètre pas par une conscience pensante. Il est concevable que toute individualité.

Tant que cette pensée n'est pas troublée par les nécessités des voeux. Notre entité. comment d'autre part. et surtout de l'investigateur suprasensible. Elles ne sont pas posées une fois pour toutes. en tant qu'individu n'est pas libre. C'est alors qu'il est un être libre. en sa totalité. La perception n'a rien de définitif. sous forme d'intuition morale. Rudolf Steiner n'emploie pas le mot perception pour la seule perception sensible. non pragmatiques que sont désirs. Le degré de liberté auquel l'homme peut atteindre. La synthèse de la perception et de la notion ne se réalise pas automatiquement. ainsi qu'à l'amélioration. « ce » qui provoque en lui certaines émotions. mais est amenée par l'activité pensante de la personnalité en laquelle se joue ce processus de pensée. C'est alors qu'il agit par lui-même. Je voulais démontrer comment celui qui refuse à la pensée libérée des sens. Non seulement lui. Mais cette perception du monde selon toutes les nuances de l'existence corporelle animique. L'autre face est l'idée. dépend par conséquent de la qualité de sa pensée. n'apporte encore aucune connaissance. spirituelle. On voit là le devoir qui incomba à Steiner. fonctionne de manière que. si l'homme agit sous l'action d'impulsions qu'il laisse se glisser en lui. instincts. lié de la manière la plus étroite avec le problème de la liberté humaine. Mais. il n'est pas libre. de l'autre côté. essentiellement. 14 . pensée purifiée? La purification de tous les facteurs négatifs. Ce qui est spirituel en lui n'agit que lorsqu'il trouve l'impulsion de son action dans le domaine de la pensée libérée des sens. Celle-ci se développe sur deux plans : celui de la perception et celui de la pensée. du sentiment. sans discerner sa pensée. qu'il fasse régner en son âme. Perception et notion d'un objet font tout l'objet. mais suivent l'évolution de l'individualité. Celle-ci n'apparaît que si. de la sensation. mais aussi. au cours du processus de connaissance. à l'affinement du pouvoir de perception. la réalité d'une pure spiritualité en l'homme. la même objectivité que celle qui est demandée au savant lors de ses expériences. émotions. d'exclusif. de la sensibilité. impurs. désirs. la pensée purifiée de tous les éléments non spirituels vient à sa rencontre.mesure que sa personnalité se développe. mais elle est l'une des faces de la vérité totale. cette synthèse se fait dans la liberté. Il laisse agir le non-spirituel. Le chercheur doit réagir aux expériences de perception réalisées dans le champ de la subjectivité. Les expériences de l'âme. les éléments de la vérité viennent des deux côtés nécessaires à l'observation : perception et pensée. en même temps. servent d'organes de perception comme l'œil ou l'oreille. avec autant d'objectivité que devant les rapports et les résultats des expériences scientifiques faites grâce aux appareils de laboratoire. ne peut d'aucune manière arriver à la notion de liberté. Donc le progrès de la connaissance est lié à la discipline. bien que celle-ci soit à la base même de son acte. tirant son action et les mobiles de son action de sa libre entité. Celui qui ne peut s'observer lui-même à l'aide de la pensée telle que l'a caractérisée R. pour chaque objet. rien d'autre n'agit à sa place. penchants. participent de la perception. à l'élargissement. passions. cette même notion est immédiatement accessible à qui admet la réalité de la pensée libérée des sens. Comment faut-il comprendre. devoir de vaincre les limites de la connaissance. La connaissance résulte de l'interprétation de ce qui a été perçu par l'activité pensante formatrice de notions et d'idées. passions et illusions de toutes sortes. Le fait que les objets soient donnés sans les notions qui les expliquent tient à notre organisation spirituelle et non aux objets. On doit exiger de tout chercheur.

j'avais plus de trente-six ans. II faut le remercier de ses efforts dénués d'égoïsme. qui assurent à Gœthe. et il peut encore moins suivre sa « philosophie de la liberté » . Par contre. La liberté s'exerce dans la Volonté. On la reconnaît dans la Pensée. si je saisis les représentations qu'un autre a introduits en mon être. » Rudolf Steiner. C'est la source de toute action de l'esprit libre. bases de l'action. l écrivit au même moment L'Introduction aux œuvres de Schopenhauer (1894-1895) et de Jean-Paul (1897) qui furent éditées dans « La bibliothèque de la Littérature mondiale de Cotta » . aurait dû être satisfait de cet « écho » bien que sa position personnelle dans le cercle des « officiels » de Weimar n'ait été ni remarquée ni comprise. C'est pourquoi il n'y a que les hommes qui possèdent la fantaisie morale. Rudolf Steiner exigea comme postulat à la compréhension de son « anthroposophie ». Un être libre doit pouvoir vouloir ce que lui-même tient pour juste. a suscité l'accord de tous les connaisseurs. A la fin de l'époque de Weimar. sont moralement improductifs. Je ne deviens libre que si je produis moi-même ces représentations. Être libre signifie : pouvoir déterminer par soi-même. Lorsqu'en 1897. je sentis que ce changement n'était 15 . En ce qui concerne cette œuvre fondamentale. L'homme est spirituellement actif lorsqu'il s'anime intérieurement par l'observation dans le royaume de l'esprit déployant ainsi la fantaisie morale qu'il a créée lui-même. l'homme atteint le domaine moral/idéal qui est aussi concret quant aux pensées et aux idées.soit un processus mécanique. une pensée vivante et non une pensée morte. qui sont moralement productifs. On comprendra peut-être pourquoi. un changement profond avait commencé en moi. Il a donné.détermine mes représentations morales. Elle est vécue dans le Sentiment. que le monde physique avec ses tables et ses chaises. soit un dieu extraterrestre exclusif . Rudolf Steiner écrit dans son autobiographie : Ma philosophie de la liberté est basée sur une expérience résultant du travail de la conscience humaine sur elle-même. l'annuaire de la Société Gœthe condensa la reconnaissance officielle de son activité aux archives de Gœthe et Schiller. sous la forme ordonnée d'une construction unitive. Cette période de la vie de Rudolf Steiner se termina par le livre : Gœthe et sa conception du monde. Mais pour atteindre ce triple aspect de la liberté. dont nous n'avons pu ici donner que de bien insuffisantes indications. ne pouvant aucunement remplacer l'étude de ce livre. La liberté est impossible si quelque chose qui m'est totalement extérieur . il ne faut pas que la vie se perde dans la pensée.Steiner. Le rang d'un homme est déterminé par l'élévation et la puissance de cette qualité que Rudolf Steiner appelle la « fantaisie morale ». Depuis un an déjà. par ces mots : « Ce qui a été fait ici. et en ressentir l'activité intérieure. une valeur plus grande et plus universelle. les représentations. grâce à la fantaisie morale. ceux qui prêchent la morale. ne peut même pas se représenter cette activité intérieure totalement libérée des sens. Steiner part du domaine de la pensée libérée des sens comme donnée d'expérience. Par cette pensée. il quitta Weimar. et non si j'accomplis les mouvements. avec ses trente-six ans. une foule d'indications originales. homme de science. par un travail en commun utile et une activité critique positive et productive. et ceux qui fabriquent des règles de morale sans pouvoir les renforcer par des représentations concrètes. toute sa vie. Avec mon départ de Weimar.

que R. dans le monde sensible. sachant qu'il va et vient avec une liberté souveraine entre le monde intérieur et le monde extérieur. J'évitais scrupuleusement de critiquer les actions des hommes ou de les juger selon ma sympathie ou mon antipathie. Mon pouvoir d'observation des choses. devint exact et pénétrant. comme un paysage voilé de brumes. vivre dans le monde de l'esprit lui était tout à fait naturel et il y possédait une conscience parfaitement éveillée. Ce que possède aujourd'hui un jeune homme « moderne » qui a grandi dans le mouvement assourdissant d'une grande ville : le contrôle des sens. lentement et organiquement en chaque être humain pendant l'adolescence. Il en demeurait indépendant.. C'était comme si je n'avais pu insuffler l'expérience psychique assez profondément dans les organes sensibles pour pouvoir établir une relation entre ce que ceux-ci éprouvaient et le contenu de mon âme. Je me proposais d'observer tout à fait objectivement et de concevoir purement et librement ce qu'un être humain pouvait vivre. Ils mêlent instinctivement et continuellement. La vie de son âme en fut intensifiée et réagit sur les relations qu'il entretenait avec son prochain. Il demeura « longtemps en enfance » pour ce qui est de ses rapports avec le monde extérieur. Il me sembla bientôt que cette manière d'observer le monde conduisait réellement vers le spirituel. le monde sensible qui se déployait devant R. II se sent maintenant. Le contact avec le monde sensible par la perception. Steiner établissait avec le monde eut bien évidemment une répercussion sur son monde intérieur. des couleurs. s'éveilla en moi. Les voiles se déchirèrent et le monde extérieur se révéla avec tous ses contours et ses couleurs enluminées de soleil. ni du monde spirituel ni du monde physique. Une attention pour le sensible/perceptible qui n'existait pas auparavant. Steiner. c'est que ce phénomène se produisit beaucoup plus tard. ne pouvaient parvenir à aucune conception. des sons. L'exactitude et la pénétration par l'observation de ce qui tombait sous les sens furent. des expériences aussi intenses que celles qu'il pouvait faire dans le monde des idées et dans le monde spirituel. fut grande. » Il savait que ce « revirement » se passait de façon naturelle. expérience aussi nouvelle que de fouler un monde inconnu. aussi bien que pendant le temps passé à Vienne et à Weimar. tout ce que les choses disent à leurs sens et ce que l'âme ressent grâce à l'esprit dont elle se sert ensuite pour se faire une « représentation des choses ». Ce qui fut particulier à R. pourtant. le monde des formes. Steiner. et de son adolescence. lui apparut clair et compréhensible comme jamais encore il ne l'avait été. c'est cela justement. des êtres et des phénomènes du monde physique s'organisa. qui manqua tout d'abord à R. Le rapport nouveau. Steiner. pour moi. Il est difficile de s'imaginer cet état d'âme en pleine « transformation ». et pour la première fois. Steiner éprouva toujours la même difficulté à faire. mais il avait l'impression d'un rêve lorsqu'il pénétrait le monde sensible. impliqué dans l'univers tout entier. eut un aspect positif dont il fut pleinement conscient : Je compris que les hommes passant précocement d'un certain état d'âme existant pour eux dans le monde spirituel à un autre état de vie dans le physique. Tout au long de son enfance.pas affecté par la transformation de ma vie extérieure qui. Dans un temps relativement court. Le fait d'éprouver cette profonde transformation beaucoup plus tard qu'il n'est normal.. La réelle 16 . me créa les plus grandes difficultés. Mais cela commença à changer complètement dès le début de ma trente-sixième année. je voulais simplement laisser agir sur moi l'homme tel qu'il est.

