Comprendre les marchés des capitaux

Produits dérivés

Opérations de couverture

Fonds indiciels négociables en bourse Ordres à cours limité

par exemple. Cette méthode de collecte de fonds est appelée financement par actions ou financement par capitaux propres. Des organisations telles la Bourse de Toronto. Table des matières 1 4 11 17 20 23 Marchés des capitaux Investissements Transactions Protection des investisseurs Glossaire Commanditaires . se procurer de l’équipement. la Bourse de croissance TSX. les entreprises peuvent se procurer des fonds en « se transformant en société publique ». Pour accéder à l’épargne publique. une entreprise cède des parts à différents investisseurs ou « actionnaires ». Une entreprise peut se procurer des capitaux d’autre façon.1 Comprendre les marchés des capitaux Que sont les marchés des capitaux? Les marchés des capitaux réunissent les entreprises à la recherche de capitaux et les investisseurs qui ont de l’argent à placer. une société de fonds communs de placement ou une caisse de retraite (habituellement appelée « investisseur institutionnel »). Devenir une société ouverte est le processus par lequel une entreprise rend ses actions accessibles au public. embaucher des employés et financer la recherche et le développement. Les transactions hors cote et les systèmes de négociation parallèles (SNP) jouent également un rôle dans les marchés des capitaux. Les entreprises ont besoin d’argent pour assurer leur croissance. en vendant des titres au moyen d’obligations ou d’autres valeurs mobilières. la Bourse de Montréal et la Bourse de Winnipeg (WCE) font partie des marchés des capitaux canadiens. L’investisseur peut être une personne (souvent appelée « investisseur individuel ») ou une institution financière comme une banque. On désigne sous le nom de « marchés des capitaux » les marchés qui facilitent les transferts de fonds. construire des installations. En vendant des actions.

Le marché primaire : premier appel public à l’épargne (PAPE) L’expression « premier appel public à l’épargne » désigne la première émission d’actions qu’une entreprise met à la disposition du grand public. Le marché secondaire canadien des titres d’emprunt est constitué d’émissions obligataires du gouvernement et des entreprises dont les échéances varient d’un an à perpétuité. s’occupe de toutes les transactions de produits dérivés basées sur les actions. Les nouvelles financières et les événements mondiaux peuvent également influer sur le cours des actions et sur l’ensemble du marché secondaire. tandis que la Bourse de Winnipeg (WCE) se charge de toutes les transactions sur les contrats à terme et options de denrées agricoles. Ainsi. . d’émission publique et de gestion établies par la bourse. et ses actions sont offertes au grand public. l’entreprise est cotée en bourse. Marché des obligations Les obligations ne se négocient pas en bourse. La presse écrite et électronique fournit régulièrement des informations sur les transactions et le marché concernant les volumes négociés. la Bourse de Montréal. Cette vente de nouvelles actions se déroule dans ce qu’il est convenu d’appeler le « marché primaire ». les actions à grande capitalisation se négocient à Bourse de Toronto. si l’offre d’une action est supérieure à la demande des investisseurs. comme CanDeal. Les cours des titres négociés sur le marché secondaire peuvent fluctuer. les écarts entre les cours acheteurs et les cours vendeurs. Les émissions ayant des termes à courir de plus de douze ans sont habituellement considérées comme relevant du marché à long terme. des FINB (fonds indiciels négociables en bourse) ou des parts de fiducie. Grâce à ce transfert. il n’est pas rare de voir des échéances dépassant vingt ans. les cours les plus élevés et les plus faibles de la journée. les indices et les taux d’intérêt. les cours d’ouverture et de fermeture. les entreprises peuvent croître et créer des emplois. mais sont vendues par l’intermédiaire de maisons de courtage dans un environnement hors cote. L’entreprise désireuse d’inscrire ses actions en bourse doit répondre à des normes rigoureuses de finance. En même temps. C’est dans ces marchés que les investisseurs peuvent acheter et vendre des actions. au moyen de fonds du marché monétaire ou des produits dérivés tels des contrats à option. Produits dérivés Les produits dérivés sont des instruments financiers dont la valeur est fonction du cours d’un autre actif. le cours de cette action baissera vraisemblablement. ou indirectement. Le marché secondaire Quand une entreprise a effectué son premier appel public à l’épargne. que ce soit en plaçant de l’argent directement dans des titres tels que des actions. des fonds communs de placement. La maison de courtage la conseille sur le nombre d’actions à offrir et sur le cours à exiger et l’aide à faire la promotion de sa démarche. les épargnants et investisseurs institutionnels peuvent profiter de l’investissement. Une fois ces normes observées. Lorsqu’une entreprise décide de vendre des actions au public en vue de se procurer du capital (démarche appelée « inscription à la cote »). Ainsi. Au Canada. Au Canada. ses actions sont vendues et achetées dans ce qu’on appelle le « marché secondaire ». tandis que les actions à petite capitalisation se négocient à Bourse de croissance TSX. elle sollicite d’abord l’aide d’une maison de courtage. Il s’agit d’une transaction unique entre une entreprise et ses actionnaires. Les actions non cotées en bourse se transigent sur le marché hors cote. des obligations. Ces deux bourses offrent aux épargnants et aux investisseurs institutionnels un large éventail de produits dérivés. et ce.2 3 Mode de fonctionnement des marchés des capitaux Le transfert de capital des investisseurs vers les entreprises fait partie intégrante de l’économie canadienne. la plus ancienne au Canada. pour différentes raisons.

4 5 Les titres varient quant aux risques qu’ils comportent et aux revenus qu’ils peuvent rapporter. tous les titres se négocient à la Bourse de Toronto. Titres Titres de sécurité Fonds d’investissement Fonds indiciels négociables en bourse (FINB) Parts et fiducies Droits et bons de souscription Produits dérivés Types d’actions ordinaires On classe habituellement les actions ordinaires dans l’une des trois catégories suivantes : Les actions de premier ordre sont habituellement émises par de grandes entreprises bien établies. La plupart des titres se négocient à la bourse. . elles ne rapportent généralement pas de dividendes et sont émises par des entreprises communément considérées comme ayant un potentiel de rentabilité et de croissance intéressant. de comporter un risque faible et de rapporter des dividendes réguliers. L’actionnaire qui vend à découvert juge que le cours de la valeur chutera. à Bourse de croissance TSX ou dans un marché hors cote. correspondent à une propriété partielle d’une entreprise. Les actions cotées en cents rapportent rarement des dividendes. tandis que les actions privilégiées donnent au porteur le droit à des dividendes mais pas forcément au droit de vote. Les actions de croissance sont généralement considérées plus risquées que les actions de premier ordre. et a l’intention de racheter meilleur marché. les deux principaux types de titres. La différence essentielle entre les deux tient aux privilèges concédés aux actionnaires. L’achat sur marge désigne le crédit accordé à un investisseur par la maison de courtage auprès de laquelle il effectue ses placements. Au Canada. Une vente à découvert survient lorsqu’un investisseur vend des valeurs mobilières qu’il ne possède pas. les actionnaires privilégiés jouissent d’un droit sur les actifs de l’entreprise qui est prioritaire par rapport à celui des actionnaires ordinaires. Elles sont souvent émises par des entreprises nouvellement constituées et sont caractérisées par un prix de vente qui se négocie d'ordinaire sous la barre du dollar. La plupart des titres peuvent être achetés sur marge et vendus à découvert. Elles sont habituellement associées à des gains en capital plutôt qu’à des revenus. Ces actions ont la réputation d’être de qualité. Les actions cotées en cents présentent un degré beaucoup plus élevé de risque que les actions de premier ordre ou de croissance. En cas d’insolvabilité. mais ils entrent tous dans l’une ou l’autre des grandes catégories suivantes : Titres Les actions ordinaires et privilégiées. Les actions ordinaires sont habituellement assorties d’un droit de vote. mais leur rendement peut souvent être considérable pour peu que l’entreprise émettrice voie ses activités couronnées de succès.

Fonds indiciels négociables en bourse (FINB) Les fonds indiciels négociables en bourse. ou à capital fixe. les fonds de travailleurs ne se négocient pas à la bourse. Les fonds distincts. permettent à l’investisseur d’acheter tout un panier d’actions au moyen d’une seule et même valeur qui s’oriente sur le rendement d’un indice de marché des actions. habituellement une entreprise ou un gouvernement. le S&P/TSX 60. Les bons du Trésor ont une échéance de moins de un an et sont vendus et achetés par les maisons de courtage et les banques. des redevances et des fonds de revenu. Toutefois. proposés par les entreprises de fonds commun de placement et les compagnies d’assurance sur la vie. Les FINB sont calculés sur une base intra-journalière . la responsabilité est limitée à la somme investie. vous vous trouvez à être propriétaire d’une partie de ce panier de valeurs mobilières. Les droits sont habituellement assortis d’une échéance plus brève. tandis que les bons de souscription sont le plus souvent émis avec une nouvelle émission. En cas d’insolvabilité. vous mettez essentiellement votre argent en commun avec celui d’autres investisseurs. de même que l’échéance.6 7 Titres de sécurité Les titres de sécurité prennent le plus souvent la forme d’obligations. mais ils sont cotés en bourse et se négocient comme des actions. sont semblables aux fonds communs de placement mais offrent une garantie limitée. protégeant souvent une partie de l’investissement initial. Les certificats de placement garantis (CPG) sont des valeurs mobilières déposées émises habituellement par des institutions financières. En achetant des obligations. les FINB valent moins que les fonds communs de placement ordinaires et sont habituellement plus avantageux sur le plan fiscal. les gouvernements fédéral et provinciaux offrent des crédits d’impôt aux personnes qui investissent dans ces fonds. Les obligations correspondent à un emprunt de fonds auprès d’un investisseur par une organisation à la recherche de capitaux. Lorsque vous investissez dans un fonds commun de placement. parfois désigné sous le nom de taux d’intérêt nominal. Parts et fiducies Les parts de sociétés en commandite correspondent à la propriété d’un partenariat entre un gestionnaire et les personnes qui disposent de capitaux de placement. Les FINB sont considérés comme un type particulier de fonds communs de placement indiciels. Certaines débentures se négocient à la Bourse de Toronto. appelés communément FINB. les débentures correspondent à un droit non garanti sur les actifs d’une entreprise. Pour encourager cette mission. Fonds d’investissement Les fonds communs de placement sont les fonds d’investissement les plus courants. ils peuvent être achetés sur marge et vendus à découvert. Les parts de fiducie représentent un investissement dans les actifs nets et les revenus nets d’entreprises en exploitation. les actions étant achetées et vendues continuellement. Elles comportent donc un risque plus élevé. En tant qu’investisseur. Ces valeurs mobilières sont habituellement constituées pour investir dans des actifs tels que des biens immobiliers. Les bons du Trésor sont des titres de sécurité émis par le gouvernement fédéral et certains gouvernements provinciaux. Les fonds de capital de risque de travailleurs sont un type de fonds d’investissement dont la structure rappelle celle d’un fonds commun de placement. Les fonds à capital fixe peuvent se négocier à la bourse. Tout comme les fonds distincts. le taux d’intérêt. un créancier obligataire n’a pas droit à des profits au cas où l’entreprise émettrice enregistrerait de bons résultats financiers . Au moment de l’achat d’une obligation. mais qui ont pour but précis d’investir dans les petites et moyennes entreprises canadiennes. par exemple. Droits et bons de souscription Comme leur nom l’indique. ce qui sert de mesure incitative pour investir dans l’entreprise émettrice. l’investisseur devient créancier de l’émetteur d’obligations. les droits donnent à l’actionnaire ordinaire le « droit » d’acheter des actions supplémentaires à un prix et dans un délai fixés d’avance. Les fonds communs de placement peuvent être à capital variable. Ils ont généralement un taux de rendement fixe. est toujours indiqué. . Semblables aux obligations. Un gestionnaire de portefeuille professionnel utilise cet argent pour acheter de nombreux titres distincts. En règle générale. ce qui signifie que seule une partie limitée des actions est émise et que les actions ne sont pas émises et rachetées continuellement. Ces valeurs mobilières forment le portefeuille de placement du fonds commun. Les parts de sociétés en commandite et les parts de fiducie peuvent être cotées en bourse. Les bons de souscription accordent également le même droit à leur porteur. même si ce rendement s’appuie parfois sur un indice. il doit se contenter du capital et des intérêts. Un détenteur de titres de sécurité possède un droit plus élevé sur les actifs de l’émetteur qu’un actionnaire.

De nombreux autres investissements. plus le risque l’est aussi. Les bons du Trésor et les obligations d’épargne du Canada représentent des investissements à faible risque. telles la taille. Sous sa forme la plus élémentaire. Pour jouir de ce droit. si le détenteur exerce son droit. Option de vente Une option de vente donne à son détenteur le droit. il importe de prendre en considération la question de la négociabilité. Inversement. La négociabilité (ou « liquidité ») désigne la possibilité de vendre ou récupérer rapidement un investissement au cours du marché actuel ou à un cours avoisinant. d’acheter ou de vendre un nombre déterminé d’actions à un prix fixé d’avance (prix d’exercice ou prix de levée). Il existe deux types d’options : Option d’achat Une option d’achat donne à son détenteur le droit. . À l’autre extrémité du spectre du risque. sont très facilement négociables. les options sont susceptibles d’être achetées ou vendues. mais non l’obligation. mais non l’obligation. En échange de cette obligation.investorED. L’acheteur a l’obligation d’acheter une quantité déterminée d’éléments d’actif sousjacents au prix de levée indiquée. le vendeur accepte de livrer une certaine quantité d’éléments d’actif sousjacents à une date et à un prix fixés au moment de la transaction. En échange de cette obligation.8 9 Produits dérivés Comme leur nom l’indique. Les produits dérivés sont habituellement utilisés comme instrument de couverture pour se prémunir contre les fluctuations du marché. Les caractéristiques des contrats de produits dérivés. FINB et fonds communs de placement présentent un large éventail de profil de risque. dividendes ou gains en capital qu’on peut espérer obtenir d’un placement (dans les faits. le détenteur doit verser une prime à l’acheteur. Les dépôts à terme sont un exemple d’investissement peu liquide. à savoir que plus le rendement attendu est élevé. Dans cette transaction. Le rendement attendu désigne les intérêts. Comme nous l’avons noté précédemment. les actions d’une entreprise) au prix de levée indiqué. les contrats de produits dérivés tirent leur valeur du rendement d’une valeur mobilière sous-jacente. Un conseiller en placement ou un planificateur financier peut fournir des informations qui vous permettront de déterminer votre niveau de tolérance au risque. d’acheter une quantité déterminée d’éléments d’actif sous-jacents à un prix prédéterminé (prix de levée) et avant une date fixée d’avance (date d’échéance). le prix d’achat ou de vente et la date d’échéance. Deux types courants de produits dérivés : Contrats à terme Un contrat à terme est une entente en vue d’acheter ou de vendre un élément d’actif sous-jacent ultérieurement. tous les contrats de produits dérivés se négocient à la Bourse de Montréal. titres. vous devriez comprendre les risques que cette opération comporte. Caractéristiques de l’investissement Avant de choisir d’investir dans une valeur mobilière donnée. un contrat de produit dérivé correspond au droit d’acheter ou de vendre une valeur mobilière à un prix fixé d’avance. tels les fonds communs de placement ou les valeurs mobilières inscrites à la cote. Dans le choix d’un véhicule de placement. Le vendeur de l’option d’achat doit vendre une quantité déterminée d’éléments d’actif sousjacents (par exemple. il existe une corrélation directe entre le rendement attendu et le risque. mais non l’obligation. on trouve des placements tels que les contrats à terme et les actions des sociétés de capital de risque public à petite capitalisation. à un prix fixé d’avance.ca. Les obligations. de vendre une quantité déterminée d’éléments d’actif sous-jacents à un prix prédéterminé (prix de levée) et avant une date fixée d’avance (date d’échéance). visitez le site Web de l’Investor e-ducation Fund à l’adresse www. les rendements réels peuvent différer considérablement des rendements espérés). si le vendeur (détenteur) exerce son droit. le vendeur reçoit la prime versée par l’acheteur. Tout comme les actions. le vendeur reçoit la prime versée par l’acheteur. l’acheteur est obligé de prendre livraison d’une certaine quantité d’éléments d’actif sous-jacents à une date et à un prix fixés au moment de la transaction. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les placements. Options Un contrat d’option est une entente entre deux parties pour une période convenue (jusqu’à une date d’expiration) qui donne au porteur le droit. Pour jouir de ce droit. le détenteur doit verser une prime au vendeur. Au Canada. car ils peuvent être vendus ou rachetés dans un délai bref et à faible coût. à la Bourse de Winnipeg (WCE) ou hors cote. sont toutes fixées d’avance. car on ne peut en règle générale retirer son argent avant l’échéance sans encourir une pénalité élevée. Le risque correspond à la possibilité de perdre une partie ou la totalité de votre investissement initial ou d’obtenir un rendement moindre que ce que vous aviez espéré.

Une idée générale vous aidera à fixer vos objectifs et à déterminer les délais nécessaires à leur atteinte. la désignation de « planificateur financier agréé » garantit qu’on fait affaire avec un professionnel qui répond aux normes les plus élevées quant à l’éducation. Entretenez-vous avec plus d’un conseiller ou planificateur et consultez d’autres investisseurs afin d’obtenir d’éventuelles références. Le planificateur financier professionnel tient compte des objectifs de son client. de gérer sa planification successorale. la somme que vous souhaitez placer ainsi que vos buts et objectifs financiers. C’est en posant des questions que le conseiller se fera une idée générale de vos décisions en matière de finance. etc. Dans d’autres cas. de réduire ses impôts.10 11 Concepts entourant l’investissement Se fixer des objectifs Avant d’investir. Si vous êtes dans le doute quant à vos finances ou à vos placements. Une maison de courtage est une agence inscrite qui achète et vend des valeurs mobilières à même les stocks dont elle dispose. de son âge. votre niveau de tolérance au risque. à l’expérience et à l’éthique en matière de planification financière. Dans certains cas. Avant de pouvoir effectuer des opérations. Pour trouver le planificateur financier qui saura répondre à vos besoins particuliers. à l’examen. attendez-vous à devoir faire un certain effort de recherche. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la planification financière. de ses circonstances personnelles et de sa tolérance au risque. Elle vous incitera aussi à prendre en considération les conséquences de décisions d’investissement. pour la planification financière. ces transactions seront effectuées séparément avec d’autres professionnels. vous devriez réfléchir aux répercussions qu’aura chacun de vos placements sur vos autres décisions et objectifs financiers. ses assurances. il est recommandé d’aller chercher l’avis d’un professionnel. . Ces décisions devraient être prises dans le contexte d’un plan financier régulièrement mis à jour. l’investisseur doit ouvrir un compte auprès d’une maison de courtage.org. ce même planificateur professionnel sera appelé à exécuter les conseils qu’il donne (par exemple. visitez le site Web du Financial Planners Standards Council à l’adresse www. Par exemple. vos actifs financiers. C’est la pratique de cette vision globale visant l’atteinte des objectifs financiers qui distingue les planificateurs des autres conseillers financiers. Il fait des recommandations en vue de préserver et de faire fructifier l’avoir de son client. vendre des produits de placement). De nombreuses désignations distinguent les différents services assurés par les professionnels financiers.cfp-ca. Les conseillers en placement et les planificateurs financiers peuvent vous aider à mieux examiner vos connaissances des marchés financiers.

L’investisseur devra tenir compte du prix maximal qu’il est disposé à payer et prendre en considération le cours du marché. • un cours de formation donné par une maison de courtage. celui-ci devrait pouvoir vous recommander un courtier. le courtier doit également répondre à certaines exigences. La combinaison de ces trois types de produits dans un portefeuille s’appelle « composition de l’actif ». Le courtier exécutant exige en général des commissions moindres. Avant de donner un ordre. Ensuite. analyse les rapports financiers et publie des recherches sur les entreprises.12 13 Ouverture d’un compte Il existe essentiellement deux types de comptes de négociation : les comptes au comptant et les comptes sur marge. Les investisseurs qui se sentent à l’aise de prendre leurs propres décisions peuvent choisir un courtier exécutant. . • dans les deux ans et demi suivant la réception du permis. on s’attend qu’il paie le plein montant de celle-ci avant la date de règlement. mais pas toujours. Les parts. Vous pouvez aussi communiquer avec différentes firmes de courtage. Un contrat d’option représente également un lot régulier de la valeur sous-jacente. mais ne donne pas de conseils en matière de placement. il convient de prendre plusieurs décisions. Lorsqu’un investisseur effectue une transaction. sont associées à une certaine somme en dollars. Si vous avez recours aux services d’un planificateur financier. Vous devez décider de la nature des valeurs mobilières que vous voulez acheter en tenant compte de vos objectifs en matière de placement. Ordre à cours limité : vous permet d’acheter ou de vendre une action particulière à un cours maximal ou minimal fixé d’avance. le reste étant assumé par la maison de courtage. Pour négocier des contrats à option et d’autres produits dérivés. • un examen sur les règles et règlements. Si vous souhaitez trouver un conseiller en placement individuel avec lequel vous pourrez vous constituer un portefeuille. Ordre stop : ordre donné d’acheter ou de vendre un nombre déterminé d’actions à un prix fixé d’avance (ou supérieur à celuici) dès qu’un prix convenu est atteint ou dépassé. Pour un ordre visant des actions. l’investisseur a besoin d’un compte distinct. Pour négocier des produits dérivés. la conduite et l’éthique. les actions s’achètent par lots réguliers (ainsi. Les commissions peuvent varier en fonction du courtier et de la valeur de l’opération. L’investisseur peut mettre en œuvre le placement en se servant de fonds empruntés et en ne payant qu’une partie du placement au départ. Ordre au prix du marché : indique un nombre d’actions à acheter ou à vendre au meilleur cours au moment de la transaction. il existe trois catégories de produits de placement : les titres de participation (placements en actions). Normalement. Un compte sur marge fonctionne selon une ligne de crédit accordée par la maison de courtage. mais elles équivalent habituellement à un pourcentage de la transaction. Il existe deux types de maisons de courtage : les maisons de courtage exécutantes et les maisons de courtage traditionnelles. Essentiellement. il lui faudra décider du type de d’ordre à donner. un courtier doit avoir réussi : • le cours sur le commerce des valeurs mobilières au Canada. mais dispense des conseils sur les placements. Dans un compte sur marge. il doit avoir suivi un cours avancé en planification financière. les actions sont détenues par le courtier en garantie du prêt. Le courtier traditionnel prend des commissions plus élevées. on dispose de différentes options : Ordre valable jour : valable seulement le jour où l’ordre a été donné à votre courtier. soit habituellement trois jours ouvrables suivant la date de l’opération. Comment trouver un courtier Décidez d’abord si vous voulez un courtier exécutant ou un courtier conventionnel . Un compte au comptant est un compte de base grâce auquel un investisseur peut acheter et vendre des valeurs mobilières. La composition de l’actif que vous choisissez sera importante pour établir le risque global et les rendements attendus. les placements par emprunt et les valeurs en espèce. Pour avoir le droit de vendre des valeurs mobilières au Canada. Le nombre d’actions ou de parts achetées dépendra de la somme que vous êtes disposé à placer. comme des contrats à option. vous pouvez interroger vos amis ou les membres de votre famille qui ont l’expérience des courtiers. les actions se négociant à plus de 1 $ sont vendues par lots réguliers de 100 actions). selon l’investissement. il y a beaucoup de choix dans chacune des catégories au Canada. telles que les fonds communs de placement ou les parts de fiducie.

les courtiers ou les conseillers est un indice qui devrait vous mettre à l’affût d’une éventuelle fraude. mais il existe encore bien des zones d’Internet où les escrocs tentent de tendre leurs pièges. • L’état de l’évolution de la situation financière indique les mouvements de capital de l’entreprise durant la période de déclaration. les options. à la Bourse de croissance TSX. les possibilités qui s’offrent à elle et la façon dont son rendement se compare à celui de ses concurrentes. livres. rapports d’analyse et d’investissement et rapports annuels des entreprises. Il offre un trésor d’informations sur les marchés financiers et les placements personnels. Les organismes de réglementation canadiens et américains ont mis sur pied d’importants programmes pour faire échec à la cyberfraude. les prospectus et documents d’information continue. des dividendes ou de l’émission d’actions. La section financière de n’importe quel journal fournit les données actualisées sur la plupart des valeurs mobilières. les hauts et les bas de la journée.14 15 Comment décoder les données financières Les journaux Chaque valeur mobilière négociable à la Bourse de Toronto. les fonds communs de placement. correspondent à l’intégralité du film car ils font voir la façon dont l’entreprise a « performé » durant la période et révèle si ses activités ont entraîné des profits ou des pertes. les FINB et les parts de fiducie. les résultats.org proposent également d’autres informations. Des informations telles les cours à la fermeture. ou qu’ils se plaisent à utiliser un jargon technique que seuls les experts sont à même de décoder. à la Bourse de Montréal ou hors cote est représentée par un symbole de trois lettres qui l’identifie pour le public. • Les résultats. • Le bilan dresse le portrait financier de l’entreprise en montrant l’état de ses actifs et passifs à une date donnée. La première étape dans la lecture intelligente d’un rapport annuel consiste à en comprendre les grandes sections et le type d’informations qu’on peut y puiser.me. L’investisseur qui s’aventure dans le cyberespace ne devrait cependant pas perdre de vue que la puissance d’Internet est également exploitée par certains mystificateurs du placement. Rapports annuels La santé financière d’une entreprise est le plus important facteur à prendre en considération. . décrivant les activités courantes de l’entreprise. Les règlements sur les valeurs mobilières destinés à protéger les investisseurs de la fraude n’ont pas de portée dans le cyberespace. Les changements dans l’avoir des propriétaires découlent habituellement des profits ou pertes. les rapports annuels (et trimestriels) offrent à l’investisseur le portrait le plus complet de l’état financier d’une entreprise. Certains sites Web financiers comme www. N’oubliez pas que les escrocs de l’investissement inventent souvent des projets en cours dans des régions reculées du globe qu’il est difficile de vérifier. On trouve des informations financières en maints endroits : Internet. Un rapport annuel peut contenir un aperçu de l’entreprise. Outre les sites Web d’entreprise. Les principaux éléments des états financiers sont le bilan. • L’état de l’avoir des actionnaires rapproche l’activité dans la section avoir des propriétaires du bilan de période en période. La loi canadienne exige que les personnes qui négocient des valeurs mobilières ou prodiguent des conseils soient enregistrées (qu’elles soient détentrices d’un permis) dans les provinces et territoires dans lesquels elles font des affaires. Faites preuve d’un scepticisme prudent et rappelez-vous à quel point il est facile de masquer son identité sur Internet. journaux.com et www. La non-observation des règlements par les entreprises. Adressezvous aux organismes de réglementation des valeurs mobilières de votre province pour vérifier si une personne ou une entreprise est inscrite et a le droit de négocier des titres ou d’offrir des conseils. On peut comparer le bilan à un instantané photographique car il dépeint la situation financière de l’entreprise à la fin de la période visée par le rapport. l’état de l’évolution de la situation financière et les notes de bas de page. • Les notes de bas de page fournissent des informations plus détaillées sur le bilan et les résultats. par ailleurs. l’état de l’avoir des actionnaires. Les rapports annuels sont une source précieuse d’informations susceptibles d’aider à prendre des décisions plus éclairées en matière de placement. Évaluez les informations trouvées dans Internet comme vous le feriez d’un « tuyau » refilé par un inconnu. Les états financiers constituent une partie essentielle du rapport annuel. Recherche dans Internet Internet peut se révéler un outil précieux pour les investisseurs.tsx. les taux d’intérêt et de change sont disponibles pour différentes valeurs mobilières. un aperçu financier ainsi qu’un rapport de gestion. comme les titres.

regulationservices. Toutes les opérations sur actions sont supervisées par le personnel formé de Services de réglementation du marché Inc. le cours acheteur est le cours le plus élevé qu’une personne est disposée à payer pour une quantité déterminée d’actions. Pour les titres.com) fournit également des informations actualisées aux investisseurs particuliers et institutionnels. (www. Étape 2 : Les ordres d’achat ou de vente sont appariés électroniquement par le système informatique de la bourse. Un courtier conventionnel ou exécutant connaîtra les cours acheteur et vendeur avant de donner un ordre.16 17 Comment effectuer une opération Avant d’effectuer une opération. L’investisseur dispose de trois jours ouvrables pour régler la transaction. protection des investisseurs . Étape 3 : Lorsqu’une correspondance est trouvée. le courtier effectue l’opération au cours indiqué et facture une commission.com) (voir la section ‘Protection des investisseurs’) afin de s’assurer que la transaction est équitable pour tous les investisseurs. renseignez-vous sur le cours de la valeur mobilière qui vous intéresse. Le cours vendeur est le cours le plus faible auquel une personne est disposée à vendre ses actions. Groupe TSX (tsx. Comment donner un ordre Étape 1 : Communiquer avec un courtier (exécutant ou conventionnel) et donner un ordre d’actions.

• en garantissant aux investisseurs un accès juste aux marchés et aux données sur les prix pratiqués grâce à une réglementation en mesure de détecter. L’ACCOVAM. Pour consulter la liste des autorités canadiennes en valeurs mobilières. de favoriser les marchés des capitaux justes et équitables et la confiance en ceux-ci. Les autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) sont un forum qui réunit les treize organismes de réglementation des valeurs mobilières des provinces et territoires canadiens et dont le but est de coordonner et d’harmoniser les différentes réglementations des marchés des capitaux canadiens. en partenariat avec l’Ombudsman bancaire canadien (OBC). toutes les opérations sur actions sont surveillées par Services de réglementation du marché Inc. • en s’assurant que les intermédiaires de marché sont compétents. dignes de confiance et jouissent d’une bonne santé financière. En règle générale. protection des investisseurs . d’analyse et de recherche). la réglementation des marchés des valeurs mobilières est du ressort des provinces et des territoires. une base de données en ligne de documents déposés auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières et qui fournit des informations sur toutes les entreprises canadiennes dont les actions se négocient en bourse. de s’assurer que les courtiers se comportent équitablement avec leurs clients. La Division de la réglementation de la Bourse de Montréal joue un rôle semblable en ce qui a trait à la surveillance des sociétés participantes. Cette façon de faire contribue à faire en sorte que tous les investisseurs aient accès aux nouvelles informations en temps opportun.com. • en informant les investisseurs des risques et responsabilités associés à l’investissement. irrégulières ou frauduleuses. en cherchant à réduire l’impact de ces défaillances sur les investisseurs et les autres intervenants dans les marchés. • en réduisant le risque de défaillance des intermédiaires de marché et. Une entreprise cotée est tenue d’informer le public de toute modification importante de ses activités susceptible d’influer sur le cours de ses actions. (RS). instance à laquelle les investisseurs peuvent téléphoner pour poser des questions ou pour déposer des plaintes concernant leurs rapports avec les courtiers. Des informations sur les entreprises peuvent également être trouvées dans SEDAR (Système électronique de données. • en accordant des licences aux personnes qui offrent des services de placement au public et en supervisant les intermédiaires de marché. lorsque cela est inévitable. La mission de RS consiste à favoriser la confiance des investisseurs dans les marchés des capitaux canadiens et à protéger les investisseurs par l’administration. Les lois provinciales et territoriales sur les valeurs mobilières établissent les règles et règlements régissant le secteur des valeurs mobilières. La base de données SEDAR dresse le portrait de plus de 6 500 entreprises et fonds communs de placement. RS a été créée à l’initiative conjointe de Groupe TSX et de l’Association canadienne des courtiers en valeurs mobilières (ACCOVAM).18 19 Au Canada. les entreprises le font au moyen de communiqués de presse publiés sur les fils de presse nationaux. La Division de la réglementation a été mise sur pied pour assurer une séparation entre des activités à but lucratif de la Bourse de Montréal et son rôle en tant qu’organisme d’autoréglementation (OAR). Normes de présentation de l’information Une des méthodes utilisées dans le secteur pour égaliser les chances entre tous les investisseurs consiste à appliquer des normes de présentation de l’information. assure le fonctionnement de l’Ombudsman des services bancaires et d’investissements (OSBI). On atteint ces buts : • en exigeant la pleine communication des informations et des matériaux pertinents pour la prise de décisions en matière de placement. Une des principales fonctions de l’ACCOVAM consiste à réglementer le comportement des sociétés membres. l’interprétation et l’application cohérente dans tous les marchés canadiens d’un ensemble commun de règles régissant les opérations sur actions. d’éliminer et de pénaliser la manipulation des marchés et les pratiques commerciales déloyales. L’ACCOVAM est l’association professionnelle nationale du secteur des placements et le plus important OAR. Quels sont les organismes de réglementation? Au Canada. L’objectif de ces règlements est de protéger l’investisseur contre les pratiques déloyales. des demandes d’information ou traiter d’éventuelles plaintes. Elle peut également recevoir.ca. chaque bourse pose un ensemble minimal d’exigences relatives à la distribution dans le public et au maintien de l’inscription. Pour contribuer à la liquidité et à l’intégrité du marché. l’Institut du Fonds d’investissement du Canada (IFIC) et l’Association canadienne des courtiers de fonds mutuels (ACCFM). Groupe TSX recourt aux services de RS pour élaborer et appliquer des règles de négociation allant au-delà des règles administrées par la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario et favorise activement la protection des investisseurs et l’intérêt public. directement des clients. La Division de la réglementation de la Bourse de Montréal surveille les opérations effectuées dans le marché des produits dérivés.csa-acvm. par exemple. Le public y a accès gratuitement à l’adresse www. visitez le site Web de l’ACVM à l’adresse www.sedar.

stable et jouissant d’une bonne santé financière. Indice : Compilation de statistiques qui représentent la valeur marchande courante d’un groupe d’actions. Elle est calculée en multipliant le nombre d’actions par le cours du marché. et toute personne détenant plus de 10 pour cent des actions avec droit de vote d’une entreprise. fait au propriétaire de l’action par l’émetteur de celle-ci. Fonds indiciels négociables en bourse (FINB) : Produits de placement qui permettent à un investisseur d’acheter un panier d'actions entier au moyen d'un seul titre qui suit l'évolution d'un indice boursier et en reproduit le rendement. un lot régulier peut correspondre à 1 000. Arbitrage : Achat et vente simultanée d’un titre ou d’un équivalent de ce titre à la même bourse ou à une autre bourse. en règle générale. Elles ne sont généralement pas associées à un droit de vote. Commission : Frais qu’un courtier en placements facture pour les négociations qu’il effectue au nom des clients. Action cotée en cents : Action dont la valeur est de moins de 1. Marché baissier : Marché où les cours sont à la baisse. 21 . Les instruments du marché monétaire sont des formes de titres de créance qui arrivent à échéance en moins d’un an et sont très liquides. 500 ou 100 actions. un lot régulier comprend 100 actions. Bon de souscription : Privilège conférant au porteur le droit d’acheter des actions à un prix et dans un délai fixés à l’avance. Marché haussier : Marché où les cours sont en hausse. Marché hors cote (OTC) : Les actions qui ne sont pas inscrites à la bourse peuvent être négociées au marché hors cote ou OTC. ou entente. Courtier : Personne ou société qui achète et vend des actions au nom de ses clients. Actions de croissance : Actions d’une société dont le bénéfice devrait augmenter à un taux moyen supérieur à celui du marché. Cours acheteur : Prix le plus élevé auquel une personne est prête à acheter une action. Capital : Argent. et qui agit parfois à titre de courtier et d’agent. Dividende : Paiement. Contrat d'option : Contrat financier vendu par une partie à une autre et qui confère à l’acheteur le droit. mais non l’obligation. les valeurs mobilières. en fonction du type de transaction. Lot régulier : Lot comprenant un nombre de titres déterminé. qui a démontré sa capacité de verser des dividendes. qui peuvent se solder par un profit. pendant une période ou à une date déterminée. sous forme de montant ou d’actions. À la Bourse de Toronto et à la Bourse de croissance TSX. Levier financier : Opération qui consiste à chercher un rendement optimal sur un investissement en utilisant des fonds empruntés ou des comptes sur marge. Instrument dérivé : Instrument financier dont la valeur dépend du cours d’un autre actif. Actions de premier ordre : Action émise par une société bien établie. Marché primaire : Marché sur lequel les investisseurs peuvent acheter en premier une action nouvellement émise. Débenture : Titre d’emprunt non garanti représentant un droit à l’égard de l’actif de l’institution emprunteuse. valeurs mobilières et stocks. et qui n’est cautionné que par la réputation de crédit de cette institution.00 $. Des valeurs de croissance présentent habituellement un ratio cours-bénéfice élevé et ne produisent pas de dividendes. Marché des capitaux : Marché qui réunit les utilisateurs et les fournisseurs de capital. Marché secondaire : Marché sur lequel les opérations d’achat et de vente s’effectuent entre des investisseurs institutionnels et particuliers. sont assortis d’un droit de vote. Droit : Privilège accordé aux porteurs d’actions ordinaires d’une société et visant à acquérir d’autres actions ordinaires directement de la société à un prix spécifié. Dans le cas des actions qui se négocient à une valeur supérieure à 1. Les actions cotées en cents comportent un risque beaucoup plus élevé que les actions de grandes sociétés ou les actions de croissance. de sa société mère et de ses filiales. Les actions qui se négocient sur ce marché ont par définition déjà passé par le marché primaire pour un premier appel public à l'épargne (PAPE). Actions privilégiées : Actions accordant le droit de recevoir des dividendes avant les porteurs d’actions ordinaires. Marché aux enchères : Marché où acheteurs et vendeurs se rassemblent pour négocier et où les cours sont établis en fonction de l’offre et de la demande. Les négociations du marché hors cote se font surtout au téléphone directement entre deux parties. Changement important : Modification des activités d’une société qui est susceptible d’avoir une incidence importante sur la valeur des titres de celle-ci. Actions ordinaires : Titres qui représentent une participation dans une société et qui. qui produit rarement des dividendes et est généralement émise par de nouvelles sociétés. d’acheter (option d’achat) ou de vendre (option de vente) un titre à un prix convenu. un investisseur qui vend ou achète un lot régulier paie une commission moins élevée qu’un investisseur qui achète ou qui vend un lot irrégulier – un montant différent de celui d’un lot régulier. La Bourse de Toronto et la Bourse de croissance TSX constituent deux exemples de marchés aux enchères. Action à risqué élevé : Actions émises par de nouvelles sociétés ou par celles qui n’ont pas encore fait leur preuve sur le plan financier.20 glossaire Actif : Tout ce qui appartient à une société ou à une personne ou qui lui est dû telle que l’argent. L’actif peut être incorporel (fonds commercial) ou corporel (matériel). Initié : Administrateur ou haut dirigeant d’une entreprise. Capitalisation boursière : Mesure de la taille d’une société qui se fonde sur la valeur totale en dollars de toutes les actions en circulation. l’équipement et les édifices. Contrat à terme : Contrat financier. selon le cours de ces dernières. Mainteneur de marché : Négociateur inscrit qui propose continuellement des cours acheteurs et vendeurs afin de maintenir la liquidité d’une action ou d’un instrument dérivé particulier. En règle générale. Marché monétaire : Marché des valeurs mobilières où se négocient les dettes à court terme et les instruments monétaires. actif. visant à acheter ou à vendre un instrument financier ou une marchandise en vue d’une livraison future.00 $. Marché de courtier : Marché boursier où les transactions s’effectuent entre les mandants qui agissent à titre de courtiers pour leur propre compte plutôt qu’entre les courtiers qui servent d’agents aux vendeurs et aux acheteurs. Cours vendeur : Prix le plus bas auquel une personne est prête à vendre une action.

Ordre à cours limité : Ordre précisant le cours auquel un titre doit être acheté ou vendu. Opération de couverture : Négociation qui vise à réduire le risque suscité par une autre position détenue par l’investisseur. . Le rendement peut prendre la forme d’un revenu.22 23 suite Obligation : Fonds prêtés à un organisme qui cherche à obtenir du capital. Rendement attendu : Profit total que l’on prévoit réaliser sur un investissement. mais non l’obligation. Titre à faible capitalisation : Société dont la valeur boursière est plus faible. un délit d’initié est une transaction effectuée par ces mêmes personnes. Tolérance au risque : Capacité d’un investisseur d’accepter la possibilité de perdre son capital. Risque : Possibilité que le rendement d’un investissement diffère des prévisions. éthiques et efficaces dans le secteur des valeurs mobilières. de vendre un certain nombre d'actions à un prix déterminé pendant une période donnée. Prix de levée : Connu également sous le nom de prix d’exercice. La « transformation en société ouverte » correspond à la première fois que le public peut acheter des actions d’une société. Téléscripteur : Enregistrement électronique des activités de négociation. des redevances tirées de la production pétrolière et gazière (fiducies de redevances) ou des revenus générés par une ou plusieurs entreprises (fonds de titres à revenu fixe). qui donne des conseils de placement aux clients et effectue des opérations en leur nom. Ce processus est également connu sous le nom de premier appel public à l’épargne (PAPE). Organisations participantes : Courtiers en valeurs mobilières (sociétés) qui ont reçu l’autorisation de négocier à une bourse en particulier. Transformation en société ouverte : Processus de vente d’actions au public. Organisme d'autoréglementation (OAR) : Organisme dont le rôle est de mettre en œuvre des pratiques justes. Le risque s’étend à la perte partielle ou totale du placement original. Représentant inscrit (négociateur) : Personne qui travaille pour un courtier en valeurs mobilières. Beaucoup sont conçues pour offrir des avantages fiscaux aux investisseurs. d’intérêts. Option d’achat : Option donnant au titulaire l’autorisation. et qui ne sont pas connues du public.Ces fiducies sont en général mises en place pour investir dans des actifs tels que des biens immeubles (fonds de placement immobilier). Ordre valable jour : Ordre valable seulement pour la journée où il est placé. d'acheter un certain nombre d'actions à un prix déterminé pendant une période donnée. Ordre stop : Ordre passé auprès d’un courtier pour acheter ou vendre un titre lorsqu’un certain prix est atteint. Premier appel public à l’épargne (PAPE) : Première émission publique des actions d’une société. Vendre une option : Vendre une option. Ordre avec garantie d'exécution minimum (GEM) : Les négociateurs inscrits garantissent une exécution complète des ordres passés par les investisseurs dans la plupart des titres (jusqu’à un certain nombre d’actions) au cours du marché. Part de fiducie : Des parts de fiducie représentent des intérêts dans l’actif net et le bénéfice net des sociétés de fiducie. Opérations d’initié : Une opération d’initié légale se dit d'une transaction boursière conclue par des personnes possédant des informations privilégiées sur une société et qui est signalée à la commission des valeurs mobilières appropriée. Cette opération vise à limiter les pertes d’un investisseur (ou de verrouiller le profit) dans une position de valeurs. qui se développe souvent rapidement et dont le titre est plus volatile. Titres : Actions ordinaires et privilégiées qui représentent une participation dans une société. Option de vente : Option donnant au titulaire l’autorisation. Rendement : Rendement que procure un instrument sur une période donnée. C’est le prix auquel il est possible d’acheter l’actif sous-jacent (option d’achat) ou de le vendre (option de vente). L’investisseur devient un créditeur de l’émetteur et détient plus de droits aux éléments d’actif qu’un actionnaire. mais non l’obligation. qui est moins bien établie. En revanche. de dividendes ou de gains en capital. Vente à découvert : Vente d'un titre que le vendeur ne possède pas. Ordre au cours du marché : Ordre d'acheter ou de vendre immédiatement au meilleur prix possible.

donnés en classe et en ligne. le FPSC aide le public et les spécialistes de la planification financière en établissant et en appliquant des normes professionnelles uniformes pour les planificateurs financiers qui aspirent à la désignation CFPMC mondialement reconnue. contient de l’information financière objective à laquelle le consommateur peut se fier.institutdesderives.com L’Investor e-ducation Fund a été établi en 2000 par la Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (CVMO) dans le but d’entreprendre et de soutenir les initiatives visant à éduquer les investisseurs.cfp-ca.CFIE. www. La réalisation de cette ambition sera l’assurance que les épargnants disposeront de l’information nécessaire pour devenir des participants avisés et confiants des marchés des capitaux canadiens. ainsi qu’à les faire mieux connaître et mieux comprendre. Elle vise également à promouvoir la formation des investisseurs et d’autres personnes qui s’intéressent aux marchés boursiers canadiens. d’ateliers et de séminaires de grande qualité. La Fondation se veut un lieu d’échange d’idées et de renseignements qui rassemble des experts. la gestion du risque.org . au moyen de dialogues directs. Pour obtenir de plus amples renseignements et ressources. les Comptables en management accrédités de Canada et le Credit Union Institute of Canada. l’analyse technique et la gestion d’un portefeuille. L’Investor e-ducation Fund s’est donné pour mandat de fournir aux investisseurs de l’information financière facile à utiliser et fiable. des intervenants et le public investisseur afin d’ouvrir le dialogue et d’aider les épargnants à mieux saisir ces questions. examen. de publications. de débats éclairés. Son site Web.24 25 À propos des commanditaires La création du présent document n’aurait pas été possible sans l’appui des organismes suivants : Investor e-ducation Fund Institut des dérivés L’Institut des dérivés est un service éducatif entièrement intégré créé par la Bourse de Montréal en avril 2001 dans le but d’offrir aux investisseurs la formation nécessaire pour comprendre et utiliser des instruments dérivés. Fondation canadienne pour la formation des investisseurs La Fondation canadienne pour la formation des investisseurs est un organisme philanthropique de formation national qui vise à susciter l’intérêt concernant des questions importantes pour les investisseurs et les marchés des capitaux canadiens. l'Institut Canadien des Comptables Agréés. Le FPSC a été formé à l’initiative des organismes dont les membres s’occupent des finances personnelles de particuliers. Pour obtenir de plus amples renseignements. Il vise à informer et à éduquer le grand public et les professionnels financiers ainsi qu’à leur assurer une formation spécialisée sur l’utilisation et la valeur des produits dérivés dans la gestion des portefeuilles et la gestion du risque.ca. le Canadian Institute of Financial Planning. du cours d’introduction au cours supérieur.investorED. de subventions spéciales à des fins éducatives et de recherches commanditées. veuillez visiter le site www. L’Institut des dérivés offre aux organismes une formation personnalisée interne sur une diversité de sujets tels que les instruments dérivés. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la planification financière et pour obtenir de l’aide. visitez le site Web du Financial Planners Standards Council à www. veuillez visiter le site www. Ces initiatives vont des programmes qui initient les enfants aux concepts de l'épargne et des finances personnelles. l’Association des comptables généraux accrédités du Canada. Les cours sont disponibles à tous les niveaux. aux initiatives qui portent sur les marchés. les investissements et la planification de la retraite pour les adultes. Il reçoit l’appui continu des groupes suivants : Advocis (L'Association Canadienne des Planificateurs Financiers et Canadian Association of Insurance and Financial Advisors). Ces normes comprennent des exigences dans quatre secteurs que l’on qualifie dans la profession des 4E : éducation. ’expérience et éthique. L’institut offre un large éventail de cours.ca Financial Planners Standards Council (FPSC) Constitué en organisme à but non lucratif le 10 novembre 1995. Les cours font appel à des méthodes d’enseignement interactives en vue d’offrir une éducation utile et pratique dans un environnement stimulant et convivial. la réglementation des marchés.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful