Belgique - België P.P.-P.B.

5000 NAMUR BC10515

Le Chaînon
Ligue des Usagers des Services de Santé, LUSS ASBL
Trimestriel Avril-Juin 2011

Le Chaînon n°22

La publicité des médicaments
Que ce soit à la télévision, à la radio, sur les affiches et depuis quelques années sur internet, la publicité est omniprésente dans notre société et influence sans conteste le consommateur dans ses achats. Le médicament ne fait pas exception car il est également objet de publicité. Ce n’est un secret pour personne, les firmes pharmaceutiques sont dans une logique économique et sont en recherche constante de moyens pour diffuser et vendre leurs médicaments le plus largement possible.
Editeur responsable : Micky Fierens, Av S. Vrithoff 123, 5000 Namur

SOMMAIRE
Le mot du président Le dossier
• La publicité des médicaments p 4-11

Cependant, le médicament n’est pas un produit comme les autres, il est composé de substances pouvant soigner, guérir, prévenir de nombreuses maladies et, parfois aussi, induire des effets indésirables. Il est un élément essentiel de la santé, mais il doit aussi être vu comme une marchandise produite par l’industrie pharmaceutique au cœur de gros enjeux économiques. Le commerce du médicament est donc un commerce particulier, régi par des dispositions législatives spécifiques. Après une brève introduction et un rappel de la législation en matière de publicité pour les médicaments, Maurice Vanbellinghen, collaborateur à la revue Test-Santé (une publication de Test-Achats) développera la question des « Disease mongering », un moyen utilisé pour faire de la publicité de manière détournée. Il nous exposera les différentes stratégies qui sont à l’œuvre ainsi que leurs conséquences. L’article du docteur Johan Vandepaer abordera la question de la publicité des médicaments par le biais des budgets consacrés au marketing et les différentes manières dont ce marketing se décline. Il proposera également quelques recommandations et pistes de réflexion pour endiguer le phénomène et accéder à une information indépendante.

A connaître
• Achat de médicaments sur internet p 12-13

Actualités de la LUSS
• Réaction du CA de la LUSS face aux réformes annoncées par le FOREM p 14-15 • Le fonds des Accidents Médicaux p 15

Focus-Association
• Association des Personnes concernées par le Tremblement Essentiel - APTES p 16-17

A épingler Le carnet de la LUSS

Fédération francophone indépendante des associations de patients
Bureau de dépôt : B 5000 NAMUR Masspost N° agrément : P505288

chaînon_22.indd 1

10/03/2011 13:34:47

Le mot du président

C
Les Claude Sterckx Président de la LUSS

Le Chaînon / page 3

chaînon_22.indd 3

10/03/2011 13:34:47

Le Dossier : La publicité des médicaments

La publicité des médicaments
L’agence Fédérale du Médicament et des Produits de Santé (AFMPS) L’AFMPS est l’autorité compétente en matière de médicaments et de produits de santé en Belgique. L’Agence veille à la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments et des produits de santé dans l’intérêt de la santé publique et ce, de leur conception à leur utilisation. Les missions principales de l’AFMPS s’axent notamment sur la recherche et développement (évaluation, approbation, suivi et contrôle au niveau de demandes d’essais cliniques et remise d’avis scientifiques), sur l’enregistrement et l’autorisation de mise sur le marché des médicaments, sur la pharmacovigilance. L’AFMPS a également pour mission de veiller à ce que les patients disposent d’informations pertinentes afin que les médicaments et les produits de santé soient utilisés de manière rationnelle et sûre. Elle contrôle la publicité pour les médicaments et les produits de santé. La règlementation relative à la publicité pour les médicaments est régulièrement au centre des polémiques et fait l’objet d’une pression constante de la part des lobbies des firmes pharmaceutiques. Face à cela, qu’en est-il de la législation en Belgique ? Législation en matière de publicité pour les médicaments En matière de publicité, outre la réglementation générale, le médicament est également soumis à une législation spécifique dans le but d’assurer un niveau élevé de protection des consommateurs. En Belgique, cette législation stipule que : Seuls les médicaments qui ont une autorisation de mise sur le marché (AMM) peuvent faire l’objet d’une publicité, celle-ci doit favoriser l’usage rationnel du médicament en le présentant de façon objective et sans en exagérer les propriétés, elle ne peut pas être trompeuse et doit comporter un certain nombre de mentions obligatoires telles que : « Ceci est un médicament – Pas d’utilisation prolongée sans avis médical,… ».

Il est à souligner, en ce qui concerne la publicité auprès du grand public, que seuls les médicaments qui ne sont pas soumis à prescription médicale peuvent faire l’objet d’une publicité. Celle-ci doit être contrôlée avant diffusion. Les publicités diffusées à la radio ou à la télévision doivent obtenir un visa accordé par le Ministre de la Santé publique, sur avis de la Commission de contrôle de la publicité des méhttp://www.fagg-afmps.be dicaments. Les publicités faites via d’autres médias doivent quant à elles faire l’objet d’une notification auprès de l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé avant de pouvoir être diffusées. Il est par ailleurs interdit de faire de la publicité pour les médicaments, entre autres, sur la voie publique (sauf pour les médicaments à base de nicotine contre la dépendance tabagique), par téléphone, courrier électronique, publipostage et les publicités ne peuvent en aucun cas s’adresser aux enfants. En ce qui concerne les médicaments sur prescriptions, seule la publicité à l’intention des médecins et pharmaciens est autorisée.

Le Chaînon / page 4

chaînon_22.indd 4

10/03/2011 13:34:47

Le Dossier : La publicité des médicaments

Stratégies des firmes pour contourner la loi Les enjeux économiques en matière de médicaments sont énormes et le but de l’industrie pharmaceutique est de se faire connaître et bien sûr de vendre. Celle-ci tente dès lors de repousser les limites de la loi pour faire passer au mieux le message publicitaire. Pour surmonter les contraintes de la réglementation sur les médicaments et notamment les médicaments soumis à prescription médicale, certaines agences de publicité ont recours à des méthodes qui contournent la loi. Différentes stratégies sont mises en œuvre : Une de ces techniques consiste à mener des campagnes d’information axées sur des maladies ou des vaccins (voir article suivant - Le «disease mongering» : faire peur pour vendre), on joue alors sur l’émotion, on exagère les dangers d’une maladie pour ensuite pouvoir promouvoir l’efficacité d’un produit. Des techniques subtiles suggèrent le fabricant ou la marque du médicament qui se cache derrière la campagne. Le produit peut-être suggéré par des couleurs, par une allusion à un logo, ... ou par le message « parlez-en à votre médecin », moyen détourné pour amener le patient à faire la demande de ce traitement. La publicité se présente souvent sous des allures d’information sur la santé. Un autre moyen développé par les publicitaires consiste à développer des sites qui prennent l’apparence de sites d’information sur la santé et qui sont spécialement conçus pour servir de support aux publicités. On retrouve également ce phénomène dans les revues qui développent des articles en rapport avec un problème de santé en face duquel on retrouve la publicité qui, par un heureux hasard, propose la solution à ce problème. Il arrive aussi que la publicité prenne elle-même la forme d’un article. On le constate, les publicitaires jouent sur la confusion et faire la distinction entre information sur la maladie et publicité n’est pas évident. Pression au niveau de l’Europe Jusqu’à présent, au niveau européen, la publicité directe auprès du grand public pour les médicaments soumis à prescription est interdite. Cependant, le sujet est régulièrement mis à l’ordre du jour et les firmes pharmaceutiques réclament avec insistance d’avoir ce droit, qui par ailleurs, est acquis aux EtatsUnis et en Nouvelle Zélande (les deux seuls pays qui autorisent la publicité de médicaments soumis à prescription vers le grand public). Les expériences rapportées de ces pays montrent clairement que la publicité pour les médicaments soumis à prescription augmente leur consommation et que les dérives et dérapages sont inévitables et ont des conséquences négatives sur la relation entre les professionnels de santé et les patients et sur la santé en général. Il semblerait d’ailleurs qu’une marche arrière soit en train de s’amorcer. La Commission européenne (Direction Générale Entreprises) a proposé de lever cette interdiction à plusieurs reprises mais le Parlement européen a massivement rejeté la proposition. Il s’agit de rester vigilant car la pression est forte !!!

Le Chaînon / page 5

chaînon_22.indd 5

10/03/2011 13:34:48

Le Dossier : La publicité des médicaments

Le «disease mongering» : faire peur pour vendre
Maurice Vanbellinghen, Collaborateur à la revue Test-Santé (une publication de Test-Achats)
La publicité pour les médicaments sur prescription n’est (heureusement) toujours pas de mise chez nous. La publicité pour les médicaments en vente libre l’est, mais elle a – du point de vue du vendeur – un inconvénient majeur : le consommateur la reconnaît d’emblée pour ce qu’elle est, à savoir de la publicité, ce dont, après des décennies de matraquage, il commence à se lasser. Qu’à cela ne tienne, ont dû se dire un jour des esprits ingénieux : plutôt que de faire de la publicité pour les médicaments, faisons-en désormais pour la maladie. Une idée qui a fait son chemin. Dysfonctionnement sexuel féminin, éjaculation précoce, ostéoporose, varicelle, infection des ongles des orteils, cholestérol, intestin irritable, calvitie masculine, jambes sans repos... Les campagnes d’information se suivent et ne se ressemblent pas. Le plus souvent lancées à l’initiative ou avec le soutien de firmes pharmaceutiques, leurs véritables objectifs ne sont pas toujours aussi désintéressés qu’on voudrait nous le faire croire. Le retour du docteur Knock Nombreuses sont les campagnes dites d’information qui, quand on y regarde de plus près, semblent surtout inspirées par des motifs commerciaux. Des exemples ? En 2005, la prétendue campagne d’information sur la mycose des ongles des orteils, inspirée par une firme fabriquant un médicament ad hoc (voir encadré 1). Plus récemment, une campagne incitant les parents à faire vacciner leur enfant contre la varicelle, à l’initiative d’un producteur de vaccins. Ou, encore, le lancement d’un site internet censé informer sur le syndrome du côlon irritable, mis sur pied par une firme qui fabrique un médicament destiné à ce problème. Illustratifs aussi, les efforts incessants pour médicaliser la sexualité féminine (voir page 9 encadré 2).

UNE CAMPAGNE TYPIQUE
C’est en 2005 que «Diggy le Dermatophyte» faisait son apparition sur les écrans de télévision belges. Sous prétexte de sensibiliser le public aux dangers de l’onychomycose (infection des ongles des orteils par un champignon microscopique), il s’agissait d’envoyer un maximum de personnes chez le médecin. Pour la firme sponsorisant la campagne, l’objectif inavoué était une augmentation des ventes d’un de ses médicaments. Lequel peut avoir des effets secondaires graves, alors que l’onychomycose constitue le plus souvent tout au plus une gêne esthétique. Le médicament étant remboursé, cette campagne a aussi grevé inutilement le budget de l’assurance maladie.

chaînon_22.indd 6

10/03/2011 13:34:48

Le Dossier : La publicité des médicaments

De telles campagnes s’inscrivent dans le cadre du «disease mongering», expression introduite en 1992 par la journaliste médicale Lynn Payer. Une association du verbe «to monger» («vendre», «colporter», «propager», avec une connotation négative) et du mot «disease» («maladie»). En simplifiant, on peut dire que cette pratique consiste à essayer de convaincre des personnes en bonne santé qu’elles sont malades ou des personnes avec un problème bénin qu’elles ont une maladie sérieuse qui demande un traitement médical. Philosophie sous jacente : «Les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent» (Knock ou le Triomphe de la médecine, Jules Romains, 1923).

« ... cette pratique consiste à essayer de convaincre des personnes en bonne santé qu’elles sont malades ou des personnes avec un problème bénin qu’elles ont une maladie sérieuse ... »
Exagérer les risques Cette stratégie peut prendre des aspects variés : - présenter un phénomène naturel comme un problème pour lequel il existe des médicaments ; - exagérer les risques d’un trouble de santé pour envoyer un maximum de gens chez le médecin ; - promouvoir la vente d’un médicament en faisant du battage autour de la maladie qu’il est censé traiter ; - présenter un simple facteur de risque – comme le taux de cholestérol – comme une maladie à dépister dans toute la population ; - s’assurer la collaboration d’experts afin d’influencer les médecins pour qu’ils diagnostiquent et traitent plus souvent le «problème» ; - soutenir, voire créer des associations de patients dans l’espoir qu’elles diffuseront la bonne parole... L’inventivité des firmes ne connaît pas de bornes. Aux Etats-Unis, il existe même un médicament pour l’hypotrichose ciliaire, gravissime problème dont vous souffrez si l’on arrive à vous convaincre... que vos cils sont trop courts ! Plus sérieusement, on peut s’interroger sur l’influence de l’industrie pharmaceutique dans le contexte de la récente «pandémie» de grippe dite mexicaine. Des millions de vaccins et de médicaments antiviraux à l’efficacité douteuse ont été vendus pour une grippe finalement moins dangereuse que toutes les épidémies antérieures.

chaînon_22.indd 7

10/03/2011 13:34:48

Le Dossier : La publicité des médicaments

Et même l’industrie alimentaire s’y est mise, diabolisant «le cholestérol» afin de pouvoir écouler toute une panoplie de denrées «anticholestérol». Pourtant, le cholestérol n’est qu’un facteur de risque parmi d’autres. Pour décider s’il est utile de s’inquiéter de son cholestérol, il faut considérer l’ensemble des facteurs de risque de chaque individu. De plus, si ces denrées anticholestérol ont un effet (modeste) sur les taux de cholestérol, il n’en découle pas automatiquement qu’elles ont aussi un effet bénéfique concret en matière de prévention des maladies cardiovasculaires. A ce jour, un tel effet n’est pas démontré. Mais il s’agit bien sûr moins d’informer que de vendre. Pas sans risques Ces pratiques ne sont elles-mêmes pas toujours dénuées de risques. Toute intervention médicale (médicaments, opérations, tests divers...) entraîne certains risques. Le bénéfice qu’un individu peut en attendre doit toujours être mis en balance avec les effets indésirables directs et indirects possibles. Or, dans les prétendues campagnes d’information et de sensibilisation des firmes, les données qui permettraient une telle évaluation brillent généralement par leur absence. Le consommateur risque dès lors d’être exposé à une intervention dont les risques peuvent être plus importants que les bienfaits. Par ailleurs, la perception que l’on a d’un problème de santé peut être modifiée selon les explications que l’on reçoit. Rassurer peut aider, là où alarmer va aggraver le problème. Hélas, dans toutes ces campagnes, le message est essentiellement alarmiste. Le plus souvent, les maladies mises en avant ne sont pas un problème majeur de santé publique. Mais ces campagnes, quand elles débouchent sur plus de prescriptions pour des médicaments remboursés, réduisent les ressources disponibles pour des interventions sans doute plus utiles. En outre, ces pratiques risquent de distraire d’une prise en charge non médicamenteuse des facteurs de risque. Enfin, créer un perpétuel sentiment d’insécurité en matière de santé a un impact négatif sur le bien-être psychique et la qualité de la vie. Faire preuve d’esprit critique Face à de telles campagnes ou autres formes de communication qui prétendent nous informer sur un problème de santé, chacun doit commencer par se demander qui en a pris l’initiative. S’il s’agit d’une firme susceptible d’en retirer un bénéfice financier, l’information est fort probablement biaisée et mieux vaut ne pas trop s’y fier : il s’agit plus probablement de publicité indirecte pour un médicament de la firme que d’une information objective soucieuse de notre bien-être. Comme il n’est pas facile de légiférer efficacement en la matière, c’est en dernière instance aux patients ou aux patients en puissance de faire preuve d’esprit critique.
Le Chaînon / page 8

chaînon_22.indd 8

10/03/2011 13:34:48

Le Dossier : La publicité des médicaments

MEDICALISER LA SEXUALITE FEMININE
Les firmes s’intéressent fort à ce qu’elles qualifient de «dysfonctionnement sexuels» chez la femme. Pfizer avait d’abord tenté de faire admettre son Viagra comme convenant également aux femmes. Ce fut un échec. Ensuite, Procter & Gamble a développé le patch à la testostérone Intrinsa, censé traiter un prétendu «trouble du désir sexuel hypoactif», aux critères diagnostiques très subjectifs. Ce patch est officiellement destiné aux femmes avec une ménopause due à une ablation de l’utérus et des ovaires. Avant même l’admission du médicament, la firme avait déjà promu l’idée qu’il s’agissait d’une «maladie» fréquente nécessitant un médicament, avis «d’experts» à l’appui. Mais en 2004 la FDA américaine a refusé d’admettre Intrinsa sur le marché. L’Agence européenne du médicament l’a, par contre, admis en 2006. La firme a alors mis sur pied des sites web censés nous informer sur les troubles du désir sexuel à la ménopause, qui affirmaient qu’une femme ménopausée sur 10 ressent une baisse du désir sexuel qui la rend malheureuse. Les sites étaient censés cibler la ménopause chirurgicale, mais on en retirait l’impression que la testostérone est un «traitement» utile pour toutes les femmes ménopausées. La firme avait d’ailleurs aussi introduit une demande d’élargissement des indications, pour pouvoir vendre le «médicament» à toutes les femmes ménopausées, en dehors de tout contexte de ménopause chirurgicale. Une demande qu’elle a tout récemment laissé tomber, après des questions sans doute trop critiques de l’Agence européenne du médicament (les sites internet aussi semblent avoir depuis disparu – tant mieux). En réalité, ces patches ont un effet incertain sur la libido – au mieux modeste – mais exposent à des effets secondaires variés (acné, poils, voix rauque...) et à des risques à long terme mal évalués (risques cardiovasculaires, cancers...). Pour la firme Boehringer Ingelheim, le manque de désir est le problème sexuel le plus fréquent chez les femmes... dès 18 ans ! La firme avait bien sûr un «médicament» qu’elle espérait faire approuver : la flibansérine, un... antidépresseur. Toutefois, en juin 2010, la Food and Drug Administration américaine a refusé d’autoriser la flibansérine sur le marché. Autre firme qui tente d’investir le marché de la sexualité féminine : BioSanté, avec un gel à la testostérone, le LibiGel, que la firme aimerait bientôt commercialiser. Pour BioSante, 43 % des femmes ont des problèmes sexuels ! Chiffre sorti d’une étude très critiquée, mais les firmes ne s’embarrassent pas de telles nuances. On peut être certain que les firmes ne désarmeront pas. Tous ces efforts pour développer des «traitements» pour le «dysfonctionnement sexuel féminin» correspondent à une stratégie qui vise à médicaliser toutes les facettes de la vie. Mais la sexualité ne se résume pas à une histoire d’hormones. Au lieu d’exposer les femmes à des «traitements» risqués, ne vaudrait-il pas mieux les aider à comprendre ce qui contribue à une éventuelle insatisfaction sexuelle ?

Le Chaînon / page 9

chaînon_22.indd 9

10/03/2011 13:34:48

Le Dossier : La publicité des médicaments

Publicité pharmaceutique : information scientifique indépendante… ou doper les ventes ?
Docteur Johan Vandepaer*, Médecin généraliste à « Médecine pour le Peuple » Herstal
Un peu de matière à réflexion (juste pour comprendre) Pour plus de clarté cédons la parole à des professionnels du secteur même :

« La publicité en faveur des médicaments vise à transmettre des informations étayées scientifiquement et adaptées de manière telle qu’elles peuvent influencer l’attitude de prescriptions de médecins et des pharmaciens. Pour l’industrie pharmaceutique, le transfert de ces informations n’est pas un but en soi, mais un moyen. Le choix du contenu et la forme de la publicité informative est soumise au but d’accroître les chiffres des ventes et, partant, les bénéfices… . »1
La citation vient de la revue Prescrire (2001). Elle provient d’un manuel rédigé par deux médecins qui travaillent pour une entreprise spécialisée dans la communication médicale. Sous la direction de la commissaire Neelie Kroes, la Commission européenne a organisé une enquête sur le secteur pharmaceutique (par des inspections et perquisitions non annoncées). Voici une citation de la synthèse du rapport2 : pendant la période 2000-2007, les laboratoires de princeps ont consacré à des activités de Recherche et Développement menées à l’échelle mondiale en moyenne 17 % du chiffre d’affaires qu’ils ont réalisé avec des médicaments vendus sur ordonnance. Pendant cette période, leurs dépenses en opérations de vente et de promotion se sont élevées à 23% de leur chiffre d’affaires. En 2007, les coûts de fabrication ont représenté 21 % du chiffre d’affaires total. La publicité passe – en termes du budget – avant la recherche scientifique. Pourtant, les multinationales pharmaceutiques justifient les prix élevés de leurs médicaments par le coût de la recherche. Le centre d’expertise fédéral belge (KCE) a examiné en mai 2006, 896 publicités adressées majoritairement aux généralistes. Les publicités ont été examinées sur leur contenu scientifique (evidence based, données probantes). Seulement 8% étaient scientifiquement justifiées, 9% étaient justifiées par le contenu de la notice scientifique, et 83% des publicités étaient sans données probantes ou même fausses.3 Comment cela se passe-t-il sur le terrain ? Une revue systématique de 29 études, publiée en 2000 dans le JAMA (The Journal of the American Medical Association - 2000 ; 283 : 373-380) concernant l’influence des firmes pharmaceutiques sur le comportement de prescription des généralistes, a conclu que l’influence des délégués médicaux est la plus importante. On a également démontré un lien entre le nombre de petits gadgets distribués au médecin et le degré de confiance dans les substances (!). On constatait également un lien entre l’acceptation d’échantillons gratuits et un plus grand nombre de prescriptions de produits de cette firme. Egalement l’acceptation de dîners au frais de la firme et la prescription des médicaments concernés : plus de médecins allaient manger aux frais de la firme, plus les médicaments concernés étaient prescrits. L’assistance aux formations organisée par les firmes (recyclage et congrès) était liée à une connaissance moindre et moins pointue des substances et des substances similaires d’autres firmes ( !) Donc, plus les médecins suivaient des formations sponsorisées, plus leur connaissance des qualités du médicament était faible. Il y avait un lien étroit entre l’intensité des visites des délégués auprès des médecins - et le manque de raisonnement scientifique, le manque de conscience concernant les coûts et la qualité de la prescription, le manque d’attention pour des effets secondaires – et, enfin, la prescription de substances ‘nouvelles’ et plus chères - au lieu d’alternatives génériques.
* Johan Vandepaer est médecin généraliste à Médecine pour le Peuple Herstal, et co-auteur de la traduction du livre de Dirk Van Duppen. La guerre des médicaments. Pourquoi sont-ils si chers. Editions Aden, 2005.

chaînon_22.indd 10

10/03/2011 13:34:48

Le Dossier : La publicité des médicaments

Que faire pour y remédier? Le centre d’expertise fédéral belge fait plusieurs recommandations pertinentes concernant la publicité pharmaceutique4 - Renforcer l’administration publique fédérale en personnel et moyens pour effectuer le contrôle du contenu de toutes les annonces pharmaceutiques. - Le CBIP (Centre Belge d’Information Pharmacothérapeutique) est cité comme une source appréciée d’information indépendante. - Les universités jouent un rôle important dans la formation. Etant donné que leurs recherches biomédicales dépendent financièrement de l’industrie, il est nécessaire que les conflits d’intérêts potentiels des membres du personnel académique soient rendus publics. L’analyse critique doit être confortée dans l’enseignement de base et la formation médicale continue. Les associations scientifiques, le CEBAM (Centre belge pour l’Evidence-Based Medicine), les universités et l’INAMI doivent y avoir un rôle important. La formation continue … dissociée du sponsoring de l’industrie pharmaceutique. L’application du modèle KIWI, introduit en Belgique par notre collègue Dirk Van Duppen5. Ce modèle est appliqué en Nouvelle Zélande. C’est un système d’appel d’offres public pour l’achat de médicaments par les autorités de santé. La démarche de base est scientifique : sur base d’une estimation des besoins de la population en médicaments sur base de recommandations de bonne pratique, les autorités établissent un cahier de charges (avec un contrôle de qualité du médicament). La firme qui répond au cahier de charges au prix le plus bas pour un médicament bénéficiera du remboursement exclusif de son médicament (pour quelques années). Ce système réduit fortement le recours à la publicité puisqu’il n’y a qu’une seule marque qui est remboursée. Les avantages sont multiples : une grande partie des dépenses pour publicité et marketing pourrait être utilisée pour diminuer le prix des médicaments ET pour le patient, ET pour la sécurité sociale. Un autre avantage : la recherche fondamentale pourrait bénéficier des montants financiers qui sont alloués au marketing. Et last but not least : ne subsisterait que l’information pharmaceutique innovatrice et de haute qualité scientifique.

Pour en savoir plus sur la publicité des médicaments : Publicité pour les médicaments, soyons vigilants, campagne réalisée par Service Education permanente Question Santé asbl www.questionsante.be/outils/medpub.pdf

1 La publicité vue par les publicitaires, Rev Prescrire, 2001, 21(219) : 544-545 2 Synthèse du rapport d’enquête sur le secteur pharmaceutique. Communication de la commission, p 9 . http://ec.europa.eu/competition/sectors/pharmaceuticals/inquiry/communication_fr.pdf 3 KCE reports 55B : Valeur en termes de données probantes des informations écrites de l’industrie pharmaceutique destinées aux médecins généralistes, 2007 4 KCE reports 55B : Valeur en termes de données probantes des informations écrites de l’industrie pharmaceutique destinées aux médecins généralistes, 2007, Conclusions et recommandations pp VIII et IX. 5 Dirk Van Duppen. La guerre des médicaments. Pourquoi sont-ils si chers, p 219-230. Editions Aden, 2005.

chaînon_22.indd 11

10/03/2011 13:34:48

A connaître

Achat de médicaments sur internet
En Belgique, la vente en ligne de médicaments à usage humain est permise depuis le 9 février 2009, cependant, seuls les pharmaciens titulaires d’une officine ouverte au public autorisée sont habilités à le faire et uniquement pour les médicaments ne nécessitant pas de prescription. C’est pour se conformer à un arrêt de la Cour de justice européenne que le parlement belge a adopté une modification en ce sens de la législation. De plus, l’e-commerce se développe dans tous les secteurs et la demande pour les médicaments ne fait pas exception. La pharmacie en ligne permet de se procurer des médicaments sans se déplacer, de pouvoir les comparer, d’avoir le temps de lire les informations et les notices et ce 24h sur 24. Elle offre également la garantie de la confidentialité. Certes, la pharmacie en ligne présente des avantages mais cette pratique n’est pas sans danger et ce à plusieurs niveaux. Tout d’abord, parce qu’acheter des médicaments sur internet via une pharmacie virtuelle prive du contact direct avec le pharmacien et de ses conseils ciblés et personnalisés sur les interactions entre certains médicaments, les contre-indications, les risques éventuels d’allergies, sur la meilleure manière de prendre le médicament,… Mais surtout, parce qu’entre l’achat de médicaments en pharmacie virtuelle autorisée et l’achat de médicaments sur des sites illicites, la frontière est très mince et peut se traverser en quelques clics ; d’autant plus que, les sollicitations pour consulter des sites de vente de médicaments sont nombreuses, notamment via les spams et les publicités. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), plus de la moitié des médicaments proposés sur internet sont des contrefaçons ou des produits falsifiés. On y trouve aussi des médicaments qui n’ont pas été autorisés à la vente en Belgique, ou, qui ont été retirés de la vente, ou encore, des médicaments nécessitant une prescription. La contrefaçon peut être de plusieurs types : Il peut s’agir, dans le meilleur des cas, d’une copie fidèle et conforme du médicament original ou générique mais qui n’a pas d’autorisation de mise sur le marché. Un médicament contrefait peut aussi ne contenir aucune substance active, trop de substance active, ou encore trop peu de substance active. Le médicament contrefait peut également contenir des substances toxiques et donc s’avérer directement dangereux pour la santé. Dans le circuit légal belge, jusqu’ici, aucun médicament contrefait n’a été trouvé car les contrôles sont nombreux à tous les niveaux de la chaîne de distribution et la vente passe par le biais de pharmacies autorisées. Mais attention, rappelons-le, sur internet, hors du circuit légal, plus de 50% des médicaments vendus sont contrefaits. Ces pratiques illicites dépassent le cadre national et le contrôle n’est pas simple. L’AFMPS (Agence fédérale des Médicaments et des Produits de Santé) est l’autorité compétente en Belgique qui veille à la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments. Elle combat les pratiques illicites. L’AFMPS
Le Chaînon / page 12

chaînon_22.indd 12

10/03/2011 13:34:48

A connaître

dispose d’une unité spéciale d’enquête active dans la lutte contre la criminalité pharmaceutique. En collaboration avec d’autres instances compétentes nationales (les douanes, la police, …) et internationales, elle traque notamment les médicaments vendus en dehors du circuit légal (anabolisants, hormones, contrefaçons,…). Cependant, avec internet, la tâche peut-être ardue, il faut tout d’abord identifier qui se trouve réellement derrière un site. Ce n’est pas toujours aisé puisque l’identité du responsable est en général camouflée et que rechercher qui sont les vendeurs en ligne nécessite parfois des techniques informatiques pointues. Une fois les auteurs du site identifiés, faire cesser l’e-commerce illégal dépendra de la location du site. La problématique de la vente de médicaments sur internet dépasse largement les frontières. Quand le responsable du site a été identifié et est établi en Belgique, l’AFMPS peut intervenir, constater les faits et prendre des mesures pour sanctionner le contrevenant et faire cesser la diffusion du site. Même si la règle veut que le droit applicable à un site soit le droit en vigueur dans le pays du prestataire de service (le responsable de ce site), il existe des dérogations à ce principe au niveau de l’Union européenne. En effet, si via son site internet un prestataire peut occasionner des problèmes de santé publique en Belgique, la règlementation permet aux autorités belges désignées de prendre des mesures spécifiques. Elles peuvent ainsi faire appel à leurs homologues dans le pays concerné et demander leur collaboration pour intervenir à l’encontre du site litigieux. Dans certaines circonstances, la justice belge peut être saisie afin de prendre, si cela s’avère possible, des mesures particulières en vue de faire cesser la diffusion du site en Belgique Les choses se compliquent encore lorsque le responsable d’un site est établi en dehors de l’UE, cas de figure assez fréquent car la législation en cette matière y est généralement moins contraignante et les directives européennes ne s’y appliquent pas. Les autorités belges travaillent alors généralement sur base d’une collaboration administrative ou policière avec le pays concerné. Notons au passage que le fait qu’une adresse internet se termine par « .be », ne signifie pas que le prestataire de service (le responsable du site) est établi en Belgique. Il peut très bien être établi à l’autre bout de la planète.

Liste des sites notifiés auprès de l’AFMPS : Un projet de logo européen www.fagg-afmps.be/fr/binaries/Websites_tcm291-43501.pdf est en cours de réflexion ; il permettra d’identifier les sites autorisés. Mais en attendant, si vous achetez vos médicaments sur internet, vous pouvez vérifier que la pharmacie virtuelle que vous consultez est bien autorisée par l’AFMPS (voir encadré).
On le constate, la répression et la surveillance ne pourront jamais empêcher d’avoir accès à des sites illicites de vente de médicaments. La connaissance de tous les risques que présente l’achat sur internet de médicaments est dès lors capitale, alors soyez vigilent !!!

Testez vos connaissances en matière d’achat de médicament par internet : Médicaments par internet ? : Ne surfez pas avec votre santé !
Une campagne proposée par l’AFMPS qui vise à sensibiliser le grand public aux risques potentiels auxquels il expose sa santé en achetant des médicaments par internet hors du circuit légal.

www.medicaments-par-internet.be

chaînon_22.indd 13

10/03/2011 13:34:49

Actualités de la LUSS

Réaction du CA de la LUSS face aux réformes annoncées par le FOREM
En janvier 2011, les médias annonçaient le projet du FOREM de procéder à une catégorisation des demandeurs d’emploi selon les critères suivants : Les plus aptes à l’emploi, ceux a qui il manque encore un petit quelque chose, ceux qui ont besoin de formation et ceux qui sont qualifiés de MMPP soit les personnes présentant des problèmes de nature médicale, mentale, psychique ou psychiatrique. Cette dernière catégorie serait reconduite vers les CPAS. Les réactions du CA de la LUSS ne se sont pas fait attendre, voici le communiqué de presse : Le Conseil d’administration a pris connaissance des déclarations du FOREM à propos de sa réforme en cours et des réponses apportées par le ministre wallon de l’Emploi qui ne le rassurent que partiellement. En effet, dans ses réponses, si le ministre rappelle bien qu’il n’entre pas dans les compétences du FOREM de déterminer qui doit rester ou non dans le champ de l’Emploi ou verser dans celui de l’aide sociale, il ne revient cependant pas sur la catégorisation même des demandeurs d’emploi, en vue d’une prise en charge différenciée. En tant que représentant d’un nombre très important de personnes qui risquent, à terme, d’être inscrites dans cette catégorie, le Conseil s’inquiète de l’existence même d’une catégorie «MMPP» qui réunit des personnes très différentes, mais qui vont être stigmatisées par un seul acronyme, et donc placées dans une même case. Cette catégorie de «personnes avec des problèmes de nature médicale, mentale, psychique ou psychiatrique» est une discrimination au sens du Décret wallon en ce qu’elle postule qu’une personne malade ou ayant un handicap ou une maladie mentale est, par définition et de manière linéaire, inapte ou peu apte à l’emploi. En effet, qui dit catégorie différente, dit traitement différencié alors que rien n’indique que les personnes placées dans cette case ne sont pas directement «prêtes à l’emploi», ne demandent pas «peu pour qu’elles soient prêtes à l’emploi» – un aménagement raisonnable peut-être - ou ne pourraient pas être inscrites «dans un parcours de formation». La LUSS s’inquiète de ce que ce traitement différencié, loin d’apporter un effet positif à l’intégration professionnelle des personnes malades ou ayant un handicap, ne les discrimine un peu plus dans leur recherche d’emploi sans parler des aspects psychologiques déplorables d’être ainsi rassemblées dans une catégorie «à part». La catégorie des MMPP deviendrait celle des laissés pour compte. En l’occurrence, il pourrait s’agir du compte des CPAS qui, bien entendu, veulent renvoyer le colis à l’expéditeur. Le FOREM a fait savoir combien il avait été mal compris et combien les journalistes, dont, à entendre les politiques, on se demande où ils ont appris leur métier, avaient déformé l’information et le projet de leur service. Laissons donc au FOREM un certain bénéfice du doute et laissons chacun reprendre ses esprits. Prenons cependant conscience que tout ceci relève et révèle de réelles difficultés. Elles peuvent être regardées du point de vue des instances concernées telles le FOREM ou les CPAS : comment procéder au mieux avec les populations disparates dont nous avons à nous occuper ? Elles peuvent l’être aussi sous l’angle de chaque individu : chacun, confronté au non emploi a des qualités et des qualifications, a des faiblesses et des manques, mais il s’agit d’un continuum (d’où le danger des catégories) et l’insertion de l’usager dépendra de la manière dont la société s’organise. La motivation du chômeur et le soutien qu’on lui apporte sont des facteurs importants et ceux-ci méritent d’être encouragés, mais évitons d’aller dans le sens d’une population de chercheurs d’emploi à deux vitesses : ceux qui recevront toutes les aides et les autres qu’on exclut définitivement. C’est ce que la catégorisation et surtout la création de la catégorie des MMPP peut faire craindre : les 3 premières catégories se définissent par leur proximité de l’emploi : « Proches de l’emploi », « Pas très éloignés de l’emploi », « Eloignés de l’emploi » alors que la 4ème se définit par des personnes ayant des problèmes de santé, ce qui n’est pas un constat d’éloignement de l’emploi ou plutôt cela augure (presque de manière inconsciente ou disons non voulue) un éloignement
Le Chaînon / page 14

chaînon_22.indd 14

10/03/2011 13:34:49

Actualités de la LUSS

tel qu’on n’imagine même plus un accès à l’emploi… Par contre, les affirmations plus récentes du ministre wallon de l’Emploi, André Antoine, telles que « celui qui cumule les difficultés a davantage besoin du FOREM » pourraient aller dans le sens d’une prise en compte inverse. C’est celle-là que nous attendons. N’oublions pas qu’il peut arriver à chacun de « tomber » s’il perd son travail et ne trouve pas d’issue. Cela ne l’aidera pas qu’on lui enfonce un peu plus la tête dans l’eau en le stigmatisant. Si un projet commun à l’usager et au FOREM peut s’accomplir avec des outils et une durée qui soient appropriés, dans un contexte qui soit moins rigide, par exemple plus de souplesse dans les différents statuts et les différentes mises à l’emploi, cela aura plus de chance de succès. Les chercheurs d’emploi et ceux qui les accompagnent ne doivent pas baisser les bras, mais il faut être lucide et honnête. N’oublions pas que nous sommes dans un contexte de crise, de manque de postes d’emploi. De même que dans la politique de soins, on recourt à la solidarité pour soutenir plus ceux qui en ont plus besoin, de même il faut plus d’accompagnement pour les personnes vivant plus de difficultés. Il paraît logique et adéquat qu’il y ait une individualisation du suivi des demandeurs d’emploi, mais la création d’une catégorie MMPP est irrecevable. Michel Duponcelle, administrateur à la LUSS et Claude Sterckx, président de la LUSS

Le Fonds des Accidents Médicaux attend aussi un Gouvernement
Le Chaînon 20 du dernier trimestre 2010 consacrait son dossier à la loi du 31 mars 2010 relative à l’indemnisation des dommages résultant des soins de santé. Pour rappel, les deux innovations principales de cette loi sont : le droit des victimes à être indemnisées d’un accident médical même lorsqu’il n’y a pas de faute à reprocher à un médecin et la procédure amiable devant le Fonds des Accidents Médicaux. Ainsi, les victimes ont le choix : la voie judiciaire ou la procédure amiable pour être indemnisées suite à un accident médical ayant entraîné des dommages graves. Si la procédure devant le Fonds des Accidents Médicaux est attrayante par sa gratuité, sa simplicité et sa rapidité, elle a toutefois des limites. Ainsi, le Fonds des Accidents Médicaux a, selon la loi, six mois pour rendre un avis sur les demandes d’indemnisation qui lui sont remises. Le législateur n’a cependant pas prévu de sanctions si ces délais ne sont pas respectés, ceux-ci ne doivent donc être considérés qu’à titre indicatifs. Des impératifs budgétaires ont limités aux seuls cas sérieux, l’indemnisation des accidents médicaux sans faute. Un délai certain sera de ce fait nécessaire avant que la situation médicale de la victime ne soit stabilisée et que la gravité puisse en être estimée. L’examen de ces demandes réclamera donc, en pratique plus de temps que les six mois annoncés. Si les délais devant le Fonds des Accidents Médicaux risquent d’être plus longs, cette procédure n’en reste pas moins attrayante par sa rapidité puisque, contrairement à la voie judiciaire, le Fonds ne doit pas établir une responsabilité pour indemniser le dommage de la victime. Il peut indemniser le patient qui entre dans les conditions, et récupérer ensuite, si une responsabilité est établie, l’indemnité versée auprès de l’assurance du professionnel concerné. Par ailleurs, d’un point de vue pratique, le Fonds des Accidents Médicaux n’existe encore que sur papier. Son fonctionnement dépend toujours d’arrêtés royaux qui ne pourront être pris qu’en présence d’un Gouvernement. Néanmoins, le centre d’appel du SPF santé publique (02/524.97.97 – option 1) se contente pour l’instant de prendre note des coordonnées des appelants, en promettant de les recontacter dès la mise en service du Fonds. Nous comprenons qu’aucune publicité n’est encore faite à propos de ce call center…
Le Chaînon / page 15

chaînon_22.indd 15

10/03/2011 13:34:49

Focus - Association

Association des Personnes concernées par le Tremblement Essentiel – A.P.T.E.S.
Le tremblement essentiel (TE) est un mouvement anormal d’origine neurologique. Il est très commun et très complexe à la fois. Il est appelé essentiel parce qu’il n’a pas de cause connue. Il n’est pas lié à d’autres désordres neurologiques et il n’est pas non plus dû à des effets secondaires qui seraient liés à la prise de médicaments ou d’alcool. L’émotion n’est pas à l’origine du tremblement, mais elle peut l’accentuer. Pour plus de la moitié des personnes concernées, le tremblement semble héréditaire. Il est admis qu’une personne sur 200 est atteinte de tremblement essentiel, soit environ 20.000 personnes en Belgique francophone. Les deux sexes sont touchés de manière égale et le tremblement essentiel se rencontre dans le monde entier. Le tremblement essentiel est une maladie évolutive, néanmoins les données peuvent être extrêmement variables et certaines personnes vont développer des formes sévères tandis que d’autres conserveront longtemps des formes posturales et rapides qui seront moins handicapantes. Les traitements restent symptomatiques: il n’existe pas de remède pour le tremblement essentiel. Les médicaments utilisés réduisent les symptômes et sont considérés comme efficaces si le gain obtenu est de l’ordre de 50 %. Ils visent à diminuer l’amplitude du tremblement, à retrouver une certaine habileté pour l’exécution de tâches courantes et à réduire le handicap social. Au fur et à mesure de l’évolution de la maladie, l’efficacité des médicaments est extrêmement marginale sur les tremblements au regard des effets indésirables éventuels. Aucun traitement, même commencé très tôt ne ralentit ou ne stoppe l’évolution de la maladie qui est inexorable. Le tremblement touche tout d’abord les mains et la tête puis s’étend peu à peu aux autres membres. Cependant, bien souvent, au fil du temps, le handicap s’accroît de manière importante: la personne ne peut plus accomplir les gestes élémentaires du quotidien. La neurochirurgie est parfois la seule solution. La personne qui a un tremblement essentiel souffre doublement: elle a un handicap physique qui devient de plus en plus invalidant au fil des années et elle souffre psychologiquement, elle se sent différente, incomprise parce que le tremblement est souvent mal interprété. Beaucoup de personnes s’isolent et certaines développent une phobie sociale. Voici un résumé écrit par Marie-France, souffrant de TE depuis l’âge de 8 ans et qui a aujourd’hui plus de 60 ans:

«La dépression n’est pas souvent abordée et certains vivent leur tremblement essentiel mal, même très mal, ils ont des pensées «négatives». C’est souvent un TABOU, il faut cacher son mal être, montrer à son entourage que tout est parfait. La personne atteinte est plus sensible, émotive, elle en a assez de se voir trembler même si elle sait que ce n’est pas une maladie grave, qu’elle ne peut en mourir. Il y a un ras le bol ! Elle se sent dévalorisée. La peur s’empare d’elle, peur d’être jugée. Les larmes coulent souvent sur ses joues.»
Beaucoup de personnes qui ont un tremblement essentiel s’isolent et c’est une des raisons qui a motivé les bénévoles à créer l’association APTES.
Le Chaînon / page 16

chaînon_22.indd 16

10/03/2011 13:34:49

Focus - Association

L’ASSOCIATION APTES Créée en France, en janvier 2004 sous l’impulsion d’ Henri Girin et reconnue d’intérêt général, l’Association francophone des personnes concernées par le tremblement essentiel (APTES) est une association régie par la loi française du 1er juillet 1901 dont le caractère exclusif de bienfaisance a été reconnu en 2007. Présente en France, en Belgique, en Suisse et au Canada, APTES rassemble les personnes souffrant d’un tremblement essentiel. Les buts de l’association sont : -informer et aider les personnes souffrant de TE -défendre leurs intérêts moraux et matériels -guider les personnes auprès des pouvoirs publics -soutenir la recherche APTES-Belgique existe depuis 2004 en tant que délégation de APTES et la responsable est un des membres fondateur de l’association française. Aujourd’hui APTES-Belgique vient de se constituer en une ASBL, tout en restant liée par une convention à l’association française. Le but est de mieux défendre les Belges souffrant de tremblement essentiel. APTES-Belgique a organisé une première assemblée générale de ses membres belges à Namur le 24 juillet 2010, a participé au Salon de la Santé de Sart-Saint-Laurent en Octobre, aux Journées des Associations de Patients organisées par la LUSS en décembre et a le projet, en devenant ASBL, de développer plus facilement l’information sur cette maladie dans la presse et les médias. Notre but est aussi de défendre la personne atteinte de TE face aux problèmes administratifs liés à la reconnaissance du handicap et de nous pencher sur la question du remboursement des médicaments par la sécurité sociale. En conclusion, nous espérons faire connaître la maladie, augmenter le nombre de nos adhérents pour mieux les défendre.

Pour découvrir APTES : www.aptes.org Danielle Vadjaraganian Présidente APTES-Belgique asbl Rue Audrey Hepburn 14 Bte 15 1090 Bruxelles GSM: 0477.93.23.77 Tél: 02.524.48.98 Aptes-Belgique@aptes.org

Le Chaînon / page 17

chaînon_22.indd 17

10/03/2011 13:34:49

A épingler

Plateforme Annonce Handicap
La Plateforme Annonce Handicap fondée en novembre 2010 et qui regroupe 29 associations et services, a pour principal objectif d’améliorer la qualité de l’annonce du diagnostic d’un handicap et l’accompagnement des personnes lors de l’annonce. Cette plateforme a développé un site internet comportant quatre portes d’entrées selon que l’on soit, parent, une personne en situation de handicap, un professionnel ou « tout public ». Ce site est centré sur l’approche émotionnelle de l’annonce du diagnostic afin que toute personne concernée puisse y trouver une source de réflexion pour l’aider à avancer dans cette épreuve au travers de textes et de témoignages. La plateforme Annonce Handicap vient également d’éditer un livret « Handicap, Déficience, Accompagner l’annonce du Diagnostic » à l’attention des professionnels. Ce livret peut être téléchargé sur le site de la PAH ou obtenu, en version papier auprès de la Plateforme Annonce Handicap , à l’Awiph : www.awiph.be ou auprès de Phare : www.phare-irisnet.be. www.annoncehandicap.be

Une brochure pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée
La Fondation Roi Baudouin et la Fédération Royale du Notariat Belge viennent d’éditer une nouvelle brochure « Que faire face à la maladie d’Alzheimer ? ». Les aspects pratiques liés à la maladie y sont abordés de manière conviviale et accessible. Différentes informations pratiques et juridiques permettront à la personne, si elle le souhaite, de poser un certain nombre de choix que ce soit dans le domaine de la santé, son lieu de vie ou encore son patrimoine, et cela à tous les stades de la maladie. La brochure s’adresse avant tout à la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée, mais les proches y trouveront également des réponses à leurs questions. La brochure est disponible gratuitement sur le site de la Fondation Roi Baudouin. www.kbs-frb.be

Le Chaînon / page 18

chaînon_22.indd 18

10/03/2011 13:34:49

A épingler

Pharmacovigilance
En Belgique … Depuis le 30 novembre 2010, l’Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS) met à dispositions des professionnels de la santé un site internet où ils peuvent notifier en ligne une observation d’effet indésirable d’un médicament (ce qu’on appelle communément un effet secondaire). C’est une alternative électronique à la formule papier (fiche jaune) utilisée jusqu’à présent. www.fichejaune.be Les patients peuvent également signaler les effets secondaires de médicaments via un formulaire proposé par Test-Achats. Début 2007, l’AFMPS et Test-Achats ont conclu un accord de collaboration en matière d’échange d’informations relatives aux effets indésirables des médicaments. Le formulaire de signalement des plaintes est accessible sur le site de Test-Achat. www.test-achats.be … et au niveau de l’Europe Un système d’alerte au niveau européen destiné à repérer les effets indésirables des médicaments a été approuvé par le Parlement européen. Ce projet rentrera en vigueur en 2012. Tout un chacun pourra, via un site internet, signaler les effets indésirables provoqués, à priori, par des médicaments. La mise en commun de ces données au niveau européen permettra de réagir plus rapidement en cas de danger non détecté avant la mise sur le marché d’un médicament. Il est prévu qu’en cas de concordance de témoignages inquiétants, un comité de pharmacovigilance placé au sein de l’Agence européenne des médicaments (EMA) tire la sonnette d’alarme.

Ouverture de la première maison de répit en Belgique
La première maison de répit pour enfants gravement malades « Villa Indigo » a ouvert ses portes en janvier à Evere. La Villa Indigo permet d’offrir une pause aux proches impliqués dans la prise en charge à domicile d’enfants gravement malades de 0 à 18 ans. Il s’agit d’un lieu de repos, de détente, de ressourcement, de soutien et de réconfort pour les enfants et leurs proches. Un lieu de taille familiale capable d’entendre et de comprendre la détresse et l’épuisement des proches d’enfants atteints de maladies chroniques et souvent évolutives. www.maisonderepit.be

Le montant des dons déductibles est passé à 40 euros !!!
Depuis le 1er janvier 2011, le montant nécessaire pour qu’un don soit déductible fiscalement est passé de 30 à 40 euros.

Le Chaînon / page 19

chaînon_22.indd 19

10/03/2011 13:34:49

A épingler

Egalité hommes - femmes en matière d’assurance
En matière d’assurances, des tarifs différenciés en fonction du sexe ne pourront désormais plus avoir cours à compter du 21 décembre 2012. Test-Achats vient de remporter une victoire contre les assureurs devant la Cour de justice de l’Union européenne. Les primes et prestations devront obligatoirement être « unisexes », pour tous les contrats d’assurance. C’était déjà le cas depuis 2008 en matière d’assurance RC automobile et d’assurance hospitalisation. Désormais cette égalité s’appliquera aussi à la branche « assurance vie » pour laquelle une dérogation avait été octroyée en 2008.

Natagora : « Nature pour tous »
Natagora est une association qui se mobilise autour de la protection de la nature en Wallonie et à Bruxelles. L’objectif principal de cette association est d’enrayer la dégradation de la biodiversité et de reconstituer un bon état général de la nature en équilibre avec les activités humaines. Dans le but de permettre à chacun d’exercer son action citoyenne en matière de protection de notre patrimoine naturel, Natagora veut rendre les activités de sensibilisation et les actions qu’elle mène accessibles à tous et donc aussi aux personnes qui ont des difficultés d’intégration du fait de handicaps physiques ou mentaux, ou des problèmes d’ordre économiques, social ou culturel. Pour atteindre cet objectif, le projet « Nature pour tous » organise des activités diverses (animations, journées d’information, événements grand public, aménagement des sites). Le projet met aussi à la disposition des personnes intéressées (guides, animateurs, éducateurs…) des outils et une pédagogie adaptés pour accompagner un public large et diversifier leur mode de communication. « Nature pour tous » est un projet de responsabilité citoyenne, d’intégration et de tolérance. www.natagora.be

Appel à projet !!!
Le Fonds Jeanne et Pierre Beeckman lance un appel à projet qui s’adresse aux organisations belges prenant des initiatives en faveur de l’intégration sociale des personnes avec un handicap sensoriel (auditif et/ou visuel). Les dossiers sont à introduire avant le 30 juin 2011. Pour informations complémentaires sur cet appel à projet ou pour prendre connaissance d’autres appels à projets, rendez-vous sur le site de la Fondation Roi Baudouin. www.kbs-frb.be

Le Chaînon / page 20

chaînon_22.indd 20

10/03/2011 13:34:49

A épingler

Limitation du temps de travail dans le secteur médical
La loi du 12 décembre 2010 limitant le nombre d’heures maximales à prester dans le secteur médical est entrée en vigueur ce 1er février. Pour rappel, avant cette loi, il n’existait pas en Belgique de législation réglementant les heures de travail des prestataires médicaux salariés ou statutaires. Ils sortaient des cadres légaux sur le travail. En 2003, la directive européenne 2003/88/CE légiférait le domaine. La Belgique ne s’était pas encore mise aux normes européennes et devait rectifier la situation, d’où le vote de cette loi. Cette loi prévoit que les prestataires de soins ne puissent effectuer plus de 48 heures par semaine sur une période de référence de 13 semaines. Une limite de 60 heures hebdomadaires maximum a été également décidée, sauf cas de force majeure. Les concernés ne pourront également effectuer plus de 24 heures de suite. Pour des périodes de travail entre 12 et 24h, le travailleur devra se voir accordé un repos de minimum 12 heures. Notes complémentaires : il sera possible d’ajouter un temps additionnel de 12 heures afin que les personnes concernées puissent garantir un service de garde sur leur lieu de travail. Un temps additionnel peut également être prévu en cas de force majeure comme des soins entrepris en vue de faire face à un accident survenu ou des soins requis par une fatalité imprévisible. Il est important de noter que ces temps additionnels ne peuvent être imposés par l’employeur mais doivent émaner d’un accord écrit entre les deux parties Un exemple : un médecin devra donc sur une période de 13 semaines faire des semaines n’excédant pas 48 heurs (sur base d’une moyenne). Il pourra faire une semaine à 60 heures mais devra compenser les semaines suivantes par des horaires de travail plus légers. Et s’il travaille par exemple 15 heures de suite, il devra bénéficier obligatoirement d’au moins 12 heures de repos. Si le médecin est de garde la semaine où il travaille 60 heures, il pourra porter son temps de travail à 72 heures sans que cela soit pris en compte sur le total des 13 semaines. La nouvelle loi s’appliquera: - aux médecins et aux dentistes qui remplissent les conditions de l’AR n° 78 du 10 novembre 1967 et qui réalisent des prestations médicales dans le cadre d’un contrat de travail ou dans un cadre statutaire - aux candidats médecins en formation qui réalisent des prestations médicales dans le cadre de leur formation - aux candidats dentistes en formation qui réalisent des prestations médicales dans le cadre de leur formation - aux étudiants stagiaires se préparant à ces professions Sont exclus du champ d’application : - les personnes employées par l’Etat, les provinces, les communes, les institutions publiques qui en relèvent et les organismes d’intérêt public, sauf si elles sont employées par des établissements qui dispensent des soins médicaux, prophylactiques ou hygiéniques - le personnel militaire - les personnes qui exercent une fonction dirigeante, telles que décrites dans la réglementation européenne

Le Chaînon / page 21

chaînon_22.indd 21

10/03/2011 13:34:49

Le carnet de la LUSS

Observatoire des maladies chroniques
Avec un gouvernement en affaires courantes l’Observatoire n’a toujours pas pu être mis en place officiellement. Qu’à cela ne tienne, la VPP (Vlaams Patiëntenplatform) et la LUSS continuent à travailler avec les associations qui en seront membres. La concertation avec les associations de patients concernées par les maladies chroniques se poursuit afin d’être fin prêts lors du démarrage officiel de l’Observatoire. Chacune de leur côté, les coupoles ont rassemblé les demandes exprimées par les associations de patients, les ont synthétisées et regroupées en 30 thèmes. Une réunion a été organisée le 19 février, rassemblant pour la première fois les futurs membres de l’Observatoires, effectifs et suppléants, issus des associations de patients néerlandophones et francophones. Cette journée a permis aux membres de ces associations tout d’abord de se rencontrer, de faire connaissance et de définir les modalités pratiques pour arriver à préparer ensemble les matières à travailler au sein de l’Observatoire. Lors de cette même journée, les personnes présentes se sont accordées pour définir, au départ de cette liste de 30 thèmes, les thématiques prioritaires à traiter ensemble et à présenter à l’Observatoire lors de son démarrage. Deux thèmes ont été retenus pour lesquels deux groupes de travail sont en train de se constituer. Le premier se penchera sur la question du remboursement des médicaments et le second sur la proposition de l’INAMI d’appliquer une simplification administrative pour les malades chroniques. Outre les thématiques en elles-mêmes, ces deux groupes de travail seront des projets pilotes destinés à tester et faire émerger une méthode de travail qui sera par la suite mise en place pour traiter d’autres sujets. Ils seront coordonnés par les coupoles VPP et LUSS. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce sujet, contactez la LUSS !!!

Journées d’associations de patients dans les établissements de soins
Les journées d’associations de patients dans les établissements de soins ont redémarré : plusieurs hôpitaux sont amateurs pour organiser une telle journée dans leur établissement et quelques dates sont déjà fixées. Ce projet vise non seulement à faire connaître les associations auprès des patients hospitalisés, mais également à créer des liens entre ces associations et les professionnels. Ces journées sont organisées en étroite collaboration avec le service social de l’hôpital, qui est également un relais important entre les patients hospitalisés et les associations. Ces rencontres sont organisées dans différents établissements, la LUSS assure l’organisation de la journée. Les associations de patients sont contactées par la LUSS en fonction des pathologies traitées au sein de l’établissement. Pour plus d’informations, contactez Virginie Delvaux.

Prochaines dates : 8 juin 2011 - Hôpital St Joseph - Liège 9 novembre 2011 - CHR Citadelle - Liège

Le Chaînon / page 22

chaînon_22.indd 22

10/03/2011 13:34:49

Le carnet de la LUSS

Journée européenne des droits des patients
Le 18 avril 2011 aura lieu la 5ème édition de la journée européenne des droits du patient. La LUSS et la VPP (Vlaams Patiëntenplatform) ont participé à une enquête menée par l’Active Citizenship Network (ACN) qui était destinée à évaluer le respect des droits des patients au niveau européen. Les données récoltées dressent un état des lieux et seront communiqués lors de deux journées de rencontre prévues les 11 et 12 avril. Elles se dérouleront en présence de tous les participants de l’enquête, à savoir 18 pays européens. La VPP et la LUSS seront de la partie. Il est prévu que la LUSS et la VPP vous communiquent les résultats de l’enquête lors de la journée européenne des droits du patient le 18 avril prochain !!!

Programme du cycle de conférences : « Les jeudis de la LUSS »
Jeudi 28 avril 2011 de18h à 20h « Heur et malheur de la rencontre des soignants et des soignés au travers des valeurs qui animent l’acte de soin » Présenté par le Docteur Raymond Gueibe, Psychiatre “Comme dans toutes professions, mais surtout dans celles en lien avec la personne, le monde des soignants est traversé par des valeurs qui sont des certitudes telles qu’elles ne sont jamais interpellées ou remises en cause. Il s’agit donc bien de “paradigmes” ! Jusqu’à il y a une vingtaine d’années, ces valeurs étaient partagées par tous les soignants et reconnues aussi sans difficulté par la société et en particulier par les malades. Mais depuis lors, de nouvelles valeurs vont s’imposer, en rapport avec le sens du soin, et la place du patient dans les soins. Ces nouvelles valeurs vont donc créer des tensions entre soignants, mais aussi entre soignants et soignés! Le débat mené en Belgique concernant l’euthanasie a été un exemple d’interrogation de nos paradigmes dans les soins. Une meilleure connaissance de ces valeurs permet de mieux comprendre, et donc de respecter le soignant et le soigné.” Jeudi 19 mai 2011 de 18h à 20h « De meilleures assurances (privées) pour les patients, leurs familles et leurs associations» Présenté par le Professeur Hubert Claassens, Professeur émérite K.U.L, Groupe de recherches «Assurances» « De quelques principes de base aux questions d’actualité dans la législation et la pratique des assurances privées en soins de santé». Après un petit exposé théorique sur les assurances en soins de santé, la conférence s’axera sur des problématiques concrètes rencontrées par les usagers des services de santé.» Infos pratiques : Lieu de conférences : LUSS, Avenue Sergent Vrithoff, 123 - 5000 Namur Les débats/conférences sont gratuits et ouvert au grand public. Inscription souhaitée au plus tard une semaine avant la conférence. Accueil sandwich dès 17h30 Par email : s.lanoy@luss.be ou par téléphone : 081/74.44.28
Le Chaînon / page 23

chaînon_22.indd 23

10/03/2011 13:34:49

Le Chaînon n°22
Avenue Sergent Vrithoff, 123 à 5000 Namur Tél : 081/74 44 28 - www.luss.be Compte : 001-3302042-44 Rédaction et mise en page Sophie Lanoy Collaboration de l’équipe et du Conseil d’Administration Virginie Delvaux, Micky Fierens, Carine Serano, Catherine Zanot Michel Duponcelle (CA de la LUSS - Tels Quels) Marie-Françoise Fogel (CA de la LUSS - Vivre Comme Avant) Claude Sterckx (Président de la LUSS - Association Belge de Lutte contre la Mucoviscidose) Collaborations externes à ce numéro : Danielle Vadjaraganian - Présidente APTES-Belgique asbl Maurice Vanbellinghen - Collaborateur à la revue Test-Santé (une publication de Test-Achats) Docteur Johan Vandepaer - Médecin généraliste à « Médecine pour le Peuple » Herstal Illustrateur : Jacques Franck Nous écrire : luss@luss.be

chaînon_22.indd 24

10/03/2011 13:34:49