Ils ont en vue le but final : la guérison du sol et de ses fruits. il la trouve dans l'expérience de la polarité et de l'équilibre de l'intérieur et de l'extérieur conçus selon le même état de conscience. car rien de comparable ne lui était arrivé jusqu'alors. les contraignirent à abandonner de telles recherches. principalement en Allemagne. de l'amendement des terres. notamment celle qui vise l'agriculture par exemple. et surtout de pouvoir nous faire des révélations aussi grandioses! — Je pense que ce que je peux faire. Il décrit ainsi ce nouvel état : Là est le monde et son énigme. Mais les énigmes (. les préalables indispensables à qui veut soigner et guérir les maladies du sol. Les connaissances paysannes de Rudolf Steiner remontent à sa première enfance. du travail des champs. parla devant des paysans et des propriétaires terriens. le mouvement est à nouveau très connu et se nomme « Méthode de culture biologique-dynamique » et ses produits portent le label « Demeter ». Les conseils pratiques de Rudolf Steiner n'ont rien de négatif. Je me disais aussi : le monde. furent perdues. » Pareil propos était vraiment caractéristique de Rudolf Steiner. Ce Steiner « rustique »sut aussi gagner la confiance des paysans qui sollicitaient ses conseils. de l'assolement. grâce à un grand nombre d'indications concrètes.. en dehors de l'homme.) La connaissance voudrait s'en approcher. Ils travaillèrent énormément les premières années. Les pensées amènent l'âme sur le chemin de la solution mais elles ne contiennent pas la solution. Il ne faudrait pas confondre cet aspect de l'anthroposophie. par engrais ou fumage. pour cette agriculture.. Mais le national-socialisme.. ressentirent un immense étonnement lorsqu'en juin 1924. des plantes. c'est à vos profondes connaissances philosophiques que vous devez tout cela. et exige l'interdiction des engrais chimiques. puis la Deuxième Guerre mondiale et ses suites. donc également des hommes. qui avaient passé leur vie dans les champs. il en fit également un aux agriculteurs. de l'élevage du bétail.. La Médecine (1920-1924) 17 . Aujourd'hui. conduisit certains horticulteurs et certains paysans sur une voie qu'ils suivent depuis lors. les impulsions reçues. immédiatement avant le cours qu'il faisait aux pédagoguessoignants.) ne se résolvent pas par des pensées. Un occultiste. Ce fut vraiment une nouveauté. Les auditeurs écoutaient un « initié » qui connaissait beaucoup plus sûrement les « réalités terrestres » qu'eux-mêmes. avec le bétail. un initié. Il répondait un jour à un auditeur enthousiaste qui. au fait que lorsque j'étais enfant. L'Agriculture Bio-Dynamique Tous ceux qui avaient suivi de loin la vie de Rudolf Steiner. Steiner. alors qu'il aidait ses parents à cultiver leur petit jardin. Ils formèrent un « cercle d'essais » pour traduire en actes.. et l'homme est lui-même la solution de cette énigme. (. j'ai appris à toujours nettoyer mes chaussures moi-même. s'appliqua à ne jamais parler en « théoricien » . est une énigme.. des animaux. Les aspects spirituels de la nature et les connaissances des rapports entre la Terre et le cosmos représentent. avec divers essais de réforme. l'énigme cosmique. Rudolf Steiner ici aussi. Bien des propriétés et des fermes d'Allemagne de l'Est. de l'exploitation forestière et du paysannat. lui faisait ainsi compliment : « Oui. Comme dans tous les autres domaines. mais elle veut en général donner à la solution de l'énigme un contenu de pensée. à la fin d'une conférence. qui avaient été entièrement transformées et adaptées à la nouvelle méthode de culture.« compréhension de la vie ». je le dois davantage.

L'humanisme qu'il avait élaboré depuis près de vingt ans comme professeur d'anthroposophie en constitua la base. L'accélération ou la décélération (le fonctionnement pléthorique ou le fonctionnement insuffisant) de l'un de ces systèmes provoque la maladie. La clinique d'Arlesheim fut la « mère » de ce mouvement médical. se sont tellement développés que depuis quarante ans que Rudolf Steiner est mort. « Il ne s'agit pas de s'opposer aux méthodes scientifiques reconnues de la médecine actuelle. dès le premier instant. il avait fait un exposé fondamental sur le rapport existant entre les fonctions de l'âme et les processus de la vie. Depuis quelques 18 . Après sa mort. des connaissances plus vastes découvertes par d'autres méthodes et c'est pourquoi nous avons le devoir de travailler à partir de ce monde et de cette connaissance élargis. Dans son livre « Les Énigmes de l'âme » (1917). Ces aspects généraux furent expliqués à l'aide de nombreux exemples et d'indications concrètes. Le système neurosensoriel. 2. Nous ajoutons seulement à ce que l'on peut savoir aujourd'hui sur l'homme par les méthodes scientifiques. en 1911. Le système métabolique (échanges nutrition-digestion-assimilation-excrétion. Cet exposé trouva son application dans le domaine physiologique. principal agent des perceptions sensibles et des facultés de représentation. C'est alors que les anthroposophes apprirent que Rudolf Steiner avait déjà fait un cycle de conférences à Prague. de 1920 à 1924. Rudolf Steiner donna aux médecins qui l'avaient sollicité. Les impulsions données par ce livre et les cours d'enseignement médical. A de rares exceptions près. Rudolf Steiner s'éleva avec force. il est par ailleurs le porteur de la vie des sentiments. que des médecins et des étudiants en médecine. Cette demande fut motivée par la crise de la médecine. il n'admit à ses cours. première directrice de la section médicale au Gœtheanum et fondatrice de la clinique d'Arlesheim.Peu de temps après la fondation de l'école Waldorf. et leur fonctionnement. sur la Physiologie occulte. entre ces deux pôles qu'il équilibre. contre le danger de dilettantisme qu'un intérêt grandissant pour les questions médicales pouvait faire naître chez les profanes. ses organes.. On ne comprend pas le « corps humain ». plus de mille médecins appliquent une « médecine anthroposophique » et un grand nombre de cliniques et de sanatoriums lui sont réservés. mais il faut avoir une connaissance nuancée de la façon dont les différents organes et les systèmes organiques participent à la vie de l'âme et à celle de l'esprit. à un élargissement simultané de l'art de guérir ». 3.. parut son livre « Diagnostic et thérapeutique d'après les connaissances de la science spirituelle » (1925) qu'il avait écrit en collaboration avec la doctoresse Ita Wegman. Nous admettons celle-ci dans ses principes et nous pensons que ce que nous avons donné ne peut être utilisé dans la pratique médicale que par des hommes possédant toutes les connaissances médicales et les diplômes reconnus. Parler en général de l'âme et de l'esprit ne mène pas bien loin. la possibilité d'établir un diagnostic anthroposophique des maladies et aussi des directives sur les méthodes thérapeutiques à utiliser. Le système respiratoire-circulatoire (circulation sang-cœur-poumons). et pour des raisons sérieuses. si on ne le considère en même temps comme l'expression de l’homme suprasensible. Il y était dit que la dynamique de l'organisme humain en bonne santé doit être comprise par l'étude de l'activité commune des trois systèmes organiques plus ou moins « autonomes » : 1. Rudolf Steiner fut prié d'apporter son concours pour une amélioration et une extension de la thérapeutique.). perceptible en tous lieux et sur tous les plans. la génération et le système des membres qui sont la base physiologique de la vie volontaire.

à qui nous devons la création. C'est à nouveau une impulsion extérieure qui lui en donna la possibilité. « Avant de faire des déclarations et d'émettre des affirmations sur ce qui concerne l'esprit. à la clinique d'Arlesheim. des enfants « psychiquement malades » furent conduits. toujours à Arlesheim. Ils fondèrent par la suite. naît directement et naturellement de l'anthroposophie. Pour les malades mentaux. un congrès médical se réunit à Combourg (Schwäbish Hall) où deux cents médecins se rencontrent. le premier Institut de pédagogie curative. à Buchenbach. C'est pourquoi il faut s'approcher de ces enfants malades avec un immense amour et une grande compréhension. Rudolf Steiner.. par le destin. Ce médicament porte le nom d' iscador. « Wiesneck ». Trois jeunes étudiants qui soignaient les déficients mentaux demandèrent des conseils à Rudolf Steiner.années. en Allemagne. la section médicale du Gœtheanum s'est également transformée. Il est fabriqué à partir de différentes sortes de gui (viscum album). qui ont aujourd'hui un important réseau international. qui avaient appris dans le détail tout ce qui concernait les maladies infantiles. Peu de temps après. Rudolf Steiner créa le mouvement de « pédagogie curative ». ont à lutter jour après jour. Qui aurait pu supposer alors. parmi leur clientèle. dans l'un de ses cours. Un programme d'études médicales spéciales est régulièrement poursuivi par les docteurs Kaelin et Leroi au sein de la « Société de recherche pour le cancer ». près de Fribourg-en-Brisgau. le Dr Hauschka créa à Eckwâlden près de Stuttgart la firme « Wala » où sont fabriqués à partir des sucs végétaux des produits diététiques fortifiants. étaient étonnés de la masse de connaissances détaillées qu'il possédait dans le domaine médical. pendant la vie post mortem. elles le font mûrir et lui apportent des forces neuves qu'il utilisera au cours d'une prochaine incarnation. pharmacien. » Rudolf Steiner n'a jamais été un « guérisseur ».. Elles permettent des expériences et des épreuves élaborées par l'individualité éternelle de l'homme. comme tous les autres médecins. s'adressant au groupe des premiers pédagogues soignants. Chaque année à Pâques. La Société est dirigée par des médecins qui. Le but de la société. le Dr Friedrich Huseman fonda une clinique spéciale. bien des malades doivent leur guérison à son action. et de façon aussi simple. Il faut citer ici le nom du Dr Schmiedel. mit en relief la volonté de sacrifice que nécessite la profession de pédagogue-soignant. De cette expérience naquit. Tous ceux qui le connurent pendant les dernières années de sa vie. qui les leur donna. avec le cancer. que de ces deux germes. 19 . Le destin (karma) a conduit les âmes de ces enfants vers des corps maladifs et malformés. un mouvement allait prendre naissance dont dépendent aujourd'hui plus de cent instituts qui soignent des milliers d'enfants? L'idée fondamentale de ce travail exigeant le plus grand sacrifice personnel. Des incarnations comme celles-là ne sont en aucun cas inutiles. le « Lauenstein » (1924). c'est l'étude d'un remède indiqué par Rudolf Steiner contre le cancer et le perfectionnement des méthodes d'utilisation et d'application. Les cours de médecine contenaient également de nombreuses indications sur une nouvelle fabrication et utilisation des remèdes. des fabriques de médicaments à Arlesheim et à Schwäbish-Gmünd (Weleda). Cependant. La Pédagogie Curative (1924) L'augmentation du nombre des enfants psychopathes à notre époque est indéniable et constitue un fait extrêmement grave. d'après ces données. l'institut « Sonnenhof » dirigé par la doctoresse Ita Wegman. Pour des raisons semblables. l'anthroposophie crée les méthodes qui le lui permettent ». près d’Iéna. En juin 1924.

Nous voyons à l'heure actuelle. se fasse une vaste redistribution de nos disciplines scientifiques. Par contre les anciennes disciplines scientifiques. devront être sorties de leur structure et seront à répartir selon d'autres critères afin que. comme on les nomme. Et bien-sûr (ceux qui ont les principes de bases de la science spirituelle seront d'accord avec moi) des implications dans l'évolution universelle et divine. Car la répartition que l'on a maintenant n'est absolument pas suffisante pour accéder à une vision du monde qui soit conforme à la réalité. mais au contraire. et ensuite encore en épistémologie.. » L'Anthroposophie et les Sciences L'esprit de Rudolf Steiner avait une telle ampleur universelle que beaucoup de domaines ont été abordés dans ses écrits et ses nombreuses conférences et notamment les Sciences. et dans ces catégories on trouvera réunies dans une discipline inédite des choses diverses qui sont actuellement traitées en zoologie.) Je dois à l'étude de l'humanisme. de la pédagogie curative de Rudolf Steiner. qui travaillent beaucoup dans les abstractions. L'aide que les enfants malades reçoivent là est si grande et le traitement produit des résultats si spectaculaires et si significatifs. De l'autre côté. je citerais des extraits de la première des conférences faites à Stuttgart du 1er au 18 janvier 1921 et tirés du livre «Science du Ciel . qui va de pair avec l'eurythmie curative. relève ainsi de la section médicale. Et notamment certaines matières scientifiques que l'on range actuellement sous certaines appellations. des idées décisives et fondamentales sur les problèmes posés par ces enfants. Puis d'extraits d'une allocution donnée le 8 août 1921 à Dornach et tirée du livre «Lumière et Matière» aux Éditions Anthroposophiques Romandes. (. l'humour de la vie! Le travail de pédagogie curative.Science de l'Homme» aux Éditions Anthroposophique Romandes. Mais un changement devra intervenir dans toute cette vie scientifique. sous peu.. écrivait : « J'ai pu examiner. que vous serez obligés. les hommes oubliaient les mondes spirituels et sombraient dans le matérialisme le plus total. 1er janvier 1921 : « .. un humour léger./. un véritable humour.. Trente-sept ans plus tard. Stuttgart. le Pr Jacob Lutz de l' Université de Zurich (1961). dans le sens où de tout autres catégories devront apparaître. Rudolf Steiner reprochait à juste titre aux sciences d'être matérialistes et d'avoir oublié les impulsions spirituelles qui sont à l'origine de tout. devront disparaître. les conséquences de tout ceci dans tous les domaines de l'existence. sans oublier notre planète elle-même. depuis des années. On se limite tout au plus à rediviser en spécialités les disciplines scientifiques existantes ainsi délimitées et à chercher pour ces spécialités différents «spécialistes». La clairvoyance atavique s'étant éteinte progressivement.La situation est telle que beaucoup de choses auront à changer dans un avenir relativement proche au sein de la dite vie scientifique. ce qui était fait dans les homes dont l'activité est basée sur l'anthroposophie de Rudolf Steiner.. disons aussi en physiologie. si celle-ci ne veut pas aboutir à une complète décadence. mais de celle de tous les êtres composant notre monde. Pour donner une petite idée du rapport de Rudolf Steiner avec les sciences. et que l'on fait pratiquer sous ces appellations par nos écoles habituelles. II faudra aussi qu’aient lieu 20 .Qu'est-ce qui est surtout nécessaire à l'éducation de ces enfants? Pas une lourdeur de plomb.. notre monde actuel adhère de façon si forte à cette répartition que les chaires d'enseignement sont tout simplement pourvues d'après cette répartition traditionnelle.. de vous y référer. traitant de la pédagogie curative anthroposophique dans son cours sur la « psychiatrie infantile ».... non seulement de l'existence humaine. en relation avec le traitement des enfants profondément déficients et des enfants atteints de traumatisme du cerveau. en quelque sorte.

nous avons une mathématique. Elles nous forment des mathématiciens. ce que nous appelons la science de l'esprit. parce que cela est devenu totalement étranger à l'homme actuel. mais en fait tous sont sans aucun rapport avec le monde. C'est là que doit agir. je dirais: aujourd'hui nous avons une astronomie. on prend comme base ce qu'on obtient à partir d'une science mathématique abstraite ou d'une science abstraite de la mécanique. Il est même extraordinairement difficile aujourd'hui d'indiquer la façon particulière dont on a pensé en astronomie. on distinguait une individualité de Jupiter. qui aujourd'hui ne se soucient pas de l'astronomie. à terme. nous avons une biologie. dans cette direction justement. ont en fait certains rapports avec une connaissance à caractère universel. tout simplement. 14è siècles encore. Voyez-vous. Et c'est pourquoi je voudrais montrer comment les disciplines les plus diverses. des mouvements et des forces. laquelle était tout à fait présente aux 13è. ce que nous appelons aujourd'hui « astronomie ». dirais-je. au sens spatial ici. Nous vivons seulement plus dans les représentations — et. prendre en compte ce fait qui est comme une nécessité pour notre époque. je dirais aux 13è. d'un certain point de vue. On calcule avec des distances. quelque chose de la biologie. on a pensé les choses de l'astronomie vraiment tout autrement qu'on le fait aujourd'hui. Pour cela sera bien sûr nécessaire une transformation de toute notre vie scientifique. dans le sens où les gens sont aujourd'hui «dressés» aux catégories scientifiques en vigueur et qu'ils ne trouvent que très difficilement le pont dont ils ont besoin pour arriver à une organisation de la matière scientifique qui soit conforme à la réalité. Ils ne savent rien faire d'autre que de travailler justement dans leurs disciplines étroitement limitées. Copernic. avec simplement les anciennes répartitions. nous avons une physique. Ils nous rendent le monde sans cesse plus abstrait. elles nous forment des philosophes. laquelle veut être quelque chose ayant un caractère d'universalité. nous n'avançons plus. dans la mesure où ils entrent en considération pour l'astronomie. Car. de sorte que. Cela rencontrera tout d'abord des difficultés. et pour qu'ils n'aient pas non plus trop à faire pour maîtriser la littérature spécialisée qui s'étend à l'infini. afin que les spécialistes n'aient pas trop à faire pour s'y retrouver. une individualité de Saturne. des physiologistes. Elle doit se donner comme une tâche particulière d'agir dans cette direction. cela est tout à fait justifié — qui ont été créées depuis le temps des Galilée. y compris le domaine de l'astrophysique. Nos universités se situent aujourd'hui face au monde de façon vraiment tout à fait étrangère à la vie. dans ces conférences précisément. nous avons une philosophie. Je voudrais vous montrer comment. etc. disons. cette manière.des synthèses scientifiques tout à fait nouvelles. et ce sont des représentations qui fondamentalement traitent des vastes phénomènes de l'espace universel d'une manière mathématique-mécanique. Je ne veux pas maintenant me répandre en critiques sur ces choses. une discipline qui par exemple recouvre quelque chose de l'astronomie. Avant l'époque de Copernic. Dans la considération de ces phénomènes. il sera impossible d'en rester aux vieilles répartitions. mais je veux seulement indiquer que la manière 21 . Kepler. de Galilée. et d'après laquelle on distinguait des individualités dans les astres. etc. Mais il s'agira de créer de nouvelles disciplines qui recouvrent quelque chose de tout autre. l'humanité actuelle en a tout à fait perdu la clef. avec l'astronomie. 14è siècles encore. mais la manière qualitative de considérer les choses. Là-dedans on a créé des spécialités. Et je voudrais. certaines connaissances astronomiques devront apparaître dans d'autres disciplines pour que l'on apprenne à maîtriser ces autres disciplines d'une manière adaptée à la réalité. nous avons une chimie. On pense ces phénomènes de façon mathématique-mécanique. Si je devais m'exprimer de façon schématique. ce n'est au fond qu'une création de l'époque moderne. sans cesse plus inadapté à la réalité. plutôt.

Et il ne fait aucun doute chez nos contemporains. que ce n'est qu'ainsi que l'on peut considérer le ciel et les astres. cela correspond vraiment à l'objectivité. De façon analogue. est venu notre système copernicien. Ces forces de l'âme de l'humanité devaient alors être développées avec la même nécessité intérieure que celle qui fait qu'un enfant doit développer certaines forces précises de l'âme entre la 10è et la 15è année. en tant qu'humanité. lorsqu'elle aura puisé d'autres forces aux profondeurs de l'âme. qui croient pouvoir juger convenablement de ces choses. mais nous devons nous placer du point de vue de l'évolution de l'humanité. auprès de ceux qui considèrent la façon de penser scientifique actuelle comme quelque chose d'absolu. pour sa propre évolution.. et c'est pour cela que l'humanité regarde aujourd'hui les phénomènes célestes dans l'image née des facultés mathématiques-mécaniques. tandis qu'à une autre période il développe d'autres forces de l'âme. sans comprendre les mathématiques ou la mécanique. depuis le milieu du 15è siècle. et que toute autre manière de faire serait du dilettantisme. Si l'on se demande maintenant comment en fait il est advenu que cette considération du ciel et des astres soit apparue dans l'évolution de notre civilisation. laquelle devrait désormais demeurer telle quelle pour toute l'éternité. nous aurions eu maintenant tellement de chance que nous serions parvenus à l'objectivité. Il provenait à son tour d'autres forces de l'âme. et de considérer l'époque actuelle comme celle où l'on a enfin atteint l'objectivité. une autre réponse que celle que nous pouvons donner. Nous ne pouvons donner une telle réponse. Ensuite est venu le système du monde de Ptolémées. pour son propre salut et son bénéfice. donc selon des représentations mathématiques-mécaniques. c'est une certaine forme de développement des forces de l'âme humaine qui était déterminante. et il ne s'agit pas de regarder avec orgueil des époques passées où les hommes auraient été dans l'enfance. Même si nous nous procurons aujourd'hui des connaissances de vulgarisation sur le ciel et les astres. L'humanité a besoin d'aller puiser ces facultés mathématiques-mécaniques. que la vision du monde prenne telle ou telle forme.mécanique et mathématique de traiter de ces choses est devenue exclusive dans ce que nous appelons le domaine de l'astronomie. le mode d'observation mathématique-mécanique des phénomènes célestes. on a dû d'abord parvenir à celles-ci. Il est issu à son tour d'autres forces de l'âme. laquelle a fait entrer dans la conscience. on dira : les gens de jadis introduisaient quelque chose de subjectif dans les phénomènes de l'universel. lesquelles n'étaient pas présentes auparavant. Et ce à quoi on a accédé.. Ensuite. cela est fondé dans la réalité... alors que les autres auraient tous été des enfants auparavant. alors on recevra certes. selon des concepts purement spatio-temporels. mais parce que l'humanité a besoin. 22 . dans l'humanité ancienne il n'y avait pas encore de représentations élaborées de façon strictement scientifique. Et elle regardera à nouveau différemment un jour. Celui qui considère l'évolution scientifique telle qu'elle est habituelle aujourd'hui comme quelque chose de valable de façon absolue dira: voilà. du développement des facultés mathématiques-mécaniques précisément. des forces intérieures différentes. même si c'est de façon profane. au cours de son existence. cela se fait toutefois. Celles-ci ne se sont pas développées du fait que. En d'autres termes. chez les Égyptiens./. l'humanité moderne s'est frayé un chemin jusqu'à une compréhension strictement scientifique de ce qui correspond maintenant vraiment à la réalité. Cela dépend donc de l'humanité. Nous devons nous dire: pour la façon de regarder les phénomènes célestes telle qu'elle a existé chez les anciens Babyloniens. peut-être aussi chez les Indiens. l'humanité aboutit à des investigations différentes selon les époques.

Ainsi. Nous pouvons tout au plus nous demander si nous les réunissons de façon correcte. d'un côté. pour le son. On devrait donc en fait introduire le calcul. en calculant avec ce qui nous est donné comme matériau. Nous avons un petit univers. le Soleil.Or. On devrait pouvoir dire. Nous appelons cela « connaissance astronomique ». les choses particulières que nous introduisons dans notre calcul. Nous pouvons indiquer de manière précise : il y a ici un astre. Nous nous mettons à calculer. non seulement en ce qui concerne des domaines aussi spéciaux que par exemple la thérapeutique rationnelle. les planètes et les étoiles fixes. Maintenant on a renoncé à de tels idéaux.. etc. considérons. Mais voilà la grande différence : quand nous regardons le ciel et les astres. dans la substance de ce médicament.. tous les éléments particuliers nous sont donnés. Il faudrait que tout cela puisse devenir de petits systèmes universels. la molécule comme un petit système universel et nous sommes satisfaits quand cela réussit. il exerce une force d'attraction sur d'autres astres. cela ne marche pas que nos sciences soient réparties comme 23 . Du Bois-Reymond a formulé cela dans son discours sur les limites de la connaissance scientifique. nous embrassons les phénomènes du céleste en dessinant les cartes du ciel avec les étoiles. lorsqu'elle est complexe. ou bien de la géométrie. Il n'y a pas si longtemps. dans la molécule. et nous ne satisfaisons notre besoin de causalité qu'avec cela. à ce qui est mis ici en évidence devrait en fait correspondre. cela a tellement pénétré dans la conscience de l'humanité que l'on en est arrivé en fait à considérer tout le reste. dans toutes les sciences. Nous transposons des connaissances astronomiques dans tous les phénomènes du monde et satisfaisons ainsi notre besoin de causalité. à partir du calcul. tout ce qui ne peut être traité de cette manière. par exemple. C'est cela que nous avons introduit tout d' abord dans l' astronomie. qui a dit : chaque discipline scientifique particulière ne contient de science véritable qu'à la mesure de la mathématique qui peut y être trouvée.. Du Bois-Reymond l'a exprimé de façon particulièrement sèche : là où on ne peut faire cela. comment agit tel médicament. soit posé comme idéal ce que l'on nomme connaissance astronomique. A cause de notre répartition des sciences. Nous considérons les atomes comme des petits corps célestes. disons. Là nous ajoutons par la pensée ce qui. ou bien s'il n'y aurait pas quelque chose d'autre que ce que par exemple Newtons a indiqué. Mais cela satisfait les besoins modernes de l'humanité sur le plan de la scientificité. toutes sortes d'atomes qui exercent des forces d'attraction les uns sur les autres. C'est de cela qu'est issu alors quelque chose comme la déclaration de Kant. qui se meuvent les uns autour des autres. pour la chaleur. c'est-à-dire si l'on voulait comprendre l'efficacité d'un médicament. c'est là le fait objectif pour la lumière. la molécule. Maintenant. Nous tissons là-dessus un filet mathématique-mécanique. bien visibles devant nous. Or. Mais nous satisfaisons notre dit besoin de causalité en disant : lorsque ce que nous pensons en tant que particules se meut de telle et telle façon./. étudient la médecine. Et il arrive aussi que.. le fait que l'on devrait pouvoir suivre les atomes. Voyez-vous. Mais cela achoppe. Cela est en fait un ajout. Nous avons là. il n'y a absolument pas d'explication scientifique. Dans le monde des atomes et des molécules nous introduisons alors le système que nous avons tout d'abord imaginé et nous y ajoutons par la pensée les molécules et les atomes. on ne peut plus du tout aujourd'hui parler avec eux de notions mathématiques élémentaires. mais déjà simplement pour des choses beaucoup plus évidentes. en disant nous ne saisissons dans la nature que ce qui peut devenir pour nous connaissance astronomique. plus ou moins comme non-scientifique. nous avons. comme on suit d'ordinaire la Lune. du fait que les représentations mathématiques les plus élémentaires sont étrangères aux personnes qui.. Et nous envisageons cette molécule selon le modèle de notre observation habituelle du ciel et des astres. d'ordinaire. si l'on voulait par exemple aboutir à une thérapeutique rationnelle. cela est même devenu un idéal pour beaucoup. nous est donné.

Combien il est difficile de parler aujourd'hui avec les gens de façon vraiment approfondie de certaines choses. Mais il n'est absolument pas possible de construire un pont entre l'astronomie et cet autre pôle de nos sciences. c'est aujourd'hui presque un «collège impossible» celui qui verrait le jour si l'on réunissait un médecin actuel véritable. Cela. nos sciences se transforment en marécages. et une personne qui comprendrait assez bien les deux choses. mais on n'aboutit à rien avec lui si l'on parle de faire entrer dans son domaine des représentations mathématiques.. Ensuite l'école de Gegenbaur a fait des recherches classiques là-dessus. aurait des difficultés à parler avec le mathématicien et aussi avec le médecin. pourra-t-on peut-être parler avec lui de la nécessité de connaissances astronomiques. On décrit aussi ces autres sciences comme « exactes » mais./. Comment peut-on alors transposer la science dans des considérations sociologiques.elles le sont aujourd'hui.. Oken ont fait de grandioses anticipations. Cet autre 24 . là où l'on parle de ces choses.. I1 est toutefois caractéristique du présent que l'on puisse poser de façon générale l'exigence que l'on devrait tout comprendre selon le modèle de l'astronomie. là encore.. Maintenant. des os de la colonne vertébrale métamorphosés. est devenue importante du fait précisément d'être une science purement mathématique-mécanique. Voyez-vous. qui tend toujours plus vers le mode de représentation mathématique et qui. cette science qui pourrait être transposée dans une science sociale. parce qu'elles n'intéressent pas. Mais quelque chose qui pourrait satisfaire un besoin de connaissance plus approfondie dans cette direction ne se trouve finalement nulle part aujourd'hui. Vous savez que la question de la forme des os crâniens de l'homme a joué un grand rôle dans la biologie moderne. sans cette astronomie. c'est ce que je voudrais vous montrer à travers un exemple. bien sûr. Voyez-vous.. Et là où l'on pourrait être compris. cela le médecin ne le comprendrait pas car il n'a pas les bases mathématiques nécessaires. c'est seulement une inconséquence. de la mécanique et de l'astronomie soit présenté aujourd'hui comme non scientifique au sens strict du terme. C'est pourquoi il faudrait donc que ce que nous avons en dehors des mathématiques. et cela pour une raison tout à fait précise : du fait que. Ces trois personnes ne pourraient guère se comprendre aujourd'hui. du fait que ce que le médecin a à dire n'intéresse pas le mathématicien. Cela devient précisément évident pour le problème que je viens de présenter. Les gens ne se comprennent plus les uns les autres. Au sujet de la forme des os crâniens de l'homme. On se dispute pour savoir si Gœthe avait plus ou moins raison quand il disait que les os crâniens étaient des vertèbres.. eh bien. Et j'ai parlé souvent aussi de cette affaire dans le cadre de mes conférences anthroposophiques. on ne peut guère être compris.. Mais le mathématicien et le médecin ne pourraient pas se comprendre sur des problèmes essentiels. Celui qui serait assis au milieu. . sous sa forme actuelle. le médecin actuel est en fait formé de telle manière qu'il ne peut détenir qu'extrêmement peu de véritable mathématique./. Mais nous avons aussi un autre pôle vis-à-vis de cette astronomie et celui-ci ne peut pas en fait être étudié de façon conforme à sa réalité dans les conditions scientifiques actuelles. Ainsi. on ne le fait pas. on ne parle pas de ces choses. et du fait que ce que le mathématicien a à dire ou bien aurait à dire si cela venait toutefois à être discuté -. Si nous ne dépassons pas cela. là.. qui comprendrait un peu les deux autres. un mathématicien actuel véritable. C'est cela que nous devons dépasser. nous avons donc d'un côté l'astronomie. c'est-à-dire qui maîtriserait les mathématiques supérieures. Elles se divisent toujours plus. ainsi que l'exige tout ce que je vous montrerai au cours de ces conférences? Mais elle n'est pas présente. Gœthe. mais on ne peut pas parvenir aujourd'hui à une vision décisive sur cette question.

étudie le ciel et les astres et qui. comment ensuite elle se divise. Lorsque par exemple de l'oxygène. qui ne prend pas de forme par elle-même. C'est en partant de là qu'on étudie de façon générale la cytologie. Et si l'on observe tout d'abord seulement ledit corps cellulaire. Ces cellules se développent dans le reste de l'organisme de façon telle qu'avant leur possibilité de coopération elles atteignent une certaine autonomie. et à partir de sa charpente qui. prend une forme. Mais comment étudie-ton en fait l'embryon humain de manière habituelle aujourd'hui ? Eh bien. qui est structurée des façons les plus diverses. cela agit seulement par le biais de la cellule. Et c'est à partir de telles cellules que s'édifierait tout organisme complexe. il ne vient à l'idée de personne de poser la question : bien. qu'entend-t-on en fait lorsqu'on dit : c'est à partir de telles cellules que s'édifie un organisme? On veut dire par là: ce que l'on a par ailleurs comme substances dans le reste de la nature est reçu dans ces cellules et cela n'agit plus maintenant de façon directe comme d'habitude dans la nature. étudie le développement de l'embryon humain. qui montre une structure quelque peu différente et. Et seul étudie la réalité celui qui. On arrive plus ou moins à étudier la cellule ainsi: certaines parties en elle sont colorables. Elle est ainsi la pierre de construction de tout ce qui apparaît en tant qu'être organique. la cellule mâle et la cellule femelle. depuis le premier tiers du 19è siècle à peu près. comment chaque partie se rattache à d'autres de cellule à cellule. nécessaire pour l'isoler. les gamètes. On suit les différents stades. On a une partie très fluide. mais la cellule agit et se sert de ses caractères particuliers en l'ayant incorporé à elle dans une certaine quantité. alors ce carbone n'agit pas comme d'habitude sur une quelconque autre substance de l'extérieur. au moment où l'ovule est fécondé. d'un côté. on dit : l'embryon humain naît de la coopération de deux cellules. transparente. Elle possède un noyau. on édifie en fait la biologie sur la cytologie. On se dit : une telle cellule est constituée par une petite boule de substance. en tant que fer. mais cette action directe lui est retirée. au moyen de carmin ou de safran. La cellule est la pierre de construction. si ce n'est qu'ils seraient structurés de façon différente pour les féminins et les masculins. il y a une membrane. autour d'elle. On obtient de cette façon. Les gamètes seraient alors aussi de telles cellules. par exemple. On s'interroge : qu'est-ce qu'une cellule? Vous le savez. elle. On retourne donc à la cellule. C'est cela que l'on étudie maintenant. on peut mettre en évidence en lui deux parties distinctes. Mais. Donc il faudrait se représenter la cellule comme étant élaborée à partir d'une masse demeurant liquide. On étudie cela. et qu'ensuite cette charpente cellulaire est enrobée en quelque sorte par cette substance qui n'est pas constituée de la même manière que la charpente elle-même. 25 . une structure de la cellule que l'on peut visualiser. d'autres ne sont pas colorables. Cela se rapporte à l'ovule. qu'elles présentent ensuite une certaine opposition. de l'autre côté. On étudie comment cette structuration interne se modifie. comment la cellule se modifie dans sa structure interne. Mais maintenant. qui consiste en associations de protéines. Et l'on étudie cela. ou de quelque chose de ce genre que l'on utilise pour colorer les cellules. plus ou moins grande ou petite. si bien que l'on peut ainsi se former certaines représentations sur la structuration interne de la cellule. Ce que nous avons par exemple en l'homme en tant que métal. De sorte que l'on peut représenter une cellule de façon schématique à peu près en disant que l'on a la charpente de la cellule. il n'agit pas de façon directe. que l'une des cellules éveille dans l'autre cellule d'autres possibilités d'évolution que celles qu'elle avait auparavant.pôle est nommément l'embryologie. Il est intégré dans l'organisme de la cellule et ne peut agir que comme cela est possible dans la cellule précisément. sans le noyau. lorsqu'on étudie l'organisme. sans la membrane. et comment une structure complexe naît de cet assemblage. de l'azote ou du carbone est contenu dans ces cellules. et on a une partie qui forme une sorte de charpente.

Car ces actions apparaissent en petit dans les processus embryologiques. comme une forme sphérique. Alors a lieu.. avec sa forme sphérique. on décrit les événements astronomiques et où. Nous devons en quelque sorte. Car ce que vous montre l'embryologie n'est que l'autre pôle de ce que vous montre l'astronomie. Ce qui se présente là dans la cellule. rechercher comment se développe un ovule fécondé. de façon idéelle au départ. on décrit tout ce qui se rapporte à eux en embryologie. elle suit donc les impulsions qui sont tout autour d'elle. prenons-la.mais avec quoi toute cette vie dans la cellule est-elle en relation? Que se passe-t-il là en fait ? Personne ne s'avise de poser cette question. Cette forme sphérique a. Et pourtant c'est 26 .. Dans l'ovule féminin le macrocosme entier a été d'abord amené au repos en une calme réplique. d'un côté. mais cette réplique est remise en mouvement par les forces masculines. mais il agit dans le sens de quelque force spécifique. insérée en elle. qu' estelle ? La masse fluide est encore entièrement laissée à elle-même. Maintenant a lieu l'intervention du gamète mâle. Et la charpente à l'intérieur. soutenues par l'organisme féminin. sont tirées de ce repos. Et la forme sphérique./. du cellulaire. sous la forme qui se présente le plus fréquemment. est mise en situation d'introduire à nouveau toute sa structure microcosmique dans le jeu d'interaction des forces. il est à nouveau tiré du repos. Maintenant. il est à nouveau mis en mouvement. Les deux choses vont ensemble car l'une n'est que la réplique de l'autre. dans le sens justement de cette ligne de force. d'un côté. arrivé à l'état de repos. dépend des relations structurelles de tout le cosmos. la forme de la charpente. Et si vous ne comprenez rien à l'embryologie. car il s'agit seulement de l'autre versant de la chose. Cette forme sphérique est de fait conditionnée par la substance fluide. faire l'investigation du ciel et des astres. Disons que le gamète mâle agit sur l'ovule. Le gamète femelle est arraché à ce calme par le gamète mâle. Ces forces ont pris forme de charpente et. de cette situation d'équilibre. cosmos que nous nous représentons aussi. regardez la situation actuelle dans les sciences. Pour ainsi dire. étudier la façon dont il montre des états successifs. après. qui sont des répliques de mouvements. comme une sphère. n'est rien d'autre qu'une réplique de la forme du cosmos tout entier. Que fait-elle? Eh bien. Les forces féminines qui. de l'autre côté. chaque ligne qui est dessinée là dans la charpente.. Si vous ne comprenez rien à l'astronomie. Et maintenant prenez l'ovule et représentez-vous que cet ovule a porté les forces cosmiques jusqu'à un certain équilibre interne.. et nous devons. dans cette forme. on calcule. Toute cellule. sous la forme sphérique. de par cette action particulière. à partir de l'astronomie. et sont arrivées au repos.. Vous trouvez là que l'embryologie est étudiée en tant qu'embryologie. vous ne comprendrez jamais le sens des actions qui sont à la base de l'astronomique. Vous obtenez là des aperçus sur la forme et la structuration du plus petit.. elles. Il n'a pas mené en lui le macrocosme jusqu'au repos. sont des répliques de la structure du cosmos. elle reproduit l'univers! Elle a sa forme sphérique du fait qu'elle reproduit tout le cosmos en petit. une rupture des conditions de repos. pour commencer. elles se sont mises d'une certaine manière au repos. Et vous ne pouvez absolument pas étudier l'embryologie sans étudier l'astronomie. Il est concevable que l'on édifie une science où.. II s'était rassemblé dans la forme calme pour imiter le cosmos. Ce serait pris pour de la folie si vous osiez demander à un embryologiste actuel qu'il étudie l'astronomie afin de comprendre les phénomènes de sa discipline./. il est à nouveau introduit dans un domaine d'action spécifique. qui est une réplique du macrocosme tout entier. vous ne comprendrez jamais les forces qui agissent dans l'embryon. la cellule. cela est à prendre au départ de façon plus abstraite: j'ai la cellule.. .

Mademoiselle Rabel m'a aimablement donné il y a quelque temps une de ses publications à ce sujet. Ce que ressent l'observateur face aux phénomènes de la lumière sert 27 . j'avais dit alors que les faits. partent de prémisses théoriques telles que la remarque suivante. C'est cela qui rend nécessaire une complète redistribution des sciences. Voilà ce que je voulais dire aujourd'hui en introduction et qui sera poursuivi demain.. On s'est basé sur ce que l'on voyait au ciel. Il parle comme un aveugle aux couleurs celui qui parle de la transformation du milieu du 15è siècle dans le monde civilisé sans tenir compte de cela. on n'a pas seulement calculé quand il y aurait de nouveau une éclipse de Soleil et une éclipse de Lune. Nous ne comprenons pas en fait ce qui s'est accompli au milieu du 15è siècle si nous ne pouvons pas rattacher ce qui est apparu alors aux phénomènes de l'univers./. j'ai fait une fois la remarque qu'en réalité ces nouvelles expériences peuvent servir à confirmer la théorie des couleurs de Gœthe. pour ce qui est intervenu dans la vie sociale. On ne pourra pas devenir embryologiste sans avoir étudié l'astronomie.. Le physicien d'aujourd'hui est naturellement conduit à s'efforcer d'étudier ce qu'il appelle la lumière de la manière suivante: ce qu'il considère comme subjectif à l'intérieur de son domaine d'investigation ne doit plus jouer aucun rôle. sont dans la ligne qui doit conduire progressivement à une confirmation de la théorie des couleurs de Gœthe. même si c'est d'une autre manière que les Égyptiens. avec le domaine de l'observation de la nature.. » Allocution du 8 août 1921 à la suite d'une conférence de G.. Si nous retournons aux Mystères égyptiens. de la science sociale... à partir de ces observations. des observations astronomiques telles qu'on les a faites alors. Or aujourd'hui nous n'avons aucune possibilité d'entrer dans la controverse entre la théorie des couleurs de Gœthe et la théorie disons anti-goethéenne. faite par un physicien avec lequel j'ai eu une conversation sur la théorie des couleurs de Gœthe. s'en trouve justifiée: il disait simplement. On a donc traité sociologie et astronomie comme une seule chose. Nous ne devons pas oublier que certaines choses doivent encore être surmontées avant que les physiciens puissent prendre au sérieux la théorie des couleurs de Gœthe. Mais nous ne pouvons pas arriver à cela. On ne pourra pas former des gens qui simplement dirigent leurs yeux et leurs télescopes sur les étoiles. à rattacher les faits embryologiques aux phénomènes astronomiques. Rabel : « Comme Mademoiselle Rabel l'a dit à la fin de sa très remarquable conférence. La science de l'esprit est déjà un début dans ce sens. Car étudier ainsi les étoiles n'a pas grand sens si l'on ne sait pas que réellement le « plus petit univers » est formé à partir du grand univers. honnêtement je l'atteste: pour un physicien d'aujourd'hui — et il se tenait pour tel à juste titre la théorie des couleurs de Gœthe n'a en fait aucun sens. pour ce qu'ils devaient faire.ainsi. mais aussi ce qui devrait se passer dans l'évolution sociale. à réunir ce domaine compliqué de la sociologie. . couramment utilisées de nos jours. C'est une chose parfaitement exacte en effet.. Et nous devons réapprendre.. nous trouvons là. que la physique moderne fait ressortir de cette façon. pour ce que l'on disait aux gens. dans ces Mystères égyptiens. Les représentations physiques. si nous ne le faisons pas par le détour qui consiste à réunir tout d'abord l'astronomie et l'embryologie. nous devons apprendre à rattacher ce qui se passe dans la vie sociale aux phénomènes du grand univers./. Mais.

. Avec cette frontière précise de l'expérience de Gœthe on obtient dans un certain sens ce que cherche la physique moderne. une expression que je n'ai d'ailleurs jamais employée. car on ne peut introduire d'aucune manière ce «rayon d'épaisseur nulle» dans le champ d'expérimentation. Certes il y a la possibilité de parler de la théorie des couleurs de Gœthe sur un plan. Mais on peut diriger son attention sur la frontière entre le sombre et le clair. de parler de relation de polarité. Ce que le physicien accepte dans ses interprétations des phénomènes de la lumière. (Notes incomplètes). Mais pour Gœthe ce n'est pas cela qui importe dans ce contexte. qui sont implicites chez Gœthe et dont il a tiré sa théorie des couleurs. il est vrai. restera encore tout à fait infructueuse. La polarité est une relation très abstraite qu'on peut appliquer à beaucoup d'oppositions. Et je considère comme juste encore aujourd'hui. fructueuse avec les idées de la physique non pas opposées. bien que pas complètement. soient explicitées pour qu'on puisse les utiliser vraiment comme une base. Lorsqu'on réduit l'épaisseur du faisceau lumineux et qu'on parle d'un rayon d'épaisseur nulle. se rencontrent aujourd'hui en un certain sens avec celles qui découlent d'une façon tout à fait différente il est vrai. Je considère donc tout ce que j'ai dit sur la théorie des couleurs de Gœthe dans mes livres comme quelque chose qui est lancé provisoirement dans le monde et qui ne prétend nullement pouvoir entrer dans une discussion fructueuse . il faudrait. C'est là au moins dans un certain sens un domaine où les idées se rencontrent. il est juste. Gœthe part de prémisses tout à fait différentes. Il est nécessaire pour cela que certaines conceptions de base. Si l'on devait refaire aujourd'hui ces expériences. disons.je souligne. En travaillant avec la frontière et non pas avec les rayons. doit être une entité complètement indépendante de l'expérience subjective. 28 . Pour toute sa pensée en général. Dans l'expérience du prisme. Gœthe organise toute la série de ses expériences à partir du phénomène de la frontière. Là en effet se trouve une frontière précise. Lorsqu'on parle de la différence que Gœthe faisait entre les deux côtés du spectre. Car les conceptions de Gœthe sur la métamorphose et sur les origines des espèces en relation avec la métamorphose. de la théorie de Darwin-Haeckel. Gœthe a travaillé avec la frontière et pas avec le faisceau de rayons. on pense avoir exclu toute erreur. anthroposophique. mais dérivant de bases tout à fait différentes. qu'il étend ensuite aux phénomènes des couleurs.tout au plus à le rendre plus attentif au fait qu'il y a quelque chose à observer. C'est cela qui est important. donc aussi à ce phénomène. procéder différemment. entre parenthèses. dans un esprit goethéen. Gœthe par contre dans ses expériences avec la petite fente a indiqué une différence de principe et c'est cela qui est important. mais une confrontation avec les résultats qu'un physicien d'aujourd'hui dérive de ses hypothèses physiques sur la couleur. Or vous pouvez être certains que Gœthe aurait reconnu une confirmation de ses conceptions fondamentales dans les phénomènes présentés si aimablement par Mademoiselle Rabel. Mais ce n'est absolument pas le cas avec le traité des couleurs de Gœthe qui. Et c'est sur cela que je voudrais insister. En réalité il n'y a pas de différence de principe entre un faisceau large et un faisceau étroit. Gœthe satisfait en réalité à cette exigence justifiée de la science.. donc de l'opposition entre rayons de longue et courte longueur d'onde. on ne peut pas exclure les choses que la physique moderne aimerait bien exclure. ne veut pas être un traité d'optique. ce que je disais en 1893 à Francfort-sur-le-Main à propos de la conception de la nature de Gœthe: aujourd'hui on peut parler des idées de Gœthe sur la morphologie et en effet j'ai fait une conférence à ce sujet.

donc dans la lumière. ce qui chez Gœthe est une notion plutôt compliquée. Donc «Polarité» est ici. ce que le Dr. parvient à l'opposition fondamentale entre la nature du rouge et la nature du bleu`. Mais prenons maintenant ce que je viens d'esquisser rapidement: nous avons partout où surgissent les couleurs. —. Cela peut être appelé une polarité. Je ne peux entrer dans les détails. nous vivons en effet ce que Mademoiselle Rabel vient de mettre en relief. Remarquez bien que Gœthe ne parle pas de lumière rouge ou bleue. Nous essaierons d'apprendre à travailler avec les frontières de façon exacte et de saisir ensuite le spectre comme un phénomène où le phénomène de frontière est élaboré comme un phénomène primordial. mais comme une véritable entité. bien que sous une forme très modifiée. qui effectivement demanderaient à être développés par des séries de conférences. en poursuivant toujours ses expériences. des électrons sont émis en retour et on peut analyser ces électrons. Tel serait notre programme. nous avons un qualitatif. Mais nous vivons aujourd'hui des phénomènes qui doivent apporter des rectifications. Schmiedel appelait la relation polaire entre les deux extrémités du spectre. Voyezvous. une expression employée d'une façon beaucoup trop abstraite! On peut bien sûr utiliser cette expression pour toutes sortes de phénomènes naturels. qu'il considère non comme le néant. par manque de temps. je dois le faire ainsi: dans les nuances de couleurs.. en accord avec les résultats de la physique moderne. dans tous les endroits où elles apparaissent. c'est-à-dire les couleurs du spectre. Il est vrai qu'il y a une très grande différence entre la théorie de Newton dérivée de phénomènes relativement simples et la théorie actuelle. on obtient précisément. Dans la partie bleue nous avons affaire à l'activité de l'obscurité dans le clair. Dans la partie rouge cette interaction est telle que le rouge résulte de l'activité de la lumière dans l'obscurité. Mais pour Gœthe le rouge est l'activité de la lumière dans l'obscurité. ce soir. mais à une interaction dynamique entre lumière et obscurité. A l'entité lumière Gœthe oppose l'entité obscurité. Or Gœthe. Car je crois que la conception actuelle repose principalement sur l'impossibilité pour la théorie ondulatoire habituelle d'expliquer par exemple ceci: si on envoie de la lumière ultraviolette sur un métal. Gœthe applique ce principe général aux couleurs physiques. La lumière est absolument indifférentiable et ce sont les phénomènes dans la lumière qui apparaissent comme différentiation. le bleu est l'activité de l'obscurité dans le clair. car il ne peut naturellement pas toujours appliquer ce principe dans les détails. à savoir que le physicien se sent poussé à revenir à la théorie émissive de Newton. Ici nous touchons un point qui sera un jour décisif. ce qui n'aurait aucun sens pour la conception goethéenne. pour vous montrer comment ils s'insèrent dans la théorie des couleurs de Gœthe et dans le domaine général des sciences naturelles.. Et si je dois indiquer en quelques mots. notre époque en est encore à découvrir une grande quantité de phénomènes. c'est une polarité. mais de la nature du rouge et de la nature du bleu. dans l'incertitude. autant dans la partie rouge que dans la partie bleue. Ceci est donc l'expression précise de la polarité. on a affaire non pas à un mélange. mais aussi aux couleurs chimiques. tout en étant conscient qu'il avance à tâtons. Or en travaillant ainsi avec la frontière. Voici naturellement une représentation à laquelle j'admets volontiers que le physicien moderne ne peut pas rattacher grand-chose. Ils présentent 29 .J'espère justement que nous exécuterons dans notre institut de recherche de physique à Stuttgart des expériences de principe à ce sujet et que nous pourrons ainsi éliminer ce «camouflage» selon l'expression du Docteur Schmiedel. — tout à fait différentes de celles éventuellement apportées par la théorie de la relativité sur les représentations de la vitesse dans la lumière etc. Encore aujourd'hui on vous a aimablement présenté une multitude de phénomènes. dans le sens goethéen.

on avait affaire à une pure et simple propagation du mouvement.. si... Et les expériences présentes indiquent toutes. en disant que cela produit une impression sur la rétine de l'œil. De nos jours l'expérience des interférences se trouve au point qu'elle nécessite une nouvelle explication. mais elles ne se distinguent pas qualitativement de celles-ci... Mais personne ne peut dire aujourd'hui qu'il y ait quelque chose de réel à la base de cela. abstraction faite du subjectif.) Le quantum ne peut être qu'à un seul endroit. l'intensité de la source de lumière reste constante. mais il devient de plus en plus clair qu'avec les fréquences ou les longueurs d'onde on a des nombres utiles.. seul le mouvement se propage. vous obtenez la même chose. Et il fut possible de démontrer vraiment cela jusqu'à un certain degré. à modifier les idées qu'on a eues sur la lumière./.. se présente réuni sous le complexe des «phénomènes de lumière». Cette énergie ne dépend pas de la distance de la source de lumière ultraviolette au métal. La vérité au fond est qu'on s'était habitué pendant longtemps à tout calculer avec la seule notion de longueur d'onde etc. l'intensité diminuant avec le carré de la distance. Tandis que Newton se représente que des substances. Quelques uns n'ont pas accepté cette explication. pour commencer. On voit que leur énergie ne diminue pas du tout avec la distance. Mademoiselle Rabel avait raison d'y insister./. On est alors amené.. Aujourd'hui. Il fit beaucoup d'expériences pour démontrer que lumière. mais que la lumière se propage de façon atomisée. il déclenche les actions des électrons.. tandis que dans la théorie ondulatoire. On a donc affaire en effet à l'émission de champs électromagnétiques. Donc ces choses ont conduit à revenir à la théorie de l'émission.alors une certaine énergie. chaleur et entité chimique sont trois entités différentes l'une de l'autre d'une façon tout à fait radicale. et vous obtenez cependant la même énergie en volts. que cela contient en soi une espèce de contradiction. Mais c'est cela-même le point fondamental de la question. il me semble que précisément les idées sur ce qui existe objectivement sont en continuelle évolution. Il ne s'agit pas ici (. . maintenant on remplace celles-ci par la propagation des champs électromagnétiques. La physique l'admet.. des entités se propagent d'une façon pondérable. En deçà du rouge et au-delà du violet on a d'autres vibrations qui ne produisent aucune impression. Certes il l'a introduit. Mais cela n'est pas le cas pour les électrons qui vous sont renvoyés par le métal. étant donné l'état d'imperfection de la physique à la fin du XVIIIe siècle. qui vont réellement à travers l'espace et ceci dans le sens de la théorie quantique. Si elle se propage d'une façon atomisée. qui dit que ce n'est pas quelque chose de continu qui se propage. Eugène Dreher par exemple dans les années 70 et 80 du siècle passé s'est opposé à cette conception d'une façon intéressante. de la bonne monnaie de calcul. Dès qu'il est là. Que les couleurs soient proches ou éloignées. J'aimerais dire que lorsqu'on donne la fréquence d'oscillation des rayons rouges et bleus. Rien ne rayonne dans l'espace.. on a 30 . L'essentiel est que Gœthe a introduit ce qui aujourd'hui s'impose à la physique. on trouve un quantum à un certain endroit et c'est là qu'il agit. mais dépend uniquement de la couleur. Vous pouvez éloigner la source. Or l'énergie devrait naturellement diminuer. que la simple notion de longueur d'onde ne suffit pas... Aussitôt qu'on parvient justement à ce qui. (lacune). Somme toute on ne calculait objectivement qu'avec des ondes de certaine fréquence et des vibrations se propageant avec certaines vitesses. qui était tout à fait courante par exemple au temps de ma jeunesse. On caractérisait ce qui se trouve dans le spectre du violet au rouge. comme on le suppose. Et là vraiment la théorie des quanta n'a pas encore bien réussi. La situation est la suivante: on n'est pas encore arrivé très loin. mais c'est lui qui a introduit cela. Et précisément l'état actuel de la chose démontre que tout le complexe des questions au fond est en évolution. L'idée était certes extraordinairement simple.. Aujourd'hui on fait appel à la théorie des quanta.

Nous tenons ici quelque chose qui est le début des chemins vers la connaissance supérieure. peut-être 31 . Cette construction marchait admirablement bien avec l'ancienne théorie ondulatoire purement mécanique.. c'est ce que j'ai indiqué de façon tout à fait insuffisante.. on a besoin de quelque chose d'autre. lorsque je ramenai la polarité dans la réalité concrète./.. ne l'a pas vraiment intéressé... comme liquide par d'autres.. mais pour celui qui connaît bien les choses. qui entrent en scène de façon qu'on les conçoive comme une émission d'ondes électromagnétiques. Ce qui l'a intéressé. (lacune). Louis Blanc dit: la physique ne doit décrire que des choses du monde objectif. par un rapport entre deux nombres. Aujourd'hui on est malgré tout sur le chemin de se dire: avec les seules longueurs d'onde cela ne marche pas. il faut supposer encore autre chose. Ainsi la constitution de la matière est dévoilée pour ainsi dire par ces phénomènes parmi d'autres... Ils mènent à la possibilité de l'union du sujet dans l'objet. comme elle est définie disons par Blanc. vise à exclure complètement le subjectif et à présenter les phénomènes tels qu'ils se déroulent dans le champ objectif sans aucune référence à l'homme. les phénomènes cités aujourd'hui. Ces qualités on les éprouve au lieu du bleu et du rouge. où les couleurs disparaissent de la vue pour ainsi dire et les qualités psychiques-spirituelles.. lorsqu'on suit son traité des couleurs de chapitre en chapitre jusqu'au dernier. qui sont décrits par la science spirituelle anthroposophique. comme je l'ai démontré dans mes écrits sur la théorie de la connaissance. «l'effet physique-psychique de la couleur». Mais cette autre chose ressemble de plus en plus à ce que Gœthe recherchait sur son chemin. qui n'a plus de sens à un certain niveau de la connaissance.. il est à remarquer que la physique y mène peu à peu. Dans cette situation. La théorie ondulatoire ne suffit pas.. apparaissent. morales. La physique moderne. Ces chemins mènent à abandonner réellement la séparation entre le sujet et l'objet../.. Une théorie de la connaissance qui maintient une séparation absolue entre le sujet et l'objet ne pourra jamais satisfaire'... toute cette théorie ondulatoire. On peut déjà dire aujourd'hui: les rapports entre ces nombres sont beaucoup plus importants que la valeur absolue des fréquences individuelles. On s'est habitué à certaines représentations et on n'arrive pas à s'en débarrasser vraiment. lorsqu'on est transporté dans le royaume de l'âme. Le physicien sera conduit à ne plus traiter les phénomènes de polarisation comme une construction dans la lumière. Gœthe les comprendrait de façon qu'il les considérerait comme une confirmation de ses idées. Cela doit être observé. Et Gœthe dirait: en vérité on ne commence à connaître la nature de la couleur que lorsque la couleur disparaît et que quelque chose de tout autre apparaît. On pénètre plus profondément dans ce que Gœthe voulait. des figures de polarisation purement et simplement dans la lumière. on doit bien remarquer: Gœthe était sur le chemin de chercher cette «autre chose». qui est construit comme solide par les uns. qu'il a bien entendu connue de son vivant. . Il faut considérer cette séparation entre sujet et objet en réalité comme une construction provisoire.exprimé une certaine relation entre le rouge et le bleu. On sera conduit toujours plus à abandonner de construire. mais il observera une interaction de la lumière avec la matière.. disons. Aujourd'hui cela ne se remarque pas encore très fortement. Et comme je l'ai déjà dit. Il est plus intéressant aujourd'hui d'essayer de voir comment on peut sortir d'une manière de penser qui en vérité n'est fondée que sur le fait qu'on s'est tellement habitué à la conception mécanique de l'éther. mais elle n'est plus valable de la même manière dans les conditions actuelles. Et cela fait passer du quantitatif au qualitatif. qui pourraient être aussi affirmées par un habitant de Mars..

Si l'agriculture biologique connait aujourd'hui un boum sans précédent c'est qu'elle répond aux exigeances des consommateurs avertis. Et ceci est en effet tout à fait juste. Donc dans la succession des différentes théories. les promoteurs du mouvement biodynamique recommandent le retour à une société rurale plus autonome et lancent une coopérative et leur label : Demeter. Rousseau. Et c'est bon aussi pour l'environnement. prolonge la vision naturaliste de Goethe à propos des rapports de l'homme à la nature (Essai d'histoire naturelle et de morphologie . Refusant tout pesticide chimique ou de synthèse. la nouvelle théorie les champs électromagnétiques. Essais sur les métamorphoses des plantes). Mais pour y introduire l'esprit et non ce que voulait Newton ou la physique toute moderne. en Australie et aux Etats-Unis. pour s'implanter fortement en Scandinavie.. certainement. Pour cette raison on ne devrait pas trop s'opposer à la nécessité pour la science spirituelle d'introduire l'esprit dans ces équations qui voltigent dans l'espace cosmique. une certaine construction à partir des phénomènes. en Hollande. à un certain niveau de la conscience supérieure? La réponse à cette question est: oui. Goethe. la théorie ondulatoire d'Huygens le nombre d'ondes. • Vers 1959 . » L'Agrobiologie Manger bio c'est bon pour la santé. On acquiert même le droit d'utiliser les formules de la physique dans une certaine forme. auteur de Les Lois de la vie saine) et de naturopathes qui 32 . Emerson. Rudolf Steiner et Goethe sont à l'origine de l'agrobiologie. il règne quand même une certaine libéralité sur ce qui flotte en réalité dans toutes ces formules. en pleine crise économique. fondateur du mouvement anthroposophique (littéralement «sagesse de l'homme»). Mais on découvre alors que le substantiel qui est à la base de cette région n'est plus du matériel. Durant les années 1930. et l'influence tellurique de la lune./..Début en France de l'agriculture bio. Le premier groupement d'agriculteurs bio se forme en France est soutenu par un groupe de médecins (Dr Bas.. en Suisse. nous faisons exactement l'expérience de cette région que le physicien moderne n'obtient que par une construction. Steiner jette alors les bases de l'agriculture biodynamique par sa célèbre démonstration : « Le cours aux agriculteurs » s'appuie sur une approche « vitaliste » opposée aux engrais chimiques qui peuvent tuer « la terre. Cela n'est pas accessible à une quelconque théorie. le philosophe autrichien Rudolf Steiner (1861-1925). mais du spirituel.. trouver quelque chose de correspondant à cela dans l'homme.. Mais la question est celle-ci : est-ce que l'on ne peut pas trouver dans l'homme lui-même quelque chose qui correspond aux résultats de la physique obtenus purement d'après mesure.. nombre et poids. l'agriculture biodynamique repose sur deux principes essentiels : La biodynamie de « l'organisme ».organisé tout différemment de l'homme. Mais elle n'est pas née d'hier. Elle fut inspirée par des philosophes comme J-J. mais seulement à l'expérience supérieure. Un mouvement international en faveur de l'agriculture biodynamique prend alors son essor depuis l'Autriche vers l'Allemagne. concept emprunté à Goethe. seulement on y substitue une autre substance. nous passons à travers une région. A ce niveau de conscience. élève du Dr Carton. il faut d'abord savoir ce qu'est l'esprit. Dans les années 1920. Newton pensait qu'aux équations se substituait une sorte de matière pondérable. organisme vivant ».

depuis leur ferme expérimentale de Sainte-Marthe (Maine et Loire). dans l'agriculture. à force de vivre loin des prairies du Grand Esprit. Si les hommes crachent sur la terre. l'Observatoire de la mondialisation. fournisseur de fertilisants et de matériel agricole. l'homme blanc a fini par en oublier ses lois ! soupirait le chef Seattle. fer de lance du « bio » en France et coordinatrice chaque année du salon Marjolaine. André Louis et Matéo Tavera ont fondé l'association « Nature & Progrès ». 33 . Philippe et Jacqueline Desbrosses. qui lance sur le terrain la méthode agrobiologique Lemaire-Boucher et qui se charge de la distribution des aliments obtenus selon son cahier des charges. Ce qui advient à la terre advient aux fils de la terre. des organismes tels que la Confédération paysanne et son porteparole José Bové. Ils vont écrire des manuels d'hygiène de vie tels que la Méthode Kneipp. • « Nature & Progrès » En 1964. font rayonner l'agriculture biologique jusqu'auprès des instances de I'Etat. Après la création en 1962 de l'Association française pour l'agriculture biologique (AFAB). ATTAC. Au même moment. qui la définit en 1970 comme « une agriculture basée sur l'observation et les lois de la vie. ils crachent sur eux-mêmes ». maître à penser de l'agriculture biologique. En 1980. c'est la société SVB Lemaire. et bien d'autres.avaient constaté les méfaits de cette alimentation sur la santé de leur clientèle depuis 1950. Claude Aubert. des blancs d'Amérique du Nord redécouvrent la profondeur de la vision écologique amérindienne : « Apprenez à vos enfants ce que nous avons toujours appris aux nôtres. puisque le terme "agriculture biologique" demeure proscrit ! Depuis la fin des années 90. et qui consiste à nourrir non pas directement les plantes avec des engrais solubles mais les êtres vivants du sol qui élaborent et fournissent aux plantes tous les éléments dont elles ont besoin ». Dans les années 70. luttent contre l'introduction des semences OGM. que la terre est notre mère. Philippe Desbrosses mène la délégation de la Charte de Blois (signée par les fédérations d'agriculteurs biologiques) pour faire reconnaître « l'existence d'une agriculture n'utilisant ni produits chimiques ni pesticides de synthèse ».

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful