FOOTBALL

SANTÉ

ELIMINATOIRES CAN 2012 Les "23" connus

Retour de Ziaya, Chaouchi, Abdoun, Ghezzal et Belhadj
P. 32

Les vertus du citron
P. 16

Météo
21 à Alger 24° à Ourgla

MONNAIE

PÉTROLE

Le Brent à 113,14 dollars le baril

L'euro à 1,399 dollar

Retour de la pluie

Echouage d’une énorme tortue de mer à Stora (Skikda)

Une tortue de mer de 400 kg a échoué dans la nuit de dimanche à hier sur la crique de Stora, à Skikda. Cette espèce est observée pour la première fois à Skikda, car ne vivant pas en Méditerranée.

ANP

1 0 R a b i ’ E l T h a n i 1 4 3 2 - M a r d i 1 5 M a r s 2 0 1 1 - N ° 1 4 1 5 1 - N o u ve l l e s é r i e - w w w. e l m o u d j a h i d . c o m - I S S N 1 1 1 1 - 0 2 8 7

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

La direction du Service national invite les citoyens âgés de 30 ans et plus à se rapprocher de ses bureaux

P. 2

Porteur d’un message du Président El Bachir au Président Bouteflika
Le ministre soudanais de l'Agriculture, M. Halim Ismaïl El Moutaafa, envoyé spécial du Président soudanais, est arrivé hier à Alger. L'envoyé spécial du Président soudanais Omar El Bachir a été accueilli à

Envoyé spécial du Président soudanais à Alger
son arrivée à l'aéroport international Houari Boumediène par M. Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires africaines et maghrébines.

Dans une déclaration à la presse à son arrivée, le ministre soudanais a indiqué qu'il est porteur d'un message du Président Omar El Bachir au Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.

JOURNÉE

NATIONALE DES

HANDICAPÉS

Zone d'exclusion aérienne en Libye

“La décision est du seul ressort du Conseil de sécurité de l'ONU”
réaffirme l’Algérie
L'Algérie a réaffirmé hier que l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne en Libye était du seul ressort du Conseil de sécurité des Nations unies, responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales, conformément aux dispositions de la Charte de l'ONU, a-t-on indiqué de source diplomatique algérienne. Cette source a rappelé par ailleurs que les décisions au sein de la Ligue arabe "sont adoptées par consensus" et "ne font pas l'objet d'un vote" et c'est ce principe qui a été observé à l'occasion de la session extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe du 12 mars 2011 au Caire. Lors de la session extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères, tenue au Caire, le 12 mars 2011, de même que lors de sa précédente session du 2 mars 2011, l'Algérie avait rappelé, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, les liens qui unissent les peuples libyen et algérien et appelé à l'arrêt "immédiat" des violences et à l'effusion du sang, a mis en évidence la même source. M. Medelci avait invité également le gouvernement libyen et l'opposition dans ce pays à emprunter la voie du dialogue pour "répondre aux aspirations légitimes du peuple libyen". L'Algérie avait, en outre, insisté sur la nécessité du respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Libye, ajoute la même source, soulignant la décision de la Ligue des Etats arabes, laquelle n'avait pas manqué de rappeler, en particulier, son engagement à promouvoir la paix ainsi que son rejet de toute forme d'intervention étrangère en Libye. APS

Le ministère de la Poste et des TIC, et l’ANSEJ premiers recruteurs de handicapés
P. 17

ur l’instauration “Aucune décision n’a été prise po sur la Libye” P. 14 d’une zone d’exclusion aérienn e
Habitat

US A : S elon le Penta gone

APN
Poursuite de l’examen du projet de loi relative à la commune

Un vif intérêt

Réception attendue de 250.000 logements par an en Algérie

Plus de 200 propositions d’amendement

P. 3

Le secteur de l’habitat livrera chaque année et jusqu’à 2014, quelque 250.000 logements, tous segments confondus, a annoncé hier le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Nourreddine Moussa , lors d'une visite de travail à Mila. S'exprimant lors d'un point de presse organisé à Ferdjioua (nord-ouest de Mila), le ministre a fait

part, par ailleurs, de "la détermination du gouvernement à faire distribuer les logements réceptionnés sans retard", avant de préciser à ce propos, sagissant de Mila, que 290 logements sociaux locatifs seront attribués dans cette wilaya "avant le mois de juin prochain". Nous y reviendrons.

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

EL MOUDJAHID

Météo

20° à Alger, 29° à In Salah

Demain, à 10 heures Ce matin, à 10 h

Averses sur le nord du pays.
Le temps sera nuageux aujourd’hui avec averses sur le nord du pays. Elles seront localement assez marquées (orageuses) notamment vers les régions de l'intérieur. Les vents seront en général modérés localement assez forts ( 40/60 km/h) notamment sur les régions côtières. La mer sera agitée. Au Sud, le temps sera partiellement voilé avec localement quelques pluies. Les vents seront modérés localement assez forts ( 40/50 km/h) entraînant des soulèvements de sable. Pour les prochains jours, soit de mercredi à Samedi, Météo Algérie annonce un temps passagèrement nuageux sur le nord du pays avec localement quelques averses notamment sur régions du Centre et de l'Est. Les températures maximales seront de l'ordre de 15°à 18° sur les régions côtières et de 10° à 13° vers les régions de l'intérieur. Les vents seront en général modérés. Au Sud, le temps sera partiellement nuageux avec localement quelques pluies. Les températures se situeront entre 17° et 28° avec des pics de 39° sur l’extrême Sud. Les vents seront en général modérés avec localement des soulèvements de sable. Le mercure affichera 20° à Alger, 22° à Annaba, 18° à Oran et à Batna, 17° à Constantine et à Tlemcen 16° à Chlef et à Sétif, 21° à Ghardaïa, 26° à Adrar et 29° à In Salah.

L’Association culturelle pour la sauvegarde du patrimoine
Une conférence-débat aura lieu au Centre de presse d’El Moudjahid ce matin, à 10 h, sur le thème du rôle de la société civile dans la promotion de la citoyenneté. Cette manifestation est assurée par l’Association culturelle pour la sauvegarde du patrimoine.

Conférence-débat sur les négociateurs des Accords d’Evian
L’association culturelle et historique Machaâl Chahid et le quotidien national El Moudjahid, organisent une conférence-débat sur les négociateurs des Accords d’Evian, demain, à 10 h, au Centre de presse d’El Moudjahid, animée par l’ex-Chef du gouvernement, M. Redha Malek.

Ghoul à Guelma

Les jeunes diplômés encouragés à investir dans les travaux publics
Les jeunes diplômés de l’université ont été encouragés, hier, à Guelma par le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, à investir dans ce secteur où ils pourront bénéficier de facilités pour créer des entreprises ou des bureaux d’études. Le ministre qui venait d’inaugurer une maison cantonnière dans la commune d’El Fedjoudj, a indiqué qu’une "instruction été signifiée" aux directeurs des travaux publics de l’ensemble des wilayas, pour appuyer cet encouragement en appelant les jeunes à investir notamment dans la réalisation et l’entretien des routes. Selon M. Ghoul, le secteur des travaux publics qui "offre à l’heure actuelle 561.000 emplois, verra dans les années à venir la création de 2.000 entreprises, au moins, par de jeunes universitaires".

Sellal à Tamanrasset
Le ministre des Ressources en eau, M. Abdelmalek Sellal, sera aujourd’hui à Tamanrasset pour une visite d’inspection et de travail. Au cours de sa visite, le ministre inspectera les réalisations du système de transfert des eaux de In Salah vers Tamanrasset et procédera à la mise en service de ce mégaprojet.

Ce matin, à 10 h, à l’USTHB

Cérémonie de remise du prix Maurice Audin 2010
L’université des sciences et de la technologie Houari Boumediene (USTHB) organise une cérémonie de remise du prix Maurice Audin 2010, ce matin à 10 h à la salle de conférences de la faculté de mathématiques de l’USTHB. La cérémonie sera suivie de la projection du documentaire de François Demerliac « Maurice Audin, la disparition ».

Ghlamallah à Oran
Le ministre des Affaires religieuses et du Wakf, M. Bouabdellah Ghlamallah, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Oran.

Journée nationale de plantation d’Arbres, le samedi 19 mars

Ce matin, à 11 h, au Centre Echaâb des études stratégiques

Aujourd’hui au Palais des expositions

Conférence de presse, ce matin, au Centre culturel Aïssa Messaoudi
A l’occasion de la Journée mondiale de l’Arbre, la Radio algérienne organisera le samedi 19 mars, une journée nationale de plantation d’Arbres. A cet effet, une conférence de presse est prévue ce matin, à 10 h 30, au Centre culturel Aïssa Messaoudi de la Radio algérienne.

Conférence sous le thème «Réflexion sur le phénomène de la violence en Algérie»
Le Centre Echaâb des études stratégiques organise ce matin à 11 h en son siège une conférence sous le thème « Réflexion sur le phénomène de la violence en Algérie ». La rencontre sera animée par le Pr. Slimane Madhar, spécialiste en psychologie.

Le médicament générique à l’honneur
Le Dr Djamel Ould Abbès ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière présidera aujourd’hui à partir de 10h30 la cérémonie inaugurale du 2e Salon international du Médicament générique qui se tient au Palais des expositions de la Safex aux Pins Maritimes à l’Est d’Alger.

Salon de l’automobile

L’association El Baraka au rendez-vous
Dans le cadre de son plaidoyer sur les accidents de la circulation, l’association nationale de soutien aux personnes handicapées El Baraka, sera présente au Salon international du véhicule industriel et utilitaire qui se déroulera du 17 au 27 mars 2011, au palais des expositions de la Safex, pins maritimes, Alger.

Cet après-midi, à 14 h, à Ben Aknoun

Cet après-midi, à 14 h, au Centre des arts et de la culture (Bastion 23)

Une conférence organisée par le CRSS : «le pluralisme médiatique en Algérie»
Le centre de recherches stratégiques et sécuritaires organisera cet après-midi à 14 h, une conférence sous le thème «le pluralisme médiatique en Algérie ».

Conférence sur le déclenchement de la lutte avec l’Association du 8 Mai 1945, le Centre de Libération nationale En collaboration
des arts et de la culture (Bastion 23), inaugurera un nouveau cycle de ses activités en accueillant cet après-midi, à 14 heures, une conférence sur le thème : « Lecture dans le déclenchement de la lutte de libération nationale », qui sera animée par le moudjahid Arezki Basta.

A partir d’aujourd’hui, au CRASC

Colloque international sur les espaces publics au Maghreb
Le CRASC organisera à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 17 mars en son siège à Oran un Colloque international sous le thème « les espaces publics au Maghreb. Au carrefour du politique, du religieux, de la société civile, des médias et des NTIC ».

Le 21 mars, au Hilton

Conférence sous le thème «le positionnement de la Turquie sur la scène géostratégique mondiale»
L’Institut national des études stratégiques globales organisera le 21 mars au Hilton une conférence sous le thème «le positionnement de la Turquie sur la scène géostratégique mondiale : Constantes et évolutions ». La rencontre sera animée par M. Yasar Yakis, ancien ministre des Affaires étrangères turc et actuel président de la commission parlementaire turque en charge du dossier de l'Union européenne.

La direction du Service national invite les citoyens âgés de 30 ans et plus à se rapprocher de ses bureaux
La direction du service national invite les citoyens âgés de 30 ans et plus au 31 décembre 2011 à se rapprocher des centres ou des bureaux du service national dont ils relèvent pour satisfaire aux formalités administratives inhérentes en matière de dispense des obligations du Service national, a indiqué lundi la direction dans un communiqué. En exécution de ces mesures édictées par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, en matière de dispense des obligations du Service national, les citoyens concernés doivent se présenter dans ces centres et bureaux munis d'une copie d'une pièce d'identité et de deux (2) photos d'identité et ce, conformément au calendrier de passage suivant : - Du 06/03 au 17/03/2011 pour les citoyens nés entre le 01/01 et le 31/12/1977 et les classes antérieures. - Du 03/04 au 14/04/2011 pour les citoyens nés entre le 01/01 et le 31/12/1978. - Du 02/05 au 12/05/2011 pour les citoyens nés entre le 01/01 et le 31/12/1979. - Du 29/05 au 09/06/2011 pour les citoyens nés entre le 01/01 et le 31/12/1980. - Du 26/06 au 07/07/2011 pour les citoyens nés entre le 01/01 et le 31/12/1981.

Recherche scientifique

Conférence de presse, demain, à 11 h, au siège de l’ANVREDET
A l’occasion de la 2ème semaine nationale de la recherche scientifique sur « la chimie et ses applications », l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche scientifique organise demain une journée portes ouvertes sous le thème «Recherche, Développement, Innovation, Valorisation et Propriété intellectuelle ». En cette occasion, une conférence de presse est prévue demain à 11 h au siège de l’ANVREDET.

Aujourd’hui, au siège du CDTA

Journée sur l’entrepreneuriat et le transfert de technologie
Le siège du centre de développement des technologies avancées sis à Baba Hassan, abritera aujourd’hui la journée sur l’entrepreneuriat et le transfert de technologie. Organisée par la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique, cette manifestation sera une occasion de rapprochement, de dialogue et d’engagement franc vers la concrétisation de l’entreprenariat et du transfert technologique. Toujours dans ce même cadre, le CDTA organisera une journée portes ouvertes, le mercredi 16 mars 2011. L’objectif de cette journée est de prendra toute initiative d’animation à travers des activités de vulgarisation scientifique : conférences, visites guidées, expositions, …etc.

Demain, au Centre culturel du 11 Décembre1960, Mohamed Belouizded

Journée de sensibilisation sur le diabète
A l’occasion de la journée nationale du Diabète, l’Association des diabétiques de la wilaya d’Alger organise demain au Centre culturel du 11 Décembre, Mohamed-Belouizded, une journée de sensibilisation sur le diabète et ses complications sous le thème « le diagnostic précoce du diabète et de l’hypertension artérielle ».

Batna

Le 17 mars à 14 h 30 à la librairie du Tiers Monde

Inauguration de la première e-commune algérienne

Séance de vente-dédicace avec l’auteur El Yazid Dib
L’auteur El Yazid Dib sera présent le jeudi 17 mars à partir de 14 h 30 à la librairie du Tiers Monde pour une vente-dédicace de son livre intitulé « le témoin obscur », paru aux éditions Ethika.

Le 17 mars, au siège du HCI

Cérémonie-hommage au Pr Benaïssa Abdennebi
Le Haut Conseil Islamique organise une cérémonie hommage en l’honneur du professeur Benaïssa Abdennebi, chef de service neurologie à l’hôpital Zmirli (Al Harrach) et ce, à l’occasion de son élection comme membre de l’académie mondiale de neurologie. La cérémonie aura lieu le 17 mars à 15 h 30 au siège du HCI, El Biar, Alger.

La première e-commune algérienne (commune électronique) a été inaugurée hier au siège de l’annexe administrative de la cité des 500-Logements de Batna par le ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la communication, M. Moussa Benhamadi. Le premier acte de naissance de type 12-S, établi en quelques secondes au niveau d’un guichet électronique, a été délivré pour la première fois, à cette occasion, en présence du ministre, consacrant la possibilité d’établissement et de remise de ce document au niveau d’une annexe, sans que les citoyens n’aient à se présenter aux services d’état civil du siège de l’APC-mère. Cette e-commune, présentée comme une expérience pilote, pourra également délivrer dès à présent, dans les mêmes conditions, des actes de décès et de mariage, en attendant l’extension de l’opération à tous les documents administratifs dont l’établissement est du ressort des APC. Selon des cadres d’Algérie-Télécom, cette opération touchera "dans les tout prochains jours" 11 autres annexes de l’état civil de la ville de Batna.

Ce matin à 10 h 30, à l’établissement pénitentiaire d’El Harrach

Hommage à l’homme de lettres et romancier Hafnaoui Zaghez
La direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion organise ce matin à 10h30 à l’établissement pénitentiaire d’El Harrach une cérémonie en hommage à l’homme de lettres et romancier Hafnaoui Zaghez qui a fait de toute sa bibliothèque composée de 1700 ouvrages au profit de l’établissement d’El Harrach.

Mardi 15 Mars 2011

EL MOUDJAHID

Nation
Poursuite de l’examen du projet de loi relatif à la commune
électorale, eu égard à leur relation étroite avec les dispositions de ce projet de loi, notamment ce qui a trait à la relation de l'élu avec son parti, les conditions de candidature et le rôle de la société civile dans la gestion locale. La concrétisation en lois de l’article 31 bis de la Constitution révisée, à travers la promulgation d'une loi organique sur la promotion du rôle de la femme dans la vie politique. L’actualisation de la fiscalité locale pour assurer aux communes des ressources financières leur permettant de contribuer au développement local, de prendre en charge les préoccupations des citoyens et de s'acquitter de certaines obligations nécessitant des fonds et des dépenses importantes. Le transfert direct des budgets consacrés à la réalisation et à la restauration des écoles et cantines scolaires à la commune, dans le cadre des lois de finances, au vu des données et statistiques sur les besoins des établissements et cantines scolaires dont elle dispose, et ce, afin d'éviter les mesures compliquées de transfert des budgets d'un secteur à un autre. Révision du taux de bénéfice de la commune, de la fiscalité locale imposée aux entreprises activant dans son territoire et à leurs sièges sociaux, situés en dehors de son territoire, à travers l'augmentation du taux d'impôt dans les zones d'activités. L'accélération de l'installation des contrôleurs financiers au niveau des communes pour assurer le suivi des dépenses des fonds publics, notamment le lancement du programme quinquennal 2010-2014. L'accélération de la promulgation de textes juridiques relatifs à cette loi pour doter les communes d'outils juridiques, nécessaires à la prise en charge des intérêts des citoyens dans le cadre du développement local. L'accélération de la promulgation du statut définissant les règles d'organisation de la ville d'Alger. L'accélération de l'élaboration du statut de secrétaire général de la commune, en lui accordant toutes les motivations morales et matérielles, à condition que ce dernier remplisse la condition de qualification et soit titulaire d'un diplôme universitaire. Les députés de l'APN insistent sur la nécessité de doter la commune de moyens matériels et humains nécessaires considérant la commune comme étant la structure de base de l'Etat et le lieu de gestion des affaires publiques Le contrôleur financier, une nouvelle donne entre dans le code communal en projet afin de veiller à la transparence de la gestion des deniers publics et permettre l'investissement local à travers la mise en place d'entreprises commerciales et industrielles à même de contribuer au développement durable et à la pérennité de l'Etat de droit. Ils ont par ailleurs proposé la mise en place au niveau de chaque commune, d'une commission chargée de recenser les biens des particuliers et des commerçants et transmettre leurs fichiers à l'instance chargée des impôts pour les exploiter. Les députés ont appelé à la prise en charge par le Trésor public des budgets consacrés à la réalisation et l'entretien d'écoles et de cantines. Afin que la commune puisse tirer les meilleurs profits de la fiscalité locale imposée aux sociétés activant dans son territoire ainsi que leurs sièges sociaux hors territoire, ils ont suggéré la valorisation de l'impôt dans les zones d'activité. Pour doter les communes de ressources humaines qualifiées, les députés ont préconisé que la gestion des affaires de la commune soit confiée à des cadres qualifiés à travers notamment le recrutement de diplômés universitaires, tout en leur assurant des formations. Ils ont, en outre proposé la révision du statut de la fonction publique. Ils ont souligné l'impératif de doter les communes des nouvelles technologies de l'information et la communication pour optimiser leurs prestations au service du citoyen. Les députés ont également appelé à conférer plus d'indépendance à la commune pour qu'elle puisse servir les intérêts du citoyen en temps réel. Les intervenants ont par ailleurs recommandé d'envisager une révision du découpage administratif actuel pour l'adapter au modèle en vigueur dans les grandes villes du monde. Il s'agit, ont-ils expliqué, de multiplier le

3

APN

Un vif intérêt
Plus de 200 propositions d’amendement

L

a commune, la première assise territoriale décentralisée de l’Etat, fait irruption au débat général à l’Assemblée des élus nationaux et pose la problématique des 1.541 APC qui structurent le territoire des 48 wilayas. Il s’agit, dans les textes, d’une institution constitutionnelle, autrement dit, d’un espace d’expression démocratique et de gestion citoyenne où l’initiative et l’action locale sont mobilisées pour le développement et le bien- être au service du citoyen et ce, à travers un organe exécutif délibérant, élu au suffrage universel direct. Mais dans la réalité et dans le contexte actuel, les choses parlent d’elles-mêmes s’agissant de la gestion des communes comme l’a indiqué avant-hier le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales qui fait part de 32 cas de retrait de confiance au niveau des APC en 2008, dont 21 d'entre eux sont dus à de graves divergences entre les membres, et 11 autres pour mauvaise gestion, ajoutant que 33 APC sur un total de 1.541 au niveau national connaissent une situation de blocage pour différentes raisons. L’absence du statut de l'élu a révélé divers problèmes ayant conduit à la fin de fonctions de 206 membres élus d'APC dont 43 présidents d'APC. Le ministre a toutefois indiqué que 49 membres élus, dont 9 présidents d'APC ont été réintégrés sur la base de décisions judiciaires, en plus des 23 membres communaux dont 5 présidents d'APC qui ont été exclus après avoir été condamnés définitivement par le tribunal pénal. Les raisons sont multiples et dépassent le cadre des lois tant d’autres paramètres interviennent posant la problématique du statut de l'élu, des prérogatives, des relations entre les acteurs et responsables locaux, de l’importance et du rôle du pouvoir central et des politiques locales et de la question nodale de la place de la commune dans le développement et des possibilités offertes aux jeunes avec les nouvelles orientations allant dans le sens du changement souhaité et du rôle attendu des collectivités locales. Aussi, le projet de loi relatif à la commune présenté avant-hier au débat général devant les députés fait l’objet d’un examen profond au sein de l’Assemblée nationale populaire depuis la présentation de l’exposé, des motifs par le ministre qui a situé le contexte pour appeler à la nécessité de passer à une nouvelle étape dans la gestion des communes en procédant à l’adaptation de la loi régissant les structures, les attributions, la gestion et le contrôle de la commune conformément aux exigences et aux changements introduits en vertu de nombreuses réformes liées aux aspects politiques, économiques et sociaux. Autrement dit, il y a lieu de renforcer les capacités de la commune, de la prise de décision et de la gestion efficace avec la possibilité de créer une fiscalité locale, de poursuivre la formation des élus et des agents de l'administration locale afin de professionnaliser la gestion des communes et d'améliorer les prestations du service public. La question de gestion de l’espace de la commune dans ses aspects exécutifs, juridiques, politiques et administratifs et des attributions des acteurs et partenaires de son développement. Le problème de la fiscalité locale et les nouvelles ressources de la commune militent pour la mise en place des contrôleurs financiers en relation avec la gestion locale considérant qu’actuellement le président d’APC est l’ordonnateur du budget d’équipement, de fonctionnement de la commune sans avoir un mot à dire devant le chef de daïra, sans compter le discrédit qui colle aux élus en l’absence de prérogatives clairement définies. La question des compétences et des candidatures jeunes et compétentes lors des élections locales. Le projet de loi qui fixe la gestion urbaine, prévoit des dispositions pour la création de secteurs urbains pour les villes de 200.000 habitants et plus, dont une partie ou la totalité couvre le territoire d'une seule commune. Quant aux grandes villes, elles doivent être encadrées par une loi-type et notamment la ville d'Alger qui doit avoir son statut de capitale en en faisant un pôle urbain important. A propos des recommandations, la commission des Affaires juridiques propose une série de propositions s’agissant entre autres de l'accélération de la révision des lois en relation avec la loi sur la commune, notamment la loi organique sur les partis politiques, la loi organique sur les associations et la loi

nombre de communes dans les régions éloignées car elles interviennent en première position dans la satisfaction des besoins du peuple. Le projet de loi apporte une série d'amendements et d'innovations au code de la commune de 1990 dans l'objectif d'adapter l'activité des administrations communales aux développements enregistrés en Algérie au cours des dernières années. Le nouveau texte met le citoyen au centre de ses préoccupations en exigeant qu'il soit consulté sur les choix et priorités d'aménagement et de développement de sa commune. Ils ont également précisé que la confiscation des prérogatives du président d'APC influait directement sur sa relation avec les différentes institutions ,notamment la daïra et la wilaya desquelles il relève ainsi que sa relation avec le citoyen en ce sens que ses décisions et ses interventions ne sont nullement prises en compte. La limitation des prérogatives du président d'APC a nourri le manque de confiance auprès du citoyen qui recourt de plus en plus aux hautes autorités ou à d'autres moyens non-civilisationnels, selon les députés qui ont préconisé que la loi relative à la gestion des affaires de la commune contienne des mécanismes de gestion de l'APC régissant la relation entre le président et les élus. Les problèmes induits par la mauvaise gestion ont été à l'origine de conflits au sein de plusieurs communes dont le règlement a nécessité d'importants efforts et beaucoup de temps au détriment du développement local, ont-ils souligné. Les députés ont, d'autre part, souligné la nécessité d'engager une réflexion autour du nombre d'élus qu'il convient de revoir à la hausse en vue de mieux répondre aux préoccupations des citoyens, appelant par la même à revoir les mesures du retrait de confiance du président par les vice-présidents qui sont engagés dans certains cas à des fins personnelles. Les députés se sont félicités du volet relatif à la gestion des élections et au choix du président qui vise à passer de la démocratie de forme à une démocratie populaire réelle. A travers les amendements et innovations qu'il apporte à la loi de 1990, le projet de loi définit les moyens d'adapter l'organisation, le fonctionnement et l'administration des communes aux nouvelles réalités politiques du pays. Le texte vise aussi à inscrire le citoyen au cœur des préoccupations en ce sens où il préconise de le consulter sur les choix et priorités du développement au niveau de la commune. Les travaux reprendront ce matin avec la poursuite de l’examen du texte de loi. Houria Akram

Expressions de députés Le député d’Adrar, Abdelkader
Bekraoui a visualisé la situation que vivent les communes en l’état de l’actuel régime électoral pour décliner la position des élus locaux et plaider en faveur des amendements introduits dans l’ancien code communal. Le président de l’APC, le mal aimé des citoyens de la circonscription qu’il dirige, n’a pas de prérogatives d’action sur l’espace du territoire mis sous sa présidence par un suffrage électoral, au point où les citoyens manifestent, demandent à voir le wali ou le chef de daïra, au point où un ministre qui se déplace dans une commune fait l’objet de toutes les demandes, ce qui dénote la discrédibilité des autorités locales administratives et de l’atomisation de l’élu local, posant avec acuité la question du statut du maire et du cadre règlementaire de la mairie, en rapport déterminant entre les listes électorales, les partis politiques, les critères de sélection des candidatures, l’âge des postulants et les compétences scientifiques, techniques et scientifiques. Et au regard de la situation et du nivellement qu’a connue la société durant la décennie noire et les opportunismes engendrés par l’ouverture anarchique du pays à l’économie de marché et du multipartisme sans culture politique, ni philosophie, les compétences et les jeunes cadres refusant de figurer dans des listes de candidature électorales locales, viennent compliquer les choses. Ces comportements ont conduit aux abus, à la mauvaise gestion et autres dépassements. Car à vrai dire et depuis ces quarante ans de gestion des APC, l’histoire n’a enregistré que deux ex ministres ayant postulé aux élections locales et ont su donner la mesure de la bonne gestion d’une APC. Il s’agit de l’ancien ministre de la Santé (FLN), Abdelhamid Aberkane, qui a été élu à la tête de l’APC de Constantine et de l’ancien ministre (MSP) , M. Belaâma, président de l’APC de Metlili. En partant de ces constatations, il est impératif de procéder à la révision de la loi sur le régime électoral pour assainir la vie politique de l’argent sale lors des élections et confection des listes, tout comme il convient de présenter le projet du code de wilaya qui est imbriqué avec celui de la commune. Houria A.

Conseil de la nation

M. Belaiz présente un exposé sur trois lois devant la commission des affaires juridiques

L

e ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaiz a présenté hier un exposé sur trois lois devant la commission des affaires juridiques et administratives et des droits de l'homme du Conseil de la nation. Il s'agit, selon un communiqué du Conseil, de lois portant approbation de l'ordonnance n° 11-01 du 23 février 2011 portant levée de l'état d'urgence, l'ordonnance n° 11-02 du 23 février 2011 complétant l'ordonnance n° 66-155 du 8 juin 1966 portant Code de procédure pénale et de l'ordonnance n° 11-03 du 23 février 2011 amendant et complétant la loi n° 9123 du 6 décembre 1991 relative à la participation de l'Armée nationale populaire (ANP) à des missions de sauvegarde de l'ordre public hors des situations d'exception. A cette occasion, les membres de la commission ont posé des questions sur les nouvelles dispositions prévues par ces lois.

Mardi 15 Mars 2011

Ph. : nacera

4

Nation
Développement
consentis sur tous les plans. L’Algérie avance … les coudées franches vers d’autres réussites, non sans prendre en ligne de compte les fluctuations de conjoncture et les évolutions de l’économie mondiale. Les pouvoirs publics se sont attelés dans cette perspective, à adapter le cadre de fonctionnement de l'économie à la nouvelle donne, à renforcer et à moderniser les infrastructures et le système financier. C’est dire qu’aujourd’hui l’environnement est tout prêt pour diversifier le réseau économique et industriel et que le programme du Président de la République prévoit de stimuler en relançant l'investissement, tout en s’employant à agir sur les dysfonctionnements persistants. Dans le même élan, l’Algérie encourage l’initiative privée et s’ouvre davantage à l’investissement étranger. C’est dans cette vision prospective que l’Algérie prépare son insertion dans l’économie mondiale et construit une économie productrice de richesses et d’emplois. Cela a d’ailleurs été une préoccupation constante de la politique mise en oeuvre depuis une décennie. Il faut rappeler que parallèlement à la consolidation du processus d’édification institutionnelle, l’Algérie a engagé un programme d’investissements publics consistant de 286 milliards de dollars qui permettra de mener à leur terme les grands travaux en cours et de lancer d’autres projets non moins importants durant le quinquennat. Au-delà de son impact sur le développement global, le programme quinquennal permettra de prendre en charge les attentes en matière d’emploi et d’habitat notamment. Les pouvoirs publics misant sur l’endiguement du chômage et l’éradication totale de l’habitat précaire, ainsi que la résorption

EL MOUDJAHID

Au rendez-vous des grandes échéances
La conduite des réformes va s’accélérant, la réalisation du programme de développement monte en cadence, l’économie nationale réunit les conditions de relance … l’Algérie nouvelle est en marche et s’achemine vers d’autres haltes importantes dans son histoire actuelle et ses capacités d’adaptation aux nouvelles réalités sont assurément incommensurables. Les échéances politiques, économiques et sociales qu’entame le pays à l’ombre d’une dynamique exceptionnelle s’annoncent importantes, voire déterminantes pour l’avenir, du reste, balisé par une décennie d’efforts des déficits dans les secteurs restés à la traîne au gré d’une certaine conjoncture. L’Algérie qui a intégré les pays au développement humain élevé entend réaliser les Objectifs du millénaire et affiche dans ce sillage un optimisme quant à sa détermination d’être au rendez-vous de toutes les échéances. L’intérêt que vouent se partenaires et la communauté internationale à son effort de développement et à son expérience démocratique pionnière est d’autant plus soutenu qu’elle est sur la bonne voie vers plus de progrès et de prospérité. S. Lamari

Réglementation des marchés publics

● Les conditions de soumission pour les étrangers assouplies.
Le décret présidentiel n° 10236 du 7 octobre 2010 portant réglementation des marchés publics vient d’être amendé. L’entreprise qui vise à assouplir les conditions de soumission notamment pour les étrangers stipule que les cahiers des charges au titre des appels d’offres internationaux doivent souligner l’engagement d’investir, pour les soumissionnaires étrangers, lorsqu’il est question de projets qui sont assujettis à cette obligation, dans les conditions définies par le décret présidentiel n° 11-98 du 1er mars 2011 complétant et modifiant celui d’octobre 2010. Ainsi, l’engagement d’investir, pour les entreprises étrangères soumissionnant seules ou dans le cadre d’un groupement, doit se faire dans le cadre d’un partenariat, dans le même domaine d’activité que l’objet du marché, avec une ou plusieurs entreprises de droit algérien, dont le capital social est détenu majoritairement par des nationaux résidents. Le texte indique que les projets devant donner lieu à l’engagement d’investir et la nature de l’investissement sont fixés par décision de l’autorité de l’institution nationale de souveraineté de l’Etat, de l’institution nationale autonome ou du ministre concerné pour leurs projets et ceux des établissements et organismes qui en relèvent. Par ailleurs, dans le cas des marchés des entreprises publiques économiques, financés partiellement ou totalement sur concours temporaires ou définitifs de l’Etat, les projets et la nature de l’investissement sont déterminés par décision du ministre concerné alors que pour les marchés des entreprises publiques économiques qui ne sont pas financés dans les conditions sus-citées, les projets et la nature de l’investissement sont définis par le Conseil des participations de l’Etat. Aussi, le dossier d’appel d’offres doit prévoir une liste non limitative d’entreprises, telles que définies plus haut, aptes à concrétiser une opération de partenariat avec le soumissionnaire étranger. Le texte précise, en outre que le cahier des charges doit prévoir des garanties financières du marché et que l’offre du soumissionnaire étranger doit comporter, sous réserve de rejet de son offre, son engagement à satisfaire l’obligation en question. Il est précisé, d’autre part que le nom du (ou des) partenaire(s) algérien(s) peut être communiqué par le soumissionnaire étranger après la notification du marché. L’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) est chargée, en concertation avec le service contractant, du suivi de l’investissement. Ce dernier doit en tenir informé, selon le cas, l’autorité de l’institution nationale de souveraineté de l’Etat, l’institution nationale autonome, le ministre concerné ou le Conseil des participations de l’Etat. Il doit également transmettre au ministre chargé des finances un rapport d’étape trimestriel sur le déroulement de l’investissement. Le non-respect, par l’attributaire étranger du marché, de l’engagement d’investir, induit des sanctions telles que définies par la réglementation. Toutefois, le soumissionnaire étranger qui a réalisé ou s’est déjà engagé à réaliser un investissement peut être dispensé de

De nouvelles mesures
l’obligation d’investir. Dans ce cas précis, la dispense doit être mentionnée dans le cahier des charges. Le décret précise, que si le service contractant constate que l’investissement n’est pas réalisé, conformément aux conditions arrêtées, par la faute du partenaire cocontractant étranger, il doit mettre en demeure le mis en cause dans les conditions définies à l’article 112 du présent décret. Il doit, par conséquent, y remédier, dans un délai fixé dans la mise en demeure, faute de quoi des pénalités financières lui seront imposées. Dans le cas où la libération des garanties financières prévues dans le marché intervient avant la concrétisation de l’investissement, les parties concernées s’accordent sur les modalités de réalisation de l’investissement. D’autre part, le service contractant peut, s’il le juge nécessaire, prononcer la résiliation du marché, aux torts exclusifs du partenaire cocontractant étranger, après accord des tutelles. En conséquence, le partenaire cocontractant étranger défaillant se voit inscrire sur la liste des opérateurs économiques interdits de soumissionner aux marchés publics. Est-il utile de rappeler que conformément aux dispositions de l’article 27 du décret présidentiel n° 10-236 du 7 octobre 2010 modifiées et complétées, le gré à gré est défini comme étant « la procédure d’attribution d’un marché à un partenaire cocontractant sans appel formel à la concurrence ». Ce procédé peut prendre la forme d’un gré à gré simple ou la forme d’un gré à gré après consultation organisée par tous moyens écrits appropriés. « La procédure du gré à gré simple est une règle de passation de contrat exceptionnelle qui ne peut être retenue que dans les cas énumérés à l’article 43 du présent décret ». Aussi, les marchés de gré à gré simple ne sont pas soumis aux dispositions de l’article 24 du présent décret. Par ailleurs, les marchés de gré à gré après consultation, à l’exception de ceux relevant des institutions nationales de souveraineté de l’Etat, sont soumis aux dispositions de l’article 24 du présent décret. D. Akila

Partenariat entre Macif, SAA, BDL et BADR

La première compagnie d'assurance de personnes en Algérie opérationnelle la semaine prochaine
La première compagnie d'assurance de personnes en Algérie, créée en partenariat entre le groupe français Macif, la SAA, la BDL et la BADR, sera opérationnelle dés la semaine prochaine, a appris hier l'APS auprès du P-DG de la SAA, M. Amara Latrous. Baptisée "Société d'assurance, de prévoyance et de santé" (SAPS), la compagnie a obtenu le 10 mars dernier l'agrément pour son fonctionnement auprès du ministère des Finances, ajoute M. Latrous, qui est également président de l'Union algérienne des assurances et réassurances (UAR). "La SAPS va déposer demain (mardi) son agrément au CNRC pour obtenir son registre du commerce et sera opérationnelle dés la semaine prochaine", a-t-il annoncé. Le capital social de la SAPS est de 2 milliards de dinars, détenu à 41% par la Macif, alors que les 59% de la partie algérienne sont répartis à raison de 34% pour la SAA, 10% pour la banque de l'agriculture et de développement rural (BADR) et 15% pour la banque de développement local (BDL), a ajouté M. Latrous. Les parts du capital social ont été entièrement versées par les partenaires de la société, a-t-il fait savoir. En outre, la Macif a procédé au rachat du portefeuille d'assurance de personnes de la SAA portant sur un montant de 1,5 milliard de dinars, selon le PDG de la SAA. Selon l'accord convenu entre les partenaires de cette compagnie, le management de cette filiale sera assuré par la partie française, tandis que la présidence du conseil d'administration a été confiée à la partie algérienne, explique le P-DG de la SAA. Les deux parties ont procédé à cet effet à la nomination de M. Douakh Mustapha pour le poste du président du conseil d'administration et de M. Arondeau pour celui de directeur général, ajoute M. Latrous. Le siège de cette filiale commune est situé en plein centre d'Alger, à la Rue Didouche Mourad, et va pratiquer toutes les opérations d'assurance, d'épargne, de prévoyance et de santé, précise -t-il. La création de cette filiale d'assurance vient en application de la loi 06-04 sur les investissements, qui a accordé aux compagnies d'assurances un délai de cinq années, jusqu'à mars 2011, pour procéder à la séparation effective entre les assurances des personnes et celles des dommages, rappelle par ailleurs M. Latrous. Le délai du 11 mars a été prorogé au 30 juin pour permettre aux autres compagnies d'assurances de boucler les négociations qu'elles mènent actuellement avec d'autres partenaires étrangers. La branche assurance des personnes peine à se développer en Algérie, représentant seulement 10% de la production globale du secteur des assurances contre 50 à 60 % dans plusieurs pays développés, selon les chiffres fournis par M. Latrous, qui attribue le retard dans ce domaine à l'absence d'une culture d'assurance chez le citoyen et à l'insuffisance de la sensibilisation pour ce produit. Classée parmi les premières mutuelles en France, spécialisée dans l'assurance des particuliers, des ménages, et des assurances de personnes, la Macif réalise un chiffre d'affaires moyen de cinq milliards d'euros par an.

Les entreprises de Ghardaïa ont exporté pour plus de 27 MDA en 2010
Les entreprises de la wilaya de Ghardaïa, affiliées à la Chambre du commerce et de l'industrie du M'Zab (CCIM), ont exporté, en 2010, pour une valeur de 27,774 millions de dinars de marchandises, selon un bilan de la Chambre. Ces exportations ont porté sur différents produits, dont 40.000 pièces de verrine, près de 100 tonnes de ciment, 73,74 tonnes de dattes ''Deglet Nour'', 13 tonnes de bitume, 140.760 m2 de tissu, 42.000 bouteilles de limonade et 21.000 bouteilles d’eau minérale naturelle, est-il précisé. Elles ont été effectuées vers des pays européens, notamment l’Espagne, et africains, du Sahel principalement, a signalé le directeur de la CCIM. Les exportations réalisées par de nombreux opérateurs de Ghardaïa, non affiliés à la CCIM, à partir des ports du Nord du pays ne sont pas intégrées dans ce décompte, a-t-il précisé . "Ces résultats illustrent les performances enregistrées par les entreprises de Ghardaia dans le marketing", a ajouté M. Salah Dadi Ouamer, soulignant que qu'ils sont aussi "le fruit de leur participation à différentes foires internationales, en Europe et dans des pays africains notamment". Créée en 1958, la CCIM regroupe actuellement quelque 200 opérateurs économiques affiliés, employant plus de 3.000 personnes, indique-ton. Cette chambre entreprend de nombreuses actions visant la promotion et le développement du tissu économique de la wilaya, particulièrement les secteurs du commerce, de l’industrie, des services et du BTPH. Elle organise aussi des séminaires de vulgarisation et de sensibilisation sur l’arsenal juridique relatif au développement économique ainsi que des cours de formation pour les opérateurs économiques, signale-ton.

Mardi 15 Mars 2011

EL MOUDJAHID

Nation
Selon le DG de l’ANDI
Sétif

5 Opération de sauvetage pour le tapis du Guergour
La Chambre de l'artisanat et des métiers (CAM) de Sétif l’œuvre à la réhabilitation du tapis du Guergour qui présente depuis quelques années des signes de régression menaçant de conduire à la disparition de ce patrimoine séculaire, selon son directeur. Les femmes qui sont passées maîtresses dans l’art de tisser ce tapis "n’ont pas eu de relève et c’est ce qui met en péril ce patrimoine", affirme Zoubir Boukaabache, soulignant que la CAM, pour y remédier, vient de choisir plusieurs artisanes pour les charger d'ouvrir des ateliers et d’y former des jeunes tisserandes capables de transmettre ce savoir-faire aux générations futures. Cette mission de formation sera assurée au Centre de l'artisanat de la cité Bel-Air (nord de Sétif) qui bénéficiera "très prochainement" d'une opération de réhabilitation et de réaménagement, selon ce responsable qui souligne que cet établissement dispense actuellement des formations en céramique et en dinanderie. Le tapis du Guergour est un des plus vieux tapis d'Algérie. Son origine remonterait au IXème siècle, apparaissant pour la première fois dans la région de Hammam Guergour, à environ 45 km au nord Sétif. Ce tapis dont les "secrets" de fabrication ne sont aujourd’hui détenus que par de rares tisserandes, se caractérise par l'harmonie de ses couleurs, dominées par le rouge brique et le vert foncé ainsi que par la présence de motifs inspirés de la culture et de la nature de cette région montagneuse qui lui a donné son nom. La réputation de ce tapis a depuis longtemps dépassé les frontières nationales, souligne-t-on à la direction du tourisme où l’on affirme que cet ouvrage traditionnel a obtenu plusieurs distinctions lors de Salons internationaux. Le tissage de ce tapis a toutefois enregistré un net recul au cours des ces dernières années en raison de l'inondation du marché par une multitude de tapis industriels bon marché, mais aussi à cause du renchérissement des matières premières et le temps très long mis par les artisanes pour le tisser à la main. La région de Sétif dispose d'un artisanat traditionnel particulièrement riche et diversifié, aux origines bien lointaines. Parmi ses produits distinctifs figurent, outre le tapis du Guergour, le tapis de Boutaleb (sud de Sétif) tissé avec de l'alfa et El haïk el margoum, genre de pardessus brodé pour femmes, produit à base de laine pure avec de fins parements aux couleurs variées, dans les régions de Boutaleb et de Ouled Tebbane.

64 projets d'une valeur de 882,6 mds de dinars approuvés par le CNI en 2010
Le Conseil national de l'investissement (CNI) a examiné et approuvé 64 projets d'investissements nationaux et étrangers portant sur un montant global de 882,6 milliards (mds) de dinars, a annoncé lundi M.Abdelkrim Mansouri, directeur général de l'Agence nationale de développement des investissements (ANDI). En termes de montant, il est constaté une augmentation en 2010 de 70% des investissements par rapport à l'année 2009, qui s'explique notamment par les nouvelles mesures prises dans le cadre de l'amendement de l'ordonnance d'août 2001 relative à l'investissement, a indiqué M. Mansouri dans un entretien à l'APS. Le CNI approuve tout projet impliquant des étrangers, ceux dépassant un montant de 500 millions de dinars et les projets ayant bénéficié du régime de la convention (avantages accordés) et faisant l'objet d'une modification (prorogation de délais, dérogations...). Sur les 64 projets examinés par le Conseil, 32 projets ont été présentés par des nationaux représentant 46% du montant global, soit 409,4 mds dedinars avec une prévision de création de 9.186 emplois. Les projets réalisés en partenariat totalisent 25 représentants, soit 6% du montant global avec 49,2 mds de dinars et une prévision de création de 2.511 emplois. Les investissements directs étrangers (IDE), d'une valeur de 424 mds de dinars, soit 48% du montant global sont au nombre de sept projets, avec une prévision de création de 10.200 emplois. Le secteur de l'industrie a constitué en 2010 la part la plus importante en termes de nombre de projets avec 42 projets d'un montant de 435,8 mds de dinars, soit un taux de 49% du montant global déclaré et une prévision de création d'emplois au niveau de ce secteur de 8.700 emplois. Le secteur du tourisme, avec 7 projets, est par contre classé en première position en termes de création d'emplois (10.028 emplois), soit 48% du nombre d'emplois déclaré et en 2ème position en termes de valeur avec un montant de 396,9 mds de dinars. Quant au secteur des services, il vient en seconde position avec 10 projets examinés par le CNI, et portant sur des investissements de 20,3 mds de dinars, et une création de 2.229 emplois. Le secteur du BTPH a bénéficié de quatre projets pour 5,7 mds de dinars d'investissements et participera ainsi à la création de 762 emplois. Enfin, les télécommunications ont un seul projet pour une valeur de 23,9 mds de dinars et qui devrait créer 156 postes d'emplois un fois réalisé. Evoquant les grands projets d'investissements approuvés par le CNI, le DG de l'Agence a cité essentiellement les projets du Parc d'attraction Dounya (5,2 mds dollars), le complexe hôtelier Moretti (13,3 mds dinars), le projet d'unité de fabrication de médicaments Sanofis Aventis (6,7mds dedinars, le projet de production de tubes (Constantine) sans préciser sa valeur, deux raffineries, une à Arzew (187,7 mds de dinars) et la deuxième à Skikda (34 mds dinars), un projet de dessalement d'eau à Chlef (15,4 mds de dinars)... etc. Commentant les données sur l'investissement de l'année 2010, M. Mansouri a souligné "la volonté affichée des (opérateurs) étrangers qui adhèrent à la formule du partenariat d'investissement gagnant/gagnant, qui permet d'asseoir de nouvelles règles en rapport avec les objectifs de développement pour constituer un tissu industriel et de services structurant pour l'économie nationale". Il a également relevé l'orientation progressive de l'investissement vers des secteurs d'activité plus diversifiés, convergeant ainsi avec les préoccupations nationales visant à densifier les investissements sur des créneaux hors hydrocarbures (Industrie, Tourisme...etc.). "Ces investissements devraient enclencher une dynamique de développement ancrée au plan de relance 20102014 (286 mds de dollars)" qui accorde un intérêt particulier à ces secteurs qui ont un impact important sur la structure des investissements, des ressources et des emplois'', a-t-il dit. Par ailleurs, il a précisé l'évolution des investissements nationaux qui sont dans une constante demande d'un partenariat pour consolider leurs marges et leurs parts de marchés. La situation des investissements en 2010 correspond parfaitement à celle de 2006 en termes de valeur et à celle de 2007 en termes de nombres de projets, qui toutes deux coïncidaient avec l'introduction des réformes apportés dans le cadre du dispositif réglementant les investissements. "Ces deux années préfiguraient déjà aux meilleurs performances atteintes en 2008", selon le responsable de l'ANDI. Ces bons résultats se sont répétés en 2009 et 2010 par la promulgation des LFC et préfigurent d'une évolution des investissements en général à partir de cette année, a t-il précisé. Par ailleurs, il a

indiqué que l'ANDI est passée à une nouvelle étape de promotion proactive plus offensive par des mises en relation d'affaires professionnelles en vue d'augmenter et de diversifier les investissements. Le CNI a approuvé 4 projets en 2010 d'investissements dans le BTPH et 1 projet dans les télécommunications, rappelle-t-on. En 2010, l'ANDI a recensé 9.715 projets d'investissements dont 216 projets annulés soit un nombre de 9.499 projets d'investissements éligibles aux avantages accordés par le dispositif d'encouragement des investissements, pour une valeur qui s'élève à 479,2 milliards de dinars. Ces projets d'investissements déclarés sont répartis à raison de 9.488 projets initiés par des nationaux et 11 projets par des étrangers dont sept de ces projets vont être réalisés en partenariat alors que quatre sont des investissements direct étranger (IDE) pour un montant global de 58,9 milliards (mds) de dinars, selon le bilan 2010 de l'ANDI.

Tissemsilt

Financement de plus de 300 projets ANGEM en deux mois
Le dispositif de l’Agence nationale de gestion du micro-crédit a financé, à Tissemsilt, 305 projets dans les mois de janvier et février derniers, a-t-on appris du responsable de la coordination de wilaya de l’ANGEM. M. Boudjenah Benalia a souligné que ces projets, qui s'inscrivent dans le cadre de la formule du financement mixte dont la valeur du crédit atteint 30.000 DA destiné principalement aux femmes aux foyers, ont été concentrées en majorité sur les activités artisanales et manuelles comme la pâtisserie traditionnelles, la couture, la broderie, le tissage et la coiffure. La même source a ajouté que le nombre de projets enregistrés depuis le début de l'année en cours, reflète l'engouement notamment des femmes aux foyers pour la formule du financement mixte. Au cours de l'année écoulée, 780 projets ont été financés dans le cadre de la même formule et avaient concernés de nombreuses activités artisanales, telles que la menuiserie, la ferronnerie, la peinture sur soie, le tissage et la pâtisserie traditionnelle. S'agissant de la formule de financement triangulaire, dont la valeur pourra 400.000 dinars, le même responsable a indiqué que le financement a touché, au cours des mois de janvier et février derniers, 45 projets, ce qui a permis de générer environ 60 emplois dans les secteurs de l’agriculture, l'industrie, la construction, les services et l'artisanat. La même source a ajouté que ce bilan reflète l'accompagnement positif des banques et l'adaptation de l’Agence de gestion du microcrédit, à travers la validation bancaire de tous les dossiers déposés. Plusieurs réunions de coordination avaient regroupé l’an dernier les agences bancaires de la wilaya et l’ANGEM, portant sur la prise de plusieurs mesures réglementaires et incitatives notamment l'organisation d'échéanciers au profit des jeunes et la bonne prise en charge de tous les dossiers, en veillant à l’accompagnement permanent des projets financés. Le responsable de la coordination de wilaya de l'ANGEM prévoit cette année le financement triangulaire de 500 projets de jeunes, et ce après l'application de nouvelles mesures incitatives. Le siège de l'ANGEM de Tissemsilt enregistre actuellement une forte affluence des jeunes chômeurs dont le nombre atteint jusqu'à 150 jeunes par jour, venus s’informer davantage des dernières mesures incitatives portant sur l’augmentation de la valeur des crédits des deux formules de financement mixte et triangulaire. D'autre part, la même source a annoncé l'attribution prochaine de 60 locaux à usage professionnel au profit des bénéficiaires des microcrédits au niveau des communes de Ammari, Lardjem, Theniet El Had, Khemisti et Bordj Emir Abdelkader.

Du 17 au 27 mars

40 opérateurs au 14e Salon international de l'automobile d'Alger
Quarante opérateurs automobiles représentant plusieurs marques mondiales sur le marché algérien participeront au 14e salon international de l'automobile d'Alger (Autoexpo) prévu du 17 au 27 mars au Palais des expositions (Pins maritimes), a annoncé hier les organisateurs. Organisée conjointement par la Société algérienne des foires et expositions (Safex) et l'Association des concessionnaires automobiles AC2A, cette manifestation vise à "tisser des relations d'affaires entre les opérateurs du secteur de l'automobile en Algérie", a déclaré M. Mouloud Slimani, directeur de la Coopération à la (Safex) lors d'une conférence de presse. Manifestation destinée à la fois au grand public et aux professionnels, ce Salon vise également à "identifier les opportunités de partenariat et d'échanges entre les concessionnaires automobiles", a-til ajouté. Sur les 40 participants attendus à ce Salon, qui couvrira une superficie de plus de 26.000 m2 répartis sur 4 pavillons, une trentaiene de concessionnaires représentant différentes marques automobiles internationales en Algérie vont y prendre part, a précisé ce responsable. Des sociétés et organismes spécialisés dans les assurances, l'assistance et les accessoires automobiles seront aussi représentés, a ajouté M. Slimani pour qui la nouvelle édition de "Autoexpo" sera axée sur "le rôle des assurances dans la promotion de l'automobile en Algérie, le contrôle technique ainsi que sur la prévention et la sécurité routières". "Des espaces spécifiques et permanents seront dédiés à la vulgarisation du code de la route, des école de formation automobile et la culture de la prévention, mais aussi à l'aspect lié au rôle des réseaux routiers et autoroutiers dans la prévention des accidents de la route", a encore indiqué M. Slimani. S'exprimant sur la future configuration du salon, il a fait savoir que la Safex en concertation avec l'association des concessionnaires automobiles projette de faire de ce rendez-vous commercial une "manifestation économique professionnelle" à partir de l'édition de 2012 avec pour but le développement de l'industrie automobile en Algérie. "L'émergence d'une industrie automobile, la promotion de la sous-traitance industrielle en Algérie, et le problème de la pièce de rechange contrefaite importée, seront à partir de 2012 au centre des thématiques du Salon", a expliqué M. Slimani. De son côté, M. Mohamed Bairi, président de l'Association des concessionnaires automobiles a soulevé "les problèmes" auxquels font face les concessionnaires algériens, dont "la lenteur des procédures de dédouanement des véhicules", appelant à mettre des couloirs verts à la disposition des importateurs de véhicules au niveau des ports. Relevant, par ailleurs, l'importance du tissu industriel national notamment dans le domaine de la sous-traitance, M. Bairi a souligné la disponibilité de tous les membres de l'Association à créer des unités de montage de véhicules en Algérie, qui est, dit-il, le deuxième marché en Afrique après le marché sud-africain.

Mardi 15 Mars 2011

EL MOUDJAHID

Nation
Hassi R’mel
«L'Algérie doit préparer sa transition vers un modèle énergétique basé sur les énergies renouvelables. Cette transition permettra l'affranchissement progressif par rapport aux hydrocarbures, autant pour la satisfaction des besoins énergétiques intérieurs que pour les exportations ». C’est à partir de ce constat, fait par le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, que les premières mesures prises en ce sens ont été initiées. En effet, l’Institut national des énergies renouvelables vient d’être créé et installé à Hassi R’mel dans la wilaya de Laghouat. Cette installation intervient suite à la récente publication, au Journal officiel d’un décret exécutif ayant pour objet l’organisation et le fonctionnement de cette nouvelle entité, placée sous la tutelle du ministère de l’Energie et des Mines. Selon les termes du décret, ce nouvel institut a pour missions : la prise en charge des besoins des institutions, entreprises et organismes publics et privés en matière de formation, de spécialisation, de perfectionnement et de recyclage dans le domaine des énergies renouvelables ; la promotion de la recherche appliquée et la valorisation des résultats de la recherche dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ; la réalisation d’installations pilotes de démonstration dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ; l’accompagnement et l’encadrement de ses clients en matière d’assistance, de conseil et de développement de projets dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ainsi que la conclusion d’accords et/ou conventions de coopération à l’échelle nationale et internationale dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. L’institut assure des formations opérationnelles spécialisées de courte durée et par alternance en adéquation avec les besoins des institutions, entreprises et organismes publics et privés. Par ailleurs, et dans le cadre de ses missions, l’institut prend en charge l’organisation et la mise en œuvre des formations qualifiantes dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique destinées aux techniciens et ingénieurs et tout autre intervenant

7

Journée d’étude sur les énergies renouvelables

Chercheurs-industriels : un partenariat efficace
Introduction en septembre d’une nouvelle spécialité pour l’obtention du Master en énergies renouvelables.
es énergies renouvelables », ont été à l’ordre du jour de la journée d’étude organisée par Université des sciences et de la Technologie Houari Boumediène (USTHB), hier à l’institut des Mathématiques sous la présidence de M Benzaghou Benali recteur de l’USTHB en présence des vice-recteurs et des directeurs des laboratoires de recherche qui développent des travaux en rapport avec les énergies, les énergies renouvelables et les énergies d’origine solaire. Une série de mesures ont été retenues à cet effet. Il s’agit de l’élaboration d’une offre de formation « Master en énergies renouvelables – option énergie solaire » à présenter pour une ouverture en septembre 2011, la constitution d’un document interne qui décrit les actions de recherche en cours dans les laboratoires concernés par les énergies. On notera aussi la préparation d’une rencontre entre les laboratoires de l’USTHB et les secteurs hors université tels que Sonelgaz, Sonatrach, ministère de l’Industrie et des Mines, Centres de Recherche, Entreprise etc, sur le thème de la recherche sur les énergies renouvelables. L’objectif de la démarche soulignera le recteur est « d’identifier la contribution que peuvent apporter les laboratoires de recherche de l’USTHB à la politique nationale sur les énergies renouvelables et de la soumettre aux différentes instances du pays pour l’insérer dans une démarche nationale ». Il s’agit notamment de la contribution des chercheurs et des laboratoires de l’université à divers actions en cours à savoir l’encadrement de magisters et de doctorats hors USTHB, formation continue pour spécialiser des ingénieurs, etc.

L’Institut national des énergies renouvelables opérationnel
des institutions, entreprises et organismes publics et privés dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Pour ce qui est des ressources dont bénéfice cette nouvelle structure, le nouveau texte précise qu’elle a bénéficié d’une dotation initiale dont le montant est fixé par arrêté conjoint des ministres chargés des Finances et de l’Energie. Il y a lieu de signaler que le plan financier annuel et les comptes financiers prévisionnels de l’institut sont soumis, après délibération du conseil d’administration, à l’approbation du ministre chargé de l’Energie avant le début de l’exercice auquel ils se rapportent, et ce, conformément à la législation en vigueur. L’institut est soumis aux contrôles prévus par la législation et la réglementation en vigueur. Les charges de service public dévolues à l’institut ainsi que les droits et prérogatives qui s’y rattachent sont déterminées par un cahier des clauses générales vis-à-vis de l’ensemble des clients en sa qualité d’établissement chargé d’une mission de service public et de définir les conditions d’organisation de la formation, des stages et séminaires ainsi que celles afférentes à la recherche appliquée pour le compte de l’ensemble des organismes et entreprises publics. Enfin, il est utile de rappeler que le potentiel en énergies renouvelables, dont dispose l'Algérie, constitue un atout majeur qui pourra être valorisé pour faire de notre pays un fournisseur de l'Europe en énergie électrique, comme elle l'est actuellement pour le gaz naturel. Un programme de développement des énergies renouvelables et d'efficacité énergétique a été adopté récemment par le gouvernement qui a identifié plus de 65 projets pour la période 2011/2020, dont 10 projets pour la seule phase pilote 20112013. Il vise à terme une contribution des ENR à hauteur de 40% de la production nationale d'électricité à l'horizon 2030. Ce programme de développement des ENR sera adossé à une stratégie industrielle dynamique avec pour objectif de maximiser le taux d'intégration sur l'ensemble des filières. Amel Zemouri

“L

Ph. : A. Hamadi

Le développement des ENR a besoin d'une "volonté politique"
Le développement des énergies renouvelables (ENR) en Algérie nécessite une "volonté politique globale", qui valorise les solutions apportées par les chercheurs dans ce

domaine, ont estimé , des experts, lors d'une journée d'étude scientifique sur les énergies vertes. "Aujourd'hui on met le doigt sur la volonté politique pour développer ces énergies alternatives, parce que soudain on se souvient que les hydrocarbures sont des ressources périssables", a déclaré Madjid Amirat chercheur à la faculté de Physique à l'Université des sciences et de la technologie Houari Boumediene. Reconnaissant que cette "volonté politique" existait dans le passé, M. Amirat a précisé que celle-ci "ne s'est pas poursuivie dans le temps, en raison du problème lié au prix de l'énergie coûteuse et au choix de la stratégie politique". "Il faut tenir compte du prix de cette énergie coûteuse. Nous sommes un pays à vocation énergies fossiles", note ce chercheur pour qui le premier facteur qui freine l'utilisation des ENR est le prix bas des hydrocarbures qui incite à leur l'utilisation, mais si celui ci augmente cela va faire encourager le développement des ENR. Pour lui, cette volonté doit prendre en compte plusieurs facteurs et aspects, liés notamment à la complémentarité entre les travaux de recherche et les partenaires économiques ainsi que le développement des industries destinées aussi bien au marché local qu'à l'export. En outre, les politiques en matière d'énergies renouvelables, doivent cibler les utilisateurs et les régions qui ont des difficultés d'approvision-

nement, propose M. Amirat. M. Rabah Dizene, chercheur à la faculté de Génie mécanique à l'USTHB, souligne par ailleurs, le rôle de Sonelgaz dans la mise en oeuvre des projets de recherche initiés par les universités, constatant à ce propos un manque d'accompagnement des chercheurs par ce groupe public, désigné par l'Etat pour mettre en oeuvre le programme de développement des ENR. "J'invite Sonelgaz à réfléchir sur la récupération des gaz échappant de la centrale électrique de Bab Ezzouar à une température de 500 degrés, en installant une turbine à vapeur qui va réutiliser ces gaz pour réchauffer l'eau et produire de l'énergie électrique", suggère ce chercheur. Cette technique servirait aussi bien à la redynamisation de cette centrale, d'une capacité de 30 MW, fonctionnant selon l'ancien modèle technologique, que la réduction des émissions de gaz à effet de serre et partant la protection de l'environnement. Résumant ces recommandations, M. Dizene a appelé l'opérateur public à s'intéresser davantage "aux solutions que pourrait apporter l'université au développement des énergies renouvelables". L'Algérie investira environ 60 milliards (mds) de dollars d'ici à 2030 pour produire 12.000 MW d'électricité solaire destinés au marché national. Sarah S.

M. Ghoul encourage les jeunes diplômés à investir dans les travaux publics
Tronçon non achevé sur la partie Est de l'autoroute Est-Ouest : livraison pour l'été prochain.
appuyer cet encouragement en appelant les jeunes à investir notamment dans la réalisation et l’entretien des routes. Selon M. Ghoul, le secteur des travaux publics qui "offre à l’heure actuelle 561.000 emplois, verra dans les années à venir la création de 2.000 entreprises, au moins, par de jeunes universitaires". Le ministre a estimé qu’il n’est plus possible pour les grandes entreprises d’effectuer l’ensemble des travaux de réalisation des projets, d’autant que les petites entreprises créées par les jeunes "disposent d’un vaste marché de sous-traitance, en rapport avec leurs moyens humains et matériels". Les services du ministère des Travaux publics ont prévu un ensemble de mesures incitatives destinées à élever le niveau des interventions techniques, dans le cadre d’un partenariat "algéro-algérien", selon une formule utilisée par le ministre. Par ailleurs, la partie non encore réalisée sur la tranche Est de l’autoroute Est-ouest, d’une longueur de 125 km environ entre Constantine et Annaba, sera livrée "au début de l’été 2011 au plus tard", a réaffirmé le ministre, avertissant que des "mesures coercitives" seront prises à l’encontre de toute entreprise responsable de retards. En plus de ce "projet du siècle", M. Amar Ghoul a signalé l’achèvement de plus de 3.000 projets d’études, sur 5.000 lancés, liés à des opérations de développement et d’entretien du réseau routier national. Le ministre a inspecté, au cours de sa visite de travail dans la wilaya de nombreux projets notamment un échangeur au point de jonction des RN 80 et 20, à la sortie Ouest de Guelma, et une trémie dans le centre-ville. Il s’est également enquis de l’avancement de plusieurs autres projets relevant de son secteur, dans les communes de Bendjerrah, de Ain Larbi et de Tamlouka. Au centre des loisirs scientifiques de Guelma, M. Ghoul a pris part à la célébration de la journée nationale des Personnes aux besoins spécifiques, où il a assisté à une cérémonie de remise de cadeaux à des handicapés.

Santé

La consommation de médicaments génériques en "constante évolution" en Algérie

L

es jeunes diplômés de l’université ont été encouragés, hier, à Guelma par le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, à investir dans ce secteur où ils pourront bénéficier de facilités pour créer des entreprises ou des bureaux d’études. Le ministre qui venait d’inaugurer une maison cantonnière dans la commune d’El Fedjoudj, a indiqué qu’une "instruction été signifiée" aux directeurs des travaux publics de l’ensemble des wilayas, pour

L

a consommation de médicaments génériques en Algérie est en "constante évolution" et touche plus de 30% des patients traités, a-t-on appris hier, auprès du groupe Saïdal, premier groupe pharmaceutique du pays. "Selon des statistiques, plus de 30% de malades se traitent avec des médicaments génériques dans le pays", a indiqué à l'APS le directeur marketing et de l'information médicale de Saïdal, Yahia Saad-Eddine Naili, à la veille de la tenue du deuxième Salon international du médicament générique (alGeneric) prévu du 15 au 18 mars à Alger. Cette évolution est attribuable aux campagnes de sensibilisation menées par les pouvoirs publics et les acteurs du secteur de l'industrie pharmaceutique pour promouvoir la consommation du générique, a-t-il relevé, appelant à davantage de mesures incitant les médecins à privilégier ce type de médicament moins coûteux et tout aussi efficace que le princeps (molécule d'origine). M. Naili a précisé que les médicaments génériques fabriqués actuellement en Algérie et, notamment par son groupe, concernent essentiellement les pathologies chroniques telles que le diabète,

l'hypertension cardiovasculaire, l'hypertension artérielle, les maladies neuropsychiatriques et les maladies liées au stress. La production du générique constitue, selon lui, ''le fondement même de la politique nationale de santé publique, visant à rendre accessible la prise en charge thérapeutique aux franges névralgiques de la société''. Il a indiqué que la production actuelle de médicaments en Algérie était composée à 80 % de génériques, et a rappelé que l'importation des médicaments représentait environ 65% du marché national, la part de la production locale atteignant les 38%. Le groupe Saïdal, dont le dernier chiffre d'affaires a enregistré une croissance de 8%, est le premier producteur national avec "une part du marché du médicament de 6%". Il commercialise actuellement 170 produits génériques qui appartenant à une vingtaine de classes thérapeutiques. Une soixantaine de producteurs de médicaments et une vingtaine de conditionneurs composent le marché du médicament en Algérie.

Mardi 15 Mars 2011

EL MOUDJAHID

Nation
Journée nationale des handicapés
sonnes souffrant de toutes formes de handicap. Le ministre a tenu, lors de son intervention, à rendre a un vibrant hommage à l’association «Handicap international» qui accompagne les différents établissements du secteur notamment dans le volet lié à la formation et l’encadrement de personnel chargé de la prise en charge et du suivi des personnes handicapées. La célébration de la journée nationale des Handicapés sera marquée, en fait, par la signature d’une convention de partenariat avec le même organisme qui portera sur la mise en place d’une prise en charge spécialisée des enfants au sein de deux centres médico-pédagogiques des enfants inadaptés mentaux et trois pouponnières, basée sur le projet personnalisé et les projet d’établissement. La convention se fixera aussi comme objectifs la mise en place de mécanismes de coordination entre les personnels des différents secteurs intervenant dans la prise en charge des handicapés, la valorisation des bonnes pratiques existantes et la promotion de la formation continue des personnels spécialisés, sur financement de Handicap international et l’Union Européenne. Cette journée sanctionnée par l’installation d’une commission nationale chargée de la promotion et du développement du sport scolaire adapté, slogan choisi pour cette année s’est achevée par une visite d’inspection du ministre du centre médico-pédagogique des enfants inadaptés mentaux de Hydra, et du centre de prise en charge des adolescents et des adultes inadaptés mentaux d’El Biar et l’école pour handicapés de Ben Aknoun. A noter que 15.668 handicapés, sont pris en charge, par les

9

Ils ont droit à tous les droits
Vers l’équipement de toutes les cités d’espaces pour personnes aux besoins spécifiques.
Le ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, M. Saïd Barkat a annoncé, hier, à l’occasion de la commémoration de la journée internationale des Handicapés que désormais toutes les nouvelles cités seront équipées d’espaces pour les personnes aux besoins spécifiques qui seront aussi ouverts à tout le voisinage et ce, dans un souci d’améliorer l’intégration de cette catégorie de la population. Une circulaire a été signée dans ce sens, entre les ministères de l’Habitat, la Solidarité nationale, la Jeunesse et les Sports et de l’Environnement. Le chargé du secteur relèvera également que tous les établissements destinés à la prise en charge des handicapés seront dotés d’équipements sportifs qui profiteront par la même, à tous les handicapés du quartier, avant de poursuivre que les structures relevant de son département seront dotées progressivement d’internet et de bibliothèques sonores et autres moyens d’information et de communication qu’offrent les nouvelles technologies. Il rappellera, en outre que son ministère continuera d’œuvrer pour que cette frange de la société qui représente 2,5% de la population bénéficient davantage de considération, insistant sur l’importance accordée par l’Etat aux personnes handicapées. Le Ministre reviendra sur les exploits réalisés par les handicapés notamment dans le domaine sportif, appelant cette population à relever les défis et s’affirmer à tous les niveaux. M. Barkat invitera les représentants de la société civile, à travers le mouvement associatif ainsi que la famille à contribuer à l’amélioration de la prise en charge des per-

M. Ould Abbès l’a annoncé

Un plan d'urgence de rééducation des handicapés
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, a annoncé un plan d'urgence de rééducation fonctionnelle des handicapés. Dans une déclaration à la presse lors de la visite qu'il a effectuée à l'établissement hospitalier spécialisé de Tixeraine, le ministre a précisé que ce plan qui sera soumis la semaine prochaine à la commission nationale de rééducation fonctionnelle, vise à "alléger la pression sur les centres hospitaliers spécialisés d'Alger". M. Ould Abbès a souligné que l'établissement hospitalier de Tixeraine qui accueille des malades de différentes régions du pays, jouit d'une "bonne réputation", ajoutant qu'il sera procédé à l'équipement des centres hospitaliers de l'est, de l'ouest et du sud pour éviter le déplacement des malades vers Alger. Il a également mis l'accent sur la nécessité de renforcer ces centres par des spécialistes pour une "meilleure prise en charge" des malades, appelant à la revalorisation de la formation des spécialistes en rééducation fonctionnelle. M. Ould Abbès a visité, à l'occasion de la journée nationale des Personnes aux besoins spécifiques, certains services hospitaliers relevant du centre. Il a également présidé l'inauguration de nouveaux services médicaux pour personnes à mobilité réduite et un espace pour la rééducation fonctionnelle qui comprend des terrains de volley-ball et de hand-ball ainsi qu'un circuit destiné aux personnes aux besoins spécifiques.

Ph. : T. Rouabah

Prise en charge des enfants handicapés

Signature d'une convention entre la Solidarité et Handicap International
Une convention de partenariat sur la prise en charge des enfants en situation de handicap en établissements spécialisés a été signée hier, à Alger entre le ministère de la Solidarité nationale et de la Famille et l'organisation Handicap International. Signée à l'occasion de la célébration de la journée nationale des Personnes handicapées sur le thème: "le sport scolaire adapté : enjeu d'existence et moyen de résistance", cette convention vise quatre objectifs majeurs, basés sur l'application de la Convention Internationale relative aux droits des personnes handicapées et sur la Convention internationale pour les droits de l'enfant. Il s'agit de la mise en place d'une prise en charge spécialisée des enfants au sein d'établissements spécialisés pilotes (2 centres et 3 pouponnières) basée sur le projet personnalisé et le projet d'établissement. La convention vise également à mettre en place des mécanismes de coordination entre les différents professionnels des secteurs concernés par la prise en charge des enfants (solidarité, santé, éducation et formation professionnelle), afin de garantir la pluridisciplinarité. Parmi les objectifs, figure l'identification et la valorisation des bonnes pratiques existantes au niveau des institutions et des associations en matière de prise en charge des enfants en situation d'handicap mais aussi la promotion de la formation continue des personnels spécialisés par l'introduction et le développement des approches nouvelles. Ce projet est financé par l'Union européenne et Handicap International, a-t-on signalé lors de la cérémonie de signature du document au Centre national de formation des personnels spécialisés de Birkhadem. établissements spécialisés du secteur, au titre de l’année scolaire 2010/2011 par 182 structures. Samia D.

Sécurité sociale

1 milliard de dinars par an consacrés à l'appareillage des handicapés
La sécurité sociale consacre chaque année une somme de 1 milliard de dinars à l'appareillage des personnes handicapées, un matériel assuré par l'Office national d'appareillages et d'accessoires pour personnes handicapées (ONAAPH), a-t-on appris auprès de cet office. "L'ONAAPH prend en charge en appareillage annuellement plus de 110.000 personnes, et chaque appareillage coûte entre 100.000 et 200.000 dinars, notamment les prothèses", a indiqué à l'APS le directeur régional de l'ONAAPH (région centre), M. Mohamed Khalfi à l'occasion de la célébration hier, de la journée nationale des Personnes handicapées. "Un taux de 95 % du nombre global des patients pris en charge en appareillage par l'ONAAPH sont couverts par les caisses de sécurité sociale qui représentent les principaux partenaires de l'ONAAPH", a ajouté ce responsable. L'Office prend en charge également les patients couverts par les directions de l'action sociale du ministère de la Solidarité nationale et de la Famille, a-t-il fait savoir. Il s'agit des personnes handicapées de naissance, les malades atteints de scoliose, les diabétiques, ainsi que les victimes d'accidents de la circulation et de travail et les personnes ayant subi des amputations de membres.

Barkat l’a annoncé

Un arrêté interministériel sur l'accessibilité des handicapés sur le bureau du gouvernement

L

e ministre de la Solidarité nationale et de la famille, M. Said Barkat a affirmé hier, à Alger qu'un arrêté interministériel relatif aux normes techniques d'accessibilité des personnes handicapées à l'environnement bâti et aux équipements ouverts au public était actuellement au niveau du secrétariat général du gouvernement. M. Barkat qui présidait la cérémonie nationale de célébration de la Journée nationale des Personnes handicapées, au Centre de formation des personnels spécialisés de Birkhadem a souligné que cet arrêté, signé le 6 mars était, une initiative de son département, réalisée en coordination avec les ministères de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement, de la Jeunesse et des Sports et le ministère de l'Habitat et de l'Urbanisme. L'arrêté vise à définir les dispositions techniques susceptibles de faciliter l'accès

des personnes handicapées à l'environnement bâti et aux équipements ouverts au public, conformément aux dispositions de l'article 8 du décret exécutif n° 06455 du 11 décembre 2006. Le document définit les modalités d'accès des personnes aux besoins spécifiques à l'environnement matériel, social, économique et culturel, ce qui signifie, selon M. Barkat, que les bureaux d'études et les entreprises chargées de la réalisation des projets sont désormais tenus de respecter "la norme algérienne d'accessibilité" n° 16227. La norme en question définit les dispositions techniques susceptibles de faciliter l'accessibilité des handicapés aux différents endroits publics, au transport, aux entrées des entreprises, et aux différents services, tels les distributeurs automatiques et les téléphones publics. Le ministre a, dans ce sens, rappelé le décret présidentiel, signé en mai 2009, à

travers lequel l'Algérie a adhéré à la Convention internationale d'insertion des personnes handicapées dans la vie publique, précisant qu'en vertu de ce décret, l'Algérie était "tenue" de traduire son adhésion par des actions concrètes sur le terrain. Désormais, tous les projets devront obéir aux normes annoncées et les contrevenants seront exposés à un retrait de permis, a souligné le même responsable. La cérémonie officielle de célébration de la journée nationale des Personnes handicapées, placée sous le thème "Le sport scolaire adapté: enjeu d'existence et moyen de résistance", a été marquée par plusieurs activités sportives et de loisirs, organisées au profit des enfants handicapés des différents centres spécialisés, à travers la wilaya d'Alger. Des prix et des présents ont été remis aux enfants lauréats des concours et des jeux organisés à cette occasion. L'Algérie avait organisé les

14, 15 et 16 mars 1981 des journées d'études qui avaient été sanctionnées par un programme national d'intégration des personnes handicapées. Une résolution pour un programme national d'actions avait été adoptée dans le domaine de l'éducation, de la formation, de la réadaptation et de l'insertion socioprofessionnelle des personnes handicapées. Au terme de ces journées, le 14 mars a été déclarée journée nationale des Personnes handicapées qui vise à promouvoir une meilleure compréhension des problèmes liés au handicap et à mobiliser les énergies pour assurer le respect de la dignité, les droits et le bienêtre des personnes handicapées. L'objectif de cette journée est également de sensibiliser le public à l'importance de l'insertion des personnes handicapées dans tous les aspects de la vie économique, sociale et culturelle.

A partir d’avril

Des prêches de vendredi pour sourds-muets à Oran
Le prêche du vendredi pour sourdsmuets sera adopté à partir du mois d'avril prochain à Oran, a annoncé hier, le président de l'association culturelle de wilaya du langage et du signe "Tawassoul". Le premier prêche, en langage mimique sera donné à la mosquée "IbrahimEt-Tazi" d'Oran par un imam initié, a souligné M. Houari Cherdoudi, en marge d'une journée portes ouvertes sur les personnes aux besoins spécifiques, à laquelle a pris part une dizaine d'associations locales des handicapés. Il a fait état, à ce propos, de l'existence d'une convention entre l'inspection des affaires religieuses et waqfs et son association pour la formation d'imams dans le langage mimique (ou gestuel), soulignant que trois sont en formation. Quelque 120 élèves suivent des cours primaires (jusqu'à la cinquième année) au niveau de l'Ecole des jeunes sourds d'Oran avant d'être affectés en pré-formation au niveau des Centres de formation professionnelle et d'apprentissage, a indiqué, de son côté, la directrice de cet établissement spécialisé. Mme Setti Benkoula a mis en exergue l'importance de la formation spécifique par le langage mimique des personnes atteintes de déficiences auditives.

L'éducation inclusive, une "solution réelle" pour les enfants porteurs de handicaps
L'UNICEF affirme, dans un communiqué diffusé hier, à l'occasion de la célébration en Algérie de la journée nationale des Handicapés, que l'éducation inclusive — ou éducation spécialisée en fonction de chaque type de handicap — est une "solution réelle" pour les enfants porteurs de handicaps. L'UNICEF déclare, à l'occasion, qu'il est indispensable de mettre en œuvre "une éducation réellement inclusive", intégrant des pratiques pédagogiques spécialisées. "Seule une telle éducation permettrait l'augmentation du taux de scolarisation et la réduction des inégalités et de l'exclusion qui affectent cette population", déclare l'organisation onusienne. L'UNICEF considère aussi qu'il est important de tout mettre en œuvre pour mieux prendre en charge les enfants et les adolescents handicapés en général. Bien que la convention relative aux droits de l'enfant indique clairement l'importance de fournir une protection et des soins spéciaux aux enfants handicapés, beaucoup d'entre eux restent victimes de discrimination et d'exclusion et sont particulièrement vulnérables à la violence physique, aux mauvais traitements et ont moins de chances de se retrouver sur les bans de l'école, souligne l'UNICEF. Le nombre d'élèves porteurs de handicaps en Algérie est en augmentation selon une enquête réalisée en 2009 par l'Institut national de la recherche en éducation (INRE) avec le soutien de l'UNICEF. La même enquête a démontré que l'accès à l'éducation de ces filles et garçons demeure encore difficile et cela pour des raisons liées à l'inadaptation des espaces scolaires au plan architecturals, des équipements et des outils didactiques. L'Algérie accorde une attention particulière à ces enfants porteurs de handicaps. La loi sur l'éducation nationale reconnaît le droit à l'éducation de ces derniers. Au niveau des écoles, ajoute l'enquête, des adaptations spécifiques indispensables ont été suggérées par les maîtres d'écoles, les directeurs et les élus locaux notamment en termes de formation de l'encadrement, d'aménagement des locaux et d'adaptation des équipements et des pratiques pédagogique. De même, il est proposé de mieux informer et sensibiliser les familles et les enfants sur les droits de la dignité des personnes handicapées. Des adolescents porteurs de handicaps sont, eux aussi, encore trop souvent victimes de discrimination et d'exclusion, notamment dans l'accès à l'enseignement secondaire. Cette situation aggrave leur dépendance et limite leur autonomie. L'UNICEF souligne à cet effet que des efforts importants doivent être faits au profit de ces enfants, notamment en vue de favoriser leur scolarisation dans le primaire et le secondaire.

Mardi 15 Mars 2011

EL MOUDJAHID

Monde
Afrique
Union Africaine

11
Des experts examinent le processus de transformation de l’UA
Des experts juridiques africains ont tenu hier, à Addis-Abeba une réunion consacrée à l'examen du processus de transformation de la Commission de l'Union africaine (CUA) à une Autorité de l'organisation, afin d'accélérer l'intégration économique et politique du continent, a indiqué un communiqué de l'UA publié à Addis Abéba. Cette réunion d'experts juridiques africains a été convoquée par l'Assemblée de l'UA pour examiner et finaliser les instruments juridiques relatifs à ce processus de transformation pour une présentation lors de la 17e session ordinaire de l'Assemblée à Malabo, en Guinée équatoriale, a précisé le texte. La transformation de la CUA en une Autorité de l'Union africaine (AUA) vise, selon la même source, "à renforcer le cadre institutionnel de l'Union africaine pour accélérer l'intégration économique et politique du continent. A l'ouverture de la réunion, M. Ben Kioko, un Conseiller juridique de l'UA, a tenu à réaffirmer que "la transformation de la CUA en une Autorité vise à renforcer le cadre institutionnel de l'organisation panafricaine. "Votre présence aujourd'hui témoigne que l'engagement indéfectible des Etats membres de l'Union à la transformation de la CUA en une Autorité vise à renforcer le cadre institutionnel de l'Union africaine et à revitaliser l'organisation continentale afin qu'elle puisse jouer un rôle plus actif et continue d'être pertinente pour les peuples d'Afrique tout en répondant aux demandes des défis actuels", a-t-il souligné. Trois réunions similaires ont été organisées en avril 2010 sur cette question, a rappelé M. Kioko, estimant que les réunions des experts juridiques sont convoquées pour prendre toutes les mesures nécessaires afin de préparer les instruments juridiques sur la transformation de la CUA en AUA, et les présenter aux experts gouvernementaux des Etats membres pour examen.

Le projet de renforcement de la sûreté aérienne opérationnel en 2011
Le projet d’appui au renforcement de la sûreté de l’aviation civile au profit d’une vingtaine de pays africains lancé hier, à Dakar, sera opérationnel au deuxième trimestre 2011 pour une durée de trois années, ont indiqué les initiateurs d’un stage de formation prévu sur huit jours. Destinée aux agents représentant vingt pays d’Afrique Centrale, de l’Est et de l’Ouest, cette session de formation renforcera les capacités des agences ou directions des aviations civiles des Etats concernés et des organisations internationales en charge du transport aérien en Afrique, a-t-on précisé. Soutenu par la coopération française pour un montant de un million d’euros, le projet vise, en outre, à développer les moyens de "la prévention des actes terroristes contre le transport aérien". "Ce projet devrait aider ces pays africains, en les dotant de cadres législatifs et réglementaires préconisés par l’Organisation de l’aviation civile internationale, en améliorant le niveau de formation des personnels sur les plateformes aéroportuaires", ont indiqué des intervenants lors de l’ouverture de cette formation en sûreté aérienne. Les agents aéroportuaires ciblés à travers ce stage sont issus des services de police et de gendarmerie ainsi que des sociétés de transport aérien et de manutention. Par ailleurs, des médias ont précisé que le projet d’appui au renforcement de la sûreté aérienne a reçu également l’adhésion des agences ou directions des aviations civiles des Etats concernés et le soutien des organisations internationales en charge du transport aérien sur le continent. Il s’agit notamment de la Commission africaine pour l’aviation civile (CAFAC), du Bureau régional de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci-Dakar), de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), l’Union économique et monétaire de l’Ouest Africain (UEMOA) et de la Banque mondiale (BM).

Diplomatie

Palestin

e

Accélération de la colonisation israélienne

Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination de M. Orlando Sardi De Lima, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Colombie auprès de la République algérienne démocratique et populaire, avec résidence à Madrid, a indiqué hier, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

M. Orlando Sardi De Lima nouvel ambassadeur de Colombie

La Ligue arabe appelle le Quartette à prendre une position ferme
La Ligue arabe a appelé hier, le Quartette à prendre une position "ferme" concernant "l'accélération" de la colonisation en Cisjordanie. Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe aux Affaires de la Palestine et des territoires arabes occupés, M. Mohamed Sbih a condamné la décision d'Israël d'implanter de nouvelles colonies à El Qods. "Nous aurions souhaité que le Quartette condamne cette décision avec la même fermeté affichée vis-à-vis de l'assassinat de colons israéliens en Cisjordanie et demande une enquête et l'arrêt de la colonisation", a-t-il souligné. "La politique de deux poids deux mesures est à l'origine des troubles qui secouent la région", a-t-il dit, ajoutant que le gouvernement israélien ne veut pas de paix et par conséquent, il use de tous les moyens pour faire obstacle à sa progression. Israël estime que la conjoncture est propice à la judaïsation de la Cisjordanie et d'El Qods et à l'interdiction de l'établissement d'un Etat palestinien, a-t-il indiqué, précisant que les slogans revendiqués (la paix contre l'économie... la paix contre la normalisation) illustraient parfaitement cette position. Ces pratiques, a-t-il affirmé, renseignent sur la volonté israélienne de contrecarrer l'établissement d'un Etat palestinien, mettant en garde contre la gravité de la situation notamment après l'échec de l'administration américaine à exiger l'arrêt de la colonisation et à prendre les mesures qui s'imposent contre Israël comme elle le fait concernant les autres questions.

Disparus sahraouis: Le Comité suisse de soutien au peuple sahraoui appelle à faire toute la lumière sur la question
Le Comité suisse de soutien au peuple sahraoui interpelle les instances internationales pour l’appuyer dans son action de mise en regard des listes de disparus sahraouis recueillies à Smara, au Sahara occidental, avec celle que l’Instance équité et réconciliation (IER) marocaine a récemment publié dans son rapport. "C’est dans une discrétion insolente, et un mépris des victimes et de leurs familles que l’IER a rendu public son rapport, comme s’il s’agissait d’un simple procès-verbal ou d’un rapport comptable" écrit le comité dans un message dont l’APS a obtenu hier une copie. "La disparition forcée est un crime trop grave, un crime contre l’humanité, ne l’oublions pas, pour que le Maroc, responsable de la mort de 938 personnes, marocaines et sahraouies pense qu’il puisse s’en sortir en proposant sans état d’âme une simple liste de noms de victimes", s’insurge le comité. Il révèle ainsi que sur ces 938 victimes mortes suite "aux tortures et traitements dégradants et inhumains, 640 ont été tuées par l’armée marocaine ou les services marocains de sécurité" et que parmi ces 640 morts," 352 sont Sahraouis, dont plus de 20 sont des enfants de moins de 14 ans, plus d’une trentaine sont des femmes, sans compter le grand nombre de personnes âgées". Il rappelle aussi que "des dizaines de fois", il a demandé au Maroc, "dès les années 80, de" libérer les disparus qu’il détenait dans ses bagnes et que "toujours avec le même aplomb", il répondait aux instances internationales qu’il n’en détenait aucun. Le comité s’offusque également que le Maroc qui annonce dans ce rapport "la mort d’au moins 638, n’ait jamais reconnu que ces bagnes étaient des lieux de tortures et des mouroirs", rappelle qu’en 1991, environ 300 Sahraouis ont été libérés "dans des conditions psychiques et physiques extrêmement précaires". Pour le comité, les familles des Sahraouis disparus dont les noms viennent d’apparaître" ne peuvent pas se situer dans un processus qui devrait aboutir à la réconciliation mais veulent savoir ce que sont devenus leurs fils ou filles, mères, pères, enfants, et où ils sont enterrés ». La réconciliation demande que "justice soit rendue et, dans ce cadre, le premier pas est de pouvoir honorer ses morts", estime en outre le comité qui considère que "ce ne sera que plus tard, quand la lumière sera faite, et que le Maroc se décidera à reconnaître la vérité et ses suites juridiques, qu’une nouvelle période de l’histoire pourra commencer". "Ces hommes, ces femmes et ces enfants ont été enlevés dans le cadre du conflit du Sahara Occidental et tant que le conflit n’est pas résolu et que les disparitions ne sont pas complètement éradiquées, une véritable justice ne peut pas être rendue", fait valoir le comité qui rappelle aussi les disparitions constatées lors de la répression du" Camp de la liberté" de Gdeim Izik au Sahara occidental le 8 novembre 2010. Les listes de noms contenus dans ce rapport doivent être remises au Groupe de travail sur les disparitions forcée ou involontaires "qui doit interroger le Maroc, sur des précisions et des comptes", recommande enfin le comité qui souligne que la nouvelle Convention sur les disparitions forcées et involontaires donne toutes les indications formelles pour interpeller le Maroc sur la base des informations fournies dans le rapport de l’Instance équité et réconciliation. Agences

British Petroleum

Le groupe envisage de développer ses activités en Algérie
La compagnie britannique BP compte développer ses activités en Algérie en s’intégrant dans d’autres projets d’exploration et de production de pétrole et de gaz, a indiqué hier, à l’APS à Londres, le porte parole du groupe M. Robert Wine. "Il s’agit d’accroître notre production de pétrole et de gaz en Algérie en nous associant à des projets futurs", a souligné M. Wine évoquant dans cette perspective, l’intérêt de BP pour le site de Tinzaouatine découvert en août 2008 par Sonatrach. Le groupe qui possède deux projets de gaz naturel, à In Salah et In Amenas, veut s’associer avec Sonatrach pour exploiter des gisements de gaz, selon ce porte-parole. Parlant des potentialités de l’Algérie en termes de production d’énergie, le représentant de BP a indiqué qu’il y a peu de sites dans le monde où on parle de développement de la production du fait que la grande majorité des sites sont en déclin. Pour le groupe britannique, le potentiel algérien en matière de gaz et de pétrole est "important". La production de gaz de BP Algérie s’élève a 9 milliards de m3 par an représentant 1,5% et de la production mondiale de BP tandis que la production de pétrole est de 17.000 barils /jour, soit 07% de la production totale du groupe. Récemment, le groupe a indiqué qu’il renonçait à céder ses actifs en Algérie, d’une valeur de trois milliards de dollars, soulignant qu’il n’a jamais été question pour BP de quitter l’Algérie.

Ghaza

Rassemblement en faveur de l'unité nationale
Des milliers de Palestiniens ont marché hier, dans le centre-ville de Ghaza en faveur de l'unité nationale et pour la fin des divisions internes, ont rapporté les médias. "Le peuple veut la fin de la division" dans les rangs palestiniens, scandaient notamment des milliers de jeunes Palestiniens en défilant à travers la ville, ont précisé les mêmes sources. Dans une déclaration à la presse, le responsable du mouvement Hamas à Ghaza, Ismaïl Hanya, a fait part de son soutien aux efforts des groupes palestiniens et des jeunes pour mettre fin aux divisions et renforcer l'unité nationale. Des groupes palestiniens ont également exprimé leur soutien aux initiatives de jeunes en faveur de la réconciliation interpalestinienne. Dans un communiqué, le front de la libération de la Palestine a appelé le peuple palestinien à participer aux manifestations qui doivent débuter mardi pour réclamer la fin de la division. Un appel similaire a été également lancé par le Hamas à Ghaza. Selon les organisateurs de ce rassemblement, cette marche intervient avant une grande manifestation qui aura lieu mardi et dont l'appel a été lancé sur le site de socialisation facebook dans tout le territoire de Ghaza. En prévision du début officiel de la manifestation de mardi, plusieurs manifestants étaient munis de tentes et de matelas, d'autres installaient des fontaines d'eau, avec l'intention de passer la nuit sur la place du Soldat inconnu. Plusieurs groupes palestiniens ont récemment appelé à de grandes manifestations pour "l'unité" le 15 mars à Ghaza, en Cisjordanie et dans les camps de réfugiés palestiniens à l'étranger. Les différentes factions palestiniennes peinent jusqu'à présent à se mettre d'accord pour signer un accord de réconciliation nationale, censé mettre fin aux divisions interpalestiniennes.

Japon

Des experts russes examineront les centrales nucléaires
La Russie va dépêcher des experts pour examiner la situation dans les centrales nucléaires au Japon, frappé par un puissant séisme suivi d'un tsunami dévastateur, a indiqué un responsable russe. Selon ce responsable, cité lundi par des médias, des experts de l'Agence russe de l'énergie atomique et de l'Institut pour le développement en sécurité de l'industrie de l'énergie nucléaire se rendront au Japon pour aider à surveiller la situation dans les centrales nucléaires touchées par le séisme. Le séisme de magnitude 8,9 suivi d'un tsunami a durement frappé vendredi la préfecture de Miyagi, dans le nord-est du Japon faisant plus de 1.800 morts et disparus, selon un dernier bilan provisoire. Ce séisme a provoqué l'arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires ce qui risque d'entraîner un manque d'électricité et de conduire à programmer des coupures dans ce pays. Outre l'arrêt de réacteurs nucléaires, se profile la menace d'une catastrophe nucléaires notamment après que des émanations radioactives eurent été décelées, selon les autorités nippones.

Mardi 15 Mars 2011

14
LIBYE
Le Caire

Monde
la croissance économique. Elle a ajouté à ce propos, que cette rencontre tripartite s'impose au sommet car, a-t-elle dit, c'est là "un cadre élargi d'entente", précisant que l'entretien a porté aussi sur les options à même de traiter la situation en Libye. Elle a insisté sur l'aspect humanitaire et l'aide à apporter au peuple libyen. Mme Ashton a réitéré son appel à la cessation des violences en Libye, ajoutant que la question est en débat au niveau du Conseil de sécurité outre l'éventualité de la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne. Les Etats européens, a-t-elle poursuivi, envisagent toutes les options et appellent le Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités. Par ailleurs, le premier responsable de l'organisation panarabe a déclaré que la proposition sur la tenue d'un sommet tripartite est encore à l'état embryonnaire et nécessite beaucoup de consultations", ajoutant avoir abordé avec Ashton la situation dans la région à la lumière des changements survenus. La question sécuritaire au Proche-Orient, notamment en Palestine a été également au centre de l'entrevue.

EL MOUDJAHID

Le chef de la diplomatie italienne

Ashton propose la tenue d’un sommet tripartite euro-arabo-africain

La seule solution, l’arrêt de la violence
Le chef de la diplomatie italienne, Franco Frattini, a affirmé hier à Rome, que la seule solution à la crise libyenne était l'arrêt de la violence dans le pays. "La seule solution aujourd'hui, en Libye est la fin de la violence accompagnée de décisions de la communauté internationale sur la situation dans ce pays", a indiqué Frattini dans un breefing tenu peu avant son départ pour Paris pour prendre part la réunion du G8. "La seule solution est que tout le monde appelle à la cessation immédiate de la violence, et à l'ouverture d'un dialogue entre les parties en Libye", a-t-il dit. Au sujet de l'établissement d'une zone d'exclusion aériene, en Libye, il a affirmé que cette question serait au menu de la rencontre des ministres des Affaires étrangères du G8, lundi dans la soirée et qui faisait l'objet d'intenses consultations en Occident. Dans ce cadre, il a rappelé qu'"il est des pays parmi le groupe, comme la Russie, qui ont adopté des positions plus hésitantes", soulignant que "l'Italie s'est opposée à une intervention militaire en Libye confiée à une seule partie". Sur ce point, il a réaffirmé que son pays attendait la décision du Conseil de sécurité des Nations unies, émettant le voeu qu'elle n'intervienne pas "tardivement" pour éviter "un massacre" en Libye, notamment à Benghazi. Frattini a estimé qu'une zone d'exclusion aérienne était une nécessité aujourd'hui, en tant que "moyen de dissuasion", estimant "inconcevable d'opter pour la non intervention militaire, face à une guerre menée d'un seul côté".

L

a chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a affirmé hier au Caire, avoir discuté avec le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa de la tenue d'un sommet tripartite (UE, Ligue arabe et Union africaine). Dans une conférence de presse tenue conjointement avec M. Amr Moussa, Ashton a indiqué avoir fait part à ce dernier de la proposition européenne sur la tenue de ce sommet afin d'entamer la coordination entre les trois parties européenne, arabe et africaine. Ce sommet, a-t-elle dit, sera consacré à l'examen de la situation dans la région

tout en prenant connaissance des visions et besoins de la région pour la réalisation de

Pentagone

Aucune décision prise pour l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne sur la Libye

L

e porte-parole du Département américain de la Défense, M. Geoff Morrell, a affirmé hier qu’aucune décision n’avait été prise quant à l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne sur la Libye. "C’est une décision qui est encore à l’étudeàL’instauration d’une zone d’exclusion aérienne est une décision politique et elle n’a pas été prise d’une manière définitive", a indiqué le représentant du Pentagone dans une interview accordée à la chaîne de télévision américaine MSNBC. Par ailleurs, il a rappelé que lors de la dernière réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, tenue la semaine dernière à Bruxelles, le Secrétaire à la Défense, Robert Gates, et ses homologues de l'organisation transatlantique "ont convenu de continuer à planifier toutes les options militaires, dont celle d’une zone d'exclusion aérienne".

Cependant, a-t-il poursuivi, l’accord donné par la Ligue arabe à une telle mesure "sera sans aucun doute un facteur dans la décision du président (Obama) et des dirigeants européens". A la question de savoir si les EtatsUnis avaient la capacité d’imposer une zone d'exclusion aérienne sur la Libye durant une longue période, M. Morrell a considéré qu’en dépit de ses ''impor-

tants engagements militaires ailleurs (Irak et Afghanistan)'', les Etats-Unis "peuvent le faire" et que les autres membres de l'OTAN y contribueront. "La question n'est pas de savoir si on peut, mais de savoir si nous devrions le faire. C’est une décision qui reviendra au président Obama", a-t-il avancé. Lors de sa conférence de presse vendredi dernier, le président Barack Obama avait déclaré vouloir s’assurer que toutes les décisions qu’il prend et qui impliquent une intervention militaire américaine soient "bien réfléchies". "A chaque fois que j’envoie les forces américaines dans une situation potentiellement hostile, il y a des risques encourus et des conséquences. Et il est de mon devoir, en tant que président, de veiller à ce que nous prenions compte de tous ces risques", avait-il insisté.

Selon la télévision d’Etat libyenne

Les soldats ayant rejoint l'opposition “seront graciés s'ils se rendent”
Les soldats qui ont rejoint l'opposition contre le dirigeant libyen Maamar El Gueddafi seront "graciés s'ils se rendent", a souligné hier la télévision d'Etat, citant l'armée libyenne. L'armée libyenne a affirmé que les soldats " qui se sont joints aux bandes armées et qui rendent leurs armes seront graciés", a indiqué la télévision. Les troupes libyennes fidèles au colonel ElGueddafi poursuivaient leur progression vers Benghazi (est), deuxième ville du pays, à coups d'artillerie lourde et de raids aériens, selon des médias. "Après avoir repris le contrôle de la ville de Zaouïa à l'ouest et des villes de Bin Jawad, Ras Lanouf et Brega à l'est, les troupes gouvernementales avancent vers d'autres villes à l'est, dont Benghazi", selon une source militaire.

Bahreïn

Les manifestations se poursuivent, l’opposition rejette l'intervention étrangère
Les manifestations contre le régime en place à Bahreïn se poursuivaient hier, à Manama, où des affrontements avec les forces de l'ordre ont fait plusieurs blessés, au moment où des forces saoudiennes arrivaient dans le royaume pour aider à maintenir l'ordre, une initiative rejetée par l'opposition. Ce mouvement de contestation populaire, dans le royaume, réclamant des reformes politiques et économiques qui entre dans son premier mois s'est intensifié ces derniers jours notamment dans le centre de la capitale Manama, où des manifestants ont bloqué dans la journée les accès du centre qui abrite le quartier d'affaires et des bâtiments publics. Les forces de l'ordre ont tenté de les disperser en faisant usage de gaz lacrymogènes. Selon le ministère de la Santé dix-sept personnes ont été blessées lors d'affrontements entre les forces de sécurité et les protestataires déterminés à occuper les lieux pour faire entendre leur voix. Ces incidents interviennent alors que la ville est quasiment paralysée par une grève générale lancée à l'appel de l'Union générale des syndicats de travailleurs de Bahreïn, pour protester contre la répression de manifestations par les autorités du pays. Face à l'intensification des manifestations dans le royaume, le président de la commission des Affaires étrangères et de la sécurité au Parlement bahreïni, Adel El-Mouaawida, a annoncé que des forces saoudiennes faisant partie de la force commune du Conseil de coopération du Golfe (CCG) étaient arrivées dans la journée à Bahreïn, pour participer au maintien de l'ordre. D'autres forces des pays du CCG "doivent arriver au Royaume pour participer au maintien de l'ordre", a-t-il ajouté. Le CCG dont fait partie le royaume de Bahreïn, a maintes fois exprimé sa solidarité avec les autorités bahreïnies qui font face à un mouvement de contestation depuis des semaines réclamant notamment des réformes politiques et une monarchie constitutionnelle. L'Arabie saoudite a affirmé que son intervention répond à une demande de soutien de Bahreïn pour aider ce pays à maintenir l'ordre, en soulignant qu'en vertu d'un accord entre les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), "toute atteinte à la sécurité d'un des Etats Dans son communiqué, l'opposition a appelé la communauté internationale à "assumer rapidement ses responsabilités" et à "protéger le peuple de Bahreïn du danger d'une intervention militaire", en l'exhortant à "prendre les mesures adéquates pour protéger les civils et à convoquer pour cela le Conseil de sécurité" des Nations unies. Dans le cadre de ses efforts en vue de rétablir l'ordre et la sérénité dans le pays, le gouvernement bahreïni a réitéré son appel aux forces de l'opposition à participer à un dialogue national censé faire sortir le royaume de cette situation. Le roi de Bahreïn Hamad ben Issa Al-Khalifa avait appelé dimanche à entamer rapidement le dialogue entre le gouvernement et l'opposition, exprimant son souhait de voir "toutes les parties s'asseoir rapidement autour de la table" des discussions "avec des intentions sincères, pour arriver à un consensus". Il a souligné que "l'initiative du dialogue national a pour objectif de préserver les acquis politiques, économiques et sociaux du peuple de Bahreïn et d'ouvrir la voie à plus de réformes politiques et plus de développement". Dans le cadre de ce dialogue, le roi avait chargé le prince héritier, Salman ben Hamad, de discuter avec l'opposition. ce dernier a accepté de dialoguer sur certaines revendications de l'opposition, en particulier celles portant sur un nouveau gouvernement et sur les pouvoirs du Parlement. Le mouvement Wefaq (chiite), qui rassemble d'autres forces de l'opposition bahreïnie, a posé des conditions comme préalable au dialogue, dont la démission du gouvernement actuel.

Rapatriement d’algériens établis en Libye

36 ressortissants algériens quittent Le Caire pour Alger
Trente-six (36) ressortissants algériens établis en Libye ont quitté hier, le Caire pour rentrer en Algérie. Ces ressortissants, des familles notamment, ont gagné le territoire égyptien dimanche soir via le point de passage terrestre es-Saloum au niveau de la frontière. Ces Algériens faisaient partie d'un groupe de ressortissants égyptiens et arabes qui ont été évacués de Libye en raison de la situation qui y prévaut. Ils ont été accueillis et pris en charge au niveau du point de passage es-Saloum par les représentants de l'ambassade d'Algérie au Caire. A l'exception de trois ressortissants, les autres ont tous perdu leurs papiers (passeports) pour diverses raisons, a précisé une source à l'ambassade d'Algérie au Caire. La délégation de l'ambassade, qui se trouve à la frontière, fournit immédiatement des autorisations de passage aux ressortissants algériens et les évacue vers le Caire avant de les rapatrier en Algérie. Les services de l'ambassade prennent en charge les Algériens qui arrivent en Egypte (logement, billet d'avion) jusqu'à leur départ vers l'Algérie à bord d'avions d'Air Algérie, a précisé la même source. Auparavant, 80 ressortissants algériens travaillant et établis en Libye ont pu gagner le territoire égyptien via le passage frontalier Es-saloum depuis le début de la crise en Libye. Selon des sources diplomatiques algériennes, hormis deux familles, la majorité de ces ressortissants sont des travailleurs contractuels et des sportifs résidant dans les régions est de la Libye. En revanche, dans les régions ouest proches des frontières algériennes et tunisiennes et de la capitale Tripoli, des familles algériennes y sont établies depuis très longtemps, selon les mêmes sources.

Envoi de soldats saoudiens sur demande des autorités bahreïnies
membres est considérée comme une atteinte à la sécurité de tous les membres". L'arrivée de troupes du CCG à Bahreïn pour participer aux efforts de maintien de l'ordre a été dénoncée par l'opposition bahreïnie qui a rejeté toute intervention étrangère dans les affaires internes du pays, estimant qu'il s'agit d'une "occupation étrangère". "Nous considérons l'entrée de tout soldat, de tout véhicule militaire dans les espaces terrestre, aérien ou maritime du royaume de Bahreïn comme une occupation flagrante, un complot contre le peuple de Bahreïn désarmé, et une violation des accords et des conventions internationales", a affirmé l'opposition dans un communiqué.

Mardi 15 Mars 2011

EL MOUDJAHID

Nation
Université
M'sila

15

Levée dans le calme du sit-in organisé devant la Présidence de la République par des étudiants de plusieurs universités

Formation professionnelle

600 nouvelles places pédagogiques en 2011

L

e sit-in organisé hier par une soixantaine de délégués d'étudiants de plusieurs universités du pays devant la Présidence de la République, a été levé dans le calme, après la remise par une délégation de cinq étudiants de leurs doléances axées sur une "réforme profonde" de l'université algérienne. La délégation d'étudiants protestataires, qui a été reçue par un responsable de la direction des relations avec les citoyens, a décidé de mettre fin à ce rassemblement de près de deux heures, après avoir informé le reste des étudiants que des responsables de la Présidence l'ont assuré de remettre leurs doléances au Chef de l'Etat. "Nous allons informer les étudiants de l'évolution de la situation et c'est à eux de décider des actions à venir", a déclaré à la presse Ammar, un délégué de l'Université de Boumerdès. Refusant de résumer la crise que traverse l'université algérienne à "un débat autour de passerelles à trouver entre le système classique et le nouveau système LMD", il a fait savoir que les étu-

diants protestataires souhaitaient "une évaluation de l'ensemble des réformes opérées ces dernières années en vue d'aller vers une université qui soit au diapason des exigences du développement du pays". Ce sit-in a été organisé par des délégués d'étudiants de 10 universités, à savoir Boumerdès, Annaba, Constantine, Oran, Mostaganem, Bab Ezzouar (Alger), Dely Brahim (Alger), Jijel, Chlef et Blida, ainsi que trois écoles nationales préparatoires et 8 écoles supérieures. Dans leur lettre adressée au Président de la République, ces étudiants dressent un état des lieux de leurs universités qui connaissent, selon eux, "une dégradation de la qualité de formation". "La création et la généralisation tous azimuts de nouvelles formations, en l'absence d'une cohérence et d'une uniformisation par rapport aux standards universels", ainsi que "le manque de communication entre la tutelle et la famille universitaire" sont les autres griefs formulés par les délégués. Ils déplorent aussi "un manque d'évaluation pédagogique de l'enseignement

supérieur et des réformes induites, les mouvements de contestations qui deviennent récurrents et la dégradation du cadre socio-pédagogique des étudiants". Il réclament, à ce titre, une "évaluation" de toutes les réformes de l'Enseignement supérieur initiées jusqu'ici, la prise en charge "immédiate et effective" des revendications socio-pédagogiques des étudiants et la dotation de l'Université de moyens pédagogiques adéquats. Ils demandent également "l'implication de l'Université dans l'effort de développement de l'économie nationale", et la mise en place à cet effet d'instruments "favorisant l'émergence de projets créateurs d'emplois pilotés par des universitaires". Ce sit-in a été organisé parallèlement à la tenue de plusieurs réunions dans différentes universités du pays, portant sur la préparation aux débats décidés par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique sur les passerelles entre le système classique et le système LMD.

Q

uelque 600 nouvelles places pédagogiques renforceront à M’sila le secteur de la formation professionnelle pour l'année 2011, à la faveur de la réhabilitation et la construction de plusieurs infrastructures, selon la direction locale du secteur. Ces opérations, confortées par des actions d'équipement et de réhabilitation d’établissements du secteur, mobilisent au total 639 millions de dinars, incluant l'étude et la réalisation d'un nouvel INSFP (institut national spécialisé de formation professionnel) à Bou Saâda. Cet établissement, le troisième du genre dans la wilaya de M’sila, pourra accueillir 300 stagiaires. Disposant d’un internat de 120 lits, cet institut spécialisé a nécessité, à lui seul, un investissement de 236,5 millions de dinars, selon la même source. Il est également prévu, pour l'exercice en cours, l'étude, la réalisation et l'équipement d'un nouveau CFPA de 300 places pédagogiques à la cité El-Batine de Bou Saâda, pour un montant de 215 millions de dinars. Le secteur de la formation professionnelle a bénéficié également, pour 2011, de plusieurs autres opérations portant sur l'équipement des CFPA de M'sila, de Khebabna et de Hammam Dhalaa, en plus de la dotation de 19 CFPA en groupes électrogènes destinés à pallier les coupures de courant électrique. Un montant de 40 millions de dinars a également été réservé à la conduite d’actions de requalification à entreprendre dans les CFPA de M'sila, de Sidi Aïssa, de Khebabna, d’Ouled Derradj et au niveau de l'INSFP de Boussaâda. Le secteur de la formation professionnelle totalise un effectif de 10.000 stagiaires répartis sur 20 CFPA et trois annexes.

El Tarf

Khenchela

Levée de l’interdiction de construction de logements ruraux

L’

interdiction de construire des logements ruraux dans des communes rurales d’El Tarf, déterminées en tant qu’espaces urbains par les plans directeurs d’aménagement urbain (PDAU), a été "levée", a-t-on appris du wali. Cette démarche insufflera, d’une part, une "nouvelle dynamique" à cette formule pour laquelle un vif engouement est observé dans cette wilaya, et contribuera, d’autre part, à atténuer la forte demande sur les autres segments de l’habitat, a-t-il ajouté. Les présidents des Assemblées populaires communales (P/APC) et les chefs de daïra ont été instruits à l’effet de procéder à la distribution des aides au logement rural qu’ils détiennent, afin de permettre aux services concernés de la wilaya de prendre les mesures utiles pour l’attribution des 1.200 aides demeurant en souffrance depuis plus d’une année. Par ailleurs, des efforts seront déployés pour réduire les circuits et les délais de traitements des dossiers par les commissions compétentes, et pour renforcer les mesures de facilitation conformément à la réglementation en vigueur, selon le wali d'El Tarf. La wilaya d’El Tarf a bénéficié durant l’exercice 2010 d’un portefeuille de 8.000 aides à l’habitat rural, dont plus de 6.000 ont été attribuées.

Le sud de la wilaya prochainement alimenté en eau potable depuis le barrage de Babar

Mascara

L

es communes et les villages du sud de la wilaya de Khenchela seront approvisionnés en eau potable "d’ici à 2012", à partir du barrage de Babar (40 millions m3), a-t-on indiqué auprès de la direction locale de l'Hydraulique. Ce projet qui alimentera les communes de Khirane, Djellal, Ouldja, Chechar et plusieurs villages ruraux est actuellement "au stade de réception des offres", a précisé le directeur du secteur, M. Mouloud Kessour. Ce projet d'environ 4 milliards de dinars nécessitera "un peu plus de 14 mois de travaux" en raison du relief difficile des localités devant être traversées par les conduites de transfert d'eau, selon l'étude technique qui prévoit des structures de pompage et de traitement d'une capacité extensible de 8 millions de m3, a-t-il expliqué. Le barrage de Babar qui irrigue actuellement 380 hectares de terres agricoles alimentera, au terme de ce projet, une population d'environ 7.000 habitants et portera à 60% le taux de satisfaction des besoins en eau potable de cette région aride. La direction de l'hydraulique fait également état de l'achèvement d'une étude portant sur le transfert de 2,5 millions de m3 par an des eaux du barrage de Taghrisset actuellement en voie de construction par l'entreprise Cosider, vers les communes de Yabous, Lemsara, Chélia et Bouhmama. Les besoins en eau potable des communes du nord de la wilaya (Kaïs, Touazianet, El-Hamma, Khenchela, El-Mehmel et Ouled Archach) sont couverts à 90% depuis l'entrée en exploitation du projet de transfert sur 103 km des eaux du barrage de Koudiet Medouar, situé dans la wilaya voisine de Batna.

Mobilisation de 3,5 millions de mètres cubes pour l’irrigation de plus de 4.000 ha d’oliviers

U

n volume d'eau d'environ 3,5 millions de mètres cubes sera mobilisé, à compter de cette semaine, à partir du barrage "Chorfa" (Mascara) pour l’irrigation de plus de 4.000 hectares d’oliviers dans les daïras de Sig et Oggaz, a-t-on appris hier, auprès de la direction de l’hydraulique. L’opération d’irrigation des oliveraies, qui durera un mois, coïncide avec le début de la croissance de l’olive, dont la région est très "réputée" pour sa variété "Sigoise". Selon certains agriculteurs de Sig, la faiblesse de la pluviosité enregistrée cette année dans la région, n’affectera pas la croissance des oliviers grâce à cet apport en eau qui permettra d’intensifier la plantation arboricole et de régénérer les arbres endommagés par les feux. La direction des services agricoles de la wilaya a programmé, à cet égard, la plantation de plus de 1.000 oliviers, cette saison. Les quatre barrages dont dispose la wilaya de Mascara ont emmagasiné actuellement un volume d'eau de plus de 60 millions de m3.

Béchar

Relogement de onze familles sinistrées à Kerzaz

P

lusieurs familles, dont les habitations ont été endommagées par les fortes pluies enregistrées le week-end dernier dans la daïra de Kerzaz, ont fait l'objet d'un relogement par les autorités locales, a-t-on appris mardi auprès de la wilaya de Béchar. Cette mesure d’urgence a été prise par les responsables locaux pour "venir en aide" aux familles dont les habitations ont été sérieusement endommagées par

des infiltrations d'eau, a souligné la cellule de communication de la wilaya qui a fait part, à cet égard, du recensement de dix-huit habitations dégradées dans la wilaya. La cellule de crise, mise en place au lendemain de ces intempéries, a entamé une opération d’évaluation des dégâts dans le but de leur prise en charge par les secteurs concernés, notamment celui des travaux publics, a-t-on ajouté. Les responsables de ce secteur

ont été instruits pour notamment prendre en charge la réparation des dégâts causés à plusieurs ouvrages routiers, notamment les passages submersibles situés sur un tronçon de la RN-6, reliant le chef-lieu de la daïra de Kerzaz à Béchar par le nord, et Kerzaz à Adrar par le sud, ainsi qu'au niveau du chemin vicinal reliant Kerzaz à la commune de Timoudi, a précisé la même source.

Mardi 15 Mars 2011

16

Santé
A
ttention, le propos n'est pas ici de présenter un énième régime miracle mais simplement de mettre en lumière les vertus détox du citron pour, éventuellement, vous inciter à l'intégrer à votre alimentation. L'intérêt du citron est qu'il stimule les fonctions digestives et détoxifiantes de l'organisme. Or, le bon fonctionnement de l'appareil digestif est capital, tant pour la santé que pour la ligne. Le meilleur moyen pour mincir et garder sa ligne est, certes, d'avoir une alimentation variée, mais aussi d'éliminer les toxines et de conserver des fonctions stomacales et hépatiques correctes. En cela, le citron est un allié de choix. En cause : la digestion On le sait, les causes les plus courantes de prise de poids sont l'excès de nourriture et le manque d'exercices physiques. Mais il peut aussi s'agir d'une mauvaise digestion. Celle-ci est en effet connue pour gêner l'élimination des graisses. D'où une accumulation de toxines qui engendre non seulement un ralentissement du métabolisme, mais aussi un état apathique qui rend d'autant plus difficile la perte de poids. Or, d'un bon fonctionnement digestif dépend l'absorption correcte des nutriments contenus dans l'alimentation. Quelques gouttes de citron sur vos viandes, œufs et légumes secs permettent d'en faciliter la digestion : D'une part, le citron stimule la sécrétion de salive et de sucs gastriques. Absorbé au lever, il agit sur le foie

EL MOUDJAHID

Le top 5 des aliments toxiques

Les vertus du citron
dont il active la sécrétion de bile et qu'il prépare à digérer les aliments à venir. Il est aussi une aide précieuse pour l'estomac en raison de sa forte teneur en acide critrique qui, associé à d'autres sub-

I

l est courant de lire qu’une alimentation déséquilibrée peut nuire à notre santé. On pense en premier lieu à une alimentation trop riche en graisses ou en sucre mais saviez-vous que certains aliments, de prime abord anodins, peuvent s’avérer particulièrement dangereux quand ils sont consommés en excès ou mal préparés ? Voici une liste de quelques aliments dont vous ne soupçonnez peut être pas encore la dangerosité. Ce petit fruit issu d’un arbre tropical est utilisé comme épice dans bon nombre de plats. En médecine, ses bienfaits sont reconnus pour traiter, par exemple, des problèmes respiratoires. En quantité minime, la noix de muscade aurait des effets psychotropes (hallucinations). Mais la noix de muscade peut s’avérer mortelle si consommée en trop grande quantité (au-delà de 20g). Elle entraîne alors convulsions, palpitations, nausées, déshydratation pouvant aller jusqu’au décès.

La noix de muscade

Les piments sont bien connus pour relever les plats et provoquer chez le consommateur des effets de chaleur et de picotements. Ces effets sont provoqués par l’un de leurs composants appelé capsaïcine. A haute dose, la capsaïcine peut provoquer douleurs d’estomac, démangeaisons et, dans les cas extrême, la mort. Pour la plupart des gens, la consommation de piments n’aura que des effets bénins mais une surconsommation de capsaïcine n’étant pas sans risque, il est préférable de rester raisonnable. La pomme de terre, aliment des plus courants dans notre alimentation, peut également devenir dangereuse pour notre santé dans certains cas. Saviezvous qu’elle faisait partie de la famille des solanacées ? Une famille qui compte parmi ses membres la Belladone, une plante reconnue pour sa haute toxicité pouvant entraîner la mort. Bien qu’elle soit beaucoup moins dangereuse que sa cousine, la pomme de terre contient néanmoins comme elle de la solanine, un composant chimique toxique à haute dose. La solanine peut entrainer des troubles digestifs et neurologiques. Pour limiter les risques d’ingestion en trop grande quantité de solanine, on évitera soigneusement de consommer des pommes de terre ayant germé ou ayant été exposées trop longtemps à la lumière vive (ce qui a pour effet une coloration verdâtre). La solanine étant hydrosoluble, une partie de cette substance sera dissoute dans l’eau de cuisson et une autre partie sera éliminée après épluchage. Ce poisson à l’allure sympathique qui gonfle comme un ballon quand il a peur est considéré comme un met délicat et luxueux, particulièrement au Japon. Dans ses entrailles se cache cependant un poison (la tétrodotoxine) bien plus mortel que le curare et sans antidote connu. Une mauvaise préparation de ce poisson peut entraîner une contamination de sa chair et ainsi provoquer l’empoisonnement de ceux qui la dégusteront (plusieurs décès sont d’ailleurs recensés à travers le monde). Au Japon, seuls les titulaires d’une licence spécifique délivrée par l’état (3 ans d’études) sont autorisés à le préparer. Le FUGU est donc le champion des aliments potentiellement mortels. Les champignons de Paris ou les champignons que vous achetez dans votre supermarché ne présentent aucun risque. Cependant, les amateurs de champignons le savent bien, plus d’une centaine d’espèces de champignons sont classés dans la catégorie «Dangereux pour l’homme». Certains ne provoqueront comme effets que des maux de tête ou des problèmes digestifs mais d’autres déclencheront des effets plus graves allant des convulsions jusqu’à la mort. Voilà pourquoi la règle consiste à adopter la plus grande prudence quand on part à la cueillette aux champignons et qu’il faut absolument s’abstenir d’en consommer lorsque le moindre doute sur sa nature apparaît. D’après le ministère de la santé, un millier de personnes sont victimes d’intoxications aux champignons chaque année.

Piments

stances acides, stimule la sécrétion de sucs stomacaux, dégradant les protéines du bol alimentaire. Quelques gouttes de citron sur vos viandes, œufs et légumes secs permettent ainsi d'en faciliter la digestion. Enfin, si le jus de citron améliore la digestion, il limite aussi les effets du dernier repas sur le taux de sucre sanguin, la glycémie. Or, la stabilité de ce taux est capitale pour perdre du poids.

Pommes de terre

Le calcium en compléments augmenterait le risque cardiaque

Piscines

Le chlore augmente le risque de cancer

U

L

Poisson FUGU

es comprimés de calcium sont couramment prescrits pour combattre l'ostéoporose et réduire le risque de fracture osseuse chez les femmes ménopausées. Mais une récente étude internationale suggère qu'ils pourraient augmenter le nombre d'infarctus. La prise de comprimés de calcium serait associée à une augmentation du risque cardiaque d'environ 25 à 30%, selon une étude publiée par le British Medical Journal (BMJ). Les résultats de cette analyse de onze essais incluant 12.000 personnes, suggèrent que l'ingestion de calcium dans le traitement de l'ostéoporose devrait être reconsidérée. Pour les auteurs de l'étude, les suppléments de calcium sont de toute façon probablement peu efficaces pour réduire les fractures osseuses. Ils n'influent pas sur la mortalité, estiment les chercheurs en relevant qu'au moins 20 % des patients âgés ayant souffert d'une fracture de la hanche décèdent dans l'année. En revanche, une alimentation plus riche en calcium n'a pas été associée à un risque accru de problèmes cardio-vasculaires.

ne forte exposition aux produits de désinfection des piscines, notamment au chlore, pourrait être associée à un risque élevé de cancer, selon une étude menée par des chercheurs espagnols, publiée dans l'édition du mois de septembre de la revue Environmental Health Perspectives. Ainsi, l'étude révèle un risque accru de cancer de la vessie chez les personnes qui fréquentent les piscines chlorées par rapport à celles qui n'y vont jamais. Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs espagnols ont analysé les échantillons d'urine, de sang et d'air expiré de 49 nageurs volontaires non-fumeurs avant et après une séance de natation de 40 minutes dans une piscine couverte et chlorée. Verdict, la concentration de quatre trihalométhanes, des sous-produits de désinfection, était sept fois plus élevée après la baignade. Les chercheurs ont également observé une transformation de nombreux biomarqueurs à l'issue de la séance de natation. "Nos résultats confirment le potentiel des effets génotoxiques de l'exposition aux produits de désinfection dans les piscines. Les effets positifs sur la santé acquis par la natation pourraient être augmentés en réduisant les risques potentiels pour la santé de l'eau des piscines", expliquent les principaux auteurs de l'étude.

Pour s'endormir plus vite, il faut compter les moutons
Faux. Ne vous amusez pas à imposer à votre cerveau une activité qui vous oblige à réfléchir juste avant de vous endormir. Car au contraire, pour trouver rapidement le sommeil, mieux vaut ne penser à rien.

Champignons

Les femmes perdent moins la mémoire que les hommes
Les hommes souffrent 1,5 fois plus que les femmes de troubles cognitifs légers que les femmes. Selon une étude publiée dernièrement dans Neurology, le journal de l'Académie américaine de neurologie, ces troubles de la mémoire sont à l'origine notamment de la maladie d'Alzheimer. L'étude a porté sur 2.050 personnes âgées de 70 à 89 ans dans la ville de Olmstead County, dans le Minnesota aux Etats-Unis. Elles ont été interrogées par des chercheurs, emmenés par le Dr. Ronald Petersen, de la Mayo Clinic de Rochester, sur l'état de leur mémoire et leur bilan de santé. Des tests sur leur mémoire et leurs capacités de réflexion ont par ailleurs été effectués. Les résultats de l'étude montrent que 14% des participants révèlent des troubles cognitifs légers, 10% de la démence. 76% d'entre eux présentaient une activité normale de la mémoire et de leurs capacités de réflexion. Une fois classés les patients par genre, les chercheurs ont trouvé que 19% des personnes touchées par des troubles légers de la mémoire étaient des hommes contre 14% des femmes. Autre constat, les personnes qui avaient un niveau scolaire bas ou qui n'étaient pas mariées, présentaient les taux les plus élevés de troubles cognitifs légers.

Mardi 15 Mars 2011

EL MOUDJAHID

Forum

17

Journée nationale des handicapés

Le président de l’Association contre les myopathies, M. Akli Aknine, Mme Bourouis Nacéra, conseillère au ministère de la Poste et des TIC, M. Damou Farouk, conseiller à l’ANSEJ, invités d’El Moudjahid

Le ministère de la Poste et des TIC, et l’ANSEJ, premiers recruteurs de handicapés
Par Tahar Mohamed Al Anouar

C

’est en présence de représentants du ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication et de l’ANSEJ, qu’a eu lieu hier au centre de presse d’El Moudjahid, une rencontre-débat, sur l’emploi et le handicap assurée par l’Association contre les myopathies que préside M. Akli Aknine. Mme Bourouis F. Z. Nacéra, conseillère au ministère de la Poste et des TIC, et M. Damou Farouk, conseiller à l’ANSEJ, ont rappelé chacun de son côté, les efforts des institutions qu’ils représentent en matière d’insertion professionnelle des handicapés. Cette rencontre a permis d’établir le lien grâce à la visio-conférence avec des représentants d’associations similaires à celle que préside M. Aknine. L’Association contre les myopathies est en partenariat avec des associations françaises pour un échange d’information et d’expériences. Le président de l’Association contre les myopathies, M. Aknine a rappelé les objectifs poursuivis par l’Association dont il est à la tête, qui consiste à favoriser l’insertion sociale des handicapés et notamment leur insertion sur le plan professionnel. La loi est claire à ce sujet puisqu’elle impose de laisser disponible au niveau des institutions, comme des entreprises, 1% de postes de travail au profit des handicapés. Cette disposition est pourtant loin de trouver une application sur le terrain. Les représentants français ont rappelé les difficultés rencontrées sur le terrain au sujet de l’insertion professionnelle des handicapés, en France, avant que la situation ne se normalise et que la loi devienne particulièrement contraignante. Intervenant à son tour, Mme Bourouis Nacéra, conseillère au ministère de la Poste et des TIC, souligne les efforts entrepris par l’institution qu’elle représente en faveur des handicapés, notamment au niveau d’Algérie Poste et d’Algérie Telecom, M. Abdelhakim Meziani, directeur de la communication à Algérie Telecom assistait à cette rencontre. Mme Bourouis a noté qu’en décembre 2009, il y a eu accord entre les ministères de la Poste et des TIC, et celui de la Solidarité nationale, pour l’installation de l’internet au profit des institution relevant de la solidarité nationale. Il y a une forte demande précise la représentante du ministère qui parle de e-citoyen, ou information de masse. Avec la bibliothèque nationale, il y a eu élaboration d’un programme au bénéfice des non-voyants, ou comment utiliser les TIC, à travers le braille. Avec e-Algérie, la communauté des handicapés a de quoi satisfaire ses besoins. M. Farouk Damou, conseiller au niveau de

c, Un laboratoire de diagnostition une nécessité pour la prévenyopathies aux m des handicaps moteurs liés

Ph. Nacéra I.

l’ANSEJ, a redit toute la disponibilité de l’institution qu’il représente en faveur des handicapés. Les dispositifs en faveur de l’emploi des jeunes, et en faveur de la création de micro-entreprises, le sont pour les handicapés aussi. L’ANSEJ, n’est pas la seule sur le terrain, comme chacun le sait, puisqu’on retrouve l’ANGEM et la CNAC. Le représentant de l’ANSEJ a rappelé l’évolution du dispositif en matière l’accès à l’emploi qui concerne donc l’ensemble de la population juvénile, en 2003, il y a le relèvement du seuil de l’investissement

passant de 5 millions de dinars à 10 millions de dinars. En 2008, le crédit bancaire a donné plus de facilitations pour la concrétisation des projets. C’est l’ANSEJ qui dépose le projet auprès des banques pour le financement. En 2009-2010, plus de 20.000 projets ont été concrétisés. On compte même 22.600 projets en 2010. L’évaluation des dispositifs a donné lieu à d’autres mesures, en matière de réduction de l’apport personnel. Pour les projets de 5 MDA, c’est 1%. Pour les projets évalués entre 5 et 10 millions de dinars, c’est 2%. Le délai de réponse au financement d’un projet sont fixés à deux mois. Il y a aussi une aide pour l’accès aux locaux pour les handicapés, l’aide de l’Etat est à taux zéro. Les dispositifs sont ouverts donc aux handicapés avec pour seule condition, mais valable pour tous, d’émettre une idée de projet et la capacité de gérer le projet. Nous

avons des jeunes handicapés qui réussissent dans la concrétisation des projets. On leur accorde un accompagnement personnalisé. Nous avons des handicapés moteurs, sourds-muets, visuels, qui ont pu créer des activités. Sur le rôle de l’association, M. Aknine rappelle que celle-ci a pour mission de sensibiliser, informer et recenser. La société civile doit être partie prenante, note l’orateur, dans la prise de décision pour ce qui concerne la communauté des handicapés, car beaucoup de problèmes demeurent en l’état. Dans le débat, il a été question de taux d’invalidité, c’est une direction de l’Action sociale qui fixe les taux, au vu de justificatifs médicaux. 80% des situations de handicap sont invisibles, notent dans leurs interventions, les correspondants français. S’agissant de l’insertion professionnelle, il y a en France aménagement de postes de travail en faveur des handicapés. Cette alternative existe aussi en Algérie. Il y a le temps partiel. S’agissant du secteur de la Poste et des TIC, en dehors des postes ouverts en faveur des handicapés, note Mme Bourouis, le secteur est riche en activités associatives et sportives. En réponse aux problèmes vécus par les handicapés, M. Aknine cite celui de l’accessibilité aux lieux publics qui est le plus sensible, puis celui de l’application des textes. Depuis 2005, notent les représentants d’associations françaises, une loi de 2005, oblige les municipalités à faciliter l’accès des handicapés en fauteuils roulants aux édifices publics les mêmes dispositions valent pour l’accès aux transports en commun, cela étant, disent les mêmes représentants, il faut reconnaître que les pays scandinaves sont réellement en avance dans les mesures prises en faveur des handicapés. T. M. A.

Mardi 15 Mars 2011

30

Vie Quotidienne
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 10 Rabi’ El Thani 1432 correspondant au 15 mars 2011 : — Dohr...............….....12 h 57 — ‘Asr.........................16 h 20 — Maghreb................. 18 h 58 — ‘Icha....................... 20 h 16 Mercredi 11 Rabi’ El Thani 1432 correspondant au 16 mars 2011 : — Fedjr....................... 05 h 32 — Chourouk................ 06 h 58

EL MOUDJAHID

Naissance
Les familles BOUTEBA et ABDESSELEM sont très heureuses d’annoncer la naissance le 11 mars 2011 d’un joli poupon prénommé souhaitent un prompt rétablissement à la maman, longue vie au bébé et félicitations à l’heureux papa Merouan

BOUTEBA Ahmed Abderrahmane

Pensée
Cela fait deux années que nous a quittés à jamais notre chère et regrettée BOUZAGHOU Lilia survenue le 7 mars 2009. En ce triste événement, les familles BOUZAGHOU et DOB demandent à tous ceux et celles qui l’ont connue d’avoir une pieuse pensée en sa mémoire Repose en paix Lilia

Condoléances

Condoléances

Le directeur général, le président du Conseil scientifique, les professeurs chefs de service et l’ensemble du personnel médical, paramédical, administratif et technique du CHU de Béni Messous, présentent au Professeur A. BENSENOUCI (chef de service de la Pédiatrie “B”) leur sincères condoléances suite au décès de son père.

Très affectés par la perte de leur collègue

CHIHA Boualem
décédé le vendredi 11 mars 2011, le président du directoire de la SGP ATC ainsi que l’ensemble du personnel, présentent leurs sincères condoléances à l’ensemble de la famille du défunt en lui assurant leur plus complet soutien. Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub

Que Dieu le Tout-Puissant accueille le défunt en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub ANEP 846729 du 15/03/2011

Condoléances

Condoléances
Le président du Conseil d’administration, les administrateurs, le président du comité de participation, le secrétaire général du syndicat de l’entreprise, les directeurs centraux, les assistants, les directeurs d’agences ainsi que l’ensemble du personnel de NASHCO Spa profondément touchés par le décès de

Profondément attristés par le décès de

FOUGHALI Mokhfi
(directeur gérant de l’EDIMMA de Tlemcen) le président-directeur général, les cadres dirigeants, les partenaires sociaux et l’ensemble des travailleurs de PMA Trading, présentent à la famille du défunt leurs sincères condoléances et prient Dieu le Tout-Puissant d’accueillir le défunt en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub ANEP 844583 du 15/03/2011
BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 CONSTANTINE : Route de Sétif 7e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

HABCHI Chérif
(frère de M. HABCHI Hamid, assistant du directeur général de CNAN GROUP) présentent à ce dernier ainsi qu’à toute sa famille leurs condoléances les plus sincères et les assurent en cette pénible circonstance de toute leur compassion. Que Dieu le Tout-Puissant accueille le défunt en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub
ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38

ANEP 844600 du 15/03/2011

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AÏN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-EURL au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Directeur de la publication - Gérant

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial: 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

Abdelmadjid CHERBAL
Directeur de la rédaction

Larbi TIMIZAR
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

Mardi 15 Mars 2011

Eliminatoires CAN 2012 : Les "23" connus

COUPE D'ALGÉRIE (1/8es de finale)

Retour de Ziaya, Chaouchi, Abdoun, Ghezzal et Belhadj
Un certain ESS-CAB

L

a sélection nationale de football se prépare à affronter ce 27 mars son homologue marocain dans le cadre de la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2012 organisée conjointement par le Gabon et la Guinée équatoriale. Pour cette importante échéance, Benchikha, le sélectionneur national a été contraint d'apporter quelques changements sur sa composante, eu égard au fait que certains joueurs ne jouent pas avec leurs clubs respectifs et que d'autres, par contre, traversent une forme éblouissante. Il vient de communiquer officiellement sa liste des "23" joueurs qui auront l'insigne honneur d'affronter ce 27 mars, au stade du 19Mai 56 d'Annaba, leur homologue du Maroc. De sa première liste des "19" convoqués pour jouer le match amical contre la Tunisie avant d’être annulé, on constate la non-convocation de Halliche, Karim Matmour, Amri Chadli, Benyamina et Walid Mesloub. Il a confirmé les retours de Ziaya, Abdoun, Ghezzal, Belhadj. Parmi joueurs du cru, Benchikha a ramené cinq joueurs de l'ESS, un du MCA et un de la JSMB. Il s'agit de Zemmamouche, Chaouchi, Meftah, Lemouchia, Metref, Djabou et Hadj-Aïssa. Comme cette rencontre contre le Maroc se jouera physiquement et tactiquement, Benchikha, le moins que l'on puisse dire, et qu'il aura besoin de joueurs prêts. Comme ces ren-

contres officielles ne vous donnent pas assez de temps pour bien se préparer, il faudra disposer de joueurs compétitifs immédiatement. Quel que soit le sélectionneur national, il ne pourra pas bénéficier de ses joueurs comme bon lui semble. Les retours de Belhadj, Abdoun, Ghezzal, Ziaya ne peuvent que redonner plus de confiance au groupe. Ces joueurs ne pourront que se donner à fond pour permettre à l'EN A de repartir du bon pied. Par conséquent, les joueurs de l'EN et notamment les "pros" arriveront à Annaba à partir du 20 mars. C'est-à-dire à peine six jours pour préparer cette importante échéance contre le Maroc. Il faut dire que les deux équipes sont à la même enseigne, même si l'EN pour des aléas indépendants de la volonté des uns et des autres a vu son match amical contre la Tunisie (le 9 février dernier) annulé à la dernière minute. Ce qui n'avait pas permis au coach national, Benchikha de bien jauger son groupe. En dépit de tout, les "Verts" sont appelés à faire l'impossible pour l'emporter et maintenir l'espoir de se qualifier pour la phase finale. Le coach national, Abdelhak Benchikha rejoindra Annaba dès ce jeudi. C'est-à-dire 24 h après avoir organisé, à la salle des conférences du stade du 5-Juillet, son habituelle conférence de presse

d'avant-match. Il aura donc à s'expliquer sur ses choix et aussi la non-convocation de quelques joueurs "pros" comme Halliche, Benyamina, Mesloub, Amri Chadli et Matmour. Il parlera également de cette équipe marocaine où il étalera ses forces et faiblesses, même si les grandes lignes, il les gardera pour lui. Il est certain que le fait qu'ils ne jouent pas dans leurs clubs avait joué en leur défaveur. Toujours est-il, Benchikha est vraiment dans le vif du sujet. Il doit penser à la stratégie qu'il va appliquer ce 27 mars pour contrer cette équipe marocaine d'Eric Gerets le Belge. Cette dernière arrivera à Annaba le jeudi 24 mars. Elle descendra à l'hôtel Rym ElDjamil. Il est certain que seule la victoire intéressera les "Verts". Benchikha fera tout pour y arriver ! H. Gharbi Les sélectionnés : M'bolhi, Chaouchi, Zemmamouche, Bougherra Madjid, Bouzid Ismaïl, Mehdi Mostéfa, Mesbah Djamel, Belhadj Nadir, Medjadi, Antar Yahia, Lacen Mehdi, Hassen Yebda, Ziani Karim, Boudebouz Ryad, Djebbour Rafik, Abdoun Kamel, Ghazzel Abdelkader, Ziaya, Lemouchia, Djabou, Hadj Aïssa, Meftah, Metref

M. Moncef Belkhayat, ministre marocain de la Jeunesse et des Sports

Satisfait des conditions d’installation
"Entièrement satisfaits des installations à Annaba" La sélection marocaine de football sera mise dans "les meilleures conditions" lors de son séjour à Annaba, en vue du match face à l'Algérie prévu le 27 mars au stade du 19 mai, pour le compte de la 3è journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012, a indiqué hier le ministre de la jeunesse et des sports marocain, M. Moncef Belkhayat. "Nous sommes entièrement satisfaits des installations qui seront mises à la disposition de la sélection lors de son séjour à Annaba. Je suis persuadé que l'Equipe nationale du Maroc sera dans les meilleures conditions. Nos frères algériens n'ont pas lésiné sur les efforts pour garantir un meilleur accueil", a-t-il indiqué la Radio Algérie internationale. La délégation marocaine est attendue le 25 mars à Annaba, soit à 48 heures de la rencontre, rappelle-ton. Appelé à se prononcer sur ce derby maghrébin, le premier responsable du sport au Maroc, estime que ce rendez-vous sera une vraie fête de football. "En dehors de l'enjeu de cette rencontre, nous allons assister à une vraie fête de football où le fair-play sera de mise. Nous sommes avant tout voisins, et je suis certain que le rendez-vous de Annaba, et celui au Maroc, seront caractérisés par une grande sportivité sur le terrain et dans les gradins", a-t-il ajouté. Au terme de la 2e journée, l'Algérie partage la 3e place au classement du groupe D des éliminatoires de la CAN-2012 avec la Tanzanie (1 point), alors que le Maroc et la Centrafrique sont co-leaders avec 4 points chacun.

ujourd'hui, la coupe d'Algérie attirera l'intérêt des "puristes", eu égard aux affiches qu'elle nous présentera. C'est ainsi que le match qui aura pour cadre le stade de Saïda, entre le MCS et l'ASO, attirera toute l'attention des "fans" des deux équipes. Il est certain que l'avantage du terrain aura son importance. Chez-eux, les Saïdis avaient déjà éliminé un pensionnaire de la Ligue1, l'USMA (0 à 0) aux tirs au but. Face à l'ASO, le leader actuel de la Ligue1, les choses ne se joueront pas de la même manière, car l'ASO, qui avait lui aussi éliminé le WAT (2 -0), ne sera pas aisé du fait qu'il est un spécialiste de "dame Coupe". On risque d'aller aux prolongations. A Tizi-Ouzou, la JSK, qui a empoché quatre Coupes d'Algérie, recevra une équipe d'El-Eulma pas facile à manier depuis l'arrivée à la barre technique de Abdelkrim Bira. Le dernier match entre les deux équipes, qui a eu lieu à Tizi-Ouzou, en championnat national de Ligue s'était soldé sur le score de 3 à 2. Par conséquent, cette empoignade entre les deux équipes sera encore une fois indécise, même si le fait de jouer à domicile sera un atout certain pour les "Canaris". A Sétif, le face-à-face entre l'ESS et le CA Batna sera un peu comme la finale de la Coupe d'Algérie de la précédente édition où l'ESS l'avait emporté, au stade du 5-Juillet sur le score de 3 à 0. Cette rencontre, qui aura lieu en semi-nocturne, sera certainement à l'avantage des poulains de Delacasa, le coach italien, mais... Les Harrachis auront fort à faire, à Bejaia, contre l'autre équipe béjaouie, le MOB, une équipe qui évolue en championnat national amateur. Ce match devait se jouer mercredi avant d'être reprogrammé pour aujourd’hui après le report du match JSMB-MCA (25 mars) à cause de la participation du MCA à la Ligue des champions d'Afrique face au Dynamos du Zimbabwe. Les Béjaouis du mouloudia qui ont atteint pour la première fois de leur histoire les huitièmes de finale de la Coupe d'Algérie, ne veulent pas s'arrêter en si bon chemin. Ils vont donc tout faire pour éliminer les Harrachis. Toutefois, il faudra s'attendre à une grosse réplique de la part des banlieusards qui affectionnent énormément cette compétition. Les Oranais du MCO ont "tiré" l'USMAB, une équipe du championnat national amateur. Certes, le MCO ne va pas faire dans la dentelle, mais rien en sera facile pour eux, surtout que l'USMAB avait éliminé l'US Biskra au tour précédent. Le CR Belouizdad a eu beaucoup de chance en recevant dans son fief du 20-Août une équipe d'Inter-régions, le N.Tadamoun Souf. A priori, cette rencontre est assez déséquilibrée, mais...Il est évident que les gars de Oued Souf joueront sans pression du fait qu'il appartient aux locaux de faire le jeu. Ils peuvent donc en profiter pour réussir une très bonne performance. C'est une très bonne équipe qui possède un groupe capable de surprendre les Belouizdadis qui ne doivent pas les sous-estimer. Enfin à Merouana, l'ABM aura face à lui l'autre équipe d'Inter-régions, le CRB Hennaya de Tlemcen. Les gars de Merouana seront favoris, mais attention à cette équipe tlemcénienne qui ne veut pas connaître son terminus. Toujours est-il, le CRB Hennaya est décidé à jouer crânement ses chances. Notons que JSMB-MCA a été reporté au 25 mars à Bejaia à 15h. H. Gharbi PROGRAMME : Aujourd'hui (14 h 30) : A Merouana : ABM-CRB Hennaya A Saïda : MCS-ASO Au 20-Août : CRB-N.Tadamou Souf A Sétif (18 h) : ESS-CAB A Bejaia : MOB-USMH A Tizi-Ouzou : JSK-MCEE A Aïn-Beïda : USMAB-MCO JSMB-MCA reporté au 25 mars (15 h)

A

3e but de Rafik Djebbour avec l'Oympiakos
L'attaquant international algérien de l'Olympiakos Le Pirée, Rafik Djebbour, a inscrit dimanche soir son troisième but de la saison avec son nouveau club, lors de la défaite face au PAOK Salonique (2-1), pour le compte de la 26e journée du championnat de Grèce de première division de football. L'international algérien permettait à son équipe de bien entamer la rencontre, en ouvrant le score à la 12', après un raid en solitaire, conclu victorieusement. Koutsianikoulis (45') et Vitolo (s.p., 71') ont renversé la vapeur en faveur du PAOK, qui s'est imposé à la fin (2-1). Une défaite qui ne porte pas préjudice à l'Olympiakos, largement leader (64 points), qui compte dix points d'avance sur son dauphin, le Panathinaikos (54 points). Avec l'AEK Athènes, son ancien club, Rafik Djebbour avait réussi à inscrire six buts lors de la phase aller, avant de rejoindre l'Olympiakos durant le mercato pour un prêt de six mois avec option d'achat de deux années. Djebbour fera partie des joueurs qui seront retenus par le sélectionneur national, Abdelhak Benchikha, en vue du match face au Maroc, prévu le 27 mars à Annaba, pour le compte de la 3è journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012.

Ligue 2

Le MSPB et le CSC perdent par pénalité
Le match MSPB-CSC programmé pour le compte de la 17e journée de la Ligue 2 au stade Opow de Batna ne s'est pas joué après l'éclatement de bagarres entre les deux galeries. L'arbitre était contraint après avoir attendu plus d’une heure et demi de ne pas faire jouer ce match, eu égard à l'ambiance électrique qui avait sévit ce jour-là. La commission de discipline de la LFP n'a pas attendu longtemps pour prononcer sa décision. Pour ne léser personne, elle vient de frapper fort en sanctionnant les deux équipes coupables à ses yeux de ces dépassements. Elle vient, en effet, de donner match perdu par pénalité pour les deux équipes tout en les sanctionnant de quatre matchs à huis clos pour chaque équipe et une amende de 15 millions de centimes pour chaque club. Il s'agit d'une sanction qui a pris en ligne de compte le fait que les deux clubs sont responsables, à travers leur galerie respective, des incidents regrettables qui se sont produits ce jour-là. Il est certain qu'une telle sanction va obliger les "fauteurs" futurs d'éviter d'en arriver là en sensibilisant comme il se doit leurs supporters. Hamid G.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful