MASTER 1, Carrières judiciaires. Droits de l·Homme.

1 PETIT Elodie 2010/2011

M1 Droit privé, Carrières judiciaires. Semestre 2 Cours de M. Georgopoulos.

DROITS DE L·HOMME
judiciaires. Droits de l·Homme. 2

MASTER 1, Carrières

C·est pour ces raisons que de manière globale que le bilan du Conseil de l·Europe reste relativement modeste en comparaison avec le bilan des CE aujourd·hui UE. C·était une recette bien différente de celle proposée par Robert Schuman à savoir l·Europe communautaire. de recherche Il a été créé en 1949.INTRODUCTION La protection assurée par la CEDH est étroitement liée au contrôle et à la protection assurée par les juridictions nationales. C·était un plan d·unification du continent européen à peine sortie de l·expérience néfaste de la 2GM. Il n·a pas révolutionné le continent européen mais ce n·est pas un échec. Elle a été créée par la « Convention de Sauvegarde des Droits de l·Homme et des Libertés Fondamentales ». . 3   . Celui du Conseil de l·Europe qui avait une vision plus classique consistant en la mise en place de certaines institutions européennes afin de promouvoir des objectifs politiques.Comment et dans quelles conditions les règles de la convention sont protégées par la voie juridictionnelle au niveau européen et national ? . C·est une protection subsidiaire dans la mesure où il appartient au juge national. Traité Lisbonne) dont le siège est à Luxembourg. Ces objectifs sont le renforcement des droits de l·homme.Quelles sont ces libertés et droits garantis par la CEDH de 1950 ? C·est à Strasbourg que siège la Cour Européenne des Droits de l·Homme qui ne doit pas être confondue avec la CJUE (depuis le 1er décembre 2009. il ne disposait pas de moyens à la hauteur de ces objectifs. Cette Convention a été négociée et signée au sein du Conseil de l·Europe. Les ambitions du Conseil de l·Europe étaient plus grandes mais contrairement aux CE. Droits de l·Homme. du dialogue politique entre Etats européens et des actions en matière d·éducation. Carrières judiciaires. MASTER 1. au juge des Etats membres signataires de la CEDH d·assurer la protection effective de droits garantis par cette convention. Il y avait deux projets d·unification de l·Europe : Celui des Communautés européennes consistant à rapprocher les peuples par la mise en place d·intérêts communs surtout dans le domaine économique pour accéder progressivement à une unification politique. signée à Rome le 4 novembre 1950. Le Conseil de l·Europe est une organisation internationale à caractère régional qui a pour vocation l·unification politique du continent européen. de la démocratie.

Les 27 Etats membres de l·UE sont tous membres de la CEDH. 4 . la Russie. C·est une procédure praticable car le nombre de recours individuels reçus par la CEDH dépassent le chiffre de 40 000 par an. c·est aussi sa menace la plus importante de son efficacité. Le Président de la CEDH est Jean Paul Costa. La CEDH n·est pas le seul pilier en matière de protection de droits de l·homme. Au niveau européen. Face à cette pression le système des protections garantis par la Cour est obligé de se réadapter régulièrement. Il est rare que les personnes physiques ou morales brisent cet écran pour accéder directement au prétoire du juge international. Par ailleurs. Ce n·est pas une banalité au niveau international car l·accès à la justice est réservé aux Etats et organisations internationales. La Suisse en fait également partie. il faut ajouter comme élément de succès de ce mécanisme de protection le grand nombre d·Etats signataires de cette convention. De surcroit. Au niveau des droits et libertés garantis. Certains Etats comme l·Arménie. Il s·agit d·une possibilité très réglementée parfois rendue pratiquement impossible. Ce nombre n·est pas uniquement fait du succès de la CEDH. le recours au mécanisme individuel. C·est en tant que membre de la convention que ces Etats font l·objet d·un contrôle de la part de la Cour sur la base de la Convention de 1950. la CEDH a été enrichie par des protocoles additionnels ultérieurs couvrent quasiment l·ensemble des droits et libertés fondamentaux garantis au niveau national ou international. si le juge national n·a pas pu assurer au préalable cette protection. Aucun autre texte ni au niveau du Conseil de l·Europe ni au niveau international n·a offert un système aussi aboutit de protection des libertés et des droits fondamentaux par un juge international. C·est la possibilité pour un individu d·accéder directement au juge international pour faire valoir ses droits tels que garantis par la CEDH. Ce qui rend le mécanisme de la CEDH vraiment original et qui est à la fois la preuve et la garantie de son succès est sa procédure. conseiller d·Etat depuis 2006. la Turquie qui ne sont pas membres de l·UE ont été condamnés par la Cour.A ce bilan. La CEDH est victime de son succès. Ils sont 47 Etats membres. Carrières judiciaires. il y a une exception emblématique : la contribution du Conseil de l·Europe en matière de droits de l·homme. Droits de l·Homme. D·autres textes et d·autres conventions ont été élaborés avec le soin du Conseil de l·Europe allant dans le sens de protection de droits fondamentaux au niveau internationale : La convention cadre relative à la protection des minorités internationales de 1995 . le texte conventionnel relatif à la protection des droits de l·enfant ou en matière d·éducation. sous conditions strictes il est possible juridiquement de demander au juge international une protection juridictionnelle en cas de violation des règles de la CEDH. le texte de la convention a été interprété au fur et à mesure de manière large voir audacieuse par la Cour dans un souci d·effectivité et d·efficacité. MASTER 1.

Cette disposition reste symbolique. La Cour est composée de nombre égal de juge à celui des Etats parties à la Convention.Article 51 CEDH accorde des immunités très étendues aux membres de la juridiction. La règle n·est pas nécessairement un juge par nationalité. La Cour est en place depuis 1959 après que huit Etats aient accepté sa juridiction. 5 . Exemple : En ce qui concerne le juge du mini Etat de Saint Marin. Ainsi deux Italiens siègent au sein de la juridiction européenne. Droits de l·Homme. Carrières judiciaires. les juges ne doivent pas contrôler ou siéger au nom d·un Etat quelconque. Selon l·article 21 § 2 CEDH. Ainsi elle comporte 47 juges. les juges même s·ils sont proposés par les Etats siègent à titre individuel.Article 21 § 3 CEDH dispose que « pendant la durée de leur mandat. La CEDH fixe un statut spécifique pour les membres de la juridiction : .Article 21 § 1 CEDH précise quelles sont les conditions d·exercice de juge. . Il est précisé que « les juges doivent jouir de la plus haute considération morale et réunir les conditions requises pour l·exercice de hautes fonctions judiciaires ou être des jurisconsultes procédant une compétence notoire ». c·est un Italien qui siège en tant que juge de cet Etat. Il se peut qu·un Etat propose qu·on juge quelqu·un qui n·a pas la nationalité de cet Etat.LA PROCEDURE A) L·organisation de la Cour. . MASTER 1. Afin d·exercer les fonctions de contrôle et de jugement des Etats par rapport aux exigences de la CEDH. 1) Les membres et les services de la Cour. les juges ne peuvent exercer aucune activité incompatible avec les exigences d·impartialité ou de disponibilité requises par une activité exercée à plein temps ».

6 . Les juges sont élus par l·assemblée des Etats signataires du Conseil de l·Europe à la majorité des voies exprimées. cela est considéré comme un coup franc à l·indépendance des juges. Concernant les services de la juridiction européenne : La Cour dispose d·un service de greffe qui jouit d·une grande autonomie par rapport aux autres institutions du Conseil de l·Europe. Plus précisément. Cette pratique risque de déstabiliser l·autorité de la juridiction. D·autres services n·ont pas une importance directe. juridique et politique. En l·espèce. Carrières judiciaires. Quant à l·indépendance collégiale de la Cour : Il y a des garanties permettant de protéger. une certaine démocratisation de la fonction juridictionnelle car chaque juge peut s·exprimer librement. la Cour internationale de justice. la Cour établit elle-même son règlement intérieur et fixe sa procédure conformément à l·article 26 CEDH. Chaque juge peut soit joindre à l·arrêt son opinion dissidente où il explique son désaccord avec la majorité ou son opinion individuelle concordante où il argumente dans le sens du dispositif retenu par la majorité mais les motifs sont sensiblement différents. chaque Etat membre présente une liste de trois candidats. que fonction. d·assurer l·indépendance non pas des membres de la juridiction mais de la juridiction en tant qu·institution. Le juge peut empêcher les opinions dissidentes ou individuelles au Cour de l·arrêt rendu par la juridiction. Concernant la limite d·âge. il y a une certaine indépendance. Elle décide aussi librement de l·élection de son Président et de son vice président. le mandat des juges s·achèvent dès qu·ils atteignent l·âge de 70 ans. Conformément à l·article 23 § 6 CEDH. La juridiction délibère de manière secrète et la Cour statue à la majorité. C·est un problème récurrent dans les juridictions internationales telles que la CJUE. Concernant la nomination des juges : Les juges sont tenus pour six ans avec un renouvellement partiel tous les trois ans mais avec une possibilité de réélection. Il n·y a aucune possibilité de demander le changement du juge ou d·être suspendu pour une période limitée ou pour le jugement d·une affaire. La Cour est permanente. Les greffiers adjoints sont élus pour 5 ans. En fait. Droits de l·Homme. Cela permet d·enrichir la doctrine et d·avoir une vision plus large des différentes questions qui se posent et renforce le dialogue scientifique. car la possibilité de réélection est potentiellement un élément susceptible de rendre les membres de la juridiction un peu plus clément car ils y verront là leur réélection. être entendu sans être dissimulé derrière la position de la majorité. La voie de la contestation est ouverte. En effet. il y a une règle stricte. MASTER 1. Ils s·expriment librement à partir de cette liste.

C·est l·assemblée plénière de la Cour. 7 ¡ . les aident à préparer. Si ces deux conditions sont réunies. Dans un souci d·impartialité de la juridiction le juge unique ne peut statuer sur les requêtes introduites contre l·Etat au titre duquel il a été élu. Les décisions sur la recevabilité et les arrêts du comité sont définitifs et ne peuvent pas faire l·objet d·une procédure de réexamen par la grande chambre. La formation administrative est appelée la Cour unique.Ce qui est important est la présence de référendaires qui sont des assistants qui aident les juges dans leurs fonctions.Il peut à l·unanimité déclarer la requête recevable et statuer au fond. Le référendaire au sein de la CEDH bénéficie d·une stabilité plus importante que leurs collègues au sein de la CJUE. Ils sont des agents. La première formation contentieuse est celle du juge unique. 2) Les différentes formations de la Cour. Droits de l·Homme. Il a pour fonction de rejeter une requête individuelle manifestement irrecevable. A défaut d·unanimité. MASTER 1. Il a une double compétence : . il faut que l·affaire fasse l·objet d·une jurisprudence bien établie de la Cour. Il s·agit d·un filtre permettant de rejeter un très grand nombre de requêtes individuelles qui n·arrivent pas à passer ce premier contrôle de recevabilité. Si la requête passe cette première étape : La deuxième formation contentieuse est le comité des trois juges. constitution des chambres ou adoption du règlement intérieur Elle ne pourrait exercer une fonction contentieuse car il n·est pas possible de juger une affaire par 47 juges. S·il considère que la requête individuelle n·est pas manifestement irrecevable. Carrières judiciaires. Il y a une formation non contentieuse ou administrative et 4 formations contentieuses. . l·affaire est renvoyée en chambre. des fonctionnaires du Conseil de l·Europe. le comité des trois juges déclarent la recevabilité de la requête et jugent sur le fond. Le juge élu au titre de l·Etat partie au litige n·est pas membre de droit du comité des trois juges à moins que l·Etat concerné ne conteste l·emploi de cette procédure simplifiée. Mais pour ce faire. président de la chambre. elle est transmise à un comité ou à une chambre pour examen complémentaire. Selon les années. Ils ne peuvent pas être renvoyés sauf en cas de faute professionnelle. Elle n·exerce que les tâches administratives : élections du président de la Cour. Ils ne sont pas affectés à un juge déterminé mais font partie du greffe et jouissent de certaines immunités. 40 à 60 % des requêtes individuelles sont rejetées au niveau du juge unique. instruire les affaires. L·apparition du juge unique dans la juridiction européenne a été imposée afin de mieux gérer le nombre croissant des requêtes individuelles présentées à la Cour.Il peut à l·unanimité rejeter une requête individuelle manifestement irrecevable. greffier .

Carrières judiciaires. Sa composition doit assurer un équilibre à la fois géographique et entre les différents systèmes juridiques contractants. Il existe deux types de compétences. En effet. Nécessairement siège en son sein le président de la Cour. 1) La compétence consultative. 8 . Souvent la composition varie d·une affaire à l·autre. à savoir quelqu·un qui n·est pas membre de la juridiction lorsque les spécificités de l·affaire l·exigent. les deux vices présidents et le juge élu au titre l·Etat partie au litige. Pour chaque affaire. Plusieurs propositions ont été faites afin de permettre aux juridictions nationales (notamment celles constitutionnelles) de poser une question à la Cour sur des questions d·interprétation des dispositions de la CEDH. C·est l·organe politique du Conseil de l·Europe où siègent les ministres de tous les Etats MASTER 1. En dépit des différentes révisions de la CEDH ces propositions n·ont pas été retenues. Elle est attribuée à la Grande Chambre conformément à l·article 31 CEDH. De même. elle est constituée pour 3 ans. peut être réexaminé. la demande d·avis consultatif ne peut émaner que du comité des ministres. Le réexamen ressemble plutôt à l·appel d·une loi nationale. La Grande chambre est composée de 17 juges. De nouveau la pertinence des moyens de droit ou de fait ayant déjà fait l·objet d·un examen. Mais à plusieurs reprises le juge ad hoc a conclu avec la majorité de la chambre à une violation de la convention à l·Etat qui l·avait proposé comme juge ad hoc. La compétence consultative de la Cour reste inchangée depuis sa création en 1950. l·affaire est renvoyée la chambre : Il existe des chambres de sept juges qui sont les formations ordinaires de jugement.Au défaut d·unanimité. la chambre des sept juges comprend un Président et si le juge élu au titre de l·Etat partie au litige. peut être nommé un juge ad hoc. B) Les compétences. La seule compétence consultative de la CEDH est basée sur les articles 47 à 49 qui consistent à rendre des avis consultatifs mais il s·agit d·une compétence très réduite. Droits de l·Homme. L·institution du juge ad hoc et l·indépendance des juges sont difficiles à concilier car le juge ad hoc est proposé par l·Etat concerné. les chambres de sept juges sont compétentes pour trancher des requêtes étatiques. compétentes pour statuer sur la recevabilité et sur le fond des requêtes individuelles si ces dernières n·ont pas été tranchées par le juge unique ou par le comité des trois juges. .Sa fonction principale est de veiller à la cohérence et à la continuité de la jurisprudence de la Cour.Sa compétence la plus importante est de se prononcer sur des demandes de réexamen d·un arrêt rendu par une chambre conformément à l·article 43 CEDH. .

Désormais. La seule hypothèse qui a permis l·application de cet article 47 CEDH était un avis consultatif rendu le 2 juin 2004. la compétence de la Cour n·était que facultative. Un Etat pouvait adhérer à la CEDH. De surcroit. un seul cas de véritable avis consultatif est recensé. la compétence consultative exercée par cette Cour réunissant plusieurs Etats du continent américain. Droits de l·Homme. Selon l·article 32 CEDH. il aurait fallu au préalable accepter par le biais d·une déclaration unilatérale la compétence contentieuse de la Cour. sa compétence est pleinement obligatoire pour tous les membres de la CEDH. Plusieurs Etats tout en étant membre ne reconnaissaient pas sa compétence. L·adhésion à la CEDH emporte par elle-même reconnaissance de la compétence obligatoire de la Cour. Cette demande d·avis doit porter sur une question juridique concernant l·interprétation de la Convention et des 7 protocoles. la protection du foetus. La demande avait pour objet de savoir si la commission instituée par la CEDH de la Communauté d·Etats indépendants (CEI) ratifiée notamment par la Russie pouvait avoir un rôle complémentaire à jouer dans la protection des droits de l·homme par rapport à la CEDH. Cela parait assez large. partie à un litige devant elle. MASTER 1. d·une interprétation par la voie contentieuse ne peut faire l·objet de l·avis consultatif. Carrières judiciaires. la compétence contentieuse de la Cour s·exerce dans sa plénitude. En comparaison avec la Cour américaine des droits de l·homme. Après plus de 50 ans de fonctionnement de la Cour. La Cour se réserve par ailleurs le droit de reformuler les questions. Cela signifie que toute question liée même de manière indirecte à l·application de dispositions de la convention peut faire l·objet d·un contrôle de la part de la Cour. Le comité des ministres avaient demandé un avis consultatif à la Cour qui s·est déclarée incompétente. Selon cette disposition l·avis consultatif ne peut porter sur le contenu ou l·étendue de droits garantis ni sur les questions dont la Cour pourrait avoir à connaitre par suite de l·introduction d·un recours. La Cour en s·appuyant sur l·article 47 § 2 a refusé de répondre à la question. 2) La compétence contentieuse. Tout ce qui peut faire l·objet d·un contrôle. la compétence de la Cour s·étend à toutes les affaires concernant l·interprétation et l·application de la Convention et de ses protocoles additionnels. les griefs présentés par le requérant et même le droit d·examiner d·office si besoin des questions liées à l·ensemble de la CEDH.membres du Conseil (47). reconnaitre ses droits matériels mais pour pouvoir être jugé par la Cour. 9 . a permis d·avoir des réponses essentielles sur des questions telles que la peine capitale. Cette affirmation qui semble être une évidence met fin à une situation embarrassante car dès l·apparition de la Cour jusqu·en 1998. cependant l·article 41 § 2 CEDH réduit de manière drastique la compétence consultative.

Concernant l·intérêt à agir : Pour introduire un recours recevable en tant qu·Etat. Il y a eu à peine 13 requêtes depuis la création de la CEDH. Pour ce qui concerne ces requêtes. Souvent. Droits de l·Homme. Exemples : La requête de l·Autriche contre Italie en 1960 concernant les problèmes de minorité entre ces deux Etats. La requête de Chypre contre la Turquie concernant l·intervention militaire dans la partie nord de l·île. Dans ce cas de figure.Arrêt Handyside c/ RU 7 décembre 1976 : la CEDH a clairement établi et affirmé sa compétence d·examiner d·office des questions non soulevées et liées à l·interprétation et l·application de la CEDH. L·Etat qui saisit la Cour. Carrières judiciaires. De manière générale. Il y a deux types de recours devant la CEDH en fonction des requérants. C) La saisine. la juridiction a la compétence. Il est prévu par l·article 33 CEDH que « tout Etat contractant est autorisé à saisir la Cour pour tout manquement à la CEDH commis par un autre Etat partie ». Il ne s·agit pas de véritables problèmes de droits de l·homme mais plutôt des problèmes politiques. La requête de l·Irlande contre le RU en 1971 concernant le problème de l·Irlande du Nord. Pays Bas et Turquie pour dénoncer les régimes militaires au pouvoir en 1982. les affaires sont plutôt 7 ou 8 requêtes tournées contre un Etat avec le même objectif. MASTER 1. Il faut que l·Etat requérant et la partie défenderesse doivent être signataires de la CEDH. l·Etat décide de saisir la CEDH afin de protéger ses propres nationaux victimes ou prétendus victimes d·une violation de leurs droits garantis par la CEDH. La requête de la Grèce contre les pays scandinaves. Il s·agit d·une sorte d·action publique. 10 . Il appartient à la Cour de répondre à toute question concernant sa propre compétence ce qui lui donne un pouvoir non négligeable lorsqu·elle accepte ou refuse de trancher une question. Par ailleurs. le pouvoir de décider sur le point de savoir si elle est compétente. le nombre de requêtes interétatiques est très limité. 1) Le recours interétatique. il s·agit plutôt de mécanismes de résolution de différends relevant du droit international. la soumet d·une question qui est censée toucher à l·ordre public européen. il n·est pas nécessaire de prouver une violation de droits ou des intérêts propres à cet Etat requérant.

37 % des requêtes enregistrées contre le France dans les années 1980 et 1990 ont été déposées par des étrangers. C·est l·article 34 CEDH qui reconnait le droit à la saisine individuelle. Exemple : Dans l·affaire du 8 mars 1962. les victimes d·une violation plutôt que de saisir la Cour. Droits de l·Homme. quelque soit les motifs de la condamnation. Chypre c/Turquie. la CEDH est allée jusqu·au bout ce qui montre le caractère marginal du recours interétatique : Arrêts 18 janvier 1978. 2) Le recours individuel. tout organisme non gouvernemental et tout groupe de particulier. Elle peut avoir droit à un recours individuel devant la CEDH. les aliénés peuvent s·adresser à la Cour même sans être représenté par les tuteurs ou curateurs de manière autonome. Carrières judiciaires. environ 97 % sont irrecevables. L·article 34 CEDH dispose que « le droit de recours individuel est reconnu à toute personne physique. Ils préfèrent donc délaisser les intéressés. ni de résidence. Sur 40 000 requêtes par an. qui se prétend victime d·une violation de la CEDH ». Il signifie qu·une personne physique ou morale se tourne contre un Etat membre de la CEDH et uniquement membre de la CEDH avec une allégation d·une ou plusieurs dispositions de la Convention. 11 . L·état civil et la capacité de l·individu ne jouent aucun rôle.Par ailleurs. seulement dans deux hypothèses. Koch c/ RFA. même pour les apatrides (sans nationalité). Rien n·empêche les Etats d·exercer les recours interétatiques conformément aux objectifs de la CEDH pour dénoncer sa violation par d·autres Etats. Les personnes considérées comme incapables selon le droit interne tels que les mineurs. Mais les Etats craignent l·effet boomerang. Irlande c/ RU et 10 mai 2001. S·ils commencent à dénoncer les autres Etats. Quelles sont les personnes physiques ou morales pouvant exercer les droits du recours individuel ? « Toute personne physique » : La Convention ne pose aucune exigence de nationalité. Il en va de même pour les détenus. il s·agissait d·une criminelle nazie appelée la « chienne de Buchenwald ». MASTER 1. l·Etat défendeur trouvera à son tour des motifs pour dénoncer le requérant. a) Les titulaires de droit de recours individuel.

D·après la jurisprudence européenne dans l·affaire Campbell c/ RU. Il ne saurait entraver l·exercice efficace du droit au recours individuel.Les associations à but social ou caritatif. Dans un certain nombre d·Etats il y avait des règles assez strictes en ce qui concerne le contrôle de la correspondance. toute personne morale qui ne relève pas de la puissance étatique tombe sous le champ d·application de cette catégorie : . La question a été posée par rapport à la situation des détenus. Il s·agit d·une expression qui doit être appréhendée à contrario. . Carrières judiciaires. Droits de l·Homme. Plus précisément. . 12 ¢ ¢ . les organisations religieuses. Toute pression exercée sur l·avocat. et son avocat contre toute menace ou autres pressions susceptibles de restreindre l·exercice du recours individuel. un accord européen a été signé et accorde aux différentes personnes impliquées dans une requête individuelle à savoir le requérant. ce qui est impossible selon les règles de droit national. L·Etat concerné sous la juridiction duquel le requérant se trouve n·a aucun pouvoir d·appréciation sur le bien fondé de la requête. comme excluant toute organisation gouvernementale. les témoins.Les villages de groupes minoritaires peuvent constituer une organisation non gouvernementale pouvant accéder au recours individuel. Exemples : Une immunité de juridiction est accordée pour leur déclaration et leurs pièces . le droit de correspondre librement avec la CEDH Toute organisation non gouvernementale » : Il ne faut pas appréhender ce terme au sens du droit international. son représentant. ses avocats. C·est une garantie supplémentaire. Le 5 mars 1996.Les personnes morales soit à but lucratif ou non telles que les sociétés commerciales. les partis politiques. libre ou détenue et même ses proches. Exemple : Une mère d·un enfant a été privé de l·autorité parentale peut toutefois en sa qualité de mère biologique saisir la Cour au nom de ses enfants afin de protéger leurs propres intérêts. 25 mars 1992 a précisé qu·un contrôle sur la correspondance entre le détenu et la CEDH ne peut être exercé. certaines immunités pour faciliter le droit à l·exercice individuel.Même une personne qui selon le droit national n·a pas le droit de représenter une autre personne peut toutefois dans certaines hypothèses peut agir au nom de cette dernière devant la CEDH. MASTER 1. telle que la menace de poursuite pénale constitue une violation de l·article 34 CEDH qui de cette manière devient lui-même un droit substantiel de la CEDH pour toute personne physique. les syndicats.

Dans l·affaire Antilly c/ France du 23 novembre 1999. Carrières judiciaires. même s·il s·agissait d·une PM de droit privé n·était pas une ONG au sens de l·article 34. CE.Concernant les personnes morales de droit public. MASTER 1. le caractère privé d·une personne morale ne signifie pas nécessairement que l·on soit devant une ONG. la CEDH a expliqué « qu·une collectivité territoriale gère des biens et droits collectifs dans l·intérêt général de ses habitants ». 9 décembre 1994 : les personnes morales de droit public créées par acte public est protégé par la loi publique car elles disposaient d·une autonomie complète par rapport à l·appareil étatique. 13 . Droits de l·Homme. Dans le cadre du recours individuel exercé par les collectivités territoriales. Ce qui compte est l·exercice de prérogatives de puissance publique. Ainsi elle ne pouvait pas exercer le droit à un recours individuel. Dans l·affaire Radio France c/ France. Peu importe si la personne morale en question a été créée par acte de droit public ou privé. les CT peuvent être titulaires de droits garantis par la CEDH. 23 septembre 2003 : puisque radio France exerçait une mission de SP. il est refusé de reconnaitre aux collectivités territoriales la qualité d·ONG en les assimilant à l·appareil étatique. Département de l·Indre. 29 juillet 1994 : Il admet en revanche que les collectivités territoriales peuvent se prévaloir devant la juridiction administrative française de droits garantis par la CEDH. Dans l·affaire Communes d·Autriche du 31 mai 1974. Elle refuse aux collectivités territoriales d·accéder au recours individuel. la jurisprudence est critiquée. Exemples : Affaire Saints Monastères c/ Grèce. Il va plus loin que la Cour européenne en acceptant que sous conditions. elles ne faisaient pas parties d·une ONG pouvaient saisir la CEDH. « Tout groupe de particuliers » : Une association informelle. Cette approche vide la décentralisation de tout contenu en les assimilant au pouvoir central. le plus souvent temporelle de deux ou plusieurs personnes qui partagent des intérêts identiques et qui se prétendent victime de la violation de la CEDH à leur encontre. la jurisprudence de la CEDH adopte un critère fonctionnel et non organique. A l·inverse.

de condamnation que la peine capitale ne serait pas exécutée. Carrières judiciaires. Il arrive à quitter le sol américain mais dès que son avion atterrit sur le sol britannique il est arrêté. Les juridictions britanniques l·ont débouté mais avant l·exécution de l·extradition. L·intérêt et la qualité pour agir ne sont pas appréciés selon des considérations de droit national. Subir le couloir de la mort constitue un traitement inhumain et même une sorte de torture. MASTER 1. La CEDH pose ses propres règles. Les droits du requérant doivent être lésés de manière concrète par une décision ou une mesure interne. voir même de mauvaise foi. Droits de l·Homme. pour avoir la qualité pour agir il faut que le comportement de l·intéressé soit exemplaire. La CEDH a considéré qu·il n·y avait pas de certitude que cette promesse soit vraiment constatée. la CEDH a été saisie. Elle ne renvoie pas aux considérations de droit interne. elle dépend de l·Etat fédéré. La Cour accepte le recours de toute personne susceptible le cas échéant de tomber sur l·application d·une loi prétendue incompatible avec les dispositions de la convention. Ses avocats invoquent la violation des articles 2 (droit à la vie) et 3 (interdiction de traitements inhumains et dégradants) CEDH. 14 . Soering de nationalité allemande s·est rendu aux EU où il est tombé amoureux d·une américaine et a tué ses beaux parents et a pris la fuite. Il faut avoir un intérêt personnel à agir. sa qualité pour agir lui soit refusé. Il y a une obligation des autorités britanniques de ne pas extrader. Si l·intéressé avait un comportement illégal. La violation de la CEDH est quasi certaine. Elle a tenu compte du fait que les autorités diplomatiques américaines avaient promis qu·en cas d·extradition. Pour avoir la qualité de requérant. Dans un certain nombre d·Etats. il est probable qu·au niveau interne. et sera condamné restant pendant des années dans l·incertitude de son exécution. s·il est extradé il y a un risque réel que soit il sera exécuté. La Cour choisit et forge sa propre interprétation concernant certaines notions présentes dans la convention. Ainsi. Ainsi en dépit de ces assurances. La jurisprudence européenne a interprétée de manière large et autonome la question de l·intérêt à agir. il faut être aussi victime d·une violation de la CEDH. Ce n·est pas le cas a priori pour saisir la CEDH qui fixe ses propres critères.La notion de victime de violation. Les autorités américaines sont extradition vers les EU pour être jugé où il risque la peine capitale. La notion de victime telle que mentionnée dans l·article 34 CEDH a été élargie d·une manière double : . l·article 34 CEDH ne permet pas de saisir la Cour pour simplement demander de manière abstraite ou générale si une disposition nationale est conforme ou non à la CEDH.Elle a été étendue au cas de victime potentielle ou éventuelle. Il faut cependant que cette victime potentielle encourt un risque réel de subir une violation d·un de ses droits. Exemple : Affaire Soering c/ RU du 3 juillet 1989 : M.

b) Les délais. c) L·épuisement des voies de recours internes. d) Requête non abusive et bien fondée..Elle a été étendue au cas de victime indirecte. .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful