You are on page 1of 31

Bimestriel

de

L’AMICALE LIBÉRALE DES PENSIONNES
de

ROCHEFORT

Éditeur responsable Contact : Oscar Crispin Les Terrasses de la Lomme 12/0012 rue du Vélodrôme 5580 Jemelle -Rochefort TEL / 084/211161 E mail: oscaretmaggy@skynet.be http://maggy-crispin.blogspot.com Site Web www.rochefort.be Adresse du bloghttp://amicale-lp-rochefort.skynetblogs.be/.

1

Mobilité Rochefortoise Mobilité L’a s b l Mobilité Rochefortoise a mis sur pied un service de transport gratuit pour les personnes de plus de 65 ans qui ne disposent plus ou pas de véhicule pour se déplacer, ou qui, pour des raisons médicales, ne peuvent plus prendre le volant. Ce service permet aux personnes concernées d’effectuer diverses démarches, que ce soit pour des raisons essentiellement médicales ou familiales Ces déplacements sont évidemment limités à la grande entité géographique de Rochefort. n’hésitez Pour des informations complémentaires, n’hésitez pas à contacter le 0472/492270 Ainsi que L’Amicale Libérale des Pensionnés de Rochefort Crispin Oscar 084/211161 – 0496/790164. 0496/790164

Appel aux personnes généreuses LA MOBILITÉ ROCHEFORTOISE souhaiterait être sponsorisée ; car la voiture a du être renouvelée et l’entretien régulier de celle-ci ainsi que les frais d’assurance et de carburant sont onéreux, nous rappelons ici que ce service est à la disposition des habitants de toute l’entité rochefortoise de plus de 65 ans ayant besoin d’un transport. Vos participations pour l’aide à la Mobilité peuvent être versées sur le compte n° 350-1049600-82 Le Trésorier Crispin Oscar Table des Matières , 17 Le concours de photos 18, 19,20 Le garum 21,22 Comment bien se nourrir 23,24 Cours de cuisine 25, 26 Recettes de cuisine 27 Séjour en Aveyron 28 Séjour en Vendée. 29 photos du dîner Annuel de L’Amicale des Pensionnés

1 Page Couverture 2 la Mobilité 3 Le Mot du Président 4 Préhyr 5 Bibliothèque

6 le rire et le fou rire 7 et 8 Florilège 9 et 10 Europe 11,12, 13, pour le souvenir 14, 15,16 es civilisations anciennes

Mobilité Rochefortoise Appel au Bénévolat
Chers amies & Chers amis Pensionnés Cet appel s’adresse à tous les membres de L’Amicale, féminins et masculins et bénévoles leurs amis qui seraient candidats comme bénévoles pour conduire la voiture de l’ASBL Mobilité Rochefortoise, Un jour par semaine, car nous voudrions recruter une réserve de chauffeurs effectifs et suppléants Afin de soulager l’équipe contacter actuelle. Pour les informations complémentaires, n’hésitez pas à contacter le 0472 / 492270 Mme Noêlle Demoulin Ainsi que le 084 /211161 -0496790161 de Monsieur Crispin Oscar, Amicale libérale des Pensionnés de Rochefort

2

Chers membres, nous entamons une année nouvelle et l’espérons moins pénible que la étaient quelque peu surpris. Ensuite certains d’entre nous ont subit des inondations sévères, les différents tremblements de terre les catastrophes qui touchent toujours les pays du tiers monde. Les révoltes des pays arabes qui nous font comprendre que nous sommes bien en Belgique, malgré les tâtonnements de nos deux gouvernements et les difficultés pour avoir un accord. Nous avons atteint un degré de civilisation qui nous empêche d’en arriver à de telles manifestations de violence. Mais la dictature menace aussi notre pays, à nous d’être vigilant et de nous tenir par la main, quelles que soient nos idées, même si elles divergent. Au sujet de La Mobilité Rochefortoise, nous avons une excellente nouvelle à vous annoncer : Monsieur Raymond Bay Directeur de Belgacom à la retraite, vient de faire don de sa voiture, sa santé ne lui permettant plus de conduire. Nos ainés vont retrouver leur moyen de transport et leurs chauffeurs bénévoles Autre bonne nouvelle : le Garage Sion Frères .S.A. rue de la Libération, 63 vient de prendre en charge gratuitement l’entretien de la voiture. La Mobilité Rochefortoise, son Président Monsieur François Bellot et les membres de cette ASBL remercient chaleureusement Monsieur R.Bay pour son cadeau généreux et le Garage Sion Frères pour le travail qu’ils vont accomplir.
Le prochain déjeuner à Havrenne. Nous l'organiserons le 27 avril 2011, dans la salle à côté de l'école. Composition du comité de l’Amicale des Pensionnés
Président d’honneur Président 1er Vice- Président 2eme Vice- Président Trésorier Monsieur Fernand Devaux Monsieur Oscar Crispin Monsieur le Dr Jean Henrotin Monsieur Jules de Barquin Monsieur André De Cocq Secrétaire Lectrice Pr Professeur informatique I Ingénieur informatique Entretient des PC Madame Maggy Crispin Madame Valérie Renard Monsieur Gérard Lupcin Monsieur Eugène Renard

Avec le soutien de la Communauté Française, En collaboration avec la Ligue Libérale des Pensionnés Libérale des Pensionnés de la Province de Namur l’ASBL et la Mutualité Libérale Hainaut-Namur.

l’ASBL Fédération

3

« la Résidence Préhyr »
Fonctionne depuis le 1er Avril 2008 La Résidence Préhyr fait Appel au Bénévolat. Selon les aptitudes de chacun afin de distraire et occuper nos aînés, les promener, les accompagner afin d’améliorer leur vie. Les personnes souhaitant se dévouer pour nos aînés sont demandées à la Résidence Préhyr s’adresser à Madame Tessa Eloy
Nouveau : Consulter notre Blog de l’Amicale sur le site de la Ville : http///maggy-crispin.blogspot.com, cette plateforme reprend tous nos blogs Et vous pouvez y lire le bimensuel « le rêves en bleu « et le télécharger.

Garage Auspert à Han- sur- lesse
Bon pour votre budget, bon pour l’environnement Profitez de la prime de l’État de 3% ou de 15% pour cent sur le prix facturé, TVAc, à l’achat d’une voiture Ford ECOnetic dont les émissions de CO2 sont respectivement inférieures ou égales à 115 g/km ou 105 g/km. Vous bénéficiez en outre d’une remise de 200 € pour une voiture Ford avec filtre à particules diesel (FAP) dont les émissions de CO2 sont inférieures ou égales à 130 g/km. Cela ne se refuse pas!

4

vue déficiente mais passionné de lecture?
NOUVEAU...

Venez découvrir à la bibliothèque :
nos ouvrages en grands caractères et nos livres audio

Bienvenue à tous !
Bibliothèque communale Avenue de Forest 21 5580 ROCHEFORT
⊃084/21.40.55

LUNDI – MARDI de 10h à 12h et de 15h à 19h SAMEDI de 15h à 19h

E-mail : bibliotheque.rochefort@skynet.be Site internet : www.bibliotheque-rochefort.be

5

L E R I R E E T L E R I R E E T

L E F O U R I R E L E F O U R I R E

Remarque. Comme dans toute autre publication vendue dans le commerce, les publicités des annonceurs qui paraissent dans le bulletin, n’engage en rien la responsabilité de l’Amicale Libérale des pensionnés » Les rêves en bleu Sujet: Question d’actualité. > > > > Aux Nations-unies, ... > > > > Qu'est-ce qui se passe quand une mouche tombe dans une tasse de café? > > > > > L'Italien - jette la tasse et s'en va en rage. > > > > Le Français - jette la mouche et boit le café. > > > > > Le Chinois - mange la mouche et jette le café. > > > > > Le Russe - boit le café avec la mouche; c'est un extra sans frais supplémentaire... > > > > L'Israélien - vend le café au français, la mouche à la Chine et achète pour lui-même une nouvelle tasse de café. Avec le bénéfice des ventes, il met au point un dispositif qui empêche les mouches de tomber dans le café. > > > > Le Palestinien - accuse Israël d'avoir mis une mouche dans son café, dénonce l'agression à l'ONU, fait une demande de prêt aux > Nations-Unies pour financer l'achat d'une nouvelle tasse de café, utilise l'argent pour acheter des explosifs. > Et puis ... > Il fait sauter la cafétéria où l’Italien, le Français, le Chinois et le Russe sont tous en train d'expliquer à l'Israélien qu'il doit donner sa tasse de café au Palestinien... CQFD! D'autres questions?

6

YÄÉÜ|Ä¢zxá cÉ¢Åxá

hÇ|äxÜá| á|à° cÉ¢Åxá wx `ÉÇá|xâÜ UxÜÇtÜw i|ÄÄxyÜtÇv{x wx hÇ|äxÜá|à° wx UÉâÜz xÇ UÜxááx Vxá ÑÉ¢Åxá ÇÉâá áÉÇà ÉyyxÜàá ÑtÜ `ÉÇá|xâÜ UxÜÇtÜw i|ÄÄxyÜtÇv{x? xÇ UÜxááx ÑÉ¢Åxá ;T|Ç< ÅxÅuÜx wx ÄËhÇ|äxÜá|à° |ÇàxÜ úzxá wx UÉâÜz xÇ UÜxááx ;T|Ç< ? \Äá Üçà{ÅxÇà Ät ä|x vâÄàâÜxÄÄx ÄÉÜá wx àÉâàxá ÅtÇ|yxáàtà|ÉÇá M VÉÇy°ÜxÇvxá ?iÉçtzxá TááxÅuÄ°xá N ÅxÜv| õ vx cÉ¢àx ÑÉâÜ áÉÇ {âÅÉâÜ xà áÉÇ °Ä°ztÇvx wtÇá ÄËxåÑÜxáá|ÉÇA wtÇá `xÜv| wx ÇÉâá ÑxÜÅxààÜx wx Äxá w|yyâáxÜ wtÇá vxààx ÜxäâxA
Une nouvelle économie De la violence Merci d’avoir si bien traité, Ce grave sujet de société, D’hier et d’aujourd’hui, Et sans doute aussi, Encore de demain, Puisque tel est le genre humain. On voudrait pourtant rêver d’un monde meilleur, D’où seraient bannis les batailleurs, Les forcenés, les disputailleurs, Les entêtés, les mitrailleurs, Les agressifs et les torpilleurs, Oh ! Si nous pouvions mettre dans la vie Un peu plus d’ordre et d’harmonie, De courtoisie, de délicatesse, Et parfois même de tendresse, Cela changerait le monde, Hélas, mon esprit vagabonde ! Mais, pour une fois où la violence sans doute inévitable, Nous permit de passer un moment agréable, Permettez qu’on vous dise, avec reconnaissance, conférence, Mille mercis pour cette forte conférence, Que nous avons suivie dans la paix et le silence, En nous faisant, bien sûr,. . . une douce violence !François Boursier 46/47
7

Vincent Van Gogh : De l’obscurité à la lumière JanCher Jan-Laurens Siesling, Vincent vous salue, Vous ll’ancien, moi le nouvel élu, Qui orne désormais ’ancien, La première page, d’InterDe la nouvelle pochette d’Inter-Âges. Sur cet autoportrait, j’ai le visage sombre, C’est sans doute la part d’obscurité et d’ombre, Qui se dispute en moi à la lumière, Et que vous traitez de si belle manière, vous savants Votre propos savants méritant reconnaissance, sommesSans doute sommes-nous de vieilles connaissances, Étant natifs tous deux du fameux plat pays Que Brel célébra avec mélancolie, Même si je n’ai pas, comme vous, fréquenté, D’Amsterdam, l’Université, Trop occupé par mes pinceaux et mes couleurs, Je n’en apprécie pas moins, à sa juste valeur, Ce que vous avez, si joliment conté, De mon art, de ma vie tourmentée, retourne Au revoir, je retourne à mes pins parasols, A mes glaïeuls, mes champs de blé, mes tournesols, Que j’ai cueillis et peints en si grand nombre, Pour rejoindre le domaine de l’ombre, Mais permettez que je vous quitte à ma manière, lumière En vous offrant, heureux, mon bouquet de lumière … JanJan-Laurens Siesling 50/51

8

L’Europe : la France (suite)
Nous nous sommes inspiré d’un article Wikipédia, l'encyclopédie libre Nous avons du le rendre plus succin étant donné la richesse de la matière.

La France dans les deux Guerres mondiales
Articles détaillés : Troisième République, Première Guerre mondiale, Entre-deux-guerres, Seconde Guerre mondiale, Régime de Vichy et Gouvernement provisoire de la République française. Par le jeu des alliances, la France entre en guerre au début du mois d’août 1914 contre l’Allemagne, aux côtés du Royaume-Uni et de la Russie. La Première Guerre mondiale, qui fait 1 400 000 victimes françaises et entraîne de nombreuses destructions dans le nord-est du pays, se conclut le 11 novembre 1918 en faveur de l’Entente. Outre le retour de l’Alsace-Lorraine à la France, les conditions de la paix que Paris souhaite imposer à Berlin lors du traité de Versailles sont particulièrement dures : la France compte en effet faire payer les dommages de la guerre à celle qu’elle accuse d’en être la seule responsable. Après quelques années de reconstruction, la France peine à retrouver sa vigueur économique d’avant-guerre. Elle sera néanmoins touchée bien après la plupart des autres puissances par la crise des années 3036. Mais si cette crise est tardive, elle est durable et profonde. Aux difficultés économiques s’ajoute une crise de régime, malgré l’espoir suscité par l’arrivée au pouvoir en 1936 du Front populaire37. Au final, lorsque la France déclare le 3 septembre 1939 la guerre à l’Allemagne nazie, elle sort tout juste de la plus grave crise qu’ait connue la Troisième République. Durant la Seconde Guerre mondiale, le territoire français était divisé entre une « zone occupée » au nord et une « zone libre » au sud, auxquelles s’ajoutaient d’autres zones de taille plus restreinte au statut spécial Après huit mois sans combats (la « Drôle de guerre »), la Wehrmacht envahit le 10 mai 1940 le nord-est de la France, et le Maréchal Philippe Pétain demande l’armistice le juin. Ce dernier obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet, signant ainsi la fin de la Troisième République et la naissance du Régime de Vichy, qui mène une politique conservatrice, traditionaliste et antisémite et collabore avec le Troisième Reich, malgré l’action de la Résistance à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Le débarquement allié du 6 juin 1944 en Normandie sonne le glas du Régime de Vichy, et le début de l’Europe. Au total, ce conflit aura tué moins de militaires que le précédent, mais les victimes civiles sont nombreuses – au moins 75 000 Juifs installés sur le territoire français ont été tués lors de la Shoah – et les blessures psychologiques et politiques longues à cicatriser. La France depuis la Libération Articles détaillés : Quatrième République, Cinquième République et République. Une période de renouveau commence alors pour la France. Si le Général de Gaulle, chef de la France libre, ne peut empêcher l’adoption d’une constitution proche de celle de la Troisième République, l’après-guerre voit la création de la Sécurité sociale et le femmes. La Quatrième République choisit le camp occidental dans la Guerre froide qui s’ouvre à cette époque, entame la décolonisation de l’Asie et de l’Afrique et participe aux débuts de l’Europe. La France entame dans le même temps une période de forte croissance économique, que l’économiste Jean Fourastié appellera « Glorieuses, Le 1er juin 1958, lors d'une grave crise politique liée à la guerre d'Algérie, le général de Gaulle est investi Président du Conseil par l'Assemblée Nationale avec pour mission de donner à la République une nouvelle constitution : la Cinquième République donne au président des pouvoirs plus larges face au Parlemente 89. De Gaulle poursuit et achève la décolonisation de l’Afrique, et affirme l’indépendance de la France face aux États-Unis. Mais la crise étudiante et sociale de mai 1968 met en avant l’archaïsme d’un régime qui semble déconnecté des aspirations de son temps ; malgré la démission du général de Gaulle en 1969, le gaullisme se maintient au pouvoir cinq ans de plus, sous la figure du président de la République Pompidou. En 1974 s’ouvre l’ère post-gaulliste, avec l’arrivée d’une personnalité issue du centre, Valéry Giscard d’Estaing, au poste de présidente 92. Alors que la France entre peu à peu dans la crise des années 70, les premières années de son mandat sont marquées par plusieurs lois actant les mutations de la société française, comme la loi Veil, qui légalise l’interruption volontaire de grossesse (IVG), ou l’abaissement de 21 à 18 ans de l’âge de la majorité. Mais le véritable tournant a lieu en 1981, lorsqu’un président socialiste, François Mitterrand, est élu. Face à la situation économique qui s’aggrave, celui-ci tente 9

dans un premier temps une relance, tout en adoptant des mesures symboliquement fortes comme l’abolition de la peine de mort40. Si François Mitterrand est réélu en 1988, la France connaît entre 1986 et 1988 puis entre 1993 et 1995 deux périodes de « cohabitation », situation jusque là inédite où le Président n’appartient pas au même parti que son gouvernement et qui offre une lecture nouvelle des institutions. Cette situation se reproduit entre 1997 et 2002, mais de façon inversée, après qu’un président de droite, Jacques Chirac, a été élu en 1995, et que des élections législatives ont amené le socialiste Lionel Jospin à la tête du gouvernement. La France adopte dans le même temps la monnaie unique européenne L’élection présidentielle de 2002 est marquée par une surprise électorale, avec l’élimination de Lionel Jospin dès le premier tour au profit de JeanMarie Le Pen, candidat de l’extrême droite42. Jacques Chirac est alors logiquement réélu42, et les gouvernements Raffarin puis Villepin sont marqués par l’opposition de la France à la guerre en Irak43, le « non » au référendum sur la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe et les émeutes urbaines de novembre 2005. Si Nicolas Sarkozy, président à partir de 2007, appartient au même parti que son prédécesseur, la politique qu’il mène se veut de « rupture». Le gouvernement « d’ouverture » que François Fillon forme avec des personnalités issues non seulement de la droite, mais aussi du centre et de la gauche46, doit cependant faire face à la crise économique venue en 2008-2009 des États-Unis
Politique et administration Articles détaillés : république française (régime politique), Administration publique centrale française, Cinquième République et Vie politique en France depuis 1958. La France est une démocratie libérale, dont le gouvernement a la forme d’une république. Les fondements de l’organisation politique et administrative actuelle de la France ont été fixés en 1958 par la Constitution de la Cinquième République. Selon l’article premier de cette constitution, « la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale ». Depuis 2003, ce même article affirme en outre que « son organisation est décentralisée ».

Organisation des pouvoirs

Article détaillé : Cinquième République.

L’organisation des pouvoirs en France est définie par la constitution de 1958, amendée à plusieurs reprises ; le rôle de chaque institution est cependant défini tant par la pratique observée depuis 1958 que par le texte de la Constitution. La France possède un régime politique original par le large pouvoir dont disposent à la fois le Parlement et le Président de la République, ce qui a amené les constitutionnalistes à parler de « régime parlementaire présidentialisé », de « régime semi-présidentiel » ou encore de « régime parlementaire bi représentatif Le pouvoir législatif appartient au Parlement, formé de deux chambres, l’Assemblée nationale et le Sénat. L’Assemblée nationale, chambre basse du Parlement, est formée de 577 députés en 2010, élus pour cinq ans au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans des circonscriptions découpées au sein des départements. L’Assemblée nationale a le dernier mot en cas de désaccord prolongé avec le Sénat sur l’adoption d’une loi. Ce dernier est formé en 2010 de 343 sénateurs élus pour six ans par 150 000 grands électeurs (principalement des élus locaux et est de ce fait considéré comme moins représentatif que l’Assemblée nationale. Le pouvoir exécutif appartient en premier lieu au République, élu pour cinq ans50 au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours. Le Président de la République est le chef de l’État et le chef des armées, il promulgue les lois et peut dissoudre l’Assemblée nationale. Il nomme le Premier ministre, et, sur proposition de celui-ci, les membres du gouvernement. Le gouvernement peut être renversé par une motion de censure adoptée par l’Assemblée nationale. Lorsque la majorité parlementaire et le Président n’appartiennent pas au même parti politique, une lecture nouvelle des institutions voit le jour — on parle alors de cohabitation. Le pouvoir judiciaire, quant à lui, est séparé des deux autres, bien que le Président de la République dispose d’un droit de grâce51. Il est lui même subdivisé entre un ordre administratif, dont la plus haute juridiction est le Conseil d’État, et un ordre judiciaire, dont la plus haute juridiction est la Cassation. Le droit français, de tradition romano-civiliste52, stipule que tout accusé, avant d’être condamné, est présumé innocent, et qu’une affaire peut être rejugée en appel sur demande d’une des parties La conformité des lois à la Constitution, la régularité des scrutins et, plus largement le respect des institutions est contrôlé par le constitutionnel.

10

POUR LA BEAUTÉ DU SOUVENIR , MALGRÉ SA TRISTESSE J’avais 7 ans en 1944.
Par Camille de Barquin
L’auteur nous raconte avec des mots pleins d’émotions, Trois épisodes de la guerre 1940 –1944 qu’il a vécus étant enfant L’un pendant l’exode et l’autre à la libération de septembre et le troisième pendant l’offensive des Ardennes en décembre 1944 – janvier 1945 (Suite)

III. L’Offensive des Ardennes. Dans la deuxième quinzaine de décembre, les Allemands qui, en quelques mois, avaient enregistré des pertes énormes tentèrent donc une contre-attaque et ce fut l’Offensive Von Rundstedt. Opération suicide qui allait coûter la vie à des milliers de soldats tant du côté des Alliés que du côté allemand. Depuis le 6 septembre, nous vivions donc chez ma grand-mère et chez ma tante, mieux connue sous le nom de marraine Adèle. Quelques jours avant Noël, mon père décida alors que la majorité des hommes avait quitté le village, d’aller retrouver son frère à Namur, estimant que de l’autre côté de la Meuse il serait plus en sécurité. Le village fut bien vite envahi par les premières colonnes de véhicules allemands. Il y en avait partout ! Le jour de Noël, les soldats américains postés en embuscade à quelques kilomètres décidèrent de stopper cette avancée allemande et la bataille s’engagea. Tout l’avant-midi, un petit avion de reconnaissance, un petit Jules, comme on les appelait, survola la région tout en se tenant hors de portée des tirs des batteries ennemies. Dès que les premières explosions se firent entendre, il fut décidé de gagner la cave : la cave aux pommes de terre car la voûte en maçonnerie nous offrait une meilleure protection ! Installés là sans aucun confort, nous vécûmes dans l’obscurité des heures pénibles. Les déflagrations succédaient aux déflagrations, la bataille faisait rage mais la cave résistait. Dans l’après-midi, un soldat allemand vint nous rejoindre : il était blessé et avait l’avant-bras dans un énorme bandage. Sans mot dire, il s’installa, lui aussi sur les pommes de terre mais il prit la précaution d’enlever ses bottes, de splendides bottes de cuir qu’il cacha dans les pommes de terre. Je ne compris que bien plus tard la raison de ce geste ! Ces bottes étaient en réalité des bottes américaines qu’il avait probablement dérobées à un soldat américain, un soldat américain qu’il avait peut-être tué… tirait de partout et pour compléter ce cauchemar, des sauveteurs bénévoles avaient libéré le bétail attaché dans les étables ! Ces bottes ne furent jamais retrouvées ! J’ai omis dans ma précipitation de signaler que pendant la bataille nous avions été rejoints par un couple étranger au village. Sans doute surpris par les combats, ces gens avaient-ils cherché leur salut dans notre cave. Sans doute aussi, avaient-ils eu la présence d’esprit d’emporter les superbes bottes en la quittant. Nous n’en sûmes jamais le fin mot. Vers le milieu de l’après-midi, des voix se firent entendre dans la maison et notre blessé sortit bien vite de notre cachette, les bras levés, quelques instants plus tard, il se faisait cueillir par les soldats américains. Un officier se présenta à l’entrée de la cave et nous prévint qu’il fallait partir : la maison était en feu ! Les Allemands avaient caché un camion dans la grange, ce que l’avion de reconnaissance n’avait pas manqué de remarquer et de signaler : ce fut sans doute la raison de la destruction de la maison, car on comprit bien plus tard que les 10 maisons qui furent détruites pendant l’Offensive Von Rundstedt furent celles où précisément des véhicules allemands avaient cherché refuge. Dans notre précipitation, il ne fut évidemment pas question d’emporter quoi que ce soit. En clair, cela voulait dire que nous avions encore exactement ce que nous portions sur le dos ! De la maison de ma grand-mère, il n’allait rien rester et les vêtements que nous y avions déménagés furent complètement brûlés. Je crois pouvoir dire aujourd’hui que nous sommes restés plusieurs jours, peut-être quinze, sans nous changer car les secours mirent un certain temps avant de nous parvenir. Quoi de plus normal dans de telles circonstances ! Nous sommes donc remontés et avons traversé le bâtiment en feu. Le spectacle qui nous attendait était pour un enfant de huit ans, quelque chose d’indescriptibles nombreuses maisons brûlaient, on tirait de partout et pour compléter ce cauchemar, des sauveteurs bénévoles avaient libéré le bétail attaché dans les étables !Des bêtes affolées couraient en tous sens. Nous parvînmes à remonter le village au milieu de la bataille. Aujourd’hui je pense encore, qu'il y eut là un véritable miracle. Car nous sommes arrivés sains et saufs chez le brave Edmond B., notre héros du début septembre. J'ai gardé deux souvenirs précis de ce périple : dans la cour 11

d'une fermette, une cinquantaine de soldats allemands faits prisonniers étaient alignés sur trois rangs, les bras levés, les mains posées sur la tête et encadrés d’Américains, l'arme au poing. Quelques instants après notre arrivée, deux soldats américains entrèrent eux aussi dans la maison et ils déposèrent sur la table deux menus objets - résultat des fouilles des soldats allemands que nous venions de rencontrer -. Visiblement, C'était là de petits cadeaux dont ils nous gratifiaient. Pour ma part, je reçus un petit canif blanc nacré. J'y pense bien souvent et aujourd'hui, je suis encore bien triste de l'avoir perdu dans les jours qui suivirent; il faut dire que la vie que nous menâmes après, fut des plus mouvementée. Le souvenir qu'un enfant de 8 ans peut avoir gardé de ces moments tragiques et je serais tenté de l'écrire en lettres majuscules imprimées – ce ne sont pas ces moments où le danger atteignit la cote maximale, mais le fait que pour la première fois de ma vie, après cinq années de privations importantes, j'allais goûter du chocolat! En effet, en plus des menus objets dont j'ai parlé, les soldats américains nous firent cadeau de quelques tablettes de chocolat. Pensez donc on en avait si souvent parlé... mais nous n'en connaissions ni la forme, ni le goût. Ce chocolat pour nous, gosses de 7-8 ans, cela représentait autant - oserai-je écrire plus - que la fin de la guerre !!! Cela peut paraître puéril aux yeux des adultes et même des jeunes d’aujourd’hui, mais pour comprendre il faut vraiment l’avoir vécu. Pendant ces années de guerre, les seules douceurs dont nous disposions se résumaient à des galettes ou des couques que nos mamans nous confectionnaient. Il y avait pourtant une exception : de temps en temps, ma grand-mère, marraine Lina, comme nous l'appelions, nous préparait des caramels! C'était la fête ! Une fête dont nous ne perdions pas un instant. Dans un poêlon, elle faisait fondre du beurre et du sucre. Quand ces ingrédients avaient atteint leur point d'ébullition, elle versait le contenu de son poêlon sur un appui de fenêtre en marbre qu'elle avait soigneusement nettoyé et enduit d'un peu d'huile de table. Au contact de la pierre froide, son "amonication" se cristallisait rapidement. Bien vite, elle découpait le tout en losanges parfaitement réguliers et cela donnait de succulents caramels dont nous nous délections. Il y avait parfois une variante : plutôt que de partager sa préparation en bonbons, elle roulait le mélange en 2 gros cigares que nous appelions " de grosses sucettes". Elle les protégeait ou mieux nous protégeait en emballant la précieuse friandise dans un morceau de papier à beurre. Et fiers comme Artaban, mon frère et moi, nous léchions durant de longues minutes cette délicieuse douceur. Je m'excuse donc mais je n'ai jamais eu la prétention de raconter l'histoire avec un grand H mais seulement mon histoire, ma petite histoire… et un peu celle d'un patelin dont les chroniqueurs ne parlent pas alors que c'est là, n'en déplaisent à pas mal de gens - qu'eut lieu la vraie première bataille pour stopper l'avancée allemande! La nuit qui suivit, il fut décidé que tous les habitants de "dessus" du village, la passeraient chez Denis D. La maison était intacte, suffisamment vaste pour abriter 15-20 personnes et surtout elle offrait une cave avec une voûte en béton. Pendant plus d'une semaine, nous avons dormi là, sur des matelas que l'on avait étendus par terre, tout habillés car à la moindre alerte, il fallait rejoindre la cave. Nous sommes restés en première ligne plusieurs jours - peut-être 6 - car les Alliés éprouvèrent pas mal de difficultés à reprendre Rochefort. C’est la raison pour laquelle tant de maisons furent détruites à Rochefort. Les Allemands s'y défendaient bec et ongle et les batteries de canons installés à Buissonville les arrosaient d'obus afin de briser leur résistance. Trop inquiet de nous savoir en danger, mon père n'était resté que 3 jours chez son frère à Namur et toujours en vélo, il était revenu nous retrouver. Ce fut pour beaucoup un ouf de soulagement car comme je vous l'ai déjà dit la plupart des hommes avaient quitté le village. Pour nous, c'était la protection retrouvée et pour les autres la présence d'un homme au sein d'un groupe qui comptait surtout des femmes et des enfants. Sa tâche ne fut pas facile; comme il était secrétaire communal et avec l'aide du vieux bourgmestre, il organisa la vie du village. Sa tâche principale fut de faire enterrer toutes les bêtes qui avaient été calcinées dans les fermes complètement détruites par les incendies car toutes n'avaient pas eu la chance d'être libérées à temps. L'hiver fût rude cette année-la, ce qui compliqua considérablement le travail. Je sais - mais pour l'avoir entendu raconter par après -qu'une énorme tranchée avait été creusée derrière chez Marcel et Clara. On poussait tant bien que mal les corps des animaux brûlés sur une sorte de grand traîneau qu'un cheval conduisait vers cette fosse. Cette besogne dura plusieurs jours. Et pendant ce temps-là, nous les enfants, nous avions trouvé des distractions - oui, le mot n'est pas trop fort extraordinaires !! Nous étions 5, il y avait Jean et Auguste, les fils d'Edmond B., Marie-Josée, la fille de notre hôte, mon frère et moi. Totalement inconscients des dangers permanents, nous étions fréquemment au milieu des soldats américains. Il faut dire d'ailleurs tout de suite que ceux-ci nous avaient réellement pris en amitié. Ils nous gratifiaient régulièrement de chocolat, de chewing-gum et parfois même de petits paquets de cigarettes, que nous ne fumions pas, enfin je 12

'en ai pas gardé souvenance : nous les reportions à la maison. Leur gentillesse ne s'arrêtait pas à ces menus cadeaux dont nous raffolions - pensez donc - mais ils étaient réellement charmants avec nous : ils nous faisaient grimper dans leur jeep ou sur leur canon et même nous emmenaient bivouaquer avec eux. Un jour, nous avions été invités à partager leur repas - cela se passait dans une grange située à proximité et au milieu de la bonne humeur générale, ils nous avaient fait manger du poulet. Nous apprîmes un peu plus tard qu'ils avaient fait une razzia dans un poulailler voisin et vous devinez la suite. Je crois me souvenir que les adultes, mes parents, bien sûr, n'appréciaient évidemment pas la chose de la même façon que nous ...! Cette faculté d'adaptation des gens mais plus particulièrement des enfants m'étonne toujours autant aujourd'hui : nous vivions là en première ligne des moments où le danger était permanent mais nous nous en accommodions avec une facilité déconcertante! En maintes occasions, nous avions dû pourtant quitter en hâte nos matelas pour chercher refuge à la cave mais l'alerte terminée, nous reprenions nos places et les jours se passaient ainsi, côtoyant le danger sans toujours bien comprendre. Un jour pourtant, nous avons frisé, et de près, la catastrophe : le projectile tiré par un canon antiaérien avait coupé en deux un V 1 qui passait à proximité. Les débris tombèrent à Forzée à moins de deux cents mètres d'un dépôt d'essence appartenant aux Américains. Heureusement, il n'y eut pas d'explosion... mais par après, j'ai souvent entendu les adultes parler de cela comme ayant été un des pires dangers que nous ayons couru en cette période. Après 10-12 jours, nous avons profité d'un changement - en effet, les Américains furent remplacer par les Anglais - pour réintégrer notre habitation, celle partiellement détruite le 06 septembre et couverte de la bâche. Il était temps car les soldats avaient malmené les meubles qui s'y trouvaient : ils avaient préféré sacrifier les chaises pour se chauffer plutôt que de se servir des nombreuses mannes de bois sec entreposé dans la remise. Ceci n’est en rien une accusation mais la relation d'un fait que je peux garantir comme étant véridique! Les évènements qui suivirent restent flous dans ma mémoire, à l'exception de deux ou trois détails qui y sont toujours gravés. Pendant les 5-6 jours où la lutte fut très dure pour reprendre Rochefort, un canon américain avait pris position sur l'aire de notre grange, détruite par l'incendie du 06 septembre, et avait tiré un premier obus au-travers du mur, provoquant ainsi une large ouverture circulaire, les obus suivants étant passés par cette baie. C'est là un simple détail, me direz-vous; Je vous le concède bien volontiers mais il avait frappé mon attention d'enfant. J'entendis, d’ailleurs, bien souvent, mon père qui en reparlait par après et qui ne manquait jamais d'aller le montrer a nos visiteurs. Le deuxième détail est quant à lui bien plus tragique! A un moment donné, nous avons hébergé dans la maison une cinquantaine de parachutistes. L'officier qui les commandait prenait ses repas à notre table. Il avait pris l'habitude d'enlever son ceinturon en arrivant et il déposait son revolver juste a côté de son assiette. Vous devinez aisément que ce détail est aussi présent dans mon esprit que s'il s'était passé hier! Après quelques jours de repos, ils furent renvoyées au front et si ma mémoire est bonne, ils furent lâchés au-dessus de Bure mais quand ils revinrent, ils n'étaient plus que 16; et je peux vous le garantir, ce détail est aussi clair dans ma mémoire que l'histoire du revolver, je revois cet Officier pleurer comme un enfant. Mes parents eurent bien des difficultés pour l'aider à retrouver un semblant de sérénité! Mais cette sérénité l'a-t-il, un jour, retrouvée? Quand je vois, lors des cérémonies commémoratives, des Vétérans américains qui, 50 ans après, ont retraversé l'Atlantique pour revivre ces événements tragiques, je pense invariablement à lui et je me dis : comme j'aimerais le retrouver, lui... et reparler de tout ceci car s'il est toujours en vie, il n'a certainement pas oublié lui non plus !... Le dernier souvenir se rapporte à nos activités pendant les semaines qui suivirent ces douloureux événements. Comme les campagnes environnantes étaient toujours jonchées de débris de chars, de canons, le vieux camions, nous étions fréquemment en quête de trophées mais le plus grand sport consistait à ramasser les douilles d’obus en cuivre Nous en avons rapporté des dizaines et des dizaines à la maison, et de toutes les dimensions. Quand la guerre fut finie, ce fut la ruée vers ces trésors de guerre et il n'est pas le moindre cousin qui, se rappelant subitement des liens de parenté qui nous unissaient, ne vint quémander une ou deux de ces précieuses douilles, car le nec plus ultra consistait à les décaper, à les sidoler, à les faire briller pour ensuite les déposer sur la cheminée et ainsi décorer la salle de séjour. 13

Si le village a beaucoup souffert au cours de cette deuxième guerre mondiale - il porte encore aujourd'hui des traces indélébiles - il faut pourtant signaler que le bilan humain fut extrêmement réconfortant : pas une seule victime civile, un véritable miracle ! Il y eut bien un décès pendant l'Offensive des Ardennes, mais ce ne fut pas une victime de la guerre. Le Vieux L. décéda le 26 ou le 27 décembre 1944 mais des suites de maladie ; il est à noter que pendant la bataille, un obus avait traversé sa maison de part en part. Ceci provoqua, chez lui, très certainement une très grande frayeur mais il ne fut pas atteint par le projectile ou par les débris dus à la déflagration. Le village avait été béni car d'autre part, les 17 prisonniers que comptait Buissonville rentrèrent tous, plus ou moins bien portants, au pays. Ce bilan très positif fut malheureusement quelque peu flétri car quelques semaines après leur retour, D., un de ces prisonniers, se tua malencontreusement dans un accident de moto. Pas mal de maisons furent reconstruites ; certaines, malheureusement, ne le furent jamais et certaines familles quittèrent définitivement le village et cherchèrent asile ailleurs.

BUISSONVILLE

LE DÎNER DE L’AMICALE LIBÉRALE DES PENSIONNES DE ROCHEFORT

14

(suite) Les civilisations anciennes : Le pays de Sumer
L'origine de la civilisation sumérienne La civilisation sumérienne est apparue selon Jean Margueron du fait que l'épeautre - céréale poussant naturellement depuis des millénaires à proximité des berges du Tigre et l'Euphrate - a permis il y a 9000 ans à l'homme d'alors de se sédentariser en remplaçant le besoin de s'alimenter au jour le jour par la possibilité de stocker des céréales, donc des aliments, sur une année. Cette mutation décisive induisit les premières structures urbaines, rendant nécessaires des travaux d'irrigation d'une exceptionnelle ampleur, sur des milliers d'hectares. La civilisation sumérienne se développa en inventant l’écriture et l’architecture. L’apparition de cette civilisation urbaine peut paraître soudaine (vers le IVe millénaire av. J.-C. avec la Période d'Uruk). On ne sait d'ailleurs pas d'où viennent les sumériens, la langue sumérienne n'appartenant ni au groupe des langues sémitiques, ni à celui des langues indo-européennes, le fameux mythe d’"Abgar" (les Sept Sages) impute la première civilisation du pays par ces nouveaux immigrants étranges « arrivés de la mer ». Il est possible qu'ils soient venus du souscontinent indien ou d'Asie en longeant le littoral iranien. D'autres hypothèses les feraient venir du nord (Asie Mineure ou Zagros) Pourtant certains auteurs, comme Jean Louis Huot (cf. Bibliographie) pensent que cette civilisation est le résultat de la lente évolution par sédentarisation des communautés humaines qui occupaient le sud de la Mésopotamie depuis une dizaine de millénaires. À un certain moment, elles se sont dotées de l'outil qui leur permit de noter leur langue, le sumérien. Cette civilisation a probablement décliné et disparu à cause de la stérilisation saline des terres agricoles (l'infiltration dans les sols des eaux d'irrigation aurait fait monter à la surface et s'y concentrer les sels minéraux contenus dans la nappe phréatique1) et du déplacement géographique des lits des fleuves. L’utilisation de l’écriture est concomitante d'une organisation complexe de la société. Elle est administrée, de façon méticuleuse et tatillonne, par un État monarchique et sacerdotal dirigé par un roi (lugal, « homme grand ») ou un prince (ensi, autrefois lu patesi). Le sumérologue Th. Jacobsen propose l’idée d’une démocratie primitive aux origines de Sumer. En s’appuyant principalement sur les mythes qui mettent en scène des assemblées où interviennent des héros, des hommes ou des divinités (épopée de Gilgamesh), il pense que la plus ancienne institution politique aurait été une assemblée d’hommes libres où des Anciens auraient géré des affaires courantes et lorsque le besoin s’en faisait sentir, auraient délégué des pouvoirs pour des travaux importants ou à un lugal en cas de guerre. Dans ce système, les autorités religieuses et royales auraient pu se développer au détriment d’hommes libres. Karl défend la thèse d’un État "hydraulique". La civilisation sumérienne offre un exemple, parmi d’autres, de l’existence d’un pouvoir despotique exigé par la nécessité d’organiser et d’administrer un réseau de distribution de l’eau : il fallait répartir équitablement celle-ci, mais aussi obtenir par la corvée le travail nécessaire à la création, puis à l'entretien de ce réseau. Cette théorie pouvait facilement se fondre avec celle d’une démocratie primitive et le despotisme du pouvoir royal. Elle a été combattue, notamment après les recherches de R. McAdam, qui montrent que les réseaux d’irrigation de Sumer au début du IIIe millénaire ne nécessitaient pas un pouvoir coercitif, chaque agglomération n’ayant besoin que d’un territoire réduit pour subvenir à ses besoins. De plus, les historiens n’ont pas trouvé dans les textes la preuve que le despotisme oriental soit issu des problèmes liés à la gestion de l’eau, même si l’une des tâches royales a été d’assurer la construction et la gestion des canaux. Gudea, prince de Lagash, statue dédiée au dieu Ningishzida, v. 2120 av. J.-C., musée du Louvre Les recherches en ce domaine ne sont pas terminées et l’on peut se demander si l’aménagement régional de Mari, dont la réalisation a certainement exigé de très gros moyens en hommes et en temps, a pu se faire sans un pouvoir coercitif, s’appuyant sur l’idée de l’État et de ses besoins.

15

Civilisation et art : .Les Sumériens et leurs successeurs Akkadiens possédaient une culture exceptionnellement avancée, on leur doit notamment :
• • • • • • • • • • • • • • •

• •

la fondation des premières cités-Etats (Ur, Lagash, Uruk, Umma, etc.) ; le premier système politique à deux assemblées ; le travail du cuivre ; l'invention de la roue : voir pot de Bronocice ; l'utilisation de la brique dans la construction d'habitations ; la première architecture religieuse connue (temples puis ziggourats) ; le développement de la statuaire ; la glyptique (art de graver sur des pierres fines) ; l'écriture, à la base des chiffres, après pictographique, puis cunéiforme ; les mathématiques et l'écriture des nombres en système sexagésimal : numération sumérienne ; le premier système scolaire ; les premières formes d'esclavage ; le commerce et la notion d'argent ; l’invention de la bière (Sikaru) et par la même occasion de l'alcool.2 Religion : La religion sumérienne a influencé l'ensemble de la Mésopotamie pendant près de 3000 ans, ainsi que les onze premiers chapitres de la Bible. Elle est une composante très importante de la vie, privée comme publique, des Sumériens et donne naissance à des représentations artistiques comme à des œuvres littéraires. Dans la conception sumérienne, le souverain n'est que le dépositaire de la divinité : sa fonction est sacerdotale aussi bien que politique. La religion sumérienne est caractérisée par son polythéisme et son syncrétisme. Son panthéon compte une grande variété de dieux, structurée en une hiérarchie stricte, calquée sur la société humaine. Au sommet se trouve la triade cosmique constituée de An (« dieu-ciel »), maître du ciel, roi des dieux, et sa parèdre Antum ; Enlil (« seigneur-air »), maître de la terre, démiurge, dieu protecteur de Nippur, et sa parèdre Ninlil ; Enki (« seigneur-terre » ?), Ea pour les Sémites, maître des eaux douces, dont la ville sainte est Eridu. Sous cette triade se trouvent les divinités astrales comme le dieu-lune Nanna (Sîn en akkadien) et le dieu-soleil Utu (Shamash en akkadien) ; puis les dieux infernaux et les dieux guerriers ; puis les dieux de la nature et les dieux guérisseurs ; puis les dieux d'instruments (pioche, moule à briques, etc.) et enfin les esprits et autres démons. ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Rue de Livourne, 25 à 1050 Bruxelles Tél 02/538.10.48 – Fax 02/542.87.45 ligueliberaledespensionnes@mut400.be www.ligueliberaledespensionnes.mut400.be Parce qu’à 50 ans, on a une vie riche d’expériences qui rendent unique notre perception du monde… « Ca m’interpelle » est un concours destiné aux seniors, à toutes les personnes de 50 ans et plus et veut être le reflet de leur vision de la société actuelle et leur donner l’occasion de poser un regard critique sur le monde..A 50, 60, 70 ans et peut-être même plus, qu’est-ce qui interpelle ? Au travers d’une photo accompagnée éventuellement d’un commentaire, faites nous savoir ce qui attire votre attention, vous questionne ou vous laisse perplexe..La participation au concours est entièrement gratuite. Trois prix seront attribués : le Papyrazzi, le prix du Web et le prix de la jeunesse avec à la clef trois beaux lots (un appareil photo numérique, un cadre photo digital et une imprimante photo). Le règlement complet du concours peut être obtenu sur demande par téléphone au 02/538.10.48, par mail à ligueliberaledespensionnes@mut400.be ou accessible sur le site web www.ligueliberaledespensionnes.mut400.be. Le concours est organisé à l’initiative des asbl Ligue Libérale des Pensionnés et Centre Libéral d’Action et de Réflexion sur l’Audiovisuel – Clara. 16

A 50, 60, 70 ans et peut-être même plus, qu’est-ce qui interpelle ? Au travers d’une photo accompagnée éventuellement d’un commentaire, faites nous savoir ce qui attire votre attention, vous questionne ou vous laisse perplexe.

A gagner : un appareil photo numérique un cadre photo digital une imprimante photo Date limite d’envoi des photos : 11 mars 2011
Concours organisé par la Ligue Libérale des Pensionnés et le CLARA et avec le soutien de la CGSLB, Heremans Printing, des Mutualités Libérales, de la Communauté française, de la Région Wallonne et de la Région Bruxelles capitale. .

Les avatars du Garum

(suite)
17

Le garum est le nom latin d’un condiment à base de poissons saumurés et lacto-fermentés
4) MURRI Les Arabes qui, au VIIIe siècle, fondent les califats abbasside à Bagdad et omeyyade à Cordoue y lancent deux types de garum rebaptisé murri (sans doute en souvenir des muriatica salsa ) . Contrairement à l’ancêtre romain, il ne se fait pas uniquement avec du poisson mais aussi avec des céréales. Le Maghrébo-Andalou Ibn Razin Tujibi décrit leurs modes de fabrication dans le livre de cuisine qu’il rédige vers 1250 et intitule Fudalat al-Kiwan (Les délices de la table- MURRI D’ANCHOIS Sa recette de murri d’anchois diffère toutefois de celle du garum antique: un demi-litre de jus de raisin (= moût) est mélange avec 500 gr d’anchois frais. Le tout est brassé et ensuite tamisé. Le filtrat est mis à fermenter jusqu’à ce que “son bouillonnement se calme”. Autrement dit, ce murri subit une fermentation alcoolique et évoque la flos per se de l’oenogarum appréciée par Pline. L’élaboration de ce dernier se fait toutefois différemment : en mélangeant simplement du liquamen “extra-vierge” (sans épices ni aromates) avec du vin. Le murri de poisson n’est en principe pas destiné à être bu mais à assaisonner des mets. Tujibi stipule qu’il sert notamment à napper des oeufs frits. À l’instar de son collègue agronome Ibn Luyun, l’auteur des Délices de la table laisse en outre entendre que le murri d’anchois est interdit, comme tout autre produit alcoolisé. Pourquoi en décrit-il alors la procédé de fabrication? Sans doute parce que la civilisation maghréboandalouse est multiculturelle et applique les préceptes d’Allah avec un certain laxisme! Le vin y coule d’ailleurs à flots... Tujibi aurait néanmoins pu recourir à la technique du garum romain “nature”, d’autant plus que Cadix en était un des plus importants centres de production et que le procédé antique n’y est pas tombé en désuétude au Moyen Âge. La spécialiste de la gastronomie maghrébo-andalouse, Lucie Bolens en a retrouvé différentes mentions dans les textes scientifiques et littéraires produits sur la Péninsule ibérique avant la Reconquista . La négligence de Tujibi est d’autant plus étonnante que les Arabes se sont efforcés de sauver et perpétuer l’ensemble des sciences gréco-romaines, non seulement en Orient mais aussi et, surtout, en Extrême-Occident. MURRI DE CÉRÉALES, SHOYU ET ZUR En revanche, le murri de céréales (blé, orge) saumurées et lacto-fermentées est inconnu des Anciens. Ce condiment est sans doute également très vieux et à première vue d’origine mésopotamienne. Murri est en effet dérivé de l’akkadien muratum signifiant saumâtre. Il est, de surcroît, le prototype des shoyu-s / miso extrême-orientaux, qui sont des sauces/ pâtes lacto-fermentées à base de soja (une légumineuse) et de blé (une céréale). Par ailleurs, le murri liquide se rapproche du zur polonais, un jus lacto-fermenté fait à partir de blé et, luiaussi, connu depuis la nuit des temps. Que cette connexion entre le monde slave et mésopotamien ne nous surprenne pas. La bière paléo-babylonienne, fabriquée avec du pain, est appelée kas en sumérien, ayant donné kwas en russe, qui est aussi une bière de pain. Le Zur est en outre à l’origine de la Braga également polonaise qui est une autre espèce de bière, s’inscrivant dans le continuum de la cervoise celte. Celle-ci démarre à partir d’une bouillie liquide de malt. Il s’agit, en l’espèce, d’une céréale ayant subi une germination intervenant naturellement en milieu humide et transformant l’amidon des graines en sucres fermentescibles, c’est-à-dire susceptibles de se transformer en alcool sous l’action de levures. La technique brassicole moderne qui est fondée sur des règles analogues appelle cette bouillie: “salade”. À l’instar du zur et du shoyu, le murri de céréales n’est pas alcoolisé et peut donc être consommé sans crainte par les adeptes inconditionnels du Coran. Le dernier semble cependant avoir disparu de la cuisine arabe. Lucie Bolens signale encore sa présence en Algérie au XVIIe siècle5) LES MODERNES CONSERVES DE POISSONS LACTO-FERMENTÉS Actuellement, les méthodes de conservation du poisson ont fort évolué (cf. appertisation, surgélation) en sorte que la fermentation lactique lui est de moins en moins appliquée. Les principales exceptions concernent le hareng et, surtout, l’anchois Si les plus connues font partie de la famille des MURIATICA salsa, quelques confections perpétuent néanmoins le garum. - TIDBIT ET SURSTRÖMMING Le hareng a surtout du succès dans les pays nordiques; il y est conservé à la façon des MURIATICA salsa , donc sans la moindre décomposition Pour réaliser le TIDBIT islandais, les pêcheurs disposent les harengs fraîchement attrapés dans des tonneaux, avec du sel, du sucre et des épices (cardamome, poivre, coriandre, gingembre, cannelle). Dès que la saumure les recouvre entièrement, les tonneaux sont fermés et placés dans la cale du bateau, où ils restent jusqu’à l’arrivée au port. À terre, les 18

tonneaux sont entreposés dans un endroit frais, où se produit la maturation qui peut durer un an. Les harengs sont ensuite égouttés, leurs filets sont levés et conditionnés dans du vinaigre. Quoique le SURSTRÖMMING suédois repose sur un principe comparable, les harengs produisent en cours de fermentation un dégagement gazeux pour le moins étonnant et parfaitement exceptionnel, n’ayant pas encore été analysé de façon concluante par les biochimistes. Ceux-ci ont simplement pu établir qu’il s’agit d’hydrogène sulfuré. Son odeur bien connue d’œufs pourris s’échappe des douves des tonneaux en sorte que seuls les anosmiques osent s’en approcher... Rien d’étonnant dès lors qu’il ne soit apprécié que par les noctambules imbibés qui, grâce à son violent remugle, sont remis d’aplomb et peuvent même recommencer à faire la fiesta; le SURSTRÖMMING est en effet hyper salé et dessèche complètement les gosiers qui doivent à nouveau être arrosés! Bien que les harengs aient évidemment perdu leur fermeté, ceux-ci gardent néanmoins leur intégrité et ne sont pas réduits en bouillie, comme l’hallex. Le SURSTRÖMMING s’en distingue aussi parce qu’il envoie des gaz puants et risque de produire pour cette raison des effets pour le moins spéciaux. La boîte qui le contient explose comme une bombe quand on la transporte en avion! C’est pourquoi il est en principe interdit à l’exportation... Dans les régions méditerranéennes, l’anchois est le favori de la fermentation lactique. Le procédé utilisé est comparable à celui mis en œuvre pour la MURIATICA salsa (et donc le TIDBIT ): les anchois saumurés sont disposés en couches superposées dans des fûts qui sont hermétiquement couverts. Ils y restent pendant 4 à 6 mois pour être ensuite reconditionnés dans de l’huile. On lève généralement les filets qui sont souvent roulés et enveloppent un câpre au vinaigre. Ce mariage est incontestablement une rémanence de l’oxygarum . Comme durant l’Antiquité, des accidents se produisent. Nous avons, en l’occurrence, eu une surprise très désagréable avec des conserves d’anchois à l’huile qui étaient complètement faisandés.

Quelquefois les anchois lacto-fermentés sont broyés et mélangés à du vinaigre et des aromates. Cette pâte est conditionnée dans un tube aux fins de commercialisation et sert notamment de base à la confection de l’anchoyade, une spécialité de Draguignan, qui est une autre rémanence de l’oxygarum. L’ HALLEX (première génération) survit en Provence sous son nom d’origine tout au long du Moyen Âge voire au-delà. Ensuite il est rebaptisé pis salat. Reboul décrit sa préparation dans La cuisinière provençale (Marseille, vers 1880). Elle est identique à celle évoquée par Pline: des anchois fraîchement pêchés sont entassés dans des barils en couches alternées avec du sel et couverts. Ils sont abandonnés à eux-mêmes durant 8 jours. Ensuite les poissons en voie de décomposition sont passés au tamis et la purée ainsi obtenue est conservée dans des pots de verre placés dans un lieu frais. Le pis salat entre dans la farce de la pissaladière (qui lui doit son nom), une délicieuse tourte provençale n’ayant donc rien à voir avec la pizza napolitaine. Le pis salat se fait parfois avec de la melette (un genre d’esprot) et est alors surnommé Melet. COLATURA D’ALICI La colatura di alici (coulis d’anchois) de Cetera (proche de Salerne et d’Amalfi) est par contre un héritier du liquamen. Sa fabrication diffère légèrement de celle de l’ancêtre romain. Ne pouvant faire agir l’hydrolyse enzymatique, étant donné que les poissons ont été vidés de leur tube digestif, un autre moyen est utilisé pour liquéfier la chair: celui de la double fermentation. Des anchois déjà lacto-fermentés sont soumis à une seconde maturation au cours de laquelle ils passent également de l’état solide à l’état liquide. La colatura di alici est déjà fabriquée de cette façon au XIIIe siècle par les moines cisterciens de S. Pietro di Tuczolo. Leur façon finit par supplanter le procédé antique. Durant le Moyen Âge central, la recette de Gargilius Martialis est au reste quasiment tombée en désuétude sur la Péninsule italique. Aujourd’hui, la colatura di alici est principalement utilisée dans la cuisine amalfitaine et aromatise de délicieuses sauces pour spaghettis ou linguine.
- PIS SALAT 19

- GAROS GRÉCO-TURCS Le garum ou Garos fabriqué selon les recommandations de Gargilius Martialis survit par contre au sein de l’Empire byzantin où, comme on l’a vu, la formule continue d’être recopiée (cf. supra dans les Géoponiques). Les Ottomans l’adoptent à leur tour lors de la prise de Constantinople (1453). Au XVIe siècle, le naturaliste français Belon y signale sa présence dans son célèbre ouvrage : Les observations de plusieurs singularités et choses mémorables trouvées en Grèce, Asie, Judée, Égypte, Arabie et autres pays étrangers. Aujourd’hui on peut encore dénicher du Garos dans certaines régions de Grèce et de Turquie NUOC-NAMS EXTRÊME-ORIENTAUX solide que liquide. Il n’est pas exclu que la Mésopotamie C’est toutefois en Extrême-Orient que l’on retrouve les plus nombreux descendants du garum aussi bien, berceau possible des condiments de poissons lactofermentés (SIQQU - cf. supra), ait joué un rôle dans leur diffusion sur le Continent asiatique, de la même manière qu’elle les probablement transmit à l’Occident. La forme liquide du garum asiatique est connue en Europe sous le nom vietnamien de nuoc-nam, un descendant du liquamen et une variante de la colatura d’alici . Le nuoc-nam est réalisé avec des anchois non vidés et résulte d’une fermentation lactique se combinant à une hydrolyse enzymatique. Le nuoc-nam vendu en Europe n’a cependant rien à voir avec la version originale dont l’odeur est sans doute encore plus pénétrante que celle du garum ; pour cette raison, les fabricants en ont créé une variété édulcorée destinée à l’exportation. Les nuoc-mam “hards” circulent à peu près partout en Extrême-Orient, quoique souvent sous d’autres appellations: nampla en Thaïlande, budu en Malaisie, kaomi et ounago au Japon . Signalons que ce pays fabrique également une curieuse conserve de bonite (variété de thon), à la fois fermentée, séchée et fumée, aussi dure que du bois. Les Japonais ne la font pas ramollir dans de l’eau mais la râpent avant de l’utiliser en cuisine. Est-il possible que cette conserve de bonite du Pays du soleil couchant soit l’héritier de la melandrya gréco-romaine? Par ailleurs, le garum solide survit dans le trassi indonésien, le prahoc cambodgien, le mam vietnamien. Ces pâtes de poisson sont confectionnées de la même manière que le pissalat ou l’hallex de la première génération (obtenus sans hydrolyse). Elles ne sont en principe pas exportées en Occident. Les jus et pâtes extrêmeorientaux sont par conséquent élaborés séparément, à l’instar des condiments issus de la fermentation lactique du soja: shoyu (sauce de soja) et miso (pâte de soja). À l’origine, ceux-ci étaient néanmoins aussi obtenus en même temps. Une hydrolyse incomplète permettait de réaliser à la fois un produit solide et un produit liquide, comme dans la recette de Gargilius Martialis destinée toutefois aux poissons. Les Philippines sont le seul pays au monde où on fait encore du garum selon cette manière. Des anchois non vidés, saumurés et lacto-fermentés subissent une hydrolyse partielle. La liqueur ou liquamen qui s’écoule du vase s’appelle pastis, tandis que le résidu (hallex “nouvelle vague”) est baptisé bagoong.WORCESTERSHIRE SAUCE Un mot pour terminer sur la Worcestershire Sauce, également à base d’anchois saumurés, qui est manifestement un souvenir de la colonisation de l’Asie par l’Empire britannique. Elle peut être considérée comme un avatar du nuoc-mam mais arrangé à l’anglaise et trahissant sans vergogne son modèle extrêmeoriental ...Le ketjap manis, une sauce au soja aigre-douce d’origine indonésienne, a connu une aventure comparable. Les fast-foods anglo-saxons l’ont complètement dénaturée et en ont fait le fameux ketchup pour junkies.

20

Nouveau dossier de cuisine sur l’équilibre de la nourriture
LE RÉGIME CRÉTOIS
Davantage qu’un régime minceur, le régime crétois est un "régime santé" qui peut être en particulier recommandé pour prévenir les affections cardio-vasculaires... Le régime crétois n'est pas, à proprement parler, prévu pour perdre du poids. Protéger le cœur et les vaisseaux En 1956, une étude a comparé les taux de mortalité coronarienne et les habitudes alimentaires de 7 pays occidentaux. Résultat ? La mortalité cardio-vasculaire des Crétois était beaucoup plus basse que dans les autres pays. Le secret ? Une alimentation riche en vitamines et minéraux, en fibres, assez pauvre en graisses saturées. C’est une alimentation équilibrée, saine, particulièrement riche en fruits et légumes frais ou secs et en céréales. Régime pauvre en graisses animales, l'huile d'olive constitue la principale source de lipides. Poisson, viande blanche et œufs sont consommés plusieurs fois par semaine. Fromage blanc de chèvre et de brebis sont les produits laitiers les plus présents Pour tenter d'appliquer les conseils diététiques d'un régime crétois, il est recommandé de : Réduire - le beurre (à remplacer par l’huile d’olive ou des margarines, même en pâtisserie). - le sucre (à remplacer par du miel). - éviter les viandes rouges, riches en acides gras saturés. Préférer les volailles, le lapin. - limiter la consommation de produits à base de lait de vache. Consommer - des fruits crus, cuits, secs (400 g par jour). - des légumes crus et cuits (pour préserver les vitamines), des légumineuses et des céréales, du pain complet ou au levain. - du fromage de chèvre et de brebis, des yaourts maigres, du lait écrémé. - du poisson, au moins trois fois par semaine, plutôt des poissons gras, à cuire à la vapeur ou en papillote. - des huiles riches en acides gras mono-insaturés. L'huile d'olive bien sûr, mais également de colza ou de soja. - de la salade, consommée en grande quantité par les Crétois et qui leur fournit des nutriments essentiels. - 1 à 2 verres de vin (pas plus !) par jour, pour les poly phénols. - des herbes et aromates frais, bons pour la santé et agréables aux papilles. La notion d’énergie La calorie est une unité de mesure de l’énergie contenue dans une certaine quantité d’aliment (en général 100 grammes). A l’origine, la calorie est une unité de mesure physique : c’est la quantité nécessaire pour élever la température d’un gramme d’eau de 1 °C. En diététique, la valeur énergétique d’un aliment correspond à la quantité de chaleur dégagée par sa combustion. _________________________________________________________________ Pour vivre en forme longtemps, rien de tel que la prévention. En clair : une bonne hygiène de vie, au quotidien. Conseils et explications point par point pour garder... la santé ! Équilibrez votre alimentation Pourquoi ? Toutes les études le confirment : une alimentation variée et équilibrée constitue un facteur de prévention contre le cancer, les maladies cardio-vasculaires, l’ostéoporose, l’obésité et l’hypercholestérolémie. Comment ? En suivant les repères du PNNS (Programme National Nutrition Santé) : > augmenté la consommation de fruits et légumes pour atteindre un quota d’au moins 5 par jour.> consommer des aliments sources de calcium (essentiellement les produits laitiers et, en complément, les légumes, voire les eaux minérales qui en sont riches) pour atteindre les apports conseillés soit 3 laitages par jour 21

> limiter la consommation de graisses, en particulier saturées (viandes, charcuteries, fromages, viennoiseries…) > augmenter la consommation de féculents sources d’amidon, notamment des aliments céréaliers complets > limiter la consommation de sucre et d’aliments riches en sucre (sodas, bonbons, confiture, chocolat…). Restez sobre Pourquoi ? Hyper calorique (1 g = 7 Kcal), l’alcool se diffuse largement dans l’organisme avant d’être dégradé par le foie, en une molécule toxique. Ainsi, une consommation élevée serait à l’origine de cancers (bouche, pharynx, œsophage, côlon, rectum, sein…), et augmenterait le risque de mortalité globale, notamment cérébro vasculaire. Comment ? De la modération ! Privilégiez les boissons peu alcoolisées au détriment des alcools forts secs ou mélangés à des sodas ; buvez lentement et posez votre verre entre chaque gorgée ; ayez un verre (d’alcool) pour le plaisir, et un verre (d’eau) pour la soif ; ne dépassez pas l’équivalent de 2 verres de vin de 10 cl ou 2 bières de 25 cl ou 6 cl d’alcool fort par jour. Enceinte, faites l’impasse. Méfiez-vous du soleil Pourquoi ? Les expositions prolongées entament le capital soleil. Le vieillissement cutané est accéléré, le risque de cataracte accru. Les UVA comme les UVB sont cancérigènes. Comment ? Évitez de vous exposer l’été entre 12h et 16h. Ne vous mettez jamais au soleil sans une couche de crème à fort indice et renouvelez régulièrement l’application. Portez des lunettes de soleil protectrices, surtout sur la neige ou la mer, où la réverbération est importante. Renoncez au tabac Pourquoi ? Outre les pathologies cardiovasculaires et les cancers, le tabac fait courir beaucoup de risques aux femmes : associé à la pilule, il favorise la formation de caillots, abîme la paroi des vaisseaux et les rétrécit, augmentant le risque de phlébite et de thrombose ; il précipite la décalcification ; il multiplie les risques de grossesse extra utérine, de fausse couche, d’accouchement prématuré, de césarienne et de retard de croissance du fœtus. Comment ? N’y touchez pas ! S’il est trop tard, faites-vous aider ! (www.tabac-info-service.fr) Bougez Pourquoi ? Il est reconnu que l’augmentation de la dépense énergétique par le biais de l’exercice physique réduit le risque de maladies cardio-vasculaires, de diabète de type II, d’obésité, de cancers et d’ostéoporose. Une activité sportive régulière améliore aussi la silhouette, le bien-être et l’estime de soi. Comment ? On peut être actif sans être sportif, et bouger sans modifier son mode de vie. Pratiquer au moins une demi-heure de marche rapide par jour ou l’équivalent suffit. Alors n’hésitez pas à marcher d’un bon pas sur les trajets courts, descendez du bus ou du métro une station avant, faites vos courses à pied plutôt qu’en voiture, bannissez escalators et ascenseurs… Le week-end, programmez une activité : vélo, roller, balade, piscine… Assurez-vous un suivi médical Pourquoi ? Mieux vaut prévenir que guérir, ne dit-on pas ? Plus une maladie est détectée tôt, plus elle a de chances d’être soignée. De simples examens de contrôle le permettent. Comment ? Faites un check-up (prise de sang, tension…) auprès de votre généraliste au moins tous les deux ans. Consultez votre gynécologue une à deux fois par an minimum, votre ophtalmologue une fois tous les deux ans, votre dentiste tous les ans, votre dermatologue tous les ans. ____________________________________________________________________________________ 20/2/2011 DINER de L’AMICALE LIBÉRALE ES PENSIONNES

cours de cuisine cours de PS. 83
22

pour vos enfants
Technique pour Cuisiner le poisson

Relations intergénérationnellesT

Deux conditions pour réussir un plat de poisson, de coquillages ou de crustacés: qu'ils soient frais et qu'ils soient cuits en douceur sans les noyer Comment réussir une grillade de poisson Entiers, en filets, en darnes, en brochettes, c'est grillé que les poissons dévoilent leurs vraies saveurs. Tout simplement et spontanément assaisonnés de sel et de poivre ou aromatisés d'huile d'olive et d'herbes, les poissons au barbecue seront un délice. À cause de la délicatesse de sa chair, la cuisson du poisson sur le barbecue nécessite des accessoires spéciaux: grille à poisson entier, grille à darnes, filets et brochettes de poisson. Ou placer le poisson sur un alu double et huilé L'importance du temps de cuisson : Le secret de la réussite d'une bonne grillade de poisson est la fraîcheur du produit et le temps de cuisson: un poisson trop cuit est un plat manqué! Pour les filets et les darnes, compter 3 minutes de cuisson à chaleur vive par centimètre d'épaisseur. On consomme les poissons entiers lorsque la chair à l'arête est d'une teinte rosée. Si vous avez des doutes, utilisez un thermomètre à viande et arrêtez la cuisson quand vous atteignez 60 °C 140 °F) à cœur. Marinade pour tout poisson : Les poissons, même les plus fermes, n'ont pas besoin qu'on les +attendrisse avec de la marinade. A priori, l'huile d'olive, le jus de citron ou de lime, l'origan ou l'aneth puis la fleur de sel sont compatibles et rehaussent agréablement la chair des poissons. Alors pourquoi ne pas vous constituer une réserve de «marinade tout poisson» comme celle qui suit: pour une quantité de jus de citron ou de lime, mélangez trois quantités d'une bonne huile d'olive et une quantité raisonnable d'une herbe que vous affectionnez. (Par exemple L’aneth) Badigeonnez généreusement vos poissons de cette préparation et assaisonnez de fleur de sel en fin de cuisson. Dorades, rougets, truites, sardines et les autres : Passer un été sans avoir prévu un de ces poissons grillés en entier à son menu est impardonnable. Badigeonner tout simplement de la préparation mentionnée ci-dessus le poisson de votre choix fera le plaisir de vos convives. Pour les brochettes... Privilégier les poissons exotiques et méconnus comme la lotte, le requin, l'espadon et le silure d'Amérique (tout nouveau sur le marché). Ces poissons à chair ferme et sans arêtes rejettent leur forme et leur texture à la cuisson. ... et les papillotes! L'inconvénient de cette méthode de cuisson est qu'elle empêche le contact fumée / chair, objectif de la cuisson au barbecue. En revanche, elle a au moins deux avantages: - Les papillotes sont pratiques et facilitent la vie car on peut les préparer d'avance. - Avec la cuisson en papillote, on fait d'une pierre deux coups: la cuisson des légumes et la cuisson des poissons. 5- Déposer sur une grille bien chaude et quadriller les plus grosses pièces ou les darnes. - Terminer la cuisson des grosses pièces à couvert ou au four. On peut inciser leur peau pour favoriser la pénétration de la chaleur jusqu'au centre. - Conserver le plus possible de peau pour la cuisson; en grillant, elle parfumera agréablement la chair, tout en lui conservant ses sucs et son moelleux. - Les poissons gras et semi-gras sont plus savoureux sur la grille (sardine, maquereau, saumon, thon, etc.). - Les poissons plats (barbue, turbot, raie, sole, plie, etc.) se posent du côté de la peau blanche en premier sur la grille. - Les poissons ronds (sardine, maquereau, rouget, bar, doré, etc.) se posent l'épine dorsale à gauche premier sur la grille. - Certains poissons peuvent être tronçonnés et cuits sous forme de darne (saumon, colin, thon, flétan, etc.). - Si la pièce à cuire est plus mince d'un côté, tenir cette partie plus loin de la source de chaleur. Les Crustacés Homards, crabes et crevettes au menu i vos crustacés sont caoutchouteux, fibreux, secs et fermes, c'est qu'ils ont subi une trop longue cuisson .Les crustacés ne feront pas mentir l'adage qui dit que plus c'est simple, c'est meilleur. Pourquoi compliquer les choses et masquer la saveur naturelle déjà si raffinée de ces aliments ? À mon sens, les deux meilleures manières de les apprêter sont : 1. Les cuire, juste le temps qu'il faut, compter six minutes par livre, dans l'eau de mer, dans la mesure du possible, ou tout simplement dans de l'eau additionnée d'algues et arroser de citron et de beurre fondu ou d'huile d'olive. 2. Les griller, tout simplement. Le succès des crustacés grillés réside dans leur fraîcheur. Donc, à l'achat, choisir les plus vigoureux et les plus lourds, mais pas nécessairement les plus gros. Dans la mesure du possible, éviter de faire plaisir comme la plupart des personnes qui, par sensibilité, vont préférer des crustacés déjà cuits pour ne pas assister à l'agonie des victimes qui, paradoxalement, seront dévorées dans un indicible

23

. Pourquoi est-il important de les acheter vivants ? - Les crustacés ont un système musculaire que la science n'explique pas encore totalement. En effet, quand ces bêtes sont fatiguées et qu'elles sentent la mort venir, leurs muscles se liquéfient et ils se vident littéralement. D'où l'importance de les acheter vivants. - Les crustacés qui ont été cuits nous voilent des critères de fraîcheur indispensables et, de plus, sont malheureusement déjà trop cuits. - Par surcroît, si vous voulez les griller, vous aurez alors une sur cuisson et commettrez un crime culinaire impardonnable. 6La préparation de mon homard grillé. D'abord, choisir un homard bien vivant, turbulent et lourd par rapport à sa taille. Ensuite : - Le plonger quelques minutes dans une eau bouillante, juste le temps de le pétrifier. - Retirer et couper en deux longitudinalement. - Retirer et jeter l'estomac. - Dans un bol, récupérer le corail et la partie liquide restée sur la planche à découper. Ajouter une cuillerée à table de chapelure, deux tiges de persil frais hachées, 5 ml de cognac, 10 ml de beurre en pommade. - Farcir la cavité formée par l'absence de l'estomac et du corail avec cette farce. - Placer les moitiés du homard sur une grille à poisson pour bien les maintenir. - Mélanger 125 ml d'huile d'olive, une gousse d'ail hachée et le jus d'un demi-citron. - Badigeonner les homards de ce mélange et griller d'abord le côté farci à feu vif, une à deux minutes. - Retourner et cuire côté carapace 7 à 8 minutes à chaleur moyenne. - Badigeonner de temps en temps. - Au terme de la cuisson, casser les pinces et savourer tout simplement arrosé de la marinade. Le, ou plutôt, les crabes Crabe des neiges, crabe bleu, tourteau et j'en passe, sont disponibles tout au cours de la période estivale. Ce sont probablement les fruits de mer les plus compliqués à consommer, car outre les pinces, les chairs délicieuses et délicates sont difficilement accessibles. Comme le homard, les crabes sont souvent commercialisés cuits et souvent surgelés. Ainsi traités, ces bêtes sont presque exclusivement destinées à des apprêts froids. On peut se faire offrir du crabe surgelé cru, c'est déjà mieux. Toutefois, si vous en trouvez vivant, c'est bien meilleur! Alors choisir des crabes agressifs et lourds par rapport à leur taille puis les laver à grande eau (attention aux pinces!). Les grands amateurs de crabe grillé déposent les bestioles telles quelles, sur le dos, sur un gril très chaud. Mais pour les cœurs sensibles, procéder comme avec les homards, faire une pré-cuisson dans un court-bouillon quelques minutes, les couper en deux et les griller, badigeonnés avec la même marinade que les homards. Cuire 3 à 4 minutes de chaque côté et manger sans gêne, en utilisant pince, cure-dent et mains. Il n'y a pas plus convivial que de manger du crabe en groupe.

24

Pâté Lorrain
Le coin des Gastronomes
Ingrédients : 250g de noix de veau 250 g d'échine de porc 500 g de pâte feuilletée 1 œuf 1 c .s de lait 2 échalotes 1 bouquet de persil plat 1 brin d'estragon 1 branche de thym 2 gousses d'ail 1 dl de vin blanc sec sel fin et poivre du moulin Progression : la veille : découper en lanières d'1/2 cm de section et 5 cm de long le veau et l'échine de porc. Hachez finement les échalotes et l'ail. Mélanger tout cela dans un saladier avec 1 dl de vin blanc sec, le bouquet de persil, l'estragon et la branche de thym. Saler (1/2 cuillère à café) et poivrer. Bien mélanger et recouvrir cette farce d'un film alimentaire, la laisser mariner 12h00 au frais. le lendemain : réaliser avec la pâte feuilletée 2 abaisses rectangulaires de 2 à 5 mm d'épaisseur. En prévoir une de 35 cm environ pour la base et les bords, et une seconde légèrement plus petite de 30 cm qui servira de couvercle. Placer chaque abaisse sur une plaque de cuisson, les réserver 1h00 au réfrigérateur afin de les affermir. Pour réaliser le pâté, disposer la farce marinée et égouttée au centre de la plus grande abaisse en prenant soin de laisser 6 cm libre tout autour (pour les rebords). Rabattre les 2 côtés les plus longs de l'abaisse sur la farce, sans les chevaucher. Rabattre ensuite les deux autres côtés et ôter le surplus de pâte situé dessus afin d'éviter d'avoir deux épaisseurs. Faire une dorure avec l'œuf battu, le lait et une pincée de sel et badigeonner de dorure à l'aide d'un pinceau les rebords, replier ces bords et bien les coller. Recouvrir le tout de la deuxième abaisse, éliminer soigneusement l'excédent de pâte et presser délicatement du bout des doigts pour bien faire adhérer les 2 épaisseurs de pâte entre elles. Dorer ce pâté en croûte avec la dorure. Avec la pointe d'un couteau, réaliser 1 ou 2 petites cheminées afin de faciliter l'évacuation de la vapeur à la cuisson, y glisser un tube en papier alu eu le serrant sur un crayon et réaliser un quadrillage sur le dessus de la pâte pour une jolie présentation. Réserver ce pâté 30 minutes au réfrigérateur, afin que la pâte se raffermisse. Préchauffer le four à 200°c, en position ventilée de préférence. Cuire à mi-hauteur dans le four 45 minutes à 200°c, puis 15 minutes à 175°c. Accompagner ce pâté lorrain d'une salade verte par exemple. Bien égoutter et saler la viande après la marinade Mon conseil de la fécule comme liant. J'ai tout de même haché un tiers de ma viande pour lier plus. Bref, il faut rater une fois pour réussir ! --------------------------------------------------------------------------------------------

Roulé pomme de terre courgette chèvre coulant et parfumé... un délice
Ingrédient Pour 3-4 personnes : 200 g de courgettes Laver soigneusement les courgettes. Éplucher les pommes de terre. Râper (grosse râpe) les courgettes et les pommes de terre. : 200 g de courgettes 400 g de pommes de terre 1 œuf + 2 cas de lait 150 g de fromage râpé 1/2 buche de chèvre 2 grosses c.à.s de crème épaisse sel, poivre 25

Quelques brins de ciboulette 3 tranches de jambon Préparation Dans un saladier, battre l’œuf, ajouter un peu de lait (1 à 2 cas environ) Saler et poivrer. Ajouter les légumes râpés et 100 g de fromage râpé. Bien mélanger le tout. Répartir ce mélange sur une feuille de papier cuisson ou sur une feuille de silicone placée dans une plaque avec des bords. Former un rectangle d'environ 1 cm d'épaisseur (tasser un peu ensuite) Faire cuire à 180° (four préchauffé) pendant 30-40 min (le tout ne doit pas être trop croustillant ou doré mais doit être cuit) Sortir la plaque du four, décoller délicatement le tout (je renverse ma feuille de silicone sur une autre feuille de silicone et je décolle très délicatement la première en me servant d'une spatule pour détacher petit à petit les légumes de la feuille sans casser le tout) Dans un bol, mettre la moitié d’une bûche de chèvre coupée en petits bouts avec 2 grosses c.a.s de crème fraîche épaisse (allégée si besoin) Mélanger le tout en écrasant le fromage afin d'avoir un tout un peu homogène. Saler et poivrer, ajouter la ciboulette ciselée. Disposer des tranches de jambon sur le rectangle de légumes puis répartir le mélange chèvre/crème sur le jambon (si il n'y en n'a pas assez, ne pas en mettre sur toute la surface du rectangle mais faire trois bandes de fromage dans le sens du "roulage" Mettre le reste de fromage râpé sur le tout. Rouler délicatement le paillasson de légumes en s'aidant de la feuille. Cuire le rouleau pendant encore 15 min à 180° Servir bien chaud en coupant des tranches Une galette de pommes de terre et courgettes fourrées à la raclette (j'ai remplacé le mélange crème/chèvre par des tranches de fromage à raclette et le jambon par des lardons grillés) La version avec les courgettes a remporté beaucoup plus de succès que sans. Le chèvre a été plus apprécié que la raclette. Il est tout à fait possible de supprimer le jambon et de le remplacer par quelques pétales de tomates séchées

Moelleux pommes cannelle
Préparation : 15 mn | Cuisson : 30 mn | Difficulté : Facile Ingrédients150g de farine 130 g de sucre en poudre 1/2 sachet de levure chimique 2 cuillères à café rases de cannelle en poudre 3 œufs 130 g de beurre fondu 2 pommes 3 cuillères à soupe de raisins secs 3 cuillères à soupe de rhum 50 g d'amandes effilées Préparation 1 Préchauffer le four à 180°C (thermostat 6). Beurrer et fariner un moule à manqué d'environ 26 cm. Faire fondre doucement le beurre au bain marie ou au micro-ondes. 2 Mélanger la farine, la cannelle, le sucre et la levure (et une pincée de sel si le beurre est doux). Ajouter les œufs un à un puis le beurre fondu. 3 Dans une poêle, sans matière grasse, faire légèrement griller les amandes effilées. Attention : remuer et surveiller attentivement car elles brûlent très vite. 4 Éplucher les pommes, les couper en quatre et ôter le cœur et les pépins. Découper les quartiers de pommes en petits dés d'environ 1 cm. Les ajouter à la pâte ainsi que les amandes grillées et les raisins trempés dans le rhum et 3 cuillères du "jus" de trempage. 5 Verser l'appareil dans le moule et cuire au four environ 30 minutes. Vérifier la cuisson en piquant le cœur du gâteau avec une lame : si elle ressort sèche, c'est cuit. Pour finir... J'ai toujours en réserve un bocal de raisins trempés dans du rhum : ils se conservent très longtemps et sont bien imbibés. Plus ils macèrent, meilleurs ils sont et en plus j'en ai toujours sous la main pour la pâtisserie ou pour les glaces

26

Le dîner annuel de l’Amicale Libérale des Pensionnés de Rochefort 2011

Le Dîner de l’Amicale Libérale des Pensionnés eu lieu ce dimanche 20 février 2011 au « Buffalo Lunch « place Albert .Tous les convives étaient heureux de se rencontrer . Le repas délicieux et copieux a ravi nos papilles .Nous espérons nous retrouver l’année prochaine sans faute. Notre repas à été rehaussé par la présence de Monsieur le Sénateur Bourgmestre François Bellot son épouse et sa maman, ainsi que ses Échevins ils nous ont fait l’honneur d’être parmi nous malgré tout leur travail, Nous avons eu également le plaisir de recevoir les Présidents des Amicales de Couvin et de Andenne, merci à ces Messieurs

Carnet gris : Nous comptions chaque année parmi comptions

nous ; Notre amis et Échevin des travaux de notre commune, Monsieur Guy Mullens Malheureusement nous décès. venons d’apprendre avec beaucoup de tristesse, son décès. Hier, vendredi 25 février 2011. condoléances 2011. Nous présentons nos sincères condoléances a la famille tous ses amis. Il nous manquera car sa serviabilité était légendaire. le Henin, Nous déplorons également le décès de Monsieur Alphonse Henin, décédé à Han Nous présentons nos condoléances à la famille et aux amis 27

28

Informations ************** << Cotisation 2011 >>
Le nouvel arrêté impose aux Amicales de la Ligue Libérale des Pensionnés de s’aligner sur l’agenda de l’année civile donc : du 1 er janvier au 31 décembre et ce, depuis l’année 2005. Les cotisations seront donc perçues au 1 er janvier et demeureront fixée à 6 euros par personne, comme précédemment et ce, au moyen du bulletin de versement joint au journal. Elles ouvrent la possibilité de recevoir notre bimestriel et de participer à toutes les activités et voyages au prix préférentiel, annoncés chaque fois dans le journal. Il va de soi que la participation d’une personne, non affiliée, entraînera une participation aux frais, plus élevée. D’autre part l’assurance souscrite par la ligue, au bénéfice des participants à nos activités et à nos déplacements ne peut couvrir que les membres en règle de cotisation. Vous avez donc intérêt à vous mettre en ordre … Les responsables de nos trésoreries attirent l’attention des personnes désirant participer à nos animations, sur le fait que ces règles sont exigées par la Ligue Libérale des Pensionnés, et par la société d’assurances avec laquelle nous sommes appelés à traiter. Versez donc au plus tôt votre cotisation de 6 Euros par personne, au compte bancaire ci-dessous N° 350-1049270-43 à l’aide du bulletin ci-joint. Merci de votre bonne compréhension Le Président Avec le soutien de la Communauté Française, de la LLP, de la Mutualité Libérale.

29

SÉJOUR EN AVEYRON du 17 au 23 juillet 2011 "L'Aveyron au naturel Hôtel Restaurant CARAYON à SAINT SERNIN sur RANCE
Aux portes du Tarn et de l'Aveyron à 45 minutes du Viaduc de Millau et des caves de Roquefort, retrouvez la gastronomie et le charme de l'hôtellerie traditionnelle. Et à l'occasion d'un repas, profitez gratuitement des équipements de loisirs qui feront la joie des petits et des grands à toute saison. SÉJOUR EN Pension complète en chambre tout confort Bain ou douche, WC, sèche cheveux, télévision, téléphone --✔ Boisson comprise vin rouge et rosé à volonté, café à midi ✔ 2 ascenseurs ✔ Aide aux bagages à l’arrivée ✔ Guidage assuré sur place ✔ Droits d’entrée sur les sites visités ✔ Animation des soirées ✔ Salle de restaurant particulière ✔ Parking pour autocars ✔ Gratuité pour les équipements de l’hôtel. 74 Chambres modernes et calmes desservies par 2 ascenseurs 1 résidence hôtelière avec 7 appartements (type T2) équipés 4 Salles pour toutes occasions (repas de groupes, banquets, séminaires) Salle voûtée “La Descente” pour animations en tous genres Espace de remise en forme avec sauna et SPA/Jacuzzi Terrasse et Solarium panoramiques Parking et Garage privés Salon avec billard, Boutique Parc de 3 Hectares avec: 2 Piscines (1 couverte) ; Toboggan aquatique ; Tennis ; Ping- Pong ; Mini Golf ; terrains de pétanque 1er jour – Dimanche 17 juillet 2011 Arrivée à St Sernin en soirée, accueil par Pierre CARAYON Cocktail de bienvenue et présentation du séjour. Installation dans les chambres. Dîner. Soirée libre. Logement 2ème jour - Lundi 18 juillet 2011 Petit déjeuner 10 h. visite guidée de l’Abbaye Cistercienne de Sylvanès et des locaux conventuels (scriptorium, salle capitulaire) Déjeuner 13 h.30, Départ pour Cordes, bastide du XII° siècle. Visite du Musée du sucre d’Yves Thuriès (Meilleur Ouvrier de France). Dîner. Soirée Vidéo sur grand écran “L’enfant sauvage de l’Aveyron” de Truffaut. Logement. 3ème jour – Mardi 19 juillet 2011 Petit déjeunerDépart 9h Mini croisière "les Raspes" dans les gorges CRISTALLINES du Tarn à BORD du " héron des Raspes" déjeuné typique dans un restaurant des Gorges du Tarn Après midi - Direction Couvertoirade - village classé dans les plus beaux villages de France.Village des Templiers et Hospitaliers sur le plateau de Larzac Arrêt au panorama du Viaduc de Millau Dîner - Soirée folklorique. Logement. 4ème jour- Mercredi 20 juillet 2011. Petit déjeuner 9 h. visite guidée du Château Féodal de Montaigut au cœur du Rougier de Camarés. Déjeuner 4 h. Départ pour Albi, ville d’art, visite libre de la cathédrale Sainte Cécile et du Musée Toulouse Lautrec; shopping dans les rue piétonnes du Vieil Alby. Soirée Loto (gratuit): lots à gagner: bouteilles de vin, t-shirt, coupe souvenir etc... C’est une organisation de Logement 5ème jour – Jeudi 21 juillet 2011.Petit L’Amicale Jules Massonnet d’Arlon déjeuner 10h., visite guidée du village de Saint Sernin, RENSEIGNEMENT/ PRÉSIDENTE site classé : découverte de la collégiale, des maisons et de MARCELLE CHARLIER l’hôtel de ville à la façade style renaissance. Déjeuner TEL/ 063/ 22 21 52 Après-midi libre : parc de l’hôtel, piscine couverte chauffée, mini golf, sauna, remise en forme. Randonnée pédestre .Dîner gastronomique dansant dans la salle voûtée « La descente » : galantine maison, saumon frais sauce citronnée, gigot de mouton flambé « capucin », Roquefort, omelette norvégienne. Logement. 6ème jour – Vendredi 22 juillet 2011. Petit déjeuner.9 h. Marché de pays hebdomadaire à St Afrique et visite guidée des caves Société de Roquefort. Déjeuner 14 h. Visite de la Ferme Rouergate d’Annie Bernat, discussion autour d’une tartine de Roquefort et d’un verre de vin. Dîner avec dessert spécial et pot d’adieu offert par le personnel de l’hôtel Carayon. Logement. 7ème jour – Samedi 23 juillet 2011.Départ après le petit

Séjour exceptionnel
Super prix

déjeuner.TRANSPORT ALLER-RETOUR en autocar de luxe.

avec 45 personnes 640,00 Supplément SINGLE 110,00 €

Étant donné notre état nos de santé, Madame Charlier accepte de s’occuper de nos Prix : CHAMBRE DOUBLE avec 35 personnes 670,00 CHAMBRE DOUBLE Membres
30

Commission Consultative communale des Aînés de Rochefort Vous propose son voyage d’automne. LA VENDÉE
et sa grandiose cinescenie du PUy du FOU
• • • • Date : du jeudi 1er au jeudi 8 septembre 2011. Transport : de jour, avec notre autocariste habituel (****) Allée et retour en 1 seul jour, donc un seul hôtel Prix : 950€ par personne – supplément single : 200€. Ce prix comprend : - - L’hébergement, pension complète y compris les boissons à table, du soir du 1er jour au matin du dernier jour. - - Repas de midi à l’extérieur, boissons comprises, lors des excursions. - - Guides locaux et assistance durant tout le séjour. - - Toutes les excursions et visites prévues au programme. - - La journée complète au Puy du Fou et l’entrée à ce grandiose événement historicoculturel et nocturne qu’est la cinescenie avec sa scène de 23 ha et ses 1200 acteurs. - - L’assurance personnes, annulation, bagages. Hôtel de séjour : - - Hôtel L’ORÉE DU BOIS à NOTRE-DAME DE MONTS. - - A 800 mètres de la plage ( www.oree-du-bois.com) Description succincte du voyage : Le marais POITEVIN. Le Puy du Fou avec tous ses spectacles et sa Cinescenie, le plus grand spectacle de nuit au monde. Écomusée le DAVIAUD et le site KULMINO. L’île de NOIRMOUTIER et l’ostréiculture. Les sables d’OLONNE. La belle ville de LA ROCHELLE. Mini-croisière autour du Fort Boyard, l’île d’AIX, d’OLÉRON. Inscriptions : - - Par téléphone, toute la journée, chez Jean-Mary PINSON au numéro 084/211925. - - Validation par versement d’un acompte de 200€ par personne pour le 28 Février sur le compte BE60 742-0102370-70 de Seniors vacances. - Le solde sera réclamé en juillet 2011.

Des renseignements plus détaillés seront communiqués aux participants par la suite. Le nombre est limité à maximum 54 personnes.

La secrétaire Dominique DELPIRE

L’Échevin des Affaires Sociales Yvon HERMAN

Le Président Jean-Mary PINSON

31